Issuu on Google+

Mise à jour du manuel scolaire : Le design graphique au service de l’enseignement maeva suve

tome 01 recherches


Mise à jour du manuel scolaire : Le design graphique au service de l’enseignement maeva suve

tome 01 recherches


SOMMAIRE 5

A v a n t p ro p os

7

C o n t e x t e socioc u l t u rel

L ’é cole hie r Le droit à l’é ducation L a mixité L ’inté gration de l’image L ’é cole aujourd’h ui Pourquoi in nove r ? In novations te ch nologiques pour l’e n se ign e m e nt In novations politiques A ppre n dre à la maison A ppre ndre à la té lévision A ppre ndre dans les je ux vidé o A ppre ndre sur inte r n et A ppre ndre dans les livres Pourquoi appre ndre ? Comme n t appre ndre ? L a pé dagogie L ’in té rêt du n umé r ique L ’in té rêt du papie r 17

le ma n u el scolaire

H istoire du man ue l scolaire Le livre pour e nfan ts Études de cas U ne nouve l le for me du man ue l é ducatif 35 p ro b l é ma t i q u e 37 Enjeux 39 rec h erc h es

P rése n tation des axes et sous axes L ’e nviron ne me n t Re che rch es d’existan t Expé r ime n tations graph iques

Le cadre spatial Le rè gle me n t Le cadre te mpore l L a re lation Re ch e rch es d’existan t Expé r ime ntations graph iques En se ign ant/ Élève Élève / Pare n ts Élève / Élève A ppre ndre par l’expé r ie n ce Re ch e rch es d’existan t Expé r ime ntations graph iques L ’expé r ie nce se n sor ie l le A ppre ndre de ses e r re ur s Le souve nir 121 r é f é re n ces

Bibliographiques Sitographiques Filmographiques


avant propos

Le numérique co nnait une évo lutio n co nstante

que je vais réaliser un out il g ra p hiq ue p er-

depuis plusieurs années, les o rdinateurs, ta-

mettant aux enfants d’a p p rend re et d e p a r t i-

blettes, smartpho nes o nt envahis no s do mi-

c iper plus fac ilement , s ur l es d eux s up p or t s .

9

c iles. Leurs applic atio ns so nt accessibles po ur to us, y co mpris les jeunes enfants. M algrès

Avant to ut , je do is re p os it ionner l a fonct ion

cela, le manuel éduc atif prend un retard

du designer graphique.

co nsidérable par rappo rt à ces pro grès tec h-

Ce n’est pas qu’un ind ivid u q ui va él a b orer

no lo giques. C’est po urquo i il me semble im-

et embel lir une stratég ie d e com m unicat ion,

po rtant de le mettre à jo ur, et de le faire évo -

o u c réer un lo go, faire une aff iche, créer d e

luer, vo ire même de le faire co habiter avec

la typo graphie... Grâce à l ’ava ncée d u num é-

l’o util numérique. Le go uvernement à déc idé

rique, le métier de des ig ner g ra p hiq ue s ig ni-

de faire évo luer l’éco le grâce au numérique,

f ie aussi designer d’inter fa ce, ce q ui s e ré-

le c hangement est en marc he mais le numé-

sume à arc hitec te de l a navig at ion p a r l ’affect

rique n’est pas une f in en so i. E n tant que

et l’ergo no mie d’une inter fa ce g ra p hiq ue. Il

graphiste, je m’interro ge sur la co habitatio n

ne faut pas o ublier q ue l e ter m e « d es ig ner »

du numérique et du manuel papier, co mment ,

signif ie «co ncepteur» et c ’est en t a nt q ue tel

ensemble, ces deux suppo rts peuvent-ils amé-

que je vais réaliser ce p ro j et d e d ip l ôm e.

lio rer l’apprentiss age ? Peut- o n enseigner les mêmes valeurs sur éc ran et sur papier ? Co m-

Ce sera le dernier pro j et d e m es ét ud es, en

ment mémo riser simplement et eff ic acement

deuxième année de M astère St ratég ie d e Com -

? Co mment faire évo luer le manuel sco laire ?

munic atio n par l’Ima g e à l ’ écol e d e Cond é.

Il faut que le suppo rt papier partic ipe à cette

Ainsi la bo uc le sera boucl ée.

évo lutio n et c ’est dans ce pro jet de diplo me


10

11

contexte socioculturel

Gravure élaborées en 1910 représentant le futur (l’an 2000). L’école hier Dans

l’esprit

>>le droit à l’ é ducati o n génératio n,

Le dro it à l’éduc atio n a été cons a cré d a ns l a

l’éco le d’hier se résumait à une jupe plissée,

Déc laratio n universel l e d es d roit s d e l ’ hom m e

un tableau no ir, de la c raie, une grande règle

de 1 9 4 8 .

en bo is et des pupitres sur lesquels étaient

(Artic le 2 6 de la déc l a rat ion univer s el l e d es

po sés des enc riers o ù po uvaient être trem-

dro its de l’ho mme :

pées les plumes des élèves. Ils respec taient

1 . To ute perso nne a droit à l ’ éd ucat ion. L’ éd u-

leurs professeurs malgré les bo nnets d’âne,

c atio n do it être gratuite, a u m oins en ce q ui

le co in en gage de punitio n, o u les co ups de

co ncerne l’enseignement él ém ent a ire et fon-

règle en bo is sur les do igts. Vo ilà de jo lis pré-

damental. L ’enseignem ent él ém ent a ire est

jugés co nç us grâces aux éc rits de no s anc iens.

o bligato ire. L ’enseigne m ent techniq ue et p ro -

M ais le manuel qui existait à cette épo que a

fessio nnel do it être g énéra l is é ; l ’a ccès a ux

peu évo lué depuis.

études supérieures doit êt re ouver t en p l eine

Depuis,

de

la

l’éduc atio n

quelques révo lutio ns.

no uvel le

des

enfants

a

subit

égalité à to us en fo nct ion d e l eur m ér ite. 2 . L ’éduc atio n do it vis er a u p l ein ép a nouiss e ment de la perso nnalité hum a ine et a u renfor-


prône u n a ppre nti ss a g e à pa rti r du ré e l et du li bre choi x des a cti vi tés. Ce qu i éta i t u ne vé ri ta ble révolu ti on ca r l’ é du cati on i nfa nti le n’ éta i t qu ’u ne a ccu mu lati on de s avoi rs. L’ É du cati on nou ve l le s’ i nspi re d’u ne long u e tra di ti on de pé da g og u es de pu i s les hu ma ni stes de la Re na i ss a nce qu i dé jà esti ma i e nt qu e « l’e nfa nt n’est pa s u n va se qu ’on re mpli t ma i s

M a i s bi e n ava nt ce la , a u X VI è me si è cle, Come -

13

12

u n fe u qu ’on a l lu me » .

ni u s (J a n A mos Kome nsk y, phi losophe, g ra mPhoto du XIXème siècle représentant les gabilots: les apprentis mineurs.

ma i ri e n et pé da g og u e tchè qu e ) a g i t pou r l’ é du cati on i nte l le ctu e l le et ma nu e l le des e nfa nt . Pou r lu i , la réforme de l’ é du cati on est

Photo d’une classe d’école de fil les du début du XXème siècle. >>>

ce me nt d u res p e ct d es d ro its d e l’ h o m m e et

l’u ni qu e re mè de à la profonde cri se cu ltu re l le

des l i b e r tés fo n d a m e ntales . E l le d o it favo ri -

qu e trave rse l’ Eu rope à l’ é poqu e de la G u e rre

Au début du XX è m e sièc le, les jeunes f il les so nt

attendre. Dès que les enfa nt s rent rent chez

se r l a co m p ré h e n s io n , la to lé ran ce et l’am iti é

de Tre nte A ns, de plu s i l sou ha i te u ne é du -

éduquées po ur les travaux ménagers, la cui-

eux , ils o nt accès aux ord inateur s fa m il ia ux ,

ent re to u tes l es n atio n s et to u s les g ro u pes

cati on à la porté e de tou s : « tou t doi t être

sine, le ménage, apprendre à s’o ccuper d’un

vo ire perso nnels, aux t a b l ettes num ér iq ues,

ra c i a u x ou re l i g ie u x , ain s i q u e le d éve lo p pe -

e nse i g né à tou t le monde, s a ns di sti ncti on de

no urrisso n....To ut cela en vue uniquement de

aux jeux vidéo s, o u encore a ux s m a r t p hones .

m e nt d es a c t i v i tés d es N atio n s U n ies p o u r le

ri chesse, de re li g i on ou de sexe » a lors qu ’ à

les marier po ur qu’el les fo rment de «parfaites

m a i nt i e n d e l a pa ix .

l’ é poqu e les fe mmes éta i e nt tra i té es comme

ménagères». E l les apprennent la vie pratique

>>pourquoi innove r ?

3. Les p a re nt s o nt , p a r p r io r ité , le d ro it de

éta nt i nfé ri e u res, Come ni u s pla i de le u r dé -

et utilitaire. L ’ enseignement dispensé n’a au-

Le beso in d’innovatio n s e fa it ress ent ir ca r l a

c h oi s i r l e g e n re d ’ é d u catio n à d o n n e r à le u rs

fe nse e n affi rma nt qu ’e l les ont les mê mes

cun lien avec le s avo ir intel lec tuel. E n 1 8 3 3,

so c iété évo lue mais p a s s on systèm e éd uca -

enfa nt s . )

ca pa ci tés i nte l le ctu e l les qu e les hommes.

L a lo i Guizot auto rise la mixité et en 1 8 6 7,

tif. M ais c ’est à l’éco le q ue s e d ess ine l ’avenir

Vic to r Duruy auto rise la c réatio n d’éco les po ur

d’une perso nne, et po u r a id er l es f ut ur s g éné-

Ava nt ce l a , l ’é co le était d estin é e à u n e cible

>>l a mi x i té

f il les dans les co mmunes de plus de 5 0 0 habi-

ratio ns, l’éco le do it êt re a pte à s uivre l es in-

él i t i ste.

Ava nt 1870, les je u nes fi l les, aya nt pe u de

tants.

novatio ns tec hno lo giques . D e p l us, l a Fra nce prend un retard co ns id éra b l e p a r ra p p or t s à

droi ts, n’ava i e nt pa s a ccès à l’e nse i g ne me nt Au d é b u t d e 1955, le m o u ve m e nt p é d a go -

scola i re. El les ne s ava i e nt donc ni li re, ni

gi q u e d ’é d u c at io n n o u ve l le p rô n e d es id ées

é cri re, ni compte r. Ave c la na i ss a nce de la

n ovat r i ces

des

I I I è me Ré pu bli qu e, les te mps cha ng e nt : les

enfa nt s . Cé l est i n Fre in et , in stitu te u r, m et e n

d’autres pays qui o nt p r is cons cience

d e ce

l’école aujourd’hui

beso in depuis un mo m ent .

je u nes fi l les sont tou jou rs consi dé ré es comme

Aujo urd’hui, le stylo a remplacé la plume,

pl a ce u n e p é d a g o g ie favo r is a nt l’ in itiative et

i nfé ri e u res, e l les obti e nne nt ce pe nda nt des

malgré cela l’éco le n’a pas beauco up évo -

>>innovat ions te chno l o gi ques po ur l ’en s e ig ne m e nt

l a co o p é rat i on e ntre e nfants .

droi ts, e n pa rti cu li e r le droi t à la scola ri té .

lué, el le est restée la même que cel le de no s

Plusieurs innovatio ns ont d éj à été testées

L ’é d u c at i on n ou ve l le s ’ap p u ie s u r les p r i n-

Le u rs vi es vont donc être bou leve rsé es g râ ce

parents alo rs que les tec hno lo gies o nt évo -

(vidéo -pro jec teurs, tab l ea ux b l a ncs intera c-

c i p es d e l a p é da go g ie active et la co nf ia nce

à des loi s qu i peti t à peti t cha ng e nt le u r hi s-

luées à grande vitesse, malgré la révo lutio n

tif s, tablettes tac tiles, st yl et s et t a b l ettes

da n s l es ress ou rces p ro p res à ch a cu n . El le

toire.

numérique, la révo lutio n éduc ative se fait

graphiques, o rdinateur s ). Ce s ont l es m a ir ies

favo r is a nt

la

p a r ticip atio n


ou l es é co l es e l les- m ê m e q u i e n fo nt la de -

La créati on du se rvi ce A DEL (A i de a u x Devoi rs

tro uvera dans so n manuel. L a présentatio n

vo ir, de se l’appro prier, et d ’en créer d ’a ut res .

m a n d e ou q u i s e fo u r n iss e nt .

En Li g ne ) pe rmet a u x é lèves de bé néfi ci e r

n’est pas la même c ar la fo rme de cet appren-

L ’enfant do it apprendre à l ’ écol e ca r l a b a s e

d’u ne a i de à domi ci le pa r le bi a i s de l’ i nfor-

tiss age est celui du jeu.

de la vie, de so n fo nct ionnem ent , et l e fonctio nnement du mo nde y s ont ens eig nés, et

mati qu e. Ce se rvi ce a pou r bu t de sti mu le r et De plu s Vi nce nt Pe i l lon, te nte de fa i re évo -

>>appre ndre dans les livres

co nnaiss ance au f utur a d ul te. Ap p rend re l ’ his-

lu e r l’ é cole e n modi fi a nt le te mps de trava i l

Le numérique n’a pas le mo no po le de l’édu-

to ire lui permettra de s ’a p p rop r ier l e p a ss é,

des é lèves. A l lé g e r le u r e mploi du te mps e n

c atio n à la maiso n, il existe to ujo urs de no m-

de co mprendre le systèm e g éo p ol it iq ue a c-

le u r procu ra nt moi ns de va ca nces, e n su i va nt

breux livres qui deviennent de plus en plus

tuel. Les mathématiques l ui ens eig neront l a

le modè le a ng la i s, le u r se ra i t bé néfi qu e.

interac tif s grâce à la co ncurrence numérique.

lo gique. L a c réatio n vient ég a l em ent d e l a

14

co nnaiss ance. Apprendre c ’est nour r ir s on intel lec t po ur le faire évol uer, et fa ire évol uer apprendre à la maison

un refus

so n ento urage égalem ent .

du «tout numérique» >>apprendre à l a tél év i si on Avec l’avancée de la tec hno lo gie et cette vo lo nté du go uvernement de faire évo luer

l’a rt pla sti qu e (Une mi nu te a u mu sé e ), à la

l’éco le, certains parents et professeurs s’in-

Plusieurs métho des d ’a p p rent iss a g e existent

mu si qu e (Les peti ts Ei nste i n), à l’ hi stoi re (I l

dignent du «to ut» numérique. E n effet , de

po ur la lec ture :

En 2 0 0 9, X av i e r D arco s a la n cé le p ro j et « École

éta i t u ne foi s... L’ homme ) ou e ncore à la dé -

no mbreux co mmentaires en réac tio ns à des

n u m é r i q u e r u ra le » q u i ava it p o u r b u t d e co m -

cou ve rte du corps hu ma i n (I l éta i t u ne foi s...

vidéo s mettant en valeur l’o util numériques

>>la m ét hode g lobal e

bl e r l ’é c a r t e nt re les é co les d e cam p a gn e et

la vi e ).

dans les éco les, se révo ltent de vo ir le vir-

Avec cette métho de d ’a p p rent iss a g e d e l a

tuel s’inc ruster dans le mo de d’enseignement

lec ture, les mots et les p hra s es s ’a p p rennent

été s é l e c t i on n é es p o u r p ar ticip e r a u p ro j et ,

>>apprendre dans l es jeu x v i déos

de leurs enfants. Apprendre à éc rire sur du

co mme des images, ains i un m ot cor res p ond à

et ont re ç u u n é q u ip e m e nt n u m é r iq u e p o u r

Les e nfa nts pe u ve nt é g a le me nt a ppre ndre

papier avant d’utiliser la tablette leur semble

un signe (lemme).

l ’e n s e i g n e m e nt d e le u r é lèves .

g râ ce à des je u x vi dé os é du cati fs comme

primo rdial. M ais ce que ces réf rac taires aux

Le g o u ve r n e me nt actu e l est e n p le in e révo -

A di bou , A di bou d’chou , B i g B ra i n A ca de my, et

no uvel les

l u t i on é d u c at i ve. V in ce nt Pe il lo n , m in ist re

bea u cou p d’a u tres je u x qu i pe rmette nt a u x

c ’est que la tec hno lo gie se substitue co mplè-

Cette métho de d’apprent iss a g e s ’a r t icul e a u-

act u e l d e l ’é d u catio n n atio n a le, te nte de

e nfa nts d’a ppre ndre e n s’a mu s a nt su r le u r

tement à la présence de l’enseignant .

to ur de la genèse des s ons d e l a l a ng ue p a r

réfor me r l ’é co l e et s o n sy stè m e. Po u r fa ire

console.

>> i n n ovat i on s p o litiq ues

Plu si e u rs

prog ra mmes

té lévi sés

comment apprendre

rése rvés

a u x e nfa nts le u r pe rmette nt de s’ i ni ti e r à

Photo d’une classe de d’école numérique française du XXIème siècle.

l es é col es d e v il le. 6 500 é co les avaie nt alors

tec hno lo gies

c raignent

surto ut ,

>>la m ét hode syl labique

assemblage de syl labes .

ent re r l ’é co l e d a n s l’ è re n u m é r iq u e, u n s erv i ce p u b l i c d e l’e n s e ign e m e nt n u m é r iq u e et

>>apprendre su r i nternet

de l ’e n s e i g n e m e nt à d istan ce ve r ra le j ou r

De nombre u x si tes we b pe rmette nt a u pa re nts

ent re 2 0 1 3 et 2 017. L’ O b j e ctif est d e p ro lo n-

de la i sse r le u rs e nfa nt jou e r su r i nte rnet pou r

Apprendre co nsiste à « acquérir une co nnais-

ge r l es e n s e i g n e m e nts, co m m u n iq u e r ave c les

a ppre ndre l’a lpha bet , à compte r, à ca lcu le r et

s ance, retenir dans s a mémo ire ». No us avo ns

I l ex i ste p l u s i e u r s t y p es d e p é d a g o g i es ( m é -

fa m i l l es, offr i r d es ress o u rces p é d a go g iq u es

à mé mori se r fa ci le me nt des i ma g es ou des

appris récemment qu’ apprendre pro cure du

t h o d es d ’e n s e i g n e m e nt s ) . Le p è re d e l a p é d a -

au x e n s e i g n a nt s o u p e r m ettre d ’ in str u ire à

chi ffres. L’e nfa nt se ra plu s fa ci le me nt atti ré

plaisir (so us fo rme de do pamine). M ais ap -

g o g i e est Co m e n i u s, i l a c ré é e l a p é d a g o g i e

di st a n ce d es é l èves h a n d icap és .

pa r ce type d’e nse i g ne me nt qu e ce lu i qu ’ i l

prendre permet aussi de transmettre un s a-

t ra n s m i ss i ve ( o u t ra d i t i o n n e l l e ) q u i favo r i s e

pourquoi apprendre La pédagogie

15

c ’est l’éco le qui c rée l e fond em ent d e l a

de fa ci li te r le trava i l à la ma i son.


l’enseignant , mais partic ipera ac tivement à l’évo lutio n de l’enfant .

L’intérêt du numérique Aujo urd’hui le numérique est un o util indispens able à notre co nfo rt quotidien. L ’interface no us permet de simplif ier no s tâc hes administratives, de garder un lien avec autrui

17

16

co nstamment co nnec té au c lo ud, et do nc à to utes no s info rmatio ns en temps réel, et à vo lo nté. Photo d’une élève exerçant la pédagogie Montessori.

Les innovatio ns tec hno lo giques o nt évo lué de faço n expo nentiel le, et so n utilis atio n a transfo rmé notre mo de de vie.

l e s avo i r, l e m o d è l e, l ’a u to r i té , l ’effo r t , l ’ i n -

i mporta i t da ns l’e nse i g ne me nt éta i t non pa s

Les suppo rts so nt de plus en plus variés : o r-

d i v i d u a l i s m e et l a s a n c t i o n .

de compa re r les résu ltats des étu di a nts ma i s

dinateurs de bureau, o rdinateurs po rtables,

L a p é d a g o g i e n é g at i ve o u l i b e r t a i re m i s e e n

d’a i de r ce u x- ci à atte i ndre les ob je cti fs des

tablettes tac tiles, smartpho nes, liseuses... Le

ava nt p a r J ea n J a cq u es Ro u ss ea u favo r i s e l e

prog ra mmes qu ’ i ls su i va i e nt .

numérique prend le dessus sur le papier. To us

d éve l o p p e m e nt s p o nt a n é . C ’est l ’ é d u c at i o n

La pé da g og i e de la g esti on me nta le est i ssu e

les suppo rts papiers passent au numérique,

p a r l es c h o s es ( p l u tôt q u e p a r l es l i v res ) . I l

des trava u x d’ A ntoi ne de la G a ra nde ri e. Se lon

même les aff ic hes du métro.

fa u t p r i v i l é g i e r l e d éve l o p p e m e nt d es s e n s

lu i , cha qu e e nfa nt a e n lu i les moye ns de s a

Les livres numériques permettent de co ntenir

ava nt ce l u i d e l a ra i s o n .

ré u ssi te.

un no mbre il limité de do cuments po ur un mi-

Le p a p i e r s u b i t é g a l e m e nt d es i n n ovat i o n s

L a p é d a g og i e active ( Fe r r iè re 1918 et Frei -

M a i s ce l le qu i m’ i nté resse le plu s est la pé da -

nimum de place et de po ids, l’interface quand

te c h n o l o g i q u es . I l est l e f r u i t d e re c h e rc h es

n et 1 9 2 4 ) a p o u r o b j e ctif d e re n d re l’a p p re -

g og i e Montessori , cré é e e n 1907 pa r M a ri a

à el le, permet au lec teur de se repérer dans

d ’ i n g é n i e u r s, l es d es i g n e r s ve u l e nt l e fa i re

n a nt a c te u r d e s es a p p re ntiss a ges, af in q u ’ i l

Montessori . C’est u ne méthode d’ é du cati on

le livre, de prendre des notes fac ilem e nt ,

évo l u e r, m o d i f i e r s o n u t i l i s at i o n . O n vo i t d e

co n st r u i s e s es s avo ir s à trave r s d es s itu ations

di te ou ve rte, pa r ra pport a u x méthodes di tes

d e t ro u ve r u n m ot i n co n n u , d e p a r t a g e r d es

p l u s e n p l u s d e reto u r à l ’o b j et i m p r i m é à

de re c h e rc h e : « Les acq u is itio n s n e s e fo nt

fe rmé es ou tra di ti onne l les, te l le qu e l’e nse i -

l e c t u res a p p ré c i é es . . . Le n u m é r i q u e p e r m et

l ’ è re d u n u m é r i q u es, cer t a ines inter fa ce nu-

pa s comm e l ’on cro it p a r fo is, p ar l’ étu d e des

g ne me nt mu tu e l. S a pé da g og i e re pose su r

é g a l e m e nt d e c ré e r o u d e fa i re p a r t i e d ’u n

mérique so nt co mplétées p a r d es extens ions

rè g l es et d es l o is, m a is p a r l’ex p é r ie n ce » .

l’obse rvati on de l’e nfa nt qu i a mè ne l’ é du ca -

rés ea u  : e n effet , l es rés ea u x s o c i a u x s e m u l -

leur permettant de devenir p a l p a b l es .

L a p é d a g o g i e Ste in e r Wald o r f a été cré é e e n

te u r à pose r les g estes a ppropri és pou r favo -

t i p l i e nt , q u ’ i l s s o i e nt p rofess i o n n e l s, p e r s o n -

Le papier représente ég a l em ent d es va l eur s,

19 1 8 p a r Ru d o l Ste in e r. Les é co les Ste ine r

ri se r son a ppre nti ss a g e. L’e nfa nt reste li bre,

n e l s, a r t i st i q u e, ( Fa ce b o o k , Tw i tte r, D r i b b l e,

l’apprentiss age sur l’out il num ér iq ue eff raye

c h e rc h e nt à é q u ilib re r les m atiè res inte l le c-

tou t e n éta nt g u i dé , ma i s i l fa i t ses propres

P i nte rest , V i a d e o, L i n kd i n , G o o g l e + , etc . ) et

les parents c ar ils o nt p eur q ue l eur s enfa nt s

tu e l l es ave c l es m atiè res ar tistiq u es et ma -

dé cou ve rtes, et évolu e à son rythme. C’est

co n n e c te nt l es p e r s o n n es d e fa ço n v i r t u e l l e

n’apprennent plus su r un s up p or t t a ng ib l e.

n u e l l es e n s u i vant l’ évo lu tio n d e l’e nfant .

la pé da g og i e qu i me se mble être la plu s

a u to u r d ’u n m ê m e p o i nt d e ra l l i e m e nt .

Le papier est réel, p a l p a b l e, il s e g a rd e, il

L a p é d a g og i e p a r o b j e ctif s a été p e n s é e pa r

i nté ress a nte pa r ra pport à ce pro jet , bi e n

peut devenir un so uvenir. Le p a p ier p eut êt re

Ral p h Ty l e r e n 1935. Po u r s o n créate u r, ce qu i

e nte ndu , l’ou ti l é du cati f ne re mpla ce ra pa s

déco upé, co l lé, déc hi ré, chiffonné, ém ietté,

Campagne de publicité pour Evernote, une application assurant un espace de stockage dans le Cloud.

L ’ i n t é r ê t d u pa p i e r


pl i é , te i nt , p e i nt . . . La m a n ip u latio n a u to u r du p a p i e r est i nf in ie, l’o r ig a m i est d ’a il le u rs l ’ar t d e l a re p rés e ntatio n p a r le p a p ie r p li é . L a d é corat i on s ’e n in s p ire d e p lu s e n p lu s . Le pa p i e r s e t ra n sfo r m e, et s a s ign if icatio n évo l u e, s on u t i l i s at io n p r in cip ale n’est p lu s d ’ être un s u p p or t p ou r l’ é cr itu re. Les e nfa nt s, s ’i l s n e co n n aiss e nt p as la m a ni pu l at i o n d u p a p i e r p o u r raie nt p ass e r à côté de

18

ce r t a i n es va l e u r s . E n effet e n m an ip u lant u n ob j et , l ’e nfa nt ex p é r im e nte d es a ctio n s a lo rs qu ’ave c l e n u mé r iq u e, il n e m a n ip u le q u e du v i d e, d e l ’i m m até r ie l. La p rés e n ce d u p ap ie r est d o n c i mp o r ta nte p o u r l’ évo lu tio n d e l’e nfa nt .

Tablette en papier électronique «Papertab» d’Intel. Ces ordinateurs en papier souple ressemblent et se présentent comme une simple feuil le de papier, cependant , cette feuil le est totalement interactive, f lexible et avec une haute résolution.


le manuel scolaire Histoire du manuel

Ce n’est do nc qu’à pa r t ir d u p rem ier t ier s d u

scolaire

XIX è m e sièc le que la dim ens ion p éd a g og iq ue d u manuel est mise en va l eur, p uis ver s l a f in

Le premier manuel sco laire a été édité en

du XIX è m e sièc le, grâce a ux d ifférentes d éci-

1 4 7 0 . Il s’agit d’un recueil en latin, imprimé à

sio ns de Jules Ferry en m at ière d ’ éd ucat ion et

Paris et po rtant le no m de Lettres de Gasparin

à un déc ret de janvie r 1 8 9 0 q ui im p os e a ux

de Pergame. Cependant il n’est pas reco nnu

instituteurs de reco urir à d es l ivres p our l eur

par to us co mme étant un manuel sco laire.

enseignement .

miers o uvrages à po uvo ir s’appeler «manuels

C’est dans les années 1 9 5 0 q u’a p p a ra ît une

sco laires» so nt ceux qui co mpo rtent des indi-

no uvel le génératio n de m a nuel s af in d e cor-

c atio ns pédago giques : même co mmenté et

respo ndre à l’évo luti on d es m ét hod es d ’a p -

utilisé en c lasse, un recueil de textes ne se -

prentiss age   : les aute ur s contem p ora ins s ont

rait do nc pas un manuel, tandis que ce recueil

favo risés par rappo rt a ux cl a ss iq ues et l e

acco mpagné d’exerc ices, d’indic atio ns de lec-

co urs magistral est rem p l a cé p rog ress ivem ent

ture et d’autres co nsignes pédago giques relè-

par des ac tivités inc it a nt l ’exp ress ion ora l e

verait de la c atégo rie des manuels. Ce po int

des élèves.

de vue a également été défendu par des c her-

Les années 1 9 7 0 (et l ’ inf l uence non nég l i-

c heurs co mme E ric Bruil lard (professeur des

geable de mai 1 9 6 8 ) s ont l ’une d es p ér iod es

universités) et Pierre Mœglin (c herc heur en

pivot po ur l’enseignem ent et l es m a nuel s s co -

industries culturel les, industries éduc atives

laires : ces derniers qu i ét a ient j us q u’ à m a in-

et industries c réatives), qui reprennent expli-

tenant hiérarc hisés en cha p it res t rès « f ig és »

c itement la déf initio n de Cho ppin. Ce po int

ado ptent alo rs une str uct ure écl atée et a érée

de vue co nduit à faire remo nter le manuel

o ù la signalétique, la t yp og ra p hie et l a m is e

sco laire à 1 7 9 2, lo rsque les Révo lutio nnaires

en page po ssède leur p rop re s ig nif icat ion. D é-

en envis agent l’éditio n f inancée par la Natio n

so rmais, les manuels s col a ires ne s e p rêtent

et 1 8 3 3 lo rsque le ministère Guizot passe des

do nc plus à une lec ture en cont inu.

co mmandes massives à des éditeurs tels que

Les manuels sco laires s ont m a intena nt il l us-

Hac hette.

trés et co nç us de façon à êt re att ra ct if s et

Il n’y aura de to utes faço ns, à partir de 1 4 7 0

co mplets. Généralem ent org a nis és en cha -

(et jusqu’au XVIII è m e sièc le) que de rares o u-

pitres, ils peuvent co ntenir, en p l us d es d ocu-

vrages destinés à l’éduc atio n des enfants à

ments nécess aires pour a p p uyer l e cour s d u

être publiés. L ’o rigine religieuse du manuel

professeur, des exerc ices d e com p réhens ion

sco laire lui co nféra, pendant plusieurs di-

et/o u de rec herc hes, s el on l es m at ières a b or-

zaines d’années, une fo nc tio n d’enseignement

dées.

de valeurs mo rales. L a plupart des éco les

Ils co uvrent les mati ères g énéra l es et cer-

étaient alo rs co nfessio nnel les et l’enseigne -

taines matières spéc ial is ées .

ment était surto ut pratiqué par des religieux .

Ac hetés par l’élève o u p rêtés p a r s on ét a b l is-

21

20

Alain Cho ppin (histo rien) so utient que les pre -


de prendre de l’élan po ur avancer dans le ma-

pui, co mplément du l a ng a g e ver b a l , ora l ou

nuel sco laire.

éc rit . L ’image peut exp l iq uer (s chém a , cro -

Couverture d’un manuel scolaire actuel.

Me naces :

argumentatio n en fave ur d ’une cr it iq ue (ca r i-

- les pro grès tec hno lo giques permettent à

c ature o u dessin de p ress e), d ’une m is e en

d’autres o utils éduc atif s de faire leur appa-

garde (po ur signaler un d a ng er ).

ritio n (applic atio n sur smartpho nes, tablettes

- une fo nc tio n narrative : s eul e d éj à l ’ im a g e

et o rdinateurs perso nnels, présence de l’in-

peut raco nter une histoire, à t raver s l es p er-

fo rmatique dans les c lasses et à do mic ile)

so nnages mis en scène, l e d écor, l ’ ind icat ion

- o n co nstate une gamif ic atio n impo rtante de

du mo uvement .... etc . , m a is c ’est s ur tout l a

to ut . Déso rmais l’apprentiss age ludique est

successio nd’images qui p eut p er m ett re d e

favo risé, l’intérac tio n est indispens able dans

raco nter des histo ires (c ’est l e p r incip e m êm e

les o utils éduc atif s d’aujo urd’hui.

des «histo ires s ans pa rol es » , m a is a uss i d es bandes dessinées, des f il m s . . ); - une fo nc tio n esthét iq ue : c ’est cel l e q ue

se me nt s col a i re, ils re m p liss e nt les s acs des

mê me fa çon.

éco l i e r s, n ot a m m e nt au co l lè ge, o ù d e n o m -

- le choi x du ma nu e l scola i re se fa i t pa r les

bre u s es p e r s o n n es ( e n s e ign a nts, p a re nts et

e nse i g na nts e u x-mê mes.

él èves, m é d e c i n s ) les d é cr ie nt à ca u s e d e leu r

l’intégration de l’image

rec herc he le plus so u vent l ’a r t iste, q u’ il s oit peintre o u photo graphe, q ua nd il veut exp r i-

L ’image f ut intro duite dans les manuels édu-

mer et/o u faire parta g er ce q u’ il p ens e ou

c atif s au XVI è m e sièc le grâce Co menius.

ressent , que la c ho se m ont rée s oit b el l e,

po i d s co n s i d é ré co m m e excess if, car p es a nt

Fai bl esses :

L ’utilis atio n de l’image est l’aspec t le plus an-

triste, laide, étrange ou fa m il ière. M a is l a

su r l e d o s d es é co lie r s .

- des mi ses à jou rs doi ve nt être effe ctu é es

c ien et le plus co nnu du rappo rt entre l’éco le

fo nc tio n esthétique pe ut inter venir d a ns b ien

cha qu e a nné e e n foncti on des cha ng e me nts

et l’icô ne. L ’enseignement de la géo graphie,

d’autres c as : l’ image p éd a g og iq ue, l ’ im a g e

de prog ra mmes, et comme le format est i m-

de l’histo ire, des sc iences mais aussi celui des

public itaire…

le manuel scolaire

pri mé , d’u ne a nné e su r l’a u tre, le ma nu e l de -

langues vivantes.

selon la méthode swot

vi e nt obsolète.

U ne des faço ns d’abo rder la questio n de

-

une

fo nc tio n

sym b ol iq ue

:

b ea ucoup

- fa ce a u nu mé ri qu e, le ma nu e l scola i re n’a

l’image est de repérer les fo nc tio ns qu’el le

d’images, par les asso ciat ions d ’ id ées q u’el l es

Fo rces :

pa s évolu é a u ssi ra pi de me nt .

peut remplir :

permettent et aussi p a r l a t ra d it ion q ui en a

- l a co m b i n a i s o n d e le ço n s et d ’exe rcices qu i

- le poi ds des ma nu e ls est é g a le me nt u n fre i n

- une fo nc tio n d’info rmatio n : «  l’image peut

f ixé la signif ic atio n, ont une va l eur sym b o -

pe r met à l ’e nfa nt d ’a p p liq u e r ce q u ’ il a p p re nd

à son u ti li s ati on. La mu lti pli cati on des ma -

renseigner sur une réalité, aspec t , fo rme,

lique (image mentale) ; el l es s ont a ss ociées

dès q u ’i l tou r n e la p ag e

ti è res e ntra i ne ce l le des li vres da ns les s a cs

co uleur, événement , quand o n manque d’o b -

auto matiquement (du m oins ent re ceux q ui

- l ’o rg a n i s at i on d u m an u e l p a r ch ap itre, qu i

et donc du poi ds porté plu si e u rs foi s, cha qu e

jet » dis ait Co ménius;

partagent la même cul t ure, c ’est à d ire l es

pe r met d e n av i gu e r g râce au s o m m a ire d ’u ne

jou r pa s les e nfa nts.

- une fo nc tio n d’il lustratio n est so uvent une

mêmes références) à u ne id ée, un s ent im ent ,

fo nc tio n attribuée à l’image, notamment par

une réalité plus o u m oins a b st ra ite et p l us

l e çon à u n e a u tre, p ar o rd re d e d iff icu lté ou c h ro n o l og i q u e, d é p e n d a nt d e la m atiè re s co -

Opportu ni tés :

rappo rt au texte éc rit o u au co mmentaire dans

o u mo ins universel le: Pa r exem p l e : d a ns l e

l a i re.

- le ma nu e l scola i re pe u t évolu e r g râ ce a u x

le c as du c inéma et de la télévisio n;

mo nde, la co lo mbe sym b ol e d e p a ix .

- l e ma n u e l s co la ire reste l’o u til le p lu s u ti -

ava ncé es te chnolog i qu es

l i s é . L ’h é r i t a g e q u ’ il re p rés e nte est le lie n des

-la volonté de la pa rt du g ou ve rne me nt de

- une fo nc tio n explic ative o u argumentative :

so nt aussi vieil les qu e l a réf l exion p éd a g o -

pa re nt s et d es e nfa nts q u i o nt a p p r is d e la

fa i re évolu e r le systè me é du cati f est u n moye n

l’image n’a pas seulement une fo nc tio n d’ap -

gique.

Les relatio ns entre la p éd a g og ie et l ’ im a g e

23

22

quis, diagramme...) m a is a uss i a p p or ter une


L ’émergence à la f in d es a nnées 1 9 7 0 d e l a

XIXe sièc le, à l’enfant qui ne s ait pas lire. Les

notio n de «bébé-lec teur » avec René D iat kine

enfants étant par déf initio n des êtres en de -

et la psyc ho lo gie de l a p et ite enfa nce ouvre

venir, en co ntinuel le transfo rmatio n, les édi-

aux auteurs et édite ur s d es hor izons nou-

teurs vo nt très tôt déc liner leurs co l lec tio ns,

veaux en inventant le l ivre d est iné à l ’enfa nt

o u «bibliothèques», selo n les différents âges

âgé de tro is mo is ! Vient ens uite l ’a p p rent is-

– et parfo is selo n la distinc tio n f il le / garço n.

s age de la lec ture. D evenu l ecteur d éb ut a nt

Le livre va devenir le co mpagno n privilégié

et

de l’enfance, des berceuses qui endo rment le

so n pro pre c heminement p a r m i l es l ivres q ui

no urrisso n jusqu’aux histo ires que, to ut petit ,

lui so nt pro po sés o ù texte et im a g e s ’ inter-

l’enfant aime éco uter, s ans o ublier les c han-

pel lent , se co mplètent ou s ’ ig norent , fa is a nt

so ns qu’il prend plaisir à f redo nner. L ’éditeur

de l’al bum po ur enfa nt s un l ieu d e créat ion

va prendre en co mpte également so n plaisir

littéraire et artistique.

à dessiner, à co lo rier, à se s aisir d’un al bum en c arto n fo rt o u en tissu et à regarder des images. Dès qu’il s ait lire, de no uveaux univers à explo rer vo nt s’off rir à lui : les livres de ses parents, certes, mais aussi des recueils de «leço ns de c ho ses», des réc its d’aventures, des histo ires de «c lubs» o u de «c lans», etc . Textes et images so nt so uvent indisso c iables, si bien qu’étudier l’histo ire du livre po ur enfants suppo se d’envis ager à la fo is cel le de Couverture du livre pour enfants «Bébé s ait lire : suite au grand alphabet-al bum «Bébé s aura bientôt lire», courtes historiettes enfantines... / Mme Doudet» - 1876

ses auteurs et cel le de ses il lustrateurs. Lo ngtemps les enfants o nt appris à lire dans les livres de prière de leur mère et o nt eu

Pl aton d é j à , s e p o s a it le p ro b lè m e : p ou r

les e nfa nts à deve ni r des le cte u rs ave rti s, e n

po ur premières lec tures des livres sélec tio n-

l u i , l ’i ma g e n’est q u ’u n e fo r m e im p ar fa ite de

prati qu a nt u ne pé da g og i e de et pa r l’ i ma g e.

nés dans la bibliothèque des adultes. S euls

l ’i d é e ; o n n e pe u t s ’e n s e r v ir q u e p o u r des

les jeunes no bles dispo s aient de livres à leur

en s e i g n e me nt s d e ty p e s u b alte r n e.

us age depuis le Moyen Âge.

L ’u t i l i s at i on s co laire d e l’ im ag e n e d o it d o nc

le livre pour enfants

pa s êt re s e u l e m e nt u n m oye n d e tra n s m ettre

À la f in du XIXe sièc le les éditeurs lancent

des con n a i ss a n ces et d e fo r m e r le g o û t ;

« Li vre pou r e nfa nts» , « li vre de je u nesse » ,

les premiers o uvrages po ur les petits âgés

el l e d oi t e n o u tre a id e r l’e nfant à m aîtr ise r

« li vre pou r l’e nfa nce et la je u nesse » , tou s

de deux à six ans : c hanso ns mises en al bum

ce m oye n d ’exp ress io n , à avo ir u n e attitu de

ces voca bles su g g è re nt u n li vre desti né pa r

par Hetzel, livres à systèmes, imagiers indé-

act i ve et c r i t i q u e face à s o n p o u vo ir d e fas-

s a forme et son conte nu à l’e nfa nce : à l’e n-

c hirables sur to ile, al bums du Père Casto r, et

c i n at i on et / o u d e p e r s u a s io n . I l fa u t am e ne r

fa nt le cte u r ce rtes, à l’e nfa nt a ppre nti le c-

al bums tac tiles.

presque

auto no m e,

l ’enfa nt

com m ence

25

24

teur aussi, et même, dès le dernier quart du


étude de cas d’un manuel scolaire d’histoire géographie d e c o ll è g e E n o uvrant le manuel (5 ème, pro gramme 2 0 1 0 d’Histo ire - Géo graphie des éditio ns Belin), une f rise c hro no lo gique apparait au verso de la première de co uverture, c lassée en 6 partie : la première partie est une f rac tio n de l’histo ire al lant de l’antiquité à notre épo que, en pass ant par le moyen âge po sés so nt le Royaume de France, l’E uro pe, le mo nde musulman/l’Af rique, l’Église et les Arts

27

26

et l’épo que mo derne. Puis les 5 thèmes pro -


29

28 Pu i s u n e d o u b l e p a ge est co n s a cré e au x « cl és du ma n u e l » ex p liq u a nt co m m e nt s e re pé re r d a n s l e ma nu e l et e nf in le s o m m aire et l a t a b l e d es c a r tes . La p a ge s u iva nt ce l le - ci do n n e l es i nfo r m atio n s d e la co u ve r tu re, et m et e n ava nt l es b é n éf ices d e la fab r icati on éco l og i q u e d u m an u e l.


31

30 L a p re m i è re p a g e d ’u n d o ss ie r co m p o r te son n u mé ro, u n t i t re, u n e p h oto ave c s a lé g e n de,

Dans le do ssier même o n peut tro uver des

un e fr i s e c h ro n o lo gie et u n p lan d e la ré g i on

gravures, peintures, c artes, sc hémas, des-

ou d u p ay s d e l ’ é p o q u e.

sins, f rises c hro no lo giques af in d’il lustrer les info rmatio ns. À c haque do cument co rrespo nd une questio n af in de vérif ier si ils o nt bien été co mpris et analysés. U n blo c avec le vo c abulaire inco nnu apparaît également sur la do uble page et un blo c «zo o m» qui do nne des co nseils sur la faço n de rédiger, ic i «po ur raco nter et expliquer une co nquête».


Points posit ifs

P oints négat i f s

- U n po int est effec tué au début de l’o uvrage

- Graphiquement , le m a nuel m a nq ue d e d y-

sur la fabric atio n du manuel en E uro pe avec

namisme, les pages ne l a iss ent p a s a ss ez res-

du bo is provenant de fo rêts gérées durable -

pirer la c irculatio n de l ’ œ il d a ns l a p a g e.

ment grâce à la replantatio n, et le papier est blanc hi s ans c hlo re. Il est également préc isé

- Au mo ins 5 typo gra p hies d ifférentes s ont

que lo rsque les délais le permettent , le pa-

utilisées sur une simpl e d oub l e p a g e d e d os-

pier est transpo rté par vo ie f luviale o u fer-

sier.

végétales (to urneso l, co lza, lin, so ja) el les

- Tro p de blo c s appara iss ent s ur une m êm e

o nt do nc beso in de mo ins d’énergie et so nt

do uble page, do nc trop d ’ infor m at ions p er-

plus fac ilement bio dégradables.

turbent la lec ture alor s q ue p our s e concen-

Ce manuel est imprimé en France pzr des

trer un texte devrait êt re p a r t iel l em ent is ol é.

imprimeurs label lisés Imprim’Verts o u IS O 14001.

- On peut remarquer un a b us d ’om b res p ortées et de dégradés sur l a tot a l ité d u m a nuel .

- L a présence d’une f rise et d’une c arte dans la présentatio n des do ssiers permet à l’élève

- Af in de passer d’un cha p it re à l ’a ut re, il est

de bien se situer dans le temps et géo graphi-

necess aire de repasse r p a r l e s om m a ire.

quement . - U n lexique dans c haque do ssier permet de Les exe rc i ces p ro p o s e nt p lu s ie u r s d o cu m e nts

co mprendre les mots inco nnus.

qu ’i l fa u t a n a l y s e r et ex p liq u e r. U n e sy nth èse do i t êt re fa i te à ch a q u e d o ss ie r p o u r q u e

- Des questio ns so nt po sées à la f in d’un

l ’é l ève ret i e n n e a u f u r et à m es u re ce q u ’ il a

do ssier af in de vo ir si l’élève a bien retenu

l u p ré cé d e mm e nt et ce là lu i p e r m et d e p e r-

ce qu’il a pu lire précédemment; et un mini

fe c t i o n n e r l a m éth o d e d ’ap p re ntiss ag e et de

questio nnaire apparait sur c haque do uble

sy nt h ès e.

page po ur retenir les info rmatio ns princ ipales au f ur et à mesure de l’étude du do ssier. - Beauco up de photo graphies, de peintures et de sc hémas il lustrent c haque do ssier.

33

32

roviaire. Les enc res d’impressio n so nt 1 0 0 %


u n e n o u v e ll e f o r m e de manuel éducatif Plusieurs maiso ns d’éditio ns tel les que Ha-

Des tablettes o nt été réa l is ées p our l es en-

c hette, Nathan (...) se so nt lancées dans des

fants de mo ins de 4 an s . B a ig nés d a ns une g é-

manuels éduc atif s numériques, mal heureuse -

nératio n High Tec h, les enfa nt s eux a uss i ont

ment , la versio n numérique emprunte to ujo urs

maintenant le dro it à l eur s p rop res t a b l ettes .

l’image du livre tangible, et il faudrait mettre

Plus fac iles d’utilis atio n et a d a ptées à l eur s

Ces versio ns de manuels so nt c apables de to ur-

35

34

a jo ur leur interface.

ner les pages, et de les marquer... mal heureusement la plupart d’entre eux ne peuvent pas faire plus c ar il s’agit plus d’une versio n d’un livre numérisé que numérique. Il n’y a pas d’intérac tio n, par de liens ramenant à une info rmatio n o u à un autre c hapitre. D’autres livre sco laires numériques permettent d’avo ir plus d’o ptio ns que to urner et marques des page. On peut aussi vo ir des public atio ns asso c iées (les autres livres de la co l lec tio n), d’effec tuer une rec herc he par mot , éco uter des mots, mettre la page en plein éc ran o u enco re imprimer. Il existe également des co urs en lignes mis à jo ur par différents professeurs : c ’est le e -learning , en rappo rt avec l’o pen so urce (c haque professeur peut mo dif ier du co ntenu) L ’avantage est que la mise à jo ur est co nstante. Beauco up de sites internet d’enseignements so nt mis en place po ur aider les élèves à se mettre à jo ur o u simplement po ur partager o u réviser des co urs. M ais ces interfaces ne répo ndent pas aux pro blème du po ids du c artable s’il faut ramener so n o rdinateur, et si il est prété par l’éco le, to ut le mo nde ne po ssède pas un o rdinateur c hez so i po ur faire les devo irs.

Exemple de livre numérique à lire sur internet - Éditions Nathan


âg es, l es e nfa nts raffo le nt d es a p p licatio ns

pou rra i e nt a ccompa g ne r ce su pport 100% nu -

qu i l e u r s s ont a d a pté es . À l’ â ge o ù la cu ri o -

mé ri qu e. De plu s, u n des i nconvé ni e nts des

si té g ra n d i t e n p e r m a n e n ce et o ù l’o n ve u t

a ppli cati ons é du cati ves, c ’est qu ’e l les ne sont

tou j ou r s fa i re co m m e les gran d s, les tab lettes

pa s rése rvé es à l’ é cole, a i nsi les je u x pe u ve nt

so nt l u d i q u es et p ro p o s e nt u n e u tilis ati on

être u ne di stra cti on très te nta nte chez l’ étu -

en to u te s é cu r i té ( co ntrô le p are nta l, fo r mat ,

di a nt .

à l ’é co l e, u n e d e m ie h e u re p ar s e m a in e, e n

Les sma rtphones pe rmette nt d’a ccu e i l li r

alte r n a n ce ave c les m an u e ls p a p ie r s . I l e n

des a ppli cati ons é du cati ves. A i nsi e nfa nts et

ex i ste p ou r tou tes les tra n ch es d ’ â ge, e n fo nc-

a du ltes pe u ve nt a ppre ndre ou se pe rfe cti on-

ti o n d es c a p a c i tés et d es b es o in s d e ch acu n.

ne r g râ ce à cet ou ti l. Les a ppli cati ons sont

Ré ce mm e nt , l e s ite le liv res co la ire. f r a créé e

é g a le me nt a ccessi bles pa r tra nche d’ â g e, et

un e a p p l i c at i on p o u r ta b lette, p e r m ettant à

s avoi r li re n’est pa s i ndi spe ns a ble à ce rta i nes

c h a q u e é l ève d’avo ir les co u r s et exe rcices à

d’e ntre e l les. L’a i de d’u n a du lte est né cess a i re

po r té e d e m a i n . Ces a p p licatio n s b é n éf icie nt

a u la nce me nt de l’a ppli cati on, pu i s l’e nfa nt

des ava nt a g es liés a u n u m é r iq u es m a is ne

aya nt a ppri s comme nt y a ccé de r, pe u t e nsu i te

prop os e nt p a s d ’avo ir d e s u p p o r t p ap ie r qu i

s’e n se rvi r se u l.

37

36

so l i d i té …) . Ce r ta in es tab lettes s o nt u tilis é es

B ea u cou p d’a ppli cati ons dé di é es a u x

e nfa nts ont u n bu t é du cati f e n plu s d’ être lu di qu e. Les e nfa nts sont atti rés pa r ces je u x ca r i ls i mi te nt le u rs pa re nts. C’est pou r e u x u n moye n d’a ppre ndre à fa i re comme e u x , i ls ont

Le site lelivrescolaire.fr permet d’avoir accès à tous les cours fais ant partie du programme de l’éducation nationale.

é g a le me nt le droi t d’u ti li se r ce type de pro M algré to utes ces pro po sitio ns, la pré-

du i t . Les si tes e -lea rni ng pe rmette nt é g a le -

sence du papier reste nécess aire. U n artic le

distante ».

paru sur le site Megamag.f r no us alarme sur

Le papier reste le sym b ol e d u m atér iel fa ce a u

nu mé ri qu e,

le fait que 4 5 États améric ains vo nt rendre

numérique, un o util t a ng ib l e est nécess a ire

ce pe nda nt l’u s a g e d’u n ordi nate u r ou d’u ne

l’apprentiss age de l’éc riture manusc rite o p -

po ur que l’enfant so it éq uil ib ré. Il ne p eut p a s

ta blette conne cté e à i nte rnet est ne céss a i re.

tio nnel le à l’éco le. Ce qui susc ite quelques

rester en marge des a ut res en l e p r iva nt d e

I l ex i ste de nombre u x si te i nte rnet pe rmetta nt

réac tio ns co mme cel le de Jacques Gil bert ,

la tec hno lo gie, mais il d oit g a rd er un s up p or t

d’a ppre ndre e n li g ne. M a i s le ra pport e ntre

maître de co nférence en littérature à l’univer-

papier po ur appuyer son a p p rent iss a g e g râ ce

l’ homme et la ma chi ne reste très froi d. Les

sité de Nantes, interro gé par Le Po int  : « Dans

au suppo rt matériel.

i nte rfa ces sont très si mple, i l su ffi t de sé le c-

l’éc riture manuel le, le co rps s’exprime, o n

ti onne r u ne a nné e, u ne mati è re, pu i s u n cha -

vo it si le sc ripteur était en co lère, heureux ,

pi tre. M a i s ma lg ré le fa i t qu e ces si tes soi e nt

pressé. Le lec teur peut imaginer la perso nne

très u ti les.

et reco nnaître dans s a graphie manusc rite

me nt

Campagne de publicité pour l’application réalisées par lelivrescolaire.fr

duite. L ’éc riture sur écra n renvoie une im a g e

d’a ppre ndre

ave c

l’ou ti l

dans quel co ntexte émotio nnel el le a été pro -


problématique

Co menius, Rabelais et Mo ntaigne l’o nt co m-

- Com m e nt dynam is er l e ma n uel éduc ati f ?

pris avant no us, l’enfant a beso in de partic iper lo rs de so n éduc atio n. L ’ac tio n est indispens able dans so n intégratio n de l’info rmatio n. E t l’avancée du numérique favo rise l’apprentiss age de l’enfant par le biais de l’interactio n. no us par rappo rt à ces innovatio ns, notamment le pro blème de l’adaptatio n, le ref us du to ut numérique, et la préc arité du manuel sco laire ac tuel. Il existe déjà des manuels sco laires numériques, mais leurs fo nc tio nnalités ne so nt pas po ussées, et leur seul avantage est le po ids dans le c artable. L ’interface a beauco up de fo nc tio nnalités à pro po ser, mal heureusement , el les n’apparaissent pas enco re dans le manuel sco laire interac tif.

39

38

M ais Certaines pro blématiques se po sent à


enjeu

E n fo nc tio n de la pro blÊmatique et de mo n c ahier des c harges, l’en jeu princ ipal de mo n pro jet est de dynam is e r le m anue l s colaire

41

40

afin d e l e rend re p l us interactif.


recherches

l’environnement

l e g uid e et maître d e l’en fa n t afin de lu i in cu lq uer l a co nnaiss ance de soi et du mon de qu i

L’enviro nnement est l ’ensemb l e d es él éments

l ’ento ure. Et au sein d e l’école l’en fa n t va lier

q ui ento urent un ind ivid u. D ans l e cad re d e

d es l iens avec d ’autres élèves c ’est la relation s

l ’enfance, p l usieurs champ s l ’ento urent : le

é lève / é lève .

l ieux vis ant à éd uq uer tel s q ue l es musées, et

ens eig na nt/élève - é l�� ve / pare n ts -

autres so rties cul turel l es; mais c ’est aussi le

él ève/élève

rè g le m e nt , q ui va cad rer l ’enfant p o ur l ui ap p rend re d es val eurs, l es notio ns d e b ien et d e mal , et to ut ce q ui est d u d o maine d e l ’ap p ren-

a pp r e n d r e p a r

tiss ag e sco l aire en fo nctio n d es p ro g rammes, à

l’expérience

resp ecter to ut au l o ng d es années d e l ’enfance et d e l ’ad o l escence afni d e val id er un s avo ir

Sel o n certain sp écial istes, l’a ppren tiss a ge pa r

et une métho d e p éd ag o g iq ue ad aptée en fo nc-

l ’exp érience d o it être favorisée c a r el le permet

tio n d e so n âg e, ce sera le cadre te m pore l,

une meil l eur mémo ris ation . L ’a ppren tiss a ge pa r

d éfini en fo nctio n d es années d es d ifférentes

l ’exp érience co mmence dès le plu s jeu n e â ge,

sectio ns (maternel l e, p rimaire, co l l èg e, l ycée)

p ar l ’expé rie nce s e nso r i el l e afin de recon -

mais aussi d es p ério d es d e co urs, d ’intercl asses

naître au to ucher l e mon de qu i l’en tou re pa r le

et d e vacances sco l aires.

g o ût , l e b ruit , l e to ucher, et l’odeu r. A ppren dre de s es e rre urs fait é ga lemen t pa rti de l‘a p -

l e ca d re s patial - le réglement -

p rentiss ag e p ar l ’exp ér ien ce, pa r exemple pou r

l e ca d re tempore l

l a d o ul eur q ue l ’o n p eu t su bir lors d’u n e brû lu re en mettant l a main su r u n ob jet très c h a u d, il va d e so i q u’ap rès avo i r vécu cette ex périen ce,

la relation

il faut g ard er en mémo ire qu e cette a c tion peu t être néfaste. Le fait d ’a méliorer u n e a c tion c a r

C’est auto ur et g râce à d ’autres p erso nnes q ue

cel l e - ci n’était p as b énéfiqu e est u n résu ltat de

l ’enfant va ap p rend re à vivre ind ivid uel l ement

l ’ap p rentiss ag e p ar l ’ex périen ce. E l le fa it éga -

mais aussi en so ciété. C’est avant to ut l a rel a-

l ement p arti d u s ouve n i r . C’est le sou ven ir qu i

tio n pare nt / e nfant , l a p remière d e so n exis-

va faire l ’histo ire d e l ’a du lte qu ’il devien dra à

tance, q ui l e suivra to ut au l o ng d e s a vie. Ce

travers ses exp ériences.

so nt ses p arents q ui l ui ap p rend ro nt ses p re miers p as, ses p remiers mots... D ans l e mil ieu

l’expérience s ens ori e lle

sco l aire, c ’est l a rel atio n e ns e ig nant / é lève

a pprend re d e s es erre urs

q ui sera favo risée car c ’est l e p rofessur q ui sera

le s ouvenir

43

42

cadre s pat ial, avec l ’éco l e, l e foyer, et l es


44

l’environnement

L’enviro nnement est l ’ensemb l e d es él éments

l e ca d re s patial

q ui ento urent un ind ivid u. D ans l e cad re d e

le réglement

l ’enfance, p l usieurs champ s l ’ento urent : le

l e ca d re tempore l

cadre s pat ial, avec l ’éco l e, l e foyer, et l es l ieux vis ant à éd uq uer tel s q ue l es musées, et autres so rties cul turel l es; mais c ’est aussi le rè g le m e nt , q ui va cad rer l ’enfant p o ur l ui ap p rend re d es val eurs, l es notio ns d e b ien et d e mal , et to ut ce q ui est d u d o maine d e l ’ap p rentiss ag e sco l aire en fo nctio n d es p ro g rammes, à resp ecter to ut au l o ng d es années d e l ’enfance et d e l ’ad o l escence afni d e val id er un s avo ir et une métho d e p éd ag o g iq ue ad aptée en fo nctio n d e so n âg e, ce sera le cadre te m pore l, d éfini en fo nctio n d es années d es d ifférentes sectio ns (maternel l e, p rimaire, co l l èg e, l ycée) mais aussi d es p ério d es d e co urs, d ’intercl asses et d e vacances sco l aires.


Le c abinet au st ra l i e n S m ith +Tracey A rc hi tec t s a récem m e n t a ch evé l a co n ce pt i o n de l’ éco le prim aire d e St M ar y à Gre e n s b o ro u gh . C h erc hant à stim u l e r et à re n fo rce r l ’éve i l des en fants g râce à l e u r e nv i ro n n e m e n t , l es a rchi te c tes o nt réalis é u n es p a ce l u m i n e u x d é coré de form es géo m ét r i q u es et d e co u l e u r s v i ves

47

46

i n spirées par l’un i ve r s vé g ét a l .


ph i e de l’expos i t i on «Li n h as de H i stór i as » par le st udi o C ampo. C ’est un pro j et qui est frap pan t par la palet te de coule ur s ut i li s é e et les di ffé re n t s m ot i fs qui cass e n t cet te m on oton i e gé om ét r i que. Le sy stè m e graph i que a dû rav i r aut an t les e n fan t s, ci ble pr i n ci pale de l’expos i t i on , que les pare n t s.

49

48

C ’est à S ao Paulo que s e t rouve la s cé n ogra-


qui cé lè bre les e n t re pr i s es i m plan té es autour du parc por t an t le m ê m e n om , s i t ué dan s le quar t i e r de M an h at t an à N ew-Yor k . L’ i de n t i té v i s ue l le de Un i on S quare, réali s é e par Thorb jørn Gu dnason , prés e n te un e express i on graph i que con te m porai n e et coloré e. Di ve r s es affi ch es et f lye r s cré es pe r m et t ron t au publi c de la ré gi on de Un i on S quare de dé couv r i r le program m e com plet du fest i val.

51

50

Un i on S quare est un évé n e m e n t cult ure l an n ue l


Yos h i da Des i gn est un cabi n et d’arch i te ct ure bas é à Os lo, e n N or vè ge. Faute d’un e pré s e n ce

v i s ue l le,

Yos h i da

Des i gn

a

con t acté

L u ndgren+ Li ndqv i st pour con cevoi r le ur i de n t i té v i s ue l le, y com pr i s la con ce pt i on de la paun s i te In te r n et .

53

52

pete r i e, de ux di ffé re n t s car n et s de croqui s et


Le st udi o polon ai s Artenti ko s i gn e l’ i de n t i té v i s ue l le, les product i on s i m pr i m é es et le s i te

55

54

we b du cabi n et d’arch i te ct ure Ide o.


L ’asso c iation agraf m o b ile a p o u r o b j et de

t i on s qui s ’ i n tè gre n t dan s l’es pace ur bai n et

créer et d’o rg an i s e r d es évé n e m e n t s a r t i st i q ues

re n d access i ble la créat i on con te m porai n e à un

tant dans le d o m a i n e d es a r t s v i s u e l s q u e d an s

large publi c .

celu i du sp ec ta cl e v i va n t . E l l e i n tè g re a i n s i la p o ssibilité du c ro i s e m e n t d es a p p ro ch es e n t re p lastic iens, c ho ré g ra p h es, m et te u r s e n s cèn e

57

56

et au tres au teu r s. E l l e p r i v i l é g i e d es i n te r ven -


l’environnement

Le cad re sp atial d e l ’enfant co mp rend l e d o mi-

p id o u, exp o sitio n Cl imat su r le pa rvis de l’Hôtel

cil e famil ial , et l ’éco l e p rincip al ement , p uis l es

d e vil l e d e Paris).

p arcs, l es musées, l es l ieux cul turel s. L’éco l e

Au d el à d e l ’enseig nemen t pou r en fa n ts, plu -

est l e l ieu o ù il ap p rend à co mpter, à l ire, à

sieurs artistes o nt trava il lé su r l’a ccès à la

écrire, d es notio ns q ui l ui sero nt essentiel l es à

cul ture, co mme M al te M a rtin pa r exemple avec

l a vie d e to us l es jo urs, c ’est ég al ement l ’en-

Ag rafmo b il d o nt l e p rin c ipe est de fa c iliter l’a c-

d ro it o ù il co mmence à se faire ses p remières

cès à l ’Art p o ur to us l es c itoyen s en metta n t en

rel atio ns. À l a maiso n, l ’éd ucatio n d e l ’enfant

scènes d e créatio ns d a n s la ru e.

ce fera g râce aux d evo irs et aux o util s d ’éd ucatio n intéractifs (ap p l icatio ns smartp ho nes,

Le p ro jet p o urrait être u n ma n u el scola ire qu i

sites internet , etc), à l a l ecture, et aux jeux

serait b asé sur l es différen tes visites cu ltu -

d e so ciété. Les d ’étab l issements cul turel s so nt

rel l es en al l iant l es ca ra c téristiqu es du ma n u el

ég al ement d es l ieux ad aptés aux enfants (Cité

sco l aire cl assiq ue, co mme u n gu ide qu i su ivra it

d es enfants, so us- so l d u centre Geo rg es Po m-

l ’él ève d e l ’éco l e à ses sorties ex tra - scola ires.

59

le cadre spatial


60

61

l a s o r t i e / l’expos i t i on

l e p l a n / l ’ é cole dan s l’es pace

exp l o rer


l’environnement

le règlement Le règ l ement est une structure q ui va encad rer l ’enfant p o ur l ui p ermettre d ’avo ir une éd ucatio n ad aptée. C’est une l ig ne d e co nd uite q ue l ’enfant d o it resp ecter avec ses p arents, ses p rofesseurs, et ses camarad es d e cl asse.


64

d iscip l ine

st r uct ure

rig ueur

65

ordre


l’environnement

le cadre temporel La vie sco l aire d e l ’él ève est rythmée p ar un emp l o i d u temp s d ans l eq uel s’entrecro isent p l usieurs matières. Au d el à d e cet emp l o i d u temp s, l ’o rg anis atio n d u p ro g ramme d ép end d ’un cal end rier d ans l eq uel certains mo ments d e p ause (l es vacances sco l aires) p ermettent à l ’él ève d e se rep o ser et d e so rtir d e so n q uotid ien à l ’éco l e. M ais l e cad re temp o rel c ’est ég al ement l e p ass ag e d ’une sectio n à une autre q uand l es années se succèd ent et q ue l es co mp étences s’accumul ent . C’est d ’ab o rd en maternel l e q ue l ’enfant entre à l ’éco l e, p uis en p rimaire, au co l l èg e et enfin au l ycée.


p ass ag e d ’un état à un autre

68

69

e mploi du te m ps

évo l u t i on / s e ct i on s


C’est auto ur et g râce à d ’autres p erso nnes q ue

ens eig na nt/é lève

l ’enfant va ap p rend re à vivre ind ivid uel l ement

él ève/pa rents

mais aussi en so ciété. C’est avant to ut l a rel a-

él ève/élève

tio n pare nt / e nfant , l a p remière d e so n existance, q ui l e suivra to ut au l o ng d e s a vie. Ce so nt ses p arents q ui l ui ap p rend ro nt ses p re miers p as, ses p remiers mots... D ans l e mil ieu sco l aire, c ’est l a rel atio n e ns e ig nant / é lève q ui sera favo risée car c ’est l e p rofessur q ui sera l e g uid e et maître d e l ’enfant afin d e l ui incul q uer l a co nnaiss ance d e so i et d u mo nd e q ui l ’ento ure. Et au sein d e l ’éco l e l ’enfant va l ier d es l iens avec d ’autres él èves c ’est l a rel atio ns é lève /é lève .

71

la relation


73

72

Les s œur s Vi ka et Vi ta Lopu khi ny on t e u l’ i n i t i at i ve i n té ress an te de cré e r un wor ks h op de cal li graph i e pour e n fan t s, un e be l le expé r i e n ce pour i n i t i e r les e n fan t s à la cal li graph i e. Cet te M aste r C lass fut dé ployé e pe n dan t le fest i val Uk rai n s k o Di t yach o, e n Uk rai n e


75

74

A l’occas i on de la rés i de n ce d’ar t i ste «In S i t u» por té e par le Con s e i l G é n é ral de la S e i n e -S ai n tDe n i s, M al te M arti n a i n st al lé s on ate li e r pe n dan t plus i e ur s m oi s dan s la s al le 0 0 4 du collè ge Auguste De laun e de Bobi gny et a t ravai l lé ave c les é lèves de la 5 e E s ur lezoye n de t ravai l le r e n s e m ble s ur un pro j et com m un .Ils on t produi t des pi ctogram m es bi zar res, des s i gn es pe r s on n e ls. M alte M ar t i n a com pos é dan s la s ui te un e fres que s i gn alét i que, «la galaxi e des m ouve m e n t s », pour la cour de ré créat i on .


R aw Col or déve l o p p e a ct u e l l e m e n t l ’i d e n t ité

let t res T, M et L qui s e ch evauch e n t et la pa-

v i su el le du Tex t i e l Mu s e u m . Ce l i e u d ’ex p o s i -

let te de coule ur s pe r m et de fai re ress or t i r les

ti o n cons ac ré au tex t i l e p o ss è d e é g a l e m e n t un

i n i t i ales du Text i e l Mus e um ou du Text i e l Labo -

labo rato ire de d éve l o p p e me n t q u i p ro d u i t des

rator y. Au fi n al, le sy stè m e graph i que pe r m et

co l lab o ratio ns ave c d es d es i g n e r s tex t i l es et

de m ult i pli e r les com bi n ai s on s et cré e r un e

des artistes conte m p o ra i n s. Le sy stè me i m a gi -

i de n t i té for te et m odulable. L’ i dé e s e m ble i n té -

n é p ar le stu dio n é e r l a n d a i s d i st i n g u e l es d eux

ress an te et vé h i cule i n te l li ge m m e n t le con ce pt

facettes de l’ éta b l i ss e me n t e n j o u a n t ave c des

de la double act i v i té de cet e m place m e n t .

77

76

variations d ’o pa ci té . Le l o g o co mp o r te n t l es


Réali s é e par Anthony Zu kofsky , ét udi an t de la S ch ool of V i s ual Ar t s de N ew Yor k , cet te s é r i e de v i s ue l le com bi n e t y pograph i es et for m es graph i ques. « S ch e m a» explore les re lat i on s exi st an tes e n t re les m ot s et le m on de phys i que, quest i on n e la li n gui st i que e n an aly s an t n ot re capaci té à ut i li s e r des m ot s pour par le r des di ffé re n tes e n t i tés du m on de. Un pro j et i n t r i gan t qui rappe l le que lque pe u les t ravaux

79

78

de l’ar t i ste di gi t al Joh n M ae da.


la relation

enseignant/élève L’enseig nant est l e tuteur d e l ’él ève à l ’éco l e. C’est l ui q ui va l ui ap p rend re à ap p rend re, à éco uter en cl asse, à se co ncentrer sur ce q u’il fait et ainsi l e g uid er p o ur q u’il se co nstruise l ui même.


auto ritĂŠ

82

83

e n fa nt / profess e ur

res pe ct

hiĂŠrarchie


la relation

parents/élève Les p arents d e l ’enfant sero nt l es p remiers à l ui ap p rend re à vivre, il s l ui enseig nero nt co mment s atisfaire ses p remiers b eso ins, l ui ap p rend ro nt à p arl er et à marcher. Les p arents o nt l e d evo ir d e s’o ccup er d e l eur enfant et d e l es g uid er afin q u’il s q uittent l e foyer p o ur en fo rmer un no uveau.


co mp l icitĂŠ

li e n

so utient

86

87

e n fan t / pare n t


la relation

élève/élève À l ’éco l e, l ’enfant va créer d es l iens avec ses camarad es, il se crée al o rs un réseau d ’amis, d es semb l ab l es d u même âg e q ui vivent ensemb l e au q uotid ien avec l es mêmes d ro its et d evo irs. Les enfants so nt co mp l ices, il s jo uent ensemb l es, il s ap p rennent ensemb l e et il s se d isp utes d es victo ires.


la complémentarité / la complicité

90

91

enfant/enfant

amitié

le réseau


Sel o n certain sp écial istes l ’ap p rentiss ag e p ar

l’expérience s ens ori e lle

l ’exp érience d o it être favo risée car el l e p ermet

a pprend re d e s es er re urs

une meil l eur mémo ris atio n. L’ap p rentiss ag e p ar

le s ouvenir

l ’exp érience co mmence d ès l e p l us jeune âg e, p ar l ’expé rie nce s e ns orie l le afin d e reco nnaître au to ucher l e mo nd e q ui l ’ento ure p ar l e g o ût , l e b ruit , l e to ucher, et l ’o d eur. Appre ndre de s es e rre urs fait ég al ement p arti d e l ‘ap p rentiss ag e p ar l ’exp érience, p ar exemp l e p o ur l a d o ul eur q ue l ’o n p eut sub ir l o rs d ’une b rûl ure en mettant l a main sur un o b jet très chaud , il va d e so i q u’ap rès avo ir vécu cette exp érience, il faut g ard er en mémo ire q ue cette actio n p eut être néfaste. Le fait d ’amél io rer une actio n car cel l e - ci n’était p as b énéfiq ue est un résul tat d e l ’ap p rentiss ag e p ar l ’exp érience. El l e fait ég al ement p arti d u s ouve nir. C’est l e so uvenir q ui va faire l ’histo ire d e l ’ad ul te q u’il d eviend ra à travers ses exp ériences.

93

apprendre par l’expérience


« Mi racoco» est un lum i n ar i um gon f lable i m agi n é par l’arch i te cte Br i t an n i que Al an Parki nson à Li s bon n e. Ce laby r i n t h e gi gan tes que cré e r un e expé r i e n ce s e n s or i e l le un i que qui con ci li e la beauté des coule ur s et les ar t s plast i ques. Les paroi s de la st r uct ure, e n PVC t ran s luci de de 1 m m d’ é pai ss e ur, pe r m et te n t l’ i n te ract i on e n t re les for m es et la lum i è re. Un parcour s r i ch e et s pe ct aculai re par s e m é d’ é lé m e n t s i n sdrales G ot h i ques.

95

94

pi rés de l’arch i te ct ure Is lam i que et des cat h é -


Le Bureau Rabenstei ner s i gn e la con ce pt i on de papete r i e pour N . Dan i e ls, un re prés e n t an t et fabr i quan t de papi e r ph oto à V i e n n e. C ’est s i m ple et t h e r m o - s e n s i ble. La coule ur n oi re di s parai t dès que vous le te n ez dan s vos m ai n s grâce à la te m pé rat ure du cor ps, un m oye n de produi re li t té rale m e n t un e i m age s oi - m ê m e. C ’est un e con ce pt i on dy n am i que et v i van te les car tes de v i s i te s on t de pet i t s polaroï ds e n

97

96

con st an te évolut i on


99

98 Vo ic i u ne c am p a g n e p u b l i ci t a i re i n te ra ct i ve pou r S ax sof u nny, u n e s o ci été d ’i n g é n i e r i e du so n en p rovenan ce d u B rés i l , cré é e p a r l ’a g e n ce brésilienne DM 9 D D B. Cette c am p agne j o u e s u r l e p r i n ci p e d u b r u i t pro du it par la m a ch i n e à é cr i re, l e fe u et l’o rage g râce au s u p p o r t s s u r l es q u e l s i l s s o n t i m prim és, il fau t ma n i p u l e r l e p a p i e r p o u r le fa ire c hanter.


101

100

N e r vous St r uct ure est un e s é r i e d’ i n st al lat i on s, i n te ract i ves con st i t ué es de ch aî n e et de fi bres lum i n e us es et grâce à un e i n fograph i e i n te ract i ve qui réagi t à la prés e n ce et au m ouve m e n t des s pe ct ate ur s. Ces i n st al lat i on s s on t s i gn é es par A nni c a Cu ppetel l i et C ri stobal M endoza.


103

102

Le st udi o de des i gn lon don i e n U S a réali s é cet te i n st al lat i on où des di s ques de v i ny les re pre n n e n t la st r uct ure de la fré que n ce du m orceau I wi l l n eve r ch an ge de Be n ga. Un m oye n de re prés e n te r la fré que n ce aces la m us i que e n ob j et ré e l.


d’e n t re pôt re m pli de cai ss es e n boi s h abi l lé es

ri m entatio n dédi é à l ’ex p l o rat i o n , à l a créat i on

de s i gn es n oi r s et blan cs. Là, s ’e m pi le n t des

et à l’ im ag inatio n q u i fa i t d é co u v r i r a u x e n fa nt s

let t res gi gan tes ques e m paqueté es, des let t res

le potentiel art i st i q u e d e l a l et t re. Tra n sfor-

pré ci e us es s ous globe, un m orceau de m ur «

m ées et d éto u rn é es d a n s u n e « m i s e e n l et t re

t agué » , des let t res s on ores. .. Fan t as ques et

» im ag inée p ar l es g ra p h i stes M alte M ar t i n

h été rocli tes, e l les dess i n e n t un parcour s pon c-

et Cost a n z a M atte u cc i, l es l et t res s ’a n i m e n t

t ué de di s pos i t i fs i n te ract i fs et ludi ques accom -

et dévoilent au x e n fa n t s l e u r p ote n t i e l créati f.

pagn és d’ œuv res ch oi s i es dan s la col le ct i on du

La G alerie des en fa n t s p re n d l a fo r m e d ’u n d rôle

Ce n t re Pom pi dou autour du t h è m e de la let t re.

105

104

« D e la lettre à l ’i ma g e » est u n es p a ce d ’ex p é -


de cui s i n e i n t i t ulé Th e Real Cook book . Il s ’agi t d’un e re cet te de las agn es. Les pages du li v re s e r ve n t de pates pour les las agn es et les i n st r uct i on s s e s ui ve n t , pages par pages. A ch aque couch e de las agn es don c on e n ap pre n d un pe u plus s ur la re cet te j us qu’ à ce que le plat s oi t re m pli . Le « li v re » , est un e é di t i on s pé ci ale pour la m ai s on d’ é di t i on G e r ste n be rg.

107

106

L’age n ce al le m an de Korefe , a cré é un li v re


Le rest auran t Di s h oom , à Lon dres, a i m agi n é (ave c l’age n ce Ogi l v y One U K) un e m an i è re or i gi n ale d’ass ure r s a prom o : i ls on t cré é un s i te s ur le que l i ls de m an de n t aux i n te r n autes cafés i ran i e n s e n In de ou e n An glete r re (i l faut s avoi r qu’ i l exi ste, à Bom bay, plus i e ur s cafés i ran i e n cré és à la fi n du 1 9 e m e et au dé but du 2 0 e s i è cle par des i m m i gran t s ve n us de Pe r s e ). Les m e i l le ures h i stoi res on t été i m pr i m é es s ur des ass i et tes qui s on t ut i li s é es dan s le café .

109

108

de racon te r le ur s expé r i e n ces pe r s on n e l les de


111

110

D a n i el Frey t a g , d u st u d i o B e rg, a réa l i s é un po ster sérigraph i é m a i n d i s p o n i b l e ch ez Ed i ti o ns of 100. Ces af f ic hes rep rés e n te n t d es ch i f f res Let ra s et tra nsféré de faço n g ro ss i è re l a i ss a n t p e n se r ég alem ent au b a n d e d e f i l m s b r u l a n t à ca u s e d’u ne su rc hau fe, ce l à l a i ss e u n ef fet i n té ress ant d ans son im p e r fe ct i o n g ra p h i q u e.


apprendre par l’expérience

l’expérience sensorielle

D u p o int d e vue p hysio l o g iq ue, l es sens so nt l es o rg anes d e l a p erceptio n, l ’enfant d o it ap p rend re à util iser

l es d ifférentes facul tés

sensib l es. Par exemp l e, à l a naiss ance il est p ratiq uement aveug l e, il d o it d o nc ap p rend re a d ével o p p er s a vue. Cep end ant , no us ne s avo ns p as si l es sens so nt d éjà d ével o p p er o u s’il suffit à l ’enfant d ’ap p rend re à l es maîtriser.


l’ouï e

115

114

l ’o d o rat

l a vue

le goût

l e to ucher


apprendre par l’expérience

apprendre de ses erreurs

Faire d es erreurs p eut-être co nstructif car en rep renant l es fautes au d étail et en l es anal ys ant p o ur l es co mp rend re, l es erreurs sero nt al o rs p l us facil ement co rrig eab l e, to ut en ayant acq uis d es co mp étences. Ne d it- o n p as q ue l ’o n ap p rend d e ses p ro p res erreurs ?


amĂŠl io rer

g r i boui l le r

reco p ier

118

119

rater


apprendre par l’expérience

le souvenir

Le so uvenir fo rg e l ’histo ire d ’une p erso nne. M ais l e so uvenir c ’est aussi l a mémo ire, l a mémo ris atio n, l es moyens mnémotechniq ues. Le so uvenir a un rap p o rt d ans l e temp s, d u p assé d ans l e p résent .


122

123

s ouve n i r

rĂŠ m i n i s ce n ces

co nfusio n


références bibliographiques Le design des interfaces numé-

appro c he des interac t ions d u p a p ier. À l a f in

riques en 170 mots clés - Des in-

du recueil o n tro uve des p a g es d e st icker s s ur

teractions homme-machine au de-

lesquel les apparaissent l es textes d es d iffé-

s i g n i n t e r a c t i f - APCI , * D e s i g n e r s

rents travaux . Mis à p a r t ces st icker s, il n’y a

I n t e r ac t i f s * , M ov ’ eo, Sy st e m at i c

pas de texte dans le l ivre. Un m oyen d e fa ire

Dic tio nnaire des interfaces, c réé po ur fac ilité

en so rte que le livre soit a uss i intel l ig ent q ue

les éc hanges entre les différents métiers du

les travaux qui y so nt im p r im és . press here h e r v é t u ll e t - 2 0 1 1

D e s i g n É m o t i o n n e l - A a r r o n Wa l-

Press Here est un livre p our enfa nt , q ui j oue

t e r , C h a r l e s R o b e r t, J a r e d S p o o l

sur l’interac tio n avec cel ui- ci. Il ne p oss èd e

Dans cet o uvrage, A aro n Walter no us partage

aucune no uvel le technol og ie, il j oue s im -

quelque astuces du design émotio nnel, par

plement sur le fait qu e l ’enfa nt , g râ ce à s on

exemple co mme c réer du co ntraste permet

imaginatio n aura l’im p ress ion q ue g râ ce a ux

au cerveau d’analyser plus rapidement les

mo uvements qu’il fait , p eut m od if ier l e l ire,

info rmatio ns impo rtantes, et un bo n design

en le seco uant , en press a nt s ur d es p oint s, ou

qui utilise le co ntraste visuel et co gnitif se

en tapant des mains.

démarque des autres et inf luence po sitive ment la faço n do nt les gens l’utilisent . U n

L e HTM L p o u r b é b é s

autre co nseil est qu’il faut to ujo urs favo riser

John C . Vanden-Heuvel Sr .

un beau design, c ar selo n Do nald No rman «un

Apprendre à co der à un b éb é p eut s em b l er

beau design c rée une répo nse émotio nnel le

insensé, mais c ’est l e p a r i q ue s ’est l a ncé

po sitive dans le cerveau, ce qui amélio re

Jo hn Vanden Heuvel, p eut- êt re s ’a g it- il d ’une

beauco up no s c apac ités co gnitives».

blague, mais le livre est b ien en vente. John

Ce livre co ncerne surto ut le design d’interface

préc ise qu’il s’agit pl us d ’avoir un oeil s ur

mais les co nseils peuvent également être ap -

l’apprentiss age du fo n ct ionnem ent d ’ inter net

pliqué à l’imprimé.

que de d’apprendre directem ent s a concep tio n à so n enfant .

H a n d s O n - V i c t i o n W o r k s h o p L TD

dada

Hands On est un recueil de pro jets de design

A n t o i n e Ull m a n n

interac tif s imprimés. On y tro uve divers uti-

Dada est une revue m ens uel l e d ’ init iat ion à

lis atio ns du papier, des moyens variés mis

l’art . Chaque numéro t ra ite d ’un a r t iste, d ’un

en scène po ur permettre au papier de riva-

co urant o u d’un thème a r t ist iq ue, d es or ig ines

liser avec le numérique, c ’est une no uvel le

de l’art à no s jo urs. D a d a s ’a d ress e d ’a b ord

125

digital.


à u n p u b l i c j e u n e, et d e m a n iè re g é n é rale à

2 0 m i n u t e s - l ’ é c o l e e s t - e ll e o l d

Hatier c rée depuis 2 00 0 d es l ivres s col a ires

tou s ce u x q u i d és ire nt avo ir u n e p re m iè re ap -

school ? 09/03/12

numériques, mais so n a m b it ion est d e p a s-

proc h e d e l ’a r t .

Cet artic le traite du beso in de l’évo lutio n de

ser au to ut numérique ca r tous l es nouvea ux

D ad a est u n e réfé re n ce d a n s l’u n ive r s de

l’éco le. Le CNNum estime que l’acquisitio n

titres do ivent être trava il l és p our l e l ivre p a -

l ’é d u c at i on . E l l e a re çu e n 2010 le la b e l de

d’une culture du numérique et de ses o utils

pier, mais aussi po ur l e l ivre num ér iq ue, d e

l ’AN CP, A ss o c i at io n N atio n ale d es Co n s e il lers

so nt aujo urd’hui nécess aires à une insertio n

plus le manuel sco laire reste t rop att a ché a u

Pé d a g og i q u es .

réussie dans la so c iété et dans la vie ac tive,

livre papier dans so n fond et d a ns s a for m e.

et c ’est une des missio ns de l’éco le. L ’artic le

h t t p : / / w w w. c r o s s m e d i a s . f r / f r / 2 0 1 3 / 0 2 / l e -

quand les artistes créent pour

préc ise que les enseignants ne so nt pas assez

livre - sco laire -a-lere - d u- num er iq ue/

les enfants, Des objets livres

fo rmés, que les parc s info rmatiques so nt o b -

pour imaginer

so lètes. Il do it y avo ir des amélio ratio ns struc-

i m pa c t d u n u m é r i q u e s u r l ’ a p -

Re cu e i l d e l i v res p o u r e nfants im ag in és et

turel les et une mise à dispo sitio n d’o utils et

prentissage

c ré és p a r d es a r tistes te ls q u e

de services professio nnels aux enseignants.

eduscol

Ka st u m i Ko m a g ata et N ath alie Parain .

Cependant , beauco up des co mmentaires des

S elo n le site de l’é d ucat ion nat iona l e, l e

internautes so nt to us en défaveur du numé-

manuel numérique per m ett ra it d e m ob il is er

Etude exploratoire sur l’effet

rique à l’éco le. Les gens pensent que les in-

l’attentio n d’une c lass e ent ière.

des dimensions de la couleur des

terfaces ne permettent rien d’autre que le jeu,

«- Les élèves habitués à l ’us a g e d u num é-

sites de marque sur les préfé-

que les co rrec teurs de traitement de textes

rique en c lasse réussi ss ent s ig nif icat ivem ent

rences des enfants

empêc hent l’apprentiss age de la grammaire

un meil leur apprentiss a g e à l ong ter m e et ce

127

126

références sitographiques

H é l a B e n M i l e d - C h é r i f, N o r a B e -

et de l’o rtho graphe. Po ur d’autres le numé-

indépendamment du t yp e d e s up p or t .

za z-Z eg h ac h e

rique n’est pas une f in en so i, mais un o util

- Les élèves habitués à l ’us a g e d u num ér iq ue

Ét u d e s u r l e co m p o r te m e nt d es e nfa nts fa ce

do nt o n peut en tirer quelques avantages.

en c lasse co mprennent p l us vite et m ieux ce

au x ma rq u es, et a u x co u le u r s q u i les re p ré -

h t t p : / / w w w. 2 0 m i n u t e s . f r / s o c i e t e / 8 9 5 0 6 1-

qu’ils lisent .

se nte nt .

numerique - eco le - est- el le - o ld- sc ho o l

- Les co nnaiss ances et l es rés ul t at s s col a ires o nt

signif ic ativement

p rog ress é

p our

l es

Le manuel scolaire , une fausse

élèves habitués à l’us a g e d u num ér iq ue.

évidence

- Cette étude met do n c b ien en évid ence q ue

historique

l’us age du numérique en cl a ss e p a r t icip e à

Al a i n C h o p p i n

une amélio ratio n des rés ul t at s s col a ires d es

Remise en questio n et étude du manuel sco -

élèves de l’éco le prim a ire. »

laire. Ce texte questio nne le suppo rt , et les

http://eduscol.education.fr/numerique/

co ntenus sco laires employés ac tuel lement .

dossier/lectures/manuel/enjeux/pedago-

http ://histo ire - educ atio n.revues.o rg/5 6 5

giques/impac ts-nume r iq ue -a p p rent iss a g e

Le livre scolaire à l’ère du numérique gabriel lovato

U n e n o u v e ll e t y p o g r a p h i e p o u r


références filmographiques tégration dans les pratiques édu-

monsieur lazhar

Cl a i r e P e c q u e r y -

catives-

P h i l i p p e Fa l a r d e a u -2 0 1 1

n o s j u n i o r s -2 0 1 2

Al i c e b o u l e t - 2 0 1 1

Réalisé en 2 0 1 1 par Philippe Falardeau, Mo n-

la vague

Art i c l e p rés e nt a nt u n e p o lice d e ca ra ctè re

Mé moi re ré di g é pa r A li ce B ou let , pou r l’ob -

sieur L azhar est l’histo ire d’un professeur al-

D e n n i s G a n s e l-2 0 0 8

c ré é e exc l u s i ve m e nt p o u r les d y s lex iq u es . En

te nti on du ti tre professi onne l « Chef de pro jet

gérien immigré, remplaçant une enseignante

Ce f ilm raco nte l’histo ire d e l ’exp ér ience d ’un

effet cette t y p o a été d es ign é e p o u r être p lu s

e n i ng é ni e ri e docu me nta i re » .

s’étant suic idée dans s a s al le de c lasse.

professeur dans une écol e a l l em a nd e vis a nt

l i s i b l e, l es l ett res o nt été lé g è re m e nt m o di -

à leur expliquer le fonct ionnem ent d ’un ré-

fi é es p o u r q u ’e l les n e s e ress e m b le nt p as.

128

to graphiques, les dern ières d atent d e 2 0 1 1 .

terri

gime totalitaire. Les él èves s e p rêtent a u j eu

Les cou p l es d e lettres q u i p o s a ie nt d es p ro -

h t t p : / / m e m s i c . c c s d . c n r s . f r /

A z a z e l J a c o b s -2 0 1 2

et mal heureusement l ’exp ér ience tour ne à l a

bl è m es n e s e ress e m b le nt d o n c p lu s grâce à

docs/00/67/94/15/PDF/BO ULET.pdf

Terri est un ado lescent abando nné par ses

c atastro phe.

cette p o l i ce d e c a ra ctè re « d y s lex ie » cré é e pa r

parents et laissé à so n o nc le qui est malade.

Ch r i st i a n B o e r.

Terri va . Il est très diff ic ile d’être différent

entre les murs

h t t p : / / w w w. n o s j u n i o r s . c o m / s a n t e - b i e n -

dans so n éco le et le proviseur ad jo int va l’ai-

L a u r e n t C a n t e t-2 0 0 8

e t r e / u n e - n o u v e l l e - t y p o g r a p h i e - p o u r- a i d e r-

der, lui et deux autres étudiants, à so rtir de

E ntre les murs est un f il m a d a pté d u rom a n

l es- e nfa nt s- d y s lex iq u es /

leur autisme so c ial.

épo nyme de Franço is B ég a ud ea u. O n y voit un

Caractères Typographiques Pour l’Apprentissage de la Lecture

jeune professeur de f ra nça is q ui d oit aff ronter les choristes

c haque jo ur, ses élèves, d a ns s on col l èg e d u

Henri sequeira-

christophe Barratier-

1 9 ème arro ndissement p a r is ien. L’a m b ia nce

l e j a r d i n d e k i r a n -2 0 1 2

2004

est so uvent tendue et l es él èves ne m ont rent

Cet a r t i c l e d e H e n r i S e q u e ira p o u r le s ite le -

E n janvier 1 9 4 9, Clément M athieu, profes-

aucune vo lo nté d’apprend re ni m êm e d e res-

ja rd i n d e ki ra n . co m , ré p e r to r ie p lu s ie u r s po -

seur de musique s ans emplo i, est no mmé sur-

pec ter leurs professeu r s a ins i q ue l eur s ca m a -

l i ces d e c a ra c tè res aya nt p o u r o b j e ctif d ’a ide r

veil lant dans un internat de rééduc atio n po ur

rades.

l es e nfa nt s à l ���a p p re ntiss a ge d e la le ctu re. O n

mineurs. Particulièrement répressif, le sys-

y t rou ve ce r t a i nes q u i s o nt a d a pté es à la d ys-

tème appliqué par le direc teur Rac hin peine à

être et avoir

l exi e.

maintenir l’auto rité sur des élèves diff ic iles.

N i c o l a s P h i l i b e r t-2 0 0 2

h t t p : / / w w w. l e j a rd i n d e k i ra n . co m / c a ra c te re s-

E n familiaris ant les pensio nnaires aux pra-

Être et avo ir est un f ilm d ocum ent a ire. Le f il m

t y p o g r a p h i q u e s - p o u r- l a p p r e n t i s s a g e - d e - l a -

tiques du c hant , le professeur va tenter de

suit pendant une année s col a ire un inst it uteur

l e c t u re /

c hanger leur visio n de l’enseignement , leur

et s a c lasse d’enfants d e 4 à 1 1 a ns d a ns une

vie et la sienne.

éco le co mmunale située en Auverg ne.

Le manuel scolaire numérique,

la guerre des boutons

produit éditorial et outil docu-

Y v e s R o b e r t-1 9 6 2

Le Pensionnat

mentaire à valeur a joutée .

S o rti en 1 9 6 2, L a guerre des bo uto ns est une

d e CHAVAGNE

Anatomie d’un concept en déve-

adaptatio n du ro man de Lo uis Pergaud (1 9 1 2 ).

M 6 -2 0 0 4

lo p p e m e n t,

Deux c lans d’éco les différentes se livrent ba-

Il s’agit d’une émissi on d e tél é réa l ité d if-

enjeux et perspectives de son in-

tail le. L ’histo ire à co nnu 5 adaptatio n c inéma-

f usée sur la c haine M 6 en 2 0 0 4 . Le p r incip e

129

aider les enfants dyslexiques


vo u l a i t q u ’u n e é q u ip e d e j e u n es intè gre un

s’occu pe de ré pondre à ses

pe n s i o n n at e n Ve n d é e, p e n d a nt 4 s e m ain es.

trave rs des ma qu ettes qu ’ i l ma ni pu le.

i nte rrog ati ons à

M a i s l e mo d e de fo n ctio n n e m e nt d e ce p e nsi on n at d ate d es an n é es 50 ave c u n e n s ei -

Les petits einsteins

gn e m e nt t rès str icte, ce lu i d e le u r g ran d s- pa -

I l s’a g i t u ne sé ri e a ni mé e a mé ri ca i ne pou r les

re nt s . Le t rava i l, la d is cip lin e, l’o b é iss an ce,

e nfa nts. Cette sé ri e a été cré é e pou r a ppré -

l es co r vé es, et r igu e u r d ev ie n n e nt a lo r s leu r

he nde r l’a rt et la mu si qu e e n i nté g ra nt des

qu ot i d i e n , ave c l’ h u ile d e fo ie d e m o r u e e n

trava u x connu s et re prése ntati fs.

bo n u s c h a q u e m atin . Une mi nu te a u mu sé e est u ne sé ri e a ni -

m a t e r n e ll e , r e p o r t a g e a u P u y e n

mé e pou r e nfa nts dont le pri nci pe est de

V e l ay

se constru i re u ne cu ltu re a rti sti qu e g râ ce à

6 6 m i n u t e s -2 0 1 1

u ne vi si te vi rtu e l le du mu sé e d’ O rs ay, on y

Re p or t a g e s u r l ’u tilis atio n d es tab lettes nu -

dé cou vre cha qu e jou r u ne œ u vre a na lysé e et

m é r i q u es p a r d es e nfa nts d e m ate r n e l le qu i

comme nté e.

ont e nt re 3 et 5 a n s . L’ava nta ge est q u e l es enfa nt s a p p re nn e nt e n s ’am u s ant et d éve -

Dora l’exploratrice

l op p e é g a l e m e nt le u r m otr icité .

Dora est u ne peti te fi l le qu i pa rt à l’ave ntu re à cha qu e é pi sode de la sé ri e. Le pe rsonna g e a i de les e nfa nts à compte r, à pa rle r, et à a p -

Il é t a i t u n e f o i s . . . la vie Il ét a i t u n e fo i s la v ie est u n e s é r ie an im é e fra n ça i s e. E l l e tra ite d e l’a p p re ntiss a ge du co r p s h u ma i n et d e s o n fo n ctio n n e m e nt il était une fois... l’homme Co m m e I l ét a i t u n e fo is la v ie, il éta it u n e foi s l ’h o m m e est u n p ro gram m e é d u catif, m a is ce l u i c i con ce r n e l ’ h isto ire d e l’ h o m m e. c ’ e st pa s s o r c i e r C’est p a s s o rc i e r est u n e é m iss io n té lév is é e prés e nté e p a r Fré d é r ic Co u ra nt et S a b i ne Qu i n d ou , q u i c ah q u e j o u r s p a r te nt à la d é co u ve r te d ’u n d o m ain e s u r p lace e n s e p o s a nt des q u est i o n s, et c ’est J a my G o u r m a u d qu i

pre ndre l’a ng la i s.

131

130

Une minute au musée Les tablettes numériques à l’école


Mise jour Mise à à jour dudumanuel scolaire: : manuel scolaire design graphique graphique LeLedesign au service service au l’enseignement dedel’enseignement maeva suve

maeva suve

tome 02

tome 02 développement

recherches


Mise à jour du manuel scolaire : Le design graphique au service de l’enseignement maeva suve

tome 02 dĂŠveloppement


SOMMAIRE 9

introduction cahier des charges

11

13

présentation des supports

15

présentation des axes de développement

15 15 15

17

Focus DIY IN&EX

développement

43 DIY 44 P rése n tation des sous axes 46 Qu’est- ce que le DIY ? 48 Re che rch es de pr in cipes graphiques «de ses p ro p res m a i ns» 60 Re che rch es de pr in cipes graphiques «être g u i d é » 69 IN&EX 70 P rése n tation des sous axes 71 L ’é ducation à l’é cole et l’é ducation ail le ur s 74 Re che rch es de pr in cipes graphiques «contra ste » 88 Re che rch es de pr in cipes graphiques «poro si té » 99

conclusion

7

17 Focus 18 P rése n tation des sous axes 20 Le papie r in te l lige nt Re che rch es de pr in cipes graphiques «foca l i s ati o n» 22 32 Re che rch es de pr in cipes graphiques «zoom »


INTRODUCTION

C’est po urquo i ce pro j et à po ur o b j ec ti f de dynam is e r le m anue l sco l a i re. I l fa ut l e re ndre plus inte ract i f, pl us i ntui ti f et pl us lis ible. S uite aux rec herc hes g ra p hiq ues d u tom e 1, j’ai tro uvé plusieurs pistes q ui p our ra ient êt re explo itées dans le but d e réa l is er ce p ro j et d e diplô me. Par exemple, g râ ce à d es recherches sur l’enviro nnement , j ’a i t rouvé un m oyen d e rendre perméable la lim ite ent re l e s col a ire et l’extra sco laire avec l’axe « in& ex» . Le fait d’avo ir réco lté l es a s p ect s p os it if s et négatif s du manuel scol a ire a ct uel m’a p er m is de tro uver l’axe «fo cus » , q ui est b a s é s ur l a co ncentratio n de l’élève, et s ur l ’a b s ence d e po l lutio n lo rs des lec t ures et a p p rent iss a g es . E t grâce à des rec herches s ur l ’a p p rent iss a g e par l’expérience, j’ai t rouvé l ’axe « D IY, d o it yo urself », do nt le po s it ionnem ent est b a s é sur le fait de co nstrui re s on avenir s oi- m êm e et d’apprendre par l’ex p ér ience. Ces axes o nt été décl inés en 2 p rop os it ions c hacun, et une d’entre el l es s era d ével op p ée et f inalisée dans le to m e 3 .

9

No us avo ns vu dans le to me précédent qu’il y avait un pro blème d’évo lutio n du manuel sco laire par rappo rt au mo nde dans lequel no us vivo ns : les avancées tec hno lo giques, internet , et les réseaux so c iaux rythment no s jo urnées. M al heureusement l’éditio n sco laire ne prof ite pas de ces avantages. Les pro grès dans ce c hamps d’apprentiss age existent mais so nt tro p faibles, et ne so nt pas utilisés à éco le, o u so nt mal employés. No us avo ns également pu remarquer que les manuels sco laires numériques existants ne prof itaient pas des moyens tec hno lo giques par rappo rt à la navigatio n par exemple, et au no uveau sens de lec ture que pro po se le multimédia. Quant aux manuels sco laires papiers, après une étude de c as, no us avo ns pu vo ir que les pages étaient peu lisibles c ar tro p d’info rmatio ns apparaiss aient sur une même do uble page. De plus l’accumulatio n des manuels dans les s ac à do s met en danger la s anté des ado lescents à c ause d’un surpo ids.


Quo i ?

Comment ?

Le pro jet co nsiste à c réer un m anue l s colaire adapté à not re é poque et à notre évo lutio n af in qu’il so it plus dynamique.

Le numérique permet d e fa ire évol uer l ’a p prentiss age, et de le rend re p l us d yna m iq ue, c ’est une o ppo rtunité qu’ il fa ut s a is ir. E n dynam is ant par le num ér iq ue, l ’att ra it po ur l’éco le sera plus im p or t a nt , a ins i q ue l a faço n d’apprendre. Bien s ûr une p rés ence d u papier reste o bligato ire ca r l e tout num ér iq ue n’est pas envis ageable à l ’ écol e. Les él èves, les professeurs et les pa rent s ont b es oin d’une base so lide, tangib l e, et c ’est ce q ue l e papier représente, c ar m a l g ré l es p oss ib il ités liées au numérique, cet out il s rep rés ente l’immatériel.

Pour q ui ? Ce «manuel» sera destiné aux é lèves du col lè g e af in de réduire l’ampleur de la c ible (10 -15 ans ). C’est à cet âge que l’accès à l’info rmatique devient impo rtant à notre épo que c ar l’enfant acquiert une auto no mie digitale.

Pourquoi ? Les m anue ls s colaires publiés aujourd’ hui ne s e m ble nt pas évolue r pendant que d’autres o utils éduc atif s ne cessent de pro gresser. L ’accès à ces o utils est de plus en plus évident , po urtant l’éco le co ntinue d’enseigner avec des manuels qui restent préc aires malgré les tentatives d’innovatio ns.

11

10

cahier des charges


L e su pp ort numé r iq ue Co mme je l’ai dit précédemment le numérique no us appo rte de no mbreux avantages tels que l’intérac tivité, l’instantanéité, l’accès au multimédia (image f ixe o u animée, audio ), la rapidité de transmissio n de l’info rmatio n, des mises à jo urs fac iles, etc .. E t c ’est un véritable manque dans l’éduc atio n à l’éco le (bien qu’émergent de plus en plus de c lasses numériques, ce moyen n’est utilisé qu’en mino rité)

la complé mentarit é s M arier les deux suppor t s s era it ext rêm em ent bénéf ique dans l’us age d u « l ivre s col a ire» . À la fo is dans la partie prat iq ue, intel l ig ente et aussi dans l’utilis atio n d u s up p or t p a p ier p our les raiso ns évo quées précéd em m ent . Ce pro jet présentera u n l ivre s col a ire évol ué to ut en gardant les sédim ent s d ’une éd ucat ion fo rgée sur les avantages d e l ’ im m atér iel , et les valeurs du matérie l .

des out ils per sonne l s L e supp ort papi er Dans ce pro jet , le suppo rt papier do it impérativement être utilisé, en général dans le c adre des exerc ices et des prises de note. L a s auvegarde de ce suppo rt est nécess aire, il représente des valeurs primaires tel les que la matérialité, dans la po ssessio n, et dans la tangibilité. Le rappo rt à l’éc riture manuel le do it être co nservé af in de préserver une identité manusc rite (perso nnalité, grapho lo gie) mais aussi af in de rassurer, c ar ce suppo rt reste tangible, et so n absence po urrait eff rayer à la fo is les parents d’élèves et aussi les pro fesseurs.

Les tablettes présentées dans les prochaines pages sont personnelles, elles appartiennent aux élèves. Il ne s’agit p a s d ’ob j et s d éj à existants c ar ces suppo rts ne s ont ut il is a b l es q u’ à des fins éducatives (pas de navigation internet , pas de jeux , pas de rés ea ux s ocia ux).

13

présentation des supports


focus

in&ex

Af in de favo riser la co ncentratio n de l’élève lo rs de l’apprentiss age et des exerc ices, la lec ture do it être simple et eff ic ace, c ’est po urquo i le princ ipe de cet axe est basé sur la co ncentratio n. Le manuel do it présenter des leço ns al lant dro it au but s ans avo ir de pro blème de dispersio n de l’info rmatio n.

Af in d’éviter les co upures t rop b r ut a l es ent re les pério des de co urs et l es va ca nces s col a ires, ce manuel pro po se d’a ccom p a g ner l ’ él ève d e septembre à septembre; ce m a nuel p er m et de suivre l’élève dans s es s or t ies cul t urel l es (s alo ns, musées, parcs d ’exp os it ions, etc . . ) à travers l’interface de l a p a r t ie num ér iq ue du manuel qui co mprend d es q uest ionna ires, des plans, des guides. Un s up p or t p a p ier p ermettra de prendre des notes fa cil em ent p our co mpléter les co urs en a j out a nt d es infor m a tio ns et des c ro quis, tout en aya nt l a p oss ib ilité de s auvegarder rap id em ent ces él ém ent s sur le suppo rt numériq ue. U ne partie de l’applic at ion est cons a crée a ux devo irs et révisio ns de va ca nces p our q ue l es ruptures sco laires ne s oient p a s t rop b r ut a l es et que l’élève ne perd e p a s ce q u’ il a a p p r is l’année durant .

D I Y, d o i t y o u r s e l f

Ce manuel sco laire se base sur le fait de co nstruire so n avenir et d’apprendre par l’expérience, l’élève fabrique alo rs peu à peu so n manuel à la main, co mme il fo rge ses co nnaiss ances. Le princ ipe accentue le c arac tère partic ipatif du manuel sco laire. L ’expérience tac tile est ic i très impo rtante c ar l’élève co nstruit so n manuel (qui devient une métapho re de so n avenir)

15

14

présentation des axes de développement


dĂŠveloppement

17

focus


pos i t i on n ement :

focalisation

zoom

Afin de favoriser la concentration de l’élève lors de l’apprentiss age et des exercices, la lecture doit être simple et efficace, c ’est pourquoi le principe de cet axe est basé sur la concentration. Le manuel doit présenter des leçons al lant droit au but s ans avoir de pro blème de dispersion de l’information.

Pou r cette proposi ti on de déve loppe me nt , le su pport pri nci pa l est e n pa pi e r, et le tex te des cou rs et des exe rci ces se ra favori sé e n éta nt très é pu ré . Le su pport nu mé ri qu e vi e ndra a lors compléte r les i nformati ons et tou tes les i nte ra cti ons comme la re che rche dyna mi qu e du conte nu du ma nu e l pa pi e r, ma i s i l conti e nt é g a le me nt les le ctu res obli g atoi res, u ne e ncyclopé di e qu i re pla ce le contex te d’u ne i nformati on, les hype rli e ns, u n lex i qu e et u n moye n de vi si onne r u ne i conog ra phi e e n su rvola nt u n tex te ave c la ta blette nu mé ri qu e. A i nsi a u cu ne a u tre i nformati on qu e le cou rs ne vi e nt pe rtu rbe r la le ctu re. Ce ma nu e l se dé cli ne e n col le cti on e n foncti on des mati è res (hi stoi re, g é og ra phi e, ma thé mati qu e, fra nça i s, etc ..)

Dans cette pro po sitio n de dévelo ppement , le manuel sco laire est fabriqué à partir d’une tec hno lo gie no uvel le, le papier intel ligent qui est interac tif et s’utilise co mme un éc ran tactile. No us po uvo ns imaginer que cette versio n serait envis ageable dans 1 0 ans lo rsque cette tec hno lo gie sera acquise et co mmune. Des o nglets apparaissent dans un co in de l’éc ran po ur avo ir accès à plus d’info rmatio ns (co mme le vo c abulaire inco nnu, o u des références extérieures), mais to ujo urs de faço n disc rètes af in de ne pas po l luer l’espace éduc atif. U ne série de c arnets papiers est mise à dispo sitio n po ur annoter des éléments, avec un c arnet spéc ial «exerc ices» (et dans ce c as, le livre numérique co ntient un o nglets fo rmules avec un résumé des co urs po ur aider l’élève à se remémo rer et avo ir les fo rmules à po rtée de mains).

19

18

focus


Le papi er intelligent

Pour l’instant nous connaissons le papier intel ligent sous cette forme. Il a toujours besoin de compos ants électroniques impos ants, mais avec leur miniaturis ation et l’optimis ation de leur volume, l’apparence du papier électronique se rapprochera de cel le d’une simple feuil le de papier.

Ce type de papier intel ligent permet d’ interagir avec son lecteur, afin d’avoir les avantages du numérique.

20

Cette technologie n’étant pas encore au point , il faudrait attendre plusieurs années avant d’imaginer son utilis ation au quotidien.

Papier intel ligent , Papertab

Papier intel ligent , Plastic Logic


focus focalisation Pour cette proposition de développement , le support principal est en papier, et le texte des cours et des exercices sera favorisé en étant très épuré. Le support numérique (tablette) viendra alors compléter les informations et toutes les interactions comme la recherche dynamique du contenu du manuel papier (indication de la page, reconnaiss ance automatique ou code), mais contient également les lectures obligatoires, une encyclopédie qui replace le contexte d’une information, les hyperliens, un lexique et un moyen de visionner une iconographie en survolant un texte avec la tablette numérique (Il suffit de passer la tablette sur le texte et grâce à un système de

E n coll ec ti o n Un coffret re g ro u p e la co l le ctio n d e liv res pa pi e r, a i n s i tou tes les m atiè res a p p ar tie n n ent à u n e mê me é ditio n . Le l og o s e d é c l in e é ga le m e nt e n fo n ctio n de l a mat i è re d u m a n u e l.

Une mi se en page s implifi é e et un tab lett e en compl é ment

reconnaiss ance un contenu s’affiche comme une sorte de réalité virtuel le). Ainsi aucune autre information que le cours ne vient perturber la lecture. Ce manuel se décline en col lection en fonction des matières (histoire, géographie, mathématique, français, etc ..)

L a mise en page du texte do it être très simple c ar el le do it être épurée et être exempte de to ute f io riture. Au survo l du livre avec la tablette, des info rmatio ns supplémentaires s’aff ic hent sur l’éc ran. Le suppo rt numérique permet d’avo ir accès à des o utils pratiques à l’éduc atio n (dic tio nnaire, livre de grammaire, c alculatrice, etc ..) mais el le sert également à fo urnir des info rmatio ns grâce à un système de reco nnaiss ance o u de rec herc he. Ainsi les info rmatio ns n’ap paraissent que si o n le désire.

23

22

Brief


Cette a rboresce nce est si mple ca r s a foncti on est u ni qu e me nt de fou rni r des ou ti ls et d’a p porte r le mu lti mé di a e n complé me nt de la colle cti on de li vres pa pi e rs. Comme on pe u t le voi r, u ne s a i si e i nsta nta né e pe rmet d’a ccé de r à u ne défi ni ti on ou à l’e ncyclopé di e. Un code pe rmet d’affi che r des photos, i l lu strati ons, vi dé os, docu me nts a u di o, afi n qu e tou tes les i nformati ons soi e nt a ccessi bles a lors qu e le ma nu e l pri nci pa l soi t e n pa pi e r et .

25

24

A rbores cen c e


R ec he rche d e lo go s s ur l e p r i n cip e de la fo c a li s atio n D a n s cette re c h e rch e d e lo go, c ’est la co n centrat i on q u i est ex p r im é e à trave r s cet ense mb l e d e d i s q u es q u i s e ra ss e m b le e n u n po i nt co m m e d es a im ants .

27

26

Su r l a p a g e d e d ro ite, o n m et e n avant le c h a m p d e v i s i on, ave c le ce ntre n et et la p éri ph é r i e p l u s effacé e.


D écli n a is o n d e co u le u r s du lo go e n fo nct i o n d e l a m at i è r e e n s ei gn ée

29

28

Su r c h a q u e l i v re a p p araît le lo go « FO C U S» ma i s d a n s u n e d é clin ais o n d e co u le u r d iffé re nte afi n d e d iffé re n cie r rap id e m e nt les m a ti è res .


31

30

u ne i nfo à l a fo is

la r ech erc h e par code

l’ essenti el

Le mou se ove r (te rme e mployé da ns le do ma i ne du mu lti mé di a pou r défi ni r le su rvol) re nd les ob jets non sé le cti onnés f lou s, ce la e n ra pport ave c la conce ntrati on, ca r i l n’y a qu ’u n se u l ong let qu i reste net , ce lu i qu ’on s’a pprête à sé le cti onne r. I ci on pe u t voi r des ong lets de la ta blette, a i nsi qu e la re che rche da ns le di cti onna i re pa r ordre a lpha béti qu e.

L a rec herc he par co de permet de garder les pages papier neutres, et d’avo ir, grâce à l’extensio n numérique, un moyen de visio nner des info rmatio ns supplémentaires co mme des bio graphies, des po rtraits, des plans, des c artes, etc ..

Les info rmatio ns appara iss a nt s ur l a t a b l ettes so nt restreintes, il n’a p p a ra ît q ue l e st r icte nécess aire. Le menu apparaît dans un coin d e l ’ écra n af in d’y avo ir to ujo urs accès . Les p ictog ra m m es so nt to ujo urs f lo us excepté l or s q u’ il s s ont a ct ivés (ils deviennent net q ua nd il s s ont cl iq ués ).


focus zoom Brief

Des onglets apparaissent dans un coin de l’écran pour avoir accès à plus d’informations (comme le vocabulaire inconnu, ou des références extérieures), mais toujours de façon

discrètes afin de ne pas pol luer l’espace éducatif. Une série de carnets papiers est mise à disposition pour annoter des éléments, avec un carnet spécial «exercices» (et dans ce cas, la tablette contient un onglets formules avec un résumé des cours pour aider l’élève à se remémorer et avoir les formules à portée de main). ZOOM et détails

32

Au pass age du do igt , la zo ne s’agrandit po ur laisser apparaître les détails.

U n su pp ort tang i bl e

or ie n tatio n d e l ’ éc r a n Le texte a p p a ra î t lo r s q u e l’ inte r face est p o s é e à l a ve r t i c a l e, tan d is q u ’ à l’ h o r izo nta le, ce so nt l es ou t i l s et le m e n u q u i s ’aff ich e nt ( afi n de n e p a s p o l l u e r le tex te d es co u r s ) .

Des c arnets so nt mis à dispo sitio n avec l’interface, af in de garder un lien avec le suppo rt tangible et l’éc riture manuel le. Ainsi le c arnet sert de suppo rt po ur les prises de notes, les bro uil lo ns, les c alculs et les esquisses. On peut imaginer que le papier intel ligent ferait partie de ce c arnet , ainsi les deux sup po rts ne feraient qu’un.

33

Dans cette proposition de développement , le manuel scolaire est fabriqué à partir d’une nouvel le technologie, le papier intel ligent qui est interactif et s’utilise comme un écran tactile. Nous pouvons imaginer que cette version serait envis ageable dans 10 ans lorsque cette technologie sera acquise et commune.


Le foncti onne me nt de cette i nte rfa ce est si mple. Le fa i t qu e le pa pi e r nu mé ri qu e soi t u ti li sé ne cha ng e qu ’a u ni vea u du poi ds et du fa i t de li e r les de u x su pports. À la ve rti ca le on a ccè de a u x le çons, (et à qu e lqu es ou ti ls de ba se ).

35

34

arbores cen c e ( ve rt ic a le )


À l’ hori zonta le, on y trou ve des fi ches de révi si ons et les ou ti ls qu i se ront né cess a i res a u x exe rci ces, ré da cti ons et pri ses de notes pa r exe mple.

37

36

arbores cen c e ( hor izonta l e )


39

38 un ce rcle p o u r l e s détail s

la coul eu r

Afi n d ’e nt re r d a n s le d éta il d ’u n e info r m ation, un ce rc l e s ’affi ch e s o u s le d o igt g liss ant su r l ’é c ra n . Ce ce rc le ra p p e l le la lo u p e, p e r m etta nt d ’o bte n i r d ’u n o b j et u n e im a ge ag ran di e.

I ci , le ve rt est u ti li sé pou r la mati è re e nse i g né e (g é og ra phi e ). À cha qu e mati è re correspond u ne cou le u r.

T ests de m i se en s it uat ion du pr incipe de zoom Lo rsque l’élève passe le do igt sur une f rise, une c arte o u un autre do cument , des info rmatio ns supplémentaires apparaissent de faço n à ce qu’el les ne po l luent pas les pages, c ’est l’élève qui déc ide de les aff ic her o u pas.

Par exemple, sur une f r is e chronol og iq ue, il suff it de po ser le do ig t et d e l e fa ire g l iss er po ur vo ir les différent s d ét a il s q ui font l ’ histo ire d’un thème du prog ra m m e s col a ire.


L égendes De la même faço n po ur une c arte (à dro ite), les légendes apparaissent en po s ant le do igt sur un po int qui o uvrira un phylac tère avec des info rmatio ns supplémentaires.

41

40

Po u r u n p l a n i sp h è re, il s u ff it d e gliss e r le do i g t s u r l a c a r te p o u r vo ir le d étail s ’aff iche r, ave c u n texte ex p licatif d u m ilie u g é o p o litiqu e de l ’é p oq u e co n ce r n é e.


dĂŠveloppement

43

42

diy


diy

de ses propres mains

Ce manuel scolaire se base sur le fait de construire son avenir et d’apprendre par l’expérience, l’élève fabrique alors peu à peu son manuel à la main, comme il forge ses connaiss ances. Le principe accentue le caractère participatif du manuel scolaire. L’expérience tactile est ici très importante car l’élève construit son manuel (qui devient une métaphore de son avenir).

Da ns cette proposi ti on de déve loppe me nt , le pri nci pe g ra phi qu e est dé jà choi si , ce pe nda nt la fa bri cati on du ma nu e l se fa i t peti t à peti t . Un k i t est li vré et l’ é lève va fa bri qu e r son ma nu e l pa pi e r à la ma i n, et conce rna nt l’ i nte rfa ce, l’ é lève, va dé ci de r de son a rbo resce nce. A i nsi i l choi si ra où trou ve r ses cou rs et comme nt les cla sse r. L’ i nté rêt pri nci pa l de cette proposi ti on est qu e l’ é lève pe u t re nou e r ave c des a cti vi tés ma nu e l les pou r fa bri qu e r ce qu i se ra le sou ti e n scola i re de tou te u ne a nné e.

Cette pro po sitio n de manuel se base sur le fait de fabriquer so n pro pre manuel au même titre qu’o n co nstruit so n avenir. L ’élève va co nstruire so n interface c ar ce manuel sera le suppo rt de s a co nnaiss ance pendant to ute une année. Premièrement en c ho isiss ant un thème : L a fabric atio n de la c harte de l’interface se fera exc lusivement par l’élève grâce à des pro po sitio ns différentes de templates o ù l’élève va c ho isir ses co uleurs, typo graphies mais aussi le no m de so n manuel, ainsi l’élève s’appro prie co mplètement le manuel. De même po ur le suppo rt papier, la co mmande se fait par internet sur o rdinateur o u via l’interface de la tablette livrée. Ainsi le fo rmat est dépendant de so n pro priétaire, c ar il c ho isit la co uverture, le papier (petit , grand quadril lage o u vierge), mais aussi la reliure.

45

44

ê t r e g u id é pos i t i on n ement :


Q u ’ e st- c e q u e l e D I Y ?

p o u r q u o i l e diy p o u r u n m a n u e l scolaire ?

Le DI Y est u n m oye n d e reve n ir à la fab r icati on pa r s o i m ê me. O n s o r t a lo r s d e la co n s o m m a ti o n u n i q u e p o u r fa b r iq u e r s es p ro p res o b j ets.

Fa bri qu e r son propre ma nu e l, ou du moi ns pa rti ci pe r à son é la borati on, c ’est le re ndre plu s i mporta nt a u x ye u x de son propri éta i re.

D es b l og s s p é c i a lis és d a n s le D I Y p u b lie nt des tu to r i e l s ( m o d es d ’e m p lo i) ch a q u e j o u r, afi n de d on n e r d es id é es à le u r s le cte u r s, q u ’ i ls po u r ront exp é r i m e nte r et e n s u ite p ar ta ge r.

La cu stomi s ati on pe rmet de pe rsonna li se r des ob jets et de le u r donne r u ne a ppa re nce se mbla ble à nos propres g oû ts.

On ret rou ve l e D I Y d a n s la d é co ratio n , la m o d e, l a co u t u re, la cu is in e, la p a p ete r ie, etc .. C’est u n e a c t i v ité e n r ich iss ante car e l le pe rm et d ’u t i l i s e r u n p e u d ’ h u ile d e co u d e p ou r fa b r i q u e r ce d o nt o n a e nv ie, u n effo r t plu s i mp o r t a nt q u e d e reste r s im p le s p e ctate u r ou co n s o m m ate u r.

Da ns le ca dre de l’ é di ti on é du cati ve, c ’est le moye n de donne r u ne cha nce a u ma nu e l d’a p pa rte ni r ré e l le me nt à l’ é lève. I l se ra le su p port de la conna i ss a nce d’u ne a nné e. Ce moye n pe rmet donc de tra nsforme r l’a nci e n ma nu e l, froi d, di sta nt et i mpe rsonne l, e n a ssi sta nt , qu i su i t pe nda nt tou te u ne a nné e son propri éta i re. A i nsi cha qu e li vre se ra di ffé re nt e n foncti on des g oû ts de cha cu n.

47

46

Le fa i t d e fa b r i q u e r s o i- m ê m e est p lu s va lo ri s a nt q u e d ’a c h ete r d an s le co m m e rce, c ’est u n reto u r à l ’a c t i o n et à l’a r tis an at .

Exemple de tutoriel DIY pour fabriquer un poster en volume.


diy de ses propres mains Brief L’intérêt principal de cette proposition est que l’élève peut renouer avec des activités manuel les pour fabriquer ce qui sera le soutien scolaire de toute une année.

P i mp my s ch oolbook L ’élève c ho isi la typo graphie, les co uleurs, le fo rmat , la trame et la reliure (po ur la versio n papier). L a sélec tio n et la co mmande du c arnet peuvent être effec tuée à partir de l’interface o u d’un o rdinateur.

48

49

Dans cette proposition de développement , le principe graphique est déjà choisi, cependant la fabrication du manuel se fait petit à petit . Un kit est livré et l’élève va fabriquer son manuel papier à la main, et concernant l’interface, l’élève, va décider de son arbo rescence. Ainsi il choisira où trouver ses cours et comment les classer.

d e l a « c a lli g r a p h i e » d’ a do

Des su pports a ssort is

Le p r i n c i p e d e ce m a n u e l s co laire est d e fa br i q u e r l e m a n u e l s o i- m ê m e : la ty p o g rap hi e du t i t ra g e est do n c fa ite à la m ain et g rasse, co m m e ce l l e u t i lis é e d a n s le stre et ar t .

Ainsi les deux suppo rts o nt la même identité et la versio n papier peut-être amélio rée à la main avec un kit dans lequel so nt livrés des po c ho irs, des pinceaux , des feutres et des stylo s)

Des o u t ils co nsta m m e n t acc e ss i b l e s L ’a ccès a u x ou t ils a lie u e n b as d e l’ inte r fa ce, sou s fo r m e d ’u ne b a n d e ar rach é e gro ss iè re me nt q u i va s e d éve lo p p e r au to u ch e r. A insi l ’é l ève a u ra a ccès à u n e ca lcu latr ice, u n d icti on n a i re o u a u tre, d ’u n s im p le geste.


A rbores cen c e

Lors de la pre mi è re ma ni pu lati on, u ne pe rsonna li s ati on de l’ i nte rfa ce doi t être effe ctu é e, e n pa ss a nt pa r le choi x d’u n nom, d’u ne tra me, des cou le u rs, des typog ra phi es et pou r la ve rsi on pa pi e r, le choi x de la re li u re, et du format . À la fi n de la pe rsonna li s ati on et prévi su a li s a ti on de l’ i nte rfa ce et du ca rnet , la comma nde pe u t -être effe ctu é e di re cte me nt su r i nte rnet afi n de re cevoi r le k i t à domi ci le afi n qu e l’a do pu i sse le fa bri qu e r de ses propres ma i ns.

51

50

Ce sché ma pe rmet de li re le foncti onne me nt de la ta blette :


de la « ca lli gr a p h i e» d’ ado Le princ ipe de ce manuel sco laire est de fabriquer le manuel so i-même : la typo graphie du titrage est do nc faite à la main avec une graisse impo s ante, co mme cel le utilisée dans le street art .

L a fabr icat i on

On verra ainsi l’élève c ho isir le no m de so n livre, une trame po ur égayer et perso nnaliser la «déco » de so n livre, les co uleurs princ ipales, et les typo graphies. L ’élève peut également c ho isir le fo rmat de so n c ahier de notes ainsi que la reliure. Chaque élève po ssède alo rs une versio n perso nnalisée de so n pro pre c ahier + tablette, af in d’avo ir un mo dèle unique, so n pro pre manuel sco laire.

53

52

Po ur c réer la fo rme visuel le de so n pro pre livre sco laire, l’élève do it effec tuer certains c ho ix à travers plusieurs étapes de sélec tio ns.


55

54

p ersonna li se r e n fon c ti on de s a personna lité Le choi x des cou le u rs pri nci pa les pe rmet à l’ é lève de s’ i de nti fi e r lorsqu ’ i l consu lte son li vre nu mé ri qu e. En plu s de pe rsonna li se r son li vre, c ’est s a pe rsonna li té qu i se ref lète à l’ i nté ri e u r. De mê me pou r le reste de la pe rsonna li s ati on. L’ob jet fi na l se ra u ne re prése ntati on i né di te de la pe rsonna li té de l’ é lève pu i squ ’ i l l’a u ra fa bri qu é .

p er sonna li ser les deux su pp orts U ne fo is que l’interface à été perso nnalisée, le c arnet prend la même apparence graphique, il suff it do nc de c ho isir le fo rmat du suppo rt papier, ainsi que la reliure. Ainsi les deux suppo rts o nt la même identité.


pa sser commande

56

57

Après l’étape de visualis atio n des suppo rts, et leur validatio n, la co mmande du c arnet peutêtre effec tuée. Celui- c i sera do nc envoyé au do mic ile de l’élève qui po urra enf in fabriquer so n suppo rt papier à la main, grâce au kit envoyé (dans lequel il po urra tro uver les lettre transferts de la po lice de c arac tère qu’il a c ho isie, des tubes de peinture, des pinceaux , des stylo s, et des plaques de stic kers, et du masking tape co rrespo ndant à la trame qu’il a c ho isie, af in de perso nnaliser au maximum so n c arnet).

Exemple de kit DIY.


59

58

Acco rd é s Vo i c i u n exe mp le d ’e n s e m b le ca r n et-ta b lette, l es d e u x ob j et s p o ss è d e nt la m ê m e ch arte gra p h i q u e, ce l l e cré é e p a r l’ é lève. Ave c le ki t l i v ré p o u r fa b r iq u e s o n p ro p re liv re, il p eu t pe r s on n a l i s e r l a co u ve r tu re ave c d es tra m es l i v ré es s o u s form e d e p o ch o ir s, et é cr ire le n o m d o n n é a u liv re ave c les sty lo s, fe u tres, pe i nt u re et p i n cea u x . To u t est m is e n œ u vre po u r q u e l ’é l ève s ’a m u s e à cré e r s o n p ro pre l i v re s co l a i re n u m é r iq u e acco m p a gn é d e son c a r n et .

Hello tous diffé r ents Chaque élève ayant la po ssibilité de c réer la fo rme de so n manuel sco laire, ils auro nt to us une apparence différente fais ant de c hacun une pièce unique, à l’image de so n pro priétaire.


diy être guidé Brief Cette proposition de manuel se base sur le fait de fabriquer son propre manuel au même titre qu’on construit son avenir.

Organ is ati on ch oi si e Le c ho ix de l’arbo rescence s’effec tue dès l’o uverture de l’applic atio n. Il suff it de faire glisser les matières dans des do ssiers différents af in de se retro uver fac ile ment dans s a pro pre o rganis atio n. L ’élève a to ujo urs la po ssibilité de mo dif ier cette arbo rescence af in de l’amélio rer.

60

61

L’élève va construire son interface car ce manuel sera le support de s a connaiss ance pendant toute une année. Premièrement en choisiss ant un thème :

La fabrication de la charte de l’interface se fera exclusivement par l’élève grâce à des propo sitions différentes de templates où l’élève va choisir ses couleurs, typographies mais aussi le nom de son manuel, ainsi l’élève s’appro prie complètement le manuel. De même pour le support papier, la commande se fait par internet sur ordinateur ou via l’interface de la tablette livrée. Ainsi le format est dépendant de son propriétaire, car il choisit la couverture, le papier (petit , grand quadril lage ou neutre), mais aussi la reliure.

un e g r ill e p o ur gu i de r e n to u t e li b e rt é

ouv ert ur e du car net pa s à pa s

L a g r i l l e re p rés e nte le fa it d ’ être gu id é to u t en aya nt u n e ce r ta in e lib e r té ( d an s le ch oi x de l ’a r b o res ce n ce p ar exe m p le ) . Ain s i , cette g r i l le ap p a ra ît e n fo n d d ’ é cran, et e l l e a p e r m i s d e cré e r u n e ty p o g rap h ie qu i est u t i l i s é e p ou r les titra ges d e l’ap p licatio n.

U ne versio n papier est po ssible avec un système de do ssiers à déco uper af in de déco uvrir les co urs peu à peu. Cette versio n papier est applic able po ur les exerc ices par exemple, ainsi à c haque do ssier, il faut déco uper les tranc hes af in de po uvo ir s’exercer sur cette versio n.


Le foncti onne me nt de cette ta blette est si mple : i l fa u t qu e l’ é lève org a ni se l’ i nte rfa ce ava nt de pou voi r consu lte r ses cou rs. A i nsi la ta blette se ra consu lta ble se lon u n ordre défi ni pa r son propri éta i re. Le reste de l’a ppli cati on pe rmet à l’ é lève de navi g u e r e ntre les mati è res et d’avoi r a ccès à des ou ti ls pé da g og i qu es. Le ca rnet qu a nt à lu i su i t la mê me i de nti té qu e l’ i nte rfa ce. En foncti on du choi x de te mplate, u ne comma nde est effe ctu é e su r i nte rnet à pa rti r de la ta blette e l le -mê me.

63

62

arbore s cen c e


T y p o g ra p h i e d e t i t r age s

65

64

Cette t y p og ra p h ie a été co n çu e s u r u n e g r il le l a i ss a nt u n e g ran d e lib e r té , la s e u le co ntra inte ét a nt d e fa b r i q u e r les lettres e n u n s e u l trai t .


67

66 C h o ix d u n om de l ’ e n s e m b l e é du c at i f

l a coule u r

L e ch o i x

Le n o m «M EA» vie nt d u latin et s ign if ie « m o i » . C’est u n moye n d e s o u lign e r le fa it q u e c ’est l ’é l ève l u i mê m e q u i co n str u it s o n inte r face, de l a mê me fa ço n q u ’ il co n str u it s o n ave n ir et s a p e r s on n a l i té .

Le ja u ne est u ne cou le u r joye u se et sti mu la nte. C’est u n ja u ne ora ng é qu e j’a i choi si e pou r l’e nthou si a sme et l’ i ma g i nati on (La créati on du DI Y, pa r le choi x de te mplate )

Ce pro jet pro po se à l’élève de c ho isir le template de so n «manuel» po ur qu’il puisse se l’appro prier. L a perso nnalis atio n de so n o util de travail lui permet d’avo ir une plus grande o uverture en vertu de ce qui sera so n suppo rt de co nnaiss ance pendant au mo ins to ute une année. Le c ho ix est signif ié par un co nto ur en po intil lé, se référant à la trame du début . E l le représente do nc le fait de c ho isir librement en étant guidé (le c ho ix n’est pas déf initif, il est guidé, mais c ’est l’élève qui détient la déc isio n f inale).

la t ra m e d e fo n d L a t ra m e est ce l le u tilis é e p o u r la créatio n de l a t y p og ra p h i e. C ’est u n e n s e m b le d e p o ints qu i p e r m et d e c ré e r d es fo r m es e n étant gu i dé .


dĂŠveloppement

69

68

in&ex


in&ex

contraste

porosité

La pre mi è re proposi ti on de déve loppe me nt de cet axe est fondé e su r l’opposi ti on de l’ i nté ri e u r et de l’ex té ri e u r de l’ é cole. Le su pport pa pi e r se ra rése rvé a u x exe rci ces et a u x pri ses de notes, a lors qu e le su pport nu mé ri qu e compre nd à la foi s les le çons, des Q CM , des g u i des pou r les ex posi ti ons a i nsi qu e des pla ns à té lé cha rg e r g râ ce à u ne pla teforme de té lé cha rg e me nt mi se à di sposi ti on su r l’ i nte rfa ce.

Cette deuxième pro po sitio n vient du fait de faire des al ler-reto urs entre l’éco le et l’extérieur, et met en avant la po ro sité du rythme sco laire, do nc le pass age assez so luble d’un état à un autre, co mme un tunnel. De cette faço n le pass age d’une ac tivité extra- sco laire à la lec ture d’un co ur par exemple peut basculer en un mo uvement . Les deux parties restent co nstamment très accessibles.

Afin d’éviter les coupures trop brutales entre les périodes de cours et les vacances scolaires, ce manuel propose d’accompagner l’élève de septembre à septembre; ce manuel permet de suivre l’élève dans ses sorties culturel les (s alons, musées, parcs d’expositions, etc ..) à travers l’interface de la partie numérique du manuel qui comprend des questionnaires, des plans, des guides. Un support papier permettra de prendre des notes facilement pour compléter les cours en a joutant des informations et des croquis, tout en ayant la possibilité de s auvegarder rapidement ces éléments sur le support numérique. Une partie de l’application est cons acrée aux devoirs et révisions de vacances pour que les ruptures scolaires ne soient pas trop brutales et que l’élève ne perde pas ce qu’il a appris l’année durant .

71

70

pos i t i on n ement :


L’é d u cat i o n à l’ éco l e et l’ é du c ati o n ailleu rs

L ’é d u c at i on h or s d e l’ é co le n e s ig n if ie p a s u ni qu e me nt u n e ns e ig n e m e nt cu ltu re l. Ce s o nt au ss i d es va l e u r s d u s p o r t , q u i p a r ticip e nt à l ’ap p re nt i ss a g e d e la v ie e n co m m u n au té pa r exe mp l e.

ne me nt , e n se retrou va nt plu si e u rs jou rs da ns la natu re. Ce la le u r pe rmet de vi vre qu e lqu es ave ntu res, et d’a cce ntu e r le u r se ns de l’obse rvati on. Fre i net , vi si ta nt u ne é cole près de H a mbou rg e n 1922, dé cou vri t « La cla sse -prome na de » qu i consi sta i t à la i sse r u ne cla sse à l’ex té ri e u r de l’ é cole, da ns la natu re, pre ndre des notes su r l’e nvi ronne me nt natu re l. La dé cou ve rte de la « cla sse dé cou ve rte » pa r Cé lesti n Fre i net (cé lè bre pé da g og u e fra nça i s) da ns u ne é cole proche de H a mbou rg , pa rti ci pa a cti ve me nt à l’ é la borati on de « l’ É du ca ti on N ou ve l le » , u ne méthode pé da g og i e qu i propose a u x é lèves de pa rti ci pe r a cti ve me nt à le u r propre é du cati on.

73

72

L’a p p re nt i ss a g e n e s ’a r rête p a s à la p o r te de l ’é col e, d e n o m b re u s es a ctiv ités ex tra - s co l a i res p a r t i c i p e nt à l’ é d u catio n d es e nfa nts. Par exe mp l e l es m u s é es s ’ im p liq u e nt d ans l ’é d u c at i on d es p lu s p etits ave c d es p a rco u rs pré d éfi n i s, m ettant e n avant l’o b s e r vatio n et l a mé mo i re d es e nfants . D e n o m b re u x s alo n s p o u r e nfant , et ex p osi ti o n s s o nt mi s e n œ u v re ch aq u e an n é e p a r les m u n i c i p a l i tés, pa r les m u s é es é ga le m e nt . C ’est l e c a s d e l a Ci té d es S cie n ces et d e l’ I n d u st ri e qu i , ave c l a Ci té d es Enfants, p e r m et à d es mi ll i e r s d ’e nfa nt s de 2/ 7 et 7/ 12 a n s d ’a p p re n dre da n s u n l i e u d é d ié à l’ex p lo ratio n .

Les c l a ss es n atu res p e r m ette nt a u x e nfa nt d’a p p re n d re co m m e nt fo n ctio n n e le u r e nv iron-

Activités éducatives à la Cité des Enfants


in&ex contraste Brief L’organis ation des pages est fondée sur l’op position, c ’est pourquoi les onglets «menus» et «outils» sont séparés et opposés aux extrémités de l’interface.

accès permanent selon l’orientation de la tablette

74

L ’interface accueil le les co urs, les exerc ices, et les o utils de la partie «éco le». M ais en to urnant l’éc ran à l’ho rizo ntale, c ’est la partie «ho rs de l’éco le» qui apparaît .

à l’intérieur/ à l’extérieur Cette p rop os i t i o n m a rq u e le co ntra ste e ntre l’i nté r i e u r et l’ex té r ie u r ( d e l’ é co le ) , d ’u n côté l es co u r s et d e l’a u tre les activ ités et l es so r t i es ext ra s co laires .

un cahier réversible Le suppo rt papier est réservé aux exerc ices et aux prises de notes, c ro quis, bro uil lo ns, etc .. Celui- c i s’utilis a de la même faço n que la tablette, il est réversible : IN : les exerc ices à réso udre à la f in de c haque do ssier de l’interface (pré-rangés par matières) E X : des pages vierges réservées à la prise de notes, etc ..

75

La première proposition de développement de cet axe est fondée sur l’opposition de l’intérieur et de l’extérieur de l’école. Le support papier sera réservé aux exercices et aux prises de notes, alors que le support numérique comprend à la fois les leçons, des QCM , des guides pour les expositions ainsi que des plans à télécharger grâce à une plateforme de téléchargement mise à disposition sur l’interface.


Su r les pa g es su i va ntes, on pe u t di sti ng u e r les pa rti es I N et EX . I N compre nd les cou rs, les de rni è res le çons e n cou rs et les ou ti ls (di cti onna i re, ca lcu latri ce, li vre de g ra mma i re, etc .).

77

76

arbores ce n c es ( ve rt ic a l e)


L’a ccès à la pa rti e EX s’effe ctu e e n tou rna nt l’ é cra n à l’ hori zonta le, à cha qu e i nsta nt u n ba scu le me nt d’u ne pa rti e à l’a u tre pe u t a lors être effe ctu é .

79

78

Et la pa rti e EX conce rne l’a ppre nti ss a g e pa s le di ve rti sse me nt (thé âtre, ci né ma , ex posi ti ons, mu sé es, conce rts, sport), ma i s a u ssi pa r les vi si tes da ns des pays di ffé re nts pa r exe mple (pla ns, tra du cte u r, g u i de, G PS). M a i s EX i ntè g re é g a le me nt les devoi rs ma i son, a i nsi qu e le ca hi e r de va ca nces qu i pe rmet de g a rde r u n li e n ave c les cou rs e n de hors de l‘ é cole


81

80

R echerche et déclina ison de logo L’ob je cti f de cette re che rche est de cré e r u n log o e n ra pport ave c le contra ste. En plu s de ce pri nci pe, le dou ble se ns de le ctu re a été a jou té e da ns la de rni è re proposi ti on de déve loppe me nt . Les cou le u rs sont complé me nta i res et se ré ponde nt pa rfa i te me nt pa r ra pport a u côté I N té ri e u r, re prése nté e n ble u , pa rti e plu s sé ri e u se qu e la pa rti e I N té ri e u re, e n ora ng e, cou le u r plu s festi ve.


83

82 un e e s p e r lu ett e bipo l ai r e Lor s q u e l ’é c ra n est à la ve r ticale, c ’est le « IN » qu i est m i s e n va le u r ave c le « & » d e co u leu r bl e u , et l o r s q u e l’ é cran b as cu le à l’ h o r izo nta l e, l e «E X » est m is e n avant ave c le « & » qu i ba s cu l e e n m ê m e te m p s q u e l’ é cran et ch ang e de cou l e u r p o u r p ass e r a u o ra n ge.

Des angles o pp osé s et un lien ent r e les deux Les deux parties s’o ppo sent par leur co uleurs, mais c ar el les so nt situées aux angles les plus élo ignés de la tablette. Cel le - c i est séparée par la f ro ntière entre le IN et le E X , o ù se tro uve l’esperluette (qui représente le livre permettant la pro lo ngatio n de l’éduc atio n de l’éco le, à l’éduc atio n à l’extérieur de l’éco le). De plus, lo rsque l’éc ran se to urne, les angles c hangent (bleu : haut gauc he po ur IN; bleu : bas gauc he po ur E X)


85

84 d e s o pp o s é s q u i s e r é p o n de n t

des m ises en page qui se r ép ondent

des ang les ac ti fs

Lor s q u ’u n e p a g e d ’u n d o ss ie r côté I N est o u ve r te, i l est p oss ib le q u ’u n e p a ge côté EX l u i ré p on d e ( e n b a s cu lant l’ é cran à l’ h o r izo nta le). Par exe m p l e p o u r le d o ss ie r « La co n q u ête de l ’Is l a m », e n to u r n ant l’ é cra n , o n p e u t vo ir a p pa ra î t re u n e p age p rés e nta nt les co l le ctions du d é p a r te me nt d es ar ts d e l’ I s lam d u Mu sé e du Lo u v re.

Bien qu’el les so ient vertic ales et ho rizo ntales, les deux parties co rrespo ndent à la même c harte graphique, seules les co uleurs c hangent (représentant c hacune leur o ppo sé, IN o u E X , respec tif ).

Co mme no us l’avo ns vu p récéd em m ent , l es angles o nt une impo rt a nce d a ns l e s ens d e l a c réatio n de l’interface. Il s d oivent a l or s j ouer un rô le dans s a manip ul at ion. Les angles permettent d e retour ner a u m enu et d’avo ir accès aux o ut il s éd ucat if s d e l a t a blette.


87

86

U n c ar net à l’ i mage de la tab lett e Le c arnet s’utilise de la même faço n que la tablette c ar il est réversible, d’un côté (IN) la partie exerc ices et notes pendant les co urs (to ut est pré imprimé et c lassé en fo nc tio n des matières avec des interc alaires po ur se repérer fac ilement). Quant à l’autre côté (E X), des pages de notes et de c ro quis qui restent neutres po ur laisser l’ado lescent noter, dessiner, agrafer, les expériences qu’il peut vivre en deho rs de l’éco le, mais to ujo urs dans un c hamps éduc atif. L ’élève dispo se d’un c arnet par semestre af in que le po ids de celui- c i ne so it pas un pro blème.


in&ex porosité Brief tra- scolaire à la lecture d’un cour par exemple peut basculer en un mouvement . Les deux parties restent constamment très accessibles.

L’é vo lu t io n da n s l a t r a n si t i o n

89

88

Cette deuxième proposition vient du fait de faire des al ler-retours entre l’école et l’extérieur, et met en avant la porosité du rythme scolaire, donc le pass age assez soluble d’un état à un autre, comme un tunnel. De cette façon le pass age d’une activité ex-

Le con ce pt d e ce p ro j et étant la p o ro s ité , la prop os i t i o n g ra ph iq u e d o it- être b as é e s u r la tra n s i t i o n ( d u IN a u E X ) .

Un accè s à to u t mom e n t

Un pl an large pour l’ ext é ri eur

Po u r p a ss e r d e la p ar tie I N à EX , il s u ff it de fa i re g l i ss e r l ’é cran d e h au t e n b a s, a in s i les de u x reste nt co n sta m m e nt access ib les . Un d é g ra d é q u i évo lu e ave c la d es ce nte co nfi r me q u e l e ch an g e m e nt p ro g ress e d e la pa r t i e I N à l a p a r tie E X .

L a partie E X étant basée sur l’extérieur, c ’est un plan qui so rt du c hamps qui la représente. Il suff it de faire glisser l’éc ran po ur vo ir to utes les c atégo ries.

Alo rs que la partie E X est une ca r te d a ns l a quel le l’élève do it navig uer p our a l l er cherc her des info rmatio ns, l a p a r t ie IN reste t rès c adrée et plus basique : l a navig at ion s e fa it d e gauc he à dro ite et inve r s em ent (ca r l es t ra ns itio ns vertic ales so nt rés er vées à l a p a r t ie EX).


Su r les pa g es su i va ntes, on pe u t voi r la dou ble u ti li s ati on de la ta blette, axé e à la foi s su r l’ é du cati on à l’ é cole, et hors de l’ é cole ave c les devoi rs, le ca hi e r de va ca nces, u n moye n de se g é oloca li se r, u n moye n de trou ve r de qu oi a ppre ndre e n se di ve rti ss a nt , et u ne pa rti e té lé cha rg e me nt où on trou ve ra des g u i des, des pla ns, etc ..

91

90

arbore s cen c e s


93

92

A lors qu e pou r la pa rti e é cole, ce sont les cou rs qu i sont mi s à l’ honne u r e n aya nt l’a i de d’ou ti ls é du cati fs.


95

94

u n b loc pe rm éab l e et des directions à su ivre Le di squ e est la forme pri nci pa le me nt u ti li sé e, e n tra me i l re prése nte la porosi té , et a li g né , i l re prése nte le g u i de, la di re cti on (u ti li sé e da ns la pa rti e « EX » ave c u ne ca rtog ra phi e des i nformati on).


97

96 U n e c a rt e p o u r n av i gu e r D a n s E X , p ou r t ro u ve r les info r m atio n s, il fau t fa i re g l i ss e r l ’é cran p o u r le « fa ire b o u ge r» . Comm e d a n s u n e nv iro n n e m e nt ex té r ie u r, i l fa u t a l l e r c h e rch e r les info r m atio n s q u i s ont dis p e r s é es .

Ic i, o n peut distinguer la différence entre la partie sco laire, restant f ixe dans le c adre de la tablette, alo rs que la partie extra sco laire se manipule co mme une c arte en al lant c herc her les info rmatio ns en la parco urant .


Grâce à ses rec herc hes, j’ai pu déployer plusieurs pistes répo ndant à la pro blématique de départ qui est «co mment dynamiser le manuel sco laire ?» Ces pistes so nt ac tuel les et parfo is pro spectives, et malgré les suppo rts qui restent les mêmes, les po sitio nnements c hangent co mplètement à c haque axe avec une pro po sitio n qui se base sur la co ncentratio n de l’élève, une autre sur le c arac tère partic ipatif de l’ado lescent et une autre qui l’acco mpagne to ute l’année et met en avant à la fo is l’éco le mais aussi les ac tivités extra sco laires.

Dans le to me 3, je vais d ével op p er et f ina l is er l’axe IN&E X/CONT RA STE ca r j e p ens e q ue c ’est le plus pertinent . E n effet , c ’est l ’ens em b l e éduc atif le plus dynam iq ue ca r il reste ouver t à l’extra sco laire, et a ins i il reste ut il is a b l e to ute l’année, c ’est un vér it a b l e a ss ist a nt po ur l’élève et un vér it a b l e com p l ém ent a u manuel sco laire. C’est aussi le pro jet l e p l us réa l is a b l e ca r il co rrespo nd à un o util q u’on p our ra it vra im ent utiliser et dévelo pper d a ns l ’ éd it ion s col a ire. No us verro ns do nc dans l e tom e 3 com m ent cette piste va évo luer.

99

conclusion


Mise jour Mise à à jour dudumanuel scolaire: : manuel scolaire design graphique graphique LeLedesign au service service au l’enseignement dedel’enseignement maeva suve

maeva suve

tome 03

tome 02 finalisation

recherches


Mise à jour du manuel scolaire : Le design graphique au service de l’enseignement maeva suve

tome 03 finalisation


SOMMAIRE

11 11 11 15 15 15

i n t ro d u c t io n R a p p el d u c o n t e x t e

A n alyse SWOT Le côté politique L ’é ducation à l’é cole et l’é ducation ail le ur s Le e -lear nin g L ’appre ntiss age inve r sé

R a p p el d u c a h ier d es c h ar g es

17

19

le c o n c e p t i n & e x

25

c a h ier d e c h ar t e

26 27 30 32 34 38

41

42 46 68

71

72

77

le k i t i n & e x

83

c o n c l u sio n

85

remer c ieme n t s

Le logotype Choix typographiques Choix de la gamme coloré e For mats Justifications graph iques Les pictogrammes

i n t é ra c t io n s d e l ’ i n t er f a c e

Les ar boresce nces P rése n tation des bouton s et in té raction s P rése n tation des é cran s

L E c ar n e t P rése n tation du car net

7

9


Aujo urd’hui la Co nnaiss ance se tro uve au bo ut de no s do igts grâce à la tec hno lo gie. L ’apprentiss age se fait à n’impo rte quel âge, n’impo rte o ù, n’impo rte quand et ce, grâce à la tec hno lo gie. À l’image de la so c iété, le manuel sco laire est en pleine évo lutio n. L ’o b jec tif de ce pro jet est d’amener une so lutio n alternative au manuel sco laire papier, et à l’enseignement e -learning. L a tec hno lo gie enviro nnante no us permet d’interagir avec le mo nde entier, de se divertir à n’impo rte quel mo ment , à n’impo rte quel endro it . E l le a mo dif ié notre co mpo rtement so c ialement , mo ralement , intel lec tuel lement . Les no uvel les génératio ns so nt nées avec internet , el les co mmuniquent différemment . L ’en jeu de ce pro jet est de dynamiser le manuel sco laire et c ’est à travers mes différents to mes que je suis parvenue à c réer IN&E X . Après une étude approfo ndie du co ntexte dans le to me 1 et plusieurs pro po sitio ns de po sitio nnements, c ’est f inalement le pro jet IN&E X qui a été retenu.

IN&E X est un pro jet e ng a g é d a ns l ’ens eig ne ment dans et ho rs éco l e aya nt p our vocat ion d’amener un supplém ent a u m a nuel s col a ire traditio nnel grâce à son p os it ionnem ent , m a is aussi grâce aux o uti l s em p l oyés . En effet , IN&E X est un manuel s col a ire en d eux p a r t ies, une partie numérique et une p a r t ie p a p ier. L ’élève aura en main tout ce d ont il a b es oin au co urs de l’année dans ce kit s col a ire. Ce dernier to me est co ns a cré à l a f ina l is at ion de ce pro jet et à la st ratég ie a d optée p our répo ndre au beso in ét ud ié d a ns l es tom es précédents.

9

INTRODUCTION


analyse SWOT du manuel sco l air e

enseignants eux-mêmes .

Forces : - L a co mbinaiso n de leço ns et d’exerc ices qui permet à l’enfant d’appliquer ce qu’il apprend dès qu’il to urne la page - L ’o rganis atio n du manuel par c hapitre, qui permet de naviguer grâce au so mmaire d’une leço n à une autre, par o rdre de diff iculté o u c hro no lo gique, dépendant de la matière sco laire. - Le manuel sco laire reste l’o util le plus utilisé. L ’héritage qu’il représente est le lien des parents et des enfants qui o nt appris de la même faço n.

Me naces : - Les pro grès tec hno l og iq ues p er m ettent à d’autres o utils éduc atif s d e fa ire l eur a p p a r itio n (applic atio n sur s m a r t p hones, t a b l ettes et o rdinateurs perso nnel s, p rés ence d e l ’ informatique dans les c lasses et à d om icil e) - Face au numérique, l e m a nuel s col a ire n’a pas évo lué aussi rapide m ent . - On co nstate une gam if icat ion im p or t a nte d e la so c iété. Déso rmais l ’a p p rent iss a g e l ud iq ue est favo risé, l’intérac t ion est ind is p ens a b l e dans les o utils éduc atif s d ’a uj ourd ’ hui.

Faibless es : - Des mises à jo urs do ivent être effec tuées c haque année en fo nc tio n des c hangements de pro grammes, et co mme le fo rmat est imprimé, d’une année sur l’autre, le manuel devient o bso lète. - Le po ids des manuels est également un f rein à so n utilis atio n. L a multiplic atio n des matières entraine cel le des livres dans les s ac s et do nc du po ids po rté plusieurs fo is, c haque jo ur pas les enfants.

l e côté po l itique

Opport unités : - Le manuel sco laire peut évo luer grâce aux avancées tec hno lo giques - L a vo lo nté de la part du go uvernement de faire évo luer le système éduc atif est un moyen de prendre de l’élan po ur avancer dans le manuel sco laire. - Le c ho ix du manuel sco laire se fait par les

Co nsc ient qu’une évo lut ion d es m ét hod es d ’enseignement est nécess a ire à not re ép oq ue, l e ministère de l’Éduc at ion Nat iona l e s ouha ite faire entrer l’éco le da ns l ’ ère d u num ér iq ue   : «Le numérique peut aider l ’ Écol e d a ns l ’a ccom plissement de ses miss ions fond a m ent a l es    : instruire, éduquer, ém a ncip er et for m er l es enfants d’aujo urd’hui p our q u’ il s d eviennent les c itoyens épano uis et res p ons a b l es d e d e main. Il permet d’am él iorer l ’eff ica cité d es apprentiss ages en dével op p a nt d es p rat iq ues pédago giques plus ad a ptées a ux r yt hm es et aux beso ins de l’enfant , p l us intera ct ives et attrac tives, en enco ura g ea nt l a col l a b orat ion entre les élèves et le t rava il en a utonom ie ou enco re en off rant des p oss ib il ités nouvel l es po ur les élèves en situat ion d e ha nd ica p. » Po ur cela, le go uvernem ent a m is en p l a ce

11

10

rappel du contexte


12

Des service s pou r mie ux accompagner et s u ivre la scolarit é de s él èves

Visuel issu du site internet education.gouv.fr vis ant à il lustrer la mise à jour de l’école dans le numérique en 2013.

pl u s i e u r s s e r v i ces effe ctif s d ès cette a n n é e. « De s se r vice s po u r mieux en sei g ner et pour mieux app r end re 1. «Les Fon d a m e nta ux » à l’ é co le p r im aire  : un e s é r i e d e p lu s ie u r s ce ntain es d e f il ms d’a n i m at i on d e tro is m in u tes ( e n lib re accès su r i nte r n et ) po u r co m p re n d re, d e fa ço n lu di q u e, l es n ot i o n s fo n d am e nta les lié es à l’a p pre nt i ss a g e d u f ra n ça is, d es m ath é m atiq ues, des s c i e n ces, etc . 2. «E n g l i sh for s c h o o ls » : u n s e r v ice d e res-

sou rces nu mé ri qu es pé da g og i qu es (exe rci ces, vi dé os) desti né a u x 8-11 a ns pou r u n a ppre nti ss a g e lu di qu e et fa ci li té de l’a ng la i s e n cla sse et à la ma i son (di sponi ble pou r tou tes les cla sses). 3. «M @gi stère» : u n di sposi ti f de formati on conti nu e e n li g ne et i nte ra cti ve, spé ci fi qu e me nt conçu pou r les e nse i g na nts du 1e r de g ré da ns le ca dre des he u res dé di é es a u x a cti ons de formati on conti nu e. 4. «Edu thèqu e» : u n porta i l desti né a u x e nse i g na nts du 1e r et du 2nd de g ré le u r pe rmetta nt , su r a ccès rése rvé , de di spose r g ratu i -

7 . « Lire, une anné e d’appre nt iss ag e de la le ct ure » : un web - do cumentaire po ur aider enseignants et parents à acco mpagner les enfants de co urs préparato ire dans cette étape impo rtante de leur sco larité. 8 . «S ’ ins crire au lycé e » : un service qui permet d’effec tuer l’insc riptio n au lycée direc te ment sur internet . 9 . «M a s e conde chance », « Mon st ag e e n lig ne », «Mon indust rie » : un service de géo lo c alis atio n des struc tures de fo rmatio n destiné aux jeunes en situatio n de déc ro c hage, des pro po sitio ns de stages en ligne et des info rmatio ns po ur mieux co nnaître les métiers des f ilières professio nnel les. 1 0 . «Tot al Accès » : une applic atio n et un site mo bile fo urniss ant des info rmatio ns relatives à l’o rientatio n et à l’insertio n professio nnel le accessibles aux perso nnes en situatio n de handic ap visuel. 1 1 . L a g é né ralis at ion prog ress ive des Espaces num é riques de t ravail ( EN T ) : un ensemble de resso urces et services destinés aux enseignants, aux élèves et à leurs parents et vis ant à fac iliter les éc hanges sur la vie de l’établissement et à renfo rcer l’implic atio n des famil les dans la sco larité des élèves.

Une form at ion au et par le nu mérique au

s ein de s École s s upér ie ur e s du p rofe sso r at et de l’éd ucation (E SP E) Les E SPE auro nt po ur m iss ion d e for m er l es enseignants à l’us age d u num ér iq ue. L’ob j ectif de cette fo rmation s era non s eul em ent de s avo ir maîtriser les out il s num ér iq ues s ur le plan tec hnique, ma is a uss i et s ur tout , d e les mettre au service d es a p p rent iss a g es en c lasse, de c réer des ress ources p éd a g og iq ues adaptées aux élèves ou encore d ’ut il is er l es services de co mmunic at ion p our m ieux im p l iquer les famil les. Cette for m at ion a ura el l e même reco urs aux tec hnol og ies num ér iq ues . »

La l abel l is ati on des vi n gt-troi s p r emi er s «col l è ges connecté s» Cette vo lo nté d’intégrer l es écol es d a ns l ’ ère du numérique a per m is a u g ouver nem ent d’instal ler 2 3 «co l lèges connectés » , q ui d eterminero nt à la f in de l a p ér iod e d e test s i l es effets so nt co nc luants ou p a s : «Dans le c adre de la st ratég ie vis a nt à fa ire entrer l’Éco le dans l’ère d u num ér iq ue, ving ttro is co l lèges o nt été s él ect ionnés a u t it re d u label «co l lège co nnec té» . Ces col l èg es b énéf ic iero nt d’un acco mpa g nem ent p éd a g og iq ue et d’investissements s p écif iq ues q ui l eur p ermettro nt d’intégrer dava nt a g e l e num ér iq ue dans les enseignement s et l a vie s col a ire d e l’établissement . Ces vingt-tro is co l lèges connectés ont voca tio n à être des accélé rateur s d ’ innovat ion et de c hangement . Une lab ellis at ion fondée s ur des c r i tèr e s commun s a mbit ieux Le label «co l lège co nne cté» s up p os era l a m is e en place dans les éta b l iss em ent s concer nés d’un certain no mbre d ’us a g es num ér iq ues c lés : - Une mo bilis atio n quot id ienne d u num ér iq ue par to us les enseignant s et tous l es él èves à raiso n d’une à deu x heures p a r j our en moyenne, dans le c adre d e p rat iq ues p éd a g o -

13

tement de resso urces numériques des grands établissements public s sc ientif iques et culturels po uvant être mo bilisées po ur un us age pédago gique. 5 . «D ’Col» : un service d’acco mpagnement interac tif perso nnalisé po ur 3 0 0 0 0 élèves de 6 e de l’éduc atio n prio ritaire, sur pro po sitio n de leur établissement et avec l’acco rd des parents. 6 . «Pre p’exam » : un accès en ligne aux sujets du brevet et du bacc alauréat des tro is dernières années po ur permettre une meil leure préparatio n des c andidats aux examens et acco mpagner les professeurs to ut au lo ng de l’année.


Co mme no us l’avo ns vu précédemment dans le to me 2, l’apprentiss age ne s’arrête pas à la po rte de l’éco le : de no mbreuses ac tivités extra- sco laires partic ipent à l’éduc atio n des enfants. Par exemple les musées s’impliquent dans l’éduc atio n des plus petits avec des parco urs pré déf inis, mettant en avant l’o bservatio n et la mémo ire des enfants. De no mbreux s alo ns po ur enfant , et expo sitio ns so nt mis en œuvre c haque année par les munic ipalités, par les musées également .

14

Élèves du col lège Beaumarché (Paris 11 ème arrondissement) fais ant parti d’un des 23 premiers «col lèges connectés».

gi q u es re n o u ve lé es - L ’exi ste n ce d e s e r v ices d ’ info r m atio n n u mé ri q u e et d e co m m u n icatio n d estin és au x fa m i l l es . - L a d é m até r i a l is atio n d e la g estio n et d e la co m m u n i c at i on inte r n e af in d e favo r is e r la m i s e e n oe u v re d u p ro j et d ’ étab liss e m e nt et l a co n d u i te d e p ro j ets tra n sve r s a u x . - L a mi s e à d i s p o s itio n d e to u s les s e r v ices fa i s a nt p a r t i e de la straté gie n u m é r iq u e du m i n i stè re d e l ’é d u catio n n atio n a le. - L ’i nvest i ss e m e nt d an s l’ é d u catio n au x mé di a s, à l ’i nfor m atio n et a u x u s ag es res p ons a b l es d ’i nte r n et . - L ’exi ste n ce d’u n é q u ip e m e nt m até r ie l et d’i nfra st r u c t u res s u ff is a nts . Les co l l è g es co n n e ctés d ev ro nt é ga le m e nt fa i re e n s o r te d e g a ra ntir les co n d itio n s pe rm ett a nt d e p é re n n is e r ces u s a ges, à s avo ir : - L ’exi ste n ce d ’u n p ro j et d ’ étab liss e m e nt p ilo té , éva l u é , i nté grant le n u m é r iq u e d a n s to u tes ses d i me n s i o n s : - Des d i s p os i t i f s d ’a ss ista n ce te ch n iq u e et d’a ccomp a g n e m e nt p é d ag o g iq u e co n n u s et m o b i l i s és p a r l es e n s e ign a nts . - Un p l a n d e fo r m atio n d es e n s e ign a nts fo ndé su r l a va l o r i s atio n d e le u r s co m p éte n ces nu m é r i q u es .

- Le su i vi de l’u ti li s ati on fa i te pa r la commu na u té é du cati ve des i nfra stru ctu res, é qu i pe me nts, se rvi ces et conte nu s nu mé ri qu es. - Une qu a li té des i nfra stru ctu res et des ta u x d’ é qu i pe me nt maté ri e l et log i ci e l si g ni fi cati ve me nt su pé ri e u rs à la moye nne nati ona le. Les dé pa rte me nts pa rte na i res du prog ra mme e n se pte mbre 2013 La mi se e n pla ce des col lè g es conne ctés a fa i t l’ob jet d’u ne conve nti on e ntre l’ É tat et les dé pa rte me nts conce rnés.

L ’éduc atio n ho rs de l’éco le ne signif ie pas uniquement un enseignement culturel. Ce so nt aussi des valeurs du spo rt , qui partic ipent à l’apprentiss age de la vie en co mmunauté par exemple. Les c lasses natures permettent aux enfant d’apprendre co mment fo nc tio nne leur enviro nnement , en se retro uvant plusieurs jo urs dans la nature. Cela leur permet de vivre quelques aventures, et d’accentuer leur sens de l’o bservatio n. Célestin Freinet (célèbre pédago gue f rançais), visitant une éco le près de Hambo urg en 1 9 2 2, déco uvrit «L a c lasse -pro menade» qui co nsistait à laisser une c lasse à l’extérieur de l’éco le, dans la nature, prendre des notes sur

l e e- l ear ning Notre faço n d’apprendre n’a j a m a is été a ut a nt bo uleversée que ces d er nières a nnées . Les no uvel les tec hno lo gies font b oug er toutes l es f ro ntières et o uvrent u n for m id a b l e cha m p d es po ssibles en matière d’a p p rent iss a g e. Le e -learning en fait p a r t ie. Ce m oyen d ’a p prendre est un moyen d e rend re l e s avoir p l us accessible s ans avo ir à êt re ins cr it d a ns une quelco nque éco le. De no mbreux sites inter net et a p p l icat ions mo biles et tablettes sont a ccess ib l es . Cer t a ins ayant po ur c ibles les a d ul tes voul a nt com b l er leurs lacunes (langues ét ra ng ères, histoire, géo graphie, etc .) o u l es em p l oyés aya nt b e so in d’une fo rmatio n ra p id e s ur d es s uj et s p réc is. D’autres c iblent les ét ud ia nt s com m e l a Khan Ac ademy, lancée p a r S a l m a n Kha n, q ui co nsiste à appliquer des cour s d e m at hém a tique, so us fo rmes d’exercices ra p id es à t ra vers des mini-vidéo s.

l ’ APPRENT ISSAGE INVERSÉ

Da ns le ca dre de cette conve nti on, u ne dou ble éva lu ati on se ra mi se e n oe u vre à l’ é che l le na ti ona le, a ca dé mi qu e et loca le : - Une éva lu ati on te chni qu e et é conomi qu e, porta nt su r la mi se e n pla ce des é qu i pe me nts et i nfra stru ctu res et su r le u r ma i nte na nce, a i nsi qu e su r la qu a li té des se rvi ces proposés et su r le u r u ti li s ati on. - Une éva lu ati on pé da g og i qu e et org a ni s a ti onne l le, axé e pri nci pa le me nt su r l’ i mpa ct du nu mé ri qu e su r les prati qu es pé da g og i qu es et su r la ré u ssi te des é lèves.»

l’enviro nnement naturel . L a déco uverte de la «cl a ss e d écouver te» p a r Célestin Freinet dans une écol e p roche d e Hambo urg , partic ipa act ivem ent à l ’ él a b ora tio n de «l’Éduc atio n N ouvel l e» , une m ét hod e pédago gie qui pro po se a ux él èves d e p a r t iciper ac tivement à leur p rop re éd ucat ion.

Le Studio 13/16 au Centre Georges Pompidou, qui est un lieu dédié aux adolescents, leurs permettant de laisser libre cours à leur créativité, sous le thème de l’experience.

Le princ ipe de l’appre nt iss a g e inver s é est d e laisser l’élève faire s es p rop res recherches c hez so i, puis d’étudier l e s uj et recherché en co urs. Le pro jet IN&E X ne s’ incr it p a s encore d a ns cette visio n de l’éduc at ion ca r l a cib l e d u p ro jet est co l légienne, ce q ui m e s em b l e j eune po ur apprendre en so l it a ire p uis t ra iter l es do ssiers en co urs. Cepend a nt l ’ él ève p eut d éc ider o u no n de visualis er d es d oss ier s s col a ire en avance sur le pro gra m m e.

15

L’ é ducati on à l ’ écol e et l ’ é ducati on aill eur s


Q uo i ?

Po urqu o i ?

Le pro jet co nsiste à c réer un m anue l s colaire adapté à not re é poque et à notre évo lutio n af in qu’il so it plus dynamique.

Les m anue ls s colaires publ i és a uj o urd’ h ui ne s e m ble nt pas évoluer p end a nt q ue d’autres o utils éduc atif s ne cess ent d e p ro gresser. Ces o utils so nt d e p l us en p l us a ccessibles, po urtant l’éco le t a rd e à a d a pter s es métho des d’enseignem ent s à t raver s l ’ inno vatio n numérique. C’est également un moyen d e rend re l ’ él ève plus interessé par so n a p p rent iss a g e a u q uo tidien.

Q uand ? Tout le te m ps . À n’impo rte quel le heure de la jo urnée, l’enfant po urra prof iter de l’enseignement que le co ntenu de la tablette peut lui appo rter.

Commen t ? où ? Partout . L ’intêret de ce pro jet est que l’élève peut utiliser s a tablette à n’impo rte quel mo ment de la jo urnée, qu’il so it à l’éco le, c hez lui, o u dans la rue, s a tablette aura to ujo urs quelque c ho se à lui apprendre.

Pour qui ? Ce «manuel» sera destiné aux é lèves du col lè g e af in de réduire l’ampleur de la c ible (10 -15 ans ). C’est à cet âge que l’accès à l’info rmatique devient impo rtant à notre épo que c ar l’enfant acquiert une auto no mie digitale utile et pratique.

Le numérique permet d e fa ire évol uer l ’a p prentiss age, et de le rend re p l us d yna m iq ue, c ’est une o ppo rtunité qu’ il fa ut s a is ir. E n dynam is ant le manuel s col a ire p a r l e numérique, l’attrait pour l ’ écol e p our ra it être plus impo rtant , ai ns i q ue l a fa çon d ’a p prendre.

17

16

rappel du cahier des charges du projet


18

LA ST RAT ÉGIE Af in de répo ndre à la pro blématique de départ qui était «Co mment dynamiser le manuel so laire ?», j’ai déc idé de c réer un ensemble éduc atif regro upant une interface tac tile co nte nant les co urs, exerc ices, et to us les o utils nécess aires po ur l’année sco laire, ainsi qu’un accès permanent à une éduc atio n en deho rs des murs de l’éco le (expo sitio ns, théâtre, c inéma, etc .). E n plus de cette applic atio n, un c arnet vierge sera mis à la dispo sitio n de l’élève ainsi qu’un stylo interac tif qui lui permettra de c apturer so n éc riture direc tement sur la tablette, bien qu’il puisse être utilisé co mme un stylo basique. Chaque suppo rt peut-être utilisé séparément , et le c arnet peut-être substitué par un autre semblable d’une autre marque que IN&E X mais par so uc is de co hérence (harmo nie des fo rmats et de l’identité), je pro po se un c arnet de la marque IN&E X qui se placera en co ncurrence avec les marques de papeterie existantes.

Un outil é ducatif inter ac tif Le co ncept IN&E X est de fo urnir au co l légiens un moyen d’apprendre avec les moyens tec hno lo giques qui no us so nt accessibles. De plus, so n o b jec tif est de do nner une éduc atio n DAN S l’éco le et HORS l’éco le, ainsi, en

apprenant le pro gram m e p rocuré p a r l ’ éd uc atio n natio nale, l’élève p eut ég a l em ent s e cultiver à l’exterieur et d écouvr ir l e m ond e d e ses pro pres yeux . Notre environnem ent , q u’ il so it culturel, so c ial, o u technol og iq ue, nous permet d’apprendre aut rem ent et c ’est ce q ue IN&E X pro po se. IN&E X a p p or te l ’exp ér ience à la co nnaiss ance.

une appl icati on é du cati ve Po ur des raiso n de co ût et d e tem p s, l e concept IN&E X sera hebergé s ur iPa d . Ap p l e s out ient ac tivement l’éduc atio n à t raver s l e num ér iq ue, notamment avec i Tunes U, une b ib l iot hèq ue gratuite de co urs, vidéos et conférences, fa cilitant l’apprentiss age u niver s it a ire à t raver s l e numérique. L ’applic atio n sera disponib l e s ur l ’ Ap p Store, et po urra également être tél écha rg ée à p a r t ir d u site internet IN&E X .

deux supp orts Le premier suppo rt est une inter fa ce t a ct il e, so us fo rme d’applic atio n heb erg ée s ur une t a blette q ui appartiendra à l ’enfa nt , ca r il l a g a rdera pendant ces 4 ans d e col l èg e. D es m is es à jo urs sero nt dispo nibles af in q ue l ’a p p l icat ion ne devienne jamais o bs ol ète. Le seco nd suppo rt est un ca r net p a p ier. Ta nd is que l’ac tio n de l’élève est p a ss ive concer na nt l’interface (navigatio n, l ect ure, rens eig ne -

19

le concept in&ex


LE CONT ENU Le co ntenu de la partie IN serait rédigée par des professeurs sur les pro grammes de l’éduc atio n natio nale, mais aussi par des co mmunity managers (af in d’avo ir une appro c he plus glo bale et mo ins sco laire de l’éduc atio n). L a partie E X po urrait fo nc tio nner grâce à des partenariats culturels (plans, guides de musées...) mais aussi des représentants de services interac tif s (c arto graphies, bil leteries, ho raires, vidéo s...).

20

l e pro gr amme sco l air e et l ’ actual ité

m e nt s, etc . ) , l e car n et co n ce r n e la p ar tie plu s act i ve ( réf l exi o n , p r is e d e n otes, ré d a ction, i nte r ro g at i o n s é cr ites ) . Cette p a r t i e cor res p o n d à la créatio n d e l’ é lève et à s es c a p a c i tés d ’a n aly s e r et d e ré u tilis e r ce qu ’i l a p p re n d . D e ce fa i t , g râ ce à l’acte d ’ é cr ire, d e gr iffo ne r, de n ote r, l es i dé es d e l’ é lève p re n n e nt fo r me da n s ce c a r n et . U n é q u ilib re est cré é e ntre les de u x s u p p o r t s . Le b es oi n d e p rés e r ve r u n s u p p o r t p a pi e r v i e nt é g a l e m e nt d e la n é cess ité d e ga rde r un l i e n ave c l ’é cr itu re m an u e l le, co m m e u ne ex p é r i e n ce s e n s ib le ave c la m até r ialité d ans un e è re n u m é riq u e. B ie n q u e le n u m é r iqu e so i t omn i p rés e nt d an s n otre e nv iro n n e m ent , l ’u s a g e d u p a p ie r reste m alg ré to u t u n e pra ti q u e d u q u ot i d i e n . E n p l u s d e c e s d e u x s u p p o r t s , u n a c c è s p e rmanent est disponible sur internet , avec la totalité du contenu de l’interface, connecté au Cl ou d . E nfi n u n e p a r tie « p a re nts » p e r m et à ce u x- c i d e s ’ i n fo r m e r s u r l a s co l a r i té d e l e u r s enfa nt s .

LE c hoi x du nom Le nom I N &EX vi e nt des préfi xes des mots « i nté ri e u r» et « ex té ri e u r» , et su rtou t de la volonté d’u ti li se r le u r ori g i ne lati ne. Le choi x d’u ti li se r ces te rmes vi e nt du conce pt mê me du pro jet qu i est d’e nse i g ne r DA NS et H ORS des mu rs de l’ é cole. L’espe rlu ette a été choi si e da ns le bu t de donne r u ne ori g i ne ne u tre a u mot « et» , a i nsi , i l pe u t-être prononcé da ns n’ i mporte qu e l le la ng u e. De plu s, ce si g ne a été cré é da ns le bu t d’ éta bli r u ne nou ve l le forme de la ng a g e (sté no g ra phi e ), ce qu i correspond a u conce pt de ce pro jet qu i est d’a me ne r la te chnolog i e et u n nou vea u mode de foncti onne me nt da ns cette i nsti tu ti on qu ’est l’ École. D’a u tre pa rt , l’espe rlu ette a ppa ra î t hi stori qu e me nt da ns les de u x types d’ é cri tu res (ma nu e l le et nu mé ri qu e ). Ce si g ne a été fondé e pa r sou ci s d’ é conomi e de te mps d’ é cri tu re

L e p r i n c i p e d e ce t t e i n t e r fa ce e s t é g a l e m e n t de trouver des relations entre les cours et l’ac tualité. Lorsqu’un cours correspond à une situation géo politique par exemple, une alerte s’affiche pour informer l’élève que s’il tourne s a tablette, un a r t i c l e d ’u n m a g a z i n e p o u r a d o l e s ce n t ( « M o n Q u ot i d i e n » , « P h o s p h o re » ) , aya n t u n l i e n ave c l a l e ço n o u l e d o c u m e n t q u ’ i l e s t e n t ra i n d e lire, apparaîtra. Ce système est également disponible pour l ’ é d u c at i o n c u l t u re l l e ( s o r t i e s m u s é e s, ex p o s, co ncerts, etc .)

pro c he beauco up plus p ros p ect ive, s a ns l im ite de co ût et de tec hno lo g ie. IN&E X po urrait deveni r p l us q u’une a p p l ica tio n  : le co ncept po ur ra it s e d ével op p er en tant qu’o b jet indépenda nt (s a ns l im ite d e b ud get , de temps et de techniq ue et s a ns êt re rattac hé à une marque). C o n c e r n a n t l ’u n i o n d e s d e u x s u p p o r t s , n o u s p o u vo n s i m a g i n e r q u e l ’o u t i l n u m é r i q u e e t l e c a r n e t p a p i e r p o u r ra i e n t ê t re u n i s, l a co u ve rt u re d u c a r n e t é t a n t e n fa i t l ’ é c ra n t a c t i l e e t intérac tif. L ’ensemble interface/ ca r net p our ra it s ’a ccom pagner d’un stylo inté ra ct if q ui p er m ett ra it à l’élève de retransc rire s on écr it ure s ur l ’ interface direc tement en écr iva nt s ur s on ca r net . Cet o util po urrait égal em ent êt re ut il is é en tant que simple stylo. Le transfert des do nné es écr ites s ’effet uera it grâce à une reco nnaiss a nce d es m ouvem ent s du stylo, en plus de l’a p p uie d e l a p ointe l or s de l’éc riture. L a marque Waco m prop os e ce m êm e p r inc ipe, cependant la ret ra ns cr ipt ion s e fa it d e faço n c ablée. Tandis q ue l a m a rq ue Lives cr ib e avance un stylo grâce a uq uel une ret ra ns cr ip -

L’ ÉCRAN Af in d’éviter des pro blèmes de lisibilité, l’iPad utilisé devrait po sséder un éc ran rétina. Cet éc ran augmente la visibilité des images, et amélio re aussi le co nfo rt visuel lo rsqu’o n passe plusieurs heures devant l’éc ran lumineux et rétro -éc lairé. De plus, une baisse de lumino sité auto matique à l’o uverture des pages de textes permettrait à l’élève de suppo rter une lec ture plus co nfo rtable sur les pages les plus lumineuses.

Le stylo Inkling de la marque Wacom.

in&ex dans l e futur Le pro jet IN&E X peut également avo ir une ap -

Le stylo intel ligent de la marque Livescribe.

21

sur le papier, mais il est aussi est un symbo le impo rtant dans le co de info rmatique. Une plurivo c ité qui se rappro c he du princ ipe IN&E X .


ti o n m o m e nt a né e s ’effe ctu e grâce à u n e ca m é ra q u i s c a n n e le co nte n u au f u r et à m es ure qu e l ’u t i l i s ate u r é cr it .

22

Puis dans un futur plus poussé, lorsque le papier intelligent sera pour nous le support du quotidien, ce projet pourrait être le fruit d’une mutation entre les deux supports, l’un et l ’au t re, s e ré p ond a nt à ch aq u e in sta nt ( im ag i n o n s p a r exe m p l e l e s c a n a u t o m a t i q u e d ’u n e page par un simple contact entre les deux su p p o r t s ) .

Co n ce r n a nt l e co nfo r t d e le ctu re, P ixe l Q I p ro pose un écran hybride réf lectif qui permettrait d ’a l t e r n e r l ’ é c ra n d u m o d e re t ro é c l a i ra g e, a u m o d e p a s s i f e t a i n s i p e r m e t t re u n co n f o r t d e l e c t u re s u r u n e lo n g u e p é r io d e. D an s q u e l q u es an n é es, cette te ch n o lo g ie s era abo rd a b l e et p o u r ra alo r s être u tilis é e a u q u o ti d i e n . Ce l a p e r m ett ra a lo r s au x é lèves u tilis ant I N &EX de p rofi te r d ’u n e q u alité d ’ im ag e et d ’u n e a i s a n ce d e l e c t u re b ie n m e il le u re q u ’e l le p eu t l ’êt re a u j o u rd ’h u i.

IN & EX PO UR L ’a ppr e n t i ss age i n v e r s é , m ai s pa s po u r le co l l ège L a m ét h o d e i nve r s é e p o u r l’a p p re ntiss a g e n’est p a s a d a pté e p o u r le co l lè ge, ce p e n d a nt , un e c i b l e p l u s a g é e ( lycé e, s e co n d a ire ) s e ra i t pl u s p ro p i ce à ce ty p e d ’ex p é r ie n ce é d u cative. No u s p o u von s im a gin e r q u e le p ro j et I N &EX pou r ra i t s ’éte n d re au lycé e et au s e co n d a i re en s ’a d a pt a nt à cette m éth o d e.


24

cahier de charte


le logotype la co n c e pt io n du lo go

26

L ’es p e r l u ette a p p a ra ît e ntre les m ots I N et EX , da n s u n c a r ré re p rés e ntant le s u p p o r t n u m é ri q u e et l e p a p ie r e n m ê m e te m p s ( le p ixel et l a feu i l l e) . Ce ca r ré re p rés e nte é ga le m e nt l ’u n i té d u sy stè m e é d u catif I N & EX . Une b a r re d i ss o cie les d e u x p réf ixes, e l le expr i me l a sép a ratio n e ntre l’ I N té r ie u r et l’ EXté r i e u r, et e l l e est p o u r ta nt trave r s é e p a r l’espe r l u ette. Cette b a r re d ev ie nt d o n c p o re us e, à l ’i ma g e d u p r i n cip e d e I N & E X q u i p ro p o s e u ne i nte r fa ce re n d ant la lim ite e ntre l’ é d u cation da n s et h or s d e l’ é co le, p e r m éa b le .

Lorsqu e la ta blette ba scu le de la ve rti ca le à l’ hori zonta le, ou l’ i nve rse, l ’esperl u ette prend l a cou l eu r de l a parti e sél ec ti onnée (b leu pou r I N , ORA N GE pou r EX ).

en n oir et bl anc et/o u en d é fon ce

Af in d’o ptimiser l’utilis atio n du lo gotype, il a été identif ié une zo ne de protec tio n de l’identité. E l le est égale à la hauteur du c arré blanc dans lequel apparaît le «&».

Po ur l’utilis atio n du log o s ur d es d ocum ent s off ic iels, le lo go appara ît en noir et b l a nc . Si il do it apparaître s ur fond noir, il d oit a^âraître en blanc , ave c l ’es p er l uette en noir.

La poli ce de ca ra ctè re choi si e est la Be ba s ne u e. Ce choi x se ju sti fi e pa r s a composi ti on ba si qu e, très li si ble, fra nche et ma ssi ve qu i est u n poi nt esse nti e l da ns ce pro jet d’ é di ti on é du cati ve. De plu s, ses nombreu x angl es et son ma nqu e d’e mpatte me nt ra ppe l le nt la forme si mple et ca rré e re prése nta nt le pi xe l et la fe u i l le de pa pi e r. Le log o s’u ti li se pri nci pa le me nt e n défonce, e n bla nc su r fond coloré (ora ng e, ble u , ou les de u x comme ci - dessou s) et lorsqu ’ i l est u ti li sé e n de hors de l’ i nte rfa ce et du ca rnet , i l a ppa ra î t sou s s a forme ve rti ca le. C’est da ns ce se ns qu ’ i l reste le plu s li si ble.

27

Ava nt d ’êt re é lab o ré , le lo go d evait co r respo n d re a u co n ce pt I N & EX : être réve r s ib le . Il fa l l a i t d o n c dis ce r n e r les m ots I N et E X pa r l e u r o r i e nt at i o n , ain s i lo r s q u e le lo go est di spo s é à l a ve r t icale, le p réf ixe I N est lis ible, ta n d i s q u ’à l ’h o r izo nta le, c ’est le E X q u i p r ime.

zone de protecti on

Bebas neue Couleur : CMJN : 0 ; 0 ; 0 ; 0 RVB : 255 ; 255 ; 255

R

V

B

C

M

J

N

28

149

206

77

27

0

0

# 1C95CE

228

106

49

5

69

86

0

# E46A31

255

255

255

0

0

0

0

# FFFFFF


choix typographiques Ti t rag e s

Bebas neue

Bebas neue Corps H1 : 30 pt Couleur : CMJN : 0 ; 0 ; 0 ; 0 RVB : 255 ; 255 ; 255

Les po lices de c arac tère B eb a s Neue, Ava nt Garde Gothic et Open S a ns ont été chois ie p our leur aspec t co ntempo ra in et l eur s im p l icité. L a Bebas neue est util is ée p our l es t it ra g es, so n aspec t f ranc et so lid e est interess a nt p oue représenter les fo ndem ent s d e l ’ Éd ucat ion et du S avo ir. L ’ITC Avant G a rd e Got hic q ua nt à el le a été c ho isie po u r l es ong l et s et l ’ O p en s ans a été selec tio nnée p our s a t rès b onne lisibilité due à so n o pt im is at ion p our l e web. Cela fac ilite la lec ture d es textes coura nt s . D e plus, el le fo nc tio nne très b ien avec l a B eb a s .

Corps H2 : 16 pt Couleur : CMJN : 0 ; 0 ; 0 ; 36 RVB : 185 ; 187 ; 188

te xt e co u ra n t

Open Sans - light

29

28

Open sans - light Corps H1 : 8 pt Couleur : CMJN : 77 ; 28 ; 0 ; 50 RVB : 26 ; 23 ; 27 Corps H2 : 8 pt Couleur : CMJN : 0 ; 0 ; 0 ; 100 RVB : 0 ; 0 ; 0 Corps H3 : 8 pt Couleur : CMJN : 77 ; 28 ; 0 ; 0 RVB : 22 ; 149 ; 206 Corps H4 : 8 pt Couleur : CMJN : 0 ; 0 ; 0 ; 0 RVB : 255 ; 255 ; 255

bo u ton s

ITC Avant Garde Gothic - bold condensed Corps H1 : 8,5 pt Couleur : CMJN : 77 ; 28 ; 0 ; 0 RVB : 22 ; 149 ; 206 Bebas neue Corps H2 : 10 pt Couleur : CMJN : 0 ; 0 ; 0 ; 20 RVB : 217 ; 218 ; 219

L e ch oix de ces typ o g r ap hi es

ITC Avant Garde Gothic - bold condensed


choix de la gamme colorée 6ème

5ème

L e cont ra ste

&

&

# E46A31

# E53622

# 1C95CE

# 4FBED5

31

30

&

Cha qu e a nné e, l’e nse mble i nte rfa ce /ca rnet cha ng e de cou le u r, e n respe cta nt la complé me nta ri té e ntre les cou le u rs cha u des et froi des.

&

de ux co u leu rs par année

&

&

Les cou le u rs re prése nta nt l’ i nté ri e u r et l’ex té ri e u r se ré ponde nt ca r e l les sont complé me nta i res. Pou r l’ I N té ri e u r, j’a i choi si d’u ti li se r u ne cou le u r froi de, le ble u , qu i re prése nte a lors l’ordre, la s a g esse et la di sci pli ne, et le ora ng e pou r l’ EXté ri e u r, u ne cou le u r a ssoci é e à la créati vi té et à l’a u da ce.

le c hoi x de s co u le u rs Le choi x des cou le u rs foncti onne su r le pri nci pe du contra ste. Ce pri nci pe foncti onne pe nda nt tou te la scola ri té de l’ é lève, les cou le u rs évolu e nt a u mê me rythme qu e lu i . Plu s i l a cqu i e rt de la matu ri té , plu s les cou le u rs de I N &EX i ntè g re nt le u r complé me nta i re.

4ème

&

&

&

&

&

&

# CB0044

# 74378A

# 47B07F

# 4C8A37


formats

32

33

= UNE CO HÉRENCE ENT RE LES FO RMATS

Deux for mats en un

Le fo r m at d u car n et s e ra é ga l à ce lu i d e la ta b l ette c a r l es d e u x co n stitu e nt u n e n s e m ble. Un e p o c h ette p e r m ettra d e m a inte n ir les d e u x en s e m b l e p ou r u n e q u estio n d e co nfo r t de tra n s p or t et d e p ratiq u e d ’u tilis atio n d es d eu x su p p o r t s s i mu l t an é m e nt .

E n fo nc tio n de l’o rientatio n de la tablette, l’interface c hange de thème. IN à la vertic ale, E X à l’ho rizo ntale. Ainsi l’interface peut traiter les deux faces de l’éduc atio n, à l’intérieur et à l’extérieur des murs de l’éco le. Le design graphique s’adapte en fo nc tio n de so n o rientatio n.


justifications graphiques

le flat desi gn

34

35

J e me su i s i nspi ré e du f lat desi g n (desi g n d’a plat) ca r je vou la i s qu e l’ i de nti té de ce pro jet sorte de l’ i ma g e du li vre pa pi e r, du ske u o morphi sme, e n a ssu ma nt la dé maté ri a li s ati on du ma nu e l scola i re.

le co ntra st e

À L’ INVERSE

1 sur 2

Le contra ste est le thè me g ra phi qu e rete nu pou r le pro jet I N &EX . De u x opposés (l’ I N té ri e u r et l’ EXté ri e u r sont re prése ntés pa r des cou le u rs et opposé pa r u n axe e n di a g ona le.

L ’utilis atio n des triangles rec tangles iso cèles est o mniprésente. E n revanc he, leur o rientatio n varie en fo nc tio n de la partie de l’interface dans laquel le ils se tro uvent (IN : angle dro it en haut à gauc he ; E X : angle dro it en haut à dro ite). Ses o rientatio ns o nt été c ho isie par rappo rt à la page d’accueil de l’applic atio n : lo rsque la tablette est à l’ho rizo ntale, le fo nd de co uleur o range se tro uve à dro ite (vo ir page de gauc he), et inversement .

Af in de c réer un rythm e et d ’a ug m enter l e no mbre de nuances de coul eur p our éviter de f iger les pages, l es « ca s es » d es m enus c hangent d’o pac ité 1 fois s ur 2 .


37

36 D e s fo n d s bla n cs p o ur l e s t e xt e s Les p a g es ou t i l s d e l’ap p licatio n ( g ram m a ire, di c t i o n n a i re, re ch e rch e d e co u r s, etc . ) s o nt très co l oré es, t an d is q u e les p a ges d e tex te (cou r s, exe rc i ce, d es cr iptio n s m u s é e, etc .) so nt s u r fon d b la n c . I l s ’ag it e n fait d e d is ce rn e r l a p a r t i e re ch e rch e, m e n u , d e le u r f in ali té (p a r exe m p l e l ’ é lève co m m e n ce s a re ch e rc he da n s l ’i nte r fa ce, il co m m e n ce ra d o n c p a r les pa g es b l e u es, et lo r s q u ’ il ar r ive ra à la p arti e co u r s, i l s e ra p l u s à l’a is e d an s la le ctu re grâce à s es p a g es b la n ch es, q u i in d iq u e nt le côté offi c i e l d e l a l e ço n ) .

Des fo nds bl ancs quand l ’o bjec tif est attein t To ut co mme la partie IN, la rec herc he dans E X s’effec tue dans des pages co lo rées. Le co nte nu quant à lui est lisible sur des pages plus c laires qui fac ilitent la lec ture.


le co n t e n u

l es bo utons de l ’ in ter face

Ces p i c to g ra mm es o nt été co n çu e n aya nt la co nt ra i nte d e n e n’avo ir au cu n e co u r b e af in de co r res p o n d re ave c le p r in cip e d u p ixe l carré . Se u l l es é l é m e nts d e l’a ccu e il p o ss è d e u n pi ctog ra m m e : ce s o nt les p o ints d e d é p a r t de l ’i nte r fa ce, i l n’est p as n é cess a ire d e cré e r des pi c tog ra m m e p o u r ch a q u e p a ge, le u r n o m bre se ra i t t ro p i m p o r ta nt , et ce la cré e ra it u ne co nfu s i on d a n s l’es p r it d e l’u tilis ate u r. Ils a p p a ra i ss e nt e n co u le u r s u r d es fo nds bl a n c s afi n d ’optim is e r le u r v is ib ilité .

À l’o ppo sé des pic to grammes du co ntenu de l’interface, ceux c i o nt été co nç u avec des co urbes po ur exprimer leur co ntraste. Cela a jo ute un peu de do uceur à l’interface. Ces pic to grammes ne so nt utilisé que po ur les bo uto ns.

39

38

pictogrammes


40

interactions de l’interface


les arborescences arborescence «IN»

À partir de l’accueil (si l’éc ran est o rienté à la vertic ale), l’élève peut accéder aux 5 grandes parties qui so nt : - Leço n en co urs (la dernière leço n étudiée avant la mise en veil le de la dernière o uverture de l’applic atio n). - Co urbes de pro grès (dans laquel le l’élève ira c herc her la matière dans laquel le il so uhaite vo ir s a co urbe, puis, une fo is aff ic hée, un slide d’une matière à l’autre est aff ic hé). - Co nf iguratio n (o ù l’élève c ho isi s a c lasse (6 ème, 5 ème, etc .) s a L .V.1, s a L . V.2, so n o p tio n (musique o u latin), il po urra également régler la lumino sité de l’éc ran et le vo lume de la tablette). - M atières (c ’est à cet endro it qu’il ira c herc her les leço ns puis les exerc ices liées à cel les- c i af in de les étudier). - Outils (l’élève po urra accéder direc tement aux o utils de la tablette (dic tio nnaire, co n jugaiso n, enc yc lo pédie et aussi un lien redirigeant vers le navigateur internet)). Une partie co nnexio n permet à l’élève de s’enregistrer dans l’interface po ur qu’il puisse récupérer ses do nnées. Chaque do nnée est enregistrée en versio n lo c ale, puis dans le c lo ud auto matiquement , à c haque co nnexio n à internet de faço n à ce qu’il puisse accéder au co ntenu de s a tablette sur o rdinateur, o u sur un autre iPad.

À partir du menu princ i p a l , l es ong l et s « retour » (reto ur simple et reto ur a u m enu en cl iq ua nt 2 seco ndes) et «o utils» s ont om nip rés ent s s ur l a tablette af in de fac iliter l eur a ccès . À n’impo rte quel mo m ent , l ’ él ève p eut p a sser de IN à E X en fais a nt p ivoter s on écra n à l’ho rizo ntale, et inversem ent .

43

42

l ’ ar bo r escence de l a partie IN


Depuis le menu de la partie E X , l’élève accède aux 6 parties princ ipales : - Divertissements (dans laquel le l’enfant po urra tro uver les sec tio ns musées, expo sitio ns, évènements spo rtif s, co ncerts, théâtre et c inéma. Il po urra alo rs tro uver des ac tivités à proximité, à venir o u à la une, et réserver des places) - Géo lo c alis atio n (qui lui servira po ur le GPS, mais aussi po ur déco uvrir l’histo ire de la vil le o u du pays dans lequel il se tro uve (info rmatio ns tirées de w ikipedia par exemple), les mo numents histo riques à proximité, des guides (en partenariat avec un éditeur de guides to uristiques) et un traduc teur de langues). - Téléc hargements (o ù l’élève po urra téléc harger des plans, guides et audio guides) - Cahier de vac ances (dans lequel il aura la po ssibilité de réviser ce qu’il a appris précédemment) - Outils (qui co mpo rte le dic tio nnaire, l’enc yc lo pédie, une redirec tio n vers un navigateur internet , etc .)

À partir du menu princ i p a l , l es ong l et s « retour » (reto ur simple et reto ur a u m enu en cl iq ua nt 2 seco ndes) et «o utils» s ont om nip rés ent s s ur l a tablette af in de fac iliter l eur a ccès . L a partie divertisseme nt com p rend une b a r re de rec herc he ainsi que l es fonct ions « rés erver», «en co urs», «à venir » , « à p roxim ité» , «à la une», «genre», tél écha rg em ent » , « ho raires», et «adresse» s ur l es p a g es m us ées, expo sitio ns, évèneme nt s s p or t if s, concer t s, théatre et c inéma, af in d e fa cil iter l a re c herc he d’ac tivité. À n’impo rte quel mo ment , l ’ él ève p eut p a ss er de E X à IN en fais ant p ivoter s on écra n à l a vertic ale, et inverseme nt .

45

44

l ’ ar bo r escence de l a partie EX


présentation des boutons et interactions 5.

1. LA MISE EN AVAN T DE LA DÉ F INI T I ON

46

Lo rsqu’une déf initio n est so l lic itée dans un texte, un vo ile blanc apparaît entre le mot en surbril lance et le reste de l’éc ran af in qu’il so it bien visible.

2.

3.

Sur le côté des textes d ’ ét ud e d e f ra nça is, l a numérotatio n des lignes a p p a ra it en b l eu af in de fac iliter la prise de notes, d e cit at ions, ou de repérer un pass age d a ns l e texte.

2. l ’ indicati on de l ’ é volution de l a l ectur e

5. l es dé fini ti ons de mots comp l i q u és ou d’ appar ence inconnu s

Sur le côté gauc he, lo rs d’un slide, une barre apparaît . E l le permet de déf inir l’évo lutio n de la lec ture. Les textes n’étant pas divisés en no mbres de pages mais en lec ture co ntinue, cette barre permet à l’élève d’avo ir une idée de la lo ngueur du texte.

Bien qu’un dic tio nnaire s oit a ccess ib l e d a ns les o utils, les mots com p l iq ués ou inconnus so nt signalés en bleu. L’ él ève p eut à p a r t ir d u texte même aff ic her l a cour te d éf init ion q ui lui permettra de co mprend re l e m ot inconnu. Un vo ile blanc vient al or s s e p l a cer ent re l e texte étudié et la déf in it ion af in d e p ouvoir s e o ncentrer sur cette der nière.

3. U ne fl è ch e indiquant commen t p oursuivr e l a l ectur e et aff ich er l a suite 4.

4. Le numé ro des l ign es d e text es po u r l es l ectur es

Af in d’aff ic her le reste du texte, l’élève peut «c liquer» sur la f lèc he bleue descendente, o u faire glisser so n do igt de bas en haut po ur faire déf iler le reste du co ntenu. L a f lèc he disparait lo rs du premier slide.

47

1.


1.

4.

3.

48

49

2.

1. LA b a rre d e r ech e rch e

3. u n bo u to n po u r les ou t i ls

4. l e dé plo iemen t du menu « o util s»

Un e b a r re d e re ch e rch e ap p a ra ît d a n s les o u ti l s p ou r atte i n d re d es d o ss ie r s, d es te r m es, act i v i tés, etc .

Les ou ti ls sont tou jou rs a ccessi bles g râ ce a u bou ton « +» si tu é e n ba s à g a u che. I l a pri s la forme de l’a ng le, propre à la commu ni cati on de I N &EX .

Lo rsque l’élève c lique sur le bo uto ns «+ », le menu des o utils s’o uvre, avec à l’arrière un vo ile (bleu po ur IN, o range po ur E X) qui permet de le mettre en avant .

2. U n bou ton po ur r e v e n i r e n a r r i è r e Un s i mp l e reto u r e n a r r iè re est p o ss ib le g râce à ce b o u ton s i t u é e n h au t à d ro ite, à l’o p p osé du b ou to n ou t i l s . Un c l i c l on g p e r m et d e reto u r n e r à la p ag e d’a ccu e i l d e l ’i nte r face.

Le c arré bleu de divise en deux triangles qui se séparent po ur aff ic her le menu (to ujo urs dans l’esprit d’un ensemble qui se divise co mme IN&E X mais reste uni malgré to ut).


51

50 le s d o ss i e rs d e co ur s

Un dégr adé qui inci te à descendr e

Ci - d ess u s on p e u t vo ir le m e n u d u co u r s de Fra n ça i s . Les g ra n d s d ossie r s ( a u n o m b re d e 8 ici) s ont c l i q u a b l es, et l es ch ap itres a p p araiss e nt a l ors ju ste a u d ess ou s . Les p u ces s o nt re p rés e nté es p a r d es tr ian g les re c t a n g l es ( s o u ve nt u tilis és d a n s le reste de l a c h a r te, p a r exe m p le p o u r les b o u to n s «+» et «retou r ») .

Sur les pages de co urs, lo rsqu’un texte n’est pas co mplètement aff ic hé, un dégradé apparaît au bas du texte af in d’inc iter le lec teur à faire glisser l’éc ran po ur aff ic her le reste du texte. Une f lèc he acco mpagne ce dégradé au début de la page po ur indiquer qu’il faut descendre, puis el le disparaît .


53

52 U ne c a rte q u i s ’ éte n d

l e cl avier de l ’ io s

L a fon c t i o n G P S p e r m et à l’ é lève d e s e s itue r ou d e c h e rc h e r u n e n d ro it s u r u n p lan gé o gra p h i q u e. Lor sq u ’ il e ntre les co o rd o n n é es re c h e rc h é es, l e clav ie r et le « G PS » , d is pa ra î ss e nt p ou r l a iss e r p lu s d e p la ce a u p la n . Le c l av i e r réa p p a ra ît q u an d l’ é lève a p p u ie s u r la ba r re d e re c h e rc h e.

Le c lavier est celui de l’IO S de l’iPad. Il apparaît au c lic de la barre de rec herc he et disparaît en appuyant sur la to uc he entrer o u en deho rs de la zo ne du c lavier.


55

54

LA page de co nfigur ati on Af in de déterminer la c lasse de l’élève, une page de co nf iguratio n est accessible à partir du menu. L ’élève peut sélec tio nner les langues vivantes qu’il a c ho isi d’étudier pendant l’année, ainsi que les o ptio ns, tel les que le latin et la musique. Lo rsque l’o nglet c ho isi est sélec tio nné, les autres disparaissent po ur ne vo ir que lui. Po ur revenir en arrière il suff it de c lique sur le bo uto n de reto ur.

d e s o n g lets rétr acta b l e s Les o n g l et s d e f iltres a p p araiss e nt s u r le b ord de l ’é c ra n s o u s fo r m e d e tr ian g les . Lo r s q u ’ ilsso nt c l i q u és .


57

56 LES PD F

deux parties qui communiquen t

Lor s d u té l é c h a rg e m e nt d ’u n f ich ie r PDF (p l a n s, g u i d es ) , la ta b lette aff ich e les p ag es un es à u n es . L ’é lève p e u t les fa ire d éf ile r, les ag g ra n d i r et l es s au ve g a rd e r d a n s la m é m oi re de l ’i nte r fa ce. Au b a s d e l a p a g e, le n u m é ro d e la p a ge est affi c h é e, a i n s i q u e le n o m d u f ich ie r, et l’endroi t o ù s e s i t u e la p a ge p a r rap p o r t à la tota l i té d u d o cu m e nt ( ici, la p ag e 5/ 10) .

Lo rsque l’élève co nsulte un co urs dans la partie «IN», si il existe une co rrespo ndance dans la partie «E X», une icô ne, représentant une f lèc he qui pivote, apparaît en fo ndu puis disparaît . Il suff it alo rs de to urner l’éc ran po ur accéder au do ssier co rrespo ndant . Par exemple, un co urs sur l’Orient anc ien, peut mener l’élève à visiter le département des arts de l’Islam au musée du Lo uvre.


59

58

u ne cou rb e de p rogre ssi on de l’élève Afi n de voi r l’ évolu ti on des é lèves, u ne cou rbe de prog ressi on est vi si ble pou r cha qu e ma ti è re. Les notes sont re levé es et a jou té es pa r les professe u rs, a i nsi , les cou rbes se g é nè re nt a u tomati qu e me nt . Ces cou rbes sont vi si onna bles pa r les professe u rs, é lèves, et a u ssi pa r les pa re nts, à pa rti r du si te i nte rnet le u r se rva nt de « ca rnet de li a i son» .

un accè s per manen t sur n’ impo rte quel ipad ou o r dinateur Un identif iant ainsi qu’un mot de passe so nt fo urnis af in que l’élève puisse se co nnec ter sur la tablette lo rs de s a première utilis atio n de l’applic atio n. Ainsi, si il do it c hanger d’ipad o u s’il do it se co nnec ter à l’interface à travers un o rdinateur, il retro uvera to ut le co ntenu, puisque to utes les do nnées so nt enregistrées lo c alement , mais aussi dans le c lo ud.


60 in t e rrog atio n s pa pi e r form e n u m é ri q ue s.

r e n due s

s ou s

Le c a r n et s e r t d e s u p p o r t d e p r is es d e n otes, de ré d a c t i o n s et d ’ inte r ro gatio n s é cr ites . D an s ce d e r n i e r cas, l’ é lève p e u t d étach e r la pa g e s u r l a q u e l le il a é cr it p o u r la d o n n e r à so n p rofess e u r. Ce lu i- ci lu i e nve r ra s a co pi e n oté e et co r r i g é e d ire cte m e nt s u r la tab lette. L a n ote s e ra re levé e d an s la co u r b e d e pro gress i o n d e l ’é l ève.


63

62 LE PRO F ESSEUR EN CHEF D’ O RCHEST RE

l ’ écr an projeté

Pe n d a nt l es co u r s, le p rofess e u r d ir ig e à di sta n ce l e v i s i o n n ag e d es le ço n s et exe rcices de ses é l èves . A i n si, to u t le m o n d e est o b lig é de reste r co n ce nt ré s u r le d o ss ie r e n co u r s .

Si le professeur a beso in d’indiquer des info rmatio ns à la totalité de la c lasse, s ans avo ir à rediriger les tablettes, il peut pro jeter so n éc ran au tableau. Cela permet à l’ensemble de la c lasse de re garder dans la même direc tio n, en plus d’avo ir leur tablette individuel le.


65

64 IN & EX da n s le clo ud

une visibil i té pour l es par ents

To u tes l es i nfo r m atio n s I N & EX s o nt sto cké es su r i nte r n et afin d e p o u vo ir être ré cu p é ré es su r l es s u p p o r t s d u d o m icile. D e p l u s, l es p a re nts p e u ve nt co n s u lte r les i nfo r m at i on s co n ce r n a nt le u r e nfa nt à p a r tir de l e u r ord i n ate u r ( c) , g râce à u n co d e d ’ id e nt i fi c at i o n ( n otes, co u r b e d e p ro gress io n , an n o nta ti o n s d es p rofess e u r s ) . Les i nte r ro g at i o n s é cr ites, effe ctu é es et e nre gi st ré es s u r l es inte r fa ces é lèves ( a) s e ro nt di re c te m e nt t ra n sp o s é es d an s le clo u d af in qu e l es p rofess e u r s p u iss e nt les évalu e r ( b ) , et i n s c r i re l es n otes p o u r les re n d re v is ib le d ans l ’i nte r fa ce d es p are nts .

Af in de garder un œil sur les résultats de leurs enfants, les parents o nt un accès direc t à leurs résultats sco laire. Ils peuvent co nsulter leur «relevé de notes», co urbes de pro gressio ns, annotatio ns des pro fesseurs grâce à une partie «liaiso n». L ’accès parent s’effec tue sur le site internet IN&E X , grâce à un identif iant et un mot de passe. Po ur c haque info rmatio n co ncernant leurs enfants, les parents reço ivent un email leur permettant de les avertir qu’une mise à jo ur est co nsultable.


67

66 CO URS MULTI - SUPP O RTS

une page d’ ach at- commande

Tou t l e conte n u d e la ta b lette est e n re gistré da n s l e c l o u d à ch a q u e co n n ex io n à inte rn et . Ai n s i , l es é lèves, p a re nts et p rofess eu rs pe u ve nt con s u l te r to u tes les fo n ctio n s de IN & E X s u r l ’o rd i n ate u r d u d o m icile.

L ’applic atio n IN&E X peut s’ac heter sur l’App Sto re mais également sur le site internet de la marque. Quant au c arnet , il se co mmande direc tement sur le site (à l’unité o u en lots). L ’élève po urrait également avo ir la po ssibilité d’ac heter le kit IN&E X en magasins spéc ialisés dans l’éduc atio n sco laire.


présentation des écrans

un e in t e r fac e com pl èt e

Et d a n s l e c a d re d e la p ar tie « EX » : - té l é c h a rg e me nts - g u i d es - plans - a u d i og u i des - t ra d u c te u r - d i ve r t i ss e m e nts - s p or t - t h é ât re - mu s i q u e - mu s é e - exp o s i t i o n s - g é o l oc a l i s at i o n - c a h i e r d e va c a n ces Un e p a g e d e co nf igu ratio n p e r m et à l’ é lève de d éfi n i r l a c l ass e à la q u e l le il a p p ar tient , l a l u m i n os i té d e l’ é cra n , les la n gu es v iva ntes c h o i s i es et opt i o n s ( m u s iq u e, latin ) .

69

68

Grâ ce à IN & E X , l’ é lève a accès à to u s les co u rs qu ’i l a u ra a u co l lè ge d e la 6è m e à la 3è m e. Tou s l es ou t i l s se ro nt à s a d is p o s itio n : - d i c t i o n n a i re - g ra mm a i re - c a l cu l at r i ce - e mp l oi d u te m p s - e n c yc l op é d i e - o u t i l s textes .


70

le carnet


deux types de pages

Tandis que l’ac tio n de l’élève est passive co ncernant l’interface (navigatio n, lec ture, renseignements, etc .), le c arnet co ncerne la partie plus ac tive (réf lexio n, prise de notes, rédac tio n, interro gatio ns éc rites). Cette partie co rrespo nd à la c réatio n de l’élève et à ses c apac ités d’analyser et de réutiliser ce qu’il apprend. De ce fait , grâce à l’ac te d’éc rire, de griffo ner, de noter, les idées de l’élève prennent fo rme dans ce c arnet . Un équilibre est c réé entre les deux suppo rts.

Af in d’o ptimiser l’utilis at ion d u ca r net , d eux types de pages so nt dis cer na b l es d a ns l e ca rnet : des feuil les vierg es p our l es p r is es d e noteset c ro quis, et d’a ut res p a g es rayées p our les interro gatio ns, et réd a ct ions (à l a f in d u c arnet , l’élève y tro uvera q uel q ues p a g es d e papier mil limetré po ur l es exercices d e g éo métrie).

du papier r ecycl é , des encr es v égétal es, et une impr essi on water l ess

r econnaî tr e l es pages u ti l i s ées

L ’utilis atio n du papier rec yc lé no n c hlo ré, imprimé de faço n respo ns able me semble indispens able po ur ce pro jet . L ’éco no mie de matières premières et d’énergie devrait être une o bligatio n po ur to us, et il est essentiel d’éduquer les enfants sur le dévelo ppement durable. C’est po urquo i le papier utilisé po ur les c arnets IN&E X sero nt fabriqués en matières rec yc lées exc lusivement .

Ces pages so nt disce r na b l es g râ ce a ux formats. E n effet , af in d ’ êt re d ist ing uées p l us fac ilement , les pages rayées s ont p l us cour tes que les pages vierges.

Les co ins de pages so nt d échira b l es p our re co nnaître les feuil les u t il is ées d e cel l es q ui ne le so nt pas.

73

72

l a cr é ati on dans l e car net


74 un e q u e st io n de po i ds

u n fo rm at u ni qu e

Le g ra mm a g e du p a p ie r est 80 gram m es / m 2 , ce c h oi x est j u stif ié p a r le p o id s d u ca r n et . Ce l u i - c i p ès e 500g au tota l ( fe u il lets, ca rton , cou ve r t u re et re liu re in clu s ) , a j o u té à l a t a b l ette, l ’e n s e m b le I N & E X p ès e ra m o i ns d’1,5   kg . Le g ra m m a g e 80 g est le m oye n d ’avo ir u n m axi m u m d e fe u il les p o u r u n m iim u m de po i d s et c ’est la lim ite à res p e cte r p o u r ne pa s avo i r d e p ro b lè m e d e tran s p are n ce lo r s de l ’é c r i t u re.

Ce ca rnet possè de tou jou rs le mê me format afi n d’ être cohé re nt ave c le format de la ta blette. Les dé cli na i sons ne sont fa i tes qu e pou r respe cte r les g a mmes coloré es des cou ve rtu res, e n foncti on de l’a nné e de col lè g e de l’ é lève.

co n n ec t e r le s de ux s u pp o rts Le c a r n et s e r t d e s u p p o r t d e p r is e d e n otes et au ss i d e p a g es d ’ inte r ro g atio n s et d e ré d a cti o n . Ces d e r n i è res p e u ve nt être e nvoyé es a u x profess e u r s, o u a j o u té es à l’ inte r fa ce, n u m é ri q u e m e nt , g râ ce à l’u tilis atio n d e la p h oto. Ain s i u n s i mp l e s ca n d e l’ im a ge s u ff it p ou r envoye r l ’i nte r ro gatio n o u la p r is e d e n ote su r l a t a b l ette.


76

le kit in&ex


IN & E X p e r met à l’e nfa nt d ’avo ir le co nte n u et l es ou t i l s d e s on é d u catio n e n u n s e u l « k it» . Les fo r m at s d es d e u x s u p p o r ts co r res p o n d ent da n s l e b u t d e faire d e cet « e n s e m b le » u n s eu l et mê me o u t i l é d u catif. C’est p o u rq u oi e n d e h o r s d e ces s u p p o rts, l ’é l ève a u ra b es o in d e q u e lq u es o u tils s u p plé m e nt a i res q u i dev ro nt fa ire p a r tie d e ce « k i t» .

78

79

Cet e n s e mb l e co m p re n d u n s a c à d o s ave c un e p o c h ette e n tiss u s à e m p o r te r e n cas de dé p l a ce me nt s po n ctu e ls, la co q u e I N & EX d ans l a q u e l l e s ont dis p o s és le car n et , la ta b lette et l e st y l o; u n e tro u ss e est é ga le m e nt fo u r ni e ave c u n e rè g l e, u n rap p o r te u r, u n e é q u e r re, u n co m p a s et u n e g o m m e.

d e s acc e ss o i re s i n di s pe n s a b l e s

u ne t rou sse

La coque

M a l g ré l e fa i t q u e la p lu p a r t d es o u tils se tro u ve nt d a n s l a tab lette, l’ é lève a u ra b es oi n d’u n e rè g l e, d ’u n e é q u e r re, d ’u n co m p as, etc . Il s e ra i t i nte ress a nt d e cré e r ces d e r n ie r s, ma rqu és d u l o g o d e la m arq u e, et d e les a j o ute r au «ki t » afi n q u e I N & EX s o it u n o u til co m plet de l ’é d u c at i on d es co l lé g ie n s .

Pou r g a rde r les a ccessoi res te ls qu e le stylo, la rè g le, le compa s, le ra pporte u r et l’ é qu e rre et u ne g omme, u ne trou sse est mi se à la di sposi ti on de l’ é lève, tou jou rs e n a ccord ave c le reste du k i t I N &EX .

Une co que so uple et pliable permet de protéger et d’unir les deux suppo rts. Le c arnet et la tablette peuvent être utilisés séparemment et en face à face co mme il lustré c i- dessus. De plus, l’élève peut c ho isir la dispo sitio n des deux éléments en fo nc tio n de si il est dro itier o u gauc her.


l’éc ran su rélevé

Po u r p roté g e r et ga rd e r la co q u e fe r m é e, u n rab at a i m a nté s e p lie p o u r s e co l le r à la de rn i è re fa ce d e ce l le - ci.

L’ é cra n pe u t-être su ré levé da ns s a posi ti on hori zonta le g râ ce à u n systè me se trou va nt su r cha cu ne des fa ce de la coqu e (à ca u se de s a réve rsi bi li té ).

ga rd e r le s cop i e s

u n s ac évolu ti f

Au c a s où l ’é l ève d ev rait ré cu p é re r d es co pi es ou g a rd e r d es fe u il lets d étach és, u n e p o ch ette aim a nté e est l i vré e d a n s le k it . El l e s e p o s e d i re cte m e nt s u r la co q u e.

Comme tou t « k i t» qu i se respe cte, i l fa u dra i t u ni r tou s ces é lé me nts da ns u n se u l condi ti onne me nt , et le plu s cou ra nt da ns les cou rs d’ é cole est le ca rta ble. H ors le k i t I N &EX est plu s lé g e r qu ’u ne col le cti on de li vres + cla sse u rs + ca hi e r + trou sse, i l fa u dra i t donc a da p te r ce ca rta ble à qu e lqu e chose de moi ns e ncombra nt .

80

un ra b at p ou r protége r

De plu s cré e r u n s a c qu i soi t u ti li s a ble à la foi s pou r les cou rs, ma i s a u ssi pou r l’ex té ri e u r, se ra i t i nté ress a nt (on pou rra i t i ma g i ne r u n s a c à dos possé da nt u ne pochette déta cha ble, qu e l’on pou rra i t a me ne r lors des dé pla ce me nts ponctu e ls e n vi si te ex tra scola i re pa r exe mple ).


Co mme no us veno ns de le vo ir, IN&E X est un co ncept qui po urrait aider la plupart des co llégiens à avo ir envie d’al ler à l’éco le c ar c ’est un o util qui répo nd à leurs attentes : Il est léger, mo derne et co mplet .

Cet ensemble éduc ati f p our ra it fa ire l a j oie de beauco up d’élèves et d ’ens eig na nt s q ui ado ptent une pédagog ie s a ns l im ite g éog ra phique. L ’apprentiss ag e est p a r tout , il s uff it d’al ler à s a renco ntre.

Ce pro jet répo nd à la pro blématique de départ qui était «co mment dynamiser le manuel sco laire ?». E n appo rtant la tec hno lo gie à l’éditio n éduc ative to ut en gardant l’us age du papier, o n aide l’enfant à vivre bien dans so n enviro nnement . De plus, ce manuel permet à l’enfant de déco uvrir grâce à l’expérience lo rs d’ac tivités extra- sco laires qui lui so nt pro po sées, to ut en acquérant la co nnaiss ance grâce au pro gramme sco laire.

Ce pro jet est le dernier d e m a vie d ’ ét ud ia nte, et c ’est en ess ayant d ’a m él iorer l e m a nuel sco laire que je c lo s ce cha p it re. Ciao l’éco le.

83

conclusion


Je remerc ie mes professeurs référents, messieurs L io nel Hager, et Pierre - Gaël Steuno u, qui m’o nt permis de mener à bien ce pro jet , bien que le co mmencement f ut co mpliqué. M ême s’ils avaient des do utes, ils m’o nt permis de co ntinuer et de pro uver que j’avais les c apac ités de présenter ce pro jet de f in d’études. Je remerc ie également mo n amie L aura, avec qui no us no us so mmes to ujo urs so utenues, de jo urs co mme de nuits, bravant les éc héances à co ntre co urant (et c ’est une f il le co o l). E t enf in je ne remerc ierai jamais assez G uil laume, mo n f iancé, qui m’a appo rté ses co nnaiss ances tec hniques, s a passio n du numérique, a suppo rté mes do utes et incertitudes, mes humeurs, qu’el les so ient bo nnes o u mauvaises... et qui m’acco mpagne dans la vie co mme jamais je ne l’aurai espéré < 3

85

remerciements


bonjour Ă  tous !


Rapport de stage Maeva Suve - juillet/dĂŠcembre 2012


l’agence en bref

le rôle de l’agence

- Stratégie de communication digitale - Créée par Patrick Robin en 2006 - Une trentaine de collaborateurs

Accompagne les marques en créant des stratégies de communication sur le web : - Community management - Applications réseaux sociaux - Newsletters - Bannières - Sites internets (création et refonte) - Facebook ads

plusieurs métiers - Commerciaux - Planneurs Strat - Chefs de projets - Directeurs de comptes - Développeurs - Pôle graphique

Stage de 5 mois en tant que graphiste


mon rôle - Assister la Directrice Artistique - Apporter un regard neuf sur les créas de l’agence - Exercer mon métier de graphiste - Me forger une culture graphique digitale (VEILLE QUOTIDIENNE + ANALYSE)

MOI


LES PROJETS DIM community management


LES PROJETS actes sud

- Application Facebook - Carroussel 24h00 - Community management


LES PROJETS PRINCESSE TAM . TAM Newsletters


LES PROJETS kot Refonte de site internet


LES PROJETS universal music

- Newsletter - Pages popup (sites artistes)


ce que j’ai appris un nouvel environnement

- Arrivée en tant que novice du design multimedia - Apprentissage sur le vif - Changement de processus de création

des codes

- Rendre un site intuitif - Communiquer avec les développeurs - Animer une communauté

un autre regard

- Première approche froide - Compréhension des enjeux - Adoption de l’immatériel


conclusion


Mise à jour du manuel scolaire le design graphique au service de l’enseignement maeva suve projet de fin d’études Mastère stratégie de communication par l’image 2012 - 2013


comment dynamiser le manuel scolaire ?


pourquoi innover ? et comment ?


le tableau intéractif

lA tablette tactile

l’ordinateur

le manuel scolaire numérique


une volontĂŠ du gouvernement


l’environnement

la relation

1. le c a dre spatial 2. Le c a dre tem porel 3. le rè g lem en t

1. pa r e nts/ e nfa nt 2. e nse i g na nt/ él èv e 3. él èv e / él èv e

apprendre par l’expérience 1 . l’exp é rien ce sen sorielle 2 . a p p ren dre de ses erreu rs 3 . le so uv en ir


focus 1. Con cen tration d e l ’ él èv e 2. lectu re sim ple et ép u r ée 3. s an s dispersio n d e l ’ i nfor m ati on

diy 1. fabrication du m a nu e l 2. con stru ire son av e ni r 3. accen tuation d u ca r actèr e pa rti ci pati f

in&ex 1. édu cation dans et hor s d e s mu r s de l’école 2. expérien ce + conna i ss a nce


la stratĂŠgie in&ex


quoi ? pourquoi ? comment ? qui ? où ? quand ? u n m an u el scolaire a da pté à notr e ép oqu e et à l’évolu tion d e l a soci été


quoi ? pourquoi ? comment ? qui ? où ? quand ? u n ralen tissem en t d e l ’ évolu ti on du m an u el scol a i r e actu e l l’évolu tion des au tr e s ou ti l s édu catifs nu m ér i qu e s pou r ren dre l’élèv e p lu s i ntér e ssé par son appren tiss ag e au qu oti d i e n


quoi ? pourquoi ? comment ? qui ? o첫 ? quand ? en u tilis an t les avan tag e s d e l a technolog i e


quoi ? pourquoi ? comment ? qui ? où ? quand ? les coll ég i e ns


quoi ? pourquoi ? comment ? qui ? o첫 ? quand ? partou t


quoi ? pourquoi ? comment ? qui ? o첫 ? quand ? tou t le te m p s


deux supports

1. U ne i n terface tactile sous for m e d â&#x20AC;&#x2122; a p p l i cati on i Pa d 2. un c arn et papier


tout en un

1 . harmon ie et cohére nce d e l ’ e nse m bl e 2 . tou tes les m atières da ns u n obj et u ni qu e 3 . rédu ction du poids conséqu e nt


le nom de la marque

préfixe s d e s mots : in térieu r / e xtér i e u r esperluette « & » : ORIGINE NEUTRE IMAGE UNIVERSELLE DE L ’ÉDUCATION


le concept graphique in&ex


le logo


le logo

ava nt to ut : 1 . êt re ré v ersible 2 . rep ré s en ter le con tra ste et l’union en m êm e tem ps

&


le logo

ava nt to ut : 1 . êt re ré v ersible 2 . rep ré s en ter le con tra ste et l’union en m êm e tem ps

&


le logo lo g o o rien té à la v erticale : log o or i e nté à l ’ hor i zonta l e : in lis ib le EX l i si bl e

&

&


le logo le car r é : 1. rep r ése nte l e p i x e l 2. rep r ése nte l a f e u i l l e d e pa p i e r

&

l’esp e r lu ette : 1. rep r ése nte l ’ u ni on et l a com p l ém e nta r i té

&


le logo la b a r r e tr a nsv e r s a l e :

&

1. rep r ése nte l A sépa r ati on de l ’ i ntér i e u r et d e l ’ e xtér i e u r 2. rep r ése nte l a p orosi té d e cette sépa r ati on

&


le logo la be b a s ne u e

&

1. com p osi ti on b a si qu e tr ès l i si bl e 2. fr a nche et m a ssi v e 3. ang l e s d roi ts et m a nqu e s dâ&#x20AC;&#x2122; e m patte m e nt = r a p p e l p i x e l et f e u i l l e


le logo les cou l e u r s CO n tr a ste et com p l ém e nta r i té R

28

228

255

V

149

106

255

B

206

49

255

C

77

5

0

M

27

69

0

J

0

86

0

N

0

0

0

# 1C95CE

# E46A31

# FFFFFF

1. ble u : or d r e , s ag e sse , d i sci p l i ne 2. ora ng e : cr éati v i té, au dace


le logo évolu ti on d e s cou l e u r s m atu r i té d e l ’ él èv e = i ntég r ati on de la cou l e u r com p l ém e nta i r e da ns les cou l e u r s d ’ or i g i ne d u log o

6ème

5ème

4ème

&

&

&

&

&

&

&

&

&

&

&

&

# E46A31

# E53622

# CB0044

# 74378A

# 1C95CE

# 4FBED5

# 47B07F

# 4C8A37


lâ&#x20AC;&#x2122;interface


l’interface Bebas neue

Open Sans - light

les pol i ce s d e ca r actèr e s

titrag e s : beb a s ne u e

ITC Avant Garde Gothic - bold condensed

a s p ec t f r a nc et s o l i d e = fo n d em e nts d e l ’ é d u c at i o n et d u s avo i r


l’interface Bebas neue

Open Sans - light

les pol i ce s d e ca r actèr e s

textes cou r a nts : open s a ns - l i g ht

ITC Avant Garde Gothic - bold condensed

- t r è s bo n ne l i s i b i l i t é - o pt i m i s é e p o u r l e w e b - s e m a r i e t r è s b i en av ec l a b e b a s n e u e


l’interface Bebas neue

Open Sans - light

les pol i ce s d e ca r actèr e s

bou tons : itc ava nt g a r d e g othi c bold cond e nse d

ITC Avant Garde Gothic - bold condensed

- r e p r é s e ntat i v e d e s bo u to ns q u ’ o n p eu t tro u v e r s u r l e w eb - in ci t e au c l i c


l’interface le fl at d e si g n - sorti r d e l ’ i m ag e d u l i v r e pa p i e r - su pp r i m e r l e sk e u omor p hi sm e - a ssu m e r l a d ém atér i a l i s ati on de l ’ i nfor m ati on


lâ&#x20AC;&#x2122;interface le tr i a ng l e r ecta ng l e i socèl e , la for m e g r a p hi qu e p r i nci pa l e - con tr a ste - divi si on d u ca r r ĂŠ d u log o pa r u n e d e se s d i ag ona l e s


lâ&#x20AC;&#x2122;interface le tr i a ng l e r ecta ng l e i socèl e , la for m e g r a p hi qu e p r i nci pa l e - con tr a ste - divi si on d u ca r r ĂŠ d u log o pa r u n e d e se s d i ag ona l e s


lâ&#x20AC;&#x2122;interface les pi ctog r a m m e s d u conte nu - au c u ne cou r be - u n i qu e m e nt l e s ĂŠl e m e nts d e s d e ux m en u s


lâ&#x20AC;&#x2122;interface les pi ctog r a m m e s d e l â&#x20AC;&#x2122; i nte r face m ise e n ava nt d e l a cou r be (contr a ste )


lâ&#x20AC;&#x2122;interface le re sp onsi v e d e si g n - dif f u sĂŠ su r ta bl ette et or d i nate u r - Desi g n a da ptati f


lâ&#x20AC;&#x2122;application


l’application le co nt enu sé pa rat io n de l’application en d e ux pa rti e s : in : (int ra scolaire) rédigé par d e s p rof e sse u r s et com mu ni ty ma nagers EX : (ext ra scolaire) fon ction n e av ec d e s pa rte na i r e s EX : c ult ur els, des serv ices in t ér acti f s, d e s si te s EX : d’inform ation s


l’application la t ra nsvers alité - t ro uver des relation s en tre l e s cou r s et l ’ actua l i té - ma rq ue la porosité en tre le i n et l e e x - fo nc t io n n e av ec le prin cipe d e tag s ( ou d ’ éti qu ette s)


l’application les a rbo rescen ces IN : éc ra n v ertical -

derniè re leçon en cou rs co urb es de progrès co nfig uration mat iè res o ut ils

- reto ur et ou tils - omnip ré sen ts


l’application les a rbo rescen ces EX : éc ra n horizon tal -

D ivert issem en ts g é o lo c a l is ation t é léc ha rgem en t c a h ier de vacan ces o ut ils devo irs

- reto ur et ou tils - omnip ré sen ts


lâ&#x20AC;&#x2122;application les int eraction s


le carnet


le carnet deux t y p es de pages 1 . pag es v ierges : - p ris es de n otes - b ro uillon s - c ro q uis

2. pag e s i m p r i m ée s : - r édacti ons - i nte r rog ati ons écr i te s


le carnet pag es détachables int erro g ation écrites à rendre aux professeu rs : - co rrige - sc a nn e - diffuse su r l’in terface de l’é lèv e

le pa p ier - pa p ier recyclé n on chloré - 80g - ma ximu m de feu illes - minimu m de poids


le kit


le kit -

l’a p p lic ation su r tablette le c a rnet une co q ue qu i relie les su pports et l e s p rotèg e une p o c hette aim an tée une t ro usse (règle , équ erre , r a p p orte u r , stylos,com pa s) un s ac é volu tif


&

dans le futur


in&ex dans le futur - in&ex , un objet in dĂŠpen dan t - du pa p ier in telligen t ( in terface e n cou v e rtu r e d u ca r net) - un st y lo in teractif - s o ut ient scolaire - co urs Ă  d istan ce


pour conclure


merci


2013_MSCI-2_DIPLÔME_MAEVA_SUVE