Issuu on Google+


Lorsque vous achetez nos publications, vous encouragez la diffusion des nouvelles connaissances et la mise à jour de nos outils de référence. Merci!

Avertissements

Au moment de sa rédaction, l’information contenue dans le présent guide était jugée représentative de la pratique de la culture en serre du poivron au Québec et son utilisation demeure sous l’entière responsabilité du lecteur. Certains renseignements pouvant avoir évolué de manière significative depuis la rédaction de cet ouvrage, le lecteur est invité à en vérifier l’exactitude avant de les mettre en application. Les éléments de publicité concrétisent l’appui du milieu à la parution de l’ouvrage. Leur présence ne signifie pas que le CRAAQ en approuve le contenu ou cautionne les entreprises ou organismes concernés. Il est interdit de reproduire, imprimer, traduire ou adapter cet ouvrage, en totalité ou en partie, sous quelque forme ou par quelque procédé que ce soit, sans l’autorisation écrite préalable du Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec. Les formats PDF sont destinés à l’usage exclusif de l’acheteur et ne doivent en aucune façon être diffusés ou échangés avec d’autres utilisateurs. Dans le présent document, le masculin englobe le féminin et est utilisé uniquement pour alléger le texte.

Pour information et commentaires

Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec 2875, boulevard Laurier, 9e étage Québec (Québec) G1V 2M2 Téléphone : 418 523-5411 Télécopieur : 418 644-5944 Courriel : client@craaq.qc.ca Site Internet : www.craaq.qc.ca © Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec, 2008 PCUA0035-PDF ISBN 978-2-7649-0326-1 ISBN 978-2-7649-0204-2 (Imprimé, 2008) Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales Canada, 2014 Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2014


Rédaction Gilles Turcotte, M.Sc., agronome, consultant en serriculture, Québec

Révision Gilles Cadotte, agronome, directeur développement expérimental, Centre d'information et de développement expérimental en serriculture, SaintHyacinthe André Carrier, M.Sc., agronome, conseiller régional en horticulture, MAPAQ, Direction régionale de la Chaudière-Appalaches, Sainte-Marie Martine Dorais, Ph.D., chercheure, Agriculture et Agroalimentaire Canada, professeure associée, Université Laval, Systèmes de production durable, Québec

Coordination et édition Chantale Ferland, M.Sc., chargée de projets aux publications, CRAAQ, Québec Lyne Lauzon, biologiste, coordonnatrice aux publications, CRAAQ, Québec

Mise en page et conception graphique Jocelyne Drolet, agente de secrétariat, CRAAQ, Québec Sylvie Robitaille, technicienne en infographie, CRAAQ, Québec

Photos Gilles Turcotte, M.Sc., agronome, consultant en serriculture, Québec

V


TABLE DES MATIÈRES LA CULTURE DU POIVRON SOUS SERRE......................................................1 La production mondiale, canadienne et québécoise ............................................1 Les caractéristiques climatiques du Québec ........................................................4 Le potentiel de production dans le contexte climatique québécois......................5 Économie de la production et perspectives d’avenir ...........................................6 LE MATÉRIEL VÉGÉTAL.......................................................................................9 L’origine, la morphologie et les caractéristiques spéciales de la plante ..............9 La physiologie de la floraison............................................................................11 Le développement des fruits..............................................................................12 Les exigences climatiques de la culture du poivron ..........................................13 Les cultivars.......................................................................................................15 COMPRENDRE LES NOTIONS DE VIGUEUR ET D’ÉQUILIBRE DU POIVRON.........................................................................................................17 La vigueur et la répartition des photo-assimilats ...............................................17 La croissance végétative et la croissance générative .........................................18 L’adaptation de la conduite climatique au comportement de la plante..............20 LE CALENDRIER DE PRODUCTION, LA PRÉPARATION DES JEUNES PLANTS ET LA MISE EN CULTURE.......................................22 Le calendrier de production ...............................................................................22 Les conditions générales pour la préparation des transplants ............................23 Le semis.............................................................................................................24 Les soins à apporter après la levée ....................................................................26 Du repiquage à l’espacement des plants ............................................................26 De l’espacement à la plantation .........................................................................28 Le système de palissage.....................................................................................29 La densité de culture..........................................................................................31 La mise en culture et la plantation .....................................................................32 LA CONDUITE DE CULTURE.............................................................................36 L’entretien de la culture.....................................................................................36 Le positionnement des vagues de fruits sur la plante ........................................38 La pollinisation ..................................................................................................41 La récolte, le conditionnement et la conservation des fruits..............................42 Le suivi de culture .............................................................................................43

VII


La culture en serre du poivron LA CONDUITE CLIMATIQUE..............................................................................46 Les détails techniques indispensables................................................................46 La gestion de l’hygrométrie et de la ventilation ................................................46 Éviter la condensation sur les plantes ................................................................50 Les stratégies de conduite climatique en fonction des saisons ..........................51 Phase 1. De la plantation à l’établissement de la 1re vague de nouaison ......51 Phase 2. De l’initiation de la 2e vague jusqu’au début de la récolte .............54 Phase 3. Nouaison de la 3e vague, initiation des autres vagues et conduite de culture en été ............................................................57 Phase 4. L’étêtage à la fin de la récolte et la conduite de culture en automne.......................................................................................60 Les stratégies de conduite climatique en fonction de signes extérieurs observés sur les plants de poivron .....................................................................62 LA CONDUITE DE LA NUTRITION MINÉRALE ET DE L’IRRIGATION......65 Les exigences en éléments minéraux et les solutions nutritives ........................65 Les ajustements recommandés en situation de risque de nécrose apicale...............................................................................................66 La conduite générale de l’irrigation...................................................................68 La stratégie de gestion de l’irrigation sur une base quotidienne........................69 La période de remouillage .............................................................................70 La période active............................................................................................70 La période de ressuyage.................................................................................70 La période de nuit ..........................................................................................71 La répartition de l’irrigation au cours de la journée.....................................71 La gestion de la conductivité électrique en été ..................................................72 Le pH comme indicateur de l’activité racinaire.................................................73 L’adaptation de la conduite de l’irrigation en fonction de l’équilibre ...............74 LES ANOMALIES PHYSIOLOGIQUES .............................................................75 La nécrose apicale .............................................................................................75 Les facteurs de risque.....................................................................................75 Les mesures de prévention .............................................................................76 Le microfendillement ........................................................................................77 Les facteurs de risque.....................................................................................77 Les mesures de prévention .............................................................................78 Les fentes de croissance.....................................................................................79 Les facteurs de risque.....................................................................................79

VIII


Table des matières

Les fruits difformes ...........................................................................................79 Les facteurs de risque.....................................................................................80 Les fruits avec une excroissance ....................................................................81 Les défauts de coloration ...................................................................................81 L’argenture « fruits spots »............................................................................81 Les facteurs de risque.....................................................................................81 La maturation inégale ....................................................................................82 Les coups de soleil .........................................................................................82 RÉFÉRENCES.......................................................................................................83 PLANCHES COULEURS .....................................................................................87

IX


LA CULTURE DU POIVRON SOUS SERRE La production mondiale, canadienne et québécoise Le poivron (piment doux) ou piment est cultivé dans presque tous les pays du monde. En 2005, la production mondiale de piments était estimée à 24,8 millions de tonnes métriques (FAOSTAT). Cette production mondiale est fortement dominée par la Chine avec 50,4 % du volume total, suivi par la Turquie (7,4 %), le Mexique (6,5 %), l’Espagne (4,2 %) et les États-Unis (3,6 %). Sur le plan des importations à l’échelle planétaire, les États-Unis, l’Allemagne et la Grande-Bretagne se démarquent (Tableau 1). Quant aux volumes des exportations nettes, trois pays dominent la scène internationale : le Mexique, l’Espagne et les Pays-Bas. Tableau 1. Classement mondial des pays basé sur le volume des importations et des exportations de piments (doux et forts) en 2005 Pays importateurs (t)

Pays exportateurs (t)

États-Unis(1) 520 984 Allemagne 292 960 Grande-Bretagne(1) 140 702 France 124 279 Pays-Bas 97 005 Canada 87 977

Mexique(1) 437 554 Espagne 415 389 Pays-Bas 373 292 États-Unis 73 116 Israël 67 633 Canada 56 640

1

Pays qui ont montré la plus forte croissance des importations ou des exportations ces dernières années. Source : FAO, 2005

1


La culture en serre du poivron Actuellement, la plus forte concentration de serres dédiées à la production intensive du poivron, soit plus de 8 000 ha, se trouve dans la région d’Almeria en Espagne. En y ajoutant les régions de Murcia et d’Alicante, aussi situées au sud de l’Espagne, le total des surfaces dépasse les 10 300 ha (Ferguson, 2003). Les Pays-Bas sont pour leur part les meneurs mondiaux en ce qui a trait aux techniques de production du poivron en serres. En 1980, les producteurs de poivrons hollandais obtenaient en moyenne 15 kg/m² alors qu’en 2004, ils obtenaient autour de 26 kg/m². Ils détiennent le record de la productivité moyenne par unité de surface. En 2005, la production en serres de ce pays était évaluée à 285 000 tonnes, ce qui représentait 1,4 % du volume de la production mondiale et les plaçait au 11e rang. Aujourd’hui, aux Pays-Bas, la superficie totale des serres dédiée à la production du poivron est d’environ 1 200 ha, dont 56 ha avec éclairage d’appoint (Heuvelink, 2005). En Amérique du Nord, le Mexique se distingue avec une superficie de 450 ha en poivrons de serres. Le Canada arrive au deuxième rang avec 256 ha. Aux ÉtatsUnis, ce secteur de la serriculture maraîchère n’est pas très développé. Il occupe une superficie de 50 ha seulement (Jovicich et al., 2005). Au Canada, l’Ontario et la Colombie-Britannique occupent environ 96 % de la superficie canadienne (Tableau 2). Au Québec, la production est très marginale. Tableau 2. Superficie de serres consacrées à la culture du poivron au Canada Province Ontario Colombie-Britannique Alberta Québec Nouvelle-Écosse Saskatchewan Manitoba Terre-Neuve, Nouvelle-Écosse et Île-du-Prince-Édouard Total au Canada Sources : Statistique Canada, 2007; MAPAQ, 2007

2

Superficie (m²) 1 625 803 836 127 78 689 4 000 1 486 1 440 0 0 2 555 943


La culture du poivron sous serre

Depuis 1995, la culture du poivron sous serre au Canada ne cesse d’augmenter (Figure 1). De 1995 à 2006, la valeur à la ferme est passée de 16 millions à plus de 191 millions de dollars. Pour situer le Québec dans l’ensemble canadien, il faut se référer à l’année 2005 où le revenu généré par la culture du poivron était estimé à 62 400 $, ce qui représentait une partie négligeable du total canadien qui était alors de 166 millions de dollars. La même année, on estimait la superficie en culture à 0,3 ha. Cette situation s’explique en partie par le fait que dans le passé, les quelques entreprises québécoises qui se sont lancé dans la culture du poivron n’ont pas réussi à obtenir les rendements nécessaires pour devenir rentables et prospères. Encore aujourd’hui, les quelques producteurs qui tentent de développer cette culture maraîchère obtiennent des rendements qui oscillent entre 10 et 15 kg/m², alors que la moyenne canadienne est de 23-24 kg/m². Le manque d’expertise locale semble avoir joué un rôle déterminant dans les échecs du passé et dans la stagnation actuelle de ce maillon de la serriculture légumière. Les techniques de culture du poivron en serre sont bien différentes de celles de la tomate et du concombre. Le savoir-faire spécifique et le transfert technologique ont complètement fait défaut. 275,0 250,0 225,0 200,0 175,0 150,0 125,0 100,0 75,0 50,0 25,0 0,0 1995

1996

1997

1998

Revenu en millions de dollars

Figure 1.

1999

2000

2001

2002

2003

Production en milliers de tonnes

2004

2005

2006

Superficie en ha

Progression du revenu, du volume produit et de la superficie du poivron de serre au Canada, de 1995 à 2006 (Statistique Canada, 1995 à 2007)

3


La culture en serre du poivron Les caractéristiques climatiques du Québec Le rayonnement solaire est le facteur qui a la plus grande influence sur la productivité du poivron. Cette culture demande beaucoup de lumière pour produire des fruits de première qualité de façon soutenue. Au Québec, les régions situées sous le 49e degré de latitude reçoivent l’ensoleillement nécessaire pour satisfaire les exigences de cette plante. En prenant comme point de repère la ville de Québec, on peut comparer l’ensoleillement que l’on reçoit annuellement par rapport à d’autres régions où l’on produit du poivron sous serre. Si on la compare aux Pays-Bas, la ville de Québec reçoit plus de rayonnement solaire (Figure 2). Par contre, par rapport à l’Ontario, nous sommes désavantagés, car dans cette province, la majorité des serres sont établies autour et plus au sud du 43e degré de latitude. Par rapport à la Colombie-Britannique, où les serres sont situées près du 49e degré de latitude, notre situation est meilleure ou équivalente. Au Québec, la quantité de lumière reçue augmente à mesure que l’on se déplace vers le sud. De Québec à Montréal, le gain d’énergie solaire est de l’ordre de 7 et 10 %. 2 400 2 200 2 000 1 800

(Joules/cm2)

1 600 1 400 1 200 1 000 800 600 400

Vineland 43° N; Québec 46'7° N; Abbosfort 49° N; De Bilt 52° N

200

Québec

Figure 2.

4

Vineland (Ontario)

De Bilt (Hollande)

br e em éc

e

br e D

N ov em

ct ob r O

e

Se

pt

em br

oû t A

et Ju ill

Ju in

M ai

l A vr i

s ar M

ie r vr Fé

Ja nv i

er

0

Abbosfort (C.-B.)

Sommation journalière moyenne du rayonnement solaire global pour trois villes canadiennes et une ville repère aux Pays-Bas


Le CRAAQ aujourd’hui RĂŠunissant plus de 500 membres experts et bien positionnĂŠ dans le secteur agricole et agroalimentaire quĂŠbĂŠcois, le CRAAQ est devenu XQ FKHI GH ĆŹOH HQ PDWLĂƒUH GH rĂŠseautage, de production et de GLĆŞXVLRQGHFRQWHQXV /H &5$$4 RĆŞUH Âť VD FOLHQWĂƒOH des ouvrages spĂŠcialisĂŠs, parmi lesquels des guides de production HWGoLGHQWLĆŹFDWLRQGHVWURXVVHVGH GĂ„PDUUDJH HW GHV ĆŹFKHV WHFKQLTXHV6RQIRQGVGoĂ„GLWLRQFRPSWH plus de 250 publications issues des travaux de ses quelque 35 comitĂŠs et commissions ou rĂŠalisĂŠes en partenariat avec les organisations GXPLOLHX De par ses publications, ses nombreux services en ligne ainsi que ses FROORTXHV HW DXWUHV Ă„YĂƒQHPHQWV rassembleurs, le CRAAQ est sans contredit la plaque tournante du savoir agricole et agroalimentaire!

LE CENTRE DE RÉFÉRENCE EN AGRICULTURE ET AGROALIMENTAIRE DU QUÉBEC

CRAAQQCCA


La culture en serre du poivron