Page 1


rapport annuel sek路feps




SOMMAIRE

Sommaire

Avant-propos

5

Structure de la FEPS

6

Les Églises membres

7

L’Assemblée des délégués

8

Le Conseil

10

La Direction 

15

Organigramme du Secrétariat

16

Églises en relation Relations ecclésiales en Suisse Église 08 – Le match Relations internationales Contacts nationaux et internationaux Projets particuliers Personnel

20 20 26 28 32 34 35

Institut de théologie et d’éthique  Théologie Éthique Diaconie Pour une théologie à travers le dialogue Autres activités Personnel

38 38 39 41 42 45 46

Publications de la FEPS

47

Communication Bulletins 2008 Personnel Communiqués de presse 2008 Une journée dédiée à Johannes C.

50 51 51 52 54

Services centraux 58 Personnel 59 Les traces – À propos de la rénovation du bâtiment en 2008 60 Comptes 2008

62

Statistique des actes ecclésiastiques 2007

63

Délégations et commissions 

64

Relations

66


AVANT-PROPOS

Avant-propos

Protection de la vie, assistance, ­autonomie La FEPS met en discussion publique au niveau national des réflexions et des positions selon la vision protestante. Elles suscitent un grand intérêt, comme nous le voyons actuellement dans les questions autour de l’accompagnement des mourants, de l’euthanasie et de l’assistance au ­suicide. Le Conseil de la FEPS s’était exprimé tôt sur cette thématique complexe, en publiant « Vivre la mort » dans la collection FEPS-Position. Ce document s’appuie sur trois principes éthiques : la protection de la vie, l’assistance solidaire et l’autonomie de la personne. Ces principes, qui ont tous trois leur valeur et doivent être placés en relation réciproque, nous guident dès lors qu’il s’agit de prendre des décisions concernant la fin de vie. Lors de chacune de ces décisions, ce qui est prioritaire c’est l’être humain concret et le respect de sa situation individuelle au terme de sa vie. La protection de la vie est la tâche fondamentale d’une so­ciété caractérisée par le sentiment d’humanité, cela consiste à permettre et à entretenir la vie pour tous. Mais, face aux possibilités actuelles de la médecine, des questions de plus en plus angoissantes surgissent dans ce contexte : « L’être humain a-t-il encore le droit de mourir ? », et encore – à l’inverse, étant donné la pratique de l’assistance au suicide – « l’être humain a-t-il encore le droit de vivre ? » Le document Position de la FEPS est pour l’accompagnement des mourants grâce à des soins palliatifs, accompagnement qui doit être global et disposer de garanties juridiques. La FEPS participe activement aux efforts visant à l’instauration et au développement des soins palliatifs. Ce concept, issu de la pensée chrétienne du mouvement des Hospices, veut éviter que l’appréhension de la douleur et de la souffrance n’entraîne le mourant dans une impasse dénuée de toute perspective. L’autonomie de la personne, troisième principe éthique, respecte la décision de conscience de quelqu’un qui se trouve dans une situation déterminée. Le Code pénal suisse considère que l’aide au suicide n’est pas répréhensible lorsque cela n’a pas pour objectif de satisfaire à un intérêt particulier. Ce qui signifie qu’une assistance au suicide motivée par la pitié ou l’amitié, dans le contexte d’une situation humaine désespérée, ne doit pas faire l’objet de poursuites judiciaires. Mais aujourd’hui, l’assistance au suicide organisée de façon professionnelle n’a plus rien à voir avec cela. Elle accentue au contraire le caractère explosif du sujet. Et nous voici confrontés à une autre question : « La personne malade et mourante a-t-elle encore le droit de vivre sa mort ? » Aussi, lors de l’audition de la Commission des affaires juridiques du Conseil national, et de celles qui ont eu lieu au Département fédéral de Justice et Police, la FEPS a-t-elle soutenu l’idée que les organisations d’assistance au suicide devraient être soumises à un contrôle strict, transparent et susceptible de sanctions juridiques. Et elle soumet à cette fin des propositions allant dans ce sens en vue d’une formulation nouvelle du Code pénal.  Thomas Wipf, président du Conseil






STRUCTURE

Structure de la FEPS État au 15 janvier 2009

26 Églises membres

Bureau de l’AD Didier Halter (président) Theres Meierhofer-Lauffer (vice-présidente) Verena Enzler (vice-présidente)

Assemblée des délégués 70 délégués des Églises membres 4 représentants des Conférences, sans droit de vote

Conférences de la FEPS

Theo Schaad (secrétaire) Commission d’examen de la gestion

Conférence de diaconie

Antoine Reymond (président)

Konrad Meyer (président)

Pia Grossholz-Fahrni

Conférence Femmes

Regula Kummer

Sabine Scheuter-Perret (présidente)

Margrit Schneider-Schardt Elisabeth Wyss-Jenny Commission de la nommination Claudia Bandixen-Widmer (présidente) Henri Chabloz Daniel Reuter

Conseil de la FEPS 9 membres Présidence à plein temps Thomas Wipf (président) Silvia Pfeiffer (vice-présidente) Irène Reday (vice-présidente) Lucien Boder Helen Gucker-Vontobel Karl Kohli Kristin Rossier Buri Peter Schmid Urs Zimmermann

Secrétariat Theo Schaad (directeur du Secrétariat) Serge Fornerod Christina Tuor-Kurth Simon Weber


LES ÉGLISES MEMBRES

Les Églises membres de la Fédération des Églises ­protestantes de Suisse Evangelisch-reformierte Kirche des Kantons St. Gallen

Evangelisch-Reformierte Landeskirche beider Appenzell

Evangelisch-reformierte Kirche Kanton Schaffhausen

Reformierte Kirche Baselland

Evangelisch-reformierte Kantonalkirche Schwyz

Evangelisch-Reformierte Kirche Kanton Solothurn

Reformierte Kirchen Bern-Jura-Solothurn / Églises réformées Berne-Jura-Soleure

Chiesa Evangelica Riformata nel Cantone Ticino

Evangelisch-reformierte Kirche des Kantons Freiburg / Église Évangélique Réformée du canton de Fribourg

Église Protestante de Genève

Evangelisch-Reformierte Landeskirche des Kantons Glarus

Evangelische Landeskirche Graubünden

Église Évangélique Réformée du canton de Vaud

Evangelisch-reformierte Kirche des Wallis / Église réformée Évangélique du Valais

Reformierte Kirche Kanton Luzern

Église réformée évangélique du canton de Neuchâtel

Evangelisch-Reformierte Kirche Nidwalden

Evangelisch-Reformierte Kirche Obwalden

Reformierte Kirche Kanton Zug

Église Évangélique Libre de Genève

Église Évangélique Méthodiste en Suisse






L'ASSEMBLÉE DES DÉLÉGUÉS

L’Assemblée des délégués AD L’Assemblée des délégués AD est le Parlement (légis­ latif) de la FEPS. Elle siège deux fois l’an, en juin en tant qu’invitée d’une Église membre et en novembre à Berne. Les Églises membres y sont représentées par septante délégués et la Conférence de diaconie, ainsi que la Conférence Femmes chacune par deux délégués ayant droit de parole et de motion. L’Assemblée des délégués élit le présidium et les membres du Conseil, approuve le rapport annuel et les comptes annuels et vote le budget. Elle peut donner mandat au Conseil par voie de motions et de postulats, exiger des informations au travers d’interpellations et exprimer, dans des résolutions, sa position sur des questions d’actua­lité.

AD d’été (du 15 au 17 juin 2008)

Pour l’AD d’été, les délégués se sont rendus à Bellinzone, à l’invitation de la Chiesa Evangelica Riformata nel Ticino. L’assemblée a eu lieu dans la grande salle du palais du gou­ vernement. Elle a célébré le dimanche un culte avec Cène en quatre langues et a été l’invitée d’une soirée tessinoise au Castelgrande, château inscrit au patrimoine mondial de ­l’humanité. La confrontation avec le statut des minorités dans la diaspora a donné un caractère particulier à cette AD. Les conférences du conseiller aux États Dick Marty et du professeur Antonio Loprieno, recteur de l’Université de Bâle, y ont aussi contribué. L’Église tessinoise, les autorités can­ tonales et la Comunità evangelica riformata de Bellinzone méritent de chaleureux remerciements. Ce sont principalement les affaires statutaires qui ont été traitées à Bellinzone, notamment le rapport annuel et les comptes annuels 2007, les élections à la commission de nomination, ainsi que la fixation des différents budgets pour 2009. Comme aucune nouvelle intervention n’avait été adressée et qu’il n’y avait pas d’affaires thématiques à l’ordre du jour, les délégués ont eu suffisamment de temps pour s’exprimer sur le travail de la FEPS dans le cadre de la dis­ cussion sur le rapport annuel 2007 et pour évoquer leurs questions et préoccupations. Les allocutions se sont concen­ trées sur la révision de la Constitution, la prise de position du Conseil sur les votations fédérales, la réforme de l’éduca­ tion, l’aumônerie militaire et les publications de la FEPS. Les comptes annuels 2007, avec un modeste excédent de dé­­ penses de CHF 9535.−, ont été approuvés sans discussion à la demande de la commission d’examen de gestion. À côté de la fondation Fondia, Pain pour le prochain (PPP) et l’Entraide Protestante Suisse (EPER) ont aussi pré­ senté leurs rapports de gestion et leurs comptes annuels dont les délégués ont pris connaissance. Les Églises ­membres ont expressément sommé les responsables de l’EPER de continuer à se positionner en tant qu’œuvre d’entraide des Églises évangéliques dans l’orientation stratégique de leurs campagnes. Inscrite à l’ordre du jour comme point urgent, l’élection de Roland Decorvet au Conseil de fondation de l’EPER a passé sans discussion. Elle a toutefois soulevé des vagues rétrospectivement dans les Églises membres et dans les médias. AD d’automne (les 3 et 4 novembre 2008)

L’AD d’automne s’est tenue à l’Hôtel de Ville de Berne. Elle a élu au Conseil le pasteur Lucien Boder, conseiller syno­ dal des Églises réformées Berne-Jura-Soleure à la place du conseiller sortant, le pasteur Ruedi Heinzer. Les délégués ont nommé le pasteur Didier Halter (VS) au poste de prési­ dent de l’Assemblée des délégués. Les juristes Theres Meier­


L'ASSEMBLÉE DES DÉLÉGUÉS

L’Assemblée des délégués dans la salle du Grand Conseil tessinois à Bellinzone.

hofer-Lauffer (OW) et Verena Enzler (SO) ont été élues à la vice-présidence. Le document présenté par le Conseil sur les compétences des œuvres et organisations de mission et sur la mission centrale de l’Église a été vivement controversé. Avant l’AD, PPP, l’EPER et mission 21 avaient déjà critiqué le fait que ce document ne leur avait pas été soumis pour prise de position avant sa présentation. Cette circonstance a pro­ voqué un débat de principe entre les délégués sur la ques­ tion suivante : fallait-il ou non prendre connaissance du rapport dans la version présente ou le renvoyer au Conseil sans autre discussion, afin qu’il puisse rattraper son omis­ sion? Après plusieurs votes, le projet a été renvoyé au Conseil à une faible majorité pour une refonte en profondeur en collaboration avec les œuvres et mission 21. En lien avec le traitement du budget 2009 et du plan financier, l’Assemblée des délégués a appelé le Conseil à écouter les appels à ­l’épargne des Églises membres et à présenter des variantes

du plan financier qui tiennent compte de la baisse de capa­ cité financière des Églises cantonales. Dans son exposé thé­ matique, l’ambassadeur Paul Widmer a évoqué la stratégie du Conseil de l’Europe pour le dialogue interculturel et l’im­ portance de sa dimension interreligieuse.

Interventions transférées (d’après le Règlement de l’Assemblée des délégués, art. 53)

Une intervention est actuellement en souffrance et en cours de traitement: Motion des Églises du Nord-Ouest de la Suisse concer­ nant l’avenir de l’Entraide Protestante Suisse (EPER) et de Pain pour le prochain (PPP), transférée de l’AD de l’été 2004.




10

LE CONSEIL

Kristin Rossier Buri, Urs Zimmermann, Silvia Pfeiffer (vice-présidente), Lucien Boder, Thomas Wipf (président), Peter Schmid, Irène Reday (vice-présidente), Theo Schaad (directeur du Secrétariat), Helen Gucker-Vontobel, Karl Kohli


LE CONSEIL

Le Conseil En sa qualité d’organe stratégique et d’autorité exécutive de la FEPS, le Conseil s’occupe des mandats qui lui sont attribués par la Constitution et par les décisions de l’Assemblée des délégués. Il observe les évolutions au sein de la société et dans l’Église et traite des sujets significatifs pour l’avenir de l’Église. Il fixe les objectifs de la législature, charge le Secrétariat du suivi des ­dossiers et de l’exécution des projets.

Défis

Le Conseil s’est réuni pour onze séances, dont une re­traite. Il a traité les mandats qui lui sont donnés par la Constitution et l’Assemblée des délégués. Le Conseil a pu constater que beaucoup de choses sont en mouvement dans les ­Églises. Les législations ecclésiastiques cantonales sont remaniées à dif­ férents endroits. Les Églises membres révisent par ailleurs leurs constitutions respectives. Le programme national de recherche 58 «Religions en Suisse» compte «étudier scienti­ fiquement» les modifications du paysage religieux en Suisse «et fournir des résultats exploitables pour les autorités, la sphère politique, les écoles et les collectivités religieuses». En raison de l’évolution démographique et de la situation économique incertaine, il faut repenser l’avenir financier des Églises. Sans compter que la situation juridique des ­Églises nationales est remise en question ici et là. En même temps, on constate que les milieux politiques et les gouver­ nements sont davantage à la recherche de points de repères éthiques et que, face à l’influence de plus en plus forte d’autres cultures, ils s’interrogent sur les valeurs de l’héri­ tage chrétien qui ont marqué notre pays. Rapport prospectif

Beaucoup de ces défis se reflètent dans le projet intitulé «rapport prospectif en tant que base décisionnelle pour la révision de la Constitution de la FEPS». Un groupe de projet est à pied d’œuvre. Il est accompagné par un chargé de pro­ jet externe. L’Observatoire des religions en Suisse de l’Uni­ versité de Lausanne effectue une analyse de l’environne­ ment qui présente systématiquement les modifications à venir pour les Églises. Le chargé de projet planche quant à lui sur une analyse de l’organisation illustrant les forces et les faiblesses des formes de collaboration actuelles. Le rap­ port prospectif en cours d’élaboration sera soumis à la réflexion d’un groupe d’accompagnement composé de per­ sonnalités de l’Église, de la sphère politique et de la culture. Il sera soumis à l’Assemblée des délégués en automne 2010. Les Églises membres seront associées au projet. Églises membres et œcuménisme

À côté de l’assemblée des délégués, c’est à la Conférence des présidences des Églises que le Conseil cultive les contacts avec les Églises membres. En tant que rencontre entre les présidentes et présidents des Conseils synodaux et des Conseils d’ Église et le président du Conseil de la FEPS, cette conférence sert à échanger des expériences et à aborder les nouvelles questions qui se posent pour les Églises. La retraite effectuée début décembre avec la Conférence des évêques suisses a conféré un accent particulier aux rela­ tions œcuméniques. Il est apparu au travers des discussions

11


12

LE CONSEIL

et allocutions de principe sur l’essence de l’Église qu’il est devenu plus difficile de dialoguer sur des questions fonda­ mentales. La question qui se pose est plutôt celle de savoir comment l’œcuménisme peut aussi être vécu dans le do­­ maine pastoral, avec les directives de l’Église. Le paysage religieux en pleine mutation de la Suisse ­trouve notamment son illustration dans l’activité du Conseil suisse des religions qui regroupe certains membres fonda­ teurs de la FEPS. À travers le contact avec la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l’instruction publique (CDIP), il a été possible de donner une place à la branche religion dans «l’accord intercantonal sur l’harmonisation de l’école obligatoire» (HarmoS). Le Conseil des religions insti­ tutionnalise son travail en créant un secrétariat à 30%, avec la participation de la FEPS. Divers

La collaboration structurelle avec l’EPER et PPP est bien rodée. On cherche par contre à institutionnaliser les liens avec les organisations de mission. Pour les conventions cadres et contrats de prestation, il s’agit de trouver une solu­ tion illustrant aussi l’unité de l’Église et de la mission sur le plan de l’organisation. Des argumentaires ont été produits à propos de deux ini­ tiatives populaires fédérales. Le Conseil a constaté que l’ini­ tiative contre la construction de minarets aggrave les pro­ blèmes qu’elle prétend résoudre. L’initiative pour la protec­ tion contre la violence des armes aborde en revanche un thème que les Églises se sont appropriées avec la Décennie contre la violence du Conseil œcuménique des Églises. Avec le troisième argumentaire, les Églises ont mis un nouvel accent sur la politique de réimplantation des réfu­ giés. La situation financière des Églises membres a été signa­ lée au Conseil avec insistance lors de l’assemblée des délé­ gués d’automne. Le mandat d’élaborer pour le plan financier 2011–2014 une variante prévoyant une diminution des coti­ sations de membres appelle à poursuivre les réflexions de principe sur la répartition des tâches dans le protestantisme suisse.


CONTACTS

Contacts nationaux, internationaux et œcuméniques

1.5.

Du président du Conseil ou des membres du Conseil

1.–4.5.

28.12.–1.1. 30e rencontre européenne des jeunes de la

5.–6.5.

Communauté de Taizé à Genève. 9.1. Entretien professionnel avec le Présidium de la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l’instruction publique (CDIP) à Berne. 11.1. Conseil suisse des religions (SCR) à Berne. 19.1. 20e Journée de l’Europe de l’Est de l’Entraide Protestante Suisse (EPER) sur le thème «L’Eu­ rope après le tournant, un virage vers l’Eu­ rope?» à Berne, allocution. 22.1. Chapitre pastoral de Dietikon ZH, conférence. 24.–26.1. Open Forum Davos. 26.1. Investiture de l’Oberkirchenrat Michael Bün­ ker en tant qu’évêque de l’Église évangélique A. B. en Autriche à Vienne, allocution. 31.1.–1.2. Conseil de l’Alliance réformée mondiale (ARM) à Paris. 6.2. Paroisses réformées et catholiques romaines Kloten, conférence sur la situation économique en Suisse. 17.2. 60 ans du Conseil œcuménique des Églises (COE), culte spécial à Genève, allocution. 28.2. Entretien professionnel avec le président de la Confédération Pascal Couchepin, chef du Dé­­ partement fédéral de l’Intérieur (DFI) à Berne. 16.3. Culte festif de l’EPER à Zurich, allocution. 4.4. 175 ans de la Faculté de théologie de l’Univer­ sité de Zurich à Zurich. 8.4. Conférence du Conseil de l’Europe sur le thème «La religion dans le dialogue interculturel» à Strasbourg. 15.–16.4. Conférence sur le thème «Jerusalem – Open City» à l’Institut Lasalle d’Edlibach. 24.4. Audition de la Commission des affaires juri­ diques du Conseil national sur le thème de l’euthanasie à Berne. 25.4. Rencontre professionnelle avec une délégation de la Conférence des évêques suisses (CES) à Berne. 29.4. Entretien avec une délégation de l’Église néoapostolique suisse (NAK) à Berne. 30.4. Assemblée des délégués de la Fédération suisse des communautés israélites (FSCI) à La Chauxde-Fonds, allocution pour le départ du prési­ dent Alfred Donath.

6.6.

7.6. 13.–15.6. 19.5. 20.5. 21.5.

22.5. 23.–24.5. 27.5.

28.5. 30.5. 30.–31.5. 4.6.

6.6.

6.6.

12.6.

 ête pour la réouverture de la maison rénovée F et pour le changement de nom du «Kloster Kappel», à Kappel am Albis, allocution. Synode national de l’Église Réformée de France (ERF) à Toulouse, allocution. Conférence des Églises riveraines du Rhin (KKR), constitution en tant que groupe régio­ nal de la Communion d’Églises protestantes en Europe (CEPE) à Strasbourg. Fête pour le 150e anniversaire de l’installation des premiers pasteurs réformés en Valais à Sion, conférence. Réception à l’occasion du 60e anniversaire de l’indépendance de l’État d’Israël à Berne. Présidium de la Conférence Églises europé­ ennes (CEC) à Bruxelles. Table ronde «Église et économie» à Zurich. Conseil suisse des religions (SCR) à Berne. Journée théologique du stage de formation technique A pour l’aumônerie militaire au ­Bouveret, conférence. Assemblée des délégués «Nouvelle Société Hel­ vétique» à Berne, conférence. Synode national de l’Église catholique chré­ tienne de Suisse (CKS) à Macolin, allocution. Match de football du FC Conseil national – FC Religions en prélude à l’Euro 08 à Berne, allocu­ tion. Lancement de «reformiert.» à Lenzburg, allo­ cution. Assemblée des délégués de la Société biblique suisse à Bâle, allocution. Conseil de la Communion d’Églises protes­ tantes en Europe (CEPE) à Paris. Entretien professionnel avec une délégation de l’Alliance des Églises évangéliques-luthé­riennes en Suisse et dans la principauté du Liechten­ stein (BELK) à Berne. Chambre pour la théologie de l’Evangelische Kirche in Deutschland (EKD) à Hannovre, conférence. Cérémonie pour la nomination de l’aumônier militaire du Département fédéral de la Défense, de la Protection de la population et des Sports (SSPS) à Spiez, allocution. Cérémonie en l’honneur de l’ancien évêque auxiliaire Peter Henrici à Coire, allocution.

13


14

CONTACTS

 ntretien avec des délégations du Verband E Evangelischer Freikirchen und Gemeinden in der Schweiz (VFG), de l’Alliance évangélique suisse (AES) et du Réseau évangélique à Berne. 20.6. Symposium international de Pain pour le pro­ chain (PPP) et Action de carême sur les réper­ cussions du changement climatique dans les pays du Sud à Berne, conférence. 21.6. Symposium de mission 21 «Communauté internationale d’apprentissage» à Bâle, allocu­ tion. 22.6. Culte festif de la mission à Bâle, allocution. 21.–28.6. Assemblée générale de l’Église presbytérienne des États-Unis d’Amérique (PCUSA) à San José, CA, conférence. 10.7. Entretien avec une délégation de l’Église évan­ gélique en Rhénanie (EKiR) à Zurich. 15.–16.8. Présidium de la Communion d’Églises protes­ tantes en Europe (CEPE) à Vienne. 29.8. Conseil suisse des religions (SCR) à Zurich. 29.8. Cérémonie d’ouverture du credo 08 de l’Église évangélique-réformée Bâle-Ville à Bâle, confé­ rence. 8.9. Vernissage du livre «Adolf Keller (1872–1963), Pionier der ökumenischen Bewegung» à Zu­­ rich, allocution. 10.–14.9. Conférence internationale des théologiens «Promised Land» à Berne, allocution. 15.9. Entretien professionnel avec le présidium de la Conférence centrale catholique romaine (RKZ) à Zurich. 16.9. Entretien professionnel avec une délégation de l’Alliance évangélique suisse (AES) à Berne. 18.–19.9. Conférence de la Fédération internationale protestante de l’enseignement Diversity shapes Europe’s Future à Berlin. 6.–11.10. Comité central de la Conférence des Églises européennes (CEC) à Larnaca, Chypre. 10.–12.10. Séance de travail avec le présidium de l’Allian­ ce réformée mondiale (ARM) et du Comité de patronage calvin09 à Berne. 28.10. «Nouvelle Société Helvétique» à Genève, confé­ rence. 30.–31.10. Conférence de l’Evangelische Kirche in Deutsch­ land (EKD) à Hanovre, conférence. 2.11. Cérémonie d’inauguration de l’année commé­ morative calvin09 à Genève, conférence. 2.–6.11. Synode de l’Evangelische Kirche in Deutsch­land (EKD) à Brême, allocution. 20.6.

6.11.

6.11.

8.11.

21.–23.11.

21.–23.11.

25.11. 25.11. 26.11. 27.11.

2.–3.12. 3.–4.12.

9.12.

10.12.

11.12. 12.–14.12. 14.–15.12.

 ntretien avec le président de la Confédération E Pascal Couchepin, chef du Département fédéral de l’Intérieur (DFI) à Berne. Congrès de l’Église évangélique-réformée du canton de Schaffhouse sur la position de la FEPS «Consécration selon le point de vue réfor­ mé» à Schaffhouse, conférence. Culte d’institution pour José Marti, nouveau président du Conseil synodal de l’Église évan­ gélique-réformée du Valais à Sion, allocution. Festivités pour les 90 ans de l’Église évangé­ lique des frères de Bohême (EKBB) à Prague, allocution. Congrès sur l’avenir de l’Arbeitsgemeinschaft der Evangelischen Jugend in Deutschland à Bad Herrenalb. Conseil suisse des religions (SCR) à Berne. «Nouvelle Société Helvétique» à Winterthour, conférence. Tour de table «Église et économie» à Zurich. Aumônerie œcuménique à l’Université et dans les hautes écoles de Lucerne, entretien «L’œcu­ ménisme au banc d’essai – du point de vue de l’Église réformée». Retraite de la Conférence des évêques suisses (CES) et du Conseil de la FEPS à Zäziwil. Journée nationale annuelle et de consensus 2008 de palliative.ch à Bienne, participation à la table ronde. Entretien avec une délégation de la Commu­ nauté protestante suisse de travail Église et Agriculture (SRAKLA) à Berne. Entretien avec des délégations du Verband Evangelischer Freikirchen und Gemeinden in der Schweiz (VFG), de l’Alliance évangélique suisse (AES) et du Réseau évangélique à Berne. Entretien professionnel Aumônerie de l’armée du DDPS – autorités ecclésiastiques à Berne. Symposium à l’occasion du 40e anniversaire de la mort de Karl Barth à Bâle, allocution. Présidium de la Communion d’Églises protes­ tantes en Europe (CEPE) à Vienne.


LA DIRECTION

La Direction

Programme de travail

Sur la base du budget, il a été possible de tabler pour 2008 sur les mêmes ressources humaines. Le programme de tra­ vail élaboré englobe les dossiers et projets en cours et sert de planification de travail pour les départements. Finances: budget et comptes annuels

La Direction coordonne le travail du Secrétariat, reçoit du Conseil les tâches à accomplir et les distribue aux départements. Elle discute le développement du travail au Secrétariat et adopte le budget, ainsi que le rapport annuel et le programme de travail à l’intention du Conseil. La Direction se compose des responsables de départements et de services. Elle est présidée par le directeur. Le président du Conseil participe aux discussions de fond. La Direction siège en général une fois par mois.

La FEPS est financée par ses Églises. La cotisation des membres est fixée par un budget qui est ensuite reporté sur les Églises membres conformément à une clé de répartition décidée par l’AD. Depuis plusieurs années, le plan financier a tablé sur des cotisations de membres constantes en tenant compte du renchérissement. Des projets spéciaux limités dans le temps ont provoqué des hausses temporaires. Face à l’évolution financière incertaine des Églises membres, l’AD a chargé le Conseil d’élaborer une variante avec des cotisations de ­membres décroissantes pour le prochain plan financier. Les dépenses de la FEPS recouvrent deux grands do­­ maines. D’une part les contributions que la FEPS verse à des organisations nationales et internationales sur mandat de ses Églises (ARM, CEPE, KEK, COE, droits d’auteur, etc.). Ces contributions représentent environ un tiers des dépenses. D’autre part, les frais d’exploitation du Secrétariat et du Conseil constitués pour deux tiers de charges salariales et pour un tiers de frais d’exploitation à proprement parler (cf. p. 62).

1 Theo Schaad, pasteur

Directeur du Secrétariat et des Services centraux 2 Serge Fornerod, pasteur, MPA

Directeur du département Églises en relation 1

2

3 ChristinaTuor-Kurth, docteure en théologie, privat-docent

Directrice de l’Institut de théologie et d’éthique 4 Simon Weber, pasteur

Directeur de la Communication 3

4

15


16

ORGANIGRAMME DU SECRÉTARIAT

Organigramme du Secrétariat État au 15 janvier 2009

Conseil de Direction

Serge Fornerod Directeur du département Églises en relation

Christina Tuor-Kurth Directrice de l’Institut de théologie et d’éthique

Thomas Wipf Président du Conseil

Theo Schaad Directeur du Secrétariat

Simon Weber Directeur de la Communication

Markus Sahli (70%)

Beatrice Bienz (30%)

Collaborateur personnel du président

Secrétariat de l’Assemblée des délégués

Beatrice Bienz (70%) Assistante administrative du président

Helene Meyerhans (60%) Assistante administrative du Conseil

Eva Wernly (70%) Assistante administrative du directeur du Secrétariat

Theo Schaad Directeur des Services centraux


ORGANIGRAMME DU SECRÉTARIAT 17

Églises en relation Elisabeth Balmer (80%) Adjointe administrative Annemarie Bieri (80%) Assistante scientifique Jonathan Bucher (50 %) Assistant du projet calvin09

Martin Hirzel Chargé de l’œcuménisme et des communautés religieuses Matthias Hügli (90%) Chargé des relations ecclésiales en Suisse et à l’étranger

Carla Maurer Chargée de la FEPS auprès de la Commission Église et société de la Conférence des Églises européennes (KEK) à Strasbourg Christine Messer (40%) Adjointe administrative Markus Sahli (50 %) Chargé des relations ecclésiales en Suisse (jusqu’au 31.12.2008)

Théologie et éthique Hella Hoppe (60%) Chargée des questions économiques

Simon Röthlisberger (60%) Chargé des questions de migration

Jacques-Antoine von Allmen (60%) Chargé des questions théologiques

Michèle Laubscher (70%) Adjointe administrative

Otto Schäfer (80%) Chargé des questions théologiques et éthiques

Brigitte Wegmüller (90%) Assistante administrative de la ­directrice ITE

Anja Scheuzger (70%) Adjointe administrative

Matthias Wüthrich (60%) Chargé des questions théologiques

Frank Mathwig Chargé des questions théologiques et éthiques

Communica­tion Thomas Flügge (60%) Chargé des relations publiques

André Röthlisberger (20%) Assistant web

Monica Jeggli (80%) Journaliste / Rédactrice

Monika von Grünigen (70%) Assistante administrative du ­directeur de la Communication

Services centraux Jacqueline Blaser (60%)

Mirjam Schwery (60%)

Assistante administrative de la réception

Réceptionniste

Christine Maurer (80%) Réceptionniste

Christian Straumann (80%) Chargé de la planification financière, du personnel et de l’informatique

L’organigramme actuel est disponible sur www.sek-feps.ch/fr/qui-sommes-nous.

Jacqueline Tschumi (60%) Aide-comptable Cécile Uhlmann (80%) Responsable de la comptabilité

Christian Vandersee (90%) Chargé des relations extérieures, des œuvres et organisations missionnaires Vacante Assistante administrative Vacante Chargé des relations ecclésiales en Suisse

Vacante Chargée des questions d’éthique sociale


{Cultiver nos } PARTAGES Les mains que nous nous tendons les uns aux autres nous prĂŠservent du risque d'avoir raison tout seuls.


20

ÉGLISES EN RELATION

Églises en relation Le département Églises en relation soigne les relations avec les Églises membres, les Églises partenaires en Suisse et à l’étranger, les organisations et alliances confessionnelles et œcuméniques régionales et mondiales, la communauté juive et d’autres communautés religieuses, ainsi que les œuvres et organisations de mission.

Relations ecclésiales en Suisse Relations avec les Églises membres Conférence des présidences des Églises

Fin 2007, l’ancienne Conférence des directions d’Églises avait décidé de se transformer en une Conférence des prési­ dences des Églises (CPE). D’après le nouveau concept, la fina­ lité principale de cet organe consiste à offrir une plateforme pour le contact direct entre les présidences et avec les prési­ dents de la FEPS. Les principaux objectifs sont l’échange personnel et la formation de l’opinion des responsables sur les évolutions dans l’Église, l’œcuménisme, la société et le monde politique. Sous cette nouvelle forme, la CPE s’est réu­ nie à quatre reprises en 2008: Première rencontre: le 8 février 2008 Deux thèmes principaux ont marqué la première ren­ contre: les affaires internes à l’Église ayant été davantage médiatisées ces dernières années, les présidences des ­Églises ont posé la question des répercussions possibles de ce débat public. Afin que les représentants de l’Église réformée ­tiennent le même langage, ils ont convenu de s’informer mutuellement de façon plus conséquente sur les évolutions et les entretiens œcuméniques. Il faut aussi débattre, dans le cadre de l’harmonisation des programmes d’enseignement en Suisse (HarmoS), de l’importance future de l’enseigne­ ment religieux à l’école obligatoire. Les présidences des ­Églises approuvent majoritairement un engagement com­ mun des trois Églises nationales vis-à-vis de la Conférence des directeurs cantonaux de l’instruction publique (CDIP), afin d’obtenir une «fenêtre» pour l’enseignement confessionnel œcuménique de la religion à l’école obligatoire, sans toutefois uniformiser les différents modèles de collaboration entre Église et État dans le domaine de l’enseignement religieux. Deuxième rencontre: le 16 mai 2008 La deuxième rencontre a porté en grande partie sur la complexité de l’organisation financière dans le protestan­ tisme suisse qu’un groupe de travail doit analyser plus pré­ cisément. De nouvelles évolutions se dessinent par ailleurs dans la discussion sur le rapport entre l’Église et l’État, ainsi que dans la liberté de religion corporative. Les présidences des Églises ont convenu de continuer à suivre activement ces thèmes d’un point de vue spécifiquement réformé. Dans le but d’une anticipation du problème à plus long terme, il a été relevé que suite aux dialogues interreligieux, les Églises ne sont souvent envisagées qu’en tant que «religions». À l’avenir, il faudra veiller à ce que les Églises nationales ne soient pas assimilées à des «communautés religieuses».


ÉGLISES EN RELATION

Troisième rencontre: le 22 août 2008 Les développements de l’œcuménisme sur le plan de l’Église cantonale ont été la priorité de la première partie. Quelques participants ont rapporté que la collaboration œcuménique devient de plus en plus difficile sur place, parce que l’Église catholique romaine se replie sur son iden­ tité confessionnelle. Cela concerne par exemple les cultes œcuméniques et les offres d’aumônerie dans les hôpitaux, mais aussi le cofinancement fiable de projets œcuméniques. Dans la deuxième partie, la direction du projet a présenté le projet «FAKIR» (abréviation pour Finanzanalyse Kirchen): Analyse du financement des Églises : utilité sociale et coût des communautés religieuses en Suisse échafaudé dans le cadre du Programme national de recherche PNR 58. Les pré­ sidences d’Églises ont profité de l’occasion pour émettre des suggestions du point de vue ecclésiastique et se sont décla­ rées prêtes à soutenir le travail de recherche et à le suivre d’un œil critique. Quatrième rencontre: le 24 octobre 2008 L’échange sur la question de l’œcuménisme figurait à nouveau en tête de l’ordre du jour. Suite au jugement pro­ noncé par le Tribunal fédéral sur la désertion partielle des Églises, la discussion s’est concentrée sur les évolutions du droit suisse des Églises nationales. L’Institut de droit des reli­ gions, à Fribourg, doit clarifier sur mandat de la FEPS les répercussions que ce jugement pourrait avoir sur les Églises réformées. La clarification des relations entre la FEPS (et les Églises réformées membres) et l’Alliance évangélique suisse (AES) a également été un des thèmes de l’entretien. Une pré­ occupation commune aux présidences des Églises est notam­ ment que l’AES renonce aux affiliations collectives des paroisses évangéliques-réformées. Le phénomène de l’afflux croissant en Suisse orientale d’adeptes de la confession évangélique-luthérienne venus d’Allemagne a aussi alimen­ té la discussion. Cela soulève de nouvelles questions en lien avec le recensement des membres de l’Église dans le con­ texte de la Concorde de Leuenberg.

Relations avec les Églises libres Relations de la FEPS avec l’Association des Églises libres  et des communautés évangéliques de Suisse (VFG),  l’Alliance évangélique suisse (AES) et le Réseau évangélique

Les délégations du Conseil de la FEPS et des responsables des associations des Églises libres se rencontrent deux fois l’an pour un échange d’informations et de points de vue, généralement autour d’un thème central (voir aussi p. 39).

Dialogue bilatéral avec la Conférence mennonite suisse (CMS)

La Commission de dialogue a siégé durant sept entretiens d’une journée entière, auxquels s’est ajoutée une rencontre des délégations de la FEPS et de la CMS (voir aussi p. 39).

Œuvres et missions Commission pour les relations extérieures (CRE)

La CRE a pour mandat de coordonner les relations inter­ nationales de la FEPS, ainsi que celles des œuvres et mis­ sions. C’est pourquoi l’échange d’informations sur les pro­ grammes et contacts internationaux fait partie intégrante des trois séances annuelles, à côté des priorités thématiques. Les deux premières rencontres (17 mars et 4 juin) ont été marquées par le développement des «directives des rela­ tions extérieures de la FEPS» qui avaient été ébauchées. Il s’agissait de consolider le document à l’aide des apports des œuvres et de définir des notions. La valeur d’une stratégie clairement structurée pour les relations extérieures et d’une attribution des tâches a en principe été unanimement recon­ nue. Mais, en même temps, il est apparu tout aussi claire­ ment qu’on ne pouvait pas simplement adapter les direc­ tives aux différents principes directeurs des œuvres et mis­ sions et à leurs nouvelles stratégies. La troisième rencontre (6 novembre) a été consacrée à la planification annuelle 2009. Sur la base d’un aperçu général des résultats planifiés, on a conclu les premiers accords et déterminé les endroits où il y avait un besoin de coordination supplémentaire. Il a été question d’un possible besoin d’agir sur le thème de la «discrimination des minorités chrétiennes», mais aussi du besoin récemment apparu d’une réglementation homogène de l’envoi de bénévoles à l’Iglesia Evangélica del Rio de la Plata (IERP). Groupes d’experts pour différentes régions du monde (PEX)

Dans le cadre des structures de collaboration entre la FEPS et les œuvres et missions, les Pools of Experts (PEX) fonctionnent en tant que plates-formes d’informations. En tant qu’organes spécialisés dans certaines régions du monde, ils doivent faciliter l’échange d’expériences et la coordina­ tion des activités dans les domaines respectifs. À l’avenir, la discussion de thèmes prioritaires revêtira encore plus d’im­ portance. Les sept PEX se sont réunis une à deux fois au cours de l’année. Les spécialistes rendent compte des évolu­ tions dans leurs régions spécifiques, ainsi que des pro­ grammes spéciaux ou des visites de délégations. En Afrique du Sud et au Zimbabwe, les évolutions sont largement déter­ minées par la situation des réfugiés et par les tensions poli­ tiques qui ont engendré des conditions humanitaires pré­

21


22

ÉGLISES EN RELATION

caires, notamment à la campagne. La FEPS s’efforce d’amor­ cer pour cette région des relations partenariales entre DMéchange et mission et l’Uniting Reformed Church of South Africa (URCSA). Pour la région regroupant l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale, il a notamment été fait men­ tion de la participation à un groupe d’observateurs des élec­ tions au Togo qui soutient le processus de démocratisation du lieu. Par rapport aux pays arabes, les différentes situa­ tions où les minorités chrétiennes sont discriminées ont notamment été évoquées. Malgré l’inquiétude que cela ­suscite, il a été déconseillé d’agir dans la précipitation, car les initiatives occidentales irréfléchies comportent toujours le risque d’aggraver la situation des communautés chrétiennes concernées. Les rapports d’Amérique latine ont mentionné que quelques Églises chrétiennes traversent là-bas une crise identitaire, car l’opposition à des dictatures claires n’a plus lieu d’être et que le nombre de membres a fortement reculé. Cela concerne notamment les Église évangéliques de Río de la Plata (IERP) qui regroupent les paroisses évangéliques du triangle de pays formé par l’Argentine, l’Uruguay et le Para­ guay. L’aggravation de la crise alimentaire est le thème le plus préoccupant. Des possibilités de donner plus d’impact à la Déclaration œcuménique sur l’eau signée avec le Brésil ont en outre été évoquées. Dans l’espace asiatique, l’impor­ tance des Églises coréennes – environ 14 000 missionnaires dépêchés dans le monde – a été relevée. Comme la transmis­ sion de l’héritage réformateur a passé par les États-Unis, les contacts des Églises coréennes avec le pays d’origine du mouvement sont particulièrement importants, précisément durant l’année dédiée au 500e anniversaire de Calvin.

la FEPS ont également soumis à la discussion à l’AD de l’automne doit toutefois être remanié en y impliquant davantage les œuvres et missions. Collaboration avec les missions:  convention cadre avec contrats de prestation –  élaboration d’une solution de ­remplacement

Les priorités des organisations mission 21 et DM-échange et mission n’ont guère changé par rapport à l’année précé­ dente. C’est pourquoi les contrats de prestation 2009 ont pu être actualisés sans problème, moyennant de légères adapta­ tions, dans les limites de la convention cadre. Pour laisser suffisamment de temps à l’élaboration d’une solution de remplacement à la convention cadre périmée, l’Assemblée des délégués de la FEPS l’a prolongée jusqu’à la fin 2010. Un groupe de travail composé de représentants de la FEPS et des deux missions ont entamé, au début de l’année, les négo­ ciations sur une solution de remplacement à la convention cadre. Toutes les parties ont souligné qu’il était judicieux de renforcer les structures de collaboration et qu’il faut donc poursuivre sur cette voie avec la solution de remplacement. L’objectif visé est de renforcer la responsabilité commune dans toute la Suisse, mais aussi la transparence, le dialogue et la confiance, et d’impliquer plus étroitement les Églises cantonales. Au cours des travaux ultérieurs, il faudra déter­ miner si une forme de mandat serait susceptible de rempla­ cer les anciens contrats de prestation.

Relations œcuméniques

Collaboration avec les œuvres:  domaines d’activité et ­structures de collaboration

Communauté de travail des Églises chrétiennes en Suisse (CTEC-CH)

Suite au «Projet œuvres» (Motion Églises du Nord-Ouest Suisse, 2004), les Conseils de fondation de l’EPER et de PPP ont commencé au début de l’année à discuter directement entre eux, comme le Conseil de la FEPS le leur avait suggéré, afin de délibérer de l’avenir des deux œuvres. À l’occasion de l’AD de l’automne, ils ont informé les délégués de la FEPS de l’état intermédiaire des travaux. À partir d’une intensifica­ tion de la collaboration, ils ont minutieusement examiné les options d’une fusion ou d’une nouvelle œuvre d’entraide commune et soigneusement pesé les chances et les risques respectifs. Après une décision de principe des Conseils de fondation, la prochaine phase consisterait à mener des dis­ cussions approfondies avec tous les partenaires impliqués des œuvres. Parallèlement, la FEPS a tenté de faire avancer d’un point de vue ecclésiastique la clarification des do­maines d’activité des œuvres et des missions en s’appuyant sur le mandat de base de l’Église. Le document que les délégués de

Cette année aussi, la CTEC-CH s’est réunie à l’occasion de deux assemblées plénières. Première rencontre: le 14 mai La première assemblée a été présentée dans le rapport intermédiaire du groupe de travail «Communautés reli­ gieuses – Confédération » (cf. ci-dessous). En automne 2007, la CTEC-CH avait constitué un groupe de travail spécial dont le mandat était de s’occuper de la thématique du contact entre les communautés religieuses et la Confédération et de développer un concept de Service de communication avec les autorités fédérales. Le groupe de travail a commencé par dresser un inventaire des lieux où les Églises sont en relation avec la Confédération, des bases juridiques qui sous-tendent ces relations et des points de recoupement thématique entre la Confédération / les départements et les thèmes ecclésias­ tiques ou religieux. Ce travail de fond doit fournir des points


ÉGLISES EN RELATION

de repère sur la manière d’améliorer la collaboration entre les instances de la Confédération et des Églises membres de la CTEC-CH. La deuxième partie de l’analyse était consacrée aux relations entre la Confédération et l’Église du point de vue de la Confédération. Les informations correspondantes ont été collectées par le biais de deux auditions avec les fonc­ tionnaires fédéraux compétents. L’évaluation des deux par­ ties de l’analyse doit maintenant permettre de tirer des conclusions étayées pour le développement d’un concept de «Service de communication». Le rapport final du groupe de travail, qui devrait fournir des recommandations pour la suite des travaux, est attendu dans le courant 2009. Deuxième rencontre: le 20 octobre La deuxième rencontre était consacrée d’une part aux affaires statutaires, avec l’élection de Monseigneur Vitus Huonder au poste de président pour le mandat 2009/2010, d’autre part aux possibilités d’exploiter la coïncidence excep­ tionnelle des dates de Pâques en 2010, 2011 et 2014 dans les Églises de l’Est et de l’Ouest comme un signe d’appartenance et d’unité avec les Églises orthodoxes. Il a aussi été question du Label Oecumenica qui a maintenant été officiellement lancé par le biais d’un papillon et de la prière commune du Jeûne fédéral que la CTEC-CH met chaque année à disposi­ tion des Églises.

Commission de dialogue protestants / catholiques romains (CDPC)

La Commission de dialogue œuvre depuis 2003 à son mandat «Unité de l’Église et communauté ecclésiastique – les éléments d’une vision œcuménique». Après un premier rapport intermédiaire au début 2005 et les retours qu’il a suscités de la part des deux directions ecclésiales, le travail de la CDPC avançait au ralenti, faute de perspectives. Lors de sa première séance de cette année (mars), la commission a tiré le bilan et décidé de résumer les impressions qu’elle a recueillies dans un rapport pour poursuivre son travail. La commission a épuré ce rapport durant la séance de l’automne­ (septembre) et l’a adopté à l’intention de la FEPS et de la Conférence des évêques suisses. Elle a beaucoup insisté sur le fait que les catégories «Communauté ecclésiastique» et «Unité de l’Église» contenues dans le mandat se sont révé­ lées incapables de faire avancer la discussion œcuménique. Par contre, la CDPC propose à l’avenir de se référer davan­ tage à des documents existants comme la Charta Oecume­ nica et le document de Lima, de les approfondir et de les mettre en œuvre par étapes, de manière pragmatique et res­ ponsable du point de vue théologique. Des propositions pré­ cises pour un nouveau mandat à la CDPC sont attendues lors

de la première séance 2009. Markus Anker a succédé en cours d’année au coprésident protestant sortant, Frank Jehle. Rencontre entre le Conseil de la FEPS et la Conférence des évêques suisses (CES)

Les délégations du Conseil de la FEPS et de la Conférence des évêques suisses se sont aussi réunies cette année pour un échange d’informations ordinaire et pour la coordination des questions ecclésiastiques et des questions de politique sociale. Pour la première fois depuis 2001, un congrès de clôture des deux organes généraux a de nouveau eu lieu sur deux jours, début décembre. Après les débats œcuméniques de l’année précédente (2007), cette rencontre a donné de nouvelles impulsions à l’œcuménisme. Le congrès avait pour thème principal la conception des Églises dans la tradi­ tion catholique romaine et protestante. Sur la base de deux conférences d’introduction, les représentants des Églises ont discuté de la question suivante : « qu’est-ce qui fait que l’Église est Église ? », dans leurs perspectives respectives. Ils ont constaté aussi bien de grandes similitudes que la persis­ tance de différences fondamentales et en ont déduit des perspectives d’avenir pour l’œcuménisme. Dans ce contexte, l’engagement à l’égard de la Charta Oecumenica signée en 2005 paraît particulièrement important, comme l’ont souli­ gné les deux parties. Mais la responsabilité chrétienne com­ mune a aussi été mise en évidence, par exemple dans la défense des droits de l’homme, pour le renouvellement de la reconnaissance mutuelle du baptême (de 1973), dans la transmission et l’approfondissement de la foi, dans le traite­ ment des mariages mixtes sur le plan confessionnel ou dans les questions de politique sociale. Face à ce genre de défis futurs, la FEPS et la CES ont formulé l’intention de recher­ cher davantage, à l’avenir, l’engagement commun des deux Églises.

Relations avec les autres communautés r­ eligieuses Commission de dialogue protestants / juifs (CDPJ)

Au cours de l’année, la Commission de dialogue protes­ tants/juifs s’est entièrement occupée de terminer la Déclara­ tion commune sur les rapports entre juifs et chrétiens. Par un travail intensif, elle en a épuré le fond et la forme, puis elle a présenté le texte aux représentants de la Fédération suisse des communautés israélites (FSCI) et de la FEPS, pour délibération. Le projet de déclaration se distinguera des pré­ cédents textes par le fait qu’il ne tente pas de définir des similitudes, mais poursuit une approche de dialogue en par­

23


24

ÉGLISES EN RELATION

tant des différences. Sur cette base, il tente de prévoir, sous forme d’assertions, la direction dans laquelle il y a lieu de cheminer aujourd’hui. Pour ce qui est du contenu, les notions essentielles sont celles de «liberté», «écriture» et «responsa­ bilité». La version définitive de la Déclaration est attendue pour le second semestre 2009.

gnement harmonisés. Le Conseil des religions s’est en outre informé auprès du Département fédéral des Affaires étran­ gères (DFAE) au sujet de l’initiative de l’ONU «Alliance des civilisations» et de l’idée d’une plate-forme spécifiquement suisse. Enfin, la décision de créer un poste de secrétaire à 30% financé conjointement a été une étape décisive pour le développement ultérieur du SCR.

Conseil suisse des religions (Swiss Council of Religions, SCR)

Au cours de sa troisième année d’existence, le Conseil suisse des religions s’est réuni à l’occasion de quatre séances ordinaires. Sur le plan du personnel, il y a eu deux change­ ments au cours de cette année: le nouveau président de la Fédération suisse des communautés israélites, Herbert Win­ ter, a pris la succession du professeur Alfred Donath. La Fédération d’organisations islamiques de Suisse a été repré­ sentée par intérim par le responsable de la communication Kaldoun Dia-Eddine. L’une des tâches principales du SCR consiste, d’après son mandat, à cultiver le contact avec les autorités fédérales au sujet des questions de politique reli­ gieuse. Deux rencontres officielles avec le chef du Départe­ ment fédéral de l’Intérieur (DFI), le conseiller fédéral Pascal Couchepin, figuraient par conséquent au programme. Après un premier échange de ce genre entre le SCR et le DFI en 2007, ces rencontres ont semblé évoluer vers une plateforme de discussion fixe, appréciée de part et d’autre. De fait, les rencontres ont ainsi revêtu en premier lieu la fonc­ tion de service d’assistance pour les Églises et les commu­ nautés religieuses auprès de la Confédération. Durant cette année, la discussion a principalement porté sur des ques­ tions relatives à l’initiative sur les minarets et sur la coordi­ nation interne à la Confédération, des thèmes touchant la politique religieuse. Un jugement du Tribunal fédéral sur les cours de natation a aussi soulevé la question de principe suivante : quels sont, dans notre pays, les instances qui ­tranchent les questions de politique religieuse et de liberté de religion ? L’attitude du Conseil fédéral vise des solutions aussi pragmatiques que possible plutôt que des réglementa­ tions de principe. Au sein du SCR, quatre thèmes principaux ont retenu l’attention au cours de l’année: à l’occasion de l’initiative populaire «Contre la construction de minarets», il y a eu d’un côté un débat intensif sur une prise de position commune, de l’autre une discussion sur des possibilités de prendre des mesures préventives, susceptibles d’inspirer confiance au grand public. Dans le contexte du «Projet Har­ moS» (harmonisation de la scolarité obligatoire), le SCR a délibéré des préoccupations communes soulevées par une éventuelle branche «enseignement religieux». Il a demandé à la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l’instruc­ tion publique (CDIP) d’examiner soigneusement la question de l’enseignement religieux dans les programmes d’ensei­

Communauté de travail interreligieuse en Suisse  (IRAS-COTIS)

La collaboration de la FEPS avec IRAS-COTIS s’est concentrée sur la «Semaine des religions» (du 2 au 8 no­­ vembre 2008) initiée en 2007. Un groupe de pilotage de la FEPS y était représenté. La Semaine des religions, coordon­ née sur le plan national par IRAS-COTIS, sert de plate-forme de rencontre entre adeptes de différentes religions. Les ­quelque cent septante manifestations organisées dans soixante villes et communes de toute la Suisse allaient des événements culturels aux prières interreligieuses, en pas­ sant par des concerts et visites mutuelles. Dans une société de plus en plus pluraliste, le potentiel unificateur des reli­ gions est ainsi mis en avant. Travail de la FEPS en lien avec l’islam

Argumentaire et audition sur l’initiative «Contre la construc­ tion de minarets» À l’occasion du dépôt de l’initiative populaire «Contre la construction de minarets», la FEPS a rédigé durant l’été un argumentaire intitulé «Entre clocher et minaret». Le texte s’occupe de la toile de fond de l’initiative, de la situation juridique, de la cohabitation dans une société caractérisée par la pluralité culturelle et religieuse et constate, du point de vue ecclésiastique, que l’initiative sur les minarets est une tentative maladroite de répondre aux défis propres à une société pluraliste. Lors d’une audition destinée aux repré­ sentants des Églises membres, l’initiative populaire et les affirmations centrales de l’argumentaire ecclésiastique ont été expliquées en détail. Les participants ont reconnu à l’unanimité que les Églises ont un rôle important à jouer face à des questions politiques et religieuses explosives. Il s’agit de mener un dialogue critique à partir d’une attitude de foi ouverte et convaincue (voir aussi p. 41). Congrès des délégués de l’islam À l’invitation de la FEPS, les délégués de l’islam des ­Églises cantonales se sont réunis à deux reprises (mai et no­­ vembre) au cours de l’année. À l’occasion de la première ­rencontre, l’organe s’est principalement occupé de la lettre ouverte (2007) de cent trente-huit dignitaires islamiques A Common Word between Us and You et des réactions à cette


ÉGLISES EN RELATION

importante proposition de dialogue, recueillies pour l’instant­ de l’œcuménisme chrétien. L’après-midi a été consacré à la visite de la mosquée située dans un quartier multiculturel de Lucerne et à un entretien avec l’imam du lieu. Cette mos­ quée a adopté un modèle d’intégration nouveau pour la Suisse: elle est ouverte à des croyants de différentes origines ethniques et la prière du vendredi est en allemand. Le thème principal de la deuxième rencontre a été le travail du Conseil œcuménique des Églises (COE) dans le domaine des rela­ tions entre chrétiens et musulmans. Le responsable du pro­ gramme du COE a présenté les projets de dialogue en cours, notamment ceux qui avaient été initiés par la lettre ouverte des cent trente-huit dignitaires islamiques. Il a en outre rendu compte de la branche d’activités du COE intitulée Accompanying Churches in Situation of Conflict, ce qui a ­suscité une vive discussion sur les possibilités des Églises suisses de vivre leur solidarité avec les chrétiens du ProcheOrient.

Diverses relations Groupes de coordination des paroisses coréennes

Après un long processus de clarification, la convention de collaboration entre les Églises coréennes de Berne et de Zurich a pu être signée au cours de l’été. Elle constitue le cadre de référence pour l’embauche du nouveau pasteur KiChun Kim qui vient de la Presbyterian Church in the Repu­ blic of Korea (PROK). Les deux paroisses sont toujours sou­ tenues par l’Église évangélique-réformée du canton de Zurich, par mission 21 et par l’Église mère PROK. À long terme, le but est toutefois de les laisser indépendantes. Concernant la paroisse coréenne de Genève, un Memo­ randum of Cooperation a également pu être signé au prin­ temps. Ce document règle la coopération entre la Presbyte­ rian Church of Korea (PCK), la paroisse coréenne de Genève, DM-échange et mission et la FEPS. La convention a en outre joué un rôle important pour l’obtention du permis de travail du nouveau pasteur M. Yoo. Décennie pour vaincre la violence

Dans le cadre de la «Décennie pour vaincre la violence» (2001–2010), la FEPS assume en premier lieu une fonction de coordination et de lien vers les programmes généraux du Conseil œcuménique des Églises (COE). Au cours de l’année, deux rencontres avec les responsables cantonaux de la décennie ont ainsi eu lieu. Ceux-ci se sont mutuellement informés des activités en cours et des activités prévues. En 2008, beaucoup d’activités étaient liées au thème prioritaire du moment, à savoir la «traite des femmes / traite de l’être

humain», notamment en lien avec l’Euro 08. Pour 2009, les responsables de la décennie ont exprimé l’intention d’abor­ der le thème de l’initiative «Pour la protection contre la vio­ lence des armes», de recourir pour ce faire à l’argumentaire de la FEPS en faveur de l’initiative et d’élaborer des outils spirituels-liturgiques sur la thématique. Durant la séance de décembre, ils se sont confrontés aux premiers préparatifs du «Rassemblement œcuménique international sur la paix» prévu pour 2011 à Kingston (Jamaïque). Le COE est en train d’ébaucher une déclaration de paix qui sera soumise pour consultation aux Églises du monde entier et aux respon­ sables de la décennie dans le courant 2009. Pour préparer cette convocation à la paix, des délégations du COE effec­ tuent des visites dans plusieurs pays en proie à la violence. Ces «Living Letters» doivent renforcer les relations, expri­ mer la solidarité et donner des impulsions sur place pour vaincre la violence.

25


26

ÉGLISES EN RELATION

Église 08 – Le match FC Religions contre FC Conseil national

Les questions de religion traitées au niveau ­fédéral ou : rabbins, imams et pasteurs tous ensemble. Le lieu

Le stade de football du FC Köniz (2e ligue régionale) au Liebefeld près de Berne. Un décor imposant ? Ce n’est pas nécessaire pour l’occasion. L’événement est unique. Des représentants des religions et de la politique se me­­ surent dans le sport qui réunit des peuples. Le Conseil des religions et des parlementaires fédéraux se sont rencon­ trés. En Suisse, les questions d’Église sont l’affaire des cantons, mais les questions de religion sont traitées au niveau fédéral. C’est une évidence ce 25 mai 2008 à 19h30. Les invités

La tribune est à moitié pleine. Des membres des communautés israélites et des communautés musulmanes sont assis côte à côté avec des membres du Conseil synodal des Églises Berne-Jura-Soleure et des collaboratrices et

collaborateurs de la Fédération des Églises protestantes de Suisse. L’hôte d’honneur est l’ancien conseiller fédéral Adolf Ogi, ancien conseiller spécial du Secrétaire général de l’ONU pour le sport au service du développement et de la paix. Dans sa brève allocution (« je sais que vous voulez jouer, et non pas écouter »), il rappelle les règles claires du football. Si tout le monde, dans la politique, l’économie et la science, respectait le fair-play, nous vivrions dans un monde plus sûr, plus ordonné, un monde meilleur. Le pasteur Thomas Wipf, en sa qualité de président du Conseil des religions, souligne la force symbolique de ce match: « les Églises et communautés religieuses veulent agir ensemble et non pas les unes contre les autres. » Et le président de l’Association suisse de football, Ralph Zloczower, est visiblement heureux d’être là. L’entraînement

Deux semaines avant le match, les rabbins, imams et pasteurs du FC Religions se rencontraient pour la pre­ mière fois. Et deux heures avant le match il y a eu le deuxième entraînement. « J’ai tout de suite vu que ça marchait », dit Andy Egli, ancien joueur de l’équipe suisse et entraîneur de Super League.


ÉGLISES EN RELATION

Les équipes

Six footballeurs juifs, six footballeurs musulmans et huit footballeurs chrétiens ont été désignés pour le FC Religions. Mais qui joue où ? Qui sera no 1 au but ? Les joueurs entrent en maillot bleu-noir, saluent le public en riant et se tournent. Tous portent au dos le numéro 7. Cela rendra les choses plus simples pour le commentateur, il pourra décrire précisément chaque joueur : « Le no 7 a reçu avec élégance la passe du no 7 ». Tous égaux à l’enseigne de la perfection ? On se prend à rêver. Le FC Conseil national entre avec une formation plus forte: une conseillère nationale (PES), douze conseillers nationaux (1 PDC, 4 PES, 2 PRD, 2 PS et 3 UDC), deux conseillers aux États (UDC) et des collaborateurs des services parlementaires se partagent la tâche. Ils se réjouissent de voir le public dans les tribunes: « D’habitude il n’y a que quelques épouses et elles disparaissent la plupart du temps après un quart d’heure ». Le match

À 19h30 exactement, l’arbitre siffle le début du jeu. Les joueurs se jettent dans le feu de l’action. Les premiers buts tombent. Les remplacements sont nombreux, car les

acteurs ne sont pas tout jeunes. Aussi le temps de match est-il réduit à deux fois 35 minutes. Le résultat

6 à 1 pour le Conseil des religions. Un politicien dira plus tard : « Nous veillons d’habitude à jouer à armes égales, mais les différences d’âge étaient criantes ». Qui s’en soucie ? 7 buts – le jeu a été parfait à sa manière. Markus Sahli

27


28

ÉGLISES EN RELATION

Relations internationales Églises suisses à l’étranger (CESE) La commission CESE s’est réunie cinq fois au cours de l’année pour des séances de travail ordinaires. À côté du sou­ tien et de l’accompagnement régulier des diverses Églises suisses à l’étranger, la CESE a aussi rédigé en 2008 des mes­ sages spéciaux pour Pâques, Pentecôte, le Jeûne fédéral et Noël. Ces messages émettent un signe particulier d’attache­ ment entre les paroisses étrangères et leur origine géogra­ phique et confessionnelle. La commission a en outre discuté des possibilités d’améliorer le travail d’information pu­blique, afin de faire connaître plus largement les différentes Églises de Suisse à l’étranger et leurs activités. Londres: Swiss Church of London

Après le départ du pasteur David Leuenberger, la pas­ teure nouvellement élue Nathalie Dürmüller est entrée en fonction à la Swiss Church of London en septembre et s’est rapidement adaptée à la paroisse et à ses nouveaux do­maines d’activités. La commission CESE avait préparé cette étape en commençant par les nécessaires négociations contractuelles et suit maintenant de près la période d’initiation. Les rela­ tions œcuméniques de la paroisse suisse semblent fort heu­ reusement s’étendre continuellement et les contacts avec l’ambassade suisse se passent également très bien. La forte participation des partenaires œcuméniques au culte d’ins­ tallation de la nouvelle pasteure a été un signe marquant. Après une longue période de préparation, le premier coup de pioche des travaux de rénovation de la Swiss Church a aussi été donné durant le second semestre. La recherche de fonds pour l’obtention de la somme nécessaire aux travaux se poursuit néanmoins. Milan: Chiesa Christiana Protestante di Milano

Les négociations contractuelles ont aussi pu aboutir pour le pasteur Marcel Cavallo de la paroisse suisse de Milan. Après quatre ans d’activité, il a pu y étendre et y consolider des domaines d’activités essentiels, comme l’enseignement religieux régulier à l’école suisse, des camps de vacances avec des jeunes de toutes les Églises protestantes d’Italie ou des activités communes avec la Société Suisse.

l’Argentine et du Paraguay s’est nettement renforcée. Le fait que le Synode général de l’IERP a siégé cette année à Misio­ nes en a été, pour la paroisse, le signe tangible.

Alliance réformée mondiale (ARM) Conseil européen de l’Alliance réformée mondiale  (du 1er au 3 février, à Paris)

Le Conseil européen de l’Alliance réformée mondiale, qui se compose d’un représentant des directions ecclésiales de toutes les Églises membres européennes, a effectué lors de son assemblée du début de l’année un pas important vers le renforcement de l’unité: dans une déclaration ratifiée à l’unanimité, il a inscrit comme obligatoires la reconnais­ sance mutuelle en tant qu’Églises, la communauté de chaire et de sainte cène, la reconnaissance mutuelle des fonctions, ainsi que la promesse de responsabilité mutuelle. La décla­ ration émet ainsi un signal fort d’unité intérieure, aussi sur le plan universel: l’Alliance réformée mondiale est sommée par son Conseil européen d’assumer cette déclaration sur le plan mondial, afin de concrétiser la notion de «communau­ té». Regroupement de l’Alliance réformée mondiale (ARM)  et du Reformed Ecumenical Council (REC)

La décision déterminante de regrouper l’Alliance réfor­ mée mondiale et le Reformed Ecumenical Council a été prise fin 2007. Sous la dénomination World Communion of Refor­ med Churches (Communion mondiale d’Églises réformées), une nouvelle communauté ecclésiastique doit ainsi voir le jour qui réunira près de quatre-vingts millions de chrétiennes­ et de chrétiens réformés par le monde. Les organes direc­ teurs des deux organisations ont amorcé ce regroupement en 2008, en ébauchant des statuts et une constitution com­ mune et en précisant les structures de la nouvelle organisa­ tion. Ce regroupement incarne l’espoir de renforcer considé­ rablement le témoignage commun des Églises réformées par le monde et d’émettre un signe de réconciliation. L’as­ semblée générale unifiée sous le slogan Unity of the Spirit in the Bond of Peace est prévue pour 2010 à Grand Rapids / ÉtatsUnis.

Misiones (Argentine): Iglesia Evangélica Suiza

Rapprochement entre l’Alliance réformée mondiale (ARM)  et la Fédération luthérienne mondiale (FLM)

Depuis 2007, la collaboration avec la paroisse de Misio­ nes est intégrée aux relations avec l’ensemble de l’Église évangélique de Río de la Plata (IERP) par une convention. De ce fait, la collaboration avec les autres paroisses de la cir­ conscription de l’Église qui recouvre une grande partie de

La commission commune réformés-luthériens s’est réu­ nie à Buenos Aires pour un troisième congrès (du 3 au 9 octobre). Sur mandat des alliances mondiales des deux confessions, elle examine les possibilités de créer une unité visible entre réformés et luthériens. Lors de la rencontre de


ÉGLISES EN RELATION

cette année, elle s’est notamment occupée du thème «concep­ tion des Églises». À l’appui d’un texte de référence ecclé­ siologique, «L’Église de Jésus-Christ» de la Communion d’Églises­ protestantes en Europe (CEPE), les experts ont dis­ cuté de différentes formes d’Églises. Ils ont abouti au constat que les différences actuelles dans la forme de l’Église ne sont pas de taille à séparer les Églises. D’autres facteurs ont pro­ bablement dissuadé jusqu’à présent les deux traditions réformées de réaliser une communion plus étroite. Ces constats et les conclusions qui en ont été tirées seront inté­ grés au rapport final de la commission attendu pour 2009.

Communion d’Églises protestantes en Europe (CEPE)

Entre les Assemblées plénières (6e Assemblée plénière 2006, Budapest), le travail de la Communion d’Églises pro­ testantes en Europe est dirigé stratégiquement par le Conseil de la CEPE et soutenu sur le plan de l’organisation et des structures par le siège à Vienne. Les groupes théologiques d’entretien doctrinaux constituent un élément particulière­ ment important de ce soutien. Ils s’occupent actuellement de trois thématiques: les groupes de travail « Écriture, pro­ fession de foi, Église» et «Charge, ordination, épiscope» ont déjà élaboré au cours de l’année, avec le concours d’un repré­ sentant de la FEPS, des documents substantiels qui seront prochainement donnés en consultation aux Églises mem­ bres de la CEPE. La troisième thématique «Les Églises pro­ testantes en Europe confrontées à de nouveaux défis sociaux» a été confiée à un cercle de jeunes œcuménistes. Comme cette thématique est traitée dans un sens plus large, la première ébauche de texte n’est pas attendue avant le début 2009. Parallèlement, le Conseil a poursuivi l’intégra­ tion initiée en 2007 des rassemblements régionaux existants au sein de la CEPE. Ainsi, la Conférence des Églises rive­ raines du Rhin (CERR) et le groupe régional Europe du SudEst ont nouvellement été constitués en tant que groupes régionaux.

Conférence des Églises européennes (KEK) Congrès du Comité central (du 6 au 11 octobre, Chypre)

Le Comité central fort de quarante membres constitue l’organe directeur suprême de la Conférence des Églises européennes (KEK). Il se réunit une fois l’an à des fins de planification et de délibération. La rencontre de cette année était entièrement placée sous le signe des préparatifs de la 13e Assemblée plénière de la KEK qui se tiendra à Lyon durant l’été 2009. Le Comité central a confirmé la planifica­

tion antérieure qui prévoit quatre thèmes principaux pour l’assemblée plénière: la célébration des cinquante ans d’exis­ tence de la KEK (1959), la délibération des priorités du tra­ vail pour les six prochaines années, le thème Called to One Hope in Christ et l’avenir de la KEK en tant qu’organisation œcuménique en Europe. Le congrès du Comité central a été terni par des tensions entre orthodoxes qui se sont enflam­ mées à propos de la demande d’adhésion de deux Églises orthodoxes d’Estonie d’origine différente. Les représentants de l’Église orthodoxe de Russie ont été amenés à suspendre jusqu’à nouvel ordre leur collaboration au sein de la KEK. La présidence de la KEK est tenue de clarifier les choses d’ici l’Assemblée plénière en dialoguant avec toutes les entités impliquées. Côté suisse, on signale que la Fédération des Églises évangéliques luthériennes de la Suisse et de la prin­ cipauté du Liechtenstein a été accueillie au sein de la KEK en tant que membre associé. Congrès de la «Commission des Églises pour les migrants en Europe» (du 7 au 11 octobre, Chypre)

Parallèlement au Comité central, la «Commission des Églises pour les migrants en Europe» (CEME) a aussi siégé au même endroit. À cette occasion, la CEME a été officielle­ ment intégrée à la KEK après de longs préparatifs. En tant que troisième commission de la KEK, la CEME conférera désormais davantage de poids au thème de la migration dans les Églises d’Europe. La décision prise conjointement de faire de 2010 l’année de la réponse des Églises d’Europe au défi de la migration constitue un premier signal dans ce sens. La traite de l’être humain a été l’autre thème prioritaire du congrès. Les représentants des Églises européennes ont délibéré sur des conditions cadres conformes aux droits de l’homme et sur les moyens de combattre la traite de l’être humain. Il a été relevé que les Églises ne peuvent pas rester à l’écart de ce problème, mais qu’elles sont appelées, confor­ mément à leur mission biblique, à contrer résolument cette forme moderne d’esclavage. Congrès de la Commission «Église et société»  (du 9 au 13 avril, Prague)

Lors de sa rencontre annuelle, la Commission de la KEK «Église et société» a fixé les priorités de ses sièges de Bruxel­ les et de Strasbourg pour l’an prochain. À côté de l’accompa­ gnement ordinaire du processus d’intégration européenne au sein des institutions européennes, les priorités ont été fixées dans le domaine de la politique sociale, du développe­ ment durable, de la bioéthique et de l’instruction religieuse dans un contexte interreligieux. Il est aussi nécessaire de développer la question du rôle de la religion dans la société civile européenne, notamment sous l’angle juridique. Un

29


30

ÉGLISES EN RELATION

accent spécial est mis sur le dialogue interculturel, lequel a encore pris plus d’importance avec la publication du Livre blanc du Conseil de l’Europe. Mais le dialogue doit aussi être intensifié au sein de la Conférence des Églises européennes: il faut notamment se pencher sur les conceptions diamétra­ lement opposées des Églises (orthodoxes) de l’Ouest et de l’Est, par exemple en ce qui concerne les droits de l’homme. Congrès de la Commission «Églises en dialogue»  (du 23 au 27 juin, Pullach / Allemagne)

Le dialogue théologique œcuménique est la tâche princi­ pale de la Commission «Églises en dialogue» de la KEK. Le dialogue entre les Églises orthodoxes et non orthodoxes constitue actuellement le thème prioritaire. Des théologiens chevronnés des Églises membres de la KEK avaient été char­ gés, avant le congrès, d’évaluer les dialogues de leurs Églises avec l’orthodoxie. Cette évaluation a révélé que le dialogue a certes abouti à quelques résultats positifs, mais que ceux-ci n’ont que très peu été communiqués, de sorte que pratique­ ment rien n’est parvenu à la conscience des Églises. Les plus grandes différences entre les deux traditions résident tou­ jours dans le domaine de l’ecclésiologie. Mais des entretiens sur des questions liturgiques et le témoignage de l’Église dans la société actuelle aident aussi à mieux connaître l’iden­ tité ecclésiastique de chacune d’elles. Par une déclaration sur la «théologie des religions», la commission a en outre initié un processus de consultation entre les Églises membres dans le but de trouver une base théologique commune sur laquelle les Églises membres de la KEK façonnent leurs rela­ tions avec d’autres religions. Les deux processus se poursui­ vront à l’Assemblée plénière 2009 de la KEK en tant que contributions de la Commission «Églises en dialogue». Délégation de la FEPS à la Commission «Église et société» de la KEK à Strasbourg

La représentante de la FEPS nouvellement dépêchée à la Commission Église et société (CES) de la KEK à Strasbourg est entrée en fonction en octobre 2007, pour une période de cinq ans. Les bureaux de la KEK à Strasbourg ont pour tâche principale de représenter les voix des Églises européennes vis-à-vis du Conseil de l’Europe. Cela implique quantité de contacts avec les commissions respectives du Conseil de l’Europe, mais aussi l’élaboration de documents théma­tiques de référence et la participation à des conférences. Les priori­ tés de la représentante de la FEPS ont trait aux thèmes des droits de l’homme, de l’Europe des régions, des questions liées au genre et du dialogue interculturel. C’est surtout la question de la gestion de la diversité culturelle en Europe qui a marqué le travail de cette année, car le Conseil de l’Eu­ rope a ratifié en été un Livre blanc sur le dialogue intercul­

turel. La CES a pris une part active au processus de consul­ tation et à la réalisation de ce Livre blanc. Elle a ainsi pu soumettre ses propositions, notamment par rapport à la dimension interreligieuse du dialogue interculturel. Pour le domaine d’activité «Europe des régions», la Conférence des Églises riveraines du Rhin (CERR) et les autres groupes régionaux de la Communion d’Églises protestantes en Eu­­ rope (CEPE) sont des partenaires importants pour la mise en application des initiatives et projets régionaux.

Conseil œcuménique des Églises (COE) Congrès du Comité central du COE (du 13 au 20 février, Genève)

Sous le titre «Ensemble faire la différence», le Comité central (CC) du COE, fort de cent cinquante membres, s’est réuni pour sa deuxième séance après la neuvième Assem­ blée plénière (AP) à Porto Alegre. Le principal organe du COE à côté de l’AP est responsable de la mise en œuvre des priorités fixées, ainsi que du contrôle et de l’orientation stra­ tégique des domaines d’activités courants. La première par­ tie du congrès était consacrée à la rétrospective: le secrétaire général du COE, ainsi que l’animateur du Comité central ont chacun rendu un rapport sur les deux années écoulées. Pen­ dant cette période, toutes les commissions ont pu se consti­ tuer sous la houlette de nouveaux directeurs et commencer leur travail dans les six unités de programme établies. Iden­ tifié par l’AP comme un élément important d’une activité du COE tournée vers l’avenir, le resserrement de la collabora­ tion avec les organisations œcuméniques régionales – par exemple la Conférence des Églises européennes (KEK) dans le cas de l’Europe – a également été pris en main. Comme sa situation financière s’est entre-temps stabilisée, le COE se trouve à nouveau dans une phase productive axée sur les résultats. Les soixante ans du COE ont été célébrés dans le cadre du congrès du Comité central, avec pour point culmi­ nant un culte à la cathédrale de Genève. Celui-là comptait au programme des rétrospectives historiques afin de souligner les efforts continuellement déployés pendant des décennies par le COE dans le but de favoriser l’unité visible de l’Église. Mais, au vu des résultats toujours aussi modestes, il sera nécessaire de développer de nouvelles interprétations por­ teuses d’avenir de cette quête d’unité et d’ébaucher une vision du rôle que le COE pourrait y jouer. La deuxième par­ tie du congrès a entièrement été placée sous le signe du tra­ vail thématique: le CC devait statuer sur les composantes du programme des années 2009–2013. Ces composantes se basaient sur les décisions ratifiées à Porto Alegre, tout en s’efforçant de mettre davantage la priorité sur le contenu du


ÉGLISES EN RELATION

programme, vu la modicité des ressources financières. Il faut spécialement relever un sous-projet du programme consacré au mouvement œcuménique au XXIe siècle. La Global Platform for Theological Reflection and Analysis compte renforcer la réflexion théologique dans tous les pro­ grammes du COE et met l’accent pour les prochaines années sur le thème de la migration. Le Global Christian Forum a aussi été mentionné en des termes positifs. Il s’agit d’une plate-forme d’échange entre les Églises membres du COE, de l’Alliance évangélique internationale, de l’Église catholique romaine, ainsi que d’associations charismatiques et pentecô­ tistes représentatives fondées à l’initiative du COE. Reste à voir dans quelle mesure les expériences positives liées à ce forum peuvent aussi être fructueuses pour un dialogue théo­ logique et pour la collaboration œcuménique. Il a en outre été décidé qu’un « Rassemblement œcuménique internatio­ nal pour la paix » aura lieu en 2011 à Kingston, capitale de la Jamaïque, en guise de conclusion à la décennie du COE pour vaincre la violence (2001–2010). À la surprise générale, le pasteur Samuel Kobia a annoncé son intention de démis­ sionner du poste de secrétaire général pour des raisons per­ sonnelles. Son mandat était arrivé à échéance à la fin dé­­ cembre 2008, mais il avait été prolongé d’une année, afin de laisser au comité constitué à cet effet le temps de lui cher­ cher un successeur. Palestine Israel Ecumenical Forum (PIEF):  Conférence Promised Land (du 10 au 14 septembre, Berne)

Durant l’été 2007, le Conseil œcuménique des Églises (COE) avait rassemblé plus de 130 représentantes et repré­ sentants des Églises chrétiennes du monde entier à une Conférence à Amman (Jordanie) sur la question du ProcheOrient. Le document issu de cette rencontre appelait les ­Églises chrétiennes à s’engager concrètement pour une paix équitable et à faire ensemble acte de solidarité au ProcheOrient. Suite à cet «Appel d’Amman», le COE avait convo­ qué à Berne, à l’invitation des Églises réformées Berne-JuraSoleure et de la FEPS, une Conférence œcuménique interna­ tionale intitulée Promised Land. Il avait invité 85 théologiens chrétiens et chefs de l’Église du Proche-Orient, d’Europe et des États-Unis. La rencontre avec des représentants de ­l’Église palestinienne était l’un des objectifs majeurs de la Conférence. La rencontre tendait également à favoriser la confrontation à la notion de «terre promise» sur la base de sa propre origine. Il fallait percevoir les différentes associa­ tions d’idées, identifier les points sensibles et les préjugés réciproques. Cet exercice a fait apparaître que les chrétiens palestiniens et européens abordent ce thème de façon très différente: pour les théologiens européens, une certaine ­abstraction de la vie quotidienne en Terre sainte est possible

pour la question territoriale. En même temps, la théologie européenne est marquée par sa propre histoire de l’antisé­ mitisme. Aussi souligne-t-elle les racines dans le judaïsme et l’importance du dialogue entre juifs et chrétiens. Pour les érudits palestiniens en revanche, l’expérience actuelle de la menace existentielle, ainsi que la localisation peu claire de leurs propres racines religieuses, passent au premier plan. Le document final rédigé après des discussions intensives sous le titre «Perspectives bernoises» stipule qu’il ne faut jamais utiliser la Bible pour justifier une action politique. Par ailleurs, il est particulièrement important de faire la dis­ tinction entre l’histoire de la Terre promise et les récits bi­­ bliques, ainsi qu’entre l’Israël biblique et l’État moderne ­d’Israël. Les participants à la conférence se sont prononcés pour une poursuite du dialogue amorcé sur la paix et la jus­ tice au Proche-Orient et ont aussi émis le souhait d’y intégrer à l’avenir des juifs et des musulmans. Pour la promotion du travail de paix dans les paroisses à l’échelle mondiale, il est prévu d’éditer un manuel qui doit s’inspirer des contribu­ tions à la discussion de podium et du document final. Congrès «Réseau œcuménique de l’eau» (ROE)  (les 22 et 23 octobre, Bossey/GE)

Le ROE s’est formé sous la houlette du COE, en tant que réseau indépendant d’organisations œcuméniques pour une utilisation éthique de l’eau. La première rencontre, à la­­­quelle ont pris part des représentants de plusieurs pays ­africains, du Brésil, des États-Unis, du Canada, de l’Inde, des Philippines, de Syrie, de Géorgie, de Norvège, de Suède, ­d’Allemagne et de Suisse, a servi à constituer officiellement le réseau, à mettre sur pied un comité de pilotage et à discu­ ter du programme. Face aux défis futurs, le soutien program­ matique des acteurs régionaux, le travail de lobbyisme, ainsi que la coordination et l’échange d’informations sont appa­ rus comme les principaux domaines d’activité. La FEPS a quant à elle pu présenter le travail qui a préludé à la «Décla­ ration œcuménique sur l’eau comme droit de l’homme et bien public» et expliquer la collaboration des partenaires que sont l’EPER et PPP sur le plan de la réalisation (voir aussi p. 40).

Visites / voyages de délégations Invitation à l’Assemblée plénière de la Presbyterian Church aux États-Unis, PC USA (du 20 au 28 juin)

Dans le cadre de ses objectifs de législature, la FEPS s’était donné pour but de prendre contact avec les Églises améri­ caines membres de l’Alliance réformée mondiale. Elle a donc profité de l’invitation officielle à l’Assemblée plénière

31


32

ÉGLISES EN RELATION

de la Presbyterian Church aux États-Unis (PC USA) pour prendre contact avec cette Église partenaire et pour mieux faire connaissance avec ses activités. Dans son mot de bien­ venue à l’assemblée des délégués, le président du Conseil de la FEPS a souligné que l’héritage commun offre la chance de ranimer l’échange. Il a également souligné la mission com­ mune de tendre à l’unité en tant que protestants réformés – sur la base du modèle d’unité dans la différence réconciliée de Leuenberg, qui est significatif aussi bien pour les protes­ tants européens qu’américains. Visite: délégation de l’Église presbytérienne à Cuba  (le 19 août)

Par l’entremise des délégués compétents auprès de DMéchange et mission, la FEPS a reçu une délégation de l’Église presbytérienne à Cuba pour une visite de prise de contact. Les représentants de l’Église cubaine sont heureux des contacts internationaux et de l’échange avec les Églises sœurs, car la présence croissante des Églises évangéliques et pentecôtistes leur donne de plus en plus de travail dans leur propre pays. Visite: le pasteur Douwe Wisser, secrétaire théologique de l’ARM (le 19 novembre)

Au cours de l’été, Douwe Wisser a été nommé secrétaire théologique de l’Alliance réformée mondiale (ARM). La FEPS a pu l’accueillir en novembre à l’occasion d’une jour­ née entière de visite d’entrée en fonction qui a été prétexte à un échange sur des thèmes théologiques actuels, sur la pla­ nification du 500e anniversaire de Calvin en 2009, sur le plan international et sur le rassemblement prévu pour 2010 entre l’ARM et le Reformed Ecumenical Council (REC).

Contacts nationaux et internationaux Contacts avec la Confédération Commission fédérale pour les questions de migration (CFM)

La Commission fédérale pour les questions de migration (CFM) a été instituée le 1er janvier 2008 par le Conseil fédé­ ral. Elle est née de la fusion de l’ancienne Commission fédé­ rale des étrangers avec l’ancienne Commission fédérale des réfugiés. La CFM est une commission extraparlementaire. Elle conseille le Conseil fédéral et l'Administration sur les questions de migration et publie des rapports, des avis et des recommandations. La FEPS est représentée à la CFM. Pour la FEPS, la CFM est un organe important permettant de déceler à temps les évolutions en cours et d’entretenir des relations avec d’autres institutions. En 2008 ont eu lieu six séances plénières et diverses séances de groupes de travail (voir aussi p. 45). Commission fédérale contre le racisme (CFR)

La Commission fédérale contre le racisme (CFR) est une commission extraparlementaire instituée par le Conseil fédéral pour mettre en œuvre la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale. La FEPS est représentée à la CFR. En août, la déléga­ tion suisse a rencontré le Comité de l’ONU contre toutes formes de discrimination raciale (CERD). C’est dans ce cadre que la CFR a pour la première fois publié une prise de posi­ tion. En septembre, une délégation de la Commission eu­ropéenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI) a visité la Suisse pour la quatrième fois. Des organes internationaux demandent régulièrement une extension de l’activité de la CFR et une augmentation de ses ressources (voir aussi p. 45). Aumônerie militaire

Pour remédier au manque d’aumôniers militaires, on avait déjà élaboré en 2007 un concept d’aumônerie militaire à temps partiel. Sur un pourcentage d’emploi total prévu de 180%, seul un poste à 50 % a pour le moment été occupé. Il a été convenu, à l’occasion de la rencontre ordinaire des chefs de l’aumônerie militaire avec les autorités ecclésias­ tiques, de pourvoir trois autres postes à temps partiel en veillant à l’équilibre œcuménique et linguistique. Comme mesure supplémentaire, l’armée a créé une commission de renouvellement pour l’aumônerie militaire qui a développé de premières idées pour renforcer l’attrait de cette fonction. Un besoin de clarification par rapport aux membres de l’ar­ mée qui veulent être déchargés de certaines obligations pour des raisons de foi apparaît de plus en plus fortement. Pour


ÉGLISES EN RELATION

permettre aux commandants de traiter ces cas de la même manière, les aumôniers militaires mettent au point un dépliant intitulé «Armee und Islam». Les autorités ecclésias­ tiques ont en outre été informées que le rapport sur la poli­ tique de sécurité du Conseil fédéral paraîtra probablement durant l’été 2009. Les Églises ont été encouragées à partici­ per au débat public, notamment en dévoilant leurs réflexions sur une idée de la sécurité adaptée à notre époque. Office fédéral des migrations: Journée thématique  «Personnel d’accompagnement religieux»

À l’invitation de l’Office fédéral des migrations (ODM), la FEPS a participé à la Journée thématique «Personnel d’ac­ compagnement religieux». L’Office fédéral concerné est ­responsable de délivrer les permis de séjour au personnel d’accompagnement religieux (imams, rabbins, moines) en Suisse. D’après la pratique en vigueur, ces autorisations de séjour n’ont jusqu’à présent été assorties d’aucune condition particulière concernant la formation. Mais comme les res­ ponsables religieux assument au sein de leurs communau­ tés religieuses une fonction importante pour la réussite de l’intégration, les autorités fédérales aimeraient accorder à l’avenir plus de poids à la question de leur formation et de leur perfectionnement. De bonnes connaissances linguis­ tiques et une bonne culture générale sont des éléments qui paraissent particulièrement importants, ainsi qu’une solide connaissance de l’État de droit et de la démocratie et une aptitude au pluralisme. L’ODM intégrera à la marche à ­suivre ultérieure les discussions menées lors de la rencontre et les suggestions formulées. Conférence suisse des directeurs cantonaux de l’instruction publique (CDIP): projet «HarmoS»

À l’occasion d’une discussion au secrétariat régional de la CDIP pour la Suisse alémanique, une délégation de la FEPS s’est informée de l’état du projet Deutschsprachiger Rahmen­ lehrplan für die öffentliche Schule dans le cadre de «Har­ moS». Il s’agissait principalement de se renseigner sur le projet de prise en considération de la branche «religion» et de clarifier les possibilités d’influence des Églises nationales dans le processus en cours. La CDIP prévoit une large délibé­ ration sur l’ébauche de programme d’enseignement dès l’été 2009.

Rencontres internationales Reformed European South Africa Consultation (RESAC)  (du 18 au 20 mai, Utrecht)

La RESAC est un rassemblement d’Églises partenaires européennes (CH, D, NL) avec la Uniting Reformed Church of South Africa (URCSA) d’Afrique du Sud. Ce rassemblement a autrefois vu le jour en lien avec le refus de l’apartheid par l’Alliance réformée mondiale. Son but actuel consiste sur­ tout à octroyer un soutien juridique et financier à l’URCSA dans son activité ecclésiastique et dans ses efforts de réuni­ fication avec la Dutch Reformed Church (DRC). Ce soutien reste nécessaire, car la coopération avec la DRC ne redé­marre que très lentement. Une réunification dans un proche ave­ nir paraît peu vraisemblable au vu des tensions persistantes. C’est pourquoi les Églises partenaires européennes tentent de donner une voix à l’URCSA dans le contexte des rassem­ blements œcuméniques et de la soutenir concrètement par des moyens financiers destinés au projet. Evangelische Kirche in Deutschland (EKD), Chambre de t­ héologie: consultation sur le thème «profession de foi» ­ (les 6 et 7 juin, Hanovre)

À l’initiative de la Vereinigte Evangelisch-Lutherische ­ irche Deutschlands (VELKD), on envisage actuellement au K sein de l’EKD de déclarer la «Confessio Augustana» (CA) en tant que confession fondamentale de l’EKD. C’est pourquoi la Chambre de théologie chargée d’examiner cette question a invité en particulier des experts réformés à prendre posi­ tion. Le président du Conseil Thomas Wipf devait défendre à la fois la vision des Églises réformées de Suisse et celle de la Communion d’Églises protestantes en Europe (CEPE). Dans la perspective de la Suisse, il s’agissait de souligner tout spécialement que la «liberté de confession» en vigueur en Suisse depuis le XIXe siècle ne signifie pas absence de confession, mais que l’acte de la profession de foi commu­ nautaire est justement importante dans la conception réfor­ mée traditionnelle. Puisque la CEPE se conçoit comme une communauté confessionnelle et que ses textes revêtent par conséquent un caractère de profession de foi, le président du Conseil a relevé qu’une introduction de la CA en tant que confession fondamentale de l’EKD représenterait un pas en arrière du point de vue de la CEPE. La Chambre de théologie de l’EKD a pris connaissance avec intérêt des prises de posi­ tion défendues.

33


34

ÉGLISES EN RELATION

Projets particuliers Année commémorative de Calvin en 2009 (calvin09)

Durant l’année du rapport, la réalisation de projet de la FEPS a été marquée par les préparatifs de l’année commé­ morative 2009 en souvenir du 500e anniversaire du réforma­ teur genevois Jean Calvin. La FEPS se sent particulièrement redevable de l’héritage de Calvin. C’est principalement grâce à lui et au réformateur zurichois Heinrich Bullinger que le protestantisme suisse a été unifié dans le Consensus Tiguri­ nus et que la Réforme calvinienne a obtenu son rayonne­ ment international à partir de la Suisse. C’est pourquoi la FEPS estime qu’il est de son devoir d’apporter une contribu­ tion notable à l’année commémorative et de la promouvoir sur le plan national et international. Une grande partie des activités a été consacrée à l’établissement de contacts avec les divers acteurs en Suisse et à l’étranger, ainsi qu’à la coor­ dination internationale. Le résultat visible de ces efforts est le site international www.calvin09.org qui, outre des infor­ mations de fond sur la vie et l’œuvre de Calvin, contient aussi une masse de matériel et de suggestions, des produits spéciaux Calvin, des publications récentes et un calendrier des manifestations. Une cérémonie officielle devant le mur des réformateurs à Genève a donné le coup d’envoi de l’année commémora­ tive. Elle a été subventionnée conjointement par la FEPS et l’Alliance réformée mondiale. Par cet acte symbolique, les deux instances ont rappelé que la «cité de Calvin» a été le lieu de refuge du réformateur et son principal lieu d’activité. En même temps, le président du Conseil de la FEPS a invité les Églises réformées de Suisse et du monde entier à saisir l’occasion de faire fructifier l’œuvre et les impulsions de Cal­ vin dans le domaine de l’éthique théologique, de l’ecclésiolo­ gie ou de l’œcuménisme pour les défis de l’époque actuelle. Dans quelques Églises de la FEPS, différentes manifesta­ tions commémoratives sont déjà prévues par des paroisses, des universités ou des musées. La palette va des conférences aux voyages sur les traces de Calvin en passant par des expo­ sés, des concerts, des expositions, des projections de films ou des pièces de théâtre. Un aperçu constamment mis à jour présente le calendrier des manifestations «Eventpool» sur le site internet mentionné. À côté de cela, la FEPS a aussi conçu un certain nombre de produits en prévision de l’année de Calvin: avec les éditions Labor et Fides elle a publié en automne un recueil d’essais rédigés par des experts de Cal­ vin. L’introduction accessible à tous «Calvin et le calvinisme: cinq siècles d’influence sur l’Église et la société» traite de l’influence du réformateur par exemple sur l’éthique, la démocratie moderne, le capitalisme, la tolérance religieuse, l’organisation de l’Église ou le système social. La mini-expo­

sition «Sacré Calvin!» est à disposition des paroisses. Elle est composée de vingt petites affiches thématiques qui se ­laissent combiner librement et qui présentent, sous une forme condensée, la vie et l’œuvre de Calvin. À la demande de la FEPS, la Poste suisse a édité un timbre spécial pour marquer le 500e anniversaire de la naissance de Calvin. Le guide pratique calvin09 publié en mars 2009 permet aux lecteurs d’accéder facilement aux principaux thèmes et ­étapes de la vie de Calvin. Il donne par ailleurs un aperçu des principales manifestations commémoratives en Suisse et dans les pays voisins. Pour le dimanche de Pentecôte (31 mai 2009), un culte télévisé célébré à la cathédrale de Genève constituera un autre temps fort de l’Année Calvin ; il sera diffusé en Eurovision dans toute la Suisse et dans d’autres pays d’Europe. Le comité exécutif de l’Alliance réformée mondiale y participera au même titre que les invités et que les paroisses du centre ville de Genève. Euro 2008 – «Église 08»

Avec le projet œcuménique, binational «Église 08 – 2008 ans et toujours de la partie», les Églises ont marqué leur pré­ sence en Suisse et en Autriche pendant le championnat d’Europe de football 2008. La FEPS y a joué en premier lieu un rôle de coordination entre les divers acteurs des deux pays. Avec le logo et une écharpe de fan spéciale, elle a contri­ bué à ce que les Églises chrétiennes présentent une image unie autour des huit terrains. Les Églises avaient pour objec­ tif commun d’être remarquées publiquement avec leurs pro­ jets dans les domaines d’activités ecclésiastiques classiques que sont le culte, la formation et la diaconie à l’occasion de l’Euro 2008 et de mettre sur la table des thèmes d’actualité comme le dialogue des cultures, la cohabitation pacifique, la traite de l’être humain ou le commerce équitable. La bro­ chure Gott ist rund? a été conçue à cet effet avec des offres de soutien et des idées de mises en application pour les paroisses. La réalisation de divers autres projets relevait de la responsabilité des Églises cantonales autour des différents terrains. Du point de vue de la FEPS, il faut relever deux manifestations qui ont été planifiées et réalisées avec sa par­ ticipation directe. Le dimanche 25 mai, un culte œcuméni­ que national a eu lieu au Grossmünster de Zurich ; près de huit cents auxiliaires bénévoles y ont reçu la bénédiction. Le 27 mai, un match de football interreligieux a été disputé à Berne sous le patronat du Conseil des religions, afin ­d’émettre un signe en faveur du dialogue des cultures, du fairplay et de la non-violence (voir aussi pp. 26–27).


ÉGLISES EN RELATION

Personnel   1 Serge Fornerod, pasteur, MPA

Directeur du département Églises en relation   2 Elisabeth Balmer  1

2

3

Adjointe administrative   3 Annemarie Bieri, pasteure

Assistante scientifique  4 Jonathan Bucher

Assistant du projet calvin09

4

5

6

  5 Martin Hirzel, pasteur et docteur  en théologie

Chargé de l’œcuménisme et des communautés religieuses   6 Matthias Hügli

Chargé des relations ecclésiales en Suisse et à l’étranger   7 Carla Maurer, lic. theol. 7

8

9

Chargée de la FEPS à la Commis­ sion Église et société de la Confé­ rence des Églises européennes (KEK) à Strasbourg   8 Christine Messer 

Adjointe administrative   9 Markus Sahli, pasteur 10

Chargé des relations ecclésiales en Suisse (jusqu’au 31.12.2008) 10 Christian Vandersee, lic. theol.

Chargé des relations extérieures, des œuvres et organisations mission­naires

L’organigramme actuel est disponible sur www.sek-feps.ch/fr/qui-sommes-nous.

35


{Afficher nos} ANCRAGES Des idées claires sont repères nécessaires pour ne pas se perdre dans les turbulences du temps.


38

THÉOLOGIE ET ÉTHIQUE

Théologie et éthique

Durant l’année du rapport, le département Institut de théologie et d’éthique (ITE) a principalement traité des ­thèmes relevant de trois domaines, avec les priorités sui­ vantes: 1. Théologie

   Questions de foi    Conception de l’Église 2. Éthique

Le département Institut de théologie et d’éthique (ITE) élabore des documents de référence pour le traitement des questions théologiques et éthiques. Il assure les relations entre Église et société, notamment les relations avec les autorités fédérales, avec les milieux économiques et avec d’autres institutions non ecclésiales.

   L’éthique de la vie    L’éthique environnementale    L’éthique économique    L’éthique politique 3. Diaconie

   Questions sociales    Migration Le thème transversal «droits de l’homme» est traité sous éthique politique, le thème transversal «environnement» sous éthique environnementale et le thème transversal «questions de genre» dans plusieurs paragraphes.

Théologie Questions de foi et conception de l’Église Baptême

Une consultation a été menée dans les Églises membres au sujet de la position de la FEPS sur «le baptême dans la perspective réformée». Quelques paroisses et particuliers ont également pris la parole. Les interventions ont fait appa­ raître une tension entre des connaissances théologiques incontestées et la conception multitudiniste que la plupart des Églises membres ont d’elles-mêmes. Pour continuer à développer ce thème, il faudra nommer et supporter ces ten­ sions qui touchent notamment le rapport entre baptême et appartenance à l’Église ou la succession entre baptême et communion. Consécration

En janvier, la FEPS a publié sa position 10 «La consécra­ tion selon le point de vue réformé». Ce document a constitué un important point de référence dans la discussion sur les questions de la fonction. Le 6 novembre, cette position a fait l’objet d’un débat entre spécialistes lors d’un congrès de l’Église évangélique réformée du canton de Schaffhouse


THÉOLOGIE ET ÉTHIQUE

ayant pour thème la consécration. Elle a aussi été intégrée aux entretiens doctrinaux de la CEPE «Ministère – Consé­ cration – Épiskopé» en tant que document reflétant l’état de la discussion sur les questions de la fonction en Suisse et au sein de l’Église réformée. Elle paraîtra cette année en fran­ çais et en anglais. La mise en application de la décision relative à la consé­ cration prise par l’AD durant l’automne 2007 a été élaborée à l’intention du Conseil et présentée en mai à la Conférence des présidences des Églises. Dans un premier temps, il est prévu d’évaluer l’état de la discussion relative aux questions de fonction dans les Églises membres et dans les associa­ tions professionnelles. Sur la base des résultats, un projet définissant la suite du travail de coordination sera dévelop­ pé au sein de la FEPS, en prévision du futur document sur la consécration réclamé par l’AV. Confession

L’un des objectifs du mandat 2007–2010 du Conseil de la FEPS est l’organisation d’un débat entre ses Églises sur ­l’importance des confessions. La question de la confession devient de plus en plus urgente dans le contexte d’une rup­ ture progressive avec la tradition. Aussi un travail thémati­ que a-t-il été entrepris à différents niveaux au sein de la FEPS. La question de la confession est aussi virulente sur le plan européen. L’Evangelische Kirche in Deutschland (EKD) s’en est donc également préoccupée et a demandé à la FEPS une prise de position du point de vue de l’Église réformée suisse (cf. la conférence que le président du Conseil Thomas Wipf a tenue le 6 juin devant la Chambre de théologie de l’EKD sous le titre: «Bringt uns ein [gemeinsames] Bekenntnis weiter?»). Dans la Communion d’Églises protestantes en Europe (CEPE), des entretiens doctrinaux se déroulent actuellement sur le thème «Écriture, Confession, Église», avec la participation de la FEPS.

Relations avec les Églises libres

Dialogue bilatéral avec la Conférence mennonite suisse (CMS) La commission de dialogue a planché sur la conception du baptême dans un but de reconnaissance mutuelle. Elle a par ailleurs envisagé de mettre un terme au processus de dialogue. La commission se donne pour but de présenter, en plus de la déclaration commune, du matériel favorisant la compréhension mutuelle dans les paroisses. Pour ce faire, son mandat a été prolongé jusqu’à la fin 2009. Dialogue de la FEPS – Verband evangelischer Freikirchen und Gemeinden in der Schweiz (VFG) –Alliance évangélique ­suisse (AES) – Réseau évangélique Les quatre associations se sont rassemblées deux fois, pour une journée entière d’entretien. Les réunions ont été restructurées: une demi-journée de rencontre sur le plan des Églises (FEPS, VFG, Réseau) et une demi-journée de ren­ contre sur le plan du mouvement (FEPS, AES, Réseau). Cela permet aux délégués des directions ecclésiastiques de discu­ ter de façon plus ciblée de certains thèmes. Un entretien bilateral a eu lieu entre la FEPS et l’AES, d’une part et la FEPS et le VFG de l’autre et deux avec le Landeskirchenforum. Le souci que l’AES reste identifiable par les ­chrétiens protestants en tant que mouvement doté d’une certaine empreinte théologique y a notamment été évoqué, ainsi que la problématique de l’appartenance collec­ tive des paroisses réformées à l’AES.

Éthique L’éthique de la vie

Commission de liturgie

Fin de la vie

Toutes les régions linguistiques sont à nouveau représen­ tées dans la commission: la pasteure Simona Rauch, Vicoso­ prano, a pu être associée en tant que représentante de la Suisse italienne. La création d’une commission pour la litur­ gie et la musique à la Conférence des Églises protestantes romandes (CER) assure un appui institutionnel à la repré­ sentation de la Suisse romande à la Commission de liturgie de la FEPS. Sur le plan thématique, la commission s’est occu­ pée du papier «Baptême dans la perspective évangélique» et de ses implications liturgiques.

Sur la base de sa position 9 parue à la fin de l’automne 2007 «Vivre la mort. Un regard sur les décisions en fin de vie», la FEPS a été un interlocuteur important sur le plan ecclésiastique et politique en Suisse et en Europe. Une audi­ tion de la Commission des affaires juridiques du Conseil national, une table ronde au Département fédéral de Justice et Police (DFJP) en présence de la conseillère fédérale Wid­ mer-Schlumpf et la participation à la Journée annuelle et nationale de consensus «Accompagner la vie jusqu’au bout» de palliative.ch ont été quelques étapes de ces processus de discussion. La FEPS s’engage dans le cadre du «Manifeste de Bienne» et de la coalition «Swiss end of life care» pour l’éta­ blissement et l’extension de la médecine et des soins pallia­

39


40

THÉOLOGIE ET ÉTHIQUE

tifs en Suisse. Le traitement de questions théologiques­éthiques en lien avec les décisions prises en fin de vie se poursuit, en dialogue avec les Églises membres, les institu­ tions de diaconie de Suisse, ainsi que les Églises sur le plan européen.

L’éthique environnementale Éthique de l’énergie

La responsabilité des bases de l’existence est une compo­ sante essentielle de la réflexion éthique et théologique à l’ITE. En 2008, le thème de l’énergie a été mis en avant: ­l’étude no 1 de la FEPS «Éthique de l’énergie» est parue en mai. Elle a suscité beaucoup d’intérêt dans plusieurs Églises membres et partenaires et auprès du public non ecclésias­ tique, en Suisse et au-delà. L’étude associe la réflexion sur des valeurs éthiques fondamentales et leurs règles d’applica­ tion («maximes») à une approche spirituelle: la difficile sor­ tie de l’ère des énergies fossiles est comparée à un «examen» spirituel, à un processus sociétal de deuil et de renouvelle­ ment avec ses phases caractéristiques. Les Églises peuvent contribuer à ce changement qui a pour objectif une «société à 2000 watts» par des encouragements sur un mode prophé­ tique, spirituel et par des exemples pratiques. L’étude a été présentée et discutée dans différents jour­ naux et périodiques, à des congrès et dans des entretiens dans les paroisses. Eau

En tant que cosignataire de la déclaration œcuménique brésilienne-suisse «L’eau comme droit de l’homme et bien public», la FEPS est sans cesse sollicitée en tant qu’interlocu­ trice par les Églises membres, les œuvres et le réseau œcu­ ménique sur l’eau (ROE). Elle a notamment participé à une manifestation de l’OeME Lucerne (Ökumene, Mission und Entwicklungszusammenarbeit) le 29 septembre et à un grand culte régional de l’Église évangélique-luthérienne à Mont­ béliard en France le 9 novembre,«L’eau, don de Dieu pour la vie» (voir aussi p. 31). Spiritualité de la création

L’engagement ecclésiastique en faveur de l’environne­ ment s’inscrit aujourd’hui dans une tradition de piété et de responsabilité vis-à-vis de la création qu’il faut sans cesse rappeler. «Calvin et la nature» (cf. la contribution sur www. calvin09.org) n’est pas un thème artificiel, une manière de surfer sur la culture commémorative des Églises évangé­ liques, mais un aspect originel véritable du réformateur genevois Jean Calvin. Dans ce contexte, il fallait aussi penser

à Albrecht von Haller. La brochure soutenue par les Églises réformées Berne-Jura-Soleure «Les peintres Robert, précur­ seurs de l’écothéologie actuelle» (Fondation Collection Robert, Bienne) rend à nouveau accessible un héritage par­ ticulièrement riche d’une interprétation de la nature ­chrétienne, et plus particulièrement protestante, et d’un attachement à la nature de la période comprise entre 1870 et 1970. Le recueil de textes Geist und Klima constitué par l’Église évangélique-réformée du canton de Zurich avec la participation de la FEPS traite également de ce thème.

L’éthique économique Open Forum Davos

Pour la sixième fois, la FEPS et le World Economic Forum ont organisé en 2008 l’Open Forum Davos. Cet événement tend à susciter un débat public sur les défis centraux de la mondialisation entre les participants du World Economic Forum, des expertes et des experts et la population et à contribuer ainsi à la formation de l’opinion. Une fois de plus, des discussions controversées ont eu lieu sur les sept podiums entre des décideuses et des déci­ deurs de l’économique, du monde politique, de l’Église, de la science et des médias. Les organisateurs ont été bien inspirés de renoncer à un slogan générique lors du choix des sept thèmes et de les sélectionner uniquement d’après les critères de l’actualité, de la controverse et de la pertinence pour l’avenir. Un podium de l’Open Forum Davos 2008 a ainsi été consacré à la question de savoir si le retour du religieux représente un danger pour l’État laïc et dans quelle mesure les États d’Eu­ rope peuvent garantir la pluralité religieuse tout en préser­ vant leurs propres modes de vie et formes de culture empreintes de christianisme. Des questions géopolitiques étaient au cœur de deux autres podiums: par exemple la question des répercussions que les élections présidentielles américaines auront sur le rôle de leader politique, militaire et économique des États-Unis. Le débat a par ailleurs porté sur la question de savoir si la Russie développe de nouvelles ambitions géopolitiques à mesure qu’elle prend conscience de sa puissance. La durabilité écologique a constitué une autre priorité de l’Open Forum 2008. La question de savoir si la protection contre le changement climatique polarise le monde a suscité un débat controversé, de même que celle du rapport (de tension) entre croissance économique et durabi­ lité écologique. Des tables rondes d’éminentes personnalités suisses et étrangères ont à nouveau pu être constituées pour les podiums. On y trouvait par exemple l’ancien président ira­


THÉOLOGIE ET ÉTHIQUE

nien Mohammad Khatami; le président du Parti démocrate américain Howard Dean; l’ancien secrétaire général du Conseil national des Églises américaines Robert Edgar; le président de la Confédération helvétique Pascal Couchepin; le président du PS suisse Christian Levrat; l’administratrice et COE de la Bourse nigériane Ndi Okereke-Onyiuke; le directeur exécutif du Programme des Nations unies pour l’environnement Achim Steiner; ainsi que le ministre japo­ nais en charge de l’Environnement Ichiro Kamoshita. Du côté de la FEPS, Thomas Wipf, président du Conseil, a pris part à l’Open Forum Davos. Plus de 2000 personnes étaient présentes sur place et beaucoup d’autres ont suivi les débats à la télévision sur la chaîne suisse dédiée aux informations.

L’éthique politique

fruit d’une discussion soutenue, qui a été rendu public à l’oc­ casion du dépôt de l’initiative populaire. Le texte de réfé­ rence «Prévention de la violence – entre la liberté indivi­ duelle et la réglementation étatique» vient en appui à un positionnement éthique. Il constitue en même temps une contribution à la «Décennie pour vaincre la violence 2001– 2010» du Conseil œcuménique des Églises (COE). Initiative sur la naturalisation

La FEPS a rédigé une prise de position sur l’initiative populaire «Pour des naturalisations démocratiques». Ce document a été publié en tant que texte commun de la FEPS, de la Fédération suisse des communautés israélites (FSCI), de l’Église catholique chrétienne de la Suisse (ECCS) et de la Conférence des évêques suisses (CES) avant les votations populaires du 1er juin. Le Souverain a clairement rejeté l’ini­ tiative populaire qui réclamait des naturalisations par les urnes.

Droits de la personne

La déclaration commune que les trois Églises nationales ont rédigée pour la Journée des droits de l’homme au cours de la 60e année de la Déclaration des droits de l’homme a été l’un des volets du travail de la FEPS en lien avec ce thème. Les questions des droits de l’homme en tant que thème transversal de la FEPS ont pris une acuité particulière dans le cadre des discussions à propos de la migration et de la liberté de religion, mais aussi dans le travail que la FEPS accomplit dans les commissions fédérales pour les questions de migration et contre le racisme (voir aussi pp. 32 et 45). Initiative contre la construction de minarets

L’initiative populaire déposée en été «Contre la construc­ tion de minarets» réclame un article constitutionnel interdi­ sant la construction de minarets. Cette revendication consti­ tue le point culminant d’une discussion controversée menée aussi dans les Églises sur l’attitude à adopter vis-à-vis de la population musulmane établie en Suisse. Dans son argu­ mentaire détaillé «Entre clocher et minaret», le Conseil de la FEPS en a exposé et commenté les aspects juridiques, ­éthiques et théologiques. La contribution fournit des bases et des arguments pour la formation de l’opinion dans les Églises membres, mais aussi pour le public et dans le contexte­ politique (voir aussi p. 24).

Politique des réfugiés de contingent

Auparavant, la Suisse a régulièrement accueilli d’assez grands groupes de réfugiés dans le cadre de contingents. Au vu des nombreux foyers de crise, la FEPS a élaboré un argu­ mentaire qui plaide pour une reprise de la politique des réfu­ giés de contingent en Suisse. Cet argumentaire dans lequel la FEPS invoque la tradition humanitaire de la Suisse a été publié au début 2009.

Diaconie Conférences et questions sociales Conférence de diaconie

La conférence a abordé la question de savoir comment on peut identifier de nouveaux domaines d’activité diaconaux. Les participants ont été encouragés à regarder par-dessus l’horizon du « courant normal » dans leur fonction et leurs domaines d’activité et à suivre attentivement les évolutions de la société. Conférence Femmes

Initiative sur les armes

L’initiative populaire «Pour la protection face à la vio­ lence des armes» a été lancée suite à l’émotion provoquée par des actes de violence et par le haut taux de suicides avec les armes militaires. À propos de cette initiative aussi, le Conseil de la FEPS a élaboré un volumineux argumentaire,

La conférence du printemps s’est occupée de l’égalité entre hommes et femmes dans le domaine du droit ecclésial dans les organisations et Églises évangéliques. Un sondage sur l’état actuel de l’égalité dans les règlements des Églises membres a été présenté à la conférence. Un recueil ­d’ex­emples de best practice est maintenant disponible.

41


42

THÉOLOGIE ET ÉTHIQUE

Pour une théologie à travers le dialogue Genèse des prises de position théologiques à l’ITE

Quand je dois expliquer à des amis ce que nous faisons à l’Institut de théologie et d’éthique ITE, ils ne tardent pas à me demander: « vous êtes donc la chaire de la doctrine réformée de Suisse? » Il faut une certaine patience pour expliquer notre travail en référence au modèle romain. Nous traitons des questions théologiques et éthiques sur mandat des Églises membres. Dans nos réflexions, nous devons tenir compte de plusieurs groupes d’ayants droit.

Partenaires dans le dialogue théologique

Églises membres: dans la conception évangélique, la théologie n’est pas une étude de haut en bas, déversée du clergé aux laïcs. Elle se vit dans le dialogue. L’ITE doit mener le dialogue de sorte que les chrétiens puissent y participer sans formation théologique académique: dans les conseils de pa­­­ roisse, les synodes et les conseils synodaux.

Groupes de professions: les questions théologiques déterminantes pour la vie de l’Église suscitent des débats particulièrement animés. Dans quelles circonstances peut-on baptiser des enfants? Qui est invité à la communion? Quels services ecclésiastiques requièrent une ordination? Tous ces thèmes touchent le travail quotidien et les intérêts de groupes professionnels comme les pasteurs et les diacres. Il est indispensable d’intégrer leur expérience pratique à la réflexion. Communion des Églises protestantes en Europe CEPE: en tant que membre de la CEPE, la FEPS se meut dans un forum de discussion européen. Elle formule ses positions théologiques sur une base consensuelle qui se forme dans le cadre de la CEPE. La FEPS rappelle parfois aux Églises suisses qu’elles défendent des positions particu­ lières en comparaison européenne, notamment au sujet de la liberté de foi. Facultés théologiques: la théologie est une réflexion Bible ouverte, l’écoute des voix de la tradition, la perception des tendances dans la recherche académique. Pour ce faire, l’échange avec les professeurs d’université est indispensable.


THÉOLOGIE ET ÉTHIQUE

Pratique et doctrine – rencontre de deux mondes

Rien d’étonnant à ce que ces groupes d’ayants droit défendent des intérêts différents difficiles à ramener à un dénominateur commun. Les divergences résultent du fait que l’ITE traite des questions de doctrine, tout en gardant en vue les questions pratiques. La pratique de l’Église doit-elle simplement appliquer la doctrine? Ou la doctrine doit-elle s’orienter sur ce qui est faisable en pratique? La vérité de la doctrine évangélique se révèle dans sa capacité de refléter la vie de l’Église, de la stimuler et de la ­mettre au défi. L’ITE établit un pont entre la doctrine et la pratique sur lequel la circulation est possible dans les deux sens: la doctrine pose des questions sur la forme de la pratique et la pratique appelle l’enracinement dans la doctrine. Ensemble à la recherche

La vie de l’Église se transforme à l’instar de la vie de la société. Tous les documents produits par l’ITE constituent ainsi les jalons d’un processus de recherche qui accom­ pagne les Églises. Accompagner ce processus dans lequel le dialogue joue un rôle primordial et le diriger pour la Suisse est une des principales missions de l’ITE. Cela passe par des auditions, des conférences et d’autres plates­formes d’échange. Il peut et doit aussi naître «entre deux

portes», jaillir de rencontres entre différents participants à des congrès, à l’apéro, lors des repas ou durant les ­pauses. Chaque dialogue peut devenir un débat dans lequel l’ascendant des interlocuteurs joue un rôle. Qui aura le dernier mot? Dans la conception évangélique, ce n’est pas le pouvoir institutionnel qui doit faire pencher la balance, mais la force des arguments, la meilleure compréhension de l’Évangile. Le dialogue théologique comporte ainsi le risque de devoir une fois revoir sa propre position, afin d’aller de l’avant dans la quête commune. Un risque acceptable, non? 

Jacques-Antoine von Allmen

43


44

THÉOLOGIE ET ÉTHIQUE

Rencontre d’automne de la conférence des femmes et de la conférence de diaconie

Sous le titre «La dépression pour les femmes, le burn-out pour les hommes», les quelque 120 participants ont discuté du comportement spécifique des hommes et des femmes par rapport à la santé (notamment la santé psychique). Des statistiques de l’administration fédérale ont été présentées dans des conférences et des images réductrices, mais aussi libératrices, de l’être humain dans la tradition chrétienne ont été soumises à la réflexion.

proclamation de la décennie «Solidarité des Églises avec les femmes», a présenté une documentation sur le thème ­«Femmes – Église – théologie». Simone Staehelin, membre de la commission depuis sa fondation en 1990, a résilié son mandat pour raison d’âge. La commission s’estime heureuse de compter parmi ses nouveaux membres Barbara Marti, éditrice de FrauenSicht.

Migration

Commission Église et tourisme

Églises de migrants

Chemins de Saint-Jacques en Europe: le projet I est ter­ miné. Quarante régions de différents pays d’Europe seront associées au projet en tant que partenaires. Une étude sur le terrain a révélé qu’à peine 20 % des pèlerins font partie du noyau dur d’une paroisse, alors que 50 % sont à la recherche de sens, de spiritualité et de changement dans leur vie. En 2008, les pèlerins ont généré plus de 30 000 nuitées en ­Suisse. Championnat d’Europe de football 2008: le membre de la commission Michael Landwehr a participé au projet «Église 08» et élaboré à cet effet le matériel «Gott ist rund?» pour les paroisses. Les activités de l’Église ont permis d’entamer un dialogue fructueux avec le grand public. EAG pour les foires et projets: après la dissolution d’EAG Schweiz (Communauté de travail évangélique pour la gas­ tronomie, l’hôtellerie et le tourisme), un groupe de travail a pu être constitué, afin de donner forme aux préoccupations chrétiennes dans le domaine du tourisme et de l’hôtellerie par des projets et des apparitions à des foires. Calendrier des événements sur internet: l’Église évangéli­ que-réformée du canton des Grisons a développé, en collabo­ ration avec les organisations de tourisme, un modèle de calendrier des événements pour internet. Avec la commis­ sion correspondante de la Conférence des évêques suisses (CES), une ébauche de projet a été élaborée, afin de rendre ce modèle accessible aussi à d’autres Églises cantonales.

Une rencontre intitulée Heimat in der Fremde – Migra­ tionskirchen als Orte der Integration? a eu lieu le 29 octobre 2008. Organisée avec l’Office des migrations de l’Église réformée de Bâle-Ville, la paroisse de l’Église universelle de Bâle-Ville et Bâle-Campagne et mission 21, la rencontre a attiré pas moins de 120 participants. À l’Institut de théologie et d’éthique, on réalise en ce moment une étude sur les Églises de migrants dans une perspective théologique et scientifique. Cette étude se concentre sur les Églises de migrants qui se sont constituées ces dernières années.

Fonds pour le travail des femmes

Conformément aux statuts, le Fonds a principalement soutenu les femmes protestantes de Suisse et ce, par un montant total de CHF 85 000.– Le Fonds pour le travail des femmes a versé une contribution à la campagne «16 jours contre la violence faite aux femmes» qui a eu lieu à la cathé­ drale de Berne sous le patronat de Femmes de paix autour du monde. Une rencontre sur le thème de la prévention de la violence dans le couple a également été soutenue. Le Fonds a aussi versé une contribution financière au projet de l’Église évangélique-réformée de Bâle qui, vingt ans après la

Responsables de la migration dans les Églises membres

Une rencontre de responsables de la migration des ­ glises de la FEPS a eu lieu en septembre 2008. Elle a prin­ É cipalement eu pour thème l’initiative sur les minarets et ­l’islam en Suisse. La rencontre a en outre été prétexte à un échange thématique et à la mise en réseau des Églises de la FEPS. Aumônerie pour les requérants d’asile dans les centres d’enregistrement

Le service d’aumônerie œcuménique dans les centres d’enregistrement et de procédure (CEP), au demeurant sur­ chargés, ainsi que dans les zones de transit des aéroports de Genève et Zurich, a de nouveau été très sollicité en 2008. La FEPS reste un acteur important de l’aumônerie dans les ­centres d’enregistrement – aussi bien pour les aumôniers que comme interlocutrice des autorités fédérales. Par l’organisation d’une rencontre nationale des aumô­ niers, la FEPS offre une importante plate-forme d’échange et de mise en réseau. Ce volet de ses activités comporte aussi un aspect thématique: notamment par une formation conti­ nue en français et en allemand sur le droit d’asile (en colla­ boration avec l’Organisation suisse d’aide aux réfugiés OSAR). Au sein du Comité mixte, l’organe de pilotage des ser­ vices d’aumônerie des CEP, la FEPS a défendu les intérêts


THÉOLOGIE ET ÉTHIQUE

des aumôniers et des Églises nationales. Elle a organisé plu­ sieurs séances de ce comité. La FEPS a en outre été impli­ quée de façon déterminante dans l’orientation thématique et l’organisation du Forum de l’aumônerie des CEP qui a été centré cette année sur le thème des «compétences transcultu­ relles». Des aumôniers, des cadres de l’Office fédéral des migrations et des représentants de l’Observatoire des reli­ gions en Suisse ainsi que de l’entreprise Securitas, ont parti­ cipé au forum.

Commissions fédérales Commission fédérale pour les questions de migration (CFM)

Depuis janvier 2008, la FEPS est représentée dans la nou­ velle Commission fédérale pour les questions de migration (CFM). Le groupe sur les mariages forcés a rédigé une prise de position sur ce thème et pris part à la consultation des autorités fédérales concernant les Mesures contre les mari­ ages forcés. «Identités», tel était le thème annuel de la CFM: que signifie le fait de définir des identités et que des identi­ tés nous soient attribuées? La CFM, quand elle traite ces thématiques, ne donne pas de recettes toutes faites, mais des impulsions pour la connaissance du fonctionnement des processus de formation de l’identité (voir aussi p. 32). Commission fédérale contre le racisme (CFR)

Un point fort de l’activité de la CFR en 2008 a été le thème de l’islam et de l’islamophobie, avec le dépôt de l’initiative des minarets et l’arrêt du Tribunal fédéral rejetant l’exemp­ tion des cours de natation à l’école pour enfants musulmans. D’autres exigences ont été posées cette année envers la ­Suisse par des organes internationaux de lutte contre le racisme. Quatre importantes publications ont été rédigées en cours d’année. TANGRAM No 21 Internet, TANGRAM No 22 Société multiculturelle, la prise de position de la CFR sur l’initiative dite des minarets ainsi que le document sur les 4e, 5e et 6e rapports de la Suisse au CERD (Comité de l’ONU contre toutes formes de discrimination raciale). Une conférence professionnelle s’est tenue sur le thème de la dis­ crimination multiple, en coopération avec la Haute École Nord-Ouest de la Suisse (FHNW) et la Hochschule für Sozia­ le Arbeit (voir aussi p. 32).

Autres activités Organes

À côté des commissions propres à la FEPS, des délégués de l’ITE ont apporté leur concours au sein de plusieurs or­­ ganes. Sur le plan national: dans la Commission fédérale pour les questions de migration (CFM), dans la Commission fédérale contre le racisme (CFR), dans le cercle de discussion Église et économie, dans le comité d’oeku Église et environ­ nement. Sur le plan international: dans l’Assembly de la Churches’ Commission for Migrants in Europe (CCME), dans plusieurs cercles de discussion théologiques de la CEPE, dans le Réseau environnemental chrétien européen (ECEN). Auditions, conférences et événements

Des collaborateurs de l’ITE ont tenu des conférences sur presque tous les thèmes traités dans des paroisses, chapitres pastoraux, centres de formation, à des séminaires dans des facultés de théologie et à l’étranger. Des auditions avec des représentants des Églises membres sur des thèmes comme le baptême ont servi à constituer des réseaux.

45


46

THÉOLOGIE ET ÉTHIQUE

Personnel   1 Christina Tuor-Kurth, docteure en théologie, privat-docent

 irectrice de l’Institut de théologie et D d’éthique 1

2

3

  2 Hella Hoppe, docteure en économie

Chargée des questions économiques   3 Michèle Laubscher

Adjointe administrative  4 Frank Mathwig, docteur en théologie

4

5

6

Chargé des questions théologiques et éthiques

  5 Simon Röthlisberger, lic. phil. hist.

Chargé des questions de migration   6 Otto Schäfer, pasteur et docteur en ­sciences agraires

7

8

9

Chargé des questions théologiques et éthiques

  7 Anja Scheuzger

Adjointe administrative   8 Jacques-Antoine von Allmen, pasteur et docteur en théologie

Chargé des questions théologiques   9 Brigitte Wegmüller

10

Assistante administrative de la directrice ITE

10 Matthias Wüthrich, pasteur et docteur en théologie

Chargé des questions théologiques

L’organigramme actuel est disponible sur www.sek-feps.ch/fr/qui-sommes-nous.


PUBLICATIONS

Publications de la FEPS

Collections FEPS Étude FEPS 1

Éthique de l’Énergie – Vers une nouvelle ère énergétique. Perspectives durables après la fin du pétrole, 175 pages. Position FEPS 6 (traduction en anglais)

Entitling Human Beings – Human rights and human dignity in a theological-ethical perspective, 73 pages. Position FEPS 9 (traduction en anglais)

Between Life and Death – Making choices about the final stages of life from a Protestant perspective, 39 pages. Texte commun 5

Naturaliser dans le respect de l’État de droit. Arguments contre l’initiative «pour des naturalisations démocratiques», 16 pages. (En commun avec la Conférence des évêques suisses CES, l’Église catholique-chrétienne de la Suisse ECCS et la Fédération suisse des communautés israélites FSCI)

En ligne FEPS : Entre clocher et minaret – Argumentaire du Conseil de la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS) sur l’initiative populaire « Contre la construction de mina­ rets », 32 pages.

Autres publications Lukas Zürcher: «Good Offices in South Africa» – The South Africa policy of the Federation of Swiss Protestant Churches between 1970 and 1990, 150 pages. (traduction en anglais) Martin Ernst Hirzel et Martin Sallmann éd. : Calvin et le calvinisme – Cinq siècles d’influences sur l’Église et la Société. 360 pages. (En commun avec les Éditions Labor et Fides, Genève)

Une liste complète des publications figure sur la page personnelle des ­collaboratrices et collaborateurs du Secrétariat sous www.feps.ch.

47


{Diffuser nos } MESSAGES La Parole exige toujours plus de nos jours qu'on sache la prendre Ă bon escient.


50

COMMUNICATION

Communication

ÉGLISE 08

La présence œcuménique des Églises à l’EURO 2008, baptisée ÉGLISE 08, a été communiquée régionalement, par projet et par lieu d’engagement. La communication natio­ nale et la conférence de presse de lancement en janvier ont été conduites par le service Communication. C’est dans ce cadre que le site web www.eglise08.eu a été créé afin d’infor­ mer sur tous les événements et projets dans les villes hôtes en Autriche et en Suisse. Il est à relever que le match de football FC Religions contre FC Conseil national a suscité un intérêt médiatique international. calvin09

Le service Communication assure les relations publiques de l’institution. C’est à lui que s’adressent les médias et c’est là que sont rédigés les communiqués de ­presse, le Bulletin et le Rapport annuel. Ce service gère en outre le site internet, et il assiste le département Églises en relation et l’Institut de théologie et d’éthique pour la production et la diffusion des documents publiés sous le label de la FEPS.

Le 2 novembre 2008, la conférence de presse qui a suivi la célébration d’inauguration de l’année calvin09 au mur des réformateurs a été l’occasion de présenter les grands moments des festivités du 500e anniversaire de la naissance de Jean Calvin, ainsi que les produits qui l’accompagnent : du guide culturel et théologique aux nombreux livres consa­ crés au réformateur en passant par la mini-expo « Sacré Cal­ vin ! » sans oublier les chocolats aux saveurs rappelant ­quatre valeurs représentatives de Calvin. Le site internatio­ nal en quatre langues www.calvin09.org mis en ligne en sep­ tembre 2007 était alors destiné aux intéressés de la première heure et à ceux qui étaient en charge de préparer les festivi­ tés. Il s’est mué en site interactif comprenant une boutique en ligne, des parties ludiques, un calendrier complet des manifestations à Genève, en Suisse et dans le monde ainsi que des textes originaux sur la vie et l’œuvre de Calvin. Open Forum Davos

Le site interactif www.openforumdavos.ch est géré par la FEPS en partenariat avec le Forum économique mondial. Les manifestations de l’Open Forum Davos peuvent y être téléchargées, visionnées et commentées. Un numéro spécial du Bulletin a été élaboré pour la manifestation de 2009. Il présente la position de l’Église protestante sur chacun des sujets traités lors des débats publics. Outre la distribution habituelle, ce Bulletin spécial publié en trois langues (d/f/e) a été proposé à chaque visiteur de l’Open Forum Davos 2009. Accueil et confiance

Le dépliant « Accueil et confiance » destiné aux conseils de paroisse a été élaboré en collaboration avec la commis­ sion Église et tourisme de la FEPS. Il permet aux paroisses et à leur conseil d’entamer une réflexion sur l’ouverture des portes de leur église, de leur temple durant la semaine.


COMMUNICATION

Bulletins 2008

Bulletin 1/2008 L’avenir de l’énergie

Bulletin 2/2008 Les églises, lieux de ­culture

Bulletin 3/2008 L’Église dans l’Europe interculturelle

Bulletin 4/2008, 1/2009 Numéro spécial «Open Forum Davos 2009»

Personnel 1 SimonWeber, pasteur

Directeur de la Communication 2 ThomasFlügge, lic. theol.

Chargé des relations publiques 1

2

3

3 MonicaJeggli, lic. phil.

Journaliste / Rédactrice 4 André Röthlisberger

Assistant web 5 Monika von Grünigen

4

5

L’organigramme actuel est disponible sur www.sek-feps.ch/fr/qui-sommes-nous.

Assistante administrative du directeur de la Communication

51


52

COMMUNICATION

Communiqués 2008

14.1.2008

Controversé. Ouvert. Persévérant. L’Open Forum Davos 17.1.2008

Initiative des minarets: Agir contre le durcissement des positions 24.1.2008

Davos : l’Open Forum 2008 est ouvert 26.1.2008

L’Open Forum de Davos : donner la parole aux opinions contraires 4.3.2008

Comment résonne Calvin? 12.3.2008

La Conférence Femmes réclame davantage d’engagement en faveur de l’égalité 13.3.2008

Mort d’un grand réformé et œcuméniste suisse : Lukas ­Vischer 9.4.2008

La religion fait partie de la mission éducative de l’école (Communiqué commun avec la Communion d’Églises pro­ testantes en Europe CEPE) 6.5.2008

L’intégration doit reposer sur des procédures de naturalisa­ tion fiables (Argumentaire commun avec la Conférence des évêques suisses CES, l’Église catholique chrétienne de la Suisse ECCS et la Fédération suisse des communautés israélites FSCI)


COMMUNICATION

9.5.2008

11.10.2008

Énergie : Justice pour les générations futures

calvin09: L’hymne officiel du Jubilé Calvin

15.5.2008

11.10.2008

Présence nationale des Églises à l’Euro 2008

L’Alliance réformée mondiale reçue à Berne

25.5.2008

31.10.2008

Un culte national pour lancer la présence des Églises à l’UEFA Euro 2008

« Une Europe qui devienne un foyer pour des étrangers aussi »

27.5.2008

2.11.2008

FC Religions contre FC Conseil national 6:1 – Coup d’envoi vers le fair-play

Inauguration de l’Année calvin09 3.11.2008

15.6.2008

Calvin a radicalement démocratisé les ministères

L’Assemblée des délégués siège à Bellinzone 3.11.2008 17.6.2008

Lucien Boder nouveau membre du Conseil de la FEPS

L’Assemblée des délégués : L’Église assume une « fonction de gardienne du système de valeurs »

4.11.2008

18.6.2008

Conseil suisse des religions : la FEPS cofinance son secrétariat

Journée mondiale des réfugiés : Protection nécessaire – diversité enrichissante

4.11.2008

3.7.2008

Dialogue interculturel : « Le dénominateur commun en Europe est faible »

La Fédération des Églises salue la décision du Conseil fédéral sur la question de l’euthanasie

7.11.2008

L’initiative contre les minarets est inappropriée

Colloque consacré à l’avenir de l’énergie : Un marketing professionnel en faveur de la protection de l’environnement

11.9.2008

11.11.2008

Conférence internationale sur le conflit israélo-palestinien à Berne

Conférence Femmes et Diaconie : Les femmes souffrent de dépression, les hommes de ­­ burn-out

8.7.2008

14.9.2008

« Perspectives bernoises » après la Conférence théologique internationale sur le conflit israélo-palestinien

21.11.2008

19.9.2008

3.12.2008

Le salut de Calvin à la décennie Luther

Rencontre œcuménique CES – FEPS : Nouvelles impulsions pour l’œcuménisme

2.10.2008

Nouvelle directrice pour l’Institut de théologie et d’éthique de la FEPS

Open Forum Davos 2009

53


54

COMMUNICATION

Une journée dédiée à Johannes C. Ou un aperçu de la vie quotidienne de notre webmaster

6h15. C’est une belle journée. L’été embaume l’air, une

odeur de café donne un nouvel élan à la trajectoire d’un bourdon et la quantité de courriels en attente dans ma boîte de réception est gérable. J’ai apparemment commis une erreur sur le site consacré à Calvin. Il manque une ­lettre à « Johanes ». Je vais tout de suite corriger ça. 7h. Le café est tiède, le bourdon parti. Mon collègue arrive.

Demande si j’ai déjà lu l’article sur Calvin dans le journal du jour. Un texte plein de fautes, nous devons intervenir. Bon nombre de personnes connaissent mal le dossier ­Calvin. Nous voulons y remédier, par exemple avec notre site internet. Mais il y a sans cesse des journalistes qui ne puisent pas dans notre répertoire de textes. La séance hebdomadaire sur Calvin commence dans une heure; il ne reste pas beaucoup de temps. « Johanes » attendra en­core un peu sa correction. 8h. Séance sur Calvin. Nouveau café, l’équipe est motivée.

Le chargé de projet a manqué son tram. L’Assemblée des délégués de la FEPS a décidé de célébrer le 500e anniversaire de Calvin en 2009. Elle a nommé, avec l’Alliance réformée mondiale, un comité international de patronage. Un logo a vu le jour, une marque: calvin09. En minuscules et sans espace. Vite assorti de la nécessité de créer un site internet. Avec toutes les informations sur Calvin, du matériel, l’inévitable calendrier des manifestations, le tout bien sûr en quatre langues: français, allemand,

anglais, espagnol. Une plaque tournante sur le plan mondial pour l’année commémorative. Arrivée du chargé de projet. Sans café. « Le cerveau de

­Calvin est trop petit », déclare-t-il avec un regard de re­proche à mon intention. « Bien, que je lui rétorque, je n’y peux rien, c’était pourtant un homme intelligent. » C’est évidemment de notre site internet dont il est question: les modes de pensée de Calvin y sont illustrés dans une animation de son cerveau. Qu’il faut donc agrandir, je téléphonerai tout à l’heure. « Et son prénom s’écrit avec deux n. Il est sur la page d’accueil, à la vue de tous. » « Oui, je sais, je m’en occupe tout de suite. » 10h. Une journée bien remplie. L’été rayonne, le café c­ onfère une frappe énergique au bruit des touches de mon ­clavier et ma boîte de réception est pleine à ras bord. La séance est terminée, j’ai quatre appels en absence. Je compose néanmoins le numéro de l’agence du site. Rendez-vous téléphonique. «Il y a un problème avec Ge­­­ nève», dit l’agence. « Oui, le coût de la vie y est un peu cher !» Je plaisante, il est naturellement à nouveau question du site internet. On y trouve une carte interactive de Genève où les principaux sites liés à Calvin sont indiqués à l’aide de petites aiguilles. Seulement, leurs positions ne jouent plus. Le mur des réformateurs s’est noyé dans le lac et le bâtiment de l’ONU a été permuté avec le Collège Calvin. Jolie représentation, mais malheureusement


COMMUNICATION

f­ ausse. Nous nous creusons la tête. Bien, le branchement prendra donc un peu de retard. « Oui, j’ai vu qu’il ­manque un n. Merci. »

j’attends que mon interlocuteur décroche, je me demande pourquoi Calvin ne s’est pas prénommé Huldrych. Ça aurait évité l’oubli d’un n.

12h15. Crevé. Midi. Pause rapide à la cuisine. Un collègue

16h. La journée ne veut pas s‘achever. L’été disparaît derrière

mange une soupe aux lettres. Je me concentre pour éviter de chercher un n. Peine perdue. Trop de choses se sont accumulées aujourd’hui. C’était la même chose avant le coup d’envoi du projet Calvin, début novembre, à Genève devant le mur des réformateurs. Le site internet a été complètement remanié pour l’occasion. Restructuré. Plus d’interactivité. Les Églises en Suisse et à l’étranger s’en aperçoivent. Beaucoup de contacts ont été établis. Avec des Églises de France, d’Allemagne, d’Autriche, des ÉtatsUnis et même de Chine. Et naturellement de Suisse. Il y a même un magasin Calvin. On peut par exemple y acheter une mini-exposition pour les paroisses. Ou des pralinés Calvin spécialement créés pour le 500e.

un store, l’eau a remplacé le café et un message d’une collègue apparaît dans ma boîte de réception. Elle vient de découvrir, par hasard, une erreur sur la page d’accueil du site dédié à Calvin et l’a vite corrigée. Elle avait justement un peu de temps. Je me dirige vers la fenêtre pour voir ce qui provoque ce frappement monotone contre la vitre. Un bourdon. Ses pattes forment un n. On dirait qu’il rigole. Je souris aussi.

15h. C’est une journée éprouvante. L’été s’embrase, le café

est froid et je me débats avec ma boîte de réception. « Pourquoi Calvin a-t-il encore fait des études une fois à la retraite », demande quelqu’un. Une faute de traduction s’est apparemment glissée dans un texte. Il aurait fallu mettre que Calvin a reçu une part d’héritage durant ses jeunes années, afin de pouvoir étudier. Mais la traduction parle d’une rente. Il faut vite rectifier ce point, le texte est déjà en cours de mise en page. Téléphones. Pendant que



Thomas Flügge

55


{Maîtriser nos} ROUAGES Être sur les dents, énergie positive quand elles s'engrènent harmonieusement.


58

SERVICES CENTRAUX

Services centraux Les Services centraux assurent la gestion et l’administration de la Fédération des Églises. Ils sont responsables des services suivants: Assemblée des délégués, Conseil, Direction et Administration du personnel et des finances. Le bureau de réception avec son accueil chaleureux en fait également partie.

Collaborateurs

Trente-cinq personnes travaillent au Secrétariat. Elles se partagent vingt-sept postes à plein temps. Pour la prépara­ tion et l’organisation du 500e anniveraire de Calvin en 2009, deux postes à temps partiel ont pu être créés pour une durée limitée. Le 31 janvier 2008, le professeur Christoph Stückelber­ ger, directeur de l’Institut de théologie et d’éthique, a pris la présidence de la Fondation Globethics.net dont il est le fon­ dateur. Christina Tuor-Kurth assume la direction de l’Insti­ tut depuis le 1er octobre. Le pasteur Christoph Waldmeier a quitté la FEPS le 31 janvier et repris le ministère pastoral de la paroisse réformée de langue française de Winterthour. Pendant près de cinq ans, il s’était occupé des Églises suisses à l’étranger et avait entretenu de bonnes relations avec les autres Églises, en particulier en Extrême-Orient. Le pasteur Mathias Hügli a pris sa succession. La chargée des affaires sociales et de diaconie, Anne Walder, a quitté la FEPS fin mars. De retour de l’étranger, Monika von Grünigen, qui avait déjà travaillé au Secrétariat précédemment, a repris l’assistance administrative du service Communication. Locaux

La deuxième étape de la rénovation complète des locaux a eu lieu d’avril à août 2008. Après la transformation du rezde-chaussée et le renouvellement complet des installations en 2005, ce fut le tour des trois étages de bureau. Les bureaux ont été fermés pendant deux semaines pour la réfection des corridors et de l’escalier. Tous les bureaux ont été dotés de parquets (sur le modèle des parquets originaux d’il y a cent ans) ainsi que d’un ameublement et d’un éclairage homo­ gènes. Les sanitaires ont notamment été assainis et dis­posent enfin d’eau chaude. La salle de séjour des collaborateurs du premier étage a été agrandie. Les travaux de rénovation ont été déterminants pour toutes les personnes impliquées. La salle de séance du rez-de-chaussée a été transformée en un grand bureau avec six places de travail. Malgré les précau­ tions et une planification minutieuse, nous avons dû subir jusqu’à la fin la poussière des travaux, omniprésente. Aujourd’hui, les bureaux sont comme neufs. Un grand merci aux entreprises, aux ouvriers et aux collaborateurs. Informatique

En même temps que le câblage de la maison, tout le maté­ riel informatique a aussi été changé pendant la rénovation des bureaux. De nouveaux serveurs, de nouveaux ordina­ teurs et un central téléphonique intégré au serveur assurent aujourd’hui la communication électronique.


SERVICES CENTRAUX

Personnel   1 Theo Schaad, pasteur

Directeur des Services centraux   2 Beatrice Bienz

1

2

Assistante administrative du ­président, secrétariat de l’Assemblée des délégués

3

  3 Jacqueline Blaser

 ssistante administrative A de la réception   4 Christine Maurer

Réceptionniste 4

5

6

  5 Helene Meyerhans

 ssistante administrative A du Conseil   6 Markus Sahli, pasteur

7

8

9

Collaborateur personnel du président

  7 Mirjam Schwery

Réceptionniste   8 Christian Straumann, lic. rer. pol.

 hargé de la planification C ­financière, du personnel et de l’informatique   9 Jacqueline Tschumi 10

11

Aide-comptable 10 Cécile Uhlmann

Responsable de la comptabilité 11 Eva Wernly

 ssistante administrative du A directeur du Secrétariat

L’organigramme actuel est disponible sur www.sek-feps.ch/fr/qui-sommes-nous.

59


60

SERVICES CENTRAUX

Les traces À propos de la rénovation du bâtiment en 2008

Un visiteur s’est présenté un jour: «Cette maison a été construite par mon grand-père. Cela m’intéresserait de voir ce qu’elle est devenue.» Il est d’autant plus surpris d’y trouver le secrétariat de la Fédération des Églises que sa femme est pasteure. La discussion se prolonge sur la construction de la maison, la répartition des pièces, les transformations et les environs. Nous faisons le tour du propriétaire sur les traces du passé. Une maison à la hauteur de son époque

Les plans datent de 1908. Ce sont ceux d’une maison de maître comprenant deux vastes appartements, perpendiculaires à la rue. Celui du dessous donne sur un jardinterrasse, celui du haut s’ouvre sur un grand balcon. À côté de l’entrée, une grande remise pour le parc de véhicules et, à l’arrière, les caves. Sous le toit, quatre chambres mansardées pour les domestiques et un lavabo en guise de coin toilette. En 1910, Emil Streuli et sa famille investissent le logement du haut. Le fils du propriétaire du tissage de Horgen travaille comme juriste aux Chemins de fer fédéraux. Il

décrit l’étage : huit pièces avec deux balcons qui servent respectivement de salon, salle à manger, salle d’étude et salle de couture, la chambre d’enfants et la chambre à coucher des parents. Plus deux chambres d’amis avec, à côté, deux salles de bains avec cabinets à chasse d’eau, la cuisine équipée d’une cuisinière à gaz. Le boiler qui fonctionne lui aussi au gaz fournit l’eau chaude pour la cuisine et la salle de bains. Toutes les pièces sont munies d’un éclairage électrique, même les deux mansardes pour les domestiques à l’étage supérieur et il y a même un ­raccordement téléphonique avec appareil mural dans le corridor. Le tout pour un loyer annuel de 2500 francs, sans les charges.1 Une cuisine et une salle de bains au gaz! La révolution technique est visible lors de la rénovation de 2008. Des cheminées avaient été installées dans les anciennes salles de bains équipées de chauffe-eau. Mais lors de la démolition, on n’y trouve aucune trace de suie. Les cheminées n’ont jamais été utilisées. La conduite de gaz passe encore au plafond du corridor. Les traces des gens qui ont vécu dans la maison sont rares et mystérieuses. Qui a bien pu laisser au fond d’un placard toute une liasse d’ordonnances bernoises sur la chasse datant de 1923? Les transformations des années 50 et 60 sont des signes précurseurs de l’époque moderne. Les murs de soutènement du jardin sont démolis. Six garages nouvel-


SERVICES CENTRAUX

lement construits donnent un bon argument pour la location du bâtiment. Jusqu’à présent, le président de la FEPS a toujours bénéficié d’un garage gratuit. Le hall et l’escalier sont transformés. On y sent l’influence du style Bauhaus. L’entrée et la remise transformée en salle de séance se présentent sous une apparence sobre et froide. Une maison individuelle pour la Fédération des Églises

Un généreux legs a permis à la Fédération des Églises de quitter l’appartement sis à la Lentulusstrasse pour venir s’installer dans la maison individuelle de la Sulgenauweg. Le juriste américain John Jeffries lui a en effet légué une fortune de l’ordre de 1,6 million de dollars US. Un membre de l’ancien comité a passé un certain temps aux États-Unis afin de liquider l’héritage. Les traces de cette générosité: un bâtiment représentatif, fraîchement rénové, un fonds de 2,8 millions de francs suisses (qui, quarante ans plus tard, a payé la moitié de la rénovation), une bibliothèque juridique en anglais sous les combles et une photo du donateur dans un lourd cadre doré. La Fédération des Églises protestantes de Suisse y a emménagé en 1968. Son histoire se confond avec celle de la maison. «L’inauguration officielle du Secrétariat de la Fédération des Églises au Sulgenauweg 26 de Berne a eu lieu le 30 septembre 1968, en présence d’une délégation du Conseil fédéral et du Conseil œcuménique.»2

Au début, la maison est trop grande. Un étage est ainsi loué à l’Association suisse des transports routiers ASTAG. Quelles traces la proximité géographique et les contacts sociaux entre les théologiens et les collaborateurs de l’association ont-ils bien pu laisser dans les deux organisations? La Fédération des Églises grandit. L’Institut d’éthique sociale emménage au début des années 70, le Service Œcuménisme Suisse au début des années 80, puis vient le tour des services Migration et Droits de l’homme. Une maison pour l’avenir

Les premières clarifications sur le maintien de la valeur du bâtiment et les adaptations architecturales sont en­treprises à partir de 2002 avec l’architecte. Elles aboutissent aux deux grandes phases de rénovation de 2005 et 2008 qui laissent elles aussi des traces; les traces d’une Fédération des Églises tournée vers l’avenir et qui travaille avec les outils de son époque. 

Theo Schaad

1 D’après H.P. Treichler: Die Löwenbraut, Éditions NZZ 1999, page 271. 2 Traduit de Arnold Mobs: Die evangelischen Kirchen der Schweiz im Zeitalter der Oekumene und der zwischenkirchlichen Hilfe – 50 Jahre Kirchenbund 1920 – 1970.

61


62

COMPTES

Comptes 2008

Comptes de gestion

2008

2007

Compte de gestion de fonctionnement

Organes

Charges

Revenus

Charges

Revenus

CHF

CHF

CHF

CHF

950’298

177’802

833’819

91’270

Églises en relation

1’263’313

85’134

1’349’187

107’968

Institut de théologie et d'éthique

1’245’256

147’989

1’452’327

158’360

653’257

35’763

523’445

0

2’700’737

6’934’873

1’941’666

6’314’588

Communication Services centraux Subventions

568’700

0

571’742

0

Réserves et comptes hors exploitation

2’206’736

2’206’736

2’768’184

2’768’184

Total

9’588’297

9’588’297

9’440’370

9’440’370

Bilan

31.12.2008

31.12.2007

Actifs

Passifs

Actifs

Passifs

CHF

CHF

CHF

CHF

Patrimoine financier

4’994’825

Patrimoine administratif

1’591’635

Capitaux de tiers

7’188’257 103’677 521’896

554’332

Réserves

1’543’197

2’114’196

Comptes hors exploitation

1’794’121

1’866’885

Capitaux partagés

1’988’434

1’988’434

738’812

768’087

Fortune Total

6’586’460

6’586’460

7’291’934

7’291’934


63

STATISTIQUE

Statistique 2007 Statistique des actes ecclésiastiques 2007

Argovie

26’795

99

Bâle-Campagne

103’400

362

Bâle-Ville

97 394

24

36’100 650’782

2’200

2’108

36

146

1’305

Sorties d’Église

Entrées d’Église

Services funèbres

Total

mixtes

Total

protestants

Mariages

fémin.

mascul.

Total

adultes

189’603

Appenzell AI/AR

Berne-Jura-Soleure

Confirmations fémin.

mascul.

Baptêmes Membres

Églises membres

Source: Églises membres

1’904

392

41

433

2’019

281

196

186

182

368

49

38

87

357

42

167

780

542

565

1’107

102

109

221

1’117

172

675

162 4’364

3’555

3’387

1’755

313

19

15

34

479

101

823

6’942

914

579

1’493

7’302

338

3’071 298

Fribourg

34’401

117

263

184

196

380

17

27

44

271

20

Genève, EPG

66’695

95

75

9

179

56

50

106

79

31

110

652

125

18

Glaris

16’016

79

59

138

107

79

186

15

11

26

214

22

112

Grisons

74’031

323

314

637

436

449

885

126

79

205

742

92

394

Lucerne

39’426

137

133

270

174

172

346

17

35

52

340

60

287

Neuchâtel

142

827

1’695

58’996

120

2

264

191

191

382

91

13

104

Nidwald

4’024

11

11

22

34

16

50

2

4

6

29

5

23

Obwald

2’415

5

10

15

11

16

27

5

1

6

18

13

Saint-Gall Schaffhouse

117’465

406

380

4

790

705

667

1’372

93

135

228

1’318

171

722

34’017

109

105

12

226

175

171

346

59

16

75

471

50

182

Schwytz

17’553

62

64

126

71

74

145

10

22

32

98

29

122

Soleure

31’065

90

85

178

194

161

355

27

22

49

298

83

453

Tessin

17’730

38

Thurgovie

96’054

384

Uri Vaud

1’770

5

242’273

520

3

22 370

5

3 527

20

60

32

32

64

10

20

30

129

47

87

759

622

617

1’239

113

87

200

1’040

137

577

20

6

8

8

3

4

7

1

2

3

1’067

808

807

1’615

490

138

628

2’829

Valais

15’433

31

42

73

35

35

70

8

43

51

137

Zoug

17’760

60

80

140

81

61

142

4

22

26

119

23

121

Zurich

483’409

1’536

3’155

2’120

2’049

4’169

547

459

1’006

5’547

462

2’820

Genève, EELG Église év.-méth.

1’599

600 6’952

27

33

20 21 42

21 102

121

1 41

6

1

14

32

16

47

180

185

125

2’384’765 Total 2007 15’300 22’641 5’187 26’567 2’370 14’564 Total 2006 15’412 22’831 5’396 26’721 2’722

12’344


64

DÉLÉGATIONS ET COMMISSIONS

Délégations et commissions État au 15 janvier 2009

Délégations Communauté de travail des Églises chrétiennes en Suisse (CTEC-CH)

Délégation de la FEPS à l’assemblée plénière: le pasteur Lucien Boder (Conseil de la FEPS), Bienne; le pasteur Martin Hoegger, Le Mont; le pasteur Frank Jehle, Saint-Gall; le pas­ teur Thomas Plaz, Winterthur; le pasteur Ruedi Reich, Zurich; la pasteure Ysabelle de Salis, Neuchâtel; le pasteur Thomas Wipf (Conseil de la FEPS); le pasteur Martin Hirzel (FEPS); délégation FEPS à la présidence: le pasteur Lucien Boder; le pasteur Thomas Wipf (Conseil de la FEPS) Conseil œcuménique des Églises (COE)

Membre du comité central: Martin Hirzel (FEPS) Alliance réformée mondiale (ARM)

Vice-président et membre du comité exécutif: le pasteur Gottfried W. Locher, Berne Conférence des Églises européennes (KEK)

Membre de la présidence: le pasteur Thomas Wipf (Conseil de la FEPS) Commission «Église et société»: le pasteur Serge Fornerod (FEPS) Communion d’Églises protestantes en Europe (CEPE)

Président exécutif: le pasteur Thomas Wipf (Conseil de la FEPS); membre suppléant du Conseil: le pasteur Martin ­Hirzel (FEPS)


DÉLÉGATIONS ET COMMISSIONS

Commissions Conseil Commission de dialogue protestants / catholiques romains (CDPC)

Délégation FEPS: le pasteur Markus Anker (coprésident), Saint-Gall; le professeur Reinhold Bernhardt, Bâle; le pas­ teur Sven Büchmeier, Baden; la pasteure Isabelle Noth, Berne; le pasteur Niklaus Peter, Zurich. Secrétariat de la FEPS: le pasteur Martin Hirzel

Groupe de travail protestant «nouveaux mouvements r­ eligieux»

Présidence: le pasteur René Perrot, Ebmatingen; la pasteure Kristina Eppenberger Vogel, Bülach; le pasteur Heimberto Kunkel, Carouge-Genève; la pasteure Silvia Liniger, Berne; Marcus Sartorius, Thoune (invité); le pasteur Martin Schei­ degger, Lucerne; le professeur Georg Schmid, Rüti; Jörg Weisshaupt, Zurich. Secrétariat de la FEPS: le pasteur Martin Hirzel

Théologie et éthique

Groupe de dialogue FEPS / Conférence mennonite suisse

Délégation de la FEPS: le pasteur Ruedi Heinzer; la pasteure Esther Schweizer-Rüegg, Schaffhouse; le professeur Martin Sallmann, Lützelflüh Commission de dialogue protestants / juifs (CDPJ)

Délégation FEPS: le pasteur Albert Frey, Prahins; la pasteure Lucie Kaennel, Lausanne; le professeur Matthias Konradt, Berne; le pasteur Bernhard Krebs, Enggistein. Secrétariat de la FEPS: le pasteur Martin Hirzel Commission des finances du Conseil

Présidence: Karl Kohli (Conseil de la FEPS); Werner Macher, Saint-Gall; Willy Oppliger, Berne; Daniel Strebel, Baden; Dieter Zaugg, Zurich; Helen Gucker-Vontobel (Conseil de la FEPS); le pasteur Thomas Wipf (Conseil de la FEPS). Secré­ tariat de la FEPS: le pasteur Theo Schaad, Christian Strau­ mann

Églises en relation

Comité de la conférence de diaconie

Présidence: Konrad Meyer, Bâle; Anne-Marie Droz, Berne; Olivier Favrod, Lausanne; Sergio Jost, Zurich; Antoinette Killias, Zurich (EPER); la pasteure Hélène Küng, Lausanne (CSP); Roland Luzi, Zurich (DVS). Secrétariat de la FEPS: Christina Tuor-Kurth, Anja Scheuzger Comité de la conférence des femmes

Présidence: la pasteure Sabine Scheuter Perret, Zurich; Eva Maria Fontana-Hübner, Binningen (FPS); Carmen Jud, Lucerne (Frauenkirche Zentralschweiz); Lilian Studer, Zurich (EPER); la pasteure Lisbeth Zogg Hohn, Berne. Secré­ tariat de la FEPS: Christina Tuor-Kurth, Anja Scheuzger (secrétariat) Comité du fonds pour le travail des femmes

Présidence: Irène Reday (Conseil de la FEPS); Nicolasina ten Doornkaat, Berne; Ria van Beek, Versoix. Secrétariat de la FEPS: Christina Tuor-Kurth, Michèle Laubscher Commission Église et tourisme

Commission pour les relations extérieures (CRE)

Présidence: le pasteur Serge Fornerod (FEPS); le pasteur Beat Dietschy, Berne (PPP); le pasteur Jacques Küng, Lau­ sanne (DM); le pasteur Ueli Locher, Zurich (EPER); le pas­ teur Martin Breitenfeldt, Bâle (mission 21); le pasteur ­Thomas Wipf (conseil de la FEPS). Secrétariat de la FEPS: Christian Vandersee Commission pour les Églises suisses à l’étranger (CESE)

Présidence: le pasteur Thomas Müry, Bâle; Marianne Bianchi, Manno; la pasteure Barbara Brunner, Schaffhouse; le pasteur André Joly, Lausanne; le pasteur Norbert Wysser, Cordast. Secrétariat de la FEPS: le pasteur Matthias Hügli, Elisabeth Balmer (secrétariat) Commission Église + Mission

suspendue

Présidence: le pasteur Thomas Schweizer, Bern; Jacques Brunnschweiler, Aigle; Barbara Grass-Furter, Coire; Monika Knöpfel, Zurich; le pasteur Michael Landwehr, Samedan; Stefan Otz, Interlaken. Secrétariat de la FEPS: Anja Scheuzger Commission de liturgie

Présidence: le pasteur Arend Hoyer, Thalwil; le pasteur Peter Gumbal, Adliswil; la pasteure Astrid Maeder, Berne; le pro­ fesseur Andreas Marti, Liebefeld; la pasteure Katharina Vollmer Mateus, Genève; la pasteure Marianne Weymann, Genève; la pasteure Simona Rauch, Vicosoprano. Secrétariat de la FEPS: le pasteur Jacques-Antoine von Allmen, Michèle Laubscher Les rapports annuels des diverses commissions peuvent être téléchargés sur le site www.feps.ch.

65


66

RELATIONS

Relations

Fondations pour lesquelles l’AD ou le Conseil de la FEPS sont des organes:

– Entraide Protestante Suisse (EPER) – Pain pour le prochain (PPP) – fondia – Fondation pour la promotion de la diaconie communautaire dans la FEPS Fondations pour lesquelles l’AD et / ou le Conseil de  la FEPS sont des autorités de nomination ou de contrôle:

– Fondation suisse de la Réformation (FSR) – Fondation de solidarité des pasteurs (FS) Fondations liées à la FEPS par des contrats cadres ou  contrats de prestations:

– Département missionnaire des Églises protestantes de Suisse romande (DM-échange et mission) – mission 21 – evangelisches missionswerk basel Organisations liées à la FEPS:

– Société pastorale suisse (SPS) – Centres sociaux protestants (CSP) – Fédération suisse de diaconie (FSD) – Association suisse des Sociétés de secours aux protes­ tants disséminés (ASSPD) – Société biblique suisse (SB) – Reformierte Medien (RM) – Médias-pro, l'Office protestant des médias – Commissione per le trasmissioni evangeliche radio e TV della Svizzera italiana – Femmes protestantes en Suisse (FPS) – Conseil suisse des Missions évangéliques (CSME) – Service œcuménique de jeunesse en Suisse (SOJ)


FEPS Rapport annuel 2008  

Rapport annuel 2008 de la Fédération d'Églises Protestantes en Suisse (FEPS)

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you