Issuu on Google+

BELGIQUE-BELGIE P. P- P. B . 1050 BRUXELLES 5 B C 10 7 17


Editorial

3

Rencontre du troisième type

5

Concours DSB - D16RR

11

Présentation de Bruno

12

Rodéo à l’italienne

16

Salon Moto à Bruxelles

18

Xavier Siméon

20

Calendrier DSB 2009

21

Primavera 2009

22

DesmoDonna

26

Assemblée générale

27

Les plus belles Ducati

28

P5

P18

Envie d’écrire pour DesmoPassion ? CR de voyage, bio, souvenir de concentration, … n’hésitez pas ! Envoyez votre article à : president@ducati-sud-belgio.be

www.ducati-sud-belgio.be


E

D

I T O

Et bien voilà, la saison 2009 est lancée et comme dirait l’autre, bien lancée puisque la Primavera, notre évènement annuel d’ouverture officielle de la saison du Ducati Sud Belgio peut être qualifié de succès ! En effet car ce n’est pas moins de 136 participants venus des quatre coins de la Belgique et même de France, soit plus du double de l’édition 2008, qui ont pris le départ des grottes de Goyet pour rejoindre via un road-book aux petits oignons, semble-t-il, un premier point de rendez-vous fort sympathique à Borzée où nous attendait un barbecue qui l’était tout autant. Succès quant au nombre de participants mais surtout de par la bonne ambiance qui a régné parmi les différents groupes tout au long de la journée et les mines réjouies de tous ces Ducatistes ravis de reprendre la route ou plus simplement de se rencontrer et de faire connaissance avec de nouvelles têtes malgré le fait d’être passé dans les mains de la maréchaussée qui nous attendait ça et là pour fêter d’une autre manière l’ouverture … celle d’un gibier difficile à capturer et rebelle … le motard ! C’est d’ailleurs également dans cette ambiance euphorique et dynamique qu’à débuté l’année

2009 pour le DSB puisqu’à la suite de notre invitation par Ducati North Europe sur le stand officiel Ducati à l’occasion de l’European Motorshow, l’effet salon s’est rapidement fait ressentir car une trentaine ( !) de nouveaux membres adhérents ont rejoints nos rangs depuis, nous permettant désormais de franchir le cap des 100 ! Succès également pour cette première collaboration avec nos collègues du MOB pour leur Monster Meeting organisé cette fois en Wallonie avec la collaboration de Ducati Sambreville et où le DSB à emmené les participants sur les plus belles routes du coin au grand plaisir de Ducatistes qui ont décidé de nous rejoindre illico presto et de Pierre Ferracin, enchanté de cette première expérience. Malheureusement, moins de chance côté météo pour l’évènement suivant puisque la première édition du DSB TRAINING DAY a du être reportée pour des raisons évidentes de sécurité, l’accent étant justement mis sur ce point à l’occasion de cette journée de perfectionnement de conduite sur route proposée par Marco Thielen, membre adhérent et de surcroît moniteur moto-école. Qu’a cela ne tienne, la journée est reportée au samedi 30.05.09 et nous comptons vous y retrouvez nombreux !

Succès encore pour notre section DSB PISTA qui prend désormais son envol puisqu’à l’occasion d’un week-end piste à Croix-en-Ternois ces 16 & 17.05.09, sept membres ont décidés de mettre leur sort entre les mains de notre deux délégués piste, Eric Gorski et Gwen Herbillon pour goûter à l’ambiance des paddocks ! Une balade est même organisée pour aller soutenir tout ce petit monde aux abords du circuit et passer une agréable journée dans un esprit club ! Cap maintenant sur l’évènement qui ne faut pas rater, le DUCATI DAY !

DESMOPASSION N°14/2009

3


Le DUCATI DAY qui aura lieu le dimanche 24.05.09 sur le circuit mythique de SpaFrancorchamps. Un évènement qui prend de l’ampleur, puisque cette année, les trois Desmo Owners Club belges (DUCATI SUD BELGIO, DUCATICLUB.BE, MOB) ont pris part activement à l’organisation en collaboration avec Ducati North Europe, l’importateur, avec l’objectif futur de proposer une sérieuse alternative belge au WDW (World Ducati Week). A cette occasion, le Ducati Sud Belgio vous accueillera d’une part dans son tout nouveau stand installé dans le Desmo Owners Club Village et plus spécialement pour les pistards, dans un pitbox F1 loué spécialement par le club pour que vous puissiez profiter pleinement de cette journée au cœur de l’évènement. Et pour ajouter encore à l’esprit RACING qui planera sur cette journée, le club organise un concours exceptionnel à l’issue duquel le gagnant se verra remettre un billet pour un baptême Moto GP Expérience en Ducati Desmosedici RR sur le plus beau circuit du monde de Spa-Francorchamps. Petite ombre au tableau quand même à ce début de saison encourageant puisque malgré la validation du renouvellement de notre agréation DOC datée

4

DESMOPASSION N°14/2009

du 16.03.09, nous n’avons pas encore reçu de l’usine, le kit de bienvenue Desmo Owners Club. Ca ne saurait toutefois pas tarder puisqu’un rappel a été adressé au DOC Staff et qu’une réponse positive nous a été transmise. Un peu de patience donc et vous pourrez arborer votre appartenance aux DOC … et si vous n’avez pas la patience d’attendre, il vous reste à acquérir le superbe écusson brodé du Ducati Sud Belgio ! Chez Ducati, avec un volume de ventes en progression de 13 % en Belgique depuis le début de l’année (source officielle DNE), une GP9 bien aboutie … (enfin, pour Stoner !), une Streetfighter plutôt bien accueillie finalement et une surprise destinée à remplacer, on l’espère une ST qui a laissé un grand vide dans le cœur des adeptes du Grande Turismo, l’année 2009 semble également très prometteuse ! Enfin, vous n’aurez pas manqué qu’à l’issue de notre assemblée générale du 07 mars 2009, un nouveau conseil d’administration a été élu pour assurer la gestion de notre asbl. Deux nouvelles têtes ont ainsi rejoints le Staff, en la personne de Marc Jacqmin alias l’Instit au poste de secrétaire et de Jacques Cugnon alias Jackkk2000 en qualité de trésorier que je salue encore au passage pour leur dynamisme. Samuel Jager, outre la casquette de Rédac-Chef de notre mag DesmoPassion, occupe quant à lui désormais le poste de viceprésident et votre serviteur, Frédéric Laurent, celui de président.

C’est donc une nouvelle équipe pleine de motivation et à votre entière disposition qui présidera à la destinée de notre club et qui nous l’espérons, à la satisfaction de nos membres.

Je terminerai par un clin d’œil à notre ancien président et ami, Marc Poels que je ne remercierai jamais assez pour l’excellente collaboration qui a animé l’exercice de notre passion ainsi que la transmission d’une partie (toute petite) de son savoir desmodromique. Conscient de cela, le Staff a d’ailleurs souhaité pouvoir compter sur sa précieuse expertise et lui a proposé de poursuivre officiellement son engagement pour le Club en acceptant le poste de conseiller technique. A ce titre, Marc poursuivra notamment son œuvre, le Desmodrome pour notre plus grand plaisir et celui des internautes mais également ses contacts avec la presse spécialisée comme Desmo. Forza DSB ! Le DSB Team, Jack, Marc, Sam & Fred


RENCONTRE DU TROISIÈME TYPE !

Si je n’étais pas un amoureux de la vie ni un éternel insatisfait, je dirais : “ça y est, maintenant, je peux mourir” ... Nous sommes le 30 septembre de l’année 2008 et je me prépare fébrilement en ce mardi matin. J’ai pris un jour de congé sur un coup de tête pour rejoindre un certain Pierre et un certain Philippe. Pierre Col, je ne le connais que via le forum Planète Ducati avec qui j’ai échangé quelques mails ces derniers jours. Philippe, c’est un Ducatiste Ardennais (côté France) dont j’avais entendu parler mais que je n’avais jamais rencontré. Le temps est loin d’être de la partie, le ciel est sombre, parcouru de nuages qui défilent au pas de course des militaires italiens, il fait frais et les fines gouttes ne cessent de tomber. Néanmoins quand je mets mon casque, j’ai une banane qui ensoleille mon visage à m’en donner des coups de soleil.

C’est la que j’ai rendez-vous avec un autre Sedanais, dénommé Philippe qui n’est autre qu’un collectionneur passionné de Ducati avec à son palmarès actuel, une 888 Racing dans son salon et une 888 Racing et une 888 SPS (pour la route) dans son garage. Il possède également une 750SS pour sa compagne, mais il arrive aujourd’hui sur sa 900SS qui a elle seule est aussi une exception. D’après les explications obtenues plus tard dans la journée, cette 900SS est la dernière à être sortie de la ligne de production en 1997 avant le passage au modèle suivant, la SSie. Me renseignant sur internet, je note que le modèle a cependant été produit jusqu’en 1998 et que la dernière livrée 900SS Final Edition produite en 1998 était

numérotée et grise avec jantes noires. Mais Philippe, ce passionné hors pair (ne comprenez pas eunuque !), fera l’objet d’un prochain article, car il m’a promis de me faire visiter son antre sous-peu et nous connaîtrons alors le fin mot de l’histoire à propos de cette 900SS. Il faut cependant mentionner qu’en 10 ans, cette bécane n’est jamais sortie sous la pluie, ni même route humide et qu’aujourd’hui Philippe fait une exception à cette règle pour la même raison qui me fait sourire comme un gros béta depuis ce matin… Enfin la seule… pas vraiment, c’est aussi car elle a maintenant 10 ans et qu’il prévoit cet hiver de la dépoiler complètement pour une révision / réfection / peinture complète.

J’arrive au point de rendezvous à 300 mètres de chez moi. Ce point de rendez-vous est chez l’armurier de la ville, qui stationne ses motos dans son arrière boutique. On y trouve, une 916 SP3, une 900 SS, une 750 Supersport et une Laverda en attente de rénovation. On y trouve aussi une Honda CBX1000 à 6 cylindres (pour l’hiver). Toutes ces motos sont soigneusement conservées et chouchoutées et ne sortent que par temps sec ! La toute dernière 900SS carbu sortie des lignes de fabrication en 1997

DESMOPASSION N°14/2009

5


L’arme la plus redoutable de la route, face aux armes redoutables des forêts ardennaises.

Enfin, laissez moi vous présenter la vedette du jour, Pierre Col, Ducatiste Lyonnais qui arrive sur sa Desmosedici RR N°282 ! Pierre nous arrive de Lyon. Il a décidé de s’offrir 15 jours de vacances en faisant le tour de France sur son joujou, avec au programme plus de 4.000 km. Il est de passage depuis hier sur les Ardennes et il a logé chez Philippe, présenté juste avant ! Pierre Col

Arrivé hier, il a eu le bonheur de découvrir un bonne partie des routes empruntées lors de la Privamera 2008 avec un soleil radieux mais son programme de la journée est de tracer la route jusqu’au circuit de SpaFrancorchamps en compagnie de Philippe puis de rejoindre Bruxelles, plus tard dans la journée où il fera étape chez un autre de ses amis. J’ai donc décidé de les accompagner jusque Spa et c’est ce bonheur qui me fait vibrer depuis de nombreuses heures déjà ! Son arrivée sur le trottoir de Sedan ne passe pas inaperçue. Déjà, la moto fait un barouf du tonnerre et je suis surpris, trouvant le bruit du moteur et des échappements plutôt discrets au ralenti à côté de la symphonie pour cuivres et titanes que dégage l’embrayage et toute la distribution par pignon en cascade.

6

DESMOPASSION N°14/2009

C’est surtout la pignonerie qui sonne la cavalerie et au ralenti, cela couvre presque le bruit de l’embrayage à sec à carter d’origine (non ajouré). Avec tous les efforts du monde, je doute qu’on puisse arriver à mettre cette moto sur un circuit limité à 95 db et je reste dubitatif sur la manière dont s’y est pris Ducati pour homologuer cet avion. Ensuite, c’est clair que la moto en elle-même attire le regard et les passants même les plus ignares en termes de moto regardent l’Ovni qui vient de débarquer. C’est sur, aujourd’hui, je fais une rencontre du troisième type. Moi le Ducatiste novice qui roule sur une bécane qui n’a ni carbu, ni embrayage à sec, qui de plus est la seule Ducati à posséder 3 soupapes par cylindre et équipée d’un ABS, j’ai l’impression de faire tâche dans le tableau présenté par les trois puristes autour de moi. Si j’ajoute que ma femme possède un Mostro 696 et que la nouvelle Mostro 1100 me plaît énormément, je passe en correctionnelle ! Bon trêve de plaisanterie, il est maintenant temps de partir pour rejoindre un ami de Pierre

Col qui doit nous attendre pour midi sur le Circuit de Spa-Francorchamps pour une séance photo. En effet, la direction du Circuit, après explications détaillées du voyage de Pierre a accepté de lui ouvrir les grilles gracieusement pour une heure de séances photos du côté du raidillon. Comme quoi, posséder une machine d’exception, ça ouvre les portes des amis pour la nuit et des circuits pour les photos ! Nous prenons donc la route et nous passons la frontière belge sur les hauteurs de Bouillon, et là le temps pourri nous accueille à bras ouvert. La 900SS ouvre, la D16RR suit et je ferme la marche. J’ai la meilleure place pour la regarder en circulation et j’en profite pour immortaliser Pierre sur sa D16RR concentré sur la route détrempée au revêtement typiquement belge (comprendre dégradé et troué… n’est ce pas Fred !).


Notez au passage l’équipement léger du pilote. La bagagerie de la D16RR n’est pas vraiment prévue au catalogue DP et le réservoir étant en carbone, impossible d’y mettre une sacoche de réservoir magnétique, quant à l’arrière de la selle, c’est là que jaillit le grondement de la bête au travers d’échappements carbones, ce qui permettrait rapidement d’avoir littéralement le feu au cul s’il vous prenait la bonne idée d’y fixer quelquechose ! Dans le sac à dos, des vêtements pour 1 semaine. La deuxième semaine ayant été expédiée par courrier à une des prochaines étapes. Le linge sale fera alors le même trajet par la poste vers son domicile. Quand on n’a pas de routière, on a des idées ! Une question reste légitime néanmoins, mais où est-ce qu’il met la combinaison de pluie quand il ne pleut pas ?

criera forfait sur sa 900SS. C’était son premier jour de pluie et elle n’a pas l’air du tout d’aimer cela car il a des “trous” à l’accélération et à régime constant. Par sécurité, il décide de rebrousser chemin. C’est dommage, mais la vie continue et nous entamons la montée versVielsam après avoir reçu les recommandations de prudence de la part de Philippe. Depuis que cela virole, nous sommes sur des œufs et Pierre est particulièrement prudent pour ne pas abîmer cette beauté et ne pas se laisser surprendre par une bourrasque, des feuilles, une plaque de revêtement plus lisse, une ligne blanche, etc etc etc et ce avec une visibilité réduite car en plus de la visière, il porte des lunettes et les gouttes comme la buée sont persistantes… Mais arrivé au tiers de la montée, nous sommes passés brutalement

sec, sous les bourrasques, les averses et le mazout par terre, ça devient du funambulisme et nous réduisons sérieusement l’allure qui n’était déjà pas très sauvage. Nous parvenons néanmoins à nous sortir de ce piège, et nous traversons la Baraque Fraiture au milieu des cumulodingus. Le reste du parcours sera une succession de virolos à travers Vielsam, Trois-ponts et Stavelot mais avec un triple dénominateur commun, froid, vent et pluie continue. Enfin, après un trajet mémorable à plus d’un égard nous arrivons enfin à l’entrée du circuit de Spa-Francorchamps qui est toujours fermée par ses grilles. C’est alors que Pierre écoute sa messagerie et apprend la mauvaise nouvelle. La personne qui devait nous rejoindre pour nous accueillir et venant de Bruxelles par autoroute a dû rebrousser chemin car les bourrasques étaient infernales sur l’autoroute et quelques aquaplanages au milieu des semi-remorques ont eu raison de son courage.

Pierre qui goute aux joies de l’Ardenne profonde

Sur cette interrogation qui restera sans réponse car j’ai tout bonnement oublié de la lui poser, nous prenons alors la direction de Laroche en Ardennes où nous nous arrêtons pour faire le plein. Sur la D16RR, le réservoir permet à peine de faire une centaine de kilomètres avant de passer sur la réserve. C’est là que Philippe

du mode “sur des œufs de poules” au mode “sur des œufs de cailles” ... Le tarmac a soudain pris des nuances bleues, mauves parfois tintées d’un filet argenté, un camion nous a visiblement perdu une partie de son chargement sur tout le reste de la montée. Pour ceux qui connaissent cette route grisante sur le

DESMOPASSION N°14/2009

7


RENCONTRE DU TROISIÈME TYPE ! (suite) Il se prépare donc à rejoindre l’autoroute la plus proche pour rejoindre Bruxelles et me demande comment y aller. Je lui déconseille vivement cette option et après un coup d’œil sur la carte, on décide d’un itinéraire permettant de rejoindre l’autoberk près de Namur. Nous repartons donc vers Stavelot en contournant le circuit cette fois, pour rejoindre ensuite Huy via Hammoir où nous nous arrêtons pour déjeuner, dans un endroit qui doit laisser de mauvais souvenir à Froggy et Christian. Ce déjeuner typiquement belge (vol au vent et une chope) est l’occasion pour moi d’interroger en détail Pierre au sujet de son expérience motarde et Ducatiste en particulier. Pierre pratique la moto depuis une trentaine d’année et depuis 10 ans aux guidons de Ducati. Il en est à sa sixième et

8

DESMOPASSION N°14/2009

possède toujours également aujourd’hui en plus de la D16RR une 998S qu’il a réussi à dégoter quasi neuve juste après que sa commercialisation se soit arrêtée. Il a démarré son parcours Ducati avec une 916 qu’il a remplacé par la suite par une 900SS, tandis qu’un moteur sur-vitaminé de 888 monté dans un cadre de 916 lui servait de joujou sur les pistes. Il a même possédé un mono 350 Desmo dont il s’est séparé faute de temps pour la chevaucher. Plus particulièrement, il a passé commande de sa D16RR en Juin 2006 et le Directeur Marketing Ducati France l’appela le 2 avril 2008 pour lui annoncer la livraison 12 jours plus tard. Un jour plus tôt et il aurait crû à un poisson d’avril ! C’est ainsi qu’il prit livraison de son engin, non sans avoir eu quelques déboires pour la faire assurer. Chose incroyable, alors qu’il bénéficie d’un bonus à 50% (le minimum en France), sans sinistre dans

les trois dernières années et qu’on ne puisse pas dire qu’il s’agît d’un jeune motard fougueux inexpérimenté, son assureur habituel refuse de le couvrir. Il a malgré tout trouvé porte ouverte ailleurs à un tarif qui reste nettement en dessous de toutes mes estimations. Il m’apprend également que sa D16RR totalise aujourd’hui plus de 6.000 km et qu’il devrait dépasser les 10.000 km à la fin de ce voyage, ce qui la place comme la D16RR totalisant le plus de kilomètres au monde. Il sera le premier à se présenter dans un DS pour une révision des 12.000 ! Malgré tout, ces kilomètres sont accumulés uniquement en balade. Il n’a pas eu l’occasion de la mettre sur piste. Il en meurt d’envie mais il craint par-dessus tout qu’une telle sortie se transforme en carton assuré. En effet, il est évident que parmi les pilotes qui seraient présent ce jour là, on trouverait bien quelques kékés se disant : “Je vais me faire la D16RR”, avec les conséquences que vous pouvez imaginer. Donc jusqu’alors, il a su résister à une telle tentation et comme malgré tout ses finances ne lui permettent pas de réserver la piste pour lui tout seul, il mord sur sa chique. A mon sens, une solution devrait cependant venir de Ducati France, à l’occasion d’une opération marketing, ils pourraient inviter tous leurs clients de D16RR.


Pierre, si tu me lis, parles en à qui de droit ! Nous terminons notre repas par un petit café et la séance d’habillage reprend. Avant de reprendre la route, j’ose quand même demander à Pierre si je peux m’installer sur le rêve incarné, ce qu’il m’autorise sans soucis et il me tire le portrait alors que je jubile comme un gamin. C’est l’occasion de me rendre compte que la position de conduite n’est pas si extrême mais surtout que la belle est d’une légèreté incroyable. Pieds au sol, quand on la balance d’une jambe à l’autre avec une facilité déconcertante, elle est hyper légère. Et là, se produit un fait incroyable, Pierre me dit nonchalamment : “tu veux faire un tour avec ?” ... De mon côté, je n’avais même pas imaginé une seule seconde que c’était possible et interloqué je réponds que non que je ne connais pas la moto et que les conditions ne sont pas vraiment idéales. Nous reprenons donc la route vers Huy et c’est la que le remord m’a pris sous le casque. Je commence à pester contre

moi-même, me disant que j’étais le dernier des imbéciles que la timidité et la politesse étouffait et gna gna gni et gna gna gna. Quand je réalise que c’est sans doute la seule fois de ma vie que j’aurais une telle occasion, je m’arrête sur le côté et Pierre s’arrête à côté de moi et stoppe la cavalerie histoire que l’on puisse s’entendre. “Ta proposition tient toujours “, disje la gorge serrée, il me répond que oui et nous changeons donc de monture. Gloups. La bouche sèche, je pousse sur le démarreur... Quel raffut encore une fois ! Pierre m’a prévenu qu’elle était relativement douce et il est vrai que le 4 cylindres permet de tourner à un régime très bas que ne permet pas nos simples Ducati à 2 cylindres. Au passage, j’essaye de lire le compte-tour digital mais il est

carrément illisible (rien ne vaut un bon compte-tour à aiguilles quand même !). On voit bien la montée mais c’est impossible de lire le régime. Enfin bref, comme la piste, heu pardon, la route est trempée et qu’il pleut toujours – en fait, ça ne s’est jamais arrêté - je suis sur mes gardes, même trop tendu, à peine parti mes muscles du cou sont contractés. Je monte en régime tranquillement, ça pousse sans grogner mais ça pousse, je monte les vitesses, c’est un peu radical mais pas autant que je ne l’aurais cru, tout à fait gérable même si le drapeau jaune à bandes verticales rouges est agité à toute allure. Premier freinage en perspective, je serre tranquillement la poignée car Pierre m’a prévenu que ça pouvait être assez brutal, j’y vais doucement, et ça répond doucement. Parfait !

DESMOPASSION N°14/2009

9


J’applique le freinage / rétrogradage / coup de gaz avant d’embrayer ... Oups … ça gueule un peu fort là, faudra donner un coup de gaz moins fort la prochaine fois ! Bon me voilà dans le virage, reste plus qu’à pencher un peu, un tout petit peu car j’ai tellement ralenti que ce n’est pas nécessaire d’en faire beaucoup. Et là, on ressent bien qu’il faut l’emmener avec virilité, notamment quand la vitesse est assez lente. Il me faudra deux ou trois minutes pour me sentir un peu plus à l’aise et pour commencer à l’emmener en mode fillette plutôt qu’en mode bébé. Malgré tout, je reste hyper prudent. Tout d’abord parce que je respecte beaucoup trop le geste de générosité que vient de faire Pierre et je ne voudrais pas gâcher la suite de son voyage. Ensuite je n’ai pas les réserves financières suffisantes me permettant la moindre connerie. Et enfin, il s’agit d’une moto d’exception dans des conditions climatiques tout aussi exceptionnelles et je ne suis pas d’une expérience importante sur ce type de bécane et même si je ne me considère pas comme un manche au guidon d’une moto, pour le coup, je reste modeste et je la joue profil très très bas. Quelques dépassements me permettent alors de tester un peu plus l’allonge de la poignée de gaz et je me sens de plus en plus à l’aise, j’apprécie mieux mon freinage et ma vitesse d’entrée en courbe, je me régale et là je me dis qu’il est temps de la rendre à son propriétaire. Etonnamment, malgré les bourrasques et la légèreté de la bête, je sens à peine le vent latéral alors que quelques minute plus tôt avec

10

DESMOPASSION N°14/2009

Le plat pays qui est le mien tient toutes ses promesses

la ST, je devais rouler penché et à chaque bourrasque, je quittais ma trajectoire de quelques centimètres ! En tout, j’ai dû parcourrir une quinzaine de kilomètres et dans ma concentration, j’ai loupé une déviation et on aura donc une dizaine de kilomètres à faire en plus pour rejoindre Huy.

Le soir même, Pierre commentait sur son Blog :“Cette journée entre directement dans le top 3 de mes pires journées à moto”. Je dois avouer que je tire exactement la même conclusion même si pour chacune de ces journées, j’en garde d’excellents souvenirs ... Je dois être masochiste ;)

Je m’arrête, j’empeste pour arriver à attraper la latérale qui est cachée dans le carénage et qu’il faut arriver à attraper à l’aveugle de la pointe du pied. J’y arrive finalement et je descends de ce nuage rouge.

Encore un énorme merci à Pierre de m’avoir laissé partager sa route sur plus de 200km et de m’avoir offert cette superbe opportunité qui restera gravée dans ma mémoire à jamais !

Nous effectuons alors les derniers kilomètres qui nous séparent de Huy, là où nos chemins se sépareront. J’emmagasine toutes les sensations ressenties, en oubliant des dizaines au passage mais mon sourire est encore plus éblouissant que ce matin. Ici prend alors tout le sens de la phrase en début d’article, si je n’étais pas un amoureux de la vie et un éternel insatisfait, je pourrais mourir sur-place ! Pierre rejoins alors Bruxelles par l’autoroute non sans galère avec des projections d’eau et de la buée persistante, mais il arrivera à bon port. De mon côté, je rejoins Sedan en passant par Rochefort, l’occasion de repasser en boucle ces moments uniques.

Maintenant que la rédaction de cet article est terminée, Pierre est rentré chez lui. Il a effectué 4.754 km sur les 15 jours de son tour de France et sa machine totalise 9.894 km six mois jour pour jour après la livraison. En savoir plus : Le blog de Pierre : http://tourrdefrance.blogspot.com Le site de sa D16RR : http://pcol.free.fr/desmo16/ Son site perso : www.pierrecol.com/fr/ducati.html La couleur de son slip : Blanc au départ, douteux à la fin des 15 jours ;) Les photos de la journée : http://picasaweb.google.fr/ Jackccc2000/DESMOSEDICIRR Jack, simple reporter.


Commandez votre T-SHIRT DSB Renforcez et vivez encore plus intensément l’esprit club du Ducati Sud Belgio en portant le t-shirt officiel du club !!! Moderne, sport, sobre et class, il exprime les valeurs de notre marque préférée … Le T-Shirt (Kariban 165Gr/M²) est disponible dans les tailles S - M – L – XL – XXL au prix de : • 20 € (membres en ordre de cotisation) • 25 € pour les autres Les t-shirts seront remis à l’occasion d’une balade ou autre occasion mais si vous brûlez d’impatience de la porter, un envoi postal à domicile est possible (3 euros). Pour faire l’acquisition du t-shirt, c’est très simple : 1. Un mail au Président : fred.laurent@skynet.be avec les renseignements suivants : • Nombre de t-shirt • Répartition des tailles (ex : 1 x M + 1 x XL) • Mode de livraison et adresse si envoi postal • Total à payer (livraison éventuelle comprise) 2. Paiement sur le compte du club 001-4489635-66. Il est également disponible à la vente via notre site web tout comme d’autres articles “Made in DSB”… (à venir) …

Tailles disponibles : S - M - L - XL - XXL

Alors, comme de nombreux membres qui le portent déjà, n’hésitez pas à le commander dès aujourd’hui car il n’y en aura pas pour tout le monde …

20€*

DESMOPASSION N°12/2008

9

11 * pourDESMOPASSION les membres enN°14/2009 ordre de cotisation.


P R É S E N T A T I O N

- Mais quand est-ce que tu seras sérieux ? - Mais maman, tous mes copains ont une moto ... 1974 : mon voisin de banc à l’Athénée vend sa Morini 50. La sonorité de ce moteur me poursuit chaque nuit ... Puis la ligne de l’engin, les bracelets Tomaselli qui en font -presque- une machine de course ... Le rêve se prolonge pendant les cours de maths ... Tirelire cassée, collections de gosse vendues, promesses de meilleurs résultats scolaires, et enfin, ENFIN, entrée dans le monde de LA MOTO ... - 70 dans la descente de Givry, avec la Morini ... - La mienne, elle tape le 100 ! - Menteur! - On veut voir ça ... Remise du jardin transformée en atelier de bricole, les copains avec les BM Jaguarino et Malaguti qui testent les Del Orto de 19 puis de 22 avec les pots de détente, le quartier enfumé, les voisins qui s’énervent (Ben oui, le concert de Mike Brant en “brouillé” à la télé, à cause des “Lodge” non déparasités ...), les essais dans la ruelle transformée en piste d’essai ... Un appétit de sensations qui s’ouvre et, je l’ignore encore, ne s’assouvira jamais ... Eté 1975, mes seize ans: vacances fichues, examens de passage ( la pudeur m’empêche d’en écrire le nombre ...). Alors, un mois pour les préparer, donc un mois pour travailler et gagner les 20.000 francs qui me permettront d’acquérir la 125 Corsaro Country d’occasion qui trône chez Enzo. Je ne vois qu’elle. Il me l’a mise en route ...Quel

12

DESMOPASSION N°14/2009

D E

son ! Même pas fait attention au grondement de la SFC qui vibre sur sa béquille ... - Alfredo, tu me la gardes, hein! Promis, le 31 juillet, je viens la chercher ! Un mois de travail de manœuvre sur un chantier: tas de décombres montagnesques à bouger, sacs de ciment innombrables à décharger, blocs de béton qui doivent suivre le ballet des maçons, je n’ai plus de bras, mal partout, des carillons de cloches aux mains, mais des rêves plein les yeux... -Au moins, tu sais ce que qui t’attend si tu ne veux pas poursuivre les études que tu pourrais faire ... Je pense surtout à celle qui m’attend à la fin du mois ... 31/07/75: Entrée dans le monde des GROSSES MOTOS (Ben oui, plus de 50 cc = grosse moto ... quand on avait 16 ans en 75 ...) Grimpettes en haut de l’Eribus (terril) derrière la maison, avec le scrambler, chaque soir après les journées d’étude pour les examens de septembre, le bonheur ... Un peu plus tard, TS 250, qui permettra d’autres facéties sur le terril, et qui fera naître un goût prononcé pour la “moto verte” ( terme de l’époque ...) Mais que c’est long d’attendre l’anniversaire de ses dix-huit ans ... Interminable !!! Permis (moto) en poche, la saga rebondit ! CB 450, CB 500 (premiers “vrais” voyages à moto), CB 400 (vite transformée en “réplica” suite à une glissade sur des gravillons cause arsouille avec un copain sur la même moto (si t’es derrière, c’est pas à cause de ta moto...)

B R U N O

UN BLANC SANS MOTO, études, début de carrière (instit’ ... aucun de mes profs n’aurait parié 50 centimes là-dessus ...), mariage, bébés, achat maison-à-retaper, travauxqui-te-mangent-ton salaire-tes vacances-tes we-ton énergieet-mettent-tes rêves-entreparenthèses, tous ceux qui sont tombés dedans quand ils étaient petits connaissent l’histoire ... - Bon, maintenant que ça se calme, je rachèterais bien une petite occase, moi... - V’là qu’ça le r’prend ! Mais tu n’as pas passé l’âge de ces gamineries ? C’est dangereux en plus ! 1982: Débuts en enduro. XR500 (sacrifiée à l’autel des travaux ...), récidive avec une Kramer 250, (Chinelle 83, pas une promenade de santé, comme un copain plus aguerri me l’avait dit, le traître ...), CR500 “endurisée” (P. ça poussait,


ce truc ...), expérience en side enduro (si,si ...), sur une “Bitza” imaginée et conçue par un complice de la bande, sur base de sa Kramer 370. Didier, le concepteur téméraire, s’enfermait chaque soir dans son garage, pour finaliser son projet, en grand secret... Il ne disait rien, excepté que je serais son associé “privilégié” ... Un soir, il a débarqué chez moi sur son attelage, je me suis vite habillé pour l’essai, tétanisé par ce que je voyais, et nous avons découvert ,avec beaucoup de fou-rires, le plaisir du pilotage concerté et aléatoire de ce genre d’engin ... Après quelques essais -et de nombreux tout-droits dans les talus-, avec la fourche d’origine qui vrillait comme un tire-bouchon et la suspension délicate du panier (sur bras oscillant d’Amigo, dédoublé quand même, excusez du peu ...) , l’évidence s’est vite imposée: ce “TRUC”, pour aller où on le décidait, devait être conduit par Didier, sur la moto, et par moi, dans le panier. J’ai donc appris, si besoin était, à faire “le singe” et nous avons ainsi procuré beaucoup de plaisir aux copains de notre bande enduristique, qui préféraient rester derrière dans les chemins, quitte à rouler moins vite, pour mieux profiter du spectacle ... Jusqu’au jour où la boîte de vitesse, surmenée et révoltée par le traitement qu’on lui faisait subir, a décidé de “tout envoyer promener”, donc et y compris

nous- mêmes, au beau milieu d’un bourbier insondable ... Et fin de parenthèse side ... (Si quelqu’un cherche un singe pour jouer dans son panier, je re-signe !!!) ensuite, XR350 (Bof ...), Husqvarna 430 (supermotardisée un moment), découverte du VTT, encore une passion, et retour sur la route avec une FZR1000, en 92 ...( revoyages, Alpes côtés français et italiens, re-découverte du plaisir d’enquiller dans les cols ...), enduro encore sur une Husqvarna 250 et pour finir, sur une WR200, parce que marre des casses moteur en plein milieu de nulle part ... UN BLANC SANS MOTO, cause divorce, d’autres chats à fouetter ... 1995: Décret Ludgen, fini de rire dans nos beaux chemins, même si pour notre part, on” roulait propre”, sans bruit (ou presque ...), “courtois” avec les autres usagers, et sans faire de hors piste ... Période motos “vertes”, mais vert... Kawa: ZXR750, ZX9R (premiers tours de roues sur piste, à Folembray, miam !!), ZX6R, ZX9R encore ...et ZX6R encore ...Bizarre, non ? Pas tant que ça ... Sur route, le 900 plus coupleux est plus adéquat, sur piste, le berlingot du 600 présente moins d’inertie, mais, revers de la médaille, pour l’amateur de reprises musclées, il nécessite un pilotage agressif

dans les tours, avec un jeu permanent du pied gauche sur le levier de vitesses ...pour ne pas se retrouver à l’arrêt en sortie de virage ... Il y en a, parmi les amateurs ou les spécialistes, qui se régalent - et envoient du gros gaz- sur les 600, ils sont faits pour ce type de pilotage ... Alors, au fur et à mesure de l’évolution de la gamme des Sportives de la marque, je change de monture, sans vraiment trouver “ce qui me convient réellement”... Mais le circuit, ça me plaît vraiment ... Pouvoir profiter de sa moto, l’utiliser dans le cadre de sa spécialité (pour une sportive), apprendre l’humilité (...), se sentir progresser dans son pilotage, prendre du plaisir ... Je découvre Croix et Zolder ...

DESMOPASSION N°14/2009

13


Et tous mes copains pistards roulent Ducati, je suis “la grenouille verte”... 2002: une virée avec un ami sur les belles petites routes de la Forêt Noire se termine mal au retour: gaulés au radar (jumelles), pourtant sans avoir fait les andouilles, juste après la frontière suisse côté français (la moto de mon compagnon saisie, puis rendue moyennant payement immédiat de 750 euros de caution -les cartes Visa ont chauffé - son permis saisi ...) me dégoûte de l’utilisation d’une moto sur la

route, et dès l’arrivée a casa, renvoi immédiat de ma plaque à la DIV. De 2002 à 2004, utilisation exclusive - et préparation de la moto dans ce but- sur circuit... -Tout ceci aurait dû te servir de leçon, tu n’as pas compris? Tu as quel âge ? Mais tu vas finir par te faire mal, avec ces bêtises ... Oui mais ... Voir et entendre les motos passer sur les routes ... ça travaille le moral, ça déclenche des envies, des tremblements de frénésie ... Et puis mon épouse, Aurora, la balade, les voyages à moto, ça lui plaît aussi ... - Et si on achetait une autre moto, juste pour la route? - Ouiiii ! Mais alors une bonne petite moto, caaaalme, juste

14

DESMOPASSION N°14/2009

pour se balader nez au vent, sans risquer son permis ... Cooool ... Saison 2004 sur la route en ...XTX660 ... mini-trips avec armes et bagages ... Et un moteur à l’agonie trop souvent, vraiment trop juste ... (Ou alors, il aurait fallu n’avoir rien connu d’autre ... Et être quelqu’un d’autre ... Bon, on aura essayé ... Saisons 2005/2006 sur la route en Z750: plein de balades, deux très beaux voyages en Italie (Alpes, ...), avec armes et bagages, par les départementales, deux aller/ retours sous le déluge... Mais on s’est amusé comme des gosses, du début à la fin, même trempés jusqu’aux os, dans les cols, le brouillard et le froid ... - Mais tu es vraiment cinglé, emmener ta femme là-dessus en Italie ! 2006: ZX10R (version 05), pour la piste ... Là, oui, d’accord ... c’est un truc de cinglé ... ça pousse d’enfer, dans un son rauque de boîte à air, sur toutes les plages, tout le temps ... En plus, géométrie difficile (c’est vite devenu notoire !), qui induit des guidonnages violents au moindre raccord sur la piste; grosses frousses en haut du raidillon à Spa ... ça calme ... Ohlins de direction sur la position 13 ( ...), faut rouler “sur des œufs”, surtout redresser VITE en sortie de courbe avant de tourner la

poignée ... Première moto qui me fait PEUR ... Pour les Extraterrestres ... ALORS, voici pour les impatients, comment on arrive aux DUCATI , parce que si tous les chemins mènent à Rome, ceux qui mènent à Bologne sont parfois comme les voies du Seigneur ... Janvier 2007, Passo Tonale, au ski ... Aurora se blesse sérieusement au genou, opération, convalescence et kiné ... Elle essaie de remonter sur le strapontin de la Z: catastrophe, les repose-pied passager “au niveau des oreilles”, ça ne passe plus, je vois la grimace de douleur ... Aménager un peu de confort sur une Z ... Quelques séances de remue-méninges et ... ET ... Présentation en grandes pompes de l’Hypermotard dans les Ducatistores en mai ... On débarque à Sambreville ... LE CHOC ... On tourne autour, on fait des ronds, de plus en plus petits... Et on finit par se poser délicatement dessus ... Position parfaite, devant et derrière ... Et elle est “Trop belle !!!” Alors, depuis le temps que mes copains pistards et Ducatistes me chambrent pour que je rejoigne “la famille”, va falloir que j’admette - devant euxleurs raisons (Dur, DUR ...) et surtout ... me sevrer du “4 en ligne” ... Mais bon... Mourir idiot ... Et puis, “Il n’y a que les idiots qui ne changent jamais d’avis” ... Allez, hop ! Z750 vendue ... Rodage de la belle Hypermotard, du plaisir ... Rouler en couple sur le couple


... On ne s’en lasse pas, rouler, la regarder, la bichonner, la parer ... (Parenthèse tout de même, pour être honnête jusqu’au bout: quand on vient du “Jap” - et je ne renie rien, une ZX6,7,9 ou 10, une Z750 ou 1000, ça me touche toujours - on est méfiant... Après la sortie, on bichonne, mais ... on vérifie tout ... Et plutôt deux fois qu’une ... Pour rien jusqu’ici...) Printemps 2008: tellement enchanté du D2, on essaierait bien le D4 sur piste ... Je me souviens avoir essayé une 916, en 99 ... Pas facile, même si c’était une moto de course, ou presque ... Les amis Ducatistes roulent sur des 996, me disent qu’elle est aussi physique ... Non, la 999 et la 749 sont plus faciles, tout le monde me le dit ... Et puis ces histoires de basculeurs ... Hop encore, ZX10R vendue, achat d’une 999 d’occasion, 12000 km, tout de suite déshabillée et soulagée de tout l’accastillage légal. Poly, Supercorsa pro SC2, et essai à Croix en août: tout de suite à l’aise, des sensations en pagaille, un plaisir inconnu, et surtout... Surtout, je passe bien mieux partout, sur un circuit que je n’ai connu qu’en Kawa ... Aucun regret donc ... Juste envie de mieux la connaître encore, de la découvrir mieux, ma 999, et de l’affûter encore ...

Cet hiver lui aura été bénéfique en préparation, ce n’est d’ailleurs pas fini, et j’attends impatiemment la première occasion de la remettre sur piste ... (de toute façon le 24 mai à Spa ...) L’été dernier, l’Hypermot’ a accompagné la famille en vacances dans les Abruzzes, mais derrière la voiture, sur la remorque ... Et bien le soir, après le cagnard, les balades dans les cols ... Je ne les oublierai jamais non plus, celles-là ... Alors, pour la suite, une vraie routière viendra rejoindre la 999 et l’Hypermotard ... Et ce sera ... une ST ... Pour retourner en Italie, avec armes et bagages, par les petites départementales et les cols, et le camping ...Comme des gamins, avec des rêves plein les yeux, qu’on ne peut se permettre de redevenir que de temps en temps ... LA GRENOUILLE ... ROUGE

DESMOPASSION N°14/2009

15


R O D E O

On annonce avec fierté l’acquisition d’une Ducat’, elle est belle et attendue depuis parfois longtemps que l’aimer vient naturellement et que l’on ne doit pas se forcer à l’aimer, rend la chose encore plus délicate. Quelle chose ? Que le club adore accueillir les nouveaux venus dans le domaine de la moto, ça va de soi, qui oserait décourager le débutant sur sa Mostro, la Ducati idéale pour commencer à rouler à moto et qui plus est sur une machine de la marque que nous affectionnons, pour utiliser un langage imagé on dirait: “se faire les dents”. Et pour se faire les dents correctement mieux vaut ne pas se les casser, car le morceau est dur parfois. Le papier rose en poche, on attend qu’une chose, enfourcher la belle et partager le plaisir de la route avec une série de copains. Mais la pratique de la moto démontre que pour faire de vieux os un motard doit être à l’aguet et les Ducati sont encore plus particulières.

16

DESMOPASSION N°14/2009

À

L ’ I T A L I E N N E

Comment l’expliquer ... C’est une arme à double tranchant dirais-je ... C’est vrai elles ont l’air si facile, et leur légèreté ! Qui pourrait le nier ? La Desmosedici n’est pas en reste, ma copine pourra la piloter, elle est tellement facile à manier ! Seulement ma copine n’est pas au courant que c’est justement là où le bât blesse. Bien sûr que les machines les plus performantes, sont les plus “faciles” à piloter, ce n’est pas pour cela qu’elles sont forcément idéales pour débuter. Le danger est dans le mot “facile”. Car une moto moins “facile” est en général beaucoup plus permissive en cas d’erreur de pilotage, et au début on en fait. Et je ne pense pas que les Ducati soient des motos “faciles”. En effet le caractère des Ducati est encore bien plus exigeant (en terme de comportement) que les machines exclusives de fabrication japonaise.

Et quand on me demande mon avis (après achat) sur une Ducati, j’hésite souvent à recommander de débuter par une bolognaise. Avouer qu’une Ducati est facile à piloter, que tout le monde en est capable, c’est faire de l’ANTI -pub. ça revient à dire, que c’est une machine banale. Non mais, je rêve ? J’ai toujours entendu dire qu’il fallait des fameux .......... pour dompter les Italiennes. Un jour , et plutôt ou plus tard on se laisse prendre au jeu, ça nous surprend, le pursang se montre sous toute sa fougue, et gare à celui qui n’est pas préparé, il peut très bien se trouver à l’envers sur sa bécane. Que la Mostro n’est pas moins caractérielle, beaucoup d’entre nous le savent. Et le fait que le centre de gravité rabaissé la rend seulement encore plus redoutable que les hypersports !


Ce n’était donc pas vraiment pour introduire une entrée de gamme ... ce monster ? Oh que non, Ducati, avant -gardiste, comme toujours, venait de lancer une des premières streetfighters de l’époque !!! Oh, je me suis fait éjecter bien des fois déjà, seulement ... je m’y attendais, et j’ai su limiter les dégats. Même avec la 600, c’est pas possible d’offrir ça à un débutant. Et si on formait la personne sur sa Ducat’ ? ça n’apportera toujours pas l’expérience, on ne peut offrir ce que l’on n’a pas. C’est une des raisons principales pour laquelle j’organise la journée du “Rodéo à l’Italienne” le samedi 30 mai, parce que chèr(e)s membres, je me retiens bien des fois, juste pour ne pas blesser ... Je vois tout ! et en un clin d’oeil, mais j’èspère pouvoir apporter à tous ceux qui évoluent sur les pursangs, à l’aspect inoffensif, cette notion, qui nous permet de survivre. Que je ne me ferai pas aimer en écrivant cet article, c’est un détail, mais ceux ou celles qui viennent, reviendront !!! Marco - L’étalon

SAMEDI 30 MAI 2009 Toutes les infos sur www.ducati-sud-belgio.be DESMOPASSION N°14/2009

17


S A L O N

D E

L A

M O T O

Vous le savez, le nom du club résonne de plus en plus dans les milieux desmodromiques de notre plat pays et plus encore depuis le début de cette année puisque nous avons eu le plaisir d’être représenté sur le stand DUCATI à l’occasion du 87° European Motorshow de Bruxelles, le salon, quoi !

En effet, à la suite des contacts réguliers entretenus tant avec les Ducati Stores qu’avec Ducati North Europe, c’est tout naturellement que nous avons accepté l’invitation de l’importateur qui avait spécialement mis à disposition des trois clubs belges un “DOC Corner” sur le stand officiel DUCATI. Durant neuf jours, une petite dizaine de membres volontaires se sont relayés sur le stand pour représenter le club et faire découvrir aux visiteurs les activités de notre Desmo Owners Club.

18

DESMOPASSION N°14/2009

On parle souvent de “l’effet salon” et à l’instar du volume des ventes chez DUCATI, et bien chez nous, il a dépassé nos espérances puisqu’une trentaine de nouveaux membres ont rejoints nos troupes à la suite du salon ! Rien de tel pour faire de nouvelles connaissances, faire vivre notre forum, créer des amitiés, bref pour partager notre passion. En parlant de nouvelles connaissances, j’en connais un qui ne s’est pas fait prier, hhhmmmm ….


Dans le même ordre d’idée, c’est avec une personnalité de choix que j’ai fais connaissance puisque notre Xavier Siméon national, récemment passé chez les rouges est venu nous rendre visite sur le stand. L’occasion était trop belle pour que je ne la rate et c’est avec fierté que j’ai le plaisir de vous annoncer que Xavier m’a fait l’honneur d’accepter de devenir membre d’honneur du Ducati Sud Belgio ! C’est ainsi que nous suivrons régulièrement ses exploits dans le DUCATI XEROX JUNIOR TEAM via notre forum ainsi qu’une rubrique spéciale dans DesmoPassion et d’autres joyeusetés dont nous ne manquerons de vous tenir informé.

Cette première expérience fut non seulement l’occasion de faire plus ample connaissance avec le réseau, les délégués DNE, le personnel et les patrons des stores mais encore et surtout de renforcer l’esprit club puisqu’une fois de plus, nous avons pu compter sur nos membres et il n’a d’ailleurs pas fallu longtemps pour remplir la liste des volontaires du club pour épauler le staff dans cette nouvelle aventure. Merci encore donc à Sébastien Nunes, Giordano Mickael, Christian Hames, Marc Herman, Serge Libert, Roland Vancauwenbergh, Jean-marc Couls, Giovanna Bassu, Marc Poels, Yves Colart.

DESMOPASSION N°14/2009

19


X A V I E R

Ducati pour chacun d’entre nous, c’est une histoire personnelle et aussi l’histoire de la marque. Et si cette dernière est fortement liée à la compétition sur circuit depuis des décennies entières, il arrive souvent que certains Ducatistes franchissent le muret du paddock pour poser le genou sur le circuit et faire tourner ces machines dans le but premier pour lequel elles ont été conçues. D’autres encore, et ils sont plus rares, poussent le chrono dans ses derniers retranchements en participant à des courses. Ils sont quelques uns dans le club à avoir vécu sous l’adrénaline pure du baston féroce de la course, Battle of The Twin, Coupes Ducati, et actuellement courses d’Anciennes et SuperStock 1000. Oui, oui tu, as bien lu SuperStock 1000 et membre du club. C’est à l’occasion du salon que Xavier Siméon a accepté de rejoindre le Ducati Sud Belgio. Il était déjà très content d’avoir rejoint le Ducati junior team et de pouvoir rouler dans ce team officiel au guidon de la 1198. Son calendrier est bien fourni et son moral est en titane. Sa première course, à Valence le 5 Avril, s’est très bien déroulée puisque dès les premières

20

DESMOPASSION N°14/2009

S I M E O N

qualifs il réalise le 4ième temps et pour la deuxième série, il passe sur la première ligne avec le 3ième temps. A la fin de la course il monte sur le podium et empoche ses premiers 20 points. Xavier : “Malheureusement, j’ai pris un mauvais départ, je n’ai pas encore bien compris comment bien démarrer avec cette moto, sans ça j’aurais pu me battre pour la victoire. Dans les 2 premiers tours j’ai eu du mal à me mettre dans le rythme, je me suis retrouvé en 7ème position à la fin du premier tour et en même temps je me suis fait distancé par le groupe qui me précédait, puis j’ai commencé à remonter, j’ai réussi à revenir en 2ème position, j’ai essayé d’aller rechercher Corti mais dans les 4 derniers tours je n’avais plus de grip, j’ai donc préféré assurer la 2ème place. Le team a fait un super travail après ce drôle de weekend qu’on a eu, on peut donc s’estimer heureux d’avoir fini le week-end sur le podium.” Merci à Philippe Jaumotte. Puis c’est au tour du circuit d’Assen d’accueillir le Superstock et le Superbike (Haga on pense à toi) et là de nouveau Xavier va faire un très bon résultat malgré un moto qu’il ne parviendra pas tout à fait à régler ni lors des essais, ni lors des qualifs et pour la course ça n’est toujours pas ça. Mais Xavier donne tout, tout comme le team et il démarre sur la 3ième place sur la grille, le départ est moyen mais rapidement il recolle à sa place de troisième puis il remonte en deux pour finir le WE à un point du premier au classement général.

Une bonne nouvelle pour la course suivante : elle se déroule à Monza, et Xavier a remporté la course l’année dernière. Au jeu des chicanes cassantes, c’est notre belge qui s’en sort le mieux aux qualifs et il réussi la pole. Corti et Siméon se livrent lors de la course à un superbe duel qui sera remporté par l’italien. Au classement général, Xavier conserve sa deuxième place à un point d’un leader qui a changé ( Corti désormais ). Forza Xavier !!!


DESMOPASSION N째14/2009

21


P R I M AV E R A

1ère partie : Les essais Forts du succès remporté lors de la Primavera 2008 qui avait déjà connu une très belle participation avec plus de 60 personnes, il fallait cette année encore relever le défi et vous proposer une très belle ouverture de saison dans la bonne humeur et les vrombissements desmodromiques. L’idée du trajet à suivre n’a pas été très longue à trouver, en effet, les papy’s ST du Club, dont je fais partie, sommes en pleine préparation du WEST (comprenez Week End ST) qui réunira fin mai une bonne septantaine de personnes sur des ST (ST2, ST4 mais surtout sur la meilleure la ST3).

20 0 9

d’un resto pour le midi pouvant accueillir un peu de monde. Titi, au rapport, nous refilera le tuyau des Grottes de Goyet (Encore Bravo Titi !) tandis que l’Instit, nostalgique de ses classes vertes recommandait le Hameau de Borzée pour le BBQ du midi. Le tracé étant bouclé, l’Instit profitera d’une journée pas trop pourrie pour faire un essai sur deux roues tandis que de mon côté quelques jours plus tard, je faisais le tour en voiture pour prendre des notes à l’abri des trombes d’eau, passant la Baraque Fraiture sous la neige, me rappelant ainsi les mauvais souvenir de 2008 avec la Primavera repoussée pour cause de neige !

Après plusieurs versions de RB papier et nos ajustements réciproques pour arriver à un RB qui limite la perte en ligne voilà que l’Instit et moi, nous nous retrouvons un Dimanche matin pluvieux aux Grottes de Goyet pour un essai grandeur nature. On se met donc d’accord avec le patron du bistrot des Grottes qui très serviable et bon commerçant saura nous rassurer sur la qualité de ce choix. L’endroit est super, vaste parking, accueil intérieur et extérieur aux petits oignons, super quoi !

Pourquoi il parle du West dans le compte-rendu de la Primaverà ?, me direz-vous ? Tout simplement parce une des balade que l’on prépare pour ce West est tellement chouette, qu’on ne voulait pas priver les participants de la Primaverà d’une telle sortie ;) C’est donc sur cette base que nous nous sommes mis en quête d’un point de départ et

22 20

DESMOPASSION N°14/2009

2ème partie : La qualification Bon nous voilà donc partis, l’Instit et moi, les combinaisons pluies dégoulinantes, mais heureux ! Petite pause à La Roche pour enfiler un vol au vent peu recommandable et on monte à Borzée pour organiser l’intendance du midi. L’endroit semble nickel pour accueillir la bande de loubards qui va débarquer là et le gars sympa nous propose un BBQ.


Après s’être mis d’accord sur un nombre estimé de convives entre 60 et 70 s’il fait beau, on reprend la route gaiement avec les éclaircies qui s’approchent. Les journées passant, la participation commençait sérieusement à augmenter à la fois sur le Forum mais aussi via les informations qui nous parvenaient par la bande. Avec la participation, notre niveau de stress évoluait aussi vers des niveaux peu recommandables mais malgré tout nous essayions de rester calmes. Donc deux jours avant la bataille, on confirme notre estimation de participation au point de départ pour les cafés croissants et pour le BBQ du midi, entre 120 et 130 personnes, gloups ! Les patrons sont tout aussi surpris que nous mais nous assurent qu’ils se préparent eux aussi pour la bataille. 3ème partie : La course Florence sur sa M696 et moi sur ma fidèle ST3s (pour mémoire, la meilleure !), après avoir passé la nuit chez L’instit qui nous a gentiment hébergé, nourris mais surtout abreuvés, nous suivons Marc et Anne-Sophie qui nous mène vers le lieu de rendez-

vous. Chaque bosse sur la route me donne l’impression que mon cerveau n’est autre que le marteau d’une cloche, ça m’apprendra d’avoir oublié de m’hydrater correctement hier soir ! Malgré tout on arrive aux Grottes de Goyet vers 8h45 et il y a déjà du monde et le staff est au maintenant au complet ! Le patron nous a installés de chouettes tables et il est dans les starting blocks. Marc et moi installons la table pour accueillir les participants, et on a à peine le temps de déballer les papiers que les participants affluent sans cesse devant les grottes en faisant des vocalises d’échappements à réveiller les fossiles dans la Grotte, envoyant du même coup des volutes gazeuses à ravir mes narines encore embrumées. Tant bien que mal, nous tentons de canaliser le flux des joyeux Ducatistes, Aprilien, Guzzistes, Moriniste, et autres cyclistes sur des engins peu recommandables ;) Nous ne savons plus où donner de la tête, entre prendre les inscriptions, régler un problème GPS, accueillir et orienter les participants, vendre un T-Shirt, prendre

une inscription au DSB, tenter de constituer les groupes de roulages, compter les participants, répondre aux questions des novices et moins novices, indiquer la station la plus proche,… nous n’arrêtons pas. L’aide des anciens staffeux, d’AnneSophie et de Florence n’aura pas été un luxe ! Merci à eux. Bref, j’ai comme une impression d’avoir été écrasé par un flot incessant de motards assoiffés de bitume de 8h45 à 10h30 ... mais quel bonheur.

DESMOPASSION N°14/2009

23


P R I M AV E R A

20 0 9

( s u i t e )

D’abord, on aligne les motos, puis on s’aligne pour faire la queue pour acheter un jeton, ensuite la queue pour se servir à manger et on fini par faire la queue pour commander à boire. Malgré le nombre de participants et les craintes continues du chef de ne pas en avoir assez, finalement tout le monde aura quelque-chose à se mettre sous la dent, surtout Guidon ;)

Vers 10h00 nous tentons de rassembler les groupes pour le départ, ma chè casino (ndlr, quel bordel en langage bolognais) !!! Les uns veulent changer de groupe à la dernière minute, les autres ne sont pas inscrits dans un groupe,… une belle foire d’empoigne ! Finalement, ça part, ça démarre, ça vrombi, ça chahute et ça se bouscule au départ. Le parking se vide doucement et vers 10h30 nous commençons à apprécier la tension qui redescend. Nous faisons les comptes, 136 personnes (wahou !) dont 47 membres du DSB, entre 20 et 30 Ducatistes du Nord du Pays et une douzaine de français du Nord. Très vite, le staff accompagné d’Anne Sophie en passagère de l’Instit et Florence sur sa M696 nous prenons la route pour rejoindre le resto du midi. Nous avons décidé de couper une partie du Road Book pour arriver les premiers sur place, organiser les derniers détails et accueillir à nouveau tout le monde. En chemin, nous croisons un groupe

24

DESMOPASSION N°14/2009

motorisé qui fait son Frühling (printemps en allemand, c’est déjà beaucoup moins poétique hein !!) Il s’agît d’un long cortège de camions, enfin juste les tracteurs, qui déboulent à grand coups de klaxons tandis qu’un de leur collègue bloque le carrefour. Nous nous regardons amusés et même un peu moqueurs, nous ne savions pas que les rassemblements et balades de camions existaient ! A peine arrivés à Borzée, la vallée commence à résonner du concert desmodromique du jour. Les gens sont surpris de voir débarquer toutes ces motos et tout le monde commence à s’aligner dans la bonne humeur.

Apparemment, la matinée a encore fait quelques dégâts parmi les participants. D’une part, de nombreux groupes sont arrivés incomplets et il y a même un groupe qui est arrivé à perdre son ouvreur, un record quand même ! On a perdu Gwen aussi, la batterie neuve de sa ST2 le laissant en rade à chaque arrêt, il a prudemment préféré rebrousser chemin jusque chez lui. Enfin, moins drôle, on dénombre une chute d’une 750SSie montée par un duo père et fils qui nous venait du nord de la France – comme l’an dernier mais ce ne sont pas les mêmes – chute qui laissera des traces sur la moto et sur le couple pilote/ passager qui étaient en jeans et donc bien contusionnés.


L’an prochain, on commence la Primavera directement dans l’après-midi et les duos père fils français seront interdits ;). Une fois encore, dans une belle solidarité motarde, les infortunés seront escortés tranquillement jusqu’à chez eux ! Bref, revenons au DesmoBBQ, Il y a des motos partout et des motards aussi d’ailleurs et chacun se trouve une place sur la grande terrasse extérieure pour se restaurer. Quelqu’uns ont choisis de rester à l’intérieur où il fait un peu plus chaud, ou plus calme, c’est selon. C’est un magnifique moment ou allant de table en table on peut discuter de notre passion, mettre des visages sur des noms, des pseudos, refaire la matinée, et même commander des pièces pour son casque ;) Encore plus que l’an dernier, c’est un moment que j’ai particulièrement apprécié. Bon, il est l’heure de reprendre la route, les Groupes se reforment et une nouvelle fois ça change de groupe selon

celui qui veut aller plus vite, moins vite, ne pas se perdre, etc… Miraculeusement, alors que c’était la cohue pour le repas, à 14h30, tout le monde est reparti et nous nous mettons également en route pour remonter jusque Goyet. Au fur et à mesure, nous remontons les groupes qui se sont arrêtés pour les arrêts ravitaillement soit de la bécane, soit des pilotes, ou encore les plus malchanceux qui se font contrôler par les barrages de contrôles de Police préventif. Finalement, arrivés à Goyet, j’admire une nouvelle fois toutes les bécanes qui reviennent au bercail et c’est l’occasion de débriefer cette journée avec les participants. Tout le monde a l’air d’avoir bien apprécié la journée, moi aussi ! Je fais les comptes avec le patron du bistrot pour lui payer les cafés et croissants du matin et déjà c’est l’heure de se remettre en route, car Florence et moi nous avons encore 1h30 de route pour

rentrer au bercail et récupérer la marmaille. On repart donc, même si nous serions encore bien rester, et en chemin nous nous ferons contrôler, à notre tour, par la police en toute courtoisie, politesse et bonne humeur. C’est assez rare pour être souligné, surtout quand on habite outre Quiévrain ! La route du retour se fera sans encombre et une fois arrivés, fatigués et heureux nous regrettons déjà que ce soit déjà fini. Allorà, ci vediamo l’anno prossimo Jack, jamais plus vite…

DESMOPASSION N°14/2009

25


D E S M O D O N N A

Salut les Ducatistes, je m’appelle Florence et j’ai 39 ans (bientôt – ceux qui veulent m’envoyer des fleurs n’ont qu’à me demander la date par MP !). Pour mieux vous situer, je suis la femme de Jack2000 et ensemble nous avons trois filles (Camille 14 ans, Clara 12 ans et Eva 9ans) et une chienne (Dolly 8 mois). Mon expérience de la moto à débuté par le Duo avec Jack qui m’a fait aimer cette passion, m’a fait découvrir de très belles sensations, des balades et des voyages mais aussi quelques frayeurs ! Il y a deux ans, par défi, puisque Jack me disait que je n’oserais jamais m’inscrire au permis, je l’ai fait et il en était tout heureux et moi me posant un tas de questions sur ce pari insensé. Tout se passait bien au début et puis le moniteur a changé la moto (ER 500) et m’a mis sur un Fazer. Un peu trop lourd et haut pour moi, d’où mes premières chutes pas trop sympathiques qui ont fini par me refroidir et j’ai donc décidé d’arrêter.

26

DESMOPASSION N°14/2009

-

F L O R E N C E

Seulement le virus était né, et le regret bien présent. Nous avons donc acheté un Varadero 125 qui m’a remis en selle et m’a permis d’avoir plus confiance. Six mois après je repartais pour passer mon permis. Permis que j’ai obtenu fin septembre 2008 (permis difficile à passer en France car à part les cours en moto école, nous n’avons pas le droit de rouler). Depuis lors, je roule en M696 (3.000 km effectués) et j’ai eu le grand plaisir de participer à la Primaverà (plutôt côté Staff - faut bien suivre le bonhomme), moment à mes yeux enchanteurs. Voir toutes ces Ducatis et quelques belles machines comme les Guzzi et la Morini, c’était tout simplement Gigante. Et puis ce bruit, enivrant, à vous donner des frissons, on ne l’entend que chez Ducati. Pour moi, cette Prima verà a été exceptionnelle car je pouvais enfin piloter ma moto. J’aimais beaucoup le duo avec Jack, mais pouvoir prendre les commandes me fait connaître encore plus de fortes sensations avec ce sentiment de liberté incroyable. Et puis, ce bonheur de pouvoir partager cette passion avec Jack (mon super prof de moto) et le DSB bien sûr, sont des moments importants dans ma vie. C’est tout simplement le plaisir de discuter ensemble, de rire, de se détendre,…

Une prochaine fois, je vous donnerai une recette bien de chez notre marque préférée, histoire de bien garder la forme après une superbe balade ! Sur ce, je vous embrasse tous. Florence, Desma Girl


A S S E M B L É E Une fois n’est pas coutume et même si les statuts et les lois ne nous y obligent pas, le Staff par souci de transparence a souhaité publier un PV de l’Assemblée. Je tenterais d’être le plus complet tout en restant succinct.

• Bilan de l’activité 2008 :

Je ne m’étendrais pas sur ce sujet, chacun à en mémoire les bons et les moins bons souvenirs de l’année 2008 (avec une pensée spéciale àYves dont la route s’est arrêtée trop tôt)

• Approbation des comptes :

Lors de l’AG, il restait une zone d’ombres qui peut maintenant s’éclaircir. La fin de l’année se clôture avec une perte sur l’exercice de l’année 2008 qui s’élève à 352.39 € et si le compte présente la somme de 789.02€ celle-ci s’explique par le fait que l’année 2008 a débuté avec un boni de 1138.41€. La balance des dépenses s’articule comme suit. Les ventes et prestations permettent une rentrée de 4923.00€. Cet argent entrant se divise en gros en deux : les cotisations, ventes de Tshirts, le sponsoring barbecue d’un côté qui génèrent des bénéfices et les activités telles que les voyages, repas de saint nicolas, abonnement Desmo dans lesquelles l’ASBL ne fait que centraliser l’argent sans bénéfice. Les dépenses s’élèvent à 5220,16 € (Réalisation des Tshirts, Desmo passion, banderole, fournitures de bureau, frais de poste, publication au moniteur des modifications des statuts, verres du DSB et aussi les dépenses liées à l’Expo à Chimay) auxquels s’ajoutent les frais de banques pour 55,23 €. La perte de l’exercice s’explique principalement par le stock de Tshirts restants encore à vendre, ce stock n’ayant pas fait l’objet d’une valorisation.

• La revue Desmo Passion :

Nous venons de le voir elle constitue une grosse dépense pour le club, et elle est indispensable. La décision de passer le magazine du club dans un format informatique du type PDF destiné à une lecture à l’écran est votée.

G É N É R A L E

• Projets 2009 :

• Activités circuit : Un partenariat avec DesmoRed a été mis en place. Gwenäel Herbillon et Eric Gorsky sont les soutiens logistiques aux activités piste. Le point d’orgue de ce partenariat devrait être une journée piste DSB en fin de saison 2009. Le DSB confirme la location d’un box pour le Ducati Day. • Calendrier : pour rappel il existe un calendrier éditable sur le site. Des modifications y sont apportées fréquemment. Marc Herman a des contacts pour une exposition MotorétroWieze pour février 2010 voir 2011 • Voyage : - Verdon : possibilité de rejoindre le Club PACA sur un lieu de rassemblement (WE du 1er mai) - Morvan : organisation d’un minitrip ayant pour point de chute le Morvan (WE du 1er juin) • Evolution du Site et du Forum : un appel à candidature est lancé pour venir en soutien de l’équipe actuelle à savoir Geoffrey Vivroux (programmation) et François Rousseau (graphisme). D’ailleurs Geoffrey est en train de concocter un « le site du DSB pour les Snuls ». Guy Janssens demande que la géolocalisation des membres soit rendue plus floue. • Cotisation : Deux points sont votés - La cotisation 2010 passe à 30€ pour tous les membres adhérents que ce membre soit pilote, passager ou deuxième pilote dans une même famille. Le principe de la demi cotisation lors d’une inscription qui arrive pour le 1er septembre est maintenue. Il s’agit de la seule réduction possible. - La cotisation de 30€ ne comprend plus l’abonnement au magazine du club Desmo Passion sur format papier. Pour l’obtenir, le membre doit faire un versement de 35€.

• Le DSB et le statut DOC :

De nouvelles dispositions ont été prises par la Casa Mama et redéfinissent les obligations des clubs DOC. L’assemblée réaffirme, pour le moment, sa volonté de faire partie des clubs DOC.

2 0 0 9

Le moment vient du volontariat: les membres adhérents ont la possibilité de devenir membres effectifs ayant le droit de vote dans un an. Le staff insiste et précise qu’être membre effectif n’octroi pas que le droit de vote mais demande au membre effectif un engagement certain dans une dynamique constructive vis-àvis du Ducati Sud Belgio. Les membres effectifs du cru 2009 sont : COLART Yves, CUGNON Jacques, D’ANGELO JeanPierre, FALLAIS Laurent, GORSKI Eric, GUERET André, HAMES Christian, HERBILLON Gwenaël, HERMAN Marc, JACQMIN Marc, JAGER Samuel, LAURENT Frédéric, POELS Marc, TRAMPUS Patrice, VANDERBRACHT Thierry, VANDEMERCKT Pierre, VIVROUX Geoffrey. Les membres en ordre de cotisation et ayant sollicité le statut de membre effectif sont : CUGNON Florence, DEFAYS Xavier, JANSSENS Guy, LIBERT Serge, MALDAGUE Vincent, NUNES Sébastien.

• L’ensemble du Staff se

renouvelle. Les Administrateurs sont : - Président : Frédéric Laurent - Vice-président : Samuel Jager - Secrétaire : Marc Jacqmin - Trésorier : Jacques Cugnon Le Staff dans son ensemble est bien conscient que ces quelques lignes ont pu vous paraître un peu indigestes, mais nous pensons qu’elles sont indispensables et si certains d’entre vous désirent ajouter certaines choses ou connaitre plus de détails sur l’un ou l’autre point, nous sommes à votre disposition et plus particulièrement S a M. Le Staff

DESMOPASSION N°14/2009

17 27


M E S

P L U S

B E L L E S

D U C A T I

Marc Poels

S’il est un sujet sur lequel il est facile de ne pas être d’accord, c’est bien sur l’appréciation de la beauté des créations humaines, qu’il s’agisse de peinture, de sculpture, de musique, d’architecture, de cinéma, … ou de motos en général et de Ducati en particulier. Dans tous ces domaines, la critique s’exerce à chaud et il est inévitable que les avis divergent. Exceptionnellement, il se présente de telles évidences que l’unanimité se fait d’emblée et d’incontestables chefs d’œuvre n’ont jamais été fondamentalement remis en cause depuis leur apparition. Pour le reste, c’est leTemps qui joue le rôle de juge suprême et une lente décantation laisse surnager ce qui finira par contribuer au patrimoine de l’humanité.

125S (1958)

28

DESMOPASSION N°14/2009

Comparer une 916 à la Joconde serait sans doute un rien abusif, mais alors que la polémique agite les forums ducatistes sur les qualités esthétiques des dernières productions de Borgo Panigale, je vous propose une petite sélection personnelle des dix modèles qui me semblent émerger parmi l’ensemble des modèles produits depuis les origines de la marque jusqu’à nos jours. Cette galerie de portraits se limite aux modèles de production car les mêmes critères ne peuvent s’appliquer aux motos de compétition qui doivent réponde à de toutes autres contraintes. Marc Poels

Apparue en 1958 peu après les versions 175, la 125S (et sa sœur TS) fait partie des toutes premières Ducati dues à Fabio Taglioni. Elle se distingue par son moteur à arbre à cames en tête entrainé par couples coniques qui constituera pendant des années une des caractéristiques de la marque. Son châssis est largement inspiré des modèles culbutés qui l’ont précédée, mais dans sa simplicité, l’ensemble dégage une impression d’harmonie évidente qui n’a été obtenue à l’aide d’aucun artifice particulier.


250 Mach1 (1964) Dans la lignée de la précédente, la 250 Mach1 de 1964 représente l’aboutissement de la gamme des monos à carter étroit non desmo. Avec son carburateur Dell’Orto SSI de 29 mm et sa boîte 5 vitesses, elle revendiquait une vitesse de pointe supérieure à 160 km/h (en mégaphone), ce qui en faisait une véritable bombe à son époque. Le gros compte-tours Veglia blanc et les commandes reculées lui conféraient une touche racing qui en font une indémodable Classique. Fin 1968 apparurent les premières Ducati desmo commercialisées : les 250 et 350 Mark3d à carter large, rejointes un peu plus tard par une 450. Les premières versions à réservoir en tôle à double bouchons cédèrent la place en 1971 à la Silver Shotgun qui était un vrai petit café-racer avec son équipement en polyester gris pailleté, sa selle monoplace à dosseret, ses commandes reculées et son double frein à tambour Grimeca. La version jaune-orange qui clôtura l’ère des monos perdait un peu de caractère par rapport à sa pure et dure devancière.

250-350-450 Mark3d (1971)

Dérivée de la 750 GT, la 750 Sport fut le premier twin en L sportif produit par Ducati à partir de 1972. Bien que ne disposant pas encore de la distribution desmodromique, ce modèle représentait la quintessence de ce que l’Italie pouvait proposer de mieux à opposer aux 4 pattes japonais récemment arrivés sur le marché. Encore une fois, il n’y a rien de superflu dans cette moto et la forme de chaque pièce semble découler naturellement de sa fonction.

750 Sport (1972)

DESMOPASSION N°14/2009

29


De l’avis de nombreux amateurs, c’est sans doute l’une des plus belles si pas la plus belle Ducati jamais produite : du grand art !

750SS Green Frame (1974)

Directement dérivée des machines de compétition, la 750SS desmo a été perçue dès son apparition comme une des motos les plus désirables tant pour ses performances que pour sa ligne exceptionnelle. Sa rareté a encore accru le désir qu’elle a suscité dès sa sortie en 1974 et qu’elle entretient encore aujourd’hui auprès des collectionneurs.

Dans l’ère des Ducati à courroies crantées, la 750F1 sortie en 1985 a marqué son temps par son caractère sans compromis et son look très proche de celui des TT2 et TT1 qui s’étaient illustrées sur les circuits. Son cadre treillis utilisé pour la première fois sur une Ducati de production et son côté minimaliste en faisaient une moto atypique par rapport à la concurrence. Parmi les trois séries spéciales qui en sont issues, la Montjuich est celle qui synthétise le mieux le concept de la sportive idéale de la fin des années 80 selon Taglioni.

L’apparition de la 851 tricolore en 1988 marque le début des temps modernes et la transition entre l’époque de Taglioni et celle de Bordi. Non seulement la technique évolue avec l’apparition du desmoquatro mais l’esthétique définit de nouveaux canons qui ne doivent rien à personne. La ligne est 100% originale, directement inspirée de celle des Superbike qui ont permis à Ducati de revenir au plus haut niveau de la compétition. Les 888 en seront les dignes héritières dans les différentes versions qui lui succèderont.

30

DESMOPASSION N°14/2009

750 Montjuich (1985)

851 (1988)


Résultant de l’assemblage improbable de composants divers dû à un coup de génie quasi improvisé de Miguel Galuzzi, il Mostro définit en 1993 un nouveau concept de moto que la concurrence n’avait pas vu venir ! Décliné en de nombreuses versions et ayant évolué sur le nombreux aspect, 15 ans plus tard on ne s’en est pas encore lassé, ce qui est le signe d’indéniables qualités. Souvent imité, jamais égalé, ce modèle a assuré la pérennité de Ducati pendant de nombreuses années … Gare à la transition !

Il Mostro (1993)

1994 : coup de tonnerre dans l’univers motocycliste ! Ducati présente la 916 qui est immédiatement et unanimement reconnue comme une des plus belles motos jamais produites. Pas besoin du recul du temps pour savoir que la perfection a été atteinte et qu’une star est née. Innovante sans ostentation inutile, elle restera assurément dans l’Histoire de la moto. Jusqu’en l’apparition de la très contestée 999 en 2002, les 996 et 998 entretiendront l’aura de ce modèle mythique.

916 (1994)

Ce n’est pas prendre un grand risque que d’affirmer que la Desmosedici RR restera une référence dans l’évolution de la moto, même si son côté exclusif (et son prix) ne permettent pas de la comparer à grandchose dans le monde du deux roues motorisé. Descendante directe de la MotoGP de 2006, ses formes s’intègrent naturellement à ce qui se fait de mieux à tous les niveaux de la technique. Ici, le design a dû se plier à d’autres contingences que le souci esthétique et même si dans le détail, certains aspects auraient pu faire l’objet d’un peu plus d’attention, le résultat global se situe à un niveau très élevé !

Desmosedici RR (2006)

DESMOPASSION N°14/2009

31



200905-Desmo Passion N°14 - Mai 2009