Page 1

www.ville-manosque.fr

# 83 Juin 2018

BUDGET 2018

Mission « Centre ville »

Travaux en cours

Musiks à Manosque

Spécial Jeunesse


sommaire actualités • • • • •

p. 4 à 6

Centre Ville Animation Vie Locale Les petits débrouillards Travaux et patrimoine Pose de la devise

dossier

Mairie de Manosque Place de l’Hôtel de Ville 04100 Manosque Tel : 04 92 70 34 00 Fax : 04 92 70 34 99 www.ville-manosque.fr

Accueil Central p. 7 à 10

ouvert : de 8 h 30 à 18 heures du lundi au vendredi

Le service des formalités administratives

• Budget 2018

culture

infos utiles

p. 11

• Musiks à Manosque

(rue Jean-Jacques Rousseau) est ouvert : du lundi au jeudi : de 8 h 30 à 12 heures et de 13  h  30 à 17 heures et le vendredi : journée continue de 8 h 30 à 17 heures Passeports et Cartes d’Identité sur rendez-vous. Contact : etat-civil@ville-manosque.fr

numéros utiles spécial jeunesse

p. 12-13

• Le Centre de l’enfance

expression libre

les archives racontent… il était une fois Manosque

Manosque en images

2

couleurs Manosque #83

p. 14

p. 15

p. 16

Police : 17 ou 04 92 72 17 00 Police municipale : 04 92 70 34 10 Hôpital : 04 92 73 42 00 Couleurs Manosque La Poste assure la distribution de ce magazine. Chaque foyer manosquin doit en principe l’avoir dans sa boîte aux lettres. Merci de bien vouloir nous avertir si vous ne le recevez pas communication@ville-manosque.fr Magazine de la Ville de Manosque DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : Bernard Jeanmet-Péralta CONCEPTION/COORDINATION : service communication RÉDACTION : SI2C PHOTOS : Laurent Gayte/SI2C/Fotolia MISE EN PAGE : service communication IMPRESSION : imprimerie Trulli Ce numéro a été imprimé à 13 500 exemplaires. Dépot légal 2e trimestre 2018.


édito Je ne vous ai jamais caché mon goût des chiffres. Surtout quand ils sont positifs. Pourtant, je suis bien conscient que les chiffres sont, comme les mots… Et on leur préfère toujours les actes ! C’est pourquoi, au moment de définir le budget de notre commune, nous faisons toujours primer le concret. Et finalement, quoi de mieux qu’un choix financier pour établir une feuille de route ? Que l’on parle de la réhabilitation de notre centre historique ou de l’accompagnement permanent de notre jeunesse, c’est toujours le concret qui guide le budget. Et aujourd’hui, le concret, c’est le retour d’une véritable capacité d’investissement ! Car même si la prudence ne cessera jamais de nous guider, nous sommes en mesure d’effectuer des choix majeurs pour l’avenir de notre commune. Cet avenir, il passe donc par le chantier du cœur de ville avec, bien sûr, les aménagements majeurs du Terreau et de La Villette-Soubeyran mais, surtout, avec une vision globale d’un secteur auquel nous sommes tous farouchement attachés. Mais l’avenir passe également par l’implication quotidienne de chacun d’entre nous. Dans cette optique, nous avons décidé d’aller plus loin encore dans notre politique de services et de proximité. Les actions menées par le nouveau service « animation vie locale », ou par tous les professionnels dédiés à la jeunesse, constituent donc des priorités. Je pense qu’elles sont aussi le terreau de notre identité. Le Maire, Bernard JEANMET-PERALTA

couleurs Manosque # 83

3


actualités - centre ville « Mission centre-ville » :

décloisonner pour mieux accélérer Le sort du centre historique est intrinsèquement lié à celui de ses commerces. En revanche, derrière cette évidence, il ne faudrait pas en conclure que la problématique commerciale suffit à résumer les enjeux du centre historique. A partir de ce premier constat, un groupe d’élus (composé d’Emmanuelle Pradalier, Valérie Peisson, Krystel Toussaint, et Armel Le Hen) a planché sur l’ensemble des thématiques concernées par le cœur de ville. Le groupe de réflexion, qui a rapidement intégré Bruno Martin et Jacques Brès, est finalement devenu une commission officielle. Emmanuelle Pradalier, nommée responsable de cette «  mission centre-ville  » par le maire, explique d’ailleurs que l’une des premières actions a été de travailler collectivement sur les tarifs du stationnement, et de mettre en place une commission d’indemnisation pour les commerçants impactés par les travaux. Réflexion sur l’identité manosquine, aide à la réhabilitation de logements ou préemption des locaux vacants… la transversalité est un leitmotiv pour cette Commission.

« Nous sommes bien conscients que tout ne peut pas changer du jour au lendemain avec un coup de baguette magique », confie Emmanuelle Pradalier. « En revanche, nous sommes persuadés que c’est en ramenant du monde qu’on recréera de l’activité et, donc, que les boutiques reviendront. Et, dans cette optique, chacun d’entre nous est responsable du centre-ville ; qu’il soit élu ou non. Il est important que chacun vienne redécouvrir le centre ». La Commission planche d’ores et déjà sur des opérations spécifiques. « L’idée est à la fois de contibuer au renouveau et donc, de créer une nouvelle impulsion ».

« Boutique à l’essai » un concept novateur et prometteur ! En matière de commerce, les différents investissements, personnels et financiers, constituent souvent des barrières insurmontables au moment d’ouvrir une boutique. Consciente de cet écueil, la Ville de Manosque a décidé de tester un concept à la fois novateur et prometteur. La « boutique à l’essai » permet à un porteur de projet de tester à moindre frais (notamment au niveau des loyers) une idée de commerce dans un local vacant, pendant une période de six mois (renouvelable une fois). Les élus locaux, qui ont d’ores et déjà identifié des propriétaires susceptibles de jouer le jeu, se sont engagés aux côtés de la plateforme Initiative Haute Provence (IHP). Cette dernière a en effet signé un partenariat avec la Fédération nationale des boutiques à l’essai pour tester cette formule innovante.

« Nous avons déjà identifié trois locaux dans la rue Grande et nous pensons assister à des ouvertures dans le courant de l’été », annonce Valérie Peisson, adjointe déléguée au tourisme et au commerce. « Nous savons que ce genre de concept a tendance à faire boule de neige : un projet en draine toujours quelques-uns autour de lui. Sachant, bien sûr, que l’objectif est que les commerces dépassent la période d’essai et deviennent pérennes », rajoute Krystel Toussaint, conseillère municipale déléguée à l’artisanat. Dans cette optique, la plateforme Initiative Haute Provence (IHP) mettra en place un encadrement et un suivi des porteurs de projets . À noter enfin que la communauté d’agglomération DLVA participe financièrement à l’opération, dans le cadre du « contrat de ville », à hauteur de 10 000 euros.

NOTEZ-LE !

ville ». Manosque fait partie des 222 communes qui pourront bénéficier de cette convention visant à redynamiser les centres-villes. Plus de 5 milliards d’euros seront mobilisés sur 5 ans par les partenaires de l’opération.

Jacques Mézard, ministre de la cohésion des territoires, a annoncé le 27 mars le nom des villes retenues dans le plan national « Action cœur de

4

couleurs Manosque #83


actualités « Animation Vie Locale » : la proximité au service de tous Accueillir, informer, accompagner, guider, conseiller… Autant d’actions qui sont au cœur des missions du service public et qui, à Manosque, sont mises en place depuis longtemps. Le diagnostic, réalisé lors du contrat de ville, recoupe d’ailleurs les analyses des acteurs de terrain. Pour y remédier, la Ville de Manosque a donc créé le service « animation vie locale » dont l’objectif est précisément de «  proposer un dispositif global pour accompagner l’ensemble de la population  », détaille Dominique Alunno, adjointe déléguée à la jeunesse et au sport. «  Le service a

azare.

Journée Portes ouvertes du local St-L

donc été conçu comme un véritable lieu d’accueil, ouvert à tous : un espace de participation pour et avec les habitants », ajoute Simone Jayne-Brochery, adjointe déléguée aux affaires sociales et viceprésidente du CCAS. De manière très concrète, le service est donc installé dans trois locaux à disposition de la Ville, qui a décidé d’y affecter trois agents : Talla Lo pour l’espace animation des Aliziers et des Ponches, Jouad En Namri aux Serrets et Benoit de Sartiges à SaintLazare*. Chaque « référent » incarne le lien entre les services de la Ville (éducation, enfance et jeunesse, sport, politique de la ville), le CCAS et, bien sûr, les habitants. « On ne veut évidemment pas se substituer aux acteurs déjà présents mais, au contraire orienter les Manosquins vers les bons lieux et les bonnes personnes, en fonction de leurs besoins  », rajoute Dominique Alunno. Officiellement ouverts en mars, les locaux ont rapidement été identifiés par la plupart des habitants avec, à la clé, une dynamique très encourageante. *Les locaux sont ouverts de 10 à 19 heures, du lundi au vendredi.

Formation numérique et tremplin professionnel C’est connu, un tremplin permet d’aller plus haut et plus loin. Le nom de la formation lancée en mars dernier par l’association « Les petits débrouillards » s’inscrit clairement dans cette optique. Leur « tremplin numérique » permet, en effet, à une quinzaine de stagiaires de se familiariser avec le digital. « Le numérique doit servir de levier pour démocratiser des procédés et des outils innovants, mais également une nouvelle façon d’apprendre avant, pourquoi pas, de s’orienter vers des formations qualifiantes », détaille Yann Sanchez, coordinateur d’activité et chargé de développement numérique au sein de l’association. Pour mettre sur pied cette formation, labellisée « Fabrique de la grande école du numérique », l’association manosquine s’appuie sur une collaboration désormais rodée avec les services de la Ville. « Si nous avons fait le choix d’héberger et subventionner «Les petits débrouillards», c’est parce que nous sommes conscients du rôle qu’ils peuvent jouer au sein de la cité », explique Ludovic Parisot, adjoint en charge de la communication et de la stratégie digitale. « Aujourd’hui, tout le

monde parle du digital mais beaucoup ignorent ce que cela représente vraiment au quotidien. Cette nouvelle formation, dans laquelle on compte plus de 50% de Manosquins, permet donc d’élargir le champ des possibles avec un accompagnement vers de nouvelles trajectoires professionnelles ». Pour accompagner cette dynamique, la Ville prépare une démarche appelée « e-inclusion ». Elle porte sur la transition numérique au quotidien et l’association « Les Petits débrouillards » compte parmi les partenaires de l’opération. L’objectif est, là aussi, que personne ne soit exclu d’une modernisation toujours synonyme de digitalisation, notamment au niveau des services de l’État. couleurs Manosque # 83

5


actualités Travaux dans le Centre ville : la règlementation évolue L’appellation même de « centre historique » évoque immédiatement son caractère patrimonial. Le secteur est d’ailleurs officiellement classé « AVAL » (Aire de Mise en Valeur de l’Architecture et du patrimoine) avec, à la clé, des éléments règlementaires précis. L’objectif est de protéger et d’harmoniser le centre historique, et certains de ses accès (notamment les avenues Saint-Lazare et Jean-Giono, et le boulevard du Temps Perdu). Concrètement, cela signifie que tous les travaux qui concernent la façade et/ou la toiture d’un bâtiment (pour l’habitat), ou l’enseigne d’une boutique, doivent obtenir un avis de conformité de l’Architecte des Bâtiments de France (ABF). La règlementation a en effet évolué à l’automne dernier puisque, jusque-là, l’avis de l’ABF n’était que consultatif. « L’harmonisation des bâtiments et la protection du patrimoine sont deux bonnes choses », analyse Jacques Brès, adjoint délégué à l’urbanisme et au centre-ville. « Même si l’on souhaite toujours entretenir de bons rapports avec l’ABF, le passage à l’avis conforme peut

La Porte Saunerie

parfois devenir restrictif et, donc, être un frein à l’investissement dans toute cette zone », nuance toutefois l’élu. L’analyse de Valérie Peisson, adjointe déléguée au tourisme et au commerce, va d’ailleurs Cette réglementation a dans le même sens. «  évidemment de très bons côtés, mais elle vient se cumuler au règlement local de publicité et, dans certains cas, cela peut ralentir les processus ». Les deux élus rappellent qu’il est « important de ne pas négliger ce passage obligatoire par le service urbanisme ». Sans quoi le procureur peut être saisi avec, à la clé, le risque de devoir modifier des travaux déjà effectués.

La devise républicaine enfin inscrite au fronton de l’Hôtel de Ville Liberté, Égalité, Fraternité… la devise républicaine est présente sur les frontons de la plupart des édifices publics français et, l’Hôtel de Ville de Manosque, ne fait pas exception. Même si les plus observateurs ajouteraient… « ne fait PLUS exception » ! L’histoire du bâtiment, offert à la commune en 1 770 par Monsieur de Pochet, avocat au Parlement d’Aixen-Provence, permet de comprendre pourquoi ces trois mots symboliques n’ont pas été apposés à l’époque. En effet, la formule n’apparaît officiellement que 20 ans plus tard dans l’hexagone et ce durant la Révolution française. En revanche, l’adoption officielle de la devise, en 1848, puis son inscription systématique sur les bâtiments publics, en 1880, n’y change rien pour l’Hôtel de Ville manosquin. Il aura donc fallu patienter jusqu’en 2018 pour voir inscrites les fameuses lettres de noblesse républicaines (fabriquées par une entreprise locale et installées par les services techniques municipaux). « C’est doublement symbolique », commente Ludovic Parisot, adjoint délégué au protocole. « D’abord parce que la devise n’avait encore jamais été installée. Ensuite, parce qu’il suffit désormais de lever le regard quelques secondes pour se remémorer nos valeurs fondamentales si tant est que cela soit nécessaire ».

6

couleurs Manosque #83


le budget

- dossier spécial

Rencontre avec Armel Le Hen, Conseiller municipal délégué aux finances

« S’appuyer sur notre centre historique pour aborder sereinement la prochaine décennie » Armel Le Hen

Le budget qui vient d’être voté affiche une section « investissement » en très nette hausse : comment l’expliquez-vous ? « La manière dont nous avons géré les finances de la Ville ces dernières années, avec une vigilance accrue sur l’ensemble des postes, nous donne raison ! Nous avons en effet retrouvé des marges de manœuvre, en fonctionnement comme en investissement. Aujourd’hui, même si nous ne touchons pas aux grands équilibres avec, notamment, le maintien des taux d’imposition pour la 17 e année consécutive, nous pouvons afficher une augmentation majeure de nos investissements : nous sommes à 12,4 millions d’euros cette année, contre 6,4 l’année dernière*! » Quelles sont les priorités ? « La préoccupation première, c’est le centre historique avec un engagement financier de 6,1 millions d’euros. De nombreux travaux sont actuellement engagés afin que ce lieu retrouve sa vocation première : le vivre ensemble. Afin de donner de la vie et de l’attractivité, nous avons défini cinq axes de travail : l’amélioration de l’espace public bien sûr avec, à la clé, le lancement de plusieurs chantiers majeurs, mais également, l’habitat, le commerce et l’accessibilité. Ce qui nous permettra de travailler également sur l’identité et l’image de la ville. » On va donc largement au-delà des secteurs habituellement pointés du doigt, à commencer par le commerce… « Le commerce et les services restent bien sûr des axes forts et nous travaillons notamment sur la

fiscalité des locaux vacants, mais nous souhaitons avoir une réflexion globale (lire également en page 4). Cela passe notament par : • l’habitat et la lutte contre l’insalubrité, • le stationnement avec une refonte complète des tarifs, en faveur des usagers, • la notion de services avec une volonté de renforcer et améliorer l’accueil du public. Enfin, nous entamons une réflexion sur l’image de la ville. Ce qui fait notre identité recoupe tous les thèmes précédents et peut être renforcée, par exemple, par de grands événements ou certaines manifestations phares. » Quelles peuvent être les échéances liées à ces choix politiques ? « Notre volonté est effectivement de continuer à se projeter sur du long terme. Pour le centreville, cela signifie, faciliter la circulation afin de redonner de l’air à ce lieu historique. Après une phase d’extension rapide, Manosque doit désormais consolider ses fondations en s’appuyant sur ses valeurs  et son centre historique figure en tête de liste. Nous devons continuer à agir conformément à la ligne de conduite définie par le maire, Bernard Jeanmet-Péralta : « ce qui nous intéresse, ce n’est pas seulement ce qui va se passer demain ; c’est aussi ce qui va se passer dans 10 ou 15 ans ». Il faut donc se projeter vers l’avenir, sans oublier notre quotidien. » * Le montant de 12,4 millions d’euros correspond uniquement aux nouveaux investissements de l’année 2018 ; le budget d’investissement total étant de 21,7. La différence entre les deux correspond aux reports d’investissement de l’année précédente (3,7 millions d’euros et au remboursement de la dette). couleurs Manosque # 83

7


dossier spécial - le budget BUDGET DE FONCTIONNEMENT : 38 306 943 €

PROGRAMMES D’ PAR POLITIQUE

BUDGET D’INVESTISSEMENT : 21 786 565 €

MOBILITÉ et AMÉNAGEMENTS

CENTRE VILLE

Le Terreau, La Villette et Le Soubeyran

6 132 678 €

2 658 527 € L’enveloppe concerne la fin des travaux du bd. Pasteur et de l’av. Jean-Moulin, mais également la poursuite des aménagements de contournement de la ville (Linem vers Volx et Lisem vers Sainte-Tulle). Les trottoirs de l’Allée Daudet (à proximité du Parc de Drouille) et du boulevard de Garridel (gare SNCF) seront également refaits.

C’est à la fois le plus gros poste, et celui qui a connu la plus forte hausse (1,8 million en 2017). Les grands chantiers (Terreau, La Villette et Soubeyran) ne se font cependant pas au détriment des réfections de l’ensemble des voiries du coeur de ville (lire également en page 10).

ÉDUCATION 866 509 € Chaque année un budget conséquent est consacré à la rénovation des groupes scolaires ainsi qu’au plan numérique dans les écoles.

DÉVELOPPEMENT DURABLE 300 000 € Les travaux de La Thomassine, maison de la biodiversité consiste à améliorer l’attractivité du site et l’accueil du public, avec notamment la construction d’un hangar, d’un logement et d’un pavillon de dégustation.

8

couleurs Manosque #80

HABITAT et LOGEMENT 747 487 € Ce budget concerne essentiellement des programmes d’acquisition de logements, liés à la Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (SRU). 150 000 euros sont également consacrés à la rénovation urbaine de l’arc Sud (autour du boulevard Pompidou et de l’avenue Frédéric Mistral) dans le cadre du programme ANRU.

ÉCONOMIE 168 103 € Les travaux de la digue des rives de la Durance servent à protéger des éventuelles inondations la zone d’activités Saint Maurice.

CITO 1 338

Plus de l de cette est cons aux trav requalifi réhabilit l’ancienn de jeune afin d’y i la maiso associat 2019. À 219 000 consacré en confo arrêts de des bâti les perso mobilité


’INVESTISSEMENT ES PUBLIQUES

OYENNETÉ 8 908 €

la moitié e enveloppe sacrée vaux de ication et tation de ne auberge esse, installer on des tions en noter que 0 € sont és à la mise ormité des e bus et iments pour onnes à é réduite.

le budget

- dossier spécial

BUDGET GLOBAL 2018

60 093 508 € PATRIMOINE 634 331 € La restructuration du patrimoine manosquin passe notamment par la préparation de la réfection de la toiture de l’église Saint-Sauveur, par des études pour pérenniser la chapelle Toutes Aures, et par la mise en conformité des locaux de l’OMPA.

ENFANCE et JEUNESSE 1 134 909 € Les travaux de requalification et d’agrandissement de la crèche « La Farandole » représentent à eux seuls 784 000 euros ; ils permettront notamment de créer 20 berceaux supplémentaires. 276 000 euros sont également affectés à la rénovation de la halte garderie du château de Drouille.

RESSOURCE INTERNES 931 519 € Ce budget est consacré principalement aux équipements liés au déploiement de la fibre optique dans l’ensemble des bâtiments publics (écoles, centre giono, ....) aux acquisitions de divers logiciels et matériels informatiques pour le développement de la digitalisation et de l’e.inclusion.

URBANISME 627 746 € La révision de la zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager (ZPPAUP) et diverses acquisitions foncières constituent les principales dépenses de ce secteur.

VANNADES 163 469 € AUTRES 138 841 € SPORTS et LOISIRS 285 150 €

Il s’agit de divers équipements de sécurité et d’information auprès des citoyens.

Ce budget va être dédié à la première phase (études) des travaux de construction d’un restaurant aux Vannades, pour une mise en service en 2019.

Le poste principal concerne la rénovation des tribunes du stade de rugby de La Rochette. couleurs Manosque # 80

9


dossier spécial - le budget Entre chantiers symboliques et réflexion Même si les travaux de la place du Terreau, et du secteur La Villette/Soubeyran, sont actuellement les plus visibles, les investissements concernent tous les secteurs du centre historique. La Ville va poursuivre la réhabilitation de l’immeuble Leudière, dont la façade vient d’être intégralement refaite. Un montant de 80 000 euros est affecté à l’aménagement de nouveaux bureaux : ils permettront de donner plus d’espace aux agents de l’Hôtel de Ville, tout en redonnant vie à un lieu symbolique du centre historique. Toujours dans ce secteur, la façade qui fait l’angle entre les rues Guilhempierre, Jean-Jacques Rousseau et la place de l’Hôtel de Ville va également être refaite. « En valorisant le patrimoine communal, la Ville souhaite jouer un rôle exemplaire vis-à-vis des particuliers, afin qu’ils rénovent également leurs biens », explique Bruno Martin, adjoint délégué aux travaux. « Dans cette optique, une enveloppe de 100 000 euros a été provisionnée afin de participer à certaines opérations de rénovation privées ». Ces incitations financières, gérées par le service « politique de la Ville », sont d’ailleurs appelées à augmenter : en 2019, une opération programmée d’amélioration de l’habitat (OPAH) devrait voir le jour afin d’accélérer le nombre de rénovations et de réhabilitations. Toujours dans le centre historique, la Ville va également intervenir sur le bâtiment de l’OMPA : les travaux permettront de remplacer l’ascenseur actuel, qui n’est plus aux normes. Des travaux de sécurité seront également engagés au niveau de l’église Saint-Sauveur : ils permettront notamment de préparer (en partenariat avec la Direction régionale des affaires culturelles et l’Architecte des bâtiments de France) une réhabilitation plus globale des bâtiments historiques. Enfin, la place Marceau (qui a été entièrement refaite il y a deux ans) sera agrandie grâce à la démolition d’un bâtiment communal. Le programme de rénovation des voiries se poursuit avec, cette année, les rues Denedi, de la Figuière et du Poète. Les terrasses de l’espace Lemoyne vont être aménagées et végétalisées. Ces améliorations du cadre de vie passent par une gestion différente des déplacements automobiles, afin de redonner envie de se promener dans le cœur de ville. Cette première phase de piétonnisation va permettre de limiter le nombre de véhicules présents dans le centre. Dans le cadre des travaux du Terreau et du Soubeyran, un budget de 190 000 euros est dédié à l’installation de bornes limitant les accès. Dans le même temps, un jalonnement dynamique des parkings va être mis en place : des panneaux lumineux, installés sur le tour de ville, permettront de connaître, en temps réel, le nombre de places disponibles dans les trois parkings : centre-ville, La Villette et place du Terreau

10couleurs Manosque #83


culture Musiks à Manosque 2018

du 19 au 22 juillet au parc de Drouille La 33e édition du festival manosquin, entièrement gratuite, aura lieu du 19 au 22 juillet au Parc de Drouille. 33 ans, quel bel âge ! Une ancienneté désormais suffisante pour oublier toute course à l’affluence, sans renier pour autant ses objectifs la fête et la convivialité. 33 ans oui ! Mais, finalement, l’an III d’une formule mise à jour en 2016. « Nous souhaitons rester un festival convivial et à taille humaine », insiste d’ailleurs Bernard Sourice, Directeur du service culturel de DLVA. « Nous avons retrouvé une ambiance plus festive, notamment sur la partie apéro-concert. Nous restons donc dans la même optique : redonner de l’air afin que chacun se sente à l’aise ». C’est d’ailleurs dans cette optique que le service culturel a maintenu son choix de ne pas installer d’écran géant à l’intérieur du Parc de Drouille. En revanche, les portes (et la buvette) seront ouvertes 30 minutes plus tôt. La politique tarifaire de la buvette est d’ailleurs pérennisée. Le Collectif Sportif Manosquin (CSM) affichera donc des tarifs raisonnables, deux fois moins élevés que certaines grosses années. Le CSM qui est d’ailleurs en ordre de marche depuis le mois de janvier et - fait suffisamment rare pour être souligné - est obligé de refuser une partie des bénévoles qui frappent à sa porte ! Enfin, le service culturel s’est à nouveau associé à la MJC, notamment pour la soirée électro du 20 juillet, et au Cook Sound Festival de Forcalquier, qui a lieu aux même dates. Sans doute parce qu’on ne change pas une équipe qui apporte autant de plaisir ! Toutes les conditions sont donc réunies pour profiter pleinement d’une édition prometteuse puisque du beatbox à la cumbia brésilienne, en passant par le reggae, l’électro ou le zouk, il y en aura pour tous les goûts!

Le programme

• Jeudi 19 juillet Patrice (soul, reggae, funk) à partir de 22 h 30 ; Berywn (beatbox) en 1ère partie (à partir de 21 heures). « Un groupe de beatbox extrêmement sollicité, que l’on a la chance d’avoir en première partie, avant Patrice qui, malgré son jeune âge, est déjà une référence de la scène reggae internationale » • Vendredi 20 juillet Simina Grigoriu (DJ, électro) à partir de 22 h 30 ; Joris Delacroix en 1ère partie (à partir de 21 heures). « La soirée électro, mise au point en partenariat avec la MJC, propose à la fois du direct avec Joris le Montpelliérain, avant une formation musicale, et féminine, qui fera la part belle aux platines ».

• Samedi 21 juillet Admiral T (zouk, ragga, dancehall) à partir de 22 h 30 ; Jive Me (électro swing) en 1ère partie (à partir de 21 heures). « Pourquoi Jive Me est souvent comparé à Caravan Palace ? Réponse en électro-swing le 21 juillet… Juste avant de plonger dans une nuit de danse grâce à Admiral T, véritable référence zouk ragga ». • Dimanche 22 juillet : Arcadian (pop, chanson française) à partir de 22 h 30 ; El Gato Negro (cumbia libre) en 1ère partie (à partir de 21 heures). « Une soirée de clôture de haut niveau avec El Gato Negro, véritable référence de la musique brésilienne, qui enflammera le Parc de Drouille avant de céder la place à Arcadian, qu’on ne présente plus… ». couleurs Manosque # 83

11


spécial jeunesse Le Centre de l’enfance, un lieu emblématique et incontournable ! Le centre de l’enfance « Robert Honde » existe depuis le début des années 2000. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il est rapidement devenu un lieu à la fois emblématique, et structurant, de toutes les activités mises en place par la Ville de Manosque pour les 3 à 12 ans. Situé juste à côté de l’école de la Ponsonne, il est essentiellement connu comme lieu d’accueil de loisirs. On trouve une multitude de services dédiés à la jeunesse, quasiment 365 jours par an (il n’est fermé que deux fois dans l’année, à Noël et la dernière semaine d’août). De nouveau fonctionnel à la journée complète le mercredi, depuis le retour à la semaine de 4 jours dans les écoles, il peut accueillir jusqu’à 150 enfants. Une affluence qui monte même jusqu’à 200 pendant les vacances. Centre de l’enfance Robert Honde

Ce succès s’explique par son organisation historique, autour de thématiques qui plaisent à tous. À commencer par le jeu, bien sûr… La ludothèque est en accès libre (accompagné) afin de jouer sur place ou d’emprunter l’un des 4  000 jeux disponibles  ! L’axe «  nature environnement » dispose d’une salle thématique dédiée et profite pleinement du patio et du jardin. Enfin, le sport, les nouveaux usages numériques, les arts plastiques et activités manuelles viennent compléter une offre qui, dans chaque secteur, s’appuie sur les compétences de 30 intervenants professionnels. Sous l’impulsion de Nathalie Manent, qui dirige le centre depuis plus d’un an, l’équipe d’animation ne cesse d’enrichir, diversifier et renouveler son offre. À l’image d’un parcours de «  géocatching  » qui permet aux enfants de (re) découvrir certains lieux de la ville grâce à leur géolocalisation (GPS)… Le centre de l’enfance reste un lieu ouvert, qui peut servir de ressources à d’autres acteurs ou services. Un lieu duquel personne n’est exclu, où l’équipe est également en mesure de proposer des accueils individualisés aux enfants porteurs de handicaps. « Nous cherchons à nous adapter aux besoins des enfants et de leurs parents », détaille Dominique Alunno, adjointe déléguée à la jeunesse et au sport. Dans cette optique, chacun peut être accueilli à la journée complète (à partir de 7 h 30 et jusqu’à 18 h 30) ou à la demi-journée, avec ou sans repas ; sachant que le centre fournit un goûter à tous les enfants, et même un petit-déjeuner à ceux qui arrivent très tôt et n’ont pas eu le temps de le prendre chez eux.

12 couleurs Manosque #83


spécial jeunesse Le Centre de l’enfance, pour tous les âges ! Si le centre de l’enfance est ouvert à tous les enfants de 3 à 12 ans, personne n’oublie que cette tranche d’âge implique forcément des aménagements. C’est pourquoi les plus petits (3-4 ans) peuvent aussi bénéficier d’un accueil adapté en partenariat avec la crèche du Moulin Neuf. Pour les plus grands (10-12), une « passerelle » est mise en place entre le centre de l’enfance et la MJC, toujours avec des animateurs professionnels dédiés. À Manosque et au-delà… Outre les innombrables activités proposées sur place, des sorties et séjours sont régulièrement mis en place. Cela va de la piscine au futsal en passant par le bowling ou le VTT, jusqu’à des déplacements thématiques de quelques jours (avec les lieux et durées qui varient en fonction des âges). Professionnalisme garanti ! Les lieux d’accueil de la Ville de Manosque sont tous systématiquement déclarés auprès de la DDCSPP (Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations), qui a remplacé les services de l’État « jeunesse et sport ». C’est la garantie d’avoir affaire à un véritable projet pédagogique, mis en place par une équipe encadrante professionnelle et diplômée. Après 12 ans, direction la MJC ! Depuis 2014, la MJC a mis en place un « accueil jeunes » dédié aux 14-17 ans  : il est ouvert les mercredis, samedis et vendredis soirs en période scolaire, et tous les jours pendant les vacances.

Centre de l’enfance Robert Honde

À noter également que les 10-12 ans peuvent aussi bénéficier de l’opération « vacances pour tous » avec des activités et animations proposées à la demi-journée. Infos pratiques. Les enfants sont accueillis tous les mercredis en période scolaire (fin des inscriptions le vendredi précédent), et du lundi au vendredi pendant les vacances. Les tarifs vont de 5 euros (la demi-journée sans repas) à 10 euros (journée complète avec repas) et sont dégressifs pour les fratries pendant les vacances.

Il est possible de déduire les bons CAF de ce prix. Le centre de l’enfance est situé dans la « villa paradis », place Pierre-de-Coubertin (04 92 71 09 89).

3 questions à Dominique Alunno, Adjointe au Maire, déléguée à la jeunesse et au sport

« Il faut que tout le monde puisse s’épanouir à Manosque » Pourquoi les élus manosquins ont à nouveau fait le choix de ne pas « toucher » au budget de la jeunesse ? « Parce que la Ville de Manosque est véritablement derrière sa jeunesse. Son implication financière, jamais démentie, permet de développer de nombreuses actions sur l’ensemble du territoire. Le volet budgétaire est particulièrement important puisque nous sommes très attachés au professionnalisme de tous nos intervenants. Notre objectif est en effet de proposer un maximum d’outils à chacun, afin que tout le monde puisse s’épanouir à Manosque. »

Le champ d’action est donc très large ? « Nous allons au-delà des missions liées à l’accueil de loisirs et au périscolaire. Nous sommes attachés aux valeurs de cohésion sociale inhérentes à toutes les actions. Pour ce faire, nous proposons d’ailleurs des espaces les plus neutres possibles afin que chacun puisse se les approprier pour en faire de véritables espaces de vie. » Comment favoriser cette cohésion sociale ? « Nous mettons en place et développons le plus d’échanges possibles, afin que chacun puisse changer d’univers et aller à la rencontre des autres. Nous tenons à ce que les enfants apprennent à se connaître et, surtout, à vivre ensemble. Les valeurs liées au respect sont primordiales. » couleurs Manosque # 83

13


expression libre Majorité municipale, Manosque au Coeur Front national, Manosque Bleu Marine Le vote du Budget d’une collectivité territoriale est un temps notable. Le budget permet de donner du sens à l’action publique. Vous le savez, nous sommes vigilants dans ce domaine comme dans d’autres d’ailleurs. Notre action au service des usagers est cohérente, depuis longtemps. Nous faisons des choix pour l’avenir et pour faire de notre ville un lieu d’attractivité où il fait bon vivre. Notre gestion financière est reconnue pour sa rigueur et le maintien de son équilibre. Jamais nous ne dépensons ce que nous n’avons pas. Nous faisons preuve de constance en la matière et avons appris que loin des grandes phrases, seule compte l’action. Nous restons mobilisés sur des dossiers structurants tel que la problématique du centre ville, qui se pose aussi pour toutes les villes françaises. Une enveloppe budgétaire importante est dédiée pour nos projets. L’habitat, la mobilité, le soutien à l’économie sont autant d’actions financées par notre action qui se doivent d’accompagner les acteurs du centre ville car seul on va plus vite mais ensemble on va plus loin !

Texte non fourni.

Front de gauche, Manosque Citoyenne

Vivre Autrement Manosque

Depuis 17 ans, bien qu’elle ait abandonné le centre historique, défiguré la Ville et détruit des centaines d’hectares agricoles pour enrichir notables, banques, spéculateurs immobiliers, grosses enseignes en périphérie, la majorité de droite rabâche «tout va bien» à Manosque. Mais elle fait partie des 222 villes malades de leur centre ville inscrites au plan gouvernemental de revitalisation des centres-villes (5 Mds€ sur 5 ans). Des plans pluriannuels ambitieux de réhabilitation d’immeubles, de rénovation de l’habitat, de stationnements gratuits dans le centre historique plutôt que l’embellissement cher au pouvoir autocratique en place, permettraient l’installation de Familles dans le cadre d’une mixité sociale, seuls capables de lui redonner vie, de relancer les commerces de proximité et de faire reculer le sentiment d’insécurité. C’est au Peuple manosquin d’imposer cela s’il ne veut pas que les pratiques «politico-financières» ne perdurent durant ce Plan et pour qu’enfin LA JEUNESSE RESTE A MANOSQUE et que nos anciens ne disent plus en parcourant les rues «ça me fend le cœur».

A quand des nouveaux habitants dns notre Centre ville. Sisteron a reçu une délégation Nationale et Régionale, chargée de mission par l’Agence Nationale pour l’amélioration de l’habitat. Elles ont rencontré l’équipe municipale de la rénovation de l’habitat insalubre. Ils ont pris note de l’avancement des travaux et de l’opération, qui a permis de créer 25 logements sociaux de qualité, dans le Centre ancien. La délégation à abordé le dossier de rénovation d’un habitat insalubre de 3 immeubles qui permettra la réalisation de 13 logements destinés à des jeunes pour la deuxième fois. Donc plus de cinquante nouveaux foyers dans le Centre ancien. Je ne pense pas que de telles opérations ne soient réservées qu’à Sisteron. Pourquoi ne pas faire ce choix politique, et enfin remettre de la vie dans le Centre ancien ?

Conformément à la loi à la démocratie de proximité du 27/02/2002, un espace est réservé dans les colonnes du magazine municipal à l’expression des groupes d’élus-Les textes sont publiés tels que nous les recevons, sans aucune modification.

14 couleurs Manosque #83


les archives racontent… Le divorce de Lazarine Votée en 1792 par l’Assemblée nationale, la loi autorisant le divorce fut abrogée sous la Restauration par la loi du 8 mai 1816. Le droit au divorce ne fut rétabli ensuite que sous la Troisième République, avec la loi du 27 juillet 1884. Dans les registres d’Etat Civil manosquins, à partir de l’année 1885, on voit apparaître la transcription des premiers divorces... dont celui, le 19 juillet 1887, de Lazarine Nègre. Lazarine est née à Manosque, en 1848, dans une famille de paysans pauvres et républicains. A 15 ans, elle épouse Antoine Pourcin, de 15 ans son aîné. Il ne s’agit pas d’un mariage forcé, Lazarine y consent volontiers mais, très jeune, ne sait pas à quoi elle s’engage. Ce mariage fut, pour elle, un véritable enfer. « Je l’ai perdu pour toujours le ciel dont j’ai rêvé », écrira-t-elle en se remémorant le soir de ses noces. Son mari, brutal, la considère comme son valet. Dix ans après son mariage, elle eut enfin un enfant, un petit Lazare, mais il ne vécut pas au-delà de 14 mois. C’est après ce drame qu’elle se met à écrire des poèmes, d’abord en français, puis en provençal. Quelques-uns sont publiés dans des journaux bas-alpins. Dès le rétablissement de la procédure, elle demande le divorce. Elle sera l’une des premières Manosquines à s’engager dans cette voie et obtiendra, en sa faveur, un jugement accablant pour son mari, faisant état de « mauvais traitements, injures graves, inconduite notoire et maladies vénériennes. » Divorcée, Lazarine part s’installer à Marseille où elle devient volaillère au marché des Capucins, aidée par sa sœur Rosalie, qui a eu un enfant qu’elles élèveront ensemble. Elle décède le 3 novembre 1899, à 51 ans.

Lazarine Nègre et son extrait de divorce.

il était une fois Manosque, La place du Terreau

Archives départementales , photos n° AD 04 2/FI 1576

La place du Terreau en 1916…

Image Bureau d’étude - Ville de Manosque

…la place du Terreau, dans quelques semaines ! couleurs Manosque # 83

15


Manosque en images Fête ton parc…

« Fête ton parc », 9 mars 2018 - parc de Drouille

Comme son nom l’indique, la manifestation qui s’est tenue en mars dernier au Parc de Drouille, était avant tout festive. Des jeux, des animations, des expos, un goûter… Et, surtout, l’occasion de rassembler les acteurs et habitants de l’Arc Sud (Serrets, Plantiers et Aliziers). Chacun a ainsi pu s’exprimer, et échanger, sur l’avenir de ces quartiers. La manifestation a été organisée par le Collectif Bahia (composé d’étudiantes de l’institut d’urbanisme d’Aix), en partenariat avec la Ville, DLVA, le Centre de l’enfance, le CPIE et le Conseil citoyen, dans le cadre du projet de renouvellement urbain.

De nouveaux Manosquins Organiser une cérémonie d’accueil, c’est d’abord une manière de souhaiter la bienvenue. A Manosque, la tradition est désormais ancrée, et rodée. Le 24 mars dernier, les nouveaux arrivants ont pu goûter à ce sens de l’hospitalité au cours d’une matinée dédiée à la découverte. Découverte de la ville et de son centre historique, au cours d’une visité guidée offerte. Mais, surtout, découverte des habitants eux-mêmes (qu’ils soient nouveaux ou non) grâce à une cérémonie essentiellement basée sur l’échange.

Cérémonie des nouveaux habitants, 24 mars 2018

« Mon Agglo pour l’emploi »

« Mon agglo pour l’emploi », 6 avril 2018 - salle Osco Manosco

« La fête des voisins » Comme tous les ans, la Ville de Manosque s’associe à la Fête des Voisins qui se tient le vendredi 25 mai 2018. Un grand jeu concours est organisé et verra l’attribution de nombreux lots aux participants qui ont envoyé des photos d’ambiance de la soirée. Déjà l’année dernière, ce fut un véritable succès. Une bonne soirée à tous !

Miser sur ses atouts historiques et continuer à fédérer… C’est sans doute l’une des clés du succès de la 4e édition de « Mon agglo pour l’emploi », qui a eu lieu les 5, 6 et 7 avril à Manosque et Gréouxles-Bains. La mobilisation des acteurs locaux (Pôle Emploi, chambres consulaires, plateforme initiative Haute-Provence, mission locale…) autour du service éco de DLVA, ont permis de mettre sur pied un forum emploi élargi à l’ensemble des secteurs d’activité. Au total, plus de 250 postes ont été proposés pendant l’événement.

#83 Couleurs Manosque Juin 2018  
#83 Couleurs Manosque Juin 2018  
Advertisement