Issuu on Google+


Le CANARD et l’OIE Guide d’élevage


Avertissements Ce document reflète l’état des connaissances et les façons de faire au moment de sa rédaction et son utilisation demeure sous l’entière responsabilité du lecteur. Certains renseignements ayant pu évoluer d’une manière appréciable depuis la rédaction, le lecteur est invité à en vérifier l’exactitude avant de les utiliser et de les mettre en application. Dans le présent document, le masculin englobe le féminin et est utilisé uniquement pour alléger le texte. Il est interdit de reproduire, traduire ou adapter ce document, en totalité ou en partie, sous quelque forme ou par quelque procédé que ce soit, sans l’autorisation écrite du Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec. Les formats PDF sont destinés à l’usage exclusif de l’acheteur et ne doivent en aucune façon être diffusés ou échangés avec d’autres utilisateurs.

Pour information et commentaires Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec Édifice Delta 1 2875, boul. Laurier, 9e étage Québec (Québec) G1V 2M2 Téléphone : 418 523-5411 Télécopieur : 418 644-5944 Courriel : client@craaq.qc.ca Site Web : www.craaq.qc.ca © Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec, 2005 PAVI0021-PDF ISBN 978-2-7649-0358-2 ISBN 2-7649-0144-5 (Imprimé, 2005) Dépôt légal Bibliothèque nationale du Canada, 2013 Bibliothèque nationale du Québec, 2013


Coordonnateur Louis Tétreault, agr., Cargill, Saint-Hubert

Rédacteurs Martine Bourgeois, agr., directrice Nutrition et développement avicole, Les Aliments Maple Leaf Inc., Division Shur-Gain, Saint-Hyacinthe Christian Bruneau, M.Sc., agr., spécialiste en nutrition monogastrique, Provimi Canada, Saint-Hyacinthe Francine Dufour, D.M.V., agr., responsable de la santé de la volaille, La Coop fédérée, Sainte-Foy Bertrand Dufresne, agr., agent des ventes, Boehringer Ingelheim, Mont-Saint-Hilaire Nadine Gosselin, M.Sc., chargée de projets, Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec, Sainte-Foy Ghislaine Guay, agr., superviseure technique avicole, Meunerie Robitaille inc., Farnham Angèle Hudon-Tanguay, agr., représentante produits industriels et qualité, Fédération des producteurs d’œufs de consommation du Québec, Longueuil Paul Laguë, Ph.D., agr., professeur (retraité), Université McGill, Faculté des sciences de l’agriculture et de l’environnement, Sainte-Anne-de-Bellevue Sophie Lavallée, M.Sc., agr., directrice recherche et développement, Canards du Lac Brome ltée, Knowlton Richard Lemay, D.M.V., agent de programme, inspection de la volaille, Agriculture et Agroalimentaire Canada, Agence d’inspection des aliments, Centre opérationnel du Québec, Montréal Louis Tétreault, agr., Cargill, Saint-Hubert

Collaborateurs Mario Béliveau, d.t.a., représentant avicole, La Coop fédérée, Saint-Isidore Robert Charrette, D.M.V., vétérinaire, Clinique vétérinaire Saint-Thomas, Saint-Hyacinthe Dany Cinq-Mars, Ph.D., agr., Nutrition et alimentation, MAPAQ, Direction de l’innovation scientifique et technique, Québec et professeur invité, Université Laval, Département des sciences animales, Sainte-Foy

CRAAQ / L E CANA R D E T L’ O I E

VI


Emmanuel Nassans, d.t.a., directeur général, Élevages Périgord, Saint-Louis-de-Gonzague Serge Proulx, agr., chargé de projets, Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec, Sainte-Foy

Édition Chantale Ferland, M.Sc., chargée de projets, Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec, Sainte-Foy Danielle Jacques, M.Sc., chargée de projets, Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec, Sainte-Foy

Coordination de la production graphique Marie Caron, conceptrice-graphiste et coordonnatrice de la production, Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec, Sainte-Foy

Remerciements Le CRAAQ remercie l’entreprise Élevages Périgord pour sa contribution à la réalisation de cet ouvrage.

Photos de la page couverture : Éric Labonté, MAPAQ Louis Tétreault, Cargill

VII

CRAAQ / L E CANA R D E T L’ O I E


Table des matières CHAPITRE 1 INTRODUCTION.........................................................................................................................1 INTRODUCTION...........................................................................................................................2 CHAPITRE 2 INFORMATION GÉNÉRALE ET GÉNÉTIQUE..............................................................................3 LES CANARDS............................................................................................................................4 INTRODUCTION...........................................................................................................................4 LES RACES D’ÉLEVAGE................................................................................................................4 Le canard de Barbarie..................................................................................................................4 Le canard de Pékin......................................................................................................................5 Le canard mulard.........................................................................................................................5 LES OIES.....................................................................................................................................6 INTRODUCTION...........................................................................................................................6 LES RACES D’ÉLEVAGE................................................................................................................6 L’oie d’Embden............................................................................................................................7 L’oie de Chine.............................................................................................................................7 L’oie de Guinée...........................................................................................................................8 L’oie de Toulouse.........................................................................................................................8 L’oie Pilgrim.................................................................................................................................8 La bernache du Canada...............................................................................................................9 LES CROISEMENTS ET L’HYBRIDATION.........................................................................................9 LES COUVOIRS PRIMAIRES ET SECONDAIRES.............................................................................10 CHAPITRE 3 L’ENVIRONNEMENT SOCIO-ÉCONOMIQUE...........................................................................13 INTRODUCTION.........................................................................................................................14 LA PRODUCTION MONDIALE DE CANARDS ET D’OIES...............................................................14 L’IMPORTANCE DU SECTEUR AU QUÉBEC.................................................................................15 LA LISTE DES ABATTOIRS...........................................................................................................21 CHAPITRE 4 LES BÂTIMENTS ET L’AMBIANCE...........................................................................................23 INTRODUCTION.........................................................................................................................24 LES BÂTIMENTS.........................................................................................................................24

CRAAQ / L E CANA R D E T L’ O I E

VIII


Les bâtiments neufs...................................................................................................................25 Les bâtiments existants..............................................................................................................25 Les caractéristiques générales des bâtiments..............................................................................25 Le caillebotis..............................................................................................................................27 La salubrité................................................................................................................................27 LE CHAUFFAGE.........................................................................................................................28 LA VENTILATION........................................................................................................................28 Les besoins de ventilation..........................................................................................................30 Les entrées d’air.........................................................................................................................32 Les dimensions de l’entrée d’air.................................................................................................32 Les systèmes d’ouverture...........................................................................................................33 Les instruments de mesure et de contrôle de l’ambiance...........................................................34 L’ÉCLAIRAGE.............................................................................................................................35 CHAPITRE 5 L’ALIMENTATION....................................................................................................................37 INTRODUCTION.........................................................................................................................38 LES NUTRIMENTS.......................................................................................................................38 L’énergie....................................................................................................................................38 Les protéines.............................................................................................................................39 Les lipides..................................................................................................................................40 Les vitamines.............................................................................................................................40 Les vitamines hydrosolubles.......................................................................................................40 Les vitamines liposolubles..........................................................................................................41 Les minéraux majeurs et oligoéléments......................................................................................41 L’ALIMENTATION DES CANARDS...............................................................................................41 Les besoins en énergie et en protéines.......................................................................................42 Les exigences alimentaires des canards à rôtir............................................................................43 L’alimentation des canards reproducteurs..................................................................................49 L’ALIMENTATION DES OIES........................................................................................................50 La phase de démarrage.............................................................................................................50 Les phases de croissance et de finition.......................................................................................51 La phase de reproduction..........................................................................................................53 L’EAU........................................................................................................................................56 CHAPITRE 6 LA SANTÉ.................................................................................................................................63 LES PRINCIPAUX PROBLÈMES DE SANTÉ DES CANARDS ET DES OIES........................................64 Le diagnostic.............................................................................................................................73

IX

CRAAQ / L E CANA R D E T L’ O I E


CHAPITRE 7 LA CONDUITE D’ÉLEVAGE......................................................................................................75 INTRODUCTION.........................................................................................................................76 L’IMPORTANCE DE LA SURVEILLANCE ET DES REGISTRES..........................................................76 BIEN MANIPULER LES OISEAUX..................................................................................................77 LA LITIÈRE ET LES DÉJECTIONS...................................................................................................77 Le choix de la litière...................................................................................................................77 La gestion de la litière et des déjections.....................................................................................78 LA QUALITÉ DE L’AIR.................................................................................................................78 L’ÉLEVAGE DU CANARD............................................................................................................79 Le système de production (à rôtir ou prêt à gaver).....................................................................79 Le canard à foie gras.................................................................................................................79 Le sexage...................................................................................................................................80 LE DÉMARRAGE........................................................................................................................81 La préparation avant l’arrivée des canetons...............................................................................81 L’enclos de démarrage...............................................................................................................81 La réception des canetons.........................................................................................................82 Les lampes, les éleveuses et le chauffage...................................................................................83 L’éclairage.................................................................................................................................84 L’abreuvement...........................................................................................................................85 L’alimentation............................................................................................................................86 Le dégriffage et le taillage du bec..............................................................................................86 LA PHASE DE CROISSANCE.......................................................................................................87 La densité d’élevage..................................................................................................................87 L’abreuvement...........................................................................................................................87 L’alimentation............................................................................................................................88 LA PHASE DE PRÉGAVAGE........................................................................................................89 L’alimentation............................................................................................................................89 L’ÉLEVAGE DE L’OIE...................................................................................................................89 L’arrivée des oisons....................................................................................................................89 Le démarrage des oisons...........................................................................................................89 L’abreuvement et l’alimentation.................................................................................................91 La phase de croissance..............................................................................................................91 LES OIES ET LES CANARDS REPRODUCTEURS............................................................................93 La condition et la sélection des reproducteurs............................................................................93 La phase de ponte.....................................................................................................................94 La maturité sexuelle...................................................................................................................95 Les oeufs...................................................................................................................................95 Le ramassage.............................................................................................................................95 Le refroidissement.....................................................................................................................95 La désinfection..........................................................................................................................95

CRAAQ / L E CANA R D E T L’ O I E

X


Les canards................................................................................................................................96 Les nids.....................................................................................................................................96 Le ratio mâle/femelles................................................................................................................97 L’insémination...........................................................................................................................97 Le rassemblement des reproducteurs.........................................................................................97 Les oies......................................................................................................................................98 L’éclairage.................................................................................................................................98 Le logement............................................................................................................................100 LE TRANSPORT ET L’ABATTAGE...............................................................................................100 Le transport des canetons et des oisons...................................................................................100 La préparation avant l’abattage...............................................................................................101 Le transport à l’abattoir...........................................................................................................101 LA BIOSÉCURITÉ......................................................................................................................102 L’élevage extérieur et la biosécurité.........................................................................................102 Les mesures préventives et sanitaires.......................................................................................103 Le contrôle de la circulation entre les fermes...........................................................................103 Le contrôle des animaux..........................................................................................................104 Autres mesures de prévention.................................................................................................105 Le nettoyage et la désinfection du bâtiment............................................................................105 Le nettoyage............................................................................................................................105 Le lavage et la désinfection......................................................................................................105 La fumigation..........................................................................................................................106 La répression des insectes et de la vermine..............................................................................106 Le vide sanitaire.......................................................................................................................107 La vérification et l’entretien du matériel...................................................................................107 Conclusion...............................................................................................................................107 CHAPITRE 8 LE BIEN-ÊTRE ANIMAL..........................................................................................................109 INTRODUCTION.......................................................................................................................110 LA MANIPULATION DES CANARDS ET DES OIES......................................................................110 LE TRANSPORT ET L’ABATTAGE...............................................................................................111 LA PRODUCTION DE FOIE GRAS PAR GAVAGE........................................................................111 CHAPITRE 9 LA PRODUCTION DE FOIE GRAS..........................................................................................113 INTRODUCTION.......................................................................................................................114 L’ÉVALUATION DES POSSIBILITÉS DE PRODUCTION.................................................................114 LE FOIE....................................................................................................................................114 Son rôle...................................................................................................................................114

XI

CRAAQ / L E CANA R D E T L’ O I E


La stéatose hépatique..............................................................................................................115 LES ESPÈCES ÉLEVÉES POUR LE GAVAGE.................................................................................116 LES PERFORMANCES ZOOTECHNIQUES POUR LES PHASES D’ÉLEVAGE ET DE GAVAGE..........118 La variabilité saisonnière dans la production de foie gras.........................................................118 LE PRÉGAVAGE DES CANARDS ET DES OIES............................................................................119 LE GAVAGE DES CANARDS ET DES OIES.................................................................................120 LE MAÏS...................................................................................................................................123 Les supplémentations alimentaires...........................................................................................124 L’ÉQUIPEMENT DE GAVAGE....................................................................................................124 CHAPITRE 10 L’ASPECT AGRO-ENVIRONNEMENTAL.................................................................................127 INTRODUCTION.......................................................................................................................128 LE RÈGLEMENT SUR LES EXPLOITATIONS AGRICOLES..............................................................128 LE CALCUL DE LA CHARGE FERTILISANTE EN PHOSPHORE......................................................128 CHAPITRE 11 CONCLUSION.........................................................................................................................131 RÉFÉRENCES...........................................................................................................................133

CRAAQ / L E CANA R D E T L’ O I E

XII


Chapitre 1

INTRODUCTION


Introduction

Introduction Depuis les dix dernières années, la consommation de viande de canard et d’oie est en nette progression au Québec. Par ailleurs, le consommateur cherche davantage à varier le contenu de son panier d’épicerie et s’intéresse de plus en plus aux produits transformés et plus raffinés tels que les magrets, les confits, les saucisses, les pâtés et le foie gras. Devant cette nouvelle demande, la filière palmipèdes s’organise. Plusieurs éleveurs augmentent la taille de leurs élevages et les transformateurs développent de nouveaux produits qu’ils proposent aux consommateurs par l’intermédiaire des distributeurs. Dans le contexte où la taille de la plupart des élevages de canards et d’oies demeure relativement modeste, et ce, malgré l’essor récent de cette industrie, l’information de base présentée dans ce guide saura répondre à bien des questions. Les principaux éléments de l’élevage des palmipèdes y sont traités, depuis les aspects socio-économiques et les bâtiments, en passant par l’alimentation et la santé, jusqu’à la conduite d’élevage et la production de foie gras. Quant aux éleveurs désirant se lancer dans un élevage commercial de grande envergure, ils sont invités à consulter des spécialistes en aviculture qui sauront leur offrir une information plus poussée.

2

CRAAQ / L E CANA R D E T L’ O I E


Chapitre 2

INFORMATION GÉNÉRALE ET GÉNÉTIQUE


Information générale et génétique

LES CANARDS Introduction Le canard colvert (Anas platyrhynchos) est à l’origine de toutes les races de canards d’élevage, exception faite du canard de Barbarie qui est issu du canard musqué (Cairina moschata). La domestication du canard colvert aurait débuté il y a plus de 3 000 ans dans le Sud-Est de la Chine. En Europe, elle n’aurait pas eu lieu avant le Moyen Âge; les Romains élevaient des canards en captivité pour les engraisser, mais ils n’étaient pas véritablement domestiqués puisqu’ils n’avaient pas perdu la capacité de voler. Quant au canard de Barbarie, il est originaire de l’Amérique centrale et du Sud. Il a été domestiqué par les Incas du Pérou. Il a fait son apparition en France au XVIe siècle. En Amérique du Nord, les canards ont fait leur arrivée avec les premiers colons. Malgré une capacité d’adaptation et une rusticité supérieures aux gallinacés (poulet et dindon), la popularité du canard n’a jamais atteint celle des poulets et des dindons. En effet, les progrès enregistrés au siècle dernier en matière de construction des bâtiments, de conception des équipements, de génétique, de santé, d’alimentation et de conduite d’élevage ont contribué plus particulièrement à la performance économique qu’ont connu les gallinacés.

Les races d’élevage Les canards domestiques appartiennent à l’ordre des Ansériformes, à la famille des Anatidés et à la sous-famille des Ansérinés. Les canards ont fait l’objet d’une multitude de croisements desquels sont issues de nombreuses races, en particulier chez les canards d’ornement. Pour la production de chair et de foie gras, le nombre de races est toutefois relativement faible. En fait, au Québec, elles se résument à celles-ci : le canard de Barbarie, le canard de Pékin et le canard mulard.

Le canard de Barbarie Le canard de Barbarie est un oiseau de type percheur qui possède des griffes bien développées. Ses yeux sont bleus. Son bec est surmonté de caroncules rouges et il se termine par une pointe crochue. Chez les races commerciales, il existe différentes couleurs de plumage. Le plumage blanc est préféré, car les chicots de couleur rendent les carcasses moins intéressantes du point de vue commercial. Le canard de Barbarie a un port horizontal et une aptitude pour le vol qui lui donne une agilité que le canard de Pékin ne possède pas. C’est un canard rustique de grande taille au caractère agressif. Contrairement au canard de Pékin, il est muet. Le dimorphisme sexuel est très prononcé; la femelle ne pesant que 60 % du poids du mâle. La croissance des muscles pecto­raux chez le mâle

4

CRAAQ / L E CANA R D E T L’ O I E


Information générale et génétique

étant importante, ces derniers sont abattus à l’âge de 11 ou 12 semaines. Quant aux femelles, elles sont abattues à un âge plus jeune, soit à 9 ou 10 semaines. La chair de ce canard est ferme et maigre et elle a une saveur légèrement musquée. La cane pond environ 180 œufs par année et la durée de couvaison est de 35 jours.

Le canard de Pékin Le canard de Pékin est originaire de Chine. Comme tous les canards qui descendent du canard colvert, c’est un barboteur. Les lignées commerciales ont souvent un plumage blanc. Son bec et ses pattes sont de couleur jaune. Il a un port dressé. Il n’a aucune aptitude pour le vol et il est tapageur. Le dimorphisme sexuel est faible; la femelle pèse à l’âge adulte 0,93 fois le poids du mâle. Ainsi, on abat les deux sexes au même âge, généralement à 7 ou 8 semaines. La croissance du canard de Pékin est plus rapide que celle des autres races. La cane pond annuellement entre 150 et 200 œufs et la durée de couvaison est de 28 jours.

Le canard mulard Le canard mulard est un hybride infécond issu du croisement entre un canard de Barbarie et une cane de Pékin. Son plumage peut être blanc ou de couleur (selon les lignées commerciales). Le dimorphisme sexuel entre le mâle et la femelle est important comme chez le canard de Barbarie. Le mâle et la femelle sont abattus sensiblement au même poids que le canard de Barbarie, mais leur croissance est légèrement plus lente que ce dernier (1 semaine). C’est une race facile à élever, appréciée pour sa chair et pour sa faculté à produire un foie gras d’excellente qualité à moindre coût que celui de l’oie.

CRAAQ / L E CANA R D E T L’ O I E

5


Information générale et génétique

LES OIES Introduction La domestication de l’oie remonte aux débuts de la sédentarisation de l’homme. En Asie, l’élevage de l’oie est pratiqué depuis plusieurs millénaires. Les peuples de l’Égypte élevaient les oies quelque 4 000 ans avant notre ère. Ce sont les Romains qui l’ont dispersée progressivement à travers l’Europe. Cet oiseau a longtemps été considé­ré comme un animal sacré tant par les Égyptiens que par les Romains. En Amérique, les oies sont arrivées par l’intermédiaire des colons européens. Leur chair et leur duvet étaient particulièrement appréciés par ces nouveaux habitants. L’oie est un palmipède fascinant. Une de ses caractéristiques les plus remarquables est sa grande capacité d’adaptation. En effet, l’oie peut s’adapter aux climats chauds de l’Amérique du Sud aussi bien qu’aux climats tempérés de l’Amérique du Nord ou de l’Europe. L’oie est un oiseau intelligent qui possède une grande mémoire, ce qui lui permet, par exemple, de s’aventurer sur plusieurs kilomètres pour chercher de la nourriture et de revenir à son lieu de départ sans difficulté. L’oie peut aussi bien vivre dans un milieu aquatique que dans un milieu terrestre. Elle sait reconnaître les gens, les animaux et les situations. Grâce à cette faculté, elle s’avère une gardienne très efficace. Cette souplesse d’adaptation explique le succès de la domestication de l’oie. Par ailleurs, elle possède une capacité nettement supérieure aux autres monogastriques à digérer les fibres, ce qui permet de lui offrir une alimentation très variée.

Les races d’élevage L’oie domestique appartient à l’ordre des Ansériformes, à la famille des Anatidés et à la sous-famille des Ansérinés. Il en existerait deux types. Le premier type serait d’origine européenne et descendrait de l’oie cendrée sauvage (Anser anser) alors que le second type serait originaire d’Asie et descendrait de l’oie cygnoïde sauvage (Anser cygnoides). Il existe plusieurs races d’oies domestiques. Les races décrites dans ce guide sont celles les plus élevées en Amérique et celles dont l’obtention de sujets pour l’élevage est la plus facile. Au Canada, les races les plus élevées sont les suivantes : Embden, Toulouse, Pilgrim et de Chine. Les trois premières races seraient des descendantes de la race européenne Greylag, un type léger de couleur brun-gris. L’oie de Chine, quant à elle, est d’origine asiatique. Après des centaines d’années d’élevage, l’oie d’Embden est devenue la race la plus populaire en Amérique pour sa chair et son duvet

6

CRAAQ / L E CANA R D E T L’ O I E


Information générale et génétique

L’oie d’Embden Les premières traces de la présence de l’oie d’Embden en Amérique remontent à l’arrivée des premiers colons. C’est un oiseau de grande taille et d’une grande beauté. La tête est plutôt large et ovale, les yeux sont gris-bleu et le bec est modérément long et fort, de couleur jaune orangé bien marqué. Le cou est long et porté presque droit. Le corps est long et profond lorsqu’il est comparé avec la largeur du dos. La poitrine est ronde, dodue et en harmonie avec le reste du corps. Le plumage est entièrement blanc, ce qui en fait l’oie idéale pour la table, puisque la coloration des chicots laissés lors de l’abattage est très peu visible. Toutefois, des traces de couleur grise sur les plumes du dos des jeunes sujets sont parfois observées. Les pattes et les doigts sont de couleur orange foncé. Le jars adulte peut peser jusqu’à 13,5 kg et la femelle 11 kg. L’accroissement du poids de cette espèce a fait l’objet d’une sélection génétique. Cette race d’oie ne vole pas, probablement en raison de son poids élevé. L’oie d’Embden pond de 35 à 50 œufs annuellement et commence son cycle de reproduction vers le début de mars. L’oie d’Embden se développe rapidement et elle est devenue la race la plus commercialisée. Très souvent, elle est utilisée dans les croisements. En Europe, cette oie est aussi exploitée pour son duvet. Parce qu’elle est plumée vivante durant les périodes de mue naturelle à quelques reprises au cours de sa vie, elle est considérée comme une source renouvelable de duvet.

L’oie de Chine La Chine est le lieu d’origine assigné à cette race, bien qu’elle habitait aussi la Sibérie et l’Inde. La conformation de sa tête, de son cou et de son bec fait en sorte qu’elle ressemble au cygne. Une autre de ses particularités sont les plumes de son cou qui, contrairement à d’autres races, sont lisses au lieu d’être frisées. Elle est alerte, belle et élégante et, de toutes les races domestiques, elle a la plus belle apparence. Il existe deux couleurs de plumage : blanc et brun, le blanc étant le plus recherché. Elle est également une gardienne très efficace. À l’approche de tout étranger, elle avertit en cacar­dant. L’oie de Chine est de taille modeste. Le jars pèse 5 kg et l’oie 4 kg. Elle peut être croisée avec des mâles légers appartenant aux races lourdes. Ces croisements produisent de bons résultats. En raison de sa taille modeste, cette race donne une petite oie de table. Sa chair a une saveur caractéristique.

CRAAQ / L E CANA R D E T L’ O I E

7


Information générale et génétique

L’oie de Guinée L’origine de l’oie de Guinée est mal connue. Certaines autorités prétendent qu’elle est d’ascendance chinoise, d’autres affirment qu’elle descend des nombreuses espèces d’oies sauvages trouvées en Inde. L’oie de Guinée est reconnue pour son apparence majestueuse, son caractère bruyant et son cri caractéristique. Elle a un port dressé et elle porte au-dessus de son bec une grosse protubérance. La couleur de son plumage ressemble à celle de l’oie de Toulouse, mais elle est plutôt brun cendré que grise. Le bec et la protubérance sont noirs, les yeux sont bruns et les métatarses et les doigts sont orange foncé. L’oie de Guinée est de petite taille; le jars pèse 5 kg et l’oie 4 kg. Les sujets bien engraissés peuvent atteindre 9 kg. Cette race se reproduit bien. Elle pond environ 40 œufs par année. Les oisons sont actifs et rustiques, pâturent bien, atteignent vite l’état adulte et engraissent facilement. Croisée avec l’oie de Toulouse ou d’Embden, l’oie de Guinée donne des sujets exceptionnellement bons pour le commerce.

L’oie de Toulouse L’oie de Toulouse, originaire du sud de la France, est une race de grande taille au plumage peu dense. Elle a été emmenée en Amérique par les premiers colons français. Des sujets ont également été introduits en Angleterre en 1840. Son plumage est brun foncé avec des marques grises sur le dos, alors qu’il est presque blanc sur le ventre et sous le croupion. Les yeux sont brun foncé ou noisettes, le bec orange pâle, les métatarses et les doigts, orange rougeâtre foncé. Le jars pèse de 8 à 10 kg et l’oie de 6 à 8 kg. Bonne pondeuse, la femelle produit, en général, 45 œufs par année. C’est une oie tranquille, qui pâture très bien. En Europe, c’est la race type employée pour le gavage. L’oie de Toulouse est très utilisée en croisement avec l’oie d’Embden pour obtenir des sujets au plumage gris pâle ou blanc dont les plumes naissantes sont très peu apparen­tes, caractère avantageux pour les sujets de marché.

L’oie Pilgrim L’origine de la race Pilgrim remonterait au Moyen Âge. À cette époque, on la rencontrait partout dans la campagne anglaise. Le dessin de cette race d’oie apparaît dans les gravures américaines décrivant le débarquement des premiers colons anglais à Plymouth, aux États-Unis, en 1620. Par la suite, on la retrouve dans les fermes américaines jusqu’au moment de la domestication du dindon sauvage.

8

CRAAQ / L E CANA R D E T L’ O I E


Le CRAAQ aujourd’hui Réunissant plus de 500 membres experts et bien positionné dans le secteur agricole et agroalimentaire québécois, le CRAAQ est devenu un chef de file en matière de réseautage, de production et de diffusion de contenus. Le CRAAQ offre à sa clientèle des ouvrages spécialisés, parmi lesquels des guides de production et d’identification, des trousses de démarrage et des fiches techniques. Son fonds d’édition compte plus de 250 publications issues des travaux de ses quelque 35 comités et commissions ou réalisées en partenariat avec les organisations du milieu. De par ses publications, ses nombreux services en ligne ainsi que ses colloques et autres évènements rassembleurs, le CRAAQ est sans contredit la plaque tournante du savoir agricole et agroalimentaire!

LE CENTRE DE RÉFÉRENCE EN AGRICULTURE ET AGROALIMENTAIRE DU QUÉBEC

CRAAQ.QC.CA


Le canard et l'oie - Guide d'élevage