Issuu on Google+

Sommaire Le mot de l’aumônier Celui du président Edito Portraits La maison Ste Claire Engagements Le Pèlerinage d’août Le carnet

2 3 4 5 6 7 11 23

La parole est à notre aumônier La foi en chemin

BULLETIN SEPTEMBRE 2007

100 rue Legras 37000 TOURS Tél./Fax : 02 47 61 08 01 Courriel : hospitalite.touraine@wanadoo.fr Site : ww.hospitalitedetouraine.org

Nous savons combien il nous est donné de recevoir, dans ces moments merveilleux de pèlerinage à Lourdes, année après année. A travers les signes de Lourdes : la lumière, le rocher, l’eau, le peuple de Dieu foule immense et de toutes nations… ce sont bien les signes de l’évangile qui nous sont ainsi donnés. Frères et sœurs malades, vous nous l’avez souvent manifesté, et nous avons toujours magnifiquement reçu de vous .A travers vous, un petit bout du royaume nous a été donné en partage. Frères et sœurs hospitaliers, nous l’avons souvent vécu ensemble dans une même démarche de foi, de service et d’amitié, en lien avec tout notre diocèse, et nous avons ainsi grandi les uns par les autres. Nos chemins à tous se sont unis pendant de nombreuses années… trop vite passées. En vous quittant et en me réjouissant de la présence nouvelle du Père Rémy Bazin, je vous exprime à tous autour de notre Président, ma profonde reconnaissance pour les bienfaits reçus, et garde vive, avec le visage de ceux qui nous ont quittés, votre présence dans la mémoire du cœur et de la prière.

2


A travers et au-delà de Lourdes, Bernadette s’est laissé mettre en chemin de rencontre et de service de Dieu, dans la vie religieuse et le souci de ses sœurs malades. A travers et au-delà de la croisée de nos routes, laissons la foi reçue nous mettre toujours plus en chemin de vie, en chemin du Royaume. Père Jacques Legoux

Notre Président

avec les malades s’est généralisée. C’est très important car elle leur permet, grâce aux intentions de prière, d’exprimer ce qu’ils ont au fond du cœur. Je donne rendez-vous aux hospitaliers le mardi 18 septembre à 19 heures 15 pour la halte spirituelle, au Christ Roi. Nous profiterons de cette occasion pour dire au revoir à notre aumônier, le père Jacques Legoux, et pour accueillir notre nouvel aumônier, Dom Rémi Bazin de la communauté saint Martin, et curé de Chinon. Rendons grâce au Seigneur. Philippe Gallineau EDITO

Chers amis hospitaliers, Je vous écris ces quelques lignes, tout de suite après le retour de l’hospitalité de Touraine à Tours. Nous étions 108 malades dont 6 enfants et 181 hospitaliers. Malgré une météo exécrable, ce fut un bon pèlerinage. Nous avons eu la joie de prononcer nos engagements (13 pour la première étape et 12 pour la seconde) devant notre évêque. Il y avait de très nombreux jeunes, filles et garçons et, outre nos quatre prêtres dont un venant du Mali, nous comptions dans nos rangs quatre séminaristes. Certes, la messe devant la grotte, le lundi 20 août à 8 heures 30 a été particulièrement arrosée, mais n’oublions pas que le 11 février 1858, la petite Bernadette était nu-pieds, dans ses sabots. Nous aussi nous avons eu les peids mouillés dans nos chaussures ; considérons ce petit désagrément comme une pénitence à offrir pour les pécheurs. L’expérimentation conduite autour de six enfants malades s’est révélée particulièrement riche et nous pourrons ainsi, comme prévu, marquer le 150ème anniversaire des apparitions, l’an prochain, par un pèlerinage de douze enfants malades. Merci à toutes celles et à tous ceux qui ont permis ce pèlerinage des enfants, à l’intérieur du pèlerinage de l’Hospitalité - malgré le petit nombre, c’était une grosse affaire à monter car l’état de santé des enfants étaient gravement détérioré. Pour en revenir aux malades adultes, c’est avec une très grande satisfaction que j’ai constaté que, comme pendant le pèlerinage de mai, la prière du soir 3

Pari gagné ? En partie probablement si l’on en juge par les encouragements reçus tant pour le bulletin que pour le blog. Encore que là, il faudrait songer à vous inscrire pour recevoir toutes les news…!. Et pourtant nous souhaitons avoir de votre part, vos réflexions, vos souhaits, vos articles … La préparation du Bulletin n’est pas « l’affaire » de quelques uns, mais de vous tous. Le bulletin comme le blog ne peut vivre et subsister que si tous, nous mettons la main à la plume ! Il y a tant à dire, à faire ... Nous souhaitons également trouver d’autres annonceurs, même si cela n’est pas notre préoccupation principale, mais les coûts s’en trouveraient diminués. Notre souhait, dans ce présent bulletin est également de vous faire vivre ce dernier pèlerinage de l’année. Tout ne peut pas être dit, affiché, mais nous ferons en sorte de vous donner le meilleur, quitte à faire quelques additifs ultérieurs … Notamment lors de notre fête en décembre. L’équipe de communication. Nous vous rappelons notre adresse internet :

hospitalite.touraine@wanadoo.fr

faites nous connaître la vôtre !

Et celle de nôtre site (ou blog) :

www.hospitalitedetouraine.org

Inscrivez-vous ! Vous serez avertis immédiatement des nouvelles de l’Hospitalité. 4


DEUX PORTRAITS La maison sainte claire

(Extraits du courrier français)

Le point de vue de deux prêtres résidents. Depuis longtemps la commission de sécurité exigeait la mise aux normes de la maison de retraite du Clergé, rue Bernard Palissy à Tours, près du sanctuaire de la Sainte Face. Monseigneur Vingt-Trois, alors archevêque du diocèse n’avait pas d’autre solution que d’envisager une délocalisation. Le même problème se posait à la Compagnie des religieuses de Sainte Ursule, logée à la Maison de prière de Saint-Cyr sur Loire. C’est ainsi qu’est né le projet d’une nouvelle construction, pouvant accueillir à la fois des prêtres du diocèse et les sœurs de cette communauté, pour une assise financière plus valable. Construite à proximité du monastère des Clarisses, la nouvelle structure s’est appelée tout naturellement : « Maison Sainte Claire ». Ainsi, prêtres et religieuses, nous partageons la chapelle des sœurs clarisses, avec leurs offices. Le monastère et la maison Ste Claire, juridiquement, relèvent d’identités distinctes, et pourtant participent à une communauté de vie, dans une spiritualité franciscaine. Comme prêtres nous pouvons reconnaître que la présence des religieuses de Ste Ursule nous apporte beaucoup. D’abord par leur esprit communautaire, célibataires nous risquions l’individualisme… De plus, au soir de notre vie, nous avons besoin d’un sourire ou d’une délicatesse « maternelle » ! Nous avons à notre service une équipe de direction, d’infirmières, de personnel soignant, dont plusieurs étaient déjà présentes rue B Palissy, ou à St Cyr. Leur dévouement et leur attachement nous apportent beaucoup. Des activités diverses (causeries, conférences et même jeux …) contribuent à l’animation de la maison tout au long de l’année. 5

6


Lors de sa visite à Lourdes en 2004, Jean-Paul II agenouillé devant la grotte de Massabielle, me touche profondément par sa fervente prière à la Vierge Marie. Impressionné puis inspiré par cette image, je cherche le moyen d’aller plus loin dans l’approfondissement de ma spiritualité. En mai 2005, je découvre l’Hospitalité de Touraine qui m’accueille « à bras ouverts » pour mon premier pèlerinage. Ces cinq jours me permettent de découvrir une communauté d’aide, de fraternité et de partage, composée de personnes âgées, de malades et d’hospitaliers. Ce pèlerinage terminé, j’ai hâte de connaître les dates du suivant. En mai 2006, je retrouve ceux que j’ai quittés « la veille » et je ressens à nouveau cette envie de partage, de regard et de tendresse. Je sais alors que je ne serai plus indifférent à cette belle communauté ; j’admire également les hospitaliers qui décident de s’engager ou qui confirment leur engagement. Du 12 au 16 mai 2007, je retourne à Lourdes, sanctuaire grandiose, serein et protecteur ; j’y vis pleinement mon troisième pèlerinage, le cœur fort et plein d’amour, avec l’idée bien ancrée de prononcer mon engagement en tant qu’hospitalier.

« M’engager », l’idée est belle et l’exprimer est aisée, cependant, prendre cette décision est grave et l’acte n’est pas anodin. De même que je m’engage en tant qu’hospitalier, je le fais devant toute une assemblée, pour Marie et face à ma conscience. Bien qu’à l’initiative des hommes, cet acte fait partie du plan de Dieu, le renier n’est pas envisageable ! Alors, faut-il vraiment s’engager ? Participer ou ne pas participer aux pèlerinages, ça ne regarde que moi ! C’est ma propre décision. Evidemment, à cette occasion, une petite barrette couleur bronze serait accrochée à ma chemise pour concrétiser ma progression, mais est-ce bien utile ? N’est-ce pas un peu futile ou puérile ? Cependant, je pense que la question de l’engagement se situe sur un autre plan… ! Mais au fait quel est notre programme de ce 14 mai après midi ? Il s’agit d’une conférence prononcée par le Père Jean Marie Onfray ; conférence à laquelle j’assiste. La fatigue est là, le fait de s’asseoir dans la tranquille chapelle Sainte Bernadette et de ne plus s’activer tend à l’assoupissement (pardon mon Père !) ; ça n’a rien à voir avec le sujet de la conférence ou les qualités de cet orateur apprécié par tous. Mais voici, qu’entre autres thèmes, il aborde la question de l’engagement de l’hospitalier ; il explique l’importance de cette décision et la portée de cet acte. L’engagement concerne en premier lieu l’hospitalier ; il le lie évidemment à l’Hospitalité de Touraine pour lui apporter le plus longtemps possible l’aide indispensable aux pèlerins âgés et malades, mais cet engagement se situe également dans le plan de Dieu. Il s’agit alors de ne pas être un obstacle à la parole de Dieu, que ce soit lors d’un pèlerinage de l’Hospitalité de Touraine ou tout simplement au quotidien. L’aide et l’assistance aux autres peut et doit également se produire à tous les moments de la vie. Cet état d’esprit doit être plus un réflexe naturel qu’un effort ponctuel. Conforté dans ma démarche, je décide de m’engager avec l’Hospitalité de Touraine sur la voie de Dieu. Sur ce chemin, je ne veux pas être le caillou qu’un marcheur pourrait heurter ; je veux appartenir au souffle qui l’aide à aller de l’avant.

7

8

Monseigneur Aubertin, son vicaire général et de multiples confrères viennent nous partager leurs préoccupations pastorales dans la vie du diocèse. Ainsi nous avons conscience de rester toujours des membres vivants du presbyterium. Au final, nous écoulons des jours heureux. Guy Bertin Robert Gigout

MON ENGAGEMENT Thierry, nouvel « engagé » nous expose son parcours, comment et pourquoi il a souhaité faire d’un acte ponctuel, le pèlerinage, une charte de vie.


Ce 15 mai 2007 à 15 heures, en la chapelle Sainte Bernadette, c’est le cœur battant que j’écoute s’égrener les prénoms des hospitaliers, appelés vers les marches de l’hôtel. Quelques instants plus tard, mon parrain, ému aux larmes, m’exprime sa fierté et me remet la barrette couleur bronze, signe de cet engagement. Ce symbole que je reçois avec émotion et bonheur, je le porterai jusqu’à ma confirmation, comme une lampe allumée pour accueillir mes frères. Thierry Un hospitalier

Un nouveau prêtre. (Autre forme d’engagement….)

(A droite, pas au centre !) Gilles, ordonné le 1er juillet, nous a retourné ce petit mot : A tous les membres de l'Hospitalité de Touraine

PS … Nous avons retrouvé une pâquerette … d’un joli bouquet qui fleurit en mai et en août !

C'est un moment fort que je viens de vivre ce week-end par le sacrement de l'ordination ! Moment fort aussi dans ma vie ... Je pense avoir été l'espace de quelques instants, de quelques heures entre ciel et terre ! On touche du doigt quelque chose qui est bien de l'ordre du divin ! Je ne pourrais dire si un moment a été plus fort qu'un autre...même si ce magnifique temps de la litanie des Saints, moment où l'ordinand est prostré, face contre terre, a été pour moi l'instant où je me suis réellement abandonné totalement ... pleinement ... entièrement ! Maintenant je suis au service.... des hommes et femmes de ce monde ... des plus petits, des plus faibles, des plus pauvres ! Je les confie et vous confie tous au Seigneur ! et lui demande de vous bénir!

Gilles +

Une nouvelle sœur. Marie, fille de Pascale Bellanger (notre dernière femme du jour) et petite fille de Jeanne Chauveau (une hospitalière), est devenue sœur Maria, chez les Bénédictines du Sacré Cœur de Montmartre, au prieuré de Béthanie à Blaru, le 1er juillet.

9

10


Pèlerinage du mois d’août 2007

Le Rocher

Du rocher de Massabielle Au rocher fabriqué par les enfants

Le pèlerinage diocésain, vu par un photographe amateur …

avec quelques complices …

Nous sommes arrivés à l’engagement des hospitaliers et aux intentions déposées à l’intérieur, que nous découvrirons en 2008.

Sous l’arbre de Zachée ( !), l’ensemble du groupe situé au 4ème 11

12


L’eau

Impressions de voyage

Source de vie, de guérison, à Massabielle

Le chemin de l’eau

Et, non bénite, qu’on appelle pluie, ici … source de rhumes, pour quelques uns d’entre nous….

Sur le quai de la gare, certains demandaient, à la petite nouvelle que j’étais : « Alors ? A l’année prochaine ?!!!…Tu reviens !!??.. » Et bien, je crois bien que je vais dire oui, charmée par tous ceux que j’ai croisés au cours de ce pèlerinage! Car comment peut-on résister à l’attirance de tous ces gestes de tendresses et d’affection partagés entre nous tous durant ces cinq derniers jours et qui me redisent toute la tendresse de Dieu pour chacun d’entre nous ? Comment résister a ces sourires d’enfants, a ces regards, a ces paroles reçus de Mathieu, de Guillaume, nos petits bolides du troisième étage, de Maylis, dont j’entends encore le rire au fond de mon cœur, de Johanna, notre rebelle sauvage au cœur si doux, de Davy, notre champion des jeux de cartes sur ordi, de Louis Bryan, si confiant en sa maman ?!!… Comment résister a cette vie fraternelle entre nous tous, hospitaliers et malades ? Comment résister a la fraîcheur de la présence de Lara et Hortense ?!… Aux pitreries de Joseph, d’Albéric, d’Armelle…et des autres, trop nombreux pour les citer tous…. (Et puis j’ai aussi promis à quelques énergumènes de taire certains épisodes de ce pèlerinage…) Peut-être avez-vous la réponse…moi, pas !! Me revient a l’esprit cette phrase de saint Jean (Chapitre 5) : « N’oubliez pas que vous êtes des pèlerins sur la route vers l’éternité ! »

13

14


Ce pèlerinage m’a redit combien notre vie ne nous appartenait pas ; elle est un don de Dieu avec lequel nous devons donner de la joie, de l’amour aux autres. Elle est le temps qu’il nous est donné pour nous abandonner en Dieu…

La lumière, Le Feu (Qui ne dit jamais « assez »)

« Laissez-vous réconcilier avec Dieu… »

De la grotte

Alors, notre passage sur la scène de ce monde, bien qu’éphémère, laissera un signe indélébile, si faible soit-il, parce que signe du passage de Jésus en nous, signe de bonté et d’amour ; Petit peut-être, mais vrai… Insignifiant peut-être, mais pas au yeux de Dieu… Et ce sont ces petits riens qui, bénis par Dieu, changeront le monde. Car c’est bien Dieu, au final, qui , a travers nous, accomplit l’œuvre a laquelle Il nous demande de collaborer, non avec nos propres forces, mais tout simplement parce que nous aurons su Lui faire confiance et Lui ouvrir notre cœur……

De l’esplanade le soir

« Zachée, aujourd’hui, je veux demeurer chez toi… » Merci a Marie de nous aider à devenir au quotidien, un véritable petit « miracle » de Lourdes, un véritable petit miracle vivant de l’amour de Dieu en Le laissant venir habiter notre coeur ! Merci a l’Hospitalité de nous permettre de réaliser cela en chacune de nos vies ! Nadine A Marie, Mère du Ciel vient sans cesse Nous abreuver de tes caresses. Cette grande douceur, Marie Qui améliore notre vie. Notre présence ici, C’est aussi notre Merci, Notre désir de donner Reste notre plus grand souhait.

Des enfants …

Ecouter les divins messages Durant ce pèlerinage, C’est notre demande, Marie Tous unis à ton Fils Jésus-Christ. Tu es Lumière de nos jours. Marie, continues avec Amour A nous guider vers les autres Afin que nous soyons des Apôtres.

Jean-Michel Estivié (Poème écrit durant la garde de nuit du 14 Mai 2007)

15

16


La réponse n’est pas facile… (…) Il vous est possible d’avoir le texte complet, soit sur le blog, soit en nous écrivant à l’Hospitalité.

« Laissez-vous réconcilier » Texte du père Jean-marie Onfray.

Témoignage suite à mon pèlerinage de Lourdes 2007

Nous connaissons tous l’histoire de cette femme prise en flagrant délit d’adultère et que des hommes voulaient lapider. Nous connaissons tous la réponse de Jésus : « Que celui qui n’a jamais péché lui jette la première pierre ! » Nous savons tous ce qui s’est passé…ils partirent tous en commençant par les plus âgés ! Oui, nous sommes tous pécheurs… Saint Jean écrit même : « Si nous disons : ‘Nous n’avons pas de péché’, nous nous égarons nousmêmes et la vérité n’est pas en nous »… Faire œuvre de VERITE, c’est regarder notre vie, non pas au nom de toutes nos complaisances, mais à la lumière de la Parole de Dieu. « La Vérité vous rendra libres »… « Celui qui fait la Vérité vient à la lumière»… Nous sommes venus (humblement) vers la (les) lumière de Lourdes…pour faire œuvre de Vérité, pour regarder notre vie à la lumière de sa Parole. Mais, il demeure une question : Qu’est ce que le péché ? 17

Je vais associer mon 1er pèlerinage de 2006 parmi les malades à celui de cette année. A la suite du décès de ma mère qui était logée chez moi je n’avais plus de goût à rien. J’étais sollicitée de toute part pour faire partie de différents mouvements et je déclinais toutes ces offres. Malgré l’entourage de ma famille et plusieurs petits voyages agréables, je ne désirais qu’aller à Lourdes. (Ma dernière venue à Lourdes remontait à 1971).Pour assister à toutes les cérémonies, je ne pouvais faire ce pèlerinage qu’au milieu des malades des malades de l’Hospitalité de Touraine. J’ai suivi toutes ces cérémonies émouvantes mais sans pour autant être concentrée. J’ai reçu au cours de ces cérémonies l’onction des malades. C’est seulement au retour, que j’ai ressenti la grâce que j’avais reçue : J’étais sereine et ai fait ensuite partie de différents mouvements. J’ai gardé un excellent souvenir de ce premier pèlerinage au milieu de cette grande famille avec la perspective d’y retourner l’année suivante. Si l’après Lourdes 2006 s’est très bien passé pendant plusieurs mois, l’année 2007 n’a pas toujours été bien rose et j’ai eu souvent le moral à zéro. Il y avait des bons et mauvais moments et j’avais hâte de retourner en pèlerinage pour me ressourcer. J’ai suivi le pèlerinage de cette année avec plus de ferveur, trouvé les cérémonies plus belles et suis revenue de Lourdes réconfortée. Je ne peux expliquer vraiment ce qui se passe intérieurement mais on revient de Lourdes toujours plus fort !Malgré la pluie, les hospitaliers et hospitalières étaient toujours très attentionnés envers les malades et handicapés et toujours avec le sourire, « Un grand Merci ». 18


On revient de Lourdes toujours plus Fort ! et tout le monde dit « A l’année prochaine ! Marie-Thérèse

Quelques vues prises au hasard des jours et des cérémonies… Et pourtant il pleuvait… Aucune chance d’altérer la bonne humeur !

Des intentions s’envolent …

qui

19

20


Johanna en activité

A St Pie X, sagement !

Avec quelques nouveaux pour terminer cet échantillon (à la demande un CD pourrait être fourni, avec l’ensemble des photos prises par les uns et les autres).

21

22


Le Carnet

AIDE NOUS A VIVRE (Mère TERESA)

Naissances Aurore

31 juillet (fille de Bérengère et J-P Baillet

Alix

5 juin (petite fille de notre président) 9 août (petite fille des Lesquen)

Joséphine

Seigneur crucifié et ressuscité Apprends nous à affronter Les luttes de la vie quotidienne, Afin que nous vivions Dans une plus grande plénitude. Tu as humblement et patiemment accueilli Les échecs de la vie humaine, Comme les souffrances de ta crucifixion. Alors les peines et les luttes Que nous apporte chaque journée, Aide nous à les vivre Comme des occasions de grandir Et de mieux te ressembler.

Nos amis disparus Mme Richard Père Pontonnier Sœur Odile du sacré cœur Mme Bret Mme Yvonne Rouxel Davy Delalande

le 18 juin, une malade le 29 juin en juillet la mère de Philippe notre docteur le 23 juillet, malade parente de F&C Rouleau 28 août l’un des enfants venu en août.

Baptême Marie-Lou Asset

Fais-nous comprendre Que nous n’arriverons à la plénitude de la vie Qu’en mourant sans cesse à nous-mêmes Et à nos désirs égoïstes.

le 16 juin

Les prochains rendez-vous 18 septembre : halte spirituelle 2 décembre : la fête H ospitaliers de Touraine. O uvrons nos cœurs. S ervons nos frères. P rions pour eux. I lluminons leur vie. T endons la main, A nos amis malades. L aissons nos propres soucis. I nspirons nous de Bernadette. T out sera plus facile, et E nsemble nous serons plus forts !… Michelle : le 19 05 07 23

Car c’est seulement en mourant avec toi Que nous pouvons ressusciter avec toi. Que rien, désormais, Ne nous fasse souffrir ou pleurer Au point d’en oublier la joie de ta résurrection ! Tu es le soleil éclaté de l’amour du Père, Tu es l’espérance du bonheur éternisé, Tu es le feu de l’amour embrasé. Que la joie de Jésus soit force en nous Et qu’elle soit, entre nous, lien de paix D’unité et d’amour. Directeur Gérant : Philippe GALLINEAU

24


Bulletin n°02 de 09-2007