Page 1

MERCREDI 24 AVRIL 2019 - 12 PAGES -


Gala Agristars de la Grande Montérégie

Coup de cœur pour les Producteurs de bovins de la Montérégie-Est

2 - La Pensée de Bagot - Mercredi 24 avril 2019 - Agriculture

Les lauréats du 7e Gala Agristars de la grande Montérégie ont été dévoilés récemment à l’Étoile Banque Nationale du Quartier Dix30 à Brossard. Un prix majeur a été décerné aux Syndicats des producteurs de bovins de la Montérégie-Est, avec comme président Jean-Marc Ménard, maire de Sainte-Christine. Organisé par la Fédération de l’UPA de la Montérégie, le gala a fait, pour la première fois, salle comble avec près de 400 convives qui ont célébré l’excellence agricole de la Montérégie sous le thème « On fait tous partie de la recette! ». Les Producteurs de bovins de la Montérégie-Est et Montérégie-Ouest ont remporté le prix « Coup de cœur » pour l’opération médiatique régionale sur la production bovine. Les deux syndicats ont participé à une vaste opération médiatique entourant le Plan de développement de la production bovine québécoise jusqu’en 2025. « Cette stratégie a très bien fonctionné, offrant ainsi aux producteurs de bovins une visibilité médiatique exceptionnelle », mentionne l’UPA. Autres prix Les prix « Bon coup » ont été remportés par le Syndicat de l’UPA et la MRC de Beauharnois-Salaberry pour le bulletin « L’agriculture d’ici, une fierté à cultiver! » et les Syndicats de l’UPA des Maskoutains Nord-Est de la Vallée maskoutaine pour la campagne de sensibilisation « Cultivons la patience, c’est la bonne voie! ». Le prix Bon coup en agroenvironnement a été remporté par le Comité de bassin versant de la Rivière Pot au Beurre pour son projet collectif agricole. Kévin Isabelle, de Saint-Michel, a remporté le prix Relève agricole pour son leadership et son engagement à faire avancer cette cause. « Par ce gala, la fédération souhaite lever le voile sur des agricultrices et agriculteurs d’ici qui contribuent à l’avancement de

notre agriculture par leurs idées novatrices. Je félicite tous les lauréats et finalistes de cette 7e édition qui a été marquée par la passion qui les animent », a déclaré Christian St-Jacques, président de l’UPA de la Montérégie. Le prix Ma ferme, mon monde, qui souligne une bonne idée en gestion des ressources humaines, a été remis aux entreprises Les Serres de l’Éden de Saint-Hyacinthe et Cidrerie du Minot de Hemmingford. La Ferme J.P. Desgroseilliers et Fils de Saint-Rémi a remporté le prix Réussite entrepreneuriale pour une bonne gestion de l’entreprise dans un contexte de changement. Le Gala Agristars a tenu à souligner la contribution de Jacinthe Guilbert, d’Acton Vale et Josiane Carrière, de Saint-Anicet, nommées l’an dernier respectivement agricultrices de l’année en Montérégie Est et Ouest. Les prix d’engagement au sein de l’Union des producteurs agricoles ont également été remis tout au long de la soirée à 29 récipiendaires pour leurs 15 ans, 20 ans, 25 ans, 30 ans et 35 ans d’implication. Parmi ceux-ci, mentionnons Mario Bisaillon, qui compte 15 ans d’engagement en acériculture. Récipiendaire du prestigieux prix Coup de chapeau, Normand Gagnon, de Saint-Jean-sur-Richelieu. a été reconnu par ses pairs pour avoir notamment grandement contribué à l’avancement de l’agriculture, à la valorisation et au rayonnement de la profession.

De gauche à droite: Serge Déthier et Gérard Brouillard (producteurs de bovins), Sylvain Lefebvre de Kemin (commanditaire majeur), Pierre Thibault, Kirk Jackson et Jean-Marc Ménard (producteurs de bovins), Yann Moal, de Desjardins Entreprises et Christian St-Jacques (président de l’UPA Montérégie).


Concours Lait’Xcellent: deux lauréats de la région Les Producteurs de lait de la MontérégieEst ont profité de leur récente assemblée générale annuelle pour dévoiler les lauréats 2018 du concours régional Lait’Xcellent. Deux lauréats font partie du territoire desservi par LA PENSÉE. La Ferme de la Carrière d’Upton, avec comme propriétaires Martin Joubert et Émilie Courchesne, a récolté une médaille d’argent pour la Montérégie-Est. L’entre-

prise possède un troupeau de 120 têtes Holstein pur-sang enregistrées. On mise sur de bonnes conditions des animaux, la médecine préventive, des litières propres, un contrôle laitier et des tests de pathogènes pour produire un lait de qualité. Quant à la troisième place, elle a été décernée à la Ferme La Familiale, de SaintJoachim-de-Shefford, dont les propriétaires sont Rémi Beauregard et France Lévesque.

L’entreprise compte sur un troupeau de 80 têtes Holstein pur-sang enregistrées. La recette gagnante de cette ferme, pour un lait de qualité, repose sur des stalles larges, des litières propres et un suivi des données Les Producteurs de lait sont fiers de souligner le travail de ces agriculteurs émérites dont la qualité du lait est une

préoccupation importante et qui doit respecter des normes très sévères. Le Concours Lait’Xcellent permet de reconnaître les efforts déployés par les 2 225 producteurs laitiers de la Montérégie pour livrer un lait de qualité exceptionnelle, exempt d’antibiotiques, et dont les comptages leucocytaires et bactériens sont très bas.

De gauche à droite: Érick Ménard (Producteurs de lait de la Montérégie-Est, secteur de la Rivière Noire), Martin Joubert, de la Ferme de la Carrière et Pierre Thibault (Producteurs de lait de la Montérégie-Est, secteur de la Rivière Noire).

On retrouve ici Rémi Beauregard et France Lévesque, de la Ferme La Familiale, en compagnie de Robert Beaudry, des Producteurs de lait de la Montérégie-Est, secteur de la Haute-Yamaska).

Agriculture - Mercredi 24 avril 2019 - La Pensée de Bagot - 3


4 - La PensĂŠe de Bagot - Mercredi 24 avril 2019 - Agriculture


Les bandes riveraines, un atout pour tous! Nous entendons de plus en plus parler de l’importance des bandes riveraines, ces petites bandes de terre plus ou moins larges qui longent les cours d’eau. Elles servent de tampon entre nos maisons ou nos champs, et le réseau hydrique. • Elles ont un impact sur la biodiversité grâce aux nombreux habitats qu’elles procurent. • Les bandes riveraines deviennent par exemple des refuges pour la faune. Elles attirent les pollinisateurs ainsi que les oiseaux de proie qui vont prédater les insectes et les petits mammifères indésirables en culture. • Elle peuvent également éloigner des importuns comme le rat musqué, qui peut causer des décrochements en affaiblissant les berges lors de la création de son terrier. Les racines des plantes situées en bandes riveraines sont une entrave pour ces rongeurs. • Les arbres et arbustes des bandes riveraines aident à maintenir une température de l’eau plus fraîche grâce à l’ombre qu’ils créent. Ceci favorise la présence de poissons comme la truite. • Les racines des végétaux des bandes riveraines renforcent les berges et contrent les pertes de sol causées par l’érosion. Les polluants et les nutriments provenant du ruissellement sont filtrés . Ils se retrouvent donc en moins grande

quantité dans nos cours d’eau! Finalement, les bandes riveraines, en retenant la terre qui glisserait dans nos rivières, permettent de réduire la fréquence des travaux d’entretien des cours d’eau qui ont un coût élevé. Les bandes riveraines, parce qu’elles empiètent légèrement sur la surface cultivable, sont souvent mal vues par les agriculteurs. Et pourtant! Elles ont un rôle essentiel à jouer dans la productivité des cultures.En effet, elles sont une barrière efficace contre l’érosion. Or, l’érosion amène des sédiments dans les cours d’eau. Ceux-ci vont s’accumuler dans le fond des cours d’eau et changer la dynamique de leur écoulement. Cela provoque des risques d’inondations plus élevés, ce qui crée de l’érosion. C’est un cercle vicieux qui s’installe, et celui-ci a des conséquences directes sur la qualité des terres agricoles :la perte des sols en secteur de grande culture est 50 fois plus importante que la perte des sols liées à l’érosion naturelle. Comme ce sont les 1ers cm de sol qui sont érodés, ce sont ceux qui contiennent la matière organique, les éléments nutritifs et les fertilisants. L’ajout de bandes riveraines végétalisées au niveau des terres agricoles permet de retenir la terre et par conséquent de diminuer les besoins en amendements.

Une fois que l’on est convaincu de la pertinence d’avoir une bande riveraine, comment la mettre en place? L’idéal est d’avoir une bande riveraine diversifiée, composée d’herbacées, d’arbustes et d’arbres. Elle doit être également diversifiée au niveau des espèces pour obtenir une complémentarité des fonctions. Il existe plusieurs guides pour le choix des plantes indigènes en fonction du sol, de l’exposition, etc. On peut également y planter des arbres fruitiers, et ainsi profiter de succulentes récoltes. La CDRN peut vous offrir conseils et accompagnement à ce sujet. Attention à ne pas planter d’espèces exotiques!

Idéalement, planter tôt au printemps ou à l’automne permet de profiter des pluies naturelles. Aussi, l’utilisation de diverses sortes de paillis réduit l’entretien des premières années. Les bandes riveraines peuvent sembler être une contrainte et une perte d’espace pour les agriculteurs, mais en réalité, elles sont essentielles au maintien de la fertilité du sol sur le moyen et long terme. Pour les riverains non agricoles, la bande riveraine doit être plus large, entre 10 et 15m. Mieux vaut avoir une vue restreinte sur un plan d’eau de qualité qu’une vue imprenable sur une eau verte et polluée! Information: Sophie Godde, 819-2481063, Félix Morin, 450-236-0323 ou dg.cdrn@riviere-noire.org.

Agriculture - Mercredi 24 avril 2019 - La Pensée de Bagot - 5


6 - La PensĂŠe de Bagot - Mercredi 24 avril 2019 - Agriculture


L’agriculture, poumon économique de la MRC L’agriculture est le poumon économique de la MRC d’Acton. La zone agricole couvre 98 % du territoire et la région compte près de 430 entreprises qui tirent principalement leurs revenus de la production laitière ou porcine et des grandes cultures. Or, en milieu rural, un plan de développement de la zone agricole (PDZA) contribue à développer le secteur bioalimentaire et, donc, à créer de la richesse. C’est pourquoi j’ai annoncé récemment une aide de 40 950 $ pour appuyer la MRC d’Acton dans l’élaboration de son PDZA. Le PDZA d’Acton servira à mettre en valeur les entreprises et leurs produits, à accroître et varier les productions, à diversifier les modèles entrepreneuriaux et les modes de mise en marché. Il rehaussera ainsi l’importance de l’agriculture dans la région, tout en encourageant le développement d’activités complémentaires, comme l’agrotourisme et la transformation à la ferme. La région profitera aussi de l’accroissement des investissements dans le secteur agricole et agroalimentaire qu’a concrétisé le premier budget de notre gouvernement. En effet, le budget 2019-2020 prévoit une enveloppe de 250 millions de dollars sur cinq ans pour du matériel neuf ou de nouvelles infrastructures.

En plus, notre gouvernement a reconduit le Fonds d’investissement pour la relève agricole qui permet de démarrer ou d’acquérir une exploitation agricole. Il s’adresse à des jeunes entre 18 et 39 ans à l’œuvre dans l’agriculture ou en voie de l’être. Saluant les talents et la passion de nos agriculteurs et agricultrices, je les assure qu’ils peuvent compter sur mon soutien. André Lamontagne Député de Johnson Ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation Ministre responsable de la région du Centre-du-Québec

André Lamontagne

Un hommage aux agricultrices Pour une 32e année, les Agricultrices de la Montérégie Est organisent le Gala hommage qui a pour objectif de souligner l’apport inestimable des femmes de cette région, tant par leur présence soutenue à la ferme, que dans leur milieu social et syndical. Cette soirée d’envergure, qui dévoilera l’agricultrice de l’année, se tiendra le samedi 27 avril dès 18 h, au Centre BMO de l’Espace Saint-Hyacinthe. Un repas sera servi et des surprises attendent les convives qui y participeront.

Cinq finalistes sont en lice pour remporter le titre d’agricultrice de l’année de la Montérégie Est, dont Francine Brasseur, de la Ferme Favreau et fils inc. (productions laitière, acéricole et grandes cultures) de Sainte-Christine. Toute personne intéressée à assister à cette activité peut se procurer des billets au prix unitaire de 75 $ (repas, taxes et pourboire) auprès de Sylvie Lavertu à la Fédération de l’UPA de la Montérégie au 450-774-9154, poste 5224 ou à slavertu@upa.qc.ca. Agriculture - Mercredi 24 avril 2019 - La Pensée de Bagot - 7


Encore plus de plastique agricole collecté dans le Val-Saint-François Depuis le 9 avril, une nouvelle collecte des plastiques agricoles prise en charge par la MRC est disponible dans neuf municipalités du Val-Saint-François.

Cette collecte se tiendra entre autres à Maricourt, Lawrenceville, Racine et au Canton de Valcourt. Sainte-Anne-de-la-Rochelle offre déjà un service du même genre et continuera ce bon travail.

La nouvelle collecte aura lieu tous les mois et elle vise les plastiques de balle de foin ou les autres plastiques d’enrobage semblable. Les poches en plastique non tissé seront aussi ramassées.

Il est estimé que le projet pourra détourner environ 65 tonnes de plastique de l’enfouissement annuellement. « Nous sommes très fiers d’avoir réussi à implanter cette collecte sur le territoire. Dans les dernières années, certaines municipalités ramassaient le plastique agricole, mais ce sera désormais une majorité des agriculteurs du Val-SaintFrançois qui pourra participer », affirme Luc Cayer, préfet de la MRC. Pour prendre part à la collecte, les producteurs agricoles doivent être inscrits auprès de leur municipalité. De plus, ils doivent se procurer des sacs qui seront disponibles gratuitement à leur hôtel de ville. Il faut également ensacher les plastiques agricoles propres et déposer les sacs pleins en bordure de route la journée avant la collecte.

8 - La Pensée de Bagot - Mercredi 24 avril 2019 - Agriculture

Toutes les dates de collectes et les autres détails de ce projet sont disponibles sur www.val-saint-francois.qc.ca/collectesspeciales-plastique-agricole.


Agriculture - Mercredi 24 avril 2019 - La PensĂŠe de Bagot - 9


20e anniversaire

Le Club AgroActon, fierté et passion Le Club AgroActon a célébré avec fierté, lors d’un souper tenu le 28 mars au Centre sportif d’Acton Vale, son 20e anniversaire. Ce fut l’occasion pour l’organisme de souligner sa grande implication auprès des producteurs agricoles de la région.

10 - La Pensée de Bagot - Mercredi 24 avril 2019 - Agriculture

Il y a plus de 25 ans, le syndicat local de l’Union des producteurs agricoles de la rivière Noire a décidé de mobiliser ses membres pour la protection de l’environnement agricole. Un comité d’agriculteurs, dont plusieurs sont encore actifs aujourd’hui, a alors été formé. « Plusieurs producteurs agricoles, au fil des ans, n’ont pas hésité à faire confiance au Club AgroActon. Les conseils et les connaissances que nous avons partagés avec eux contribuent à augmenter la productivité et favoriser la croissance de leurs entreprises, tout en se préoccupant de la qualité de l’environnement », affirme Émilie Petitclerc, technicienne et adjointe de projet. Les réalisations sont nombreuses: essais de fertilisation pour le CDBQ, analyse de groupe de la biomasse des vers de terre des

champs cultivés, journées techniques sur plusieurs thèmes, etc. « Nous desservons environ 50 agriculteurs, qui bénéficient annuellement des plans de fertilisation et des bilans

phosphores. On note entre autres une meilleure utilisation des pesticides et une lutte accrue à l’érosion. Et nous sommes fiers d’avoir l’appui des gouvernements , ainsi que de l’Union des producteurs agricoles depuis

Le Club AgroActon a célébré récemment son 20e anniversaire. On voit ici le conseil d’administration, formé de Nancy Thibault, Stéphane Gauthier, Normand St-Pierre, Pascal Richard, Pierre Thibault (président depuis la fondation du club) et Jean-Marc Ménard. Ils entourent la députée de Saint-Hyacinte-Bagot, Brigitte Sansoucy.

la fondation du Club AgroActon », soutient Mme Petitclerc. Le conseil d’administration actuel comprend quatre personnes en place depuis les tout débuts, soit Pierre Thibault (président depuis 20 ans), Jean-Marc Ménard (vice-président), Normand SaintPierre (administrateur) et Nancy Thibault (secrétaire). Ils sont secondés par Pascal Richard et Stéphane Gauthier. Plusieurs membres occupent par ailleurs d’autres tâches bénévoles dans leur milieu, que ce soit par exemple à la SADC, à la Caisse populaire Desjardins, à la Coop Montérégienne, à la Foire agroalimentaire, dans les conseils municipaux ou à l’UPA. Ce rayonnement fait en sorte que l’agriculture occupe une place de choix dans la MRC d’Acton. « Le Club AgroActon est vraiment heureux de constater une telle implication, avec des membres fidèles et passionnés. Ces gens à la fois compétents et à l’écoute des agriculteurs font en sorte que l’avenir s’annonce vraiment prometteur pour nous », mentionne Mme Petitclerc. Pour en savoir davantage: www.clubsconseils.org/clubs-conseils/club- agroacton.


Paniers bios d’Équiterre

Des fermiers de famille qui luttent contre les changements climatiques Saviez-vous qu’augmenter la quantité de carbone stockée dans les sols de seulement 0,4 % par an permettrait de contrer l’augmentation annuelle de CO2 dans l’atmosphère? Saviez-vous que de nombreux acteurs de l’agriculture, scientifiques et chercheurs se réunissent pour trouver des solutions pour nourrir la planète tout en restaurant le climat? Plusieurs l’ont fait récemment à Montréal au Symposium Sols vivants, mais sur le terrain à travers le Québec et notamment dans les Laurentides, les fermier-ères de famille bio du Réseau des fermiers de famille (RFF) travaillent

aussi à s’assurer de la santé de nos sols, pour nous nourrir et restaurer le climat. Ils sont déjà en serres pour planter les semis en prévision d’une nouvelle saison de cultures et ce, dans le plus grand respect de la terre. Équiterre soutient que la réduction de l’empreinte carbone en agriculture, la valorisation de pratiques agricoles biologiques durables et la réduction de la dépendance aux pesticides sont des moyens viables d’assurer le potentiel des sols de réabsorber le carbone pour soutenir une agriculture saine.C’est pourquoi il poursuit la promotion de programmes et politiques qui vont

dans ce sens, en plus de poursuivre son appui à l’approvisionnement en légumes biologiques auprès de milliers de familles à travers le Réseau des fermiers de famille (RFF), qui soutient plus de 150 fermes biologiques et locales au Québec depuis 1995.Avec les aliments locaux des paniers bios du Réseau des fermiers de familles issus de pratiques durables, on s’assure d’une alimentation remplie de fraîcheur, de saveurs et de nutriments, tout en soutenant nos fermiers d’ici, qui ont décidé de cultiver leur terre en valorisant des pratiques durables et régénératrices, sans utiliser de

pesticides ou d’engrais de synthèse, ni d’organismes génétiquement modifiés (OGM) et qui vendent leurs produits par le biais de circuits courts. La période d’inscription aux paniers bios du Réseau des fermiers de famille, une initiative originale d’Équiterre, est en cours. En région, les Jardins Fraisdel à Acton Vale, la Ferme La Bourrasque à Saint-Nazaire d’Acton, la Ferme de la Berceuse à Wickham, les Jardins du Lac à Béthanie et Ferme Ciel et Racines à Lawrenceville font partie du réseau. Information: https:// equiterre.org/solution/paniers-bio.

Agriculture - Mercredi 24 avril 2019 - La Pensée de Bagot - 11


12 - La PensĂŠe de Bagot - Mercredi 24 avril 2019 - Agriculture

Profile for DBC Communications

La clé des champs - 2019  

La clé des champs - 2019  

Advertisement