Issuu on Google+


La culture de

l’asperge


Avertissements Ce document reflète l’état des connaissances et les façons de faire au moment de sa rédaction et son utilisation demeure sous l’entière responsabilité du lecteur. Certains renseignements ayant pu évoluer d’une manière appréciable depuis la rédaction, le lecteur est invité à en vérifier l’exactitude avant de les utiliser et de les mettre en application.

La culture de l’asperge

Dans le présent document, le masculin englobe le féminin et est utilisé uniquement pour alléger le texte.

ii

Il est interdit de reproduire, traduire ou adapter ce document, en totalité ou en partie, sous quelque forme ou par quelque procédé que ce soit, sans l’autorisation écrite du Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec. Les formats PDF sont destinés à l’usage exclusif de l’acheteur et ne doivent en aucune façon être diffusés ou échangés avec d’autres utilisateurs.

Pour information ou commentaires Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec 2875, boulevard Laurier, 9e étage Québec (Québec) G1V 2M2 Téléphone : 418 523-5411 Télécopieur : 418 644-5944 Courriel : client@craaq.qc.ca Site web : www.craaq.qc.ca © Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec, 2003 PLEG0012-PDF ISBN 978-2-7649-0434-3 ISBN 2-7649-0065-1 (Imprimé, 2003) Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales Canada, 2013 Bibliothèque et archives nationales du Québec, 2013

C R AA Q


C R AAQ

Coordination du projet

Jean-Guy Tessier, d.t.a., MAPAQ, Saint-Louis-de-France

Rédaction Daniel Bergeron, agronome, MAPAQ, Québec Jean Coulombe, M.Sc., agronome, consultant, Saint-Laurent-de-l’Île-d’Orléans Pierrot Ferland, agronome, MAPAQ, Louiseville Gérard Mailloux, Ph.D., biologiste-entomologiste, IRDA, Saint-Bruno-de-Montarville Jean-Guy Tessier, d.t.a., MAPAQ, Saint-Louis-de-France

Révision Danielle Bernier, M.Sc., agronome-malherbologiste, MAPAQ, Québec Mike Bleho, d.t.a., Université McGill, Campus Macdonald, Sainte-Anne-de-Bellevue Laure Boulet, agronome, MAPAQ, Rivière-du-Loup Yves Desjardins, Ph.D., agronome, Université Laval, Centre de recherche en horticulture, Québec Gérard Gilbert, M.Sc., agronome, MAPAQ, Direction de l’innovation scientifique et technologique, Sainte-Foy Marcel Giroux, M.Sc., agronome, IRDA, Sainte-Foy Chantal Hamel, Ph.D., agronome, Agriculture et Agroalimentaire Canada, Swift Current, Saskatchewan Richard Morin, agronome, MAPAQ, Québec Danielle Roy, agronome, MAPAQ, L’Assomption Vladimir Vujanovic, biologiste, phytopathologiste, mycologiste, Université de Montréal, Montréal

Chantale Ferland, agronome, Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec, Québec

Coordination de la production graphique Marie Caron, conceptrice-graphiste, Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec,

Graphisme Siamois graphisme

v

La culture de l’asperge

Édition


C R AAQ

Table des matières INTRODUCTION........................................................................................... 1 PHYSIOLOGIE ET DÉVELOPPEMENT DE LA PLANTE............................... 2 Griffe, bourgeons et turions............................................................................. 2 Racines d’entreposage et racines fasciculées.................................................. 4 Cladodes et écailles........................................................................................ 4 Effet de la température sur la croissance......................................................... 5 CHOIX DU SITE............................................................................................ 5 CHOIX DU SOL............................................................................................ 6 PRÉCÉDENT CULTURAL............................................................................. 7 PRÉPARATION DU SOL............................................................................... 8 NOUVEAUX HYBRIDES 100 % MÂLES........................................................ 8

MÉTHODES D’ÉTABLISSEMENT............................................................... 12 PRODUCTION DE GRIFFES EN PÉPINIÈRE............................................. 13 Choix du sol.................................................................................................. 13 Semis............................................................................................................ 13 Fertilisation.................................................................................................... 14 Répression des mauvaises herbes................................................................ 14 Répression des criocères.............................................................................. 14 Répression des maladies foliaires.................................................................. 14 Récolte des griffes......................................................................................... 15 Entreposage des griffes................................................................................. 15

vi

La culture de l’asperge

TRAITEMENT DE LA SEMENCE................................................................ 11 Désinfection de la semence........................................................................................11 Conditionnement de la semence...............................................................................12


PRODUCTION DE TRANSPLANTS EN SERRE............................................... 15 Semis............................................................................................................ 16 Fertilisation.................................................................................................... 16

La culture de l’asperge

PLANTATION..................................................................................................... 17 Fertilisation.................................................................................................... 17 Plantation des griffes..................................................................................... 19 Plantation des transplants............................................................................. 21 Répression des mauvaises herbes................................................................ 21

vii

GESTION D’ENTRETIEN : DEUXIÈME ANNÉE DE LA PLANTATION............ 22 Fertilisation.................................................................................................... 23 Répression des mauvaises herbes................................................................ 23 GESTION D’ENTRETIEN : TROISIÈME ANNÉE ET PLUS DE LA PLANTATION (ANNÉES DE RÉCOLTE).................................................................................. 23 Fertilisation.................................................................................................... 24 Répression des mauvaises herbes................................................................ 26 IRRIGATION....................................................................................................... 26 Gestion de l’irrigation..................................................................................... 28 Bilan hydrique......................................................................................... 28 Tensiomètre........................................................................................... 28 Méthodes d’irrigation..................................................................................... 30 Irrigation selon le stade de la culture.............................................................. 30 Lit de semence.............................................................................................. 30 Nouvelles plantations.............................................................................. 30 Plantations établies................................................................................. 31 RÉCOLTE........................................................................................................... 31 PRÉREFROIDISSEMENT ET CONDITIONNEMENT........................................ 33 Métabolisme énergétique de l’asperge récoltée............................................. 34 Prérefroidissement........................................................................................ 35 Techniques de prérefroidissement................................................................. 35 Prérefroidissement à l’eau glacée........................................................... 35 Prérefroidissement par l’eau de la nappe phréatique............................... 36 Prérefroidissement dans des bacs d’eau et de glace.............................. 36 Prérefroidisseement à l’air forcé.............................................................. 36 Conditionnement........................................................................................... 37

C R AA Q


C R AAQ

CONSERVATION............................................................................................... 37 Conservation en chambre froide.................................................................... 37 Problèmes d’entreposage............................................................................. 37 Désordre par le froid............................................................................... 37 Dommages causés par un excès de CO2............................................... 37 Élongation et courbure des turions......................................................... 38 Ouverture de la pointe............................................................................ 38 Autres problèmes................................................................................... 38

viii

La culture de l’asperge

MALADIES......................................................................................................... 38 Fusarioses vasculaires................................................................................... 39 Symptômes............................................................................................ 39 Fusarium oxysporum........................................................................ 39 Fusarium proliferatum........................................................................ 39 Moyens de lutte...................................................................................... 40 Bonnes pratiques culturales............................................................. 40 Cultivars résistants........................................................................... 40 Lutte chimique................................................................................. 40 Lutte biologique............................................................................... 40 Rouille de l’asperge....................................................................................... 41 Symptômes............................................................................................ 41 Moyens de lutte...................................................................................... 41 Bonnes pratiques culturales............................................................. 41 Cultivars résistants........................................................................... 42 Lutte physique et chimique.............................................................. 42 Moisissure grise............................................................................................ 42 Symptômes............................................................................................ 42 Moyens de lutte...................................................................................... 43 Bonnes pratiques culturales............................................................. 43 Lutte chimique................................................................................. 43 Brûlure stemphylienne................................................................................... 43 Symptômes............................................................................................ 43 Moyens de lutte...................................................................................... 43 Bonnes pratiques culturales............................................................. 43 Lutte chimique................................................................................. 43 Autre problème............................................................................................. 44 Turions déformés.................................................................................... 44


La culture de l’asperge ix

INSECTES Criocère de l’asperge.................................................................................... 44 Dégâts observables................................................................................ 46 Stratégie de lutte.................................................................................... 46 Criocère à douze points................................................................................ 48 Dégâts observables................................................................................ 49 Stratégie de lutte.................................................................................... 49 Agromyze de l’asperge.................................................................................. 49 Dégâts observables................................................................................ 51 Stratégie de lutte.................................................................................... 51 Puceron de l’asperge.................................................................................... 51 Dégâts observables................................................................................ 52 Stratégie de lutte.................................................................................... 52 Punaise terne................................................................................................ 54 Dégâts observables................................................................................ 55 Stratégie de lutte.................................................................................... 55 Vers gris........................................................................................................ 55 Dégâts observables................................................................................ 56 Stratégie de lutte.................................................................................... 56 Thrips............................................................................................................ 56 Dégâts observables................................................................................ 57 Stratégie de lutte.................................................................................... 57 Autres insectes.............................................................................................. 58 RÉFÉRENCES................................................................................................... 60 PLANCHES PHOTOS DES MALADIES ET DES INSECTES RAVAGEURS DE L’ASPERGE.............................................. 65

C R AA Q


C R AAQ

Introduction L’asperge (Asparagus officinalis) est une plante vivace de la famille des liliacées. Cette plante se compose d’une griffe, de tiges et de cladodes. La partie comestible de la plante est la jeune tige, que l’on nomme turion, qui se développe à partir de la griffe. L’asperge se récolte tôt en saison, soit généralement autour du 10 mai jusqu’au 24 juin. Cette période peut toutefois varier selon les régions et les conditions de température. La durée de la production rentable d’une aspergeraie est d’environ 12 à 15 ans. Selon la méthode culturale pratiquée, il est possible d’obtenir des turions verts ou blancs. Les asperges vertes sont récoltées hors sol. L’absence de coloration des asperges blanches s’obtient par le buttage. Cette technique consiste à couvrir les plantes d’une bonne épaisseur de terre. Les turions se développent à l’abri de la lumière et sont cueillis avant qu’ils n’émergent du sol. Actuellement, au Québec, seules les asperges vertes sont produites commercialement. Au Québec, en 2002, 117 producteurs exploitaient une superficie totale de 300 hec­tares (MAPAQ, 2002). L’asperge se cultive principalement, par ordre d’importance, dans les régions suivantes : Lanaudière, Mauricie, Montérégie et Centre-du-Québec. Actuellement, la totalité de la production est écoulée au marché du frais (chaînes de distribution, grossistes et vente à la ferme). De nouveaux hybrides plus productifs ont été développés afin de mieux répondre aux conditions de culture nord-américaines, ce qui a favorisé la plantation de superficies importantes au Québec. Ainsi, le marché de la transformation constitue un à marché potentiel qui pourrait permettre d’écouler une partie de la production.

La culture de l’asperge

1


Physiologie et développement de la plante

La culture de l’asperge

Griffe, bourgeons et turions

2

La germination de la graine d’asperge débute par la croissance de la racine primaire à travers le tégument. Cette racine ne vit que quelques mois. Elle n’excède pas 15 à 20 cm de longueur. Son rôle principal consiste à absorber les éléments nutritifs et l’eau. Lorsque la racine primaire mesure environ 0,6 à 1,2 cm de long, la tige primaire émerge. Cette tige primaire se ramifiera et formera quelques cladodes une fois sortie du sol. Le développement de la griffe commence lorsque le premier bourgeon se forme à l’aisselle de la première écaille basale de la tige primaire. Ce bourgeon produit un petit turion qui formera à son tour un bourgeon à sa base, soit à la gauche ou à la droite de l’axe de croissance. Il se formera ainsi une structure li­g neuse, ap­pe­lée griffe, s’apparen­tant à une tige souterraine ou à un rhizome Figure 1 - Stades de développement d’une griffe (Figure 1). Puis­que chaque noudurant la première année veau bourgeon se forme sur l’entrenœud basal du bourgeon précédant, le nouveau bourgeon prend ainsi une position plus élevée dans le sol que son prédécesseur. C’est une des raisons qui explique le mouvement ascendant de la griffe dans le sol lorsqu’elle vieillit. Au début de la saison de croissance, chaque nouveau bourgeon qui émer­ge est généralement plus gros que le précédent, en raison de la plus grande quantité de réser­ves pro­duites par la plante.

Source : Carole Simon, MAPAQ

C R AA Q


C R AAQ

Figure 2 - Griffe de 1 an

Figure 3 - Griffe de 7 ans

L’asperge est une plante dioïque, c’est-à-dire qu’elle produit des plants mâles et femelles. Pour optimiser la productivité des aspergeraies, des hybrides 100 % mâles ont été développés, car l’intervalle de cueillette d’un turion et le début de la croissance du nouveau bourgeon est plus grand pour les plants femelles que pour les plants mâles.

3

La culture de l’asperge

Les deux années de croissance qui suivent l’établissement de la griffe permettent à celle-ci de se rami­fier. Le plateau (ou rhizome) d’une jeune griffe d’asperge se rami­fie et s’allonge de 5 à 10 cm par année. Le processus est plus rapide chez les jeunes plants. À la troisième année de croissance, la griffe produit des bourgeons d’une taille permettant la production de turions commercialisables. Chez une plante en production, les bourgeons les plus gros se situent près du centre de la griffe. Leur taille dimi­nue à mesure que l’on s’en éloigne. Au fil de la saison, la griffe s’allonge et forme de nouveaux bourgeons. Après la dormance hivernale, ces bourgeons cessent de croître en diamètre et ils produisent des turions d’une taille correspondante. La croissance et la ramification des griffes conduisent à une augmentation progressive de rendements en turions jusque vers la septième à la neuvième année. Par la suite, les rendements se stabilisent progressivement pendant un certain nombre d’années. La durée de la période de rendements uniformes dépendra de la santé de la plantation et des méthodes culturales pratiquées. Éventuellement, les rendements diminueront en raison de plusieurs facteurs, dont ceux du surpeuplement et de la propagation de maladies.


Certains facteurs peuvent réduire le potentiel de développement des turions. Lorsque le niveau de réserves de la plante est bas, le diamètre des turions peut être beaucoup plus petit que le diamètre du bourgeon d’origine. Aussi, lorsqu’une plantation est récoltée trop longtemps, les petits bourgeons restants produisent de plus petits turions et de plus petites tiges, et ainsi de suite. Ces derniers produiront de plus petits turions l’année suivante, entraînant ainsi une baisse de rendement.

La culture de l’asperge

Plus un turion est coupé rapidement, plus vite un nouveau turion émergera. Si un turion n’est pas récolté et qu’il développe un feuillage photosynthétiquement actif, une séquence de bourgeons se développera en alternance en formant une ramification sur la griffe, tel qu’expliqué précédemment (Mapplebeck et Tiessen, 1983).

4

Racines d’entreposage et racines fasciculées Les racines d’entreposage agissent comme organes de réserve. Elles absorbent peu ou pas d’eau ou d’éléments nutritifs du sol. Ces racines sont grosses, charnues et non ramifiées. Elles donnent naissance aux racines fasciculées. Ces dernières remplissent en grande partie les fonctions d’absorption. Les racines d’entreposage continuent de s’allonger pendant un certain nombre d’années (trois à six ans, possiblement davantage) à moins que la pointe ne soit endommagée. Une cicatrice correspondant à chaque saison de croissance peut être détectée sur la racine d’entreposage. La majorité des racines fasciculées se forment sur la section de la racine d’entreposage âgée d’un an. Elles sont fonctionnelles pendant une saison avant de mourir. Il y a formation de racines fasciculées chaque année. Le système racinaire d’un plant d’asperge peut devenir très étendu. Une griffe de six ans peut posséder plus de 1 000 racines d’entreposage. La longueur totale peut dépasser 1 000 mètres. Par conséquent, la plante devient « à l’étroit dans son pot » puisqu’un grand volume du sol est occupé par des racines. C’est une des raisons pour laquelle une griffe s’élève dans le sol lorsqu’elle vieillit. Pendant la période de récolte, les réserves des racines d’entreposage assurent à elles seules la production de turions. Le nombre et le calibre des turions produits sont fortement dépendants de la quantité de réserves accumulées pendant la saison de culture précédente (Mapplebeck et Tiessen, 1983).

Cladodes et écailles Les feuilles filiformes de l’asperge ne sont pas de véritables feuilles, mais des tiges modifiées qui portent le nom de cladodes (Figure 4). Elles constituent les organes principaux de synthèse des réserves. Les vraies feuilles sont en fait des écailles présentes au nœud de chaque tige (Figure 1). Une partie des éléments produits par la photosynthèse est utilisée immédiatement pour la croissance du feuillage. Le surplus est emmagasiné dans les racines d’entreposage. Le producteur doit veiller à maintenir un feuillage sain pour maximiser la production de réser­ves. Quand les réserves sont basses, les gros bourgeons ont moins de chance d’atteindre leur plein po-

C R AA Q


C R AAQ

tentiel. La quantité d’hydrates de carbone est minimale trois à quatre semaines après la dernière cueillette. Entre-temps, le feuillage s’est déve­loppé. Bien qu’il paraisse vigoureux, les réserves sont à leur plus bas niveau. Tout facteur affectant l’acti­vité photosynthétique (dommages causés par les criocères, la rouille, etc.) durant cette période résultera en une diminution de la quantité d’hydrates de carbone entreposée pour la récolte suivante (Mapplebeck et Tiessen, 1983).

Figure 4. Cladodes d’asperge

Effet de la température sur la croissance Selon des observations réalisées au champ, l’asperge démarre sa croissance lorsque les températures au niveau du plateau se situent aux environs de 10 °C. La température optimale de croissance des racines se situe entre 18 et 24 °C.

Choix du site L’asperge exige un site de culture répondant à différents critères. La plantation d’une aspergeraie doit s’effectuer dans des régions où la saison de végétation est suffisamment longue pour permettre au plant d’asperge de reconstituer les réserves utilisées durant la récolte. Le site choisi doit permettre l’accumulation de neige au sol afin de protéger les griffes contre le gel hivernal. L’implantation d’un brise-vent du côté des vents dominants est conseillée pour aider à retenir la neige au sol. L’emplacement retenu ne doit pas être sujet aux gelées tardives du printemps. Il doit favoriser le drainage de l’air froid vers l’extérieur du champ afin d’éviter le gel des turions au printemps. Un site surélevé favorise une meilleure circulation de l’air.

5

La culture de l’asperge

Après l’émergence, un turion non récolté débourrera pour étendre son feuillage. À 35 °C, le débourrement se produit lorsque le turion a une longueur de 7,5 cm. À 16 °C, il ne débourre qu’après avoir atteint 75 cm. Plus un turion est long, plus sa croissance est rapide. Les plus gros turions se forment à une température variant entre 19 et 24 °C. Les rendements maximaux sont produits à une température de 26 °C. Un turion peut pousser jusqu’à la surface du sol, ralentir ou suspendre sa croissance jusqu’à l’arrivée de températures plus chaudes; il en résulte alors des « poussées » de croissance. Les turions poussent davantage le jour que la nuit. Le rendement journalier dépend également de l’état hydrique des sols (Mapplebeck et Tiessen, 1983).


Le site ne doit pas être exposé aux vents violents afin d’éviter l’érosion éolienne. Les particules de sable projetées par le vent blessent les turions qui se courberont par la suite. La présence d’un brise-vent peut faire diminuer la vélocité des vents et ainsi éviter les dommages causés aux turions. Par ailleurs, le site choisi doit permettre une certaine circulation de l’air afin de réduire l’humidité relative ambiante. Un pourcentage d’humidité relative élevé favorise la propagation de maladies foliaires comme la rouille de l’asperge, le botrytis et la brûlure stemphylienne. Pour favo­r iser la circulation de l’air, il est préférable d’orienter la plantation dans le sens des vents dominants.

La culture de l’asperge

Le terrain doit aussi être assez plat afin d’éviter les problèmes d’érosion hydrique. L’asperge est une plante qui retient très peu le sol lorsqu’il est soumis au ruissellement.

6

Choix du sol Dans le choix d’un site, le sol constitue un facteur très important à considérer. L’asperge exige un sol léger qui ne retient pas l’eau. Il doit donc être de type sableux ou loam sableux. Ces sols contiennent entre 65 et 85 % de sable. Il faut éviter les sols lourds, car ces sols sont difficiles à drainer. De plus, ils se réchauffent lentement et se travaillent difficilement au printemps. Le sol doit être profond, car les racines d’asperge se développent à une profondeur pouvant atteindre 2 à 3 m. Il faut éviter la présence de couches de sol indurées ou compactes. Un soussol argileux réduit le potentiel de rendement et la longévité d’une aspergeraie. L’examen du profil du sol est nécessaire afin de s’assurer de la qualité du sol et des conditions de drainage. Le sol doit être très bien drainé jusqu’en profondeur. La nappe phréatique doit se situer à au moins 1,5 m de profondeur. L’égouttement en surface est aussi important afin d’éviter que l’eau ne s’accumule dans les dépressions. Les sols mal drainés provoqueront à court terme le dépérissement des plants d’asperge. La présence de zones de gleyification dans le profil du sol est révélatrice de mauvaises conditions de drainage. Une aspergeraie ne doit jamais être établie sur un sol peu fertile et qui ne présente pas les caractéristiques physiques recherchées. Le cas échéant, il en résultera de faibles rendements et une longévité écourtée en raison des conditions plus pro­pices au développement de maladies de sol. L’implantation d’une aspergeraie représente un investissement important. Elle se rentabilise qu’à long terme et avec de bons rendements. Un sol favorable a un pH qui varie de 6,5 à 6,8. Il doit renfermer plus de 150 kg/ha de phosphore assimilable ou une saturation en P/Al de 5 à 10 %, plus de 300 kg/ha de potassium échangeable et un minimum de 100 kg/ha de magnésium. Le sol doit comporter un taux de matière organique de 4 % ou plus. Une attention particulière doit être apportée au bore, car les asperges sont assez exigeantes en cet élément. Le producteur doit aussi s’assurer que le sol ne contient pas de résidus d’herbicides nocifs.

C R AA Q


Le CRAAQ aujourd’hui Réunissant plus de 500 membres experts et bien positionné dans le secteur agricole et agroalimentaire québécois, le CRAAQ est devenu un chef de file en matière de réseautage, de production et de diffusion de contenus. Le CRAAQ offre à sa clientèle des ouvrages spécialisés, parmi lesquels des guides de production et d’identification, des trousses de démarrage et des fiches techniques. Son fonds d’édition compte plus de 250 publications issues des travaux de ses quelque 35 comités et commissions ou réalisées en partenariat avec les organisations du milieu. De par ses publications, ses nombreux services en ligne ainsi que ses colloques et autres évènements rassembleurs, le CRAAQ est sans contredit la plaque tournante du savoir agricole et agroalimentaire!

LE CENTRE DE RÉFÉRENCE EN AGRICULTURE ET AGROALIMENTAIRE DU QUÉBEC

CRAAQ.QC.CA


La culture de l'asperge