Page 1

enseigner

pour

enseigner pour

enseigner pour

Jouer avec les sons La métaphonologie pour entrer dans la lecture La notion de conscience phonologique prend une place grandissante dans l'étude de la lecture et, plus particulièrement, dans son apprentissage. Mais qu'est-ce que la métaphonologie ? En quoi cette notion est-elle utile dans le cadre de la prise en charge de la dyslexie ? Et pourquoi son entrainement peut-il avoir un impact sur l'apprentissage de la lecture (et, par conséquent, de l'orthographe) ?

Jouer avec les sons

Cet ouvrage démontre l'importance de l'entrainement métaphonologique (basé sur la manipulation des sons) en tant qu'outil de prévention et de soutien. Véritable outil d’apprentissage de la lecture et de rééducation, il propose : - une trentaine d'activités (individuelles, en groupes et coopératives) ludiques et adaptées à l'évolution et aux difficultés de l'enfant ; - le matériel nécessaire à la construction des jeux proposés (planches de jeux, pions, illustrations...) ; - l’explication des notions théoriques sous-jacentes ; - un accès au site internet www.metaphonologie.deboeck.com qui complète cet ouvrage avec une série d’exercices interactifs et des documents utiles tels que l’API (Alphabet Phonétique International). Ce livre s’adresse à toute personne impliquée dans l’apprentissage de la lecture : les enseignants des 2e et 3e cycles (enfants de 5 à 9 ans) et de l’enseignement spécialisé, les logopèdes (orthophonistes)…

Avec documents reproductibles

Mélanie TIHON avec la collaboration de Philippe ROME

Jouer avec les sons

www.deboeck.com

JOUSON-cov.indd 1

JOUSON

oe ck.c om

Maternel et primaire

et www.m

+ site compagnon

La métaphonologie pour entrer dans la lecture

ap eb hon ologie.d

ISBN 978-2-8041-6030-2 ISSN 1373-0169

29/09/10 12:13


Table des matières

Préface......................................................................................................................................

7

Introduction.............................................................................................................................

9

Chapitre 1 L’apprentissage de la lecture........................................................................... 1.1. Développement des mécanismes d’identification des mots écrits ........................... 1.1.1. Le stade logographique ..................................................................................... 1.1.2. Le stade alphabétique ........................................................................................ 1.1.3. Le stade orthographique .................................................................................... 1.2. La lecture : un modèle à deux voies .............................................................................

13 13 13 13 14 15

Chapitre 2 La dyslexie ......................................................................................................... 2.1. Définition et types de dyslexies .................................................................................... 2.2. Un consensus : les perturbations phonologiques........................................................

19 19 20

Chapitre 3 La métaphonologie ou conscience phonologique ....................................... 3.1. Le développement de la prise de conscience de la structure phonologique de la langue .................................................................................................................... 3.2. La décomposition phonémique et la lecture .............................................................. 3.3. La décomposition phonémique et l’orthographe ........................................................... 3.4. L’évaluation des habiletés métaphonologiques .......................................................... 3.5. La métaphonologie outil de prévention et de rééducation ....................................... 3.5.1. La métaphonologie : outil de prévention ......................................................... 3.5.2 La métaphonologie outil de rééducation de la dyslexie ................................

21 21 23 24 25 26 26 26

Chapitre 4 Évaluation qualitative des habiletés métaphonologiques ........................... 4.1. Épreuve individuelle pour évaluer les habiletés en métaphonologie ....................... 4.2. Épreuve collective pour évaluer les habiletés en métaphonologie...........................

29 29 34

Chapitre 5 Jeux et activités pour l’entrainement métaphonologique ........................... 5.1. Sensibilisation aux sons de la langue française .......................................................... 5.2. Travail sur les rimes (comparer des rimes et en trouver de nouvelles) ..................... 5.3. Décomposition syllabique et estimation du nombre de syllabes ............................. 5.4. Localisation de syllabes, comparaison des syllabes dans le mot, trouver des mots partageant ces mêmes syllabes ....................................................... 5.5. Manipulation des syllabes ............................................................................................. 5.6. Passage de la syllabe au phonème ............................................................................... 5.7. Repérer et identifier les phonèmes ............................................................................... 5.8. Manipuler les phonèmes ...............................................................................................

39 39 40 41

Conclusion ...............................................................................................................................

53

Lexique .....................................................................................................................................

55

44 46 47 47 50

135


136

Bibliographie ...........................................................................................................................

57

ANNEXES ................................................................................................................................. Annexe 1 Alphabet phonétique........................................................................................ Annexe 2 Compétences des jeux ..................................................................................... Annexe 3 Évaluation individuelle .................................................................................... I. Compétences épiphonologiques (rimes et syllabes) ............................... II. Compétences métaphonologiques ........................................................... Annexe 4 Évaluation collective ........................................................................................ I. Compétences épiphonologiques (rimes et syllabes) ............................... II. Compétences métaphonologiques ........................................................... Annexe 6 La chasse aux mots ........................................................................................... Annexe 7 Les poèmes, chansons et comptines............................................................... Léon, le roi du ballon rond ! ........................................................................... Une vie sous marine ... .................................................................................... Plus on est de fous, plus on rit ........................................................................ Un zoo rigolo .................................................................................................... Recette pour sauver la planète ........................................................................ Annexe 8 Mémorime ......................................................................................................... Annexe 9 Décomposer les mots en syllabes .................................................................. Annexe 10 La chenille syllabique ...................................................................................... Annexe 11 Gare au serpent ............................................................................................... Annexe 12 Les animaux en bataille ................................................................................... Annexe 13 Le train de marchandises ................................................................................. Annexe 14 Le parcours des syllabes .................................................................................. Annexe 15 Le domino des syllabes .................................................................................... Annexe 16 La danse des poussins ...................................................................................... Annexe 17 La soupe aux animaux ..................................................................................... Annexe 18 La chenille phonémique .................................................................................. Annexe 19 Le train de marchandises ................................................................................. Annexe 20 La course aux phonèmes ................................................................................. Annexe 21 Son où es-tu ? .................................................................................................... Annexe 22 Dans quelle mai-son habitez-vous ?............................................................... Annexe 23 Le tour du monde ............................................................................................. Annexe 24 Pyrami-son ........................................................................................................ Annexe 25 Voyage dans l’espace ....................................................................................... Annexe 26 Banque d’images – Mots dont la syllabation est identique à l’oral et à l’écrit........................................................................................................... Annexe 27 Banque d’images – Mots dont la syllabation est différente à l’oral et à l’écrit..............................................................................................

61 63 64 66 66 67 68 68 71 75 79 79 80 81 82 83 84 85 86 87 89 94 96 99 104 108 109 110 112 115 118 120 124 125 129 133

Jouer avec les sons


Introduction

« Comment préparer mes élèves à entrer dans l’apprentissage de la lecture ? » (Doriane, enseignante en classe maternelle).

« Chaque année, quelques élèves rencontrent des difficultés dans l’apprentissage de la lecture. Quelle aide puis-je proposer dans ma classe ? » (Caroline, enseignante en primaire).

« Je suis enseignante dans le spécialisé et j’aimerais proposer des activités pour soutenir mes élèves dans la maitrise de la lecture (surtout pour les fautes de dyslexie : confusions, inversions, omissions…) sans interférer dans le travail de la logopède. » (Martine, enseignante dans une école spécialisée de type 8).

« J’ai déjà utilisé l’entrainement métaphonologique pour aider des enfants, mais je manque d’outils pratiques autres que les activités papier-crayon et questions/réponses. J’aimerais trouver des jeux qui permettent à l’enfant de manipuler et prendre conscience des processus sous-jacents à la manipulation des sons. » (Jean-Pierre, logopède)

« Mon fils a des difficultés en lecture et j’aimerais l’aider, mais il ne veut plus travailler par peur d’être confronté à ses difficultés. Existe-t-il des jeux qui pourraient l’aider ? » (Pascale, mère de famille)

Il suffit d’être à l’écoute des personnes concernées par l’apprentissage de la lecture pour se rendre compte que les interrogations et/ou les difficultés peuvent être multiples. Pourtant, la métaphonologie, bien que peu connue, a déjà fait ses preuves et pourrait répondre à leurs attentes. La métaphonologie (aussi appelée conscience phonologique) prend une place grandissante dans l’étude de la lecture et singulièrement de son apprentissage. Mais qu’est-ce que la métaphonologie et pourquoi son entrainement peut-il avoir un impact sur l’apprentissage de la lecture et, par conséquent, de l’orthographe ? Pour le comprendre, il nous parait essentiel de donner, au préalable, une définition complète et relativement précise de ce terme ainsi que d’autres s’y rapportant.

La phonologie est le « domaine de la linguistique qui étudie les sons du langage du point de vue de leur fonction dans le système de communication linguistique »1. C’est un système de représentations qui nous permet de produire et mémoriser un nombre indéfini de mots en n’utilisant que les trente-six phonèmes de la langue française. Le phonème constitue la plus petite unité sonore du langage oral. Par exemple, le mot « bateau » se compose de quatre phonèmes : [b], [a], [t] et [o]. Le phonème est donc un élément abstrait et dénué de sens.

1.

CAMPOLINI C., VAN HOVELL V., VANSTEELANDT A., Dictionnaire de logopédie : Le développement normal du langage et sa pathologie, p. 116.

9


La métaphonologie (aussi appelée conscience phonologique, traitement phonologique ou analyse séquentielle phonologique) est une « habileté consistant en une connaissance consciente, réflective, explicite, sur les propriétés phonologiques du langage et qui est susceptible d’être utilisée de manière intentionnelle »2. En d’autres termes, comme son préfixe l’indique, la métaphonologie concerne les activités de manipulation et de réflexion sur le langage et, plus précisément, la connaissance consciente et explicite du fait que les mots du langage sont constitués d’unités plus petites (les syllabes et les phonèmes) qui peuvent être dépourvues de sens, manipulables et combinables. La métaphonologie inclut la conscience syllabique (qui porte sur les syllabes3) ainsi que la conscience phonémique (qui porte sur les phonèmes). Cette dernière représente le niveau ultime de conscience phonologique, car elle implique l’isolement des phonèmes par la décomposition phonémique (appelée par certains auteurs « analyse s egmentale »). Un enfant ayant de bonnes aptitudes en métaphonologie est capable de décomposer un mot comme /bateau/ en syllabes [ba] [to] et en phonèmes [b] [a] [t] [o] ainsi que de manipuler ces segments. Ces manipulations peuvent cons ister : • en l’inversion de syllabes [toba] ou de phonèmes [bota] • en la soustraction d’une syllabe [to] ou d’un phonème [ato] • en l’ajout d’une syllabe [tibato] ou d’un phonème [ibato] • à remplacer une syllabe ou un phonème par un autre. Par exemple, en remplaçant la première syllabe de [bato] par [ti] on obtient [tito] et en mettant le phonème [t] à la place du [b] de [bato] on obtient [tato]. De nombreux auteurs, dont Alégria & Morais (1989) et Dehaene (2007), relèvent que le processus d’acquisition de la lecture est lié à l’émergence de la conscience phonologique. Ils constatent que des problèmes dans les tâches de décomposition phonémique sont souvent observés chez les enfants qui éprouvent des difficultés

2.

3.

10

CAMPOLINI C., VAN HOVELL V., VANSTEELANDT A., Dictionnaire de logopédie : Le développement du langage écrit et sa pathologie, p. 31. Les mots repris en italique au sein du texte sont définis dans le lexique, p. 55.

en lecture (entre autre chez les sujets dyslexiques). La métaphonologie fait donc partie des prérequis essentiels à l’apprentissage de la lecture4 et plus particulièrement à l’identification des mots écrits. La manipulation des phonèmes n’est pas aisée. Elle implique la mise en œuvre d’un contrôle intentionnel des traitements linguistiques pour que l’on puisse effectuer des opérations mentales sur le produit du mécanisme cognitif permettant la conversion de la chaine verbale en une séquence de phonèmes. Selon Liberman et al. (1974), les représentations de phonèmes ne peuvent être appréhendées que s’il existe une expérience spécifique qui faciliterait cette abstraction. La capacité d’analyse des unités sonores du langage ne se réalise pas spontanément. Pourtant, leur maitrise est essentielle pour aborder le langage écrit. Contrairement aux activités langagières, les activités métaphonologiques doivent donc être enseignées. La recherche indique que « sans entrainement systématique des habiletés phonologiques, 25 % des élèves de première année issus d’un milieu économique moyen et davantage d’élèves issus d’une famille où on lit peu démontreraient une piètre conscience phonologique. Il a également été montré que ces enfants éprouvent de sérieuses diffi cultés à apprendre à lire et à écrire »5. Dans ce livre, nous nous pencherons sur le lien étroit entre conscience phonologique et apprentissage de la lecture. Cet ouvrage se veut être un outil pratique proposant de nombreux jeux et activités. Toutefois, il nous semble essentiel d’aborder quelques notions théoriques afin de bien comprendre l’intérêt de la métaphonologie et de permettre, en intégrant les processus sous-jacents, de créer de nouvelles activités. Afin de faciliter l’exposé, nous avons divisé la partie théorique en trois chapitres : l’apprentissage de la lecture, la dyslexie et la métaphonologie. Dans le premier, nous aborderons le développement des mécanismes d’identification des mots ainsi que le modèle de lecture à deux voies proposé en psychologie cognitive. Cette analyse nous permettra de comprendre les mécanismes mis en jeu lors de l’activité de lecture et l’implication de la métaphonologie dans ce domaine. Dans le deuxième chapitre, nous parlerons brièvement de la dyslexie et

4. 5.

GOMBERT (1990). ADAM (1990) in JAGER ADAMS M., FOORMAN R., LUNGBERG I., BEELER T., Conscience phonologique, p. 1.

Jouer avec les sons


de la prépondérance des perturbations phonologiques dans ce trouble. Dans le troisième, nous définirons la métaphonologie et exposerons le développement de la prise de conscience de la structure phonologique de la langue. Ensuite, nous nous intéresserons au lien existant entre la décomposition phonémique et la lecture avant de parler de la relation entre la décomposition phonémique et l’orthographe. Nous nous arrêterons également sur l’évaluation des capacités métaphonologiques avant de nous intéresser à la métaphonologie en tant qu’outil de prévention, de stimulation et de rééducation. Enfin, nous entrerons dans la pratique en proposant de nombreux jeux et activités ludiques adaptés au développement de l’enfant et à ses éventuelles difficultés. Dans cette partie, qui constitue l’essentiel de cet ouvrage, se trouve le matériel nécessaire à leur réalisation. En parallèle, ce livre donne accès à un site internet complémentaire (http://metaphonologie. deboeck.com) reprenant des activités en ligne impliquant les compétences métaphonologiques portant sur la syllabe et le phonème.

Introduction

11


Chapitre 2 La dyslexie

2.1. DÉFINITION ET TYPES DE DYSLEXIES

logique), d’adressage (dyslexie de surface) ou les deux procédures (dyslexie mixte).

Une des caractéristiques importantes du modèle à deux voies que nous venons d’aborder réside dans le fait que les procédures d’assemblage et d’adressage fonctionnent de manière indépendante (tout en collaborant). Cette distinction est issue des données neuropsychologiques qui mettent en évidence des altérations de l’une ou l’autre procédure chez les personnes dyslexiques. Toutefois, avant d’aborder succinctement les conséquences des altérations de ces procédures, il nous semble important d’expliquer ce qu’est exactement la dyslexie, car ce terme est bien souvent employé erronément.

La dyslexie phonologique est la forme la plus fréquente de dyslexie, puisqu’elle représente environ 80 % d’entreelles4. Elle est caractérisée par une atteinte qui entrave la voie d’assemblage sans toucher la voie d’adressage. Cela se traduit donc par une difficulté très importante à traduire les graphèmes (lettres) en phonèmes (sons). Le décodage ne s’automatise pas malgré de nombreuses révisions. On observe alors des substitutions auditives (p/b, t/d, k/g, s/z, ch/j) et/ou visuelles (b/d/q/p, u/n…), des inversions (cil pour cli), des omissions et ajouts de lettres ainsi que des erreurs de césure (léléphant ou lélé fan). La lecture est particulièrement lente et laborieuse ce qui entrave l’accès au sens du texte. Par contre, la reconnaissance globale des mots intégrés dans le lexique orthographique est plus facile.

La dyslexie, qui touche environ 10 % de la population1, est un trouble spécifique de la lecture se manifestant par une difficulté importante et persistante dans l’apprentissage de la lecture. Plusieurs critères doivent être remplis pour poser un diagnostic de dyslexie : l’enfant ne peut pas présenter de déficit intellectuel, ni de troubles sensoriels (vue, ouïe) qui n’ont pas été corrigés, ni de troubles psychologiques ou psychiatriques graves, ni de troubles neurologiques, ni de déficit socioculturel majeur et il doit suivre une scolarité normale (enseignement ordinaire et pas d’absentéisme)2. Notons que le diagnostic de dyslexie ne peut être confirmé qu’après le constat de la persistance du trouble malgré une intervention adaptée3. Comme nous l’avons vu, nous pouvons distinguer différents types de dyslexies selon que les altérations touchent la procédure d’assemblage (dyslexie phono1. 2.

3.

BÉLIVEAU, 2007. Définition basée sur : les critères diagnostiques du DSM IV (AMERICAN PSYCHIATRIC ASSOCIATION), le Dictionnaire de logopédie (CAMPOLINI, VAN HÖVELL & VANSTEELANDT) et le livre Dyslexie et autres maux d’école : Quand et comment intervenir (BÉLIVEAU). BÉLIVEAU, 2007.

La dyslexie de surface est beaucoup plus rare et touche environ 10 % des dyslexiques5. Elle est caractérisée par une atteinte qui entrave la voie d’adressage sans toucher la voie d’assemblage. Cela se traduit par de grandes difficultés à reconnaitre des mots globalement, ce qui limite l’accès au sens du texte (car l’attention de l’enfant est centrée sur le déchiffrage). Les dyslexiques de surface éprouvent des difficultés à lire des mots irréguliers et les homonymes (exemples : sans/sang/cent/ sent, teint/thym). La dyslexie mixte est caractérisée par une atteinte des deux voies : assemblage et adressage. Les difficultés rencontrées par les enfants présentant ce type de dyslexie regroupent donc celles des dyslexies phonologique et de surface.

4. 5.

BÉLIVEAU, 2007. BÉLIVEAU, 2007.

19


2.2. UN CONSENSUS : LES PERTURBATIONS PHONOLOGIQUES Comme nous l’indique Dehaene (2007), bien que les théories sur les causes de la dyslexie soient encore controversées, il existe un consensus : la majorité des dyslexiques souffrent d’un déficit du décodage phonologique. En effet, on observe chez eux un déficit particulier dans la conversion des signes de l’écriture en sons du langage. La lecture de logatomes (pseudomots) est donc un des meilleurs tests pour repérer les enfants en difficulté. La plupart des scientifiques reconnaissent que les troubles de conversion graphèmes-phonèmes dérivent d’une source plus fondamentale : un trouble du traitement des phonèmes et de la métaphonologie. Une difficulté apparemment limitée à la lecture découlerait, en réalité, de subtils déficits de l’analyse des sons du langage parlé. Ramus (2003) a d’ailleurs récemment réaffirmé qu’un noyau phonologique est à l’origine de la majorité des dyslexies.

20

Jouer avec les sons


Chapitre 2 La dyslexie

2.1. DÉFINITION ET TYPES DE DYSLEXIES

logique), d’adressage (dyslexie de surface) ou les deux procédures (dyslexie mixte).

Une des caractéristiques importantes du modèle à deux voies que nous venons d’aborder réside dans le fait que les procédures d’assemblage et d’adressage fonctionnent de manière indépendante (tout en collaborant). Cette distinction est issue des données neuropsychologiques qui mettent en évidence des altérations de l’une ou l’autre procédure chez les personnes dyslexiques. Toutefois, avant d’aborder succinctement les conséquences des altérations de ces procédures, il nous semble important d’expliquer ce qu’est exactement la dyslexie, car ce terme est bien souvent employé erronément.

La dyslexie phonologique est la forme la plus fréquente de dyslexie, puisqu’elle représente environ 80 % d’entreelles4. Elle est caractérisée par une atteinte qui entrave la voie d’assemblage sans toucher la voie d’adressage. Cela se traduit donc par une difficulté très importante à traduire les graphèmes (lettres) en phonèmes (sons). Le décodage ne s’automatise pas malgré de nombreuses révisions. On observe alors des substitutions auditives (p/b, t/d, k/g, s/z, ch/j) et/ou visuelles (b/d/q/p, u/n…), des inversions (cil pour cli), des omissions et ajouts de lettres ainsi que des erreurs de césure (léléphant ou lélé fan). La lecture est particulièrement lente et laborieuse ce qui entrave l’accès au sens du texte. Par contre, la reconnaissance globale des mots intégrés dans le lexique orthographique est plus facile.

La dyslexie, qui touche environ 10 % de la population1, est un trouble spécifique de la lecture se manifestant par une difficulté importante et persistante dans l’apprentissage de la lecture. Plusieurs critères doivent être remplis pour poser un diagnostic de dyslexie : l’enfant ne peut pas présenter de déficit intellectuel, ni de troubles sensoriels (vue, ouïe) qui n’ont pas été corrigés, ni de troubles psychologiques ou psychiatriques graves, ni de troubles neurologiques, ni de déficit socioculturel majeur et il doit suivre une scolarité normale (enseignement ordinaire et pas d’absentéisme)2. Notons que le diagnostic de dyslexie ne peut être confirmé qu’après le constat de la persistance du trouble malgré une intervention adaptée3. Comme nous l’avons vu, nous pouvons distinguer différents types de dyslexies selon que les altérations touchent la procédure d’assemblage (dyslexie phono1. 2.

3.

BÉLIVEAU, 2007. Définition basée sur : les critères diagnostiques du DSM IV (AMERICAN PSYCHIATRIC ASSOCIATION), le Dictionnaire de logopédie (CAMPOLINI, VAN HÖVELL & VANSTEELANDT) et le livre Dyslexie et autres maux d’école : Quand et comment intervenir (BÉLIVEAU). BÉLIVEAU, 2007.

La dyslexie de surface est beaucoup plus rare et touche environ 10 % des dyslexiques5. Elle est caractérisée par une atteinte qui entrave la voie d’adressage sans toucher la voie d’assemblage. Cela se traduit par de grandes difficultés à reconnaitre des mots globalement, ce qui limite l’accès au sens du texte (car l’attention de l’enfant est centrée sur le déchiffrage). Les dyslexiques de surface éprouvent des difficultés à lire des mots irréguliers et les homonymes (exemples : sans/sang/cent/ sent, teint/thym). La dyslexie mixte est caractérisée par une atteinte des deux voies : assemblage et adressage. Les difficultés rencontrées par les enfants présentant ce type de dyslexie regroupent donc celles des dyslexies phonologique et de surface.

4. 5.

BÉLIVEAU, 2007. BÉLIVEAU, 2007.

19


2.2. UN CONSENSUS : LES PERTURBATIONS PHONOLOGIQUES Comme nous l’indique Dehaene (2007), bien que les théories sur les causes de la dyslexie soient encore controversées, il existe un consensus : la majorité des dyslexiques souffrent d’un déficit du décodage phonologique. En effet, on observe chez eux un déficit particulier dans la conversion des signes de l’écriture en sons du langage. La lecture de logatomes (pseudomots) est donc un des meilleurs tests pour repérer les enfants en difficulté. La plupart des scientifiques reconnaissent que les troubles de conversion graphèmes-phonèmes dérivent d’une source plus fondamentale : un trouble du traitement des phonèmes et de la métaphonologie. Une difficulté apparemment limitée à la lecture découlerait, en réalité, de subtils déficits de l’analyse des sons du langage parlé. Ramus (2003) a d’ailleurs récemment réaffirmé qu’un noyau phonologique est à l’origine de la majorité des dyslexies.

20

Jouer avec les sons


Annexe 17 – LA soupe Aux AnimAux 1. Deux syllabes

2. Trois syllabes

3. Quatre syllabes

La soupe aux animaux : page à agrandir au format A3. Animaux à découper selon le nombre de syllabes

108

Jouer avec les sons © Groupe De Boeck, 2010




ANNEXE 18 – LA CHENILLE PHONÉMIQUE

La chenille phonémique : page à agrandir au format A3. À découper et à construire en attachant les disques entre eux avec des attaches parisiennes Jouer avec les sons © Groupe De Boeck, 2010

109

Jouer avec les sons  

La métaphonologie pour entrer dans la lecture

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you