Page 1

Él ect i ons muni ci pal es 2017


NOUVELLES RÉGIONALES

Beloeil

Élections municipales 2017 QUESTIONS

Rémi Landry — Parti des Citoyens

Diane Lavoie — Beloeil Gagnant

1-Que pensez-vous de l’ajout d’une deuxième glace?

Le Parti s’engage à réaliser une deuxième glace dans un premier mandat. Il veut consulter les citoyens pour qu’ils s’approprient le projet. M. Landry rappelle que la deuxième glace faisait partie des engagements électoraux de 2009 de l’Équipe Lavoie. Il rappelle que la capacité actuelle est limitée à 1000 jeunes et que la Ville doit louer 15% des heures de glace à l’extérieur. Il soutient que d’autres sports ont bénéficié de remises à neuf d’infrastructures sportives.

L’équipe Lavoie n’est pas contre l’ajout d’une deuxième glace. Elle a déjà travaillé avec les différents organismes sportifs pour évaluer les besoins en terme de glace. Elle rappelle que d’autres organismes sportifs ont manifesté des besoins, comme le baseball et le soccer. L’équipe a déjà commencé à sonder les citoyens par un sondage électronique.

2- L es fuites commerciales représentaient 276 M$ dans la région en 2012 selon la firme Altus. Parmi les raisons invoquées pour acheter ailleurs, 43% des consommateurs citaient le manque de choix. Quelles sont les solutions pour freiner ces fuites commerciales?

M. Landry croit qu’il aurait fallu attirer un magasin à grande surface depuis longtemps à Belœil. Il est en accord avec la politique de congé de taxes de la Ville, mais souhaiterait évaluer la possibilité de faire affaire avec un commissaire industriel qui aurait des connaissances régionales, nationales et internationales. Il souhaite optimiser le parc industriel et les terrains disponibles en discutant d’abord avec les propriétaires.

Mme Lavoie souhaite continuer l’application du programme de congé de taxes pour la première année, destiné aux nouveaux commerces. La Ville a aussi créé le comité liaison d’affaires pour parler des difficultés vécues. Son équipe veut développer un outil numérique pour faciliter la tâche aux entrepreneurs qui souhaitent s’installer à Belœil en leur listant notamment les locaux vacants sur le territoire.

3- A  vec le dossier des résidences pour aînés, le sort du boulevard Yvon-L’Heureux est revenu sur la table. La vitesse sur cette artère a d’ailleurs été décriée à quelques reprises au conseil municipal au cours des derniers mois. Quel est l’avenir de ce boulevard?

Le Parti des Citoyens souhaite garder toutes les options ouvertes, mais souhaite revoir la configuration du boulevard pour améliorer la fluidité en s’assurant de la sécurité de tous les usagers. Le candidat à la mairie souhaite d’abord régler les problématiques de circulation à l’intersection de Bernard-Pilon et Yvon-L’heureux. Il cite aussi le carrefour giratoire de Saint-Jean-Baptiste, problématique pour les piétons et pour les automobilistes qui tentent d’accéder aux commerces.

L’équipe souhaiterait préparer un programme de revitalisation par phases du boulevard, entre Serge-Pepin et la 116. Mme Lavoie souhaite effectuer la démarche en consultation avec les citoyens et des experts en circulation. Elle estime que la démarche pourrait s’échelonner sur deux ans.

4- L ’amélioration de la communication avec le citoyen fait partie des enjeux que les deux équipes ont mentionnés. Elle fait aussi partie du plan 2018-2028 de la Ville de Belœil. Quelles stratégies doit-on mettre en place pour mieux le rejoindre?

La Ville est au service du citoyen pour M. Landry. Concrètement, il propose de rendre accessible l’ordre du jour des séances du conseil municipal deux jours avant, d’ajouter une période de questions avant le début de la séance et envisage la possibilité de tenir deux séances ordinaires par mois. Les élus pourraient être disponibles le samedi à l’hôtel de ville pour rencontrer les citoyens. Il propose aussi la nomination d’un protecteur du citoyen indépendant à la MRC de la Vallée-du-Richelieu. Il veut consulter les gens sur de plus longues périodes de temps avant la prise de décision.

L’équipe Lavoie a déjà commencé à sonder les citoyens sur la manière dont ils souhaitent être consultés. La mairesse sortante évoque la possibilité d’utiliser des sondages papier, téléphoniques, par courriels ou par Facebook. Elle parle aussi de filmer des séances d’information ou de consultation.

5- Q  uelle est votre approche vis-à-vis la dette et le fardeau fiscal des contribuables, notamment le compte de taxes?

L’équipe Landry propose de geler les taxes pendant deux ans, un exercice qui ne devrait pas être difficile à réaliser puisque les augmentations sont minimes depuis les dernières années et que la Ville réalise chaque année des excédents. Il rappelle que l’endettement par habitant à Belœil atteint 6514$, contre 5132$ en moyenne dans les autres villes de la MRC. Il propose d’affecter 50% de l’excédent budgétaire au remboursement de la dette et d’optimiser les services municipaux.

La mairesse Lavoie souhaite continuer à travailler avec la politique de gestion de la dette. Elle souhaite diminuer tranquillement la dette au cours du présent mandat, mais rappelle que Belœil est en plein développement et qu’il faut faire une nuance entre investissement et dette. Elle souhaite rendre les taxes plus compétitives en maintenant les hausses sous l’Indice des prix à la consommation. L’équipe croit pouvoir travailler à réduire la dette en misant sur la croissance de la richesse foncière.

6- Ottawa a annoncé que les allocations de dépense des élus seraient imposables dès 2019. Envisagez-vous de moduler le salaire des élus?

Le parti s’engage à diminuer le salaire des élus de 10%. Le candidat affirme que les élus sont déjà bien payés et rappelle qu’il s’agit d’un privilège et non d’un travail. Il se dit également agacé par la rémunération par jetons de présence pour les élus qui siègent à des comités comme la Régie de police. Il croit qu’une baisse de salaire envoie le message aux électeurs que son équipe est prête à gérer avec rigueur les finances municipales.

Le salaire des élus n’est pas sa priorité. La mairesse sortante rappelle toutefois qu’il faut avoir un salaire décent pour attirer des gens compétents et intéressants en politique. Elle rappelle que le travail d’élu est très prenant et que les élus sont constamment sollicités par leurs citoyens.

7-Un des objectifs de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) est la densification urbaine. Maintenant que le projet de résidence pour aîné du Groupe Maurice a été retiré, comment fait-on pour atteindre les objectifs de la CMM?

Il souhaite d’abord s’asseoir avec les promoteurs du Groupe Maurice pour regarder les possibilités. Il souhaite que les futurs développements intègrent des commerces de proximité pour éviter le recours à la voiture. Il souhaite développer la ville avec l’esprit que Belœil devra vivre avec ce développement dans le futur.

Les deux projets n’étaient pas calculés au départ dans les projections de la Ville. Elle souhaite trouver d’autres terrains possibles pour le Groupe Maurice puisqu’il y a une demande des aînés. La densification ne sera pas un enjeu puisque Belœil avait déjà prévu des secteurs à haute densité dans ses nouveaux développements. La mairesse souhaite travailler au développement des sorties 109 et 112 de l’autoroute  20.

8- Quel diagnostic faites-vous de l’offre culturelle de Belœil?

Belœil réussit à tirer son épingle du jeu malgré sa proximité avec de grandes villes. Il croit qu’on peut faire plus, mais on doit s’assurer qu’on donne équitablement au niveau culturel, sportif et communautaire. Il souhaite se pencher sur l’avenir du Centre culturel et souhaite analyser quels sont les besoins. Le candidat envisage la possibilité de regrouper tous les événements culturels à Belœil afin de développer un festival des arts sur plusieurs semaines qui permettrait à Belœil de se démarquer.

La Ville investit déjà 1,5 M$ en culture, mis à part le Centre culturel. Elle souhaite faire une étude pour revoir l’offre de service du centre culturel pour y amener une offre différente et attirer les 18-29 ans. La capacité limitée du stationnement empêche un agrandissement de la salle et force la Ville à «penser en dehors de la boîte». Elle se dit contente du Festival d’été et certains commerces aimeraient d’ailleurs créer un événement complémentaire.

6 - L’Oeil Régional - Mercredi 1 novembre 2017

Pour les deux prochaines questions, nous avons demandé au milieu communautaire de nous soumettre des enjeux. Voici leurs questions : 9- Dans l’offre de services aux citoyens et citoyennes, quelles places accordez-vous aux organismes communautaires locaux et comment pourrait-elle être améliorée?

M. Landry reconnait l’importance des organismes communautaires. Il souhaite d’abord les rencontrer pour connaître leurs besoins et ceux de leur clientèle pour savoir ce que la Ville peut faire de plus. La Ville a le devoir d’aider les organismes, mais doit être consciente que les organismes sont nombreux. Certains aspects pourraient être régionalisés, mais il dit qu’il faut aussi être conscient qu’il y a des problématiques chez nous.

La Ville a développé le Centre Trinité sur Richelieu pour les organismes communautaires, dont elle assume la facture pour les aires communes. La MRC de la Vallée-du-Richelieu travaille à créer une entente avec la Corporation de développement communautaire de la Vallée-du-Richelieu pour régionaliser le système d’octroi des subventions municipales aux organismes communautaires.

10-Avez-vous un plan pour que les personnes et familles à revenus modestes aient accès aux services, tels que le transport, le logement, les camps de jours, etc?

Beloeil fait déjà sa part, rappelant qu’elle partage notamment le coût pour le loyer du comptoir alimentaire des chevaliers de Colomb. Il cite la possibilité de s’assurer qu’il y ait des pourcentages des nouveaux développements dédiés au logement à loyer modique. Puisque Belœil n’a pas l’entière gestion du transport collectif, il souhaite faire des représentations pour s’assurer qu’il n’y pas perte de service à Belœil. Il faut miser sur des solutions qui mèneront vers une meilleure autonomie des clientèles vulnérables.

La Ville est en train de revoir les façons de faire pour les camps de jour. Elle soutient que les municipalités n’ont pas l’autorité de garantir le transport gratuit. Elle veut revoir l’offre de transport entre les municipalités de la Rive-Sud et intégrer davantage le transport actif. Pour le logement social, elle travaille avec des entrepreneurs dans le cas de requalification de quartier afin de consacrer un pourcentage au logement social, comme à Belœil. Elle invite les organismes à faire part aux élus de problématiques qu’ils constatent.

11- Finalement, quel enjeu ou quelle priorité vous tient plus à coeur, parmi ceux que nous n’avons pas mentionnés?

Il rappelle que c’est au niveau municipal que le citoyen a le plus de poids, mais que malgré tout, les électeurs ne votent pas. M. Landry souhaite travailler en amont avec les gens pour que les citoyens s’approprient les projets et qu’ils deviennent rassembleurs. Il croit que la Ville devrait prendre le moins de place possible, au profit de la volonté citoyenne.

La mairesse Lavoie concède que la Ville avait un rattrapage important à faire quant à la réfection des rues. Elle souhaite ajouter 500 000  $ supplémentaires par année en réfection de pavage.


Beloeil elections 2017  
Advertisement