Page 1

Guide technique AUTOMNE 2011


Bilan climatique : incidence climatique sur le cycle du blé

L’ombre de 2003 (et non pas de 1976) plane sur les blés au printemps

Température moyenne par décade (normale 30 ans)

Des cumuls d’eau plus proches de 2003 que de 1976

2

Avec 400 mm d’eau sur le cycle du blé (octobre à juin) et des températures journalières de 9,1°C/j, l’année 2011 est plus sèche (-113 mm) et plus chaude (+0,7°C/j) que l’an passé. Par rapport à la normale, il manque 67 mm d’eau avec une atmosphère plus chaude (+0,7°C/j). Les cumuls d’eau depuis octobre sont plus proches de 2003 (-60 mm) que de 1976. 2011 est même excédentaire de 120 mm par rapport à 1976 car à cette époque la sécheresse ne se termine pas début juin. Le début de l’année 2011 est même plus chaud que 2003 mais les températures de cet été-là étaient caniculaires.

Heureusement, la phase de remplissage est beaucoup plus favorable : - Les pluies sont enfin de retour en juin. Cumulées à seulement 4 jours d’échaudage, elles permettent un bon remplissage des graines, compensant les pertes de pieds ou de talles. Par contre, elles sont bénéfiques uniquement aux parcelles encore en bon état. - Ces mêmes pluies favorisent le développement de la rouille sur les variétés sensibles. La récolte est gênée par cette période humide qui perdure. Elle débute début juillet. Vers le 25 juillet, 10% de la surface doit encore être récoltée.

Un mois de juin salvateur pour les blés

La surprise des rendements

Des pertes dès le départ : - Les semis se déroulent aux périodes classiques, parfois gênés par quelques pluies. - L’hiver arrive dès fin novembre avec des cumuls d’eau et de neige importants. Heureusement la neige protège du froid. C’est finalement l’eau qui provoque des pertes de pieds dans les zones inondées ou très humides. La sécheresse à la montaison limite le nombre d’épis : - Le manque d’eau pénalise la valorisation du 2e apport d’azote, parfois tardif. Le nombre de talles régresse. - La sécheresse n’est pas favorable à la septoriose, accélère le cycle du blé et limite le nombre d’épis. - Dès la mi-mai, les blés sont en floraison. A ce stade, les pluies se font toujours attendre, limitant le risque de fusariose. Les parcelles argileuses, filtrantes ou avec peu de réserve hydrique sont lourdement et irrémédiablement pénalisées.

La qualité, l’objectif de la coopérative

La grande surprise à la récolte, ce ne sont pas les très mauvais rendements des situations pénalisées précocement (20 à 30 q/ha) mais les rendements élevés des situations à bonne réserve en eau (autour de 95 q/ha). Finalement le rendement moyen est proche des 65 q/ha. En 2003, il était de 58 q/ha pénalisé par des manques d’épis, comme cette année, et surtout par des températures élevées de juin, contrairement à cette campagne.

Comme ces dernières années, le Comptoir agricole sèche les blés humides, permettant de récolter tôt et de rentrer les blés soumis aux pluies répétées afin de préserver la qualité : - les PS sont élevés : fréquemment au-delà de 78 kg/hl voire 80 kg/hl. - le Hagberg est bon et heureusement reste au-delà des 220 s malgré les pluies.


Variétés blé tendre d’hiver

Les expérimentations sont réalisées en terres profondes du centre du département, l’une à Quatzenheim en limonargileux à très bonne réserve hydrique et l’autre à Gingsheim, située en haut de coteau plus vulnérable au stress hydrique. L’écart de rendement moyen entre les Moyenne= 82,5 q/ha (100 %)

Q

Pakito 108,2 % Karillon 107,1 % Hystar 106,6 % Rimbaud 106 % Garcia 104 % Arlequin 103,5 % CCB 08H023 103,4 % Alixan 103,2 % Apache 102,4 % Sokal 101,9 % Sweet 101,6 % Aviso 101,3 % Mercato 100,8 % Illico 100,7 % RW 20 872 100,5 % Goncourt 100,3 % Caphorn 100,2 % Folklor 100,2 % Contrefor 100 % Aligator 100 % Athlon 98,2 % Fluor 98,1 % Rustic 97,8 % Altigo 97,7 % Ambello 97,5 % Solehio 96,8 % PR22R58 96,5 % Arezzo 94,3 % Tulip 93 % Midas 93 % Premio 92,6 % Koreli 92,5 % Les références Les confirmées Les nouveautés 2010 Les retenues 2011

deux sites est de 18 q/ha, il reflète le contexte de l’année avec des résultats très hétérogènes selon les lieux. Toutefois les tendances variétales restent les mêmes et peuvent être comparées. Côté résultats, il faut noter le bon comportement de la variété Apache.

Quatzenheim (Moy. 91,8 q/ha)

G

Gingsheim (Moy. 73,3 q/ha) Q

G

G

Q G Q

Q

Q G G

G

Q

Q

G

G

Situations

Q

Quatzenheim Pierre Barth

GQ Q

G

Q

G

G

Précédent : maïs grain Semis : 29 octobre 2010 Récolte : 07 juillet 2011

Q Q G

Q

G Q

G

G

Gingsheim Jean-Marie Meyer

Q Q

G

G

Précédent : maïs grain Semis : 5 novembre 2010 Récolte : 12 juillet 2011

Q Q

G G Q

Q

G

Q Q

G G

G

Q G

Q Q G

G

Q

G Q

G Q

G

G

> + 10 %

Q

Q

85

Légende en % par rapport à la moyenne

Q

+ 5 à 10 %

G

90

95

100 Rendement (%)

105

110

115

+ 2,5 à 5 % - 5 à + 2,5 % <-5%

3


Variétés blé tendre d’hiver

PS moyen (kg/hl)

Synthèse 2011 : rendement et PS 80 79 78 77 76 75 74 73 72 71 70 69 Variétés peu intéressantes 85 90

Variétés intéressantes

Midas

Illico PR22R58 Tulip Aviso Pakito Arezzo Rustic Apache Solehio Athlon Sokal CCB 08H023 Fluor Mercato Alixan Ambello Hystar Premio Sweet Garcia Rimbaud Contrefor Arlequin Altigo Koreli Caphorn Goncourt RW 20 872 Folklor Aligator Karillon 95

Variétés de référence

100 Rendement (%) Variétés retenues 2010

105

110

115

Variétés retenues 2011

Synthèse sur 5 ans

Hystar hyb. (Saaten 08) Altigo (Nickerson 07) Arlequin (Nickerson 07) Rustic (Momont 08) Alixan (Nickerson 05) Premio (Ragt 07) Garcia (Secobra 06) PR22R58 (Syngenta Ue) Caphorn (F Desprez 01) Apache (Nickerson 98) Mercato (F Desprez 05)

Année 2011 % Moy 106,6 97,7 103,5 97,8 103,2 92,6 104,0 96,5 100,2 102,4 100,8

Année 2010 % Moy 115,1 103,5 104,0 106,2 99,4 101,1 98,4 98,2 96,4 95,0 94,6

Année 2009 % Moy 101,5 106,5 104,2 102,7 99,4 100,4 97,3 95,5 101,0 101,1 100,7

Année 2010 % Moy 115,1 111,9 104,0 106,2 103,3 99,4 98,4 103,5 97,9 95,0 96,4 94,6 98,2 101,1 98,0

Moyenne % Moy 110,8 106,1 103,8 102,0 101,6 101,3 101,2 100,6 99,3 98,7 98,3 97,7 97,3 96,8 96,2

Synthèse sur 2 ans

Hystar hyb. (Saaten 08) Goncourt (Serasem 09) Arlequin (Nickerson 07) Rustic (Momont 08) Aligator (Unisigma 10) Alixan (Nickerson 05) Garcia (Secobra 06) Altigo (Nickerson 07) Illico (Syngenta 10) Apache (Nickerson 98) Caphorn (F Desprez 01) Mercato (F Desprez 05) PR22R58 (Syngenta Ue) Premio (Ragt 07) Arezzo (Ragt 07)

4

Année 2011 % Moy 106,6 100,3 103,5 97,8 100,0 103,2 104,0 97,7 100,7 102,4 100,2 100,8 96,5 92,6 94,3

Année 2008 % Moy 103,2 108,3 100,9 102,5 110,3 105,6 102,6 105,1 99,5 103,2 101,2

Année 2007 % Moy 105,0 99,9 103,2 98,4 109,8 104,7 109,9 104,3 96,8 98,9

Moyenne % Moy 106,6 104,2 102,5 102,5 102,1 101,9 101,4 101,0 100,3 99,7 99,2


Variétés blé tendre d’hiver

Tolérante

Sensible

La sensiblité à la rouille brune Intensité d’attaque sur feuilles (%) F1 - F2 Quatzenheim

65 60 55 50 45 40 35 30 25 20 15 10 5 0

Garcia Arezzo Leu 90312 NSA 05-2058 Aviso Hystar

Solehio

Pakito Illico Sokal Koreli Rimbaud Apache Contrefor Fluor FD 8114 CCB 08H023 Arlequin Alixan Tulip CCB08H012 Premio Altigo Mercato Folklor Sweet RW 20 872 Caphorn Midas Rustic Aligator Goncourt Karillon Ambello RW 20 957 PR22R58 Athlon

Les variétés de référence Elles sont classées en deux catégories : • Les variétés recommandées présentant la base des surfaces : Apache, Premio, Arlequin, Rustic. • Les variétés niches (rustiques, performantes ou intéressantes pour la paille) : Mercato, Altigo, Goncourt.

Les variétés recommandées Apache : Une valeur sûre et sans surprise, même en année difficile. Cette variété est bien connue et reste le pilier de notre département. Au fil des années, elle démontre sa régularité et ses performances. Côté mycotoxines, Apache est la référence du marché, elle l’est aussi sur le plan de la qualité meunière. Variété recommandée en toutes situations. Assez sensible à la septoriose et la rouille brune. PS élevé - Mycotoxines faibles - Potentiel régulier - Adapté au semis tardif - Bon tallage. Premio : Satisfaisant en culture, mais en retrait dans les essais. Développé depuis 2007 et réputé pour sa régularité de ses performances, Premio est pour la première fois en retrait sur les deux sites d’essais. Son tallage est moindre et probablement le nombre d’épis a certainement été plus affecté par les conditions de l’année. En culture, ce blé barbu est toujours plaisant à voir et les résultats restent globalement acceptables. Premio est recommandé dans tout le département, mais insuffisamment tolérant aux fusarioses il n’est pas conseillé en technique de non labour en précédent maïs grain ou fourrage.

Sensibilité moyenne aux mycotoxines et à la fusariose - Tallage moindre, adapter la densité de semis. Blé barbu - Productif et régulier - Peu sensible à la verse et aux maladies du feuillage - Adapté au semis précoce. Arlequin : Au niveau d’Apache il confirme encore. Ce blé est une valeur sûre depuis 4 ans, ses origines génétiques sont proches de la variété Apache et il se comporte bien aux mycotoxines. Arlequin peut aussi intéresser les éleveurs par son meilleur rendement paille. Attention, il est plus sensible à la verse. Arlequin est une alternative à Apache avec des performances supérieures. Productif en paille, il a aussi un intérêt pour les éleveurs. Possible dans tous les secteurs et en semis simplifié après maïs grain et fourrage. Comportement moyen à la verse - Sensibilité rouille brune. Productif et régulier - Assez bonne tolérance à la fusariose - Intéressant pour la paille. Rustic : En retrait dans les essais, il est satisfaisant en culture. En essai, son tallage moyen et le manque d’épis l’ont pénalisé. Rustic nécessite une densité de semis plus élevée lorsque les conditions d’implantation sont moins favorables. En culture il donne potentiellement satisfaction depuis trois campagnes, mais attention à sa tolérance moyenne en fusariose et septoriose. Rustic peut être cultivé sur l’ensemble du département, mais sensible aux mycotoxines, il n’est pas conseillé en technique de non labour après maïs grain ou fourrage. Tallage moyen - Comportement moyen à la fusariose et à la septoriose Potentiel régulier et performant - Bon en verse. Semis précoce.

5


Variétés blé tendre d’hiver Les variétés niches • Rusticité : Mercato • Performance, précocité et paille : Altigo • Performance et précocité : Goncourt • Semis tardif (Novembre, décembre) : Illico Mercato : Un potentiel limité, mais régulier en toutes situations. Dans le contexte de l’année ses résultats sont une fois de plus honorables. Mercato est intéressant dans les sols lourds et difficiles à implanter (Sol argileux ou argilo-calcaire). Stable, son tallage est assez élevé et se caractérise par un nombre important d’épis et un gros PMG. Lent à la montaison, il est aussi adapté aux semis précoces. Son comportement à la fusariose est inférieur à Apache, mais reste d’un bon niveau. Mercato est surtout recommandé dans les situations difficiles à potentiel limité. Potentiel limité - PS moyen - Demi-tardif à la récolte. Régulier et rustique - Peu sensible à la verse - Maladies sur feuilles - Adapté aux semis précoces. Altigo : Des performances en retrait par rapport aux dernières années. Réputé pour sa précocité et sa productivité élevée, il est en retrait dans la situation de Gingsheim plus stressante. Sensible à la fusariose et aux mycotoxines il doit principalement être semé après d’autres cultures que le maïs. Cette variété est caractérisée par une paille plus haute et peut intéresser les éleveurs. Altigo peut être cultivé en sols profonds sur l’ensemble du département mais en précédent autre que le maïs. Très sensible à la fusariose et aux mycotoxines Sensible à la rouille jaune - Poids spécifique moyen - Moins performant en situation de stress. Productivité élevée - Tolérant aux maladies sur feuille - Précoce - Très bon rendement paille. Goncourt : Correct en essai, il a une productivité qui se confirme en culture. Inscrit en 2009, Goncourt est une variété encore récente. Ce blé a un gros potentiel lorsque l’optimum de densité d’épis est atteint. Ses résultats sont très bons à Quatzenheim dans les sols profonds, mais légèrement en retrait dans la situation stressante de Gingsheim lorsque la densité d’épis est un facteur limitant. Goncourt est de type hiver et précoce à l’épiaison. Il est également adapté aux semis précoces. Caractérisé par un faible tallage, il nécessite une bonne qualité de semis et une levée homogène. Son PS est également moyen lorsqu’il est récolté tardivement. Bon sur les maladies du feuillage, il est sensible à la fusariose. Goncourt est conseillé pour les semis précoces sur l’ensemble du département en sol profond. Les précédents maïs ne sont pas recommandés. Tallage faible - Sensible à la fusariose - PS moyen. Productif – Précoce - Bonne tenue de tige. Illico : Une productivité au niveau d’Apache et adapté aux semis tardifs. Il présente un potentiel honorable lorsque les rendements sont élevés (Quatzenheim) et donne des résultats satisfaisants en situation stressante (Gingsheim). Illico est une variété demi-alternative et peut être conseillée en semis tardifs après maïs. Précoce, très bon PS, il est tolérant à la fusariose et aux mycotoxines. Illico est recommandé en semis tardifs sur l’ensemble du département. Productivité limitée (niveau Apache) – BP. Précocité – PS -Bonne tolérance à la fusariose - Semis tardif.

6

Les variétés en observation : Aligator Aligator : Ses performances de 2010 ne confirment pas. Nouveau et performant l’an passé (103.3% en 2010), les conditions particulières de la campagne n’ont pas permis de confirmer. Aligator est une variété demi-précoce à l’épiaison et relativement tardive à la récolte. Son PS très faible s’explique par une maturité du grain très irrégulière, liée à l’alternance des conditions sèches en mai puis pluvieuses en juin. Les épis constitués de grains mûrs et mous ont rendu le battage difficile avec une quantité significative de glumes. Aligator est encore en observation, il est à revoir lors de la prochaine campagne. PS faible - Assez sensible à la fusariose - Assez lent à la maturité Potentiel mais doit confirmer. Les variétés nouvelles : Pakito, Sokal, Rimbaud Pakito : Premier de la synthèse à 108.2% de la moyenne des essais Comptoir. Pakito est un blé demi-précoce, classé BPS et inscrit en 2011 à 104.5%. Ce blé est assez court avec un tallage élevé. Côté maladies, l’oïdium et la septoriose devront être contrôlés. Cependant Pakito apporte une certaine tolérance à la fusariose. Son PS est plutôt élevé. Légèrement plus tardif qu’Apache, ce blé présente un réel intérêt dans notre département. Caractérisé par un bon tallage, un semis de 350 grains au m² en bonnes conditions est suffisant pour atteindre l’optimum de rendement. Pakito est à essayer sur une petite surface en toutes situations. Assez sensible à la septoriose et l’oïdium. Productif – Bon tallage – Bonne tolérance à la fusariose – BPS Sokal : Un profil intéressant De couleur vert émeraude, on le reconnaît très facilement au champ. Classé dixième à 101,9%, il présente aussi quelques atouts : BPS, tolérant à l’oïdium, aux rouilles et correct en septoriose. Il pourrait aussi être une bonne alternative à la variété Apache dans les situations à risques mycotoxines. Demi- hiver, ce blé doit être semé tôt, il est également plus tardif qu’Apache. Sokal est à tester en remplacement d’Apache. Demi-hiver à semer tôt – Assez court moins intéressant pour la paille. Tolérance aux maladies – Tenue de tige – PS – BPS – Potentiel. Rimbaud : Un très précoce affichant une productivité élevée. Très performant et très précoce, il se classe 4 ème de la synthèse. En revanche, il exprime une certaine sensibilité aux maladies comme la septoriose, la rouille brune et la fusariose. Cette variété a uniquement un intérêt dans les zones nécessitant de la précocité pour limiter les effets de l’échaudage. Rimbaud est à tester dans les secteurs séchant du sud du département. Maladies sur feuilles – Fusariose – PS. Très précoce – Performances – Tenue de tige – BPS.


Préconisations des variétés blé tendre d’hiver

Postionnement

Variétés Valeur technologique PS Alternativité Comportement Précocité épiaison Hauteur Froid Verse Résistances Germination/pieds Rouille brune Rouille jaune Oïdium Piétin verse Maladies Septo tritici Fusarioses Risque DON Rendement % par rapport à la moyenne des 2 lieux (Quatzenheim 91,8 q/ha et Gingsheim 73,3 q/ha)

Essais CAH 2011 Rendement % par rapport à la moyenne sur 5 ans

Apache (Nickerson 1998) 6 4 7 3,5 7 7 6 5 8 5 2 5

Variétés références Recommandées Rusticité Performances Premio Arlequin Rustic Mercato Altigo Goncourt (RAGT (Nickerson (Momont (Desprez (Nickerson (Serasem 2007) 2007) 2008) 2005) 2007) 2009) Barbu Barbu Barbu 5 4 7 5 5 4 2 2 2 2 3 3 6,5 7 6,5 6,5 7 7 3 3,5 3 3 3,5 3 9 5,5 8 7 6,5 7 4,5 5,5 7 7,5 5 7 6 7 4 5 7 4 7 6 7 6 9 8 9 8 3 6 7 6 7 6 5 7 3 1 3 3 1 2 5,5 5 5 5,5 6 5,5

102,4%

92,6%

103,5%

97,8%

100,8%

97,7%

100,3%

99,7%

101,9%

102,5%

102,5%

99,2%

104,2%

105,6% (3 ans)

Variété confirmée

Variété en observation

Variétés nouvelles

Exclusivement en secteur très précoce Illico Aligator Sokal Pakito Rimbaud (Syngenta 2010) (Unisigma 2010) (Caussade 2011) (RAGT 2011) (Secobra 2011) Valeur technologique PS 7 4 6 6 4 Alternativité 6 4 2 2 5 Comportement Précocité épiaison 7 7 6,5 6,5 7,5 Hauteur 4 3,5 3 3 3 Froid 5 6 5 7 5 Résistances Verse 5,5 5 6,5 6,5 7 Germination/pieds 6 4 7 6 5 5 Rouille brune 6 Rouille jaune 5 7 8 8 6 Oïdium 4 6 7 4 5 Piétin verse 3 4 2 3 4 Maladies 6 6,5 4,5 4,5 Septo tritici 5 Fusarioses Risque DON Rendement % par rapport à la moyenne des 2 lieux 100,7% 100,0% 101,9% 108,2% 106,0% Pour semis tardif

A retester en sol profond

A tester dans toutes les situations

Si grâce aux conditions du mois de juin les rendements moyens sont moins catastrophiques que prévus, les écarts de potentiel sont par contre très conséquents selon les secteurs. Au-delà de l’impact du climat sur la culture, les pratiques culturales ont aussi fait la différence. En effet les conséquences de la date de semis, de la qualité d’implantation, de la précocité des apports d’azote et du raisonnement de la protection fongique selon les variétés ont aussi fait la différence. Sur le plan variétal Apache est toujours présent, cependant nous vous proposons une large gamme adaptée aux différentes situations dont trois nouveautés : Pakito, Sokal, Rimbaud.

Très sensible Sensible Moyennement sensible Assez tolérant Tolérant

(Quatzenheim 91,8 q/ha et Gingsheim 73,3 q/ha)

Essais CAH 2011 Rendement % par rapport à la moyenne sur 2 ans

99,3%

101,6%

-

-

-

7


Variétés orge d’hiver

Synthèse des variétés Les variétés sont testées à Kleingoeft en sol argileux. Elles ont souffert des conditions climatiques du printemps. La moyenne de l’essai est de 54,1 q/ha.

Les résultats rendement, poids spécifique et précocité épiaison 120 Volume (6rgs)

115 Arturio (6rgs) Rendement en %

Les rendements de l’année sont plutôt hétérogènes : faibles (proche de 35 q/ha) en situations difficiles, élevés dans les bonnes situations (autour de 85 q/ha). Les variétés précoces ont mieux passé le cap du manque d’eau du mois de mai. Les orges 6 rangs ont également obtenu de haut rendement en culture confirmant leur potentiel tout comme les variétés hybrides.

Limpid (6rgs)

110 Tatoo (6rgs) 105 100

Metaxa (2rgs)

95

Les plus intéressantes

Esterel (6rgs)

KWS B95 (2rgs)

Passerel (6rgs) KWS Cassia (2rgs) Salamandre (2rgs) Vanessa (2rgs) Kétos (6rgs) Gigga (6rgs) Ajour (2rgs) Esterel (6rgs) Yatzy (2rgs) Pompadour (2rgs) Lindsay (2rgs)

Touareg (6rgs) Caravan (2rgs) Declic (6rgs) Réflexion (6rgs) 85 Les moins intéressantes 62 63 64 65 66 PS (kg/hl) 90

Variétés 2011 chez M. Faessel Ludovic à Kleingoeft Moyenne de l’essai : 100 % = 54,1 q/ha

Les variétés 6 rangs hybrides sont en tête (Volume, Tatoo) et confirment leur potentiel de rendement. Elles sont suivies des orges 6 rangs lignées (Arturio, Limpid,…) puis des meilleures orges 2 rangs. Les nouvelles variétés 6 rangs ont de bons PS, très proches de ceux des meilleures 2 rangs.

Malicorne (2rgs) Escadre (6rgs) 67

68

69

70

Précocité épiaison Très précoce Précoce Demi-précoce Tardif

Les variétés à épiaison précoce et très précoce tirent leur épingle du jeu en cette année de sécheresse printanière. Les variétés qui ont le plus souffert sont les demiprécoces. Les tardives ont à nouveau pu bénéficier des pluies de juin. En sol lourd, superficiel et séchant, il vaut mieux opter pour des précoces à très précoces.

Les variétés retenues Orges 2 rangs Les variétés 2 rangs sont les plus cultivées dans le département principalement pour leur bon PS. Leur niveau de potentiel est, en moyenne, légèrement inférieur aux escourgeons. Caravan est la référence. Les 2 nouveautés de l’an passé, Yatzy et KWS Cassia, confirment. Caravan : décevante, elle doit être remplacée par des orges plus précoces. Potentiel

PS

Epiaison

Rouille

Oïdium

Helminthosporiose

Verse

Très implantée dans le département, les résultats de Caravan sont décevants dans l’essai. En culture, vu les conditions de l’année, les résultats sont très moyens. Ce produit manque certainement de rusticité et son potentiel semble être plus limité. Cette variété n’est pas la plus précoce à l’épiaison et doit être semée tôt. Yatzy : des résultats plus mitigés que l’an passé mais à essayer. Potentiel

PS

Epiaison

Rouille

Oïdium

Helminthosporiose

Verse

En tête l’an passé dans de nombreux essais, cette nouveauté a des résultats mitigés. Son potentiel est supérieur à Caravan mais elle est pénalisée par un manque d’épis dans l’essai et une épiaison un peu tardive. Elle

8

peut être semée un peu plus dense (370g/m²) d’autant plus qu’elle est peu sensible à la verse. Son comportement maladie des feuilles est assez bon. Même si la variété est alternative, il faut la semer tôt pour gagner en précocité à l’épiaison. KWS Cassia : variété tardive à potentiel mais rustique. A faire sans hésiter. Potentiel

PS

Epiaison

Rouille

Oïdium

Helminthosporiose

Verse

Cette inscription de 2010 confirme les résultats de l’an passé : malgré sa tardivité à l’épiaison, elle a obtenu de bons résultats dans la situation de Kleingoeft, démontrant sa rusticité. Potentiel, rusticité, très bon comportement aux maladies des feuilles et peu sensible à la verse malgré sa hauteur, elle présente très peu de défauts. A semer tôt. Elle peut remplacer Caravan même si elle est un peu plus tardive.

Escourgeons Les orges 6 rangs souffrent toujours des mauvais PS des anciennes variétés. Actuellement la recherche présente plus d’escourgeons à l’inscription que d’orges 2 rangs car leur potentiel de rendement est supérieur et leur PS est maintenant au niveau des 2 rangs. Kétos, la référence, est à remplacer et Volume, la nouveauté, confirme.


Variétés orge d’hiver

Les variétés lignées

Les variétés hybrides

Kétos : à remplacer par des nouveautés plus intéressantes.

Volume : du haut potentiel qui confirme. C’est la variété hybride à semer tôt.

Potentiel

PS

Epiaison

Rouille

Oïdium

Helminthosporiose

Verse

Elle était la variété d’escourgeon développée au Comptoir agricole. Inscrite en 2002, elle est maintenant dépassée par les nouveautés et notamment les hybrides. Elle doit être remplacée. Limpid : nouveauté très précoce à potentiel supérieur aux 2 rangs. A faire sans hésiter. Potentiel

PS

Epiaison

Rouille

Oïdium

Helminthosporiose

Verse

Cette inscription 2010 a de bons résultats dans notre essai. Ses critères agronomiques sont intéressants : elle a du potentiel, un PS élevé (du niveau des orges 2 rangs), un comportement maladies intéressant même s’il n’est pas parfait, une épiaison très précoce lui permettant de s’adapter aux situations nécessitant de la rusticité, un niveau de tallage intéressant. Cette orge est à faire sans hésiter même si elle est un peu sensible à la verse par sa hauteur de paille.

Potentiel

PS

Epiaison

Rouille

Oïdium

Helminthosporiose

Verse

La nouveauté de la gamme 2010 confirme : son potentiel est supérieur aux escourgeons lignées. En culture ses résultats sont très bons (jusqu’à 90 q/ha dans les sols limoneux). Elle a très peu de défauts mise à part une certaine sensibilité à la rouille. Elle est peu sensible au froid, précoce à l’épiaison sécurisant ainsi le rendement en situations difficiles et séchantes, présente un niveau de tallage intéressant et des épis allongés. C’est la variété à faire quelle que soit la situation. La quantité de semences est limitée. SY Bamboo : une nouveauté avec du potentiel proche de Volume. Potentiel

PS

Epiaison

Rouille

Oïdium

Helminthosporiose

Verse

Cet hybride est également prometteur avec des caractéristiques proches de Volume : précoce à l’épiaison, peu sensible aux maladies des feuilles mise à part la rouille, peu sensible à la verse, plus souple que Volume au semis. Elle permet de répondre à la demande en escourgeon hybride.

Préconisations Variétés Orges 2 rangs Escourgeons Références Références Nouveautés Kétos Volume SY Bambou Limpid Caravan Yatzy KWS Cassia (Nickerson) (Unisigma) (Momont) (Nickerson) (Hyb) (NK) (Hyb) (SF) (Syngenta) Année 2004 2006 2010 2002 2010 2011 2010 PS 7 6 7 5 7 7 Qualité Calibrage 8 8 8 8 8 Alternativité 3 7 4 6 5 6 7 Rythme de Précocité épiaison 7 7 6,5 7 6 7 7,5 développement Hauteur 4,5 4,5 5 4,5 5 5,5 Froid 6 4 4,5 5,5 6 5 6 Résistances Verse 6 6,5 6 8,5 7 6,5 5 Rouille naine 5 7 8 5 4 5 8 Oïdium 6 7 8 4 7 7 6 Maladies Rhynchosporiose 6 5 6 6 7 7 7 Helminthosporiose 7 6 8 6 6 7 6 Rendement en % Essai CAH 88,5% 95,4% 104,4% 101,8% 118% 109,8% Kleingoeft 54,1q/ha

Date de semis Date de semis Dès le 01 octobre A partir du 07 octobre

Variétés Caravan, KWS Cassia, Volume Yatzy, Kétos, SY Bamboo, Limpid

Il est conseillé de ne plus semer après le 20 octobre.

Densité de semis Conditions d’implantation

Orges d’hiver

Escourgeons

Avant le 10 octobre Après le 10 octobre Avant le 10 octobre Après le 10 octobre

Hybride

Bonnes conditions (limoneux, ressuyé,…)

280-330 g/m²

300-350 g/m²

250-280 g/m²

250-300 g/m²

225-250 g/m²

Mauvaises conditions (cailloux, très humide,…)

350-400 g/m²

400-450 g/m²

300-350 g/m²

350-400 g/m²

250-275 g/m²

Précocité 1 : Très tardif T 2 : Tardif 3 : 1/2 tardif à tardif 1/2 T 4 : 1/2 tardif 5 : 1/2 tardif à 1/2 précoce 1/2 P 6 : 1/2 précoce 7 : Précoce P 8 : Précoce à très précoce } 9 : Très précoce TP

} } } }

Alternativité 1 : Très hiver 2 : Hiver 3 : Hiver à 1/2 hiver 4 : 1/2 hiver 5 : 1/2 hiver à 1/2 alternatif 6 : 1/2 alternatif 7 : Alternatif 8 : Alternatif à printemps 9 : Printemps Hauteur 1 : Très courte 2 : Courte à très courte 3 : Courte 4 : Courte à moyenne 5 : Moyenne 6 : Moyenne à haute 7 : Haute 8 : Haute à très haute 9 : Très haute Maladies et accidents 1 : Très sensible 2 : Sensible 3 : Sensible à assez sensible 4 : Assez sensible 5 : Assez sensible à peu sensible 6 : Peu sensible 7 : Assez résistant 8 : Assez résistant à résistant 9 : Résistant T : Tolérant

}H } 1/2 H } 1/2 A } Alt }P

}C } AC } AH

}

H

}S } AS } PS } AR }R

9


Désherbage des céréales

Trooper : Un nouvel herbicide de prélevée, complet Ce produit BASF peut s’utiliser sur le blé tendre d’hiver, l’orge d’hiver et le triticale. Il se positionne en postsemis/ prélevée ou en post-levée précoce de la culture.

Caractéristiques du produit Phrases risques Nombre mélanges ZNT DAR DRE Période max. Fréquence j h d’emploi d’applic R62-63- m Dose /ha Cultures R40-68 R48 / an 64 AMM

Nom

Composition

300 g/l Trooper pendiméthaline 60 g/l flufénacet

2,5 l

BTH OH Triticale

BBCH 00 à BBCH 25 PS/PL à mi-tallage

Tous les ans

1

Cette association de deux substances actives, sans urée, a un mode d’action différent de la plupart des herbicides céréales. Son efficacité est supérieure aux références. Son application se justifie notamment en cas de forte pression d’adventices et/ou en zone à graminées résistantes. Ce

-

-

20

BBCH 25

Bleuet

Agrostis 100

Aethuse

Pâturins Vulpin

80

Ray-grass

Séneçon 60

Sanve

Graminées

40

Gaillet

Folle avoine Alchémille

20 0

Pensée

Capselle Coquelicot

Fumeterre

Il nécessite un rattrapage au printemps sur gaillet, sanve ou en cas de forte pression de vulpins.

24

produit est particulièrement adapté aux secteurs Alsace Bossue et collines sous-vosgiennes. Il ne peut pas être appliqué sur sols drainés (la demande de levée de la restriction est en cours).

Champ d’action Constitué de molécules complémentaires, Trooper est un herbicide complet : La pendiméthaline agit sur la majorité des dicotylédones et certaines graminées. Le flufénacet est un anti-graminées avec un effet intéressant sur plusieurs dicots.

-

Dicotylédones

Géraniums

Lamiers

Véronique Perse Véronique FdL

Préconisations Trooper se positionne avant la levée des adventices, formant un «film» à la surface du sol, pour être absorbé pendant leur germination et développement souterrain. Il s’applique en postsemis/prélevée ou en post-levée précoce de la culture. Au-delà de ce stade, le produit doit être associé à un partenaire.

Drave printanière

Stellaire

Doses recommandées selon le stade Ray-grass Vulpin Agrostis, pâturins

Matricaires Myosotis

Du semis à 2-3 F de la culture ou 1-2 F des graminées 2.5 l/ha 2 – 2.5 l/ha 1.5 – 2 l/ha

Recommandations d’emploi L’utilisation de Trooper nécessite une bonne préparation du sol, peu motteuse, avec un semis régulier, bien couvert, à au moins 2.5 cm.

10

Ne pas traiter si de fortes pluies sont annoncées, et ne pas utiliser sur sol sableux, hydromorphes ou très caillouteux et des sols très riches en matière organique (> à 6% MO).


Désherbage des céréales

Avantages

Inconvénients

- Désherbage précoce des parcelles: aucune nuisibilité des adventices et un meilleur contrôle. - Nouvelle solution dans la lutte contre les résistances des graminées : alternative au désherbage de post-levée à base de sulfonylurées ou de fops. - Solution de désherbage de l’orge en prélevée. - Gain d’efficacité sur graminées par rapport aux produits d’automne de référence.

- Irrégulier en cas d’automne sec ou de sols motteux. - En cas de forte pression de vulpins, un complément au printemps est indispensable. - Bien respecter les conditions d’emploi pour assurer la sélectivité du produit. - Insuffisant sur certaines crucifères (repousses de colza, sanve et ravenelle).

Désherbage d’automne : les différentes solutions Phrases risques Nombre mélanges ZNT DAR DRE Période max. Fréquence j h d’emploi d’applic R62-63- m Dose /ha Cultures R40-68 R48 / an 64 AMM

Nom

Composition

320 g/l pendiméthaline Celtic 16 g/ l picolinafen 400 g/l flufenacet Fosburi 200 g/l diflufenicanil

chlortoluron

62,5g/l Legacy diflufénicanil 500g/l duo isoproturon

2,5 l

0,6 l

1800 g

2,4 l

Matara

500g/l isoproturon

2,4 l

Prowl 500

400 g/l pendiméthaline

2,5 l

300 g/l Trooper pendiméthaline 60 g/l flufénacet

2,5 l

Prélevée BTH ou OH SH post-levée Triticale précoce BBCH 11 BTH à BBCH OH 13 1 à 3 Flles Prélevée ou postBTH levée OH (jusqu’au tallage) BTH : prélevée à BTH OH fin tallage OH: 3F à fin tallage BTH Prélevée à OH épi 1 cm BTH PS/PL à OH SH mi-tallage Triticale BBCH 00 à BTH BBCH 25 OH PS/PL à Triticale mi-tallage

1

Tous les ans

1

Tous les ans

-

R48

1

Tous les ans

R40

1

Tous les ans

1

20

90

6

-

5

NC

48

-

R63*

*

NC

*

R40

-

-

20

90

6

Tous les ans

R40

-

-

20

90

6

1

Tous les ans

-

-

-

20

NC

6

1

Tous les ans

-

-

-

20

BBCH 25

24

* selon spécialité

11


Désherbage des céréales

Les préconisations d’automne en blé 1 à 2 passages

1 3 feuille feuilles

Tallage

Fin tallage

Epi 1 cm

1 nœud

2 nœuds

Traitement d’automne + éventuel rattrapage au printemps (2 passages)

Faible infestation en vulpins (10-20 p/m2) ou semis tardif

Chlortoluron 1800 g Isoproturon 1200 g + Prowl 2l Isoproturon 1200 g + Celtic 2l Legacy duo 2,4l

Forte infestation en vulpins (> 30p/m2)

Trooper 2l Legacy duo 2,4 l Isoproturon 1200 g + Celtic 2l

Anti-dicot ou Anti-gaillet

Trooper 2l

Atlantis 250-300g + Surf 2000 0,1l ou Oklar 12-15g + Anti-gaillet ou Axial Pratic 1-1,2l + Surf 2000 0,1l + Anti-gaillet

Les préconisations d’automne en orge 1 à 2 passages

1 3 feuille feuilles

Faible infestation en vulpins (10-20 p/m2) ou semis tardif

Tallage

12

Epi 1 cm

1 nœud

2 nœuds

Traitement d’automne + éventuel rattrapage au printemps (2 passages) Chlortoluron 1800 g

+ Anti-dicot

Trooper 2l Trooper 2l

Forte infestation en vulpins (> 30p/m2)

Fin tallage

Axial 1l + (Surf 2000) + Anti-gaillet Traitement de printemps (Post-précoce printemps avant reprise) Oklar 15g + Axial 1l + Primus 0,1l + Surf 0,1l


Variétés colza d’hiver

Malgré un printemps très sec, la culture résiste aux conditions et crée la bonne surprise Les conditions humides de l’été 2010 ont permis un bon départ de la culture et pour une fois les levées du colza sont régulières sur l’ensemble du département. Bien installée la culture passe l’hiver sans dommage. Avec l’arrivée précoce du printemps ; chaud et sec, le colza repart très vite et les premiers apports d’azote sont déterminants. Les vols de charançons sont également précoces mais relativement étalés alors que ceux des méligèthes sont plus groupés mais très intenses. Hormis quelques foyers de charançons des siliques et le développement de cécidomyies, les ravageurs de printemps sont en général

bien contrôlés. La floraison débute en avril et se déroule durant tout le mois. Ce n’est qu’à partir du mois de mai que le colza souffre de la sécheresse et de la chaleur. Ces conditions sont peu propices aux maladies mais le nombre de siliques est aussi affecté. Le rafraichissement du mois de juin et l’arrivée des pluies ont heureusement permis au colza d’élaborer un important PMG. Dans les situations difficiles les rendements sont encore honorables (30-35q/ha) et dans les meilleures situations les potentiels dépassent 40q/ha. Le colza confirme sa réputation de stabilité et de compensation.

L’expérimentation variétale est axée sur les hybrides, dont onze nouvelles variétés. Les meilleures variétés lignées sont également présentes dans cet essai : Adriana, Pamela, Alpaga, Sésame et ES Agatha. Cette situation présente un potentiel élevé avec 48q/ha de moyenne. Un premier constat, les variétés lignées sont

légèrement plus précoces et elles sont potentiellement en retrait par rapport aux hybrides. Le comportement variétal des lignées (Adriana, Alpaga,…) est conforme à leur potentiel. Côté hybride, certains nouveaux hybrides apportent de la productivité comme Sensation ou de la précocité comme DK Exstorm.

Caratéristiques physiologiques Variétés Société Code année Vigueur sortie hiver Précocité floraison 16 mars 06 mai SENSATION SDF HR 100.65 Moyen Demi-précoce HYBRIROCK MH MH 06E4 Vigoureux Précoce EGC 965 ES inscriptible 2011 Moyen Très tardif BCSMAOS 001 Bayer inscriptible 2011 Lent Très tardif Tuareg Kws H 606707 Assez vigoureux Tardif X 08 W 718 C Pio inscriptible 2011 Moyen Demi-précoce DK EXPOWER DKc Vigoureux Précoce DK EXSTORM DKc DCG 142 Assez vigoureux Précoce HR 107.65 Ragt inscriptible 2011 Assez vigoureux Tardif PR 44 W 29 Pio Référence hybride Moyen Tardif AC 072 HR ADV inscriptible 2011 Vigoureux Très précoce NK ALAMIR Syn Référence hybride Assez vigoureux Demi-précoce SY Carlo Syn RNX 3825 Assez vigoureux Précoce Sésame SDF Lignée Lent Très précoce Alpaga SDF Lignée Moyen Tardif Pamela ADV Lignée Moyen Très précoce Adriana ADV Référence lignée Vigoureux Demi-précoce EXOCET DKc Référence hybride Vigoureux Tardif ES Agatha ES Lignée Lent Précoce

H2O récolte 7,5 6,9 7,1 6,9 7,1 6,9 7,1 7,1 7,2 7,3 7 7,6 7,1 6,9 6,8 7 6,6 7,8 6,8

Rendement Rendement q/ha en % moyenne aux normes (48,05q/ha) 54,8 52,7 52,0 50,8 50,2 49,8 49,3 48,9 48,7 48,6 48,3 48,1 47,9 45,6 44,9 44,4 43,7 43,3 40,9

114,0 109,7 108,2 105,7 104,5 103,6 102,6 101,8 101,4 101,1 100,5 100,1 99,7 94,9 93,4 92,4 90,9 90,1 85,1

Situation Résultats 2010/2011 essai à répétitions

Wolshheim Bernard Rusch Semis de précision écartement 45 cm à 310 000 graines/ha Semis : 03 septembre 2010 Récolte : 06 juillet 2011

13


Variétés colza d’hiver Résultats provisoires Cetiom 2010-2011 Synthèse Est des essais variétés colza Série hybrides restaurés Rendement en % Teneur en huile PMG (g) H (%) Variétés DK EXSTORM 106,94 45 3,5 7,3 DK EXPLICIT 106,44 45,2 3,6 6,8 DIFFUSION 105,01 44,2 3,6 7,1 DK EXTEC 104,27 44,5 4,1 7,7 DK EXCELLIUM 102,11 45,5 3,8 6,9 EXOCET 101,42 44 3,8 8,1 EDITION 100,93 44,4 3,8 6,9 HYBRIROCK 100,89 44,6 4,3 6,7 TUAREG 99,81 43,8 4,3 6,8 DK EXQUISITE 99,68 44,8 3,9 6,9 SY CARLO 99,47 44,5 4,1 7,1 DK EXPO 99,44 44,4 3,9 7,6 DYNASTIE 99,34 44,9 4,1 7,4 SENSATION 99,21 44,7 4,4 7,5 DK EXPOWER 98,71 44,7 3,7 6,7 SHERIFF 97,38 45,1 3,9 6,9 ALBATROS 96,67 45,4 4,3 6,9 PALACE 96,49 45,3 3,9 6,8 ARTOGA 96,25 44,3 4,3 7 FLASH 95,6 44,7 4,4 7,6 ADRIANA 93,69 44,7 4,4 7 Moyenne 46,1 q/ha 44,7 4,0 7,1

Variétés EXOCET CASH NK FESTIVO MONICA PAMELA ADRIANA SESAME TOTEM ES AGATHA OVATION Moyenne

Série lignées Rendement en % Teneur en huile PMG (g) H (%) 107,99 43,9 3,9 8,1 102,82 45 4,1 6,7 101,59 44,4 4,2 6,7 101,04 43,8 4,4 7,2 101,03 44,1 4,4 7,6 98,82 45,5 4,4 6,5 97,9 44,5 4,5 7,3 97,81 44,7 4 6,8 96,05 44,4 4,1 7,5 94,39 44,5 4 7,7 43,3 q/ha 44,5 4,2 7,2

Résultats Comptoir : synthèse rendement humidité 120

Les plus intéressantes

Rendement (%)

115

Sensation Hybrirock EGC 965 BCSMAOS 001 Tuareg X 08 W 718 C DK Exstorm DK Expower PR 44 W 29 107.65 AC 072 HR SYHR Carlo

110 105 100 95

Sésame Pamela

Adriana Alpaga

90 85

Exocet

ES Agatha 6,5

NK Alamir

Les moins intéressantes 7

7,5

8

Humidité (%) Moyenne des essais : 100 % = 48,05 q/ha Chez M. Rusch Bernard à Wolschheim

Les variétés hybrides Les références NK Alamir (2008 NK Semences) : Un hybride performant et demi-précoce Lancé en 2009, NK Alamir confirme. Bien que la variété soit demi-tardive, elle présente l’avantage d’être plus précoce à la floraison et à la maturité qu’Exocet. Performant, NK Alamir se positionne parmi le trio de tête dans les synthèses lorraines et bourguignonnes. Plus court et moins sensible à l’élongation automnale, ce colza est plus facile à mener. Productif, plus précoce et moins sensible à la verse, il remplace Exocet.

14

Exocet (2005 Dekalb) : Tardive à la floraison et la plus tardive à maturité, elle reste la référence du marché des hybrides. Il faut savoir attendre pour récolter Exocet, les pertes de grains par les siliques vertes non battues peuvent être significatives lorsqu’il est récolté trop précocement. En retrait probablement pour ces raisons-là dans l’essai de Wolschheim, Exocet se classe encore parmi les meilleures variétés du marché dans les essais lorrains et bourguignons. Cependant, sa conduite est pointue. Le risque d’élongation à l’automne ou de verse en fin de cycle est toujours probable avec Exocet et sa maturité tardive oblige à le récolter en pleine moisson de blé. Exocet est recommandé aux spécialistes du colza.


Variétés colza d’hiver

Les Nouveautés Sensation (Semences de France 2010) : Premier dans la situation de Wolschheim Inscrit à 104.6% en rendement, Sensation est un hybride très productif et riche en huile. Son cycle végétatif est sécurisant par un risque faible à l’élongation, un arrêt végétatif marqué et une floraison demi-précoce. Ce colza est moyennement haut, mais peu sensible à la verse. Il est aussi caractérisé par une bonne tolérance aux maladies. Il peut être cultivé en plaine et en Alsace Bossue. DK Exstorm (Dekalb 2011) : Unanimement le plus performant sur l’ensemble des essais de l’Est de la France. DK Exstorm est un hybride très performant et précoce à maturité. Très peu sensible à l’élongation automnale, lent à la reprise au printemps, il fleurit assez précocement.

Au final, il est un des hybrides les plus précoces de sa série à maturité. DK Exstorm est aussi caractérisé par sa double résistance (quantitative et spécifique) au phoma et a bénéficié d’une sélection spécifique contre l’égrenage à la récolte. DK Exstorm peut être testé sur l’ensemble du département et il a un réel intérêt dans les secteurs nécessitant des variétés plus précoces. Bonanza (RAGT 2011) : Bon potentiel et demi-précoce à la maturité A Wolschheim, ses résultats sont au niveau des références hybrides. Cependant, il se classe parmi les meilleures performances en Lorraine. Bonanza est caractérisé par une bonne tolérance aux maladies et à la verse. Plus précoce à la maturité que les références hybrides, Bonanza a un intérêt en Alsace Bossue.

Les variétés lignées Les références Adriana (Advanta 2006) : La référence du marché Adriana se classe encore dans la bonne moyenne. Son gabarit est plus haut que les autres colzas, mais elle reste peu sensible à la verse. Demi-précoce, Adriana reste la référence lignée du département. Alpaga (Semences de France 2007) : Précoce à la floraison, elle confirme Alpaga est caractérisée par sa précocité à la floraison mais son gros PMG le tardifie légèrement à la maturité. Cette variété a une bonne tenue de tige et sa faible sensibilité à l’élongation automnale permet de la semer assez tôt. Alpaga est une alternative précoce à Adriana.

Les confirmées Pamela (Advanta 2009) : Productive et bon état sanitaire Cette nouvelle variété se classe unanimement dans le groupe de tête de l’ensemble des synthèses d’essais de l’Est de la France. Pamela est aussi caractérisée par une bonne tolérance aux maladies et plus particulièrement au

Synthèse des variétés retenues Variétés recommandées Précoces Demi-précoces Demi-tardives

Lignées

Adriana*** Alpaga Pamela*** Sésame***

Hybrides

DK Exstorm*** NK Alamir**

Sensation*** Bonanza** Tardives Grizzly Exocet *** ou ** : les préférées ou ordre de préférence

phoma. Demi-précoce à la floraison, elle est demi-tardive à la maturité. Pamela est à essayer sur l’ensemble du département en alternative à Adriana. Sésame (Semences de France 2009) Très souvent citée par ses bonnes performances dans un grand nombre d’essais de l’Est (Lorraine et Bourgogne), cette nouvelle variété n’est pas connue dans notre département. Sésame est caractérisée par un faible risque d’élongation automnale qui permet de la semer relativement tôt. Malgré sa taille moyennement haute, elle présente une bonne tolérance à la verse. Sa précocité est très proche de la référence Adriana. Bon comportement sur l’ensemble des maladies, Sésame peut être développée sur l’ensemble du département.

Alors que le colza semblait souffrir énormément par les conditions sèches du printemps, au final les rendements sont certainement en moyenne supérieurs à 2010. Hormis les sols superficiels où les potentiels vont de 20 à 30 q/ha, en sols profonds les rendements sont nettement supérieurs avec des pointes de 50 q/ha dans les meilleures situations. Sur le plan variétal, les hybrides confirment, d’où notre intérêt à travailler ce matériel plus spécifiquement dans les essais. D’ailleurs le progrès génétique continue avec Sensation et DK Exstorm.

Variétés niches Grizzly (RAGT 2003) Cette variété tardive à la floraison et à la maturité n’est plus présente dans les essais. Lent à la reprise de végétation au printemps, Grizzly a un intérêt dans les secteurs où le risque de gel au mois de mars peut être important comme le long du Ried.

Les variétés qui ne sont pas retenues NK Festivo (NK Semences 2008) : Peu développée dans le département Cette variété n’a pas démérité, mais peu cultivée dans le département elle n’est plus retenue. Noblesse (Ragt 2007 ) : Bonne en Lorraine. Noblesse est plus adaptée au secteur de l’Alsace Bossue. Par contre, ses performances sont limitées en situation à très haut potentiel de la plaine d’Alsace. ES Galiléo (Euralis Semences 2007) Décevant. PR44W29 (Pioneer 2008) Il est remplacé par DK Exstorm plus précoce et plus productif. Hybrirock (Momont 2010) Risque d’élongation à l’automne, sensible à la verse.

15


Désherbage du colza d’hiver

La napropamide reste autorisée Les produits de type Colzamid, Colzor Trio... restent autorisés en colza pour la prochaine campagne et constituent une bonne base dans les programmes de désherbage.

Les stratégies de désherbage Une ou deux interventions sont à prévoir selon le type et la densité des infestations. Les situations classiques constituées de capselle, laiterons, lamiers, matricaire, véroniques et quelques gaillets ou géraniums : Un traitement unique appliqué au stade Postsemis/Prélevée est suffisant. Produits à utiliser : Colzor Trio (le plus complet), Novall. Les situations complexes constituées de coquelicots, gaillets, passerages, géraniums. Un programme renforcé est recommandé : Deux passages : T1 en présemis avec Colzamid puis T2

en postsemis / prélevée avec Axter, Colzor Trio, Novall ou Springbok. Un passage : association de produits Springbok + Novall.

Les produits Colzamid : Cet herbicide devient un produit de base, dans les situations complexes avec géraniums et coquelicot. Axter : Ce produit est souvent suffisant dans les parcelles moyennement infestées de la plaine. Axter est faible sur géranium et coquelicot. Risque de phytotoxicité en sol filtrant ou en application sur des semis tardifs. Colzor Trio : Cet herbicide est complet en un seul passage (gaillet, coquelicot, capselle). Assez bonne efficacité sur géranium. Novall : Les points forts du produit sont : gaillet, coquelicot, matricaires et les ombellifères. C’est un bon complément pour le Springbok. Springbok : Produit à associer dans un programme ; intérêt sur les géraniums.

Les champs d’action

Colzamid 2,2 à 2,8l/ha -

-

-

Axter 1,7l/ha Colzor Trio 3,5-4l/ha

-

Novall 2,5l/ha

Véronique flles de lierre Véronique de Perse

Stellaire

Sanve

Ravenelle

Myosotis

Matricaire

Lamier

Laiteron

Géraniums

Gaillet

Coquelicot

Postsemis/prélevée Postlevée

Capselle

Présemis

Repousse de céréales Vulpin

Spectre d’efficacité (d’après Source Cetiom)

-

-

Remarques

Colzamid doit être incorporé dans un délai de 24H. Réduire la dose à 1,5l en sol filtrant. Produit le plus complet. Réduire la dose à 3,5l en sol filtrant. Jusqu’au stade cotylédons du colza (5 à 10 jours du semis).

Les programmes Colzamid 1,5l/ha Colzamid 1,5l/ha Colzamid 1,3l/ha Colzamid 1,5l/ha

16

Axter 1,7l/ha

-

Novall 2,2-2,5l/ha

-

Colzor Trio 3,5l/ha

-

Springbok 2,5l/ha

-

-

Novall 1,5l/ha

Novall 1l/ha

-

Springbok 2,5-2l/ha + Novall 1l

-

Spectre renforcé sur coquelicot et géraniums. Spectre renforcé sur géraniums. Spectre renforcé sur géraniums.

-

-

-

-

Recommandé en situations très infestées en géraniums. Cette stratégie améliore la régularité et l’ efficacité sur ombellifères,coquelicot, véroniques. Faible sur géranium. Spectre large en 1 passage, renforcé sur gaillet, ombellifères

Efficacité bonne et régulière

Efficacité moyenne

Efficacité bonne mais irrégulière

Efficacité insuffisante


Traitement de semence du colza d’hiver

L’arrivée de «Cruiser OSR», une spécialité en traitement de la semence de colza, apportera de nouvelles solutions techniques contre les maladies et les insectes d’automne.

Caractéristiques du produit Son profil toxicologique est sans classement et «N» dangereux pour l’environnement pour la classification environnement. AMM Nom

Composition

Dose Cultures l/ql

280 g/l thiamethoxam Cruiser 32,3 g/l métalaxyl M 1,5l OSR 8 g/l fludioxonil

Colza

Période d’emploi Au semis en traitement de la semence

Phrases risques Nombre mélanges max. ZNT DAR DRE Fréquence d’applic j h R62-63- m R40-68 R48 / an 64 -

Tous les ans

-

-

-

-

-

-

Intérêt du traitement de semence : Moins de traitements en végétation. • Insecticide : Efficace sur les altises, pucerons et tenthrèdes de la rave, il limite à l’automne le nombre de traitements en végétation. • Fongicide : Efficace sur mildiou, phoma, alternaria et pythium.

Une nouvelle spécialité en traitement de semence proposée par Syngenta arrive sur le marché. Efficace sur les maladies et ravageurs d’automne du colza, elle apporte un réel progrès dans le contrôle des ravageurs à l’automne. Cruiser OSR remplace au moins un traitement en végétation. L’ensemble des variétés hybrides est proposé en Cruiser OSR et une partie des variétés lignées.

17


Les CIPAN Gamme technique 2011

Oui

-15°C

Oui

-8°C

Oui

-8°C

Oui

<à -15°C

Oui

Remarques Coût/ha

Possibilité de semis à la volée (puis roulage)

-5°C

Date de semis

Seuil de gel

Recommandations Dose de semis kg/ha

Intérêt apicole

Piégeage et restitution des éléments

Amélioration de la structure du sol

Intérêts agronomiques Espèces à associer

Objectif

Céréaliers maïs ou cultures spéciales Betteraviers Eleveurs Production de biomasse Production de fourrage en dérobée

Orientation

Espèces pures ou à associer Moutarde blanche (anti-nématodes ou non)

++

Radis fourrager anti-nématodes

+++

Radis chinois

+++

Caméline

++

Colza fourrager

++

Phacélie

++

Trèfle Alexandrie

+

Vesce commune de printemps

+

RGI alternatif

++

Chlorofiltre DF Avoine + Phacélie

+++

Chlorofiltre 31 Avoine + Vesce + Trèfle Alexandrie

+++

01/08 au 15/09 01/08 ++ 0 15 au 15/09 15/07 ++ 0 7 au 15/09 15/07 ++ + 2,5 au 15/09 01/08 ++ 0 10 au 15/09 01/08 ++ +++ 10 au 15/09 10 en 15/07 au +++ + mélange 15/08 15/07 50 au +++ 0 en pur 20/08 15/07 20 au ++ 0 en pur 30/09 Les mélanges 15/07 ++ +++ 25 au 30/09 15/07 +++ 0 25 au 30/09 ++

0

10

Mélopro Tropic Millet perlé fourrager + Trèfle d’Alexandrie Nouveauté

Chlorofiltre ST Avoine + Seigle multicaule

Mélange AVS Avoine + Vesce + Seigle multicaule

Mélange Estival Moha + Trèfle Alexandrie

Prota Plus First RGI alternatif + Trèfle incarnat

18

coûteuse. E Semence Espèce à mélanger.

-7°C

semer tôt pour obtenir un B A couvert significatif, à associer

-10°C

grimpante G Légumineuse à associer à une autre espèce

<à -15°C

hivernant à associer à G Couvert une légumineuse.

-10°C -10°C

+++

+

15-22,5

+++

++

0

25

+++

+++

0

25

++

+++

+

25

15/07 au -10°C 15/08

++

+++

+

30

15/07 < à au 15/10 -15°C

+

+++

++

Eco Fix Moha + Nyger + Caméline

-7°C

+++

Chlorofiltre symbiose Vesce + Trèfle Alexandrie + Trèfle incarnat + Trèfle Balansa

15/05 au 15/07

+++

Favorable

++

+

Facile à implanter et bon piège B à nitrate. Dépressif sur maïs. Attire les limaces. Système racinaire très puissant. E Attire les limaces. Dépressif sur maïs. Rapidité de croissace et C couverture de sol. Racine à effet décompactant et structurant. Crucifère moins sensible au A stress hydrique qu’une moutarde. Implantation facile. Fourrage dès l’automne : en B pâturage ou affouragement Effet dépressif sur maïs.

-7°C

15/08 < à au 15/10 -15°C 15/07 < à au 30/09 -15°C

5-10 en mélange 15/07 au -10°C 20 en 15/09 pur Moha, 15/07 Nyger 7-8 au -1°C 31/08 Caméline -10°C Peu adapté

Chevelus racinaire dense et D complémentaire. Bonne rupture parasitaire. Destruction facile. Forte production de biomasse. C Effet positif comme précédent. Destruction assez facile. Semis précoce fauche ou pâture, de très D-F Pour bonne valeur alimentaire (riche en protéines). Tolère un semis tardif. B Rupture parasitaire dans les rotations. Couvert hivernant. Très forte production de biomasse. B Effet positif comme précédent. Destruction assez facile. Rendement élevé en fourrage, et riche en protéïnes. En D appétant pâture, affourragement ou ensilage (avant épiaison du Moha). Bonne production de biomasse. H Possibilité de faire deux coupes : une à l’automne et une au printemps. Mélange de légumineuses prêt C à l’emploi. A associer à d’autres espèces. Bonne résistance chaleur et sécheresse. Destruction facile B (Moha et Nyger très gélifs) Nyger sensible aux ! rémanences de sulfonylurées


Les CIPAN

Outre l’aspect réglementaire, les intérêts agronomiques d’un couvert végétal en inter-cultures sont multiples : - piégeage d’éléments fertilisants - fixation de l’azote par les légumineuses - valorisation possible en fourrage - amélioration de la structure du sol - stimulation de l’activité biologique du sol - augmentation de la teneur en matière organique Le choix de la culture intermédiaire se fait selon plusieurs critères : - la date d’implantation - l’orientation : fourrage ou non - la durée - la rotation de la parcelle : betterave, maïs, … - le type de destruction.

!

Rémanence des sulfonylurées !

La forte sécheresse de ce printemps a limité la dégradation des sulfonylurées appliquées en céréales (Atlantis…). Par la suite la pluviométrie de juin et juillet a atténué ce phénomène. Mais à fin juillet, le bilan reste déficitaire de 20 % depuis l’application des herbicides. En conséquence, nous estimons que cette situation ne devrait pas affecter l’implantation des légumineuses et certainement peu le développement des couverts à base de moha, nyger, millet et sorgho.

Destruction Mode de destruction Destuction par le gel

Labour direct Destruction mécanique par roulage, fauche ou broyage

Type de couvert Espèces sensibles au froid moha, sorgho, phacélie, moutarde, nyger, trèfle d’Alexandrie, avoine Activert, vesce commune de printemps Couverts peu développés Espèces dicotylédones bien développées

Destruction mécanique avec travail du sol

Tous types de couverts, hors présence de vivaces

Atouts Pratique et économique

Limites Sensibilité au gel très variable Date de destruction non programmable

Structure du sol préservée Prolongation des effets du couvert

Résidus en surface de sol Nécessite un labour ou du semis direct Sol froid Coût élevé du broyage Réduction du bénéfice des couverts sur la structure de surface Risque de compaction

Réchauffement du sol Préparation du lit de semences

19


Le Service Technique du Comptoir vous accompagne à chaque étape

Protection des feuilles

Se prémunir contre les mycotoxines

Couverture :

Lutte contre les ravageurs du sol

35, route de Strasbourg 67270 Hochfelden Tél. 03 88 89 09 09 Fax Technique: 03 88 89 09 22 Fax Commercial: 03 88 91 95 91

Guide technique automne 2011  

Guide technique automne 2011

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you