Page 1

A. Agnello, G. Chouinard, A. Firlej, W. Turechek, F. Vanoosthuyse, and C. Vincent Plant and Life Sciences Publishing Cooperative Extension


GUIDE D’IDENTIFICATION MALADIES, RAVAGEURS ET ORGANISMES BÉNÉFIQUES DES ARBRES FRUITIERS Arthur Agnello Gérald Chouinard Annabelle Firlej William Turechek Franz Vanoosthuyse Charles Vincent

Ce guide est la traduction et l’adaptation de Tree Fruit Field Guide to Insect, Mite and Disease Pests and Natural Enemies of Eastern North America (ISBN-13: 978-1-933395-02-9 - ISBN-10: 1-933395-02-8), publié en octobre 2006 par le National Resource Agriculture and Engineering Service (NRAES) (Ithaca, NY), maintenant PALS-Publishing. Certaines parties sont reprises du Guide d’identification des ravageurs du pommier et de leurs ennemis naturels (IRDA-CRAAQ), publié en 2000 par G. Chouinard, A. Firlej, F. Vanoosthuyse et C. Vincent. Une initiative conjointe d’Agriculture et Agroalimentaire Canada, de l’Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA) et du Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CRAAQ).


Droits d’auteur Il est interdit de reproduire, de traduire ou d’adapter cet ouvrage sans l’autorisation écrite du Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CRAAQ) afin de respecter les droits d’auteur et d’encourager la diffusion de nouvelles connaissances. Avertissements Les marques de commerce mentionnées dans ce guide le sont à titre indicatif seulement et ne constituent nullement une recommandation de la part des auteurs ou de l’éditeur. Au moment de sa rédaction, l’information contenue dans le présent guide était jugée représentative du secteur de la fruiticulture au Québec. Son utilisation demeure sous l’entière responsabilité du lecteur.

POUR INFORMATIONS ET COMMENTAIRES Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec Édifice Delta 1, 2875, boulevard Laurier, 9e étage Québec (Québec) G1V 2M2 418 523-5411 | 1 888 535-2537 client@craaq.qc.ca | www.craaq.qc.ca © Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire du Canada, 2018 © Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec et Institut de recherche et de développement en agroenvironnement, 2018 pour l’édition en français © 2006 NRAES pour l’édition en anglais PPOM0107 ISBN 978-2-7649-0566-1 (Version imprimée) ISBN 978-2-7649-0567-8 (Version PDF) Dépôt légal Bibliothèque et Archives Canada, 2018 Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2018


Table des matières Préface...................................................xiv Remerciements..........................................xv Comment utiliser ce guide............................1 Clés diagnostiques des insectes et des acariens............................................3 Clés diagnostiques des maladies....................15

Insectes et acariens ravageurs ........................... 33 Dommages à la surface des feuilles, décoloration, marbrures, taches, écailles, miellat ou moisissure............ 35 Cicadelle blanche du pommier..................... 35 Cicadelle de la pomme de terre................... 36 Psylle du pommier.................................... 37 Psylle du poirier........................................ 38 Cochenille de Comstock............................. 39

Pucerons, enroulement des feuilles..... 40 Cécidomyie du pommier............................ 40 Pucerons verts.......................................... 41 Puceron noir du cerisier.............................. 42 Puceron vert du pêcher.............................. 43 Puceron noir du pêcher.............................. 44 Puceron rose du pommier........................... 45 Puceron lanigère du pommier..................... 46

Mineuses des feuilles......................... 47 Mineuse des feuilles du prunier................... 47 Mineuse de Slingerland............................. 48 Mineuse marbrée...................................... 49

Dommages d’alimentation aux boutons floraux, fleurs et feuilles....... 50

Taupins................................................... 52 Thrips du poirier........................................ 53 Vers-gris grimpants.................................... 54 Eupithécie rectangulaire............................. 55 Pyrale tricolore......................................... 56 Mineuse des bourgeons du pommier............ 57 Porte-case fuselé du pommier .................... 58 Porte-case virgule du pommier.................... 59 Pique-bouton du pommier.......................... 60 Noctuelles frugivores vertes........................ 61

Feuilles enroulées, abris, défoliation et présence de toiles.......................... 63 Tordeuse pâle du pommier......................... 63 Tordeuse du pommier................................ 64 Arpenteuse tardive.................................... 65 Livrée d’Amérique..................................... 66 Livrée des forêts....................................... 67 Chenille à tente estivale............................. 68 Spongieuse.............................................. 69

Dommage de squelettisation aux feuilles....................................... 70 Tenthrède-limace des rosacées ................... 70 Squeletteuses........................................... 71 Arpenteuse du printemps............................ 72 Chenille à bosse rouge............................... 73

Piqûres, cicatrices, bosses, taches ou roussissure sur le fruit................... 74 Lygide du pommier................................... 74 Punaise de la pomme (punaise du poirier).... 74 Punaise de l’aubépine............................... 74 Punaise de la molène................................ 75 Punaises pentatomides (Punaises à bouclier)............................................... 76 Punaise terne........................................... 78 Thrips des petits fruits................................ 79 Thrips des fleurs....................................... 79

Phyllobes (Charançon vert pâle).................. 50 Perce-oreille............................................. 51 x

Table des matières


INSECT AND MITE PESTS

Dommages d’alimentation à la surface des fruits........................... 80 Scarabée japonais..................................... 80 Scarabée du rosier.................................... 80 Hanneton vert.......................................... 81 Petit carpocapse de la pomme.................... 82 Tordeuse à bandes obliques........................ 83 Tordeuse à bandes rouges.......................... 85 Tordeuse du bouton du pommier................. 86 Tordeuse soufrée....................................... 87 Enrouleuse panachée................................. 88

Dommages d’alimentation internes (fruits).............................................. 89 Charançon de la prune............................... 89 Mouche de la pomme................................ 90 Trypètes des cerises................................... 91 Tenthrède de l’oseille................................ 92 Hoplocampe des pommes.......................... 93 Noctuelle des cerises................................. 94 Carpocapse de la pomme........................... 95 Pyrale du maïs......................................... 96 Tordeuse orientale du pêcher...................... 97 Drosophile à ailes tachetées....................... 99

Perceur du pêcher..................................... 110 Priones.................................................... 111 Saperde du pommier................................. 112 Bupreste du pommier................................ 113

Cochenilles........................................ 114 Lécanie de la vigne .................................. 114 Cochenille ostréiforme............................... 115 Kermès de Forbes..................................... 116 Cochenille virgule...................................... 117 Cochenille de San José.............................. 118 Cochenille blanche du mûrier...................... 119

Acariens............................................ 120 Ériophyide du pommier.............................. 120 Tétranyque rouge...................................... 121 Ériophyide du poirier.................................. 122 Phytopte du poirier.................................... 123 Phytopte du prunier de pépinière (tétranyque argenté du pêcher*)................ 124 Tétranyque à deux points........................... 125

Déformation des fruits.......................100

Insectes, araignées et acariens bénéfiques............ 127

Cécidomyie des poires............................... 100 Chalcis du pommier................................... 101 Scolyte des arbres fruitiers......................... 102

Acariens............................................ 128

Dommages aux tiges ou à l’écorce.....102 Scolyte du pêcher..................................... 103 Cérèse buffle............................................ 104 Cigale dix-sept ans.................................... 105 Grillon de Fulton....................................... 106

Galeries dans le bois.......................... 107 Pyrale de la prune..................................... 107 Sésie du cornouiller................................... 108 Petit perceur du pêcher.............................. 109 Table des matières

Acariens phytoséiides................................ 128 Acariens stigmaéides................................. 129 Autres acariens prédateurs.......................... 130

Araignées.......................................... 131 Araignées errantes.................................... 131 Araignées à toiles..................................... 132

Coccinelles........................................ 133

xi


Coccinelles............................................... 133 Coccinelle Stethorus (Coccinelle tête d’épingle)......................... 135

Mouches............................................136 Cécidomyies (prédatrices).......................... 136 Syrphes (mouches à fleur)......................... 137 Mouches tachinaires.................................. 138

Punaises............................................139 Punaise translucide................................... 139 Punaises pentatomides (prédatrices)........... 140 Punaises réduves (punaises assassines)....... 141 Punaises anthocorides............................... 141 Punaise de la molène................................ 142

Abeilles et guêpes..............................143 Abeilles et bourdons.................................. 143 Ichneumons............................................. 144 Guêpes braconides et chalcides................... 145

Chrysopes et hémérobes.................... 146 Chrysopes et hémérobes............................ 146

Thrips................................................ 147 Thrips noir du pommier.............................. 147

Maladies........................... 149

Arbres rabougris, flétris, décolorés ou chute précoce des feuilles............. 150 Nécrose du point de greffe du pommier (Virus de la tache annulaire de la tomate [TmRSV]) ............................................... 150

xii

Armillaire couleur de miel (Pourridié-agaric)...................................... 151 Maladie de la constriction du prunier Stanley (ligne brune) ............................... 152 Tumeur du collet ...................................... 153 Peach tree short life.................................. 154 Phony peach ........................................... 155 Pourriture du collet ..................................... 156 Picoture de la tige..................................... 157 Maladie de la replantation ......................... 158 Nématodes parasites des racines ................ 159 Maladie du plomb .................................... 160 Southern blight......................................... 161 Verticilliose.............................................. 162

Chancres (parfois associés au flétrissement des rameaux)...............163 Chancre de l’anthracnose........................... 163 Chancre bactérien (des arbres fruitiers à noyau) ................................................ 164 Nodule noir ............................................. 166 Chancre nectrien (chancre européen)........... 167 Chancre cytosporéen................................. 168 Chancre pérennant.................................... 169

Symptômes sur les fleurs et/ou flétrissement des pousses................... 170 Chancre bactérien (du poirier).................... 170 Feu bactérien (Brûlure bactérienne)............. 171 Chancre à Fusicoccum ................................ 173 Dépérissement nectrien (ou maladie du corail)............................... 174

Symptômes uniquement sur les feuilles......................................... 175 Alternariose.............................................. 175 Virus latents du pommier........................... 176 Mosaïque du pommier............................... 177 Criblure .................................................. 178

Table des matières


INSECT AND MITE PESTS

Septoriose............................................... 179 Brûlure de la feuille................................... 180 Jaunisse nervale....................................... 181 Tache annulaire nécrotique......................... 182 Jaunisse du griottier ................................. 183

Symptômes sur les fleurs et parfois sur les fruits........................... 184 Tavelure du pommier................................. 184 Tache noire bactérienne............................. 186 Variole noire............................................ 187 Entomosporiose........................................ 188 Marbrure à anneaux verts ......................... 189 Cloque des feuilles.................................... 190 Tavelure du poirier.................................... 191 Maladie des pochettes............................... 192 Sharka du prunier..................................... 193 Oïdium (blanc du pommier et du poirier)...... 194 Oïdium (blanc de l’abricotier, du nectarinier, du pêcher et du prunier)............................ 195 Oïdium (blanc du cerisier).......................... 196 Rouilles .................................................. 197 Maladie X................................................ 199

Tache de rouille........................................ 215 Tache de suie........................................... 216 Pourriture blanche (chancre botryosphaerien) ..................................... 217

Symptômes à la récolte ou sur fruits entreposés................................219 Tache amère (point amer) et tache de l’Anjou ...................................... 219 Moisissure bleue ...................................... 220 Moisissure grise........................................ 221 Pourriture mucorienne............................... 222 Moisissure chevelue ................................... 223 Glossaire................................................. 224 Index des organismes bénéfiques ou ravageurs............................................ 229 Index des maladies................................... 242 Pour plus d’information............................. 248

Symptômes uniquement sur les fruits............................................200 Pourriture lenticellaire................................ 200 Anthracnose............................................. 201 Pourriture amère....................................... 202 Pourriture noire (tache ocellée ou chancre noir du pommier).......................... 203 Tache vésiculaire....................................... 205 Tache phoméenne..................................... 206 Pourriture brune........................................ 207 Pourriture du calice................................... 209 Pourriture sèche de l’œil............................ 209 Moucheture ............................................ 210 Pourriture du fruit vert............................... 211 Moisissure du cœur et pourriture du cœur..... 212 Tavelure noire........................................... 213 Gravelle .................................................. 214

Table des matières

xiii


Comment utiliser ce guide

C

e guide est composé d’un ensemble de fiches regroupées en trois sections; chaque fiche couvre une espèce particulière ou un groupe d’espèces similaires. La première section (en rouge), présente les arthropodes ravageurs (insectes et acariens). La deuxième section (en vert), décrit les insectes, acariens et araignées bénéfiques. La troisième section (en brun) répertorie les maladies des arbres fruitiers. L’information contenue à l’en-tête de chaque fiche est expliquée ci-dessous.

1. Pour les arthropodes, la classification taxonomique : Ordre (plus Sous-ordre, pour les Hémiptères) : Famille

1 2 3

4

5

2. Le nom commun français et anglais 3. Le nom scientifique et sa source (nom du ou des auteurs qui ont identifié cet organisme)

6

7

8

4. Pour les arthropodes, la silhouette de chaque stade de développement et sa longueur en mm – A : adulte (chez les Lépidoptères, largeur des ailes déployées) – L or N : dernier ou plus gros stade larvaire ou nymphal 5. Pour les arthropodes, la principale période d’activité dans la culture (en rouge ou en bleu, selon le stade de développement) 6. Les habitudes alimentaires ou le site d’attaque (voir page 2 pour la clé des icônes) 7. Pour les arthropodes, le nombre de générations par an 8. Les photos des stades de déve­ loppement et des dégâts

Comment utiliser ce guide

1


Icônes : Acarien (oeufs et formes mobiles) Œufs d’insecte Larve Cicadelles Cochenilles Pucerons Insectes multiples et acariens Nectar, pollen (pollinisateurs) Rameaux Boutons Pommes Cerises Pêches Poires Prunes Tronc et branches Racines et couronnes Feuillages Impact : La répétition d’une icône indique l’importance (en termes de fréquence ou d’impact économique) de chaque organisme ravageur ou nuisible :

Une icône – Léger; organisme nuisible ou bénéfique mineur

Deux icônes – Moderé; organisme nuisible ou bénéfique secondaire

Trois icônes – Important; organisme nuisible ou bénéfique majeur

2

La première section du présent guide décrit les insectes et acariens ravageurs selon les points ci-dessous.

Caractéristiques : Principaux caractères permettant d’identifier l’insecte ou l’acarien; il est à noter que les caractères ne sont pas nécessairement très marqués chez les jeunes larves. Ces caractères ne sont pas toujours propres à l’espèce décrite, mais ils permettent de la distinguer des autres espèces présentées dans le guide. Répartition : Aire de répartition générale de l’espèce (dans l’est de l’Amérique du Nord seulement, même si l’espèce se rencontre ailleurs). Clé : CT - Connecticut FL - Florida IL - Illinois MA - Massachusetts MD - Maryland ME - Maine MI - Michigan NB - New Brunswick NH - New Hampshire NJ - New Jersey NS - Nova Scotia NY - New York OH - Ohio ON - Ontario PA - Pennsylvania QC - Québec RI - Rhode Island SC - South Carolina VA - Virginia VT - Vermont WV - West Virginia Dégâts : Dommages causés aux fruits ou à l’arbre par le ravageur. Pour économiser de l’espace, nous n’avons pas inclus les renseignements sur le cycle vital n’ayant pas de lien direct avec l’identification de l’espèce ou son activité dans les cultures (p. ex., hivernage, comportement lié à l’accouplement ou à l’oviposition, etc.). Comment utiliser ce guide


Espèces semblables : Espèces d’insectes ou d’acariens à ne pas confondre avec l’espèce décrite. Moyens de lutte : Indication sommaire des moyens de lutte que l’on peut utiliser lorsque les populations du ravageur dépassent les seuils tolérables. Nous recommandons au lecteur de consulter les lignes directrices établies par les universités ou autres sources d’expertise de sa région s’il désire obtenir plus d’information sur la mise en œuvre des moyens de lutte.

Clés diagnostiques des insectes et des acariens

L

es clés qui suivent peuvent être utilisées pour l’identification des insectes et acariens les plus probablement responsables de certains types de dommages, en fonction des symptômes observables sur le terrain. Les organismes sont présentés selon un ordre décroissant approximatif de la gravité des dommages qu’ils causent et de leur fréquence. Pour une identification plus exacte de l’insecte responsable des dommages, la capture et l’examen de spécimens sont recommandés.

La deuxième section du guide présente les espèces bénéfiques.

Caractéristiques : Description des caractères permettant de reconnaître l’insecte, l’araignée ou l’acarien. Ces caractères ne sont pas nécessairement propres à l’espèce décrite, mais ils permettent de la distinguer des autres espèces présentées dans le guide. Dans la mesure du possible, d’autres caractères ont été indiqués. Ils peuvent avoir une valeur positive (J) ou négative (L), comme dans le cas de la sensibilité d’un prédateur aux pesticides. Situation : Précisions sur l’activité utile du prédateur ou du parasitoïde en fonction de son stade de développement. La troisième section du guide porte sur les maladies des arbres fruitiers.

Pour chaque maladie, nous énumérons les arbres fruitiers touchés et les principaux tissus attaqués. Nous présentons ensuite une description des symptômes, puis une indication sommaire de la répartition de la maladie, des maladies et troubles similaires avec lesquels elle peut être confondue et des moyens de lutte recommandés.

Comment utiliser ce guide

IMPORTANT! Le présent document n’est pas un guide de phytoprotection. Pour déterminer si les populations d’un orga­ nisme nuisible constituent une menace et justifient une intervention, il est conseillé d’effectuer un dépistage selon les méthodes reconnues. Pour obtenir des renseignements détaillés sur ces méthodes de dépistage et sur les moyens de lutte recommandés, le lecteur peut consulter les lignes directrices établies par les services phytosanitaires de sa région dans la section « Pour plus d’information », qui contient de l’information générale et les liens vers des sites internet spécialisés. En cas de doute sur l’identification d’une espèce ou sur le risque qu’elle représente, il faut consulter un spécialiste en protection des végétaux.

3


CLÉ D'IDENTIFICATION DES INSECTES ET ACARIENS RAVAGEURS DU POMMIER, SELON LES DOMMAGES OBSERVÉS A – Dommages infligés aux boutons floraux, aux fleurs, aux fruits ou aux pousses terminales 1 - piqûres, trous ou dépressions : punaise terne (p. 78), punaise de la molène (p. 75), chalcis du pommier (p. 101), taupins (p. 52) 2 – dommages causés par l’alimentation, galeries : tordeuse à bandes obliques (p. 83), tordeuse orientale du pêcher (p. 97), hoplocampe des pommes (p. 93), noctuelle cuivrée (p. 61), noctuelle du fruit vert (p. 61), noctuelle des fruits verts (p. 61), piquebouton du pommier (p. 60), arpenteuse tardive (p. 65), tordeuse pâle du pommier (p. 63), pyrale tricolore (p. 56), eupithécie rectangulaire (p. 55), porte-case fuselé du pommier (p. 58), porte-case virgule du pommier (p. 59) 3 – dépérissement, flétrissement, consommation ou chute de certaines parties : thrips du poirier (p. 53), arpenteuse tardive (p. 65), arpenteuse du printemps (p. 72), mineuse des bourgeons du pommier (p. 57), portecase fuselé du pommier (p. 58), porte-case virgule du pommier (p. 59) B –Dommages infligés aux fruits par l’alimentation ou la ponte 1 – piqûres, perforations ou cicatrices causées par l’alimentation ou la ponte : mouche de la pomme (p. 90), charançon de la prune (p. 89), punaise terne (p. 78), punaise de la molène (p. 75), punaises à bouclier (p. 76), lygide du pommier (p. 74), punaise de l’aubépine (p. 74), punaise de la pomme (punaise du poirier) (p. 74), chalcis du pommier (p. 101) 2 – petits trous ou fossettes : carpocapse de la pomme (p. 95), tordeuse à bandes obliques (p. 83), tordeuse du bouton du pommier (p. 86), tordeuse orientale du pêcher (p. 97), petit carpocapse de la pomme (p. 82), enrouleuse panachée (p. 88), arpenteuse tardive (p. 65), tordeuse soufrée (p. 87), pyrale tricolore (p. 56) 3 – présence en surface de galeries, de dépressions ou de trous de moins de 6 mm de profondeur : charançon de la prune

4

(p. 89), tordeuse à bandes obliques (p. 83), tordeuse du bouton du pommier (p. 86), tordeuse à bandes rouges (p. 85), scarabée japonais (p. 80), scarabée du rosier (p. 80), petit carpocapse de la pomme (p. 82), enrouleuse panachée (p. 88), pique-bouton du pommier (p. 60), noctuelle des cerises (p. 94), arpenteuse tardive (p. 65), pyrale tricolore (p. 56), perce-oreille (p. 51), grillon de Fulton (p. 106) 4 – présence en surface de sillons, d’entailles ou de grandes cavités ou cicatrices de moins de 6 mm de profondeur : tordeuse à bandes obliques (p. 83), tordeuse du bouton du pommier (p. 86), hoplocampe des pommes (p. 93), tordeuse à bandes rouges (p. 85), noctuelle cuivrée (p. 61), noctuelle du fruit vert (p. 61), noctuelle des fruits verts (p. 61), scarabée japonais (p. 80), scarabée du rosier (p. 80), enrouleuse panachée (p. 88), tordeuse du pommier (p. 64), chenille à tente estivale (p. 68), coccinelle asiatique (p. 133) 5 - trous avec galeries de plus de 6 mm de profondeur, traces de passage ou de creusage à l’intérieur du fruit, avec ou sans déjections : mouche de la pomme (p. 90), carpocapse de la pomme (p. 95), tordeuse orientale du pêcher (p. 97), hoplocampe des pommes (p. 93), noctuelle cuivrée (p. 61), noctuelle du fruit vert (p. 61), noctuelle des fruits verts (p. 61), petit carpocapse de la pomme (p. 82), pyrale du maïs (p. 96), noctuelle des cerises (p. 94), tenthrède de l’oseille (p. 92) C - Malformation ou chute des fruits, ou présence de marques sur les fruits 1 – cicatrices : charançon de la prune (p. 89), tordeuse à bandes obliques (p. 83), tordeuse du bouton du pommier (p. 86), punaise terne (p. 78), hoplocampe des pommes (p. 93), noctuelle cuivrée (p. 61), noctuelle du fruit vert (p. 61), noctuelle des fruits verts (p. 61), punaise de la molène (p. 75), enrouleuse panachée (p. 88), punaises à bouclier (p. 76), lygide du pommier (p. 74), punaise de la pomme (punaise du poirier) (p. 74) 2 – taches ou écailles : cochenille de San José (p. 118), cicadelle blanche du pommier Clés diagnostiques des insectes et des acariens


INSECTES ET ACARIENS RAVAGEURS

Hemiptera : Auchenorrhyncha : Cicadellidae

Cicadelle blanche du pommier White apple leafhopper Typhlocyba pomaria McAtee A : 3 mm N : 1,5 mm

2 générations

Larve

Pré-bouton rose

A

Bouton Floraison rose

Calice

Début été

Mi-été

Pré-récolte

Caractéristiques L’adulte est blanc crème. Ses antennes sont courtes, ses ailes sont translucides, et son corps est cunéiforme allongé (A). Souvent à la face inférieure des feuilles, il saute et vole avec beaucoup d’agilité. La larve (B) est jaunâtre, sans ailes, et elle est très mobile; elle se déplace généralement selon un mouvement de va-et-vient.

NYSAES

B

NRAES–75

C

NYSAES

D

NYSAES

Répartition L’espèce est répandue dans la plupart des États et provinces producteurs de fruits de l’est de l’Amérique du Nord. Dégâts L’espèce s’attaque principalement au pommier. Elle crée en s’alimentant des marbrures blanches sur les feuilles, particulièrement à l’intérieur de la canopée (C); présence d’excréments noirs brillants sur les feuilles et les fruits (D) lorsque les adultes pullulent. L’espèce peut nuire aux cueilleurs en volant jusque dans leur nez, leur bouche ou leurs yeux. Espèces semblables La cicadelle de la pomme de terre (Empoasca fabae), de couleur verdâtre, se déplace latéralement et apparaît plus tardivement dans la saison. Elle est présente occasionnellement sur les gourmands et cause un jaunissement ou une chlorose des feuilles, puis les jeunes feuilles terminales prennent une forme de cuiller. La cicadelle du rosier (Edwardsiana rosae (L.)) est étroitement apparentée et très semblable à la cicadelle blanche du pommier, mais la larve de la cicadelle du rosier présente des taches foncées à la base des soies (poils) du thorax (E), alors que celle de la cicadelle blanche du pommier est dépourvue de taches. Les caractéristiques des genitalia et de l’ovipositeur sont souvent utilisées pour l’identification, mais elles sont difficiles à observer sur le terrain. La cicadelle du rosier produit trois générations par année dans les États du centre du littoral de l’Atlantique et plus au sud. Moyens de lutte Surveiller les populations sur le feuillage (feuilles associées aux fruits dans le cas de la première génération); utiliser, au besoin, des insecticides sélectifs contre les stades immatures.

Dommages à la surface des feuilles, décoloration, marbrures, taches, écailles, miellat ou moisissure

35


INSECTES ET ACARIENS RAVAGEURS

Hemiptera : Auchenorrhyncha : Cicadellidae

Cicadelle de la pomme de terre Potato leafhopper Empoasca fabae (Harris) A : 3 mm N : 1,5 mm

Pré-bouton rose

A

J. Moisan-De Serres

B

NRAES–75

C

2-4 générations

Larve

Bouton rose

Floraison

Calice

Début été

Mi-été

Pré-récolte

Caractéristiques L’adulte est vert jaunâtre. Ses antennes sont courtes, ses ailes sont translucides, ses pattes sont munies d’épines bien visibles, et son corps est cunéiforme et allongé (A). Généralement, il se déplace activement sur la face supérieure des feuilles et va rapidement se réfugier sur la face inférieure lorsqu’il est dérangé. La larve, dépourvue d’ailes, est très mobile et se déplace généralement de manière latérale. L’espèce passe l’hiver dans les États du golfe du Mexique; chaque année, les adultes sont transportés par les fronts atmosphériques jusqu’aux États du centre du littoral de l’Atlantique et du nord-est. Répartition L’espèce est répandue dans la plupart des États et provinces producteurs de fruits de l’est de l’Amérique du Nord. Dégâts L’espèce s’attaque au pommier ainsi qu’à de nombreu­ ses autres plantes cultivées. Lorsqu’ils se nou­rrissent, l’adulte et la larve injectent leur salive toxique dans les tissus végétaux, ce qui les endommage et cause un jaunissement ou une chlorose, signe caractéristique appelé « brûlure de la cicadelle », puis les jeunes feuilles terminales prennent une forme de cuiller (B).

NRAES–75

Espèces semblables La cicadelle blanche du pommier (Typhlocyba po­ maria) se déplace selon un mouvement de va-et-vient et apparaît plus tôt dans la saison. La cicadelle du rosier (Edwardsiana rosae (L.)) est étroitement apparentée et très semblable à la cicadelle de la pomme de terre, mais la larve de la cicadelle du rosier (C) présente des taches foncées à la base des soies (poils) du thorax. Les caractéristiques des genitalia et de l’ovipositeur sont souvent utilisées pour l’identification, mais elles sont difficiles à observer sur le terrain. Moyens de lutte Surveiller la présence de populations sur la face inférieure des feuilles, particulièrement dans le cas des jeunes arbres. Utiliser, au besoin, des insecticides sélectifs contre les stades immatures.

36

Dommages à la surface des feuilles, décoloration, marbrures, taches, écailles, miellat ou moisissure


BÉNÉFIQUES

Acari : Phytoseiidae

Acariens phytoséiides 10 X A : 0,33 mm (montré à 10x sa taille réelle)

Phytoseiid mites Amblyseius (= Neoseiulus) fallacis (Garman) Typhlodromus pyri (Scheuten) Typhlodromus caudiglans Schuster Typhlodromus longipilus Nesbitt Typhlodromus vulgaris Ehara 4-6 générations

Oeufs et formes mobiles

Pré-bouton rose

A

NYSAES

B

NYSAES

C

NYSAES

Bouton Floraison rose

Calice

Début été

Mi-été

Pré-récolte

Caractéristiques Les adultes ont un corps translucide en forme de goutte d’eau (A). Une marque foncée en forme de H est parfois visible à l’intérieur de leur corps; celle-ci est rouge si ces acariens se nourrissent de tétranyques rouges (Panonychus ulmi) ou jaune s’ils se nourrissent de tétranyques à deux points (Tetranychus urticae). Il se déplace rapidement sur le feuillage. Les immatures sont semblables et de couleur pâle (B). Les œufs sont elliptiques et blanc translucide (C).

L

Ces prédateurs sont très sensibles aux insecticides à base de pyréthrinoïdes ou de carbamates. Cependant, des observations sur le terrain suggèrent qu’il peut y avoir une résistance dans le cas de certaines populations. Situation Avec les stigmaéides, les phytoséiides sont les acariens prédateurs les plus répandus dans les vergers de pommiers du nord-est de l’Amérique du Nord. Ils sont principalement présents dans la canopée des arbres durant la deuxième moitié de la saison. Généralement, la présence d’Amblyseius fallacis s’accentue dans les arbres à mesure que l’été avance, en raison de la disponibilité des proies, mais l’espèce est présente sur la végétation sous les arbres tout au long de la saison. Un certain nombre d’espèces du genre Ty­ phlodromus peuvent être présentes dans les vergers de l’est de l’Amérique du Nord; elles sont impossibles à distinguer sans un microscope.

J Les populations établies de phytoséiides peu-

vent contribuer à la lutte biologique saisonnière contre les acariens phytophages si elles ne sont pas perturbées par l’utilisation de pesticides non sélectifs.

128

Acariens


BÉNÉFIQUES

Acari : Stigmaeidae

Acariens stigmaéides 10 X A : 0,33 mm (montré à 10x sa taille réelle)

Stigmaeid/“Yellow” mites Agistemus fleschneri (Summers) Zetzellia mali (Ewing)

Pré-bouton rose

A

Howitt

B

3-4 générations

Oeufs et formes mobiles

Bouton Floraison rose

Calice

Début été

Mi-été

Pré-récolte

Caractéristiques Agistemus fleschneri est la principale espèce présente dans les vergers du Québec et du nord de l’Ontario, alors que Zetzellia mali est prédominante aux ÉtatsUnis, dans le sud de l’Ontario et dans les provinces Maritimes. Les stades immatures sont jaune vif. La femelle adulte d’A. fleschneri est rouge-orange (A) et peut être confondue avec le tétranyque rouge (Panonychus ulmi), mais, contrairement à celui-ci, elle ne possède pas de poils blancs soyeux. Zetzellia mali est jaune vif au stade adulte (B), mais peut sembler rougeâtre après avoir consommé des acariens rouges (C). Les œufs sont ronds et jaunes (D).

L

En général, les stigmaéides sont sensibles aux insecticides à large spectre, mais moins que les phytoséiides.

NYSAES

C

NYSAES

D

Situation Avec les phytoséiides, les stigmaéides sont les acariens prédateurs les plus répandus dans les vergers de pommiers du nord-est de l’Amérique du Nord; ils se nourrissent notamment des œufs et des larves de l’ériophyide du pommier et du tétranyque rouge. Il ne faut pas confondre les stigmaéides avec Eotetranychus carpini borealis (Ewing), acarien jaune nuisible qui s’attaque aux ronces mais peut aussi être présent sur les arbres fruitiers.

J

En combinaison avec les phytoséiides ou d’autres prédateurs d’acariens, ces espèces peuvent contribuer à maintenir les populations d’acariens ravageurs sous le seuil économique d’intervention.

NYSAES

Acariens

129


MALADIES

Nécrose du point de greffe du pommier (Virus de la tache annulaire de la tomate [TmRSV]) Apple union necrosis and decline (AUND) Tomato Ringspot Virus [TmRSV] A

Hôtes Pommier. Symptômes La nécrose du point de greffe du pommier est due à une incompatibilité au point de greffe, qui se manifeste lorsqu’un greffon résistant est joint à un porte-greffe sensible mais tolérant (il s’agit la plupart du temps du MM.106). Les symptômes apparaissent environ quatre à six ans après la plantation, habituellement lorsque l’arbre peut porter une pleine charge fruitière. Les pommiers affectés montrent des signes de dépérissement généralisé, à commencer par un retard du débourrement. La canopée tend à être clairsemée. Les feuilles sont petites et vert pâle. Une chute précoce des feuilles est possible. Une ligne noire renfoncée est clairement visible sous l’écorce au point de greffe (A). Le point de greffe peut être affaibli jusqu’à entraîner une séparation partielle ou complète du greffon, ou il peut se fissurer en conditions de stress (B).

NRAES–75

B

NRAES–75

Répartition Maladie commune dans toutes les régions fruitières de l’est de l’Amérique du Nord. Maladies et troubles similaires Toute maladie ou tout trouble affectant le système racinaire ou le point de greffe peut produire des symptômes aériens similaires. Le noircissement du point de greffe visible lorsqu’on enlève l’écorce permet de distinguer la nécrose du point de greffe du pommier des maladies similaires. Moyens de lutte Le TmRSV peut survivre chez un certain nombre d’espèces de mauvaises herbes. Il est transmis par la graine chez le pissenlit et par les nématodes Xiphinema americanum Cobb et Xiphinema rivesi Dalmasso. Par conséquent, une lutte efficace contre les mauvaises herbes et la préparation du terrain avant la plantation peuvent contribuer à réduire la fréquence de cette maladie. La sélection de porte-greffes résistants ou, dans certains cas, l’utilisation de greffons intermédiaires résistants peuvent également contribuer à réduire la fréquence de la maladie. Cependant, le classement des porte-greffes pose parfois des difficultés, compte tenu des divergences entre les différents rapports sur le sujet. Les porte-greffes qui sont néanmoins considérés comme tolérants à la nécrose du point de greffe du pommier (c’est-à-dire ceux chez qui l’apparition des symptômes demeure possible) comprennent le MM.106 (particulièrement avec le cultivar Délicieuse), le M.26 et le P.2. Ceux qui sont considérés comme résistants comprennent le M.4, le M.7 et l’Ottawa 3. Des résultats mitigés ont été obtenus avec plusieurs autres porte-greffes, dont le M.9, le MM.111, le G.16, le G.30 et le B.9.

150

Arbres rabougris, flétris, décolorés ou chute précoce des feuilles


MALADIES

Armillaire couleur de miel (Pourridié-agaric) Armillaria root rot Armillaria mellea (Vahl:Fr.) P. Kumm.

A

Burr

B

Burr

C

Jones

Hôtes Pommier, abricotier, cerisier, nectarinier, pêcher, poirier, prunier. Symptômes L’écorce du collet et des racines des arbres atteints de pourridié-agaric se détache facilement, exposant une couche du mycélium blanc dense de l’armillaire couleur de miel (A). Cette couche s’étend en forme d’éventail sous l’écorce. Des cordons noirs ressemblant à des lacets (rhizomorphes) peuvent être visibles à la surface de l’écorce (B). À l’automne, de gros champignons (basidiocarpes) bruns ou jaunes peuvent apparaître sur la base du tronc, surtout lorsqu’un arbre mort est laissé sur place (C). Dans les vergers touchés, les arbres meurent souvent de façon concentrique, à partir d’un ou de plusieurs foyers d’infection. Répartition Maladie présente dans toutes les régions fruitières de l’est de l’Amérique du Nord, mais peu commune. Maladies et troubles similaires Toute maladie ou tout trouble affectant le système racinaire ou le point de greffe peut produire des symptômes aériens similaires. La présence de rhizomorphes permet de distinguer cette maladie des troubles similaires. Moyens de lutte Il n’existe pas de moyens de lutte pratiques. Les arbres fruitiers à noyau tendent à être plus sensibles à l’infection que les pommiers et les poiriers. La sensibilité varie toutefois en fonction du porte-greffe sélectionné. Parmi les porte-greffes d’arbres fruitiers à noyau, le Lovell, le Mahaleb, le Myrobalan et le Nemaguard sont considérés comme les plus sensibles, tandis que le Marianna et le Mazzard sont considérés comme modérément résistants.

Arbres rabougris, flétris, décolorés ou chute précoce des feuilles

151

guide d'identification maladies, ravageurs et organismes bénéfiques arbres fruitiers  
guide d'identification maladies, ravageurs et organismes bénéfiques arbres fruitiers