Page 1

P0I-IV Couv-SL119.qxd:Mise en page 1

4/11/09

13:54

Page 1

NUMÉRO

119 Novembre 2009

Entrepôt

Febi Bilstein, une organisation à l’allemande Dossier

Numéro 119 - Novembre 2009 - ISSN 1249-2965 - Prix du numéro : 11 € - Photo de couverture : © Juliette Heymann

Les défis du Grenelle

Pascal Bouquet

METNEXT, LA MÉTÉO DE LA SUPPLY CHAIN strategieslogistique.com


P0I-IV Couv-SL119.qxd:Mise en page 1

4/11/09

13:54

Page 2


P03-05_EditoSom_SL119.qxd:Mise en page 1

DÉCOUVRIR

4/11/09

13:58

Page 3

PARTAGER-COMPRENDRE

APPROFONDIR

ACHETER

ÉDITO

Le prix du vide es Etats-Unis viennent d’annoncer une hausse de 3,5 % de leur PIB pour le troisième trimestre 2009. La Chine redevient la locomotive industrielle du monde. Et les banques enregistrent des bonus record. Pour autant, l’emploi et la consommation restent en berne. Et la proportion des surfaces d’entrepôts demeurées vides aurait atteint près de 35 %, voire 40 %, selon les estimations. Le taux de remplissage des camions, lui, serait de l’ordre de 67 %. Soit 33 % de vide à combler. Une vacuité qui finit par coûter cher. En trésorerie, en carburant. D’autant plus que le prix du baril est remonté à 80 dollars. Combien de bateaux ne font-ils pas également de retour plus ou moins à vide ? Les armes de la chasse au vide : des progiciels dernière génération, de planification des approvisionnements et des tournées. Voilà pourquoi le prochain salon Progilog & Traçabilité (les 25 et 26 novembre), qui dévoile toutes les nouveautés en matière de solutions pour la chaîne logistique, a toute « Plus du tiers son importance dans les circonstances actuelles. Pour des surfaces vous aider à faire votre choix, nos pages « guide d’achat » d’entrepôts lui font une large place. Nous nous sommes également seraient attachés, dans ce numéro, à donner la parole aux nou- inoccupées » veaux acteurs de la logistique « verte ». Au prestataire ID Logistics, qui veut répandre l’usage du TMS (Transport Management System), à Metnext, jeune entreprise de haute technologie, qui propose des solutions de prévisions météo aux responsables supply chain, au groupe immobilier Argan, qui a décidé d’entrer résolument dans une démarche dite Haute qualité environnementale (HQE). Si les mesures issues du Grenelle de l’environnement imposent un effort financier, fiscal ou d’investissement aux différents acteurs de la chaîne logistique, les transporteurs seront les plus touchés. Ce que ces derniers ne manqueront pas de répercuter.

L

Stratégies Logistique > n° 119 > Novembre 2009

3


P03-05_EditoSom_SL119.qxd:Mise en page 1

4/11/09

13:58

Page 4


P03-05_EditoSom_SL119.qxd:Mise en page 1

4/11/09

13:58

Page 5

L’équipementier allemand, Febi Bilstein, a investi dans le système logistique le plus performant du marché. Voir p. 17

SOMMAIRE

Stratégies Logistique > n° 119 > Novembre 2009

DÉCOUVRIR 3 Edito 6 Tableau de bord

PARTAGERCOMPRENDRE 20 Interview Ranald Hahn, directeur général Europe du Sud de Prologis

• Evolution des coûts et de la demande en conteneurs • Evolution des coûts du transport maritime

8 Juridique • Douane : la déclaration sommaire • Réforme de la TVA immobilière

10 En mouvement • Joel Moebel, directeur Kuehne & Nagel

APPROFONDIR 29

Les défis du Grenelle Chargeurs, prestataires logistique, transporteurs tentent de s’adapter ou de contourner les nouvelles normes et taxes vertes. Ces dernières génèrent des activités et un marché qui aiguisent les appétits de nouveaux acteurs.

ACHETER 40 Les nouveautés du salon Progilog-Traçabilité

50 Index

22 Parcs logistiques Une année en demi-teinte

TOUTE L’INFO SUR

13 Prestataire

strategieslogistique.com

25 Cas d’étude Comment Gpdis prépare ses commandes

• Une Smartbox pour les conteneurs

EN COUVERTURE

14 Chargeurs • But centralise ses produits blancs

34

16 Immobilier Un entrepot à moins de 300 euros

ENTRETIEN AVEC

17 Site du mois Febi Bilstein : une organisation à l’allemande

Bertrand Lepeuple, directeur d’exploitation de GPdis

Stratégies Logistique > n° 119 > Novembre 2009

Pascal Bouquet, Directeur commercial de Metnext

5


P06-07_TabloBord_SL119.qxd:Mise en page 1

DÉCOUVRIR

14:07

PARTAGER-COMPRENDRE

Page 6

APPROFONDIR

ACHETER

TABLEAU DE BORD

LES CHIFFRES CLÉS DE NOVEMBRE

TRANSPORT MARITIME

CONTENEUR

% +3

1350 $

l'écart en nombre de conteneurs entre la capacité de la flotte maritime et la demande sur le marché Asie/Europe du Nord au dernier trimestre

AVEC

Tarif moyen d'un conteneur 40' en import d'Asie sur l'Europe

Société de conseil en logistique

Tableau de bord

6

4/11/09

Offre future de plus d'entrepôts de plus de 10 000 m² en France

Demande placée du marché des entrepôts en France

Source DTZ : Le marché des entrepôts en France à la fin du 1er semestre 2009

Demande placee au 1er semestre 2009 entrepots > 10 000 m²

Nord-Pas de Calais

41 000 m2

147 000 m2

494 000 m2 Normandie Alsace-Lorraine

0 m2 290 000 m2

Champagne-Ardennes

181 000 m

2

101 600 m2

42 800 m2 332 000 m2

0 m2

Marché de Rennes

1 230 000 m2

18 600 m2

14 000 m2

19 000 m2

Ile-de-France

46 400 m2

-

470 000 m2

25 000 m

2

91 900 m2

Centre Bourgogne

32 000 m2

Pays de le Loire

32 000 m

2

267 000 m

-

0 m2 -

2

273 000 m2

267 000 m2 Vallée du Rhône

0 m2

173 600 m2

185 000 m2

Marché de Bordeaux

0 m2

31 900 m2

143 000 m2 Midi-Pyrénées

En chantier

PACA

10 500 m2

68 800 m2

70 500 m

140 000 m2

2

64 300 m2

9 000 m2 Seconde main

Permis obtenu

Neuf

1er semestre 2009 : 933 500 m² / 1er semestre 2008 : 1 267 500 m²

Dans un contexte économique difficile, promoteurs et investisseurs ajustent le lancement de nouvelles opérations à l’expression de la demande des utilisateurs. Sur les principaux marchés, les lancements en blanc (c’est-à-dire sans connaissance de l’utilisateur final) sont donc plus rares. Ainsi, en France, près de 422 000 m² d'entrepôts sont disponibles dans des bâtiments en chantier, soit 40% de moins qu'au 1er semestre 2008, où 713 000 m² étaient disponibles sur les opérations déjà lancées.

Les conditions de marché sont orientées à la hausse

Evolution des capacités et de la demande en conteneurs En nombre de conteneurs equivalent vingt pieds (evp)

> La demande du second semestre 2009 est équivalente à celle du second semestre 2008 : - Marché UK et Allemand bien reparti, - Marché Français stable, - Redémarrage des Pays de l’Est après une très faible période d’activité > Forte réduction des capacités au second semestre 2009 par rapport au second semestre 2008 : -13% au 2ème trimestre, -12% au 3ème trimestre, -16% au 4ème trimestre.

Asie/Europe du Nord Capacité (Milliers EVP) Evolution capacité Demande (Milliers EVP) Evolution demande Taux de remplissage (%)

2008 Trim. 1 Trim. 2 Trim. 3 Trim. 4 Trim. 1 3 378 3 996 4 186 4 059 3 336 -1% 3 440 3 659 3 712 3 315 2 831 -18% 100% 92% 89% 82% 85%

2009 Trim. 2 3 493 -13% 3 032 -17% 87%

Trim. 3 3 677 -12% 3 544 -5% 96%

Trim. 4 3 416 -16% 3 323 0% 97%

Adaptation de la capacité au volume > Augmentation des taux de remplissage : 95% sur Q3 et Q4 > Même si traditionnellement le quatrième trimestre est la période la plus faible, les prix vont continuer à monter compte tenu de la forte réduction des capacités. n° 119 > Novembre 2009 > Stratégies Logistique


P06-07_TabloBord_SL119.qxd:Mise en page 1

4/11/09

14:07

Page 7

➥ PLUS D’INFOS SUR strategieslogistique.com

ENTREPOT

IMMOBILIER

% 65

% - 40

Poids des régions dans la demande placée, en France, pour les entrepôts de plus de 10 000 m²

De surfaces d'entrepôts disponibles dans des bâtiments de plus de 10.000 m2 en chantier entre les 1er semestre 2009/2008

Evolution des coûts du transport routier en national

Evolution de l'indice du Comité National Routier

Base 100 pour l'annee 2003

- Selon l’indice CNR le coût d’exploitation des ensembles en longue et courte distance a augmenté de 24% sur la même période 2003 > 2008 - Cette augmentation est vraisemblablement le reflet de la réalité du coût annuel du transporteur mais ne mesure pas l’efficacité de l’exploitation

180 160 140 120

Evolution de l’indice de coût de revient (CNR)

100 80

140

60 40

120

2003 Messagerie*

2004

2005

2006

Lots/Complets*

2007 IPTRM

2008 100

Gazole**

Début 2009, les prix des transports achetés par les chargeurs (échantillon de clients VINCIA) ont retrouvé les niveaux de prix 2003 alors que l’indice IPTRM*** montre une évolution théorique des prix de 20% sur la même période en corrélation avec les indices d’évolution des coûts d’exploitation * Moyenne constatée sur les prix d’achat des clients Vincia ** Source : Ministère de l’écologie et du développement durable *** IPTRM: Indice du prix des transports routiers de marchandises

80 60 40 20 0

2003

2004

Longue distance

2005

2006

Courte distance

2007 Régional

2008 IPTRM

Chine Sud Hong Kong

Evolution des coûts de transport maritime FCL

3 500

3 000

2 500

Prix de marché en maritime (à valeur 1er septembre 2009) Référence de prix de marché pour le trafic d'un chargeur d'un potentiel de 600 conteneurs par an.

Inde Tuticorin

2 000

Chine Nord Xingang

1 500 1 000

Q3 2007 500

Q1 2008 0

Q2 2009 Q3 2009

Après une baisse très forte des taux au début de l’année et une nette remontée des taux à partir de juin qui restent bas par rapport aux Vietnam Haiphong références marché.

Sept 2009 Indonésie Jakarta

Thailande Bagkok

Zone Chine Sud Chine Nord Indonésie Thailande Vietnam Inde

Ville Hong Kong Xingang Jakarta Bangkok Haiphong Tuticorin

Q3 = 3 rd Quarter = 3ème trimestre

n° 119 > Novembre 2009 > Stratégies Logistique

Q3 2007 $2 450 $2 650 $2 650 $2 925 $2 850 $3 130

Q1 2008 $1 800 $2 150 $2 100 $2 380 $2 100 $2 450

Q2 2009 $620 $620 $820 $895 $1 020 $1 100

Q3 2009 $800 $800 $1 100 $1 030 $1 100 $1 100

Sept 2009 $1 500 $1 500 $1 450 $1 380 $1 450 $1 450

7


P08-09-Juridik_SL119.qxd:Mise en page 1

8

DÉCOUVRIR

4/11/09

14:08

PARTAGER-COMPRENDRE

Page 8

APPROFONDIR

ACHETER

ALERTE JURIDIQUE

TRANSPOSITION DU PAQUET TVA

AVEC LE CABINET FIDAL*

A moins de trois mois de l’échéance, les entreprises se doivent de faire un état des lieux de la transposition du Paquet TVA dans les autres Etats. Cette veille s’impose aux opérateurs français dans la mesure où ils doivent, suite à cette réforme : S’assurer que le fournisseur étranger applique la bonne règle de territorialité TVA (toute TVA collectée à tort ne sera plus déductible); Identifier les conflits de taxation en raison de certaines règles TVA mises en place par les différents Etats (à titre d’exemple, le régime de taxation des prestations de stockage pourrait ne pas être harmonisé). En l’occurrence, la moitié des états ont déjà publié les dispositions transposant le Paquet TVA dans leur législation (dont l’Allemagne et l’Autriche) et la transposition définitive devrait intervenir selon le calendrier prévisionnel suivant pour quelques états membres : Chypre en octobre 2009 ; Danemark à l’automne 2009 ; France, fin décembre 2009 (projet de loi de finance pour 2010) ; Hongrie en novembre 2009 ; Luxembourg en novembre 2009 ; Portugal fin 2009 ; Roumanie vers septembre/octobre 2009 ; Slovaquie à l’automne 2009 ; République Tchèque en décembre 2009.

Douane : la déclaration sommaire

INSPECTION En application de la circulaire n°16/DCG/2009 de la Direction Générale des Changes de la Banque d’Algérie du 16 février 2009, les importations de marchandises à destination de l’Algérie sont désormais soumises à des inspections avant embarquement. Le certificat délivré à la suite de ces dernières est destiné à l’exportateur pour le déclenchement du paiement de la transaction par les banques, et à l’importateur pour satisfaire aux exigences de dédouanement de la livraison.

Objet et contenu : il s’agit de l’obligation d'établir une déclaration dite « sommaire1 » avant l'entrée ou la sortie des marchandises du territoire communautaire. Cette déclaration sommaire vient s’ajouter à la déclaration en douane d'importation ou d'exportation que la plupart des opérateurs internationaux connaissent déjà. Elle poursuit une finalité sécuritaire et en ce qui concerne la déclaration de sortie (ECS) une finalité fiscale.

ration sommaire par anticipation générera un risque de rupture de la chaîne logistique.

Les 27 données sécuritaires que comporte la déclaration sommaire doivent être transmises à l'Administration des douanes par anticipation dans un délai légal variable selon les modes de transport des marchandises (ex. 24h avant le chargement des marchandises pour le transport maritime).

Intérêt de la certification OEA : dans ce contexte, l’obtention du statut d’Opérateur Economique Agréé (« OEA ») devient une véritable garantie de la fluidité de la chaîne d’approvisionnement. Le report de l'obligation communautaire de déposer une déclaration sommaire entrée et sortie au 1er janvier 2011 n'a aucune incidence sur l'obtention du statut d'Opérateur Economique Agréé. Au contraire, la démarche de certification d’OEA et d'anticipation des modalités d’établissement des déclarations douanières devraient être menées conjointement. Ces deux démarches supposent en effet une revue complète de la supply chain.

Date d’application : initialement devait entrée en vigueur au 1er juillet 2009, a été reportée au 1er janvier 2011. Risque encouru : à compter du 1er janvier 2011, le dépôt tardif ou l'absence de dépôt de la décla-

Enjeu : la mise en œuvre de cette nouvelle obligation impose de mener une revue complète de la supply chain afin de s’assurer de la fiabilité des opérateurs qui la composent et notamment de leur capacité à transmettre les informations sécuritaires aux autorités compétentes (i.e. transporteur, commissionnaire en douane, etc.).

TVA immobilière : projet de réforme Objectif : mettre la législation française en conformité avec la Directive TVA européenne 2006/112/CE, simplifier les règles et apporter plus de sécurité juridique aux contribuables. Date d’application : la réforme, si elle est votée, devrait entrer en vigueur début 2011. Les principales modifications : • Le redevable de la TVA serait désormais toujours le vendeur assujetti, et non plus comme actuellement l’acheteur. Ce changement entraînera un coût de portage de la TVA pour l’acquéreur. • Ventes d’immeubles neufs : Toutes les cessions d’immeubles intervenant dans les 5 ans suivant leur achèvement seraient désormais imposables à la TVA (et non plus seulement la première vente dans le délai de 5 ans). • Création d’une option pour la TVA : Certaines opérations en principe exonérées de TVA pourraient désormais y être soumises, sur option * G.Bernier et P.Hutchings, Paris La Défense

(ceux qui ne sont pas des terrains à bâtir au sens de la TVA, immeubles achevés depuis plus de 5 ans, bail à construction). • Suppression du régime spécifique des marchands de biens • Ventes de terrains à bâtir (TAB) : Le projet abandonne le critère de l’intention de construire pour soumettre un TAB à la TVA et prévoit une nouvelle définition, plus objective et plus large : à savoir des « terrains situés dans un secteur désigné comme constructible du fait de leur classement par un plan local d’urbanisme ou par un document d’urbanisme en tenant lieu dans une zone urbaine ou dans une zone à urbaniser ouverte à l’urbanisation, ou par une carte communale dans une zone constructible ». • Collecte de la TVA sur les encaissements de la vente en l’état futur d’achèvement (VEFA) • Aménagement des droits d’enregistrement

n° 119 > Novembre 2009 > Stratégies Logistique


P08-09-Juridik_SL119.qxd:Mise en page 1

4/11/09

14:08

Page 9


P10-P14_ActusOffres_SL119.qxd:Mise en page 1

10

DÉCOUVRIR

4/11/09

PARTAGER-COMPRENDRE

14:09

Page 10

APPROFONDIR

ACHETER

EN MOUVEMENT

EN HAUSSE CATHERINE BARTHÉLÉMY, Président fondateur du Groupe Manuloc

KUEHNE+NAGEL

Joel Moebel : l’Europe, du Nord au Sud

L’expressiste Chronopost a confié la gestion des mouvements des véhicules industriels de son site de ChillyMazarin au prestataire de logistique industrielle Manuloc. « Nous travaillons déjà pour d’autres filiales du groupe et c’est donc avec confiance que Chronopost nous a confié cette mission de logistique industrielle », indique Catherine Barthélémy. _

JEAN-LUC BADOC, Directeur Technique d'Ortems L'éditeur de supply chain lance la nouvelle version 7.40 de son progiciel APS (advanced planning system), offre dite d’Agile planning, destinée aux industriels face à la crise. « Notre base installée a réservé un accueil très favorable à notre engagement dans l’Agile Manufacturing concrétisée par une migration massive vers la 7.40». _

JEAN-LOUIS FOESSEL, Président du Directoire de Sogaris Pour l’obtention du label CEEP-CSR qui témoigne de la conformité des engagements du constructeur de plateformes logistiques avec la responsabilité sociale et environnementale des entreprises. « L’obtention de ce label est un véritable atout concurrentiel pour Sogaris sur le marché de l’immobilier à vocation logistique ». _

A 56 ANS, JOEL MOEBEL RELANCE SA CARRIERE CHEZ KUEHNE + NAGEL.

PSION TEKLOGIX

CHRISTOPHE FRANÇOIS Christophe François est nommé au poste de directeur commercial France, en remplacement de Jean-Luc Bouffet. A 43 ans, Christophe François bénéficie d’une expérience réussie dans l’animation et l’encadrement des équipes de Psion Teklogix, que ce soit en Afrique du Sud, puis en Grèce, où il a été chargé de la mise en place d’un réseau de partenaires pour la région méditerranéenne et le Moyen Orient, ou encore au travers de la filiale Psion Teklogix Suisse, qu’il dirigeait depuis 2005. Il succède ainsi, à Jean-Luc Bouffet, qui après avoir conduit avec succès le développement commercial de Psion Teklogix France pendant plusieurs années, s’est vu confier depuis 2009 le développement de nouveaux marchés stratégiques, notamment la distribution. _

Joel Moebel, 56 ans, a été nommé nouveau directeur régional du logisticien Kuehne + Nagel pour la région Europe du SudOuest. Pour cette zone, il succède à Patrick Pepin. Ce dernier a en effet pendant plus de deux ans, assumé la double responsabilité de directeur régional Europe du Sud-Ouest et de président de Kuehne + Nagel France. La croissance soutenue des opérations de Kuehne + Nagel en France conjuguée aux ambitieuses perspectives de développement de la région ont été déterminants dans la décision de dissocier les deux fonctions managériales, permettant ainsi à Patrick Pepin de se concentrer totalement sur les enjeux du marché français. Joel Moebel arrive du groupe DB Schenker où il a effectué une grande partie de sa carrière, au travers de différentes fonctions de direction. Ces six dernières années, il était président du directoire de Schenker SA, la filiale française, et directeur régional Europe de l’Ouest de DB Schenker AG. Son poste est basé à Paris et couvre environ 200 implantations dans dix pays (Belgique, Espagne, France, Italie, Luxembourg, Malte, Portugal ainsi qu’Algérie, Maroc et Tunisie). L’effectif de la région dépasse les 14 000 collaborateurs. GN

ATHESI

DTZ

SÉBASTIEN MICHELLET

HANS VRENSEN

Sébastien Michellet est nommé directeur commercial du fabricant de terminaux durcis Athesi quia décidé de renforcer sa structure pour accélérer sa croissance. Agé e 41 ans, l’ingénieur en informatique dispose d’une vingtaine d’années d’expériences dans le secteur de la traçabilité et de la mobilité. Sa mission : tisser un réseau d’alliances stratégiques. Depuis 1990, Sébastien Michellet a occupé diverses fonctions techniques chez Intermec. En 1997, il a poursuivi sa carrière à la direction technique puis à la direction commerciale avant de rejoindre Athesi. « La société dispose d’un fort potentiel de développement dans son aptitude à répondre aux besoins du marché », explique-il. La société Athesi est depuis 2005 le représentant exclusif du fabricant de terminaux mobiles durçis M3 Mobile. _

Le groupe de conseil international en immobilier d’entreprise DTZ a nommé Hans Vrensen « Gobal Head of Research ». Il rejoint DTZ en novembre 2009 et sera responsable de DTZ Research, supervisant les équipes du Royaume-Uni, de la zone EMEA et de l’Asie Pacifique. Il sera également en charge des équipes de prospective globale et de stratégie immobilière. Avant son arrivée chez DTZ, Hans Vrensen a occupé le poste de « co-head of european securitisation research » chez Barclays Capital et assumé différentes fonctions dans l’analyse du marché des actions et des obligations, ainsi que dans la gestion des investissements aux Etats-Unis et au RoyaumeUni. Diplômé en économie et en immobilier, Hans Vrensen est certifié CFA (Chartered Financial Analyst). _

n° 119 > Novembre 2009 > Stratégies Logistique


P10-P14_ActusOffres_SL119.qxd:Mise en page 1

4/11/09

14:09

Page 11


P10-P14_ActusOffres_SL119.qxd:Mise en page 1

12

DÉCOUVRIR

4/11/09

PARTAGER-COMPRENDRE

14:09

Page 12

APPROFONDIR

ACHETER

PRESTATAIRE

GECINA SE DÉLESTE

Still cherche à rebondir

Argan a fait l’acquisition auprès du groupe Gecina d’une plateforme logistique de classe A de 36 000 m², située en Ile de France à Roissy-en-Brie.

Le fabricant de chariots se réorganise en France et équipe sa force de vente d’un matériel de géolocalisation.

urant la crise, le marché mondial du chariot élévateur a sévèCHANTIER rement reculé, passant de GOODMAN 950000 unités à 480 000, expliLe groupe d’immobilier quait Thomas Fischer, présiannonce la pose de la première dent de Still France, le 1er pierre de la future plate-forme octobre dernier lors d’une destinée au prestataire conférence de presse. « Sur logistique DSV Solutions à deux ans, nous avons perdu la Wattrelos, à 15 km de Lille. moitié du marché », indiqueRFID POUR LA t-il. Heureusement le marché MANUTENTION français a mieux résisté grâce La division Industry Automation aux chariots de magasinage de Siemens lance un module qui représente les trois quart de communication pour le du marché. Le projet Still 2012 raccordement des stations de tient compte de cette évolulecture/écriture RFID au réseau tion et va chercher à se focaliEthernet. ser sur les services et la location. Le fabricant de chariot a HQE POUR GA par ainsi réorganisé son orgaLa plateforme logistique de nisation en région. Il compte 46 000 m² pour Easydis, filiale désormais neuf directions de Casino, est l’une des régionales contre 15 auparapremières à être certifiées vant sans réduction du nomHQE. bre d’agences. Une organisaHQE POUR ARGAN tion qui tient mieux en compte le client avec la mise en place La foncière a reçu la de 27 coordinateurs service certification haute qualité (CS), garant du taux de service environnementale pour l’extension du centre logistique client, et de 28 responsables de L’Oréal Cosmétique Active à service client (RSC), garants Vichy. de la prestation de services. De quoi augmenter le taux de

D

ATLET PREND DE LA HAUTEUR

Atlet étoffe sa gamme de chariots à mât rétractable Atlet Tergo Forte avec un chariot très grande hauteur.

EXPAK A 60 ANS La célèbre caisse d’exportation du logisticien Nefab fête son 60ème anniversaire.

AIRWELL CLIMATISE SES STOCKS L’industriel a retenu la solution TXTdemand plug and plan de TXT e-solutions.

présence des commerciaux sur le terrain de10%. Still a également équipé sa force commerciale de matériels de géolocalisation : sans doute une première dans le secteur de la manutention

Thomas Fischer, Président de Still France puisque 380 techniciens disposeront d’un Tomtomwork « pour améliorer notre réactivité ». L’outil sera d’ailleurs interfacé par la suite à l’ERP SAP du constructeur. Le fabricant de chariots cherche aussi à contrôler les dépenses des utilisateurs liées aux chariots en déployant Still Report à l’inter-

national. Implanté en France il y a 3 ans, cet outil permet d’organiser, d’analyser et d’optimiser les coûts de sa flotte de chariots : planning des entretiens, détail de la facturation, vision du parc client, financière et comparative. « L’analyse financière permet l’analyse des coûts de maintenance, des engagements horaire avec un classement par top et flop », indique-t-on chez Still. Enfin le constructeur a une petite pensée pour l’automatisation qu’il estime être « un marché en développement ». Il a ainsi noué un partenariat avec le fabricant d’AGV (« automated guided vehicle ») BA Systemes, basé à Rennes. « Notre alliance avec Still nous permet d’élargir notre offre en proposant des chariots grande hauteur entièrement automatisés », explique Jean-Luc Thomé, président de BA Systemes. Une première réalisation a eu lieyu pour la société Clairefontaine où deux AGV ont été installés. Le début d’une Idylle ? GS

Un site pour la gestion de l’entrepôt Generix, l’éditeur français de solutions collaboratives, vient de développer un site web, interactif, dédié à la gestion d’entrepôt à la demande. Generix, l’éditeur français de solutions collaboratives, vient de développer un site web, interactif, dédié à la gestion d’entrepôt à la demande. Ce site, lancé par Generix le 8 octobre dernier, s’adresse à la communauté des

décideurs logistiques, et plus particulièrement, cette génération de professionnels qui a grandi avec les jeux vidéo, Internet, de jeunes trentenaires déjà à des postes de responsabilité ou en voie de l’être. Le site propose

un parcours pédagogique pour comprendre l’intérêt du mode Software as a Service (SaaS) dédié à la gestion de l’entrepôt. Mêlant virtuel et réalité, alternant pédagogie et jeu, l’ensemble est conçu pour éveiller l’attention.

n° 119 > Novembre 2009 > Stratégies Logistique


P10-P14_ActusOffres_SL119.qxd:Mise en page 1

4/11/09

14:09

Page 13

PLUS D’INFOS SUR strategieslogistique.com

DÉCOUVRIR PRESTATAIRE

Une smartbox pour les conteneurs

«

Le conteneur va pouvoir échanger avec la supply chain. Il va devenir intelligent et même bavard », explique Philippe de Crécy, président du directoire de Schenker SA. La maison mère allemande a mis au point un boîtier bourré de capteurs permettant d’enregistrer les paramètres du transport d’un conteneur sur la chaîne logistique : position (avec un GPS), température, hygrométrie, chocs et vibrations, inclinaison du conteneur, intensité lumineuse et surtout ouverture de la porte grâce à la RFID active. Peaufinée et testée depuis 2005 sur la destination de NewYork, cette Smartbox est passée de quatre à seulement deux boîtiers montés sur une structure métallique. Celle-ci se fixe à la porte du conteneur au moyen de quatre vis, fixable sans outil. C’est la force de ce matériel que le logisticien propose désormais pour les conteneurs à valeur ajoutée. Car la prestation a un coût : compter 250 euros pour un Paris-New-York. Mais la

technologie rend de précieux services puisque le conteneur peut être suivi par Internet, voire être visualisé au moyen de Google earth. Il enregistre de nombreux paramètres en temps réel tant que la connexion GPRS est valide le long des côtes. « Le monde maritime avait jusqu’à présent beaucoup de retard dans ce domaine. Ce produit est en tout cas le plus ergonome du marché », explique Pascal Moebel, directeur du maritime chez Schenker SA. Un produit appelé en outre à évoluer pour intégrer une détecteur de fumée ou une caméra par exemple. Le prestataire logistique a jusqu’à maintenant fait construire en exclusivité 150 appareils pour ses propres besoins. Mais des secteurs d’activité comme l’automobile, la pharmacie ou l’électronique pourrait se montrer rapidement intéressés. Avis aux amateurs ! GS

Suite de la page 12 Au gré de sa volonté, l’internaute décide de son parcours ou choisit d’être guidé dans l’entrepôt virtuel fonctionnant en mode SaaS. Parmi les points forts de la visite virtuelle, la salle de Références, avec le témoignage de la société Veolog (25 000 références, une dizaine de clients industriels et distributeurs), qui a opté par la pla-

n° 119 > Novembre 2009 > Stratégies Logistique

teforme WMS (progiciel de gestion de l’entrepôt, dit Warehouse management system) « On Demand », la VIP Room avec un analyste qui explique l’intérêt du mode SaaS. Le lien vers le site Generix Group est actif dès aujourd’hui, à l’adresse suivante : http://www.generixgroupon demand.com/ GN

13


P10-P14_ActusOffres_SL119.qxd:Mise en page 1

14

DÉCOUVRIR

4/11/09

PARTAGER-COMPRENDRE

14:09

Page 14

APPROFONDIR

ACHETER

CHARGEURS

CLUBATCOST.FR S’ÉQUIPE

But centralise ses produits blancs

Le site Internet de prêt à porter fondé sur la vente à prix club a retenu L4-3 PL, la filiale e-commerce du groupe GT, pour la distribution de ses articles.

Concerto European Developer a inauguré hier à Mer la première tranche du Concerto Logistic Park, louée au groupe But et développant plus de 60 000 m².

TOUT BEURRE À ARGENTEUIL Le distributeur de produits secs loue une plate-forme de distribution de 10 294 m² à Argenteuil, succédant sur ce site à la société.

RFID CHEZ MECALECTRO Le fournisseur d’étiquettes d’identification JMDdéveloppe une solution complète de RFID pour le concepteur et fabricant de matériel électromagnétique pour l'automobile, le médical ou encore l'aéronautique.

UCCOAR CHOISIT CHEP L’un des plus importants groupes vinicoles en France, a signé un accord avec le loueur de palettes pour l’équivalent de 120 000 mouvements de palettes Display.

LPR ACCOMPAGNE HEINEKEN Le spécialiste de la locationgestion de palettes LPR fournira plus de 350.000 demi-palettes (800 x 600mm) par an au brasseur Heineken sur le marché espagnol.

NICOLAS RETIENT TXT Le premier distributeur de vins en France a sélectionné la solution de pilotage des prévisions et des réapprovisionnements baptisée « TXT Demand ».

Jean-Pierre Terminet, responsable de l’entrepot But à Mer. ’enseigne d’ameublement But disposait à Mer d’un entrepôt de 20 000 m². Trop juste pour l’enseigne qui continue de se

L

développer. Elle a donc récemment intégré la première tranche du Concerto Logistique Park, situé dans le parc des Portes de Chambord, à Mer dans le Loir et Cher. Ce parc de 36 hectares a permis la création de 4 bâtiments, totalisant 132 000 m² de surface, dont trois sont embranché fer. L’entrepôt loué à But se développe sur 60 000 m² dont 1750 m² de bureaux et 1150 m² de locaux techniques. Composé de 11 cellules, il dispose d’un quai fer de 2300 m² de 78 portes de quai et d’une hauteur libre de 9,8 m. Un entrepôt sorti de

terre en moins de un an, abritant à terme 110 personnes. Il est destiné à regrouper l’ensemble des produits bruns et blancs de l’enseigne. Le logiciel d’entreposage du bâtiment est signé Manhattan Associates. Les chariots de manutention viennent de Jungheinrich pour les chariots à pinces et de BT pour la préparation de commandes. 15 postes de travail sont équipés de commandes vocales Vocollect. L’ensemble a été mis en place par l’intégrateur Nomadvance. GS

Kiabi s’automatise avec Savoye La chaîne française de vêtements vient de doter sa nouvelle plateforme logistique située à Lauwin-Planque dans le Nord de systèmes automatiques de stockage, de tri ainsi que et de progiciels conçus par le groupe français d’ingénierie logistique. l s’agit pour Kiabi, de traiter ses flux de pièces-à-plat (150 millions de pièces/an), passant sur son nouveau centre de Lauwin-Planque (66 000 m2) à destination de magasins européens, soit 250 points de vente (de la France à la Russie, en passant par l’Espagne et la Roumanie). Ce site a commencé à fonctionner en mai 2009. Le spécialisé dans le vêtement de mode à petit prix a opté pour une installation intégralement mécanisée, à savoir huit mini-load double profondeur, opérationnels depuis septembre, programmé pour une cadence maximale de 1800 colis/heure et une capacité d’entreposage supé-

I

Alain Bussod, Directeur chez Savoye, responsable du projet. rieure à 100 000 colis. Fin 2009, Savoye met en place un premier trieur haute cadence, puis un second, courant 2010. Chaque trieur aura une cadence de 21 600 pièces/heure, avec plus de 600 destinations. Ces automates seront pilotés par un progiciel (Warehouse control

system, WCS) développé par la société a-SIS (filiale de Savoye), en relation avec le logiciel de gestion de l’entrepôt (Warehouse management system) de Kiabi. Un investissement lourd, qui ne sera pleinement et complètement opérationnel qu’en 2011. GN

n° 119 > Novembre 2009 > Stratégies Logistique


P15-16_ActuImmo_SL119.qxd:Mise en page 1

DÉCOUVRIR

4/11/09

PARTAGER-COMPRENDRE

14:10

Page 15

APPROFONDIR

15

ACHETER

IMMOBILIER

BAROMÈTRE EXCLUSIF JONES LANG LASALLE/ STRATÉGIES LOGISTIQUE

Travail des experts et immobilier logistique Depuis maintenant 18 mois, nous assistons à une hausse importante des taux de rendement sur les actifs à vocation logistique. Cette hausse n’est pas uniforme pour l’ensemble des actifs mais bien différenciée selon les catégories d’entrepôts (prime, seconde main,…) et leur localisation. Dans le même temps, à cause de la crise économique, nous avons assisté à une baisse des loyers prime et plus encore des loyers de renouvellement, à une hausse du taux de vacance sur les principaux parcs logistiques et à une multiplication des mesures d’accompagnement. Le travail des experts qui doit tenir compte de l’ensemble de ces facteurs se trouve pénalisé par ailleurs du fait d’un nombre réduit de références. L’analyse approfondie de ces transactions nous permet toutefois de cerner avec précision la situation du marché. Le travail d’analyse des forces et faiblesses de chaque actif est

L

d’autant plus primordial en période de crise. Les principaux points à analyser sont : la localisation, l’état locatif (durée des baux, risque de négociation), l’écart entre le loyer actuel et le loyer de marché, les prestations offertes, les autorisations d’exploitation, l’adaptation de l’actif par rapport aux marchés locatifs et investissement …. Par conséquent, il est logique

se posent : peut-on encore ou de nouveau envisager des taux inférieurs à 8 % pour des actifs prime ? Quel loyer de renouvellement retenir sur des entrepôts prime de plus de 5 ans ? Dispose-t-on à nouveau de suffisamment de comparable ?

que, pour chaque actif, l’expert détermine un taux de rendement et un loyer de marché différents, même au sein d’un même parc logistique. S’il est un peu prématuré d’estimer les taux de rendements retenus pour les expertises de fin décembre 2009, l’expert se doit déjà de réfléchir à une possible évolution des taux d’ici trois mois. D’autres questions

Vers une stabilisation des taux jusqu’à fin 2011 Prévision d’évolution du taux de rendement prime en logistique 13 12 11 10 9 8 7 6 5 1980

82

84

86

88 1990

92

94

96

98 2000

02

04

06

08

09

11

13

Source : Jones Lang LaSalle

n° 119 > Novembre 2009 > Stratégies Logistique


P15-16_ActuImmo_SL119.qxd:Mise en page 1

16

DÉCOUVRIR

4/11/09

PARTAGER-COMPRENDRE

14:10

Page 16

APPROFONDIR

ACHETER

IMMOBILIER

Un entrepôt à moins de 300 euros Le constructeur français de bâtiments d’entreprises « clés en main », Abcd, repense l’outil logistique avec un entrepôt à 289 euros le mètre carré. aisse du nombre de transactions au premier semestre, augmentation des stocks disponibles, pression sur les coûts de construction et les loyers : il n’en fallait pas plus au constructeur de bâtiments clés en main pour apporter une réponse concrète à la crise avec Abcd289, un entrepôt standard à 289 euros le mètre carré. Un prix valable pour un entrepôt d’au moins 24 000 m², divisé en quatre cellules et intégrant la dimension développement durable : utilisation de matériaux recyclés, éclairage par tubes fluos, espaces verts sans entretien… Un prix qui inclut également l’ensemble des études, des honoraires d’architecte aux assurances en pas-

B

sant par l’autorisation d’exploiter, le contrôle technique ou l’étude géotechnique. « C’est le moment où il faut apporter à nos clients les solutions nécessaires à leurs propres transformations », lance Patrick Canac, président d’abcd qui parle de révolutionner ce secteur. Dans le détail, un entrepôt de 24 000 m² permet de stocker 35 848 palettes avec une hauteur libre de 9,8 m, une zone de préparation de commandes bien dimensionnée, 690 m² de bureaux et 20 portes à quai avec autodocks. Le tout proposé avec un délai de construction de 5 mois après l’obtention des autorisations. Abcd ne transige pas sur les dallages (5 t au m²). Un éclai-

rage de 150 lux dans les allées de stockage et de 250 lux dans la zone de préparation, un local sprinkler dont la source est à l’extérieur du bâtiment, un système de désenfumage, d’éclairage zénithal et de garde-corps en toiture et une mise hors gel du bâtiment par aérothermes :

voilà pour la performance. Sur le plan de la pérennité, abcd propose des poteaux en béton, une structure horizontale en lamellé-collé, un bardage double peau et des écrans thermiques. Une construction « sans surprise ni surcoût », conclut le constructeur…

Barjane lance le parc logistique des Bréguières Le chantier du parc logistique des Bréguières a été lancé officiellement le 9 octobre dernier sur le territoire de la communauté d’agglomération Dracénoise, près de Draguignan. e parc logistique des Bréguières est le premier parc en taille réalisé en région Alpes-Côted’Azur par un aménageur entièrement privé. Il est placé au barycentre d’une zone de

L

consommation de près de trois millions d’habitants. « Nous avons l’intention de faire de ce parc logistique une vitrine nationale en termes de développement durable de parcs d’activités logistiques, en alliant fonctionnalité des aménagements et des constructions, excellence environnementale et création d’emplois », explique Julie Barlatier Prieuret, gérante de Barjane. Déployé sur près de 80 hectares, il bénéficie d’une situation intéressante en termes d’intermodalité des moyens de transport entre Marseille, Aix en Provence et Nice. La zone accueillera plus de 200 000 m² de surfaces logistiques répar-

ties en trois zones : Grande Logistique, soit 192 000 m² avec cinq grands bâtiments entre 30 000 m² et 50 000 m², Petites activités et Pôle de Vie. Plus de 120 000 m² sont susceptibles d’âtre reliés à la voie ferrée pour privilégier une logistique sur rail plutôt que sur route. Ce site sera certifié Iso 14 001. 20% des surfaces ont déjà été commercialisées avant même

le début des travaux : d’une part, le discounter Lidl va investir 28 millions d’euros (dont 4,5 millions en centrale photovoltaïque) et prévoit de créer 140 emplois directs en trois ans. D’autre part, la société de messagerie GSL, filiale de Royal Mail, va louer auprès de Barjane un bâtiment de 2 200 m² pour un investissement de 3 millions d’euros. GS

n° 119 > Novembre 2009 > Stratégies Logistique


P17-19_SiteduMois_SL119.qxd:Mise en page 1

DÉCOUVRIR

4/11/09

PARTAGER-COMPRENDRE

14:10

Page 17

APPROFONDIR

ACHETER

ENTREPÔT DU MOIS

Febi Bilstein : une organisation à l’allemande L’équipementier automobile allemand a investi dans le système logistique le plus performant du marché. Un système “pick by light” complètement automatisé où les opérateurs de préparation de commandes n’ont plus à se déplacer et sont dotés d’une traçabilité au contenant. e s k i lo m è t re s d e convoyeurs, des transstockeurs en pagaille, des piles vertigineuses de palettes Europe et de bacs plastiques : le nouveau site logistique de l’équipementier allemand à Ennepetal est d’une facture toute germanique. Ce dernier doit face à une forte croissance, malgré la crise toute récente de l’industrie automobile. « Nous voulons doubler notre chiffre d’affaires d’ici 2015 », explique Dieter Siekermann, p-dg de l’entreprise familiale fondée en 1844. Ce spécialiste de la pièce de rechange depuis 1925 disposait déjà d’une vraie activité de logistique de pièces de rechange depuis 1951. Mais c’est en 2002 que l’équipementier dispose d’un système logistique entièrement piloté par ordinateur. Le centre de stockage si-

D

33

tué à Wuppertal, d’une capacité de 50 000 m², a permis de réduire les délais de livraison avec un taux de rotation des stocks multiplié par six, avec 53 000 picking par jour. Mais c’est pourtant à Ennepetal que Febi Bilstein ouvre un centre logistique flambant, sept ans plus tard. L’investissement est tout à fait conséquent : il atteint les 35 millions d’euros pour 257 millions de chiffre d’affaires. Sur un terrain de 250 000 m², Febi Bilstein s’est payé ce qui se fait de mieux en matière d’automatisation des stocks, sur 21 000 m² seulement mais sur trois étages. De quoi accueillir les flux du centre de production situé à proximité. Des flux qui ne représentent que 15 % de la totalité des flux logistiques. L’équipementier travaille en effet avec de nombreux sous-traitants dont la

MILLIONS D’EUROS Le centre logistique d’Ennepetal a coûté 35 millions d’euros pour un chiffre d’affaires de 257 millions d’euros.

Stratégies Logistique > n° 119 > Novembre 2009

Opérateurs de picking du magasin automatique de bacs plastiques (OPS). La traçabilité de chaque contenant est assurée par code à barres.

15

% Les Flux de production de Febi Bistein ne représentent que 15% des flux totaux.

17


P17-19_SiteduMois_SL119.qxd:Mise en page 1

18

DÉCOUVRIR

4/11/09

PARTAGER-COMPRENDRE

14:10

Page 18

APPROFONDIR

ACHETER

ENTREPÔT DU MOIS

FICHE TECHNIQUE • Surface : 25 000 m² ; 7 quais de réception ; 7 quais d’expédition • Convoyeurs : 1,4 km pour les palettes ; 1,6 km pour les caisses plastiques • Magasin automatique de palettes (MPS) : 39 300 emplacements ; 7 transstockeurs FAS ; 12 postes de travail : 9 postes de reconditionnement • Magasins automatiques de bacs (OPS) : 99 200 emplacements ; 10 transstockeurs ; 14 postes de picking ; 20 postes emballage • Chariots des magasins manuels : Jungheinrich

Centre Logistique d’Ennepetal Order Picking System (OPS)

Magasin de palettes manuel

Magasin automatisé de palettes (MPS)

Order Picking System (OPS) Quais de réception

3 niveaux : 1. Picking MPS 2. Reconditionnement des palettes en bac 3. Picking MPS Quais d’expédition

3 niveaux : 1. Conditionnement en kit Febi 2. Conditionnement en emballages Febi 3. Picking OPS

1000

Le centre logistique expédie un millier de commandes par jour

39 000

Le magasin automatisé de palettes( MPS), d’une profondeur de 150 m, comporte 39 000 alvéoles.

n° 119 > Novembre 2009 > Stratégies Logistique


P17-19_SiteduMois_SL119.qxd:Mise en page 1

4/11/09

14:11

Page 19

➥ PLUS D’INFOS SUR strategieslogistique.com

production est estampillée aux couleurs rouge et blanche de Febi Bilstein. Cette activité génère ainsi un flux très important de pièces métalliques qui doivent être conditionnées. Raison pour laquelle ce centre logistique marie le stockage et le conditionnement sur un site et dans un système unique de conditionnement et de stockage intégrés, celui de l’automaticien allemand Witron. Son logiciel d’entreposage s’interface en amont avec tous les ERP (enterprise resource planing) du marché et en aval avec

DIRK BRABENDER, responsable de l’entrepôt :

« C’est le système le plus rapide sur le marché de la logistique ». des machines (transtockeurs, convoyeurs) dont l’automaticien assure en grande partie la construction. Enfin, au cœur du WMS Witron se trouvent les programmes de flux du matériel intitulés DPS (Dynamic Picking System) ou OPS (Order Picking System) pour la logistique des bacs et CPS (Car Picking System), MPS (Module Picking System) ou OPM (Order Picking Machine) pour la logistique des palettes. Le site d’Ennepetal est ainsi la

42

L’opérateur de picking en zone MPS confirme le prélèvement de pièces dans le stock pour les placer sur une palette de préparation de commandes (emballages carton Febi).

combinaison d’un MPS et d’un OPS. L’ancien site de stockage (à gauche sur le graphique) a été reconfiguré pour réceptionner les marchandises. Puis, un convoyeur les achemine par un pont de 47 mètres de longueur vers le magasin automatique de palettes (MPS). Ce palettier de dix allées intègre une double profondeur de palettes. D’une longueur de 150 m, il dispose de plus de 39 000 alvéoles. Les petits produits sur palettes seront rapidement reconditionnés en bacs plastiques et acheminés vers le magasin automatique des bacs (OPS). Les produits lourds et/ou volumineux, eux, alimenteront deux étages du système de picking modulaire (traduction de MPS). Dans un couloir de préparation de commandes, les opérateurs prennent les quantités à prélever des palettes en provenance du magasin de palettes grâce à un système de “Pick by light”. A chaque fois qu’une palette arrive du stock, un signal lumineux lui indique la quantité à prélever et à poser sur la palette de préparation de la commande. Le système de logistique sur bacs (OPS) est à peu près le

KM Les palettes du MPS mises bout à bout forment une chaîne de 42 km.

Stratégies Logistique > n° 119 > Novembre 2009

Poste de conditionnement en emballage Febi. 90 personnes travaillent au conditionnement sur un total de 300 personnes (dont 70 en production).

même. Le palettier de plus de 99 000 alvéoles comprend également dix allées équipées d’autant de transstockeurs permettant de réaliser 1 300 mouvements par jour. « C’est la machine la plus rapide sur le marché de la logistique », explique Dirk Brabender, responsable de l’entrepôt. Le principe consiste à amener les produits vers les préparateurs qui n’ont pas de déplacements à effectuer. C’est donc une combinaison du stockage automatique d’éléments de petite taille (moins de 35 kg) avec des postes de travail stationnaires. Chaque bac contenant une seule référence en provenance

de l’OPS permet de préparer plusieurs commandes clients à la fois. Entre le magasin de bacs et les opérateurs sont placés des ascenseurs : c’est une zone tampon pour les références de forte rotation en attente de picking. Un système de consolidation permet enfin de réunir les expéditions des deux magasins en une commande unique. Au total, Febi Bistein prépare près de 1 000 commandes par jour. Ouvert en octobre 2008, il ne tourne aujourd’hui qu’à 50 % de sa capacité. Mais il fonctionne comme sur des roulettes. Normal pour un équipementier de l’automobile ! ● GILLES SOLARD

Une nouvelle race de prestataires ? En France, l’équipementier Febi Bilstein a pour objectif de réaliser 25 millions d’euros de chiffre d’affaires. Et lance le service Febi Plus. Celui-ci consiste à confier les références à plus faible rotation, non pas aux grossistes qui ne veulent plus les stocker pour des raisons de rentabilité, mais à des distributeurs spécialisés dans les pièces automobile à faible rotation. Ces derniers disposent de plateformes régionales qui permettent de livrer ces pièces rares en H+4. Une vraie performance ! Un métier de prestataire qui se structure depuis quelques années autour de réseaux nationaux comme celui d’Apprau. Une nouvelle race de prestataire logistique est-elle née ?

1,8

KM Le convoyeur pour les caisses plastiques totalise 1,8 km contre 1,6 km pour le convoyeur à palettes.

19


P20-21_Interview_SL119.qxd:Mise en page 1

20

DÉCOUVRIR

4/11/09

PARTAGER-COMPRENDRE

14:11

Page 20

APPROFONDIR

ACHETER

INTERVIEW

Ranald Hahn Directeur général Europe du Sud de Prologis

« En France c’est plus lent, mais plus sûr… » Le groupe Prologis, premier constructeur d’entrepôts du monde, continue d’investir en France. Malgré la complexité administrative du pays et malgré la crise.

Stratégies Logistique : Quel impact la crise a-t-elle sur vos chantiers en cours ? Ranald Hahn : Nous finissons la construction d’un bâtiment logistique au Havre. Ce dernier offre une surface de 25 000 m2 et doit être livré dans le courant de l’été. Nous disposons aussi du parc logistique Les Portes de Vemars, en cours de développement. Un ensemble composé de quatre bâtiments (62 000 m2). Enfin, le troisième chantier est situé près de Marseille, dans la zone de Clesud, avec environ 60 000 m2 en construction, en partie loués par Saint-Gobain. Ces trois plateformes représentent un investissement d’environ 70 millions d’euros. Bien sûr, comme tout le monde nous avons été touchés par la crise

Prologis, c’est :

et nous avons réduit la voilure. Mais la demande reste soutenue. Elle est seulement plus sélective, plus exigeante sur la qualité des actifs. Nous avons des baux qui vont arriver à terme dans un ou deux ans. Et nous sommes en perpétuelle négociation avec nos clients, pour adapter les baux, éventuellement abaisser un peu les loyers. S L : Et de combien baissentt-ils ? R H : C’est très variable. Cela dépend de la durée de l’engagement du client. Un loyer est toujours compris dans une fourchette de tarifs. Quoiqu’il arrive, nous allons assister à un ralentissement de la demande pendant encore un à deux ans. Mais les entrepôts

51

MILLIONS DE M2 d’entrepôts dans le monde

situés près d’une autoroute et qui sont embranchés fer (ou bimodaux) gardent de toute façon une forte valeur ajoutée et leurs loyers ne vont guère baisser. S L : Pourquoi un embranchement fer, dont l’usage reste très marginal ? R H : Environ 60 % de nos mètres carrés en France sont embranchés fer et, ce, depuis notre arrivée dans le pays. Mieux vaut investir d’emblée dans un site bi ou tri-modal, quitte à payer plus cher, plutôt que de se trouver dans l’impossibilité d’apporter une réponse

appropriée à la demande de vos clients d’ici quelques années. L’embranchement fer rassure presque tous nos clients même si ils ne s’en servent encore qu’assez peu. Cet équipement est déjà indispensable pour la logistique des secteurs boissons et produits blancs. S L : Quelle place tient la France dans votre stratégie d’investisseur ? R H : Un peu plus du quart de notre patrimoine immobilier est localisé en Europe. En France nous avons environ 2,5 millions de m2, répartis sur une dizaine de localisations clés. Outre les ports de Marseille et du Havre, Lyon, Lille, nous nous sommes aussi établis à Poitier, avec un grand bâtiment construit pour Michelin en 2008. Sur ce dernier site, il nous reste encore

« 60 % de nos mètres carrés sont embranchés fer. »

300 000

M2 d’entrepôts en région Centre

n° 119 > Novembre 2009 > Stratégies Logistique

4


P20-21_Interview_SL119.qxd:Mise en page 1

4/11/09

14:12

Page 21

PLUS D’INFOS SUR strategieslogistique.com

DÉCOUVRIR

donc une responsabilité très sérieuse. L’impact environnemental de nos installations doit être réduit au maximum. Nous avons signé beaucoup de chartes HQE, avec un objectif constant, celui d’émettre le moins possible de CO2.

des cellules à louer. La France demeure un couloir essentiel entre la Grande Bretagne, le Benelux et l’Europe du Sud. Certes en France, les démarches administratives sont un peu plus lentes, mais c’est plus sûr et plus transparent qu’ailleurs en Europe. Ainsi, il faut compter 5 à 6 ans pour boucler une opération en France. En Allemagne et surtout en Grande Bretagne, ça prend moins de deux ans, mais c’est beaucoup plus onéreux : une opération immobilière en

Grande Bretagne est, à cause de la forte spéculation foncière, dix fois plus chère qu’en France.

450 000

M2

S L : Êtes-vous labellisés HQE (Haute qualité environnementale) ? R H : Prologis avait déjà rédigé sa propre charte environnementale. C’est une problématique que nous avions anticipée il y a plusieurs années. Physiquement, nous sommes le plus gros investisseur immobilier du monde et nous avons

construits en France en 2008

Stratégies Logistique > n° 119 > Novembre 2009

S L : Vous aviez beaucoup investi en région Centre, quid de vos implantations aujourd’hui ? R H : Nous avons commencé à construire de façon importante, il y a plus de 8 ans. D’abord sur la zone d’Orléans, une région qui offre un fort potentiel sur le long terme. Dans la commune de Mer, nous avons développé l’année dernière un site pour Bridgestone-Continental et Schenker, soit respectivement 40 000 m2 et 20 000 m2. Ce qui représente un investissement d’environ 35 millions d’euros. Parmi nos clients majeurs, il y aussi PPR (Pinault Printemps-La Redoute), qui exploite près de 500 000 m2 à côté de Blois. Nous ne faisons plus de bâtiments en blanc, mais seulement des offres clé en main, puisque telle est la demande. Aujourd’hui, nos bâtiments les plus anciens ont cinq ans, les plus récents ont quelques mois. Nous disposons sur place de quelque chose comme 300 000 m2 d’entrepôts. Ces bâtiments sont quasiment occupés à 100 %. Et en plus, sur ces sites nous avons des plateformes prêtes à construire, disponibles pour recevoir à tout moment de nouveaux clients. lPROPOS RECUEILLIS PAR GILLES NAUDY

200 000

M2 doivent être construits en 2009

BIO EXPRESS Licence en Langues & Littérature européennes Trinity College, Cambridge A obtenu la qualification internationalement la plus notable dans le milieu de l’immobilier dénommée : Fellow Royal Institution of Chartered Surveyor 1999 ProLogis France : Managing Director Regional Head Southern Europe 1997-1999 GSE Avignon France : Director of International Development at GSE 1996-1997 Paneurolog France : Development Director 1992-1996 King & Co, Paris France : Director

21


P22-24_ImmoLogistik_SL119.qxd:Mise en page 1

22

DÉCOUVRIR

4/11/09

PARTAGER-COMPRENDRE

14:12

Page 22

APPROFONDIR

ACHETER

IMMOBILIER LOGISTIQUE

Une année en demi-teinte La crise a certes ralenti les projets de parcs logistiques mais ne les a pas taris, loin de là. Dans les zones portuaires ou du côté de Roissy, les projets fusent. Bilan de l’année 2009. ’année 2009 n’a pas été une grande année pour l’immobilier logistique. Le nombre de mise en chantier a certes sérieusement diminué. Mais les tendances à long terme restent bonnes. « La croissance des échanges marchands, l’externalisation de la fonction logistique, le développement du ecommerce ou encore l’essor de la logistique de proximité sont autant d’éléments positifs pour l’avenir », notait les analystes de Jones Lang LaSalle en début d’année. Et des

L

événements positifs, il y en a eu. À commencer par la sortie du label HQE pour les bâtiments logistiques. Six plateformes ont obtenu ce label le 19 mai dernier : Air France à Orly, Berner à Saint-Juliendu-Sault, Sisley à Saint-OuenL’Aumône (Panhard Développement), Norpec à Saint Vulbas (AEW Europe) et Segro à Marly La Ville ont été distinguées par Certivéa, en partenariat avec l’Afilog. Et des dizaines d’homologations sont en cours, laissant sans doute dans le flou les entrepôts an-

ciens. Il y aura désormais un avant et un après HQE !

Développement dans les ports Malgré la crise, les projets de parcs logistiques sont allés bon train. Le plus remarquable étant le projet (en blanc) de Prologis dans la région parisienne, intitulé “les portes de Vémars”. En bordure de l’A1, à quelques minutes de l’aéroport de Roissy et à 30 km du boulevard périphérique, il est aménagé sur un site de 42 hectares comprenant qua-

tre bâtiments développés en blanc dont un entrepôt logistique de 42 000 m². À peine livré, le site a trouvé preneur ! Il ne s’est en effet passé que quelques jours entre les dernières finitions du bâtiment et la remise des clés à Geodis qui a pris possession le 18 septembre dernier de deux cellules de 6 000 m² à Vémars. Autre opération, celle de Barjane qui a fait l’acquisition de 65 hectares sur la Côte d’Azur, à mi-distance entre Marseille et Nice. Un projet phare en matière d’environnement qui

Début 2009, les premiers travaux d’un entrepôt de 18 000 m² développé par Gazeley pour le compte d’Yves Rocher à Sainte Marie en Bretagne ont démarré. Le nouveau site sera spécialisée dans la gestion de stocks et la préparation de commandes d’articles de conditionnement, destinés aux deux usines du groupe Yves Rocher de Rieux et de Gacilly. Cet entrepôt sera géré par Mory et livré en février 2010.

65

HECTARES C’est l’acquisition réalisée par Barjane sur la Côte d’Azur. Un projet de 200 millions d’euros pour un millier d’emplois à terme.

200

% C’est la hausse du trafic de marchandise prévu sur la Seine à l’horizon 2020, nécessitant la construction d’entrepôts. n° 119 > Novembre 2009 > Stratégies Logistique


P22-24_ImmoLogistik_SL119.qxd:Mise en page 1

4/11/09

14:13

Page 23

➥ PLUS D’INFOS SUR strategieslogistique.com

Le 26 juin, Prologis a inauguré une nouvelle plate-forme de 58 000 m² sur la zac de Clésud, près de Marseille où 38 600 m² ont été occupés par Point P. Un bâtiment d’une valeur de 30 millions d’euros aménagé spécialement pour le leader français de la distribution de matériaux de construction qui peut décharger latéralement les poids lourds. Embranché fer, il peut réceptionner un train entier grâce à ses 534 m de quai.

représente un investissement de 200 millions d’euros et un millier d’emplois à terme. Citons également le projet de Gecilog à Lauwin Planque, dans le Nord (190 000 m²), de Moussy-le-Neuf, à côté de Roissy (80 000 m²) et à Sablésur-Sarthe dans la Sarthe (140 000 m²). Celui d’Alsei, baptisé “Innovespace Val d’Europe 2”, à Montévrain en Seine-et-Marne. Ou celui de Chalendrey Grand Est qui étend sa plate-forme bimodale rail-route. Mais la caractéristique de l’année 2009 est le développement caractéristique des parcs logistiques dans les zones portuaires. À Rouen, un parc logistique multimodal de 100 000 m² a ainsi été lancé sur le territoire du Grand Port Maritime de Rouen, à Grand Couronne. « Ce nouveau parc portuaire aura notamment pour objectif de servir de base arrière logistique et de nœud intermodal pour les terminaux à conteneurs des ports du Havre et de Rouen, en évi-

289

tant le surencombrement routier », souligne Faubourg Promotion, le promoteur de cette opération. À Marseille, le port poursuit sa politique de développement de son système fluvio-maritime avec son entrée au capital de la plate-forme multimodale de Pagny Terminal, située le plus au nord du bassin RhôneSaône à grand gabarit. Le port maritime renforce ainsi sa position en Bourgogne sur une plate-forme appelée « à devenir un point pivot des échanges entre le nord de l’Europe et la méditerranée ». Une participation qui permettra en tout cas au port de développer de nouvelles solutions logistiques, dites “landbridges”, alliant les transports terrestre et maritime pour accélérer le temps de transit vers ces zones. Marseille Fos évalue ainsi à 40 000 conteneurs les nouveaux trafic annuels qu’il pourra à terme capter et fixer dans ses bassins. À Paris, le Port Autonome accélère le développement du

EUROS C’est le coût de l’entrepôt au mètre carré lancé par le constructeur abcd pour faire de la crise une opportunité.

Stratégies Logistique > n° 119 > Novembre 2009

Au 1er octobre 2009, la plate-forme logistique de 46 000 m² pour Easydis (filiale de Casino), a été livrée. C’est l’une des premières à être certifiées HQE. Il aura fallu moins d’un an pour que GA construise la plate-forme d’Easydis à Saint Bonnet Les Oules, à proximité de Saint-Etienne. Cet entrepôt national, dédié aux produits alimentaires, liquides et produits d’entretien, intègre la récupération des eaux de pluies, des panneaux solaires pour l’eau chaude et renforcement de l’isolation de la toiture et des façades.

En novembre 2009, la construction de la plate-forme logistique mondiale de la division produits de luxe de L’Oréal a démarré. Loué pour une durée ferme de 9 ans, le site de 40 000 m², situé à Royes, à 20 km d’Amiens et le long de l’autoroute d’Amiens, sera livré en juin 2010. C’est la quatrième plate-forme développée par Argan pour le leader mondial des cosmétiques.

réseau de terminaux à conteneurs : doublement du terminal sur le port de Gennevilliers, extension de Bonneuilsur-Marne et réserve foncière pour l’extension du terminal de Limay. Des infrastructures qui vont permettre au trafic fluvial de conteneurs de connaître une hausse de 200% sur la Seine à l’horizon 2020 ! Et au Havre, le projet StockEspace, concept d’entrepôts de classe A créé par Alsei, se

40 000

poursuit. Situé sur le parc logistique du Pont de Normandie, en bordure de l’autoroute A 29, le site embranché fer et proche d’un accès fluvial développera à terme 145 000 m² répartis en 3 bâtiments. Les travaux de la troisième tranche de 50 000 m² ont démarré. « Nous sentons un frémissement de marché depuis la rentrée », indique Anthony Pérez, directeur général d’Alsei.

C’est le nombre de conteneurs maritimes supplémentaires que le port de Marseille voudrait capter.

23


P22-24_ImmoLogistik_SL119.qxd:Mise en page 1

24

DÉCOUVRIR

4/11/09

PARTAGER-COMPRENDRE

14:13

Page 24

APPROFONDIR

ACHETER

IMMOBILIER LOGISTIQUE

En novembre 2009, le constructeur de bâtiments Abcd ouvre pour son client Transalliance et son client Cebal une plate-forme logistique de 11 500 m² (13 m de hauteur) près de Chalons-en-Champagne, près de Reims. La filiale d’Alcan Packaging Beauty spécialisée dans la fabrication de tubes souples a investi 6 millions d’euros pour cet entrepôt qui héberge 21 personnes.

Cet hiver, GSE ouvre un site de 75 000 m² pour l’enseigne d’ameublement et de décoration Alinea à Brébières (Pas-de-Calais). L’entrepôt est géré par ID Logistics qui a investi 40 millions d’euros et il est multimodal (route, fer et fleuve). Situé à 5 km de Dourges, il donne la possibilité d’approvisionnements via Dunkerque, Anvers ou Rotterdam et de distribution via le canal Seine-Nord-Europe.

“Low cost” Outre les ports, les transporteurs s’intéressent de plus en plus à la logistique. Cette année, la société Trans Routière, société de transport routier basée dans les Yvelines (Élancourt), ouvre ainsi sa première plate-forme logistique pour rééquilibrer son activité. La société (80 salariés, 4,5 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel), qui dispose d’un parc de 55 camions veut compléter son offre, pour faire face à une crise qui lamine les entreprises trop spécialisées.

Par ailleurs, les opérations en blanc qui avaient quasiment disparues au premier semestre, réapparaissent aujourd’hui. GSE s’apprête ainsi à lancer le chantier de ses deux premiers entrepôts Modulog en Gironde. Un concept né de la crise qui permet de répondre à une exigence croissante des investissements immobiliers et à une baisse des loyers. Sans transiger sur la robustesse des dallages ou des équipements de quai, Modulog renonce par exemple au chauffage grâce à une bonne

Fin novembre, Argan livre à Bosch Siemens une extension de 20 000 m² à Tournan-enBrie. Embranché fer, il compte notamment une longueur de quai de 475 m de long. C’est la troisième extension du site installé en 1997 sur 20 000 m² dans une première phase. Ce centre national de distribution se développe aujourd’hui sur 60 000 m².

isolation. Les deux immeubles de Saint Yzan/ Saint Mariens s’adaptent à tous les marchés, qu’ils soient locaux, régionaux, nationaux ou européens. D’une surface de 37 000 m² divisibles, ces bâtiments seront loués à 40 et 42 (embranché fer) euros le m² contre 46 et 48 euros hors taxes pour des produits traditionnels similaires. Et de nouveaux opérateurs lance des concepts similaires. Abcd vient de lancer Abcd 289 : un entrepôt de 24 000 m² divisible en quatre cellules de 6 000 m² pour un coût de 289 euros le m², hors foncier avec des équipements performants incluant le développement durable. Bref, l’entrepôt n’est sans doute pas encore “low cost” mais n’est désormais plus un produit de luxe. Il continue notamment à susciter des vocations. En créant la marque Gecilog, la société Gecina cherche à se développer dans ce secteur de la logistique par le développement de plate-formes logistiques de 100 000 à 200 000 m². À Lauwin Planque (Nord), le

premier bâtiment loué par le transporteur Bils Deroo est sorti de terre en août dernier. Le deuxième suit en décembre. Objectif : réaliser 2 millions de m² d’entrepôts dans les cinq ans à venir. Or, malgré la crise, le promoteur est dans son plan de marche. De son côté, le développeur Abcd cherche à grossir. En trois ans d’existence, l’entreprise a dépassé les 150 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2008. La crise ? « une opportunité », explique Patrick Canac, président de l’entreprise, à la recherche de solutions optimisées à moindre coût : moins de 300 euros HT de coût de revient au mètre carré. Et à la recherche d’opportunités de rachat d’entreprises, après avoir franchi le cap du million de m² bâti ou en construction. L’entreprise peut en tout cas se prévaloir d’être la première à avoir sorti de terre un bâtiment logistique au label HQE : l’opération Segro de Marly la Ville. La crise a certes ralenti les prises de décision. Mais elle est loin de les avoir éliminer. GS

n° 119 > Novembre 2009 > Stratégies Logistique


P25-28_EtudeFest_SL119.qxd:Mise en page 1

DÉCOUVRIR DÉCOUVRIR

4/11/09

PARTAGER-COMPRENDRE

14:14

Page 25

APPROFONDIR

25

ACHETER

CAS D’ETUDE

GPdis prépare ses commandes Distributeur de produits blancs, bruns, gris, GPdis est stockiste. Au cœur de son système d’information : l’ERP Émergence de Polyèdre, autour duquel gravitent des outils spécialisés, dont ceux d’ID Services pour les opérations logistiques. eux cent mille télévi- longtemps (1985 !) dans le GIE seurs de grandes Pulsat comptant 17 entremarques commandés prises : l’enseigne Pulsat sur la fin de l’année, mais s’adresse à des revendeurs à aussi des lecteurs Blue-Ray, qui l’on a fourni un outil de des cafetières à capsules, des communication afin de monmachines à pain, des sorbe- trer qu’ils sont en mesure de tières… GPdis est un holding vendre les mêmes produits que les grandes de plates-formes surfaces, au même de distributeurs prix, avec le service spécialistes de la en plus. vente en gros de Ces grossistes, auproduits blancs jourd’hui au nombre (gros électroméde 12, ont décidé de nager, produits se regrouper pour encastrables, petit être plus forts sous électroménager, forme d’un holding : énergie renouvelac’est ainsi que nable), bruns (image Bertrand Lepeuple, directeur quit GPdis (Groupeet son), gris (GSM, d’exploitation de GPdis. ment des Platemicro-informatique, photo) de grandes formes de DIStribution), marques (Bosch, Siemens, actionnaire à 100 % de ces enWhirlpool, Sony, Samsung, treprises grossistes. LG…). Il a été constitué en Aujourd’hui, le GIE Pulsat qui 1998 à l’initiative de quatre fédère quelque 480 magasins sociétés : SLD, Bardou, revendeurs, réalise 80 % de Dougados et Léger, en l’occur- son chiffre d’affaires avec rence des grossistes indépen- GPdis. Pulsat est son enseigne dants répartis sur le territoire phare. Néanmoins, GPdis posfrançais, réunis depuis fort sède également des enseignes

D

GPdis en chiffres, c’est :

4

Stratégies Logistique > n° 119 > Novembre 2009

SOCIÉTÉS FONDATRICES

spécialisées comme Compétence et Défis (enseignes de produits bruns et blancs), Avelis Telecom (GSM et produits gris), Andom (les antennes). Le distributeur commercialise en outre des produits à marques propres : PMB et BSK. Afin d’être plus proche de ses clients — les professionnels revendeurs —, GPdis dispose de 20 centres logistiques en France : des plates-formes à Annemasse (74), Annequin (62), Bordeaux (33), Brest (29), Cournon d’Auvergne (63),

Illzach (68), Le Luc (83), Le Mans (72), Limoges (87), Roanne (52), Nîmes (30), Reims (51) et Toulouse (31)… Plus un réseau de dépôts adjacents à ces plates-formes maîtresses à Albi (81), Angoulême (16), La Garde (83), Laval (53), Orléans (45), Pau (64), Perpignan (66), Rennes (35), Rodez (12). Une centrale d’achats, Selectis, assure le référencement et la négociation des prix des 30 000 références de produits achetés pour GPdis qui se

La plate-forme logistique d’Eurocentre, près de Toulouse.

12

GROSSISTES

20

CENTRES LOGISTIQUES en France


P25-28_EtudeFest_SL119.qxd:Mise en page 1

26

DÉCOUVRIR

4/11/09

PARTAGER-COMPRENDRE

14:14

Page 26

APPROFONDIR

ACHETER

CAS D’ETUDE

La mezzanine renferme tous les produits sensibles : informatiques, photos et GSM. Un poste de travail… Des douchettes sans fil… Les bordereaux de livraison sont validés… L’expédition suit, essentiellement via Chronopost.

positionne depuis peu également sur le solaire thermique et le solaire photovoltaïque, ainsi que sur la climatisation…

10 000 m2 de stocks ! Au travers de ce regroupement d’entreprises, la société Bardou a donné naissance à la société GPdis Sud-Ouest qui dispose d’une plate-forme logistique à Eurocentre, dans la banlieue de Toulouse, et des dépôts de 1 500 à 3 000 m² à Albi, Pau, Perpignan et Rodez. C’est un bâtiment récent, construit voici 3 ans sur un terrain de 30 000 m², renfermant 10 000 m² de stock et 2 000 m² de bureaux. La gestion de toutes ses activités est assurée au moyen d’un ERP, le progiciel Émergence développé spécifiquement par l’éditeur lillois Polyèdre : approvisionnements, stocks et dépôts,

55

CAMIONS en propre

ventes, SAV, comptabilité… Tout y est ! « C’est un système centralisé qui fonctionne avec des postes clients riches : il permet à chaque poste de travail d’avoir accès au système centralisé dans un environnement graphique enrichi », précise Bertrand Lepeuple, directeur d’exploitation chez GPdis. Ce progiciel apporte ses capacités à la gestion comptable et à la gestion commerciale. « Ses fonctions multisites et multisociétés nous permettent de gérer de manière complètement transparente les transferts intersociétés de produits manquants dans une plate-forme, mais présents dans un autre site du groupe », ajoute notre hôte. Des évolutions majeures sont attendues pour l’année prochaine dans la version 2 du progiciel, notamment une gestion d’entrepôt

40

% DES LIVRAISONS sous-traitées

Le stockage : en racks pour les produits en petites quantités, au sol pour les gros volumes.

L’un des chariots à pinces servant à la manutention et au stockage de masse de produits blancs (ici des réfrigérateurs).

plus évoluée, l’optimisation du transfert de dépôt à dépôt (y compris le suivi des produits), la gestion du commerce de détail, et pourquoi pas ? L’intégration de la RFID pour la traçabilité des produits, et ce, en partenariat avec de grandes marques telles que Samsung et Whirlpool avec qui des projets globaux sont en cours de

réflexion. « L’ERP de Polyèdre est le cœur de notre système d’information », poursuit Bertrand Lepeuple : « autour de cet ERP, nous avons bâti différents outils : la relation client avec la société Synolia, la gestion du transport avec l’éditeur Teliae, la logistique avec l’intégrateur et fabricant ID Services, les statistiques avec des

2 000 3 000 À

COMMANDES par jour

n° 119 > Novembre 2009 > Stratégies Logistique


P25-28_EtudeFest_SL119.qxd:Mise en page 1

4/11/09

14:15

➥ PLUS D’INFOS SUR strategieslogistique.com

DÉCOUVRIR

outils annexes qui vont chercher l’information dans la base centrale, sans oublier notre intranet ». GPdis Sud Ouest livre, à partir d’Eurocentre, ses clients du grand sud-ouest. Le groupe dans son ensemble bénéficie du travail de 80 représentants équipés de portables qui sillonnent la France et transmettent les commandes de leurs clients : les revendeurs. Ceux-ci ont généralement peu de stock : ils passent commande au fil de leurs besoins, via l’intranet du groupe qui transmet dès lors un grand nombre (2 000 à 3 000) de commandes chaque jour. Celles-ci seront livrées à heure et à jour fixes, au moins deux fois par semaine. « Nous assurons la moitié de notre chiffre d’affaires avec les 55 camions dont nous disposons en propre, tandis que 40 % de nos livraisons sont sous-traitées à des transporteurs, le solde étant réalisé au comptoir par les revendeurs qui viennent directement chercher leurs achats », détaille Bertrand Lepeuple. Une commande arrive chez GPdis… Elle est éditée, préparée, et sa préparation est contrôlée au moyen d’un terminal de saisie en radiofréquence. Le bon de livraison est validé. Une étiquette de transport permet d’identifier le transporteur qui va se charger de la livraison de la marchandise. « C’est Polyèdre, l’éditeur de notre ERP, qui nous a conseillé de nous rapprocher d’un intégrateur, en l’occurrence ID Services qui est déjà intervenu pour l’un de ses clients fabricant et distributeur d’emballages plastiques pour la grande distribution et l’industrie alimentaire ».

Page 27

Pénétrons dans l’entrepôt d’Eurocentre, près de Toulouse La plate-forme d’Eurocentre s’étend sur 10 000 m², auxquels s’ajoute une mezzanine de 1 000 m² sur laquelle sont rangés les produits gris sensibles (appareils photos, informatique mobile, GSM). Le responsable logistique se charge de l’édition des bons de livraison qui seront triés par tournées, puis préparés par les magasiniers. « Tous nos bons sont divisés en deux paquets : d’un côté, ceux correspondant aux gros produits (réfrigérateurs, machines à laver…) qui se pincent, de l’autre, les petits produits », poursuit Bertrand Lepeuple : « donc deux préparations différentes, et un regroupement en finale des marchandises commandées par un même client ». Quant au réapprovisionnement du stock, il donne lieu à des commandes sur seuils d’alerte dès lors que les quantités de chacun des produits présents dans l’entrepôt chutent sous un minimum jugé vital. En tête de la plate-forme, voici la zone de réception : les transporteurs fournissent la liste des marchandises qu’ils vont livrer (sur rendez-vous). Après contrôle de conformité à la commande, les dates de livraison prévues sont saisies dans l’ERP : les revendeurs connaissent dès lors la date de réception des marchandises qu’ils ont eux-mêmes commandées, et peuvent en aviser leurs clients qui les attendent impatiemment. Ces marchandises réceptionnées le matin sont aussitôt contrôlées et rangées dans le stock à proximité de marchandises identiques encore présentes dans l’entrepôt. Cross-docking oblige !

Stratégies Logistique > n° 119 > Novembre 2009

Préparation de commandes à l’aide des pupitres ID12.

L’application Teliae permet de gérer l’édition des étiquettes de transport sur le pupitre ID12.

Le bon de livraison qui vient d’être imprimé est apposé sur le carton du téléviseur prêt à être livré.

Les 3 forces de GPdis Réalisant un chiffre d’affaires de 560 M€avec 830 personnes, GPdis se targue de bénéficier de l’action de trois forces concourant à sa réussite : ► GPdis couvre tout le territoire français. ► Il possède un important réseau de distribution : • De nombreux revendeurs indépendants (quelque 6 000 comptes) situés souvent dans de petites et moyennes agglomérations. • Une trentaine de magasins de détail en propre (de 300 à 500 m²) situés essentiellement dans les grandes villes. Ils portent l’enseigne Pixhall, spécialiste des collectivités locales et des administrations, et l’enseigne EDM qui pratique des opérations de déstockage électroménager. Leur gestion est assurée avec le même ERP : Émergence de Polyèdre. • De grandes enseignes de magasins spécialisés telles que Sesame. ► GPdis peut se targuer de la largeur de gamme de ses produits, depuis la petite pile, la cafetière, la machine à pains, la friteuse, le congélateur, le téléviseur, l’antenne sur le toit, les panneaux solaires… Un intranet permet aux clients revendeurs de consulter les fiches produits et les stocks, et de passer une commande qui "tombe" dans un dépôt GPdis 10 minutes après, pour une livraison dans la journée.

27


P25-28_EtudeFest_SL119.qxd:Mise en page 1

28

DÉCOUVRIR

4/11/09

PARTAGER-COMPRENDRE

14:15

Page 28

APPROFONDIR

ACHETER

CAS D’ETUDE

Le service après-vente : GPdis gère la garantie des constructeurs.

Les produits déjà vendus restent quant à eux à proximité des quais sans transiter par le stock, pour pouvoir repartir dès l’après-midi vers les magasins. « En 2010, explique Bertrand Lepeuple, avec l’utilisation complète du noyau WMS d’Émergence, chaque emplacement sera identifié par un code à barres appelé à être lu par le terminal ID12 monté sur les chariots élévateurs ». Aujourd’hui seule la préparation des commandes est assistée par des terminaux WiFi sur pupitres. Cinq de ces terminaux sont à l’ouvrage à Toulouse, sachant qu’on dénombre un total de 45 pupitres ID12 répartis dans 15 plates-formes de GPdis. La couverture WiFi de chacune des plates-formes logistiques est également une prestation fournie par ID Services. Chaque pupitre comporte un PC durci avec un écran de 12” permettant de visualiser les missions logistiques, une imprimante servant à l’édition des bons de livraison, un clavier (type PC ou virtuel sur dalle tactile), la douchette Bluetooth pour valider les bons de livraison et d’effectuer un contrôle final du code EAN du produit, s’y ajoute enfin une batterie chargée pour la journée.

Le showroom de GPdis : les nouveaux produits y sont présentés aux revendeurs.

L’imprimante embarquée sort aussi l’étiquette de transport grâce au logiciel de l’éditeur Teliae (à Taluyers, près de Lyon) qui gère l’ensemble des transporteurs sur le même système informatique, avec un seul format d’étiquette et la banalisation de l’imprimante (émission des messages EDI à leur attention). Si l’on retrouve plusieurs commandes du même revendeur au cours de la même journée, le système de Teliae effectue automatiquement leur regroupement par transporteur. « Ce pupitre a révolutionné notre préparation de commandes », n’hésite pas à dire Bertrand Lepeuple : « auparavant, les produits à livrer étaient amenés aux préparateurs… Le risque de mélanges d’étiquettes était grand, ce qui se traduisait par des mélanges de produits à livrer aux revendeurs et des litiges de l’ordre de 3 à 4 %… Aujourd’hui, toute la chaîne de préparation et de validation est regroupée sur cet unique poste de travail qui se déplace de place en place sur l’ensemble de la zone de préparation… Il n’y a plus d’erreurs de préparation ». La relation avec le revendeur s’en trouve naturellement sécurisée. Ces

Magasins de détail des revendeurs.

mêmes pupitres servent aux inventaires tournants : ils sont réalisés toutes les semaines avec la simple saisie des codes à barres, contre une fois l’an, manuellement, auparavant. « Nous avons ainsi été en

mesure d’optimiser nos stocks », admet notre hôte : « nous sommes par exemple à même de réagir immédiatement en cas de problème d’étiquetage d’un produit ». ● JEAN-CLAUDE FESTINGER

La saisonnalité, connais plus trop ? Les effets de saisonnalité (les ventilateurs en juin, juillet, août, les congélateurs en été, les télés en fin d’année…) ont tendance à s’estomper. Certes, le mois d’août reste le plus faible de l’année, et novembre/décembre les mois les plus forts pour GPdis qui vend toutefois des réfrigérateurs toute l’année. Les grands événements sportifs génèrent certes des pics de vente tous les quatre ans. « Nous connaissons davantage de pics sur les tailles d’écrans que sur les volumes », précise Bertrand Lepeuple, pour qui, « au moment d’un grand événement sportif, le consommateur se fait plaisir en choisissant un écran de 50 ou de 72 pouces, plutôt qu’un 37 pouces ». Les effets de saisonnalité se traduisent donc alors plutôt par une montée en gamme.

n° 119 > Novembre 2009 > Stratégies Logistique


P29-35_DossierContex_SL119.qxd:Mise en page 1

DÉCOUVRIR DÉCOUVRIR

4/11/09

PARTAGER-COMPRENDRE

14:19

Page 29

29

APPROFONDIR ACHETER DÉVELOPPEMENT DURABLE

Les défis du Grenelle Chargeurs, prestataires logistique et transporteurs tentent de s’adapter ou de contourner les nouvelles normes et taxes vertes. Aucun des acteurs de la chaîne logistique de veut régler l’addition. Par ailleurs, le nouveau cadre du Grenelle génère des activités et un marché qui aiguise les appétits de nouveaux entrants. CONTEXTE

Comment se servir du Grenelle de l’environnement ...30 LES NOUVEAUX ACTEURS

Entretien avec Pascal Bouquet, MetNext .......34

Stratégies Logistique > n° 119 > Novembre 2009

UN PRESTATAIRE FACE AU GRENELLE

7 questions à Emmanuel Vexlard, ID Logistics ...............36

LE CAS

Comment Argan a obtenu le label HQE...37


P29-35_DossierContex_SL119.qxd:Mise en page 1

30

DÉCOUVRIR

4/11/09

PARTAGER-COMPRENDRE

14:19

Page 30

APPROFONDIR ACHETER DÉVELOPPEMENT DURABLE

Contexte surtitre

De l’usine à gaz à la pompe à fric Le Grenelle de l’environnement fera des mécontents. Les plus grands chargeurs et prestataires l’ont déjà intégré dans leur modèle économique, mais quid des autres, paieront-ils le prix fort ? ye-bye la taxe professionnelle, bonjour la taxe carbone ! Et voilà le premier résultat du singulier mécano écolo-économique voulu par le Président de la République. Il existe bien, depuis 2006, une Ecotaxe qui porte sur l’achat d’une voiture (au de là de 161g de CO2) et sur les équipements électriques et électroniques pour financer le recyclage des déchets. Mais cet impôt est intégralement répercuté au consommateur. Il n’en va pas tout à fait de même de la taxe carbone. Le Grenelle de l’Environnement inspiré par Nicolas Hulot « l’homme qui souffle à l’oreille du Président », selon la formule de notre confrère le Nouvel Observateur, commencera dès 2010 à toucher au porte-monnaie les entreprises dans leur activité logistique, et ce, pour la première fois. Or, le secteur de la logistique pèse près de 90 milliards d’euros (900 milliards en Europe). Les coûts logistique entrent pour près de 15 % dans le prix à la consommation. Le dispositif du Grenelle ne sera donc pas neutre. Le premier volet de

B

Le developpement durable en chiffres :

4

diviser par quatre les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050, c’est l’objectif que s’est fixé la France

50

KWH/M2/AN c’est la norme de consommation énergétique imposée aux nouveaux bâtiments

40

% des surfaces d’entrepôts en France seraient vides ou inutilisées

n° 119 > Novembre 2009 > Stratégies Logistique


4/11/09

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter de Stratégies Logistique sur le site strategieslogistique.com Tous les jeudis, le magazine publie tout ce qu’il faut savoir sur le secteur en un coup d’œil.

14:19

Page 31

Finis les problèmes de gestion de parc ! Carnet de maintenance à remplir, VGP à planifier, suivi de parc à assurer… heureusement il y a STILLReport !

Démonstration gratuite en ligne : stillreport.com

EMB0918

P29-35_DossierContex_SL119.qxd:Mise en page 1


P29-35_DossierContex_SL119.qxd:Mise en page 1

32

DÉCOUVRIR

4/11/09

PARTAGER-COMPRENDRE

14:19

Page 32

APPROFONDIR ACHETER DÉVELOPPEMENT DURABLE

cette gigantesque réforme, le Grenelle I pose le principe d’une consommation maximum d’énergie primaire de 50 KiloWatt-heure par m2 et par an, applicable à tous les permis de construire déposés à compter du premier janvier 2011. Les bâtiments du parc existant (d’entrepôt) seront astreints à des travaux d’amélioration de la performance énergétique.Quant au secteur transport, il contribue à hauteur de 26 % aux émissions de gaz à effet de serre en rapport direct avec la supply chain (les entrepôts à 19 %). les émissions de CO2 seront à terme, de plus en plus limitées. Les transporteurs, logisticiens et chargeurs sont aux premières loges. La taxe carbone (voire p) doit rapporter un produit de 4,1 milliards d’euros, à 51 % acquittée par les ménages et à hauteur de 1,9 milliard par les entreprises. Les activités les plus consommatrices d’énergies et souvent les plus polluantes (industries papetières, sidérurgiques, cimentières), ne seraient en pratique pas concernées,

puisque soumise au marché européen des quotas. D’un côté, la contrainte : l’éco taxe et maintenant, la taxe carbone. Cette dernière risque d’affecter la compétitivité des entreprises, qui ne se sont pas ou mal préparées. De l’autre, le moyen de s’y soustraire : à savoir, le marché des quotas CO2, des droits à polluer. Ces transactions, considérées par la loi comme des opérations portant sur des titres, sont exonérées de TVA.

Optimisation fiscale Les entreprises les plus riches, les mieux pourvues en trésorerie et qui sont soumises au marché des quotas, pourront aisément jouer sur ce marché des droits à polluer, tandis que les PMI risquent de souffrir d’une marge de manœuvre autrement plus étroite. Les autres, celles qui entre dans le champ d’application de la nouvelle taxe, s’y sontelles préparées ? Une chose est sûre, la planification de la fiscalité et son optimisation d’un pays à l’autre ne sont, jusqu’à ce jour, ni le point fort ni

Entrepôts : répartitioin des émissions de gaz à effet de serre Cartons 20 %

Electricité 14 % Gaz réfrigérants 38 %

En moyenne 550 tonnes CO2 par an

17

EUROS la tonne de CO2, c’est le barème de la taxe carbone. La commission Rocard avait préconisé 32 euros/tonne

67

Quoiqu’il en soit, dans le projet de loi de finance 2010, le budget dévolu au ministère du Développement durable augmente de près de 1 milliard d’euros par rapport à celui dévolu par la loi de finance 2009, soit au total, 28,25 milliards d’euros. Le gouvernement a par ailleurs prévu de consacrer quelques 7 milliards à la modernisation du transport ferroviaire de marchandise. L’objectif est de reporter 100 000 camions (+ 1000 avions) par an sur le fer, soit une économie annuelle de 150 000 tonnes de CO2. De son côté, Hubert du Mesnil, président de Réseau Ferré de France (RFF) déclare : « La priorité de Réseau Ferré de France est d’atteindre les objectifs fixés par le Grenelle de l’environnement »,notamment d’augmenter la part modale des trafics

Le maquis des labels • BBC (bâtiment basse consommation) délivré par Effinergie : Ce label impose pour les bâtiments une consommation maximum de 50 kWh/m2/an, corrigée par un coefficient de rigueur climatique. Les consommations retenues concernent le chauffage, la climatisation, l’éclairage, la ventilation, l’eau chaude sanitaire. Ce label prend en compte la surface hors œuvre nette. Ce label est agréé par les certificateurs de l’association Effinergie reconnue par l’Etat. • HQE (Haute qualité énergétique), délivré par Certivea/Afilog : Ce label impose 14 critères et deux standards. Il faut obtenir un nombre de points suffisants sur l’ensemble des critères et particulièrement ceux relatifs à l’efficacité d’énergétique et au recyclage des déchets. • CERTIFICATION ISO 14001 : Ce label repose sur le principe d’amélioration continue de la performance environnementale, par la maîtrise des impacts liés à l’activité de l’entreprise. Son périmètre de certification ne concerne pas l’entrepôt, mais s’étend au parc logistique logistique dans son ensemble. • BREEAM (BRE Environmental Assessment Method) délivré par Global. Il est l’équivalent britannique du label HQE.

Combustibles 20 %

Films plastiques 8%

la priorité pour les décideurs de la chaîne logistique. En revanche, ils semblent plus attentifs aux instruments de mesure de l’empreinte carbone. Instruments qui font leur premiers pas sur le marché. Par ailleurs, dans le cadre européen, le « paquet énergie-climat » institue une profonde réforme du marché européen du carbone, applicable dès 2013. Sur cette question, le groupe de travail sur la mise aux enchères des quotas CO2 a justement rendu ses conclusions le mois dernier. En pratique, au lieu de recevoir gratuitement leurs quotas d’émission, les entreprises concernées devront les acheter aux Etats. Résultat, à compter de 2013, plus d’un milliard de tonnes de CO2 transiteront sur ce marché des quotas pour un montant annuel de plusieurs milliards d’euros.

% c’est le taux de remplissage moyen des camions et camionnettes

4 000

MEGAWAT c’est le seuil de production franchi par l’énergie éolienne en France au 1er semestre 2009

n° 119 > Novembre 2009 > Stratégies Logistique


P29-35_DossierContex_SL119.qxd:Mise en page 1

4/11/09

14:19

Page 33

➥ PLUS D’INFOS SUR strategieslogistique.com

DÉCOUVRIR

Transport : emissions de CO2 par support 25 Km à vide compris

Km à vide non compris

20,90

20

16,49

16,48

15

13,82 13,82

14,28

10,43

10 8,23

5

0

4,00 4,00

Amont camion complet

Amont train complet

Aval camion complet

Aval livraison lots

Total

Mesurer l’indicateur cible : Kg.CO2 par unité d’œuvre (la palette)

autres que routiers et aériens de 14 % à 25 % d’ici 2022. Le ministre des Transports Dominique Bussereau a aussi promis 6 mil-

lions d’euros pour accompagner la réforme portuaires. Au final, selon le Boston Consulting Group, c’est la promesse de 450

La taxe carbone mode d’emploi • Origine : transcription de la directive européenne en date du 28 novembre 2006 • Date d’application : dès 2010 • Enjeu pour l’entreprise : optimiser sa situation fiscale, afin de minimiser les effets de la taxe sur les prix et l’impact sur la compétitivité. • Quelle assiette : Les difficultés liées à l’identification du contenu en carbone des produits conduiront vraisemblablement à faire un prélèvement assis sur les consommations énergétiques. Pour les professionnels, le principe d’un prélèvement en amont, sur les produits potentiellement émetteurs de carbone (carburants, combustibles, produits à double usage) en plus des taxes intérieurs existantes (TIPP, TICGN, TICC) devrait être retenu. • Quel taux : 17 euros la tonne pour monter progressivement. • Qui paiera : La taxe serait acquittée à 51 % par les ménages et à 49 % par les entreprises. Les industries les plus consommatrices d’énergie soumises au marché européen des quotas (sidérurgie, ciment, verre, papier) ne devraient pas être concernées. Une redistribution et certains mécanismes d’ajustement sont envisagés pour les secteurs les plus exposés, - pêche, agriculture, taxis par exemple-, la liste définitive des secteurs concernés n’étant pas arrêtée.

A.M.E Logistique est une société récemment créée (2006) pour répondre dans un premier temps aux besoins d’acteurs locaux.

A.M.E Logistique est stratégiquement bien située à proximité des autoroutes - A11 Paris-Nantes (12 km) - A28 Calais-Biarritz (25 km) - A25 Nantes-Bourges (25 km) A.M.E Logistique est spécialisée dans l’entreposage en froid positif et dispose de volumes conséquents (14 000 m3), d’un quai réfrigéré de 400 m² avec 4 quais niveleurs de chargement pour assurer la continuité de la chaine du froid. Les temps d’entreposage peuvent varier de quelques heures à quelques mois.

Nous sommes prêts à étudier toute nouvelle demande et à nous adapter à nos nouveaux partenaires, aussi n’hésitez pas à nous contacter et à venir nous visiter. Stratégies Logistique > n° 119 > Novembre 2009

PUBLI-REPORTAGE

Contact Guy CRYNS : 02-43-94-05-49 guy.cryns@wanadoo.fr A.M.E. Logistique « Les Landes » Route du Lude 72 200 LA FLECHE

33


P29-35_DossierContex_SL119.qxd:Mise en page 1

34

DÉCOUVRIR

4/11/09

PARTAGER-COMPRENDRE

14:19

Page 34

APPROFONDIR ACHETER DÉVELOPPEMENT DURABLE

milliards d’euros d’investissements pour créer ou sauvegarder 600 000 emplois d’ici 2020. En pratique, dans un premier temps, la réforme se traduira plutôt par des réductions d’effectifs et un accroissement du trafic routier. C’est en tout cas ce qu’induira le grand chantier de la réorganisation du fret ferroviaire, notamment avec la réduction à minima du trafic du wagon isolé, lequel se reportera sur la route. Du côté des entreprises, les premiers à emboîter le pas de la loi sont les grands acteurs de l’immobilier logistique. Prologis, Gazeley, des géants de dimension mondiale, avec des dizaines de milliers de salariés et des milliers entrepôts sur tous les continents, se positionnent d’abord comme investisseurs sur le moyen-long terme. Ils ont une longueur d’avance en matière de normes environnementales. Les grands prestataires ne sont pas en reste. Tel le géantdelamessagerieexpresse, quiadéjàcommencéàforméses chauffeurs à l’éco-conduite et qui utilise des emballages recyclables à 100 %.

Allongement notable des chaînes logistiques Pour sa part, Céline Bernard, présidente de la commission Logistique durable, juge que « la prise en compte du développement durable par les entreprises est un phénomène assez récent. Ce n’est vraiment que depuis l’année 2005, que le droit communautaire est entré en scène. Notamment le régime ICPE* appliqué aux entrepôts, en terme d’efficacité énergétique ». Céline Bernard estime que cette question environnementale se pose particulièrement depuis le début de ce siècle avec l’allongement très notable des chaînes logistique et l’augmentation conjointe des émissions de gaz à effet de

Questions à : Pascal Bouquet, directeur commercial de Metnext (prévisions météo pour la supply chain).

BIOEXPRESS Pascal Bouquet 44 ans, • Diplômé de l’IAE d’Aix en Provence et d’un Master en Développement Durable (à l’Université de Paris-Dauphine), • Il a passé 7 ans chez Sagem, puis pendant 5 ans chez SAP, leader mondial des logiciels de gestion pour entreprises.

serre. S’y ajoute, la montée des flux destinés à la messagerie et portés par la croissance du commerce en ligne. La logistique du dernier kilomètre dans la grande distribution représente désormais jusqu’à 30 % de la valeur des marchandises traitées. La réponse, selon la présidente, réside dans les solutions de mutualisation, tant pour des raisons de coût que de développement durable. A titre d’exemple, un nouveau schéma avec des plateformes de déconsolidation, comme celle récemment mise en place par Monoprix, permettrait de massifier les flux, d’éviter les retours à vide, de réduire les distances de transport. « La visée de ce nouveau schéma », rappel Céline Bernard, « c’est un gain de productivité qui se traduirait par une augmentation des surfaces de ventes et une réduction des surfaces de stockage ». ● GILLES NAUDY *NDLR : Installation classée pour la protection de l’environnement.

Stratégies Logistique : Quelle est l’activité de Metnext ? Pascal Bouquet : Metnext, une entreprise innovante dédiée à la gestion indicielle et opérationnelle du risque météorologique dont les actionnaires sont Météo France (52 %), la Caisse des dépôts et consignations et NYSE Euronext (24 % chacun). L’offre Metnext (indices météo-économiques, logiciel, conseil) permet aux entreprises d’optimiser leurs processus grâce à la prise en compte l’impact météo. Son progiciel, Metnext Decide, complémentaire d’un logiciel de prévision de type APS (Advanced planning system,) s’adapte à tout système d’information. C’est un outil de modélisation, d’analyse et de prévision. Il prévoit et mesure l’impact de la météo sur la demande et sur les flux de marchandises. Par exemple, la météo de l’été 2009 a provoqué une hausse de plus de 6 % des ventes boissons gazeuses par rapport à l’été 2008. S L : Pourquoi Météo France a-t-il créé Metnext ? P. B : Tout simplement, parce que Météo France recevait un nombre croissant de demandes de prévisions et d’analyses sur-mesure de la part d’entreprises industrielles et d’investisseurs, l’impact du risque météo étant un des facteurs-clés de leurs analyses. De nombreux secteurs sont météo sensibles. Pour une entreprise, la connaissance et l’anticipation de l’impact météo sur son activité permet un retour sur investissement rapide. S L : En quoi contribuez-vous au développement durable ? P. B : L’intérêt de nos solutions en termes de développement durable est double. D’une part, il concourt à une meilleure planification du transport et permet de réduire notablement la production de gaz carbonique. D’autre part, nous avons une offre spécifique qui permet de prévoir la consommation et la production d’énergie. Elle s’applique particulièrement aux entrepôts frigorifiques et à température dirigée mais aussi aux plateformes produisant et utilisant de l’énergie solaire ou éolienne. SL : Quels clients visez-vous et à quel prix ? P. B : Nous voulons continuer à nous renforcer dans le secteur des produits de consommation en fournissant nos solutions aux acteurs de la supply chain et de la distribution et prendre ainsi appui sur les clients qui nous ont déjà fait confiance avec un taux de satisfaction élevé. Depuis la création de Metnext, de grands noms figurent parmi les clients, dans les secteurs des produits des PGC, de la distribution, du textile, du tourisme ou des boissons. On peut citer par exemple l’Oréal, Nivea, Décathlon, Pimkie ou Danone. Nous fournissons chaque semaine, des indices qui prévoient l’impact de la météo sur la demande, des sites de production jusqu’au magasin. Nos prestations se déroulent en deux étapes. La première, la modélisation de l’impact météo, représente entre cinq et vingt jours de travail selon la complexité et le périmètre, facturés quelques milliers d’euros. La deuxième, qui est la prévision, est facturée selon une grille indicielle de quelques centaines à quelques milliers d’euros par mois, selon que nous intervenons dans une petite entreprise ou pour un grand groupe multi-site.

n° 119 > Novembre 2009 > Stratégies Logistique


P29-35_DossierContex_SL119.qxd:Mise en page 1

4/11/09

14:19

Page 35

Nouvelle formule

OFFRE SPÉCIALE

Jusqu’à

16 %

de réduction sur l’abonnement 2 ans

Abonnez-vous ! 왔 Découvrez le nouveau contenu 쐍 Actualités 쐍 Baromères et indicateurs économiques 쐍 Témoignages de réussites professionnelles 쐍 Guide d'achat complet et actualisé

Décryptez tous les enjeux de la logistique dans l'entreprise BULLETIN D'ABONNEMENT

첸 Oui, je m’abonne pour 2 ans à STRATÉGIES LOGISTIQUE

au prix de 168 € TTC* au lieu de 200 € TTC STL 2A01 (18 numéros + les hors-séries numériques + la newsletter hebdomadaire + l'accès au site www.strategieslogistique.com) Je bénéficie ainsi de 16 % d'économie.

첸 Je préfère m’abonner pour 1 an à STRATÉGIES LOGISTIQUE

au prix de 92 € TTC* au lieu de 100 € TTC STL 1A01 (9 numéros + les hors-séries numériques + la newsletter hebdomadaire + l'accès au site www.strategieslogistique.com) Je bénéficie ainsi de 8 % d'économie.

RÈGLEMENT

©

A remplir et à retourner accompagné de votre règlement à STRATÉGIES LOGISTIQUE Service Abonnements • Immeuble Parc II - 10, place du Général de Gaulle - 92160 ANTONY

Date et signature :

첸 Je joins un chèque bancaire à l’ordre de STRATÉGIES LOGISTIQUE 첸 Je souhaite recevoir une facture acquittée 첸 Je règlerai à réception de facture. *TVA : 2,10%. Offre valable en France métropolitaine jusqu’au 31/12/2009 pour tout nouvel abonnement.

SL 0916 MES COORDONNÉES : 첸 Personnelles 첸 Professionnelles Société . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Activité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 첸 Mme 첸 Mlle 첸 M. Nom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prénom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Fonction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Service . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Adresse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Code Postal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ville . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Tél. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Fax . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Code Naf . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Siret . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E-mail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . @ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . (Indispensable pour recevoir votre code d'accès personnel au site WEB) Conformément aux lois informatique et Libertés du 06/01/1978 et LCEN du 22/06/2004, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier et vous opposer à leur transmission éventuelle en écrivant au Service Abonnements. Groupe Industrie Services Info - SA au capital de 1 057 080 € - 309 395 820 RCS Paris


P36-39_DossierLeCas_SL119.qxd:Mise en page 1

36

DÉCOUVRIR

4/11/09

PARTAGER-COMPRENDRE

14:20

Page 36

APPROFONDIR ACHETER DÉVELOPPEMENT DURABLE

Un prestataire face au Grenelle 7 questions à Emmanuel Vexlard , directeur supply chain chez ID Logistique Stratégies Logistique : Quel est l’impact du Grenelle de l’Environnement sur l’activité de l’entreprise ? Emmanuel Vexlard : Le principal changement pour nous, une prise de conscience que nous avons à faire avec un phénomène de fond qui va beaucoup plus loin qu’une simple démarche marketing. Bien sûr, en temps que prestataire logistique, nous ne refusons pas un client qui fabrique des produits chimiques. En revanche nous sommes beaucoup plus sélectifs sur les sites logistiques que nous proposons à nos clients. Tant sur le choix du barycentre, qui doit optimiser les coûts transport mais aussi l’impact carbone. C’est ainsi que notre client Pepsico a été sensible aux atouts du centre multimodal de Dourges et à l’embranchement fer et fluvial. S L : Pourtant, le multimodal, pour l’instant, n’est guère fonctionnel ? E V : Les industriels raisonnent sur le long terme. Il n’y aura pas de surcoûts considérables. En revanche, ce sera plus compliqué pour la logistique des retours et obtenir un taux de remplissage satisfaisant. Le retour à plein, c’est ce qu’a réussi à faire un de nos clients, Castorama sur ces flux Nord / Sud. La solution peut passer par une mutualisation. S L : Le prestataire que vous êtes est-il concerné et à quel titre par la taxe carbone ? E V : Cette nouvelle taxe aura un impact sur la chaîne logistique. L’activité la plus impactée, sera la partie transport. A priori, cette fiscalité se répercuterait plutôt sur le transporteur que sur le chargeur. En réalité, c’est le destinataire final de la marchandise –entreprise, consommateur- qui supportera le surcoût, dans la limite des règles de concurrence. Je pense donc qu’en pratique, les tarifs de transport vont un peu augmenter. C’est pourquoi, nous avons mis en place des TMS (Transport management system), des progiciels de gestion des transports, pour des clients comme PepsiCo, Carrefour. Aujourd’hui, déjà, quand vous envoyez une pré-facturation à un transporteur, il faut mesurer l’impact carbone. S L : Et sur l’activité entreposage ? E V : Le transport est responsable de l’essentiel des émissions de gaz à effet de serre, l’entreposage n’y ayant qu’une très faible

contribution. Dans l’entrepôt, la consommation d’énergie est le fait des appareils de manutention (picking, préparation de commandes) ou de climatisation (froid, température dirigée). Hors personnel, l’entrepôt c’est globalement 5 % des émissions de CO2 dans une chaîne logistique. S L : Les nouvelles normes générées par le Grenelle contribuent-t-elles au décollage du marché des TMS ? E V : Oui, un client qui gère un volume d’activité important va plus facilement investir dans une solution globale de pilotage des flux, dont la colonne vertébrale sera le TMS. Parce que le coefficient de remplissage des camions devient une préoccupation centrale. Ce qui implique de la co-livraison et une logistique des retours qui soit performante. S L : Quel est l’impact de la taxe carbone sur vos marges ? E V : Avec un niveau de marge très serré, comme celui que nous avons connu pour l’exercice 2009, il n’est pas question de supporter l’intégralité du surcoût induit par cette nouvelle fiscalité. Nous devons pouvoir la répercuter. S L : Que pensez-vous de la réforme du fret ferroviaire ? E V : En pratique, il est très rare de trouver un entrepôt embranché fer qui soit adapté à un train complet. Rien que pour accueillir une demi-rame, il faut une sacrée longueur de quai et de rail. La plupart des embranchements fer sont fait pour recevoir entre cinq et dix wagons, au maximum.

n° 119 > Novembre 2009 > Stratégies Logistique


P36-39_DossierLeCas_SL119.qxd:Mise en page 1

DÉCOUVRIR

4/11/09

PARTAGER-COMPRENDRE

14:20

Page 37

37

APPROFONDIR ACHETER DÉVELOPPEMENT DURABLE

Le cas

HQE mode d’emploi L’entrepôt Argan loué à L’Oréal a obtenu le label HQE pour les 3 phases de programmation, conception et construction. Il répond aussi aux 16 critères cibles imposés par la norme. Décryptage et coût ! ’investisseur français annonçait cet automne avoir reçu la qualification Haute qualité environnementale (HQE) pour les deux cellules qu’il a construites pour l’Oréal près de Vichy. C’est le deuxième site français à recevoir cette certification. Le premier étant l’entrepôt Segro. Chez l’Oréal,

L

il s’agit de deux cellules de 6000 m2 chacune. Pour obtenir la certification, Argan a plus particulièrement concentré ses efforts sur 9 critères cibles sur les 16 requis. Critères qui peuvent être regroupés en cinq catégories, plus deux cibles spécifiques : éco-construction (3 critères), éco-gestion (4 critères),

CRITÈRE 1

confort (4 critères), santé (3 critères) et enfin ce qui est relatif au process et aux conditions de travail. Le promoteur de la construction est auditionné et noté sur chaque critère. Pour décrocher le label HQE, il doit obtenir pour toutes les cibles des notessuffisantes (qualifiées de « base »), et

pour plusieurs d’entre elles des notes au moins satisfaisantes (« performant »), voire, très satisfaisantes (« très performant »). Nous passons ici en revue, les principaux critères (par numéro) obtenus par Argan à Vichy, avec photo à l’appui pour les plus importants.

Relation du bâtiment avec son environnement Que signifie cette formulation ? En pratique, cela veut dire utiliser l’espace de façon aussi rationnelle que possible, prévoir le plan de masse, favoriser la biodiversité (planter des arbres, des essences locales). Note obtenue après audition : Performant

CRITÈRE 3

Chantier à faible impact environnemental Sur ce critère Argan a été qualifié « très performant ». Pour ce faire, Argan a dû prévoir un dispositif opérationnel pour le recyclage des déchets du chantier (bétons, emballages, palettes), leur tri sélectif et leur optimisation dans les meilleures conditions. Il faut bien sûr aussi traiter les pollutions sur le chantier (on lave au karcher les roues des camions qui quittent le chantier pour emprunter les grandes voies de circulation). Et les fournisseurs repartent du chantier avec leurs déchets d’emballage et leurs palettes.

CRITÈRE 4

Gestion de l’énergie Sur ce critère, Argan a été qualifié « très performant ». Cela consiste à obtenir une réduction de la consommation d’énergie par la conception architecturale et une meilleure isolation et étanchéité. « Un entrepôt bien isolé, on a très peu besoin de le chauffer », observe GuyParlange,assistantmaîtred’ouvragechezimdSolutions.Ils’agitdefairemieuxquele coefficient d’isolation UBat (Argan a fait ici 18 % de mieux). Le promoteur a également équipélesespacesbureauxdebrise-soleil:decettefaçon,cesespacesemmagasinentles apportssolairesenhiveretlesréduisentenété.Eclairage,zonage,ventilationdoiventêtre optimisés à cette fin. Enfin, Argan a fait installer un chauffe-eau solaire pour les sanitaires.

Stratégies Logistique > n° 119 > Novembre 2009


P36-39_DossierLeCas_SL119.qxd:Mise en page 1

38

DÉCOUVRIR

4/11/09

PARTAGER-COMPRENDRE

14:20

Page 38

APPROFONDIR ACHETER DÉVELOPPEMENT DURABLE

CRITÈRE 6

Gestion des déchets d’activité Sur ce point Argan a obtenu des auditeurs l’appréciation « très performant ». Pour ce faire, il fallu choisir une filière d’enlèvement, mettre en place une déchèterie, un dispositif de suivi et de tri très soigneux des différents déchets de matériaux (polystyrène, bois, carton, films plastiques).

CRITÈRE 7

Pérennité des performances environnementale A titre d’exemple, les installations de chauffage doivent être très accessibles. Les escaliers et les passerelles de franchissement des murs coupe-feu sur les toitures ont été spécialement conçus. Toute l’ergonomie du bâtiment doit avoir été prévue et pensée pour permettre un entretien et une maintenance aussi efficaces que possible. Tout cela implique un système d’information dédié, une gestion technique centralisée et certains équipements, telles les sondes qui servent à mesurer le niveau de CO2. Note obtenue : très performant

CRITÈRE 8

Confort hygrothermique Pour l’obtenir, Argan a installé sur le toit des tourelles d’extraction et de rafraîchissement, qui permettent d’abaisser la température à l’intérieur de bâtiment l’été. S’y ajoutent, pour la saison hivernale, des brasseurs, déstratificateurs d’air pour redescendre l’air chaud vers le sol. Enfin, des sondes de température complètent le dispositif. Note obtenue : performant

CRITÈRE 10

Confort visuel Ainsi, dans ce site L’Oréal produit par Argan, l’éclairage par la lumière naturelle du jour représente-t-il 5 % ou 10 % des surfaces, soit 600 m2 sur 6000. Un éclairage électrique fluorescent moins énergivore est déclenché par un dispositif électronique de détection de présence. Note obtenue : performant

Cible spécifique A

Conditions de travail Sont examinés la qualité des vestiaires, sanitaires (notamment un espace chauffeur avec douches) et points de restauration, ainsi que tous les équipements (traitement des joints de dalle) permettant d’éviter les troubles musculaires squelettiques. Note obtenue : très performant

n° 119 > Novembre 2009 > Stratégies Logistique


P36-39_DossierLeCas_SL119.qxd:Mise en page 1

4/11/09

14:21

Page 39

➥ PLUS D’INFOS SUR strategieslogistique.com

DÉCOUVRIR

Cible spécifique B

L’adaptation au process Pour ce faire, il faut une répartition des locaux qui limite et rationnalise les déplacements dans l’enceinte du site. Il s’agit de bien penser la trame du bâtiment, en fonction de l’implantation des racks. Les zones de chargement et de déchargement doivent aussi être conçues de façon rationnelle : sur ce site Argan, il y a en plus, un dispositif de blocage des roues et des quais équipés de butées tampon à ressort. Enfin, des liaisons visuelles sont indispensables entre les bureaux d’exploitation et l’entrepôt. Note obtenue : très performant

Et pour les autres critères… Pour les critères 2 (choix intégré des produits, procédures de construction, c’est à dire durabilité de l’ouvrage), 9 (confort acoustique inférieur à 35 décibels pour les appareils), 11 (Confort olfactif), ce qui implique une bonne ventilation, 12 (qualité sanitaire des espaces), 13 (qualité sanitaire de l’air) et 14 (qualité sanitaire de l’eau), Argan a obtenu la note minimum requise : base

Combien ça coûte ? Quoi qu’il en soit, la certification HQE est une démarche lourde et coûteuse. Lourde parce qu’il faut répondre aux impératifs de la norme à toutes ses étapes : de la réflexion, à la livraison du bâtiment, en passant par sa conception. Parce que chaque critère cible recèle une multitude de sous-critères et que les audits peuvent durer plusieurs jours. Une procédure coûteuse, rien que du point de vue administratif : la production et l’échange de documents, la rémunération des auditeurs, tout cela peut se chiffrer jusqu’à 100 000 euros pour un site de 15 000 à 20 000 m2. A ces coûts administratifs s’ajoute un surcoût de conception et de construction de + 8,5 % par rapport à un bâtiment existant déjà performant en qualité (des années 2005). Parmi les cibles qui coûtent le plus cher, figurent les cibles 4 (gestion de l’énergie), 6 (gestion des déchets) et 7 (maintenance).

Des occasions en pleine forme ! Occasions directes Un chantier qui coûte forcément plus cher : ci-dessus, les bassins de rétention d’eau requis pour être aux normes, sur le chantier de l’entrepôt L’Oréal.

Stratégies Logistique > n° 119 > Novembre 2009

Catalogue national disponible au au 0820 85 00 86 0,12 cts/mn ou sur : info@still-fr.com

39


P40-49_GuideAchat_SL119.qxd:Mise en page 1

40

DÉCOUVRIR

4/11/09

PARTAGER-COMPRENDRE

14:22

Page 40

APPROFONDIR

ACHETER SALON

Progilog – Solutions RFID - Traçabilité Le triple salon Progilog – Solutions RFID – Traçabilité ouvre ses portes au parc des Expositions de Paris (Porte de Versailles) les 25 et 26 novembre prochains. Environ 110 exposants sont inscrits pour 4 000 visiteurs préenregistrés.

«

Efficacité, réduction des coûts et innovation sont les maîtres mots de cet événement car ils constituent les priorités des professionnels du secteur », expliquent les organisateurs du salon. Ce dernier développera trois thématiques au sein de trois villages dédiés : Business RFID, lutte anti-contrefaçon et MES (manufacturing execution system). Signalons cette année l’apparition d’en-

treprises récemment créées. A commencer par Fireflies rtls. La société rebaptise « lucioles » les tags RFID et arrive sur le marché avec une solution très légère en infrastructure pour suivre les supports de manutention en entrepôt ou réaliser rapidement un inventaire. De son côté, le jeune créateur d’entreprise Joannès Vermorel lance Lokad. A la base, le « cloud computing » qui per-

met de mettre à disposition des ressources considérables de calcul disponibles à la demande ! Décernons un clin d’œil à la société Acceliis et à sa technologie baptisée Hypervisium. Ce « boîtier photo » permet de comparer une palette théorique et une palette réelle. Un autre au terminal de contrôle de Prooftag : grâce à son code à bulles, un produit peut être authentifié simplement et

partout avec un terminal de communication. Enfin un dernier coup d’œil à l’organisme de standardisation GS1 France. Celui-ci a récemment permis à des consommateurs d’accéder aux informations d’un producteur (de vin) dans un magasin grâce à la capture d’un simple code à barres avec l’appareil photo d’un portable. Autant d’innovations qui méritent au moins le détour. Bonne visite !

3 questions à Véronique Didelot, (Commissaire général adjoint) Quelles sont les grandes tendances du salon ? Véronique Didelot : La nouveauté de ce salon est le lieu géographique. Il a désormais lieu à Paris-Porte de Versailles pour intégrer un grand parc d’exposition et permettre le développement du salon. Plus qu’un salon, c’est un triptyque de salons pour que le visiteur puisse avoir à disposition toutes les solutions pour optimiser sa production et sa supply chain. Des solutions qui permettent d’optimiser les coûts, d’être plus performant, plus compétitif pour répondre à une demande de plus en plus fluctuante. S L : Quels seront les fils rouges de cette manifestation ? V. D : Il existe beaucoup de synergies entre Progilog, Traçabilité et Solutions RFID mais chacun a également des spécificités. Sur le salon Traçabilité, il sera expliqué comment intégrer la traçabilité dans la stratégie globale de l’entreprise. Une conférence permettra de montrer les limites et les dangers d’une traçabilité « low cost ». A Progilog, la tendance c’est l’optimisation des stocks pour répondre entre autres à des contraintes multi-canal ou multi-échelon. Un des fils rouges concernera le MES (manufacturing execution system). Une demi-journée et un village y sont dédiés. Car le MES est un maillon incontournable des grands groupes dans le domaine des opérations industrielles. Un autre fil rouge concerne la contrefaçon dans l’alimentaire avec une demi-journée de conférence et un village au sein du salon Traçabilité. GS1 va de son côté présenter en avant première sa plateforme anti-contrefaçon. Et la plateforme traçabilité consacrée au chocolat disposera d’un module contrefaçon. S L : Et la RFID ? V. D : La RFID fait le lien entre Traçabilité et Progilog. Trois demi-journées de conférences y seront consacrées avec une participation active des visiteurs du salon par rapport au projet européen RACE. Quatre projets de RFID seront également présentés dont celui de la distribution logistique express avec Ciblex et le suivi des colis avec ID Trel ou un inventaire textile avec DHL Fashion. Enfin, une demi-journée de conférence sera consacrée au PLM (product lifecycle management) qui consiste à améliorer les échanges pour optimiser le lancement de produits nouveaux. Au total, nous avons 114 exposants inscrits à ce jour pour 4 000 visiteurs. Les curseurs sont donc tout à fait positifs pour nous.

n° 119 > Novembre 2009 > Stratégies Logistique


P40-49_GuideAchat_SL119.qxd:Mise en page 1

4/11/09

14:22

Page 41


P40-49_GuideAchat_SL119.qxd:Mise en page 1

42

DÉCOUVRIR

4/11/09

PARTAGER-COMPRENDRE

14:22

Page 42

APPROFONDIR

ACHETER SALON

ACCELIIS

ADD.SCAN/PIDION

Société spécialisée dans l’identification automatique

ADD.Scan est l’importateur du Coréen Bluebird Pidion en France depuis trois ans.

Code à barres Acceliis lance sa nouvelle technologie baptisée HyperVisium. Il s’agit d’un boîtier type appareil photo, relié au système de gestion de stock qui effectue une comparaison entre le contenu théorique d’une palette et le contenu réel. L’appareil dont la technologie est basée sur le principe de la réalité augmentée met immédiatement en évidence les colis qui devraient se trouver sur les palettes et ceux qui n’ont rien à faire là. L’analyse de la photo (en trois secondes) peut également mettre en évidence un produit dont la DLC est dépassée ou le contrôle de la cohérence de code à barres par rapport à des règles de métiers personnalisables. HyperVisium peut donc être utilisé dans les processus de contrôle du code à barres, et notamment dans le contrôle de palettes avant expédition ou en réception. . Stand A03 Responsable du stand : Bruno Legrand Tel : 04 75 42 95 30

ALTÉAD SERA

ADD.Scan lance en France le BIP-6000 qui vient renforcer la gamme de PDA durcis Pidion, filiale de Samsung). Il est équipé d’un processeur PXA320 de 806 MHz, de CS Windows Mobile 6.1, d’un écran VGA de 3,5 », d’une protection IP 65 résistant aux chutes de 1,8 m, d’un modem, Wifi, Bluetooth, d’un scanner de code à barres (1D et 2D) et d’une caméra 3 mpixels. Stand B08 Responsable du stand : Laurent Macé Tel : 01 40 95 83 42

APRISO

Editeur de logiciels de supply chain FlexNet Lean Material Flow

Automatisation et supervision de chaînes de production Gestion centralisée La solution AltéSoft est le fruit de deux années de recherches et développement. Modulaire et évolutive, elle permet la gestion centralisée de différents sites de production. Le logiciel se caractérise notamment par sa puissance. Programme de supervision, c’est un système sécurisé qui permet notamment le traitement d’importants volumes d’informations et leur conversion en données statistiques. Stand B26 Responsable du stand : François Cros Tel : 04 72 54 84 03

La solution développée en collaboration avec Accenture permet de s’appuyer sur les meilleures pratiques du « lean manufacturing ». Cette nouvelle solution de la famille FlexNet d’Apriso vient remplir des vides laissés par les applications ERP pour réduire le gaspillage et les cycles de fabrication et augmenter la qualité du processus logistique. Elle permet de synchroniser les flux matières, de contrôler l’exécution des tâches logistiques, d’améliorer la qualité de service, de simplifier les interfaces hommes-machines et de réduire les coûts d’installation et de maintenance informatique. Stand B24 Responsable du stand : Veerle De Decker Email : Contact-eu@apriso.com

n° 119 > Novembre 2009 > Stratégies Logistique


P40-49_GuideAchat_SL119.qxd:Mise en page 1

4/11/09

14:22

Page 43

➥ PLUS D’INFOS SUR strategieslogistique.com

DÉCOUVRIR

A-SIS

Gestion des emplacements de picking LM Slotting est le premier produit de l’éditeur français entièrement dédié à la gestion des emplacements de picking. Son atout : une capacité d’analyse qui lui permet de réaliser une implantation de picking efficace, tout en laissant la possibilité (ou non) d’établir une classification a,b,c du stock. LM analyse le positionnement des emplacements picking. Il visualise les consommations d’unités logistiques (colis, palette…) et calcule les moyennes, les écarts types et la variabilité des prises qui serviront à définir les emplacements ad hoc pour chaque référence. LM propose enfin une réorganisation picking des emplacements « dormants » en fonction de la classification et des contraintes éventuelles. Intégré à la suite LM, ce module est interfaçable avec les logiciels A-Sis de gestion d’entrepôt LM7, Logys et Magistor.

WMS Le logiciel de gestion d’entrepôt Logys adopte un certain nombre de nouveautés : la gestion des ressources humaines pour planifier la charge de travail de chaque processus opérationnel de l’entrepôt ; la réception qui permet de visualiser le planning de réception des commandes des fournisseurs ; le tableau de bord qui se dote désormais d’un outil de supervision graphique permettant de visualiser les flux logistiques de l’entrepôt ; mais aussi des fonctions avancées de (dé)confection, un numéro de série, un outil de Evelyne Raynaud, directeur commercial réorganisation des stocks picking et un et directeur produits lancement automatique des commandes clients en fonction de critères définis par l’ordonnanceur.

Stand D07 Responsable du stand : Evelyne RaynaudTel : 06 17 14 06 41

ATHESI

BARACODA

Importateur et distributeur de produits dédiés à la traçabilité et à l’informatique mobile PDA Le MM3 dispose d’un écran VGA de 3,5 pour afficher beaucoup d’informations sur une page. Ses différents claviers permettent de l’utiliser avec des gants mais également pour des applications nécessitant des saisies importantes de texte avec son clavier alphanumérique complet. C’est le premier terminal portable durci avec claviers complets de m3 Mobile. IP 65, il résiste à des chutes de 1,8 m. Il est disponible avec un clavier numérique ou alphanumérique. Stand A33 Responsable du stand : Rocco Spano Tel : 01 74 01 71 20

Stratégies Logistique > n° 119 > Novembre 2009

Lecteurs de code à barres et solutions RFID Dual Runners Un produit, deux technologies : le Dual Runners est le 1er lecteur associant deux technologies innovantes que sont le code à barres et la lecture de tags RFID. Compact et léger, il ne pèse que 150 grammes. Il résiste à des chutes de 1,8 m grâce à sa protection (en option). En mode « no data loss », les données ne sont pas perdues si vous sortez de la zone de connexion Blutooth ou si la batterie est déchargée. Le mode « batch » permet la lecture des tags RFID ou des codes à barres. Le Dual Runners se connecte à la plupart des terminaux mobiles et se décline en trois versions : 1D (CMOS), 2D (CMOS,Imager) et laser (CMOS). Stand B14 Responsable du stand : Pauline Aybaly Tel : 01 30 08 89 00

43


P40-49_GuideAchat_SL119.qxd:Mise en page 1

44

DÉCOUVRIR

4/11/09

14:22

PARTAGER-COMPRENDRE

Page 44

APPROFONDIR

ACHETER SALON

CSB-SYSTEM

Solutions informatiques de gestion des processus industriels

COURBON

Pilotage, traçabilité et performance des systèmes industriels Pilotage des processus

Processus industriels CBS « Everywhere » est une déclinaison mobile des fonctionnalités standard et métier de la solution « Enterprise ». Cette solution peut être online et offline. Dans les deux cas, la synchronisation des données, en temps réel pour le mode online et par import des données dans le mode offline, est assurée par une architecture serveur SOA. Stand A33 Responsable du stand : Fabrice Deutzer Email : info@csbsystem.com

DYNASYS

L’offre « pharmacim DLE » permet de récupérer toutes les informations provenant des différentes applications (MES, ERP, traitement de texte…) ou systèmes industriels (automatismes, mesure…). L’ensemble des échanges est guidé par un outil de gestion des processus (BPM), depuis le lancement de l’ordre de fabrication jusqu’à la validation de l’enregistrement. Le DLE est enrichi de données tout au long de la supply chain. Les informations sont transmises à chaque étape du processus. Stand C25 Responsable du stand : Nicolas Stori Tel : 04 77 59 34 34

FIREFLIES RTLS

Identification et localisation de biens nomades RFID Editeur de logiciels de supply chain Suite n.skep Dynasys annonce n.skep 2.3.2. Une version peaufinée par l’équipe recherche-développement durant deux ans. Les nouveautés : la rapidité grâce à une optimisation des algorithmes métiers offrant des temps d’exécution deux à cinq fois plus rapides. La simplification du paramétrage des processus métiers. Une offre destinée aux PME des secteurs agroalimentaire et distribution. L’intégration de contraintes métiers plus opérationnelles. Enfin des évolutions significatives du module de gestion des événements exceptionnels. Stand D33 Responsable du stand : Arnaud Hédoux Tel : 03 88 19 14 14

La société propose une solution permettant la localisation, l’identification et la surveillance de biens nomades en temps réel au moyen de réseaux maillés de balises RFID actives nommées « lucioles » (traduction de fireflies). Cette solution intégralement sans fil fonctionnant en 2,45 GHz par le réseau de communication Zigbee est auto-configurable et auto-adaptable. La « luciole » mobile calcule ses coordonnées par triangulation par rapport aux lucioles de référence actives les plus proches pour un temps de réponse de quelques secondes. L’information transite à travers un matériel nommé « passerelle » qui gère un ensemble de zones maillées où l’information peut être visualisée sur un PC ou un PDA. L’utilisateur peut dialoguer avec une luciole. Stand A40 Responsable du stand : Jean-Marc Guillard Tel : 04 38 12 16 75

n° 119 > Novembre 2009 > Stratégies Logistique


P40-49_GuideAchat_SL119.qxd:Mise en page 1

4/11/09

14:22

Page 45

➥ PLUS D’INFOS SUR strategieslogistique.com

DÉCOUVRIR

GS1

HUB TELECOM

Organisme de standardisation

Opérateur télécom de sites complexes

CodeOnLine En s’appuyant sur l’annuaire mondial des entreprises du commerce géré par GS1 et dans lequel sont recensés plus d’un million d’entreprises utilisatrices, CodeOnLine gère automatiquement les liens entre les codes à barres des produits et les informations mises à disposition par les entreprises pour leurs clients. L’information est captée à partir de codes à barres 1D (EAN/UCC) ou 2D (Datamatrix) puis redirigée vers l’adresse URL du propriétaire de la marque, via CodeOnLine. La première application de ce service a été réalisée lors de la foire aux vins qui s’est déroulée du 10 au 20 septembre dans les 750 magasins de l’enseigne Marché Franprix. Pour la première fois au monde, les consommateurs ont pu accéder à des informations produit en prenant en photo ou en saisissant le code à barres des bouteilles de vin avec leur téléphone portable. Stand B18 Responsable du stand : Nadia Taleb Tel : 01 40 95 54 10

Plateforme RFID Hub Telecom propose à ses clients un service de traçabilité d’objets sous forme d’un service RFID opéré Hub’ID. Cette plateforme middleware, hébergée par Hub Telecom, assure la centralisation des informations de traçabilité collectées sur site ainsi que le filtrage, le formatage, l’enrichissement et la diffusion vers les applications métiers. Ce socle mobile permet de créer des applications de traçabilité sur PDA partageant un socle technique de communication avec le service Hub’ID : encodage RFID, lecture RFID et code à barres et connexion au réseau et à la plateforme pour la centralisation des données de traçabilité. Stand B44 Responsable du stand : Soukeyna Gueye Tel : 01 70 03 85 00

KLS

JIDELEC

Editeur et intégrateur de solutions d’identification automatique, de traçabilité et de mobilité professionnelle

Solutions dédiées à la gestion d’entrepôt, au pilotage à l’optimisation des flux logistiques

Tag’n Trace Tag’n Trace s’appuie sur une plateforme web qui autorise la création de scénarii de collecte de données terrain, sans solliciter l’intervention de développeurs informatiques. L’utilisateur crée dans l’interface web de Tag’n Trace le formulaire de saisie qui correspond aux besoins de l’entreprise. Ce masque de saisie est instantanément téléchargé sur le terminal. Les données sont centralisées en temps réel dans un tableau de bord, immédiatement consultables et exploitables. Jidélec livre cette solution sur des terminaux durçis polyvalents, aptes à relever aussi bien du CAB que de la RFID, des signatures ou des photos. Stand B35 Responsable du stand : Christian Huon Tel : 05 61 61 93 93

Stratégies Logistique > n° 119 > Novembre 2009

Gildas WM v5.0 Le logiciel phare de la gamme, Gildas WM, a évolué avec la sortie d’une nouvelle version v5. Les nouvelles Gilbert Garcia, PDG de KLS fonctionnalités : TOM (Transport order management) est un outil de gestion des transports qui intègre la tarification et le contrôle de la facturation des transporteurs ; Ordo qui effectue la planification et l’ordonnancement des tâches dans l’entrepôt ; LM (labour management) affecte de façon optimisée des ressources humaines en fonction des tâches planifiées ; EM (event management) est un gestionnaire d’événements avec déclenchement d’alertes et la création de scénarios de réponse. Stand D13 Responsable du stand : Delphine Soulière Tel : 04 76 01 20 39

45


P40-49_GuideAchat_SL119.qxd:Mise en page 1

46

DÉCOUVRIR

4/11/09

PARTAGER-COMPRENDRE

14:22

Page 46

APPROFONDIR

LOKAD

ACHETER

MANHATTAN ASSOCIATES

Editeur Saas de prévisions statistiques de la demande Prévisions des ventes « on demand » Le produit correspond à la migration de la technologie de prévision statistique de Lokad vers Windows Azure, l’offre « cloud computing » de Microsoft (commercialisation prévue le 19 Joannès Vermorel, novembre 2009). Le « cloud computing » PDG de Lokad révolutionne le secteur de la « business intelligence » en mettant à disposition des ressources considérables de calculs (des millions de serveurs) disponibles à la demande. « Lokad cloud forecasting » représente la possibilité d’obtenir des prévisions statistiques très fines au niveau des points de vente et pas seulement au niveau entrepôt. Un objectif jusque là hors de portée technologique ! Stand D23 Responsable du stand : Joannès Vermorel Tel : 01 75 57 47 63

NITICA

Editeur et intégrateur de solutions logistiques Nilo 3.0 Nilo 3.0 est un progiciel de gestion d’entrepôt. (WMS). Il gère la totalité des informations associées aux flux au travers des étapes réception des marchandises, stockage, préparation de commandes et/ou des ordres de fabrication et expédition. Trois innovations figurent dans Nilo 3.0 : la préparation par reconnaissance vocale (préparation mains libres et gain de productivité), une nouvelle interface graphique (convivialité et performance accrue) et un mode ASP (simplicité et temps réel). Stand C29 Responsable du stand : Franck Murard Tel : 05 65 43 83 70

Editeur de logiciels pour le supply chain management Manhattan Scope La solution « Extended Enterprise management » (EEM) du logiciel Manhattan Scope a été conçue pour connecter l’entreprise à son éco système et fournir une visibilité complète de gestion des événements et des alertes nécessaire à un pilotage efficace des stocks tout au long de la chaîne logistique étendue. EEM fournit également des fonctions avancées de cross docking pour la mise en place d’une supply chain agile. La solution « distributed order management » (DOM) sert aux achats de produits en ligne avec retrait en magasin, aux expéditions de commandes depuis les points de vente ou encore aux expéditions directes aux clients. Le module permet une visibilité globale sur les stocks, une configuration poussée par workflow des processus et dispose d’une architecture orientée services (SOA). Le service web inclus dans DOM permet de dialoguer avec IBM Websphere. Stand C07 Responsable du stand : Maider LEon Tel : 01 756 70 53 00

OM PARTNERS

Société de services d’ingénierie en informatique Modules de planification OMP Plus intègre un ensemble de puissants modules de planification pour la conception d’un réseau, l’optimisation d’un portefeuille de produits, le plan industriel et commercial (PIC), le programme directeur de production ou la planification de la distribution. « Pour la première fois, cette technologie innovante permet l’intégration de la planification de la demande, de l’approvisionnement et de l’ordonnancement », précise le porteparole de l’entreprise. Stand D37 Responsable du stand : Stefan Fagot Tel : 00 32 36 50 22 11

n° 119 > Novembre 2009 > Stratégies Logistique


P40-49_GuideAchat_SL119.qxd:Mise en page 1

4/11/09

14:22

Page 47

➥ PLUS D’INFOS SUR strategieslogistique.com

DÉCOUVRIR

ORTEMS

Planification industrielle et ordonnancement APS L’éditeur de solutions de planification lance une version majeure de son offre Agile Planning. Cette version 7.40 permet de réduire les coûts de production avec une amélioration du service client, un meilleur contrôle de la production avec l’adhérence du planning, l’amélioration de la flexibilité et la création de stratégies de stocks innovantes : optimisation des stocks objectifs, consommation et alerte sur stock de sécurité, visibilité sur les approvisionnements. Stand C25 Responsable du stand : Laïla Ladgham Tel : 04 37 49 70 29

Stratégies Logistique > n° 119 > Novembre 2009

PROOFTAG

Protection des marques, sérialisation de masse et certification de documents Terminal de contrôle Dans le domaine de la sécurité, le code à bulles a déjà suscité l’intérêt de certains gouvernements et industriels pour développer des solutions permettant le contrôle d’authenticité unitaire des produits. Cette méthode d’authentification unique des produits exigeait jusqu’à présent un équipement assez volumineux pour des douaniers volants et nomades. Raison pour laquelle Prooftag a développé un lecteur de code à bulles autonome et miniaturisé dans un terminal de communication développé par la société Detracom. Cet équipement vient en remplacement des outils de radiocommunication traditionnellement utilisés par les forces de l’ordre ou par les industriels. Le terminal intègre la puissance de cacul nécessaire à la lecture d’un code à bulles. Il étend ainsi le champ d’application de cette technologie dans le domaine de transport de marchandises sous scellés. Stand B22 Responsable du stand : Franck Bourrieres Tel : 05 63 21 10 50

47


P40-49_GuideAchat_SL119.qxd:Mise en page 1

48

DÉCOUVRIR

4/11/09

PARTAGER-COMPRENDRE

14:22

Page 48

APPROFONDIR

PTV LOXANE

Editeur de logiciels et de services d’information géographique

ACHETER

ROCKWELL AUTOMATION

Solutions d’automatisation industrielle Gestion de production

Loxane Optimum v4.0 Ce logiciel s’est doté d’un nouveau moteur cartographique qui permet un affichage plus rapide des données. La version 4.0 propose également un nouveau moteur d’optimisation pour traiter un grand volume de données avec la nouvelle législation des temps de conduite. L’ergonomie du logiciel a été retouchée pour une plus grande liberté d’interaction. Il permet aussi d’exporter les tournées vers des applications de navigation ou de suivi de tournées. Stand C16 Responsable du stand : Maxime Bellemin Tel : 01 30 75 75 75

Factory Talk PharmaSuite est un progiciel apportant des fonctionnalités de gestion de production pour les industries réglementées dans les applications weigh and dispense. Il fournit des fonctions de base pour la gestion des recettes, des ordres de fabrication, des en-cours et des stocks, des équipements et des déviations. Il permet de réduire les erreurs en guidant l’opérateur par des workflows et vérifie que seules les matières premières spécifiées dans la nomenclature seront utilisées. Il assure une traçabilité complète amont et aval des ressources. Le rapport de pesée inclut toutes les informations nécessaires à une documentation conforme aux normes GxP. Village MES Responsable du stand : Cristina Storer Tel : 01 61 08 77 00

SAGE

Editeur de logiciels de gestion d’entreprise WMS Intégré au logiciel d’entreposage Sage Geode, le module Geomips permet d’affecter des tâches à réaliser aux opérateurs en fonction des autorisations, du matériel dont ils sont équipés et de l’endroit géographique où ils se trouvent au sein de Sophie Dumas, responsable produit WMS l’entrepôt. Le système permet ainsi de piloter des opérateurs équipés de terminaux vocaux ou de radio fréquence. Avec ce module, vous pouvez piloter les ressources humaines, gérer des indisponibilités de ressources ou de matériels, prioriser les flux et les missions entre elles ou tracer le matériel. Stand D17 Responsable du stand : Judith Soligny Tel : 01 41 66 57 20

TIMIS

Solutions de marquage et d’impression industrielle pour l’identification des produits Imprimante Le Timjet MiniTouch est une imprimante industrielle avec un écran tactile capable de contrôler jusqu’à 4 cartouches HP pour marquer sur tous les types de support poreux. Elle s’intègre facilement sur les lignes de production. Stand B01 Responsable du stand : Azzedine Timoumi Tel : 04 75 82 82 82

n° 119 > Novembre 2009 > Stratégies Logistique


P40-49_GuideAchat_SL119.qxd:Mise en page 1

4/11/09

14:22

Page 49

➥ PLUS D’INFOS SUR strategieslogistique.com

DÉCOUVRIR

TXT E-SOLUTIONS

Solutions de supply chain

VOCOLLECT

Terminaux, logiciels et services pour les applications dirigées à la voix

TXTPerform 2008 TXT présente une nouvelle offre Sales and operation planning (S&OP) basée sur la suite de supply chain management TXTPerform 2008. Ce dernier permet la mise en place d’un modèle en flux tiré piloté par la demande qui implique de manière collaborative les fonctions de l’entreprise concernée par le S&OP. Le processus S&OP est articulé en plusieurs étapes : développement d’un plan de demande incluant les prévisions et les opérations promotionnelles ; développement d’un plan opérationnel sous contraintes ; intégration des objectifs financiers ; développement consensuel d’un plan de demande et communication du plan à toutes les fonctions concernées. Basé sur les meilleures pratiques, TXTPerform 2008 offre une interface utilisateur Excel.

Casque de nuque Ce casque de nuque SR-15 est idéal pour les collaborateurs qui exécutent des tâches nécessitant des déplacements multiples à un rythme soutenu et qui ne peuvent porter de casque traditionnel en raison de leur coiffure, de port de lunettes, de boucles d’oreille ou pour des raisons de confort. Robuste et léger, le nouveau casque s’adapte aux environnements dans lesquels les utilisateurs de systèmes vocaux sont en interaction avec le public, de par son concept peu intrusif. Stand D01 Responsable du stand : Merhan Bachan Tel : 06 61 22 57 64

PLM pour la mode et l’habillement TXT lance Product data management & intelligence (PDMI) qui renouvelle la brique de gestion de données produit. Basée sur les bonnes pratiques métier du secteur de la mode et du textile, la solution PDMI propose une interface utilisateur intuitive pour gérer le processus de développement du produit : gestion des données techniques, prototypage, échantillonnage, prix, approvisionnements… L’approche intégrée de TXTPerform2008 consolide tous les besoins PLM dans une solution unique qui intègre la planification de la collection, la gestion des données techniques, la collaboration avec les fournisseurs et la gestion du workflow et des événements.

WONDERWARE

Solutions logicielles de supervision et de MES Supervision et MES

Stand C46 Responsable du stand : Gilles Allais Tel : 01 55 80 79 40

Stratégies Logistique > n° 119 > Novembre 2009

Dans son offre Wonderware, Operations and Performance offrent une nouvelle approche du MES. Operations répond à des besoins de traçabilité, de généalogie des produits, d’exécution des ordres de fabrication, de gestion des nomenclatures et des stocks… Performance calcule le TRS et assure le suivi des arrêts machine, du workflow et des événements. Stand D27 Responsable du stand : Christine Gregoresco Tel : 01 64 61 89 90

49


P50_Index_SL119.qxd:Mise en page 1

4/11/09

14:26

Page 50

50

➥ PLUS D’INFOS SUR strategieslogistique.com

INDEX DES SOCIÉTÉS CITÉES A

E





Abcd 16, 24 Acceliis 40, 42 ADD Scan 42 AEW Europe 22 Afilog 22 Air France 22 Airwell 12 Alcan Packaging Beauty 24 Alinea 24 Alsei 23 Altead Sera 42 Apprau 19 Apriso 42 Argan 23, 37, 38, 39 A-Sis 43 Athesi 10, 43 Atlet 12

Easydis EDM

B



BA Systemes Baracoda Barjane Berner Bosch Siemens But

C

12 43 16, 22 22 24, 25 14



Casino Cebal CEEP-CSR Certivéa Chronopost Clubatcost.fr Concerto Courbon CSB-System

D



Danone Decathlon DTZ Dynasys

F



G

Manhattan Associates Manuloc Mecalectro Météo France Mory



Faubourg Promotion 23 Febi Bilstein 17, 18, 19 Fireflies RTLS 44



GA 23 Gazeley 22 Gecilog 23, 24 Gecina 12 Generix Group 12, 13 Geodis 22 Goodman 12 GPDis 25, 26, 27, 28 GS1 France 40, 45 GSE 24

H

Heineken Hub Telecom Hypervisium

I

34 34 10 44

25



Jidelec Jones Lang LaSalle Jungheinrich

K

45 15,22 14, 18



Kiabi KLS Kuehne+Nagel

L

14 45 10



Lidl Lokad

14, 46 10 14 34 22

N



Nefab Nicolas Nitica Nivea Nomadvance Norpec Nyse Euronext

12 14 46 34 14 22 34

O

14 45 40



J

M





ID Services 12 24 10 22, 31 26 14 14 44 44

12, 23 27

L’Oreal 23, 34, 37 L’Oréal Cosmétique Active 12 LPR 14

16 40, 46

OM Partners Ortems Panhard Developpement

46 10, 46



Sagem Samsung Schenker Segro Selectis Sesame Siemens Sogaris Solutions RFID Sony Still Sysley

34, 48 25, 26 10, 13 22 25 27 12 10 40 25 12 22

T



Teliae 28 Timis 48 Tout Beurre 14 Traçabilité 40 Transalliance 24 TransRoutière 24 TXT e-Solutions 12, 14, 49

U



Uccoar

14

V



P 42 34 27 25, 26 23 40 23 48 10 48 25

Vincia Vocollect

W

6, 7 14, 49

Y

R





B

BK Systèmes



25, 26 19 49

33

3e de Couv

C

Citizen



47

D

Dynasis



4

E

EDF Entreprise ETI Concept



11 15

F

Faubourg Promotion







13

G

Guide Manutention & Logistique

I

41

2e de Couv

P

Port Autonome de Paris



Yves Rocher

A

A.M.E. Logistique

ID Services



Whirlpool Witron Wonderware





22



Pidion Pimkie Pixhall Polyèdre Port Autonome de Paris Progilog Prologis Prooftag Psion Teklogix PTV Loxane Pulsat

S

INDEX DES ANNONCEURS

S

Sogaris Still

9

4e de Couv 31, 39

22

Ce numéro 119 comporte 52 pages. Il inclut un encart broché abonnement en début et fin de revue.

Rockwell Automation 48

Antony Parc II - 10, place du Général de Gaulle - 92160 ANTONY - Tél. 01 77 92 92 92 - www.strategieslogistique.com  Groupe Industrie Services Info - Directeur de la publication : Christophe Czajka - Directeur général adjoint du pôle magazines spécialisés et salons professionnels : Gilles de Guillebon (gdeguillebon@etai.fr). Rédaction  Directeur de la rédaction : Henri Saporta (hsaporta@gisi.fr) - Rédacteur en chef : Gilles Naudy 01 77 92 95 93 (gnaudy@gisi.fr) - Rédacteur en chef adjoint : Gilles Solard 01 77 92 95 96 (gsolard@gisi.fr). Ont participé à la rédaction : Patrick Cappelli. Réalisation  Maquette : Estelle Mouchy. Publicité  Fax 01 77 92 98 28 - Directrice commerciale : Sandrine Papin 01 77 92 96 43 (spapin@etai.fr) Conférences et événements  Directrice conférences et formations : Anne-Carole Barbarin 01 77 92 92 90 ; Jonathan Dovay 01 77 92 92 97. Fabrication  Responsable de Fabrication : Thierry Michel (tmichel@etai.fr). Administration/Gestion  Directeur administratif et financier : Stéphane Deplus - Directeur des ressources humaines : Frédéric Sibille. Informatique/Services généraux  Services généraux : Jean-Pierre David 01 77 92 94 16. Annonces classées-emploi pro  Fax 01 56 79 43 08 - Chef de publicité : Michel Stein 01 77 92 93 91 - Assistante : Catherine Benezit 01 77 92 94 12. Diffusion/Abonnements/Éditions  Directrice de la diffusion et de la promotion : Bénédicte Hartog 01 77 92 94 06 - Directrice des abonnements : Patricia Rosso 01 77 92 97 88 Directrice des éditions : Annie Zarrati 01 77 92 97 74 - Direction de la promotion : Marie-Sophie Leprince 01 77 92 98 08 - Responsable de la promotion : Christine Guitari 01 77 92 98 10 Service Clients : 01 77 92 97 94 ou 01 77 92 97 91. Tarifs abonnements France (TVA 2,1 % incluse)  1 an : 9 numéros + accès Web : 100 € TTC - Étudiants/Demandeurs d’emploi : 55 € TTC sur justificatif - Etranger : nous consulter - Réglement à l’ordre de Stratégies Logistique - Pour la CEE, préciser le numéro de TVA intracommunautaire - Librairie (vente des numéros déjà parus et des Annuaires (42 88) - Annuaires (TVA 19,6 % incluse). Le guide de la manutention et de la logistique : 54 € TTC. Stratégies Logistique est édité par GISI Communications Principal actionnaire : Aprovia gun - SA au capital de 18 894 076,52 € - 309.395.820 RCS Paris - Commission paritaire : 1110 T 787815 - ISSN 1249-2965 - Imprimé en France : Centre Impression, 11 rue Marthe Dutheil - 87220 FEYTIAT. Dépôt légal à parution  Les noms, prénoms et adresses de nos abonnés sont communiqués à nos services internes et aux organismes liés contractuellement avec le Groupe Industrie Services Info. En cas d’opposition motivée, la communication sera limitée aux obligations découlant de l’abonnement. Les informations pouront faire l’objet d’un droit d’accès ou de rectification dans le cadre légal. La direction se réserve le droit de refuser toute insertion sans avoir à justifier sa décision.

n° 119 > Novembre 2009 > Stratégies Logistique


P0I-IV Couv-SL119.qxd:Mise en page 1

4/11/09

13:54

Page 3


4/11/09 13:54

Numéro 119 - Novembre 2009 - ISSN 1249-2965 - Prix du numéro : 11 € - Photo de couverture : © Juliette Heymann

P0I-IV Couv-SL119.qxd:Mise en page 1 Page 4

Stratégies Logistique - Novembre 2009  

Stratégies Logistique - les actualités de la logistique et de la supply chain. Numéro 119 - novembre 2009 - exemplaire de démonstration