Ma famille, ma région

Page 1

MAGAZINE

Ma

famille ma région

Édition spéciale - Avril 2022

La famille Cournoyer-Généreux, de Sorel-Tracy, heureuse gagnante du concours « Faites la Une ». Maman Fanny et papa/beau-papa Jean-Philippe sont en compagnie de Florence, du grand Elliott et du petit Milan. Photo Chantal Studiolam

Les2Rives_2022-04-26 REVUE Famille.indd 1

22-04-06 11:34


2 - Mardi 26 avril 2022 - Ma famille, ma région Les2Rives_2022-04-26 REVUE Famille.indd 2

22-04-06 11:35


RITES DE PASSAGE ÉCORCHÉS OPINION

MARCEL RAINVILLE directeur général mrainville@les2rives.com

Plus de deux ans de pandémie, ça change le monde. L’usure du temps a chamboulé nos habitudes, autant que la maladie elle-même, toutes générations confondues. En passant par les anniversaires, les bals de graduation, les mariages, les sacrements, jusqu’aux funérailles, nous sommes conditionnés à nous laisser bercer et guider par une multitude de rituels et traditions qui nous guident dans notre courbe de vie. La nature humaine étant ce qu’elle est, entre chaque vague, nos besoins refoulés se ravivent et nos réflexes reviennent. On a envie de se voir, de se faire des câlins et d’embrasser la vie. Nous tentons naturellement de retrouver et de préserver ces repères de notre vie « normale ». Toutefois, on devient progressivement plus incrédule et on apprend davantage à savourer et à apprécier chaque instant, plutôt que de miser sur des moments magiques latents. Je pense notamment aux enfants, dont les 25 derniers mois de restrictions représentent une grande partie de leur vécu. Célébrer des anni-

versaires et des Noëls sans amis, ni grands-parents, échaude probablement un bout de magie. Les masques sont si intégrés dans leur vie que malgré la levée récente de l’obligation de le porter en classe, nombreux préfèrent rester masqués, en raison de nouveaux complexes qui se sont ancrés. La transition entre la jeunesse et la vie d’adulte est parsemée de passages significatifs. S’il y a une étape de la vie importante pour notre émancipation, c’est bien le moment de quitter le nid familial. Pour les adolescents qui tentent de se bâtir une vie d’adulte, la conjoncture a beaucoup changé : les emplois pleuvent et les salaires augmentent certes, mais l’inflation vient tout lessiver et la crise de logement, avec l’envolée des prix, va certainement perturber leur accès à la propriété et leur rythme de vie. Sur le plan social, les applications Instagram, Snapchat et Tinder ont volé la place des bons vieux slows dans les clubs. Ils ne savent peut-être pas ce qu’ils manquent, mais je suis nostalgique à leur place à un certain point. Et à l’autre bout de la courbe démographique, ce n’est guère mieux! Les aînés sont aussi affectés par la hausse du coût de la vie et la crise de logement, en plus de l’accès aux soins à domicile. Plusieurs d’entre eux ont dû repousser contre leur gré la retraite et plusieurs projets.

Même si les prix moyens des habitations dans la région demeurent sous-indexés et que plusieurs projets de développements domiciliaires sont en vue, peut-être verrons-nous se multiplier les maisons intergénérationnelles, où les jeunes adultes cohabiteront avec leurs parents et leurs grands-parents? D’autres cultures pourraient sans doute nous en partager les vertus, telles l’entraide, la vie de famille et le partage des coûts. Et pourquoi pas, après tout? On a tous le droit de rêver, de se construire son petit bonheur, un rituel à la fois. Deux ans de pandémie, ça change le monde, sauf que l’humain est résilient tout comme la nature sait renaître de ses cendres. L’histoire se répète et nous tend de nouveaux défis, à nous de nous construire de « nouveaux standards »! Pour la quatrième édition de ce magazine Ma famille, ma région, nos journalistes vous proposent à nouveau une panoplie de sujets et de nouvelles qui concernent la réalité et le quotidien des familles d’ici.

Bonne lecture

!

Ma famille, ma région - Mardi 26 avril 2022 - 3

Les2Rives_2022-04-26 REVUE Famille.indd 3

22-04-06 11:35


REPORTS DE MARIAGE EN RAISON DE LA PANDÉMIE

DES COUPLES S’ARMENT DE PATIENCE POUR OFFICIALISER STÉPHANE MARTIN

La pandémie a permis à plusieurs tourtereaux de vérifier si leur couple était solide. Pour certains, il aura fallu user de patience avant de passer à l’étape ultime de passer la bague au doigt de leur partenaire. C’est le cas de Laury-Eve Berger et Julien Maher qui, après deux reports, s’attendent à pouvoir enfin célébrer leur union devant famille élargie et amis au mois d’août prochain. « On a envoyé nos faire-part en février 2020 et on commençait à recevoir nos réponses quand la pandémie a frappé. Les gens nous demandaient ce qui allait arriver et on faisait des blagues en disant que notre mariage sera annulé. Finalement, ce fut la réalité », raconte Laury-Eve qui est avec son conjoint depuis près de neuf ans aux côtés de leur fille Jeanne de 3 ans. « On a donc reporté une première fois. Ce qui était difficile, c’était de tout

4 - Mardi 26 avril 2022 - Ma famille, ma région

Julien Maher et Laury-Eve Berger se sont officiellement mariés en 2021, mais leur célébration de mariage aura lieu cet été. Photo gracieuseté

Les2Rives_2022-04-26 REVUE Famille.indd 4

22-04-06 11:35


LEUR UNION faire coordonner pour avoir la même formule. Il y a d’autres mariages qui étaient planifiés et il fallait faire atterrir le nôtre dans tout ça. Il fallait que la date soit bonne pour le DJ, la salle, le photographe, etc. Évidemment, il a fallu refaire tout ce casse-tête avec un autre report pour 2022 », ajoute Julien. UN MARIAGE INTIME EN 2021, UNE CÉLÉBRATION ÉLARGIE EN 2022 Voulant profiter de la santé de certaines personnes chères, le couple a finalement opté pour un mariage intime tout en conservant l’idée de célébrer en grand lorsque la situation le permettra. « Dans les dernières années, j’ai perdu mon père, Julien a perdu son père et on a perdu chacun un grand-parent. L’an passé, le chum de ma mère a fait une embolie pulmonaire. Avec nos grands-parents qui vieillissent, on voulait avoir tout le monde à notre mariage. On s’est marié officiellement devant notre famille proche l’an passé. On avait le droit

à 25 personnes et on était 18. On a organisé ça en trois semaines », explique Laury-Eve. La date du 6 août est inscrite sur le calendrier du couple comme étant l’ultimatum pour une célébration élargie. « La troisième fois sera la bonne ou la dernière, on ne reportera pas. On a décidé de le faire cette année afin de célébrer avec nos amis. Ce sera aussi un bel événement pour se rassembler après les deux années difficiles que l’on vient de passer. On est déjà marié aux yeux de la loi, on ne reportera pas une fois de plus sinon ça perd de sa signification », laisse savoir en conclusion Julien Maher. TOUJOURS DE L’ENGOUEMENT POUR LES MARIAGES Ces reports de mariages ne semblent pas avoir freiné l’ardeur des amoureux qui souhaitent officialiser leur union. Du côté de l’Hôtel de la Rive, le calendrier de réservation de salle affiche presque complet. « On a

quelques dates de libres, environ cinq ou six, à cause principalement d’annulations. Cette année, la saison se termine le 29 octobre », de confirmer le directeur général de l’endroit, David Desrosiers.

Ma famille, ma région - Mardi 26 avril 2022 - 5

Les2Rives_2022-04-26 REVUE Famille.indd 5

22-04-06 11:35


L’IMPACT DE LA PANDÉMIE CHEZ NOS JEUNES ATHLÈTES STÉPHANE MARTIN

Tout le monde connaît l’importance pour nos enfants et adolescents de socialiser et de bouger. Confinement oblige, ces deux aspects ont été lourdement négligés pendant la pandémie. En plus des écoles fermées, l’accès aux sports a été impossible sur plusieurs longues périodes. « Au début du premier confinement, tout le monde était pas mal correct. Les jeunes se sont dit qu’il fallait faire un sacrifice pour un certain temps, on pensait quelques semaines. Quand ça a fermé une seconde fois, cette partie de yoyo a été l’une des pires sur le moral des jeunes. Lorsqu’on est adolescent, le nombre de choses qu’ils font dans une année, le nombre de choses qu’ils vont développer, leur identité, le sport dans lequel ils sont, l’adolescence c’est fait pour socialiser et développer qui tu vas être comme adulte. Pour un adolescent, une année de perdue est l’équivalent de dix pour un adulte. Il y a beaucoup de jeunes qui ont vécu des dépressions et de l’anxiété, c’est la réalité », confie le docteur en psychologie du sport, Sylvain Guimond.

Optimiste de nature, le docteur en psychologie du sport a incité plusieurs jeunes athlètes à voir le bon côté des choses de la pandémie. « C’est une crise qu’on a vécue et dans le mot crise en japonais, il y a les symboles du danger et de l’opportunité. […] Je leur disais qu’il est rare chez les athlètes d’avoir le temps de développer le côté mental. Il y a possibilité de faire de l’entraînement personnel, lire sur le sport, il n’y a pas juste jouer et pratiquer. Pour ces jeunes qui ont pris le temps de développer d’autres qualités essentielles à leur sport, ça a permis de dire qu’ils sont plus forts qu’avant mentalement », de conclure Sylvain Guimond.

6 - Mardi 26 avril 2022 - Ma famille, ma région

Le docteur en psychologie sportive, Sylvain Guimond. Photo tirée de Facebook

Si certains ont été privés de ce qu’ils considèrent un loisir, d’autres ont été freinés dans leurs aspirations. « Chez les athlètes, il y a différents

niveaux. Il y en a qui font du sport pour le plaisir, mais pour d’autres, il s’agit d’un rêve. Ceux qui visent les niveaux supérieurs ont été affectés parce que tout ça a pris un peu le bord. Ils ont besoin de montrer leur savoir-faire, développer leurs habiletés et la confiance en eux. Il y en a plusieurs qui, coupés des amis, vont rester devant leurs écrans et développer dépendance au gaming. Pour d’autres, ce sera moins difficile s’ils sont bien entourés dans leur famille. Tout dépend du niveau d’adaptabilité. Chose certaine, il y a eu beaucoup de jeunes anxieux et ils sont beaucoup plus jeunes qu’à l’habitude. »

Les2Rives_2022-04-26 REVUE Famille.indd 6

22-04-06 11:35


LES BLESSURES PSYCHOLOGIQUES DE LA COVID-19 STÉPHANE MARTIN

Couples ébranlés, amitiés froissées et familles déchirées; la COVID-19 n’a pas fait que des ravages physiques. Si la population générale s’est serré les coudes lors de la première vague, les restrictions sanitaires imposées à long terme ont laissé des traces en divisant la population. L’ennemi invisible a amené des divergences d’opinions passant par l’anxiété et le déni. « Il y a ceux qui voient que l’on peut en mourir et les autres qui disent que ça n’existe pas ou que c’est juste une grippe. La pandémie a nécessité des limitations à notre liberté, imposées par le gouvernement. Ces contraintes étaient, en général, bien reçues et sécurisantes pour les personnes vulnérables à l’anxiété. Par contre, pour les personnes dans le déni, ces contraintes pouvaient être interprétées comme injustifiées et frustrantes. La pandémie a créé une situation de stress permanent qui a agi comme un amplificateur des traits de personnalité ou des vulnérabilités des différents individus. Ainsi chez ceux qui ressentaient de l’anxiété, la réponse d’adaptation à ce facteur de stress a été de se protéger du virus. Plus l’anxiété était importante, plus les moyens de se protéger devenaient excessifs. Tandis qu’à l’opposé, plus le déni et le sentiment d’injustice étaient importants, plus ces individus

multipliaient les actions pour vaincre cette tyrannie imposée par les gouvernements », commente le psychologue à la retraite, Jean Guimond. Comment mesurer l’impact de la pandémie sur les familles? « Commençons par les familles élargies qui sont une mini-société. Plus on y retrouve d’individus aux deux pôles (anxiété vs frustration) plus les situations de conflits et d’incompréhension auront été nombreuses et laisseront des blessures incurables. Chez les familles nucléaires (parents-enfants), les impacts ne sont pas les mêmes. Pour les enfants, c’est le besoin de sécurité qui prédomine, c’est-à-dire ne pas être délaissés par leurs parents. Si la relation entre ceux-ci est conflictuelle et qu’en plus, ils ont des opinions opposées par rapport à la COVID-19, ça risque de conduire à la violence ou

à la rupture avec les impacts qu’on peut imaginer sur les enfants en bas âge. » Toujours selon le psychologue à la retraite, seul le temps arrangera les choses et pansera les blessures afin de permettre certaines réconciliations. « L’être humain va s’adapter, c’est sa plus grande capacité. Ceux qu’on appelle les antivaccins donnent plus dans l’anxiété que dans la frustration. Ce sont des gens qui ont peur de ce que l’on peut leur mettre dans le corps. Les gens vont apprendre à vivre malgré les blessures », de conclure M. Guimond. Le psychologue retraité Jean Guimond est l’auteur du livre La psychothérapie, ce n’est pas pour les malades qui est toujours disponible en librairie.

Jean Guimond (au centre), psychologue retraité, a lancé un livre sur la psychothérapie en 2019. Photo gracieuseté

Ma famille, ma région - Mardi 26 avril 2022 - 7

Les2Rives_2022-04-26 REVUE Famille.indd 7

22-04-06 11:35


PIERRE-DE SAUREL EN SANTÉ

UNE MYRIADE D’OUTILS À LA DISPOSITION DES PARENTS

Née d’une mobilisation afin de promouvoir les saines habitudes de vie, la plateforme Pierre-De Saurel en santé continue de faire son chemin depuis sa création il y a plus de 10 ans. « Ce projet a mobilisé beaucoup d’intervenants et permis à plusieurs initiatives de voir le jour. Après la fin du financement, nous trouverions important de regrouper et de rendre accessible à toute la population ses outils toujours aussi pertinents aujourd’hui », souligne la coordonnatrice de la politique familiale et des aînés à la MRC de Pierre-De Saurel, Véronique Massé.

8 - Mardi 26 avril 2022 - Ma famille, ma région

Le site Internet pierredesaurelensante. com offre plusieurs outils aux parents et aux intervenants pour aider le développement moteur ou du langage et promouvoir les saines habitudes de vie chez les enfants.

Les2Rives_2022-04-26 REVUE Famille.indd 8

« Nous les utilisons nous-mêmes avec nos parents et différents intervenants. C’était important que toute la communauté ait accès à ces outils surtout dans un contexte où il est difficile de rencontrer du personnel spécialisé rapidement. Plusieurs projets mijotent en ce moment et relanceront le mouvement », mentionne la directrice générale du Carrefour naissance-famille, Julie Naud. S’il est difficile de mesurer l’impact de cette démarche, la nutritionniste en santé publique du CISSS de la

Montérégie-Est, Marie Ouellet croit tout de même que ce mouvement se poursuivra. « On peut les utiliser pour toutes sortes d’occasions de notre vie quotidienne et ils ont été développés pour être simples, accessibles et faciles à mettre en pratique. Il y a encore un courant pour la promotion de la santé et ils pourront être utilisés longtemps. Ce mouvement est d’autant plus important qu’on ne connaît pas encore les effets qu’aura la pandémie sur la santé des gens », conclut-elle.

La plateforme Pierre-De Saurel en santé, qu’on peut consulter au www.pierredesaurelensante.com, comprend plusieurs éléments intéressants pour les familles. Photo capture d’écran

208333

LA RÉDACTION

22-04-07 11:24


GRAND INVENTAIRE DISPONIBLE POUR VOUS SERVIR Toilettage, expert en nutrition, zone reptiles et petits animaux, zone poissons en développement.

e d e ll e c t e é t n a s e r t o v e Parce qu ! l ie t n e ss e t s e c x u a im n a ’ vos

! n o i g é r a l e d s e ll i m a f s e l r u o p à l s e m m o s Nous

Les2Rives_2022-04-26 REVUE Famille.indd 9

Ma famille, ma région - Mardi 26 avril 2022 - 9

1111, route Marie-Victorin, Sorel-Tracy, QC J3R 1L7 | 450 846-3447

208424

Contactez-nous au 450 846-3447 pour plus d’informations sur nos différents services ainsi que nos divers produits.

22-04-06 11:35


NOUVELLES PLACES ANNONCÉES

UNE LUEUR D’ESPOIR POUR LES PARENTS LA RÉDACTION

Alors que plusieurs parents peinent à trouver une place en garderie, les différents acteurs du milieu de l’enfance voient poindre une lueur d’espoir à l’horizon. Ils croient que la situation s’améliorera dans la région grâce aux 135 nouvelles places en garderie annoncées par le gouvernement du Québec. L’organisme gestionnaire de La Place 0-5 ans, la Coopérative enfance Famille, se dit très au fait de la pénurie de places en service de garde et constate que cela demeure, encore aujourd’hui, un enjeu important pour les parents malgré la création du guichet unique d’accès mettant en lien les parents et les services de garde.

Le député de Richelieu, Jean-Bernard Émond, est certain que les retards accumulés lors de l’attribution de nouvelles places dans les dernières années se résorberont à court et moyen terme grâce aux nouvelles mesures mises en place par le gouvernement du Québec. Rappelons que plus de 13 900 places seront octroyées d’ici 2025 dans l’ensemble de la province dans le cadre du Grand chantier pour les familles lancé en octobre 2021. « Notre gouvernement s’est attaqué

Les nouvelles places en garderie annoncées récemment sont un pas dans la bonne direction. Photo Denis Germain

au problème. Nous avons un gros rattrapage à faire. Nous avons travaillé très fort et on a coupé dans la bureaucratie afin d’accélérer le processus d’attribution de nouvelles places. Je me réjouis des 135 nouvelles places subventionnées et octroyées en un temps record dans notre circonscription. C’est la première fois de l’histoire du Québec que nous investissons autant pour nos familles. Plusieurs mesures ont été mises en place pour répondre à leurs besoins et c’est important pour nous d’alléger le portefeuille de celles-ci. Les enfants sont une richesse au Québec, il faut

10 - Mardi 26 avril 2022 - Ma famille, ma région

« Nous sommes en première ligne pour entendre quotidiennement leurs témoignages. Le manque de places affecte bien sûr aussi la fluidité du fonctionnement du guichet

unique. Nous tâchons de les accompagner au mieux dans leur recherche. Nous jouons un rôle de facilitateur, de courtier, mais nous ne sommes pas en mesure de créer des places. Il faut espérer que le développement du réseau des services de garde initié récemment par le ministère de la Famille aura un impact positif pour les parents », souligne le conseiller en communications et relations publiques de la Coopérative enfance Famille, Walid Benahmed.

Les2Rives_2022-04-26 REVUE Famille.indd 10

22-04-06 11:35


l’entretenir et soutenir les familles », affirme le député de Richelieu. Selon la directrice générale de Regroupement des centres de la petite enfance de la Montérégie, Claudette Pitre-Robin, les nouvelles places annoncées devraient aider plusieurs parents même si certains ne pourront pas en bénéficier dans l’immédiat. « Les CPE ont fait énormément d’efforts afin de présenter des projets pour répondre aux besoins des parents, dont des réaménagements de leur espace. C’est sûr que les parents sont nombreux à chercher une place, mais plus de 200 places seront ajoutées notamment pour des poupons, c’est énorme. Les places supplémentaires devraient améliorer la situation. On a espoir que les places créées dans les deux prochaines années vont faire une grande différence dans le secteur de la MRC de Pierre-De Saurel », souligne-t-elle. Nombre total de places en garderie actuellement

Nombre de places acceptées en 2021

Nombre de places prévues à la fin de 2022

Nombre total de places prévues en 2024

418 places

60 places (10 places pour les poupons)

135 places (35 places pour les poupons)

618 places (80 places pour les poupons)

(35 places pour les poupons)

Ma famille, ma région - Mardi 26 avril 2022 - 11

Les2Rives_2022-04-26 REVUE Famille.indd 11

22-04-06 11:35


PÉNURIE DE PLACES EN GARDERIE

LES FAMILLES OBLIGÉES DE FAIRE DES CHOIX DÉCHIRANTS LA RÉDACTION

Parents de trois enfants, Kimberley Ann Inniss et son conjoint ont dû prendre une décision difficile dans les derniers mois afin de faire face à la pénurie de places en garderie. Leur petit dernier doit rester à la maison avec son papa faute de places dans un CPE ou une garderie de la région. Pour ses deux premières grossesses, la femme de 33 ans souligne n’avoir jamais eu accès à une place dans un Centre de la petite enfance (CPE) malgré son inscription au guichet unique d’accès La Place 0-5 ans. Dès l’annonce de sa troisième grossesse, elle a tout de même inscrit son futur enfant dans l’espoir que cette fois-ci, ce soit différent.

En congé de maternité en mai 2021, Mme Inniss s’est ouverte à son conjoint après ses démarches infructueuses. Possédant un emploi avec un bon salaire, un revenu fixe et de belles conditions d’emploi, la mère de famille ne pouvait imaginer devoir abandonner son travail. Son conjoint, œuvrant dans le domaine de l’entretien ménager après construction, a alors proposé de rester à la maison et de lancer son entreprise afin d’être présent le jour et travailler la nuit. « On a pris cette décision pour que je puisse reprendre mon travail en janvier dernier. Il fait de la conciergerie de soir. C’est le choix que nous

avons fait pour avoir nos deux emplois et garder le bébé à la maison », décrit Kimberley Ann Inniss. Elle déplore que les familles doivent en arriver là lorsqu’elles tentent de trouver une place pour leur enfant. « J’aurais peut-être pu poursuivre mes recherches et trouver une garderie, mais à quel prix? J’ai une de mes amies qui, pour que les deux parents continuent de travailler, ont trouvé une garderie à 65 $ par jour. Même si on compte le remboursement du gouvernement, c’est une somme énorme! Il y a probablement d’autres options, mais on ne voulait plus stresser avec ça et passer un beau congé de maternité », explique la mère de famille de Contrecœur. Elle souligne d’ailleurs que plusieurs familles québécoises dénoncent ce manque de places notamment sur le site Internet www.maplaceautravail. org. Ce mouvement de mobilisation citoyen devenu OBNL permet aux

12 - Mardi 26 avril 2022 - Ma famille, ma région

« Cela fait déjà plus de deux ans et je n’ai toujours pas eu de nouvelles. J’ai tout de même appelé plusieurs milieux familiaux et garderies privées

pour trouver une place. Plusieurs n’en ont pas du tout ou ils m’offraient des visites en 2023! C’est vraiment trop tard. À ce rythme, il sera presque rentré à l’école lorsque je trouverai une place », mentionne la mère de Lory-Ann 7 ans, Léa 6 ans et Nathan un peu plus d’un an.

Les2Rives_2022-04-26 REVUE Famille.indd 12

22-04-06 11:35


Lory-Ann, Nathan et Léa sont les enfants de Kimberley Ann Inniss, qui doit trouver des solutions avec son conjoint par manque de places en garderie. Photo gracieuseté

parents des quatre coins du Québec de discuter et aussi d’unir leur voix pour dénoncer la pénurie de places en garderie.

« Je ne sais pas si la situation changera. Je l’espère, mais en plus des règles actuelles comme de prioriser les fratries, les garderies autant publiques

que privées ont vécu plusieurs situations difficiles en raison de la COVID-19. Tout ça n’aide pas du tout la situation », conclut-elle.

Ma famille, ma région - Mardi 26 avril 2022 - 13

Les2Rives_2022-04-26 REVUE Famille.indd 13

22-04-06 11:35


PROBLÈME DE FINANCEMENT

L’AVENIR DES MAISONS DE JEUNES COMPROMIS

La Maison des jeunes de Sorel La Place est située au 95, chemin des Patriotes. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

LA RÉDACTION

Les maisons des jeunes de Sorel et de Tracy ont vécu très difficilement les deux dernières années non seulement en raison de la pandémie, mais aussi parce que le sous-financement menace la poursuite de leurs activités auprès des jeunes de la région. La directrice de la Maison des jeunes de Sorel, Lucie Champagne, est encore ébranlée par les impacts de la pandémie sur son organisme. Elle souligne que son équipe a dû montrer une grande capacité d’adaptation dans cette situation. « Nous n’étions pas du tout préparés à ça. Nous avons dû fermer à plusieurs reprises et offrir des activités en mode virtuel. La pandémie nous a obligés à mettre à pied des animateurs parce que l’animation en ligne ne pouvait pas être offerte 24 h sur 24 », souligne Mme Champagne.

14 - Mardi 26 avril 2022 - Ma famille, ma région

Le directeur de la maison des jeunes de Tracy L’Air du temps, David Mc Dermott, a lui aussi eu à gérer plusieurs changements en raison de la COVID-19. « Cela nous a demandé

beaucoup d’originalité pour revoir nos façons de faire. Ce n’était pas toujours facile et il a fallu se virer de bord souvent. Quand nous avons pu rouvrir, les mesures sanitaires nous ont nui parce que les jeunes devaient déjà les suivre à l’école donc ils ne voulaient pas venir ici pour en avoir encore », se rappelle-t-il. UN AVENIR INCERTAIN Malgré la réouverture et la levée des mesures sanitaires, de nombreux défis attendent encore les organismes au cours des prochains mois. « On est confronté à d’autres problématiques comme le recrutement de personnel. Les horaires rendent difficile le recrutement puisque nous sommes ouverts les soirs et les fins de semaine. On manque de personnel et on a même dû diminuer nos heures d’ouverture. C’est dramatique et très triste pour nos jeunes », mentionne Lucie Champagne. Le sous-financement est aussi un problème que doivent affronter leurs organismes, explique David Mc Dermott. Il croit qu’il est nécessaire que la population les soutienne et invite les citoyens à signer la déclaration « Plus pour nos ados » pour aider ces organismes qui offrent un lieu important d’échanges et de rencontres aux adolescents. « On n’a pas beaucoup de moyens pour attirer les personnes à travailler chez nous. Nos organismes sont encore pertinents aujourd’hui et c’est même reconnu comme un service essentiel pour les jeunes. On doit mettre de la pression sur le gouvernement afin d’être mieux financés. Il

Lucie Champagne, directrice de la Maison des jeunes de Sorel. Photo gracieuseté

David Mc Dermott, directeur de la Maison des jeunes de Tracy. Photo gracieuseté

est certain que si rien n’est fait, il y a des milieux qui vont disparaître et ce sont malheureusement les jeunes qui vont écoper », anticipe-t-il. Un avis que partage sa consœur. « Les jeunes ont besoin d’un milieu sécurisant. Nous, ce que nous faisons, c’est leur apporter un lieu pour s’exprimer et chercher du soutien. Nous manquons de personnel, mais les besoins des jeunes sont en forte augmentation surtout après toute l’anxiété vécue pendant la pandémie et qui va encore être présente longtemps. Tout ce qui arrive est difficile pour nous qui avons nos missions à cœur. On espère que l’appui des gens nous permettra d’obtenir plus de soutien et de garder en vie nos organismes », conclut Mme Champagne.

La Maison des jeunes de Tracy L’Air du Temps est située au 3500, chemin Saint-Roch. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Les2Rives_2022-04-26 REVUE Famille.indd 14

22-04-06 11:36


MAISONS DES JEUNES DE SOREL ET TRACY

DES JEUNES CRAIGNENT LEUR DISPARITION LA RÉDACTION

Évane Lacharité, Marianne Provost, Yanis Champagne, Charlotte Desrosiers et Edouard Boisvert lancent un cri du cœur afin que les maisons des jeunes de Sorel et Tracy survivent. Marianne Provost a trouvé difficile de rester à la maison et de ne pas voir ses amies pendant plusieurs mois. « Pendant la pandémie, j’étais contente de pouvoir au moins participer à des activités en ligne. On avait aussi l’occasion de faire des jeux sur Internet ou des Zoom avec nos amis. On était chez nous, mais avec eux », raconte la jeune fille de 15 ans. « Quand je viens à la Maison des jeunes, je me sens libre et à l’aise avec les gens qui sont là, c’est plus cool. C’est comme ma deuxième maison. On peut y faire plus de choses; jouer à Just Dance et aussi du bénévolat. C’est une belle expérience qui me fait découvrir d’autres milieux », témoigne Charlotte Desrosiers. De son côté, Yanis Champagne apprécie la Maison des jeunes de Sorel. Il aime s’y rendre pour jouer à des jeux de société comme Loup-Garou et découvrir de nouvelles activités. « On peut faire aussi des parties de jeux vidéo ou utiliser des instruments de musique. Aller là-bas, cela me fait sortir de chez moi au lieu de rester à la maison seul pour jouer à des jeux vidéo. La Maison des jeunes de Sorel nous aide à faire autre chose », mentionne le garçon de 14 ans.

UNE DISPARITION INENVISAGEABLE Selon Évane Lacharité, il est difficile d’entendre certains commentaires et préjugés envers ces établissements pourtant loin de l’image décrite par les autres jeunes de son école. « Ils ne savent pas vraiment ce que nous faisons ici, souligne la jeune fille de 16 ans. Ils pensent que ce sont des jeunes qui ne sont pas populaires ou pauvres qui y vont alors qu’on rencontre des personnes comme partout ailleurs et super gentils. J’essaie de changer l’opinion de mes amis de l’école parce que ce n’est vraiment pas ça ». La survie des maisons des jeunes est très importante pour tous ceux fréquentant leurs murs. « Nous serions vraiment tristes qu’elles ferment parce qu’on aime tout ce qu’on peut faire là-bas. On aime les activités, les animateurs. Ils nous aident beaucoup et sont toujours là quand

on en a besoin », souligne Edouard Boisvert, 12 ans. Selon l’animatrice de la Maison des jeunes de Sorel, Marjory Vaillant Gamelin, ces organismes doivent être soutenus afin de poursuivre leur mission auprès des jeunes de la région. « La demande de service est très grande encore aujourd’hui et surtout avec les adolescents qui sont de plus en plus jeunes à nous fréquenter. Ils se confient à nous sur plusieurs enjeux qu’ils vivent aussi plus jeunes qu’auparavant. Certains jeunes sont dans une zone grise et ne peuvent pas être suivis pour leurs problématiques à l’école ou à la maison. Parfois, certains vivent de la détresse assez intense. Depuis deux ans, on voit beaucoup d’anxiété et de problèmes avec l’apparence corporelle par rapport aux masques. Notre rôle, c’est de les aider », conclut-elle.

Rangée du haut : Le directeur de la Maison des jeunes de Tracy L’Air du temps David Mc Dermott, Évane Lacharité, Marianne Provost ainsi que la directrice et l’animatrice de la Maison des jeunes de Sorel Lucie Champagne et Marjory Vaillant Gamelin. Rangée du bas : Yanis Champagne, Charlotte Desrosiers, Edouard Boisvert. Photo gracieuseté

Ma famille, ma région - Mardi 26 avril 2022 - 15

Les2Rives_2022-04-26 REVUE Famille.indd 15

22-04-06 11:36


BUDGET PROVINCIAL 2022 DÉVOILÉ LE 22 MARS DERNIER

UN CHÈQUE DE 500 $ POUR 94 % DES CONTRIBUABLES QUÉBÉCOIS JEAN-PHILIPPE MORIN

Prestation exceptionnelle pour le coût de la vie de 200 $ ou 275 $ versée à 3,3 millions de Québécois à faible ou à moyen revenu l’automne dernier.

Le budget provincial 2022 déposé par le ministre Éric Girard, le 22 mars dernier, comprenait une aide directe pour plusieurs contribuables québécois. Photo freepik.com

Le budget 2022 déposé par le ministre Éric Girard le 22 mars dernier comprend entre autres une aide immédiate de 500 $ aux adultes ayant un revenu de 100 000 $ ou moins. Une aide bienvenue pour plusieurs familles. Le montant est octroyé sous forme de crédit d’impôt remboursable à toute personne ayant produit une déclara-

tion de revenus en 2021, soit 6,4 millions de Québécois, ce qui représente 94 % des contribuables. C’est donc dire qu’un couple pouvait se voir ajouter 1000 $ à son crédit d’impôt en effectuant sa déclaration de revenus. Cette aide immédiate s’ajoute à la

Le ministre Girard a expliqué que ce soutien était devenu nécessaire puisque le coût de la vie croîtra de 4,7 % en 2022 au Québec, et non de 2,9 % tel qu’anticipé. La forte inflation est entre autres due à la forte reprise économique mondiale postpandémique et l’invasion russe en Ukraine. Certaines familles ont bien accueilli ce chèque, mais d’autres ont soutenu que ce n’était pas assez avec la hausse des prix d’épicerie, d’essence ou de vêtements, alors que les salaires ne suivent pas. Selon le ministre, tous ont reçu une aide égale puisque « la hausse du coût de la vie, ça touche tout le monde », a-t-il spécifié.

RÉSIDENCE POUR AÎNÉS

5 ÉLÉMENTS À CONSIDÉRER LORS D’UNE VISITE

16 - Mardi 26 avril 2022 - Ma famille, ma région

Voici cinq éléments sur lesquels vous devriez porter votre attention lors de vos recherches de résidences pour aînés.

Les2Rives_2022-04-26 REVUE Famille.indd 16

1. LES TYPES D’UNITÉS Demandez à voir les appartements disponibles pour découvrir ce qu’ils comprennent (cuisinette, douche adaptée, balcon, etc.). Vous pourrez ensuite facilement les comparer et en sélectionner un en fonction du prix et de vos besoins. 2. L’AMBIANCE Rendez-vous dans les diverses salles communes et les milieux de vie pour observer discrètement le comportement des gens qui s’y trouvent. Ont-ils l’air heureux et détendus? Informez-vous sur les activités qui sont offertes. 3. LES COMMODITÉS Certaines résidences possèdent à même leur établis­ sement des installations telles qu’un salon de coiffure, une piscine, une salle de spectacles, un dépanneur ou encore un restaurant. 4. LES ENVIRONS Pensez à vérifier si le secteur est facilement accessible en transport en com­mun, si des commerces sont à proximité et si vous pourrez pratiquer vos loisirs extérieurs. 5. LES REPAS Si vous comptez profiter des services alimentaires de la résidence, consulter le menu et avoir un aperçu des plats qui y sont préparés vous aidera à déterminer si le service répond à vos attentes. La propreté des lieux, l’espace d’entreposage et le sta­ tionnement sont tous des éléments qui peuvent aussi orienter votre décision.

22-04-06 11:36


SECTION COMMUNAUTAIRE

LA RÉGION, RICHE EN RESSOURCES POUR LES FAMILLES

P.17 À 22

Le comité des usagers vous représente et se fait votre porte-parole auprès du Réseau local de services PierreDe Saurel, du Centre intégré de santé et des services sociaux de la Montérégie-Est

En tant qu’usager vous avez le droit :

7 8 9 10 11

À l’information; Aux services; De choisir votre professionnel ou l’établissement; De recevoir les soins que requiert votre état; De consentir à des soins ou de les refuser;

Pour prendre rendez-vous afin de nous rencontrer à Sorel-Tracy au sujet d’une plainte : 1 844 302-8447 plaintes.cisssme16@ssss.gouv.qc.ca

De participer aux décisions; D’être accompagné, assisté et d’être représenté; À l’hébergement; De recevoir des services en langue anglaise; D’accéder à votre dossier; À la confidentialité de votre dossier d’usager;

12 De porter plainte. Centre d'hébergement Élizabeth-Lafrance, bureau 5215, Sorel-Tracy

Les2Rives_2022-04-26 REVUE Famille.indd 17

450 746-6008 info@usagerspds.ca www.usagerspds.ca

Ma famille, ma région - Mardi 26 avril 2022 - 17

1 2 3 4 5 6

22-04-06 11:36


Vos organismes CARREFOUR NAISSANCE-FAMILLE DE SOREL-TRACY

DE NOUVEAUX SERVICES ADAPTÉS AUX BESOINS ACTUELS DES PARENTS LA RÉDACTION

« L’accompagnement vers la naissance est un programme complémentaire aux cours prénataux. On y aborde plusieurs thèmes, dont certains parfois tabous comme l’allaitement, la dépression post-partum, le lien d’attachement, le baby-blues ou la sexualité pendant et après la grossesse. Nous répondons à tous les questionnements

18 - Mardi 26 avril 2022 - Ma famille, ma région

Le Carrefour naissance-famille offre plusieurs ateliers aux parents. Photo gracieuseté

Le Carrefour naissancefamille offre depuis quelques semaines deux nouveaux services adaptés aux réalités des parents : l’accompagnement vers la naissance et des rencontres sur la coparentalité.

Les2Rives_2022-04-26 REVUE Famille.indd 18

22-04-06 11:36


communautaires des parents », souligne l’agent à l’accueil et aux communications de l’organisme, Martin Faucher. Le service en trois phases permet de transmettre des informations aux parents, d’être suivi en allaitement par une consultante en lactation certifiée et d’offrir de l’aide à domicile. « Nous nous adaptons aux besoins des familles. La troisième phase peut prendre plusieurs formes comme réaliser des tâches ménagères ou même garder un enfant », explique M. Faucher. Le programme de coparentalité sert à soutenir les parents via des rencontres de groupe afin qu’ils travaillent ensemble au bien-être de l’enfant. Ce n’est toutefois pas une thérapie de couple ni de la médiation.

« On veut que l’enfant soit mis au centre de tout, et ce, pour les deux parents. Nous faisons des mises en situation, des activités et des discussions afin d’outiller le parent pour qu’il offre le meilleur de luimême à son enfant. Il est important que les parents, séparés ou non, soient en bon terme. On met à profit les forces de chacun! », mentionne-t-il. Les deux programmes sont gratuits. Pour plus de détails ou s’inscrire : carrefournaissancefamille.com.

Le Carrefour naissance-famille a un nouveau logo depuis janvier 2022. Photo gracieuseté 208597

Nouveau pour vous parents et jeunes diabétiques! Projet « week-ends familiaux ». De la formation tout en s’amusant! Camps de vacances pour enfants diabétiques! Ces camps favorisent l’autonomie chez les jeunes, tout en laissant aux parents le temps de souffler un peu. Ils permettent aux enfants de s’amuser, de se développer dans un environnement ludique et sécuritaire. Dans ces camps, le diabète est la norme, et les activités sont organisées autour des soins et du traitement. L’enfant réalise qu’il n’est pas seul à faire face au diabète et le camp facilite son acceptation de la maladie. Si vous avez de l’intérêt pour ces projets de camps de vacances, laissez-nous vos coordonnées et nous communiquerons avec vous: diabetest@videotron.ca

FINANCEMENT POSSIBLE : FAMILLE (1) JEUNES (2) Des membres bénévoles assurent une présence au bureau. Pour informations, consultations ou autre, contactez-nous au 450 743-7461 ou par courriel au diabetest@videotron.ca 71, rue Ramezay, CP 111 Sorel-Tracy 208595

Toujours actifs !

Association Vivre et vieillir chez Soi du Bas-Richelieu Inc. a pour mission d’améliorer la qualité de vie des personnes préretraitées, retraitées et/ou du troisième âge, en leur fournissant des services sur le plan social, culturel, économique, juridique et législatif. Ces services sont offerts à toutes personnes de 50 ans et plus de la région de Sorel-Tracy. Du lundi au jeudi de 8 h à 16 h, sur rendez-vous. ASSOCIATION

Vivre et vieillir chez Soi DU BAS-RICHELIEU INC.

(Anciennement ASS. des retraités et pré-retraités du Bas-Richelieu inc.)

Les2Rives_2022-04-26 REVUE Famille.indd 19

Ginette Mercier directrice générale

105, rue du Prince, Sorel-Tracy Local 112 (accessible par l’avenue de l’Hôtel-Dieu)

450 743-1584

Ma famille, ma région - Mardi 26 avril 2022 - 19

Plus que jamais, l’association est là pour vous aider !

22-04-06 11:36


Vos organismes AMÉLIORATION DE SON OFFRE DE SERVICES

LA MAISON DE LA FAMILLE JOLI-CŒUR S’ADAPTE AUX BESOINS CRIANTS DES FAMILLES LA RÉDACTION

L’organisme propose plusieurs services gratuits et adaptés aux familles de Contrecœur dont des ateliers de développement parents-enfants de 0 à 5 ans, de préparation à la maternelle pour les 4-5 ans, l’aide personnalisée d’une intervenante, un local aux familles et aussi une halte-garderie.

20 - Mardi 26 avril 2022 - Ma famille, ma région

Les parents sont bien accueillis par les intervenants de la Maison de la famille Joli-Cœur. Photo gracieuseté

En raison de la forte demande enregistrée dans les dernières années, la Maison de la famille Joli-Cœur a dû effectuer plusieurs changements dans son offre afin de répondre aux besoins des familles de la région.

Les2Rives_2022-04-26 REVUE Famille.indd 20

22-04-06 11:36


communautaires « Nos activités permettent aux enfants et aux parents de s’amuser et de socialiser. Plus que jamais, nous désirons soutenir les familles dans leur rôle auprès de leurs enfants et nous voulons contribuer à diminuer considérablement l’isolement que beaucoup d’entre elles ressentent. Nous nous devons d’offrir des services adaptés aux réalités et aux besoins de toutes les familles », souligne la directrice générale de la Maison de la famille Joli-Cœur, Sophie Chapdelaine. Cette année, son offre a été rehaussée avec l’ajout d’un service de répit à domicile pour prévenir et diminuer l’épuisement parental. Plusieurs autres changements sont prévus cette année, souligne la directrice. « Nous désirons nous ré-

inventer et nous actualiser de plusieurs façons. L’organisme aimerait offrir sans retenue l’aide et les ressources à toutes les familles qui le demandent. Nous voulons soutenir le plus grand nombre de familles dans notre région. Les appels et courriels d’aide sont de plus en plus nombreux et nous désirons absolument répondre à tous », conclut Mme Chapdelaine. Pour en savoir plus sur les services offerts : maisondelafamillejolicoeur.com.

Plusieurs familles bénéficient des services de la Maison de la famille Joli-Cœur à Contrecœur. Photo gracieuseté

Ma famille, ma région - Mardi 26 avril 2022 - 21

Les2Rives_2022-04-26 REVUE Famille.indd 21

22-04-06 11:36


Vos organismes communautaires LE MARCHÉ AUX PUCES LES TRÉSORS DE TAQUINE DE RETOUR APRÈS DEUX ANS D’ABSENCE JEAN-PHILIPPE MORIN

Après deux ans d’absence en raison de la pandémie, le Marché aux puces Les trésors de Taquine aura finalement lieu le 7 mai, de 9 h à 13 h, au Curling AurèleRacine, selon les mesures sanitaires en vigueur. Dans ce plus grand marché aux puces de la région, les vendeurs donnent une seconde vie à leurs articles et génèrent un profit, tandis que les acheteurs trouveront des milliers d’articles usagés en excellente condition et à de très bons prix.

Carrefour naissance-famille (5750, chemin St-Roch) dès le lundi 4 avril, à 9 h. Il en coûte 10 $ pour 125 étiquettes ou 5 $ pour 50 étiquettes; 20 % des profits vont directement à la mission du Carrefour naissance-famille. Pour être bénévole et ainsi avoir le privilège de commencer son magasinage jusqu’à deux heures et demie avant l’ouverture des portes à 9 h, il faut s’inscrire par courriel au map.soreltracy@gmail.com.

Par exemple, on y retrouvera des vêtements enfants printemps-été de 0 à 16 ans, ameublements, articles de maternité, jouets, livres, etc.

Le Marché aux puces Les trésors de Taquine est de retour le 7 mai, au Curling Aurèle-Racine. Photothèque | Les 2 Rives ©

22 - Mardi 26 avril 2022 - Ma famille, ma région

Ceux et celles qui veulent y vendre des articles doivent se rendre aux bureaux du

Les2Rives_2022-04-26 REVUE Famille.indd 22

22-04-06 11:36


58, rue Charlotte, Sorel-Tracy, QC J3P 1G3 Tél : 450 742-9408 Télécopieur : 450 742-8567

Petites annonces 450 771-0677 / Sorel-Tracy : 450 742-1002 www.les2rives.com

Éditeur : Benoit Chartier Directeur général : Marcel Rainville Rédacteur en chef : Martin Bourassa Directeur de l’information : Jean-Philippe Morin Journalistes : K aty Desrosiers et Alexandre Brouillard Collaboration spéciale : Stéphane Martin Photographe: Pascal Cournoyer Conception et réalisation: Jade Lafontaine et l’atelier de production Caricaturiste : Gilles Marcotte Contrôleur : Monique Laliberté Publicitaires : K evin Arseneault et Carole Pettigrew Coordonnatrices aux ventes : Mélissa Giard et Marie-Pier Robidoux Distribution : Distribution Transcontinental Inc. et Division Publisac Montérégie

Hebdomadaire publié par

COMPLÈTE LA GRILLE AVEC DES CHIFFRES DE 1 À 6, EN TE RAPPELANT QUE : - Un chiffre ne doit apparaître qu’une seule fois par rangée; - Un chiffre ne doit apparaître qu’une seule fois par colonne; - Un chiffre ne doit apparaître qu’une seule fois par boîte de 6 carrés.

655, avenue Sainte-Anne, Saint-Hyacinthe, Québec, J2S 5G4 dbccomm.qc.ca

Imprimé par Transcontinental Interweb 1603 boul. de Montarville Boucherville, Québec J4B 5Y2 et distribué par Publi Sac pour plainte ou requête: 450 773-6028 ISSN 0839-7864

30 000 exemplaires

Ma famille, ma région - Mardi 26 avril 2022 - 23

Les2Rives_2022-04-26 REVUE Famille.indd 23

22-04-06 11:37


Les2Rives_2022-04-26 REVUE Famille.indd 24

22-04-06 11:37


Issuu converts static files into: digital portfolios, online yearbooks, online catalogs, digital photo albums and more. Sign up and create your flipbook.