Issuu on Google+

2011

PUBLICATIONS MAIL AGREEMENT #40934510

L’activité relative aux métaux des terres rares rehausse la réputation minière du Québec Goldcorp signe un accord de collaboration innovateur

Rare Earth Element activity adds to Quebec Goldcorp signs ground-breaking collaboration agreement


Économisez des millions en coûts d’énergie

Gestion de l’énergi l’énergie ie Ŷ Ŷ Ŷ

Ventilattion sur deman Ventilation demande de Égouttage Égoutta age mécanique Compresseurs Compre esseurs

www.NRG1-ECO.com


Publié par/Published by DEL Communications Inc. Suite 300, 6 Roslyn Road Winnipeg, Manitoba R3L 0G5 Toll Free: 1.866.831.4744 Président et chef de la direction/ President and CEO ~ David Langstaff

Dans cette édition / In this issue

Éditrice/Publisher ~ Jason Stefanik Rédactrice/Editor ~ Shayna Wiwierski

Le présent garant de l’avenir : Le Québec – Un territoire de choix pour l’industrie minière Today’s bright future: Quebec – Ideal mining territory

Collaborateurs/Contributing Writers ~ Daniel Dale Pierre-Christian Labeau Sandro Lombardi Leonard Melman Jordan Thompson Ventes publicitaires/Advertising Sales ~ Ross James Dayna Oulion Mic Paterson Services de production / Production services provided by ~ S.G. Bennett Marketing Services www.sgbennett.com Mise en page et illustrations / Layout and Design ~ Kathy Cable Dana Jensen Conception graphique / Advertising Art ~ Julie Weaver

Progrès accrus dans la zone d’intérêt du lithium de la région de la baie James (Québec) Progress accelerating in Quebec’s James Bay Lithium Area Play L’activité relative aux métaux des terres rares rehausse la réputation minière du Québec Rare Earth Element activity adds to Quebec’s mining reputation Signé, scellé et célèbre : Un partenariat unique est maintenant officiellement établi Signed, sealed, and celebrated : A first-of-its-kind partnership is now officially forged Abitibi Géophysique : Entretien avec les éditeurs de la Revue minière du Québec Abitibi Geophysics: An interview with the editors of the Quebec Mining Review Permettre aux mines d’économiser des millions en coûts d’énergie Saving mines millions in energy costs Exploration Nemaska inc. – Bien positionnée dans le marché mondial émergent du lithium Quebec’s Nemaska well-positioned in the emerging global lithium market Faire mouche : Eastmain Resources Inc. On mark: Eastmain Resources Inc.

Traducteurs/Translators ~ Translacom

Découvertes hors des sentiers battus

©Copyright 2011. DEL Communications Inc. Tous droits réservés. Le contenu de cette publication ne peut être reproduit, en tout ou en partie, de quelque façon que ce soit, sans la permission écrite de l’éditeur.

L’une des grandes merveilles du monde – La faille Cadillac-Larder Lake

©Copyright 2011. DEL Communications Inc. All rights reserved. The contents of this publication may not be reproduced by any means, in whole or in part, without the prior written consent of the publisher.

Digging around for a good supply partner? Future Buildings in a gem!

Finding gold off the beaten path The great gold wonder – The Cadillac-Larder Break: Queenston Mining Inc. Êtes-vous à la recherche d’un fournisseur de choix? Bâtiments Futur est là pour vous combler!

Publications mail agreement #40934510 Return undeliverable Canadian addresses to: DEL Communications Inc. Suite 300, 6 Roslyn Road Winnipeg, Manitoba R3L 0G5 Email: david@delcommunications.com IMPRIMÉ AU CANADA | NOVEMBRE 2011 PRINTED IN CANADA | NOVEMBER 2011

DEL

Communications Inc.

32 36 38 39 40 41 42 43

The Plan Nord: Issues and opportunities for the mining industry

44 46 48 50 52 54 56 58 60 64 62 63

Le Système SIAMnetMC de Cattron Group InternationalMC fournit la communication vocale et les données souterraines

65

Coup de bélier The dangers of water hammer Vulcan – Conçue pour aller en profondeur

While every effort has been made to ensure the accuracy of the information contained in and the reliability of the source, the publisher in no way guarantees nor warrants the information and is not responsible for errors, omissions or statements made by advertisers. Opinions and recommendations made by contributors or advertisers are not necessarily those of the publisher, its directors, officers or employees.

6 8 10 11 12 13 14 18 22 24 26 28

Vulcan – Engineering to go deeper Les Encans Ritchie Bros. — Les experts de l’équipement minier Ritchie Bros. Auctioneers – The mining equipment experts Approvisionner le Nord Supplying the North Le Plan Nord : Enjeux et occasions pour l’industrie minière

Cattron Group International’s™ SIAMnet™ System provides underground data and voice communication Indexe des annonceurs / Index to advertisers

66 66 Quebec Mining Review 2011

5


Le présent garant de l’avenir Le Québec – Un territoire de choix pour l’industrie minière Le Québec est reconnu, par l’industrie minière internationale, comme l’un des endroits les plus attirants au monde pour effectuer des investissements dans le secteur minier. L’enquête annuelle, menée par l’Institut Fraser, en témoigne : le Québec se classe dans le peloton de tête depuis 2001, ayant même occupé le premier rang trois années consécutives, jusqu’à 2010. Le Québec se classe également parmi les chefs de file sur le plan économique et se positionne avantageusement parmi les états les plus industrialisés, répertoriés par l'Organisation de coopération et de développement économique. Plusieurs facteurs contribuent à la réputation du Québec. Tout d’abord, la province offre un potentiel minéral exceptionnel, l’une des meilleures banques de données géoscientifiques au monde et une main-d’œuvre qualifiée et hautement compétente. Sa stabilité politique, un encadrement légal et fiscal fiable ainsi que des incitatifs à l’exploration et au développement minier exercent également un attrait certain. Le Québec est reconnu comme étant un endroit où les risques liés à l’exploration et à l’exploitation minières sont minimes.

DES RESSOURCES MINÉRALES VARIÉES, DES INVESTISSEMENTS ACCRUS EN EXPLORATION Le Québec est un important producteur de fer, de zinc, de nickel, de niobium et d’or. On y exploite également du cuivre, du cobalt, du platine, du palladium et des minéraux industriels, comme le chrysotile, l’ilmélite, le mica et le sel. À cela pourraient bientôt s’ajouter le lithium, l’uranium et le diamant. D’ailleurs, une première mine de diamant devrait bientôt voir le jour dans les monts Otish, dans la région de la baie James, grâce notamment au développement d’infrastructures de transport annoncé par le gouvernement du Québec, dans le cadre du Plan Nord. Depuis les dix dernières années, les investissements en exploration minière se sont considérablement accrus au Québec à l’excepÉVOLUTION DES DÉPENSES EN EXPLORATION (VOIR À LA FIN)

p : Données préliminaires i : Intentions de dépenses Source des données : Institut de la statistique du Québec.

6 Revue minière du Québec

tion de l’année 2009, année de ralentissement économique. En 2010, les intentions révisées de dépenses pour les activités d’exploration et de mise en valeur étaient de nouveau en hausse et atteignaient 576 M$, en raison de la reprise de la demande de produits miniers et de la hausse des prix. Au 31 décembre 2010, le nombre de titres miniers actifs s’établissait à 228 564, soit une hausse de 13 % par rapport à pareille date l’année précédente. Malgré cette recrudescence des activités d’exploration et cette hausse impressionnante des investissements, le potentiel des ressources minérales du Québec est loin d’être entièrement connu. Plus des deux tiers du territoire ont été très peu ou pas explorés! Avec l’adoption de la Stratégie minérale du Québec en 2009, l’avènement d’un nouveau plan de développement du Nord québécois, en mai 2011, le Plan Nord, et le dépôt d’un nouveau projet de loi le printemps dernier, le gouvernement du Québec souhaite donner un nouvel élan à l’industrie minière. Il prend d’ailleurs les moyens pour y arriver. Plus que jamais, le Québec est une terre d’avenir pour le développement minier!


LA STRATÉGIE MINÉRALE DU QUÉBEC : POUR PRÉPARER L’AVENIR En juin 2009, le gouvernement se donnait la première stratégie minérale du Québec! Celle-ci vise à mettre en valeur le territoire, en accord avec les principes du développement durable. Elle s'inscrit dans une vision globale de développement harmonieux de l’économie du Québec, laquelle associe la création de richesse au progrès social et à la protection de l'environnement. La liste des mesures mises en place ou en voie de l’être pour concrétiser la vision que s’est donnée le Québec de son avenir minier est longue. En voici quelques exemples : programme ambitieux d’acquisition de connaissances géoscientifiques pour stimuler l’exploration, mise en place de nouvelles infrastructures pour faciliter l’accès au territoire, soutien au développement de l’activité minière associée au diamant, appui à la mise en place d’un réseau pour l’innovation, programme d’accompagnement des entreprises, création de l’Institut national des mines, mise sur pied du Fonds du patrimoine minier, restauration des sites miniers abandonnés, projet de loi modifiant la Loi sur les mines...

UN PROJET DE LOI INNOVATEUR Comme prévu dans la stratégie minérale, le ministère des Ressources naturelles et de la Faune a présenté, en mai 2011, un projet de loi pour moderniser la Loi sur les mines existante. Il s’agit du projet de loi no 14, intitulé Loi sur la mise en valeur des ressources minérales dans le respect des principes du développement durable. Ce projet a pour but de moderniser la loi afin de mieux refléter l’ensemble des préoccupations des compagnies minières, des partenaires, des acteurs régionaux, des groupes environnementaux, des ministères, des associations et des citoyens du Québec. Ce projet annonce un virage majeur. Il s’articule autour des trois axes de développement durable et a pour but de mieux intégrer les projets miniers dans leur milieu, en insistant notamment sur l’acceptabilité sociale, et d’optimiser le potentiel minéral des régions. Les voici : - concilier les différents usages du territoire; - stimuler les travaux d’exploration sur les titres miniers; - garantir les coûts de restauration des sites miniers. S'il est adopté, le projet de loi deviendra la pierre d'assise d'un modèle de développement minier innovateur.

UN IMMENSE POTENTIEL À LA PORTÉE DES INVESTISSEURS La qualité, la pertinence et l’accessibilité des données géoscientifiques du Québec ont acquis une réputation enviable dans le monde. Le site Internet du ministère des Ressources naturelles et de la Faune met d’ailleurs ces données à la disposition de tous. On y trouve également des outils pour acquérir et gérer des titres miniers. Grâce au système d’information géominière SIGEOM, il est possible de consulter une foule de données géoscientifiques totalement numérisées et géoréférencées. Ces données sont le fruit des travaux de Géologie Québec, des travaux d’exploration des compagnies minières et d’études universitaires, par exemple :

• des données géoscientifiques (géochimie, géochronologie, gîtologie, affleurement, forages, etc.); • des produits du fonds documentaire minier qui répertorie tous les rapports et toutes les cartes géologiques, géochimiques ou géophysiques visualisables gratuitement au moyen d’un système d’imagerie convivial; Par l’intermédiaire de GESTIM, une application Web, il est possible de consulter les titres miniers et de visualiser leur présentation cartographique sur l’ensemble du territoire. Offerte également en anglais, GESTIM permet à la clientèle d’effectuer des transactions financières en faisant l’acquisition ou le renouvellement d’un titre minier. Consultez SIGEOM et GESTIM sur la page Web suivante : www.mrnf.gouv.qc.ca/produits-services/mines.jsp

UN SERVICE D’ACCOMPAGNEMENT POUR DE NOUVEAUX PROJETS MINIERS Le ministère des Ressources naturelles et de la Faune offre aux promoteurs de projets miniers un service d’accompagnement personnalisé. Un chargé de projet est désigné pour jouer le rôle d’accompagnateur. Son but est de faciliter le déroulement du processus de développement du projet minier dans le respect des lois et règlements, directives et normes. Il guide le promoteur à travers les diverses étapes légales, juridiques et réglementaires. Il est en quelque sorte le guichet unique de l’entreprise minière pour toutes les questions touchant le développement de son projet.

EXPLOREZ LE QUÉBEC : PARTICIPEZ À QUÉBEC EXPLORATION Chaque année, le ministère des Ressources naturelles et de la Faune, en collaboration avec l’Association de l’exploration minière du Québec, tient un congrès de grande envergure auquel sont conviés les acteurs de l’exploration minière du monde entier. Reconnu pour sa programmation, ses expositions géoscientifiques et commerciales, ainsi que sa journée porte ouvertes, ce congrès connaît toujours un grand succès. Plus de 2 000 participants s’y donnent rendez-vous! Québec Exploration est le lieu et l’occasion pour faire le plein des plus récentes avancées technologiques, des meilleures pratiques et des nouvelles connaissances sur le potentiel minéral du Québec. Pour participer à l’édition 2011 de Québec Exploration ou pour obtenir davantage d’information, consultez le site Web www.quebecexploration.qc.ca. ◘ Quebec Mining Review 2011

7


Today’s bright future Québec – ideal mining territory Québec is recognized in the international mining industry as one of the most attractive places in the world to invest in the mining sector. As the Fraser Institute’s annual survey attests, Québec has been ahead of the pack since 2001, and even held the first position for three years in a row, until 2009-2010. Québec is also an economic leader and enjoys a stable position among the Organisation for Economic Co-operation and Development’s (OECD) most industrialized countries. A number of factors contribute to Québec’s reputation. It is set apart, first of all, by its exceptional mining potential, by one of the best geoscientific databases in the world, and by its qualified and highly competent workforce. Its political stability, a reliable legal and tax framework, and mining exploration and development incentives add to the appeal. Québec is recognized as a place where the risks of mining exploration and operation are limited.

Despite this upsurge in exploration activities and the impressive increase in investment, Québec’s mineral resources potential is far from fully known. More than two-thirds of the territory has seen little or no exploration. But with the adoption of Québec’s Mineral Strategy in 2009, the unveiling of a new development plan for northern Québec in May 2011 – the Plan Nord – and the tabling of a new mining bill last spring, the Québec government is laying the groundwork to give a new boost to the mining industry. More than ever before, Québec is becoming the land of the future for mining development!

A VARIETY OF MINERAL RESOURCES, INCREASED INVESTMENT IN EXPLORATION Québec is a major producer of iron, zinc, nickel, niobium, and gold. Copper, cobalt, platinum and palladium, as well as industrial minerals such as chrysotile, ilmenite, mica and salt are also produced here, and soon lithium, uranium, and diamonds may be added to the list. Québec’s first diamond mine is expected to open soon in the Otish mountains in the James Bay region, thanks in part to the development of transportation infrastructures announced by the Québec government under the northern development plan known as the Plan Nord. For the last 10 years, mining exploration investments have been increasing steadily in Québec, with the exception of 2009, during the economic downturn. Projected mining exploration and development expenditures were revised upward to $576 million in 2010, due to renewed demand for mining products and rising prices. On December 31, 2010, the number of active mining titles stood at 228,564, an increase of 13 per cent over the same date in 2009. CHANGES IN MINING EXPLORATION EXPENDITURES

QUÉBEC MINERAL STRATEGY: PREPARING FOR THE FUTURE

p : Provisional data i : Projections Date sources : Institut de la statistique du Québec

8 Revue minière du Québec

In June 2009, the Québec government adopted its first-ever mineral strategy with the goal of developing the territory in keeping with the principles of sustainable development. This is part of an overall vision of harmonious economic development that pairs wealth creation with social progress and environmental protection. A long list of measures is in place or underway to make this vision of Québec’s mining future a reality. Here are just a few examples: am-


bitious geoscientific knowledge acquisition program to stimulate exploration, development of new infrastructures to facilitate access to the territory, support for the development of diamond-related mining activities, support for the creation of a mining innovation network, promoter assistance program, creation of a Québec mining institute (Institut national des mines), creation of a mining heritage fund (Fonds du patrimoine minier), restoration of abandoned mining sites, draft bill to change the Mining Act, etc.

INNOVATIVE NEW LAW As proposed in the Mineral Strategy, the Ministry of Natural Resources and Wildlife (MRNF) tabled a draft bill in May 2011 to modernize Québec’s existing Mining Act. Bill 14, the Act respecting the development of mineral resources in keeping with the principles of sustainable development, updates the old law to reflect the collective concerns of mining companies, partners, regional stakeholders, environmental groups, government ministries, associations, and the residents of Québec. Bill 14 represents a major shift from the old Mining Act. It revolves around the three linchpins of sustainable development in order to integrate mining projects more fully into their environment – with a particular emphasis on social acceptability – and optimize mineral potential in the regions: - Reconcile different uses of the territory - Stimulate exploration of mineral titles - Guarantee the restoration cost of mining sites If adopted, Bill 14 will become the cornerstone of an innovative model of mining development.

ENORMOUS POTENTIAL OPEN TO INVESTORS Québec enjoys an enviable reputation worldwide in terms of the quality, relevance, and accessibility of its geoscientific data. The Ministry of Natural Resources and Wildlife’s website makes this data available to everyone and offers tools for acquiring and managing mineral titles. The SIGÉOM geomining information system provides access to a wide range of fully digitized and georeferenced geoscientific data derived from the work of Géologie Québec, mining exploration companies and university studies, including: • Geoscientific data (geochemistry, geochronology, gitology, exposure, drilling, etc.) • Mining records cataloguing all reports and all geological, geochemical or geophysical maps that can be viewed for free through a userfriendly imaging system The GESTIM web application can be used to consult mining titles and map them against the entire territory. Available in English and French, GESTIM allows users to carry out financial transactions related to acquiring or renewing mining titles. SIGÉOM and GESTIM can be found at www.mrnf.gouv.qc.ca/produits-services/mines.jsp

ASSISTANCE SERVICE FOR NEW MINING PROJECTS The Ministry of Natural Resources and Wildlife offers individual assistance to mining project promoters. A project manager is designated to serve as a resource person to assist in the navigation of laws, regulations, guidelines, and standards. The project manager guides the promoter through the various statutory, legal, and regulatory steps, serving as the contact person for all questions related to the development of the mining project.

EXPLORE QUÉBEC: TAKE PART IN QUÉBEC EXPLORATION Every year the MRNF and the Québec Mining Exploration Association (AEMQ) invite all mining exploration stakeholders in the world to participate in a major convention. Widely recognized for its excellent programming, leading-edge geoscientific and commercial exhibits, and well-attended open house day, this convention attracts over 2,000 delegates and enjoys increasing success every year. Québec Exploration provides the opportunity to learn about the latest technological advances, emerging best practices and new discoveries about Québec’s mineral potential. To take part in Québec Exploration 2011 or find out more, go to www.quebecexploration.qc.ca. ◘

Pour une maintenance maintenance professionnelle de vos équipements de le evage levage -

maintenance réfection automatisation conception-fabrication de ponts roulants

www.cohservice.ca urgence : 1 800 363.6501 | 1 888 542.1055

Quebec Mining Review 2011

9


Progrès accrus dans la zone d’intérêt du lithium de la région de la baie James (Québec) Par Leonard Melman La situation du Québec, qui est peut-être la province minière la plus importante du Canada, est le résultat de plusieurs facteurs, dont un fort soutien du gouvernement et un ensemble de gisements qui contiennent une grande variété de minéraux et de métaux. Bien que le public général soit très familier avec l’histoire de l’activité minière au Québec dans plusieurs métaux, y compris l’or et l’amiante en particulier, on continue de découvrir de nouvelles ressources, qui se traduisent souvent par une vague d’activités dans une zone particulière qu’on appelle couramment une « zone d’intérêt ». Une de ces zones les plus excitantes et dynamiques est la zone située directement à l’est de la baie James qui est témoin de travaux d’exploration et de mise en valeur du lithium. Le lithium est devenu un métal intéressant en raison de son rôle dans la production des batteries au lithium-ion qui, par ricochet, jouent un rôle central dans la ruée vers la production de véhicules hybrides et entièrement électriques efficaces à très grande échelle, qui fait partie intégrante de la « révolution verte ». Les gisements de minerai de lithium de la baie James font partie de gisements minéraux de spodumène, qu’on trouve habituellement à l’intérieur des corps de minerai de pegmatite. Dans la livraison de l’an dernier de la Revue minière du Québec, nous avons discuté de cinq projets particuliers, dont plusieurs se situaient à une première étape de développement. Voici une mise à jour rapide de ces projets. • Exploration Nemaska — Après avoir acquis le projet Whabouchi en septembre 2009, Nemaska a immédiatement mis en œuvre un programme d’exploration qui comprenait 900 mètres de forage et la récupération d’échantillons de seize tranchées. Depuis, Nemaska a été en mesure de publier une estimation des ressources en juin 2011. L’entreprise prévoit compléter une évaluation économique préliminaire vers la fin de 2011 et s’active à préparer le début de la production pour 2013. CORRIVEAU J.L. & ASSOCIATES, ASSOCIA ATES, T INC. ARPENTAGE ARPE ENT TA AGE JEAN-LUC CORR CORRIVEAU, RIVEAU, PRÉSIDENT A.-G. A.T. A.TT. C.

Photogrammétrie Car to numérique Carto Déviation-forage Micro-géodesie Géomatique Levés Gyro

G.P G.P.S P.S Contrôle de défor déformation mation Levé ca dastral Arpentage industriel cadastral Scanning de d cavités Arpentage minier Scanner 3D D terrestre Numérisation Scanner 3D ett modélisation TTopographie opographie Bathymétrie LOCATION ET E SER VICES LOCATION SERVICES

1085, 3e A Avenue, vvenue, V Val-d’Or a al-d’Or (Quebec) Canada J9P 1T5 www .corriveaujl.com www.corriveaujl.com

10 Revue minière du Québec

TTel: e el: (888) 825-3702 Fax: (819) 825-2863 bureau@corriveaujl.com

• Les sociétés Ressources Sirios et Dios Exploration ont établi un partenariat pour explorer et développer la propriété Pontax pour exploiter le lithium. Les premiers travaux menés en 2009 et 2010 ont permis d’explorer un gisement de spodumène potentiellement important. Toutefois, comme cela arrive souvent dans le secteur minier, l’exploration pour un métal mène à la découverte d’autres métaux et, dans le cas du projet Pontax, on a découvert des indications importantes d’or et de diamants et ces indications concentrent aujourd’hui l’attention des travaux d’exploration courants. • La société Lithium One et son associée avec capacité de gain, la société Galaxy Resources, continuent de mettre en valeur leur projet de lithium de la baie James, où une crête de pegmatite en suit une autre sur un terrain ondulé. Fondé sur plus de 13 000 mètres de forage, le partenariat a pu procéder à une évaluation des ressources minérales en décembre 2010, qui indiquait que le gisement se prêtait à des travaux d’extraction à ciel ouvert. • Le projet Moblan, une coentreprise de la société australienne Perilya Limited et de la SOQUEM, un organisme d’investissement du gouvernement québécois, est situé à 112 kilomètres au nord-est de Chibougamau. La coentreprise a fait progresser le projet par le biais d’une estimation des ressources mise à jour et on a entrepris une étude de délimitation de l'étendue. • Le projet de lithium québécois de la société Canada Lithium est situé dans une région montagneuse au nord-ouest de Val d’Or. Il s’agit d’une mine qui a été en exploitation de 1955 à 1965, période pendant laquelle on a produit des concentrés de spodumène et de lithium. S’appuyant sur une documentation importante et sur ses propres efforts d’exploration, Canada Lithium a été en mesure de produire une étude de faisabilité à jour en juin 2011 et ses plans futurs comprennent le début des travaux de constructions sur le site en 2011, la mise en service des installations vers la fin de 2012 et la production de carbonate de lithium au début de 2013. Les travaux d’exploration se poursuivent dans la zone de lithium de la baie James et de nouveaux arrivés dans la « zone d’intérêt » comprennent les sociétés Glen Eagle Resources et Rock Tech Lithium Inc. Un des avantages exclusifs des gisements de la baie James est le fait que leur mise en production réussie profitera de la relativement courte distance d’une journée en automobile de la plus grande partie des installations de l’industrie automobile nord-américaine. Une telle proximité des installations canadiennes et américaines de construction d’automobiles devrait offrir au cours des années futures un avantage clair sur le plan de la commercialisation aux entreprises de la baie James par rapport au lithium extrait de gisements plus éloignés. ◘


Progress accelerating in Quebec’s James Bay Lithium Area Play By Leonard Melman Quebec’s position as perhaps the single most important mining province within the Dominion of Canada results from several factors, among which are strong government support as well as an array of ore bodies hosting a wide variety of minerals and metals. While the general public has a high level of familiarity with Quebec’s history of mining activity in several of these metals, particularly including gold and asbestos, discoveries of new resources continue to be made, frequently resulting in a burst of activity in a specific area, commonly referred to as an “area play”. One of the most exciting and dynamic of these new ‘plays’ is lithium exploration and development in the area directly to the east of James Bay. Lithium itself has become a metal of interest in relation to its role in the production of lithium-ion batteries, which, in turn, are an exciting centerpiece of the rush to produce efficient hybrid and pure electric vehicles on a massive scale as an integral part of the “green revolution”. The James Bay deposits of lithium ore are contained in a mineral known as spodumene which itself is typically found inside a pegmatite ore body. In last year’s edition of the Quebec Mining Review we discussed five specific projects, several of which were in the early developmental stages. Brief updates follow. - Nemaska Exploration – After acquiring their Whabouchi project in September 2009, Nemaska immediately carried out an exploration program involving 900 metres of drilling and the recovery of samples from 16 trenches. Since then, Nemaska has been able to publish a new resource estimate in June 2011, plans to complete a Preliminary Economic Assessment by year-end 2011, and is working toward entering initial production in 2013. - Sirios Resources and Dios Exploration formed a partnership to explore and develop the Pontax Lithium discovery. Initial work conducted in 2009 and 2010 explored a potentially significant spodumene ore body. However, as frequently occurs in mining, exploration for one metal leads to discoveries of others and in the Pontax project’s case, important indications of area gold and diamonds were discovered and those have now become the focus of current exploration. - Lithium One and earn-in partner Galaxy Resources continue to advance their James Bay Lithium Project where one pegmatite ridge follows another over a gently rolling landscape. Based on over 13,000 metres of drilling, the partnership was able to complete a Mineral Resource Evaluation in December 2010 which indicated the deposit was amenable to open pit extraction. - The Moblan project, a joint venture between Australia’s Perilya Limited and SOQUEM, an investment arm of the Quebec government, is located 112 kilometres northeast of Chibougamau. The joint venture has advanced the project through an updated resource estimate and work on a scoping study is now underway.

- Canada Lithium Corp.’s Quebec Lithium Project is in hilly terrain to the northwest of Val d'Or. It had been a producing mine from 1955 until 1965 during which time spodumene and lithium concentrate was produced. Based on a substantial body of previous information and their own exploration efforts, Canada Lithium has been able to produce an Updated Feasibility Study in June 2011 and their future plans include initiating plant site construction work in 2011, plant commissioning in late 2012, and actual production of lithium carbonate in early 2013. Exploration work continues in the James Bay Lithium area and new ‘area play’ participants include Glen Eagle Resources and Rock Tech Lithium Inc. One of the unique advantages of these James Bay ore bodies is that if they are successfully brought into production, the North American auto industry is located, for the most part, within a one-day drive. This proximity to the Canadian and American auto manufacturing industries should provide a clear marketing advantage over lithium produced from more distant deposits in future years. ◘

Le Groupe-conseil Cygnus oeuvre dans tous les domaines du secteur de l’exploration minérale, de la génération de cibles à l’évaluation des ressources, incluant la logistique inhérente. Afin d’optimiser ses opérations, le Groupe-conseil Cygnus compte sur une équipe de professionnels expérimentés et profite de la plus récente technologie disponible. Nous avons prouvé notre savoir-faire à travers la gestion et la réalisation du programme d’exploration du projet Canadian Malartic de la Corporation minière Osisko et les nombreux projets réalisés en régions éloignées.

Groupe-conseil Cygnus Inc. 5524, rue Saint-Patrick, bureau 508 Montréal, Québec H4E 1A8

Téléphone: 514 735-9477 Télécopieur: 514 735-9224 Courriel: berger@cygnus.ca

Quebec Mining Review 2011

11


L’activité relative aux métaux des terres rares rehausse la réputation minière du Québec Par Leonard Melman Il peut sembler remarquable de porter au crédit d’un pays éloigné comme la Chine la responsabilité d’un des booms miniers les plus excitants au Québec, mais c’est ce qui est réellement arrivé au cours des dernières années. Le boom particulier est lié au secteur des métaux des terres rares. Les métaux des terres rares sont utilisés dans une grande variété de produits de haute technologie, en particulier les produits associés au secteur des dispositifs de télécommunications et de divertissement. Il est peut-être d’une importance stratégique supérieure que les métaux des terres rares constituent un élément essentiel de la fabrication de nombreuses armes modernes utilisées par les militaires américains et d’autres nations occidentales. Étant donné l’importance industrielle et militaire des métaux des terres rares, cela a causé un choc particulier lorsque la Chine, qui produit 97 % de tous ces métaux, a récemment annoncé qu’elle suspendra une partie importante de ses exportations des métaux des terres rares aux nations industrialisées. Cette mesure a provoqué une folle activité de recherche de gisements de rechange de métaux des terres rares et le Québec est devenu un centre d’activité important dans cette recherche. Les activités d’exploration accrues ont coïncidé presque parfaitement avec l’annonce par le gouvernement québécois de son plan de 25 ans pour le développement des régions nordiques et arctiques de la province. Le plan comprend des aménagements hydro-électriques, des routes, des lignes de chemin de fer, des ports, des lignes de communication et d’autres améliorations de l’infrastructure. Connu sous le nom de « Plan Nord », le plan vise des objectifs particuliers de développement minier de la région

12 Revue minière du Québec

et, grâce à des circonstances favorables, bon nombre des principales régions de découverte et d’exploration des métaux des terres rares sont situées dans les zones visées par le plan. Lorsque le Plan Nord a été annoncé, il indiquait particulièrement que la région au nord du 49e parallèle « …comprend des gisements de lithium, un élément clé des batteries modernes, et des éléments des terres rares, des matières premières que produit la Chine, mais qu’elle hésite à échanger ». Déclarer que l’exploration du sol pour les métaux des terres rares s’est accélérée au Québec au cours des dernières années serait très en dessous de la vérité. Vers le milieu de 2011, il n’y avait pas moins de deux douzaines de projets miniers différents qui avaient des intérêts de propriété dans diverses régions de la province. Les entreprises ayant des projets particulièrement intéressants comprennent les suivantes : • Quest Rare Minerals Ltd. est très active dans le développement du projet des terres rares de Strange Lake, situé dans la région de la frontière entre le Québec et le Labrador. Les cibles initialement signalées par des levés radiométriques aériens ont été précisées et ont fait l’objet de forages qui ont cerné une importante nouvelle zone minéralisée de métaux des terres rares, nommée la zone « B » et située entièrement au Québec. On a complété une estimation préliminaire des ressources de la zone B en avril 2010 et des programmes de forage, des études métallurgiques et des programmes de développement additionnels se poursuivent. • Le projet de métaux des terres rares de Commerce Resources Corp., connu sous le nom de projet Eldor, est situé dans le nord du Québec à environ 130 kilomètres au sud

de la collectivité de Kuujjuac. La société se concentre sur la zone des terres rares Ashram du projet Eldor et elle indique que les résultats de titrage d’un programme de forage pendant l’hiver 2011 ont étendu la zone de minéralisation des métaux des terres rares sur une superficie approximative de 600 mètres de l’est à l’ouest par 650 mètres du nord au sud à une profondeur de plus de 600 mètres. Les travaux se sont poursuivis au cours de l’été 2011 et les plans futurs seront annoncés bientôt. • Le projet Goéland de la société Canada Rare Earths Inc. est situé dans une zone associée à des carbonatites de minéralisation des métaux des terres rares que l’on trouve dans la région de l’Abitibi au Québec. Les gisements de carbonatite jouent un rôle important dans le monde entier pour la minéralisation des métaux des terres rares. L’entreprise a mis en œuvre un programme d’exploration qui comprend un examen de toutes les données historiques de la propriété et un levé électromagnétique aérien. Elle prévoit un programme de forage vers la fin de l’été 2011 pour poursuivre le développement du projet. Il ne s’agit que de trois exemples du travail intense qui est effectué au Québec dans le secteur des métaux des terres rares. Ils nous fournissent une preuve additionnelle que le Québec demeure une des régions minières les plus excitantes et dynamiques au monde. La province se situe constamment parmi les zones les plus cotées dans l’évaluation annuelle des territoires miniers du Fraser Institute. Étant donné la géologie favorable du Québec, alliée à un nombre important de régions sous-explorées, l’avenir minier de la province semble très brillant. ◘


Rare Earth Element activity adds to Quebec’s mining reputation By Leonard Melman It may seem remarkable to credit the far-away nation of China with responsibility for one of Quebec’s most exciting mining booms, but that has precisely been the case in recent years. This particular boom relates to the world of Rare Earth Elements (REE). REE’s are used in a wide variety of hightechnology product developments, most particularly those associated with the world of communication and entertainment devices. Perhaps of even greater strategic importance, REE are a vital component in the manufacture of many modern weapons used by the American military, as well as by other Western nations. Given their industrial and military importance, it came as a distinct shock that China, which produces 97 per cent of all REE, recently announced that they were going to suspend a significant portion of their exports to the industrialized nations. That action set off a frenzy of seeking alternative bodies of REE ore and La Belle Provence became a true centre of activity in that search. This surge in exploration activity coincided almost perfectly with the Quebec government’s announcement of its 25-year plan to advance development of its northern and Arctic regions. The plan includes hydroelectric development, roads, railways, ports, communication links, and other infrastructure improvements. The program, known as Plan Nord, includes specific goals for the advancement of mining in the region, and, by happy circumstance, many of the prime REE exploration/discovery regions are located within the plan’s regions. When the plan was announced, it included specific information that the area north of the 49th parallel, “...has deposits of lithium, a key component of modern batteries, and rare earth elements, commodities that China produces but is increasingly reluctant to share.” To state that exploration in Quebec for RRE has accelerated in recent years would be a serious understatement. By mid-2011, there were no less than two dozen different mining enterprises that had property interests in various project areas throughout the province. A

list of companies with projects of particular interest includes: - Quest Rare Minerals Ltd. is actively working to develop the Strange Lake Rare Earth project, located along the Quebec/Labrador border region. Targets initially suggested by airborne radiometric surveys have been identified and drilled, leading to the identification of an important new REE mineralized zone, named the “B” zone, situated entirely inside Quebec. A Preliminary Resource Estimate on the B Zone was completed in April 2010 and additional drill programs, metallurgical studies, and other developmental programs are continuing. - Commerce Resources Corp.’s Quebec REE Project is known as the Eldor Property, located in northern Quebec, approximately 130 kilometres south of the community of Kuujjuac. Commerce’s focus is on the Ashram Rare Earth Zone at Eldor and the company reports that assay results from a 2011 winter drill program have expanded the area of REE mineralization over an approximate area of 600 metres east-west by 650 metres north-south to a depth of more than

600 metres. Their works program is continuing through summer 2011 with further plans to be announced. - Canada Rare Earths Inc.’s Goeland project is located in a carbonatate-hosted area of REE mineralization to be found in the Abitibi region of Quebec. Carbonatate deposits are a major host for REE mineralization worldwide. The company has conducted an exploration program involving a review of all historic data at the property along with an airborne electromagnetic survey. They planned a drill program for late summer 2011 to further advance development of the project. These three are simply examples of the intense REE work ongoing in Quebec, providing yet additional proof that Quebec remains one of the most exciting and dynamic mining regions in the world. The province is consistently among the highest-rated areas in the Fraser Institute’s annual evaluation of mining jurisdictions and, given its favourable geology combined with a large number of under-explored areas, Quebec’s mining future appears bright indeed. ◘

Quebec Mining Review 2011

13


Signé, scellé et célèbre Un partenariat unique est maintenant officiellement établi

Des représentants de Goldcorp, de la Nation des Cris de Wemindji et du Grand conseil des Cris se sont réunis pour célébrer l’annonce de l’accord de coopération. / Representatives of Goldcorp, the Cree Nation of Wemindji, and the Grand Council of the Cree gather to celebrate the announcement of the Collaboration Agreement

Quatre ans peuvent sembler longs avant d’en arriver à une entente, mais ce n’est pas le cas si vous prévoyez établir une relation à long terme. C’est ce qui s’est produit récemment avec la Nation des Cris de Wemindji et Goldcorp, lorsqu’ils ont conclu un accord de coopération. « C’est quelque peu intimidant, puisque c’est maintenant que le vrai travail commence », souligne John Paul Murdoch, conseiller juridique pour la Nation des Cris de Wemindji dans le nord du Québec. John Paul Murdoch, ainsi que Rodney Mark, chef de la Nation des Cris de Wemindji et Abel Bosum, négociateur en chef pour le Grand conseil des Cris (Eeyou Istchee), représentaient les intérêts des 1 600 habitants des collectivités situées à proximité de la mine d’or Éléonore de Goldcorp. La société Goldcorp était représentée par George Burns, premier vice-président des opérations au Canada et aux Etats-Unis, Guy Belleau, directeur général de l’exploitation minière Éléonore, Andrew Moshoian, directeur des

14 Revue minière du Québec

services juridiques au Canada et aux ÉtatsUnis, ainsi que par Jean M. Gagné, associé de Fasken Martineau.

UNE SEULE ET MÊME ÉQUIPE Les intervenants ont discuté des modalités de l’accord de coopération entre la Nation des Cris et Goldcorp et le terme performatif est collaboration. Les discussions se sont déroulées dans une atmosphère détendue dès le début, puisque tous les intervenants visaient le même objectif : harmoniser les intérêts de la société minière avec ceux de la collectivité et maximiser les moyens par lesquels les exploitations minières peuvent être mutuellement avantageuses pour assurer la prospérité durable de tous. En fait, il s’agissait plus d’une séance de remue-méninges qu’un processus de négociation, au grand étonnement du chef Mark. « Je suis conscient que l’objectif des entreprises est de générer des profits et ce concept n’entre pas dans nos traditions, donc ma

préoccupation initiale était que nous aurions à nous battre pour chaque point, dit-il. L’atmosphère aurait pu devenir conflictuelle et nous avions prévu cette éventualité. Mais les discussions se sont déroulées d’une manière fluide et sincère. Il est vite devenu évident que nous étions en voie de former une équipe. » Murdoch a été également impressionné. « Je dois concéder ceci au chef Mark. Malgré son jeune âge, il a fait preuve d’une grande sagesse. La plupart des groupes démontrent une certaine réserve dans cette situation, mais dès le premier jour, il a adopté l’attitude d’une personne qui veut faire avancer les choses. Et Goldcorp a adopté la même attitude. Nous n’arrivions pas à croire ce que nous entendions, la diligence avec laquelle l’entreprise souhaitait avantager notre collectivité et l’engagement sincère à l’égard de notre environnement, nos traditions, nos jeunes, tout en fait. Nous avons appelé Abel Bosum, un négociateur chevronné, pour lui décrire à quel point tout se déroulait har-


monieusement et il nous a servi cet avertissement : “Vous devez faire quelque chose de mal. Cela ne se passe jamais aussi bien.” Aussi, il est venu assister aux rencontres suivantes pour en sortir consterné. Il a déclaré : “Vous avez vraiment beaucoup de chance ici.” »

UN PAS VERS LA PROSPÉRITÉ Le 21 février, 2011 l’accord a été officialisé lors d’une cérémonie de signature à Wemindji à laquelle assistaient tous les principaux représentants, ainsi qu’environ 400 citoyens provenant des collectivités avoisinantes. Essentiellement, les Cris du Québec agiront à titre de partenaires lors du développement et de l’exploitation de la mine qui renferme une réserve de trois millions d’onces d’or et qui emploiera environ 800 personnes pendant sa construction. On prévoit une production annuelle de 600 000 onces d’or, pendant la durée de vie de la mine évaluée à plus de 15 ans, à un coût monétaire de 400 $ l’once. Avec un effectif complet de 300 à 400 employés, lorsque l’exploitation minière sera entièrement opérationnelle, le projet offrira des possibilités de formation, d’éducation, de bourses d’études, de compétences en affaires et en gestion d’entreprises pour la population locale pendant toute la durée de vie de la mine et au-delà. Et c’est justement là où le chef Mark et Murdoch se sentent interpellés. Goldcorp aura besoin de toutes les compétences professionnelles, administratives et spécialisées mises à leur disposition. En vue de former une main-d’oeuvre qui reflète la population, l’entreprise investira des fonds pour la création d’un centre de formation pour les Cris dans l’espoir qu’une grande partie des employés de l’exploitation minière provienne de la communauté crie, plus particulièrement parmi les femmes et les jeunes gens. En effet, la formation des jeunes revêt une importance cruciale puisque la moitié des habitants des environs est âgée de moins de 45 ans. La balle est maintenant dans le camp de la Nation des Cris qui devra combler le bassin de main-d’oeuvre. « Nous avons convenu d’une représentation équitable et équilibrée. Nous devons donc nous assurer de fournir de bons can-

didats pour pourvoir à ces postes, précise Murdoch. Traditionnellement, qu’il s’agisse de politique, d’industrie ou de main-d’oeuvre, les Cris représentaient moins de 1 % des effectifs de main-d’oeuvre malgré le fait qu’ils composaient la majorité de la population. Cela ne se reproduira plus à partir de maintenant, mais nous avons la responsabilité de démontrer la volonté et les compétences nécessaires. » Puis, le chef Mark poursuit : « Pour nous, la prochaine étape est d’assurer la formation. C’est maintenant le temps d’insuffler la volonté, l’enthousiasme et l’engagement relativement à ces possibilités. Il faudra modifier quelque peu notre mode de vie, puisque la chasse et la pêche occupent une grande partie de notre temps. Mais, lorsque les gens prendront connaissance des différents postes offerts, des salaires proposés et de la souplesse des quarts de travail, deux semaines de travail suivies de deux semaines de congé, ils constateront que cela peut facilement s’intégrer à leur mode de vie. » L’exploitation minière favorisera également l’éclosion d’une panoplie d’entreprises commerciales dans l’ensemble de la région, qui viendront s’ajouter à celles qui participent déjà à la construction des routes, au terrassement et à l’énergie éolienne. Cer-

taines familles prévoient l’aménagement de camps afin d’offrir des aventures guidées ainsi que des excursions de pêche et de chasse. Tout récemment, un membre de la collectivité s’est rendu compte que la mise sur pied d’une entreprise, qui offrirait des services de blanchisserie aux employés de

EXPLORING WHERE DISCOVERY

IS A TRADITION…

…CREATION OF WEALTH THROUGH

DISCOVERY

TSX-V: ECR WWW.RESSOURCESCARTIER.COM 1-877-874-1331

Quebec Mining Review 2011

15


l’exploitation minière et des travaux hydroélectriques, pourrait s’avérer viable. D’autres entreprises émergeront, au fur et à mesure que les exploitations minières entreront en production, et le chef Mark souhaite une participation active de la part des femmes. « Les femmes jouent un rôle important au sein de notre communauté et ce sont elles qui détiennent, pour la plupart, un

diplôme d’études postsecondaires. Elles peuvent réaliser toutes leurs aspirations. »

LES GRANDES LINGES DU PARTENARIAT - Goldcorp investira 1,4 milliard de dollars dans la construction de l’exploitation minière. - La Nation des Cris du Québec partagera les profits générés par les opérations

Capital Canvas carries a

wide range of exploration supplies including sample bags, tarps and covers, tool storage solutions and a full line of signature wall tents and frames.

Save money buy direct!

fructueuses de l’exploitation minière. - Goldcorp assurera le financement d’un centre de formation local visant l’enseignement des compétences qui transcendent l’industrie minière. - La Société financera la formation professionnelle, les bourses d’études, les compétences en affaires et en gestion d’entreprise. - Environ 800 individus seront embauchés pendant la construction de l’exploitation minière. - De 300 à 400 individus seront embauchés une fois la mine entièrement opérationnelle. - On souhaite que la main-d’oeuvre soit représentative sur le plan démographique de la population locale mâle, femelle et des jeunes du nord du Québéc. - Parmi les 130 employés qui travaillent actuellement sur le site de l’exploitation minière, près de 50 d’entre eux sont des Cris et l’on s’attend à une augmentation de ce pourcentage suite à la formation de la population locale et à l’accélération du niveau de production. - Les possibilités commerciales dérivées comprennent, entre autres, l’énergie de remplacement, le transport, les magasins auxiliaires, les installations touristiques, les points de vente au détail et l’écotourisme d’aventure. - Goldcorp a déjà procédé à la construction d’une ligne électrique de 60 kilomètres qui desservira la population pendant plusieurs générations à venir.

QUELLE EST LA VALEUR DE CET ENJEU? Un autre aspect non négligeable de cet accord historique est le facteur monétaire. En raison de sa nature qui constitue un précédent, les observateurs de l’industrie portent un regard attentif afin de cerner quel serait le point de référence pour les entreprises qui participent à des projets avec les groupes autochtones au Québec. Pour sa part, la presse était à l’affût des chiffres de l’entente finale. Ces détails ont été exclus sciemment de l’ordre du jour et ne constituent toujours pas un chiffre ferme aujourd’hui. Tout cela fait

16 Revue minière du Québec


partie du secret du succès. Moshoian précise que « les détails de la contribution financière ont été les derniers à être déposés sur la table. Il s’agit d’une entente de relation perpétuelle et nous voulions concentrer nos efforts sur la confiance, le respect et les besoins de la collectivité avant de parler d’argent. C’est en se concentrant moins sur le papier et plus sur les personnes que nous pourrons réaliser de grandes choses. » La Nation des Cris du Québec a reçu un paiement initial non divulgué, mais selon Murdoch, le bénéfice net ne peut toujours pas être évalué. « Le résultat final repose sur notre façon de travailler ensemble, ce qui est tellement logique puisqu’il s’agit de la pierre d’assise de la réussite future pour tous les intervenants. Alors que d’autres signatures d’entente se terminent par la présentation d’un chèque géant à la collectivité, en tant que paiement unique, ce concept de partage des profits durera pendant plusieurs générations, aussi longtemps que durera notre participation. Il s’agit en fait d’une façon intelligente de faire des affaires sur une base communautaire. » Le chef Mark espère que d’autres collectivités s’inspireront de cette collaboration. « Dans le monde d’aujourd’hui, peu de collectivités sont suffisamment visionnaires pour placer la patience devant les gains monétaires immédiats. C’est ce qui rend cette entente si unique. L’ultime récompense n’est pas pour maintenant, elle continuera de croître de concert avec le partenariat de l’exploitation minière et de la Nation des Cris pour une viabilité constante et une rentabilité qui profitera à tous. Des gens compétents, la santé, des choix et des possibilités pour nos jeunes, voilà où se trouve la véritable richesse. »

Le grand chef des Cris, Matthew Coon Come, appose sa signature lors de la cérémonie de signature. Cree Grand Chief Matthew Coon Come puts pen to paper at the signing ceremony.

dirigeants de la Nation des Cris pour l’ébauche du contenu, ce qui se produit rarement au sein de l’industrie minière. « Je suis fier de l’apport important de nos partenaires cris à ce permis afin de nous assurer d’avoir répondu, d’une manière satisfaisante, aux valeurs et aux préoccupations de la Nation des Cris, et ce, avant sa publication. Notre collaboration reflète la profondeur de notre partenariat », précise George Burns, premier vice-président des opérations de Goldcorp au Canada et aux États-Unis. Cette collaboration a non seulement servi à préparer la table pour le travail d’équipe qui a suivi, mais elle assure également le plus grand respect continu pour les territoires traditionnels, les sentiers historiques, les lieux sacrés et les rituels culturels, de même que la préservation de la faune et leur habitat. Une partie de l’énoncé souligne l’engagement de Goldcorp en faveur du dénombrement des pistes de caribou et des routes de migration, de l’utilisation des systèmes de filtration et de recyclage à la fine pointe de la technologie ainsi que d’autres mesures essentielles.

De plus, la société Goldcorp s’est portée volontaire afin de prendre en charge la gestion d’une écloserie d’esturgeon anciennement administrée par Hydro-Québec. ◘

RÉPERCUSSIONS POSITIVES ET NOVATRICES Un autre volet unique, lié à cette entente, est l’ébauche d’une évaluation des répercussions environnementales et de la viabilité. Le coup d’envoi final du projet Éléonore repose sur l’approbation de ce document par le gouvernement québécois prévue pour la fin de 2011. Goldcorp a sollicité la collaboration de trois principaux

Providing creative solutions to the railway industry for over 39 years. 1-800-588-4387

www.canac.com

Quebec Mining Review 2011

17


Signed, sealed, and celebrated A first-of-its-kind partnership is now officially forged

Goldcorp Chief Operating Officer Steve Reid models his gift of handmade mittens at the signing ceremony. / Le directeur de l’exploitation de Goldcorp, Steve Reid, porte fièrement les mitaines, faites à la main, qui lui ont été offertes lors de la cérémonie de signature.

Four years may sound like a long time to reach an agreement, but it is not if you consider that you are focused on building a longterm relationship. This was the situation recently with the Cree Nation of Wemindji and Goldcorp, with the concluding of their groundbreaking Collaboration Agreement. “It’s kind of intimidating, because now the hard work begins,” says John Paul Murdoch, Legal Counsel for the Cree Nation of Wemindji in Northern Quebec. Murdoch, along with Chief Rodney Mark of the Cree Nation of Wemindji and Abel Bossum, chief negotiator for the Grand Council of the Cree (Eeyou Istchee), represented the interests of 1,600 people living in the communities closest to Goldcorp’s Éléonore gold mine. Collaborators for Goldcorp were George Burns, senior vice-president, Canada and U.S. operations; Guy

18 Revue minière du Québec

Bealleau, Éléonore general manager; and Andrew Moshoian, general counsel, Canada and the U.S.

ON THE SAME TEAM Talks centered on the terms of a Collaboration Agreement between the Cree Nation and Goldcorp, and the operative word is “collaboration”. From the start, the atmosphere was comfortable rather than stressful, with everyone focused on the same outcome: to align the interests of the company with the community and maximize the ways in which mine operations can be of mutual benefit for the sustainable prosperity of all. It was more a brainstorming session than a bargaining process, which surprised Chief Mark. “I know corporations are out to make a profit and profit is not part of our tradition,

so my initial concerns were that we would have to fight for every little thing,” he says. “The vibe could have been conflictive – we were prepared for that. But the decisions were open and sincere and it was evident early on we were building one team.” Murdoch was equally impressed. “I have to hand it to Chief Mark. He’s young but his approach was very wise. Most groups in this situation go in with their backs up, but from day one his attitude was to try and make this work. Then Goldcorp came in with the same mindset. We couldn’t believe what we were hearing – how earnest the company was about benefitting our community and the genuine concern for our environment, traditions, youth, everything. We called Abel Bossam, an awesome negotiator, and described how well it was going, and he warned us, ‘You must be doing something


wrong. It’s never this good.’ So he came to the next meetings and was shocked. He said, ‘You guys lucked out here.’”

A STAKE IN PROSPERITY On February 21, 2011, the accord was formalized in a signing ceremony in Wemindji, attended by all the key collaborators, as well as nearly 400 citizens from nearby communities. Essentially, the Quebec Cree will partner in the development and operation of the mine, which holds reserves of three million ounces of gold and will employ about 800 people during construction. It is anticipated to produce 600,000 ounces of gold annually over a 15-year mine life at cash costs under $400 per ounce. Fully staffed with 300 to 400 employees once fully operational, the project will create training, education, scholarships, business skills and entrepreneurial opportunities for local citizens, for the life of the mine and beyond. This is where the stress sets in for Chief Mark and Murdoch. Goldcorp will need a

wide range of professional, management, trade administrative, and specialty skills available. Desiring a workforce that reflects the population, the company will invest funds in building a Cree training centre in hopes that a significant portion of the mine’s employees will be from the Cree community, especially

women and youth. Training and hiring young people is paramount, as half the locals are under 45. Now the ball is in the Cree Nation’s court to stock the labour pool. “We specifically agreed to have fair and balanced representation. So it’s up to us to provide good candidates for those jobs,” says

Prouvez Profitable. Augmentation de la Productivité et de la Sécurité Besoin de plus de raison pour choisir notre Solution de Communication et sécurité? C’est la simple raison pourquoi plus de 400 mines et Tunnel à travers le monde ont choisi la solutions de la Communication et sécurité de Mine Radio Systems. C’est une manière prouver d’augmenté la productivité en même temps que d’augmenté la productivité et sécurité. Encore mieux, vous pouvez selectionner votre solution, effectuez la communication de voie, video, controle de donnée pour équipement, transfert de donnée à haute vitesse, Intranet sous terre et une évacuation d’urgence Pour commencer aujourd’hui, bien vouloir visitez notre Centre de resource en ligne pour les dernière information sur les solutions MRS peut fournir - et pour finir - augmenté les operations de votre mine ou votre tunnel.

Mine Radio Systems

www.mineradio.com Quebec Mining Review 2011

19


Murdoch. “Traditionally, in politics, industry, labour – you name it – the Cree were less than one per cent of the workforce despite being the majority of the population. This will be remedied from here on, but we have a responsibility to be willing and skilled.” Chief Mark concurs. “Our next step is to address training. It’s time to instill drive, enthusiasm, and involvement in these opportunities. This will

take a bit of a lifestyle change because much time here is spent hunting and fishing. But once people realize the variety of jobs, the salaries and the shift flexibility – two weeks of work and two weeks off – they will see that it fits their lifestyle well.” The mine will also spur a range of offshoot business ventures across the region, adding to those already involved in road building, earth moving, and wind energy.

Votre monde sécuritaire Making Your World Secure

Protection en uniforme Patrouilles et réponses aux alarmes Contrôle des accès et répartition Prévention et gestion du risque Procédures en santé et sécurité Enquêtes et services conseils Services d’urgence

Uniformed protection Patrols and alarm response Access control and dispatch Risk assessment and management Health and safety procedures Consulting and investigation Emergency services

Contactez-nous pour plus d’information Contact us for more information info@garda.ca

garda.ca

20 Revue minière du Québec

Some facilities plan to start outfitting camps to provide guided adventures, fishing, and hunting trips. Recently, a community member realized the viability of laundry services for mine and hydroelectric workers in the area. Other enterprises will take root as mine operations ramp up, and Chief Mark hopes women will fully participate. “Women have senior roles in our community, and most of our post-secondary education students are female. They can do anything they aspire to.”

SNAPSHOT OF THE PARTNERSHIP - Goldcorp will invest $1.4 billion in the mine - The Cree Nation will share in the profits generated by successful mine operations - Goldcorp will provide funding towards a local training centre to teach skills that transcend the mining industry - The company will fund vocational education, scholarships, business skills, and entrepreneurial opportunities - About 800 people will be employed during mine construction - 300 to 400 will be employed once the mine is fully operational - Desire for the workforce to be demographically representative of the local male, female, and youth population - Nearly 130 staff currently work at the mine site, almost 50 of which are Cree, and that percentage is expected to rise as locals are trained and production ramps up - Spin-off business opportunities span alternative energy, transportation, supply stores, hospitality venues, professional services, retail outlets, eco-adventures, and more - Goldcorp has already built a 60-kilometre power line, which will serve communities for generations to come

WHAT’S THE STAKE WORTH? Another notable aspect of this groundbreaking agreement has been the money factor. Due to its precedent-setting nature, with much of the world watching to see what the benchmark would be for companies collaborating on greenfields projects with Aboriginal groups in Quebec, the press


was clamouring to find out the final settlement figure. Truth be told, this was purposely left last on the agenda and is still not a firm number today. That’s all part of the secret of success. Moshoian says, “The details on the financial contributions were last on the table because this is a perpetual relationship agreement and we wanted to focus on trust, respect and community needs before dollars and cents. When you focus less on paper and more on people, great things can happen.” The Cree Nation did receive an undisclosed initial payment, but Murdoch says no one knows what the bottom line will be. “The end compensation hinges on how we continue to work together, which makes so much more sense because it ensures everyone has a stake in the future. While other signings culminate in a giant cheque being presented to the community as a onetime payment, this concept of profit sharing will last for generations as long as we participate. It’s very smart communitybased business thinking.” Chief Mark hopes other global groups will take their cue from this collaboration. “In the world today, not many communities have the foresight to put patience over instant monetary gain. That is why this is unique. The big payoff is not now; it will grow as both the mine and the Cree Nation partner together in ongoing viability and profitability for the benefit of all. Skilled people, health, choices, opportunities for our youth – that’s true wealth.”

Cree values and concerns prior to the public comment period. Our collaboration is a reflection of the depth of our partnership,” says George Burns, senior vice-president of Goldcorp’s Canadian and U.S. operations. This not only set the tone for the round-table teamwork that followed, it also ensures the ongoing and utmost respect for traditional territories, historical routes, sacred sites and cultural rites, as well as

preservation of wildlife and habitat. Part of the statement outlines Goldcorp’s commitment to track caribou counts and migratory paths, employ state-of-the-art water filtering and recycling systems, and other important measures. Goldcorp has also volunteered to take over management of a nearby sturgeon hatchery formerly run by Hydro Quebec. ◘

POSITIVE AND PIONEERING IMPACT Another unique attribute to this agreement was the drafting of the Environment and Sustainability Impact Assessment. The final go-ahead for the Éléonore hinges on approval of this document by the Quebec government, which is expected in the latter part of 2011. Three key leaders of the Cree Nation were asked by Goldcorp to help draft the contents, which seldom happens in the mining industry. “I am proud of the substantial input to the permit from our Cree partners that helped ensure we adequately addressed Quebec Mining Review 2011

21


Abitibi Géophysique Entretien avec les éditeurs de la Revue minière du Québec Revue : Je vois qu’Abitibi Géophysique met l'accent sur l'innovation et l'hiver dernier vous avez annoncé la co-fondation du Laboratoire international de géophysique minière avec l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue. Pourquoi votre entreprise est-elle si axée sur l'innovation? Abitibi Géophysique (AG) : Nous répondons aux besoins de nos clients. En règle générale, l'industrie minière a besoin et veut plus de découvertes pour répondre à la demande mondiale de ressources minérales. Ces dernières années, le ratio des découvertes a été inverse aux dépenses d'exploration. Nos clients attendent de nous que nous leur fournissions des outils efficaces qui leur permettront d'explorer plus profondément et dans des environnements plus difficiles. Nous croyons que grâce à l'innovation, nous pouvons développer de nouvelles technologies pour aider l'industrie de l'exploration à trouver plus de mines. Le déclin du nombre de découvertes minières n'est pas seulement une préoccupation en Ontario et au Québec, qui sont les juridictions minières les plus importantes au Canada, c'est aussi une question d'intérêt national et mondial. Au Canada, nous avons joint nos principaux clients qui ont formé le Conseil canadien de l’innovation minière (Canadian Mining Innovation Council CMIC). L'objectif du Conseil est d'assister l'industrie minière dans le développement de nouvelles approches, outils et méthodes, par l'intermédiaire des activités de recherchédéveloppement pour contribuer à de nouvelles découvertes et accroître la formation d’un personnel hautement qualifié. En Australie, nous avons joint AMIRA, une organisation similaire, où nos clients internationaux participent au financement et à l'innovation technologique en exploration. Nos clients estiment que plus d’initiatives coopératives en recherche-développement produiront des

22 Revue minière du Québec

innovations qui contribueront à améliorer le taux de découvertes. Le Laboratoire International de Géophysique Minière (LIGM) est actuellement en processus de recrutement d’un directeur scientifique qui sera chargé de superviser un groupe de chercheurs travaillant sur des innovations qui auront un impact positif sur le taux de découvertes de gisement minier à court et à moyen terme . Abitibi Géophysique voit une récurrence des défis communs en exploration, pour de nombreuses entreprises et dans de nombreux environnements. Nous pouvons être le catalyseur et soumettre ces défis au LIGM et de cette façon nous pouvons aider l'Université à répondre aux besoins spécifiques de l'industrie. C’est une autre occasion de concentrer la recherche-développement sur les défis d'exploration les plus pressants. Revue : Indiquez une innovation récente que vous avez mise en marché. A-t-elle été utilisée dans les camps miniers de l’Ontario et du Québec? AG : Nous avons eu plusieurs innovations au cours des dernières années. Toutefois, nous sommes le plus reconnu pour l’InfiniTEM®, qui a été introduit en 2004 et a depuis lors été reconnu pour plusieurs découvertes. InfiniTEM ® est un système électromagnétique dans le domaine du temps avec une configuration en boucle unique qui permet de détecter la minéralisation de conducteurs sub-verticaux jusqu’à 1000 mètres de profondeur. Plus récemment, afin d’améliorer la puissance et la souplesse de nos systèmes EM, nous avons commencé la production de nos propres instruments. Grâce à notre persévérance et à nos innovations, nous avons maintenant l’instrumentation TDEM la plus puissante, précise et économique en énergie dans le marché. Le système InfiniTEM® a été utilisé dans le secteur Ring of Fire, où le mort-terrain est épais, dans la région de Sudbury pour car-

tographier des minéralisations de nickel ultraconductrices, et dans les camps de Matagami et Chibougamau pour cartographier des dépôts de zinc de basse conductivité. Cette année, InfiniTEM® est aussi allé à l’international par un accord de licence avec Fugro Nexterra, qui fournit des services géophysiques au sol en Inde. Au printemps 2010, nous avons lancé dans le marché la polarisation provoquée (PP) trou-à-trou 3-D (Hole-to-Hole 3D IP ou H2H 3-D IP). La configuration H2H 3-D IP a été développée pour augmenter le rayon de détection autour et en dessous des trous de forage par rapport à ce qui peut être réalisé avec un levé classique de PP en forage. Considérant le coût abordable et l’efficacité de la méthode H2H 3-D IP, elle est maintenant acceptée comme un outil stratégique par les entreprises qui en ont fait l’expérience. L’imagerie 3-D a fait de cette méthode un outil plus puissant et plus utile que la PP en forage classique pour cartographier des sulfures disséminés associés à l’or, les PGE, les terres rares et les métaux de base. Elle a été particulièrement populaire auprès des compagnies d’exploration aurifère dans les camps de Timmins et de Val d’Or. Au cours des derniers mois, nous avons réalisé plusieurs levés expérimentaux ou en production de polarisation provoquée IPower3D®. Jusqu’à récemment, la polarisation provoquée a été généralement utilisée avec une configuration d’électrodes co-linéaires comme pôle-dipôle et dipôle-dipôle. Abitibi Géophysique a développé une configuration 3-D (IPower3D®) et un logiciel de traitement correspondant, qui se sont avérés très efficaces dans la pénétration du mort-terrain. Nous avons réussi à obtenir des réponses du socle sous le lac Red Lake, où un précédent levé PP conventionnel avait échoué, et dans le camp minier aurifère de Casa Berardi, une région bien connue pour son épais mort-terrain conducteur.


Les étudiants du college apprennent IP avec Abitibi Géophysique. / College students learning IP with Abitibi Geophysics.

Revue : Travaillez-vous avec les étudiants qui souhaitent entrer dans l’industrie de l’exploration minière? AG : Oui. Cette année, nous avons embauché quatre étudiants pour un emploi d’été et quatre diplômés pour des postes permanents. Nous avons la structure de gestion pour former des jeunes qui sont désireux d’apprendre, de relever les défis de l’exploration minière et de vivre l’excitation des découvertes. Ce ne sont pas tous des étudiants qui sont diplômés universitaires et spécialisés en géophysique. Nous avons également embauché des diplômés des écoles techniques que nous formons comme opérateurs d’instruments géophysiques, techniciens de maintenance électronique, géomètres et techniciens en compilation des données. C’est une avenue à double sens avec les jeunes, ils ont une expérience limitée, mais ils arrivent avec des idées nouvelles et de nombreuses questions, et au fil des ans, parmi ces nouvelles idées, nous avons découvert des trésors. Nous aidons aussi les étudiants qui mènent des recherches en géophysique. Par exemple, l’hiver dernier, nous avons effectué un levé électromagnétique dans le domaine du temps pour fournir des données de haute qualité pour un projet de recherche sous la direction de Richard Smith de l’Université laurentienne. Nous avons fourni des données et de l’assistance à un étudiant en maîtrise recherchant des procédures d’interprétation des données InfiniTEM, sous la direction de Colin Farquharson de l’Université Memorial. Nous avons aussi travaillé avec un candidat à

Le récepteur IPower3D dans l’environnement propice. / IPower3D receiver set-up in conductive overburden environment.

la maîtrise qui élabore une approche d’interprétation intitulée « Réseau de neurones artificiels appliqués à l’InfiniTEM », sous la supervision de Li Zhen Chang de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue. Plus de 60 % de notre personnel est bilingue, ce qui nous donne la flexibilité de travailler avec des étudiants de partout au Canada. Revue : Étant donné les turbulences actuelles de l’économie mondiale, quelle est votre perspective sur l’industrie minière? AG : Le ciel est bleu! Nous croyons que la demande mondiale de métaux augmentera

en général pour de nombreuses années avec près de quatre milliards de personnes accédant à un monde plus industrialisé et faisant l’acquisition de produits variés, des éviers aux téléphones cellulaires. En plus de la demande croissante, nous expérimentons une dépendance accrue à la géophysique comme solution à l’exploration dans des environnements plus profonds et plus difficiles. Cependant, indépendamment de notre vision optimiste de l’avenir, nous savons tous que l’exploration minière est une activité cyclique, et nous devons faire attention à ne pas nous étendre démesurément durant les années florissantes. ◘

Quebec Mining Review 2011

23


Abitibi Geophysics An interview with the editors of the Quebec Mining Review I understand that Abitibi Geophysics is placing emphasis on innovation and last winter you announced the co-founding of the International Laboratory for Mining Geophysics with the University du QuÊbec en AbitibiTÊmiscamingue. Why is your firm so focused on innovation? Abitibi Geophysics (AG): We are responding to our clients’ needs. Generally, the mining industry needs and wants more discoveries to meet the world’s demand for minerals. In recent years, the discovery ratio has been inverse to exploration expenditures. Our clients expect us to provide effective tools that will allow them to explore deeper and in more difficult environments. We believe that through innovation we can develop new technologies to help the exploration industry find more mines. The declining number of mining discoveries is not only of concern in Ontario and Quebec (which are the largest mining jurisdictions in Canada); it is a national and worldwide

issue. In Canada we joined our key clients who formed the Canadian Mining Innovation Council (CMIC). The objective of the council is to assist the mineral industry in developing new approaches, tools and methods, through relevant research and development (R&D) activities to aid in new discoveries and increase training of highly qualified personnel. In Australia we joined AMIRA, a similar organization where our international clients are participating in funding exploration technology innovation. Our clients believe that more cooperative R&D initiatives will yield innovations that will help improve the rate of discovery. The International Laboratory for Mining Geophysics (ILMG) is currently recruiting a scientific director who will be responsible for supervising a group of researchers working on innovations that will have a positive impact in the short/medium term discovery rate of mining deposits. Abitibi Geophysics sees a recurrence of common exploration challenges

Traverses en arches d’acier pour transport du minerai .VSTEFTPVU�OFNFOUFUSBNQFTQPVSDPODBTTFVSr5VOOFMTQPVSQJMFEFTUPDLBHF EFDPOWPZFVSFUEÊWBDVBUJPO 1PSUBJMTEFOUSÊFEFNJOF QPOUTFUTUSVDUVSFTEFQSPUFDUJPO

La Force de l’acier, notre expertise.

rBJMNJOJOHDPN

We’re big on mining.

)FBWZ)BVM3PBEBOE3BJM"SDIFTr.4&$SVTIFS8BMMTBOE3FUBJOJOH8BMMT 4UPDLQJMF $POWFZPSBOE&TDBQF5VOOFMTr1PSUBMT #SJEHFTBOE1SPUFDUJPO4USVDUVSFT

24 Revue minière du QuÊbec

from many companies and across many environments. We can be the catalyst to bring those challenges to the ILMG and in this way we can help the university to address specific needs of the industry. It is another opportunity to focus R&D on prevalent exploration challenges. Identify a recent innovation you have introduced to the marketplace. Has it been used in Ontario and Quebec mining camps? AG: We had several innovations over the past few years; however, we are most recognized for the InfiniTEMÂŽ system because it was introduced back in 2004 and has since then been credited with several discoveries. InfiniTEMÂŽ is a time-domain electromagnetic system with a unique loop configuration that can detect sub-vertical conductive mineralization down to 1,000 metres. More recently, to enhance the power and flexibility of our EM systems we started producing our own instrumentation. Through our persistence and innovation we now have the most powerful, accurate and energy-efficient TDEM instrumentation in the market. The InfiniTEMÂŽ system has been used in the Ring of Fire where there is deep overburden, in the Sudbury area to map super-conductive nickel mineralization, and in the Matagami and Chibougamou camps to map low-conductivity zinc deposits. This year, InfiniTEMÂŽ has gone international through a licensing arrangement with Fugro Nexterra, who provide ground geophysical services in India. In spring 2010 we introduced Hole-toHole 3-D Induced Polarization (H-2-H 3D IP) to the marketplace. The H-2-H 3D IP configuration was developed to increase the radius of detection around and below the drill holes compared to what can be achieved with a classical borehole IP survey. Considering the affordability and effectiveness of H-2-H 3D IP, it is now accepted as a strategic tool by com-


Ag

Cu

Ni

Zn

Au

Positioning Fluxgate TDEM sensor over Ni deposit . / Le capteur Fluxgate TDEM sur le gisement de nikel.

panies that have experience with it. 3-D imaging has made this method more powerful and useful than classical borehole IP for mapping disseminated sulphides associated with gold, PGE, rare earths, and base metals. It has been particularly popular with the gold exploration companies in the Timmins and Val d’Or camps. Over the past few months we have completed several experimental/production IPower3D® induced polarization surveys. Until recently, induced polarization was generally used with an in-line current/potential electrode configuration such as pole-dipole and dipole-dipole. Abitibi Geophysics developed a 3-D configuration (IPower3D®) and corresponding processing software, which has proven to be very effective in penetrating overburden. We were successful in getting bedrock responses from under Red Lake, where a previous conventional IP survey had failed, and in the Casa Berardi gold mining camp, a region well-known for its thick, conductive overburden. Do you work with students wishing to get into the mining exploration industry? AG: Yes, this year we hired four students for summer work and four graduates for permanent positions. We have the management structure to train young people who are keen to learn, enjoy the challenge of mining exploration and the thrill of discovery. Not all students are university graduates specializing in geophysics. We also hire technical school graduates whom we train to become geophysical instrument operators, electronics maintenance technicians, surveyors, and data compilation technicians. It is a two-way street working with young people; they have limited

experience but they come with new ideas and many questions, and over the years among those new ideas we have uncovered gems. We also assist students conducting mining geophysical research. For example, this past winter we conducted a time-domain electromagnetic survey to provide high-quality data for a research project under the direction of Dr. Richard Smith at Laurentian University; we provided data and assistance to a M.Sc student researching interpretation procedures for InfiniTEM data under the direction of Dr. Colin Farquharson at Memorial University; and similarly we worked with a M.Sc candidate working on an interpretation approach titled “Artificial neural network applied to InfiniTEM”, under the supervision of Dr. Li zhen Chang at the University of Québec at AbitibiTémiscamingue. More than 60 per cent of our staff is bilingual, which gives us the flexibility to work with students from across Canada. Given the global economy’s current turbulence, what’s your perspective on the mining industry? AG: The sky is blue! We believe that worldwide demand for metals will generally increase for many years as close to four billion people in the world are industrializing and acquiring products from sinks to cell phones. In addition to growing demand, we are experiencing an increased reliance on geophysics to help with exploration in deeper and more challenging environments. However, regardless of how optimistic the future is, we all know that mining exploration is a cyclical business and we have to be careful not to overextend ourselves in the buoyant years. ◘

Cr

Worldwide W orldwide Services Services

Ground

BoreHole

Time-domain electromagnetics Time-domain InfiniTEM - deep TEM Fr equency-domain electromagnetics Frequency-domain Resistivity / Induced Polarization Gr avity / GPS Gravity Magnetics Gamma-r ay spectrometr Gamma-ray spectrometryy Bor ehole logging Borehole Interpr etation Interpretation R

We can We help you find a mi ne mine QUALITY

INNO INNOVATION VAT TION

EFFICIENCY

SAFETY

www.ageophysics.com www .ageophysics.com 1-888-673-2001 Quebec Mining Review 2011

25


Permettre aux mines d’économiser des millions en coûts d’énergie À l’avenir, les mines seront plus profondes. Le résultat? Des coûts d’infrastructure, de ventilation, et d’énergie plus élevés. Votre entreprise se distinguera de vos concurrents dans l’industrie par la façon dont vous relèverez ces défis futurs. BESTECH, l’une des plus importantes sociétés d’ingénierie, d’automatisation, de développement de logiciels et de gestion énergétique a créé NRG1-ECO. NRG1-ECO (optimisation de consommation énergétique) est une solution de gestion énergétique, à l’échelle de la mine, qui peut se traduire annuellement par des économies de millions de dollars en coûts d’énergie. NRG1-ECO peut s’appliquer aux équipements et procédés automatisés, tels que les compresseurs, les pompes et la ventilation, pour considérablement réduire la consommation d’énergie. NRG1-ECO a été créé avec une architecture ouverte permettant d’utiliser la technologie existante à toute mine. L’intégration est au coeur de NRG1-ECO et sa capacité de s’intégrer à toute technologie minière nouvelle ou existante offre aux mines, anciennes ou nou-

Nolinor Aviation is a private charter airline operating Convair 580 Turboprop and Boeing 737-200 Combi jets, under a 705 large carrier Operation Certificate in Canada. We are certified to do our Maintenance by Transport Canada. Nolinor Aviation is known for serving major Canadian cities as well the northern regions; with passengers and cargo services.

26 Revue minière du Québec

Visionneuse 3-D NRG1-ECO- Des zones dans le système NRG1-ECO sont affichées dans la visionneuse 3-D, grâce à des couleurs personnalisables. Les dispositifs sont indiqués dans leurs positions géographiques réelles. NRG1-ECO 3-D Viewer- Zones within the NRG1-ECO System are displayed in the 3-D viewer using customizable colours. Devices are shown in their true geographical positions.

We provide service transportation solutions anywhere in the world. Our international line services include destinations in the USA, Caribbean, Mexico and Africa. Nolinor Aviation adapts to their customers needs and we are committed to the highest safety standards in the industry. www.nolinor.com


Plusieurs types de capteurs de surveillance environnementale peuvent être intégrés au système de contrôle de NRG1-ECO pour surveiller divers paramètres, dont la température, l’humidité relative, le monoxyde de carbone (CO), le dioxyde de carbone (CO2) et le monoxyde d’azote (NO), afin de fournir des données en temps réel à l’appui de la ventilation sur demande. Many types of environmental monitoring sensors can be integrated into the NRG1-ECO control system to monitor various parameters including temperature, relative humidity, carbon monoxide (CO), carbon dioxide (CO2) and nitrogen monoxide (NO); providing real-time data to support Ventilation-On-Demand.

velles, la possibilité de réduire sensiblement leurs coûts d’énergie. NRG1-ECO peut être adapté aux besoins et protocoles de chaque mine afin de miser sur son RCI le plus élevé. Le système est actuellement installé et fonctionnel à la mine Coleman de Vale et à la mine Fraser d’Xstrata Nickel, toutes deux à Sudbury, Ontario, au Canada. Selon Cheryl Allen, ingénieure en chef, Ventilation, Services techniques, pour les opérations canadiennes de Vale : « Nous avons collaboré avec BESTECH pour répondre aux besoins de l’industrie et nous avons complété le développement de l’outil de ventilation sur demande NRG1-ECO chez nous. » En général, un système de ventilation minière fonctionne toujours à plein rendement. Le module de VSD (ventilation sur demande) de NRG1-ECO permet à la mine de contrôler immédiatement le débit d’air de ventilation où et quand cela est nécessaire. La mine peut ainsi réduire ses coûts de ventilation de jusqu’à 30 %, ce qui représente d’importantes économies, car les coûts de ventilation sont près de 50 % de ses coûts énergétiques. Partout au monde, la technologie NRG1ECO de BESTECH retient l’attention de géants de l’industrie minière, dont Goldcorp Inc., le producteur d’or à croissance la plus rapide en Amérique du Nord. « Nous avons examiné deux différents systèmes. BESTECH semblait offrir un sys-

tème complet du début à la fin. Nous espérons adopter NRG1-ECO dans une démarche en deux étapes. D’abord, mettre le système en marche à deux niveaux dans la mine Hoyle Pond à Timmins et, si cela fonctionne, l’adopter au reste de la mine, » c’est ce qu’affirme Imola Götz, ingénieure en chef, mine Hoyle Pond Mine, Goldcorp.

De l’aide pour des demandes de remises et de subventions visant l’amélioration énergétique est offerte aux mines pour l’évaluation initiale et la mise en service de NRG1-ECO, afin d’aider à accroître la rentabilité et les économies. Pour obtenir plus d’information sur NRG1ECO, visitez le site Web www.NRG1-ECO.com. ◘

Prospector Wall Tents Internal Frame Tents Insulated Tents and Liners Tarps - Tool Bags - Sample Bags Custom Covers Mining and Exploration Supplies 33 Father Costello Drive, Schumacher, ON. P0N 1G0 Email: info@porcupinecanvas.com www.porcupinecanvas.com

1-800-461-1045 Quebec Mining Review 2011

27


Saving mines millions in energy costs Mines of the future will be going deeper, resulting in higher costs for infrastructure, ventilation, and energy. How your mine addresses these future challenges will separate your company from the rest of the mining industry. BESTECH, one of Canada’s leading firms specializing in engineering, automation, software development, and energy management has developed NRG1-ECO. NRG1-ECO (Energy Consumption Optimization) is a mine-wide energy management system that can save mining operations millions of dollars in energy costs per year. NRG1-ECO can be applied to automated equipment and processes such as compressors, pumps, and ventilation to significantly reduce energy consumption.

28 Revue minière du Québec

Marc Boudreau (BESTECH president & CEO), Sarah Paajanen (BESTECH project manager) and Cheryl Allen (Vale Chief Ventilation engineer/project manager). Photo Provided by Vale. Marc Boudreau (président et PDG, BESTECH), Sarah Paajanen (chef de projet, BESTECH) et Cheryl Allen (ingénieure en chef, ventilation, et chargée de projet, Vale). Photo fournie par Vale.


NRG1-ECO was developed with an open architecture so that it will work with technology already in use at the mine site. Integration is at the core of NRG1-ECO and its ability to incorporate with new or existing mine technology offers mining operations, old or new, the opportunity to realize significant energy savings. The NRG1-ECO system can be customized to reflect each mine’s needs and protocols in order to leverage the highest ROI for each mine site. NRG1-ECO is currently installed and operating at Vale’s Coleman Mine and Xstrata Nickel’s Fraser Mine, both in Sudbury, Ontario, Canada. “We worked together with BESTECH on what was needed in the industry and they’ve completed the development of NRG1-ECO’s Ventilation-On-Demand management tool for us,” says Cheryl Allen, chief engineer - Ventilation, Vale Mines Mill Technical Services, Canadian Operation. A mine ventilation system usually operates at peak capacity 100 per cent of the time. NRG1ECO’s VOD (Ventilation-On-Demand) module enables the mine to actively control the ventilation system’s air flow to when and where it is needed. This allows a mine to reduce its ventilation costs by as much as 30 per cent, which

WWW.USINAGELAQUERRE.COM SCALING BARS ET RAISE CHAINS Super barres d’écaillage ergonomiques efficace et sécuritaire

BREVET CANADIEN (EN INSTANCE) 2421024 BREVET AMÉRICAIN 6,901,621 B2

SPECIALIZED IN THE PRODUCTION OF MINING AND DRILLING EXPLORATION PRODUCTS QPièces de forage : Casing, Inner, Outer tube... head assy, W/S, Subs, FMC Pompes et + QSoudure QPièces sur mesure QET PLUS... 90, AVENUE MARCEL BARIL ROUYN-NORANDA, QC, J9X 7B8

PRÉSIDENT : GUYLAIN LAQUERRE VICE-PRÉSIDENT : STÉPHAN LAQUERRE VENTES : RICHARD LANTAGNE COURRIEL : INFO@USINAGELAQUERRE.COM

TÉL. : 819 797-8822 / TÉLÉC. : 819 797-3787

Quebec Mining Review 2011

29


NRG1-ECO Web-Based HMI The web-based HMI allows remote access to standard process control HMI. Shown here is a VFD Fan under cascading closed loop PID control. NRG1-ECO : IHM sur Web Cette IHM en ligne permet l’accès à distance d’IHM de contrôle de procédé standard. Ici, on voit un ventilateur à fréquence variable contrôlé par système PID à boucle fermée en cascade.

represents significant savings given that ventilation usually represents more than 50 per cent of a mine’s energy costs. BESTECH’s NRG1-ECO technology is attracting worldwide attention from other mining giants, including North America’s fastest growing senior gold producer, Goldcorp Inc. “We looked at two different systems. It seemed BESTECH was offering a complete package from the ground up. We’re hoping to go ahead with NRG1-ECO in a two-stage approach. First, have the system up and running on two levels in the Hoyle Pond Mine in Timmins and if that proves to be satisfactory, then we will expand it to the rest of the mine,” says Imola Götz, chief engineer, Hoyle Pond Mine, Goldcorp. Assistance with energy-efficiency grants and rebate applications is available to mines for both the initial NRG1-ECO site assessment and commissioning to help leverage increased profitability and savings. To find out more information on NRG1-ECO, go to www.NRG1-ECO.com. ◘

BIG ICE FLOOD PUMPS FOR SERIOUS ICE ROADS BUILDERS www.bigice.ca | 1.888.249.8886

Designed to keep you on Top 30 Revue minière du Québec


WITH YOU GET: s Reduced electricity consumption of at least 20% s Roller construction reducing noise by 12 decibels s Sealed for life system better than anything else on the market due to use of synthetic non water soluble grease with operating temperature range of minus 67°F to 400°F s Superior roller quality resulting in reduced downtime with life expectancy as much as 3 times as the rollers you're presently using s Bearings which are isolated from high frequency noise, excessive impact and vibration s Minimum TIR from every roller

CAN YOU AFFORD... NOT BUYING ENDURIDE? NOT SAVING 20% ON ELECTRICITY? NOT HAVING A ROLLER WITH THE BEST SEALS ON THE MARKET?

s Customized roller construction to meet your needs; not an off the shelf product and will fit any idler frame.

NOT HAVING THE MOST SILENT ROLLER ON THE MARKET?

s Meets and exceeds all CEMA specifications

NOT HAVING LESS DOWNTIME ON YOUR CONVEYOR?

WE'RE NOT ONLY ABOUT PRICE, WE ARE ABOUT A RETURN ON YOUR INVESTMENT!

NOT HAVING THE BEST RETURN ON YOUR INVESTMENT?

YOU CAN AFFORD THE

PRODUCTS

IF YOU STOP LOOKING AT PRICE AND LOOK FOR A RETURN ON INVESTMENT, WE CAN THEN HELP YOU SOLVE YOUR PROBLEMS AND GET YOU A BETTER RETURN ON YOUR DOLLARS.

www.enduridecanadausa.com jet11@enduridecanadausa.com

IT’S ALL ABOUT COST PER TON!


Exploration Nemaska inc. Bien positionnÊe dans le marchÊ mondial Êmergent du lithium AlimentÊ par l’Êmergence de vÊhicules Êlectriques ainsi que d’autres applications, le marchÊ du lithium est en croissance chaque annÊe et Exploration Nemaska inc. (Nemaska) (TSX-V: NMX and OTCQX: NMKEF) est bien positionnÊe pour combler cette demande avec les rÊserves de son projet de lithium Whabouchi. Des experts de signumBox, une firme basÊe au Chili et spÊcialisÊe dans la recherche en intelligence de marchÊ dans le secteur des ressources naturelles, prÊdisent qu’à elle seule la demande pour les piles au lithium atteindra 100 000 tonnes mÊtriques par annÊe d’ici 2025, comparativement à son niveau actuel d’environ 5 000 tonnes mÊtriques. Le projet Whabouchi de Nemaska, situÊ dans la rÊgion de la Baie James au QuÊbec, est l’un des projets possÊdant les plus hautes teneurs en pegmatite à spodumène de lithium au monde. La sociÊtÊ a rÊcemment complÊtÊ une Êvaluation Êconomique prÊliminaire de son projet Whabouchi et a mis à jour son estimation de ressources NI 43-101, en

La rÊfÊrence depuis 20 ans SOLUTIONS GÉOSPATIALES t$BSUPHSBQIJF UPQPHSBQIJRVF t"OBMZTF MJUIPTUSVDUVSBMF t1PUFOUJFM NJO�SBM t.PEÒMF% t&OWJSPOOFNFOU NJOJFS

The reference for the past 20 years GEOSPATIAL SOLUTIONS t5PQPHSBQIJDBM NBQQJOH t-JUIPTUSVDUVSBM BOBMZTJT t.JOFSBM QPUFOUJBM t%NPEFM t.JOJOH FOWJSPONFOU WJBTBUHFPDPN

32 Revue minière du QuÊbec

plus de lancer une Êtude de faisabilitÊ dÊfinitive et d’avoir signÊ un partenariat avec un investisseur stratÊgique chinois. La plus rÊcente estimation des ressources NI 43-101 de Nemaska classe son projet de lithium Whabouchi comme la plus grande ressource mesurÊe de spodumène au monde. Avec 25 millions de tonnes dans les catÊgories mesurÊes et indiquÊes, la mine à ciel ouvert de Nemaska aura une durÊe de vie estimative de 25 ans. S’appuyant sur cette estimation des ressources, Nemaska procède actuellement à l’Êtude de faisabilitÊ avancÊe avec l’objectif d’entrer en production d’ici 2013. La sociÊtÊ prÊvoit 86 millions de dollars en dÊpenses en immobilisations, ce qui inclut le dÊbut de la mise en production, le concentrateur ainsi que 13,6 millions de dollars de contingence et 5 millions de dollars en fonds de roulement. Des ingÊnieurs de la firme quÊbÊcoise BBA inc. s’affairent à trouver l’Êquilibre entre les objectifs d’un impact environnemental minimal et la meilleure rentabilitÊ minière dans la conception du site de la mine. Une fois en production, Nemaska prÊvoit la crÊation de 150 nouveaux emplois dans la province de QuÊbec. Le QuÊbec est une rÊgion minière de premier choix et la propriÊtÊ que possède Nemaska est situÊe dans un endroit idÊal pour l’exploitation minière. Le projet Whabouchi est entourÊ par d’excellentes infrastructures, incluant l’accès en tout temps aux routes, à l’aÊroport, à l’ÊlectricitÊ ainsi qu’à de la main-d’œuvre spÊcialisÊe. De plus, le village cri de Nemaska est situÊ qu’à quelques kilomètres du projet. Depuis que la sociÊtÊ a commencÊ l’exploration dans la rÊgion, Exploration Nemaska et les Cris ont engagÊ des discussions actives sur le dÊveloppement Êventuel de la mine. Par ailleurs, les Cris sont d’importants actionnaires de Nemaska, lesquels ont investi dans l’entreprise lors de multiples phases de financement dans le passÊ. En plus de son partenariat avec les Cris, Nemaska a attirÊ l’attention d’un investisseur chinois de taille, Chengdu Tianqi Industry Group Co., Ltd (Tianqi). Tianqi est la sociÊtÊ-mère du fournisseur de matÊriaux de piles de lithium le plus important en Chine. La filiale de Tianqi transforme le concentrÊ de spodumène en carbonate de lithium, qui est un intrant important dans la fabrication des batteries. Nemaska prÊvoit initialement produire un concentrÊ de spodumène et l’expÊdier directement à des clients chinois. Le lithium Êtant un mÊtal industriel, les contrats sont donc nÊgociÊs individuellement avec des clients. Nemaska est prÊsentement en pourparlers avancÊs avec Tianqi concernant un contrat d’approvisionnement en lithium. De plus, les deux parties sont en discussion afin d’Êtablir une usine de carbonate de lithium au QuÊbec, ce qui assurerait à Tianqi un meilleur accès aux marchÊs des applications des piles au lithium nord-amÊricains et eu-


ropéens. L’usine de carbonate de lithium est envisagée comme la deuxième phase de développement, ce qui créerait davantage d’investissements et d’emplois au Québec, en plus d’aider à faire reconnaître la province comme un centre majeur de l’industrie du lithium en Amérique du Nord. Nemaska continu de progresser vers la voie de la mise en production. Depuis la création de la société en 2008, le passage de l’exploration à la production se sera produit rapidement. L’équipe de direction de Nemaska s’est fixé des objectifs et a su y répondre en de-

meurant périodiquement en contact avec ses principaux actionnaires. La société est dirigée par M. Guy Bourassa, dirigeant minier chevronné. Celui-ci est bien secondé par une équipe d’exploration et de développement expérimentée, ainsi que par le soutien et les connaissances de son conseil d’administration. Suivez les nouvelles de Nemaska dans les prochains mois afin de constater l’évolution du projet de développement de cette nouvelle mine en sol québécois. Pour plus d’information sur Exploration Nemaska, veuillez consulter le site Web www.nemaskaexploration.com. ◘

Quebec Mining Review 2011

33


Quebec’s Nemaska well-positioned in the emerging global lithium market Fueled largely by the demand for emerging battery-powered vehicles and other applications, the lithium market is growing annually and Nemaska Exploration Inc. (Nemaska) (TSX-V: NMX, OTCQX: NMKEF) is well-positioned to fill that demand with new supply from its Whabouchi lithium project. Experts from signumBox, a Chilean-based provider of market intelligence research within the natural resource sector, predicts the demand for lithium applications in batteries alone will top 100,000 metric tonnes a year by 2025 from its current level of about 5,000 metric tonnes. Nemaska’s Whabouchi Project, located in the lower James Bay Region of Quebec, boasts one of the largest and richest hard rock pegmatite lithium projects in the world. The company recently completed a Preliminary Economic Assessment on its Whabouchi project, upgraded its NI 43-101 resource estimate, initiated a definitive feasibility study and signed a strategic Chinese investor. Nemaska’s most recent NI 43-101 resource estimate (July 2011) puts its Whabouchi lithium project as the largest measured resource of spodumene in the world. With 25 million tonnes in the measured and indicated categories, Nemaska has an estimated 25 years of in-pit resources to mine. Building on this updated resource estimate, Nemaska is proceeding to the feasibility stage with an objective to be in production by 2013. The company is projecting $86 million in capital expenditures which includes the mine start up and concentrator, as well as $13.6 million in contingency and $5 million of working capital. Engineers from Quebec’s BBA Inc. are balancing the goals of minimal environmental impact with maximum mine economics in the design of the new mine site. Once in production, the company anticipates creating 150 new jobs in the province of Quebec. Quebec is a premier mining jurisdiction

36 Revue minière du Québec

and Nemaska’s property is located in an ideal location for mining. Whabouchi is surrounded by excellent infrastructures including yearround roads/airport, power and labour forces. The Cree Nation of Nemaska is located just a few short kilometres away and Nemaska and the Cree have been in engaged active discussions on the eventual development of the mine since the company first started exploration in the area. The Cree are large and supportive shareholders in Nemaska, having invested equity in the company in multiple financings in the past. In addition to their Cree partners, Nemaska has attracted the attention and equity of a large Chinese investor, Chengdu Tianqi Industry Group Co., Ltd. (Tianqi). Tianqi is the parent company of the largest lithium battery material provider in China. Tianqi’s subsidiary transforms spodumene concentrate into lithium carbonate for batteries. Nemaska plans to initially produce a spodumene concentrate and ship it to customers in China. Lithium is an industrial metal and as such, contracts are negotiated with individual customers. Nemaska is in advanced discussions with Tianqi on a lithium supply contract. In addition, the two

are also discussing a lithium carbonate plant in Quebec that will enable Tianqi to better access the North American and European markets for battery applications. The carbonate plant is being contemplated as a second phase of development and would create even more investment and jobs in Quebec, as well as assist in cementing the province as a lithium centre for North America. Nemaska continues to progress on the pathway of becoming a producer. Since the company’s inception in 2008, it has been on a rapid journey from exploration to production. The management team of Nemaska has set and met expectations along the way, communicating regularly with its key stakeholders. The company is led by Guy Bourassa, a seasoned mining executive. Bourassa is ably assisted by an experienced exploration and development team and supportive and knowledgeable Board of Directors. Look for more news from Nemaska in the coming months as the company commences the development of its new mine in Quebec. For more information on Nemaska Exploration please visit the company’s website at www.nemaskaexploration.com. ◘


Faire mouche : Eastmain Resources Inc. Par Jordan Thompson

Or visible à haute teneur du projet Clearwater. Clearwater high grade VG.

Or visible du filon B de la mine Eastmain. Eastmain Mine B Vein visible gold.

Étant donné que le Québec et l’Ontario sont classés parmi les dix principales régions au monde pour l’exploration minérale, Eastmain Resources (TSX : ER) fait certainement mouche avec ses projets au Québec. Eastmain est une entreprise canadienne d’exploration aurifère qui possède un intérêt de 100 % dans les gisements d’or des projets Eau Claire et de la mine Eastmain. L’entreprise affiche un compte de trésorerie fort et plusieurs projets d’exploration en cours de réalisation dans le District de la baie James, y compris la propriété Eleonore South. Le projet de premier plan de l’entreprise, soit le projet Clearwater, est situé sur les basses terres de la baie James au Québec et il comprend le gisement Eau Claire. Eastmain possède un intérêt de 100 % dans le projet. En 2009, le gisement Eau Claire contenait des réserves théoriques de 1,672 millions d’onces d’or (réserves de minerai à vue et indiquées de 632 000 onces et réserves présumées de 1 040 000 onces), soit une hausse de près de 63 % par rapport aux calculs effectués en 2005. Le gisement est ouvert dans toutes les directions et contient des filons à haute teneur exposés à la surface qui ont été suivis de manière continue à une profondeur de moins de 900 mètres. Au cours des seize derniers mois, des forages de délimitation ont croisé plus de trente filons aurifères avec de multiples zones de recoupement et de roche schisteuse qui confirment un gisement à haute teneur près de la surface, ainsi que des cibles additionnelles proches du gisement connu. Éric Lemieux, analyste chez Valeurs Mobilières Banque Laurentienne, a été très enthousiaste dernièrement au sujet du potentiel de l’Ontario et du Québec, en particulier de la région de la baie James. Comme il l’a déclaré, « la région de la baie James est très prometteuse, elle est vaste et sous-explorée. Eastmain exploite trois excel-

38 Revue minière du Québec

Camp de base du projet Clearwater. Clearwater Base Camp.

lents projets : mine RubyHill-Eastmain, Clearwater et Eleonore South ». « À l’heure actuelle, Eastmain effectue des travaux de forage vers l’ouest de la zone 450 Ouest dans une nouvelle zone appelée la zone 850 Ouest qui ne faisait pas partie de l’estimation des ressources minérales d’avril. De nombreux avantages accompagneraient une hausse de ces ressources minérales, qu’il s’agisse du potentiel d’exploitation souterraine ou d’exploitation à ciel ouvert. Je prévois que nous aurons des nouvelles au cours de l’année au sujet du projet Clearwater. Je crois que des choses intéressantes proviendront du projet Eau Claire, car l’entreprise est avantagée par une bonne infrastructure et un bon accès. » M. Lemieux loue aussi les efforts d’Eastmain Resources dans le projet de la mine RubyHill-Eastmain et le projet Eleonore South en ajoutant que ces zones affichent des ressources minérales connues qui se prêtent à une expansion. Ensemble, les gisements d’or du projet Eau Claire et de la mine Eastmain contiennent 1 877 million onces d’or (réserves de minerai à vue et indiquées de 887 000 onces et réserves présumées de 1 040 000 onces). Eastmain Resources a alloué 9,3 millions de dollars à l’exploration pour ses principaux projets aurifères au Québec en 2011. Le travail comprendra 46 000 mètres de forage. Bien que les projets Clearwater, Eleonore South et de la mine Eastmain soient présentement au premier plan des préoccupations de l’entreprise, grâce à des projets en cours de réalisation dans ce district minier dynamique, Eastmain Resources et ses projets au Québec semblent avoir le vent dans les voiles pour la période à venir. ◘


On mark: Eastmain Resources Inc. By Jordan Thompson Photo aérienne du camp de la mine Eastmain. Eastmain Mine Camp Aerial View.

Équipe de géologie du projet Clearwater. Clearwater Project Geology team.

With Ontario and Québec ranked among the world’s top 10 locations for mineral exploration, Eastmain Resources (TSX:ER) is certainly on the mark with its projects in Québec. Eastmain is a Canadian gold exploration company with 100 per cent interest in the Eau Claire and Eastmain Mine gold deposits. The corporation has a solid treasury and holds a pipeline of exploration projects within the James Bay District, including the Eleonore South property. The company’s flagship project is their Clearwater project, which is located in the James Bay Lowlands of Québec and hosts the Eau Claire deposit. Eastmain holds a 100 per cent interest in the project. As of 2009, the Eau Claire deposit contains a calculated resource of 1.672 million ounces of gold (632,000 measured and indicated and 1,040,000 inferred); an increase of nearly 63 per cent over their previous 2005 resource calculation. The deposit is open in all directions with high-grade veins exposed at the surface that have been traced continuously to below 900 metres. Over the past 16 months, definition drilling has intersected over 30 gold-bearing veins with multiple intersections and schist zones confirming a near surface high grade deposit along with additional targets close to the known deposit. Laurentian Bank Securities analyst Eric Lemieux has been very outspoken lately about the potential in Ontario and Québec, and specifically the James Bay area. “The James Bay region is a hot area that is vast and underexplored,” says Lemieux. “Eastmain has three very good positions: the

Ruby Hill/Eastmain Mine, Clearwater, and Eleonore South projects.” “Eastmain is currently drilling toward the west of the 450 West Zone in a new zone called the 850 West Zone that wasn't part of the mineral resource estimate in April,” says Lemieux. “There is a lot of upside to increase that mineral resource, both for the underground potential and the open pit scenarios. I expect that for the Clearwater Project some news will emerge in the course of the year. I think some interesting things will come from the Eau Claire as the company has the advantage of good infrastructure and accessibility.” Lemieux also praises the efforts of Eastmain Resources on their Ruby Hill/Eastmain Mine and Eleonore South projects, saying that there are known mineral resources there, and they are open for expansion. The Eau Claire and Eastmain Mine gold deposits together so far contain 1,877,000 million ounces of gold (887,000 measured and indicated and 1,040,000 ounces inferred). Eastmain Resources has allocated $9.3 million for exploration of its key gold projects in Québec for the 2011 year, and work will include 46,000 metres of drilling. While the Clearwater, Eastmain Mine, and Eleonore South projects are currently high on their exploration focus, with its pipeline of projects in this exciting mining district, it would appear that there is nothing but upside on the horizon for Eastmain Resources and its projects in Québec. ◘ Quebec Mining Review 2011

39


Découvertes hors des sentiers battus Par Sandro Lombardi De Val d’Or à Timmins sur la frontière ontarienne, la ceinture aurifère abitibienne est parsemée d’anciens sites d’exploitation minière et de nouveaux gisements miniers. De ce fait surprenante, la propriété Trecesson d’Exploration Knick [TSX-V:KNX] se situe en terre agricole près d’Amos, soit lég��rement au nord de ce corridor aurifère. Les gestionnaires de la société se souviendront du jour où un fermier les a guidés vers une tranchée datant des années 1930. L’or natif qui les attendait sur la surface

mais bien au-delà de nos attentes 28 trous de forage contenaient de l’or visible ». Le prix de l’or ayant atteint des sommets historiques, les promoteurs des sociétés d’exploration se réjouissent lorsque leurs résultats d’analyse démontrent des teneurs aurifères exprimées en unités de grammes/tonne. Des échantillons de surface recueillis dans deux zones, nord et sud, de la propriété Trecesson avaient quant à eux obtenu des résultats évalués en onces/tonne. Le personnel technique a ensuite établi un programme d’exploration novateur, leur permettant ainsi d’éviter des

rocheuse n’était qu’un aperçu du potentiel aurifère de leur nouvelle propriété. En effet, des sondages effectués par la société peu de temps après en ont surpris plus qu’un exprime son président Jacques Brunelle : « La zone était propice aux découvertes aurifères,

Or visible dans l’échantillon de forage TR 11-67. Visible gold in drill core from hole TR 11-67. The project is near Val d’Or, Quebec, the prolific heart of the province’s mining industry.

Coming into full produ production uction in 2013, a long term secure long-term sec re Cana adian source so rce of Canadian m carbonate. battery-grade lithium batter y-grade lithiu

NI 43-101 Compliant Mineral Minneral Resources 29.3 million tonnes @ 1.19% Li2O (Measured & Indicated) Inddicated)

40 Revue minière du Québec

Investo Investorr Relations Olavv Svela Ola Sveela osvela@canadalithium.com osvela@ @canadalithium.com TSX: CLQ Q

info@canadalithium.com inf o@canadalithium.com www .cannadalithium.com www.canadalithium.com 416.479.4355 416.479 9.4355

travaux de chantier tel que la coupe de ligne et la géophysique explique le géologue en chef Gordon Henriksen : « Nous sommes passés immédiatement à l’étape du forage afin de confirmer et accroître les découvertes historiques ». Le programme d’exploration a confirmé la présence d’une structure aurifère en surface. Une étendue de 500 mètres entre la zone nord et sud demeure sous-explorée et le potentiel aurifère en profondeur, une caractéristique des mines d’or de la région, est à vérifier par le biais de sondages supplémentaires. La société planifie une campagne de financement qui lui permettra d’explorer sa nouvelle découverte. ◘


Finding gold off the beaten path By Sandro Lombardi Flying above the Abitibi district is to glance upon the footprints of gold mining pioneers and state-of-the-art producers. From Val-d'Or, Quebec to Timmins, Ontario, past and present day mine sites adorn the landscape and gold production is in bloom. Yet Knick Exploration's [TSX-V:KNX] Trecesson property, near the city of Amos, Quebec, lies in farm country slightly north of this prolific region. When a farmer led chief geologist Gordon Henriksen and Knick Exploration president Jacques Brunelle to a 1930s trench, they quickly realized the area glittered with potential. The visible gold they saw was a modest hint at the outstanding results which followed the company's initial drilling campaign. "We knew the area was promising, but we did not expect 28 drill holes to yield visible

gold,” said Brunelle. With gold commodity prices at all-time highs, junior explorers feel fortunate when assay results return gold values in "grams per ton" units. Knick Exploration's Trecesson property delighted management with preliminary surface sample results in the ounces per ton range from two north and south zones. Using a novel approach, technical staff devised a cost-effective exploration program omitting traditional fieldwork such as line cutting and geophysics. "We hit the north and south zones with several shallow drill holes straight-off in order to confirm and expand historical gold discoveries," describes Henriksen. The approach successfully established the surface area’s gold-bearing structure. A

500-metre gap between the north and south zones remains under-explored and with blue sky potential at depth, which is typical of gold producing mines in the Abitibi region, Knick Exploration is weighing its options in raising capital to further explore its Trecesson find. “Some drill core assays are still pending, but we expect the lab to release complete results during August 2011,” said Brunelle. For more information, visit them at www.knick.ca. ◘

Pratique de renommée mondiale dans le secteur des mines et des minéraux Ogilvy Renault s’est joint au Groupe Norton Rose 2 600 avocats 5 continents 1 vision

World class mining and minerals practice Ogilvy Renault has joined Norton Rose Group 2600 lawyers 5 continents 1 vision

nortonrose.com

Quebec Mining Review 2011

41


L’une des grandes merveilles du monde – La faille Cadillac-Larder Lake La faille Cadillac-Larder Lake est l’une des grandes merveilles du monde qui a produit plus de 80 millions d’onces d’or au cours des neuf dernières décennies à partir de plus de 100 mines localisées le long des 200 km que couvre cette structure aurifère s’étendant de Kirkland Lake en Ontario jusqu’à l`est de Val d’Or au Québec. Queenston Mining y détient 1881 claims miniers incluant six dépôts aurifères ainsi que de nombreuses zones connues le long de cette remarquable structure. Les deux propriétés que possède Queenston Mining au Québec occupent six kilomètres le long de la faille Cadillac et sont stratégiquement situées entre deux opéra-

tions minières détenues par Agnico-Eagle, Lapa et Laronde. La propriété Pandorra, possédée à 100 % par Queenston Mining, abrite un dépôt historique ayant produit 2,33 millions de tonnes à une teneur moyenne de 4,5 g/t Au, inclus dans quatre différentes zones aurifères dont un gisement souterrain, le projet est adjacent à la mine Lapa. La propriété Wood-Pandorra, détenue à part égale par Queenston et GLobex Mining est adjacente à la mine Laronde et possède une ressource inférée (NI 43-101) de 243 200 t à 17,3 g/t Au (dépôt Ironwood) ainsi qu’une ressource historique de 1,42 million de tonnes à 5,3 g/t Au incluse à l’intérieur de deux autres dépôts.

Les efforts d’exploration sont présentement concentrés sur la propriété Wood-Pandora où les succès récents de forage ont rétabli l’intérêt le long de cette section d’un kilomètre de la propriété qui a historiquement produit à partir d’une série de veines aurifères. Les plus récents travaux de forage, reportés en mai 2011, incluaient 12 sondages visant à tester ce corridor à fort potentiel. Sept de ces sondages ont retourné des intersections aurifères. Les résultats les plus significatifs sont inclus dans la branche nord (North Branch), où des intersections à hautes teneurs de 10,8 g/t Au sur 3,7 m. (incluant 35,5 g/t Au sur 0,8 m), 14,7 g/t Au sur 2,9 m (incluant 33,8 g/t Au sur 0,8 m) ainsi que 13,0 g/t Au sur 1,3 m. Le potentiel d’exploration à l’intérieur de ces claims miniers stratégiquement situés continue d’être démontré. D’autres d’activités d’exploration sont prévues pour 2011. Ces travaux viseront à continuer à développer le fort potentiel offert par cette partie de territoire incluse dans le prolifique comté de Cadillac. ◘

Please recycle this magazine when you are done.

42 Revue minière du Québec


The great gold wonder – The Cadillac-Larder Break Queenston Mining Inc. The Cadillac-Larder Break is one of the great gold wonders of the world bearing more than 80 million ounces of gold in the past nine decades from more than 100 gold mines and extending over 200 kilometres from Kirkland Lake in Ontario to well east of Val d' Or, Quebec. Queenston Mining Inc. (TSX:QMI) maintains 1881 mineral claims which include six gold deposits and numerous known gold zones along this remarkable structure. Queenston’s two Quebec properties cover six kilometres along the Cadillac Break and are strategically situated between two of AgnicoEagle’s gold mining operations, Lapa and LaRonde. The 100 per cent owned Pandora

property hosts an historic deposit of 2.33 million t grading 4.5 g/t Au in four zones including one underground prospect; the project is adjacent to the Lapa mine. The Wood-Pandora property held in a 50/50 Joint Venture with Globex Mining is adjacent to the LaRonde mine and has reported NI 43-101 compliant Inferred Resources of 243,200 t grading 17.3 g/t at the Ironwood deposit and an historic inferred mineral resource of 1.43 million t grading 5.3 g/t Au in two other deposits. Current exploration activity is focused at the Wood-Pandora where successful drilling has re-established interest along a one kilometre section of the property that historically produced gold from

a series of veins. The most recent drill program, reported in May 2011, completed 12 drill holes to test this prospective corridor with seven holes intersecting gold mineralization. The most significant results reported along the North Branch showed high grade values of 10.8 g/t Au over 3.7 m (including 35.5 g/t Au over 0.8 m), 14.7 g/t Au over 2.9 m (including 33.8 g/t Au over 0.8 m) and 13.0 g/t Au over 1.3 m. The exploration potential in this strategic land claim continues to be demonstrated. More exploration activity is planned for 2011 to further develop the potential value and opportunity offered by this piece of Cadillac Township’s gold-laden territory. ◘

Quebec Mining Review 2011

43


Êtes-vous à la recherche d’un fournisseur de choix? Bâtiments Futur est là pour vous combler! Bâtiments Futur a fait ses dÊbuts dans la fabrication des bâtisses en forme d’arche, dans les secteurs agricoles et forestiers, le secteur des pêcheries et pour les Premières nations dans toutes les rÊgions du Canada. Nous voici plus de 30 ans plus tard. Aujourd’hui, la sociÊtÊ Bâtiments Futur est devenue un des chefs de file de la fabrication des bâtiments conçus sur mesure, en AmÊrique du Nord et dans le monde entier. Avec un cumulatif de plusieurs centaines d’annÊes d’expÊrience en conception et ingÊnierie et une production munie du dernier cri technologique, Bâtiments Futur est devenue le fournisseur de choix pour la plupart

des grands noms dans le secteur minier. Bâtiments Futur est aussi le nom retenu parmi les fournisseurs de choix pour les secteurs agricoles, gouvernementaux, militaires, ÊnergÊtiques et le secteur du transport. Dans le secteur minier, Bâtiments Futur est souvent sollicitÊe pour trouver des solutions. Que ce soit pour entreposer des minÊraux, abriter des puits, abriter des entrÊes de mine ou des systèmes de convoyeurs, ou tout simplement pour fournir des bâtiments pour l’entretien, que ce soit pour des garages, ou tout simplement pour plusieurs genres de bâtiments de service.

Aspirateurs rs du Nord /Explosion proof vacuum. vac cuum. / Vacuums a for oils, / Air driven vacuum.

mercury y, lead etc. mercury,

/ Hoses and tools of different Hoses d / Anti static hoses.

/ Containerss from 1 gallons Containers / Central vacs. vac cs.

to 40 sq meters. m

/Leasing available. av vailable. / H.E.P H.E.P.A. P.A. . ďŹ ltration. ďŹ lttration.

sizes for all purposes. purpose es.

346 av Larivière, Larivière, Rouyn-Noranda, QC J9X J9 9X 4H6   sASPIRATEURSDUNORD   sASSPIRATEURSDUNORD CABLEVISIONQCCA CABLE EVISIONQCCA 44 Revue minière du QuÊbec

L’ampleur et l’organisation de Bâtiments Futur jouent dans l’avantage concurrentiel de la sociÊtÊ. L’entreprise Êtant assez grande pour rester dans la course technologique et bÊnÊficier d’un pouvoir d’achat immense, elle possède aussi la flexibilitÊ d’une PME pour trouver des solutions pour leurs clients, avec des contraintes plutôt sÊvères. Parmi ses rÊalisations, Bâtiments Futur a conçu la plus grande structure en forme d’arche au monde. La grande force de Bâtiments Futur repose sur sa connaissance des domaines d’activitÊ de leurs clients. Cette force permet des solutions innovatrices de gÊrance à partir de la conception jusqu’à la livraison du produit. Plusieurs contrats dans le secteur minier ont ÊtÊ accordÊs, justement à cause du savoir-faire dans les domaines suivants : • Étude de temps – planification de la conception, de la production et de la livraison pour minimiser les dÊlais. • Étude de coÝt – estimation efficace pour adhÊrer aux budgets et être conforme aux normes en même temps. • Outils informatisÊs – pour aider à assurer des plans d’ingÊnierie respectant les normes, avec le minimum de dÊlai. • Connaissance des facteurs de sÊcuritÊ – savoir quand utiliser des contraintes spÊciales, ainsi que l’impact du coÝt des projets. De plus, le fait que Bâtiments Futur fournit un grand nombre de bâtiments au QuÊbec, surtout dans le secteur minier, cela justifie le fait d’avoir engagÊ des ingÊnieurs et techniciens bilingues. Ceci permet à Bâtiments Futur de fournir des dessins approuvÊs, conformes aux normes de toutes les rÊgions. Pour un client, cela veut dire que Bâtiments Futur parachèvera son projet selon les normes et cela sera fait d’une façon Êconomique et prÊcise. Les spÊcialistes de Bâtiments Futur ont conçu des solutions uniques pour leurs


clients dans le secteur minier. Par exemple, un bâtiment conçu pour une cafétéria souterraine, un bâtiment érigé sur des pilons, pour qu’il soit en mesure d’être soutenu directement sur le terrain rocheux. Un autre exemple nous est donné par des bâtiments mobiles qui peuvent être montés, démontés et transportés pour ensuite être remontés ailleurs. Bâtiments Futur a aussi livré ses bâtiments à des endroits pratiquement inaccessi-

bles, tel que le nord de la Russie. Cela prouve le fait que Bâtiments Futur met beaucoup d’emphase sur l’assurance de la qualité, en commençant par la conception et la fabrication, jusqu’à la coordination du transport, même avec des projets casse-tête. Des clients qui reviennent pour d’autres projets, ainsi que le fait d’avoir été référés par nos clients, prouvent le savoir-faire de l’entreprise. Cela motive cette dernière à de-

meurer le meilleur fournisseur dans l’industrie. Cet objectif est assez évident dans le volume annuel des ventes pour le secteur minier dans le marché domestique et international. Bâtiments Futur est fière d’être le fournisseur de choix d’entreprises telles que Alexis Mining, Bema Gold, Cameco Corp., Diavik Diamond, EastWest Gold, IAMGOLD, Makivik Corp., Nova Gold, et Xstrata Copper. ◘

Quebec Mining Review 2011

45


Digging around for a good supply partner? Future Buildings is a gem! Future Buildings started out by first producing steel Quonset huts for farmers, loggers, fishermen, and First Nations bands across Canada. Over 30 years later, Future Buildings is one of the leading Canadian manufacturers of customdesigned steel buildings in North America and around the world. With collectively hundreds of years of design and engineering experience in-house, including a state-of-the-art production facility, it has established itself as a supplier of choice for many of the big names in the mining industry. Future Buildings also has established a large footprint in commercial sectors that include all areas of government, agriculture, military, transport, and energy.

Mining companies and their engineering firms or contractors come to Future Buildings looking for clear span steel structures to use for everything from mineral storage, well shelters, mine caps, as well as conveyor belt covers, maintenance buildings, garages, and personnel facilities. What really sets Future Buildings apart from other building companies is a thorough understanding of industry-specific requirements and an expertise in design-to-delivery project management. Many mining projects have been awarded to Future Buildings because of project knowledge and the relevant expertise of the team in these critical areas:

• Schedule Impact – planning for sufficient project turnaround time • Cost Analysis – adhering to the budget and ensuring a cost-efficient structure that is designed to code • State-of-the-Art Engineering – producing and sending code-compliant engineered drawings quickly and efficiently • Additional Safety Factors – understanding when any special structural requirements are necessary and their impact to the bottom-line Also, because of the large number of mining jobs specifically in Quebec, Future Buildings has its own valuable resource in that

MAN UFACTURING MANUFACTURING G DRILL RIGS INNOVATING

SURFACE AND D UNDERGROUND

VERSADRILL DRILL CANADA T.. (00 T (001) 1) 8 819 19 738-4567 738-4567 www.versadrillcanada.com w.versadrillc anada.com versadrill@versadrillcanada.com @versadrillc anada.com

46 Revue minière du Québec


it is equipped with a fully bilingual in-house technical and engineering support team. They are accredited engineers, familiar with all regions, who are able to provide sealed, certified drawings compliant with local building codes. The size of Future Buildings and its infrastructure is one of its greatest competitive advantages. It is a large enough company to set the bar for new technological advances, having produced the world’s widest clear span arch building ever erected – yet it is small enough to operate with an all-department focus to meet a client’s tricky design request or seemingly impossible delivery deadline. For a client, it comes down to a professional reliability and assurance that Future Buildings will complete the project estimate timely and accurately and that the building itself will be delivered to spec, on-time and onbudget. The specialists in Future’s commercial department are proud to have developed some of the most creative structural solutions for their mining clients - a building designed to be an underground cafeteria; another structure erected on stilts so that it could be built directly on bedrock; fully transportable buildings that could be moved from one well site to another. Future Buildings has also delivered to some of the most remote, limited access locations in the world - northern Russia for example. This speaks volumes about Future Building’s commitment to quality assurance, logistics, and shipping protocols, even when some projects are somewhat challenging. Repeat business and professional referrals are a strong statement of capability for Future Buildings and this motivates the company every day to be the best project partner in the business. This objective is evident in the volume of steel service buildings designed, manufactured, and delivered to mining sites across the country and globally. Future Buildings is proud to have supplied quality steel building solutions to companies such as Alexis Mining, Bema Gold, Cameco Corp., Diavik Diamond, EastWest Gold, IAMGOLD, Makivik Corp., Nova Gold, and Xstrata Copper. ◘

LANDDRILL INTERNATIONAL LANDDRILL INTERNATIONAL offers offeers ccustomized ustomized drilling programs programs to to meet our customer’s customer’s unique rrequests. equests. We We eagerly look forward forward to to serving serving your your company company and being part part of another successful successful exploration exploration venture. venture. We We respect respect our o clients clients and it is our duty duty to to offer competitive comppetitive contracts, contracts, clear and pricise, ppricise, where where budget, budget g , schedule scheedule and results results previously ppreviouslyy agreed agr g eed are are completely complet o p elyy respected. respec p ted.

OUR SSPECIALTY PECIALLT Y SERVICES INCL INCLUDE UDE DDeep eep Hole Hole DDiamond iamond DDrilling riilling | Under Underground ground DDrilling rilling | DDirectional irectioonal Drilling Drilling LLogistics ogistics | Reverse Reverse Circulation Circulation

LLANDDRILL AN NDDRILL INTERNATIONAL INTERNATIONAL 75, rue Ontario Ontarioo | Notre-Dame-du-Nord Notre-Dame-du-Nord ((Qc) Qc) | J0Z 3B 3B0 B0 Mr DDaniel aniel TThellend hellend Branch Manager,r, Canada Br anch Manager Canada 1-819-723-5001 CCell:1-819-629-5734 ell:1-819-629-5734

Ms Melanie Penterman Penterman OOffice ffice Manager 1-819-629-5996

Mr Jacques Jacques Monette Monette VP Marketing, M eting, Moncton Mark Moncton NNBB 1-506-388-8100 CCell: ell: 1-705-690-3755

www.landdrill.com w ww.landdrill.com Quebec Mining Review 2011

47


Coup de bélier Par Daniel Dale Le coup de bélier est le résultat d’un changement de pression dynamique (énergie cinétique) dans un système de tuyauterie fermé. En hydraulique, les liquides réagissent en raison des niveaux d’énergie en mutation. Dans la nature ou un système de tuyauterie, la puissance brute d’un liquide peut être dévastatrice. L’énergie développée par une masse de liquide en mouvement provoque une élévation excessive de la pression qui peut entraîner un « cognement » sonore (coup de bélier) et des dommages aux canalisations et aux équipements reliés. Dans un cas, le coup de bélier était si fort que non seulement la tuyauterie a été endommagée, mais il a aussi causé des fissures dans les murs extérieurs en béton des bâtiments. Quand une pompe s’arrête brusquement ou qu’une valve est fermée, le fluide dans le tuyau veut continuer à se déplacer, mais il ne

48 Revue minière du Québec

peut pas le faire. Cette colonne d’eau est en mouvement dans le tuyau, puis entre en collision avec un obstacle solide qu’elle rencontre, comme une vanne fermée, un changement de configuration de tuyauterie, ou une réduction de dimension de la ligne. La colonne de liquide ne peut être comprimée pour absorber l’énergie de son élan, créant ainsi une onde de choc au sein du liquide. Cette onde de choc est le cognement que vous entendez quand un robinet est fermé ou qu’une pompe s’arrête. L’intensité de cette onde de choc peut créer une pointe de pression qui dépasse 3 ou 4 fois la pression du liquide dans le système. Le coup de bélier peut être contrôlé en réglant les temps de fermeture des soupapes, l’ajout d’un gaz au liquide, des coussins d’air, des chambres de surtension et, des clapets anti-retour sans claquement.

Le coup de bélier peut conduire à des complications graves telles que cette pompe fissurée. Water hammer can lead to severe outcomes such as this cracked pump.

Dans un système de tuyauterie, les conditions d’opération ne sont jamais à un état stationnaire. Pressions et débits changent constamment selon la fluctuation de la demande et du changement des niveaux des réservoirs. Aussi, des événements imprévus tels que des coupures de courant et des pannes d’équipement peuvent survenir. Une cause principale de coup de bélier est l’arrêt brusque d’une pompe. Sur des applications telles que des puisards d’assèchement d’une mine, il faut pomper de l’eau vers une tour de refroidissement ou de l’eau brute vers une installation de fabrication. Dans de tels cas, une solution très rentable consiste à installer un clapet anti-retour sans claquement, qui se ferme avant l’arrêt de l’écoulement ou avant que le débit inverse se produise. En installant ce type de clapet antiretour, on empêche les coups de bélier, ainsi que les risques de dommage associés à l’équipement ou au personnel. Un bel exemple de coup de bélier est l’assèchement d’une mine sous terre. Considérons qu’il n’est pas inhabituel qu’une mine soit à plus d’un mille de profondeur. L’eau est généralement pompée à la surface par étapes allant jusqu’à 2 000 pieds. Imaginez un pipeline de 6 po dans une étape de 1 200 pieds. Vous cherchez à pomper un total de 2 172 lb de liquide en une étape seulement, en veillant à que ce soit seulement de l’eau sans aucune particule ajoutée qui augmenterait la densité du liquide.


Pour accomplir cet exploit, il faudrait jusqu’à quatre pompes dispendieuses ainsi qu’une pompe de secours. Sans la présence d’un clapet situé avant la pompe pour éviter le retour des flux vers l’arrière, les résultats pourraient être désastreux. Si vos pompes commençaient à tourner à l’envers à cause des flux de retour, il pourrait en résulter une rupture de la canalisation ou que les pompes soient désarçonnées des bases de soutien. L’eau peut être aussi contaminée par d’autres matières dans la mine. Je connais un cas où l’eau contaminée par du soufre formait de l’acide sulfurique concentré. Avec près d’une tonne d’acide sulfurique et ses vapeurs associées se dégageant librement, vous pouvez imaginer ce qui se produirait dans l’écosystème de mines fermées. L’installation d’un clapet anti-retour sans claquement sur la sortie de la pompe peut empêcher une telle situation. Les clapets viennent dans une grande variété de styles et de configurations : clapet anti-retour avec débit axial, également connu

sous le nom de clapet à buse, sans claquement, ou clapet silencieux, sont spécifiquement conçus pour réduire ou éliminer les coups de bélier. La configuration du ressort est essentielle à l’élimination des coups de bélier. La « pression d’ouverture » d’un clapet anti-retour déterminera la pression différentielle à laquelle la soupape commence à s’ouvrir ou se fermer. Il est très important que la valve se ferme avant que l’écoulement s’arrête ou s’inverse. Ceci est la clé de la réduction et l’élimination des coups de bélier. Un fabricant reconnu sera en mesure de vous guider dans ce processus à partir de ce point. Déterminer le ressort approprié est une partie du processus ainsi que la conception et les considérations de sécurité, qui sont audelà de la portée de cet article. Le fabricant du clapet peut également vous aider avec tous les paramètres de la soupape nécessaires pour modeler les temps de fermeture et des transitoires de pression. Le coup de bélier n’est pas une situation

Une configuration typique d'un clapet anti-retour en ligne sans claquement avec débit axial. A typical configuration of a non-slam, axial flow check valve.

que vous avez à subir. Éliminer les coups de bélier aidera à améliorer la sécurité des travailleurs ainsi qu’éliminer les temps d’arrêt et les problèmes d’environnement liés au bruit et aux fuites. Daniel Dale, C.E.T., est représentant commercial non itinérant chez Fluid Controls Ltd Triangle, le principal distributeur de l’EFS pour les clapets anti-retour au Canada. Avec la contribution de Yves Pariseau, directeur régional pour le Québec et les Maritimes de Triangle Fluid Controls Ltd. ◘

Triangle Fluid Controls Ltd.

Break the Water e l c y C r e m m Ha Check out our DFT in-line silent check valves

1-866-537-1133 www.trianglefluid.com Proudly made in the USA

Reliable | Value | Performance Perform m ance | Longevity | Silent | Eliminates Water Hammer | Pump Protection | High Performance

Quebec Mining Review 2011

49


The dangers of water hammer By Daniel Dale Water hammer is the result of a dynamic pressure change (kinetic energy) in a closed piping system. For anyone who has studied hydraulics, liquids react due to changing energy levels. In nature, or a piping system, the raw power of a liquid can be devastating. The energy developed in a moving mass of liquid causes an excessive pressure rise which in a piping system can cause a “banging” sound (commonly referred to as water hammer) and damage to piping and associated equipment. In one case, the water hammer was so severe that serious damage was not only confined to the piping system, cracking in the buildings’ outside concrete walls was also occurring. When a pump is shut off suddenly, or a valve is closed, the fluid in the pipe wants to

50 Revue minière du Québec

continue to move but can’t. This moving column of water within the pipe then collides with whatever solid obstacle it encounters, such as a closed valve, a sudden change in piping direction, or reduced line size. A liquid cannot be compressed and the column of liquid cannot compress to absorb the energy of the momentum of the liquid. Therefore a shockwave is generated within the liquid. That shockwave is the “banging” sound that you hear when a valve is closed or a pump shuts off. The intensity of that shockwave can create a pressure spike that exceeds three or four times the pressure of the liquid within the piping system. Water hammer can be controlled by regulating valve closure times, adding a gas to the liquid, air pads, surge chambers, and nonslam check valves.

In a piping system, operating conditions are almost never at a steady state. Pressures and flows change constantly as demand fluctuates and as tank levels change. In addition, unforeseen events such as power outages and equipment malfunctions can occur. A primary cause of water hammer is when a pump suddenly shuts down. Applications can be sumps such as mine dewatering, pumping water to a cooling tower, and raw water intake to a manufacturing facility. In these cases, a very cost-effective solution may be to install a non-slam type of check valve that closes before flow stoppage or reverse flow occurs. By installing this type of check valve, water hammer is prevented along with the associated hazards to equipment and personnel.


Water hammer can be controlled by regulating valve closure times, adding a gas to the liquid, air pads, surge chambers, and non-slam check valves. pressure transients. Water hammer is not something that you have to live with. Eliminating water hammer will help improve worker safety, as well as eliminate downtime and environmental concerns related to noise and leaks. Daniel Dale, C.E.T., is inside sales for Triangle Fluid Controls Ltd., the master distributor for DFT check valves in Canada. ◘

A reputable check valve manufacturer will be able to guide you through the process from this point forward. Determining the proper spring is one part of the process along with other design and safety considerations, which are beyond the scope of this article. The check valve manufacturer can also help you with any of the valve parameters that will be needed to model valve closure times and

TSX:ER Eastmain Resources Inc. is a Canadian gold exploration

BUILDING

company with 100% interest in the Eau Claire and Eastmain

FOR TOMORROW

gold deposits.

TODAY

Eastmain Resources has $20 million in working capital and holds an interest in 12 projects within the James Bay District, including the Éléonore South property,

where

a

gold

discovery has been found in a similar

geologic

setting

to

Goldcorp’s Roberto deposit. Endorsed

by

Goldcorp

our

largest shareholder, Eastmain continues to expand its two high grade gold deposits. Total gold resources have increased

50 Richmond St. East, Suite 101 Toronto ON Canada M5H 2Y8

t: 519.940.4870 f: 519.940.4871

.....................

to 1.9 million ounces.

.....................

A good example of a common water hammer problem is found in mine dewatering. Since a mine is underground in most cases, water has to be continually pumped out to prevent severe flooding. Now consider the fact it is not unusual for a mine to be more than a mile in depth. Water is usually pumped to the surface in stages up to 2,000 feet. Just imagine, in a typical six-inch pipe line in stages of 1,200 feet you are looking at pumping a total of 2,172 pounds of liquid in one stage alone. This is taking into effect only water and no particulates added in to increase the density of the liquid. To accomplish this pumping feat there would be up to four expensive pumps with one on stand-by. If it were not for a check valve located before the pump to prevent backward flow, the results could be disastrous. If your pumps began to turn backwards due to returning flow, the results could be a burst pipe or the pumps could be knocked off of their support bases. One further consideration as I have previously mentioned is the water being contaminated by other matter in the mine. I know of one case where the water is contaminated by sulphur which combines to form concentrated sulphuric acid. With almost one ton of sulphuric acid and associated fumes bursting free, you could imagine what might occur in an enclosed mines’ ecosystem. The installation of a non-slam check valve on the pump discharge could prevent this from occurring. Check valves come in a wide-variety of styles and configurations. In-line axial flow check valves, also known as nozzle check, non-slam, or silent check valves, are specifically designed to reduce and/or eliminate water hammer. Spring design is critical to the elimination of water hammer. The “cracking pressure” of a check valve will determine the differential pressure at which the valve will begin to open or close. It is very important that the valve closes before the flow stops or reverses. This is the key to the reduction and elimination of water hammer.

www.eastmain.com robinson@eastmain.com

Quebec Mining Review 2011

51


Vulcan – Conçue pour aller en profondeur Le Septembre 8, 2011 Fordia renforce son leadership en matière de technologie en présentant sa toute dernière innovation en termes d’outil diamanté – la couronne de sondage Vulcan 26 mm. Permettant de faire d’importantes économies, elle a déjà prouvé son efficacité sur des sites de forage grâce à son système breveté de gestion de l’eau. Spécialement conçue pour le forage des trous profonds, la Vulcan 26 mm offre une meilleure durée de vie qu’un trépan de 12 mm et augmente le nombre de mètres forés par quart de travail. Les résultats : une augmentation significative de la productivité et d’importantes économies. « La durée de vie de la Vulcan 26 mm est sans précédent », annonce le directeur de la recherche-développement de Fordia. « Sa durée de vie correspond au double de celle d’un outil diamanté standard. Grâce à cette longévité accrue, le train de tiges n’a pas besoin

52 Revue minière du Québec

d’être remonté aussi souvent, réduisant ainsi les temps d’arrêt pendant le forage. » Avec la plus haute imprégnation diamantée de l’industrie, la Vulcan 26 mm offre des avantages inégalés. Le secret de la longévité de la Vulcan 26 mm réside dans son système de gestion de l’eau. Actuellement en instance de brevet, ce système est composé de barrières destructibles sous les ponts. Il effectue la gestion de l’eau et des débris de forage mieux que tout autre produit concurrent et protège l’outil, offrant ainsi une plus longue durée de vie. Les barrières destructibles font circuler l’eau jusqu’au bout de la couronne afin d’assurer son refroidissement et une usure uniforme, de façon à optimiser l’utilisation de l’outil et de prévenir l’érosion prématurée. Faisant partie de la série de produits Vulcan, la Vulcan 26 mm bénéficie d’une technologie éprouvée – elle est dotée de la technologie à pont brevetée. La série de hauteur diamantée Vulcan, soit


de 16 mm et 26 mm, peut être appliquée aux matrices les plus populaires de Fordia, comme HERO et T Xtreme, la rendant extrêmement souple afin de répondre aux besoins variés des différents sites de forage. La Vulcan 26 mm offre ses meilleures performances dans les types de sol moyen à dur, de même que lorsqu’elle est appliquée à des matrices conçues pour ces mêmes sols. Pour une utilisation optimale, Fordia recommande d’utiliser les configurations biseau ou turbo biseau. Des options pour le forage de trous profonds sont également disponibles pour la Vulcan 26 mm. L’option CB250 favorise le passage de la couronne dans les coins et la CB112 permet d’entrer plus facilement dans le trou et offre un meilleur alignement. Tous deux éliminent le risque d’accrochage et réduisent de façon significative la quantité d’eau gaspillée.

À PROPOS DE FORDIA Fordia offre à ses clients des solutions globales pour le forage à partir de sa gamme complète d’outils diamantés, d’équipements et d’accessoires destinés aux industries de l’exploration minérale et de la géotechnique. L’entreprise fait partie des chefs de file mondiaux dans sa catégorie et propose des produits de qualité qui répondent aux besoins spécifiques des compagnies de forage, tout en leur offrant un service à la clientèle et un soutien technique hors pair. Fordia est une entreprise dont la culture est axée sur l’amélioration continue et qui place au cœur de sa pratique d’affaires un en-

semble de valeurs, dont le respect, la communication, l’innovation, le travail d’équipe, l’excellence et la création responsable de richesse. Fordia compte approximativement 220 employés au Canada et ailleurs dans le monde. L’entreprise possède des bureaux sur tous les continents et est représentée par ces derniers, ainsi que par des distributeurs, dans près d’une trentaine de pays. Pour obtenir de plus amples renseignements sur l’entreprise, veuillez consulter le site Web www.fordia.com.

RENSEIGNEMENTS Julie Massé Directrice marketing par intérim 514-336-9211 jmasse@fordia.com www.fordia.com ◘

TTSX: SX: AMC | O OTCQX: TCQX: AXSMF AXSMF

GROWING A BALANCED GROWING BALANC CED GOLD MINING C OMP PANY A COMPANY ůĞdžŝƐ DŝŶĞƌĂůƐŝƐĂĚLJŶĂŵŝĐĂŶĚĂĂŐŐƌĞƐƐŝǀĞŵŝŶŝŶŐĐŽŵƉĂŶLJŽƉĞƌĂƟŶŐ ůĞdžŝƐDŝŶĞƌĂůƐŝƐĂĚLJŶĂŵŝĐĂŶĚĂŐŐƌĞƐƐŝǀĞŵŝŶŝŶŐĐŽŵƉĂŶLJŽƉĞƌĂƟŶŐ Canada’ss richest in Canada’ richest mining regions: regionss: Val-d’Or Val-d’Or & Rouyn-Noranda, Rouyn-Noranda, Quebec, Quebec ĂŶĚ^ŶŽǁ>ĂŬĞ͕DĂŶŝƚŽďĂ͘ůĞdžŝƐĐŽŶƟŶƵĞƐƉƌŽĚƵĐƟŽŶĂŶĚĞdžƉůŽƌĂƟŽŶ ĂŶĚ ^ŶŽǁ >ĂŬĞ͕DĂŶŝƚŽďĂ͘ ůĞdžŝƐ ĐŽŶƟŶƵĞƐƉƌŽĚƵĐƟŽŶ ĂŶĚ ĞdžƉůŽƌĂƟŽŶ in the mineral mineral rich Val-d’Or Val-d’Or area area with w property property covering covering over over 1,000 km2. km2 dŚĞŽŵƉĂŶLJĂůƐŽĐŽŶƟŶƵĞƐǁŽƌŬŽŶŝƚƐŶĞǁĞƐƚƉƌŽƉĞƌƚLJĂƚƚŚĞ^ŶŽǁ dŚĞŽŵƉĂŶ LJĂůƐŽĐŽŶƟŶƵĞƐ ǁŽƌŬŬ ŽŶ ŝƚƐ ŶĞǁĞƐƚƉƌŽƉĞƌƚLJĂƚ ƚŚĞ ^ŶŽǁ Lakee Mining Camp. Ale Lak Alexis xis is now now in n its third third full year year as a junior goldgoldproducing pr oducing ccompany. ompany.

BATIR BATIR T UNE COMPAGNIE COMP PAGN NIE A URIFÈRE ÉQUILIBRÉE ÉQUILIBRÉÉE AURIFÈRE Alexis est Alexis est une société société minièr minière e dyn dynamique amique eett agr agressive essive implan implantée tée dans les plus gr grandes andes régions régions minières minières au a Canada : Val-d’Or Val-d’Or et et Rouyn-Noranda Rouyn-Noran ĂƵYƵĠďĞĐ͕ĂŝŶƐŝƋƵĞ^ŶŽǁ>ĂŬĞĂƵDĂŶŝƚŽďĂ͘ůĞdžŝƐĐŽŶƟŶƵĞĚĞ ĂƵYƵĠďĞĐ͕ĂŝŶƐŝƋƵĞ^ŶŽ ͕ Ƌ ǁ >ĂŬĞ ĂƵ DĂŶŝƚŽďĂ͘ ůĞdžŝƐ ĐŽŶƟŶƵĞ ĚĞ ƉƌŽĚƵŝƌĞĚĞů͛ŽƌĞƚĚ͛ĞdžƉůŽƌĞƌĚĂŶƐůĂƉƌŽůŝĮƋƵĞƌĠŐŝŽŶĚĞsĂůͲĚ͛Kƌ͕ƐƵƌƐĞƐ Ɖƌ ŽĚƵŝƌĞĚĞů͛ŽƌĞƚĚ͛ĞdžƉůŽƌĞƌĚĂŶƐƐůĂƉƌŽůŝĮƋƵĞƌĠŐŝŽŶĚĞsĂůͲĚ͛Kƌƌ͕ƐƵƌƐĞƐ propriétés pr opriétés couvrant couvrant plus de 1 000 km2. La Société Société pour poursuit suit ég également alem ment ses travaux travaux sur sa plus récente récente propriété proprié o té dans le ccamp amp minier de Snow Snow >ĂŬĞ͘ůĞdžŝƐĞŶƚĂŵĞŵĂŝŶƚĞŶĂŶƚƐĂƚƌŽŝƐŝğŵĞĂŶŶĠĞĐŽŵƉůğƚĞăƟƚƌĞĚĞ >ĂŬ Ğ͘ ůĞdžŝƐ ĞŶƚĂŵĞ ŵĂŝŶƚĞŶĂŶƚ ƐĂĂ ƚƌŽŝƐŝğŵĞ ĂŶŶĠĞ ĐŽŵƉůğƚĞ ă ƟƚƚƌĞ ĚĞ producteur pr oducteur d’or d’or junior. junior.

CONTTACT INFO CONTACT INFO ddŽƌŽŶƚŽKĸĐĞ͗ Ž ŽƌŽŶƚŽ KĸĐĞ͗ +1 416 861-5899 DŽŶƚƌĞĂůKĸĐĞ͗ DŽŶ ƚƌĞĂů KĸĐĞ͗ +1 514 667-2304

LOCA LOCATIONS ATIONS T Quebec: Lac Herbin Mine, Val Val d’Or d’Or Camp, C Rouyn-Noranda Rouyn-Noranda Camp Manitoba: Manit oba: Snow Snow Lak Lakee Mine

Ale xis Miner Alexis Minerals als Corp. West, Suitee 825 65 Queen Street Street W est, Suit TToronto, or o onto, Ontario Ontario M5H 2M5

Email: info@alexisminerals.com info@alexisminerals.com

www.alexisminerals.com w ww.ale alexisminerra raals.c als com Quebec Mining Review 2011

53


Vulcan – engineered to go deeper On September 8, 2011 Fordia consolidated its technology leadership with the introduction of its latest innovation in diamond tools – the Vulcan 26mm. Allowing important savings, it has already proven its efficiency on drill sites, thanks to its patent-pending water management system. Specifically designed for deep hole drilling, the Vulcan 26mm offers greater lifespan than a 12mm and increases the number of metres drilled per shift. The result is significant increase in productivity and time savings. “The Vulcan 26mm offers an unprecedented lifespan,” says Fordia’s Research and Development (R&D) director. “It delivers as much as double the lifespan of a standard diamond tool. With this extended lifespan, the drill string does not need to be pulled up as often, reducing the amount of drilling downtime.” With the industry’s highest diamond impregnation, the Vulcan 26mm offers unparalleled advantages. The secret of the Vulcan 26mm’s longevity is its water management system. It is composed of underbridge destructible barriers, currently patent-pending, which manages the water and drilling debris better than any competitive product and protects the tool, offering a longer lifespan. The destructible barriers push the water circulation all the way to the top of the bit to ensure cooling and consistent wearing in order to optimize use of the tool and avoid premature eroding. As part of the Vulcan series of products, the Vulcan 26mm benefits from the proven technology used in earlier products – the entire series has the patented bridge technology. The series’ 16mm and 26mm crown heights can be applied on Fordia’s top-selling matrices, such as HERO and T Xtreme, making it extremely flexible in meeting the varied needs of different drill sites. Vulcan 26mm performs

54 Revue minière du Québec

best in medium to hard ground types and is best used when applied on matrices designed for the same ground. For optimal use, Fordia recommends either pie-shape or turbo pie-shape configurations. Deep hole options are also available for the Vulcan 26mm; CB250 facilitates the passage of the core bit in the wedge and CB112 eases the hole entry and offers greater alignment. Both virtually eliminate the risk of catching and dramatically reduce the amount of water wasted.

ABOUT FORDIA Fordia offers global drilling solutions to its customers with a complete range of diamond tools, equipment, and accessories for the mineral exploration and geotechnical industries. The company is a worldwide leader in its industry, offering quality products that meet the specific needs of drilling companies while providing outstanding customer service and technical support. Fordia’s corporate culture is dedicated to continuous improvement and bases its business practices on the values of respect, communication, innovation, teamwork, excellence, and responsible wealth creation. Fordia employs some 220 people in Canada and throughout the world. The company has offices on all continents and is represented by its branches and distributors in some 30 countries. For further information about Fordia, please visit www.fordia.com.

FOR MORE INFORMATION PLEASE CONTACT: Julie Massé Interim Marketing Director 514-336-9211 jmasse@fordia.com www.fordia.com ◘


Les encans Ritchie Bros. — les experts de l’équipement minier Créée en 1958, les Encans Ritchie Bros. (NYSE & TSX : RBA) est l’entreprise de vente aux enchères d’équipement industriel la plus importante au monde. L’entreprise, dont le siège social est à Vancouver, vend des milliards de dollars d’équipement neuf et d’occasion dans des centaines de ventes aux enchères publiques sans réserve chaque année — en fait, plus d’équipement d’occasion que n’importe quelle autre entreprise au monde. Si vous cherchez un équipement particulier, il y a de fortes chances que vous le trouverez dans une future vente aux enchères Ritchie Bros. Les ventes aux enchères Ritchie Bros. sont un merveilleux endroit pour vendre de l’équipement — même de l’équipement que

56 Revue minière du Québec

vous pourriez considérer trop difficile à vendre ou nécessitant trop de main-d’oeuvre. Chaque année, Ritchie Bros. vend des milliers d’articles d’équipement minier neuf et d’occasion, y compris des camions-bennes, des niveleuses, des chargeuses sur roues, des bouteurs sur roues, des camions sur chenilles, des foreuses et de grandes pelleteuses minières. L’expérience de l’entreprise comprend la vente de nombreux articles d’équipement minier particulier, ainsi que des distributions complètes et d’importants réalignements pour de grandes entreprises minières d’Amérique du Nord, d’Australie et d’Europe. Ritchie Bros. organise des ventes aux enchères publiques sans réserve périodiques

à 43 sites de ventes aux enchères à travers le monde — incluant un site permanent de vente aux enchères à Montréal, au Canada. L’entreprise possède également la capacité, l’expérience et la possibilité d’organiser des ventes aux enchères d’équipement lourd dans des sites miniers et dans des sites temporaires. Chaque vente aux enchères Ritchie Bros. est sans réserve, ce qui signifie qu’il n’y a pas d’enchère minimum et pas de prix de réserve. Chaque article est vendu au plus offrant le jour de la vente aux enchères. L’entreprise interdit également aux propriétaires de miser sur leurs propres articles, ce qui signifie qu’il n’y a pas de manipulation artificielle des prix à ses ventes aux enchères. Les acheteurs


savent que la procédure est juste et transparente. Des entreprises minières du monde entier ont découvert que les ventes aux enchères sans réserve Ritchie Bros. sont l’un des moyens les plus efficaces pour transformer de l’équipement en argent — rapidement, efficacement et avec les meilleurs résultats possibles. En tant qu’entreprise de ventes aux enchères offrant des services complets, Ritchie Bros. gère chaque aspect de la procédure de vente, de l’évaluation de l’équipement, au marketing local et international, jusqu’au stockage sécurisé et gratuit, tout en répondant aux questions et en facilitant les inspections d’acheteurs potentiels, en organisant une vente aux enchères professionnelle en direct complétée par l’enchérissement multilingue en ligne, et en gérant les encaissements, les déboursements et les demandes de renseignements après la vente aux enchères.

Ritchie Bros. possède une liste de clients internationaux qui ne cesse d’augmenter avec plus de 500 000 personnes dans 200 pays. L’entreprise joint les acheteurs locaux, nationaux et internationaux en utilisant des courriels directs et du marketing imprimé, de la publicité imprimée et en ligne dans des revues industrielles, et via son site Internet très fréquenté, disponible en 21 langues, rbauction.com, qui accueille des milliers de visiteurs quotidiennement. Le vaste programme de marketing de Ritchie Bros. et son engagement à organiser des ventes aux enchères justes et transparentes permet d’attirer 1 500 enchérisseurs sur le site et en ligne à travers le monde dans une vente aux enchères moyenne. Par conséquent, les consignataires savent que leurs biens de valeur se vendront au prix réel du marché mondial le jour de la vente aux enchères — peu importe le marché local et les conditions économiques. En plus, ils peuvent avoir la conscience tranquille, car ils

savent qu’ils recevront les recettes de la vente dans les trois semaines qui suivent la vente aux enchères. Les acheteurs intéressés peuvent participer aux ventes aux enchères Ritchie Bros. en personne, en ligne en temps réel ou par procuration. L’inscription est gratuite et ouverte au grand public. L’équipement est exposé dans les sites de ventes aux enchères sécurisés et clôturés avant la vente aux enchères, afin que les enchérisseurs puissent tester, inspecter et comparer les articles avant d’enchérir le jour de la vente aux enchères. Des informations détaillées sur l’équipement et des photos en haute résolution sont disponibles sur le site Internet de Ritchie Bros. Pour de plus amples renseignements sur la vente et l’achat d’équipement aux ventes aux enchères sans réserve Ritchie Bros., rendezvous sur le site Web www.rbauction.com ou communiquez avec le bureau de Ritchie Bros. à Montréal en composant le 450-464-2888. ◘

Quebec Mining Review 2011

57


Ritchie Bros. Auctioneers – The mining equipment experts Established in 1958, Ritchie Bros. Auctioneers (NYSE & TSX: RBA) is the world’s largest auctioneer of industrial equipment. The Vancouver-based company sells billions of dollars of used and unused equipment at hundreds of unreserved public auctions each year – in fact, it sells more used equipment than any other company in the world. If you’re looking for a specific piece of equipment, chances are you’ll find it in an upcoming Ritchie Bros. auction. Ritchie Bros. auctions are also a great place to sell equipment—even equipment you may consider too difficult or labour-intensive to sell. Each year Ritchie Bros. sells thousands of pieces of used and unused mining equipment, including rock trucks, motor graders, wheel loaders, wheel dozers, crawler tractors, drills

Association Inc.

Winter 2010-2011

#40934510

IN THIS ISSUE:

and cleaner operations in Ontario

shrinking footprint Green mining: The amazing CEMI on $10 million centre Rio Tinto collaborates with brightly at the ‘Ring of Fire’ Diamond developments glow part of Ontario’s mining boom Shining Tree: An important ics Laboratory of Mining Geophys Announcing the International

HIGHLIGHTS PUBLICATIONS MAIL AGREEMENT

MINING ACADEMY MANITOBA ROCKS AGAIN | NORTHERNL GRADUATES DUMAS RECOGNIZES ABORIGINA ENT HIGHLIGHTS EXPLORATION AND DEVELOPM EXPLORATION HALO RESOURCES LTD. | WILDCAT RESOURCES SAN GOLD | HUDBAY | GOSSAN

PUBLICATION MAIL AGREEMENT

PUBLICATIONS MAIL AGREEMENT

#40934510

Vale invests in better, newer

#40934510

Manitoba Prospectors and Developers

own items, which means there is no artificial price manipulation at the auctions; buyers know the process is fair and transparent. Mining companies around the world have discovered that unreserved Ritchie Bros. auctions offer one of the most effective means of turning equipment into cash – quickly, efficiently, and for the best possible returns. As a full-service auction company, Ritchie Bros. manages every aspect of the sale process: appraisal of the equipment, comprehensive local and international marketing, free secure storage, answering questions and facilitating inspections by prospective buyers, conducting a professional live auction supplemented by multi-lingual online bidding, and handling post-auction collections, disbursements, and inquiries.

PUBLICATION MAIL AGREEMENT

An Official Publication of the

#40934510

2011

and large mining shovels. The company’s experience includes the sale of many specialized mining equipment items, as well as complete dispersals and major realignments for major mining companies in North America, Australia, and Europe. Ritchie Bros. conducts regular unreserved public auctions at 43 auction sites around the world – including our permanent auction site in Montreal, Quebec. The company also has the capacity, experience and ability to conduct heavy equipment auctions at mine sites and on temporary sites. Every Ritchie Bros. auction is unreserved, which means there are no minimum bids and no reserve prices. Every item is sold to the highest bidder on auction day. The company also forbids owners from bidding on their

an • Manitoba and Saskatchew nt Highlights Exploration and Developme in Mining • Important Legal Issues Industry • A Look Inside the Mining , Copper Reef, CanAlaska • Company Profiles on more Cougar Minerals, and Goldsource Mines Inc.,

in Uranium Canada – A Global Leader ay to the North The Port of Churchill – A Gatew Well-being and Lifestyles Our Enrich Metals Rare Earth

Première édition Inaugural edition

DEL Communications Inc. is working for you. 58 Revue minière du Québec

#40934510

Communications Inc.

PUBLICATIONS MAIL AGREEMENT

DEL

Suite 300 - 6 Roslyn Road, Winnipeg, Manitoba, Canada R3L 0G5 TF: 1.866.831.4744 | TFF: 1.866.711.5282 www.delcommunications.com

Il faut battre le fer pendant qu’il est chaud

SGS Geostat travaille conjoi avec ArcelorMittal sur un ntement projet de fer

Strike while the iron is hot

SGS Geostat is working with ArcelorMittal on major iron project

2010


Ritchie Bros. has a growing international customer base of more than 500,000 people in 200 countries. The company reaches local, national, and international buyers using direct email and print marketing, print and online advertising in industry publications, and through its high-traffic, 21 language website, rbauction.com, which receives thousands of unique visitors daily. Ritchie Bros.’ comprehensive marketing program and its commitment to fair and transparent auctions help attract 1,500 onsite and online bidders from around the world to an average auction. As a result, consignors know their valuable assets will sell for their true global market value on auction day – regardless of the local market and economic conditions. Not only that, they can be rest assured knowing they will receive the proceeds of the sale within three weeks of the auction. Interested buyers can bid at Ritchie Bros. auctions in person, online in real time, or

by proxy. Registration to bid is free and open to the general public. Equipment is displayed at secure, fenced auction sites prior to the auction, so bidders can test, inspect, and compare items before they bid on auction day. Detailed equipment information and high-resolution

photos can also be found on the Ritchie Bros. website. For more information about buying or selling equipment at an unreserved Ritchie Bros. auction, go to www.rbauction.com. Or contact the Ritchie Bros.’ Montreal auction site at (450) 464-2888. ◘

Quebec Mining Review 2011

59


Approvisionner le Nord Horaires serrés, régions éloignées, routes d’hiver, températures froides… Voilà quelques-unes des difficultés auxquelles fait face l’exploitation minière dans le nord du Canada. Lorsqu’il faut sélectionner un fournisseur, une société minière doit choisir avec sagesse et trouver des fournisseurs qui possèdent l’expérience du travail dans de telles conditions. RDH Mining Equipment, un fabricant canadien de matériel d’exploitation minière mobile qui est situé dans le nord de l’Ontario, compte plus de 25 ans d’expérience du travail, de l’approvisionnement, de l’entretien du matériel et de la vie dans ces dures conditions. L’entreprise a du matériel en service sous terre à plusieurs endroits parmi les plus rigoureux au monde : nord du Québec, Nunavut, Saskatchewan, nord de l’Ontario, Afrique et Sibérie. Lorsqu’il faut approvisionner le nord canadien, l’équipe de RDH comprend l’importance du respect des calendriers de livraison. Les routes d’hiver disparaissent rapidement et les eaux arctiques peuvent geler de manière inopinée. Si la machine n’est pas prête à temps, elle ne peut pas attendre la prochaine expédition, elle devra attendre le prochain hiver! Claude Resources Inc. (TSX

: CRJ; NYSE Amex : CGR) peut attester la capacité de RDH de livrer à temps du matériel de qualité dans des régions éloignées. Le site de Seebee Gold Operation en Saskatchewan n’est accessible que par avion ou route d’hiver. Malgré les défis logistiques que pose l’emplacement, RDH a excellé sur le plan de la fiabilité et du service et est devenue un des fournisseurs préférés des sociétés minières. À titre de chef de file dans le domaine du matériel d’exploitation des filons étroits, RDH se concentre également sur l’expansion de sa gamme générale de matériel. À l’heure actuelle, l’entreprise offre la gamme la plus étendue de matériel dans le marché : jumbos de forage à une à trois flèches, boulonneuses de toit, camions de quatre à 30 tonnes, chargeurs-transporteurs, plate-formes élévatrices à ciseaux, camions à flèche, véhicules de service et de lubrification, transporteurs de personnel, jumbos pour trou de mine, bennes et godets d’éjection, matériel conçu à la demande et matériel très surbaissé. Bien qu’on s’intéresse de plus en plus au matériel d’exploitation des filons étroits, RDH offre également des modèles pour des exploitations de taille moyenne, tels que son

1805, Lionel-Bertrand, Boisbriand, QC J7H 1N8

VOUS AVEZ BESOIN D’UNE UNITÉ DE PUISSANCE? DIESEL-BEC PEUT VOUS AIDER! Diesel-Bec inc. est le distributeur des moteurs John Deere et Yanmar pour le Québec. Nous concevons et fabriquons, selon vos exigences, des unités de puissance pour la production minière. Nous offrons aussi des moteurs et pièces de remplacement pour vos unités existantes.

NOS UNITÉS DE PUISSANCE =

QUALITÉ – FIABILITÉ – SERVICE HORS-PAIR

Contactez-nous pour de plus amples informations. 1 866 441-3401 www.diesel-bec.com

60 Revue minière du Québec

Près des côtes de l’océan Arctique, un Drillmaster 200 de RDH perce un tunnel à une température inférieure à -30 °C. Just off the coast of the Arctic Ocean, an RDH Drillmaster 200 drills a tunnel in temperatures below minus 30 degrees Celcius.

camion Haulmaster de 26 tonnes. RDH a livré la première pièce d’équipement à la mine Langlois de Breakwater Resources depuis la récente acquisition de cette dernière par Nyrstar. Le chariot de transport Haulmaster 800-26, équipé d’une benne d’éjection, est le deuxième des deux camions livrés à la mine. Le camion Haulmaster, équipé d’une benne d’éjection optionnelle, permet de transporter des charges importantes dans des zones antérieurement limitées aux chargeurstransporteurs. En plus d’étendre sa gamme de produits, dans le cadre de ses efforts de satisfaction de la clientèle et d’expansion des marchés, RDH a récemment embauché Roger Lemieux à titre de directeur régional des ventes. Ce dernier se déplace à travers le Québec et l’Ontario pour offrir en personne des services de soutien et de vente aux clients. RDH a également établi des distributeurs de matériel au Chili, en Russie et en Afrique afin d’approvisionner directement ces territoires en pièces, services et matériel. RDH se consacre à hausser le service à la clientèle à un niveau supérieur — afin qu’il y reste. Comme l’a déclaré Kevin Fitzsimmons, président de RDH, « si nous avons un problème que nous ne pouvons résoudre au téléphone, nous dépêchons une personne sur le chantier dans les 24 heures, dans toute la mesure du possible. Nos clients apprécient réellement ça. Le service à la clientèle est le moteur d’une activité commerciale continue. Si vous ne pouvez pas vous occuper du client, quelqu’un d’autre le fera… et nous ne prévoyons pas en donner la possibilité à quiconque ». ◘


Le Plan Nord : enjeux et occasions pour l’industrie minière Par Pierre-Christian Labeau Le gouvernement du Québec a fait connaître au mois de mai dernier les grands éléments du Plan Nord, lequel vise notamment à développer de façon durable le potentiel minier du nord du Québec et à améliorer les conditions de vie des communautés autochtones et locales. L’exploitation minière représente une part majeure de l’économie du Nord québécois et de l’ensemble du Québec et il n’est pas étonnant que le gouvernement du Québec en ait fait l’un des axes de développement les plus importants du Plan Nord. Selon le gouvernement du Québec, les projets miniers sur le territoire du Plan Nord engendreront au cours des prochaines années des investissements de plus de 8 milliards de dollars et créeront 11 000 emplois durant la construction et près de 4 000 par année pendant l’exploitation. Pour les compagnies minières, l’exploitation des ressources du Nord québécois présente des occasions immenses, mais aussi des défis complexes.

teurs doivent aussi considérer, sur certaines portions du territoire conventionné, les revendications territoriales de groupes autochtones qui ne sont pas signataires de ces conventions. Quant à la partie visée par le Plan Nord non couverte par la CBJNQ et la CNEQ, les exploitants miniers ne peuvent négliger les revendications territoriales autochtones qui sont toujours pendantes et dont certaines font l’objet de négociations avec les gouvernements du Québec et du Canada. Afin d’établir des relations harmonieuses avec les communautés autochtones et ainsi faciliter le développement de leurs projets, les compagnies minières choisissent bien souvent de négocier avec les communautés affectées des ententes sur les répercussions et les avantages (ERA). Les principaux éléments de ces ententes portent sur les arrangements financiers, les emplois et la formation de la main d’œuvre autochtone, les occasions d’affaires pour les entreprises autochtones et les mesures d’atténuation environnementale.

L’ENJEU AUTOCHTONE Il va sans dire que l’exploitation minière du nord du Québec passe inévitablement par la prise en compte de la présence des communautés autochtones. Dans sa partie plus nordique, le territoire visé par le Plan Nord est régi par la Convention de la Baie-James et du Nord québécois (CBJNQ), signée par les Cris, les Inuits, le Québec et le Canada en 1975, et la Convention du Nord-Est québécois (CNEQ), signée par les Naskapis, le Québec et le Canada en 1978. Ces deux conventions prévoient notamment la mise en œuvre de régimes d’évaluation environnementale distincts de celui qui s’applique au sud du Québec. Ces régimes visent entre autres la protection des droits des Autochtones et leur participation au processus d’évaluation environnementale. Outre les droits reconnus aux signataires de ces conventions, les promo-

62 Revue minière du Québec

LES AUTRES ENJEUX D’autres enjeux doivent évidemment être analysés afin de mener à terme un projet minier. Par exemple, les promoteurs doivent considérer les impacts de la réforme de la Loi sur les mines et, plus généralement, de la stratégie minérale du Québec, tant au chapitre des mesures économiques, environnementales et sociales. Le financement des projets, dans un contexte financier et économique incertain, peut aussi constituer un défi important qui exigera souvent des solutions innovatrices. Les enjeux environnementaux, qui soulèvent souvent les passions, et la gestion des évaluations environnementales exigent des compagnies minières une excellente compréhension du cadre légal applicable tant au niveau provincial que fédéral, d’autant plus

Il va sans dire que l’exploitation minière du nord du Québec passe inévitablement par la prise en compte de la présence des communautés autochtones. que ce cadre obéit à des règles particulières en raison des conventions nordiques. Enfin, les compagnies minières devront porter une attention particulière aux questions fiscales afin de maximiser les avantages offerts par la Loi sur l’impôt minier et plus généralement les lois fiscales, tant fédérales que provinciales. Norton Rose possède l’expertise requise pour accompagner les compagnies minières à mener à terme leurs projets. Les avocats de Norton Rose comprennent ce que l’industrie minière recherche et conseillent leurs clients en conséquence. Fort d’une expérience unique qui repose notamment sur des mandats importants et complexes menés dans le monde entier, Norton Rose réunit pour chaque projet une équipe de spécialistes capable de conseiller ses clients tant au plan juridique que stratégique et de leur offrir une vision intégrée des enjeux du développement dans le nord du Québec. Norton Rose représente également des banques internationales d’importance qui œuvrent dans le secteur minier et a établi des liens étroits avec bon nombre de sociétés minières partout sur la planète. Pour plus d'information, visitez nortonrose.com. ◘


The Plan Nord: issues and opportunities for the mining industry By Pierre-Christian Labeau In May 2011, the Government of Quebec unveiled the key elements of its Plan Nord, a plan to develop Northern Quebec’s mineral potential in a sustainable manner and improve living conditions in Aboriginal and local communities. Mining is a major economic driver in Northern Quebec and Quebec generally, so it is no surprise that it is one of the main areas targeted by the plan. The government expects mining projects in the northern region to give rise to more than $8 billion worth of investment in the coming years and to create 11,000 jobs during the construction phase and close to 4,000 jobs a year once in operation. For mining companies, tapping Northern Quebec’s vast mineral resources presents tremendous opportunities, but also complex challenges.

by the agreements, consider the land claims of non-signatory Aboriginal groups. As for the area covered by the Plan Nord but not by the JBNQA or NEQA, mine operators must pay heed to Aboriginal land claims that are still pending, some of which are currently being negotiated with the Quebec and federal governments. In order to establish harmonious relations with Aboriginal communities and thereby facilitate project development, mining companies frequently choose to negotiate impact and benefits agreements (IBAs) with the affected communities. IBAs cover a number of key areas, namely financial arrangements, jobs, development of the Aboriginal labour force, business opportunities for Aboriginal businesses and environmental mitigation measures.

ABORIGINAL COMMUNITIES

OTHER ISSUES

Anyone wishing to carry out mining activities in Northern Quebec has to take the presence of Aboriginal communities into account. The most northerly portion of the territory covered by the plan is governed by the James Bay and Northern Quebec Agreement (JBNQA), signed in 1975 by Quebec, Canada, the Crees and the Inuit, and by the Northeastern Quebec Agreement (NEQA), signed in 1978 by Quebec, Canada and the Naskapis. These two agreements specifically provide for the implementation of environmental assessment regimes which are separate from the regime for southern Quebec. These regimes are designed to, among other things, protect Aboriginal rights and ensure the participation of Aboriginal Peoples in the environmental assessment process. In addition to the rights of the signatories to these agreements, developers must, in some parts of the territory covered

Before undertaking a mining project, other issues must also be analyzed. For example, developers must factor in the impacts of the Mining Act reform – and, more generally, Quebec’s mineral strategy – as regards economic, environmental and social measures. Also, in uncertain financial and economic times, project financing can be a major challenge that often requires innovative solutions. To address often emotive environmental issues and manage environmental assessments, an excellent understanding of the applicable legal framework at both the provincial and federal levels is needed, particularly as the framework follows special rules dictated by the Northern Agreements. Finally, mining companies will have to pay special attention to tax issues so as to maximize the advantages afforded by the Mining Tax Act and other federal and provincial tax legislation.

Anyone wishing to carry out mining activities in Northern Quebec has to take the presence of Aboriginal communities into account. Norton Rose has the expertise needed to accompany mining companies through to project completion. The lawyers at Norton Rose know what the mining industry is looking for, and they advise their clients accordingly. With unequalled experience gained on large, complex mandates conducted around the globe, Norton Rose brings together, for each project, a team of specialists that can provide its clients with both legal and strategic advice and offer them an integrated vision of development issues in Northern Quebec. Norton Rose also represents major international banks active in the mining sector and has established close relationships with many mining companies around the world. For more information please visit nortonrose.com. ◘ Quebec Mining Review 2011

63


Supplying the North

A three cubic yard Muckmaster 300D, working nearly 2,000 metres above sea level on a mountain in Siberia. / Un Muckmaster 300D de trois verges cubes au travail près de 2 000 mètres audessus du niveau de la mer, sur une montagne en Sibérie. RDH Haulmaster 800-26 with ejector box working deep underground in Quebec. / Un Haulmaster 800-26 de RDH, muni d’une benne d’éjection, travaille profondément sous terre au Québec.

Tight schedules, remote locations, ice roads, cold weather… just a few of the difficulties mines face when operating in Canada’s north. When choosing suppliers, a mine needs to choose wisely and suppliers who have experience working under these conditions are a must. RDH Mining Equipment, a Canadian owned and operated mobile mining equipment manufacturer located in Northern Ontario, has over 25 years of experience working, supplying, servicing, and living under such harsh conditions. The team has equipment working underground in some of the world’s toughest locales; Northern Quebec, Nunavut, Saskatchewan, Northern Ontario, Africa, and Siberia. When delivering to Canada’s remote north, the RDH team understands the importance of meeting delivery schedules. Ice roads break up quickly and Arctic waters can freeze unexpectedly. If the machine isn’t ready in time it just can’t wait until the next shipment, it may have to wait until the next winter! Claude Resources Inc. (TSX-CRJ; NYSE Amex-CGR) can attest to RDH’s ability to deliver quality equipment to remote locations on schedule. The Seabee Gold

64 Revue minière du Québec

Operation in Saskatchewan is accessible by air or winter ice road. Despite the logistical challenges that are posed by the location, RDH has excelled with its reliability and service, becoming one of the mines’ preferred suppliers. As a leading player in narrow vein equipment, RDH is also focusing on expanding its broad line of equipment. Currently, it offers the broadest range of equipment available on the market; one to three boom jumbos, roof bolters, four to 30 ton trucks, LHD’s, scissorlifts, boom trucks, service/lube vehicles, personnel carriers, block-hole jumbos, ejector boxes and buckets, custom designs, and ultra low profile equipment. While interest in narrow vein equipment is growing, RDH also offers models for medium-sized operations such as its 26 ton Haulmaster truck. Recently, RDH Mining Equipment delivered the first piece of equipment to Breakwater Resources Mine Langlois since the recent acquisition of Breakwater Resources by Nyrstar. The Haulmaster 800-26 haul truck, fitted with an ejector box, is the second of two trucks to be supplied to the mine. The Haulmaster

truck, fitted with an optional ejector box, allows the mine to haul high capacity loads in areas that were previously limited to LHD’s. In addition to expanding its product line, RDH, in its on-going efforts to ensure customer satisfaction and expand markets, has recently introduced a regional sales manager, Roger Lemieux. Lemieux travels throughout Quebec and Ontario, providing face-to-face sales and support for customers. RDH also recently established equipment distributors in Chile, Russia, and Africa to supply parts, service, and equipment directly within their territories. RDH is dedicated to taking customer service to the highest level—and keeping it there. “If we have a problem that we can’t solve on the phone, we have someone on site within 24 hours wherever possible,” says RDH president Kevin Fitzsimmons. “Our customers really appreciate that. Customer service is what drives repeat business. If you can’t take care of the customer, someone else will … and we don’t plan on giving anyone that opportunity.” ◘


Le Système SIAMnetMC de Cattron Group InternationalMC fournit la communication vocale et les données souterraines (Sharpsville, PA, USA) Cattron Group InternationalMC, un chef de file mondial de produits de contrôle et de services professionnels pour les marchés industriels, miniers, commerciaux mobiles et ferroviaires, annonce le nouveau système de communication souterrain SIAMnetMC , lequel combine la vitesse de la communication de données du système à fibre optique et la communication vocale Leaky Feeder, à une fraction du prix de l'installation individuelle des deux systèmes. Bien que la plupart des systèmes puissent fournir différents niveaux de communication vocale dans une fourchette de prix relativement faible, on ne peut en dire autant de la communication des données à haute vitesse. Dans notre ère numérique, les téléphones VOIP et les caméras IP fonctionnent sur le même réseau que le courriel et autres applications bureautiques. Plutôt que d’installer un seul système de communication vocale, le SIAMnet de Cattron rend possible l'installation d'un système qui comble les besoins actuels de communication des données et les besoins futurs grandissants de communication des données. Un système à fibre optique traditionnel est parfait pour le transport de grandes quantités de données sur de longues distances; cependant lorsque les données doivent être transportées à plusieurs endroits relativement proches l’un de l’autre, un système à fibre optique devient coûteux et moins polyvalent. Dans le cas d’une explosion ou de dégâts causés par un véhicule, le câble optique est difficile à réparer, causant des retards et une perte de communication avec votre personnel. La possibilité d’acheter des câbles de rechange pour remplacer ceux qui sont endommagés est coûteuse et se traduit par des temps d'arrêt et la perte de la com-

munication lors de l'installation. Un système à fibre optique est également incapable de transporter l'énergie électrique dont ont besoin les différents appareils pour fonctionner; il nécessite donc un réseau électrique distinct en parallèle avec le câble optique ou l’installation de prises de courant. Le câble coaxial Leaky Feeder avec blindage imparfait travaille pour les communications vocales et les besoins de communication des données à basse vitesse. La télévision par câble est en mesure de fournir des données à grande vitesse à ses abonnés; le système SIAMnet de Cattron utilise cette même technologie à haute vitesse pour assurer la communication avec les mineurs sous terre. Si un câble coaxial est endommagé, il peut être réparé en quelques minutes. Il peut également transporter l’énergie électrique nécessaire aux autres activités souterraines.

SIAMnet est en mesure de fournir la communication vocale d’un Leaky Feeder et la communication des données, à une vitesse similaire à un câble de fibre optique, mais à un coût bien moindre que le coût de l’installation de deux systèmes de communication distincts. Avec 64 années d’expérience dans la radiofréquence (RF) et le contrôle industriel à distance, les entreprises du groupe Cattron ont installé la base de plus 150 000 systèmes de contrôle à distance à travers le monde. Le siège social de CattronWorld est situé au 58 West Shenango St., Sharpsville, PA, 16150, USA. Plus d’informations sur la société et ses produits sont disponibles en téléphonant au +1 (724) 962-3571 ou en cliquant sur le www.cattrongroup.com. ◘

Fournisseur de personnel spécialisé et qualifié pour l’industrie minière

780, boul. de l’Université, Rouyn-Noranda (Quebec) J9X 7A5 Tél. : 819.764.6686 www.accessmining.ca Quebec Mining Review 2011

65


Cattron Group International’s™ SIAMnet™ System provides underground data and voice communication (Sharpsville, PA, USA) Cattron Group International™, a leading global manufacturer of remote control products and professional services for the industrial, mining, commercial mobile, and railroad markets, announces the new SIAMnet™ underground communication system which combines the speed of Fiber Optic System data communication with Leaky Feeder voice communication at a fraction of the cost of installing the two systems individually. While most systems can provide varying levels of voice communication within a relatively low price range, the same cannot be said for high speed data communication; and in our digital age, telephones (VOIP) and IP cameras work from the same network as email and other office applications. Rather than installing only a voice communication system, Cattron’s SIAMnet makes it possible to install one system that will support current data communication needs, as well as the expanding data communication needs of the future. A traditional Fiber Optic System is perfect for transporting large amounts of data over long distances, but when data needs to be transported to multiple locations that are relatively close to each other, a fiber optic system becomes expensive and less versatile. In the event of an explosion or damage from a vehicle, the fiber cable is difficult to repair, causing lengthy delays and lost communication with your workforce. The option of buying spare cables to replace damaged ones is costly and involves downtime and lost communica-

tion during installation. A fiber optic system is also unable to transport the electrical energy that different apparatus’ need to operate, necessitating either a separate electrical network in parallel with the fiber cable or the installation of ac outlets. Leaky Feeder coaxial cable with imperfect shielding works for voice communication and for low speed data communication needs. Cable television is able to provide high speed data to its subscribers and it is this same high speed technology that the Cattron SIAMnet system uses to provide communication with underground miners. If a coaxial cable is damaged, it can be repaired in minutes. It also can transport the electrical energy needed for other underground operations. SIAMnet is able to provide the voice communication of a Leaky Feeder and data communication at a speed that is very similar to a fiber optic cable at a cost that is much less than the cost of installing two separate communication systems. With 64 years of radio frequency (RF) and industrial remote control experience, Cattron Group companies have a total installed base of over 150,000 remote control systems throughout the world. CattronWorld Headquarters are located at 58 West Shenango St., Sharpsville, PA, 16150, USA. More information on the company and its products is available by calling +1 (724) 962-3571, or at www.cattrongroup.com. ◘

Index des annonceurs / Index to advertisers Abitibi Geophysics

25

COH Projects

Access Mining Services

65

Corriveau J.L. & Associates, Inc.

Air Inuit

OBC

Cygnus Consultants Inc.

9

North American Palladium Ltd.

48

10

Norton Rose

41

11

Nuvumiut Developments Inc.

28

Alexis Minerals Corporation

53

Diesel - Bec Inc.

60

Porcupine Canvas

27

Aspirateurs du Nord Inc.

44

Eastmain Resources Inc.

51

Queenston Mining Inc.

43

Atlantic Industries Ltd.

24

31

RDH Mining Equipment

Aurizon Mines Ltd.

56

Bâtiments Futur/Future Buildings

45

Bestech

3

Canac Railway Services Inc.

17

Canada Lithium Corp.

40

Enduride Canada Usa Inc. Fordia

54

Garda

20

Groupe-conseil Cygnus Inc. H20 Innovation Knick Exploration

11 4 34

Canada Rare Earths

13

Capital Canvas

16

Landdrill International

47

Capitale Hélicoptère

21

Mine Niobec: Iamgold

IBC

Caracle Creek

23

Mine Radio Systems

Cartier Resources

15

Nemaska Lithium

IFC

Cattron Group International

66 Revue minière du Québec

19, 50

Ritchie Bros. Auctioneers Ross Industries Ltd.

61 57, 59 30

SGS Minerals

37

Showa Best Glove

55

Stantec

52

Telstar Hydraulics Ltd.

42

Terraquest Ltd.

30

Triangle Fluid Controls Ltd.

49

Usinage Lacquerre & Fils

29

33

VersaDrill Canada

46

Nolinor Aviation

26

Viasat Geo Technolgoies

32

North American Palladium Ltd.

48



The Quebec Mining Review 2011