Page 1

Le mobilier scolaire de la CSDM Patrimoine, design et développement durable

Étude et évaluation d’éléments de mobilier introduits avant 1980 et toujours en usage à la Commission scolaire de Montréal.

© Laboratoire Design+ Proximité

et

© Laboratoire de recherche sur le design, l’architecture et le patrimoine moderne École de design

Université du Québec à Montréal ISBN 978-2-9815931-1-5 (format PDF)


Laboratoire Design+ Proximité

Maurice Cloutier, professeur

Laboratoire de recherche sur le design, l’architecture et le patrimoine moderne

France Vanlaethem, professeure émérite Soraya Bassil, chargée de cours Assistants de recherche

Jonathan Bouffard, Victor Bernaudon-Cointe, Michaël Maurice

École de design

Université du Québec à Montréal Mai 2016


Table des matières

Introduction

Méthodologie

p. 1

Fiche A

La chaise de l’élève

Fiche B

Le pupitre de l’élève

Fiche C

Le bureau du maître

Fiche D

p. 2 - 4

p. A-1 à p. A-11

p. B-1 à p. B-11

p. C-1 à p. C-15

Le fauteuil p. D-1 à p. D-14


Introduction

Il est plus courant de considérer les édifices sous l’angle patrimonial que les objets. Devenus obsolètes au terme d’un usage soutenu, ceux-ci sont souvent jetés, parfois recyclés sous une forme ou une autre, ou deviennent des pièces de collection. Peu de solutions alternatives existent au traitement des objets en fin de vie, lorsqu’ils sont en nombre important, comme c’est le cas pour le mobilier des écoles, des universités et des administrations publiques et privées. Notre participation au Comité du Patrimoine de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) à titre de représentant de l’École de design de l’UQAM, nous a conduit à proposer une étude du mobilier scolaire moderne de la CSDM, c’est-à-dire, du mobilier datant des années 1945-1980. En programmant ce projet de recherche, le comité vise un double objectif. D’abord, il souhaite enrichir la connaissance acquise lors de la préparation de l’exposition Les murs de l’école présentée à l’Écomusée du fier monde de Montréal en 2004, par une étude plus exhaustive de pièces plus récentes en vue d’un éventuel développement des collections patrimoniales à la CSDM. Ensuite, dans le contexte d’une procédure de gestion centralisée des meubles de la CSDM jugés désuets ou inutiles par certaines écoles, le comité entend contribuer à définir une stratégie qui intègre considérations culturelles et perspectives de développement durable. En d’autres termes, il s’agit à la fois de conserver des témoins de l’ameublement scolaire et de son évolution jusque dans les années 1980 et de favoriser l’usage prolongé de certains éléments en dégageant des orientations de design pour leur revalorisation. Pour réaliser cette étude intitulée Le mobilier scolaire de la CSDM / Patrimoine, design et développement durable, une équipe a été formée de membres issus de deux laboratoires de l’École de design de l’UQAM : France Vanlaethem, professeure émérite, et Soraya Bassil, chargée de cours et commissaire de l’exposition Les murs de l’école, du Laboratoire de recherche sur le design, l’architecture et le patrimoine moderne et de Docomomo Québec ; Maurice Cloutier, professeur, du Laboratoire Design + Proximité, ainsi que des assistants de recherche Jonathan Bouffard, Victor Bernaudon-Cointe et Michaël Maurice. Ce document présente les résultats du premier volet de cette recherche consacrée à l’inventaire et à l’évaluation du mobilier scolaire. Un second, plus expérimental, visera à définir de nouvelles perspectives au traitement de lots de mobilier usagé ou en fin de vie utile. Il est composé des fiches d’évaluation portant sur quatre pièces qui furent sélectionnées parmi le mobilier datant des années 1945-1980 toujours en usage malgré les traces d’usure, ou mis à l’écart dans des entrepôts, pour leur intérêt patrimonial et leur potentiel de revalorisation : • chaise de l’élève en bois, [vers années 1950] ; • pupitre de l’élève en acier, bois et stratifié [vers années 1960] ; • bureau du maître en bois [vers années 1960] ; • fauteuil polyvalent rembourré [vers années 1960].

1


Méthodologie

Préalablement à l’inventaire et à l’évaluation du mobilier scolaire de la CSDM, une recherche exploratoire fut menée, en 2009-2010, afin de préciser la démarche, ses objectifs et ses moyens. Elle débuta par un repérage du mobilier en usage dans deux écoles primaires et dans deux écoles secondaires lors de visites planifiées par le Service des ressources matérielles de la CSDM : • l’école Louis-Joseph-Papineau, le 27 octobre 2009 ; • l’école Sophie-Barat, le 27 octobre 2009 ; • l’école Garneau, le 13 novembre 2009 ; • l’école Le Plateau, le 13 novembre 2009. L’entrepôt adjacent à l’école Louis-Joseph-Papineau où est remisé une partie du mobilier excédentaire de la CSDM a également été visité. À la suite de ces visites, quatre meubles observés en grand nombre furent sélectionnés pour leur intérêt patrimonial et de design. Par leur fonctionnalité, leur mise en forme et leur matérialité, ces objets témoignent du contexte pédagogique et des modes de production dans le secteur manufacturier du meuble caractéristiques des années 1950 -1960, au Québec. En prenant exemple sur les méthodes utilisées en patrimoine pour l’évaluation des édifices, une fiche d’inventaire adaptée à l’étude du mobilier fut élaborée. Elle comprend quatre grandes rubriques qui visent respectivement et succinctement à ; • identifier l’objet ; • le décrire ; • résumer l’histoire de sa commande, de sa conception, de sa fabrication, voire de sa mise en marché ; • l’évaluer. Pour chacun des meubles sélectionnés, la fiche est complétée de dessins qui permettent de mieux comprendre les objets sous l’aspect formel et technique : un relevé détaillé et une vue en éclaté. Un tel exercice de dissection a permis d’entrevoir dès lors des pistes pour entamer le second volet de cette étude visant la revalorisation de lots de meubles en fin de vie. La recherche documentaire fut menée en 2009-2010 pour la chaise et le pupitre de l’élève et, en 2013, pour le bureau du maître et le fauteuil. Nous avions pour acquis l’Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM réalisé par l’École d’architecture de l’Université de Montréal dans lequel se retrouvent des photographies historiques des salles de classe meublées, régulières et spécialisées. Cette étude nous a permis d’identifier des écoles où les objets sélectionnés avaient été introduits. De plus, nous avons hérité du dossier de recherche constitué en vue de l’exposition Les murs de l’école qui comprend des articles et des publicités publiés dans les revues d’architecture et d’éducation: RAIC Journal, Architecture Bâtiment Construction, La Revue Scolaire, School Progress, etc. Ce dossier contient également des documents issus des archives des communautés religieuses enseignantes : les Soeurs de Sainte-Anne, la Congrégation de Notre-Dame, les Frères des Écoles Chrétiennes, les Frères de Sainte-Croix et les Frères Maristes.

2


Méthodologie - suite

Par ailleurs, le Service de la gestion des archives de la CSDM fut visité pour trouver les documents relatifs aux achats du mobilier. La consultation fut facilitée par la disponibilité d’un inventaire informatisé. Ont été consultés dans ce fonds : • les registres des réunions de divers comités ; • les documents relatifs à la construction des écoles de la CÉCM et des plus nouvelles de la CSDM ; • les documents commémoratifs comprenant des publications d’anniversaire ; • l’histoire des noms des écoles ; • les dossiers photographiques des écoles, dont certaines prises en classe ; • quelques notes d’enseignants. Rapidement, cette démarche s’avéra décevante ; il fut constaté que les données sur l’origine et les modes d’acquisition du mobilier de la CÉCM/CSDM sont peu nombreuses. Les registres des délibérations du Bureau des commissaires de la CÉCM, les archives textuelles du Service du matériel ainsi que les photographies officielles prises avant 1960 conservées dans le dossier de chacune des écoles, ont fourni peu d’informations utiles. Au mieux, furent retrouvés les inventaires annuels des achats, mais ceux-ci ne détaillent ni les types, ni les marques des produits commandés. Des recherches furent également menées sur le Web avec le moteur de recherche Google ainsi que sur les sites spécialisés, tels ceux de la BAnQ et d’Artefacts Canada, afin de trouver des informations relatives à l’histoire des entreprises associées à la fabrication des quatre objets sélectionnés ainsi qu’à leur usage dans les établissements scolaires. Ces recherches permirent de trouver des articles de journaux portant sur les compagnies Henderson Furniture Ltd et Roméo Laflamme & Fils Inc. Le site de l’Office de la propriété intellectuelle du Canada permit de retracer les changements de propriétaires et de désignation du manufacturier Moyer Vico Ltd, de même qu’un certain nombre de brevets de meubles scolaires, mais aucun ne concerne les objets étudiés. Des démarches furent aussi entreprises afin de rejoindre les fabricants de mobilier scolaire toujours en activité. Quelques-unes ont été bénéfiques ; elles ont permis d’entrer en communication avec des personnes à l’emploi des entreprises Alpha-Vico Inc., Roméo Laflamme & Fils Inc. et Ameublement Gardner. Certains de ces échanges permirent de confirmer quelques facettes du contexte de production de l’époque grâce à leur savoirs et leurs souvenirs. La recherche documentaire se révéla une tâche fastidieuse, considérant qu’elle n’a pas permis de documenter de façon aussi substantielle qu’espérée les quatre meubles sélectionnés. Malgré le peu de données retracées en archives et en bibliothèques, le travail d’identification, de description et d’évaluation demeure néanmoins appréciable et pertinent.

3


4


Fiche A

Chaise de l’élève - vers 1950

Fiche d’identification et d’évaluation réalisée conjointement par le Laboratoire Design +Proximité et le Laboratoire de recherche sur le design, l’architecture et le patrimoine moderne de l’École de design de l’Université du Québec à Montréal.


Le mobilier scolaire de la CSDM

1.

Patrimoine, design et développement durable

Identification

1.1 Type Chaise de l’élève ____________________________________________________________ 1.2 Dimensions en mm (h-l-p) 841 / 408 / 457 ____________________________________________________________ 1.3 Manufacturier Inconnu ____________________________________________________________ 1.4 Matériaux Bois (merisier massif) ____________________________________________________________ 1.5 Contexte d’observation Entrepôt CSDM École Louis-Joseph-Papineau 2901, rue de Louvain Est. Montréal Visite effectuée le 27 octobre 2009 Salle de classe École Garneau 1808, av. Papineau. Montréal Visite effectuée le 13 novembre 2009

2.

Description

Chaise droite à quatre pieds en merisier massif constituée de onze éléments : deux pieds avant de forme parallélépipédique, deux pieds arrière profilés se prolongeant vers le haut pour former les supports latéraux du dossier constitué de deux traverses (supérieure et médiane) légèrement incurvées, tout comme l’assise en selle de cheval ceinturée par quatre entretoises. Les assemblages sont à tenons et mortaises (oblongs et borgnes) collés et renforcés par boulonnage de quatre tiges d’acier filetées à une extrémité. Le parallélisme de la chaise est maintenu lors de la fixation de l’assise aux entretoises reliant les quatre éléments du piétement. Toutes les arêtes sont arrondies et les surfaces traitées avec un vernis clair lustré appliqué par pulvérisation. Des patins métalliques sont cloués sous les pieds afin d’adoucir la friction au sol et d’éviter de rayer le revêtement. Note

L’échantillon étudié présente des signes d’usure avancée des composantes (fissures dans l’axe des fibres du bois), des assemblages (parallélisme, affaiblissement, corrosion de la quincaillerie) et du fini de surface (rayures, jaunissement du vernis) qui rendent la chaise non fonctionnelle.

Photographies du type prises par le Laboratoire Design+Proximité - École de design, UQAM (2010)

A│ 1


Le mobilier scolaire de la CSDM

3.

Patrimoine, design et développement durable

Données historiques

3.1 Nom du concepteur

Inconnu.

3.2 Nom du manufacturier et brève présentation

Inconnu. Aucun sceau sur l’objet, aucun document permettant d’identifier le manufacturier de l’échantillon étudié. Néanmoins, les recherches ont permis de retracer quatre entreprises différentes ayant fabriqué au Québec ce modèle entre 1940 et 1970: • Caron & Fils Enr., Sainte-Anne-de-la-Pocatière, Québec ; • Gardner Furniture Limited, Longueuil, Québec (toujours en activité sous le nom d’Ameublement Gardner Inc.) ; • Henderson Furniture Limited, Saint-Lambert, Québec ; • Roméo Laflamme & Fils Inc., Saint-Benoît-Labre, Québec (fermeture de l’entreprise en mai 2014). Selon les informations recueillies auprès de M. Gardner, fondateur et propriétaire d’Ameublement Gardner Inc., certains manufacturiers n’hésitaient pas à collaborer entre eux pour la fabrication de ce modèle, en partageant notamment certains outillages nécessaires à la fabrication de composantes de la chaise.

3.3 Nom du distributeur et brève présentation

Inconnu. Selon les recherches et consultations menées auprès de la CSDM, des contrats d’achat, attribués par appels d’offres ou non, pouvaient être établis entre des manufacturiers préqualifiés et le ministère de l’Éducation du Québec (à partir de 1964) ou des commissions scolaires, sans l’intermédiaire de distributeurs.

3.4 Commande et usage

Les modes d’approvisionnement de la Commission scolaire n’ont pu être précisés, ni le volume d’achat annuel des exemplaires de ce modèle, ni l’ampleur de son intégration dans les salles de classe. Toutefois, des documents historiques montrent que cette chaise était largement utilisée. Bien que remplacée par d’autres modèles depuis plusieurs années, on la retrouve encore aujourd’hui en petit nombre dans certaines écoles, comme observé lors des visites effectuées dans le cadre de cette recherche.

3.5 Dates importantes

Intégration généralisée aux salles de classe entre 1950 et 1970 et, dès les années 1930, dans les écoles anglophones de Montréal.

A│ 2


Le mobilier scolaire de la CSDM

4.

Patrimoine, design et développement durable

Évaluation

4.1 Valeur historique

Cette chaise de l’élève est un objet de facture conventionnelle, sinon vernaculaire, par son matériau naturel et sa forme simple. Elle relève d’une certaine tradition du mobilier d’ébéniste et d’artisan, mais est cependant un objet industriel vu ses formes simplifiées et la rationalisation du nombre de ses composantes et des opérations de fabrication. Les angles de serrage des composantes ajustés précisément à 90º témoignent de cette rigueur dans la production. Le modèle se déclinait pour s’adapter à la taille des élèves ou était complété d’accoudoirs pour la chaise du maître ou de bibliothèque (6 formats différents selon une publicité de Caron & Fils Enr. illustrée à l’annexe E). Très populaire dès la fin des années 1930 dans les écoles anglophones de Montréal, cette chaise meublait les écoles catholiques à partir des années 1950. Elle était en usage dans la presque totalité des salles de classe régulières et spécialisées des écoles publiques et confessionnelles du Québec entre les années 1940 et 1970. Sa forme qui impose une posture rigide est en accord avec la pédagogie de discipline et d’ordre qui prévalait alors. La collection des Soeurs de Sainte-Anne, congrégation enseignante, comprend plusieurs exemplaires de cette chaise qui meublait leurs écoles.

4.2 Valeur contemporaine

Ce type écarté des écoles à partir des années 1970, demeure néanmoins populaire en contexte domestique, hier comme aujourd’hui. Il s’apparente à des modèles disponibles en fini naturel ou coloré par l’application de peinture auprès des grandes chaînes de magasins, tel IKEA. L’entreprise Roméo Laflamme & Fils Inc. de Saint-Benoît-Labre en Beauce fondée en 1885, produisait un tel modèle pour les institutions et le marché domestique jusqu’à sa fermeture en 2014. Pour la maison, il était vendu comme chaise de salle à manger. Par ailleurs, la compagnie Industrie JL Mélam Enr. de Drummondville offre toujours aux spécificateurs de mobilier scolaire un tel modèle en 5 formats différents (annexe F). Son coût relativement élevé, son poids et le fait qu’elle n’est pas empilable ont sans doute conduit à disqualifier ce modèle ; d’autres, moins chers et mieux adaptés à la rationalisation de l’occupation des espaces et de leur entretien, lui sont préférés. La fermeture des ateliers d’ébénisterie de la CSDM fut probablement un autre facteur menant au remplacement progressif de cette chaise, tout comme pour d’autres pièces de mobilier en bois, tel le pupitre avec plateau incliné ouvrant sur un caisson de rangement. Les paramètres de conception et de fabrication des objets nécessitant plus que jamais d’inclure les aspects relatifs à l’entretien, la réparation et la longévité d’usage, cette chaise demeure appréciable considérant qu’elle intègre chacune de ces caractéristiques. L’assemblage par tenon et mortaise contribue à la durabilité de la chaise, tout comme l’angle prononcé d’ouverture des pieds arrière, rendant le balancement d’un élève vers l’arrière plus difficile, une action qui accentue la détérioration des chaises de façon prématurée. Un tel angle d’ouverture est une particularité apparue avec le style Biedermeier en arts décoratifs qui débuta en 1814 en Autriche et en Allemagne et se terminera vers 1848.

4.3 Évaluation synthèse et perspectives

Malgré son retrait progressif depuis les années 1970 et sa rareté conséquente dans les écoles et salles de classe de la CSDM, ce modèle de chaise présente des qualités fonctionnelles, esthétiques et techniques. Cependant, celles-ci ne satisfont plus les critères formels, ergonomiques, techniques et économiques qui guident aujourd’hui l’acquisition du mobilier en vue d’une intégration généralisée. Néanmoins, il n’est pas pour autant obsolète ; en lui apportant des améliorations mineures, son usage pourrait être prolongé pour répondre à certains besoins ponctuels des écoles : aire d’accueil, salle d’étude et autres. Les modifications viseraient essentiellement à solidifier les composantes entre elles et à les resurfacer (ponçage et traitement du bois). À titre d’exemple, la direction de l’école Baril a obtenu un excellent résultat en procédant en 2011 à la réfection de quelques chaises en bois avec appuis-bras, de la même famille que l’échantillon étudié, pour meubler l’aire d’accueil de son établissement (annexe D).

A│ 3


Le mobilier scolaire de la CSDM

5.

Patrimoine, design et développement durable

Documentation

5.1 Synthèse de la recherche

Les recherches en archives et en bibliothèque n’ont pas permis de documenter spécifiquement la chaise étudiée. Aucun brevet n’a été trouvé. Par contre, des publicités la concernant ont été retracées dans la presse spécialisée (voir annexe E). Cette voie nous a permis de retrouver le fondateur et le propriétaire d’Ameublement Gardner Inc., une entreprise fondée en 1946 et toujours active aujourd’hui. Lors d’un entretien téléphonique, le 11 mai 2010, monsieur Jean-Louis Gardner nous a renseigné sur les outils de production nécessaires à la fabrication de la chaise et sur les compagnies du Québec qui la fabriquaient.

5.2 Références bibliographiques

Caron & Fils enr., «Publicité de l’entreprise», La Revue Scolaire, vol. VIII, no 2, janvier-février 1957, p.26. Industrie JL Mélam Enr., n.d., catalogue en ligne, http://www.jlmelam.ca/PDF_jlmelam/full_sept.pdf (consulté le 27 janvier 2015). Lessard, Michel, Meubles anciens du Québec, Montréal, Les Éditions de l’Homme, 1999, 543 p., ill. Scott, Auguste, «Une fabrique de meubles scolaires à Sainte-Anne-de-la-Pocatière», La Revue Scolaire, vol. VII, no 1, juillet-septembre 1955, p. 27-28. (article sur l’entreprise manufacturière Caron & Fils enr.).

A│ 4


Le mobilier scolaire de la CSDM

Patrimoine, design et développement durable

Annexe A - Vue en éclaté

1 Dossier 2 Assise

assemblage tenon mortaise

1a

3 Piétement

2a 1b

2d assemblage tenon mortaise vis

boulon + écrou

2c

3a - type 2b - type

3b - type

clou

1 Dossier a- appui dorsal supérieur b- appui dorsal inférieur

3c

2 Assise a- assise b- entretoise (4X) c- tige d’acier filetée à une extrémité (6 mm) d- équerre en bois (2X)

3 Piétement a- piétement arrière (2X) b- piétement avant (2X) c- patin glisseur métallique (4X)

Relevé et dessins réalisés par le Laboratoire Design+Proximité - École de design, UQAM (2010)

A│ 5


Le mobilier scolaire de la CSDM

Patrimoine, design et développement durable

Annexe B - Vues multiples

Coupe A

841

Vue avant

Vue de côté

Vue arrière

408

457

Vue du dessous

Vue du dessus

Détail A

Coupe A

tige d’acier filetée à une extrémité

Détail A

Relevé et dessins réalisés par le Laboratoire Design+Proximité - École de design, UQAM (2010)

(les dimensions sont en mm)

A│ 6


Le mobilier scolaire de la CSDM Annexe C - Détails

Patrimoine, design et développement durable

1

1- Relevé photographique des assemblages réalisé par le Laboratoire Design+Proximité - École de design, UQAM (18 janvier 2010)

A│ 7


Le mobilier scolaire de la CSDM

Patrimoine, design et développement durable

Annexe D - Contexte d’observation

1

3

2

4

5

6

1- Photographie prise lors d’une visite effectuée le 27 octobre 2009 à l’entrepôt de la CSDM (2901, rue de Louvain Est) 2- Photographies prises lors d’une visite effectuée le 13 novembre 2009 à l’école Garneau / CSDM (1808, av. Papineau) 3- Photographie prise lors d’une visite effectuée le 27 février 2013 à l’école La Vérendrye / CSDM (3055, rue Mousseau) 4- Photographie prise lors d’une visite effectuée le 16 août 2012 à l’école Barclay / CSDM (7941, av. Wiseman) 5- Photographie prise lors d’une visite effectuée le 14 juin 2011 à l’école Baril / CSDM (3603, rue Adam) 6- Photographie prise lors d’une visite effectuée le 25 novembre 2009 à l’école Saint-Norbert / CSDL (475, 66 ͤ Avenue, Laval)

A│ 8


Le mobilier scolaire de la CSDM Annexe E - Contexte historique

1

2

Patrimoine, design et développement durable

3

4

5

1- Bibliothèque, Boy’s House, Montréal, Québec, 1936, Wm, Notman & Son, 1936, gélatine argentique, 19 x 24 cm, achat de l’Associated Screen News Ltd., © Musée McCord, VIEW-25927. 2- Illustration de meubles scolaires de la CÉCM, Jean Pratte, 1964, dossier demandé par A. Michaud, ministère de l’Éducation, BAnQ Vieux-Montréal, 06M E6,S7,SS1,P642787. 3- Une classe avec des pupitres modernes dans un High School, Paul Carpentier, 1943, BAnQ Québec, 03Q E6,S7,SS1,P11785. 4- Des élèves étudient l’anglais dans une salle de classe de l’école située au 3480 rue Peel, Montréal, inconnu, [195?], négatifs sur pellicule n&b; 7 x 11 cm, dossier commandé par messieurs Coderre et Brown, BAnQ Vieux-Montréal, 06M E6,S7,SS1,P211753. 5- Publicité de l’entreprise Caron & Fils Enr. tirée de La Revue Scolaire, vol. VIII, no 2, janvier-février 1957, p. 26, UQAM éducation périodiques, LB 2805 A1 R49.

A│ 9


Résistante aux chocs et à la détériorat Entretien facile

Choix de 7 formes et de 6 couleurs : Tortue - ourson - coeur - nuage - train - cam CHAISES

Le mobilier scolaire de la CSDM

Patrimoine, design et développement durable

30,5 cm (12 po) 35,6 cm (14 po) 38,1 cm (15 po) 40,6 c

Tortue Ourson

Émerveillez les enfants, stimulez leur imagination et rehaussez le décor de votre local avec ces petites chaises amusantes.

Annexe F - Références

Coeur Nuage Train Camion Papillon

SÉRIE 1000

Structure d’acier tubulaire 2,2 cm (7/8 po) Calibre 0,17 cm (n° 16) Fini poudre d’époxy beige Siège et dossier de polyéthylène Résistante aux chocs et à la détérioration Entretien facile

Choix de 7 formes et de 6 couleurs : Tortue - ourson - coeur - nuage - train - camion - papillon CHAISES

30,5 cm (12 po) 35,6 cm (14 po) 38,1 cm (15 po) 40,6 cm (16 po) 45,7 cm (18 po)

Tortue Ourson

Émerveillez les enfants, stimulez leur imagination et rehaussez le décor de votre local avec ces petites chaises amusantes.

Coeur Nuage Train Camion Papillon

2060, rue Saint-Laurent Drummondville, Québec Canada J2B 7B1 Téléphone : 819 477-3051 Télécopie : 819 477-0897 Sans frais : 1 888 662-4322

1540 1541 1542 1543 1544 1545 1546

1550 1551 1552 1553 1554 1555 1556

1560 1561 1562 1563 1564 1565 1566

1580 1581 1582 1583 1584 1585 1586

Chaise en bois

Bois d’érable solide Pa�es arrière courbées pour éviter de basculer vers l’arrière Contour arrondi sécuritaire Fini laqué naturel Modèle Hauteur

1600 Table multifonctionnelle

1600

Dessus en contreplaqué de merisier multiplis 1,6 cm (5/8 po) Laminé de plastique stratifié bleu ou rouge Pourtour arrondi laqué naturel 121,9 cm L x 76,2 cm P (48 x 30 po) Ceinture en bois massif de 7,6 cm x 1,9 cm (3 x 3/4 po) Pa�es en bois massif 3,2 cm x 3,2 cm (1 1/4 x 1 1/4 po) 2 grands tiroirs de rangement inclus Dimensions du tiroir : 37,8 cm L x 48,3 cm P x 13,7 cm H (14 7/8 x 19 x 5 3/8 po) 2 compartiments fixes pour rangement des menus articles Hauteur réglable de 61 cm à 76,2 cm (24 à 30 po) Extensions en polyéthylène beige Fini laqué naturel

Courriel : info@jlmelam.ca Site Internet : www.jlmelam.ca

Chaise en bois

Bois d’érable solide Pa�es arrière courbées pour éviter de basculer vers l’arrière Contour arrondi sécuritaire Fini laqué naturel Modèle Hauteur

1612 1614 1615 1616 1618

1520 1521 1522 1523 1524 1525 1526

1612 30,5 cm 12 po

1614 35,6 cm 14 po

1615 38,1 cm 15 po

1616 40,6 cm 16 po

30,5 cm (12 po) 35,6 cm (14 po) 38,1 cm (15 po) 40,6 cm (16 po) 45,7 cm (18 po)

819 477-3051

1618 40,6 cm 18 po

1612 1614 1615 1616 1618

SÉRIE 1000

Meubles sur mesure et quincaillerie spécialisée

1612 30,5 cm 12 po

1614 35,6 cm 14 po

info@jlmelam.ca

1615 38,1 cm 15 po

1616 40,6 cm 16 po

30,5 cm (12 po) 35,6 cm (14 po) 38,1 cm (15 po) 40,6 cm (16 po) 45,7 cm (18 po)

819 477-3051

1 888 662-4322

info@jlmelam.ca

7 1 888 662-4322

1550 1551 1552 1553 1554 1555 1556

1 1 1 1 1 1 1

Dessus en contreplaqué de merisier multiplis 1,6 cm (5/8 po) Laminé de plastique stratifié bleu ou Pourtour arrondi laqué naturel 121,9 cm L x 76,2 cm P (48 x 30 po) Ceinture en bois massif de 7,6 cm x 1, (3 x 3/4 po) Pa�es en bois massif 3,2 cm x 3,2 cm (1 1/4 x 1 1/4 po) 2 grands tiroirs de rangement inclus Dimensions du tiroir : 37,8 cm L x 48,3 cm P x 13,7 cm H (14 7/8 x 19 x 5 3/8 po) 2 compartiments fixes pour rangemen des menus articles Hauteur réglable de 61 cm à 76,2 cm ( Extensions en polyéthylène beige Fini laqué naturel

Chaise à dossier de forme amusante et de couleur a�rayante

Meubles sur mesure et quincaillerie spécialisée

1540 1541 1542 1543 1544 1545 1546

1600 Table multifonctionnell

1600

MOBILIER PRÉSCOLAIRE

1520 1521 1522 1523 1524 1525 1526

www.jlmelam.ca

1

1- Industrie JL Mélam Enr., 2014, catalogue en ligne, http://www.jlmelam.ca/PDF_jlmelam/full_sept.pdf (couverture et page 7).

A│ 10

www.jlmelam.ca


A│ 11


Fiche B

Pupitre de l’élève - vers 1968 /1969

Fiche d’identification et d’évaluation réalisée conjointement par le Laboratoire Design +Proximité et le Laboratoire de recherche sur le design, l’architecture et le patrimoine moderne de l’École de design de l’Université du Québec à Montréal.


Le mobilier scolaire de la CSDM

1.

Patrimoine, design et développement durable

Identification

1.1 Type Pupitre de l’élève ____________________________________________________________ 1.2 Dimensions en mm (h-l-p) 564-716 / 656 / 557 ____________________________________________________________ 1.3 Manufacturier Moyer Vico Limitée ____________________________________________________________ 1.4 Matériaux Acier et bois ____________________________________________________________ 1.5 Contexte d’observation Entrepôt CSDM École Louis-Joseph-Papineau 2901, rue de Louvain Est. Montréal Visite effectuée le 27 octobre 2009 Salle de classe École Garneau 1808, av. Papineau. Montréal Visite effectuée le 13 novembre 2009

2.

Description

Pupitre de hauteur ajustable équipé d’un caisson de rangement ouvert et supporté par un double piétement tubulaire en acier. Le plan de travail horizontal est en bois massif recouvert d’un stratifié uni de couleur gris-beige (stratifié de compensation appliqué sur la face du dessous pour réduire le gauchissement). Le caisson de rangement en forme de «U» est façonné par découpage, pliage et poinçonnage de feuilles de métal et est vissé sous le plateau. Un bac de rangement en plastique peut y être glissé. Les deux pieds en forme de «T» inversé sont fabriqués en deux sections coulissantes l’une sur l’autre à partir de tubes métalliques ronds, leur partie haute solidarisée par une entretoise pouvant être fixée en sept positions distantes chacune de plus ou moins 25 mm, grâce à un bouton-poussoir à ressort intégré. Le caisson et la partie supérieure du piétement sont peints de couleur turquoise, tandis qu’un placage de chrome est appliqué sur la partie basse. Des patins glisseurs en plastique blanc sont insérés par pression à l’extrémité des tubes du piétement afin d’adoucir la friction au sol et d’éviter de rayer le revêtement. Note

L’échantillon étudié présente des signes d’usure avancée sur les chants du plan de travail (noircissement et marquage du bois) et sur sa surface (rayures profondes et décoloration du stratifié). Les composantes en acier sont en assez bon état (intégrité structurale et finition) et l’ensemble possède toujours les caractéristiques minimales requises pour son utilisation. Les patins glisseurs sont usés et le bac de rangement est manquant.

B│ 1


Le mobilier scolaire de la CSDM

3.

Patrimoine, design et développement durable

Données historiques

3.1 Nom du concepteur

Inconnu.

3.2 Nom du manufacturier et brève présentation

Moyer Vico Limited / Moyer Vico Limitée L’origine de la compagnie remonte à 1884, alors que l’homme d’affaires William Frederick Vilas fonda les entreprises W.F. Vilas Company Limited et E.N. Moyer Company Limited à Farnham, au Québec, la première fabriquant du mobilier résidentiel, la seconde du mobilier scolaire. W.F. Vilas était commissaire d’école à Cowansville de 1898 à 1901 et de 1904 à 1922, ainsi que député libéral du comté de Brome à l’Assemblée nationale du Québec entre 1906 et 1917. Au fil du temps, les deux entreprises se développèrent en parallèle. Selon les registres de l’Office de la propriété intellectuelle du Canada, E.N. Moyer Company Limited devient Moyer Vico Limitée au début des années 1950. Après avoir été acquises en 1968 par Industries Molson Limitée, les deux compagnies se scindent au tournant des années 1980, dans la foulée de changements de propriétaires. Monsieur Louis Berthiaume fit l’acquisition de Moyer Vico Limitée à cette période qu’il fusionna avec l’entreprise Mobilier Lucerne pour créer Alpha-Vico Canada Limitée. Aujourd’hui dirigée par le fils du fondateur, M. Gilles Berthiaume, Alpha Vico Inc. est toujours en activité à Farnham en tant que manufacturier et distributeur de mobilier scolaire, institutionnel et commercial. Notons que la marque de commerce Moyer fut en usage sur plusieurs décennies, entre autres à titre de division de la compagnie Les Industries Vilas Limitée (antérieurement W.F. Vilas Company Limited), sous le nom de Moyer School Supplies Ltd. L’entreprise agissait alors comme distributeur à l’échelle du Canada et tout particulièrement au Québec et dans les Maritimes, pour finalement disparaître en 1998 après avoir été achetée par l’entreprise Scholar’s Choice située à London en Ontario.

3.3 Nom du distributeur et brève présentation

Inconnu. Au cours de son histoire, Moyer Vico Limitée opérait tantôt à titre de manufacturier indépendant, tantôt de fournisseurdistributeur pour Les Industries Vilas Limitée, auxquelles elle était étroitement liée, économiquement et géographiquement. Une illustration du catalogue de Moyer School Supplies Limited datant de 1938-1939 confirme ce volet des activités de distribution de l’entreprise (annexe E). Par ailleurs, les recherches et consultations menées auprès de la CSDM indiquent que des contrats d’achat, attribués par appels d’offres ou non, pouvaient être établis entre des manufacturiers préqualifiés et le ministère de l’Éducation du Québec (à partir de 1964) ou des commissions scolaires, sans l’intermédiaire de distributeurs.

B│ 2


Le mobilier scolaire de la CSDM

Patrimoine, design et développement durable

3.4 Commande et usage

Un manque d’information sur les modes d’approvisionnement de la CSDM ne permet pas d’établir le volume des achats du pupitre au cours des années, ni l’ampleur de son intégration dans les salles de classe. Cependant, aujourd’hui encore, sa présence en grand nombre peut être observée dans les classes des écoles primaires et secondaires de la CSDM.

3.5 Dates importantes

Production, mise en marché, acquisition et intégration dans les salles de classe à partir de la fin des années 1960.

4.

Évaluation

4.1 Valeur historique

Ce pupitre contraste avec ceux de la génération précédente, dont l’écritoire incliné ferme sur un coffre entièrement en bois reposant sur un piétement en fonte. Ce type s’apparente plutôt à une table par son plateau horizontal de faible épaisseur, son piétement tubulaire en acier et son caisson ouvert pouvant accueillir un bac de rangement. Si dans l’état actuel de la recherche, les raisons de son introduction n’ont pu être précisées, on peut néanmoins présumer que les réformes pédagogiques introduites dans la foulée du rapport Parent, furent déterminantes (annexe E). Selon des informations recueillies auprès de M. Christian Bissonnette, responsable des ventes au sein de l’entreprise Alpha-Vico Inc., ce pupitre était identifié «Quebec Desk» pour sa mise en marché à la fin des années 1960. Ce meuble peut être qualifié de «moderniste», vu sa forme simple, sa légèreté pondérale et visuelle, ses matériaux et ses procédés de fabrication. Il répond aux mêmes critères fonctionnels et hygiéniques que ceux associés aux mobiliers de bureau et d’hôpital en métal conçus et fabriqués à l’époque. Notons que ce pupitre présente des similitudes avec plusieurs modèles développés par l’artisan-constructeur Jean Prouvé, reconnu entre autres pour son mobilier en métal en feuille ainsi que pour les éléments de construction préfabriqués qu’il a conçus. D’un point de vue ergonomique, si le réglage en hauteur est adéquat, l’abandon du plan de travail incliné caractéristique de types anciens ou actuels représente une perte. Le nombre réduit de composantes et la rationalisation des opérations de fabrication témoignent notamment d’un souci de diminution des coûts de production. Bien qu’acceptable d’un point de vue technique, les assemblages par soudure des composantes métalliques (par point et soudure continue) sont peu raffinés, tout comme le vissage du plateau au caisson.

4.2 Valeur contemporaine

Ce pupitre datant de la fin des années 1960 est toujours en usage dans plusieurs classes de la CSDM. À quelques différences formelles et constructives près, ce modèle est même toujours en production chez Alpha-Vico Inc. et d’autres manufacturiers (annexe F). Sa longévité peut s’expliquer par sa légèreté et son appui ponctuel au sol qui facilite son déplacement. Cependant, la disparition de certaines dispositions et détails des pupitres de la génération antérieure, tels le plan de travail incliné, l’auget à crayons intégré et le caisson fermé, en diminue l’intérêt au plan fonctionnel et ergonomique.

B│ 3


Le mobilier scolaire de la CSDM

Patrimoine, design et développement durable

4.3 Évaluation synthèse et perspectives

Afin de juger de la valeur de ce pupitre, on doit se demander quels sont les objectifs et les critères auxquels devraient répondre la conception et la fabrication d’un tel meuble aujourd’hui. Vu ses qualités fonctionnelles et techniques que confirme sa durabilité, il reste un objet valable. Cependant, ce meuble pourrait être amélioré. Du point de vue esthétique, il pourrait être actualisé par des interventions minimales (ex.: traitement du plateau et des composantes métalliques). L’inclinaison du plateau et l’ajout d’un repose-pieds amélioreraient l’usage d’un point de vue ergonomique. Une révision de la fixation du caisson au plateau et celle des patins au piétement permettrait de réduire les vibrations, source de bruit très désagréable lors du déplacement du pupitre. Notons que ce pupitre se retrouve en grand nombre dans plusieurs écoles ainsi qu’en entrepôt (annexe D). Il est donc pertinent d’envisager leur revalorisation graduelle et de les réintroduire dans un nouveau cycle d’usage à long terme.

5.

Documentation

5.1 Synthèse de la recherche

Les recherches en archives et en bibliothèque n’ont pas permis de documenter spécifiquement le pupitre étudié. Aucun brevet le concernant n’a par ailleurs été retrouvé. Une autre avenue nous a permis d’entrer en communication avec M. Christian Bissonnette, à l’emploi de l’entreprise Alpha-Vico Inc. depuis plusieurs années. L’entretien téléphonique du 25 mai 2010 a permis de valider certaines informations en regard de la date de mise en marché de ce modèle de pupitre. Enfin, un échange par courriel au printemps 2015 avec Mme Karine Bédard, employée également par Alpha Vico inc., a confirmé certains aspects relatifs à la création de l’entreprise.

5.2 Références bibliographiques

«About Scholar’s Choice», Scholar’s Choice, n.d., en ligne, http://teachers.scholarschoice.ca/about-us?SID=5a4sb qt8g8q0qhc063dqtqq0 (consulté le19 janvier 2015). «Section Députés: William Frederick Vilas», Assemblée nationale du Québec, 2009, en ligne, http://www.assnat.qc.ca/fr/ deputes/vilas-william-frederick-5719/biographie.html (consulté le 19 janvier 2015). Catalogue Alpha-Vico Inc., 2014, pdf en ligne, http://www.alpha-vico.com/Francais2014.pdf (consuté le 13 janvier 2015). «Information relative aux marques de commerce Canadienne», Office de la propriété intellectuelle du Canada, n.d., en ligne, http://www.ic.gc.ca/app/opic-cipo/trdmrks/srch/vwTrdmrk.do;jsessionid=0001V97hrcS9qok9mCUbh7fv9u:1I46TA 6L6?lang=fra&fileNumber=255982 (consulté le 8 janvier 2015). «Information relative aux marques de commerce Canadienne», Office de la propriété intellectuelle du Canada, n.d., en ligne, http://www.ic.gc.ca/app/opic-cipo/trdmrks/srch/vwTrdmrk.do?lang=eng&status=OK&fileNumber=0233098& extension=0 (consulté le 9 janvier 2015). «Information relative aux marques de commerce Canadienne», Office de la propriété intellectuelle du Canada, n.d., en ligne, http://www.ic.gc.ca/app/opic-cipo/trdmrks/srch/vwTrdmrk.do;jsessionid=0001e9UIlhmpKEu04qF5DFzqpEF:3N47 RUVTEE?lang=fra&fileNumber=368202 (consulté le 9 janvier 2015). «Molson ltée (entreprise industrielle)», La Mémoire du Québec en ligne, n.d., en ligne, http://www.memoireduquebec. com/wiki/index.php?title=Molson_ltée_(entreprise_industrielle) (consulté le 9 janvier 2015). B│ 4


Le mobilier scolaire de la CSDM

Patrimoine, design et développement durable

Annexe A - Vue en éclaté

Plateau constitué d’un panneau en merisier massif recouvert d’un laminage thermodurcissable de phénol formaldéhyde sur papier kraft et de mélamine formaldéhyde sur base de papier cellulose (panneau en stratifié connu sous les noms commerciaux de Formica, Arborite ou autres)

1 Plateau

2 Caisson 3 Cadre

4 Piétement vis 1 2b - type

2a

soudure continue soudure par point

3b

4c

3a - type soudure continue

4a - type

4d

4b - type

1 Plateau - panneau en merisier massif de 18 mm d’épaisseur - stratifié de couleur gris-beige (dessus) - stratifié de compensation (dessous) 2 Caisson a- métal en feuille: calibre 18 volume de rangement intérieur de ≈24l. b- tige en acier ronde pliée (2X)

3 Cadre structural a- tube rond en acier de Ø35 mm: calibre 18 (2X) b- tube rond en acier de Ø19 mm: calibre 18 4 Piétement a- tube rond en acier de Ø31 mm (ajustement de 564 mm à 716 mm) (2X) b- tube rond en acier de Ø35 mm: calibre 16 (2X) c- bouton-poussoir à ressort (2X) d- patin glisseur en plastique blanc (4X)

Relevé et dessins réalisés par le Laboratoire Design+Proximité - École de design, UQAM (2010)

B│ 5


Le mobilier scolaire de la CSDM

Patrimoine, design et développement durable

Annexe B - Vues multiples

Coupe A

564-716

Vue avant

Vue de côté

656

557

Vue du dessous

Vue du dessus

Détail B

Détail A

Coupe A

Détail A

Relevé et dessins réalisés par le Laboratoire Design+Proximité - École de design, UQAM (2010)

Détail B

(les dimensions sont en mm)

B│ 6


Le mobilier scolaire de la CSDM Annexe C - Détails

Patrimoine, design et développement durable

1

1- Relevé photographique des assemblages réalisé par le Laboratoire Design+Proximité - École de design, UQAM (18 janvier 2010)

B│ 7


Le mobilier scolaire de la CSDM Annexe D - Contexte d’observation

Patrimoine, design et développement durable

1

2

3

1- Photographies prises lors d’une visite effectuée le 27 octobre 2009 à l’entrepôt de la CSDM (2901, rue de Louvain Est) 2- Photographies prises lors d’une visite effectuée le 13 novembre 2009 à l’école Garneau / CSDM (1808, av. Papineau) 3- Photographie prise lors d’une visite effectuée le 14 juin 2011 à l’école Baril / CSDM (3603, rue Adam)

B│ 8


Le mobilier scolaire de la CSDM Annexe E - Contexte historique

Patrimoine, design et développement durable

1

2

1- Salle de classe à aire ouverte de l’école primaire Laurier ou Lambert Closse, Montréal, vers 1970, Archives de la CSDM. 2- Moyer Supplies Limited et Catalogue and Price List Number Fifty-four: 1938-1939, pages couvertures en ligne, John W. Doull Bookseller, http//doullbooks.com/ap_catalogue_moyer_school_supplies.html (consulté en 2015).

B│ 9


Le mobilier scolaire de la CSDM Annexe F - Références

Patrimoine, design et développement durable

1

1- Alpha-Vico Inc. : mobilier scolaire, 2014, catalogue en ligne, http://www.alpha-vico.com/Francais2014.pdf (couverture et page 34).

B│ 10


B│ 11


Fiche C

Bureau du maître - vers 1964 /1965

Fiche d’identification et d’évaluation réalisée conjointement par le Laboratoire Design +Proximité et le Laboratoire de recherche sur le design, l’architecture et le patrimoine moderne de l’École de design de l’Université du Québec à Montréal.


Le mobilier scolaire de la CSDM

1.

Patrimoine, design et développement durable

Identification

1.1 Type Bureau du maître ____________________________________________________________ 1.2 Dimensions en mm (h-l-p) 760 / 1465 / 763 ____________________________________________________________ 1.3 Manufacturier Roméo Laflamme et fils Inc. ____________________________________________________________ 1.4 Matériaux Bois et stratifié ____________________________________________________________ 1.5 Contexte d’observation Salle de classe École Garneau 1808, av. Papineau. Montréal Visite effectuée le 13 novembre 2009 Salon de classe École Le Plateau 3700, av. Calixa-Lavallée. Montréal Visite effectuée le 13 novembre 2009

2.

Description

Bureau en bois massif et en contreplaqué de merisier dont le plan de travail horizontal repose sur un bâti asymétrique qui intègre, à droite, un élément de rangement de deux tiroirs, dont un classeur, sous le plateau, un large et mince tiroir, et, sur les faces latérales, des tablettes. Deux longerons transversaux peints en noir forment le piétement. Presque toutes les composantes, incluant la quincaillerie (poignées, coulisseaux, bases) et les accessoires (auget à crayon, séparateur du classeur), sont également en bois massif ou en contreplaqué. Les arêtes sont arrondies et divers types d’assemblages sont utilisés : tenon et mortaise, colle, vis et clous. Les surfaces de bois sont traitées avec un vernis clair lustré appliqué par pulvérisation et la base est équipée de patins glisseurs métalliques afin d’adoucir la friction au sol et d’éviter de rayer le revêtement. Le plan de travail est recouvert d’un stratifié au fini lustré avec un motif imitant un grain de bois pâle, alors qu’un stratifié de compensation est appliqué sur la surface du dessous pour réduire le gauchissement. Note

L’échantillon étudié présente des signes d’usure normale des composantes nécessitant des réparations mineures afin d’optimiser les fonctionnalités du bureau à tous les niveaux (ajustements des tiroirs, décollement du stratifié sur la surface du plan de travail, assemblages affaiblis).

C│ 1


Le mobilier scolaire de la CSDM

3.

Patrimoine, design et développement durable

Données historiques

3.1 Nom du concepteur

Inconnu. Selon Jimmy Laflamme, président de Roméo Laflamme & Fils Inc., contacté en 2013, l’entreprise n’eut jamais recours à un designer, à aucun moment de son histoire. Selon lui, la compagnie fabriquait sur mesure à partir de spécifications fournies par les clients. La qualité d’ensemble de ce modèle de bureau, incluant la justesse des proportions, incite à penser qu’il était fabriqué selon des spécifications préparées par le Service du mobilier scolaire de la CÉCM ou par une firme d’architectes. Cependant, aucun document retrouvé ne permet de confirmer une telle hypothèse. Selon nos observations in situ et selon les archives photographiques, les variations du type valident plutôt une forme de développement empirique caractérisé par une amélioration continue lors de la production de lots successifs.

3.2 Nom du manufacturier et brève présentation

Roméo Laflamme & Fils Inc. Cette entreprise de Saint-Benoît-Labre en Beauce ferma ses portes en 2014 après près de 130 ans d’activité sous la conduite de quatre générations de la famille Laflamme. Le fondateur, Borromée Laflamme, avait acquis un moulin à scie en 1885, qu’il opéra sous son nom jusqu’en 1950. Malgré trois incendies successifs, dont le dernier en 1933, le moulin fut toujours reconstruit au même endroit. Avec l’arrivée dans les années 1950 de son fils Roméo Laflamme à la direction, l’entreprise prit un virage en s’engageant dans la production de meubles ainsi que de composantes en bois destinées à d’autres manufacturiers. En 1960, ses enfants, Gérard et Rolland, se joignirent à l’entreprise renommée Roméo Laflamme & Fils Inc., dénomination prévalant jusqu’à la fermeture. Dans les années 1950, la compagnie fabriquait du mobilier scolaire et religieux destiné principalement au marché du Québec, mais aussi à ceux de l’Ontario et du Nord-Est des États-Unis. Dans les années 1960 et 1970, alors que des églises étaient construites dans les nouvelles banlieues et que des écoles polyvalentes et des cégeps étaient ouverts dans la foulée du rapport Parent, l’entreprise était en plein essor. Par la suite, le ralentissement de la construction la conduisit à se réorienter vers le marché domestique de la salle à manger. À partir du milieu des années 1990, l’entreprise offrait une gamme diversifiée de meubles en bois, notamment des chaises pour les secteurs domestique et commercial. À l’époque, Roméo Laflamme & Fils Inc. disposait de trois séchoirs à bois, d’un secteur spécialisé dans la fabrication de panneaux ainsi qu’un autre destiné au cintrage du bois. Elle était alors reconnue pour la robotisation de ses opérations qui lui permettaient de maintenir une bonne capacité de production et d’en optimiser le rendement (±100 000 chaises par année). À partir de 2004, Roméo Laflamme & Fils Inc. fut confronté à des difficultés financières, suite à la concurrence des entreprises asiatiques sur le marché nord-américain. Au début des années 2010, l’entreprise chercha à améliorer sa productivité en modifiant ses modes de gestion. Malgré des signes positifs observés dès 2012, laissant croire à un redressement, le président Jimmy Laflamme annonça la fermeture définitive de la compagnie en mai 2014 (annexe F).

C│ 2


Le mobilier scolaire de la CSDM

Patrimoine, design et développement durable

3.3 Nom du distributeur et brève présentation

Inconnu. Roméo Laflamme & Fils Inc. ne passait pas par un distributeur pour vendre ses produits, selon Jimmy Laflamme. Cette information corrobore celles recueillies précédemment auprès de la CSDM indiquant que des contrats d’achat, attribués par appels d’offres ou non, pouvaient être établis directement entre des manufacturiers préqualifiés et le ministère de l’Éducation du Québec ou des commissions scolaires.

3.4 Commande et usage

Un manque d’information sur les modes d’approvisionnement à la CSDM ne permet pas de préciser le volume d’achat du bureau au cours des années, ni l’ampleur de son usage dans les salles de classe. Cependant, ce modèle de bureau ou une déclinaison de celui-ci se retrouve toujours dans de nombreuses classes des écoles primaires et secondaires. Il est à noter qu’au milieu des années 1960, environ 200 000 élèves fréquantaient la CSDM qui comptaient aux alentours de 8 000 enseignants. Le rapport annuel 1963-1964 du Service du matériel de la CÉCM et les photographies des années 1950 et 1960 laissent supposer que les premières commandes d’un tel bureau datent du milieu des années 1960. Le rapport précise que le Service du mobilier scolaire avait le double mandat de recommander le choix des biens à acquérir et d’en définir les standards de qualité. Il est de plus mentionné que des études visant l’amélioration du bureau des enseignants des niveaux primaire et secondaire étaient alors en cours et qu’un nouveau modèle serait mis à l’essai en 1964-1965. Considérant les attributs du bureau, fort différent des plus anciens par sa forme générale et ses fonctionnalités augmentées, il est fort probable que les précisions apportées par le rapport le concernent.

3.5 Dates importantes

Entre la fin du XIX ͤ siècle et le milieu des années 1960, le bureau de travail en bois type n’évolua guère : il se présente sous la forme d’un parallélipipède rectangle. Un tel meuble se retrouvait dans les écoles, tout comme dans les administrations publiques et les entreprises. Plusieurs modèles aux fonctions similaires étaient alors fabriqués, ici et ailleurs, sur la base de gabarits semblables et selon des procédés identiques de transformation du bois. Ils se différencient par leurs détails formels et techniques et par leur essence de bois. Aucune de leurs dispositions n’était adaptée spécifiquement au travail des enseignants (annexe G). La mise à l’essai mentionnée en 1964-1965 et les études engagées l’année précédente constituent une étape importante ; elles marquent l’apparition d’une première génération de bureaux fabriqués en vue de répondre aux besoins particuliers de l’enseignant. Jimmy Laflamme n’a pu nous donner de renseignements précis sur ce modèle, ni sur un autre. Comme l’entreprise arrêta la fabrication de mobilier scolaire au début des années 1990, on peut supposer que ce modèle fut produit pendant plusieurs années à la demande de la CSDM, sans pour autant connaître le rythme d’acquisition, ni le volume des lots produits.

C│ 3


Le mobilier scolaire de la CSDM

4.

Patrimoine, design et développement durable

Évaluation

4.1 Valeur historique

Ce bureau du maître, premier véritable type adapté à l’enseignement de la CÉCM et dernier largement utilisé à la CSDM, est un objet moderne. Il est représentatif du courant rationaliste qui s’était manifesté internationalement au début des années 1930 et qui se distingue par une intégration harmonieuse des fonctions, ses formes simples, ses lignes épurées et sa composition asymétrique. Malgré sa parenté fonctionnelle et technique avec des modèles antérieurs, il marque une rupture avec la forme conventionnelle du bureau du maître et présente plusieurs améliorations : plan de travail plus grand, tablettes de rangement latérales, piétement plus stable. Globalement, il en résulte un objet d’apparence plus légère, bien que toujours aussi robuste et fonctionnellement plus sophistiqué. Les changements ne sont pas qu’esthétiques, ils répondent à des besoins, tel celui consistant à prolonger latéralement le bureau par une étagère (annexes D et E). Par ailleurs, un plus grand plan de travail permet de rassembler un plus grand nombre d’élèves autour du bureau, favorisant ainsi l’interaction entre enseignants et enseignés (annexe E). Selon un employé à la CSDM, différentes déclinaisons furent fabriquées avant cette version considérée la plus récente du type. Elles se distinguaient par un plan de travail non débordant en bois massif plutôt qu’en stratifié et des tablettes disposées sur un seul côté, avec appuis-livres intégrés de demi-largeur (annexe E). Ces variantes, mises en oeuvre progressivement, valident le scénario d’un développement empirique du type ayant mené à la fabrication de plusieurs centaines d’exemplaires, voire de milliers. Si une telle démarche incrémentielle présente assurément des limites, notamment en regard du maintien d’une cohérence d’ensemble, le résultat final mérite néanmoins attention. Comme pour ses besoins de mobilier intégré, la CÉCM avait intérêt à favoriser les entreprises aptes à contribuer à l’amélioration continue du produit plutôt que de procéder à l’achat de modèles génériques offerts par catalogue. Tel était le service que pouvait offrir Roméo Laflamme & Fils Inc., une entreprise habilitée à produire du mobilier «sur mesure», comme en font foi les propos de Jimmy Laflamme.

4.2 Valeur contemporaine

Malgré l’évolution des pratiques pédagogiques depuis 50 ans, les générations d’enseignants qui se sont succédé au cours de ce temps et l’introduction d’outils numériques en évolution constante, ce type de bureau demeure le plus répandu dans les écoles primaires et secondaires de la CSDM. Si cette situation peut s’expliquer de manière objective par la durabilité structurale et fonctionnelle du type, il faut admettre que le manque chronique de financement nécessaire à une mise à niveau des écoles et de leurs équipements y a aussi contribué. On doit toutefois considérer que les bureaux observés lors des visites demeurent pour la plupart pleinement fonctionnels malgré la présence de signes d’usure des composantes les plus sollicités (rayures et décollement du stratifié des surfaces de travail, équerrage et quincaillerie défectueuse des tiroirs). Les qualités formelles et techniques du type contribuent au fait que les enseignants semblent s’en accommoder encore assez bien. Cependant, avant qu’il ne tombe en désuétude, réelle ou perçue, il serait souhaitable d’établir dès à présent les modalités d’une démarche de revalorisation du type visant à actualiser ses performances et à assurer la longévité de ce bureau de manière avantageuse.

.

C│ 4


Le mobilier scolaire de la CSDM

Patrimoine, design et développement durable

4.3 Évaluation synthèse et perspectives

Malgré la relative similitude entre les besoins des enseignants d’hier et d’aujourd’hui, les paramètres devant guider la conception d’un nouveau bureau se pose de nos jours en des termes différents. Il faut tenir compte de la multiplication des appareils numériques, tels ordinateur et tablette, numériseur, commande à distance... De nouvelles fonctions seraient donc ajoutées. Cependant, dans un contexte de limitation budgétaire persistante, il est improbable qu’un nouveau type de bureau soit envisagé afin de remplacer le modèle étudié. Dans un tel contexte, l’actualisation du type par des modifications et des ajouts fonctionnels est plutôt à considérer. Sur la base d’un programme des besoins, une méthodologie d’élaboration d’hypothèses par prototypage permettrait de confirmer la viabilité de cette voie en vue d’une intégration généralisée. Minimalement, la réfection du stock des bureaux devrait être explorée. Réparations et adaptations sont des voies valables étant donné les caractéristiques constructives du type. Des travaux de cet ordre ont d’ailleurs été menés avant 1978 par les ateliers de menuiserie de la CÉCM, toujours en fonction à l’époque. On peut observer ces modifications sur certains exemplaires du type dont les plateaux ont été remplacés par un placage de bois avec une moulure de merisier massif en pourtour.

5.

Documentation

5.1 Synthèse de la recherche

Les recherches effectuées furent surtout orientées en fonction de l’échantillon étudié sur lequel le sceau de l’entreprise Roméo Laflamme & Fils Inc. était appliqué (annexe D). Le président de la compagnie, Jimmy Laflamme contacté en mai 2013, nous a renseigné par courriel et transmis un document esquissant l’histoire de l’entreprise. Aucune information sur les membres de la compagnie n’a été retrouvée dans le Canadian Who’s Who et les Biographies canadiennes-françaises. La Société historique de Saint-Benoît-Labre fut aussi contactée par courriel, sans succès. Les recherches entreprises en 2009 à la CSDM et sur le site de BAnQ ont permis de retracer des documents iconographiques et textuels pertinents. Les visites effectuées en 2009 et en 2012-2103, dans le cadre d’une recherche connexe, ont permis de confirmer la présence d’un grand nombre de bureaux similaires ou identiques à l’échantillon étudié.

5.2 Références bibliographiques

Ducap, Wilfrid, Matériel scolaire, «Rapport du directeur du Matériel Scolaire», 1950-1951, CÉCM, 1 ͤ ͬmai 1952, Archives de la CSDM. Ducap, Wilfrid, Bureau du mobilier scolaire, «Rapport du directeur du bureau du mobilier scolaire», 1958-1959, CÉCM, Montréal, 30 octobre 1959, 15 p., Archives de la CSDM. Gagnon, Robert, Histoire de la Commission des écoles catholiques de Montréal, Montréal, Boréal, 1996, 400 p., ill. Léveillé, Gilles, Service du matériel, «Rapport du directeur du matériel», 1963-1964, CÉCM, Montréal, 1 ͤ ͬmars 1965, 11 p. et annexes, Archives de la CSDM.

C│ 5


Le mobilier scolaire de la CSDM Annexe A-1 - Vue en éclaté (plongée)

Patrimoine, design et développement durable

1 Plateau

3 Étagère 2 Rangements 4 Piétement

Panneau composite à base de bois recouvert d’un laminage thermodurcissable de phénol formaldéhyde sur papier kraft et de mélamine formaldéhyde sur base de papier cellulose (panneau en stratifié connu sous les noms commerciaux de Formica, Arborite ou autres)

1

vis assemblage à feuillure

vis + colle

2a

2b

2c

4

3

assemblage tenon mortaise

2 Rangement 1 Plateau a- tiroir horizontal avec serrure - 40 mm d’épaisseur fini b- tiroir vertical - stratifié fini grain de bois pâle (dessus) c- tiroir classeur (2 séparateurs en bois) - stratifié de compensation (dessous)

3 Étagère voir annexe A-2 - Vue éclatée (contre-plongée) 4 Piétement voir annexe A-2 - Vue éclatée (contre-plongée)

Relevé et dessins réalisés par le Laboratoire Design+Proximité - École de design, UQAM (2012)

C│ 6


Le mobilier scolaire de la CSDM

Patrimoine, design et développement durable

Annexe A-2 - Vue en éclaté (contre-plongée)

2 Rangement 1 Plateau 3 Étagère

4 Piétement

vis + colle

3b - type

3a

3a - type 3b

assemblage à feuillure

4b - type 4a - type

vis

4c - type

clou

1 Plateau voir annexe A-1 - Vue éclatée (plongée) 3 Rangement voir annexe A-1 - Vue éclatée (plongée)

3 Étagère a- paroi verticale (4X) b- tablette horizontale (4X)

4 Piétement a- longeron en bois (2X) b- pièce d’assemblage en bois de profil carré (3X) c- patin glisseur métallique (4X)

Relevé et dessins réalisés par le Laboratoire Design+Proximité - École de design, UQAM (2012)

C│ 7


Le mobilier scolaire de la CSDM Annexe B - Vues multiples

Patrimoine, design et développement durable

763

600

760

160

Vue avant

Vue de côté

1465

Vue du dessus

1295

Vue arrière

Relevé et dessins réalisés par le Laboratoire Design+Proximité - École de design, UQAM (2012)

(les dimensions sont en mm)

C│ 8


Le mobilier scolaire de la CSDM Annexe C - Détails

Patrimoine, design et développement durable

1

2

1- Relevé photographique des composantes et des assemblages (18 janvier 2010) 2- Relevé photographique des composantes et des assemblages (5 mai 2011)

C│ 9


Le mobilier scolaire de la CSDM

Annexe D - Contexte d’observation

Patrimoine, design et développement durable

1

2

3

4

5

6

7

1- Photographies prises lors d’une visite effectuée le 28 juin 2012 à l’école Sainte-Cécile / CSDM (7230, av. de Gaspé) 2- Photographie prise lors d’une visite effectuée le 30 mars 2011 à l’entrepôt Mirabeau de la CSDM (11211, rue Mirabeau, Anjou) 3- Photographies prises lors d’une visite effectuée le 13 novembre 2009 à l’école Le Plateau / CSDM (3700, av. Calixa-Lavallée) 4- Photographie prise lors d’une visite effectuée le 14 juin 2011 à l’école Baril / CSDM (3603, rue Adam) 5- Photographies prises lors d’une visite effectuée le 29 juillet 2012 à l’école Sainte-Cécile / CSDM (7230, av. de Gaspé) 6- Photographie prise lors d’une visite effectuée le 29 juillet 2012 à l’école Sainte-Cécile / CSDM (7230, av. de Gaspé) 7- Photographie prise lors d’une visite effectuée le 13 novembre 2009 à l’école Le Plateau / CSDM (3700, av. Calixa-Lavallée)

C│ 10


Le mobilier scolaire de la CSDM Annexe E - Contexte historique

1

2

3

4

Patrimoine, design et développement durable

5 1- Illustration de meubles scolaires, CÉCM, Jean Pratte, 1964, photographies n&b, Office du film du Québec, BAnQ Vieux-Montréal, 06M E6,S7,SS1,P642788. 2- Illustration de meubles scolaires, CÉCM, Jean Pratte, 1964, photographies n&b, Office du film du Québec, BAnQ Vieux-Montréal, 06M E6,S7,SS1,P642782. 3- Démonstration de chimie, école Philippe-Aubert-de-Gaspé (fermée en 1995, maintenant école Sainte-Cécile, 7230 av. de Gaspé), 19581959, photographie n&b, Archives de la CSDM. 4- Album de l’exposition scolaire: école de filles Jeanne-Lajoie, inconnu, 1953, photographie n&b, BAnQ Québec, 03Q_E13,D1,P48. 5- Initiation musicale et Caisse d’épargne scolaire, école Philippe-Aubert-de-Gaspé (fermée en 1995, maintenant école Sainte-Cécile, 7230 av. de Gaspé), 1958-1959, photographies n&b, Archives de la CSDM.

C│ 11


Le mobilier scolaire de la CSDM

Annexe F - Références

Patrimoine, design et développement durable

1

2

1- Frédéric Desjardins, «Roméo Laflamme est redevenu rentable grâce au Lean Coaching», Journal L’Éclaireur Progrès, 5 décembre 2012, en ligne, http://wwwhebdosregionaux.ca/chaudiere-appalaches/2012/12/05/romeo-laflamme-est-redevenu-rentable-grace-au-lean-coa ching (consulté en 2012). 2- Julio Trépanier, «La manufacture Roméo Laflamme & fils de Saint-Benoît fermera ses portes», En Beauce.com, 19 mars 2014, en ligne, http://www.enbeauce.com/actualites/affaires/126712/la-manufacture-romeo-laflamme-fils-de-saint-benoit-fermera-ses-portes (consulté en 2014).

C│ 12


Le mobilier scolaire de la CSDM Annexe G-1 - Modèle générique antérieur

Vue avant

Patrimoine, design et développement durable

Vue de côté

Vue arrière

Dessins réalisés par le laboratoire Design+Proximité - École de design, UQAM (2012)

C│ 13


Le mobilier scolaire de la CSDM

Annexe G-2 - Modèles génériques antérieurs toujours en usage

Patrimoine, design et développement durable

1

2

1- Photographies prises lors d’une visite effectuée le 28 juin 2012 à l’école Sainte-Cécile / CSDM (7230, av. de Gaspé) 2- Photographie prise lors d’une visite effectuée le 30 mars 2011 à l’entrepôt Mirabeau de la CSDM (11211, rue Mirabeau, Anjou)

C│ 14


C│ 15


Fiche D

Fauteuil - vers 1960

Fiche d’identification et d’évaluation réalisée conjointement par le Laboratoire Design +Proximité et le Laboratoire de recherche sur le design, l’architecture et le patrimoine moderne de l’École de design de l’Université du Québec à Montréal.


Le mobilier scolaire de la CSDM

1.

Patrimoine, design et développement durable

Identification

1.1 Type Fauteuil ____________________________________________________________ 1.2 Dimensions en mm (h-l-p) 775 / 550 / 835 ____________________________________________________________ 1.3 Manufacturier Henderson Furniture Limited ____________________________________________________________ 1.4 Matériaux Bois, rembourrage, vinyle souple de marque Naugahyde / type NaugaSoft ____________________________________________________________ 1.5 Contexte d’observation Bibliothèque École Sophie-Barat 1239, boul. Gouin Est. Montréal Visite effectuée le 27 octobre 2009 Salon des professeurs École Le Plateau 3700, av. Calixa-Lavallée. Montréal Visite effectuée le 13 novembre 2009

2.

Description

Fauteuil rembourré dont le siège est suspendu dans une structure en bois massif composée de deux éléments latéraux en forme de «U» inversé et évasé qui forment à la fois les accoudoirs et le piétement à quatre points d’appui. Quatre entretoises, deux latérales et deux transversales, assemblées à tenon et mortaise (borgne), en assurent le parallélisme. Les arêtes de ces éléments sont arrondies et les surfaces traitées avec un vernis clair lustré appliqué par pulvérisation. Le siège proprement dit est constitué d’un châssis en contreplaqué dont l’angle d’ouverture est d’environ 100°, auquel sont fixés des ressorts en serpentin pour l’assise et le dossier, par ailleurs rembourrés de coton et de jute et garnis d’un textile de vinyle souple. De couleur orangé, celui-ci est cousu à l’aide d’un cordon et agrafé au châssis. Le siège est assemblé mécaniquement au piétement qui est équipé de patins glisseurs métalliques afin d’adoucir la friction au sol et d’éviter de rayer le revêtement. Note

L’échantillon étudié possède toujours les qualités fonctionnelles et structurales requises pour son utilisation. Il présente toutefois un affaissement important du rembourrage, particulièrement au niveau de l’assise, ainsi qu’une usure normale du vinyle de recouvrement et du fini de surface du piétement/ accoudoirs en bois (rayures et jaunissement du vernis).

D│ 1


Le mobilier scolaire de la CSDM

3.

Patrimoine, design et développement durable

Données historiques

3.1 Nom du concepteur

Le designer principal au sein de l’entreprise Henderson Furniture Limited était Claude Delorimier, selon l’article «Montreal Chair-Maker Sets Sights on U.S. Markets» paru le 29 octobre 1966 dans le journal En Ville ; ce journal se présentait comme «The Business Family Paper» (annexe E). Selon ce même article, Tom Szirmay était assistant designer. Sans avoir de certitude, on peut présumer qu’ils furent, tous deux, associés à la conception du fauteuil mis en marché à partir du début des années 1960. Aucune autre information sur la carrière de ces deux designers n’a été trouvée. Selon un article du journal «La Presse» paru le 19 mars 1994, l’artisan-ébéniste Claude Bérubé assumait des responsabilités importantes dans l’atelier de fabrication de Henderson Furniture Limited au cours de la période 1960-1970. Après avoir travaillé pour cette entreprise, il créa la compagnie Ébénisterie les Tournages du Nord en 1981, toujours en activité à Boisbriand, mais appartenant toutefois à un nouveau propriétaire depuis 2013.

3.2 Nom du manufacturier et brève présentation

Henderson Furniture Limited / Meubles Henderson Limitée La compagnie Henderson Furniture Limited fut fondée en 1914 par l’ingénieur Norman L. Henderson, établi à Saint-Lambert depuis 1912, sous le nom de Norman L. Henderson & Co. Elle fabriquait des meubles pour enfant dans son atelier du 13 avenue Bute à Saint-Lambert. Elle fut renommée Henderson Furniture Limited à la suite de sa vente à L.G. Daignault, qui conserva l’atelier. L’ingénieur industriel Camille Barbeau (1915-2006) embauché en 1949 l’acquit l’année suivante et en serait propriétaire jusqu’en 1969. Durant les années 1960, Barbeau élargit la gamme de meubles fabriqués par l’entreprise et fit une modeste percée sur le marché américain en vendant des composantes de chaises à des manufacturiers américains. En 1966, il participa à la foire internationale du mobilier à Louiseville, au Kentucky. Il en revint avec l’idée d’une ligne de mobilier de jardin et de terrasse, résidentiel et commercial. À la même époque, il développa une gamme qualifiée de traditionnel canadien-français (Early French Canadian), ainsi que des chaises d’usage commercial et des tabourets de bar. Le catalogue de la compagnie qui fabriquait alors environ 150 000 unités par an, comprenait 40 pièces de mobilier. En 1969, l’entreprise fut vendue à Warnock Hersey International Ltd. (WHI) dont Camille Barbeau devint le vice-président, aux côtés du président J.C. Hébert. Dans la foulée, elle consolida ses assises aux États-Unis en établissant des bureaux de vente dans les principales villes du nord-est et du centre, toujours sous la raison sociale Henderson Furniture Limited. Au cours des années 1970, l’entreprise était en pleine expansion. En 1972, elle acquit une usine pour un million de dollars à Saint-Lambert, au 199, avenue Upper Edison, puis investit 750 000 dollars pour l’achat d’équipements plus performants en vue de doubler sa production. L’entreprise projetait de tourner à plein régime au début de 1973 et procèda à l’embauche de personnel, passant de 225 à 325 employés. La compagnie Henderson Furniture Limited était reconnue comme le plus grand manufacturier canadien de chaises et tables pour le marché institutionnel (écoles et hôpitaux).

suite de cette section à la page suivante

D│ 2


Le mobilier scolaire de la CSDM

Patrimoine, design et développement durable

3.2 Nom du manufacturier et brève présentation - suite

En 1976, Henderson Furniture Limited devint l’une des cinq divisions de Les Meubles Radisson; un des secteurs autonomes de la Warnock Hersey International Ltd (WHI). Sa raison sociale fut dès lors francisée Ameublement Henderson Limitée, comme en témoigne le Lovell’s. Le 1 ͤ ͬ juin 1982, le journal The Gazette fit état de graves difficultés financières, à la suite d’un repli de 25% des ventes du groupe. Mise en faillitte, elle fut vendue à l’encan le 5 octobre 1982, après soixante-huit ans de production. Dans les années subséquentes, l’usine tenta de renaître sous différentes raisons sociales : Henderson Furniture (1982) Ltd. / (div. Radisson Furniture) / Meubles Henderson (1982) Ltée., ainsi que Henderson Furniture (1987) Ltd. / Meubles Henderson (1987) Ltée, mais sans succès. En mai 1987, La Presse annonça la vente aux enchères des actifs de la compagnie incorporée en 1982. Finalement, en 1991, elle liquida définitivement ses biens (incorporation de 1987). L’usine du 199, avenue Upper Edison, fut dans un premier temps transformée en entrepôt, puis démolie pour faire place à un ensemble résidentiel.

3.3 Nom du distributeur et brève présentation

Inconnu. Les recherches et consultations menées auprès de la CSDM indiquent que des contrats d’achat, attribués par appels d’offres ou non, pouvaient être établis sans l’intermédiaire de distributeurs entre des manufacturiers préqualifiés et le ministère de l’Éducation du Québec (à partir de 1964) ou des commissions scolaires. C’est le cas pour Henderson Furniture Limited dont le nom apparaît dans les registres des procès-verbaux du Conseil de la Commission des écoles catholiques de Montréal / CÉCM (cf. demandes de soumissions et bons de commande dans les années 1970).

3.4 Commande et usage

Entre la fin des années 1960 et le milieu des années 1970, alors que la CÉCM était en pleine expansion avec la construction de 25 écoles secondaires et 32 écoles élémentaires, plusieurs fauteuils furent commandés à Henderson Furniture Limited, comme en font foi les documents contractuels. Toutefois, ceux-ci ne précisent pas les modèles choisis. Nous supposons que ces fauteuils étaient destinés aux salons des enseignants, aux bureaux administratifs, au hall d’entrée et au bureau de l’aumônier. Lors des visites effectuées dans le cadre de cette recherche, nous avons pu voir en bon nombre plusieurs exemplaires du type, principalement dans les salles réservées au personnel, les bureaux administratifs ainsi que dans certaines bibliothèques (annexe D).

3.5 Dates importantes

En 1938, la United States Rubber Co. fit enregistrer sous la dénomination Naugahyde, le matériau de recouvrement du fauteuil, un produit fabriqué aux États-Unis dès 1936 (annexe G). À la fin des années 1950, le marché canadien du meuble était approvisionné par la Dominion Rubber Co. qui fabriquait le Naugahyde dans son usine de Kitchener, en Ontario, une division de la United States Rubber Co. jusqu’en 1961. En 1967, United States Rubber Co. devint Uniroyal Inc. et uniformisa toutes ses bannières sous ce nom. Au Canada, la Dominion Rubber Co. devint Uniroyal Limited, tout en conservant son autonomie quant à la production industrielle. Ces dates sont importantes car elles permettent de préciser l’âge de l’échantillon étudié grâce à l’inscription estampillée à l’envers du vinyle de recouvrement, formée des noms de Dominion Rubber et d’Uniroyal. À partir de cet indice, la fabrication du type daterait de la seconde partie des années 1960. La plus ancienne image photographique des fauteuils «Henderson» en usage à la CÉCM fut retracée dans une publication datant de 1972 concernant l’École polyvalente Lucien-Pagé (annexe E).

D│ 3


Le mobilier scolaire de la CSDM

4.

Patrimoine, design et développement durable

Évaluation

4.1 Valeur historique

Vu ses formes épurées, ses composantes structurales apparentes simplifiées et l’impression de légèreté qu’il dégage, ce fauteuil s’inscrit parfaitement dans la tradition du mobilier scandinave ou nordique, en plein essor dans les années 1950 et de réputation internationale. En témoignent, les propos admiratifs tenus par Camille Barbeau, administrateur de Henderson Furniture Limited, dans le journal En ville, le 29 octobre 1966. Il relève spécifiquement l’excellence du design, la qualité des textiles utilisés et le mode de mise en marché privilégié. D’autres modèles fabriqués par l’entreprise attestent de cette influence du mobilier scandinave auprès du gestionnaire (annexe F). Durant les années 1960 et 1970, le fauteuil meublait les salons du personnel enseignant et les bureaux administratifs. Un tel usage était conseillé par le Service du matériel, notamment dans un rapport datant de 1958-1959 qui, par ailleurs, préconise de prévoir ce modèle dans les plans et devis des nouvelles écoles, en plein essor entre 1953 et 1973. Aussi, il est fort probable que ce fauteuil retenu par la CÉCM se retrouvait en grand nombre dans tout le réseau. Le textile de recouvrement Naugahyde était fort populaire à partir des années 1950 aux États-Unis et sans doute au Canada, alors que l’usine de la compagnie canadienne Dominion Rubber Co. implantée à Kitchener, le fabriquait. Le plus grand manufacturier de chaises au Canada au début des années 1970, Henderson Furniture Limited. était sans aucun doute un acheteur important de ce produit adapté au marché institutionnel que desservait prioritairement l’entreprise (annexes F et G).

4.2 Valeur contemporaine

Ce type est toujours utilisé dans plusieurs écoles et, selon les témoignages, les fauteuils de ce genre sont appréciés des usagers malgré les signes d’usure avancée de plusieurs exemplaires. Après plus ou moins cinquante ans d’usage, certaines écoles de la CSDM ont pris l’initiative de faire rembourrer et recouvrir à neuf quelques-uns de ces fauteuils, une intervention somme toute mineure permettant de prolonger leur vie utile (annexe F). Leur usage courant dans les bureaux administratifs et les salons destinés au personnel s’étend également à quelques bibliothèques. Sauf exception, ce type n’a pas été remplacé, ce qui est significatif. Le fauteuil «Henderson» semble donc combler adéquatement les besoins des usagers, qui les jugent attrayants et confortables, malgré les différences avec les produits offerts aujourd’hui sur le marché (hauteur d’assise plus élevée de ±4 cm et largeur plus grande, également de ±4 cm) et les perceptions ancrées qui déterminent trop souvent le confort d’un fauteuil à l’épaisseur et l’abondance de ses coussins, ainsi qu’à l’opulance de ses formes.

4.3 Évaluation synthèse et perspectives

Vu la bonne réputation de ce fauteuil parmi le personnel de la CSDM et le soin pris par certaines écoles en faisant recouvrir leurs exemplaires en mauvais état, une opération visant à améliorer qualitativement des lots de fauteuils provenant des quelques 200 écoles de la CSDM pourrait être envisagée. Une telle démarche généralisée de mise à niveau est écologiquement viable et devrait être économiquement avantageuse. Elle devrait débuter par une exploration des améliorations souhaitables en regard de l’ergonomie, du confort et de l’esthétique en vue d’actualiser les fauteuils et d’en optimiser les performances. Un projet est actuellement à l’étude au Laboratoire Design + Proximité de l’École de design de l’UQAM afin d’élaborer différents scénarios et de préciser les moyens à mettre en oeuvre pour les concrétiser.

D│ 4


Le mobilier scolaire de la CSDM

5.

Patrimoine, design et développement durable

Documentation

5.1 Synthèse de la recherche

Les recherches furent principalement menées sur le site Web de BAnQ. La Société d’histoire Mouillepieds de SaintLambert nous a donné un bref historique de la compagnie. Une demande d’entretien à Claude Bérubé, à l’emploi de Henderson Furniture Limited dans les années 1970 et fondateur de l’entreprise Ébénisterie Les tournages du Nord qu’il dirigea jusqu’à sa vente à un nouveau propriétaire en 2013, fut sans réponse. Aucun brevet introduit par Henderson Furniture Limited n’a par ailleurs été retrouvé. Alors que des centaines sont inscrits au nom de la Dominion Rubber Co. et d’Uniroyal, aucun concerne le produit Naugahyde, marque déposée en 1938. Des recherches sur le Web ont cependant permis de retracer des informations sur les deux compagnies soeurs à l’origine du produit: Dominion Rubber Co. et U.S. Rubber Co. Enfin, il n’a pas été possible de documenter la carrière des designers, malgré la consultation des archives de l’École du meuble de Montréal et les sites Web du Canadian Who’s Who, des Biographies canadiennes-françaises, et d’Artexte.

5.2 Références bibliographiques

• Cartes et plans__________________________________________________________________________________ Underwriter’s Survey Bureau, Insurance Plan of the City of St. Lambert, Québec, Montréal, Survey Bureau Limited, avril 1953, planche 17. (la planche montre l’emplacement de la première usine). • Documentation Henderson Furniture Limited___________________________________________________________ «Company is acquired by Warnock Hersey», The Gazette, Montréal, 21 septembre 1972, en ligne, http://news.google. com/newspapers?nid=1946&dat=19720921&id=IYs0AAAAIBAJ&sjid=fqEFAAAAIBAJ&pg=4145,5846919 (consulté le 8 juin 2013). Guillet, Yves, «Henderson Furniture Ltd», président de la Société d’histoire Mouillepied de Saint-Lambert, document Word, 1 p. (consulté le 6 avril 2013). «Montreal Chair-Maker Sets Sights on U.S. Markets», Journal En Ville / The Business Family Paper, vol. 4, no 17, 29 octobre 1966, en ligne, http://news.google.com/newspapers?nid=2277&dat=19661029&id=CGwmAAAAIBAJ&sjid=-VQDAAAAIBAJ&pg=1903,664620 (page consultée le 3 juin 2013). • Documentation Canadian Rubber Co. et United States Rubber Co._________________________________________ «Canadian Rubber Co. en 1873», Le patrimoine du Vieux-Montréal en détail, 22 avril 2002, en ligne, http://www.vieux. montreal.qc.ca/inventaire/fiches/fiche_gro.php?id=152 (consulté le 5 juin 2013). «United States Rubber Company», Wikipedia, n.d., en ligne, http://en.wikipedia.org/wiki/United_States_Rubber_ Company (consulté le 6 février 2015). • Documentation produit Naugahyde et Nauga (la mascotte)________________________________________________ Brion, Paul, «Percicious plastics and Mid-Century’s Modernity», Kaufmann-mercantile.com, publicité en ligne, http:// kaufmann-mercantile.com/naugahyde/ (consulté le 5 juin 2013). Modern Kiddo.com, n.d., publicité en ligne, http://modernkiddo.com/the-cutest-lil-ugly-critter-meet-the-nauga/ (consulté le 5 juin 2013). «Naugahyde», Wikipedia, 27 janvier 2015, en ligne, http://en.wikipedia.org/wiki/Naugahyde (consulté le 6 février 2015).

D│ 5


Le mobilier scolaire de la CSDM

Patrimoine, design et développement durable

Annexe A-1 - Vue en éclaté

2 Cadre (assise et dossier)

1 Structure (piétement)

vis 2b - type 2a - type

2c

vis

vis

vis

1c - type

assemblage tenon mortaise (colle et clou)

1d assemblage tenon mortaise (colle et clou)

1b - type

1a - type clou

1 Structure (piétement) a- piétement en bois massif courbé (2X) b- entretoise en bois massif (2X) c- entretoise en bois massif (2X) d- patin glisseur métallique (4X)

2 Cadre (assise et dossier) a- cadre en contreplaqué 3/4" (2X) b- entretoise en bois massif (2X) c- entretoise en contreplaqué 3/4"

3 Ressorts en serpentin voir annexe A-2 - Illustrations 4 Rembourrage et recouvrement voir annexe A-2 - Illustrations

Relevé et dessins réalisés par le Laboratoire Design+Proximité - École de design, UQAM (2012)

D│ 6


Le mobilier scolaire de la CSDM

Patrimoine, design et développement durable

Annexe A-2 - Vues axonométriques

Structure + Cadre

Structure + Cadre + Ressorts

Recouvrement de type Naugahyde composé d’une base tricotée en polyester et coton enduite de polychlorure de vinyle (PVC) (annexe G)

4c

4b

4d 4a

plaquette de fixation des ressorts (clous)

3 Ressorts en serpentin et hélicoïdaux

4e

3

Structure + Cadre + Ressorts + Rembourrage

4 Rembourrage et recouvrement a- cordon de couture b- recouvrement vinyle (Naugahyde) c- mousse de rembourrage d- toile de jute e- boudin de papier torsadé

Relevé et dessins réalisés par le Laboratoire Design+Proximité - École de design, UQAM (2012)

D│ 7


Le mobilier scolaire de la CSDM

Patrimoine, design et développement durable

Annexe B - Vues multiples

550

Structure + Cadre

820

760

Structure + Cadre + Ressorts

Structure + Cadre + Ressorts + Rembourrage

775

835

Vue avant

Vue de côté

Relevé et dessins réalisés par le Laboratoire Design+Proximité - École de design, UQAM (2012)

Vue du dessus

(les dimensions sont en mm)

D│ 8


Le mobilier scolaire de la CSDM Annexe C - Détails

Patrimoine, design et développement durable

1

2

1- Relevé photographique des composantes et des assemblages (18 janvier 2010) 2- Relevé photographique des composantes et des assemblages (5 mai 2011)

D│ 9


Le mobilier scolaire de la CSDM

Annexe D - Contexte d’observation

Patrimoine, design et développement durable

1

2

3

4

1- Photographies prises lors d’une visite effectuée le 13 novembre 2009 à l’école Le Plateau / CSDM (3700, av. Calixa-Lavallée) 2- Photographie prise lors d’une visite effectuée le 27 octobre 2009 à l’école Sophie-Barat / CSDM (1239, boul. Gouin Est) 3- Photographies prises lors d’une visite effectuée le 14 juin 2011 à l’école Baril / CSDM (3603, rue Adam) 4- Photographie prose lors d’une visite effectuée le 29 juillet 2012 à l’École Sainte-Cécile / CSDM (7230, av. de Gaspé)

D│ 10


Le mobilier scolaire de la CSDM Annexe E - Contexte historique

Patrimoine, design et développement durable

1

2

3

1- Réunion du Conseil scolaire de Montréal à l’école Georges-Vanier, 1205 rue Jarry est, Montréal, Henri Rémillard, 1973, photographies n&b, BAnQ, Vieux-Montréal, 06M E6,S7,SS1,P730139 006 et 012. 2- Photographie tirée de Polyvalente Lucien-Pagé, Montréal, CÉCM, 1972, Archives de la CSDM. 3- «Montreal Chair-Maker Sets Sights on U.S. Markets», En Ville, The Business Family Paper, 29 octobre 1966, Google News Archives. (voir lien p. D-5)

D│ 11


Le mobilier scolaire de la CSDM

Annexe F - Références

Patrimoine, design et développement durable

Autres modèles fabriqués par Henderson Furnture Ltd. encore en usage: École Camille-Laurin et Centre administratif - CSDM

Déclinaison du type étudié en fauteuil à bascule pour élèves du préscolaire par Henderson Furniture Ltd.: Écoles La Mennais et Sainte-Cécile

Nouveaux recouvrements sur des fauteuils du type étudié : Écoles La Mennais et Barthélemy-Vimont

D│ 12


Le mobilier scolaire de la CSDM Annexe G - Naugahyde (historique et description)

Patrimoine, design et développement durable

United States Rubber Co. (1892-1961) | Uniroyal Inc. (1961-1991) | Uniroyal Technology Corp. (1991-2002) Uniroyal Engineered Products LlC (2003- ) pour le Canada: Dominion Rubber Co., division de United States Rubber Co. (1910-1966) | Uniroyal Ltd. (1966-1991) Le produit Naugahyde est également une marque de commerce enregistrée en 1938 par la United States Rubber Co., dérivée du nom de la ville du Connecticut, Naugatuck, où le produit fut initialement développé et manufacturé à partir de 1936. Maintenant propriété de Uniroyal Engineered Products LlC, le Naugahyde est encore fabriqué selon différentes gammes et quelques 100 coloris. Il est aujourd’hui vendu pour environ 20 dollars la verge (±90 cm) pour une bande de 54 pouces (±137 cm) de largeur. Le produit connut d’abord du succès à la fin de la Seconde Guerre mondiale à titre de matériau résistant, durable, antibactérien et facile à nettoyer. Il fut principalement utilisé comme substitut au cuir naturel dans l’industrie du meuble et le milieu hospitalier, ainsi que dans les domaines du transport et des véhicules récréatifs. Le Naugahyde est un composite formé d’une base tricotée en polyester et coton enduite de polychlorure de vinyle (PVC), un thermoplastique auquel on ajoute des adjuvants, tels les plastifiants phtalates afin de le rendre plus flexible, des pigments pour la coloration et des stabilisants pour augmenter sa résistance à la lumière et la chaleur. En 1967, un personnage destiné à une campagne publicitaire fut créé pour stimuler les ventes du produit. George Lois, publicitaire, et Kurt Weihs, designer, imaginèrent une poupée qu’ils baptisèrent Nauga pour symboliser la marque, une recette publicitaire éprouvée antérieurement avec la création d’un tigre identifié à Uniroyal dès 1961 pour son secteur des pneus. La poupée Nauga est par ailleurs toujours offerte sur le marché par l’entreprise! Il est intéressant de noter que l’architecte R. Buckminster Fuller utilisa le Naugahyde dans la conception de meubles, dont ceux intégrés au projet de la Dimaxion House en 1930. Note L’emploi de ce revêtement souple à base de polychlorure de vinyle devrait être considéré aujourd’hui avec circonspection, bien qu’il demeure attractif pour un usage dans les milieux institutionnels (antimicrobien, facile d’entretien et durable). Matière plastique contestée par certains experts et honnie en général par les groupes environnementalistes, les recherches invitent à la prudence considérant les composants du PVC comme le chlorure de vinyle et certains phtalates, particulièrement ceux dits à courte chaîne moléculaire qui pourraient présenter des risques pour la santé. De plus, la disposition en fin de vie de produits en PVC nécessite d’être contrôlée et doit se faire dans des conditions strictes. L’industrie des plastiques est par ailleurs engagée afin de remplacer progressivement certains plastifiants et stabilisants nocifs utilisés dans sa fabrication par d’autres de nature organique, ainsi que pour sécuriser les procédés de recyclage et en développer de nouveaux. Le PVC demeure un produit conforme aux réglementations sévères de nombreux pays et des recherches récentes ont permis d’améliorer les procédés de fabrication et de diminuer leur impact sur la santé et l’environnement.

capture d’écran http://retrorenovation.com/2010/06/26/ vintage-naugahyde-35-patterns/

capture d’écran http://kaufmann-mercantile.com/naugahyde

capture d’écran http://kaufmann-mercantile.com/naugahyde

Identité corporative dans les années 1950: signature, plaquette des couleurs et échantillons, publicités pour médias imprimés.

D│ 13


D│ 14


Crédits photographiques___________________________________________ Archives de la Commission scolaire de Montréal p. A-9 (#1), p. B-9 (#1), p. C-11 (#3, #5), p. D-11 (#2) Bibliothèque et Archives nationales du Québec p. A-9 (#2, #3, #4), p. C-11 (#1, #2, #4), p. D-11 (#1, #2) Musée McCord p. A-9 (#1)

Toutes les autres photographies sont la propriété du Laboratoire Design + Proximité et du Laboratoire de recherche sur le design, l’architecture et le patrimoine moderne de l’École de design de l’UQAM. Elles sont publiées avec l’autorisation de la Commission scolaire de Montréal.

Autorisations de publication______________________________________ Alpha-Vico Inc. p. B-10 (#1)

John W. Doull, Bookseller p. B-9 (#2)

EnBeauce.com p. C-12 (#2)

L’Éclaireur-Progrès / Hebdo régional p. C-12 (#1)

Industries JL Mélam Enr. p. A-10 (#1)

Nous remercions ces entreprises pour leur autorisation de publier les images et contenus tirés de leur site Web respectif.


Comité du patrimoine de la Commission scolaire de Montréal / CSDM_____

en date du 1 ͤ ͬmars 2015 Responsable - CSDM

Stephen Tessier, Service des ressources matérielles Membres internes - CSDM

Alain Beauchamp, Archives CSDM Martin Ménard, Service des ressources matérielles Pierre Tremblay, Service des ressources matérielles Membres externes et collaborateurs

Robert Ascah, Fondation des amis du patrimoine scolaire de la CSDM Soraya Bassil, UQAM / École de design Dinu Bumbaru, Héritage Montréal Maurice Cloutier, UQAM / École de design Claudine Déom, UdeM / École d’architecture Jennifer Ouellet, Ville de Montréal / Bureau du patrimoine et de la toponymie France Vanlaethem, UQAM / École de design

Remerciements___________________________________________________

L’équipe de recherche tient à remercier chacun des membres du Comité du patrimoine pour leur intérêt et leur contribution aux échanges en cours d’avancement de cette étude, tout particulièrement Stephen Tessier, architecte à la CSDM, pour son engagement soutenu et la vision qui l’anime.


© Laboratoire Design+ Proximité

Maurice Cloutier, professeur

© Laboratoire de recherche sur le design, l’architecture et le patrimoine moderne

France Vanlaethem, professeure émérite Soraya Bassil, chargée de cours

École de design

Université du Québec à Montréal 1440, rue Sanguinet. Montréal (Québec) H2X 3X9 Le contenu de ce document ne peut être reproduit en tout ou en partie sans le consentement écrit des auteurs.

ISBN 978-2-9815931-1-5 (format PDF) ISBN 978-2-9815931-0-8 (format imprimé) Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2016 Dépôt légal - Bibliothèque et Archives Canada, 2016


vers 1968 / 1969 vers 1964 / 1965 vers 1960 vers 1950

Étude réalisée par une équipe de recherche de l’École de design de l’UQAM dans le cadre des travaux initiés et financés par le Comité du patrimoine de la CSDM.

Le mobilier scolaire de la CSDM - Patrimoine, design et développement durable  

Étude et évaluation d’éléments de mobilier introduits avant 1980 et toujours en usage à la Commission scolaire de Montréal. École de design...

Le mobilier scolaire de la CSDM - Patrimoine, design et développement durable  

Étude et évaluation d’éléments de mobilier introduits avant 1980 et toujours en usage à la Commission scolaire de Montréal. École de design...

Advertisement