Issuu on Google+


LES PLANTES FOURRAGÈRES

ÉDITEURS SCIENTIFIQUES Gilles Bélanger Luc Couture Gaëtan Tremblay


Avertissements Ce document reflète l’état des connaissances et les façons de faire au moment de sa rédaction et son utilisation demeure sous l’entière responsabilité du lecteur. Certains renseignements ayant pu évoluer d’une manière appréciable depuis la rédaction, le lecteur est invité à en vérifier l’exactitude avant de les utiliser et de les mettre en application. Les éléments de publicité insérés dans ce document concrétisent l’appui du milieu à la parution de l’ouvrage. Leur présence ne signifie pas que le Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CRAAQ) en approuve le contenu ou cautionne les entreprises et organismes concernés. Dans le présent document, le masculin englobe le féminin et est utilisé uniquement pour alléger le texte. Il est interdit de reproduire, traduire ou adapter ce document, en totalité ou en partie, sous quelque forme ou par quelque procédé que ce soit, sans l’autorisation écrite du Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec. Les formats PDF sont destinés à l’usage exclusif de l’acheteur et ne doivent en aucune façon être diffusés ou échangés avec d’autres utilisateurs.

Pour information ou commentaires Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec Édifice Delta 1 2875, boulevard Laurier, 9e étage Québec (Québec) G1V 2M2 Téléphone : 418 523-5411 Télécopieur : 418 644-5944 Courriel : client@craaq.qc.ca Site Internet : www.craaq.qc.ca © Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec, 2005 PPLF0009-PDF ISBN 978-2-7649-0368-1 (PDF) ISBN 2-7649-0155-0 (Imprimé, 2005) Dépôt légal Bibliothèque et Archives Canada, 2013 Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2013


LES PLANTES FOURRAGÈRES Éditeurs scientifiques Gilles Bélanger, D.Sc., chercheur, Agriculture et Agroalimentaire Canada, Centre de recherche et de développement sur les sols et les grandes cultures, Sainte-Foy Luc Couture, Ph.D., agr., chercheur, Agriculture et Agroalimentaire Canada, Centre de recherche et de développement sur les sols et les grandes cultures, Sainte-Foy Gaëtan Tremblay, Ph.D., chercheur, Agriculture et Agroalimentaire Canada, Centre de recherche et de développement sur les sols et les grandes cultures, Sainte-Foy

Auteurs et coauteurs de sections Guy Allard, Ph.D., agr., professeur titulaire, Univer­ sité Laval, Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation, Québec André Amyot, M.Sc., agr., chercheur, Institut de recherche et de développement en agroenvironnement, Deschambault Gilles Bélanger, D.Sc., chercheur, Agriculture et Agroalimentaire Canada, Centre de recherche et de développement sur les sols et les grandes cultures, Sainte-Foy Robert Berthiaume, Ph.D., agr., chercheur, Agricul­ ture et Agroalimentaire Canada, Centre de recherche et de développement sur le bovin laitier et le porc, Lennoxville Annick Bertrand, Ph.D., chercheure, Agriculture et Agroalimentaire Canada, Centre de recherche et de développement sur les sols et les grandes cultures, Sainte-Foy Yves Castonguay, Ph.D., agr., chercheur, Agricul­ ture et Agroalimentaire Canada, Centre de recherche et de développement sur les sols et les grandes cultures, Sainte-Foy Valérie Chabot, M.Sc., agr., professionnelle de recherche, La Coop fédérée, Saint-Hyacinthe Martin Chantigny, Ph.D., chercheur, Agriculture et Agroalimentaire Canada, Centre de recherche et de développement sur les sols et les grandes cultures, Sainte-Foy

Luc Couture, Ph.D., agr., chercheur, Agriculture et Agroalimentaire Canada, Centre de recherche et de développement sur les sols et les grandes cultures, Sainte-Foy Sébastien Descôteaux, ing., chargé de projets en recherche et développement, Hortau inc., Québec Raynald Drapeau, M.Sc., agr., chercheur, Agricul­ ture et Agroalimentaire Canada, Ferme de recher­ che, Normandin Alain Fournier, M.Sc., agr., conseiller en productions laitière et bovine, ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, Direction régio­ nale du Centre-du-Québec, Nicolet Marcel Giroux, M.Sc., agr., chercheur, Institut de recherche et de développement en agroenvironnement, Sainte-Foy Mohamed Khelifi, Ph.D., professeur de mécanisation agricole, Uni­ver­sité Laval, Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation, Québec Carole Lafrenière, Ph.D., agr., chercheure, Agricul­ ture et Agroalimentaire Canada, Ferme de recherche sur le bovin de boucherie, Rouyn-Noranda Daniel Lefebvre, Ph.D., agr., expert en production laitière, Programme d’analyse des troupeaux laitiers du Québec inc., Sainte-Anne-de-Bellevue Germain Lefebvre, agr., président, Agro-Bio Con­ trôle inc., Saint-Charles-sur-Richelieu

LES PLANTES FOURRAGÈRES

i


Huguette Martel, M.Sc., agr., conseillère en grandes cultures et agroenvironnement, ministère de l’Agri­ culture, des Pêcheries et de l’Alimentation, Direction régionale de l’Estrie, Rock Forest Hubert McClelland, agr., conseiller en gestion des pâturages, ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, Centre de services agricoles de Gatineau Réal Michaud, Ph.D., agr., chercheur, Agriculture et Agroalimentaire Canada, Centre de recherche et de développement sur les sols et les grandes cultures, Sainte-Foy Hélène Petit, Ph.D., chercheure, Agriculture et Agroalimentaire Canada, Centre de recherche et de développement sur le bovin laitier et le porc, Lennoxville Danielle Prévost, Ph.D., chercheure, Agriculture et Agroalimentaire Canada, Centre de recherche et de développement sur les sols et les grandes cultures, Sainte-Foy Michèle Roy, Ph.D., agr., chercheure, ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, Direction de l’innovation scientifique et technologi­ que, Sainte-Foy Philippe Savoie, Ph.D., ing., agr., chercheur, Agri­ cul­­ ture et Agroalimentaire Canada, Centre de recherche et de développement sur les sols et les grandes cultures, Sainte-Foy Philippe Seguin, Ph.D., professeur adjoint, Uni­ver­ sité McGill, Campus Macdonald, Sainte-Anne-deBellevue Gaëtan Tremblay, Ph.D., chercheur, Agriculture et Agroalimentaire Canada, Centre de recherche et de développement sur les sols et les grandes cultures, Sainte-Foy

Consultant à la rédaction Michel Perron, agr., chargé de cours, Centre universi­­ taire de formation en environnement, Univer­sité de Sherbrooke

Édition Chantale Ferland, M.Sc., chargée de projets, Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec, Sainte-Foy

Production graphique Marie Caron, conceptrice-graphiste et coordonnatrice de la production, Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec, Sainte-Foy

Photos de la page couverture Nous remercions M. Paul Nadeau d’Agriculture et Agroalimentaire Canada et M. Norbert Harvey du MAPAQ de nous avoir offert plusieurs photos pour illustrer la page couverture.

Remerciements

Les éditeurs scientifiques soulignent l’initiative de Philippe Savoie (Agriculture et Agroalimentaire Canada) qui fut à l’origine du projet de ce nouveau guide. Ils remercient de plus les personnes suivantes qui ont contribué à la révision ou à la rédaction de certaines sections du présent document : Louis Bergeron, Alain Gagnon, Romain Néron et Mario Quévillon du ministère de l’Agri­ culture, des Pêcheries et de l’Alimentation, JeanDenis Brisson de la Société de la faune et des parcs du Québec, François Labrie de La Coop fédérée, Claudel Lemieux, Paul Nadeau et Stéphan Pouleur d’Agri­culture et Agroalimentaire Canada, ainsi que Catherine Dhont de l’Université Laval. Enfin, ils saluent l’appui très apprécié de Raynald Drapeau et de Lucie Lévesque (Agriculture et Agroalimentaire Canada) à la révision et la vérification des épreuves.

Noura Ziadi, Ph.D., chercheure, Agriculture et Agro­­ali­­mentaire Canada, Centre de recherche et de développement sur les sols et les grandes cultures, Sainte-Foy

LES PLANTES FOURRAGÈRES

ii


AVANT-PROPOS Les cultures fourragères occupent une place très importante dans l’agriculture québécoise et dans celle de la plupart des régions du monde. Aliment de base des ruminants, elles sont l’épine dorsale des systèmes de production durable de lait et de viande. De plus, leur utilisation en rotation dans les systèmes de cultures annuelles assure la conservation, et même l’amélioration, de la qualité de nos sols. De par leur valeur économique et environnementale, les plantes fourragères méritent d’être considérées comme « L’or vert de l’agriculture québécoise ». Comme tous les secteurs agricoles, le secteur des cultures fourragères évolue rapidement. La recher­ che et le développement génèrent continuellement de nouvelles connaissances et de nouvelles technologies. Aussi est-il essentiel de revoir périodiquement les recommandations pour que nos producteurs agricoles soient bien informés et disposent des outils nécessaires pour une production efficace, ren­ table et respectueuse de l’environnement. Il est vrai que les producteurs et les conseillers agricoles, les étudiants, les chercheurs et les décideurs ont aujourd’hui accès à de multiples sources d’information. Dans plusieurs cas, cependant, ces informations n’ont pas été validées dans nos régions. Ce nouveau guide, issu de l’initiative du Comité plantes fourragères du CRAAQ, rassemble les informations

techniques et scientifiques récentes, pertinentes et adaptées pour le Québec. Il réunit non seulement des recommandations mais également les principes qui les sous-tendent. En s’y référant, le lecteur devrait être en mesure de mieux comprendre et gérer la complexité de l’exploitation des systèmes fourragers. Le Comité plantes fourragères du CRAAQ a pour mandat de diffuser de l’information technique et scientifique et de développer des recommandations. En plus d’avoir produit ce guide, le Comité plantes fourragères pilote une page du site Web Agri-Réseau, entièrement consacrée aux plantes fourragères et il prépare chaque année une liste de cultivars recommandés pour le Québec. Ainsi, une vaste gamme d’informations est dispo­nible en français pour tous ceux et celles qui s’inté­ressent à la production, la conservation et l’utilisation des plantes fourragères. Ce guide est l’aboutissement d’un long processus. Il a été préparé par plusieurs experts québécois. Le Comité plantes fourragères remercie tous les colla­ bo­ rateurs qui ont participé à la rédaction et à l’édition. Le Comité est confiant que ce document contribuera au développement du secteur des cultures fourragères.

LES PLANTES FOURRAGÈRES

Le Comité plantes fourragères du CRAAQ

iii


TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 INTRODUCTION............................................................................................................................................. 1 LES PLANTES FOURRAGÈRES AU QUÉBEC....................................................................................... 2

CHAPITRE 2 LES PLANTES FOURRAGÈRES PÉRENNES....................................................................... 5 LES CRITÈRES DE CHOIX DES ESPÈCES........................................................................................... 6 La rusticité et la persistance...................................................................................................................................... 6 Les exigences de drainage.......................................................................................................................................... 6 Les cultivars recommandés........................................................................................................................................ 7

LES LÉGUMINEUSES FOURRAGÈRES RECOMMANDÉES........................................................ 9 Le lotier corniculé........................................................................................................................................................ 9 Description..................................................................................................................................................................... 9 Adaptation...................................................................................................................................................................... 9 Utilisation....................................................................................................................................................................... 9 La luzerne ..................................................................................................................................................................... 9 Description..................................................................................................................................................................... 9 Adaptation...................................................................................................................................................................... 10 Utilisation....................................................................................................................................................................... 10 Le trèfle blanc .............................................................................................................................................................. 10 Description..................................................................................................................................................................... 10 Adaptation...................................................................................................................................................................... 11 Utilisation....................................................................................................................................................................... 11 Le trèfle rouge .............................................................................................................................................................. 11 Description..................................................................................................................................................................... 11 Adaptation...................................................................................................................................................................... 11 Utilisation....................................................................................................................................................................... 11

LES GRAMINÉES FOURRAGÈRES RECOMMANDÉES.................................................................. 13 L’alpiste roseau............................................................................................................................................................. 13 Description..................................................................................................................................................................... 13 Adaptation...................................................................................................................................................................... 13 Utilisation....................................................................................................................................................................... 13 Le brome des prés ....................................................................................................................................................... 13 Description..................................................................................................................................................................... 13 Adaptation...................................................................................................................................................................... 13 Utilisation....................................................................................................................................................................... 14 Le brome inerme ......................................................................................................................................................... 14 Description..................................................................................................................................................................... 14 Adaptation...................................................................................................................................................................... 14 Utilisation....................................................................................................................................................................... 14 Le dactyle pelotonné (ou aggloméré)....................................................................................................................... 14 Description..................................................................................................................................................................... 14 Adaptation...................................................................................................................................................................... 15 Utilisation....................................................................................................................................................................... 15

LES PLANTES FOURRAGÈRES

iv


Table des matières

La fétuque élevée.......................................................................................................................................................... 15 Description..................................................................................................................................................................... 15 Adaptation...................................................................................................................................................................... 15 Utilisation....................................................................................................................................................................... 15 La fléole des prés (« mil »)......................................................................................................................................... 16 Description..................................................................................................................................................................... 16 Adaptation...................................................................................................................................................................... 16 Utilisation....................................................................................................................................................................... 16

AUTRES ESPÈCES FOURRAGÈRES UTILISÉES, MAIS NON RECOMMANDÉES............ 17 Les agrostides................................................................................................................................................................ 17 Les fétuques ................................................................................................................................................................. 17 Le mélilot (trèfle d’odeur)........................................................................................................................................... 17 Le pâturin des prés ..................................................................................................................................................... 17 Le ray-grass vivace (ray-grass anglais, ivraie vivace)............................................................................................ 17 Le trèfle d’Alsike .......................................................................................................................................................... 18 Le trèfle Kura................................................................................................................................................................ 18

COMMENT DISTINGUER LES ESPÈCES FOURRAGÈRES............................................................ 19

CHAPITRE 3 LES PLANTES FOURRAGÈRES ANNUELLES..................................................................... 23 Le maïs fourrager......................................................................................................................................................... 24 Semis............................................................................................................................................................................... 24 Désherbage .................................................................................................................................................................... 24 Récolte et utilisation .................................................................................................................................................... 24 Les céréales à paille..................................................................................................................................................... 25 Ensemencement............................................................................................................................................................. 26 Choix du stade à la récolte........................................................................................................................................... 26 Associations céréale-pois.............................................................................................................................................. 27 Le ray-grass d’Italie (dit « annuel »)......................................................................................................................... 27 Ensemencement............................................................................................................................................................. 28 Fertilisation.................................................................................................................................................................... 28 Utilisation....................................................................................................................................................................... 29 Le millet japonais ........................................................................................................................................................ 29 Ensemencement............................................................................................................................................................. 29 Fertilisation ................................................................................................................................................................... 29 Désherbage...................................................................................................................................................................... 29 Utilisation....................................................................................................................................................................... 29 Le sorgho, l’herbe du Soudan et les hybrides sorgho-soudan............................................................................ 29 Ensemencement............................................................................................................................................................. 30 Fertilisation ................................................................................................................................................................... 30 Désherbage .................................................................................................................................................................... 30 Acide prussique ou cyanhydrique............................................................................................................................... 30 Utilisation ...................................................................................................................................................................... 30 Le soya fourrager......................................................................................................................................................... 31 Semis............................................................................................................................................................................... 31 Désherbage .................................................................................................................................................................... 31 Récolte et utilisation .................................................................................................................................................... 31

LES PLANTES FOURRAGÈRES

v


Table des matières

CHAPITRE 4 LE SOL .....................................................................................................................................................................

33

LE DRAINAGE......................................................................................................................................................... 34 L’égouttement superficiel (travaux de surface)...................................................................................................... 34 Le creusage des fossés................................................................................................................................................... 34 Le nivellement................................................................................................................................................................ 34 Le profilage du terrain.................................................................................................................................................. 34 Le rabattement de la nappe phréatique.................................................................................................................. 34 Le drainage par fossés profonds.................................................................................................................................. 35 Le drainage par tuyaux enfouis.................................................................................................................................. 35 Les avantages du drainage souterrain........................................................................................................................ 35 Le drainage souterrain associé à l’égouttement superficiel................................................................................ 35 La qualité du drainage................................................................................................................................................ 35

LA PRÉPARATION DU SOL.............................................................................................................................. 38 Les objectifs................................................................................................................................................................... 38 Les différents types de travail du sol........................................................................................................................ 39 Le travail conventionnel............................................................................................................................................... 39 Le travail réduit............................................................................................................................................................. 39 Les façons culturales primaires................................................................................................................................ 39 Les instruments aratoires du travail primaire.......................................................................................................... 39 Les façons culturales secondaires............................................................................................................................. 41 Le lit de semence............................................................................................................................................................ 42 Les instruments aratoires du travail secondaire...................................................................................................... 43

LA FERTILISATION.............................................................................................................................................. 45 L’acidité et le chaulage du sol.................................................................................................................................... 45 La fertilisation minérale............................................................................................................................................. 46 L’azote (N)...................................................................................................................................................................... 46 Le phosphore (P)........................................................................................................................................................... 48 Le potassium (K)........................................................................................................................................................... 49 Les interactions entre éléments majeurs................................................................................................................. 50 Les éléments secondaires et mineurs....................................................................................................................... 51 Les carences en certains éléments secondaires et mineurs................................................................................. 51 Le magnésium (Mg)...................................................................................................................................................... 51 Le soufre (S)................................................................................................................................................................... 51 Le bore (B)...................................................................................................................................................................... 51 Le fer (Fe)....................................................................................................................................................................... 51 Le zinc (Zn).................................................................................................................................................................... 56 La fumure organique ................................................................................................................................................. 56

CHAPITRE 5 L’ENSEMENCEMENT................................................................................................................................. 61 LE SEMIS DES PLANTES FOURRAGÈRES............................................................................................. 62 Le choix de la semence............................................................................................................................................... 62 Les cultures pures et les associations d’espèces fourragères.............................................................................. 62 Les avantages des associations légumineuses-graminées.................................................................................... 63 Les associations recommandées............................................................................................................................... 63 Le semis.......................................................................................................................................................................... 63 Le lit de semence............................................................................................................................................................ 63

LES PLANTES FOURRAGÈRES

vi


Table des matières

La profondeur de semis................................................................................................................................................ 66 La dose de semis............................................................................................................................................................ 66 La période et la date de semis...................................................................................................................................... 66 Les méthodes de semis................................................................................................................................................. 66 La régénération des prairies endommagées........................................................................................................... 70 Le sursemis de surface................................................................................................................................................. 70 Le sursemis sans préparation superficielle du sol (sursemis ou ressemis direct)............................................... 70 Le sursemis après préparation superficielle du sol.................................................................................................. 71 Le sursemis sur sol gelé................................................................................................................................................ 71

L’INOCULATION DES LÉGUMINEUSES FOURRAGÈRES.............................................................. 74 L’importance de la fixation d’azote.......................................................................................................................... 74 L’inoculation et ses avantages................................................................................................................................... 74 La bactérie rhizobium................................................................................................................................................. 74 Les types d’inoculants................................................................................................................................................. 75 Les inoculants en poudre............................................................................................................................................. 75 Les semences préinoculées........................................................................................................................................... 75 La qualité des inoculants............................................................................................................................................ 75 Le choix d’un inoculant.............................................................................................................................................. 76 Des conseils pour l’inoculation.................................................................................................................................. 76 Les conditions nécessaires à une nodulation et à une fixation d’azote efficaces........................................... 76 La vérification de la nodulation................................................................................................................................ 77 Sommaire...................................................................................................................................................................... 77

CHAPITRE 6 LA PRODUCTION ET L’EXPLOITATION.................................................................................. 79 LA CROISSANCE ET LE DÉVELOPPEMENT ........................................................................................ 80 Les feuilles et les tiges................................................................................................................................................. 80 Les stades de développement..................................................................................................................................... 80 Les graminées versus les légumineuses................................................................................................................... 80

LES FACTEURS INFLUENÇANT LA VALEUR NUTRITIVE ........................................................... 85 Pourquoi la valeur nutritive diminue-t-elle?........................................................................................................... 85 Les stades de développement et la valeur nutritive.............................................................................................. 85 Le rendement et la valeur nutritive.......................................................................................................................... 86 La productivité animale.............................................................................................................................................. 86 La précocité des cultivars (hâtifs vs tardifs)........................................................................................................... 86 Au printemps et à l’été................................................................................................................................................ 88 La fertilisation............................................................................................................................................................... 88 L’azote et la valeur nutritive........................................................................................................................................ 88 L’accumulation des nitrates........................................................................................................................................ 88 La teneur en azote, phosphore et potassium de la plante....................................................................................... 90

LA GESTION AGRONOMIQUE DES RÉCOLTES.................................................................................. 92 L’année du semis.......................................................................................................................................................... 92 Les années suivant l’implantation............................................................................................................................ 92 La hauteur et la fréquence de fauche...................................................................................................................... 92 La fauche automnale................................................................................................................................................... 93

LA SURVIE À L’HIVER....................................................................................................................................... 95 Les facteurs de risques................................................................................................................................................ 95

LES PLANTES FOURRAGÈRES

vii


Table des matières

Les facteurs incontrôlables.......................................................................................................................................... 95 Les facteurs contrôlables.............................................................................................................................................. 98 Le calcul du risque de mortalité hivernale............................................................................................................. 98 L’évaluation des dommages hivernaux.................................................................................................................... 98

CHAPITRE 7 LES PÂTURAGES............................................................................................................................................ 101 Les types de pâturages................................................................................................................................................ 102 Les pâturages ensemencés............................................................................................................................................ 102 Les pâturages naturels (ou permanents)................................................................................................................... 103 Les espèces à pâturage................................................................................................................................................ 105 Les espèces pérennes..................................................................................................................................................... 105 Les espèces annuelles.................................................................................................................................................... 105 Les modes de paissance.............................................................................................................................................. 106 La paissance libre (ou paissance continue).............................................................................................................. 106 La paissance en rotation (ou paissance tournante)................................................................................................ 106 La paissance en bande (ou paissance tournante rationnée).................................................................................. 107 La paissance à la dérobée (ou paissance pour les jeunes)...................................................................................... 107 La paissance en succession (ou paissance progressive)......................................................................................... 107 La paissance mixte (ou co-paissance)....................................................................................................................... 107 La gestion de l’herbe ................................................................................................................................................... 107 La dynamique et la physiologie de la croissance des plantes................................................................................. 107 L’intensité de la gestion ............................................................................................................................................... 108 La période de paissance................................................................................................................................................ 108 La période de répit......................................................................................................................................................... 109 La valeur nutritive de l’herbe....................................................................................................................................... 109 La gestion des pâturages ........................................................................................................................................... 109 La planification du mode de paissance en rotation................................................................................................. 109 Les besoins en fourrage des animaux........................................................................................................................ 109 Le fourrage disponible aux animaux......................................................................................................................... 110 Le séjour des animaux dans les parcelles.................................................................................................................. 110 La superficie et la disposition des parcelles............................................................................................................... 110 Le nombre de parcelles requises.................................................................................................................................. 111 La superficie totale en pâturage ................................................................................................................................. 111 La charge animale......................................................................................................................................................... 112 Les suppléments de fourrage....................................................................................................................................... 112 Les pâturages de réserve (stockpiling) ...................................................................................................................... 112 L’entretien des pâturages ........................................................................................................................................... 113 La fertilisation................................................................................................................................................................ 113 La fauche des refus....................................................................................................................................................... 113 L’ébousage (étalement des bouses)............................................................................................................................. 113 La régénération.............................................................................................................................................................. 113 L’abreuvement au pâturage ...................................................................................................................................... 114 Les besoins en eau........................................................................................................................................................ 114 La proximité du site d’abreuvement........................................................................................................................... 114 La qualité de l’eau......................................................................................................................................................... 114 L’accessibilité du site d’abreuvement......................................................................................................................... 114 Les clôtures .................................................................................................................................................................. 114 En bref............................................................................................................................................................................ 115

LES PLANTES FOURRAGÈRES

viii


Table des matières

CHAPITRE 8 LES ENNEMIS DES CULTURES FOURRAGÈRES........................................................... 117 LA LUTTE INTÉGRÉE......................................................................................................................................... 118 Les mauvaises herbes.................................................................................................................................................. 118 Les maladies.................................................................................................................................................................. 118 Les insectes.................................................................................................................................................................... 118 Les moyens de lutte intégrée..................................................................................................................................... 118 La rotation des cultures............................................................................................................................................... 118 L’assainissement des champs...................................................................................................................................... 119 Le travail du sol............................................................................................................................................................. 119 La propreté des machines agricoles............................................................................................................................ 119 Le choix du cultivar...................................................................................................................................................... 119 Les cultures en association.......................................................................................................................................... 119 Le choix de la semence................................................................................................................................................. 119 Le traitement des semences......................................................................................................................................... 119 L’inoculation des semences......................................................................................................................................... 119 L’époque du semis......................................................................................................................................................... 119 Les fumures équilibrées................................................................................................................................................ 120 Le régime de récolte....................................................................................................................................................... 120 La destruction des résidus et des mauvaises herbes................................................................................................ 120

LES MAUVAISES HERBES ............................................................................................................................. 121 L’identification.............................................................................................................................................................. 121 Les mauvaises herbes à feuilles larges..................................................................................................................... 121 Les mauvaises herbes de type graminées................................................................................................................ 122 Les mauvaises herbes annuelles................................................................................................................................ 122 Les mauvaises herbes bisannuelles.......................................................................................................................... 122 Les mauvaises herbes vivaces.................................................................................................................................... 122 L’impact des mauvaises herbes ................................................................................................................................ 123 Sur le rendement........................................................................................................................................................... 123 Sur la valeur nutritive.................................................................................................................................................. 123 La toxicité de certaines mauvaises herbes.............................................................................................................. 124 Les stratégies de lutte.................................................................................................................................................. 125 Avant l’établissement.................................................................................................................................................... 125 Lors de l’établissement.................................................................................................................................................. 126 Après l’établissement..................................................................................................................................................... 126 Sommaire...................................................................................................................................................................... 126

LES MALADIES ..................................................................................................................................................... 128 Les fontes de semis...................................................................................................................................................... 128 L’oïdium (ou blanc)..................................................................................................................................................... 128 Les maladies de taches foliaires................................................................................................................................ 128 Les moisissures nivéales................................................................................................................................... 128 Les anguilluloses.......................................................................................................................................................... 129 La pourriture à sclérotes et la sclérotiniose............................................................................................................ 129 La pourriture fusarienne............................................................................................................................................ 129 La pourriture phytophthoréenne de la luzerne...................................................................................................... 129 La verticilliose de la luzerne...................................................................................................................................... 129 Le flétrissement bactérien de la luzerne.................................................................................................................. 130 La mosaïque de la luzerne (et des trèfles)............................................................................................................... 130 La jaunisse nanisante de l’orge (chez les graminées)........................................................................................... 130 La coulure des graminées........................................................................................................................................... 130 L’ergot des graminées.................................................................................................................................................. 130

LES PLANTES FOURRAGÈRES

ix


Table des matières

Les autres maladies..................................................................................................................................................... 131 La lutte aux maladies.................................................................................................................................................. 131

LES INSECTES RAVAGEURS.......................................................................................................................... 132 Identifier l’ennemi et poser le bon diagnostic........................................................................................................ 132 Dépister les ravageurs ................................................................................................................................................ 132 Les moyens de lutte contre les insectes ravageurs des plantes fourragères.................................................... 132 Les ennemis naturels.................................................................................................................................................... 132 Les pratiques culturales................................................................................................................................................ 132 Le désherbage................................................................................................................................................................. 137 La lutte chimique.......................................................................................................................................................... 137

CHAPITRE 9 LA RÉCOLTE ET LA CONSERVATION....................................................................................... 139 LE MATÉRIEL MÉCANIQUE DE RÉCOLTE POUR LE FOIN ....................................................... 140 La fauche....................................................................................................................................................................... 140 La faucheuse à faux (barre de coupe)........................................................................................................................ 140 La faucheuse rotative.................................................................................................................................................... 140 Les faucheuses conditionneuses................................................................................................................................. 141 La manipulation des andains.................................................................................................................................... 143 Le fanage......................................................................................................................................................................... 143 Le râtelage....................................................................................................................................................................... 143 Le retournage................................................................................................................................................................. 144 Le pressage.................................................................................................................................................................... 145 La presse à petites balles rectangulaires..................................................................................................................... 145 La presse à grosses balles rectangulaires................................................................................................................... 146 La presse à balles rondes.............................................................................................................................................. 146 La manutention des balles rondes.............................................................................................................................. 147 La densité des balles...................................................................................................................................................... 148

LE MATÉRIEL MÉCANIQUE DE RÉCOLTE POUR L’ENSILAGE .............................................. 150 La fauche et la manipulation des andains.............................................................................................................. 150 Le pressage.................................................................................................................................................................... 150 L’enrobage plastique.................................................................................................................................................... 150 Les fourragères............................................................................................................................................................. 151 La manutention du fourrage haché......................................................................................................................... 153

LA FERMENTATION DU FOURRAGE EN ENSILAGE ..................................................................... 154 La phase aérobie.......................................................................................................................................................... 154 La phase de fermentation........................................................................................................................................... 154 La phase de stabilité anaérobie................................................................................................................................. 155 La phase d’alimentation.............................................................................................................................................. 155

L’UTILISATION DES AGENTS DE CONSERVATION DU FOIN ET DE L’ENSILAGE...... 157 Les agents de conservation pour le foin.................................................................................................................. 157 Les acides organiques................................................................................................................................................... 157 Les inoculants bactériens............................................................................................................................................. 158 Les enzymes et autres produits de fermentation...................................................................................................... 158 L’ammoniac anhydre et l’urée..................................................................................................................................... 158 Le sel................................................................................................................................................................................ 159 Les agents de conservation pour l’ensilage............................................................................................................. 159

LES PLANTES FOURRAGÈRES

x


Table des matières

L’acide formique............................................................................................................................................................ 160 L’acide propionique ..................................................................................................................................................... 161 Les bactéries homolactiques........................................................................................................................................ 162 Les bactéries hétérolactiques....................................................................................................................................... 163 Les bactéries productrices d’acide propionique........................................................................................................ 163 Les produits sucrés et les combinaisons bactéries-sucres....................................................................................... 163 Les enzymes et les associations bactéries-enzymes.................................................................................................. 164 L’ammoniac anhydre et l’urée..................................................................................................................................... 165

LA SÉCURITÉ ET LA CONSERVATION DES FOURRAGES........................................................... 167 L’absence d’oxygène et les gaz toxiques dans les silos......................................................................................... 167 L’absence d’oxygène et la présence de CO2................................................................................................................ 167 Les émanations de gaz toxiques.................................................................................................................................. 168 Les risques de chutes et d’éboulis............................................................................................................................. 169 La combustion spontanée.......................................................................................................................................... 169 Le foin............................................................................................................................................................................. 169 En silos........................................................................................................................................................................... 170

CHAPITRE 10 L’UTILISATION DES FOURRAGES................................................................................................ 171 LA VALEUR NUTRITIVE DES FOURRAGES.......................................................................................... 172 Les glucides................................................................................................................................................................... 172 Fibreux et non fibreux.................................................................................................................................................. 172 Les fibres ADF et NDF.................................................................................................................................................. 173 La dégradation des glucides............................................................................................................................... 173 L’énergie......................................................................................................................................................................... 173 La digestibilité.............................................................................................................................................................. 175 Les mesures de digestibilité.......................................................................................................................................... 175 La valeur alimentaire relative...................................................................................................................................... 176 La qualité relative du fourrage.................................................................................................................................... 177 Les matières grasses.................................................................................................................................................... 177 Les protéines................................................................................................................................................................. 178 La matière sèche........................................................................................................................................................... 180 L’évaluation de la qualité des ensilages................................................................................................................... 180 L’échantillonnage.......................................................................................................................................................... 180 L’estimation de la teneur en matière sèche............................................................................................................... 181 Les paramètres de qualité............................................................................................................................................. 182 La valeur nutritive des fourrages au Québec.......................................................................................................... 183

LA GESTION DES FOURRAGES POUR L’ALIMENTATION DES RUMINANTS.................. 191 Les foins......................................................................................................................................................................... 191 Les additifs pour améliorer la conservation.............................................................................................................. 191 Les additifs pour améliorer l’ingestion et la digestibilité......................................................................................... 191 Les traitements mécaniques appliqués aux fourrages............................................................................................. 191 Le problème des nitrates dans le foin......................................................................................................................... 192 Les ensilages.................................................................................................................................................................. 193 Les sucres....................................................................................................................................................................... 193 Les protéines.................................................................................................................................................................. 194 La qualité de l’ensilage.................................................................................................................................................. 195 Les toxines dans l’ensilage.......................................................................................................................................... 196

LES PLANTES FOURRAGÈRES

xi


Table des matières

Identifier un problème de toxines............................................................................................................................... 197 Les mesures pour éviter les toxines dans l’ensilage.................................................................................................. 197 Les mesures à prendre en présence de mycotoxines................................................................................................ 198 Le foin versus l’ensilage.............................................................................................................................................. 198

GLOSSAIRE.......................................................................................................................................................... 201 ANNEXES

1. Noms scientifiques et noms communs des principales graminées et légumineuses fourragères.......... 208 2. Facteurs de conversion pour certaines mesures utilisées en agriculture..................................................... 209

PLANCHES PHOTOS

Légumineuses et graminées fourragères................................................................................................................. 22 Carences en éléments majeurs, secondaires et mineurs...................................................................................... 60 Mauvaises herbes pouvant causer des toxicités aux animaux qui les consomment...................................... 138

LES PLANTES FOURRAGÈRES

xii


CHAPITRE 1

INTRODUCTION • LES

PLANTES FOURRAGÈRES AU QUÉBEC

Réal Michaud


Chapitre 1

Introduction

LES PLANTES FOURRAGÈRES AU QUÉBEC Réal Michaud

­ ar définition, les plantes fourragères regrou­pent les P espèces dont les parties aérien­nes servent à l’alim­ en­tation des animaux. Elles comprennent à la fois des cultures annuelles et pérennes ensemencées pour la récolte ou le pâtu­rage. Les fourrages cultivés comprennent toute plante fourragère, à l’exception du maïs-ensilage, qui est récoltée mécaniquement et distribuée aux animaux d’élevage sous forme de fourrage vert, d’ensilage et de foin sec. Les fourra­ ges cultivés et les pâturages améliorés représentent de loin en superficie la plus importante production végétale au Québec, puisqu’ils occupent près d’un million d’hectares. Le maïs-ensilage est cultivé sur plus de 50 000 hectares (Tableau 1.1). En ajoutant à ces deux dernières superficies les 185 000 hectares de pâturages naturels, on peut dire que près de 1,2 million d’hectares sont consacrés aux plantes fourragères au Québec. Les fourrages cultivés et les pâturages amé­ liorés occupent à eux seuls près de 50 % des terres cultivées et se retrouvent sur 57 % des fermes. Les superficies consacrées aux fourrages cultivés et aux pâturages améliorés ont toutefois progressivement diminué au cours des deux dernières décennies, conti­nuant la tendance observée depuis 1961 (Tableau 1.2). Cependant, durant cette période, la proportion des superficies de luzerne, pure ou en association, a fortement progressé, passant de 7,8 % en 1961 à plus de 30 % en 2001. La tendance observée sur le plan des superficies occupées par les fourrages cultivés

Tableau 1.1 • Superficie et pourcentage de la terre cultivée occupée par les principales productions végétales sur les fermes du Québec en 2001

et les pâturages améliorés s’est également manifestée au niveau des pâturages naturels, puisque leurs superficies sont passées de 374 910 à 185 905 ha entre 1991 et 2001. La diminution du nombre de fermes et du cheptel laitier de même que l’intensification de certaines autres grandes cultures, dont le maïs-grain et le soya, sont les principaux facteurs responsables de cette réduction. Ainsi, en 2001, le maïs-grain était ensemencé sur 435 000 ha au Québec en comparaison des 165 000 ha qu’il occupait en 1981. De même, le soya qui était presque totalement absent du paysage québécois en 1981 occupe maintenant près de 150 000 ha.

Tableau 1.2 • Évolution des superficies consacrées aux fourrages cultivés et aux pâturages améliorés au Québec entre 1961 et 2001 (en hectares)

LES PLANTES FOURRAGÈRES

2


Chapitre 1

Introduction

Figure 1.1 • Évolution des rendements des fourrages cultivés au Québec pour la période de 1986 à 2002

Les rendements des fourrages cultivés ont connu un sommet en 1990 pour décliner graduellement par la suite (Figure 1.1). Le fait que les plantes fourragères soient de plus en plus confinées aux terres moins productives a certes contri­ bué à cette situation. Les rendements plus faibles obtenus en 1991 et en 1992 s’expliquent par les conditions climatiques des hivers 1990-1991 et 1991-1992, alors que des pluies en décembre et en janvier suivies de grands froids ont causé la formation de cou­ches de glace qui ont provoqué beaucoup de mortalité chez les légumi­neuses et affaibli consi­déra­blement les peuplements des prai­ries. La ré­par­­tition des superficies récol­tées pour les fourrages cultivés dans les diffé­ rentes régions agricoles du Québec est consignée au tableau 1.3. Les superficies en cultures fourragè­res dans les régions de Chau­ dière­ -­ Appalaches et du Bas-Saint-Laurent repré­­sentent 32 % des superficies totales de ces cultures au Québec. Au Québec, les plantes fourragères constituent plus de 70 % de la ration des ruminants et, de ce fait, sont à la base même de l’économie de la ferme laitière, bovine ou ovine. L’alimentation représente une part importante du coût total de la production animale. L’augmen­tation du coût des aliments et la réduction des marges bénéficiaires invitent à une utilisation plus ration­nelle des cultures fourragères, puis­ qu’elles cons­ ti­ tuent l’aliment le plus économique dans l’alimentation animale. Il est pres­que toujours plus rentable d’utili­ser de grandes quantités de fourrage de qualité plutôt que des concentrés.

La très grande majorité de la production des plantes fourragères est utilisée directement à la ferme. Il existe cependant d’autres possibilités de développement pour les fourrages, soit le marché intérieur du foin sous forme de balles conventionnelles pour les chevaux, le foin de qualité pour les vaches laitières et le marché d’exportation en balles conventionnelles, surcompressées ou de grandes dimensions. Ce der­ nier marché est en continuelle progression, mais il reste encore peu exploité. Les plantes fourragères pérennes sont des agents importants de conservation et d’amélioration des sols. Elles apportent plus de matière organique au sol que la plupart des cultures annuelles et elles jouent ainsi un rôle important dans la séquestration du carbone. Elles stabilisent les sols, les protègent contre l’érosion éolienne et hydrique, et assurent une meilleure infiltration de l’eau. Elles conviennent donc particulièrement bien aux terrains en pente, aux abords des cours d’eau et aux sols sujets à l’érosion. On peut aussi utiliser les plantes fourragères pour contenir les mauvaises herbes et perturber le cycle des maladies des autres grandes cultures. Par la fixation symbiotique de l’azote de l’air, les légumineuses fourragères contribuent à réduire l’utilisation d’énergie non renouvelable pour produire des engrais azotés. De plus, elles ont une grande valeur comme engrais vert.

LES PLANTES FOURRAGÈRES

3


Chapitre 1

Introduction

Tableau 1.3 • Superficies consacrées aux fourrages cultivés et aux pâturages améliorés dans les régions agricoles du Québec en 2001 (en hectares)

Ce guide fait le point sur tous les aspects de la production, de la récolte et de la conservation des plantes fourragères. À cet égard, il contient une foule d’informations sur les soins à apporter aux sols, le choix des espèces, les méthodes d’établis­ sement et de gestion des prairies et pâturages, ainsi que sur la protection des cultures contre leurs ennemis. Des informations sont également fournies sur la qualité et l’utilisation des fourrages, les méthodes de récolte et de conservation et la sécurité à la ferme.

ISQ et MAPAQ. 2003. Profil sectoriel de l’industrie agroalimentaire au Québec. Institut de la statistique du Québec (ISQ) et ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ). 125 pages.

Documents consultés et lectures supplémentaires suggérées

Statistique Canada. 1986-1995. Série de rapports sur les grandes cultures. Statistique Canada. No de cata­logue  : 22-002-XIB.

Harrison, D. 2001. Plantes fourragères. Agriculture et Agroalimentaire Canada. Le Bulletin bimensuel, 14 (7) : 1-4.

ISQ et MAPAQ. 2005. Profil sectoriel de l’industrie bioalimentaire au Québec, édition 2004. Institut de la statistique du Québec (ISQ) et ministère de l’Agri­ culture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ). 124 pages.

Statistique Canada. 2001. Données sur les exploitations agricoles du Recensement de l’agriculture de 2001. Statistique Canada. No de catalogue : 95F0301X1F.

LES PLANTES FOURRAGÈRES

4


CHAPITRE 2

LES PLANTES FOURRAGÈRES PÉRENNES Réal Michaud et Guy Allard

• LES

CRITÈRES DE CHOIX DES ESPÈCES

• LES

LÉGUMINEUSES FOURRAGÈRES RECOMMANDÉES

• LES

GRAMINÉES FOURRAGÈRES RECOMMANDÉES

• AUTRES

ESPÈCES FOURRAGÈRES UTILISÉES, MAIS NON RECOMMANDÉES • COMMENT

DISTINGUER LES ESPÈCES FOURRAGÈRES


Chapitre 2

Les plantes fourragères pérennes

LES CRITÈRES DE CHOIX DES ESPÈCES Réal Michaud et Guy Allard

Les espèces fourragères pérennes recommandées au Québec appartiennent à deux familles botaniques, les graminées et les légumineuses. Bien que la majo­ rité de ces espèces puissent être cultivées en semis purs, elles sont généralement cultivées en association. Les graminées et les légumineuses pré­sentent souvent des exigences et des qualités diffé­ rentes qui se révèlent complémentaires dans une association. Les avantages d’une association graminées-légumineuses sont présentés au chapitre sur l’ensemencement des plantes fourragères (Cha­pitre 5). Plusieurs critères doivent être pris en considération dans le choix des espèces à semer. Il faut d’abord tenir compte de l’objectif visé, soit l’établissement d’une prairie ou d’un pâturage et la durée de vie recherchée. L’adaptation de l’espèce aux conditions de drainage et au pH du sol, son potentiel de rendement et son utilisation constituent également des critères de sélection. De plus, dans le choix des espè­ ces et des cultivars à utiliser en association, il faut considérer la persistance et la maturité. Les légumineuses sont généralement moins rustiques et moins persistantes que les graminées. Elles exigent plus de chaleur et démarrent plus tard au printemps. Les graminées sont généralement adaptées à une plus grande gamme de conditions que les légumineuses. Les graminées sont pour la plupart très rustiques et moins exigeantes que les légumineuses quant à l’égouttement et au pH du sol. Par contre, chez certaines graminées, les fortes chaleurs et la sécheresse peuvent ralentir la croissance. Le stade de développement à la récolte est probablement le facteur qui affecte le plus la valeur nutritive, surtout chez les graminées. Pour cette raison, l’utilisation d’espèces ou de cultivars de préco­ cités différentes doit être considérée afin d’étaler les dates d’épiaison au printemps et permettre une plus grande flexibilité d’exploitation. La fertilisation azotée est également essentielle pour maintenir une production élevée des prairies et pâturages à base de graminées.

La rusticité et la persistance La capacité des espèces fourragères pérennes à survivre à l’hiver et à persister sur plusieurs années dépend de plusieurs facteurs dont les plus importants sont surtout reliés au climat. Le degré d’acclimatation atteint par les espèces et leur habileté à persister pendant un certain temps sous une couche de glace sont des facteurs clés pour leur persistance. Parmi les légumineuses, la luzerne s’acclimate mieux que le trèfle rouge et elle est beaucoup plus tolérante au froid. Le trèfle rouge semble épuiser plus rapidement ses réserves nutritives au cours de l’hiver et, de plus, il est affecté par des maladies de racines; cela explique son manque de persistance. Chez les graminées, la fléole des prés résiste très bien au froid et persiste pour de longues périodes sous la glace. Le brome inerme s’acclimate à un degré moindre que la fléole des prés et perd son acclimatation plus rapidement au printemps. Le dactyle pelotonné et la fétuque élevée montrent des niveaux de résistance à l’hiver à peu près similaires à ceux de la luzerne.

Les exigences de drainage La majorité des espèces fourragères exigent un sol bien drainé en surface et en profondeur. La plupart des espèces sont sensibles au mauvais égouttement de surface et généralement les légumineuses le sont plus que les graminées. Les dommages hivernaux sont généralement plus considérables sous des conditions de mauvais drainage à la suite de la formation de couches de glace en surface du sol. Les espèces qui possèdent un système racinaire profond telles que la luzerne et les bromes sont très sensibles à un mauvais égouttement en profondeur contrairement à des espèces à racines peu profondes comme le trèfle blanc Ladino ou encore la fléole des prés. Ainsi, la luzerne ne tolère pas un mauvais drainage et y est beaucoup plus sensible que le trèfle rouge. De fait, les seules espèces recommandées qui tolèrent un mauvais égouttement de surface, et encore là uniquement lorsqu’elles seront bien établies, sont la fétuque élevée, l’alpiste roseau et le lotier.

LES PLANTES FOURRAGÈRES

6


Chapitre 2

Les plantes fourragères pérennes

Tableau 2.1 • Caractéristiques des légumineuses fourragères recommandées au Québec

Les caractéristiques générales des légumineuses et des graminées fourragères pérennes recommandées au Québec sont consignées aux tableaux 2.1 et 2.2. Certaines caractéristiques plus spécifiques telles que la description, l’adaptation et l’utilisation des diffé­ ren­tes espèces sont discutées en détail plus loin dans ce chapitre. Ces informations devraient permettre d’effectuer un meilleur choix des espèces à utiliser.

Les cultivars recommandés Chaque année, le Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CRAAQ) publie la liste des cultivars recommandés pour les plantes fourragères. Ces recommandations sont fondées sur des résultats d’essais conduits à des stations réparties dans les diverses régions agricoles du Québec. Pour ces recommandations, un minimum de huit années-stations étalées sur au moins deux ans est exigé. Cependant, la plupart des cultivars sont mis

à l’essai dans trois stations pendant trois ans. Une année-station représente les résultats d’un essai à une station pour un an; trois années-stations représentent les résultats d’un semis dans trois stations pour un an, ou un essai à une station pour trois ans. Un cultivar est recommandé : v s’il donne un rendement supérieur aux cultivars recommandés utilisés comme témoins dans l’essai; v s’il résiste aux principales maladies de son espèce; v s’il peut persister pendant deux ou même trois ans dans la plupart des régions du Québec. Les cultivars recommandés sont ceux dont l’emploi présente la meilleure garantie de succès.

LES PLANTES FOURRAGÈRES

7


Le CRAAQ aujourd’hui RĂŠunissant plus de 500 membres experts et bien positionnĂŠ dans le secteur agricole et agroalimentaire quĂŠbĂŠcois, le CRAAQ est devenu XQ FKHI GH ĆŹOH HQ PDWLĂƒUH GH rĂŠseautage, de production et de GLĆŞXVLRQGHFRQWHQXV /H &5$$4 RĆŞUH Âť VD FOLHQWĂƒOH des ouvrages spĂŠcialisĂŠs, parmi lesquels des guides de production HWGoLGHQWLĆŹFDWLRQGHVWURXVVHVGH GĂ„PDUUDJH HW GHV ĆŹFKHV WHFKQLTXHV6RQIRQGVGoĂ„GLWLRQFRPSWH plus de 250 publications issues des travaux de ses quelque 35 comitĂŠs et commissions ou rĂŠalisĂŠes en partenariat avec les organisations GXPLOLHX De par ses publications, ses nombreux services en ligne ainsi que ses FROORTXHV HW DXWUHV Ă„YĂƒQHPHQWV rassembleurs, le CRAAQ est sans contredit la plaque tournante du savoir agricole et agroalimentaire!

LE CENTRE DE RÉFÉRENCE EN AGRICULTURE ET AGROALIMENTAIRE DU QUÉBEC

CRAAQQCCA


Les plantes fourragères