Page 1

Bulletin communautaire n°8

n

Printemps 2012

CASTAIGNOS-SOUSLENS

CASTEL-SARRAZIN

Communauté de Communes Coteaux et Vallées des Luys

Nos pompiers page 6

Culture page 7

Les Mousquetaires page 12


Communauté de communes Coteaux et Vallées des Luys

Le Mot du Président............................2 Notre nouvelle trésorière...................2 Hommage à M. Roger Laboudigue....3 Finances...................................................4 Voirie........................................................5 Nos pompiers.........................................6 Chansons et mots d’Amou ...............7 Music’ Art...............................................7 Deux villages à la loupe : Castaignos-Souslens...........................8 Castel-Sarrazin.....................................9 Mobilisation écologique au collège...10 L’Office de Tourisme.......................... 11 Aide économique................................ 11 Fourrière intercommunale............... 11 Entretien avec les mousquetaires ..12 SIETOM..................................................14 Sport : nos champions .....................15 Calendriers des fêtes............................15 Galerie photos (article p 6 et 12).....16

Parmi les sujets traités cet hiver par les élus communautaires, l’un des plus importants se trouve être l’aide aux entreprises locales. D’accord, l’intérêt financier de la présence d’entreprises sur leur territoire est aujourd’hui moins évident pour les collectivités depuis la suppression de la taxe professionnelle, remplacée par la CET (Contribution Economique Territoriale), elle même composée de la CFE (Cotisation Foncière des Entreprises) et de la CVAE (Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises). La part de la recette fiscale provenant des entreprises perçue par les communautés de communes, est inférieure de plus de 50 %, comparée à l’époque de l’ancienne taxe. Pour autant, faut-il se dire que cela ne vaut plus la peine de favoriser leur implantation ou leur développement ? Sûrement non, car il importe également de trouver des emplois sur le plan local. Et ces emplois, ce sont bien les entreprises qui les créent. Il s’agit là tout simplement de la survie d’un territoire. Sans les emplois qui attirent une population active, une commune est vite reléguée au rang de cité dortoir qui, par définition, manque de dynamisme et de vie. Les élus communautaires, donc, ont travaillé sur le sujet. De leur réflexion sont ressortis deux axes d’aides aux entreprises. L’un consiste à l’amélioration des infrastructures routières menant à leur site d’exploitation. Ainsi, à Castelnau Chalosse, sera aménagé l’accès à l’entreprise INEO, et à Pomarez la route de la Gare sera élargie afin de permettre aux poids lourds desservant la zone d’activité de Camblong de circuler dans de meilleures conditions. Ces travaux seront pris en intégralité en charge par le budget communautaire sans répercussion sur les communes, contrairement aux autres travaux de voirie. Le deuxième axe consiste à verser une subvention aux entreprises qui investissent et qui créent des emplois. Cette aide est maintenant possible après accord et conventionnement avec la Région. Certes, les moyens de la communauté de communes étant limités, ces aides sont surtout intéressantes pour les petites entreprises. Leurs conditions d’octroi sont résumées page 11 de ce bulletin. Le règlement complet est à disposition des intéressés au siège de la communauté ou dans les Mairies du canton. Je ne peux qu’inciter les éventuels bénéficiaires à prendre tous les renseignements nécessaires. Il serait dommage de passer à côté d’un coup de pousse, aussi petit soit-il. Claude Lasserre

Comité de rédaction : Claude Lasserre - Jean-Pierre Cordier Patrick Campet - Michel Canfora Patrick Hourtin - Christine Fournadet. Conception & impression : COPYTEL Dax Papier recyclé Crédit photos : Communauté de Communes, Coteaux et Vallées des Luys. Tirage : 3500 exemplaires.

Communauté de Communes Coteaux et vallées des Luys

Place Saint Pierre - 40330 AMOU Tél. : 05 58 89 00 50 Fax : 05 58 89 20 72 cc.desluys@wanadoo.fr

A la tête de la trésorerie d’Amou-Pomarez depuis le 1er mars, Françoise DUCLOS, inspecteur des finances publiques, remplace Virginie Rozières-Cruz, nommée à Peyrehorade. Le service des finances publiques assure la gestion comptable des budgets des 16 communes du canton d’Amou mais aussi des syndicats de regroupement, du syndicat des Eschourdes, du Sietom, de la maison de retraite et de la communauté des communes. Avec 2 collaboratrices elles assurent également le recouvrement des impôts directs des particuliers. « Je sais l’importance du service public en milieu rural. Le conseil aux élus et secrétaires de mairie dans la gestion des collectivités est primordial en ces temps de réformes et d’évolutions de la réglementation. Mais également nous privilégions l’accueil des usagers en matière d’impôts, informations, transmission de leurs réclamations. Je veux mener ces missions régaliennes avec le sens du service public, impartialité, rigueur et compétence. J’ai travaillé pendant 15 ans dans les Hauts-de-Seine, 13 ans à Mont-de-Marsan, puis après le concours d’inspecteur et la formation à Paris j’ai été nommée à Limoges pendant 6 mois. Ensuite j’ai pu être mutée dans les Landes et retrouver avec grand plaisir mon canton d’origine. J’ai la chance de connaître les élus et secrétaires et de travailler avec eux dans un climat chaleureux et confiant. Les évolutions liées à internet, la dématérialisation, la création des centres d’encaissement et de prélèvement mais aussi la maîtrise des coûts ont causé beaucoup de fermetures de postes. J’espère pouvoir exercer encore quelques années à la trésorerie d’Amou. L’évolution démographique, le dynamisme économique, touristique restent une priorité pour tous les secteurs d’activité et une assurance à la pérennité des services publics. »

( 2


M. Roger LABOUDIGUE, professeur retraité du collège d’Amou, nous a quittés en janvier à l’âge de 71 ans. Au Printemps 2010, nous avions sollicité son aide pour l’insertion d’une petite rubrique gasconne dans ce bulletin. A sa réponse positive immédiate suivait une missive avec nombre de petits mots et histoires que nous avons eu le plaisir de vous faire partager. Notre plume s’est envolée sans que nous l’ayons publiquement remerciée. Avec l’aide de Gisèle Laboudigue, nous publions 3 extraits d’hommages, écrits par René Novembre, Michel Larat et Melle Ducourneau, choisis parmi les très nombreux textes lus lors de ses obsèques. A Gisèle Laboudique et sa fille, nous adressons au nom de tous les élus communautaires nos très sincères condoléances. La commission bulletin intercommunal « Nous sommes ici, à Bastennes, chez lui, pour saluer sa mémoire : Roger le mari, le père, le professeur, l’ami, le camarade. Roger, l’homme que nous avons appris à connaître, à apprécier, à aimer, vient de nous quitter, trop vite, en toute discrétion, comme à son habitude. Défenseur infatigable des valeurs humanistes, profondément attaché à la ruralité, à la culture gasconne, à l’école publique - laïque et républicaine -, Roger, en militant communiste qu’il était a toujours placé l’Humain d’abord, dans tous ses engagements ; - engagement politique au sein de sa commune Bastennes et de la Communauté des Communes. Elu conseiller municipal en 1977, réélu et nommé 1er adjoint en 1995, il restera au service de l’ensemble de ses concitoyens jusqu’en 2008, - engagement professionnel et syndical ensuite. Professeur au collège d’Amou, Roger a partagé avec ses élèves les valeurs de l’Ecole Publique, celle au service de tous, porteuse d’émancipation et de fraternité. Durant toute sa carrière, il leur transmettra, inlassablement la mémoire de la langue, de l’histoire et des traditions de cette terre qu’il aimait tant. Cet engagement, il le poursuivra au sein de la FSU à laquelle il adhèrera dès sa création en 1993. Et même à la retraite, fidèle à ses idées, il assurera le rôle de Délégué Départemental de l’Education Nationale au service de l’école Publique de Pomarez. Son engagement se prolongera naturellement dans le monde associatif et les mouvements d’Education Populaire, partageant et transmettant infatigablement les valeurs de justice sociale, de fraternité, de solidarité, de Planète Ecoles au FPI dont il fut l’un des initiateurs. Son béret légendaire, sa bonhomie et sa gentillesse naturelle, vont nous manquer. Un homme bon nous a quittés. Adischatz camarade. »

« ... Roger Laboudigue a grandi au sein d’une fratrie de 6 enfants dans une modeste famille de résiniers à Souprosse. Après de brillantes études secondaires, l’obtention du bac Philo, l’école normale de Dax, une année d’études supérieures, il entre dans la vie active comme enseignant et fait ses premières armes en 1964 en Algérie. De retour en France, instituteur à Magescq et Pontonx, il entre au collège d’Amou où il professera jusqu’à sa retraite en 1999. Engagé professionnel, syndical, associatif, politique il adhère au PCF dès 1967. En 1970, il s’installe à Bastennes. Responsable local et cantonal, Roger représentera son parti aux élections cantonales. Hautement cultivé, fin pédagogue, il excellait par sa plume. Homme public, durant toute sa vie, il militera pour la solidarité, la fraternité, le partage, la coopération, la justice sociale et la paix... » « Roger, Tu as été l’un des pionniers de notre collège dès 1965. Nous, qui avons eu le privilège de partager si longtemps ta vie professionnelle, voulons te dire combien ton départ nous fait mal. Ce métier d’instituteur, tu l’avais choisi et tu l’as honoré en Algérie dans le cadre de la coopération, avant d’être nommé à Amou dans ce collège auquel tu as tant donné jusqu’au nom : Collège du Pays des Luys. Cet établissement qui fut auparavant Collège du bonheur, le bien nommé, t’a permis d’y faire une rencontre essentielle : Gisèle. Ton implication, ton dévouement, tes compétences, tes convictions ont marqué des générations de collégiens de ce canton dont certains doivent mesurer aujourd’hui combien ces valeurs demeurent d’actualité. D’ailleurs, tu as écrit à ce sujet (je cite) : « dans les réussites d’anciens élèves dont les échos nous parviennent, si nous ne nous les approprions pas prétentieusement, du moins pouvons-nous raisonnablement nous dire avec quelque modeste satisfaction que nous

( 3

y sommes peut-être pour une petite part, tout au bout de la racine et que au moins nous n’avons pas contrarié un si bel envol. Peut-être l’avons-nous favorisé si peu que ce soit ». « Tu as su faire partager ton amour de la langue française que tu maniais avec quelle subtilité, et quel humour ! Tu pratiquais avec le même bonheur ta langue maternelle, l’occitan, que tu as su faire entrer au collège. Chaque évènement marquant te donnait l’occasion d’exercer ta verve pour notre plus grand bonheur dans des publications à usage interne comme « Colline », ‘Echos et Froids ». Ton inspiration tu la trouvais même dans la littérature sportive : Midi Olympique ne t’était pas inconnu. Tu tenais la rubrique « Tour de France » - le matin de la rentrée - en établissant le classement d’arrivée des professeurs, ce qui sous-entendait que tu étais le premier sur la ligne. Tes compétences ne se limitaient pas à la chronique sportive puisque tu participais activement aux rencontres profs-élèves en rugby, volley, hand-ball, basket, football. On ne saurait évoquer tous tes centres d’intérêt mais on ne peut passer sous silence les carnavals et surtout la course landaise d’une fête du collège où tu as su réunir les anciens élèves écarteurs dans une cuadrilla inédite et jamais renouvelée. Roger, nous retenons de toi cette réserve qui cachait une immense tendresse, ce demisourire plein de complicité et de bonhomie. Mais avons-nous toujours compris ce qui bouillonnait sous ton béret d’humaniste? A l’occasion du départ en retraite de chacun d’entre nous tu évoquais avec brio nos parcours, nos passions et nos petits travers. Aujourd’hui permets-nous de te dire toute notre affection avec tout notre cœur à défaut de ton talent. Adischatz Roger »


Communauté Communauté de de communes communes Coteaux Coteaux et et Vallées Vallées des des Luys Luys

2011

K€ = 1000 € Comptes de gestion établis par le trésorier et votés par le Conseil Communautaire après avoir examiné les opérations qui y sont retracées et les résultats de l’exercice, le 16 février 2012 à Amou. COMPTE ADMINISTRATIF COMMUNAUTE de COMMUNES

Dépenses de fonctionnement : 1903 K€

Ch financières 66K€ 3%

Provisions budget. 36 K€ 2%

Autres charges 329K€ 17%

Charges Caract. général 90K€ 5% Personnel 224K€ 12%

Versement FNGIR 227K€ 12%

Recettes de fonctionnement : 2158 K€

Part aux communes 507K€ 27%

Taxe Ordures Ménagères 423K€ 22%

Dépenses d’investissement : 815 K€

Recettes d’nvestissement : 753 K€

Piscine : Fonctionnement

Charge personnel 31K€ 53%

Charges car. Général 27K€ 46%

Maison de la dame : Fonctionnement

Excédents reportés 16K€ 26%

Charges de personnel 104K€ 53%

Entrées buvette 10K€ 16% Subvention com de com 35K€ 57%

Charges à caractère général 80K€ 40%

( 4

Entrées + boutique); 99€ 49%

Résultats reportés 14K€ 7%

Subvention com de com 102K€ 51%


Centre Intercommunal d’Action Sociale Fonctionnement

Personnel 144K€ 47%

Ch. à caractère général 166K€ 53%

Report 2K€ 1%

Produits des services 125K€ 37%

Subventions 191K€ 57%

DV 18K€ 5%

L’EHPAD Amou

Budgets primitifs 2012 Le 15 mars 2012 à Pomarez, le Conseil Communautaire votait les Budgets primitifs suivants : 3 budgets : Budget ‘’Communauté de Communes’’ Budget ‘’Piscine’’ Budget ‘’Maison de la Dame’’

Fonctionnement 2 358 867 € 65 076 € 199 633 €

Investissement 2 321 337 € * *

*les investissements de la Piscine et la Maison de la Dame sont inclus dans le budget Investissement de la Communauté de Communes.

Le CIAS (Centre Intercommunal d’Action Sociale) Fonctionnement Voici le détail du budget primitif 2011 372 636 €

Investissement 2 853 €

Voirie

La Communauté des Communes a arrêté la liste de travaux routiers 2012 qui devraient être réalisés avant l’été. Comme chaque année, le coût de ces investissements est élevé et représente une part importante du budget communautaire. Nous sommes donc obligés de faire des choix parfois difficiles en ne réalisant que ce que la commission juge prioritaire, parmi toutes les propositions présentées par les différentes municipalités. Il est à noter que ce programme comprend la réfection ou l’aménagement de deux voies desservant des entreprises (VC 18 à Pomarez, VC 35 Route d’Arsague à Castelnau), correspondant au souci de la communauté de faciliter l’exercice et le développement des entreprises implantées sur notre territoire. Communes Amou

Arsague Bastennes

Beyries Bonnegarde CastaignosSouslens Castelnau-Ch.

Castel-Sarrazin

Voies VC n°206 - Chemin de Carrière VC n°228 - Chemin de Mousquero VC n°233 - Chemin de Touya VC n°15- Chemin de la Laiterie VC n°5 - Route du Luy VC n°7 - Route des Mines VC n°10 - Route de la Coustète VC n°6 - Chemin de la Lande VC n°23 – Chemin de Castéra VC n°4 - Route de Madrilh VC n°23 – Route de Benga VC n°2 – Chemin de Cazaubon VC n°8 - Route du Château VC n°26 - Chemin du Marlat VC n°29 - Chemin de Lagrange VC n°35 - Route d’Arsague VC n°6 – Route du Vieux Bourg VC n°21 - Route de Pouy VC n°24 - Route de Lacrique

ml

Communes

320 120 355 455 150 965 50 620 355 710 315 60 650 740 220 100 55 255 20

Donzacq

Gaujacq

Marpaps Nassiet Pomarez

( 5

Voies VC n°15 - Route de Biarne VC n°26 - Chemin de La Hountrace VC n°34 – Chemin de Lassus VC n°1 – Chemin de Tourré VC n°5 - Chemin de Montaut VC n°19 - Chemin de Larrous de Haut VC n°34 - Chemin du Bousquet VC n°45 – Chemin de Couillicq VC n°15 - Chemin du Conte VC n°7 - Route du Pont de Soarn VC n°15 - Route de Conte VC n°7 - Route Castel-Sarrazin VC n°13 - Route du Pont du Bos VC n°18 - Route ZI VC n°46 - Chemin du Moulin TOTAL

ml 110 330 85 180 500 150 120 128 235 1 073 50 740 535 660 640 12 051


Communauté de communes Coteaux et Vallées des Luys

Pompiers Amou

Connaissez-vous vos pompiers ? Vous les côtoyez dans votre vie de tous les jours, exerçant comme tout le monde leurs activités diverses mais toujours prêts à répondre à un appel d’urgence.

Au fil des années leur dévouement, leur courage et leur efficacité sont reconnus de tous et inspirent le respect. Même nos enfants rêvent de leurs camions rouges et de leur casque brillant. Ils sont un des pivots de la Sécurité Civile offrant une gamme de secours de diverses natures. Leur mission principale est de protéger les personnes, les biens et l’environnement en étant confrontés parfois à des épreuves difficiles demandant de leur part une certaine résistance physique et psychologique. Le risque, même calculé, fait partie intégrante de leurs conditions de travail. Ils savent observer et évaluer rapidement une situation. Tous nos pompiers cantonaux sont volontaires et dépendent des deux Centres de Secours du Canton à AMOU et POMAREZ. A titre d’information l’effectif des pompiers français est de 239 900. 51 200 sont professionnels, 198200 sont volontaires soit 79.50 %.

Pompiers Pomarez

Chef de Centre

Véhicules identiques dans chaque centre

Bilan de l’année 2011

Communes desservies

( 6

AMOU

POMAREZ

Thierry BEYLACQ

Alain GARBAY

- Fourgon Pompe Tonne Léger (F.P.T.L.) - Véhicule toute utilité (V.T.U.) - Camion Citerne contre les feux (C.C.F.) - Véhicule de Secours aux victimes (V.S.A.V.) - Véhicule Léger de Liaison 212 interventions

256 interventions

Amou, Bonnegarde, Marpas, Nassiet, Pomarez, Castelnau-Chalosse, Brassempouy, Gaujacq, Castaignos- Bastennes, Donzacq, Tilh, Clermont, Souslens, Beyries, Argelos, Ozourt, Ossages, Mouscardes Bassercles, Arsague


Le festival Chansons et Mots d’AMOU tiendra sa 1ère édition dans les arènes d’AMOU le 17 et 18 Août 2012. Trois spectacles sont programmés autour de 3 artistes chanteurs et comédiens ayant des racines locales. Le 17 août à 20h30, double concert d’Arbon et de Guillo (avec leurs formations respectives et la participation de l’harmonie de Pomarez). Le 18 août à 20h30, un spectacle musical de Pierre FESQUET et Marie Christine BARRAULT que l’on ne présente plus. La programmation artistique de ce festival se veut axée sur l’ouverture culturelle et pourra rassembler des univers musicaux aussi variés que le slam, la ballade ou le rock ainsi que des collaborations avec des orchestres régionaux et l’univers de Jazz. Pour son amour de la chanson française, Marie Christine BARRAULT a accepté de devenir la marraine de la 1ère édition du Festival Chansons et Mots d’AMOU ce qui est un gage de confiance dans la qualité de l’organisation. Pour permettre une participation la plus large possible, un ticket pass sera instauré d’un montant de 12 € facilitant l’accès aux trois spectacles. Marie Christine BARRAULT

L’Association Brassempouyaise s’est lancée cette année dans une réflexion sur la question de l’intégration des handicaps dans notre société. Forte de ses dix sept années d’expérience dans l’organisation de manifestations artistiques l’association désire mobiliser le village pour accueillir des rencontres musicales estivales, délibérément ouvertes à tous les horizons. La Communauté de Communes Coteaux et Vallées des Luys est partenaire du projet et met à disposition un lieu dédié à une résidence d’artistes.

Sylvain Dando Pare

Ainsi, du 7 au 21 juillet résiderons Solo Dja Kabaco, musicien mal voyant de Ouagadougou, Sylvain Dando Pare et quelques amis musiciens professionnels. Leur présence à Brassempouy sera l’occasion de faire naître de belles rencontres musicales avec des artistes régionaux et les pratiques musicales ancrées dans l’identité chalossaise (harmonies, bandas), ou des groupes aux diverses influences (flamenco, rock, chansons, jazz). Une scène ouverte sera, durant toute la période, prête à accueillir les sessions sous les platanes de la place de l’église, offrant au public de passage de savoureux impromptus. A cette occasion, pas de pass VIP, ni même de billetterie loin de l’idée que l’on se fait généralement d’un festival. Ici c’est la rencontre qui prime, l’échange, le partage dans la convivialité. Une équipe de tournage accompagnera ces rencontres pour saisir les instants, mis en scène par Bastien Sabarros, artiste vidéo spécialisé dans la captation musicale.

Solo Dja Kabaco

Venez nombreux.

( 7


Communauté de communes Coteaux et Vallées des Luys

Georges LACAVE

La commune de Castaignos est bordée au nord par le LUY de France et au sud par le LUY du Béarn : en fonction des événements les habitants de la commune étaient béarnais ou français et son territoire a servi de théâtre à des combats sanglants

Ses hautes positions dominent les alentours à des distances de vingt à quarante km : au sud, Orthez, sa gare et son hôpital ; à l’ouest Amou et Dax ; au nord Hagetmau, St-Sever, Mt-deMarsan et la grande Lande, à l’est le tuc de Castelner, les redoutes de Morlanne qui sont les clefs de la cité Paloise.

De gros efforts ont été faits pour rendre notre village agréable : l’enfouissement des réseaux, l’aménagement paysager des places de l’église et de la mairie grâce en partie au bénévolat. La mairie, la cantine et la cuisine sont neuves, la salle polyvalente peut accueillir jusqu’à 250 repas assis. La toiture du hall des sports a été désamiantée et 380 m2 de panneaux photovoltaïques ont été installés.

Cette situation géographique privilégiée met les habitants de Castaignos-Souslens à 15 minutes de l’hôpital et de la gare et 30 minutes de l’aéroport.

L’école accueille les CE2, CM1 et CM2 dans deux classes du RPI du Luy de France dont une classe numérique interactive avec 1 micro ordinateur pour 2 enfants et un écran géant, une salle pour l’art plastique et travaux manuels, la salle des sports à disposition des enseignants, un terrain de jeu en plein air :

En 1831 Castaignos et Souslens se sont mariés pour devenir une seule et même commune de 396 habitants au dernier recensement. Le village est situé de part et d’autre de la RD 933.Elle a servi aux troupes d’occupation de ligne de démarcation qui séparait la zone libre de la zone occupée. Ce coin de Chalosse, à la limite des Pyrénées-Atlantiques était un lieu stratégique privilégié pour les franchisseurs de la ligne et leurs passeurs autochtones, car il y avait de nombreux chemins débouchant sur les routes menant à Pau en zone libre et à Dax en zone occupée. La commune a vu naître des hommes éminents comme le contre-amiral CAZENAVE ; le mathématicien Victor DUCLA et son fils le poète Louis DUCLA. Village encore à vocation agricole avec une dizaine d’exploitations dont une en plein bourg, une entreprise agricole et la CUMA communale qui est devenue inter communale. Village dynamique puisqu’ à travers les services proposés par les artisans, les commerçants et entrepreneurs, la population

peut aller au dépôt vente d’habits, se restaurer, acheter son pain, sa pâtisserie, ses journaux tout en allant au point poste, s’équiper en informatique, réaliser des travaux de jardinage et paysager, des gros travaux de terrassement, busage, etc. nécessitant un tracto-pelle, de carrelage, de maçonnerie, de charpente, faire ou refaire les matelas, redonner une nouvelle vie aux fauteuils. Mais l’on peut aussi entretenir sa forme à la salle de musculation, suivre une thérapie par hypnose, shiatsu ou soin holistique et réflexologie plantaire.

Bienvenue à Castaignos-Souslens.

On peut également aller danser à la discothèque ou adhérer et participer aux activités d’une ou plusieurs des 7 associations communales qui proposent des loisirs divers allant de la chasse, aux voyages, aux sports, à la fête, la lecture, aux jeux de scrabble, de cartes.

* Prochain numéro : les communes


Située à 34 mètres d’altitude, le Luy de Béarn, le Luy de France et l’Oursau sont les principaux cours d’eau qui traversent la commune de Castel-Sarrazin. La superficie de la commune est de 1200 hectares. Les 515 habitants de Castel-Sarrazin s’appellent « les Sarrazins et les Sarrazines ». l’éperon rocheux d’une maison fortifiée et que sous les dalles sacrées, un souterrain menait à Gaujacq.

Le mot « Sarrazin » ne doit rien aux Maures, semble-t-il, mais rappellerait l’insurrection de Gaulois « Bagaudes » au IIIème siècle. Les gaves pyrénéens ont sculpté le relief de Castel-Sarrazin. Deux reliefs se détachent de la plaine inondable et marécageuse : - Le plateau du Biélé, terrasse alluvio-glaciaire aux sols limoneux et fertiles propices à l’agriculture ; - La butte témoin du « Bourcot » qui se présente comme un site défensif dominant la vallée du Luy de France, offrant de beaux panoramas sur la Chalosse et d’où s’érige l’antique chapelle avec son porche à nervures et son bénitier. A remarquer également les maisons archaïques alignées dans le Vieux-Bourg. Sans doute au Bourcot, exista une tour de guet, à l’époque médiévale. Les anciens racontent même que l’ancienne chapelle fut bâtie sur

Au milieu du XIXème siècle, le Bourcot affichait encore plus d’une trentaine de feux et quelques 215 habitants. D’ailleurs, sur les plans cadastraux de l’époque on discerne bien un parcellaire dense et des jardins en terrasse qui s’étageaient, tant du côté nord vers Gaujacq que du coté sud vers la plaine sarrazine. De tout temps à jamais, Castel s’offrit la rivalité de deux bourgs bien distincts, l’un côté plaine, l’autre côté colline. Le Bourcot épiait le Biélé du coin de l’œil et les jeunes, à défaut de pactiser n’hésitaient jamais à se bouder ou à se défier en coups de gueule, surtout dans les auberges du coin. Le Biélé et le Bourcot étaient à couteaux tirés ; mais au début du siècle dernier, le maire de l’époque réussit à réunir les deux bourgs et à faire taire les dissensions.

Philippe Novembre

ludiquement et de s’insérer dans notre société d’adultes. Pour cela et afin qu’ils puissent s’épanouir davantage nous allons agrandir l’école.

Les arènes couvertes Deuxième arène couverte de France, elle vaut bien une visite ne serait-ce que pour admirer l’enchevêtrement des pannes digne d’un ouvrage d’un Compagnon du Devoir.

L’activité économique Castel-Sarrazin compte une usine de palettes de manutention, une usine de moulures de bois, trois conserveries de foie gras et dérivés, 1 boulanger, un maçon, un peintre, une entreprise de terrassement, de curage de fossés et d’élagage. En conclusion, dans notre petite commune il y fait bon vivre et la municipalité œuvre pour que cela soit pérenne. Plus mon petit Luy que le mont Palatin et Plus que l’air marin la douceur sarrazine ! Philippe Novembre

La vie associative Sept associations rivalisent d’ingéniosité pour distraire les habitants à savoir ; ∙ Le Comité des fêtes - Présidente : Mme Mélanie LARTIGAU ∙ L’APE, « Association des Parents d’Elèves », Présidente Katia TONOLI ∙ Le club du 3ème âge « l’Amicale Sarrazine du Luyot », Président : M. Xavier TORRES

Nos tout petits Notre école maternelle, inaugurée en septembre 1999, a la lourde tâche d’inculquer à nos chérubins du RPI (Arsague, Bonnegarde, Castel-Sarrazin et Marpaps) le goût d’apprendre

∙ La chasse avec l’ACCA, Président M. Jean COURTIADE ∙ Le basket, avec « Cadets de Chalosse Castel-Gaujacq » 2 co-présidents : MM. Serge PERRIAT et Etienne LANNEGRAND ∙ Les « Amis de la chapelle Notre Dame du Basket », Président : Patrick DUCOURNEAU ∙ La .F.N.A.C.A. (les Anciens Combattants d’Algérie), Président : Jean DELAS.

(

de Gaujacq et Marpaps

9


Communauté de communes Coteaux et Vallées des Luys

2 classes de 4ème ( A et C) ont travaillé sur le thème du papier avec Mme Sabatier, M. Combot et Mme Delmas. L’idée est de les sensibiliser sur l’importance du papier dans notre vie quotidienne et sur la nécessité du recyclage dans une perspective de développement durable. Le premier temps a été consacré à l’inventaire du papier (les familles de papier), ce qui nous a conduit à constater l’omniprésence du papier dans notre vie quotidienne. Une association Ecocene (dispositif « Planète précieuse ») est intervenue, avec des activités de sensibilisation ludiques bien conçues, pour prendre conscience des dépenses énergétiques occasionnées lors d’un processus de production. Les gestes à accomplir au quotidien pour économiser l’énergie ont été abordés. Une visite au SIETOM de Chalosse « 24h chrono, la course contre les déchets » a permis aux élèves d’éprouver la nécessité du tri et du recyclage pour protéger notre environnement. Puis nous avons réfléchi sur une action plus locale, concernant l’usage du papier dans l’établissement. Une semaine a été consacrée à la collecte et à la pesée du papier au niveau de l’établissement : 20 kg récoltés, ce qui correspondrait à une tonne par an. Forts de ces arguments, les élèves ont rédigé des lettres motivées de demande d’un container papier. Nous avons reçu une réponse positive. M. Lacouture, responsable communication du SIETOM, nous a rencontrés pour préciser les modalités de collecte du papier.

Un conteneur au collège d’Amou Le recyclage du papier est un enjeu mondial et d’actualité ! Au collège d’Amou nous avons décidé de recycler le papier que nous consommons... nous avons écrit plusieurs lettres à la présidente du SIETOM, Mme Odile Lafitte pour lui demander un conteneur... Dans chaque classe, un carton décoré est mis en place pour le papier qui sera récolté et déposé au conteneur dehors dans l’enceinte du collège. Il sera exclusivement réservé aux feuilles de papier, cahiers usagés, cartonnettes, pas de papier de bonbon ou de papier gras, c’est la seule restriction. Un engagement citoyen qu’il va falloir tenir, si on veut rentabiliser notre container et assurer sa pérennité. Adrien Ducournau - Bastien Vincent

Pari tenu Si vous vous préoccupez de l’environnement cet article est fait pour vous. En effet, il y a 2 mois nous avons décidé de nous investir dans un projet abandonné depuis longtemps : faire l’acquisition d’un conteneur à papier dans le but de devenir un collège plus écologique et respectueux pour l’environnement. Après de multiples démarches et études sur ce sujet, nous avons demandé, avec l’appui de plusieurs professeurs, à la présidente du Sietom de Chalosse qu’elle approuve la mise en place du conteneur dans notre collège . Nous avons reçu la réponse qui nous satisfait pleinement car elle est positive. Comme quoi un combat pris en cours de route

n’est pas impossible à réaliser surtout avec une volonté comme la nôtre . Boileau Anthony - Lassègue Florent Dans l’attente d’un container Grâce au conteneur nous allons économiser 3,5 tonnes de bois car en recyclant le papier on économise de la matière première. Le conteneur que nous avons décidé de demander au SIETOM de Chalosse est un conteneur uniquement pour le papier. (tout type de papier sauf papier gras et sale). Incitons les élèves et même tous les citoyens à recycler le papier, ce qui est indispensable pour la préservation de notre environnement. Dessa Mathilde - Ruiz Morgane

Le collège Amou se mobilise 20 kg de papier en 1 semaine ! C’est énorme !! Quel gâchis !!! Nous trouvons que le papier devrait être recyclé davantage. Pour cela nous avons fait une bonne action. Nous avons demandé un conteneur au SIETOM pour recycler le papier et nous espérons que cette action va faire tâche d’huile dans notre collège : objectif que tous les élèves et le personnel d’éducation suivent le mouvement. En effet les bonnes actions sont souvent initiées par les enfants, mais le succès du conteneur ne sera garanti que si chacun s’implique dans cette collecte. Donc nous espérons que chacun nous aide dans notre démarche qui n’a qu’un but ; protéger notre environnement ! Maxime Dussau - David Graziani Le Saviez-vous ? Tous les papiers ne peuvent être mis dans un conteneur papier : les papiers sales (ex : les mouchoirs usagés…) et les papiers gras (ex : les papiers de bonbons…) ne doivent pas y être jetés. Tous les autres papiers, pas de problème ! Devoucoux Maxime -Gaillacq Guillaume

Photo des cartons décorés récupérateurs de papier dans les classes (faits avec leur professeur d’arts plastiques). Le professeur de techno se charge plus spécialement de la partie informatique : site sur le thème du papier et vidéo publicitaire pour promouvoir le tri et le recyclage. Quelques élèves se sont lancés dans l’écriture journalistique, et ont rédigé des articles au CDI, pendant la semaine de la presse et des médias.

10


Site dédié au mariage

toutes les

s sur

information

com

s-chalosse.

age-lande

Création graphique : agence Esens 0612958792 ©photos les Agités du pixels, Anne Lanta/PACT. L’abus d’alcool est dangereux pour la santé.

Retrouvez

www.mari

S

L’Office de Tourisme des Luys a créé un site internet dédié aux mariages, pour er ri a supporter les 2 châteaux d’Amou et m Se en Gaujacq qui reçoivent chaque année des marier sse lo a Se h mariages dans leur lieu prestigieux. C en Landes (Organisation, hébergement, commerces, Chalosse cadeaux originaux à offrir). Avant tout, ce site est un moyen de Sandrine et Chrystel sont à votre écoute promotion pour faire découvrir Landes au Chalosse et inciter les invités à séjourner plus longtemps sur notre territoire. www.mariage-landes-chalosse.com.

AIDES éCONOMIQUES AUX ENTREPRISES (Extrait)

Landes

05 58 89 02 25.

Dépliant pour les familles

Avec la collaboration de 6 autres offices de tourisme de Landes Chalosse, ce dépliant « nouvelle formule » propose un choix plus large de visites et d’animations pour petits et grands. Chez chaque prestataire, les enfants réclament les autocollants des Abeilles Chalossaises et agrandissent leur magnifique collection. Venez cherchez le dépliant.

3 Marchés des Producteurs de Pays

Notez dès à présent nos 3 rendez-vous festifs et gourmands de l’été ; - place des arènes d’Amou : jeudis 19 juillet et 02 Août - dans les arènes couvertes de Pomarez : le samedi 22 septembre Toute l’actualité sur www.amoutourisme.com

Les animaux trouvés, sur le territoire de la communauté, en état d’errance ou de divagation, peuvent être amenés à la fourrière communautaire pendant les heures d’ouverture, après accord de votre mairie. Conformément à l’article R 211-24 du Code Rural, les communes sont tenues de disposer des services d’une fourrière sur le territoire ou de faire appel aux services d’une fourrière basée sur un autre territoire. La Communauté de Communes par délibération en date du 15 décembre 2011, a donc décidé de prendre pour le compte des communes, la compétence création et gestion d’une fourrière, ainsi que de déléguer la gestion de la structure à un cabinet vétérinaire basé sur le canton. Dans toutes les mairies du canton sont affichées les coordonnées des services de fourrière, les modalités de prise en charge et de restitution ou d’euthanasie, permettant d’organiser le ramassage des animaux errants sur la voie publique et de les conduire chez un vétérinaire adhérant au contrat. A l’issue d’un délai franc de garde de 8 jours (article L211-25 et L211-26 du Code Rural) si l’animal n’est pas réclamé par son propriétaire ou si ce dernier n’a pu être identifié malgré les recherches, l’animal sera considéré comme abandonné. Le président pourra alors après avis du vétérinaire céder l’animal à titre gratuit à des fondations ou associations de protection des animaux ou le faire euthanasier.

( 11

QUI PEUT EN BéNéFICIER ? Les entreprises doivent répondre aux critères suivants : - Siège social basé sur le territoire de la communauté de communes - Elles doivent compter moins de 50 salariés - Elles doivent être inscrites à la Chambre des Métiers et de l’Artisanat et/ou à la Chambre du Commerce et de l’Industrie QUELLES AIDES Deux aides cumulables : aides à l’investissement - Pour l’acquisition de terrain bâti - Pour la construction de bâtiment(s) neuf(s) - Pour la réalisation de travaux de réhabilitation et de mise aux normes des bâtiments liés à l’activité. Le montant de cette aide est égal à un pourcentage du montant de l’investissement soit : - 10 % de l’investissement pour les entreprises de moins de 5 salariés - 12,5 % pour celles qui ont de 5 à 10 salariés - 15 % pour les entreprises de plus de 10 salariés Le montant de l’aide est plafonné à 10 000 € par dossier et doit s’inscrire dans une enveloppe annuelle de 50 000 €. CONDITIONS D’ATTRIBUTION Pour bénéficier des aides, les entreprises doivent remplir une des conditions suivantes : - Création d’activité avec création d’emploi(s) en contrat CDI - Extension d’activité avec création d’emploi(s) en CDI - Reprise d’activité avec maintien des emplois en CDI


Communauté de communes Coteaux et Vallées des Luys

Entretien avec 2 mousquetaires Merci Messieurs de bien vouloir raconter aux lecteurs de Reflets des Luys cette merveilleuse aventure de la coupe de France 1953. 1) Quels sont vos souvenirs de vos débuts dans le Basket ? Nous avons commencé en Cadets. Nous étions tous des Gaujacquois et nous avons traversé les saisons unis et toujours fidèles à notre club. Encore aujourd’hui nous sommes toujours les premiers supporters des Cadets de Chalosse. 2) Vous souvenez vous de votre premier entraineur ou dirigeant qui vous a donné l’envie de jouer au basket ? Jusqu’au niveau d’excellence nationale, nous n’avions jamais eu d’entraineur. René Carrère était à la fois le capitaine, l’entraîneur et le manager général ; M. Maurincomme était le Président ; MM. Charles Rohfritch et Adrien

Ducamp les vices présidents. Le dirigeant qui nous a certainement porté était notre secrétaire, l’instituteur du village, M. Henri Lonné. C’était lui qui assurait la partie administrative au niveau du comité, la logistique (équipement, maillots, ballon), et était aussi notre accompagnateur. Lui et Charles Rohfritch possédaient une voiture et c’était suffisant pour faire les longs déplacements car nous n’étions que 8 joueurs. A la suite du 1/4 de finale à Mont-de-Marsan, M. Jaunay, entraîneur de l’équipe de France venait à l’intersaison avec trois internationaux dont Jean Luent. Cette expérience a duré deux ans. Nous profitions des bons conseils de M. Jaunay car il avait une autre conception du jeu, il nous a certainement aidés à développer notre basket. Nous avons essayé de nous en inspirer, mais très vite notre méthode revenait, à savoir, la défense et la rapidité de la contreattaque.

12

3) Jusqu’à quel niveau avez-vous évolué ? Du niveau départemental dans les années 47, 48, 49, nous sommes montés assez rapidement jusqu’en Excellence Nationale en 53, 54. Il n’y avait alors que trois divisions ; Nationale, Honneur, Excellence et 1ère catégorie qui correspondait à l’élite. Lors de notre saison en coupe de France, nous évoluions en Honneur depuis 1950. 4) Racontez nous les conditions dans lesquelles vous évoluiez ; terrain, déplacements, entraînements ?... Nous avons commencé sur le terrain de la place de course en terre battue. Les frères Carrere qui travaillaient à la boulangerie, s’entrainaient tous les après midis. Les autres venaient le jeudi et samedi une heure avant la nuit, les travaux dans les fermes ne leur permettaient pas de s’entraîner plus souvent. Cependant l’équipe était toujours au complet le dimanche pour les matchs. Afin de pouvoir pratiquer les entraînements en nocturne, les frères Carrere avaient eu l’idée d’installer un éclairage artisanal, d’interrupteurs et d’ampoules récupérées dans les familles et branché au préau des écoles. Ce système de qualité moyenne ne donnait pas satisfaction en période de pluie car l’étanchéité des raccordements n’était pas optimale. Grâce à cette révolution technologique, les entraînements étaient plus soutenus, et nous considérons que c’était le début de l’épopée qui nous a menée jusqu’aux Arènes du Plumaçon. Pour les douches, une pompe montait l’eau d’un puits et nous pouvions ainsi nous rafraichir. Autre révolution toujours issue du génie de René Carrere, un récipient était placé au dessus du four à pain pour réchauffer l’eau. La première douche chaude sportive en Chalosse a certainement vu le jour chez nous à Gaujacq. Par la suite, nous avons joué sur le nouveau terrain bitumé situé sur l’actuel hall des sports. Les déplacements de proximité se faisaient à bicyclette, nous étions en forme à l’arrivée, mais moins sur le chemin du retour. Autre détail, dans notre petit sac de sport se trouvait au fond le casse-croûte (bien souvent une cuisse de canard), au milieu les vêtements et en haut les sandales. Le club quant à lui, a été fondé en 1928 sous l’impulsion de Félix Concaret qui a laissé son nom à l’entrée de la salle.


des cadets de Chalosse 1953,

Yves Merville et René Carrère 5) Pouvez vous nous rappeler les éléments qui constituaient l’équipe et leur poste sur le terrain ? Par rapport à la photo du groupe et suivant leur numéro,

nº7 Yves Merville (arrière, défenseur, relanceur), 6 Robert Petit (arrière remplaçant), nº10 Bernard Capdeville (ailier finisseur), Nº5 Roger Carrère (intérieur), nº4 André Lacoste (centre), nº3 André Carrère (meneur de jeu, dynamiteur), nº9 René Carrère (ailier, shooteur, capitaine), nº8 André Dubout (ailier), et enfin M. Henri Lonné, secrétaire et cheville ouvrière du club. 6) Racontez nous cette belle épopée jusqu’en demi finale de la coupe de France à Paris ? Nous étions exempts au 1er tour, puis notre belle série débute à Bordeaux, où nous avons battu les jeunes de St Augustin 50 à 33. Ensuite toujours à Bordeaux, nous éliminons tour à tour, le CA Béglais 61 à 46, le SA Bordelais 58 à 47, et l’US Chatelaillon 53 à 30. En 32ème de finale, sur notre terrain, nous battons Gaillac 62 à 45, puis toujours à Gaujacq et devant 4000 personnes, sur le terrain boueux de nos arènes, nous éliminons le PUC en 16ème de finale. Pour les 8ème, nous retournons à Bordeaux, où nous étions opposés à Championnet que nous battons de justesse 65 à 62. Vint enfin ce grand jour inoubliable, la fédération de basket a fixé le quart de finale le dimanche 15 mars dans les arènes de Mont de Marsan. La grande équipe du Stade Français arrivait à la préfecture en conquérant. C’était un jour de folie, les arènes d’une capacité de 8000 personnes accueillaient pour l’occasion 10 000 spectateurs. La billetterie a dû vendre les souches des billets d’entrée pour le public acquit à notre cause. La victoire ne pouvait nous échapper. La coupe de France, donnait l’occasion a une équipe modeste de s’illustrer, et Gaujacq remportait le match sur le score de 61 à 54. Le dynamisme, la vitalité, la vitesse de nos contre attaques, ont eu raison des schémas tactiques parisiens. Le coup de

sifflet final fut salué par une énorme ovation, et Madame Concaret veuve de Félix Concaret fondateur des Cadets de Chalosse et mort en déportation, venait féliciter ses petits qu’elle a tous connus sur les bancs de l’école communale. Enfin dernière marche avant la finale que nous ne franchirons pas. A Paris en 1/2 finale, la redoutable équipe de Villeurbanne nous éliminait 79 à 47, mettant ainsi fin à notre formidable aventure. 7) Avez-vous remporté d’autres titres majeurs ? Oui, la Coupe des Landes huit fois consécutives. Le trophée Félix Concaret nous a d’ailleurs été remis définitivement. Il trône dans la vitrine du club. Le comité a créé une nouvelle coupe à laquelle nous ne participions plus. Nous avons également remporté la coupe de France UFOLEP à Orléans face à Boucaille de Boulogne (nationale), plusieurs titres de champions des Landes et différentes accessions aux niveaux supérieurs. 8) Que pensez vous du basket actuel, et continuez vous à suivre les cadets de Chalosse ? Maintenant c’est très différent de notre époque, il y a eu une évolution, la manière de pratiquer n’est plus la même. Nous jouions avec instinct, inspiration, et improvisions certaines phases de jeu ; nous étions libres. Aujourd’hui, c’est beaucoup plus élaboré, calculé, analysé. Le jeu a changé, mais l’envie de gagner reste la même, du moins chez nous à Gaujacq. Les vertus de notre équipe, défense, rapidité contre attaque sont toujours d’actualité au sein de notre club. Nous sommes devenus de fidèles supporters, nous faisons tous les déplacements en bus, et ça nous plait. Nous échangeons avec les jeunes, ils nous appellent affectueusement « les tamalous », et peut être et en toute modestie que notre présence leur apporte une motivation supplémentaire. C’est quand même fatiguant, nous vivons les matches à fond, et nous y laissons beaucoup d’influx. Quoi qu’il en soit, toute la famille des Cadets de Chalosse, toutes générations confondues, se retrouve chaque année à Pâques pour le traditionnel repas du Basket. 9) Comment se passe les retrouvailles avec les adversaires de l’époque ? Yves Merville : Lors d’un déplacement, j’ai retrouvé un joueur de Villeurbanne contre qui nous avions joué en 1/2 finale. J’étais heureux de pouvoir remémorer cette rencontre, et visiblement c’était un plaisir partagé. Une autre

( 13

fois à Amou, un touriste de passage, disait avoir joué une équipe du coin « les Cadets ». Le hasard fit que je me trouvais sur les lieux, et j’ai reconnu ce joueur de ADC de Nantes. Par la suite le père Monclar de passage dans les Landes est venu nous rendre visite à Gaujacq. C’est certain, des liens se sont tissés et toujours avec respect nous avons plaisir à rencontrer d’anciens adversaires devenus pour certains des amis. 10) Cette notoriété qui vous suit depuis plus de soixante ans, vous a-t-elle aidée ? Oui bien sûr, par la reconnaissance. Encore aujourd’hui, nous ressentons envers nous un certain respect. Ce 15 mars 1953 a certainement transformé nos vies. Tout en restant modestes, nous savons que l’on parle encore de nous aujourd’hui. L’année dernière, on nous a fait l’honneur de donner le coup d’envoi de la finale de la Coupe des Landes à Pomarez. Cela nous a fait chaud au cœur. De cette équipe est née une profonde amitié. Certains nous ont quittés, mais bien souvent nous pensons à eux. Des liens très forts nous unissent car ce que nous avons vécu est exceptionnel. Aujourd’hui , nous essayons de transmettre aux jeunes ce sentiment qu’est l’amitié. Nous en sommes convaincus, au-delà de nos différences, le sport a cette vertu de rassembler et de fidéliser des amis malgré le temps qui passe. Merci Messieurs, pour ce retour sur votre passé glorieux, et continuez aussi longtemps que vous le pourrez d’encourager les rouges et blancs de Gaujacq. Patrick Hourtin PS ; Les deux mousquetaires m’ont confié que lorsqu’ils jouaient contre des équipes d’autres régions, ils ne s’exprimaient qu’en patois chalossais afin d’éviter toute compréhension sur les intentions de jeu. Ceci a valu à Yves Merville une réflexion d’un joueur du PUC, lui demandant pourquoi il ne parlait pas en français. Ce à quoi notre solide gaillard répondit : « nous aussi, nous avons une université à Gaujacq ».


Communauté de communes Coteaux et Vallées des Luys

www.sietomdechalosse.fr

ZOOM sur les déchets

« un pôle de traitement qui répond aux enjeux environnementaux »

La nouvelle usine est en service La nouvelle usine est en service. L’habillage des conteneurs à l’étude. La nouvelle usine de traitement du SIETOM traite aujourd’hui 17 000 tonnes de déchets par an que déposent 75 000 usagers. Cette installation possède un tube de préfermentation dans lequel les ordures ménagères séjournent 72 heures. Ce procédé permet d’extraire la matière organique et de la valoriser en compost de qualité normé. Des aimants vont ensuite capter les matières ferreuses alors que le reste des déchets sera enfoui dans un centre de stockage. Le choix d’une telle unité a été fait dans l’esprit du développement durable comme le souligne madame Odile Lafitte, Présidente du SIETOM : « nous avons souhaité un pôle de traitement qui répond à la fois aux enjeux environnementaux d’aujourd’hui et de demain, et qui s’intègre harmonieusement dans le paysage ». Après quelques mois de mise en service, il s’avère que le résultat attendu correspond aux attentes avec d’une part la production d’un compost de qualité et, d’autre part, une diminution de la quantité de refus mis en décharge.

Le tri des textiles Depuis 2010, le SIETOM de Chalosse collecte les textiles sur l’ensemble de son territoire pour réduire le volume de vêtements jetés à la poubelle et pouvoir les valoriser. Un partenariat a été signé avec l’éco organisme Ecoval et 90% des textiles sont ainsi réutilisés ou recyclés.

Sur le canton d’Amou, 3 conteneurs sont à votre disposition : - Amou : point tri du tennis - Pomarez : parking de Carrefour - Castaignos : salle des sports.

Sont acceptés : • Les vêtements hommes, femmes et enfants, • le linge de maison • le linge d’ameublement, • les chaussures, • les sacs, • les petits jouets • les peluches.

Sont refusés : • les textiles mouillés • les textiles déchiquetés • les matelas, • les moquettes, • les toiles cirées, • les chaussures trouées, • les chiffons usagés, • les chutes de tissus.

( 14

L’habillage des conteneurs à l’étude La communauté de communes coteaux et vallée des luys a mandaté le Conseil d’Architecture d’Urbanisme et de l’Environnement (CAUE) des Landes pour réfléchir à une intégration paysagère des conteneurs sur l’ensemble du territoire communautaire. Ce projet a pour objet de réaliser des aménagements sur l’ensemble des emplacements de la communauté, afin d’améliorer l’aspect paysager et la sécurité des usagers et des agents chargés de la collecte. Une première réunion de travail a permis aux élus de définir les premiers axes de travail et de prendre connaissance de travaux similaires réalisés sur d’autres territoires. De nouvel-les réunions seront organisées pour finaliser le projet et définir le plan d’action à conduire. En parallèle, une réflexion est menée sur la conteneurisation des centres bourgs de quelques communes du canton.


Nos Champions 2011 Maxime DESSA (Castaignos-Souslens) Vice-champion de France des jeunes écarteurs 2011.

Alexandre DUTHIEN (Castaignos-Souslens) en 2009 vice champion de france et en 2010 champion de france des jeunes écarteurs en 2011 Champion de France des jeunes écarteurs

Mathieu LABADIE (Nassiet) Champion de France de Rugby : 1ère Série Côte Basque-Landes 2011

Bernard Capbarat licencié à la société de quilles de neuf de Castelnau-Chalosse est devenu Champion de France 2011 en 1ère catégorie dans les arènes d’Arzacq

Kayak Amou Stéphanie Kazmarek : Championne d’Europe, championne de France de vitesse sur 500 et 1500 m, Karine Iraudegui : Championne d’Europe, championne de France de vitesse sur 500 m et 1500 m. Sélectionnée en équipe d’Europe pour participer à la HAWAIKI NUI, la plus grande course du monde et Héloïse Simon : Championne de France de vitesse sur 500 et 1500 m. Avec Jean-Jacques Darmaillacq, Maire d’Amou.

Didier THEUX (Pomarez) 5 fois Champion du Monde d’Haltérophilie en développé-couché

Agenda des fêtes 2012 Mai 11 au 13 Juin 16 au 20 Juin 15 au16 Juin 29 au 1er juil. Juillet 6 au 8 Juillet 6 au 8 Juillet 13 au 17 Juillet 20 au 23

ARGELOS BRASSEMPOUY CASTAIGNOS-Souslens ARSAGUE BONNEGARDE DONZACQ AMOU CASTELNAU

( 15

Août 3 au 6 & 12 au 15 POMAREZ Août 15 BASSERCLES Août 16 au 19 GAUJACQ Août 24 au 27 BASTENNES Août 31 au 2 Sept. CASTEL-Sarrazin Novembre 11 BASSERCLES


Conception & impression

Copytel MdM - Juin 2012

Profile for ALPI

Reflets des Luys n°8  

Le magazine de la Communauté de Communes des Coteaux et Vallées des Luys

Reflets des Luys n°8  

Le magazine de la Communauté de Communes des Coteaux et Vallées des Luys

Advertisement