__MAIN_TEXT__

Page 1

dKLIKK

LIFESTYLE MODE EVASION DECORATION ART DESIGN FOOD …

14#

01/022016

©Was Jeans

Le meilleur pour la faim ET SI ON CHANGEAIT NOTRE ALIMENTATION ?

découverte

COLLINE HILL

MONS

happy

VALENTINE

EN ROUTE POUR LE FIFA MONS 2015… ET APRÈS ? DANS L'ATELIER DE GAELLE SOUFLET VISITE À LA MAISON DU DESIGN


EDITO

Et si en 2016 on décidait de voir le monde autrement ? Fin 2015, j'ai fait la connaissance d'un philosophe. Au fil de nos conversations, j'ai appris qu'il aimerait faire un blog ne comprenant que des Good News, réelles ou imaginaires. Quelle belle idée ! Parler du côté blanc plutôt que de la face noire. Mélanie Laurent et Cyril Dion l'ont bien compris. Avec le film "Demain" (si vous ne l'avez pas encore vu, foncez !), ils nous racontent, au travers leur film documentaire, une histoire qui fait du bien en prenant le parti pris de nous présenter les pionniers qui réinventent l'éducation, l'agriculture, l'énergie, l'économie, la démocratie pour nous montrer ce que pourrait être le monde de demain d'une manière positive. Des "Good news", nous en avons aussi. Au moment où nous clôturons notre édition, nous découvrons que Médor (voir page 7) vient de recevoir le trophée "Caractère d'Or de la nouveauté belge", prix que l'Association des distributeurs de presse indépendants n'a plus attribué depuis 15 ans. On apprend aussi que l'album "Skimmed" de Colline Hill (voir page 18) remporte le prix du disque de "Le Télégramme", victoire qu'elle dédie à son public. Nous sommes "happy" ! 2016 commence bien. Avec de bonnes nouvelles, de l'amour, des rencontres, une balade à Mons, des expositions incontournables et pour finir, des résolutions alimentaires bénéfiques à notre santé et notre planète.

Photo de couverture, Was Jeans www.styleinmotion.be

CONTRIBUTORS

ANCAT - ARLETTE - CHRISTINE - DOROTHÉE INGRID - MARJORIE - MAXIME - MIRELLA


SOMMAIRE 7

L'OBJET

8

NEWS

What's Up ?

16

12

MUSIQUE

AGENDA pour fl창ner et se cultiver

14

EXPO

Bettina Rheims

Colline Hill


24 ST VALENTIN Idées cadeaux

30

27

42

BALA

LES HUMEURS

QU'EST-CE QU'ON FAIT

de Mimi : WC & employés

le 14.02

40

au has des ru

MONS 2015-2016

32

CINEMA Tous au FIFA

34 ARCHITECTURE MICX, pour l'amour d'un lieu

dKLIKK est un magazine bimestriel gratuit et édité par dKLIKK. dKLIKK tente d’assurer l’exactitude de toute information contenue sur le site, mais n’accepte aucune responsabilité pour des fautes ou omissions éventuelles. dKLIKK ne saurait être tenu responsable d’actions que vous entreprendriez en vous fondant sur les informations fournies sur le site. Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit des pages ou images publiées dans la présente sans accord préalable constitue une contrefaçon. Cette édition comprend des liens vers des sites web, des boutiques en ligne, des catalogues. Ces liens sont purement informatifs et l’éditeur n’est pas responsable du contenu de ces sites et de l’usage qui pourrait en être fait.


2

64 ALIMENTATION Tout commence par le caddie

60

LE MEILLEUR POUR LA FAIM

44

MONS

3 incontournables

ADE

sard ues

52

48

ECHOS de Mons

50

DANS L'ATELIER

Rencontre avec Leyla Fagnoul

VISITE à la Maison du Design

de Gaëlle Souflet

56

DESIGN

Michael Young loves aluminium

Contact : dklikk@gmail.com Contact press : ingrid@dklikk.be Contact pub : dklikk@gmail.com Suivez nous sur www.dklikk.be


MODE D’EMPLOI En un clic, vous pouvez…

Visualiser des vidéos, Consulter le catalogue des diaporamas… d’un créateur, d’une marque…

Faire du shopping depuis votre salon.

dK & commenter, diffuser


L’OBJET MÉDOR L'année 2015 s'est bien terminée avec la découverte de Médor. Qu'est-ce que Médor ? Un chien à 3 pattes ? Non ! Médor c'est un magazine d'informations où l'on retrouve récits, enquêtes, histoires, le tout, bien belge et derrière les différents récits, des journalistes qui prennent le temps de mener l'enquête. Les articles sont interpellants, drôles, parfois touchants mais toujours intelligents avec de belles respirations. Média libre, indépendant et transparent, Médor veut un salaire juste pour tous les intervenants, ce qui justifie son prix - 17 € - que certains pourraient trouver exagéré mais qui permet un salaire décent pour un journalisme de fond. Nous avons rencontré deux membres de Médor à la librairie Graffiti à Waterloo. Les entendre parler de leur projet a été très enrichissant. Alors en 2016, on lit Médor les yeux grands ouverts. Le petit plus, on peut jouer un rôle actif dans l'aventure en devenant coopérateur et devenir un "patron de presse du futur" adhérant à la philosophie d'un média éthique et différent. https://medor.coop/fr/


dklikk#8

NEWS

DE LA MAILLE 100% BELGE

WHAT’S UP ? OÙ VA-T-ON POUR SHOPPER DE LA BELLE DÉCO EN LIGNE ? La jolie petite boutique Rose Tendre située à deux pas du Sablon a lancé sa boutique en ligne. On y retrouve, entre autres, les luminaires Tiffany, la porcelaine du Japon mais aussi une foule d’idées déco… Si vous ne savez pas vous rendre à la jolie boutique, elle vient désormais à vous. www.rosetendredecoration.be

Nålebinding - qui signifie tricot en viking - est la toute jeune marque belge de textile créée par Marie Herlin, designer textile & maille. Passionnée par le textile et le monde de l’art moderne et contemporain, le travail de Marie mélange l’aléatoire et un contrôle précis, ce qui rend chaque pièce industrielle unique. Un travail de la maille naturelle qui associe l’image de Nalebinding à des matières de grande qualité et à une fabrication 100% « Made in Belgium ». www.nalebinding.be


dklikk#9

NEWS

LA PETITE NOUVELLE QUE TOUS LES GOURMANDS VONT ADOPTER ! Elle s'appelle Eugénie Bonbec et est née, d'une maman gourmande et d'un papa dentiste. Catherine Fournaux du "Petit Grand Bazar" nous en avait parlé il y a quelques mois - Eh oui, chez dKLIKK on sait tenir notre langue - et les voici enfin, les chiques, comme on dit à Liège, qui viennent des meilleurs artisans de la planète pour nous offrir des saveurs rétro pop aux couleurs fleuries, fruitées et acidulées. Et comme le dit si bien Eugénie "ça colle aux dents mais il n'y a que de bonnes choses dedans !". Réglisse, sucre d'orge, dragée de Coquelicot… et le vrai Roudoudou, vous savez, cette confiserie en sucre cuit parfumé, coulée dans un véritable coquillage. Pas de doute, nous on fonce à Chênée ! Les bonbons Eugénie Bonbec en vente au Petit Grand Bazar Rue de la coopération 37 à Chênée On file suivre les aventures d'Eugénie Bonbec sur sa page facebook

POUR CONTRER TOUS LES PETITS BOBOS DU QUOTIDIEN Nous avons craqué pour le coffret en bois "Pranabox" de chez Pranarôm qui contient 3 huiles essentielles à avoir dans sa pharmacie : le basilic exotique, le lavandin super et le ravintsara pour contrer tous les petits maux, de l'acné aux ballonnements en passant par les maux de gorge, les rhinopharyngites et sinusites de saison. Elle contient en plus un petit livret explicatif pour savoir comment les utiliser, pourquoi et en quelles doses. Bref, cette mini aromathèque est un incontournable dans l'armoire à pharmacie et vous pourrez la compléter ave deux huiles essentielles de votre choix. www.pranarom.com

dK


dklikk#10

NEWS

POUR LES TÊTES EN L'AIR…

Les Parlantes - Du 7 au 13 mars 2016

Vous est-il déjà arrivé de ne plus savoir où vous avez mis votre portefeuille ou alors vous demander où votre chat se cache ? Wistiki, une start-up parisienne, veut vous éviter ce sentiment de stress avec ses bijoux connectés – des trackers pratiques, élégants avec formes intuitives : le voilà!, qui s’attache aux clés, le aha! qu’on accroche autour du collier de son animal de compagnie et le hopla! à glisser dans le portefeuille – Leurs formes différentes s’adaptent également à tous les objets que vous ne voulez plus perdre ! La nouvelle collection 2016 a été réalisée en collaboration avec le célèbre designer Philippe Starck. Un design intelligent et une fabrication 100% made in France.

Retrouvez l'ensemble du programme sur www.lesparlantes.be

www.wistiki.com

AU BONHEUR DES MOTS Différentes voix, différents textes, différents lieux… Le festival des Parlantes de Liège nous revient pour la 4e édition. Tous les Liégeois savent que les Parlantes propose des lectures toute l'année avec, comme point d'orgue, le festival annuel au mois de mars brassant des lectures et des mises en voix de textes variés pour tous les publics, des plus novices aux plus avertis, aux quatre coins de la ville. Du roman au slam, de la poésie au conte, de la chanson francophone à la nouvelle… Des textes bigarrés, incarnés par des voix et des sensibilités multiples dont Richard Bohringer, Laurence Bibot, Viktor Lazlo, Patrick Delperdange, Edmond Blattchen… pour ne citer qu'eux. Une semaine pour voyager immobile, vibrer, rêver, s'émouvoir, rire, réfléchir, s'émerveiller… On va se régaler d'histoires.


UN FRIGO HAUT EN COULEURS Vous connaissiez le Smeg dans sa version FAB Jeans, le doré, le FAB Union Jack. Aujourd'hui c'est Mondrian qui inspire Smeg et donne naissance au FAB Multicolore, vêtu d'un décor abstrait et d'une géométrie de lignes orthogonales noires, avec un fond de couleurs riches et fortes alternées de blanc. www.smeg.fr

LES PRODUITS DEEP NATURE AU SPA, COMME À LA MAISON. Ils sont arrivés avec les premières neiges et sont désormais disponibles dans tous les Spas du groupe Deep Nature et sur la boutique en ligne. Soins signature, huiles de massage et de soin, bougie, eau de maison, gel douche, lait corps, tisanes… La gamme est composée exclusivement à base d'ingrédients d'origine naturelle. À la rédac nous sommes contentes, car nous avions complètement craqué sur la tisane deep detox que l'on avait goûtée lors de notre visite au Spa Deep Nature de Tour & Taxi et maintenant en un seul clic, elle pourra être livrée au bureau. www.deepnature.fr

dklikk#11

NEWS


AGENDA

SENEFFE

© Pascal Tassini

"DETOURNEMENTS" LA 3e TRIENNALE D'ART HORS NORMES La 3e Triennale d’Art Hors Normes vous invite à découvrir des réalisations qui, par leur procédé de création ou leur thème, amènent à réfléchir sur le statut de l’oeuvre, celui de l’artiste, sur leur place dans des collections ou musées et, plus généralement, dans notre société contemporaine. Pour Coline De Reymaeker, commissaire d’exposition de cette édition, le terme « hors norme » est certainement à remettre en question quand il s’agit d’art. La création, quelle qu’elle soit et en tout domaine, est par définition sinon par essence même, « hors normes ». « Pourquoi stigmatiser les créateurs alors que le résultat ne nous permet pas de différencier la création contemporaine de l’art brut, art des fous ou que sais-je? ». La valorisation d’une oeuvre serait-elle redevable de la condition sociale, mentale ou psychologique de l’artiste ? S’immerger dans Détournements va, assurément, affiner votre positionnement. Du 04.02.16 > 06.03.16 Orangerie du Château de Seneffe Rue Lucien Plasman 7/9 à 7180 Seneffe www.inclusion-asbl.be


PARIS

BRUXELLES

LIEGE

© Fred Bervoets

Re Rag Rug. À partir de chutes de l'industrie textile, deux designers suédoises ont créé à la main 12 tapis, pendant 12 mois, utilisant 12 techniques d'artisanat différentes. Une réflexion sur la valeur de l'objet et sur l'importance du design dans la fabrication et dans le processus de recyclage. L'exposition présente les 12 prototypes conçus par Katarina Brieditis et Katarina Evans et invite à réfléchir aux modes de consommation actuels et à la viabilité de la production industrielle. À quel moment un objet recyclé prend-il une valeur marchande ? Quelle valeur ajoutée représente le design ? Que se passera-t-il quand "l'esthétique Do-It-Yourself", actuellement tendance, sera passée de mode ? > 11.04.2016 Institut suédois 11, rue Payenne 75003 Paris www.institutsuedois.fr

RENÉ FOLLET OU LE GOÛT DE L'AVENTURE Resté dans l'ombre mais ayant marqué de son empreinte l'univers de l'illustration, René Follet est un illustrateur réaliste belge né en 1931. Encore peu connu du grand public, il est un dessinateur très respecté dans le milieu de la BD et est considéré comme une référence pour ses pairs. Il a notamment travaillé pour les magazines Tintin et Spirou mais aussi pour les aventures de Bob Morane. Pour la première fois en Belgique, plus de 120 dessins, exposés au Centre d'Art de Rouge-Cloître, seront une occasion de parcourir l'univers exceptionnel de cet artiste. Amoureux de la BD, cette exposition est à ne pas manquer. Du 19.02 > 17.07. Rue du Rouge-Cloître 4 1160 Bruxelles www.rouge-cloitre.be

DE PROFIL ET DE FACE L'exposition présentera une sélection de la collection de la Smart "Portraits d'artistes". Née de l'interrogation "Comment faire connaître Smart dans le secteur des arts plastiques - souvent isolé - pour soutenir les plasticiens dans leur démarche ?" La collection a été créée en 2008 et est limitée aux artistes vivants ou ayant vécus en Europe. Sous le commissariat conjoint d'Anne-Françoise Lesuisse et Judith Verhoeven, l'exposition revisite ces portraits d'artistes à travers un double regard : intérieur et extérieur. Nous pourrons y voir entre autres des oeuvres d'Hélène Amouzou, Stephan Balleux, Fred Bervoets, Frank Maieu, Fabrice Neaud pour ne nommer qu'eux. Du 05.02 > 10.04.16 Chiroux Place des Carmes 8 4000 Liège http://www.chiroux.be

dklikkAGENDA#13

A VOIR


Close up of Karolina Kurkovå. December 2001. Paris. Š Bettina Rheims


BETTINA RHEIMS

La femme, dans tous ses états La femme est le sujet de prédilection de Bettina Rheims. Inconnues ou célèbres, elle les magnifie. Ses femmes sont fortes, sensuelles et vulnérables à la fois. On le doit à son approche et à son style, très personnel. Une image de Bettina Rheims est reconnaissable entre mille. La Maison Européenne de la Photographie, qui entretient depuis toujours des liens intimes avec Bettina Rheims, nous propose une exposition. Un itinéraire à travers quarante ans de photographie avec comme fil rouge… la femme.


D

es premières images aux travaux personnels les plus récents, l'exposition, pensée comme un cheminement, mêle les séries légendaires, les photographies iconiques et certains travaux plus confidentiels ou qui n'ont encore jamais été montrés en France. Le fil rouge de l'exposition est la femme. De fait, le parcours s'attache à mettre en lumière les obsessions de Bettina Rheims autour de son sujet de prédilection : la femme dans tous ses états. La féminité, questionnée, exposée, magnifiée est le thème récurrent qui parcourt les trois étages de la Maison Européenne de la Photographie, ménageant des effets de surprise et des mises en parallèle inattendues entre les 180 images présentées. PARCOURS DE L'EXPOSITION > Premier étage. Tirages monumentaux, intimidants ou émouvants, troublants ou fascinants qui nous confrontent, nous visiteurs, à un face-à-face grandeur nature, aux codes de la féminité et plus largement à la question de l'identité. Car l'oeil de Bettina Rheims embrasse les transgressions et abolit les conventions pour révéler l'intimité la plus profonde et la plus universelle. Dès lors, c'est un jeu de miroirs qui s'enclenche… > Deuxième étage. L'artiste s'est appropriée les codes de la photographie du nu pour les détourner et placer la question de la féminité au coeur de sa pratique. Elle met en danger


Gina and Elizabeth kissing. March 1995. Los Angeles. © Bettina Rheims

Kristin Scott Thomas playing with a blond wig. May 2003. Paris. © Bettina Rheims

autant qu'elle sublime la beauté de ces femmes. Images troublantes. Ces femmes mises à nu, vacillantes ou triomphantes sont intimidantes et nous bousculent. Au-delà de la question de la féminité, Bettina Rheims a également exploré la question du genre avec sa série Modern Lover (1990) - Gender Studies (2011) et la série des Espionnes (1992). > Troisième étage. Portraitiste brillante, ses héroïnes, les femmes anonymes ou célèbres passées devant son objectif, sont photogra-

phiées de la même manière, avec la même bienveillance, comme tend à le montrer la scénographie de l'exposition, qui présente dans une même salle, en regard, les portraits des idoles de la musique des années 2000 et ceux des femmes détenues dans les prisons françaises, sa toute dernière série.

Maison Européenne de la Photographie Jusqu'au 27.03.2016 5/7 rue de Fourcy, 75004 Paris www.mep-fr.org


COLLINE HILL une "voie" chargée d'émotions


dklikkMUSIQUE#18

INTERVIEW "COIN DE TABLE"

Colline Hill nous embarque dans son monde avec sa musique aux accents indie-folk. Un monde aux textes soignés où les métaphores sont légions et qui nous font plonger en nous-mêmes. Une musique qui nous emmène ailleurs. Qui nous donne envie de prendre la route, de traverser d’immenses paysages majestueux aux allures sauvages, tout en se laissant caresser par les embruns de l’Océan. C’est dans le tout nouveau lieu liégeois, L’Office Café de la rue Souverain-Pont, que je l’ai rencontrée pour en savoir un peu plus sur elle, son univers musical et discuter de son second album « Skimmed". Une rencontre juste parfaite avec une femme authentique. Par Ingrid Hulsmans - Photographies © Hamilton Lake


C

olline Hill a un rapport à la musique un peu atypique. Juriste de formation, elle débute dans sa Bretagne natale, au sein d’un petit groupe cover sans prétention qui reprend entre autres des morceaux de John Denver, des balades irlandaises… C’est lors de son arrivée en Belgique, où une histoire d’amour lui fait poser ses valises à Liège, que la carrière musicale de

Colline va prendre son envol. Elle décide de déposer ses maquettes sur le site belge participatif Akamusic afin de connaître la réaction du public face à ses compositions et son univers folk. Là, grosse surprise ! Le public adhère complètement et au bout de 3 mois elle obtient, grâce aux internautes, les fonds nécessaires à la production d'un single 3 titres, «Cause I Love» en 2009. Suivra, toujours grâce aux internautes, la sortie de son premier album «Wishes» en 2012, réalisé sous la houlette de l’arrangeur anglais


L'image tient également une place importante dans le travail de Colline Hill. Les photographies, signées Hamilton Lake, font écho à son univers.

Stuart Bruce, qui a travaillé entre autres avec Kate Bush, Loreena McKennitt, Peter Gabriel… Les scènes se succèdent et pas n'importe lesquelles. Le Bataclan, l'Olympia… elle est en première partie de monstres sacrés comme Crosby Stills & Nash. Son univers n’est pas vraiment actuel car elle ne fait pas de la musique "en fonction du moment, du temps et de la vague qui

déferle". Elle ne cherche pas à plaire. Juste à être vraie… jusqu’au bout des ongles. Elle désire simplement retranscrire les valeurs de la folk, un peu à la manière de Woody Guthrie dans les années 70, en allant de ville en ville colporter des textes en acoustique, car n’oublions pas que le folk est une musique «faite pour le peuple et par le peuple», sans prétention, élégante, humble. Une communauté grandit autour de l’artiste et lui est fidèle. Le contact avec les gens la nourrit et la rend très accessible.


Elle prend le temps de discuter avec son public qui la soutient et relaye sa musique. Pour être en cohérence avec son besoin d’être proche des gens et son envie d’indépendance, elle choisit la voie de l’autoproduction qui lui permet de s’implanter dans le temps, de pouvoir jouer sur de petites scènes (elle a entre autres tourné en Bretagne dans une série de Café de Pays) et de nous livrer un second album très intimiste.

puis, un coup de vent, et on se rend compte que l’on est devant un récif saillant. Au fur et à mesure que l'on entre dans l’album, on descend dans l’émotion. "C’est un album qui vit et la vie c’est aussi de la mélancolie. Je me dévoile et quand on se dévoile, on sait que les gens vont s’approprier la chanson, du moins je l’espère. Peut-être vont-ils se retrouver dans Skimmed et y puiser une énergie" Avec cet album, Colline Hill nous bouleverse et nous touche.

SKIMMED, SOMBRE ET LUMINEUX, UN ALBUM PUISSANT Sorti en 2015, Colline a pris le temps pour construire son nouvel album, très personnel. Elle l’écrit en Bretagne mais aussi en Irlande. Elle se rend sur l’île d’Inis Mor en plein hiver. Le vent souffle, la tempête fait rage. Isolée au « bout du monde », elle mène une vie d’ascète et se retrouve face à elle-même pendant un mois. Le résultat ? Un album authentique, sauvage et plein d’embruns.

Indépendante, intègre et sincère, elle captive le public avec sa voix, ses textes et sa guitare. "J’essaie d’être fidèle à ce que je ressens. Dans la folk, on parle souvent de storytelling. On raconte des histoires. Moi, je me définis plus comme une «émotionteller» car dans mes textes, on est dans l’émotion plus que dans l’histoire, c’est cela qui m’intéresse". Et pour rendre le propos moins brutal, elle utilise souvent des métaphores. "J’aime la poésie et lorsque le propos est trop violent, le fait d’utiliser des images permet de rendre celui-ci plus doux. C’est un peu comme l’enrober, le passer dans un filtre".

Skimmed, c’est l’histoire de l’écume qui recouvre les récifs. On a l’impression au début que c’est du coton tout moelleux


POUR ÉCOUTER UN MORCEAU, CLIQUEZ SUR LA POCHETTE DE L'ALBUM.

Elle nous parle, par exemple, dans «Random Skies» de sa peur de mourir en disant clairement "est-ce qu’il va faire sombre, est-ce qu’il va faire froid, en dehors des bras de ma mère ?". Elle se livre et ne triche pas. Elle nous emmène dans sa quête de vérité sans artifices. Un album que l’on a envie de transmettre. Une voix à écouter sur scène.

www.collinehill.com


2

CHANSONS inspirent nos cadeaux pour Valentin(e)

Elles sont légion les chansons d'amour. On se réécoute la jolie déclaration de Mistinguett, reine des Années Folles à "Son homme" et l'incontournable "Vie en rose" d'Edith Piaf.


dK

dK

Le collier "Plane", une création en or et rose fluo de Tellmee, la jeune marque de bijoux créée par deux montoises. Un bijou branché et graphique.

dK

www.tellmee.be

LA VIE en rose

"Mademoiselle Cassandre", un ensemble rose dragée, tout en douceur signé Vela Lingerie. www.velalingerie.com

Rose de vigne, une eau fraîche, pétillante, légère et acidulé signée Caudalie. fr.caudalie.com

Si votre Valentine est un peu fashionistas, nul doute, elle va craquer. www.stories.com/be

Pour les sportives, un peu rétro, le vélo de chez Bensimon Rue de Namur 70 1000 bruxelles


L’enseigne bruxelloise Bayer & Bayer propose des bons Cupidon pour combler l’homme de votre vie ! Moustache divine, barbe touffue, bouc discret… si votre homme aime le poil, offrez-lui un moment rien que pour lui. Et s'il préfère un rasage de poupon, pas d’inquiétude, il se fera aussi chouchouter et pourra trouver chez le barbier une foule d’accessoires, le dernier produit tendance, des kits de soins… Bayer & Bayer Rue Joseph Stevens 35 - 1000 Bruxelles - www.bayerbayer.be

Rien à ajouter… Si ce n'est que vous le trouverez chez Undiz www.undiz.com

pour mon

HOMME

dK

Promesse d'une relaxation ultime, pourquoi ne pas opter pour une bougie de massage. Une fois fondue en huile parfumée, la bougie de massage 100% naturelle est idéale pour un moment relaxant au parfum dépaysant… www.purabali.com


dK

Si votre homme est un fan inconditionnel de «Luke, je suis ton père» alors nous vous avons trouvé le parfait cadeau. Dark Vador l’accompagnera partout en vacances. Valises Ultimate Kylo Ren signées American Tourister.

dK

www.americantourister.be

Les chaussettes, un peu facile. Mais les petits coeurs vont le faire fondre. www.happysocks.com

Idées de sorties pour le week-end du

14.02

à Virginal

Pour bien commencer la journée On va bruncher à une table gourmande de la belle campagne virginaloise ! "Au goût de ma fille" vous promet une ambiance romantique à souhait. Vous serez accueillis avec une petite coupette de bulles. Ensuite salé et/ou sucré, votre palais se délectera des différentes préparations "faites maison". Une suprise de SaintValentin sera offerte aux amoureux. De quoi bien commencer cette journée un peu spéciale… Au Goût de ma fille Rue Rouge Bouton, 17 - 1460 Virginal-Samme Sous réservations au 0478.95.78.02


à Waterloo

L'occasion de dénicher le cadeau de dernière minute

Pas eu le temps de dénicher le cadeau sympa pour votre Valentin-e ? On file à Waterloo, à l'expo-vente organisée dans la maison d'enfance de la créatrice des luminaires TORELY, Aurélie. Outre ses jolis luminaires inspirés de son long séjour d'un an et demi à Vancouver et de sa passion pour les jeux d'ombres, vous pourrez y admirer les bijoux Mariposa, les vêtements de la créatrice Lara Delville et les foulards teints à la main de Geneviève Campion. De belles découvertes en perspective ! Où ? Avenue des Frênes 17 à 1410 Waterloo. Quand ? Le 14 février de 10h à 18h. Entrée libre.


à Namur

Rendez-moi mon dimanche en amoureux

Nouveau rendez-vous namurois, "Rendez-moi mon dimanche" se déroule au Hang'Art, lieu d'échanges créatifs et artistique. Premier d'une - on l'espère - longue série, on pourra déambuler dans les couloirs et découvrir les ateliers des artistes. Au programme, diverses expositions avec, entre autres, les sérigraphies MoMA de Stépahnie Dogot, les photographies "Royale Defaïence" de Sophie Vranckx, les installations de Nathalie Vande Velde, les céramiques d'Audrey Moens… et pour régaler vos papilles, un brunch bulles/buffet. Pour une journée placée sous le signe de l'amour et de l'art. "Rendez-moi mon dimanche en amoureux" Le 14 février de 10h à 18h Au Hang'Art, rue de Gembloux 500 - 5002 Saint-Servais Plus d'infos sur la page Facebook : https://www.facebook.com/hangart

à Bruxelles

Au Cabaret

Dans une atmosphère de jazz et de variété à l'accent music-hall rétro, laissez-vous emporter par des chansons d’amour… un peu grivoises et succombez à l’art de l’effeuillage qui mettra tous vos sens en éveil. Georges BanGable & Lolly Wish vont investir l’Archiduc et le transformer, le temps d’un soir, en cabaret coquin et glamour. Ils fêteront, sous l’oeil malicieux de Cupidon et avec leurs invités, Maud'Amour, Collette Collerette et Flying Willy, six ans d’amour scénique. Pour clôturer la journée en beauté ! « Let’s Fall in Love - Burlesque Cabaret Show » Le 14 février à 20h30 Archiduc Rue Antoine Dansaert, 6 - 1000 Bruxelles Plus d’infos : https://www.facebook.com/events


Les humeurs de Mimi

WC & EMPLOYÉS,

histoire de (dés)amours Par Mirella Cara

S'il il y a bien un sujet délicat dans une entreprise quelle qu’elle soit, c'est celui, je pense, des toilettes collectives. Ah bon ? Pas chez vous ? Vous en avez de la chance… Non mais c’est vrai quoi !?

E

ntre le, ou, la collègue qui utilise les derniers feuillets du rouleau de papier toilette et ne le remplace pas. Obligeant la collègue de petite taille que je suis (1m62) à faire de la varappe pour atteindre le stock rangé à 2 m du sol sur la seule étagère du lieu. Ou pire, à demander de l’aide à un(e) collègue plus grand(e), qui invariablement va vous regarder avec circonspection « tiens, tiens… elle a besoin de papier… » ben oui, même pour un petit pipi, moi, j’utilise du papier !

Celle ou celui qui laisse sur le rebord ou dans le fond de la cuvette sa signature ou sa trace de freinage* (* biffer la mention inutile). Et qui, après avoir soulagé son intestin, ne pense jamais à neutraliser son odeur personnelle. Sans doute n’a-t-il pas pris conscience qu’après plus de 2000 ans de civilisation, il n’est plus nécessaire de marquer son territoire par les excréments et/ ou par l’odeur ! Alors, tout d’abord, à côté de la cuvette se trouve généralement une petite brosse dans son petit portant : ça sert à ça : nettoyer les traces.


Et ensuite, bon dieu, tenez-le vous pour dit : la bombe là, avec des fleurs dessus, c’est du désodorisant. Et ça permet au suivant de se soulager sans être en apnée ! Oui, je sais, le désodorisant est nocif pour la santé, mais votre odeur en huis clos aussi. Il y en a, parfois, qui usent et abusent de ladite bombe et qui n’arrivent pas à chasser le fumet de leur production, pour ceux là, il n’y a rien à faire si ce n’est changer de lieu d’aisance. Craquer une allumette aussi permet de neutraliser ces odeurs-là. Mais il faut aimer le parfum du soufre et cela pourrait encourager le collègue qui, frustré de ne plus pouvoir fumer dans son bureau serait tenté de braver l’interdit, viendrait fumer dans les commodités et déposerait donc ses cendres dans la cuvette et parfois dans le fond du petit lavabo. Et puis il y a le collègue qui à heure fixe vient au cabinet, surtout avant de terminer sa journée – après tout il n’y a pas de petits profits (c’est 10l d’eau de la chasse d’économisé et un peu de papier) - et qui reste longtemps, longtemps, longtemps. Ce qui, les jours d’inspiration, me fait composer des petits poèmes comme : « Quand Mika fait caca c’est qu’il s’en va » Joli, non ? Oui, je sais. Pas terrible. Le collègue qui, voulant faire partager au plus grand nombre le soulagement que lui procure la vidange de sa vessie, pisse du haut de sa hauteur, laissant imaginer sans peine cette urine faisant des ricochets à la surface de l’eau, destinée à la diluer et

venant éclabousser l’envers de la planche ou, pire, la planche elle-même ! Et puis il y a ceux qui ne se lavent jamais les mains. Et qui utilisent un clavier d’ordinateur. Et qui vous demande de vous installer à leur poste pour les aider. Au secours ! Où est le désinfectant ??? Là, il me vient en mémoire cette étude réalisée il y a quelques années dans les cafés et qui avait mis en lumière le nombre invraisemblable de traces d’urines différentes dans les petits pots de cacahuètes… Et là, mon esprit s’évade, pour ne pas dire divague : si ces collègues se comportent de la sorte dans les commodités collectives partagées par les collègues, comment se comportent-ils chez eux ?? Surtout ceux et celles qui ne se lavent pas les mains !? Parce qu’après tout, même si les waters sont destinés à se soulager. Et que notre culture et notre civilisation a banni les odeurs corporelles quelles qu’elles soient à tous les niveaux de nos vies. Même si nous déposons tous et chacun notre petit lot quotidien de déchets et de toxines, de grâce… pensons aux suivant s! Imaginez-vous, lecteur, enfermé dans ce lieu exigu et vous rendre compte après coup qu’il n’y a plus de papier ? Même sur l’étagère à 2 m du sol ?? Qu’il n’y a plus de savon ? Oui, je sais… flippant ! C’est pour ça que moi, chaque fois que j’y entre je checke : 1) le papier 2) le savon. Qu’on se le dise…


FIFA

Parlez-moi d'amour & de cinéma L'événement incontournable pour tous les cinéphiles en février est, comme chaque année, le Festival International du Film d'Amour de Mons.

A

u programme… de l'amour oui, mais sous toutes ses formes car « si le Festival se décline sur la thématique universelle de l'amour, celui-ci est décliné selon de multiples variantes originales, insolites et surprenantes qui expriment les comportements, les sentiments et les émotions des êtres humains, quelles que soient leurs moeurs, leurs cultures ou leurs croyances (…). Le grand voyage auquel nous invite cette 32e édition du festival de Mons consacre, à travers tous ces films d'ici et d'ailleurs, l'universalité du langage cinématographique, la formidable richesse de ses sujets, la diversité infinie de ses aventures humaines. Pour élaborer notre

programmation, nous avons, naturellement et spontanément privilégié des oeuvres et des auteurs qui positionnent l'être humain comme préoccupation première, avec sa réalité existentielle et sa force émotionnelle comme moteurs de leurs démarches narrative et esthétique." nous dit André Ceuteurick, délégué général du FIFA. Cette année, le FIFA prendra ses quartiers au Congres Hotel Van der Valk. C'est dans ce nouveau point de rencontre que les festivaliers viendront tenter de saluer les étoiles du cinéma, discuter d'un film autour d'un verre, participer à l'une ou l'autre conférence thématique et leçon de cinéma ou, tout simplement, goûter à l'ambiance des soirées du


festival. Les projections auront lieu, comme d'habitude, au Théâtre Royal, à Imagix Mons et au Plaza Art et cette année, le festival ouvrira sur le film "Médecin de campagne" de Thomas Lilti avec l'excellent Patrick Descamps. Films, conférences, documentaires, courtmétrage, séances familles, rencontres, tables rondes, expositions/animations pédagogiques ponctueront la semaine. UNE MAÎTRESSE DE CÉRÉMONIE PLACÉE SOUS LE SIGNE DU CHARME Cette année, c'est la comédienne anversoise Alexandra Oppo qui joue le rôle de maîtresse de cérémonie. Ce qui plaît à Alexandra Oppo dans la perspective de participer au FIFA se situe bien au-delà du faste de la cérémonie. « Un festival de cinéma – tel que je l’imagine - est l’occasion de générer une dynamique qui peut contribuer à changer les choses tant à petite qu’à grande échelle. Des particuliers, des associations, des écoles, etc. vont venir voir des films dont le message est important, vont initier des échanges profonds et bénéfiques ! Mon rôle sera de faire en sorte que cette grande mécanique tourne de manière fluide, dans une atmosphère chaleureuse ». Un beau défi, qui suscite en elle autant de stress que de joie ! ON AIME La formule d'abonnement et les divers pass qui permettent de goûter à tout, sans que la note finale ne soit trop salée, afin de permettre aux cinéphiles néophytes ou avertis de se régaler en visionnant un maximum de films. Alors n'attendez plus et allez faire un petit tour sur le site du festival pour tout savoir sur la programmation qu'ils vous proposent. Bons films ! Le FIFA du 19 au 26 février 2016 http://www.fifa-mons.be

On doit le trophée du FIFA au designer belge Nicolas Destino. Il s'est inspiré de la forme la plus symbolique de l'amour pour concevoir le nouveau trophée du FIFA. Le designer a choisi d'intégrer la courbe d'un coeur dans un volume résolument épuré. L'union des deux confère à l'objet un équilibre entre douceur et géométrie. L'ensemble est matérialisé à travers la pureté du cristal. www.nicolasdestino.be

© photo : Studio Harcourt Un des invités coup de coeur du festival cette année, est Samuel Benchetrit qui est à la fois écrivain, acteur, scénariste, réalisateur et metteur en scène. Il vient présenter la comédie dramatique Asphalte, qui réunit deux de ses nouvelles "Chroniques de l'Asphalte". Ce film, qui brille par son casting hétéroclite (Isabelle Huppert, Michael Pitt, Gustave Kervern…) a été présenté en séance spéciale lors du dernier Festival de Cannes.


MICX

Pour l'amour d'un lieu

Photo Š Hufton & Crow


dklikkMONS#31

ARCHITECTURE

Les émotions font partie intégrante du travail de l'architecte Libeskind. C'est pourquoi il affirme devoir tomber amoureux d'un lieu avant la conception d'un nouveau projet. Ce fut le cas pour la ville belge de Mons : pour la capitale européenne de la culture 2015, l'architecte et designer a créé un nouveau Centre de Congrès, dont la façade proéminente rappelle un immense navire.


Photo Š Philippe Van Gelooven


Photo © Hufton & Crow

D

aniel Libesind, né en Pologne, dirige son bureau à New York. Aujourd'hui reconnu internationalement comme architecte et urbaniste, les installations culturelles comme le musée juif de Berlin ou l'Imperial War Museum North de Manchester font partie de ses projets les plus connus. Il a obtenu une renommée internationale avec la mission de reconstruction du World Trade Center à New York. Séduit par l'histoire de Mons, car n'oublions pas que c'est dans cette ville wallonne que Vincent Van Gogh a pris la décision de devenir peintre et qu'Orlando di Lasso composait sa musique, Libeskind a décidé de créer une oeuvre à la fois unique et artistique. Il a puisé son inspiration dans la Haine, rivière qui a autrefois permis le développement économique de l’ancienne ville marchande et semble aujourd’hui défier la houle du développement urbain. La rivière sinueuse se retrouve imagée dans la façade du Centre de Congrès. Cette dernière se compose de deux parties distinctes, que Libeskind associe comme des rubans. Le ruban extérieur réalisé en bois de robinier est clair et chaleureux, tandis que le ruban de façade intérieur en aluminium anodisé semble beaucoup plus dynamique. La construction est couronnée par une structure à l’étage supérieur qui pointe vers la vieille ville à la manière d’une flèche, à l’image d’une proue de navire.


Avec ce bâtiment, Libeskind voulait élever les visiteurs pour qu’ils puissent voir depuis le Centre de Congrès le patrimoine culturel mondial inscrit à l’UNESCO de la ville de Mons : le beffroi. Parallèlement, le bâtiment, situé entre le cœur historique et la nouvelle ville de Mons vise à rassembler symboliquement les habitants des deux quartiers. L’attrait régional fait partie du concept de durabilité de Libeskind : des rubans en diagonale de pierre bleue belge sont enchâssés sur l’esplanade et se retrouvent aussi à l’intérieur du bâtiment.

Photo © Philippe Van Gelooven Libeskind a opté, pour tous les sanitaires de l'immeuble, pour l'oeuvre du célèbre architecte et designer Philippe Starck : avec son Starck 3, Philippe Starck a créé pour Duravit une gamme très variée d'appareils sanitaires.


Photo © Hufton & Crow

Le Centre de Congrès accueille trois auditoriums offrant 800 places assises au total, un espace polyvalent, 16 salles de conférences, des bureaux et un restaurant. Dans les sanitaires se trouvent les créations d’un autre architecte et designer de renommée internationale : avec Starck 3, Philippe Starck a créé pour Duravit un programme de salle de bains à multiples facettes. Les cuvettes de WC et lavabos de la série céramique s’intègrent parfaitement à l’agencement du Centre de Congrès.

Si vous passez par Mons, n'hésitez pas à vous arrêter devant ce splendide bâtiment et qui sait, peut-être en tomberez-vous, comme nous, amoureux de ce splendide chef-d'oeuvre.

Mons International Congres Xperience - MICX Avenue Mélina Mercouri 9 7000 Mons http://www.micx.be


6 MONS 2015

Mons 2015, Capitale Culturelle de la Culture, c'est terminĂŠ. Quel bilan peut-on retirer de cette belle aventure et quid pour l'avenir ?


L

'année 2015 est une année qui laissera des traces et de beaux souvenirs. Mons 2015 a touché de nouveaux publics, intéressé les jeunes, ému les incrédules et s'est terminé dans la fête. Les différents événements ont ouvert des lieux improbables, imaginé des aventures au long cours, sillonné les chemins de traverse. Et que se passe-t-il maintenant ? C'est de tout cela qu'apparemment sera fait l'avenir de Mons, d'avancées citoyennes, numériques, médiatiques. 2016 sera, elle aussi, placée sous le signe de la culture sous toutes ses formes ! Des expositions, encore, puisque le BAM ouvrira l'année avec une exposition en mars, consacrée à deux vidéastes précurseurs : Bill Viola et Terry Fox. Le Mons Mémorial Muséum, quant à lui, mettra à l'honneur les caricatures d'actualité avec une exposition à voir dès le 20 février. Le programme des arts vivants ne sera pas en reste en 2016 puisqu'on retrouvera

dès le 10 mars, le traditionnel Festival VIA portant sur les nouvelles technologies et, durant l'été, l'incontournable Festival au carré qui régalera les férus de spectacles ! Sans oublier la Maison Folie qui, dès le 21 avril, reprendra son cycle des "Ailleurs en Folie" en mettant cette fois à l'honneur la Côte d'Ivoire ! L'Alhambra, quant à lui, continuera à proposer de folles nuits musicales et l'arsonic, lui aussi, offrira encore des rendez-vous musicaux surprenants ! Bien entendu, Mons 2015 et l'après ne sont pas parfaits. Mais nous, nous ne retenons que le meilleur. Mons nous en a mis plein les yeux pendant un an, a dévoilé et travaillé avec de jeunes créateurs et on espère qu'elle continuera sur sa lancée. Ancat est partie en balade à travers les jolies rues de la ville pour nous faire découvrir quelques lieux incontournables. Elle en a profité pour sonder les gens qu'elle a rencontrées afin de savoir quel souvenir Mons 2015 a laissé dans l'esprit des gens et comment ils voient le futur de leur ville.


La Serrurerie Artisanale Merlin Thierry Rue du Béguinage 20 - 7000 Mons

AU HASARD L des rues

a place du Béguinage à Mons me connaît bien. Dans le quartier de mon école d’adolescence, là où mon marché hebdomadaire du dimanche a lieu. Dans ce quartier de Mons, que je croyais connaître sur le bout des doigts, j’ai découvert en crapahutant pour dKLIKK, une boutique tout à fait étonnante qui était là depuis plus de vingt ans…

Par Ancat

Un jour, un autre regard, une autre humeur, et voici que m’apparaît une porte en fer forgé, aux armoiries flanquées de clefs, un cadenas en guise de boîte aux lettres, la Serrurerie Artisanale Merlin Thierry. Telle Alice, je pousse fort la porte, m’attendant à voir le lapin pressé. Mais point de lapin, j’atterris chez un serrurier d’un autre âge, où se trouvent certainement plein de


La fresque MOMO Au coin de la rue Bouzanton et la rue de Cantimpret.

trésors cachés dans une collection de coffres forts. Je suis chez un passionné, c’est sûr. Des serrures médiévales côtoient des clefs anciennes, très anciennes même, des masques de fer. La prochaine fois que vous aurez besoin d’un double de clef, passez par la place du Béguinage, le détour en vaut la chandelle que l’on soit passionné d’histoire ou pas.

Un peu plus loin, au coin de la rue de Bouzanton et de la rue du Cantimpret, pas tout à fait sortie du terrier, je tombe sur une fresque ensoleillée de MOMO (grapheur venu de San Fransisco, auteur du tag le plus long du monde qui zigzaguait dans Manhattan à l'insu des New-Yorkais, 13 kilomètres tout de même). Ma journée va être belle !


3

INCONTOURNABLES de notre balade montoise

Par Ancat

MON SOUVENIR DE MONS Il n’est pas rare, lorsque l’on se rend chez un ami montois, de trouver des objets emblématiques de sa ville d’origine. Il faut dire qu’avec son histoire et son folklore, ces artéfacts pullulent fièrement. Du dragon au singe en passant par le beffroi ou le valeureux chinchin, et j’en oublie, le moindre objet en papier mâché trône majestueusement sur la cheminée ou mieux encore dans une vitrine.


QUELQUES OBJETS COUP DE CŒUR : • l’agenda d’Elektre (que nous avions rencontré au Marché des Créateurs de Mons), agenda qui contient des illustrations, photos et un quiz sur la ville. • les figurines de doigts de l’artiste Plic, aux traits des acteurs du combat du Lumeçon. • La lampe skyline de Thérèse Ballez. Et pour couronner notre visite de ce sanctuaire dédié à la ville du Doudou, lorsque l’on en sort, on se trouve pile en face du beffroi, et la boucle est bouclée. Mons Où Venir Rue des Clercs, 13 - 7000 Mons www.mons-ou-venir.be www.facebook.com/elektre.design www.plic.be www.facebook.com/pliclefilludique www.facebook.com/balleztherese « Orgueil montois » pensez-vous ? Pas du tout ! Un Montois qui pense à sa ville, ou qui fait émerger un souvenir de l’une ou l’autre ducasse, est un Montois heureux. N’est-ce pas tout le mal qu’on leur souhaite ? Amis montois soyez heureux, j’ai trouvé l’endroit qui va générer en vous des années entières de bonheur : Mons où Venir. Lorsqu’on parle de skyline, on imagine souvent celle de New-York, un Montois, lui, pensera à son beffroi, la tour de l’hôtel de ville, un bout de Sainte-Waudru et le soleil. C’est aussi le cas de Catherine Franeau, Montoise de souche et conceptrice de cette boutique de souvenirs pas comme les autres. Cette ex-Mompreneur, a décidé en juin 2012 de joindre l’utile à l’agréable. Tout d’abord offrir à Mons et à ses touristes une vraie boutique de souvenirs, et ensuite faire appel à des artisans et créateurs pour réaliser ces objets particuliers qui donnent à cette boutique une teinte unique.

Quel impact a eu Mons 2015 pour votre commerce ? Pendant Mons 2015, nous avons reçu la visite de touristes qui venaient parfois de loin pour les expos, comme celle sur Vincent Van Gogh. Cela a permis de ne pas trop ressentir le vide de l’après fêtes. Les Montois aussi, ceux qui se déplaçaient pour les expos ont réinvesti le centre-ville. Depuis fin octobre 2015, on voit bien que les activités ont diminués… Que va être, à votre avis l’après Mons 2015 ? J’espère que tous ces nouveaux endroits vont se développer et donner un nouveau souffle à la ville.


CRÉA'CITY En entrant chez Créa’City, un nuage attire mon attention, puis un couple d’angelots délicieusement peints sur une voûte céleste que tient le plafond, et d’emblée je suis sous le charme. C’est sous ces bons auspices que je découvre cette boutique d’objets de créateurs habitant une double exposition de peintures. La maîtresse des lieux, Dame Jacqueline Maggio, m’accueille de son sourire et m’explique son histoire audacieuse portée par une passion de la création et un don certain pour la recherche de trésors. Elle a lâché sa carrière de juriste bruxelloise pour installer son sanctuaire au cœur de Mons, pas bien loin du tribunal et de la monumentale mer déchaînée de Arne Quinze. Dans son univers j’ai découvert des tableaux, des bijoux des sacs, des doudous, des cartes… Une multitude d’objets d’art savamment sélectionnés et regroupés en un tout qui est une preuve en lui-même que l’objet unique est infiniment beau et tout à fait accessible. Elle croit en ce qu’elle a mis sur pied, de ses recherches d’objets qu’elle va chercher à Mons ou au confins de l’Europe, au fait que le fait-main n’est pas nécessairement synonyme d’impayable. Elle ajoute qu’elle préfère payer un artisan avec une famille derrière lui, qu’une multinationale. Son concept lui va comme un gant. Elle n’est pas une artiste, et plutôt qu’une tare, elle en fait sa force, sa manière d’envisager les créations est plus proche de celle des clients que de celle des concepteurs. DEUX COUPS DE CŒUR PARMI LES CRÉATEURS EXPOSÉS CHEZ CRÉA’CITY : • Sage comme un petit bouton, qui fabrique de beaux bijoux à base de récup, ou d’objets détournés comme des joints de caoutchouc.

• Lali Blue, artiste de Barcelone qui allie dans un objet ses illustrations féériques, et des aspects mobiles et ludiques. Tout un monde dans un bijou énigmatique. Il me faudrait plus d’une page pour vous décrire son travail exactement. Allez voir par vous-même, si vous avez aimé l’univers de « Jack et la mécanique du cœur », vous ne serez pas déçu. Créa'City Rue de Nimy 34 - 7000 Mons http://creacity.eu Suivre Créacity sur Facebook www.sagecommeunpetitbouton.com www.laliblue.es


WE ARE DARRELL AND NICOLE ROBERTS C’est l’histoire d’un couple de Texans qui part vivre une aventure… à Mons. Un belgian dream, où ils veulent repousser certaines frontières à leur manière. Texas Coffee House, c’est leur rêve : un bistro où l’on sert des cafés américains, des sandwichS, des gaufres, des brownies, et j’en passe. Nicole et Darrell ont à cœur de se battre pour une cause à laquelle ils tiennent, c’est pourquoi ils ont fait de leur lieu, un pilier de la lutte contre le trafic d’humains. Depuis leur ouverture en décembre, ils ont été étonnés de voir une population d’origine italienne venir boire des expresso. (Testé et approuvé par votre rédactrice). Surpris également de voir débarquer des familles du SHAPE en quête d’apaiser un peu leur mal du pays. À tester absolument, leur café John Wayne, où dans la même tasse on passe du café au café frappé. À ne pas manquer : l’arrière de leur salle, où l’on peut voir le pavage de l’ancienne ruelle qui se trouvait là, il y a bien longtemps. Pour la bonne cause, pour l’ambiance, pour tester… à vous de choisir la raison de votre première visite. Texas Coffee House, rue d'Havré 34 - 7000 Mons Suivre Texas Coffee House sur facebook


POUR SE METTRE DANS L'AMBIANCE, ON CLIQUE

ICI

LE BUG DE L'AN 2000 S'EXPORTE DE LIÈGE À MONS

Le concept phare made in Cadran a encore de beaux jours devant lui. Sold out à chaque édition, le Bug de l’an 2000 prend le pari de s’exporter pour un petit tour de Wallonie. Première étape: Mons, à l'Alhambra, le 26 mars 2016. Mais le Bug de l'an 2000, c'est quoi ? Vous vous souvenez du snake sur votre nokia ou encore du bruit d'un modem 56k de la marque US Robotics ? Le Bug de l'An 2000, c'est la première soirée qui fait revivre les années 2000. Surprises, décoration orientée "bug informatique", déguisements décalés, le Cadran vous invite dans un monde parallèle le temps d'une soirée, avec de la musique d'il y a 10 ans, mixée par le collectif de dj's masqués "32-10" qui déterreront pour vous les pépites musicales de cette décennie démente… de Daft Punk à Destiny's Child en passant par Avril Lavigne. Pour sûr, dans vos oreilles les meilleurs (et les pires) morceaux des années 2000. Amis carolos, si vous lisez ces lignes ne soyez pas jaloux car le Bug de l'an 2000 passera également par Charleroi mais la date n'est pas encore fixée. Pour en savoir plus sur le bug… Facebook “Le Bug de l’An 2000: www.facebook.com/lebugdelan2000 Facebook “Les 32-10”: www.facebook.com/les3210

dK

24h01 consacre un numéro hors série sur Mons 2015, "Mons en quête de renaissance" traitant de tous les événements importants qui ont animé la Capitale européenne de la Culture pendant l'année écoulée, on y retrouve, entre autres, un grand entretien avec l'incroyable Wajdi Mouawad, une BD retraçant l'histoire de Mons et sa région depuis l'an 1015, un billet de Laurence Bibot… et beaucoup d'autres articles, photos et dessins de haute volée. Du plaisir de lecture à la sauce boraine ! www.24h01.be


LE BLOG À SUIVRE Pour tous ceux en recherche de belles adresses sur Mons, on vous conseille "Mons Emerveille", le blog tenu par Max et Aurélie. Epicuriens et créatifs - Aurélie est graphiste et Maxime photographe - ils nous proposent tous leurs bons plans montois au travers d'images qui donnent envie. Clair et bien présenté, n'hésitez pas à aller y faire un petit tour.

ECHOS http://mons-emerveille.com

de Mons

UN POÈTE À L'HONNEUR 2016 est l'année du centenaire de la mort de l'écrivain belge Emile Verhaeren à qui l'on doit, entre autres, le célèbre "Villes tentaculaires". Né en 1855 à Saint-Amaud près d'Anvers, l'auteur belge a été pendant de nombreuses années en villégiature dans le village de Roisin, situé à une trentaine de kilomètres de Mons. Lieu incontournable pour nombres de ses amis artistes et intellectuels comme Zweig, Lemonnier, Ruffion, James Ensor… le "Caillou qui bique" fut pour le poète et écrivain un véritable Eden où il puisait durant de longs mois son inspiration. La Maison Losseau rend hommage au poète et propose une exposition qui nous fait entrer dans l'univers intime de Verhaeren et où l'on re-découvre ses magnifiques textes poétiques. On épingle, la série exclusive créée pour l'occasion. Trois objets rendant hommage à Emile Verhaeren dont les carnets de notes de Corinne Clarysse et les sacs et posters des "Tontons racleurs". C'est sûr, on emportera un peu d'Emile à la maison. Exposition les gestes bleus - Emile Verhaeren "Rêverie autour du cabinet de travail de Verhaeren" Maison Losseau : rue de Nimy 39/41 - 7000 Mons www.maisonlosseau.be


Dans l’atelier de

GAËLLE SOUFLET

Par Ancat


>>> Gaëlle Souflet révolutionne la mode des adolescents avec Pinch & Presh, un concept mode simplissime et ludique www.pinchandpresh.com

G

aëlle Souflet est une styliste innovante et multiple, dont les créations nous parlent d’univers baroques, de pièces adaptables, de femmes séduisantes qui savent ce qu’elles veulent. Approchée pour des projets de créations brutes, elle fait du vêtement une cuirasse de combat dans le cadre de « Lumeçon/Inspiration », elle va jusqu’à sculpter le corps plutôt que son emballage pour un projet en collaboration avec Jefta « Cava en folie ». Artiste plurielle, Gaelle, repousse les limites, définit des volumes, des formes. Elle fait également partie des concepteurs de Pinch & Presh, où le badge fait partie intégrante de vêtements modulables en fonction des humeurs et des envies de ceux qui les portent. Changement d’aspect, quand une robe ample se cintre en deux coups de Presh, changement de texte aussi. On ne partage plus seulement des messages sur les réseaux sociaux, on les porte, infiniment variables au fil de nos pensées. Mais notre styliste aime aussi les commandes personnelles, elle crée et invente avec délectation, de la robe aux bijoux. Elle nous confie une envie de sobriété, de bijoux pour hommes… Au plaisir de suivre vos aventures prolifères, Miss Gaëlle.

Création de Gaëlle inspirée du Lumeçon dans le cadre de Mons 2015


LA MAISON DU DESIGN kesako ?

L

orsqu’on est rédacteur pour dKLIKK, il y a fort à parier que l’on a une attirance particulière pour la création et les talents locaux. On visite des endroits à consonance graphique, des ateliers, on rencontre des passionnés… Il nous arrive aussi d’être confronté à répétitions à certains logos qui au début nous titillent, puis à la longue, nous grattent, pour finalement, à force de les voir partout, nous obsèdent carrément.

Par Ancat que je sache. Quelle était cette Maison du Design qui se plantait systématiquement devant mon objectif ? J’ai pris mon bloc-notes, mon parapluie et mon courage, pour affronter les éléments qui se déchaînaient le jour de la présentation de cette entreprise au logo entêtant, et ce que j’ai appris ma plu, beaucoup même.

Celui de La Maison du Design en est un.

La Maison du Design est une couveuse d’entreprises qui a un rapport avec le design au sens large.

Du Marché des Créateurs de Mons, aux Rendez-vous du Design en passant par le Design réservoir, c’en était trop, il fallait

J’ai tout d’abord été agréablement surprise par les locaux qui l’habitent. Juste à côté du Carré des Arts (ancienne caserne où


se côtoient l’école supérieure des arts, les Art2, et la télévision locale, TéléMB), c’est dans l’ancien mess des officiers, savamment rénové par le bureau d'architectes montois "Matador" que nous a accueillis l’équipe de la Maison du Design.

Ensuite, c’est devant la méthodologie du projet que j’ai faibli. Oui, me direz-vous, une couveuse d’entreprises, on sait ce que c’est. Certes, mais celle-ci met tout en œuvre non seulement pour aider les jeunes entrepreneurs mais aussi le design lui-même.


Le travail classique de la couveuse peut évoluer par un hébergement dans des ateliers à prix démocratiques, au sein des bâtiments du mess, appelé l’Incubateur. Ce qui permet aux entrepreneurs incubés d'être dans une mouvance positivante, entourés de gens stimulés qui vivent le même genre d’expériences, ainsi qu’une émulation des idées face aux problèmes rencontrés. L’asbl met ses créateurs en situation de présentation de produits et de vente au travers de ses différentes animations comme le Marché des Créateurs. Elle va jusqu’à promouvoir l’intégration du design auprès d’autres entreprises, les amenant à envisager à l’aide du design, de quelle manière leurs produits peut se démarquer sur le marché. www.maisondudesign.be

Entrevue avec Domenica Butera, directrice de la Maison du Design QUEL EST VOTRE RESSENTI SUR L’ANNÉE 2015 ? Avant 2015, beaucoup doutaient des possibles retombées d’une reconnaissance en tant que capitale européenne de la culture pour une ville comme Mons. Maintenant que cette année est derrière nous, je pense que peu de personnes pourront contester le fait que Mons2015 a tiré la ville vers le haut. Outre les évènements spécifiques majeurs dans le cadre de Mons2015, qui ont drainé un flux de visiteurs important, nous avons assisté à une transformation de la ville pour permettre d’accueillir ces visiteurs dans les meilleurs conditions. Cela n’en est que plus agréable pour les citoyens.

En tant qu’acteur économique montois mais également en tant que citoyenne de la région montoise, mon ressenti est très positif. AVEZ-VOUS PROFITÉ DU FAIT QUE MONS ÉTAIT CAPITALE EUROPÉENNE DE LA CULTURE? QUELLES SONT LES RETOMBÉES POUR VOS ACTIVITÉS CONCRÈTEMENT ? Pour Maison du Design, 2015 a été une année particulière et nous pouvons citer au moins 3 retombées majeures pour nos activités. La première : notre déménagement ! Nous avons investi au début de l’année 2015 nos nouveaux bâtiments au numéro 4 de la rue des Sœurs noires, bien connu des Montois comme l’ancien Mess des Officiers. Nous sommes passés de 350m² à 1.500m² !


Ce bâtiment d’envergure, entièrement rénové, baigne dans un quartier créatif et nous permet d’accueillir le design sous toutes ses formes : salle d’exposition, espace incubateur (studios et ateliers), salles de réunions, de conférences, espace de co-working, cafétéria et salle polyvalente. Cette rénovation a été prise en charge, avec le concours des fonds européens, par la Ville de Mons qui a essentiellement travaillé, dans le cadre de Mons2015, à la mise en oeuvre de structures destinées à booster la culture, le tourisme et in fine le développement économique de Mons et sa région. L’infrastructure qui accueille Maison du Design est un de ces projets. Ensuite, je dirais l’effet d’entraînement qu’a généré cette reconnaissance pour la ville. Le nombre de visiteurs que nous avons enregistré était important et nous a permis de mieux faire connaitre nos activités au grand public et à nos partenaires. Cet effet d’entraînement a également profité aux designers que nous hébergeons. Enfin, avec le concours de la Fondation Mons2015, nous avons pu développer des activités spécifiques qui ont intégré la programmation Mons2015. Il s’agissait essen-

tiellement de « Design’in shops » qui est un parcours-concours des commerces montois ayant intégré le design dans leurs activités. Mais également d’ « Innovation&Ready Made » qui est un festival de 3 jours qui avait pour but d’interroger nos habitudes de consommation dans notre société du « tout jetable ». Innovation & Ready Made a proposé une réflexion sur la conservation et la mise en valeur de notre patrimoine tant matériel qu’immatériel, de nos savoir-faire, des produits,… et stimulé une discussion sur de nouveaux modèles de production, sur l’innovation responsable, le développement durable et le rôle que nous pouvons jouer dans notre environnement en tant que citoyen, designer, étudiant,… QUE RÉSERVE 2016 POUR MONS? La Ville de Mons a présenté les grandes lignes de ce que sera Mons en 2025 et il est clair que la ville va surfer sur la vague créée par Mons2015. Culture, créativité, technologie et tourisme sont au cœur de la vision de la ville pour les prochaines années. Maison du Design s’y inscrit donc complètement. Un nouveau programme d’évènements culturels verra peut-être bientôt le jour…


Š Michael Young Studio - Photo : Amanda Kho


Michael Young, Dub, EOQ, 2015 © Michael Young LTD

MICHAEL YOUNG loves aluminium

À quelques kilomètres de Mons, au Grand-Hornu, le Cid consacre une exposition aux créations en aluminium de Michael Young. Intitulée "al(l)", elle donne une vue d'ensemble sur la carrière du designer en insistant plus particulièrement sur sa riche production à partir de ce matériau particulier.

P

our Michael Young, l’expérimentation est une méthode de travail, l’exploration de différentes ressources une passion. Né à Sunderland en 1966, le designer britannique a installé ses bureaux à Bruxelles et Hong-Kong. En Asie, depuis plus de dix ans, il teste des procédés de pointe extrêmement complexes, mettant

l’accent sur différents types de matériaux. Mais ses projets en aluminium sont incontestablement ceux qui se démarquent le plus par l’originalité de leur approche et leur côté légèrement décalé. Aux côtés de ses propres créations, il a sélectionné une série de projets iconiques réalisés par des pionniers ou des contemporains, utilisant l’aluminium de façon remarquable.


Michael Young, Metal Rock, Muffin Top, Hedge Gallery, 2015 © Michael Young LTD

Fascinante et évocatrice, la structure architecturale du CID a grandement influencé Michael Young lors de la préparation du dispositif de l’exposition : dans chacune des douze niches qui caractérisent l’espace des Écuries, se trouve un projet spécifique du créateur, recourant d’une manière ou d’une autre à l’aluminium. On y découvre, par exemple, une sélection d'Oxygen Chairs, présentées avec leurs moules et un cookie en aluminium, une version de la fameuse bicyclette de Giant, City Speed, exposée avec les composants de son cadre en aluminum, l'étagère Bayer Shelving par EOQ avec ses liens en aluminium gris ou cuivre… On peut y voir aussi la Hex Collection, emblématique de la recherche de Young dans le champ de liberté que seules des éditions limitées peuvent offrir, détachées des règles strictes de la production en série : on y voit une table, un évier et une étagère donnant un aperçu de l'intensité de la recherche impliquée par cette production et dont ces pièces portent la marque. Repoussant les limites de la fabrication de composants utilisés pour la production de matériel informatique, la recherche a eu recours à l'analyse informatique en 3D. Agencé selon un plan très structuré comportant douze îlots d'installations en forme de L - autre référence au titre de l'exposition -, l'espace principal du site du Grand-Hornu devient une sorte de reflet fidèle de l'activité aux multiples de Young.

City Speed Michael Young pour Giant, 2009 © Michael Young LTD 2014 Bicyclette urbaine primée, City Speed répond à l'objectif de créer une bicyclette alliant vitesse et simplicité, un véritable défi en soi.

Hedge Gallery, Michael Young, Hex Chair, Hedge Gallery, 2012 © Michael Young LTD


Barber & Osgerby, Olympic Torch, London Organizing Committee for the Olympic, 2012 © Michael Young © TBC

Tokujin Yoshioka, Memory chair © MOROSO, 2010 © Alessandro Paderni

Une salle latérale reliée à l'espace principal, nommée La Crypte, est dédiée quant à elle à une sélection pointue de pièces historiques et contemporaines, une série d'objets hors normes fabriqués en aluminium, sélectionnés par le designer et Maria Cristina Diderot, commissaire de l'exposition. Parmi elles se trouvent des pièces remarquables conçues par d'autres pionniers du design tels que Jean Prouvé, Charles et Ray Eames, un fauteuil par Marcel Breuer ainsi que des objets plus récents comme la fameuse torche olympique de Barber & Osgerby ou une chaise par Richard Hutten. Le propos ciblé de al(l) - dont le titre en soi programmatique, AL étant le symbole chimique de l'aluminium utilisé ici comme une partie du terme all - est de revisiter les créations du designer Michael Young à la lumière de l'utilisation de ce matériau, tout en représentant aussi les recherches des noms les plus importants des acteurs de la scène du design international, qu'elles soient historiques ou contemporaines. Michael Young et Maria-Cristina Didero ont délibérément effectué quelques choix inhabituels afin de tracer une histoire parallèle de l’aluminium. En réalité, s’appuyant sur l’idée que chaque designer a une approche personnelle des différents matériaux, l’exposition évolue dans de multiples directions et offre nombre d’interprétations. La Crypte devient une salle hommage, voire une bibliothèque de références, une compilation efficace de diverses applications de matériaux. al(l) - Projets en aluminium de Michael Young À voir au Centre d'innovation et de design au Grand-Hornu jusqu'au 29.05.2016 Site du Grand-Hornu, rue Sainte-Louise 82 - 7301 Hornu - www.cid-grand-hornu.be


le meilleur pour

LA FAIM

Et si on changeait notre alimentation ? L'homme est omnivore mais au XXIe siècle, il retire de plus en plus de choses dans son alimentation. Les sans viandes, sans lait, sans gluten, sans sucre, sans gras… se font de plus en plus nombreux. Effet de mode ou bon sens santé ? J'ai essayé d'en savoir un peu plus sur le bien fondé de notre alimentation en allant à la rencontre de Leyla Fagnoul, nutrithérapeute.

F

ascinée depuis toujours par l'être humain, la vie sur Terre et la «machine» complexe qu'est notre corps, c'est une épreuve de vie qui amène Leyla à se tourner vers la spiritualité, les médecines alternatives et l'alimentation. Pour prendre soin d’elle et trouver l’équilibre, elle s'est formée, entre

Par Ingrid Hulsmans autres, à l'aromathérapie, la nutrithérapie avec le Dr Curtay, la micronutrition, la réflexologie plantaire, le reïki … À ses 40 ans, malgré une alimentation saine et bio, elle souffrait régulièrement de douleurs articulaires, d’herpès et se levait, après une bonne nuit de sommeil, fatiguée.


Au détour de ses formations et de ses lectures, Leyla a fait une découverte qui allait changer sa vie : l'alimentation vivante, ce qui l’a amenée à changer complètement ses habitudes alimentaires, mais en prenant le temps. Elle a commencé par boire des jus de légumes, a augmenté sa consommation de fruits et petit à petit a arrêté le gluten et le lait. Là miracle, elle s'est sentie renaître et à retrouvé son énergie. Depuis cinq ans, Leyla fait profiter le plus grand nombre de son expérience et a créé son activité "Partez du bon pied". Aider les personnes souffrant de fatigue chronique, de douleurs, mais aussi accompagner les gens souffrant de fibromyalgie, de cancers… est son crédo. Sa profonde conviction est que nos aliments ont un impact indéniable sur nos émotions, notre énergie et notre vitalité. L'alimentation est la base de tout. Déséquilibrée et/ ou toxique, de mauvaise qualité, elle

a un impact sur notre santé et notre comportement. Et comme le disait Hyppocrate "Que ton alimentation soit ton seul médicament". LE GLUTEN ET LE LAIT, DEUX POISONS MAJEURS DANS NOTRE ALIMENTATION. Pour Leyla, il y a deux aliments à diminuer, voire à supprimer dans notre alimentation : le gluten et le lait. Elle nous explique pourquoi : «Le blé actuel est une céréale fabriquée, sélectionnée et raffinée spécifiquement pour l'industrie. Il donne une farine plus riche en gluten qui permet de donner une pâte gluante et plus élastique afin de résister au pétrissage mécanique brutal imposé par les machines et l'industrialisation. Le gluten est une protéine complexe. Une protéine est une chaîne d'acides aminés liés entre eux et plus une protéine est complexe, plus cette chaîne est longue. Afin de pouvoir assimiler les acides aminés dont notre organisme a besoin, il nous faut séparer et casser


« Nos aliments ont un impact indéniable sur nos émotions, notre énergie, notre vitalité et notre santé ! » les liaisons qui lient ces acides aminés. Un peu comme un collier de perles dont le système digestif doit casser une à une chacune des perles. Et plus il y en a, plus la digestion sera longue. Le gluten du blé est une chaîne d'acides aminés extrêmement longue comparé à l'épeautre, l'ancêtre du blé, qui a un collier de perles beaucoup plus petit et est donc plus digeste. Cette image nous fait prendre conscience que lorsque l'on mange du blé lors d'un repas, nous n'avons pas encore fini de digérer celui-ci que l'on commence le suivant. Il vaut donc mieux privilégier un maximum l'épeautre." Dans gluten il y a le mot glu. Cette protéine va agir sur notre intestin comme une colle et à terme va rendre celui-ci poreux,

affaiblissant la barrière naturelle de la paroi intestinale. Dû à cela, certaines substances toxiques peuvent pénétrer l'organisme et causer, entre autres, des inflammations. Le lait est aussi à éviter dans notre alimentation d'après Leyla. Nous sommes d'ailleurs les seuls mammifères sur terre qui prenons du lait au-delà de notre petite enfance. Trop riche en phosphore, en gras et en hormones, le lait n'est pas digeste non plus et entraîne de l'acidité, ce qui peut causer déminéralisation et inflammations. Pour les inconditionnels des produits laitiers, elle préconise aux gens de privilégier le lait provenant de petits animaux comme le lait de chèvre ou de brebis.


A LIRE SUR LE SUJET LES CONSEILS DE LEYLA Changer son alimentation et faire en sorte que celle-ci soit variée et équilibrée peut accomplir des miracles. Cependant, il faut y aller doucement, par paliers. Tout dépend d'une personne à l'autre et le mieux est d'être accompagné. Il faut d'abord rééquilibrer son assiette, enlever les poisons et doucement ramener des fruits, une portion de salade avant le repas et privilégier les jus de légumes qui régénèrent l'intestin en douceur. Y aller par étapes est important, tout comme s'écouter et écouter son corps, prendre conscience de ce que l'on mange ainsi que de nos véritables besoins alimentaires. Par exemple, on devrait prendre l'habitude de manger moins de viande mais de meilleure qualité. Il faut savoir que la viande rouge est très oxydante pour le corps et contient beaucoup d'acide urique qui entraîne un travail des reins élevé. La viande aussi est bien souvent bourrée d'hormones et d'antibiotiques. Il vaut mieux de ce fait privilégier la viande bio car elle a une traçabilité. Leyla accompagne les gens "sur-mesure" en proposant des ateliers et des parcours santé en tenant compte de la personne dans sa globalité. Et si vous avez envie de changer vos (mauvaises) habitudes alimentaires, pourquoi ne pas suivre, pour commencer, un atelier découverte autour d'une alimentation plus saine. Cela va peut-être déjà ouvrir des pistes. Moi, le rendez-vous est pris. Et qui sait, peut-être vais-je trouver la motivation nécessaire à la première chose que Leyla m’a conseillée, arrêter le gluten pendant 10 jours où mieux, 3 semaines et voir ce qu’il se passe dans mon corps et dans ma tête. L’expérience ne vaut-t-elle pas mieux qu'un long discours ? Plus d'infos sur www.partezdubonpied.be

dK

Sorti en 2007, "Lait, mensonges et propagande" a reçu un très bon accueil du public. Thierry Souccar, journaliste scientifique, a enquêté sur le lobby laitier et sur les effets réels du lait sur la santé. L'ouvrage, solidement argumenté et référencé nous démontre que le lait n'a aucune raison d'être montré comme un aliment salutaire et indispensable. "Lait, mensonges et propagande" par Thierry Souccar www.thierrysouccar.com


Je mange local

Tout commence par notre caddie ! Mangeons mieux, mangeons meilleur. Nous sommes de plus en plus à nous intéresser de près à ce qui se trouve dans nos assiettes. Décider de privilégier les aliments locaux et les produits de saison est une question de bon sens. Nous vous donnons quelques pistes pour faire vos courses… près de chez vous.


Dans la région du Centre

Voulant s'engager en faveur des savoir-faire de nos régions, Gilles Marionex, Carolo passionné par la communication et Mathieu Hautenauve, Montois curieux, attentif et développeur "tombé" dans les filets du net fin 1990 décident de faire le grand saut pour proposer à tous les habitants du centre (Braine-leComte, Le Roeulx, Seneffe, Soignies, Ecaussines…) des produits du terroir. Ils créent en 2015 Proxymart, une plateforme e-commerce dédiée à la production locale, alimentaire ou non, bio ou pas. L'important, la proximité ! L'interface est claire. La livraison se fait à domicile ou aux points d'enlèvement. C'est simple et facile et cela donne envie de consommer mieux en favorisant l'économie locale. www.proxymart.be

Dans la province du Luxembourg

Le bon plan pour manger des produits saisonniers, locaux en circuit court c'est le Réseau Solidairement. Leur philosophie tient en quatre points : soutenir l'agriculture paysanne, promouvoir le commerce et service de proximité indé-

pendant, conscientiser à une alimentation locale, artisanale et saisonnière, fédérer producteurs et commerçants autour d'un système leur permettant de se réapproprier leurs circuits de distribution/commercialisation. Que demander de plus ? www.reseausolidairement.be


À Charleroi

Calqué sur le modèle new-yorkais de la Park Slope Food, supermarché participatif et coopératif proposant des produits issus de circuits courts, bios, équitables, Coopéco, qui organise pour le moment la distribution de produits locaux bios une fois par mois, aimerait ouvrir un supermarché qui serait en réalité une coopérative de consommateurs visant à offrir l' accès à une nourriture de qualité à des prix démocratiques. Cela consisterait en quoi ? Un lieu qui rassemblerait tous les produits du quotidiens, de qualité au juste prix. Les clients seraient membres coopérateurs, ce qui impliquerait qu’il soient les propriétaires mais aussi les travailleurs de leur supermarché en donnant 3 heures de leur temps tous les mois. Un bon projet, une affaire à suivre ! www.coopeco2.be

Un peu partout en Belgique & en France La Ruche qui dit Oui ! Née en France, au Fauga, petite bourgade de la grande banlieue de Toulouse, gourmands, voisins, amis et curieux ont poussé le portail d'Odile, leur responsable de ruche, pour récupérer les melons, poulets, fromages de chèvre, canards qu'ils avaient commandés sur le site. Ensuite il y a eu Paris, Strasbourg, Royan… et au fil des mois, les Ruches ont essaimé un peu partout pour atteindre un réseau de plus de 700 ruches aujourd'hui. Elles ont dépassé les frontières pour venir s'installer en Belgique. Mais une ruche, qu'est-ce que c'est ? La Ruche qui dit Oui ! est un service web qui donne des ailes aux circuits courts. La plateforme de vente en ligne favorise les

échanges directs entre producteurs locaux et communautés de consommateurs qui se retrouvent régulièrement lors de véritables marchés éphémères. Si vous avez envie de privilégier le circuit court et de soutenir les producteurs de votre région, vous trouverez sûrement une ruche près de chez vous. Sinon, pourquoi ne pas vous lancer dans l'aventure si vous avez un peu de temps libre ? Besoin de bonnes raisons ? Recréer du lien dans son village ou son quartier, soutenir les agriculteurs et les artisans de la région, permettre aux habitants de se procurer une meilleure alimentation à un prix plus juste, toucher un revenu complémentaire, bref, les raisons sont nombreuses ! https://laruchequiditoui.fr


À Bruxelles

De la ferme à la ville. Färm est le premier supermarché durable et coopératif implanté en milieu urbain. Fondé par Baptiste Bataille et Alexis Descampe, leur crédo est "Changeons les liens des hommes à leur alimentation pour changer les liens entre les hommes" car si Färm a pour but de changer l'approche de l'alimentation auprès des consommateurs, son objectif est aussi d'amener les producteurs qui exercent dans notre pays à produire bio. Ici, nous n'avons pas que du circuit court. Färm privilégie le local mais il est impossible de trouver tous les produits près de chez nous. Cependant, pas de soucis car tout est merveilleusement étiqueté et l'on sait, si ce que l'on achète est durable, local, bio…on sait toujours d'où vient le produit, la transparence est de mise. Le + : Färm est une coopérative et nous invite à participer à la bonne gouvernance du projet en devenant un « cofärmer » et en achetant une part de l’entreprise. 1000 Bruxelles - Quai au Bois à Brûler 43 1040 Etterbeek- Rrue de Linthout, 176 1160 Auderghem : Chaussée de Wavre 1080 http://farmstore.be

ON SOUTIENT Belgo Market qui a pour objectif de rendre une consommation saine et responsable, beaucoup plus accessible, tout en redynamisant l’économie locale. On les soutient pour que leur projet dans le quartier Matonge/Saint Boniface à Ixelles voie le jour. En plus, il y a des contreparties vraiment sympas comme un atelier de « découverte et dégustation » des vins belges pour deux personnes. https://www.growfunding.be/bxl/belgomarkt-fr


dKLIKK vous retrouve en mars, avec un dossier "spécial enfants" Pour être averti de la sortie du prochain numéro, abonnez-vous, c’est GRATUIT !*

klik pour s’abonner SUIVEZ-NOUS SUR

*Vos données seront traitées de façon confidentielle.

Profile for dKLIKK

dKLIKK #14  

eMag belge gratuit, dKLIKK va vous parler mode, design, art…

dKLIKK #14  

eMag belge gratuit, dKLIKK va vous parler mode, design, art…

Profile for dklikk
Advertisement