Page 1

Ambiances, Matières et Climat Equipe enseignante : Christian Marenne, Virginie Meunier, Antoine Mabire et Diego Rodriguez Rapport de présentation du projet de fin d'études ENSA Nantes_janvier 2013 Coralie Dumont

Villès-Martin, bord de mer proposition pour une requalification urbaine


Enseignant encadrant responsable de l'UE : Virginie Meunier Enseignant encadrant : Antoine Mabire


Sommaire Introduction , thématiques et objectifs et l’unité d’enseignement

1

Le projet urbain

5

introduction , site et territoire du projet le récit d’une première visite,, un regard sensible sur le quartier Villès-Martin la phase analytique , un nouveau regard objectif mise en place du projet urbain , vers une densification maîtrisée

7 8 14 18

Le projet architectural

25

un projet/2 phases urbaines introduction , ambiances, matières et climat un espace public , continuité d’un paysage côtier

26 28 30

-

premières intentions mise en place de la trame paysagère fonctions et usages des espaces extérieurs les éléments composants du projet : le plan masse

un équipement public , la maison de quartier -

les objectifs liés au programme 3 types d’usagers la question des ambiances et des usages implantation du bâti et intentions urbaines le programme détaillé/diagramme fonctionnel/organisation ambiances et organisation des espaces ambiances, matières et climat : les intentions du projet

le logement , la thématique de l’intergénérationalité -

36

48

habiter à côté et avec un parent âgé / agrandir une famille, agrandir son logement ambiances et intentions générales implantation des bâtis les modes d'habiter en lien avec les ambiances et le climat typologies/organisation/modularité et adaptabilité zoom sur un module de logements

Conclusion

61

Bibliographie Remerciements

65 69


Introduction 1


2


Introduction thématiques et objectifs de l’UE Venant tous d’horizons différents et ayant suivi des parcours scolaires et extra scolaires divers et variés, nous nous retrouvons pour un dernier projet d’école afin de mettre en oeuvre nos connaissances acquises au cours de ces cinq dernières années. Ce projet apparaît alors comme l’aboutissement de ce curcus et marque ainsi notre entrée dans la branche professionnelle. L’unité d’enseigenement de projet Ambiances, Matières et Climat a pour objectif de mener de front le projet à l’échelle urbaine ainsi que le projet à l’échelle architecturale tout en intégrant les dimensions relatives aux modes d’habiter et en interrogeant ces derniers au regard des ambiances, des matières et du climat. Les objectifs étant de dépasser les modes d’habiter actuels dans une posture prospective.

- une phase dédiée au projet architectural (individuelle) venant s’inscrire dans le projet urbain proposé en groupe. Ainsi individuellement les étudiants devront traiter un programme mixte logement/équipement/espace public. La question de la matérialité, de ses propriétés physiques, de son expressivité, de sa signification sont à développer dans le projet. Afin de comprendre sa génèse, de l’idée à la mise en place des éléments fondateurs du projet, il est nécessaire d’en écrire le récit : tel est l’objectif de ce rapport de fin d’étude.

Toutes ces questions sensibles sont essentielles lors de la conception d’un projet. En effet nous pensons un programme, donc des espaces à vivre pour autrui. Ainsi il est impératif de penser nos projets en rapport aux ambiances confrontées à la dimension climat afin de mettre en place une qualité d’usage selon les différents lieux pratiqués. Au cours du semestre, Le projet s’élabore en deux grandes phases principales : - une phase urbaine à l’échelle du quartier : par groupe de 5 étudiants (François Barcello-Chatellier, Juan Cardonna, Cécile Robic, Amandine Pondaven et moi-même). Ce premier temps de travail va permettre d’appréhender librement le site afin de proposer un projet d’ensemble sur un quartier de la ville de Saint-Nazaire. 3


Le projet urbain 5


antes vers N

St-Nazaire centre-ville

151 689 hab Angers 68 977 hab St-Nazaire

290 130 hab

Nantes

La Loire

La Loire

quartier Villès-Martin site de projet © vue aerienne de la ville de Saint-Nazaire

40 km © fond de carte Daniel Dalet / d-maps.com

© Étude urbaine réalisée par l’agence ALAP

6


Introduction site et territoire du projet Le site du projet se situe à Saint-Nazaire, ville située à 65 km de Nantes, " Saint-Nazaire, ville reconstruite, à peine achevée, n’a pas échappé aux développements mal maitrisés de l’urbanisation, phénomène ici amplifié du fait de sa démolition et de sa reconstruction qui proposaient aux habitants un cadre de vie dans le centre ville, à l’architecture et à l’urbanisme plus subis qu’assumés. Son centre s’est dévitalisé, les quartiers sociaux concentrent les populations les plus fragilisées, l’urbanisation s’étale en périphérie. L’économie locale repose sur la mono-industrie. Les crises cycliques de la navale et de l’aéronautique provoquent des flux et des reflux déstabilisants pour les populations du bassin d’emploi. Le cumul de ces handicaps a provoqué à Saint-Nazaire la prise de conscience de la nécessité d’une réaction plus rapide et plus radicale que dans d’autres villes. Saint-Nazaire était une ville neuve mais à laquelle il fallait redonner un sens : il s’agissait alors d’ouvrir la ville sur le port et la mer. " (Ville Port Petit Maroc 2002 premières orientations – Ville de Saint-Nazaire : marché de définition de ville port-petit Maroc – délégation au développement de la région nazairienne – Mai 2002). Suite à ces réflexions, des projets de Ville Port sont mis en place. En parallèle de ces projets, d’autres réflexions portant sur la frange littoral Ouest de Saint-Nazaire se mettent en place. En effet suite au rachat de parcelles individuelles par de différents promoteurs depuis quelques années, des constructions de types standings destinées à une population âgée voient le jour. Petit à petit le paysage urbain en bord de littoral change vers une architecture sans qualité, sans relation particulière à leur situation privilégiée face à la mer. Ces opérations résultent d’oppor-

tunités foncières. La ville décide alors de geler le PLU sur un périmètre précis de Sautron à la plage de Porcé afin de stopper la constructibilité de logements collectifs. À savoir qu’à l’heure actuelle, de nombreux permis de construire sont en cours sur ce territoire. De plus, la ville décide donc de mettre en place une étude urbaine (réalisée par l’agence ALAP permettant d’évaluer et d’identifier la qualité des espaces et bâtis actuels, les éléments faisant partie du patrimoine côtier ainsi que les fragilités dans un objectif de renouvellement urbain autour d’un projet d’ensemble sur ce territoire sensible. "L’objectif de ces études était à terme de déterminer un principe de faisabilité urbaine, une constructibilité sur les sites à enjeux dans cette épaisseur littorale et une condition de constructibilité." Dans le cadre de l’enseignement de projet Architecture, matières et climat, le périmètre d’étude retenu s’étend du rond-point de Sautron au Nord, au quartier de Kerlédé à l’Ouest. ront- point Sautron

pointe de Villès-Martin Kerlédé

© Crenne 2009 1/5000e 500 m

7 Carene © 2009 1/5000e

0

250

500 m


vers N antes

la gare

le centre-ville

la base-maritime

e and

ge

pla

r

la g

Sautron

la pointe de Villès-Martin

Kerlédé l’université

ge

d

2n

pla

site du projet

5 11

périmètre d’étude

8

6 4

22

7

3

parcours première visite

1 Jardin de Belle Fontaine 2 Sentier des Douaniers 3 Le fort 4 Place Neptune 5 Allée des Mésanges 6 Kerfaouët 7 Point Villès-Martin


Le Récit d’une première visite un regard sensible sur le quartier Villès-Martin Le site du projet se situe à l’extrêmité Ouest de le ville de Saint-Nazaire. La première visite du site d’étude va permettre de se forger un point de vue personnel de manière sensible avant toute analyse spécifique qui viendra dans un deuxième temps. Le sens de la visite et les lieux décrits qui vont suivre (jardin de Belle Fontaine, sentier des Douagniers, le fort, la place Neptune, l’allée des Mésanges, l’ensemble de logements de Kerfaouët et la pointe de Villès-Martion) sont indiqués sur la carte ci-contre. De plus, une carte indiquant les points de vue et situation des photographies est disponible page 12. Ainsi, débute notre première visite sur les lieux : Septembre 2011, nous sommes en début d’aprèsmidi, le temps est ensoleillé et les températures sont douces. Après avoir traversé Saint-Nazaire en arrivant de Nantes, passant par la base sous-

marine puis longeant la côté jusqu’à la pointe de Villès-Martin, nous faisons un premier pas sur ce site encore inconnu. Nous disposons seulement de 2 heures pour découvrir les lieux. Favorisés par un climat agréable, nous avons été marqués par la beauté du lieu. Notre parcours a commencé par le parc de Belle-Fontaine (A) à l’ouest de notre site d’étude : un parc qui offre des vues très dégagées sur la mer, surplombé au Nord par un ensemble de tours HLM qui bénéficient d’une situation privilégiées. Il n’y a d’ailleurs que très peu de rotation dans l’occupation de ces logements; du fait de sa situation, les habitants ne veulent pas quitter leur logement. Le relief de ce site est accentué par la présence des Blockhaus. Le sentier côtier (B et C) longeant une succession de maisons de bord de mer à peine visibles derrière de hauts murs de pierre, nous a ensuite menés à un vieux fort (D) en contre-bas d’une ancienne butte de défense où se trouvent quelques Blockhaus. Ancien fort de défense pendant la

jardin de Belle-Fontaine, tours HLM de kerlédé (A)

le sentier côtier, dit "le chemin des douaniers" (C)

le sentier côtier, dit "le chemin des douaniers" (B)

l’ancien fort de défense (D)

9


guerre, ce dernier est un élément fort du patrimoine local et en fait un site potentiel de projet. Ce sentier côtier est interrompu au niveau de ce fort. 2nd plage de Saint-Nazaire (E)

la place Neptune et sa plage (F)

la place Neptune et sa plage (G)

la rue des Mésanges (H)

10

Notre parcours se poursuit en contrebas sur la plage (E) jusqu’à la découverte d’une grande étendue de sable, deuxième plage de Saint-Nazaire. En arrière de cette plage se trouve la place Neptune (F). Plutôt qu’un centre-bourg, ce que nous avons trouvé s’apparente davantage à deux grands parkings ayant une situation privilégiée face à la mer. De plus les circulations automobiles prennent une place importante longeant la plage. Les typologies de logements environnantes sont de différentes nature formant un ensemble hétégorène. Cette hétérogénéité est intéressante dès lors que le lien est fait entre ces différentes typologies, habitats individuels de type maison de ville, logements collectifs à connotation balnéaire… En outre, une place Neptune qui n’en est pas une, des espaces peu qualifiés donc sans usage attribué. A noter que ce cœur de quartier actuellement à caractère résidentiel est totalement dépourvu d’activités et de services : absence de commerces et d’équipement public. Nous identifions là un potentiel de projet intéressant. La prépondérance de la voiture (G) nous marque aussi comme une frontière sociale. L’absence de commerces et d’activités sur cette place ne permet pas d’en faire un centre de quartier agréable et animé, lieu de rencontre et de loisirs. En pénétrant un peu plus dans le quartier, nous sommes surpris d’y trouver une ambiance pittoresque quasi campagnarde dans un cœur d’îlot : la rue des Mésanges (H). Nous sommes troublés par le calme et l’ambiance agréable qui règnent dans ce petit chemin traversant du nord au sud un lotissement de maisons individuelles. Cette venelle au caractère particulier nous semble être


un élément fort et marquant du site à mettre en valeur dans un projet d’ensemble à l’échelle du quartier. En continuant à parcourir le secteur nous nous retrouvons très souvent face à des voies sans issues, et sommes contraints de faire demi-tour. C’est en particulier autour des logements collectifs que se trouvent ces frontières. De hauts murs limitent le périmètre de ces constructions. Des chemins existants sont parfois coupés par la présence d’un de ces murs qui empêche le passage et oblige à un détour pour accéder aux différentes parties du quartier. Un autre endroit nous a marqués par son ambiance agréable : l’ensemble de logements collectifs de Ker-Faouët (I) : sur plan masse, l’implantation très atypique des logements laisse paraître un ensemble plutôt complexe. Sur place nous découvrons un espace paysager, ensoleillé, protégé du vent et ponctué par un ensemble de logements très usité à la géométrie alambiquée. Enfants, promeneurs et joueurs de pétanque occupent le lieu le rendant plus vivant que la place Neptune. Notre périple continue en regagnant la côte Est bordée de pêcheries datant d’avant 1900 (J) . Au niveau de cette pointe (K), nous découvrons la fin d’un aménagement récent réalisé par l’agence Phytolab (réaménagement au littoral de SaintNazaire le long de la grande plage principale). Encore une fois, nous faisons face à un lieu stratégique du quartier où une liaison est à faire entre l’aménagement existant réalisé par Phytolab (photographies page suivant) et le quartier de Villes-Martin. De plus, au niveau de cette pointe, à la fin de cet aménagement du littoral, se trouve une parcelle fortement arborée comprenant trois Blockhaus sur laquelle se trouve une maison abandonnée. Voici un autre site à fort.

ensemble de logements collectifs de Ker-Faouët (I)

pêcheries longeant la promenade Est réalisée par l’agence Phytolab (J)

la pointe de Villès-Martin (K)

11


© persée du Parc paysagé au front de mer, phytolab.fr

utron vers Sa

© Photographies projet aménagement du littoral, phytolab.fr

H

I J

la place Neptune G

Kerlédé

A

B

K

point de Villès-Martin

F C D

E point de vue des photographies

12


Compte-rendu : qualités et faiblesses du site Ce quartier de bord de mer est très hétéroclite et ponctué de références à l’histoire de cette ville, matérialisées par la présence des Blockhaus et d’un fort. C’est un site au potentiel intéressant de par ses qualités paysagères existantes que par l’intérêt des enjeux qu’il représente. À la fin de cette première visite du site, de nombreux éléments sont relevés quant aux qualités et faiblesses observées lors du parcours effectué. Ces éléments sont les suivants : - un paysage caractéritiques de bord de mer au relief marqué : corniches rocheuses et falaises, criques de sables, végétation maritime, sentier côtier, maisons individuelles balnéaires, plage, - présence de traces historiques du quartier : Blockhaus situés au jardin de Belle-Fontaine et à la pointe de Villès-Martin, une topographie indiquant la présence de l’ancien lit d’une rivière

au niveau de la place Neptune, ensemble d’anciennes maisons de ville... - variété des ambiances : exposé en bord littoral, abrité en cœur d’îlot (coeurs d’îlots verts agréables). De plus, quatre espaces côtiers à potentiel de projet commencent à se dessiner dans le quartier : le parc de Belle-fontaine, le Fort, la place Neptune et la pointe de Villès-Martin (cf. carte cidessous). Enfin, différentes problématiques relatives aux points suivants se mettent en place : - prépondérance de la voiture, pas de hiérarchisation des voiries - discontinuités dans les cheminements piétons - absence d’un cœur de quartier dynamique, social, commercial - frontière entre le littoral et le cœur du quartier : l’avenue qui borde le front de mer

4 la pointe Villès-Martin 3 la place Neptune

1 le jardin de Belle Fontaine 2 le fort

13


La phase analytique un nouveau regard objectif

Suite à cette première visite, des idées de projet émergent, et l’heure est désormais à l’analyse du quartier afin d’en comprendre son évolution. Ainsi, nous nous rendons aux archives de la ville de Saint-Nazaire afin d’entreprendre l’analyse cartographique des lieux. De plus, un rendez-vous avec le groupe phareouest (résidents passionnés de l’histoire de leur quartier) est plannifié, ce qui nous permettra d’obtenir des informations supplémentaires.

© Les cahiers du groupe Phare-Ouest / camping 1950

Une histoire forte Le quartier possède une histoire forte et toujours très présente. Des habitants passionnés par l’histoire du lieu, rassemblés dans le groupe PhareOuest, se rencontrent régulièrement pour approfondir et transmettre leurs connaissances sur ce quartier qu’ils aiment tant. Ils ont publié plusieurs ouvrages sur ce sujet.

photographie square de Kerlédé, 2012

Certains espaces ont une signification forte pour l’ensemble du site. Par exemple, le Fort de Villès, architecture militaire datant de 1861, assurait dès 1773 la défense de l’estuaire. Il abrite aujourd’hui temporairement des expositions et des ateliers pédagogiques créatifs. Autre exemple, le square de Kerlédé autrefois champ à fleur de falaise fut transformé vers 1950 après la guerre en un terrain de camping accueillant de nombreux vacanciers. Depuis 1970, le square devint un espace vert bordé d’arbres au moment de la construction des HLM. Cet espace public est aujourd’hui très peu qualifié malgré son positionnement stratégique et privilégié au bord du littoral. 14

© Les cahiers du groupe Phare-Ouest / le fort 1861

photographie du fort, 2012


Un dynamisme perdu Au cours de l’histoire, ce quartier a connu un fort dynamisme qu’il a en partie perdu. En effet, sur la place Neptune se trouvait autrefois le café "mon idée" très fréquenté. Aujourd’hui, cet emplacement est occupé par un immeuble de logements collectifs. " la place de Villès-Martin est très prisée des Nazairiens, pour la beauté du site, ses ombrages, son ruisseau et la coulée du bois [...] " (témoignage M.Jouan-Durand). La plage de Villès-Martin est un véritable lieu de fête au milieu du XXe siècle. Dans le quartier de Villès-Martin et particulièrement au niveau de la place Neptune, il n’y a plus de commerces de proximité. Les commerces les plus proches se trouvent soit à Sautron au Nord soit à Kerlédé à l’Ouest. De plus, un équipement majeur dynamique de ce site est la maison de quartier de Kerlédé. Elle compte un grand nombre d’adhérents et propose diverses activités. La salle commune située à Ker-Faouët, accueille par exemple dans la journée des cours de sports destinés à tous les âges. Il serait intéressant de renforcer ces équipements et de le recentraliser au coeur du quartier à Neptune.

piste de réflexions intéressantes à développer dans le projet urbain. Dans le quartier, la place de la voiture est largement majoritaire à l’image de la place Neptune qui est à l’heure actuelle une zone de stationnement. Il serait intéressant de réduire l’importance de la voiture en privilégiant les transports en commun. Le quartier est déjà actuellement desservi par plusieurs lignes de bus qui permettent de rejoindre notamment le centre ville de Saint Nazaire, la gare et les universités.

La Villez-Martin

Vignes de la falaise

1829 Fort de la Villez-Martin

1829

1952

1952

Flux, déplacements, parcours discontinus En analysant les cadastres du quartier et en parcourant le site, nous nous sommes rendus compte, qu’au cours des années, des connexions se sont perdues (cf. Schématisation des cadastres ci-contre, évolution des voiries). Actuellement le site manque de porosité et de cheminements piétons agréables. Il est fort regrettable que même les courts déplacements se fassent en voiture. La création de cheminements piétons de qualité et de voies cyclables sécurisées est un

1960

1960

2012 2012

15


Une population vieillissante En analysant la répartition des classes d’âge dans les quartiers de Villès-Martin et de Kerlédé, nous avons constaté que la population est vieillissante. Il est vrai que lors de nos visites du site, nous avons croisé beaucoup de personnes âgées très attachées à leur quartier. Bien qu’il se trouve sur une ligne de bus desservant l’université, ce quartier peu dynamique n’attire pas les étudiants notamment par son manque d’activités et d’équipements pouvant être liés à la plage.

Commerce Logement collectif Logement individuel

Un quartier qui se densifie

TYPOLOGIES 0

carte des typologies de logements

50

100

150

Nous avons réalisé différentes cartes relatives à des thèmes précis (typologies, hauteurs, parcellaire...) afin d’en tirer des conclusions fondées sur l’ensemble du quartier. Ce quartier proche du centre ville de Saint-Nazaire, en bord de mer est devenu, depuis quelques années, très attractif. Le quartier de Villès-Martin alors majoritairement constitué de maisons individuelles a vu naître des bâtiments de logements collectifs en bord de littoral (cf. carte des typologies de logements ci-contre). En parcourant le quartier et en analysant les hauteurs des bâtiments (cf. carte de hauteurs des bâtis ci-contre), nous nous sommes rendus compte de contrastes très importants. C’est notamment le cas des bâtiments en front de mer à proximité de la place Neptune. Le quartier de Kerlédé quant à lui est beaucoup plus dense. Il a vu la création de nombreuses tours de logement social allant jusqu’à 24m de hauteur. Ces logements sociaux sont assez incroyables puisqu’ils possèdent une vue sur la mer. Les habitants s’y sentent tellement bien qu’ils y restent. La population ne se renouvelle donc pas. Un autre 16

0-6m 6-12m 12-18m 18-24m

carte des hauteurs des bâtis

HAUTEUR DU BATI 0

50

100

150

Bords longs des parcelles

carte du parcellaire (bords longs)

PARCELLAIRE 0

50

100

150


- proposer un plan général des flux et déplacements afin de composer un réseau cohérent connectant le coeur de quartier à la mer.

Un tissu résidentiel changeant

Le projet urbain va tenir compte de l’analyse sensible exposée dans la première partie (première visite du site) et de l’analyse spécifique (historique et cadastrale).

allée des Mésanges

Or, depuis quelques années, la densification du quartier a commencé à modifier le tissu résidentiel existant. De nombreux promoteurs ont construit des bâtiments de logements collectifs soit en implantant le bâtiment dans la longueur de la parcelle et en proposant alors des logements qui n’ont plus forcément la vue sur la mer, soit en regroupant de plusieurs parcelles mitoyennes. Ainsi le parcellaire ancien n’est plus lisible. Intentions de projet Suite à ce résumé des analyses que nous avons pu menées sur le territoire proposé, nous avons mis en place des intentions générales de projet qui sont les suivantes :

Kerlédé

pointe de Villès-Martin

lbert

- éviter une densification anarchique en proposant un plan général de densification urbaine maîtrisée, - instaurer une stratégie programmatique général à l’échelle du quartier lui redonnant un coeur de quartier,

rue des Fauvettes

En étudiant la forme des parcelles (cf. carte du parcellaire, bords longs), nous avons constaté qu’historiquement, dans ce quartier résidentiel, les parcelles étaient longues, étroites et orientées perpendiculairement au littoral (anciennes terres agricoles). Les façades principales des maisons font, quant à elles, face d’une part à la voie publique et de l’autre à la mer, ce qui permet aux habitants de profiter de la vue et d’avoir un grand jardin en fond de parcelle.

utron vers Sa

problème lié aux tours est le fait que l’espace public au sol manque de qualité puisqu’il y a énormément de surface de parkings.

la place Neptune

sentie

r des d

Bd A

1er

le fort

ouanie

rs

point de vue du croquis

17


Mise en place du projet urbain vers une densification maîtrisée

La problématique énoncée est la suivante : Comment densifier le quartier tout en retrouvant des connexions avec le littoral et en créant un véritable coeur animé ? Enjeu urbain, social, paysagé et climatique Le projet urbain que nous mettons en place répond à divers enjeux retenus lors de la visite du site et de la phase analytique du quartier. Ces enjeux sont les suivants : - un problème de connexion physique et sociale - redonner une identité au quartier : rendre à la place Neptune sa position de centre dynamique. - rouvrir le quartier sur le littoral tout en conservant des espaces protégés en cœur de quartier.

carte des connexions littoral connexions à recréer connexions Nord/Sud

Ainsi trois stratrégies sont mises en place :

nouvelles connexions en coeur de quartier connexions végétales

- stratégie de connexion/maillage urbain - stratégie programmatique - stratégie de densification Stratégie de connexions Ces connexions sont de différentes natures (cf. carte des connexions + photomontage) : - Connexion du cœur de quartier à la mer par une hiérarchisation des voiries du site et une reconnexion de liaisons douces existantes au littoral - Création de nouvelles connexions au cœur de quartier en regard des observations sur le site et de l’analyse des cartes et cadastres anciens accompagnées de connexions végétales.

18

point de vue du photomontage


Stratégie programmatique Le littoral est ponctué de quatre sites à fort potentiel venant rythmer le parcours en front de mer. Il s’agit de sites que l’on nommera "rotules", articulant différentes typologies urbaines. Ces "rotules" devront faire la "couture" entre des typologies de logements différentes (cf. carte des "rotules" ci-dessous). Ainsi nous proposons des équipements publics adaptés à la demande actuelle et prenant en compte les caractéristiques physiques/spatiales et situation géographique de chacun de ces sites (cf. carte des programmes).

Un retour historique et un inventaire des équipements publics existants environnants nous a permis de mettre en place les intentions programmatiques du projet urbain : - La pointe de Villès-Martin devient centre artistique intégrant des logements pour artistes. Ce programme opère la transition en la côte littorale Est et la côte Sud du quartier Villès-Martin.

Mélange collectif/individuel avec collectif perpendiculaire à la mer «Maisons de ville»

POINTE DE VILLES-MARTIN PLACE NEPTUNE

Tours R+10

Mélange collectif/individuel

Immeubles collectifs

photographie actuelle : pointe de Villès-Marin

KERLÉDÉ Maisons individuelles en lanières

FORT Maisons individuelles en lanières

"rotules"

photomontage des intentions d'ambiance

Logements Commerces Salle de sport

Logements Logements Bureaux

Café

Crèche Logements Bibliothèque Piscine

carte des programmes

Café

Maison de quartier Café Restaurant Commerces

Centre artistique Logements

- La place Neptune, anciennement animée, conviviale. Elle proposait un café, un espace végétalisé rendant le lieu agréable au piéton. Aujourd’hui, la place Neptune a disparu, une urbanisation balnéaire s’est installée face à la mer, la voirie et les parkings sont omniprésents et les commerces inexistants. Nous proposons dans le projet un déplacement de la maison de quartier à Neptune et une mise en place de commerces de proximités 19


afin de redonner un véritable centre donnant sur la plage.

photographie actuelle : place Neptune

- Le jardin Belle Fontaine implanté en bordure de falaise dans le quartier de Kerlédé, quartier anciennement touristique (dans les années 50) demande un équipement sportif et de bien-être (face à la mer perché sur la falaise). Ainsi nous proposons l’implantation d’une piscine à l’échelle de ce quartier. Stratégie de densification Dans le projet urbain, Neptune retrouve sa place de cœur de quartier. Ainsi par sa position et son rayonnement (cf. carte ci-dessous) nous définissons différentes zones urbaines ayant des caractéristiques variées.

photomontage des intentions d'ambiance

4 zones sont délimitées :

- Le fort devient animé et mis en valeur par l’implantation d’une bibliothèque face à la mer intégrant des logements saisonniers.

photographie actuelle : la fort

- La zone littorale Sud (caractérisée exclusivement par du logement individuel de type bord de mer)

photomontage des intentions d'ambiance

20

- La zone en arrière du littoral Sud et la zone en retrait du quartier (caractérisée majoritairement par du logement individuel peu dense et une part très réduite de nouveaux logements collectifs à petites échelle c’est-à-dire en R+3 maximum) - La zone littorale Est (caractérisée grossière-


ment par 1/3 de petits logements collectifs et 2/3 de logements individuels) - La zone en cœur de quartier (caractérisée par du logement individuel lâche et des petits et moyens collectifs R+4 à R+5 de type balnéaire , sur la côte). À partir de la mise en place de ces zones et tenant compte de nos intentions de projet, il s’agit de proposer un schéma de densification suivant des règles précises selon les caractéristiques des zones étudiées en vue d’une urbanisation maîtrisée. Nous supposons que des règles d’urbanisation imposées seront mise en oeuvre dans ces zones. Elles devront répondre aux exigences suivantes : - La zone littorale : l’objectif principal des orientations et de la transformation de cette zone est sa préservation en stoppant l’urbanisation sous la forme de logements collectifs afin de ne pas dénaturer le paysage côtier. Ainsi, les gabarits et les typologies doivent correspondre à la maison individuelle. Les nouveaux programmes proposés sont alors exclusivement de l’habitat individuel voire du commerce à l’échelle du quartier (café/ restaurant par exemple). - La zone en arrière du littoral et en retrait du quartier : l’objectif principal des orientations et de la transformation de cette zone est l’augmentation de la densité mais de manière raisonnée afin de ne pas modifier radicalement le caractère actuel. Ainsi les gabarits et les typologies doivent correspondre à de l’habitat individuel groupé ou non groupé et de l’habitat intermédiaire. Les nouveaux programmes proposés sont alors exclusivement de l’habitat, voire du commerce à l’échelle du quartier. - La zone littorale Est : l’objectif principal pour les

orientations de la transformation de cette zone est de consolider la densité qui correspond aux groupements de logements collectifs. Le regroupement parcellaire est possible. Les nouveaux programmes proposés sont alors exclusivement de l’habitat, voire du commerce à l’échelle du quartier (café/restaurant par exemple). - La zone en cœur de quartier Le projet urbain va s’orienter vers une densification plus conséquente dans la zone en cœur de quartier afin de reconnecter le quartier au littoral et à Neptune. Sur le terrain, nous identifions les parcelles à conserver ayant un intérêt particulier (alignement de maisons individuelles, orientation des parcelles contiguës…). Ce repérage permet de délimiter des zones de densification (habitat individuel groupé, habitat intermédiaire, petits collectifs). Ainsi un phasage d’urbanisation doit être mis en place (cf. un projet/2 phases urbaines).

carte parcelles à densifier/à conserver coeur de quartier à Neptune parcelles à conserver parcelles à densifier

21


L’analyse des connexions précédente est alors appliquée. Dans cette zone nous proposons de nouvelles voies destinées aux mobilités douces : - 2 voies principales est/ouest, de Kerlédé à la place Neptune et nord/sud de Sautron à la place Neptune également. - de multiples voies transversales secondaires permettant des porosités : liaisons entre cette zone de densification et les autres zones identifiées auparavant menant jusqu’au littoral. De plus, l’analyse paysagère nous permet d’accompagner notre stratégie de densification et de connexions avec une trame paysagère existante. Trame paysagère à consolider faisant la liaison du coeur de quartier jusqu’au littoral. En effet on observe que cette zone "coeur de quartier" est ponctuée de "poches vertes" ayant des usages différents sans lien les unes avec les autres. Ainsi nous souhaitons créer une continuité entre ces espaces végétalisés intéressants jusqu’à la place Neptune. Le cœur du quartier doit aussi proposer un espace commercial en lien avec la mer et un espace végétalisé en lien avec la côte à l’échelle de Saint Nazaire et en lien avec le cœur à l’échelle du quartier. Une maquette à l’échelle 1/1000e est réalisée, les connexions mises en place sont symbolisées afin d’obtenir une vision d’ensemble du projet urbain.

extrait du plan masse au calque densification et coeur de quartier

22


café

café

ecole Michelet

Kerlédé centre artistique place neptune Maison de quartier coMMerces

piscine bibliothèque

carte résumé des intentions urbaines

23


Le projet architectural 25


Un projet/2 phases urbaines espace public et équipement/logements L’analyse programmatique effectuée lors de la phase urbaine nous a permis d’établir un diagnostic de l’existant afin de proposer un schéma cohérent de densification maîtrisée et non au coup par coup. Ainsi nous avons soumis des règles précises d’implantation, de hauteur de bâti... selon les zones délimitées précédemment (cf. phase urbaine). Le projet de logements situé à l’emplacement de Neptune fait partie de la zone nommée "coeur du quartier" (cf. vue bing ci-dessous). Cette dernière fait l’objet d’une densification importante pour laquelle nous avons mis en place un phasage dans le temps nous permettant une construction du projet dans un ordre de priorité.

Dans un premier temps, nous avons identifié les parcelles à conserver ayant des intérêts particuliers (cf. phase urbaine). Ce repérage nous à permis de délimiter des zones de densification (habitat individuel groupé, habitat intermédiaire, petits collectifs). Ensuite le phasage est mis en place : la première tranche de projet débute à Neptune afin de proposer le plus rapidement possible un coeur de quartier animé. Puis le projet se poursuit progressivement de Neptune vers Sautron au nord sans oublier parallèlement de Neptune à Kerlédé à l’ouest. Cet échelonnement du projet se fait sur plusieurs années, voire plusieurs dizaines d’années dans un objectif de densification d’ensemble dans le cadre d’un projet global. Les phases urbaines 1 et 2 illustrées ci-contre font l’objet du projet architectural qui va suivre.

© Bing, zone "coeur de quartier"

26


Maison de quartier + commerces de proximité

Création du coeur de quartier - mise en oeuvre de la "poche verte", trame paysagère établie lors du projet urbain (cf. analyse paysagère de la cote Nazairienne), - création de l’espace public majeur (marché hebdomadaire, jeux pour enfants sur la plage...), - construction de la maison de quartier, - construction des premiers commerces de proximité.

Espace public "poche verte"

> Mise en place d’un coeur animé dès la 1ere phase du projet urbain. 5 parcelles individuelles sont rachetées. Les habitants seront relogés à proximité. Lors de la phase urbaine dans la "zone littorale", des parcelles abandonnées, vides ou maisons murées ont été repérées. Pour cette zone, les règles sont clairement établies, seules des maisons de type individuel peuvent y être construites. Ainsi les habitants de nos 5 parcelles seront relogés face à la mer dans le même type de logement qu’auparavent.

Phase urbaine 1 Logement intérmédiaire (dense) Orienté Est/Ouest ensemble de logements groupés en bande faisant face à l’espace vert de Kerfaouët

Logement intérmédiaire (dense) Orienté Sud/Ouest, Nord/Est ensemble de logements groupés en bande faisant face à l’espace public en "poche verte"

Logement intermédiaire + commerces de proximité (RDC) Orientés Nord/Sud ensemble faisant face à l’espace public et à la mer

Opération de densification - mise en place d’un ensemble de logements intermédiaires dense à caractère individuel, - construction de commerces de proximité, - création du début de l’axe Nord/Sud piéton faisant partie du projet urbain permettant la liaison piétonne pour l’ensemble de la bande à densifier "coeur de quartier" > Achêvement de la création du coeur de quartier, et commencement de la phase de densification urbaine. 4 parcelles individuelles sont rachetées. Les habitants seront relogés à proximité telle la phase 1.

Phase urbaine 2 27


Introduction Ambiances, matières et climat Dans un premier temps, il est necessaire de définir de manière générale, le climat océanique caractérisant le territoire de la ville de Saint-Nazaire. Les caractéristiques sont les suivantes : - une faible amplitude de température entre été et hiver (été tempéré avec peu de grosse chaleur et hiver doux sans gelée). - une pluviométrie importante avec des précipitations régulières d'intensité variée mais sans être extrêmement forte et d'une fréquence assez élevée. à noter que le site de projet en front de mer est directement confronté à ces précipitations par sa situation géographique (pas d'obstacle de ces pluies, pénétration rapide dans les terres). - les vents dominants d'Ouest arrivent depuis l'océan avec une force assez significative, parfois violents accompagnés d'averses. Avec la vitesse des vents, le temps est changeant rapidement (éclaicies, soleil, nuages, averses) dans un flux venant de la mer (cf. carte des vents ressentis réalisée à partir de prises de notes sur le site). De manière générale, le constat actuel montre une population de plus en plus urbaine avec un phénomère accentué naturel et une densification des villes, complément des dents creuses, surélévation des construction, renouvelement urbain marqué par le remplacement des constructions individuelles par des immeubles de logements collectifs. Ce dernier cas de figure est le scénario observé concernant le quartier de Villès-Martin. Dans nos objectifs de projet, il convient alors d'organiser cette densification pour que la population n'ait pas un sentiment d'entassement, de perte d'intimité. En effet les habitants ne doivent pas subir les contraintes de cette densification 28

mais au contraite en apprécier les avantages que sont la proximité des services, des transports collectifs, la performance des liaisons douces, la réduction des véhicules individuels, l'augmentation de la sécurité... Dans notre projet, nous devons alors assurer le renouvellement de l'ambiance du quartier aujourd'hui traité comme un morceau de la ville comprenant une dominante d'habitats individuels et petits collectifs juxtaposés au fil du temps sans ordonnancement. Ainsi le fil rouge du projet urbain et architectural sera de donner une atmosphère de "village" avec son centre, ses services, ses activités, ses habitations de proximité, l'ensemble se développant dans un espace paysagé en liaison directe avec la plage orientée sud et la (atouts naturels du site). Cet ambiance "village" sera traduite dans le programme : - habitat intermédiaire en lien avec les formes des bâtis individuels et collectifs présents sur le site, - des logements en duplex avec un aspect de maison de ville et de centre-bourg, - des commerces implantés au rez-de-chaussée des bâtiments de logements, - un café sur "la place du village", - un centre d'activité (salle polyvalente) en synergie avec des services commerciaux. - une place de marché, lieu de rencontre en lien avec la mer et la plage. Cette ambiance "village" se déclinera aussi dans les volumes et les matériaux proposés dans le projet architectural : - les volumes des logements seront traités en bardage bois gris, en référence notamment aux anciens bâtis de Saint-Nazaire présents sur le site du projet (cf. Photographie ci-contre). - les volumes annexes pour abris à vélo, range-


ment et garages seront traités également en bargade bois, - la présence d'une végétation abondante très sera visible depuis le sol (piéton), depuis la mer (paysage du littoral de la ville), depuis le ciel (pins parasol et végétation de bord de mer), - mise en valeur de murets de pierres blanches en délimitation des liaisons douces (forte présence de ces murets sur le site, cf.carte et photographies ci-dessous), - retrait du bitume dans le traitement des circulations afin de remettre les véhicules individuels à leur juste place dans la ville.

1

2

3

4

© Photographie, agence ALAP

maison/chalet (localisé sur la carte ) , 94 boulevard Albert 1er datant de +/- 1900, témoin d'une histoire propre à la ville de

5

2

5 3

Vues sur la mer

1

Murs vieilles pierres Ressenti vent Ø

4

Ressenti vent Ressenti vent + Ressenti vent ++ Ressenti vent +++

carte des vents relevé des vues sur la mer relevé des murets de pierres blanches

point de vue AMBIANCES de la photographie 0

50

100

150

29


Un espace public continuité d’un paysage côtier

"L’usage structure le projet et constitue en quelque sorte la matrice de l’espace. La relation du promeneur ou de l’habitant à cet espace qui l’environne, en fonction des échelles, la "métrique" du lieu." (ref. Intervalle de Florence Mercier) Cette citation de Florence Mercier explique la façon d’aborder le projet non pas par le strict outil du plan masse mais par l’idée de "modeler le vide de façon à lui donner la capacité d’accueillir de multiples configurations d’usages". La conception d’un projet d’espace public doit intégrer les questions relatives à l’ensoleillement, au vent, aux précipitations, mais également les questions liées à l’eau par exemple... Cependant d’autres approches moins techniques doivent être mises en oeuvre, telle la mise en valeur de la dimension symbolique des lieux pratiqués.

Cette analyse morphologique et paysagère à l’échelle de Saint-Nazaire met en avant une rupture entre la Pointe de Villès-Martin et le début du sentier côtier. L’idée est d’opérer une continuité du paysage côtier à grande échelle en marquant la fin d’un paysage maîtrisé et le début du sentier des douaniers (cf. carte ci-contre). Le projet consiste à persée la place Neptune d’une "poche verte", inspiration du paysagé passé (cf. Photographies ci-contre). En 1925, l’écrivain Henri Moret décrit dans son " Histoire de Saint-Nazaire", cette côte bordée de falaises : " De Villès à Sainte-Marguerite, la muraille de granit que ne cessent d’assaillir les vagues est coupée par des coulées (étroites vallées, minuscules échancrures) dues à l’impétuosité du cours des eaux fluviales qui s’écoulent dans l’Atlantique, où, en toutes saisons, serpentent des ruisseaux aux trois-quarts dissimulés sous une abondants et luxuriante végétation". à l’échelle du quartier

Premières intentions de projet à l’échelle de la ville Une étude morphologique de la ville montre la formation d’un littoral parliculier ponctué d’axes de liaison de la ville avec le front de mer. Ces axes forment des liens majeurs avec le littoral et sont à valoriser Ces axes sont les suivants (cf. carte ci-contre) : - une percée monumentale avec l’avenue Léon Blum et la place Franklin Roosevelt, - un axe végétalisé depuis la place Laborde longeant le Jardin des Plantes avec l’avenue de Lesseps, - une large percée végétale reliant le parc Paysager au front de mer, (cf. photographies, récit d'une première visite) - une avenue résidentielle au gabarit largement dimensionné avec l’avenue Géo André. 30

large persée végétale

persée monumentale à rangée d’arbres

axe végétalisé large avenue résidentielle

projet à Neptune

© vue aerienne de la ville de Saint-Nazaire continuité promenade maîtrisée promenade, paysage maîtrisé

prolonger le sentier jusqu’à Neptune

sentier des douaniers

persée végétale vers la plage


Le constat de l’existant montre une rupture quartier/plage. Ainsi la mise en place de ce projet doit permettre de relier le coeur de quartier à cette plage. L’espace paysagé devra aller physiquement chercher ce dernier et l’emmener jusqu’à la mer. Le traitement de cet espace public paysagé doit proposer une mise en valeur des dernières traces historiques du site provoquant une sensation, une émotion poétique lors de la pratique des espaces aujourd’hui investis par le bitume et la voiture. Un retour dans le passé nous montre qu’autrefois, été comme hiver, Villès-Martin était un lieu de promenade dominicale. De même que chaque année en été, le comité local orginisait une grande fête

populaire. Ainsi "la route et la plage étaient décorées et une foule nombreuse et enthousiaste, assistait ou participait au jeu de la corde japonaise, aux courses d’ânes, aux lâchers de pigeons malgâches et aux concerts de la société de l’Harmonie de Saint-Nazaire. Le feu d’artifice et la retraite au flambeaus clôturaient ces festivités." (extrait des Cahiers du groupe Fard-Ouest). La création de cet espace public paysagé où se dérouleront des activités induit la question de l’intégration de la nature dans la ville, par la mise en place d’une trame paysagère dans une trame urbaine existante.

© Les cahiers du groupe Phare-Ouest / Neptune début XXe

© Les cahiers du groupe Phare-Ouest / Neptune début XXe

© Les cahiers du groupe Phare-Ouest / Neptune début XXIe

© Les cahiers du groupe Phare-Ouest / Neptune début XXIe

31


L’approche est la suivante : la première phase du projet urbain enclanchée nous permet de libérer un vide laissant place au développement d’un paysage adapté au lieu, et aux différentes échelles du projet, l’échelle du quartier et l’échelle du paysage côtier Nazairien. La notion d’échelle est primodiale dans la conception de ce projet d’espace public paysagé. Mise en place de la trame paysagère La méthode est de s’inscrire dans les lignes de forces du site naturel afin d’élaborer cette trame s’intégrant dans la trame urbaine environnante. L’idée est de redonner des espaces à vivre, pratiqués par les habitants du quartier au quotidien mais également des espaces à investir par les usagers occasionnels saisonniers. Ceci est possible en offrant des espaces ouverts, accueillants, en lien avec les activités du programme proposé et ouvert sur la mer. L’analyse historique du site effectuée lors de la phase urbaine doit être utile et source du projet. Anciens terrains agricoles (analyse des cadastres) aujourd’hui reconvertis en quartier résidentiel, ancien cours d’eau se jetant à l’emplacement de l’actuelle plage, aujoud’hui reconverti en étendues bitumées... Fonctions/usages des espaces extérieurs Des fonctions selon les besoins sont à déterminer afin de proposer cette espace public paysagé. Ces fonctions sont les suivantes : - proposer un ou plusieurs espaces pouvant accueillir des emplacements de "kiosques" accueillant divers usages (marché hebdomadaire, commerces, activités de quartier...), couverts/ ouverts, 32

- proposer un espace pouvant servir d’aire de jeux liés à la maison de quartier, et à la plage, - développer la notion de promenade L’usage est un élément majeur de la réflexion, permettant d’inscrire dans cette trame paysagère des espaces fonctionnels. Ne pas oublier également que cette notion de fonctionnalité doit être prise en compte lorsqu’il s’agit par exemple de gérer les flux et accès au site, pour stationner, se déplacer, en voiture, à vélo ou à pied... Les éléments composants du projet Suite à cette énonciation des besoins, les éléments composant l’espace public sont les suivants : - création d’une "rivière de fleurs" (cf. plan masse page suivante) ponctuée d’arbres pins maritimes, sorte de méthaphore de l’eau, poétique du lieu : élément majeur, struturant de l’espace paysagé. Cette "rivière de fleurs" représente la persée végétale énoncée dans les intentions de projet à l’échelle de la ville. Ceci implique un rapport à l’identification du lieu rendant ce dernier attractif aux curieux de passage et changeant selon les saisons aux usagers quotidiens. Cette rivière située le long des maisons de villes (cf. croquis ci-contre) à valeur historique viendra souligner la courbe de l’ancienne rivière (alignements des maison sur cette courbe (cf. croquis ci-contre, situation). Elle sera composée d’espèces végétales spécifiques des bords de mer (queue de lièvre sedum acre, orpin blanc, mille-pertuis, soude brûlée, cakilier maritime, chiendrent du littoral, la mauve et le pois de senteurs sauvage). - création d’une structure couverte/ouverte en lien avec les commerces et permettant l’installation du marché. - cheminement piéton en ouverture sur la plage ou entrée vers le site,


vers Sa

rue des Fauvettes

allée des Mésanges

Il ne s’agit pas de créer des choses compliquées. Ainsi des éléments très simples structurent le projet : passages sur la rivière de fleurs, traitement des matériaux au sol... des éléments permettant de créer des configurations d’espaces adaptées. Il ne s’agit pas non plus de remplir d’espace disponible, mais laisser des vides dans un contexte en mutation, en densification, laisser des vues, proposer un paysage dégagé vers la mer. L’idée générale à l’échelle de l’usager étant de toujours garder un contact étroit avec un élément paysagé (plage, rivière, pins parasol...).

utron

- création d’une esplanade, espace ludique en bord de plage avec des jeux pour les enfants, en complément des activités proposése par la maison de quartier.

Kerlédé

pointe de Villès-Martin

lbert

Bd A

la place Neptune

sentie

r des d

1er

le fort

ouanie

rs

point de vue du croquis

Carene © 2009 1/5000e

0

250

500

croquis des maisons de ville alignées le long d'une ancienne rivière

33


vue depuis la rue des Fauvettes

logement intermédiaire orienté sud/ouest, nord/est alignement des maisons de ville persée verte du coeur de quartier à la mer

point de vue des photographies de maquette (1/500)

s

ue

de

s

vue depuis le coeur de quartier vers la plage

te

et

v au

F

r

une persée végétale du projet, en continuité de l'aménagement du front de mer de la ville ponctué de persées perpendiculaires au littoral

vue depuis le départ du sentier des douaniers

logement intermédiaire

alignement des maisons de ville

orienté sud/ouest, nord/est commerces en rez-de-chaussée

maison de quartier persée verte

structure couverte, halle de marché

34

du coeur de quartier à la mer


allée de Kerfaouët

allée de Kerfaouët

Plan masse du projet un espace public paysagé

nouvelles connexions en coeur de quartier connexions Est/Ouest porosités à renforcer

- suppression des stationnements en front de mer, - déplacement de la voirie en arrière du front de mer, - création d'une esplanade sur la plage, espace ludique avec des jeux pour les enfants, transition vers la promenade sur sentier des douaniers. - renforcement de la transversalité avec la ville en ouvrant sur la mer un espace paysagé nommé "rivière de fleurs", espace végétalisé comprenant des végétaux locaux maritimes (ci-dessous).

parc vert des logements de Kerfaouët

rue des Fauvettes

intentions générales du projet tenant compte du projet urbain mis en place :

logement intermédiaire orienté est/ouest

logement intermédiaire orienté sud/ouest, nord/est

petit logement collectif orienté nord/sud

commerces de proximité vues sur les commerces depuis espace public

C C

C

C

rue des Pinsons

point de vue des photographies de maquette (1/500) rê

ar

espace végétalisé, "rivière de fleurs"

structure couverte C eb

td

marché t

us

ba

m

e lS

ce

C

ue

ar

M

r

rupture de la persée végétale, ouverture vers le coeur

Bd Albert 1er esplanade sur la plage la Queue de lièvre

l’Orpin blanc

le Sedum acre

espace jeux

do

uan i

ers

la Mauve

le Millepertuis

le Cakilier maritime

bu

la Soude brûlée

td

us

ent ier

de s

le Chiendent du littotal

C

N

10 m

35


Programmes Équipement, logements et espaces publiques

L’analyse programmatique effectuée lors de la phase urbaine nous a permis de mettre en place des programmes manquants, véritables besoins, et demande des habitants du quartier ou bien de déplacer certains équipements mal positionnés à l’échelle du quartier. Ainsi, à Neptune des fonctions programmatiques sociales, culturelles et commerciales sont implantées, comprenant une maison de quartier et des commerces de proximité. L’idée étant de favoriser échanges et rencontres au sein de ce coeur de quartier entre usagers de générations différentes induisant des pratiques quotidiens mais également des pratiques saisonnières avec les usagers occasionnels.

de défense fait office de lieu public. Ainsi quatre pôles majeurs composés d’équipements publics à vocation socio-culturelle sont installés dans le quartier. Ces derniers permettent d’apporter l’équilibre des programmes dans le quartier par leur affectation respective : - un centre culturel et artistique à la pointe de Villès-Martin, - une bibliothèque à l’ancien fort , - une piscine/centre de bien-être au jardin de Belle Fontaine à Kerlédé, - une maison de quartier à Neptune.

Ne pas oublier la problématique de densification énnoncée précédement. C’est pourquoi le projet à Neptune propose un programme mixte, équipement/logements.

Un équipement

Sautron

La maison de quartier

Puisque nos projets ne répondent pas à une commande précise d’un maître d’ouvrage, il est necessaire dans un premier temps d’élaborer le programme en fonction de l’analyse du quartier. La notion d’échelle apparaît alors très importante. Il s’agit de déterminer le périmètre sur lequel va rayonner cet équipement public (cf. carte, de Sautron au Nord à Kerlédé à l’Ouest) afin de rédiger de manière détaillée les besoins et exigences fonctionnels propres à ce dernier. Un bilan de l’existant lors de la phase urbaine nous à permis de constater rapidement que le quartier est dépourvu de tout équipement à l’échelle du site. Actuellement, seul l’ancien fort 36

Kerlédé

Neptune

Villès-Martin

Belle-Fontaine Fort

© Carte périmètre d’impact du programme équipement


Les objectifs liés au programme - remettre en place une dynamique de quartier, en déplaçant l’équipement maison de quartier à Neptune afin de drainer les flux de populations vers ce nouveau coeur (constat actuel : trois secteurs séparés les uns des autres, Kerlédé, Neptune et Sautron). À savoir qu’actuellement la maison de quartier est située à Kerlédé. - mise en place de services à l’échelle du quartier répondant à la problématique du projet urbain notamment en ce qui concerne les problèmes de mobilité, favorisant ainsi les déplacements doux (cf. Connexions/maillage projet urbain). En effet, de nombreuses personnes âgées habitent le secteur de Neptune alors qu’une population plus jeune habite le secteur de Kerlédé. Afin de répondre aux besoins des différentes populations concernant les déplacements, cet équipement est centré à Neptune. - nécessité de proposer un équipement à programme mixte répondant à une diversité de population la plus étendue possible (administration, service, association et activités). Il faut faire vivre ce quartier. Ainsi des activités et animations doivent être proposées selon différentes temporalités (activités saisonnières) provoquant ainsi la rencontre des habitants dans une optique d’échanges intergénérationnels, parents, enfants, jeunes, personnes âgées... Le projet proposera alors des espaces communs et des espaces mutualisés permettant ces rencontres. Aussi l’espace public extérieur à l’équipement devra participer aux activités proposées favorisant différents usages et donnant vie à cet espace.

une mixité de population. En effet il s’agit d’un équipement public ouvert à tous. 3 types d’usagers spécifiques Afin d’affecter des espaces au programme de la maison de quartier, il est necessaire d’identifier les différents utilisateurs de la struture. On peut en distinguer trois types : les utilisateurs occasionnels, les utilisateurs réguliers et les utilisateurs permanents. En effet des structures de type associatif pourront être accueillies de manière permanente et ainsi bénéficieront de leurs propres locaux privatifs. Ils pourront également utiliser occasionnellement les salles d’activités mis à disposition pour tous. Ensuite les utilisateurs réguliers non permanents bénéficieront de locaux communs, salle d’activités et bureaux qui seront utilisés selon un planning mis en place par le personnel de la maison de quartier afin d’effectuer un roulement permanents de ces utilisateurs. Enfin les utilisateurs occasionnels pourront louer certains espaces, salles polyvalentes ou bureaux (activités manuelles sous forme de stage pendant les vacances, activités sportives, expositions temporaires, activités extra-scolaires, activités saisonnières sportives...). Les demandes pourront être spontanmées et suivant les disponibiltés.

Aucune fonction, en particulier au sein de la maison de quartier, ne devra être privilégiée pour traiter une véritable mixité de programme pour 37


La question des ambiances et des usages Rappelons que l’enseignement de projet AMC est orienté sur la recherche des ambiances dans le projet architectural. Ceci impliquant des choix de dispositifs d’éclairement par exemple ou des choix de matériaux en façade mais également dans les espaces intérieurs... Lors de la conception d’un projet, la question des ambiances selon les différents usages des espaces proposés est à prendre en compte dès les prémisses du projet même si cela reste au stade d’intentions générales. Il s’agit dans un premier temps d’associer des mots à des espaces. Dans un premier temps, l’ambiance d’une maison de quartier se veut accueillante et chaleureuse. L’entrée doit donc être lisible depuis l’espace public invitant les usagers à entrer. Ainsi le plan masse doit apporter une lecture simple du parti architectural retenu. Dans le projet, la maison de quartier s’inscrit dans un espace public paysagé à dominante végétale et s’intègre dans ce dernier comme si elle faisait véritablement partie de cet espace végétal malgré un fort contexte urbain à promixité (contexte urbain dessinant les lignes directrices du plan de la maison de quartier ). Les matériaux utilisés doivent donc être en adéquation avec son intégration. Lorsque l’on parle d’ambiance, il est question des différents sens dont principalement la vue mais aussi l’ouïe, l’odorat, le toucher et le goût. Afin d’installer un confort d’usage dans les espaces proposés, il est nécessaire de gérer la question des accès et les flux au sein de la structure ainsi que la disposition des espaces entre eux en fonction des activités qui leur sont attribuées. Ceci dans un souci de confort sonore. De manière générale, les ambiances sont la priorité lorsqu’il s’agit de créer un équipement public ou l’attractivité est au coeur du projet. à Nep38

tune, les ambiances devront être chaleureuses donc lumineuses, verdoyantes, en accord avec le contexte paysagé et accueillantes dans les différents espaces proposés. Il s’agit de donner l’envie d’entrer et de revenir. Pour cela, il est nécessaire de créer une véritable ouverture sur l’extérieur afin d’attirer les visiteurs depuis l’espace public. Ainsi la façade principale Ouest devra être largement transparente (matériaux de façade et perpective sur le patio/jardin intérieur). L’accessibilité aux personnes handicapées doit être largement favorisée particulièrement pour ce type d’équipement.

Qualité environnementale/la parcelle du projet La parcelle choisie pour implanter la maison de quartier est actuellement un parking. La surface disponible est de 987 m2. Elle prend la forme d’un triangle difficile à aménager du fait de son contexte proche. En effet, encadrée de deux bâtiments de logements collectifs de 15 m de hauteur environ, cette parcelle demeure tout de même un emplacement stratégique pour l’implantation de ce programme. La parcelle est encadrée par une rue riveraine à sens unique très peu fréquentée au Sud, une allée piétonne au Nord, une allée piétonne à l’Ouest ainsi que l’espace public paysagé. Ce site soulève fortement la question des ambiances dans un contexte urbain comme celui-ci, à savoir que la partie Sud de la parcelle est en quasi totalité masquée par l’ombre du bâtiment de logements 1. Il s’agit de trouver les potentialités d’ensoleillement et d’éclairement naturel (éviter au maximum l’éclairage artificiel) par l’implantation du bâti et l’organisation interne


des espaces. Ainsi l’insertion du bâtiment dans le site doit permettre une récupération des apports solaires la plus optimisée possible. Les questions relatives à l’ensoleillement sont primordiales dans le projet, le confort des usagers en est la conséquence première. En terme de confort d’hiver les paroi vitrées ne doivent pas être utilisées trop systématiquement à cause de leur déperdition thermique. Et en terme de confort d’été, des protections solaires devront être prises en compte dans la conception du projet.

logement collectif 1

logement collectif 2

er riv

Enfin, le rapport établi entre ce programme et les bâtiments environnants pose la question des vues, de la proximité des bâtis, le rapport d’échelle...

ain s

Le site pose également la question des dessertes, de l’accessibilté, et des cheminements relatifs aux différents utilisateurs, d’où l’étude du parcours au sein de la struture. Q

pié

to

tif

ec

oll

n

c nt

2

1

e

em

col le em

ent

es "p pa oc ce he pu ve bli rt c p e" a y

log

n

to

pié

ctif

log

sa

point de vue des photographies de maquette (ech. 1/500)

collectif nord/sud

N

maison de quartier

commerces en rez-de-chaussée structure couverte, halle de marché

vue depuis la plage

© Bing, parcelle de la maison de quartier

39


Diagramme fonctionnel bureau stock 2 pers.

bureau 3 pers.

archives

espace polyvalente 15 pers.

vide sur espace commun san. perso

salles d’activités

v

Administration

v

accueil public

administration/personnel locaux associatifs

v

locaux communs - administration personnel - locaux associatifs

v vide sur patio/jardin

v

locaux techniques

v

vide sur hall et cafétéria

espaces extérieurs

v

perso. détente

repro.

Locaux associatifs

locaux contigus avec communication directe

bureau 3 pers.

serveur

bureau 1 pers.

bureau 2 pers.

v

liaison visuelle entre espaces intérieurs

v

liaison visuelle entre espace intérieur et espace extérieur

rez-de-chaussée

étage

proximité entre locaux/espaces

Abri 2-roues Stationnements espace multimédia 20 pers.

salle polyvalente 20 pers.

sur espace public local jeunes 20 pers.

Activités

ent. ménage

Locaux tech.

espace commun

v

san. public

v

v

local poussettes

Patio/jardin caféteria

Accueil v

hall

parvis

v

v

v

v v

40

banque d’accueil

Doc générale

v

Espace doc/lecture 35 pers.

v

salle polyvalente 40 pers.


Tableau détaillé Accueil public Accueil Hal Banque d’accueil 1 poste Cafétéria/détente/convivialité Documentation générale/biblio. Espace lecture Sanitaires publics Administration/associations Bureaux Bureau 3 postes Bureau 2 postes Bureau individuel Espace personnel Local détente Sanitaires Locaux communs Reprographie Local serveur Stock/fournitures Local archives Entretien Local ménage Salles d’activités Salles polyvalentes Espace mutimédia Salle polyvalente 1 Activités d’éveil Salle polyvalente/local jeune Espace commun Locaux annexes Local poussettes Rangements Autres locaux Circulation Locaux techniques Cloisonnements Total

Hauteur (m)

Eclairage

7 2.7 7 2,7 2,7 2,5

naturel naturel naturel naturel naturel naturel

2,5 2,5 2,5

naturel naturel naturel

3 2,5

naturel naturel

/ / / /

2,5 2,5 2,5 2,5

naturel naturel naturel naturel

/ 112 112 20 20 20 40 12

2,5

artificiel

3 3 5 5 7

naturel naturel naturel naturel naturel

2,5 2,5

artificiel artificiel

Nb.

Surface (m2)

Capacité

6 6 1 1 1 1 1 1 12 5 1 3 1 2 1 1 4 1 1 1 1 1 1 5 5 1 1 1 1 1

142 142 30,0 7,0 25,0 30,0 40,0 10,0 121 66 20,0 17,0 12,0 26 16,0 10,0 23 4,0 6,0 5,0 8,0 6,0 6,0 245

64 64 16 1 12 15 20 / 22 10 3 2 1 12 12 /

1

2

40,0 50,0 50,0 70,0 25,0 10,0 15,0 83,3 15,0 22.50

naturel artificiel

668.8

41


42


Ambiances et organisation des espaces La maison de quartier se compose de trois groupes d’espaces lisibles dans le détail du programme (cf. Tableau ci-contre) : - l’accueil public (situé au rez-de-chaussée) - l’administration et locaux associatifs (situés à l’étage), - les salles d’activités (situés au rez-de-chaussée). Ces trois ensembles sont donc également lisibles dans les plans et dans l’organisation spatiale des espaces. Cependant, malgré cette organisation structurée, des liaisons visuelles rendent sa cohérence à l’ensemble (cf. diagramme du programme). En effet, l’étage administration et associations est visible depuis l’accueil public et depuis l’espace commun des salles d’activités. Les locaux et salles d’activités sont visibles depuis l’accueil public et inversement. Accueil public : Un seul accès commun à l’échelle du programme est prévu pour le personnel permanent et les différents utilisateurs. Ainsi, depuis l’espace public extérieur jusqu’au hall d’entrée, la transition s’opère par un parvis dont le matériau de sol est de même nature à l’extérieur comme à l’intérieur (appel à entrer, liaison avec l’espace public et mise en évidence de l’accès principal de la maison de quartier).

férents : un hall, une banque d’accueil, un espace cafeteria et un espace documentation (cf. diagramme et tableau détaillé du programme). Ces derniers sont tous visibles et lisibles dès le franchissement de la porte d’entrée. Chacun de ces espaces propose donc un aménagement propice aux usages et à l’échelle de chacun d’entre eux. La banque d’accueil et la cafétéria créent une transition entre le hall et le centre de documentation. En effet, plus calme, ce dernier ne doit pas être en contact direct avec le hall d’entrée davantage agité. La hauteur sous plafond ainsi que l’apport solaire sont traités différement selon les différents espaces et leurs usages. La cafétéria est un lieu convivial d’attente et de détente, un lieu de rencontre en lien direct avec le patio/jardin intérieur et le hall en vue directe sur l’espace public paysagé. Grâce à sa double orientation Est/Ouest, et sa double hauteur sous plafond, cet espace est lumineux et agréable (un traitement acoustique particulier sera mis en place afin de gérer cet espect). Le hall d’entrée sera traité de la même façon étant dans la perspective espace publique paysagé/patio, jardin intérieur. La passerelle du premier niveau sépare ces deux espaces en sous-espace apportant plus d’intimité à la cafétéria tournée vers le patio/jardin intérieur. De plus, la lumière y est différente, la hall recevant davantage de lumière directe provenant de l’Ouest et la cafétaria recevant davantage de lumière directe de l’Est.

L’entrée principale à l’Ouest est protégée des intempéries (précipitations et vents) par un auvent qui renforce la lisibilité de cette entrée. L’entrée est facilement repérable, accessible et ouverte sur l’extérieur.

Le vaste hall d’entrée peu accueillir de petites expositions publiques ou de petits évènements festifs visibles depuis l’espace public (il est possible de combiner le hall avec l’espace cafétéria).

L’accueil est composé d’un ensemble de sous-espaces ayant chacundes fonctions et usages dif-

Les espaces de circulation sont clairement identifiables et tous éclairés naturellement. L’agence43


ment général des espaces à vivre et des espaces de distibution sont simplifiés grâce à une organisation autour du patio/jardin intérieur. La circulation verticale se fait naturellement depuis le hall d’entrée, en face de la banque d’accueil qui ayant pour fonction d’orienter et d’informer l’utilisateur. Tous les espaces de l’accueil public sont visibles depuis ce poste d’accueil. De plus, les sanitaires publiques doivent être facilement visibles depuis l’entrée sans pour autant avoir un contact direct avec le dernier. Administration et locaux associatifs : Les bureaux du personnel et ceux mis à disposition des associations sont séparés de l’accueil du public afin d’instaurer une ambiance de travail optimale et de mettre en place une organisation simple des flux des différents usagers. Ainsi, ces locaux sont mis à l’étage. Le public peut tout de même y avoir accès de manière occasionnelle selon des demandes précises. Les bureaux du personnel sont situés en lien direct avec la circulation verticale facilitant ainsi le parcours de l’utilisateur méconnaissant les lieux. Ils sont fonctionnels, orientés Nord, sans ensoleillement directe (gêne lors de l’utilisation d’ordinateur de travail). Les locaux pour les associations sont orientés Sud mais ne recoivent pas d’ensoleillement direct gênant, grâce à l’ombre portée du bâtiment de logement.

premiers croquis d'intention, plans, schémas.

44

Salles d’activités : Les salles d’activités sont flexibles et polyvalentes pour assurer une diversité d’activités et de loisirs. Il est proposé une salle d’activité "éveil" pour les jeunes enfants (utilisée les mercredis et periodes scolaires). L’aménagement est modulable selon les besoins : des sous-espaces ludiques divers et des activités plus intimes sont créés. Ainsi différents ateliers (lecture, peinture, jeux...) cohabitent


dans un même grand espace polyvalent. Du mobilier pour les adultes accompagnants sont mis en place également à proximité de ces sous-espaces. Les différentes salles polyvalentes communiquent entres elles; ce qui permet d’installer des ateliers enfants plus bruyants, par exemple dans une autre salle, le temps de l’atelier. Le local "jeune" est un espace de convivialité, de rencontre, de jeux divers. Il s’agit d’un espace vaste permettant une pluralité d’activités satisfaisant le plus grand nombre. Cet espace est composé de divers sous-espaces correspondant aux activités. Un espace détente, lecture, discussion... est mis en relation directe avec le patio/jardin intérieur bénéficiant ainsi d’un apport solaire important à l’Ouest. En période d’été, il est possible d’ouvrir entièrement la façade permettant ainsi une extension des activités vers l’extérieur. Il est aussi possible d’occulter cette façade afin de projeter des films, documentaires... La hauteur sous plafond permet ainsi de projeter sur une grande surface murale. Des espaces de rangements de grandes dimensions sont attenants afin d’entreposer le matériel necessaire (tables, chaises, jeux...). Ce local est suffisament grand pour organiser par exemple des tournois de ping-pong ou bien de disposer de 1 ou 2 billards permanents. La lumière directe provient de l’Ouest laissant une vue sur le patio/jardin traversant ce dernier jusqu’au hall d’entrée. Aussi lors de plus grandes manifestations, il est possible d’ouvrir cet espace de 70 m2 et de le combiner à la salle polylente de 50 m2 grâce à une cloison mobile.

s’ouvrir sur la deuxième salle polyvalente de 50 m2 par une autre cloison mobile. Ces trois salles polyvalentes peuvent être combinées selon les besoins. C’est pourquoi, il est définie nécessaire d’aménager des espaces flexibles et de mettre en place des vastes rangements pour le mobiler. L’espace multimédia regroupe 10 postes informatiques. Une surface murale est disponible afin de permettre les projections audiovisuelles. Cet espace est orienté Nord afin d’éviter les gênes visuelles sur les écrans des ordinateurs. Depuis son poste irnformatique, une vue est dégagée sur l’espace vert de Kerfaouët. L’idée étant que depuis chaque espace/salle de la maison de quartier il puisse y avoir un ou plusieurs vues sur un espace extérieur paysagé. Véritable intégration du bâti lisible dans le plan masse mais également ressenti dans la pratique des lieux. Espaces de circulations et stationnements : Les espaces de circulation sont réduits au minimum et bénéficient pratiquement tous d’éclairage naturel dans sa quasi totalité. Les usagers pourront utiliser les stationnements publics dans les rues environnantes ainsi que le parking prévu à proximité de la maison de quartier. Un local "deux roues" est disponible et couvert en lien direct avec la maison et un local "poussettes" est mis à disposition du public à l’entrée du bâtiment.

Cette dernière peut être utilisée pour des activités manuelles de toutes sortes. Elle est agréable par sa hauteur sous plafond et sa lumière tamisée diffuse (Nord/Est). De même, cette salle peut 45


Ambiances, matières et climat Les intentions urbaines du projet Afin d’implanter le projet sur la parcelle, il convient d’en analyser le contexte afin d’établir les premières intentions urbaines. Au Nord, se trouve un bâtiment de logement collectif de 14.50 m de haut. Au rez-de-chaussée la moitié de la façade donnant sur la parcelle est aveugle. On note la présence d’un mur de pierres assez bas laissant une perméabilité visuelle au dessus de ce dernier vers le parc/espace vert de Kerfaouët. À l’Ouest, se trouve l’espace public paysagé, "poche verte " mise en place lors de l’élaboration du projet urbain. Au Sud se trouve un bâtiment de logement collectif de 15 m de hauteur portant ombre sur la moitié de la parcelle de projet. Les voiries bordant la parcelle sont propices à l’implantation du projet. En effet, au Nord (rue des Pinsons) se trouve un cheminement exclusivement piéton et au Sud (rue Marcel Sembat) une voie riveraine très peu empruntée. Un chemin piéton débouche aussi depuis le parc de Kerfaouët ainsi qu’une allée piétonne mise en place lors du projet urbain. La parcelle de projet se trouve encadrée par des circulations douces proposant un site sécurisé et accessible. La projet s’implante sur la totalité de la parcelle (le projet doit se développer en rez-de-chaussée pour le public et à l’étage pour le personnel). De plus, le programme va intégrer des surfaces de commerces participant à la vie de quartier. Malgré l’emprise au sol du bâti, il devra y avoir une continuité visuelle et végétale du parc de Kerfaouët jusqu’à l’espace public paysagé. L’entrée : l’entrée principale de la maison de 46

quartier doit s’ouvrir sur l’espace public paysagé, "poche verte" tout comme les façades des commerces afin de proposer une "vitrine" animée. Le parvis : création d’un parvis important mettant en relation espace public paysagé et équipement. Véritable volonté d’intégration de la maison de quartier à l’espace public. Le auvent : large auvent, protection (aux intempéries) situé au niveau de l'entrée de la maison de quartier. Le patio/jardin central : création d’un patio/jardin intérieur, espace plus intime au coeur du programme, à l'abri des vents. Les salles d'activités s'ouvrent largement sur ce dernier dans un objectif d'utilisation de l'espace extérieur grâce au climat tempéré. Les traitements au sol sont similaires dans le patio comme dans les salles d'activités pour augmenter les surfaces d'activités et le rapport à l'environnement. Les brises soleil équipent les façades ouest et sud du patio. Les baies donnant sur l'extérieur de taille plus réduite sont équipées de volets pliants relevables permettant aussi de moduler les apports solaires malgré des épisodes pluvieux. D’un point de vue technique, ce patio permettra un apport de lumière naturelle provenant du Sud nécessaire à certains espaces intérieurs. Ce patio/jardin va participer à l’intégration de l’équipement dans la "poche verte" par la création d’une perspective visuelle forte du parvis en traversant l’entrée jusque dans le patio/jardin intérieur. Les espaces intérieurs s’articuleront autour de ce dernier. De plus, la végétalisation de la façade et de la couverture régule la température à l'abord du bâtiment, modérant plus encore l'amplitude des températures.


parcelle/surface disponible au sol an t

venelle projet urbain

parc vert des logements

ch em in

ex

ist

de Kerfaouët

v

rue des Pinsons

rue

at

mb

l Se

e arc

v

M

publi

que

struture couverte halle de marché

e exis tante

rendu

v

N

venell

"Poche verte" projet urbain

voirie sens unique peu fréquentée Cheminements piéton/vélo bâti logements collectifs mur aveugle en rez-de-chaussée éviter le vis-à-vis au-delà de cette limite muret en pierre bas perméabilités interressantes - au Nord, espace vert Kerfaouët, - à l’Ouest poche verte du projet urbain coeur vert intime continuité végétale : intégration du bâti dans une masse verte perspective visuelle structure couverte servant de halle de marché

Intentions urbaines générales

1 2 3 P 1

C

1

2

P

P

C

1

P

parvis minéral hall/entrée principale/continuité minérale patio/jardin intime végétal circulation intérieur : une boucle autour du jardin central venelle piétonne commerces de proximité : façade animée sur l’espace public stationnement public stationnement 2-roues

3

C

N

Ambiances et parcours (de l’extérieur vers l’intérieur) 47


Le logement La thématique de l’intergénérationalité

Le therme d’intergénérationalité est un thème me tenant à coeur puisqu’il relève des questions actuelles. Il ne s’agit pas de révolutionner une manière d’habiter, il ne s’agit pas non plus d’imposer un mode de vie. L’idée est de proposer un mode d’habitat proche de celui que l’on pratique de nos jours mais en y incorporant des éléments simples permettant la mise en oeuvre de ce thème.

à sa demande ? N’y aurait-il pas une alternative entre vivre avec ses propres parents comme cela se pratiquait couramment dans le passé (et cela se pratique encore dans certains pays) ou loger son parent dans une maison de retraite qui n’est pas une forme d’habitat à proprement parlé ? Le foyer logement est une des solutions possibles existantes permettant aux personnes âgées encore autonomes de vivre dans un "chez soit". Le problème étant toujours le même quant aux rencontres possibles qui se font essentiellement entre personnes de la même tranche d’âge.

Deux cas de figure vont être étudiés : - vivre avec un parent âgé seul encore autonome mais nécessitant la proximité d’une personne proche (simple besoin de compagnie ou entreaide mutuelle). L’idée est de proposer deux logements autonomes contigus pouvant communiquer directement l’un vers l’autre. - agrandir un logement familial (passer du T4 au T5) pour des raisons multiples : familles recomposées, adolescent en recherche d’autonomie, un enfant en plus suite à un remariage par exemple, ou encore loger son enfant devenu adulte, car de nos jours, ces derniers restent de plus en plus longtemps chez les parents... L’idée sera de proposer non pas un T5 classique mais un logement comprenant deux unités de vie autonomes. Habiter à côté et avec un parent âgé seul L’idée simple de vivre avec un parent est une problématique importante concernant nos modes d’habiter. Même si ce cas de figure ne représente pas la majorité des foyers, il ne doit pas être écarté. En effet, lorsqu’une personne âgée se retrouve seule, la maison de retraite ou le foyer logement apparaissent-ils comme des formes de logements réellement adaptées à ses besoins et 48

Le projet est le suivant : par un assemblage de logements indépendants de différents types (T1, T2 et T4) et par de multiples combinaisons entre ces derniers, il est possible de les mettre en relation de manière simple afin d’habiter avec son parent âgé sans habiter pour autant le même logement. L’idée est de faire communiquer par l’intérieur ces deux logements par un espace à déterminer. Cette combinaison est possible seulement en rezde-chaussée puisqu’il faut impérativement que le logement T2 soit accessible aux personnes âgées pouvant être réduite en mobilité. L’espace commun de vie au T2 et au T4 n’est pas envisagé dans le projet. Par contre, un espace pouvant être partagé est mis en place. Il s’agit d’une pièce en plus des pièces courantes à vivre appartenant davantage au grand logement. Cette pièce est partagée à certains moments de la journée, de la semaine, selon les saisons si la famille le permet. Cette pièce fait communiquer les deux logements par l’intérieur. Il n’est pas necessaire de quitter l’espace chauffé de chacun des logements pour y accéder (détail important : le parent âgé n’aura pas besoin de mettre un manteau, des chaussures... pour se déplacer chez ses enfants par exemple, et inversement). Ainsi cet


espace devra être agréable, lumineux, ouvert sur l’extérieur, suffisamment grand pour pratiquer diverses activités...

allée de Kerfaouët

Il s’agit donc bien de proposer deux logements entièrement autonomes avec un espace en plus. rue des Fauvettes

Ainsi, les usages possibles dans ce dernier sont multiples selon les envies et les pratiques des usagers : plusieurs scénarios possibles sont envisagés et écrits afin de voir si cet espace peut fonctionner correctement selon des temporalités différentes.

logement intermédiaire cour commune

orienté est/ouest

Des scénarios seront illustrés par la suite. logement intermédiaire orienté sud/ouest, nord/est

Agrandir une famille, agrandir son logement,

petit logement collectif

Le projet est le suivant : par un assemblage de logements indépendants de différents types (T1 et T4) et encore une fois par de multiples essais de combinaisons, il est possible de mettre en relation ces derniers de manière simple afin d’agrandir son propre logement pour les raisons e précédement. À noter que ces logements devront être combinés aux logements T2 des personnes âgées en rez-de-chaussée.

orienté nord/sud C C

C

C

structure couverte C marché

C

N

Ambiances et intentions générales du projet 10 m

Individualiser au maximum chaque logement afin de transmettre l’esprit d’un fragment de quartier composé de maisons individuelles. Cette intention va s’opérer par divers traitements : - traitement des accès aux logements, - traitement des espaces extérieurs (cours, jardins, terrasses, cabanes à outils/garage à vélo individuels...) - traitement des façades par un choix de matériaux : caractère individuel dans un ensemble de logements intermédiaires denses et compacts.

nouvelles connexions en coeur de quartier connexions Est/Ouest C

porosités à renforcer commerces de proximité espace végétalisé, "rivière de fleurs"

fragment du plan masse Implantation du projet : alignements des bâtis des logements en limite du parcellaire existant

49


Climat/ambiance et modes d'habiter Le climat du territoire de bord de mer décrit dans la première partie de ce rapport va influencer les modes d'habiter. Ainsi, voici une brève description de l'organisation des logements (habitat intermédiaire orienté est/ouest, sud/ouest, nord/ est et nord/sud) : Les logements intermédiaires orientés est/ouest et les logements sud/ouest, nord/est, sont traversants avec des espaces paysagés privés donnant d'un côté sur les circulations piétonnes publiques et de l'autre sur les jardins individuels privés en lien avec la cour commune dédiée aux stationnements ouverts et couverts et déclinables en espace de jeux semi-publique. Ainsi, les espaces extérieurs au logement sont utilisables selon deux orientations suivant l'ensoleillement, le sens du vent et les épisodes pluvieux. Les modes d'habiter privilégient l'ouverture sur l'extérieur, le "gommage" de la limite intérieure/extérieure avec l'utilisation d'un dispositif de portes pliantes, libérant ainsi totalement l'ouverture sur les jardins intimes privés. Ainsi , l'intérieur devient extérieur et réciproquement. Le traitement identique au sol accompagne ce mode d'habiter qui est rendu possible par un climat doux, tempéré avec un grand nombre de journées adaptées à ce mode de vie. Malgré la densité, la vie à l'air libre est favorisée. De plus, des espaces largement vitrés sur l'exté-

rieur favorisent également cette sensation, le contact avec l'extérieur et les autres habitants du "village". Aux étages supérieurs, les logements bénéficient de larges terrasses fermées par des surfaces vitrées ouvrables en totalité. Ces grandes surfaces vitrées peuvent favoriser une surchauffe l'été. C'est pourquoi des ouvertures sont ménagées en partie haute pour évacuer cette chaleur et assurer la ventilation. De plus, des volets pliants et à projections et des structures métalliques avec stores en toile rétractable permettent de moduler à tout moment l'ensoleillement et assurent une protection au vent et à la pluie. L'habitat collectif nord/sud au dessus des commerces possèdent de grandes ouvertures au sud sur des espaces extérieurs en loggia au premier niveau les protégeant ainsi du soleil et de la pluie. Les vues sont directes en direction de la mer et "la place du village". Les logements "individualisés" au deuxième étage en duplex possèdent une grande terrasse plein sud, prolongement extérieur du logement avec protection solaire par des structures métalliques avec stores en toile rétractable de façon à maitriser les apports solaires. Les espaces commerciaux sont équipés de fermetures (sécurité) formées de volets pliants relevables formant une "casquette" assurant la protection solaire et la pluie. logement intermédiaire orienté est/ouest collectif nord/sud

structure couverte, halle de marché

Tests d'ensoleillement à partir de la maquette (3 photographies matin, midi, après-midi)

50

vue depuis nouvel axe du projet urbain reliant le coeur de quartier à Neptune


De même, le marché est couvert par une trame métallique simple reliant les commerces à la maison de quartier. Cette structure est le support d'écailles de verre. La protection est assurée ainsi que la ventilation. De plus, la faible hauteur diminue les contraintes du vent.

logement intermédiaire cour commune

orienté est/ouest

collectif nord/sud logement intermédiaire orienté sud/ouest, nord/est

structure couverte halle de marché

petit logement collectif orienté nord/sud entrée maison de quartier

collectif nord/sud structure couverte halle de marché N 10 m

point de vue des photographies de maquette (1/500) module de logements intermédiaires point de vue du croquis

vues depuis nouvel axe du projet urbain reliant Kerlédé à Neptune

Extrait du plan masse Les schémas et explications qui vont suivre sont relatifs aux logements intermédiaires orientés est/ouest. Le module représenté sur l'extrait de plan masse ci-dessus est développé dans les pages suivantes selon le thème de l'intergénérationalité. Les principes retenus concernant ce thème sont les mêmes pour les logements intermédiaires orientés sud/ouest, nord/est et pour le petit collectif orienté nord/sud. Cependant du fait de leur orientation différente, le traitement des plans, coupes et façades sera différent.

croquis d'intention structure couverte pour le marché, logements et commerces

51


Typologies de logements schémas de principe

• T1 20,0 m2 + loggia 8,5 m2 logement traversant en double orientation logement étudiant ou saisonnier : 1 personne accès/entrée au R+2 avec terrasse/loggia privative

T1 25.6 m2

x16

• x16

logement traversant en double orientation logement étudiant ou saisonnier : 1 personne accès/entrée au R+1

T4 duplex 89.5 m2 + loggia/terrasses 16.5 m2

• x6

logement traversant en double orientation logement famille : 3 ou 4 personnes accès/entrée au R+1 avec terrasse/loggia privative espace de vie au R+1 / espace de nuit au R+2

T4 duplex 95,0 m2 + cour et jardin logement traversant en double orientation logement famille : 3 ou 4 personnes accès/entrée au RDC avec cour et jardin privatif espace de vie au RDC / espace de nuit au R+2

• x8

• T2 57,6 m2 + cour et jardin logement traversant en double orientation logement personne âgée : 1 ou 2 personnes accès/entrée au RDC avec cour et jardin privatif

x6

N

52


Organisation des logements

Modularité/adaptabilité

en fonction des orientations

agrandir son logement

Des principes d'organisation interne des logements sont mis en place afin de répondre aux modes d'habiter exprimé précédemment. T4 duplex - les pièces de jours sont traversantes (offrant de généreux espaces de vie) avec une plus forte orientation et ouverture à l’Ouest donnant des vues sur le jardin individuel et garantissant l’intimité des habitants. - les pièces de nuit sont à l’étage, isolées des espaces de vie. - la bande servante/technique est disposée côté entrée du logement. T2 - les pièces de jours sont traversantes avec une orientation Est/Ouest - la pièce de nuit est disposée à l’Ouest bénéficiant d’une vue sur le jardin privé garantissant l’intimité. - la bande servante/technique est disposée côté entrée du logement.

N

T1 + T4 duplex T5 triplex Combinaison possible (1) entre le T4 duplex bas et le T1 afin d’obtenir selon la demande et les nouveaux besoins d’une famille un T5 triplex. Ce dernier étant alors composé de deux unités de vie autonome (avec entrées indépendantes) liées par une circulation verticale intérieure.

T1 - un logement traversant proposant un espace de vie (salon/chambre)à l’Ouest et un espace de vie à l’Est (cuisine/bureau).

N

T1 + T4 duplex T5 duplex Combinaison possible (2) par un assemblage du T1 avec loggia et du T4 duplex bas. On obtient ainsi un T5 duplex avec désormais un espace extérieur plus important à l’échelle de ce nouveau logement. De la même manière que dans la combinaison 1, ce nouveau logement T5 sera composé de deux unités de vie indépendantes liées par l’espace jardin d’hiver de chaque logement respectif. 53


Assemblages possibles des typologies 4 assemblages possibles sur le groupement de logements mis en oeuvre. Ce dernier sera dupliqué 3x pour les logements orientés Est/Ouest.

N N

2T1 + 2T4 duplex + T2

N

T5 duplex + T5 triplex + T2

N

T5 triplex + T1 + T4 + T2 54

N

T5 duplex + T4 duplex + T1 + T2


Assemblages possibles des 4 groupements de typologies

1

2

Assemblage 1 T1 T1 T2 T4 duplex bas T4 duplex haut T5 duplex haut T5 triplex bas Total Assemblage 2 T1 T1 T2 T4 duplex bas T4 duplex haut T5 duplex haut T5 triplex bas Total Assemblage 3 T1 T1 T2 T4 duplex bas T4 duplex haut T5 duplex haut T5 triplex bas Total Assemblage 4 T1 T1 T2 T4 duplex bas T4 duplex haut T5 duplex haut T5 triplex bas Total

3

4 Nb.

Surface (m2)

Nb. pers

18 4 4 3 4 3 0 0 18 14 0 4 3 0 3 0 4 14 15 4 1 3 4 0 3 0 15 11 0 1 3 0 0 3 4 11

142 23,5 21,7 56,8 91,0 88,5 110,2 114,5 980,7 281,2 23,5 21,7 56,8 91,0 88,5 110,2 114,5 980,7 303,2 23,5 21,7 56,8 91,0 88,5 110,2 114,5 980,7 303,2 23,5 21,7 56,8 91,0 88,5 110,2 114,5 980,7

9 > 12 1 1 1/2 3/4 3/4 4/5 4/5 32 > 42 9 > 12 1 1 1/2 3/4 3/4 4/5 4/5 32 > 42 10 > 13 1 1 1/2 3/4 3/4 4/5 4/5 32 > 42 10 > 13 1 1 1/2 3/4 3/4 4/5 4/5 32 > 42

Niveau

Autre

2 2 0 0 1 1 0

/ loggia 8,5 m2 cour + jardin cour + jardin loggia 16,5 m2 loggia 25 m2 cour + jardin

2 2 0 0 1 1 0

/ loggia 8,5 m2 cour + jardin cour + jardin loggia 16,5 m2 loggia 25 m2 cour + jardin

2 2 0 0 1 1 0

/ loggia 8,5 m2 cour + jardin cour + jardin loggia 16,5 m2 loggia 25 m2 cour + jardin

2 2 0 0 1 1 0

/ loggia 8,5 m2 cour + jardin cour + jardin loggia 16,5 m2 loggia 25 m2 cour + jardin

55


ZOOM SUR LE module T2 ET T4 duplex habiter avec un parent âgé, l’espace à partager espace partagé

T4 duplex

espace partagé

T2

N

N

RDC T4 duplex/T2

Thermique et acoustique

Ventilation naturelle

Logements compacts pour une optimisation thermique, très peu de décroché dans la façade afin de limiter au maximum les déperditions. C’est pourquoi les structures accès et circulation extérieurs au bloc chauffé des logements sont désolidarisées de ces derniers. parois porteuses béton

56

Matériau à forte inertie : structure béton, et isolation par l’extérieur. Le béton va permettre d’accumuler la chaleur le jour afin de la redistribuer dans le logement la nuit, chauffage coupé. Entre chaque logement, les parois béton permettent de gérer la question de l’isolation acoustique ainsi que les portes de liaison à forte isolation phonique, et les encloisonnements renforcés des escaliers.

Tous les logements sont traités en double orientation. Ceci permet une ventilation naturelle des espaces facilitant le rafraîchissement des logements en été (la nuit).


usage/détente/observation ou activités manuelles, gym...

Scénario 1 Durant une journée en pleine semaine, les adultes/parents sont au travail et les enfants sont à l’école. Le logement T4 est inoccupé. Le parent âgé peut investir comme bon lui semble l’espace à partager tel un jardin d’hiver, au calme par exemple. à savoir que cette personne seule va apprécier observer l’animation de la rue durant la journée, cet espace est mis en relation avec l’espace public proposant une vue sur l’extérieur, non pas sur son propre jardin depuis son salon mais sur la rue. Bien entendu l’accès au logement T4 n’est pas autorisé sauf si la famille le permet, seul l’espace à partagé est accessible librement.

champ de vision sur une voie piétonne passante et animée

fermé accès

logement T4 inoccupé

usage/travail scolaire ou jeux de société...

Scénario 2 Il n’est pas exclu que la famille et le parent âgé puissent se rendre des services de la vie quotidienne. Par exemple, en pleine semaine, les parents sont rentrés du travail, et les enfants de l’école. Le parent âgé peut encadrer les enfants pour leurs devoirs quotidiens pendant que les parents passent un moment ensemble dans l’espace salon.

accès accès

usage/discussion/partage/détente

57


usage/amusement/jeux

se sentir dans un espace intérieur lumineux comme si l’on était à l’extérieur

Scénario 3 Lorsque les adultes veulent partager un moment ensemble au sein du même logement durant le weekend ou les vacances. Les enfants peuvent jouer dans l’espace partager sans gêner (nuisances sonores). Toutes activités y sont permises, bruyantes, ou non. Par exemple une partie de mini tennis de table, babyfoot ou de mini soccer est possible. Cette pièce se transforme en véritable salle de jeux, la hauteur sous plafond permet d’apporter un maximum de lumière donnant l’impression d’être à l’extérieur (même par temps de pluie les enfants s’imaginent jouant dehors).

accès

logement T2 inoccupé

usage/discussion/apéritif

usage/loisir/jardiner

usage/échange/cuisiner/dîner

ou activités manuelles, gym...

Scénario 4 Lorsque la personne âgée reçoit des amis le weekend. Les enfants peuvent jouer et partager des moments avec un parent dans le salon pendant que l’autre parent peut pratiquer une activité tel le jardinage à tout moment de l’année. Chacun est alors dans son appartement.

accès accès

usage/amusement/jeux

58


usage/amusement/jeux

se sentir dans un espace intérieur lumineux comme si l’on était à l’extérieur

Scénario 5 Lorsque la personne âgée reçoit des amis le weekend. Les enfants peuvent jouer, pratiquer des activités ludiques, calmes ou bruyantes dans cet espace pendant qu’un parent travail le ou pratique une activité calme de lecture et le deuxième parent cuisine. Tout comme dans le scénario précédent, chacun ne dérange pas l’autre d’un point de vue sonore.

accès

cuisiner

travailler

dormir/se reposer

Scénario 6 Chacun peut être chez soi, la famille parents et enfants prépare le dîner et le grand parent regarde les informations à la télévision ou lit.

accès

usage/cuisiner/dîner

usage/lire/regarder la télévision

59


conclusion Après avoir expérimenté diverses approches de projet au cours de notre formation à l'école d'architecture, la démarche singulière proposée dans cet enseignement s'est avérée intéressante. En effet le fil conducteur, recherche sur le thème des modes d'habiter en lien avec les ambiances et le climat, nous a poussés à dépasser le stade des intentions générales afin d'élaborer un projet adapté au territoire. Cet enseignement nous a portés dans cette approche enrichissante dans la façon de concevoir et d'aborder le projet tant à l'échelle urbaine qu'à l'échelle architecturale. Ce fil conducteur a pour atout d'approfondir les intentions du projet jusqu'au détail (dispositifs, matériaux...) au regard du contexte et des enjeux proposés. Ainsi le choix de cet enseignement s'est avéré enrichissant. Ce document retrace l'ensemble des recherches effectuées tout au long de ce semestre. 61


Bibliographie Logements Maisons expérimentales Nicolas Pople, Seuil La couleur dans la ville Larissa Noury Town House Gunter Pfeifer, Per Brauneck New collective housing, density Javier Mozas, Aurora Fernandez Per New housing concept Le logement collectif, de la conception à la réhabilitation Françoise Arnold 35 maisons bois Grands Espaces - Petits Espaces - Extensions & Surélévations - Habitats groupés AMC hors-série, LOGEMENT, 2011 Espace public paysagé Le littoral en projet Grands territoires Christian Devillers, Antoine Haumont, Valérie Moral et Jean-Michel Roux La ville au bord de l'eau, une lecture thématique d'europan 2 Claude Prelorenzo, Philippe Dehan, Virginie Picon, Lefebvre et Cyrille Simonet Intervalle Green vision Florence Mercier Le paysage en préalable Michel Desvigne Paysage/landscape architect, paysages inventés Allain Provost Paysage d'avenir, les créateurs des espaces de demain Tim Richardson Urban space details, landscape architecture Watson et Guptill 25 halles de marché Carol Maillard 65


Remerciements, aux enseignants encadrants, Virginie Meunier, Christian Marenne, Antoine Mabire et Diego Rodriguez, architectes et intervenants extérieurs, étudiants, Cécile Robic, Amandine Pondaven, François Barcello-Chatellier, Juan Cardonna...

69


Coralie Dumont RAPPORT PROJET DE FIN D'ETUDE  

Ce projet situé à Saint-Nazaire est un travail complexe alliant travail d’équipe : programmation et urbanisme ; et travail personnel : proje...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you