Issuu on Google+

D I P L O M AT I C A n ° 3 1 - 2 0 1 0 I S S N : 111 4 - 9 4 4 2

Directeur de la Publication: Abdelati Habek

40DH - 6€ - 8US$


F

Editorial

orce est de constater que le projet de large autonomie des Provinces du Sud, oeuvre éclairée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, relance à toute allure les discussions dans ce dossier qui a trop longtemps stagné. Des efforts surhumains ont été menés, depuis novembre 2009, par l’envoyé personnel du Secrétaire Général des Nations Unies, l’américain Christopher Ross, pour convaincre nos voisins de tenir avec le Maroc une seconde séance de pourparlers informels, préparatifs à un cinquième round de négociations directes sur l’avenir de la région.

Le Royaume du Maroc a pris part à cette réunion informelle, animé de bonne foi et avec un esprit constructif. Nous espérons toujours que les autres parties se départiront de leurs logiques figées et s’inscriront enfin dans une dynamique positive, pour parvenir à une solution politique de compromis, réaliste et réalisable, au bénéfice de la paix, de la stabilité et du développement de la région, dans le cadre de la proposition de large autonomie. Les Ambassadeurs étrangers accrédités à Rabat continuent à oeuvrer inlassablement dans le cadre de leurs missions politiques, mais également économiques. C’est ainsi qu’un large groupe d’Ambassadeurs a pris part à la visite d’étude socio-économique dans le nord de la région de Meknès-Tafilalet, organisée par Diplomatica. Un programme de rencontres riche et varié au cours desquelles les principaux acteurs orchestrant la dynamique régionale ont présenté aux Ambassadeurs leurs actions et leurs besoins. On retrouve également un dossier spécial consacré à la République Arabe Syrienne qui, au coeur de la mythique route de la soie, souhaite développer rapidement son offre touristique, et faire de Damas, sa capitale, un carrefour de la diplomatie régionale. Dans ce numéro également, le démarrage de la présidence espagnole de l’Union Européenne. L’Espagne sera le dernier pays à assurer, en sa qualité de présidence tournante, la représentation de l’Union Européenne dans un pays tiers. En effet, avec l’entrée en vigueur du Traité de Lisbonne, cette compétence sera exercée, à partir de juin prochain, par la Délégation de l’Union Européenne. Gageons que l’Ambassade d’Espagne à Rabat souhaitera marquer pour la postérité cette dernière présidence tournante européenne.

par Jean-Christophe Bertrand


ans ce numéro

Sa Majesté le Roi reçoit le Roi de Savalou du Bénin

07

Do cuments Activités Royales

10

Sa Majesté le Roi nomme cinq membres du Gouvernement

Détour Activités Princières

12

SAR la Princesse Lalla Salma reçoit le Prix de la Charte de Paris 2010

Dazibao

Les brèves diplomatiques

22

D y namique AéroExpo Marrakech

84 86

Le Salon de l’Aéronautique accueille 40 pays dont 18 africains

Décoration Portugaise décernée au Prof. Boutaleb Joutei de l’Université Mohammed V-Agdal

Ministères

Découverte Un palace centenaire au coeur de Rabat

12

LE PREMIER MINISTRE ABBAS EL FASSI RENCONTRE LE PRÉSIDENT POLONAIS

Divers Rencontres diplomatiques En photo, les principales rencontres diplomatiques non-officielles de la capitale

102

Activités Royales

Décoration

Hôtel «La Tour Hassan»

86

06

19

Diplomates Fêtes Nationales des Ambassades accréditées à Rabat

22

LE MINISTRE TAÏB FASSI-FIHRI ADRESSE UNE LETTRE AU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DES NATIONS UNIES

LE MINISTRE AHMED CHAMI ASSISTE AU SALON AEROEXPO

Diplomates Coopération Belge au Maroc Lancement à Rabat du programme 20102013 à la Résidence de Belgique

Délices de la Syrie recettes de l’Ambassadrice Rabaa Ismaïl

58

78


En couverture de Diplomatica Magazine Le Président de la République Arabe Syrienne Les Ambassadeurs visitent la Région de Meknès

DéveloppeMent

présidence espagnole de l’Union européenne

26

Diplomacy & Business

Directeur de la Publication Directeur Général Abdelati HABEK Directeur Général M'Hammed GUENNOUNE Rédacteur en Chef Jean-Christophe BERTRAND

DoSSIeR

Meknès-tafilalet ouvre ses portes aux Ambassadeurs

28

Conseiller à la Rédaction Batoul NAFAKH-LAZRAQ Rédaction Abdelmajid SAOURA Soumia AICHI Marie-Jeanne DURAND Hafida HABEK Maquette & Infographie Polyzone sarl Photographes Ahmed H. - Younès A. Crédits Photographiques MAP - Ali LINH CTP & Impression Idéale - Casablanca English Translation Lucy MORGAN Email info@diplomaticamag.com Administration 94, rue Azzouza 10210 Rabat (Nahda 4)

DeStInAtIon

la Syrie, une destination touristique à découvrir

60

Tél: 05-37.63.99.99 Tél: 05-37.63.91.91 Fax: 05-37.63.88.88 Publicité - Abonnements Hind A. - Tél: 05-37.63.92.92 Dossier de Presse 1/1999 ISSN 1114-9442 Les articles et les illustrations publiés dans ce numéro n’engagent que leurs auteurs et ne sauraient refléter une quelconque prise de position du magazine.

Tous droits réservés - Reproduction interdite

Tirage du numéro: 15.000 ex (papier). Version électronique sur demande


ocument

Activités Royales

Sa Majesté le Roi reçoit le Roi de Savalou du Bénin

S

a Majesté le Roi Mohammed VI a reçu, mercredi 30 décembre au palais royal à Marrakech, Sa Majesté Dada Tossoh Gbaguidi XIII, Roi de Savalou, chef supérieur des Mahis dans l'Etat du Bénin. Cette audience s'est déroulée en présence du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, M. Taïb Fassi Fihri. Savalou est une ville du Bénin, chef-lieu de la commune du même nom et préfecture du département des Collines (sud-ouest du pays). Le prestigieux Palais royal du Royaume de Savalou est situé aux pieds des collines de la ville. Les rois successifs qui ont régné dans cette région sont tous de la lignée des

6 Numéro 31 - 2010

Gbaguidi, ce qui signifie littéralement «chef puissant». Le nom de Gbaguidi fut donné lors de son sacre au premier Roi en 1557, après qu'il eut apprivoisé un buffle, animal symbolisant la brutalité sauvage à l’état pur. Aux portes de la ville de Savalou, on peut voir une grande statue de terre cuite, au centre d'un parc, qui représente ce Roi. Cette lignée était alliée des Rois d'Abomey (Capitale historique et culturelle du prestigieux Royaume du Dahomey). Cette dynastie est toujours en place et son représentant actuel a été dignement reçu par Sa Majesté le Roi Mohammed VI.


ocument

Activités Royales

Sa Majesté le Roi nomme cinq membres du gouvernement

S

a Majesté le Roi Mohammed VI a reçu et nommé cinq ministres lundi 4 janvier au Palais Royal de Marrakech. Il s'agit de Messieurs: Taib Cherkaoui, ministre de l'Intérieur. Mohamed Naciri, ministre de la Justice. Yassir Znagui, ministre du Tourisme et de l'Artisanat. Driss Lachguar, ministre chargé des Relations avec le Parlement. Mohamed Saad Alami, ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé de la modernisation des Secteurs publics. Les nouveaux membres du gouvernement ont prêté serment devant Sa Majesté le Roi. Ces nominations procèdent de la volonté royale de conférer une dynamique accrue aux grands chantiers de développement et aux réformes institutionnelles structurantes que conduit le Souverain. A cet égard, Sa Majesté le Roi a engagé les nouveaux ministres à oeuvrer sans relâche, dans le cadre d'une action gouvernementale solidaire empreinte de cohérence et de convergence avec l'action parlementaire, à la consolidation de la bonne gouvernance territoriale et socio-économique. Le

Souverain les a également exhortés à aller résolument de l'avant dans la réforme profonde du système judiciaire, pilier de l'Etat de droit, et dans la réalisation des objectifs du développement global. A cette occasion, Sa Majesté le Roi a tenu à louer les efforts que les ministres sortants, MM. Abdelouahed Radi, Chakib Benmoussa, Mohamed Boussaid et Mohamed Abbou ont déployé à la tête des départements dont ils avaient la charge. Le Souverain a rendu un hommage particulier à M. Abdelouahed Radi pour les actions qu'il a menées à la tête du ministère de la Justice, ainsi que pour son engagement sincère en faveur du projet de réforme globale du système judiciaire. Sa Majesté le Roi lui a souhaité plein succès dans ses responsabilités à la direction de son parti et dans ses missions politiques et parlementaires au service des causes supérieures de la Nation. Le Premier ministre, M. Abbas El Fassi était présent lors de cette audience.

7 Numéro 31 - 2010


ocument

Activités Royales

Sa Majesté le Roi préside la cérémonie d’installation de la Commission Consultative de la Régionalisation S a Majesté le Roi Mohammed VI a présidé, dimanche 3 janvier au Palais Royal à Marrakech, la cérémonie d'installation de la Commission consultative de la régionalisation. Cette commission, dont la présidence a été confiée par SM le Roi à M. Omar Azziman, est composée de 21 membres. Elle a pour mission de proposer une conception générale de la régionalisation avancée, ainsi que le rôle qui revient aux institutions constitutionnelles compétentes dans sa mise en oeuvre. Sa Majesté le Roi Mohammed VI a souligné que l'installation de la Commission Consultative de la Régionalisation est un moment solennel qui marque le lancement d'un chantier structurant que «Nous voulons qu'il constitue un tournant majeur dans les modes de gouvernance territoriale», en prélude à une nouvelle dynamique de réforme institutionnelle profonde. Dans un discours adressé dimanche à la Nation, le Souverain a souligné que la régionalisation élargie escomptée n'est pas un simple aménagement technique ou administratif, mais elle traduit, plutôt, une option résolue pour la rénovation et la modernisation des structures de l'Etat, et pour la consolidation du développement intégré. Le Souverain a appelé les membres de la Commission à accomplir un travail d’écoute et de concertation avec les instances et les acteurs concernés et qualifiés et de mettre au point la conception générale d'un modèle national de régionalisation avancée, englobant toutes les régions du Royaume, qui sera soumise à la Haute Appréciation de Sa Majesté à la fin du mois de juin prochain. Sa Majesté a invité la commission à s'attacher à mettre au point un modèle maroco-marocain de régionalisation, issu des spécificités de notre pays, dont la Monarchie, qui figure parmi les plus anciennes du monde, est «restée, à travers les âges, le garant de l'unité de la nation, incarnant la symbiose qui la lie aux différentes composantes du peu8 Numéro 31 - 2010

ple, et veillant à s'enquérir de la situation des populations sur le terrain, partout dans le Royaume. Notre dessein ultime», a poursuivi le Souverain, «est de poser les fondements d'un modèle de régionalisation avant-gardiste pour les pays en développement» et de conforter ainsi «la place privilégiée de notre pays, comme exemple à émuler, lorsqu'il s'agit de prendre des positions nationales audacieuses et d'apporter des réponses marocaines créatrices à des questions marocaines majeures». «De ce point de vue», a souligné Sa Majesté le Roi, «la conception générale du modèle escompté doit être élaborée en s'appuyant sur quatre fondements, dont le premier est l’attachement aux sacralités et aux constantes de la nation, notamment l’unité de l'Etat, de la nation et du territoire, unité dont Nous sommes le Garant et le Protecteur», la régionalisation élargie devant être la confirmation démocratique de la singularité du Maroc, le tout se fondant en une identité nationale unique et singulière. Le deuxième fondement réside dans la consécration du principe de solidarité, sachant que la régionalisation ne doit pas se réduire à une simple redistribution des compétences entre le centre et les régions. Au troisième rang de ces fondements, Sa Majesté le Roi a mis l'accent sur la recherche de l'harmonisation et de l’équilibre, pour ce qui concerne les compétences et les moyens, ainsi que la prévention des interférences et des conflits de compétences entre les différentes collectivités locales, les autorités et les institutions. Au quatrième rang, le Souverain a souligné la nécessité de l’adoption d’une large déconcentration dont la mise en oeuvre effective est indispensable pour une régionalisation judicieuse, dans le cadre d’une gouvernance territoriale efficiente, fondée sur la corrélation et la convergence.


ocument Marrakech - 05/01/2010

DR

Sa Majesté le Roi Mohammed VI reçoit S.E.M. Thai Duong Ngo, Ambassadeur du Vietnam venu prendre congé du Souverain au terme de sa mission au Maroc.

Marrakech - 05/01/2010

DR

Sa Majesté le Roi Mohammed VI reçoit S.E.M. Alberto de Nuñez, Ambassadeur d’Argentine venu prendre congé du Souverain au terme de sa mission au Maroc.

Tanger - 8/02/2010

DR

Sa Majesté le Roi Mohammed VI reçoit M. Abdelouafi Laftit, que le Souverain a nommé PDG de la société d'aménagement pour la reconversion de la zone portuaire de Tanger Ville.

9 Numéro 31 - 2010


étour

Activités Princières SAR LA PRINCESSE LALLA SALMA REÇOIT LE PRIX DE LA CHARTE DE PARIS 2010 CONTRE LE CANCER Le Prix de la Charte de Paris 2010 de lutte contre le cancer a été remis solennellement à SAR la princesse Lalla Salma, lundi 1er février 2010 au Château de Versailles, au cours d'une soirée de bienfaisance que Son Altesse Royale a parrainée sous le haut patronage du Président Nicolas Sarkozy, au profit de l’Association pour la Vie Espoir contre le Cancer (AVEC).

C

ette distinction qui récompense l'action de Son Altesse Royale à la tête de l'Association Lalla Salma de lutte contre le cancer, lui a été remise par le Prof. David Khayat, président de l'association «AVEC», chef du service d'Oncologie à l'hôpital parisien de La Pitié-Salpêtrière, et initiateur de la Charte. SAR la princesse Lalla Salma a été cooptée pour l'année 2010 en raison de son généreux engagement et de son action inlassable qui «favorise la diffusion des valeurs» de cette Charte, qui porte désormais le nom de «Charte de l'Unesco de lutte contre le cancer». La Charte de Paris a été lancée en février 2000 par l'ex-président Jacques Chirac et le Professeur David

Khayat, ancien Président de l’Institut National du Cancer (France) pour promouvoir l'égalité d'accès à des soins de qualité, le respect de la dignité des patients, l'innovation diagnostique et thérapeutique et la coopération entre tous les acteurs de la lutte contre le cancer aussi bien en France qu’à l’échelon international. Avant la remise du Prix, sous forme de statuette, le Pr Khayat a rendu hommage à Son Altesse Royale pour son «énergie et son engagement constant et persistant» pour rendre la société marocaine «plus solidaire dans ce combat pour la vie». Après avoir souligné les différentes actions menées par l'Association, le célèbre cancérologue français a relevé que l'engagement de

SAR la Princesse Lalla Salma a permis de «placer le Maroc à un haut niveau dans la lutte contre le cancer" et de faciliter «l'accès des plus nécessiteux aux soins et aux médicaments en vue de leur offrir une chance de guérir» de cette terrible maladie. Cette cérémonie s'est déroulée dans le cadre prestigieux du Château de Versailles, en présence notamment de Mme Bernadette Chirac, ex-Première Dame de France, de MM. Luc Chatel, ministre français de l'Education Nationale et porte-parole du gouvernement, El Mostafa Sahel, Ambassadeur du Maroc en France, et Abderrazak Jaïdi, Ambassadeur chargé du Consulat général du Royaume à Paris.

LE ROI DE BAHREIN RECOIT SAR LA PRINCESSE LALLA AMINA

L

e Roi de Bahreïn, Sa Majesté Hamad Ben Aissa Al Khalifa, a reçu, vendredi 5 février à Manama, SAR la Princesse Lalla Amina, présidente de la Fédération Royale marocaine des sports équestres et présidente de Special Olympics Maroc (SOM). Lors de cette audience, qui s'est déroulée en présence de l’Ambassadeur du Maroc à Bahreïn, S.E.M. Mohamed Ait Ouali, Son Altesse Royale a remis au Souverain de Bahreïn un message écrit de Sa Majesté le Roi Mohammed VI. Sa Majesté Hamad Ben Aissa Al Khalifa a souhaité la bienvenue à SAR la Princesse Lalla Amina, en visite à Bahreïn pour participer à la Coupe internationale d’endurance équestre et a chargé Son Altesse Royale de transmettre ses chaleureuses salutations et ses voeux sincères de santé et de bonheur à Sa Majesté le Roi Mohammed VI, affirmant la détermination de Son pays à promouvoir les relations bilatérales dans divers domaines. 10 Numéro 31 - 2010


azibao

Macédoine

M. Abbas El Fassi reçu par le président polonais

DR

DR

Le Maroc et la Macédoine ont signé un protocole de coopération portant création d’un mécanisme de consultations politiques entre les ministères des Affaires étrangères des deux pays. La signature de ce protocole a eu lieu à l’occasion de la visite de travail qu’a effectué à Skopje, la capitale de la Macédoine, la Secrétaire d'Etat auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Mme Akharbach.

Le Premier ministre, M. Abbas El Fassi, a été reçu, vendredi 29 janvier à Varsovie, par le président polonais, M. Lech Kaczynski. M. El Fassi a déclaré que le président polonais a salué les différents chantiers de réformes institutionnelles lancés par le Maroc pour la consolidation de la démocratie, du respect des droits de l'Homme et de l'égalité des sexes. Le président polonais a également évoqué l'Union pour la Méditerranée (UPM) et le partenariat entre l'Union européenne et les pays de l'Europe de l'Est, précisant avoir fait part à ce sujet de la position du Maroc qui insiste sur la complémentarité entre l'UPM et le partenariat avec l'Est, compte tenu des relations excellentes existant entre le Maroc et les pays membres de cette région de l'Europe. M. El Fassi a effectué une visite officielle en Pologne à la tête d'une importante délégation composée notamment de MM. Abdellatif Maâzouz, ministre du Commerce extérieur, Yassir Znagui, ministre du Tourisme et de l'Artisanat, et Mme Latifa Akharbach, secrétaire d'Etat auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération.

INDH: un ministre italien en visite à Sidi Moumen

Belgique: outsourcing L’Ambassade du Royaume du Maroc à Bruxelles a présenté le jeudi 28 janvier, à un groupe d’investisseurs du Benelux, les opportunités d’investissement au Maroc dans les secteurs de l’offshoring et de l’outsourcing. Avec plus de 5 parcs industriels, les atouts d’une proximité géographique et d’une main d’oeuvre qualifiée, le Maroc est devenu une plateforme incontournable de l’offshoring dans le monde. D’ici à 2015, lers métiers de l’offshoring et de l’outsourcing devraient générer plus de 100.000 postes au Maroc, associés à quelques 15 milliards de dirhams de recettes.

12 Numéro 31 - 2010

Maroc-Norvège: nouveau scandale «Le Maroc réaffirme -avec force- son rejet de l’implication -avérée- d'agents relevant du Ministère de la Défense norvégien dans le kidnapping des enfants du champion olympique marocain, Khalid Skah», a déclaré à Rabat, le Ministre Taïb Fassi Fihri. A l'issue d'une rencontre avec la presse norvégienne portant sur l'affaire des enfants Skah, le Ministre a fait savoir que cette entrevue a constitué une occasion pour «réaffirmer avec force le rejet du peuple marocain et du gouvernement de S.M. le Roi Mohammed VI de cette implication avérée, non seulement de ces agents qui

sont venus de Norvège, mais aussi de l'Ambassade, et de l'Ambassadeur lui même, dans cette opération». La thèse de l'implication de l'Ambassade de Norvège, vient d'être reconnue sans équivoque, le lundi 1er février, par le directeur adjoint, Mme Ragnhild Imerslund, porteparole du Ministère norvégien des Affaires Etrangères, qui a confirmé que les enfants de Skah ont été exfiltrés du territoire national de manière illégale avec le concours de l'Ambassade de Norvège à Rabat, en relation avec des agents norvégiens recrutés à cette fin. MAP

Ce protocole, qui vise la consolidation des différents aspects de coopération entre le Maroc et la Macédoine, prévoit la tenue de consultations régulières sur les relations bilatérales. Au cours de sa visite de travail en Macédoine, Mme Akharbach a eu des entretiens avec le ministre macédonien des Affaires étrangères, M. Antonio Milososki, le ministre de l'Economie, M. Fatmir Besimi et le Secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères, M. Abdulkader Memedi.

Le ministre de la Coopération internationale de la région de Toscane, M. Massimo Toschi, a effectué, le 1er février, une visite au centre de développement humain de Sidi Moumen, où des explications lui ont été fournies sur cette structure et ses activités notamment sur les formations dans les métiers du cinéma, de la musique et de l'offshoring. Dans une déclaration à la MAP, M. Toschi a également souligné que sa visite au Maroc lui a permis d'examiner avec les responsables de la région du grand Casablanca et de la province de Lâyooune, les opportunités de conclure des conventions de jumelage avec la région de Toscane.


azibao

DR

Création du Ministère des Affaires étrangères

Le Club Diplomatique Marocain a organisé une conférence abordant la création du ministère des Affaires étrangères en prennant Al Mahdi Al Amrani Al Zantar comme exemple. Cette rencontre s’est déroulée le 17 novembre 2009 dans la salle Balafrej au Ministère des Affaires Etrangère. Le discours d’ouverture a été prononcé par l’Ambassadeur Saleh Al Zaimi, le Président du Club diplomatique marocain. L’Ambassadeur Snoussi, Président de l’Association la Grande Ismailiya de Meknès a attiré l’attention de l’auditoire. Le mot de M. Mohamed Al Jaidi, parmi les premier cadre du Ministère des Affaires Etrangère, et un ancien Ministre, mémoire vivante des premiers jours de cette importante institution nationale a retenu toute l’attention de l’auditoire.

Le Ministre Naciri visite la Maghreb Arabe Presse

Les membres du Conseil d’administration de l’agence Maghreb Arabe Presse (MAP), réuni mardi à Rabat sous la présidence du ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, M. Khalid Naciri, ont visité la salle de rédaction rénovée de l’agence. Les membres du Conseil ont ensuite fait le tour des différents services rédactionnels de l’agence, notamment le service Internet, le service photo et le service des exploitations

audiovisuelles qui disposent désormais d’espaces spacieux et d’équipements modernes. Une enveloppe substantielle a été allouée à la rénovation des espaces de travail dans le siège central. Cette opération qui concerne les différentes espaces rédactionnels, la salle informatique et la salle des conférences, s’inscrit dans le cadre d'un grand chantier qui prévoit aussi le renouvellement des mobiliers et équipements de ces espaces.

Corée : Stratégie de promotion des exportations

L’Ambassade de la République de la Corée est organisé en collaboration avec l’Institut Coréen de Développement et le Ministère de Commerce du Maroc un séminaire intitulé “Les Stratégies de développement et de promotion des exportations et les possibilités de partenariat entre la Maroc et la

Corée”. Cette grande manifestation économique a rassemblé les exportateurs marocains, les représentants des départements ministériels, les spécialistes, les chercheurs intéressés par le développement du domaine de l’exportation au Maroc avec les experts coréens.

19ème Festival du Film Européen

14 Numéro 31 - 2010

de cinéastes émergents et de cinéastes à découvrir, pour la plupart sélectionnés ou primés dans de grandes manifestations internationales. Parallèlement aux dix longs métrages programmés, des courts métrages du Sud de la Méditerranée ont été diffusés en première partie de certaines séances. Tétouan, Rabat, Casablanca et Marrakech ont bénéficié, du 28 janvier au 12 février, d’une même programmation, à quelques jours de différence. MAP

Chaque année, depuis 1991, les Semaines du Film Européen attirent un public curieux de voir des films qui ne sont jamais diffusés dans les salles de cinéma marocaines. L’an dernier, la fréquentation a atteint le chiffre record de 17 000 spectateurs, prouvant ainsi l’intérêt du public pour un cinéma plus exigeant et moins normé. La sélection 2010 répondait aux mêmes critères: montrer le cinéma d’auteur européen dans toute sa diversité à travers des films de grands cinéastes,


azibao

Aéroports - ONDA Nouveau Directeur Général Le ministre de l'Equipement et des transports, M. Karim Ghellab, a présidé, le 2 février, la cérémonie d'installation du nouveau directeur général de l'Office National des Aéroports (ONDA), M. Dalil Guendouz. Le nouveau directeur général était Directeur de l’Ecole Hassania des travaux publics (EHTP) après avoir occupé le poste de DGA et membre du directoire de la Société Centrale pour l’Equipement du Territoire (filiale de la CDG). Cet ingénieur a justement fait ses études à l’EHTP, avant d’aller à Polytechnique Paris, où il a obtenu un diplôme d’études approfondies. Il a démarré sa carrière en 1990 en tant qu’ingénieur à l’Institut national de recherche en informatique et automatique de Paris. De retour au Maroc deux ans plus tard, il a occupé divers postes de responsabilité dans les secteurs public et privé.

Emergence d'une nouvelle génération d'investisseurs parmi les MRE Le ministre chargé de la Communauté marocaine à l'étranger, M. Mohamed Ameur, a appelé, vendredi 29 janvier à Rabat, à favoriser l'émergence d'une nouvelle génération d'investisseurs et de porteurs de projets parmi les Marocains résidant à l'étranger (MRE). S'exprimant lors de l’ouverture d’un séminaire sur les mesures prises par le gouvernement visant le développement de l’investissement des MRE, M. Ameur a souligné l'importance «grandissante» de cette génération hautement qualifiée qui doit être pleinement mobilisée dans l'économie nationale. Il a indiqué, dans ce sens, que son département travaille pour asseoir un cadre «attractif et adapté aux besoins et affinités des investisseurs expatriés», mettant à leur disposition une banque de projets en adéquation avec les particularités de leurs régions d’origine. Le ministère oeuvre également pour identifier les formes de partenariat international avec les acteurs locaux et nationaux dont l'objectif est l'appui et l'encadrement des émigrés dans leurs projets. S’agissant des mesures prises pour mieux drainer les investissements des Marocains du monde, il a rappelé la mise en place du mécanisme d'encouragement des investissements des MRE (25% du coût du projet à la charge de l'investisseur, 10% sous forme de subventions de l'Etat et 65% de crédit bancaire).

DR

L’Ambassadeur Kaplan à l’IHEM

«Le Maroc, pays d'accueil, de tolérance et d'ouverture, peut contribuer aux cotés des Etats-Unis, au règlement du conflit israélo-palestinien», a affirmé mercredi 20 janvier, l’Ambassadeur américain à Rabat, S.E.M. Samuel Kaplan. S'exprimant lors d'une conférence organisée à Rabat par l'Institut des Hautes Etudes de Management (IHEM) sous le thème «Obama: une année après», le diplomate américain a fait état du respect et de la crédibilité dont jouit le Royaume à l'échelle internationale. Le diplomate américain a, dans ce sens, réitéré la position de l'Administration Obama vis-à-vis du conflit au Moyen-Orient basée sur une solution à deux Etats et le gel total des colonies juives dans les territoires palestiniens. Evoquant les relations entre les Etats-Unis et le monde islamique, l’Ambassadeur américain a rappelé la nouvelle approche annoncée par le président Obama dans son discours prononcé au Caire. S.E.M. Kaplan a, en outre, passé en revue la stratégie de la nouvelle Administration américaine en Irak et en Afghanistan qui vise, selon lui, à réparer les erreurs du passé et à redéfinir les nouvelles priorités de la sécurité nationale américaine.

15 Numéro 31 - 2010


azibao

Energie Solaire: don japonais Dans la cadre de la solide coopération qui lie le Maroc au Japon depuis plus de quarante ans, et afin de promouvoir son énergie propre, le Japon a octroyé un don de 7,4 millions de dollars pour financer l’installation d’une unité de production électrique à partir de cellules photovoltaïques, à Assa-Zag. Le Maroc disposera ainsi de la première centrale à énergie solaire photovoltaïque, la plus grande en Afrique à ce jour. Cette centrale va permettre, par le biais de l'énergie produite, d'améliorer la qualité de la tension dans la zone et d'alimenter les 5.300 foyers, administrations, coopératives artisanales et petites entreprises de la Province d'Assa-Zag raccordées au réseau électrique. L’échange concernant ce don a été signé, lundi 25 janvier à Rabat, par la Ministre de l'Energie, des Mines, de l'Eau et de l'Environnement, Amina Benkhadra.

Clôture du Premier Symposium «Sécurité en Afrique»: une soixantaine de pays représentés à Marrakech Le premier symposium international sur la sécurité en Afrique a eu lieu, du 28 au 30 janvier 2010 à Marrakech, sous le thème «La sécurité en Afrique: Défis et perspectives». Cette réunion avait pour objectif notamment de promouvoir le dialogue entre les représentants des Etats participants, compte tenu de l'ampleur de la nature de plus en plus complexe et évolutive des enjeux économiques, environnementaux et sécuritaires en Afrique. Le symposium a réuni plus de 150 experts et spécialistes civils et militaires, venant d'une soixantaine de pays de par le monde. A l’issue du Symposium, les participants ont recommandé le choix de Marrakech pour en faire un «haut lieu des rencontres annuelles pour les questions stratégiques de paix et de sécurité, comme Davos l’est pour les questions économiques et Porto Alegre pour les questions sociales». La séance de clôture a été marquée par l’adoption d'un projet de création, en coopération avec le centre marocain d'études stratégiques, d'un Centre d'études stratégiques dans les îles de l’Océan Indien. Ce centre sera dédié aux questions de pillage des ressources halieutiques, de piraterie et d'émigration clandestine.

DR

Dakhla déclarée «ville sans bidonville»

16 Numéro 31 - 2010

La ville de Dakhla a été déclarée, mercredi 27 janvier, la 39 ème ville sans bidonville dans le Royaume, après la démolition de la dernière baraque du bidonville de Lahrait. Le ministre de l'Habitat, de l'urbanisme et de l'aménagement de l'espace, M. Ahmed Taoufiq Hejira, a présidé à Dakhla, l’opération de démolition annonçant ainsi l'achèvement des opérations de recasement des résidents de ce bidonville et des campements al-wahda et la déclaration du chef-lieu de la région de OuedEddahab-Lagouira «ville sans bidonville». Le ministre Hejira, a annoncé le lancement d’un nouveau programme d’urbanisme et d’habitat pour Dakhla. La ville s'est dotée en mars dernier d’un projet de développement urbain (PDU) d'un coût de 300 millions de dirhams, étalé sur une durée de trois ans (2009/2012), et visant l’éradication des quartiers insalubres, l'assainissement solide et liquide de la ville en vue de consolider son positionnement en tant que ville à vocation touristique.


azibao

S.E.M. José Pedro Pico Ambassadeur de la République Argentine à Rabat

Ambassade de la République Argentine Ambassadeur : S.E.M. José Pedro Pico Ministre-Conseiller : M. Pablo Martin Pineiro Aramburu Premier Secrétaire : Mme. Vilma Patricia Suarez Adresse : 12, rue Mekki Bittaouri Rabat – Souissi Téléphone: 05 37-75.51.20 Télécopie: 05 37-75.54.10 Email: emarr@mrecic.gov.ar

Mercredi 3 février 2010, le Ministre des Affaires Etrangères et à la Coopération, Monsieur Taïb Fassi-Fihri, a reçu le nouvel ambassadeur de la République Argentine venu lui présenter les copies figurées de ses lettres de créances en qualité d’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de son pays auprès de Sa Majesté le Roi. Après un baccalauréat français et des études en Sciences Politiques à l’Université El Salvador (USAL) de Buenos Aires, José Pedro Pico entame sa carrière au gouvernement, au service du personnel puis du protocole. Peu de temps après, il entre au service des Relations Extérieures. 1970 signe le début d’un long parcours diplomatique puisqu’il part à l’Ambassade d’Argentine à Paris, en France. Il participe à une mission de l’Unesco avant de rejoindre l’ambassade d’Argentine en République Dominicaine. Il devient ensuite directeur du bureau de l’Unesco à la Chancellerie, puis directeur général des Affaires Culturelles. En 1977, il rejoint l’Ambassade de la République Argentine aux Etats-Unis où il est nommé premier secrétaire, avant d’être promu conseiller. En 1983, il rejoint le Ministère des Relations Extérieures avant d’assurer le poste de directeur de l’Amérique du Nord au Ministère des Affaires Etrangères (Chancellerie). De 1986 à 1987, il séjourne au Maroc, à l’Ambassade, en temps que Ministre Plénipotentiaire. Il assure de nombreuses missions diplomatiques au Nicaragua (1987-1991) et en Turquie (1993-1998), entrecoupées par des fonctions au Ministère des Relations Extérieures et au Ministère des Affaires Etrangères (Chancellerie). Nommé ambassadeur à Ankara en 1995, il assure la mission diplomatique jusqu’à sa nomination à Beiruth, au Liban (1999-2006) pour occuper ensuite, à Buenos Aires, les fonctions de Directeur de l’Afrique du Nord et du Moyen Orient à la Chancellerie argentine. Monsieur José Pedro Pico a reçu la décoration « Isabel la Catolica » du gouvernement espagnol. Il parle plusieurs langues (espagnol, anglais, français, portugais, turc). Il et marié et père de deux enfants.

S.E.M. José Pedro Pico et son épouse Maryfe

17 Numéro 31 - 2010


iplomatie

Maroc-Guinée Le Maroc se félicite de la nomination d'un Premier Ministre pour conduire un gouvernement transitoire d'union nationale en Guinée

Le ministre Taïb Fassi-Fihri reçoit à Rabat le ministre d'Etat guinéen, chargé de l'habitat et du patrimoine public bâti, M.Boubacar Barry, également un ami très proche du Président Moussa Dadis Camara

Le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération, M. Taïb Fassi-Fihri et son homologue guinéen, M. Alexandre Cécé Loua, à Rabat

Le Maroc joue les «bons offices» pour aider la Guinée à sortir de la crise

L

e Royaume du Maroc, qui a suivi de très près ces derniers mois, l’évolution de la situation en République de Guinée et qui a reçu en soins intensifs le Président Dadis Camara, se félicite de la décision, annoncée mercredi 6 janvier, par le Président par intérim, le Général Sékouba Konaté, de la nomination immédiate d’un Premier Ministre issu des forces politiques, pour conduire un gouvernement transitoire d'union nationale. Cette décision fait suite à la mission de bons offices menée ces derniers jours par le Maroc avec de hauts responsables guinéens, français et américains, en particulier à l’occasion de la visite, d'une semaine, à Rabat, du Général Sékouba Konaté. Plusieurs séances de travail ont

ainsi été tenues directement avec le Président par intérim de la République de Guinée ou alternativement avec de hauts responsables français et américains, dépêchés, à cette fin, au Maroc, par leurs capitales respectives. Tout au long de ces importantes consultations, les Autorités marocaines ont été guidées par l'excellence des relations traditionnelles qui unissent les peuples marocain et guinéen frères ainsi que par l'objectif primordial d'une sortie de crise rapide, dans la paix, la sécurité et la stabilité de la République de Guinée. L’appel, lancé ce jour par le Général Sékouba Konaté, s’inscrit dans cette perspective stratégique où le peuple guinéen frère pourra, dans les délais les plus proches, prendre

en charge son propre destin, dans le cadre de la représentativité démocratique, de la stabilité politique et du progrès socio-économique. L’annonce du Président par intérim, au lendemain de son retour du Maroc, constitue un pas en avant, significatif et prometteur. Le Royaume du Maroc exprime le vif souhait que l'ensemble des forces vives guinéennes pourront saisir l’opportunité ainsi ouverte, avec les garanties aujourd’hui accordées par les forces armées guinéennes, pour mener à bon terme la période intérimaire, devant aboutir, dans les prochains mois, à l’organisation d’élections libres et transparentes.

Au siège de Diplomatica, à Rabat, le Président par intérim de la République de Guinée, le Général Sékouba Konaté s’entretient avec M. Habek

A Conakry, le Ministre guinéen des Affaires étrangères, M. Alexandre Cécé Loua consulte un numéro récent du magazine Diplomatica traitant des relations maroco-guinéennes

Le Ministre d’Etat guinéen Boubacar Barry, le Directeur des Affaires africaines (MAEC), les représentants de Diplomatica et le Dr Zabatt, conseiller personnel du Président Dadis

18 Numéro 31 - 2010


iplomatie

Dossier du Sahara Le Ministre Taïb Fassi Fihri adresse une lettre au Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies

DR

vers humanitaire. Cette situation interpelle la conscience humaine et ne saurait être, trois décennies plus tard, encore tolérée par la communauté internationale qui bannit clairement la présence d’éléments armés dans les camps de réfugiés et prône le droit à la liberté de circulation, totalement refusé aux populations de Tindouf. Il est, également, légitime de s’interroger sur le référentiel juridique applicable dans ces camps: quelles lois s’appliquent dans cette partie du territoire algérien vis-à-vis de ces populations civiles? Celles, naturelles, de l’Etat algérien sur son territoire national? Ou celles, inédites, «concédées» à un groupe armé, le polisario? En tant que pays d’accueil, l’Algérie assume une responsabilité politique et des obligations juridiques et humanitaires, dont la moindre est de permettre au HCR de s’acquitter de son mandat de protection de ces populations vulnérables, à commencer par le droit à l’interview individuelle et à l’enregistrement, devant mener au retour librement consenti. Les «considérations politiques», avancées par l’Algérie pour se soustraire de ses obligations dans ce domaine sont juridiquement illégales, éthiquement immorales et humainement insupportables. Monsieur le Secrétaire général, la récente évolution nous rappelle qu’il importe de ne pas perdre de vue l’objectif essentiel et fondamental, à savoir l’engagement à reprendre, de bonne foi, la négociation d’une solution politique et définitive. Toute autre voie serait porteuse de dangers réels pour le processus. A la faveur de la reprise par votre Envoyé personnel de ses efforts, la communauté internationale sera en mesure d’apprécier, durant les semaines à venir, la sincérité de l’engagement des uns et des autres et leur volonté de faire preuve du sens du compromis et du réalisme requis par les résolutions du Conseil de Sécurité. En exprimant sa disponibilité à reprendre la négociation et en réaffirmant sa volonté d’avancer vers une solution politique de compromis, le Royaume du Maroc considère que son initiative d’autonomie demeure de par son contenu substantiel, sa nature démocratique et sa conformité avec la légalité des Nations Unies, au centre de tout effort visant à dégager une solution définitive à ce différend. Dès lors, le progrès ou l’absence de progrès, lors des prochaines étapes de négociations, dépendra de l’attitude des autres parties vis-à-vis de la dynamique politique de compromis et de leur disposition à abandonner leur stratégie malveillante de déviation du processus de Manhasset. Le temps est également venu, pour les Nations Unies et les pays soucieux de favoriser une solution rapide à ce différend, d’amener l’Algérie à assumer une participation pleine, active et constructive, à la hauteur de sa responsabilité avérée dans le déclenchement et le maintien de ce différend régional et de son implication manifeste à toutes les étapes de son évolution, y compris lors des développements survenus ces dernières semaines. Au moment où se multiplient autour de la région du Sahara des actes de terrorisme et se développent des trafics de tous genres, la nécessité s’impose de conjuguer les efforts de tous pour le règlement définitif de ce différend régional, au bénéfice de la stabilité des Etats de la région, du progrès de leurs populations et de l’intégration maghrébine».

DR

L

a loi marocaine, porteuse de droits et de garanties mais également d’obligations et de responsabilités, «s’applique et s’appliquera conformément à la pratique internationale au Sahara marocain», a affirmé le ministre des Affaires étrangères et de la coopération, M. Taïb Fassi Fihri dans une lettre adressée au Secrétaire général de l’ONU: «Monsieur le Secrétaire général, Le Royaume du Maroc constate, aujourd’hui, que les autres parties, l’Algérie et le polisario, poursuivent leur stratégie de blocage, de conditionnalité et de déviation du processus de négociation. Au lieu de percevoir enfin des signes de bonne volonté et d’engagement positif, nous assistons, au contraire, à une radicalisation du discours et à une escalade dans les actions de provocation, impliquant directement les institutions nationales de l’Algérie. Ainsi: - Les autorités algériennes conditionnent dorénavant la normalisation des relations bilatérales avec le Maroc et la construction maghrébine par la résolution de la question du Sahara qu’elles n’entrevoient qu’à travers le seul mécanisme d’un référendum à options extrêmes, dont elles savent pourtant le caractère dépassé, inapplicable et minoritaire dans la pratique onusienne. Cette attitude de blocage, publiquement exprimée, est en contradiction flagrante avec l’esprit et la lettre des dernières résolutions du Conseil de Sécurité, notamment 1813 (avril 2008) et 1871 (avril 2009). - Les autres parties usent à dessein et abusent à volonté d’actions de propagande et de campagnes orchestrées sur la question des droits de l’homme, à partir de cas isolés et instrumentalisés - qui ne correspondent en rien à la définition et aux obligations des véritables «défenseurs des droits de l’homme» - à l’heure où ces parties, l’Algérie et le polisario, sont, à divers titres, mal placées pour pouvoir s’approprier, en toute crédibilité, cette noble thématique. Il est utile de relever, à ce sujet, que les autres parties n’ont commencé cette campagne trompeuse qu’une fois le processus de négociations de Manhasset initié, à la faveur de la présentation par le Royaume du Maroc de son initiative d’autonomie. - De plus, le harcèlement du Secrétariat de l’ONU par des lettres mensongères se poursuit au sujet de prétendus «prisonniers politiques», de «prisonniers de guerre» ou d’auteurs de crimes ou de délits jugés et condamnés selon la loi en vigueur et dans le respect des règles de procédure, comme le confirment les éléments d’information complets et étayés qui ont été transmis à votre Envoyé personnel, le 18 novembre 2009. En tout état de cause, et comme cela a été rappelé par certains Etats, concernés par ce différend régional, la loi marocaine, porteuse de droits et de garanties, mais également d’obligations et de responsabilités, s’applique et s’appliquera conformément à la pratique internationale au Sahara marocain. Le Royaume du Maroc, qui a pris le pari du respect et de la promotion des droits de l’Homme, rejette vivement et dénonce énergiquement l’instrumentalisation éhontée de cette noble cause aux fins manifestes de se soustraire à l’obligation de négocier. L’évocation de la dimension humanitaire de ce différend exige plutôt de s’attarder sur la situation collective, dramatique et singulière, des populations retenues dans les camps de Tindouf, en Algérie. Le caractère militaire et fermé de ces camps en fait un cas unique dans l’uni-

19 Numéro 31 - 2010


iplomatie

Maroc-Chine Visite du Ministre chinois des Affaires Etrangères La Chine incite ses entreprises à investir au Maroc

Le Ministre Taïb Fassi-Fihri et son homologue chinois signent un accord en vertu duquel le Maroc reconnaît le statut d’économie de marché en Chine.

Le Ministre des Affaires étrangères chinois, M. Yang Jiechi et le Ministre marocain, M. Taïb Fassi-Fihri se félicitent pour cet accord important

Don chinois de 200.000 dollars en faveur de l’Académie Diplomatique

L

e Ministre des affaires étrangères chinois, M. Yang Jiechi a effectué les 11 et 12 janvier derniers une visite de travail au Maroc. Cette visite, qui intervient à l’invitation de M. Taïb Fassi Fihri, Ministre des Affaires étrangères et de la coopération, s’inscrivait dans le cadre d’une tournée de M. Yang Jiechi dans la région, du 5 au 14 janvier, qui l’a conduit au Kenya, au Nigéria, à la Sierra Leone, en Algérie et en Arabie Saoudite. «Nous encourageons les entreprises chinoises à participer au développement du Maroc dans les domaines de l’agriculture, de la pêche, des énergies propres et des télécommunications», a indiqué le responsable chinois lors d’un point de presse à l'issue d'une séance de

travail avec le ministre des Affaires étrangères et de la coopération, M. Taib Fassi Fihri. La Chine est «disposée» à mettre en place les moyens de nature à faciliter l'accès des produits marocains au marché chinois, a-t-il ajouté, se félicitant de la décision du Maroc de «reconnaître le statut d'économie de marché en Chine». Cette décision «permettra de promouvoir davantage notre coopération dans les domaines économique et commercial», a-t-il indiqué, relevant que sa visite dans le Royaume vise notamment à «élargir la coopération bilatérale». M. Yang Jiechi a, en outre, affirmé que «le Maroc a fait preuve de compréhension et de soutien à la position chinoise sur les questions touchant aux intérêts clefs de

la Chine», soulignant dans ce cadre que son pays «apprécie hautement» le fait que le Maroc adhère au «principe d'une seule Chine». Il a également indiqué que sous la conduite de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, le Maroc jouit de la stabilité politique et de l'harmonie sociale, ajoutant que le Royaume entretient «une coopération mutuellement avantageuse avec le reste du monde». Dans le cadre de cette séance de travail, un accord a été signé entre les deux parties en vertu duquel le Maroc reconnaît le statut d'économie de marché en Chine. Les deux parties ont également signé un accord relatif à un don chinois d'un montant de 200.000 dollars en faveur de l’Académie Diplomatique Marocaine.

Les membres de la délégation chinoise, l’Ambassadeur de Chine à Rabat et les cadres du ministère marocain des Affaires étrangères assistent à la conférence de presse

Les ministres des Affaires étrangères de Chine et du Maroc répondent aux questions des journalistes à l’issue de la rencontre entre les deux parties

S.E.Mme Xu Jinghu, Ambassadeur de Chine à Rabat s’entretient avec le Ministre Taïb Fassi Fihri

20 Numéro 31 - 2010


ynamique

Le Maroc, nouvelle plate-forme aéronautique mondiale Aéroexpo Marrakech accueille les représentants de plus de 40 nations, dont 18 africaines

S

uccès incontesté pour la deuxième édition d'AéroExpo, le salon International des Industries et Services Aéronautiques du Maroc qui s'est déroulé du 27 au 30 janvier à Marrakech sur le site de la base militaire de Ménara-Marrakech. Placé sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, cet événement phare a accueilli plus de 300 exposants regroupant des décideurs politiques, des opérateurs de l’aéronautique et de l'industrie spatiale ainsi que des profession-

nels du secteur (avec une forte participation européenne et américaine). Dédié à la mise en valeur de l'ensemble des réalisations accomplies par le Royaume dans le domaine de l’aéronautique, ce Salon est une occasion pour les visiteurs et les professionnels de découvrir les dernières nouveautés en matière d'industrie aéronautique et plus particulièrement de maintenance d'avions, civils et militaires, ainsi que la délocalisation des firmes européennes spécialisées dans cette

filière. En outre, il a pour ambition d'accompagner la stratégie élaborée par le gouvernement et les opérateurs, en vue du développement du secteur aéronautique dans le cadre du plan «Emergence», tout en consolidant davantage le dynamisme qui caractérise actuellement les industries de la sous-traitance, de la maintenance et de la formation au Maroc au niveau international.

Le salon Aéroexpo a connu une participation importante de délégations militaires

Le Premier Ministre, M. Abbas El Fassi inaugure le Salon Aéroexpo de Marrakech

Le show aérien est suivi avec attention par les participants et démontre la qualité du matériel présenté

22 Numéro 31 - 2010


ynamique

M. Abbas El Fassi visite le Salon Aéroexpo de Marrakech qui a connu la participation de représentants de 40 pays, dont 18 du continent africain

A

éroExpo 2010 se veut aussi un véritable espace de rencontres et d'échanges entre les industriels et les opérateurs de l'aéronautique du monde entier. Dans le cadre de la coopération transafricaine, de nombreuses délégations civiles et militaires et instances diplomatiques des Etats Africains ont été invité à ce deuxième Salon. Le premier ministre, M. Abbas El Fassi a donné le coup d'envoi officiel en indiquant que ce Salon offre l'occasion au Royaume de mettre en avant les progrès réalisés dans le secteur de l'aéronautique, et souligne l'importance de cet événement, notamment en termes d'échange des expériences et expertises dans ces domaines de la technologie de pointe. «Le gouvernement est décidé à faire du secteur des industries aéronautiques l'un des piliers de l'économie nationale» a affirmé le ministre de l'Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies, M. Ahmed Réda Chami. Depuis la mise en place du Plan Emergence en 2005, l’industrie aéronautique figure en bonne place. Comme en témoigne le nombre conséquent d'opérateurs privés installés au Maroc, la dynamique est bien enclenchée (plus de 90 sociétés opérant dans ce secteur ont choisi le Royaume, soit une croissance de 7%, toujours à la hausse, et 74 d'entres elles sont hébergées au sein d'un Technopôle sur la zone de Nouasseur). Si la séance inaugurale de ce Salon a également été l'occasion pour la délégation ministérielle, ainsi que pour nombre de

visiteurs, de suivre une série de shows aériens exécutés par un escadron de pilotes marocains et étrangers chevronnés, un des temps forts de cette journée fut l'ouverture officielle du pavillon américain par l'ambassadeur des Etats-Unis, Monsieur Samuel Kaplan, accompagné du Consul Général à Casablanca, Mme Elisabeth Millard et de l'attachée commerciale, Mme Jane Kitson, «La présence en force des grandes firmes américaines agissantes dans le domaine de l'aéronautique et de l'aviation civile et militaire (Boeing, Cessna-Africair, Loockheed Martin Aeronautics Company, ITT, US Army,…) est une illustration éclatante des liens d'amitié existant entre les USA et le Maroc, l'un des premier pays à avoir reconnu l'indépendance de l'Amérique» a-t-il pris soin de mentionner. L’Ambassadeur Kaplan a réaffirmé la détermination de son pays à soutenir le Royaume dans l'investissement et le partenariat en faveur de sa croissance économique. Confirmant les propos de S.E.M. Samuel Kaplan, le Général-Major Richard Sherlock, Directeur de la planification stratégique au sein de l’AFRICOM a fait savoir que le Maroc demeure «un partenaire stratégique et solide des USA», et a réitéré l'engagement ferme de son pays à continuer à œuvrer de concert avec le Royaume. Américains, français, espagnols, italiens, allemands, belges,… plus de vingt pays exposants ont présentés à AéroExpo leurs produits et leur expertise en matière d'aéronautique.

Haut: Le Premier ministre, les Ministres de l’Industrie et du Commerce Extérieur visitent les stands américains Bas: Le Général-Major Richard Sherlock de l’Africom et l’Ambassadeur Kaplan répondent aux journalistes

S.E.M. Luis Planas, Ambassadeur d’Espagne accompagne les industries de son pays présents à Aéroexpo

Mme Elisabeth Millard, Consul Général des EtatsUnis d’Amérique sur un des stands américains

L’Ambassadeur Kaplan, son épouse et quelques représentants militaires américains participants

23 Numéro 31 - 2010


éveloppement

Présidence Espagnole de l’Union Européenne Le Programme de la Présidence présentée au Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération ainsi qu’aux chefs des missions diplomatiques de l’Union Européenne accrédités à Rabat

Le

S.E.M. Luis Planas, Ambassadeur d’Espagne dirige la rencontre organisée à l’Ambassade à l’occasion de l’accession de son pays à la Présidence Européenne

21 janvier, l’Ambassadeur d’Espagne au Maroc, Monsieur Luis Planas, a reçu, les Chefs des Missions diplomatiques des pays de l’Union Européenne en poste à Rabat, à l’Ambassade d’Espagne. L’Ambassadeur d’Espagne à présenté le programme de la présidence espagnole de l’Union Européenne, et a rappelé, à cette occasion, les principales innovations institutionnelles et juridiques apportées par le nouveau Traité de Lisbonne, traité signé par les 27 Etats membres de l’Union Européenne, le 13 décembre 2007, à Lisbonne. L’Espagne, premier pays à tester le nouveau dispositif des présidences tournantes sous les règles du Traité de Lisbonne, prend la tête de l’Union Européenne jusqu’au 30 juin 2010. Monsieur Luis Planas à souligné que la mise en œuvre du Traité de Lisbonne allait aboutir à une Europe «plus efficace et plus dynamique». Il a rappelé les grandes lignes de la présidence espagnole qui consiste à mettre en place la pleine application du Traité de Lisbonne, à consolider la reprise économique et favoriser l’adoption d’une stratégie européenne de croissance durable à l’horizon 2020, à renforcer la présence et l’influence de l’UE sur la scène internationale et à placer les citoyens européens au cœur des politiques de l’UE. L’Ambassadeur d’Espagne au Maroc a également présenté les principaux axes de l’action extérieure de l’UE au premier semestre 2010, rappelant que la politique extérieure de l’UE, notamment avec les pays du Maghreb, est l’une des priorités de la présidence espagnole. Il a aussi indiqué que le premier Sommet UE-Maroc, prévu en mars 2010, sera une occasion pour stimuler et renforcer le processus de modernisation du Maroc qui dispose depuis octobre 2008 du statut avancé accordé par l’UE ; et a mis en exergue les nouvelles possibilités de partenariat et les créneaux qu’offre désormais ce nouveau cadre juridique au profit du partenariat entre le Maroc et l’UE.

L’Ambassadeur Luis Planas entouré des principaux collaborateurs de l’Ambassade d’Espagne à Rabat chargés du suivi et de la mise en oeuvre de la Présidence

S.E.M. Luis Planas et l’Ambassadeur, Chef de la Délégation de la Commission Européenne à Rabat présentent les grands axes de la Présidence espagnole

26 Numéro 31 -2010


éveloppement

Photo de Famille à l’issue de la rencontre des Chefs de Missions Diplomatiques accrédités à Rabat à l’occasion de la présentation du programme espagnol «L’Espagne occupe depuis le premier janvier la Présidence de l’Union Européenne au Royaume du Maroc. L’Espagne sera le dernier pays à assurer, en sa qualité de présidence tournante, la représentation de l’Union Européenne dans un pays tiers. Avec l’entrée en vigueur du Traité de Lisbonne cette compétence sera exercée, à partir du mois de juin prochain, par la Délégation de l’Union Européenne en étroite coopération avec les Ambassades des Etats Membres. Nous œuvrons pour

que cette période puisse développer davantage les solides et fructueuses relations qui existent entre l’Union Européenne et le Maroc. La réunion du Sommet UE-Maroc à Granada nous permettra de faire un bilan de la mise en œuvre du Statut Avancé, de partager des points de vue sur des nombreux sujets diplomatiques d’intérêt commun et de définir des projets et des objectifs politiques, économiques et sociales communs pour un futur proche». Luis Planas, Ambassadeur d’Espagne

L’ensemble des Chefs de Missions Diplomatiques de l’Union Européenne ont assisté à cette présentation tenue à l’Ambassade d’Espagne à Rabat

Suède, Autriche, Italie, Grèce, l’ensemble des pays de l’Union Européenne représentés à Rabat figuraient parmi le tour de table de cette rencontre 27 Numéro 31 - 2010


ossier

28 NumĂŠro 31 - 2010


Les Ambassadeurs visitent la Région de Meknès-Tafilalet

ossier

Visite des Ambassadeurs dans la Région de Meknès-Tafilalet

La

première manifestation organisée par Diplomatica dans la région Meknès Tafilalet à l’attention d’une délégation de Chefs de missions diplomatiques a remporté un vif succès. Voyage très attendu que celui qui a emmené, du 15 au 17 janvier, une délégation d’Ambassadeurs accrédités à Rabat au cœur de la région Meknès-Tafilalet. Outre les charmes incontestés de cette ville magique, berceau de la dynastie Alaouite, et les nombreux monuments historiques qui comptent parmi les plus beaux du Royaume (la ville a été classée par l’UNESCO patrimoine mondial de l’humanité en 1996), Meknès est sans conteste un modèle de pôle économique en

plein devenir. Sa position stratégique au centre du pays (à 1h30 de Rabat, 2h30 de Casablanca, 30 min de Fès par autoroute), ses atouts naturels, culturels et humains, son secteur agricole à fort potentiel soutenu par de nombreuses actions afin d’en faire le levier de l’économie nationale, son développement rapide en matière d’agro-alimentaire (Agro-pôle Olivier, Agropolis…), ses richesses minières et son artisanat de grande qualité concourent à faire de la région de Meknès-Tafilalet l’une des régions les plus dynamiques et les plus attrayantes du pays. Entre tradition et modernité, développement rapide et maintien de la qualité de vie, Meknès fait figure de ville et de

région modèles. C’est sans doute pour cette raison que les investisseurs, marocains ou étrangers, semblent porter une attention toute particulière à la ville impériale. A l’occasion de leur rencontre avec Monsieur Mohamed Faouzi, Wali de la Région de Meknès-Tafilalet, rencontre hébergée et animée par M. Hassan Bahi, Directeur du Centre régional d’investissement (CRI), les Ambassadeurs ont pu apprécier les acquis ainsi que les potentialités de la région mises en valeur par les actions menées sur place. La mission principale du CRI est d’être l’interlocuteur privilégié des investisseurs marocains ou étrangers, de les conseiller et de les accompagner dans les différentes

29 Numéro 31 - 2010


ossier

Un Accueil chaleureux par le Wali de la Région démarches jusqu’à la concrétisation de leurs projets. Des guichets uniques (un guichet d’aide aux investisseurs d’une part et un guichet d’aide à la création d’entreprise d’autre part) permettent d’accélérer les procédures et de finaliser rapidement la mise en œuvre des projets. Et ceci, dans le respect de l’éthique et de la confidentialité. Au cours de la période 2003-2009 de l’activité du CRI de la Région de Meknès-Tafilalet, le nombre d’entreprises créées a été de 8.448, dont 3.165 sous forme de sociétés et 5.283 sous forme de personnes physiques. De par ses nombreuses actions et une communication proactive pour la promotion des attraits économiques de la région, le CRI Meknès Tafilalet enregistre de plus en plus de création de sociétés. Une tendance exponentielle qui se vérifie d’ailleurs sur l’ensemble du Royaume. Très impliqué dans sa mission et sa région, M. Hassan Bahi, directeur du CRI, était très heureux de pouvoir mettre en avant les atouts économiques régionaux devant un auditoire aussi prestigieux. Constituée d’une préfecture et de 5 provinces, d’une population de 2.141.527 habitants (plus de 7% de la population marocaine), la région Meknès Tafilalet s’étend sur une superficie de 79.210 km2. Sa position stratégique au centre du Royaume est bien desservie grâce aux infrastructures routières qui la relient rapidement aux grandes villes du pays. Sur le plan économique, le secteur agricole constitue traditionnellement un pôle d’attraction. Abondance des précipitations, importantes ressources d’eau d’irrigation, fertilité du sol, qualité du climat et du terroir ont favorisés le développement de ce secteur. On y trouve bon nombre de productions, végétales et animales (ovin et caprin). La région est le premier producteur de pommes du Maroc (400.000 tonnes/an) et le deuxième producteur de dattes du pays (33,8% de la production nationale, essentiellement sur la zone Tafilalet). Les amandes représentent 38%. La production d’olives (100.000T et 7.000T d’huile) et les cultures maraîchères y sont importantes; tout autant que la culture du raisin, destiné principalement à la viticulture (la région de Meknès est réputée pour la qualité de ses vins).

30 Numéro 31 - 2010

1

2

3

4

5

1- Les Ambassadeurs arrivent à Meknès à bord d’un autocar CTM de grand luxe 2- Le Wali salue l’Ambassadeur Abdelouahab Bellouki, Directeur du Protocole au MAEC 3- S.E.M. Mosud Mannan, Ambassadeur du Bangladesh est accueilli par Monsieur le Wali 4- Le Wali et M. Habek accueillent l’Ambassadeur de la République du Cameroun 5- S.E.M. Nthutang K.M. Seleka, chargé d’Affaires d’Afrique du Sud à son arrivée à Meknès


De gauche à droite: Madame Amélie-Félicité Banga Eboumi, Ambassadrice du Gabon et son époux, S.E.M. François Banga Eboumi, Ambassadeur Haut Représentant de la République du Gabon à Rabat; M. Abdelati Habek de Diplomatica; le Wali de la Région de MeknèsTafilalet, M. Mohammed Faouzi; les élus de la région, M. Hassan Bahi, le Directeur du Centre Régional d’Investissement de la Région de Meknès-Tafilalet et M. Jean-Christophe Bertrand de Diplomatica.

Le Doyen du groupe des Ambassadeurs, S.E.M. François Banga Eboumi, Ambassadeur du Gabon

L’Ambassadeur de Gambie, l’Ambassadeur du Bangladesh et son épouse Madame Mannan

L’Ambassadeur de Mauritanie, S.E.M. Sheikh El Avia Ould Mohamed Khouna attentif à la présentation

volonté de faire de ce secteur un vecteur de performance a pris une ampleur sans précédent depuis que Sa Majesté a donné ses hautes instructions pour que la ville ismaïlienne abrite annuellement le Salon International de l’Agriculture (2006). La tenue à Meknès des premières assisses nationales de l’agriculture et la présentation du plan Maroc Vert ont constitué des actions majeures dans l’objectif de moderniser le secteur agricole et d’en faire un véritable levier de l’écono-

mie nationale. Les opérations de location des terres SODEA et SOGETA, initiées dans le cadre du partenariat public-privé s’inscrivent également dans cette perspective. La région Meknès Tafilalet continue de conforter son ancrage dans le secteur des industries agroalimentaires, en offrant aux acteurs de la filière agro-alimentaire tous les ingrédients nécessaires à la réussite de leurs projets. Cette vocation s’est affirmée par l’implantation en cours d’un pôle de compétitivité agro-industriel: Agropolis. Ce

projet, fort de son envergure et de l’originalité de son concept, imprime une nouvelle allure à la région Meknès Tafilalet. Il lui permettra de réaliser une avancée qualitative et une montée significative en gamme dans le contexte économique régional. L’agroindustrie emploie 31% de la population locale et génère 63% de la production industrielle (elle représente 23% des exportations marocaines). Les jus de fruits et de légumes conditionnés sont un des plus importants segments de l’agro-industrie, qui produit

S.E.M. B.B. Tyagi, Ambassadeur de l’Inde sollicite quelques éclaircissements de la part de M. le Wali

L’Ambassadeur de Croatie, S.E.M. Darko Bekic et l’Ambassadeur de Roumanie, S.E.Mme Todorova

L’Ambassadeur du Cameroun, son épouse, l’Ambassadeur du Congo et le Directeur du CRT

La

31 Numéro 31 - 2010

Les Ambassadeurs visitent la Région de Meknès-Tafilalet

ossier


ossier aussi des confitures, des olives en conserve et des fruits et légumes surgelés. La présence de sociétés étrangères dans ce secteur est grandissante. La région Meknès Tafilalet œuvre également pour se positionner en tant que destination touristique de choix au niveau national. Dans ce cadre, ses acteurs régionaux - en collaboration avec le Ministère du Tourisme - sont en passe de finaliser le programme de développement régional du tourisme qui constitue la feuille de route de la stratégie régionale en matière de promotion touristique dans toutes ses facettes (infrastructure d’accueil et animation). Aussi, en vue d’encourager le tourisme interne, la ville d’Ifrane connaît la réalisation d’une station touristique dans le cadre du plan Biladi, qui vise à offrir aux touristes nationaux un produit de qualité à des prix à la portée des familles marocaines à revenus modestes. D’autres secteurs constituent également des lignes de force de la région de Meknès-Tafilalet, notamment l’artisanat et les mines. Le secteur du BTP connaît quant à lui un essor sans précédent avec le lancement d’importantes opérations immobilières menées par les grands opérateurs publics et privés du domaine. Le secteur industriel n’est pas le moindre, compte tenu de la dynamique engendrée par l’aménagement des zones industrielles de Mejjat et de Sidi Slimane Moul Kifane et le lancement de la nouvelle zone d’activités de Khénifra. Le développement des énergies renouvelables jouit d’une attention particulière de la part des responsables régionaux qui le considèrent comme un futur levier du développement. Par ailleurs, grâce à l’existence d’importants pôles de formation

(Université Moulay Ismail, Université Al Akhawayne, ENA, ENSAM, OFPPT…), la région constitue un véritable vivier de capital humain et un bassin d’emploi dont la qualification est confirmée. Toutes ces richesses, ces potentialités et ces réalisations ne sauraient être mises en avant si elles ne sont pas accompagnées d’une politique marketing ciblée et d’un plan de communication avéré. De part son statut et ses missions, le CRI se trouve au centre de cette dynamique. Il constitue l’administration territoriale privilégiée pour coordonnéer, sous la supervision de Monsieur le Wali, les efforts des partenaires régionaux pour que Meknès et sa région retrouve sa position pleinement justifiée dans le contexte économique national. L’année 2009 s’est d’ores et déjà projetée dans cette perspective, en constituant un véritable point de départ d’actions de marketing et de promotion tout azimut et en diverses modalités. Cette année a en effet connu l’organisation et la participation massives à différentes manifestations économiques. La participation à l’international a souvent pris la forme de missions de délégations d’opérateurs économiques et d’institutionnels. Cette année a également été marquée par la labellisation du CRI, centre d’innovation par le réseau européen EBN (European Business Network). Elle a été couronnée par la signature de trois conventions avec des partenaires régionaux, nationaux et internationaux, pour accompagner les efforts de promotion économique entreprises au niveau régional destinés aux opérateurs économiques, aux jeunes entrepreneurs et aux Marocains résidents à l’étranger.

Le groupe des Ambassadeurs à l’entrée du Centre Régional d’Investissement de la Région de Meknès-Tafilalet

32 Numéro 31 - 2010

L’Ambassadeur Bellouki, Directeur du Protocole au Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération

S.E.M. Mohammad Al-Thuwaikh, Ambassadeur de l’Etat du Koweit à Rabat

L’Ambassadrice de Jordanie à Rabat et le Chargé d’Affaires a.i. de l’Ambassade de Russie au Maroc


Dîner offert par M. Mohamed Faouzi Wali de la Région de Meknès-Tafilalet C’

1

2

3

4

5

est dans le cadre enchanteur de l’agréable «Palais Didi» que Monsieur le Wali a convié les Ambassadeurs à un dîner amical et chaleureux. Plaisirs de la table, convivialité et optimisme pour le futur de la région étaient au rendez-vous. Accueillis par le Wali et les opérateurs économiques locaux avec toute l’hospitalité caractéristique marocaine, les participants Ambassadeurs ont pu approfondir les discussions entamées plus tôt dans la journée. Les tables étaient constituées afin de mettre en relations les membres du corps diplomatique, les représentants des autorités locales ainsi que les opérateurs économiques de la région. Tout au long de la soirée, le dîner fut l’occasion pour les Ambassadeurs de témoigner tout l’intérêt qu’ils portent à la région de Meknès-Tafilalet. Si la ville de Meknès est sans conteste l’une des plus belles villes impériales du Royaume, elle est aussi un grand centre agro-industriel. Mais ce n’est pas tout. La région est en pleine mutation et s’affirme déjà comme un pôle économique de compétitivité. Grâce au travail de la population, en synergie avec les pouvoirs publics, la ville et sa région jouissent d’une notoriété grandissante, autant nationale qu’internationale. Les Ambassadeurs accrédités à Rabat étaient enthousiastes à l’idée des deux prochains jours à venir. Le programme mis au point par Diplomatica, en collaboration avec le CRI de Meknès-Tafilalet a permis à chacun des participants de s’informer des avancées réalisées dans la région et de mettre en avant les fortes potentialités de cette partie du Royaume. 1- Le Doyen du groupe des Ambassadeurs, S.E.M. François Banga Eboumi, remet au nom des diplomates, un diplôme d’excellence au Wali de la Région de Meknès-Tafilalet pour ses efforts dans les domaines de la diplomatie publique. 2- L’Ambassadeur Bellouki, son épouse et la troupe folklorique du Palais Didi de Meknès 3- L’Ambassadeur de Mauritanie, l’Ambassadeur du Bangladesh et son épouse Madame Mannan 4- M. Brahim Zniber, le Président de Diana Holding, le Président de la Région et Monsieur le Wali de la Région de Meknès-Tafilalet 33 Numéro 31 - 2010

Les Ambassadeurs visitent la Région de Meknès-Tafilalet

ossier


ossier

Les Greniers de Moulay Ismail

C

onstruits vers la fin du 17ème siècle sous le règne du Sultan Moulay Ismail, les greniers de Meknès faisaient office de magasins où étaient entreposés les réserves alimentaires de la ville, mais aussi le foin et le grain prévus pour nourrir les chevaux du souverain. Cet édifice aux dimensions impressionnantes occupe un espace d’une longueur de 187 m et d’une

largeur de 108 m. La partie couverte de ce monument, situé au centre de la Kasbah ismailienne (ville impériale), comprend deux salles de puits. Les murs de 7 m d’épaisseur ainsi qu’un réseau de canalisations souterrain maintenaient une température fraîche et constante à l’intérieur des réserves. Une fois remplis, ces greniers pourraient assurer la survie de la ville pen-

dant vingt ans. Les Ambassadeurs ont pu se rendre compte de la majesté de l’édifice qui a résisité au temps et plus particulièrement au tremblement de terre dévastateur de 1755. Le Palais de Moulay Ismail, et ses greniers y attendant méritent bien son surnom de «Versailles du Maroc».

2

3

1

1- Cet espace plus connu sous le nom de «Heri Souani» est un grenier à grain qui a été construit au 17ème siècle par le Sultan Moulay Ismaïl, un des plus illustres Sultans de la Dynastie Alaouite. Le ministère de la Culture en partenariat avec l’Institut méditerranéen italien (IMED-Italie) a débloqué près de 4 000 000 DH pour réaliser ces travaux de restauration. 2-3 Les guides présentent aux Ambassadeurs l’histoire de ce lieu mythique, superbement restauré

34 Numéro 31 - 2010


Rencontre avec Monsieur Hassan Bahi Le Directeur du Centre Régional d’Investissement de la Région de Meknès-Tafilalet nous présente les potentialités d’investissements dans cette région riche et diversifiée

S.E.Mme Katya Todorova, Ambassadeur de Bulgarie décerne, au nom des Ambassadeurs un «Achievement Award» pour son action de promotion de la région Diplomatica: Monsieur le Directeur, quelles sont les spécificités du CRI de Meknès Tafilalet ? M. Hassan Bahi: La première spécificité qui constitue pour le C.R.I de la région Meknès Tafilalet une source d’honneur et de fierté est sa réussite à fidéliser les acteurs régionaux ; Messieurs le Wali, les Gouverneurs, les instances élues, les services extérieurs et les opérateurs privés. Trois indicateurs reflètent à mon sens cette confiance que ces partenaires placent dans cette institution: la coopération exemplaire de tous ces acteurs de la région, qui ne ménagent aucun effort pour accompagner les différentes initiatives et actions lancées par le Centre Régional d’Investissement; Leur présence massive aux nombreuses et multiples manifestations organisées par le CRI; l’implication du C.R.I dans les activités à caractère économique initiées par ces acteurs, tant au niveau de la préparation qu’au niveau de l’organisation. Un deuxième aspect qui constitue également une spécificité et une force du CRI de la région de Meknès est sa réussite à concilier entre la légèreté de la structure et l’efficacité en termes d’organisation et de réalisations. En effet, en vue d’assurer ses missions dans une optique de célérité et d’efficacité, conformément à l’esprit de la lettre Royale du 9 janvier 2002, l’option préconisée dès le départ, était de mettre en place une structure légère composée de ressources humaines à profils diversifiés, mais ayant tous des qualités et des compétences qui leur ont permis de s’intégrer immédiatement dans la structure et d’accomplir parfaitement leurs fonctions. Aujourd’hui, malgré les sollicitations de plus en plus fréquentes des services du CRI, nous continuons sur cette logique en ne faisant recours au renforcement de l’équipe qu’en cas de nécessité impérieuse. Diplomatica: La région de Meknès possède une vocation agricole séculaire. Quels sont les prochains développements dans le secteur agricole au niveau de votre région ?

M. Hassan Bahi: Le secteur agricole constitue traditionnellement un pôle d’excellence dans la région Meknès Tafilalet. Plusieurs facteurs ont favorisé l’épanouissement de ce secteur, notamment l’abondance des précipitations, l’existence d’importantes ressources d’eau d’irrigation, la fertilité du sol et la qualité du climat et du terroir. L’organisation annuelle à Meknès depuis l’année 2006, du Salon International de l’Agriculture (SIAM), suite aux hautes instructions Royales a offert l’opportunité aux opérateurs nationaux et régionaux du secteur de s’épanouir sur les expériences les plus développés à l’échelle internationale en matière d’utilisation des technologies modernes en agriculture, permettant de mieux optimiser les ressources et d’améliorer les rendements. L’édition de l’année 2009 a connu la participation de 600 exposants originaires de 20 pays. La tenue à Meknès des premières assises nationales de l’Agriculture et la présentation du plan Maroc vert ont constitué des actions majeures dans l’objectif de moderniser le secteur agricole et d’en faire un véritable levier de l’économie nationale et un moteur de développement et de création de la valeur ajoutée. Il convient également de souligner que lors de la visite Royale à Errachidia au mois de novembre 2009, Sa Majesté le Roi, que Dieu l’assiste, a lancé le projet de plantation d’un million de palmiers dattiers dans les oasis de Tafilalet à l’horizon 2015, pour un coût total estimé à 1,25 milliard de DH. Ce projet initié dans le cadre du plan « Maroc Vert », constitue une action phare qui profitera à 6.000 agriculteurs et permettra de générer 450.000 journées de travail et d’augmenter la production de dattes de 26.000 tonnes en 2010 à 95.000 T en 2030. Il vise également à assurer l’emballage et le stockage de quelque 5.000 tonnes de dattes au niveau de la région, Ce projet intégré fait partie d’un vaste programme de développement de la filière dattes à Tafilalet, prévoyant la plantation au total de 2,25 millions de palmiers dattiers et l’extension des superficies des palmeraies. Dans un souci de qualification et de promotion de l’espace oasien, il sera procédé, dans un deuxième temps, à la plantation de 250.000 plants, au nettoyage de 110.000 touffes de palmiers, et à la valorisation de la récolte par l’organisation des agriculteurs et la création d’un label 35 Numéro 31 - 2010

Les Ambassadeurs visitent la Région de Meknès-Tafilalet

ossier


ossier

Chrifa Lalla Joumala, Ambassadeur du Maroc à Londres visite le stand du Centre Régional d’Investissement lors du salon «World Fruit & Vegetable» de Londres

Le CRI de la Région de Meknès-Tafilalet est le siège de nombreuses rencontres programmées pour les opérateurs économiques de la région

pour la variété « Mejhoul ». L’ambition est de permettre la reconstitution des palmeraies et l’amélioration des revenus et du niveau de vie des populations, en vue de donner une nouvelle impulsion à la filière datte. L’un autre coté, le Plan Agricole Régional de Meknès Tafilalet, qui constitue la déclinaison régionale du plan Maroc vert, s’articule autour des axes stratégiques suivants: •La gestion optimale des eaux d’irrigation à travers l’amélioration du service rendu aux usagers, la réhabilitation des infrastructures hydro-agricoles en périmètres de grande hydraulique et en périmètres des petites et moyennes hydrauliques, la promotion de l’irrigation localisée et le choix des spéculations appropriées; •La mise à niveau et la valorisation des principales filières de production (le palmier dattier, l’olivier, la vigne, le pommier, le lait, les cultures maraîchères, notamment les pommes de terre et les oignons, les viandes rouges ovines et de l’aviculture); •La mise en valeur durable des zones bour par la plantation des piémonts et des terres marginales et la gestion rationnelle des parcours à travers la plantation d’arbustes fourragères, la lutte contre l’érosion et l’ensablement et l’organisation des éleveurs; •La valorisation des produits de terroirs (viandes rouges ovines, plantes aromatiques et médicinales,…). A l’horizon 2020, le Plan Agricole Régional prévoit la création de 170 projets dont 103 concernent l’agriculture intensive (pilier I) et 67 (pilier II), orientés vers l’agriculture solidaire de reconversion et d’intensification. L’investissement projeté est estimé à 11,18 milliards de Dirhams dont 77% est destinée au plier I et 23% au pilier II. Ce montant prévoit 1,44 milliards de Dirhams destinée aux actions transverses (aménagement hydro agricole, recherche - développement, formation – encadrement, valorisation des productions…). Ces projets constituent de véritables vecteurs de développement de l’agriculture et de l’Agro-industrie au niveau de la Région Meknès Tafilalet et constitueront les fondements d’une meilleure compétitivité.

mique entre les instances élues au niveau régional et les opérateurs étrangers, le C.R.I a achevé l’année 2009 par l’organisation d’une cérémonie de signature de trois conventions avec des partenaires régionaux, nationaux et internationaux, pour accompagner les efforts entrepris au niveau régional, destinés aux opérateurs économiques, aux jeunes entrepreneurs et aux Marocains résidents à l’étranger. La Chambre Française du Commerce et d’Industrie du Maroc a été signataire de l’une de ces conventions avec le Conseil Régional et le CRI. Il en est de même pour l’Association Générale des Ingénieurs Retraités (AGIRabcd), basée en France et composée de bénévoles retraités et préretraités qui proposent et entreprennent, à l’international, des actions de solidarité mettant à profit leur expérience professionnelle et humaine.

Diplomatica: La régionalisation avancée voulue par Sa Majesté le Roi Mohammed VI ouvre la porte aux partenariats entre la région Meknès Tafilalet et ses partenaires étrangers. Où en êtes-vous dans ce domaine ? M. Hassan Bahi: Le Maroc, sous la conduite éclairée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI que Dieu l’assiste, s’engage dans une vision stratégique de régionalisation et de transfert progressif du pouvoir du centre vers les régions, ce qui ne manquera pas de renforcer le rôle de ces dernières sur tous les plans y compris celui qui se rapporte à la promotion économique et au renforcement du partenariat avec les opérateurs et les institutions étrangères qui oeuvrent dans ce domaine. Dans une optique de promouvoir le partenariat écono36 Numéro 31 - 2010

Diplomatica: Mise à part l’agriculture, quels sont les domaines industriels dans lesquels se distingue votre région ? M. Hassan Bahi: L’excellence régionale sur le plan agricole a comme naturel corollaire le développement des industries agroalimentaires. Pour ce secteur, la Région Meknès Tafilalet continue de conforter son ancrage en offrant aux acteurs de la filière agro-alimentaire tous les ingrédients nécessaires à la réussite de leurs projets, à savoir : une localisation stratégique permettant un meilleur accès aux marchés, des centres de compétences techniques et scientifiques (Agropole olivier de l’école nationale d’agriculture de Meknès, centre régional de recherche agronomique, institut de formation dans les métiers de l’agroalimentaire…). La vocation agricole et agroindustrielle de la région s’est affirmée par l’implantation en cours d’un pôle de compétitivité dédié aux industries agroalimentaires dénommé l’AGROPOLIS de Meknès. Ce projet imprime une nouvelle allure à la région Meknès Tafilalet. Il lui permettra de réaliser une avancée qualitative et une montée significative en gamme dans le contexte économique régional, tout en consolidant sa vocation agricole. Pour lui conférer un rayonnement international, l’AGROPOLIS de Meknès sera érigé en cité dédiée à l’agro-industrie. La superficie réservée à ce projet est d’environ 580 ha dont une première tranche de 130 ha est en cours d’aménagement. Ce projet intègre une cité intelligente regroupant les fonctions de support aux activités industrielles en matière de formation, R&D, innovation et transfert de technologies, activités tertiaires et d’animation. De même, l’AGROPOLIS de Meknès connaîtra la réalisation par le département de l’Agriculture d’un pôle recherche et développement de contrôle de qualité destiné à améliorer la concertation et les synergies entre l’ensemble des acteurs du secteur agro-industriel. En outre, la ville de Meknès a connu depuis l’année 2004 la création d’une nouvelle zone industrielle à vocation exclusivement agro-industrielle, à la commune


rurale de Sidi Slimane Moul Kifane, sur une superficie de plus de 24 ha. Les rythmes d’écoulement et de valorisation des lots dans cette zone dénotent la position importante que ce secteur occupe au sein de l’économie régionale. Par ailleurs, les industries de fabrication et de transformation de produits autres qu’agricoles se sont redynamisées avec la création de la zone industrielle de Mejjat sur une superficie de plus de 57 ha. Aussi, compte tenu de l’écoulement presque total de cette zone et de l’importance de la demande des industriels, la réflexion est orientée vers l’aménagement de nouvelles zones industrielles et la mise à niveau des zones déjà existantes. D’autres secteurs constituent également des lignes de force de la région Meknès Tafilalet, notamment l’artisanat et les mines. La région Meknès Tafilalet est parmi les régions minières les plus importantes du Royaume. Aussi, dans le cadre de la mise en place d’une stratégie de développement durable, cette région accorde une attention particulière à la protection de l’environnement et au développement des énergies renouvelables. Il importe de rappeler dans ce cadre, qu’avec le soutien de l’USAID, la région Meknès Tafilalet a été la première au Maroc à se doter d’un réseau d’installateurs, nommé « RESOVERT », spécialisé dans les énergies renouvelables. Diplomatica: Et au niveau du secteur tertiaire ? M. Hassan Bahi: Pour le secteur touristique, la région Meknès Tafilalet œuvre pour se positionner en tant que destination touristique de choix au niveau national, tirant bénéfice de la diversité de ses paysages et de la richesse de son patrimoine naturel, culturel et historique. Dans ce cadre, ses acteurs régionaux, en collaboration avec le Ministère du tourisme sont en passe de finaliser le programme de développement régional du tourisme, qui constitue le document de référence de la stratégie régionale de la promotion touristique dans toutes ses facettes (infrastructure d’accueil et animation). Pour la période 2003-2009, le montant total d’investissement des projets ayant eu un avis favorable dans ce secteur représente 12,64% du montant global des projets agrées durant la même période. En ce qui concerne les autres activités du secteur tertiaire (commerce, services, TIC, enseignement), les statistiques relatives aux créations d’entreprises au titre de la période 2003-2009, montrent que ces activités occupent 75,47% en terme du nombre d’entreprises créées, 34 % en terme des montants de capitaux engagés et 47,68% en termes d’emplois à créer. Diplomatica: Quel message pourriez-vous lancer à la diaspora marocaine désireuse d’investir au pays? M. Hassan Bahi: Les services du CRI de la région Meknès Tafilalet sont quasiment en permanent contact avec les marocains du monde, et ce, selon des modalités diverses et variées qui intègrent entre autres, le traitement de leurs dossiers d’investissement, le déplacement aux pays de leurs accueil pour les informer des potentialités de la région et des mesures prises par les pouvoirs publics dans le cadre de la promotion des investissements, la participation aux activités organisées par les institutions publiques chargées des affaires de la diaspora et à leur tête le Ministère Délégué chargé des MRE et le Conseil de la Communauté Marocaine à l’Etranger, la célébration de la journée nationale des MRE, …etc. Le message que j’ai toujours adressé à la diaspora à chaque fois que j’ai eu le plaisir de les contacter, et que je réitère à travers votre honorable tribune est de les inciter à participer davantage à la dynamique économique et aux grands chantiers de développement que connaît notre pays sous la conduite éclairée de Sa Majesté le Roi Mohamed VI. Cette impulsion sans précédent que connaît le Maroc à tous les niveaux offre des opportunités à saisir, notamment sur le plan économique. Diplomatica: La visite des Ambassadeurs dans la Région Meknès

Tafilalet permet de faire connaître vos réalisations et vos potentialités dans le monde entier. Pensez-vous que les opérateurs soient prêts à aller au-delà des marchés traditionnels (France, Espagne, Italie,…) ? M. Hassan Bahi: Une simple lecture du bilan d’activité du CRI pour la période 2003-2009 permet de conclure à la tendance vers la progression et la diversification des pays d’origine des opérateurs économiques étrangers ayant choisi d’investir dans la région Meknès Tafilalet. La France et certains pays de l’Union Européenne se trouvent toujours en tête de ces investisseurs, mais il n’en demeure pas moins qu’on assiste de plus en plus à des porteurs de projets originaires d’autres horizons tels que les pays arabes, les PECO, l’Australie, la Malaisie...etc Il est vrai que sur le plan global, la présence des investisseurs étrangers dans la région n’a pas encore atteint le niveau souhaité. Cependant, les efforts de promotion et de communication entrepris ont permis de susciter davantage l’intérêt de ces investisseurs vers la région Meknès Tafilalet, notamment dans les domaines du tourisme, de l’agro-industrie, des mines et des TIC. Par ailleurs, le développement de nouvelles activités comme l’offshoring et l’effet de la crise économique mondiale auront tendance à bouleverser les destinations traditionnelles des affaires et à permettre aux pays les moins touchés par cette crise et qui offrent des opportunités meilleures dans le domaine de l’offshoring d’être à l’avenir, des cibles préférées pour les IDE. Je pense que le Maroc est l’un de ces pays. En plus, des actions comme l’organisation de visites des Ambassadeurs pour s’enquérir des potentialités et des réalisations au niveau régional constitue un moyen parmi les plus efficaces pour drainer des investissements directs étrangers. La région Meknès Tafilalet est disposée à offrir l’appui nécessaire à tout investisseur étranger désireux de s’y implanter .

Les Ambassadeurs visitent la Région de Meknès-Tafilalet

ossier

Diplomatica: Si vous aviez à nous parler d’un exemple d’investissement étranger réussi dans la région, quel serait-il ? M. Hassan Bahi: Par souci de donner l’image la plus fidèle possible sur les investissements étrangers réussis dans la région Meknès Tafilalet, et sans prétendre à l’exhaustivité, je me permets de ne pas me contenter d’un seul exemple: je commence d’abord par la Province d’Errachidia qui constitue le pôle d’attrait par excellence des investisseurs étrangers dans le domaine du tourisme et dont les expériences réussies dans ce cadre sont multiples et variées hôtels, maisons d’hôtes, campings…). Un second exemple est celui d’un investisseur français dans le secteur du tourisme. La première fois qu’il avait pris contact avec les services du CRI, il avait l’idée de réaliser un camping-caravanning à Meknès. Il était difficile de lui trouver un terrain qui satisfait toutes les conditions requises (superficie, proximité, boisement). Les services du CRI lui ont alors proposé l’idée de réaliser un Riad à la Médina. Le succès a été tel que l’intéressé a réussi à multiplier ce produit et à en faire la promotion auprès d’autres opérateurs étrangers. Le troisième exemple est un projet de production de l’huile d’olives extra vierge par un investisseur français. Une des marques qu’il produit a été primée lors d’un salon organisé à Rome en Italie en 2008. Un exemple concerne le secteur minier. Il s’agit d’un grand projet introduit pas un groupe australien, qui vise la recherche et l’exploitation de l’étain au niveau de la Province d’El Hajeb. Le cinquième exemple concerne la réalisation d’une importante station touristique à Ifrane par le Consortium Maroco-Koweitien de Développement (CMKD). C’est un projet qui s’inscrit dans le cadre du plan Biladi, visant à encourager le tourisme interne. Il est le reflet de la coopération exemplaire entre le Maroc et le Koweit sur le plan économique. Le sixième touche au secteur de l’offshoring. L’année 2009 a connu l’installation à Meknès d’un grand centre d’appel par le Groupe Atento, filiale de l’opérateur espagnol Téléphonica (exemples donnés par ordre chronologique).

37 Numéro 31 - 2010


ossier

Le Golf Royal de Meknès : au coeur du Palais Royal

38 Numéro 31 - 2010


1

1- Les Ambassadeurs profitent d’un paysage somptueux encadré par les murailles centenaires 2- L’Ambassadeur du Gabon et son épouse 3- L’Ambassadeur de Chine a décidé d’entamer à Meknès son apprentissage du jeu de golf ! 4- Une ambiance unique dans les murailles 5- Photo de groupe, sur l’escalier de faiences vertes menant au club-house du golf de Meknès

2

3

4

V

ous êtes au Maroc, Royaume des greens ensoleillés. Au cœur de la ville impériale du Sultan Moulay Ismaïl, avec comme décor les toits de tuiles vertes et les minarets de la médina, dans un jardin foisonnant de mille fleurs, d’orangers, d’oliviers, de palmiers, de pruniers, de néfliers, d’abricotiers, les 9 trous du Royal Golf de Meknès plongent les Ambassadeurs dans l’histoire mythique du lieu. L’entrée du Club est un petit chef d’œuvre artistique avec sa grande porte finement décorée, et sa fontaine de mosaïque en zellijes bleues attenante. A l’intérieur, le golfeur suit son parcours en remontant le temps entre les remparts où nichent les cigognes. Près du green du numéro 6, une porte de style mauresque mène au Palais Royal. Au green du numéro 9, un superbe escalier en faïence blanche et verte conduit au Club-house, blotti tout en haut, accolé aux remparts. L’enchantement dure tout au long de la visite (ou de la partie pour les golfeurs qui tombent vite amoureux du site). De plus, et c’est une exclusivité au Maroc, les mordus de la petite balle blanche peuvent le prolonger tard dans la nuit dans une ambiance médiévale féerique, car ici, on peut jouer à la

lumière des projecteurs, placés tout au long du parcours.

Les Ambassadeurs visitent la Région de Meknès-Tafilalet

ossier

L'équipe du Royal Golf de Meknès, menée de main de maître par le Président du Club, M. Mehdi Bouchaara, a réussi à créer une ambiance décontractée et familiale, propice aux après-midi de détente et de décompression dans un environnement digne du fameux golf de St Andrew. Le Club-House se fond au milieu des remparts et offre, après la partie, un univers de dètente et de rencontre. Les golfeurs y trouvent un agréable petit salon doté d’un bar, d’un restaurant panoramique (un panorama royal) ainsi qu’une terrasse avec vue sur les greens. Le menu golfeur est tout à fait démocratique avec l’indispensable salade à la truite fumée de l'Atlas, de succulentes grillades et de petit dessert à seulement 80 Dhs, sourire du service, boisson et café ou thé, bien entendu, compris. Comme quoi, il existe encore des endroits où le vrai luxe reste accessible. Prévoyez quand même de réserver à l’avance, l’affluence n’a pas de mise: les tee-time sont bien espacés pour préserver une ambiance exclusive de solitude.

5

39 Numéro 31 - 2010


ossier

L’Artisanat, fer de lance de l’économie 1

2

3

40 Numéro 31 - 2010

4


T 5

6

7

erre de passage et d’échanges entre les peuples, le Maroc a toujours été reconnu pour la qualité de son artisanat. Imprégné de la riche culture de son histoire, l’artisanat marocain a été inspiré par les différentes dynasties qui n’ont eu de cesse de bâtir, transformer ou embellir les cités, mais aussi par les nombreuses influences extérieures venues de l’Asie, de l’Orient ou de l’Occident. Portées par l’esprit conquérant de l’Islam, les différentes ethnies arabes apportèrent avec elles leurs techniques et leur savoir-faire, tout comme l’avaient fait les Andalous d’Espagne avec l’apport du cuivre ciselé, de l’argile ou du cuir. C’est aussi par l’Espagne que fut introduite la fameuse damasquinerie, venue de la lointaine ville de Damas, en Syrie. Grande spécialité des artisans de Meknès, la damasquinerie est un art du métal tout à fait particulier qui consiste à incruster des fils d’or ou d’argent sur des métaux. Il faut aller admirer le travail de ces artisans qui, à l’aide d’un marteau spécifiquement adapté à cet usage et avec des gestes séculaires et précis, martèlent et parent le fer de métaux précieux. Ils sont environ 3000, à Meknès et dans la région de Meknès Tafilalet, à perpétuer cet art pour offrir leurs plus belles pièces à une clientèle exigeante et avisée. Chaque région, voire chaque ville marocaine est réputée pour s’être spécialisée dans un artisanat particulier. Si Meknès est un des hauts lieux de la damasquinerie, son artisanat excelle dans bien d’autres domaines. C’est à travers le travail du textile (tapisserie, tissage, broderie et couture traditionnelle regroupent près de 20.000 artisans), le travail du bois (menuiserie, sculpture, bois peint en compte plus de 6.000), l’art de la terre (céramique d’art, poterie, sculpture sur plâtre en totalise 5.500) et le travail du cuir (3.000 artisans) que s’expriment tout le savoir faire et la créativité des 40.000 artisans de la région de Meknès. Étant donné l’historique de l’artisanat dans la région, les artisans sont aujourd’hui

regroupés par corps de métier et se concentrent à l’intérieur d’espaces communs. Cette organisation leur permet de suivre des nouvelles tendances et de créer des ateliers fonctionnels, souvent à proximité des centres d’approvisionnement en matières premières. Depuis quelques années, ils se sont également organisés en coopératives et en associations, de manière à optimiser leur production. Pendant que les artisans se concentrent sur la création de leurs œuvres, d’autres négocient des prix avantageux pour l’achat des matières premières, remplacent ou réparent les outils de travail, commercialisent les produits de l’artisanat et redistribuent les profits. L’artisanat de la région de Meknès Tafilalet est considéré comme l’un des plus importants secteurs actifs qui emploie 7,4% de la population active de la région. Il joue un rôle considérable dans le développement économique et social et ses recettes sont loin d’être négligeables. Foires et expositions sont organisées annuellement afin de promouvoir l’artisanat marocain auprès des acheteurs marocains (Quinzaine de l’Artisanat, Semaine du tapis, Semaine de la Maroquinerie…) mais aussi des acheteurs étrangers. Ces manifestations ont largement contribuées à faire connaitre les produits de l’artisanat marocain et de la région Meknès Tafilalet et ont permis de conquérir plusieurs marchés extérieurs. Les efforts entrepris par les secteurs publics et privés ont permis de prospecter de nouveaux marchés (notamment l’Amérique, l’Afrique et les pays arabes) ce qui a considérablement amélioré les exportations (736 millions de DH en 1989 contre 374 millions en 1980). L’Union Européenne (et tout particulièrement l’Allemagne) est le principal importateur des produits de l’artisanat marocain, suivi par les Etats-Unis et le Canada. Le Japon, l’Autriche, le Danemark et la Norvège sont de nouveaux marchés pour ces mêmes créations artisanales marocaines.

Les Ambassadeurs visitent la Région de Meknès-Tafilalet

ossier

1- Un artisan présente aux Ambassadeurs la technique de la damasquinerie sur fer 2- Les fils d’argent incrustés dans les objets de la vie courante sont de toute beauté 3- Les objets décoratifs en bois de cèdre dégagent une odeur de bois précieux très recherchée 4- Le sous-sol regorge de fossiles incrustés dans la pierre qui font de beaux objets décoratifs 5- Le bois peint figure aussi parmi les techniques maîtrisées par les artisans de la région 6- L’Ambassadeur de Mauritanie a fait son choix 7- Les poteries peintes sont présentées sur ce stand d’artisan 41 Numéro 31 - 2010


ossier

The world comes to… Volubilis A

près avoir découvert les principaux monuments historiques de la ville de Meknès, Volubilis s’annonce comme une étape incontournable. Site archéologique de référence, Volubilis (Oualili) compte parmi les sites marocains les mieux conservés et les plus visités. Il résume une grande partie de l’histoire du Maroc. Après l’annexion du Royaume de Maurétanie tin-

42 Numéro 31 - 2010

gitane par l’empire romain (42 après J.C.), la ville de Volubilis connaît une extension urbaine importante. Habitations, murs d’enceinte, capitole, basilique, forum, arc de triomphe… de nombreux vestiges de la cité romaine, riches d’enseignements, ont été mis à jour lors de fouilles anciennes et récentes. A la fin du VIIIème siècle, la cité devient le point de départ de l’islamisation

(Moulay Driss Zerhoune, à quelques encablures de Volubilis). Elle fut abandonnée après la fondation de la ville de Fès en 789 après J.C. De par son intérêt touristique, le site de Volubilis trouve sa place justifiée dans le programme de développement régional du tourisme.


L’Ambassadeur du Cameroun et son épouse visitent les ruines romaines de Volubilis

A quelques encablures de My Driss Zerhoune, l’Ambassadeur du Koweit apprécie la visite

Le Délégué du Tourisme présente aux Ambassadeurs l’histoire du site et les raisons de son état actuel

Les Ambassadeurs visitent la Région de Meknès-Tafilalet

ossier

43 Numéro 31 - 2010


ossier 1

1- Le conservateur du site présente aux Ambasasdeurs l’histoire de Volubilis 2- L’Ambassadeur de Croatie ébahi par tant de beauté dans l’arrière-pays de Meknès 3- L’Ambassadeur de Chine sur le site de Volubilis 4- L’épouse et la fille de l’Ambassadeur du Soudan 5- Le lieu est propice à une promenade

2

L’huile d’olive, une richesse millénaire Les ressources naturelles de l'arrière-pays permettaient de ravitailler les milliers de Volubilitains en produits variés. La plus grande partie des terres était consacrée à la culture du blé, de l'orge et de l'olivier. La région de Volubilis semble avoir été la principale zone de production d'huile d'olive en Maurétanie tingitane. Les oliveraies prospéraient sur les piémonts des massifs et les versants des vallées. Dans la ville même, on a recensé près d'une soixantaine d'huileries, datées pour la plupart des IIe et IIIe siècles. Leurs vestiges encore en place ont permis de reconstituer leurs principes de fonctionnement. Chaque huilerie disposait d'un ou deux instruments de broyage, d'une installation de pressurage et de bassins de décantation, le tout réparti sur deux niveaux. Les olives étaient déchargées sur une aire de manutention délimitée par une balustrade de bois. Puis elles étaient broyées dans une meule ou un décortiqueur de grès situés en contrebas. La pulpe d'olives était recueillie à la pelle et placée dans des scourtins, paniers de jonc circulaires empilés les uns sur les autres au centre d'une maie de pierre. Le pressurage consistait à écraser ces paniers à l'aide d'un prelum. Ce tronc d'arbre équarri était

3

4

5

44 Numéro 31 - 2010

abaissé au fur et à mesure des pressurages par un treuil de bois fixé à un contrepoids de pierre de près de deux tonnes. Une même masse d'olives pouvait subir plusieurs broyages et pressurages successifs dans la même journée. Des rigoles creusées dans la maie canalisaient l'huile vers des bassins rendus étanches par un mortier de tuileau. Ceux-ci étaient souvent pourvus d'un trou d'évacuation qui permettait de les nettoyer et d'évacuer les résidus (margines). On facilitait l'écoulement de l'huile en ajoutant de l'eau. Ces deux liquides se décantaient dans les bassins par simple différence de densité, puis l'huile était recueillie dans de grandes jarres. Cette production artisanale était destinée essentiellement à la consommation familiale ou locale. Comme dans tout le monde romain, l'huile d'olive revêtait une importance à la fois économique et culturelle. Outre l'alimentation, elle servait à l'éclairage des maisons, à la fabrication d'onguents et de remèdes. Elle remplaçait le savon dans l'hygiène quotidienne, notamment aux thermes. Enfin, les résidus du traitement (noyaux, tourteaux d'olives) étaient utilisés comme engrais dans les champs ou comme combustible dans les foyers. Aujourd'hui encore, l'olivier est partout présent dans le paysage, et les techniques de l'Antiquité sont encore en partie en usage dans le terroir du Zerhoun.


Les Ambassadeurs visitent la Région de Meknès-Tafilalet

ossier

A

u cœur d’un grand jardin planté d’oliviers et de palmiers l’hôtel Volubilis Inn offre un splendide panorama sur le site romain de Volubilis. Dominant la plaine, il surplombe littéralement les ruines, embrasant le paysage dans toute son immensité. Point de départ idéal pour partir à la découverte de la ville antique, de Moulay Idriss ou de Meknès, l’hôtel Volubilis Inn est un petit havre de paix dans lequel il fait bon se délasser après une journée bien remplie: admirez les superbes couchers de soleil depuis la terrasse, plongez dans la piscine, imprégnez vous de la beauté du site historique depuis le fabuleux point de vue qu’offre le Volubilis Inn, un établissement 4* offrant les meilleures prestations. Ses 53 chambres et suites disposent chacune d’une terrasse ou d’un balcon et possèdent toutes le confort d’un hôtel de cette catégorie: climatisation, room service… Spécialités marocaines et cuisine internationale sont proposées dans les deux restaurants de l’hôtel, pour le plus grand plaisir des gourmets. En fin de journée, les visiteurs aiment à s’attarder au bar afin d’échanger leurs impressions sur la ville antique. Gentillesse du personnel, qualité du service plaisirs de la table et situation exceptionnelle font du Volubilis Inn une étape incontournable de la région Meknès Tafilalet.

Droite: L’hôtel Volubilis Inn et sa belle piscine Bas Droite:Photo de famille sur la grande terrasse de l’hôtel Volubilis Inn à My Driss Zerhoune Bas: Le Directeur du Protocole au Ministère des Affaires étrangères et de la Coopération remet, au nom de Diplomatica et des Ambassadeurs participants, un petit cadeau pour remercier l’hospitalité du directeur de l’hôtel Volubilis Inn

45 Numéro 31 - 2010


ossier

Monsieur Zniber accueille les Ambassadeurs au Château Roslane de Meknès

Monsieur Brahim Zniber, Président de Diana Holding, accueille les Ambassadeurs à l’entrée de son domaine vinicole «Château Roslane» à Meknès

A

u pied du Moyen-Atlas, dans le nord du Maroc à quelques kilomètres de Meknès, se dresse entouré par une mer de vignes, le Château Roslane où nous accueille M. Brahim Zniber, Président de Diana Holding qui a créé, en 1964, Les Celliers de Meknès, devenus aujourd'hui la première cave d’Afrique du Nord avec 85% de parts de marché au plan national. Si la vigne et le vin ont une longue histoire au Maroc, remontant à plus de 2500 ans par son introduction par les carthaginois, l’histoire moderne du vin au Maroc commence dans les années du protectorat français puisque le vignoble marocain fut recréé à partir de cépages du sud de la France, suite à sa des-

truction par le phylloxera. Le Château Roslane, 700 hectares de vignobles, comprend, entre autres, une cave de 70.000 hectolitres dont 11.000 en cuverie inox thermorégulée, des chais d'élevage enterrés avec contrôle permanent de la température et de l’hygrométrie avec une capacité de 3000 fûts de chêne et de 3 millions de bouteilles couchées. A noter que les vins du domaine sont élevés en barriques neuves bordelaises issues de chêne français provenant des forêts de l’Allier et du Tronçais, et que les vendanges sont effectuées manuellement. Les Celliers de Meknès ne se limitent pas au vignoble de Château Roslane, comme nous l’explique M. Zniber, mais exploitent près de 2600 hectares

de vigne répartis sur les plus prestigieuses appellations du Maroc. Enfin les Celliers de Meknès commercialisent plus d’un million de bouteilles à l'export (France, Benelux, Russie). A l’issue de la visite des installations ultra-modernes du Château Roslane, M. Zniber et son équipe ont conviés les Ambassadeurs pour une dégustation d’un nouveau produit, tout à fait original, baptisé «La Perle du Sud», il s’agit d’un vin blanc pétillant, élevé suivant la méthode traditionnelle champenoise et qui offre un résultat surprenant et unique au Maroc. Après avoir signé le livre d’or du domaine, les Ambassadeurs ont vivement remercié leur hôte pour son accueil des plus chaleureux.

L’Ambassadeur du Gabon, S.E.M. François Banga Eboumi, et son épouse dans les caves de la propriété

Le vin «Côteaux de l’Atlas» repose en barriques de chêne dans les caves du domaine Château Roslane

M. Zouhair Benomar, Directeur technique des Celliers de Meknès présente le vin pétillant «La Perle du Sud»

46 Numéro 31 - 2010


R

Agro-Alimentaire, Pôle d’Excellence International

éjouis par la visite culturelle qui leur était proposée ce matin, et ayant repris des forces après la halte gourmande servie au restaurant de l’hôtel Volubilis Inn, nos participants reprirent la route pour une aprèsmidi consacrée aux points forts de l’économie régionale. Première étape: Agropolis, un site unique qui vise à faire de Meknès une plateforme agro-industrielle, reconnue au niveau mondial. Ce projet, qui sera réalisé par tranches successives dans le cadre d’un partenariat public-privé, s’inscrit dans la déclinaison territoriale des plans Maroc Vert et Emergence. Lancés sous les Hautes Directives Royales, ils visent à définir une nouvelle stratégie agricole et industrielle. Le concept est celui d’un pôle de compétitivité dédié à l’agro-industrie, concept novateur qui vise à

améliorer la compétitivité du secteur à travers l’intégration de l’ensemble de la chaîne de valeur de l’amont vers l’aval, l’implication de tous les acteurs du secteur et la mise en place d’une offre complète pour l’accueil des entreprises. Le choix d’implantation de ce projet à Meknès a été motivé principalement par la richesse des productions agricoles de la région, son savoir-faire dans le domaine agroindustriel, la présence sur son territoire de plusieurs instituts de recherche et de formation dans ces domaines (ENA, INRA, ITH, IGRT…), sa situation géographique au cœur du territoire national et le succès grandissant du «SIAM», le Salon International de l’Agriculture au Maroc. Les composantes principales du projet regroupent une zone d’activités à vocation agro-industrielle, une plateforme logistique,

une cité intelligente regroupant les fonctions de support aux activités industrielles en matière de Formation, Recherche et Développement, Innovation et transfert de technologies, activités tertiaires et d’animation; et une structure d’animation pour améliorer la concertation et les synergies entre l’ensemble des acteurs. L’investissement total prévu est de 5 milliards de dirhams et le projet devrait générer 11 000 emplois dans le secteur agro-industriel. Toujours dans le secteur de l’agriculture, nos Ambassadeurs se sont rendus à l’Ecole Nationale d’Agriculture afin de rencontrer les acteurs du pôle de compétences pour le développement et la promotion de la filière oléicole régionale et internationale: l’Agro-pôle Olivier ENA Meknès. Crée en 2004 et fonctionnant comme un groupement d’intérêt public, l’Agro-pôle Olivier a pour ambition d’être un carrefour privilégié d’échange d’information et de partage des progrès techniques et technologiques en matière oléicole afin de réponde à l’évolution de la filière de plus en plus orientée vers l’innovation et la modernité. Il a pour mission la vulgarisation et le transfert de technologie au profit des petites et grandes exploitations agricoles et au profit du secteur industriel ; la mise en place d’un système d’information au service du développement de la filière oléicole (bases de données); la promotion de l’huile d’Olive Maroc (concours de la meilleure huile d’olive, organisations de manifestations professionnelles, fête de l’Olivier, jury de dégustation de l’huile d’olive) et le rôle de conseil, étude et assistance technique pour la mise en place de projets oléicoles. Il participe également à la recherche et au développement du secteur (étude et inventaire des ressources génétiques de l’olivier, biotechnologies, prévisions de la production oléicole, étude de la typicité et de la qualité…)

L’Agro-pôle Olivier est l’un des premiers bâtiments de la future Agropolis, zone industrielle dédiée aux

métiers de l’agriculture et de l’agro-alimentaire en cours de construction par MedZ. L’unité de trituration,

à la pointe de la technologie, est présentée par les responsables de l’ENA et de l’Association UDOM

Les Ambassadeurs visitent la Région de Meknès-Tafilalet

ossier

47 Numéro 31 - 2010


Le projet Agropolis est un projet structurant qui a pour objectif la valorisation du potentiel agricole de la Région de Meknès. Le Concept retenu est celui d’un Pôle de compétitivité dédié à l’Agro-industrie. Il s’agit d’un concept novateur qui vise à améliorer la compétitivité du secteur, à travers l’intégration de l’ensemble de la chaîne de valeur de l’amont vers l’aval, l’implication de tous les acteurs du secteur et la mise en place d’une offre complète pour l’accueil des entreprises. Agropolis s’insère dans le cadre de la déclinaison territoriale des stratégies nationales « Plan Maroc Vert » et « Emergence ». Ces stratégies, ont retenu le secteur de l’Agro-industrie comme un des piliers de développement économiques stratégiques du Maroc. Pourquoi Meknès ? Mis à part ses atouts historiques et naturels, Meknès jouit d’un emplacement stratégique au cœur du pays. Cette région est caractérisée par des ressources hydriques abondantes, des conditions pédoclimatiques favorables et un fort potentiel agricole. En outre, la région de Meknès accueille sur son territoire plusieurs groupes leaders dans l’industrie agroalimentaire. Le savoir-faire de ces groupes et leur rôle dans l’organisation de la profession, constituent une locomotive de développement, catalysant ainsi la production et l’amélioration de la valeur ajoutée. Par ailleurs, la Région de Meknès dispose de nombreuses écoles et instituts de recherches de renommée internationale, tels que l’Ecole Nationale de l’Agriculture, l’Université Moulay Smail, l’Université Al Akhawayn et le Centre Régionale de la Recherche Agronomique. La ville de Meknès accueille annuellement le Salon International de l’Agriculture du Maroc. Cette manifestation de grande ampleur, draine six cents exposants environ et plus de d’un demi million de visiteurs. Cet évènement positionne Meknès en tant que région incontournable dans le domaine de l’Agriculture et de l’Agro-industrie à l’échelle nationale. Emplacement stratégique Agropolis jouit d’un emplacement stratégique. Le site du projet, situé au Sud de la ville de Meknès, bénéficie de plusieurs atouts notamment : -

Desserte par l’autoroute Fès- Meknès ; Connexion par la route nationale n° 6 et par le réseau urbain de la ville de Meknès ; Proximité des organismes de formation, de recherche et de développement (Ecole Nationale d’Agriculture, Centre Régional de l’Institut National de la Recherche Agronomique…) ; Proximité de l’aéroport de Fès Saïs ; Proximité du réseau ferroviaire ;

Concept novateur et intégré Les composantes principales du projet AGROPOLIS sont les suivantes : -

Une zone d’activités à vocation agro-industrielle et logistique ; Une cité intelligente regroupant les fonctions de support aux activités industrielles en matière de Formation, Recherche & Développement, Innovation et transfert de technologies, activités tertiaires et d’animation ; Une structure d’animation pour améliorer la concertation et les synergies entre l’ensemble des acteurs.

S’agissant du parc d’activités, le projet offre aux investisseurs une gamme de services complets comprenant : -

Des lots industriels aux meilleurs standards internationaux ; Des unités industrielles prêtes à l’emploi ; Des plateaux de bureaux ; Une plate forme logistique ; Des services d’appui à l’innovation, etc.


Partenariat public privé au service d’un parc de nouvelle génération Le succès d’Agropolis est le fruit d’un travail d’équipe qui traduit l’implication et la volonté des acteurs de bâtir des projets autour de Concepts riches et novateurs. Ainsi, le projet Agropolis est réalisé dans le cadre d’un partenariat entre : -

Le Ministère de l’Economie et des Finances ; Le Ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime ; Le Ministère de l'Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies ; La Wilaya de Meknès-Tafilalet ; et la société MEDZ, Filiale de la Holding CDG Développement, spécialisée dans l’aménagement, le développement et la gestion de zones d’activités économiques.

Projet en chiffres : Les travaux de réalisation du projet ont démarré en juillet 2009. Le coût d’aménagement s’élève à 600 MDH et générera 4,5 milliards d’investissement induit. Le projet créera à terme plus de 15.000 emplois directs. La mise en service du projet est prévue pour fin 2010.

Cité Intelligente

Grande Industrie IAA

Parc Agro-industriel

Autoroute Vers Fès

Plat-forme Commerciale de distribution

Zone logistique


ossier

Université Al-Akhawayn

célèbre 15 ans de formation des élites marocaines 1

2

1- Le Président de l’Université Al-Akhawayn, le Professeur Driss Ouaouicha, entouré des Ambassadeurs devant l’entrée principale de l’Université pour une photo-souvenir à l’occasion de la célébration du quinzième anniversaire 50 Numéro 31 - 2010

3

2- Le Prof. Driss Ouaouicha, Président de l’Université Al-Akhawayn présente les particularités de son université, ainsi que ses projets de développement pour le futur. 3- A l’entrée de l’Université Al-Akhawayn, le globe

4

rappelle les liens internationaux que l’équipe éducative tisse avec les partenaires étrangers 4- Le Doyen de la délégation des Ambassadeurs, à côté de son épouse Mme Banga Eboumi dans un moment de détente


les Ambassadeurs, accompagnés du président de l’Université, le prof. Driss ouaouicha, soufflent les quinze bougies du gâteau d’anniversaire de cette prestigieuse institution.

S

urnommée «Harvard» du monde arabe, l’Université Al Akhawayn d’Ifrane est l’unique institution d’enseignement supérieur et de recherche scientifique de système anglo-saxon au Maroc. Elle a été inaugurée le 16 janvier 1995, par Feu Sa Majesté le Roi Hassan II et Sa Majesté le Roi Abdallah d’Arabie Saoudite (alors prince héritier). Sa mission principale est de dispenser un enseignement supérieur couvrant différents domaines du savoir, de diversifier et d’adapter les formations aux besoins du marché de l’emploi en constante évolution, de participer à la maîtrise et à l’application des technologies avancées, de réaliser des programmes de recherche scientifique et technique dans tout domaine d’intérêt national et international, de contribuer à la formation de cadres hautement qualifiés et de favoriser la formation continue, le développement des connaissances et la diffusion du savoir. Dans un site unique, sur une superficie de 60 hectares de forêt au cœur du Moyen Atlas, et dotée d’infrastructures des plus

modernes, l’Université Al Akhawayn offre un environnement international avec un corps estudiantin et professoral représentant près de 30 pays. Les activités parauniversitaires se comptent par dizaines avec plus de 80 clubs d’étudiants couvrant diverses disciplines. Forte de plus de cinquante partenariats académiques et institutionnels à travers le monde, l’Université Al Akhawayn jouit d’une reconnaissance internationale. Les lauréats de l’Université sont recrutés par les sociétés les plus prestigieuses, tant au Maroc qu’à l’étranger. Véritable pépinière de talents, l’Université Al Akhawayn forme les dirigeants du monde de demain. L’université Al Akhawayn constitue, à côté d’un réseau développé d’institutions d’enseignement supérieur dans la région Meknès Tafilalet (Université Moulay Ismail, Ecole Nationale Supérieure des Arts et Métiers, Ecole Nationale d’Agriculture, ENSAM…), un pôle d’excellence de promotion de la recherche et du développement pour le progrès économique et technologique.

1

2

Les Ambassadeurs visitent la Région de Meknès-Tafilalet

ossier

3

1- Le Secrétaire Généal, représentant de Monsieur le Gouverneur d’Ifrane, reçoit, au nom de Diplomatica, des mains du Directeur du Protocole (MAEC), un diplôme de reconnaissance. 2- Le Doyen des Ambasaseurs félicite le Président de l’Université pour ces quinze ans de succès. 3- Le Président de l’Université coupe le gâteau d’anniveraire. 4-5-6: La soirée d’anniveraire était particulièmement bien animée et s’est poursuivie tard dans la nuit

4

5

6

51 Numéro 31 - 2010


ossier

Flâner paisiblement dans les rues d’Ifrane A

près une pause-déjeuner bien méritée à Azrou, à l’hôtel Panorama, nos amis les ambassadeurs ont succombé aux charmes de la station touristique d’Ifrane. Choisie en 1929 par le Secrétaire Général du protectorat français pour en faire un centre « d’estivage » destiné aux autorités coloniales, la ville d’Ifrane est devenue le siège de la province par Décision Royale en septembre 1979. La province d’Ifrane qui s’étend sur une superficie de 3.573 km2 est située dans le Moyen Atlas central. Elle jouit donc d’un relief montagneux et d’un climat tempéré l’été qui en font un lieu de villégiature idéal, sain et vivifiant, pendant les mois chauds. La station touristique d’Ifrane fait l’objet de nombreux travaux d’aménagement réalisés

52 Numéro 31 - 2010

par le consortium Marocco-Koweitien de développement (CMKD) et s’inscrit dans le cadre du plan Biladi visant la promotion du tourisme interne. Ainsi, si la ville a conservé tout le charme des petits chalets de bois construits à l’époque coloniale, elle a su enrichir son offre d’hébergement et d’infrastructures à destination des classes moyennes du royaume avec un programme de près de 200 unités en résidences hôtelières, 268 unités en résidences immobilières, un centre commercial et SPA, des salles de cinéma, des piscines couvertes et de plein air, une patinoire couverte, des terrains de sports et un camping aux normes internationales.


Déjeuner à Azrou à l’Hôtel Panorama 1

2

3

4

1- Dans les jardins de l’hôtel Panorama d’Azrou, une troupe de danse et de musique folklorique animait l’apéritif offert aux Ambassadeurs 2- L’Ambassadeur de l’Inde, son épouse et quelques unes des excellentes danseuses 3- Quelques pas de danse sont enseignés à Monsieur le Chargé d’Affaires d’Afrique du Sud 4- Un festin était offert par M. Meskini 5- Madame Meskini et son époux, Directeur du CRT de Meknès et propriétaire de l’hôtel Panorama d’Azrou reçoivent un petit cadeau de remerciement de Diplomatica 6- L’Ambassadeur du Congo remet un présent

S

ituée à 1500 mètres d’altitude, au carrefour stratégique reliant le Moyen Atlas et le Haut Atlas, Azrou (51 000 habitants) est une ville bordée de superbes montagnes vertes qui lui confèrent un charme particulier. Elle possède une grande richesse en matière de biodiversité, symbolisée par sa fameuse cédraie, ses singes Magots et ses merveilleux papillons, uniques dans le monde. Pôle d’attraction estival privilégié, elle attire les citadins, les randonneurs et les amoureux de la nature. Avec ses cafés animés et ses échoppes bordant la place principale, son architecture typique et ses toits de tuiles vertes vernissées, le centre ville offre une ambiance agréable, au charme d’antan. Azrou tient son nom du rocher volcanique (zrou, rocher en berbère) à l'entrée ouest de la ville. Les Berbères ont été les premiers occupants de la ville. Sous le protectorat, Azrou se définissait comme un centre urbain, avec une présence militaire et administrative et à vu l'établissement d'un Collège Berbère, première école marocaine où fut enseignée la langue berbère. La situation géographique d’Azrou, au croisement des axes commerciaux Meknès-Erfoud et Fès-Marrakech, a favorisé un temps son développement, mais aujourd’hui, la ville

5

Les Ambassadeurs visitent la Région de Meknès-Tafilalet

ossier

s’affirme comme une destination à vocation estivale. Un grand marché régional se tient régulièrement à Azrou, et l’on peut y admirer les productions textiles et les métiers à tisser des vendeurs de la tribu des Beni M'Guild, la plus grande famille berbère de la région. Dans le centre artisanal, le savoir-faire des artisans s’exprime à travers le travail du bois, essentiellement en bois de cèdre, de thuya ou de noyer et le tissage des tapis. La présence de nombreux fossiles et pierres éveillera la curiosité des minéralogistes en herbe. Azrou mérite bien plus qu’une simple halte. L’hôtel Panorama est l’étape idéale pour se restaurer ou séjourner dans la région. Dans un souci d’aide au développement, l’Université Al Alkahwayn d’Ifrane a ouvert le Centre d'Azrou pour le Développement Communautaire qui oriente ses activités vers la prestation de services sociaux de soutien en faveur de la population, et plus particulièrement en faveur des femmes et des jeunes diplômés à la recherche d’emploi. D’autres part, le Conseil de la région et le Conseil de la province d’Ifrane viennent de signer une convention relative à la mise à niveau des artères de la ville pour une enveloppe de 53,3 millions de DH.

6

53 Numéro 31 - 2010


ossier

C’

Kounouz Biladi Une nouvelle station touristique à Ifrane

est une enveloppe de quelques 346 millions de dirhams qui a été débloquée par le consortium maroco-koweitien pour le développement (CMKD), dirigé par M. Waleed Fayçal AlFahid, pour la réalisation d’une nouvelle station touristique dans la périphérie d’Ifrane, dans le cadre du Plan Biladi. Destiné à promouvoir le tourisme intérieur, le plan gouvernemental Biladi prévoit la création de huit nouvelles stations touristiques. Le CMKD a signé, dans ce cadre, deux conventions avec le gouvernement afin de créer et d’aménager deux stations: la première dans la station de sports d’hiver d’Ifrane et la seconde à «Sidi Abed», station balnéaire à proximité d’El-Jadida. Le chantier visité par les Ambassadeurs est réellement pharaonique. Plus de 30 Ha sont actuellement en construction, dans une phase avancée. La station d’Ifrane fournira, avant la fin de l’année, une capacité d’accueil de 5750 lits: résidences hôtelières verticales d’une capacité de 350 lits, des hôtels (350 lits), des résidences d’habitation (1050 lits) ainsi qu’un camping (4000 places). Le projet propose également des équipements de loisir attrayants: terrains de sport, loisirs, jeux, ainsi qu’un shopping center aux allures de «high street» à la suisse. Créé en 1976 avec un capital de départ de 225 millions de dirhams, le Consortium Maroco-Koweitien de Développement est le fruit d’un accord bilatéral entre l’Etat du Koweït et le Royaume du Maroc. L’objectif de cet accord est de renforcer les liens économiques entre les deux pays. Depuis plus de 30 ans, le CMKD accompagne le développement économique et social du Maroc à travers de nombreux projets, dans les secteurs de l’immobilier, du tourisme et de la finance. Les excellents résultats, ainsi que les perspectives de croissance économique du Maroc ont conduit les actionnaires koweïtiens à augmenter leur participation. La part koweitienne est ainsi passée de 50% à 84%, pour un capital s’élevant aujourd’hui à 829 millions de dirhams.

54 Numéro 31 - 2010


ossier

Le Cèdre de Gouraud témoigne de 800 ans d’histoire 4

km avant l’arrivée sur Azrou, la route pénètre dans une forêt où émerge un arbre étrange. Doté d’une seule grosse branche latérale et d’un tronc à la base imposante (plus de 10 mètres de circonférence) ce cèdre de 40 mètres de hauteur, appelé «cèdre Gouraud», est l’arbre le plus célèbre du Maroc. Son nom fait référence au Général manchot éponyme qui a été en poste au Maroc. A l’âge de 800 ans, ce cèdre de l’Atlas est devenu une des attractions touristiques de la région (tout comme les singes Magots, peu farouches, qui vivent dans la cédraie) mais aussi le symbole d’une espèce en danger. Le cèdre de l’Atlas, originaire d’Afrique du Nord et plus particulièrement du Maroc (on le trouve dans le moyen Atlas, le Rif et le haut Atlas oriental) est un arbre d’allure beaucoup plus majestueuse et imposante que les autres espèces, pouvant dépasser facilement 40 mètres de haut. Poussant dans les zones montagneuses, il se développe à une altitude de 1250 mètres et ses nombreux spécimens présents à Azrou en font l’une des plus belles et des plus importantes cédraies du Royaume (environ 130.000Ha de forêt). Son bois

56 Numéro 31 - 2010

noble et odorant est très recherché en menuiserie, en ébénisterie et en artisanat. Il fournit aussi un bois de chauffe. Menacé par le déboisement, la sécheresse et le pastoralisme intensif, il est d’une importance capitale pour le pays, du fait du lien étroit existant entre les forêts en général (et la cédraie en particulier) et les ressources en eau. L'importance internationale du cèdre découle de l'intérêt bioécologique et socio-économique de l'espèce elle-même et de ses qualités qui lui permettent d'occuper de plus en plus une place proéminente dans la forêt-méditerranéenne. En effet, la faculté d'adaptation du cèdre dans des conditions difficiles, sa résistance aux incendies, la qualité de son bois, la valeur esthétique de ses peuplements (il a été introduit en France, en Bulgarie, en Italie et en Russie comme espèce de reboisement), en font l'essence de base de la forêt-méditerranéenne. L'intérêt accordé au cèdre au niveau international en raison de ses qualités et son rôle socio-écologique et économique a d’ailleurs conduit à la mise en place par la PAO d'un réseau international de recherche sur le cèdre depuis 1987.


Le Président de l’Assocation Ismaïlia reçoit les Ambassadeurs L’Ambassadeur Ahmed Snoussi, président de l’Association Ismaïlia de Microcrédit de Meknès a reçu chaleureusement les chefs de mission diplomatique lors de leur visite et leur a présenté les actions mises en œuvre par l’association pour aider au développement des populations les plus démunies. Des efforts unanimement salués par les Ambassadeurs. L’Ambassadeur Ahmed Snoussi présente son association aux diplomates, en présence de M. le Wali

L’

activité de microcrédit se développe à grand pas au Maroc et principalement dans les régions de Meknès et de Fès. Exclues du système de crédit bancaire classique, les populations trouvent, grâce à cette formule, de bonnes alternatives pour améliorer leur condition sociale. Ce système de financement de petits projets individuels se distingue des autres types de crédit par ses objectifs et son public - la population démunie. En plus du prêt, le système de micro-crédit propose aux bénéficiaires une formation appropriée, un suivi permanent et des conseils sur mesure. Le micro-crédit au Maroc représente plus de 600.000 clients actifs, dont 68% de femmes. En 2005, le secteur a distribué 2,8 millions de prêts pour une somme de 7,5 milliards de DH, avec un taux de remboursement de 99%. Par ailleurs, le taux de couverture de la population concernée est estimé à 60% en ville et 40% en campagne. L'Association Ismaïlia de Microcrédit (AIMC) de Meknès, présidée par M. Ahmed Snoussi, ancien Ambassadeur et représentant permanent au

Maroc auprès de l’ONU, membre du comité directeur de la FNAM (Fédération Nationale des Associations de Micro-crédit) est une association non gouvernementale à but non lucratif. Créée en 1997 grâce à l’initiative de membres de la société civile de Meknès, elle a pour objectif d’aider, par le micro-crédit, les femmes démunies à développer leur activité pour sortir de la pauvreté. L’AIMC se considère comme le partenaire privilégié des femmes exclues du prêt bancaire et à la recherche d'un petit prêt pour développer ou créer une activité économique. En effet, 80% des crédits de l’association leur sont destinés (les prêts n’ont été ouverts aux hommes qu’à la fin de l’année 2004, pour certaines zones uniquement). Son rôle majeur est de contribuer au développement économique et social de la ville et de la région de Meknès. Depuis que quelques participants ont osé franchir le pas en décidant d’en faire l’expérience, la liste des projets n’a cessé de s’allonger. Au 28 février 2002, après 4 années d'activité, l’AIMC avait accordé 13 376 prêts à des femmes de Meknès et de sa région en

situation précaire, pour un montant de plus de 5 millions de dirhams. Ces projets sont financés en partenariat avec les plus grands bailleurs: le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), le Fond Hassan II pour le développement économique et social (un des principaux donateurs de l’association, qui permet d’accorder de nombreux prêts en alimentant le fond de crédit) et Planet Finance qui a contribué de la création d’un site web, à l’achat de matériel informatique et à la formation des équipes. S’adressant aux Ambassadeurs, Monsieur Snoussi à tenu à réaffirmer la place centrale de la micro finance en tant que moyen de promotion de micro-entreprises et de micro-projets susceptibles de faire reculer la pauvreté et de favoriser une meilleure inclusion sociale dans la région. «Nous sommes considérés comme des acteurs majeurs d’une mission» a-t-il précisé. Avant de reprendre la route pour rejoindre Rabat, les ambassadeurs ont largement salués les efforts et actions menés par l’Association Ismaïlia de Micro-crédit de Meknès.

le Wali de la Région de Meknès-Tafilalet, le Président de la Région et l’Ambassadeur Ahmed Snoussi

S.E.M. Cheikh Ould Avia, Ambassadeur de Mauritanie félicite son ami l’Ambassadeur Ahmed Snoussi

Les Ambassadeurs du Bangladesh et du Cameroun entourant l’Ambassadeur Ahmed Snoussi

Les Ambassadeurs visitent la Région de Meknès-Tafilalet

ossier

Au terme de la visite des Ambassadeurs dans la Région de Meknès-Tafilalet, le magazine Diplomatica souhaite remercier chaleureusement Messieurs le Wali de la Région de Meknès-Tafilalet, le Président de la Région, le Directeur du Centre Régional d’Investissement de la Région de Meknès-Tafilalet ainsi que tous les partenaires ayant contribués à la réussite de cet événement.

57 Numéro 31 - 2010


éveloppement

Coopération Belge au Maroc lancement du nouveau programme 2010-2013 Au moyen du nouveau Programme indicatif de coopération 2010-2013, la Belgique a voulu se mettre plus encore au service des initiatives de ses partenaires marocains et a décidé d’accroître sa contribution budgétaire qui est passée à 80 millions d’euros, soit le double du programme précédent. La Belgique devient le deuxième pays donateur en termes de coopération bilatérale au Maroc.

L

a 18ème Commission mixte marocobelge qui s’était tenue en novembre 2009 afin de déterminer le nouveau programme indicatif de coopération pour la période 2010-2013 s’est soldée ce 31 janvier par l’allocation d’une enveloppe budgétaire globale de 80 millions d’euros. C’est en présence de l’Ambassadeur de Belgique, S.E.M. Jean-Luc Bodson, du ministre du Développement social, de la Famille et de la Solidarité, Madame Nouzha Skalli et du ministre chargé de la Communauté marocaine résidant à l’Etranger, Monsieur Mohamed Ameur et d’un parterre de personnalités marocaines et étrangères que l’Agence de Développement belge au Maroc (CTBMaroc) a financé le nouveau projet. «Le Maroc et la Belgique ont entamé leur coopération de développement depuis 1965, soit près de 45 ans de coopération fructueuse», a précisé l’Ambassadeur Bodson, rappelant que les deux parties «célèbrent aujourd'hui le 10ème anniversaire de la CTB,

58 Numéro 31 - 2010

l’Agence belge de développement, qui a atteint sa vitesse de croisière. Cette cérémonie marque également l'entrée de la Belgique au «G 0,7», un club des pays qui consacrent 0,7 % de leur PNB aux dons de coopération et de développement», a fait remarquer M. Bodson. «Ce club ne compte que six pays, à savoir la Belgique, les PaysBas, le Luxembourg, la Suède, la Norvège et le Danemark», a-t-il ajouté. L’amélioration des conditions de vie des populations rurales constitue l’une des priorités des prestations de coopération, notamment dans les oasis et en montagne, écosystèmes particulièrement fragiles. C’est pour cela que le nouveau programme se concentrera sur deux secteurs, l’eau et l’agriculture, surtout dans la région de Souss-Massa-Draâ, mais aussi dans le Nord et l’Oriental. Le choix de ces deux secteurs s’inscrit dans la volonté d’accompagner le Maroc dans sa politique de Gestion intégrée de Ressources en Eau (GIRE) et dans des nouveaux défis (Pilier II du Plan Maroc Vert,

INDH…). Pour lutter contre le chômage et favoriser l’insertion des jeunes, la formation professionnelle par apprentissage constitue un levier important qui sera poursuivi avec des nouveaux projets dans le Nord. Le programme de bourses d’études et de stages sera renforcé pour valoriser le potentiel humain et institutionnel du Maroc. La CTB soutient aussi les efforts du Gouvernement marocain pour améliorer la situation de la femme en encourageant activement des acteurs de la société civile dans les régions prioritaires d’intervention, le Souss-Massa-Draâ, le Nord, Casablanca et l’Oriental. Ce nouveau programme dispose d’un nouvel instrument, à savoir la coopération déléguée, qui renforce l’idée de la spécialisation parmi les agences d’exécution et permet d’aligner davantage la Coopération belge sur les politiques de développement au Maroc. Ainsi, à travers la coopération déléguée, la Belgique appuiera l’INDH lancée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI en 2005.


éveloppement

L’Ambassadeur de Belgique accueille la Ministre du Développement social, de la famille et de la solidarité

Le Ministre Mohamed Ameur, l’Ambassadeur de Belgique et M. Emmanuel Dierck de Casterlé

Les Ministres présents se voient expliquer les grandes lignes de la coopération technique belge

L’Ambassadeur de Belgique remercie les participants pour leur présence à l’occasion de cet anniversaire

M. Mano Demeure, Représentant Résident du CTB au Maroc

L’Ambassadeur de Belgique présente le rapport de dix ans de coopération belge au Maroc

La CTB (Coopération Technique Belge)

construire un monde durable et équitable. Dans une vingtaine de pays, en Afrique, en Asie et en Amérique latine, ses collaborateurs appuient plus de 300 projets de coopération. Hormis les pays de l’Afrique des Grands Lacs, le Maroc est le principal pays partenaire de la Coopération belge (le budget engagé classe le Maroc comme premier pays partenaire en importance, après l’Afrique des Grands Lacs (RDC, Burundi, Rwanda). Depuis 2010, «Construisons un monde équitable» devient la signature de la CTB et traduit sa nouvelle vision. Elle dispose désormais d’une nouvelle identité visuelle dont un nouveau logo symbolisant le partenariat et la solidarité mondiale.

En 1999, le gouvernement belge créait la CTB (Coopération technique belge) pour mettre en œuvre sa coopération gouvernementale. 10 ans après, la CTB s’est taillée une place dans le monde des agences de développement en s’adaptant au contexte international en constante évolution. L’Agence belge de développement concrétise l’engagement de l’Etat belge et d’autres partenaires pour une solidarité internationale et mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société qui donne aux générations actuelles et futures les moyens de

Photo: Les participants à cet anniveraire ont pu apprécier l’étendue du programme défini pour les trois prochaines années à venir et qui portera sur deux secteurs prioritaires: l’eau et l’agriculture. Une attention particulière est accordée dans ce nouveau programme aux thèmes transversaux, tels que l’égalité des chances entre hommes et femmes; la gestion durable de l’environnement et des changements climatiques; les droits des enfants; l’aide pour le commerce et la formation professionnelle.

59 Numéro 31 - 2010


estination

La Syrie, Carrefour des civilisations, au coeur de la mythique route de la soie

I

l n’y a pas de recette miracle ! Avec un passé historique à forte valeur ajoutée et un budget de promotion à la croissance exponentielle, le tourisme en Syrie se développe à vitesse grand V. Retour sur une «success country». A l’invitation du Dr . Eng. Sa’dalla Agha Al Qa’la, Ministre du Tourisme Syrien, l’équipe de Diplomatica s’est rendue en Syrie pour assister à l’ouverture du Festival de la Route de la Soie, une manifestation de renommée internationale qui se déroule chaque année au cœur des villes historiques syriennes. Accueillie comme de coutume avec l’hospitalité légendaire qui caractérise le peuple de Syrie, notre équipe a pu s’entretenir longuement avec Monsieur le Ministre et s’enquérir des dernières mesures prises par Monsieur le Président Bachar El Assad en matière de développement complet et durable du pays. «Tout pour le tourisme», telle pourrait être la devise du gouvernement qui, cette année encore, réitère sa stratégie en matière de promotion et de communication et encourage activement les efforts d’investissement dans ce domaine. Avec plus de 7 millions de visiteurs attendus en 2010, la Syrie devrait conforter sa place de nouvelle destination «tendance». En matière d’image, la Syrie attire. Elle fascine même. Quoi de plus normal

60 Numéro 31 - 2010


estination

«Capitaliser sur le tourisme» la priorité du président Bashar Al Assad et du Gouvernement de la Syrie

pour cet extraordinaire pays qui a été le berceau de l’humanité. Tous les peuples y ont puisé leurs racines, bâtissant, commerçant, guerroyant… œuvrant de concert à faire de la Syrie ce qu’elle aujourd’hui : une terre universelle. Mais l’engouement pour la Syrie est bien plus qu’un simple effet de mode. C’est une réalité. Pays stable et très sûr, il attire de nombreux investisseurs encouragés par l’étonnant dynamisme du gouvernement en matière de développement des infrastructures touristiques, développement qui ne saurait avoir de pérennité sans la mise à niveau internationale de tous le secteurs d’activité (construction de nouvelles routes, amélioration de la qualité des services liés à l’accueil, à la restauration…), la sensibilisation de la population vis-à-vis de «l’étranger», la mise en application de standards et de normes (établissements touristiques, hygiène…)… En matière d’attractivité, la Syrie a d’autres atouts non négligeables: compétitivité des prix, simplification des formalités d’entrées sur son territoire et fabuleux potentiel culturel… autant de «bons points» qui vont d’ici peu hisser la Syrie au rang des plus grandes destinations du monde. Alors, pourquoi ne pas succomber au charme de la Syrie dès à présent?

1- Sa Majesté le Roi Mohammed VI et le Président Bashar Al-Assad 2- Le Président Al-Assad, le Roi Abdallah d’Arabie Saoudite et l’Emir du Qatar 3-Le Président Bashar al-Assad et le Président français, M. Nicolas Sarkozy 4-Le Président Bashar al-Assad et le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdoğan 5- Le président al-Assad reçoit le Premier ministre libanais, Saad al-Hariri

61 Numéro 31 - 2010


estination

La Syrie, l’un des berceaux de l’humanité.

O

fficiellement dénomée République arabe syrienne, la Syrie est un État du Proche-Orient bordé au nord par la Turquie, à l’est par l’Irak, au sud par la Jordanie et Israël et à l’ouest par le Liban et la mer Méditerranée. Sa superficie est de 185 180 km²; le pays possède un accès à la mer Méditerranée par 183 km de côtes. La Syrie compte 14 provinces administratives ou gouvernorats et une population de plus de 17 millions d’habitants. Sa capitale, Damas (3 millions d'habitants) est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1979. Les autres grandes villes sont Alep au Nord, Homs au centre et le port de Lattaquié. Sur la terre de Syrie et de Mésopotamie, le royaume Amorrite est considéré comme le premier état dans l’histoire de l’humanité. Lieu de passage entre l’Egypte et la Mésopotamie, la Syrie fut livrée très tôt aux invasions des grandes puissances commerciales du monde oriental. La Syrie a donné vie à plus de 30 civilisations différentes. Elle possède plus de 2000 sites archéologiques qui en font un livre ouvert sur l’histoire de l’humanité. Sur sa terre sont nées et se sont fécondées les plus grandes civilisations et c’est ici que l’homme fit des découvertes dont l’humanité entière ne cesse de recueillir les bienfaits. C’est tout d’abord de là qu’émergèrent les premiers villages agricoles du

62 Numéro 31 - 2010

monde, que l’on y créa le premier alphabet, la première note de musique écrite… on y développa au plus haut point les sciences et l’astronomie, on découvrit le bronze, et on en réalisa un alliage: le cuivre. Point de rencontre de trois continents, la Syrie est le trait d’union entre le monde Méditerranéen et l’Océan Indien et entre la Mer Caspienne, la Mer Noire et le Nil. A travers son territoire passait la Route de la Soie, offrant de fabuleux échanges commerciaux aux passages des caravanes et un point de rencontres des idées, des inventions, des croyances. Un lieu où les cultures se sont interpénétrées. A travers les âges, les nombreuses civilisations ont laissé d’éclatants témoignages à travers tout le pays: palais, mosquées, églises, citadelles… partout, l’art excelle. La richesse de la terre syrienne en vestiges des grandes civilisations humaines qui se sont accumulées ici et se sont développées a fait dire à beaucoup que la Syrie était le plus grand des petits pays dans le monde. Il n'est pas étonnant après cela que tout homme moderne soit redevable pour son esprit, son art et ses réalisations à cette terre et se sente appartenir à elle comme il appartient à sa patrie. N’a-t-on pas dit avec justesse: «chaque homme cultivé a deux patries: son pays et la Syrie».


estination

Sur la Route de la Soie

P

artant de Chine, les caravanes chargées de leurs précieuses cargaisons suivent une même direction: l’Ouest. La Route de la Soie était née. Tissus, épices, denrées, faune et flore s’exportaient au-delà de leur pays d’origine. Hommes et idées, culture et traditions, courants philosophiques et religions s’offraient (et s’ouvraient) au monde. Point de passage obligé des caravanes, la Syrie a été le cœur de ce foisonnant brassage. Le Carrefour des civilisations. Témoignant d’un patrimoine historique et culturel des plus importants, la Syrie d’aujourd’hui veut faire partager au monde cet exceptionnel héritage. Le Festival de la Soie, organisé par le Ministère du Tourisme syrien s’est donné pour mission de mettre en valeur la richesse unique et exceptionnelle d’un des berceaux de l’humanité. Chaque année, les villes de la Route de la Soie sont le théâtre de grandes manifestations artistiques et multi culturelles qui attirent syriens et étrangers de toutes nationalités. En Syrie, chacun de nous pourra se promener sur les routes de son Histoire. Afin de faire découvrir ce patrimoine mondial (certaines de ses villes sont inscrites au Patrimoine mondial de l’Unesco), le gouvernement syrien a mis en place un plan de développement touristique. La destination Syrie fascine et les chiffres le prouvent. Le tourisme y est en constante progression. La Syrie accueille plus de 5 millions de visiteurs par an (61% en provenance des Etats du Golfe, 22% d’étrangers, pour la plupart européens et 17% d’expatriés). Le Ministère du Tourisme a initié de nombreuses mesures en faveur du développement touristique qui lui permettra d’atteindre 7 millions de visiteurs d’ici la fin 2010. Le tourisme est un enjeu économique important, une forte valeur ajoutée dont les revenus attendus sont estimés à plus de 5 milliards de dollars. Le Ministère du Tourisme syrien s’est donné les moyens de valoriser la destination Syrie en misant sur des campagnes de promotion, tant au niveau national qu’international (le budget qui lui a été consacré en 2007 à augmenté de 350%) et en lançant un vaste programme de développement. Les projets d’infrastructures touristiques sont nom-

breux et en constante augmentation (82 projets accordés en 2009 pour un investissement de 708 millions de dollars, soit une augmentation de 41 % par rapport à 2008) et la construction de nouvelles unités hôtelières de chaines internationales (Four Season, Sheraton…) s’intensifie. Le gouvernement a donné son accord à la création de 9 zones de développement touristiques à thèmes (sports, santé…) et afin d’offrir une aide non négligeable à l’investissement, il s’est attelé à répertorier la topographie des sites. Le gouvernement et la Ministère du Tourisme souhaitent encourager les efforts qualitatifs en matière d’accueil et de services par la création de nouveaux centres de formation et d’écoles hôtelières (7 ont été créées en 2099). Et audelà de la simple visite des lieux historiques, le développement est appuyé par une diversification de l’offre touristique, plus large et plus ciblée, avec des programmes spécifiques: «Route de la Soie», «Route de la conquête islamique», «Islamic Tour», «Christian Tour» et des offres destinées plus spécifiquement aux syriens expatriés (ou de 2ème et 3ème générations), comme par exemple, des séjours d’apprentissage ou de perfectionnement de la langue arabe. La valorisation des atouts naturels de la Syrie passe par des offres tournant autour de thématiques: «tourisme estival» (plages et loisirs nautiques), «tourisme nature» (bird watching, cavernes et grottes…), «Découverte du désert» (randonnées 4x4, caravanes, bivouacs) et «Sports» (golf, tir, ski sur sable, équitation…). Le tourisme fluvial n’est pas oublié, avec l’Euphrate; ainsi que le «Tourisme de santé» avec les eaux sulfureuses et les montagnes. Un nouveau plan d’action touristique national, axé sur la qualité, vient tout juste d’être lancé (classification des hôtels et établissements de tourisme, application des lois de protection du consommateur, contrôles de qualité et mise en place de programmes de formation destinés à la police touristique). La Syrie possède une très bonne image. Dans une enquête menée sur 133 pays par le forum économique mondial, elle occupe la 5ème place en termes d’attraits touristiques (1ère place

pour son travail face au crime et à la violence, 5ème place pour la compétitivité de ses prix, 10ème place en matière de lutte contre le terrorisme…). La presse internationale et les sites de voyages placent la Syrie dans le Top Ten des meilleures destinations (5ème place au Wanderlust Travel, 7ème place par le Los Angeles Times…). Si la Syrie reste la destination la plus populaire du Moyen Orient, elle s’affirme déjà comme une destination de choix dans le reste du monde.

63 Numéro 31 - 2010


estination

L’Oasis de Palmyre, une émeraude dans un écrin d’or

A

u cœur du désert syrien et au milieu des sables d’or qui s’étendent à l’infini surgit Palmyre (Tadémor, en arabe). Située à 210 km au Nord-Est de Damas, la ville, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1980, est une oasis très ancienne, constituée de palmiers… et de colonnes; vestiges archéologiques qui datent pour la plupart du IIème siècle avant notre ère. Envoûtante, Palmyre est la reine du désert. Cité com64 Numéro 31 - 2010

merçante très prospère située sur la Route de la Soie, Palmyre a été de tout temps une étape idéale pour les caravanes, une plaque tournante du commerce entre l’Orient et l’Occident. Grandeur et prospérité furent ses maîtres mots. La richesse de la cité provenait des taxes perçues auprès des caravanes: chaque chameau était assujetti à un «impôt», à l’entrée et à la sortie de la ville. A raison de deux caravanes par mois

comprenant plus de 1000 chameaux, on comprend la raison de la magnificence urbaine de l’époque. Nageant dans l’opulence, les édifices, les rues, les arcs, les temples, les statues… se multiplièrent au point que Palmyre devint aussi belle et aussi imposante que les plus grandes villes de l’époque romaine. Témoin actuel de cet âge d’or: un site archéologique d’une très grande richesse, couvrant plus de 6 kilomètres.


estination

Le premier alphabet du monde En fait, c'est à un paysan inconnu que l'on doit l'élément déclencheur de cette découverte. En 1928, alors qu’il labourait son champ, près de Lattaquié, sa charrue accrocha une dalle dure qui recouvrait une tombe. La découverte fût signalée aux autorités françaises et une mission archéologique fut vite dépêchée sur place. C'est alors le début d'une grande série de découvertes… Les petites tablettes d’argile inscrites dans une langue inconnue alors s'entassaient jours après jours, jusqu'à la constitution d'une véritable bibliothèque, un trésor qui allait nous livrer l’existence du premier alphabet du Monde et par la même, dépoussiérer un site d’une valeur inestimable : la capitale du Royaume d’Ougarit. 65 Numéro 31 - 2010


estination

Au nord de la syrie, les plus belle des citadelles défendent la route de la soie

A

lep joue un rôle très important dans l’histoire de la région depuis l’époque des Akkadiens et des Amorrites. Située sur la Route de la Soie puis échelle du Levant, elle est un lieu d’échanges et de rencontres entre l’Orient et l’Occident. Alep peut s’enorgueillir de posséder les plus beaux souks du monde, de superbes caravansérails, appelés khans, de nombreuses églises et de très belles écoles coraniques. Les bains maures y sont réputés et sa superbe citadelle est un bijou architectural, célèbre dans le monde entier. L’époque du Royaume Hamdanite, fondé en 944 par Sayf Ad-dawla, qui fit d'Alep la capitale de toute la Syrie du nord, fut l'une des plus importantes. C’est à Sayf Ad-dawla que l’on doit l’édification de

66 Numéro 31 - 2010

cette ville fortifiée. De par son style architectural unique, fait de rigueur et de beauté, elle est considérée comme l'une des plus importantes constructions militaires arabo-musulmanes. Accrochée aux flancs de la colline, elle domine l’ensemble de la ville. Imposante, majestueuse, elle compte des tours admirablement conçues et se distingue par ses portes réalisées avec perfection et ses portails en fer magistralement travaillés. Bien protégée, la citadelle est entourée d'un profond fossé d’une largeur de 26m. Les principales parties de cette forteresse sont l'impressionnante Salle du Trône, le hammam, la petite mosquée, dite mosquée d'Ibrahim, la grande Mosquée édifiée en 1213 dont le minaret de section carrée s'élève à 21m au-dessus de

la citadelle, offrant ainsi un panorama exceptionnel sur la ville. La citadelle d’Alep est un extraordinaire voyage dans le temps, témoin des nombreuses civilisations qui se sont succédées ici au fil des siècles. Les anciens souks d’Alep, qui se repartissent sur plus de dix kilomètres, sont parmi les plus beaux de toutes les villes arabomusulmanes. Des voûtes en berceau ponctuées d’énormes coupoles abritent les souks, organisés selon chaque type de produits et d’artisanat : souk des parfumeurs, souk des étoffes, souk des bijoutiers, souk des savonniers (voir encadré sur le savon d’Alep)… Véritables musées vivants, ils offrent une image fidèle de ce que furent les quartiers de commerce et l’animation qui y régnait au Moyen Âge.


estination

Dans le sud de la Syrie, à Bassorah, le théâtre romain témoigne d’un passé prestigieux

Le savon d’Alep dans les échopes des vendeurs de la ville est décliné en plusieurs qualités

Le

savon d'Alep, de forme cubique, est reconnu avoir été élaboré dans la ville du même nom, il y a plus d'un millénaire et demi avant notre ère. Sa formule a donc plus de trois mille cinq cents ans. Pendant les croisades, sa recette, colportée de bouche à oreille par les voyageurs de la Route de la Soie, aurait atteint l'Europe. Il serait ainsi le premier savon dur du monde, ancêtre du savon de Marseille, beaucoup plus récent, datant de la fin

du XVIIe siècle. Fabriqué à base d’huile d’olive ainsi que de l’huile de baies et de feuilles de laurier qui lui donne sa fameuse couleur verte, ce savon entièrement naturel, «surgras» est mondialement reconnu pour ses propriétés apaisantes et antiseptiques. Aujourd’hui encore, à Alep, on perpétue de père en fils les procédés naturels et artisanaux de fabrication de cet étonnant savon, véritable produit de beauté des peaux les plus fragiles.

67 Numéro 31 - 2010


estination

HOMS & HAMA les soeurs de l’Oronte La noria d’Hama, symbole du cycle de la vie

S

ituée à 160 km au nord de Damas, Homs est la troisième ville de Syrie. Elle fut l'une des principautés arabes qui, telles Pétra et Palmyre, se constituèrent en terre syrienne au début du second siècle avant J-C. Elle était également, après Doura Europos et Palmyre, la troisième étape sur la route de la soie. Homs comptait d'importants ouvrages et citadelles mais les séismes violents qui la secouèrent eurent raison de ces vestiges anciens. Seuls demeurent aujourd’hui les ruines d'une citadelle ainsi que deux portes de ses anciens remparts: la Porte de Damas et la porte de Palmyre. Mais le rôle particulier de Homs apparaît à travers les personnages historiques auxquels elle a donné le jour. C'est ainsi que la fille de Bassius, gouverneur de Homs, de par son mariage avec le tout puissant Empereur Septime Sévère (qui régna de 193 à 211 après J.-C.) donna à l'Empire Romain trois de ses empereurs: Caracalla, Héliogabale et Sévère Alexandre. C'est à Homs également que virent le jour le

philosophe Cassius Longin (Premier Conseiller à la cour de la Reine Zénobie) et le médecin Saint Elian. D'importants monuments historiques font la fierté de Homs. C'est d'abord la Mosquée du célèbre chef arabe et musulman Khalid Ibn al Walid qui passa à Homs les sept dernières années de sa vie, ce qui a valu à la ville d'être appelée «la ville d'Ibn Al Walid». Cet édifice ottoman se distingue par ses vastes coupoles métalliques, ses deux très hauts minarets et ses fines arcades en pierres blanches et noires disposées en bandes horizontales conformément à la tradition architecturale syrienne. L’église Om Zonnar sous l'autel de laquelle on découvrit, en 1953, la Ceinture de la Sainte Vierge et l'Eglise Saint Elian font parties de son patrimoine culturel. A quinze kilomètres de Homs se trouve le célèbre lac Qattiné, de près de 60 km2 de superficie, considéré comme le premier barrage destiné à retenir les eaux de l’Oronte depuis le milieu du second millénaire avant J.C.

Photo en bas à gauche: le Ministre du Tourisme, Dr. Sa’dalla al-Qal’a, inaugure le stand turc de gastronomie lors du festival de tourisme de Hama

68 Numéro 31 - 2010


estination

69 NumĂŠro 31 - 2010


estination

Lorsque l’or est brodé Le tissus DAmascène

A

rrivant en Occident par la Route de la soie, les luxueuses et chatoyantes étoffes de Damas ont conquis le monde entier. Des plus riches demeures aux plus hauts dignitaires, les tissus de la capitale syrienne ont, depuis des siècles, paré les hommes et ornementés les intérieurs. La renommée du savoir-faire des tisserands syriens à d’ailleurs donné le nom de «Damas», ou tissu damascène, à ces étoffes qui se caractérisent par le fait que les dessins de l’endroit se retrouvent en couleur inversées sur l’envers et qu’elles sont tramées de fils d’or ou d’argent. Les plus anciens damassés sont originaires de Palmyre. Par le passé, on a retrouvé la même qualité de fabrication, en Italie et en Angleterre, signe de l’utilisation d’un métier à tisser provenant de Syrie. En effet, le système de tissage syrien, beaucoup plus souple que celui des tisserands contemporains de la dynastie des Han à supplanté celui de la Chine lorsque les tisserands syriens ont découvert, dès le Ier siècle de l’ère chrétienne, la structure du taqueté et du samit, deux techniques de tissage nécessitant l‘emploi d’un métier à tisser horizontal très complexe, dit «à la tire». Plus tard, entre le IVème et le Vème siècle, ce sont les Syriens qui le feront connaitre aux Persans. Les musulmans ont toujours beaucoup demandé aux arts du textile, aussi bien dans le vêtement que dans le mobilier de tous les jours (constitué essentiellement de textiles – coussins, rideaux…), que le luxe et la splendeur. Aucun autre domaine n’a mieux exprimé leur art de vivre et le sentiment qu’ils pouvaient avoir de la beauté, voire du merveilleux et du sacré. Aujourd’hui encore, quelques artisans perpétuent cette tradition séculaire et l’on se déplace de très loin pour trouver ici un choix et une qualité incomparable. Le tisserand de Damas que vous voyez à l’œuvre derrière son métier en bois reproduit les mêmes gestes que ceux effectués par son ancêtre voilà plusieurs siècles. N’hésitez donc pas à pousser la porte de ces marchands d’étoffes. Bien qu’absorbés par leur minutieux travail de tissage, ils sont toujours ravis de vous accueillir… et de vous faire voyager dans le temps.

70 Numéro 31 - 2010


Le Vice-premier ministre syrien reçoit diplomatica

Le Ministre du Tourisme, Dr. Sa’dalla al-Qal’a et le vice-Premier ministre, chargé des Affaires Economiques, M. Abdullah Dardari répondent aux questions des participants officiels du Festival de la Route de la Soie

L

Le vice-Premier ministre syrien, chargé des Affaires Economiques, M. Abdullah Dardari et M. Habek de Diplomatica en présence d’une journaliste de la télévision nationale syrienne

es entretiens très riches entre les représentants du gouvernements syriens et les responsables de Diplomatica, portant notamment sur la politique quinquennale syrienne, et plus particulièrement le plan des réformes 2006-2011, feront l’objet d’un article séparé dans une prochaine édition de votre magazine préféré.


estination

LE KRAK DES CHEVALIERS

72 Numéro 31 - 2010


estination

D

ans l'imaginaire collectif, le Moyen Age est largement associé aux seigneurs de guerre et à leurs impressionnants châteaux forts. Bâtis sur des hauteurs, entourés de fossés, protégés par de hautes et épaisses murailles et hérissées de donjons, ces chefs-d’œuvre de l'architecture militaire ne cessent de fasciner enfants et passionnés d'histoire. Le Proche Orient est particulièrement riche en ouvrages de ce genre puisqu'il vu s'affronter, entre le XIe et le XIIIe siècle, les armées franques et arabes. Sur toute la longueur du territoire des Etats Latins d'Orient, les croisés érigèrent un réseau défensif dont les restes sont impressionnants: Shobak et Kerak en Jordanie, Beaufort et Saint Gilles au Liban, Saladin en Egypte… Marqat et le Krak des Chevaliers en Syrie. Les châteaux de Syrie, sans doute les plus importants, faisaient face à un dispositif militaire adverse aménagé par de redoutables guerriers musulmans connus sous le nom des assassins, car ils étaient célèbres pour fumer du haschisch. S’il n’est pas le plus grand en superficie, Le Krak des chevaliers est le plus célèbre ouvrage défensif d'Orient. La renommée du Krak (le terme «krak» dérive du syriaque «karak »qui signifie «forteresse») vient de son remarquable état de conservation. Ce sont les Hospitaliers de Saint-Jean, un ordre religieux-militaire, qui l’aménagèrent pour en faire une place forte imprenable jusqu'en 1271, date de leur reddition au Sultan mamelouk Baybars. Passé l’entrée de cette imposante forteresse (elle pouvait accueillir plus de 2000 chevaliers), on pourra découvrir les deux enceintes fortifiées et le chemin de garde. La cour intérieure, cœur du Krak est bordée d’une chapelle, (transformée par la suite en mosquée) et par l’immense Salle des Chevaliers, véritable trésor de l’architecture gothique. A celle-ci vient s’ajouter une superbe galerie, couverte elle aussi de voutes en ogive. Dans la cour supérieure, deux tours donnent toute la dimension de la position stratégique de la forteresse. Depuis 2006, le Krak des chevaliers est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité de l'UNESCO.

Haut: Les murailles restent parfaitement conservées, témoignant de la solidité de l’édifice

73 Numéro 31 - 2010


estination

A Damas, l’Ambassadeur Lakhssassi offre une réception pour les médaillés des VIèmes Jeux de la Francophonie

A

l’occasion des VIèmes Jeux de la Francophonie, organisés à Beyrouth (Liban) du 27 septembre au 6 octobre, et à l’issue du 16ème Championnats arabes de Damas (6 au 9 octobre), l’Ambassadeur du Maroc à Damas, S.E.M. Mohamed Lakhssassi a offert une réception aux champions et à leurs accompagnateurs à la Résidence du Maroc.

L’Ambassadeur Lakhssassi, son épouse et le VicePrésident de la Fédération d’Athlétisme

Le Maroc avait pris la deuxième place au classement final avec 47 médailles (12 médialles d’or, 20 médailles d’argent et 15 médailles de bronze). L’athlétisme était le plus prolifique avec 32 médailles (10 or, 13 argent et 9 bronze), suivi de judo (2 or, 4 argent, 2 bronze) et de la boxe (3 argent et 3 bronze), alors que le football a offert une médaille de bronze. Mohamed Bouhiri, membre de la commission technique, a qualifié d’honorable la participation marocaine, notant que les athlètes marocains ont dominé les débats malgré la fatigue due à la succession des compétitions. Pour sa part, l'ex-champion d'Afrique de saut en longueur et actuel

entraîneur, Younes Moudrik a salué l'abnégation des athlètes marocains qui ont défendu crânement les couleurs nationales, ajoutant que plusieurs jeunes athlètes ont un avenir prometteur devant eux. La sélection marocaine a décroché, à Damas, le titre arabe grâce à une récolte de huit médailles d'or, 13 d'argent et sept de bronze. Pour fêter cette très belle double distinction marocaine, l’Ambassadeur Lakhssassi, sa charmante épouse et sa fille ont ouvert les portes de leur résidence pour offrir aux athlètes un succulent buffet gargantuesque aux couleurs du Maroc. Ce fut l’occasion de partager les histoires et passer un bon moment entre amis.

L’Ambassadrice du Maroc discute avec les jeunes lauréats des Jeux de la Francophonie

Photo de famille des athlètes marocains

A la Résidence du Maroc à Damas, l’Ambassadeur Lakhssassi, son épouse et leur fille en compagnie des lauréats marocains, médaillés des VIèmes Jeux de la francophonie de Beyrouth Le ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Moncef Belkhayat, a présidé, le 8 février 2010, une cérémonie de remise des prix aux champions marocains médaillés des VIèmes Jeux à Beyrouth (du 27/09/2009 au 6/10/2009).

M. Bertrand de Diplomatica, le Conseiller de l’Ambassade du Maroc à Damas quelques lauréats 74 Numéro 31 - 2010


estination

Le représentant du Maroc à Damas S.E.M. Mohamed Lakhssassi Ambassadeur du Maroc en Syrie

M

ohamed Lakhsassi, que Sa Majesté le Roi Mohammed VI a nommé Ambassadeur du Maroc en Syrie est né le 15 octobre 1943 à Rabat. Docteur en lettres de

l’Université Sorbonne Paris I, M. Lakhssassi a exercé en tant qu’enseignant du 2ème cycle (1968-1969), puis maître-assistant à la faculté des lettres (1969-1973) et professeur de l’enseignement supérieur de 2000 à 2003. Ancien Président de l’Union Nationale des Etudiants du Maroc (1969-1971), et membre de la délégation extérieure de l’USFP en France (1973-1983), M. Lakhssassi a été Conseiller au cabinet du Ministre de la Coopération (1983-1984) puis député de la ville de Marrakech et Président de la Commission Parlementaire de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle (1984-1993). Il a été également membre du Secrétariat National de l’USFP et responsable des relations extérieures du parti de 1989 à 2001, membre fondateur du forum des organisations et des partis politiques des pays du Maghreb et représentant du Maroc auprès du Secrétairat du même forum (1998-2007). Député de Marrakech et membre du Conseil de la ville, de 2003 à 2007, M. Lakhssassi a aussi été membre de la commission des Affaires étrangères et de la Défense nationale à la Chambre des Représentants (2002-2007), membre du conseil national de l’USFP de 1989 à 2007 et Président du FODER de Marrakech-Tensift-El Haouz. Il occupe depuis le 7 novembre les fonctions d’Ambassadeur de Sa Majesté le Roi S.E.M. Mohamed Lakhssassi, assisté par sa charmante épouse, veillent aux bonnes relations du Maroc avec la Syrie depuis son poste d’Ambassadeur de Sa Majesté le Roi Mohammed VI à Damas

Mohammed VI à Damas en Syrie.

75 Numéro 31 - 2010


estination

Le représentant de la Syrie à Rabat S.E.M Nabih Ismail Ambassadeur de Syrie à Rabat

L’

Ambassadeur de la République Arabe Syrienne au Royaume du Maroc est le Docteur Nabih Ismaïl. Né dans la belle ville balnéaire de Lattakia au printemps 1956, l’Ambassadeur Ismaïl se destine très tôt pour la médecine. Il effectue ses études universitaires en Roumanie et obtient, en 1982, le diplôme de Docteur en Médecine Générale pour se spécialiser en gynécologie-obstétrique ne 1986. De retour dans sa ville natale, il occupe le poste de Directeur de l’hôpital militaire de 1988 à 1990 pour prendre en charge la direction de la Santé Scolaire de 1991 à 1996. Il devient ensuite Directeur de Santé de la Province de Lattakia, poste qu’il occupe de 1996 à 2000. Il est ensuite secrétaire du Parti Al-Baath pour la Province de Lattakia de 2000 à 2007 et membre du comité central Al-Baath depuis 2005. A compter du 28 juin 2007, il est Ambassadeur de la République Arabe Syrienne au Royaume du Maroc. Marié, S.E.Dr. Nabih Ismail est père de 4 enfants.

H

is Excellency Nabih Ismail, Ambassador of the Syrian Arab Republic to the Kingdom of Morocco was born in LAttakia on March 20, 1956. He is a doctor of general medecine, diploma obtained in Romania in 1982. He obtains a specialization in obstetric gynaecology in 1986. From 1988 to 1990, he is the director of the military hospital of obstetrics in Lattakia and director of school of health of the Province of Lattakia in 1996. From 2000 to 2007, he is secretary of Al Baath party for the Province of Lattakia and member of the central committee of Al Baath party since 2005. As from June 28, 2007, he is Ambassador of the Syrian Arab Republic to the Kingdom of Morocco. Married, His Excellency Nabih Ismail is father of 4 children. S.E.Dr. Nabih Ismaïl, Ambassadeur de la République Arabe Syrienne à Rabat

76 Numéro 31 - 2010


élice

Délices de Syrie

78 Numéro 31 - 2010


élice

Salade Tabouleh

Préparation : Cette succulente recette d’entrée syrienne est très facile à réaliser, en quelques minutes, sans aucun accessoire particulier. Pour cela, imbiber le boulghour avec de

l’eau. Couper finement le persil, la menthe et l’oignon. Epépiner la tomate et la couper en dés. Mélanger le tout et rajouter le boulghour accompagné d’une vinaigrette

composée du jus de citron et de l’huile d’olive. Le tabouleh est placé sur un lit de laitue que l’on peut décorer avec quelques tranches de citron. Bon appétit !

Ingrédients : -

Une botte de persil Une botte de menthe Un oignon haché finement Un verre de boulghour fin Un verre de jus de citron Une tomate coupée en dés Un petit verre d’huile d’olive

Page de gauche: l’Ambassadrice de Syrie à Rabat, Mme Rabaa Ismaïl dévoile ses propres recettes familiales

79 Numéro 31 - 2010


élice

Maklouba

Préparation : Bouillir le poulet dans l’eau avec quelques légumes pour bouillon (ou rajouter un ou deux cubes bouillon). Après cuisson, réserver le bouillon et couper le poulet en morceaux puis réserver. Couper longitudinale-

ment les aubergines et enlever la partie centrale. Frire les aubergines dans l’huile et réserver. Laver le riz à l’eau. Le cuire dans le bouillon de poulet. Disposer dans une marmite les aubergines, le poulet et le

riz. Répéter une fois. Renverser sur un plat de service et décorer d’amandes effilées et de pignons de pin.

Ingrédients : - 1 grand poulet - 1 kg d’aubergines - 2 grands verres de riz - Huile pour friture - Légumes pour bouillon (ou cube) - Amandes effilées et pignons de pin

80 Numéro 31 - 2010


élice

Crêpes aux Noix

Préparation : Hacher les cerneaux de noix. Mélanger au sucre, à la canelle et à l’eau de fleur d’oranger. Bien mélanger la préparation. Remplir d’une bonne cuillère à soupe de mélange l’intérieur d’une crêpe. Replier la

crêpe et faire dorer dans un bain d’huile bien chaud. Servir tiède décoré de cerneaux de noix.

Ingrédients : -

20 petites crêpes 30g de noix hachées 2 c à soupe de sucre glace 2 c à soupe de canelle en poudre 1 c à soupe d’eau de fleur d’oranger

81 Numéro 31 - 2010


élice

Ce qu’ils en pensent

S.E.M. l’Ambassadeur de Jordanie

S.E.M. l’Ambassadeur du Nigéria

Le Directeur du Protocole au ministère des Affaires Etrangères

S.E.Mme l’Ambassadeur du Japon 82 Numéro 31 - 2010

S.E.M. l’Ambassadeur de Palestine

L’Ambassadeur du Japon remet à son homologue, l’Ambassadeur de Syrie, un petit cadeau d’artisanat marocain de la part du magazine Diplomatica

L’Ambassadeur Bellouki félicite Mme Rabaa Ismail

Les Ambassadrices de Jordanie et de Syrie


élice

Quelques invités patientent dans les salons de la Résidence de Syrie alors que, dans les cuisines, la démonstration se prépare

Le buffet préparé par l’Ambassadrice de Syrie à Rabat est parfaitement représentatif de la richesse culinaire de son pays

L’Ambassadrice de Syrie reçoit un «Achievement Award» pour ses efforts de promotion de la culture syrienne au Maroc, remis par le Directeur du Protocole

83 Numéro 31 - 2010


écoration

Le Portugal décore M.Boutaleb Joutei Pour l’énergie qu’il a investi dans la promotion de la langue et de la culture portugaise, le Président de l’Université Mohammed V Agdal, M. Boutaleb Joutei reçoit la médaille de Commandeur de l'Ordre Henri le navigateur

C’

est à la Résidence de l’Ambassadeur du Portugal à Rabat qu’à eu lieu le 19 janvier la cérémonie de décoration du Professeur Abdelhafid Boutaleb-Joutei, Président de l’Université Mohammed V-Agdal. En présence de Monsieur Mohamed El Yazghi, Ministre d’Etat, de Monsieur Mohammed Ameur, Ministre délégué auprès du Premier Ministre, chargé des Marocains résidant à l’étranger, de Monsieur Abdelouahed Radi, Premier Secrétaire de l’USFP, ainsi des membres du corps diplomatiques, S.E.M. Jõao Rosa-Lã a tenu à féliciter les choix stratégiques opérés par le Professeur Abdelhafid Boutaleb-Joutei depuis sa présidence à l’Université Mohammed V-Agdal en avril 2002, en matière de coopération internationale et plus particulièrement en matière de coopération culturelle entre le Maroc et le Portugal. Son Excellence l’Ambassadeur du Portugal au Maroc s’est réjouit des liens historiques et d’amitié qui unissent le Maroc au Portugal et de l’entrée de la langue Portugaise dans la filière de langues de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines. L’effort consenti pour la création de la filière des études portugaises est le fruit de la rencontre de deux volontés: celles de S.E.M. l’Ambassadeur du Portugal à Rabat et de l’Université Mohammed V-Agdal, orientés et guidés par l’excellence des relations entre le Maroc et le Portugal sous l’impulsion de Sa Majesté le Mohammed VI et de M. Anibal Cavaco Silva, le Président de la République Portugaise. Pour sa part, le Professeur Abdelhafid Boutaleb-Joutei a tenu à présenter ses remerciements et sa reconnaissance pour cet honneur particulier qui, à travers lui, a récompensé le milieu universitaire marocain. L’importance des relations humaines, la coopération fruc-

S.E.M. João Rosa-Lã, Ambassadeur du Portugal à Rabat remet la décoration à M. Boutaleb Joutei

84 Numéro 31 - 2010

Pris par l’émotion, le Président de l’Université Mohammed V-Agdal remercie le Président de la République portugaise pour l’honneur qui lui est rendu tueuse et le climat de confiance qui se sont installés dès le départ ont permis la réalisation de ce projet; projet couronné de succès qui devrait bientôt s’enrichir par la création d’un département de langue et littérature portugaises.

Entouré par le Ministre d’Etat, M. El Yazghi, le Ministre Ameur, M. Abdeloulahed Radi, de sa famille, de ses amis proches et de ses principaux collèques, le Président de l’Université Mohamed V-Agdal savoure l’événement.


étente

Une nouvelle année

pour l’Ambassadeur de Turquie

S

pécialités turques, musique et bonne ambiance ont marqué la « New Year Party » organisée par l’Ambassadeur de Turquie au Maroc, Monsieur Ilicak Haluk. Une soixantaine d’invités choisis parmi les ami tiés tissées au fil de son mandat ont été conviés à cette «troisième édition » qui s’inscrit aujourd’hui comme l’un des grands rendez-vous festifs et amicaux de l’année. « Il y a trois ans, mon intention était de réunir mes amis pour fêter mon anniversaire le 22 janvier. Mais comme je devais rentrer en Turquie pour accueillir le président de la Mauritanie, j’ai donc décidé d’avancer la date et fêter le Nouvel An. Il y a beaucoup de dîners officiels organisés à Rabat, mais il faut reconnaître qu’il existe une certaine monotonie dans ces réceptions. Une certaine routine… En 2007, j’ai donc fait appel à une revue de danseuses brésiliennes qui nous à offert un magnifique spectacle. Les invités étaient ravis. Depuis, cette soirée de Nouvel An s’inscrit dans mon agenda d’Ambassadeur en poste au Maroc. Elle est devenue une soirée traditionnelle, un rendez-vous turc au Maroc. J’espère que mon successeur, né lui aussi au mois de janvier, continuera à célébrer cette date » raconte l’Ambassadeur. Gourmand et gourmet, Monsieur Ilicak Haluk n’a rien laissé au hasard question bonnes choses. Les invités ont pu apprécier les trésors de la gastronomie turque avec de merveilleux mezzés dont les fameux «imam bayildi» (dont la traduction littérale est « l’imam qui s’est évanoui » !), une spécialité à base d’aubergines farcies, des beureks au fromage, du poulet circassien, du «çoban kavurma» ou «wok du berger» composé de dès de viande, de légumes et d’épices et du «Tulumba» en dessert. L’ambiance était amicale et décontractée et la musique du DJ n’a laissé personne assis sur sa chaise. «Ce troisième dîner de Nouvel Année nous a fait passer un très agréable moment. Il permet de créer des ponts entre les différents ambassadeurs en poste à Rabat et renforce les liens d’amitié. Cette troisième soirée est la dernière pour moi, mais j’espère qu’elle continuera à s’inscrire dans le calendrier turc du Maroc. Merci à tous. » 85 Numéro 31 - 2010


écouverte

La Tour Hassan Un palace au coeur de Rabat

J

ouissant d’une situation exceptionnelle au cœur de la capitale, à proximité du quartier des ministères et des ambassades et à une vingtaine de kilomètres de l’Aéroport de Rabat-Salé, l’hôtel «La Tour Hassan» offre tous les services d’un établissement haut de gamme. La muraille de sa façade s’ouvre sur d’agréables patios agrémentés de fontaines, offrant une touche orientale raffinée. Ses 139 chambres et suites luxueuses sont aménagées et décorées avec soin. Tous les services d’un hôtel de luxe y sont proposés, qu’ils soient du domaine professionnel (business center, salles de conférences) que de la détente (piscine, fitness, hammam, sauna, jacuzzi, salon de massage, centre de beauté…). Ses restaurants offrent un service de restauration soigné, avec une cuisine internationale et marocaine d’excellente qualité. L’hôtel La Tour Hassan s’inscrit comme l’étape incontournable de tout voyageur dans la capitale du Royaume. Affaires ou tourisme, chaque client pourra profiter pleinement des charmes et plaisirs de ce splendide palace.

86 Numéro 31 - 2010


87 Numéro 31 - 2010


écouverte

Cem Beskok, Chef d’Orchestre Le centenaire de l’hôtel «La Tour Hassan» nécessite d’imposer à ce palace r’bati une nouvelle impulsion. Cette tâche a été confiée à M. Cem Beskok, turc d’origine, marocain de coeur, qui possède une très longue expérience dans ce domaine. Nous l’avons rencontré et il a répondu aux questions que nous lui avons posé.

Diplomatica: Quelle est la philosophie de la Tour Hassan? L’art de vivre « à la Marocaine », dans une demeure chargée d’histoire, avec le raffinement d’un décor de style et un service totalement individualisé dans la pure tradition d’hospitalité Marocaine. Diplomatica: La Tour Hassan est un hôtel de charme qui a récemment subit un lifting. Pouvez-vous nous en parler ? La Tour Hassan fêtera bientôt ses 100 ans. A cette occasion, notre Président, Mr Benamor, a souhaité donner un coup de jeunesse à cet établissement mythique, chargé d’histoire, fleuron de l’hôtellerie Marocaine. La première phase de la rénovation a porté sur les lieux de vie de l’hôtel ; le restaurant principal L’Impérial, le lobby bar et le Piano Bar, le restaurant à la carte La Brasserie de La Tour. L’Impérial & Le Piano Bar offrent désormais un cadre alliant style moderne épuré et raffinement traditionnel Marocain. Le Piano Bar propose un très bel espace lumineux et cosy. Il en va de même pour le restaurant à la carte devenu La Brasserie de La Tour avec une belle terrasse dans le jardin, véritable havre de paix. Nous avons également créé un nouvel espace dans la partie historique de la Tour Hassan». Cet espace appelé «Les Jardins de La Tour, bénéficie d’une entrée indépendante et propose 3 lieux de rencontre. Le VIP Lounge avec son bar, son salon de lecture, ses espaces cosy et sa très belle terrasse; Le Salon Rouge espace privatif et Le Bar Pacha. Nous sommes en train de mettre les dernières touches à la rénovation de notre Fitness et Spa, dont le concept a été entièrement révisé et qui aura son entrée indépendante. La deuxième phase débutera bientôt, elle portera sur tous nos espaces de réunion ainsi que toutes nos suites. Diplomatica: Malgré la concurrence, La Tour Hassan reste le favori des diplomates, comment expliquez-vous ce succès ? A mon sens, La Tour Hassan n’a pas de concurrant étant donné son histoire et son cachet unique. Contrairement à d’autres établissements qui pourraient se trouver n’importe où dans le monde, La Tour Hassan a une âme Marocaine et accueille ses clients dans la pure tradition d’hospitalité de ce merveilleux pays. C’est cette âme qui fait que cet établissement reste le favori du cercle diplo-

88 Numéro 31 - 2010

matique, mais aussi des voyageurs à la recherche d’authenticité. Ce patrimoine Rabati restera à jamais une adresse incontournable et un fleuron de l’hôtellerie Marocaine. Diplomatica:Une anecdote pour terminer ? En 100 ans de vie, il y aurait de quoi écrire un recueil d’anecdotes, mais confidentialité oblige, je ne peux vous dire plus. Cependant, un livre sur la Tour Hassan est en cours de réalisation…


ivers

Projection d’un film sur la guerre ad’Indépendance du Bangladesh A l’occasion de l’anniversaire de l’indépendance du Bangladesh, S.E.M. Mosud Mannan, Ambassadeur du Bangladesh à Rabat a présenté, le 16 décembre, un film présentant la guerre de libration du Bangladesh, menée contre le Pakistan, et qui mena à la vistoire et à l’indépendance du Bangladesh, le 16 Decembre 1971

Maroc - Chili

partage des expériences sur le thème «la recherche de vérité, de justice et de réconciliation».

Exposition Polonaise

L’

Ambassadeur de la République de Pologne, S.E.Mme Wronecka a organisé un vernissage d’une très belle exposition de photographies de Madame Jola Lipka sous le titre «Couleurs de la Tradition Maroc-Pologne» le 29 octobre 2009 à la Bibliothèque Nationale à Rabat.

L

e Conseil Consultatif des Droits de l’Homme, le Centre des droits de l’Homme du Chili et le Centre international de justice transitionnelle ont organisé une conférence scientifique sur les expériences marocaines et chiliennes en matière de la recherche de vérité, de justice et de réconciliation, les 24 et 25 novembre 2009 à Rabat. L’objectif de cette rencontre était de procéder à une analyse comparative des initiatives relatives à la recherche de vérité, de justice et à la réparation des préjudices occasionnées par les violations des droits de l’Homme dans le passé au Chili et au Maroc. Outre l’échange des expériences marocaines et chiliennes dans le cadre des politiques générales relatives aux réformes et à la réconciliation dans ces deux pays, cette conférence a permis d’approfondir la réflexion sur le contexte historique des violations graves des droits de l’Homme dans ces deux pays. Cette rencontre a vu la participation d’anciens membres de l’Instance Equité et Réconciliation, d’acteurs politiques et de droits de l’Homme, d’universitaires et de membres de la société civile du Maroc et du Chili, ainsi que des experts du Centre International de Justice Transitionnelle. Il est à souligner que le Maroc est le premier pays dans la région Moyen Orient Afrique du Nord (MENA), qui a été confronté aux défis du traitement de son passé, à travers la création de l’Instance Equité et Réconciliation en 2004. La séance d’ouverture de cette conférence scientifique s’est déroulée le mardi 24 novembre 2009 à l’Hôtel Golden Tulipe Farah à Rabat.

L’Ambassadeur du Qatar accueille ses nouveaux collègues arabes

L’

Ambassadeur de l’Etat de Qatar, S.E.M. Saqr Moubarak Al-Mansouri, Doyen des Ambassadeurs arabes, a offert un superbe déjeuner pour présenter, à ses homologues, les quatres Ambassadeurs arabes récemments installés à Rabat. Le déjeuner a été l’occasion pour tisser des liens d’amitié et de fraternité entre les illustres invités de l’Ambassadeur de l’Etat de Qatar.

89 Numéro 31 - 2010


iver

Cocktail dînatoire de Départ du Chargé d’Affaires de l’Algérie

P

our dire au revoir au terme de sa mission au Maroc, S.E.M. Boumédène Guennad, Ambassadeur, Ministre Conseiller près l’Ambassade d’Algérie à Rabat et Madame ont organisé un cocktail le mercredi 6 janvier à l’hôtel La Tour Hassan. Des Ambassadeurs ainsi que des dizaines d’amis sont venus saluer l’Ambassadeur qui s’envole pour un autre pays en tant que chef de mission.

L’

Cocktail dînatoire dans les salons de l’Ambassade de la Fédération de Russie

Ambassadeur de la Fédération de Russie et Madame Boris Bolotine ont organisé un très agréable cocktail dînatoire qui s’est tenu le jeudi 17 décembre dans les salons de l’Ambassade à Rabat. Le festin s’est conclu par une agréable soirée musicale au cours de laquelle les nombreux Ambassadeurs ainsi que les autres personnalités, amies de la Fédération de Russie, n’ont pas manqué de fouler les parquets de l’Ambassade pour des pas de danses rythmés pas un orchestre jeune et sympathique

90 Numéro 31 - 2010


ivers

Dîner de départ offert par l’Ambassadeur de Chine

Passation de pouvoirs entre les Doyens d’Asie

L’

Ambassadeur de la République d’Azerbaïjan, S.E.M. Sabir Aghabayov a reçu les félicitations de ses homologues asiatiques et a été installé au rand de Doyen des Ambassadeurs Asiatiques à l’occasion du départ de S.E.M Thai Duong Ngo, Ambassadeur du Vietnam.

L’

Ambassadeur de Chine, Mme Xu Jinghu entourée de ses plus proches amis, a offert un dîner à l’occasion du départ de l’Ambassadeur du Vietnam, S.E.M. Thai Duong Ngo le mardi 26 janvier 2010 à la Résidence de Chine.

Départ de l’Ambassadeur de l’Argentine par Diplomatica

Exposition de photos par l’Ambassadeur de Chine

P

our dire au revoir à S.E.M. Alberto DE NUNEZ Ambassadeur de la République Argentine Diplomatica a organisé un dîner des Ambassadeurs le lundi 21 décembre 2009 a la résidence.

Décès de l’Ambassadeur d’Algérie

L’Ambassadeur de la République Populaire de Chine, Mme XU Jinghu a présidé le vernissage d’une exposition de photo présentant les réalisations les actions, et le suivi du sommet de Beijing du FCSA, le lundi 21 décembre 2009 à la Bibliothèque Nationale du Royaume, le vernissage a été suivi d’un cocktail. L’exposition s’est poursuivie jusqu’au 23 décembre 2009

C’est avec une grande tristesse que le Corps Diplomatique accrédité au Maroc a appris le décès de leur ami et collègue, l’Ambasasdeur de la République Algérienne démocratique et Populaire, le Général Larbi Belkher, décédé à Alger le 28 janvier 2010 au terme d’une longue maladie. A cette occasion, toute l’équipe du magazine Diplomatica présente à sa veuve, Madame Meriem Belkheir, nos plus sincères condoléances.

91 Numéro 31 - 2010


étente

3ème

Plein feux sur le Festival des deux rives

S

uccès incontesté pour la troisième édition du Festival des deux rives qui s’est déroulée du 21 au 29 janvier dans plusieurs villes du Royaume. Coïncidant avec la présidence Espagnole à l’Union Européenne, ce festival à la programmation diverse et multidisciplinaire s’inscrit dans le programme Al Moutamid mis en place dans le cadre de la coopération culturelle hispano-marocaine. Initié par l’IITM (Institut International du Théâtre de la Méditerranée) en collaboration avec l’Ambassade d’Espagne au Maroc, l’Agence espagnole de la coopération internationale pour le développement, le théâtre Mohammed V et le Ministère de la Culture au Maroc, cette manifestation annuelle a été l’occasion de découvrir toute la richesse de la création artistique espagnole et marocaine. Elle a mis en lumière les éléments communs qui unissent l’Espagne et le Maroc mais aussi les peuples des deux rives. Présentés à Rabat, Casablanca, Tanger, Marrakech, Al Jadida et Tétouan, les nombreux spectacles (danse, cirque, cinéma, musique, opéra…) ont rassemblé un très large public (près de 30 000 spectateurs)

92 Numéro 31 - 2010

et confirmé la très grande qualité de la programmation. Neuf productions ont été présentées sur différentes scènes du royaume. Au programme, de la danse, avec «Los yo sonados» ballet moderne de Susana Alcon et «Lluvia», ou l’art du flamenco vu par Eva Yerbabuena; de l’opéra, avec le magnifique «Carmen» mis en scène par Salvador Tàvora ; de la musique, avec « Mujeres del Mediterraneo» de Ilham Loulidi et Ana Alcaide et «le concert de l’orchestre Chekara et les jeunes musiciens flamencos», deux concerts qui ont réunis talents espagnols et marocains. Le théâtre enfin, avec des spectacles aussi variés que créatifs: gestuelle et mimes avec« Metro Cubico» de Fernando Sanchez Cabezudo; marionnettes avec «La carte de Sarah» interprétée par les formations marocaines Witi-Witi et la troupe Hajikouma, cirque avec «Placidos Domingos» de la Compagnie Rolabola et un spectacle mêlant théâtre et cinéma avec la présentation de «Taracine» d’Eladio Sanchez. Saluons le travail des 150 artistes qui nous ont fait vivre de très grands moments.


étente

E

poustouflant «Carmen» que celui Salvador Tàvora de l’Opéra Andalous de Cornets et Tambours. Sur une scène dépouillée, 26 musiciens en tenue militaire et 22 danseurs nous font revivre une légende de la culture populaire espagnole et universelle. Depuis sa création en 1996 et ses représentations sur les plus grandes scènes internationales, le «Carmen» de Tàvora a beaucoup impressionné les critiques. Réfutant la manipulation folklorique de la culture andalouse, il nous présente un spectacle haut en couleur, où musique et danse nous plongent dans un univers magique et sensuel. La prestation d’un magnifique cheval blanc andalou formé à la prestigieuse école équestre de Jères restera dans les mémoires. Un grand moment de théâtre fort applaudi par le public du théâtre National Mohammed V à Rabat.

Le Ministre de la Culture, M. Bensalem Himmich, prend la parole devant l’assemblée

93 Numéro 31 - 2010


étente

Une « Carmen » pas comme les autres Ce qu’ils en pensent Monsieur Luis Planas Puchades Ambassadeur d’Espagne au Maroc Dans son mot de bienvenue, l’Ambassadeur d’Espagne au Maroc n’a pas manqué de souligné l’importance de ce grand rendez-vous culturel annuel. «Le Festival des Deux Rives symbolise l’extraordinaire relation bilatérale qui unit l'Espagne et le Maroc au niveau de la coopération culturelle: une relation basée sur les valeurs de collaboration, de coparticipation et de cohabitation dans la diversité. Le Festival des Deux Rives est le fruit de l'effort intense et du travail constant et rigoureux d'un ensemble de professionnels appartenant a la Fondation de l'Institut International du Théâtre Méditerranéen, et également de l’engagement sans failles du Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération de l'Espagne en matière d'impulsion des relations de partenariat et de coopération avec le Royaume du Maroc, notamment dans les domaines de la culture et de l’éducation ». Madame Aziza Bennani Ambassadeur et Déléguée permanente du Royaume du Maroc auprès de l'UNESCO « Le 3ème Festival des Deux Rives, destiné aux enfants, aux jeunes, aux universitaires et à la société civile dans son ensemble, profite du soutien de plusieurs ministères et des organismes publics et privés de l'Espagne et du Maroc. Espace à la fois didactique et ludique, le Festival offre l’opportunité de coexister, de dialoguer ensemble, d'être mieux connu, d'apprendre à apprécier et à respecter l'autre dans sa diversité, d'entrecroiser les expériences et d'affirmer les valeurs communes». Monsieur José Monléon Directeur de la Fondation IITM «Depuis son lancement au Maroc et en Espagne, le Programme Al Mutamid de la Fondation IITM a eu pour ambition essentielle d’en finir avec le caractère clos de plusieurs rencontres interculturelles, permettant l’ouverture d’un dialogue civil, un rendez-vous populaire, tout en élargissant le programme et l'entité sociale des publics destinataires. Dans ce sens, le Festival des Deux Rives, dont la première édition a été célébrée en 2007, accomplit un rôle de grande importance, sans oublier pour au tant l’exigence d’accommoder la rigueur de la programmation avec sa diversité formelle et son ancrage dans la culture populaire ».

94 Numéro 31 - 2010


étente

Fondation Al-Moutamid Depuis 1990, année de sa naissance, la fondation Institut International du Théâtre de la Méditerranée entretient une collaboration régulière avec le Maroc, non seulement en organisant de nombreuses manifestations, tant au Maroc qu’en Espagne, mais en invitant régulièrement des artistes Marocains à participer à de nombreuses activités dans plus vingt pays méditerranéens. Cette collaboration a été regroupée sous le nom emblématique d'Al Moutamid. Depuis 2005-2006, le programme s'est étendu et enrichi, en formalisant la coopération dans divers secteurs : éducation, culture (festivals, rencontres, publications…), De 2007 à 2009, profitant de la ferme volonté de dialogue qui caractérise les actuels gouvernements des deux pays, le programme a été approfondi dans une bonne partie ses activités. Il a pu mener à bien des changements significatifs et développer de nouveaux domaines de coopération, en vue d’étendre la participation de la société civile. 95 Numéro 31 - 2010


évouement

Soirée de Bienfaisance Soutien unanime à l’association «Femmes & Developpement»

L’

Association Femmes et développement qui œuvre pour la défense des droits des femmes au Maroc a organisé un dîner de gala à l’hôtel la Tour Hassan au mois de février afin de lever des fonds pour soutenir les actions de l’association en faveur des femmes. Les chefs d’entreprises et

représentants du corps diplomatiques qui n’avaient pas manqué de répondre présents à ce grand dîner de bienfaisance ont pu apprécier le magnifique spectacle de danse orientale offert par Noor, première marocaine devenue star internationale de danse orientale. Même si son emploi du temps reste très chargé, Noor,

idole de la jet set, n’a pourtant jamais refusé de se battre pour les bonnes causes et a toujours offert son soutien en faveur des plus déshérités. Lors de cette soirée, les invités ont pu apprécier ses grands talents de danseuse et découvrir une artiste d’une grande humanité.

2

1

3 1S.E.M. Mosud Mannan, Ambassadeur du Bangladesh et son épouse à la table de la Présidente de l’Assocation, « F e m m e Développement» (section Rabat-Salé), Madame Fatim-Zahra Aujar pour cette soirée de bienfaisance dans les salons de l’hôtel «La Tour Hassan». 2- La présentation de la danseuse Noor a retenu l’attention de l’ensemble des invités 3- Un excellent buffet ouvert par Madame la Duchesse Emmanuel d’Uzès suivie par l’Ambassadrice du Pakistan, pastprésidente du Cercle Diplomatique 4- La tombola mettait en jeux de très beaux lots 96 Numéro 31 - 2010

4


Aziza JAMAL

iaporama

Aziza Jamal, une artiste contemporaine

C

éramiste et peintre, Aziza Jamal, cherche inlassablement les formes authentiques et originales du Maroc profond pour traduire et confirmer ses racines existentielles. C’est aux région du sud que se révèle à ses yeux toute l’importance de l’imagerie populaire et antique dans la richesse de ses formes symbolique, la transparence de ses couleurs “terre” et l’harmonie naturelle qu’elle opére entre l’être et l’univers. Son parcours plastique se démarque par une trajectoire oniriquement ondulatoire. Elle nomadise constamment pour aller au bout des expériences et bousculer les repères et les cheminements. Dans son atelier à Ourika, Aziza Jamal se consacre exclusivement à la céramique polychrome produisant des oeuvres qui ancrent l’affirmation d’un processus créatif dont le fond, la forme et la couleur sont résolument d’inspiration subsaharienne et africaine. Les traits semi-abstraits et les vibration des figures jusqu’à la mise en scéne

98 Numéro 31 - 2010

des traces univoques renforcent l’économie de moyens sollicités par la tâche, par la matière et par les représentation stylisées d’objets (pictogrammes). Peintre de la couleur et du geste et artiste de la décoration, Aziza Jamal est une équilibriste de l’abstraction géométrique et de l’abstraction lyrique. Elle immortalise les signes antiques, s’interroge et s’émerveille de ce qui l’entoure, et en témoigne en créant un univers iconographique voir idéographique détenteur d’un message patrimonial et civilisationnel conçu avec un souci d’esthétique. Sa peinture matiériste donne vie aux rythmes de la main qui trace, aux graphismes soigneusement élaborés et à la beauté latente à l’état brut, dans sa pureté et sa nature première, ce qui se réfère à la sphère de l’imaginaire.Les traits, parfaitement harmonisés, mettent en relief la dimension intuitive de l’acte de peindre qui donne à voir les affinements externe des choeses. Le regard d’Aziza Jamal conjure la peur du

vide et s’ouvre alors pour valoriser le plein, le mouvement de la vie et le rythme. Acte d’émerveillement et de fascination, ses traces et ses signes s’imposent comme prétexte à la recherche plastique. L’artiste ne décrit pas les choses, elle laisse transparaître un territoire authentique, à travers une pluralité de sèmes, de formes subjectives, de couleur et de métaphores analogiques. Abdellah CHEIKH Critique d’Art et professeur d’histoire de l’Art à l’Ecole des Beaux Arts de Casablanca

L’artiste Aziza Jamal entourée de M. Ellebar Abdelfettah (MAEC) et M. Habek de Diplomatica


iaporama

Agueda Lozano expose à Rabat

P

orfirio Thierry Muñoz Ledo, l’Ambassadeur du Mexique au Maroc a mis sur pied une très belle exposition intitulée “Désert” rassemblant les oeuvres de l’artiste Agueda Lozano, à l’occasion de la visite de Madame Patricia Espinosa Cantellano, Ministre des Relations Exterieures du Mexique.

Le vernissage s’est déroulé durant la soirée du 2 décembre à la très belle Galerie Bab Rouah, sise avenue de la Victoire au coeur de Rabat. “Le désert est un malentendu, un mauvais lit pour le sommeil et le songe, une page blanche pour la nostalgie” disait Tahar Ben Jelloun. Quoi qu’il en soit, Agueda Lozano nous parle de son art ne ces termes: «L'art trouve son origine dans l'artiste lui-même; tout son être, corps et esprit, se livrant à la perception du monde. Ce sont des éléments, des espaces perçus de cet univers en perpétuelle évolution qui transparaissent dans mes oeuvres. A tendance abstraite, mon expression traduit ma perception du temps et non l'expression d'une idée. Reflets de ma sensibilité, mais aussi instinctives, mes créations picturales ou sculpturales s'enrichissent par le jeu incessant de la construction /

Le Ministre des Relations Extérieures du Mexique, Mme Patricia Espinosa Cantellano et le Ministre marocain de la Culture, M. Bensaleh Himmich inaugurent l’exposition de peintures de Mme Agueda Lozano

reconstruction. Couleurs, formes, espaces ouvrent de multiples possibilités créatives dont j'explore certaines voies jusqu'à épuisement ou limites ressenties. Chaque fin apparente d'exploration fait ou pourra faire naître d'autres actions créatives, chaque nouvel élan s'enrichissant des expériences artistiques vécues. Que je cherche à exprimer cette extraordinaire force faisant surgir un brin d'herbe au milieu du désert ou que je souhaite traduire cette poésie de l'être au sein du cosmos, je crée et construis mon oeuvre avec patience et opiniâtreté vers la voie de l'épanouissement et de la liberté». Rappelons pour ceux qui ne la connaissent pas que Agueda Lozano a fait ses études d'arts plastiques à l'Université de Monterrey, Nuevo Léon au Mexique. En 1968 elle part pour la ville de Mexico et en 1971 elle s'installe définitivement en France, à Paris. Ses oeuvres figurent parmi les collections publiques de nombreux organismes: Musée Nationale d'Art Moderne de Mexico, Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris en France, la fameuse Bibliothèque Nationale de Paris, la Collection Archives de l'UNESCO à Paris, le Musée Carnavalet de Paris, le Musée Salvador Allende à Santiago du Chili,...

Les Ambassadeurs de Croatie, de Grèce et de Serbie lors du vernissage de l’exposition mexicaine.

M. Fouad Yazourh, Directeur des Affaires Américaines, l’Ambassadeur du Mexique et la Ministre mexicaine 99 Numéro 31 - 2010


iaporama

L’Art Acrobatique, une tradition chinoise présentée à Rabat

L’

acrobatie chinoise remonte à plus de 2000 ans. Elle est d'origine populaire, étroitement liée à divers aspects de la vie courante, comme la production, le combat et les cérémonie religieuses. Les accessoires utilisés dans beaucoup de numéros traditionnels sont soit des instruments de travail et des armes, soit des ustensiles courants. Certains numéros s’inspirent de jeux et de sports populaires. Le numéro le plus ancien que l'on connaisse date de la période néolithique et s'exerce 100 Numéro 31 - 2010

encore aujourd'hui. Il consiste à jongler avec une “planche volante”. Au fil des ans, l'acrobatie s'infiltra dans d'autres art comme l'opéra de Pékin par exemple. Depuis l'avènement de la Chine nouvelle en 1949, l'acrobatie chinoise connaît un regain de vie et est devenue un véritable art scénique. Les acrobates ont recherché, recueilli et transformé les numéros traditionnels en supprimant les éléments dangereux pour les artistes et les mouvements trop sensationnels et vulgaires. Ils ont

apporté des améliorations aux programmes traditionnels en y joignant des rythmes de danse et la plastique de la gymnastique. Par exemple, l’exercice d'équilibre sur la corde a été transformé en Acrobatie sur câble d'acier, ce qui permet de mieux mettre en valeur la difficulté et le danger que représente le numéro ainsi que l’habileté qu’il requiert. Dans le numéro des Assiettes tournantes, un seul acteur peut manier 12 à 14 assiettes tout en faisant des sauts périlleux, alors que le nombre des assiettes


iaporama

n’était que de 4 ou 6 auparavant. Par ailleurs, les artistes ont mis au point nombre de nouveaux numéros. Citons par exemple la danse des lions, les tapis tournants, le Tour de stabilisation cycliste, etc. La Traversée de cerceaux consiste à se glisser avec adresse et à la file indienne à travers des cercles dont le diamètre permet l'entrée du corps de l'acrobate de différentes façons. Grâce à tous ces efforts, les sujets de représentation sont devenus plus variés et le niveau plus élevé. L'acrobatie est pro-

gressivement devenue un art scénique composé, harmonieux et unifié. En 1950, a été créée la première troupe d'acrobatie nationale—la Troupe d'acrobatie de Chine. Peu après, des troupes se sont successivement créées au niveau des provinces et des municipalités. En dehors de ces troupes d'acrobatie professionnelle, celles d'acrobates amateurs sont aussi très répandues. En outre, les acrobates chinois ont leur propre organisation —l'association des acrobates chinois, établie en 1981, dont Xia

Juhua est la présidente. L’acrobatie chinoise se distingue aussi bien par ses techniques très difficiles que par l'exécution subtile et la composition ingénieuse des numéros, dont chaque type exprime le caractère de la nation chinoise, laborieuse, intelligente et courageuse. C'est pourquoi, au lieu de péricliter, l’acrobatie chinoise n'a cessé de se développer depuis plus de 20 siècles et qu’elle est hautement appréciée par les peuple de nombreux pays.

101 Numéro 31 - 2010


iplomates

Fête Nationale de la Royaume de Thaïlande A l’occasion de l’Anniversaire de Sa Majesté le Roi Bhumib Adulyadej, l’Ambassadeur du Royaume de Thaïlande Monsieur Suwit SAICHEUA et son épouse ont offrent une réception le vendredi 4 décembre à la Résidence

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

côté des Ambassadeurs. Il est suivi par les Ambassadeurs de Bulgarie (3), de Croatie (4), d’Azerbaïdjan (5), de Chine (6), de Turquie (7), de Jordanie (8), du Cameroun (9), de

Syrie (10) venus présentés à leur homologue thaïlandais leurs plus sincères félicitations. 11Les Ambassadeurs de l’Inde, du Japon et du Nigéria en compagnie du Chargé

1- L’Ambassadeur Suwit Saicheua et son épouse Chuanpit accueillent les invités conviés à la célébration de la Fête Nationale de Thaïlande. 2- Le Directeur du Protocole (MAEC) aux

102 Numéro 31 - 2010

d’Affaires de la République d’Afrique du Sud lors de la Fête Nationale de Thaïlande. L’Ambassadeur de Hongrie (12) et de Suède (13)


iplomates

Fête Nationale de l’Etat du Qatar A

1

2

3

4

5

8

6

7

9

1- S.E.M. Saqr Mubarak Al-Mansouri, Ambassadeur de l’Etat du Qatar et le Conseiller accueillent les nombreux invités. 2- Le Ministre d’Etat, Monsieur Mohand Laenser félicite 104 Numéro 31 - 2010

l’Ambassadeur, il est suivi par M. Driss Dahak, Secrétaire Général du Gouvernement et M. Bensalem Himmich, Ministre de la Culture. M. Ahmed Osman, Ancien Premier minis-

tre félicite l’Ambassadeur, suivi de M. Abdelouahab Bellouki, Directeur du Protocole au Ministère des Affaires étrangères et de la Coopération. 7L’Ambassadeur et un représentant du

parti politique «PJD». 8-9: Plusieurs Ambassadeurs, le Directeur du Collège Royal, le Président du Corcas et d’autres personnalités au Royal Golf Rabat Dar Essalam abritant la rencontre


iplomates 10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

tres personnalités. Les Ambassadeurs du Liban (11), du Vietnam (12), d’Azerbaïdjan (13), de Jordanie (14), d’Autriche (15), du Bangladesh (16), de Mauritanie (17), du Soudan (18), du Canada (19) présentent leurs félicitations à S.E.M. Saqr Mubarak Al-

Mansouri, l’Ambassadeur de l’Etat du Qatar. 20- M. Robert Jackon, Ministre Conseiller à l’Ambassade des EtatsUnis d’Amérique à Rabat présente ses compliments à l’Ambassadeur du Qatar. L’Ambassadeur du Bangladesh, le Directeur du Protocole au Ministère

10- L’Ambassadeur du Qatar découpe le gâteau d’anniveraire, accompagné par le Ministre d’Etat Laenser, le Secrétaire Général du Gouvernement, le Président du CORCAS, M. Ahmed Osman, les Ambassadeurs du Sultanat d’Oman et du Bahrein, ainsi que d’au-

des Affaires étrangères et de la Coopération, l’Ambassadeur de la Rép. Populaire de Chine, l’Ambassadeur du Yémen et l’Ambassadeur du Royaume Hachémite de Jordanie lors de la célébration de la Fête Nationale de l’Etat du Qatar à Rabat. 105 Numéro 31 - 2010


iplomates

Fête Nationale de Turquie A

l’occasion du 86ème Anniversaire de la Proclamation de la République de Turquie l’Ambassadeur de Turquie à Rabat, S.E.M. Haluk Ilicak, a organisé une réception, le 29 octobre, à la résidence

1

8

2

3

4

5

6

7

9

10

11

12

13

1- S.E.M. Haluck Ilicak, Ambassadeur de la République de Turquie et Mme Nur Sagman, Conseiller, accueillent les invités. 2- Mme Latifa Akharbach, Ministre délégué au ministère des Affaires étrangères et de la 106 Numéro 31 - 2010

Coopération félicite l’Ambassadeur et le Conseiller pour cette célébration. 3M. Abdelouahab Bellouki, Directeur du Protocole au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération est suivi par les Ambassadeurs de Bulgarie

(4), de Serbie (5), de Croatie (6), l’Ambassadeur du Qatar (7), de Hongrie (8), des Pays-Bas (9), du Brésil (10). Le Directeur Général de l’hôtel Tour Hassan, M. Cem Beskok (11), félicite l’Ambassadeur.

L’Ambassadeur de Grèce, le Chargé d’Affaires de l’Irak et d’autres Ambassadeurs (12) parmi les hommes d’affaires et la communauté turque résidente au Maroc (13)


iplomates

Fête Nationale des Émirats Arabes Unis A

l’occasion de la célébration à Rabat de la Fête Nationale du 38eme anniversaire de la création des Émirats Arabes Unis, l’Ambassadeur, S.E.M. Said Elhari Elkoutbi a convié

plusieurs centaines de personnalités pour une somptuseuse réception dans les Salons du Royal Golf Rabat Dar Salam

1

2

3

4

5

8

9

1- L’Ambassadeur des Emirats Arabes Unis, S.E.M. Said Elhari Elkoutbi et les diplomates de l’Ambassade des Emirats Arabes Unis accueillent les invités. 2- Le Premier ministre, M. 108 Numéro 31 - 2010

Abbas El Fassi félicite l’Ambassadeur émirati. 3- Les Ministres d’Etat assistent aussi à cette célébration. 4- Le Secrétaire Général du Gouvernement félicite l’Ambassadeur Elkoutbi. 5- Le

6

7

10

Ministre de la Culture, suivi par La Secrétaire d’Etat au Ministère des Affaires étrangères et de la Coopération et du Ministre délégué chargé des Affaires Générales du

Gouvernement (6) sont aussi présents. 7- Le Secrétaire Général et le Directeur du Protocole aux Affaires Etrangères participent à cette célébration. 8-9- De nombreuses personnalités présentes


iplomates 11

12

13

14

15

16

11- Le gâteau d’anniversaire est découpé par le Premier ministre, le Secrétaire Général du gouvernement et l’Ambassadeur des Emirats Arabes Unis. 12- L’Ambassadeur de Syrie présente ses compliments à

17

son collègue et ami, l’Ambassadeur Elkoutbi. Il est suivi par l’Ambassadeur du Liban (13). 14Une photo de famille avec les enfants des diplomates de l’Ambassade des Emirats Arabes

Unis. 15 &16- La célébration de la Fête Nationale des Emirats Arabes Unis a accueilli de très nombreuses personnalités qui se sont joints aux officiels et Ambassadeurs pour chaleureusement féliciter leur ami

l’Ambassadeur. 17- Les enfants des diplomates de l’Ambassade avaient revêtu pour l’occasion les costumes traditionnels du pays.

109 Numéro 31 - 2010


iplomates

Fête Nationale du Mexique A

l’occasion de la Fête Nationale du Mexique, une très belle réception fut organisée à Rabat, le 15 octobre 2009 dans les salons de la résidence de S.E.M l’Ambassadeur.

1

8

2

3

4

5

6

7

9

10

11

12

13

1- S.E.M. Porfirio Thierry Munoz, Ambassadeur du Mexique et son épouse. 2- Mme Arriola Aguirre, Conseillère, M. Olivier Schubert Letayf, Premier Secrétaire et M. De Olloqui Gonzalez, 110 Numéro 31 - 2010

Troisième Secrétaire à l’Ambassade du Mexique accueillent les invités. 3- Le Directeur des Affaires Américaines (MAEC), M. Fouad Yazourh félicite l’Ambassadeur du Mexique. Il est suivi par

les Ambassadeurs d’Angola (4), de France (5), de Guinée Equatoriale (6), de Roumanie (7), de Syrie (8), du Chili (9), de Chine (10), de Malaisie (11). 12- Les Ambassadeurs du Bangladesh, du

Cameroun, d’Angola, du Nigéria, le Chargé d’Affaires d’Afrique du Sud et l’Ambassadeur de l’Inde dans les jardins de la Résidence du Mexique à Rabat. 13Un grand festin de spécialités mexicaines


iplomates

A

Fête Nationale du Japon

l’occasion de l’Anniversaire de Sa Majesté l’Empereur et du 20ème Anniversaire de son Intronisation, S.E.Mme. Haruko Hirose, Ambassadeur du Japon à Rabat a organisé une très belle réception le 10 décembre 2009 à dans les jardins de sa résidence.

2

1

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

1- Le Premier ministre, M. Abbas El Fassi en compagnie de l’Ambassadeur du Japon en tenue traditionnelle. 2L’Ambassadeur Hirose accompagnée du Conseiller d’Ambassade, M. Kawada et son épouse Kikuno.La 112 Numéro 31 - 2010

ministre du Développement social, de la famille et de la solidarité (3), Le Ministre de la Culture (4) et la Secrétaire d'Etat auprès du ministre des Affaires étrangères et de la coopération (5) félicitent l’Ambassadeur

13

Hirose. Ils sont suivis par le Maire de Rabat (6), le Directeur du Protocole (7), de la Communication (8), de l’Asie et de l’Océanie (9) au Ministère des Affaires étrangères et de la Coopération. Les Ambassadeurs

d’Espagne (10), de Roumanie (11), des Etats-Unis d’Amérique et du Chili (13) présentes leurs sincères compliments à la charmante Ambassadeur du Japon. 12- Une grande foule a assisté à cette importante célébration nationale


iplomates

Fête Nationale de Chili A

l’occasion de la Fête Nationale une très belle réception fut organisée à Rabat à la résidence de l’Ambassadeur du Chili, S.E.Mme Marcia Covarrubias. Le corps diplomatique s’est

1

déplacé en masse pour célébrer avec leur collègue et amie chilienne cette importante célébration qui revêt, chaque année, une importance grandissante.

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

1- S.E.Mme Marcia Covarrubias, Ambassadeur du Chili à Rabat accueille les invités. 2- Le Ministre de la Culture, M. Bensalem Himmich se réjouit des excellentes relations entre le

Maroc et le Chili. 3- Les Ambassadeurs du Chili et de Bulgarie. 4- En compagnie des Ambassadeurs des Etats-Unis d’Amérique et du Bangladesh. L’Ambassadeur de l’Inde (5), du Japon,

14

de Chine et d’Azerbaïdjan (6), d’Allemagne et de Grèce (7), de Malaisie (9), d’Autriche (10), des USA (11) félicitent l’Ambassadeur Marcia Covarrubias. 12-13: De très nombreux

amis, dont Mmes Rabaa El Merini et Fatima Mernissi et M. Lahjomri ont répondu à l’invitation de Mme l’Ambassadeur. 14- La célébration fut rythmée par un groupe musical chilien. 113 Numéro 31 - 2010


iplomates

Fête Nationale de Hongrie A

l’occasion de la Fête Nationale de la Révolution d’octobre de 1956, l’Ambassadeur de la République de Hongrie, S.E.M.Laszlo PAP et son épouse Ildiko ont organisé une très belle réception le 22 octobre 2009 à la résidence.

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

(2) suivi par Mme Akharbach, Secrétaire d’Etat au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération (3) et M. Bellouki,

Directeur du Ambassadeurs Turquie (6), d’Azerbaïdjan

1

1- S.E.M. Lazslo Pap et son épouse Ildiko accueillent les invités, dont le Président de la Chambre des Représentants, M. Mustapha Mansouri 114 Numéro 31 - 2010

Protocole (4), de Tunisie (5), de Roumanie (8), de Syrie

les de (7), (9),

d’Autriche (10), du Nigéria (11), de Malaisie (12), de Chine (13), le Chargé d’Affaires des Etats-Unis d’Amérique (14) et de nombreux autres invités


écouverte

La Corée s’ouvre au Maroc

117 Numéro 31 - 2010


écouverte

Légende légende légende légende légende légende légende légende légende légende légende

Légende légende légende légende légende légende légende légende légende légende légende légende légende légende légende légende légende légende

Légende légende légende légende légende légende légende légende légende légende légende légende légende légende légende légende légende légende 118 Numéro 31 - 2010


écouverte

C

réée en 1991 par l’Assemblée Nationale de la Corée du Sud, la Korea Foundation a pour but de promouvoir la République de Corée dans le monde à travers un programme d’échanges académiques et culturels et de renforcer ses liens avec la communauté internationale. Affiliée au Ministère des Affaires Etrangères, elle est présidée par Yim Sungjoon, 8ème président. La Korea Foundation dispose de bureaux aux USA, en Chine, au Japon, en Russie, en Allemagne et au Vietnam. En 2008, elle a inauguré le « Korea Foundation Award » afin d’honorer les personnes ou projets étrangers qui contribuent a u rayonnement de la Corée au sein de la communauté internationale. Face à la crise

119 Numéro 31 - 2010

internationale, la fondation va dorénavant s’attacher à diversifier ses programmes d’échanges et à initier une nouvelle stratégie incluant de nouveaux programmes de développement et de coopération avec le Moyen Orient, l’Afrique et l’Amérique du Sud.


écouverte

Exposition Internationale «Yeosu 2012» A

lors que la Chine se prépare à accueillir l’Exposition Universelle de Shanghaï dès le mois de mai, la République de Corée se consacre à la mise en place de l’Exposition Internationale «Yeosu 2012». Forte de son thème «Pour des côtes et des océans vivants: diversité des ressources et activités durables», EXPO Yeosu 2012, qui se déroulera juste avant l’expiration du Protocole de Kyoto et l’année du 10ème anniversaire du Sommet de Johannesburg, espère donner l’élan nécessaire à la création d’un nouveau cadre d’action international pour combattre le changement climatique et promouvoir un développement responsable et durable afin que la vie et la bonne santé de nos océans et de nos côtes puissent être préservées. En effet, la question de la préservation marine et côtière est un sujet crucial d’importance historique, et l’ensemble de la communauté internationale doit se rassembler pour forger un consensus sur les actions à mener – tel est le message qu’EXPO «Yeosu 2012» veut transmettre au monde. Cette grande manifestation internationale aura lieu du 12 mai au 12 juillet 2012, dans la ville de Yeosu. La ville de Yeosu a ravi la vedette à Tanger lors du vote de 2007 (77 voix contre 63 pour le Maroc), la ville du détroit espérait également abriter cette prestigeuse manifestation. Prévue sur 1,74 millions de mètres carrés, cette exposition internationale «verte» (entièrement alimentée en énergies renouvelables) regroupera plus de 100 pays, 10 organisations internationales, et le nombre de visiteurs attendus devrait largement dépasser les 8 millions. Site internet: www.expo2012.or.kr

Légende légende légende légende légende légende légende légende légende légende légende légende légende légende légende légende légende légende

Légende légende légende légende légende légende légende légende légende légende légende légende légende légende légende légende légende légende 120 Numéro 31 - 2010


ossier

L

es liens d’amitié et la coopération qui unissent la Corée aux pays arabomusulmans remontent à plus de mille ans. Les marchands arabes (Route de la Soie…) ont été les premiers à avoir jeté les bases d’un fructueux réseau commercial qui a toujours perduré et la présence d’une importante communauté musulmane (plus

121 Numéro 31 - 2010

de 150 000 personnes) a toujours fait l’objet d’une attention particulière (l’arabe est enseigné à l’université depuis 1961, la première mosquée fut érigée en 1976 (elle en compte 9 aujourd’hui) et la première fédération musulmane de Corée a vu le jour en 1955. Afin de pérenniser les liens séculaires qu’elle entretient avec les différents pays arabes, l’Association CoréeMonde Arabe (Korea-Arab Society) lance un projet novateur pour consolider, augmenter et développer la coopération entre ces deux parties dans le nouveau millénaire. Initialement axées sur le commerce, ces relations doivent prendre une autre dimension afin d’embrasser des domaines aussi divers que la politique, la culture, le sport ou l’enseignement. Afin de mettre en place le nouvel espace de partenariat économique et culturel entre la Corée et le Monde Arabe, la Korea-Arab Society (KAS) ou Association Corée-Monde Arabe propose de nombreux projets. Parmi eux, l’échange

des visites entre les responsables, le jumelage entre les villes, la volonté de faire connaître l’Islam, de créer un forum concernant les civilisations et les religions, d’éditer des publications sur la culture arabo-musulmane, de lancer des évènements comme par exemple celui d’une « Journée arabe» et d’une «Journée Coréenne». Véhiculer les valeurs de la culture arabo-musulmane et faire découvrir la richesse de la République de Corée se traduisent par un programme d’échanges dans les domaines éducatifs et académiques. Sont également envisagés l’ouverture de culturels, l’organisation d’expositions artistiques, des échanges dans le domaine de la communication ou encore la sauvegarde du patrimoine culturel (monuments et documents anciens)… Un programme bien rempli pour les mille ans à venir ! Et de beaux projets qui viendront renforcer les relations entre la République de Corée et le Monde Arabe.


ossier

G

râce au travail de ses 530 reporters et ses 60 correspondants présents dans 40 capitales étrangères, la Yonhap News Agency s’inscrit parmi les plus grandes agences de presse mondiales. Elle dispose d’un formidable réseau multimédia (l’un des plus performants en matière d’électronique) qui lui permet une diffusion très large des informations, tant au niveau national qu’international. Plus de 3000 dépêches et articles sont envoyés chaque jour aux médias nationaux, à 60 agences de presse étrangères et à 137 missions et organisations mondiales. Yonhap propose ses services en coréen, anglais, chinois, japonais, arabe et espagnol. Ses nombreux agréments avec les agences de presse étran-

gères lui permettent de disposer de toute l’actualité mondiale en temps réel et d’un énorme fond d’archives. Sa base de données nationales comprend plus de 200 000 sujets, dont 24 000 noms pour son « Who’s who in Korea ». Yonhap News Agency édite également de nombreux magazines. Site internet : www.yonhapnews.co.kr.

122 Numéro 31 - 2010


Diplomatica 31