Issuu on Google+

Le magazine des employés et retraités de Domtar > T3 > 2013

le secteur des Soins personnels poursuit sa

CROISSANCE


Page 2 > T3 2013 > Ressources > Domtar

Dans ce numéro

Ressources, c’est votre magazine de communication d’entreprise trimestriel qui vous informe de l’actualité de la Société, de ses réalisations stratégiques et d’exploitation ainsi que de votre engagement, chez Domtar comme dans la collectivité La date de tombée pour la prochaine édition est le : 25 octobre 2013

COLLABORATEURS Donna Atkinson, Tony Bailey, Kelli Beilharz, Vanecia Carr, Karen Carson, Terry Charles, Providence Cloutier, Becky Coushman, Richard Descarries, Nicholas Estrela, Tammy Gathings, Serge Goyette, André Gravel, Julianne C. Guzik, Kathy Hackel, Thomas Howard, Ginny Johnson, Stuart Lister, Renee McBrayer, Josée Mireault, Stefan Nowicki, Beth Oliver, Bob Peterson, Gaby Serfaty, Daniel Shakibaian, Lisa Simchick, Jodie Smith, Craig Timm, Stéphane Vaillant, Sarah Waltman, Tamara Walsh et Tammy Waters

Veuillez adresser toute correspondance à :  Ressources Domtar Service des communications et des relations avec les investisseurs 395, boul. de Maisonneuve Ouest Montréal (Québec) H3A 1L6 communications@domtar.com Resources is available in English by writing to the address above, and on the Intranet.

> Attention nouveaux retraités ! Si vous souhaitez demeurer en contact avec Domtar en recevant Ressources à domicile, veuillez nous faire parvenir vos coordonnées. Les retraités qui reçoivent déjà le magazine à leur porte doivent s’assurer de fournir leur adresse courante. Faites-nous part de vos déménagements ! Ressources est imprimé sur du Cougar® 70 lb certifié FSC, un papier premium membre de la famille Domtar EarthChoice®, une gamme complète de papiers éthiques et écologiques. Ce papier contient 10 % de fibres recyclées postconsommation et des fibres provenant de forêts bien gérées et certifiées par des tiers, dans le respect des normes du Forest Stewardship CouncilTM. Dépôt légal : Bibliothèque nationale du Québec Septembre 2013 Poste publication : 40064869 Imprimé au Canada

Domtar poursuit sa croissance dans le secteur des Soins personnels > Page 8

ARTICLE VEDETTE > Domtar a récemment ajouté à son secteur des Soins personnels, avec l’acquisition d’Associated Hygienic Products (AHP), le plus important fabricant de couches pour bébés de marques de détaillants aux États-Unis.

> Page 10

> Page 16

> Page 23

CHEZ DOMTAR, NOUS CULTIVONS LA FIBRE DU LEADERSHIP > Domtar lance son processus de formation des futurs leaders.

DÉFI EN AVANT LE PRINTEMPS 2013 : PARCOURIR 37 FOIS LE TOUR DE LA TERRE ! > Félicitations aux participants au défi, de partout chez Domtar.

LES ENSEIGNANTS EN APPREN­ NENT SUR LA FABRICATION DU PAPIER > Des enseignants ravis de leur expérience à l’usine de Hawesville.

> Page 18 GRANDE VICTOIRE À LA COMPÉTITION DES TSMU > Les groupes de TSMU et d’EIU de l’usine de Ashdown, réputés parmi les meilleurs de l’État.

> Page 12 AUTO-ÉVALUATION DE LA QUALITÉ : BIENTÔT DANS VOTRE USINE  > Évaluation de la qualité, le fruit de plusieurs heures de travail acharné.

> Page 13 ÊTRE AGILE POUR SAISIR LES OCCASIONS > L’usine de Windsor illustre son agilité en améliorant la performance à la sécherie.

> Page 21

> Page 25

ATELIERS DE FORMATION DES BÛCHERONS, POUR LA FORESTERIE DURABLE > Nekoosa crée un programme efficace de formation des bûcherons.

RENSEIGNER LES JEUNES SUR LE PAPIER ET LA CROISSANCE DURABLE > Des employés de Marlboro parlent des produits forestiers et de papier.


Domtar > Ressources > T3 2013 > Page 3

Message de John D. Williams

NOTRE PROMESSE DE QUALITÉ N

OUS ENTENDONS SOUVENT DIRE QUE LA SEULE CHOSE CONSTANTE DANS LA VIE, C’EST LE CHANGEMENT, CE QUI EST TOUT AUSSI VRAI DANS LE MONDE DES AFFAIRES.

Cette édition de Ressources est pleine d’exemples des multiples façons dont nous transformons activement notre entreprise : depuis la récente acquisition d’Associated Hygienic Products et la vente d’Ariva aux États-Unis, jusqu’à l’inauguration de l’usine de séparation de lignine BioChoiceMD à l’usine de Plymouth et au passionnant programme Nous cultivons la fibre du leadership que nous déployons à la grandeur de l’entreprise. Toutefois, certaines choses ne changent JAMAIS. L’une des constantes les plus fondamentales de nos activités c’est la nécessité d’offrir à nos clients, chaque jour, dans chaque produit que nous fabriquons, la qualité et la valeur qu’ils recherchent. Car telle est notre promesse de qualité. Lorsque nos clients placent une commande auprès de nous, ils ont des attentes bien précises quant à la performance de nos produits. Ils s’attendent à la même qualité – à la même constance – à chaque livraison, que nous fabriquions de la pâte, du papier pour photocopie, des emballages de hamburger ou des couches pour bébé. Sans cela, vous n’aurez plus de clients et, comme je l’ai si souvent répété, une entreprise sans client n’est jamais qu’un concept théorique. Alors, le respect de cette

promesse de qualité est sans aucun doute notre travail le plus important. Mon cheminement professionnel offre un bon exemple de cette définition plus large et plus fondamentale de la qualité. Il y a plusieurs années, j’ai eu le plaisir d’inaugurer une usine de fabrication de tablettes de chocolat à Waco, au Texas, qui se trouve sur le même chemin que l’usine de fabrication de couches pour enfants d’AHP que nous venons d’acquérir, dans la même collectivité. Que peuvent bien avoir ces deux usines en commun ? Je dirais que c’est un concept, celui que la qualité n’est pas l’apanage des éléments haut de gamme. Il est toujours essentiel d’obtenir une qualité constante et une bonne valeur pour son argent. Alors, que nous parlions des tablettes de chocolat de mon passé professionnel, de produits assouplissants ou de bardeaux d’asphalte que la division des produits de consommation de Domtar fabriquait dans les années 1960, ou du papier blanc et des produits hygiéniques absorbants que nous fabriquons actuellement, le seul élément qui reste constant, c’est l’importance de la qualité, comme fondement de notre promesse aux clients. J’invite chacun d’entre vous à réfléchir sur les façons dont votre travail quotidien contribue à remplir cette promesse de qualité, qui a toujours été et qui sera toujours le fondement de notre entreprise. Les valeurs que nous partageons, d’agilité, d’engagement et d’innovation, sont les guides qui jalonnent notre route. Mais notre engagement collectif à offrir à nos clients ce qu’ils désirent, de façon efficace, constante et économique, c’est vraiment cela qui, au bout du compte, fera la différence dans le succès de la transformation centrée sur la fibre que nous avons entreprise. <


Page 4 > T3 2013 > Ressources > Domtar

Nouvelles financières

LA HAUSSE DES COÛTS D’ENTRETIEN PLANIFIÉS ET UNE BAISSE DE LA PRODUCTIVITÉ DANS LE SECTEUR DE LA PÂTE AFFECTENT LES RÉSULTATS DU T2 PERTE NETTE DE

46 MILLION $ D

omtar a déclaré une perte nette de 46 millions $ (1,38 $ par action) au cours du deuxième trimestre de 2013, comparativement à un bénéfice net de 45 millions $ (1,29 $ par action) au cours du premier trimestre de 2013 et à un bénéfice net de 59 millions $ (1,61 $ par action) au cours du deuxième trimestre de 2012. Le chiffre d’affaires s’est élevé à 1 312 millions $ au deuxième trimestre de 2013. Exception faite des éléments (voir page ci-contre), la Société a enregistré un bénéfice avant éléments de 16 millions $ (0,48 $ par action) au cours du deuxième trimestre de 2013 comparativement à un bénéfice avant éléments de 33 millions $ (0,95 $ par action) au cours du premier trimestre de 2013. « Nous avons amélioré la productivité de notre secteur du papier au deuxième trimestre, comparativement au premier, a déclaré John D. Williams, président et chef de la direction. Toutefois, notre secteur de la pâte a connu un deuxième trimestre sans précédent au chapitre de l’entretien, avec des temps d’arrêt dans 10 de nos 12 usines de pâte. Des défis opérationnels ont affecté nos coûts durant la phase de démarrage, mais nos usines fonctionnent maintenant

PRODUCTIVITÉ AMÉLIORÉE DANS LE PAPIER normalement et nous sommes certains que ces enjeux sont derrière nous. » John D. Williams a ajouté au sujet du secteur des Soins personnels : « Je suis heureux que nous ayons complété l’acquisition d’AHP. Grâce à cette dernière, nous disposerons d’un accès plus solide au marché de détail pour nos produits d’incontinence et nos résultats pourront profiter des synergies réalisées. Les coûts des intrants ont eu un impact légèrement négatif sur la rentabilité de ce secteur au cours du trimestre, mais les activités demeurent sur la bonne voie. »

SITUATION DE TRÉSORERIE ET SOURCES DE FINANCEMENT Le flux de trésorerie lié aux activités d’exploitation s’est élevé à 183 millions $ et les dépenses en immobilisations se sont élevées à 118 millions $, ce qui a généré un flux de trésorerie disponible de 65 millions $ pour le premier semestre de 2013. Le ratio dette nette aux capitaux totaux de Domtar s’est établi à 20 % au 30 juin 2013, comparativement à 16 % au 31 décembre 2012. Au cours du premier semestre de 2013, Domtar a versé au total 178 millions $ à ses actionnaires au moyen de dividendes et de rachat d’actions.

FLUX DE TRÉSORERIE DISPONIBLE DE

65

MILLIONS $ AU PREMIER SEMESTRE Dans le cadre de son programme de rachat d’actions, Domtar a racheté au total 1 370 676 actions ordinaires à un prix moyen de 72,87 $ au deuxième trimestre de 2013 et un total de 10 637 179 actions ordinaires à un prix moyen de 78,97 $ depuis la mise en œuvre du programme, en mai 2010. Au terme du deuxième trimestre de 2013, Domtar détenait encore 158 millions $ pour le rachat, en vertu du programme autorisé.

PERSPECTIVES On prévoit que les bénéfices provenant de la pâte tireront profit de la baisse des coûts d’entretien planifiés, de l’amélioration de la productivité et de la hausse du volume des ventes. La conclusion de l’acquisition d’AHP, le 1er juillet dernier, accroîtra les revenus du secteur des Soins personnels au cours du troisième trimestre. On prévoit que le coût des intrants restera relativement stable au cours du second semestre de 2013. <

SUIVEZ LE TITRE DE DOMTAR EN TEMPS RÉEL DOMTAR CORPORATION (UFS)


Domtar > Ressources > T3 2013 > Page 5

Nouvelles financières

Les éléments exceptionnels, et comment ils affectent notre performance financière DANIEL SHAKIBAIAN > Stagiaire, Relations avec les investisseurs Maison Domtar

L

orsque Domtar a déclaré ses résultats pour le deuxième trimestre de 2013 (voir ci-contre), plusieurs personnes ont été surprises de voir une perte nette de 46 millions $, la première perte trimestrielle enregistrée depuis le premier trimestre de 2009. Même si Domtar a déjà affiché une meilleure performance financière, le résultat du deuxième trimestre n’a pas été considéré aussi négativement que vous pourriez le croire par Wall Street. Parce que, même si nous avons déclaré une perte après éléments de 46 millions $, le bénéfice net avant éléments s’élevait à 16 millions $.

OÙ EST LA DIFFÉRENCE ? Un élément exceptionnel peut se définir comme une entrée comptable dans les états financiers d’une entreprise dont la nature est exceptionnelle. Pareil élément peut avoir un effet négatif ou positif sur les résultats d’exploitation. Par exemple, les éléments exceptionnels peuvent être, et la liste n’est pas exhaustive, des coûts de restructuration, des coûts associés à des activités abandonnées, des frais relatifs à des catastrophes naturelles, ou encore une perte ou un gain provenant de la vente d’actif. Afin de mesurer la véritable performance d’exploitation d’une entreprise, analystes et investisseurs ne prennent habituellement pas en compte les éléments exceptionnels dans leur évaluation. Ceci leur permet de considérer les entreprises de façon plus équitable, surtout lorsqu’on les compare au sein d’un groupe de pairs. Puisque les éléments exceptionnels sont considérés comme des anomalies, en tenir compte dans l’évaluation d’une entreprise, d’un point de vue financier, n’est pas vraiment

ALORS, BIEN QUE LE RÉSULTAT DE DOMTAR AIT MONTRÉ UNE PERTE NETTE DE 46 MILLIONS $, LA COMMUNAUTÉ DES INVESTISSEURS S’EST MONTRÉE PLUS INTÉRESSÉE PAR LE BÉNÉFICE NET AVANT ÉLÉMENTS DE 16 MILLIONS $, QUI REPRÉSENTE PLUS JUSTEMENT NOTRE PERFORMANCE.

représentatif de la performance réelle de l’entreprise dans ses activités quotidiennes. En revenant à nos résultats du deuxième trimestre, les éléments exceptionnels ont entraîné la déclaration par l’entreprise d’une perte nette, plutôt que d’un bénéfice net. Le plus important élément exceptionnel était le règlement d’un litige de 46 millions $ remontant à la transaction de 2007, combinant Domtar aux activités de papiers fins de Weyerhaeuser. Même si ce règlement résultait en une perte après éléments, les analystes de Wall Street n’en ont pas tenu compte dans leurs perspectives de performance de l’entreprise, tant à court terme qu’à long terme, puisqu’il est considéré comme un événement isolé. En prenant un peu de recul pour considérer les éléments exceptionnels, nous voyons que leur inclusion

dans le bilan d’une entreprise ne reflète pas vraiment le succès qu’elle connaît. Dans notre cas, le règlement d’un litige remontant à 2007 ne reflète pas la performance de Domtar dans la fabrication et la vente de ses produits à base de fibre en 2013. Alors, bien que le résultat de l’entreprise ait montré une perte nette de 46 millions $, la communauté des investisseurs s’est montrée plus intéressée par le bénéfice net avant éléments de 16 millions $, qui représente plus justement la performance de Domtar. <


Page 6 > T3 2013 > Ressources > Domtar

Corporatif

De gauche à droite : Louis P. Gignac, Jack C. Bingleman, Giannella Alvarez, David G. Maffucci, Harold H. MacKay, président du Conseil, John D. Williams, président et

Le conseil d’administration de Domtar > JOSÉE MIREAULT > Secrétaire corporative adjointe Maison Domtar

P

our la plupart d’entre nous, le mot « conseil d’administration » évoque une image de gens bien habillés, travaillant autour d’une grande table jonchée de papiers, semblable d’ailleurs à la photo qu’on peut voir dans notre dernier rapport annuel. On se doute bien que ces hommes et femmes jouent un rôle important au sein de notre entreprise, mais qu’en est-il exactement de leurs responsabilités, et qui sont-ils?

Parmi les principales responsabilités du Conseil, on retrouve l’embauche et l’évaluation de la performance de notre président et chef de la direction ainsi que la révision et l’approbation de toutes les transactions d’importance impliquant Domtar. Le Conseil supervise également nos systèmes de gouvernance d’entreprise.

MEMBRES Afin de s’acquitter de sa responsabilité globale de gérance envers la Société et ses actionnaires, le Conseil se doit de fonctionner efficacement comme une équipe et, pour ce faire, il est essentiel que l’expérience, les connaissances et les compétences de chacun des membres se complètent.

RÔLE ET RESPONSABILITÉS

Pour étudier des questions spécifiques de façon plus efficace, plusieurs sous-comités du Conseil ont été créés. Ces comités, généralement composés de 3 ou 4 membres, relèvent du Conseil et s’y rapportent. Nous comptons actuellement cinq comités permanents du Conseil, soit : Vérification, Ressources humaines, Nomination et gouvernance, Environnement, santé, sécurité et développement durable, et Finances.

Dans sa recherche des meilleurs candidats possible au titre d’administrateur, le Comité de nomination et de gouvernance considère des candidats identifiés par les actionnaires, par d’autres membres du Conseil, et par les membres de la direction. Le Conseil peut aussi recourir aux services de consultants en recrutement.

Tout d’abord, le conseil d’administration de toute société ouverte comme Domtar représente les actionnaires et constitue l’instance décisionnelle la plus élevée de l’entreprise. Selon nos lignes directrices en matière de gouvernance, le Conseil est responsable des grandes orientations et stratégies de l’entreprise et chaque administrateur doit agir dans le meilleur intérêt de la Société et de ses actionnaires.

Le Conseil tient en général huit réunions ordinaires par année, mais se réunit plus souvent lorsque les circonstances le justifient (par exemple lorsque des transactions spécifiques doivent être approuvées entre les réunions ordinaires). À titre d’exemple, pour l’année 2012, notre conseil a tenu neuf réunions et les différents comités du Conseil en ont tenu 30.

Le Comité prend en compte, lors de l’évaluation de candidats potentiels, des considérations liées à la diversité et à la nécessité pour le Conseil de compter parmi ses membres des personnes détenant une expérience professionnelle et des compétences techniques pertinentes, une expertise financière ainsi qu’une expérience des affaires internationales et de la


Domtar > Ressources > T3 2013 > Page 7

Corporatif

chef de la direction, Pamela B. Strobel, Robert J. Steacy, Robert E. Apple, Denis Turcotte et Brian M. Levitt

une équipe expérimentée et engagée femmes, qui proviennent d’horizons différents LE CONSEIL SE COMPOSE ACTUELLEMENT DE et qui apportent 10 ADMINISTRATEURS, DONT HUIT HOMMES ET DEUX des compétences et des connaissances FEMMES, QUI PROVIENNENT D’HORIZONS DIFFÉRENTS spécifiques qui se ET QUI APPORTENT DES COMPÉTENCES ET DES complètent parfaitement. CONNAISSANCES SPÉCIFIQUES QUI SE COMPLÈTENT Notre président et chef PARFAITEMENT. de la direction, John D. Williams, fait partie du Conseil. Pour ceux qui seraient curieux d’en haute direction. Le profil d’aptitudes personapprendre plus, la circulaire de sollicitation de nelles s’avère important également, exigeant procurations que nous publions chaque année notamment une grande force de caractère, présente la biographie des membres du Conseil, un jugement sûr, une liberté de pensée et une et détaille l’apport spécifique de chacun. capacité à travailler en équipe. Les administrateurs ont choisi M. Harold Une fois identifié par le Conseil, un candidat MacKay au titre de président non-exécutif du doit ensuite être élu lors de l’assemblée des Conseil, afin de diriger ce dernier dans l’exercice actionnaires, que nous tenons habituellement de son rôle de supervision. M. MacKay, qui au début mai de chaque année, et recevoir une est en poste depuis 2007, est avocat-conseil majorité des voix exprimées en sa faveur. chez MacPherson, Leslie et Tyerman de Régina, en Saskatchewan. Il siège également Le Conseil se compose actuellement de 10 au conseil d’administration de La Banque administrateurs, dont huit hommes et deux Toronto-Dominion.

M. MacKay, en plus d’avoir agi à titre d’administrateur de plusieurs sociétés de fabrication, d’exploitation de ressources naturelles et de services financiers, notamment à titre de président de comités de gouvernance, possède une expérience particulière dans l’industrie des produits forestiers, ayant agi à titre d’administrateur de Weyerhaeuser Canada Ltd. et de conseiller auprès du comité international du conseil de Weyerhaeuser Company. Il a récemment ajouté le prestigieux titre de Fellow de l’Institut des administrateurs de sociétés aux nombreuses distinctions, dont l’Ordre du Canada, déjà reçues au cours de sa longue et prestigieuse carrière. Sa nomination à titre de Fellow souligne notamment son leadership exemplaire comme administrateur ainsi que sa contribution à la bonne gouvernance de notre entreprise. Aucun doute, notre Conseil est entre bonnes mains, et Domtar aussi ! <


Page 8 > T3 2013 > Ressources > Domtar

Article vedette

L’ABC d’AHP > un ajout stratégique au secteur des Soins personnels STUART LISTER > Chef, Communications d’entreprise et affaires publiques Maison Domtar

D

omtar a tout récemment réalisé une quatrième transaction dans le secteur des Soins personnels, en seulement deux ans, avec l’acquisition d’Associated Hygienic Products (AHP), le plus important fabricant de couches pour bébés de marques de détaillants aux États-Unis. Environ 600 employés travaillent aux deux installations d’AHP, à la fine pointe de la technologie, l’une à Delaware, en Ohio, et l’autre à Waco, au Texas. Ces installations disposent de 14 chaînes de fabrication ayant, en moyenne, moins de trois ans, et de la capacité d’ajouter dans les prochaines années des gammes de produits d’incontinence pour adultes. AHP vend à des géants du marché au détail, tels que Walmart, WholeFoods, CVS et Target. Cette acquisition n’accroît pas seulement la portée et l’empreinte géographique de notre secteur des Soins personnels, elle ouvre aussi

AVEC UN CHIFFRE D’AFFAIRES ANNUEL DE PLUS DE 300 MILLIONS $, ET UN BÉNÉFICE DE PLUS DE 30 MILLIONS $, AHP REPRÉSENTE UN NOUVEL ET IMPORTANT ÉLÉMENT DANS LA STRATÉGIE DE DOMTAR

des perspectives de vente pour nos gammes existantes de produits d’incontinence pour adultes, de marque réputée comme de marque de détaillant. Ajoutez le potentiel de synergies d’intégration aux chapitres des achats, de la logistique et de l’administration, de l’innovation de produits et du partage des meilleures pratiques, et vous obtenez une transaction des plus avantageuses, sous plusieurs fronts. Les couches pour bébés de marques de détaillants sont de plus en plus populaires. Les clients des grands détaillants reconnaissent la valeur et la qualité de ces produits, dont les ventes augmentent de 2,5 % par année. En fait,

ces couches accaparent année après année une part croissante du marché total des couches pour bébé, passée de 16 % en 2009 à près de 19 % en 2012.

Avec un chiffre d’affaires annuel de plus de 300 millions $, et un bénéfice de plus de 30 millions $, AHP représente un nouvel et important élément dans la stratégie de Domtar qui consiste à doubler les bénéfices actuels provenant du secteur des Soins personnels, pour atteindre 200 millions $ d’ici 2017. Et ce n’est pas tout. Nous poursuivons notre recherche d’acquisitions stratégiques dans les produits absorbants hygiéniques qui nous aideront à réaliser notre objectif de bénéfices de 300 à 500 millions $ provenant d’activités de croissance, au cours des quatre prochaines années. Alors demeurez à l’écoute pour connaître l’évolution de toutes nos chaînes de fabrication ! <


Domtar > Ressources > T3 2013 > Page 9

Investissements

Plymouth > Inauguration de la nouvelle usine de séparation de lignine STEFAN NOWICKI > Chef, Communications et relations gouvernementales Centre des exploitations de Fort Mill

L’

usine de Plymouth, dont l’avenir était incertain il y a seulement quelques années, est maintenant devenue l’une des plus grandes réussites de Domtar. Tout a commencé en 2009, alors que la direction a décidé de jouer un rôle plus important dans le marché en croissance de la pâte de flocon – le matériau de base utilisé dans la partie absorbante des couches, des produits d’hygiène féminine, etc. À cette fin, il fallait accroître la capacité de fabrication de pâte de flocon de Plymouth, en convertissant la machine à papier fin NC5 que l’on venait de fermer. Cet investissement de 73 millions $ a donné une nouvelle vie et une nouvelle opportunité à l’usine. Contrairement au papier, la pâte est fabriquée exclusivement à partir de bois de résineux et le pin taeda, une espèce du sud qui pousse en abondance dans le bassin d’approvisionnement de l’usine, constitue le matériau de base le plus indiqué pour sa fabrication. Toutefois, la conversion vers la production exclusive de pâte – et l’utilisation de résineux seulement – créerait un engorgement à la chaudière de récupération, rendant impossible le fonctionnement à plein régime de la machine à pâte de flocon et de la nouvelle machine NC5 modifiée. En cours de reconstruction de la machine NC5, le service de Recherche et développement de Domtar a trouvé une façon d’éliminer l’engorgement à la chaudière de récupération, en construisant une usine de séparation de lignine. La lignine est le liant naturel qui réunit les fibres de bois individuelles. Pendant le processus chimique de fabrication de la pâte, la lignine est séparée des fibres de bois pour former une solution appelée « liqueur noire », contenant également des produits chimiques servant à la fabrication de la pâte. Traditionnellement, la liqueur noire, contenant cette lignine, était brûlée intégralement dans la chaudière de récupération afin de fournir une partie de l’énergie nécessaire au fonctionnement de l’usine.

NOUS AVONS TOUJOURS ÉTÉ FIERS CHEZ DOMTAR DE NOUS TENIR À L’AVANT-GARDE DE L’INNOVATION ET, AVEC CE PLUS RÉCENT PROJET, NOUS COMMENÇONS VÉRITABLEMENT À UTILISER CHAQUE COPEAU DE BOIS À SON PLEIN POTENTIEL.

L’usine de séparation de lignine permettrait d’absorber une partie du flux de production de liqueur noire, afin de désengorger la chaudière de récupération et d’exploiter l’usine de façon plus efficace. Le flux de liqueur noire détourné serait traité avec un procédé chimique différent afin d’isoler la lignine. Le projet de séparation de la lignine a pu être réalisé grâce à une subvention de 7 millions $ accordée conjointement par les départements de l’Agriculture et de l’Énergie des États-Unis, dans le cadre de leur initiative de recherche et développement sur la biomasse, afin de favoriser de nouvelles utilisations novatrices. Et maintenant, à la suite de l’inauguration officielle de l’usine de séparation de lignine BioChoiceMD de Domtar, le 7 juin, c’est exactement ce que nous faisons.

Notre président et chef de la direction, John D. Williams, a coupé le ruban, fabriqué de lignine par l’un des partenaires du projet. Le lancement a été suivi de tables rondes où le projet a pu être présenté plus en détails, tout comme les éléments qui font de la lignine BioChoice Domtar un produit supérieur.

Deux mois plus tard, Plymouth a de nouveau reçu de la grande visite, venant cette fois d’aussi loin que de Washington, DC., alors que le secrétaire de l’Agriculture des États-Unis, Tom Vilsack, est venu, le 15 août dernier, visiter l’usine de lignine et la machine à pâte de flocon NC5. Habituellement, l’apparition de gyrophares bleus sur le site d’une usine est synonyme d’ennuis, mais cette fois-ci il ne s’agissait que de l’escorte motorisée du secrétaire. Nous sommes tous très fiers de cette réalisation et de la transformation en profondeur que l’usine de Plymouth a connue au cours des dernières années. <

Nous avons toujours été fiers chez Domtar de nous tenir à l’avant-garde de l’innovation et, avec ce plus récent projet, nous commençons véritablement à utiliser chaque copeau de bois à son plein potentiel. La lignine possède une multitude d’applications, dont la fabrication d’adhésifs, de produits chimiques utilisés en agriculture, de produits carbonés (graphite, charbon actif, etc.), d’enduits, de dispersants, de liants naturels, de plastiques et de résines. Et si BioChoice n’est pas la première usine de séparation de lignine à avoir été construite, ce n’en est pas moins la première à voir le jour en 25 ans en Amérique du Nord. Afin de souligner l’inauguration officielle, plus de 100 personnes – employés, législateurs, scientifiques, journalistes, régulateurs et clients – ont bravé une tempête tropicale naissante pour converger vers Plymouth. Après quelques présentations sur la genèse de la nouvelle usine et sur la place qu’elle occupe dans la stratégie de Domtar, la pluie intense s’est dissipée pour laisser place au soleil lors de la coupe cérémoniale du ruban.

John D. Williams, président et chef de la direction


Page 10 > T3 2013 > Ressources > Domtar

Ressources humaines

CHE Z D O M TA R , N O US L A F I B R E D U L E A DE R S SARAH WALTMAN > Chef principale, Formation et perfectionnement Centre des exploitations de Fort Mill

D

ans le domaine du sport, le succès correspond souvent à une combinaison de talent brut et d’efforts... BEAUCOUP d’efforts. Les athlètes consacrent d’innombrables heures à développer leurs habiletés physiques et à perfectionner leurs mouvements, afin d’être à leur meilleur lors des compétitions. L’entraînement est donc un ingrédient essentiel pour parvenir à atteindre un haut niveau de performance. Pour se hisser au sommet, les athlètes sont supportés par une ressource indispensable : les entraîneurs. Les équipes professionnelles, comme celles de la NFL ou de la LNH, ne disposent pas que d’un seul entraîneur, mais bien de plusieurs entraîneurs spécialisés, chacun se concentrant sur un aspect particulier du sport. La victoire ou la défaite est souvent influencée par la capacité de l’entraîneur à rallier son équipe et à encourager chaque joueur à donner « le meilleur » de lui-même. Dans « l’équipe Domtar », nous mettons à contribution nos compétences et nos efforts individuels. Peu importe notre rôle, nous avons tous le potentiel de nous développer et d’apprendre. Les gestionnaires ont pour responsabilité de développer les « joueurs » de leur équipe et de les accompagner dans une perspective d’amélioration continue.

QUI ENTRAÎNERA LES ENTRAÎNEURS ? Ce ne sont pas tous les gestionnaires qui ont une expérience d’« entraîneur ». Jusqu’à maintenant, Domtar ne disposait pas d’un processus officiel pour leur apprendre à contribuer au développement des autres. Avec le programme : Nous cultivons la fibre du leadership, nous possédons désormais un outil de formation permettant aux gestionnaires d’acquérir les compétences nécessaires pour faire ressortir le meilleur de chaque employé.

« NOUS VOULONS ASSURER NOS EMPLOYÉS D’UN AVANTAGE CONCURRENTIEL, AFIN QU’ILS PUISSENT RÉUSSIR – ET QUE DOMTAR RÉUSSISSE – DANS UNE PERSPECTIVE À LONG TERME. » LISA MARCUZ, VICE-PRÉSIDENTE, GESTION DES TALENTS

Ce programme, comptant huit modules suivis sur une période de deux ans, apprend aux gestionnaires cinq compétences clés, identifiées comme étant essentielles pour assurer un leadership efficace (voir l’encadré). Ces compétences, soutiennent la stratégie d’affaires de Domtar et sont en continuité avec nos valeurs d’agilité, d’engagement et d’innovation. Les participants identifieront comment appliquer ces compétences

et ces valeurs dans leurs propres situations de travail et des outils seront mis à leur disposition afin de les intégrer dans leur travail quotidien. Lisa Marcuz, vice-présidente, Gestion des talents, souligne : « Le programme : Nous cultivons la fibre du leadership répond à un besoin très concret de développement des talents, à tous les niveaux de l’entreprise. Notre contexte commercial évolue rapidement, nous sommes une entreprise en transformation. Qu’il s’agisse d’identifier de nouveaux marchés, de développer des produits novateurs ou de stimuler l’amélioration continue, chacun est mis au défi de dépasser le statu quo, souvent avec des ressources limitées.

NOUS CULTIVONS LA FIBRE DU LEADERSHIP… ET PLUS ENCORE Le déploiement du programme Nous cultivons la fibre du leadership se fait d’établissement en établissement. Le programme a été lancé, à ce jour, dans les usines de Dryden et de Rothschild, ainsi qu’au Centre des opérations de Domtar à Fort Mill. Cette formation s’intègre dans un programme beaucoup plus vaste de développement des talents, mis en œuvre par l’équipe de Gestion des talents et en partenariat avec nos leaders d’entreprises. Il offrira avec le temps des occasions d’apprentissage aux employés de toute l’entreprise, au moyen d’une gamme d’activités et d’outils éducatifs. Soyez à l’affût pour en apprendre plus dans les prochains mois ! <

Tout commence par A : petit guide des compétences 5A Avec le programme Nous cultivons la fibre du leadership, les gestionnaires apprennent à maîtriser ces cinq compétences essentielles, nommées les 5A, qui les aideront à devenir des leaders et des « entraîneurs » efficaces.

ACCOMPLIR – EN FAISANT PREUVE

APPROFONDIR – LES RELATIONS

D’EXCELLENCE. Appliquer la stratégie de Domtar, identifier les objectifs et déléguer les tâches. Exercer un leadership d’équipe, accompagner dans l’amélioration continue, guider les individus et les équipes afin de maintenir le cap.

Rechercher des occasions de développer des relations avec d’autres personnes, équipes, services, établissements, afin d’atteindre les objectifs.

APPRENDRE – EN PRENANT CONSCIENCE DE SOI ET DES AUTRES. Rechercher les occasions de rétroaction, se développer et aider au développement des autres.

APPUYER – LA VISION ET LES VALEURS ACCROÎTRE – LA PERFORMANCE DE L’ENTREPRISE. Trouver des façons de rehausser la qualité de notre performance et de perfectionner les ressources de nos équipes, afin d’accroître nos capacités.

À LONG TERME. Communiquer à l’équipe les messages importants, encourager les employés à trouver de nouvelles façons d’améliorer nos processus de travail. <


Domtar > Ressources > T3 2013 > Page 11

Ressources humaines

C ULTI V O N S HIP « Participer au module Leadership, le succès passe par la communication m’a donné l’occasion d’apprendre des expériences de gestionnaires avec lesquels je n’ai pas habituellement l’occasion de travailler. » Christina Lutkus Chef, Services partagés TI – Gestion des systèmes, Centre des exploitations de Fort Mill

« Les méthodes qui m’ont été présentées m’aideront à communiquer avec mon équipe, à la motiver et à atteindre les résultats souhaités. J’ai hâte aux prochains modules. Faire partie d’une organisation engagée dans le développement de la prochaine génération de leaders m’enthousiasme énormément. » Michelle Sharp Chef, Finance, Usine de Rothschild

« NOUS SOMMES UNE ENTREPRISE EN TRANSFORMATION OÙ NOUS DEVONS ÉTABLIR UNE RELATION DIRECTE AVEC LE CONSOMMATEUR. NOUS DEVONS DONC FAIRE DEUX CHOSES : MAINTENIR, DANS NOS ACTIVITÉS DE BASE, UN DEGRÉ D’EXÉCUTION TRÈS SOLIDE ET SOUTENIR LA CROISSANCE DANS NOS NOUVELLES ACTIVITÉS. C’EST EXACTEMENT POUR CELA QUE NOUS AVONS ADOPTÉ CES CINQ COMPÉTENCES. »

JOHN D. WILLIAMS PRÉSIDENT ET CHEF DE LA DIRECTION

Une brève vidéo de John D. Williams accueille les participants lors de la première session de formation aux compétences 5A.

Les récipiendaires des Bourses Domtar de 2013-2014 dévoilés DONNA ATKINSON > Conseillère, communications internes, Maison Domtar

N

ous avons le plaisir de dévoiler les noms des récipiendaires des 10 nouvelles Bourses d’excellence en éducation Domtar pour l’année 2013-2014. Sélectionnés parmi les 121 candidatures reçues, les boursiers ont été choisis en fonction de leurs résultats scolaires, de leur implication communautaire et de leurs promesses d’avenir. Les bourses seront versées annuellement à ces récipiendaires jusqu’à la fin de leurs études de baccalauréat, ou pendant un maximum de quatre ans. Nous nous soucions du succès de nos employés et des membres de leur famille. Grâce à ce programme de bourses, nous souhaitons encourager la recherche de l’excellence dans les études et la poursuite d’études de premier cycle chez les enfants des employés et des retraités de Domtar. À ce jour, plus de 100 jeunes universitaires ont bénéficié du programme. Félicitations à tous nos lauréats de 2013-2014 : Jacquelyn Crawford, fille de Donald Crawford du centre de façonnage de Ridgefields, étudiante en biologie, au Alice Lloyd College, au Kentucky

Maude Roy-Labbé, fille de Luc Labbé de l’usine de Windsor, étudiante en génie physique à l’Université Laval, de Québec

Stephanie Evans, fille d’Hubert Evans de l’usine de Greenville, étudiante en comptabilité et en langue et littérature hispaniques à la North Carolina State University, au campus de Raleigh

Karl-Antoine Simoneau, fils de Michel Vachon de l’usine de Windsor, commençant des études en psychologie à l’Université de Montréal, au Québec

Lauren Hall, fille de Gary Hall de l’usine d’Ashdown, étudiante au programme de majeur en biologie à la University of Central Arkansas

Rachel Sullivan, fille de Carmella Sullivan de l’usine de Port Huron, étudiante au programme préparatoire en sciences de la santé à la University of Michigan, au campus d’Ann Arbor

Dayton Hamann, fils de Randall Hamann de l’usine de Rothschild, étudiant en traitement architectural à la University of Wisconsin, à Milwaukee

Sarah Winsor, fille d’Alex Winsor de l’établissement d’Ariva de Mount Pearl, étudiante en biochimie avec majeure en nutrition à la Memorial University de Terre-Neuve

Neil Jansen, fils de Gregory Jansen de l’usine de Port Huron, étudiant en musique à la University of Western Michigan

Katie Yang, fille de Hui Ye de la Maison Domtar à Montréal, étudiante au programme préparatoire en médecine à l’Université de Montréal, au Québec


Page 12 > T3 2013 > Ressources > Domtar

Papiers

De gauche à droite : Kirk Frisinger, Gene Lohr, Tammi Knuth-Brown, Bryan Lewis, Dave Orcutt, Chris Bodette, Susan Molinarolo, Rick Hess, Karen Wallner, Larry Jensen et Karen Carson

Auto-évaluation de la qualité > Bientôt dans votre usine KAREN CARSON > Chef, Services de qualité Région de l’Ouest

U

n groupe d’employés très talentueux et expérimentés de Domtar s’est réuni à Chicago en janvier dernier pour réaliser une Évaluation de la qualité. Le groupe était composé de représentants d’usines, fabriquant des papiers de spécialité ou réguliers, dotés d’une expérience acquise dans les domaines de la production, de la qualité et du service à la clientèle. Domtar bénéficie d’une très solide culture de la sécurité, qui connaît un grand succès. Nous souhaitions atteindre les mêmes résultats avec notre culture de la qualité, en nous fondant sur l’excellent travail déjà réalisé. L’Évaluation de la qualité est née de plusieurs heures de travail acharné. Cela a débuté par de très bonnes idées couchées sur papier dans une salle de réunions, mais nous avons rapidement senti qu’il nous fallait absolument ajouter un facteur de réalité. Nous nous sommes donc dirigés, le 15 mai dernier, vers l’usine de Nekoosa pour y tenir notre première Auto-évaluation de la qualité. Dès le début de cette Auto-évaluation de la qualité à l’usine de Nekoosa, nous avons conclu que la clé de la réussite de cet exercice résidait dans l’amélioration de la qualité dans une usine donnée, en s’assurant de retirer l’avantage optimal de chaque investissement, tout en offrant au client une amélioration réelle. Ainsi, il faut d’abord

reconnaître ce qu’une usine fait bien, puis, ce qu’elle doit améliorer, tout en partageant les meilleures pratiques avec les autres usines. En fait, l’essentiel consiste à offrir constamment un produit de qualité.

LA CLÉ DE LA RÉUSSITE DE CET EXERCICE RÉSIDAIT DANS L’AMÉLIORATION DE LA QUALITÉ DANS UNE USINE DONNÉE, EN S’ASSURANT DE RETIRER L’AVANTAGE OPTIMAL DE CHAQUE INVESTISSEMENT, TOUT EN OFFRANT AU CLIENT UNE AMÉLIORATION RÉELLE

Nous avons également discuté des raisons pour lesquelles notre équipe ne ferait pas l’évaluation. Nous ne voulions pas qu’il y ait d’incitation à gonfler les notes pour bien paraître, en comparaison des pairs ou auprès de la direction de Domtar. Nous ne voulions pas défendre le passé ou justifier nos propres objectifs. Nous avons aussi décidé qu’une note unique encouragerait trop la compétition, alors nous avons choisi d’accorder une note pour chaque sous-éléments. Personne ne peut se souvenir de 25 notes différentes ! Nous ne voulions pas créer un concours, mais plutôt une ressource permettant à chaque usine d’améliorer graduellement sa qualité, avec des plans d’action progressifs et des suivis planifiés. Des équipes de deux personnes ont donc été chargées d’évaluer les 25 sous-éléments de leur usine. Nous croyions que, puisque c’est eux qui connaissent le mieux leur usine, l’option la plus performante consistait à les laisser interviewer les employés, et ensuite rechercher la documentation nécessaire, puisque c’est eux qui comprenaient le mieux le procédé. Au nombre des éléments, on retrouvait : la gestion de la qualité, la qualité et les spécifications des produits, les

contrôles et l’évaluation, la qualité des intrants et des produits finis, les matières premières, le service à la clientèle et la connaissance des clients. L’équipe de Nekoosa a conclu son plan d’action pour la qualité, et son plan de suivi, le 19 juillet. Nous utiliserons ce que nous avons appris de cette grande expérience et nous compléterons nos connaissances au rythme où chacune des usines réalisera sa propre Auto-évaluation de la qualité. Demeurez à l’affût lorsque votre usine amorcera bientôt sa propre Auto-évaluation de la qualité. Nous savons que chacune des équipes adoptera et utilisera cette auto-évaluation comme une mesure d’amélioration constante de la qualité qui, en retour, assure nos clients de produits d’une qualité plus uniforme. Les documents d’Auto-évaluation de la qualité se retrouvent sur le site Sharepoint des Services techniques, sous Qualité. <


Domtar > Ressources > T3 2013 > Page 13

Papiers

Windsor > Être agile pour saisir les occasions STÉPHANE VAILLANT > Chef de service – ingénierie, Secteur papiers Usine de Windsor

L

ors de l’arrêt annuel, en juin dernier, un projet a été réalisé sur la machine à papier No 8 à Windsor afin de convertir les siphons rotatifs de la sécherie principale en siphons stationnaires, en plus d’ajouter des barres de turbulences « pleine largeur » dans 23 séchoirs, pour améliorer la performance du système. À bien des égards, ce projet reflète l’une de nos valeurs : l’agilité. Le circuit de vapeur et de condensat utilisé dans la sécherie de la machine No 8 datait de son démarrage, en 1989. Les siphons rotatifs, moins performants pour évacuer le condensat, requéraient notamment plus de vapeur haute pression (1 500 kPa). Grâce à l’avancement rapide du projet, nous avons pu profiter de l’arrêt annuel pour effectuer les travaux. Nous avons été agiles en utilisant du matériel récupéré de l’ancienne usine de Columbus et remis à neuf pour nos besoins. Malgré les nombreux ajustements nécessaires pendant l’installation,

Aperçu des nouveaux équipements provenant de l’usine de Columbus l’échéancier a été respecté sans aucun incident en santé et sécurité.

offrant plus de souplesse pour la production de papiers à haut grammage.

Ce projet devrait permettre une réduction d’environ 4 t/j de vapeur à 1 500 kPa, tout en réduisant l’entretien des équipements et en

Nous bénéficions déjà de ces améliorations à l’exploitation de la sécherie et ce succès est le résultat d’un beau travail d’équipe. <

Nekoosa > Stagiaires en sécurité : un avantage pour les jeunes et pour l’usine GINNY JOHNSON > Adjointe administrative et coordonnatrice ISO Usine de Nekoosa

L’

usine de Nekoosa a eu recours, pour la deuxième année consécutive, à un stagiaire en sécurité pour nous assister dans nos initiatives. Les stagiaires ont été recrutés dans deux campus de l’Université du Wisconsin, Whitewater et Stout, réputés pour leurs programmes de contrôle de la sécurité et des risques. Ahmet Tekin, étudiant en Contrôle des risques au campus de Stout, est notre stagiaire cette année. Il est aussi diplômé en génie mécanique de l’Université de Gaziantep, en Turquie. Au nombre des projets auxquels il participe, on

retrouve l’inspection et le catalogage des échelles, l’assistance à l’équipe de cadenassage et d’étiquetage, la mise à jour de l’information du programme de gestion des urgences, les évaluations ergonomiques, les audits de sécurité et l’amélioration du programme PSM. Au cours de l’été 2012, notre première stagiaire, Ashley Tuttle, étudiante au campus de Whitewater, s’était concentrée sur le suivi, à la grandeur de l’usine, des bruits mesurés en relation avec la position des employés. Elle a aussi travaillé à plusieurs autres projets, dont l’inspection et le catalogage des équipements de prévention des chutes, l’amélioration du programme et de la formation de rescousse en espace clos, la mise à jour des modules de formation à la conformité, les audits de sécurité, en plus de participer à l’audit de sécurité d’entreprise, à l’usine.

Ahmet Tekin et Ashley Tuttle Selon Craig Van Asten, chef, Santé et sécurité à l’usine de Nekoosa, « le programme de stages est une excellente occasion d’offrir à des étudiants l’expérience qui leur est nécessaire en matière de santé-sécurité, tout en réalisant des projets très valables à l’usine. C’est une situation gagnantgagnant, pour Domtar et pour les étudiants. » <


Page 14 > T3 2013 > Ressources > Domtar

Papiers

Ariva Canada > Évolution des représentants commerciaux TAMARA WALSH > Directrice, Marketing Canada Ariva Canada

V

ous êtes-vous déjà demandé ce que faisait un représentant commercial ? Il y a quelques années, celui-ci visitait la communauté des concepteurs graphiques pour faire la promotion

Une promotion primée, en route vers sa nouvelle étape VANECIA CARR > Chef, Marketing Papiers d’impression, Centre des exploitations de Fort Mill

N

ous sommes fiers d’annoncer En voyage avec Cougar, la suite de notre campagne primée, Rêver, par Cougar. Il s’agit du deuxième volet d’une série de quatre promotions de Cougar. Rêver, par Cougar a remporté une constellation de prix d’excellence en impression, dont le très convoité Xpedex Best of Show Award, récolté l’an dernier lors de la remise des Prix PICA 2012. Riche d’impressions et de techniques magnifiques, En Voyage avec Cougar met en valeur la performance exceptionnelle de Cougar, pour en faire une pièce hors du temps – Cougar étant elle-même une marque fiable, intemporelle et à l’avant-plan de son marché. En fait, nous savons que la marque Cougar et le nom Domtar poursuivront, à l’épreuve du temps, leur association avec les professionnels créatifs. Les concepteurs peuvent nous faire parvenir les œuvres qu’ils créent sur Cougar. Nous les présenterons en ligne et en version imprimée, aux côtés des pièces d’autres créateurs inspirés. Pour en savoir plus, visitez la Communauté du papier Cougar (www.cougarpaper.com). <

des papiers distribués par son entreprise, compléter ou mettre à jour leur collection de carnets d’échantillons et répondre à leurs besoins en matière d’échantillons et de maquettes. Aujourd’hui, le représentant s’acquitte toujours de ces tâches, mais son rôle a évolué. C’est pourquoi Ariva Canada a choisi de rehausser l’importance de leur fonction en les nommant représentants en développement des affaires, puisque leur rôle dépasse de beaucoup leurs attributions traditionnelles. Comme son titre l’indique, un représentant en développement des affaires cherche à identifier de nouvelles opportunités. Aujourd’hui, le représentant offre une « expertise sur demande ». Il travaille de pair avec la communauté des concepteurs graphiques et des utilisateurs finaux pour : i) offrir de l’information sur une large gamme de papiers et des conseils sur les questions liées à l’impression; ii) répondre aux interrogations du client pour l’aider à atteindre les meilleurs résultats finaux; et, iii) optimiser les investissements en papier et les procédés de son client afin de l’assurer d’un avantage concurrentiel. Le représentant connaît à fond les différentes activités de ses clients, comme le publipostage direct, et leurs enjeux environnementaux. En fait, tous les détails qui ont leur importance dans notre secteur d’activité.

Chris Whitern

Chris Whitern, à l’œuvre depuis 1986, apporte à son travail chez Ariva des années de savoir-faire propre à notre industrie. Elle a travaillé pour des imprimeurs, pour une usine de papier couché et aussi pour un distributeur de papier concurrent, à la fois dans les ventes commerciales et dans la représentation. Pour elle, l’un des objectifs clés des représentants consiste à développer des programmes optimisés pour s’assurer de la loyauté des clients. Le scénario idéal consiste en fait à obtenir d’un utilisateur final la majorité de ses achats de papier, afin qu’il intègre Ariva à ses

Malgré les nombreux défis auxquels les représentants en développement des affaires font face, Chris Whitern adore le défi de conclure une vente et d’offrir à ses clients des solutions complètes en matière de papier et d’impression. « Au bout du compte, ce qui me fait vraiment plaisir, c’est de travailler avec un client pour élaborer une solution papier, qui se traduit par la spécification d’Ariva et de ses marques de papier. Et, conclutelle en souriant, c’est d’autant mieux s’il s’agit d’un programme d’approvisionnement à long terme ! » . <

spécifications, ainsi que nos papiers exclusifs ou semi-exclusifs. L’évolution dans notre secteur d’activité fait en sorte que les utilisateurs finaux et les concepteurs graphiques comptent de plus en plus sur leurs imprimeurs comme source d’expertise en matière de papier. Le représentant en développement des affaires vient ainsi boucler la boucle entre l’imprimeur, le fournisseur et le client. Ainsi, non seulement le représentant doit-il toujours offrir à ses clients, existants et potentiels, un service à valeur ajoutée et un savoir-faire, il représente aussi auprès d’eux une extension des services de marketing et de fabrication.

Vente des activités d’Ariva aux États-Unis

C’

est en août dernier qu’est entrée en vigueur la vente par Domtar des activités d’Ariva aux États-Unis, à la société mère de Lindenmeyr Munroe, l’un de nos partenaires d’affaires de longue date. Dirigée à partir de Covington, au Kentucky, Ariva compte environ 400 employés aux États-Unis. Domtar s’est engagée à prendre les

mesures nécessaires afin d’aider les employés affectés par cette transaction, conformément à ses politiques. Les activités canadiennes d’Ariva, qui ne sont pas touchées par cette transaction, sont réintégrées au sein de la division Pâtes et papiers de Domtar, comme elles l’étaient par le passé. <


Domtar > Ressources > T3 2013 > Page 15

Papiers

Domtar accroît son appui à l’alphabétisation D

omtar s’est jointe à First Book, un organisme social sans but lucratif qui procure des livres neufs aux enfants dans le besoin, afin de remettre 60 000 livres tout neufs de très grande qualité à des jeunes à l’échelle de l’Amérique du Nord. Dans le cadre de la campagne Powerful Pages, des subventions seront accordées, et des programmes seront mis en place, dans 14 écoles situées dans des villes aux États-Unis où les usines de Domtar exercent leurs activités. Au Canada, huit institutions comparables dans des communautés hôtes de Domtar et dans les communautés des Premières nations auront droit aux mêmes avantages. Ces subventions, qui visent à renouveler et à enrichir les bibliothèques, permettront aux éducateurs d’acheter environ 600 livres neufs pour leurs élèves par l’intermédiaire du First Book Marketplace. Domtar s’est associée pour une première fois avec Fisrt Book en 2012 (voir l’article dans le Ressources T4-2012). Domtar offrira une centaine de subventions plus modestes afin d’encourager les écoles et les programmes des communautés où vivent ses employés à profiter des services de First Book. Grâce à ces subventions, les nouveaux membres du réseau de First Book disposeront des sommes

nécessaires pour acheter 125 livres neufs sur First Book Marketplace pour leurs élèves. La campagne, annoncée en juin, vise également à distribuer des livres neufs à l’échelle nationale. Dans le cadre du programme permanent National Book Bank de First Book, Domtar assumera les coûts d’expédition de 45 000 livres destinés à des éducateurs et à des responsables de programme qui travaillent auprès de jeunes dans le besoin à travers l’Amérique du Nord. « L’engagement de Domtar envers les enfants dans le besoin dans ses collectivités est exemplaire, a déclaré Kyle Zimmer, présidente et chef de la direction de First Book. Nous nous sommes rendu compte de l’ampleur de son dévouement lorsque nous avons travaillé ensemble l’an dernier. Nous sommes emballés à l’idée d’élargir notre partenariat et de remettre des livres et des ressources à un plus grand nombre d’enfants encore. » Pour sa part, Paige Goff, vice-présidente des affaires durables et des communications marketing de Domtar, a souligné : « Investir dans le développement économique et social de nos communautés hôtes – et la cause de l’alphabétisme nous tient particulièrement à cœur – est une des pierres angulaires de

Deux jeunes lecteurs heureux l’engagement de Domtar en matière de croissance durable. C’est pour nous un honneur d’appuyer les efforts louables que First Book a déployés pour remettre de nouveaux livres entre les mains de jeunes lecteurs qui, autrement, auraient dû s’en passer. » Rappelons que Domtar a également commandité la première édition de World Book Night aux États-Unis cette année (voir l’article ci-bas). <

Rothschild > Partager l’amour de la lecture BECKY COUSHMAN > Adjointe administrative – Ingénierie et entretien Usine de Rothschild

L’

usine de Rothschild, et d’autres usines de Domtar, ont participé en avril dernier à l’événement World Book Night U.S., comme en témoignait la dernière édition de Ressources. Des bénévoles de partout aux États-Unis ont donné au total un demi-million de livres dans leurs collectivités aux personnes qui ne lisent pas régulièrement ou qui n’ont pas accès aux livres imprimés, qu’il s’agisse de contraintes financières ou d’accessibilité. Domtar était fière de commanditer cet événement. Chaque année, 30 livres sont

choisis par un jury indépendant de bibliothécaires et de libraires. Les auteurs renoncent à leurs droits sur les livres spécialement imprimés pour la World Book Night U.S., impression que défraient les éditeurs. Les librairies et les bibliothèques s’engagent à accueillir les bénévoles qui viendront distribuer dans leurs locaux les livres destinés à la collectivité.

Boys & Girls Club

Women’s Community

collectivité. C’est ainsi que le 23 avril dernier, le comité des dons à la collectivité de Rothschild a distribué des livres aux organismes Women’s Community, Neighbors Place, Boys and Girls Club, ainsi qu’à l’Armée du Salut.

Les citoyens bénévoles, eux, s’engagent à distribuer personnellement 20 copies d’un titre particulier dans leur

Pourquoi la World Book Night existe-t-elle ? Le plaisir de la lecture contribue à l’alphabétisation, tout en stimulant le désir de

lire des lecteurs débutants. La lecture change des vies, accroît l’employabilité, les interactions sociales, émancipe et contribue à la santé mentale et au bonheur. Les lecteurs sont plus sujets à participer aux actions bénévoles, aux activités culturelles et même à l’activité physique. Et, plus simplement, les livres sont des compagnons agréables – qui peuvent changer nos vies. <


Page 16 > T3 2013 > Ressources > Domtar

Sécurité et mieux-être

LE DÉFI EN AVANT LE PRINTEMPS 2013>

PARCOURIR 37 FOIS LE TOUR DE LA TERRE ! Le centre de façonnage et de distribution de DuBois est le grand gagnant, ayant mené le défi dès le premier jour. Les membres de l’équipe ont accumulé plus de 18 millions de pas en l’espace d’à peine huit semaines, une moyenne de 978 000 pas par personne !

JULIANNE C. GUZIK > Conseillère principale, Mieux-être Maison Domtar

À

moins d’avoir vécu sous une roche d’avril à juin derniers, vous n’avez pu manquer l’apparition de podomètres à la ceinture de vos collègues ou l’accroissement de la circulation dans les escaliers, les stationnements et les sentiers de marche. Car le premier défi « En avant le printemps », organisé sous l’égide de « Prends soin de toi, agis! », a connu un succès retentissant ! Pendant huit semaines, du 22 avril au 16 juin, des établissements à l’échelle de l’entreprise se sont livré une lutte épique. Ce concours a encouragé les participants à être plus actifs en enregistrant tous les jours leurs pas à l’aide d’un podomètre et en affrontant, en tant que valeureux membre de leur équipe, d’autres établissements de l’entreprise. Pendant cette période, plus de 3 000 participants ont fait 1,9 milliard de pas. Au total, ils ont parcouru 1 515 000 km (942 000 milles), soit 37 fois le tour de la Terre !

Kip Jones, directeur du centre de DuBois, a dit : « J’aimerais féliciter mes partenaires de notre succès et les remercier de m’avoir poussé à faire une activité qui est bonne pour ma santé. » Il a ajouté que, grâce au défi, il est plus déterminé que jamais à augmenter le nombre de pas qu’il fait chaque jour. « Non seulement j’ai perdu du poids mais ça fait des années que je n’ai pas été en si bonne forme. » En plus de la concurrence qui s’est instaurée entre les établissements, plusieurs marcheurs, de partout dans l’entreprise, ont fait preuve d’un grand engagement. La résolution nécessaire pour prendre part à ce défi est l’une des clés de son succès. Jodie Smith, planificatrice de la production au centre de DuBois, a confié : « J’ai toujours hâte de participer à de tels défis. Plutôt que de trouver des excuses pour ne pas

faire de l’exercice, je cherche en moi l’énergie nécessaire pour en faire toujours un peu plus. » L’aspect compétitif du défi encourage plusieurs marcheurs à ajouter à leur performance. Adam Mayes, du Centre des exploitations de Fort Mill, s’est ainsi trouvé très motivé, tout au cours des huit semaines, en sachant que « si je n’étais pas là à accumuler des pas, quelqu’un d’autre l’était ! » Plusieurs participants ont aussi remarqué que cet encouragement à faire plus d’activité physique avait des effets à long terme. Ils trouvent désormais plusieurs occasions de faire de l’exercice pendant la journée. Les employés avaient la possibilité de former leur propre petite équipe au sein de l’établis­se­ment. À l’échelle de l’entreprise, 268 équipes ont ainsi été mises sur pied, ce qui a renforcé la motivation et ravivé l’esprit de compétition. Les Masters Champions de l’usine de Nekoosa est l’équipe gagnante dans cette catégorie, composée de : Kevin Livernash, Jerry Alfuth, Grant Keyser, Brian Lavey et Mark Tuttle. Ils ont accumulé plus de 8,5 millions de pas en huit semaines, une moyenne de 1,7 million par personne !

Les 10 meilleurs établissements :

PRENDS SOIN DE TOI, AGIS!

1

DuBois

2

Washington Court House

3

Owensboro

4

DFW/Irving

5

Kingsport

6

Ridgefields

7

Espanola

8

Plymouth

9

Windsor

10

Johnsonburg


Domtar > Ressources > T3 2013 > Page 17

Sécurité et mieux-être

L’équipe de DuBois : de gauche à droite, à l’avant : Steve McClelland, Lee Knox, Ashley Blessel, Clay Ross, Jaime Ryckman; à l’arrière : Ann Sunealitis, Rick Delia, Jay Barnoff, Bob Shick, Jodie Smith et Jeff Jamison. Membres de l’équipe absents de la photo : Kip Jones, Tim Kilmer, Brad Smith, TJ Collins, Ben Anderson, Glenna Gentzyel, Danielle Bojalad et John Verdill Dans l’ensemble, le programme a dépassé nos attentes. Josée Turgeon, vice-présidente, Rémunération globale, a confié : « Chaque jour, j’ai vu autour de moi des personnes heureuses et souriantes, partageant leurs trucs et astuces afin

d’augmenter le nombre de pas et s’encourageant mutuellement à faire mieux. » Pour sa part, Tim Healey, vice-président, Relations avec les employés, a raconté : « C’était formidable de voir toutes ces personnes marchant autour de

Les 10 plus grands marcheurs: Rang

Établissement

Nom

Pas totaux

1

Plymouth

Haywood Leigh

3 247 815

2

Plymouth

Chris Cahoon

2 868 485

3

Montréal

Roxanne Larocque

2 564 618

4

Nekoosa

Kevin Livernash

2 502 024

5

Ashdown

Terri Bishop

2 479 454

6

Addison

Kevin Bolanos

2 471 862

7

Montréal

Lise Jean

2 429 429

8

Ashdown

Phillip Risner

2 395 877

9

Kingsport

Peter Hartman

2 373 911

10

Windsor

Éric Blouin

2 366 203

l’immeuble, un podomètre à la ceinture ou dans leur poche. De les voir vanter amicalement la performance de leur équipe en se montrant fiers de leur établissement. » Félicitations à tous ceux et celles qui ont participé au défi à l’échelle de l’entreprise. Nous espérons que ce programme vous a incités à faire plus d’exercice physique durant huit semaines… et que ça continue. Si vous désirez partager une expérience réussie dans le cadre du défi En avant le printemps, veuillez faire parvenir un courriel à julianne.guzik@domtar.com. » <


Page 18 > T3 2013 > Ressources > Domtar

Sécurité et mieux-être

Marlboro > Un an sans incident enregistrable, ça se fête TAMMY GATHINGS > Chef, Formation et communications internes Usine de Marlboro

À

pareille date l’an dernier, l’équipe de l’usine de Marlboro cherchait à comprendre les changements survenus dans sa performance en sécurité. En juillet 2012, l’usine avait connu quatre incidents enregistrables, trois de plus que pendant toute l’année 2011. Non seulement faisait-on face à une hausse des incidents enregistrables, mais nous connaissions aussi de nombreux défis avec la production de grades de papier différents et avec les importantes mises à niveau de la machine à papier et des activités de façonnage. Après la reconstruction de la machine à papier et l’une des interruptions annuelles les plus longues de l’histoire récente – 14 jours – l’usine de Marlboro avait à résoudre des enjeux de fiabilité et de qualité au cours du premier trimestre de 2012. Dans une lettre au personnel, datée du 29 juillet 2013, Bill Edwards, directeur de l’usine, citait David Brinkley : « Un homme qui a réussi, c’est quelqu’un qui a su se construire une fondation solide avec les briques qu’on lui a lancées. » Et, à l’évidence, le parcours de l’usine pour atteindre zéro blessure a été parsemé de nombreux défis. Cependant, en travaillant ensemble, avec concentration et dans une attitude positive, nous avons réussi à rectifier notre cap. C’est ainsi que l’usine a connu un très bon deuxième trimestre et que, le 29 juillet, nous pouvions célébrer une année sans incident enregistrable.

Cela a demandé beaucoup de travail, souvent acharné, pour progresser aussi résolument sur la voie de la sécurité, et nous savons qu’une telle performance ne peut jamais être prise pour acquis. Même au moment où l’usine célébrait, en se remémorant tout le travail accompli, chacun demeurait conscient que la sécurité demeure toujours fragile. Les membres de l’équipe de Marlboro insistent sur l’importance de se rappeler à chaque jour qu’ils ne peuvent jamais baisser la garde ou réduire leur vigilance. Si vous demandez aux membres de l’usine de Marlboro ce qu’ils pensent de cette réalisation récente, ils vous répondront : « Nous sommes fiers de ce que nous avons réalisé, mais nous ne faisons qu’un arrêt au puits pour faire le plein et pour célébrer, ensuite nous reprenons la route vers notre prochain jalon. La sécurité, ça se réalise une minute, une heure, une journée à la fois. » <

Ashdown > Grande victoire à la compétition des TSMU TAMMY WATERS > Chef, Communications et relations gouvernementales Usine de Ashdown

P

lusieurs des techniciens en soins médicaux d’urgence (TSMU) et des membres des équipes d’intervention d’urgence (EIU) de l’usine de Ashdown ont pris part à la conférence annuelle des TSMU à Hot Springs, en Arkansas. Cet événement leur fournit l’occasion de profiter d’un entraînement pratique en interventions d’urgence, une formation intensive qui aide à assurer que chaque TSMU soit fin prêt à répondre à une situation d’urgence à l’usine de Ashdown. De plus, les équipes de TSMU, de premiers répondants et de pompiers de tout l’État participent à des compétitions exigeantes et bien structurées afin de mesurer leurs différentes compétences. Les TSMU et les EIU de l’usine de Ashdown sont considérés parmi les meilleurs de l’État, comme ces compétitions ont permis de le reconnaître à plusieurs reprises au

cours des dernières années. Et cette année n’a pas été différente, notre tradition d’excellence se maintenant en plusieurs domaines, comme en attestent de nombreux prix et récompenses. Félicitations aux membres de notre équipe qui se sont bien qualifiés au cours de la conférence, dans les compétitions suivantes :

TSMU INDUSTRIELS 1ère position : Jamie Paulette (Énergie) et Pete Schwartz (Papier) 2e position : Leslie Renfro (Papier) et Brian Turk (Papier)

« Je tiens à féliciter personnellement tous les membres de notre équipe qui ont participé aux compétitions cette année. Tous ont fait un excellent travail, dans le cadre de ces simulations industrielles, donnant non seulement la preuve d’un grand professionnalisme, mais aussi d’un niveau de compétence très élevé. Ils ont représenté fièrement l’usine de Ashdown, en relevant les défis associés à chacune de leurs compétences, et je suis très fier de chacun d’entre eux », a déclaré Terry Hughes, chef, Sécurité, à l’usine de Ashdown. <

PREMIERS RÉPONDANTS 3e position : Toby Gathright (Entretien) et Shane Chandler (Entretien)

ALERTE INCENDIE 1ère position : Jr. (William) Johnson (Entretien) et Marcus Pullen (Papier)

DÉFI TSMU/SMU 1ère position : Marcus Pullen (Papier) et Brian Turk (Papier)

De gauche à droite, à l’avant : Keith Pullen, Leslie Renfro et Toby Gathright; à l’arrière : Marcus Pullen, Pete Schwartz, Jamie Paulette, Shane Chandler et Brian Turk. Jr. Johnson n’apparaît pas sur la photo.


Domtar > Ressources > T3 2013 > Page 19

Sécurité et mieux-être

Kingsport > Les leaders en sécurité de la semaine nous montrent la voie jamais rien fait de semblable à Kingsport. Il a certainement contribué à nous ouvrir les yeux sur un nouveau panorama d’endroits et de situations, ce qui nous permet de diminuer l’exposition au risque de nos employés. »

KELLI BEILHARZ > Relations administrative, Usine de Kingsport

U

ne nouvelle initiative a été lancée à l’usine de Kingsport au début 2013, afin que chacun s’engage encore plus dans nos efforts d’amélioration de la sécurité. Dans le cadre de cette initiative, tous les leaders salariés s’enregistrent pour devenir le « Leader en sécurité de la semaine », pendant une semaine donnée. Ils doivent alors créer un slogan de sécurité pour leur semaine, le partager avec tous par courriel ou par le réseau interne de téléviseurs, participer aux rencontres de direction de l’usine et des superviseurs en sécurité, en plus de mener un audit d’un secteur de l’usine avec lequel ils ne sont pas familiers. En mai, nous comptions déjà 17 leaders de la sécurité en usine, représentant différents secteurs et services. Ils se sont concentrés sur la sécurité au bureau, l’éclairage d’urgence, le relâchement de la vigilance, l’atténuation des risques et l’application des mesures de sécurité à la maison, pour ne nommer que quelques-uns des thèmes abordés. Selon Roger Smith, chef, Machine à papier K1 : « Le programme de Leader en sécurité de la semaine est novateur, puisque nous n’avons

Les leaders en sécurité ont réussi à utiliser leurs différents savoir-faire, leurs connaissances et leur créativité, pour découvrir des thématiques hebdomadaires très intéressantes. Pendant l’une de ces semaines, un audit des bureaux a été réalisé, nous rappelant qu’il y a des dangers et des risques dans le milieu de travail de chacun, pas seulement dans les aires de production. Un autre leader en sécurité a tenu un dînerconférence sur l’utilisation sécuritaire de l’électricité, un sujet aussi important au travail qu’à la maison. Un ingénieur en contrôle des processus a vérifié les systèmes d’arrêt d’urgence afin de s’assurer qu’ils étaient tous fonctionnels, en plus de vérifier s’il n’était pas nécessaire d’en ajouter. Un autre a fait le tour des lieux « loin des yeux, loin du cœur » de l’usine de pâte blanchie qui ont été abandonnés, mais que certains doivent traverser fréquemment. Et nous trouverons encore de nouvelles façons novatrices d’assurer la sécurité dans notre usine par l’entremise des leaders en sécurité de la semaine. Selon Charlie Floyd, directeur de l’usine au

moment où cette initiative a vu le jour : « Ce programme nous a révélé toute la complexité d’un programme de sécurité exhaustif, et aussi que, même si Kingsport est une usine très sécuritaire, nous avons encore beaucoup de travail à faire pour maintenir et pour améliorer notre milieu de travail et notre culture de la sécurité. » < fety k’s Mill Sa This Wee cutt ey on H is John

TH IS W EE K’ S M IL L SA FE TY LE AD ER IS DA LE HU DS ON

Leader

slogan is: His safety o t Safety G ‘Don’t Le es’ Up In Flam

et Audit His plan: able Cabin mmTh K1 Develop Fla M consiis stent with BP

Wee k’ sid Safety sheet for He will be foc us Sulfuric Ac ll be a ior to the Sa fe Prcy Exit signs an ing on Emergen tyre wi Learn the d Emergency nch and Sl sulfuric LightiLung thean . audit ofog safety l/truck. unloading

areas, rai

Isis  : Conveyor  Safety   Safety  Topic  

‘A Sa fe This  Week’s   MillExit’

Did  you  know:  There  are  50  fatali+es  a  year  due  to   conveyors.   In  Wood  products  manufacturing,  conveyors  are  the  2nd   most  common  type  of  equipment  involved  in   amputa+ons.  

 Safety   He  will  be  audi+ng  the   er  Smithconveyors   in  U+li+es  area,  

Leader  is  Rog

This  Week’s  T opic: “Complacency   is  Not  a  Dirty Rh  Word  

K1  area  and  Fiberline  area  

as  well  as  visi+ng  E/I  and   ond!” Maintenance  shops  this   a  Sm it h  iHe  s  will  thalso  is  w week.   Isn’tStak eek’s   afing ety our  OSHA   the  M extil ra few l   Lexamine   minutes to be ea dand   eradequacy.   SMARTcompliancy   the right thin

‘Reduc g to do? I ask Your  Risk’ that duringe  my safety week you tak e ext care and time to A  fewra  of  the  item thin k be s  d fore Redu ce   your  Risk  t iscussed  this  week you ac t.  unde opic  w fun

Complacency This  Week’s  Mill  Safety   { cti ill  be  the  u scriptions,  i se  of   Leader  is  Roger  Smith risk,  theon  Dal  CSde  try nterlocks  reducin  test  p

g   rocedure,  E This Week’s Topic is: Complacency is not a dirty wordfailure  modes  for -­‐‑stops  and  your  ins final  contro   l  elements  s trumentation  and   uch  as  va  For  your  s We  all  focus  on  identifying   lves.   Don’t  become  complacent  to   afety  and  t ha we t  o  w f  your  co-­‐‑ and  eliminating  UNSAFE   ant  to  unde warnings  signs workers,   rst an ab d  t out  our  act he  hazards   CONDITIONS  daily.   ions  to  m inimize  ris and  think     k.

How  about  we  focus  on   one  more  important   condition  that  is  part  of   most  incidents  and   injuries?  Complacency  –  a   HUMAN  CONDITION!

Ariva-Québec > 1 000 jours sans incident enregistrable SERGE GOYETTE > Spécialiste, Santé-sécurité Ariva Québec

L

a sécurité ne progresse pas par hasard. Elle résulte de l’implantation d’un rigoureux système de gestion qui favorise l’engagement des employés et le leadership de la direction. C’est ainsi que le site de Québec récolte aujourd’hui le fruit d’un travail dédié en priorité à la sécurité. En 2006, Domtar a instauré son protocole de sécurité dans les établissements d’Ariva et depuis

les résultats en sécurité sont en amélioration constante. Le centre de distribution Ariva de Québec dépasse maintenant la barre des 1 000 jours sans incident de travail enregistrable et cette réussite a été possible grâce à l’engagement de ses 15 employés. Il est important de souligner les efforts que tous ont déployés pour instaurer un environnement de travail sécuritaire, entre autres par la mise en place de revue de direction et de plans d’action, ainsi que par l’utilisation du programme GARDIEN, qui permet de remédier aux comportements dangereux. Mille jours sans incident, un événement qui récompense 6 années d’in-

Les employés du Centre de distribution Ariva, Québec vestissements et d’efforts conjoints pour la sécurité et la performance du site de Québec. C’est un résultat remarquable, une performance qui honore l’ensemble des salariés. Leur vigilance dans l’exercice de leurs

fonctions est ainsi saluée. En guise de reconnaissance et d’appréciation, les salariés ont reçu un manteau lors d’un dîner d’équipe afin de souligner cette réalisation. <

r  


Page 20 > T3 2013 > Ressources > Domtar

Sécurité et mieux-être

RÉCUPÉRER D’UNE CHUTE DE PERFORMANCE

AVOIR DU CŒUR AU VENTRE ! ALLAN BOHN > Directeur principal Santé-sécurité d’entreprise Centre des exploitations de Fort Mill

A

voir du cœur au ventre, et plusieurs autres termes rappelant le courage, l’énergie ou la résolution, décrivent bien l’état d’esprit de la direction de notre réseau d’usines de fabrication après un trimestre de performance en santé-sécurité allant de mal en pis, rappelant la mauvaise performance connue à la fin de 2012. La résolution de ramener nos installations sur la bonne voie et de mettre un terme à ces récents reculs est évidente, comme en témoignent les normes et les attentes de performances qui ont été rehaussées dans toutes nos installations.

TFT HISTORIQUE DOMTAR 3,5

TFT mensuel Moyenne mobile 12 mois

3,0 2,5 2,0 1,5 1,0 0,5

Il est possible que nous ayons tenté de trop entreprendre, de réaliser simultanément trop d’initiatives, de telle sorte que nos ressources et nos leaders se sont trouvés trop sollicités. Nous devons continuer d’approcher les nouvelles initiatives de sécurité de façon réfléchie, et nous assurer que les éléments fondamentaux des succès connus au cours des dernières années soient bien intégrés, avant d’ajouter de nouveaux éléments à notre coffre d’outils de sécurité. Lorsque nous faisons référence à notre taux de fréquence total (TFT), à notre moyenne mobile de 12 mois pour le taux d’incidents et aux tendances, nous devons nous rappeler qu’il s’agit là d’indicateurs retardés. Bien que ces mesures permettent une comparaison équitable de la performance d’entreprises de différentes envergures, il nous faut accorder plus d’importance

JUIL 13

JAN 13

JUIL 12

JAN 12

JUIL 11

JAN 11

JUIL 10

JAN 10

JUIL 09

JAN 09

JUIL 08

JAN 08

MAR 07

0,0

La réponse des leaders de ces installations, qui éprouvent actuellement des difficultés ou qui ont connu une mauvaise performance, est d’ailleurs encourageante. Les installations répondent comme nous l’espérions, en portant leur attention sur une identification et une évaluation des risques améliorées. Ils assurent une présence plus assidue de leurs leaders dans l’usine même, un suivi plus poussé de la préparation et de l’exécution du travail, tout en offrant une rétroaction rapide aux employés sur ce qui fonctionne bien, en plus de consacrer le temps nécessaire aux éléments qui nécessitent une amélioration.

En sécurité, il n’y a d’autre destination que l’amélioration EN SÉCURITÉ, IL N’Y A D’AUTRE DESTINATION QUE continue. Il est impossible de maintenir le statu quo. Nos L’AMÉLIORATION CONTINUE. IL EST IMPOSSIBLE employés ne peuvent être que DE MAINTENIR LE STATU QUO. NOS EMPLOYÉS plus conscients des risques, ou NE PEUVENT ÊTRE QUE PLUS CONSCIENTS DES moins conscients. Ils adoptent les précautions nécessaires plus RISQUES, OU MOINS CONSCIENTS. ILS ADOPTENT LES souvent, ou moins souvent. Il PRÉCAUTIONS NÉCESSAIRES PLUS SOUVENT, OU MOINS est important de ne pas déveSOUVENT. IL EST IMPORTANT DE NE PAS DÉVELOPPER lopper une attitude de « suffisamment bon ». Nos installaUNE ATTITUDE DE « SUFFISAMMENT BON ». tions qui se sont améliorées, ou qui n’ont pas connu d’incident cette année, doivent contiaux mesures que nous adoptons de façon proacnuer à poser les questions difficiles et à mettre tive, pour assurer l’adhésion de nos employés et constamment au défi leur organisation de mainpour améliorer leur milieu de travail. tenir ce succès. Les efforts et les résultats varient toujours. Le défi consiste à assurer qu’ils varient Nous travaillons fort dans nos installations pour systématiquement dans la bonne direction. assurer non seulement le respect des normes par nos employés, mais aussi pour solliciter leurs QUELQUES PENSÉES À GARDER À efforts personnels, discrétionnaires, afin de L’ESPRIT : renforcer les comportements positifs, d’évaluer Dans quelle mesure nos employés s’engagentles risques, d’améliorer les conditions des instalils de façon créative et émotionnelle dans nos lations et de découvrir les faiblesses latentes de efforts de sécurité ? l’organisation (manque de formation, manque de procédures d’utilisation normalisées et de zones Combien nos employés pourraient-ils consacrer communes de sécurité, améliorations requises d’efforts additionnels à la sécurité, si nous réusdes procédés, etc.). C’est là qu’entrent en jeu sissions à solliciter efficacement leurs efforts notre « cœur au ventre » et notre persévérance. discrétionnaires ? <


Domtar > Ressources > T3 2013 > Page 21

Développement durable

Le Rapport sur la croissance durable 2012 souligne notre progrès

L

e Rapport sur la croissance durable 2012 de Domtar, publié à la fin juin, présente un état de l’An 1 du plan d’action 2020 de l’entreprise en matière de croissance durable.

Les participants aux ateliers de formation des bûcherons de Nekoosa ont pu se renseigner sur les insectes et sur les maladies de la forêt, ainsi que sur les enjeux associés à la qualité de l’eau.

Nekoosa > Ateliers de formation des bûcherons, pour la foresterie durable BOB PETERSON > Chef, Approvisionnement en bois Usine de Nekoosa

L’

usine de Nekoosa de Domtar est engagée dans la promotion de la foresterie durable au Wisconsin. Le développement d’activités de récolte du bois hautement qualifiées et professionnelles constitue une partie importante de cet engagement. En participant au programme de la Sustainable Forestry Initiative (SFI), que gère le Wisconsin SFI Implementation Committee (SIC), l’usine finance et prend part dans la région à plusieurs projets de sensibilisation des bûcherons à la foresterie durable. Et, grâce à la SIC, le Wisconsin bénéficie d’un programme très dynamique de formation des bûcherons. Dans un effort pour rendre la formation financièrement abordable, et à proximité du milieu de travail des bûcherons, l’usine de Nekoosa a commandité sur place, le 21 mai dernier, deux ateliers de formation des bûcherons. Plus de 50 d’entre eux ont participé à ces ateliers, pour lesquels le département des Ressources naturelles du Wisconsin assurait les présentations. L’atelier du matin, sur les « insectes et maladies de la forêt » traitait d’une grande variété d’insectes et de maladies qui affectent les forêts de la région. L’identification, le traitement et les

mesures préventives ont été analysées en détail. La présentation s’est conclue par un exercice d’identification du bombyx disparate (gypsy moth) et de la certification des bûcherons, une exigence réglementaire pour le déplacement, dans une période de temps limitée, de produits placés en quarantaine. En après-midi, l’atelier portait sur les « sujets chauds asociés à la qualité de l’eau » en relation avec les activités de récolte. Les exigences réglementaires, les meilleures pratiques et les enjeux relatifs à la qualité de l’eau que soulèvent les audits périodiques de meilleures pratiques de gestion de la qualité de l’eau ont été mis en lumière afin d’en identifier les impacts potentiels. Des manuels portant sur la mise à jour des meilleures pratiques de gestion de la qualité de l’eau ont été distribués, dans le cadre de la présentation. Depuis le début des formations offertes sur les meilleures pratiques volontaires de gestion de la qualité de l’eau, à la fin des années 1990, le nombre d’enjeux qui lui sont associés a diminué à des niveaux très bas, selon les suivis périodiques assurés par l’État. Joe Kies, acheteur principal, Approvisionnement en bois de l’usine de Nekoosa, a participé à ces efforts de suivis, en tant que représentant de l’ndustrie dans les équipes interdisciplinaires créées pour évaluer l’efficacité des meilleures pratiques volontaires de gestion relatives à la qualité de l’eau.  <

Les progrès sont évalués en fonction d’un cadre formé de 35 indicateurs clés de performance qui couvrent l’ensemble des efforts que nous déployons en matière de croissance durable. Accroître l’efficacité de la production, réduire l’empreinte écologique, promouvoir le développement des employés, améliorer la satisfaction des clients et contribuer plus efficacement aux communautés hôtes font partie de ces efforts. Le rapport présente une longue liste des réalisations de l’An 1. Mentionnons les meilleurs résultats jusqu’ici dans le volet de la santé et sécurité, une utilisation d’énergie renouvelable de près de 85 %, une réduction de l’intensité des émissions de gaz à effet de serre et des progrès en matière d’utilisation de fibres FSC®. Ajoutons également des innovations qui ont coupé quasiment de moitié ce qui a déjà été considéré comme des sous-produits ou des déchets et qui revêt maintenant une valeur économique grâce à une réutilisation bénéfique. Mentionnons finalement un engagement accru des employés envers les enjeux écologiques de l’entreprise et les liens profonds que nous entretenons avec les communautés locales.

« Qu’il s’agisse de fournir du papier qui sert à informer, à divertir et à nous relier, ou des produits de soins personnels qui confèrent dignité et qualité de vie aux familles, notre promesse de production responsable reste immuable », a souligné John D. Williams, président et chef de la direction. Pour consulter le Rapport, veuillez visiter www.domtar.com/croissance-durable. <


Page 22 > T3 2013 > Ressources > Domtar

Développement durable

Maison Domtar > Des ordinateurs à des organismes caritatifs GABY SERFATY > Sécurité SAP Maison Domtar

C

ette année encore, Domtar a su faire preuve d’engagement, tout en contribuant à la réutilisation et au recyclage de matériel électronique. La Maison Domtar a fait don de 200 ordinateurs, fonctionnels ou voués au recyclage, à quatre organismes de la région montréalaise. Les ordinateurs destinés au recyclage ont été offerts à Insertech, un organisme spécialisé dans ce type

d’activité, et respectueux des normes gouvernementales applicables, qui favorise la réinsertion sociale de plusieurs jeunes en leur donnant une expérience de travail. Quant aux ordinateurs fonctionnels, ils ont été attribués à :

> Organisation d’aide aux sans-emploi (ODAS-Montréal), dont la mission consiste à organiser des activités et à fournir un soutien aux personnes sans emploi ou prestataires de la sécurité du revenu, dans le Sud-Ouest et l’Ouest de l’Île de Montréal.

> Moisson Montréal, fondée en 1986 pour récupérer la nourriture des fournisseurs agroalimentaires, afin de la redistribuer à des organismes communautaires œuvrant à la sécurité alimentaire de personnes démunies;

> Maison de la Famille de Saint-François, qui aide depuis 2001 les familles en contribuant au développement des enfants et à l’épanouissement des parents; et,

Un bac de recyclage de matériel électronique a aussi été installé à l’entrée de la Maison Domtar – l’Électrobac – pour aider employés et visiteurs à détourner les déchets électroniques des dépotoirs, où ils représentent une menace pour l’environnement et pour la santé. Aucun appareil électronique n’est trop petit pour être recyclé, et aucun geste n’est trop petit pour participer au développement durable ! <

Windsor > Les Ambassadeurs EarthChoice plantent et distribuent des arbres ANDRÉ GRAVEL > Directeur de l’approvisionnement en fibres et responsable des Ambassadeurs EarthChoice Usine de Windsor

C

e printemps, des travaux de récolte ont été réalisés sur les propriétés forestières situées sur le site de l’usine de Windsor. En tout, 60 hectares de forêt ont été traités en 2013 selon différents traitements sylvicoles. Au cours des dernières années, les ingénieurs forestiers de Domtar avaient constaté que certaines espèces d’arbres étaient venues à maturité dans ce secteur. Un plan d’intervention a été planifié afin d’aménager la forêt et, par le fait même, récupérer le bois des autres espèces qui affichaient des signes de dépérissement, risquant de se renverser, de se rompre ou de mourir sur pied avant la prochaine récolte. Le secteur constitue aussi un bon habitat pour la faune. En conservant

des arbres à caractère faunique et en rajeunissant la forêt, la biodiversité du secteur sera maintenue. La plupart des traitements sylvicoles réalisés s’avèrent être des coupes sélectives qui ont peu d’impact visuel sur le paysage. La récolte par jardinage, traitement effectué sur plus de 90 % du territoire, consiste à récolter de 30 à 35 % du volume dans une forêt de feuillus. En protégeant les jeunes arbres lors de la récolte par jardinage, la forêt se régénérera naturellement et plus vigoureusement. Une coupe totale de 4 hectares a également été réalisée sur le terrain situé à l’entrée du chemin d’accès de l’usine. Ce terrain, qui présentait un faible potentiel forestier, a été valorisé avec une plantation de peupliers hybrides. À la suite des travaux de préparation du terrain, le reboisement de peupliers hybrides a été réalisé le 11 mai par un groupe de 80 étudiants et parents dans le cadre du

projet « Plantons de l’air pur », accompagné d’employés forestiers du Service de l’approvisionnement en fibres et d’Ambassadeurs EarthChoice de Windsor. Malgré la pluie, c’est pelle à la main que les participants ont travaillé d’arrache-pied pour atteindre l’objectif de la journée. En tout, 5 550 peupliers hybrides et épinettes ont été reboisés en une journée sur le site de Windsor. La plantation de ces arbres à croissance rapide permettra de rétablir plus vite le couvert forestier. Quelques jours plus tard, le 16 mai, des Ambassadeurs EarthChoice accompagnés de leurs collègues de l’Approvisionnement en fibres ont distribué quelque 500 arbres de différentes essences aux employés de l’usine. Ces deux activités auront permis de sensibiliser des jeunes, leurs parents et les employés à l’importance de la fibre… Pour les Ambassadeurs EarthChoice de Windsor, la forêt fait aussi partie de leur fibre. <


Domtar > Ressources > T3 2013 > Page 23

Développement durable

Hawesville > Les enseignants en apprennent sur la fabrication du papier RENEE MCBRAYER > Chef, Relations avec les employés Usine de Hawesville

L’

usine de Hawesville a reçu, le jeudi 21 mars dernier, un groupe de 16 représentants du programme Teachers in the Workplace. Ce programme est conçu pour familiariser les enseignants avec les industries de leur région, dans le but de mieux connaître les défis auxquels leurs étudiants seront exposés après leur graduation. Le programme a aussi pour objectif de sensibiliser ces enseignants aux attentes exprimées dans les installations de fabrication, à leurs procédés, et aux liens que l’on peut tisser entre les concepts appris à l’école et leurs applications dans le monde du travail. Une fois les enseignants regroupés et accueillis, le directeur général de l’usine de Hawesville, Steve Henry, a souhaité la bienvenue au groupe, avant de leur tracer un portrait de Domtar et de la riche histoire de l’usine, de ses produits ainsi que des applications associées aux sciences, au génie et à la fabrication que l’on retrouve dans le milieu de travail. Des membres de l’équipe de direction de l’usine, dont Byron Alvey, Richard Basham et Jon Miller, ont parlé du service de l’ingénierie ainsi que du rôle de l’ingénieur des procédés de fabrication à l’usine. Renee

McBrayer a présenté le Processus de sélection nowlin, et les membres de notre équipe d’usine ont parlé des qualités humaines recherchées chez les postulants. Le groupe a ensuite profité d’une visite des usines de pâte blanchie et de papier fin, en compagnie de Tom Holm, Casper Keller, Alex Beam et Deion Mucker, des guides aussi bien informés que divertissants. Les enseignants ont ainsi pu observer nos employés à l’œuvre afin de mieux saisir les caractéristiques de leur environnement de travail. Helen Mountjoy, de la Regional Alliance for Education, commanditaire de ce programme, nous a écrit à propos de cette visite : « Les participants, qui ont trouvé les présentateurs très efficaces, en sont ressortis convaincus d’avoir obtenu une perspective éclairée des compétences et des connaissances nécessaires pour réussir chez Domtar. Plusieurs ont souligné que l’information reçue des employeurs influencerait la façon dont ils préparent leurs étudiants au monde du travail. Et ils ont ADORÉ la visite. Vos guides étaient à la fois très renseignés et très agréables. Ils ont su répondre à toute une gamme de questions, nous ont présenté à plusieurs travailleurs, ont expliqué avec soin les procédés et fait de cette expérience un événement à la fois éducatif et très sympathique ! L’évaluation d’ensemble des

Les enseignants qui nous ont visités étaient enchantés de leur expérience à l’usine de Hawesville. participants à la visite chez Domtar est de 9,2 sur une échelle de 10 – ex-æquo avec la meilleure marque accordée pour l’année entière ! Merci infiniment de nous avoir accueillis et d’avoir été des hôtes si magnifiques. » L’usine de Hawesville était très fière de participer à cet événement, et nous espérons avoir de nouveau l’occasion de travailler avec la Regional Alliance for Education. Nous sommes persuadés qu’il s’agit d’un bon investissement dans l’avenir de notre usine, en préparant la main-d’œuvre aux défis uniques de la fabrication. <

Nekoosa > Fabriquer du papier, de l’usine à la classe GINNY JOHNSON > Adjointe administrative et coordonnatrice ISO Usine de Nekoosa

L

e 26 juin dernier, l’usine de Nekoosa de Domtar a apporté la fabrication du papier sur la route. En effet, l’école McKinley Summer School, de Stevens Point, avait invité Shane Adam, coordonnateur, Fabrication de la pâte, et Chris Adams, ingénieur de procédé principal et coordonnateur PSM, à parler de la fabrication du papier et à en faire la démonstration aux jeunes du Club d’étudiants K4.

Shane et Chris ont offert un survol très positif du secteur du papier, appuyé par des exemples bien concrets pour les 175 jeunes qui ont posé plusieurs questions sur le secteur du papier ainsi que sur l’usine de pâtes et papiers de Nekoosa. « Cette activité nous a permis d’offrir un excellent aperçu du secteur du papier aux jeunes et aux enseignants, a souligné Shane Adam. Ce fut une occasion en or de contribuer à l’enrichissement constant des relations communautaires de Domtar, tout en offrant un enseignement un peu particulier aux jeunes de nos communautés locales. » <

Shane Adam et Chris Adams discutent de fabrication du papier avec les étudiants d’été.


Page 24 > T3 2013 > Ressources > Domtar

Développement durable

Nekoosa > L’usine au rythme du Heavy Metal Bus Tour ! GINNY JOHNSON > Adjointe administrative et coordonnatrice ISO Usine de Nekoosa

D

epuis deux ans, l’usine de Nekoosa s’engage de plus en plus dans les activités communautaires et éducatives. Lorsque la Chambre de commerce du Cœur du Wisconsin a demandé à Domtar de participer au Heavy Metal Bus Tour, c’était acquis d’avance. Après avoir entendu les inquiétudes des manufacturiers locaux, à l’effet que les étudiants d’aujourd’hui ne connaissaient pas les possibilités de carrières offertes par le secteur manufacturier dans notre collectivité, la Chambre de commerce a fait un remue-méninges pour trouver des façons de sensibiliser les jeunes au fait que ces manufacturiers réputés auraient bientôt besoin de travailleurs pour combler des emplois de haute technologie, offrant une excellente qualité de vie. La Chambre de commerce a donc imaginé une initiative gagnant-gagnant : faire prendre la route aux étudiants des environs pour rencontrer les leaders manufacturiers et visiter leurs installations. Le Heavy Metal Bus Tour était né. L’usine a reçu 70 étudiants de 8e année des écoles avoisinantes le 8 mai dernier, en compagnie d’une invitée spéciale, la lieutenant-gouverneur du Wisconsin, Rebecca Kleefisch. Il s’agissait de la troisième édition de cette initiative, ayant permis au total à 115 étudiants d’en apprendre plus sur les manufacturiers des environs. L’usine

Windsor > Tragédie du Lac-Mégantic Un soutien bien personnel PROVIDENCE CLOUTIER > Conseillère principale aux communications Usine de Windsor

Rebecca Kleefisch, lieutenant-gouverneur du Wisconsin, a fait la visite en compagnie de Mark Bessette, directeur général de l’usine. de Nekoosa de Domtar a accueilli une nouvelle fois ce groupe le 8 octobre. « La passion des gens qui travaillent dans ces installations se communique bien aux étudiants, qui comprennent mieux quelles connaissances et quelles compétences leur seront nécessaires pour travailler ici », souligne Phil Harley, directeur, Développement des affaires, pour la Chambre de commerce. « Nekoosa croit fermement dans l’éducation de nos jeunes. Pour nous, il est important de leur montrer les carrières qui sont disponibles, pratiquement dans leur cour. Plus vite ils connaîtront cette possibilité, mieux ils pourront se préparer dans les choix qu’ils auront à faire à l’école secondaire », affirme Mark Bessette, directeur général de l’usine de Nekoosa.<

Karen Wallner, ingénieure, Génie de la couleur, a offert la visite guidée.

L

e 6 juillet dernier, un train transportant du pétrole brut explosait au centre-ville de LacMégantic, tuant des dizaines de personnes et détruisant une partie du centre-ville de la petite municipalité, située à 90 minutes de route de l’usine de Windsor. Certains de nos employés ont perdu des membres de leur famille, et ce fut également le cas de plusieurs de nos fournisseurs et clients liés à l’approvisionnement en fibres de cette région, affectés par la disparition de parents, d’amis ou d’employés. Devant cette catastrophe, l’usine de Windsor a tenu à témoigner son appui moral envers ses fournisseurs et clients en leur offrant le soutien d’un professionnel du programme d’aide aux employés afin d’organiser, s’ils le souhaitaient, des rencontres de groupe avec leurs employés. Tous ont apprécié ce geste. Parallèlement, la campagne en faveur de la Croix-Rouge menée auprès de tous nos employés a permis d’amasser 6 626 $, auxquels Domtar a ajouté un montant équivalent. C’est donc 13 252 $ que nous avons pu remettre au fonds Lac‑Mégantic de la Croix-Rouge canadienne. Merci à tous les donateurs. Nos pensées accompagnent toutes les personnes touchées par cet accident tragique. <


Domtar > Ressources > T3 2013 > Page 25

Communauté

MARLBORO > RENSEIGNER LES JEUNES SUR LE PAPIER ET LA CROISSANCE DURABLE ÉQUIPE DE L’APPROVISIONNEMENT EN BOIS > Usine de Marlboro

D

ans le cadre d’un programme annuel de sensibilisation, l’équipe de l’Approvisionnement en bois de l’usine de Marlboro et quatre stagiaires ont visité l’école Bennettsville Intermediate School, le 21 mai dernier, pour parler des produits forestiers et montrer comment l’on fabrique le papier. L’équipe fait de telles présentations auprès de différentes écoles et organisations depuis 16 ans maintenant. C’est ainsi que Ken Stuart, Joe DuBois, Scott Smearman, Matt Krawiec (tous de l’Approvisionnement en bois), Marshall Cooley, Chandler Thomas, Michael Bailey, et Drew Batten (stagiaires) ont rencontré les 150 écoliers formant six groupes de quatrième année. Les écoliers avaient droit à une présentation en classe des nombreux produits de consommation fabriqués à partir des arbres, apprenant ainsi pourquoi les arbres et les forêts nous sont tous si importants. À cette fin, nous utilisons des illus-

trations de produits d’usage quotidien, fournies par l’Association forestière de la Caroline du Nord dans le cadre de son programme de démonstration Goods from the Woods, les biens que l’on fabrique à partir de la forêt. Nous leur montrons aussi des copeaux de bois, servant à la fabrication du papier. Nous discutons ensuite avec la classe d’écologie, de faune, de foresterie durable, du cycle du carbone et de l’importance de la gestion forestière. Afin de souligner les importants bienfaits que nous retirons des arbres, des souvenirs sont ensuite offerts aux enseignants et aux écoliers, dont des boîtes Goods from the Woods, des crayons, des imprimés, ainsi qu’un lien vers le site Internet de l’Académie de la forêt de Domtar Chaque écolier a aussi l’occasion de vivre l’expérience pratique de la fabrication d’une feuille de papier. Après leur avoir expliqué et démontré les principes de base de la fabrication du papier, les écoliers peuvent utiliser de la pâte que l’on dissout avec de l’eau dans un mélangeur domestique. La pâte de papier liquide est ensuite versée sur un tamis, retirée et placée entre deux tamis plus fins avant d’être pressée pour en

extraire l’eau excédentaire. La feuille de pâte essorée est ensuite placée entre deux buvards, puis pressée de nouveau pour simuler le processus d’extraction finale de l’eau. Pour terminer, la feuille de papier humide est placée sur une table où chaque étudiant peut compléter son séchage au moyen d’un fer à repasser. Tout en fabriquant leur papier, les étudiants se voient rappeler l’importance de rester à l’école afin d’en apprendre le plus possible en mathématique, en science et en lecture, toutes des matières essentielles pour occuper un emploi dans le secteur de la fabrication du papier.  <

Windsor > Nouvelles coupes de cheveux pour une bonne cause PROVIDENCE CLOUTIER > Conseillère principale aux communications Usine de Windsor

L’

équipe Domtar de Windsor – composée de 14 employés (dont une étudiante) et du fils d’un employé – a procédé le 26 mai dernier à la tonsure obligatoire du Défi têtes rasées de Leucan afin d’amasser des fonds pour les enfants atteints de cancer. Grâce à leur générosité, et à celle de leurs proches, les employés de l’usine ont pu remettre 10 700 $ à la cause. Le défi que s’étaient lancé les initiateurs du projet, Jean-Claude Allaire, directeur des opérations, et Marc Frappier, président du syndicat, est vite devenu un grand élan de solidarité pour les enfants qui luttent contre le cancer. L’appel a été entendu et il témoigne de l’engagement de tous. Éric Ashby a également accepté de mettre sa tête à prix et c’est avec fierté qu’il est passé sous le rasoir avec ses collègues.

Le 26 mai, c’est sous les applaudissements de la foule nombreuse, dont plusieurs collègues qui s’étaient déplacés pour venir appuyer l’équipe, que nos valeureux volontaires ont adopté leur nouvelle coupe de cheveux. Au nom de tous les employés de Domtar, nous tenons à saluer l’engagement de Marc Frappier, Jean-Claude Allaire, Réjean Cloutier, Pascal

Avant rasage

Blanchette, Benoît Bernier, Alain Gaudreault, André Langlois, Antoine Zuchoski, Stéphane Vaillant, Michel Paquette, Pierre-Étienne Lamontagne, Éric Ashby, Stéphane Palin et son fils Karl et à la seule représentante féminine Pascale Larrivée-Vanier. Par votre geste, vous avez témoigné de façon tangible votre Engagement envers la cause. <

Nouvelles coupes de cheveux


Page 26 > T3 2013 > Ressources > Domtar

Communauté

Maison Domtar > À vélo pour la recherche sur le cancer NICHOLAS ESTRELA > Chef, Relations avec les investisseurs Maison Domtar

V

ingt et un cyclistes passionnés ont réuni leurs forces les 6 et 7 juillet dernier, sous l’égide de l’équipe Domtar, pour couvrir en deux jours les 230 km qui séparent Montréal de Québec afin de sensibiliser la population à la recherche sur le cancer. Ils relevaient ainsi Le cyclo-défi Enbridge contre le cancer, la plus grande activité de collecte de fonds à vélo, qui vient en appui à la recherche

sur le cancer et aux programmes de soins de l’Hôpital général juif de Montréal et de ses hôpitaux affiliés à travers la province. Cet événement annuel, qui se déroule également à Vancouver, Calgary et Toronto, ainsi qu’à Brisbane, en Australie, attire des milliers de participants. Il rassemble des survivants du cancer, des cyclistes qui s’entraînent pour l’événement et de nombreux supporteurs, réunis pour amasser des fonds. Cette cinquième édition de la randonnée Montréal - Québec a aidé à récolter 6,3 millions $,

dont plus de 90 000 $ provenant de l’équipe de Domtar. Le vert et le bleu étaient fièrement arborés dans cette mer de plus de 1 700 cyclistes, bravant kilomètres et chaleur pour cette bonne cause, chacun ayant une raison très personnelle et très convaincante de participer. L’équipe entend se réunir, et même en plus grand nombre, pour connaître une expérience encore meilleure l’an prochain. Une séance d’information devrait avoir lieu au début de 2014, à la Maison Domtar. Les personnes intéressées à participer peuvent aussi communiquer avec Anouk Bastien (x85058). <

Maison Domtar > Une 10e collecte de sang RICHARD DESCARRIES > Chef, Services de communication et Éditeur, Ressources Maison Domtar

Puisque chacun de ces dons permet d’aider jusqu’à quatre personnes, jusqu’à 2 936 patients ont ainsi pu recevoir des produits sanguins grâce à votre générosité.

oixante-cinq employés de la Maison Domtar ont donné de leur sang lors de la 10e collecte d’Héma-Québec, le 6 juin dernier.

Bravo à tous ceux et celles qui ont tendu leur bras pour faire un don de vie. Nous comptons sur votre générosité habituelle pour continuer cette belle tradition de la Maison Domtar, pendant au moins les 10 prochaines années ! <

Il est intéressant de noter, en ce 10e anniversaire, que pas moins de 734 dons de sang ont été récoltés par Héma-Québec depuis la première édition.

Michael Cross, vice-président, Information financière et conformité, lors de la collecte du 6 juin

S


Domtar > Ressources > T3 2013 > Page 27

Communauté

Attends > Un trekking pour Oxfam qui stimule le travail d’équipe BETH OLIVER > Marketing, Attends R.-U.

T

railtrekker est une randonnée, réalisée en équipes de quatre personnes, dans le parc national des Yorkshire Dales, au nord de l’Angleterre. Cette année, 350 équipes, dont les Attends Friends ont participé à cet événement organisé en faveur d’Oxfam, organisme auquel étaient dédiés les fonds amassés afin de venir en aide aux démunis. Déterminée à relever le défi, l’équipe Attends Friends était composée de Dean Feetham, directeur général, Attends R.-U.; Caitlin Smith, conseillère produit; Beth Oliver, Marketing R.-U., et de Zoe Bentley, chef, Entrepôt. Jane Smith, chef, Produit R.-U., et Grace Feetham composaient l’équipe de soutien, assurant le ravitaillement en aliments, en boissons et en encouragements à chacun des points de contrôle. Le tout a débuté à 9 h 00, le samedi 1er juin, alors que les 350 équipes se

L’équipe Attends Friends : Dean Feetham, Cate Smith, Beth Oliver et Zoe Bentley.

sont réunies à la ligne de départ de Skipton pour s’attaquer aux vallons des Yorkshire Dales. Malgré le soleil qui illuminait le parc national, l’équipe de quatre s’est transformée en équipe de trois alors que Zoe Bentley s’est vue contrainte de quitter au premier point de contrôle, pour des raisons de santé, après quatre heures de marche. Le parcours difficile exigeait une grande détermination et beaucoup de travail d’équipe. Après avoir marché, parlé, discuté – parfois vivement – et 11,5 heures passées dans des paysages enchanteurs, Beth Oliver et Cate Smith ont atteint le second point de contrôle, muscles très endoloris et ampoules aux pieds, recevant la médaille de bronze pour leur marche de 40 kilomètres (25 milles). À 3 h 30 du matin, après avoir marché pendant la nuit avec son équipe d’adoption, composée de membres de l’équipe de Volleyball d’Oxford provenant d’Italie, de Suisse, d’Espagne et d’Australie, Dean Feetham franchissait le troisième point de contrôle, accueilli par les autres membres de l’équipe et par l’équipe de soutien, avant de recevoir la médaille d’argent pour cette randonnée de 65 km (41 mi) réalisée en 18,5 heures. Bien que les membres de l’équipe Attends Friends aient terminé cette randonnée à différentes étapes du parcours, l’épreuve a demandé un énorme travail d’équipe pour soutenir le moral de tous et pour les encourager à poursuivre. Chacun en a retiré un merveilleux sentiment de réalisation personnelle... et Oxfam a pu récolter à ce jour 1 340 £. Un regain d’enthousiasme porte même l’équipe à penser à s’inscrire au Trailtrekker 2014 ! <

Marlboro > De la monnaie pour une bonne cause TAMMY GATHINGS > Chef, Formation et communications internes Usine de Marlboro

D

es tasses souvenirs du Relais pour la vie de l’American Cancer Society ont été distribuées en avril dernier aux employés de l’usine de Marlboro. Ils étaient par la même occasion invités à amasser leur monnaie pour les événements « Videz votre tasse », prévus en mai. Chaque sous récolté irait au Relais pour la vie de l’American Cancer Society du comté de Marlboro. Les 3 et 17 mai, les membres du comité de planification des activités ont accueilli les employés lorsqu’ils franchissaient l’entrée principale de l’usine. Les uns après les autres, ils vidaient leur tasse de monnaie, contenant parfois des dollars et des chèques aussi. Le 3 mai, le contenu des tasses des employés totalisait 997 $... et ils ont relevé le défi de doubler ce montant le 17 mai, en donnant 2 243 $. Le don total de l’usine de Marlboro au Relais pour la vie du comté de Marlboro, incluant plus de 3 000 $ provenant des deux événements « Videz votre tasse », s’est élevé à 9 279,68 $. L’usine fut ainsi reconnue en 2013 comme le meilleur commanditaire et la meilleure équipe de levée de fonds au Relais pour la vie du comté de Marlboro. <

De gauche à droite : Chinel Boateng, directrice communautaire, division Atlantique-Sud, American Cancer Society, en compagnie de représentants de l’usine, Angie Adams, technicienne administrative; Sandy Donaldson, acheteuse, et Bernie Stewart, Projets spéciaux, Fiabilité


Page 28 > T3 2013 > Ressources > Domtar

Community

KINGSPORT > EXPOSITION DE VOITURES « VERTES » KELLI BEILHARZ > Relations administratives, Usine de Kingsport

L

es Ambassadeurs EarthChoice du centre des exploitations de Fort Mill avaient organisé un événement Voitures vertes en octobre 2012, afin de permettre à leurs collègues de faire l’essai d’une Ford C-Max hybride et d’une Ford Focus électrique. Inspirés par cette idée, les Ambassadeurs EarthChoice de Kingsport ont décidé d’aller encore plus loin. C’est ainsi que l’usine de Kingsport, à titre de commanditaire principal, s’est associée à la Chambre de commerce de Kingsport et à l’association Keep Kingsport Beautiful pour tenir la toute première exposition de voitures « vertes », le 30 mai dernier, au Kingsport Farmers Market. La Green Drive Auto Expo, dont l’usine de Kingsport était l’hôte, présentait toute une gamme de voitures hybrides, électriques ou à très faible consommation d’essence, provenant de neuf détaillants d’automobiles locaux.

D’autres entreprises participaient également à l’exposition, dont des institutions financières locales, du East Tennessee Clean Fuel Coalition, le département de l’Environnement et de la Conservation du Tennessee, ainsi que la ville de Kingsport qui présentait ses véhicules alimentés en carburants alternatifs. L’exposition avait également ses commanditaires média : ABC TV-19 WKPT et 98.5 WTFM. L’événement a attiré environ 300 personnes. Les 3 000 $ récoltés auprès des exposants ont été remis à l’organisme Keep Kingsport Beautiful pour financer ses efforts d’embellissement de la ville. Chaque participant recevait gratuitement une rame de papier Domtar EarthChoice. Et, bien évidemment, les Ambassadeurs EarthChoice, plusieurs autres employés de l’usine et Todd Kirsch, directeur de comptes pour les papiers d’impression commerciale, étaient disponibles pour répondre aux questions des visiteurs. <

Kingsport > Engagés envers la collectivité KELLI BEILHARZ > Relations administratives Usine de Kingsport

D

ans le cadre de la semaine d’engagement communautaire Week of Caring de United Way/Centraide, les bénévoles de l’usine de Kingsport ont consacré leur Journée de l’engagement, le 19 juin, à deux projets différents. Le premier consistait à donner une couche de peinture fraîche au Lee Family Learning Center, un organisme offrant des programmes d’alphabétisation, du tutorat individuel, des programmes parascolaires, des cours sur le soin des enfants et sur l’alimentation, ainsi que des services conseils relatifs à l’éducation et aux choix de carrière. Le second a permis de faire un grand ménage et du travail de bureau chez CASA for Kids, organisme de défense des droits des jeunes ayant souffert de négligence ou d’abus, référés par le tribunal pour les enfants. David Hobbs, ingénieur de projet à l’usine de Kingsport et président de la campagne United Way, a organisé cet événement et recruté les bénévoles de l’usine. Au total, 24 personnes se sont portées volontaires pour la Journée de l’engagement, autant des stagiaires que des employés et des membres de leur famille.

Les deux projets ont connu un grand succès et mérité la gratitude des organismes choisis. Dans une lettre de remerciement à Domtar, le Lee Family Learning Center soulignait : « Les résidents et les enfants adorent les nouvelles couleurs de notre salle communautaire. Ce projet a contribué à rehausser le moral dans notre collectivité. Ce fut une véritable Journée de l’engagement. » <


Domtar > Ressources > T3 2013 > Page 29

Community

DuBois > Domtar commandite une collecte de fonds pour l’Institut de cardiologie JODIE SMITH > Planificatrice Centre de façonnage et de distribution de DuBois

L

e centre de façonnage de DuBois, de concert avec d’autres commanditaires locaux, était heureux de présenter le 2e concert annuel « Rockin for Little Hearts » le 6 mai dernier, en faveur de l’Institut de cardiologie de l’Hôpital pour enfants de Pittsburgh.

DOMTAR A FAIT UN DON DE 10 000 $ POUR SOUTENIR CETTE CAUSE.

Domtar a accepté de commanditer l’événement à l’invitation de Cindy Gradowski, mère d’un jeune garçon ayant subi une opération à cœur ouvert au centre de cardiologie. Elle a également fait appel à Brett Michaels, musicien bien connu et personnalité de la téléréalité, qui a déjà été soigné pour le même problème cardiaque que son fils, Ethan.

DuBois, le 27 mai, Kip Jones, directeur d’usine, et Ashley Blessel, adjointe administrative, pour remettre le chèque aux représentants de l’hôpital. En incluant la contribution de Domtar, 111 647 $ ont été amassés pour l’Institut de cardiologie. <

Grâce aux grands efforts de Cindy Gradowski, des bénévoles de Domtar et de la collectivité de DuBois, le concert offert gratuitement par Brett Michaels s’est tenu à guichets fermés au Treasure Lake Ski Lodge de DuBois. Domtar a fait un don de 10 000 $ pour soutenir cette cause. C’est ainsi que Cindy Gradowski est venue rejoindre au centre de façonnage de

De gauche à droite : Mary Varacallo, Kip Jones, Ashley Blessel, Cindy Gradowski et Susan Salyards

Port Huron > Un char allégorique WALL-E pour encourager le recyclage TONY BAILEY > Technicien de réseau Usine de Port Huron

L

e 17 juillet dernier, l’usine de Port Huron a pris part à la parade de la Journée internationale Rotary, lançant la semaine des courses de bateaux Port Huron – Mackinac. La parade avait pour thème les personnages de Disney, c’est pourquoi nous avons choisi de construire un char allégorique inspiré du robot WALL-E. L’usine de Port Huron voyait dans WALL-E un bon ambassadeur pour promouvoir le recyclage, un élément essentiel du développement durable. Après tout le nom du robot n’est-il pas l’acronyme de Waste Allocator Load Lifter - Earth Class, ou « élévateur de charge, de catégorie terrienne, servant à l’allocation des déchets ». Nos participants ont distribué pas moins de 48 kilos (106 lb) de bonbons le long du circuit, tous emballés dans des papiers fabriqués à l’usine de Port Huron, ainsi que des signets à l’effigie de la campagne pourquoi le papier ? de Domtar. Le char allégorique mettait également en évidence cette campagne, ainsi que le site Internet de l’Académie de la forêt. Il était si spectaculaire qu’il est paru dans le Times Herald, notre journal local.

Nous avions aussi une vedette locale à bord de notre char allégorique, Emily Torres, qui a chanté quelques-unes des chansons tirées du film WALL-E. On se souviendra qu’elle a placé sur YouTube une vidéo invitant le chanteur Bruno Mars à son bal de graduation. Même s’il n’était pas disponible pour l’événement, il n’en a pas moins dansé avec

elle à l’émission d’Ellen DeGeneres, qui les avait invités tous les deux. Emily a aussi reçu une robe Gucci pour son bal, qu’elle a ensuite vendue sur eBay pour en donner tous les profits à Collin Vani, un étudiant de niveau secondaire de Port Huron souffrant d’un sarcome à cellules claires. Merci aux employés et à leur famille qui ont consacré plusieurs heures à la conception et à la construction de ce merveilleux char allégorique. <


Page 30 > T3 2013 > Ressources > Domtar

Des gens, des événements

Mike Edwards : 50 ans dans le DuBois > Domtar bien en vue secteur du papier ! THOMAS HOWARD > Vice-président, Relations gouvernementales Centre des exploitations de Fort Mill

P

arents, amis et collègues se sont réunis à Fort Mill le 27 juin pour honorer Mike Edwards, alors qu’il tirait sa révérence chez Domtar, après une carrière très réussie d’un demi-siècle dans le secteur des pâtes et papiers. Des participants sont venus d’aussi loin que de son Écosse natale pour célébrer, et aussi participer au « bien-cuit » de celui qui, au moment de prendre sa retraite, était premier vice-président, Fabrication des pâtes et papiers.

Les convives ont pu goûter à un porc rôti à la mode du Sud, préparé par Marty Barfield, chef, Chaîne de fabrication de pâte, énergie et récupération, et par Larry Warren, chef, Façonnage. Le maître de cérémonie, Jack Bray, vice-président de groupe, Fabrication des pâtes et papiers, a fait la présentation de John D. Williams, notre président et chef de la direction, qui a vanté les nombreuses contributions de Mike Edwards envers Domtar, et notamment le fait de l’avoir guidée vers une performance de calibre mondial en santé-sécurité. La soirée a été ponctuée de rires, de bonnes histoires et de marques de reconnaissance sincères pour cette personne qui, malgré sa petite taille, a tout d’un grand homme. <

JODIE SMITH > Planificatrice, Centre de façonnage et de distribution de DuBois

L

es employés du centre de façonnage de DuBois ont participé en nombre à la Parade des pompiers dans le cadre des Journées communautaires de DuBois. Des bénévoles se sont réunis pour construire un char allégorique, affichant fièrement les messages de notre campagne pourquoi le papier ? Plus de 40 employés de Domtar et des membres de leur famille ont accompagné le char allégorique tout au long de la parade, distribuant des rames de papier portant le sceau du site Internet de Domtar. Leur participation fut un grand succès Ce fut une autre excellente journée pour Domtar, où nous avons pu affirmer notre engagement envers la collectivité tout en nous amusant ! <

Le char allégorique de Domtar entouré de participants enthousiastes

Port Huron > Célébrer la longévité > 1916 – Le nom de l’entreprise change pour Port CRAIG TIMM > Chef, Affaires publiques régionales

D

omtar a souligné les 125 années de fabrication de papier à l’usine de Port Huron le 22 juin dernier. Les 250 employés de l’usine ont ouvert les portes des installations à leur famille, aux dignitaires et à de nombreux autres invités. Et tout le monde a grandement apprécié !

UN PEU D’HISTOIRE :

> 1888 – L’entreprise est fondée sous le nom de Michigan Sulphite Fiber Company. L’effectif d’origine, une centaine de travailleurs émigrés d’Allemagne et de Hongrie, fabrique du papier d’emballage.

Huron Sulphite and Paper Company, fabriquant de la pâte écrue, des papiers minces finis et des papiers d’emballage pour médicaments. > 1938 – Le nombre de machines est porté à cinq, qui fabriquent des papiers cirés. > 1964 – Il y a maintenant six machines, et l’entreprise prend le nom de Port Huron Paper Company. > 1983 – L’usine est acquise par Pentair Corporation qui y investit 20 millions $. > 1987 – Acquisition par E.B. Eddy Paper, Inc. > 1988 - E.B. Eddy Forest Products Ltd., incluant l’usine de Port Huron, est à son tour acquise par Domtar. > 2007 - Domtar et les activités de papiers fins de Weyerhaeuser sont combinées pour former le plus important fabricant nord-américain de papier fin non couché. > 2013 – L’usine célèbre son 125e anniversaire.

 <

Les visiteurs ont apprécié de voir nos installations.


Domtar > Ressources > T3 2013 > Page 31

Des gens, des événements

Rothschild > Nettoyage de la rivière Wisconsin BECKY COUSHMAN > Adjointe administrative – Ingénierie et entretien Usine de Rothschild

LISA SIMCHICK > Adjointe administrative exécutive Usine de Johnsonburg

L

e 10 mai dernier, les employés de Domtar et près de 250 écoliers de la fin du primaire et du secondaire ont participé au 13e projet annuel de nettoyage de la rivière Wisconsin. Cet événement vise à embellir la rivière Wisconsin dans les environs du lac Wausau, et à inspirer les écoliers à se sentir responsables de la préservation et de la propreté des ressources naturelles. Car l’événement permet aux écoliers de prendre réellement conscience de la négligence dont certaines personnes de la communauté peuvent faire preuve. À chaque année, entre 2,5 et 4 tonnes de déchets et de métaux divers sont récoltés. Barils d’huile, pneus, cuvettes de

L Rick Parkin, Dave Clairmore, Gary LaPorte, Mike Rolnecki, Tim Oelke, Jim Clairmore, Pat Pergolski, Becky Coushman, Aimee Gennrich, Sherri Selting, Julie Eron, Chuck Gierczak, Jenny Felch et Loni Resch; absents de la photo : Warren et Celena Netzow, Joni Filipiak toilette, téléviseurs, bardeaux, micro-ondes, un moteur de voiture et même un sac à main (donné à la police qui l’a rendu à sa propriétaire) voilà quelques-uns des éléments qui ont été trouvés et ramassés.  <

Rothschild > Une visite fort appréciée TERRY CHARLES > Chef, environnement, santé et sécurité Usine de Rothschild

N

otre représentante au parlement de l’État du Wisconsin, Mandy Wright, a profité de l’arrêt des délibérations pour visiter l’usine de Rothschild. Mme Wright, qui était enseignante avant son élection à ce premier mandat, représente le 85e district en plus de siéger à quatre comités de l’assemblée : Petites entreprises, Éducation, Agriculture et Protection des consommateurs. La représentante Wright s’intéresse au succès de Domtar, en tant qu’important employeur dans le village de Rothschild, situé dans son district. Elle intervient activement en faveur de la création d’emploi et des écoles publiques, deux éléments importants pour le succès continu de notre usine. Elle habite la région et sa famille entretient depuis fort longtemps des liens avec l’usine de Rothschild dont l’histoire remonte à plus de 100 ans. En tant qu’ancienne enseignante, elle a

Johnsonburg > Première bourse commémorative annuelle Thomas C. Detwiler

d’ailleurs apprécié recevoir une copie de notre publication intitulée D.C. Everest to Domtar, a Century of Tradition, relatant l’histoire de notre usine au cours de son premier siècle. Après la visite complète de l’usine, nous avons eu le temps de discuter avec elle de nos projets d’avenir et des enjeux auxquels notre secteur d’activité et l’usine font face. L’enthousiasme et l’intérêt véritable que notre nouvelle parlementaire a témoignés envers notre avenir ont été très bien reçus et grandement appréciés. <

La représentante Mandy Wright à gauche et Kathy Collins, chef, Environnement, santé et sécurité

a toute première bourse commémorative annuelle Thomas C. Detwiler a été remise à David Redmond, lors de la collation des grades 2013 des finissants de la Johnsonburg Area High School. David, fils de Dave Redmond, mécanicien d’entretien à l’usine, étudiera en génie civil à l’Université d’État Dave Redmond de la Pennsylvanie. Cette bourse honore la mémoire de Tom Detwiler, vice-président et directeur de l’usine de Johnsonburg, qui a perdu le 20 mai 2012 son combat de près de six ans contre le cancer. Le comité de sélection a étudié les candidatures d’étudiants en science ayant une moyenne supérieure à 3,5 et actifs dans au moins une activité parascolaire, de préférence associée à la musique. Tom Detwiler a été un leader engagé et passionné pendant les 38 années passées à l’usine. Sa sagesse et son travail incessant ont marqué profondément tous ceux qui l’on connu au cours de sa carrière exceptionnelle. Son amour des sciences, de la nature et du plein air, allant de pair avec sa passion pour sa famille et pour la musique, font partie de l’héritage que Domtar veut perpétuer, en offrant cette bourse au nom de sa famille.  <

Kathy Detwiler, veuve de Tom, David Redmond et Bob Paladino, directeur de l’usine de papier et président de la commissions scolaire


L’Halloween, c’est plus que des bonbons. L’Halloween est un moment très amusant pour les enfants et pour les familles. C’est aussi un moment où l’on doit être attentifs à la sécurité et vigilants. Parlez sécurité dès aujourd’hui avec vos enfants, enseignez-leur à se demander : « Est-ce sécuritaire ? » Assurez-vous qu’ils choisissent un costume approprié et, s’ils ont moins de 12 ans, prévoyez les accompagner. Si vous conduisez le 30 octobre, redoublez de prudence. À l’Halloween, amusez-vous en toute sécurité !


Fra ressources t3 2013