__MAIN_TEXT__

Page 1

20

VUE 20 RE de l’année 56 pages

La région par alysée

ise un evos réal inard-D ichaël P Philip-M

exploit

en Suisse

Les réactions fusent...

e VictoirQUE! RI HISTO

P. 3, 4, 5, 6 et 39

CAHIER SPÉ

eté ieus Photo grac

Fondé en 1978

41e année, no 40

ES AU CENTRE

e

0 TEMBRE 202

8 Fondé en 197

42

01 année, no

s Les portraitts des finissan ns exposés da es êtr les fen

Une baleineue à bosse piq à é la curiosit y Sorel-Trac

CIAL

48 pages

d’un À défaut bal à l’Écoleefebvre Fernand-L

rare Phénomène

LA FUSION D E SOREL 20 ANS PLUS ET TRACY, TARD 16 PAG

P. 35

MARDI 9 JUIN 2020

- Commerçant s - Élus - Santé - Éducation - Famille - Culture - Sport

d s’é -Handfiel Bouchard petit Alex

6 ans

MARD

Page 3

©

on un bâill Loi 40 : e de travers P. 4 qui pass

es d’enfants euseté/Rêv Photo graci

©

èque | Les Phototh

Photo Pascal Courno yer | Les 2 Rives

Le

s scolaire missions Les com ent des centres devienn s de service

ge de teint à l’â

emplie r e i v e n U ute fin o t a l à ’ u q jus

2 Rives ©

P. 3

2 Rives noyer | Les

ieus Photo grac

cen p.17 à 20

UEZ er serv EMBAtralRQ es à con

4 pages

41 année, no 28

40 pages

39

e

COVID-19

au u en cade Un gâtea addox

M Le petit sa victoire célèbre maladie contre la

Fondé en 1978

no 41e année,

l Cour Photo Pasca

S 2020

1978

pedia Photo Wiki

20

IER 20

11 FÉVR

MARDI 17 MAR

eté

P. 16

P. 9

I 15 SE

PTEMBR

E 2020

Fondé

en 1978 42 e an

née, no

DU JOURNAL

02 36 page

s

32 pages

Une voiture tombe dans un nid… d’autruche

EM

Pages cenBARQUEZ trales à con server

Manning ©

P. 3

d la main Legault tenneurs et élus e aux entrepr

Pages 4 ett 5 P

2 Rives

©

| Les 2 Rives

©

P. 3

Cournoy er | Les

l Cournoyer Photo Pasca

Illustrat ion : Gill es Bill Mar cotte

e régional nt économiqu Développeme

©

P. 47

Une sais plein air on tour difficile is dans la tique région

Azimut et Mais diffusion, Gib on Fe

québécois

ux David Théro n fera partie d’u mini-tournoi

2 Rives ©

2 Rives ©

Feu vert aux sports collectifs à l’extérieur

Plusieurs défis à l’horizon

| Les 2 Rives

P. 20

Photo Pascal Cournoyer | Les

Des restaurateurs fébriles de renouer avec leur clientèle

s Quatre boxeur s’affronteront

Page 12

Dès le 15 juin

Photo Pascal Cournoyer | Les

2 Rives ©

-Tracy

Photo Phil ippe

nt du Ils fabrique ais caramel franç acy -Tr rel à So

En plein centre-ville de Sorel

Photo Pascal Cournoyer | Les

Malgré l’engou ement po des sorti ur es en

urs et entreprene Immigrants

Procès d

e Loïc R ené,

cusé du meurt « Je ne de son père àacYam regrett aska re de l’avo e en rien ir tué » P. 30

Pages 4 et 5

Des progde la musique st automna rammations malgré les riches la pand émie P. 14

Photo Pas cal

4 pages centrales à conserver

EMBARQUEZ

| Les hilippe Morin Photo Jean-P

2 Rives ©

Pages 30 et 31

FÊTE DES PÈRES

MARDI 8 SEP

l Cournoyer Photo Pasca

MARDI

MARDI

no 23

en 1978

Fondé en

0 2 JUIN 202

NNE E CANADIE LA SEMAINIRONNEMENT DE L’ENV es 17 à 25 Pag

36

e, e 41 anné

Fondé

pages


2 - Mardi 29 décembre 2020 - Les 2 Rives - La Revue de l’année


OPINION

En commençant par la fin Marcel Rainville

mrainville@les2rives.com

Directeur général Déjà la nouvelle année, synonyme d’espoir et de résolutions. Voilà toujours ça qui ne change pas! En ces « fêtes » confinées, profitons-en pour faire un peu d’introspection sur cette pandémie qui, j’espère, nous aura permis de tirer des leçons, comme chaque grande crise de notre histoire. À la mi-temps de la COVID, avec les promesses d’un vaccin qui a mis à l’épreuve notre patience habituée à tout avoir en 24 heures, quand nous retomberons éventuellement dans nos vieilles pantoufles, celles-ci nous feront-elles encore? Qu’est-ce qui aura changé pour le mieux et pour le pire? À part un déficit monstre, que laisserons-nous aux générations futures? Aurons-nous appris à apprécier davantage et à ne rien tenir pour acquis? À reconnaître à leur juste valeur le personnel soignant et les enseignants et à mieux protéger nos aînés? Avec l’isolement, le stress, la fatigue et la désinformation, les réseaux sociaux ont été pris d’assaut tel un exutoire. La population à fleur de peau a besoin à la fois de s’exprimer et d’une information de qualité.

Les débats sont essentiels dans une société, mais dans le respect. La générosité est heureusement aussi au rendez-vous. Étant impliqué dans différentes causes, j’ai été impressionné de voir l’engagement de tant de citoyens, élus et entreprises et surtout à quel point notre région est bien soutenue par nos organismes qui font contrepoids aux angles morts de notre société. Dans ce problème mondial, notre salut est local. La crise nous aura fait saisir l’importance des régions, la nécessité de vivre en communauté, de développer nos propres ressources et de consommer localement. La nouvelle cohésion entre nos élus, coïncidant avec le passage de notre premier ministre et la consultation tenue par le député Jean-Bernard Émond, a abouti à la création d’un nouvel organisme et d’un fonds régional de développement. Les élections municipales à venir raviveront-elles les débats? Apporteront-elles de nouvelles idées? Tout n‘est pas réglé, mais souhaitons que cette collaboration soit durable, car les besoins et les opportunités sont grands et urgents. On peut certainement s’inspirer de la résilience de nos entrepreneurs dont plusieurs d’entre eux ont fait preuve en continuant à investir dans la région. Souhaitons aussi que les initiatives de notre Chambre de commerce et des élus pour l’achat local réussissent à inverser la lourde tendance de nos fuites commerciales. Ajoutons

l’arrivée des Régates et le retour tant attendu de nos événements qui font tant notre fierté! Imaginons aussi le boom que générera le Port à Contrecœur s’il aboutit. L’exode actuel des Montréalais, si elle converge vers notre région pourrait aussi ajouter des conditions gagnantes pour pallier notre pénurie de main-d’œuvre. Pour le journal Les 2 Rives aussi ce fut un nouveau chapitre qui restera dans les annales en recevant la plus grande distinction à titre d’Hebdo de l’année au Québec, à l’occasion du Grand Prix des Hebdos 2020. C’est une reconnaissance que l’on tient à partager avec toute notre communauté, car c’est de votre histoire dont il est question! Nos nouvelles n’ont jamais été aussi lues et nous vous remercions de tout cœur d’être toujours fidèles au rendez-vous. Et un merci très spécial à nos précieux partenaires et à mon équipe qui a bravé cette tempête sans répit et avec brio. C’est tout un honneur d’être à vos côtés! Dans le cadre de cette Revue de l’année, nos journalistes ont dressé une fois de plus les moments marquants de l’année pour vous permettre de voir les tendances qui ont façonné notre région. Voilà une tradition qui demeure dans vos foyers depuis 17 ans! Sur ce, je nous souhaite tous de pouvoir reprendre un peu de légèreté dans nos vies et que 2021 soit l’année des occasions retrouvées. Vous pourrez compter sur nous pour continuer à bien vous informer! Bonne lecture et joyeuses fêtes! Les 2 Rives - La Revue de l’année - Mardi 29 décembre 2020 - 3


OPINION Une année « fulgurante » Quelle année paradoxale!

Jean-Philippe -

Morin

jpmorin@les2rives.com

Directeur de l’information

4 - Mardi 29 décembre 2020 - Les 2 Rives - La Revue de l’année

Certains de mes amis choisiraient des mots moins polis que « fulgurante » pour décrire l’année 2020, mais c’est le premier qui me vient en tête. En feuilletant les pages depuis la première édition de 2020 afin de préparer cette Revue de l’année, j’ai pu constater à quel point la pandémie a frappé rapidement. Dans l’édition du 10 mars, rien du tout. Pas un mot sur la COVID-19. Dans les éditions précédentes, on publiait quelques textes sur l’enseignante du Cégep de Sorel-Tracy, Manon Trudel, qui était coincée au Japon sur le bateau de croisière Diamond Princess avec son mari, qui avait attrapé le coronavirus. Eh oui, on appelait ça le coronavirus à l’époque, vous vous souvenez? On dirait que ça fait neuf ans, mais ça fait neuf mois. Puis dans l’édition du 17 mars, le journal était tapissé de coronavirus : les écoles fermées, des garderies ouvertes seulement pour les travailleurs essentiels, des bâtiments municipaux fermés, le monde des affaires dans l’incertitude, l’hôpital en gestion de crise, des restaurateurs qui (déjà) se réinventent pour offrir des mets à emporter… tout ça en l’espace de quelques jours. Des histoires d’horreur, dont celui du CHSLD Herron à Montréal, ont été rapportées tout au long de l’année dans les médias. Plus localement, de notre côté, on a beaucoup misé sur les bons coups. Nos journalistes ont suivi l’évolution de la pandémie de semaine en semaine, de jour en jour et même minute par minute tellement tout évoluait rapidement. Je tiens d’ailleurs à les saluer. Toute l’équipe a su se « virer sur un 10 cents » à plusieurs moments pour livrer, chaque semaine, le journal le plus à jour possible sur l’actualité tellement changeante de 2020. Et comme le combat n’est pas terminé, je vous promets une chose : on assurera la même rigueur en 2021!

Louise

Grégoire-Racicot

lgracicot@sympatico.ca

Chroniqueuse

Membre à part entière de la première vague des « baby boomers », j’ai eu ce privilège de grandir dans un Québec en pleine évolution qui a su se préoccuper d’éducation, de reconnaissance des droits des femmes, d’implantation de systèmes publics d’éducation, de santé et de centres de la petite enfance adéquats, même avec leurs imperfections. Somme toute, ces années d’après-guerre ont été généreuses. Oui, le Québec, comme la région, a connu ses hauts et ses bas, au rythme de l’économie, mais n’a pas vécu de conflits mondiaux ou de désastres naturels catastrophiques. Mais les changements climatiques commencent à nous affecter. De fait, cette pandémie mondiale est notre première grande épreuve de force collective. D’autant qu’elle est dangereuse et ne finit plus. Du même coup, 2020, cette « annus horribilis », nous a appris à nous défendre. Elle nous a forcés à en limiter les dégâts en nous confinant. Un exercice qui fut difficile surtout pour les plus sociables d’entre nous et pour ceux sur qui la solitude pèse plus vite. Heureusement, ce n’était pas mon cas! 2020 nous a forcé à ralentir. À s’arrêter même. À réaliser comment notre maison est notre seul chez-soi. Nos familles encore tissées plus serrées malgré les visites si restreintes ou même interdites. Nos amis encore plus chers même si éloignés. Et c’est progressivement en soi qu’on est entré, explorant nos peurs et frustrations. Et touchant du doigt une force souvent trop discrète – celle de la vie qui bat, du besoin de la vivre plus pleinement, de l’amour qui se dit, de la fraternité à laquelle se nourrir! Il y a peu d’occasions dans le brouhaha du quotidien « courant » de sentir qu’on y tient si fort! Il faut respirer tout cela, dirait mon amie psy. Ce que j’ai fait à plein poumons!


OPINION Reprendre son souffle… ensemble

Katy

Desrosiers

kdesrosiers@les2rives.com

Journaliste

En un instant, en mars dernier, des millions de Québécois ont eu le souffle coupé… en même temps. La pandémie, le confinement, l’avenir qui devient plus incertain que jamais. Mais rapidement, la solution s’est apparue évidente : c’est ensemble que nous reprendrons notre souffle. Le mouvement « Ça va bien aller » avec les milliers d’arcs-enciel qui décoraient les fenêtres des maisons partout au Québec a soulevé une chose : la solidarité était toujours présente. Les gens avaient besoin de se rassembler tout en étant éloignés et de s’accrocher à quelque chose. Se réinventer. Ce terme sur toutes les lèvres s’est invité dans la plupart de nos quotidiens. Pour plusieurs, il a été la clé à la survie de leur entreprise. Qu’on pense aux nombreux commerces et restaurants de la région qui ont mis rapidement sur pied un site Internet, parfois transactionnel, et un service de livraison pour ne pas dire au revoir à leur bébé dans lequel ils ont investi temps et argent pendant de si nombreuses années. Et le milieu culturel qui a sauté à pieds joints dans les concerts virtuels. Heureusement, les clients étaient au rendez-vous. On a pu le constater entre autres avec la vente de milliers de cartes-cadeaux bonifiées d’entreprises de la région. Que dire des organismes communautaires, qui jamais n’ont baissé les bras malgré les besoins criants tant au niveau de la santé mentale que de l’aide alimentaire. Aussi, un petit clin d’œil aux enseignants, infirmières, préposés, éducatrices et j’en passe, qui se sont présentés au travail chaque jour pour faire en sorte que notre monde n’arrête pas complètement de tourner. C’est ensemble que nous avons passé à travers 2020 et j’ose croire que c’est ensemble, en se soutenant les uns les autres, en parsemant notre vie d’un peu plus d’empathie et de bonté, que nous traverserons 2021.

L’espace médiatique local à saveur internationale

Alexandre

Brouillard

abrouillard@les2rives.com

Journaliste

Le Brexit, les crises sociales en Amérique latine, la Présidentielle américaine, l’explosion au Liban, un Proche-Orient bouillant, des affrontements dans le Haut-Karabakh, une planète qui se réchauffe…Tous ces événements ont occupé une part importante de l’espace médiatique internationale. Toutefois, c’est une pandémie mondiale qui aura marqué l’actualité locale! Je suis habitué de suivre religieusement l’actualité locale, nationale et internationale, mais l’année 2020 aura testé mon assiduité médiatique. J’ose croise que je n’étais pas le seul à naviguer au sein de ce bateau en pleine tempête pandémique. J’ai donc rapidement dû me résigner à délaisser l’actualité internationale, pour me concentrer presque uniquement sur celle de ma région. Ce qui ne m’a pas déçu. Il est vrai que cette pandémie peut paraître totalement noire et négative, mais nous pouvons également y voir un peu de lumière! Il suffit de penser à nos travailleurs de la santé qui continuent de multiplier les heures afin d’assurer la santé et la sécurité des gens de la région. Il y a également tous les enseignants qui doivent composer avec de nouvelles restrictions sanitaires, mais qui continuent contre vents et marées à éduquer les générations futures. Ou tout simplement toutes les personnes qui se lèvent chaque matin malgré la situation et qui contribuent au bien-être des gens de chez nous. Voilà ce que j’essaie de voir dans cet espace médiatique local à saveur internationale. Je crois humblement qu’il est primordial de fixer notre attention sur les côtés positifs parce que l’année 2020 passera à l’histoire d’une manière ou d’une autre. Il ne faut pas oublier que tout ce qui se passe sur notre belle planète bleue mérite notre attention, mais je crois que la dernière année nous aura ouvert les yeux sur ce qui se passe dans notre cour et sur l’importance de se serrer les coudes! Soyons résilients, soyons fiers! Les 2 Rives - La Revue de l’année - Mardi 29 décembre 2020 - 5


COVID-19

Une année marquée par la pandémie

La deuxième vague frappe de plein fouet Jean-Philippe

Morin

jpmorin@les2rives.com

Les Jardins de Ramezay ont dû composer avec une éclosion majeure de COVID-19 dans différentes phases.

La grande région de Sorel-Tracy a relativement été épargnée lors de la première vague de COVID-19, au printemps. La situation a été tout autre cet automne, alors que le Réseau local de santé (RLS) Pierre-De Saurel figurait parmi les pires au Québec.

6 - Mardi 29 décembre 2020 - Les 2 Rives - La Revue de l’année

En date du 7 décembre, on dénombrait 586 cas totaux dans le RLS depuis le début de la pandémie, dont 168 cas actifs. Avec un taux de 327 cas actifs par 100 000 habitants, la région était à ce moment la pire en Montérégie et la troisième pire du Québec au prorata de sa population. Au point où les élus, la Direction de la Santé publique de la Montérégie et le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Est ont tenu un point de presse virtuel, le 1er décembre, pour faire le point sur la COVID-19 à Sorel-Tracy, rassurer la population et, du

Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

même coup, répéter les consignes d’usage. Les deux tiers des cas étaient situés en milieu de soins dans la région. Deux éclosions majeures ont fait rage, soit une à l’Hôtel-Dieu de Sorel et une autre à la Résidence privée pour aînés (RPA) des Jardins de Ramezay. En date du 1er décembre, on comptait 37 patients et 53 travailleurs qui avaient contracté le virus à l’hôpital dans trois différents départements. Puis aux Jardins de Ramezay, l’éclosion a été contrôlée début décembre, mais une centaine de cas ont été rapportés parmi les résidents et le

personnel. Malheureusement, 10 résidents en sont décédés. Une ressource intermédiaire a aussi été touchée par la COVID-19. La Résidence du Faubourg a vu huit de ses neuf résidents infectés ainsi que six employés. Après un nettoyage complet des lieux, tout le monde a pu retourner dans l’établissement de la rue Weilbrenner. Peu d’éclosions ont été rapportées en milieu de travail. Quelques cas ont été déclarés chez Rio Tinto Fer et Titane, aux Forges de Sorel et chez Location FGL.


COVID-19

Une année marquée par la pandémie

Le milieu hospitalier aux premières loges Sébastien

Lacroix

slacroix@les2rives.com

La pénurie de matériel médical a inquiété les travailleurs de la santé, au début de la crise en avril.

Le personnel hospitalier a travaillé d’arrache-pied et dans des conditions qui n’ont pas toujours été faciles cette année. Autant dans la première vague en raison d’un manque de matériel que dans la deuxième en raison d’une éclosion à l’Hôtel-Dieu de Sorel. La pénurie de matériel s’est fait sentir au printemps et des infirmières ont dû être changées de départements, si bien que l’inquiétude s’est installée tranquillement chez le personnel infirmier de l’Hôtel-Dieu de Sorel. Le problème s’est réglé durant la deuxième vague alors que le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Est (CISSSME) avait fait l’acquisition d’équipements de protection en grande quantité et du personnel supplémentaire a été embauché. Plusieurs employé(e)s ont toutefois attrapé la COVID-19 cet automne alors qu’une éclosion s’est fait sentir dans plu-

Photo tirée de Facebook

sieurs départements, fragilisant de nouveau le manque de main-d’œuvre à l’hôpital. Une quarantaine de préposés aux bénéficiaires sont également venus prêter main-forte dans la région de Sorel-Tracy et de Contrecœur après avoir suivi une formation accélérée. Ce qui est venu donner un coup de main au nouveau système pour surveiller plus étroitement des déplacements de personnel d’une zone chaude vers une zone froide. La fréquentation des urgences a également diminué drastiquement durant la première vague, en raison de la peur qui

s’était installée au sein de la population. Une situation qui a été tout autre cet automne, alors que les gens hésitaient moins à aller consulter. Au point où des ambulances ont dû être détournées pendant quatre heures, le 1er octobre, étant donné le taux d’occupation de 176 % à l’urgence de l’Hôtel-Dieu. Le CISSSME a également accentué les efforts de dépistage dans la salle Jani-Ber qui a été occupée par une trentaine de personnes par jour durant la première vague. Une équipe mobile de dépistage a également été mise sur pied pour se rendre dans les entreprises et les écoles au besoin.

Les 2 Rives - La Revue de l’année - Mardi 29 décembre 2020 - 7


COVID-19

Une année marquée par la pandémie

La région se serre les coudes Sébastien

Lacroix

slacroix@les2rives.com

Au-delà des arcs-en-ciel et du mouvement « ça va bien aller », on note plusieurs exemples d’initiatives qui ont été réalisées au cours de la dernière année pour lutter contre la pandémie. À commencer par la production de l’équipement de protection qui a été le nerf de la guerre.

8 - Mardi 29 décembre 2020 - Les 2 Rives - La Revue de l’année

Qu’on pense par exemple à la distillerie Les Subversifs qui a concocté une recette de désinfectant pour les mains distribué gratuitement à des entreprises de première ligne. Rio Tinto Fer et Titane (RTFT) a également fabriqué son propre gel pour les mains de façon à éviter une pression supplémentaire en répondant à ses propres besoins. RTFT a également offert 50 litres de gel nettoyant pour les écoles secondaires. Après avoir fabriqué des visières pour le personnel de la santé, CNC Tracy a récidivé en fabriquant des centaines d’autres qui ont été distribuées aux enseignants et

Le Centre de technologie de Rio Tinto Fer et Titane a créé 300 litres de désinfectant à mains. Photo gracieuseté

enseignantes de la Commission scolaire de Sorel-Tracy. Plusieurs entreprises se sont aussi lancées dans la fabrication de masques pour protéger la population. Des couturières de Saint-David ont répondu à l’appel lancé par la Municipalité pour réaliser des centaines de masques en quelques semaines. L’entreprise FORMEDICA, à Contrecœur, a donné 1 million de masques à des organismes, soit 100 000 à la SPCA de Montréal et 900 000 aux Banques alimentaires du Québec qui les ont redistribués

aux 19 membres Moisson de la province. Sorel-Tracy a été l’une des premières villes au Québec à annoncer qu’il n’y aura pas de pénalités en cas de retard de paiements de taxes. L’entreprise de soins à domicile Soins Providence a offert, pendant le confinement, l’opération jasette, un service gratuit d’appels personnalisés pour les personnes âgées afin de briser leur isolement et détecter la détresse psychologique. L’initiative a d’ailleurs été saluée par le député Jean-Bernard Émond.


Les 2 Rives - La Revue de l’année - Mardi 29 décembre 2020 - 9


COVID-19

Une année marquée par la pandémie

Les entrepreneurs ont dû innover Sébastien

Lacroix

slacroix@les2rives.com

La capacité d’adaptation des entrepreneurs a été mise à rude épreuve, cette année, mais plusieurs ont réussi à tirer leur épingle du jeu malgré la pandémie. C’est le cas des restaurateurs qui ont dû user d’astuce afin de demeurer ouverts. Plusieurs se sont lancés dans les mets pour emporter et la livraison avec succès. Des restaurateurs qui n’avaient pas tenté l’expérience lors du confinement l’ont fait lors de la deuxième vague, dont le Cactus, le Cabaret Les Années Folles et le RestoBar Les Tire-Bouchons. Des entreprises agroalimentaires ont également offert des boîtes de produits frais. Plusieurs commerçants se sont également tournés vers la vente en ligne en prenant le virage numérique à la vitesse grand V pour éviter une fermeture. Ce qui a été salutaire pour certains en faisant augmenter leurs ventes, dont Kartouche Plus qui a connu une croissance marquée.

La plupart des restaurateurs, dont le Distingo et son propriétaire Rémy Salvail, ont offert des plats à emporter. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Même le milieu de l’hôtellerie, durant touché par la pandémie, a dû se réinventer. L’Hôtel de la Rive a lancé un forfait local pour les gens de la région qui souhaitent passer une nuitée avec un souper et un déjeuner servi à la chambre. La pandémie a toutefois eu des impacts bien réels sur l’économie. Qu’on pense par exemple à la saison touristique qui a été pénible dans la région, avec une baisse marquée dans plusieurs secteurs. L’absence d’attraits majeurs comme

Statera et les croisières dans les îles, ainsi que l’annulation des grands événements, comme le Gib Fest, ont nui à l’attractivité de la région. Si bien que le nombre de visiteurs a chuté, ainsi que les retombées économiques qu’ils engendrent. Si elle a eu du bon en mettant de l’argent dans les poches des consommateurs pour qu’ils puissent continuer de dépenser dans les commerces, la Prestation canadienne d’urgence (PCU) a eu des impacts sur la rétention de la main-d’œuvre pour plusieurs commerces.

10 - Mardi 29 décembre 2020 - Les 2 Rives - La Revue de l’année

« Construction Sorel Ltée, une entreprise dynamique, orientée sur la satisfaction de sa clientèle. »

Chantier Habitations Regard sur le fleuve : 51 logements de la phase 2 complétée en 2020

Travaux de coffrage et de bétonnage des nouveaux bassins d'épuration à Contrecoeur réalisé en 2019-2020.

�r.t

Projet de puits/tunnel pou·"tès services de ventilatio du métro de Montréal Towers (STM) en cours depuis 2017. Valeur de 22 mi/lia

Bonne année 2027 CONSTRUCTION SOREL LTÉE

ENTREPRENEUR GÉNÉRAL CERTIFICATION ISO 9001-2015

I

RBO: 1853-8587-09

Tél. bureau: 450 743-9764 Télécopieur: 450 743-4317 1185, chemin des Patriotes, Sorel-Tracy, OC, J3P 2N2

www.constructionsorel.com

HABITATIONS REGARD SUR LE FLEUVE 450 880-2970 Suivez-nous sur Facebook

RBO: 5703-8267-01

www.habitationsregardsurlefleuve.com

"' "' "' .,

0


COVID-19

Une année marquée par la pandémie

Des initiatives pour stimuler l’économie locale Sébastien

Lacroix

slacroix@les2rives.com

De nombreuses initiatives ont été mises sur pied durant les derniers mois pour stimuler l’activité économique de la région depuis le début de la pandémie. L’un des premiers gestes posés pour permettre aux commerces de continuer d’opérer, alors qu’ils devaient demeurer fermés, avait été le service de livraison par taxis pour des entreprises qui faisaient de la vente en ligne grâce entre autres à Rio Tinto Fer et Titane. Moyennant des frais de 5 $ pour défrayer le prix de la course, les gens pouvaient se faire livrer des commandes de plus de 25 $. Un comité d’intervention tactique avait également été mis sur pied dès le début de la crise afin d’aider les entreprises. Un Fonds d’urgence régional de 200 000 $ avait été débloqué de façon à permettre aux gens d’affaires d’avoir des liquidités en attendant les aides gouvernementales. De façon à créer un « lifestyle » et favoriser la fréquentation au centre-ville,

Une rue piétonnière a été instaurée pour permettre aux restaurateurs de s’approprier l’espace public. Photo Maurice Parent/parMo.ca

une partie des rues du Roi et Augusta, entre les rues Cyrille-Labelle et du Prince ont été fermées les jeudis, vendredis et samedis de l’été pour favoriser l’achalandage dans la dizaine de restaurants qui s’y trouvent. La Ville a également permis aux commerces et aux restaurateurs de s’approprier l’espace public en leur permettant d’en occuper plus grand sur la voie publique pour tenir des ventes-trottoirs

ou servir leur clientèle tout en respectant la distanciation. Des tables de pique-nique ont également été ajoutées dans les parcs pour favoriser la vente de repas pour emporter dans les restaurants. Au milieu de l’été, de façon à soutenir les commerçants, la campagne d’achat local « J’ai trouvé à Sorel-Tracy » a été lancée et elle s’est poursuivie jusqu’aux Fêtes avec d’autres actions dont des cartes-cadeaux bonifiées qui ont remporté un vif succès.

Les 2 Rives - La Revue de l’année - Mardi 29 décembre 2020 - 11


COVID-19

Une année marquée par la pandémie

Les artistes ont dû se réinventer Sébastien

Lacroix

slacroix@les2rives.com

La pandémie a été difficile pour les artistes à qui on a demandé de se réinventer. Ce qu’ont réussi à faire plusieurs d’entre eux dans la région.

12 - Mardi 29 décembre 2020 - Les 2 Rives - La Revue de l’année

À commencer par les prestations en direct sur les réseaux sociaux que plusieurs artistes sorelois ont réalisées au printemps afin de divertir les gens durant la période de confinement, comme Louis-David Leclerc, Antoine Laporte, Patricia Larcher, Marie-Pier Gamache, Marie-Christine Lachance ou Patrice Courchesne, pour ne nommer que ceux-là. André Champagne a poussé l’expérience un peu plus loin en faisant une tournée de patios durant l’été. L’internet a également permis à la Soreloise Hélène Turmel de lancer un cercle de lecture, d’écriture et de photographie via cestatontourdecrire.com. Les écoles de musique ont également profité de la technologie pour tenir leurs cours en ligne et

André Champagne a proposé une tournée de patios cet été, une des nombreuses initiatives d’artistes de la région. Photo gracieuseté

faire des activités virtuelles. L’interdiction des festivals et rassemblements estivaux a fait mal à la région, alors que Statera, le Gib Fest, les Diableries de Contrecœur, l’Expo agricole, le Festirock des îles, le Festival Western, et plusieurs autres ont été annulés. Une salle anti-covid a été proposée pour tenir des spectacles de 250 personnes avec une série d’innovations pour respecter les mesures sanitaires. Le projet qui devait prendre forme sur le quai CatherineLegardeur a finalement été reporté à l’an prochain.

Le milieu de la culture de la région a fait preuve de solidarité cet automne, quand Azimut diffusion, la Maison de la musique et le Gib Fest, les trois principaux organismes culturels, ont lancé une programmation conjointe. Le passage en zone rouge a toutefois déjoué les plans. Si bien que plusieurs événements ont été annulés ou ont dû être webdiffusés. Les cinémas ont également dû fermer de nouveau, tout comme les bibliothèques et les musées, dont le Biophare, qui s’est tourné vers les expositions virtuelles à sa 25e année d’existence.


COVID-19

Une année marquée par la pandémie

Une saison frustrante pour les athlètes Sébastien

Lacroix

slacroix@les2rives.com

Bien que la pandémie ait eu des effets dévastateurs dans le monde du sport, plusieurs ont pu continuer leurs activités au cours des derniers mois, mais d’autres ont vécu d’amères déceptions. Les joueurs de hockey ont vu leurs séries être interrompues au printemps et leur saison n’a jamais pu débuter à l’automne. Les Rebelles ont été stoppés alors que leur série quart de finale était égale 1-1, tandis que les Éperviers n’ont même pas eu le temps d’affronter les 3L de Rivière-du-Loup en parcours éliminatoire. La saison 20202021 a même dû être annulée. Les joueurs de football ont eu le temps de jouer deux parties avant de voir leur saison être arrêtée. Les autres sports scolaires qui devaient débuter en novembre ont été mis sur pause jusqu’à un retour en zone orange qui n’est jamais arrivé en 2020. La fermeture des centres d’entraînement a également été difficile pour plusieurs

La saison des Rebelles du Cégep de Sorel-Tracy a été arrêtée alors que la série quart de finale contre André-Laurendeau était égale 1-1. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

adeptes du conditionnement physique, tout comme pour les propriétaires de gym qui ont été contraints de fermer. C’est sans parler des clubs de boxe et des autres sports de contact qui n’ont pas pu reprendre avant le 1er septembre. Ils n’ont donc pu qu’opérer quelques semaines avant de devoir arrêter de nouveau lors du passage en zone rouge de la région, à la mi-octobre. Les amateurs de sports d’été ont pu profiter d’une belle saison. C’est notamment le cas des golfeurs qui ont été les premiers à pouvoir recommencer à jouer et qui ont

eu un été exceptionnel. Même chose pour les joueurs de tennis et les amateurs de sports nautiques. Le baseball, le soccer et le dekhockey ont pu graduellement reprendre leurs activités et ont connu une saison presque normale qui a toutefois été dénaturée par de nouvelles règles entourant la distanciation. Plusieurs ont redécouvert la marche et le cyclisme qui ont été très populaires cette année. Les boutiques de sports ont également été prises d’assaut pour l’achat d’équipements afin de profiter de l’hiver.

Les 2 Rives - La Revue de l’année - Mardi 29 décembre 2020 - 13


COVID-19

Une année marquée par la pandémie

Une fin des classes prématurée pour plusieurs élèves

Sébastien

Lacroix

slacroix@les2rives.com

Environ la moitié des élèves du primaire sont revenus à l’école le printemps dernier.

Le parcours scolaire de bien des jeunes de la région a été pris de court, le 13 mars dernier, quand ils ont reçu un congé pédagogique supplémentaire, suivi d’une pause d’au moins deux semaines. Ce qu’on ne savait pas encore à ce moment-là, c’est que pour plusieurs, il s’agissait d’une fin d’année scolaire prématurée.

14 - Mardi 29 décembre 2020 - Les 2 Rives - La Revue de l’année

Ce n’est finalement que deux mois plus tard que les jeunes ont pu revenir sur les bancs d’école, et ce, seulement au primaire. Leur réalité a également été affectée par les mesures de distanciation et la création des groupes-bulles. Plusieurs enfants sont également restés à la maison pour les six semaines restantes, puisque la Commission scolaire indiquait que la moitié d’entre eux ont choisi de demeurer à la maison, soit une proportion de 40 % à 60 % selon les établissements. Dans les écoles secondaires, ç’a été une

Photo Katy Desrosiers | Les 2 Rives ©

fin de parcours pénible pour certains, notamment les finissants de l’École secondaire Fernand-Lefebvre. Pour leur rendre hommage, l’institution a collé une affiche à leur effigie dans les fenêtres le long de la rue du Collège. Les élèves des écoles secondaires ont de plus été durement touchés par les mesures sanitaires imposées en raison du passage en zone rouge, cet automne. Au Cégep de Sorel-Tracy, la direction a dû se réinventer et mettre sur pied du contenu pédagogique innovant afin de poursuivre

ses activités à distance le printemps dernier. À la rentrée, l’institution a tenté d’accueillir autant d’élèves que possible, mais le passage en zone rouge a freiné les efforts. Si un seul cas avait été rapporté durant la première vague de la COVID-19, au printemps, dans les écoles de la Commission scolaire de Sorel-Tracy, la situation a été différente cet automne. Aucune éclosion majeure n’a été rapportée, mais la plupart des écoles se sont retrouvées avec au moins un cas dans leur établissement.


Les 2 Rives - La Revue de l’année - Mardi 29 décembre 2020 - 15


COVID-19

Une année marquée par la pandémie

Les agriculteurs tirent leur épingle du jeu Sébastien

Lacroix

slacroix@les2rives.com

Même si les agriculteurs ont été peu touchés dans l’ensemble par la pandémie, étant considérés comme essentiels dès le départ, la COVID-19 leur a tout de même engendré quelques maux de tête.

16 - Mardi 29 décembre 2020 - Les 2 Rives - La Revue de l’année

La décision du fédéral de laisser entrer les travailleurs étrangers, malgré la fermeture des frontières, avait été accueillie avec soulagement par les producteurs. Ceux-ci n’ont toutefois pas pu venir en aussi grand nombre que par le passé et certains sont arrivés avec un peu en retard. Ce qui a été un casse-tête pour plusieurs producteurs maraîchers pour qui la main-d’œuvre québécoise est plus rare et n’est pas aussi fiable et efficace. Le ralentissement de la demande, particulièrement dans le domaine de l’hôtellerie, de la restauration et des institutions, a également eu des impacts pour les producteurs de lait et de volailles qui ont été contraints d’abattre des bêtes. La ferme-

Le Marché du Vieux-Saurel a connu un bon achalandage à sa quatrième saison puisque les consommateurs achetaient localement. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

ture d’abattoirs, en raison d’éclosions chez les travailleurs, a également eu des effets chez certains producteurs. Les agriculteurs ont aussi dû composer avec des brèches dans la gestion de l’offre en raison d’accords internationaux nouvellement signés. Le gouvernement fédéral a toutefois promis une aide, notamment aux producteurs laitiers, en fin d’année. La pandémie a toutefois accentué l’engouement pour les produits locaux auprès des consommateurs. Les commandes ont en effet explosé au Marché urbain PierreDe Saurel et les producteurs ont été très sollicités. Durant l’été, l’agrotourisme a également été très populaire pour les personnes qui ont été de plus en plus nombreuses

à prendre leurs vacances dans la région. L’autocueillette et la vente au kiosque ont été des activités particulièrement prisées. Le Marché du Vieux-Saurel, au Carré Royal, a aussi été très achalandé cet été. Comme les déplacements entre les régions n’étaient pas recommandés, plusieurs consommateurs ont préféré délaisser les marchés de Montréal (Jean-Talon ou Atwater) pour acheter localement. Une autre tuile pour les producteurs a été la sécheresse rencontrée au début de l’année. Un manque d’eau qui a été catastrophique particulièrement pour les producteurs de foin. Les cultivateurs de maïs n’ont pas été aussi affectés, eux qui venaient de passer une saison horrible en raison de la pénurie de propane.


COVID-19

Une année marquée par la pandémie

Un confinement avant le confinement Le coronavirus s’est invité dans l’actualité de la région bien avant que la crise sanitaire éclate chez nous. L’histoire de l’enseignante au Cégep de Sorel-Tracy, Manon Trudel, prise avec son conjoint Julien Bergeron, sur le Diamond Princess, un bateau de croisière accosté au Japon, a fait le tour du Québec. De leur cabine, ils ont multiplié les démarches pour que le gouvernement canadien les rapatrie, mais des délais ont compliqué leur voyage. Au moment où ils allaient embarquer dans l’avion pour revenir au pays, Julien Bergeron a été testé positif et a dû être hospitalisé. Manon Trudel a également reçu un test positif, mais n’a jamais eu de symptômes. Après plusieurs semaines d’angoisse, ils sont revenus au pays à la mi-mars juste au moment où le Québec était paralysé par le coronavirus. En entrevue avec Les 2 Rives, Manon Trudel était très critique à l’égard des mesures du gouvernement Legault qui, à son avis, n’étaient pas suffisamment strictes. S.L.

Manon Trudel et Julien Bergeron ont vécu un confinement au Japon avant d’en vivre un autre à leur retour au Québec. Photo gracieuseté

Les 2 Rives - La Revue de l’année - Mardi 29 décembre 2020 - 17


UNE PAGE QUI SE TOURNE

La fin d’une époque

Des entrepreneurs quittent le monde des affaires Katy

Desrosiers

kdesrosiers@les2rives.com

En 2020, alors que des entrepreneurs ont quitté le milieu de façon volontaire, d’autres ont dit au revoir à leur entreprise en raison de la pandémie.

18 - Mardi 29 décembre 2020 - Les 2 Rives - La Revue de l’année

Le 26 janvier, le magasin Rona de Sorel a fermé ses portes. Cet été, l’aréna de Saint-Robert, en vente depuis près d’un an, a été acheté par Pièces d’autos Saint-Robert. Bicycles Lamothe a fermé ses portes le 23 décembre. En septembre, le propriétaire Raynald Lamothe avait annoncé qu’il prenait sa retraite. La boutique a été mise en vente après une excellente saison. Au centre-ville, les boutiques Connivence et Lise Bibeau ont toutes deux fermé en 2020. Le 2 octobre, le propriétaire de Connivence, Jean Desnoyers a annoncé la fermeture. Il profite maintenant d’une retraite méritée. En juin, Lise Bibeau, propriétaire depuis 60 ans de la boutique du même nom sur la rue Augusta, est décédée. Le commerce avait fermé ses

L’entreprise Bicycles Lamothe était établie depuis 73 ans à Sorel-Tracy. Photo Tourisme région Sorel-Tracy

portes quelques semaines plus tôt. La famille de Mme Bibeau a légué tous les vêtements et accessoires qui s’y trouvaient au RecycloCentre. En février, l’ancien propriétaire de la Bijouterie Lyne, Daniel Labrie, a perdu la vie. En septembre, son épouse Francine Thibault a mis en vente la boutique. Un bijoutier de Montréal en a fait l’acquisition le mois suivant et les employés ont conservé leur emploi. La fermeture temporaire de certaines entreprises en raison de la COVID-19 a amené des propriétaires à mettre la clé

sous la porte de leur commerce. C’est le cas d’Amélie Dufault et d’Éveline Cantin qui ont fermé leur boutique de vêtements MOOV et se sont départies d’Énergie Cardio après 15 ans d’implication. La succursale a finalement été rachetée par la maison mère. Aussi, en juin, alors que les bars allaient rouvrir, Alexandre Gauthier a choisi de ne pas relancer le Pub O’Callaghan, endroit dont il était le propriétaire depuis 10 ans. LouisRené Lafond a racheté le mythique endroit pour le rénover tout en gardant son cachet. La réouverture est prévue pour 2021.


ON OUVRE LA PAGE

Des nouveautés dans la région

La vie continue dans le monde de l’entrepreneuriat Katy Desrosiers

kdesrosiers@les2rives.com

En 2020, malgré la pandémie, des nouveaux visages ont fait leur apparition dans le milieu des affaires sorelois. En janvier, la microbrasserie Birra Fanelli a lancé sa production dans l’ancienne usine du Loup Rouge. Après avoir créé plusieurs types de bières depuis l’ouverture, l’entreprise en a dévoilé une au café en novembre, qu’elle a réalisée en collaboration avec la Grange à Houblon et Wiltor Café. En juillet, la production commerciale des Mini Babybel a commencé. Bien que le démarrage ait été un peu retardé en raison de la COVID-19, l’équipe de la Fromagerie Bel produit maintenant des petits fromages à Sorel-Tracy qui sont maintenant vendus partout au Canada. L’usine de 70 000 pieds carrés représente un investissement de 87,5 M$. L’entreprise embauche une centaine d’employés.

Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

du chemin des Patriotes et de la montée Sainte-Victoire. À Contrecœur, le projet Cité sur le fleuve a pris son envol en février. Ce complexe de 17 condos de luxe devrait se terminer sous peu. Côté commercial, le Marché Contrecœur prendra forme à l’angle des rues SaintAntoine et des Patriotes. Dès le printemps 2021, le complexe évalué à 20 M$ accueillera le IGA extra Marché Emily & Philip, une SAQ, des restaurants et des commerces de détail. Du nouveau en scolaire et communautaire Dès l’année scolaire 2021-2022, le Cégep de Sorel-Tracy dispensera le nouveau programme Techniques de pharmacie. Il sera le seul de la Montérégie à l’offrir. La directrice générale, Stéphanie Desmarais, affirme que le programme répondra à un besoin de main-d’œuvre qualifiée et permettra d’attirer un nouveau profil d’étudiant. Au début de l’été, le Recyclo-Centre a ouvert une boutique éphémère au centreville dans laquelle étaient proposés des vêtements et accessoires griffés, parfois neufs, et ce, à prix abordable. L’objectif était entre autres de faire découvrir l’entreprise d’économie sociale.

Des ouvertures en temps de COVID Peter Giannopoulos, le fils de Grégory Giannopoulos, a démarré en juin la Pizzéria Sorrento sur la rue du Roi. Son père avait été propriétaire du restaurant du même nom dans les années 80. En prenant la résolution de faire ce qu’il aime dans la vie, il perpétue ainsi la tradition familiale. Toujours dans la restauration, Gary John Adolfe a réalisé en août son rêve d’être le premier à ouvrir un restaurant haïtien dans la région. Ayant pignon sur rue au centreville, il peut maintenant faire découvrir les mets antillais. Martin Rousseau, pour sa part, a ouvert son centre d’entraînement le Body Gym à l’ancien emplacement du Multiforme. L’homme d’affaires, qui opère aussi une école de boxe dans ses locaux, souhaitait diversifier l’offre des gyms. À Contrecœur, deux commerces ont ouvert leurs portes à l’automne sur la rue Saint-Antoine, soit la friperie Les Merveilles d’avant et le café Lily Gourmande. En 2021, de nouveaux projets sont attendus. Entre autres, un magasin Tigre Géant s’installera aux Promenades de Sorel, alors que la quincaillerie Canac sonnera le départ du projet Cité 3000 à Contrecœur.

Les 2 Rives - La Revue de l’année - Mardi 29 décembre 2020 - 19

Une année prolifique pour le développement immobilier et commercial À Sorel-Tracy, la phase 1 du projet Les Habitations Bosco, un bloc de 40 logements sur le boulevard Cournoyer évalué à 6 M$, a été inauguré le 8 juillet. La livraison de la phase 2, comprenant un bloc identique, est prévue pour l’été 2022. Près du fleuve Saint-Laurent toujours à Sorel-Tracy, Construction Sorel Résidentiel (CSR) a livré la deuxième phase des Habitations Regard-sur-le-Fleuve. Neuf triplex, seuls ou jumelés, ont été construits, comprenant en majorité des appartements 4 et 1/2. La même entreprise a procédé à la construction d’un bâtiment comprenant bureaux et entrepôts à l’intersection

La gestionnaire des ressources humaines de l’usine Bel de Sorel-Tracy, Marilou Chapdelaine et le vice-président des opérations de l’usine, Thierry Vialard.


ON CONSOLIDE LES ACTIFS

Ils/elles investissent dans la région

Pas de répit pour le développement économique Katy

Desrosiers

kdesrosiers@les2rives.com

20 - Mardi 29 décembre 2020 - Les 2 Rives - La Revue de l’année

Ce n’est pas la pandémie qui a empêché des entreprises de la région de poursuivre leurs investissements en 2020. Une étape importante a aussi été franchie pour le développement économique régional.

L’année 2020 a été remplie de projets pour la distillerie Les Subversifs. Sur la photo, un des propriétaires, Fernando Balthazar.

L’année a été chargée pour la distillerie Les Subversifs, alors que l’entreprise s’est lancée au début de la pandémie dans la production de désinfectant à mains. En juin, elle a remporté avec sa vodka Irma la médaille d’or pour la meilleure vodka classique de sa catégorie aux Concours de spiritueux artisanaux canadiens 2019. À la fin de l’été, elle a dévoilé sa liqueur de thé Angélique et son prêt-à-boire de gin-tonic. Pour la période des Fêtes, la distillerie a également lancé la crème de menthe rose Arthur. La Fromagerie Polyethnique Le Bédouin n’a pas non plus arrêté son travail d’innovation. L’entreprise poursuit ses travaux d’agrandissement et compte doubler la production grâce à l’arrivée de nouveaux robots. À quelques pas à Saint-Aimé, le propriétaire de Villiard – Serres & Jardins, Pierre-Luc Villiard, a annoncé en décembre la construction d’une nouvelle section de serres de 10 000 pieds carrés. Cet ajout permettra d’offrir plus de variété de plants dès la prochaine saison. Chez Rio Tinto Fer et Titane, les chercheurs du Centre de technologie ont développé un nouveau procédé révolutionnaire pour extraire l’oxyde de scandium, classé comme un minéral critique. Ce procédé viendrait créer de la valeur à ce qui était auparavant des résidus générés par le procédé de production de dioxyde de titane. En juin, le député Jean-Bernard Émond a annoncé que la région allait avoir son tant attendu appareil d’IRM. Le projet de 6 M$ avait d’abord été refusé, mais le député ne concevait pas que l’Hôtel-Dieu de Sorel soit le seul hôpital du CISSS de la Montérégie-Est à ne pas avoir ce type d’appareil. Il a donc expliqué ses arguments à la ministre de la Santé et des Services sociaux du moment, Danielle McCann.

En novembre, ShipTrack, embauchant une trentaine d’employés à Sorel-Tracy, a été achetée par l’entreprise canadienne reconnue mondialement Descartes Systems Group. Les emplois à Sorel-Tracy ont été conservés et les travaux d’aménagement de leur nouveau local au centre-ville se poursuivent. Après avoir acheté plusieurs firmes en 2018 et 2019, Lussier Dale Parizeau s’est portée acquéreur de Gestess en 2020. L’entreprise soreloise compte maintenant plus de 800 employés au Québec. Au cours de l’année, Richard Morissette a poursuivi ses acquisitions dans le domaine de l’automobile. Après Nissan en 2012, Mitsubishi en 2018 et Ford en 2019, l’homme d’affaires s’est porté acquéreur des concessionnaires Honda et Volkswagen de la région.

Des acquisitions À la fin de l’été, Karine Bouchard, fille de l’ancien propriétaire du Métro de la rue Guévremont, a fait l’acquisition de l’épicerie Provigo qui appartenait à sa belle-mère Diane Bergeron.

Une vision claire du développement économique local Le Parc éolien Pierre-De Saurel a connu une année record en 2019 avec une production de 61 494 mégawattheures. À l’été 2020, le chèque de 1,8 M$ pour les

Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

L’hôpital Hôtel-Dieu de Sorel aura son appareil d’IRM et des travaux d’agrandissement s’effectueront pour accueillir l’équipement. Photo Pixabay

redevances de 2019 a été octroyé. Alors que le maire de Sorel-Tracy Serge Péloquin souhaitait utiliser sa part pour des projets pour sa communauté, d’autres maires désiraient plutôt que l’argent serve à un projet porteur pour tous les citoyens de la MRC. Les maires ont finalement choisi d’injecter un montant de 305 000 $ provenant des redevances dans la création de la nouvelle entité Développement économique SorelTracy et région, qui verra à stimuler la relance économique dans la région. D’ailleurs, la création de ce nouvel organisme a germé à la suite du processus de consultation du député Jean-Bernard Émond sur la gouvernance locale. Après avoir reçu plusieurs mémoires d’intervenants économiques, une journée de discussion s’est tenue le 24 août. Les points ressortis étaient l’importance de se doter d’un guichet unique pour les entrepreneurs et que la Ville de SorelTracy et la MRC s’accordent sur leur vision du développement économique. Quelques semaines plus tard, Développement économique Sorel-Tracy et région était né afin de faciliter la vie aux entrepreneurs qui souhaitent lancer des projets ici.


Les 2 Rives - La Revue de l’année - Mardi 29 décembre 2020 - 21


DÉBATS CORSÉS

Dossiers conflictuels de l’année

L’accès aux soins de santé à l’Hôtel-Dieu au cœur des priorités

Sébastien

Lacroix

slacroix@les2rives.com

Serge Péloquin a de nouveau brandi le spectre du « plan caché » du Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Est (CISSSME). Un plan, disait-il en février, que le CISSSME dévoile à « petites bouchées » afin de faire de l’Hôtel-Dieu de Sorel un centre de soins périphérique et dépouillé de services.

22 - Mardi 29 décembre 2020 - Les 2 Rives - La Revue de l’année

Le maire de Sorel-Tracy dénonçait à ce moment le projet d’agrandissement et de rénovation à l’Hôpital Pierre-Boucher, à Longueuil, et ceux en cours à l’Hôpital Honoré-Mercier, à Saint-Hyacinthe, qui à son avis, étaient le résultat de l’arrivée massive d’usagers en provenance de Sorel-Tracy qui n’ont pas accès à plusieurs services. Après avoir mis les pendules à l’heure sur les points soulevés par le maire de Sorel-Tracy, la PDG du CISSSME, Louise Potvin, lui a renvoyé la balle en se demandant quel « plan caché » le maire pouvait-il avoir en persistant dans des affirmations qu’elle devait contredire.

L’accès aux soins de santé à l’Hôtel-Dieu de Sorel a continué de faire réagir. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Les maires de la MRC de Pierre-De Saurel ont par la suite réclamé, tout juste avant la pandémie, une rencontre avec la ministre de la Santé et des Services sociaux de l’époque, Danielle McCann, pour mieux comprendre les orientations stratégiques et faire valoir leurs inquiétudes. Les impacts de la centralisation de la réforme Barrette ont également fait l’objet d’une pétition qui a été déposée par le député de Richelieu, Jean-Bernard Émond, à l’Assemblée nationale.

La démarche a été entreprise par la Dre Marie-Claude Blouin et trois autres médecins qui souhaitaient le retour d’une gouvernance locale qui soit plus au courant des besoins de l’Hôtel-Dieu de Sorel. Une histoire qui avait fait grand bruit à la suite d’un article paru dans La Presse dans lequel elle racontait qu’il lui a déjà fallu un an pour recevoir des aiguilles en ophtalmologie pour illustrer les dérives de la centralisation à outrance et la lourdeur administrative.


DÉBATS CORSÉS

Dossiers conflictuels de l’année

Des artistes se font entendre La construction du Centre des arts contemporains du Québec à Sorel-Tracy sur le quai Richelieu n’a pas fait l’unanimité au sein du milieu artistique. Plusieurs s’interrogent sur la pertinence de donner un bail emphytéotique de 35 ans à l’organisme sur une propriété de la Ville de Sorel-Tracy afin d’y développer le projet qui doit se développer en deux phases. Quelques voix d’artistes se sont fait entendre pour signifier leur désaccord au projet. Le photographe Simon Ménard a même utilisé l’art contemporain pour se faire entendre en installant des images sur la fondation de l’ancien bâtiment qui a depuis été démolie. Des artistes souhaitaient que le projet soit Le Centre des arts contemporains a commencé à prendre forme en 2020. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

mis sur pause pour s’assurer de se faire entendre sur les besoins réels du milieu artistique de façon à s’assurer de ne pas répéter les erreurs du passé. Rappelons que le projet vise toujours à reconstruire l’ancien site de la Sincennes-McNaughton Line ainsi que le consulat américain afin de conserver le patrimoine architectural qu’il y avait avant la démolition des bâtiments en raison d’un incendie. La première phase du projet comprend une salle d’expositions pour les artistes de la région, tandis que la deuxième inclura des ateliers pour les artistes et de la formation pour le grand public. S.L.

Le maire tanné du dénigrement systématique L’administration municipale de SorelTracy a essuyé quelques critiques au cours de la dernière année. Sa décision de mettre à pied 90 travailleurs, ou 40 % des effectifs, durant le confinement du printemps a notamment été dénoncée par le syndicat des cols blancs qui aurait souhaité la mise en place de davantage de télétravail. Lassé d’entendre et de lire des propos négatifs dans les médias et sur les réseaux sociaux, le maire Serge Péloquin a dénoncé l’attitude de dénigrement systématique à l’égard de la Ville de Sorel-Tracy. Il a demandé de faire preuve d’indulgence et de soulever davantage le positif pour redorer l’image de la Ville. Une façon, dit-il, de bien vendre notre région en étant plus accueillant avec les gens qui viennent s’y installer, notamment en raison de la pandémie et de la possibilité de faire du télétravail. S.L.

Les 2 Rives - La Revue de l’année - Mardi 29 décembre 2020 - 23


DÉBATS CORSÉS

Dossiers conflictuels de l’année

Champag a finalement gain de cause Le litige entourant Champag et la municipalité de Saint-Roch-de-Richelieu a fait couler beaucoup d’encre. Après s’être vu refuser la possibilité d’installer son usine à fumier en zone agricole, le promoteur de l’entreprise, Agnesh Marsonia, a finalement eu raison en Cour d’appel. Craignant les odeurs d’une telle entreprise qui a besoin de substrat composé de paille et de fumier pour sa champignonnière de Verchères, le conseil municipal de Saint-Roch a demandé à porter la cause jusqu’en Cour Suprême. Elle a obtenu l’appui des municipalités voisines, à l’exception de SainteVictoire-de-Sorel. Elle a également demandé l’appui financier de la Fédération québécoise des municipalités (FQM) pour mener un combat comme l’avait fait Ristigouche et Grenville-sur-la-Rouge. La Cour Suprême n’a finalement pas voulu entendre la cause. Si bien que l’administration municipale a finalement entrepris les démarches pour émettre le permis à l’entreprise qui fait face à un mouvement d’opposition au sein de la population. S.L.

Saint-Ours et son maire Sylvain Dupuis ont donné 5000 $ à Saint-Roch et son maire Alain Chapdelaine pour l’aider dans sa cause contre Champag.

24 - Mardi 29 décembre 2020 - Les 2 Rives - La Revue de l’année

Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Le boulevard Fiset essuie les critiques Le boulevard Fiset a fait l’objet de nombreux commentaires peu élogieux cette année, surtout en raison du piètre état de la chaussée dont la réfection se fait toujours attendre au ministère des Transports du Québec. Le nombre de nids-de-poule était effectivement impressionnant lors du dégel du printemps. Les réparations qui ont été faites ont créé des bosses qui n’ont pas fait l’affaire des usagers de la route. La situation a même été portée à l’attention du premier ministre François Legault, lors de sa visite à Sorel-Tracy le 4 septembre. Il a promis que les travaux prévus sur cette route seraient accélérés. La limitation de la vitesse sur le boulevard Fiset a également été un dossier chaud. D’un côté, Sorel-Tracy demandait à ce qu’elle soit abaissée de 70 km/h à 50 km/h pour la sécurité des usagers du secteur. De l’autre, les municipalités voisines telles que Saint-Robert et SainteAnne-de-Sorel préféraient qu’elle soit maintenue à 70 km/h pour ne pas retarder le trafic. S.L.


DÉBATS CORSÉS

Dossiers conflictuels de l’année

De la chicane dans le monde municipal Sébastien Lacroix

slacroix@les2rives.com

Après une petite accalmie, la chicane municipale entre la ville-centre et la MRC de Pierre-De Saurel a de nouveau été au cœur de l’actualité en 2020. Quelques relents sont apparus, en janvier, alors qu’un malaise s’est fait sentir au moment de nommer le remplaçant de Serge Péloquin sur le comité de la culture à la MRC, lui qui avait retiré le financement de la Ville de Sorel-Tracy quelques mois auparavant. Un appel de projets lancé par le Conseil des arts et des lettres, pour lequel les artistes de Sorel-Tracy étaient exclus en raison de la décision de la Ville, a ravivé les tensions durant l’été. Le maire Serge Péloquin a accusé la MRC d’intimider les artistes de Sorel-Tracy, menaçant de réagir par le biais des aviseurs légaux. Des propos condamnés par la présidente du comité culturel, Diane De Tonnancourt, qui a dénoncé son attitude. Le maire de Sorel-Tracy a également eu des propos peu élogieux à l’égard du

Des chicanes ont encore éclaté à la table de la MRC de Pierre-De Saurel en 2020. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

président du comité régional de développement de la MRC de Pierre-De Saurel, Denis Marion, qui avait lancé un appel à l’unité dans une longue lettre adressée aux médias. En colère, Serge Péloquin l’a accusé d’immobilisme, ce qui a jeté un pavé dans la marre. Dans un communiqué commun, neuf maires ont ensuite dénoncé un « blocage » à la MRC de Pierre-De Saurel qui l’empêche de fonctionner normalement. Même un syndicat a ajouté son grain de sel en lien avec la négociation de la convention collective des employés de la MRC en accusant Serge Péloquin d’« entraver le

processus » d’approbation de l’entente de principe. Le syndicat l’accusait de « prendre les employés en otage » en agissant comme « roi et maître de la région ». Les maires Serge Péloquin, Sylvain Dupuis et Alain Chapdelaine ont ensuite effectué une sortie en déplorant une désinformation du syndicat, tout en l’accusant de ne pas négocier de bonne foi. La convention collective a finalement été signée quelques semaines plus tard. Les élus sont finalement parvenus à s’entendre vers la fin de 2020 avec la création de l’organisme Développement économique Sorel-Tracy et région.

Les 2 Rives - La Revue de l’année - Mardi 29 décembre 2020 - 25


DÉBATS CORSÉS

Dossiers conflictuels de l’année

Des voix s’élèvent pour se faire entendre Sébastien Lacroix

Le personnel du CHSLD de Contrecœur a dénoncé les transferts d’employés d’un établissement à l’autre en temps de pandémie.

slacroix@les2rives.com

26 - Mardi 29 décembre 2020 - Les 2 Rives - La Revue de l’année

Plusieurs voix se sont fait entendre au cours de la dernière année dans la région pour dénoncer des situations qui les affectaient, que ce soit des peurs ou des frustrations. À commencer par un syndicat qui a dénoncé un climat « de violence et de peur » pour les travailleurs des unités prothétiques du Centre d’hébergement Élisabeth-Lafrance (CHEL) de Sorel-Tracy. Les infirmières, les infirmières auxiliaires et les préposés aux bénéficiaires se feraient étrangler, cracher dessus, frapper, mordre en plus de subir des menaces de mort. Plusieurs cas d’invalidité et de dépression nous ont été rapportés, ainsi que des lacunes quant aux équipements nécessaires pour assurer la sécurité du personnel. Sans nier l’existence du problème, le Centre intégré de santé et des services sociaux de la Montérégie-Est a toutefois précisé que des améliorations ont été mises en place. Le représentant du comité des résidents du Marquis II de Tracy a quant à lui dénoncé un « climat de peur » qui durait depuis un an, alors qu’il se trouvait confiné dans sa chambre. Il soulignait qu’au moins 75 plaintes ont été adressées concernant différents points comme l’absence d’un docteur, la nonréparation du toit, le manque de préposés et le bris d’air climatisé. Des allégations niées en bloc par la direction. Toujours dans le domaine de la santé, le personnel du CHSLD de Contrecœur a dénoncé les transferts d’employés en

Photo gracieuseté

temps de pandémie pour assurer la prestation de services dans d’autres établissements durant la période des vacances. Les 25 membres du syndicat ont adressé une lettre au premier ministre pour partager leurs inquiétudes. La pandémie a également accentué les tensions dans les murs de l’établissement de détention de Sorel-Tracy. Des agents correctionnels nous ont rapporté une hausse des menaces, de plus en plus d’interventions musclées et une augmentation de cas de psychoses chez les détenus. Des parents de l’école Saint-Jean-Bosco ont aussi réclamé, via une pétition, des solutions pour maintenir la fermeture d’une portion du boulevard Cournoyer. La cour d’école n’est plus assez grande pour que les enfants puissent respecter les mesures sanitaires et le terrain de l’ancienne église n’est plus disponible en raison de la présence des Habitations Bosco. Le conseil de ville de Sorel-Tracy a accédé à leur demande. Une pétition lancée par Mélissa Veillet et Alexandre Pérusse, deux nouveaux résidents de Sainte-Anne-de-Sorel, demandait en novembre de réduire de moitié un projet résidentiel à logements multiples pour ainés prévu au bout de la rue Marianne. Selon eux, le projet immobilier est surdimensionné,

augmenterait la circulation automobile et détériorerait l’aspect visuel du quartier. Un propriétaire s’est dit exaspéré de retrouver ses logements dans un piteux état à la suite du départ de « Bougons ». Une situation qui s’est empirée au cours de la dernière année, alors que des locataires laissent des déchets sur place, arrachent des matériaux, abîment les lieux, etc. Plusieurs enseignants du Cégep de Sorel-Tracy, appuyés par l’exécutif syndical, ont signé une lettre en décembre afin de dénoncer les conditions de travail déplorables, la précarité de leur profession, l’alourdissement de la tâche des enseignants ainsi que l’absence de reconnaissance de l’État en cette pandémie. Après avoir passé une année difficile en raison de la pandémie, les locataires du Centre Sacré-Cœur ont fait face à des augmentations de loyer salées afin que le prix corresponde mieux au coût d’entretien pour la Ville de Sorel-Tracy. Dans les circonstances, plusieurs ont demandé un gel ou un report. Enfin, une pétition a été adressée à la Ville de Sorel-Tracy pour préserver le bâtiment du 60, avenue de l’Hôtel-Dieu qui abrite la Librairie Mario Bastiani et sur lequel pèse une menace de démolition en raison de son état de décrépitude.


DÉBATS CORSÉS

Dossiers conflictuels de l’année

Une candidate reçoit une mise en demeure Des propos tenus par la candidate à l’élection partielle dans le district Du Faubourg a mis le feu aux poudres à Sorel-Tracy. Dans une entrevue à CJSO, Corina Bastiani a publiquement soulevé des doutes quant à une éventuelle ingérence du conseil municipal au sujet d’une décision du président d’élection René Chevalier d’annuler les élections en raison de la pandémie. Le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, a fortement réagi à cette déclaration, y voyant une atteinte à l’intégrité du conseil. De son côté, M. Chevalier a envoyé une mise en demeure à la candidate exigeant des excuses publiques de sa part. Corina Bastiani a ensuite assuré qu’elle ne remettait pas en doute les compétences de M. Chevalier, sans toutefois s’excuser formellement. Ce qui a été suffisant pour le président d’élection qui a préféré clore le dossier sans aller plus loin dans d’éventuelles procédures judiciaires. C’est finalement Stéphane Béland qui a été élu avec 61,2 % des voix (voir texte en page 28). Corina Bastiani a terminé troisième avec 13,7 %, derrière Jocelyn Gravel (22,8 %) et devant Marc Leclerc Deveault (2,3 %). S.L. Corina Bastiani. Photo Simon Ménard

La Loi 40 fait sursauter le monde municipal Un amendement de dernière minute inclus dans le projet de loi 40, adopté sous le bâillon, a fait sursauter le monde municipal qui se verra désormais obligé de donner un terrain ou un immeuble pour la construction ou l’agrandissement d’une école.

La mairesse de Contrecœur, Maud Allaire. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Les 2 Rives - La Revue de l’année - Mardi 29 décembre 2020 - 27

Ce qui a fait grincer des dents notamment à Contrecœur qui vit une spectaculaire croissance démographique et qui doit prévoir l’ouverture d’une troisième école en 2023. Le tout dans un contexte où le prix des terrains a explosé au cours des dernières années. C’est pourquoi elle a demandé à Québec de surseoir à cette obligation. La Municipalité d’Yamaska, qui verra une de ses écoles agrandie pour 8,5 M$ en 2021, s’est quant à elle entendue avec la Commission scolaire de Sorel-Tracy pour que 125 000 $ soit déduits de sa participation de 748 705 $ au projet, soit le prix d’acquisition du terrain qu’elle avait dû défrayer en 2011. Un terrain qu’elle a ensuite entretenu et sur lequel elle a été privée de revenus de taxes. S.L.


ÇA RAYONNE CHEZ NOUS!

Ils/Elles se sont démarqué(e)s et nous en sommes fiers

Stéphane Béland élu conseiller municipal Après avoir tout juste terminé deuxième lors des dernières élections municipales de 2017 dans le quartier Du Faubourg, Stéphane Béland a finalement obtenu son siège à la table du conseil municipal de Sorel-Tracy, le 13 décembre. L’homme de 55 ans a remporté l’élection partielle dans le district Du Faubourg avec 61,2 % des voix. Celui qui était propriétaire du magasin Steph Musik jusqu’en 2019 en est à ses premières armes en politique, lui qui était impliqué bénévolement dans divers conseils d’administration comme le Relais pour la vie, la Maison des jeunes de Sorel-Tracy, le Festival de la gibelotte et la Fête du Canada. Le siège de conseiller du quartier Du Faubourg était vacant depuis le décès subit d’Alain Maher, le 29 août dernier. Ce dernier était en poste depuis 2009. J.-P.M.

28 - Mardi 29 décembre 2020 - Les 2 Rives - La Revue de l’année

Stéphane Béland a été élu conseiller municipal du district Du Faubourg. Photo gracieuseté

La Laiterie Chalifoux se démarque depuis 100 ans. Photo gracieuseté

La Laiterie Chalifoux fête ses 100 ans Depuis maintenant un siècle, l’histoire familiale de la Laiterie Chalifoux se construit de génération en génération. L’entreprise a vu le jour en 1920 alors qu’Alexandrina Chalifoux distribuait des surplus de lait de son troupeau. En 1959, la marque Riviera naissait grâce à l’arrivée du cheddar, gracieuseté de Jean-Paul Chalifoux. Dès 1976, les frères Jean-Pierre, André, Jacques et Sylvain ont repris le flambeau en modernisant les équipements et en implantant diverses technologies. C’est à ce moment qu’ils ont commencé à distribuer leurs produits à travers la province. Aujourd’hui, avec Alain, Mélanie et Maxime, les fromages fins ont fait leur arrivée et l’entreprise rayonne en Ontario et même dans l’Ouest canadien grâce entre autres aux yogourts Riviera dans des pots de verre qui leur ont valu plusieurs prix. A.B.


ÇA RAYONNE CHEZ NOUS! Les 2 Rives sacré Hebdo de l’année! Le journal Les 2 Rives a gagné le prestigieux prix de Mise en valeur du contenu et qualité de la langue – catégorie 40 pages et plus à l’occasion du Grand Prix des Hebdos 2020 réalisé par Hebdos Québec. Pour remporter le concours, chaque éditeur devait envoyer deux éditions de l’année 2019. Le jury analysait les éditions selon plusieurs critères. Les journalistes Katy Desrosiers et Sébastien Lacroix ainsi que la chroniqueuse Louise Grégoire-Racicot ont remporté des prix individuels. Les 2 Rives a également gagné le premier prix Meilleure publicité imprimée grâce au travail de l’atelier de montage de DBC Communications, de l’infographiste Émilie GénéreuxRiendeau et du publiciste Kévin Arseneault. Finalement, le photographe Pascal Cournoyer a remporté deux prix de première position grâce à ses photos. A.B.

Le directeur général du journal Les 2 Rives, Marcel Rainville. Photo Jean-Philippe Morin | Les 2 Rives ©

Un Saint-Josephois parmi l’élite juridique

70 ans pour Rio Tinto Fer et Titane Alors que le 70e anniversaire de Rio Tinto Fer et Titane (RTFT) devait être célébré sous la thématique de la passion et de l’innovation, la pandémie en aura voulu autrement. Malgré cela, le travail des employés a été souligné avec de nombreux cadeaux tels que des manteaux d’automne, des masques réutilisables, une carte de la direction et bien d’autres. De son côté, l’entreprise s’est démarquée en venant en aide à plusieurs organismes. Elle a, entre autres, créé un fonds dédié à la COVID-19 et à la relance économique, remis du désinfectant et des masques à l’Hôtel-Dieu de Sorel, distribué des combinaisons à l’École Martel et fait de nombreux dons à des CHSLD. A.B.

Ozero : l’ambitieux projet de trois Sorelois

Trois des six instigateurs du projet sont de Sorel-Tracy. Photo gracieuseté

Les étudiants sorelois en génie mécanique de l’Université de Sherbrooke, Maxime Guay, Benjamin Farley et Matys Tessier, accompagnés par trois collègues, ont mis sur pied le projet Ozero qui a pour objectif de prévenir la prolifération des espèces exotiques envahissantes dans les plans d’eau. Ozero est une station de lavage qui permet d’abord de nettoyer la coque des bateaux et leur remorque de mise à l’eau. L’innovation élimine ainsi les espèces envahissantes qui causent de problèmes écologiques. Ils ont commencé la commercialisation de leur projet étudiant en septembre dernier. Ils souhaitent breveter le procédé pour offrir leurs services aux municipalités et aux pourvoiries qui souhaitent préserver leurs lacs dont la qualité de l’eau est menacée. A.B.

Les 2 Rives - La Revue de l’année - Mardi 29 décembre 2020 - 29

L’honorable Guy Cournoyer a été nommé juge à la Cour d’appel du Québec. Après 13 années à travailler en tant que juge à la Cour supérieure du Québec pour le district de Montréal, Guy Cournoyer a été appelé à remplacer le juge Nicholas Kasirer au plus haut tribunal de la province de Québec. Depuis son entrée au Barreau du Québec en 1987, il cumule les Guy Cournoyer. postes importants : il Photo gracieuseté agit à titre d’avocat pour l’Ordre des optométristes du Québec et pour l’Ordre des dentistes du Québec. Il a été associé au cabinet Shadley Battista, S.E.N.C. en plus d’exercer la fonction de conseiller juridique spécial auprès de la Commission Gomery. Il a même piloté le célèbre procès du meurtrier Luka Rocco Magnotta. A.B.

Rio Tinto Fer et Titane a fêté son 70e anniversaire en toute discrétion cette année. Photo gracieuseté


ÇA RAYONNE CHEZ NOUS!

Ils/Elles se sont démarqué(e)s et nous en sommes fiers

Des trophées et de l’écriture pour Guillaume Lambert

30 - Mardi 29 décembre 2020 - Les 2 Rives - La Revue de l’année

Le comédien sorelois Guillaume Lambert a été moins occupé en 2020 en raison de la pandémie, mais cela ne l’a pas empêché de rafler des prix. Sa websérie L’Âge adulte, qui cumule les honneurs depuis trois ans, a été récompensée à Melbourne, en Australie, en septembre. La dernière saison a été présentée cette année, tout comme Like-Moi!. Il a d’ailleurs gagné deux Gémeaux en 2020 pour ces deux séries et a été nommé à deux autres reprises pour Avec ou sans cash et Mouvement Guillaume Lambert. Photo Justine Latour deluxe saison 2. Le Sorelois a aussi été le porte-parole de la 24e édition du Festival international du court métrage au Saguenay REGARD en juin. Il a également profité de la dernière année afin de travailler sur l’écriture du scénario de son prochain film, qui sera à la fois un drame et une comédie sur la quête de sens. A.B.

Rafahell Gauthier et Andrew Thornton. Photo Katy Desrosiers | Les 2 Rives ©

Des artistes reconnus à l’international La tatoueuse soreloise Rafahell Gauthier et l’artiste et carrossier Andrew Thornton ont combiné leurs forces afin de créer des œuvres reconnues à l’international. Biens installés dans leur studio d’Odanak, ils ont peint au airbrush plusieurs motos et autres projets connexes. Les deux artistes adorent laisser transparaitre leurs intérêts dans leurs œuvres, comme les Premières nations, les animaux et les personnages de bandes dessinées. Leurs réalisations sont tellement appréciées que les amoureux ont paru dans quelques magazines spécialisés : Airbrush The Magazine, Gnarly Magazine et Artist The Magazine. Une de leur moto qu’ils ont réalisée a même paru dans la revue canadienne Revolution. Aussi, grâce à un partenariat avec Gencycle, ils ont pu se retrouver au Salon de la Moto de Montréal. A.B.


Les 2 Rives - La Revue de l’année - Mardi 29 décembre 2020 - 31


ÇA RAYONNE CHEZ NOUS!

Ils/Elles se sont démarqué(e)s et nous en sommes fiers

Le golfeur Jérémy Godin champion provincial junior Le golfeur sorelois Jérémy Godin a remporté le championnat provincial junior par trous qui a été présenté au club de golf Summerlea, du 27 au 28 juillet 2020. Classé 24e au Québec avant la tenue du championnat, le jeune homme de 17 ans a dû disputer 91 trous de golf et affronté cinq adversaires souvent mieux classés que lui pour mettre la main sur ce titre prestigieux. Il s’agissait d’un premier tournoi provincial pour Jérémy Godin, qui devient le premier Sorelois à être sacré champion provincial junior par trous. Il ajoute ainsi son nom à une liste de gagnants comme Lee Cury, qui a évolué en PGA, ou encore Malik Dao, considéré comme l’un des plus beaux espoirs au Québec. A.B.

32 - Mardi 29 décembre 2020 - Les 2 Rives - La Revue de l’année

Jérémy Godin. Photo gracieuseté

Les Dynamiques de Sainte-Foy ont été sacrées championnes provinciales. Photo Nancy Boucher

Deux Soreloises championnes provinciales Rosalie Vigneault et Alysia Lirette-Parenteau ont remporté le Championnat provincial collégial de basketball en division 1. Lors de la finale, elles et les Dynamiques de Sainte-Foy se mesuraient aux Blues de Dawson, qui les avaient battues à deux reprises lors de la saison régulière. Alysia Lirette-Parenteau a joué d’importantes minutes défensives qui ont permis aux Dynamiques de vaincre les Blues par la marque de 64-57. En tant que recrue, Rosalie Vigneault n’a pas beaucoup joué en séries éliminatoires. Elle a tout de même apporté beaucoup d’énergie à ses coéquipières. Les deux Soreloises n’ont toutefois pas participé au Championnat national de basketball qui devait se tenir en mars à Vancouver à cause de la COVID-19. A.B.

Matys Bibeau. Photo gracieuseté

Deux parties parfaites en deux jours Matys Bibeau a réalisé tout un exploit en signant deux parties parfaites en deux jours, au Salon de Quilles 300 de Sorel-Tracy, en octobre. Appelé à remplacer dans la ligue de la Brasserie du Colisée, l’adolescent de 15 ans a réalisé 12 abats consécutifs, rapportant par le fait même une carte de 728 après trois joutes. Dès le lendemain, il a inscrit une seconde partie parfaite chez les juniors, jouant ainsi 762 au total. Il s’agissait des premières parties parfaites pour le Sorelois qui pratique ce sport depuis seulement quatre mois. Gonflé à bloc par ce tour de force, Matys Bibeau désire participer aux Jeux du Québec qui se tiendront à Rivière-duLoup à l’été 2021. A.B.

Justin Dufault. Photo gracieuseté

Champion de courses de VTT sur neige à 9 ans Justin Dufault, 9 ans seulement, a dominé la compétition lors de la dernière saison de Course sur neige Centre-du-Québec (CNCQ) de VTT. Le jeune homme de Sainte-Victoire-de-Sorel a gagné le championnat dans sa catégorie (9-13 ans mini VTT) grâce à 11 victoires sur 14 épreuves. Lors des trois courses qu’il n’a pas gagnées, Justin Dufault a tout de même bien fait bonne figure en signant deux secondes positions ainsi qu’une cinquième. Il s’agissait de sa seconde année de compétition et il était le plus jeune coureur de sa catégorie. À sa première année de compétition en 2018-2019, il avait échappé le championnat par un seul point. A.B.


ÇA RAYONNE CHEZ NOUS!

Ève-Marie Houle. Photo Ève B. Lavoie

Une designer d’intérieur soreloise dans nos écrans Ève-Marie Houle a participé à la plus récente saison de l’émission Faites-nous la cour diffusée sur les ondes de Canal Vie. Après avoir travaillé pendant quelque temps à Montréal pour différentes compagnies, Ève-Marie Houle a lancé sa propre entreprise il y a presque trois ans. Malgré son inexpérience dans le milieu de la télévision, le groupe de médias québécois, Zone 3, l’a contactée afin de sonder son intérêt pour une participation à l’émission. Son travail de recherche, son souci des détails ainsi que sa ponctualité lui ont permis de participer à sept épisodes de la saison au côté de l’animateur Sansdrick Lavoie. Bien qu’elle possédait plus d’expérience en design intérieur, Ève-Marie Houle s’est débrouillée en créant des projets extérieurs variés tels qu’une terrasse sur le toit d’un condo et une seconde terrasse sous la thématique de la Grèce, qui ont fait le plaisir des téléspectateurs. A.B.

Les 2 Rives - La Revue de l’année - Mardi 29 décembre 2020 - 33


34 - Mardi 29 décembre 2020 - Les 2 Rives - La Revue de l’année


Les 2 Rives - La Revue de l’année - Mardi 29 décembre 2020 - 35


ÇA RAYONNE CHEZ NOUS!

Ils/Elles se sont démarqué(e)s et nous en sommes fiers

Le président du conseil d’administration des Dynamiks, Benoit Veilleux. Photo gracieuseté

36 - Mardi 29 décembre 2020 - Les 2 Rives - La Revue de l’année

Tristan Jussaume. Photo Michel Guillemette

Toute une année pour les Dynamiks de Contrecœur

Des médailles d’argent pour Laurie et Tristan Jussaume

Grâce à des performances extraordinaires de leurs athlètes et à une organisation hors pair, le club cycliste des Dynamiks de Contrecœur a été couronné club de développement en cyclisme sur route lors du Mérite cycliste québécois. Le travail exceptionnel des Dynamiks a été souligné par la Fédération québécoise des sports cyclistes (FQSC). L’implication et le leadership du comité organisateur du club contrecœurois ont fait vivre une saison de cyclisme au-delà des espérances en raison de la pandémie. Concernant les performances, dans le cadre des Championnats québécois espoir sur route, Louis-Charles Brouillard et Alex David ont bien fait chez les pee-wee (U13H). Chez les U17F, Anne Flora Robert s’est illustrée tout comme les jeunes Amélia Veilleux et Naomi Gagnon chez les U9F. A.B.

À l’occasion des Championnats québécois sur route élite qui se déroulaient à Baie-Comeau, en septembre dernier, les Contrecœurois Laurie et Tristan Jussaume ont tous les deux bien performé. Âgé de seulement 19 ans et avec le statut de recrue chez les seniors hommes, Tristan Jussaume a fait écarquiller bien des yeux en terminant deuxième au contre-la-montre à seulement 2,88 secondes du champion canadien, Adam Roberge. De son côté, Laurie Jussaume s’est aussi classée deuxième au contre-la-montre avec un mince retard de sept secondes sur la gagnante, Luce Bourbeau. Lors de l’épreuve reine de course sur route, Tristan avait terminé au 12e rang, tandis que Laurie s’était classée au 7e rang. A.B.


Les 2 Rives - La Revue de l’année - Mardi 29 décembre 2020 - 37


ÇA RAYONNE CHEZ NOUS!

Ils/Elles se sont démarqué(e)s et nous en sommes fiers

Des hockeyeurs sorelois se démarquent aux quatre coins de l’Amérique du Nord

Alexandre

Brouillard

abrouillard@les2rives.com

Malgré des saisons écourtées par la COVID-19, les joueurs de hockey sorelois ont fait bonne figure en 2020.

38 - Mardi 29 décembre 2020 - Les 2 Rives - La Revue de l’année

Anthony Beauvillier a connu la meilleure saison offensive de sa jeune carrière. Fiable dans les trois zones, il est devenu un membre essentiel de la formation des Islanders de New York. Il a également connu des séries éliminatoires du tonnerre dans la bulle de Toronto en inscrivant 14 points en 22 matchs. Lors de la dernière saison, Nicolas AubéKubel a démontré aux observateurs qu’il était de calibre pour jouer dans la Ligue nationale de hockey (LNH). Après un début de saison dans la Ligue américaine de hockey, il est tombé dans les bonnes grâces de son entraineur, Alain Vigneault, si bien qu’il a joué à quelques reprises sur le deuxième trio des Flyers de Philadelphie. Malgré une blessure face aux Canadiens de Montréal,

au mois d’août, l’allier droit a connu d’excellents moments en séries éliminatoires. De son côté, le gardien d’expérience Marc-André Fleury a connu certains moments de frustration avec l’arrivée d’un second cerbère de premier plan, Robin Lehner, dans l’effectif des Golden Knights de Vegas. Malgré trois coupes Stanley à son actif, le gardien sorelois a dû prendre son mal en patience en jouant le second violon plus souvent qu’à son tour. Serat-il de retour à Las Vegas? Prendra-t-il le chemin de Seattle au prochain repêchage d’expansion en 2021?

Anthony Beauvillier, Marc-André Fleury et Nicolas Aubé-Kubel ont connu d’excellentes saisons en 2020. Photos NHL.com

Dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), le gardien de 18 ans, Charles-Antoine Lavallée, est passé des Wildcats de Moncton aux Cataractes de Shawinigan. Après une période d’adaptation, le gardien sorelois s’est taillé un poste de régulier au sein de la formation mauricienne pour la saison 2020-2021. Même s’il a été retranché au camp d’entraînement des Tigres de Victoriaville, l’attaquant sorelois Alpha Barry a vécu un beau moment en juin lorsqu’il a été repêché en sixième ronde de la LHJMQ.


Philip-Michaël Pinard-Devos champion en Suisse En février dernier, le hockeyeur Philip-Michaël PinardDevos a soulevé la prestigieuse Coupe de Suisse face au puissant HC Davos. La route vers le titre de champion de Suisse n’a pas été de tout repos Philip-Michaël Pinard-Devos. pour le Sorelois et Photo gracieuseté son équipe de ligue B, le Hockey-Club (HC) Ajoie. Ses coéquipiers et lui ont dû vaincre des puissances de ligue A comme Lausanne, Zurich, Bienne et même Davos en grande finale. L’attaquant sorelois a joué un rôle important, dans la victoire des siens, en amassant 16 points en cinq matchs dans ce tournoi regroupant les meilleures formations helvétiques. Lors du match ultime, il a brillé en inscrivant un but et trois passes dans une victoire de 7-3 contre le HC Devos, qui avait conclu la saison 2019-2020 en troisième position en ligue A. A.B.

Ils/Elles se sont démarqué(e)s et nous en sommes fiers

Plusieurs victoires pour les Mariniers Diverses équipes des Mariniers de Sorel-Tracy ont remporté de grands honneurs avant que les fins de saison et les séries éliminatoires soient annulées à cause de la pandémie. Lors du 40e tournoi provincial Atome Optimiste de Sorel-Tracy, les Mariniers Atome C ont été sacrés champions à la suite d’une finale chaudement disputée face à Boucherville. Les Mariniers Midget BB, qui ont connu une saison du tonnerre (40-4-5), ont gagné le prestigieux tournoi international Midget de hockey de Drummondville en vainquant les Comètes d’Amos en finale. Les Mariniers Midget BB, Bantam A et Bantam BB ont respectivement perdu en finale des tournois de Beauport, Trois-Rivières et Saint-Jean-surRichelieu. Finalement, en février, les Mariniers Pee-Wee BB ont eu l’immense honneur de participer au Tournoi International de Hockey Pee-Wee de Québec. A.B.

Les Mariniers Midget BB ont obtenu 40 victoires en 2019-2020. Photo gracieuseté

29, rue du Roi, Sorel-Tracy 450 743-7203

88, rue du Roi, Sorel-Tracy 450 743-6925

Les 2 Rives - La Revue de l’année - Mardi 29 décembre 2020 - 39

Le personnel et la direction tiennent à vous souhaiter de très joyeuses fêtes et une merveilleuse année 2021

185348

ÇA RAYONNE CHEZ NOUS!


ÇA RAYONNE CHEZ NOUS!

Ils/Elles se sont démarqué(e)s et nous en sommes fiers

40 - Mardi 29 décembre 2020 - Les 2 Rives - La Revue de l’année

Louis Papillon. Photo gracieuseté

Jean-Michel Paulet, triomphant. Photo gracieuseté

Louis Papillon pédale pour l’organisme PROCURE

Un Sorelois organise son propre triathlon

Le Sorelois Louis Papillon a participé au Tour du Courage PROCURE afin d’amasser des fonds pour l’organisme qui soutient la recherche sur le cancer de la prostate et offre du support aux personnes concernées. S’impliquant à chaque année pour des causes qui lui tiennent à coeur, Louis Papillon a choisi le Tour du Courage parce qu’il se disait plus sensibilisé à cette cause, lui qui a fêté ses 50 ans cette année. En 2020, à cause de la pandémie, les participants devaient rouler seuls au lieu de participer à un défi collectif. Malgré ce défi supplémentaire, le Sorelois a parcouru 1100 km et amassé 1835 $, en grande partie grâce à ses collègues de chez General Electric. A.B.

Avec l’annulation du Ironman de Mont-Tremblant et celui d’Esprit Montréal lors de l’été 2020, Jean-Michel Paulet a décidé d’organiser son propre triathlon à Sorel-Tracy pour de ne pas avoir fait tout cet entraînement pour rien. Exemple de persévérance pour plusieurs, Jean-Michel Paulet n’est pas du genre à baisser les bras rapidement. En deux jours, il a organisé un Ironman à Sorel-Tracy: 3,8 km de nage à la piscine Laurier-R.-Ménard, 180 km de vélo entre Mont-Saint-Hilaire et Sorel-Tracy et enfin 42,2 km de course dans les rues soreloises. Il a réalisé un temps de 12 heures, 40 minutes et 15 secondes, mais il a pédalé 185 km (au lieu de 180) et couru 44 km (au lieu de 42,2). A.B.


À SURVEILLER EN 2021...

Des projets à suivre avec intérêt Alexandre Brouillard

abrouillard@les2rives.com

Alors que plusieurs sont impatients à l’idée de tourner la page sur 2020, de beaux projets élaborés au courant de l’année seront à suivre en 2021. Début des travaux pour le centre municipal de Sainte-Anne-de-Sorel La municipalité devrait avoir son centre de services municipaux à l’emplacement de l’ancien Théâtre du Chenal-du-Moine d’ici le printemps 2021. Les élus ont octroyé les contrats relatifs à la construction de l’édifice, en plus d’adopter un règlement d’emprunt pour 25 ans. Le projet de 4,3 M$ bénéficie d’une subvention de 2,8 M$ du gouvernement du Québec. Il comprendra sept bureaux administratifs, diverses salles, notamment du conseil, de conférence, de rencontre et de pause. Subvention attendue pour le Complexe aquatique Au printemps 2023, la Ville de SorelTracy aimerait ouvrir les portes de son nouveau Complexe aquatique comportant une piscine semi-olympique, un bassin récréatif et des structures ludiques. Le projet de 30 M$ est toutefois conditionnel à l’acceptation d’une subvention gouvernementale de 20 M$. Une réponse était attendue d’ici la fin de 2020.

Le projet de l’Héberge du Grand Héron toujours en branle Ce projet de logements sociaux pour adultes avec des problématiques en santé mentale pourrait voir le jour sur l’ancien terrain où était situé le bunker des Hells, à l’intersection des rues Prince et Provost. Différents tests sont nécessaires afin d’évaluer les caractéristiques du terrain. L’ancien emplacement à l’intersection des rues Élizabeth et Charlotte a été écarté cette année.

D’autres étapes franchies pour l’expansion du Port de Montréal Le Port de Montréal entend aménager, à Contrecœur, un nouveau terminal à conteneurs à la fine pointe de la technologie. En novembre dernier, un rapport de l’Agence d’évaluation d’impact du Canada a évalué que ce projet d’expansion de 750 M$ n’entrainera pas d’effets environnementaux négatifs importants si des mesures d’atténuation sont prises. Le début des travaux est prévu en 2021. Bientôt le début des travaux pour le terrain synthétique La première pelletée de terre est prévue pour 2021 à proximité de l’École secondaire Bernard-Gariépy. Ce projet de 2,2 M$ permettra à la région d’accueillir plus de compétitions d’envergure. Il y a également le réaménagement du skatepark au montant de 609 000 $ qui fait partie des projets majeurs prévus en 2021. De l’intérêt pour le complexe portuaire Près de deux ans après être devenue propriétaire des terrains de l’ancienne centrale thermique, les démarches par la Ville de Sorel-Tracy pour le développement portuaire n’ont toujours pas convaincu des entreprises de s’y établir. Ce projet est un élément de la reconversion industrielle que mène la région depuis plusieurs années et il pourrait permettre de rattacher la ruralité avec la ville-centre. L’usine Alstom de Sorel-Tracy pourrait s’agrandir Après l’annonce d’un protocole d’entente pour acquérir la division ferroviaire de Bombardier Transport par Alstom, la multinationale française s’était engagée à statuer sur les projets d’expansion de l’usine de Sorel-Tracy, ce qui n’a pas encore été fait. Alstom veut toujours consolider sa présence au Canada et en particulier au Québec.

Nuances MJ en attente en raison de délais administratifs L’entreprise de transformation de cannabis installée dans l’ancienne prison de SorelTracy est prête à entrer en marche depuis le mois d’août dernier, mais elle se bute à des délais administratifs de Santé Canada. L’entreprise, qui créera une trentaine d’emplois au début, produira des joints préroulés et de l’huile de cannabis. Les Régates de Sorel-Tracy au quai Catherine-Legardeur Pour les trois prochaines années, à compter de 2021, le Gib Fest présentera les Régates internationales de SorelTracy du 3 au 5 septembre, devenant ainsi la quatrième ville au Québec à recevoir ce type de bolides nautiques. Des retombées économiques de l’ordre de 2 M$ sont attendues dans la région. Piste cyclable et étude de mobilité Il sera bientôt possible de pédaler de Saint-Robert jusqu’à la route 235, à Yamaska, sur la piste cyclable de La Sauvagine grâce à une entente de gestion entre la MRC de Pierre-De Saurel et le ministère des Transports du Québec (MTQ). Le tunnel sous la route 132 pourrait arriver d’ici deux ans. De plus, en 2021, le Conseil de la MRC devra préciser les axes précis qu’il entend prioriser pour mener son étude de mobilité sur les transports. De nouveaux professionnels de la santé en renfort Six nouveaux médecins de famille sont attendus d’ici octobre 2021 à Sorel-Tracy. Il y aura également le nouveau pédiatre, Dr Wahid Mardenli, qui viendra combler un vide dans ce domaine à l’Hôtel-Dieu de Sorel. Leur arrivée répondra à un besoin criant au sein de la population.

Les 2 Rives - La Revue de l’année - Mardi 29 décembre 2020 - 41

Reconversion de l’ancienne manufacture Genfoot Implanté depuis environ 70 ans à Contrecœur, l’édifice Genfoot sera reconverti en logement pour ainés. La Ville de Contrecœur a fait don du bâtiment et du terrain à l’organisme Le Grand Pécaudy. Encore à l’étape embryonnaire, le projet de logements à prix abordables répondra aux besoins d’ainés désirant demeurer à Contrecœur.

La première pelletée de terre pour le terrain synthétique est prévue ce printemps. Photo gracieuseté


SUJETS QUI FONT RÉAGIR

Ce qui a touché la population

Plusieurs histoires touchantes Sébastien

Lacroix

slacroix@les2rives.com

Chaque année, il y a des histoires qui viennent nous chercher. Le genre d’histoires qui vous font peut-être pleurer quand vous les lisez et pour lesquelles nous avons assurément les yeux mouillés en les écrivant. En voici quelques exemples en 2020.

42 - Mardi 29 décembre 2020 - Les 2 Rives - La Revue de l’année

Le jeune Maddox a reçu un gâteau pour célébrer non seulement son cinquième anniversaire, mais également pour souligner sa victoire contre l’hypertension pulmonaire. Un petit miracle pour celui à qui on donnait seulement 5 % de chance de survie et qui avait été hospitalisé pendant une centaine de jours au CHU de Sainte-Justine après sa naissance. Une période durant laquelle il a été réanimé et a reçu cinq transfusions de globules rouges. À l’âge de six ans, Alex BouchardHandfield, de Contrecœur, a succombé à une rare forme de cancer. C’est avec une résilience déconcertante que sa mère Élizabeth Handfield s’est confiée au journal. Elle soulignait que l’enfant avait eu une vie bien remplie, tout en racontant sa passion pour les automobiles en plus de son voyage de rêve lors d’une croisière de Walt Disney dans les Caraïbes. Quelques semaines après le lancement d’une campagne de sociofinancement pour amasser des fonds pour aider la famille de Gabrielle Major, la jeune femme de

Le Contrecœurois Alex Bouchard-Handfield, âgé de seulement 6 ans, est décédé le 24 mai d’un cancer. Ses parents l’ont accompagné jusqu’à la toute fin. Photo gracieuseté/Fondation Rêves d’enfants

Alain Dumas a perdu son père Jacques dans des circonstances troublantes à Sorel-Tracy. Photo gracieuseté

19 ans est finalement décédée d’un cancer rare et agressif. Ses parents l’ont décrite comme une personne forte qui avait trouvé la confiance pour obtenir un emploi, faire de la radio étudiante et publier ses textes sur différentes plateformes, dont la page Info-Jeunesse du journal Les 2 Rives.

Le comédien et humoriste Alain Dumas a donné une entrevue émotive à la suite de la mort de son père Jacques Dumas, qui a été repêché en octobre dans la rivière Richelieu après avoir été porté disparu de la Résidence Soleil Manoir Sorel où il résidait. « Mon père était un homme de famille », s’est-il souvenu.


SUJETS QUI FONT RÉAGIR

Une baleine qui a fasciné plusieurs personnes Une jeune baleine à bosse qui s’était égarée a semé tout un émoi dans la région. Elle a d’abord été aperçue à Sainte-Anne-de-Sorel, puis un plaisancier l’a filmée alors qu’elle se dirigeait vers la traverse entre SorelTracy et Saint-Ignace-de-Loyola, le 29 mai. La baleine a ensuite été vue à Contrecœur, alors qu’elle se dirigeait vers Montréal. Après une semaine dans le Vieux-Port, où elle a fasciné les spectateurs qui se sont entassés pour la voir faire plusieurs sauts, elle est disparue le 7 juin. Sa carcasse a été découverte à Varennes où la Garde côtière l’a remorquée jusqu’au quai de Sainte-Anne-de-Sorel, le 9 juin. Elle a été sortie à l’aide d’une grue devant de nombreux curieux. Une nécropsie a ensuite été pratiquée sur les lieux. L’hypothèse d’une collision avec un navire était celle qui était la plus plausible selon les analyses préliminaires. S.L.

La cueillette de la carcasse de la baleine à bosse, à Sainte-Anne-de-Sorel, a suscité de vives réactions. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Les 2 Rives - La Revue de l’année - Mardi 29 décembre 2020 - 43


SUJETS QUI FONT RÉAGIR

Ce qui a touché la population

Des causes judiciaires qui ont retenu l’attention Sébastien Lacroix

slacroix@les2rives.com

44 - Mardi 29 décembre 2020 - Les 2 Rives - La Revue de l’année

Quelques causes marquantes ont été entendues au palais de justice de SorelTracy au cours de la dernière année. Le procès de Loïc René, accusé du meurtre au deuxième degré de son père Guy René survenu en août 2018 à Yamaska, a retenu l’attention. L’homme de 55 ans, qui avait une santé mentale instable, a plaidé que son père l’avait provoqué et que sa réponse était le lot de plusieurs années de violence physique et psychologique qu’il lui avait fait subir. Il a été déclaré coupable, puis condamné à la prison à perpétuité pour un meurtre non prémédité, avec une possibilité de libération conditionnelle après 10 ans. Comme il a déjà purgé deux ans, il lui en restera huit à passer derrière les barreaux. Avant le prononcé de la sentence, des membres de sa famille ont témoigné à quel point ils avaient été ébranlés par ce drame familial. L’accusé, qui disait n’avoir aucuns remords quelques heures après son arrestation, a admis qu’il regrettait son geste et que son erreur aura été de penser qu’il pouvait vivre sans médication. La cause de Martin Lussier a également marqué les esprits. L’homme de Sorel-Tracy était si jaloux qu’il avait attaché sa conjointe au lit en plus de barrer les portes et les fenêtres de l’intérieur pour l’empêcher de s’enfuir. Il a fait face à 17 chefs d’accusation, dont séquestration, voies de fait

Loïc René a été condamné à la prison à perpétuité avec une possibilité de libération conditionnelle après dix ans pour le meurtre de son père. Photo Jean-Philippe Morin | Les 2 Rives ©

(armées), agressions sexuelles (avec lésions), menaces de mort et introductions par effraction. Il a finalement plaidé coupable à sept chefs et écopé d’une peine de six ans de prison. Le photographe, réalisateur et cascadeur Mathieu Parenteau-Vallée, de SainteVictoire-de-Sorel, a écopé une peine de près de deux ans pour des contacts sexuels sur une fillette de 9 ans. Le juge n’a pas tenu compte de la déficience intellectuelle mineure dont l’accusé voulait faire valoir pour réduire sa peine. Une femme de Saint-Joseph-de-Sorel a écopé d’une peine de six mois dans la collectivité pour avoir demandé à sa fille aînée de 14 ans de faire un « trip à trois » avec son conjoint. Ce qui n’est pas arrivé, mais qui a fortement ébranlé la victime. L’homme, qui avait des antécédents d’inceste, a quant à lui reçu une peine de 18 mois de prison. Deux proxénètes sorelois ont eu affaire avec la justice en 2020. Tommy Agnant-

Perreault a été reconnu coupable de proxénétisme pour une deuxième fois, à la fin du mois de janvier, quand des textos ont démontré l’emprise qu’il avait sur la victime. Il la forçait entre autres à lui remettre ses revenus provenant de la prostitution. Christopher Brick Jose Domond, quant à lui, a été reconnu coupable d’avoir forcé quatre filles à se prostituer, dont deux qui n’avaient que 17 ans. Il a été condamné à six ans de prison au mois d’octobre. Alexandre Biliotti et Sébastien MillerLizotte ont reçu une sentence respective de 6 mois et de 9 mois pour des accusations de possession et d’accès à de la pornographie juvénile. L’ex-avocat criminaliste Luc Vaillancourt, qui avait écopé en 2018 d’une peine exemplaire de six ans de prison pour avoir fait passer de la drogue à un de ses clients au palais de justice de Sorel-Tracy en 2013, a été débouté en Cour d’appel en novembre dernier et devra purger sa sentence.


SUJETS QUI FONT RÉAGIR

Ce qui a touché la population

Des incendies et des drames qui ont marqué l’imaginaire

Sébastien

Lacroix

slacroix@les2rives.com

Quelques accidents marquants, des incendies majeurs ou des drames ont fait réagir encore une fois cette année dans la région. Daniel Lavoie, 54 ans, a succombé à ses blessures après un accident survenu près du pont Maurice-Martel de l’autoroute 30, en mars à Sorel-Tracy. Il roulait vers Montréal lorsque, pour une raison inconnue, il a perdu le contrôle en empruntant une courbe. Son véhicule a effectué des tonneaux et s’est retrouvé sur la voie inverse où il est entré en contact avec un poids lourd. D’autres accidents ont marqué l’année, dont celui qui a coûté la vie à Yannick Potvin, 43 ans, qui a été heurté par derrière sur sa mobylette par Jérémy Durocher, 23 ans, de Yamaska, qui a comparu pour faire face à deux chefs d’accusation reliés à l’alcool au volant. Un cycliste avait aussi été happé mortellement sur la montée Saint-Roch à Contrecœur, en septembre, alors qu’il roulait dans un secteur peu éclairé. Également, l’intersection des routes 132 et 122, à Yamaska, a une fois de plus fait les manchettes le même mois alors qu’une septuagénaire circulant en moto a été grièvement blessée dans un accident. Deux noyades en quatre jours ont également été déplorées dans la région, en juillet. D’abord celle d’une fillette de 3 ans, dans une piscine d’une résidence de la rue

Plusieurs incendies sont survenus dans des commerces du boulevard Fiset, mais celui d’octobre a été le plus spectaculaire. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Ramezay, à Sorel-Tracy. Quelques jours plus tard, un homme de 50 ans s’est noyé dans la rivière, à Saint-Roch-de-Richelieu. Deux corps avaient également été repêchés en quelques jours dans le fleuve Saint-Laurent, en juin. Un premier a été retrouvé près du quai de Kildair, à la hauteur de l’ancienne centrale thermique, puis un autre près de l’Île aux Raisins. Quelques incendies majeurs ont également éclaté au cours de la dernière année, rasant plusieurs commerces sur le boulevard Fiset. En février, le commerce le Roi du Beigne a été la proie des flammes, tout comme Silencieux-Octo en mai. Puis en octobre, un feu violent a rasé deux bâtiments comprenant trois commerces : Carrosserie des îles, Finition S.M. et Construction GSC. Le seul incendie impliquant un blessé s’est déroulé en août, alors que trois bateaux ont été la proie des flammes à la Halte des 103 îles, laissant un septuagénaire brûlé sur une bonne partie de son corps.

Trois pizzerias de la région ont été victimes d’incendies criminels en une semaine, en décembre : le restaurant Pizz Contrecœur, le restaurant Milano et la pizzeria Sorrento. Les dommages ont été plus importants aux deux premières, tandis que Sorrento Sorel-Tracy a rouvert ses portes quelques heures après l’incident. Les pompiers ont aussi été appelés à effectuer des manœuvres de désincarcération pour venir en aide à deux hommes qui se trouvaient à bord d’un aéronef qui s’est écrasé, le 2 juillet, dans un champ du chemin des Patriotes, à Saint-Ours. Ils ont ensuite été transportés à l’hôpital et un périmètre de sécurité a été agrandi autour de l’appareil parce que de l’essence s’écoulait. Au chapitre des arrestations marquantes, rappelons celle d’Emmanuel Pereira, de Sorel-Tracy, qui a fait partie des quatre personnes arrêtées relativement au démantèlement de l’un des plus gros laboratoires de synthèse de l’histoire du Québec, à Danville, en Estrie. Les 2 Rives - La Revue de l’année - Mardi 29 décembre 2020 - 45


SUJETS QUI FONT RÉAGIR

Ce qui a touché la population

Voir la mort de près Sébastien

Lacroix

slacroix@les2rives.com

Quelques personnes ont vu la mort de près au cours de la dernière année, mais elles ont eu la chance d’être sauvées par des « anges gardiens » qui veillaient sur eux.

46 - Mardi 29 décembre 2020 - Les 2 Rives - La Revue de l’année

Une scène pour le moins inusitée a fait le tour du Québec au mois de juin, alors qu’un automobiliste s’est enfoncé dans un immense trou du boulevard Fiset avant que sa voiture soit sortie à l’aide d’une grue. Souhel Bannout a eu la peur de sa vie alors que l’eau s’est accumulée à grande vitesse dans sa voiture. C’est José Hamelin, un cuisinier du Centre d’hébergement Élisabeth-Lafrance, qui se rendait au travail, vers 5 h du matin qui lui a sauvé la vie. Il lui a tendu la main pour le sortir du véhicule qui a sombré quelques minutes plus tard. Le tout aurait été causé par les vibrations d’un rouleau-compresseur qui auraient provoqué le bris d’un joint de branchement avec la conduite principale de la Ville.

Souhel Bannout a été sauvé d’une mort certaine par José Hamelin lorsque sa voiture s’est enfoncée dans un cratère sur le boulevard Fiset. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Comme la fondation avait été faite récemment en vue de travaux d’asphaltage, l’eau a pu rapidement miner l’asphalte pour créer le trou. Yvon Pagé, un employé d’EBI Environnement avec 38 ans d’expérience, s’est retrouvé accidentellement dans la benne d’un camion de recyclage, le 8 septembre. Ce qui l’a laissé avec les deux tibias fracturés après qu’ils soient passés deux fois dans le compresseur. Il a finalement été sauvé in extremis grâce à un voisin qui a appelé les secours.

Des matelots de la traverse Sorel-Tracy–Saint-Ignace-de-Loyola ont sauvé un planchiste à voile d’une mort certaine, le 24 juin dernier, alors qu’il s’est retrouvé dans une fâcheuse position près du quai de Saint-Ignace-de-Loyola. Avec l’embarcation d’urgence, Mathieu MénardSansoucy et Pierre Charland sont allés chercher le planchiste qui s’était retrouvé à l’eau possiblement pour éviter le traversier et qui s’était retrouvé coincé sous sa planche. Sans quoi il se serait possiblement noyé.


SUJETS QUI FONT RÉAGIR

Mobilisation autour de la famille d’Ihor Horbanov Une mobilisation s’est organisée autour de la famille d’Ihor Horbanov qui est décédé dans un accident de voiture causé par un nid-de-poule géant pour lequel le coroner a blâmé le ministère des Transports pour avoir fait preuve de négligence. Le décès tragique de l’immigrant ukrainien, qui était un employé de CNC Tracy, a eu des impacts sur sa famille cette année. Sa femme Hanna Horbanova a été contrainte d’arrêter de travailler en janvier étant donné que le permis de travail venait à échéance. Plusieurs interventions ont été faites pour régulariser la situation de la famille qui ne pouvait vivre que des indemnisations versées par la Société d’Assurance Automobile du Québec (SAAQ). Le député de Richelieu, Jean-Bernard Émond, s’est assuré que les enfants puissent aller à l’école, mais la ministre Nadine Girault n’a pas voulu intervenir pour lui donner un permis un Certificat de sélection du Québec. Ce que n’a pas manqué de dénoncer Gaétan Barrette, le porte-parole de l’opposition en matière d’immigration. S.L. La famille d’Ihor Horbanov. Photo gracieuseté

Les 2 Rives - La Revue de l’année - Mardi 29 décembre 2020 - 47


ÇA BOUGE ICI!

Événements culturels et sportifs marquants de 2020

Des événements culturels différents Jean-Philippe Morin

jpmorin@les2rives.com

Pandémie oblige, les événements culturels se sont avérés rares en 2020. Malgré tout, certains ont innové afin de divertir les citoyens. Le Parc Musifilms a été créé par Gestion Événementielle Deschesnes et CJSO cet été afin de justement offrir aux spectateurs une alternative culturelle. Des spectacles musicaux ont été présentés pendant plusieurs week-ends sur le grand terrain du Complexe de la Trente avec plusieurs têtes d’affiche : France d’Amour, Brigitte Boisjoly, Guylaine Tanguay, 2Frères, Christian Marc Gendron et Kaïn en plus d’artistes locaux. Plus de 5000 personnes ont assisté aux spectacles principaux dans leur voiture, sans compter celles qui ont vu des films en format ciné-parc. À Saint-Ours, la fête du Canada a été célébrée en grand avec le groupe Les Colocs. Plus de 200 voitures ont été accueillies le 1er juillet sur le site du Camping Marina Parc Bellerive. Des villes comme Saint-Ours, Massueville et Contrecœur ont transformé les

Les Colocs ont offert tout un spectacle en formule ciné-parc le 1er juillet à Saint-Ours devant plus de 200 voitures. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

célébrations de la Fête nationale du 23 juin en parade. Des musiciens se sont promenés dans la ville et les gens étaient invités à festoyer en direct de leur balcon. Des rassemblements avant la pandémie Quelques événements ont pu se tenir avant la mise sur pause du Québec. C’est le cas de la Féerie des lumières de SaintJoseph-de-Sorel, qui en était à sa sixième édition du 10 au 12 janvier. Même si la pluie s’est invitée à la fête, plus de 200 personnes ont assisté au spectacle de DJ Champion sous un igloo géant. La toute première édition du Startup Weekend s’est tenue au Cégep de Sorel-

Tracy tout juste avant la pandémie, du 6 au 8 mars. Sept équipes, comptant en tout 46 futurs entrepreneurs, ont eu 54 heures pour monter et présenter un projet d’entreprise sous le thème de la « BiodiverCité ». La première édition de la Gib des Neiges, qui se déroulait du 30 janvier au 2 février, a comblé les attentes des organisateurs. On trouvait, au centre-ville de Sorel-Tracy, un igloo géant, des glissades en plein centreville de Sorel-Tracy et des artisans. Le Party du Réveillon a affiché un record d’assistance depuis sa création. Des milliers de personnes ont accueilli la nouvelle année au quai Catherine-Legardeur et à la Place du Marché.

48 - Mardi 29 décembre 2020 - Les 2 Rives - La Revue de l’année

Des événements sportifs qui ont la cote malgré tout Quelques événements majeurs comme le Tournoi provincial de soccer n’ont pu se tenir en 2020 en raison de la pandémie. Malgré tout, les sportifs ont pu réaliser quelques compétitions. Tout juste avant que le Québec soit sur pause, la Course de canot à glace de Sorel-Tracy s’est tenue le 29 février, au quai Catherine-Legardeur. En tout, 32 équipes de canoteuses et canoteurs ont pu courser devant environ 1000 spectateurs. L’équipe soreloise Aciers Régifab/Navark est grimpée sur la troisième marche du podium. Des tournois de hockey se sont aussi tenus avant la pandémie, comme le 40e Tournoi provincial Atome du Club Optimiste de Sorel-Tracy, qui a accueilli 22 équipes du 3 au 12 janvier à l’aréna Aussant et le 38e Tournoi provincial novice de Sorel-Tracy qui a regroupé 67 équipes du 18 janvier au 2 février, au Colisée Cardin. De leur côté, les Rebelles ont reçu un tournoi de volleyball de la Ligue collégiale du Centre-duQuébec, le 26 janvier, au Cégep de Sorel-Tracy. Le Club de Curling Aurèle-Racine a été

La Course de canot à glace de SorelTracy a été l’un des seuls événements sportifs majeurs qui s’est tenu dans la région cette année, tout juste avant la pandémie. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

l’hôte, pour une deuxième année consécutive, d’un tournoi provincial de curling juvénile. Des joueurs de moins de 18 ans se sont affrontés du 31 janvier au 2 février. Des événements malgré la pandémie Certains ont innové pour tenir des compétitions sportives alors que les rassemblements étaient interdits. C’est le cas de Mélanie Duclos, qui a lancé la première course virtuelle chronométrée au Québec, le 19 avril. La Course de l’espoir a permis à 376 participants, un record en six ans, de courir chacun de leur côté la

distance voulue au profit de l’Association pulmonaire du Québec. La deuxième édition du Triathlon Osmose de Sorel-Tracy s’est avérée un succès, alors que 215 personnes se sont inscrites, le 20 septembre dernier. Les épreuves de natation, vélo et course ont été adaptées pour respecter les consignes sanitaires. Huit compétitions équestres (au lieu de 19) ont eu lieu au Centre multifonctionnel Richardson cet été. Plusieurs participants ont pris part aux événements, mais peu de spectateurs y étaient admis.


Les 2 Rives - La Revue de l’année - Mardi 29 décembre 2020 - 49


ÇA LIVRE LA MARCHANDISE!

Les nouveautés sur la scène littéraire

Des auteurs actifs pendant la pandémie Alexandre Brouillard

abrouillard@les2rives.com

En 2020, divers livres ont été publiés par des auteurs de la région.

50 - Mardi 29 décembre 2020 - Les 2 Rives - La Revue de l’année

La Contrecœuroise Andrée-Anne Létourneau, enseignante à la Technique d’éducation à la petite enfance au Cégep de Sorel-Tracy, a rédigé quatre livres sur la petite enfance, dont trois utilisés au collégial pour le programme d’éducation à la petite enfance. L’auteure Marie-Josée Riverin a lancé son premier roman, Les pièces tombées, qui porte sur l’histoire d’un couple et de leur femme de ménage. À travers son 22e ouvrage intitulé Le dernier assaut, Luc Bertrand présente la vie du militaire Jean Brillant, un homme inspirant qui a participé à la Première Guerre mondiale. L’auteure soreloise Lucy-France Dutremble a lancé son 11e roman, La forge des Maheu. L’intrigue, se déroulant dans les années 1940, tourne autour d’une jeune orpheline abandonnée.

L’auteure soreloise Cynthia Massé a lancé son premier roman, Chérie. L’ouvrage raconte l’histoire d’une femme qui tombe amoureuse d’un homme ayant déjà été marié. Le Sorelois d’origine Éric Chassé a sorti son troisième roman à suspense intitulé Un mensonge de trop. Le thriller aborde les vols d’identité. Inspirée par les vagues de dénonciation face aux violences sexuelles, l’auteure contrecoeuroise Myriam Vincent a lancé son premier roman, Furie. Le livre raconte la vie d’une étudiante le jour et tueuse à gages la nuit. Dans son dixième livre intitulé La puissance de nos différences, le docteur en psychologie du sport Sylvain Guimond s’est penché sur les différences entre les êtres humains. L’auteur sorelois Roger Delisle a lancé son huitième roman policier intitulé Rancœur. Une ancienne policière reprend du service pour enquêter sur le meurtre sordide de trois personnes au fait d’un complot international.

Lucy-France Dutremble a lancé son 11e roman en 2020. Photo Simon Ménard

Le professeur de philosophie au Cégep de Sorel-Tracy, Alexandre Lebœuf, a lancé son second roman Antimanuel de mythologie grecque Livre 2 : Questionner. En s’inspirant des questionnements que les Grecs ont eus il y a des centaines d’années, ce livre amène les lecteurs à se remettre en question. Le Contrecœurois Yves Bouthillette a publié son deuxième roman en un peu plus d’un an, En compagnie de Magalie. Il y raconte la rencontre entre un auteur et une jeune femme en fauteuil roulant.


C’EST DE LA MUSIQUE À MES OREILLES!

Nos artistes sous les feux de la rampe

Des artistes se dévoilent Alexandre Brouillard

abrouillard@les2rives.com

En 2020, différents musiciens et chanteurs de la région se sont démarqués et nous ont offert du nouveau matériel de qualité. Le pianiste sorelois Antoine Laporte s’est vu décerner une bourse de 80 000 $ du Conseil de recherche en sciences humaines pour la poursuite de son doctorat à Paris. Grâce à un œuvre originale, il a également gagné une bourse de 2000 $ au concours Do Mi Si La Do Ré (Domicile adoré) de la Fondation Jeunesses musicales du Canada. Il prépare aussi un album consacré à l’artiste français, Gabriel Pierné. La pianiste soreloise Laurence Manning a composé son second album, Piano Mirror, sur lequel se retrouvent 16 de ses meilleures compositions originales. Elle a aussi créé un trio musical, Le Laurence Manning Trio, tout en poursuivant à distance son implication comme pianiste avec l’Ensemble Vocal Trame Sonore.

Le guitariste de Saint-David, Tommy Dupuis, a remporté une bourse de 3000 $ de la Fondation Jeunesses Musicales du Canada ainsi qu’une autre bourse de 2000 $ au concours Do Mi Si La Do Ré (Domicile adoré). Il a également raflé l’un des prix coups de cœur dans le cadre du Concours de musique du Canada. Les musiciens Amélie Mandeville (Bel Ami) et Antoine Lachance (À chaque fois) ont profité de la dernière année pour sortir chacun une chanson. Ce dernier s’est d’ailleurs hissé dans le fameux 6 à 6 de CKOI. La chanteuse et musicienne de SaintRoch-de-Richelieu, Jany Provost, alias Audâze, a fait bonne figure lors de deux concours musicaux tout en lançant une première chanson, Arômes d’éternité. De son côté, JiCi Lauzon a lancé deux chansons (Boréal Sentimental et Vue sur l’eau), tout comme le groupe sorelois The Cays (June’s Moonlight et Palm Tree). Le musicien sorelois Marc-André Dionne a lancé son premier mini-album, Don’t Let Me Go. De plus, le groupe sorelois Turbo

Jany Provost, alias Audâze, s’est rendue jusqu’en finale du Festival international de la chanson de Granby et du Concours des confinés du Théâtre paradoxe. Photo Mike HG

Distortion a lancé son second album, Les flammes de l’enfer. L’auteur-compositeur-interprète Charles Robert est sorti de sa zone de confort en sortant deux nouvelles chansons différentes de son répertoire habituel. Il a lancé sa chanson estivale, Magique ainsi qu’une chanson du temps des fêtes intitulée Noël comme je le vois. L’auteur-compositeur-interprète Normand Perron a lancé une compilation de 20 de ses meilleures chansons depuis 1984. Celles-ci se retrouvent sur les plateformes d’écoute en ligne.

Les 2 Rives - La Revue de l’année - Mardi 29 décembre 2020 - 51


52 - Mardi 29 décembre 2020 - Les 2 Rives - La Revue de l’année


présent

Le milieu communautaire

pour vous en tout temps

SECTION SPÉCIALE Pages 53 à 59

Les 2 Rives - La Revue de l’année - Mardi 29 décembre 2020 - 53


LA COMMUNAUTÉ S’ENGAGE

Des nouvelles du monde communautaire

La Maison l’Ancrage lance une campagne de financement La Maison l’Ancrage Pierre-De Saurel, un projet d’hébergement temporaire communautaire pour les jeunes de 16 à 23 ans en difficulté, avance rondement. Un plan d’affaires est en branle et une campagne de financement prendra place en 2021.

54 - Mardi 29 décembre 2020 - Les 2 Rives - La Revue de l’année

Pour la présidente du conseil L’équipe de la Maison l’Ancrage se d’administration, Nicole penchera sur un plan d’affaires dans les prochains mois. Teasdale, ce plan démontrePhoto gracieuseté ra la pertinence d’une telle ressource. L’équipe est constituée du coordonnateur Gabriel Laprade, d’André Champagne et Gabrielle Gélinas St-Ours qui se partagent le poste d’agent de développement et de l’adjointe administrative Lorraine Laquerre, nouvellement retraitée après plus de 30 ans de service en protection de la jeunesse. Le c.a. et l’équipe sont maintenant complets. En 2021, des partenariats financiers sont attendus et une campagne de sociofinancement permettra à la population de contribuer au projet qui valorise aussi, entre autres, la persévérance scolaire et l’intégration sociale. K.D.


LA COMMUNAUTÉ S’ENGAGE

Des nouvelles du monde communautaire

Le GEST est en route vers l’obtention de son épicerie communautaire En février, le Groupe d’entraide Sorel-Tracy (GEST) a réalisé une étude de marché à Saint-Joseph-de-Sorel, où il souhaite implanter une d’épicerie communautaire, afin de prendre le pouls de la population. En plus de l’épicerie, le projet comprendrait un comptoir de distribution alimentaire et une cuisine pour transformer les aliments. Le secteur de Saint-Joseph-de-Sorel a été ciblé puisqu’il est considéré comme un désert alimentaire. En décembre, le projet a été nommé coup de cœur du jury dans le cadre du concours de pitch de l’organisme Montérégie, NOTRE garde-manger. Ainsi, le GEST bénéficiera d’un accompagnement de la coopérative L’ILOT dans le développement du projet. Le projet est aussi en lice pour remporter une bourse pouvant aller jusqu’à 10 000 $, offerte par le programme des Bourses d’initiative en entrepreneuriat collectif. K.D. Le GEST convoite les anciens locaux de VL Industriel sur la route Marie-Victorin pour son projet. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Les 2 Rives - La Revue de l’année - Mardi 29 décembre 2020 - 55


LA COMMUNAUTÉ S’ENGAGE

Des nouvelles du monde communautaire

Les organismes communautaires Katy

Desrosiers

kdesrosiers@les2rives.com

Peu importe leur champ d’expertise, les organismes communautaires de la région ont répondu à l’appel dès le début de la pandémie afin de soutenir la population. Du côté des ressources en santé mentale, le Centre de suicide et de crise La Traversée a constaté une baisse des demandes

en mars et avril, mais une augmentation en juin. Parmi les sujets discutés lors des appels, l’anxiété et la solitude revenaient souvent. Du personnel a été ajouté au service d’écoute et d’intervention téléphonique. Bien que peu de gens se soient présentés pour le service d’hébergement, il est toujours demeuré disponible. Chez Santé Mentale Québec – Pierre-De Saurel, l’équipe a diffusé sur les réseaux sociaux des capsules vidéo sur différentes thématiques. La formule semble avoir été appréciée puisque le nombre d’abonnés de la page Facebook de l’organisme a doublé. L’équipe a également téléphoné sur une base régulière à une trentaine de personnes pour briser la solitude. Au groupe d’entraide L’Arrêt-Court qui accompagne les personnes vivant ou ayant vécu des problèmes de santé mentale éprouvants ou persistants, les appels sont passés d’un ou deux par jour à une quinzaine. Toutefois, il s’agit d’un maintien de l’offre de service puisque les gens appelaient au lieu de se présenter.

56 - Mardi 29 décembre 2020 - Les 2 Rives - La Revue de l’année

Une halte de repos provisoire La Porte du Passant a instauré à l’automne une halte de repos provisoire pour les personnes en situation d’itinérance ou à haut risque de le devenir. Les gens peuvent donc s’y arrêter pour faire une sieste, prendre une douche, manger un repas ou tout simplement jaser.


LA COMMUNAUTÉ S’ENGAGE

Des nouvelles du monde communautaire

sont au rendez-vous Un manque criant de ressources La Maison Halte-Soleil accueille, à Saint-Joseph-de-Sorel, des personnes présentant une déficience intellectuelle, avec ou sans handicap physique, afin d’offrir du répit aux familles. Avec la pandémie, le nombre de personnes pouvant être accueillies est réduit. Des locaux supplémentaires ont dû être loués et du personnel additionnel a dû être embauché. Cet été, l’organisme a lancé un appel à la solidarité afin d’obtenir du financement pour poursuivre sa mission.

L’intervenante à La Traversée, Kateri Lyons, s’attendait à une hausse des demandes d’aide dans les derniers mois de 2020. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Pour le directeur de la Maison Halte-Soleil, Patrice Désilets, la pandémie lui a apporté tout un défi à relever pour pouvoir continuer d’offrir un service aux bénéficiaires. Photo gracieuseté

Les 2 Rives - La Revue de l’année - Mardi 29 décembre 2020 - 57


LA COMMUNAUTÉ S’ENGAGE

Des nouvelles du monde communautaire

Les milieux des affaires et politique mettent la main à la pâte Les milieux des affaires et politique se sont mobilisés pendant la pandémie afin de soutenir la communauté. La Chambre de commerce et d’industrie de Sorel-Tracy a lancé en juin la campagne de financement participatif « La région de relève » pour soutenir les commerces locaux et les organismes de première ligne particulièrement touchés par la crise. Elle s’est tenue sur la plateforme en ligne La Ruche où les gens pouvaient se procurer des cartes-cadeaux de commerces d’ici ou faire un don. L’objectif était d’amasser 50 000 $ et Desjardins s’était engagé à doubler les montants amassés jusqu’à concurrence de 25 000 $. La population a finalement contribué à une hauteur de 34 425 $. La MRC de Pierre-De Saurel pour sa part a mis sur pied une cellule de crise sociale et communautaire pour assurer le bien-être des citoyennes et citoyens pendant le confinement puisque certains enjeux comme la sécurité alimentaire, la violence conjugale et intrafamiliale et la détresse psychologique avaient été portés à l’attention d’organisations. La cellule regroupait des entités comme la Ville de Sorel-Tracy, le CISSS de la Montérégie-Est et la Sûreté du Québec. L’objectif était de regrouper centraliser les informations, les rendre accessibles et diriger les gens vers les bons organismes.

58 - Mardi 29 décembre 2020 - Les 2 Rives - La Revue de l’année

Des entreprises au grand cœur Des entreprises de la région n’ont pas hésité à piger dans leurs poches afin de soutenir les organismes communautaires. Parmi celles-ci, Rio Tinto Fer et Titane avait remis à la fin novembre 270 000 $ à des organismes d’ici comme le CAB du Bas-Richelieu, la Fondation Hôtel-Dieu de Sorel et la Maison La Source. Également, des Métallos d’ArcelorMittal à Contrecœur ont amassé des dons à l’entrée de l’usine ouest. Avec un don de la section locale et de la compagnie, quelque 8000 $ ont pu être remis au CAB de Contrecœur. Le Fonds humanitaire du syndicat a aussi remis un chèque de 3500 $ au même organisme. K.D. Des militants de la section locale 6951 des Métallos ont amassé des dons à l’entrée de l’usine d’ArcelorMittal à Contrecœur en décembre. Photo gracieuseté


LA COMMUNAUTÉ S’ENGAGE

Des nouvelles du monde communautaire

En mars, les bénévoles du CAB s’activaient pour assembler des boîtes de denrées. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Les besoins en dépannage alimentaire sont criants Alors que de nombreux travailleurs ont perdu leur emploi depuis le début de la pandémie et que les services alimentaires dans les écoles ont été suspendus, les demandes pour l’aide alimentaire ont explosé. Au Centre d’Action Bénévole (CAB) du Bas-Richelieu, un appel à la générosité avait été lancé en mars pour combler le manque de certaines denrées. L’augmentation de la demande était si marquée que le directeur général du CAB, Ando Andrianady, craignait pour le service. Exceptionnellement, tous les services de dépannage alimentaire avaient été regroupés en un seul. Les cuisines collectives et les marchés avaient été annulés et les bénéficiaires recevaient à leur porte une boîte de denrées présélectionnées. Le service de popote roulante, tant celui offert par le CAB que par le Carrefour communautaire l’Arc-en-ciel en milieu rural, ont été maintenus. Pour le Carrefour communautaire, le service a été bonifié à raison de cinq jours par semaine au lieu de deux. À l’automne, la Table de concertation régionale de la Montérégie a annoncé qu’elle soutiendrait des projets, entre autres liés à la sécurité alimentaire, dans la MRC de Pierre-De Saurel. Le CAB dispose de 60 500 $ pour embaucher une ressource qui développera des partenariats financiers et en approvisionnement en denrées pour répondre à la croissance des demandes. La Corporation de développement communautaire (CDC) chapeautera le projet « Pierre-De Saurel nourricier » et bénéficie d’un montant de 21 373 $ pour travailler la cohésion de projets en sécurité alimentaire et permettre l’accès aux aliments sains. Les 2 Rives - La Revue de l’année - Mardi 29 décembre 2020 - 59

Une Guignolée réinventée Cette année pour la Guignolée, les gens étaient invités à donner sous forme monétaire pour que le CAB puisse remettre des chèques-cadeaux d’épicerie. Les denrées récoltées à certains endroits stratégiques seront plutôt distribuées en janvier. Au Groupe d’entraide Sorel-Tracy (GEST), une remise d’environ 1400 boîtes de denrées a été réalisée. Desjardins remettra à la Guignolée 1 $ pour chaque don de 1 $ fait sur la plateforme de financement participatif La Ruche, jusqu’à concurrence de 5000 $. Pour faire un clin d’œil à son 120e anniversaire, la coopérative ajoutera 120 $ à chaque don de 100 $. K.D.


60 - Mardi 29 décembre 2020 - Les 2 Rives - La Revue de l’année


LES CARICATURES DE L’ANNÉE

Voici maintenant les caricatures de l’année faites par Gilles « Bill » Marcotte, telles que choisies par notre équipe.

Les 2 Rives - La Revue de l’année - Mardi 29 décembre 2020 - 61


Plusieurs membres de la communauté ont rendu hommage à la directrice générale d’Azimut diffusion, Marie-Josée Bourbonnais, lors d’une soirée surprise le 15 janvier, afin de souligner ses 30 ans au sein de l’organisation. Elle a paru émue à plusieurs moments de la soirée.

(Photo : Pascal Cournoyer)

Course de canot : des Sorelois sur le podium

L’équipe soreloise du canot #888 Aciers Régifab/Navark, composée du capitaine Yannick Alie et de ses coéquipiers et coéquipières Antoine Lagimonière, Julie Beaudoin, Marc Germain et François Robichaud a terminé au troisième rang dans la catégorie Sport de la Course de canot à glace de Sorel-Tracy, qui s’est déroulée le 29 février, tout juste avant la pandémie. Félicitations! 62 - Mardi 29 décembre 2020 - Les 2 Rives - La Revue de l’année

(Photo : Pascal Cournoyer)

Trente ans chez Azimut diffusion

Le périple d’une baleine à bosse a fait couler beaucoup d’encre au mois de juin. Après quelques jours à Montréal, loin de son habitat naturel, elle a été retrouvée morte en plein milieu du fleuve, à Verchères. On l’a ensuite escortée jusqu’à la rive au quai de Sainte-Anne-de-Sorel, où une nécropsie a été pratiquée devant plusieurs curieux.

(Photo : Pascal Cournoyer)

Une baleine à bosse qui sème l’émoi

(Photo : Pascal Cournoyer)

LES PHOTOS DE L’ANNÉE

Des artistes s’amusent en formule ciné-parc Environ 250 personnes se sont déplacées dans leur véhicule pour voir France D’Amour chanter à l’occasion du premier week-end du Parc Musifilms, le 11 juillet. Environ 80 véhicules étaient stationnés sur le site. La chanteuse a donné tout un spectacle, avec la Soreloise Marie-Pier Gamache en première partie.


François Legault en visite à Sorel-Tracy Le 4 septembre a été une date marquante dans la région, alors que le premier ministre a rencontré les élus de la région à l’Hôtel de la Rive. Il s’est ensuite, avec le député Jean-Bernard Émond, adressé aux médias. Depuis ce jour, la tension semble avoir diminué entre les élus de la ville-centre et des municipalités rurales… Coïncidence?

(Photo : Pascal Cournoyer)

Deux bâtiments flambent sur le boulevard Fiset Plusieurs incendies sur survenus en 2020, mais le plus spectaculaire a été celui du 15 octobre, sur le boulevard Fiset. Deux bâtiments ont été emportés par les flammes, détruisant du même coup trois commerces : Carrosserie des îles, Finition S.M. et Construction GSC.

Des funérailles militaires pour un héros de guerre

(Photo : Pascal Gagnon)

Les Éperviers de Sorel-Tracy devaient disputer leur premier match des séries le vendredi 13 mars contre les 3L de Rivière-du-Loup. On se souvient toutefois ce qui est arrivé à cette date, alors que le Québec a été mis en pause. Les hommes de Christian Deschênes devront donc attendre avant de défendre leur titre de double champion des séries de la Ligue nord-américaine de hockey.

(Photo : Pascal Cournoyer)

La COVID cesse la saison des Éperviers

(Photo : Pascal Cournoyer)

Voici quelques photos marquantes captées cette année par nos photographes.

Le vétéran Jean Trempe a perdu la vie le 8 janvier, à l’âge de 94 ans. Des vétérans et des membres du Régiment de Maisonneuve se sont rendus à l’église St-Pierre, le 25 janvier, pour participer aux funérailles militaires. M. Trempe était débarqué sur les plages de Juno en 1944, lors de la Deuxième Guerre mondiale, à l’âge de 19 ans. Les 2 Rives - La Revue de l’année - Mardi 29 décembre 2020 - 63


UN DERNIER SALUT

Ils nous ont quittés en 2020 Jean-Philippe Morin

jpmorin@les2rives.com

Le conseiller sorelois Alain Maher est décédé en cours de mandat le 29 août.

Plusieurs personnes marquantes ont rendu leur dernier souffle en 2020. Nous tenons à offrir nos plus sincères condoléances aux proches des disparus.

64 - Mardi 29 décembre 2020 - Les 2 Rives - La Revue de l’année

Jean Trempe a été le premier à s’éteindre le 8 janvier, à l’âge de 94 ans. Le vétéran de la Deuxième Guerre mondiale, qui s’était enrôlé à l’âge de 18 ans, a notamment fait partie du Débarquement de Normandie. Marcel « Chinois » Salvail, connu à Sorel-Tracy pour avoir marqué l’actualité judiciaire dans les années 70 et 80, a rendu l’âme le 22 janvier à l’âge de 78 ans du cancer de la prostate. Il était considéré comme le « roi de Sorel ». Claude « Faddy » Charbonneau est décédé le 28 février à l’âge de 79 ans des suites d’une longue maladie. Ce dernier était un sportif très impliqué dans la région. L’homme d’affaires Clément Croteau est décédé du cancer le 30 mars à l’âge de 81

Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

ans. Il a été à la tête du magasin Croteau de Sorel-Tracy pendant plus de 30 ans. Roland Gaudreau, 83 ans, est décédé de la COVID-19 dans un CHSLD de Montréal le 18 avril. Il a été le premier directeur du Cégep de Sorel-Tracy de ses débuts en 1968 jusqu’en 1997. L’ancien président de la Société d’agriculture de Richelieu, Dollard Cournoyer, est mort à l’âge de 87 ans, le 20 juillet. Il a déjà reçu le prix de Grand Bâtisseur du Gala du mérite économique en 2004 pour ses contributions en agriculture. Dr André Robidoux est décédé le 25 juillet à l’âge de 72 ans. Il était considéré comme une figure importante de la recherche sur le cancer du sein. Lise Larivière-Proulx, responsable des

bénévoles et vice-présidente de la Fondation Hôtel-Dieu de Sorel, a rendu l’âme le 6 août. Elle était impliquée dans le bénévolat depuis 1998 et avec la Fondation depuis 2007. Le conseiller municipal de Sorel-Tracy, Alain Maher, est décédé subitement le 29 août à l’âge de 65 ans. Il avait été élu une première fois en 2009 dans le district du Faubourg et il a contribué à plusieurs projets dans sa ville. Réjean Théroux est décédé le 28 septembre à l’âge de 80 ans. Il a été maire de Saint-David de 1981 à 2001. L’ex-maire de Tracy de 1987 à 2000, Émile Parent, est décédé de la COVID-19 le 22 novembre à l’âge de 83 ans. Il a longtemps été impliqué dans divers organismes et comités après sa carrière politique.


PERSPECTIVES DE 2021

Se relever Louise

Grégoire-Racicot

On dit que se relever de la COVID-19 prendra des mois. D’où la nécessité et le défi de bien le planifier. Tout en maintenant les initiatives heureuses que la pandémie nous a forcés à engendrer. Ainsi en 2021, les gens d’affaires de la région devront poursuivre l’amélioration de leur service en ligne, comme plusieurs l’ont amorcé en 2020. Car moult clients ont apprivoisé et aiment bien cette façon de se procurer, en toute sécurité, nourriture, vêtements, articles de maison, de sport et de loisir. Et de rechercher à proximité ce qu’ils peuvent y trouver! Ainsi même si le mot « réinventer » peut sembler usé, il faudra savoir poursuivre ce que, dans le quotidien, la COVID-19 a forcé à initier de bon. Comme, en santé, la prise de rendez-vous à l’Hôtel-Dieu pour les prélèvements. L’accès au médecin par consultation téléphonique, de façon à laisser les services en clinique médicale à ceux dont les besoins le commandent. Et

Il faudra bien planifier la relance en 2021. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

dans le quotidien, les commandes à l’auto tant au resto qu’à l’épicerie. Même les spectacles en ligne, financièrement plus accessibles à plusieurs, sont un moyen certain d’élargir la clientèle potentielle en salle. Sur le plan politique, le visionnement en ligne des assemblées publiques des municipalités et de la MRC est certes une façon essentielle de créer un intérêt nouveau pour la vie municipale, surtout en cette année électorale (novembre 2021).

Cette diffusion s’impose indépendamment de la taille des collectivités. Elle permettra notamment aux électeurs de constater les idées et la capacité de leurs élus de travailler ensemble! Sur le plan personnel, on aura aussi le devoir de redevenir des citoyens à temps plein de notre milieu. Sortir de notre cocon, recréer des liens, participer à des moments privilégiés de vie régionale. En souhaitant que l’hiver soit propice à ce que tous s’y préparent allègrement!

Les 2 Rives - La Revue de l’année - Mardi 29 décembre 2020 - 65


66 - Mardi 29 décembre 2020 - Les 2 Rives - La Revue de l’année


Les 2 Rives - La Revue de l’année - Mardi 29 décembre 2020 - 67


Profile for DBC Communications

Les 2 Rives - Revue 2020  

Les 2 Rives - Revue 2020  

Advertisement