Page 1


L’Êlevage des

reines-abeilles


Avertissements

Ce document reflète l’état des connaissances et les façons de faire au moment de sa rédaction et son utilisation demeure sous l’entière responsabilité du lecteur. Certains renseignements ayant pu évoluer d’une manière appréciable depuis la rédaction, le lecteur est invité à en vérifier l’exactitude avant de les utiliser et de les mettre en application. Dans le présent document, le masculin englobe le féminin et est utilisé uniquement pour alléger le texte. Il est interdit de reproduire, traduire ou adapter ce document, en totalité ou en partie, sous quelque forme ou par quelque procédé que ce soit, sans l’autorisation écrite du Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec. Les formats PDF sont destinés à l’usage exclusif de l’acheteur et ne doivent en aucune façon être diffusés ou échangés avec d’autres utilisateurs. Pour information et commentaires Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec Édifice Delta 1 2875, boulevard Laurier, 9e étage Québec (Québec) G1V 2M2 Téléphone : 418 523-5411 Télécopieur : 418 644-5944 Courriel : client@craaq.qc.ca Site Internet : www.craaq.qc.ca © Gouvernement du Québec, 2010 © Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec, 2010 Publié par le CRAAQ avec l’autorisation du ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation. PAPI0024-PDF ISBN 978-2-7649-0359-9 ISBN 978-2-7649-0224-0 (Imprimé, 2010) Dépôt légal Bibliothèque nationale du Canada, 2013

Bibliothèque nationale du Québec, 2013


Le présent ouvrage constitue la deuxième édition revue et augmentée du document Apiculture – L’élevage des reines abeilles pour les besoins du rucher rédigé par Jean-Pierre Chapleau et publié en 1988.

MISE À JOUR Émile Houle, d.t.a., Centre de recherche en sciences animales de Deschambault, Deschambault Luc Moreau, producteur fondateur, Les Élevages de Reines Moreau inc. de Saint-Liboire

COORDINATION Lyne Lauzon, biologiste, coordonnatrice des publications, CRAAQ, Québec

ÉDITION Danielle Jacques, M.Sc., agronome, chargée de projets aux publications, CRAAQ, Québec

CONCEPTION GRAPHIQUE Sylvie Robitaille, technicienne en infographie, CRAAQ, Québec

PHOTOS Jean-Pierre Chapleau, H. Courtemanche, Émile Houle, Nicotplast, Sylvie Robitaille, H. Smith, Syndicat Apicole de la Région Lilloise et Rucher Ecole du Héron, W. Verge Page couverture : Syndicat Apicole de la Région Lilloise et Rucher Ecole du Héron (photo principale), © André Payette, Insectarium de Montréal (reine-abeille)

vi


TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION....................................................................................................... 1

L’importance d’avoir de bonnes reines en apiculture...................................... 1

Pourquoi élever des reines au Québec?............................................................. 1

Élever ses reines soi-même?............................................................................... 2

La période d’élevage............................................................................................ 2

Les étapes de l’élevage ........................................................................................ 2

LA SÉLECTION DES REINES REPRODUCTRICES ................................................ 3 LA PRODUCTION DE CELLULES ROYALES........................................................... 4

Les connaissances biologiques requises........................................................... 4

Le cycle évolutif de la reine.......................................................................... 4

La différenciation entre la reine et l’ouvrière............................................. 5

L’érection de cellules royales........................................................................ 6

Les facteurs influençant la qualité des reines............................................. 7

Doit-on laisser libre cours au remérage naturel?....................................... 9

La production de cellules royales par greffage ............................................... 10

L’obtention des larves................................................................................. 11

Le matériel requis....................................................................................... 12

L’environnement requis............................................................................. 16 La procédure............................................................................................... 16

L’apprentissage de la méthode.................................................................. 20

La production de cellules royales par la méthode des plaques alvéolées..... 20

Le système Nicot (Cupularve®)................................................................. 20

Le système Jenter........................................................................................ 22

La production de cellules royales par la méthode Barbeau modifiée........... 23

La procédure............................................................................................... 23

Les colonies éleveuses....................................................................................... 25

Le principe des colonies éleveuses............................................................ 25

Quelques règles de conduite...................................................................... 26

vii


L’élevage des reines-abeilles La ruche éleveuse la plus utilisée : le starter finisseur sans reine.............27 Problèmes possibles................................................................................... 29

La manipulation et le traitement des cellules royales à maturité.................. 33

L’INTRODUCTION DES CELLULES ROYALES DANS LES NUCLÉI DE FÉCONDATION........................................................................................................ 36

La fécondation des reines vierges.................................................................... 37

Les conditions de succès............................................................................ 37

La nécessité des nucléi de fécondation........................................................... 38

Les ruches de fécondation ............................................................................... 39

La ruchette .................................................................................................. 39

La hausse standard..................................................................................... 40

Localisation................................................................................................. 41 L’UTILISATION ET LA CONSERVATION DES REINES PONDEUSES................. 42

La récolte des reines.......................................................................................... 42

L’examen du nucléus.................................................................................. 42

L’introduction des nouvelles reines dans les colonies productives........ 43

La mise en cagette des reines .................................................................... 44

Le marquage................................................................................................ 46

La conservation des reines................................................................................ 47

La conservation en cagette d’expédition.................................................. 47

La conservation dans les nucléi de fécondation...................................... 47

LA PLANIFICATION DE L’ÉLEVAGE...................................................................... 48

Le choix du matériel et des méthodes............................................................. 48

La prévision des rendements............................................................................ 48

Quand commencer l’élevage?........................................................................... 50

Sur quelle période échelonner l’élevage?........................................................ 50

Le calendrier d’élevage...................................................................................... 51

RÉFÉRENCES...........................................................................................................53

viii


INTRODUCTION

L’importance d’avoir de bonnes reines en apiculture Le producteur de miel a régulièrement besoin de jeunes reines pour établir des nucléi ou pour effectuer le remérage de ses colonies. Il doit utiliser des reines de qualité; c’est là une des clés du succès en apiculture. Seule femelle féconde de la ruche, la reine assure, à elle seule, le renouvellement de la population. Elle est responsable de la qualité génétique de toutes les ouvrières. Jeune, de bonne lignée et issue d’un bon élevage, elle maintient une colonie populeuse, très productive et facile à manipuler. Vieille, non sélectionnée et élevée dans de mauvaises conditions, elle n’arrive pas à développer pleinement sa colonie; elle est sujette à essaimer ou à être remplacée par les abeilles et elle transmet toutes sortes de caractéristiques indésirables à la colonie qui, finalement, produit peu de miel.

Pourquoi élever des reines au Québec? Il est très avantageux pour l’apiculteur de se procurer des reines élevées au Québec parce qu’elles sont adaptées à notre climat et à notre environnement, et sont reconnues pour leur performance et leur plus grande tolérance aux maladies. Au Québec, l’apiculture est caractérisée par une longue période d’hivernage et une courte période de développement avant la miellée principale. Les abeilles doivent donc bien traverser la période d’hivernage et se développer rapidement au printemps pour tirer pleinement profit de la miellée. Or, les abeilles provenant de l’extérieur du pays ont souvent été sélectionnées dans le contexte où les entreprises apicoles sont axées sur la vente d’abeilles, en fonction de leur prolificité plutôt que de leur productivité en miel. De plus, une reine élevée localement est souvent en meilleur état au moment de son introduction dans une colonie. En effet, une reine se conserve assez mal hors d’une colonie; il est difficile de la maintenir en vie plus d’une dizaine de jours. Elle supporte mal le transport sur de très grandes distances; il faut donc s’attendre à des pertes. Lorsqu’une reine est introduite dans une colonie d’adoption après avoir été longtemps inactive, il peut s’écouler une période assez longue avant qu’elle se remette à pondre normalement. Ceci n’est pas sans affecter ses chances d’être bien acceptée. La situation internationale des maladies parasitaires de l’abeille met aussi en relief le besoin de produire nos propres reines-abeilles. L’importation est un

1


L’élevage des reines-abeilles important vecteur de ces maladies et les processus d’importation sont de plus en plus complexes et restrictifs.

Élever ses reines soi-même? Le coût d’achat d’un nombre suffisant de reines pour changer toutes les reines d’un rucher représente une part importante du coût de production du miel. Toutefois, ce renouvellement est essentiel au maintien de la productivité des colonies. Tout apiculteur expérimenté peut élever des reines pour ses propres besoins et ainsi réaliser des économies importantes. L’élevage nécessite une maîtrise des techniques apicoles et de la manipulation des abeilles, une bonne connaissance de base de la biologie de l’abeille, une bonne planification, de la minutie, de la patience et un bon sens de l’observation. Le choix des méthodes d’élevage doit par ailleurs s’effectuer en fonction des objectifs et de la situation de l’apiculteur.

La période d’élevage L’élevage de reines peut commencer dans les 40 jours qui suivent le début de la ponte printanière. Suffisamment de faux-bourdons ayant atteint leur maturité sexuelle doivent être disponibles au moment où les reines vierges issues de l’élevage sont prêtes pour la fécondation. Il faut aussi attendre l’arrivée des fleurs et du pollen naturel. En outre, tôt en saison, la production de reines de qualité est plus difficile et plus onéreuse, car les colonies sont peu populeuses et les conditions climatiques souvent mauvaises. Les périodes de chaleur et de miellée, même légères, sont les périodes les plus favorables. L’élevage doit se terminer à la fin du mois d’août au plus tard. Passé cette date, le temps est trop incertain et peut compromettre la fécondation des reines.

Les étapes de l’élevage Les grandes étapes de l’élevage sont les suivantes : -- la sélection des reines reproductrices et des faux-bourdons (mâles d’accouplement); -- la production de cellules royales de très bonne qualité; -- l’introduction des cellules royales dans les nucléi de fécondation; -- la fécondation des reines vierges.

2


LA SÉLECTION DES REINES REPRODUCTRICES Au Québec, l’apiculture québécoise est axée principalement sur la production de miel et celle-ci est la résultante de plusieurs facteurs (site, qualité et santé des abeilles, comportement, etc.). Plusieurs de ces facteurs sont utilisés comme critères dans le processus de sélection des reines reproductrices. Comme toutes les abeilles d’une ruche sont issues de la reine, c’est d’abord grâce à une observation rigoureuse des colonies d’abeilles et de leur comportement que l’on peut connaître la qualité génétique des reines. C’est ainsi que les reines dont les œufs et les larves seront utilisés pour l’élevage proviendront de colonies possédant les caractéristiques suivantes : -- une forte productivité en miel; -- une faible tendance à essaimer; -- un développement printanier hâtif; -- une bonne résistance à l’hivernage (maintien d’une forte population et faible consommation de nourriture); -- un bon comportement hygiénique (nettoyage des alvéoles, etc.); -- une bonne résistance aux maladies et aux parasites. En pratique, l’observation des colonies en vue de la sélection doit s’étaler sur une période d’au moins un an. Ceci permet, entre autres, d’évaluer leur rendement à l’occasion de plus d’une miellée, d’estimer leur propension à l’essaimage et d’évaluer leur résistance à l’hivernage. Il en va de même pour le choix des ruches dont seront issus les faux-bourdons qui s’accoupleront avec les reines vierges. Il primordial d’avoir un bassin de ruches de haute qualité génétique dans l’environnement du site de fécondation pour que les meilleurs mâles, et non les moribonds, s’accouplent avec les reines. Pour ce faire, les spécialistes recommandent d’avoir accès à au moins une cinquantaine de mâles matures (14 jours d’âge et plus) et sélectionnés par reine qu’on l’on veut faire féconder, même si l’accouplement d’une reine requiert environ 18 mâles. Comme les faux-bourdons âgés des ruchers environnants se rassemblent dans les mêmes lieux d’accouplement (volées de mâles), le choix du site de fécondation est aussi des plus importants.

3


Le CRAAQ aujourd’hui RĂŠunissant plus de 500 membres experts et bien positionnĂŠ dans le secteur agricole et agroalimentaire quĂŠbĂŠcois, le CRAAQ est devenu XQ FKHI GH ĆŹOH HQ PDWLĂƒUH GH rĂŠseautage, de production et de GLĆŞXVLRQGHFRQWHQXV /H &5$$4 RĆŞUH Âť VD FOLHQWĂƒOH des ouvrages spĂŠcialisĂŠs, parmi lesquels des guides de production HWGoLGHQWLĆŹFDWLRQGHVWURXVVHVGH GĂ„PDUUDJH HW GHV ĆŹFKHV WHFKQLTXHV6RQIRQGVGoĂ„GLWLRQFRPSWH plus de 250 publications issues des travaux de ses quelque 35 comitĂŠs et commissions ou rĂŠalisĂŠes en partenariat avec les organisations GXPLOLHX De par ses publications, ses nombreux services en ligne ainsi que ses FROORTXHV HW DXWUHV Ă„YĂƒQHPHQWV rassembleurs, le CRAAQ est sans contredit la plaque tournante du savoir agricole et agroalimentaire!

LE CENTRE DE RÉFÉRENCE EN AGRICULTURE ET AGROALIMENTAIRE DU QUÉBEC

CRAAQQCCA

L'élevage des reines-abeilles  

Dans le contexte où le renouvellement des reines-abeilles est essentiel au maintien de la productivité des ruches, ce guide rappelle les pri...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you