Page 1

JUIN 2018

INDEPENDANTS

OÙ TROUVER DES CAPITAUX LORSQUE LA BANQUE VOUS DIT «NO N N»? UNE NOUVELLE FORMULE POUR ÉPARGNER EN VUE DE VOTRE PENSION REDÉMARRER PLUS FACILEMENT APRÈS UNE FAILLITE DE NOUVEAUX INCITANTS FISCAUX


mon

argent

GUIDE INDÉPENDANTS

TOUTES LES NOUVELLES MESURES QUI FACILITENT L’ENTREPRENEURIAT

PLUS DE CAPITAL DE DÉPART 6 Comment trouver les fonds nécessaires au lancement de votre activité, même si la banque vous dit «non»? NOUVEAU > Donner des biens mobiliers en gage devient plus simple > Le tax shelter pour les entreprises de croissance

PLUS D’AVANTAGES SOCIAUX mon

argent

18 Le statut d’indépendant n’est toujours pas enviable en termes de protection sociale, mais quelques améliorations ont cependant été apportées. NOUVEAU > Cotisations sociales moindres > Cotisations provisoires moins élevées > Cotisations réduites pour les starters > Indemnité de maladie après deux semaines > Quatre semaines de congé de maternité en plus > Indemnité en cas d’arrêt pour motifs économiques > Réduction des cotisations patronales pour les 6 premières embauches > Nouvelles aides à l’embauche à Bruxelles et en Wallonie 26 Plus de possibilités de redémarrage pour les indépendants dont le projet capote. NOUVEAU > Remise des dettes restantes > Conservation des revenus acquis après la faillite > Plus de possibilités pour échapper à la faillite

PLUS D’INCITANTS FISCAUX 30 Le gouvernement Michel a pris quelques mesures pour alléger la pression fiscale sur les indépendants et les PME. NOUVEAU > Baisse de l’impôt sur le bénéfice > Déduction pour investissements portée à 20% > Nouvelle formule de déduction des frais de voiture > Impôt moindre en cas de cessation ou de vente de l’activité

PLUS DE PENSION 36 Les indépendants en nom personnel et les titulaires de professions libérales disposeront à partir de cet été d’un nouvel outil pour se constituer une pension complémentaire. NOUVEAU > Convention de pension pour indépendants > Pension minimum revue à la hausse 4 / MON ARGENT JUIN 2018

RÉDACTION

Adresse: rédaction Mon Argent, Tour & Taxis, Avenue du Port 86C, boîte 309, B-1000 Bruxelles, redaction@monargent.be Rédacteur en chef: Joan Condijts

TÉMOIGNAGES 14 «Nous avons la chance de pouvoir nous reposer sur nos ventes et garder un contrôle complet sur notre évolution.» PHILIPPE LEFRANCQ, AHOOGA

28 «Nous avions le choix entre continuer à croître sur fonds propres de manière lente et viser plus loin avec des fonds supplémentaires.» SÉBASTIEN LEBBE, WOOCLAP

40 «Si un investissement en vaut la peine, il faut oser sauter le pas. Même si ce n’est pas évident sur le plan financier.» SARAH ALGOET, SINGSING!

LE MOIS PROCHAIN

GUIDE SUCCESSION LE 1ER SEPTEMBRE AVEC L’ECHO

News manager Mon Argent: Carine Mathieu Rédacteurs: Petra De Rouck Arnaud Martin Ellen Cleeren Dirk Selleslagh Sven Vonck Jean-Paul Bombaerts Rédaction finale: Muriel Van den Abbeele Traductions: TaxEdit (Philippe Sergeant) Lay-out et infographie: Ilse Janssens, Willem Ravoet Illustrations: Reinhart Croon Photos: Saskia Vanderstichele Abonnements: tél.: 0800/55.150 e-mail: abo@lecho.be Publicité: Trustmedia, Tour & Taxis, Avenue du Port 86C boîte 309, 1000 Bruxelles tél.: 02/422.05.11 info@trustmedia.be Directeur de la rédaction: Isabel Albers Éditeur responsable: Frederik Delaplace Mon Argent est imprimé sans eau, dans le respect de l’environnement, chez Eco Print Center.


PLUS DE CAPITAL DE DÉPART I PLUS D’AVANTAGES SOCIAUX I PLUS D’INCITANTS FISCAUX I PLUS DE PENSION

1

COMMENT CONVAINCRE LA BANQUE DE VOUS PRÊTER DE L’ARGENT?

C’est avec votre banque que vous devrez déterminer quelle est la forme de crédit dont le lancement ou la croissance de votre activité a besoin. Il existe globalement trois formes de crédits. · Le crédit d’investissement est la forme de financement la plus utilisée par les micro-entreprises et les PME. C’est ce qui ressort d’une étude menée il y a quelques années par l’Unizo, l’union flamande des entrepreneurs indépendants. Plus de la moitié des entreprises ont en effet recours à ce type de crédit. Un crédit d’investissement est un financement à moyen et long terme en vue de faire des investissements en immobilisations comme des immeubles, des machines et des véhicules d’entreprise. · Pour répondre aux besoins de liquidités à court terme, par exemple pour financer des stocks ou accorder des délais de paiement aux clients, les PME obtiennent assez couramment un straight loan. Il s’agit d’un prêt non renouvelable de maximum 1 an. Le straight loan doit être remboursé à l’échéance, à l’inverse du crédit d’investissement, où on rembourse chaque mois du capital et des intérêts. À l’échéance d’un straight loan, rien n’empêche d’en conclure un nouveau. Les straight loans ne sont pas vraiment des crédits conçus pour des micro-entreprises. Leur taux est basé sur le taux Euribor et est donc avantageux. Mais les montants minimums à emprunter sont souvent supérieurs à 100.000 euros, ce qui dépasse les besoins d’un indépendant qui se lance ou d’une micro-entreprise. · Les micro-entreprises ont dès lors plus souvent recours au crédit de caisse que les PME. Il s’agit d’un accord avec la banque pour pouvoir descendre sur son compte à vue jusqu’à un certain montant sous zéro. Jusqu’où? Cela dépend du planning financier et des besoins. Un crédit de caisse est intéressant pour passer le cap d’un manque de liquidités passager, mais il coûte cher: le taux d’intérêt peut allègrement dépasser les 10%. Pas vraiment idéal donc pour un financement à long terme. Mais quelle que soit la formule choisie, vous devrez répondre à plusieurs exigences avant que votre 8 / MON ARGENT JUIN 2018

banquier n’accepte de mettre des fonds à votre disposition. Voici comment augmenter vos chances de réussite.

CONSTITUEZ-VOUS UN DOSSIER BIEN FICELÉ Pour obtenir un crédit auprès d’une institution financière, votre entreprise doit d’abord faire bonne impression. Présentez-vous donc avec un dossier de crédit bien préparé. Au moyen d’un plan d’entreprise bien étayé, vous devrez clarifier pour votre banquier que le remboursement de votre crédit ira de soi. Toutes les entreprises n’ont pas forcément une image cohérente de leurs activités. Une demande de crédit est peut-être le moment idéal pour mettre le tout sur papier. Commencez donc par donner un aperçu des activités de l’entreprise, ses principaux fournisseurs et clients et leurs conditions de paiement, les risques et la manière d’y faire face. Précisez clairement à quoi le financement que vous demandez va servir et comment vous allez le rembourser.

SACHEZ QUE LES BANQUES DEMANDENT DES GARANTIES Les institutions financières veulent des garanties, au cas où cas vous ne pourriez pas rembourser votre crédit. Les emprunteurs peuvent constituer une caution sur des comptes bancaires et des instruments financiers de l’entreprise, mais dans la plupart des cas, il faudra aussi mettre en gage des biens mobiliers, comme des voitures et des machines. Mais des biens incorporels peuvent aussi entrer en ligne de compte, comme des droits de propriété intellectuelle. En outre, un gage peut aussi être donné sur un commerce, c’est-à-dire sur un ensemble de biens. Ce qui n’est pas possible, c’est de donner un immeuble en gage.


NOUVEAU Donner des biens mobiliers en gage devient plus simple Grâce à la nouvelle loi sur les sûretés réelles mobilières, publiée en 2013 mais entrée en vigueur seulement au début de cette année, la mise en gage de biens mobiliers a été simplifiée. Auparavant, un gage devait être réellement remis au gagiste par celui qui le constituait. Conséquence, très peu de biens mobiliers étaient donnés en gage. Car qui irait physiquement donner sa voiture à la banque comme gage? Ou une machine qu’on utilise pour fabriquer ses produits? La nouvelle loi prévoit que le créancier/gagiste et le débiteur concluent une convention. Celle-ci est inscrite dans un registre des gages, ce qui assure au débiteur de pouvoir continuer à utiliser le bien mis en gage (la voiture ou la machine par exemple).

OPTIMISEZ LA GESTION DE VOS LIQUIDITÉS En attirant des capitaux et en contractant des emprunts, vous récoltez les fonds nécessaires pour faire tourner votre entreprise. Il est au moins aussi important que vous gardiez à portée de main l’argent nécessaire à votre entreprise grâce à une bonne gestion de vos liquidités. Par exemple, n’accordez pas 90 jours à vos clients pour payer vos factures alors que vos fournisseurs exigent d’être payés comptant sans escompte. En préfinançant vos fournisseurs, vous limitez vos moyens et donc les possibilités de croissance de votre entreprise. Vous pouvez optimiser la gestion des liquidités de votre entreprise en raccourcissant le plus possible les délais de paiement de vos clients et en négociant des délais plus longs avec vos fournisseurs. Vous devez aussi organiser une rotation optimale de vos stocks et vendre éventuellement les actifs qui ne sont pas (plus) nécessaires à la conduite de votre entreprise.

CONSEIL Vérifiez que vos clients sont solvables · Une assurance-crédit peut vous assurer contre le risque de non-paiement de vos clients. · Vous pouvez faire encaisser, assurer et/ou financer vos créances sur les clients via le factoring (la vente des factures ouvertes à des sociétés spécialisées) afin de disposer rapidement de liquidités.

SOIGNEZ EN TOUT TEMPS VOTRE RATING DE CRÉDIT Tout comme vous deviez faire bonne impression auprès de l’institution financière avant votre recherche de crédit, votre entreprise devra continuer à prouver sa qualité par la suite. Car vous devrez peut-être encore faire appel au crédit bancaire plus tard. C’est pourquoi vous devez veiller en permanence à soigner votre rating de crédit. Un rating de crédit est une évaluation de la crédibilité d’une entreprise. Il influence notamment le taux et les conditions des futurs crédits. Dans cette évaluation, les éléments positifs sont: · une marge opérationnelle suffisante et croissante · une bonne gestion des risques (contrôle des taux d’intérêt, couverture des risques monétaires et assurances) · une bonne gestion des clients et des fournisseurs · une mise en réserve des bénéfices.

LE SAVIEZ-VOUS? Avec la nouvelle loi sur la mise en gage de biens mobiliers, le créancier/gagiste et le débiteur concluent une convention qui assure au débiteur de pouvoir continuer à utiliser le bien mis en gage.

CONSEIL Ne négligez pas votre administration En tant qu’entrepreneur, vous devez éviter d’être négligent sur le plan administratif. Songez par exemple: · aux retards de paiements de l’ONSS ou de la TVA · au dépôt tardif des comptes annuels · à un affaiblissement de la structure du capital pour cause d’immobilisations incorporelles trop élevées · à la distribution injustifiée de capital et de dividendes.

JUIN 2018 MON ARGENT / 9


©SASKIA VANDERSTICHELE

TÉMOIGNAGE

Fonds propres, crowdfunding, aides publiques, soutien des banques. Pour son développement, la société de vélos électriques pliants Ahooga a déjà eu recours à différentes sources de financement. Une diversification qui a son intérêt lorsqu’on veut lancer un projet.

Qui? Philippe Lefrancq et Frédéric Mertens Quoi? Ahooga, société de vélos électriques pliants

14 / MON ARGENT JUIN 2018


«Nous avons la chance de pouvoir nous reposer sur nos ventes et garder un contrôle complet sur notre évolution.»

P

hilippe Lefrancq s’est découvert une fibre entrepreneuriale sur le tard. Ce quadragénaire qui a passé une bonne partie de sa carrière dans le milieu bancaire a radicalement changé de cap il y a quelques années. Avec Frédéric Mertens, un ancien collègue de la banque où il travaillait, il s’est lancé un pari un peu fou: développer sa propre marque de vélos électriques pliants. Trois ans après le lancement, Ahooga a déjà bien grandi. Aujourd’hui, les vélos de l’entreprise sont disponibles chez près de 100 revendeurs partout en Europe et dans leur «Ahooga House», le siège ucclois de la marque. Ce joli développement a forcément demandé des fonds pour initier la production. Malgré leur expérience dans le monde bancaire, c’est un moyen de financement tout autre que les deux fondateurs ont choisi pour lancer leur marque. «On souhaitait être proche des gens, physiquement. On a donc lancé un crowdfunding, mais sans passer par une plateforme. Durant six mois, on a arpenté les salons pour présenter notre prototype et le proposer en prévente», explique le cofondateur d’Ahooga. Ce financement peu banal a rapidement porté ses fruits. En quelques mois, la jeune marque a enregistré cinquante commandes, indispensables pour lancer une première production. «Nous avons ensuite attendu les retours avant de relancer la production, afin d’adapter notre produit en fonction des différentes imperfections», se souvient Philippe Lefrancq. Pour continuer à croître, la jeune entreprise a ensuite fait appel aux aides publiques. Après

avoir analysé en long et en large les différentes possibilités, la jeune entreprise bruxelloise a finalement opté pour l’appui de finance.brussels. «Ils nous ont apporté 130.000 euros sous forme d’un prêt sur trois ans», explique Laetitia Lambotte, partenaire d’Ahooga. En plus de l’aide publique, la marque a également fait appel à une banque «notamment pour les besoins ponctuels de liquidités». Ajoutez à cela une indispensable part de fonds propres en début d’aventure et vous obtenez la recette du financement de l’entreprise. C’est ce très large éventail qui a permis à Ahooga de grandir sereinement. «En réalité, ce n’est pas compliqué de multiplier les moyens. Les attentes sont souvent les mêmes et cela permet de diversifier le risque», ajoute Laetitia Lambotte. Pour l’heure, Ahooga n’a toujours pas fait appel à des investisseurs privés. Un choix réfléchi. «À l’inverse de certaines start-ups qui ont besoin de beaucoup de fonds pour se lancer, nous avons la chance de pouvoir nous reposer sur nos ventes et garder un contrôle complet sur notre évolution. Mais nous avons déjà été sollicités à plusieurs reprises. Nous avons toujours préféré nous en passer jusqu’à présent, même si nous n’excluons pas un jour d’avoir recours à ce moyen». De quoi diversifier encore un peu plus le financement. PROPOS RECUEILLIS PAR ARNAUD MARTIN

«On a lancé un crowdfunding, mais sans passer par une plateforme. Durant six mois, on a arpenté les salons pour présenter notre prototype et le proposer en prévente.»

JUIN 2018 MON ARGENT / 15


PLUS DE CAPITAL DE DÉPART I PLUS D’AVANTAGES SOCIAUX I PLUS D’INCITANTS FISCAUX I PLUS DE PENSION

DE NOUVELLES POSSIBILITÉS POUR SE CONSTITUER UNE PENSION DÉCENTE Les indépendants en nom personnel et les titulaires de professions libérales n’ont pas les mêmes possibilités que leurs collègues en société pour se constituer une pension complémentaire. Mais cela va changer l’été prochain. Sven Vonck 34 / MON ARGENT JUIN 2018


«

B

eaucoup d’indépendants choisissent encore d’exercer leur métier en nom personnel. Dans bien des cas, c’est effectivement le bon choix, parce qu’ils n’ont pas intérêt à créer une société. Mais ce n’est pas une raison pour discriminer les indépendants qui ont fait ce choix. Or, c’est exactement ce qui se passe actuellement.» C’est ce que soutient Dries De Moor, director extended products & services auprès du secrétariat social Acerta. Il pointe que grâce au deuxième pilier de pension, les dirigeants d’entreprise peuvent se constituer un capital de pension nettement plus important que les indépendants en nom personnel. «Je ne vois pas pourquoi une telle différence existe. Heureusement, cette discrimination va prendre fin.» En effet, à partir du 1er juillet, les indépendants en nom personnel et les titulaires de professions libérales pourront verser des primes dans une nouvelle formule d’épargne: la Convention de pension pour

indépendants, ou CPI. «La CPI est aux indépendants en nom personnel et aux titulaires de professions libérales ce que l’engagement individuel de pension (EIP) est aux dirigeants d’entreprise. Les premiers ne pouvant pas conclure d’EIP, ils doivent se contenter de la pension libre complémentaire pour les indépendants (PLCI) comme seule pension complémentaire du deuxième pilier.»

1. QU’OFFRE LA PENSION LIBRE COMPLÉMENTAIRE POUR LES INDÉPENDANTS (PLCI)? Selon Dries De Moor, la pension libre complémentaire pour les indépendants (PLCI) est une formule d’épargne très intéressante, mais qui a montré ses limites. Tous les indépendants – qu’ils soient en société ou non – peuvent y faire des versements. C’est surtout sur le plan fiscal que cette formule est intéressante: JUIN 2018 MON ARGENT / 35


Le Guide IndÊpendants. Ce samedi, gratuit avec L’Echo dans votre librairie.

Le Guide Independants 2018  
Le Guide Independants 2018