Page 1

NACE Automechanika 2017 : comme si vous y étiez !

au-delà des frontières

La classe or de I-car

La consolidation de l’industrie de la collision en France

Andrew Shephard vous informe sur l’accréditation I-CAR

Collisions urgentes

La Fibre de carbone

Réparation de véhicules d’urgences

Tout sur ce matériau qui gagne en popularité

Statistiques à l’appui

Un avenir fructueux

Les intervenants de l’industrie se prononcent sur les sujets de l’heure

Sylvain Dufault, Directeur Général du Réseau Carrossier ProColor, fait face aux nombreux défis de l’industrie armé d’outils innovateurs Plus

L’appareil de colorimétrie numérique Automatchic Vision d’AkzoNobel, une entrevue avec Marvin Gillfillan de BASF, un nouveau centre de formation pour le réseau Carrossier ProColor et bien plus encore! Juillet 2017 

l 

4,95 $ 

l 

Convention de poste-publication numéro 40841632   l 

186, rue Jean-Proulx, bureau 104, Gatineau (Québec) J8Z 1V8


CONTenues

COUVERTURE

Volume 8 Numero 1, Juillet 2017

11 Un Avenir Fructueux Sylvain Dufault, Directeur Général du Réseau Carrossier ProColor fait face aux nombreux défis de l’industrie armée d’outils innovateurs.

ARTICLES 14 Performer ou périr Marvin Gillfillan, de BASF, et les impératifs qui détermineront le succès d’un carrossier. 16 la fibre de carbone Tout sur ce matériau qui gagne en popularité. 19 Le salon NACE 2017 Le salon NACE Automechanika offre l’essentiel des opérations commerciales. 24 Congrès annuel du réseau carrossier procolor Un congrès axé sur l’accréditation et la formation.

11

26 statistiques à l’appui Les intervenants de l’industrie se prononcent sur les sujets et dossiers de l’heure. 29 Collisions Urgentes La réparation de véhicule d’urgence. 33 Au-delà des frontières La consolidation de l’industrie de la collision en France.

29

19 couverture : Sylvain Dufault, Directeur Général, Carrossier ProColor PHOTOGRAPHIE PAR Peter Ford

VOTRE SOURCE INTERNET La ressource au Canada pour des renseignements sur la carrosserie. De nouveaux articles et des grands titres à tous les jours. Visitez www.collisionquebec.com.

37 colorimétrie numérique L’Appareil de colorimétrie numérique Automatchic Vision D’AkzoNobel.

NOUVELLES 36 NOUVELLES UAP acquière Belcher Pièce de Machinerie, Carrossier ProColor ouvre son propre centre de formation, et bien plus encore!

SECTIONS 04 Le mot de l’éditeur par Darryl Simmons

Place au Spectacle! 09  Qui est aux commandes ?    par Jar Perry

Objectifs Définis. À VOUS LA PAROLE. Nous voulons connaître vos commentaires sur tout ce que vous lisez dans Collision Québec. Envoyez vos réactions à redacteur@mediamatters.ca

07 Formation par Andrew Shepherd

Le Canada et la Classe Or de I-CAR.

juillet 2017  collision QUÉbEc 3


Billet du Directeur

Place auSpectacle! NACE Automechanika met l’accent sur vos besoins Par Darryl Simmons

Ê

tes vous aussi excité que moi? NACE approche à grand pas, et cette année le salon sera meilleur que jamais. Les bases fondamentales de la réparation de collision ont toujours pris place au sein du salon NACE, en mettant l’accent sur les aspects commerciaux et techniques de la réparation de véhicules. Il est certainement vrai que le charme et le prestige occupent une présence importante durant ce grand salon. Cependant, enlevé ce charme et ce prestige et vous vous retrouverez sans doute avec une expérience offrant de l’information valable qui vous aidera a mieux gérer vos entreprises. L’exposition est particulièrement excitante cette année car c’est la première fois que NACE se combine avec Automechanika Chicago.

Vous constaterez que certains des plus grands tirages de NACE, comme le Symposium MSO, continuent d’être fort cette année. L’équipe de gestion a aussi ajouté de nouvelles fonctionnalités mise en place afin de mieux suivre le rythme d’évolution constante de l’industrie. Particulièrement cette année, le publique pourra voir l’introduction du Forum ATDR (Advanced Technology & Diagnostic Repair). Cette toute nouvelle fonctionnalité sera lancée au salon NACE 2017. Notre industrie évolue rapidement, ce qui force chaque entreprise a réévalué les procédures de formations, l’équipement utilisé, les pratiques opérationnelles de réparations, ainsi que les interactions avec les propriétaires de véhicules.

Soyez sur d’aller visiter le coin Canadien au salon NACE 2017! Le résultat offre beaucoup plus qu’un simple salon professionnel. L’exposition combinée vous offrira le meilleur en guise de nouvel équipement et de nouveaux produits ainsi que de la formation de niveau supérieur pour personnel et gérants, et beaucoup plus encore. Nous sommes le partenaire exclusif des médias C anadiens p our NACE Automechanika, et vous pouvez obtenir des offres spéciales ainsi qu’accédées à une formation gratuite lorsque vous vous inscrivez auprès de nous. Envoyez moi un courriel: publisher@collisionrepairmag.com pour plus d’information. NACE Automechanika est sans doute le plus grand évènement de réparation de collision ayant lieu en Amérique du Nord. Grace a notre statut officiel avec le salon, nous sommes capables de vous offrir des aperçus exclusifs sur certains aspects du salon, tout sa commence a la page 23 de cette édition. Cet aperçu ne couvriras surement pas tout ce que vous verrez au salon NACE Automechanika, (cela serait impossible!) mais nous avons fait recherche sur les présentations les plus excitantes pour vous aider a mieux planifier votre temps.

4  collision Québec  collisionquebec.com

Le Forum ATDR prend ce changement constant comme en tant donné et place l’accent sur la technologie qui redéfinit la réparation sécuritaire de qualité supérieur. De nouvelles technologies comme les capteurs, les caméras de bord, les systèmes d’évitement d’accidents et de communications sans fils se propagent rapidement sur la flotte Canadienne. Le contenu du Forum ATDR a été conçu en consultation avec les constructeurs de véhicule, les compagnies d’assurances, les centres de réparations ainsi que les compagnies de technologies. Le but ultime est de s’assurer que le programme est compréhensif et pertinent. Finalement, soyez sur d’aller visiter le Coin Canadien au salon NACE Automechanika 2017! Le magazine Collision Québec est ravi et honoré d’être de retour cette année en tant que point de rencontre pour le contingent canadien. Ont se voit là-bas!

RÉDACTEUR EN CHEF ALEXANDRE DUGAS (905) 370-0101 redacteur@mediamatters.ca ÉDITEUR DARRYL SIMMONS (647) 409-7070 publisher@collisionrepairmag.com Directeur de la publication JAMES KERR (416) 628-8344 james@mediamatters.ca ÉDITEUR EXÉCUTIF MIKE DAVEY (905) 549-0454 editor@collisionrepairmag.com Département CrÉatiF MICHELLE MILLER (905) 370-0101 michelle@mediamatters.ca V. P. RELATIONS AVEC L’INDUSTRIE ET PUBLICITÉ GLORIA MANN (647) 998-5677 advertising@collisionrepairmag.com DIRECTRICE généralE, imedia matters ellen Smith (416) 312-7446 ellen@mediamatters.ca CHRONIQUEURS ET CONTRIBUTEURS Julie Douglas, Jay Perry, Barett poley, mike pickford, andrew shepherd

ABONNEMENT Un an 24,95 $ / deux ans 35,95 $ Collision Québec est une publication bimestrielle de Media Matters Inc. au service des intérêts commerciaux de l’industrie de la carrosserie. Les articles dans Collision Québec ne peuvent être reproduits sous aucune forme sans l’autorisation écrite de l’éditeur. L’éditeur se réserve le droit de refuser toute publicité et décline toute responsabilité pour les opinions et déclarations faites par les publicitaires ou les chroniqueurs indépendants. Tout fait, opinion ou déclaration présenté dans cette publication appartient uniquement aux rédacteurs et chroniqueurs et ne peut être d’aucune façon considéré comme étant dune déclaration, une opinion ou un témoignage de l’éditeur. IMPRIMÉ EN beauce (QUÉBEC) PAR SOLISCO IMPRIMEURS ISSN 1707-6072 CONVENTION DE LA POSTE-PUBLICATIONS NUMÉRO 40841632 PORT DE RETOUR GARANTI Envoyez l’avis de changement d’adresse et les copies non livrées à : 455 Gilmour Peterborough ON K9H 2J8

‘‘Nous reconnaissons l’appui financié du gouvernement du Canada’’

Collision Québec est publié par Media Matters Inc., l’éditeur de :


Formation

Meneurmondial Le Canada est à la tête de la reconnaissance catégorie Or de I-CAR Par Andrew Shepherd

L

’Émergence de standards pour les carrossiers a été surprenante au cours des dernières années. Bien sûr, les normes régulatrices de bases couvrant, comme par exemple, la main d’œuvre et les standards environnementaux, sont en place depuis des décennies. Les programmes de réparation en directe avec assureurs demandent un large éventail d’exigences très varié et peut-être même non-appliqué. Parmi les plus élevé au monde, la consolidation du réseau Canadien a entrainé une augmentation substantielle des normes de réparations et d’opérations parmi nos carrossiers. Le lancement des réseaux de réparations certifiés FEO, depuis plusieurs années aux États-Unis et plus récemment ici au Canada, a certainement été une force motrice importante

En février 2017, il y avait à peu près 75 centres de réparations ayant atteint la reconnaissance catégorie or. C’est un bon résultat en considérant le temps que peu prendre une formation. Cependant ce sont les centres qui sont près de la reconnaissance catégorie or qui démontrent à quel point l’industrie Canadienne prend sa formation et ces réparations à cœur. Il y a plus de 180 centres de réparations ayant complété trois cours pour quatre techniciens. De là, les chiffres ne font qu’augmentés. Presque 440 centres ont complétés cinq cours pour leurs quatre représentants. La prochaine catégorie contient les centres qui ont sept cours complétés par quatre techniciens. Ils se rapprochent, et cette catégorie contient plus de 1,440 centres! En tout, près de la moitié de notre industrie a atteint la reconnaissance

Cela a causé de grands changements en ce qui concerne la définition de la reconnaissance catégorie or. parmi les normes d’installation et de réparation. Bien qu’ils soient variés en termes de contenus, ont peut affirmer que plusieurs se convergent sur la reconnaissance catégorie or de I-CAR en tant que mesures communes de formation de niveaux centre de réparation. Cette tendance a été facilitée par le passage de I-CAR au Programme de Développement Professionnel (PDP) en 2011 en guise de base pour la reconnaissance catégorie or. Auparavant les techniciens n’avaient qu’à suivre certains cours de formation par année tandis-que maintenant, le PDP définit les compétences principales requises pour les quatre rôles clés de chaque centre de réparation automobile. Cela a causé de grands changements en ce qui concerne la définition de la reconnaissance catégorie or, qui demande maintenant beaucoup de formation afin de l’obtenir. En même temps, peu de gens dans l’industrie affirmeraient que ce nouveau niveau de formation n’est pas justifié par la technologie des véhicules modernes. Alors comment s’en tire le Canada face à cette transition à la nouvelle reconnaissance catégorie or? En regardant les chiffres, nous scorons A+. Ces chiffres ne sont que de l’extrapolation de données, mais ils nous donnent quand même une très bonne idée de nôtre proximité de la reconnaissance catégorie or. Prenez note qu’afin d’obtenir la reconnaissance catégorie or sous le PDP, un centre de réparation doit avoir un technicien pour chacun des quatre rôles clés.

catégorie or ou est très proche de l’atteindre. Cela est un signe évident que le Canada prend tout sa très sérieusement. En moyenne, un centre de réparation qui nécessite sept cours par technicien pour obtenir la reconnaissance catégorie or devra dépenser à peu près 3,800 $ et devra libéré ses quatre techniciens pendant 21 heures, ce qui est certainement faisables dans l’espace de quelques mois. Avec un tel engagement, le Canada pourrait voir plus de 1,200 centres de réparations reconnaissance catégorie or, ou 30 pourcent des centres au pays d’ici le mois d’aout 2017. Comment cela ce compare-t-il globalement ? L’Australie et la Nouvelle-Zélande livrent la formation I-CAR cependant ont tout juste commencé le chemin vers l’adoption du standard de la reconnaissance catégorie or. Aux États-Unis, 13.1 pourcent des centres de réparations sont Classes Or. Les chiffres ci-dessus devraient causer une certaine réflexion pour chaque FEO ou assureurs Canadien hésitant à adopter la reconnaissance catégorie or comme mesure idéale de l’engagement de formation d’un centre de réparation.

Andrew Shepherd est le directeur exécutif de I-CAR Canada, une organisation sans buts lucratifs qui fourni une formation continuelle pour l’industrie de la carrosserie. Il peut être rejoint par email, andrew.shepherd@ aiacanada.com

juillet 2017 collision québec  7


Qui est aux commandes?

Objectifsdéfinis Déterminez les détails et pavez la route du succès Par Jay Perry

S

aviez-vous que durant les 10 prochaines années, 1.1 millions d’entreprises nord américaine feront un échange de gestion? Ce chiffre est surprenant cependant, ce qui me surprend le plus est le manque de préparation qu’ont ces entreprises faces a ce changement imminent. Si vous ne fessez pas parti d’une de ces entreprises, vous en connaissez surement une qui sera bientôt dans cette position. Plusieurs éléments contribuent à cette statistique mais l’élément le plus déterminant est le vieillissement de la génération des Baby Boomers. L’effet prend place lorsque certaines vagues de générations murissent en même temps. Une génération, devenue trop vieille, cède la place à une nouvelle génération prête à prendre la charge. Cette nouvelle vague de meneurs en industrie s’apprête a surmonté l’économie sans avoir le développement nécessaire. Cela est sans doute inquiétant. Selon moi, le développement de la gestion devrait être la préoccupation la plus importante pour la communauté

fiques devraient souvent inclurent la raison pour ce don vous voulez acquérir plus de profit. Désirez-vous plus de profit afin d’acheter du nouvel équipement, former votre nouveau personnel ou simplement pour agrandir votre entreprise? Les étapes que vous aurez à entreprendre dépendront de la raison pour laquelle vous désirez plus de profit. Vous trouverez sans doute d’autres éléments en remplissant ces informations dépendamment, bien sûr, des objectifs que vous avez décidé d’affronter. Comme souligné dans mon livre, Success Manifesto, lorsqu’ont m’a introduit a cet exercice j’ai créer un album de photo représentent mon futur. J’ai même accolé certaines photos représentent le mode de vie que j’envisageais. Ne sous-estimé pas la valeur d’un tel exercice, ce n’est pas seulement pour vôtre esprit conscient. Armé d’une telle spécificité, vôtre subconscient travaille aussi fort. Ne sous-estimé jamais sa force lorsqu’ont lui donne les détails nécessaires. Peu importe l’objectif que vous désirez atteindre,

Il est facile de dire que l’ont veut plus de profits Cela n’est pas assez spécifique. des affaires. Cela est certainement ma préoccupation et pourquoi chez Ally Business Coaching, nous avons adoptés cette déclaration : « En mission pour bâtir de grand meneurs au sein de grandes entreprises. » J’aimerais aborder un autre élément relié au thème de la gestion. Selon moi, les compétences de gestion peuvent êtres apprises car personne n’est « meneur né » ou « meneur naturel. » J’ai fait mention de cela dans mon dernier article. Parlons donc d’une de ces compétence et comment bien l’utilisée. Cette compétence nécessaire va peu être vous sembler simple mais détrompez-vous. Afin de la maitrisé, cette compétence nécessitera beaucoup de discipline. La voici : d’être extrêmement spécifique avec vos objectifs. Cela semble facile, non? En réalité, les apparences sont trompeuses. Il est facile de dire que l’ont veut plus de profits. Cependant cela n’est pas assez spécifique. C’est un objectif conceptuel. Pour que l’objectif devienne plus spécifique, il faut définir les quantités, les échéanciers, les évènements marquants, les stratégies et l’identification de rôles principaux. Vos objectifs spéci-

vous devez précisez les détails de cet objectif. J’utilise l’exemple de vouloir s’acheter une nouvelle voiture dans mon livre. « Si vôtre objectif est d’acquérir une nouvelle voiture, quel genre de voiture? Quelles seront les fonctionnalités? Ou allez-vous la stationnez? » Bien sûr, ce dernier détail semble un peu ridicule ou sans importance, mais vous saisissez l’idée, c’est une question que vous devez répondre. Vos objectifs nécessitent beaucoup de détails. Vous connaissez surement l’expression, le diable est dans les détails. C’est parce que vôtre succès dépendra des détails que vous amènerez à vos objectifs. Je vous encourage même d’aller au delà de ce que vous considérez d’être un objectifs raisonnable. Utiliser les éléments mentionné si dessus pour démarrer vôtre liste de détails. Jay Perry est co-auteur du livre, Success Manifesto, avec Brian Tracy et est aussi le fondateur de Ally Business Coaching, une entreprise qui vise a amélioré la gestion et le développement. Vous pouvez le joindre a jayperry@a-b-cinc.com

juillet 2017  collision québec  9


en couverture

Un Avenir Fructueux Sylvain Dufault, Directeur Général du Réseau Carrossier ProColor, fait face aux nombreux défis de l’industrie armé d’outils innovateurs. Par Alexandre Dugas

D

epuis quinze ans, le réseau Carrossier ProColor se distingue en tant que meneur de l’industrie de la carrosserie au Québec. Le réseau s’est toujours caractérisé par sa modernité, son service à la clientèle sans pareil ainsi que par sa recherche constante d’innovation. Depuis 2012, le réseau est un fier membre de CSN CENTRES DE COLLISION, le plus important réseau de carrossiers au pays. En juin 2016, la direction a nommé Monsieur Sylvain Dufault au poste de Directeur général. M. Dufault est un véritable doyen de l’industrie de la carrosserie. « Avec la croissance fulgurante qu’a connu

le réseau depuis 2008, il était essentiel de nommer un Directeur général qui pourrait consacrer tout son temps à la gestion des opérations du réseau et continuer à exécuter le plan de croissance mis en place en 2009, » mentionne Michel Charbonneau, Vice-président, ventes et marketing chez Uni-Select Canada et responsable de l’unité d’affaires Carrossier ProColor. Depuis son début chez Carrossier ProColor, M. Dufault a continué sur la lancé de croissance du réseau en assurant l’exécution du plan stratégique mis en place. Il a également apporté certains changements visant à optimiser l’efficacité opérationnelle des

Sylvain Dufault, Directeur Général du Réseau Carrossier ProColor

juillet 2017 Collision Québec 11


en couverture

La nouvelle application CosmosSync, une application mobile offerte exclusivement aux ateliers de carrosserie du réseau Carrossier ProColor.

membres du réseau et à offrir un soutien additionnel aux carrossiers ainsi qu’aux partenaires assureurs du réseau. Le dernier congrès annuel du réseau a pris place au Manoir Richelieu à La Malbaie du 4 au 6 mai et a connu du succès avec un nombre record de 540 participants. Transmettant l’image du changement avec le thème, « Le vent dans les voiles », le congrès a abordé plusieurs sujets axés sur l’avenir de l’industrie comme la formation et l’accréditation. Au congrès, M. Dufault fait l’annonce de projets innovateurs engendrés par le réseau tel le nouveau Campus ProColor, un logiciel de formation en ligne, son centre de formation à Boucherville offrant de nouveaux cours accrédités par I-CAR ainsi que CosmosSync, une application mobile visant l’optimisation de la gestion et de la communication dans tous les ateliers du réseau. Le magazine Collision Québec a contacté M. Dufault afin d’en apprendre plus sur ces nouvelles initiatives. Évidemment, l’avenir de l’industrie de la carrosserie est en pleine mutation et parsemé de nouveaux défis. Ces défis demanderont de nombreux changements axés sur l’optimisation de la gestion et de la communication des ateliers et des partenaires assureurs. Ayant travaillé dans le domaine de l’assurance au sein de l’un des plus grands assureurs au Canada, Sylvain Dufault reconnait très bien les défis de l’industrie et s’est engagé avec l’équipe en place à continuer à innover et à effectuer les changements nécessaires pour que le réseau Carrossier ProColor soit prêt à affronter les défis qu’apporteront les prochaines années. Les avancements technologiques et les nouveaux matériaux utilisés par les construc-

Le Campus ProColor. Muni de cours théorique et pratiques accrédités par I-CAR Canada.

M. Dufault a récemment annoncé de nouveaux projets au dernier congrès annuel du réseau Carrossier ProColor.

12  collision QuÉbec  collisionQuebec.com

teurs de voitures, comme certains nouveaux métaux, posent certains défis pour l’industrie de la carrosserie. En janvier 2017, le réseau Carrossier ProColor a annoncé la réouverture son centre de formation à Boucherville. Muni de cours théoriques et pratiques accrédités par I-CAR Canada, le centre de formation vise à préparer les ateliers pour les nombreux avancements technologiques mis de l’avant par les constructeurs automobiles. Le centre de formation possède aussi une unité mobile qui se déplacera à travers la province de Québec afin de faciliter l’accès à la formation pour les ateliers situés dans certaines régions éloignées. De plus, Carrossier ProColor ouvrira également les portes du centre de formation à ses partenaires assureurs, leur permettant ainsi de répondre aux besoins de formation de leur personnel. « Si nous voulons demeurer un partenaire de choix, autant pour les ateliers membres du réseau que pour nos partenaires assureurs, nous devons contribuer activement au succès de ceux-ci », mentionne M. Dufault. Sur le thème de la formation, le réseau a aussi annoncé son appui du Programme canadien d’accréditation des ateliers de carrosserie (PCAAC) mis en place par l’AIA. Cet appui renforce davantage l’importance tenue par le réseau Carrossier ProColor d’avoir un réseau formé et à jour selon les plus hauts standards de l’industrie. « Cette initiative s’inscrit parfaitement dans nos objectifs de formation en nous permettant d’être proactifs face à l’évolution des nouvelles technologies », mentionne M. Dufault. « En plus d’offrir une reconnaissance crédible aux ateliers, le programme d’accréditation proposé par l’AIA deviendra la référence pour tous les intervenants de l’industrie qui cherchent à confirmer la qualité supérieure des services de réparation », conclut-il. Aussi annoncée au dernier congrès annuel est une initiative particulièrement axée sur la communication. La nouvelle application CosmosSync, une application mobile offerte exclusivement aux ateliers de carrosserie du réseau Carrossier ProColor. L’application mobile permettra à ces derniers d’améliorer leur système de gestion de l’information afin d’atteindre un plus haut niveau de performance et de simplifier les communications, autant à l’interne qu’avec les compagnies d’assurances. De plus, l’application permettra la captation de photos et la numérisation de documents à l’aide d’un téléphone cellulaire ou d’une tablette. Le personnel sera capable d’ajouter des annotations sous forme de texte, de dessin et même de note vocale


en couverture

Sylvain Dufault, Directeur Général du réseau Carrossier ProColor, en pleine présentation sur l’aperçu du marché de l’industrie.

et de les transférer et les classer de façon automatique dans leurs dossiers respectifs où les intervenants concernés y auront accès de façon instantanée. L’Industrie entre bel et bien dans une nouvelle ère d’investissement

l’innovation. L’application CosmosSync se rajoute donc aux nombreuses autres initiatives déployées dans le réseau dernièrement, telles que la prise de rendez-vous en ligne et l’ouverture du centre de formation Car-

Il va sans dire que l’industrie de la carrosserie fait face à certains défis engendrés par le changement constant de l’industrie automobile. Dans cette nouvelle ère d’investissement, la communication, la

“Si nous voulons demeurer un partenaire de choix, autant pour les ateliers membres du réseau que pour nos partenaires assureurs, nous devons contribuer activement au succès de ceux-ci.” - Sylvain Dufault.

qui obligera chaque entreprise de l’industrie à améliorer les méthodes de communication avec leurs partenaires assureurs afin de les garder proche ainsi qu’en acquérir davantage. « Pour demeurer compétitifs dans notre marché, nous devons continuellement être à la recherche de solutions qui nous permettront d’augmenter la productivité et de réduire les coûts d’opération, tout en continuant à offrir un service hors pair à nos clients, » souligne M. Dufault. « C’est un équilibre fragile qui nécessite une planification stratégique soutenue axée vers

rossier ProColor, pour soutenir nos ateliers dans le maintien de ce précieux équilibre, » rajoute-t-il. En tout, l’application présente une nouvelle façon de communiquer instantanément, ce qui de nos jours présente un atout important pour un avenir fructueux dans l’industrie de la carrosserie. L’application permettra l’optimisation du processus de réparation et d’atteindre l’objectif d’excellence que le réseau Carrossier ProColor s’est toujours fixé afin d’offrir une expérience client sans pareil.

formation et l’accréditation présentent une importance cruciale qui permettra chaque entreprise de garder le soutien de ses partenaires assureurs. Néanmoins, le réseau Carrossier ProColor reconnait l’importance du changement et se prépare davantage avec les outils innovateurs mentionnés ci-dessus tels l’application CosmosSync, le centre de formation, et le Campus ProColor pour la formation en ligne. Sous une telle gestion, l’avenir du réseau Carrossier ProColor ne pourra qu’être radieux et fructueux. juillet 2017 collision québec  13


TIR CADRÉ

Performer

ou Périr

Marvin Gillfillan, de BASF, et les impératifs qui feront ou non qu’un carrossier connaîtra du succès

L

a chronique Tir Cadré vous livre une vision actuelle et future de l’industrie de la carrosserie et du marché secondaire de l’automobile issue d’entrevues et discussions avec des intervenants de haut niveau. Notre interlocuteur, Marvin Gillfillan, Vice-Président Revêtements, Amérique du Nord chez BASF, nous parle de nouvelles tendances, technologies et autres enjeux sur lesquels BASF compte bien capitaliser pour connaître encore plus de succès.

Collision Québec : : Les revêtements occupent une place importante chez tout carrossier, quelles sont les nouveautés que compte lancer BASF prochainement? Marvin Gillfillan : BASF est le plus important fournisseur de produits de revêtement chez les carrossiers, et le plus important fournisseur de produits chimiques chez les constructeurs automobiles, alors notre expérience et savoirfaire font de nous les leaders incontestés de ce secteur, et nos partenaires bénéficient des meilleurs revêtements sur le marché. Nos programmes et services pour venir en aide aux carrossiers comme l’Advanced Process Solutions (APS), VisionPlus, Groupes Performance et SmartTrak, ainsi que nos programmes de formation approuvés par I-CAR n’ont pas d’égaux, nous ajoutons beaucoup de valeur à nos partenaires et clients par la diffusion de ces programmes et services. De nos jours, les carrossiers doivent gérer l’ensemble de leurs opérations de façon optimale et opérer selon des normes de plus en plus exigeantes. Par nos produits, supports, et services, BASF veut être le partenaire qui aidera les carrossiers dans leurs quêtes d’efficacité, croissance et rentabilité, afin d’assurer leur pérennité. 14  collision QuÉbec  collisionQuebec.com

Au niveau des avancées techniques, nous concentrons nos efforts à réduire le temps de cycle des travaux en atelier par de nouveau vernis et apprêts UV à séchage rapide Glasurit et R-M. En 2017, nous allons lancés de nouveaux additifs afin de rehausser la qualité du fini sur les nouveaux matériaux légers. Constructeurs, assureurs et technologies continueront à exercer une énorme pression sur les carrossiers, et les impératifs de réduction de poids et autres technologies poseront aussi d’énormes nouveaux défis. Chez BASF, nous avons les outils produits et programmes pour aider nos partenaires à relever ces défis. Ceci dépasse largement le cadre de la peinture. CQ: Quels sont les trois plus importants défis que doivent surmonter les carrossiers? MG: A priori, les dispositifs d’évitement de collisions et les matériaux avancés utilisés pour réduire le poids des véhicules exigent que les carrossiers soient à jour dans les nouvelles normes de réparation des constructeurs. Ensuite, les franchiseurs, bannières et partenaires-assureurs exercent beaucoup de pression sur les carrossiers afin qu’ils réduisent les temps de réparation et les coûts afin

de mieux se positionner dans le marché. Le dernier défi est celui de la main-d’œuvre, ils doivent attirer et former les techniciens qui ont les compétences pour travailler dans ce nouveau contexte. CQ: Selon vous, lequel parmi ces défis est le plus urgent, et quels sont les conseils que vous donnerez à ceux qui doivent relever ce défi? ? MG: Ils sont tous importants, cela dépend de la situation particulière de chaque atelier. Pour les plus gros ateliers et les entreprises à ateliers multiples, la main-d’œuvre et la gestion de la multitude de programmes chez les assureurs sont aussi très importantes. Leur capacité à réduire le temps de cycle et l’importance des indices de performance de leurs partenaires trône au sommet de leurs nombreuses priorités. Chez BASF, nous avons les programmes, ressources et outils pour contribuer au succès de tout carrossier. Nos programmes comme le Business Development Manager (BDM), Advanced Process Solutions (lean), la solution de rapports de performance en ligne VisionPLUS Online et nos Groupes Performance BASF sont tous conçus pour venir en aide aux carrossiers. Chez BASF,


TIR CADRÉ

nous sommes fiers d’être en mesure de créer de partenariats solides et durables avec les carrossiers par le biais de ces programmes et outils de classe mondiale. CQ: BASF est un jour important dans de multiples secteurs autres que les revêtements automobiles. Est-ce qu’il y’a des retombées issues de ces secteurs qui peuvent venir en aide à l’industrie de la carrosserie?

offrant un service client hors pair, les clients reviendront. En combinant ceci à un haut taux de productivité, de solides partenariats assureurs, et un rigoureux contrôle des coûts, les bénéfices seront assurément au rendez-vous. Les ateliers rentables offrant une expérience client hors pair seront ceux qui tireront leur épingle du jeu.

MG: C’est effectivement le cas. BASF est le plus important fournisseur de produits chimiques à l’intention de l’industrie automobile. Nos partenariats avec les constructeurs automobiles ont une portée qui dépasse le cadre des revêtements automobiles. Les innovations issues de ces partenariats servent à suivre la cadence en matière d’innovations techniques dans leur ensemble. Nous innovons continuellement afin de suivre la cadence de ces nouvelles technologies, surtout dans le domaine des matériaux légers. Nous avons le plus grand nombre de partenariats avec les constructeurs, et ces partenariats nous ouvrent les voies de l’avenir. Notre intégration verticale nous amène à investir plus de 1,9 milliard d’Euros annuellement en reMarvin Gillfillan, Vice-Président Revêtements, Amérique du Nord chez BASF. cherche et développement, et plus de 200 millions sont consacrés directement à l’industrie automobile. Ceci permet à BASF d’être le meneur CQ: À l’avenir, quelles seront les opportuincontesté de développement de produits et nités à exploiter afin qu’un atelier puisse croître? solutions pour nos clients. CQ: Quels sont les impératifs qui assureront la pérennité des ateliers de carrosserie? . MG: Dans l’environnement compétitif du marché de la carrosserie, les ateliers qui sauront bien performer dans tous les aspects de leur entreprise seront les grands gagnants. Par contre, il faut mesurer et maîtriser les indices de performance clé (KPI) et l’ensemble des processus et services pour y arriver. La capacité de livrer une expérience client positive est un autre facteur important pour les ateliers. Un haut taux de satisfaction chez les clients est un important gage de succès. Chez BASF, nous y sommes pour le long terme. Nos produits de revêtements de classe mondiale et notre haut niveau de soutien aux carrossiers sont garants de succès, alors qu’au fond, il n’y a que les bénéfices qui peuvent assurer la pérennité d’une entreprise. En

MG: Chez BASF, nous croyons qu’il y’en a plusieurs. Le marché traditionnel n’offre pas de possibilités de croissance en ce moment, alors les ateliers doivent générer des bénéfices afin d’exploiter ces nouvelles opportunités. Prenons les constructeurs, ils cherchent des partenaires certifiés pour réparer leurs véhicules. Les nouvelles technologies les poussent à développer davantage leurs réseaux chez les carrossiers progressistes. Ces derniers doivent être en mesure d’investir en équipements, formation (ce qui pose un défi vu le manque de techniciens) et services afin de prendre le relais de ceux qui ne consentiront pas à fournir ces efforts. Afin de diversifier leurs opérations, les carrossiers peuvent envisager d’offrir des services de personnalisation automobile, créer des partenariats avec les services d’autopartage, détaillants de véhicules d’occasion…

CQ: Selon vous, quel sera le changement ou nouveauté, que ce soit technologique, sociétal, ou autre, qui aura le plus grand impact sur l’industrie? MG: Ce ne sont pas les changements qui manquent. Les avancées techniques auront certes un énorme impact, y compris du côté des revêtements. Les nouveaux matériaux, techniques d’assemblage, capteurs et autres technologies embarquées requirent l’achat de nouveaux équipements et mises à jour en formation qui n’existent pas dans le marché en ce moment. Les ateliers doivent attirer et former la main-d’œuvre pour relever ces défis maintenant. Ces techniciens auront à travailler avec une quantité incroyable de nouveaux produits, matériaux et logiciels L’arrivée des véhicules autonomes ne sera tarder, et ces véhicules réduiront le nombre d’accidents de façon importante. La complexité de ces véhicules aura un impact sur les techniques de réparation, qui se complexifieront davantage. En contrepartie, la robotique et autres technologies viendront s’ajouter aux équipements actuels afin d’accélérer les travaux. CQ: Pouvez-vous partager quelques secrets ou nouveautés que lancera BASF prochainement? MG: Nous sommes les leaders en innovation ainsi qu’en recherche et développement, alors comme toujours, nous continuerons à introduire des produits et services pour accroître la productivité et les bénéfices chez nos partenaires, et comme toujours, ces derniers bénéficieront largement de ces nouveautés. Nous poursuivons nos efforts afin d’améliorer ces produits et services afin d’aider les carrossiers à profiter de l’ensemble des outils, produit, service et soutien qui les aideront à connaître beaucoup de succès à court et à long terme. Qui peut pressentir les prochaines avancées techniques : serait-ce un revêtement qui changera la couleur du véhicule à partir de l’habitacle, ou une glace latérale qui s’adaptera automatiquement à la lumière ambiante… les possibilités sont infinies! juillet 2017 collision québec  15


MATÉRIAUX

La Fibre de Carbone Tout ce dont vous devez savoir sur ce matériau qui gagne en popularité Par Julie Douglas

A

uparavant, nous associons la fi“La fibre de carbone est un mélange bre de carbone aux véhicules de carbone et polymères beaucoup haut de gamme.Toutefois, les plus résistant que l’acier.” Par contre, progrès techniques dans les il n’y’a aucun moyen de le réparer procédés de fabrication sont en voie afin de faire disparaître les dommages de démocratiser son utilisation. légers, comme pour l’acier. La partie La fibre de carbone occupe une place endommagée doit être découpée importante dans la nouvelle i3 de BMW, avec l’aide d’une fraise de meulage le premier véhicule de série muni d’un en carbone conçue spécialement pour châssis en fibre de carbone. Comment cette tâche, pour ensuite être remplacée se fait-il que soudainement l’usage de par une nouvelle section. Lorsque vient la fibre de carbone soit aussi banal? le temps d’y insérer la nouvelle pièce, Rebecca Kiehne est porte-parole techles panneaux sont munis de marques nique chez BMW. Dans une entrevue Caisse de carrosserie de BMW i3 utilisée lors de la formation afin de guider son découpage. qu’elle a accordée a la revue Collision technique. Image courtoisie Groupe BMW Canada. En gros, ce sont les équipements Repair, elle explique l’impact qu’ont de sécurité et la formation qui difles progrès techniques sur les coûts de férencient les travaux de carrosserie traditionnels de la réparation production de la fibre de carbone. de la fibre de carbone. « Les progrès techniques associés à sa production ont à la fois “Les particules de fibre de carbone sont hautement combustibles,” baissé les coûts et augmenté l’offre, alors elle est devenue plus atprécise Lin. “Nous pourrions voire de petites flammèches si nous trayante, » explique Kiehne. « Il n’y a pas si longtemps, le procédé de avions à les ramasser en passant le balai !” fabrication d’un châssis monocoque en plastique armé de fibres de Il va de soi que BMW a passé au peigne fin tous les aspects carbone (CFRP) passait par l’autoclave, un procédé très complexe et sécuritaires lors de la conception des outils, par exemple, l’aspirateur extrêmement énergivore. Heureusement, les techniques de producintégré dans la fraise de meulage en carbone de BMW. Sans l’aide tion ce sont beaucoup simplifiés ces dernières années. de l’aspiration, les particules hautement combustibles seraient Alors qu’un nouveau véhicule de série, la i3, de BMW, fait grand diffusées partout dans l’atelier. usage de la fibre de carbone, la question se pose à savoir quels seront Les procédures pour réparer la fibre de carbone requirent aussi les coûts associés à sa remise en état. Le magazine Collision Repair en moult adhésifs, résines et solvants, alors un poste de travail bien a discuté avec le directeur du programme Certified Collision Repair, ventilé, ainsi que beaucoup de doigté sont requis lors de sa maGary Lin, du Groupe BMW Canada, pour connaître les enjeux reliés nipulation. Les techniciens doivent utiliser des appareils respiratoires aux réparations de châssis et panneaux en fibre de carbone. pour éviter d’inhaler les particules et vapeurs. “Ce n’est pas aussi complexe que les gens pensent,” explique Lin.

16  collision quÉbec  collisionQuebec.com


MATÉRIAUX

Prérequis pour réparer la fibre de carbone • Pièce dédiée : Les particules de fibre de carbone peuvent causer la corrosion galvanique des métaux, alors il doit y avoir impérativement une pièce dédiée afin d’éviter la contamination. • Dispositif d’aspiration de poussière : Les opérations de découpage et de meulage produisent des particules nocives qui ne peuvent êtres respirés par les techniciens et ne doivent pas se répandre ailleurs dans l’atelier. • Marteau à percussion numérique : Contrairement à l’acier, la fibre de carbone n’a pas de zones de froissement, alors les dommages ne sont pas toujours visibles à l’œil nu. Cet outil détecte les dommages et fournit une lecture visuelle de ceux-ci. • Techniciens spécialement formés : La formation peut comprendre les techniques de production de moules, procédées de coulées, applications de résines et aspiration de particules. Les techniciens doivent suivre au préalable des formations spécifiques aux i8 et i3 avant d’être autorisés à les réparer. • L’achat d’équipements spécialisés pour les processus de durcissement, adhésion ainsi que l’entreposage.

La demande pour la fibre de carbone ne cesse de grandir, alors que les prix chutent, ce qui laisse croire que le jour ou de nombreux ateliers auront à réparer la fibre de carbone approche rapidement. Vous trouverez la liste des équipements ainsi que la formation requise pour effectuer les travaux sous la rubrique “Prérequis pour réparer la fibre de carbone”. Le coût des outils et de la formation ne sont pas négligeables, mais l’utilisation à grande échelle de la fibre de carbone semble inévitable, alors pour ceux qui pourraient être tentés de s’y conformer maintenant, il se pourrait fort bien que le jeu en vaille la chandelle. La société LeMond Composites Company, un nouveau joueur qui compte introduire suffisamment de fibre de carbone dans le marché pour inciter les constructeurs à s’y intéresser sérieusement d’ici 2018, est un autre signe que ce matériau devrait gagner rapidement en popularité. La société a développé un nouveau procédé qui réduit de façon marquée le temps et l’énergie requis lors de sa fabrication, ce qui baissera davantage les coûts. Le poid léger de la fibre de carbone a une importance capitale dans la course aux rendements exoénergétiques, ce qui ne passe pas inaperçu chez les constructeurs. L’usage ayant été limité dans le passé par les coûts élevés, il est facile de conclure que son heure est désormais arrivée. “Les avantages reliés à la fibre de carbone sont nombreux, surtout en matière de rendement exoénergétique et réduction de gaz à effet de serre, », souligne Kiehne. ‘Les économies d’échelle en rapport avec son utilisation accrue auront à la fois des bénéfices pour les constructeurs automobiles et les consommateurs.’ Nous lui avons demandé comment elle entrevoyait l’avenir de la fibre de carbone en rapport avec l’industrie automobile, et si nous pouvons envisager un usage à grande échelle dans les véhicules de série. Sans aucune hésitation, elle a déclaré : ‘La fibre de carbone, c’est l’avenir.’

i3 en processus de fabrication. Les procédures de réparations ressemblent aux processus de fabrication en usine, mais à la main, et à plus petite échelle. Image courtoisie Groupe BMW Canada. juillet 2017 collision québec  17


aperçu spécial

Les Affaires D’abord NACE Automechanika vous offre l’essentiel des opérations commerciales Par Mike Davey

N

Automechanika Chicago en 2015. Maintenant combiné avec NACE, Le salon de cette année promet d’être plus grand et meilleur que jamais.

ACE et Automechanika Chicago ont combinés leurs forces, et le résultat promet de livrer l’évènement le plus excitant et informatif sur la collision en Amérique du Nord cette année. NACE Automechanika 2017 prendra place à McCormick Place, West Hall, à Chicago du 26 au 29 Juillet. Avec plus de 600 entreprises exposantes et 10,000 participants, NACE Automechanika 2017 est destinée à diriger l’industrie avec la toute dernière technologie, couvrant l’ensemble du spectre de l’industrie du marché automobile. NACE Automechanika 2017 sera le plus grand salon d’exposition Nord-Américain pour les techniciens automobile et propriétaire de centre de carrosserie. L’exposition sera axée sur la formation technique et la gestion haute gamme, tout en présentant les plus récents outils, équipements et produits sur le marché. Messe Frankfurt, la compagnie productrice d’Automechanika, est meneur international des salons professionnels. La compagnie a uni ses forces avec UBM, le plus grand organisateur de congrès aux États-Unis, pour créer cet évènement extraordinaire avec NACE Show Management. “L’explosion de nouvelles technologies dans les véhicule d’aujourd’hui signifie que les techniciens doivent suivre le rythme,’’ explique Jim Savas, directeur général et vice-président de UBM Automotive Group. “NACE Automechanika 2017 sera l’endroit pour la formation

de niveau ateliers en Amérique du Nord. Nous sommes ravis d’avoir le magazine Collision Repair a bord en tant que partenaire exclusif en guise de média Canadien.” Les thèmes de formation abordés durant le salon NACE Automechanika 2017 vont des analyses de correction de compensation de carburant pour la conduite jusqu’aux réseaux sociaux pour les centres de réparations. Les cours offerts reflètent les tendances actuelles et mettent en valeur les nouvelles techniques et processus afin de rendre les affaires plus efficaces. Des experts reconnus à travers l’industrie seront chargé de cours. Ceux-ci incluent Vin Waterhouse, John Thornton, Bob Greenwood, G. Jerry Truglia, Bernie Thompson, Wayne Colonna et Matt Fanslow, en plus d’experts provenant des fournisseurs principaux de l’industrie. “Les meilleurs formateurs de l’industrie feront parti de cet évènement,’’ a déclaré Pete Meier, Éditeur Tech-

nique et Directeur de Formation pour Motor Age et le Groupe UBM Americas Automotive. ‘’Vous ne trouverez pas mieux en tant que formateurs, ou en guise de sélection de thèmes de formation qui offrent quelque chose pour qui que se soit dans l’industrie de la réparation automobile. Les formateurs seront capables de concentré leurs compétences actuelles ainsi qu’en ajouté de nouvelles en visitant NACE Automechanika. Les participants deNACE Automechanika auront aussi la chance d’expérimenter avec de toutes nouvelles technologies. Ils auront la chance de faire le test de l’équipement et découvrir des applications avancées grâce aux démonstrations sur place. L’Horaire du salon 2017 a été ajusté afin d’éviter certains conflits entre les heures d’expositions et les cours de formations. Passer a la page suivante pour en apprendre plus sur ce qui vous attend au salon NACE Automechanika 2017!

Formation Gratuite! Le magazine Collision Repair, version Anglaise de Collision Québec, est le partenaire en média Canadien exclusif de NACE Automechanika 2017. Ce partenariat nous donne la chance de vous offrir une formation mécanique gratuite. « C’est une opportunité incroyable pour les carrossiers d’avoir accès a une formation gratuite pour leurs techniciens mécaniques, » a déclaré Darryl Simmons, Éditeur du magazine Collision Repair. « En vous enregistrant au salon NACE Automechanika auprès de nous, vous n’aurez pas seulement accès au plus grand salon de réparation de collision de l’année, vous recevrez aussi une formation gratuite sur les sujets les plus frappant. » Pour plus d’information sur comment obtenir une formation gratuite, contactez nous par courriel : redacteur@mediamatters.ca.

juillet 2017 collision québec  19


aperçu spécial

Exhibitions : 26 au 29 juillet, 2017. Formation : 27 au 29 juillet, 2017.

Aire de Restauration

Enregistrement ENTRÉES Pour plus d’ample information et pour visionner la liste complète des exhibants, visitez www.NACEAutomechanika.com.

20  collision quÉbec  collisionQuebec.com


aperçu spécial

Au Plancher!

NACE Automechanika 2017 vous offre tellement de contenu que vous ne serez surement pas capable de tout voir. Le magazine Collision Québec vous a compilé une liste d’évènements à ne pas manquer. Le Coin Canadien:

Des vues aériennes seront offertes tous les jour et toute la journée du salon sur certaines techniques de soudage.

Soyez sur de rendre visite au magazine Collision Québec et ses réseaux Canadien au kiosque 1774, un point de rencontre pour l’industrie de la collision canadienne au coeur du salon NACE Automechanika.

Chaud Devant! Le Centre de Soudage :

Des vues aériennes seront offertes tous les jour et toute la journée du salon sur certaines techniques de soudage.

La Zone D’Innovations :

Passez jetez un coup d’oeuil sur les produits et services automobiles les plus innovatifs de l’industrie. Que se soit un nouvel outil ou une pièce d’équipement, un produit avancé, du nouvel emballage ou de nouvelles technologies, la Zone D’Innovations est l’endroit ou vous trouverez tous ce qui se trouve a la fine pointe de l’industrie.

Le magazine Collision Québec a l’honneur d’être le point de ralliement pour le Canada au Salon NACE Automechanika !!

Le Colisé OE :

Votre guichet unique pour tous les OEMs : Toyota, Nissan, Fiat/Chrysler, GM et plus encore. Venez voir les nouveautés, assister a une formation sur chaque produit, accroîtrez vos connaissances afin de devenir plus compétitif.

Scan-A-Palooza:

Le ‘guru’ de l’industrie, Mike Anderson, vous familiarisera avec le monde du diagnostic. Vous pourrez ensuite vous rapprochez avec une variété d’entreprises qui démontreront leurs produits sur un grand nombre de véhicule, tout sa directement sur le plancher du salon !

La Carrosserie du Futur :

Alimenté par Auto Vitals, faites l’expérience de plusieurs sections d’un centre de service complet. Vous apprendrez comment vous pourriez faire quelques changements afin de propulser votre centre de réparation vers l’avenir.

Rapprochez vous personnellement avec plus de 600 exposants sur le plancher du salon.

L’allé des Outils :

Allez vous balader hors du sentier battu et jetez un coup d’oeuil sur tous les nouveaux outils qui tombent sur le marché.

La Scène Virtuelle :

Prenez la place du pilote et recevez une formation pratique sans avoir a vous salir ou même toucher a un véhicule.

Le Centre de Formation Automechanika :

Des exposants provenant du monde entier vous partagerons leurs techniques en guise de vous aidez a mieux utilisé leurs produits et leurs services. Les formations se donneront à chaque heure.

La Collection – La Cours des Marchands – Le Stationnement :

Les cours de formations prendrons place a chaque heures au Centre de Formation Automechanika.

Ne manquez pas toutes les nouvelles voitures qui seront exposées dans ces endroits spéciaux, réservées aux voitures.

Le Séjour Engagement-vers-la-Formation :

Vous n’avez pas passez assez de temps en classe? Vous voulez simplement jasez de mécanique avec les pros? Passez au Séjour et relié vous avec les meneurs en formation de l’industrie dans un environnement tranquille et relaxe.

Avec plus de 600 entreprises exposantes et 10,000 participants, NACE Automechanika 2017 est destinée à diriger l’industrie.

Le consultant Mike Anderson animera ‘Scan-A-Palooza,’ un évènement spécial centré sur la numérisation.

juillet 2017 collision québec  21


aperçu spécial Vincent Romans, consultant et chercheur de l’industrie au Symposium MSO de 2016. Romans présentera une mis-a-jour de l’industrie durant le Symposium du salon NACE Automechanika 2017.

Information Exclusive Technologie avancée, diagnostic, le Symposium MSO, et beaucoup plus encore! NACE Automechanika 2017 place l’accent ou il se doit afin de vous aidez a mieux gérer vos centres de réparations et veiller a ce que vos techniciens soit former et mis a jour. Voici quelques uns des évènements spéciaux que vous pouvez vous attendre à voir au salon NACE Automechanika 2017 ! Le Forum ATDR

Le Forum ATDR place l’accent sur la nouvelle technologie, ce qui inclus les capteurs, les caméras, les systèmes d’évitement d’accidents, la communication sans-fils et plus encore. Ce nouvel événement mettra en lumière la technologie automobile avancée qui redéfini présentement la portée de l’industrie de réparation en général. Les fabricants de voitures, les assureurs, les réparateurs et les entreprises technologiques dirigent le contenu de l’industrie, ce qui fait du salon le plus complet et le plus pertinent de son genre. Les participants découvriront la technologie d’aujourd’hui avec un regard vers les 12 à 36 mois prochains. L’industrie évolue rapidement, ce qui force tout le monde a réévalué les procédures de formations, l’équipement utilisé, les pratiques opérationnelles de réparations, ainsi que les interactions avec les propriétaires de véhicules. Certains des sujets abordés dans le Forum ATDR incluent les véhicules autonomes, l’utilisation de pièces FEO contre les pièces de rechanges et de récupérations, les règlementations et les législations gouvernementale, les ordinateurs personnels et automobiles, un panneau de discussion avec certaines compagnies d’assurances et plus encore. Les participants du Forum ATDR doivent s’enregistrés d’avance. Visitez stonefortgroup.com/atdrf-2017/register afin de vous inscrire à cet évènement. Le Symposium MSO

Le Symposium MSO a auparavant été l’un des plus grands tirages du salon NACE depuis leur premier évènement au salon de l’année 2011 à Orlando, Floride. Le Symposium MSO de cette année est prévue pour la période du 26 Juillet de 12 a 5:30 p.m., suivi immédiatement par une réception. La gestion vous avise de vous réservez une place d’avance car l’évènement se vend souvent rapidement. 22  collision quÉbec  collisionQuebec.com

Agenda

6e Symposium Annuelle MSO 12 noon - 1 p.m.: Lunch 1 - 1:30 p.m.: Mis-a-Jour sur L’industrie

Presenté par Vincent Romans et Brian Sullivan.

1:30 - 2:15 p.m.: Le Module des Assureurs

Modéré par Marcy Tieger, le module adressera l’écart de développement entre les constructeurs de voitures et les assureurs selon les processus de réparations recommandé, la numérisation de véhicule, la télématique de bord et la réparabilité.

2:15 - 3 p.m.: Le Module FEO

Modéré par Marcy Tieger, ce module fournira une perspective du point de vue du fabricant sur les procédures de réparations, la numérisation de véhicules et sur la nouvelle technologie.

3 - 3:30 p.m.: Pause 3:30 - 4:10 p.m.: Le Module MSO

Modéré par John Walcher, ce module adressera les défis qui font face aux MSOs, ce qui inclus la technologie, les outils de numérisation, l’équipement, la consolidation du fournisseur et le recrutement.

4:10 - 4:50 p.m.: Le Module MSO II

Un module concernant la certification et la formation FEO, avec une direction représentent de petites, moyennes et grandes entreprises MSO.

4:50 - 5:30 p.m.: Règlementation et Législation

Bob Redding discutera comment la nouvelle administration affectera les affaires pour l’industrie de la réparation de collision ainsi que celle des assureurs et quel législation aura le plus grand impacte sur les affaires.

5:30 - 7 p.m.: Réception Privée du Symposium MSO

Prenez note que vous devez vous enregistré d’avance et que seulement les membres qualifiés de l’industrie pourrons y participer. Seul les MSOs de forte croissance, les propriétaires de larges centres de réparations indépendants et les dirigeants de sociétés d’assurances dommage assisteront au Symposium.


Au congrès!

(De gauche à droite) Sylvain Dufault, Directeur Général, Mary Jayn de Villiers, Directrice des Communications et du Marketing, Melissa Murphy, Coordonnatrice, Communication et Marketing, Michel Charbonneau, Vice-Président, Ventes et Marketing et Manuel Hurtubise, Maître de Cérémonie.

Le Vent dans les Voiles Carrossier ProColor : Un Congrès Annuel Axé sur l’Accréditation et la Formation Par Alexandre Dugas

L

e Réseau Carrossier ProColor, un membre de CSN CENTRES DE COLLISIONS, le plus grand réseau de centres de carrosserie au Canada, est heureux d’annoncer une participation record à son congrès annuel au cours duquel a été atteint un nouveau record de 75 000 $ en dons amassés au profit de la Fondation Rêves d’enfants. L’ événement, qui a accueilli plus de 540 personnes, avait pour thématique Le Vent dans les Voiles. En faisant le parallèle entre la navigation maritime et la gestion d’entreprise, le programme de cette édition du congrès soulignait l’importance de maintenir son bateau (son entreprise) en condition optimale, d’être à l’affut des vents changeants (des

24  collision québec collisionquebec.com

tendances de l’industrie) et de s’entourer d’un équipage (de personnel) loyal et compétent. Le congrès a eu lieu au Fairmont Le Manoir Richelieu à la Malbaie, un endroit reflétant adéquatement ce thème nautique. « Nous avons le vent dans les voiles, mais il ne faut surtout pas oublier que le vent peut changer de force ou de direction à tout moment », a déclaré Sylvain Dufault, Directeur Général de Carrossier ProColor. « Nous avons fait beaucoup de travail au cours des dernières années pour demeurer un chef de file dans le domaine de la réparation automobile. Pour maintenir cette position, nous devons, contre vents et marées, garder le cap et ajuster nos voiles en conséquence », a-t-il ajouté.


Au congrès!

Michel Charbonneau, Gloria Mann de Collision Québec et Michel Gagnon de Mitchell.

Caroline Lacasse, Coordonnatrice de la Formation au CSMO-Auto et Présidente du Comité I-CAR Québec.

Michel Charbonneau, Jay Hayward et Flavio Battilana de CSN CENTRES DE COLLISION.

Patrick Raymond et Luc Fillion du CCPQ.

Le congrès, animé par Manuel Hurtubise, a débuté jeudi soir avec une période d’exposition où les carrossiers pouvaient échanger avec les partenaires fournisseurs du réseau. La soirée s’est terminée autour d’un feu de joie au rythme des mélodies de Serge Lachapelle. Le vendredi a été une journée de conférence. On comptait parmi les conférenciers invités Brigitte Pesant, Directrice des Programmes de l’AIA, qui a présenté le Programme canadien d’Accréditation des Ateliers de Carrosserie, ainsi que Caroline

Brigitte Pesant, Directrice des Programmes de l’AIA.

Sylvain Dufault, Alain Villeneuve de Desjardins Assurance, David Smith et Sylvain Séguin d’AkzoNobel.

de surpasser le nouveau record de dons recueillis l’année précédente », raconte Sylvain Dufault « Mais jusqu’à présent, on réussit toujours à le fracasser grâce à la grande générosité de nos donateurs. Cette année, sept enfants auront l’opportunité de voir leur rêve se réaliser », termine-t-il. Ce fut donc un véritable congrès de rêve pour le réseau Carrossier ProColor. Avec l’accent sur le progrès, l’accréditation ainsi que sur la formation, l’entreprise place le cap sur l’avenir en prenant la haute mer.

“Nous avons le vent dans les voiles, mais il ne faut surtout pas oublier que le vent peut changer de force ou de direction à tout moment.” - Sylvain Dufault Lacasse, Coordonnatrice de la formation au CSMO-Auto et Présidente du comité I-CAR Québec, qui a démontré l’importance de l’expérience employé et du rôle du gestionnaire. Cette journée de conférence s’est conclue par une cérémonie de reconnaissance des ateliers qui célèbrent leurs 5, 10 et 15 ans d’appartenance au réseau Carrossier ProColor cette année. Pour finir le congrès en beauté, un souper-gala a eu lieu vendredi soir au cours duquel s’est tenu la remise des prix Le Choix des Assureurs pour honorer les ateliers s’étant démarqué le plus au cours de la dernière année. Suivie de la collecte de fonds traditionnelle au profit de la Fondation Rêves d’Enfants à laquelle quelques 440 carrossiers, partenaires assureurs et fournisseurs ont participé de grand cœur pour permettre a des enfants gravement malade de réaliser leur rêve le plus cher. « Chaque année on se demande si ce sera possible

Mélanie Gingras, Michel Fournier, Josée Bélanger et Karine Finnegan du réseau Carriossier ProColor.

juillet 2017  collision québec  25


STATISTIQUES À L’APPUI

Les Intervenants Se

L

prononcent Les intervenants de l’industrie se prononcent sur les sujets et dossiers de l’heure comme la reprogrammation post-travaux et l’aluminium

a revue Collision Repair innove en lançant un tout nouveau sondage en ligne hebdomadaire sur sa page principale, collisionrepairmag.com. Les intervenants de l’ensemble de l’industrie de la collision pourront partager leurs opinions et commentaires sur les enjeux importants de l’industrie. Les résultats sont publiés les mercredis via l’infolettre Collision Repair. Si ce n’est pas déjà fait, abonnez-vous en nous écrivant un petit mot à editor@collisionrepairmag.com.

Vérification et reprogrammation La reprogrammation des systèmes informatiques embarquée est un des sujets populaire de la dernière année. Un bon nombre de spécialistes, comme Mike Anderson, sont convaincus de l’importance de procéder de façon systématique à des vérifications avant et après travaux. Cette pratique estelle universelle? La majorité des ateliers ayant participé à notre sondage le font, sous certaines conditions. Comme dans tous nos sondages, les intervenants ont répondu aux questions visant à identifier le poste qu’ils occupent en tant que membre de l’industrie. Une majorité de répondants occupait un rôle de direction dans un atelier de réparation (propriétaire, directeur), à la hauteur de 60 %. Les estimateurs et autres postes de soutien comptaient pour 10 %, tout comme le nombre de représentants de produits et manufacturiers d’équipements et peinture. La catégorie « autre », qui comptait pour 8 % du nombre, était composé d’une majorité de consultants et représentants de constructeurs automobiles. Les distributeurs comptaient pour 4 %, et les techniciens et autres membres de l’équipe de production chez les carrossiers comptaient pour seulement 2 % des répondants au sondage. Suite à la question initiale, le sondage empruntait plusieurs trajectoires en fonction des réponses. Les gens occupant un poste dans les ateliers de réparations (propriétaires, directeurs, techniciens, estimateurs) ont ensuite été sondés sur les pratiques en cours dans leurs ateliers respectifs. Il y avait une divergence importante quant aux réponses des intervenants dans les ateliers, 26  collision quÉbec  collisionQuebec.com

la réponse « seulement lorsque l’assureur consent à payer » arrivait en première place, à 20 %. Il est évident qu’une ligne directrice à l’effet de procéder ou non à ces opérations fait défaut. La réponse suivante ; « Si nous jugeons que la situation l’exige », arrive deuxième, à 12 %. A priori, ceci peut sembler raisonnable, mais cela soulève la question quant aux critères s’appliquant à ce constat. Un bon nombre de codes d’anomalies n’activent pas la lampe témoin, et le nombre de capteurs dans les véhicules ne cesse d’augmenter, alors le plus petit des défauts non identifiés pourrait avoir de graves conséquences lors d’accidents futurs.

Les trois prochaines réponses en ordre d’importance comptaient pour 10 % chacune : « Oui, sur tous les véhicules », « Parfois », et « Non, nous ne le faisons pas ». Alors notre sondage indique que pour chacun des ateliers qui procède systématiquement à une vérification avant et aprés travaux, il y a un autre atelier qui n’en fait aucune. La réponse « Oui, si le manufacturier l’exige », occupe la queue du peloton, à 8 %. Nos sondages offrent une tribune aux intervenants qui veulent soumettre leurs commentaires de façon anonyme. Voici quelques exemples de commentaires soumis par les participants au sondage.

« La nécessité de le faire de façon systématique arrivera bientôt ». « Nous procédions sur une base “cas par cas”, mais nous avons acquis un analyseurcontrôleur Snap-On et envisageons de le faire de façon systématique. » « Nous le faisons lorsque les travaux exigent le débranchement de fiches électroniques, lorsque la lampe témoin est allumée ou lors d’impact majeur. » « Nous nous assurerons d’avoir un consentement de paiement de l’assureur ou du client pour la procédure avant de poursuivre. Dans le cas contraire, nous avons un formulaire d’exonération de responsabilité que le client doit signer.»

Les intervenants travaillant dans l’industrie de l’assurance ont été dirigés vers un autre trajectoire par cette question : « Est-ce que votre société exige que les réparateurs effectuent systématiquement les vérifications avant et après travaux? Malgré le faible nombre de répondants issus de l’industrie de l’assurance, les réponses peuvent néanmoins offrir un aperçu des politiques en vigueur à cet égard. Seulement deux des six réponses offertes ont été utilisées, le deux tiers des répondants ayant indiqué qu’ils étaient favorables à l’idée que les réparateurs procèdent avec ces opérations… pourvu qu’ils en justifient le besoin. » Le dernier tiers des répondants ont indiqué qu’ils attendaient de nouvelles directives à ce sujet.


STATISTIQUES À L’APPUI

Accréditation des ateliers Les programmes d’accréditation existent depuis plusieurs années, mais auparavant ces programmes étaient l’apanage de constructeurs automobiles tels BMW ou Toyota. De nouveaux joueurs, tels Certified Collision Care et le PCAAC de l’AIA Canada font désormais partie du paysage. Une majorité de répondants ont indiqué qu’ils étaient propriétaires ou directeurs d’ateliers, et il y’avait aussi un petit nombre de dirigeants issus du milieu des franchiseurs et bannières. Selon les réponses obtenues, il est clair que ces programmes occupent une place importante dans l’industrie. Il y’avait quatre choix de réponses à la question du sondage cherchant à connaître : « Le degré d’importance que vous accordez aux programmes d’accréditation d’ateliers? » Les voici : • Ces programmes sont l’avenir de l’industrie. • Ils assureront que les travaux seront exécutés de façon sécuritaire. • Ils n’ont aucun impact sur moi ou mon entreprise. • Je ne désire pas participer à ces programmes..

Aucune personne n’a choisi les deux dernières réponses (« Ils n’ont aucun impact sur moi ou mon entreprise » et « Je ne désire pas participer à ces programmes »). Les participants ont clairement indiqué que ces programmes sont importants, 75 % d’entre eux ayant répondu « Ces programmes sont l’avenir de l’industrie » et 25 % « Ils assureront que les travaux seront exécutés de façon sécuritaire ». Comme pour tous nos sondages , nous avons aussi reçu plusieurs commentaires intéressants, que nous présentons tels que formulés :

• Ces programmes sont idéaux pour assurer que les ateliers et techniciens soient à jour, mais il faudrait s’assurer que les coûts soient maintenus à des niveaux acceptables.

L’ensemble des répondants a indiqué que « Tout atelier aura à se conformer à des normes d’accréditation ou de certification. » Personne ne peut prédire l’avenir avec certitude, mais il semble que les gens ayant participé au sondage sont convaincus du contraire. Nous avons ensuite demandé aux sondés s’ils participaient activement à un programme de certification. Ils pouvaient choisir plus d’une réponse. Parmi les répondants, 58 % ont indiqué qu’ils participent à un programme associé à un fabricant comme BMW, Toyota ou Honda en ce moment. La moitié de ceux-ci ont indiqué qu’ils participent au programme PCAAC de l’AIA Canada ou ARA en Colombie-Britannique. Quant aux programmes gérés par des tiers, la moitié des répondants participent activement à ce type de programme.

• Nous devons nous assurer que les ateliers participants apprennent et appliquent les procédures approuvées, et que ces derniers ne font pas qu’emprunter les équipements exigés afin de satisfaire aux critères lors de l’audit. J’ai entendu que des propriétaires d’ateliers multiples participent à ce genre de subterfuge. Il faut impérativement mettre des sauvegardes en place pour assurer l’équité pour l’ensemble des intervenants de l’industrie.

Nous avons aussi demandés « Selon vous, à quoi ressembleront ces programmes à l’avenir? » Une fois de plus, deux réponses sur quatre n’ont pas trouvé preneurs. Voici les choix de réponses : • L’importance de ces programmes s‘estompera. • Tous les ateliers auront à se conformer à des normes d’accréditation ou de certification. • L’industrie ne changera pas beaucoup en rapport à ce qui se passe présentement.

juillet 2017 collision québec  27


TRAVAUX SPÉCIALISÉS

, ils ont des taux

d’incidents supé

rieurs à la moye

nne.

s e t n e g r U s n o i s Colli Non

hicules affectés seulement les vé

aux services d’u

rgence et de patro

uil

l’abri d’accidents le ne sont pas à

ses nombre de surpri n o b n u e rt o p m ce co véhicules d’urgen e d n tio ra a p ré y a L r Barett Pole Pa

Q

uelles sont les modalités ou processus à suivre lorsqu’une voiture de patrouille ou une ambulance est impliqué dans un accident ? Vu les contextes dans lesquels ils opèrent, les risques de collisions sont beaucoup plus élevés. Leurs remises en état passent par de strictes normes et procédures. Selon le Sergent Peter Leon, du service de police de la province de l’Ontario, l’OPP, il y a de nombreuses procédures internes et externes à respecter. « Avant de procéder aux travaux, le véhicule doit impérativement passer par notre service d’évaluation des dommages à l’interne, le Fleet, Supply and Weapons, situé à Orillia, ON, afin qu’ils appliquent certains critères comme l’âge et le kilométrage pour établir la valeur du véhicule, un peu comme le ferait un assureur, afin d’établir si le véhicule est

une perte totale économique.» Un véhicule récent avec peu de kilométrage sera certes réparé, alors qu’un vieux modèle avec un kilométrage élevé sera certes mis hors route. La majorité de ces véhicules sont dirigés vers les enchères de voitures de patrouille. Malgré le fait qu’ils ne satisfont plus les critères de service policier, ils n’auraient pas été mis au rencart s’ils avaient été des véhicules passagers typiques. « C’est le poste ou centre de service local qui doit acheminer le véhicule chez le réparateur attitré. Dans la majorité des cas, les véhicules sont réparés chez des carrossiers locaux, selon des critères très pointus. Ces véhicules font l’objet d’un entretien mécanique rigoureux, et ces critères s’appliquent aussi à la carrosserie. L’image et la perception de professionnalisme auprès du grand public sont importantes, et il est difficile de projeter cette image

lorsque les policiers patrouillent dans un véhicule endommagé. Dans le cas des ambulances, les petits impacts et dommages esthétiques sont souvent ignorés, les critères d’image n’étant pas les mêmes. Comme les voitures de patrouille, les travaux sont effectués auprès de carrossiers locaux. Ceci assure que les véhicules seront réparés rapidement, en plus des bénéfices reliés à encourager les entreprises locales. Fred Kylie, technicien chez Fix Auto Peterborough, a eu l’occasion de réparer un bon nombre de véhicules d’urgence au fil des ans, et il est d’avis que les travaux diffèrent moins que les gens peuvent s’imaginer. “Parfois, les pièces de rechange sont de conception unique, surtout dans le cas des feux d’urgence et panneaux de carrosserie, sinon les techniques de pose et de réparation sont en tout point similaires,” explique Kylie. “Il s’avère que dans la plupart des cas, il y a des autocollants au verso de la pièce en question, y compris les infos requises pour commander les unités de remplacement, qui sont des répliques exactes des panneaux ou des pièces abîmées,” renchérit-il. juillet 2017 collision québec  29


TRAVAUX SPÉCIALISÉS

Même les dommages en apparence mineurs doivent passer par des procédures de travail spécifiques. Image courtoisie de E-One Factory Service.

Pour ce qui est des services de police des grandes municipalités ou villes, en général, ils font bande à part. Le service de police de la ville de Toronto est un bel exemple, puis-ce-que tous les travaux d’entretien et de réparation, y compris les collisions, sont effectués par un service interne de gestion de parcs de véhicules. Par contre, réparer ou remettre en état un camion citerne n’est pas du tout une mince affaire. Ces véhicules, de conception spécialisée, doivent accomplir des tâches importantes pour lesquelles ils

châssis de camion fabriqué en série. Un bon nombre de camions-citernes sont montés sur des châssis de camions conventionnels, mais la majorité sont de conception spécialisée. Kevin McVean est directeur de vente et de service pour la société E-One Factory Service. Il s’est entretenu avec le journaliste du magazine Collision Repair pour expliquer les nuances propres aux travaux de réparation de modèles spécialisés. “Dans le cas ambulances, un châssis de type commercial sert à maintes applications

faire ces travaux ne courent pas les rues, surtout lorsqu’il est question d’unités plus âgées, et les composantes de remplacement sont trop peu disponibles pour que les travaux puissent être effectués de façon rentable. “Dans le cas de la remise à neuf, nous avons recours à beaucoup de fabrication sur mesure,” explique McVean. “Nous devons nous assurer d’obtenir la permission du fabricant d’origine pour certaines pièces. » La société E-One a été lancée en 1974, alors ils ont un réseau de partenaires solide. “Dans le cas de composantes comme les feux et les

Il est difficile de projeté une image professionnelle auprès du grand public lorsque les policiers patrouillent dans de véhicules endommagés. ont été conçus, et quand nous pensons qu’une unité de pompage de camionciterne peut coûter jusqu’à 600,000 $, il s’avère que la meilleure solution peut passer outre l’achat d’une unité neuve. C’est lors de situation semblable que les spécialistes sont appelés à s’impliquer dans le dossier. Les véhicules utilisés par les services d’incendie font bande à part. Une voiture de patrouille n’est qu’un véhicule de série modifié, tout comme une ambulance n’est qu’une boîte spécialisée montée sur un 30  collision quÉbec  collisionQuebec.com

spécialisées, qui font appel à des unités, ou boites, très spécifiques selon leur usage, qui sont ensuite montés sur ces châssis,” explique McVean. “Dans le cas des véhicules d’incendies, ce sont des véhicules hors série fabriqués entièrement sur mesure.” Les composantes, ainsi que les techniques de réparation, sont beaucoup plus complexes et dispendieuses en comparaison aux ambulances et voitures de patrouille, qui peuvent être réparées par tous les centres de collision qualifiés. Les compétences et connaissances pour

composantes en laiton, nous faisons appel à des tiers comme Akron, Elkhart et Whelen Lighting, c’est une pratique courante dans notre industrie, » raconte McVean. Ces composantes sont essentiellement ce qui fait l’unicité de ces véhicules, les feux, les boyaux d’incendies… en fait, l’ensemble des composantes requis pour combattre les incendies. Il faut combattre les incendies, alors ces véhicules doivent être en mesure de répondre à l’appel. Les carrossiers sauvent des vies de bien des façons, ceci en est un bel exemple.


Vision mondiale

AU-DELÀ DE NOS FRONTIÈRES L'Industrie Franççaise est encore plus consolidé é que l'industrie canadienne Par Barett Poley

L

a forte consolidation de l’industrie de la collision Française s’explique par le fait qu’elle doit se défendre en tant que petit joueur à l’intérieur de L’Union Européenne, et les effets négatives de cette situation ce fait sentir surtout chez les carrossiers. L’organisme IBIS ( International Bodyshop Industry Symposium) est un forum international qui compte pour membres les principaux dirigeants, experts, chercheurs et intervenants commerciaux de l’industrie de la collision issue des quatre coins du globe. Ces intervenants se réunissent annuellement pour discuter et débattre les principaux enjeux, locaux et mondiaux, qui ont un impact sur l’ensemble de l’industrie. La revue Collision Repair est l’unique partenaire médiatique Canadien couvrant les activités de l’IBIS. Dans ce reportage, nous vous présentons un topo de l’industrie de la collision française publié par l’IBIS, en partenariat avec Le Journal d’Automobile. L’industrie de la collision française est en déclin. Les travaux sont dirigés vers un nombre restreint d’ateliers, et le taux de réclamations est en forte chute présentement. Selon l’avis d’Alexandre Guillet de la revue Le Journal d’Automobile, « le nombre de réclamations est en baisse, alors que l’économie tourne au ralenti. Il y a un fort mouvement de consolidation à la fois chez les assureurs et les carrossiers.» La France compte 66 millions d’habitants, parmi lesquels 40 millions détiennent un permis de conduire, et le parc automobile compte quelque 38 millions de véhicules. Malgré ces sommets historiques, le nombre d’ateliers ne cesse de régresser. Le pays compte environ 7,500 ateliers de carrosserie, alors que 70 % des réclamations sont concentrés chez seulement 3,500 de ceux-ci, selon Guillet.

L’industrie de la collision hautement consolidée de la France compte 7,500 ateliers qui desservent 66 millions d’habitants.

Contrairement à leurs voisins Italiens, ou les constructeurs commencent à peine à former des réseaux de carrossiers et créer des partenariats, les Français ont adopté cette façon de faire depuis longtemps, ce qui exerce une énorme pression dans les conditions actuelles. Les carrossiers indépendants ont été pratiquement rayés du paysage par la consolidation et les pratiques d’affaires normalisées. Selon l’avis de Guillet, « Les réseaux affiliés aux constructeurs automobiles sont très présents, et la compétition avec les réseaux de carrossiers non affiliés aux constructeurs est féroce, alors les indépendants ont été évacués du marché. » juillet 2017 collision québec  33


Vision mondiale

L’industrie de la collision hautement consolidée de la France compte 7,500 ateliers qui desservent 66 millions d’habitants.

La pression des assureurs s’ajoute à ce contexte, ces derniers tiennent à garder une mainmise sur les coûts des travaux. La France compte 77 assureurs automobiles, mais le marché est concentré chez un petit nombre de ces derniers, les trois sociétés les plus importantes, MACIF, AXA, et Groupama, a la part du lion chez les assurés. Ceci leur permet d’exercer un haut niveau de contrôle sur les carrossiers. Toujours selon Guillet « Entre 3,500 et 4,000 ateliers exécutent environ 70 % des travaux, alors les principaux assureurs ont une importance démesurée chez la plupart des carrossiers. Les constructeurs veillent à ce que l’équilibre entre les réseaux affiliés aux constructeurs et leurs propres réseaux ne penchent pas trop en faveur des premiers, ils cherchent à exercer un contrôle sur les coûts de réparations. « Malgré les iniquités de ce marché, les Français arrivent à survivre. Ils sont très ouverts aux nouvelles technologies, ils performent la reprogrammation systématique avant et après travaux depuis un bon temp déjà, ceci est un effet direct de la forte consolidation de l’industrie de ce pays. Les nouvelles technologies n’effrayent pas les carrossiers. Les ateliers, ainsi que l’industrie dans son ensemble, peuvent être qualifiés d’êtres très ‘modernes’ à cet égard,» raconte Guillet. « Les nouveaux matériaux avancés, dispositifs électroniques et autres technologies arrivent dans le marché, ainsi que les véhicules à conduite autonome… alors l’industrie arrive à un tournant historique. » Les équipements destinés à l’automatisation des ateliers ont été en majorité assimilée chez les réparateurs. « La France est un marché mature, la majorité des intervenants ont collaboré pour implanter ces nouveaux outils à peu près partout.» Par contre, comme c’est le cas au Canada, ils peinent à trouver de la main-d’œuvre qualifiée. « Ce n’est pas une profession ‘sexy’. Les travailleurs s’y font rares, et la formation est parfois aussi déficiente, » résume t‘il.

Ce pays ne craint pas les nouvelles technologies et procédés.

QUELQUES CHIFFRES

Les chiffres ont été convertis en devises Canadiennes.

Population

Population:

66,917,994

PIB:

$3.72 trillion

Nombre de conducteurs avec permis de conduire:

Environ 40 millions

taille du parc automobile:

Environ 38.2 millions

nombre d’ateliers de carrosserie: nombre d’assureurs:

L’Information du raport de L’IBIS à été préparer par Alexander Guillet du Journal de l’Automobile. 34  collision quÉbec  collisionQuebec.com

taux de main d’oeuvre moyen:

Environ 7,500 77 81$


Accélérateurs de Profits

Colorimétrie numérique L’appareil de colorimétrie numérique Automatchic Vision d’AkzoNobel n’a pas d’égal. Par Mike Pickford

L

’industrie de la collision, ainsi que ceux qui y œuvrent, ont subi de grandes transformations ces dix dernières années. Le rythme et le nombre phénoménales d’avancées techniques continuent d’accélérer. Le défi consiste à essayer de suivre la cadence. Les discours de l’ensemble des intervenants qui conçoivent et distribuent ces outils de colorimétrie numérique consistent à convaincre les utilisateurs qu’à long terme, il y aura de réels gains à apprivoiser et utiliser ces dispositifs. AkzoNobel est à l’avant-garde de cette nouvelle technologie. Depuis plusieurs décennies, l’entreprise travaille sans relâche à fournir les pastilles de couleurs aux ateliers partenaires afin qu’ils puissent reproduire les coloris exacts des véhicules qu’ils réparent. Au début du nouveau millénaire, AkzoNobel, à l’instar de ses rivaux, à décider d’amorcer un virage numérique afin de remplacer les systèmes traditionnels de pastilles, ce qui a donné naissance au système Automatchic. AkzoNobel a conçu un dispositif numérique qui remplace le système de pastilles, un appareil qui mesure et reproduit la couleur de chaque véhicule individuel avec un niveau de précision jusqu’alors inexistant. Le nouvel outil numérique de colorimétrie de 3e génération Automatchic Vision remplace son prédécesseur, l’Automatchic 3. La société AkzoNobel est très fière des progrès techniques réalisés ces 10 dernières années. Lors d’une entrevue pour la revue Collision Repair, le représentant technique, d’AkzoNobel , Brad Kruhlak, a souligné le fait que la technologie de colorimétrie numérique commence à occuper une place importante dans l’industrie de la collision. « Ce n’est pas un secret qu’AkzoNobel investit temps et efforts depuis un bon nombre d’années dans la recherche et le développement d’appareils de colorimétrie numérique. Nous devons aussi suivre la courbe des progrès techniques en général, alors les commentaires des clients qui utilisent ces dispositifs nous réjouissent énormément » affirme Brad Kruhlak. « Un nombre important de carrossiers nordaméricains ont acquis ce système ces 12 derniers mois. » Les usagers utilisent l’appareil Automatchic Vision pour analyser numériquement la couleur des véhicules, mais c’est le logiciel Automatchic Smart Search qui fournit la base de données requise pour agencer parfaitement toutes ces couleurs. Senad Mujcin fait appel à la technologie Automatchic d’AkzoNobel depuis qu’il occupe le rôle de peintre en chef de l’atelier fondée par son père, Hak’s Auto Body, à Yellowknife.

Cette image nous montre Senad Mujcin, de Hak’s Auto Body à Yellowknife, utilisant l’appareil de colorimétrie numérique Automatchic Vision d’AkzoNobel. Photo de Pat Kane Photo.

juin, 2017 Collision Québec 37


Accélérateurs de Profits

« Nous avions l’appareil depuis quelque temps déjà, mais les techniciens s’en servaient à peine. J’ai pris la décision d’y aller à fond, » a raconté Mujcin au représentant de la revue Collision Repair. « Il n’y a pas grand-chose à raconter, sinon que nous avons pratiquement abandonné les pastilles de couleur. » En plus d’avoir adopté l’appareil, Mujcin a créé son propre catalogue de couleurs. « Nous avons pris l’habitude de rentrer les huit derniers chiffres du NIV du véhicule ainsi que le code de couleur à chaque utilisation, quand nous travaillons sur un véhicule déjà répertorié dans notre catalogue maison, nous n’avons même plus besoin d’utiliser l’appareil, » précise Mujcin. « Maintenant que nous utilisons systématiquement l’appareil depuis 18 mois, nous sommes en mesure de comprendre l’ensemble des bénéfices associés au système. » Il encourage tous les carrossiers à mettre le système à l’épreuve afin d’en retirer tous les avantages. « Nous adorons ce système. Nous avons augmenté notre productivité, éliminé un nombre impressionnant de reprises de travaux, et diminué la consommation de produits en général, » précise Mujcin. « Comme pour toute nouveauté, le défi principal est de convaincre les gens de l’essayer. Les vieilles habitudes sont parfois tenaces, mais une fois que vous avez trouvé le bon candidat pour l’essai, celui qui sera convaincre les autres employés, vous serez finalement en mesure de récolter le fruit de vos efforts. » Ayant intégré le système Automatchic Vision dans leurs deux ateliers CARSTAR à Red Deer, en Alberta, les frères Brian et Darryl Hemstreet ne tarissent pas d’éloges quand vient le temps d’expliquer les bénéfices reliés à l’utilisation de ce nouveau système. « De nos jours, nous avons l’impression qu’il est de plus en plus difficile d’agencer les couleurs, alors que la technologie numérique derrière cet appareil facilite grandement cette tâche,

38  collision quÉbec  collisionQuebec.com

» explique Darryl. « Nous avons moins de variances avec cet appareil, et nous perdons moins de temps pour agencer les couleurs problématiques ou ceux pour lesquelles nous n’avions pas de pastilles. Chaque fois que nous pouvons faire appel à la technologie pour résoudre des problèmes, nous aidons beaucoup notre propre cause. » « L’appareil est convivial. Il faut avoir un certain degré d’aisance avec ce genre d’outil, mais nous adorons les bénéfices associés à ce système lorsque vient le temps de trouver la bonne couleur. L’appareil n’est pas complexe, mais il fournit un grand nombre d’informations utiles, » ajoute Brian. « Du point de vue technologique, ça s’inscrit dans un grand ensemble de progrès techniques qui nous font réaliser à quel point notre industrie a évolué. » Selon l’avis de Brad Kruhlak, il devrait y avoir un mouvement irrésistible vers l’utilisation à grande échelle de cette nouvelle technologie en 2017, et le plan à long terme chez AkzoNobel consiste à éliminer l’usage des pastilles d’ici 2020. « Le virage complet vers l’utilisation exclusive de ce type d’appareils numériques est amorcé, et AkzoNobel est prêt. Ils ont amorcé la compilation de la base de données utilisée par le système en 1993, alors ce n’est pas d’hier qu’ils s’y préparent, » ajoute Kruhlak. « L’attrait principal de ces appareils est que nous éliminons toute subjectivité chez les peintres. J’aime bien comparer cette situation avec celle des appareils photo numériques. Avec le numérique, vous avez un résultat instantané, alors qu’avant ça ne finissait plus, il y avait la pellicule, le développement de films, etc.Finalement, le progrès consiste à économiser temps et argent, et ce nouveau système de colorimétrie livre la marchandise à cet égard.» Pour plus d’informations, consultez: colorvation.com.


NOUVELLES

Carrossier ProColor nomme Karine Finnegan au poste de Coordonnatrice communications et service clients Le réseau Carrossier ProColor à annoncer la nomination de Karine Finnegan au nouveau poste de Coordonnatrice Communications et Service Clients. À ce poste depuis le 27 mars dernier, Karine sera responsable de coordonner toutes les activités de communications internes et externes en plus d’effectuer le suivi des interventions en expérience client et d’assurer le service aux ateliers du réseau. Avec plus de 10 ans d’expérience en communication, Karine a occupé plusieurs postes au cours de sa carrière qui lui ont

permis de développer son expertise en communication et service à la clientèle. « L’ère numérique apporte de nombreux défis pour l’entreprise qui souhaite conserver sa notoriété et sa réputation auprès des consommateurs », affirme Mary Jayn de Villiers, Directrice des Communications et du Marketing pour le réseau Carrossier ProColor. « L’ajout de Karine à notre équipe nous permettra de composer avec cette réalité et d’assurer une gestion efficace de nos activités de communication et de gestion de l’expérience client », conclut-elle.

Karine Finnegan

Manuel Furtado se Joint à l’Équipe NAPA CMAX

Manuel Furtado.

L’Entreprise UAP a annoncé une nouvelle addition à l’équipe NAPA CMAX. Manuel Furtado se joindra à l’entreprise en tant que Gérant de territoire pour l’Est du Québec, se qui inclut Montréal (la Côte Nord et la Côte Sud) ainsi que la région d’Ottawa. Furtado a œuvré dans l’industrie de la peinture et de la carrosserie pendant les 10 dernières années. Avant de se joindre à l’équipe UAP, il était représentant de ventes pour Canuk & Associates, une agence de vente représentant plusieurs produits

distribués par NAPA. Il a également acquis de l’expérience en développement d’affaire, en comptes majeurs et en développement de stratégies de vente chez Les Entrepôts A.B, un distributeur important d’approvisionnement en carrosserie situé au Québec. L’entreprise a déclaré que l’expérience en ventes et en markéting que présente M. Furtado contribueront au développement actif de la marque NAPA CMAX au Québec et en Ontario.

Mélanie Gingras se Joint au Réseau Carrossier ProColor en Tant que Directrice des Opérations Le réseau Carrossier ProColor a annoncé la nomination de Mélanie Gingras au poste de Directrice des opérations. Carrossier ProColor est membre du réseau CSN Collision Centres. Lors d’un bref communiqué, le réseau Carrossier ProColor a souligné que Mme Gingras travaillera de concert avec les membres de l’équipe en place afin d’offrir un soutien opérationnel aux ateliers du réseau, en plus de contribuer au développement du volume d’affaires de celui-ci. Cumulant plus de 10 années d’expérience dans l’industrie de la carrosserie, Mélanie Gingras a occupé diverses fonctions clés au cours de sa carrière qui lui ont permis de développer une solide expertise en service 40  collision quÉbec  collisionQuebec.com

à la clientèle, gestion du personnel et leadership, et elle compte aussi plusieurs cours I-CAR à son actif. « Il y’a eu une forte croissance du réseau ProColor ces dernières années. Nos efforts de développement se poursuivent, et nous voulons renforcer le niveau de service offert à nos membres, » a souligné le directeur général du réseau Carrossier ProColor, Sylvain Dufault. « L’ajout de Mélanie à l’équipe est conséquent avec nos objectifs d’amélioration continue, ceci nous permettra de nous assurer que l’ensemble du réseau soit bien encadré pour répondre aux attentes et besoins de notre clientèle. » Pour plus d’informations, visitez le carrossierprocolor.com.

Mélanie Gingras.


NOUVELLES

Le réseau Carrossier ProColor ouvre un centre de formation dédié Le réseau Carrossier ProColor a ouvert un nouveau centre de formation à l’intention de ses ateliers et partenaires assureurs afin de combler les importants besoins en formation issus des nouvelles technologies. Conçu avant tout pour mieux servir leurs membres, Carrossier ProColor ouvrira également les portes de son centre de formation aux assureurs afin de les soutenir dans les démarches de formation de leur personnel. « Afin de consolider notre positon de partenaire de choix, autant pour nos membres que pour nos partenairesassureurs, nous devons contribuer activement au succès de ces derniers, » précise Sylvain Dufault, Directeur général du réseau Carrossier ProColor. « L’ouverture du centre de formation nous permet d’être proactifs face à l’évolution des nouvelles technologies afin d’offrir à nos carrossiers et partenaires les outils et encadrements qu’ils requièrent pour assurer un haut niveau de service respectant les plus hauts standards de l’industrie. » Selon le communiqué de ProColor, le centre est muni de tous les équipements dernier cri, en plus d’offrir des cours théoriques par l’entremise d’une équipe de formateurs certifiée I-CAR. Le centre possède également une unité mobile pouvant se déplacer dans les grands centres de la province, facilitant ainsi l’accès à la formation aux ateliers en région.

42 collision québec collisionquebec.com

Le centre est muni de tous les équipements dernier cri, en plus d’offrir des cours théoriques par l’entremise d’une équipe de formateurs certifiée I-CAR.


NOUVELLES

Carrossier ProColor endosse le programme d’accréditation des ateliers de carrosserie de L’AIA Le réseau Carrossier ProColor a officiellement annoncé son appui du programme d’accréditation des ateliers de carrosserie (PCAAC) administré par l’AIA. Les officiels du réseau ont souligné l’importance d’avoir un réseau formé et à jour selon les plus hauts standards de l’industrie. « Cette initiative s’inscrit parfaitement dans nos objectifs de formation en nous permettant d’être proactifs face à l’évolution des nouvelles technologies, » a souligné le directeur général du réseau Carrossier ProColor Sylvain Dufault,. « En plus d’offrir une reconnaissance crédible aux ateliers, le programme de l’AIA deviendra la référence pour tous les intervenants de l’industrie de la carrosserie qui veulent confirmer la qualité de leurs services. » Le réseau Carrossier ProColor n’est pas le premier à endosser officiellement le PCAAC, les réseaux Fix Auto Canada, Assured Automotive, CARSTAR Canada et CSN Collision, ont confirmé leur appui au Programme canadien d’accréditation des ateliers de carrosserie en décembre 2016. Le PCAAC établit des exigences de base en ce qui a trait à l’entreprise en général, ainsi que les équipements, pratiques de gestion et plans de formation. Ces exigences servent à assurer que les ateliers sont qualifiés pour réparer les véhicules accidentés selon des techniques à jour, de façon efficace et sécuritaire, dans trois facettes importantes : principales activités commerciales, capacités à effectuer les réparations structurelles et les capacités d’effectuer les travaux selon les nouvelles technologies avancées. Vous pouvez

Sylvain Dufault, Directeur Général du Réseau Carrossier ProColor.

consulter les détails du PCAAC sur le site web de l’AIA Canada en cliquant sur ce lien. Au moment d’écrire ces lignes, trois ateliers ont complété avec succès le programme : CSN-Keizer’s Collision, Fix Auto North Bay et Fix Auto Courtenay. Par contre, plus de 1 000 ateliers de partout au Canada sont inscrits au programme. Le responsable du programme à l’AIA, Andrew Shepherd, a accordé une entrevue au magazine Collision Repair dans lequel il explique, selon lui, l’intérêt extraordinaire manifesté par les carrossiers pour ce programme. « J’aimerais croire que c’est mon charisme naturel qui est responsable de cet engouement, mais il faut avouer que l’appui des réseaux Fix Auto, CARSTAR, Assured Automotive, Craftsman Collision et CSN y est pour quelque chose aussi, » avoue-t-il. « J’aimerais aussi souligner que nous avons signé un protocole d’entente avec l’Automotive Retailers Association de la ColombieBritannique, qui a lancé son propre programme, le CCR, qui est en tous points similaire au PCAAC. Nous sommes aussi ravis de l’appui de la compagnie d’assurance Economical Insurance, qui exige que les ateliers membres du réseau doivent être accrédités par le PCAAC. »

Brigitte Pesant, Directrice des Programmes de Carrosseries de l’AIA.

Afin de promouvoir le programme auprès de ses ateliers, Carrossier ProColor a invité Brigitte Pesant, directrice des programmes de carrosserie de l’AIA Canada, à présenter le PCAAC, ainsi que l’importance et les avantages pour les carrossiers qui y souscrivent, lors du prochain congrès annuel Carrossier ProColor en mai. Plusieurs membres du réseau Carrossier ProColor sont en voie d’obtenir la certification du programme ProFirst de Honda et Acura Canada. Lors d’un communiqué, le réseau ProColor a annoncé l’ouverture de son propre centre de formation à Boucherville au mois de janvier, venant ainsi bonifier les outils, niveau de soutien, et programmes de formation offerts par Carrossier ProColor aux ateliers de son réseau. 44  collision quÉbec  collisionQuebec.com


NOUVELLES

Carrossier ProColor fait don de 15,000 $ pour les victimes d’inondation

Jusqu’à présent, 1,940 personnes ont du être évacué dans plus de 170 municipalités.

Le réseau Carrossier ProColor, un membre de CSN, Centres de Collision, a annoncé qu’il fera don de 15,000 $ à la Croix Rouge canadienne afin de venir en aide aux familles affectées par les récentes inondations à travers le Québec. « C’est notre devoir d’offrir du support aux victimes qui incluent plusieurs de nos franchises, nos employés et nos clients. En offrant un don à la Croix Rouge,

nous sommes ravis de venir en aide aux communautés du Québec », affirme Michel Charbonneau, Vice-président des ventes et du marketing, Uni-Select Canada. Présentement, plus de 100 volontaires de la Croix Rouge travaillent ensemble chaque jour à l’intérieur de 12 centres d’information situés aux endroits inondés afin de fournir du support aux victimes.

Chaque don sera utilisé pour répondre aux besoins fondamentaux de ceux qui ont été affecté le plus sévèrement. Les dons seront aussi utilisés pour aider certaines victimes à se déplacer en hôtel ou pour fournir des bons alimentaires. Jusqu’à présent, 1,940 personnes ont du être évacué dans plus de 170 municipalités suite à ces inondations d’une ampleur sans précédent au Québec.

juin, 2017 collision québec  45


NOUVELLES

Belcher Pièces de Machinerie acquis par UAP L’Entreprise UAP a annoncé l’acquisition de Belcher Pièces de Machinerie. Situé a St-Augustin-de Desmaures. Selon un communiqué de l’UAP, Belcher est un meneur dans le domaine de la vente de pièces de machinerie lourde ainsi qu’en distribution de construction, exploitation minière, agriculture et sylviculture. « Nous sommes ravis d’accueillir l’équipe Belcher à notre réseau Traction/TW », a déclaré Pierre Rachiele, Vice Président Exécutif, Division de la Machinerie Lourde, UAP. « Nous bonifieront de l’expertise technique impressionnante de cette équipe. Cela va nous permettre d’accroitre nos ventes et notre distribution de pièces pour machinerie lourde à travers le pays grâce à notre réseau d’ateliers de traction et de centres de distribution TW. Un autre communiqué déclare que l’UAP a l’intention de garder les centres Belcher à St-Augustin-de-Desmaures ouverts et de garder le personnel existant. Ce sera la quatrième acquisition pour la division de pièces pour machinerie lourde de l’UAP ces derniers mois. En décembre dernier, l’UAP a annoncé l’acquisition de Buy-Rite Truck Parts et de G.P.I.C.S., tout deux situé dans la région de Toronto. L’UAP a aussi récemment acquis les distributions d’activités de Service de Freins Montréal Ltée (Freno).

La division de pièces pour machinerie lourde comprend plus de 100 magasins de traction, 125 ateliers de réparation TruckPro, six entrepôts TW et CADEL, et MTC, une usine de fabrication de ressorts à lames. Depuis plus de 25 ans l’entreprise fourni l’industrie de camionneurs au niveau national.

Pierre Rachiele, Vice-Président Exécutif de la division de Machinerie Lourde chez UAP

Fix Auto Canada commanditera Vyolaine Dujmovic pour sa concurrence au Compétences Canada Jean Charles Dupuis, Chef Principal des Opérations de Fix Auto Canada, a annoncé que l’entreprise commanditera la concurrente de Compétences Canada, Vyolaine Dujmovic. Mme Dujmovic a eu la possibilité de mettre ses études en pratique chez Fix Auto Henri-Bourassa dans le cadre d’un programme de mentorat en entreprise qui a permis au propriétaire, Nuno Victorino, de remarquer son talent. « Dès la première journée, Vyolaine était un excellent exemple de la prochaine génération de techniciens de carrosserie », affirme M. Victorino. « Elle était impatiente de relever des défis et ses capacités exceptionnelles se sont rapidement démarquées. » C’est cette volonté qui a permis à Mme Dujmovic de se hisser aux premiers rangs de la réparation de carrosserie au Canada. Elle a participé aux premières compétitions qui ont eu lieu à Winnipeg du 31 mai au 2 juin, elle passera l’été et l’automne à se préparer pour la compétition mondiale d’octobre qui aura lieu à Abu Dabi. « Je suis très fière et honorée de représenter le Canada sur la scène mondiale, » a déclaré Vyolaine Dujmovic. « Je suis aussi incroyablement reconnaissante envers ma famille de Fix Auto pour son soutien et sa générosité continus. » Fix Auto appuiera Vyolaine Dujmovic cette année, alors qu’elle se prépare pour les prochaines compétitions. Mme Dujmovic agira également comme jeune ambassadrice de Fix Auto Canada dans des expositions à vocations éducative et informative en présentant la prochaine génération d’experts de la réparation de carrosserie.

46  collision quÉbec  collisionQuebec.com

Jean Charles Dupuis, Chef Principal des Opérations de Fix Auto Canada et Vyolaine Dujmovic, concurrente de Compétances Canada.


abonne

Ă et Ă  no

Mag


t n a n e t n i a m s è d vous

ez-

otre

! e n g i l n e e n gazi

Media Matters Inc. publie le magazine Collision Québec bimensuellement. Abonnez-vous et découvrez pourquoi nous sommes: LA voix de l’industrie de la carrosserie au Québec! Pour vous abonnez, visiter www. collisionquébec.com et appuyer sur Abonnez-vous dès maintenant!


Le dernier mot

EN FORMATION Nouvelles fonctions, nouvelles formations Par Alexandre Dugas

E

h oui, nous voici donc à l’aube d’un nouvel été, une nouvelle saison et, bien sûr, de nouvelles formations! Effectivement, la chaleur et le beau temps reflètent le changement qu’engendre l’avenir de l’industrie de la carrosserie face aux nouvelles technologies de l’industrie automobile. Celle-ci se lance vers l’avenir avec toutes sortes de nouvelles technologies axé sur le progrès, tel l’utilisation de nouveaux métaux, la fibre de carbone et, bien sûr, l’avènement du véhicule autonome. Ces avènements technologiques sont déjà parmi plusieurs ateliers à travers le pays, ce qui pousse l’industrie à mettre le point sur la formation ainsi que sur l’accréditation.

en demande beaucoup. Plusieurs entreprises ont déjà pris le contrôle de la situation comme le réseau Carrossier ProColor avec son Campus ProColor. Un nouveau centre de formation mis en place par le réseau pour répondre aux nouveautés de l’industrie de la carrosserie en formant leurs personnel ainsi que le leurs partenaires assureurs avec des cours accrédités par I-CAR. D’Autres entreprises de l’industrie ont également commencé à ce lancer vers l’avenir en s’accréditant avec les standards de la Classe Or de I-CAR tel FixAuto, CARSTAR ainsi que plusieurs ateliers indépendant à travers la province. Il faut savoir reconnaitre l’importance d’une bonne accréditation aujourd’hui. Une bonne accréditation veut dire

Il faut savoir reconnaître l’importance d’une bonne accréditation aujourd’hui. L’Industrie automobile est en constante évolution et se concentre surtout sur les réductions de coûts des véhicules ainsi que sur les coûts de réparation. Un grand changement implique l’utilisation de nouveaux matériaux et métaux afin de rendre la carrosserie plus légère, plus sécuritaire et, bien sûr, plus économique. Cela n’est guère une simple tâche. Plusieurs métaux utilisés pour la construction d’automobiles aujourd’hui n’existaient pas il y a 15 à 20 ans. Ces nouveaux métaux, comme l’aluminium ainsi que la fibre de carbone, demandent de nouvelles connaissances techniques de la part des carrossiers, ce qui veut dire en retour, de nouvelles formations ainsi que de nouvelles accréditations. Quand-aux véhicules autonomes, l’évolution de cette technologie innovatrice avance à grands pas. Les véhicules équipés d’un système de stationnement automatique existent déjà sur le marché présentement. Par contre, la croissance de cette technologie avance rapidement. En 2014, Elon Musk, PDG de Tesla, a prédit que la technologie nécessaire pour fabriquer un véhicule entièrement autonome serait disponible en 2020. Il va sans dire que la technologie de ces véhicules obligera l’industrie de la carrosserie à garder le rythme avec de nouvelles formations et de nouvelles accréditations. L’Accréditation est certainement un mot de tendance ces temps si car la nouvelle technologie mentionnée ci-dessus 50  Collision québec  collisionquebec.com

une bonne relation avec les partenaires assureurs. Ceux-ci doivent travailler en concert avec les carrossiers afin d’offrir le meilleur service pour leurs clientèles. Par contre, avec plusieurs joueurs dans l’arène, les assureurs doivent choisir leurs partenariats avec soins. Pensez-y, l’assureur à beaucoup plus d’avantages à s’associer à un carrossier complètement misà-jours dans sa formation ainsi que dans son accréditation. La formation et l’accréditation feront en sorte que les affaires rouleront vite et efficacement. Ce qui bonifiera l’assureur ainsi que le carrossier et aussi, bien sûr, le client! Ce n’est pas du nouveau, l’industrie automobile ne fait qu’évoluer. La demande pour l’innovation ne cessera pas d’ici demain mais cependant, il est clair que chaque entreprise devra adopter ces changements avec de nouvelles formations ainsi que de nouvelles accréditations. La relation saine entre carrossier et assureurs en dépendra fortement. Alors ne restez pas ébloui par toute cette nouvelle technologie, allez-y d’avance et formez vous!

Alexandre Dugas est le rédacteur en chef de Collision Québec. Il peut être rejoint au 905-370-0101 ou par courriel, redacteur@mediamatters.ca.


Collision Quebec 8#1  

Collision Quebec 8#1

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you