Issuu on Google+


SOMMAIRE SUMMARY

II IV XII XXI XXIV XXX

55 56 60 62 70 82 88 92 94 96

101

IN/OUT

Conférences/Lectures Expositions/Exhibitions Hors les murs/Outdoor

ÊTRE SPÉCIALE BEING SPÉCIALE Éditorial/Editorial Interview Frédéric Borel Colloque Architecture et Éducation/ Architecture and Education symposium Colloque Utopie Aujourd’hui ?/ Utopia Today ? symposium Colloque Gouvernance Urbaine/ Urban Governance symposium Interview Reza

T UN RAN N E S EN OT PA ME TH JU SS TT US ST IO RE IA ED N SM UC  ! AT IO N ,

4 6 14

PRODUCTION SPÉCIALE SPÉCIALE PRODUCTION Éditorial/Editorial Workshop Marcosandmarjan Ateliers/Studios – Pavillon Spéciale/Spéciale Pavilion – Introspection – Interdépendance – Mutations Workshop Oscar Tuazon Extras – Reconstruire Haïti/Rebuilding Haïti – Atelier d’écriture/Writing studio 3e cycle Architecture des Milieux/ Environmental Architect post-graduate

NUIT SPÉCIALE SPÉCIALE NIGHT

116 124

Trophées/Trophies Prix de l’été/Summer prizes – Meilleurs Diplômes/Best Diplomas – Prix de l’invité d’honneur/Guest of honor’s prizes Prix de l’Hiver/Winter prizes – Prix SPÉCIALE/SPÉCIALE Prizes – Prix de l’invité d’honneur/Guest of honor’s prizes

126

Photo du semestre/Semester’s photography

102 114


Administration PRÉSIDENT/Président François Bordry DIRECTION/ Management Odile Decq Directeur Général/ General Director Marie-Hélène Fabre Directrice des études/ Academic Head Armelle Cochevelou Secrétaire Générale/ General Secretary Amina Chady Assistante de Direction/ Executive Secretary ACCUEIL/Reception Francine Donnat Sylvie Labattut Accueil, standard/ Reception, switchboard PÉDAGOGIE ET VIE ÉTUDIANTE/ Education and student life

Martine Jeanne Responsable des inscriptions/ Registrations Solange Buelga Responsable de l’administration pédagogique/ Educational administration Lucie Porchon Chargée de la vie étudiante et des stages/Student life and interships Marie-Hélène Amiot Responsable formation continue, 3e cycle et relations internationales/ Life long training, Postgraduate studies and International relations COMMUNICATION, PUBLICATIONS, ÉVÉNEMENTS/ Communication, publications, events

Magali Vannier Responsable communication et publications/ Communication and publications Leïla Colin-Navaï Chargée des expositions et du site internet/ Exhibitions and website COMPTABILITÉ/ Accounting Valérie Bertrand Responsable comptable/Accountant Brigitte Beauchamp Comptable/Accountant BIBLIOTHÈQUE ET DOCUMENTATION/ Library and documentation Anne Chaise Responsable bibliothécaire/Librarian

Camille Coursault, Thierry Vandennieuwembrouck, Céline Gourgues Bibliothécaires/ Librarians SERVICE INFORMATIQUE/ IT department François Potonet Responsable informatique/ IT manager Mickaël Coquel Chargé de la maintenance informatique/ IT maintenance REPROGRAPHIE/ Reprography Grégoire d’Amiens Chargé de la reprographie/Printing department LABORATOIRE AUDIOVISUEL/ Audiovisual laboratory

Grégoire d’Amiens Chargé du laboratoire photo/Photographic laboratory ATELIER MAQUETTE/ Model making studio Pascal Bernard Responsable de l’atelier maquette/model studio Stéphane Bernon Chargé de l’atelier maquette/model studio SERVICES TECHNIQUES ET SÉCURITÉ/Technical and safety departments Mohamed Benabbad Services techniques et sécurité/Technical services and safety Fayçal Zelmat Agent de maintenance/ Service technician Auguste Saraiva Agent de sécurité/ Security officer José Goncalves Agent de ménage/ Cleaning officer

professeurs / TEACHERS Architecture Thomas AUER Reza AZARD Philippe BARRIÈRE Platane BERES François BOUVARD Alexander Brodsky Fabienne BULLE Matteo CAINER Paolo CASCONE Sébastien CHABBERT Julien CHOPPIN Katherine CLARK Peter COOK Ricardo DE OSTOS Patrick CORDA Nicola DELON Daniel DENDRA Véronique DESCHARRIERES Hugh DUTTON Didier FAUSTINO Liza FIOR Andri GERBER Lina Ghotmeh Olivier GREDER Isabel HERAULT Spela HUDNICK Karsten HUNECK Serge JOLY

Jan JONGERT Olivier LEBLOIS Lionel LEMIRE Cédric LIBERT Rafaël MAGROU Fernando MENIS Thomas RAYNAUD Jean-Claude MOREAU Césare PEEREN Jacques POCHOY Jean-Christophe QUINTON Carl Fredrik SVENSTEDT Riyaz Tayyibji Bernd TRUEMPLER Valérie VAUDOU Marc VAYE Myrto Vitart Art Simon BOUDVIN Claire CHEVRIER Chantal DANJON Philippe GUILLEMET Nathalie JUNODPONSARD Julien PREVIEUX Françoise QUARDON Guy VACHERET

Communication, droit et gestion/ Communication, law, management Anne CARUS Jean-Louis GREMILLET Yves Henri NEDELEC Sophie SZPIRGLAS Langues/Languages Thuy-Nhân DAO Martin MEADE Brent PATTERSON Outils de représentation/ Representation tools Jean-Pierre BRAUN Michel DENES Paul EHRET Pierre JUDDE Hubert LEMPEREUR Paul MAÎTRE DUVALLON Charles MALBRAND Ivan MILISIC Aimé-Issa N’THÉPÉ Tobias NOLTE Jean-François OUDET Juliette PERNIN Raphaël PIERRAT

François POTONET Frédérique PROFIT Eugénie ROBERT Thomas SERIES Sciences de l’Homme et de la Société/ Human and social sciences Marie AQUILINO Jorge AYALA Michael BATALLA Catherine BLAIN Stéphane BONZANI Pierre CHABARD Laurence COSTES Thérèse DELAVAULTLECOQ Marc FRUCTUOSO Marlène GHORAYEB Vincent GUIGUENO Jérôme JACOUTOT Stéfania KENLEY Maria MARTINEZ GRAGERA Martin MEADE Jacques METROT Guillaume ORIGNAC Brent PATTERSON Frédérique PEYROUZERE

Céline SARAÏVA Jacques SAUTEREAU Michel VERNES Doris VON DRATHEN Catherine WEINZAEPFLEN Chris YOUNES Catherine ZAHARIA Technique/Technics Niccolo BALDASSINI Michele BONI Jean-Pierre BONTOUX Pierre BOURRIER Philippe COEUR Pierre-Alexandre COT Jean-Bernard DATRY Christian DELECLUSE Mitsu EDWARDS Pierre ENGEL Matthieu GALLAND Michel GARCIN Julie GAUBERT Michael HALTER Maria LOPEZ-DIAZ Clotilde ROBIN Christine SIMONIN Julien TANANT Juan VELASQUEZ Audrey ZONCO


IN/ out


04 K /0 3 a atherine M r ch u i L o f te nd A r c t r e ch e s / C 11 s/ ite ar larke H /03 Lo c t ch ar ernan nd ur it Xe ch on e/A ect & fir ite , U r t s Liza ot ct Diaz 18 K Ll , L e/ /0 p, Fior Antoine o s ar A 3 ar c lonso h A a ch n g i te P a r ch i te el c t i c es ris te te Picon c ,U , F t, , h 25 SA ra hi is M /03 nc st to ar arcos o r e, r i i e M ch C a an n / L o ar c i t e m nd os ct Cruz br r e an e s / 08 id s / d ar & ge Jan /0 m c L 4 ,U on a hi M ar 16 r arjan t SA c d o ja e /0 20 h Jongert Thomas c n i 4 n Ro 12 te ar , U , ts c c A C t t r te h K o Colletti er ch s M lde i t e da it /a & ar atthieu f y cte Colde m e c r ch C A R ch & /a , P te it ésare A s rc ay n, ec M M i te , M ct ts so hit f y M yriam sP e Ba ci e c ar /a oitevin Ra oulin Peeren és t – se rc s/ ba ,L N ill hi Soussan 22 t, et t ill e, e M ar c he c e, Ste /0 F ar h 4 ra t rla Fr ar i te o n f c c an nd ce Philippe /M c t hi ano ce & e t s in e o s ct B ro /a L aurent Jeangén e/ oeri c c rc ar i o hi ch - eur C arc te Louis oeur h / ite Pierre en ct DG i te s ct gi c Ivan A n t e P re esenti 29 ee ar /a rc M r W /04 M chi di a an h ol C ar arc te P i te ct ol ch V i o op f ct fredi e/ en H D. ite Pons ar na im Pri ct 30 ch ,A m x e/ /0 i te Carin ar us e l , a 4 CS ct ch tr b ( l r c Ca S ia ) a h i te u, ite pe tu Smuts ct d Vi ct 06 To io e n e/ , /0 w L Spela n e ar n e 5 M ,S C ,a , A ch Sl on o u ap r c h u t i te ov o c H th – i t r ic c t én hr udnik Af e c A he fr r i te ie o m ic qu /a / /S e a lo A , e rc v e r c ar du hi ni hi ch S u te c a te i t d/ t c t ec s, te Lj /a ub rc lja hit na e c , t

10

In&Out

lectures

P SP RIN RI TE N M G P 20 S 10 20 10 /

4-5

Conférences/ Lectures

CONFÉRENCES

8

12

11 1

2

3

4 6

5

7

9


15

14

13 16 17

18

19

1 Boeri — 2 Jongert — 3 Soussan et Moulin — 4 Diaz Alonso — 5 Clarke — 6 Poitevin — 7 Picon — 8 Prix — 9 Manfredi — 10 Cruz — 11 Hudnik — 12 Smuts — 13 Menis — 14 Tuazon — 15 Kotnik — 16 Tayyibji — 17 Bonnet — 18 Thorsen — 19 Brodsky — 20 Hecker

20

01 0/

02 /0 Fernando 9 ar c M h Te en ite n e is c t r if A r q M 06 EN e, u / Kjetil 09 i te E IS ar sp c ar Sn c h a g to ch s i ne – øh te T. i te /S S e t ct TH 16 ct p a an ta OR Zvi /09 e/ in ta – Be S O C E H Is rl E ru sl N ra in C o, z ar el , A K E de N c 27 h lle R o i te rv /0 a Oscar m è 9 ct a g r ch N ge e/ ew ne i te /N Yo T ct or – w Te e/ rk UA ay ,U Z l A ar O c vi hi SA N v , I te c – ar t sr t P a is aë t r is e / l/ , F ar r a t is nc t e 07 Ri /10 A y In NT az di HI TA a LL YY 21 DE IB Jure/10 SI J I Ar G N ar Lj hit K c ub e O – hit k Ah e lja tu TN 28 m c te na ra IK /1 Frédéric ed /a , S J u ar 0 ar ab r c lo r e ch O b ch ad hit vé K i t r a i te ni ot ec , I ec nd t e ni te s ct 04 BO a e k / e/ rc /a N Ale /11 – ar c h r ar hi ite ch NE x c te M h ander c t i te T ct o s i te e s ct co c t – u, e/ Pa Ru ar B R r is ss chi OD ,F i e te S ra /M ct KY nc os e co w ,R us si a

A FA UT LL OM 20 N 10 E 2


6-7

In&Out

Exposition/ Exhibition

Prémices d’Architecture

The beginnings of Architecture Du 25 au 27 mars 2010

En dialogue avec le Salon du Dessin contemporain, cette exposition de croquis d’étude d’étudiants et d’enseignants a été l’occasion de mettre en valeur un moyen de conception et d’expression des idées initiales du projet d’architecture. Outil indispensable, le croquis permet à l’architecte de mettre en forme des concepts de projets en devenir et de rendre visible le processus de création. 1

Avec/With : Lauren Boulay, Mohamed Bennabad, Youness Berrada, Fabienne Bulle, Matteo Cainer, Juliette Charron, Melissa Chiche, Marion Chiorra, Adrien Daniel, Daniel Dendra, Sihan Du, Mohamed El Moumni, Adrien Fenet, Louis Henri, Michel Jaquet, Celine Jesberger, Nathalie Junod-Ponsard, Stefania Kenley, Alice Labourel, Audrey De Laguarigue, Rosalie Laurin, Olivier Leblois, Boris Lefevre, Jean Maleyrat, Natacha Mankowski, Maria Martinez, JeanClaude Moreau, Dionysia Nikolakopoulou, Anna Philippou, Jean-Christophe Quinton, Jean-Baptiste Ronnan, Lola Rozewicz, Sebastien Tabourin, Asya Yilmaz.

From March 25 to March 27, 2010 In the framework of the Salon du Dessin Contemporain, the École Spéciale d’Architecture has shown students and academics sketches. Sketch is one of the main tools for architects to design future project and to reveal the creation process. The exhibition enhanced a strong mean of representation and expression of the project. 2

1 Croquis / Sketch, Fabienne Bulle 2 Croquis / Sketch, Matteo Cainer


1

3

GÉNÉRATIONS D’ARCHITECTES DESA

GENERATIONS OF DESA ARCHITECTS Du 16 avril au 7 mai 2010 Table ronde jeudi 15 avril 2010

Nous initions avec “Générations d’Architectes” une série d’expositions présentant le travail des Architectes DESA, qu’il soit question d’un travail théorique, artistique ou d’architecture, d’urbanisme – ce cycle d’exposition reflètera la diversité des profils et des démarches de ceux qui ont fait leur études à l’École Spéciale. Présenter le travail des architectes DESA c’est aussi et surtout l’occasion de faire de l’école une plateforme de débats, d’échange d’expériences, de discussions et de mise en perspective du métier d’architecte sous ses formes les plus diverses. Pour l’École Spéciale, il n’y a pas une vision univoque de l’avenir lorsque l’on fait des études d’architecture mais plutôt une ouverture au monde, à la ville, à l’art et aux idées, qui permet à ceux qui sont diplômés d’exercer des métiers différents.

1 Installation, Thomas Coldefy 2 Valoches / Suitcases, Matthieu Poitevin 3 Maison bioclimatique à enveloppe d’eau / Water-wrapped bioclimatic house, Myriam Soussan & laurent Moulin

Quatre architectes DESA – Trois agences d’architecture – Trois installations in Situ / Four DESA architects – Three architecture agencies – Three in situ installations: Matthieu Poitevin (DESA 1991) Agence/Agency: ARM, Poitevin & Reynaud, Marseille – France. Myriam Soussan & Laurent Moulin (DESA 1999 & 1996) Agence/Agency: Myriam Soussan & Laurent Moulin Architecture, Rabat – Maroc/Morocco. Thomas Coldefy (DESA 2002) Agence/Agency: Coldefy & Associés. CAAU, Lille – France.

From April 16 to May 7, 2010 Roudtable Thursday 15th, April 2010 We are initiating with “Generations of Architects” a series of exhibitions showing the work of the DESA Architects, whether it be theoretical work, artistic or architecture work, or urbanism – this cycle of exhibitions will reflect the diversity of the profiles and the approaches of those persons that studied at the École Spéciale. To present the work of DESA architects means also and above all the opportunity to turn the school into a platform for debates, exchanges over experiences, discussions and situation analysis of the profession of architect in its most various aspects. For the École Spéciale, there is no univocal vision of the future when we are doing architecture studies, but rather a process of opening oneself to the world, to the city, to arts and to ideas that will allow the graduates to exercise in different professions or fields.

2


8-9

In&Out

Exposition/ Exhibition

« ECTOPLASMATIC LIBRARY » Ricardo de Ostos Installation In Situ Du 21 mai au 11 juin 2010 Avec cette carte blanche à Ricardo de Ostos, l’École Spéciale a ouvert une série d’installations in situ dans sa galerie d’exposition. De l’ordre de la microarchitecture, ces installations sont une forme d’expression alternative convoquant la multidisciplinarité et l’expérimentation, points clefs de la pédagogie à l’École Spéciale. Ricardo de Ostos de l’agence d’architecture Naja & de Ostos est un architecte Brésilien travaillant à Londres, qui a enseigné à l’École Spéciale en 2009. Avec cette installation, il réinterprète le concept d’archives au travers d’une expérimentation qui se déroule tout au long de l’exposition. « L’ectoplasmatic library » est constituée d’électronique, de bio-organismes et de créatures cinétiques. C’est un environnement évolutif qui recueille, mesure, traite et retranscrit à travers le temps, les informations de l’espace de la galerie et de ses visiteurs. 1

Ricardo de Ostos In Situ Installation From May 21th to June 11th 2010 With this carte blanche given to Ricardo de Ostos, the École Spéciale launches a series of in situ installations in its exhibition gallery. Those installations, falling in the category of microarchitecture, are an alternative form of expression that convokes multidisciplinarity and experimentation, two key points of the education at the École Spéciale.

3 2

1 Affiche / poster, Ricardo de Ostos 2 Installation, Ricardo de Ostos 3 Modèle / ply front view, Ricardo de Ostos

Ricardo de Ostos from the architecture office Naja & de Ostos is a Brazilian architect practising in London, who has given lectures at the École Spéciale in 2009. With this installation he reinterprets the concept of “archive” through an experimentation that takes place during the exhibition. The “ectoplasmatic library” is made of electronics, of bioorganisms and of kinetic creatures. It is an environment subject to evolution that collects, measures, processes and transcribes, throughout time, the information from the gallery space and its visitors.


1

LES 40 ANS DU BARESA

THE 40 YEARS OF THE BARESA 28 mai 2010

Il y a 40 ans, à la suite de la révolution de 68, un groupe d’étudiants décide de créer un lieu de partage, d’échanges et de services à l’École Spéciale. Une institution, devenue une association il y a 5 ans, qui continue d’exister et d’évoluer depuis, grâce à la volonté d’étudiants motivés. Pour fêter cet événement, les étudiants du Baresa ont organisé une grande soirée anniversaire sur le thème des années 70, avec la présence exceptionnelle des créateurs de l’Happy Hour et de nombreux anciens ayant travaillé au bar depuis sa création. Festif !

1 L’heure joviale / The happy hour, BARESA

28th of May 2010 40 years ago, after the May 1968 revolution, a group of students decided to create a place for sharing, exchanging and of services at the École Spéciale. An institution, that became an association 5 years ago, and that continues to exist and evolve since then, thanks to the will of motivated students. In order to celebrate this event, the students of the Baresa organized a big anniversary party with the 70’s for theme, and in the exceptional presence of the originators of the Happy Hour and of many alumni who used to work at the bar since its creation. Party on!


10-11 In&Out

Exposition/ Exhibition

Faux-Semblants False pretences

« Faux-Semblants – La lumière en mouvement décrypte la matière » Du 18 septembre au 3 octobre 2010 Une installation lumière par Juan Velasquez et ses étudiants de l’option Espace et Lumière. L’École Spéciale poursuit son cycle d’installation dans sa galerie avec cette carte blanche à Juan Velasquez. Ces installations de l’ordre de la microarchitecture sont une forme d’expression alternative convoquant la multidisciplinarité et l’expérimentation, points clefs de la pédagogie de l’école. Elles se situent dans la continuité du cours Espace & Lumière que Juan Velasquez dispense à l’école depuis 2008. Architecte colombien travaillant à Paris, Juan Velasquez coordonne chez i Guzzini une équipe pluridisciplinaire de créateurs et de techniciens au service des architectes et de leurs projets. Étudiants de l’option Espace et Lumière : Ileana Andrea Altmann, Lou Charpin, Emmanuel Etienne, Pascale Montet et Gianandrea Parentela. Bande Son : Adrien Calvez.

1

1, 2 Installation lumière / Light work Photos : Ileana Andrea Altmann

« False pretences – the light in movement deciphers the substance » From the 18th of September to the 3rd of October 2010 An installation of lights by Juan Velasquez and his students from the Space and Light elective class. The École Spéciale pursues its installation cycle in the gallery with this carte blanche given to Juan Velasquez. Those installations, falling in the category of micro architecture, are an alternative form of expression that convokes multidisciplinarity and experimentation, two key points of the education at the school. They take place in the continuity of the class Space and Light delivered in the school by Juan Velasquez since 2008. Colombian architect working in Paris, Juan Velasquez works at i Guzzini where he is in charge of a multidisciplinary team of designers and technicians that make use of their skills for architects and their projects. Students from the option class Space and Light: Ileana Andrea Altmann, Lou Charpin, Emmanuel Etienne, Pascale Montet and Gianandrea Parentela. Soundtrack: Adrien Calvez.


UN ARCHITECTE/ UN PROJET

ONE ARCHITECT/ ONE PROJECT

Architecture teachers at the École Spéciale From the 18th of October to the 5th of November 2010 Featuring, in alphabetical order of forenames: Alexander Brodsky, Carl Fredrik Svenstedt, Cédric Libert, Daniel Dendra, Fabienne Bulle, Fernando Menis, François Bouvard, Hugh Dutton, Isabel Hérault, Jacques Pochoy, JeanChristophe Quinton, Jean-Claude Moreau, Lina Ghotmeh, Lionel Lemire, Marc Vaye, Marie-Thérèse Harnoncourt, Matteo Cainer, Myrto Vitart, Olivier Leblois, Osa – Bernd Truempler & Karsten Huneck, Peter Cook, Platane Beres, Reza Azard, Ricardo De Ostos, Sébastien Chabbert, Serge Joly, Thomas Raynaud.

2

Enseignants d’architecture à l’École Spéciale Du 18 octobre au 05 novembre 2010

Our teachers in architecture studios are architects as well. With this exhibition, they will present an architecture project of their choice, realized or not. An exhibition tour that will drive visitors from one project to the other will thus take place in the Galerie Spéciale. The projects are ordered by forenames because for this team of teachers strongly committed to the educational relationships with their students, we had to go beyond the rigid formality of an official ranking. A game of portraits/self-portraits acting like a game of cards scattered over the walls…

Avec par ordre alphabétique de prénom : Alexander Brodsky, Carl Fredrik Svenstedt, Cédric Libert, Daniel Dendra, Fabienne Bulle, Fernando Menis, François Bouvard, Hugh Dutton, Isabel Hérault, Jacques Pochoy, Jean-Christophe Quinton, Jean-Claude Moreau, Lina Ghotmeh, Lionel Lemire, Marc Vaye, Marie-Thérèse Harnoncourt, Matteo Cainer, Myrto Vitart, Olivier Leblois, Osa – Bernd Truempler & Karsten Huneck, Peter Cook, Platane Beres, Reza Azard, Ricardo De Ostos, Sébastien Chabbert, Serge Joly, Thomas Raynaud. Nos enseignants en Atelier d’Architecture sont aussi des Architectes. Avec cette exposition, ils présentent un projet d’architecture de leur choix, réalisé ou non. S’organise ainsi dans la Galerie Spéciale un parcours de projet en projet, rangé par ordre de prénoms car pour cette équipe d’enseignants fortement engagés dans un rapport pédagogique avec leurs étudiants, il fallait dépasser la rigide formalité du classement officiel. Un jeu de portait/autoportrait comme un jeu de cartes éparpillé sur les murs…

1

1 Vue de l’exposition / Exhibition view


12-13 In&Out

Exposition/ Exhibition

CONTAINER ARCHITECTURE Du 22 octobre au 14 novembre 2010 Auteur : Jure Kotnik Design : Domen Fras, Kaja Brezocnik L’exposition Container Architecture est la première au monde en son genre. Offrant un aperçu au cœur de l’une des plus jeunes branches de l’architecture, elle présente les projets les plus en vue de par le monde utilisant des containers ISO et illustre la très grande variété d’utilisation dont les containers peuvent faire l’objet. Ces utilisations incluent des constructions temporaires, des bâtiments publics, des complexes d’habitations ainsi que d’autres utilisations intermédiaires. Le calendrier de cette exposition ne pourrait être plus propice puisque la crise économique actuelle appelle à une réévaluation d’un certain nombre de zones de la société dans laquelle nous évoluons, incluant les zones culturelles et les zones d’habitation. Container Architecture est une approche alternative au préfabriqué, facile à monter et peu coûteuse, elle offre des solutions personnalisables et respectueuses de l’environnement. Les projets présentés sont principalement issus de containers recyclés et réassemblés offrant un faible niveau de pollution sonore et un impact minimum sur leur site d’installation, ce qui justifie que l’on parle de construction respectueuse de l’environnement. Exposition organisée par Jure Kotnik, architecte et éditeur du livre Container Architecture.

L’exposition présente/The exhibit features: MMW Architects (Norvège/Norway), Shigeru Ban Architects (Japon/Japan), Will Alsop Design Ltd. (GB/ UK), Phooey Architects (Australie/Australia), AFF Architekten (Allemagne/Germany), Spillmann-Echsle (Suisse/ Swiss), Lot-Ek (USA), Knock. Se (Suède/Sweden), Hybrid (USA), De Maria Design Associates (USA), Adam Kalkin (USA), Nicholas Lacey & Partners (GB/UK), HVDN Architecten (Pays Bas/Netherlands), MVRDV (Pays Bas/Netherlands), Pierre Morency Architecten (Canada), Platoon (Allemagne/ Germany), Luc Deleu (Belgique/Belgium), Spillmann-Felser (Suisse/Swiss), Jure Kotnik (Slovénie/Slovenia).

From October 22nd to November 14th 2010 Author: Jure Kotnik Design: Domen Fras, Kaja Brezocnik The Container Architecture Exhibition is the world’s first of its kind. Offering an insight into one of architecture’s youngest branches, it showcases the most high-profile realized ISO-container projects from all over the globe and demonstrates the wide variety of uses containers can be put to. This includes temporary constructions, public buildings, housing arrangements and everything in between. The timing of this exhibit could not be better, since the current economic crisis calls for a reassessment of several areas of society, including culture & living. Container architecture is an alternative approach top re-fabricated building, it is quick to setup and low-cost, and offers custom, eco-friendly solutions. The presented projects are mainly from recycled containers assembled with low noise pollution and minimum site impact, which is why we speak of eco-friendly construction. Exhibition put together by Jure Kotnik, architect and editor of Container Architecture monograph.

1 Container architecture, collage


Le langage de la ville

The city’s language Prix Lucien Hervé et Rodolf Hervé 2010 Du 17 novembre au 10 décembre 2010 Dans le cadre du Mois de la Photo 2010, le prix Lucien Hervé et Rodolf Hervé 2010 a été attribué à deux photographes Alexis Cordesse (France) et Akos Czigany (Hongrie). 1

À l’initiative de Judith et Lucien Hervé, ce prix de la photographie couronne le travail d’un jeune photographe professionnel, en mémoire de leur fils Rodolf. L’objectif étant d’aider un photographe âgé de 25 à 43 ans à mieux faire connaître son travail artistique, ce en partenariat avec l’École Spéciale, qui a toujours accordé une place importante à la photographie dans la culture des futurs architectes.

1

Sur la base des propositions faites par les personnalités qualifiées (Béatrice Andrieux, Armelle Canitrot, Gabriella Csizek, Patrick Le Bescond, Hervé Le Goff et Attila Pócze), dix-huit dossiers français et hongrois ont ainsi été sélectionnés. Réuni le 13 septembre 2010 à l’École Spéciale, le jury, composé de Judith Hervé, Agnès b., Olivier Beer, Didier Brousse, Gilles de Bure, Odile Decq, Françoise Morin et Françoise Reynaud, a retenu les travaux de Alexis Cordesse (France) et de Akos Czigany (Hongrie).

1 Point de rencontre, série “Borderlines”, Hébron, Territoires palestiniens / Meeting point, “Borderlines” series, Hebron, Palestinian territories, 2009, Alexis Cordesse 2 Hommage à Hiroshi Sugimoto / Tribute to Hiroshi Sugimoto, 2010, Akos Czigany

Lucien Hervé and Rodolf Hervé Award 2010 From the 17th of November to the 10th of December 2010 As part of the Photography Month 2010, the Lucien Hervé and Rodolf Hervé Award 2010 was given to two photographers, Alexis Cordesse (France) and Akos Czigany (Hungary). On Judith and Lucien Hervé’s initiative and in memory of their son Rodolf, this prize rewards the work of a young professional photographer. The goal is to help a photographer between 25 and 43 years old by promoting his artistic work. This initiative takes place in association with the École Spéciale who always gave a specific attention to photography as part of the culture of the young architects. On the basis of the candidates suggested by the selected personalities (Béatrice Andrieux, Armelle Canitrot, Gabriella Csizek, Patrick Le Bescond, Hervé Le Goff and Attila Pócze), eighteen French and Hungarian names were selected. Gathered on the 13th of September 2010 on the École Spéciale grounds, the jury, composed of Judith Hervé, Agnès b., Olivier Beer, Didier Brousse, Gilles de Bure, Odile Decq, Françoise Morin and Françoise Reynaud, retained the works of Alexis Cordesse (France) and Akos Czigany (Hungary).

2


14-15 In&Out

Hors les murs/ Outdoor

03/10 – 06/10

08/07 – 10/07

Le CENTQUATRE, un (Monument) Manifeste Le CENTQUATRE, sujet/objet d’Écoles d’Architecture. Véronique Descharrières et Rafael Magrou et leurs étudiants de semestre 7 et 8.

Landscape Urbanism Travaux d’étudiants, séminaire Jorge Ayala, Galerie d’Architecture.

10

/

Landscape Urbanism Students’ designs, seminar Jorge Ayala, Galerie d’Architecture.

P SP RIN RI TE N M G P 20 S 10 20

The CENTQUATRE, a (Monument) Manifest The CENTQUATRE, subject/object of Architecture Schools. Véronique Descharrières and Rafael Magrou and their semester 7 & 8 students.

10/05 05/07 – 11/07 Changing Conditions Workshop Biennale de Venise à l’École Spéciale : Installation expérimentale, Biennale de Venise 2010, Pavillon autrichien, du 29 août au 24 novembre. Marie-Thérèse Harnoncourt et les étudiants Lauren Boulay, Emmanuel Etienne, Henri Flouzat, Ji Eun Kim, Hugo Reichmann et Maud Sanciaume, assistant Adrien Durrmeyer.

Interstices Installation lumière, élèves de semestre 6, atelier d’Art, Nathalie Junod-Ponsard, Cité Internationale des Arts. Interstices Lights work, semester 6 students, Art studio, Nathalie JunodPonsard, Cité Internationale des Arts.

Changing conditions Workshop Venice Biennale at the École Spéciale from: Experimental installation, Venice Biennial 2010, Austrian pavilion, from the 29th of August to the 24th of November. Marie-Thérèse Harnoncourt and the following students: Lauren Boulay, Emmanuel Etienne, Henri Flouzat, Ji Eun Kim, Hugo Reichmann and Maud Sanciaume, assistant Adrien Durrmeyer. 05/07 – 10/07 Partenariat avec les Industries du Havre (IDH), workshop « Définition d’une charte paysage, réflexion sur la notion d’occupation durable du paysage industriel de l’Estuaire de la Seine ». Collaboration with the Industries du Havre (IDH), workshop “To define a landscape Charter, to think over the notion of sustainable occupation of the industrial landscape of the river Seine estuary”.


05/10

04/06 – 05/09

Projet LAB’Z Laurent Dubuis et Brice Maurin, Mention Audace, concours Construir’Acier 2010 : « Imaginez votre école ».

PeRspectives Installation, Odile Decq, Espace culturel Louis Vuitton.

LAB’Z project Laurent Dubuis and Brice Maurin, Boldness mention, Construir’Acier 2010 competition: “Imagine your school”.

PeRspectives Installation, Odile Decq, Louis Vuitton Cultural center.

21/05 – 24/05 Bellastock Un millier d’étudiants invités à construire une ville éphémère à partir de sacs de sable, festival d’architecture Bellastock, Carrières-sous-Poissy (78).

0/

18/02 – 28/02

Bellastock A thousand students invited to build an ephemeral city from sand bags, Bellastock festival, Carrière-sous-Poissy (78, France).

A FA UT LL OM 20 N 10 E 2

01

Le 4L TROPHY 2010 Paris – Marrakech, 6000 km en Renault 4L. Deux équipes et quatre étudiants de l’École Spéciale au départ, Caroline Figiel et Chloé Tubiana, Clément Bois et Benjamin Faure. The 4L TROPHY 2010 Paris – Marrakech, 6000 km in Renault 4L. Two teams and four students of the École Spéciale, Caroline Figiel and Chloé Tubiana, Clément Bois and Benjamin Faure.

06/2010

01/12 – 31/03

Oscar de la Sécurité 2010 Michel Garcin, architecte DESA, enseignant à l’École Spéciale et ingénieur sécurité agréé par le CNPP, Oscar de la Sécurité 2010 de la FFMI.

Chantier de lumière Installation lumière par les étudiants de semestre 6 atelier d’art Nathalie Junod-Ponsard pour l’atelier/Trans305. ZAC du Plateau à Ivry sur Seine.

2010 Security Oscar Michel Garcin, DESA architect, teacher at the École Spéciale and security engineer accredited by the CNPP, FFMI 2010 Security Oscar.

LIGHT YARD Light installation students in 6th semester, art studio Nathalie Junod-Ponsard for the studio/Trans305. ZAC on the Plateau of Ivry-sur-Seine.

06/04 – 05/06 Sawdust Memories Exposition, Françoise Quardon, enseignante en Art, Galerie José Martinez, Lyon. Sawdust Memories Exhibition, Françoise Quardon, Art teacher, José Martinez Gallery, Lyon.


16-17 In&Out

École/ School

14/10 – 31/01

11/10

Contrepoint, l’art contemporain russe De l’icône à l’avant-garde en passant par le musée Exposition au musée du Louvre et jardin des Tuileries / Alexander Brodsky

Prix World Architecture 2010 Fernando Menis / Jordanek Concert Hall, Torun, Pologne.

Counterpoint, the contemporary Russian art From the icon to the museum and to the avant-garde Exhibition in the Louvre museum and in the Tuileries gardens/ Alexander Brodsky

World Architecture Festival Fernando Menis / Jordanek Concert Hall, Torun, Poland.

11/10

11/12 – 01/05

The Perfumer’s District Lorène Faure / projet de diplôme (2e cycle), sélectionné pour le RIBA President’s silver Medal Award.

Photographies, images indiennes Exposition cycle Connivence / Musée de l’Image d’Épinal / Claire Chevrier

The Perfumer’s District Lorène Faure / Master degree Diploma’s project, selected for the RIBA President’s silver Medal Award.

Photographs, Indian pictures Exhibition Connivance cycle / Image museum of Epinal / Claire Chevrier

11/10 Prix International Chernikhov 2010 Mention Spéciale Jean-Christophe Quinton International Iakov Chernikhov Prize 2010 Special distinction to Jean-Christophe Quinton

10/10 SMART Future Minds Exposition Concours-expo, thème « l’avenir de la ville » / Hugo Chauwin et César Silva / Ciudad Evolutiva, troisième prix SMART Future Minds Exhibition Exhibition-contest on the theme of “The future of the city”, Hugo Chauwin and César Silva / Ciudad Evolutiva, third price

12/10 Métropolitiques.eu Première revue électronique de réflexion et de débat consacrée à la ville, l’architecture et les territoires / Stéphane Bonzani, co-redacteur en chef. Metropolitiques.eu First electronic magazine on discussions and debates dedicated to the city, the architecture and the territories / Stéphane Bonzani, co-chief editors.

16/09 –18/09 Conférence annuelle de l’EAIE (European Association for International Education) / Nantes. Participation de l’École Spéciale, seule école française d’architecture présente à cette manifestation qui a réuni 3642 participants de 82 pays. Annual conference of the EAIE (European Association for International Education) / Nantes. Contribution of the École Spéciale, as the only French architecture school present at this event that brought together 3642 participants from 82 countries.


ÊTRE SPÉCIALE aujourd’hui BEING SPÉCIALE TODAY

ÉDITORIAL/Editorial  ODILE DECQ PAGE II ENTRETIEN/interview Frédéric borel PAGE IV

colloque/symposium utopia today? PAGE XxI

colloque/symposium architecture et éducation PAGE Xii

colloque/symposium gouvernance urbaine PAGE Xxiv ENTRETIEN/interview reza PAGE xxx


II-III

Être Spéciale Aujourd’hui/Being Spéciale Today

ÉDITORIAL

« Être imaginatif, c’est forcément prendre des risques vis-à-vis du prêt-à-penser  !  » déclare l’astrophysicien Jean Pierre Luminet. Vivre c’est prendre des risques, créer c’est prendre des risques, projeter c’est prendre des risques et pour prendre ces risques il faut avoir le courage d’affirmer ce que l’on pense et d’aller au bout de ses idées jusqu’à la réalisation. Dans de nombreux domaines aujourd’hui, le principe de précaution gangrène notre capacité d’agir, voire notre liberté de penser et par conséquent notre liberté d’agir. L’évolution de l’application de la réglementation du bâtiment en est symptomatique. Ce qui n’est pas prévu devient de plus en plus interdit. Or, il est impossible de tout prévoir car alors, c’est restreindre par avance toute capacité à être imaginatif ! Ainsi se développe dans l’acte de construire, et de fait, dans l’architecture comme dans la pensée architecturale, une série de freins anticipateurs de toute prise de risque, la gangrène des conséquences du « principe de précaution » inscrit dans la constitution en février 2005 : « Lorsque la réalisation d’un dommage, bien qu’incertaine en l’état des connaissances scientifiques, pourrait affecter de manière grave et irréversible l’environnement, les autorités publiques veilleront, par application du principe de précaution, et dans leurs domaines d’attribution, à la mise en œuvre de procédures d’évaluation des risques et à l’adoption de mesures provisoires et proportionnées afin de parer à la réalisation du dommage » (Article 5) Résultat : les projets bloquent. Or, cet article ne parle pas de risque certain et avéré, mais de risque incertain qui nécessite la mise en œuvre d’une procédure d’évaluation du risque lui-même. Qui va en prendre la responsabilité ? Qui va avoir le courage de s’attaquer à l’application du principe de précaution dans la conception, l’enseignement et la réalisation de l’architecture ? Personne actuellement. La moindre tentative de nouveauté devient interdite car suspecte. Si enseigner c’est transmettre et transmettre c’est aussi donner, alors les écoles se doivent d’être le lieu où l’on donne le courage d’inventer, l’on offre le courage de l’imagination et l’on transmet le courage de réaliser. Il en va de l’avenir de nos villes et de notre manière de vivre ensemble demain. Odile Decq


“To be creative inevitably implies to take risks in face of the pre-set thinking!” declares the astrophysicist Jean Pierre Luminet. To live is to take risks, to create is to take risks, to design is to take risks and this implies to have the courage to assert what you believe and go all the way through with your ideas in order to realize them. Nowadays and in many fields the “principle of precaution” corrupts our ability to act, or even our freedom of thought and thus hinders our freedom of action. The evolution of the implementation of the regulations on buildings is one of its symptoms. What is not foreseen becomes more and more forbidden. But it is impossible to anticipate everything, otherwise it would restrain in advance any ability or desire to be creative! Thus is being developed with the act of building, and indeed, with architecture as well as within the architecture thinking, a series of pre-emptive restraints against any kind of risk. This is a corruption that results from the “principle of precaution” inscribed in the French Constitution in February 2005: “When the occurrence of any damage, even unpredictable in the current state of scientific knowledge, could seriously and irreversibly affect the environment, public authorities shall, with due respect for the principle of precaution and the areas within their jurisdiction, ensure the implementation of procedures for risk evaluation and the adoption of temporary measures commensurate with the risk involved in order to be prepared for the occurrence of such damage” (article 5). As a result, the projects are stocked. And yet, this article does not mention any established and significant risk, but an uncertain risk that requires the setting up of a procedure to evaluate that risk itself. Who will take such responsibility? Who will have the courage to fight against the implementation of the principle of precaution in the design process, in the education and in the realization of architecture? As of now, no one has. Any kind of attempt toward novelty is being forbidden because of suspiciousness. Teaching is transmitting something to others and by doing so it is also the act of giving, and thus the schools have the duty to be the place where is given the courage to invent, where is offered the courage for imagination and where is transmitted the courage to create. The future of our cities and of our future way of living together is here at stake.


IV-V

Être Spéciale Aujourd’hui/Being Spéciale Today

ENTRETIEN AVEC FRÉDÉRIC BOREL INTERVIEW WITH FRÉDÉRIC BOREL Sony Devabhaktuni S.D. : L’École Spéciale d’Architecture a été fondée en rupture avec l’enseignement classique des BeauxArts. Vous qui avez étudié à l’ESA dans les années 80, comment considérezvous ce statut indépendant ou marginal de l’école ? Frédéric Borel : Pour être très franc je ne suis pas entré à l’ESA pour des raisons intellectuelles par rapport aux autres écoles. C’était aussi une rupture par rapport à des règles administratives. Cette école était dissidente. On y acceptait les étrangers, et je parle aussi des étudiants venant de province, en France, parce qu’il y avait des quotas. C’était très normalisé. Quand vous étiez de telle région, vous deviez être dans telle école. Le côté dissident de l’école, je ne l’ai pas choisi pour des raisons intellectuelles ou parce qu’il y avait de grands professeurs, mais pour des raisons pratiques. S.D. : Pensez-vous que ce statut d’indépendance joue encore un rôle majeur dans la dispense de l’enseignement de l’architecture ? L’École Spéciale est-elle encore en marge des écoles d’architecture d’État ? Frédéric Borel : Oui et en grande partie en raison de la richesse des enseignements qui sont prodigués, et des gens qu’on y rencontre. La chance des étudiants c’est d’y rencontrer les meilleurs : ceux qui vont leur rapporter quelque chose, qui vont les aimer, qui vont leur consacrer du temps. C’est ça qui est

S.D.: The École Spéciale d’Architecture was created to break off from the classic teachings of the Beaux-Arts. You who studied at the ESA in the 80s, how do you regard this independent if not marginal status of the school? Frédéric Borel: To be very honest I didn’t enter the ESA for intellectual reasons considering the other schools. It was about the break off from the administrative rules. This school was a dissident school. It would accept foreigners, and I also mean by that the students from the French provinces, because there were quotas. Everything was very normalized. When you were from such region, you had to go in such school. That dissident aspect of the school, I didn’t choose it for intellectual reasons or because there were renowned teachers, but for practical reasons. S.D.: Do you think this independent status still plays a significant part in the architecture education provided there? Is the École Spéciale still standing apart from the state architecture schools? Frédéric Borel: Yes and the quality of the education given there as well as the people you can meet play a significant part in that. The students are lucky to be able to meet the bests there: people who will bring them something, who will love them, who will spend time with them. This is what is important: a teacher, whoever it is, be it a mathematics teacher, a photography teacher or fine art, design, architecture…., it is the time he will

“vers ce qu’on doit entrevoir du métier d’architecte, d’artiste, de créateur, de poète.”


important : un professeur, quel qu’il soit, cela peut être un professeur de mathématiques, un professeur de photographie ou d’art plastique, de dessin, d’architecture… C’est le temps qu’il va consacrer à l’étudiant qui est important, et la qualité de son enseignement.

spend with a student that is important, and the quality of his teachings.

S.D. : En tant qu’ancien étudiant de l’École Spéciale, que pourriez-vous nous dire de son enseignement et comment il a conditionné ou influencé votre travail d’architecte ?

Frédéric Borel: At school, what was important to me was open-mindedness. I think it is the same for every student that comes from a strict education. When you are given standardized education until baccalaureate, architecture is an incredible opening to the world that surrounds us, thanks to, among other things, a transverse knowledge. And that, that is a real treasure. Another singularity of the École Spéciale is that we would evolve in a very cosmopolite environment. There were already 80 countries represented among a total of 800 students. This was incredible and very supporting, to be able to mix with cultures from all over the world.

Frédéric Borel : À l’école, le plus important pour moi c’était peut-être l’ouverture. Je pense que c’est vrai pour tous les étudiants qui viennent d’une formation assez stricte. Quand on fait des études normées jusqu’au baccalauréat, l’architecture est une véritable ouverture sur le monde qui nous entoure, grâce entre autre à un savoir transversal. Et ça, c’est une richesse. Une autre particularité de l’École Spéciale était que nous évoluions dans un environnement très cosmopolite. Il y avait déjà 80 nations représentées avec en tout 800 étudiants. C’était formidable et très encourageant de côtoyer des cultures des quatre coins du monde. S.D. : Aujourd’hui vous avez eu un large aperçu des travaux des étudiants, pensez-vous qu’ils sont animés par les problématiques que vous avez soulevées durant vos études ? Frédéric Borel : C’est une question tout à fait intéressante parce qu’effectivement, il y a une évolution. On sent que globalement, cette évolution se fait sur des sujets d’actualité qui amènent la réflexion et sur lesquels les étudiants – ces futures jeunes architectes – seront appelés à travailler. Il y a toujours l’apprentissage qui est très proche de celui que nous avons vécu dans l’approche de l’architecture. Cependant, aujourd’hui, on voit que les professeurs amènent les étudiants vers des investigations à l’échelle du territoire dans des dimensions qui sont aussi très contemporaines, sur certaines stratégies, sur la façon de progresser vers l’inconnu, vers ce qu’on doit entrevoir du métier d’architecte, d’artiste, de créateur, de poète. Parce qu’il faut être un petit peu tout ça en même temps, en plus d’être un constructeur. Je me réjouis de voir que l’enseignement donné s’inscrit dans des problématiques plus globales qu’il

S.D.: As a former student of the École Spéciale, what could you tell us about the teachings, and how it conditioned or influenced your work as an architect?

S.D.: Today you had a large glimpse of the students’ works, do you think they are animated by the problematic that you raised during your studies? Frédéric Borel: This is an interesting question as there is indeed an evolution. We can see that as a general rule, this evolution occurs on actuality topics that bring forth a reflection upon which the students – these future architects – will work. Still, there is that learning process that is very similar to the one we went through in the approach of architecture. However, nowadays, we can see that the teachers lead the students to investigations on a territorial scale with aspects that are also very contemporary, concerning specific strategies, as to the manner of how to move toward the unknown, toward what we need to glimpse from the work of an architect, artiste, designer, poet. Because we have to be a little bit of all that at the same time, in addition to being a builder. I am glad to witness that the teachings provided now includes problematic that are more global than it used to be 30 years ago. The reflection takes place on a larger and more profound scale, in a more generic way. S.D.: You yourself had the opportunity to teach to French and foreign students: what would you say are the required qualities to serenely enter the professional life?

“we need to glimpse from the work of an architect, artiste, designer, poet.”


VI-VII Être Spéciale Aujourd’hui/Being Spéciale Today

y a 30 ans. La réflexion se fait à une échelle plus vaste et plus profonde, de manière plus générique. S.D. : Vous avez eu vous-même l’occasion d’enseigner à des étudiants français et étrangers : quelles sont pour vous les qualités requises pour entrer sereinement dans la vie professionnelle ? Frédéric Borel : Pour moi un étudiant a besoin d’avoir trois qualités : la rigueur, l’imagination et le courage. La rigueur est nécessaire pour l’architecte qui va travailler avec les autres et pour les autres. Il a une responsabilité : il offre un service et doit gérer l’argent de ses commanditaires. La rigueur est indispensable de par le fait que l’on s’engage envers quelqu’un, le client, que l’on a la responsabilité de servir. L’imagination, puisqu’il faut de l’imaginaire pour être capable de proposer des schémas nouveaux, d’inventer sans cesse, d’être créatif : pour ça il faut toujours que l’imagination soit en éveil. C’est aussi ce qu’on offre de plus beau aux autres. C’est parfois plus difficile pour un adulte, mais toute la génération qui suit, derrière le travail d’un architecte, doit pouvoir recevoir en héritage un imaginaire. Les architectes fabriquent l’imaginaire comme des cinéastes, et cet imaginaire doit être transmissible. Cette dimension créative est réellement visible dans les travaux des étudiants de cette école. L’imagination doit constamment être en éveil. À l’image du cinéaste, l’architecte crée un imaginaire qui, pour perdurer, doit être transmissible. Et puis il y a le courage, car c’est un métier qui en demande beaucoup. C’est un métier difficile qui nécessite beaucoup de travail ; il faut savoir être généreux de sa personne et de son temps à tous les niveaux, et savoir franchir de nombreux obstacles. Un architecte est souvent au centre d’enjeux et d’intérêts divergents. Il doit être fédérateur : pouvoir rassembler des énergies qui ne vont pas toujours dans le même sens. Si par contre je dois décrire la pensée de l’architecte, je dirais qu’elle est synthétique : elle a la force de rassembler de nombreuses informations et de

Frédéric Borel: To me, a student needs to possess three qualities: strictness, imagination and courage. Strictness is necessary for the architect who will work with others and for others. He has a responsibility: he offers a service and has to manage the funds given by his clients. Strictness is necessary as we commit to someone, the client, whom we have the responsibility to serve. Imagination, because we need our imaginative abilities to be able to offer new outlines, to invent relentlessly, to be creative: for this we need the imagination to always be awake. It is also the best we can offer to people. It is sometimes harder as an adult, but the whole generation who is coming next, after the architect’s work, will receive this imagination as inheritance. The architects build imagination like filmmakers, and this imagination has to be transmissible. This creative aspect is clearly manifest in the works of the students of this school. Imagination has to be constantly awake. Just like the filmmaker, the architect creates imagination that, in order to keep existing, has to be transmissible. Finally there is the courage, because this is a very demanding profession. It is a hard profession that requires a lot of work; one has to know how to be unselfish and available, on all the scales, and know how to overcome numerous obstacles. An architect is often taken in-between diverging issues and interests. He has to be the unifier: to gather energies that do not often go toward the same direction. On the other hand, if I had to describe the mind of the architect, I would say it has to be synthetic: it should be able to gather a lot of information and intelligently channel it. This is how Man remains superior to machines. S.D.: Also, how would you say should the teachings evolve to better prepare those future architects? Frédéric Borel: I believe it is important to adequately combine the utopian and realistic dimension of the project. The student will want to develop his imagination while confronting the real constraints. The ability to combine both

“L’architecte est dans l’anticipation comme le cinéaste : il invente des scénarios pour la vie de demain.”


les canaliser intelligemment. C’est en cela que l’homme reste supérieur à la machine. S.D. : Par ailleurs comment faire évoluer les méthodes d’enseignement pour mieux préparer ces futurs architectes ? Frédéric Borel : Il est important à mon sens de conjuguer justement la dimension utopique et la réalité du projet. L’étudiant aurait tout intérêt à développer son imaginaire tout en étant confronté aux contraintes réelles. La capacité à allier les deux aspects est en quelque sorte leur laissez-passer pour demain. J’ai remarqué cet équilibre dans l’enseignement du projet dans les ateliers de l’École Spéciale : les contraintes du monde réel ne sont pas écartées du projet, qui a fait l’objet d’une réflexion plus utopique. Ce qui est projeté au présent anticipe le futur. L’architecte est dans l’anticipation comme le cinéaste : il invente des scénarios pour la vie de demain. S.D. : Nous restons dans le sujet de l’enseignement de l’architecture à travers l’école d’architecture Paris Val-deSeine, un bâtiment que vous avez livré récemment : avez-vous abordé le projet différemment pour ce programme ? Quelle expérience spatiale vouliez-vous donner aux étudiants et aux visiteurs ? Frédéric Borel : Tout d’abord j’ai fait cette école comme j’aurais fait n’importe quel autre projet : avec les mêmes attentions à tous les aspects du programme, et dans une situation d’urgence. C’est un peu regrettable car il y a des projets où nous aimerions avoir plus de temps pour mûrir certaines idées : ce temps est précieux et il est rarement offert. Mais j’ai fait comme pour tout autre projet, avec les mêmes convictions et la même liberté, sans aucune pression quant à l’aspect esthétique. J’ai essayé, au-delà des questions esthétiques, d’offrir le meilleur outil de travail pour les étudiants en architecture et les professeurs dans un contexte donné. De plus je souhaitais offrir le plus de flexibilité dans les usages : l’école peut ouvrir le dimanche ou toute la nuit. Le chef d’établissement a donc entre ses mains un outil qui lui permet de répondre aux attentes des étudiants et des professeurs. Par ailleurs je n’ai pas reproduit le schéma classique de l’école d’architecture avec

aspects will be their ticket for tomorrow. I noticed this balance in the teaching of the projects in the studios of the École Spéciale: the real world constraints aren’t put aside of the project while that project is subject to a more utopian reflection. What is projected into the present anticipates the future. The architect is in the anticipation like the filmmaker: he invents scenarios for the world of tomorrow. S.D.: Let’s stay in the field of education with the Architecture school of Paris Valde-Seine, a building that you recently delivered: did you approach the project differently for this program? What kind of spatial experience did you want to convey to the students and visitors? Frédéric Borel: First of all I designed this school like I would have for any other project: that is to say with the same attention to every aspect of the program, and while in a state of emergency. It is a pity as there are projects on which we would like to spend more time to let some ideas mature: such time is precious and rarely given. But I operated like for every other project, with the same convictions and the same liberty, without any pressure as to the aesthetic aspects. I tried, beyond the aesthetic questions, to offer the best working tool to architecture students and teachers in that kind of given environment. Moreover I wanted to offer as much flexibility as possible in the possible uses: the school can open on Sundays or during the night. Therefore the Principal has in its hands a tool that allows him to answer to the demands from the students as well as from the teachers. Furthermore, I did not reproduce the classical outline of the architecture school with its workshops because the teaching process has significantly evolved. Nowadays the students work on a laptop screen and not on a drawing board anymore. This way of working has influenced the space: I decided for more standard classrooms because everything happens around a screen or a teacher and there isn’t the need of classrooms with 10 meters high walls to display the panels. S.D.: In your projects, the connection with the context is something that remains quite atypical in the actual French architecture landscape. Your claimed choice doesn’t fear the tension, the conflict, the juxtaposition or the


VIII-IX Être Spéciale Aujourd’hui/Being Spéciale Today

ses ateliers car l’enseignement a beaucoup changé. Aujourd’hui les étudiants travaillent sur un écran d’ordinateur portable et non plus sur une planche à dessin. Cette manière de travailler a influencé l’espace : j’ai fait le choix de salles plus banalisées parce que tout se passe autour d’un écran ou d’un professeur et qu’il n’y a plus besoin de salles de 10 mètres de haut pour accrocher des panneaux. S.D. : Vos projets ont un rapport avec le contexte qui reste atypique dans le paysage architectural français. Votre parti pris ne craint pas la tension, le conflit, la juxtaposition ou la contradiction, vous semblez même chercher à révéler et à ouvrir le débat. Que diriez-vous ? Frédéric Borel : Le contexte est le révélateur d’un projet, d’une intention. Cela peut être un geste aussi, une main tendue vers l’autre, mais rarement une intervention par mimétisme. Le contexte n’attend pas toujours le silence et le respect : d’autre attitudes sont possibles. Il y a donc sur une rue ou un boulevard plusieurs attitudes possibles en fonction de la situation du projet, de ce que peut attendre un quartier et de ce qu’il nous inspire. Le contexte est à mon sens un appel et le projet de l’architecte, une réponse. Partant de là il est vrai que je défends une attitude qui interpelle le passant, qui accueille et qui ouvre les espaces depuis la rue. Je suis pour une ville accueillante qui invente et raconte aux citadins un nouvel attachement géographique. Si cette attitude doit passer par un langage fort et extravagant alors je suis pour. Je préfère cela à la banalité absolue et aux enveloppes parfaitement hermétiques des bâtiments aseptisés. Je vois la ville comme un lieu fantasque, joyeux, ludique et ouvert. S.D. : Par ailleurs quel rôle joue pour vous le dessin, l’exercez-vous quotidiennement dans la démarche de projet ? Frédéric Borel : Pour moi la main est le prolongement de la pensée. La main nous différencie de l’animal, elle est la traduction de notre pensée. Le dessin est donc pour moi le médium qui me permet de parler, d’échanger, de transmettre un message aux autres, mes proches collaborateurs en premier lieu. Le dessin est un langage, un moyen de communication, mais surtout un acte primaire. Il arrive aussi de dessiner une idée sans la maîtriser, la main devient elle-même le moteur de la pensée.

contradiction, it even seems like you are trying to reveal and open a debate. What would you say? Frédéric Borel: Context is an indicator for a project, an intention. It can also be a movement, a hand given to another, but rarely an intervention due to a mere mimicry. The context doesn’t always expect silence or respect: other reactions are possible. There is thus on a street or boulevard several possible stances depending on the project situation, on what you can expect from a district and what it inspires you. I see the context as a question and the project as an answer. That said, it is true that I stand for a posture that will call out to the passersby, which welcomes and opens its space toward the street. I am favorable to a city that is welcoming, that invents, and tells stories to its inhabitants of a new geographic attachment. If such standpoint has to use strong and extravagant expression, then I will do so. I prefer that rather than the absolute banality and the perfectly hermetic envelops of the impersonal buildings. I see the city as a fanciful place, happy, playful and open. S.D.: Also, what place does drawing have to you? Do you use it daily throughout the evolution of the project? Frédéric Borel: For me the hand is the extension of the mind. The hands is what takes us apart from animals, it is the translation of our thoughts. Therefore drawing is to me the medium that allows me to talk, to exchange and transmit a message to others and to my close colleagues first of all. Drawing is a language, a way to communicate, but first and foremost a primary act. It can also happen that you draw an idea without controlling it, the hands become themselves the driving force of the mind. This is what I call the automatic drawing, this phenomenon that calls forth a euphoric state. I didn’t felt it often, so I talk about it with emotion as there is some kind of magic to it that does indeed tells us we are creating. The architect is a designer and a poet. He is also a builder, he is in charge: we can put a lot of burden on his shoulders, but he is also fragile, like every human being. Drawing is very important and there are still studios where the teachers give it real consideration. They promote diversity: a posture that will be at the same

“Le contexte n’attend pas toujours le silence et le respect”


C’est ce que j’appelle le dessin automatique, ce phénomène qui appelle un état euphorique. Je ne l’ai pas vécu souvent et j’en parle avec émotion car il y a une certaine magie, qui dit bien que nous sommes aussi des créateurs. L’architecte est un créateur et un poète. Il est aussi bâtisseur, il est responsable : on peut lui mettre beaucoup de choses sur les épaules, mais il est également fragile, comme tout être humain. Le dessin a une grande importance et il y a encore des ateliers où les professeurs lui accordent une réelle attention. Ils encouragent la mixité: une attitude à la fois conceptuelle au travers de la main et du dessin, et l’approche un peu plus technique par l’informatique, que je trouve tout aussi formidable. Ces outils n’existaient pas il y a vingt ou trente ans, et il est essentiel d’utiliser les deux et de ne pas en privilégier un seul. Il faut encourager les deux formes de conception : le dessin et l’informatique car il est important d’apprendre à voir dans l’espace, sinon on reste dans l’imaginaire. Quelqu’un qui ne visualise pas l’espace ne se confronte jamais à la réalité (la taille, l’échelle et le coût réel de ce qu’on dessine). Il sera perdu et très fragilisé dans son métier d’architecte. Il est important à mon sens d’avoir la capacité d’aller vers les autres, de comprendre le monde qui nous entoure et de savoir se mettre derrière le miroir. Un étudiant en apprentissage doit être capable d’intégrer ces données et d’adopter une attitude « civique » : se mettre à la place du client et comprendre ses besoins. S.D. : Depuis le début de votre carrière votre travail est décrit comme « déconstructiviste ». Comment réagissez-vous à cette attribution, est-elle juste ? Frédéric Borel : Cette attribution a permis de placer le travail de certains architectes ou certains projets dans l’histoire de l’architecture. Je n’ai pas d’avis à donner sur tout ceci, par contre je ne me qualifie pas d’architecte déconstructiviste. Je travaille davantage sur la forme qui est pour moi une invention. Il y a une magie qui émane du geste et de l’expérimentation de la forme. C’est un peu comme le dessin, quelque chose nait de l’inconnu.

time conceptual through the hand and drawings, and the more technical approach through computers, which I find as much impressive. Those tools did not exist twenty or thirty years ago, and it is essential to use both and not to favor one over the other. We should promote both ways of conception: hand-based drawings and computer-based, as it is important to learn to see in dimensional space, otherwise we stay in the imagination domain. Someone who can’t visualize the dimensional space will never confront reality (size, scale and real cost of what we draw). He will be lost and very weakened in his job as an architect. I believe it is important to be able to go toward the others, to understand the world we live in and to be able to stand behind the mirror. A student while learning has to be able to assimilate such information and to adopt a “civic” attitude: to take the client’s place and understand his needs. S.D.: Since the beginning of your career your work has been described as « deconstructive ». How do you react to such attribution, is it accurate? Frédéric Borel: This attribution allowed the work of some architects or some projects to enter in the history of architecture. I don’t have an opinion to give about all this, however I do not describe myself as a deconstructive architect. I work more on the shape which is an invention to me. There is magic coming from the movement and the experimentation of the shape. It is somehow like drawing, something will be born out of the unknown. Yesterday I heard a lovely sentence: someone commenting a piece of art was saying that the painter starts off from something known to head toward the unknown. I find that comment brilliant as it is accurate for the painter as well as for the architect. I used to paint too, but what interests me above all is to see things in three dimensions and to invent. The painter lives in the visionary art, he puts himself in danger in front of the canvas and has to be cheered. This is also true for the architect; to know how to put oneself in danger, to explore the unknown.

“Il y a une magie qui émane du geste et de l’expérimentation de la forme.”


X-XI

Être Spéciale Aujourd’hui/Being Spéciale Today Hier j’ai entendu une très jolie phrase: la personne qui commentait une œuvre disait que l’homme qui pratique la peinture part du connu pour aller vers l’inconnu. Je trouve cette phrase magnifique car elle s’applique aussi bien au peintre qu’à l’architecte. J’ai été un peu peintre mais ce qui m’intéresse par dessus tout c’est de voir les choses en trois dimensions et d’inventer. Le peintre est dans l’art visionnaire, il se met en danger devant la toile et il faut l’encourager. C’est aussi ça être architecte ; savoir se mettre en danger, explorer l’inconnu. C’est ça qu’il faut encourager dans l’école chez les étudiants. S.D. : Comment votre agence a t-elle été affectée par la crise économique ces dernières années ? Est-ce que vous pensez que cette période va avoir un effet prononcé sur la profession et comment caractérisez-vous cet impact ? Frédéric Borel : Bien sûr que cette crise a eu des conséquences. Pour ma part j’ai eu assez peu de travail, mais les architectes s’adaptent aux crises et répondent intelligemment aux conditions économiques. De toute façon l’architecte s’adapte : il est en relation permanente avec la société. Il est un prestataire de service. Il doit donc s’adapter et proposer des choses qui seront en rapport avec une économie. Quand les décalages sont excessifs entre l’architecte et les besoins de la société, de nombreux problèmes se posent et les projets peuvent s’arrêter. On peut voir de magnifiques projets qui ne sont pas adaptés et ne voient jamais le jour. On constate aujourd’hui que d’importants projets gagnés par de grands architectes ne peuvent pas être réalisés. Les agences d’architecture semblables à mon échelle arrivent à s’adapter aux contraintes du marché. Je ne suis pas très inquiet par rapport à cela. Par contre je vois naître une véritable dérive quant aux traitements des questions environnementales. C’est bien évidemment des questions éminemment importantes dans l’architecture, nous avons un rôle pédagogique et nous sommes dans le devoir de montrer l’exemple. Beaucoup de personnes réfléchissent sur ces questions, des réflexes stupides sont nés. On rend les cho-

This is what we have to stimulate in the students at school. S.D.: How was your practice affected by the economic crisis during those last years? Do you think this period will have a significant impact on the profession and how would you describe that impact? Frédéric Borel: It is obvious the crisis had consequences. As for me I’ve had less work, but the architects adapt to crisis and intelligently reply to the economic conditions. In any case the architect adapts itself: he is in constant relation with society. He is a service provider. Therefore he has to adapt and what he offers has to take into account the economy. If there is too much of a gap between the architect and the needs of the society, numerous problems will rise and the projects could stop. There have been magnificent projects that were not adapted and were never created. Lately some very important projects won by well-known architects can’t be carried out. The architecture practices on a similar level as mine manage to adapt to the market constraints. I’m not too worried about that. On the other hand I can see the rise of a real drifting away as to the environment questions. These are obviously eminently important questions for architecture, we have an educational role and we have the duty to show the right example. A lot of people are thinking over such matters but some stupid reflexes were born. We make things hermitical with completely sanitized buildings which renounce to some aspects under the pretense of creating too many thermal bridges for example. Such caricature binds architecture; I find that harmful and even terrifying. I notice that people often mistake their analysis: we use for architecture some material when we are not positive at all of their durability. I believe that some attitudes are detrimental even on short term. S.D.: You have worked on very different programs, an architecture school, a magistrate’s court, housing, is their another program you would like to work on? Frédéric Borel: I would say that every program is interesting. There isn’t small or big projects. The regret I often have

“je vois naître une véritable dérive quant aux traitements des questions environnementales”


ses hermétiques avec des bâtiments totalement aseptisés et qui renient certains aspects sous prétexte de créer trop de ponts thermiques par exemple. Cette caricature ligote l’architecture, je trouve cela dommageable et terrifiant même. Je constate que l’on se trompe souvent d’analyse : on met en œuvre dans l’architecture des produits dont on n’est pas du tout sûr de la pérennité. À mon sens certaines attitudes seront préjudiciables à court terme. S.D. : Vous avez travaillé sur des programmes très variés, une école d’architecture, un tribunal, des logements, est-ce qu’il y a encore un programme que vous aimeriez réaliser ? Frédéric Borel : Je dirais que tout programme est intéressant. Il n’y a pas de petits et de grands projets. Le regret que j’ai aujourd’hui est de ne pas avoir construit de projets culturels alors que j’en ai gagné. Souvent les projets étaient arrêtés pour des raisons politiques. Les projets culturels sont à juste titre des projets que les gens peuvent partager, ce sont des lieux d’échanges. À l’opposé, les projets de logements offrent peu d’espaces de partage. Les espaces culturels sont formidables par l’émotion qu’ils offrent. Pour ma part c’est pour cette raison que je reste un peu artiste/ artisan plutôt qu’un architecte avec une très grosse agence et des projets commerciaux. Chaque projet a un intérêt et être architecte c’est aussi être un peu alchimiste. Transformer le plomb en or avec peu de moyen, transformer le rien en tout et inventer la richesse. Les architectes autant que les étudiants de cette école ont cette capacité à créer de la richesse.

is not to have created any cultural project even though I won some. Often the projects were halted because of political reasons. Cultural projects are rightful projects that people will be able to share, they are places of exchange. On the opposite, housing projects offer few exchange spaces. The cultural spaces are great in that they convey emotion. As for me it is the reason why I remain a little bit artist/artisan rather than an architect with a very big practice and commercial projects. Each project has its own interest, and to be an architect also means a little to be an alchemist. To turn the lead into gold with few means, to turn the nothingness into a whole and invent wealth. The architects as much as the students in this school have the ability to create wealth.


XII-XIII Être Spéciale Aujourd’hui/Being Spéciale Today

Architecture et Éducation Architecture and Education Deuxième édition du cycle de Conférences Internationales Architecture et Éducation 7 mai 2010 La réflexion menée lors de ce cycle de conférences propose d’ouvrir de nouvelles voies pour l’enseignement dans les écoles d’architecture. Lors de la seconde édition l’École Spéciale a accueilli des figures « historiques » de l’architecture qui, tous, ont été directeurs d’école et invités à transmettre une passion ! Lors de leurs présentations les architectes se sont exprimés sur les liens qu’ils ont pu établir entre leur passion et leur enseignement. Ils ont parlé de leur travail de transmission au sein des écoles et sur ce qui, à leur sens, est encore à même de fabriquer de l’enthousiasme pour l’architecture. Leurs présentations ont permis de débattre, entre autre, des points suivants : - Enseigner l’architecture : inspirer ? - Pourquoi et comment s’appuyer sur son métier d’architecte pour enseigner l’architecture ? - Parcours professionnels / Parcours académiques : quelles inspirations réciproques ? Quels liens ? Quels apports ? - Comment nourrir son enseignement de ses pratiques professionnelles ? - À qui transmettre ? ou comment ouvrir et diversifier l’enseignement de l’architecture aujourd’hui.

Second edition of international symposium series Architecture and Education 7th of May, 2010 The thinking driving this symposium series suggests opening new routes for the teaching methods in the architecture schools. During the second edition of this event the École Spéciale welcomed several ‘historical’ figures of the architecture who, all of them, used to be schools headmasters and were thus invited to convey not just education, enthusiasm! During their presentation the architects spoke of the connection they could create between their passion and their teachings. They spoke of how they would work on passing on within the schools all that they believed could still generate enthusiasm for architecture. Their presentations allowed debates over several subjects, among which the followings: - To teach architecture: to inspire? - Why and how to use one’s job as an architect in order to teach architecture? - Professional career / Academic career: What is the reciprocal inspiration? What are the similarities? What are their contributions? - How to fuel one’s teachings with his professional experiences? - To whom to pass on knowledge? Or how to broaden and widen the teaching of architecture nowadays.


AVEC/WITH

Sir Peter Cook Odile Decq

Architecte, directeur de la Bartlett School of Architecture de Londres de 1990 à 2006, Londres, Angleterre / architect, dean of the Bartlett School of Architecture of London from 1990 to 2006, UK. Architecte, directeur de l’École Spéciale d’Architecture depuis 2007, Paris, France / architect, executive director, École Spéciale d’Architecture.

Amancio Guedes

Architecte, sculpteur, peintre et auteur, directeur de la faculté d’architecture de l’Université de Witwatersrand, Afrique du Sud, de 1974 à 1999 / architect, professor, artist and author, dean of the Faculty of Architecture at the University of Witwatersrand, South Africa, from 1974 to 1999.

Hans Hollein

Architecte, designer, artiste, directeur de l’école d’architecture des Arts Appliqués de 1995 à 1999, Vienne, Autriche / architect, designer, artist, dean of the Architecture Department of Applied Art in Vienna from 1995 to 1999, Austria.

Jay Chatterjee

Architecte, professeur, directeur du College of DAAP de 1982 à 2001, Université de Cincinnati, États-Unis / architect, professor, dean of the College of DAAP from 1982 to 2001, University of Cincinnati, USA.

Eric Owen MosS Bernard Tschumi

Architecte et directeur du Southern California Institute of Architecture (SCI-Arc) depuis 2002, Los Angeles, Etats Unis / architect, dean of the Southern California Institute of Architecture (SCI-Arc) since 2002, Los Angeles, USA. Architecte et enseignant, directeur de l’École d’Architecture et d’Urbanisme de l’université de Columbia de 1988 à 2003, New York, États-Unis / architect, professor, dean of the Graduate School of Architecture, Planning and Preservation at Columbia University from 1988 to 2003, New York, USA.


XIV-XV Être Spéciale Aujourd’hui/Being Spéciale Today

EXTRAITS / EXTRACTS

“Architects should above all be visionaries, asking questions”

ODILE DECQ J’ai toujours été frappée par le fait que les candidats étudiants, lorsqu’ils viennent se présenter à l’école, la plupart du temps, ont la détermination de devenir architectes sans pour autant pouvoir dire précisément ce qu’est réellement le métier d’architecte. À la fin du premier cycle, la détermination est toujours là, mais la question continue de se poser : qu’est-ce donc qu’être architecte et à quoi sert-on ? Nous devons surtout être des visionnaires. C’est ce terme-là qui définit le mieux ce qu’est un architecte. Ce temps long nous amène à être sans cesse tournés vers le monde en devenir. Nous travaillons pour comprendre les besoins de demain à partir des manques d’aujourd’hui. Notre responsabilité en tant qu’architectes est d’être des visionnaires, des questionneurs d’avenir. Chaque construction est une trace de l’engagement de l’architecte au service des hommes.

When students arrive at our school, it always strikes me that while they always seem determined in their wish to become architects, they are unable to define precisely what “being” an architect means. Even later, when they finish the “first cycle”, they still have a hard time defining what an architect’s role is. Architects should above all be visionaries. That is the word that best defines what being an architect is. The lapse of time we have to go through before seeing our projects become reality keeps us permanently turned towards the future. We work to understand the needs of tomorrow by seeing today’s shortcomings. Being visionaries, asking questions, herein lies our responsibility as architects. Each building is a trace left by the architect, an expression and mark of the extent of his engagement.

“Nous devons être des visionnaires, des questionneurs d’avenir”


PHILIPPE BÉLAVAL

Directeur général des patrimoines, Ministère de la Culture et de la Communication / General director of heritage, french Ministry of Culture and Communication Aujourd’hui plus que jamais, nous avons besoin d’architectes pour penser notre futur. Non seulement pour construire le mieux possible des immeubles de bureaux et des logements, mais aussi pour penser à la manière dont les rapports sociaux peuvent s’organiser, aux relations qui peuvent s’établir entre nous et l’espace que nous occupons ». Les architectes doivent à cet égard jouer un rôle au moins aussi important – et vraisemblablement même plus important – que celui généralement accordé aux économistes, aux statisticiens et autres futurologues. La mission de l’architecture n’est pas simplement d’édifier un bâtiment, d’aménager un espace ou de réfléchir à la cité, mais bien de le faire en fonction de l’usage du bâtiment, du lieu, de son histoire et de l’avenir qu’on entend lui donner. L’essentiel dans l’architecture est davantage de l’ordre de l’invisible que de l’ordre du visible. « Les architectes me semblent toujours voir des choses que les autres ne voient pas. Mais justement, comment transmettre ce qui est de l’ordre de l’invisible, ce qui, par essence, est difficile à transmettre ? C’est un des enjeux les plus importants de la formation en architecture aujourd’hui ».

“Nous avons besoin d’architectes pour penser notre futur”

Philippe Bélaval: “We needs architects to design our future” “Today, more than ever, we need architects to design our future. Not only to build housing projects and offices in the best way possible but also to reflect upon how relations can be organised between us, the space we occupy and the era we live in.” Architects can play the same sort of role as economists and statisticians in preparing the future. Architecture does not only consist in building something. Construction must function in service of the use of the building, of the place where the building stands, of the history of the place and of the future one imagines for it. In this sense, Mr. Bélaval explained, architecture has more to do with the invisible than with the visible. “Architects always seem to see things others don’t. But how can one best teach such a difficult discipline? That is one of the keys to architectural education today.”


XVI-XVII Être Spéciale Aujourd’hui/Being Spéciale Today

AMANCIO PANCHO GUEDES “I wanted to be a painter but my parents objected rightly to that and said I should study architecture instead. I felt very strongly that architecture should be taught as an art and a craft and not as a technology; that architecture depends on intuition and imagination; that architecture should draw on the history of painting, sculpture and architecture. I invited historians, artists and young architects to join me and I found this academic turn of my life most interesting and fulfilling! I claim for architects the rights and liberties that painters and poets have held for so long.”

“I claim for architects the rights and liberties that painters and poets have”

« Je demande que les architectes aient les mêmes droits et libertés que les peintres et les poètes » « Je voulais être peintre, mais mes parents s’y sont opposés et m’ont commandé de faire des études d’architecture. Je ressentais fortement que l’architecture pouvait être enseignée comme un art et un artisanat et non pas comme une technologie ; que l’architecture était dépendante de l’intuition et de l’imagination ; que l’architecture devait s’inscrire dans l’histoire de la peinture, de la sculpture. J’ai invité des historiens, des artistes, et de jeunes architectes à me rejoindre et je crois que ce volet académique de ma vie fut finalement le plus enrichissant et le plus intéressant. Je demande que les architectes aient les droits et les libertés que les peintres et les poètes possèdent depuis déjà si longtemps. »


KA-RA : Comment définiriez-vous l’architecte numérique ? Eric Owen Moss : Je pense qu’il y a une génération d’architectes qui appartient entièrement à l’ère numérique ; il y a une autre génération d’architectes très impliqués dans l’utilisation des outils : les outils de construction, les outils d’impression, les outils logiciels, mais dont la culture et les recherches ont précédé l’avènement des outils numériques. KA-RA : Qu’est ce qui est différent dans l’ère digitale ?

Interview Eric Owen Moss by/par KA-RA KA-RA: How would you define a digital architect? Eric Owen Moss: I think there is a generation of architects who belong entirely to a digital era; there is another generation of architects very involved in using the tools, the building tools, the printing tools, the software tools but whose education and whose early work preceded the advent of the digital tools. KA-RA: What is different in digital age? Eric Owen Moss: It is interesting to see how the techniques, drawing techniques, 3D drawing techniques are integrated in the fabrication and construction techniques. That makes a lot of things easier. The issue of imagining certain kinds of spaces with a virtual certainty you can build it as opposed to imagining and having to figure out for yourself. We had to figure out how to build the glass, who could do it, what would the forms be, would they be plaster would they be steel, there is all kind of things we had to figure out. Now I think the tools make it easier. KA-RA: Complex architecture, what is your design process? Eric Owen Moss: The 3D modeling is certainly helpful, we obviously work very differently now, differently than we used to. Combination models, models and drawings, I don’t know if we never had… we never had a system, we never had a way of saying drawing, modeling, drawing again, we are trying to do different things in order to illustrate different conditions, and because we always change the conditions, so we always change the tools. But modeling, physical models are very important, obviously because it is very helpful. KA-RA: What is the future of digital tools? Eric Owen Moss: The integration of hand skills, conceptual idea: what you see, what you think, the ability to draw, the ability to translate, I think it is coming, it exists in certain forms as you know… I think that’s important.

Eric Owen Moss : Il est intéressant de voir comment les techniques, les techniques de dessin, les techniques de modélisation en 3D sont intégrées dans la fabrication et dans les techniques de construction. Ça rend beaucoup de choses plus faciles. L’enjeu n’est pas le même d’imaginer certains types d’espaces avec la quasi certitude de pouvoir les construire, plutôt que d’avoir à envisager par vous-même comment faire ; nous avons dû trouver comment construire du verre courbe… qui pourrait le fabriquer, quelles seraient les formes, serait-ce plutôt en plâtre ou en acier, il y a toutes sortes de choses que nous devions découvrir par nous même. Maintenant, je pense que les outils rendent ce travail plus facile. KA-RA : Une architecture complexe : Quel est votre processus de création ? Eric Owen Moss : La modélisation 3D est certainement utile, nous travaillons évidemment de manière très différente aujourd’hui, très loin des habitudes que nous avions. La combinaison de maquettes, des modèles et dessins, je pense que nous n’avons jamais eu… nous n’avons jamais eu de système, nous n’avons jamais eu une manière de dire: dessin, maquette, puis dessin à nouveau. Nous essayons de faire des choses différentes pour illustrer différentes conditions, et parce que nous avons toujours modifié les conditions, alors nous avons toujours adapté les outils. Mais les maquettes, les modèles physiques sont très importants, leur utilité est évidente. KA-RA : Quel est l’avenir des outils numériques ? Eric Owen Moss : L’intégration du savoir faire de la main, l’idée conceptuelle : ce que vous voyez, ce que vous pensez, la capacité de dessiner, la capacité de traduire, je pense c’est ce qui se développe, ça existe déjà sous certaines formes comme vous le savez… Je pense que c’est important.


XVIII-XIX Être Spéciale Aujourd’hui/Being Spéciale Today

HISTORY’S DRAWERS Interview Hans Hollein by Cédric Libert The opportunity to personally talk things over with an architect whom influence radius far exceed the architecture context. The opportunity as well, through a mise-en-abyme between his work and ours, to think about the shape that can take someone’s description of an encounter; the underlying idea being that we can create a further narration for the text itself: a series of three diptych, made up of documents from different times, by architects that are separated by several generations and come from different contexts. On the one hand these pictures bring up the fact that there still are concerns even though they are dealt with in different manners, and on the other hand they bring up the shifting process in the seizing of referential. While evoking a strangely familiar feeling through the visual connections or the semantic anti-thesis, the offer here has above all an entertaining aspect. It addresses the architectural question with lightness and with the confidence inherent to casual manners. Through the presentation of those documents, connected by their vis-à-vis display, the goal is neither about claiming ideological filiations nor trying to compete throughout generations. The idea is merely about reacting with a visual language and to ascertain therein a number of cross-references or superimpositions despite the time gap as well as the conceptual gap. An inheritance without heirs. C.L.: What are you trying to say through this collage – the Rolls-Royce grille in New York? It is quite surprising, if we look at architecture nowadays – the work of Frank Gehry in Bilbao for example –, one can notice that it has become something valuable. The city of Bilbao only really exists through its Guggenheim. We could say it is like a Rolls Royce inserted in the city landscape, which your picture was already predicting. But what was your idea exactly? Hans Hollein: I believe you might know my other collages, like the aircraft carrier in a field or the wagon? In this particular case, the Rolls-Royce grille on Wall Street reflects the image of Wall Street. But it also looks like a Greek temple, doesn’t it? And some time later Philip Johnson would create such a Greek temple in New York. He told me he greatly draw inspiration from this picture. C.L.: The AT&T tower! Hans Hollein: Yes! I was on good terms with Philip Johnson and we talked about it… In other words, these collages offer the idea that we can take an object, change its scale and make a skyscraper out of it for example. Of course, by doing so, we change its meaning. It’s a very simple idea, and also very simple to understand. C.L.: You were then friends with Claes Oldenburg? Hans Hollein: Yes, we were quite close. We had some common ideas and we became friends. I published his architecture

LES TIROIRS DE L’HISTOIRE Entretien avec Hans Hollein par Cédric Libert L’opportunité d’une situation pour en découdre de façon personnelle avec un architecte dont la sphère d’influence dépasse de loin le cadre architectural. L’occasion aussi, par un exercice de mise en abîme entre son travail et le nôtre, de réfléchir à la forme que peut prendre le témoignage d’une rencontre, dans l’idée qu’on peut construire une narration complémentaire au texte proprement dit : une série de trois dyptiques, composés de documents produits à des époques différentes, par des architectes générationnellement éloignés et dans des contextes autres. Ces images évoquent à la fois l’idée que des préoccupations demeurent, bien que traitées de façons différentes, autant que le déplacement de prélèvements référentiels. Renvoyant au sentiment d’une étrange familiarité par rapprochements visuels ou antithèses sémantiques, la proposition est ludique avant tout. Elle aborde la question architecturale avec la légèreté et l’aplomb d’une certaine désinvolture. Au travers la présentation de ces documents, mis en tension par leur confrontation en vis-à-vis, il ne s’agit ni de réclamer une filiation idéologique, ni au contraire de prétendre rivaliser par delà les générations. Il s’agit juste de réagir par le langage visuel et de constater par-là certains recoupements ou superpositions malgré la distance temporelle autant que conceptuelle. Un héritage sans héritiers. C.L. : Que vouliez-vous dire par ce collage – la calandre de Rolls-Royce à New York ? C’est étonnant, si l’on regarde l’architecture maintenant – le travail de Frank Gehry à Bilbao par exemple –, on constate qu’elle est devenue un objet de valeur. La ville de Bilbao n’existe qu’au travers son Guggenheim. On pourrait dire que c’est comme une Rolls-Royce insérée dans la ville, ce que prédisait déjà votre image. Mais quelle en était l’idée au fond ? Hans Hollein: J’imagine que vous connaissez aussi mes autres collages, comme le porte-avion dans les champs ou le wagon ? Dans ce cas-ci, la calandre de Rolls-Royce sur Wall Street renvoie à l’image de Wall Street. Mais c’est aussi un temple grec, non ? Et Philip Johnson le fera un peu plus tard, ce temple grec à New York. Il m’a dit s’en être très largement inspiré. C.L. : La tour AT&T ! Hans Hollein: Oui ! J’étais en bonne relation avec Philip Johnson et on a discuté de cela… Donc, ces collages proposent l’idée que l’on peut prendre un objet, le changer d’échelle et en faire un gratte-ciel, par exemple. Et bien entendu, en faisant ça, on en déplace la signification. C’est une idée très simple, et surtout très simple à comprendre. C.L. : Vous étiez alors ami avec Claes Oldenburg ? Hans Hollein: Oui, nous étions assez proches. Nous avions certaines idées en commun et nous sommes devenus amis. J’ai publié ses projets architecturaux alors que personne ne


projects while no one wanted to do so in the United States. It was at that time that the artistic and conceptual practices started to intersect.

voulait le faire aux Etats-Unis. C’est le moment où ont commencé à s’entrecroiser les pratiques artistiques et conceptuelles.

C.L.: Can you talk about this picture that I find fascinating?

C.L. : Pouvez-vous nous parler de cette image que je trouve fantastique ?

Hans Hollein: There is no real distinction between art and architecture within my work. This here is one of my art projects in a building that I designed as well, the Abteiberg Museum in Mönchengladbach. It is called “Turnstunde” – the gymnastic lesson. It is an installation with lighting elements. It is a very personal composition. C.L.: Strangely enough this could look like a picture taken from a scale model, no? It is as if there is no scale and that the dummies are those we use in scale models. I think it’s an important picture in the sense that it foretells of the kind of visual documents we can now see in the architecture offices. Hans Hollein: Yes indeed, I understand, but this was not the original goal at all. When we are standing in the museum we are fully aware of the scale. And it is also a real scale in this particular case: the human scale. C.L.: In an interview you mentioned the ritual function of architecture. What do you mean by that? Is it a question of architecture vocabulary or an iconographic sign? Hans Hollein: It is firstly a question of space! The idea is to consider architecture in terms of ritual function rather than a mere physical function. I believe architecture, and especially in its origins, to be bound to rituals. Even before thinking about architecture in order to create shelters, Man piled up stones and looked at it as a ritual creation. Not as a house. This is what I meant. The idea of this project for a travel agency is that we are traveling to go sit under palm trees, symbolically. Each agency is thus defined by this very basic sign: the palm trees. C.L.: And that could convey the idea of a ritual architecture through the presence of palm trees? It looks like a small oasis but it could as well be a series of Greek columns supporting a temple’s ceiling. So the ritual function is becoming the architectural program. I like what you said 30 years ago about the quite relative importance of the program: “we first create the building, and then we see what we can make with it”. Hans Hollein: Yes exactly. It is obvious we need a clear functional program since architecture is also a shelter. But then the fundamental question comes. In what extent is it a shelter? In what extent is it a ritual object? When do we reach the point where we don’t need the shelter even though it is raining on our heads?

Hans Hollein : Il n’y a pas de véritable distinction entre art et architecture dans mon travail. Ceci est un de mes projets d’art dans un bâtiment que j’ai aussi dessiné, le Musée Abteiberg à Mönchengladbach. Ça s’appelle “Turnstunde” – la leçon de gymnastique. Il s’agit d’une installation à base d’éléments lumineux. C’est une pièce très personnelle. C.L. : Étrangement, cela pourrait ressem¬bler à une photo qu’on aurait prise d’une maquette, non ? On dirait qu’il n’y a pas d’échelle et que les personnages sont ceux que l’on place dans les maquettes. Je pense que c’est une image importante dans la mesure où elle préfigure presque un type de document visuel que l’on trouve dans les agences d’architecture maintenant. Hans Hollein : Oui, en effet, je comprends mais ce n’était pas du tout le but original. Quand on est dans le musée, on se rend alors compte de la mesure. Et c’est une véritable échelle dans ce cas-ci : la taille humaine. C.L. : Dans une interview, vous avez déjà évoqué la fonction rituelle de l’architecture. Qu’est ce que vous entendez parlà ? Est-ce que c’est une question de vocabulaire architectural et de signe iconographique ? Hans Hollein : C’est d’abord une question d’espace ! Il s’agit d’envisager l’architecture non pas comme une fonction physique mais plutôt en terme de fonction rituelle. Je pense que l’architecture, et particulièrement à ses débuts originels, est liée au rituel. Avant d’imaginer l’architecture comme un abri, l’homme a empilé des pierres et considéré cette construction comme un dispositif rituel. Pas comme une maison. C’est comme ça. L’idée de ce projet pour une agence de voyage, c’est qu’on va en vacances pour s’asseoir sous un palmier, symbol¬iquement. Chaque agence est donc définie par ce signe basique: les palmiers. C.L. : Et ça pourrait renvoyer à l’idée d’une architecture rituelle par la présence des palmiers ? Ça a l’air d’être une petite oasis mais ça peut aussi être une série de colonnes, non ? Dans ce sens ça me rappelle l’origine symbolique des colonnes grecques qui soutiennent le toit du temple. C’est la fonction rituelle qui devient le programme architectural. J’aime bien ce que vous avez dit il y a 30 ans, sur l’importance toute relative du programme: « on fait d’abord le bâtiment et ensuite on voit ce qu’on peut en faire ». Hans Hollein : Oui tout à fait. C’est évident qu’il faut avoir un programme fonctionnel clair parce que l’architecture est aussi un abri. Mais vient ensuite la question essentielle. Dans quelle mesure est-ce un abri ? Dans quelle mesure estce un objet rituel ? Quand arrive-t-on au point où l’on n’a plus besoin de l’abri alors même qu’il pleut sur notre tête ?


XX-XXI

Être Spéciale Aujourd’hui/Being Spéciale Today

Interview Peter Cook by/par KA-RA KA-RA: Architectural project: What is your process? Peter Cook: When you start a project, you don’t have a vision, you might have a conversation, and then you start working on it, and then a few days later you realize it’s looking like something. KA-RA: What is your workflow? Peter Cook: You just draw like hell. Keep drawing. As I speak now I have two young women architects working in London on a project we are doing for competition, it has to be done very quickly. They will be working and on Sunday, I will see them, and I will draw around whatever they produced. KA-RA: How do you practice with digital design? Peter Cook: You know, I still in a sense have a nostalgia, for being able to control all things myself, which I can’t anymore, you know, I can’t use a computer, I can’t tweak it, I make it tweaked by somebody else, I can’t draw ever and say: that’s too far… There it’s still not right… lot of it has to do with that, you know, it’s not sort of: “that’s it.” It’s to do with… soft movements, hand movements, caressing it into a said condition. KA-RA: For you, what is architectural rendering? Peter Cook: These architects doing these beautifully, sunshiny, colored perspectives of buildings… Now they all look the same, even the good ones look like the bad ones. They become a kind of… not interesting. KA-RA: What is the future of digital tools? Peter Cook: I tend to design differently if I am using a pen, from if I am using a pencil. Anything I draw is immediately logged digitally and I can punch in a few very simple instructions, not complicated program, and it can start doing all that… And I know the technology exists !!

KA-RA : Projet architectural: Quelle est votre approche ? Peter Cook : Quand vous débutez un projet, vous n’en avez pas la vision, ça tiendrait plus d’une conversation sur laquelle vous commencez à travailler, et après quelques jours, vous voyez que ça prend forme. KA-RA : Quelle est votre manière de travailler ? Peter Cook : Vous devez dessiner énormément, dessiner continuellement. Alors que nous parlons, j’ai deux jeunes femmes architectes qui travaillent à Londres sur un projet de concours, ce travail doit être fait très rapidement. Elles vont travailler et dimanche, j’irai les voir et je dessinerai autour de tout ce qu’elles auront produit. KA-RA : Que devient votre pratique avec les outils numériques ? Peter Cook : Vous savez, je ressens une certaine nostalgie, celle de pouvoir contrôler toutes choses moi-même, ce que je ne peux plus faire maintenant : je ne sais pas me servir d’un ordinateur, je ne peux pas faire de modifications, je dois les faire faire par quelqu’un, je ne peux étirer le projet et me dire : c’est trop loin… et là, ce n’est toujours pas bon… chercher… beaucoup de choses sont en rapport avec cela, vous savez, ce n’est pas une sorte de : « c’est comme ça », c’est quelque chose comme des mouvements doux, de la main, des caresses qui mènent vers un état. KA-RA : Pour vous, qu’est-ce que le rendu architectura ? Peter Cook : Ces architectes qui réalisent ces perspectives belles, pleines de soleil et colorées de leurs bâtiments… maintenant elles se ressemblent toutes, même les bonnes ressemblent aux mauvaises. Tout cela devient une sorte de… rien de tout ça n’est intéressant. KA-RA : Quel est le futur des outils numériques ? Peter Cook : J’ai tendance à dessiner différemment si j’utilise un stylo ou un crayon… Tout ce que je dessinerais serait enregistré de manière digitale et je pourrais entrer des instructions très simples… ce ne serait pas un programme compliqué, et il pourrait commencer à tout réaliser… Et je sais que la technologie existe !


Utopia today ? Utopie aujourd’hui ?

Colloque  Utopie aujourd’hui ? à la Saline Royale, Arc-et-Senans Du 22 au 24 Octobre 2010 Colloque organisé par l’École Spéciale avec la Saline Royale et la Hochschule Luzern, Technik und Architektur. Ce colloque propose d’utiliser le concept d’utopie comme indicateur de la condition de l’architecture et de l’urbanisme, de son assujettissement à la logique néolibérale, de la question de l’éthique et de l’esthétique, de l’énergie ou de ses possibilités d’évader ces logiques et ces rhétoriques, si possible, par l’utopie. Il questionne aussi la pratique, le rôle de l’utopie dans le travail d’architectes et urbanistes aujourd’hui, donnant lieu à une plateforme pour un discours interdisciplinaire.

Symposium : Utopia today? 22-24 October 2010, Saline Royale (Royal Salt Works), Arc-et-Senans, France Conference organized by the École Spéciale together with the Saline Royale and the Hochschule Luzern, Technik und Architektur. This conference proposes the use of the concept of utopia as an indicator of the current condition of architecture and urbanism and these disciplines subjection to a neo-liberal logic, but also as a means of escaping this logic. It will raise ethical and aesthetic questions. It will also investigate the role of energy and thus of sustainability. It intends to question current practice, the role of utopia in the work of architects and urban planners today, thus providing a platform for interdisciplinary discourse.

1

AVEC/WITH David Harvey (New York) BAVO (Rotterdam) Winy Maas (MVRDV) Peter Eisenman (New York, VidEo prEsentation) conception : Andri Gerber, Brent Patterson 1 Rise Above, Martial Marquet


XXII-XXIII Être Spéciale Aujourd’hui/Being Spéciale Today

CONCEPT Andri Gerber – Brent Patterson After the utopian movements of the 1960s and 70s, utopian discourse and projects have disappeared from architecture and urban design. Utopia no longer appears to be a useful tool for architectural discourse or practice. This absence was the core topic of a conference that was held in October 2010 at the Saline Royale (1778), a historical building listed by the UNESCO in its World Heritage Sites and a “Utopian” work from the architect Claude-Nicolas Ledoux about which a number of personalities from various horizons were asked to debate. If we consider our current condition, in part determined by a condition of atopia (Gregotti, 1991) – the non-places in large urban developments and individual housing (“The non-place is the contrary of utopia: it exists and doesn’t allow a single organic society” Marc Augé, 1992) – and on the other hand by a dystopian vision of imminent ecological disasters, it is surprising that there hasn’t been a re-emergence of utopia as a means of imagining better places, other conditions, changes. Certainly there have been some utopias, but of a regressive nature – to quote Manfredo Tafuri – they attempt to stop time instead of advancing, they hide from reality as is the case with numerous gated communities where surveillance systems monitor the fragile borders of their utopias. But there is an absence of progressive utopias. What is a utopia? The term has many significations, to the point that it appears to mean anything and nothing, both positive and negative. Certainly utopia is a mirror by which we see and judge reality but it is also a place that remains better than we wish to create and/ or think capable of creating. That brings us to the hypothesis that under the weight of capitalist and neo-liberalist logic – the Empire referred to by Hardt and Negri (2000) – and the absence of place that it provokes (atopia), that any changing of the current condition and therefore any revival of utopias, appears impossible. In fact the only urban practices that seem to escape this logic today result in social mapping that is purely descriptive or else in interventions at the micro-level without global impact. At the same time, the dystopic visions of a future full of ecological disasters has not produced utopias like those of the 70’s, on the contrary architecture and urban planning have become subjected to this logic, so too have the schools which are now focusing on producing “eco-designers” or “bioarchitects”. Zizek refers to ecology as a new opium for the masses (2007). Karl Mannheim (1929) considers utopia in relation to ideology and defines the two as symptoms of malaise in relation to the human condition, but only utopia is capable of changing this condition. Even if this definition is somewhat limited, it appears useful to discuss utopia in relation to ideology. We could argue that the social and ecological concerns produced ideologies to which architecture and urban planning have been subjected, without creating a utopia or an ‘ecotopia’. The different speakers addressed the question from several points of view. The Saline Royale director presented the place, explaining its creation and how it used to work while also questioning its status as a utopia considering the horrible conditions to which the workers living here were submitted to.

Depuis les grands courants d’utopies architecturales et urbaines des années 1960-70 l’utopie comme discours et comme projet a disparu de l’architecture et de l’urbanisme. L’utopie ne paraît plus un instrument valable pour une pratique et un discours dont l’architecture et l’urbanisme sont les porteurs. Cette absence a été au cœur d’un colloque qui s’est tenu à la Saline Royale (1778) en octobre 2010, bâtiment classé patrimoine mondial de l’Unesco, œuvre « utopique » de l’architecture Claude-Nicolas Ledoux et pour lequel un nombre de personnalités des champs différents ont été invitées a discuter. La question se pose d’autant plus si on considère « notre » condition actuelle, déterminée d’un côté par une condition d’atopie (Gregotti, 1991) – c’est à dire de non-lieux dans les sites pavillonnaires ou les grands ensembles (« Le non-lieu est le contraire de l‘utopie: il existe et il n‘abrite aucune société organique» Marc Augé 1992) – de l’autre par des visions dystopiques d’imminentes catastrophes écologiques : il est surprenant qu’il n’y ait pas un ressort à l’utopie pour imaginer des lieux meilleurs, des conditions autres, des changements. Il y a certes des utopies, mais d’un genre régressif – pour citer Manfredo Tafuri – qui essaient d’arrêter le temps plutôt que de le faire avancer, qui donc fuient la réalité comme c’est le cas des innombrables gated communities dont les systèmes de surveillance sanctionnent les faibles bords de leurs utopies. Mais il y a absence d’utopie progressive. Mais qu’est-ce qu’une utopie ? Le terme, comme beaucoup d’autres, a été étendu pour incorporer de nombreuses significations, au point qu’il paraît être tout et rien, à la fois quelque chose de positif comme négatif. Certainement, l’utopie est un miroir, par le quel on regarde et on juge la réalité, mais il est aussi un autre endroit meilleur qu’on souhaiterait et/ou penserait pouvoir réaliser. Cela amène à l’hypothèse selon laquelle sous le poids de la logique capitaliste et néo-libéraliste – l’Empire dont parlent Hardt et Negri (2000) – des atopies (non lieux) et de la condition de Heimatlosigkeit, d’absence de lieux qu’elle provoque, tout changement de la condition, et donc tout ressort à l’Utopie paraît impossible. En fait, la seule pratique d’urbanisme qui semble échapper à cette logique, se résout aujourd’hui soit dans une cartographie sociale qui ne veut que décrire, soit dans des interventions à une micro échelle, sans influence globale. En même temps, les visions dystopiques d’une future catastrophe écologique n’ont pas produit des utopies comme celles des années 1970, mais au contraire, un assujettissement de l’architecture et de l’urbanisme à cette logique – Zizek parle de l’écologie comme nouvel opium des masses (2007) – tout comme des écoles, dont le seul souci paraît de produire des « éco designers » ou des « bioarchitects ». Karl Mannheim, dans son ouvrage sur l’utopie (1929), la considère en relation à l’idéologie et définit les deux comme symptômes du malaise envers la condition humaine, mais donne seule l’utopie comme capable de changer cette condition. On pourrait formuler d’une façon pointue, que les soucis sociaux et écologiques ont produit des idéologies auxquelles l’architecture et l’urbanisme se sont soumis, mais aucune utopie ou ‘écotopie’.


Ole W. Fischer from Harvard stresses that the contemporary architecture doesn’t have any presence (in the sense of an attitude and a positioning) which drives it into looking for a positioning in the past or in the future, which make it a utopia in itself. Michel Prégardien, from the University of Liège, analyses in his presentation the condition of the residential areas in the world, stressing their condition of non-places. Therefore he theorizes that utopia will be found not in the search of a non-place, but in the search of a place. For that matter he formulates the concept of Eu-topie. The place that takes place. The geographer David Harvey, teacher at the University of New York, and one of the most preeminent voices of the urban Marxism, while referring to his collaborations with architects and urban planners, emphasizes the problems of the cities and the practice of urbanism, too often related to some kind of formalism in his opinion. He suggests nine points for a new urbanism with the aim of positive opening toward the future. Matthias Pauwels, from the BAVO group presents a series of collaboration projects from the Dutch context while stressing their positive aspects as well as their negative aspects, often related to a restricted temporality. It is here utopia as something positive, but too ephemeral. Katia Frey and Eliana Perrotti from the ETH of Zürich present an unheard of history of the feminine utopias with which they contradict the urban planners who often consider utopia as a men’s business. Philippe Morel, one of the most innovative architects in the field of parametric architecture, suggests a vision of utopia as something personal and non-transmissible. Utopia resides in everyone’s motivation to push further on one’s own gaze. The American architect Peter Eisenman, even though he condemns any kind of notion of progress – to which he opposes the notion of “lateness” – elaborates that utopia is something without which architecture couldn’t progress. The Dutch architect Winy Maas from the MVRDV office presents a series of recent projects under the title of “what’s next”, presenting utopia as a way to ask about what is to come. In that sense, he considers that topic as fundamental in order to discuss of nowadays’ architects. Next to the various speakers, and in the space provided by the Saline, Martial Marquet built a construction, “Rise above”, which unites and illustrates the two main aspects of the conference: on the one hand the absence of the place and the loneliness of the project and the architect (the top part of the construction), and on the other hand the desire of communication and the creation of a place (the bottom part of the construction).

Les intervenants ont approché la question de plusieurs points de vue. Le directeur de la Saline Royale introduit le lieu, en expliquant le contexte de sa naissance et de son fonctionnement tout en questionnant son statut d’utopie en raison des conditions terribles des ouvriers qui habitaient le lieu. Ole W. Fischer de Harvard souligne que l’architecture contemporaine n’a pas de présence (au sens d’une attitude et d’une position) ce qui la pousse à chercher un positionnement soit dans le passé, soit dans le futur, ce qui en fait une utopie. Michel Prégardien, de l’université de Liège, analyse dans sa présentation la condition des sites pavillonnaires dans le monde, soulignant leur condition de nonlieu. En ce sens pour lui, l’utopie se trouve non pas dans la recherche d’un non-lieu, mais dans la recherche d’un lieu. Pour cela il formule le concept de Eu-topie. Le lieu qui a lieu. Le géographe David Harvey, professeur à l’Université de New York, une des voix les plus éminentes du marxisme urbain souligne en prenant aussi référence à ces collaborations avec architectes et urbanistes, les problèmes des villes et de la pratique de l’urbanisme, trop liées, selon lui, à un certain formalisme. Il propose neuf points pour un urbanisme nouveau dans le sens d’une ouverture positive sur le futur. Matthias Pauwels du collectif BAVO présente une série de projet collaboratifs du contexte hollandais tout en soulignant les aspects positifs, mais aussi les aspects négatifs, surtout liés à une temporalité restreinte. L’utopie donc comme quelque chose de positif mais trop éphémère. Katia Frey et Eliana Perrotti de l’ETH de Zürich présentent une histoire inédite des utopies féminines, et par cela elles contredisent les urbanistes qui, souvent, considèrent l’utopie comme une affaire d’hommes. Philippe Morel, un des architectes les plus innovateurs dans le domaine de l’architecture paramétrique, propose une vision de l’utopie comme quelque chose de personnel et non communicable. L’utopie réside dans les motivations de chacun à pousser plus loin son propre regard. L’architecte américain Peter Eisenman, même s’il condamne toute notion de progrès – il y oppose la notion de « lateness » – précise que l’utopie reste quelque chose sans laquelle l’architecture ne pourrait pas progresser. L’architecte néerlandais Winy Maas du bureau MVRDV présente une série de projets récents sous le titre de « what’s next » se positionnant au sujet de l’utopie comme posant la question de ce qui va suivre. En ce sens, le sujet lui semble fondamental pour discuter de l’architecte aujourd’hui. En marge des interventions, Martial Marquet a construit dans l’espace de la Saline une installation, « Rise above », qui rassemble les deux aspects principaux du colloque : l’absence de lieu et la solitude du projet et de l’architecte (le haut de l’installation), et le désir de communication et de création d’un lieu (le bas de l’installation).

Photo : Simon Boudvin


XXIV-XXV Être Spéciale Aujourd’hui/Being Spéciale Today

GOUVERNANCE URBAINE : ÉTAT DES LIEUX URBAN GOVERNANCE: STATE OF PLAY Colloque International initié par l’École Spéciale dans le cadre de sa formation d’urbanisme Mutations Urbaines. 26 Novembre 2010 Organisation et conception : Marlène Ghorayeb. Le colloque Gouvernance urbaine : État des lieux s’inscrit dans le cursus du 3e cycle d’urbanisme de l’École Spéciale “Mutations Urbaines”. Les étudiants dans le cadre de leur programme d’études ont en charge la préparation d’un colloque. Ils sont entièrement impliqués dans toutes les étapes de l’élaboration du colloque. Ils définissent la problématique et les objectifs du colloque, contribuent au choix des invités et participent aussi en tant qu’intervenants. Au cœur du questionnement sur le devenir des villes se pose la gouvernance urbaine. Une nouvelle configuration se dessine depuis une vingtaine d’années autant dans les villes européennes que dans les villes du Sud sous l’égide des institutions internationales. La gestion urbaine doit faire face à la décentralisation, à l’émergence de nouveaux acteurs et de nouveaux partenariats ainsi qu’à la redéfinition du rôle de l’État. La crise actuelle pose de manière encore plus exacerbée la question de la gouvernance urbaine. Elle accélère un processus de privatisation des biens et des services urbains, engagé depuis les années 1980. Le secteur privé devient acteur majeur dans la production des services urbains, les autorités locales jouent un rôle de plus en plus important dans la définition des politiques publiques. Cette rencontre proposait de faire le point sur les enjeux que pose la gouvernance urbaine en termes de politiques urbaines, de la capacité des autorités locales à prendre en compte cette nouvelle configuration, de mesurer l’impact du secteur privé dans les réponses apportées aux services urbains et enfin du sens donné à la participation de la société civile. De comprendre qui sont les décideurs et les acteurs de la ville, comment se déterminent l’action publique et les politiques de la ville et plus largement de se poser la question de quelles villes pour demain. La question de la gouvernance urbaine redéfinit de nouveaux paradigmes et par le fait même repose la question des outils, des moyens et des nouvelles pratiques. Ce qui est fondamen-

tal dans ce processus à géométrie variable c’est qu’il renvoie à un rééquilibrage dans l’exercice du pouvoir urbain et actualise sous un nouveau regard le droit à la ville en termes de cohésion sociale et d’enjeux de démocratie. Le colloque Gouvernance urbaine : État des lieux avait pour objectif de faire la lumière sur l’actualité du débat en abordant la question au travers de thèmes majeurs qui portent sur : – La recomposition des systèmes d’acteurs et des enjeux démocratiques. – Quels modes de gouvernance pour concilier développement économique et cohésion sociale ? – Quels modes de régulations, extra étatiques, inter-institutionnels, sociales ? – Quelle formation à la gouvernance pour les urbanistes aujourd’hui ? Marlène Ghorayeb, Docteur en urbanisme, responsable du D.E.S Mutations urbaines.


International conference initiated by the École Spéciale’s postgraduate program in urban planning, Urban Mutations. November 26th, 2010 Organization and conception: Marlène Ghorayeb The conference Urban Governance: State of play is part of the curriculum for the postgraduate degree “Urban Mutations” at the École Spéciale. As part of their studies program the students are in charge of preparing a conference. They take part in the entirety of all the stages in the elaboration of this conference. They choose the problematic and the objectives of the conference, they contribute to the choice of the guests and they also take part in it as speakers themselves. At the heart of the question over the future of cities lies the urban governance. A new configuration is becoming more and more apparent since the last twenty or so years, as much in the European cities as in the southern cities that are under the aegis of international institutions. The urban management has to deal with decentralization, with the emergence of new actors and new partnerships as well as the process of redefinition of the role of the State. The current crisis poses in an even more exacerbated manner the issue of the urban governance. It now speeds up the process of privatization of the urban goods and services that started in the 80’s. The private sector is becoming a major actor in the production of urban services and the local authorities are playing an increasingly important role in the definition of the public policies. This meeting was an opportunity to evaluate the situation on the issues that are

raised by the urban governance in terms of urban policies, but also to assess the ability of local authorities to take this new configuration into account, to measure the impact of the private sector in the answers given to the urban services and finally to consider the meaning of the participation of the civil society: To understand who are the decision-makers and the actors within the city, to understand how is worked out the public plan of action and the cities policies, and more generally, to devise over the future of cities. This issue of the urban governance redefines the new paradigms and thus asks once again the question of the tools to use, the means and the new trends. What is fundamental in this irregular process is that it sends us back to a readjustment in the use of power when it comes to urbanism and with a new light it actualizes everyone’s right to his city in terms of social cohesion and democracy issues. The objective of the conference Urban Governance: State of play was to bring a new light on the current debate by addressing the question through the following major topics: - The restructuring of the systems of actors and the democratic issues. - Which kind of governance would conciliate economic development and social cohesion? - Which kind of regulations: out-of-state, inter-institutional, social? - What kind of training over governance for nowadays urbanists ? Marlène Ghorayeb, Doctor in urbanism, head of the Postgraduate Degree (D.E.S) Urban Mutations.


XXVI-XXVII Être Spéciale Aujourd’hui/Being Spéciale Today

EXTRAITS / EXTRACTS

ANNIK OSMONT

Socio-anthropologue, chercheur, Groupe d’Économie Mondiale (GEMDEV), Maître de Conférence honoraire à l’IFU. La gouvernance urbaine est entendue ici comme un domaine d’action associant gestion urbaine et développement urbain. L’objet de la réflexion étant ainsi délimité, nous proposons trois clés de lecture, visant à distinguer la gouvernance urbaine comme un modèle opérationnel à vocation universelle, que l’on décrira sommairement. Un ensemble de dispositifs opérationnels destinés à modeler ou à remodeler les interventions sur les villes. Un processus qui intègre, déforme, transforme, réforme, dans la durée et en fonction des situations singulières et des dynamiques sociopolitiques propres à chaque pays, les dispositifs, et au-delà, le modèle.

ANNIK OSMONT Socio-anthropologist, researcher at Groupe d’Économie Mondiale (GEMDEV), emeritus teacher at IFU, Paris. Urban governance in this context is to be taken as a fieldwork for action including urban management and urban development. As frame of reference we would like to bring out three tracks of research: Urban governance as a functional and universal exemplification. Functional plan created to design intervention on the city. A process that includes, distorts, modifies and reforms on the long run the exemplification, according to special situations and countries proper socio-political process and plans.

CLAUDE DE MIRAS

Economiste, directeur de recherche, Institut de Recherche pour le Développement (IRD), Paris. Portée par les institutions internationales dans les années 90, la gouvernance a été la nouvelle norme de la décision collective. Après bientôt deux décennies d’une mise en œuvre à marche forcée, il est utile et même nécessaire d’en analyser les déclinaisons différenciées dans les pays émergents et dans les pays les moins avancés. Pour dépasser la notion de « bonne gouvernance » généralement limitée à la lutte contre la corruption, nous proposerons une séquence destinée à sérier cette catégorie paradigmatique éminemment polysémique : de la construction des scènes de gouvernance et de l’émergence plus ou moins spontanée de ses acteurs, au fonctionnement de cette nébuleuse décisionnaire et à son coût économique jusqu’à sa régulation et ses instruments de suivi. Face à la dynamique généralisée d’une urbanisation active et dense, à forte production d’externalités positives et négatives, avec la multiplication des instances de décision administrative, financière, citoyenne, locale autant qu’internationale, il devient pertinent aujourd’hui de comprendre le processus complexe et perfectible de la coordination multi-agents et multi-scalaire ainsi que ses enjeux. De façon inductive, en partant des situations territoriales concrètes, la gouvernance – comme objet de réflexion – apparaît de moins en moins comme une prescription mais comme une réalité prégnante imposée par l’intrication des acteurs du développement urbain et comme l’analyseur des conditions de la prise de décision publique.

CLAUDE DE MIRAS Economist, director of research at the Institut de Recherche pour le Développement (IRD), Paris. Held by international institutions in the 90’s, the urban governance has become the new standard of collective decision. After almost two decades from its rough establishment, it is both necessary and useful to analyze the different trends within the emergent and less advanced countries. To go further the « good governance » definition, which is generally limited to the fight against corruption, we propose a sequence destined to classify this paradigmatic, imminent and polysemic category: from the construction of governance scenarios and the sometimes spontaneous raise of its actors, to the performance of this diffuse decision making and its economic costs until its regulation and its monitoring tools. In front of the generalized dynamics of active and dense urbanization, the strong production of external positive or negative factors, the multiplication of administrative decisions, financial, public, local and international instances, it becomes today pertinent to understand the complex and perfectible process of multi-agents and multi-scaled coordination as well as its challenges.


La proposition du Urban Think Tank consiste en une perpétuelle redéfinition des systèmes (projet urbain et législation) ainsi qu’à rechercher les vides, les incertitudes possibles qui permettent la liberté d’action de groupes sociaux.

ALFREDO BRILLEMBOURG

Directeur de Urban Think Tank, professeur de la Chaire d’architecture et d’urbanisme du département d’architecture de l’ETH, Zurich. Les mégapoles de l’hémisphère sud sont les lieux dans lesquels les dynamiques de la ville contemporaine, l’orientation, la forme, la vitesse, dans toutes leurs occurrences, peuvent être le mieux recherchées que n’importe où ailleurs dans le monde. Dans ce cadre, les villes du Nord constituent aujourd’hui des exceptions et non plus la règle. Nos études montrent qu’en Amérique du sud, plus de 50% de la population vit dans un habitat informel, « fait main » et selon des systèmes qui suivent un certain ordre et une certaine logique mais qui doivent encore être découverts et décrits. De telles recherches s’avèrent nécessaires pour modeler la ville du XXIe siècle de manière moins exclusive. La vitesse des changements dans l’espace urbain suppose que l’urbanisme et la construction ont besoin de mécanismes qui puissent se régénérer constamment. De tels mécanismes sont à même de répondre à des facteurs locaux particuliers et à leur interaction avec les systèmes et les changements mondiaux. Pour les institutions, l’idée d’un processus global est un moyen de simplifier et de contrôler toutes les formes possibles de comportement et d’action.

Urban Think Tank livre des solutions qui s’inscrivent d’elles-mêmes dans les villes et qui intègrent une compréhension des conditions, des potentiels et des limites qui existent pour les architectes travaillant sur le “Sud Globalisé”.

ALFREDO BRILLEMBOURG Urban-think tank director, professor, Chair of the Architecture and urbanism Department of the Swiss Federal Institute of Technology (ETH), Zurich.

The speed at which changes take place in urban space suggests that specific places and given epochs, necessitates that design and construction require constant regenerating mechanisms. Such mechanisms address the particular factors of local places and their interaction with global changes and systems. For institutions, the idea of a global process is an attempt to simplify and control all possible forms of behaviour and action.

The Megacities of the southern hemisphere are places where dynamics of the contemporary city, direction, form, and speed, in all of their manifestations, can be researched better than anywhere else in the world.

The Urban – Think Tank proposal consists of perpetually redefining global systems (urban planning and legislation) and looking for possible loopholes and uncertainties, which will allow social groups freedom of action.

In this framework, cities of the North are the exceptions, not the rule, anymore. One of our findings shows us that in South America, more then 50% of the inhabitants live in self-constructed, informal settlements and in systems that follow certain logics and orders that have yet have to be discovered and described. Such research is necessary to design our cities of the 21st century in a more inclusive way.

Urban-Think Tank delivers design solutions that have inserted themselves into cities with a clear understanding of the conditions, the potentials and the limitations that exist for architects working in the “Global South”.

“les villes du Nord constituent aujourd’hui des exceptions et non plus la règle”


XXVII-XXIX Être Spéciale Aujourd’hui/Being Spéciale Today

PATRICE NOISETTE

Docteur en urbanisme, responsable pédagogique du Master spécialisé Management Urbain, Environnement et Services, ESSEC Business School.

JACQUES HAYWARD

Chargé de mission développement durable, Veolia environnement, Paris.

Services urbains, gouvernance des villes et des états ?

Quels modes de gouvernance pour concilier développement économique et cohésion sociale ?

Parce que les villes sont les points névralgiques des États, les conséquences de la qualité de leur gestion s’étendent bien au delà de leurs portes. Du fonctionnement fluide de la ville dépend la bonne gouvernance de l’État. L’exigence de la qualité environnementale des politiques publiques locales, les difficultés spécifiques toujours rencontrées renforcent cependant le coût souvent déjà important du bon fonctionnement de lieux d’échange et d’autorité. Investir dans la ville permet-il à l’État d’améliorer l’efficacité de sa gouvernance économique et sociale ?

JACQUES HAYWARD Responsible of the Sustainable Development mission, Veolia environment, Paris. Urban services, cities and states governance? Because the cities are the key point of the states, the consequences of the quality of their management are beyond their limits. Good governance comes from the smooth functioning of the city. The requirements of the environmental quality of the local public policies, the special difficulties usually encounted increase the price for the good functioning of the place of exchange and authority. Does the investment in the city guarantee to the state the possibility to improve the effectiveness of its social and economic governance?

FABIENNE BULLE

Architecte, professeur à l’École Spéciale

La régénération de l’Aquila (Italie), les énergies parallèles d’Architecture. Depuis un an et demi que l’Aquila a subi son tremblement de terre, des énergies multiples se sont développées dans différents champs d’intervention à travers un certain nombre d’actions pour tenter de mettre en place une stratégie de mobilisations pour une vraie reconstruction transparente et participative face à une politique de l’abandon.

FABIENNE BULLE Architect, teacher at École Spéciale d’Architecture, Paris. Regenerating Aquila (Italy): the alternative energies One year after the earthquake at Aquila, many strength initiatives have been developed in various fieldworks to fight the policy of dereliction of the State. These actions attempt to settle, within mobilization, an openness and participative reconstruction.

“les villes sont les points névralgiques des états”

Les enjeux clés d’une organisation plus pertinente de la gouvernance : pistes de réflexion. • Identifier les échelles territoriales pertinentes et leurs articulations afin de s’organiser en conséquence ; • Repenser les politiques publiques comme outil de « régulation » ; • Concevoir et animer un double dispositif de production de l’intérêt général et de marketing territorial ; • Penser les stratégies de manière à organiser les projets autour de priorités transverses ; • Rassembler les acteurs autour de dispositifs d’intelligence partagée ; • Les implications pour la formation des urbanistes.

PATRICE NOISETTE Doctor in urbanism, pedagogical responsible of master of specialized urban management, Environment and Services ESSEC Business School. Which type of governance to conciliate economic development and social cohesion? Major issues for a more relevant governance : tracks of reflection. • Identify relevant territorial scales and how they are articulated for a suitable organisation; • Think the public policies as a “regulation” tool; • Design and run a double system of production of general interest and of territorial marketing; • Bring together actors to share intelligence systems; • Implications on urbanist’s know-how.


VINCENT RENARD

Directeur de recherches au CNRS (Laboratoire d’Économétrie de l’École Polytechnique), Chercheur à l’IDDRI Sciences Po

HYUN CHAN BAHK

Docteur en histoire de l’art, chercheur au Seoul Development Institute, Corée du Sud.

Les incidences de la gouvernance pour le projet urbain de Séoul : trois cas. L’Etat et la ville, le Maire et le Conseil de la ville à travers la comparaison de trois projets urbains de Séoul : Le projet “Cheongye-cheon Restoration”, le projet “Downtown Renaissance (4 axes)” et le projet “Hangang Renaissance”.

HYUN CHAN BAHK Doctor in Art History, researcher at Seoul Development Institute, South Korea. The impact of urban governance for the urban project of Seoul : three projects. The State and the City, the Mayor and the City Council through the comparison of three urban projects for Seoul: The “Cheongye-cheon Restoration” project, the “Downtown Renaissance (4 axes) project” and the “Hangang Renaissance” project.

La gouvernance urbaine, entre science politique, droit et économie : un changement de paradigme

“redéfinir les outils de maitrise de la production de la ville”

Le développement des métropoles dans les pays développés, en France en particulier, a longtemps reposé sur la mise en œuvre de mécanismes de planification urbaine volontariste, dans lesquels la mise en œuvre des plans tenait lieu de politique urbaine, pour le meilleur ou pour le pire. La scène de la production urbaine a beaucoup évolué depuis quelques décennies, dans un contexte général de décentralisation et de dérèglementation financière internationale, dans lequel les mécanismes financiers ont pris une place croissante dans le développement et la structuration du tissu urbain. La financiarisation de la ville, expression dont le contenu doit être précisé, met en question les outils classiques de la politique urbaine. Ce changement de paradigme conduit à redéfinir les outils de maitrise de la production de la ville. Les ambigüités dans la mise en œuvre d’une politique de « développement urbain durable » en sont une claire illustration.

VINCENT RENARD Director of research at CNRS (Laboratoire d’Économétrie de l’École Polytechnique), associate researcher at IDDRI Sciences Po (Institut du Développement Durable et des Relations Internationales). Urban governance, between politic science, law and economy: a change of paradigm The development of metropolis in the developing countries, and particularly in France, had been based for a long time on the implementation of voluntary urban planning mechanisms, in which plans stood for urban politic, for better or for worse. The past decades the urban production scene has evolved a lot; in a general context of decentralization and international financial deregulation, the financial mechanisms became more and more important in the development and the structure of the urban fabric design. The “financialization” of the city, term that will have to be specified, question the classical tools of the urban policy. This change of paradigm leads to redefine the management tools of the production of the city which ambiguity for the implementation of a sustainable urban strategy of development perfectly exemplify.


XXX-XXXI Être Spéciale Aujourd’hui/Being Spéciale Today

ENTRETIEN AVEC REZA INTERVIEW WITH REZA Sony Devabhaktuni S.D. : Pouvez-vous nous parler du travail de Aïna (association fondée en 2001 pour former des journalistes afghans sur leur terrain, ndlr) ? Comment en êtes-vous arrivé à la décision d’œuvrer à travers le journalisme et plus particulièrement à travers l’autonomisation des femmes et des enfants à travailler en tant que photojournalistes ? Pouvezvous également nous parler de cette notion selon laquelle la presse est un « miroir » à travers lequel nous nous regardons ? Reza : La décision fut prise suite au constat que, en tant que photographe, sur le terrain je cherchais à voir ce qui était derrière l’objectif et en particulier quels étaient les problèmes qu’il était nécessaire de résoudre. J’ai ensuite découvert qu’il existait différents phénomènes. Il y a deux types de destructions qui interviennent sur les zones de guerre et lors des conflits : la première est la destruction physique, ou destruction matérielle, les rues, les maisons, les infrastructures. Cette destruction peut être vue. Elle peut être photographiée et montrée au monde entier ; les corps sans vie et les victimes blessées rentrent également dans cette catégorie. Mais le contact avec ces gens m’a fait réaliser qu’il existait un autre type de destruction, beaucoup plus importante et qui tient une part énorme dans le cycle de la violence. C’est la violence invisible qui survient dans l’âme des gens, et qui brise les relations entre les communautés. Techniquement on appelle ça les traumatismes de guerre. Lorsque j’ai pris conscience de ce schéma j’ai également réalisé que l’aide apportée par le monde occidental était ciblée sur les destructions matérielles. Reconstruire des maisons, des ponts, donner des jambes et des bras artificiels aux blessés, tout cela n’est pas suffisant. Ces gens ont besoin de plus que ça.

S.D.: Could you speak about the work of Aïna (association fondée en 2001 pour former des journalistes afghans sur leur terrain, ndlr)? How did you come to the decision to work through journalism and more specifically, through the empowerment of women and children to work as photojournalists? Could you speak about the notion also that the press is a “mirror” that we hold up to ourselves? Reza: The decision came through the observation, as a photographer, that in the field I was looking for what was behind and mostly what were the problems that needed to be solved. I then discovered that different phenomenons were existing. Two different destructions happen in war zones and conflicts: the first one is the physical destruction or material destruction, roads, houses, infrastructures. It is the destruction that can be seen. It can be photographed and shown to the world; dead bodies and wounded victims are in this category also. But being in contact with people made me realize that there was one destruction much more important which takes a huge part in the cycle of violence. It is the invisible violence which happens in the souls of the people, breaking the relations between the communities. Technically, it is called the traumas of the war. When I realized this scheme I also realized that the help given by the western community was focused on the physical destructions. Rebuilding houses, bridges, giving artificial legs and arms to wounded people is not enough. These people need more. The need to go out from the cycle of their wounded souls. A child who has lost his family, friends, or school because of bombings, does not care about material matters. What he wants is revenge: to take a gun and enter the cycle of violence. It is the reality. So, how can we

“Qui sont les gens qui peuvent aider une nation sans prendre en compte les traumatismes?”


Ils ont besoin de sortir du cycle dans lequel sont prises leurs âmes blessées. Un enfant qui a perdu sa famille, ses amis ou son école à cause des bombardements fait peu de cas des choses matérielles. Ce qu’il veut, c’est une revanche : prendre une arme et entrer dans le cycle de la violence. C’est ça la réalité. Et donc, comment pouvonsnous combattre cela ? Qui sont les gens qui peuvent aider une nation sans prendre en compte les traumatismes? Après une fusillade dans une école, les pays occidentaux y envoient la police, des ambulances, des psychiatres. Nous savons très bien à quel point la communication est importante. Il est « facile » de gérer ce genre d’événement mineur. Mais comment faire lorsqu’il s’agit d’une nation entière qui souffre depuis 40 ans comme c’est le cas en Afghanistan ? Qui peut les aider ? Ça ne peut être des étrangers. Mais ça peut être les gens qui ont accès aux moyens de communication. L’important est de pouvoir toucher un maximum de monde. Les écrivains, journalistes, poètes, réalisateurs peuvent faire cela. Ils peuvent jouer ce rôle. Petit à petit j’ai également réalisé que les femmes étaient plus efficaces dans ce rôle. Ce sont des mères. Elles ne prennent pas part aux guerres et elles savent comment parler aux enfants. On peut les aider, mais aussi les éduquer, les former pour savoir comment accéder à ces moyens de communication. Bien évidement ce type de formation n’est pas suffisant. Il faut aussi les aider dans le processus de production. Aïna a été créé suite à ces observations. Si on croit en la démocratie, c’est ce qu’il est nécessaire de faire. On ne peut instaurer une démocratie en tuant des gens. Mais on peut l’amener à travers un processus plus long qui implique la liberté de parole, en créant des médias indépendants. Si l’on donne aux gens la possibilité de communiquer les uns entre les autres alors le chemin vers la démocratie sera beaucoup plus facile qu’avec l’utilisation de fusils et d’armes. Et c’est aussi moins couteux. Je suis persuadé que tout type de travail artistique et tout moyen de communication est un miroir que l’on utilise pour se regarder entre nous. Aïna est ce type de miroir. S.D. : À quoi pensez-vous lorsque vous donnez un appareil photo à l’une de ces personnes qui a vécu dans ces endroits?

fight against this? Who are the people who can help a nation without considering the traumas? After a shooting in a school, western countries send police and ambulances, psychiatrists. We know how important communication is. It is “easy” to handle this kind of small event. But what about when it is an entire nation that is suffering since forty years like Afghanistan? Who can help them? It cannot be the foreigners. It can be the people who have access to the communication tools. The point is to reach the most important number of people. Writers, journalists, poets, film-makers have the power to do it. They can play this role. Little by little, I realized also that women were more efficient for this. They are mothers. They do not take part in wars and they know how to talk to the children. We can help them but we can also train them how to get access to the new communication tools. Of course, training is not enough. They need also to be helped for the production process. Aïna was born because of this observation. If you believe in democracy, it is what needs to be done. You cannot bring democracy by killing people. But you can bring it by a longer process which involves the freedom of speech, by creating independent medias. If you give to the people the possibility to communicate together, then the path to democracy will be easier than with guns and weapons. And it is cheaper. I believe that any kind of art work and communication tool is a mirror we use to see each other. Aïna is this kind of mirror. S.D.: What in your mind happens when you give someone who has lived in one of these zones a camera? Reza: For me, what is most interesting is what is happening in his or her mind. I have observed that for many people, it seems that the camera becomes a life jacket, the best way to express themselves. S.D.: And how is this kind of development work different from more traditional modes of humanitarian assistance? Reza: Let us explain how it is different on the field, in the reality, the practical aspect. For example, education: all the organizations existing in the West are taking care of education. The first

“Who are the people who can help a nation without considering the traumas?”


XXXIIXXXIII

Être Spéciale Aujourd’hui/Being Spéciale Today Reza : Pour moi, ce à quoi il ou elle pense est beaucoup plus intéressant. C’est comme si l’appareil photo devenait un gilet de sauvetage, le meilleur moyen pour eux de s’exprimer. S.D. : En quoi ce type de travail de développement est-il différent des modes traditionnels d’aide humanitaire ? Reza : Voyons en quoi cela est différent en pratique, sur le terrain, dans la réalité. Prenons par exemple l’éducation : tous les organismes existant en Occident prennent l’éducation en charge. La première chose qui leur vient à l’esprit est de construire des écoles parce qu’ils pensent que c’est la base du processus d’éducation. Mais en réalité, parfois, il s’agit là de la pire démarche possible. Pourquoi ? Parce que dans ces pays il est très facile de construire, il n’y a que de la pierre et du ciment. Ce dont les populations ont besoin ce sont les infrastructures : des administrations, des professeurs, des systèmes de sécurité civile, des cahiers, l’approbation culturelle nécessaire pour envoyer les enfants à l’école. Si cela n’est pas fait, le reste est un gaspillage de temps et d’argent. Nous devons nous adapter aux cultures des pays et c’est ce que nous faisons avec Aïna. En Afghanistan, traditionnellement les filles ne vont pas à l’école. Dans les zones de guerre c’est encore pire. De plus, une école peut aisément devenir une cible. Parmi les écoles construites, plus d’un millier ont été détruites. Les professeurs étaient menacés parce qu’ils représentaient le savoir. Ce qu’il faut c’est amener l’éducation au sein des foyers. Aussi nous avons créé Parvaz (l’essor), un magazine qui traite de la vie de tous les jours, de la culture, des sports, des problèmes de santé, et qui peut être lu par tous grâce aux nombreuses images et illustrations. Nous avons également créé un programme radio, Afghan Women Voices (voix des femmes Afghanes), par les femmes et pour les femmes. La radio n’a pas besoin de passer à travers des points de contrôle et le magazine que nous distribuons ne gêne personne puisqu’il est gratuit. Ce sont des fenêtres sur le monde. Nous cherchons les problèmes locaux plutôt que les problèmes de grande échelle et c’est ce en quoi nous sommes différents. S.D. : L’initiative “Open Mind” (esprit

thing in their minds is to build a school because they believe it is the beginning of the educational process. But in reality, sometimes, it is the worst answer. Why? In those countries, it is easy to build; it is only stones and concrete. What is needed really is infrastructures: administrations, teachers, security, notebooks, cultural acceptance needed to send children to schools. It is a waste of time and money if it is not done. We have to adapt ourselves to the culture of a country, and that is what we are doing with Aïna. In Afghanistan, traditionally, the girls don’t go to school. In war zones it is worst. Also a school can become a target. More than a thousand of the schools that were built were destroyed. Teachers were threatened because they were representing knowledge. What is necessary is to bring education inside the houses. So we created Parvaz (soar), a magazine about daily life, culture, sport, health issues, readable by anyone thanks to many images and illustrations. We also created a radio program Afghan Women Voices, by the women for the women. Radio does not need to cross checkpoints, and the magazine we are distributing does not bother anybody as it is free. They are windows to the world. We try to find local issues instead of global ones and that is how we are different. S.D.: The “Open Mind” initiative was conceived as a kind of model that could be applied anywhere after its first employment in Afghanistan. Could you talk about the lessons that were learned during this first trial and how they influenced the further development of the initiative? How would you describe Aïna’s current successes and challenges? Reza: Aïna initiative was conceived as a model, using Afghanistan as a “laboratory”. We learned that if you want to be successful with many projects, you have to work with the people and not for them. You have to take care of their ways of living. You can have a very good strategy, if you do not consider that, it is pointless. From the beginning, Aïna was conceived as a non governmental organization with a focus on the people who are the center of everything. They need to be independent, to become social entrepreneurs of their own business. Many of the projects we started

“Je suis persuadé que tout type de travail artistique et tout moyen de communication est un miroir que l’on utilise pour se regarder entre nous.”


ouvert) a été conçue comme un modèle qui pourrait être repris n’importe où après sa première mise en pratique en Afghanistan. Pouvez-vous nous parler des leçons que vous avez tirées de ce premier essai et comment elles ont influencé le développement de l’initiative ? Comment décririez-vous les succès et défis actuels de Aïna ? Reza : L’initiative Aïna a été conçue comme un modèle utilisant l’Afghanistan comme un “laboratoire”. Nous avons appris que si d’aucun souhaite réussir dans ses nombreux projets, il faut travailler avec les gens et non pas pour eux. Il faut prendre en compte leurs modes de vie. Vous pouvez avoir la meilleure des stratégies, mais si vous ne prenez pas tout ça en compte ce sera en vain. Dès le départ Aïna a été conçue comme une organisation non gouvernementale dont la cible est les populations qui sont au cœur de tout. Elles doivent devenir indépendantes, elles doivent devenir les entrepreneurs sociaux de leurs propres entreprises. Beaucoup des projets que nous avons aidé à démarrer sont devenus complètement indépendants. Afghan Women Voices, The Kabul Weekly, l’agence de photos Aïna sont parmi les meilleurs exemples pour les futurs projets que nous avons avec Aïna. Le but est d’aider les gens à voler de leurs propres ailes. S.D. : Il a été dit à propos de votre œuvre que vous racontez des histoires par l’intermédiaire de votre objectif. Vous avez également fait référence par le passé à « la photographie comme un genre d’alphabet universel ». Pouvezvous nous dire ce que vous entendez par cela et aussi peut-être nous dire de quelle manière la photographie, d’un point de vue de journaliste, est différente d’un travail écrit ? Mais aussi quel rôle devrait jouer le photographe en tant que journaliste ? Quelles sont les différences selon vous entre le travail de narration photographique et la narration écrite ? Reza : L’élément de base de cette question est de comprendre pourquoi j’ai dit être un conteur d’histoire. Pour moi, les premiers journalistes étaient les hommes des cavernes. En dépeignant leur environnement, ils communiquaient par l’image. Les égyptiens étaient également des sortes de photojournalistes puisqu’ils mettaient la vie de leur com-

became independent, totally. Afghan Women Voices, The Kabul Weekly, the Aïna Photo Agency are great answers for the future projects we have with Aïna. The target is to help the people to fly with their own wings. S.D.: It has been said about your work that you tell stories through your lens. You have also spoken before about the “photograph as a kind of universal alphabet”. Could you talk about what you mean by this and also perhaps talk about how specifically, within journalism, the photograph is different from the written word? Also what role should the photograph play in journalism? What are the differences for you between the photographic narrative and a written narrative?

“The target is to help the people to fly with their own wings.”

Reza: The basic part of this question is to understand why I said I was a storyteller. For me, the first journalists were the cavemen. By starting to paint their environment, they were communicating through images. The Egyptians also were kind of photojournalists by putting the life of their community on walls. A witness of an era who communicates by images or written language is a journalist. In the 21st century, images are everywhere. It is a universal alphabet because anyone can communicate through images. It is more immediate than written information: no need to translate so it is easier to cross borders. When you say “photojournalist”, you are using two different words. First, “photo” which means images, balance, compositions of frame. And then “journalist” means that you analyze the information and then translate it in images. What is shown has to explain the reality of a moment as a journalist will describe with only lines. For a photo-reportage, you can tell a story in twenty pictures. We know that the people who will see those pictures will treat them as if they were reading a book. S.D.: You were in Afghanistan when the Soviet empire occupied the nation and you have returned over the years as the country has been battered between hope and anguish. And you have said before “Empires, tyrants and their desire of conquest are but little things in front of passing Time and the will of a people marching towards freedom.” How does the photojournalist, acting

Afghanistan, Mazar-e-Charif, 1990


XXXIVXXXV

Être Spéciale Aujourd’hui/Being Spéciale Today munauté sur leurs murs. Un témoin de son époque qui communique à travers des images ou des écrits est un journaliste. En ce 21e siècle les images sont partout. Il s’agit d’un alphabet universel car n’importe qui peut communiquer à travers des images. La communication est plus immédiate que par des informations écrites. Il n’y a pas non plus besoin de traduire, et c’est donc plus facile de transcender les frontières. Lorsque vous dites photojournaliste vous utilisez deux mots différents. Premièrement « photo » qui se réfère à l’image, au contraste, à la composition du cadre ; deuxièmement, « journaliste » qui se réfère au travail d’analyse de l’information pour la transmettre à travers l’image. Ce qui est montré se doit d’expliquer la réalité d’un moment qu’un journaliste pourrait décrire par écrit. Pour un photoreportage on peut raconter une histoire en vingt images. Nous savons que les personnes qui vont voir ces images vont les aborder comme s’ils lisaient un livre.

as a witness, relate to this passing of time? Does he or she simply record its passing or is the relationship perhaps more complicated or more imbricated? I am thinking particularly of the series “Once Upon a time, the Russian Empire” and how it seems to propose a complicated reading of time as it is implicated within the objects that the Soviet Union left behind.

S.D. : Vous étiez en Afghanistan lorsque l’Union Soviétique occupait le pays et vous y êtes retourné au fils des années alors que le pays était tiraillé entre espoir et angoisse. Vous avez dit « les empires, les tyrans et leur désir de conquête ne sont que de petites choses en face du Temps qui passe et de la volonté des peuples de marcher vers la liberté ». Comment est-ce que le photojournaliste, en tant que témoin, se rattache à cette notion de temps qui passe ? Est-ce qu’il ou elle se contente de rapporter son passage ou bien estce que cette relation est plus profonde et compliquée ? Je pense plus particulièrement à la série « Il était une fois, l’Empire Russe » et comment elle propose une lecture du temps assez compliquée dans la mesure où le temps est imbriqué dans les objets que l’Union Soviétique a laissés derrière.

S.D.: Your National Geographic exhibit from 2006, “One World, One Tribe” would seem to fall in the tradition of such works as Edward Steichen’s “Family of Man” exhibit at the Museum of Modern Art in 1955. Steichen thought of his show as a kind of careerculminating work. As a project, how do you think this idea of creating a kind of photographic patchwork of the world has changed in terms of its thematic, problems and challenges from Steichen’s work to your own?

Reza : Tout ce que j’essaie d’expliquer c’est que l’injustice, l’absence de liberté, la tyrannie, la création d’empires font partie de l’histoire. C’est très dur de comprendre cela, mais l’histoire a démontré que les hommes demeurent, non pas les empires. Cela est particulièrement vrai lorsque les idéologies se retournent contre les êtres humains. « Il était une fois, l’Empire Russe » était un concept qui a émergé au fil de mes voyages lorsque j’ai vu par exemple un temple romain en ruine ou des ruines

Reza: All I am trying to explain is that injustice, lack of freedom, tyranny, creating empires are part of history. It is very hard to understand, but history has shown that people remain, not the empires. Especially when ideologies turn against human beings. “Once Upon a Time, the Russian Empire” was a concept which emerged during my travels when I saw for example Roman temple ruins, Greek ruins, each empire will leave ruins behind. And in the Russian Empire, the ruins are military equipment, tanks, guns. These are the symbols of this broken empire.

Reza: Back to the concept of photojournalism, there is a journalist behind the photographer. If we try to find something linking my different works, it is a poem written by a Persian living in the 13th Century in Shiraz and called Sa’adi. He was a master of poetry and as he travelled during thirty years in the Middle-East, North Africa and Balkans, he found a concept: all human beings are a part of one body; when one part is suffering, the entire system will also suffer. “One World, One Tribe” is the explanation of what I have seen during the thirty years of my own travels. Sa’adi wrote it. Me, I am trying to explain the concept through images: we are all in the same family. My work appeared fifty years after Steichen’s but I think we have the same goal. S.D.: Could you talk a little bit about

“Un témoin de son époque qui communique à travers des images ou des écrits est un journaliste.”


grecques. Chaque empire laisse des ruines derrière lui. Et pour l’Empire Russe les ruines sont l’équipement militaire, les tanks, les fusils. Toutes ces choses sont les symboles de cet empire brisé. S.D. : Votre exposition National Geographic de 2006, « Un monde, Une tribu », semble tomber dans la tradition des œuvres telles que celles de Edward Steichen, « Famille Humaine », exposée au Musée d’Art Moderne en 1955. Steichen considérait cette exposition comme le point culminant de sa carrière. S’il s’agissait d’un projet, comment diriez-vous que l’idée de créer un type de patchwork photographique du monde a évolué du point de vue de la thématique, des problèmes et des défis, entre le travail de Steichen et le vôtre ? Reza : Revenons un peu au concept de photojournalisme, il y a un journaliste derrière chaque photographe. S’il fallait trouver quelque chose qui relie toutes mes différentes œuvres, ce serait un poème écrit par le perse Sa’adi au 13e siècle alors qu’il vivait à Shiraz. C’était un maître de la poésie qui a voyagé pendant près de trente ans au MoyenOrient, en Afrique du Nord et dans les Balkans. Lors de ses voyages il parvint à un concept : tous les êtres humains sont partie d’un seul corps, lorsqu’une partie souffre, l’ensemble du système souffre. « Un Monde, Une Tribu » est l’explication de ce dont j’ai été le témoin au cours de mes propres trente années de voyages. Sa’adi l’a écrit. Moi, je m’efforce d’expliquer le concept au travers d’images : nous sommes tous membres d’une seule et même famille. Mon œuvre intervient cinquante ans après celle de Steichen, mais je pense que nous partageons le même but. S.D. : Pouvez-vous nous parler du processus de prise de photos et du regard sur celles-ci ? Comment conceptualisez-vous les choix que vous faites lorsque vous vous occupez de paramètres tels que le cadrage, la composition, le contraste ? Il s’agit peutêtre de choix instinctifs mais y-a-t-il un aspect de votre technique et prise de décision que vous pourriez articuler autant en termes de prise de vue qu’en termes de choix pour la publication ? Comment savez-vous, lorsque vous voyez une image, que c’est la bonne ?

taking photos and about looking at photos? How do you conceptualize the choices you make when you deal with things like framing, with composition, with light? They are perhaps instinctive choices but is there an aspect of your technique and decision making that you could perhaps begin to articulate both in terms of taking photos and in terms of choosing ones for publication. How do you know when you see an image that it is the one? Reza: It is very difficult to answer this question. How do I know when I a take a picture that it will be the one? Well, there are many different aspects. First it is a matter of matching the concepts, plus matching your brain with it. Sometimes, you cannot calculate. You have to be always ready. Actually, two things are important: first, what is inside the frame should touch my heart; then it should touch my eye and brain – the part of my brain that knows how to calculate the composition, colors, and harmony. But first the heart, then the brain. I do not take pictures for publications. I take them for me, first of all. If magazines or people want to use them, it is their problem. I have seen photographers who were framing specifically because they wanted to match what the magazines wanted but me I am focused on matching with my own values. S.D.: There is a story of how when you were an architecture student you witnessed an event from your office window in Tehran that changed your orientation. You heard a demonstration against the Shah when army jeeps arrived and began shooting at the students. One of the students had a camera and started taking pictures. Would you say that you turned away from architecture after this event? How did your architectural studies prepare you for your work as a photojournalist? Reza: The final decision came with this event but it was the last step. I started photography when I was 14 years old and I have always been impassioned by what I was doing. For me, architecture is the best academic art that man has invented. And it helps a lot; it deals with sociology, history, human bodies. As a photographer, it is very helpful. S.D.: This made me think about last years events in Iran and the role that

“l’histoire a démontré que les hommes demeurent, non pas les EMPIRES.”


XXXVIXXXVII

Être Spéciale Aujourd’hui/Being Spéciale Today Reza : C’est très dur de répondre à cette question. Comment je sais que c’est la bonne lorsque je prends une photo ? Eh bien il y a plusieurs aspects. Tout d’abord il s’agit de faire correspondre les concepts, puis de faire correspondre l’esprit avec. Parfois il n’est pas possible de calculer. Il faut constamment être prêt. En fait il y a deux choses importantes : tout d’abord ce qui est dans le cadre doit pouvoir toucher mon cœur ; ensuite cela doit toucher mon œil et mon esprit – la partie de mon esprit qui sait comment calculer la composition, les couleurs, l’harmonie. Mais d’abord le cœur, ensuite l’esprit. Je ne prends pas de photos dans un but de publication. Je les prends avant tout pour moi. Si des magazines et des gens souhaitent les utiliser c’est leur choix. J’ai vu des photographes qui choisissaient leur cadrage spécifiquement pour correspondre à ce que certains magazines recherchaient, mais moi je me concentre sur mes propres valeurs. S.D. : Il y a une histoire selon laquelle, lorsque vous étiez étudiant en architecture, vous avez été témoin d’un événement depuis la fenêtre de votre bureau à Téhéran qui a changé votre orientation. Vous avez entendu une manifestation contre le Shah puis des jeeps de l’armée sont arrivées et ont commencé à tirer sur les étudiants. Un des étudiants avait un appareil photo et a commencé à prendre des photos. Diriez-vous que vous vous êtes détourné de l’architecture après cet événement ? Comment vos études en architecture vous ont-elles préparé pour votre travail de journaliste ? Reza : La décision finale vint en effet avec cet événement mais c’était uniquement la dernière étape de ma prise de décision. J’ai commencé la photographie lorsque j’avais 14 ans et j’ai toujours été passionné par ce que je faisais. Pour moi l’architecture est le meilleur art académique que l’homme ait jamais inventé. Et cela aide énormément : ces études ont trait à la sociologie, l’histoire, le corps humain. Pour un photographe tout cela est très utile. S.D. : Cela me fait penser aux événements de l’année dernière en Iran et le rôle que la photographie et l’internet y ont joué. Pourriez-vous commenter la manière dont le rôle de l’image et des médias a ou non changé entre les événements de votre jeunesse et ceux plus récents ?

photography and the internet played in both. Could you comment on how the role of the image and of the media has or has not changed between the events of your youth and those of more recent times? Reza: What happened these past years in Iran will continue. We saw lately with Egypt, Tunisia, and Bahrein that the social medias were creating relationships between humans. We have citizen journalists now. Everybody has now the possibility to take part in the communication process. Before, they were only consumers. Now, they become actors. They were manipulated by the official media and we know that in each country, the lines of the politics are also the lines of the medias. S.D.: Could you speak about your exhibition at La Villette? How did the idea of installing the large scale photographs come about? How do the photographs relate to the architectural idea of the park? At La Villette, at the Bourse de Paris and at the Jardin du Luxembourg, your work has taken on an architectural scale. How does this new relationship with space change the image? Reza: All of this is a part of what I am doing since many years: bringing art in public spaces. Before, the visual arts were only exhibited in museums or galleries and public space was used by advertising which was creating visual pollution and for me it is more dangerous than environmental pollution because it is psychological. For me, using public space to express your art is an increasingly important issue. That is how I am constantly looking for places I can use as supports for the photography. In La Villette, the structures designed by Tschumi were perfect frames for the pictures. Then the people could see them when they were passing by. I wanted to bring a visual shock, make them look differently at the architecture. That is why the exhibition was created. S.D.: You have described the state of the world today as the Titanic in an ocean of fire and blood. Could you speak about this and also perhaps about your own site “Webistan” and what you hope to accomplish with it? How did this site come about and how has it changed the way you have worked both in terms of your photography and your humanitarian work?

Rwanda, Kibuye, 1996

“first the heart, then the brain”


Reza : Ce qui s’est produit ces dernières années en Iran va continuer. Nous avons pu le constater récemment avec l’Egypte, la Tunisie et le Bahreïn, les médias sociaux créent des relations entre les êtres humains. Nous avons des citoyens journalistes maintenant. Tout le monde a la possibilité de prendre part au processus de communication. Avant les citoyens étaient simplement des consommateurs. Maintenant ils sont devenus acteurs. Ils étaient manipulés par les médias officiels et nous savons que dans chaque pays, les lignes des politiques sont également celles des médias. S.D. : Pouvez-vous nous parler de votre exposition à La Villette ? Comment vous est venue l’idée d’installer des photographies de grande taille ? Comment le photographe envisage l’idée architecturale du parc ? À La Villette, à la Bourse de Paris et au Jardin du Luxembourg, votre œuvre a pris une envergure architecturale. Comment cette nouvelle relation à l’espace change-t-elle l’image ? Reza : Tout ça fait partie de ce que j’ai entrepris depuis de nombreuses années : amener l’art dans les lieux publics. Avant, les arts visuels étaient uniquement exposés dans les musées ou les galeries et les espaces publics étaient uniquement utilisés pour la publicité, ce qui créait de la pollution visuelle ; et pour moi cela est plus dangereux que la pollution environnementale car elle est psychologique. Je considère la possibilité d’utiliser les espaces publics pour exprimer son art comme un sujet de plus en plus important. C’est pourquoi je cherche constamment de nouveaux endroits que je pourrais utiliser comme support pour des photographies. À La Villette les structures imaginées par Tschumi font un support parfait pour les photographies. Ainsi les gens peuvent les voir lorsqu’ils passent à côté. Je voulais générer un choc visuel, inciter les gens à regarder l’architecture de façon différente. C’est pourquoi cette exposition a été créée. S.D. : Vous avez décrit l’état actuel du monde comme un Titanic dans un océan de feu et de sang. Pouvez-vous nous parler de cette phrase et aussi peut-être de votre propre site internet, « Webistan » et ce que vous espérez accomplir par son intermédiaire ? Comment vous est venue l’idée de ce site et

Reza : For me, the western countries are like the Titanic: that boat has flaws. It has to navigate in an ocean full of blood and fire. Our job, as photojournalists is to sometimes jump out from the boat to meet the people living in the ocean and warn the others about difficult situations. Not taking care of the people who are over the line is a way to go straight to the iceberg. For me, the traditional medias are corrupted. For example, during the Vietnam War, at the beginning, the establishment grabbed the medias but finally the medias sailed away from their first purpose. “Webistan”: the name is a tribute to the world and its connections. The point is to help those who want to express themselves. I do not think it changed my work but it offered me the possibility to get connected to more and more people. And to get more headaches too… S.D.: You have received numerous awards throughout your career. I imagine that all of them are meaningful for different reasons, but has one of them been particularly meaningful for you?

Turquie, Kurdistan, Dogubayazit, 1993


XXXVIII Être Spéciale Aujourd’hui/Being Spéciale Today

comment a-t-il changé votre travail tant du point de vue de la photographie que du point de vue humanitaire ? Reza : Pour moi, les pays occidentaux sont comme le Titanic : un navire qui a des défauts. Il doit naviguer dans un océan plein de feux et de sang. Notre travail, en tant que photojournalistes, est parfois de sauter du navire pour rencontrer les gens vivant dans cet océan pour pouvoir informer les autres de ces situations difficiles. Ne pas s’occuper des gens qui sont dans ces situations revient à courir droit sur l’iceberg. Pour moi, les médias traditionnels sont corrompus. Par exemple, pendant la guerre du Vietnam, à ses débuts, les institutions se sont emparées des médias, mais finalement les médias se sont éloignés de leur première raison d’être. “Webistan” : le nom est un hommage au monde et à ses connections. L’objectif est d’aider ceux qui souhaitent s’exprimer. Je ne pense pas que le site ait changé mon travail, mais il m’a donné la possibilité de rencontrer de plus en plus de gens et de créer des liens. Et il m’a aussi donné plus de maux de tête…

Reza: All these awards are important because they mean people are paying attention. But most important, I was moved by the handshakes and the expressions of the people that were touched by my work. Guest books and e-mails are, for me, more important.

S.D. : Vous avez reçu de nombreuses récompenses au fil de votre carrière. Je suppose que pour différentes raisons elles revêtent chacune une signification particulière pour vous, mais y en a-t-il une que vous chérissez plus spécifiquement? Reza : Toutes ces récompenses sont importantes car elles signifient que des gens étaient à l’écoute. Mais ce qui m’a touché le plus ce sont les poignées de mains et l’expression des gens que mon travail a touché. Les livres d’or et les mails sont plus importants à mes yeux.

« L’envol », France, Etretat, 2008

« L’envol », photographies de Reza, textes de Jean-Claude Carrière, sortie le 13 octobre 2011, Éditions Democratic Books. “L’envol“, photographies by Reza, texts by Jean-Claude Carrière, release on October 13th 2011, Democratic Books Editions.


PRODUCTION SPÉCIALE spéciale production Introspection, interdépendance, mutation. Autant de thèmes traités en 2010 dans les ateliers de projets, permettant aux étudiants de réfléchir sur eux-mêmes, sur les autres; également sur les relations entre un bâtiment et son environnement –l’environnement ; enfin sur les transformations au fil du temps, au gré des programmes, des besoins, voire des envies. Autant de thèmes fondamentaux qui font écho au débat organisé par les étudiants sur la reconstruction d’Haïti, à l’appel d’Oscar Tuazon lors du workshop d’automne à démolir l’école – invitation déguisée pour une réappropriation – aux propositions de stratégies durables innovantes des diplômes du 3e cycle Architecture des Milieux. Et à bien d’autres choses encore. De ces réflexions naissent davantage de doutes, de questions, mais peut-être aussi une certitude : rien n’est définitif, rien n’est acquis. Au-delà de la remise en question, c’est aussi la capacité à s’adapter qui est en jeu et la nécessité d’aller jusqu’au bout des choses. C’est ce que les étudiants de Semestre 1 auront compris avec leur expérience de construction grandeur nature d’un pavillon dans le jardin de l’école. Après un premier travail individuel, ils se sont unis pour développer et construire un unique projet et ont mené cette expérience avec passion et détermination. Plus que jamais, grâce à ses étudiants et ses enseignants l’école a été le lieu de transmission de l’indispensable passion qui doit habiter tout futur architecte. Marie-Hélène Fabre

Introspection, interdependence, mutation: As many topics that were treated in 2010 within the studios, thus giving the opportunity to students to reflect upon themselves and think about the others, as well as the relationship between a building and its environment – The environment; and last but not least, to reflect upon the transformations over time, over the various programs, over people’s needs or even their desires. Many fundamental topics that echo the debate organized by the students over the rebuilding of Haiti, as well as the appeal from Oscar Tuazon during the fall workshop to tear down the school – disguised invitation to take back the school – or the proposals for innovating sustainable strategies from the graduate students Strategies for the sustainable cities, and echo to many more things as well. From those reflections are born more doubts, more questions, but maybe also one certainty: nothing is fixed, nothing is granted. Beyond the questioning, there is also the capacity to adapt that is at stake and the necessity to go really get to the bottom of things.This is what the students from the 1st Semester got to understand through their real scale experience of a pavilion in the gardens of the school. After a first personal work, they gathered all together to develop and build a unique project and conducted this experience with passion and determination. More than ever, thanks to its students and its teachers, the school was a place to transmit the essential passion that has to inhabit all the future architects.


56-57

Spring

workshop marcosandmarjan FLUID FLESH CHAIR LIQUIDE This semester the workshop was led by the architects Marcos Cruz and Marjan Colleti, from Portuguese and Italian origins respectively. Set up in London, they create the marcosandmarjan group in 2000 and pursue since then a research on the innovative techniques in architecture. The workshop was opened with their conference on the 25th of March 2010. CONTEXT — Statement An installation for 350th Summer Science Exhibition, London. The production of the workshop will be part of this year’s Royal Society Summer Science Exhibition, to be held at the Southbank Centre in London from the 25th of June to the 4th of July (see http://royalsociety.org/Summer-Science). We aim to design a stand that exhibits ground-breaking research work developed at the prestigious London Centre for Nanotechnology at University College London, with public-engaging models, films and live experiments. SUBJECT — Seminar Focus Having ‘water’ as the general topic, students will be encouraged to work in groups and interpret fluid dynamics – including a variety of phenomena, such as drops and flows, down to streams and torrents – which can be materialized through innovative manufacturing techniques.


Ce semestre, le workshop a été animé par les architectes Marcos Cruz et Marjan Colletti, respectivement d’origine portugaise et italienne. Installés à Londres, ils forment en 2000 le groupe marcosandmarjan et développent depuis une recherche sur les techniques de construction innovantes en architecture. Le workshop s’est ouvert sur leur conférence, jeudi 25 mars 2010. CONTEXTE — Énoncé Une installation pour la 350e Exposition Scientifique d’Eté, Londres. Les réalisations du workshop prendront part à l’Exposition Scientifique d’Eté de cette année organisée par la Société Royale qui prendra place sur la rive sud de Londres du 25 juin au 4 juillet (voir http://royalsociety.org/Summer-Science).

L’objectif est de concevoir un stand qui exposera les travaux de recherche innovateurs développés par le prestigieux Centre de Nanotechnologie du Collège Universitaire de Londres, et qui sera accompagné de maquettes interpellant le public, de films et d’expériences en direct. SUJET — Point central du séminaire Avec ‘l’eau’ comme sujet général, les étudiants seront encouragés à travailler en groupes pour interpréter la dynamique des fluides – cela comprendra un certain nombre de phénomènes tels que les gouttes et les courants, jusqu’aux ruisseaux et torrents – ce qui pourra être matérialisé à travers des techniques de fabrication innovantes.


58-59

LES LAURÉATS DU WORKSHOP marcosandmarjan WINNERS OF THE marcosandmarjan WORKSHOP

Projet n°40 – 2K10 – H20 1er prix/1st prize : Hubert Ducroux (S2), Sébastien Tabourin (S2), Camille Tenart (S2)

Projet n°25 – Plan L 2e prix/2nd prize : Edouard Crétinon (S3), Thomas Féraud (S3), Arnaud Gillet (S3), Armel Joly (S3), Julien Remond (S3), Rodolphe Sigrist (S2)

Projet n°20 – Even Flow 3e prix/3rd prize : Julie Chehab (S6), Laurent Dubuis (S6), Alice Labourel (S6), Victoire Levêque (S2), Brice Maurin (S6)


60-61 Ateliers/Studios

1 Installation Pavillon SpĂŠciale 2 Construction Pavillon SpĂŠciale

Fall


The objective of the studio was to create and test an innovative educational program, one that would establish a unique pedagogic bridge between the world of academia and that of the architectural profession. Conceived as the first of a possible ongoing programme of temporary structures to be built through students, this ‘in house’ pavilion was to provide first semester students not only the knowledge of the design process, but that of applying the learned skills and know-how so as to make it a reality. The studio’s brief was to conceive a pavilion for the garden of the school, responding therefore to the needs of a temporary urban landscape and recreational area for the winter months. After various phases which saw initially 25 pavilions, then 5, the wining one was proclaimed and the entire atelier teamed up for its construction. COLUMNAE, the winning project, was a reinterpretation of the column as architectural and structural entity: from solid iconic functional element to light temporary pavilion. The Pavilion was inaugurated in the garden of the school on December 21st 2010 and was visible to the public until March 2011. This first ‘in house’ pavilion confirmed the importance of the event itself and the potential of such a pedagogic excursus. It therefore validated the annual international architectural series called Pavillon Spéciale. The objective was not only that of contributing to the role of architecture as vessel of revolutionary and visionary ideas for the future, but to become an appointment in the cities cultural agenda and a destination where students, professionals and the wider cultural community could meet and interact.

PAVILLON SPÉCIALE Atelier/Studio : Architecture Professeur/Teacher : Matteo Cainer Assistant : Constantin Caropoulos Semestre/Semester : 1

1

2

L’objectif de l’atelier est de créer et tester un programme d’enseignement innovant qui établirait un lien pédagogique unique entre le monde académique et celui des professions architecturales. Conçu comme le point de départ d’un programme continu de structures temporaires créées par les étudiants, ce pavillon « interne » a pour objectif de transmettre la connaissance du processus de design aux étudiants de première année mais également de leur donner la possibilité d’user des compétences acquises et de leur savoirfaire afin de réaliser leurs projets. L’objet de l’atelier était de concevoir un pavillon pour le jardin de l’école, répondant en ce sens aux besoins d’un paysage urbain temporaire et d’un espace de loisirs pendant la période hivernale. Après diverses étapes allant de 25 projets initiaux à 5, un lauréat a été choisi et l’ensemble des étudiants de l’atelier ont ensuite fait équipe pour la construction. Le projet sélectionné, COLUMNAE, est la réinterprétation de la colonne comme une entité architecturale et structurelle : d’un élément fonctionnel fortement emblématique à la légèreté d’un pavillon temporaire. Inauguré dans le jardin de l’école le 21 décembre 2010, le Pavillon est resté accessible au public jusqu’en mars 2011. Ce premier pavillon « interne » a confirmé l’importance de l’événement lui-même ainsi que le potentiel d’un tel excursus pédagogique. Cela a également permis de valider le cycle annuel international d’architecture nommé Pavillon Spéciale. L’objectif n’était pas seulement de contribuer au rôle de l’architecture comme instrument d’idées révolutionnaires et visionnaires pour le futur, mais de devenir un rendez-vous dans l’agenda culturel des villes et un lieu de rencontre où étudiants, professionnels et de façon plus générale la communauté culturelle puisse se retrouver et interagir.


62-63 Ateliers/Studios

Introspection

Spring

INTROSPECTION LA CABANE DE L’ADO REBELLE Atelier/Studio : Architecture Professeur/Teacher : Olivier Leblois Assistante/Assistant : Pauline Franc Semestre/Semester : 1

3

1 La famille X n’en peut plus de son ado contestataire et lui propose un marché: on te laisse un carré de terrain (5m × 5m) au fond du jardin et tu y construis avec tes copains une cabane pour un total de 20 000 euros (10 000 de bâti et 10 000 d’équipement). Il s’agit donc de proposer une cabane de 35 m2 habitable, comportant le minimum vital : cuisine, séjour, chambre, à construire en kit, en « balloon frame » (uniquement des petits bois: chevrons et planches, y compris pour la structure qui sera donc faite de poteaux et poutres composés). Fenêtres pvc, baies polycarbonate alvéolaire, couverture en bac acier, planchettes de récupération de palettes passées au flincoat pour les façades. Et du rêve !

2 THE SHACK OF THE REBELIOUS TEENAGER The X family can’t stand anymore her antiauthority teenager and offers him a deal: we let you have a square plot (5m × 5m) at the back of the garden and you build there with your friends a cabin for a total amount of 20 000 € (10 000 to spend on building and 10 000 of equipments).

4

This workshop is about proposing a cabin with 35m2 of living space, including the minimum vital accommodations: a kitchen, a living room, a bedroom, and that can be build in flat-packs, in “balloon frame” (only with small pieces of wood: rafters and planks, as well as the structure that will be made of wood-posts and wood-beams). Pvc windows, window racks in alveolar polycarbonate, steel rooftop, wood boards from pallets coated with flincoat for the front walls. And some dream!

1, 2, 3, 4 Maquettes/Models


Un centre d’art et une résidence d’artistes sur l’île aux Cygnes, à Paris Atelier/Studio : Architecture Professeur/Teacher : Jean-Christophe Quinton Assistant/Assistant : Hélène Raoul Semestre/Semester : 4 Thème : Développer un projet audacieux en apprenant à raisonner et à concevoir à différentes échelles : territoire, quartier, bâtiment, usage, construction, matière. Élaborer une figure simple pour soulager la complexité des contraintes. Méthode : Formuler une hypothèse forte fondée sur une analyse personnelle et circonstancielle des enjeux et à l’origine d’une mise en forme du projet qui lui assurera sa personnalité propre.

3

Outils : Travail en maquettes de grande échelle rendant compte d’ambiances fortes et spécifiques afin d’offrir une expérience concrète et immédiate des espaces conçus.

An Art center and a residence for artists on the Swan’s Island in Paris. Topic: Developing an audacious project by learning how to think and how to design at different scales: territory, district, building, usage, construction, materials. Developing a simple outline that will relieve the complexity of the constraints. Method: Formulating a strong hypothesis based on a personal and circumstantial analysis of what is at stake, which will be the origin point of the materialization of the project and will as well grant the project its own personality. Tools: Work on large scales models that will convey specific and strong atmospheres in order to offer an immediate and concrete experience of the areas developed by the students.

4

1 5 1 Maquette/Model, Alexis Jeffroy 2 Maquette/Model, Bente Madson 3 Maquette/Model, Laura Miler 4 Maquette/Model, Charly Duchosal 5 Maquette/Model, Melinda Cohen

2


64-65 Ateliers/Studios

Introspection

Spring

Autoportraits Atelier/Studio : Architecture Professeur/Teacher : Marc Vaye Assistant/Assistant : Marco Lavit Nicora Semestre/Semester : 1

Le portfolio est un dossier personnel présentant une sélection de travaux significatifs du cursus de chaque étudiant. Suite à son institutionnalisation, les enseignants d’architecture de semestre 1 ont pour charge d’initier la mise en œuvre du portfolio. Pour réaliser la première page qui inclut la rédaction du CV ainsi qu’un portrait, il est demandé de réaliser par la technique du collage un autoportrait en s’inspirant de « Mascaras Afro-brasileiras », œuvres du graphiste brésilien Renato da Silveira. Il s’agit de fabriquer un hybride fantasmatique par décomposition du visage en quatre parties horizontales, front + chevelure, oreilles + yeux, nez + joues, bouches + menton.

Self-portraits The portfolio is a personal file in which each student presents a selection of significant works done during his studies. Since the institutionalization of the portfolio, the architecture teachers for the semester 1 are in charge of initiating the implementation of that portfolio. In order to create the front page that includes the redaction of a curriculum as well as a portrait, students were asked to create, through collage technique, a self-portrait while drawing their inspiration from “Mascaras Afro-brasileiras”, creations from the Brazilian graphic designer Renato da Silveira. This workshop is about creating a fantastical hybrid by breaking down the face into four horizontal parts: forehead + hair, ears + eyes, nose + cheeks, mouth + chin.

1


2

3 2


66-67 Ateliers/Studios

1 Autoportrait/Self-portrait, Charles Gerbier 2 Autoportrait/Self-portrait, Erwan Jendron 3 Autoportrait/Self-portrait, Franรงois le Pivain

Introspection

3


Fall

Territoire & extension Atelier/Studio : Architecture Professeur/Teacher : Thomas Raynaud Assistant : Hugo Enlart Semestre/Semester : 4 L’île de Vassivière est située dans le département de la Haute Vienne, dans la région du Limousin. C’est une île, née en 1949 lorsque les eaux du barrage hydro-électrique ont recouvert la vallée supérieure de la Maulde, créant un lac artificiel de 1000 ha et laissant subsister un espace de 70 ha et 45 km de rivages. Faisant partie du Parc Naturel Régional des Millevaches, cette île constitue une zone naturelle protégée composée de forêts, de prairies et de cultures. Elle fait partie, avec l’ensemble des territoires bordant le lac, d’un ensemble à vocation touristique et de loisirs. Depuis 1991, l’île abrite le Centre International d’Art et du Paysage conçu par Aldo Rossi et Xavier Fabre. Le projet du semestre consiste à réactiver certaines fonctions constitutives du centre d’art à travers le territoire géographique et culturel de l’île. À partir d’un programme multifonctionnel composé d’une salle de spectacle, d’une bibliothèque, de logements, d’ateliers et d’un restaurant, chaque étudiant met en place une stratégie d’implantation en questionnant le territoire et sa valeur d’usage.

1


68-69 Ateliers/Studios

Introspection

2 Territory & expansion The island of Vassivière is located in the county of the Haute Vienne, in the Limousin Region. It is an island born in 1949 when the waters from the hydroelectrical dam covered the upper valley of the Maulde, thus creating an artificial lake of 100 hectares and leaving an area of 70 hectares and 45km shores. Being part of the Regional Natural Park of Millevaches, this island constitutes a protected natural zone composed of forests, prairies and crops. Along with the rest of the territories bordering the lake, it is part of a whole complex with a touristic and recreational vocation. Since 1991, the island houses the International Center for Art and Landscape, designed by Aldo Rossi and Xavier Fabre. The project of this semester consists in reviving a number of the core functionalities of the Art Center through the geographical and cultural territory of the island. Based upon a multifunctional program composed of an exhibition room, a library, some housing, workshops and a restaurant, each student would set up a location strategy by questioning the territory and its value.

4


2

1

3

3

5

1 Croquis/Sketch, Astrid Wertheimer 2 Vassiviere, photo Thomas Raynaud 3 Maquette/Model, Adrien Fournier & Leo Hudson 4, 5 Maquette/Model, Camille Tenart & Antoine Prax


70-71 Ateliers/Studios

Interdépendance/Interdependency

Spring

INTERDÉPENDANCE

INTERDEPENDENCY HABITATS POUR TRAVAILLEURS NOMADES Atelier/Studio : Architecture Professeur/Teacher : François Bouvard Assistante/Assistant : Thibaud Pasteur Semestre/Semester : 3

Au moment où l’organisation sociale et les modes de vie issus du modèle occidental deviennent planétaires – éliminant les sociétés vivrières, sédentaires ou nomades – le ciment de la société généralisée se fissure, l’entourage des individus par les structures s’appauvrit et de nouvelles organisations économiques contraignent une part croissante des travailleurs à devenir disponibles à une offre d’emploi de plus en plus aléatoire. Ils deviennent des travailleurs nomades contraints -individus et familles – à se déplacer sans délai, migrants traversant les continents, les frontières ou leur propre pays. Un nouveau nomadisme s’accroît, qui fragilise les populations et les écarte des dispositifs de fixation sédentaire. Il s’agit donc de définir le vademecum d’une propriété sans racine, le radical libre d’un habitat démontable et associable à d’autres. Il faut interroger l’habiter dans son essentiel, et concevoir un mode constructif complet assurant l’ensemble des qualités nécessaires, souvent dans des conditions extrêmes. L’enjeu est aussi de placer ces nouveaux habitats dans les villes, de dépasser la séparation entre les sédentaires – logés dans la ville historique fossile ou réservés dans les quartiers de logements sociaux – et les caravaniers rejetés à l’extérieur, de réarticuler ces deux mondes. Choisir d’occuper dans la ville des espaces disponibles, des no man’s land, hiatus entre voiries et constructions, entre réseaux de flux, généralement squattés par les automobiles et d’y greffer une organisation nomade, suffisante, variable, vivante et légitime.

1 L’atelier s’est attaché à : • Ouvrir une recherche sur le nomadisme par l’étude de plusieurs habitats nomades, afin de préparer les réponses possibles aux problématiques des travailleurs nomades. • Risquer le parti d’un habitat nomade adapté, constructible et amovible, pouvant s’implanter dans des sites urbains différenciés. • Expérimenter les projets architecturaux en les construisant à toutes les échelles nécessaires jusqu’à l’ergonomie précise de leurs espaces et les détails de leurs systèmes constructifs, l’assemblage de plusieurs habitats nomades entre eux constituant une des contraintes de cette conception concrète.


HOUSINGS FOR NOMAD WORKERS The social organization and way of life originating from the western societies are becoming a global tendency, thus eliminating the food-producing societies, whether nomad or sedentary. Because of that trend the generalized society cement is cracking, the relations circles created through structures around the individuals are growing poorer and new economic organizations are forcing a growing part of the workers to become available for more and more unstable job offers. They are forced to become nomad workers – as individuals and families – to travel with no delays, migrants crossing continents, frontiers or just their own countries. A new nomadism is spreading, that weakens the populations and draws them away from structures of sedentary process. Therefore, the goal here is to define the vademecum of a rootless property, the radical freedom of a housing that can be taken apart and combined to others. We must question the idea of living in its essence and conceive a complete constructive mode that combines all the necessary qualities, often to be used in extreme conditions. At stake is also to find a place for those new housings inside the cities, to go past the division between the sedentary – living in the historical fossil city or reserved in the social housing areas – and the trailers, rejected outside, to connect those two worlds. We will choose to occupy the available areas within the city, the no man’s lands, hiatus between public roads and constructions, network of flows, usually occupied by cars and to add to those a nomad organization, selfsufficient, fluctuant, lively and legitimate.

The studio aimed to: • Initiate a research over nomadism through the study of several nomad housings in order to plan possible answers to the problematic nomad workers have to face. • Risk the gamble of a nomad housing, adapted, take-down, portable, that can be established in various kinds of urban areas. • Experiment with the architecture projects by creating them at all the necessary scales, pushing the precise ergonomics of the spaces and the details of their construction systems. The combination of several of such nomad housings among themselves is one of the requirements of this tangible concept.

2

These projects are part of the requisite and modalities of the projects for the UNESCO Competition Nomad Camps (Concours UNESCO Nouveaux Habitats Nomades), allowing the most accomplished projects to apply afterward to this competition.

4

3

1 Schéma/Diagram, Maxime Cargill 2 , 3, 4 Projet/Project, Annie-Claude Broussillon


72-73 Ateliers/Studios

Interdépendance/Interdependency

Spring

SUPER-ECOLOGISM ! PARIS 2050 Atelier/Studio : Architecture Professeur/Teacher : Andri Gerber Assistante/Assistant : Elodie Doukhan Semestre/Semester : 6

Notre contemporain est marqué par un grand intérêt pour la pensée de l’écologie, de l’environnement et du durable. Au-delà des questions que ces thèmes soulèvent, nous ne pouvons que constater que l’ « écologisme » est désormais devenu une mode et une idéologie, lesquelles influencent massivement notre société, notre culture et la politique. De fait, la politique économique paraît avoir été supplantée par la politique écologique. Dans tous les domaines en effet, on observe une véritable course à qui sera le plus «vert», le plus « durable ». Mais il est important de noter que cette tendance est le produit d’une logique capitaliste, où l’argument « vert » n’est qu’un outil mercantile parmi d’autres pour vendre le plus possible. Une autre question mérite alors d’être soulevée : celle du rôle de l’architecture et de l’urbanisme, dans la fabrication d’une vision de la société du futur. Les architectes peuvent-ils en effet influencer le social et la politique, ou s’adaptent-ils toujours à eux ? Les enjeux climatiques démontreront-ils que l’architecture peut devenir un générateur davantage qu’un instrument ? Tel était le point de départ de notre semestre, qui visait à remettre en question l’écologie comme idéologie en architecture et en urbanisme, à l’échelle de Paris et de sa banlieue. Soit en accentuant radicalement le discours actuel (cette course au «plus vert que vert») ; soit en imaginant un scénario de catastrophe écologique, dans un futur où les pronostics les plus pessimistes seraient avérés.

1


Our present time shows great interest for the ideology of ecology, environment and sustainability. Beyond the questions raised by such topics we can only observe that “ecologism” has now become a trend and an ideology, which both massively influence our society, culture and politics. Indeed, the economical policy seems to have been supplanted by the ecological policy. We can indeed witness in all fields a real race for whom will be the most “green”, the most “sustainable environmentfriendly”. But it is also important to realize that this trend is the result of a capitalist logic where the “green” argument is nothing more than a mercantile tool among others in order to sell as much as possible. Therefore another question is worth raising: the question of Architecture and Urbanism’s roles in the creation of a vision of the society’s future. Can architects influence the social and the politics, or do they always have to adapt to those? Will the climatic issues reveal that architecture can also become an originator more than a tool? Such was the starting point of our semester which was aiming to question the concept of ecology as an ideology in architecture and urbanism, on the scale of Paris and its suburbs: Whether by radically emphasizing the current tone (this race for the “greener than green’); or by imagining a scenario for an ecological disaster in a future where the most pessimistic predictions would come true.

1


74-75 Ateliers/Studios

InterdĂŠpendance/Interdependency

Underconstruction 1 Alexandra Melgar Mazzoni 2, 3 Lou Charpin 4, 5, 6 Pascale Montet 2

3


4

5

6


76-77 Ateliers/Studios

Interdépendance/Interdependency

Fall

diptyque Atelier/Studio : Architecture Professeur/Teacher : Cédric Libert Assistant/Assistant : Samuel Jaubert de Beaujeu Semestre/Semester : 2

1 L’atelier se présente sous la forme d’un improbable diptyque entre Bruxelles et Hong Kong, villes prétextes à y implanter deux structures insolites. L’une est horizontale, l’autre verticale. Tout les oppose, à l’exception de leur caractère fictionnel et de la procédure de travail : il s’agit dans les deux cas de fabriquer une maquette d’atelier à l’échelle 1/20e, constituée de parties élaborées par les étudiants individuellement.

Le Musée d’Architectures Imaginaires à Bruxelles. Le Musée d’Architectures Imaginaires, que nous développerons dans la première moitié du semestre, est motif à explorer l’histoire de l’architecture et y porter un regard subjectif. Chaque étudiant se voit attribuer un espace de L : 20m × l : 20m × h : 20m et un architecte à examiner, sous l’angle de la production architecturale et ses mécanismes constitutifs. En emboitement à cette lecture critique, il est question d’imaginer un dispositif de spatialisation dans l’enveloppe disponible de 8000 m³. Positionné comme thèse ou antithèse, mais toujours en écho aux idées d’un mentor, le projet devient l’outil privilégié de la critique. Dans l’idée d’un labyrinthe généalogique, le Musée d’Architectures Imaginaires sera composé de l’assemblage de toutes ces pièces.

La Tour du Jour et de la Nuit à Hong Kong. Hong Kong est une ville qui possède la caractéristique surprenante d’un véritable urbanisme tridimensionnel où les programmes s’empilent les uns sur les autres au sein de structures génériques. Le deuxième projet du semestre nous permettra d’imaginer une fiction architectonique sur la base de cet état de fait. Autour d’un noyau minimum qui incorpore à la fois circulation et structure, un plateau de s : 100m² × h : 6m est disponible pour chaque étudiant, afin d’y implanter et de mettre en espace un programme urbain. Comme dans le premier projet, la tour sera constituée de la superposition de ses différentes strates.


diptych The studio can be described as an unlikely diptych between Brussels and Hong Kong, cites to be used as pretext to build two unusual structures. One is horizontal, the other is vertical. Everything opposes them, except for their fictional nature and the work process: in both cases, the idea is to create a model at the scale of 1/20th, made up of parts designed by each student individually. The Museum of Imaginary Architectures of Brussels The Museum of Imaginary Architectures, which we will develop during the first half of the semester, is ground to explore the history of architecture and to look at it with a subjective eye. Each student will be allocated a space of L : 20m × w : 20m × h : 20m as well as an architect to study through his architectural production and his constitutive mechanisms. In addition to this critical study, the students will have to conceive a spatialization system within the available frame of 8000 m³. Be it a thesis or antithesis, but always as an echo to the ideas of a mentor, the project becomes the tool of predilection for the critique. With the idea of a genealogical labyrinth, the Museum of Imaginary Architectures will be made of an assembly of many pieces. The Tower of Night and Day of Hong Kong Hong Kong is a city that posseses the surprising characteristics of a real tridimensional urbanism where the programs pile up on one another within generic frames. The second project of the semester will allow us to conceive an architectonic fiction based on that state of facts. Around a minimum core that will incorporate traffic and structure, a flat frame of s: 100m² × h: 6m will be available to each student so that he can establish and organize a space for his urban program. Just like in the first project, the tower will be constituted of the superimposition of the different various layers.

1 Diptyque/Diptych 2 Tour/Tower

2


78-79 Ateliers/Studios

Interdépendance/Interdependency

Fall

Construire Avec l’Eau Atelier/Studio : Architecture Professeur/Teacher : Carl Fredrik Svenstedt Assistante/Assistant : Aymeric Goutal Semestre/Semester : 5

L’École Spéciale était partenaire de VM Zinc pour la création du concours « Campus ARCHIZINC pour la Construction Durable ». Le thématique de l’atelier a ainsi été mise au point pour servir de programme pour ce concours entre écoles Européennes. Les résultats de la première édition, à laquelle les étudiants de l’école ont participé, seront proclamés fin 2011. « Construire Avec l’Eau », notre thématique, répond à un enjeu planétaire, la présence de l’eau conditionnant l’implantation des villes et son absence, leur délocalisation voire leur disparition. La fonction fondamentale de l’architecte est d’abriter, toutefois la gestion de l’eau constitue un sujet de réflexion environnementale, mais aussi urbaine et architecturale. L’atelier a ambitionné de refonder l’écologie à partir de l’architecture, de mettre à plat les enjeux en relation avec des priorités, d’éviter toute normalisation. Les projets ont ainsi été développés par accrétion : par un travail sur la matière ; sur l’eau comme porteur de sens ; sur l’écologie en environnement humain, social comme matériel ; sur le programme, vecteur de vie ; sur l’urbain à l’échelle d’une métropole et d’un quartier ; et sur la construction comme provocateur d’émotion. Chaque projet était développé comme la synthèse de ses propres interrogations.


2

3

To Build With Water

1

1 Sortie De Secours/Emergency Exit, Louis Henry & Boris Lefevre 2 , 3 Water Treatment, Mohamed el Mokhtar Kabbaj

The École Spéciale partnered up with VM Zinc for the creation of the competition “Campus ARCHIZINC for Sustainable Construction”. The studio’s thematic was developed so as to be used as a program for this European inter-schools competition. The results of the first edition, to which the students from the school participated, will be announced at the end of the year 2011. Our thematic, “To Build With Water”, answers a worldwide issue that is the presence of water as a condition to the location of cities and its absence leading to their delocalization or even demise. The fundamental duty of the architect is to provide shelter, but if the management of water represents an environmental reflection topic, it is as well an urban and architectural issue. The studio aspired to remodel ecology based on architecture, to take a closer look to the issues in relation with priorities, to avoid any kind of normalization. Projects were thus developed by widening their core: through a work on the materials, on water as a network for senses, on the ecology in human environments – whether social or material – on the program, vector for life, on the urban while at the scale of a metropolis and of a district, and on construction as a way to trigger emotions. Each project was developed as a synthesis of its own questions.


80-81 Ateliers/Studios

Interdépendance/Interdependency

Fall

Un Stade de Performance Atelier/Studio : Architecture Professeurs/Teachers : Hugh Dutton Assistante/Assistant : Elisa Querub Semestre/Semester : 5

Intégration de la technique dans une architecture poétique. Dans le grand axe de la Défense, les étudiants imagineront un stade de rugby basé sur le concours Arène 92. • 32 000 places assises avec commerces et restaurants… • Systèmes de structure de grande portée, avec toiture ouvrable • Adaptation de la scénographie pour des spectacles • Intégration de l’équipement dans son contexte urbain • Réflexions sur la lumière, naturelle et artificielle. Maitriser la structure pour transformer l’obstacle en outil.

A Performance Stage Integration of the technique in a poetical architecture. In the wide axis of La Défense, the students will conceive a rugby stadium based on the Arène 92 competition. • 32 000 seats with shops and restaurants… • Wide-structural systems, with opening roof panel • Adaptation of the scenography for entertainment shows • Integration of the facilities in their urban context • Reflections over lights, natural one and artificial one. To master the structure in order to transform the obstacle into a tool.


2 1, 2 Random Stadium – Maxime Faure, Maïlys Meyer, Eveline Sou, Clémence Pic Le projet est une réponse au manque de liberté et d’humanité de la Défense, surtout en ce qui concerne les circulations. L’idée première a donc été de créer un parcours aléatoire qui permet de conserver la vie quotidienne du stade et du quartier. The project is an answer to the lack of liberty and of humanity of the La Défense site, especially when it comes to the traffic network. The core idea was thus to create a random route that allows to preserve the daily life of the stadium and the area.

3 4

1

5

3,4,5,6 Mariam Bennouna, Caroline Mariet, Maria Luisa de Vasconcelos et Lucyle Wagner « Comment créer sur un site aussi complexe que celui de La Défense, un stade mais aussi un lieu de rencontre et de vie ? Challenge à relever : proposer un stade hors du commun, à l’image de son site. Notre réponse: un stade “Volant“, qui accueille à ses pieds les visiteurs de tous horizons » “How to create a site as complex as the one of La Défense, a stadium, but a living and meeting place as well? A challenge to take on: offer a stadium that would be out of the ordinary, just like its site. Our answer: a “Flying” stadium that will welcome at its basis visitors from all the horizons”

6


82-83 Ateliers/Studios

Mutations/Mutations

Spring

MUTATIONS Ville imaginaire / ville réelle : une rencontre hybride Atelier/Studio : Architecture Professeur/Teacher : Reza Azard Assistant : Benoist Buttin Semestre/Semester : 6

1

Ville imaginaire / ville réelle : une rencontre hybride 22 étudiants ont conçu des univers hybrides pour le port du Havre. En architecture comme dans beaucoup d’autres domaines, le réel est fonction du temps. Il est un état temporaire défini par l’agencement complexe d’un ensemble de réseaux convergents ou divergents, d’ordres spatial, mobile, social, historique… L’étudiant, face au monde abyssal du doute sur soi et de l’autocritique, risque de se laisser dominer par la réalité aux dépens de sa naïveté et d’orienter ses choix vers le déjà vu du déjà résolu. C’est le début du « formatage » ou du réflexe « copier/coller ». Afin d’éviter l’absorption par la réalité il faut se préparer à sa rencontre en dopant la naïveté pour qu’elle résiste mieux à la complexité du réel, et donner une véritable légitimité au monde imaginaire en construisant de façon précise et progressive un univers personnel élaboré. Chaque étudiant a sélectionné un texte, parmi un corpus imposé, qui se pose comme énigme et offre une grande possibilité d’appropriation par l’imaginaire. À l’aide de photomontages, dessins, maquettes et films, chaque étudiant a illustré son univers et établi une « grille de règles », c’est-à-dire un ensemble de notions géographiques, spatiales, sociales et politiques, décrites précisément et définissant les contours de chaque territoire imaginaire. À mi-parcours, l’univers réel, jusqu’alors inconnu, a été dévoilé aux étudiants. Le port du Havre fut jadis un univers hybride extraordinaire. Les pêcheurs côtoyaient dockers, voyageurs, habitants, femmes et enfants ; tous venaient au port pour célébrer la vie. Aujourd’hui tout est cloisonné. Le travail et l’habitat sont deux univers séparés. Le jeu consistait alors à décloisonner les limites et redéfinir une forme hybride d’appropriation territoriale. Hybrider les fonctions et les formes invite à redéfinir de nouveaux territoires et usages. L’univers hybride ne se résume pas à un exercice de juxtaposition. Bien au contraire hybrider, c’est générer un nouveau type de cohabitation.

1+2 = 4 1,2 Adrien Fenet 3 Colombe Desazars de Montgailhard 4 Nicolas Herlemont 5 Takami Nakamoto


Imaginary city/real city: a hybrid meeting 22 students designed hybrid environments for Le Havre harbor. In architecture just like in many other fields, the real exists with respect to time. It is a temporary state defined by the complex layout of a set of converging or diverging networks, of spatial, mobile, social, and historical nature. The student, faced with the abyssal world of self-doubt and auto-critic, bears then the risk of being overcome by reality to the detriment of his own naivety and to direct his choices toward what he already knows which was already resolved. This would be the beginning of the “formatting” or the reflex of the “copy/paste”. In order to avoid being absorbed by reality we need the get ready to face it by doping one’s naivety so that it will resist better against the complexity of the real, and by giving a real legitimacy to the imaginary world in building precisely and progressively an elaborated personal universe.

Each student has selected a text among a set corpus, which presents itself as an enigma and offers a large possibility of appropriation by imagination.Through photomontages, drawings, scale models, short movies, each student has illustrated his universe and set a “rules’ grid”, that is to say a collection of geographical, spatial, social and political notions precisely described and that define the outline of each imaginary territory. Half-way through, the real context has been unveiled, while so far students had been ignorant of it. Long ago, the harbor of the city of Le Havre was an extraordinary hybrid universe. The fishermen would mix with dockers, travelers, inhabitants, women and children, and all would come to the harbor to celebrate life. Nowadays, everything is partitioned, divided. Work space and living space are two separated universes. The plot was then to decompartmentalize and to redefine a hybrid form of territorial appropriation. To hybridize the functions and the forms invites to redefine new territories and new customs. The hybrid universe is more than a mere juxtaposition exercise. On the contrary, to hybridize is to generate a new kind of cohabitation.

3

2

4

5


84-85 Ateliers/Studios

Mutations/Mutations

Spring

LE 104 UN MONUMENT MANIFESTE Atelier/Studio : Architecture Professeur/Teacher : Veronique Descharrières – Rafael Magrou Semestres/Semesters : 7 & 8

2

3

1,2, 3 Xiaofu Fei & Yingjie Yu 4 Affiche/Poster

4


1 Dans le contexte du débat actuel sur la Métropole Parisienne – projet des Halles, grands projets de ZAC (Nord-Est, Batignolles, Massena), Grand Pari(s) – l’atelier étudie la question de l’identité architecturale à travers ses Monuments et de leur capacité à générer un renouvellement manifeste. L’icône architecturale comme empreinte urbaine incontournable du développement urbain et de son rayonnement, associée par son contenu, au processus de création artistique. « Monument manifeste » revêt donc le sens d’un acte politique construit. Un manifeste pour l’architecture du visible • Revendiquer l’œuvre architecturale contre la tentation d’un recours à la simple construction ou pire encore, à celui d’un dessin (dessein) vidé de son contenu. • Revendiquer l’expression d’une plus-value architecturale. Revendiquer la nécessité d’un acte architectural induit par sa propre résolution. • Lutter contre l’idéologie de la disparition de l’œuvre architecturale. • Monument, car symbole d’un renouveau. • Monument, car au service de la cité et de tous les citoyens. • Monument, car repère nécessaire d’une nouvelle génération. • Monument, car équilibre nécessaire dans la cartographie de Paris. • Monument, comme une architecture posant de nouvelles bases de conception et d’usage. • Monument habité, donc vivant, changeant, évoluant et évolutif. • Monument manifeste, car il défend les valeurs avancées ci-dessus. • Manifeste, car évident, support d’éthique, de bon sens au regard des besoins de notre époque. Processus artistique intégré Le sens nouveau de ce monument du 21e siècle est de mettre à l’épreuve le processus créatif d’artistes contemporains remarquables. Chaque étudiant choisit un créateur dont il interroge le processus de conception et de fabrication d’une œuvre pour définir le contenu de son projet architectural. Le projet de Monument Manifeste est ainsi de présenter, au-delà d’une œuvre aboutie, les étapes de la création appliquées à l’architecture : c’est la dimension transitionnelle de l’œuvre qui apparaît à travers une structure, une expérimentation, une matérialité.

THE 104 – A MANIFEST MONUMENT With the current debate over the Parisian Metropole – Les Halles project, the big projects of ZAC (North-East, Batignolles, Massena), Grand Pari(s) – the studio studies the question of architectural identity through its Monuments and their ability to generate a manifest renewal. The architectural icon as an inevitable urban imprint of urban development and its influences, brought together by its content, to the process of artistic creation. “Manifest Monument” thus assumes the form of an elaborate political act. A manifesto for the visible architecture • Assert the architectural work against the temptation to resort to simple construction or worse, to a drawing (aim) emptied out of its substance. • Assert the expression of an architectural capital gain. • Assert the necessity of an architectural act induced by its own resolution. • Fight against the ideology for the extinction of the architectural work. • Monument, because symbol of renewal. • Monument, because serving the city and all the citizens. • Monument, because necessary landmark for a new generation. • Monument, because necessary balancing tool in the Paris cartography. • Monument, as an architecture laying down new basis for design and use. • Monument, inhabited, thus living, changing, evolving and progressing. • Manifest monument, because it stands up for the aforementioned values. • Manifest, because obvious, framework for ethics, reason in view of the needs of our time. Integrated artistic process The new meaning of this 21st century monument is to put to the test the creative process of contemporary notable artists. Each student chooses a designer of whom he will question the creation and fabrication process in order to define the content of his architectural project. Thus the Manifest Monument project is about presenting, beyond an accomplished work, the creation steps when applied to architecture: it is the transitional dimension of the work that shows through a structure, experimentation, a materiality.


86-87 Ateliers/Studios

Mutations/Mutations

Spring

The Wriez Atelier/Studio : Architecture Professeurs/Teachers : Unit OSA – Karsten Huneck, Bernd Truempler Avec/with : ANCB – Aedes Network Campus Berlin Semestres/Semesters : 5

Berlin’s reputation of being one of the most creative cities in the world has resulted in a recent boom of creatives moving into the city from all over the world. In Friedrichshain the new so called ‘Mediaspree’ is currently under construction including refurbishments of old warehouses as well as new buildings. Across Warschauer Straße towards the city centre a huge site sits between railway tracks and the East Side gallery and marks the start of further developments on this site. Behind those tracks sits another not yet developed area which was part of the former Wriezener train station. The task of the students is to create ‘The Wriez’ on this site – a new cultural station for Berlin’s creative and experimental minds, a place to meet and join groups for sport, events and public discussions. Berlin East – Train Station The original and distinctive character of the area has to be retained and it is of particular interest that the few remaining building pieces of the Wriezener Bahnhof which are dominating a big open space will be incorporated in the scheme. The treatment should create a positive symbiosis with the existing surrounding and should develop new ideas of using the space for the public. The site could also become a frame for various uses and activities over time and therefore an experimental architecture in the context of new urban developments could be considered.

4

1


2

Le Wriez La réputation de Berlin comme étant l’une des villes les plus créatives du monde a engendré une récente augmentation de l’immigration de créateurs en provenance du monde entier. Dans le quartier de Friedrichshain, ce que l’on désigne par la nouvelle “Mediaspree” est en ce moment en construction et comprend la rénovation d’anciens entrepôts ainsi que la création de nouveaux bâtiments. De l’autre côté de Warschauer Straße, vers le centreville, se trouve un site de taille imposante, entre les lignes ferroviaires et la East Side gallery. Derrières ces lignes ferroviaires existe un autre quartier qui faisait partie de l’ancienne gare de Wriezener. Le travail des étudiants ici est de créer ‘The Wriez’ sur ce site – un nouveau centre culturel pour les créateurs et les esprits expérimentaux berlinois, un lieu de rencontre et d’assemblée, pour le sport, des événements et des discussions publiques.

3

1, 2, 3 Rendez-vous Ailleurs/Meeting elsewhere, Calvignac, Biberson, Henry 4 Exposition/House Scale 1/5, 5, 6 Extended Experience, Blanche Granet, Claire Davissau

5

Berlin Est – La gare Le caractère original et distinctif de l’endroit doit être préservé et il est particulièrement intéressant que les quelques bâtiments restant de Wriezener Bahnhof, lesquels dominent un grand espace ouvert, soient incorporés dans ce projet. Le traitement du projet se doit de créer une symbiose positive avec l’environnement existant et doit proposer de nouvelles idées pour l’utilisation de l’espace à destination du public. Le site pourrait également devenir le théâtre d’usages et d’activités variées au cours du temps et, de ce fait, une architecture expérimentale dans le contexte d’un nouveau développement urbain pourrait être envisagée.

6


88-89

Fall

workshop OSCAR TUAZON TEAR DOWN THE SCHOOL DÉMOLIR L’ÉCOLE Think of the school as a building. A condemned building, a pile of bricks, steel girders flamecut and stocked on a flatbed, oak beams with chipped plaster stuck on them, a stack of cracked glass, an inventory of materials, a list. It’s shut, all the doors and windows boarded over with plywood, it’s an empty shell, a salvage site, a fixed amount, an invoice. Okay, so it used to be a building, a set of functions given specific form. There was a glassceilinged atrium supported by steel beams; a mezzanine space supported by cast-iron columns; a windowed gallery; a shop; classrooms of course. I’m already forgetting what else, and finally it isn’t that important. It was a bunch of specific values materialized as a building, and now the building is gone. In the early 1970’s Native American activists were responsible for as many as 200 occupations of U.S. Federal buildings. The most famous of these was the 19-month takeover of the abandoned maximum-security prison on Alcatraz Island, an event that led to significant concessions from President Nixon, including the repeal of the official Indian termination policy and the move towards an era of tribal self-determination. The occupation, started by a small group of protesters who spontaneously claimed the island “by right of discovery” eventually transformed the prison into a home for as many as 80 people – a clinic, a school, a nursery, bedrooms on death row. The Alcatraz occupiers didn’t effect any permanent changes to the prison – the few wooden buildings on the island were burnt down shortly before the protesters were evicted, and the cell blocks retain some faded graffiti today – but they succeeded in transforming a useless building into a symbolic object, and then into a housing block, and finally into the means to Native autonomy and self-determination. A prison that became a home. The function of a building is never really defined as a matter of design; it’s defined by how we use it, what it gets used for. Think of design as a lifestyle, think of it as a mental frame, a struggle, a physical process, a mode of habitation, an occupation. Think of the school as a home; move in, live there.

1

2

3


Considérer l’école comme un bâtiment. Un bâtiment condamné, un empilement de briques, de poutres métalliques coupées à chaud et entreposées sur des palettes, de faisceaux de chêne par endroits couverts de morceaux de plâtre, de tas de verre fêlé, une liste de matériaux, une liste. Tout est fermé, toutes les portes et fenêtres sont condamnées par des planches en contreplaqué, c’est une carcasse vide, un site de récupération, une quantité fixe, une facture. D’accord, ce fut auparavant un bâtiment, un ensemble de fonctions auquel ont a donné une forme. Il y avait un atrium avec un plafond de verre soutenu par des poutres de fer ; une mezzanine supportée par des colonnes en fonte ; une galerie avec plein de fenêtres ; une boutique ; des salles de classe bien évidemment. Déjà j’oublie quoi d’autre, et finalement cela n’est plus bien important. Tout ça n’était qu’un tas de valeurs spécifiques et matérialisées à travers un bâtiment, et maintenant le bâtiment n’est plus.

Au début des années 70 les activistes Indiens d’Amérique du Nord furent responsables de l’occupation de plus de 200 sites appartenant au gouvernement Américain. La plus connue d’entre elles fut la prise de la prison de haute sécurité sur l’île d’Alcatraz et son occupation pendant 19 mois. Cet événement finit par conduire le Président Nixon à faire des concessions d’importance, y compris l’abrogation de la politique de cessation contre l’autonomie des tribus indiennes et permit d’entrer dans l’ère d’autodétermination de ces tribus. L’occupation du site, qui commença avec un petit groupe de manifestants qui spontanément revendiquèrent l’île du fait des « droits de la découverte », transforma finalement la prison en un refuge pour plus de 80 personnes – une clinique, une école, une crèche, des lits dans les couloirs de la mort. Les occupants d’Alcatraz ne firent aucun changement permanent à la prison – les quelques bâtiments en bois érigés par les manifestants sur l’île furent brûlés peu avant que ces derniers ne soient expulsés, et seules quelques cellules conservent aujourd’hui quelques graffitis déteints – mais ils parvinrent à transformer un bâtiment inutile en objet symbolique, puis ensuite en lieu d’habitation, et enfin en instrument pour atteindre leur autonomie et leur autodétermination. Une prison devenue maison. La fonction d’un bâtiment n’est jamais vraiment définie par son design ; elle est définie par la façon dont nous l’utilisons et par l’utilisation qui en est faite. Il faut penser le design comme un mode de vie, l’envisager comme l’armature de l’esprit, comme une lutte, un processus physique, un mode d’habitation, une occupation. Considérez l’école comme une maison ; installez-vous, habitez-y.


90-91

4

10

LES LAURÉATS DU WORKSHOP OSCAR TUAZON WINNERS OF OSCAR TUAZON’S WORKSHOP

5

6

1er prix/1st prize ex æquo : 1, 2, 3 Caropoulos-PapageorgiouPhilippou-Roimpas-SarianosSpiliotis 4, 5, 6 Doilon-Ducroux-Khaksar 7, 8, 9 Filippi-Kahil-Pozzo Di Borgo 10, 11, 12 Dupont-Enlart-FaiolaHenry-Jaubert de Beaujeau

7

8

9


11

12


92-93 Ateliers/Studios

Extras

EXTRAS RE-CONTRUIRE HAÏTI : AUJOURD’HUI POUR DEMAIN 08/06/10 Conférence/Lecture : organisée par les étudiants de l’atelier et du séminaire de diplôme « Habiter l’Urgence », dirigé par le Dr Jacques Métrot et Jacques Pochoy/organized by the diploma students from the seminar and studio “Inhabiting in the emergency”, directed by Dr Jacques Métrot and Jacques Pochoy Étudiants/Students : Isabelle Bardèche, Jérémy Cassin, Othman Khaled, Romain Malidor, Corto Peninou, Augustin Reynaud et Guillaume Rousseau Intervenants/Speakers : Christophe Wargny, historien, spécialiste d’Haïti/historian, specialist of Haïti Le commandant Bourgoin, représentant de la Sécurité Civile/officer of the National Security Measures Bruno Lam Quang, architecte DESA, consultant ONG/DESA architect, NGO consultant Etienne Gignoux, logisticien, MSF/ logistic coordinator, MSF

Réfléchir aux problèmes d’aujourd hui pour que demain, chacun trouve sa place dans la ville et dans le territoire du “contexte social”.» To ponder the current problems so that tomorrow, everyone can find its place in the city and in the territory of the “social context”.


Quelle légitimité avons-nous de faire une conférence-débat sur Haïti post catastrophe en école d’Architecture? L’architecte construit aujourd’hui à différentes échelles. En posant l’acte de la construction, il pose les questions relatives à celle-ci. En effet, un bâtiment est un engagement envers le terrain, les personnes qui vont l’utiliser et les générations futures qui auront à le gérer, au niveau urbain ou purement architectural. L’architecte a, souvent, bien du mal à trouver sa place. Pour des étudiants en architecture, il y a pourtant une réelle prise de conscience de cet « état d’urgence » qui se traduit par des drames à grandes échelles partout sur la planète. Cette prise de conscience s’est accentuée ces dernières années par une volonté des étudiants de réfléchir à ces difficultés que vivent des millions de personnes qui souffrent de l’absence de cohérence constructive dans les urbanités. Entre théorie et pratique, nous avons en tant qu’étudiants, à l’heure où les fractures sociales, mondiales et économiques se creusent, le besoin d’agir et de réfléchir face à la responsabilité que nous aurons à prendre demain pour ces délaissés du temps.

Notre école nous prépare à anticiper l’avenir. Réfléchir aux problèmes d’aujourd’hui pour que demain, chacun trouve sa place dans la ville et dans le territoire du « contexte social ». Ethique, culture et technique ne sont donc pas des mots inertes, mais des outils pour avancer dans une démarche de l’urgence qui devient un des problèmes cruciaux de notre monde. Du point de vue de l’éthique, c’est comprendre ce que nous allons construire et son avenir au regard de la population et du système en place ou à mettre en place. Penser que la culture des personnes sur le terrain sera le fil conducteur de notre conception, réalisée pour et avec eux. La technique sera l’outil qui permettra de pérenniser la construction en fonction des aléas du territoire. C’est un contrat que nous signons pour 10 ou 15 ans suivant une catastrophe, un engagement envers les nouvelles générations qui se relèveront. À Haïti, toutes ces questions se posent. Re-construire Haïti doit donc naturellement nous interpeller sur notre profession, autour de tous les intervenants qui sont déjà présents. L’architecte a-t-il une place dans cette urgence ? À quel niveau ? Et quand ?

TO REBUILD HAÏTI : TODAY FOR TOMOROW “To think is to live. To live is to think. No thoughts without taking risks. No thoughts that are not a personal struggle with the world. To think means also to be on the verge of the abyss, to bear the despair and loneliness that can result from it.” Laure Adler, Dans les pas de Hannah Arendt, 2005 What legitimacy do we have to hold a lecture-debate over Haiti after the disaster in a school of architecture? Nowadays the architect will build on several different scales. By laying down the action of building he asks questions about it. As a matter of fact a building is a commitment to the land, to the people who will use it and to the future generations who will have to manage it, on an urban level or on a purely architectural level. Often, the architects will have a hard time finding his own place. For the students in architecture there is however a real awareness of this “emergency state” that results in large scales dramas all over the globe. Over these last years such awareness was heightened by the will from the students to have a reflection over these difficulties that millions of people have to face, suffering from the lack of constructive coherence in such urban areas. Between theory and practice, at a time where the social, global and economic

divides are growing, as students, we have the need to act, to think over and against the responsibilities that we will have to take tomorrow for these people neglected by our time. Our school is teaching us to anticipate the future. To ponder the current problems so that tomorrow, everyone can find its place in the city and in the territory of the “social context”. Ethic, culture and technique are not inert words, but tools to move forward in a state of emergency that is becoming one of the crucial problems of our world. From the ethical point of view, it is about understanding what we will build and its future with regards to the populations and the system in place or the system to put in place. To think that the culture of the people in place will be the leading thread for our design made for and by them. The technique is the tool that will allow us to make the constructions durable in accordance with the hazards of the land. It is a contract that we are signing for 10 or 15 years after the disaster, a commitment toward the new generations that will come. In Haiti, all those questions exist. Rebuilding Haiti should obviously be calling out to us regarding our profession, while in the presence of the speakers. Does the architect have a place in such emergency situation? On what level? And when?


Extras

Atelier/Studio : Écriture / Writing Professeur/Teacher : Catherine Weinzaepflen Semestres/Semesters : 5 & 6

thoughts always benefit from being written down

Toute pensée gagne à s’écrire

94-95 Ateliers/Studios

Spring Les textes qui suivent ont été écrits d’après des photographies. The following texts were written after pictures.

Ara c’est un perroquet d’Amérique latine et une fleur de montagne espagnole. Il y a des gens qui vivent la vie comme elle passe ; Ara, jamais ; il n’y a qu’elle qui passe, pas la vie. Ara est certainement l’être le plus sensuel mais aussi le plus drôle que je connaisse. Et celui qui mange le plus de chocolat et dévore le plus de livres aussi. Je ne savais même pas qu’il était possible de concilier les quatre ; je veux dire grâce, humour, culture et cacao. C’est pour ça que les hommes raffolent d’Ara et qu’Ara terrorise les hommes. J’ai demandé à Ara ce qu’elle préférait d’Ara : « mes défauts ! » Elle était très fière et a beaucoup ri de sa réponse. J’ai voulu savoir quels défauts en particulier, alors elle m’a expliqué : sa jambe plus courte que l’autre d’abord, qui l’oblige à mettre une talonnette dans tous ses escarpins gauches ; cette manie de toujours tenir son porte-cigarette, même quand elle ne fume pas, et le grain de beauté qu’elle appelle « de laideur » sous la clavicule. Ce que j’aime, moi, chez Ara, ce sont ses cheveux noirs d’encre, systématiquement retenus en chignon bas ; l’extrême minceur de ses chevilles ; quand elle s’asperge de parfum d’homme, « Parce que ça fait plus femme » ; ses ongles vermeil ; ses impeccables tailleurs sombres ; les mitaines en cuir avec des trous aux phalanges, pour plier les doigts plus facilement ; Ara is a parrot from Latin America and a l’intelligence de son sourire ; l’inconditionnelle mountain flower in Spain. passion pour Valéry et son Cimetière marin… There are people that live life as it goes; Ara, Ara c’est la femme mystère que l’on ne regrette never; only her passes by, not life. Ara is most pas de voir partir : elle n’est jamais plus certainly the most sensual being, but also the irrésistible que de dos. funniest I know. She’s also the one that eat the most chocolate and read the most books. I didn’t even know Colombe DESAZARS it was possible to combine those four; that is to say grace, humor, culture and cocoa. That is why men are fond of Ara and why Ara terrorizes men. I asked Ara what she preferred in Ara: «  my flaws!  » She was very proud and laughed over her answer. I wondered which flaws in particular, CLARA ET LOLA so she explained: first off, her leg shorter than the other one, which forces her to put a lift in all her left shoes; this habit of always carrying her cigarette Clara et Lola ont cinq et quatre ans. Clara, l’aînée, a des tresses holder, even when she doesn’t smoke, and the beauty spot that she calls “ugly remontées sur le haut du crâne contrairement à la cadette dont spot” under her collarbone. les boucles crépues ne sont pas domptées. Il faut dire que ma Me, what I like in Ara, is her jet-black hair, consistently wore in a low sœur n’a pas vraiment le temps de coiffer les deux filles le matin chignon; the extreme thinness of her ankles; when she spays herself avant de partir travailler. Blues est serveuse au Coffee Corner. with male fragrance “because it’s more womanly”; her ruby nails; Aujourd’hui c’est dimanche et, comme tous les dimanches, Blues her impeccable black suits; the leather mittens with holes on the vient à la maison après l’église. Blues. Une idée de notre pauvre phalanx to be able to easily bend the fingers; the cleverness mère, Dieu ait son âme. Ma sœur vit seule. Le père des fillettes les of her smile; the unconditional passion for Valéry and her a abandonnées toutes les trois après la naissance de Lola. C’était sea graveyard… un sale type. Il y en a des tas comme lui dans le Bronx et ma sœur Ara, she is the mysterious woman we never regret to s’est laissée séduire par ses manières de chef de bande. Malgré sa see going away: she is never more irresistible but situation, elle met toujours un point d’honneur à habiller les filles with her back turned to you. comme des princesses : pas un dimanche sans socquettes, robes à smocks et chaussures vernies. Son salaire y passe mais elle pense qu’ainsi elles pourront peut-être échapper à la misère, attirer l’œil d’un prince charmant en culottes courtes. La vie est dure pour les fillettes mais elles ne se plaignent pas. C’est toujours une joie de venir chez oncle Joe : l’occasion de passer des heures vautrées dans le sofa à regarder la télé, de manger du coleslaw et de rêver à une vie meilleure : mon salon donne sur le pont et, avec un peu d’imagination, on peut voir la Cinquième Avenue sur l’autre rive. Plus tard Clara voudrait être institutrice, comme Mademoiselle Houston. Lola, elle, rêve simplement d’un jardin.

Marc-Emmanuel PRIVAT


Le dyptique qui suit est l’ interprétation d’un court-métrage, La Ballade de Jean-Paul (2009) un film de Pauline Gay, étudiante à La Fémis.

Jean-Paul Aujourd’hui comme d’habitude, je n’ai le temps de rien. Les travaux de la ferme m’occupent de l’aube au coucher. Je vois quand même les copains au café. Je dis je, en fait mon chien et moi. Sylvaine, ma femme, est partie. Le café. Jean-Denis commande. Thomas raconte sa petite amie. Thomas remarque la serveuse. Jean-Denis me fait remarquer ma chemise froissée, mes cheveux mal coiffés, ma barbe hirsute. Je suis un animal. La saison ne se prête pas aux attentions. Jean-Denis remarque, voit. Moi je ne vois rien. Je n’ai rien vu. Elle était là, je ne me souviens pas. Quand l’a- je écoutée pour la dernière fois ? Jean-Denis a invité Sylvaine au café. JeanDenis a remarqué ma détresse, peut-être celle de Sylvaine. Jean-Denis est préoccupé par notre séparation. Je n’ai rien à dire à Sylvaine, enfin si, mais je ne peux pas. Jean-Denis raconte sa femme. Sylvaine écoute, Sylvaine rit. Sylvaine aimerait que les vaches soient violettes. J’ai entendu. Nouvelle journée. Je dois seller les chevaux. Je les appelle dans le pré. Ils me voient, me regardent, m’ignorent, s’éloignent au galop. Je vois. J’ai entendu, je vois, je comprends. Je peins un veau en violet. Je l’offre a Sylvaine. Elle sourit. Elle est belle. Ma teinture doit tenir, elle tiendra.

SylvainE

The following two-part text is the interpretation of short movie, La Ballade de Jean-Paul (2009) a movie by Pauline Gay, student at La Fémis.

J’ai manqué les copains hier soir. Ils devaient être sortis. Aujourd’hui, Jean-Denis m’a invitée au café. Je suis heureuse de les retrouver. JeanPaul est là. Thomas raconte sa petite amie. Je m’inquiète de la femme de JeanDenis. Elle passe des examens de shiatsu. Elle a encore échoué. Le stress me dit-il. Il a pourtant mis un dé-stressant dans le chocolat de sa femme ce matin-là. Je rêve, je pense au chocolat. Je leur dis qu’une vache violette serait gaie, rigolote. Jean-Paul ne dit rien comme à son habitude. Il a vraiment besoin d’une coupe de cheveux. Sa barbe, sa chemise, il devrait faire un peu attention. Il rigole nerveusement avec les copains. Nouvelle journée. On a frappé, j’ouvre. Je tombe nez a nez avec un veau violet. Il est magnifique, incroyable. Jean-Paul apparaît. C’est pour moi, juste pour moi. Je lui demande si la couleur tiendra. Jean-Paul Elle tiendra. Jean-Paul est beau, il n’aura jamais été aussi beau quand Today as usual I don’t je l’aurai coiffé et que j’aurai remis have time for nothing. The un peu d’ordre dans sa barbe. work at the farm keeps me busy from dawn until I go to bed. I still meet my friends at the café. I Georges DALLOS say I, in fact my dog and me. Sylvaine, my wife, is gone. The café. Jean-Denis orders. Thomas talks about his girlfriend. Thomas notices the waitress. Jean-Denis points out to me that my shirt is creased, my hair is messy my beard unkempt. I am an animal. The season is not favorable to pay attention to oneself. Jean-Denis notices, sees. Me, I don’t see anything. I didn’t see anything. She was there, I don’t remember. When was the last time I listened to her? Jean-Denis invited Sylvaine to the café. Jean-Denis perceived my distress, maybe Sylvaine’s distress. Jean-Denis is preoccupied by our separation. I don’t have anything to tell to Sylvaine, actually I do, but I can’t. Jean-Denis talks about his wife. CLARA AND LOLA Sylvaine listens, Sylvaine laughs. Sylvaine would like the cow to be purple. I heard. Clara and Lola are five and four years old. Clara, the eldest, has New day. I have to saddle the horses. I braid hair rolled up to the top of the head, unlike the younger sister call to them in the meadow. They see whose frizzy curls aren’t tamed. It has to be said that my sister me, look at me, ignore me, run away doesn’t really have the time to comb the hair of the two girls in the galloping. I see. morning before leaving for work. Blues is a waitress at the Coffee I hear, I see, I understand. Corner. Today it’s Sunday and, like every Sunday, Blues comes I paint a calf purple. I offer it to home after church. Blues. An idea from our poor late mother, God Sylvaine. She smiles. She is rests her soul. My sister lives alone. The father of the two girls beautiful. My dyeing has abandoned the three of them after the birth of Lola. He was a to hold, it will hold. pig. There are a lot of people like him in the Bronx and my sister let herself get seduced by his gang leader manners. Despite her situation she takes pride in dressing the girls like princesses: no Sunday without socks, smocked dress and polished shoes. All her salary is spent in that but she hopes that this way they may elude poverty, draw the attention of some prince charming in short pants. Life is hard for the girls but they don’t complain. It’s always a pleasure to come to uncle Joe’s : the opportunity to spend hours sprawled on the couch watching television, eating coleslaw and dreaming about a better life: my living room is facing the bridge and, with a little bit of imagination, we can see the fifth avenue on the other side. When she grows up Clara would like to be a school teacher, like Misses Houston. Lola, she simply dreams of a garden.

Sylvaine I missed the friends yesterday evening. They must have gone out. Today Jean-Denis invited me to the café. I am happy to meet them again. Jean-Paul is there. Thomas talks about his girlfriend. I ask about Jean-Denis’ wife. She is taking shiatsu exams. She failed again. The stress he tells me. And yet he put a something to de-stress in his wife’s chocolate that morning. I dream, I think about the chocolate. I tell them a purple cow would be cheerful, funny. JeanPaul is not saying a word as usual. He really needs a hair-cut. His beard, his shirt, he should care a bit more. He laughs nervously with the friends. New day. Someone knocked on the door, I open. I find myself nose-to-nose with a purple calf. It is magnificent, incredible. Jean-Paul appears. It is for me, for me alone. I ask whether the color will hold. It will hold. Jean-Paul is beautiful, he will never be as beautiful after I have combed his hair and tidied up his beard a bit.


96-97 Ateliers/Studios

3e cycle/Postgraduate degree

architecture des milieux

ARCHITECTURE OF MILIEU RELIANCES CULTURONATURELLES A PARIA, VENEZUELA

Diplome/Diploma : 3e cycle – Architecture des milieux Étudiants/Students : Gabriela Hudde Gallo et Jonás Fernández Pérez

L’arrivée prochaine d’une usine pétrogazière dans la péninsule de Paria, au Vénézuela, bouleversera inévitablement les fragiles équilibres naturels, sociaux et culturels qui la caractérisent. Cet événement à venir est l’occasion de repenser ces interactions et, par un projet mêlant les échelles, de tisser les différents milieux entre eux en proposant des synergies. La région de Paria, une presqu’île à l’Est du Venezuela, est un territoire de 350 000 Ha, doté d’une économie faible mais d’une grande diversité biologique et culturelle et d’un fort potentiel touristique. Différents écosystèmes coexistent (forêt tropicale nuageuse, forêts de palmiers, plages et mangroves) et sont protégés par deux parcs nationaux. De petites villes et des villages accueillent une population de 400 000 habitants composés principalement d’agriculteurs et de pêcheurs. Cette péninsule doit accueillir d’ici 2030 un complexe industriel gazier-pétrolier sur une zone de 6 000 Ha. Dans cette région déjà affectée par divers problèmes environnementaux et sociaux, cette industrie viendra aggraver la situation (risques de pollution et explosion démographique). En outre, l’arrivée de cette industrie va induire des déconnexions dans les interrelations fragiles sur lesquelles repose l’équilibre de Paria : entre société et société, nature et nature, nature et société. Comment anticiper cette mutation ? Afin d’y répondre, le projet envisage plusieurs scénarios : deux scénarios « 2030 » l’un avec et l’autre sans l’industrie, et un scénario 2300, envisageant l’après-pétrole. Dans tous les cas, la stratégie consiste à multiplier les points d’interrelation entre les milieux naturels et culturels, et ce afin de fournir au territoire une armature à la fois flexible et durable, résiliente. Concrètement, le projet entrelace les échelles territoriale, urbaine, et architecturale et propose des biocorridors, des réseaux de mobilité à base de gaz naturel, des interventions écotouristiques ponctuelles ouvrant sur une économie territoriale alternative, des stratégies d’expansion urbaine et de densifications raisonnées permettant de concilier vie urbaine et pratiques rurales (système d’îlots ouverts avec de l’agriculture urbaine communautaire et des micro-espaces publics). Un des principes forts du projet est de garantir l’interrelation sociale entre les habitants actuels et les futurs habitants attirés par l’industrie. La cohabitation est assurée par une typologie de logement social basé sur l’autoconstruction, les « maisons denses », combinant des techniques traditionnelles et contemporaines. Par ailleurs, des « refuges biodégradables » placés dans la nature sauvage et pensés comme des équipements mixtes, peuvent accueillir les écotouristes, les paysans et les chercheurs.


CULTURO-NATURAL RELIANCES IN PARIA, VENEZUELA The impending construction of a petroleum and gas factory in the Peninsula of Paria, in the Venezuela, will wreck havoc on the delicates natural, social and cultural equilibriums typical to this area. This coming event is the opportunity to think over these interactions and, through a project that would mix various scales, to interweave these environments between themselves while offering synergies. The region of Paria, a peninsula in the east of the Venezuela, is a territory of 860 00 acres, characterized by a weak economy but a wide biological and cultural diversity and a high touristic potential. Various ecosystems are coexisting (cloudy tropical forest, palm trees forest, beaches and mangrove swamps) and are protected by two natural parks. A population of 400 000 inhabitants mostly composed of farmers and fishermen is currently living in small towns and villages. By 2030 this peninsula will see the implantation of a petroleum and gas industrial complex on a 15 000 acres wide area. In this region that is already affected by various social and environmental problems, this industry will only worsen the situation (danger of pollution and of demographical explosion). Besides, the arrival of such industry will induce breaks in the already frail interrelations upon which rests the balance of Paria: between society and society, between nature and nature, between nature and society. How can we anticipate such mutation? In order to answer such question the present project will consider different possible scenarios: two “2030” scenarios, one with and one without the industrial plant, and one “2300” scenario, imagining the post-oil era. In whichever case, the strategy is to multiply the meeting points for interaction between the natural and cultural backgrounds so as to give the territory a flexible but also lasting frame, a resilient one. Practically speaking, the

project intertwines the territorial, urban and architectural scales and offers bio-corridors, mobility networks based on natural gas. It also offers punctual ecotouristical interventions that would reach toward an alternative territorial economy as well as strategies for urban expansion and measured densification in order to accommodate urban life with rural customs (an open complex of small islands with communitarian urban agriculture and public micro-spaces). One of the strong points of the project is to guarantee the social interaction

between the actual inhabitants and the future inhabitants attracted by the industry. Cohabitation is ensured by a typology of housings based upon auto-construction, “the dense houses”, combining traditional and contemporaneous techniques. On the other hand, “biodegradable refuges” located in the wilderness and conceived as mixed use facilities will also be able to host the eco-tourists, the farmers and researchers.


98-99 Ateliers/Studios

3e cycle/Postgraduate degree

Milan inter-milieux Diplome/Diploma : 3e cycle – Architecture des milieux Étudiante/Student : Annarita Lapenna

1

2

3

4

5

6

7

8

9


10

Des dissociations urbaines à la culture de la mise en relation Face à une dissociation forte entre milieu urbain et milieu agricole dans la métropole milanaise, le projet restaure des relations symbiotiques entre ces deux mondes par un réseau de figures reliantes ouvertes. La richesse de la pluralité du territoire milanais s’est transformée aujourd’hui en un problème de coexistence. Aux relations singulières de chaque habitant à son territoire a été substitué un cadre de vie aseptisé. La dissociation des multiples strates (culturelle, historique, sociale, naturelle…) a produit une ville fragmentée et déterritorialisée. Une des réponses politiques à cette dégradation de l’environnement a été la création du Parco agricolo Sud Milano (PASM) de 47 000 ha. Bien que le PASM vise à lier protection du territoire et fonction économique de l’agriculture – fortement enracinée dans l’histoire de cette ville-région – les milanais ne s’y sentent pas engagés.

Le PASM, patrimoine et ressource1 de la ville, peut néanmoins devenir le support d’un projet de reliance2 réactivant les synergies entre milieux. La stratégie du projet « Milan Inter-milieux » se fonde sur la transformation du territoire agricole milanais : non seulement comme production écologique des biens primaires pour le marché local, mais aussi comme production d’un paysage en tant qu’expression des habitants. Afin de régénérer la ville de Milan, le projet propose une articulation reliant trois systèmes : le système étoile de la ville centrale-compacte, le système intermédiaire des zones de densification urbaine des années 1960-70 et le système vernaculaire des villages ruraux. La transformation des éléments qui dissocient en ce qui relie, des limites en espace de cohabitation, des lieux intermédiaires en lieux interfaces, permet de reconstituer une ville inter-milieux valorisant les singularités des lieux. Cette stratégie à grande échelle engageant une pluralité d’acteurs – habitants,

élus, associations, concepteurs… – vise à mettre en œuvre des dispositifs de connexion, plus particulièrement situés sur des zones-limite où le paysage change. Le projet consiste donc à travailler la grande échelle à partir de micro-interventions qui font coexister les altérités. En ce sens, trois types ont été projetés : • le catalyseur permettant de relier le système étoile et le système vernaculaire ; • le passage mettant en synergie le système intermédiaire et le système vernaculaire ; • le nœud connectant système vernaculaire et système étoile. Le plan territorial, ainsi articulé, redécouvre la ville contemporaine comme lieu du vivre ensemble et horizon politique commun. 1 2

Alberto Magnaghi, Il progetto locale, 2000 Edgar Morin, Ethique, 2004


100-101 Ateliers/Studios

3e cycle/Postgraduate degree

11 Milan, cross-backgrounds From the urban dissociations to the culture of interconnection In view of the strong dissociation between urban and agricultural backgrounds in the Milanese metropolis, the project reinstates the symbiotic relations between those two worlds through a network of connecting open figures. The rich variety of the Milanese territory became nowadays a problem of coexistence. A sterilized environment was substituted to the singular relationships each inhabitant used to have toward the land. The disassociation of the various layers (cultural, historical, social, natural…) created a divided and deterritorialized city. One of the political answers to the deterioration of this environment was the creation of the Parco agricolo Sud Milano (PASM) on a 11 600 acres wide area. Even though the PASM aims to tie the protection of the territory and the economical function of agriculture – deeply rooted in the history of this city-region – the Milanese inhabitants do not feel compelled to do so.

12 1, 2, 3 Système étoile/Star-shaped system 4, 5, 6 Système intermédiaire/Intermediate system 7, 8, 9 Système vernaculaire/territorial project 10 Projet territorial/english 11, 12 Dispositif de connexion/Connexion system

The PASM, city heritage and resource1 for the city, can nonetheless become the support for a project of reliance2 reactivating synergies between backgrounds. The strategy of the project “Milan, Cross-backgrounds” is founded on the transformation of the agricultural Milanese territory: not only as an ecological production of primary goods for the local market, but also as the production of a landscape serving as the expression medium of the inhabitants. In order to regenerate the city of Milan, the project offers a structure connecting three systems: the star system of the city center, the intermediary system of the urban densification areas from the 60’s-70’s, and the vernacular system of the rural villages. The transformation of the elements that dissociate what ties them, that is to say the limits of the living areas and the intermediary places and the interface places, allows the creation of an interareas city that will heighten the singularity of specific places. This large scale strategy that involves a multiplicity of actors – inhabitants, elected representatives, associations, creative workers… – aims to set up a connection system that would be especially present in the limit-zones, where the landscape changes. Thus the project consists in working over the larger scale while using micro-interventions that would allow the coexistence of alternatives.

To this effect, three kinds were projected: ��� the catalyst, that allows the connection of the star system and the vernacular system; • the path, that puts into synergy the intermediary system and the vernacular system; • the node, which connects the vernacular system and the star system. The territorial plan, thus articulated, rediscovers the contemporary city as a place to live together and a common political horizon. 1 2

Alberto Magnaghi, Il progetto locale, 2000 Edgar Morin, Ethique, 2004


nuits SPÉCIALEs spéciale NIGHTS

Prix de l’été 2010 : Le trophée réalisé par Nathalie Junod-Ponsard Fidèle à la tradition, l’école a demandé à Nathalie JunodPonsard, artiste et enseignante en Art, de réaliser le trophée qui a récompensé ses Meilleurs Diplômes, son meilleur atelier et meilleur projet exposés. Summer prizes 2010: The trophy designed by Nathalie Junod-Ponsard As traditionally, the school asked Nathalie Junod-Ponsard, artist and art teacher, to create the trophy which was awarded in recognition of its Best Diplomas, best exhibited studio and best exhibited project.

Prix de l’hiver 2010 : Le trophée réalisé par Chantal Danjon « J’ai conçu des trophées gravés à l’envers sur plexiglas coulé, comme une construction de mots qui ont trait à l’architecture et commencent tous par Arc : structure et sonorité. Cela sur une métrique d’une forme poétique de l’Oulipo du nom de “boule de neige” qui consiste ici à ajouter deux lettres à chaque mot… douze lettres sur le mot Architecture qui peut se lire également seul, sur la tranche du plexi quand le triangle est posé à plat. » Winter Prizes 2010 : The trophy designed by Chantal Danjon “I designed the trophies, with an upside down engraving on Plexiglas, like a construction of words that are related to architecture and that all start with ‘Arc’: a structure and a tone. This was done on a metric of a poetical form of the Oulipo, from the name “snowball” that consists here in adding two letters to each word… twelve letters on the word Architecture which can also be read alone, on the edge of the Plexiglas when the triangle is laid on its flat side.


102-103 Prix Spéciale/Spéciale Prize

Meilleurs diplômes/Best diplomas

CIUDAD EVOLUTIVA Meilleur diplôme 2009/Best diplomas 2009 Hugo Chauwin et Cesar Silva

Le défi des zones informelles est de répondre en même temps au besoin des communautés, aux limites financières et à l’évolution du projet dans le futur. Pour ce faire, l’approche qu’Ignasi de Solà Morales a défini comme de « l’acupuncture urbaine » est intéressante. Ce concept fait référence au potentiel réparateur que peut engendrer une intervention urbaine hautement contextuelle et capable de restructurer implicitement son environnement immédiat. Phénomènes À Caracas, on peut voir comment certains comportements autrefois informels sont maintenant acceptés en tant que formels en raison de leurs efficacités. Une quantité de phénomènes liés à l’informalité sont étroitement liés à la formalité, générant une interdépendance. L’administration de la ville est en retard sur les comportements informels. Ainsi, La ville informelle a de nombreux problèmes politiques, économiques et de sécurité, mais possède cependant un dynamisme complexe et créatif. Dans ce genre de conditions urbaines, il faut comprendre ces phénomènes afin d’en extraire des pratiques qui génèrent l’architecture de la ville informelle pour développer un projet urbain. Acteurs Des acteurs sociaux économiques et culturels sont présents dans les Barrios et représentent des moteurs d’activités au sein des quartiers où la plupart des organismes officiels n’existent pas. Au niveau social les centres communautaires et les associations de voisinage organisent la vie de quartier. Les artisans et les commerçants représentent une importante partie de l’économie des Barrios. Au niveau culturel, musées, institutions et maisons de la culture organisent des expositions et d’autres activités culturelles ; tandis que des associations et des fondations agissent sur l’éducation et organisent des campagnes d’alphabétisation.

The challenge of the informal areas is to meet the needs of the communities, to remain within the financial limits and to answer the future evolution of the project, all at the same time. To that end, the approach that Ignasi de Solà Morales qualified as “urban acupuncture” is quite interesting. This concept refers to the repairing capacities generated from a highly contextual urban intervention, and that would be able to implicitly restructure its immediate environment. Phenomenon We can witness in Caracas how some behaviors that used to be informal are now accepted as formal because of their efficiency. Large amounts of phenomenon linked to informality are closely connected to formality, thus creating interdependency. The city’s administration is lagging behind the evolution of the informal behaviors. Thus, the informal city knows numerous political, economical or security problems, but on the other hand it possesses a complex and creative dynamism. In such kind of urban conditions, it is important to understand these phenomenons so as to extract practices that will generate architecture for the informal city in order to develop an urban project. Actors Social, economical and cultural actors are present in the Barrios representing the driving force within those districts where official organisms are virtually inexistent. On the social level, the community centers and the neighbors associations are organizing the life in those districts. The artisans and shopkeepers represent a large portion of the economy in the Barrios. On the cultural level, museums, institutions and cultural centers organize exhibitions and such other cultural activities while other associations and foundations work on the education and organize alphabetization campaigns.


Initiative programs & emergent activities Programmes d’impulsion & activités émergentes In the context of informal areas, the function of Dans le contexte des zones informelles, la fonction des équipements dépasse la simple notion de service public. equipments goes beyond the mere notion of public service. Ils représentent de véritables « ressources stratégiques » They represent genuine “strategic resources” for the dans la gestion des problèmes sociaux, structurent management of social problems, they structure the spatial l’organisation spatiale du lieu de vie et constituent de organization of the living areas and they constitute true issues for the local (re)development. véritables enjeux de (re)développement local. De manière à s’articuler avec les acteurs locaux, des In order to connect with the local actors, momentum équipements d’impulsion extraits d’activités pratiquées equipments derived from the activities that take place in dans les Barrios sont proposés. Ces équipements ont un the Barrios are offered. These equipments have a dynamic role allowing the involvement of the communities in a rôle dynamique, qui permet d’impliquer les communautés dans une démarche participative d’auto-construction. participative approach for auto-structuring. Thus, an unprivileged population will be able to Ainsi, une population défavorisée va pouvoir s’approprier un nouvel outil de projection locale, en recréant une appropriate a new tool for local projection, by recreating dynamique de vie dans et autour de l’intervention pour life dynamism in and around the intervention in order to generate new socio-economical flows. They will be able to générer de nouveaux flux socio-économiques. Ils pourront évoluer, muter, se transformer au niveau des pratiques et evolve, mutate and transform when it comes to practices and in relationship to the use over time. en fonction des usages dans le temps.


104-105 Prix Spéciale/Spéciale Prize

Meilleurs diplômes/Best diplomas


Biometamorphic Architecture Mention Spéciale/Spéciale mention Jonathan Alotto & Jaenes Bong Biometamorphic Architecture: Organ transplantation clinic and laboratory Project selected for the RIBA President’s Silver Medal Award. Award for the best RIBA Diploma (Royal Institute of British Architects). This annual prize rewards each year the best diplomas from architecture schools all over the world. The project is sited in Hong Kong, a city known for its world-class reputation on trading industry since the British Colonization. The architectural investigation explores the notion of trade in bio-medical transplantation. This controversial design speculates a new mode of activities and architectural model by bringing a place for private [organ] trading. Inspired by Hieronymus Bosch’s painting ‘The Garden of Earthly Delights’, the hell’s scenery abstracted the metamorphic relationship between human and nature. The final proposal is a semi-living clinic surgically established in the topographical conditions of the midlevel hill gardens and grows behind a modernistic old hospital façade. The biological design approach allows sophisticated control over the morphing of natural and artificial architectural elements, encoding hidden agendas within its volumes and circulations. Its technological green building envelope farms pharmaceutical ingredients, blending and disguising private programs, but also providing a public garden within the ecology of the hilly city.

Architecture Biométamorphique : Clinique et laboratoire de transplantation d’organes Projet sélectionné pour le RIBA President’s Silver Medal Award, Prix du Meilleur Diplôme du RIBA (Royal Institute of British Architects). Ce prix annuel récompense chaque année les meilleurs diplômes d’écoles d’architecture du monde entier. Le projet se situe à Hong Kong, une ville de renommée internationale quant à son industrie commerciale depuis la colonisation britannique. L’étude architecturale explore la notion de commerce dans la transplantation biomédicale. En proposant un lieu privé de commerce [d’organes], ce design controversé envisage de nouveaux types d’activités et de modèles architecturaux. Inspiré du tableau « Le Jardin des Délices Terrestres » de Hieronymus Bosch, la scène des enfers met en exergue la relation métamorphique entre l’homme et la nature. Le rendu final propose une clinique semi-vivante chirurgicalement implantée dans l’environnement topographique de jardins en pente et poussant derrière le modernisme d’une façade de vieil hôpital. L’approche biologique du design permet un contrôle accru des possibles transformations des éléments architecturaux naturels et artificiels, permettant ainsi d’inclure des programmes cachés de développement au sein de ses volumes et artères. L’enveloppe verte et technologique du bâtiment cultive des ingrédients pharmaceutiques, se fondant à l’environnement et camouflant ces programmes privés tout en offrant un jardin public au milieu de l’écologie de cette ville vallonnée.


106-107 Prix Spéciale/Spéciale Prize

Meilleurs diplômes/Best diplomas

LA PLAGE VAUCLAIR Mention Spéciale/Spéciale mention Christophe Demantké et Fabrice Girard Le projet pose la question du rapport de l’homme à son environnement : la nature d’une part – le topos, mais aussi l’humain – la chôra, c’est-à-dire son histoire, sa culture et ce qui fait qu’une étendue géographique devient un territoire – l’écoumène. L’architecture reflète cette relation, change l’environnement et induit en retour un changement sur l’homme. Quelle posture tenir face au patrimoine ? Comment les usages et la culture locale peuvent-ils coexister avec le développement du tourisme et les flux croissants des visiteurs ? Les ruines de l’abbaye cistercienne de Vauclair se situent au nord de Paris, sur le chemin des Dames entre Laon, Soisson et Reims. Les écrits de Paul Virilio nous donnent une clé de lecture du site et d’interprétation : c’est le rapport au lieu et au temps, à travers la notion de vitesse, qui change au cours de l’histoire et qui est perçu de manière opposée entre les cisterciens et les armées. C’est pourtant ce même lieu, de par ses caractéristiques géographiques, qui les a réunis à des époques différentes.

Pour exprimer ces antagonismes, nous utilisons deux matériaux, la terre et le verre, chacun dans des formes et mise en œuvre variées. Face au patrimoine, nous intervenons de trois manières différentes : conservation, création contemporaine et mimétique. La plage Vauclair, c’est un intervalle entre deux cultures, deux époques, deux vitesses. Un intervalle de temps à vivre.


THE VAUCLAIR BEACH The project asks about the relations between man and his environment: first off, Nature – the Topos, but also the Human – the Chôra, that is to say his history, his culture and finally what makes it that a geographical area becomes a territory – the Ecoumene. Architecture reflects such relation, changes the environment and eventually incites a change on Man. What stance should one take in front of heritage? How could customs and local cultures coexist with the development of tourism and the growing flow of visitors? The ruins of the Cistercian abbey of Vauclair are located in the north of Paris, on the Chemin des Dames, between

Laon, Soisson and Reims. The works of Paul Virilio give us a key on how to read and interpret the site: it is the relation to time and space, through the notion of speed, that changes over history and that is perceived from opposite views by the Cistercians and the armies. It is nonetheless this very place, due to its geographical characteristics, that reunited them, but at different times. In order to express these antagonisms, we chose to use two materials, soil and glass, each in various forms and uses. As for the heritage, we step in with three different approaches: preservation, contemporary creation and mimetic. The Vauclair beach, it is an interval between two cultures, two eras, two speeds. An interval of time to live in.


108-109 Prix Spéciale/Spéciale Prize

Meilleurs diplômes/Best diplomas

La verticalité des mobilités urbaines Mention Spéciale/Spéciale mention Godefroy Saint Georges


La verticalité des mobilités urbaines : se déplacer au dessus de la ville. Tout porte à croire que la ville de demain sera intensément mobile, écologiquement fragile et pauvre en pétrole ; les mobilités devront s’accorder avec ces réalités. Elles devront établir un réseau de transport massif, régulier et sécurisé, mais aussi permettre une mobilité de plus en plus individualisée. La ville de Marseille a toutes les caractéristiques pour bénéficier des avantages d’un transport par câble. Le relief est important, le centre ville est dense, plusieurs arrondissements ne bénéficient pas d’un réseau de transport en commun suffisant. L’étude urbaine permet d’établir un tracé qui vient créer un lien entre les quartiers nord isolés et le nouveau port (Projet Euro Med) en passant par un lieu vecteur de mobilité (la gare Saint Charles). Le projet urbain consiste à s’appuyer sur des polarités locales pour établir les différents arrêts du nouveau transport. Il y a cinq stations qui permettent de parcourir le tracé de 5,5 km en 22 min avec des cabines espacées de 70 mètres. Le projet architectural prend forme au niveau de la gare multimodale Saint Charles. C’est une grande structure courbe en bois qui émerge sur le flan Est de la Gare. Sa forme permet de reprendre les efforts liés à la traction du câble et assure aussi une transition de qualité entre le temps du mouvement et le temps de la halte.

The verticality of the urban mobility : to move above the city. Everything suggests that the city of tomorrow will be intensely mobile, ecologically fragile and with low amounts of oil; mobility will have to adapt to these realities. It will have to establish a network of massive transportation, regular and secured, but it will have to allow a more and more individualized mobility as well. The city or Marseille presents all the characteristics to beneficiate from the advantages of public transportation with cable. The relief is large, the city center is dense and several districts do not beneficiate from a sufficient public transportation network. The urban survey made it possible to establish a layout that creates a connection between the northern isolated districts and the new port (Euro Med Project) while going through a central mobility zone (the Saint Charles train station). The urban project consists in using the local polarities to establish the various stations of this new public transportation. There are five stations, which allow traveling this route of 5,5 km within 22 minutes with 70 meters space wide between cabins. The architectural project takes shape in the area of the multi-purpose Saint Charles Station. It is a large curved wooden structure that emerges from the east side of the station. Its shape allows the use of the strain from the traction on the cable and ensures as well a transition of high quality between movement and stop cycles.


110-111 Prix Spéciale/Spéciale Prize

Meilleurs diplômes/Best diplomas

échanges et communication Mention Spéciale/Spéciale mention Pauline Taboury

L’architecture, catalyseur d’échanges et de communication Ce projet tente de compléter l’action initiée au Kenya par l’organisation humanitaire Comfort The Children International (CTC) grâce à un travail de réflexion urbaine, sociale et architecturale. Après un travail de recherche sur les interventions dites humanitaires, il paraît évident qu’il faut apporter un projet à développement progressif, et qui serait fédérateur. Il s’agit d’allier les savoirs et habitudes locales traditionnelles aux avancées techniques. L’idée est de réintroduire le bambou, une plante locale qui se développe très bien dans cette zone et pourrait aider les gens à se rapprocher autour d’un projet commun positif. Localisé sur un terrain proche des installations actuelles de CTC, un projet de centre de partage et d’échanges est créé, permettant de lier et de développer les activités. Il s’agit d’un ensemble de bâtiments constructibles facilement et progressivement pour former un tout cohérent au bout de plusieurs années, composé de bâtiments structurellement simples reprenant les codes et habitudes locaux, mais auxquels on substitue le bambou au bois, rare et coûteux, et dont l’isolation est conçue grâce à la récupération des déchets. L’ensemble du projet est basé sur le partage, la collaboration, la valorisation des compétences individuelles et la transformation d’éléments actuellement négatifs dans le but d’améliorer la vie de tous.

Architecture, an exchange and communication catalyst This project attempts to complete the action initiated in Kenya by the humanitarian organization Comfort the Children International (CTC) through a reflexion over urban, social and architecture aspects. After a research work on the so-called humanitarian interventions, it clearly appears that what is needed is a project subject to a gradual development and that would as well work as a unifier. It is a matter of combining fields of knowledge, traditional and local habits with advanced techniques. The idea is to reintroduce bamboo, a local plant that grows very well in this area and that would incite people to gather around a common positive project. Located on a plot close to the current CTC facilities, a project for a sharing and exchange center is built, enabling the creation of bonds or the development of activities. It would be a group of buildings that can easily and gradually be constructed in order to constitute a coherent whole after a few years. Such ensemble would be made from structurally simple buildings that would use the local codes and habits, but where rare and costly wood would be replaced with bamboo, and which insulation would be derived from garbage recycling. Whole of the project is based upon sharing, collaboration, the promotion of individual skills and the transformation of usually negative elements in order to better the lives of everyone.


Prix invité d’honneur Guest of honor’s prize Prix du meilleur atelier et du meilleur projet exposé sélectionnés par Frédéric Borel, invité d’honneur Nuit SPÉCIALE été 10.

Prize for best exhibited studio and project selected by Frédéric Borel, guest of honor summer 10 SPÉCIALE Night.

PRIX DE LA MEILLEURE EXPOSITION D’ATELIER/ Price for the best studio EXHIBITION • Atelier Jean-Christophe Quinton et ses étudiants de semestre 4/ Jean-Christophe Quinton studio and his semester 4 students • Atelier OSA – Karsten Huneck & Bernd Truempler et leurs étudiants de semestres 7 et 8/OSA studio – Karsten Huneck & Bernd Truempler and their semester 7 & 8 students • Atelier Reza Azard et ses étudiants de semestre 6/Reza Azard studio and his semester 6 students

10

Invité d’honneur/Guest of honor

É SU TÉ M 10/ M ER

112-113 Prix Spéciale/Spéciale Prize


PRIX DU MEILLEUR PROJET EXPOSÉ/ Price for the best exhibited project • Ji-Eun Kim, semestre 8, Atelier Peter Cook/ Ji-Eun Kim, semester 8, studio Peter Cook


Prix SPÉCIALE SPECIALE prize

DESA/Alumni

H W IVE IN R TE 1 R 0/ 10

114-115 Prix Spéciale/Spéciale Prize

DESA / ALUMNI

Alexandra Plat (DESA 2001) Scénographie des expositions Samourai – Pluie – Patagonie, Musée du Quai Branly (Concours)/Scenography of the Samurai – Rain – Patagonia exhibitions, Musée du Quai Branly (Competition)

Anne Delaunay (DESA 1989), Un crématorium zen en terre méditerranéenne – Le Moniteur, mai 2010 (Publication)/ A Zen crematorium on Mediterranean ground – Le Moniteur, May 2010 (Publication)


Bassam El Okeily (DESA 2001) Eye Care For You, centre ophtalmologique, Maastricht (Projet réalisé)/ophtalmologic center, Maastricht (Project completed)

Bin Jiang (DESA 2008) Un habitat d’Occupation Transitoire pour Sinistré – Grand Prix d’Architecture de l’Académie des Beaux-Arts (Concours)/Transitory Occupation habitat for disaster victims – Grand Prix d’Architecture of the Académie des Beaux-Arts (Competition) Matthieu Breau (DESA 1999) (& Mery BELMONT) 35 maisons bois, Edilarge (Publication)/ 35 wooden houses – Edilarge (Publication)


116-117 Prix Spéciale/Spéciale Prize

DESA/Alumni

Olivier Brouard (DESA 2006) Réhabilitation la façade de la tour Montparnasse – Evolo 2010 Sustainable Skycrapers – (Concours)/Renovation of the Montparnasse Tower façade – Evolo 2010 Sustainable Skycrapers (Competition)

Requalification du front de Seine Paris 15e – Prix d’urbanisme Tony Garnier 2010 (Concours)/Renovation of the Seine water front in Paris 15th district – Urbanism Award Tony Garnier 2010 (Competition)


Philippe Dubuisson (DESA 1978) Halle à marée et restaurant (Projet réalisé)/ Market hall on high tide and restaurant (Project completed) Port-Vendres (66)

Tristan Brisard (DESA 2005) Nomination au prix de la première œuvre, AMC (Publication)/ Nomination to the first masterpiece Award – AMC (Publication)


118-119 Prix Spéciale/Spéciale Prize

Professeurs/Teachers

PROFESSEURS / TEACHERS

Fabienne Bulle Hôtel de police et annexe du Palais de Justice (Concours)/ Police station and annex to the Courthouse in the city of Le Havre (Competition) Le Havre (76)


Michel Garcin (& Ivan Franic) L’Échonova – scène de musiques actuelles (Projet réalisé)/scenery of modern musics (Project completed) Vannes (56)

Karsten Huneck & Bernd Truempler Ball App. – Play Object for Playground (Concours)/Play Object for Playground (Competition) Christmas Project 2010 – Installation (Projet réalisé)/Installation (Project completed) Londres


120-121 Prix Spéciale/Spéciale Prize

Professeurs/Teachers

Station Mobile – Bâtiment pour la gestion multimodale centralisée des déplacements (Projet réalisé)/Mobile Station – Building for the centralized multimodal management of the travels (Project completed) Grenoble (38)


Isabel Herault Equipement Culturel d’Anglet (Concours)/ Cultural equipment of Anglet (Competition) Anglet (64)

Françoise Quardon Installation « I Believe In Miracles » (Projet réalisé)/ Installation (Project completed) Toulouse (31)


122-123 Prix Spéciale/Spéciale Prize

Professeurs/Teachers

Nathalie Junod-Ponsard Installation « Crépuscule persistant » (Projet réalisé)/ Installation (Project completed) Paris (75) Installation « Paysage électrique » (Projet réalisé/ Installation (Project completed) Ekaterinbourg, Russie


Administratifs/Staff

Étudiants/Students

administratifS / staff

Odile Decq Musée d’Art Contemporain de la ville de Rome (Projet réalisé)/ Modern Art Museum of the city of Rome (Project completed)

ÉTUDIANTS / STUDENTS

Laurent Dubuis & Brice Maurin Extension d’une école d’architecture (Concours) 2e prix avec mention spéciale ‘’Audace’’/Extension of an Architecture School (Competition) 2nd price with the special mention “Audacity”


124-125 Prix Spéciale/Spéciale Prize

Invité d’honneur/Guest of honor

Prix invité d’honneur Guest of honor’s prize

Prix du meilleur atelier exposé Prize for the best exhibited studio

Prize for best exhibited project and best workshop exhibition to be selected by Suha Ozkan, guest of honor. Winter 10 SPÉCIALE Night.

H W IVE IN R TE 1 R 0/ 10

Prix du meilleur atelier et du meilleur projet exposé sélectionnés par Reza, invité d’honneur, Nuit SPÉCIALE Hiver 10.

• Atelier Ricardo de Ostos et ses étudiants de semestre 1 & 2, Grade 2/ Studio Ricardo de Ostos and his semester 1 & 2, Grade 2 students


PRIX DU MEILLEUR PROJET EXPOSÉ Price for the best exhibited project Meilleurs projets ex æquo : Equal best projects: • Mahriz Akhavan Zakeri et Jingzhi Chen, Grade 1 semestre 5, atelier Daniel Dendra/ Mahriz Akhavan Zakeri and Jingzhi Chen, Grade 1 semester 5, studio Daniel Dendra • Julie Dahan, Grade 1 semestre 6, atelier 3X – Alexander Brodsky/Julie Dahan, Grade 1 semester 6, studio 3X – Alexander Brodsky

Prix du BDE Prize of the Students Association • Lour Mahshi, Grade 1 semestre 1, atelier Reza Azard/Lour Mahshi, Grade 1 semester 1, studio Reza Azard



REVUE SPÉCIALE #5-6