Issuu on Google+

Au fil de Caux Le magazine de la Communauté de Communes de Saint-Romain-de-Colbosc EPRETOT • ETAINHUS • GOMMERVILLE • GRAIMBOUVILLE • OUDALLE • LA CERLANGUE • LA REMUEE • LES TROIS PIERRES • SAINNEVILLE SUR SEINE • SAINT AUBIN ROUTOT • SAINT GILLES DE LA NEUVILLE • SAINT LAURENT DE BREVEDENT • SAINT ROMAIN DE COLBOSC • SAINT VIGOR D'YMONVILLE • SAINT VINCENT CRAMESNIL • SANDOUVILLE

Automne 2012

N°9

DOSSIER SPÉCIAL

Parc Eco-Normandie Actualités » Premiers coups de pelle

pour la Maison de Santé • 14

actualités » Eco'Akt : 2 jours pour

devenir éco-citoyen • 11

culture » École de musique :

rentrée de septembre • 16


Éditorial

SOMMAIRE 4

➜ tourisme 

Le réseau de randonnées fait peau neuve !

Didier Sanson

E

Président de Caux Estuaire

n cette rentrée 2012, Caux Estuaire a choisi de mettre en avant le projet de développement du Parc Eco Normandie. Dans ce dossier de 4 pages, vous découvrirez les témoignages des entreprises déjà installées, mais également les projets que la Communauté de Communes va mettre en œuvre pour les années à venir ? En ces temps difficiles, l’activité économique reste le point central de nos motivations et de nos projets d’avenir. Déployer une nouvelle activité sur ce site exceptionnel représente un enjeu majeur. Il s’agit d’offrir en un seul même lieu : un superbe cadre de vie avec le parc du château à deux pas, de la haute technologie avec le Très haut Débit, et une position stratégique à quelques minutes des autoroutes et du Port et de la Zone Industrielle. Le Développement Durable fait lui aussi l’actualité cet automne. L’opération « Foyers Témoins » réalisée au Printemps a été concluante : nous pouvons tous réduire facilement nos déchets et participer activement à la préservation de notre planète. De participation active, il sera également question lors de la journée Eco’Akt au Château de Gromesnil le 6 octobre prochain. Pour devenir un éco-citoyen, plusieurs animations seront proposées avec une nouveauté cette année : un atelier de cuisine. Enfin vous découvrirez les premières images du chantier de la Maison de Santé Pluridisciplinaire. La Communauté de Communes poursuit ses actions pour améliorer votre cadre de vie et vous permettre de « mieux » vivre sur le territoire, c’est le fil rouge de cette actualité foisonnante de rentrée. Je vous souhaite une bonne lecture.

Le magazine de la Communauté de Communes de Saint-Romain-de-Colbosc Magazine trimestriel Caux Estuaire, Communauté de Communes de Saint-Romain-de-Colbosc 5 rue Sylvestre Dumesnil, BP 117, 76430 Saint-Romain-de-Colbosc. Tél : 02.35.13.36.90 Fax : 02.35.13.87.79 - Mail : contact@caux-estuaire.fr - www.caux-estuaire.fr Directeur de la publication : Didier Sanson, Rédacteur en chef : Stéphanie Girard. Rédaction : Scoop Communication, Stéphanie Girard, Caroline Girodet. Réalisation : BDSA Le Havre Crédits photos : Vincent Rustuel (angelssea.com), © Istockphoto.com, © Jean-François Bérubé, ©Patrick J. - Fotolia.com Imprimé par la Petite Presse sur papier cyclus Print - Tirage à 9.000 ex. ISSN 2118-4240. Dépôt légal à parution.

2

5

tourisme

Vue à 180° sur l'estuaire 6

➜ d  éveloppement durable

Une gestion différenciée des espaces verts

7

➜ D  OSSIER SPÉCIAL

Parc Eco-Normandie :

en route pour le développement ! ➜ • Une zone d'activités en devenir 10

➜ • Quel avenir pour le château

11

➜ actualitéS

de Gromesnil et son parc ?

Devenez éco-citoyen

12

➜R  UDOLOGIE

14

➜ ACTUALITÉs

Opération foyers témoins : moins de déchets, c'est possible ! Premiers coups de pelle pour la Maison de Santé

15

➜ Actualités

Nouvelle intercommunalité : « l’intérêt général doit primer »

16

➜C  ULTURE

• École de musique : rentrée de septembre • Agenda


BRÈVES

➜S  uccès pour la Fête du

cirque !

Cette année encore, la Fête du Cirque a rencontré un vif succès les 2 et 3 juin derniers. 2 500 visiteurs se sont pressés dans le parc du Château de Gromesnil pour assister à un ou plusieurs des 12 spectacles proposés. Chacun a pu trouver son bonheur parmi une programmation éclectique : poésie, amour, humour, épopées rocambolesque, frissons, cavalcades… Les spectacles de qualité et la météo clémente ont su ravir le public, venu profiter du week-end en famille. Des artistes comblés par le soleil normand et une audience réceptive, un public conquis par les spectacles de grande qualité : rendez-vous le 1er et 2 juin 2013, pour la 3ème édition du Festival !

➜À  vos marques ! Les 5èmes Foulées de la Communauté auront lieu le dimanche 30 septembre. 3 parcours : semi-marathon, saromanaise et marche des châteaux. Que vous soyez novice ou confirmé vous pouvez participer. Inscription avant le 22 septembre. www.gaccsr.com ➜R  éduisons nos déchets Caux Estuaire participe à la Semaine européenne de réduction des déchets du 17 au 25 novembre : visites guidées pour les habitants de l’incinérateur des déchets ménagers, du centre de tri des déchets recyclables et de la plateforme industrielle de compostage des déchets verts. Inscription obligatoire avant le 1er novembre : 02 35 13 36 90

➜L  ocal à louer Il reste un local à louer au sein de l’Hôtel d’entreprises de Caux Estuaire comprenant 250 m² d’atelier, 150 m² de bureau, 12 places de stationnement et un terrain d’environ 800 m². Loyer 2012 : 24 756 € HT (annuel) Très Haut Débit (à venir courant 2013).

➜ No  uveaux horaires

Contact : Estelle BOURCIER – 02.35.13.51.05 estelle.bourcier@caux-estuaire.fr

pour la déchetterie

Les horaires d’ouverture de la déchetterie de Saint-Romain-de-Colbosc ont été modifiés afin de garantir un meilleur service correspondant aux attentes des usagers. Eté ( 1er avril au 31 octobre ) Lundi Mardi ➜U  ne nouvelle piscine Les orientations du projet de construction d’une nouvelle piscine intercommunale, en remplacement de l’actuelle, ont été validées. Au programme, un bassin de natation de 25 m, un bassin natation/loisirs/ animations, un espace dédié à la petite enfance et un espace extérieur dédié à la détente adulte avec un bassin nordique.

après-midi

8h30-12h00

13h30-18h00

Fermée

13h30-18h00

8h30-12h00

13h30-18h00

fermée

fermée

Vendredi

8h30-12h00

13h30-18h00

Samedi

8h30-12h00

13h30-18h00

Mercredi Jeudi

Hiver ( 1er novembre au 31 mars ) Lundi Mardi

➜L  e miel et les abeilles A l’occasion de la Fête de la nature, organisée au mois de mai, 11 classes de primaire ont participé à une animation de sensibilisation sur le rôle des abeilles dans la nature, proposée par le Syndicat Apicole de Haute-Normandie ainsi que le CIVAM de HauteNormandie (Centre d’Initiation et de Vulgarisation de l’Apiculture Moderne).

matin

matin

après-midi

8h30-12h00

13h30-17h30

fermée

fermée

8h30-12h00

13h30-17h30

fermée

fermée

Vendredi

8h30-12h00

13h30-17h30

Samedi

8h30-12h00

13h30-17h30

Mercredi Jeudi

Retrouvez toutes ces infos sur www.caux-estuaire.fr.

Automne 2012 N°9

3


brèves ➜ êTES-VOUS plutôt VÉLO, TRAIN OU VOITURE ? Les considérations économiques, environnementales et de santé publique incitent aujourd’hui à promouvoir l’usage des transports en commun (train, bus) et des modes doux, ou non motorisés, essentiellement marche et vélo. Sur le territoire communautaire plusieurs problématiques avaient déjà été identifiées : déplacements liés au travail vers les principales aires d’emplois (7 habitants sur 10 ont leur emploi à l’extérieur du territoire), mobilité des jeunes en lien avec l’école et les loisirs, alternative à l’automobile en lien avec les réseaux de transports collectifs et le développement des modes doux… Bien que n’ayant pas la compétence « Transports », Caux Estuaire a donc engagé un Schéma Local de Déplacement afin de définir les actions qu’il serait souhaitable de mener sur son territoire pour les dix années à venir. La démarche intègre également une réflexion particulière, menée en parallèle, sur les déplacements non motorisés qui prend la forme d’un Schéma Directeur Intercommunal des Déplacements Modes Doux. Le travail a démarré ce printemps et devrait s’achever en fin d’année.

tourisme

Le réseau de randonnées fait peau neuve ! Désormais inscrit au Plan Départemental des Espaces, Sites et Itinéraires, le réseau des chemins de randonnées du territoire de Caux Estuaire se modifie. L’occasion d’améliorer la signalétique et la sécurité des parcours. Pourvu d’une quinzaine de boucles, le territoire de Caux Estuaire propose actuellement plus de 100 km de parcours de randonnées sur chemins ou sur routes. Dans le cadre de sa compétence tourisme, l’intercommunalité a en charge l’entretien des chemins de randonnées et assure la promotion de ses boucles. Afin de rendre plus attractif son réseau de randonnées, Caux Estuaire a souhaité inscrire ses boucles au Plan Départemental des Espaces, Sites et Itinéraires (PDESI), géré par la Cellule Sport de Nature du Département de la Seine-Maritime. Une initiative permettant de participer à un réseau cohérent au niveau départemental et de bénéficier de subventions.

➜C  ouleur nature L’Office de tourisme du Havre et le Point Info Tourisme de Saint-Romain ont organisé le 16 juin dernier la première Fête du tourisme rural. Réunis au Château de Gromesnil, une vingtaine d’exposants ont présenté leur activité, leur savoirfaire et leurs produits. Une belle image de la ruralité.

4

De nouveaux tracés Dans le cadre de cette inscription, le réseau des chemins de randonnées a connu des modifications demandées par le Comité Départemental des Espaces, Sites et Itinéraires. Le tracé d’un chemin de randonnée devant s’adapter continuellement à son environnement (nouvelles routes, augmentation du trafic…), ces modifications ont permis de résoudre des problèmes de sécurité, notamment pour les traversées de routes. Les modifications proposées par Caux Estuaire ont été validées et font aujourd’hui le bonheur des usagers. « Nous sommes déjà allés reconnaître ces nouveaux parcours, souligne Danièle Bobée, responsable de l’activité du club de randonnée de la Maison Pour Tous à Saint-Romain-de-

Colbosc. Pour nous, les randonneurs, ces modifications sont une aubaine, elles permettent de changer les programmes car il y a certains chemins que l’on connaît maintenant par cœur. Nous sommes donc très contents lorsqu’il y a de nouvelles boucles à découvrir. C’est également très positif pour ceux qui viennent en vacances dans notre région. Cela permet de valoriser nos paysages locaux et notre territoire ».

Signalétique et balisage L’ensemble des tracés étant validé, une signalétique va être mise en place avec notamment l’installation de panneaux RIS (Relais Info Services), de totems de départ, de balises de jalonnement et du balisage peinture. Les balisages peinture seront réalisés par les associations locales. Dès le printemps prochain, Caux Estuaire éditera une carte générale présentant l’ensemble des boucles et des fiches circuits. Ces documents seront également téléchargeables sur le site Internet www.caux-estuaire.fr


tourisme

Vue à 180° sur l’estuaire Surplombant l’estuaire de la Seine à 100 mètres d’altitude, les belvédères de Sandouville et de Saint-Vigor-d’Ymonville offrent un point de vue remarquable où se côtoient nature et industrie. Un balcon grandeur nature à couper le souffle ! « C’est le Pont de Normandie à droite ? Et là-bas au fond, qu’est-ce que c’est ? » « Le phare de Saint-Samson de la Roque. Et là, en bas, les prés salés et plus loin, la réserve naturelle ». Découvrir la Seine et son environnement vus du ciel, ou presque, est désormais possible et facile grâce à l’aménagement des deux belvédères de Sandouville et de SaintVigor-d’Ymonville. Une initiative d’abord engagée par l’association La Hêtraie en 2009 (inspirée par le Conseil de Développement) et à laquelle s’est ensuite associé Caux Estuaire dans le cadre de sa compétence « tourisme ». L’association a su fédérer les savoirs pour informer les touristes des trois facettes de l’Estuaire (son cadre naturel, son histoire et son économie) tandis que Caux Estuaire a apporté son savoir-faire en matière de maitrise d’ouvrage et le financement des investissements réalisés. Des points de vue aménagés et sécurisés Véritables balcons sur l’estuaire, ces espaces, aujourd’hui aménagés et

sécurisés, offrent des lieux privilégiés pour découvrir, en famille ou entre amis, l’environnement de l’estuaire de la Seine et notamment le patrimoine naturel et industriel de notre territoire. Sur place, des bancs pour se reposer, une table pour pique-niquer à Sandouville, une table d’orientation pour repérer les sites, les entreprises et les spécificités du milieu naturel, des panneaux d’information sur la faune et la flore, la zone industrielle et l’histoire pour découvrir toutes les richesses de l’estuaire de la Seine, sont à disposition des visiteurs. Après avoir garé sa voiture sur les parkings aménagés, une promenade à pied de quelques minutes sera nécessaire pour accéder aux belvédères. Attention donc, à ne pas oublier de bonnes chaussures ! Les plus courageux pourront également prolonger la balade sur les chemins de randonnées. Les deux sites, maillons indispensables à la réalisation d’une offre complète et diversifiée de tourisme rural, ont été aménagés pour un montant de 88 000 euros, comprenant la sécurisation des

sites, les accès, la signalétique et le mobilier d’interprétation du patrimoine. Ces panoramas montrent au grand public le visage à double facette du territoire et révèlent la nécessité de préserver notre espace naturel tout en donnant le souffle nécessaire au développement économique. Belvédère de Sandouville Lieu-dit « Le vachat » Coordonnées GPS latitude : 49.491630 longitude : 0.304400 Plan d’accès à télécharger sur www.caux-estuaire.fr Belvédère de Saint-Vigor-d’Ymonville Cap du Hode Coordonnées GPS latitude : 49.486900 longitude : 0.348600 Plan d’accès à télécharger sur www.caux-estuaire.fr Point Info Tourisme Rue de l’hôtel de Ville, près de la Poste 76430 Saint-Romain-de-Colbosc 02 35 13 86 49 pointinfotourisme@caux-estuaire.fr

Automne 2012 N°9

5


développement durable

Une gestion différenciée des espaces verts Quinze agents techniques des communes membres de Caux Estuaire ont été formés à la gestion différenciée des espaces verts dans le cadre de la convention d’objectifs conclue avec la Maison Familiale Rurale. Une formation prônant des techniques alternatives plus respectueuses de l’environnement. La gestion différenciée ? Késako ? Ce nouveau mode de gestion consiste à gérer les différents espaces verts d’une commune en adoptant le type d’entretien le plus approprié en fonction de la localisation, de l’utilisation et de la fonction paysagère du lieu. Elle permet le développement de la biodiversité, la réduction des besoins d’arrosage, et la limitation de la pollution des sols et de l’eau en optant pour une utilisation raisonnée des produits phytosanitaires, comme les pesticides et les engrais chimiques. En adaptant l’entretien à chaque espace vert, la gestion différenciée opère un changement du paysage. Les massifs floraux pourront ainsi être composés d’essences locales, et le sol recouvert de paillage (copeaux de bois, broyats de végétaux…) pour maintenir l’humidité du sol et limiter l’arrosage. Certains espaces seront tondus moins souvent ou partiellement pour laisser la végétation pousser et offrir un abri et de la nourriture aux petits animaux et insectes. La gestion différenciée permet donc également le retour des coccinelles et des insectes pollinisateurs comme les abeilles ! Une formation spécifique Afin de permettre aux agents techniques d’utiliser ces nouvelles méthodes alternatives, plus respectueuses de notre environnement, Caux Estuaire a organisé, de janvier à juin 2012, une formation spécifique délivrée par la Maison Familiale 6

Rurale (MFR) dans le cadre de la convention d’objectifs conclue pour la période 2011-2014. Parmi les communes participantes : La Cerlangue, Etainhus, Gommerville, Graimbouville, Oudalle, La Remuée, Sainneville-sur-Seine, SaintAubin-Routot , Saint-L aurent-deBrévedent, Saint-Romain-de-Colbosc, Sandouville et les Trois Pierres, soit douze communes sur seize. « Quatre journées de formation ont eu lieu au cours de ces six mois, souligne Anne-Sophie David, coordinatrice développement durable à Caux Estuaire. Les trois premières journées ont eu lieu à la MFR et la dernière s’est déroulée sous la forme d’une visite de la commune de Mesnières-en-Bray qui a opté pour une gestion différenciée de ses espaces verts depuis dix ans. Une autre demi-journée est également prévue en octobre pour faire le bilan de cette formation avec les agents ». Le coût de cette formation est supporté à 50/50 par Caux-Estuaire et l’Agence de l’Eau Seine-Normandie. Un nouveau paysage pour demain ? La mise en place de la gestion différenciée des espaces verts s’opère progressivement dans le temps, sur plusieurs années. Pour les communes qui auront adopté ce mode de gestion durable et écologique de leurs espaces verts, les premières réalisations ne pourront être visibles qu’à partir du printemps prochain. La pratique de la gestion différenciée

modifie notre perception visuelle des espaces verts et peut bousculer l’image habituelle que l’on se fait d’un site « entretenu ». Les herbes hautes sont souvent, dans l’esprit des usagers, synonymes de zones délaissées… Alors que dans un contexte de gestion écologique, ces espaces peuvent être perçus comme esthétiques et harmonieux. Il est important de rappeler qu’un espace plus naturel n’est pas un espace « négligé ». Plus d'infos : www.eau-seine-normandie.fr


dossier spécial : Parc Éco-normandie

En route pour le développement ! Acheté en 2011 par Caux Estuaire, le Parc Eco-Normandie fait aujourd’hui l’objet d’un projet d’aménagement prioritaire dans le développement économique et touristique du territoire. Outre les neuf entreprises déjà implantées sur le site, l’hôtel d’entreprises et l’atelier locatif, le parc regroupe le château de Gromesnil, ses dépendances et 50 hectares de terrain. Une consultation a été lancée afin de définir l’aménagement global du parc à vocation économique, l’organisation de son espace et ses besoins, notamment en matière de voiries et de réseaux, avec pour objectif la vente d’une quarantaine de parcelles à destination des professionnels. Une étude sur l’aménagement du château et de ses abords a également été lancée dans le but d’un éventuel projet touristique, culturel et de loisirs.

Une zone d’activités en devenir Depuis 1993, le Parc Eco-Normandie s’est développé et équipé pour accueillir une zone d’activité économique de qualité sur le territoire de Caux Estuaire. C’est d’abord par l’aménagement du Clos de la Ferme en 1993-1994 par le Syndicat mixte du Parc technologique régional des Plateaux (regroupant la Ville du Havre, Caux Estuaire et le Conseil Général de la Seine-Maritime), alors propriétaire du site, que le Parc Eco-Normandie a vu le jour autour du château de Gromesnil à Saint-Romain-de-Colbosc. Situé dans un environnement exceptionnel à deux pas des grands donneurs d’ordres de la zone industrielle du Havre, il offre alors un cadre et un lieu d’accueil idéal aux activités tertiaires et d’artisanat. Le succès de son Hôtel d’entreprises, construit en 2005 par Caux Estuaire, confirme ensuite l’intérêt des entreprises

pour une localisation et des prestations haut de gamme. « Ce qui a attiré les entreprises à venir s’installer ici est la proximité de la zone industrielle avec l’autoroute et donc la rapidité pour y accéder, souligne Estelle Bourcier, chef de projet « zones d’activités » à Caux Estuaire. Il n’y a pas les contraintes du centre-ville et le prix des terrains est compétitif par rapport aux zones de l’agglomération havraise. Le cadre paysager du parc a également beaucoup plu aux chefs d’entreprises ». En 2007, Caux Estuaire décide de construire un atelier locatif, dans la même architecture que les modules de l’Hôtel d’entreprises, afin de répondre à la demande spécifique de la société Pétroval Automne 2012 N°9

7


maintenant installée sur le Parc EcoNormandie. Un choix visant à développer la zone d’activité et à dynamiser ainsi le secteur. ➜ Changement de propriétaire

Désireux d’offrir au parc tout son potentiel de développement, Caux Estuaire choisit en 2010 de racheter, dans le cadre de sa compétence Développement économique et Aménagement du territoire, l’ensemble du Parc Eco-Normandie et en devient ainsi la seule propriétaire en 2011. « La Communauté de Communes a souhaité dynamiser la zone et la meilleure façon de le faire, et de le faire plus rapidement, était de devenir l’unique propriétaire, poursuit Estelle Bourcier. Cela rendait les choses plus faciles pour gérer l’ensemble de l’aménagement du parc ». Très vite, les élus de Caux Estuaire choisissent de donner au site une double vocation économique et tourisme-loisirssport et lancent, au cours du premier trimestre 2012, une étude d’urbanisme pour définir un plan d’aménagement de la zone à vocation économique. ➜ Étendre la zone d’activités

Après un diagnostic mettant en avant une forte satisfaction des neuf entreprises présentes sur le Parc Eco-Normandie,

malgré quelques améliorations restant à apporter (signalétique…), il est apparu que le parc d’activités n’a pas aujourd’hui le développement qu’il mérite. Clairement établi, le plan d’aménagement vise donc à étendre la zone d’activités tout en trouvant le juste équilibre entre l’aménagement économique et le respect du site et de son environnement. Parmi les objectifs définis dans le plan : l’aménagement d’une entrée de la zone

d’activités visible, la cohérence des projets alentours avec la réflexion de l’aménagement, l’assurance d’une greffe avec le tissu urbain, mais aussi la protection de la lisière de la forêt, la délimitation des périmètres d’impact des cavités souterraines, la valorisation de l’axe de ruissellement, l’irrigation du parc… L’étude d’urbanisme a également établi que le projet d’extension de la zone d’activités devra proposer une offre de proximité, plus facilement commercialisable et tournée vers les PME-PMI et l’artisanat mixte. Pourront également être proposées des offres pour l’implantation de professions libérales et niches spécialisées ainsi que quelques grands terrains. ➜ Début des travaux en 2014

Installée depuis 2011, Smart Light, exporte des enseignes à LED

En 2011, GCMI a rejoint le Parc-Eco 8

L’extension de la zone se répartira de la façon suivante : un tiers de petits terrains de 2 000 à 5 000 m², un tiers de terrains moyens de 6 000 à 14 000 m² et un tiers de grands terrains de plus de 15 000 m². Outre l’arrivée de la fibre optique sur le Parc Eco-Normandie, prévue pour le début de l’année 2013, une fois les routes, réseaux, espaces verts et aménagements de gestion de l’eau réalisés, 235 000 m² de terrains pourront être commercialisés. Le prix de vente des parcelles pourrait fluctuer entre 25 et 30 € le m² HT. Le coût total de l’aménagement (foncier, travaux, études et frais divers) est estimé à 6 900 000 € HT environ. Une étude de maîtrise d’œuvre sera réalisée en 2013 pour affiner le projet et préparer la phase de travaux qui pourrait débuter fin 2014.


dossier spécial : Parc Éco-normandie

" L’endroit est bucolique, c’est un vrai privilège " Christian SOUABE, gérant de BMI Axelent

Installée sur le Parc Eco-Normandie depuis 2001, la société BMI Axelent distribue des panneaux grillagés et développe des systèmes de protection pour l’industrie, la logistique et le bâtiment. Spécialisée dans la chaudronnerie fine depuis 20 ans, CPM conçoit et fabrique des prototypes dans les domaines de l'agroalimentaire, l'aéronautique, la mécanique générale… C’est en 2008 qu’elle a choisi de poser ses valises sur le Parc Eco-Normandie. « CPM a été créé il y a 22 ans par mon père, un ancien chaudronnier surnommé «  Géotrouvetout  » car passionné d’ingénierie. Nos anciens locaux étaient installés sur la zone industrielle d’Oudalle. Nous repoussions les murs tous les cinq ans mais au bout d’un moment, il n’y avait plus de logique de production. Nous avons donc souhaité repartir de zéro. Un environnement naturel à proximité du Havre Nous avons cherché un site accueillant et en accord avec notre démarche écocitoyenne. Le Parc Eco-Normandie

« Avant de venir ici, nous étions installés dans le quartier de l’Eure de la ville du Havre. Les conditions de déchargement étaient difficiles, nous devions donc trouver un nouvel endroit pour implanter l’entrepr i se . J ’aimai s beaucoup le cadre du Parc EcoNormandie et c’était le seul endroit,

parmi ceux que l’on m’avait proposés, qui offrait une qualité environnementale. Comme je privilégie le cadre pour mes collaborateurs et moi-même, nous avons choisi de nous y installer. C’est proche de mon domicile, l’endroit est bucolique, on peut aller courir et marcher, c’est un vrai privilège. Nous avons, depuis, structuré l’entreprise, créé des postes de marketing, un service commercial et un bureau d’étude. Depuis que nous sommes installés sur le Parc Eco-Normandie, nous avons multiplié notre chiffre d’affaires par dix. Un nouveau projet d’implantation Aujourd’hui, nous sommes leader en France dans notre secteur et nous avons deux autres activités en ligne de mire. Mais pour nous développer, nous avons besoin de l’outil qui permet de le faire. On a donc un nouveau projet d’implantation sur le site, à côté de notre bâtiment, afin de nous agrandir. En plus de nos 600 m² actuels, nous allons construire un autre bâtiment de 1200 m² ».

" Le parc donne une image positive de l’entreprise " Elise HAUTERS, directrice générale de CPM répondait à cela : il est proche du Havre tout en étant dans un contexte naturel. L’environnement et les paysages y sont remarquables : ça ne peut être qu’attirant et c’est une belle vitrine pour nos clients car le parc donne une image positive de l’entreprise. De plus, le foncier y est attractif et la Communauté de Communes ainsi que la commune de S a i n t - R o m a i n - d e - C o lb o s c s o n t

dynamiques en matière d’aménagement du territoire . Cela offre un bel équipement pour nos salariés. Aujourd’hui, nous envisageons d’acheter le terrain derrière nos locaux pour nous agrandir. Nous avons le projet d’y construire un nouveau bâtiment de production, visuellement agréable et qui s’intègre bien dans l’espace paysager. Nous nous voyons bien vieillir ici ». Automne 2012 N°9

9


dossier spécial : Parc Éco-normandie

Quel avenir pour le château de Gromesnil et son parc ? Lancée en juin dernier par Caux Estuaire, l’étude d’aménagement à vocation de culture, loisirs, sports et tourisme, autour du château de Gromesnil, livrera ses premiers résultats dès décembre prochain. Comment trouver des activités qui ne ferment pas le site du château à la population  ? Comment concilier la cohabitation de ce futur espace situé autour du château avec la zone d’activités existante, mais aussi avec le développement de cette zone ? Comment préserver la possibilité de réaliser des activités culturelles et événementielles, ou encore, comment trouver un juste équilibre entre l’implantation de nouvelles activités, la préservation des arbres et l’utilisation des bâtiments présents sur le site ? Autant de questions qui ont conduit les élus communautaires à lancer une étude d’aménagement à vocation de culture, loisirs, sports et tourisme autour du

10

Organisez vos évènements dans un lieu de prestige et de nature ! Le château de Gromesnil et son parc offrent un cadre d’exception à vos réceptions. Il est proposé à la location pour les particuliers et les professionnels pour tous types de réception (réunions d’affaires, séminaires, mariages, réceptions privées, événementiel…). Le château peut accueillir jusqu’à 200 personnes et est accessible aux handicapés. Pour plus d’informations et voir les disponibilités de location en un clin d’œil : www.gromesnil.fr

château de Gromesnil, jusqu’à lors principalement utilisé pour accueillir des réceptions privées ou des manifestations culturelles et de loisirs. Une durée de 10 mois Démarrée le 26 juin 2012 pour une durée de 10 mois, l’étude vise à programmer la réalisation d’activités et d’équipements de qualité autour du château de Gromesnil tout e n te n a nt co mp te d e l a v o l o nté communautaire d’assurer un équilibre financier. Objectifs ? Réaliser des activités culturelles et de loisirs dans le parc du château et sur l’esplanade verte en face de

celui-ci, tout en préservant l’espace face au château et permettre l’implantation d’équipements hôteliers et de restauration. Dès le mois de décembre, à la fin de l’étude, Caux Estuaire aura à sa disposition un préprogramme de l’opération lui permettant d’él ab orer un proj e t déf initif de l’aménagement du château de Gromesnil et de son parc.


actualités

Devenez éco-citoyen Après le succès des « Journées Eco’Akt », il y a deux ans, Caux Estuaire organise le 6 octobre prochain une nouvelle manifestation de sensibilisation au développement durable et aux éco-gestes. L’occasion de rencontrer les producteurs locaux et les associations locales de protection de l’environnement. C’est sur le modèle des journées Eco-Akt, organisées en 2010, que Caux Estuaire a souhaité mettre en œuvre, durant deux jours, un événement de sensibilisation au développement durable à destination des scolaires (jeudi 4 octobre 2012) et du grand public (samedi 6 octobre 2012).

Ces deux journées organisées au Château de Gromesnil à Saint-Romain-deColbosc, proposeront d’aborder le thème du développement durable de façon con c rè te e t ludi que autou r d e s thématiques de l’alimentation, la consommation responsable, les déchets, la consommation d’énergie et d’eau, la biodiversité, le jardin, et de mettre en avant les acteurs locaux, engagés dans une démarche éco-responsable. La journée dédiée aux scolaires sera animée par l’association M AVD, s p é c i a l i s é e d a n s l’é d u c at i o n au développement durable, à travers des ateliers pédagogiques pour huit classes de CM1-CM2 du territoire de Caux Estuaire. Objectif : sensibiliser les élèves aux problèmes environnementaux et aux

pratiques éco-responsables et initier une dynamique dans les écoles par l’adoption d’actions éco-citoyennes. Découvrir et participer La journée du samedi, accessible à tous, accueillera, de 10h à 18h, à l’extérieur du château, des stands de producteurs locaux et à l’intérieur, des associations présentant des animations démonstratives et participatives. Une dizaine de stands sera répartie dans les différentes pièces du Châte au de Gromesnil, selon la thématique abordée. Parmi elles, l’association Le Ludokiosque proposera au public de fabriquer des jeux, jouets et objets avec des éléments naturels ré cup érés dans la nature. «  Le s participants pourront choisir leurs

matériaux et construire leur objet, avec mon aide, s’ils le souhaitent », précise Mireille Martini, responsable de l’association Le Ludokiosque. « Le stand s’adresse à tous, dès 3 ans, et permettra de laisser aller sa créativité en oubliant tout le reste ! ». L’occasion d’y créer bateaux, voitures, toupies, chevaux, etc.., en assemblant écorces, bouts de bois, feuilles… et de repartir avec sa création. « Ce sera aussi l’occasion de rencontrer d’autres personnes, d’échanger et de donner envie aux gens de reproduire ensuite d’autres objets chez eux ». Découverte, création et plaisir seront donc les maîtres-mots de ces deux jours ! Alors si vous aussi, vous souhaitez tout savoir, ou presque, sur les pratiques écoresponsables, rendez-vous le 6 octobre prochain au Château de Gromesnil !

Mireille Martini, le ludokiosque Automne 2012 N°9

11


rudologie

Le bilan en chiffres : les ordures ménagères résiduelles

-31% Opération foyers témoins : moins de déchets, -16%

les emballages et papiers recyclables

c’est possible !

Pendant 3 mois, 25 foyers témoins volontaires ont pesé leurs déchets, le premier mois sans changer leurs habitudes, et les deux mois suivants en adoptant quelques gestes de réduction. Une opération qui a permis de montrer que chaque foyer peut réduire sa production annuelle de déchets de près de 41 kg par habitant. C’est parce que le poids et le coût de traitement des déchets par foyer ne cesse d’augmenter chaque année, et que ce n’est ni bon pour l’environnement ni pour le porte-monnaie, que la Communauté de Communes a lancé, du 19 mars au 17 juin dernier, son opération foyers témoins. Destinée à sensibiliser la population sur sa capacité à jouer un rôle dans la protection de l’environnement en réduisant au maximum sa production de déchets, l’opération a consisté à mesurer la quantité de déchets produits par chaque foyer participant et à montrer que des gestes simples peuvent efficacement les réduire. Objectif : réduire de 20 kg, par habitant et par an, la production annuelle moyenne de déchets produits sur le territoire. Trier, réduire, peser… Durant trois mois, 25 foyers recrutés par Caux Estuaire sur la base du volontariat, se sont engagés à peser leurs déchets, en distinguant les ordures ménagères, les emballages recyclables et le verre. L’opération s’est décomposée en deux périodes : une période d’un mois sans changer les habitudes suivie d’une période de deux mois dite « préventive » où les familles se sont engagées à adopter plusieurs gestes de leur choix pour réduire leurs déchets tels que coller un Stop Pub sur sa boîte aux lettres, composter ses déchets, limiter les suremballages et sa consommation de papier… Chaque foyer 12

les déchets évités

-41kg

les déchets valorisés (compost)

+31%

Les 10 gestes proposés pendant l’opération

s’est vu remettre le matériel nécessaire à la pesée des sacs poubelles et a participé à une visite des centres de tri de Caux Estuaire. « Mon mari, mes 3 enfants et moi nous sommes proposés pour participer à cette opération, se souvient Lydie Grandin, résidant à Etainhus. Nous voulions prouver que réduire ses déchets est possible et simple. Pour nous, le geste le plus important réalisé durant cette opération a été de coller un Stop Pub sur notre boîte aux lettres. Cela nous a permis de réduire de 3kg nos déchets dans la poubelle jaune ».

• Choisir le bon conditionnement • Eviter le gaspillage alimentaire • Coller un autocollant STOP PUB sur la boîte aux lettres • Limiter sa consommation de papier • Boire l’eau du robinet • Préférer les sacs et emballages réutilisables • Réutiliser les objets • Eviter l’utilisation de piles • Fabriquer son compost • Gestes alternatifs

Sensibiliser les enfants

Coller l’autocollant Stop Pub, choisir le bon conditionnement et le compostage des déchets de cuisine.

Même constat du côté de Graimbouville chez Laurence Hauguel. Elle et sa famille ont adopté l’autocollant et ont constaté une baisse de 18 kg de leurs déchets papiers. « Nous avons également sensibilisé les enfants pour qu’ils n’impriment pas toutes leurs recherches sur Internet, car ils utilisaient souvent l’imprimante. Nous avons aussi installé un deu xième b ac à compost et désormais, je suis plus vigilante au volume des emballages des produits que j’achète ». Majoritairement constitués de familles de plus de trois personnes, les foyers témoins ont ainsi pu constater que la production de déchets, obser vée à l’issue de l’opération, avait diminué avec le nombre de gestes supplémentaires pratiqués. Bien

Les gestes les plus adoptés pendant l’opération

Plus des deux tiers des participants considèrent le compostage et l’autocollant Stop Pub comme les gestes les plus efficaces. que les foyers participant étaient déjà, pour la plupart, sensibilisés à la prévention des déchets, l’opération a permis de montrer que chaque foyer pouvait réduire sa production annuelle de déchets de près de 41 kg par habitant. « Cette expérience nous a permis de voir que réduire ses déchets n’est pas compliqué, conclut Laurence Hauguel. C’est une question d’habitude. Il faut prendre le temps d’y réfléchir car on peut tous y gagner un peu ».


actualités

Premiers coup de pelles pour

la Maison de Santé ! Les travaux de la Maison de Santé Pluridisciplinaire ont débuté le 9 mai dernier à Saint-Romain-de-Colbosc. Construit dans le respect de l’environnement, le futur bâtiment rassemblera une vingtaine de professionnels médecins et paramédicaux dès 2013. C’est sous un temps peu clément que les engins de chantier ont investi en mai dernier le terrain de la future Maison de Santé Pluridisciplinaire afin de débuter les travaux de terrassement. Les intempéries du printemps, peu propices à ce type de travaux, ont ainsi provoqué, au cumul, deux semaines d’arrêt du chantier, programmé initialement pour une durée de 15 mois. La Maison de Santé, conçue pour répondre aux besoins locaux et aux nouvelles missions de santé publique, rassemblera, dès 2013, une vingtaine de professionnels médecins et paramédicaux sur la base d’un projet commun visant à faciliter les nouveaux modes d’exercice du soin de premier recours. Objectif : offrir des soins mieux coordonnés donc plus efficaces, un meilleur partage des informations relatives aux patients et permettre une mise en commun des compétences au service de la prévention, d u d é p i s t a g e e t d e l ’é d u c a t i o n thérapeutique. Un projet respectueux de l’environnement Avec un budget de 4 millions d’euros, le site de la Maison de Santé offrira dans un premier temps un espace de 1300 m² en rez-de-chaussée, avec une extension possible de 650 m² à l’étage. Le projet architectural retenu a été choisi pour sa q u a l i té e t l a p ro p o s i t i o n d’u n e construction respectueuse de l’environnement. « Dès le début du projet,

la volonté des élus était que celui-ci réponde non seulement aux exigences environnementales réglementaires mais aille même au-delà, souligne Sophie Detry, responsable Espaces et Bâtiments à Caux Estuaire. Les performances recherchées devaient être équivalentes au label Bâtiment Basse Consommation, voire Bâtiment à Energie Positive. Le projet retenu et conçu par le cabinet d’architecture « Studio BDA », répond à des critères très performants sur la gestion de l’énergie, la maintenance et la pérennité des matériaux et le confort hygrothermique ». La compacité, l’orientation du bâti, sa position vis-à-vis des constructions existantes, la bonne gestion des eaux pluviales, l’efficacité énergétique et tout ce qui peut permettre de limiter les futurs coûts d’exploitation de la future Maison de Santé, ont été privilégiés. Le bâtiment, recouvert de bois et ouvert sur la nature environnante, possèdera un toit plat permettant l’installation de terrasses végétalisées. Des panneaux photovoltaïques au dessus de l’entrée viendront en appoint de la pompe à chaleur tandis que l’intérieur offrira toutes les conditions architecturales pour accueillir les professionnels, médecins et paramédicaux : un cabinet médical, un studio, une salle de réunion/formation, une informatisation commune à tous les professionnels… En attendant de mesurer les performances énergétiques de la future Maison de Santé,

le chantier est, quant à lui, géré dans le respect de l’environnement. Outre la réduction des nuisances sonores, les déchets de chantier sont collectés par une entreprise spécialisée dans le tri et retraitement de ceux-ci. Une charte de « chantier vert » a ainsi été signée par toutes les entreprises participant à l’élaboration du bâtiment et plus généralement au chantier.

Automne 2012 N°9

13


Réforme territoriale

Nouvelle intercommunalité :

« l’intérêt général doit primer »

Réunis le 2 juillet dernier, les 54 maires concernés par le projet de fusion ont eu l’occasion d’échanger sur le projet de la nouvelle agglomération. Le projet éminemment stratégique pour l’avenir de la Pointe de Caux a pu faire l’objet de prises de positions « politiciennes » de la part de quelques élus locaux. Le Président de Caux Estuaire, Didier Sanson fait le point. FIL DE CAUX : Depuis décembre 2011, date à laquelle le Préfet a pris l’arrêté de schéma départemental de coopération intercommunale, quelles ont été les évolutions sur le sujet ? Didier Sanson, Président de Caux Estuaire : Après avoir reçu l’arrêté de schéma du Préfet, sur l’initiative d’Edouard Philippe, Président de la CODAH, les trois présidents ont réuni un comité de pilotage afin de travailler ensemble en amont sur ce que p ouv ait être cette nouvelle intercommunalité. J’étais entièrement d’accord avec cette démarche puisque depuis maintenant plus d’un an, j’ai toujours souhaité associer les élus au projet et travailler dans la plus grande transparence avec tout le monde. Mais les élus du Conseil n’étaient pas d’accord pour savoir lesquels d’entre eux allaient représenter Caux Estuaire. J’ai donc proposé que les 6 personnes de ce comité soient élues à bulletin secret. Nous avons procédé à ce vote en janvier 2012. Puis nous nous sommes mis au travail. FIL DE CAUX : Quel a été le travail de ce Comité de Pilotage ? Didier Sanson, Président de Caux Estuaire : Nous avons travaillé de manière régulière. Notre idée était rédiger et de proposer un projet de territoire à l’Etat, plutôt que d’attendre qu’il nous en impose un. C’était essentiel que le projet, les statuts de la collectivité, les compétences soient élaborées avec les élus de terrain, plutôt 14

qu’il nous soit imposé d’en haut, et que nous ayons ensuite à négocier avec l’Etat des adaptations. A chaque réunion, les élus des trois intercommunalités étaient présents et ont pu s’exprimer. Au sein de Caux Estuaire, les élus membres du comité de pilotage qui ont voté contre la fusion l’été dernier, étaient présents et ont participé à ce travail. En parallèle, la Communauté de Communes a organisé des réunions internes ouvertes à tous les conseillers municipaux qui le souhaitaient, avec le soutien de consultants spécialisés dans ces questions. Pour moi, il était important d’avoir du recul, un avis clair et objectif, l’avis d’un spécialiste extérieur, pour dépassionner le débat, expliquer les enjeux. Il s’agit de l’avenir d’un territoire, le nôtre, et les décisions qui seront prises vont dessiner une trajectoire de développement, donner une dynamique, un élan pour les générations futures. Il faut prendre un peu de hauteur, voir loin, plus loin que les mandats électoraux des uns et des autres. FIL DE CAUX : Que voulez-vous dire par « prendre de la hauteur » ? Didier Sanson, Président de Caux Estuaire : Je pense qu’il faut sortir des querelles politiciennes locales. Ce n’est pas ce qui intéresse les habitants. Moi-même je n’appartiens à aucun parti politique. La seule chose qui doit compter aujourd’hui c’est l’intérêt général. Nos concitoyens subissent la crise économique de plein fouet, l’action publique va devenir plus difficile car elle va avoir moins de moyens

financiers, et pourtant nous devons investir sur la Zone Industrielle et Portuaire, construire un Réseau Très Haut Débit de fibre optique pour les entreprises, développer le Parc Economique, faire vivre nos équipements. L’intérêt général doit primer avant toute chose. FIL DE CAUX : Que va-t-il se passer cet automne ? Didier Sanson, Président de Caux Estuaire : Difficile de savoir et de vous donner un calendrier ou un planning . Manuel Valls, Ministre de l’Intérieur, en juillet dernier a demandé aux Préfets d’aboutir à une mise en œuvre opérationnelle dès le 1er janvier 2013. Il leur a également demandé de relancer les concertations pour que les arrêtés de fusion soient pris avant la fin de l’année. Donc logiquement le projet devrait évoluer rapidement, sauf à ce que le Préfet revienne en arrière. FIL DE CAUX : Le comité de pilotage se réunira-t-il encore ? Didier Sanson, Président de Caux Estuaire : Mon unique priorité est de mener à bien des dossiers très importants pour Caux Estuaire. Nous continuons à travailler sur des sujets stratégiques : le Parc Eco Normandie, la construction de la Maison de Santé, le Très Haut Débit pour les entreprises, la lutte contre les inondations. Et vous savez, sur ces dossiers, le temps presse car ces équipements sont vitaux pour les habitants et les entreprises. Ce sont les priorités pour les mois à venir.


portrait

Agir pour protéger la biodiversité Depuis 30 ans, François Lenormand est à la tête de « La Sittelle », association visant à sensibiliser les enfants à la nature de proximité. Ses actions, centrées sur la connaissance et la protection de la biodiversité, font l’objet d’un partenariat avec Caux Estuaire.

C’est en feuilletant les pages de la revue « La Hulotte » que François Lenormand voit naître sa passion pour la connaissance et la protection de la nature. Il y découvre les clubs CPN (Connaître et Protéger la Nature) et décide, en 1982, d’en créer un à Saint-Vincent-Cramesnil, où il est alors instituteur. « À l’époque, on ne parlait pas de Développement Durable mais j’ai très vite été convaincu qu’il fallait éduquer les enfants à la nature, se souvient le président de « La Sittelle ». J’ai donc créé le club et j’ai emmené dans la nature une dizaine de gamins chaque mercredi après-midi. C’est là que j’ai réinvesti tous mes réflexes d’éducation populaire et d’instituteur ».

Se réconcilier avec la nature Apprendre à reconnaître les fleurs des bois, les plantes des talus, les insectes, les oiseaux… Jouer les explorateurs dans la forêt, observer les animaux des rivières et des mares, mais aussi apprendre à respecter la nature ordinaire, à découvrir les gestes simples qui protègent la faune et la flore, réaliser de véritables actions en faveur de l’environnement… Depuis 30 ans, François Lenormand œuvre à travers « La Sittelle », désormais installée à SaintLaurent-de-Brévedent, pour sensibiliser les enfants, mais aussi les plus grands, à la nature et à sa protection. « L’objectif est de leur faire prendre conscience qu’ils doivent se réconcilier avec la nature, qu’ils ne doivent plus en avoir peur et

qu’on y est bien, qu’une araignée qui tisse sa toile est un spectacle gratuit et dont on se souvient, poursuit celui qui conçoit désormais des outils pédagogiques au centre d’éducation à l’environnement CARDERE. Aujourd’hui, on n’est plus réceptif à la nature, on ne sait plus nommer les arbres, les oiseaux, les fleurs… On ne sait plus prendre le temps de flâner et d’écouter la nature. Initier à la nature, c’est aussi transmettre certaines valeurs fondamentales telles que le respect, le partage ou la solidarité ».

Des actions pour tous publics Consciente de l’atout que constitue l’existence de «  La Sittelle  » sur son territoire, ainsi que d'un espace aménagé par le club en faveur de la faune et de l'accueil du public sur la commune de Saint-Laurent-de-Brévedent, Caux E stuaire a souhaité établir ave c l’association un partenariat, d’une durée de trois ans, visant à mettre en place un programme d’actions et d’animations destinées au plus grand nombre. De la biodiversité dans les entreprises à la promotion de la culture naturaliste auprès du personnel de l’Espace des Farfadets en passant par des sorties grand public ou les animations, «  Les dimanche Nez au Vent », « Docteur en Mare » et « Instant Nature », le partenariat a pour but de mettre en avant les savoir-faire et la connaissance de la culture naturaliste de

« La Sittelle ». Car, comme aime à le rappeler François Lenormand, « éduquer à la nature, ça n'est pas seulement regarder les petits oiseaux ! C'est surtout faire comprendre les indispensables services rendus par la nature. La nature est notre assurance-vie ». Pour plus d’informations : www.lasittelle.org/ Automne 2012 N°9

15


CULTURE

agenda

La saison culturelle de Caux Estuaire

Ecole de musique : à vos instruments ! L’Ecole de Musique de Caux-Estuaire propose des cours pour les enfants dès 5 ans et les adultes. Vous avez envie de pratiquer d’un instrument, de vous perfectionner, ou d’initier vos enfants à la pratique musicale, c’est le moment de s’inscrire. L’enseignement comprend 3 rendez vous hebdomadaires différents et obligatoires : le solfège, le cours d’instrument et la pratique avec les autres musiciens (pratique d’ensemble). Les enfants sont acceptés en débutant 1ère année à 7 ans. Ils ne commencent un instrument qu’à compter de la deuxième année. Deux examens de Formation Musicale ont lieu durant l’année (février et juin). En juin, chaque enfant passe un examen d’instrument pour passer en classe supérieure. Caux Estuaire propose la location d’instruments aux élèves, pour une année scolaire, au prix de 30 € l’année. N’hésitez pas à interroger les professeurs sur ce point. Pour les plus petits • Eveil Musical (à partir de 5 ans) le mercredi de 10h30 à 11h30 • Initiation (à partir de 6 ans) le mercredi de 11h30 à 12h30 A partir de 7 ans : 1. cours de solfège (Formation Musicale): suivant les niveaux 1 h à 1 h30 de Formation Musicale par classe de 10 à 12 élèves. 2. cours individuels d’instruments de 30 ou 45mn selon niveau (planning donné à titre indicatif, horaires à fixer avec chaque élève ) • Violon –mercredi / jeudi /samedi • Violoncelle – lundi • Piano – tous les jours selon les niveaux • Clarinette - mercredi / samedi • Saxophone – lundi / mercredi / samedi • Trombone - lundi / mardi • Trompette - mardi / samedi • Guitare – mardi / samedi • Percussions – mardi / mercredi / jeudi • Batterie - lundi / samedi • Flûte - mercredi • Flûte traversière – samedi • Accordéon – jeudi / vendredi / samedi 3. Pratique d’ensemble (cours collectifs) : 1 heure par semaine

16

A noter : C’est au moment de l’inscription que vous fixerez avec l’enseignant votre emploi du temps. Les jours indiqués cidessous peuvent varier en fonction du nombre de demandes d’inscriptions. En cas d’affluence une liste d’attente pourra vous être proposée.

Tarifs annuels : Enfants 1 enfant : 200,00 € 2 enfants : 361,00 € 3 enfants : 490,00 € 4 enfants : 593,00 € 5 enfants : 673,00 € Adultes Formation Musicale et instrumentale : 491 € Formation Musicale : 223 € Cours instrumental : 335 € Location d’Instrument : 10 € par trimestre

Les rendez-vous de l’école : 30 septembre: Orchestre « Océane » les 5èmes foulées de Caux Estuaire SaintRomain-de-Colbosc, devant le Siroco 23 octobre : « Voyage Musical intersidéral » Classe de Piano d’I. Régnier avec les classes de Flûte Traversière (classe de N. Siourt) et Saxophone (classe de S. Guérout) Auditorium Karajan 21 novembre : Moment Musical automnal Auditorium Karajan 8 &9 décembre : Concert de Noël 12 décembre : Audition de Piano (classe de F. Tragin) Auditorium Karajan 15 décembre : Concert « Cosmic Puzzle » et « Le Café du Port » Le Siroco 19 décembre : « Noël à l’Hôpital » Hôpital de St Romain de Colbosc 22 décembre : Concert de Noël Inscriptions : Vendredi 7 septembre de 17 h à 19 h 30 Samedi 8 septembre de 10 h à 12 h. Distribution des horaires  : samedi 8 septembre à 14h. Les horaires de solfège seront affichés le 6 septembre à l’école. Renseignements : 02 35 20 04 93 ou ecolemusique.cauxestuaire@orange.fr

➜ Dimanche nez au vent Avec la Sittelle 23 septembre à 10h Gratuit ➜ Rando du Point Info Cueillette des champignons 23 septembre 13h45 Saint-Romain-de-Colbosc Gratuit, réservation obligatoire ➜ Sport. 5ème Foulées de la Communauté Semi-marathon 30 septembre, 9h Plus d’infos www.gaccsr.com

➜ Concert Lynda Lemay 6 octobre 20h30 Le Siroco 28€ ➜ Développement Durable Journée Eco Akt Château de Gromesnil 6 octobre 10h à 18h Gratuit ➜ Sortie nature Dimanche nez au vent Avec la Sittelle 7 octobre à 10h Gratuit ➜ Expo nature Champignons Avec la Sté Linéenne 14 octobre de 11h à 17h30 Gratuit


Au Fil de Caux