Page 1

ATTACHE TA TUQUE! LE CCIF ARRIVE À TORONTO!

CONSEILS

C’EST

Les meilleurs conseils pour mieux faire connaître votre entreprise!

Dix astuces pour augmente les profits et satisfaire les clients!

D’AFFAIRES

TIGIDOU

LA COLLISION AVEC

LES CULTURES jason tanguay dirige une équipe de réparation multiculturelle dans la région de la capitale nationale! PLUS

Doug Kelly, PDG d’asTech, sur le diagnostic à distance et pourquoi on ne peut l’ignorer; Arman Gurarslan, d’Arslan Automotive, au sommet du tas; Mike Beier, directeur général de CCS, sur le saut tête la première dans un rôle de leadership; Et bien plus encore!

COLLISIONQUEBEC.COM JUIN 2019 l 4,95 $ l Convention de poste-publication numéro 40841632 l  86 John Street, Thornhill, ON L3T 1Y2


CONTENUES

COUVERTURE

10 Volume 10 Numero 1, Juin 2019

LE CHEF D'ORCHESTRE Jason Tanguay, directeur du centre de collision de Star Motors dans la région de la capitale.

ARTICLES

10

16

VISION EXÉCUTIVE

26

MÉGATENDANCES

28

COMMERCIALISATION DE VOTRE BOUTIQUE

Doug Kelly, directeur asTech, discute de l'avenir de l'industrie.

Un coup d'œil sur les quatre grandes tendances qui auront un impact sur l'avenir de l'industrie.

10 conseils utiles pour créer une présence en ligne et se connecter avec plus de clients.

Jason Tanguay et l'équipe de Star Motors.

34

HAROLD LE GRAND Un regard sur le succès de la carrosserie Harold's Auto Body.

NOUVELLES Mike Beier raconte comment il a évolué jusqu'au poste de directeur général de la CCS.

14

43

NOUVELLES

45

ACTUALITÉS DU RECYCLAGE

Un coup d'oeil aux nouvelles des réparateurs de carrosseries du Québec.

Un coup d'œil aux nouvelles des recycleurs d'automobiles au Canada.

SECTIONS

VOTRE SOURCE INTERNET La ressource au Canada pour des renseignements sur la carrosserie. De nouveaux articles et des grands titres à tous les jours.

06

LE MOT DE L'EDITEUR

18

MOTEUR KNOX

22

QUI CONDUIT?

22

VUE PRAIRIE

Visitez collisionquebec.com.

Par Darryl Simmons

Par Steve Knox

Par Jay Perry

Par Chelsea Stebner

À VOUS LA PAROLE. Nous voulons connaître vos commentaires sur tout ce que vous lisez dans Collision Québec. Envoyez vos réactions à redacteur@mediamatters.ca

JUIN 2019 COLLISION QUÉBEC  5


PAGE DE L’ÉDITEUR

DANS LES ENDROITS SAUVAGES DU CANADA LES FRONTIÈRES DE L’INDUSTRIE DE LA RÉPARATION AU CANADA PAR DARRYL SIMMONS

B

ien qu'il n'y ait pas de médailles pour leurs efforts, les réparateurs progressistes, d'un océan à l'autre, devraient être fiers, à juste titre, que les conducteurs canadiens aient confiance que leurs véhicules endommagés sont en de bonnes mains. Ce n'est pas seulement une platitude, c'est quelque chose qui est très clair malgré les critiques faibles et souvent infondées qui se retrouvent dans le discours public. Les chaînes d'information et les médias dont les journées d'information sont lentes aiment bien claquer l'industrie sur un certain nombre de fronts. Souvent, ils sont fondés sur des « sondages » douteux financés par les assureurs qui critiquent les pratiques de facturation de l'industrie. Mais heureusement, un autre objet brillant attire l'attention collective des médias et ils vont dans une autre direction. Oui, c'est un désagrément, mais la vérité est que les réparateurs de collisions du Canada devraient être fiers de ces critiques trop souvent sans fondement. Pourquoi ? Parce qu'il ne s'agit pas de la capacité de l'industrie à faire son travail efficacement. Malgré la difficulté stupéfiante de rétablir la pleine fonctionnalité des véhicules technologiquement avancés d'aujourd'hui, les Canadiens et même leurs « partenaires » d'assurance accordent une confiance absolue à la capacité des réparateurs de réparer les véhicules et d'assurer la sécurité de leurs êtres chers. Si seulement les producteurs de nouvelles savaient quel exploit impressionnant c'était ! Ce qui est le plus surprenant, c'est que cette confiance est accordée par les conducteurs dont la vie et les moyens de subsistance dépendent le plus de leur véhicule. Nulle part ailleurs ces progrès n'ont été plus spectaculaires que dans les régions les plus éloignées du pays - dans les territoires, les régions nordiques et les régions rurales éloignées des provinces. Même dans les villes entourées de vastes étendues sauvages, comme Whitehorse, Iqaluit et Thunder Bay, les conducteurs ont confiance en la capacité

6  COLLISION QUÉBEC  COLLISIONQUEBEC.COM

de l'industrie de maintenir leurs véhicules en bon état - et à juste titre ! Les réparateurs qui travaillent dans ces régions non urbaines ont toujours fait face à d'innombrables défis, qu'il s'agisse d'un plus petit bassin de main-d'œuvre sans accès à des programmes de formation, de temps d'attente plus longs pour les pièces et de véhicules des clients qui circulent sur des routes exceptionnellement difficiles. Là où la plupart des établissements desservent des clients qui habitent à quelques kilomètres ou moins de l'entreprise, dans certaines régions du Canada, les réparateurs desservent des clients qui habitent sur des milliers de kilomètres carrés. En mettant au point de nouvelles façons de relever ces défis, certaines entreprises ont réussi à survivre et à prospérer. Bien que les stratégies qu'ils adoptent soient nombreuses, leurs propriétaires partagent une conviction fondamentale : aucun défi géographique ne les empêchera d'effectuer des réparations de première classe. C'est un principe qui n'a pas seulement aidé ces entreprises à demeurer prospères. Il a contribué à établir et à maintenir une solide réputation positive pour l'industrie, non seulement à l'échelle régionale, mais partout au Canada. Trop souvent, ce magazine a mis l'accent sur les installations situées dans les régions les plus densément peuplées du pays. Dans les prochains numéros, Collision Repair mettra en lumière un certain nombre de propriétaires d'ateliers de réparation à distance et les nombreuses méthodes créatives qu'ils utilisent pour surmonter les obstacles de la géographie, faute de mieux. Leurs histoires sont importantes et nous nous réjouissons de les partager avec vous ! Comme toujours, nous sommes ouverts à vos suggestions, critiques et, bien sûr, compliments (nous les préférons).

ÉDITEUR DARRYL SIMMONS (647) 409-7070 publisher@collisionrepairmag.com RÉDACTEUR EN CHEF GIDEON SCANLON (905) 370-0101 redacteur@mediamatters.ca ÉCRITIERS DU PERSONNEL JORDAN ARSENEAULT jordan@mediamatters.ca LINDSEY COOKE lindsey@mediamatters.ca DÉPARTEMENT CRÉATIF JILL THACKER jill@mediamatters.ca V. P. RELATIONS AVEC L’INDUSTRIE ET PUBLICITÉ GLORIA MANN (647) 998-5677 advertising@collisionrepairmag.com DIRECTRICE GÉNÉRALE ELLEN SMITH (416) 312-7446 ellen@mediamatters.ca RESPONSABLE ADMINISTRATIF LAURA JENSEN ASSISTANTE RELATIONS INDUSTRIELLES WANJA MANN (647) 998-5677 advertising@collisionrepairmag.com CONTRIBUTORS BEN HART, CHELSEA STEBNER, JAY PERRY, STEVE KNOX, ANDREW SHEPHERD, MATTHEW BUCKLEY

ABONNEMENT Un an 24,95 $ / deux ans 35,95 $ Collision Québec est une publication trimestrielle de Media Matters Inc. au service des intérêts commerciaux de l’industrie de la carrosserie. Les articles de Collision Québec ne peuvent être reproduits sous aucune forme sans l’autorisation écrite de l’éditeur. L’éditeur se réserve le droit de refuser toute publicité et décline toute responsabilité pour les opinions et déclarations faites par les publicitaires ou les chroniqueurs indépendants. Tout fait, opinion ou déclaration présenté dans cette publication appartient uniquement aux rédacteurs et chroniqueurs et ne peut être d’aucune façon considéré comme étant une déclaration, une opinion ou un témoignage de l’éditeur. IMPRIMÉ EN BEAUCE (QUÉBEC) PAR SOLISCO IMPRIMEURS ISSN 1707-6072 CONVENTION DE LA POSTE-PUBLICATIONS NUMÉRO 40841632 PORT DE RETOUR GARANTI Envoyez l’avis de changement d’adresse et les copies non livrées à : 317 Reid St Peterborough, ON K9J 3R2

‘‘Nous reconnaissons l’appui financié du gouvernement du Canada’’

Collision Québec est publié par Media Matters Inc., l’éditeur de :


NOUVELLES

PERSONNES EN DÉPLACEMENT MARK GREENBERG – WEDGE CLAMP Mark Greenberg a été nommé vice-président de Wedge Clamp. M. Greenberg possède une vaste connaissance de l’industrie, y compris un certificat de réparation de carrosserie Sceau rouge, une vaste expérience de l’immobilier et des années de gestion du siège social. Greenberg a commencé sa carrière comme technicien en débosselage chez Craftsman, avant de devenir agent immobilier. Il est finalement retourné chez Craftsman après 10 ans pour ouvrir et gérer deux sites, avant d’être promu au siège social en tant que GM du développement commercial.

COLSON COLE – SOLERA AUDATEX CANADA Solera Audatex (Canada) a annoncé que Colson Cole s’est joint à l’organisation en tant que directeur de compte stratégique national. Basé à Moncton, au Nouveau-Brunswick, Cole apporte une vaste gamme de compétences et d’expérience à ce poste. Avant de se joindre à Audatex, Cole a occupé divers postes de gestion et d’exploitation au sein d’un important OSM et d’un fournisseur international de pièces. L’objectif de Cole sera de travailler au sein de l’industrie de la collision et de l’assurance afin de les aider à améliorer leurs processus et leur rentabilité.

FRANK TERLEP - ASTECH Frank Terlep a été promu vice-président d’AsTech, laissant derrière lui son rôle de directeur de la technologie de l’entreprise. Terlep possède plus de 30 ans d’expérience dans l’industrie automobile et l’industrie des réclamations, y compris des postes de direction chez AkzoNobel, Mitchell International et Carstation.com. Il a également été président du conseil d’administration de la CIECA et a lancé avec succès trois nouvelles entreprises. Au cours de sa carrière dans l’industrie, Frank a participé à la conception et au lancement de quatre systèmes de gestion d’atelier distincts.

SAL PARENTE - GLOBAL FINISHING SOLUTIONS Sal Parente a été nommé nouveau vice-président directeur des ventes pour Global Finishing Solutions, supervisant l’unité d’affaires de l’aérospatiale, de la finition automobile et des ventes industrielles de la société. L’expérience de travail de Parente comprend plus de 25 ans dans la vente de produits, la gestion des revenus et le développement des affaires. Avant de venir chez GFS, Parente et de nouveaux systèmes de gestion des clients pour divers secteurs d’activité de l’entreprise. des entreprises des secteurs public et privé dans le secteur des biens d’équipement et de fabrication de produits.

RODICA MATEI - ROBBOX Robbox, société d’outillage robotique, a nommé Rodica Matei au poste de directeur général. Matei apporte plus de 22 ans d’expérience dans le domaine des achats, de la logistique et de la gestion dans le domaine de la fabrication, avec une solide expérience en matière de développement commercial et de rentabilité. Dans son rôle le plus récent à titre de chef de l’exploitation de Wedge Clamp Systems, une division de fabrication de la plus importante chaîne de réparation automobile privée au Canada, elle a triplé les ventes en quatre ans et ouvert de nouveaux marchés en Amérique du Nord et à l’étranger.

CARL BRABANDER – FIX AUTO Fix Network World a nommé Carl Brabander, l’ancien vice-président du marketing de Fix Auto Canada, au poste de directeur du développement mondial de la franchise. Pendant plus de quatre ans, Brabander a été vice-président du marketing de Fix Auto Canada. Dans son nouveau rôle, Brabander sera chargé de travailler en étroite collaboration avec les franchisés principaux et les partenaires de l’industrie pour promouvoir le développement des réseaux Fix Auto, NOVUS Glass et Speedy Auto Service à travers le monde.

VINCE MATOZZO - CARSTAR Vince Matozzo a été nommé nouveau directeur des ventes d’assurance de CARSTAR au Canada. Vétéran de CARSTAR depuis 10 ans, Matozzo poursuivra son rôle de directeur des ventes au Canada, qu’il occupe depuis 2016. Avant d’occuper le poste de directeur des ventes, Matozzo a travaillé chez CARSTAR Canada pendant plus de huit ans. Le diplômé de l’Université McMaster a également occupé le poste de directeur principal des ventes de CARSTAR et celui de directeur national des comptes.

JUIN 2019 COLLISION QUÉBEC  9


EN COUVERTURE

LE CHEF D'ORCHESTRE DIRIGER DANS LA RÉGION DU CAPITOLE PAR JORDAN ARSENEAULT

D

ans la région de la capitale, qui délimite les frontières des plus grandes provinces du pays, les quatre Canadas se heurtent. Ici, dans la région d'Ottawa-Gatineau, francophones, anglophones, autochtones et néo-Canadiens gouvernent, travaillent et vivent ensemble comme une symphonie orchestrale. Comme les habitants de la région de la capitale, l'équipe diversifiée de CSS Star Motors est composée de locuteurs de plusieurs langues et origines, travaillant ensemble dans un but commun. Lorsque les collisions routières provoquent une note discordante qui pollue le chant harmonique de la région de la capitale, l'équipe est là pour remettre la musique sur les rails. Leur chef d'orchestre ? L'intrépide Jason Tanguay.

10  COLLISION QUÉBEC  COLLISIONQUEBEC.COM

 L  e technicien de collision Justin Derosiers enquête sur l'étendue des dommages causés au véhicule d'un client. Desrosier et Tanguay sont amis depuis le lycée.


EN COUVERTURE

Rencontrez l'équipe de CCS Star Motors : Jason Tanguay, Matthew De Dominicis, Ivo Paldus, Justin Derosiers, Adam Deslisle, Kevin Amorim, Abdulla Mutter, Jesse Anderson, Noor Shairzai et Ginger Cozac.

Travailler dans le domaine de la réparation de collisions est plus qu'un travail pour Jason Tanguay, directeur de CCS Star Motors, c'est une passion qui dure toute la vie. « Enfant, j'ai toujours eu envie de conduire. Je suppliais les membres de ma famille de me laisser conduire le tracteur dans les champs. Quand je campais en famille, mon père me faisait asseoir sur ses genoux et diriger le camion pendant que nous faisions le tour du terrain de camping. C'est au cours de ces années que j'ai développé une passion pour les véhicules» , dit Tanguay. À mesure que Tanguay vieillit, son affection pour l'industrie automobile grandit avec lui. À l'âge de seize ans, Tanguay ne voulait rien de plus que de mettre la main sur son propre

véhicule. Heureusement pour l'aspirant réparateur de collision, il n'aurait pas à attendre longtemps. Cette même année, Tanguay et son ami Joey achètent deux Honda Preludes d'un voisin. Le père de Joey, un mécanicien de l'époque, avait les outils nécessaires pour que les deux jeunes hommes puissent se salir les mains et sentir ce que c'était que de réparer un véhicule pour la première fois. L'occasion n'était pas seulement un rêve devenu réalité pour Tanguay, mais aussi le début de ce qui allait devenir une carrière réussie dans la réparation de collisions. «Vous pouvez imaginer deux jeunes de seize ans qui grincent de la rouille et giflent Bondo sans vraiment savoir ce que nous faisions, et si nous le faisions bien ou pas. Nous avons travaillé jour et

nuit sur ces voitures, en utilisant les pièces d'une voiture pour construire l'autre », dit-il. À l'école secondaire, Tanguay excellait en atelier, réaffirmant sa conviction que le métier d'automobile était ce pour quoi il était né. Sous la tutelle d'un enseignant du secondaire du nom de M. Walker, M. Tanguay a appris les rudiments de la réparation de véhicules, mais

«Avoir un manager qui sait ce qui se passe est un atout énorme pour les gars sur le terrain. C'est un ancien carrossier qui sait comment peindre une voiture et comment la réparer, donc quand il s'agit d'expérience sur le plancher, Jason peut s'identifier un peu mieux car il sait ce que nous faisons.» —Justin Desrosiers

Technicien en peinture pour CCS Star Motors, Kevin Amorim.

JUIN 2019 COLLISION QUÉBEC  11


EN COUVERTURE

surtout, il a acquis la confiance nécessaire pour poursuivre sa carrière. « Il croyait que je ne pourrais avoir que du succès tant que j'y mettrais les efforts et la détermination nécessaires. C'est grâce à lui que je suis là où je suis aujourd'hui », a dit M. Tanguay. Devenir directeur d'un centre de collision pour le concessionnaire de luxe Mercedes Star Motors à Ottawa ne s'est pas fait du jour au lendemain. Après l'école secondaire, il a immédiatement commencé à travailler dans les métiers. Il a commencé par balayer les planchers, avant de se diriger vers le lavage de voitures. De là, Tanguay est passé à la préparation des voitures pour les réparations de carrosserie et la peinture, avant de devenir évaluateur et directeur de production.  À l'âge de 22 ans, il a obtenu son permis de réparation de carrosserie. Le voyage de Tanguay jusqu'à Star Motors a été long et éreintant, mais le résident d'Ottawa n'a pas voulu changer pour le monde. « Apprendre et progresser a toujours été mon but. La gestion me permet de faire partie de chaque département. Cela me permet d'être un chef d'équipe et d'influencer comment et pourquoi nous faisons les choses. Chaque jour, je fais face à quelque chose de nouveau et j'apprends quelque chose de nouveau, et c'est ce qui me fascine et me rend heureux dans ce rôle », dit-il.  Les expériences passées de Tanguay à l'atelier lui ont certainement été utiles, non seulement pour acquérir son poste chez Star Motors, mais aussi pour l'aider à exceller

Les techniciens Abdulla Muttar et Ivo Paldus inspectent les vitres arrière endommagées par une tornade.

dans ce rôle. Un peu plus d'un mois après le début de son nouveau poste, Tanguay a déjà impressionné plusieurs personnes au sein de l'atelier, dont Justin Desrosiers, un technicien en carrosserie chez Star Motors, qui a terminé un programme de remise à neuf avec Tanguay au Collège Algonquin. « Avoir un responsable qui sait ce qui se passe est un atout énorme pour les gars sur

Le technicien Adam Deslisle effectue des opérations délicates sur la face inférieure d'une Mercedes-Benz GLA. Appartenant à un concessionnaire Mercedes-Benz, le centre de carrosserie est certifié par l'équipementier allemand et est formé pour avoir une connaissance approfondie des procédures de réparation du constructeur.

12  COLLISION QUÉBEC  COLLISIONQUEBEC.COM

le terrain », a déclaré Desrosiers. « C'est un mécanicien de carrosserie qui sait peindre une voiture et la réparer, donc quand il s'agit d'expérience sur le plancher, Jason peut s'identifier un peu mieux parce qu'il sait ce que nous faisons. » Ce qui peut sembler être une vie de travail pour certains, n'est que le début pour Tanguay. Aujourd'hui âgé de 34 ans et solidement établi du côté de la direction de l'industrie, M. Tanguay s'efforce de recueillir le plus d'information possible auprès des personnes qui l'ont précédé.  « J'ai hâte d'apprendre beaucoup de Dan Drouin, notre directeur des opérations fixes, et d'Yves Laberge, notre vice-président et directeur général », a déclaré M. Tanguay. « Ces deux hommes sont de grands chefs de file qui non seulement sont dans l'industrie depuis de nombreuses années, mais qui ont aussi connu du succès. Les deux sont des gens étonnants qui me soutiennent à 100 pourcent. »  Malgré les premiers succès qui l'ont mené à son poste actuel, le point de vue de Tanguay n'a pas changé du tout. En fait, il maintient toujours la même passion qu'il a développée pour l'industrie du tracteur il y a une trentaine d'années. « Si vous avez l'esprit ouvert et que vous n'avez pas peur de vous salir les mains, cette carrière peut être vraiment gratifiante», dit Tanguay. « Il n'y a jamais un moment ennuyeux. »


PROFILE DE CARRIÈRE

APPEL À L’ACTION DE MIKE BEIER PAR SUE DICKENS

Voici Mike Beier, directeur général de Consolidated Collision Services. A seulement 32 ans, il est peutêtre jeune, mais il n’est pas inexpérimenté. Au cours des six dernières années, il a joué un rôle clé dans le développement de la bannière axée sur les concessionnaires pour en faire une franchise internationale bien connue dans l’industrie.

14  COLLISION QUÉBEC  COLLISIONQUEBEC.COM


PROFILE DE CARRIÈRE

P

our Mike Beier, tout a commencé en 2012, lorsqu'il a reçu un appel téléphonique inattendu - un appel qui allait changer le cours de la carrière de ce diplômé de 26 ans de l'Université McMaster. «J'ai reçu un appel des gens de Consolidated Dealer Services. Je les avais rencontrés plus tôt dans ma carrière, et ils m'ont demandé de venir pour une entrevue ce jour-là», dit Beier. «Mais ce n'est qu'à la réunion que j'ai compris de quoi il s'agissait.» Lorsqu'il s'est assis avec l'équipe, M. Beier a appris exactement le rôle qu'on envisageait de lui confier - l'occasion de travailler à la mise sur pied d'un nouveau réseau de collision de concessionnaires, un réseau qui allait éventuellement devenir Consolidated Collision Services. La vision était claire : une franchise collision conçu par des concessionnaires, pour les concessionnaires qui cherchent à fournir leurs propres solutions de collision à leurs clients. Tout ce qu'il fallait, c'était un directeur général. «J'ai cru en cette idée dès le moment où j'ai appris ce qu'ils avaient l'intention de construire. Le moment choisi, tant au sein de l'industrie que pour moi personnellement, était en quelque sorte un moment destiné à être», explique M. Beier. «J'ai vu ça comme une sacrée opportunité d'entrer au rez-de-chaussée. Je devais dire oui.» Il était important qu'avant le lancement, la CCS sache exactement ce qu'elle devait faire pour répondre aux besoins des membres potentiels du réseau de centres de collision appartenant aux concessionnaires. «En rétrospective, il a été facile de savoir ce que nous devions faire en ce qui a trait au développement de la CCS. Nous devions simplement écouter nos clients et leur proposer des solutions adaptées à leurs besoins», Beier dit. Beier n'était pas le seul à tout donner pour le projet. «C'était un effort commun. Sandy Liguori, président de CCS, et Tom Langton, directeur general de Consolidated Dealers étaient l'équipe de direction, la vision derrière tout cela.» Dans les mois qui ont suivi, Beier et la L'équipe de CCS s'est consacrée à jeter les bases du plan d'affaires du réseau. En consultation avec les concessionnaires, les clients, les assureurs, les fournisseurs et les intervenants, il s'est retrouvé totalement absorbé par l'industrie et a adoré chaque seconde de l'industrie. Au printemps 2013, le travail de l'équipe a finalement commencé à porter ses fruits. CCS a signé son premier contrat de réseau et, à la fin de l'année, en avait ajouté 20 autres. «Nous avons fait tout le temps sur le pare-brise, les présentations, l'encadrement, la formation, à partir de la base, en construisant le réseau à travers l'Ontario, en déménageant dans l'Ouest en 2015 et dans le Sud en 2018», dit Beier. «Ce fut un vrai voyage, au propre comme au figure.» Aujourd'hui, Consolidated Collision Services exploite plus de 70 établissements membres du réseau en Ontario, en Alberta, au Manitoba et au Michigan, et des plans sont en place pour poursuivre sa croissance. «Aujourd'hui, nous sommes la voix collective des centres de collision des concessionnaires de voitures neuves progressistes qui cherchent à faire croître leur entreprise et à faire partie de quelque chose de plus grand qu'eux. Pour notre industrie et notre réseau, je suis convaincu que l'avenir est prometteur et que le meilleur reste à venir.» JUIN 2019 COLLISION QUÉBEC  15


VISION EXÉCUTIVE

LES SECRETS DU CHEF ASTECH DOUG KELLY SUR LA PERTURBATION DE L’INDUSTRIE UN JOUR À LA FOIS

Q

uand Doug Kelly s'est joint à asTech en 2015, il était peut-être mieux connu dans l'industrie de l'automobile que les membres de l l'entreprise elle-même. Le dirigeant du marché secondaire de l'automobile né au Canada s'était fait un nom en tant que président. de Fix Auto U.S., et en tant que président fondateur de CynCast, une entreprise qui a offert des services ouverts conformes à la CIECA. conçue pour rationaliser le commerce électronique dans l'ensemble de l'industrie des réclamations automobiles. Après le rachat de CynCast par Enterprise RentA-Car en 2011, Kelly est resté à la tête de la filiale pendant quatre ans. prenant ses nouvelles fonctions au sein de la société de télédiagnostic asTech. Collision Repair a récemment parlé à Kelly dans son bureau de Dallas.

Collision Quebec: Pourquoi ne pas commencer par vous interroger sur votre décision de rejoindre asTech. Après une carrière prolifique chez DuPont, Fix et Enterprise, il semble que vous auriez pu vivre et mourir heureux sans jamais relever le défi de diriger une si grande entreprise. Doug Kelly: Entre le moment où j'ai quitté l'Enterprise et celui où j'ai assumé ce rôle, j'ai envisagé de faire un certain nombre de choses différentes, dont beaucoup ont essayé et ont fait leurs preuves. J'ai envisagé d'acheter des ateliers de réparation de carrosserie, avec un concessionnaire, et de m'en tenir à ce que je savais. Mais si vous regardez ma carrière, je m'aventure typiquement à ces choses qui sont inconnues. Je suppose que l'indéfini a beaucoup d'attrait. Ce qui était fascinant dans cette opportunité n'était pas ce qu'elle était - c'était ce que je voyais qu'elle pouvait devenir. L'industrie automobile manque de techniciens qualifiés depuis ce qui semble être des décennies et a connu une augmentation de la complexité des véhicules. 16  COLLISION QUÉBEC  COLLISIONQUEBEC.COM

Ces deux courbes : une main-d'œuvre vieillissante et le vieillissement de l'ensemble des compétences en même temps entraînent un écart de plus en plus grand entre les gens qui peuvent entretenir les véhicules complexes d'aujourd'hui. Quand j'ai vu la technologie en action, le sou a chuté pour moi. J'ai vu de vrais techniciens se connecter à distance à des véhicules pour effectuer le service à partir de pratiquement n'importe où dans le monde. Quand j'ai vu que nous pouvions utiliser efficacement ces connaissances et cette expertise et les relier au véhicule, j'ai réalisé que cela permettrait aux ateliers de réparation de maintenir le véhicule en production, d'obtenir l'aide d'un expert et d'aider littéralement en un clin d'œil, et de faire de meilleures réparations ensemble. C'était le bon service au bon moment. Les gens disent parfois que nous sommes perturbateurs ou le perturbateur.

c'est que que nous suivons littéralement dans le sillage de les constructeurs automobiles. Les constructeurs automobiles l'ont fait produit incroyablement compliqué et, contrairement à d'autres produits un téléviseur, ce n'est pas jetable pour l'instant.ils sont trop chers. Je pense que la moyenne La durée du prêt est maintenant de plus de 60 mois. Les consommateurs veulent garder ces choses. Ils vont donc devoir les réparer. et les remettre sur la route. Et que devient tout simplement trop compliqué sans l'aide de professionnels. Nous avons un taux élevé de Pourcentage de personnes ici dans le personnel qui connaissent sur les véhicules modernes d'aujourd'hui, sans l'aide de cette expertise, les chances de succès la réparation d'un véhicule plus récent est très, très faible.

CQ: Avez-vous l'impression d'être une sorte de disrupteur? DK: [Riant] La raison pour laquelle je rigole

DK: Notre objectif et notre mission sont de ne servir que les organisations professionnelles. Nous ne sommes pas une entreprise de

CQ: Les réparateurs de collisions devraientils craindre qu'un jour, asTech remplace leur entreprise ?


VISION EXÉCUTIVE

commerce interentreprises. Ce n'est pas ce qu'on fait. Nous sommes une entreprise interentreprises, et la raison pour laquelle j'ai choisi cette option au début de notre évolution, c'est que les consommateurs ont déjà au moins deux choix lorsqu'il s'agit de faire réparer une voiture - ils peuvent l'apporter à un atelier de carrosserie ou à un atelier mécanique qui fait tomber l'eau dans la transmission et monte les pneus. La dernière chose que je voulais faire était d'introduire une troisième avenue à laquelle les consommateurs devraient réfléchir ! Nous sommes d'avis que les consommateurs sont déjà enclins à se rendre à leur atelier de carrosserie préféré, alors nous devrions simplement aider ces organisations à réparer le véhicule. CQ: Pensez-vous que l'industrie automobile peut vraiment surpasser la capacité de l'industrie de la réparation à réparer des véhicules? DK: Je pense que le secteur des services est très agile et incroyablement résistant. Je pense que les véhicules continueront d'être réparés pendant de très nombreuses années encore. Ce qui changera, c'est la façon dont ils le répareront, qui effectuera les réparations et où elles seront effectuées. J'ai posé des questions à certains de nos meilleurs spécialistes sur la technologie future et sur ce qu'elle représente en termes de capacité d'entretien des véhicules. Leur réponse est toujours intéressante et ce n'est pas ce que vous pourriez penser. Lorsque vous demandez à nos techniciens de réparer quelque chose de nouveau et de compliqué, surtout s'il n'y a pas de procédures de réparation bien écrites, ils disent qu'ils le démontent et le réparent. Quand je les mets au défi à ce sujet, ils me disent souvent : « Il n'y a pas tant de façons de casser quelque chose, si tu es bon dans ce que tu fais, tu peux le démonter et le découvrir ! » En un mot, cela décrit bien le secteur des services - leur travail consiste à réparer des choses, et ce sont des gens intelligents qui sont vraiment bons dans ce qu'ils font!

CQ: Y a-t-il des nuages orageux à l'horizon pour les réparateurs de collisions? DK: Si les fabricants commençaient à restreindre les ventes de pièces ou à verrouiller leurs véhicules pour les rendre inaccessibles aux propriétaires d'automobiles ou aux centres de service pour y travailler, les choses pourraient devenir très rapidement difficiles. Tesla, par exemple, fait de plus en plus d'efforts pour s'emparer de tout l'écosystème. Pour les propriétaires, cela peut sembler une bonne idée de prendre le contrôle d'un Tesla, mais si vous avez besoin d'une batterie réparée ou de simples réparations cosmétiques, vous n'avez qu'un seul choix. Je ne suis pas sûr qu'ils vont se permettre - ou offrir - la touche de qualité nécessaire pour maintenir un cycle de vie de 15 ans. Et personnellement, je pense qu'il est important que les gens aient toujours accès pour réparer leur voiture. CQ: Quelle était la voiture de tes rêves en grandissant? DK: Quand j'étais jeune, c'était une Mustang. En grandissant, je suis passé de Mustangs à Camaros. CQ: Qu'est-ce que tu conduis maintenant ? DK: C'est une excellente question, j'aimerais vous donner une réponse courte. Je suis abonné à un service par l'entremise d'un concessionnaire - c'est très cool. Je paie un taux fixe tous les mois, donc je peux passer d'un véhicule à l'autre pour un type de voiture, c'est très amusant. Aujourd'hui, je conduis une Jaguar E-Pace. Il y a deux semaines, c'était une Volvo XC60. CQ: Quels conseils donneriez-vous aux jeunes qui souhaitent débuter leur carrière dans l'industrie automobile ? DK: Continuez d'apprendre et de grandir

en tant qu'individu et vous serez toujours pertinent ! Si vous chassez l'argent, vous finissez généralement par être déçu. Quelqu'un vous paiera toujours un dollar de plus, mais pas nécessairement pour ce que vous voulez faire. Les jeunes devraient déterminer ce qu'ils veulent faire - et ensuite faire de leur mieux. Généralement, l'argent suit. Et les carrières prennent plus de temps. CQ: Votre successeur vous attend quelque part dans les coulisses. Pensez-vous qu'ils devraient s'impliquer dans la réparation automobile au collège ou dans les affaires à l'université ? DK: La réponse est donc les deux. Je crois beaucoup à l'éducation et surtout à l'apprentissage continu. Vous remarquerez que j'ai des livres dans tout mon bureau. Je lis tout le temps. Si le collège et l'université m'ont appris quelque chose, c'est que vous ne devriez jamais cesser d'apprendre. L'éducation, surtout l'éducation formelle, vous aidera toujours dans votre carrière, mais il en va de même pour l'expérience pratique. Pour réussir dans cette industrie, il faut lire, se tenir à jour, apprendre et mettre en pratique ce que l'on apprend. Ma carrière est l'histoire classique de la tortue et du lièvre. Comparativement à mes pairs, j'ai commencé beaucoup plus lentement parce que je faisais le travail de grognement, si vous voulez. J'ai fait des études collégiales, mais je travaillais dans une usine, je travaillais comme col bleu et avec le temps, j'ai découvert que ce que l'on apprend dans une usine de fabrication, ce sont toutes les compétences dont on a besoin pour aller de l'avant. Je sais que je ne travaille plus autant sur les voitures qu'avant, mais je vais quand même au centre d'étalonnage pour me tenir au courant de ce que fait l'équipe. Le but de toute l'histoire n'est pas une explosion rapide, mais la longévité de votre carrière. JUIN 2019 COLLISION QUÉBEC  17


MOTEUR KNOX

LE GRAND NUMÉRO D’ÉQUILIBRISTE FAIRE FACE AUX COÛTS PAR STEVE KNOX

U

nécessaires, votre coût moyen de réparation n autre mois s’est terminé, et L’application du scellant de couture. La recherche de codes. Les adhésifs spé- augmentera. La vérité, c’est que la gravité je me retrouve assise pour lire mon relevé mensuel. Tant de ciaux et la liste continue. L’industrie com- moyenne de l’industrie est à la hausse. Quelle est la prime offerte aux ateliers qui pensées me viennent à l’esprit - mence à exiger des réparations appropriées effectuent ces mises à niveau ? Les ateliers et sécuritaires. Cela signifie que les ateliers les dépenses sont un peu en baisse, mes pièces qui n’améliorent pas leurs outils et leur fordoivent investir dans de nouveaux équipebrutes ont un peu augmenté, les salaires sont mation reçoivent-ils le même salaire que les ments et dans la formation. Si nous réparons un peu plus bas du côté de l’administration en ateliers à la fine pointe de la technologie ? tous des voitures comme le recommande raison de certains changements, les ventes de Dans la plupart des cas, oui. main-d’œuvre se maintiNotre industrie est en pleine ennent. Si l’on regarde les mutation. Nous nous diribénéfices bruts, ce mois geons vers l’avenir, mais nous aurait dû être un excellent n’en sommes pas encore là. mois. Vraiment, c’était pas LES AFFAIRES SONT EFFRAYANTES, SURTOUT Beaucoup de voitures très grave. J’aimerais faire un peu mieux. QUAND ON SE REND COMPTE QUE VOUS ÊTES modernes sont réparées avec des méthodes très anciennes. Les affaires font peur, SUR LA CORDE RAIDE À CHAQUE FOIS QUE Sont-ils en sécurité ? Peutsurtout quand on se rend être. Peut-être que non. Percompte qu’on est sur la VOUS PASSEZ PAR L’ATELIER. sonne ne le saura jusqu’à ce corde raide à chaque qu’il y ait un autre accident. fois qu’on fait un travail C’est un pari terrible à faire. dans l’atelier. Nous avons Notre boutique est certifiée récemment mis en place I-CAR Gold. Elle est certifiée un nouveau système de par la CCIAP. Il est certifié gestion qui nous donne beaucoup plus de transparence sur nos per- l’usine, nous faisons ce qu’il faut. Mais Certifié Collision Care. Nous sommes très formances. Nous pouvons plus facilement combien coûte cette nouvelle soudeuse par fiers de ces faits, mais ils n’ont pas été sans équilibrer nos revenus par rapport à no- points à résistance ? Ce n’est pas donné. prix. Alors, à quoi ressemblera mon revenu tre revenu brut et à notre revenu net. Nous Afin de satisfaire aux directives OEM, vous net du mois prochain ? Probablement très demandons à nos partenaires d’assurance en avez besoin d’un. Que diriez-vous d’un similaire. L’année prochaine, cependant, il chaque petite allocation de main-d’œuvre banc à cadre ? C’est beaucoup plus que cela. augmentera. J’en suis sûr. L’attitude est tout ou de matériaux que nous pouvons obtenir. Vous en avez besoin d’un pour certaines di- pour votre équipe. Nous mendions pour chaque heure ou min- rectives OEM. N’oubliez pas votre entraîneute de peinture que nous pouvons demand- ment. Vous feriez mieux de payer ce techer. Pourquoi ? Nous devons le faire. Il semble nicien plus cher à l’heure dans l’espoir de CARSTAR Fredericton et que les petits extras que nous demandons, le garder une fois qu’il aura fait ses études. le directeur général de c’est ce qu’il nous reste après avoir addition- Plus vous investissez dans le personnel, plus CARSTAR Fredericton North né les coûts de fonctionnement de ces en- il devient attrayant pour la concurrence. La Steve Knox est membre du comité directeur de la CCIF treprises. Il est difficile de ne pas le prendre sévérité moyenne de votre magasin auget instructeur I-CAR. On personnellement lorsque nous recevons une mentera. Cela n’a jamais l’air bon sur le peut le joindre à sknox@ estimation qui a été réduite. Nos moyens de bulletin d’un assureur. Au fur et à mesure carstarfredericton.ca. subsistance en dépendent. Le sous-couche. que vous ajoutez les lignes supplémentaires 18  COLLISION QUÉBEC  COLLISIONQUEBEC.COM


FORMATION

DÉMASQUER LES MYTHES IDENTIFIER LA VÉRITÉ DERRIÈRE LA CERTIFICATION DES ATELIERS DE CARROSSERIE PAR ANDREW SHEPHERD

R

écemment, dans une autre revue Collision Repair en Colombie-Britannique, qu’il appartienne ou non au programme du spécialisée, on affirmait que “ moins a abordé cette question lors de la conférence réseau de réparation certifié. En général, les de 15 pourcent 100 des ateliers de CCIF Vancouver 2016, en indiquant qu’un programmes du réseau de réparation accrédité réparation de carrosserie au Canada programme est nécessaire pour reconnaître et servent l’intérêt du fabricant parce qu’ils ensont qualifiés pour réparer des voitures “ parce encourager les opérateurs des centres urbains et couragent l’achat de pièces d’origine et, surque “ moins de 600[sic] ateliers sont certifiés non urbains. Pour de nombreuses installations, tout, parce qu’ils favorisent l’allégeance à la OEM ... “. C’est un mythe aux proportions il serait insensé financièrement d’investir dans marque après une collision.” épiques. Il peut être utile d’examiner quelle des certifications OEM alors qu’elles reçoivent L’évolution vers l’accréditation des ateliers de est la position de l’induscarrosserie est une bonne chose trie sur la “réparation de et presque tous les membres de collisions qualifiée” et qui l’industrie l’appuient. L’accréditabénéficie d’un tel mythe. tion rehausse les normes, accroît La grande majorité des Quiconque déclare qu’un magasin n’est “pas la confiance des consommateurs, 4,000 ateliers de réparation renforce les objectifs de sécurité qualifié” s’il n’a pas payé les frais de certification et oblige les exploitants qui ne du Canada effectuent des réparations précises, sécupeut avoir un ordre du jour autre que l’avancement respectent pas les normes à se conformer aux normes ou ritaires et efficaces depuis de de l’industrie. à les fermer. Mais la décision nombreuses années. Ce fait est étayé par l’appui continu d’obtenir l’agrément devrait être des principaux assureurs fondée sur la compétitivité et le privés et publics du Canada. rendement du capital investi, et Oui, la complexité croispersonne ne devrait se faire à sante des composants des l’idée qu’elle “ qualifie “ l’atelier véhicules et des méthodes de réparation exerce déjà la majeure partie du travail au sein de leurs pour réparer certaines marques d’automobiles. des pressions sur les réparateurs pour qu’ils communautés ou qu’elles n’ont pas de conces- Quiconque déclare qu’un magasin n’est “pas suivent le rythme, mais faut-il croire que plus de sionnaires locaux de soutien. Le programme a qualifié” s’il n’a pas payé les frais de certifi85 pourcent des ateliers ne peuvent plus effectuer toujours été axé sur la promotion de normes cation peut avoir un ordre du jour autre que de réparations qualifiées? Quelqu’un en a-t-il et d’une méthodologie visant à démontrer aux l’avancement de l’industrie. parlé à Boyd, CARSTAR, Fix Auto, CSN, etc. consommateurs qui sont les meilleurs de l’inDe toute évidence, de nombreux ateliers dustrie - les ateliers capables, par la formation, qualifiés n’ont tout simplement pas encore obtenu l’équipement et l’infrastructure, de réparer les Andrew Shepherd est directeur d’accréditation. Ces ateliers suivent toutes les véhicules modernes. Toute autre affirmation général d’I-CAR Canada, un n’est qu’un stratagème de marketing. directives de réparation des équipementiers et organisme sans but lucratif disposent d’un équipement et d’une formation Comme l’indique l’exposé de position de l’AIA qui offre de la formation et à la fine pointe de l’industrie - qui les appellera sur la certification de l’atelier de carrosserie: de l’éducation continue sur la “Tout atelier de réparation de carrosserie non qualifiés ? L’Automotive Retailers Assoréparation des collisions. On peut le joindre par courriel à andrew. ciation, qui a lancé le programme Certified peut légalement réparer n’importe quel véhicule, shepherd@aiacanada.com

20  COLLISION QUÉBEC  COLLISIONQUEBEC.COM


ÉDUCATEURS DE L’INDUSTRIE

REPENSER L’ÉDUCATION À LA REPARATION INTÉGRER L’ANALYSE DIAGNOSTIQUE À DISTANCE DANS LE PROGRAMME D’ENSEIGNEMENT DES COLLISIONS PAR BEN HART

A

u Southern Alberta Institute of serie dans une situation technologique désa- soient effectuées avant de travailler sur les Technology (SAIT) de Calgary, vantageuse, car la formation et l’équipement véhicules de l’école. En tant que l’un des preen Alberta, la faculté est très fière peuvent faire défaut. Dans de nombreux cas, le miers établissements postsecondaires à s’assod’offrir à ses étudiants la forma- concessionnaire peut être le mieux placé pour cier à une entreprise de télédiagnostic par bation nécessaire pour effectuer des réparations fournir ces services de balayage et les faire ex- layage, les étudiants du SAIT sont en mesure sécuritaires sur chaque véhicule, mais ce n’est écuter par un compagnon technicien d’entre- de comprendre et d’adhérer aux procédures pas une tâche aussi simple qu’auparavant. En tien automobile formé par le fabricant. OEM tout au long du processus de réparation. fait, comme la technoloCompte tenu de la grave pénurie de gie de pointe des véhicules d’aujourd’hui a forcé les main-d’œuvre à laquelle En fait, comme la technologie de pointe des véhicules fait face l’industrie dans ateliers de carrosserie à modifier leurs procédures d’aujourd’hui a forcé les ateliers de carrosserie à modifier son ensemble, il est nécesde réparation, elle exige saire d’adopter de nouleurs procédures de réparation, elle exige aussi que velles approches à l’éduaussi que les établissements d’enseignement postseconles établissements d’enseignement postsecondaire cation sur les collisions au daire adaptent leur façon niveau postsecondaire. adaptent leur façon de former les techniciens automobiles Des partenariats de de former les techniciens automobiles de demain. collaboration avec des de demain. Aujourd’hui, les véhicules fournisseurs de diagnospeuvent utiliser plus de 50 tic à distance préparent modules individuels contemieux les étudiants aux nant de grandes quantités de données génériques En tant qu’établissement de formation, le réalités quotidiennes du travail dans l’industrie. et spécifiques aux constructeurs. Chacune peut corps professoral du SAIT a reconnu ce besoin Ils rendent également plus attrayante la décision être destinée à une très large section du véhicule, d’une approche plus moderne de la formation. d’étudier la réparation de carrosserie, ce qui percomme le module de commande du groupe À cette fin, le SAIT s’est associé à AirPro Diag- mettra d’attirer plus facilement des réparateurs motopropulseur, ou à une petite zone isolée nostics pour offrir aux étudiants une formation potentiels dans l’industrie. du véhicule, comme le module de commande en pré- et post-scanner et en étalonnage. L’outil des phares. Au total, le système d’un véhicule de diagnostic AirPro est conçu pour répondre à pourrait avoir 100 millions de lignes de code cette exigence unique de l’atelier de carrosserie. Ben Hart est un technicien programmées pour faire fonctionner l’ensemble L’étudiant peut rapidement brancher l’outil Airde carrosserie et de finition de ses fonctions, soit 10 fois plus qu’un téléphone Pro et demander une analyse assistée effectuée automobile Sceau rouge intelligent pour le traitement des données. Les à distance par un technicien formé à l’aide d’un qui possède près de 20 ans outils d’analyse tiers ne sont plus suffisants pour logiciel sous licence OEM pour produire un d’expérience dans l’industrie. un atelier de carrosserie car ils n’ont pas la ca- rapport des réparations recommandées. Il a enseigné des programmes pacité de lire tous les modules ou de contenir un Cette collaboration nous permet d’offrir à d’apprentissage au SAIT au cours logiciel permettant de récupérer des données nos étudiants la possibilité de rechercher des des deux dernières années et était auparavant spécifiques au fabricant. informations sur les réparations OEM et les contremaître chez un concessionnaire de carrosserie. Tous ces progrès placent l’atelier de carros- prises de position et d’exiger que ces étapes

22  COLLISION REPAIR  COLLISIONREPAIRMAG.COM


VUE PRAIRIE

ACCUEILLIR LES FEMMES ÉLIMINER L’UN DES OBSTACLES LES PLUS IMPORTANTS DE L’INDUSTRIE PAR CHELSEA STEBNER

M

aintenant, écoutez-moi. Avant positive en travaillant dans le domaine de la tien inébranlable à ces femmes pour qu’elles que quelqu’un ne se mette réparation de collisions, avec de nombreux puissent réussir dans leur domaine de prédià parler du féminisme, de excellents mentors, dont beaucoup sont des lection. Vous cherchez un point de départ? l’égalité des sexes, de tous hommes, que je veux encourager et accue- Assurez-vous d’être à l’écoute, d’aider à trouver les médias et des tendances actuelles dans illir de jeunes femmes dans le monde de la l’équilibre, de partager la charge et d’être une le monde. Arrêtez, c’est tout. Il ne s’agit pas réparation de collisions. présence encourageante dans leur vie. Si vous de ça. Il s’agit d’embaucher la bonne perPour parler directement aux jeunes femmes êtes leur leader, offrez de la formation, du sonne pour le poste et perfectionnement et un enviles possibilités de diverronnement sécuritaire pour sité dans nos milieux de l’apprentissage et la croissance. travail, d’accroître notre Dans votre entreprise, si vous main-d’œuvre et de bâtir voulez établir des relations et À LA FEMMES FORTES. PUISSIONS-NOUS LES de grandes entreprises. créer une équipe chaleureuse Si vous avez eu l’occasion et compatissante, songez à emCONNAÎTRE. PUISSIONS-NOUS ÊTRE EUX. d’entendre le panel des baucher plus de femmes. Mais QU’ON LES ÉLÈVE femmes à la CCIF 2018 avant de le faire, assurez-vous à Vancouver, vous saurez que votre culture est positive qu’il s’agit d’un changeet ouverte afin que ce soit un ment d’attitude, d’un pas plus facile dans la bonne changement de perspecdirection. Comprenez que tive, d’une compréhenvotre culture repose sur une sion de la nécessité de travailler ensemble intéressées par la réparation de collisions, j’ai base solide de leadership et d’orientation, pour améliorer notre industrie et les autres un petit conseil : sachez ce que vous voulez de valeurs, de vision, de politiques et de métiers également. Saviez-vous que près de et soyez ouvert aux opportunités. L’un des procédures sur le déroulement du travail, 50 pourcent de la population active du Can- points que j’aimerais aborder en rentrant chez de descriptions de travail et de programmes ada est composée de femmes ? Saviez-vous moi est le suivant. Dites OUI. Dites oui à la de santé et de sécurité exceptionnels. En que seulement 6.4 pourcent des emplois dans formation, au bénévolat, aux occasions de tant que leader, votre attitude est tout pour les métiers au Canada sont occupés par des prendre la parole en public, à la participation votre équipe. femmes et que 1 pourcent d’entre elles travail- à un conseil d’administration, à la rédaction lent dans le secteur de l’automobile ? d’une chronique dans un magazine. En gros, J’ai grandi dans cette industrie entourée soyez prêt à sortir de vos quatre murs et à vous Chelsea Stebner est copropriétaired’hommes. En fait, après mes deux premières sentir mal à l’aise. Il n’y a jamais de changeexploitant de Parr Auto Body, un années dans l’industrie, j’ai pris une pause et ment lorsque nous négligeons de sortir des atelier de réparation de carrosseries j’ai commencé à occuper un excellent poste sentiers battus. Il est de notre responsabilité de véhicules automobiles situé gouvernemental rémunéré qui, franchement, de nous efforcer d’en faire davantage pour à Saskatoon, en Saskatchewan. était un bureau rempli de femmes et j’avais ouvrir davantage de portes. Elle peut à l’adresse chelsea@ Aux hommes qui ont des épouses, des hâte de me remettre à la réparation de colparrautobody.com. lisions ! J’ai vécu une expérience tellement sœurs et des filles - assurez-vous d’un sou-

JUIN 2019 COLLISION QUÉBEC  23


QUI CONDUIT?

UNE SOURCE D’INSPIRATION POUR VOTRE PERSONNEL CRÉER L’ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL PARFAIT PAR JAY PERRY

A

vec tant de choses qui se pas- recherche vigilante de connexions inattendues. Ce type d’orientation permet d’obtenir encore sent dans une entreprise tous les Ces liens peuvent être des personnes ou des plus d’avantages. Un leadership inspirant suit jours et toute la journée, il peut objets. Les gens peuvent être des professeurs et les gens comprennent mieux quand l’aide être difficile de rester concentré ou des coéquipiers. Il pourrait s’agir d’outils leur arrive. Ils veulent suivre ce chef. L’attitude pour que votre attitude soit la bonne, celle pour le présent ou pour l’avenir, afin que le inverse est décourageante, dégonflante et crée personnel soit mieux préparé à faire face au l’environnement négatif que les gens fuient. qui inspire les gens à vous suivre. Afin de maintenir cette accent, je recommande changement au fur et à mesure que le besoin Vous aurez des distractions quotidiennes. que chacun développe une sorte de mantra se fait sentir. Il n’est pas nécessaire qu’il soit En tant que leader, c’est inévitable, mais vous pour se rappeler pourquoi devez rester concentré sur ce il a voulu être un leader au qui rend la vie meilleure pour départ. Ce sera tout à fait votre peuple, car cela rend la unique et personnel pour vie meilleure pour tous. C’est chacun d’entre nous et il QUE PUIS-JE FAIRE POUR AMÉLIORER VOTRE ce qui te retiendra, celui qui peut prendre un peu de conduit. TRAVAIL ET VOTRE VIE ICI AU TRAVAIL ? réflexion pour obtenir le bon équilibre dans le vôtre. Pour vous aider à démarrer, j’ai créé cette approche de base et je l’ai mise sous forme de questions afin qu’elle vous incite à aussi tangible que les objets. Cela pourrait être Jay Perry est co-auteur du vous recentrer sur ce qui compte pour vous, plus une prise de conscience de dire « merci livre Success Manifesto votre entreprise et, surtout, vos employés. «Que » quand vous voyez quelqu’un faire du bon avec Brian Tracy et fondateur puis-je faire pour améliorer votre travail et travail. Ce que nous voulons éviter, c’est de d’Ally Business Coaching, une votre vie ici au travail?» nous habituer aux petites choses importantes entreprise d’amélioration des C’est une perspective qui crée des possibil- qui rendent la vie plus agréable. processus et de développement ités d’amélioration continue et une attitude Quand la position du leader est de se soucdu leadership. On peut le joindre à jayperry@a-b-c-inc.com. contagieuse dans l’ensemble de l’organisation. ier sincèrement que les choses s’améliorent pour son peuple, beaucoup plus de nuances Ce concept englobe le leadership au service des autres et amène le leader à un équilibre du leadership deviennent plus faciles à gérer. entre les besoins identifiés du personnel et la Vous passez la majeure partie de votre journée recherche constante des bonnes ressources. avec ces gens, c’est pourquoi il est logique de Cela met en évidence le point de vue que créer une atmosphère dans laquelle tout le les meilleurs leaders ont développé, celui de la monde peut profiter.

24  COLLISION QUÉBEC  COLLISIONQUEBEC.COM


CONSEILS D’AFFAIRES

MÉGATENDANCES LES GRANDES TENDANCES MONDIALES DE L’AUTOMOBILE ET CE À QUOI LES ATELIERS DE CARROSSERIE DOIVENT S’ATTENDRE PAR STACEY PHILLIPS

L

es propriétaires et les gestionnaires des ateliers de carrosserie à travers le pays ont récemment eu l'occasion d'entendre parler des « mégatendances » mondiales prévues pour les 30 prochaines années dans le secteur automobile. Deirdre Mayhood, le directeur des grands comptes mondiaux d'AkzoNobel, a partagé son point de vue sur ces tendances en septembre lors de la conférence Acoat Selected Canadian Profitability Conference de l'entreprise qui s'est tenue à Montréal. Sa présentation était basée sur des informations fournies par Fitch Solutions et Shelley Cheshire, l'ancienne société chef de la direction de l'organisation IBIS et de la direction actuelle d propriétaire de RepairTalks. Alors que les ateliers de carrosserie font face à des défis similaires en termes d'achat d'équipement pour effectuer une réparation adéquate, de suivi des certifications OEM et d'interaction avec les autres intervenants, Mayhood a souligné l'importance de comprendre à quelle vitesse l'industrie de la réparation collision change et comment cela va affecter les affaires. «Ce n'est plus l'industrie automobile de votre grand-père, a dit Mayhood. « Les choses changent tous les jours et ce n'est pas le même marché - qu'il s'agisse de savoir qui construit

26  COLLISION QUÉBEC  COLLISIONQUEBEC.COM

Deirdre Mayhood, responsable grands comptes mondiaux pour AkzoNobel.

la voiture, comment elle est propulsée, à qui appartient le véhicule et même qui est le conducteur. La façon dont les ateliers de carrosserie font des affaires et les types de voitures sur lesquels ils travaillent aujourd'hui et dans le futur sont très différents. » Mayhood a présenté les résultats d'une étude automobile menée par Fitch Solutions. On a demandé à 200 cadres du secteur de l'automobile ce qu'ils croyaient être les tendances à venir dans l'industrie et quels investissements les entreprises devront faire pour demeurer concurrentielles. «Il est intéressant de noter que l'environnement et l'efficacité énergétique sont apparus

comme les principaux moteurs et que l'on prévoit qu'ils auront le plus d'impact », a déclaré Mayhood. Quatre grandes tendances pour la période 2020-2050 ont été identifiées : les véhicules à émissions nulles, l'adoption massive de véhicules autonomes, la croissance de la mobilité partagée et les véhicules dans l'IdO (Internet des objets). Pour être considérée comme une mégatendance, Mayhood a déclaré qu'il y avait trois critères différents : « Elle doit être mondiale, durable et avoir un impact majeur sur l'industrie », a-t-elle expliqué.


CONSEILS D’AFFAIRES

QUATRE GRANDES TENDANCES MONDIALES CLÉS Véhicules à émissions nulles L'étude de Fitch Solutions prévoyait une croissance considérable en ce qui concerne les véhicules à émissions nulles. M. Mayhood a déclaré qu'il deviendra essentiel de tenir compte de l'évolution de l'infrastructure, des ventes actuelles et des pressions gouvernementales. «Nous avons encore beaucoup de chemin à parcourir en ce qui concerne l'adoption de véhicules électriques, a-t-elle dit.» La Chine ouvre la voie grâce à la réglementation environnementale en Asie, suivie de près par l'Europe, l'Amérique du Nord, puis l'Amérique latine.» De nombreux pays étudient actuellement les ressources renouvelables, telles que la géothermie, la biomasse, le solaire et l'éolien. Mayhood a toutefois souligné que l'énergie renouvelable est imprévisible et qu'elle n'est pas toujours facilement disponible. Les experts de l'industrie affirment que les véhicules électriques (VE) pourraient être une solution viable, particulièrement en ce qui concerne le stockage des batteries.

Véhicules Autonomes Selon le rapport de Fitch Solutions, les véhicules autonomes devraient modifier l’équilibre du pouvoir entre les équipementiers et les fournisseurs. Mayhood a déclaré qu’une grande partie de la technologie nécessaire pour les voitures autonomes est développée en dehors de l’industrie automobile par des fournisseurs non traditionnels. Elle a utilisé l’exemple des partenariats d’Intel avec des sociétés telles que Mobile Eye et Delphi pour développer les logiciels et les capteurs nécessaires à l’exploitation de ces véhicules. L’assurance de véhicules autonomes est une autre considération qui devra être prise en compte. La recherche a montré que les systèmes autonomes réduiront le nombre d’accidents de la route, ce qui pourrait se traduire par une baisse des primes. Toutefois, le coût de l’assurance ne diminuera pas nécessairement en raison des pièces coûteuses requises pour ces automobiles. On prévoit également que la responsabilité de l’accident passera du conducteur individuel à un constructeur automobile ou à une entreprise de location de voitures, surtout avec un véhicule sans conducteur. En outre, la poursuite de la consolidation dans l’industrie est La diminution possible des primes devrait se produire.

Mobilité partagée Avec l’importance croissante accordée à la technologie dans les automobiles du futur, les équipementiers n’ont plus autant de « points de contact » avec les clients. À la suite de ces changements, Mayhood a déclaré que les équipementiers reconnaissent la nécessité d’un nouveau modèle commercial. « Il ne suffit plus d’être un simple fabricant », a-t-elle fait remarquer. « Les OEM sont en train de trouver leur place dans l’écosystème de la mobilité. Ils veulent intégrer les technologies et les services et, en fin de compte, ils veulent contrôler l’ensemble du parcours qu’ils ont avec les consommateurs. » Les programmes de certification OEM continueront d’être à l’avant-plan, a déclaré Mayhood. Les constructeurs automobiles forment également des partenariats avec des entreprises comme Uber, Hertz et Apple pour développer des services de transport à valeur ajoutée pour les consommateurs basés sur la mobilité partagée. Ce comprend l’utilisation partagée d’un véhicule, d’un vélo ou d’un autre moyen de transport. Ils sont également en train de développer des applications pour le partage de véhicules, l’entretien, le premier avis de perte et d’autres questions axées sur le client.

L’Internet des objets (IdO) De l’avis de Mayhood, l’IdO sera l’un des plus grands obstacles à surmonter avec les voitures autonomes avancées. Actuellement, l’interconnectivité est disponible sur de nombreux véhicules, tels que OnStar et BMW Assist. « Nous sommes Nous sommes habitués à ce type de technologie, mais nous allons aller encore plus loin », a déclaré Mayhood. Dans l’ordre pour que les voitures autonomes puissent fonctionner, elle a déclaré qu’une plate-forme de communication universelle standard aura besoin de à mettre au point pour que les automobiles puissent communiquer entre elles - véhicule à véhicule - ainsi qu’avec les autres véhicules. de véhicule à infrastructure et de passager à voiture. Les questions d’infrastructure devront également être abordées. « La voiture entière ne va pas se révolutionner du jour au lendemain», a dit Mayhood. « Les gens vont quand même conduire des voitures. » Entre-temps, elle a dit que les fabricants d’automobiles et d’autres continueront de développer des véhicules. qui sont assistés, automatisés et autonomes. En terminant, elle a encouragé les propriétaires d’ateliers de carrosserie à rester informés des changements et de l’effet qu’ils auront sur les clients et sur l’ensemble du processus de réparation.

JUIN 2019 COLLISION QUÉBEC  27


CONSEIL AUX ENTREPRISES

COMMERCIALISATION DE VOTRE ATELIER DE REPARATION COMMENT LE MARKETING AXÉ SUR LES DONNÉES PEUT AIDER LES ATELIERS DE CARROSSERIE À COMMUNIQUER AVEC LES CLIENTS PAR STACEY PHILLIPS

D

iane Miller de Body Shop Nation a récemment demandé à une salle pleine de propriétaires et de gestionnaires d'ateliers de carrosserie : « Est-ce que votre marketing vous rapporte de l'argent l'année dernière ? Ou ça t'a coûté cher ? » Diane a récemment partagé le secret de se classer au-dessus de ses concurrents commerciaux et de gagner plus de clients au cours d'une réunion du groupe de performance nord-américain AkzoNobel Acoat Selected North American à San Diego, CA. « Dépensez vos dollars de marketing en vous concentrant sur ce qui fonctionne", a conseillé Diane. "Vous pourrez mesurer vos résultats en temps réel depuis n'importe quelle source. » Avec une expérience dans les industries de l'assurance et de la réparation de carrosserie, Diane et son mari Don, propriétaires de Body Shop Nation, aident les ateliers de carrosserie à commercialiser leurs produits en ligne et à communiquer avec les clients et leur communauté locale par le biais du «marketing axé sur les données. » Cela comprend l'optimisation pour les moteurs de recherche (SEO), les campagnes de médias sociaux, le marketing de géolocalisation et le ciblage contextuel. Don a expliqué que le référencement est la capacité de livrer le site Web d'une entreprise dans un résultat de recherche approprié qui oblige le consommateur à prendre des mesures - soit un appel téléphonique ou remplir un formulaire. « L'atout le plus précieux en ligne est votre site Web », a dit Don. « Plus votre site répond à la question de la recherche, plus le classement du site est élevé. » Ils ont également discuté de l'importance de lancer des campagnes sur les médias sociaux. « Ayez votre nom à l'avant-plan quand quelqu'un dans la communauté demande des références ou des recommandations par n'importe quel canal social » , a dit Diane. « Facebook est la plateforme de marketing la moins chère et offre une campagne

28  COLLISION QUÉBEC  COLLISIONQUEBEC.COM

ciblée à un public spécifique, jusqu'au type de véhicule qu'il possède. » Le marketing de géolocalisation cible les clients potentiels en fonction de leur emplacement, tandis que le ciblage contextuel est la capacité de cibler n'importe quel utilisateur dans un emplacement géographique en fonction des termes de recherche recherchés, des sites Web visités, du contenu  Don et Diane Miller, propriétaires de Body Shop Nation. lu et des liens des médias sociaux sur lesquels on a cliqué. « Les actions téléphones cellulaires peuvent être ciblés, ainsi des utilisateurs sont une excellente approche que l'emplacement d'une personne et même de ciblage pour être les premiers dans votre le site Web d'un concurrent. Les consommateurs peuvent également communauté avant tout autre magasin », a être ciblés en fonction du contenu lu. déclaré Don. « Le micro-ciblage vous permet d'atteindre vos clients de manière exclusive » , explique Don. « La géo-clôture est une forme populaire de microciblage qui nous permet de diffuser “L’atout le plus une publicité spécifique à un groupe spécifique précieux en ligne est de personnes dans un lieu spécifique. Oui, vous pouvez cibler les clients assis dans le hall de votre site web, a dit votre concurrent. » Don. “Plus votre site Il a expliqué que la géo-clôture peut être utilisée pour tout, y compris la sensibilisation répond à la question de la communauté. « Vous pouvez utiliser le de la recherche, géo-clôturage pour attirer l'attention sur votre marque à partir de n'importe quelle source plus le classement d'information » , a déclaré Don. « Vous pouvez du site est élevé.” même charger vos données CRM et envoyer des messages sur tout ce que vous voulez. C'est un outil inestimable que très peu de —Don Miller gens utilisent. » Au cours de leur présentation, Don et Diane ont parlé de l'intégration de ces stratégies de marketing pour maximiser l'investissement. « Non seulement les données vous aident Body Shop Nation utilise également le « micro-ciblage » qui s'est avéré dans de nombreux avec votre retour sur investissement, mais cas être une stratégie marketing plus efficace. Le elles peuvent aussi vous dire si votre site Web microciblage est la capacité de commercialiser fonctionne et comment gérer votre entreprise un produit auprès d'un client en fonction de », a déclaré Diane. « Data vous dit exactement ce qu'il fait. En utilisant le micro-ciblage, les quoi faire ensuite. »


CONSEIL AUX ENTREPRISES

BODY SHOP NATION'S 10 CONSEILS POUR STIMULER LE RÉFÉRENCEMENT ET GAGNER PLUS DE CLIENTS STRUCTURE DU SITE - La structure du site est le cœur même du référencement. Don a dit que la structure

1 3

2

1

du site Web doit être mise en place pour qu'il soit compris et indexé par les moteurs de recherche afin de livrer du contenu à votre client idéal en fonction de ce qu'il recherche. « La plupart des concepteurs de sites Web ne mettent pas en place la structure ou n'ont pas les connaissances pour le faire, alors assurez-vous de le découvrir avant d'embaucher quelqu'un » , a-t-il conseillé.

2

FACTEURS DE CLASSEMENT - L'augmentation des facteurs de classement aide les moteurs de recherche à décider quel site Web livrer dans un résultat de recherche qui répond à toutes les directives pour la fiabilité, la qualité, le contenu et la réputation.

3

SE CLASSER DANS LE TRIOS PREMIERS - Un site Web structuré indiquera aux moteurs de recherche où vous livrer dans les résultats de recherche. L'objectif est de devenir une "marque d'autorité" et d'apparaître en tête des résultats de recherche.

4

AJOUTER QUATRE À CINQ COMMENTAIRES GOOGLE STAR COMMENTAIRES - Avoir des étoiles jaunes positives à côté du nom de votre entreprise lorsque quelqu'un effectue une recherche aide votre entreprise à se démarquer de la foule et lui donne aussi de l'autorité.

5

MÉDIAS SOCIAUX - Les campagnes sociales actives sont maintenant un aspect essentiel de l'algorithme de

6 7

recherche de Google et indiquent aux moteurs de recherche à quel point votre entreprise est impliquée dans votre communauté.

ENCOURAGER L'ENGAGEMENT - Diane a insisté sur l'importance d'avoir quelqu'un qui prend des mesures pour que l'entreprise devienne visible. « Nous avons besoin d'une certaine forme d'action pour devenir pertinents à la fois dans la recherche et dans les plates-formes sociales », a-t-elle dit. « Les points de vue sur les médias sociaux ne signifient rien sans un semblable ou un partage. »

FIANÇAILLES - Lorsqu'il affiche sur les plateformes de médias sociaux, Don a dit de s'assurer qu'il s'agit d'un outil qui suscitera l'intérêt des clients et qu'il sera intéressant pour eux. « Vous êtes essentiellement invisible si vous n'avez pas d'engagement, dit-il. »

8

ÉQUIPE DE RECHERCHE ÉLARGIE - Il s'agit de devenir l'option écrasante sur la première page d'une recherche en plus d'être en position un. Votre contenu doit être écrit correctement et structuré pour être efficace.

9

AFFICHAGE SOCIAL - L'affichage régulier est essentiel quand il s'agit de référencement. Il est également

10

PERTINENCE - Quand quelqu’un s’occupe de votre message, cela démontre au moteur de recherche que vous êtes pertinent et influe sur la hauteur à laquelle votre site Web apparaîtra dans les résultats de recherche.

important de toujours cibler correctement votre public et de payer pour être vu si nécessaire.

Body Shop Nation est un partenaire certifié Google. Don et Diane assistent régulièrement à des cours de référencement pour se tenir au courant de l'algorithme de Google. Pour plus d'informations, visitez bodyshopnation.com/bodyshops.

JUIN 2019 COLLISION QUÉBEC  29


ÉVÉNEMENT

Ruper Rice, Roger, Janice et Jeff Schroder et Jim Hazlett.

Norm Angrove et Jay Perry.

L'équipe OEM Uniparts.

UN FORUM À NE PAS OUBLIER 20e ANNIVERSAIRE DE LA CCIF À TORONTO PAR GIDEON SCANLON

E

n janvier, le Forum de l'industrie canadienne de la collision a célébré son 20e anniversaire à Toronto. L'événement a été marqué par un gala de célébration, qui comprenait une foire commerciale de 80 kiosques, ainsi que des présentations et des séminaires de certains des analystes les plus respectés de l'industrie au monde.

PRÉSENTATIONS POPULAIRES L'événement a débuté par un après-midi de séminaires, y compris une présentation informative de l'auteur et collaborateur de Collision Repair, Jay Perry. Perry a parlé de ce que signifie être un leader en milieu de travail et des changements que les employeurs peuvent apporter pour améliorer la satisfaction des employés. «Trente pour cent des gens ne quittent pas l'entreprise, ils quittent leur patron», a déclaré Perry. Perry a souligné l'importance de l'engagement des employés dans le milieu de travail et l'importance cruciale pour les employeurs de créer un milieu de travail positif. 30  COLLISION QUÉBEC  COLLISIONQUEBEC.COM

« Il existe une corrélation directe entre le bonheur des employés au travail et la productivité », a déclaré Perry. «Un employé sur quatre est pleinement engagé. » Selon Perry, les employeurs n'en font pas assez lorsqu'il s'agit de mobiliser les employés et, par conséquent, ils coûtent cher à long terme à leurs entreprises. L'un des impacts négatifs dont Perry a parlé est le suivant le maintien en emploi et les coûts associés aux départs d'employés. «Jetons un coup d'œil à l'emploi le plus visible, une RSE. Modérément rémunéré ; en ayant un congé, vous pouvez vous attendre à ce qu'il vous en coûte trois mois de salaire

pour le remplacer », a dit Perry. «Au fur et à mesure que vous gravissez les échelons, ces coûts augmentent de façon exponentielle. » Le lendemain, l'analyste de l'industrie Brad Mewes a organisé une table ronde qui a réuni des personnalités de haut niveau de l'industrie pour discuter de la rentabilité des programmes de certification et d'accréditation. L'un des conférenciers, Peter Sziklai, membre du Comité directeur de la CCIF et propriétaire de Tsawassen Collision, a été applaudi pour avoir fait remarquer un éléphant dans la salle - que les personnes présentes étaient déjà familières avec bon nombre des idées discutées et que la prochaine étape était


ÉVÉNEMENT

Le lauréat Darryl O'Keefe félicité par John Turner après avoir placé l'offre gagnante sur un pistolet de pulvérisation signé Jay Leno.

de convaincre davantage de membres de l'industrie à participer. Perry, qui a déjà travaillé au sein de l'équipe de la s'est également fait l'écho du point de vue de Sziklai. «Peter a mis le doigt sur le problème : si vous êtes intéressé à venir ici, vous êtes probablement au courant des questions à l'étude», a dit Perry. "Nous devons rester attrayants pour toutes les parties, qu'il s'agisse des assureurs, des fournisseurs et des propriétaires de produits, et ce, d'une génération à l'autre. Bien qu'ils reconnaissent l'importance

Bruce Carrick, Carla Matta et Jordy Fujiwara.

d'attirer de nouvelles personnes, Perry et Sziklai croient que l'organisation fait d'énormes progrès dans ce domaine. «Nous sommes déjà sur la bonne voie», a déclaré Sziklai dans une interview. «Paul Carvalho et Patrice Marcil ont vraiment ouvert l'organisation à la communauté. » «C'est un défi, et nous devons en respecter l'ampleur, » a ajouté M. Perry. «Les choses ont vraiment changé», a dit Perry. "C'était quelque chose dont on discutait quand j'étais au comité directeur de 2012 à 2014. » À la suite de la réunion, il est apparu claire-

ment que l'opinion consensuelle était que les programmes d'accréditation et de certification n'étaient pas une solution miracle pour améliorer les résultats financiers d'une installation. Ryan Mandell, de Mitchell International, a prononcé une allocution dans laquelle il a examiné de près le nombre croissant de véhicules électriques en service. M. Mandell a conclu que d'ici 2029, les VE ne seraient pas plus coûteux que les véhicules à moteur à combustion interne, de sorte qu'il est presque certain qu'ils deviendront monnaie courante - tant sur les routes que dans les ateliers de carrosserie.

EXPOSITION ET PRÉSENTATION Avec plus de 80 entreprises participant au salon, les participants ont pu assister à des démonstrations des dernières technologies liées aux collisions. Pour de nombreux nouveaux participants du FICC, le salon a offert une bourse de formation de une occasion inégalée de se connecter avec les produits les plus avant-gardistes sur le marché et les personnes capables d'expliquer leur fonctionnalité. Jason Tanguay, directeur de Star Motors Collision, qui n'avait jamais assisté à une conférence de la CCIF, a reconnu l'efficacité de ces efforts. «Je ne savais pas à quoi m'attendre, mais c'était genial », a dit Tanguay. «J'ai acquis beaucoup de connaissances sur les produits. » Le prochain événement de la CCIF aura lieu à Halifax les 23 et 24 mai.

Roger Schroder, Wanja Mann et Steve Fletcher.

GALLIVANTING AU GALA Plus de 200 personnalités de l'industrie ont écouté dans la grande salle de bal de l'hôtel Marriott Airport le président Patrice Marcil présenter sept des anciens présidents de l'or-

L'équipe Uni-Select.

JUIN 2019 COLLISION QUÉBEC  31


EN COUVERTURE

ganisation. À leur tour, Ken Friesen, Glenn Hickey, Tom Bissonette, Tony Canade, Larry Jefferies et Joe Carvalho ont partagé leurs souvenirs préférés des conférences passées de la CCIF. Après le dîner, le conférencier d'honneur Shawn Kanungo, un stratège auto-proclamé en matière de perturbation, a présenté son point de vue sur la façon dont les nouvelles technologies qui changent la donne changent fondamentalement les industries, des journaux au secteur automobile.

3M’s Steve, Mike Savage, Terry Groves, Kathleen McCoullough and Craig Jones.

COMMUNAUTÉ CARITATIVE Pendant le forum, SATA Canada a travaillé fort pour recueillir des fonds pour des œuvres de bienfaisance. Pour une deuxième année consécutive, SATA Canada a vendu aux enchères un pistolet de pulvérisation spécial. Le modèle de cette année, un SATAjet 1500 B SoLV, portait la signature écrite de Jay Leno, comédien et animateur d'une émission de télévision en fin de soirée. Leno, qui n'est pas connu pour signer des articles, a été séduit au salon SEMA de cette année par John Turner, directeur général de SATA Canada. Turner a expliqué à Leno que les

fonds recueillis seraient versés au Réseau ABLE, une fondation dont l'objectif est d'améliorer la vie des personnes atteintes d'autisme. Leno, qui a l'habitude de travailler avec les organismes de bienfaisance pour l'autisme, a gracieusement accepté la demande de Turner. En plus de la vente aux enchères, SATA Canada a également tiré au sort un pistolet de pulvérisation SATAjet 1500 B SoLV signé par le légendaire Richard Petty de NASCAR. Au total, l'entreprise a amassé plus de 4,500 $ pour le réseau ABLE entre les deux pistolets de pulvérisation.

Les soumissionnaires gagnants pour le Jay Leno signé PHASER étaient Doug Roberts et sa fille Kim de Fix Auto Barrie North, tandis que l'heureux gagnant du Richard Petty signé SATAjet 1500 B était Tyler Zacher-King, directeur des ventes en Ontario pour AB Warehouse. Tyler a gracieusement permis à SATA Canada de vendre l'arme aux enchères pour amasser plus d'argent. La soumission gagnante est venue de Daryll O'Keefe, directeur général, Ontario chez Fix Automotive Network, qui a conservé les deux armes dans la famille Fix.

CONDUITE À HUIS CLOS Alors que les membres de la communauté des collisionnistes commençaient à arriver au forum de la CCIF dès le premier jour, l'équipe de direction et le comité directeur de l'organisation ont été enfermés dans une réunion à huis clos où ils ont discuté de certains des obstacles les plus importants auxquels l'industrie est actuellement confrontée. Bien que les détails de la réunion n'aient pas été révélés au public, un certain nombre de sources à l'intérieur du groupe ont pu partager quelques détails. Entre autres, que la conversation avait été si productive que, après un vote unanime, il a été décidé d'en prolonger la durée. Chelsea Stebner et Steve Knox, membres du comité directeur et chroniqueurs de Collision Repair, sont d'accord. «Les grandes idées volaient à toute allure», dit Knox. "C'était incroyable d'entendre autant de points de vue bien réfléchis. » «Le temps passait vite. Nous avons vraiment approfondi un grand nombre de sujets», a déclaré Stebner. «C'était vraiment intense. »

32  COLLISION QUÉBEC  COLLISIONQUEBEC.COM

Conférencier d'honneur Shawn Kanungo.

CCIF’s executive director Patrice Marcil. Harvey Gillard de I-CAR Canada et l'industrie Sean Slaven, défenseur de la sécurité.


PROFILS DE RÉUSSITE

Harold Fjellstrom et ses enfants, Michelle Dupuis et Cameron Fjellstrom.

HAROLD LE GRAND HAROLD'S AUTO BODY CÉLÈBRE 46 ANS DE RÉPARATION DE CARROSSERIE FONDÉE SUR DES PRINCIPES PAR SUE DICKENS

D

e temps à autre, Harold Fjellstrom, qui a fondé Harold's Auto Body à Edmonton en 1973, vient voir comment va l'entreprise familiale. «Les choses ont beaucoup changé, mais les bases de la réparation de carrosserie automobile et de l'entreprise demeurent les mêmes. Nous aidons les gens à se sortir d'une mauvaise situation - nous réparons leur véhicule et de prendre soin de nos clients. » Après une décennie et demie de retraite, il sait que l'entreprise est entre les mains de deux de ses enfants, Cameron Fjellstrom et Michelle Dupuis. Tous deux partagent sa conviction que le succès ne se résume pas à un dur labour - mais un engagement à faire un effort supplémentaire, tant pour les employés que pour les clients. Pour sa fille aînée, Michelle, cette leçon a été appris très tôt. «En grandissant, nous n'avions pas grandchose, mais papa trouvait toujours un moyen de faire en sorte que les choses fonctionnent », dit Michelle. «À l'époque, mon père travaillait pour d'autres personnes. Il assumerait des responsabilités en dehors de son propre travail de débosseleur, comme la rédaction de devis pour d'autres entreprises. »

34  COLLISION QUÉBEC  COLLISIONQUEBEC.COM

En 1973, alors qu'elle n'avait que 11 ans, son père a pris un énorme risque en fondant Harold's Auto Body, un immeuble de 3 000 pieds carrés à Edmonton, en Alberta. «Je ne voulais plus travailler pour personne d'autre. J'aimais ce que je faisais, et j'étais bon à ça, mais je n'aurais pas pu le faire seul. » Harold a dit. Avec tout ce qui était en jeu, la famille s'est réunie pour s'assurer que le projet décolle avec succès. «Ce n'était pas seulement mon père. Ma mère Lorraine, son frère et son oncle Norm[Fjellstrom] y étaient ensemble, explique Michelle. «En travaillant ensemble, ils ont réussi à conclure un marché avec Allstate Insurance, et à partir de là, les affaires ont commencé à tourner. » Harold est particulièrement reconnaissant envers sa femme, Lorraine, qui a travaillé sans relâche avec lui. «Quand on a commencé, j'ai dû avoir ma carte de crédit femme tout le temps dans le coin. Je ne pouvais pas répondre au téléphone et faire des devis. Nous les avons écrites toute la journée et tout était fait à la main», dit Harold. Malheureusement pour les Fjellson, l'aug-

 Michelle Dupuis, copropriétaire de Harold's Auto Body à Edmonton, en Alberta.

mentation des affaires a rapidement montré que l'installation limitée était trop petite pour leur permettre de rester en activité. En 1978, quelques années seulement après le début de leurs activités, ils ont décidé de


PROFILS DE RÉUSSITE

L'équipe Harold's Auto Body.

prendre un autre gros risque : investir dans une expansion majeure. Cette fois, cependant, Harold voulait s'assurer que ses installations seraient adaptées aux besoins d'un réparateur automobile en pleine expansion. «Papa a trouvé un terrain tout près dans les parcs à bestiaux d'Edmonton et par la suite. défricher la terre, il a dressé un plan d'urbanisme et a construit sa propre vision de son magasin. Alors il est allé voir l'ingénieur et l'architecte qui a fourni les plans appropriés », a dit Michelle. Bien qu'Harold ait commandé une grande partie des travaux à un cabinet d'architectes, il a réussi à réduire les dépenses en construisant des édifices à l'état pur tout ce qu'il pouvait. Ces efforts ont rapidement porté fruit et l'entreprise s'est trouvée en plein essor. «Tout d'un coup, nous avons eu un grand magasin et papa continuait d'embaucher des gens», a dit Michelle. A leur point culminant, ils avaient au moins 20 employés - on est loin des trois avec lesquels ils ont commencé. Alors qu'elle était étudiante au secondaire et qu'elle travaillait à temps partiel au bureau, Michelle a acquis une toute nouvelle perspective en voyant son père le voir embaucher et interagir avec un effectif en pleine expansion. «Quand papa a envisagé d'embaucher quelqu'un, il s'est assuré qu'il partageait ses valeurs morales comme lui-même », explique Michelle. Dans les mois qui ont suivi, Michelle a pris note de l'approche de son père. Elle a vu comment il a réussi à faire ressortir le meilleur de ce qu'il y avait de mieux. ses employés en les traitant avec respect. Elle a prêté attention au dévouement qu'il accordait à ses clients

et à la façon dont ils le récompensaient par une clientèle fidèle. «Papa tenait vraiment à ses employés au point de les traiter comme si c'était sa famille », dit Michelle. "Quand ils luttaient, il s'assurait d'être là pour eux. » Elle a pris ces leçons à cœur joie- qu'elle ne s'attendait pas à être dans sa vie position. Comme beaucoup d'enfants de l'établissement Michelle avait grandi en voyant à quel point les affaires pourraient être dures. «En grandissant, ma mère et mon père je rentrais à la maison la nuit et je les entendais parler de tous leurs problèmes et de toutes leurs préoccupations. Après avoir toujours entendu parler de ce que c'était. Je ne voulais rien avoir à faire avec le carrossier ! » Après l'école secondaire, Michelle a fréquenté l'école Institut de technologie du Nord de l'Alberta (NAIT), où elle a étudié la comptabilité et les finances. Après l'obtention de son diplôme, elle seragan une carrière dans un important cabinet comptable du centre-ville d'Edmonton. Mais le destin avait d'autres des projets pour Michelle. En 1981, peu après que Norm eut quitté Edmonton pour un nouveau poste à Saskatoon, son père a eu des problèmes de santé. Harold a appelé sa fille pour lui demander si elle avait n'a jamais envisagé de travailler avec lui. Michelle hésitait au début, mais s'est rendu compte que, si l'Assemblée de l l'entreprise familiale était de survivre, elle n'avait pas de mais de s'impliquer. Au cours des années suivantes, Harold a commencé à compter de plus en plus sur Michelle. En 1985, on a décidé qu'il fallait procéder à un deuxième agrandissement d'envergure pour agrandir la cabine de peinture

de l'atelier, et c'est Michelle, et non Harold, qui serait responsable du succès du projet. Bien que Brad, l'enfant cadet d'Harold, n'ait jamais été attiré par le travail dans le domaine de la réparation de collisions, son cadet, Cameron, partageait la passion de Harold pour le travail avec les véhicules. Contrairement à ses frères et sœurs plus âgés, Cameron, qui a dix ans de moins que Michelle, avait grandi à une époque où l'entreprise était florissante. En se joignant à l'équipe en 1990, il s'est rapidement rendu compte qu'il avait une passion pour le travail pratique. «J'aime la sensation de faire réparer une voiture correctement. » Cameron a dit. «C'est merveilleux de savoir que nous avons fait tout ce que nous pouvions pour fournir une voiture sûre et bien assemblée. »

«Papa tenait vraiment aux employés au point de les traiter comme de la famille." Michelle a dit. «Quand ils luttaient, il s'assurait d'être là pour eux. » —Michelle Dupuis

JUIN 2019 COLLISION QUÉBEC  35


PROFILS DE RÉUSSITE

Au cours des quinze années suivantes, les frères et sœurs sont devenus une équipe formidable, à la hauteur des principes de leur père. Contrairement à de nombreux frères et sœurs dont les différences rendent le travail en commun difficile, Cameron et Michelle disent que leurs approches se complètent les uns les autres. «Nous sommes très différents, » dit Michelle. «Cameron a étudié les arts industriels et était un homme très pratique, un homme à tout faire, tout comme notre père. » «En fin de compte, nous visons tous la même chose : envoyer des clients chez eux en sécurité et heureux. Nous sommes tous les deux nécessaires pour que cela fonctionne», a-t-il dit. «Je ne pourrais jamais faire le travail de Michelle et comme elle dirait la même chose du mien ! » Lorsqu'il a décidé de prendre sa retraite en 2003, Harold était certain que l'entreprise était entre de bonnes mains. Les années qui ont suivi lui ont donné raison. Nous sommes forts de 46 ans en ce moment, a dit Michelle. «Notre loyauté envers le personnel, les fournisseurs et nos clients est une part importante de ce succès durable. » Comme leur père, Michelle et Cameron entretiennent des liens étroits avec leurs employés. Au sein de l'équipe de 12 personnes, certaines sont restées au sein de l'entreprise pendant des décennies - la directrice des pièces, Lori Petraschuk, s'y étant jointe dans

les années 1980. «Elle est ici depuis 32 ans et c'est une vraie perle», a dit Michelle. «Nous avons tellement de chance de travailler avec elle et tant d'autres gens merveilleux. » Mais il n'y a pas que les employés qui sont restés dans l'entreprise au fil des décennies. Les clients sont également restés fidèles. «Il n'y a pas de secret dans ce que nous faisons, c'est ce que nous avons toujours fait. Nous répondons aux besoins et aux exigences de nos clients et le faisons à l'ancienne »,

Deux des réparateurs de Harold's Auto Body travaillent à la réparation du pare-chocs avant du véhicule d'un client.

Cameron Fjellstrom supervise une procédure de pré-scanning du véhicule.

36  COLLISION QUÉBEC  COLLISIONQUEBEC.COM

explique Michelle. «Quand les gens pleurent après un accident, je leur fais un câlin, je prends un café avec eux et je leur dis qu'on peut aider à améliorer les choses. » Bien que l'approche soit peut-être démodée, elle est efficace. Aujourd'hui, bon nombre des clients sont les enfants et les petits-enfants de clients de longue date - un fait qu'Harold trouve extrêmement touchant. «Je suis si fière de Michelle et Cameron, » Harold dit. «Ils sont plus qu'une simple vie à mon héritage. »


PROFIL DE CARRIÈRE

UN POINT D'HONNEUR COMMENT TROIS INSULTES ONT POUSSÉ ARMAN GURARSLAN À MONTER AU SOMMET PAR SUE DICKENS

L

orsque le futur mousquetaire D'Artagnan arrive dans le Paris du XVIIe siècle, sa carrière légendaire commence mal. Il reçut trois insultes des membres les plus célèbres de la compagnie - Porthos, Athos et Aramis - et accepta de régler chacun d'eux par des duels. Heureusement pour les Français, et pour les amateurs de romans d'aventures partout, d'Artagnan et les trois mousquetaires ont tous survécu. Comme D'Artagnan, la carrière d'Arman Gurarslan a commencé par trois gifles proverbiales au visage - et bien qu'il n'ait pas tenté de régler le différend par l'épée, elles l'ont encouragé à prendre son destin professionnel en main et à fonder son entreprise, Arslan Automotive. La première atteinte à sa dignité remonte à la fin des années 1960. Tout juste sorti de l'université, Gurarslan avait accepté un poste de stagiaire chez Sears Canada, dans l'espoir d'obtenir une promotion à un poste de gestionnaire. Malheureusement pour Gurarslan, il n'a pas été choisi pour un homme avec moins d'expérience et de talent - un homme qui était le fils d'un conseiller municipal d'Ottawa. « La gifle numéro un a été un signal d'alarme », a dit Arman. « J'ai réalisé que toutes les promotions n'étaient pas fondées sur le mérite. La deuxième gifle s'est produite peu de temps après. Ayant un département à gérer dans un nouveau magasin d'Ottawa, Gurarslan s'est consacré à ce rôle et a rapidement obtenu les meilleurs résultats de vente dans tous les magasins Sears au Canada. On m'a félicité et on m'a promis une augmentation avec une promotion au siège social », se souvient Gurarslan.  «L'augmentation est arrivée, et c'était 10 $ de plus par semaine pour ce que j'avais accompli.” C'est alors que Gurarslan a décidé qu'il voulait être indépendant et posséder

une entreprise, ne dépendant de personne pour lui faire un chèque de paie. «C'était la deuxième gifle ! » explique Gurarslan. «Je savais qu'aucun employeur ne me paierait ce que je pensais valoir. »  Avec son diplôme en commerce et sans capital de démarrage ni expérience commerciale, Gurarslan savait qu'entrer dans la distribution automobile serait une bataille difficile. En 1969, lorsqu'on lui a offert la chance de travailler comme camionneur pour Snap-On, Gurarslan a sauté sur l'occasion, même s'il lui manquait environ 10 000 $ pour acheter l'équipement minimum requis. Pour compenser la différence, Gurarslan a vendu sa bien-aimée Ford Cortina, mais ce n'était pas suffisant.  «J'ai négocié », dit Gurarslan. « Snap- On a accepté de me laisser les outils en consignation. » En maintenant sa position parmi les 10 meilleurs concessionnaires au pays, il a économisé suffisamment d'argent pour démarrer sa propre entreprise indépendante et, en 1976, il a quitté Snap-On.  «J'ai établi leur concurrent ontarien dans la province de Québec, dit M. Gurarslan. «Soudain, j'étais en train de gérer toute l'opération. »  Pendant que le sens des affaires de Gurarslan l'aidait à bâtir une entreprise saine. Il avait trouvé un moyen d'acquérir D.A. McNulty de Toronto, un distributeur national bien établi dont le propriétaire avait connu des difficultés financières. Avec quelques manœuvres d'affaires intelligentes, il a pratiquement éliminé l'intérêt des autres qui voulaient acheter et a négocié sa voie pour devenir le distributeur national de certaines des premières lignes au Canada. Tout semblait aller trop bien. Peu de temps après avoir porté son entreprise sur la scène nationale, un fournisseur concurrent a convaincu Arman de passer à sa marque de filtres à peinture. Mais Gurarslan avait

été joué - juste après avoir repris la marque, l'entreprise a lancé un programme d'expédition directe, et son entreprise naissante a été complètement abandonnée. « Et bien, je me suis toujours dit que les gens tenaient parole et faisaient des affaires en se serrant la main, tout en préservant leur réputation », dit M. Gurarslan.  « C'est alors qu'il s'est rendu compte que tout le monde en affaires n'est pas honnête. C'était une dure leçon, mais elle a certainement été apprise. » Bien que la vengeance soit un plat qu'il vaut mieux servir froid, Gurarslan a décidé qu'il devait aussi être préparé frais. Plutôt que d'opter pour un filtre à peinture compétitif, il a décidé de lancer le sien sur le marché en 1982.  En collaboration avec le centre de recherche industrielle du gouvernement, il a rapidement mis la technologie de pointe au service de ses clients, ce qui lui a permis de reconquérir le marché. Il a également frappé le fournisseur au niveau international, la plupart de ses distributeurs européens ayant décidé de vendre son produit à la place. Ce ne serait pas la victoire finale de Gurarslan. Au cours des trois décennies et demie qui ont suivi l'arrivée de ce premier tamis, son entreprise s'est développée pour fournir différents produits automobiles dans plus de 35 pays à travers le monde - de Taiwan et la Corée du Sud aux États-Unis, au Mexique et dans toute l'Europe.  «Depuis, nous avons lancé de nombreuses premières au Canada. Premier à introduire le ponçage sous vide, premier à introduire le masquage plastique, premier à introduire le système de mesure 3D de fabrication canadienne, parmi bien d'autres premières. » «C'est alors qu'il s'est rendu compte que tout le monde en affaires n'est pas honnête. C'était une dure leçon, mais elle a certainement été apprise. » JUIN 2019 COLLISION QUÉBEC  39


PRODUITS

SOULAGEMENT VITRE DES CHOIX CLAIRS ET DES AVANTAGES TRANSPARENTS QUI BRISENT LES ATTENTES

01

PRO-WRK KIT DE RÉPARATION PARE-BRISE

PRO SPOT

Le kit de réparation de pare-brise PROWRK de Pro Spot Pro est un nouveau système de réparation automatisé quatreen-un facile à utiliser. L'outil bien conçu et usiné avec précision est fait d'un alliage d'aluminium, ce qui fait de cet outil léger mais très durable. L'outil s'installe rapidement sur la puce et chaque étape de réparation n'est qu'un tour rapide de l'outil - simple, rapide et complet. Le kit est également livré avec un miroir à succion au fond, résine, remplissage de la fosse, polissage, seringue, résine de craquage, lames de rasoir, aspirateur,tube de remplissage en résine. prospot.com

02

RAPTOR F22 DELUXE KIT

EQUALIZER

Le Raptor F22 Deluxe Kit de l'Equalizer a pour but de fournir un système puissant à base de cordon d'alimentation système d'enlèvement de verre utilisable sur tous les types de verre de verre automobile. La technique utilisée pour permettre à la corde et au cordon dispositif d'enlèvement de vitres d'automobile avec fil métallique pour faire fonctionner sur différentes tailles de verre est simple à apprendre, bien qu'Equalizer fournisse également en ligne tutoriels vidéo pour les techniciens à la recherche de des clarifications. Le dispositif intègre les ventouses à vide constant AirForce d'Equalizer, qui permettent de pour un placement rapide et une mise en place constante pour maintenir le verre fermement en place. La technologie signifie que les ventouses ne nécessitent pas de pompage manuel. Ils sont alimentés par un moteur électrique qui fonctionne d'une batterie longue durée. La batterie elle-même peut être rapidement chargé avec un chargeur spécial. equalizer.com

40  COLLISION QUÉBEC  COLLISIONQUEBEC.COM

03

BLACKHAWK

EQUALIZER

Le BlackHawk est doté d'un moteur sans balai de 20 ampères conçu pour enlever rapidement même le verre le plus difficile. Sa conception compacte et légère permet de manœuvrer dans des espaces restreints, et la lumière LED brillante montée sur l'outil offre une bonne visibilité dans les zones de travail sombres. equalizer.com


NOUVELLES

FIX AUTO ACCUEILLE UN NOUVEAU PROPRIÉTAIRE À L’EMPLACEMENT PIERREFONDS Soud Ahmad, est le nouveau propriétaire de l’entreprise Fix Auto Pierrefonds, bienvenue dans la famille Fix Auto. Pendant plus de 15 ans, Ahmad a ouvert un atelier de réparation de camions lourds il y a cinq ans, ce qui lui a permis d’acquérir de l’expérience dans la prise de contrôle de Fix Auto Pierrefonds. Le magasin appartenait auparavant à l’oncle de l’épouse d’Ahamd et il est heureux de garder le magasin dans la famille. « L’oncle de ma femme était l’ancien propriétaire et nous sommes ravis de reprendre l’entreprise et de continuer à bâtir sur le succès qu’il a commencé », a déclaré Ahmad. Selon Fix Auto, l’équipe de Pierrefonds est en train d’améliorer ses installations, y compris la réception, l’atelier et les toilettes, pour s’assurer

L’équipe de Fix Auto Pierrefonds.

que les clients sont bien accueillis dans une installation propre et moderne. « Nous sommes très heureux d’accueillir Soud et son équipe alors qu’il prend possession du site de Pierrefonds. Ses années d’expérience dans l’industrie et son enthousiasme pour

la marque contribueront à faire en sorte que cet emplacement continue de servir les clients avec un excellent service et des réparations de haute qualité », a déclaré Yves Roy, directeur général de Fix Automotive Network Québec.

LE QUÉBEC OBTENE 100 STATIONS DE CHARGE POUR VÉHICULES ÉLECTRIQUES Les véhicules électriques du Québec recevront un coup de pouce après l’annonce de l’arrivée de 100 nouveaux chargeurs. En janvier, l’honorable Catherine McKenna et la ministre de l’Environnement et des Changements climatiques ont annoncé au nom de l’hon. Amarjeet Sohi, un investissement de 5 millions de dollars pour construire les chargeurs rapides de véhicules à travers le Québec. « Les investissements dans l’infrastructure verte permettront aux Canadiens de voyager plus rapidement et plus proprement. En collaborant avec Hydro-Québec, le gouvernement construit le plus grand circuit électrique au Canada pour s’assurer que les Canadiens ont accès à des solutions propres et abordables. L’augmentation du nombre de véhicules électriques sur nos routes réduira

la pollution et créera de bons emplois dans la classe moyenne », a déclaré M. McKenna. Construits par Hydro-Québec, grâce au financement de l’Initiative de déploiement d’infrastructures pour les véhicules électriques et les carburants de remplacement (EVAFIDI) de Ressources naturelles Canada, ces chargeurs feront partie du Circuit électrique d’HydroQuébec, le plus important réseau public de charge pour véhicules électriques au Canada. Le programme EVAFIDI fait également partie du plan d’infrastructure de plus de 180 milliards de dollars du gouvernement du Canada intitulé Investir dans les infrastructures canadiennes. L’infrastructure à tarification rapide s’étendra sur les grands axes routiers de l’Abitibi à la Côte-Nord. Dans le cadre du dialogue national du

Canada sur l’énergie, Generation Energy, les Canadiens ont clairement indiqué que les véhicules électriques sont une nécessité pour l’avenir du Canada en matière de réduction des émissions de carbone. Plus tôt cette année, il a été annoncé que le Québec recevra 100 nouveaux véhicules électriques neufs stations de charge.

COMMENT LES CANADIENS GÈRENT LES EMBOUTEILLAGES Vous voudrez peut-être vous demander ce que les Canadiens font d’autre pour passer le temps où ils sont coincés dans un énorme embouteillage. Un groupe de personnes impliquées dans un carambolage de plus de 75 voitures a décidé de jouer au hockey au milieu de l’autoroute 40 à Montréal, en attendant que les véhicules d’urgence se présentent pour dégager la scène. Selon CBC News, Mario Labrecque était sur le chemin du retour, lorsqu’il a été confronté au carambolage majeur. Son véhicule était l’une des 10 voitures qui n’ont pas été endommagées lors de la collision majeure.

Le carambolage a entraîné la fermeture des routes pendant plusieurs heures. Il a également été signalé qu’une vingtaine de personnes ont subi des blessures mineures et ont dû être hospitalisées.

 es gens coincés dans un embouteillage L majeur impliquant plus de 75 voitures à Montréal ont décidé de jouer au hockey pendant qu’ils attendaient.

JUIN 2019 COLLISION QUÉBEC  43


EN COUVERTURE

CONTRÔLE DE LA QUALITÉ

Conseiller en relations avec B-CAR Ken Hendricks.

FINANCEMENT DES VÉHICULES ÉLECTRIQUES Le gouvernement de l’Alberta a annoncé lundi qu’il versera 1.2 millions de dollars pour le réseau de véhicules électriques des provinces de Peaks à Prairies. Le réseau installera 20 stations de recharge rapide qui couvriront plus de 1,700 km d’autoroutes dans le sud de l’Alberta. Des provinces canadiennes comme l’Ontario, le Québec et la Colombie-Britannique ont pris les devants en matière de véhicules électriques. Le gouvernement de l’Alberta espère qu’en installant davantage de bornes de recharge dans les zones récréatives et de vente au détail des petites collectivités, il stimulera leur développement touristique et économique. Ils espèrent également que cela aidera à surmonter certains des défis auxquels sont confrontés les propriétaires de véhicules

La British Columbia Auto Recyclers Association (B-CAR) a travaillé avec les recycleurs d’automobiles en vue d’un contrôle de la qualité. Comme solution, l’association a mis sur pied un programme de certification de formation volontaire pour les recycleurs d’automobiles de la province. En cinq étapes différentes, le cours est rempli de trois modules qui traitent d’un aspect spécifique de la chaîne d’approvisionnement du recyclage automobile. Les cours comprennent l’orientation des démonteurs, la gestion des stocks et le classement des pièces, ainsi qu’une norme de rendement. Les modules sont les suivants un autre processus qui implique l’auto-audit, puis un autre audit complet en personne est requise et effectuée dans l’installation.

 ministre Phillips et le député provincial Le Fitzpatrick se joignent aux partenaires du réseau Peaks to Prairies pour annoncer l’installation de bornes de recharge pour véhicules électriques à Lethbridge.

électriques et qu’il y aura plus de possibilités pour les conducteurs d’acheter et de posséder un véhicule électrique. Les stations de charge devraient être d’ici la fin de 2019.

TÉLÉCONFÉRENCE DE L’ARA L’Automotive Recyclers Association a lancé sa première assemblée publique à l’hôtel de ville en Février, avec une téléconférence de 30 minutes pour discuter des enjeux de l’industrie. David Gold, propriétaire de Standard Auto Wreckers, a pris le temps de prendre la parole au cours de la conférence, mettant

 ohn Ross & Sons a établi des plans pour J installer un nouveau déchiqueteur automatique.

GRANDS PROJETS John Ross & Sons, qui a récemment acheté l’usine d’A&S Scrap Metal à Charlottetown (Î.-P.-É.), prévoit installer un déchiqueteur d’automobiles et du matériel en aval. Selon un communiqué de presse du ministère du Développement économique et du Tourisme de l’Île-du-Prince-Édouard, le gouvernement provincial a approuvé un prêt de 3 millions de dollars à John Ross & Sons pour l’achat du nouvel équipement. « Je félicite les nouveaux propriétaires d’avoir amélioré l’efficacité de leurs opérations et d’avoir considérablement réduit leur impact sur l’environnement et leurs déchets », déclare Richard Brown, membre du Comité des priorités du Cabinet de l’Île-duPrince-Édouard. « Nous travaillons en étroite collaboration avec de l’Île-du-Prince-Édouard pour protéger et améliorer l’environnement. » l’accent sur le congrès et l’exposition de l’ARA, qui doit avoir lieu plus tard cette année. « Cette année, le congrès se tiendra dans un endroit très pratique et populaire - Charlotte, Caroline du Nord. Les dates sont du 10 au 12 octobre 2019. » Le Comité exécutif de l’ARA sera composé de tenir une assemblée publique mensuelle le premier jeudi de chaque mois. Les conférences sont conçues pour donner aux recycleurs d’automobiles la possibilité d’interagir directement avec collègues membres et dirigeants de l’Association, posez les questions suivantes et soulever toutes les questions ayant une incidence sur les activités de l leurs affaires. JUIN 2019 COLLISION QUÉBEC  45


.

LE DERNIER MOT

ADVERTISER INDEX COMPANY

PAGE

3M .....................................4 ARPAC .............................21 ARSLAN ..........................19

LA POULE ET L’OEUF LES OEM ONT AUTANT BESOIN DE RÉPARATEURS QUE LES RÉPARATEURS ONT BESOIN D’OEM.

Audatex ...........................33 AXALTA ...........................25 BETAG..............................38 Car-Part.com ...................44 Carrossier .......................BC CARSTAR ........................15 Fix Auto ...........................37 Impact ............................42 KIA ....................................7 PPG Canada ...................2-3 ProSpot ...........................41 Sherwin-Williams .............8 Valspar ............................47 Wurth ..............................13

PAR GIDEON SCANLON

L

’industrie des collisions est entièrement dépendante de l’industrie automobile —sans les véhicules, il n’y aurait rien à réparer. C’est une évidence. Ce qui est moins évident, cependant, c’est que, sans réparateurs, l’industrie automobile s’effondrerait aussi. Bien que la communauté canadienne des collisions puisse oublier cette leçon, les équipementiers sont bien conscients de cette dépendance mutuelle. La preuve en est partout, qu’il s’agisse des investissements croissants pour fournir à la collectivité les instructions dont elle a besoin pour effectuer des réparations sur des véhicules de plus en plus complexes, ou de la promotion vigoureuse des programmes de certification OEM et des installations de marque. De l’intérieur, de nombreux membres de la communauté des collisions sont à juste titre sceptiques à l’égard de ces tentations d’exercer un effet de levier sur le secteur de la réparation de véhicules. Mais là où beaucoup suggèrent que ces efforts visent de façon transparente à extraire de la valeur du marché des pièces de rechange, les sceptiques devraient envisager une autre possibilité : Les OEM sont effrayés à l’idée que leurs véhicules soient irréparables. S’il y a une chose que l’histoire nous montre, c’est que sans la capacité des groupes tiers à réparer les véhicules, les véhicules eux-mêmes ne seront jamais largement adoptés. Au début des années 1800, avant l’invention du moteur à combustion interne, de nombreux inventeurs ont vu les possibilités commerciales qu’offraient les automobiles et la vue de leurs voitures à vapeur devenir monnaie courante. Malgré leur efficacité, ces inventions ont toutes atteint le même but—elles ont été mises au rebut après avoir cessé de fonctionner et n’ont jamais été mises en production à grande échelle. Sans une conception vaguement uniforme des wagons à vapeur - qui aurait pu être réalisée grâce à une production de masse—l’infrastructure nécessaire pour vendre ces premières automobiles ne pourrait jamais dépasser la capacité du concepteur à les réparer.

46  COLLISION QUÉBEC  COLLISIONQUEBEC.COM

En 1940, Henry Ford a dit : «Croyez-moi, une combinaison d’avion et de voiture arrive. Tu peux sourire, mais ça le fera.» Il n’était pas seul. À la fin des années 1940, alors que des milliers de jeunes pilotes de chasse et de bombardiers commençaient à s’installer dans les banlieues et à se lancer dans des carrières plus terre-à-terre, l’idée de faire des voitures volantes un courant dominant ne semblait pas vraiment farfelue. En fait, certains équipementiers entreprenants ont même conçu des véhicules qui comblent l’écart entre les voitures et les avions. De 1949 à 1987, une entreprise, Aerocar International, a créé neuf prototypes différents d’avions adaptés à la route. À un moment donné, dans les années 1950, l’entreprise avait plus de 500 commandes—mais le destin l’empêchait de les honorer. Afin de protéger le public contre les aéronefs civils mal entretenus, le Congrès a adopté un certain nombre de mesures qui ont rendu impossible la réparation des véhicules par des techniciens automobiles. Au cours des décennies suivantes, chaque nouveau modèle - tous conçus pour surmonter ces obstacles juridiques—a été étouffé par de nouvelles lois sur l’entretien des aéronefs. Deux siècles plus tard, le même problème se pose à la communauté des inventeurs de vélos en vol stationnaire. Bien que de nombreuses entreprises en démarrage utilisent ces véhicules relativement simples, aucune n’est produite en série. Avec peu d’uniformité dans la conception—et des obstacles à la fabrication des avions, les vélos volants restent une fantaisie, et non une réalité. Pour concurrencer d’autres équipementiers, ils doivent continuer à relever la barre technologique. Avec chaque augmentation progressive de la complexité, le besoin d’effectuer des réparations plus précises augmente également, mais tout OEM dont les véhicules sont si complexes que les réparations deviennent trop compliquées pour l’industrie cessera bientôt ses activités. S’ils ne sont pas en mesure de s’assurer que leurs véhicules peuvent être réparés efficacement, ils ne prendront pas simplement du retard— ils disparaîtront.


Profile for Media Matters

Collision Quebec 10#1  

Collision Quebec 10#1