Page 1

Le lien mensuel des Amapiens de Brive Les infos de Philippe et des tendres légumes ... janvier 2011 Nous voici donc de retour après cette petite coupure de fin d'année qui était bien agréable. Du coup la feuille de choux est tombée aux oubliettes et le questionnaire sur les légumes aussi ! Que s'est-il passé depuis octobre ? Début novembre j'ai replanté en terre des épinards de printemps et un peu de mâche. A la mi-novembre j'ai rentré les légumes racines en silos (radis d'hiver, navets, betteraves, rutabagas, choux raves, céleri raves). Il était temps, la semaine suivante survenaient précocément 3 semaines de gelées qui m'ont bien frisé les moustaches. Grand merci aux amapiens venus m'aider à rentrer les dernières racines. L'année prochaine je pense qu'il faudra les rentrer 8-15j plus tôt pour éviter de prendre des risques. Ne restent plus en terre dans les champs que les poireaux, les carottes, les panais, les choux et les topinambours. Le reste est stocké en silo ou dans le hangar, à part quelques cultures sous tunnel qui attendent le printemps.

N°7

En cette saison ... ail, bettes, betteraves, carottes, choux, courges, épinards, navets, panais, poireaux, pommes de terre, radis d'hiver, topinambours, etc.

Rappel

Prochaine A.G. Jeudi 27 Janv 19h30 Salle Dumazeau ( Rue de Selves )

Aides Distribution Jeudi 18h30 – 19h30 Voir sur : www.amapiensbrive.org/jeudis

Juste avant les gelées j'ai semé les fèves et les carottes en serres. C'est en train de sortir tout doucement de terre sous un p17. Fin novembre la neige a affaissé partiellement mon petit tunnel nantais où je faisais pousser mes salades. J'en ai perdu pas mal. Les autres, plus petites, ont été épargnées et continuent à pousser tout doucement (et oui, c'est l'hiver). Début décembre j'ai fait une première cuvée de 100 kg de choucroute avec du chou de Brunswick et début janvier une autre avec du chou Filderkraut. Elles vont fermenter doucement dans le hangar jusqu'en mars pour les premières dégustations. Début décembre j'ai replanté de l'ail, malheureusement au même endroit que l'année dernière car c'était le seul endroit où le sol était préparé. J'espère que je n'aurai pas de problèmes dû au non respect des rotations. (... suite page 2)

Lundi 18h30 – 19h30 Voir sur : www.amapiensbrive.org/lundis


Suite « Infos de Philippe ... » (...) Les choux sont globalement ratés à cause de la sécheresse cet été, donc beaucoup sont restés chétifs. Malgré ça il y en a quand même des beaux et tout n'est pas perdu. Ma serre à tomates, maintenant complètement fossilisée, attend que je détache les pieds un à un et que je fasse place nette pour les prochaines cultures. Pour les récoltes d'hiver, j'ai enfin trouvé des gants qui protègent mes mains des dégats par abrasion et coupures et qui résistent à l'humidité, ce sont tout bonnement les gants pour laver la vaisselle, bien plus résistants que je ne croyais et bien plus adaptés que les gants vendus en jardinerie. Je vais bientôt commander mes graines. Si vous avez des idées de nouveaux légumes, n'hésitez pas à me les proposer. Afin de mieux planifier les semis 2011, veuillez remplir le questionnaire suivant sur doodle avant l'AG du 27 janvier si possible: http://www.doodle.com/68wf8553tzi9muhz Philippe

Donne vêtements petite fille 2-4 ans, bon état, troisième vie garantie sans production de CO2. Recherche également vêtements d'occasion fille 6-10 ans. (Philippe)

Contacts Contacts Adhésions : ALAIN leymarie.alain@wanadoo.fr Contrats : JOELLE joelle.amap@sfr.fr Distributions de paniers Lundi : leymarie.cheyssial@wanadoo.fr Distributions du jeudi : fam.caporal@wanadoo.fr Mise en page : FRED (f.gourment@free.fr) Site web (work in progress ...) http://amapiens-brive.org

Conseils de conservation des légumes racines (carottes, betteraves, navets, choux raves, céleri raves, panais, etc.) Les racines doivent être à peu près sèches en surface, pour éviter le pourrissement. Le stockage doit ensuite éviter que la racine s'assèche trop et ramollisse. Utiliser un récipient fermé. Envelopper les racines dans un P17 ou un vieux tissu. Couvrir ensuite avec 5 à 10 cm de paille et stocker au frais dans un lieu hors gel. La paille va capter une partie de l'humidité des légumes et réguler l'hygrométrie. Les racines vont rester vivantes et fermes jusqu'au mois de mars.


Quelques chiffres et un peu de réflexion: Notre nourriture, particulièrement celle issue de l'agriculture conventionnelle, est fortement dépendante du pétrole pour les transports, les fertilisants, les pesticides, les engins agricoles, l'irrigation, etc. Or beaucoup d'experts nous prédisent que la fin du pétrole bon marché est pour très bientôt, si ce n'est déjà commencé (car une fois que le pic d'extraction est atteint, la production de pétrole plafonne avant de chuter chaque année, ne pouvant plus satisfaire la demande, et les prix flambent). Ce phénomène risque de transformer nos modes de vie d'une façon qu'on a encore du mal à imaginer. Je me suis donc amusé à voir quelle était la dépendance au pétrole du modèle d'agriculture que je pratique aujourd'hui. En premier les deux livraisons par semaine reviennent à environ 0,19 litres de gasoil par panier. Ensuite les engins agricoles motorisés que j'utilise (essentiellement la motobineuse et la débroussailleuse) représentent 0,08 litres d'essence par panier. A cela il faudrait ajouter le carburant nécessaire à la production et au transport du terreau et du compost que j'achète pour l'instant mais je ne pense pas que ce soit trop important. De plus, je pourrai très bien produire mon compost dans le futur. En gros ça représente donc environ 0,30 litres de carburant par panier de 5.5 kg de légumes environ soit 0,05 litres de carburant par kg de légumes. Ca vous paraît beaucoup ou peu ? Si on compare avec la pêche, il faut aujourd'hui 1 litre de fioul pour pêcher 1 kg de poisson et chaque augmentation sensible du prix du pétrole plonge la profession dans le rouge. Si demain le litre de carburant passe à 5€ ou à 10€ ça signera la fin de la pêche industrielle et de la consommation de masse du poisson. Une course contre la montre est engagée pour savoir qui du pêcheur ou du poisson disparaitra en premier. Et concernant nos légumes ? Un carburant à 5€ le litre augmenterait le prix du panier de 1€ ,et 10€ le litre de 2€, soit 6 à 12% ce qui serait encore très raisonnable en comparaison du cataclysme que ça déclencherait dans beaucoup d'autres professions, de même que dans l'agriculture conventionnelle dont les prix dans les supermarchés exploseraient.

Courge sucrine du Berry

Butternut

Une raison de plus pour soutenir les amap, s'initier au jardinage et consommer bio et local. Philippe


Recette

POUNTI - sur les conseils de Jean MONTANÉ, une recette proposée sur une-recette.com

Préparation : 20 mn / Cuisson : 60 mn / Difficulté : Facile / 8 personnes 300 g de pruneaux moelleux dénoyautés ou non, 1 bol de thé léger, légèrement sucré, 3 grandes feuilles de blettes, 1 oignon, 150 g de jambon d'York en une tranche, 120 g de lard de poitrine demi-sel, 1 bouquet de persil, 250 g de farine, 1/2 L de lait, 5 oeufs, 25 g de beurre, sel, poivre 1. Mettre les pruneaux à gonfler dans le thé tiède légèrement sucré.

2. Séparer le vert des blettes, de la côte. Réserver ces côtes pour un autre usage. Laver les feuilles, les égoutter, les sécher sur du papier absorbant.

3. Hacher ensemble : blettes (vert), oignon pelé, lard, jambon, persil. 4. Faire chauffer le four à 210°C (thermostat 6 ½) 5. Mettre la farine dans une terrine, ajouter petit à petit le lait froid en remuant avec une cuiller en bois. Puis incorporer les oeufs entiers un par un en travaillant chaque fois la pâte au fouet. Poivrer. Incorporer enfin le hachis d'herbes et de viandes en travaillant avec la cuiller pour obtenir une pâte homogène. 6. Beurrer un grand plat à gratin. Y verser la moitié de la préparation. Répartir les pruneaux égouttés, et les recouvrir avec le reste. Enfourner pour au moins 1 heure. Verifier que le pounti est cuit en y enfonçant la lame d'un couteau : elle doit ressortir très « propre ». Originaire de Haute-Auvergne (Cantal et Puy-de-Dôme), ce plat se mange froid ou poêlé en tranches, avec une salade....

Choux rave

Patidou

Buttercup


Feuille de choux N°8

Association « Amapiens au Pays de Brive » - Nouvelles de Philippe et des tendres légumes - Panier légumes : conseils d'organisation ... - Réflexion sur le goût et notre aptitude à en changer

Rappel

Prochain bureau (ouvert à tt adhérent) Mercredi 13-4 Salle Dauzier

- Visite d'un élevage de porcs bio (autre Amap ?) - Présentation de l'Amap pain - Pommes et Compagnie - Visite de la Ferme Lafargue - Brèves …

On continue de manquer de référents pour lancer de nouveaux contrats avec des producteurs ...

Les infos de Philippe et des tendres légumes ... Mars 2011 Arraché les pieds de tomate et préparé la serre à la motobineuse. Planté mes pommes de terre dans les serres début février. Réparé l'irrigation (les cables avaient été sectionnés par des rongeurs). Premiers semis de salades mis à germer au chaud devant la fenêtre du salon. Désherbé les épinards d'automne, ce qui leur a fait beaucoup de bien. Après un bon arrosage les voilà repartis avec l'augmentation de l'ensoleillement sous les serres. Ressemé des carottes pour le printemps. Vu la levée du cerfeuil tubéreux qui finalement a l'air de bien réussir sous la serre. Planté des bulbilles d'oignons blancs. Vu les fèves bien levées. Semé des petits pois. Installé des goutte-àgoutte. Semis de cresson alénois, navets de printemps, roquette. Désherbage des cassissiers. Fin février, la récolte des salades qui ont passé l'hiver sous les petits tunnels redémarre. Philippe Baudon

Manifestez-vous pour participer aux visites chez les producteurs … ce n'est pas réservé aux membres du bureau !

En cette saison ... ail, bettes, betteraves, carottes, choux, courges, épinards, navets, panais, poireaux, pommes de terre, radis d'hiver, topinambours, etc.


Comment gérer tous ces légumes et surtout ceux qu'on aime moins ? Pour l'avoir vécu dans le passé je sais que le principe du panier n'est pas toujours facile quand on doit faire face à une profusion de légumes qu'on n'avait pas l'habitude de manger ou de cuisiner. Voici des recettes de base pour écouler facilement tous les légumes du panier: les soupes, bien sûr. les salades. Presque tout se mange en salade: laitue, épinard, carotte, betterave, céleri rave, courge, chou, chou rave, concombre, tomate, poivron, fève, petit pois, radis, … en petits morceaux ou râpés, avec du vinaigre de cidre, de l'huile de colza et du sel. En petites quantités on peut rajouter de la ciboulette ou des petits morceaux de feuilles de poireau ou des feuilles d'oignons blanc au printemps. Une de mes associations préférées l'été, les betteraves râpées avec des tomates en morceaux (mélange sucré, salé, acide). L'hiver j'aime bien les betteraves avec des carottes ou des courges râpées et des échalotes plus une feuille de chou découpée en morceaux pour le croquant. les mélanges de légumes coupés en dés et cuits doucement à l'étuvée dans une casserole à fond épais avec couvercle. *Principe de la cuisson à l'étuvée: C'est une cuisson très saine, à basse température, sans eau ni matière grasse. Il faut une casserole en inox à fond épais avec couvercle. Remplir la casserole au ¾ (minimum) d'un mélange de légumes coupés en morceaux puis refermer. Eventuellement rajouter un tout petit peu d'eau. Chauffer à feu vif pendant 5 mn environ jusqu'à ce que le couvercle soit chaud. Cette première phase fait suer les légumes et c'est la vapeur d'eau dégagée qui chauffe le couvercle. Mettre ensuite à feu très doux quand le couvercle est chaud et finir doucement à l'étuvée (10-15 mn petites casseroles / 25-30 mn grandes casseroles). Eviter d'ouvrir sinon l'eau de vapeur s'en va et on risque de brûler au fond. On peut sans problème mettre dans la casserole tous les légumes du panier, quelque soit leur temps de cuisson. La saveur dominante du mélange sera un peu différente à chaque fois et dépendra de la couleur du panier qui change chaque semaine. Pas de risque de cramé ou de surcuisson si on oublie la casserole sur le feu une fois qu'on est passé en cuisson douce. Par contre si on veut vraiment découvrir la vraie saveur d'un légume et faire des découvertes gastronomiques il faut essayer de vraies recettes où ils sont mis en valeur (c'est le cas pour les bettes), mais ça demande plus de temps et ce nest pas forcément tous les jours. Philippe Baudon


Réflexion sur le goût et notre aptitude à en changer. On pense que nos goûts en matière de nourriture sont une chose aussi intime et personnelle que nos traits de caractères et qu'ils sont immuables. En fait l'expérience m'a appris que nos goûts sont fabriqués par notre cerveau en fonction de notre vécu et surtout que loin d'être un trait de personnalité ils peuvent être modifiés si on s'en donne la peine. J'ai fait cette découverte d'abord grâce à l'arrêt de la cigarette qui m'a appris beaucoup sur le rôle du cerveau dans les addictions. Ensuite, quand j'ai fortement réduit la dose de sucre que je mettais dans mon café j'ai vu en quelques mois ma perception du sucré s'inverser complètement: j'en arrivais à douter avoir sucré un café noir alors qu'avant je l'aurai recraché aussitôt. En même temps je ne pouvais plus supporter la dose de sucre que je mettais avant. C'est comme si à sensation égale mon cerveau avait décalé l'échelle du sucré ! Plus tard quand j'ai réduit ma consommation de café j'ai vu comment le café était aussi une addiction. Lorsqu'on s'est abonnés aux paniers de légumes il y a quelques années, je n'aimais pas beaucoup les poireaux, les topinambours, les choux de Bruxelles, les épinards … Aujourd'hui j'aime ces légumes autant que les autres. La morale de tout ça est que comme nos goûts peuvent se modifier, autant s'habituer à manger ce qui est bon pour notre santé, pour notre budget et pour la planète. Les légumes qu'on n'aime pas: les diluer en petites doses avec le reste pour faire disparaître le goût qu'on n'aime pas ou pour en avoir juste une légère trace. Notre cerveau va s'accoutumer à cette saveur nouvelle et au bout quelques mois on pourra augmenter les quantités et même finir par aimer le dit légume (c'est mon expérience). La limite de tout ça est qu'il faut être assez réceptif pour tenter l'expérience car certaines personnes peuvent rester bloquées sur un légume qui leur a laissé un souvenir désagréable dans le passé. Bon appétit ! Philippe Baudon

Reportage sur Philippe notre maraîcher ...

Reportage TV à consulter : http://www.demain.fr/les-chaines/demaintv-a-la-carte/demaintv-a-lacarte/fiche-edition/aux-4-coins-de-la-region/

Contacts

Retrouvez chaque semaine la liste des légumes distribués sur : amapiens-brive.org/lundis et amapiens-brive.org/jeudis

Contacts Adhésions : ALAIN leymarie.alain@wanadoo.fr Contrats : JOELLE joelle.amap@sfr.fr Distributions paniers Lundi : leymarie.cheyssial@wanadoo.fr Distributions du jeudi : fam.caporal@wanadoo.fr Mise en page : FRED (f.gourment@free.fr) Site web (work in progress ...) http://amapiens-brive.org

Aides Distribution Jeudi 18h30 – 19h30 Voir sur : www.amapiensbrive.org/jeudis

Lundi 18h30 – 19h30 Voir sur : www.amapiensbrive.org/lundis


Visite producteur « Viande de porc bio » 4-03-11 Producteurs:Pierrette & Bernard FOSSARD La Faurie - 19170 ST HILAIRE LES COURBES Blog: viande-biologique.over-blog.fr Généralités: Après une carrière dans le bâtiment pour Bernard et dans l'assurance pour Pierrette, les deux sont revenus aux terres à Saint-Hilaire-les-Courbes où Pierrette est née. Au début un élevage de gibier (faisans et perdreaux) il se sont tournés vers les brebis après l'acquisition d'un terrain vers Chamberet. A partir de 2001 la ferme est en bio avec le début de l'élevage de porcs. La ferme se situe à 79 km de Brive et à 640-700 m d'altitude. Conditions d'élevage: Ils élèvent en trois bandes au total 70 cochons par an de races variées (Pietrain, Landrace, truie Chinoise). Les animaux sont dehors dans un parc de mai à octobre où ils labourent le terrain (on se croit sur la lune !), avec possibilité de bain de boue à volonté. D'octobre à mai ils sont libres dans un bâtiment d'élevage ouvert, sur paille où ils ont 3m² par animal d'espace. Alimentation: les porcs mangent du maïs bio aplati de la ferme et de la farine bio avec les compléments nécessaires pour une bonne santé (vitamines, minéraux, oligo-éléments) Traitements vétérinaires: les porcs sont rarement malades, si nécessaire ils sont soignés aux antibiotiques en respectant le cahier de charge bio bien sûr. Ils ne sont pas vaccinés, Constitution du troupeau: Jusqu'à cet année ils faisaient de la reproduction dans des cabanes Pleinair Concept avec nid chauffé. Mais les exigences de la DSV à un an de la retraite de Bernard les ont faire décider de ne pas faire les investissements, donc les porcelets âgés de 40 jours viennent de l'élevage bio du gendre du couple. Ils sont abattus à Limoges à 180 jours avec un poids maxi de 120 kg de carcasse. Produits proposés: Colis de 5 ou 10 kg de viande de porc bio, composé de rôti, côtes, grillades et saucisses. Et à côté de cela, des terrines, boudins, petit salé et andouilles au poids. Prix de colis de 5 kg avec 2 kg roti, 2 kg cotes + grillades et 1 kg de saucisses = 13,50 € par kg. Pour un colis de 10 le prix sera 13 € par kg. Distribution des produits: Ils écoulent leur production en vente directe sur des marchés, les restaurants hors domicile et dans des magasins bio. Rentrer en AMAP: Ils sont intéressés pour rentrer en AMAP à partir d'un minimum de livraison de 30 kg de viande. Impression générales: On a vu des porcs heureux qui sont élevés dans des bonnes conditions, un couple dévoué à leur élevage, une terrine excellente,


Premiers pas vers une AMAP

1/2

J'ai envie de citer Paul Eluard : «Il n'y a pas de hasard, il n'y a que des rendez vous» parce que de prime abord on pourrait croire au hasard justement mais l'aventure se révèle trop belle pour n'être que cela... De plus près, voilà ce qui se passe. J'aime le «fait maison» aussi la réalisation de nos pains quotidiens depuis près de 3 ans occupe une partie de mon temps de façon passionnante, la préservation de notre planète ainsi que le soutien aux personnes font échos en moi. Après une première expérience dans l'associatif sportif, je restais sur ma faim. Quand mon tendre époux a lancé « si tu veux, on _l'association amapiens au pays de brive_ a besoin d'une référente pain» je ne suis pas restée indifférente ! Une question au président et hop me voilà promue au rang des coordinateurs d'AMAP Un mail riche de quelques infos et rendez vous est pris avec Nathalie et Jean-Claude Vergnes, Sylvie Leymarie se propose gentiment de m'introduire auprès d'eux en m'accompagnant le vendredi 4 Février dernier. Fin de journée, les Vergnes ont cuit aujourd'hui nous en profiterons pour faire quelques achatsdégustation. De l'extérieur, rien ne laisse deviner une fabrication de pain, tout juste une habitation mais... dès la porte poussée, hum ... même les yeux fermés, vous non plus n'auriez eu aucun doute ! L'ODEUR !!!! pas vraiment celle du pain chaud qui sort du four, car ils le sont déjà depuis quelques heures et le four est froid mais celle mêlée de farines chauffées, de levain, ....mais peut-être faut-il être déjà passé à l'arrière d'une boulangerie pour la reconnaître ? Si vous ne connaissez pas ça alors il ne faudra pas manquer une visite à Escougne pour découvrir la magie de la boulange. Dans le laboratoire, il fait un peu froid, au fond, les «pas encore vendus» attendent sûrs de finir dans un feu d'artifice de plaisirs gustatifs dont ils seront les étincelles. Jean Claude nous accueille donc dans sa maison bâtie en grosses bottes de paille où trône un poêle à bois qui diffuse une douce chaleur et le thé nous attend. Il nous raconte l'histoire de cette construction où l'on se sent de suite bien... Nous passons aux choses sérieuses avec l'arrivée de Nathalie. J'ai listé quelques items à aborder pour monter cette AMAP. Les produits, les prix, les jours de cuisson, de livraison, la fréquence, la souplesse possible de commande....Tout cela est abordé, les «avantages», les «impératifs» et finalement au fil de la discussion les choses se posent d'elles-mêmes comme des évidences que nous n'aurions pas su voir du premier coup d'œil !


Premiers pas vers une AMAP

2/2

Qu'importe le temps, la rencontre est belle, sereine, riche d'une belle humanité, pleine de promesses ... En repartant, Sylvie et moi faisons notre marché, sur la table il y a un peu moins de produits, tout le temps de notre échange, Jean-Claude n'aura eu de cesse de se lever pour accueillir les clients, tous des habitués qui ont réservé leur commande d'une semaine sur l'autre...un peu comme nous très bientôt ! De notre expédition, je ramène plusieurs pains : un long, un au pavot, un autre aux céréales et des pains au lait, la fougasse au fromage a disparue avant que l'appareil photo ne s'extirpe de son fourreau... tant pis pour cette fois ci !

Contrats à rendre lundi 14-3 dernier délai à la distribution ...

J'en profite pour demander à Nathalie de me montrer le four à bois. A l'intérieur, ils sont ronds, en pierre réfractaire, de la brique je crois ?...le socle est tournant grâce à une pédale, de façon à pouvoir surveiller et sortir les pains qui se présentent au fur et à mesure devant la petite ouverture. Il nous faut partir, ma tête fourmille d'envies tournées vers la mise en place de cette AMAP, une première pour moi... Françoise Gourment, votre coordinatrice pain coordinationamap.painbio@yahoo.fr


Pommes et Compagnie 1/2 Voici quelques nouvelles du Verger du Pré de Sagne. En ce moment, les bourgeons des pommiers commencent à gonfler (voir photo). En février, j'ai terminé la taille des pommiers basse-tige. Je viens de nettoyer les nichoirs pour les mésanges qui étaient bien présentes l'année dernière et je suis à la veille de la mise en bouteilles du cidre de 2011. J'ai également donné un coup de sécateur dans la haie que j'ai plantée en 2010, pour obtenir une haie plus dense. Cette haie va jouer un rôle important dans l'avenir : elle abritera des insectes, oiseaux, reptiles et mammifères qui vont jouer un rôle d' « auxiliaires », comme dévoreurs ou parasites des « ennemis » des pommiers. En 2011, je souhaiterais aussi aménager le terrain autour de mon bâtiment pour mieux accueillir mes clients et visiteurs et pour travailler plus facilement et plus proprement (moins de boue devant la porte). J'en suis aux préparatifs.

Mais d'abord, je voudrais dire quelques mots de l'historique de mon parcours et du verger : après un master en gestion d'entreprise et un parcours atypique de stages et formations agricoles - en passant par le Brésil, j'ai repris en 2006 le verger de Mme et M. Gouzon, qui faisaient depuis 1984 les produits bio que je propose aujourd'hui. La moitié de la surface du verger était en pommiers haute-tige (plein-vent) et l'autre moitié en pommiers basse-tige. Les pommiers les plus âgés ont été plantés dans les années 1950. A l'époque, on voyait encore partout dans la région des pommiers plein-vent dans les champs : c'était avant l'arrivée de l'arboriculture intensive. Dans mon verger, il reste les derniers « survivants » de cette époque.


Pommes et Compagnie 2/2 Petit à petit, j'ai planté des centaines de pommiers ces dernières années (toujours d'anciennes variétés de pommes de la Corrèze) avec l'objectif de créer à long terme un verger avec uniquement des pommiers plein-vent. Pourquoi? Parce que c'est magnifique, ces grands arbres et parce que, écologiquement, c'est le système le plus équilibré et, économiquement, parce que ce système me permet de garder le verger à une taille humaine: l'agriculture paysanne ! Je me rends compte en écrivant ce petit message qu'il me reste encore plein de sujets à vous raconter. Mais je continuerai dans une prochaine Feuille de Chou !

la visite du Verger du Pré de Sagne, le dimanche le 17 avril prochain. De 15h00 à 17h00 environ , on se Je vous invite toutes et tous, avec vos familles, à

promènera dans le verger et je vous montrerai entre autres les choses dont je viens de vous parler dans ce message. A la fin, on boira ensemble un verre pour clôturer la visite. Je vous conseille de mettre des bottes au cas où le temps serait humide (l'herbe aura poussé !). A bientôt ! Salutations sincères - Martijn VAN LITH Ps: Si vous avez commandé à l'AMAP Pommes & Cie du cidre bouché pour le mois de mars, il ne sera pas disponible avant la distribution d'avril. Je vous donnerai les bouteilles de vos commandes de mars en avril. Si vous souhaitez un remboursement, veuillez contacter le référent Philippe Arnaud philarna123@orange.fr


Visite de la ferme Lafargues 1/2 FABRICATION ET VENTE DE YAOURTS FERMIERS ET LAIT CRU Producteur : Christian DESCARGUES, Lafargues dans le Lot Adhérents de l’association présents lors de la visite : J Charreyron, S Leymarie et A Leymarie Généralités : Christian a débuté dans une exploitation bio puis quand il a repris la ferme familiale il a cherché à changer progressivement les pratiques des parents pour arriver à une exploitation bio. L’exploitation est en fin de cours de conversion : elle obtiendrait le label bio en juin 2011. Jusqu’à présent, il était seul sur l’exploitation mais Catherine, son épouse, a obtenu un congé de son employeur pour lui permettre de tenter une reconversion professionnelle ( elle travaillait à Pôle Emploi ). La ferme se situe à 62 km de Brive et à 600 m d’altitude ( moyenne montagne ). Conditions d’élevage : Un troupeau de 23 bêtes de races variées ( montbéliarde, abondance, « gerseyse » et pie noire bretonne ). Il n’y a pas de mutilation pratiquée sur le troupeau, les cornes ne sont pas coupées.

Alimentation : Les bêtes sont dans les pâturages d’avril à octobre. Ensuite la ration se constitue de foin, de regain et de concentré de céréales : tourteaux ( résidus après pressage pour obtenir de l’huile ) ruminant bio 18 label écocert achetés à Ferrières Sainte Marie ( 15 ). Traitements vétérinaires / antiparasitaires: Quand cela est possible il soigne son troupeau par homéopathie et il ne mettra pas en danger la vie d’une bête donc si cela est utile, il soigne aux antibiotiques ( dans ce cas les produits sont sortis de la chaîne bio ). Les vaccins respectent les normes bio. Reproduction : Elle est pratiquée sur l’exploitation : soit par sélection du sperme ( mais cela coûte cher )soit de manière aléatoire ( généralement ). Ce qui implique la naissance de mâle donc il peut fournir des colis de veau. Renouvellement du troupeau : Que deviennent les « vieilles laitières » ? Il les envoie souvent en Corrèze pour pratiquer le veau sous la mère ou alors à l’abattoir.


Visite de la ferme Lafargues 2/2 Produits disponibles : Christian est un producteur, un transformateur et un vendeur. Il y a des yaourts et du lait entier. La DLC ( date limite de consommation ) du lait est courte ( 3 jours ) mais elle peut se prolonger de 4 ou 5 jours sans aucun problème après il faut le faire bouillir. En ce qui concerne les yaourts, la DLC est de 3 semaines. Il vend 72000 yaourts par an. Le lait ???? Il peut y avoir des colis de viande de temps à autre. Distribution des produits : A l’heure actuelle, ils écoulent leurs produits en vente directe sur la ferme ( 20% ), par le biais de magasins ( dont Leclerc ), de l’hôtellerie et des particuliers lors d’une tournée ou de marchés de pays dans un rayon de 20 km avec une poussée sur Souillac. A priori, il écoule une grande partie de son lait par la laiterie coopérative mais il supporte difficilement de savoir que son lait se mélange à celui d’autres producteurs (moins soucieux de la qualité ). A terme, il souhaite se passer de la laiterie, actuellement c’est une sécurité pour lui (il est sûr d’écouler sa production). Rentrer en AMAP : Ils sont intéressés pour rentrer en AMAP mais pas à n’importe quelle condition. Ils accepteraient de nous livrer à partir de 300 yaourts hebdomadaires et 80 litres de lait. Le jour de livraison serait à priori le lundi de 18H30 à 19H00 ( à nous de prévoir une glacière pour les retardataires ). Elle serait conditionnée par les intempéries ( avec compensation ). Impressions générales : Nous avons rencontré des passionnés d’élevage qui s’interrogent sur les conséquences de leur action au quotidien sur l’environnement au niveau de leur troupeau mais aussi sur les déchets que développent leurs produits (les yaourts sont dans des pots de verre avec des opercules plastiques. Ils récupèrent les deux, même dans les magasins, mais ne réutilisent que les pots et l’opercule est recyclé). Son épouse souhaite optimiser l’exploitation (viabilité de leur projet ). Nous avons goûté leurs yaourts (de la crème !!! ) et du lait chocolaté chaud ( Joëlle n’a pas été malade alors qu’elle ne supportait plus le lait ). Pour nous, ils sont bio dans l’âme : la réflexion sur leur installation, des produits bio ( tisanes, thés,… ) qui traînaient dans le bureau ; ils se soignent par le biais d’un docteur homéopathe… C’est à 62 km de Brive… mais comme nous le faisait remarquer Catherine un circuit court c’est à 80 km du lieu de production. A notre avis, nous pouvons, voire devons, travailler avec ces gens là. Remarques : Ils nous ont parlé d’amis producteurs de produits laitiers chèvre qui ont juste commencé leur conversion en bio. Il s’agit du GAEC de l’autre chèvre route de St Céré 46 130 Prudhomat 05 65 38 60 99. Les Descargues verraient bien une association des produits pour se partager les kilomètres parcourus lors des voyages à Brive…


Recette

Une note gourmande pour finir : Gâteau « RONDE DE POMMES » de Valérie Cupillard Ingrédients : 100 g de margarine végétale, 120 g de compote (de pommes, de poires,...), 100 g de farine, 3 oeufs, 2 belles pommes, de la cannelle en poudre. A température ambiante, mélangez la margarine ramollie avec la compote. Ajoutez un oeuf, puis la farine. Mélangez bien et ajoutez les deux derniers oeufs. Epluchez les pommes. Versez la pâte dans un moule à tarte huilé. Disposez les pommes coupées en fines lamelles, comme des rayons. Enfournez à thermostat 6 durant 30 minutes. Au sortir du four, poudrez de cannelle. Dégustez tiède.

Brèves ...

Le film « Notre poison quotidien » le 15 mars à 20 h40 sur Arte de Marie-Monique ROBIN, réalisatrice (et Claude BOURGUIGNON). Ce jour le livre sera dans les librairies ainsi que le DVD. Des infos sur : http://robin.blog.arte.tv/category/notre-poison-quotidien/ http://www.dailymotion.com/video/xh0qlb_dose-journaliere-admissible-de-poison-dja-par-m-m-robin_news

L'association « le Jardin sauvage du riant Portail » vous propose des sorties ‘nature’ autour de Brive ; voir l'agenda électronique sur le site web : www.jardinsauvage.fr Exemples : - le dimanche 13 mars à 14 h ; Grottes de Saint-Antoine à Brive; Circuit des Violettes dont la Violette blanche de Besser et autres plantes printanières.(DG/JS) ; (sortie tout public) - le dimanche 3 avril à 14 h 30 ; Grottes de St Antoine à Brive : A la recherche des plantes sauvages alimentaires de la saison avec Catherine Huber du JS, dans le cadre de la semaine du développement durable ; (sortie tout public)

Comment agir concrètement pour permettre l’installation de paysans et le développement d’une agriculture biologique ?

C’est ce que propose le Mouvement Terre de Liens. Le cout du foncier agricole devient inabordable pour les agriculteurs en installation. De plus, les terres sont plus souvent vendue pour de l’agrandissement que pour un nouvel agriculteur, surtout lorsqu’il n’est pas en agriculture chimique (quand ce n’est pas à l’urbanisation) Terre de liens propose de changer le rapport à la terre, à l’agriculture, à l’alimentation et à la nature, en faisant évoluer le rapport à la propriété foncière. Valorisant les dimensions collectives et solidaires pour l’accès à la terre et sa gestion, les membres de Terre de liens agissent, aiguillonnent, débattent et soutiennent les modes de vie et les pratiques agricoles soutenables pour l’humanité et sa planète. Terre de liens participe ainsi à recréer une responsabilité individuelle et collective pour la préservation du bien commun que représente la terre. Terre de liens fonctionne grâce à l’énergie de personnes et de groupes engagés sur des territoires. Plus d’infos : http://www.terredeliens.org/ Merci à Elisabeth pour ces brèves


Feuille de choux N°9

Association « Amapiens au Pays de Brive » Rappel

- Nouvelles de Philippe et des tendres légumes - Réflexions sur mes pratiques agricoles - Pommes et Compagnie - La fin de la Croissance est-elle pour demain ? - Recette : Gâteau des Femmes Préssées - Coordonnées

Prochain bureau (ouvert à tt adhérent) Mercredi 15-6 Maison des Assoc. 20H ordre du jour p. 8

On continue de manquer de référents pour lancer de nouveaux contrats avec des producteurs ...

Les infos de Philippe et des tendres légumes ... En mars, plantation des salades sous serre et désherbage à la main des salades sous le petit tunnel. Plantation du cresson alénois, de la roquette, du chou rave de printemps, du fenouil, désherbage manuel des carottes en serre. Dans le champ, broyage des planches de choux puis semis à leur place des pommes de terre 3 semaines plus tard. Plantation des topinambours au même endroit que l'année dernière (une aubaine pour les mulots). Plantation des oignons et des échalotes à mi avril soit un mois plus tard que l'année dernière, ceci pour essayer de limiter les mauvaises herbes (l'oignon planté tard démarre au quart de tour et prend plus d'avance sur l'herbe). Doryphores: grosse pression cette année car ceux que je n'avais pas éliminé l'année dernière ressortent du sol et se jettent sur les jeunes plants qui repoussent. Dans la foulée crac crac et des oeufs partout. Je sens que ça va être une année coriace pour les patates ! Mi avril plantation des concombres et des courgettes en serre. Fait des betteraves rouges lactofermentées dans la bonne humeur avec Monique et Nicole. Suite page suivante ...

Manifestez-vous pour participer aux visites chez les producteurs … ce n'est pas réservé aux membres du bureau !

En cette saison ... carottes nouvelles, choux de printemps, courgettes, fèves, navets blancs, petits pois, radis roses, salades, ...


Les infos de Philippe et des tendres légumes ... 2/3 Début mai plantation des premières tomates, des aubergines et des poivrons. Semis en caisses et en godets des courges, tomates, betteraves, choux, etc... Cette année les oiseaux me déterrent les graines de courges de mes godets pour les manger. Heureusement que j'ai finalement décidé de me contenter de moins de plants cette année car il y en a beaucoup de mangées. Il faudra à l'avenir protéger mes godets jusqu'à la levée. Début de la plantation des courges et des melons fin mai. La sècheresse, l'occasion de repenser les surfaces cultivées Avec la sécheresse je me rends compte que j'ai du mal à travailler le sol maintenant. J'aurais dû le faire avant mais on ne peut pas prévoir. En plus si le sol est travaillé trop tôt et que des déluges de pluie s'abattent sur mon champ en pente ça peut faire des dégâts (érosion, ruissellement). Je m'aperçois aussi que je devrais changer mon système d'assolements car je suis obligé d'attendre d'avoir fini les récoltes de choux, carottes et poireaux pour pouvoir travailler le sol et implanter les nouvelles cultures. Or les années sèches comme ça ce n'est pas bon du tout car le sol devient dur. En plus je m'aperçois que cette année en cultivant deux fois plus de surface de champ je n'ai pas eu plus de récolte et c'était quand même assez pour les paniers. C'était surtout flagrant pour les courges et les choux où je n'ai eu que 25% de réussite (25% des choux réussis et 5 fois moins de courges par pied que l'année d'avant). Moralité: à planter trop on a moins le temps de s'en occuper et on a des récoltes mauvaises. De plus, un demi champ bien conduit est suffisant pour 40 paniers. Je conclus de tout ça que je devrais diviser mon champ en deux moitiés. Chaque année ne cultiver qu'une moitié et laisser l'autre en herbe. L'année suivante on peut travailler le sol de la prairie assez tôt car on n'est pas gêné par les cultures. En plus ça se rajoute aux rotations existantes et ça fait un bon engrais vert donc il n'y a que des avantages. Le fait de ne cultiver qu'une moitié de champ donne moins de travail et on peut passer plus de temps à bichonner ses cultures pour que le rendement soit bien meilleur (arrosage, compost, désherbage, …). Quelques expériences sur les salades Je continue à en apprendre tous les jours sur les salades. Par exemple, les salades d'hiver ont grandi tout l'hiver sous un petit tunnel nantais sans arrosage et sans aérer le tunnel, contrairement à ce que j'avais vu lors de mes stages. C'est super car ouvrir et fermer tous les jours par les côtés un tunnel nantais de 100m de long ce n'est pas forcément ce qu'on a de mieux à faire. L'arrosage se fait tout seul lorsqu'il pleut par ruissellement et infiltration sur les côtés car le tunnel ne fait que 1,50m de large. L'aération se fait sans doute grâce à la pente du champ qui crée une convection naturelle dans le sens du tunnel. Le bénéfice est que les salades ne se dessèchent pas car l'humidité se recondense sur le plastique chaque matin (je sentais bien cette humidité lors des récoltes, même en plein soleil, par les chauds après midis de ce mois d'avril estival). De plus comme le sol n'est jamais arrosé directement il est plus sec en surface et les salades sont moins sujettes aux pourritures.


Les infos de Philippe et des tendres légumes ... 3/3 Dans cet état d'esprit j'ai planté ensuite des plants de salades dans une serre en les arrosant régulièrement au début au bec d'arrosoir jusqu'au moment où j'ai jugé qu'elles se développaient bien et commençaient à recouvrir le sol. C'est alors que j'ai arrêté l'arrosage. Dernièrement mes batavia et mes laitues iceberg étaient superbes et elles avaient grandi sans être arrosées depuis 1 mois ! J'essaie de faire durer mes salades en jouant sur l'arrosage pour réguler leur croissance et les faire patienter en attendant la cueillette! Ca marche bien avec ces variétés et beaucoup de personnes m'ont dit avoir apprécié mes laitues iceberg bien pommées et très croquantes. Par contre j'ai une autre variété de laitue très tendre qui a eu tendance à monter. On ne peut pas réussir à tous les coups. (bon, j'espère ne pas vous avoir ennuyés avec mes salades!) Philippe Baudon

Retrouvez chaque semaine la liste des légumes distribués sur : amapiens-brive.org/lundis et amapiens-brive.org/jeudis

Quelques réflexions sur mes pratiques agricoles (Ph. Baudon) Je cultive les carottes d'hiver en laissant le liseron envahir la parcelle (humidité protégeant les jeunes pousses, ombre limitant les mauvaises herbes), puis en le retirant lorsque les carottes commencent à être gênées. C'est une méthode efficace qui donne de belles récoltes malgré son apparence négligée et peu professionnelle ! Beaucoup de betteraves mangées cette année par les rongeurs. On peut y voir 30% de pertes mais aussi l'aspect positif des galeries qui aèrent et drainent le sol ainsi qu'une régulation qui m'empêche de trop exploiter mon sol, le reste des betteraves étant directement composté sur place par le système digestif des rongeurs ! Je pense qu'il faut accepter de laisser 10-20% de ses récoltes à la faune sauvage. Une fois qu'on a accepté ça on stresse beaucoup moins et on n'a plus du tout besoin de pesticides ! Réflexion sur le fait qu'en étant peu mécanisé, en limitant mes charges et grâce à la vente directe j'arrive à vivre de ce métier alors que ça devrait être impossible. Ca veut dire que le système agricole actuel est une usine à gaz très peu productive si on compare les capitaux engagés et les surfaces de terre immobilisées. En fait toute la productivité du paysan classique n'est qu'apparente car il croule sous des charges qui correspondent à du travail qu'on lui a retiré et qu'il paye au prix fort (son carburant, son tracteur, son mécanicien, ses engrais, ses conseillers techniques, son comptable, ses soustraitants, ses vendeurs, etc.).


Pommes et Compagnie 1/2 Voici quelques nouvelles du Verger du Pré de Sagne. Bonjour à toutes et à tous, Des nouvelles du Verger du Pré de Sagne! Bon, les pommiers poussent... malgré le manque d'eau. Heureusement j'ai paillé les petits pommiers l'année dernière. La paille garde l'humidité au pied des arbres et évite les herbes à pousser. J'utilise comme paillage de la paille et aussi cet année des copeaux de bois. En ce moment je paille les pommiers que j'ai planté en mars et avril. Ce sont des pommiers de plein-vent. Avec mon prédécesseur Alain Gouzon, on les a greffé il y a trois ans. Ils sont restés donc trois ans en pépinière et ont bien poussé (voir photo). Ce sont des arbres importants parce qu'ils vont devenir le verger de plein-vent dans un dizaine d'années. D'ailleurs un pommier « de plein-vent » ou « haut-tige » est un pommier qui va rester sur place environ 80 ans (si tout va bien :), qui a une tige de 2 mètres de hauteur environ.

Sur un hectare on en mets 100 (10 x 10 ). Il faut beaucoup de patience avec ces arbres parce qu'ils commencent vraiment à produire des pommes à partir de 10 à 12 ans d'age. C'est pour cela que j'ai planté tant de petits pommiers (dites « basse-tige ») qui vont entrer en production plus rapidement et qui seront arrachés au moment que le pommiers plein-vent vont produire. L'avantage de ce printemps sec est que les maladies cryptogamiques comme la tavelure, n'ont pas eu beaucoup de opportunité à se développer. Je n'ai jamais fait aussi peu de traitements pour éviter la tavelure dans la partie basse-tige du verger: 1 passage seulement, contre 3 ou 4 normalement.


Pommes et Compagnie 2/2 Je voudrais remercier Eve Cantagrel et Elisabeth Carbone pour les photos de la visite à la ferme. J'étais agréablement surpris par le grand nombre de visiteurs, petits et grands! Le soleil était au rendez-vous et j'espère que vous avez pris autant de plaisir que moi. Les pommes ont grandi depuis la dernière feuille de choux, elles mesurent 4 à 5 cm de diamètre maintenant ( voir photo ). Il y en a moins que l'année dernière parce que c'est une année d'alternance: la plupart des variétés donnent plus de pommes 1 année sur 2 et beaucoup de pommiers ont donné l'année dernière. J'ai aussi broyé l'herbe dans le verger et bientôt je vais soigner la pépinière et plier les branches de mes petits pommiers.

En juillet et août il n'y aura pas de distributions de mes produits en amap parce que je vais faire les marchés de producteurs de pays à Beaulieu-sur-Dordogne (lundi soir) et Monceaux-sur-Dordogne (jeudi soir), vous y êtes bienvenus ! Si vous êtes en manque de jus de pommes ou cidre bouché, vous pourriez passer également au verger sur rendezvous, où je fais de la vente directe et également vous pourriez vous dépanner dans les magasins Cavavin, Biovital, Vitalform et Intermarché du Pilou à Brive.

Un dernier message pour les nouveaux adhérents: je récupère toutes les bouteilles et cartons.

Salutations sincères Martijn VAN LITH Le Verger du Pré de Sagne


La fin de la croissance est-elle pour demain ?

1/2

Dans « L'équation du nénuphar », livre paru en 1998, Albert Jacquard nous explique de manière imagée ce qu'est réellement une croissance exponentielle, vous savez toutes ces choses qui croissent selon un certain pourcentage comme nos économies à la banque, la population mondiale ou le volume de nos déchets. Toute notre économie fonctionne sur ce concept que tous nos politiciens appellent de leurs voeux et une croissance de 1,5% par an paraît plutôt tristounet à une époque où les financiers rêvent de croissance à deux chiffres. Vu autrement, un taux de 1,5% par an est une quantité qui double en 46 ans (obtenu en divisant 70 par le pourcentage; un taux de 5% serait une quantité qui double en 14 ans). Jacquard nous explique qu'un franc placé à 3% au début de l'ère chrétienne vaudrait aujourd'hui 38 millions de milliards de milliards de francs, la valeur en or de 6 fois la masse de la terre ! Ce chiffre est absurde parce que la masse de la terre nous fixe une limite absurde. En fait le sens profond des fonctions exponentielles est le concept d'accélération. Tout va de plus en plus vite. La quantité accumulée grossit de plus en plus vite et cela dès le début, même si nous n'en avons pas conscience car la grande difficulté des fonctions exponentielles est que nous ne percevons cette accélération que lorsque nous appochons des limites (faites l'essai de dessiner une fonction exponentielle et de faire varier la limite en ordonnée, vous verrez que le moment où la courbe va monter en flèche est à chaque fois différent et correspond aux limites que vous fixez pour le graphique, en fait cette montée en flèche est permanente et existe depuis le début !). Venons en maintenant à l'histoire du nénuphar que l'on plante dans un grand lac et qui aurait la faculté de produire chaque jour un autre nénuphar (sa population double tous les jours). Au bout de 30 jours la totalité du lac est recouverte et l'espèce meurt étouffée. Après combien de jours les nénuphars couvrent-ils seulement 3% de la surface du lac ? Il suffit de remonter au 30ème jour et de constater qu'ils couvraient 50% le 29ème jour, 25% le 28ème, 12,5% le 27ème, 6,25% la 26ème, 3,12% le 25ème jour. En fait tant que le nombre de nénuphars est faible par rapport à la limite (qui est la surface du lac), nous ne percevons pas l'accélération. Seulement 3% du lac en 25 jours, ça peut laisser à penser qu'il reste beaucoup de temps avant de s'inquiéter, mais en réalité 5 jours plus tard le lac sera totalement recouvert. Maintenant que nous avons dit ça, regardons certaines choses qui dans notre environnement sont pilotées par des fonctions exponentielles et qui sont typiquement des phénomènes non durables.


La fin de la croissance est-elle pour demain ?

2/2

Il y a la population humaine, qui augmente encore de 1.15% par an et qui double tous les 60 ans. A ce rythme il y aura une personne par mètre carré de surface habitable avant la fin du millénaire, ce qui est à méditer quand on sait que l'humanité existe depuis plus de 200000 ans. Il y a aussi la croissance économique découlant de la croissance démographique et de l'augmentation du « niveau de vie » que l'on poursuit dans les pays développés juste pour payer les intérêts de la dette, qui croissent de façon exponentielle, et accessoirement pour contenir le chômage. La croissance économique induit un épuisement accéléré des ressources (pétrole, ressources minières, sols fertiles, …), ce qui est un problème à très court terme car l'empreinte écologique de l'humanité dépasserait déjà de 25% la biocapacité de la planète. Cette croissance étant exponentielle et les limites déjà atteintes, le temps est maintenant compté où nous allons voir notre modèle économique se fracasser contre les limites écologiques de la planète. La production de pétrole et de la plupart des métaux sont sur le point de décliner car nous avons exploré tous les gisements « propres » et faciles d'accès et il ne reste plus que des gisements « sales », à très faibles teneurs ou demandant pour leur extraction une énergie colossale qui va devenir de plus en plus rare. Il serait temps d'arrêter de faire du jetable et de considérer nos déchets comme des ressources. Enfin notre système financier génère une dette qui croît de façon exponentielle et est sur le point d'imploser. Pour rembourser les intérêts de cette dette il nous faut une économie qui croît de façon exponentielle et donc une consommation exponentielle de nouvelles ressources. Or nous avons aujourd'hui atteint les limites de la biosphère et notre économie ne va bientôt plus suivre, entraînant le système financier dans sa chute. On parle beaucoup de l'Irlande, de la Grèce et du Portugal dont la dette est actuellement traitée par des plans d'austérité drastiques (pour limiter les dépenses publiques) et par de nouveaux prêts de secours de l'Europe et du FMI pour garder le navire à flot. On oublie que la France est dans la même logique et pourrait connaître le même sort. Quant aux Etats-Unis, un des moteurs de l'économie mondiale, ils étaient récemment d'après Le Figaro, à 3 mois de la faillite. De nouveaux prêts seront sans doute accordés, augmentant encore la dette en conséquence, pour retarder l'échéance fatale de quelques années encore. Jusqu'à quand ? Dans ce contexte inédit dans l'histoire, l'avenir reste difficile à prévoir mais il est fort probable qu'un changement énorme, plus ou moins brutal, se produira dans les années qui viennent et que notre capacité à faire face dépendra de notre capacité à encaisser le choc et à nous adapter rapidement. Tout notre système délocalisé, centralisé, mondialisé pourrait ne plus fonctionner. Plus nous aurons développé de nouvelles alternatives locales capables de prendre le relai, moins le choc sera rude. Les amaps font partie de ces alternatives à encourager car s'il est une chose qui ne devrait surtout pas dépendre d'une économie mondialisée pouvant s'interrompre à tout moment c'est bien notre approvisonnement en nourriture. Ph. Baudon


Idées à l'ordre du Jour du Bureau du 15 Juin - le logo - la réunion infos législatives contrat AMAP pour les producteurs - la demande d’un producteur de framboises - point AMAP yaourts - le forum des associations - rassemblement des adhérents et/ou journée signature contrats ? - nomination d’un responsable qui centraliserait toutes les dates concernant les différentes AMAP ( dates de distributions, fin de contrat, limite de renouvellement de contrat... )

Gâteau des Femmes Pressées ! ●

(ce gâteau porte vraiment ce nom, ne voyez pas de machisme de notre part !) La recette s'adapte très bien à différents « contenus fruits » … improvisez !

(Suite aux demandes adressées à Françoise Gourment lors de la visite du Pré de Sagne) ●

Ingrédients :

_ farine _ sucre _ œufs _ crème fraîche _ levure chimique _ sel _ arôme vanille _ pommes _ banane ●

125g 200g 3 20 cl 1 paquet 1 pincée 3 1

Préparation :

_ mélanger toutes les poudres, puis ajouter les œufs un à un, ensuite la crème fraîche et l'arôme. _ peler les fruits, les couper en gros quartiers, _ réserver quelques lamelles plus fines pour la décoration _ verser la pâte dans un moule, en alternant avec le cocktail de fruits _ terminer en répartissant votre déco dessus ●

Cuisson :

35 mn à 180°C (th 5-6)

vérifier avec la lame d'un couteau

Bon appétit !


Comment favoriser la création d'une nouvelle amap légumes ? Je pense qu'il est souhaitable de rechercher dès maintenant un 2ème maraîcher pour une 2ème amap légumes. D'une part, parce qu'on souhaite tous le développement d'une agriculture de proximité respectueuse de l'environnement et c'est vrai qu'en se limitant à 40 paniers on n'avance plus. D'autre part, ce serait une sécurité pour l'amap au cas où d'ici 1 an mon successeur ne pourrait démarrer avec autant de paniers. Pour favoriser la venue de ce 2ème maraîcher je suggère de constituer une réserve de paniers potentiels pour pouvoir facilement créer cette deuxième amap légumes. Pour ça il faudrait déverrouiller la liste d'attente et faire rentrer de nouvelles personnes. Comme je reste toujours limité à 40 paniers il faudrait trouver des volontaires pour passer du panier au demi panier afin d'accueillir ces nouvelles personnes intéressées par un panier complet mais qui démarreraient avec également un demi panier. L'idée est que si 10 personnes passent au demi panier pour en faire entrer 10 autres, limitées aussi au demi panier, on peut très facilement ensuite les faire passer au panier complet pour le 2ème maraîcher, ce qui fait tout de suite 10 paniers sans avoir à chercher. Ce serait une sécurité financière pour démarrer en amap car tout le monde n'a pas la trésorerie pour débuter avec seulement 4 paniers comme on l'a fait à St Viance en 2009. Il faudrait aussi s'assurer que dans les nouvelles personnes qui rentrent il y a des référents potentiels pour cette nouvelle amap. Je propose de faire un sondage auprès des adhérents de l'amap'tite pousse pour savoir qui serait d'accord pour favoriser, grâce à ce petit sacrifice militant, la venue d'un autre demi panier en vue de la création future d'une deuxième amap légume. Ph. Baudon

Contacts Contacts Adhésions : ALAIN : leymarie.alain@wanadoo.fr Contrats : JOELLE : joelle.amap@sfr.fr Distributions Légumes Lundi : leymarie.cheyssial@wanadoo.fr Distributions Légumes Jeudi : fam.caporal@wanadoo.fr Distributions de Pommes : philarna123@orange.fr Distributions d'Oeufs : ours_c@hotmail.com Distributions de Pains : coordinationamap.painbio@yahoo.fr Mise en page : FRED : (f.gourment@free.fr) Site web (work in progress ...) : http://amapiens-brive.org

Aides Distribution Jeudi 18h30 – 19h30

Voir sur : www.amapiens-brive.org/jeudis

Lundi 18h30 – 19h30

Voir sur : www.amapiens-brive.org/lundis

Distrib' Pains :

http://doodle.com/wcnng7qp5up 3fpgv


Feuille de choux N°10 - Forum des associtions /Foire Bio

1

- Nouvelles des tendres légumes

2

- Journée de récolte à la Ferme

4

- Paysans sans terre

5

- Visite chez Sybille et Stephen

8

- CIGALES et Coordonnées

9

On continue de manquer de référents pour lancer de nouveaux contrats avec des producteurs ...

Forum des Associations / Foire Bio La Foire Bio de Brive se termine . Après notre participation au Forum des Associations il y a 15 jours, puis la Foire Bio ce dimanche voici les enseignements que j’en retire. Plus d’adhérents ont participé à la tenue du stand lors de la 2° manifestation ( une dizaine ). Contrairement à ce que je croyais nous avons touché plus de personnes au Forum qu’à la Foire ( peu de contacts pour de futurs adhérents ). Très peu de flyers distribués, un seul bulletin d’adhésion fourni mais pas encore trempli. Par contre de nombreux contacts avec des producteurs: - le producteur de poulet de Vigeois est venu nous rendre visite. Lucie, moi et qui voudra irons leur rendre visite d’ici 15 jours 3 semaines un mercredi en fin d’après-midi ( nous vous tiendrons au courant ). Il fait des oeufs bio. Lucie D va nous préparer un sondage pour estimer quelle quantité quelle fréquence pour les poulets et les pintades? - le producteur de pain de Beaulieu, présent sur le marché de Brive les samedis matins, approché maintes fois avant Jean-Claude et Nathalie, serait intéressé pour nous livrer. Un peu tard!!! Je poserai la question aux adhérents du lundi qui ne prennent pas de pain le jeudi si cela pourrait les intéresser ( il ne se déplacerait pas à moins de 40 kg de pain, donc impossible à atteindre ). - une productrice de safran bio, amie de Martijn, souhaiterait nous livrer aussi. Dégustation de produits possible. Un sondage devra être mis en place pour connaître l’intéressement des adhérents. - notre fromager s’est séparé de ses deux jeunes associés... Nous ne connaissons pas les raisons. Alain Leymarie - Président


Des nouvelles de Philippe et des tendres légumes 1/2 Une météo atypique Après un hiver peu pluvieux et un printemps chaud et très sec, on pouvait craindre une méga-sécheresse pour cet été. Devant la difficulté de travailler les sols secs et d'arroser mes plantations, j'avais d'ailleurs fortement réduit certaines surfaces (courges, choux). Et puis finalement on a eu un été très pluvieux qui a complètement renversé la situation. Mes plants de choux qui végétaient dans les caisses à semis, rachitiques et criblés de trous par les altises (petites puces de terre) se sont complètement métamorphosés sous les pluies. Ils sont maintenant magnifiques. Idem pour les poireaux, les courges (certaines sont énormes) et même les pommes de terre qui sont très belles malgré les attaques de doryphores que j'avais contenu grâce à mes nombreux aller-retours dans les rangs avec mon bocal. Super année aussi pour les échalotes et les oignons qui ont été plantés au bon moment, dans une terre qui est restée fraiche (grâce au binage) et exempte de mauvaises herbes (grâce à la sécheresse) et qui ont un super calibre. A propos de doryphores, un jour le propriétaire vient me voir et me demande quel produit j'ai déversé dans son champ car ses moutons sont en train de lècher avec délectation une petite zone complètement décapée par le mystérieux produit. En fait c'était la zone où je venais régulièrement écraser avec mes bottes mes bocaux pleins de doryphores ! Après récolte, le bilan des courges et des pommes de terres est plus mitigé. Elles sont plus belles et plus grosses que l'année dernière mais finalement il y en a moins. Comme si cette combinaison « printemps très sec / été pluvieux » avait favorisé le calibre au détriment du nombre. L'année a quand même été particulièrement sèche. En 2009 et 2010 on avait eu à peu près 1000mm de précipitations. Cette année, à mi octobre on n'est qu'à 550mm! D'ailleurs la sécheresse a bon dos! Au printemps alors que tout le monde parlait de sécherresse, je voyais le niveau de mon étang baisser et je me disais qu'effectivement c'était une super sécheresse, voyant en mars l'étang déjà à moitié à sec comme au mois d'août. En fait je me suis aperçu plus tard que c'était moi qui vidais l'étang sans le savoir car j'avais l'habitude de laisser mes tuyaux sous pression et un des tuyaux enterré devant la première serre était tout simplement percé! Du coup j'ai fais un système de secours avec un cube d'eau d'1m3 pour alimenter les goutte-à-goutte des serres avec un robinet connecté sur une source. Par chance ça a bien fonctionné ce qui m'a évité la corvée d'arrosage de mes centaines de pieds de tomates/concombres à l'arrosoir! On a eu un gros orage début août: 100mm d'eau en 2-3h. J'avais fait un désherbage au sarcloir juste avant l'orage. Résultat: quelques belles crevasses au milieu des carottes et des poireaux, et de la terre qui s'est écoulée dans le bas du champ ensevelissant plusieurs mètres d'oignons.

Plus de maladies cette année Cette année a eu plus de maladies que d'habitude.

continuer page suivante ...


Des nouvelles de Philippe et des tendres légumes 2/2 D'abord l'oïdium (ce champignon blanchâtre qui couvre les feuilles et bloque la photosynthèse) est arrivé un mois plus tôt sur les courgettes (dès mi juin au lieu de mi juillet habituellement) J'ai aussi eu beaucoup de courges et de melons qui ont dépéri à cause de ce que je croyais être un virus (au point d'arracher une vingtaine de pieds) et que finalement je ne suis plus très sûr car certaines que j'ai laissées se sont rétablies ensuite. Les tomates ont mis du temps à démarrer puis une maladie s'est répandue (sorte de cul noir). Beaucoup de pertes (les ¾) jusqu'à ce que je pulvérise de la bouillie bordelaise, ce qui a stoppé la maladie. J'ai eu des sortes d'araignées rouges sur les aubergines. Les feuilles se couvraient de fines toiles d'araignées puis jaunissaient et se désséchaient. J'ai fini par réagir en pulvérisant régulièrement du purin d'ortie, ce qui a fini par m'en débarrasser. Même problème sur les concombres bien qu'en ce qui les concerne ça arrive tous les ans en milieu d'été. Je pense qu'il faudra à l'avenir que je pulvérise du purin d'ortie en préventif pour dissuader les araignées et les pucerons de s'installer car une fois qu'ils sont là c'est laborieux pour les déloger. Enfin un grand merci à tous ceux qui sont venus récolter le dimanche 14 août pendant notre semaine de vacances. Philippe Baudon


Journée de récolte à la ferme Enfin la famille de notre maraîcher préféré a pu prendre un petit congé bien mérité. Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, nous avons pu constater un grand élan de solidarité de tous les amapiens. Une vingtaine de personnes s’était portée volontaire pour récolter les légumes afin d’éviter un gaspillage de légumes mûrs et d’en assurer leur distribution. Un covoiturage était mis sur pied. Un moment d’accueil bien chaleureux attendait les participants grâce à l’initiative de quelqu’uns : thé, café et viennoiseries étaient au rendez-vous . Anne-Françoise C planifiait la récolte selon les consignes de Philippe B ( merci à son voisin d’avoir arraché les oignons !). En moins d’une heure les quantités demandées étaient récoltées et rangées dans des cageots. Les adhérents présents ont pu confectionner leur panier sur place. La famille Cantagrel se proposait de transporter et de stocker les légumes pour les amapiens qui n’avaient pu être présents. Pour clôturer cette matinée, certains ont pique-niqué au bord de la Vézère à Garavet. Le lundi, grâce au prêt de son matériel, les légumes de Philippe étaient disposés sous la halle par Mathilde et Thimotée. Les adhérents du jeudi ont accepté de changer leurs habitudes. Bref à tous les niveaux, chacun a permis la réussite de cette opération. Cela est très encourageant. Alors merci à tous ! Alain Leymarie


Paysans sans Terre 1/4 La société veut des paysans nombreux (environnement, produits sains...), beaucoup de gens rêvent de revenir à la campagne. La plupart des habitants de ce pays ont des origines agricoles quand on remonte deux, trois ou quatre générations en arrière. Nos parents ou nos grand-parents ont laissé leurs terres parce que la France des années 50 avait besoin d'eux dans les industries et voulait développer une agriculture ultra performante comme aux Etats-Unis avec comme objectif premier de nourrir une Europe ruinée par la guerre. Les agriculteurs restant en ont profité pour s'agrandir et se mécaniser, l'objectif étant principalement d'augmenter les rendements et le niveau de vie des agriculteurs. Aujourd'hui les choses ont changé, après des années de surproduction l'objectif n'est plus de nourrir une Europe exsangue. L'industrie n'est plus capable de fournir des emplois à tout le monde, d'ailleurs on commence sérieusement à s'interroger sur la finalité de cette fabrication et de cette surconsommation de produits inutiles ou nuisibles entretenus par la publicité, à l'heure où l'épuisement des ressources fossiles se fait de plus en plus manifeste. En même temps l'agriculture productiviste actuelle est de plus en plus pointée du doigt à cause de ses dérives: emploi des pesticides à l'origine de nombreuses maladies modernes, érosion des sols, pollution ou épuisement des nappes phréatiques, perte de biodiversité, crises sanitaires, fragilité financière et surendettement, tentation des ogm, … La société commence à intégrer de nouveaux objectifs sociaux et environnementaux, tandis que de nombreuses personnes non issues du milieu agricole veulent retourner à la terre et être acteurs d'une autre agriculture. Or le système en place, arcbouté sur des schémas périmés, freine des deux pieds, ne les intégrant qu'au compte-goutte, les forçant à entrer dans le moule, ou ne leur laissant que les terres dont personne ne veut (comprenant entre autres des zones désertes, des enclaves entre bretelles d'autoroutes, proximité de station d'épuration ou de centre d'enfouissement de déchets, … ceci n'est pas une caricature mais du vécu personnel). L'agriculture perd l'équivalent de la surface d'un département tous les 10 ans, du fait de l'artificialisation des sols (zones industrielles, routes, lotissements, rond-points, ...). Le paysan en recherche de terre est en concurrence avec l'urbanisation, les agriculteurs qui s'agrandissent, les spéculateurs (certains gardent des terres près des villes en attendant que ça devienne constructible) et également les particuliers qui achètent des maisons de campagne pour leurs vacances et font grimper le prix des terres. Dans certaines régions touristiques, les locaux qui viennent travailler dans le tourisme ne peuvent même plus se loger sur place. Pour monter une entreprise les communes mettent à disposition des hectares de terres agricoles pour créer des zones industrielles et commerciales. Toute la symbolique de notre époque réside dans ces bâtiments en tôles laissés en friche après 15 ans d'utilisation et recouvrant une terre agricole désormais inutilisable. A côté de ça, aucune terre n'est mise à disposition par les communes pour créer une exploitation agricole.


Paysans sans Terre 2/4 Le système planifie la disparition des paysans, affectant systématiquement à l'agrandissement les fermes qui disparaissent et repoussant en dépit du bon sens de nombreux projets viables à échelle humaine. Nos dirigeants dans leurs structures mentales ne peuvent pas comprendre que « petit » peut être mieux que « grand ». C'est un problème idéologique. Tout ce qui est petit et indépendant est à supprimer. Ces gens là ont mis 50 ans à supprimer les petites fermes, ce n'est pas pour les voir revenir aujourd'hui, quand bien même ce serait le souhait de la société.

« Un pays sans paysans n'est pas un pays » Claude Nougaro

Les paysans disparaissent non pas parce que personne ne veut plus être paysan ou parce que c'est un métier qui n'est plus viable mais parce que leur disparition est planifiée par les structures en places, sous contrôle des lobbies agricoles productivistes. La concentration des terres agricoles dans les mains d'un petit nombre de gros agriculteurs de plus en plus fragilisés financièrement et sous la dépendance des aides publiques prépare peut être le terrain demain à la vente de pans entiers du territoire aux chinois (comme hier aux japonais) qui ont peut être le seul Etat encore solvable de la planète et qui, à l'étroit sur leur territoire, achètent aujourd'hui des millions d'hectares en Afrique pour nourrir leur population migrant vers les villes. Les élus qui permettent ça, dans ce climat généralisé de guerre économique, mériteraient d'être jugés un jour pour haute trahison. Aujourd'hui, il faudrait voter cette loi simple: lorsqu'une exploitation disparaît, si une personne veut s'installer avec un projet viable elle devrait être systématiquement prioritaire sur tout autre projet d'agrandissement. L'information sur les terres disponibles (notamment des safer) devrait être largement diffusée alors qu'aujourd'hui tout se passe en sous-main. Les gens qui s'agrandissent aujourd'hui créent des méga-exploitations intransmissibles qui ne sont performantes qu'en apparence car elles sont extrêmement fragiles. De plus elles sont très consommatrices d'aides publiques car souvent le revenu disponible pour l'exploitant correspond exactement aux aides: s'il n'y a plus d'aides, il n'y a plus de revenu. Il faudrait réformer en profondeur la PAC qui transforme les agriculteurs en rentiers et les pousse à accaparer des hectares de terre dont ils n'ont que faire, juste pour toucher les aides. Il faudrait remplacer les aides à l'hectare et leurs effets pervers par un contrôle garantissant des prix de vente rémunérateurs. A quoi sert d'avoir l'illusion d'acheter les produits alimentaires à pas cher si c'est pour payer la différence par nos impôts ? En conventionnel les prix sont apparemment moins chers mais le consommateur paye sa nourriture quatre fois et plus: d'abord quand il l'achète, puis par ses impôts (aides pac), ensuite pour se soigner (effets sur sa santé), et enfin pour dépolluer l'environnement (prix de l'eau, …).


Paysans sans Terre 3/4 Sans parler des multiples coûts du chômage que la suppression des paysans fait supporter à la société car les grosses exploitations participent à la désertification des campagnes: seules quelques personnes hyper mécanisées entretiennent le territoire là où de nombreuses petites fermes (et bien plus d'emplois, sans compter les commerces et artisans qui gravitent autour) pourraient faire vivre le pays. Aujourd'hui il faudrait profiter des départs en retraite pour réduire les surfaces agricoles en passant à des systèmes à taille humaine moins intensifs, respectueux de l'environnement et à plus forte valeur ajoutée comme le bio. Au contraire, donner la priorité à l'augmentation des surfaces des exploitations déjà surdimentionnées, c'est aller vers plus de productivisme, plus de mécanisation, plus de chimique, plus d'endettement, plus de pollution, plus de distance vis à vis du consommateur final, en gros le contraire de ce qui est préconisé aujourd'hui dans les discours officiels (agenda 21, pacte écologique, grenelle de l'environnement, …) et qui n'est qu'un voeu pieux sans réelle action concrète ni volonté politique. La seule justification de l'agrandissement aujourd'hui ne devrait pas être économique (jeu de dupe à cause des primes à l'hectare) mais seulement pour des raisons d'entretien du territoire si personne d'autre ne veut s'occuper des terres. Il faudrait revoir les missions des adasea, des safer, des cdoa et contrôler réellement leurs résultats par rapport à des objectifs clairement définis. Aujourd'hui ce sont les gros agriculteurs accaparant les terres qui siègent en personne (ou via leurs relations) dans les structures décisionnelles et qui souvent verrouillent l'accès aux terres (il existe de nombreux exemples).

Souvent la ferme est partagée à l'avance entre les voisins quelques années avant le départ en retraite si bien qu'aucune terre n'est disponible à la cessation d'activité. Cet accaparement des terres à des fins d'agrandissement perpétue de fait une agriculture qui malgré l'aval tacite des ministères n'est plus en phase avec les attentes de la société et empêche physiquement les alternatives agricoles d'émerger. L'adasea qui gère les répertoires à l'installation s'occupe surtout de la transmission des exploitations telles qu'elles sont mais fait rarement preuve d'imagination et a rarement l'occasion de démanteler une grosse ferme pour permettre l'installation de plusieurs petits projets. Par exemple en maraîchage on trouvera des transmissions à 100000€ ou 150000€ (sans la maison) alors que l'expérience m'a prouvé qu'on pouvait s'installer pour moins de 40000€ sur de la terre nue. La terre qui est la seule chose indispensable est souvent la cerise sur le gateau tandis que le prix est principalement conditionné par des bâtiments, des serres et du matériel souvent surdimensionnés et pas forcément justifiés économiquement.


Paysans sans Terre 4/4 En d'autres termes, si pour un agrandissement la terre se vend autour de 2500€/ha, un petit paysan qui s'installe sur quelques hectares devra souvent payer 50 à 100000€ ou plus pour y avoir accès car il devra acheter pour cela la maison, les bâtiments ou le matériel du cédant. Bien qu'elle soit aux mains de propriétaires privés, on sent bien que la terre agricole est un bien public et il est paradoxal d'avoir délogé l'ancienne noblesse aristocratique pour conserver une gestion féodale du territoire. Qui serait le mieux à même de garantir ce bien public ? Parfois des propriétaires privés sont de meilleurs protecteurs qu'une bureaucratie d'Etat hors du champ de contrôle des citoyens. Terre de Liens est une initiative intéressante car la terre est préservée en tant que propriété collective, mais c'est encore une goutte d'eau par rapport aux besoins qui sont immenses. Il faudrait une vraie volonté politique. En attendant c'est un parcours du combattant qui attend le paysan en quête de terre. Ce pays mérite-t-il ses futurs paysans ? Faut-il s'exiler pour accéder à la terre ? Il est grand temps que les citoyens se saisissent de ce problème qui est un problème politique, s'ils veulent retrouver des campagnes vivantes, enrayer la disparition des paysans et reprendre le contrôle de leur eau, de leurs sols, de leur alimentation, de leur santé, tout en en permettant l'essor d'une agriculture paysanne (et biologique) de proximité génératrice d'emplois qui ont du sens, sobre en énergie et porteuse d'espoir pour le futur. Philippe Baudon (inspiré par mes difficultés pour me réinstaller en Vendée)

Les mangeux d'terre (Gaston Couté 1880-1911) Je r'pass' tous les ans quasiment Dans les mêm's parages, Et tous les ans, j'trouv' du chang'ment De d'ssus mon passage; A tous les coups, c'est pas l'mêm' chien Qui gueule à mes chausses; Et pis, voyons, si je m'souviens, Voyons: dans c'coin d'Beauce Y avait dans l'temps un bieau grand ch'min. – Chemineau, chemineau, chemine ! – A c't'heur' n'est pas pus grand qu'ma main. Par où donc que j'chemin'rai d'main ? En Beauc', vous les connaissez pas ? Pour que ren n'se parde, Mang'rint on n'sait quoué, ces gâs-là, Y mang'rint d'la marde ! Le ch'min, c'était, à leu' jugé, D'la bounn' terr' pardue: A chaqu' labour i's l'ont mangé D'un sillon d'charrue... Z'ont groussi leu's arpents goulus D'un peu d'glèb' tout' neuve; Mais l'pauv' chemin en est d'venu Minc' comme eun' couleuv'e Et moué qu'avais qu'li sous les cieux Pour poser guibolle !... L'chemin à tout l'mond', nom de Guieu ! C'est mon bien qu'on m'vole ! Z'ont semé du blé su l'terrain Qu'i's r'tir'nt à ma route; Mais si j'leu's en d'mande un bout d'pain, I's m'envoy'nt fair' foute ! Et c'est p't-êt' ben pour ça que j'voués, A m'sur' que c'blé monte, Les épis baisser l'nez d'vant moué Coumm' s'i's avaient honte ! Ô mon bieau p'tit ch'min gris et blanc Su' l'dos d'qui que j'passe ! J'veux pus qu'on t'serr' coumm'ça les flancs, Car moué, j'veux d' l'espace ! Ousqu'est mes allumett's? A sont Dans l'fond d'ma pann'tière, Et j'f'rai ben r'culer vos mouéssons, Ah ! les mangeux d'terre ! Y avait dans l'temps un bieau grand ch'min, Chemineau, chemineau, chemine ! A c't'heur' n'est pas pus grand qu'ma main. J'pourrais bien l'élargir, demain !

Retrouvez chaque semaine la liste des légumes distribués sur : amapiens-brive.org/lundis et amapiens-brive.org/jeudis


Visite chez Sybille et Stephen Peyrelongue Une sortie chez nos producteurs, c’est autant voire plus de plaisir que d’aller visiter un monument, un château ou qu’une baignade au bord de la Dordogne ! Même pour les enfants apparemment, car les quelques uns présents vendredi 12 août 2011 à la journée porte ouverte chez Sybille et Stephen Peyrelongue à Chamberet (19) n’ont vraiment pas semblé s’ennuyer, bien au contraire ! Ils ont pu goûter des graines d’épeautre, caresser le nez des vaches, regarder les chiens ramener les troupeaux et courir partout. Pour nous, adultes, c’était aussi passionnant ! Comme Martijn, la passion de Stephen pour son métier est palpable et nous prend à notre tour quand on l’écoute parler. On a tout appris sur l’élevage des moutons et des veaux, on a vu comment les chiens obéissent au doigt et à l’œil (plutôt à la voix d’ailleurs !) et ramènent les troupeaux. On a pu voir tous les aliments cultivés sur la ferme : épeautre, sarrasin, soja, maïs, colza,… Un circuit à pied d’environ 2km, nous a menés d’un bout à l’autre de leur magnifique propriété d’un seul tenant de 100ha. Tour à tour à travers bois, à travers champs, à la découverte des troupeaux et des cultures. Et… pour vous faire pâlir d’envie : on a même trouvé de superbes cèpes dans la forêt ! Pour clore l’après midi, on a eu droit à un retour à nos voitures en…bétaillère ! :-) Elisabeth Carbone

"On ne découvre pas de terre nouvelle sans consentir à perdre de vue d'abord et longtemps tout rivage" citation trouvée dans le dernier numéro de "l'âge de faire", intéressante revue sur l'écologie pratique que nous recommande Ph. Baudon : http://www.lagedefaire.org (numéros à télécharger en PDF pour 2€)


CIGALES Qu'est-ce qu'une CIGALES (Club d'Investisseurs pour une Gestion Alternative et Locale de l'Epargne Solidaire) ? Site internet CIGALES Une CIGALES est constituée de 5 à 20 personnes qui mettent une partie de leur épargne en commun. L’objectif est d’aider à la création et au développement de petites entreprises locales, en privilégiant les projets respectueux de l'être humain et de son environnement (commerce équitable, insertion sociale, promotion de la culture, protection de l'environnement, …) C'est un lieu d'échange et d'auto-formation sur les questions économiques et de développement local, où investisseurs et porteurs de projet font l'expérience d'une économie socialement responsable et solidaire. C’est une structure qui semble assez simple à mettre en place. Au niveau national, on peut voir sur le site que le montant moyen de l’épargne mensuelle est de 26€. Un projet à mettre en place pour aller plus loin dans le soutien à nos « fermiers de famille » ?

Notre AMAP sur Décibel FM tous les mardis soirs ! - 3 Interview radio de Jean Claude (notre boulanger-paysan), d'Alain (notre président) et d'Elisabeth (engagée dans les AMAP au niveau national) ; écoutez, c'est dans Alternatives Rurales, tous les mardis d'octobre à 18h sur 105.9 ou www.decibelfm.fr « Pour y voir plus clair sur ce qu'est l'engagement dans une AMAP, je suis allée à la rencontre des Amapiens en Pays de Brive, pour croiser les points de vue de producteurs et de consomm'acteurs. Enfin la secrétaire générale du MIRAMAP (le Mouvement Inter-Régional des AMAP) nous dira ce qui se trame au niveau national et européen pour tenter de sauvegarder l'agriculture saine et de proximité.  » Carole Testa, journaliste

Jardin Atypique - Cliquez ici pour voir le film sur demain.fr Elisabeth Carbone connaît bien le travail de maraîcher, pour avoir été productrice de légumes pour une AMAP bordelaise. Aujourd’hui corrézienne, ayant accompagné son mari à la retraite, elle poursuit avec lui un travail militant et met en application dans sa vie un concept de « Sobriété Heureuse ». Dans sa petite maison corrézienne, le jardin pousse au naturel, les toilettes sont sèches. Elle avoue honnêtement qu’elle n’a pas réussi à se passer de frigo plus de deux mois, mais a choisi d’abriter près d’une route et non loin d’un abri bus pour profiter des transports en commun qui ne manqueront pas de remplacer les voitures individuelles quand le pétrole sera rare et cher. Rechercher une vie simple est parfois un peu compliqué, mais possible. (La partie me concernant commence à peu près 7 mn après le début, mais on ne peut pas avancer rapidement jusque là, cela ne semble pas marcher, il faut tout regarder...). Elisabeth C.

Contacts Contacts et adhésions (Président) : Alain Leymarie Contrats : Joëlle Charreyron (Lien EMAIL = survolez/cliquez le nom) Référents Légumes Lundi : Anne Dubois , Monique LACAZE Référent Légumes Jeudi : fam.caporal@wanadoo.fr Référent Pommes : Philippe Arnault

Référente Oeufs : Catherine Ours

Référente Pains : Françoise Gourment Mise en page : Fred Gourment Site web (work in progress ...) : http://amapiens-brive.org

Aides Distribution Jeudi 18h30 – 19h30

Voir sur : www.amapiens-brive.org/jeudis

Lundi 18h30 – 19h30

Voir sur : www.amapiens-brive.org/lundis

Distrib' Pains : Doodle Pain


Feuille de Choux n°11 Février 2012

Table des matières Nouvelles de Philippe et des tendres légumes.............................................................2 Février 2012...................................................................................................2 Bilan de trois années de maraîchage diversifié, peu mécanisé, sur une petite surface, avec commercialisation en amap...................................................................................3 Description:....................................................................................................3 Résultats économiques:.....................................................................................6 Conclusion:....................................................................................................7 Statistiques météo sur 3 ans - Fréquence souhaitée pour les légumes dans les paniers............9 Réflexions sur la dette........................................................................................10 Apolitisme ? (à propos de notre Amap et de l'article qui précède)....................................11 Note sur la mise en pages....................................................................................11 Recette..........................................................................................................12 Navets farcis.................................................................................................12 Contacts ........................................................................................................12 Nos aides aux distributions...................................................................................12

1 / 12


Nouvelles de Philippe et des tendres légumes Février 2012 La fin d'année s'est caractérisée par des températures minimales élevées pour la saison, avec absence de fortes gelées. En conséquence les cultures craignant le gel ont continué à pousser: salades, navets, radis, … et même les tomates qui avaient en partie survécu à la nouvelle année, mais qui ont fini par succomber au froid vers la mi janvier. Cette année j'ai volontairement semé les navets et les radis d'hiver fin août soit un mois plus tard que les années précédentes. La première conséquence est une bien meilleure levée des navets car le temps était moins sec et il n'y avait pas d'altises. Comme ils ont eu moins de temps pour pousser ils sont moins gros mais il y en a beaucoup plus, et ils ont pu continuer à pousser lentement jusqu'en février grâce aux températures clémentes. Par contre les radis d'hiver sont vraiment beaucoup moins gros que l'année d'avant, c'est dommage car ils étaient fortement remontés dans le dernier classement du sondage sur les légumes . Je trouve qu'ils sont moins piquants, et le radis Rose de Chine est délicieux cette année. J'ai fait un tout petit essai de culture d'endives. J'ai planté une partie des échalotes avant fin décembre pour test. Le reste sera planté en févriermars comme d'habitude. En plus de la serre, j'ai semé une partie des fèves dans le champ pour voir la différence (qualité, quantité, période de récolte). Elles ont bien souffert des fortes gelées du début février, contrairement à celles de la serre qui sont plus protégées. Mes épinards sont ratés cette année, c'est pourquoi il n'y en a pas eu dans les paniers à l'automne. J'espère en avoir un peu en mars-avril. Par contre je devrais avoir plus de mâche car en plus de mes plants j'ai également essayé le semis direct qui a réussi plutôt bien. J'ai planté les céleri rave un mois après la dernière date conseillée. A cette occasion j'ai pu apprécier l'influence du désherbage et du binage, fait sur seulement 30% de la planche, qui était flagrant sur la formation de la racine, ainsi que la pose d'un tunnel nantais qui, à partir de mi novembre, a nettement accéléré la croissance de la boule. Par contre il y en aura peu dans les paniers car les rongeurs les adorent et, bien au sec sous le tunnel nantais, ils les visitent un par un avec leurs petites dents pointues: gnarc, gnarc!. Dans la maison, les petites souris ont également trouvé le chemin de la pièce où je stocke mes courges, tandis que le chat fait la sieste toute la journée dans le hangar. Il a fallu ressortir les tapettes à souris, mais elles ont quand même eu le temps de se régaler. A chaque fois elles font un trou de 3 cm de diamètre dans la courge et une fois à l'intérieur elles mangent les graines puis s'en vont ailleurs, la courge finissant par pourrir petit à petit. Pendant 3 mois ma débroussailleuse est restée en panne à cause d'un roulement qu'on n'arrivait pas à se procurer. Moralité: à l'achat, penser à la disponibilité des pièces détachées et éviter les sous marques dont la garantie et la pérennité peut être douteuse. Grâce à un mois de décembre très pluvieux, l'étang a fini par se remplir. Côté pluviométrie on est finalement arrivé à 875mm au lieu des 1000mm habituels, soit environ un mois et demi de déficit. Enfin, début février, on atteint des records de froid depuis 3 ans (jusqu'à -15°C la nuit dans les champs, sans parler de l'effet du vent, et ça ne dégèle pas dans la journée). Du coup les sols sont gelés et on ne peut plus rien récolter, à part les choux et les racines stockées en silo. Dans la maison, une partie des canalisations sont gelées, sauf dans la salle de bain où on a encore de l'eau. On apprécie le fait d'avoir remplacé les vieux WC à eau par des toilettes sèches il y a 2 ans, car en ce moment les toilettes à l'étage n'ont plus de chasse d'eau. Victoire par KO des technologies propres !

2 / 12


Bilan de trois années de maraîchage diversifié, peu mécanisé, sur une petite surface, avec commercialisation en amap

Description: Je cultive environ 4000m² de plein champ et 900m² de serres. J'ai cultivé jusqu'à 8000m² mais ça n'a servi à rien car, n'ayant pas le temps de bien m'en occuper, je n'ai pas eu beaucoup plus de production. La main d'oeuvre sur la ferme est approximativement 1,25 UTH (Unité de Travail Humain). Les serres disposent d'un système d'irrigation par asperseurs et goutte-à-goutte. Dans le champ, j'utilise uniquement l'arrosoir (à la plantation) car la terre contient suffisamment d'argiles pour rester fraiche l'été (surtout si elle est binée) et mes principales cultures de plein champ sont des cultures d'hiver qui se développent surtout à l'automne, saison qui ne souffre pas du manque d'eau. Concernant le travail du sol, un voisin peut m'aider ponctuellement à faire un labour sur une prairie, sinon pour la terre qui a déjà été travaillée l'année précédente il suffit de passer la débroussailleuse et de travailler directement la couche superficielle à la motobineuse. Comme on ne passe jamais avec le tracteur, le sol n'est pas tassé, on peut travailler même si c'est un peu humide, on peut choisir de ne travailler que certaines planches (par exemple 1,5m x 130m) et on peut aussi faire des cultures plus resserrées (on n'a pas l'espace des roues du tracteur à prévoir!). La motobineuse est encore plus évidente dans les serres et on peut même la remplacer par la grelinette si besoin. La fertilisation se fait à la main (brouette, plantoir-pelle). Aujourd'hui j'utilise du tourteau de ricin pour les semis (carottes, betteraves, pommes de terre, etc...), du compost en sac (type Or brun) pour les plantations de plants (choux, salades, etc...) et du compost perso ou du fumier de mouton de la ferme pour les plantations de tomates et de courges. Dans le futur j'aimerais faire entièrement mon compost pour supprimer notamment le tourteau de ricin qui est un produit importé d'Asie. 3 / 12


L'entretien des cultures se fait surtout au sarcloir manuel qui est pour moi l'outil fétiche du jardinier. D'autres fois je laisse faire: par exemple le navet et le radis noir poussent tellement vite à l'automne qu'il est inutile de désherber. Je fais beaucoup d'expériences de cohabitation des cultures avec les mauvaises herbes que je considère faute de mieux comme des plantes compagnes (trompant les parasites) et des engrais verts (se décomposant sur place). En général il faut surtout désherber et sarcler lorsque les plants sont jeunes, après on peut souvent s'en passer, surtout pour les cultures d'hiver qui prennent le dessus à un certain moment alors que la mauvaise herbe décline, n'étant plus dans sa saison (mon manque de temps chronique m'a appris beaucoup en me forçant à expérimenter et à identifier quelles sont les tâches vraiment indispensables et celles qui sont inutiles). Les outils à main vraiment indispensables sont pour moi: le sarcloir (en avoir de différentes largeurs), la fourche-bêche, la houe, le plantoir-pelle et bien sûr toujours avoir un petit couteau dans sa poche. Tous les autres outils sont d'un usage plus occasionnel. J'utilise aussi beaucoup le pousse-pousse sur lequel je peux fixer un sarcloir, un buttoir (pour les patates) ou un cultivateur (griffe).

J'achète mes premiers plants de tomates, aubergines, poivrons, concombres car ils ont besoin de démarrer très tôt au chaud. Je fais tous les autres plants moi même dans des caisses à semis ou des godets que j'aligne dans un coin de serre inoccupé, à partir de début mars. C'est fondamental de faire ses plants car d'une part on a accès à beaucoup plus de variétés de légumes, notamment des variétés anciennes non F1, d'autre part on économise facilement 3000€ ou plus en faisant ses propres plants. C'est le genre de surcoût qui peut facilement vous faire basculer vers un autre point d'équilibre économique, comme on le verra plus loin. J'utilise quelques petits tunnels nantais pour protéger certaines cultures du gel ou pour les forcer, ainsi que des voiles thermiques (P17) et des filets anti-insectes (pour les radis d'hiver et les navets). Concernant les ravageurs et les maladies, souvent je laisse faire, parfois avec une petite appréhension, mais en général ça se passe toujours bien car j'accepte d'avoir un minimum de 4 / 12


pertes. Lorsque ça devient plus inquiétant je pulvérise du soufre (contre l'oïdium des courgettes), de la bouillie bordelaise (pour les maladies des tomates) ou des purins végétaux, avec un pulvérisateur à dos. La ferme fourmille de limaces mais je n'ai quasiment aucun problème avec elles. Souvent elles préfèrent être dans l'herbe que dans mes légumes. Je ramasse les doryphores à la main. Je trouve qu'en général il y a une bonne régulation des ravageurs. Le haut des serres donne sur une haie abritant de nombreux oiseaux qui visitent en permanence les serres à la recherche d'insectes. Entre les serres je laisse en friche, ne tondant qu'une fois en hiver. Cette bande de végétation abrite de nombreux crapauds, couleuvres et surtout lézards verts qui font régulièrement la navette dans les serres en passant sous la bâche plastique qui n'est pas enterrée. Au niveau des récoltes, tout est entièrement manuel (caisses récoltes de 34L, brouette classique, brouette maraîchère). C'est un peu physique mais ça maintient en forme et dilué dans le temps c'est parfaitement gérable. Avec un âne et une remorque ce serait encore mieux. Au niveau du stockage des légumes, je stocke mes pommes de terre par sacs de 25kg sur des palettes, sous une couverture, dans le hangar. Je stocke la plupart des légumes-racines à l'extérieur, en tas, à même le sol, sur un grillage fin (à cause des rongeurs) recouverts de paille et d'une bâche à compost, (betteraves, navets, radis noirs, céleri raves, choux raves, rutabagas, …). Je stocke les courges dans une pièce de la maison. Restent en terre l'hiver: carottes, panais, topinambours, poireaux et les choux les plus résistants. J'ai la chance qu'ici la terre gèle rarement plus d'un centimètre en surface, et souvent ça dégèle dans la journée, ce qui fait qu'il est toujours possible de récolter les carottes ou les poireaux le jour même. Je vends quasiment toute ma production dans l'amap, hormis quelques ventes sur la ferme. Au niveau économique, la moitié du chiffre d'affaire correspond aux serres et la moitié restant au plein champ. On peut noter que je produis autant en chiffre d'affaire dans les 900m² de serres que dans les 4000m² de plein champ. Les serres correspondent en gros à la période de mai à novembre avec les productions précoces de printemps (fèves, carottes) et les légumes d'été (tomates, concombres, aubergines, poivrons, courgettes). Le plein champ correspond plutôt à la période de novembre à avril avec tous les légumes d'hiver (carottes, poireaux, choux, etc...). Bien sûr il y a des exceptions comme les pommes de terre ou les oignons mais ce sont malgré tout aussi des légumes stockés pour l'hiver. Je ne fais pas de cultures de printemps et d'été en plein champ parce que je n'ai pas d'irrigation et parce que j'y passerais mes journées à désherber, surtout de façon manuelle. De plus, pourquoi faire des légumes d'hiver l'été, quand les serres regorgent de tomates et autres bonnes choses ?

5 / 12


Résultats économiques: C'est un modèle qui a très peu de coûts externalisés. Ce système très manuel a un point d'équilibre autour de 40 paniers hebdomadaires à 15€. Si on augmente fortement le nombre de panier ce n'est plus possible, les charges augmentent brutalement (mécanisation, achats, embauche d'un salarié, régime d'imposition, frais comptables, ...) et le point d'équilibre se déplace vers 80 ou 100 paniers avec des méthodes de travail très différentes. Le travail du sol à la motobineuse est physiquement possible jusqu'à 5000m² réellement travaillés, à partir du moment où c'est progressif et étalé sur quelques mois, ce qui est parfaitement adapté au maraîchage diversifié. Cette surface correspond à peu près aux 40 paniers nécessaires pour vivre, le reste de la surface étant constitué de bandes enherbées participant aux rotations et à l'équilibre écologique. Au delà de cette surface il faut faire intervenir un tracteur pour labourer le terrain, mais même avec ça, l'entretien d'un hectare par une personne seule peu mécanisée est difficile et n'apporte pas forcément plus de production si on ne peut pas bien s'en occuper. Si 5000m² suffisent à faire vivre un maraîcher peu mécanisé, pourquoi les SMI (Surface Minimum d'Installation), requises pour avoir le statut de chef d'exploitation, sont-elles beaucoup plus grandes ? Pour avoir ce statut il faut avoir une surface au moins égale à la moitié de la SMI. La ½ SMI en maraîchage de plein champ est de 0,8ha à Segonzac, 1,75ha en Vendée et 4ha en Loire Atlantique, ce qui est absurde car les légumes se vendent plus cher en Loire Atlantique qu'en Corrèze et donc une petite surface y est encore plus pertinente! Si les SMI sont si surdimensionnées, c'est parce qu'elles sont calculées sur la base de l'agriculture conventionnelle, ultra mécanisée, orientée vers la vente en circuits longs, cette même agriculture qui a un besoin viscéral de s'agrandir pour survivre et qui considère que les petites surfaces ne sont pas viables (puisqu'eux mêmes, en dessous d'une certaine surface, ne peuvent plus s'en sortir, à cause de la diminution continuelle de leurs marges). On peut même se demander si les SMI ne sont pas un outil de plus pour éliminer les petites fermes en les marginalisant (d'ailleurs la Loire Atlantique vient récemment de doubler sa ½ SMI qui passerait de 4 à 8ha!) Je mets donc en valeur une surface qui n'est pas viable selon la MSA et les impôts. Pour pouvoir faire ce travail j'ai investi 26000€ (en autofinancement) que j'ai prévu d'amortir sur 10 ans, sans intérêts. Je fais 30000 € de chiffre d'affaire annuel pour 3000h de travail, ceci incluant l'aide de Nicole. En brut, 1h de travail génère donc 10€. (D'ailleurs ce critère rapide me permet de juger facilement si un travail a un sens, comme ramasser les pommes de terre à la fourche ou enlever les doryphores à la main.) Mon revenu est d'environ 1500€ net par mois (18000€/an), soit 1500x12/3000=6€net/h (soit moins du SMIC horaire qui est à 7€ net/h). J'ai défini mes prix à partir des prix du marché, moyennés à partir de plusieurs sources. J'ai ensuite ajusté mon revenu, mon volume de travail et le nombre de paniers afin de trouver un équilibre qui corresponde à quelque chose de viable. C'est ce qui m'a permis de voir qu'un point d'équilibre existait autour de 40 paniers avec mes méthodes de travail.

6 / 12


Peut-on baisser le prix des légumes bio pour les rendre plus accessibles ? Baisser mes prix de 20% signifirait une perte de 20%x30000=6000€ soit 33% de mon revenu, me faisant passer de 1500€ à 1000€ mensuel pour 3000h de travail soit 4€ net de l'heure, autant dire que ce ne serait plus viable si l'on considère qu'on n'a qu'un seul revenu et que le loyer de la maison est d'environ 600€ mensuel. Pour récupérer ces 6000€ il faudrait travailler 600h de plus, soit passer de 3000h/52=57h/sem à 3600h/52=69h/sem. Par rapport à la rémunération du travail, il faut savoir que 1000€ pour 57h/ sem correspondrait environ à 700€ par mois pour 39h/sem. Pour être plus productif, peut être faudrait-il se mécaniser davantage? Si j'investis 6000 € dans un système pour ramasser les patates (arracheuse 1500€, tracteur d'occase 4000€, benne 400€) ça équivaut à 700h de mon travail à 10€ de l'heure, si on prend en compte les intérêts, soit 7 ans de ramassage à la fourche, ceci sans tenir compte du gasoil qui va continuer à grimper, des frais d'entretien du matériel et des patates abimées par la récolte mécanique. Ça vaut la peine d'y réfléchir. Et franchement, vous préférez que votre travail vous rémunère ou qu'il rémunère votre tracteur ? Enfin, l'aide des amapiens sur la ferme, quand les gens sont nombreux comme pour la plantation des poireaux et des choux, permet vraiment d'alléger certaines tâches qui autrement vont durer des jours, voire des semaines.

Conclusion: Mon système fonctionne uniquement par la vente de mes légumes, avec très peu d'aides (hormis le crédit d'impôt). Je ne sollicite aujourd'hui ni l'aide au logement, ni le RSA auxquels je peux très certainement prétendre. Dois-je vendre mes légumes moins chers, grâce aux aides subventionnées par le reste de la société (par nos impôts directs et indirects, voire en creusant les déficits publics) ? Dois-je au contraire prendre ces aides pour gagner en niveau de vie et travailler moins ? Ou faut-il refuser ces aides et faire payer le vrai prix au consommateur final ? Mais dans ce cas les légumes ne sont peut être pas assez chers, par rapport à ma charge de travail ? D'un autre côté, le consommateur en amap doit il payer plus cher ses légumes bio alors que ses impôts financent déjà l'agriculture conventionnelle ? Pourquoi le consommateur en amap n'aurait pas droit lui aussi à un crédit d'impôt du fait qu'il y a des frais à la collectivité qu'il n'occasionne pas (circuits courts plus écologiques soutenant l'emploi local, produits bio peu subventionnés,...) ? En même temps, être en amap, n'est-ce pas assumer un minimum de 7 / 12


militantisme pour faire évoluer la société sans attendre que la législation (qui a toujours un temps de retard) devienne favorable ? Est-il sain d'être dans un système économique où les prix sont factices et déconnectés des réalités, à cause des subventions cachées et des coûts non pris en compte (pollution, érosion des sols, délocalisations, chômage, …) ? Je n'ai pas encore répondu à toutes ces questions. Mon expérience démontre seulement qu'il est possible de faire les choses différemment et d'en vivre malgré tout. Philippe Baudon – décembre 2011

8 / 12


Statistiques météo sur 3 ans - Fréquence souhaitée pour les légumes dans les paniers

9 / 12


Point de Vue

Réflexions sur la dette Alors que l'argent est à la base quelque chose de très simple (les enfants ne jouent-ils pas très tôt à la marchande ?), le monde de la finance est souvent aride, opaque et difficile à comprendre, c'est pourquoi peu de gens s'y intéressent vraiment, en dehors des conseils pratiques pour placer son argent à la banque. Pourtant nous vivons une époque où l'argent n'a jamais eu autant d'influence sur nos vies et le devenir de nos soi-disant démocraties. Les dettes publiques explosent, les agences de notations dégradent les notes des Etats en leur suggérant d'entamer sans tarder des cures d'austérité drastiques et de privatiser tout ce qui peut encore l'être, afin de restaurer les finances publiques. S'interroger sur l'argent, la monnaie, la crise financière et l'origine de la dette publique devient très vite passionnant dès qu'on découvre les bonnes clés de lecture. Savoir que la plus grosse partie de l'argent qui circule dans le monde est créé à partir de rien, à chaque fois que quelqu'un sollicite un prêt, est déjà quelque chose qui déroute le sens commun. En effet, la banque ne sort pas l'argent de ses coffres, elle le crée à partir de rien, sauf qu'à la différence des faux monnayeurs cette pratique est autorisée et encadrée par la loi. De plus, quand la banque crée 100€ de monnaie, elle en demande par exemple 103€ (à 3% d'intérêts). Or les banques ne créent que le capital, pas les intérêts. Collectivement, toute la société s'efforce donc de rembourser capital+intérêts, ce qui est impossible car seul l'argent du capital a été mis en circulation par les banques. Les plus doués remboursent donc les intérêts en consommant le capital des autres (d'où cette compétition acharnée), les autres se voyant contraints de contracter de nouveaux prêts, avec de nouveaux intérêts qui permettront de rembourser leurs échéances à court terme, et la spirale de la dette commence (avec l'effet exponentiel dont j'ai déjà parlé ailleurs). A partir d'argent créé à partir du néant, les puissances financières accaparent ainsi de plus en plus de richesses qui elles sont bien réelles, appauvrissant la société toute entière. De plus, cette dette croissante est à l'origine de notre addiction à la croissance économique qui se heurte tragiquement à la finitude de notre planète et de ses ressources. Il faut savoir qu'avant 1973 la France avait le pouvoir de créer elle même sa propre monnaie pour les besoins de son économie, à taux zéro bien sûr. Depuis 1973, Georges Pompidou (ancien directeur général de la Banque Rothschild) a modifié les statuts de la banque de France afin qu'elle ne puisse plus prêter directement à l'Etat, qui est depuis lors obligé d'emprunter avec intérêts aux banques privées. Il est édifiant également de savoir que la totalité de la dette française actuelle est quasiment égale aux intérêts cumulés depuis 1973. En gros, si l'Etat avait continué à se financer lui même à taux zéro comme par le passé, la dette serait quasiment nulle aujourd'hui, ce qui contredit la croyance en laquelle le train de vie de la nation aurait explosé et qu'un serrage de vis généralisé serait la seule option possible. Ph. Baudon Pour aller plus loin: Quelques vidéos courtes et didactiques pour saisir un peu les choses: http://w w w .youtube.com/w atch?v=ZE8xBzcLYRs http://w w w .youtube.com/w atch?feature=player_embedded&v=fIyPMzaK_Cc http://w w w .youtube.com/w atch?feature=player_embedded&v=19SxQOEA8VQ#! Un document très bien fait sur ce qu'est l'argent et comment fonctionne le système actuel: http://w w w .michaeljournal.org/vraics2.htm Une petite vidéo didactique pour saisir « l'essence de l'argent »: http://w w w .dailymotion.com/video/xdhg4i_l-essence-de-l-argent-un-conte-medi_new s#rel-page-3 Deux documents très longs mais passionnants sur « l'argent dette »: http://w w w .dailymotion.com/video/x75e0k_l-argent-dette-de-paul-grignon-fr-i_new s http://w w w .dailymotion.com/video/xbqw w 7_l-argent-dette-2-promesses-chimeriq_new s

10 / 12


Apolitisme ? (à propos de notre Amap et de l'article qui précède) L'apolitisme n'existe pas. Je me suis rendu compte avec le temps que ne pas prendre de décisions c'était en fait cautionner les choses existantes dont beaucoup ne nous plaisent pas. Lorsque j'ai voulu changer de métier je mettais beaucoup de responsabilité et de gravité dans le choix de ce nouveau métier et peu dans le fait de rester dans mon ancien métier qui paraissait être une non-décision. En fait j'avais bien 2 alternatives aussi implicantes l'une que l'autre: ne rien faire avait autant de gravité que faire quelque chose, puisqu'il s'agissait de savoir à quoi j'allais consacrer ma vie professionnelle. Mon texte sur la dette, n'implique que moi. D'où la suggestion de rubrique "Point de vue". Le fond de mes analyses est d'expliquer que tous les problèmes écologiques buttent en grande partie sur nos impératifs de croissance et notre modèle économique et financier. En ce sens, ça reste dans le contexte de l'écologie et de la recherche de durabilité qui est à l'origine des amaps, bien que ça ait aussi une dimension politique. Les amaps sont aussi politiques en ce sens qu'elles s'opposent au modèle agricole dominant. En même temps, tout point de vue a vocation à être débattu, voire critiqué. Ph. Baudon

Note sur la mise en pages Du changement dans la mise en page de la Feuille de Choux : après dix numéros mis en page sous Draw (Open office), logiciel apportant de nombreuses possibilités créatives sur le plan graphique, mais sans gestion de styles ni de flux automatique, donc très inadapté aux changements de dernière minute (les pages se remplissent ou se vident sans influer sur le flux général du document, comme power-point, demandant des heures de mise en page pour chaque feuille de choux). Je vais donc revenir au classique traitement de texte Writer pour retrouver ces deux caractéristiques fonctionnelles : gestion de flux, styles automatiques … (l'insertion ou la suppression à un endroit du train, tire ou pousse tous les wagons qui suivent + modification de la mise en forme d'un paragraphe en un clic + table des matières automatique …) Le numéro 11 était presque bouclé, une importante modification et vlan, plusieurs heures de travail à recommencer … J'ai donc fabriqué cette édition en vitesse, de façon uniforme ; la variété des couleurs de la maquette précédente devrait se retrouver dans le prochain numéro … Je suis ouvert à toute discussion à ce sujet. Fred

APPEL A REFERENT pour l'AMAP Agneau et Veau = sans remplaçant d'Anne-Laure cette Amap risque de disparaître !

Le samedi 17 mars à 14h une marche blanche pour les générations futures et pour la santé de la terre aura lieu à ALLASSAC(19). VEILLERETTE François auteur du Livre PESTICIDES Le piège se renferme et président de l’Association MDRGF (http://www.mdrgf.org/) sera présent. Nous aimerions avoir des personnes de toute la France pour montrer notre le désir d’une façon de vivre et de planter autrement. Pourquoi à ALLASSAC ? Parce que c’est le siège de l’Association ONGF. Si vous venez de loin et avez besoin de rester pour dormir n’hésitez pas à nous contacter. Voici le blog de l’Association si vous voulez d’autres renseignements.

http://allassacongfpesticides.blogspot.com/2012/02/une-marche-pour-la-vie-contre-les.html

Dans le cadre de la semaine du développement durable, Jeudi 5 avril, la mairie nous sollicite pour faire une présentation publique de notre association en parrallèle d'une distribution (oeuf et légumes).

11 / 12


Recette Navets farcis Préchauffez le four th.7 (210°C). Pelez les navets. Faites-les cuire 20 min dans l'eau bouillante salée. Egouttez-les et évidez-les. Gardez les coques de côté et hachez la chair récupérée. Lavez, séchez, effeuillez et ciselez le persil. Dans un saladier, mélangez la viande hachée avec le navet haché, les 3/4 du persil, le jaune d'oeuf, 2 c. à soupe d'huile d'olive, le sel et le poivre. Remplissez les coques de navets avec la préparation à la viande. Disposez les navets dans un plat à four. Arrosez-les d'un filet d'huile d'olive, parsemez-les du reste de persil ciselé et enfournez. Faites cuire 15 à 20 min. Servez dès la sortie du four avec une salade. http://www.cuisineaz.com

Contacts Contacts Adhésions : ALAIN : leymarie.alain@wanadoo.fr Légumes LUNDI Légumes LUNDI Légumes JEUDI OEUFS KIWIS PAINS PORC POMMES BOEUF AGNEAU POULET Froma. CHEVRE LAIT YAOURTS

Monique LACAZE Anne DUBOIS Stéphane BARRET Catherine OURS Christian HUBER Françoise GOURMENT Martijn VAN LITH Philippe ARNAUD Elisabeth CARBONE ? Damien LETEXIER Elisabeth CARBONE Alain Leymarie

06 06 45 60 33 06 25 92 02 07 05 55 88 35 90 06 70 20 07 93 05 55 23 60 46 06 50 20 12 49 06 98 72 20 35 06 03 08 84 96 06 32 53 63 72 ? 06 82 29 15 76 06 32 53 63 72 05 55 23 53 80

anne-dubois2@wanadoo.fr monique.lacaze@wanadoo.fr s.barret@sfr.fr ours_c@hotmail.com

Philippe BAUDON Philippe BAUDON Philippe BAUDON Philippe LEYMAT polohuberc@gmail.com Denis GENIER coordinationamap.painbio@yahoo.fr Nathalie & Jean Claude VERGNE martijnvanlith@orange.fr Pierrette & Bernard FOSSARD philarna123@orange.fr Martijn VAN LITH elisabeth.guegan@gmail.com David DURAND ? Sibylle & Stephen PEYRELONGUES damien.letexier@gmail.com Laetitia & Emmanuel CORBEIL elisabeth.guegan@gmail.com Sandrine & Franck BONNEVAL leymarie.alain@wanadoo.fr Catherine & Christian DESCARGUES

Mise en page : FRED : (f.gourment@free.fr) Site web (work in progress ...) : http://amapiens-brive.org

Nos aides aux distributions Rendez vous sur les pages internet suivantes pour les compléments d'info Jeudi 18h30 – 19h30 Voir sur :www.amapiens-brive.org/jeudis Lundi 18h30 – 19h30 Voir sur :www.amapiens-brive.org/lundis Distrib' Pains : http://doodle.com/wcnng7qp5up3fpgv

12 / 12


17, avenue Emile Zola 19100 BRIVE secretariat@amapiens-brive.org Site : http://amapiens-brive.org

Avril 2013 Bonjour, Suite à la réunion de bureau du 11 mars, j’ai repris la réalisation de la Feuille de Chou en sommeil depuis 1an (dernier numéro en février 2012 : N°11), que Fred Gourment a portée brillamment pendant près de 2 ans, merci à lui. Cette Feuille de Chou devrait paraitre chaque mois et contenir pour l’essentiel des infos concernant notre association et dans une moindre mesure, des nouvelles du Limousin et des infos sur les AMAP plus loin. N’hésitez pas à m’envoyer vos propositions d’articles, recettes, infos, en lien avec l’AMAP ou des sujets proches des préoccupations amapiennes : agriculture, alimentation, économie solidaire, actualités sur Brive,… Ecrire à l’adresse : secretariat@amapiens-brive.org Au plus tard le 20 du mois précédent la parution (prévue entre le 1er et le 10 de chaque mois). Ces articles ne doivent pas dépasser 1000 caractères, espaces compris (il peut y avoir un lien vers un site Internet et plus d’infos). Afin d’être plus surement lue, votre Feuille de Chou ne dépassera en effet pas 4 pages. D’autre part, je recherche un amapien qui prendrait en charge les corrections orthographiques de la Feuille de Chou entre le 20 et le 25 de chaque mois. Amapiennement, Elisabeth Carbone, membre du bureau Contact : secretariat@amapiens-brive.org Communiquer entre amapiens Pour échanger des infos, des idées, des bons plans dans l'esprit AMAP, c'est à dire avec le respect de l'humain et de l'environnement, entre AMAPiens au Pays de Brive (et leurs amis), une liste de discussion existe. Pour s'inscrire envoyez un mail à : EcoTchatBrive-subscribe@yahoogroupes.fr

Sommaire Edito Communiquer entre amapiens Formation référents I- AMAPiens au Pays de Brive 1) Infos du bureau : retour de la réunion du 11 mars – les projets 2) Nouvelles de nos AMAP : Montage d’une serre chez Virginie Podevin 3) Rubrique des paysans : visite à venir des vergers de Martijn Van Lith ; nouvelles du Lot ; 2 questions à Jean Claude et Nathalie Vergne II- Nouvelles du Limousin 1) Exploitation des gaz de schiste 2) Evènements : agenda 21 ; Eco’ Lot Toi-même ; Transition III – Autre info : scandales alimentaires

Formation et informations pour les référents actuels, futurs et anciens 18 avril à 20h salle N°2 de la maison des associations 11 place Jean Marie Dauzier à Brive Animation : Elisabeth Vous êtes tous les bienvenus !


I- AMAPiens au Pays de Brive 1) Infos du bureau C’est avec enthousiasme que le nouveau bureau des AMAPiens au Pays de Brive s’est réuni le 11 mars 2013. Devant tout le travail d’animation que nous souhaitons mettre en place, nous avons décidé de nous réunir une fois par mois, chacun de vous est invité à participer aux réunions et peut prendre en charge une tâche ponctuelle ou une responsabilité s’il en a la possibilité. La prochaine réunion de bureau est fixée au jeudi 11 avril à 20h00 à l’agence immobilière d’Isabelle Brousse, 3 avenue Bourzat à Brive Les projets : - mise en place d’un nouveau site plus interactif et plus vivant ; recherche d’un logiciel de gestion des commandes adapté (sur le modèle de l’AMAP pain) ; - le retour de la Feuille de Chou ; - un travail d’animation, accompagnement, coordination des référents est engagé avec des outils à créer ou améliorer : agenda, fiche pratique du rôle du référent, liste commune d’intermittents du panier, création d’un contrat type et enfin une réunion de formation et d’information des référents. Ils sont fortement sollicités pour participer à l’élaboration de tous ces outils ; - d’autre part, il est apparu que le règlement intérieur doit évoluer (l’association ayant évolué depuis sa création), une prochaine réunion permettra de préparer les ajustements ou modifications à proposer lors d’une AG ; - autres projets : une AMAP fruits rouges, une AMAP noix et dérivés, notre participation au forum des associations. AMAPiens au Pays de Brive a adhéré au MIRAMAP et à Agrobio19 (groupement des agriculteurs bio de Corrèze, avec un collège « consommateurs »).

2) Des nouvelles de nos AMAP Montage d’une serre chez Virginie Podevin L'AMAP légumes a sollicité les AMAPiens pour participer au montage d'une serre chez Virginie Podevin. Après avoir proposé deux dates, celle fixée a été annulée pour cause de neige... C'est finalement le 2 février que les volontaires, une dizaine, ont bravé les intempéries du jour (averses de pluie et de grêle entrecoupées de belles éclaircies qui n'ont malgré tout pas suffi à atténuer les effets d'un vent glacial). Le matin, c'est donc sur un sol détrempé et lourd que ce petit monde a réalisé la tranchée, et ce jusqu'à 13h00. Les maraîchers avaient préalablement joué de Pythagore pour placer les limites de ce chantier ! Un déjeuner collectif sorti des paniers et amélioré par Mr Podevin a permis une pause conviviale et revigorante autour d'une belle tablée.

Mission du matin : faire les tranchées... sous de nombreuses averses

L'après midi, une fois terminé le chassé-croisé des personnes disponibles par demi-journée, le travail a repris. Certains ont creusé les trous pour les pieds de la serre (parfois à la barre à mine lorsque la roche montrait le bout de son nez), tandis que d'autres commençaient à plancher sur l'assemblage des différentes pièces. En fin d'après-midi l'armature de la serre s'élèvait fièrement, après avoir résolu un petit casse-tête chinois sur « comment fixe-t-on le tout, avec quelle fixation et dans quel sens ? ». Voir l’album photos : https://picasaweb.google.com/ninatsuki/InstallationDeLaSerreChez Virginie?feat=email Françoise

3) La rubrique des paysans Réservez la date du dimanche 23 juin 2013 pour une visite des vergers du Pré de Sagne chez Martijn Van Lith (AMAP Pommes et cie) ! (de 10h00 à 12H00 ou de 15h00 à 17h00 au choix) Plus d’infos dans la prochaine feuille de Chou début mai APB Feuille de Chou N12 avril 2013

02/04/20132/4


Le 17 mars : voici quelques nouvelles du Lot !! Il y a 15 jours j'ai planté les deux premiers rangs de pommes de terre précoces et semé aussi un rang de carottes. Vendredi dernier je suis revenu au marché de Souillac où j’ai commencé à vendre les carottes que certains d'entre vous avaient désherbées en septembre... c'est qu’il en faut du temps pour devenir une grande carotte !! Hier après midi, après avoir préparé des planches avec Yves et Virginie mardi, grosse opération semis : 2ème vague de fèves (Eléonora "précoce" et Aguadulce "normale") et petits pois, mais également du radis botte "Topsi" et de la betterave "plate d'Egypte" petite mais adaptée logiquement à une pousse rapide de printemps....objectif finir à 18h30,

mais finalement il était 20h00 !!!...Les piles de la lampe frontale sont en train de charger !! Aujourd'hui et demain pluie ...c'est parfait (pour le maraîcher que je suis bien sûr !!). La moitié des semis de tomates a levé, les poix sont ok, fenouil : ce n'est pas "folichon" ; demain semis en plaque des céleris raves (la lune est bonne) et dans quelques jours ce sera les choux et les premières courgettes !! Florent Les futures tomates ne sont pas sorties, mais leur mère oui ! Les plantules ont fait leur apparition. La salade, c'est fait depuis quelques semaines, les poireaux aussi. C'est reparti ! Virginie

Deux questions à Jean Claude et Nathalie Vergne (AMAP Pain) Qu’est-ce qui vous a motivé à vendre en AMAP ? Nous démarrions une nouvelle production : le pain, et cherchions des débouchés. Nous avions déjà une bonne expérience de la vente en directe et du contact avec les consommateurs : l’AMAP est dans le même esprit d’échange et de convivialité, avec une transparence sur nos manières de faire qui est un plus pour les consommateurs et travailler sur des commandes et non dans le vide, ce qui est un plus pour nous. C’est aussi une meilleure valorisation de nos produits (il n’y a pas d’intermédiaire). Quel regard portez-vous aujourd’hui, 2 ans après, sur ce système ? Nous sommes toujours enthousiasmés par l’AMAP ! Les rencontres, croiser des personnes qu’on ne croiserait pas sans l’AMAP ; ce rapport de confiance qui s’établit, grâce aux consommateurs, qui nous ont fait confiance d’entrée. Les producteurs ont de la chance d’avoir des consommateurs en AMAP (c’est plus de contraintes pour les consommateurs) ; nous avons du respect et de l’admiration pour cet engagement citoyen qui est exceptionnel et sommes fier d’être en AMAP ! Cela donne envie de s’appliquer à faire de l’excellence ! Quelques points négatifs : - C’est une micro société avec ses difficultés relationnelles entre individus. Il ne faudrait pas perdre de vue les objectifs initiaux, voir ce qui nous rassemble plutôt que ce qui nous divise : par exemple ne pas pénaliser le paysan par une absence de commande quand tension avec un référent… - Il y a une tendance à se scinder en 2 camps distincts : les paysans d’un côté, les consommateurs de l’autres. - Il y a des consommateurs qui ne s’expriment pas, ne posent pas de questions pendant les distributions, on ne sait pas ce qu’ils pensent, ce qu’ils veulent, s’ils sont satisfaits ou non… Des idées pour améliorer cela : - Les ateliers d’animation autour des objectifs ou de la charte par exemple, conso et paysans ensemble, sont des bons moyens de créer de la cohésion de groupe, de mieux se comprendre entre conso et paysans. A faire au moins une fois par an. - Les visites des fermes. Nous sommes parfois agacés, un peu tendus par la contrainte horaire quand nous devons partir de chez nous pour Brive, mais nous sommes toujours ravis et détendus après la distribution et avoir discuté avec les uns et les autres ! Nous, paysans et consommateurs, sommes des précurseurs dans le système agro alimentaire, c’est la grande finalité de l’AMAP : nous inventons l’avenir !

II- Nouvelles du Limousin 1) Exploitation des gaz de schiste Le permis de Brive vient d’être reconnu recevable. Nous risquons de nous retrouver dans la même situation catastrophique que les américains : pollution des eaux, des sols, de l'air, atteintes irréversibles à la santé, à l'économie locale (agriculture, tourisme…). Il est important de s’informer sur les risques liés à la recherche et à l’exploitation des gaz de schiste afin de se faire une idée du problème et ... se positionner. Plus d’infos : http://www.lelotenaction.org/pages/infos-locales/gaz-de-schiste-le-permis-de-brive-confirme.html http://corenv.free.fr/ (Corrèze environnement) -: nongazdeschistebrive@melomanis.com (Collectif de Brive) APB Feuille de Chou N12 avril 2013

02/04/20133/4


Le 16 avril projection débat autour du film « Gazland » à Donzenac Un film : Promised Land de Gus Van Sent avec Matt Damon. (1h 46min). Sortie officielle le 17 04 13 (projet d’un débat le 24 avril au cinéma le Rex). Ce film apporte un éclairage indéniable car cette histoire s'appuie largement sur la réalité. Bande-annonce : http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19440061&cfilm=193544.html

2) Evènements Restitution Agenda 21 de Brive

2 ans après son lancement : quelles sont les actions menées à bien, les succès et les difficultés rencontrées ? Une soirée d’échanges et de restitution sous la forme d’un spectacle ludique et interactif en 5 actes avec la Compagnie ‘du Grenier au Jardin’. Festival Eco’Lot Toi-même

Soirée Transition vendredi 26 avril à 20h Salle des fêtes - Hôpital St Jean (46) organisée par Terra Salva. Projection de « Transition au pays : aventure lotoise » sur des initiatives locales (dont la Récup' rit de Cressensac). Et l'Uxello (cinéma de Vayrac - 46) organise une soirée Transition le avril à 20h30 avec débat et 2 films : « In Transition 2.0 » et « Transition au pays, aventure lotoise »

Plus de 100 stands de producteurs et d’artisans, ateliers de savoir-faire, discussions, spectacles, musique. Conférence des Bourguignon, projection de « Transition au Pays, une aventure lotoise », et de « La Terre ça vaut de l’or » Plus d’infos : www.coquelicausse.over-blog.com

III – Autre info : les scandales alimentaires et le pouvoir des citoyens Suite au scandale alimentaire des lasagnes au cheval, la revue Politis a publié un article du MIRAMAP fort intéressant sur la question, en voici un résumé : Ce scandale allonge encore la liste des trop nombreux scandales alimentaires (lait chinois à la mélanine, poulet belge et œufs allemands à la dioxine, « beurre » italien frelaté, huile de tournesol ukrainienne coupée d'huile minérale pour moteur,…). Devant la cupidité, sans préoccupation de conditions morales ; il est illusoire de compter sur les soi-disant solutions mises en avant par les autorités, les gouvernements, et les institutions (traçabilité, labels, étiquetages, certifications, etc...), pour retrouver une alimentation saine et mettre fin aux tricheries. Tant que la politique agricole commune soutiendra une agriculture productiviste et favorisera les intérêts économiques plutôt que de se soucier d'une production durable et de la santé des populations et tant que les consommateurs resteront dans le chemin balisé par cette agriculture, l'industrie agro-alimentaire et la grande distribution, les problèmes subsisteront et s'amplifieront. Développons des partenariats locaux et solidaires entre citoyens et producteurs ! En France les AMAP sont nées il y a 10 ans d'une réunion citoyenne organisée pour débattre de la mal bouffe. Partout dans le monde, des initiatives multiples venant de citoyens aussi bien que de groupements de producteurs expérimentent une consommation différente, responsable, écologique, locale limitant les transports,... « Ces initiatives sont le vivier du futur. Il s'agit de les reconnaître, de les recenser, et de les conjuguer en une pluralité de chemins réformateurs. Ce sont ces voies multiples qui pourront, en se développant conjointement, se conjuguer pour former la voie nouvelle, laquelle nous mènerait vers l'encore invisible et inconcevable métamorphose.» Edgar Morin dans « La voie », 2011 C'est à la société civile de prendre en main ce qui la concerne au premier chef: son alimentation ; rejoindre ces circuits alternatifs ou en inventer de nouveaux le choix lui appartient. Pour lire le texte en entier : http://miramap.org/Tribune-du-MIRAMAP-dans-le-journal.html APB Feuille de Chou N12 avril 2013

02/04/20134/4


17, avenue Emile Zola 19100 BRIVE secretariat@amapiens-brive.org Site : http://amapiens-brive.org

Mai 2013 Bonjour, Enfin le printemps ! Même si l’on sait bien que les nappes phréatiques manquaient cruellement d’eau et que c’est une bonne chose pour tous qu’elles se soient enfin remplies, un peu de soleil serait maintenant bienvenu, ne seraitce que pour profiter agréablement des visites et chantiers prévus dans les fermes. Amapiennement, Elisabeth Carbone

Sommaire I- AMAPiens au Pays de Brive 1) P’tit calendrier amapiens 2) Infos du bureau : animations 3) Des nouvelles de nos AMAP : chèvre, noix, fruits rouges 4) La rubrique des paysans : visites et chantiers, 2 questions à, brèves, poésie II- Nouvelles du Limousin 1) Les AMAP : les Eco-Gloutons 2) Autres infos : salon du vin, pesticides et médecins, gaz de schiste III – Les AMAP plus loin : cagnotte solidaire IV- Infos diverses : festival de la Transition

I- AMAPiens au Pays de Brive 1) P’tit calendrier amapiens Lundi 6 mai 2013 à 19h45 : réunion du bureau Dimanche 12 mai : chantier jardin d’Yves Bruel Jeudi 16 mai : « apéro-distributions » Jeudi 16 mai à 19h45 : rencontre avec Franck Bonneval, « Pourquoi j’arrête le bio » Dimanche 26 mai : chantier jardin d’Yves Bruel

ère

Lundi 3 juin et Jeudi 6 juin : 1 distribution légumes Lundi 17 juin à 19h45 : soirée infos « Cagnotte solidaire » et « SEL (Système d’Echange Local) » Dimanche 23 juin 2013 : visite des vergers de Martijn Van Lith Dimanche 22 septembre : forum des associations

2) Infos du bureau Animations de notre association

Les « apéro-distributions » Organisation d’ « apéro-distributions », dans l’objectif de favoriser la convivialité lors des distributions. Ce sera le moment de discussions informelles, faire plus ample connaissance, poser des questions, donner des infos,… 1ère date : Jeudi 16 mai avec dégustation de vins du Domaine de La Gardelle - Jean Moulène, viticulteur bio à Saint Julien Maumont (19) Voir son site : http://www.vinpailledelagardelle.sitew.com/#Page_1.A (Boissons offertes par l’association et grignotage que vous aurez apporté !)

Les soirées Rencontres/Animation/Débats


Des soirées afin d’aller plus loin dans notre engagement et partager d’autres sujets qui peuvent nous rassembler. N’hésitez pas à faire des propositions d’animation ! 1ère date : Jeudi 16 mai à 19h45 Ecole Jules Vallès - Brive Rue Eugène Delacroix Salle polyvalente 1er étage Soirée rencontre avec Franck Bonneval, producteur de l’AMAP « fromages de chèvre » : « Pourquoi j’arrête le bio » Avec la participation bienvenue de tous les producteurs d’AMAPiens au Pays de Brive qui le souhaitent Vous êtes espérés nombreux pour mieux comprendre le sujet et poser vos questions Nous pourrons aussi grignoter ce que vous aurez apporté

2ème date à retenir : lundi 17 juin à 19h45 salle Dumazaud, 22 rue de Selves à Brive Soirée infos « Cagnotte solidaire » et « SEL (Système d’Echange Local) » (plus d’info dans la Feuille de Chou de juin)

Animation référents - Une réunion de formation-informations a eu lieu le 18 avril, animée par Anne, secondée par Françoise, à partir de la préparation de l’animation d’Elisabeth. 9 personnes étaient présentes, dont 7 des 13 référents actuels. La réunion a été instructive et formatrice : une fiche du rôle du référent a été complétée, amendée, améliorée ; elle reste à finaliser avant publication sur le site. Ce sera un doc de référence pour les référents. - Un agenda commun (distributions, visites de ferme,…) a été mis en place. - Une liste des intermittents-remplaçants est aussi en place (peu d’adhérents se sont proposés comme intermittents à ce jour…).

Prochaine réunion du bureau Lundi 6 mai 2013 à 19h45 au siège de l'association, 17 av Emile Zola à Brive 3) Des nouvelles de nos AMAP - AMAP « chèvre » : selon la Charte Alliance Provence, le caractère BIO n'est pas obligatoire, mais les statuts actuels de l'association, eux, imposent le label Bio ou à défaut une conversion en cours (Ce choix découle du fait que sans compétence ni connaissance spécifique et sans réseau régional d’AMAP pour nous aider, une association telle que la nôtre n’a pas la possibilité de s'assurer que la production est saine et respectueuse). En l'état actuel, il sera donc mis fin au partenariat avec Franck Bonneval à l'issue des contrats en cours. - Une AMAP « noix » va voir le jour avec Florent Peyrus et une autre « dérivés de la noix » avec le GAEC des Gariottes grâce aux bonnes volontés de Philippe Joyeux et Marie Lapacherie comme référents. - Une AMAP « fruits rouges » en projet avec des producteurs proches d'Uzerche : fraises, framboises et mûres de mai à septembre. Manque pour l’instant un référent : contactez-nous si vous êtes intéressé pour ce rôle. Ecrire à : secretariat@amapiens-brive.org

4) La rubrique des paysans Les visites et chantiers Visite-chantier-pique- nique dans le jardin d’Yves Bruel le dimanche 12 mai et le dimanche 26 mai Ateliers envisagés : pose de clôture à lapins, plantations de tomates, aubergines, poivrons, concombres et sans doute d'autres réjouissances (et pourquoi pas du désherbage !). Rendez-vous vers 10h30/11h : café, visite, boulot, pique-nique, sieste, boulot, goûter. S’inscrire auprès d’Yves : yves.bruel@no-log.org – 05 65 37 20 84 (il enverra un plan et d’autres infos nécessaires pour la journée aux inscrits) Adresse maison : Lotissement La Brousse 46600 CUZANCE Adresse terrain (et sans doute le lieu du RdV) : Chemin de la Carette 46600 MARTEL (derrière l'Intermarché)


Réservez la date du dimanche 23 juin 2013 pour une visite guidée des vergers du Pré de Sagne chez Martijn Van Lith (AMAP Pommes et cie) à ALLASSAC ! (de 10h00 à 12H00 ou de 15h00 à 17h00 au choix) « Ce sera l'occasion pour vous de découvrir le verger, de voir comment et où je travaille et d'où viennent les produits que les adhérents connaissent (ou pas encore d'ailleurs :)). » Plus d’infos dans la prochaine feuille de Chou début juin

Deux questions à Martijn Van Lith (AMAP Pommes et cie) Qu’est-ce qui t’a motivé à vendre en AMAP ? Il faut resituer dans le contexte : j’ai repris les vergers et la clientèle d’Alain Gouzon il y a 7 ans. La clientèle se composait de consommateurs en vente directe, de magasins et de grossistes. Il était clair pour moi que je souhaitais garder une taille humaine à mon activité et ne pas devenir une « usine à jus de pomme » ! Mais pour en vivre, je me suis vite rendu compte qu’il fallait que j’augmente considérablement la vente directe et que celle-ci soit diversifiée pour ne pas être dépendant d’un système ou d’un autre. Je connaissais déjà le principe de l’AMAP et ses objectifs : préserver l’Agriculture Paysanne, une agriculture à taille humaine,… Quel regard portes-tu aujourd’hui sur ce système ? Aujourd’hui, mon regard sur le concept est toujours aussi positif ! Les ventes sur les foires sont de plus en plus aléatoires, il faut y consacrer du temps et il y a des frais, pas toujours amortis ; dans une AMAP, mieux que dans tous autres circuits courts, on est assuré de la régularité des achats. Et puis tisser des liens avec les consommateurs, sans vouloir faire de sentimentalité, la dimension commerciale est toujours là, c’est quand même vraiment autre chose que des ventes anonymes ! Par contre, en ce qui me concerne, je n’organise pas de chantier avec les consommateurs dans mes vergers, je ne me sens pas de gérer beaucoup de monde en même temps ; je préfère organiser une simple visite, tous les 2 ans. Quelques points négatifs/positifs : J’ai eu du mal avec la paperasserie au début, tous ces contrats à signer ! Je me rends compte maintenant que cela est le garant d’une régularité des commandes pour moi et puis c’est le référent qui s’en occupe ! Le système repose sur la bonne volonté des bénévoles. Je pense que la diversité des systèmes est importante car le fort engagement demandé dans une AMAP ne peut convenir à tous les consommateurs. Concernant les AMAPiens au Pays de Brive en particulier : il me semble que cela stagne un peu… Mais peut être le fait qu’il n’y a pas eu de pommes en 2012 n’a pas aidé : les amapiens qui sont intéressés surtout par des pommes n’ont pas contracté en 2012... Il faudrait réussir à faire venir de nouveaux amapiens ; mais… il y a de la concurrence avec le Jardin de Cocagne par exemple, dans lequel l’engagement est moindre… Mes projets Depuis 1 an et demi, je m’intéresse à la permaculture, au jardin-forêt et à des systèmes plus complexes. Le gel de 2012 m’a fait prendre conscience de ma dépendance avec une seule production… J’aimerais faire d’autres fruits, tester des techniques diverses, comme la haie fruitière par exemple qui préserve l’écosystème… J’ai envie aussi de travailler avec d’autres… Ca bouge dans ma tête, pas encore trop dans le verger… A suivre ! Brèves - AMAP légumes Compte tenu des longues journées de pluie, les légumes ne seront pas prêts mi-mai comme prévu (à part radis et salades, ce qui reste très limité !). Nos GM (gentils maraîchers), nous font donc part de leurs regrets de devoir reporter la première distribution de légumes au lundi 3 et jeudi 6 juin. Si le temps s'installe au beau, les légumes en place (petits pois, fèves, pommes de terre primeur, carottes, betteraves, navets, choux rave, fenouils, blettes, ail, salades, radis) devraient accélérer leur développement, et les légumes prêts en pépinières (notamment courgettes et oignons blancs) pourront être plantés dans les 15 jours qui viennent (le temps que l'on prépare la terre). Un peu de poésie Bonjour amatrices (et teurs) de paniers, humapiaines (et piains), Oyez les nouvelles un peu fraîches d'un jardin qui s'éveille, Et de son jardinier qui veille, sinon aux grains, aux germes au moins ! Petite serre toute pleine ou presque Aubergines, poivrons multicolores Sous les voiles, la Margod dite précoce à craquer de croquantes batavias, Bien à l'abri dans leur godet. Laisse présager de belles jardinières Jeunes plants et plantules en fresque : Le corps réveille ses forces et ses Fenouils vert pomme, choux-raves à ras. Mêlant, racines, feuilles et cosses fragilités Quand au jardin, déjà s'étirent, Fragile promesse maraîchère Au soleil d'entre deux giboulées. Fèves et pois, fines carottes, Fourche et croc, terre et fumier L'hiver proche, on sent déjà l'été Soupçons de raves, rêvant de bottes Binettes et râteaux, Lorsqu'on repique les pommes d'or, Titillant l’œil du lapin, en ire ! Ainsi dessine le jardinier. Yves


II- Nouvelles du Limousin 1) Les AMAP La clé des champs ! Festival champêtre à La Courcelle (87) samedi 25 mai 2013 de 11h à minuit organisé par Les Eco-Gloutons (AMAP de Saint Sulpice Laurière -87) Programme : « sepctacle » tout-petits, marché avec nos producteurs, apéro conté, expo photo, scène ouverte (vous pouvez vous proposer !), atelier épouvantails et super groupe du Limousin pour le concert du soir : KELTAS ! (www.keltas.net) Lieu : chez l’apiculteur Eric Dufour (sur la route entre Bersac sur Rivalier et Laurière - 87). Plus d’info : ano.cucurbitae.caput@gmail.com - S’inscrire : http://doodle.com/thbrs4y2nq3ry26a

2) Autres infos Salon "Au Fil du Vin", samedi 18 mai à St Cernin de Larche organisé par l’association, Naturellement Vins avec 26 vignerons passionnés qui piochent la terre et remuent les barriques ! Certains viennent de la Champagne, du Roussillon, du Jura pour raconter leurs paysages et faire déguster leurs vins. Des vins en opposition totale avec le goût standardisé. Des vins qui racontent une histoire, une passion, une philosophie ! Le soir, un repas est proposé au public. Les vignerons s'installeront à table et proposeront quelques bouteilles (magnums, millésimes plus anciens, cuvées inédites,..) pour accompagner le menu. Il suffira de tendre son verre ! Pour le repas il faut s'inscrire avant le 14 mai Plus d’info auprès de Pierre-Alexandre BODIGUEL (amapien) : 06 81 84 77 70 - pierre.bodiguel@hotmail.fr Pesticides : cri d’alarme de 60 médecins du Limousin Un collectif de médecins interpelle les pouvoirs publics sur les effets dévastateurs des pesticides sur la santé. Une première, en France. Ils réclament l'interdiction de l'épandage aérien des pesticides et demandent à la région Limousin de s’engager à réduire de 50 % les pesticides à l’horizon 2020. Ces professionnels de la santé citent des cas de plus en plus nombreux de cancers, troubles neurologiques, maladies de Parkinson, ainsi que de leucémies et tumeurs cérébrales chez l’enfant. Lire le texte en entier : http://www.reponseatout.com/pratique/sante-bienetre/pesticides-cri-dalarme-de-60-medecins-du-limousin-a109550 Gaz de Schiste Vous le savez sans doute, notre région du Sud Corrèze, du Nord Lot et de l'Ouest Dordogne est concernée par un " permis dit de Brive ", donc sous la menace de l'exploitation des gaz non conventionnels (connus en partie sous le nom de gaz de schiste, mais aussi gaz de houille), il existe une pétition centralisée sur le Web pour montrer sa réprobation face à ces projets qui apparaissent comme une aberration écologique. Je vous invite donc à manifester votre opposition à l'exploitation des gaz non conventionnels en signant la pétition au lien suivant : http://www.petitions24.net/non_au_permis_de_Brive

III – Les AMAP plus loin 1) Une cagnotte solidaire à Aubenas : une réponse concrète aux besoins des paysans A l’automne 2012, Emmanuel, le maraîcher, prend la décision d’acquérir une serre d’occasion pour mieux maîtriser le climat, avoir un meilleur rendement et pouvoir ainsi offrir aux amapiens plus de légumes en hiver et au printemps. L’investissement s’élève à 3000€. Il évoque le sujet avec les amapiens et les distributions deviennent dès lors des moments de concertation et d’organisation pour faire avancer le projet. En lien avec le MIRAMAP et le réseau régional Alliance PEC Rhône-Alpes, une réflexion est menée pour lever les obstacles techniques et juridiques. L’idée de créer une cagnotte solidaire, un modèle simple et adaptable, a alors émergé. Une association a été créée et le trésorier a recensé ce que chacun pouvait prêter. Des bons de souscription de 25 euros ont été mis en place, en laissant le choix à chacun d’en prendre le nombre qu’il veut. L’AMAP a également prêté 700 euros sur les reliquats d’adhésion des années précédentes. 3200 euros ont ainsi été récoltés. En moyenne, chacun a prêté 75 euros. Emmanuel devra rembourser 100 euros par mois et ne paiera pas d’intérêt. « La cagnotte s’est montée presque naturellement. Cela a permis de renforcer les liens de solidarité, d’impliquer les gens. En étant dans une AMAP, on n’achète pas que des légumes, on s’engage. C’est un peu leur serre maintenant. » nous dit Emmanuel. Lire l’article en entier : http://miramap.org/Une-cagnotte-solidaire-a-Aubenas.html

IV- Infos diverses Les 24, 25 et 26 Mai 2013 à Cluny (71), se déroule la deuxième édition du festival de la Transition ! Détails et programme disponibles sur www.festival-transition.coop. -------------------------------------Pour proposer des textes, des annonces à la publication (limite de réception des annonces le 20 du mois) écrire à : secretariat@amapiens-brive.org


17, avenue Emile Zola 19100 BRIVE secretariat@amapiens-brive.org Site : http://amapiens-brive.org

Juin 2013 Bonjour, Et toujours de la pluie, de la pluie et… du froid… J’ai bien failli vous faire le même édito que le mois dernier !... Même si nous savons qu’il faut de l’eau pour faire pousser les légumes et les céréales : trop, c’est trop ! Nous allons essayer d’ensoleiller les distribution avec le retour de l’AMAP légumes et… les apéros ! Amapiennement, Elisabeth

Sommaire I- AMAPiens au Pays de Brive 1) Petit calendrier amapien 2) Infos du bureau : apéros-distributions, soirée infos, réunion bureau, organisez vos vacances, retour sur la soirée du 16 mai 3) Des nouvelles de nos AMAP : légumes, yaourts, chèvre, asperges, vins, fruits rouges, visite des vergers de Martijn Van Lith II- Nouvelles du Limousin 1) Actualités paysannes : Agrobio19 2) Autres infos : gaz de schiste, film sur Pierre Rabhi au Rex III – Les AMAP plus loin 1) En France : le chantier national de la charte des AMAP 2) Les AMAP encore plus loin : URGENCI IV- Infos diverses 1) A voir : pour une autonomie alimentaire

I- AMAPiens au Pays de Brive 1) P’tit calendrier amapiens ères

Lundi 3 juin et Jeudi 6 juin : 1 distributions légumes ! avec apéros-distributions Lundi 17 juin à 19h45 : soirée infos «Cagnotte solidaire» et « SEL (Système d’Echange Local) »

Jeudi 20 juin : réunion du bureau Dimanche 23 juin 2013 : visite des vergers de Martijn Van Lith Dimanche 22 septembre : forum des associations

2) Infos du bureau Des dates à retenir : des animations et des soirées amapiennes !

Apéros-distributions Lundi 3 juin : avec dégustation des vins bio du Domaine de La Gardelle (Saint Julien Maumont - 19) Jeudi 6 juin et Lundi 17 juin (Boissons offertes par l’association et grignotage que vous aurez apporté !)

Soirée Rencontre/Animation/Débat Lundi 17 juin à 19h45 : soirée infos « Cagnotte solidaire » et « SEL (Système d’Echange Local) » salle Dumazaud, 22 rue de Selves à Brive ère 1 partie : « Cagnotte solidaire » : comment faire des prêts de manière simple pour aider nos paysans en AMAP ? ème 2 partie : « SEL (Système d’Echange Local) » : comment se rendre des services mutuellement ? Garde d’enfants, récupération du panier, partager une tondeuse ou même s’échanger un objet dont l’un n’a plus besoin et qui servirait bien à un autre. Nous pourrons aussi grignoter ce que vous aurez apporté 1


Prochaine réunion du bureau Jeudi 20 juin à 19h45 chez Anne Dubois 44, rue Champollion à Brive Vous êtes tous les bienvenus ! Amenez du grignotage !

Organisez vos vacances Anticipez ! Prévoyez au moins un mois à l’avance comment vous allez vous organiser pour vos paniers : - pendant les distributions, demandez autour de vous si quelqu’un serait intéressé par un panier en plus à telle date ou pour échanger (vous prenez le sien pendant ses vacances et inversement) ; - pensez à la liste des intermittents des paniers afin de trouver un remplaçant. Prendre directement contact : https://docs.google.com/spreadsheet/ccc?key=0AtB15lvGccBcdDlpdDRSR2xXTkREM09EaElfX3Frdmc#gid=0 (Ceci ne modifie en rien l’engagement, il s’agit d’un arrangement entre deux amapiens. Si vous êtes intéressé pour faire partie des intermittents, écrire à : secretariat@amapiens-brive.org en précisant les AMAP choisies) ; - pensez à votre famille, vos voisins, vos amis (c’est l’occasion de faire découvrir l’AMAP et de participer à son évolution !)

Retour sur la soirée du jeudi 16 mai L’apéro-distribution a eu un vif succès : les vins du Domaine de la Gardelle ont été appréciés, en particulier le rosé doux, cuvée Pascale (en rupture de stock !) ; mais le rouge et le blanc n’ont pas été laissés de côté ! Merci à ceux qui ont pensé à amener de quoi grignoter. Animation à renouveler régulièrement pour développer l’interconnaissance dans notre association La soirée rencontre avec Franck Bonneval, producteur de l’AMAP « fromages de chèvre », qui nous a expliqué pourquoi il arrête le bio, a rencontré moins de succès auprès des amapiens : nous étions seulement 5. Pourtant 2 des maraichers avaient fait l’effort de se déplacer, ainsi que Jean Claude Vergne, boulanger d’APB… L’objectif de cette soirée était d’abord d’informer les amapiens sur les difficultés que peuvent rencontrer les paysans en bio et il est vrai que nombre d’entre nous avait déjà discuté du sujet en perso avec Franck.

Par contre, se pose la question maintenant de ce que veulent les amapiens, car nos statuts ont été volontairement rédigés de manière restrictives avec le label bio exigé. Et il faudra bien prendre le temps d’en débattre ensemble… L’exigence de ce label ferme en effet la porte de l’AMAP à des paysans cultivant sans pesticides ni produits de synthèse mais qui, pour diverses raisons, n’auraient pas ce label (coût de celui-ci, un point qui ne correspond pas au cahier des charges, refus de payer pour prouver qu’on fait des produits de qualité,…). Il faut savoir que le label bio n’est pas exigé dans la charte des AMAP… Cependant, sans appui d’un réseau territorial d’AMAP, le label est une sécurité sur la qualité des produits, dans la mesure où nous n’avons pas la capacité nous, consommateurs, de vérifier la bonne foi d’un paysan affirmant être « plus bio que bio ». Par ailleurs, rentre en jeu aussi la notion de local : faut-il à tout prix des produits bio, même si nous ne les trouvons pas aux alentours et donc faire appel à des paysans plus loin ou bien privilégier des paysans locaux, produisant en conventionnel, mais sensibilisés au bio ? La question est posée : faut-il réviser les statuts et enlever l’exigence du bio ? Comment garantir alors la qualité des produits ? La confiance suffit-elle ? Débat à prévoir avec un maximum de participants…

3) Des nouvelles de nos AMAP En cours - AMAP « légumes » : il y a une nette diminution du nombre de personnes intéressées : 30 paniers contre 35 pour le dernier contrat. Cette baisse s’explique en partie par le passage d’un panier plein à un demi panier pour plusieurs anciens adhérents, il y a aussi le non renouvellement de quelques uns, mais il est possible que la longue pause hivernale ait découragé quelques amapiens… Il faudra anticiper cette pause pour l’année prochaine et, si elle a lieu, envisager de chercher un autre maraîcher pour fournir les légumes d’hiver ; ceci bien sûr dans le cadre d’une entente entre les différents producteurs. Disparition - AMAP « yaourts » : disparition regrettable, liée à la distance et au petit nombre de contrats. Le bureau remercie Karine Vignal pour le travail qu’elle avait accompli pour reprendre la référence de cette AMAP. Le bureau remercie Catherine et Christian Descargues pour leur participation aux saisons passées. S’il vous reste des pots vides les donner à Alain Leymarie pendant la distribution des 3, 6 ou 17 juin - AMAP « fromages de chèvre » : disparition regrettable aussi…, liée à l’impossibilité pour Franck Bonneval à continuer en bio. Nous remercions Elisabeth Carbone pour le travail qu’elle avait accompli comme référente de cette AMAP et Franck pour sa disponibilité à nous expliquer la situation, ses délicieux fromages, sa convivialité,… 2


Projets - AMAP « Asperges » avec Jean Moulène (Saint Julien Maumont – 19) : reporté à l’année prochaine car le temps froid et pluvieux n’a pas été du tout favorable à leur production… - AMAP « Vins » : suite à la dégustation le 16 mai des vins du Domaine de la Gardelle, un contrat va être mis en place avec Jean Moulène (Saint Julien Maumont – 19) pour une distribution le 20 juin. Elisabeth Carbone sera la référente. - AMAP « Fruits rouges » Une visite aux producteurs a été faite par Emilie et Alix samedi 6 mai (sous un vent glacial!) Nous avons fait la connaissance d'Alvina et Thierry Bouillaguet, les producteurs de l'EARL « La Colline aux fruits » à Saint Ybard près d'Uzerche. Ils sont installés depuis 2000. L'exploitation fait 13ha avec 1ha sous tunnels. Ils font également du mouton qu'ils ne valorisent pas en bio. Leur clientèle « privilégiée » sont les pâtissiers et autres utilisateurs de fruits pour la transformation. Ils expédient une partie de leur production à Paris ou dans le sud-est. En local, ils fournissent également une Biocoop et le panier d'Uzerche depuis l'année dernière. Ils trouvent beaucoup de satisfaction dans cette expérience uzerchoise et souhaiteraient davantage développer ce mode de commercialisation, d’où le contact avec l'AMAP de Brive. L'autre facteur semble-t-il est la difficulté liée au coût croissant du transport de leurs fruits quand ils les expédient loin. Aujourd'hui, ce n'est plus rentable pour eux; ils ont donc arrêté de fournir certains clients « lointains » et cherchent d'autres voies de commercialisation de leurs produits. Pour ce qui concerne AMAPiens au Pays de Brive, il est envisagé des distributions les lundis et jeudis de fin mai/début juin (cette année, il y a un peu de retard) à fin septembre pour les fruits suivants : fraises (Mara des bois, Charlotte, Cirafine), framboises (6 variétés), mûres et groseilles. Ils font également du cassis et des myrtilles depuis peu mais les quantités sont trop faibles pour l'instant pour pouvoir les proposer. Karine Vignal sera la référente. Le contrat devrait débuter en juin. Alix Les visites et chantiers Visite des vergers de Martijn Van Lith (AMAP Pommes et cie) dimanche 23 juin 2013 2 visites guidées au choix : de 10h00 à 12H00 et de 15h00 à 17h00 « Ce sera l'occasion pour vous de découvrir le verger, de voir comment et où je travaille et d'où viennent les produits que les adhérents connaissent (ou pas encore d'ailleurs :)). Les amapiens déjà venus en 2011 sont bien sûr aussi invités ! » (Visites réservées aux amapiens de Brive, au Panier d'Uzerche, au Panier de Germaine et aux ruches). Apéritif offert à la fin de chaque visite.

Il est indispensable de s’inscrire (maximum 50 personnes par visite, enfants inclus). 06 98 72 20 35 - contact@predesagne.com Pour venir chez Martijn VAN LITH au Verger du Pré de Sagne Pradel 19240 ALLASSAC : par A20 venant de Brive : Sortie 48. Direction Allassac. Dans le bourg, prendre direction Perpezacle-Noir par la D9. Après 4 km environ vous arrivez à « La Roche », continuez la route sur la D9 vers Perpezac-le-Noir et 800 m après « La Roche », prenez la petite route à droite vers Pradel. Après 1,5 km vous êtes arrivés ; vous verrez la grange en parpaing avec la grande porte jaune à votre droite. Coordonnées GPS : 45°16'48,49''N 1°30'06,74''E Pensez aux bottes si le temps est humide !

II- Nouvelles du Limousin 1) Actualités paysannes : Agrobio19 Contact : bio@agrobio19.com – Site : http://www.agrobio19.com/ Suite à la disparition du GabLim (le Groupement des Agriculteurs Biologique du Limousin), une nouvelle association est née avec pour objectif de développer et promouvoir l'agriculture biologique en Corrèze. Elle réunit des agriculteurs bio ou intéressés par une démarche écologique, des porteurs de projets en installation agricole bio, des consommateurs, des artisans et des commerçants de la filière « bio » et tout autre organisation intéressée par l'agriculture biologique. En 2013, Agrobio 19 organise rencontres et échanges autour de thématiques touchant à l'agriculture bio ; anime des ateliers de sensibilisation à l'agriculture bio dans toutes les classes de 6ème des collèges de Corrèze ; organise la foire bio de Beaulieu-sur-Dordogne, soutient celle de Brive (organisée par les « Doryphores »), et collabore à celle de Meyssac. Les AMAPiens au Pays de Brive sont adhérents d’Agrobio19 3


2) Autres infos Grand Rassemblement citoyen à Brive le samedi 8 juin « Gaz de schiste (ou de houille) : Ni ici, ni ailleurs » Stop au permis de Brive. Renseignements : nongazdeschistebrive@melomanis.com Film « Pierre Rabhi, Au nom de la Terre" au Cinéma REX à Brive - Soirée eco-ciné jeudi 6 juin à 20h30 Documentaire de Marie-Dominique Delshing qui nous fera découvrir ce pionnier de l'agroécologie en France. Le film explore la pensée de ce précurseur et la mise en œuvre de ses idées, au travers des rencontres et expériences concrètes. La séance sera suivie d’une discussion animée par Pascal BRETTE, agroécologiste engagé auprès de l’association « Battement d’Ailes » de Cornil (19). Bande annonce : http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19478638&cfilm=218250.html

III – Les AMAP plus loin 1) En France Le chantier national de la charte des AMAP Suite à la réunion sur le sujet avec les amapiens de Brive en décembre 2012 et aux retours sur le questionnaire, celui-ci a été renvoyé au MIRAMAP. L’été du MIRAMAP sera consacré à une première ébauche de réécriture, à partir des retours de toute la France. Cette ébauche sera envoyée aux AMAP en septembre et des amendements pourront être proposés. Le 14 et 15 décembre auront lieu les assises nationales des AMAP en région parisienne et ces amendements seront votés. Une nouvelle version sera envoyée et des dernières propositions d’amendements pourront encore se faire. La nouvelle charte sera validée en Assemblée Générale Extraordinaire du MIRAMAP en mars 2014. Elisabeth, représentante d’APB au MIRAMAP

2) Les AMAP encore plus loin Les partenariats locaux entre producteurs et consommateurs dans le monde Le 5ème colloque d’URGENCI (Mouvement international des partenariats locaux entre producteurs et consommateurs) s’est tenu du 20 au 23 Janvier 2013 en Californie. Les premiers ont eu lieu à Aubagne en France (2004 et 2008), à Palmela au Portugal (2005), puis à Kobé au Japon, en 2010. (Le Japon est généralement considéré comme le berceau des partenariats producteurs/consommateurs avec les Teikei) Aujourd’hui les CSA (Agriculture Soutenue par la Communauté) aux Etats-Unis sont à un tournant de leur histoire : vont-elles parvenir à devenir un modèle pour des partenariats plus justes (dimension sociale), plus résilients (dimension environnementale) et plus solidaires (dimension économique) ou un simple «business model» (échange d’argent contre de la nourriture) ? La présence d’agriculteurs et de consommateurs venant d’autres horizons (d’autres états américains et d’autres continents) a été bénéfique à tous les participants, car ces questions sont récurrentes partout et certains mouvements ont déjà acquis une expérience précieuse pour éclairer différemment (et non résoudre) ces questions délicates. Cette conférence a en tout cas eu pour résultat immédiat la mise en place d’une coalition états-unienne des CSA, et la préfiguration d’un réseau californien ! 25 représentants d’URGENCI, venus du monde entier se sont rencontrés lors de l’AG du réseau pour définir et mettre en forme un plan d'action pour les deux prochaines années. Le prochain Symposium d’URGENCI aurait lieu en 2015 en Chine. Plus d’infos : URGENCI - 04 42 32 05 75 - contact@urgenci.net - www.urgenci.net http://miramap.org/Retour-sur-l-AG-d-URGENCI-en.html

IV- Infos diverses 1) A voir ou écouter Convertisseur qui permet de savoir combien de paysans seraient nécessaires pour l'autonomie alimentaire d'une ville ou d'un village donné : http://convertisseur.terredeliensnormandie.org/commune/# -----------------------------------------Pour échanger des infos, des idées, des bons plans dans l'esprit AMAP, c'est à dire avec le respect de l'humain et de l'environnement, entre AMAPiens au Pays de Brive (et leurs amis), une liste de discussion existe : EcoTchatBrive@yahoogroupes.fr. Pour s'inscrire envoyez un mail à : EcoTchatBrive-subscribe@yahoogroupes.fr

Pour les corrections orthographiques : merci à Elisabeth Belivier et Angélique Cros (suppléante) (première et seconde réponses d’aide reçues) 4


17, avenue Emile Zola 19100 BRIVE secretariat@amapiens-brive.org Site : http://amapiens-brive.org

Juillet 2013 Bonjour, C’est avec plaisir que nous profitons à nouveau des légumes de Virginie, Florent et Yves ! Les distributions s’en trouvent aussi plus animées. Les apéro-distributions sont des moments conviviaux bien agréables, mais les soirées débats, sur des sujets qui nous semblaient pourtant intéressants, ne déplacent pas les foules (d’amapiens) !… Rendez-vous en septembre pour d’autres propositions. Amapiennement, Elisabeth

Sommaire I- AMAPiens au Pays de Brive 1) Petit calendrier amapien 2) Infos du bureau : vacances, retour sur la soirée infos, projet, promotion 3) Des nouvelles de nos AMAP : vins, fruits rouges, légumes 4) La rubrique des paysans : RV labellisation, 2 questions à Virginie 5) Les recettes du mois : fèves et… carambars ! II- Les AMAP plus loin 1) En France, des nouvelles du MIRAMAP : cagnotte solidaire, chantier charte, AG 2013 2) Les AMAP encore plus loin : au Bénin IV- Infos diverses 1) Evénement : Alimentons-nous 2) A voir : « Transition au pays ; aventure lotoise »

Les organisateurs de la foire bio de Brive (29 septembre) recherchent des bénévoles, entre autre pour tenir la buvette Si vous pouvez vous rendre disponible quelques heures, contactez Elisabeth Carbone : 05 55 84 15 58 - elisabeth.guegan@gmail.com

Pour échanger des infos, des idées, des bons plans dans l'esprit AMAP, c'est à dire avec le respect de l'humain et de l'environnement, entre AMAPiens au Pays de Brive (et leurs amis), une liste de discussion existe : EcoTchatBrive@yahoogroupes.fr Pour s'inscrire envoyez un mail à : EcoTchatBrive-subscribe@yahoogroupes.fr

I- AMAPiens au Pays de Brive 1) P’tit calendrier amapiens - Samedi 20 juillet entre 16h00 et 19h00 : chez Florent Peyrus pour une visite du jardin

- Dimanche 22 septembre : forum des associations Réservez la date pour aider à tenir le stand !

2) Infos du bureau Préparer vos vacances ! A l’approche de l’été, nous vous rappelons qu’une liste d’« intermittents des paniers » est disponible ici : https://docs.google.com/spreadsheet/ccc?key=0AtB15lvGccBcdDlpdDRSR2xXTkREM09EaElfX3Frdmc#gid=0 Si vous souhaitez y figurer, écrire à : secretariat@amapiens-brive.org


Retour sur la soirée infos du lundi 17 juin « Cagnotte solidaire » et « SEL » Nous étions 2 au total… J’ai fait pour ma part 60km A/R rien que pour cela et nous avons réservé une salle… Que peut-on en tirer ? Je ne pense réellement pas que les amapiens ne soient pas motivés par des sujets d’Economie Solidaire (il y avait une trentaine de personnes lors de l’atelier sur la charte AMAP !), je pense plutôt que chacun est peu disponible… Cela nous servira de leçon au niveau du bureau : il est préférable peut être dans un premier temps de faire un sondage, une enquête pour connaitre les sujets qui intéressent les amapiens et de prévoir une inscription de principe lors de projets de soirée pour s’assurer qu’il y aura au moins quelques personnes… Elisabeth

Projet Réalisation d’un guide de l'AMAPien Promotion de notre association Nous sommes étonnés du petit nombre d’adhérents d’AMAPiens au Pays de Brive (66 à la date du 30 juin 2013) au regard de la taille de l’agglomération de Brive… Si nous voulons remplir un peu mieux notre engagement de soutien à une agriculture locale de qualité, il est nécessaire de permettre aux paysans qui nous nourrissent d’avoir plus de contrats et que leurs déplacements à Brive soient rentabilisés. Nous avons donc contacté les médias : nous leur avons proposé des rencontres avec les journalistes lors des distributions et visites dans les fermes, ainsi que des articles tout prêts. Vous aussi vous pouvez participer en parlant de l’AMAP autour de vous

3) Des nouvelles de nos AMAP - L’AMAP « vins » est abandonnée par manque de contractants. Vous pourrez rencontrer Jean Moulène à la Foire bio de Brive le dimanche 29 septembre 2013.

- L’AMAP « fruits rouges » a démarré. - AMAP « légumes » : il reste des paniers de légumes à prendre ! Diffuser l’info autour de vous.

4) La rubrique des paysans Rendez-vous chez Florent Peyrus pour fêter sa labellisation Cela fait maintenant trois ans que je suis dans une démarche de conversion vers le « bio » et dans quelques jours je devrais être labellisé. Le samedi 20 juillet entre 16h00 et 19h00 vous êtes conviés chez moi pour une visite libre du jardin (sans travail!!) afin de fêter ma labellisation. Pour venir : sortir de l'autoroute à Cressensac et prendre la direction Cahors-Souillac. Quelques kms après Cressensac prendre à gauche Baladou-Cuzance. A Baladou prendre direction Mayrac, puis St-Sozy, vous verrez la maison, elle est en bordure de route avec des volets gris, trois grands sapins plantés devant et le jardin clôturé est juste à côté..... certains connaissent déjà. Florent Peyrus

Deux questions à Virginie Podevin, maraîchère Qu’est-ce qui t’a motivée à vendre en AMAP ? A priori, au début, je n’avais pas envie de rentrer dans une AMAP à cause de la pression que j'imaginais peser sur moi face à mon "devoir" de remplir les paniers coûte que coûte, d’autant que les paniers sont pré-payés. Alors j’ai commencé avec des marchés classiques et la vente à la ferme. Mais… il faut du temps pour se faire connaître et cela n’a pas marché aussi bien que je l’escomptais… A force d’en discuter avec Jean-Claude Vergne et Yves Bruel, j'ai été convaincue et finalement, le fait de fournir à 3 producteurs est plus souple et il y a beaucoup moins de stress face aux divers soucis que nous rencontrons mutuellement dans nos cultures. Quel regard portes-tu aujourd’hui sur ce système ? C’est cool ! La relation avec les consomm'acteurs de l’AMAP est très différente de celle du marché, même si le marché, c’est sympa aussi. Là, je ne ressens pas une relation de clients à producteur, mais une relation d’échange ; la distribution est un moment convivial ; il n’y a pas de pression ; des liens se créent. Et puis il n’y a pas de gaspillage : tout ce qui est amené à l’AMAP trouve preneur ! A la ferme ou au marché, je reviens régulièrement avec de la marchandise non vendue. Un grand merci aux AMAPiens pour leur engagement ! Un point négatif : Je mettrais un léger bémol qui n'est absolument pas une généralité mais qui me gêne un peu. J'ai ressenti parfois que ce système d'AMAP faisait de nous, les producteurs, des assistés en quelque sorte. Ceci par le fait que les paniers sont prépayés, probablement, et que la Charte dit que les AMAPiens soutiennent financièrement les producteurs en payant des paniers qu'ils pourraient ne pas recevoir en cas de problèmes divers de production. Or je ne me sens pas du tout dans cette relation-là. J'ai choisi volontairement d'être indépendante pour trouver une relative liberté par rapport à mes choix et en assumer les conséquences. Nous n'avons aucun garde-fou si la 2/4


production chute, si les grêles ruinent nos récoltes, si le mildiou vient pourrir nos patates ou que sais-je... Aucune prime ne nous est réservée, aucune assurance ne couvre nos risques. Je parle pour les maraîchers. Je ne me sens donc pas du tout assistée mais encouragée par le système de l'AMAP. Je trouve aberrant de produire de la nourriture et de devoir littéralement courir après des personnes qui ont besoin de manger en leur disant « Coucou ! Je cultive des légumes près de chez vous ! Je peux vous les vendre ! Et en plus, ils sont bons et sans danger pour vous et votre environnement ! J'aimerais juste être comme vous, gagner mon pain grâce à mon travail ! » L'AMAP me permet de rencontrer des personnes qui mangent et ont envie de trouver des aliments sains et avec l’éthique d'encourager la production locale et de petite taille, en donnant l'argent sans rechigner, ce que ne font ni l'Etat ni la majeure partie de nos concitoyen-ne-s. Je pourrais gagner plus d'argent avec mon métier précédent. Mais je suis maraîchère par conviction et pour être du côté des acteurs du changement. Sauf que ma conviction est une belle philosophie qui ne me nourrira pas à elle seule. La plupart des AMAPiens semblent avoir compris cela : il s’agit d’un échange d’égal à égal ; ce que nous faisons tous ensemble est important et formidable : nous inventons l’avenir !

5) Les recettes du mois Cosses de fèves à la portugaise Ingrédients (pour 4 pers) : 1 kg de fèves dans leurs cosses vertes, 1 oignon moyen émincé, 10 cl d'huile d'olive, 2 gousses d'ail émincées, sel, poivre, 5 cl de vinaigre, 20 cl d'eau. Préparation : écosser les fèves et les mettre de côté pour une autre recette ou pour les déguster crues à la croque au sel : nous allons cuisiner les épluchures ! Oter les fils des belles cosses vertes avec soin, au couteau si nécessaire. Les cosses de fèves ont la particularité de noircir : les mettre dans l’eau au fur et à mesure pour éviter cela. Les laver, égoutter puis couper en tronçons. Faire blondir l'oignon dans l'huile. Quand il est tendre, ajouter les cosses de fèves, bien remuer. Mouiller avec le vinaigre. Ajouter ail, sel et poivre. Ajouter 20 cl d'eau, couvrir et laisser bouilloter 30 mn. Les cosses sont tendres, juste enrobées d'un voile de jus de cuisson. La recette proscrite mais irrésistible : le cake anglais d’Isabelle ! ☺ Ingrédients : 16 Carambars (l’original), 25 Chamallows, 80 g de beurre, 100 à 120 g de Rice Krispies de Kellogg’s (grains de riz soufflés nature). Préparation : prendre 1 grande casserole, y mettre le beurre, les carambars, les chamallows. Faire fondre sur feu doux, mélanger à l’aide d’une cuillère en bois, dès que le dernier carambar est fondu, hors du feu rajouter les céréales. Bien mélanger, mettre dans 1 moule à cake, bien tasser. Laisser refroidir. Au bout de 2 heures c’est prêt à être découpé....Bon Appétit.

II– Les AMAP plus loin 1) En France - Des nouvelles du MIRAMAP Comment soutenir financièrement des projets en agriculture paysanne ? Sur le terreau favorable des circuits courts de vente directe, ont émergé spontanément des initiatives de financement sans intermédiaire, entre paysans et consommateurs et notamment dans le mouvement des AMAP. Cette nouvelle activité alternative de crédit soulève toutefois de nombreuses questions. Depuis mars 2012, le MIRAMAP et le Réseau AMAP Ile-de-France s’appliquent à mutualiser les expériences de terrain pour répondre aux obstacles techniques. L’objectif est de proposer un modèle simple aux producteurs et consommateurs désireux de mettre en place un circuit court de finance solidaire tout en sécurisant les échanges et en respectant les règles juridiques : la cagnotte solidaire. Comment fonctionne une cagnotte ? - 1ère phase : les membres de la cagnotte alimentent le fonds d’épargne de l’association par des apports associatifs avec droit de reprise ; - 2ème phase : les fonds récoltés deviennent alors des ressources internes à la cagnotte, mobilisables pour attribuer des prêts aux paysans. Plus d’infos : http://miramap.org/Les-cagnottes-solidaires.html 3/4


Chantier national de la charte Un

grand merci à toutes les AMAP, les réseaux, et les paysan-nes qui nous ont renvoyé le questionnaire complété !

Et la suite ? Pour résumer, quelques dates clés : 29 & 30 juin, à Lyon, un week-end de réflexion national autour des questionnaires pour entamer l'écriture de la proposition de charte. De septembre à octobre : chaque AMAP, paysan-ne, et réseau sera appelé à faire une révision critique de la proposition de charte par le biais d'amendements, suite à la diffusion de celle-ci début septembre. 14 & 15 décembre, en région parisienne, pour les assises nationales. Assemblée générale 2013 (exercice 2012) Vous trouverez le compte rendu et le rapport d’orientation ici : http://miramap.org/AG-2012-du-MIRAMAP,882.html

2) Les AMAP encore plus loin Une AMAP au Bénin Fin 2008, AMAP-Bénin distribuait ses premiers paniers bio à 17 familles d’expatriés européens. Aujourd’hui, l’association fait vivre une centaine d’exploitants et prépare les paniers de plus de 200 familles de Cotonou, en majorité béninoises. Son fondateur, Edgar Déguénon, forme toute l’Afrique de l’Ouest aux vertus de l’agriculture biologique. Mais le phénomène d'accaparement des terres fait planer une menace sur son projet. Encore extrêmement minoritaire en Afrique, ce système gagne en crédibilité par l’exemple : depuis 2010, un projet similaire a vu le jour à Lomé, la capitale du Togo voisin. Une autre AMAP se met en place à Djougou, au Nord du Bénin. Plus d’infos : http://www.bio-marche.info/web/Continents/Afrique/AMAP/357/301/0/13971.html

IV- Infos diverses 1) Evénement L'association MINGA, les Petits Débrouillards PoitouCharentes, le réseau JiNOV vous invitent du 3 au 7 juillet 2013 aux 2ème rencontres nationales d'échanges, de débats et d'actions : «ALIMENTONS-NOUS» Les rencontres « Alimentons-nous » ont pour objectif d’offrir un espace de discussions autour des questions alimentaires et agricoles à de jeunes professionnels et citoyens : se former et échanger sur l’alimentation pour penser maintenant un développement économique qui ouvre des perspectives professionnelles, esquisser ensemble les contours d’une politique alimentaire durable accessible à tous, partout, se fédérer et partager des réflexions au service des projets des participants. Plus d’infos : www.alimentons-nous.eu

2) A voir « Transition au pays ; aventure lotoise » Durant l'année 2012, un groupe de bénévoles lotois a réalisé un film documentaire sur la déclinaison locale du mouvement des villes et territoires en transition. L'équipe est allée à la rencontre de nombreux acteurs locaux qui, par leur action au sein d'associations, d'entreprises ou de collectivités, proposent et expérimentent des solutions de proximité aux conséquences de l'épuisement des ressources naturelles, le pétrole en premier lieu. Le film est accompagné d'un livret de présentation qui présente en détail les divers sujets traités et les activités des protagonistes. Le film est placé sous une licence autorisant sa diffusion dans le cadre de projections gratuites. DVD et livret : 10 €+ 3€ postage Contact : Kim Goddard (Sénaillac en Transition et collectif film Transition au Pays) http://senaillac-lauzes-en-transition.blogspot.fr/ - transition.lot@laposte.net -----------------------------------------Pour proposer des textes, des annonces à la publication (limite de réception des annonces le 20 du mois) écrire à : secretariat@amapiens-brive.org 4/4


17, avenue Emile Zola 19100 BRIVE secretariat@amapiens-brive.org Site : http://amapiens-brive.org

Août 2013 Bonjour, Pause estivale pour les visites de fermes, les réunions et les animations, mais… pas pour les distributions puisque les légumes peuvent maintenant s’épanouir au maximum avec le soleil enfin présent et l’arrosage de nos consciencieux maraîchers ! Mais dès septembre, les animations reprennent et nous avons besoin de vous ! En attendant, régalez-vous avec nos bonnes recettes de courgettes ! Amapiennement, Elisabeth Carbone

I- AMAPiens au Pays de Brive 1) P’tit calendrier amapien Dimanche 11 août : Foire bio de Beaulieu/Dordogne Dimanche 8 septembre : Foire bio de Meyssac Dimanche 22 septembre : Forum des associations Dimanche 29 septembre : Foire bio de Brive

Sommaire I- AMAPiens au Pays de Brive 1) P’tit calendrier amapien 2) Infos du bureau : des dates, retour de réunion 3) Nouvelles de nos AMAP : fruits rouges 4) Les recettes du mois : courgettes II- Les AMAP plus loin 1) En France : accès des AMAP pour tous ; qu’est-ce qu’un SEL ? 2) Les AMAP encore plus loin : en Grèce IV- Infos diverses 1) Evénement : festival de la Transition 2) A lire : Une autre finance pour une autre agriculture

2) Infos du bureau Des dates auxquelles votre présence est requise Dimanche 22 septembre Forum des associations

Dimanche 29 septembre Foire bio de Brive

Les AMAPiens au Pays de Brive tiendront un stand : écrivez à secretariat@amapiens-brive.org pour donner vos possibilités horaires. Faire connaitre les AMAPiens au Pays de Brive et augmenter le nombre d’adhérents est indispensable pour permettre aux paysans qui nous nourrissent d’avoir plus de contrats et de rentabiliser ainsi leurs déplacements à Brive.

Les organisateurs recherchent des bénévoles, entre autre pour tenir la buvette.

Nous avons besoin de vous ! Si chacun s’engage pour un créneau horaire sur l’une ou l’autre de ces 2 dates la tâche sera légère…

Si vous pouvez vous rendre disponible quelques heures, contactez Elisabeth Carbone : 05 55 84 15 58 - elisabeth.guegan@gmail.com S'inscrire dans une dynamique de territoire, aider les associations partenaires pour soutenir une agriculture sans engrais ni pesticides chimiques de synthèse fait aussi partie des engagements des AMAP et des amapiens.

Retour sur la dernière réunion de bureau Lors de sa dernière réunion, le bureau a travaillé sur les statuts et le règlement intérieur, suite à la réflexion entamée depuis mars 2013 sur le fonctionnement de notre association après 3 années d’existence. Des propositions seront faites aux adhérents sous forme de diaporama pour commentaires et débats avant validation à une prochaine Assemblée Générale, lorsque la nouvelle charte des AMAP aura été finalisée au niveau national, afin de se mettre en conformité.

Prochaine réunion du bureau en septembre : date à venir


3) Des nouvelles de nos AMAP L’AMAP « fruits rouges » : au vu des intempéries de juin et début juillet, les distributions de fraises en particulier ont dues être modifiées.

4) Les recettes du mois Les courgettes C’est la saison où elles sont abondantes : profitons-en pour en faire une cure pour tous ses bienfaits sur notre santé : très faible apport calorique (15 kcal/100 g), mais quantité record de minéraux, d'oligo-éléments et de vitamines, excellente source de fibres en nombre mais

surtout en qualité, très bien tolérées par les intestins fragiles. Vous pouvez aussi, puisque c’est les vacances, prendre le temps de préparer de bons petits plats à congeler pour l’hiver ! (Pour la congeler sans préparation : en rondelles et juste blanchie.)

Conseils : ne pas cuire les courgettes trop longtemps et les assaisonner une fois la cuisson terminée. Consommez-la crue, avec la peau, émincée dans une salade, si elle est jeune et bien ferme. Sinon cuite, de préférence à la vapeur ou à l'étuvée. Les cuissons à l'eau lui vont néanmoins très bien. Elle s'apprête aussi à la poêle ou passée, en lamelles épaisses, quelques mn sous le gril chaud. Quelque soit le mode de préparation choisi, la courgette permet toutes les fantaisies lors de la découpe : des rondelles, des dés, des rubans avec un économe, des filaments avec une râpe à gros trous… Elle se glisse partout, du plat de pâtes à la tortilla (omelette espagnole), en passant par les gratins et les cakes.

Indispensable à la ratatouille, elle peut bien sûr se déguster seule, tout juste assaisonnée d'une vinaigrette, en salade chaude ou froide, ou en accompagnement de plats de poissons, de veau ou de mouton. Elle se sert aussi avec de la béchamel. Les plus grosses courgettes, coupées en deux ou en tronçons, légèrement évidées, ainsi que les courgettes rondes reçoivent volontiers les farces les plus variées : à base de chair à saucisse, de fromage frais, de riz, tout est possible. Essayez le classique de la gastronomie niçoise, une farce de chair d'agneau agrémentée de raisins secs, d'oignons et d'ail. Elle peut aussi être râpée pour des beignets.

Ma recette préférée : juste lavées, puis coupées en lamelle très fines dans le sens de la longueur et ébouillantées sans les laisser cuire : un régal en salade ! Tartine de courgettes

Cake de courgette et chèvre

Juste lavées, coupées en deux dans le sens de la longueur, cuites 5mn à l'eau salée, refroidies, tartinées de moutarde, puis saupoudrées d'œufs émiettés : encore un régal !

Alors là, ceux qui n'aiment pas les courgettes vont changer d'avis ! Préparation : 10 mn - Cuisson : 45 mn Ingrédients pour 6 personnes : 150g de farine, 1 sachet de levure, 3 œufs, 12 cl de lait, 2 belles courgettes (environ 500g), 1 bûche de chèvre, 100g de comté râpé, 100g de lardons, 4 c à s d'huile, origan, sel et poivre Faites préchauffer votre four à 180°C. Découpez les courgettes en rondelles et les cuire un peu dans une poêle. Ajoutez les lardons, l'origan, salez, poivrez et laissez les dorer. Dans un saladier, mettez la farine et la levure, incorporez-y les 3 oeufs, l'huile et le lait. Ajoutez ensuite le gruyère râpé, les courgettes, les lardons et la brique de chèvre découpée en petits morceaux. Versez le tout dans un moule à cake et faire cuire durant 45 minutes. Servez avec une salade verte.

Velouté de courgettes au fromage « ail et fines herbes » Et encore un vrai régal, digne des meilleurs restaurants ! Parfaite pour l'été, cette soupe peut se consommer froide. Préparation : 10 mn Cuisson : 5 mn Ingrédients pour 4 personnes : 4 courgettes, eau, 1 fromage « ail et fines herbes », sel Laver les courgettes. Les couper grossièrement dans la cocotte. Les couvrir tout juste d'eau. Laisser cuire 5 minutes. Enlever un peu d'eau de cuisson et passer les courgettes au mixeur tout en rajoutant le fromage. Rectifier l'assaisonnement si besoin.


II – Les AMAP plus loin 1) En France - Accès aux AMAP pour tous L’accès à une alimentation de qualité pour tous constitue un défi fondamental du XXIème siècle : les AMAP peuvent montrer la voie. En France, il existe une multitude d’initiatives pour favoriser l’accès des AMAP aux familles les plus démunies : prix du panier proportionnel aux revenus, partie du panier en unités SEL (Système d’Echange Local)*, paniers solidaires payés en partie par un fonds de solidarité de l’AMAP, appui financier des services sociaux de la ville,… Mais ces expériences montrent que les freins à l’accès aux AMAP pour tous ne sont pas seulement financiers. Ils sont également culturels. D’où l’importance de développer des actions de sensibilisation à l’alimentation et à la santé pour les publics les plus exposés. Les AMAP c’est une histoire de solidarité, avec les producteurs…. mais aussi entre consommateurs. * Comment se rendre des services mutuellement de manière simple et équitable ? Garde d’enfants, récupération du panier, partager une tondeuse ou même s’échanger un objet dont l’un n’a plus besoin et qui servirait bien à un autre ? Grâce au SEL (Système d'Echange Local) Qu’est-ce qu’un SEL ? Le SEL permet à tout individu d'échanger des compétences, des savoir-faire, des services et des produits avec les autres membres d’un groupe fermé (généralement associatif). Pour comptabiliser les échanges, le SEL crée sa propre monnaie (unité d’échange), le plus souvent basée sur le temps (1 heure = 60 unités). La valeur est simplifiée à l'extrême de façon à favoriser la solidarité et le lien social : une heure d'échange vaut une heure, que l'on ait fait une tâche qualifiée ou non. Ce système, en plus des services rendus, permet aux membres de mieux se connaitre et de développer convivialité et confiance dans le groupe. Le SEL favorise une économie solidaire et locale. Faire partie d'un SEL permet de bénéficier d'un réseau d'entraide et de prendre conscience de ce que l'on a à offrir à d'autres personnes.

2) Les AMAP encore plus loin Alliance des producteurs et des consommateurs en Grèce Le fameux désormais dénommé « mouvement des patates » a révélé un véritable besoin de la société grecque et a mis en avant un certain nombre d’initiatives qui visent à rapprocher les consommateurs des producteurs. En comparant avec les multiples expériences françaises (AMAP, points de vente collectifs, paniers paysans, marchés de producteurs), la Grèce était en retard sur tout ce qui est « circuit court », mais la crise a remis les pendules à l’heure : la logistique a été organisée d’abord par des groupes de volontaires, souvent de militants écologistes et cet effort continue, géré par les mairies ou sous forme de coopératives de consommateurs, de groupes d’achat, de réseau de paniers. Ces « courts-circuits » des intermédiaires ne permettent cependant pas une politique aboutie de relocalisation de l’agriculture qui nécessiterait de re-diversifier les productions par région, mais ces expériences sont des moments d’appropriation collective de la problématique agricole et alimentaire, ainsi que des espaces de créativité et de liberté, nécessaires dans une Grèce en crise. Plus d’infos : http://www.autogestion.asso.fr/?p=2690

IV- Infos diverses 1) Evénement Quand les acteurs de la transition décident de s’unir A Cluny entre le 24 et le 26 mai 2013 s’est tenu le Festival de la Transition, qui marque la naissance du Collectif de la Transition avec un millier de participants. Les mouvements de réappropriation de la terre, de l’énergie, de la ville et des territoires, de l’économie se sont retrouvés pour unir leurs forces. Ce « Collectif pour une Transition Citoyenne » rassemble aujourd’hui onze mouvements citoyens, moteurs dans leurs secteurs respectifs de l’Economie Sociale et Solidaire : Attac, MIRAMAP (Mouvement Inter Régional des AMAP), le réseau Biocoop, le réseau des Jardins de Cocagne, Enercoop, Energie partagée, le mouvement Colibris, la foncière Terre de Liens, le Plan ESSE, Villes et Territoires en Transition ainsi que la Nef. D’autres mouvements comme le MES (Mouvement pour l’Economie Solidaire), présents à ce festival, envisagent de le rejoindre. En savoir plus : http://leliencircuitcourt.kiosq.info/Collectif-de-la-Transition http://miramap.org/Partageons-une-transition-joyeuse.html Voir la déclaration commune du Collectif de la Transition : http://www.festival-transition.coop/collectif-transition/


2) A lire « Une autre finance pour une autre agriculture » (Éditions Yves Michel - Collection Économie – ISBN 978 2 36429 030 3 – 272 pages - format : 14 x 22 cm – Prix public à parution : 21.80 €) L’ouvrage collectif coordonné par le MIRAMAP sur les initiatives de finances solidaires qui émergent en agriculture paysanne est paru en librairie le 14 juin dernier. Il a réuni au total près de 20 co-auteurs et une trentaine de contributeurs. Les AMAP (Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) sont un terreau favorable au soutien des fermes de proximité dans une logique d’agriculture durable, socialement équitable et écologiquement saine. Mais comment se réapproprier globalement et collectivement le devenir de l’agriculture et de notre alimentation ? Au cœur du livre de multiples initiatives émergent : Cigales, Terre de Liens, cagnottes solidaires… et s’articulent autour du concept de circuit-court de financement solidaire. Ces expériences ouvrent de nouvelles voies et témoignent d’un renouveau de la solidarité paysanne. Il faut les faire connaître et les développer ! Plus d’infos : http://miramap.org/Livre-Une-autre-finance-pour-une.html

Pour échanger des infos, des idées, des bons plans dans l'esprit AMAP, c'est à dire avec le respect de l'humain et de l'environnement, entre AMAPiens au Pays de Brive (et leurs amis), une liste de discussion existe. Pour s'inscrire envoyez un mail à : EcoTchatBrive-subscribe@yahoogroupes.fr

-----------------------------------------Pour proposer des textes, des annonces à la publication (limite de réception des annonces le 20 du mois) écrire à : secretariat@amapiens-brive.org


17, avenue Emile Zola 19100 BRIVE secretariat@amapiens-brive.org Site : http://amapiens-brive.org

Septembre 2013 Bonjour, Après la pause estivale des consommateurs (pas de pause pour les paysans ou si peu !), espérons que les amapiens reprendront une âme militante et seront nombreux pour se répartir la tenue du stand au forum des associations et donner un coup de main à la foire bio. Amapiennement, Elisabeth Carbone

Sommaire I- AMAPiens au Pays de Brive 1) P’tit calendrier amapien : forum des associations, foire bio de Brive 2) Infos du bureau : réunion, nouveau site 3) La rubrique des paysans : 2 questions à Sybille Peyrelongue 4) Les recettes du mois à la tomate : daurade, tarte sucrée II- Infos diverses 1) Nouvelles du Limousin : foires bio à venir 2) Evénements : journée mondiale de lutte pour les aliments sains, création du collectif « PAYSAN SANS TERRE » 3) A lire : « Un million de révolutions tranquilles » 4) A voir : Lumineuse synthèse de la pensée orientale et occidentale.

Pour échanger des infos, des idées, des bons plans dans l'esprit AMAP, c'est à dire avec le respect de l'humain et de l'environnement, entre AMAPiens au Pays de Brive (et leurs amis), une liste de discussion existe : EcoTchatBrive@yahoogroupes.fr Pour s'inscrire envoyez un mail à : EcoTchatBrive-subscribe@yahoogroupes.fr I- AMAPiens au Pays de Brive 1) P’tit calendrier amapiens

2) Infos du bureau Réunion du bureau

Forum des associations Dimanche 22 septembre 2013

Jeudi 12 septembre 2013 à 20h

Réservez la date pour aider à tenir le stand !

à l’agence immobilière d’Isabelle Brousse, 3 avenue Bourzat à Brive

Parce qu'une AMAP est beaucoup plus qu'un « panier », elle doit s'inscrire dans une dynamique de territoire : qui peut aider à l’installation ou tenir la buvette de la foire bio de Brive du 29 septembre 2013 ? Si vous pouvez vous rendre disponible quelques heures, contactez Elisabeth Carbone : 05 55 84 15 58 - elisabeth.guegan@gmail.com

Vous êtes les bienvenus ! Amenez de quoi grignoter ! Nouveau site : http://v2.amapiens-brive.org N’hésitez pas à nous donner votre avis et des textes qui vous semblent pertinents à publier sur notre site, écrire à : secretariat@amapiens-brive.org


3) La rubrique des paysans Deux questions à Sybille Peyrelongue, paysanne, éleveuse de bovins et ovins Qu’est-ce qui t’a motivée à vendre en AMAP ? Nous avions une forte motivation pour la vente directe : lien avec les consommateurs, les intéresser à notre façon de faire et à la qualité de nos produits, retour en direct de leur part,... Mais nous nous sommes vite rendu compte que la vente à la ferme ne suffisait pas, qu’il nous fallait aller vers les gens car nous sommes loin des grandes villes. Même si c’est plus facile de parler de nos pratiques chez nous, il est important de s’adapter à la vie des citadins. Nous pouvons organiser des visites de notre exploitation, comme nous l'avons déjà fait pour l'AMAP de Brive l'été dernier, afin de faire découvrir nos pratiques d'élevage. Le principe de l’AMAP nous a semblé d’emblée une bonne approche : l’engagement des consommateurs avant l’acte d’achat et l’idée de se mettre à la place des producteurs, tout cela est signe de solidarité forte. Quel regard portes-tu aujourd’hui sur ce système ? Nous trouvons toujours le principe très très bien. Surtout, nous réalisons à quel point le rôle du référent est important ! Cela tient debout grâce à lui principalement. S’il est présent et assure un bon suivi, comme le fait Delphine (référente actuelle), tout va bien. Nous constatons aussi que c’est plus compliqué pour de la viande que pour des légumes : comme nous la vendons par quantité de 5 ou 10 kg, les sommes sont plus élevées, il est plus difficile de calculer sa consommation à l’avance, un contrat à l’année n’est pas évident à mettre en place. Nous avons donc fait des contrats à durée plus courte. De plus, l’été est une période plus compliquée pour planifier et gérer nos ventes, car beaucoup d'amapiens sont partis en vacances. Mais nous pensons qu’avec la rentrée, nous retrouverons une régularité afin de ne pas avoir des coûts supplémentaires d'alimentation pour des bêtes qui n'ont pas été commercialisées comme prévu.

4) Les recettes du mois Daurade royale sur lit de tomate Ingrédients : 1 dorade par personne, tomates, cumin en poudre, oignon, poivre blanc, poivre rose, sucre semoule, huile d'olive, fleur de sel, gingembre frais, piment frais, clou de girofle, citron vert Préparation : détaillez les tomates en rondelles de 5 mm d'épaisseur environ. Parsemez-les de cumin en poudre, d'un peu d'oignon haché, de poivre blanc, de quelques baies de poivre rose écrasées, de sucre semoule, arrosez d'un filet d'huile d'olive ; afin qu'elles caramélisent, terminez en parsemant de fleur de sel, une pincée sur chaque rondelle. Enfournez dans le four préchauffé T° 180, position haute, pendant environ 15/20 mn, puis poursuivez la cuisson en redescendant votre plat au milieu du four. Dans un mortier, pilez l'équivalent d'une noisette de gingembre frais râpé, quelques lanières de piment frais, un clou de girofle, citronnez de quelques gouttes de citron vert, allongez d'huile d'olive. Réservez cette préparation. Nettoyez les dorades : videz, écaillez, rincez et essuyez. Farcissez-les de quelques rondelles d'oignon blanc et d'une rondelle de citron vert. Poivrez-les largement de poivre blanc. A l'aide d'un pinceau, badigeonnez-les de la préparation précédente. Couchez-les tête-bêche sur le lit de tomate, salez à nouveau tout votre plat à la fleur de sel. Enfournez 20 mn au four, position milieu, puis 10 minutes encore position haute pour finir de caraméliser vos tomates. Accompagnez par exemple de riz nature.

Tarte sucrée à la tomate Préparation : 30 min - Cuisson : 30 min - Temps de repos des tomates dans le sirop : 3 h Ingrédients pour 6 personnes : pâte à tarte sablée, 8 tomates, 750 g de cassonade, 4 clous de girofle, 1 gousse de vanille, 1 cuillerée à soupe de racine de gingembre hachée. Préparation : pelez les tomates. Préparez un sirop, en mélangeant dans une casserole la cassonade avec 3/4 l d'eau et portez à ébullition. Plongez les tomates pelées dans le sirop bouillant et quand l'ébullition reprend, faites frémir 10 minutes, puis laissez refroidir les tomates dans le sirop 3 heures. Egouttez les tomates puis découpez-les en morceaux, et replongez-les dans le sirop avec le gingembre, la vanille et les clous de girofle concassés. Portez à ébullition jusqu'à ce que le sirop réduise de moitié. Otez la gousse de vanille. Placez cette préparation sur un fond de tarte, et faites cuire 20 minutes environ à four chaud (200 °C).

AMAPiens au Pays de Brive - Feuille de choux

2


II- Infos diverses 1) Nouvelles du Limousin : foires bio à venir Dimanche 8 septembre : Meyssac Dimanche 29 septembre : Brive

2) Evénements Dimanche 6 octobre à Bayonne Alternatiba, le village des alternatives Quelques jours après la publication du 5ème rapport du GIEC : c'est un gros évènement dans le Sud Ouest, initié par l'association verte du pays basque Bizi!, qui rassemble environ 10 000 personnes dans Bayonne rendu aux piétons pour l'occasion. Plus d’infos : http://www.mediapart.fr/blog/361252 Semaine du 16 octobre 2013 Journée mondiale de lutte pour les aliments sains et contre les entreprises transnationales « Les grands médias occultent que Monsanto a poussé 284.000 paysans indiens au suicide » : Vandana Shiva appelle tous les citoyens à s’engager dans cette journée organisée par la Via Campesina, ainsi que des mouvements de femmes et des centaines d’organisations. Ce sera l’occasion d’unifier nos voix sur le plan mondial. Lire la suite : http://www.legrandsoir.info/les-grands-mediasoccultent-que-monsanto-a-pousse-284-000-paysans-indiensau-suicide-explique-la-scientifique-vandana-shiva-a.html

3) A lire « Un million de révolutions tranquilles » de Bénédicte Manier ou comment les citoyens changent le monde. Ed. LLL, Les Liens qui Libèrent. 2013 -326 pages. Lasse d’entendre qu’aucune alternative n’était possible au libéralisme éco nomique, Bénédicte Manier, journaliste à l’AFP, a pris son bâton de pèlerin et sillonné la planète. Les fruits de son périple sont exaltants ! Il existe bien de par le monde des citoyens qui ont mis en place d’autres manières de consommer, de commercer, d’échanger, de cultiver, de vivre... qui se sont affranchis du modèle consumériste, créant parfois leur propre monnaie, leurs banques, gérant eux-mêmes leur approvisionnement en eau et en énergies, reverdissant le désert ou organisant de nouvelles façons de travailler ensemble. Lien : www.lesateliersenherbe.com

4) A voir Lumineuse synthèse de la pensée orientale et occidentale. Marc a à peine plus de 30 ans et un avenir magnifique devant lui. Grâce à une glissade sur un ballon de foot, il a réalisé ce à côté de quoi il a failli passer : La Vie ! Comme quoi le foot ça peut servir à quelque chose ! Attendez de disposer de 17 minutes : http://www.fotosintesia.com/Lumineuse-synthese-de-la-pensee.html

------------------------------------------

Pour proposer des textes, des annonces à la publication (limite de réception des annonces le 20 du mois) écrire à : secretariat@amapiens-brive.org

MERCI à tous ceux qui ont participé à la conception de ce numéro

AMAPiens au Pays de Brive - Feuille de choux

3


17, avenue Emile Zola 19100 BRIVE secretariat@amapiens-brive.org Site : http://amapiens-brive.org

Octobre 2013 Bonjour,

Sommaire

Participer à une AMAP, ce n’est pas seulement avoir un panier de produits locaux de qualité, c’est aussi s’impliquer dans la vie de l’AMAP (prendre son tour de responsabilité de la livraison, être référent, participer à la communication, l’animation, la promotion de l’AMAP,… (Réf nouvelle charte - voir article plus bas). Alors bravo et merci à tous ceux qui ont pu donner un peu de leur temps pour tenir les stands au Forum des associations et à la foire bio ! Pour créer du lien entre paysans et amapiens, rien ne vaut les visites de ferme et les ateliers pédagogiques ! L’automne approche, et puis bientôt l’hiver… la suractivité liée à la rentrée est passée, alors c’est vraiment le moment d’organiser quelque chose. Une douzaine d’AMAP dans notre association et pas une seule rencontre à la ferme prévue pour octobre… Référents et paysans : cela dépend de vous ! Amapiennement, Elisabeth Carbone

I- AMAPiens au Pays de Brive 1) Infos du bureau : réunion, chantier charte 3) Forum des associations et foire bio 4) La recette du mois : beignets de tomates vertes II- Nouvelles du Limousin - Actualités paysannes 1) Espace test agricole 2) Agrobio19 III- Infos diverses 1) Evénements : « envie de paysans » 2) Autre expérience : offrez-vous une poule ! 3) A lire : « Un million de révolutions tranquilles » 3) A voir : « L¹autonomie paysanne »

Pour échanger des infos, des idées, des bons plans dans l'esprit AMAP, c'est à dire avec le respect de l'humain et de l'environnement, entre AMAPiens au Pays de Brive (et leurs amis), une liste de discussion existe : EcoTchatBrive@yahoogroupes.fr Pour s'inscrire envoyez un mail à : EcoTchatBrive-subscribe@yahoogroupes.fr

I- AMAPiens au Pays de Brive 1) Infos du bureau Réunion du bureau : Lundi 28 octobre 2013 à 20h chez Alix GRILLON 15 rue Louis Nussas à Brive Vous êtes les bienvenus !

Participez au chantier national de réécriture de la charte - 4ème étape de septembre à novembre 2013 Les graines du printemps, plantées dans chaque région, ont commencé à porter leurs fruits ! La proposition de charte des AMAP - première version – a enfin éclos, grâce à toutes nos contributions amapiennes et au travail estival du comité de réécriture. Vous pouvez la lire ici : http://miramap.org/Chantier-Charte-4eme-etape-de.html (prendre aussi connaissance du document « Explication de texte » qui l’accompagne). Il nous est possible de proposer des amendements à cette charte jusqu’au 10 novembre


1

Comme personnellement je n’aurai pas le temps d’organiser un atelier de relecture afin de construire ensemble 2 nos amendements , je vous propose d’envoyer avant le 15 octobre vos propositions sur la liste de discussion d’AMAPiens au Pays de Brive (EcoTchatBrive@yahoogroupes.fr – si vous n’êtes pas abonné, envoyer un mail vide à : EcoTchatBrive-subscribe@yahoogroupes.fr). Nous pourrons débattre de vos propositions sur cette liste et j’en ferai une synthèse. L’idéal serait d’utiliser le « formulaire d’amendements » après avoir lu la « méthodologie d’amendements », que vous trouverez ici : http://miramap.org/Chantier-Charte-4eme-etape-de.html Elisabeth Carbone (membre du bureau d’AMAPiens au Pays de Brive et aussi du comité de pilotage du chantier charte national)

Bonne lecture !

1 : si un adhérent souhaite animer un atelier sur le sujet c’est bien sûr possible : caler une date, trouver un lieu, etc…. 2 : Les amendements sont des commentaires / réflexions / propositions / critiques… sur le texte de proposition de charte.

3) Forum des associations et foire bio Des amapiens et des paysans se sont relayés pour représenter nos AMAP en suscitant beaucoup d'intérêt de la part des visiteurs dont certains sont devenus de nouveaux Amapiens. Elisabeth et Jean Luc

4) Les recettes du mois Beignets de tomates vertes Cet étonnant sandwich doit son nom à la ville de Géorgie (USA) où se trouve le Whistle Stop Café, spécialiste des "Beignets de tomates vertes", et immortalisé par le livre de Fannie Flag du même nom (ainsi que par le film). Ingrédients : pain de seigle, tomates vertes, bacon, roquette, mayonnaise, tabasco, farine, farine de maïs, lait, huile de friture, sel et poivre. Préparation : dans un saladier, mélangez de la farine, de la farine de maïs, du sel et du poivre. Ajoutez du lait jusqu'à obtention d'une pâte à beignets. Faites chauffer un peu d'huile dans une sauteuse et coupez les tomates vertes en tranches épaisses. Faites cuire des tranches de bacon Trempez les tomates dans la pâte, faites frire dans l'huile, puis réservez sur du papier absorbant. Ajoutez davantage d'huile à celle de la sauteuse. Dans un bol, mélangez de la mayonnaise à quelques gouttes de tabasco. Faites légèrement griller deux tranches de pain de seigle et tartinez de la sauce. Disposez quelques feuilles de roquette, une tranche de bacon et un beignet de tomate. Refermez avec une tranche de pain et déguster aussitôt.

II- Nouvelles du Limousin – Actualités paysannes 1) L’espace-test agricole du Limousin Un nouvel outil au service de la création d’activité et de l’installation agricole Présentation et fonctionnement mercredi 16 octobre de 14 à 17h à Saint Clément (19) salle polyvalente Qu'est-ce qu'un espace test ? Le test d'activité agricole consiste à développer une activité agricole en grandeur réelle, sur une durée limitée, et dans un cadre qui réduit la prise de risque. Cette période de test permet à la personne d'évaluer son projet et sa capacité à le mener, dans le but de décider de la poursuite, de l'ajustement ou de l'abandon du projet. Ce dispositif permet de redéployer une agriculture de proximité créatrice d'emploi, de favoriser l'installation de personnes non issues du milieu agricole, de sécuriser les reconversions professionnelles et les parcours d’installation, de renouveler le travail collectif et coopératif en agriculture, de proposer de nouvelles formes de gouvernance territoriale. Le RENETA (Réseau National des Espaces-Test Agricoles) regroupe une diversité d'acteurs autour d'une charte et des valeurs communes. Son objectif est d'accompagner la mise en œuvre de projets agricoles durables mais aussi d’être un espace d'échange de pratiques et de recherche. L’espace test en agriculture : une solution innovante pour des installations agricoles durables AMAPiens au Pays de Brive - Feuille de choux

2


2) Des nouvelles d’Agrobio19 Comme vous le savez, AMAPiens au Pays de Brive est adhérente d’Agrobio19, l’association qui regroupe les paysans bio de Corrèze (Voir Feuille de Chou N°14 de juin 2013). Elisabeth Carbone est la représente à Agrobio19 pour AMAPiens au Pays de Brive ; de plus elle fait partie du Conseil d’Administration d’Agrobio19. L’association nouvellement créée poursuit son objectif de développement et de promotion l'agriculture biologique en Corrèze. En 2013, elle a organisé la foire bio de Beaulieu-sur-Dordogne (19), de Meyssac (19) et participé à l’organisation de celle de Brive (organisée par les « Doryphores »). Agrobio19 a aussi animé des ateliers sur l’agriculture bio dans les collèges, elle est en lien avec IBL* (Inter Bio du Limousin) et Manger bio (qui coordonne la restauration collective bio). Agrobio19 a aussi des projets de formations pour les paysans bio. *IBL : a pour objectifs de réunir des acteurs d’horizons différents pour développer les filières biologiques ; le monde de l’entreprise agroalimentaire et de la distribution avec la production bio locale et les consommateurs http://interbio-limousin.com

III- Infos diverses 1) Evénements C’est reparti pour un an de campagne ! La rentrée est là et avec elle, une actualité chargée pour les politiques agricoles : reprise des négociations sur les accords de libre échange, application de la PAC en France, Loi d’Avenir Agricole, mise en place du projet agro écologique de la France… Les mois à venir seront cruciaux pour l’agriculture et l’alimentation et il importe plus que jamais de se mobiliser pour exiger des politiques agricoles répondant aux exigences citoyennes et non pas aux intérêts des agro-managers et de l’industrie agro alimentaire. Après le succès de la Ferme à Paris, la campagne « Envie de Paysans ! », une initiative de la Confédération Paysanne, redémarre sur les chapeaux de roue avec une session d’automne qui va redynamiser vos papilles endormies à coups de conservateurs industriels. Fêtes paysannes, marchés, magasins de producteurs, cinédébats, pain-perdu parties, conférences, fermes ouvertes ... Il est temps de sortir des centres villes pour aller à la rencontre des paysans ! Alors, prêts à faire bouger les politiques agricoles ? http://enviedepaysans.fr/

2) Autre expérience ailleurs : n'achetez plus vos œufs, offrez-vous une poule ! Alors que la Ferme aux 4 étoiles propose d'investir dans une vache, la ferme des Echancées a créé le « Contrat poule » ! Le fonctionnement est similaire à celui d'un abonnement téléphonique, au détail près que les communications se transforment en œuf, et le téléphone mobile en poule. En devenant propriétaire d'une poule de l'exploitation pour la modique somme de 3,40€, il est possible de souscrire un contrat poule. Le consommateur paie un abonnement en fonction de ses besoins en oeufs - 6 ou 12 œufs hebdomadaires, avec la possibilité de suspendre l’abonnement durant les vacances. La ferme se charge ensuite de livrer les œufs à domicile chaque semaine. Durant toute la période, le propriétaire peut rendre visite à sa poule sur l’exploitation. Au terme du contrat, le consommateur récupère sa poulette, vivante – s'il a créé un lien affectif trop fort - ou prête à passer à la casserole ! Pour l’instant, seuls les habitants de la région de Belfort peuvent profiter du service mais nul ne doute que cette pratique pourrait se généraliser pour rapprocher une fois de plus, producteurs et consommateurs. N'achetez plus vos œufs, offrez-vous une poule ! http://www.mescoursespourlaplanete.com/Actualites/N_achetez_plus_vos__oufs__offrez_vous_une_poule___1455.html AMAPiens au Pays de Brive - Feuille de choux

3


2) A lire « Un million de révolutions tranquilles » de Bénédicte Manier ou comment les citoyens changent le monde. Ed. LLL, Les Liens qui Libèrent. 2013 -326 pages. Lasse d’entendre qu’aucune alternative n’était possible au libéralisme économique, Bénédicte Manier, journaliste à l’AFP, a pris son bâton de pèlerin et sillonné la planète. Les fruits de son périple sont exaltants ! Il existe bien de par le monde des citoyens qui ont mis en place d’autres manières de consommer, de commercer, d’échanger, de cultiver, de vivre... qui se sont affranchis du modèle consumériste, créant parfois leur propre monnaie, leurs banques, gérant euxmêmes leur approvisionnement en eau et en énergies, reverdissant le désert ou organisant de nouvelles façons de travailler ensemble. En Inde, en Afrique, aux États-Unis, en Europe, ce livre dessine ainsi les frontières de cet « autre monde possible » et que nous sommes tous capables de protéger notre planète. Elle nous raconte ainsi les initiatives de nombreux citoyens du monde, ordinaires et anonymes qui ont sauvé des vies.... Dans ce « journal », il y a aussi un article très intéressant sur le pissenlit, trésor du printemps. Lien : www.lesateliersenherbe.com Pensez à emprunter ce livre dans votre bibliothèque ou à lui demander de l’acheter

3) A voir ou écouter Après « Un autre horizon », nous sommes heureux de vous annoncer la sortie en DVD de notre nouveau film : « L¹autonomie paysanne » en agriculture biologique Disponible sur notre site : http://www.mediascreationrecherche.com/paysanne.html

------------------------------------------

Pour proposer des textes, des annonces à la publication (limite de réception des annonces le 20 du mois) écrire à : secretariat@amapiens-brive.org Merci à Elisabeth Belivier pour les corrections orthographiques

MERCI à tous ceux qui ont participé à la conception de ce numéro. AMAPiennement, le bureau des AMAPiens au Pays de Brive

AMAPiens au Pays de Brive - Feuille de choux

4


17, avenue Emile Zola 19100 BRIVE secretariat@amapiens-brive.org Site : http://amapiens-brive.org

Novembre 2013 Bonjour,

Sommaire

Bientôt décembre et bientôt les Assises nationales des AMAP : grand moment de rencontres amapiennes pour échanger sur nos expériences à travers la France : vous êtes tous bienvenus ! Et puis ici, à Brive, toujours en décembre, ce sera aussi le moment de penser à réadhérer pour 2014 pour les amapiens au Pays de Brive et l’occasion de réfléchir à nos statuts qui ont déjà 3 ans. Amapiennement, Elisabeth

I- AMAPiens au Pays de Brive 1) P’tit calendrier amapien : une soirée et l’AG 2) Infos du bureau : réunion, chantier national de la charte, Soirée débat et ré-adhésion 2014 3) La rubrique des paysans : 2 questions à Yves Bruel 4) La recette du mois : pâté de pomme de terre II- Nouvelles du Limousin 1) Actualités paysannes : s’installer en éco habitat 2) Autres infos : potager vertical III – Les AMAP plus loin 1) En France : Assises nationales des AMAP 2) Les AMAP encore plus loin : soutenir l’agriculture familiale au Mali IV- Infos 1) A savoir : suicide des paysans 2) A écouter : « La santé dans l’assiette »

Lorsque vous avez besoin d’un remplaçant pour votre panier il y a la liste des intermittents des paniers : https://docs.google.com/spreadsheet/ccc?key=0AtB15lvGccBcdDlpdDRSR2xXTkREM09EaElfX3Frdmc#gid=0 Prendre directement contact avec un (des) intermittent(s) et s’arranger avec lui. Ceci ne modifie en rien l’engagement et le contrat passé avec un paysan. Si vous êtes intéressé(e) pour faire partie des intermittents des paniers, merci de nous le faire savoir en précisant la (les) AMAP choisies. Ecrire à : secretariat@amapiens-brive.org

I- AMAPiens au Pays de Brive 1) P’tit calendrier amapien Dates importantes à noter dans votre agenda Lundi 16 décembre 2013 : soirée « évolution des statuts » et ré-adhésion Lundi 20 janvier 2014 : Assemblée Générale

2) Infos du bureau Réunion du bureau La prochaine réunion aura lieu en novembre. La date et le lieu précis vous seront communiqués par mail dès que décidés. Vous êtes toujours les bienvenus !


Chantier national de réécriture de la charte des AMAP

Soirée Débat et ré-adhésion 2014

Aucun retour des amapiens au Pays de Brive sur cette proposition de nouvelle charte : faut-il en conclure que vous la trouvez parfaite ?! Pour ma part, ayant participé à cette écriture, elle me va tout à fait ! Il est trop tard aujourd’hui pour m’envoyer des propositions d’amendements, mais vous pouvez encore le faire en direct jusqu’au 10 novembre, ici : http://miramap.org/Chantier-Charte-4eme-etape-de.html Elisabeth Carbone

Nous allons réfléchir ensemble à l’évolution de nos statuts le 16 décembre 2014. Le lieu précis vous sera communiqué très bientôt.

3) La rubrique des paysans Deux questions à Yves Bruel (maraîcher) Qu’est-ce qui t’a motivé à vendre en AMAP ? Je produisais déjà quelques légumes quand j’étais dans la région parisienne, et pour que cela continue après mon départ, nous avons créé une AMAP. Par ailleurs avec la crèche de mon fils dans le XXeme nous avons été consommateur dans une AMAP; donc je connaissais déjà bien le principe. Vendre en AMAP était mon projet dès le départ quand je me suis installé maraîcher. Pas tant pour les avantages pour le paysan, tel que le paiement d’avance, mais surtout pour la relation plus humaine, une relation différente que seulement celle d’achat/vente. Une redécouverte du métier de paysan pour les consommateurs, trouver une façon de contenter l’un et l’autre, d’échanger dans les 2 sens. Quel regard portes-tu aujourd’hui sur ce système ? Aujourd’hui, ça va toujours et je ne suis pas déçu ! Je vois ce noyau dur, ces personnes motivées d’AMAPiens au Pays de Brive, membres du bureau et référents, qui ont beaucoup de bienveillance et qui font vivre cette association, pour le principe et pour que les paysans puissent continuer et perdurer. J’ai vu comment chacun a eu à cœur de réfléchir quand il y a eu des difficultés pour l’AMAP chèvre ou l’AMAP œufs. Cette relation-là ne me déçoit pas, malgré la complexité parfois. Il y a aussi le travail réalisé pour rédiger le contrat général qui a permis d’alléger les contrats spécifiques, je me rends compte du travail effectué par les bénévoles, qui n’est pas du tout négligeable, nous n’avons plus qu’à produire nous, les paysans ! Dans l’ensemble, les gens sont motivés. Quelques uns passent rapidement, juste bonjour/au revoir. Mais ce n’est pas rien déjà la contrainte des paniers sans en choisir le contenu ; ce n’est pas rien le choix d’une consommation différente. Petit à petit, par le biais de l’échange, ça avance pour tous. Chacun chemine à son propre rythme. Des propositions - L’AMAP est un lieu de réflexion. Peut être proposer des soirées films/débats ? C’est cela qui a fait avancer ma propre réflexion au début. Les amapiens ont déjà amorcés une démarche, il y a une « conscience « qui peut continuer à s’ouvrir. - Se renseigner sur les idées des autres AMAP pour se faire connaitre et augmenter le nombre de contrats. - Avoir autant que possible un site Internet vivant (y trouver un peu ce qu’il y a dans la Feuille de Choux : apéro, visite de ferme, etc…), mais cela demande encore du temps de bénévolat…

4) La recette du mois La véritable recette du pâté de pomme de terre creusois ! Préparation : 45 mn - Cuisson : 60 mn - Repos : 0 mn Ingrédients pour 4 à 6 personnes : 2 rouleaux de pâte feuilletée, 1 kg de pommes de terre, 60 g de beurre, 30 cl de crème fraîche, sel, poivre, échalotes, ail, persil, 1 jaune d'œuf Préchauffez le four à 180°. Beurrez une tourtière, foncez-la avec le premier rouleau de pâte. Epluchez les pommes de terre, coupezles en lamelles très fines. Epongez-les bien et étalez les 2/3 dans la tourtière. Pelez et hachez les échalotes et la gousse d'ail, hachez le persil. Ajoutez tous ces ingrédients sur la couche de pommes de terre avec sel et poivre. Terminez par une couche du reste de pommes de terre. Couvrez avec le second rouleau de pâte, soudez les bords en mouillant légèrement. Dorez la pâte avec le jaune d'œuf. Au centre de la pâte, faites un trou et intégrez une petite cheminée avec un petit rouleau de papier sulfurisé pour laisser échapper la vapeur. Enfournez et laissez cuire 45mn environ. Par la cheminée, faites couler la crème fraîche et tournez légèrement la tourtière pour que la crème pénètre partout. Faites cuire encore 15mn (Piquer les pommes de terre avec un couteau pour vérifier leur cuisson). Servir chaud accompagné d'une salade verte et… régalez-vous ! Variante : ajoutez une couche de champignons déjà cuits, type girolles ou cèpes, entre les couches de pommes de terre.


II- Nouvelles du Limousin 1) Actualités paysannes S’installer en éco habitat L’éco-hameau du moulin de Busseix (4 hectares), créé en 2004, cherche de nouveaux associés. En effet, une maison (environ 70 m2 au sol avec un étage sous toiture) sera bientôt disponible. Possibilité souhaitée d’une activité agricole sur le lieu ainsi que la présence d’enfants. Notre projet de vie est centré sur la réduction de l'empreinte écologique, la solidarité, l’ouverture à l’extérieur, la recherche de l’autonomie. Plus d’info : www.moulindebusseix.org Si vous êtes intéressés, merci de nous envoyer quelques lignes présentant votre propre projet et vos motivations pour nous rejoindre : contact@moulindebusseix.org - Moulin de Busseix, route de Busseix 87500 Ladignac le Long

2) Autres infos Une première en France : un potager vertical à Brive (19) Il s’appelle « 110 », en référence aux 110 logements construits par l’OPH du Pays de Brive dans le quartier de Tujac. Ce jardin partagé est né d’un partenariat entre le centre socioculturel Jacques Cartier, les Treize Arches et Brive Habitat. Construit en mars 2013 et inauguré en juillet, c’est une petite merveille, ayant pour objectif la création de liens sociaux. Son originalité réside dans sa forme : la verticalité. Conçu entièrement en bois, la structure occupe une parcelle de 12m par 8. Les plantations s’étendent du sol au toit en passant par les poteaux sur les côtés. La surface plantée est ainsi multipliée par 4. Plus d’infos : http://www.brivemag.fr/2013/07/02/le-potagervertical-de-tujac-inaugure/

Maquette du potager vertical © Photo : Michel Boulcourt

III – Les AMAP plus loin 1) En France

Le Mouvement Inter-Régional des AMAP (MIRAMAP), en partenariat avec le Réseau des AMAP en Ile–de-France a le plaisir de vous inviter à la 3ème Rencontre Nationale des AMAP les 14 et 15 décembre 2013, à la Bergerie de Villarceaux (95710 Chaussy). Cette année, cette rencontre sera consacrée aux Assises Nationales de la réécriture de la nouvelle Charte des AMAP ! Au plaisir de vous y retrouver nombreux ! Inscription en ligne ici : http://miramap.org/14-15-decembre-2013-Assises Programme complet bientôt en ligne

AMAPiens au Pays de Brive - Feuille de choux

3/4


2) Les AMAP encore plus loin Kiosques alimentaires locaux au Mali Oumar Diabaté, formateur reconnu en agroécologie, a lancé il y a plus de 2 ans, le projet « Soutenir l’agriculture familiale au Mali par la formation des producteurs et l’information des consommateurs ». Après une tentative initiale, qui a donné naissance à une AMAP malienne, Oumar s’est mis à réfléchir, avec des amis paysans et consommateurs du réseau Urgenci, à un modèle plus adapté à l’Afrique de l’Ouest. Ensemble, ils ont élaboré l’idée des kiosques alimentaires locaux. Aujourd’hui, 18 paysans, dont 9 femmes, ont été formés aux techniques agroécologiques et sont capables de produire sans utilisation de produits chimiques. Ils se Crédit photo: Oumar Diabaté sont vus octroyer quelques parcelles dans le cadre d’un partenariat avec les autorités locales. 2 kiosques ont été mis en place. Dans 3 ans il devrait y en avoir 5, soit jusqu’à 180 familles qui devraient venir acheter des légumes régulièrement, contribuant ainsi à une augmentation de 25% du revenu de ces producteurs. Plus d’info sur le site d’Urgenci : http://www.urgenci.net/page.php?niveau=1&id=Actualites

IV- Infos 1) A savoir Un suicide tous les deux jours chez les agriculteurs Un tabou est tombé. Première étude publiée le 10 octobre sur le suicide des agriculteurs menée par l'Institut national de veille sanitaire (InVS). Elle était très attendue, comme un signe de reconnaissance d'une situation longtemps occultée. L'InVS évalue à 485 le nombre de suicides d'agriculteurs entre 2007 et 2009. Soit près d'un tous les deux jours. Après les cancers et les maladies cardiovasculaires, le suicide est la troisième cause de décès des exploitants agricoles (supérieur de 20 % par comparaison à la population générale française). Extrait d’un article de Laurence Girard du Monde 11.10.2013 à 11h26 Voir l’article entier : http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/10/11/un-suicide-tous-les-deux-jours-chez-lesagriculteurs_3494081_3234.html

2) A écouter « La Santé dans l'Assiette » Réalisateur : Lee Fulkerson - Sortie Cinéma le 16 octobre 2013 Ce film examine le rapport entre alimentation et santé ainsi que l'hypothèse selon laquelle le renoncement aux produits d'origine animale et industriellement transformés permettrait de soigner - voire guérir, la quasi totalité des “maladies de société" qui frappent tous les pays occidentaux. Le film suit, en guise de fil directeur, l'itinéraire personnel du Dr. Colin Campbell, biochimiste nutritionnel à l'Université Cornell, et du Dr. Caldwell Esselstyn, ancien chirurgien de renom à la célèbre Cleveland Clinic. Plus d’infos : http://www.jupiter-films.com/film-la-sante-dans-l-assiette,41.php «Que ta nourriture soit ta médecine» Hippocrate -----------------------------------------Pour proposer des textes, des annonces à la publication (limite de réception des annonces le 20 du mois) écrire à : secretariat@amapiens-brive.org Merci à Elisabeth Belivier pour la relecture MERCI à tous ceux qui ont participé à la conception de ce numéro. AMAPiens au Pays de Brive - Feuille de choux

4/4


17, avenue Emile Zola 19100 BRIVE secretariat@amapiens-brive.org Site : http://amapiens-brive.org

Décembre 2013 Bonjour, Réchauffons-nous avant Noël autour des apéro-distributions. Retrouvons-nous pour réfléchir ensemble aux valeurs que nous portons et à l’évolution de nos statuts pendant la soirée du 16 décembre. Informons-nous pour des choix efficaces d’engagements pour une agriculture bio de proximité : au-delà de l’AMAP, avec Terre de Liens. Et passons de bonnes fêtes de fin d’année ! Elisabeth

Sommaire I- AMAPiens au Pays de Brive 1) Petit calendrier amapien 2) Infos du bureau : réunion, apéro-distributions, soirée statuts 3) Des nouvelles de nos AMAP : recherche référents, un dimanche chez Yves 4) La rubrique des paysans : nouvelles du jardin de Florent II- Nouvelles du Limousin : rencontre avec Terre de Liens III- Les AMAP plus loin 1) Nouvelles du MIRAMAP : rencontre nationale des AMAP 2) Expériences d’AMAP - Histoire banale d'un paysan... IV- Infos diverses – A écouter : chronique d'Olivier de Robert

Pour échanger des infos, des idées, des bons plans dans l'esprit AMAP, c'est à dire avec le respect de l'humain et de l'environnement, entre AMAPiens au Pays de Brive (et leurs amis), une liste de discussion existe : EcoTchatBrive@yahoogroupes.fr Pour s'inscrire envoyez un mail à : EcoTchatBrive-subscribe@yahoogroupes.fr

I- AMAPiens au Pays de Brive 1) P’tit calendrier amapien

2) Infos du bureau

Lundi 16 décembre 2013 à 20h30 :

Réunion du bureau : pas de réunion prévue en décembre, et en janvier ce sera l’AG. A voir donc ensuite avec la future nouvelle équipe du bureau !

Soirée « évolution des statuts » et ré-adhésion Lundi 16 et Jeudi 19 décembre 2013 de 18h30 à 19h30 :

Apéro-distributions

Lundi 20 janvier 2014 à 20h : Assemblée Générale

Apéro-distributions : retrouvons-nous à nouveau autour d'apéritifs conviviaux sur notre lieu de distribution, place De Lattre de Tassigny, aux heures de distribution. Chacun pourra apporter un petit quelque chose à grignoter et à partager ; boissons prises en charge par l'association. Lundi 16 et Jeudi 19 décembre 2013 de 18h30 à 19h30


Soirée « évolution des statuts » et ré-adhésion : après 3 ans d’existence il est intéressant de se repositionner sur les valeurs que nous portons au sein d’AMAPiens au Pays de Brive, de relire et éventuellement modifier nos statuts et Règlement Intérieur. Soirée autour d’un débat participatif avec tous les présents pour préparer un éventuel vote à la prochaine Assemblée Générale. De plus nous en profiterons pour faire nos réadhésions 2014. Lundi 16 décembre 2013 à la salle Dumazaud à 20h après l'apéro de la distribution

3) Des nouvelles de nos AMAP Référents Recherche de référents pour les AMAP « Bœuf » et « Fruits rouges » afin de pérenniser ces AMAP. N'hésitez pas à vous faire connaître, les référents actuels et le bureau vous accompagneront pour cette reprise. Ecrire à : secretariat@amapiens-brive.org Un grand merci à Philippe Arnaud et Karine Vignal qui ont assuré ce rôle cette année ; un grand merci aussi à tous les autres référents !

Un dimanche avec Yves Le dimanche 27 octobre, Yves Bruel, un de nos maraîchers préférés, conviait les amapiens à une journée de « découvrardiner » (découvrir et jardiner) à Martel. Détail non négligeable, Yves avait commandé le soleil et il était au rendez vous ! Yves, après avoir accueilli les premiers arrivés autour d’un café, a fait visiter le terrain cultivé, montré le matériel et raconté les déboires et les réussites de l'année ! Et puis au boulot avec comme premier atelier le ramassage des pommes de terre. Après ce dur labeur, les amapiens présents, Yves, sa compagne, ses enfants, Virginie et Florent se sont réunis autour d’un pique nique partagé très convivial, où rien ne manquait. Une fois les estomacs bien remplis, de nouveaux ateliers étaient proposés : - arrachage des pieds de haricots verts pour les mettre en bouquets, les pendre à l’abri pour qu’ils sèchent et que les graines soient récoltées et semées lors de la prochaine saison ; Et oui, après l’effort le réconfort ! - dernier passage sur la terre des pommes de terre pour récupérer les oubliées et préparation du sol pour l’hiver avec un semis d'engrais verts (mélange triticale et vesce) que Virginie et deux amapiens ont augustement semées (hélas pas de photos) ; - ramassage des courges en prenant bien soin de ne pas les cogner pour qu’elles se conservent le plus longtemps possible et fassent notre bonheur pour nos soupes, gratins, tartes et autres recettes au long de l’hiver ; - atelier nettoyage des planches de tomates (enlever les tuteurs) Une journée bien remplie, des rencontres et du partage … A renouveler. Merci Philippe pour le reportage photo... et merci beaucoup à tous pour la belle journée. Super, super !! J'adore vraiment le découvrardinage !! Yves Photographe : Philippe Joyeux - Rédacteur : Isabelle Brousse


4) La rubrique des paysans Nouvelles du jardin de Florent Ça y est, après une fin d'automne relativement pluvieuse, on peut dire de façon très banale que l’hiver est là avec l'apparition des premières gelées, mais sans oublier encore et toujours quelques averses. Petit à petit on « tape » dans le stock de courges et pommes de terre. Les poireaux sont sortis avec semis tardif de radis rose de Chine, dont vous avez allègrement profité....par ma faute ! :)) A défaut de pouvoir rentrer dans le jardin en raison

parcimonie (avec qui? Ahahaha !!!) de façon à gérer leur croissance et leur commercialisation. Les choux chinois sont attaqués depuis plusieurs semaines par les limaces, mais les betteraves, elles, se portent bien ! Les salades d'hiver ou de printemps 2014 (à voir...) sont couvertes du « fameux » voile thermique P17, également les blettes, les carottes et le dernier du trop d'eau ou de « pas l’envie » : triage et cassage de noix pour préparer l'huile ; rangement, réunions, peinture et autres activités qui remplissent toujours bien mes journées.

II- Nouvelles du Limousin – Terre de Liens Terre de Liens a organisé le 21 novembre à Authezat (près Clermont-Ferrand) une rencontre sur le thème : « Vers une nouvelle gouvernance du foncier agricole en Massif Central ? » Cette journée de débat a été l'occasion de présenter l'action de Terre de Liens en Massif Central depuis 2008 et de poursuivre le dialogue avec les élus, la profession agricole, les techniciens, les bénévoles,… Au programme : coopérer avec les collectivités et susciter l'action des élus pour l'accès au foncier agricole, transmettre, accompagner, créer du lien : une responsabilité collective pour des projets solides et pérennes, mobiliser les citoyens dans la construction de nouveaux modèles agricoles, porteurs de bénéfices sociaux, économiques et environnementaux. Plus d’infos sur Terre de Liens et l’investissement citoyen : http://www.terredeliens.org/

III-– Les AMAP plus loin 1) Nouvelles du MIRAMAP


2) Expériences d’AMAP - Histoire banale d'un paysan... Hier, jeudi 24 septembre, contrôle DDPP (Direction Départementale de la Défense des Populations) Un nouveau technicien est venu visiter notre Résultat de la visite : nous avons été dénoncés... et nous n'avons plus le droit de vendre exploitation pour « Remettre ses chiffres à jour et nos œufs aux revendeurs… faire connaissance » ; visite annoncée la veille…. Nous sommes installés depuis 2011 en tant qu'aviculteur (poules pondeuses) en agriculture biologique certifiés Agrocert, nos œufs sont fermiers et livrés sous maximum 2 jours, donc extra-frais. Notre ferme : 900 poules qui vivent au cœur de la Hier, il nous explique que nous sommes dans l'illégalité forêt landaise, dans des poulaillers en bois locaux, totale depuis que son collègue, qu'il remplace, nous a donné notre agrément (en 2011) et que ce dernier « a nos poulettes sont nourries aux céréales bio et uniquement soignées par phytothérapie. 50% de fait n'importe quoi », ce sont ces paroles. Et il entend notre CA en vente directe et 50% aux revendeurs. « remettre tout le monde aux normes ». Cette visite nous a laissé en état de choc et ça, l'humain,...ce n'est pas dans les textes de loi…. Voici quelques exemples de ce qui n'est pas conforme (mais en fait rien n'allait...) : - il faut une salle de conditionnement pour vendre aux revendeurs. Coût estimé 15 000€ avec carrelage, balance tarée, mire-œufs certifié, plateaux et boites à œufs NEUFS pour chaque livraison, recyclage interdit, les plateaux d'œufs doivent être emballés dans du plastique. (Son collègue nous avait demandé de construire un local de tri des œufs aux normes avec le matériel nécessaire, ce que nous avons fait en 2011 et ainsi reçu notre n° d'élevage ) ;

œufs doivent être limpides, sans poussière...nous n'avons, selon les textes de loi, même pas le droit des les essuyer avec un torchon sec. (Nos poules sont sur du foin, dans des pondoirs en bois bien entretenus, avec du savon noir et des huiles essentielles. Et cet hiver nous avons pu livrer nos œufs car en effet ils étaient au chaud sous nos poules. Certains de nos collègues ont vu les œufs gelés dans ces fameuses rigoles. Les poules sèchent leurs œufs directement après la ponte, ce qui les imperméabilise naturellement)

- les œufs doivent tomber dans des « rigoles », les poules ne doivent en aucun cas toucher les œufs, les Depuis des millénaires nous mangeons des œufs sortis du cul des poules mais ce n'est pas hygiénique !

Bilan moral et financier : à ce jour, nos poulettes ne vont pas s'arrêter de pondre, nous avons 40 plateaux d'œufs par semaine à commercialiser. Et à ceci s'ajoute d’autres évènements : - l'AMAP d'Artigues ferme ses portes car pas assez de forces vives ; - le CA de l'AMAP du Sud Bassin a décidé d'aller voir si l'herbe était plus verte ailleurs, sans aucune discussion préalable. C'est une amie via une annonce, qui nous a avertis qu'ils cherchaient un nouveau producteur… (Après sondage pourtant, nos clients étaient très satisfaits….) - par ailleurs, nous étions déjà en train d'éponger le trou laissé par le renard : en novembre 2012, la personne qui devait fermer nos poulaillers un soir ne l'a pas fait. Résultat : 8 000 euros de pertes financières en 1 an… Nous sommes paysans, agriculteurs, nous soignons nos animaux avec autant de respect que nos 3 enfants et les personnes qui nous sont chères. Nous vendons nos œufs à un prix raisonnables 2,20€/boîte de 6 œufs. D'un point de vue alimentaire 2 œufs=1 steak, ça pas cher le steak bio extra frais !! Deux collègues ont mis la clé sous la porte récemment… On s'accroche grâce au soutien financier de notre fournisseur de grains et au soutien moral qui est vital pour trouver l'énergie de rebondir malgré tout. Un grand merci à l'AMAP de Léognan et aux AMAP de Bègles pour leur grand soutien. Merci d'avoir pris le temps de lire ce mot. Gaëlle & Romuald Bertonèche - Poulettes et Companie - poulettesetco@free.fr

III- Infos diverses - A écouter Excellent, que du bon sens, basé sur des faits réels !!! Un coup de gueule qui fait plaisir à entendre : cet été un maraîcher ariégeois a été contrôlé et verbalisé sur le marché... Son délit ? Avoir vendu des tomates « hors catalogue »... Cette histoire fait l'objet d'une chronique d'Olivier de Robert, un conteur ariégeois qui commente l'actu ariégeoise. Je vous invite à aller voir, j’espère que ça vous fera manger vos tomates différemment ! http://www.ariegenews.com/news-1464-67205.html Florent -----------------------------------------Pour proposer des textes, des annonces à la publication (limite de réception des annonces le 20 du mois) écrire à : secretariat@amapiens-brive.org MERCI à tous ceux qui ont participé de près ou de loin à la conception de ce numéro


17, avenue Emile Zola 19100 BRIVE secretariat@amapiens-brive.org Site : http://amapiens-brive.org

Janvier 2013 Bonjour,

Sommaire

Toute l’équipe du bureau se joint à moi pour vous souhaiter une très belle année 2014, riche en partage et en solidarité, vers une transformation de l'agriculture et de notre rapport à l'alimentation. Les AMAP sont en effet des alternatives concrètes pour : - soutenir et de développer ensemble, paysans et amapiens une agriculture locale, économiquement viable, socialement équitable et écologiquement sobre, à faibles impacts environnementaux ; - promouvoir un rapport responsable et citoyen à l'alimentation.

I- AMAPiens au Pays de Brive 1) Petit calendrier amapien 2) Infos du bureau : référents

S’engager dans une AMAP, c’est beaucoup plus qu'un « panier », chacun ayant à cœur de s’impliquer dans la vie de l’AMAP. Tenir sa part de permanences aux livraisons est le minimum, mais aussi participer aux visites de ferme, prendre en charge un temps le rôle de référent ou toutes autres tâches nécessaires pour assurer la pérennisation de l'AMAP, comme la communication (faire la promo de l’AMAP par exemple, est indispensable pour assurer aux paysans un nombre suffisant de contrats), comme l’animation (en étant au bureau), faire le lien avec les partenaires ou encore disséminer l’esprit AMAP à d’autres secteurs de l’économie sociale et solidaire (artisanat, culture, finances, …).

III – Les AMAP plus loin Retour sur les Assises Nationales des AMAP, consacrées au chantier « réécriture de la charte »

Amapiennement, Elisabeth, rédactrice de la feuille de Choux

II- Nouvelles du Limousin L’AMAP de saint Sulpice

IV- Infos diverses 1) A voir 2) A lire 3) A écouter

I- AMAPiens au Pays de Brive 1) Petit calendrier amapien Jeudi 16 janvier 2014 Dégustation de pruneaux pendant la livraison de 18h30 à 19h30 place de Lattre de Tassigny en vue d’une nouvelle AMAP !

Lundi 20 janvier 2014 à 20h

Assemblée Générale Salle Dumazeau, 22 rue de Selves à Brive Nous pourrons partager un "pique-nique tiré du panier"

2) Infos du bureau Référents Plusieurs personnes se sont proposées pour être référentes des AMAP « Fruits rouges », « Volailles » et « Miel » (qui sera prochainement créée), merci à elles Nous recherchons toujours un référent pour l’AMAP « Bœuf » et une nouvelle AMAP est envisagée : « pruneaux et dérivés », si un référent se propose et selon le contact qui s’établira le jeudi 16 janvier lors de la dégustation.

N'hésitez pas à vous faire connaître, si vous pouvez prendre ce rôle de référent au moins le temps d’un contrat, les référents actuels et le bureau vous accompagneront. Ecrire à : secretariat@amapiens-brive.org


Petit rappel : tenir le rôle de référent est à la fois riche d’enseignement, avec un lien privilégié avec un paysan ; mais c’est aussi un rôle qui demande du sérieux : il ne s’agit pas que le paysan se retrouve à faire le boulot du référent, sinon, au lieu de lui rendre service, c’est l’inverse qui se passe : on lui cause du tort… C’est le référent qui s’occupe des contrats,

qui vérifie que les chèques les accompagnent, qui fait un tableau récapitulatif des commandes pour le paysan et qui s’occupe des régularisations quand nécessaire en fin de contrat. (Voir la fiche du rôle du référent qui est envoyée à chaque nouveau référent)

II- Nouvelles du Limousin Des nouvelles des Eco-Gloutons, l’AMAP de Saint Sulpice (87) Les Eco-Gloutons font la fête !

Les Escargots de Jade Les Eco-Gloutons envisagent de mettre à leur menu des escargots, avec une nouvelle AMAP ! Jade Oliveira Da Silva s’installe en effet pour produire des escargots bio à Bersac sur Rivalier (87) au lieu dit Gérald (06 09 16 22 87 - lesescargotsdejade@gmail.com)


III – Les AMAP plus loin Premier retour sur les Assises Nationales des AMAP, consacrées au chantier « réécriture de la charte » Le chemin vers cette nouvelle charte AMAP sera marqué par un grand moment de partage, de convivialité, de débat et d’intelligence collective avec une centaine de personnes qui se sont retrouvées pour plancher les 14 et 15 décembre 2013 à la bergerie de Villarceaux (95). Après un processus exemplaire de réécriture participative, qui a permis à plusieurs centaines d'AMAP d’y contribuer, ces assises ont accouché d'un texte clair, ouvert et politiquement très solide. Les notions de souveraineté alimentaire, de co-producteurs, d'éducation La suite ? La charte, adoptée au consensus lors de ces assises (une centaine de personnes qui lèvent un carton vert, signe que tout le monde est d’accord, est quelque chose d’exceptionnel à vivre !), ne bougera plus sur le fond, seules quelques améliorations et modifications de forme

populaire, d'évaluation participative, de rupture avec l'agro-chimie et l'appropriation mercantile du vivant, de défense des semences paysannes, d'invitation à disséminer "l'esprit AMAP", ..., marquent un saut qualitatif remarquable par rapport à la charte de 2003. Tout en restant fidèle à l'orientation donnée par la première charte des AMAP, cette proposition de nouvelle charte nous offre un horizon très enthousiasmant pour continuer à faire vivre cette alternative concrète.

seront faites par le comité de réécriture dans les mois qui viennent. La nouvelle charte des AMAP sera proposée pour validation formelle à la prochaine Assemblée Générale du MIRAMAP (15-16 mars 2014).

IV- Infos diverses 1) A voir Usine à 1000 vaches Une façon ludique de faire connaitre la lutte contre les 1000 vaches : la vache en colère : http://www.youtube.com/watch?v=53jimITjYCU Plus d’infos sur la Mobilisation contre le projet d'usine des 1000 vaches : http://vache-en-colere.tumblr.com/ Florent

2) A lire Enfin tout comprendre à la PAC ! La Politique Agricole Commune représente 40% du budget européen pour 2014-2020 (soit 363 milliards d'euros), 64 milliards d'euros pour la France pour la même période, elle touche directement 500 millions d'européens et coûte à chaque contribuable de l'Union européenne 100 euros par an. Au delà d'un système d'aides pour le monde agricole et rural, elle a un impact direct et quotidien sur notre alimentation, notre environnement et la vie dans nos campagnes. Et pourtant, cette politique reste méconnue de la plupart des citoyens européens et apparaît souvent comme trop lointaine et trop compliquée. N'est-il pas temps d'en savoir un peu plus et de comprendre enfin ce qui se cache derrière la PAC? http://enviedepaysans.fr/blog/2013/11/tout-comprendre-sur-la-pac/ (Série d’infographies pédagogiques pour mieux saisir les enjeux mais aussi l’histoire et l’évolution de la PAC depuis 50 ans)

Le Palmarès 2013 de l'écologie en France - La Vie Vous trouverez à cette adresse une carte interactive intéressante à plus d'un titre, dont celui-ci (cliquer sur le bouton 'Consommation durable') : http://www.lavie.fr/webdocumentaires/palmares-ecologie-2013/le-palmares-2013-de-l-ecologie-en-france-13-112013-46442_554.php « Consommation durable : ce nouveau critère de notre palmarès 2013 se fonde sur le nombre d’AMAP et de ventes directes à la ferme (source : mouvement Colibris 2013), le nombre de commerces engagés dans une démarche bio et / ou équitable (source : le Marché citoyen 2013), rapporté au nombre d’habitants, ainsi que le nombre d’achats groupés du réseau de la Ruche qui dit oui ! »


3) Des bonnes idées 40 hectares à mutualiser pour la permaculture et le bio Je suis un petit paysan bio du nord de la France, de la Somme exactement et je souhaiterais lancer un projet de Niemandsland sur mes terres pour y créer un oasis à la mode de chez vous ... Je n'ai pas la chance des Amanins qui démarrèrent avec un généreux donateur "repenti" mais j'ai quarante hectares de terre que je souhaiterais mutualiser pour un projet de permacuture bio au cœur d'un champ de bataille centenaire (14-18). Mon idée de No man's land est simple, elle s'inspire de l'Éolienne des enfants en Belgique (dont ma fille Noleen de 8 ans est actionnaire). Bernard Delville, l'instigateur, a proposé aux enfants (parrainés par les parents) de prendre des parts dans cette production d'énergie du futur et de (...) Lire l'article en entier : http://www.passerelleco.info/article.php?id_article=1784 Bruno Galloo

Des micromagasins chez l’habitant Imaginez un magasin bio accessible 24 heures sur 24 en bas de chez vous. Un rêve ? Une réalité pour 150 foyers lyonnais ! Une idée généreuse développée par l’épicerie 3 Ptits Pois, avec une devise drôle et ambitieuse : « Un ptit pois pour moi, un grand pas pour l’humanité ! » Derrière la formule, une réalité : tous les produits sont bio et essentiellement d’origine locale, achetés directement aux producteurs la plupart du temps, avec une règle de base : « nous ne négocions pas les tarifs. On estime que le prix demandé est le prix juste. Cela permet d’établir une relation de confiance avec les fournisseurs. » Les micromagasins permettent de faire connaître l’épicerie 3 Ptits Pois à l’extérieur et de satisfaire une clientèle qui n’achèterait sans doute ni bio ni local, faute de commerce de proximité adapté. Le système repose sur la confiance et l’honnêteté. Le but est de rendre les clients le plus autonomes possible. Et surprise, ça marche ! 3 ptits pois n’a jamais constaté de vol ou de défaut de paiement majeur dans ses micromagasins. Comment créer un micro magasin ? Voir l’article entier ici : http://kaizen-magazine.com/des_micromagasins_chez_l_habitant/ Contact : 3 ptits pois ; 59 rue Chevreul ; 69007 Lyon - 09 54 18 54 64 - contact@3ptitspois.fr, www.3ptitspois.fr

4) A écouter Hommage à Albert Jacquart « Les vrais biens à échanger sont les idées. Quand on échange des biens on ne crée rien... car un kilo de pommes échangé contre un kilo de cerises : à la sortie on a toujours le même nombre de fruits ; tandis que quand on échange des idées on crée. J'ai une idée, vous avez une idée, on se rencontre et quand on aura échangé on aura chacun deux idées, trois idées, mille idées… L'échange des biens matériels est un échange qui ne produit pas alors que l'échange des idées est un échange qui produit. On est loin du travail... On est en pleine civilisation ». Voir la vidéo-conférence : https://docs.google.com/presentation/d/1fpZoxZctqCwsqttH1HSAGbzB_Cd_WnFIN9NePTfQTw/pub?start=false&loop=false&delayms=3000#slide=id.p

Pour échanger des infos, des idées, des bons plans dans l'esprit AMAP, c'est à dire avec le respect de l'humain et de l'environnement, entre AMAPiens au Pays de Brive (et leurs amis), une liste de discussion existe : EcoTchatBrive@yahoogroupes.fr Pour s'inscrire envoyez un mail à : EcoTchatBrive-subscribe@yahoogroupes.fr -----------------------------------------Pour proposer des textes, des annonces à la publication (limite de réception des annonces le 20 du mois) écrire à : secretariat@amapiens-brive.org MERCI à tous ceux qui ont participé à la conception de ce numéro.


17, avenue Emile Zola 19100 BRIVE apbrive@gmail.com Site : http://amapiens-brive.org

Février 2014 Bonjour,

Sommaire

C’est la saison des AG : après la nôtre le 20 janvier, qui a modifié nos statuts et a élu une nouvelle équipe pour coordonner nos AMAP, voici qu’arrivent celles de nos partenaires, Agrobio 19 et le MIRAMAP. Une participation à une manifestation à Ayen en avril nécessitera l’investissement de quelques amapiens pour tenir un stand. A noter la victoire de la Conf contre 2 projets d’industrialisation agricole. Amapiennement, Elisabeth Carbone

Nouveau site en ligne I- AMAPiens au Pays de Brive 1) Petit calendrier amapien : manifestation à Ayen 2) Infos du bureau : AG 3) Des nouvelles de nos AMAP : 2 nouvelles AMAP 4) La recette du mois : cake salé alsacien au potimarron II- Nouvelles du Limousin 1) Des nouvelles de l’AMAP de St Sulpice Laurière (87) 2) Actualité paysanne : AG d’Agrobio 19 III – Les AMAP plus loin 1) AG du MIRAMAP 2) 2e Rencontre européenne des PLS pour la Souveraineté Alimentaire IV- Infos diverses 1) Evénements : 2 victoires de la Conf 2) A lire : Revue Durable ; manuel sur l’Agriculture Paysanne 3) A écouter : une émission sur France Culture

Le nouveau site des AMAPiens au Pays de Brive est en ligne : http://amapiens-brive.org Un grand merci à Frédéric Gourment Le bureau lance un appel à bénévoles pour que ce site soit vivant (à la fois infos pour les adhérents et vitrine de notre association pour l’extérieur, en particulier pour ceux qui recherchent une AMAP sur Brive)

I- AMAPiens au Pays de Brive 1) Petit calendrier amapien Dimanche 6 avril 2014 à Ayen Manifestation dans le cadre de la semaine du développement durable Thème de l’année : « consommer autrement » AMAPiens au Pays de Brive participera l’après midi en présentant la démarche et les objectifs d'une AMAP (le matin aura lieu la randonnée du goût qui rassemble habituellement environ 700 personnes).

Lionel Paillet, à l’origine de cette initiative, coordonnera la participation d’APB en lien avec le bureau. Il est noté que Brive risque de nous solliciter également lors de cette semaine.


2) Infos du bureau Petit rappel des règles de confidentialité L'utilisation des adresses de messagerie des adhérents est uniquement réservée au fonctionnement interne de notre association. Merci de respecter ces règles.

Par ailleurs, Madame Martinez prie l’ensemble des adhérents d’accepter ses excuses concernant les emailings relatifs aux conférences du campus universitaire de Brive.

L’Assemblée Générale

Les 6 « Drôles de dames » : le bureau sortant d’AMAPiens au Pays de Brive

Lundi 20 janvier 2014 l’AG des AMAPiens au Pays de Brive a rassemblé environ 25 personnes avec une quinzaine de procurations. Mme SEILLE, qui représentait la municipalité, nous a fait part de sa satisfaction de l’existence de notre association et nous souhaite une « bio » année.

La partie sur la modification des statuts et du règlement intérieur avait été bien préparée en amont lors d’une soirée ouverte à tous les amapiens le 16 décembre 2013 et chacun a pu voter lors de l’AGE à l’aide d’un formulaire au fil des explications sur les propositions de modification ; cela a permis de ne pas perdre trop de temps sur un sujet un peu rébarbatif. Les nouveautés importantes des statuts : - le label bio n’est plus exigé pour les paysans en AMAP (nous sommes ainsi en conformité avec la charte des AMAP, dont les objectifs ont d’ailleurs été intégrés dans nos statuts) ; cela ne dédouane bien sûr pas les paysans en AMAP d’une agriculture sans engrais ni pesticide chimique de synthèse et la priorité sera donnée aux paysans ayant le label. Si besoin, nous pourrons nous appuyer sur Agrobio 19 lors d’une nouvelle AMAP avec un nouveau paysan qui n’aurait pas le label bio, pour s’assurer de la non utilisation de produits toxiques ; - le bureau devient une collégiale, comme c’est le cas de beaucoup d’AMAP, c'est-à-dire sans président (ou tous co-présidents !) et il est possible de fonctionner maintenant avec seulement 3 membres du bureau (au lieu de 6 au minimum avant). Les différents rapports ont été votés à l’unanimité. Florent Peyrus était le seul paysan présent ; il nous a fait part de sa satisfaction à travailler en AMAP : malgré la difficulté de ce métier de maraîcher et des faibles revenus qu’il génère, c’est pour lui une belle aventure humaine. Il aimerait cependant plus de convivialité lors des livraisons : pensez à apporter boissons et grignotage pour animer ces moments (dans l’esprit des apéros-distributions) ! Il est soulevé l’importance du lien entre le bureau et les référents : certaines informations (visites de fermes par exemple) n’ont pas été connues par tous parce que le bureau n’a pas été mis au courant et n‘a donc pas pu relayer l’info ; un bordereau de remise de chèques aux paysans est une formalité légale : l’info n’a pas été retransmise à tous les référents. Une réunion d’information/formation des référents par an est un minimum indispensable. Nouveau bureau : François Timbal, Alix Grillon, Anne Dubois, Elisabeth Carbone, Adeline Andrieux

3) Des nouvelles de nos AMAP 2 nouvelles AMAP AMAP miel avec Gilles Bouny, producteur de miels et produits de la ruche bio à Valojoulx (24). Julie Fauville en est la référente.

AMAP pruneaux avec Patrice Lafinestre des Vergers Lafinou à Saint-Etienne-de-Fougères (47). Elisabeth Carbone en est la référente.

AMAP Bœuf Vanessa Froissart s’est proposée pour prendre la suite de Philippe Arnaud à partir du prochain contrat. Toutefois, la question de la pérennité de cette AMAP mérite d’être posée dans la mesure où seulement 2 adhérents y participent.


4) La recette du mois : Cake salé alsacien au potimarron Temps de préparation : 30 mn Temps de cuisson : 45 mn Ingrédients (pour 8 personnes) : - 300 g de potimarron, potiron ou courge Butternut réduit en purée - 100 g de farine - 1 sachet de levure - 100 ml de lait - 65 g de beurre ramolli - 3 œufs - 80 g de lardons - 1 oignon- 50 g de noix

Préparation de la recette : Faire préchauffer le four à 200°C (Th 6-7). Hacher les noix grossièrement. Emincer les oignons et les faire fondre à la poêle dans une noisette de beurre. Ajouter les lardons et faire griller. Laisser refroidir et mélanger les noix. Pour la pâte à cake : battre le beurre ramolli avec les oeufs. Ajouter le potimarron, le lait, la farine, la levure. Bien mélanger. Ajouter le mélange lardons-oignons-noix, saler, poivrer. Beurrer un moule à cake et y verser le mélange. Cuire environ 45 mn. A déguster tiède ou froid.

II- Nouvelles du Limousin 1) Des nouvelles de l’AMAP des Eco Gloutons de Saint Sulpice Laurière (87)

2) Actualité paysanne Samedi 8 mars 2014 à Veix (19) : AG d’Agrobio 19 (association des agriculteurs bio de Corrèze dont AMAPiens au Pays de Brive est adhérente). Plus d’infos : contacter Elisabeth Carbone, représente à Agrobio 19 pour APB (apbrive@gmail.com)

III – Les AMAP plus loin 1) MIRAMAP AG le samedi 15 et dimanche 16 mars 2014. (association qui regroupe des réseaux d’AMAP et des AMAP au niveau national, dont AMAPiens au Pays de Brive est adhérente). Plus d’infos : contacter Elisabeth Carbone, représente au MIRAMAP pour APB (apbrive@gmail.com)

2) URGENCI 2e Rencontre européenne des mouvements de Partenariats Locaux et Solidaires producteursconsommateurs (PLS) et des autres systèmes émergents de distribution pour la Souveraineté Alimentaire du 28 février au 2 mars 2014 à la Bergerie de Villarceaux (95) 2 défis principaux à relever : 1) Comment s’assurer que la solidarité et l’engagement citoyen restent au cœur des systèmes alimentaires locaux ? Quels sont nos principes communs et comment pouvons-nous mieux communiquer et essaimer ? 2) Quels sont les bénéfices des Partenariats Locaux et Solidaires pour la société dans son ensemble, en particulier dans la perspective de la cohésion sociale et du changement social et économique ?


Les PLS (AMAP en France,GASAP en Belgique, ACP en Suisse), les jardins partagés et familiaux, l’autoproduction et les groupes d’achat solidaire/coopératives bénéficient d’une reconnaissance croissante en Europe et sont de plus en plus considérés comme des outils clefs pour renforcer la viabilité des petites agricultures familiales et autonomes. Ces alternatives sont aussi identifiées comme un ensemble de pratiques permettant de réaliser la Souveraineté Alimentaire dans son sens authentique, c’est-à-dire le droit des peuples à décider démocratiquement, pour eux-mêmes, la manière dont l’alimentation est produite et distribuée. Plus d’infos : http://www.urgenci.net/page.php?niveau=1&id=2NDE%20RENCONTRE%20EUROPEENNE%20-%202014

IV- Infos diverses 1) Evènements : 2 victoires de la Conf ! La fin des « 1000 vaches » ! C'est une victoire de la Conf' et de ses partenaires. Après des mois d'actions fortes, de manifestations, des gardes à vue, de nombreuses prises de position, la mobilisation a payé ! La ferme-usine des 1000 vaches ne verra pas le jour ! Nous avons mis à terre un symbole, mais ce n'est pas pour autant que nous cesserons d'être vigilants, car c'est l'industrialisation de l'agriculture qui doit être stoppée : la Loi d'avenir agricole, en cours d'examen, doit acter cette fin. Les paysans arrachent une victoire sur les semences Les semences de ferme ne seront pas considérées comme une contrefaçon. C’est l’engagement du gouvernement, obtenu alors qu’une centaine de membres de la Confédération paysanne occupaient le siège du GNIS (Groupement National Interprofessionnel des Semences). Cette loi dotait l'industrie semencière de tout un arsenal répressif pour saisir et détruire les récoltes issues de semences paysannes. Elle consacrait ainsi la mainmise des multinationales sur les semences et privait les paysans de ce droit millénaire. Ce n'est qu'une bataille gagnée dans cette longue "guerre des semences", mais elle est de taille ! Nous avons obtenu que le pouvoir de l'industrie semencière sur les paysans soit contenu, nous avons mis fin au projet de ferme-usine des 1000 vaches : ces victoires ne sont qu'au début, nous ne lâcherons rien, pour l'avenir des paysans, pour leur place essentielle dans la société !

2) A lire Je vous signale l'excellent numéro de Revue Durable consacré à la permaculture : un dossier complet, synthétique, précis, avec beaucoup de recul et de justesse. http://www.larevuedurable.com/fr/agriculture-et-alimentation/964-la-permaculture-un-monde-d-abondance-adecouvrir.html Un manuel pour tout comprendre sur l'agriculture paysanne ! Le Manuel de l’agriculture paysanne, ouvrage de base pour découvrir l’agriculture paysanne ou approfondir ses connaissances, présente l’historique et les grands fondements de l’agriculture paysanne (création, définition, principes…) puis le détail des indicateurs de l’agriculture paysanne et explique leur intérêt. Plus d’infos sur le site de la FADEAR : http://www.agriculturepaysanne.org/le-manuel-de-lagriculture-paysanne

3) A écouter http://www.franceculture.fr/emission-science-publique-les-plantes-possedent-elles-une-veritable-intelligence-201303-08 ------------------------------------------

Pour échanger des infos, des idées, des bons plans dans l'esprit AMAP, c'est à dire avec le respect de l'humain et de l'environnement, entre AMAPiens au Pays de Brive (et leurs amis), une liste de discussion existe : EcoTchatBrive@yahoogroupes.fr Pour s'inscrire envoyez un mail à : EcoTchatBrive-subscribe@yahoogroupes.fr -----------------------------------------Pour proposer des textes, des annonces à la publication (limite de réception des annonces le 20 du mois) écrire à : apbrive@gmail.com MERCI à tous ceux qui ont participé à la conception de ce numéro.


apbrive@gmail.com Site : http://amapiens-brive.org

Mars 2014 Bonjour, Le printemps arrive et nos maraîchers ne sont plus là les lundis et jeudis : la place de Lattre de Tassigny est bien triste… Mais ils préparent activement nos paniers à venir : plans de culture, semis et préparation des sols (dès qu’il pleuvra moins !) vont les tenir en pleine activité pour les mois qui viennent ! Pensez à passer de temps en temps sur le lieu de livraison quand vous le pouvez tenir compagnie un moment et prendre des nouvelles des paysans qui continuent et qui sont un peu esseulés… (Jean Claude, Philippe,…) Amapiennement, Elisabeth

Sommaire Appel à bénévoles I- AMAPiens au Pays de Brive 1) Petit calendrier amapien : AG Agrobio19, réunion bureau, Ayen 2) Infos du bureau : répartition responsabilités, bilan adhésions, communication externe, prochaine réunion 3) Des nouvelles de nos AMAP : « pruneaux et dérivés », « miel », « bœuf », info aux référents 4) La rubrique des paysans : nouvelles de St Sozy Beach 5) La recette du mois : cake au pesto et pignons de pin II- Nouvelles du Limousin Actualités paysannes : création réseau semences paysannes III – Les AMAP plus loin 1) En France - Nouvelles du MIRAMAP : AG et vote de la charte ème 2) Les AMAP encore plus loin -2 rencontre des PLS IV- Infos diverses 1) Evénements : année du ver de terre ? St Etienne 100% bio 2) A lire : comparaison rendement bio/conventionnel ; brochure Afterres2050

Appels à bénévoles On peut ne pas vouloir s’engager au bureau, ni comme référent, mais pouvoir donner du temps ponctuellement :

qui peut tenir un stand AMAP à Ayen le dimanche 6 avril 2014 de 10 à 12h lors de Manifestation dans le cadre de la semaine du développement durable ? Thème "consommer autrement", nous ne pouvons pas ne pas y être ! S'inscrire ici : http://doodle.com/b4xtcgs95aa9ia95

I- AMAPiens au Pays de Brive 1) Petit calendrier amapien Samedi 8 mars 2014 à Veix (19) AG d’Agrobio19

Lundi 24 mars 2014 à 19h45 Réunion du bureau

Dimanche 6 avril 2014 à Ayen (19) APB tiendra un stand AMAP


2) Infos du bureau Le nouveau bureau d’APB s’est réuni le 10 février 2014 Il a été décidé de renouveler notre adhésion au MIRAMAP et à Agrobio19. Les différentes tâches du bureau ont été réparties : - Secrétariat : François - Relations externes/mairie (démarches administratives, demandes de salles,...) : Adeline - Communication/FdChou, représentation au MIRAMAP et Agrobio19 : Elisabeth - Trésorerie, gestion des adhésions/info aux nouveaux adhérents : Alix

- Missions ponctuelles (notamment la rédaction des statuts et RI pour ce début d'année) et relations référents : Anne - Mise en ligne des articles sur le site : Elisabeth, Anne et Alix. Et chacun pourra apporter sa contribution pour la rédaction des contenus, notamment les référents et les producteurs. Pour le reste, le bureau fonctionnera comme l'an dernier, de manière collégiale, en fonction des envies et disponibilités de chacun.

Bilan sur les adhésions : actuellement l’association compte 55 adhérents. Communication externe Pour soutenir réellement les paysans d’AMAPiens au Pays de Brive, un nombre de contrats qui corresponde à leur attente est une des priorités : faire connaître AMAPiens au Pays de Brive autour de soi est une manière peu chronophage de faire sa part pour faire connaitre ce mode de consommation responsable Prochaine réunion : lundi 24 mars à 19h45 dans les locaux d’Anne 59, avenue Maréchal Foch à Brive Vous être tous les bienvenus !

3) Des nouvelles de nos AMAP  AMAP « pruneaux et dérivés » Le contrat pour cette nouvelle AMAP est prêt, pour une livraison le 3 avril, il va vous parvenir très bientôt. (Prochaine livraison en octobre : soyez prévoyant !). Une visite de la ferme sera programmée en mai. Référente : Elisabeth Carbone  AMAP « miel » Une visite de la ferme est prévue très bientôt. Référente : Clémence Schilling

 AMAP « boeuf » Cette AMAP est fragile car seuls 2 ou 3 adhérents s’y sont dernièrement inscrit. Si c’est le volume et le prix du colis qui est un frein peut être faudrait-il mettre en lien ceux qui souhaiteraient de plus petites quantités pour des contrats pour 2 ou 3 ? Nouvelle référente : Vanessa Froissard à la suite de Philippe Arnaud

Infos aux référents Nous proposons d’organiser une réunion annuelle des référents : le sujet pourrait être : travail autour du contrat type afin d’obtenir une uniformisation des contrats. Pensez à vérifier que l’adhésion 2014 de vos contractants est bien effective

4) La rubrique des paysans Voici des nouvelles de St-Sozy Beach...et c'est peu de le dire :)) Aujourd'hui fut une belle journée et demain devrait attaquerons à faire les tranchées de ma future serre être quasiment la même... on progresse, mais la fin à plants, 40m² de plastique tout neuf !!! Humm de semaine n'a pas l'air au top !! j'adore ! Les terres sont donc gorgées d'eau, il est impossible Pour ceux qui étaient chez Virginie l'an dernier, c'est de travailler le sol, j'essaierai peut-être mercredi dans la même mais en plus court. la partie la plus "basse" de mon jardin, la terre y est S'il nous reste du temps et de l'énergie, on trouvera plus sableuse, donc sèche ("ressuie" est le terme bien quelques planches à arracher dans une grange exact) plus rapidement...à voir. et des pierres à casser pour faire un puisard !! En fait c'est déjà prévu, mais chut !!!! J'attends qu'ils arrivent Demain les autres maraîchers de la troupe viennent, pour le leur annoncer !! au menu (j'ai un morceau de sanglier qui sort du Si tout va bien on se revoit début juin à Brive ou sur congélateur, mais ce n'est pas de cela que je vais un chantier collectif et pensez à vos futurs contrats, vous parler !!), premiers semis (tomates, poireaux, merci !! salades et peut-être céleris), débarrassage de bois et Bien cordialement, autres branches qui trainent, ensuite nous nous Florent dit "Force Rouge" (ou un des Dalton...mais lequel??)


5) La recette du mois : Cake au pesto et pignons de pin 180g de farine 1 sachet de levure chimique 3 œufs 100g de gruyère râpé 3 cuillères à soupe d’huile d’olive 10 cl de lait 150g de pesto (*) des pignons de pin (environ 2 poignées) 1 pincée de sel poivre Préchauffer le four à 180°C (th.6)

Dans un premier plat, mélanger la levure à la farine. Dans un second, battre au fouet les œufs, l’huile et le lait. Salez et poivrez cette préparation, puis verser sur le mélange farine/levure. Mélanger délicatement. Ajoutez le gruyère râpé, le pesto* et les pignons, mélanger de nouveau. Verser la préparation dans un moule à cake beurré et fariné au préalable ou recouvert de papier sulfurisé. Faire cuire au four pendant 50 min environ. Laisser refroidir avant de démouler. * Pour le pesto, on peut se contenter d’acheter une sauce pesto déjà prête, sinon pour le réaliser soi-même : mixer les feuilles de 3 grands bouquets de basilic frais avec 3 gousses d’ail et 50g de pignons de pin. Rajouter du gros sel puis incorporer 4 cuillères à soupe de parmesan fraichement râpé, 10cl d’huile d’olive. Mélanger avec une fourchette.

II- Nouvelles du Limousin Actualités paysannes - Création d’une association pour les semences paysannes limousines L'AG constitutive a eu lieu le 25 février 2014. Souhaitons la bienvenue à ce nouvel organisme de défense des semences libres à une époque où resemer sa récolte devient frauduleux !

III – Les AMAP plus loin 1) En France – Des nouvelles du MIRAMAP Assemblée Générale du MIRAMAP le 15 & 16 mars 2014 au lycée horticole de Ribécourt Dreslincourt (60) Le samedi, en plus des rapports habituels d’AG, ce sera le grand moment du vote de la charte des AMAP qui clôturera le chantier national mis en place en juillet 2012 et qui a durée près de 2 ans (21 mois) ! Seront aussi présentés, et votés, le principe du transfert de la marque et les termes de la convention entre Alliance Provence et le MIRAMAP.

Le dimanche sera consacré essentiellement à construire de manière collective le plan d’actions 2014 du MIRAMAP (Rapport orientation) sous forme d’ateliers : Appropriation de la charte, Evaluation Participative & pôle paysan, Stratégie protection/défense marque/Juridique, Mutualisation : développement des synergies internes au mouvement.

Plus d’info et s’inscrire : www.miramap.org

2) Les AMAP encore plus loin Les « AMAP » en Europe Petit retour à chaud de la « 2ème rencontre européenne des mouvements de Partenariats Locaux et Solidaires producteurs-consommateurs (PLS) et des autres systèmes émergents de distribution pour la Souveraineté Alimentaire » qui a eu lieu à Villarceaux (95) du 28 février au 02 mars. Je suis en effet allée présentée le chantier réécriture de la charte des AMAP et ….AMAPiens au Pays de Brive ! Il y avait 16 pays d’Europe représentés et une centaine de participants. J’ai dû faire appel à mes souvenir très très lointains de la langue anglaise, mais heureusement il y avait des interprètes, très disponibles dès que besoin, même pour des discussions entre 2 personnes. Cette rencontre m’a beaucoup apporté : discuter avec des « amapiens » et paysans en AMAP de toute l’Europe, découvrir les différences de

fonctionnements mais aussi les possibilités de créer des modes de consommation alternatifs, des partenariats paysans/consommateurs en fonction de la législation et du contexte des différents pays était passionnant. Le problème récurent qui ressort le plus il m’a semblé est celui de l’accès à la terre. Pour la petite histoire, j’ai été interviewée, avec un paysan d’une AMAP Midi Pyrénées, par une radio de la République Tchèque pendant 2 heures et quelques idées ont émergées pour ce problème d’accès à la terre tellement plus grave encore chez eux que chez nous (achat des terres à bas prix par la Chine et le Danemark…). Nous l’avons mis en lien avec Terre de Liens et une autre association qui travaille sur l’accès à la terre. Dès que les comptes-rendus seront en ligne, je mettrais les liens dans la Feuille de Chou Elisabeth


IV- Infos diverses 1) Evénements 2014 : année du ver de terre ? En participant à la nutrition directe des plantes et à la formation d'humus, les vers de terre sont des agents de fertilité inégalables : en 50 ans c'est l'ensemble du sol d'une parcelle qui passe par le tube digestif du ver de terre, ce qui faisait dire très justement à Aristote il y a 2400 ans, qu'ils sont les intestins de la terre. Sur un hectare de sol bien doté en vers de terre, ce sont 5 tonnes de carbone et 2,3 tonnes d'azote qui sont mobilisées et restituées. Marcel Bouché est un des "géodrilologues" les plus réputés au monde, son ouvrage "Des vers de terre et des hommes" va paraître très prochainement. Souhaitons que l'année 2014 soit favorable aux élevages intensifs de vers de terre. Saint-Etienne : première grande ville à passer au 100 % bio en restauration scolaire (le 6 janvier 2014) Depuis 2009, l’équipe municipale stéphanoise a fait progressivement entrer des denrées biologiques dans les assiettes quotidiennes de 3 000 convives. Surprise de taille : le surcoût est passé presque inaperçu pour la ville qui a fini d’amortir l’investissement de la nouvelle cuisine. Mieux : le prix du ticket payé par les parents a même baissé. Pour réduire les coûts, les cuisiniers ont par exemple réintégré de bonnes protéines comme les légumineuses, économiques, qui permettent deux fois par semaine d’afficher des menus sans viande, c’est-à-dire avec poisson ou d’« autres protéines ». La préoccupation d’une alimentation moins carnée est en effet devenue un thème majeur ces derniers mois. Plus d’info : http://www.unplusbio.org/saint-etienne-une-grande-ville-passee-au-100-bio-depuis-le-6-janvier/

2) A lire Si quelqu'un vous sort à nouveau l'antienne des rendements inférieurs en bio qu'en conventionnel, voici la source à lui opposer : Comparaison environnementale, énergétique et économique de systèmes de production agricoles biologiques et conventionnels Un article paru dans la revue BioScience s’est penché sur la comparaison du bilan environnemental, énergétique et économique de systèmes agricoles biologiques et conventionnels. Les auteurs ont réalisé une revue de littérature des travaux qui ont été faits sur ce sujet. Les conclusions de cette recherche documentaire indiquent que les sols en culture bio favorisent la conservation de l’eau et des sols. La consommation d’énergie fossile par hectare cultivé serait 30 % inférieure en culture biologique dans les études analysées (pour des rendements comparables), tandis que les dépenses de main-d’œuvre seraient 15 % supérieures (meilleure création d’emploi) tout en étant mieux réparties dans le temps. Source : Pimentel et al., 2005. Organic and Conventional Farming Systems: Environmental and Economic Issues http://ecommons.cornell.edu/bitstream/1813/2101/1/pimentel_report_05-1.pdf Sortie de la brochure Afterres2050 C'est avec plaisir que je vous annonce la publication de la brochure Afterres 2050. Le document est gratuit et téléchargeable ici : http://www.solagro.org/site/393.html Pour répondre à la question « Disposerons-nous des surfaces nécessaires pour nourrir la population à l’horizon 2050, alors que nous artificialisons entre 60 à 70 000 ha de terres tous les ans ? », Solagro a élaboré, avec le soutien de la Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l’Homme, un scénario d’utilisation soutenable des terres en France. J'espère que cette prospective pour notre alimentation, notre agriculture et l'usage de nos terres à 2050 vous intéressera. Philippe POINTEREAU, directeur du Pôle Agro-Environnement de Solagro ------------------------------------------

Pour échanger des infos, des idées, des bons plans dans l'esprit AMAP, c'est à dire avec le respect de l'humain et de l'environnement, entre AMAPiens au Pays de Brive (et leurs amis), une liste de discussion existe : EcoTchatBrive@yahoogroupes.fr Pour s'inscrire envoyez un mail à : EcoTchatBrive-subscribe@yahoogroupes.fr -----------------------------------------Pour proposer des textes, des annonces à la publication (limite de réception des annonces le 20 du mois) écrire à : apbrive@gmail.com


apbrive@gmail.com Site : http://amapiens-brive.org

Avril 2014 Bonjour, Ce début de mois, c’est la semaine du développement durable (du 1er au 7 avril), cette année sur le thème : « consommer autrement » qui correspond on ne peut mieux au concept de l’AMAP ! Le concept de « développement durable », quant à lui, est très discutable… Mais ce serait un autre débat et je n’ai pas la place ici… Amapiennement,

Sommaire I- AMAPiens au Pays de Brive 1) Calendrier amapien : réunion bureau, réunion référents, forum des asso 2) Infos du bureau : prochaine réunion, interview, siège social, infos référents 3) Des nouvelles de nos AMAP : « pruneaux », « miel », « vins » et « asperges » 4) La rubrique des paysans : des nouvelles de nos maraîchers 5) La recette du mois : pavé aux dattes II- Nouvelles du Limousin Actualités paysannes : retour AG Agrobio19, LotABné III – Les AMAP plus loin 1) En France – La nouvelle charte est arrivée ! 2) Les AMAP encore plus loin – La future charte européenne IV- Infos diverses ère 1) Evénements : 1 banque éthique en France 2) A voir : « Les chèvres de ma mère »

Elisabeth

Pour échanger des infos, des idées, des bons plans dans l'esprit AMAP, c'est à dire avec le respect de l'humain et de l'environnement, entre AMAPiens au Pays de Brive (et leurs amis), une liste de discussion existe : EcoTchatBrive@yahoogroupes.fr Pour s'inscrire envoyez un mail à : EcoTchatBrive-subscribe@yahoogroupes.fr

I- AMAPiens au Pays de Brive 1) Petit calendrier amapien Jeudi 24 avril 2014 à 20h à Ussac : réunion du bureau d’APB

Lundi 12 ou 19 mai : réunion « référents »

Dimanche 21 septembre 2014 : Forum des associations

2) Infos du bureau Prochaine réunion : jeudi 24 avril à 20h à Ussac chez Adeline Résidence Le Clos d'Ussac V3 - 1 impasse des Vieux Chênes

Vous être tous les bienvenus !


A réécouter et podcaster : Interview sur les AMAPiens au Pays de Brive (RGB 94.3fm) réalisée en septembre 2013 avec Françoise Gourment par Radio Grand Brive chroniques « A la découverte des associations du Pays de Brive » et diffusé en novembre 2013 : http://mediagrandbrive.site-radio.fr/podcasts/amapiens-en-pays-de-brive-119 Nouveau siège social d’AMAPiens au Pays de Brive IMPORTANT Maison des Associations 11, place Jean-Marie Dauzier Les contrats doivent toujours être envoyés Boîte n° 51 directement aux adresses personnelles des référents ! 19100 Brive-la-Gaillarde

Infos aux référents Une réunion aura lieu le lundi 12 ou lundi 19 mai à 20h Thème : travail autour du contrat type afin d’obtenir une uniformisation des contrats. Cela permettra de faciliter la création de nouvelles AMAP et la passation de la responsabilité de référent au sein d’une AMAP. Nous en profiterons pour vous présenter le nouveau site d’AMAPiens au Pays de Brive : http://www.amapiens-brive.org/ Pensez à organiser avec les paysans dont vous êtes référents une visite à la ferme ou un atelier pédagogique (coup de main), le printemps étant souvent la meilleure période !

3) Des nouvelles de nos AMAP  AMAP « pruneaux et dérivés » Première livraison le 3 avril ! Référente : Elisabeth Carbone, remplacée par Alix et Adeline ce jour-là.

 AMAP « miel » Première livraison le 17 avril ! Référente : Clémence Schilling

 AMAP « Vins » et AMAP « Asperges » Un sondage va être fait pour savoir si cela intéresse les amapiens.

4) La rubrique des paysans 8 avril à 6h30 - Bonjour bonjour !! C'est très tôt que je vous donne de mes nouvelles et de celles de vos maraîchers...préférés comme le disent certains d'entre vous ! Hier, montage de buttes en vue des premières plantations de courgettes, concombres, semis de haricots, et repiquage de nouvelles salades. Dans la serre à plants : repiquage de céleris raves ; les tomates grandissent ; les choux raves ont levé, et la semaine prochaine je prévois d'attaquer les semis de choux d'hiver, avec notamment un essai sur le "romanesco" et autres cucurbitacées. Cette année vous testerez, si tout va bien, les salsifis. Aujourd'hui nous sommes chez Virginie où nous planterons (encore et toujours....à croire que c'est de saison !!) les pommes de terre et les oignons. Yves et son collègue ont récupéré tout, ou presque, le matériel pour monter leurs serres, donc après plus d'un mois de démontage, on va les monter !!...avec vous certainement. Salutations paysannes donc amicales. A+ tard. Florent

5) La recette du mois : Pavés aux dattes Ingrédients 300g de pâte de dattes molle 100g de biscuits secs 100g de beurre ramolli 1 jaune d’œuf 80g de pistaches ou de noix hachées

Préparation

Découper la pâte de dattes et le beurre en petits morceaux. Les faire ramollir dans une casserole à feu doux, tout en mélangeant pour que les deux ingrédients soient bien incorporés (ne pas hésiter à finir de mélanger à la main, hors du feu, pour que la pâte soit bien molle). Quand on obtient une pâte homogène et lisse, rajouter les biscuits secs préalablement réduits en tous petits morceaux ainsi que les pistaches ou les noix. Ajouter le jaune d’œuf et continuer à mélanger. Tapisser de film alimentaire les parois d’un petit moule carré. Verser la préparation dans le moule, l’étaler de façon homogène sur la hauteur désirée. Mettre le plat au réfrigérateur pendant 2 h. Puis prédécouper des petits carrés dans le plat, sans les démouler. Remettre au réfrigérateur pendant 3 h environ. Mathilde


II- Nouvelles du Limousin Actualités paysannes Retour sur l’assemblée générale d’Agrobio19 du 8 mars 2014 Un temps superbe… qui a eu pour conséquence l’absence de beaucoup d’adhérents qui ont plutôt profité de cette belle journée pour être aux champs. Une bonne ambiance cependant avec environ 30 personnes, et une belle richesse de projets et d’actions à mettre en place pour 2014 sont ressortis de nos réflexions comme : continuer les animations dans les collèges, mettre en place des formations (permaculture, salaison et saucisserie), mise en place d’un groupe « maraîchage », d’un groupe « viande » sur l’agglo de Tulle. La journée s’est clôturée avec un gros plat de pommes de terre rissolées et… quelques tours de danses rythmés par l’accordéon de Bernadette ! Pour plus d’information ou pour adhérer : Elisabeth Carbone, représentante d’AMAPiens au Pays de Brive à Agrobio19 et membre du CA d’Agrobio 19

LotABné a fait son Assemblée générale le 18 février 2014 LotABné, c’est la même chose qu’Agrobio19, côté Lot : le Groupement des Agriculteurs Bio du département (un GAB). Les GAB sont des associations qui oeuvrent pour la promotion du Bio dans leur département. Cette année LotABné va créer un répertoire des agriculteurs bio du Lot. Ils continueront leurs opérations de communicationaccompagnement des collectivités sur la restauration collective. Leurs actions doivent permettre de conforter les 245 exploitations bio lotoises. LotABné ouvre l’adhésion aux consommateurs (ce que fait déjà Agrobio19), leur permettant ainsi de s’engager aux côtés des producteurs pour soutenir une agriculture respectueuse de notre environnement. Source : article de la Dépêche - www.blogdesbourians.fr/frayssinet-lotabne-a-fait-son-ag/ Plus d’info : lotabne@biomidipyrenees.org

III – Les AMAP plus loin 1) En France – La nouvelle charte est arrivée ! La nouvelle charte des AMAP a été adoptée à l’unanimité par l’Assemblée Générale du MIRAMAP le samedi 15 Mars 2014 à Ribécourt en Picardie Le chantier de réécriture de la charte des AMAP, lancé en juin 2012 (chantier auquel AMAPiens au Pays de Brive a participé par sa contribution au questionnaire - réunion de décembre 2012), a permis de redéfinir ensemble les enjeux, valeurs, principes et règles qui concourent à faire de l'AMAP une alternative concrète pour soutenir une agriculture vivante sur les territoires. Les Assises nationales pour la nouvelle charte (décembre 2013) ont conduit à l'élaboration d'un texte clair, ouvert et politiquement très solide. Les notions de souveraineté alimentaire, de co-producteurs, d'éducation populaire, d'évaluation participative, de rupture avec l'agro-chimie, de refus de l'appropriation mercantile du vivant, de défense des semences paysannes, d'invitation à disséminer "l'esprit AMAP", ..., marquent une prise en compte remarquable des évolutions sociétales intervenues depuis l’écriture de la charte de 2003. Tout en restant fidèle à l'orientation donnée par la première charte des AMAP, cette nouvelle charte nous offre un horizon très enthousiasmant pour continuer à faire vivre et à développer cette belle alternative.


La nouvelle Charte des AMAP entre donc en vigueur et nous invitons tous les amapiens à se l'approprier ! Vous la trouverez ici : http://miramap.org/LA-CHARTE-DES-AMAP-2014.html Le concept d'AMAP appartient à toutes celles et tous ceux qui œuvrent localement dans le sens de la charte des AMAP : l'AMAP est un bien commun à faire vivre dans un esprit de co-responsabilité et d'ouverture. Cette nouvelle charte est un message d'espoir pour l'avenir du mouvement : les AMAP, après plus de 10 ans d'alternatives, ont gardé toute leur vitalité et ne cessent d'innover pour la transformation sociale et écologique de l'agriculture et de notre rapport à l'alimentation. Le collectif du MIRAMAP Plus d’informations sur le chantier Charte, des outils pour diffuser la nouvelle charte, voir la boite à outils (en cours de création) ici : http://miramap.org/La-boite-a-outils-de-la-charte-des.html

2) Les AMAP encore plus loin Les « AMAP » en Europe – La future charte européenne Lors de la rencontre européenne, organisée par Urgenci du 28 février au 2 mars 2014 (voir la Feuille de Choux N°23 de mars 2014), un chantier européen de charte a démarré, celui-ci s’appuie sur l’expérience française et celle du Royaume-Uni. (A savoir : il y a environ 3000 « AMAP » en Europe, dont 2000 sont en France !) Une première « déclaration commune » sera réalisée ; elle soulignera les valeurs communes à tous les Partenariats paysans/consommateurs Locaux Solidaires (PLS) d’Europe (une charte viendra plus tard, car il faut laisser le temps aux pays qui n’ont pas encore leur propre charte de la réaliser). L’objectif ? Plus de visibilité, porter une parole commune au niveau européen. Elisabeth

IV- Infos diverses 1) Evénements Lancement de la campagne POUR une Banque Ethique en France Le moment que nous attendons depuis des années est arrivé. La Nef est en passe de devenir la 1ère banque éthique en France. Comment la Nef peut-elle devenir une banque ? Dans le cadre de l'évolution de la réglementation européenne sur les établissements financiers, la Nef serait en capacité d'effectuer tous types d’opérations bancaires depuis le 1er janvier 2014, le premier des obstacles à lever aujourd'hui pour aller dans ce sens sont ses statuts qui l'en empêchent et qu'il nous faut donc modifier. Une Assemblée Générale Extraordinaire (AGE) aura donc lieu pour que les sociétaires valident la modification de ses statuts.

Si vous êtes déjà sociétaires : - diffusez le message www.pourunebanqueethique.com autour de vous pour alerter un maximum de sociétaires, - encouragez tous ceux qui veulent changer la banque, à devenir sociétaire avant le 1er mai et à voter. Si vous n'êtes pas sociétaire : - devenez sociétaire dès aujourd'hui. Pour en savoir plus cliquez ici : www.pourunebanqueethique.com Vous pourrez ainsi voter à partir du 22 avril 2014. Ensemble, nous avons le pouvoir de construire une autre banque ! Chaleureusement, Toute l'équipe de la Nef

2) A voir « Les Chèvres de ma mère » réalisé par Sophie Audier film sur l'agriculture paysanne prochainement au cinéma (16 avril) Chronique intime de la transmission du troupeau de sa mère, Maguy, à la veille de prendre sa retraite, à une jeune fille, Anne-Sophie, fraîchement émoulue des écoles et se préparant à s’installer dans la même région : les gorges du Verdon. "Une magnifique histoire de transmission, sensible et captivante. Un petit bijou à ne pas rater." (LA CROIX) "Un poème rural, âpre et délicat, sur un monde qui s'éteint. Admirable !" (LE MONDE) "Un déchirant passage de flambeau capté avec sensibilité." (*** PREMIERE) Plus d’infos : http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=226241.html -----------------------------------------Pour proposer des textes, des annonces à la publication (limite de réception des annonces le 20 du mois) écrire à : apbrive@gmail.com


Maison des Associations – boîte n°51 11, place Jean-Marie Dauzier 19100 BRIVE apbrive@gmail.com Site : http://amapiens-brive.org

Mai 2014 Bonjour,

Sommaire

Ce mois-ci c’est la reprise des livraisons de légumes tant attendues ! L’équipe du bureau a travaillé activement sur le site : allez le voir et donnez votre avis. Une nouvelle AMAP, saisonnière, démarre : asperges. Agroécologie : quèsaco ?? Attention à la récupération ! Amapiennement, Elisabeth Carbone

I- AMAPiens au Pays de Brive 1) Petit calendrier amapien 2) Infos du bureau : promotion ; notre site ; réunion référents 3) Des nouvelles de nos AMAP : « veau et agneau » ; « asperges » II- Nouvelles du Limousin - Actualités paysannes Echobio19 III – Les AMAP plus loin Quelle agriculture défendons-nous ? IV- Infos diverses 1) Actualités : agroécologie ; brèves 2) A lire : « Alimentation les bons choix » 3) A voir : « Il a plu sur le grand paysage » ; « Sur la route »

Pour échanger des infos, des idées, des bons plans dans l'esprit AMAP, c'est à dire avec le respect de l'humain et de l'environnement, entre AMAPiens au Pays de Brive (et leurs amis), une liste de discussion existe : EcoTchatBrive@yahoogroupes.fr Pour s'inscrire envoyez un mail à : EcoTchatBrive-subscribe@yahoogroupes.fr

I- AMAPiens au Pays de Brive 1) Petit calendrier amapien Lundi 19 mai à 20h : réunion « référents »

Dimanche 21 septembre 2014 : Forum des associations

Mardi 27 mai à 20h : réunion du bureau

2) Infos du bureau Dépôt de flyers Comme vous le savez, faire connaitre « AMAPiens au Pays de Brive » pour assurer aux paysans un nombre suffisant de contrats fait partie des engagements « amapiens ».

En plus de penser à parler de l’AMAP autour de vous (c’est certainement la meilleure promo !), vous pouvez aussi demander des flyers au bureau et en déposer chez votre médecin, dans une association à laquelle vous adhérez, etc…


Le site des AMAPiens au Pays de Brive - http://www.amapiens-brive.org/ Il s’enrichit ! Promenez-vous un peu partout et signalez-nous les erreurs ou les manques.

Réunion des référents Lundi 19 mai à 20h à la salle Dumazaud - 22, rue de Selves à Brive Ce sera une soirée de travail sur le thème d’un contrat type qui faciliterait la création de nouvelles AMAP au sein de notre association, ou la passation de la responsabilité de référent au sein d’une AMAP. Vous êtes tous les bienvenus ! Que vous soyez intéressé(e) par le rôle de référent, les contrats ou que vous ayez tout simplement envie

de participer à la vie associative d’AMAPiens au Pays de Brive, venez contribuer à cette réflexion importante pour le fonctionnement de nos AMAP. Pensez à venir avec une copie du contrat général et un (ou des) contrat(s) ainsi qu’avec quelques petites choses à boire ou à grignoter. Nous terminerons la soirée par un moment de convivialité autour d’un repas tiré du sac !

3) Des nouvelles de nos AMAP AMAP « veau, agneau, merguez et saucisses de bœuf » A noter : prochaine livraison dernière semaine de juin. Pensez-y pour vos barbecues de cet été !

AMAP « asperges » C’est parti ! 4 dates de livraison. Référente : Anne Dubois

Référente : Delphine Maingard

II- Nouvelles du Limousin - Actualité paysanne Agrobio19 à mis en place une Feuille de Chou trimestrielle : Echobio19 ! Pour la lire c’est ici : http://www.agrobio19.com/contenu/

III – Les AMAP plus loin Quelle agriculture défendons-nous au sein des AMAP ? L'agriculture que nous défendons est celle que nous faisons vivre concrètement avec les AMAP La nouvelle charte des AMAP toute entière reflète notre vision de l'agriculture ! Les deux premiers principes de la charte permettent de préciser celle-ci en termes de démarche et de pratiques. Quelle référence à la charte de l'Agriculture Paysanne ? Sa place dans le préambule marque à la fois l'importance que nous accordons à l'Agriculture Paysanne et en même temps notre souhait de ne pas en dépendre. Ce fut la même réflexion pour l'agriculture biologique. Nous faisons référence aux mouvements de l'agriculture biologique (préambule) et aux fondamentaux (principe 2) afin de marquer notre appartenance à cette démarche mais aussi notre souhait de ne pas en dépendre complètement.

Ainsi rédigée, la charte affirme très clairement que les AMAP sont la synthèse positive de l'agriculture paysanne et de l'agriculture biologique, synthèse créative qui trace une nouvelle voie dans les paysages de l'agriculture alternative. La nouvelle charte intègre la référence à l'agroécologie (principe 2). Sa définition ne laisse aucune ambiguïté sur la portée transformatrice de ce terme (ce qui est d'une grande importance dans un contexte où le terme d'agro-écologie est utilisé pour qualifier des systèmes de production ne rompant pas avec une orientation productiviste (Voir article plus bas : vous avez dit « Agroécologie » ?) A suivre….

Tous les amapiens sont invités à s'approprier la nouvelle Charte des AMAP que vous trouverez ici : http://miramap.org/LA-CHARTE-DES-AMAP-2014.html Lire aussi « Le chemin vers la charte » : http://miramap.org/IMG/pdf/chemin_vers_la_charte_2014_des_amap.pdf qui explique le cheminement vers le choix de certains mots ou expressions utilisés dans la charte


IV- Infos diverses 1) Actualités Vous avez dit « Agroécologie » ? Après l'agriculture biologique, le commerce équitable, l'éco-construction, le projet de société dont est porteur l'agroécologie est lui aussi en train d'être détourné. Nous sommes aujourd'hui obligés de qualifier l'agroécologie de « paysanne » pour la distinguer de la campagne de communication du Ministère de l’Agriculture qui brandit le drapeau de l’agroécologie dans le seul but de mieux camoufler la fuite en avant de l’agriculture industrielle vers la marchandisation du vivant et la bioéconomie.

Un collectif s'est créé : le « Collectif pour une Agroécologie Paysanne » (Il est constitué de : Nature & Progrès, La Ligne d’Horizon, Confédération Paysanne, Accueil Paysan, Réseau Ecobâtir, Réseau Semences Paysannes, FADEAR, Les Amis de la Terre, MIRAMAP, Minga, LPO, BEDE, ASPRO pnpp, Reclaim The Fields, Générations Futures, Terre & Humanisme). Il est ouvert à toutes les organisations qui se retrouvent dans cette démarche. Il entend défendre les valeurs et promouvoir les initiatives portées par les paysans, les citoyens, et tout acteur du mouvement social et dénoncer les fausses solutions.

Lire le Communiqué « Pour une Agroécologie Paysanne » en entier : http://www.legrandsoir.info/communique-pour-une-agroecologie-paysanne.html Contact : agroecologie.paysanne@gmx.fr

Brèves Les députés valident le changement du statut des animaux La définition des animaux est passée dans le Code civil de «bien meuble» à «être vivant doué de sensibilité». Bien mais pas suffisant selon les associations et des élus écologistes. Lire l’article : http://www.liberation.fr/societe/2014/04/18/quelstatut-juridique-pour-le-chien-medor-et-l-oursbaloo_999635

L’Europe doit changer son système alimentaire, et vite ! L’avenir sera résilient ou ne sera pas « Il y a de grandes chances pour que le système alimentaire européen s’effondre d’ici quelques années ». Tel est le constat d’un rapport qui sonne l’alarme, et propose des pistes pour une transition vers un modèle alimentaire post-industriel, aux mécanismes résilients et durables. Lire l’article : http://www.reporterre.net/spip.php?article5174

Rapport du groupe III du GIEC : il est plus que temps d’agir ème Le 5 rapport du Groupe Intergouvernemental d’Experts sur le climat (GIEC), paru le 13 avril, dresse un tableau alarmant et sans appel : la possibilité de maintenir le réchauffement planétaire en-dessous de 2°c d’ici à 2100 par rapport à la période pré-industrielle est déjà presque épuisée. Lire l’article : http://eelv.fr/2014/04/16/rapport-dugroupe-iii-du-giec-il-est-plus-que-temps-dagir/

Désignation des têtes de liste par tirage au sort Parce qu'une vraie démocratie ne fonctionne pas quand les citoyens donnent le pouvoir à ceux qui le "veulent passionnément", certains groupes font un premier "pas de coté" en désignant leurs têtes de liste au sort parmi ceux qui le "veulent bien si ça peut arranger". Lire l’article : http://www.passerelleco.info/article.php?id_article=18 50

2) A lire « Alimentation les bons choix » René Longet - Editions Jouvence - 139 pages - 8,70€ • • • • •

Mon premier est la santé, car nous sommes faits de ce que nous mangeons. Mon deuxième s’appelle proximité, car les meilleurs circuits sont les circuits courts. Mon troisième est la diversité, fruit de la terre et du temps. Mon quatrième s’appelle équité, car le producteur doit pouvoir toucher un juste prix. Et mon dernier est un mode de production respectant la terre nourricière dans ce qu’elle sait faire : nous fournir notre pain quotidien !

Ces cinq critères doivent être conjugués ensemble. C’est le premier ouvrage qui vise à fédérer les critères, à clarifier les choix. Fondé sur une analyse précise des situations, il traduit les constats en critères de choix simples, applicables par chaque consommatrice, chaque consommateur. C’EST LE GUIDE PRATIQUE QUI NOUS MANQUAIT !


3) A voir « Il a plu sur le grand paysage » réalisé par Jean-Jacques Andrien Sorti au cinéma le 14 mai Film sur l'agriculture paysanne qui aborde la situation des producteurs de lait dans le Pays de Herve, situé au nord de la Belgique entre Liège, Maastricht et Aix-la-Chapelle. Recoupant, par bien des points, la réalité française, ce film pose l'avenir de l'agriculture paysanne en Europe comme un véritable enjeu de civilisation.

« Sur la route » de Eisinger Mathieu produit par la confédération paysanne avec le soutien de l'union europeenne Voici l'histoire de Franck... http://vimeo.com/90947931#login (10mn22)

------------------------------------------

Pour proposer des textes, des annonces à la publication (limite de réception des annonces le 20 du mois) écrire à : apbrive@gmail.com

MERCI à tous ceux qui ont participé à la conception de ce numéro.


Maison des Associations 11 place Jean-Marie Dauzier Boîte n° 51 - 19100 BRIVE apbrive@gmail.com Site : http://amapiens-brive.org

Juin 2014 Bonjour,

Sommaire

Et voilà une nouvelle Feuille de Chou, une ! Bon, c’est pas tout ça mais mon jardin à moi, c’est la jungle totale : entre mes engagements APB, Agrobio19, MIRAMAP, SEL, et j’en passe… (Ah ! Oui ! La fonction de grand mère, c’est pas mal prenant aussi ! :-)) P’tête bien qu’un petit chantier collectif, aussi ???! Bon, allez, je vais me débrouiller ; c’est pas si grave. Et puis j’ai les bons légumes de nos chers maraîchers ! Jardin d’Elisabeth = havre de paix pour bestioles en tous genres ! Amapiennement, Elisabeth, rédactrice de la FdChoux

I- AMAPiens au Pays de Brive 1) Petit calendrier amapien 2) Infos du bureau : CR Ayen ; réunion référents ; site ; réunion bureau 3) Des nouvelles de nos AMAP : journée prévue chez Florent et retour de la journée passée chez Yves II- Nouvelles du Limousin : portes ouvertes chez Sophie III- Les AMAP plus loin Quelle agriculture défendons-nous au sein des AMAP ? IV- Infos diverses 1) A lire : interview d’Olivier de Schutter ; « Des vers de terre et des hommes » 3) A voir : « Anaïs s’en va-t-en guerre »

I- AMAPiens au Pays de Brive Pour échanger des infos, des idées, des bons plans dans l'esprit AMAP, c'est à dire avec le respect de l'humain et de l'environnement, entre AMAPiens au Pays de Brive (et leurs amis), une liste de discussion existe : EcoTchatBrive@yahoogroupes.fr Pour s'inscrire envoyez un mail à : EcoTchatBrive-subscribe@yahoogroupes.fr

1) Petit calendrier amapien Mercredi 25 juin 2014 à 20h : réunion de bureau Samedi 14 juin à partir de 10h30 : journée chez Florent Peyrus Dimanche 21 septembre 2014 : Forum des Associations Dimanche 28 septembre : foire bio de Brive

2) Infos du bureau Stand « AMAPiens au Pays de Brive » à Ayen dimanche 6 avril 2014 : un succès ! Dans le cadre de la Semaine du développement durable, était organisée à Ayen la « rando du goût ». C’est à cette occasion que notre association a été invitée, par le biais de Lionel Paillet (résident de la commune), à tenir un stand à l’arrivée de la randonnée aux côtés d’autres associations locales traitant du thème de l’année « consommer autrement ».

Au cours des quelques heures d’animations prévues, nous avons pu constater le succès de cet événement familial et convivial qui draine beaucoup de personnes. Comme les autres stands, AMAPiens au Pays de Brive a reçu et renseigné de nombreuses personnes curieuses et/ou intéressées par le fonctionnement, soit d’une AMAP en général, soit de notre association en particulier.


L’intérêt des visiteurs pour notre association s’est souvent trouvé limité pour des raisons pratiques : • Jouissance d’un jardin en propre avec potager et/ou verger ; • Approvisionnement direct auprès de proches, de connaissances, de producteurs locaux ; • Eloignement géographique entre Brive et Ayen et ses alentours.

Réunion « contrat type » du 19 mai animée par Anne Dubois et Alix Grillon L’objectif était dʼuniformiser les contrats pour en améliorer la lisibilité et faciliter le travail des référents. Le résultat : un contrat type qui sert désormais de modèle à toutes nos AMAP pour les prochains contrats établis par les référents.

Malgré tout, une inscription a quand même été prise, quelques bulletins d’adhésion ont été distribués et la plupart des personnes qui se sont arrêtées à notre stand ont pris le flyer afin de pouvoir approfondir leur connaissance d’APB et son fonctionnement via le site internet. En conclusion, une participation agréable, instructive, à renouveler si l’opportunité se représente et qui encourage à disposer d’un site internet au contenu pertinent. François Timbal et Mathilde Coponet

Site internet http://amapiens-brive.org Le site a été mis à jour avec différents articles mis en ligne. En projet : une page par AMAP ! (A réaliser conjointement par les référents et les paysans).

Prochaine réunion du bureau Mercredi 25 juin 2014 à 20h chez François Timbal 4 rue Yves Berger à Brive Vous êtes tous les bienvenus !

3) Des nouvelles de nos AMAP : l’AMAP Légumes Journée à la campagne Vous avez apprécié ou au moins entendu parler de la journée qui vient de s'écouler chez Yves. D'autres se souviennent des journées passées chez Virginie et chez moi quelques mois auparavant.....mais tout ça remonte à lonnngggggg tempssssss.....

Alors si ça vous dit, vous êtes conviés le samedi 14 juin à partir de 10h30 à St-Sozy pour découvrir ou redécouvrir mon grand jardin... (qui n'est pas secret !!) mais qui a besoin, en cette période de nombreux bras pour entretenir les cultures en place et installer celles à venir. Le déjeuner sera plutôt dans le style "casse croûte", alors que le dîner autour du barbecue sera plus consistant. Alors pensez à amener, vos gants, binettes, plantoirs et autres taboulés, fromages et mets à griller !! Au plaisir de vous retrouver place Thiers ou à la maison. Florent, un des "Trois"

Pour venir : allez jusqu'à Cressensac (46). - Si vous traversez le village, continuez en direction de Souillac par l'ancienne RN20, 6 ou 7 km après, sur votre gauche, prendre direction CuzanceBaladou. - Si vous arrivez par l'autoroute, au rond point après la sortie "Cressensac" prenez la direction "Martel", quelques km après sur votre droite prendre direction Cuzance. - Allez jusqu'à Baladou. - A Baladou, traversez la route qui va de Martel à Souillac pour prendre la D33 en direction de Mayrac, puis suivre St-Sozy sur la gauche ; 3-4 kms après vous passerez sur un petit pont dans un virage, encore 500 m et c'est la première maison à droite avec des volets gris et 3 grands sapins devant (vous arriverez par l'arrière de la maison et vous verrez donc le jardin sur votre droite qui est clôturé). PS : je pense qu'avec ça vous n'aurez pas d'excuses pour arriver en retard à l'apéritif qui sera servi à partir de 18h00 !

Journée du dimanche 18 mai au jardin de La Carette à Martel (46) Rendez-vous avait été pris avec le soleil ce jour-là. Matinal, il était le premier sur les lieux. J'en suis témoin, je suis arrivé deuxième ! Suivi de près par Adeline, puis par Virginie, la famille Froissart et un flot continu d'amapiens piétons ou automobiles qui rejoignaient la table d'accueil, équipée de quelques boissons. Les premiers visiteurs-travailleurs ont eu droit à la visite officielle, et des parcelles, et du matériel, et ne se sont pas gênés pour poser des questions.


Puis tout le monde s'est mis au travail, qui aux amarres de la serre, ou à leur fils de fer indispensables, qui au deuxième support de rail d'aération latérale et ses 52 colliers d'accroches autour des arceaux (rail à mettre "parfaitement" parallèle au sol !). Après quelques coups de massettes, tour de clé de 17 ou de pince coupante, la pause s'est imposée sous le gros parasol de Florent et autour d'une belle table hautement colorée en saveurs. L'équipe du collègue David, (voisin et néanmoins ami et néanmoins maraîcher) nous a rejoints aussi pour la pause. Et malheureusement il a fallu s'y recoller... Certains de nouveau à la serre : tentative de mise en place des traverses de pignons mais l'équipe de 5 (dont je faisais partie) malgré les discussions, les différents essais et manipulation n'ont pu refaire le puzzle de façon satisfaisante (mea culpa, je n'avais pas tout bien photographié lors du démontage ...!), ou encore aux amarres (l'ampoule de Guillaume en est témoin) et d'autres au binage (option chardons) des pommes de terre. Tout ce petit monde s'est éclipsé pitiou a pitiou, réchauffé par l'astre solaire et sans doute aussi par la bonne ambiance de la journée. Encore merci aux participants et aux photographes, Yves

II- Actualités paysannes du Limousin

III– Les AMAP plus loin Quelle agriculture défendons-nous au sein des AMAP ? (suite du N°25 de mai 2014) L'agriculture que nous défendons est celle que nous faisons vivre concrètement avec les AMAP La nouvelle charte des AMAP toute entière reflète notre vision de l'agriculture ! La formule « en rupture avec l'agro-chimie et toute entreprise d'appropriation mercantile du vivant » a été retenue afin d'englober une diversité de situations actuelles ou à venir. Cette nouvelle charte introduit la question du « sans OGM », mais à titre d'exemple dans une parenthèse, afin d'affirmer que nous sommes contre toute entreprise d'appropriation mercantile du vivant, que cela passe par la technique des OGM ou autre (les OGM étant un cas parmi d'autres, et d'autant plus à l'heure où les techniques de modification du vivant se multiplient au-delà de la seule transgénèse). Pour consolider cette orientation, la nouvelle charte introduit la notion de « semences paysannes » et de « biodiversité végétale et animale ».


IV- Infos diverses 1) A lire Nous vous parlions de sa parution prochaine dans le N° 23 de mars 2014, voici : « Des vers de terre et des hommes » de Marcel Bouché, Editions Actes Sud - 25€ - Sortie le 3 avril 2014 Marcel Bouché est un des "géodrilologues" les plus réputés au monde. C’est en utilisant les vers de terre, à la manière de sondes explorant non pas l’espace mais le sol, que l’auteur est parvenu, pour la première fois, à évaluer l’ampleur surprenante de cette activité. Les sols, constituant la majeure partie des écosystèmes, sont en permanence ingérés, digérés et remodelés par les vers de terre qui subissent les effets souvent dévastateurs de certaines pratiques agricoles. Plus d'infos : http://www.arbres-en-campagne.fr/

Interview du rapporteur spécial des Nations unies sortant, Olivier de Schutter, pour le droit à l'alimentation Voici un passage qui devrait retenir votre attention : Qu'avez-vous appris au long de vos six années de mandat ? « Je croyais à la toute-puissance de l'Etat, je crois aujourd'hui à la toute-puissance de la démocratie. Je ne pense plus qu'il faille attendre passivement que les gouvernements agissent d'eux-mêmes. Les blocages sont trop nombreux ; les pressions qui s'exercent sur eux, trop réelles ; et les acteurs faisant obstacle au changement, trop puissants. Je pense que la transformation des systèmes alimentaires s'opérera à partir d'initiatives locales. Partout où je vais dans le monde, je vois des citoyens qui en ont assez d'être considérés comme des consommateurs ou des électeurs et veulent être de

véritables acteurs du changement en cherchant à inventer des façons plus responsables de produire et de consommer. Le message final que je remets aux gouvernements, c'est la nécessité de démocratiser les systèmes alimentaires. Cela signifie qu'ils doivent admettre qu'ils ne détiennent pas toutes les solutions et qu'il faut accorder une grande place aux citoyens dans la prise de décision. Je crois aujourd'hui davantage à une transition imposée par des initiatives venues d'en bas que par des réglementations imposées d'en haut.

Bonne lecture : http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/04/29/olivier-de-schutter-notre-modele-agricole-est-about-de-souffle_4408689_3244.html

3) A voir Documentaire émouvant, qui reflète bien l’envie, plus forte que tout de cultiver la terre… Anaïs s’en va-t-en guerre Anaïs a 24 ans. Elle vit seule dans une petite maison au milieu d’un champ en Bretagne. Rien ne l’arrête. Ni l’administration, ni les professeurs misogynes, ni le tracteur en panne, ni les caprices du temps, ni demain ne lui font peur. En accord avec ses convictions profondes, portée par son rêve de toujours : celui de devenir agricultrice et de faire pousser des plantes aromatiques et médicinales. Le film accompagne cette jusqu’au-boutiste. Seule contre tous. Peu lui importe. Elle sait qu’elle gagnera. http://www.tvrennes35bretagne.fr/programmes/anais-sen-va-en-guerre-1397760300

------------------------------------------

Pour proposer des textes, des annonces à la publication (limite de réception des annonces le 20 du mois) écrire à : apbrive@gmail.com MERCI à tous ceux qui ont participé à la conception de ce numéro.

NewslettersAmapBriveArchive  
NewslettersAmapBriveArchive  
Advertisement