Page 1

VOTRE ENTREPRISE EST-ELLE MENACÉE PAR LES ARAIGNÉES NOIRES DE LA TOILE D’ARAIGNÉE ?

RUÉE VERS L’OR AU YUKON L'hiver approche, tout comme l'équipe d'Irving Collision à Whitehorse

COLLISION AVEC LES CHAMPIONS Les compétiteurs d’habiletés apportent la gloire au Québec, au Canada et à la reine

METS TES SNICK Parce que nous rattrapons le Real Daoust et l'équipe de CARSTAR Cartierville qui évolue rapidement! PLUS Theresa Jachnycky sur les dangers de l’isolement. CARSTAR arrive à Chicago. Ben Hart sur la responsabilité d’une entreprise envers les apprentis.

COLLISIONQUEBEC.COM Novembre 2019 l 4,95 $ l Convention de poste-publication numéro 40841632 l  86 John Street, Thornhill, ON L3T 1Y2


CONTENUES

COUVERTURE

Volume 10 Numero 2, Novembre 2019

08 INITIÉ DE L'INDUSTRIE

Comment une vision optimiste du changement a changé la vie de Réal Daoust. La chronologie de son succès.

08

ARTICLES 11 40 ANS DE NADEAU

Comment un petit magasin fait une différence.

20 COMBATTRE LES REVENDICATIONS Pour defendre la communaute des collisions.

22 FRANCHISE FROIDE

Un phare de lumière dans le nord glacial du Canada.

Réal Daoust, actuel propriétaire et gérant de CARSTAR Cartierville.

30 UNE PREMIÈRE HAÏTIÈRE

Le premier centre de réparation de carrosserie du pays.

25

32 ÉVÉNEMENT INTERNATIONAL Trucs et astuces d'usage international.

35 CONFÉRENCE CARSTAR

Trois jours de réseautage et de célébration.

NOUVELLES Wade Bartok debout avec ses indispensables collègues.

30

40 NOUVELLES

Un coup d'oeil aux nouvelles des réparateurs de carrosseries du Québec.

SECTIONS 04 LE MOT DE L'EDITEUR Par Darryl Simmons

17 ÉDUCATEURS DE L’INDUSTRIE Par Ben Hart

Des garçons et des filles haïtiens apprennent qu'il est possible de participer au premier centre de réparation de carrosserie de leur pays.

19 MOTEUR KNOX Par Steve Knox

46 DERNIER MOT Par Gideon Scanlon

VOTRE SOURCE INTERNET La ressource au Canada pour des renseignements sur la carrosserie. De nouveaux articles et des grands titres à tous les jours. Visitez collisionquebec.com. À VOUS LA PAROLE. Nous voulons connaître vos commentaires sur tout ce que vous lisez dans Collision Québec. Envoyez vos réactions à redacteur@mediamatters.ca NOVEMBRE 2019 COLLISION QUÉBEC  3


PAGE DE L’ÉDITEUR

SURVEILLANCE PERMANENTE

ÉDITEUR DARRYL SIMMONS (647) 409-7070 publisher@collisionrepairmag.com

RÉDACTEUR EN CHEF

ALORS QUE LES FABRICANTS D’ÉQUIPEMENT D’ORIGINE ET LES ASSUREURS

GIDEON SCANLON (905) 370-0101 redacteur@mediamatters.ca

S’ENTREMÊLENT AU SUJET DES RÉCLAMATIONS AUTOMOBILES, LES

ÉCRITIERS DU PERSONNEL

RÉPARATEURS PRUDENTS DEVRAIENT SURVEILLER DE PRÈS PAR DARRYL SIMMONS

N

ous l’avons tous vu venir: les équipementiers s’enchevêtrent de plus en plus dans le secteur de la réparation collision. Il n’y a donc pas lieu de s’étonner que cela se produise. Les prédictions correspondent maintenant à la réalité - et bien plus tôt que beaucoup ne l’imaginaient. Bien sûr, lorsque les badges de luxe ont plongé leur orteil collectif pour tester les eaux et les ont trouvés très bien, l’industrie a accepté le principe en un instant. Mais aujourd’hui, Ford, l’un des trois grands constructeurs, expérimente aux États-Unis sa capacité à gérer en même temps le premier avis de perte et la recommandation d’une installation de réparation (un atelier certifié Ford, bien sûr). Soit dit en passant, Ford construit et maintient également son propre programme de certification aux ÉtatsUnis, qui n’est pas géré par une tierce partie. Je ne sais pas comment vous vous sentez, mais cette évolution semble un peu prématurée et peut-être juste un peu plus glissante que prévu. En fait, j’ai une idée à ce sujet. D’après une enquête menée récemment sur les réparations de collisions, la majorité des participants à l’enquête ont déjà subi des répercussions attribuées à la participation accrue des équipementiers dans le processus de règlement des sinistres. Au cours des deux dernières décennies, les ateliers de réparation progressive ont accepté leur nouveau rôle administratif, en constante expansion, alors que les assureurs se déchargent de ces responsabilités. Quoi qu’il en soit, les assureurs ont quand même gardé le contrôle-au mieux de leurs capacités, du moins-sur la satisfaction de leurs clients. Et en dépit d’une perception commune, ils ont fait (et font toujours) un sacré bon travail dans ce domaine. Avec au moins 35 marques automobiles, chaque OEM peut-il mettre en place une infrastructure administrative à la mesure des assureurs? J’ai des doutes. À moins qu’un équipementier n’obtienne l’adhésion complète des assureurs et ne s’associe à eux, il y aura une embuscade et le

4  COLLISION QUÉBEC  COLLISIONQUEBEC.COM

marché de la consommation sera le champ de bataille. Les lignes sont déjà tracées et la bataille pourrait être épique. D’un côté, il y aura l’OEM et le “remplacement (par des pièces d’origine neuves) par rapport aux pièces de réparation;” de l’autre, il y aura les assureurs, qui aiment “réparer contre remplacer” par des pièces d’origine, de rechange ou recyclées. Néanmoins, les deux parties devront suivre les directives de réparation OEM-vous pouvez tenir cela pour acquis. Mais l’histoire est écrite par les vainqueurs, de sorte que vous pouvez également être certains que les OEM auront leur mot à dire dans leur destin collectif lorsqu’ils rédigeront les règles d’engagement pour les processus de réparation des collisions, la formation et les équipements. Je ne pense pas qu’un gagnant clair en sortira bientôt. Contrairement à une finale de hockey “mort subite,” ce processus ressemblera davantage à une de ces longues parties d’échecs entre grands maîtres. A chaque coup, une feinte, puis une contre-attaque. A chaque coup, un avantage temporaire est acquis, pour ensuite reculer un peu lors du tour suivant. Nous vivons certainement une époque intéressante. Une chose est certaine: l’ambition crée le destin-et les acteurs de ces deux industries géantes sont aussi ambitieux qu’ils le sont. Pour les réparateurs, la flexibilité et la réactivité seront les clés du succès. Comme pour tout le reste dans ce secteur, s’attendre à ce que le statu quo persiste ne sera pas une option. Vous tous, réparateurs progressistes qui repensez fréquemment votre approche, c’est le moment pour vous d’élaborer une stratégie. Pour les réparateurs comme vous, qui restez au top de votre jeu, il y a beaucoup d’opportunités. Comme toujours, les réparateurs progressistes, stratégiques, bien équipés et bien formés seront les vrais gagnants.

ELIZABETH SARGEANT elizabeth@mediamatters.ca ALLISON ROGERS allison@mediamatters.ca SAMUEL HOUPT samuel@mediamatters.ca

DÉPARTEMENT CRÉATIF JILL THACKER

jill@mediamatters.ca V. P. RELATIONS AVEC L’INDUSTRIE ET PUBLICITÉ GLORIA MANN (647) 998-5677 advertising@collisionrepairmag.com

DIRECTRICE GÉNÉRALE ELLEN SMITH (416) 312-7446 ellen@mediamatters.ca

ASSISTANTE RELATIONS INDUSTRIELLES WANJA MANN (647) 998-5677 advertising@collisionrepairmag.com

CONTRIBUTORS BEN HART, STEVE KNOX,

ABONNEMENT Un an 24,95 $ / deux ans 35,95 $ Collision Québec est une publication trimestrielle de Media Matters Inc. au service des intérêts commerciaux de l’industrie de la carrosserie. Les articles de Collision Québec ne peuvent être reproduits sous aucune forme sans l’autorisation écrite de l’éditeur. L’éditeur se réserve le droit de refuser toute publicité et décline toute responsabilité pour les opinions et déclarations faites par les publicitaires ou les chroniqueurs indépendants. Tout fait, opinion ou déclaration présenté dans cette publication appartient uniquement aux rédacteurs et chroniqueurs et ne peut être d’aucune façon considéré comme étant une déclaration, une opinion ou un témoignage de l’éditeur. IMPRIMÉ EN BEAUCE (QUÉBEC) PAR SOLISCO IMPRIMEURS ISSN 1707-6072 CONVENTION DE LA POSTE-PUBLICATIONS NUMÉRO 40841632 PORT DE RETOUR GARANTI Envoyez l’avis de changement d’adresse et les copies non livrées à : 317 Reid St Peterborough, ON K9J 3R2

‘‘Nous reconnaissons l’appui financié du gouvernement du Canada’’

Collision Québec est publié par Media Matters Inc., l’éditeur de :


NOUVELLES

PERSONNES EN DÉPLACEMENT MICHAEL PAUL – AIA CANADA L’Association des industries de l’automobile du Canada a annoncé que Michael Paul sera le nouveau directeur exécutif de l’organisme pour l’Est du Canada. Vétéran de l’industrie, Paul a occupé des postes de haute direction chez Valvoline Canada jusqu’à sa retraite en 2018. Auparavant, il a été vice-président, président et ancien président du conseil d’administration de l’AIA Canada. Division du Québec de 1998 à 2004 et membre du conseil d’administration de l’AIA de 2004 à 2019.

CAROLINE LACASSE – AIA CANADA L’Association des industries de l’automobile du Canada a nommé Caroline Lacasse au poste de directrice du Forum de l’industrie canadienne de la collision. Lacasse est impliqué dans l’industrie automobile depuis plus de 20 ans, se concentrant sur la formation et le développement organisationnel. Au cours de sa carrière, elle a travaillé comme technicienne et enseignante en réparation de collisions, instructrice I-CAR, chargée de cours à l’université et coordonnatrice de la formation au CSMO-Auto au Québec. Elle est actuellement présidente du comité I-CAR du Québec.

JASON STORAH – AVIVA CANADA Jason Storah a été nommé chef de la direction d’Aviva Canada. Fort de 15 ans d’expérience chez Aviva Canada, Storah était auparavant le chef de la distribution du géant de l’assurance. Ses efforts pour superviser la distribution des courtiers, les partenariats, RBC Assurances, les activités d’assurance directe d’Aviva et le marketing ont convaincu les membres du conseil d’administration d’approuver sa candidature au poste de direction de l’entreprise.

BRENT WINDOM – UNI-SELECT Ancien président et chef de la direction du Canadian Automotive Group Brent Windom est devenu le nouveau président et chef de la direction d’Uni-Select. Windom a plus de 30 ans d’expérience dans l’industrie du marché secondaire automobile. Au cours de sa carrière, il a occupé divers postes de direction, dont celui de président et chef de la direction d’Auto Plus Pep Boys. Il a également occupé des postes de direction au sein d’Uni-Select, dont celui de chef de l’exploitation, premier vice-président des ventes et du marketing d’Uni-Select aux États-Unis.

LISA SIMPSON – AUTOQUIP AutoQuip Canada a annoncé que Lisa Simpson s’est jointe à l’entreprise à titre de directrice de bureau. M. Simpson possède plus de neuf ans d’expérience en administration et, au cours des trois dernières années, il a occupé un poste en finances et en gestion pour une entreprise de services commerciaux. Pendant ses temps libres, Mme Simpson fait du bénévolat dans sa collectivité et aime passer du temps avec son mari et ses deux enfants. Mme Simpson est ravie de se joindre à l’équipe d’AutoQuip et d’apporter son expertise pour réorganiser ses finances.

CHERYL BOSWELL – WIN Cheryl Boswell, directrice financière de DCR Systems, s’est jointe à Women’s Industry. Conseil d’administration du réseau. Reconnue pour son engagement à l’égard de l’amélioration de la qualité de vie le statut des femmes sur le marché secondaire de l’automobile, Boswell a été impliqué dans le secteur depuis plus de deux décennies. Après avoir obtenu son diplôme de Université d’État de Géorgie, titulaire d’une maîtrise en administration des affaires, Boswell a été le directeur national de la directeur financier des Sterling Collision Centres aux États-Unis.

NOVEMBRE 2019 COLLISION QUÉBEC  7


SUR LA COUVERTURE

CARSTAR Cartierville.

LES TRUCS DU MÉTIERS LES SECRETS DU SUCCÈS DE RÉAL DAOUST DE CARSTAR CARTIERVILLE PAR ALLISON ROGERS

L

orsque Réal Daoust est entré dans sa première journée de cours d'automobile dans une école secondaire de Laval, il n'imaginait pas à quel point cela allait changer sa vie. Il a toujours eu un intérêt pour les automobiles, mais c'est cette classe qui l'a poussé à envisager une carrière dans la réparation automobile. Après avoir terminé ses études, Réal a eu de la difficulté à trouver une place dans une entreprise de réparation automobile. Au lieu de cela, il a commencé comme mécanicien, développant son expérience avec les véhicules. Lorsque l'occasion de travailler dans une entreprise de réparation s'est présentée, il l'a saisie et n'a pas regardé en arrière pendant 18 ans. En 2002, Réal était à la recherche d'occasions d'accéder à des postes de direction. Il a accepté un emploi dans une entreprise de réparation respectée de Cartierville -- maintenant connue sous le nom de CARSTAR Cartierville -- et en

8  COLLISION QUÉBEC  COLLISIONQUEBEC.COM

a été le directeur général. En 2018, il achète l'entreprise. Maintenant, Réal possède et gère l'emplacement de Cartierville depuis un an, mais ce n'est pas une route facile pour se rendre là où il est assis aujourd'hui. Ça a été une longue ascension. Il a été patient, adaptable et a toujours eu la bonne

attitude. Réal vit dans le présent mais garde toujours un œil sur l'avenir de l'industrie en constante évolution. Au cours de ses 35 ans de carrière, Réal a occupé plusieurs postes différents, ce qui l'a préparé à relever le défi de posséder une entreprise de premier plan dans le domaine des collisions.

Beau, décent et travailleur: Réal Daoust en action avec un pistolet à peinture.


SUR LA COUVERTURE

Toute l’équipe Cartierville.

"Ayant été technicien pendant plus de 18 ans, puis gestionnaire, je comprends l'importance du rôle de chacun au sein du centre de réparation ", a déclaré Réal à Collision Québec. Bien qu'il soit propriétaire et gestionnaire, il ne se sent pas seul au sommet. Une astuce sur laquelle il compte est d'investir dans ses relations personnelles avec son équipe. En fait, il parle du groupe de 11 personnes comme d'une famille. Réal crédite le temps passé en face à face avec l'équipe comme une technique managériale clé : "Soyez chaque jour devant vos employés", a-t-il déclaré. "Sois présent." Chaque véhicule qui entre dans l'atelier de carrosserie CARSTAR Cartierville est traité comme un cas à part, avec ses propres caractéristiques, problèmes et solutions ; Réal adopte une approche individualiste similaire avec son personnel : "J'écoute tous mes employés ", a déclaré Réal à Collision Québec. Lorsqu'il s'agit de la gestion de Réal, il n'y a pas d'approche " taille unique ", mais une infinité de façons de gérer tout ce qui lui arrive. "J'utilise différents styles de gestion pour chaque employé. Ils ne sont pas tous pareils." Un autre truc que Réal a appris, c'est d'être optimiste face au changement. Avec les nouvelles technologies comme les systèmes d'aide à la conduite avancés, des problèmes uniques et complexes sont présentés aux professionnels de la réparation. La recalibration des systèmes de capteurs basés sur des caméras est nécessaire après tout travail de réparation - remplacement des pneus, réglage de la suspension, réparation du système de direction ou même simple alignement des roues - qui nécessite une calibration complète

de ces systèmes. "Les voitures ressemblent de plus en plus aux gens. Chaque voiture est différente. Avec toutes les nouvelles technologies, l'entreprise n'est pas facile à gérer ", a déclaré M. Réal. "Tu veux toujours aller de l'avant." Cette approche a permis à Réal de se concentrer sur l'amélioration de son entreprise. Son atelier était déjà certifié I-Car Gold, mais il est récemment devenu l'un des cinq premiers établissements au Québec à recevoir la certification Honda. Son dernier tour? Réal vit dans le moment

présent, mais il garde toujours un œil sur l'avenir. Bien qu'il soit toujours concentré sur l'amélioration des opérations, il ne laisse pas son équipe derrière lui dans le processus. Son collaborateur le plus ancien est à ses côtés depuis quinze ans. Lorsqu'on lui a demandé quels étaient ses objectifs pour l'atelier de Cartierville au cours des cinq prochaines années, Réal s'est montré plus optimiste que jamais. "Nous allons prendre les affaires interdimensionnelles, je pense," dit-il avec un rire chaleureux.

CARSTAR Cartierville technicien débosseleur: Wael Barakat.

NOVEMBRE 2019 COLLISION QUÉBEC  9


L’INDUSTRIE QUE VOUS CONNAISSEZ, AVANT MÊME QUE VOUS NE LE SACHIEZ! La source de nouvelles, d’analyses et d’informations sur la carrosserie la plus populaire au Québec

Vous avez un pourboire? Intéressé à contribuer? Écrivez à notre rédacteur francophone dès aujourd'hui!

Samuel@mediamatters.ca

Suivez Collision Québec. Visitez ou abonnez-vous à collisionquebec.com dès aujourd’hui !


PROFIL D’ATELIER

AVEC UN NOM COMME NADEAU CONSTRUIRE UN GRAND NOM DANS UNE VILLE DE TAILLE MOYENNE PAR ELIZABETH SARGEANT

Rob et Jenn Eggleton.

U

n centre de réparation de carrosserie à l'angle de l'intersection la plus achalandée de Peterborough est exploité avec succès depuis plus de 40 ans. Repris par la famille Eggleton en 2010 des Nadeau's originaux, le Centre de carrosserie Nadeau a conservé le même nom et les mêmes valeurs. Un lien avec la communauté aussi étroit qu'une famille. Collision Quebec s'est entretenu avec le directeur des opérations, Kirk Edwards et la copropriétaire Jenn Eggleton pour savoir comment exploiter un atelier aussi connu depuis si longtemps et pourquoi ils se distinguent des autres. Collision Quebec: Nadeau's est un magasin bien connu à Peterborough depuis si longtemps, comment se fait-il que vous soyez si occupé ?   Kirk Edwards: Tout d'abord, j'aimerais dire que notre priorité numéro un ici est la qualité et le service à la clientèle. C'est donc toujours notre priorité. Qu'il s'agisse de laver une voiture ou de changer une roue, nous allons toujours plus loin et je pense que c'est ce qui nous a donné l'occasion d'avoir tant de belles choses ici. Ce que j'aime le plus chez[Nadeau], c'est l'honnêteté des propriétaires et leur capacité à dire la vérité et à s'y engager.   Jenn Eggleton: Nadeau's Collision est à Peterborough depuis plus de 40 ans. Rob et moi en sommes propriétaires depuis neuf ans, et avant nous, les anciens propriétaires étaient les Nadeau.

Nous avons gardé le nom parce qu'il a une si bonne réputation que nous n'envisagerions pas de le changer. Nous ne ressentons pas le besoin de mettre notre propre nom sur la porte, cela n'a pas d'importance pour nous, tant que les clients passent la porte, nous sommes heureux. KE: Le nom du Nadeau a bien porté au fil des ans. Nous venons de continuer. L'entreprise a pris de l'expansion et s'est surtout diversifiée. Tout le monde ici a un but.   CQ: Tout le monde à Peterborough connaît le nom "Nadeau's", pourquoi ça ?   JE: Tout d'abord, nous sommes très axés sur la famille et ce que cela signifie, c'est que lorsque quelqu'un entre, nous le traitons comme quelqu'un que nous connaissons. Deuxièmement, nous sommes honnêtes : quand quelqu'un vient faire réparer une voiture rouillée, nous l'éduquons et lui disons que cela ne vaut pas la peine d'investir cet argent, mais même si j'apprécie que vous vouliez nous faire des affaires, je ne peux l'accepter. Notre qualité est reconnue pour être fantastique et nous voulons que nos clients soient satisfaits, nous faisons des inspections tout au long de la réparation pour assurer la qualité est là. On fait ce qu'on dit qu'on va faire, et c'est de ça qu'il s'agit.

CQ: Qu'est-ce qui distingue Nadeau's dans

l'industrie de la réparation de carrosserie ? KE: Nous disposons d'équipements incroyablement modernes, de la réparation de l'aluminium à notre système de mesure 3D. Dans de nombreux cas, sans cet équipement, les petits dommages ne sont pas découverts, mais dans cette installation, rien ne passe inaperçu. CQ: En tant que centre de réparation de collisions, comment continuez-vous à vous rapprocher de la communauté ?   JE: Nous faisons partie de MADD Canada, nous sommes un commanditaire majeur. Nous commanditons plusieurs équipes de hockey locales, nous recueillons des fonds pour les familles locales et nous offrons simplement un soutien communautaire. Cela montre à la communauté que nous ne nous préoccupons pas seulement de nous, que nous apprécions vraiment ce que les gens nous apportent et nous soutiennent et que nous voulons faire la même chose en retour.   KE: Je pense que tout le monde ici est personnellement impliqué et représente Nadeau's d'une façon ou d'une autre dans la communauté. Personnellement, je vis dans une réserve des Premières nations, alors je fais partie du conseil et je siège à côté du chef à titre de conseiller. Nous sommes impliqués dans tous les secteurs de la communauté. NOVEMBRE 2019 COLLISION QUÉBEC  11


SANTÉ ET SÉCURITÉ

REPENSER LE TRAVAIL EN ISOLATION PAR THERESA JACHNYCKY

T

out au long de ma carrière, je n'ai jamais beaucoup réfléchi au travail seul ou en isolement. Rétrospectivement, j'ai probablement cherché ces moments de solitude pour échapper aux interruptions et aux autres exigences qui découlent du travail en présence des autres. La sécurité personnelle ne me préoccupait pas - même lorsque je travaillais dans un immeuble vide bien après minuit ou lorsque je venais travailler à l'aube. L'an dernier, après avoir été interviewée par la CBC au sujet de la découverte de nouvelles informations sur la disparition d'un résident de la région pendant trois ans, j'ai réalisé que j'avais apporté des changements inconscients à ma routine pour réduire le risque qu'un incident lié à la violence se produise. Pour mieux me protéger, j'ai fait des changements simples, comme rapprocher mon véhicule de la porte avant que tout le monde ne parte pour la journée, avoir mes clés prêtes et vérifier mon environnement avant de partir ou d'entrer dans l'entreprise en dehors des heures de travail. Qu'entend-on par travailler seul? De façon générale, un travailleur est seul au travail (i) lorsqu'il est seul pendant un certain temps, (ii) lorsqu'il n'a pas de contact direct avec un collègue ou un membre du public ou (iii) lorsqu'il ne peut être vu ou entendu par une autre personne, de sorte que le travailleur ne peut obtenir facilement de l'aide en cas d'urgence, de blessure ou de mauvaise santé. La personne qui travaille seule peut être un employé, un travailleur indépendant, un entrepreneur ou un employeur. Le terme "isolé" implique généralement de travailler seul dans des endroits éloignés ou loin du lieu de travail principal. Aujourd'hui, travailler seul est une tendance de plus en plus répandue pour une foule de raisons: les préférences personnelles, l'économie des concerts, les nouvelles entreprises en démarrage et la demande croissante de rapidité et de commodité pour les clients qui, à leur tour, entraînent des

heures d'ouverture prolongées et des services mobiles sur demande comme Skip the Dishes, GoOil, Mobile Truck Repair, Custom Car Wash, Fuelster et plusieurs autres services sur demande qui seront bientôt mis en marché. Dans l'industrie du marché secondaire, les réceptionnistes, les représentants du service à la clientèle, les estimateurs, les chauffeurs de navettes, les chauffeurs de navettes, les jockeys de voitures, les techniciens et le personnel d'entretien des bâtiments, y compris les gardiens, sont des exemples de travailleurs qui peuvent régulièrement travailler seuls. Travailler seul est souvent sécuritaire lorsque les dangers sont connus et que les mesures de sécurité sont respectées. Les personnes qui travaillent seules font face aux mêmes dangers dans leur travail quotidien que les autres travailleurs, sauf que le risque de préjudice peut être plus grand pour le travailleur seul. Comprendre quels dangers sont les plus susceptibles d'entraîner des conséquences graves et prendre des mesures pour réduire les risques avant que la personne ne commence à travailler seule protège à la fois les employeurs et les travailleurs. Travailler seul, en soi, n'est pas contraire à la loi, mais, en vertu de la législation sur la sécurité au travail, les employeurs ont l'obligation générale de fournir un milieu de travail sain et sécuritaire lorsqu'un travail isolé est effectué. L'Alberta, la Colombie-Britannique, le Manitoba, le Nouveau-Brunswick, la Saskatchewan, TerreNeuve-et-Labrador et l'Île-du-Prince-Édouard ont des règlements de sécurité particuliers, tandis que l'Ontario, le Québec et le Yukon ont des lignes directrices de pratique pour travailler seuls. Le Canada a aussi le projet de loi C-455, dans lequel le travail seul est généralement considéré comme un danger et est protégé par la clause "obligation générale.” Dans l’industrie du marché secondaire, quand est-ce que travailler seul n’est pas une bonne idée? Lorsque le travail exige deux personnes,

lorsque le risque de blessures graves est plus grand si l’employé n’est pas surveillé ou lorsque l’exposition à un danger grave rend le travail en solitaire particulièrement dangereux en exposant le travailleur à un risque: - Electrocution (véhicules hybrides et électriques) - Chute (échelles, ascenseurs) - Brûlures (soudage) - Violence (vol qualifié, agression) - Exposition à la chaleur ou au froid extrême (cabine de peinture) - Levage d’objets lourds (p. ex., convertisseur catalytique)

Tant les employeurs que les employés ont des responsabilités à l’égard du travail solitaire ou isolé. Il incombe aux employés de prendre raisonnablement soin d’eux-mêmes et des autres personnes touchées par leurs activités professionnelles et de collaborer avec les employeurs pour s’acquitter de leurs obligations en vertu des règlements. Les employeurs, dans toutes les provinces et tous les territoires du Canada, doivent le confirmer: i) un moyen de communication est disponible et maintenu en cas d’urgence; ii) il existe une procédure d’enregistrement régulier ou de contact avec le travailleur isolé; et iii) les travailleurs reçoivent une formation spécifique dans les domaines suivants: a. d’exécuter toutes les activités de travail en toute sécurité sans surveillance directe; b. gérer les événements susceptibles de se produire lorsqu’il travaille seul; c. de suivre les procédures pour obtenir une aide d’urgence au besoin; et d. à suivre les procédures pour établir des contacts réguliers

La communication avec les travailleurs isolés nécessite à la fois un contact régulier et un moyen de communication. Avec la technologie d’aujourd’hui, il est beaucoup plus facile d’avoir accès à des systèmes de communication fiables avec des téléphones mobiles, des radios bidirectionnelles, des boutons de panique et de nombreux autres types de systèmes télématiques maintenant disponibles grâce à la technologie cellulaire, aux solutions en nuage ou aux satellites. NOVEMBRE 2019 COLLISION QUÉBEC  13


SANTÉ ET SÉCURITÉ

Les lignes terrestres sont également acceptables. Tout dépend du degré de risque, du caractère pratique et du système avec lequel l’employeur et les travailleurs sont à l’aise. Une politique et une procédure devraient également être en place. Ils doivent inclure les conditions dans lesquelles le travail en solitaire est autorisé, si l’autorisation d’un superviseur est requise, les activités qui peuvent être exécutées et interdites et, pour les enregistrements, si le contact doit se faire par contact visuel ou vocal, à quelle fréquence et avec qui un enregistrement aura lieu. Enfin, l’employeur doit fournir la preuve que les employés ont été formés et qu’ils sont capables d’exercer seuls leurs activités en toute

sécurité et de demander de l’aide en cas d’urgence au besoin. Par exemple, la personne qui doit travailler seule a-t-elle reçu l’information et la formation dont elle a besoin pour éviter les réactions de panique dans des situations inhabituelles? L’information donne-t-elle un aperçu des risques associés au travail ou à l’emploi, des précautions et de l’équipement de protection nécessaires pour assurer la sécurité au travail et, en cas d’urgence, le travailleur seul sait-il quoi faire? Il n’est pas nécessaire que les pratiques de travail en solitaire soient compliquées. Une discussion ouverte sur le lieu de travail avec une liste de choses à faire ou à ne pas faire, un téléphone ou un autre moyen de

communication, ainsi qu’un suivi régulier de la pratique du travail en solitaire dans l’entreprise, constituent les éléments de base.

Après une brillante carrière dans le secteur à but non lucratif, Theresa Jachnycky a rejoint l’entreprise familiale en 2014. Elle a assuré un direction exécutif auprès de petites, moyennes, et grandes entreprises et a travaillé avec de nombreux clients et professionnels dans les domaines de la planification stratégique et opérationnelle, du développement communautaire, de l’administration et des finances. Elle détient une maîtrise en administration des services de santé et en médecine communautaire de l’Université de l’Alberta et un baccalauréat ès arts de l’Université du Manitoba.

FACTEURS DE RISQUE LORSQUE VOUS TRAVAILLEZ SEUL7 La durée pendant laquelle la personne peut travailler seule - Combien de temps la personne devra-t-elle rester seule pour terminer le travail? - Quel est le délai raisonnable pour que la personne soit seule? - Est-il raisonnable que la personne soit seule? - Est-il légal pour la personne d’être seule dans l’exercice de certaines activités professionnelles? Par exemple, est-ce qu’une personne est tenue de se tenir prête lorsque certains travaux sont exécutés (p. ex. espaces clos ou ascenseurs automatiques)?

Communication - A quelle forme de communication la personne a-t-elle accès? - Le travailleur isolé entendra-t-il ou verra-t-il une alerte d'urgence? - La communication vocale est-elle cruciale pour la sécurité du travailleur isolé?

La nature du travail - Quelles machines, quels outils et quels équipements peuvent

Emplacement des travaux - Combien de temps la personne aurait-elle besoin d’être seule pour terminer le travail? - Quel est le délai raisonnable pour que la personne soit seule? - Est-il raisonnable que la personne soit seule? - Est-il légal pour la personne d’être seule dans l’exercice de certaines activités professionnelles? Par exemple, est-ce qu’une personne est tenue de se tenir prête lorsque certains travaux sont exécutés (p. ex. espaces clos ou ascenseurs automatiques)?

être utilisés? - L'équipement ou la machinerie sont-ils entretenus de manière à pouvoir être utilisés en toute sécurité? - Existe-t-il des activités à haut risque (p. ex. travail en hauteur, travail à l'électricité ou travail avec des substances dangereuses)? - Équipement dangereux (p. ex. armes à feu, scies à chaîne ou mélangeurs à taille humaine)? - Les conditions environnementales peuvent-elles affecter le travailleur (p. ex., températures extrêmes)? - La fatigue est-elle susceptible d'augmenter le risque? - Y a-t-il un risque accru de violence ou d'agression lorsque les travailleurs sont seuls?

Compétences et caractéristiques de la personne à travailler seule - Y a-t-il quelque chose dans la vie de la personne qui l’expose à un risque de travailler seule? - Y a-t-il quelque chose qui pourrait nuire à la capacité de la personne de communiquer avec quelqu’un en cas d’urgence? - Y a-t-il des facteurs liés à l’âge de la personne qui peuvent augmenter le risque? - Quel est le comportement général et la maturité psychologique de la personne? - Existe-t-il des conditions médicales préexistantes qui peuvent augmenter le risque?

- Le travail est-il susceptible d'être effectué dans un espace confiné? - Existe-t-il un moyen efficace de vérifier que les vêtements/ équipements de protection et les équipements de secours sont en bon état de fonctionnement? - Existe-t-il des procédures de contact régulier lorsque la personne travaille seule? - Si la personne travaille dans un bâtiment verrouillé, comment les services d'urgence auront-ils accès à l'immeuble si la personne est incapable de les laisser entrer?

- La personne est-elle susceptible de porter un jugement éclairé sur sa propre sécurité? - La personne est-elle susceptible de faire face à des situations inattendues et / ou - Quel est le niveau de formation et d’expérience professionnelle de la personne?

14  COLLISION REPAIR  COLLISIONREPAIRMAG.COM

Le moment de la journée où une personne peut travailler seule - Y a-t-il un risque accru à certains moments de la journée?


ÉDUCATEURS DE L’INDUSTRIE

COMPRENDRE LES APPRENTISSAGES COMMENT FONCTIONNE UN APPRENTISSAGE DANS L’INDUSTRIE DE LA RÉPARATION DE COLLISIONS? PAR BEN HART

J

’adore cette industrie et j’ai beaucoup de exclusivement placées sur l’établissement, ce qui permet d’adapter les programmes à chrespect pour le dévouement de ses gens mais les employeurs sont tenus par contrat aque province. Cette pratique a causé beaude métier spécialisés et des travailleurs de fournir une formation à leurs apprentis coup de chagrin aux apprentis qui déménaconnexes. J’aime voir de jeunes apprentis se et de leur permettre de suivre des cours de gent dans une autre province pendant leur voir mettre au défi et j’apprécie les ateliers qui formation technique. formation. sont prêts à les embaucher à un moment où Lorsqu’on compare le nombre d’heures L’harmonisation, une initiative du Sceau nous avons besoin de plus de techniciens pour passées au travail à l’école, on constate que rouge, atténuera cette préoccupation. L’objeccompenser ceux qui prennent leur retraite. plus de 85 perçante des connaissances d’un tif est d’homogénéiser un plus grand nombre En tant qu’enseignante au niveau postsec- apprenti devraient être acquises en cours d’aspects de la plupart des métiers au Canondaire, cependant, je suis ada, en particulier pour souvent déconcertée par la formation. Dans notre la confusion entourant les métier, l’objectif est de Lorsque les employeurs me demandent d’embaucher terminer la mise en œuprogrammes d’apprentissage. Par conséquent, une des techniciens plus qualifiés dans le métier, vre d’ici septembre 2020. fois que les apprentis sont Ce manque de clarté j’aime bien renvoyer la question et demander concernant l’apprentisembauchés, on ne sait pas toujours clairement ce que combien d’apprentis ils forment activement dans sage est un problème réciproque tant pour l’on attend des employeurs leur atelier. et des apprentis. les entreprises que pour La plupart des gens comles apprentis. Lorsque prennent les principes de les employeurs me debase-les gens veulent se joindre au métier, d’emploi. L’école est censée couvrir le reste. mandent d’embaucher des techniciens plus alors ils commencent à travailler dans un Au Canada, il y a deux options pour entrer qualifiés dans le métier, j’aime bien renvoyer magasin. Éventuellement, cette personne dans le métier : la question et demander combien d’apprentis ces employeurs forment activement dans peut s’inscrire à un programme d’apprentissage, travailler un certain nombre d’heures, Option 1: commencer à travailler dans un leur atelier. C’est un problème réciproque-et puis aller à l’école plusieurs fois. Par la suite, atelier et signer un contrat d’apprentissage. si l’industrie ne plante pas les graines auil ou elle reçoit un beau morceau de papier jourd’hui, il n’y aura pas de compétences à et peut être appelé(e) compagnon. Option 2: suivre les cours de pré-élémen- récolter demain. Alors, qu’y a-t-il d’autre à savoir? Eh bien, taire d’une école technique. Les étudiants pas mal de choses. Un apprenti suit générale- sont ensuite embauchés comme apprentis Ben Hart est un technicien de carrosserie ment quatre niveaux de formation technique - souvent avec une année de crédits pour la et de finition de carrosserie Red Seal qui possède près de 20 ans d’expérid’une durée d’environ deux mois chacun. première année d’apprentissage. ence dans l’industrie. Il a enseigné des Pour le reste de l’année, l’apprenti doit approgrammes d’apprentissage au SAIT Les provinces ont leurs propres programmes prendre sur le tas. au cours des deux dernières années et était auparavant contremaître dans un La plupart des écoles constatent que les at- d’apprentissage régis par un conseil, habituatelier de carrosserie d’une concession. tentes en matière de formation sont presque ellement supervisés par un représentant élu,

16  COLLISION QUÉBEC  COLLISIONQUEBEC.COM


OPINION ANONYME

RESTER CONNECTÉ LA COMMUNAUTÉ DE LA RÉPARATION DE COLLISIONS EST UN PETIT MONDE APRÈS TOUT PAR ANONYMOUS

R

écemment, j’ai essayé d’amener les gens de est-il des points de soudure ? Oh, l’humanité ! Les médias sociaux ont rendu le monde l’industrie de la réparation à se connecter Je suis passé à un autre poste, qui deman- beaucoup plus petit - et c’est une bonne et à partager les problèmes auxquels ils dait quel système d’estimation était le meilleur. chose. Combien d’entreprises devriez-vous sont confrontés sur une base régulière. L’idée Tout le monde avait son préféré et croyait que appeler pour trouver quelqu’un qui a effectué était d’avoir un groupe d’individus partageant le reste n’était que de la camelote. Le post suiv- un remplacement partiel sur un rail de cadre les mêmes idées et partageant leurs problèmes ant que j’ai regardé était comment réparer les donné ? Postez votre question sur Facebook et pour que nous puissions travailler à des solu- trous de balles dans une voiture qui avait subi regardez les conseils arriver. Observez égaletions en tant que communauté. une fusillade au volant d’une voiture. Yikes ! ment les opinions qui circulent sur les raisons J’avais cru comprendre qu’il n’existait auL’un des postes les plus intéressants que j’ai pour lesquelles vous devriez ou ne devriez cun groupe comme celui-ci. pas faire un tel remMais à ma grande surprise, placement, le nomLes médias sociaux ont rendu le monde beaucoup bre d’heures que cela j’ai vite découvert qu’il y en avait un, et il est florissant. plus petit, et c’est une bonne chose. Combien prend par rapport au nombre d’heures que En parcourant les commend’entreprises devriez-vous appeler pour trouver vous serez payé, l’entaires politiques, les recettes et les photos de la famille de quelqu’un qui a effectué un remplacement partiel droit où l’antirouille mes amis sur Facebook, j’ai devrait être pulvérisé, sur un rail de cadre donné ? Postez la question et ainsi de suite. Il n’y pensé que je devrais voir s’il y a des groupes de carrosa pas de fin à la source sur Facebook et regardez les conseils arriver. serie. J’ai découvert qu’il y de connaissances que en a pas mal. l’on peut trouver dans Naturellement, j’ai demandé à me joindre vus jusqu’à présent est celui où quelqu’un m’a les sites de médias sociaux pertinents. à certains de ces groupes et j’ai été facilement demandé conseil au sujet du remplacement Donc, en terminant, je vous suggère de accepté. Le plaisir ne faisait que commencer. d’un panneau structurel. Au cours de cette sortir votre tablette pendant que vous siroLe premier article qui a attiré mon attention discussion, les lignes directrices des OEM tez votre café du samedi matin et que vous était une vidéo détaillée, étape par étape, d’un ont été citées et les meilleures pratiques vous lancez dans les eaux des médias sociaux gars qui installait un panneau de custode us- ont été partagées. Des impressions des di- de réparation de collision. Ce qui est vraiagé. Je te dis que c’était comme s’il lançait un mensions, et même des photos détaillées ment fascinant, ce sont les conseils dont vous steak sur des chiens affamés. Il a été attaqué de la façon dont certains avaient fait cette pouvez bénéficier et la possibilité d’offrir des sous tous les angles. Comment a-t-il pu faire procédure dans le passé, ont été données en conseils à un réparateur en difficulté. Rapune telle chose ? Ne savait-il pas que le pro- réponse. Si je cherchais une communauté de pelez-vous simplement que vous devrez peutpriétaire du véhicule mourrait si ce panneau gens partageant les mêmes idées dans le do- être utiliser une émoticône “rouler les yeux” était utilisé ? Et la bride autour du passage de maine de la réparation de collisions, je venais une fois ou deux, car les opinions de chacun roue ? Et la protection contre la rouille ? Qu’en de toucher le fond de ma poche. sont valables, mais pas toujours correctes.

18  COLLISION QUÉBEC  COLLISIONQUEBEC.COM


CYBERSÉCURITÉ

“Au fur et à mesure que les voitures sont devenues plus informatisées, l’idée de la cybersécurité n’a pas fait l’objet d’une trop grande attention. Pourquoi? Parce que lorsque les voitures sont fabriquées, les caractéristiques autonomes sont créées en premier, la sécurité en dernier. Ces risques n’étaient pas vraiment pris en compte jusqu’à tout récemment.”

PRIS DANS LA TOILE D'ARAIGNÉE COMPRENDRE LES RISQUES DE LA CYBERCRIMINALITÉ

R

écemment, le Groupe Boyd a annoncé qu'il avait été victime d'une attaque de rançon. Bien que le Fonds d'investissement pour la réparation d'automobiles n'ait découvert aucune preuve que les renseignements sur les clients ou les employés ont été compromis, les experts en sécurité continuent d'enquêter sur l'étendue des dommages. Bien que les travaux visant à découvrir l'étendue des dommages puissent être confiés au service de cybersécurité du Groupe Boyd, l'incident a causé des vagues d'inquiétude dans l'ensemble du secteur canadien de l'automobile. À mesure que l'importance de l'informatisation des véhicules augmente, plusieurs lecteurs de Collision Repair se sont dits préoccupés par le fait que le milieu 20  COLLISION QUÉBEC  COLLISIONQUEBEC.COM

des collisions est largement naïf face aux risques que posent les cybercriminels pour les réparateurs automobiles. Pour clarifier ces risques, Collision Quebec s'est récemment entretenu avec Justin Bull, un expert en cybersécurité de Toronto, qui s'est fait connaître à l'échelle nationale en 2013 lorsqu'il a averti l'Agence du revenu du Canada que ses renseignements personnels étaient vulnérables à un piratage relativement simple à exécuter, appelé Heartbleed. Il est maintenant gestionnaire principal de la cybersécurité chez Weathsimple à Toronto.


CYBERSÉCURITÉ

Justin Bull est le directeur principal de la cybersécurité chez Weathsimple à Toronto.

Collision Quebec: Qu’est-ce qu’un logiciel rançon ? Justin Bull: Ransomware est un logiciel conçu pour vous tenir en otage. Elle peut menacer de vous empêcher de faire des affaires si vous n’avez pas d’argent. Le fait est qu’il n’y a aucune garantie que la menace disparaîtra si la rançon est payée. Même si c’est le cas, rien n’empêche les criminels qui choisissent de vendre les données à des organisations criminelles qui peuvent utiliser ces identités à leurs propres fins illicites. Le problème, c’est qu’à ce stade, il n’y a aucun moyen de savoir si des criminels ont déjà commencé à extraire les données de vos clients. Si c’est le cas, ils peuvent faire demi-tour et s’en servir à des fins de fraude d’identité. Presque toutes les attaques de rançon de logiciels tentent maintenant de tirer parti de la propagation du réseau. Si un seul ordinateur est touché dans votre bureau, il sautera à d’autres ordinateurs dans le bureau aussi bien. Si vous êtes connecté à un réseau affecté, les criminels peuvent également avoir accès à vos données.

de pièces jointes inconnues ou ne suivez pas de liens étranges. Certaines entreprises investissent dans l’envoi de personnel à des cours pour rappeler les principes de base d’une utilisation sécuritaire de l’ordinateur. Il est également important d’éviter de reporter ces avis de mise à jour du logiciel. Il est facile de les repousser, mais les mises à jour sont le seul moyen pour Apple et Microsoft de se protéger contre les nouvelles menaces - et les cybercriminels essaient toujours de nouvelles approches.

CQ: Existe-t-il des risques de vol de données spécifiques au secteur automobile ? L’idée d’un attentat terroriste perpétré au moyen d’un véhicule piraté est-elle possible, ou

simplement de la science-fiction ? JB: Au fur et à mesure que les voitures devenaient de plus en plus informatisées, l’idée de la cybersécurité n’a pas fait l’objet de beaucoup d’attention. Pourquoi ? Parce que lorsque les voitures sont fabriquées, les caractéristiques autonomes sont créées en premier, la sécurité en dernier. Ces risques n’étaient pas vraiment pris en compte jusqu’à tout récemment. Le piratage direct d’automobiles est un domaine de recherche en plein essor et un domaine de recherche très sérieux. Nous trouvons des situations où des gens peuvent tuer le volant ou télécommander les freins, ce qui pourrait causer un accident ou la mort.

CQ : Comment une organisation peut-elle limiter les risques de rançon ou d’autres cyberattaques ? JB: Il n’y a pas de solution miracle pour protéger une organisation contre la cybercriminalité. La chose la plus importante à faire est de maintenir de bonnes habitudes d’”hygiène informatique”, tout comme à la maison. Ne téléchargez pas NOVEMBRE 2019 COLLISION QUÉBEC  21


PILIERS DE L’INDUSTRIE

Rae Paul, Joseph Theriault, Wesley Moldowan, Ray Mabilog, James Roche, Chris Ouellet, Cliff Cave, Graham Irving et Gary Irving.

VERS LES FORÊTS SAUVAGES DU YUKON RÉPARATION DANS LE GRAND NORD CANADIEN PAR GIDEON SCANLON

T

out véhicule circulant dans les régions arctiques et subarctiques du Canada doit composer avec un climat et des conditions routières parmi les plus inhospitalières au monde. Les routes souvent non goudronnées, qui sont sujettes à un fort soulèvement dû au gel, mettent à l’épreuve les limites du système de suspension, même le plus bien réglé. Des véhicules en panne provenant d’aussi loin qu’Inuvik (T.N.-O.), à 1 200 kilomètres de Whitehorse (Yukon) et de l’atelier d’Irving Collision, se retrouvent dans ce garage. L’équipe Irving Collision, composée de 10 personnes, sous le commandement du propriétaire-exploitant Graham Irving, brave les vents cruels, les longues nuits d’hiver et le froid mordant pour faire ce qu’ils font de mieux : réparer les collisions. Fondée par George Irving, le père de Graham, en 1978, l’entreprise a été fondée à une époque où les barrières géographiques 22  COLLISION QUEBEC  COLLISIONQUEBEC.COM

représentaient un défi encore plus grand qu’aujourd’hui. À l’époque, même les réparateurs des grandes villes n’avaient pas accès aux outils spécialisés, à la formation et aux lignes directrices en matière de procédures qui constituent la base de la plupart des travaux effectués dans les ateliers de réparation modernes. Aujourd’hui, dans le subarctique, la différence entre “ en état de marche “ et “ travail accompli “ est, pour la plupart, impossible à distinguer. Graham Irving, qui travaille dans l’établissement depuis sa création, est heureux de dire que ce n’est plus le cas. Cela dit, il garde de bons souvenirs de cette époque révolue. “Au début, nous étions très doués pour comprendre[notre processus] au fur et à mesure que nous avancions “, dit Irving. “Tout cela fait partie de l’esprit du Yukon. Si vous ne pouviez pas obtenir ce dont vous aviez besoin, vous avez trouvé un moyen de

vous en passer.” Depuis qu’il a repris l’entreprise il y a dix ans, le jeune Irving a insisté sur la nécessité pour son équipe de se tenir au courant de la formation et d’utiliser la liste croissante des cours en ligne d’I-Car. Les membres de l’équipe se rendent continuellement à Edmonton pour des cours de soudage qui comprennent des cours pratiques. “Couvrir le coût d’un vol et d’une chambre d’hôtel en vaut la peine pour nous maintenir au sommet de notre art “, dit Irving. “Conduire dans les territoires met beaucoup de pression sur les véhicules, et vous ne voulez pas finir par tomber en panne. Nous avons affaire à beaucoup de voitures neuves - alors comprendre comment les réparer est absolument vital pour l’entreprise.” Cet engagement à adopter les procédures les plus à jour a permis à Irving Collision d’obtenir une reconnaissance spéciale. En 2009, l’établissement est devenu l’un des premiers ateliers de carrosserie approuvés


PILIERS DE L’INDUSTRIE

par Co-operators Assurances et, quelques années plus tard, TD Assurance a ajouté l’atelier à sa liste de fournisseurs privilégiés. Bien que l’époque de la réparation “ faire les frais “ soit révolue, l’éloignement d’Irving Collision pose encore de nombreux défis à l’entreprise, en particulier sur le plan de la logistique. D’abord, à 1 988 km d’Edmonton et à 2 390 km de Vancouver, la logistique peut être un cauchemar. Les pièces peuvent prendre jusqu’à quatre jours pour arriver. À moins que l’équipe d’Irving Collision ne travaille en parfaite harmonie, les clients font face à de longs délais. D’autre part, il n’est pas facile de trouver de nouvelles recrues bien adaptées, car il n’y a tout simplement pas assez de Yukonnais qualifiés. Bien qu’il puisse sembler difficile de persuader de jeunes professionnels de la réparation de collisions de déménager dans le Grand Nord, Irving n’en a pas moins son mot à dire.

“Au début, nous étions très doués pour comprendre[notre processus] au fur et à mesure que nous avancions. Tout cela fait partie de l’esprit du Yukon. Si vous ne pouviez pas obtenir ce dont vous aviez besoin, vous avez trouvé un moyen de vous en passer. ” — Graham Irving

“La vérité, c’est que c’est un bon endroit pour être en réparation de collision. Nous sommes un service vital ici, et le sentiment d’accomplissement que nous obtenons en réparant les véhicules de nos clients et en

Fondée à Whitehorse, au Yukon, en 1978, par George Irving, Irving Collision offre des services de réparation aux véhicules en cas de collision bien au-delà de la capitale du territoire.

les renvoyant chez eux heureux est très gratifiant.” Irving se vante à peine quand il dit que son entreprise fournit un service vital dans la communauté et bien au-delà - un sentiment qui ressort clairement des nombreux témoignages élogieux de clients trouvés en ligne. Irving Collision est l’une des rares installations canadiennes à maintenir une cote de cinq étoiles sur Google, et les clients - dont plusieurs sont des critiques reconnus des entreprises locales - remercient Irving et son équipe avec enthousiasme. “Cette entreprise familiale a fait tout son possible pour me rendre heureuse. On ne peut même pas dire que mon véhicule a été victime d’un accident, grâce à leur travail de haute qualité et à l’appariement

et au mélange des couleurs de peinture “, a écrit Lawrence Bakelaar, dont les critiques des entreprises de Whitehorse ont amené Google à lui attribuer le titre de “ guide local  “. “Ils sont aussi très honnêtes et justes - ils ne feront aucun travail qu’ils ne peuvent garantir.” Pour Irving, ces défis ne sont qu’une des nombreuses réalités de la vie dans le Nord. Bien que les réparateurs du Sud puissent regretter certains de ces cauchemars géographiques, pour Irving, ils ne sont qu’une autre bizarrerie de la vie au Yukon. “Je suis né ici, donc beaucoup de choses que nous traitons semblent routinières. Mais je sais que voir un grizzli errer en ville ou attendre qu’un orignal traverse la route peut prendre du temps à s’y habituer !” NOVEMBRE 2019 COLLISION QUEBEC  23


ÉDUCATION DE L’INDUSTRIE

Wade Bartok (devant) avec l’équipe CSN Elite et CSN Elite Xpress.

UN RISQUE QUI VAUT LA PEINE D’ÊTRE PRIS POURQUOI WADE BARTOK A TOUT MIS EN JEU POUR LA COMMUNAUTÉ COLLISION DE LA COLOMBIE-BRITANNIQUE PAR GIDEON SCANLON

À

l’automne 2017, Wade Bartok, président de CSN Elite et CSN Elite Express, conduisait avec sa fille sur l’une des routes de montagne de la Colombie-Britannique. À la radio, un reportage sur la crise financière à laquelle fait face l’Insurance Corporation of British Columbia a été diffusé. Comme les nouvelles selon lesquelles la société d’État (qui détient un monopole effectif sur le secteur de l’assurance automobile en Colombie-Britannique) perdait de l’argent quelques semaines plus tôt, ces rapports avaient été publiés presque sans interruption. Plutôt que d’ajouter de nouvelles informations sur les détails de la crise, le barrage de couverture s’est concentré sur la discussion du dernier

24  COLLISION QUEBEC  COLLISIONQUEBEC.COM

groupe tenu responsable de la fragilité fiscale de l’assureur public. Le blâme est venu par vagues. Anciens ministres, dirigeants de l’ICBC, conducteurs de véhicules de luxe, chiropraticiens, avocats, tous ont reçu leur temps sous les feux de la rampe. C’était une sorte de reportage que Bartok ne pouvait pas supporter, mais il écoutait quand même, s’attendant à ce que chaque nouvelle histoire cible la communauté des collisions. “Certains membres du public ont une image de l’industrie du recyclage automobile qui provient directement des films des années 1970. Lorsque les journalistes couvrent l’industrie avec cette image à l’esprit, ils ont tendance à supposer qu’il n’y a pas d’autre aspect de la

question “, dit M. Bartok. Comme la radio l’a informé, c’était en effet le tour de la communauté des réparateurs. Un ancien expert en sinistres de l’ICBC, désigné comme dénonciateur par plusieurs agences de presse, a affirmé que des frais de réparation frauduleux avaient coûté des centaines de millions de dollars à l’ICBC. Pour les membres du milieu de la réparation, les affirmations étaient manifestement inexactes. Les déclarations du soi-disant dénonciateur ont révélé un manque d’expertise dans l’économie de la réparation automobile moderne. Dans le discours public, cependant, les allégations ont été considérées comme factuelles. Pire encore, pour la fille de Bartok, ils


ÉDUCATION DE L’INDUSTRIE

ressemblaient à une condamnation accablante de son père et de la façon dont il gagnait sa vie. L’expression de son visage a failli briser le cœur de Bartok. En tant que parent, il s’est toujours efforcé d’être un exemple d’honnêteté et d’intégrité. “Je n’arrivais pas à y croire. Imaginez que quelqu’un à la radio vienne dire à votre enfant que vous étiez un menteur et un escroc - c’est ce qu’elle a cru entendre “, se rappelle Bartok. “Tout ce que je pouvais faire, c’était lui dire la vérité sur la situation.” M. Bartok a expliqué que les allégations de fraude généralisée en matière de réparation provenaient d’une source ayant une compréhension inexacte des coûts de réparation des véhicules modernes. Heureusement, sa fille a accepté son résumé des faits. L’honneur paternel sauvé, Bartok aurait pu laisser les choses là. Ce n’était pas comme si les allégations allaient avoir un impact sur ses affaires. D’une part, sa relation avec l’assureur public était bien établie. En fait, les chiffres de l’ICBC montrent que près d’une réparation automobile sur cinq à North Vancouver a été effectuée chez CSN Elite et CSN Elite Express. D’autre part, au cours de ses cinq décennies d’existence, CSN Elite a accumulé une longue liste de clients fidèles. Oui, Bartok aurait pu sortir de la tempête assez confortablement, sans autre commentaire. Mais il ne l’a pas fait. “Ce fut une période difficile pour notre personnel et nos familles,” se souvient M. Bartok. “Partout où nous allions dans la communauté ou au bureau, il y avait des questions sans fin.” Au lieu de cela, il s’est mis devant les attaques contre l’industrie en rédigeant une lettre dans laquelle il démystifie les prétentions du soidisant dénonciateur. Il a été publié dans North Shore News, le journal communautaire le plus lu au Canada. En 400 mots intelligemment écrits, Bartok a habilement déconstruit la question pour les membres du public qui ne connaissent pas bien les prix de réparation automobile. “Plutôt que d’être émotif, laissez-moi vous expliquer quelques faits,” lit la note de Bartok. Les coûts de réparation sont à la hausse partout en Amérique du Nord, mais c’est à cause des changements de conception apportés par les constructeurs de véhicules...” a-t-il poursuivi, ajoutant que “notre industrie n’est pas en train de ‘grimper la facture’. ...Un phare des années 80 coûte environ six dollars à remplacer, mais un phare moderne peut coûter jusqu’à 7,000 dollars.” Lue en entier, la lettre a souvent pour effet

CSN Elite Xpress. Il a été ouvert en 2001.

de mettre les réparateurs debout, en larmes et dans l’allégresse. Bartok a pris un risque en attachant son propre nom à la controverse, mais cela avait porté ses fruits. Bientôt, de nombreux membres de l’industrie se sont manifestés et le cycle des nouvelles a trouvé une nouvelle cible à cibler. Bien que sa décision de défendre les réparateurs de la Colombie-Britannique ait été étonnamment courageuse, elle semble moins surprenante pour ceux qui le connaissent bien. Pour les entendre décrire Bartok, c’est un homme défini par trois caractéristiques clés : son honnêteté sans peur, sa loyauté intense et sa volonté de prendre des risques raisonnables sans regret. Peu de gens peuvent parler de la loyauté de Bartok avec autant d’autorité que Andrew Madai, qui a travaillé pour Bartok au cours des 15 dernières années et qui occupe maintenant le poste de directeur des opérations des deux ateliers Elite Auto Body Repair. “En tant qu’environnement de travail, la réparation de carrosserie Elite est amusante et familiale,” dit Madai. “C’est en grande partie la raison pour laquelle nous avons très peu de roulement de personnel.” “Wade est promu de l’intérieur et il veut que nous réussissions tous,” dit Madai. “Il m’a aidé à gravir les échelons.” Madai peut également témoigner du talent de Bartok pour prendre des risques raisonnables qui portent leurs fruits. “Wade est un gars très habilitant pour qui travailler. Il fait de grands projets pour l’entreprise et fait confiance à son équipe pour qu’elle soit en mesure de les mener à bien,” dit M. Madai. “Lors de mon entretien d’embauche, nous avons beaucoup parlé, mais pas de réparation automobile. Il m’a engagé quand même. En fait, mon titre de poste était ‘Je ne sais pas. On verra ça lundi.’” Bartok n’est pas cavalier dans ses affaires,

loin de là. En fait, bien que son embauche ait pu sembler inconsidérée à Madai, Bartok était déjà assez sûr de la pertinence de Madai au moment de l’entrevue. Tout ce qu’il avait besoin de confirmer, c’est que Madai serait un bon candidat pour le bureau. “Il faut passer au crible beaucoup de gens pour trouver les bons, explique M. Bartok.“Mais il y a beaucoup de jeunes gens talentueux qui travaillent dur. Tu as juste besoin de les trouver.” En d’autres termes, Madai, comme chacun de ses employés, semblait être un pari sûr. Après avoir soigneusement calculé les cotes,

“Je suis un mathématicien. Pour moi, les affaires se résument à des chiffres. Parfois, ils s’additionnent, et parfois ils ne s’additionnent pas. Je suppose que ce n’est pas surprenant que j’aie voulu devenir un planificateur financier certifié après avoir obtenu mon diplôme universitaire.” —Wade Bartok NOVEMBRE 2019 COLLISION QUEBEC  25


ÉDUCATION DE L’INDUSTRIE

Bartok décida de miser. “Je suis un mathématicien. Pour moi, les affaires se résument à des chiffres. Parfois, ils s’additionnent, parfois ils ne s’additionnent pas,” dit M. Bartok. “Je suppose que ce n’est pas surprenant que j’aie voulu devenir un planificateur financier certifié après avoir obtenu mon diplôme universitaire.” Heureusement pour l’entreprise familiale, le destin a déjoué ses plans. Après avoir occupé un certain nombre de postes dans l’entreprise au secondaire et à l’université-y compris un bref passage comme, selon ses propres mots, “le pire technicien en peinture du monde”-M. Bartok a été appelé à occuper le poste de directeur général intérimaire. Bartok s’est rendu compte qu’il avait un don pour ce travail, et les deux semaines qu’il a passées à ce poste lui ont permis de se lancer dans une carrière. Sous son mandat de directeur général, puis de président de la CSN Elite, l’entreprise a connu une croissance fulgurante. Au début de son mandat, l’entreprise employait sept personnes, alors qu’aujourd’hui elle en emploie 30. Deux ans après que Bartok ait pris les commandes, les bénéfices de l’entreprise avaient doublé. Deux ans plus tard, et ils ont encore doublé. M. Bartok était favorable à l’idée d’ouvrir une autre installation près de l’emplacement original de la CSN Elite, mais il s’est rendu compte que de nombreux membres de sa famille, ses pairs de l’industrie et ses employés étaient sceptiques à l’idée d’ouvrir dans le même emplacement. Au tournant du siècle, cependant, Bartok a estimé que les chiffres toujours fiables indiquaient qu’il avait raison. Le deuxième établissement a ouvert ses portes en 2001 et a rapidement démontré qu’il l’était.

Andrew Madai discute avec des collègues dans la salle de pause du CSN Elite.

Tout comme le calcul prudent du risque de M. Bartok appuie certaines de ses décisions d’affaires, il l’a aussi poussé à abandonner des projets. “J’avais eu l’idée de construire notre propre réseau de franchises dans l’Ouest canadien,” explique Bartok. “Après avoir rencontré la CSN, j’ai décidé de ne pas poursuivre le projet, mais de déterminer mes prochaines étapes.” “J’ai été tellement impressionné par CSN que je les ai suppliés de venir dans l’Ouest, en utilisant CSN Elite et CSN Elite Express comme point de départ,” dit Bartok. “Ils sont partis vers l’est d’abord, mais ils se sont étendus ici, et avec nous.” Depuis son adhésion au réseau en 2006, CSN Elite et CSN Elite Express ont prospéré et, en 2014, CSN Elite a été nommée boutique de l’année du réseau. Au-delà de l’industrie, CSN Elite a récemment été sélectionné comme l’un des trois finalistes pour le titre de North Vancouver Chamber of Commerce-un prix qui reçoit des centaines de candidats chaque année. M. Bartok attribue le succès de cette collaboration à des valeurs partagées entre son entreprise et l’ensemble du réseau CSN. “La famille est importante pour le RCCACV. Bâtir une culture de milieu de travail accueillante

L’équipe en 2015. Wade Bartok (en bas à gauche) et Andrews Madai (en bas à droite) remportent deux des trophées remis aux installations. 26  COLLISION QUEBEC  COLLISIONQUEBEC.COM

l’est aussi,” dit M. Bartok. “Quand j’entends le directeur de l’exploitation, Flavio Battilana, parler de ses trois piliers de la NSN-service de classe mondiale, employeur de choix et rendement-j’ai toujours l’impression que nous sommes alignés et que nous allons dans la bonne direction.” Au sein de l’équipe corporative de la bannière, le sentiment que les objectifs de M. Bartok et de son équipe s’alignent sur ceux de la CSN est appuyé. En fait, selon Larry French, vice-président des ventes et du marketing de la CSN, la bannière en est venue à compter sur la franchise intrépide de Bartok et sa compréhension approfondie de la situation sur le terrain en Colombie-Britannique. “La prévoyance et la volonté de Wades d’adopter la marque et les systèmes de la CSN l’ont placé dans un rôle consultatif auprès de la CSN. Nous apprécions vraiment son opinion et sa franchise lorsqu’il s’agit de connaître le pouls de l’industrie de la réparation de collisions en Colombie-Britannique,” dit French. “Wade et l’équipe de CSN Elite et CSN Elite Xpress ont fait partie des fondations sur lesquelles CSN a pu bâtir notre réseau si rapidement et efficacement en ColombieBritannique.”


COMPÉTENCES DES ÉLÈVES

COLLISION AVEC LES CHAMPIONS LES JEUNES RÉPARATEURS FONT PREUVE DE LEURS COMPÉTENCES PAR ELIZABETH SARGEANT ET LINDSEY COOKE

C

ette année a été une année extraordinaire pour les jeunes apprentis et les gens de métier en herbe partout au Canada. Qu’il s’agisse de récompenser des réalisations en peinture automobile et en réparation de carrosserie ou de dominer SkillsCanada, l’avenir des réparateurs de carrosseries semble un peu plus prometteur avec la prochaine génération de chefs de file de l’industrie qui se passionnent

“Je suis très reconnaissant et reconnaissant qu’ils investissent de l’argent et du temps dans la nouvelle génération dans le commerce. Ça va avoir un impact sur ma vie d’en faire plus et d’être capable d’aider la prochaine génération.”

(De gauche à droite) Les gagnantes de Compétences Canada au niveau postsecondaire, Carrie Long, Catherine Matthewson et Nicole Sheetka.

pour la réparation de carrosseries. Keegan Watkins - McIntyre et Catherine Mathewson sont deux étudiants qui ont commencé à dominer l’industrie avant même d’y lancer leur carrière et Collision Repair a couvert leurs histoires de formation minutieuse, de travail acharné, récoltant les fruits d’une démonstration fière de leur compétence unique. La première histoire vient de Keegan Watkins - McIntyre, un élève de l’école secondaire Crocus Plains et un expert en réparation de carrosserie. En mai, Watkins - McIntyre a remporté la médaille d’or à la compétition de SkillsCanada à Halifax, remportant la première place en réparation de carrosserie

automobile et représentant la province du Manitoba. Ayant grandi à la maison autour de stock cars, Watkins - McIntyre savait qu’il s’intéressait à la réparation de collisions, mais ce n’est qu’à son entrée à l’école secondaire qu’il a su qu’il voulait en faire un passe-temps plus qu’un simple passe-temps. “Quand j’étais en 9e année, Crocus[école secondaire] a organisé une journée portes ouvertes pour présenter les différents métiers et j’ai essayé la technologie automobile, la carrosserie et la soudure et j’ai vraiment aimé tous ces métiers “, a dit Watkins-McIntyre à Bodyworx. Watkins-McIntyre a mis sa passion au

—Catherine Mathewson Tandis que Keegan Watkins - McIntyre représente la Saskatchewan à la compétition SkillsCanada à Halifax, les réalisations de tous les concurrents ont glorifié le Canada et sa reine.

28  COLLISION QUEBEC  COLLISIONQUEBEC.COM


COMPÉTENCES DES ÉLÈVES

service de la pratique lorsqu’il a participé à la compétition ManitobaSkills plus tôt cette année. Après une victoire impressionnante, se classant premier en réparation de carrosserie automobile, son talent l’a mené à SkillsCanada Halifax où il a affronté d’autres étudiants à travers le pays pour l’or. Mais il n’aurait pas pu le faire par pur hasard. Watkins - McIntyre s’est entraîné pendant des semaines à l’avance pour se préparer à la grande compétition. “Après avoir gagné SkillsManitoba, je savais que je devais pratiquer pour SkillsCanada. Je m’entraînais autant que possible et je restais tard avec mon professeur et je venais après les heures de classe “, dit Watkins-McIntyre. “Mes professeurs] ont tous deux parlé avec des gens pour me préparer à la compétition et, évidemment, cela m’a aidé à obtenir la médaille d’or “. Watkins-McIntyre attribue également une grande partie de sa victoire aux ressources qui lui ont été données pour l’aider dans sa pratique. “Mes professeurs Carl DeCosse et Greg Oliver m’ont tout appris sur la carrosserie, car ils ont été mes professeurs ces quatre dernières années et ils m’ont aidé à arriver là où je suis aujourd’hui “, dit Watkins - McIntryre. “Ils m’ont aidé à obtenir les outils et les exercices appropriés pour SkillsCanada. Ils m’ont aussi emmené chez le démolisseur local Westman Salvage et m’ont donné une voiture pour que je puisse pratiquer mon quart de panneau pour SkillsCanada.” Quand Watkins-McIntyre ne s’entraîne pas pour sa prochaine compétition, il travaille sur des voitures de projet à la maison comme passe-temps. “J’aime travailler sur les voitures et j’ai beaucoup de projets en cours sur lesquels j’ai travaillé. J’en ai pris un à l’école et je l’ai terminé avant de partir pour SkillsCanada. En ce qui concerne les plans des compétitions futures, Watkins-McIntyre espère représenter un jour le Canada et sa reine à la compétition biannuelle WorldSkills. Le mois suivant, un autre futur réparateur représentait fièrement l’industrie. La championne en peinture automobile de Compétences Canada, Catherine Matthewson, est devenue la première lauréate du prix Dave Smith d’AkzoNobel. AkzoNobel a décerné un prix au leader de l’industrie Dave Smith après son décès soudain il y a presque un an. Smith a fait une longue carrière chez AkzoNobel depuis 1993.

La gagnante de SkillsCanada, Catherine Mathewson, pose avec Bill Speed, professeur de débosselage et mentor.

“Dave a toujours eu une attitude positive et s’est toujours soucié non seulement des gens de l’industrie, mais aussi de l’industrie ellemême “, a déclaré Darryl Simmons, éditeur de Collision Repair. “Il nous manque beaucoup.” Le prix, d’une valeur de 2 500 $, a été remis à Matthewson une semaine après qu’elle eut remporté la médaille d’or au concours postsecondaire de peinture automobile. Le but du prix était axé sur un sujet qui passionnait M. Smith, soit le soutien à l’éducation dans le domaine de la remise à neuf des véhicules. “Je suis très reconnaissant et reconnaissant qu’ils investissent de l’argent et du temps dans la nouvelle génération de travailleurs. Cela va avoir un impact sur ma vie d’en faire plus et d’être capable d’aider la prochaine génération “, a dit Matthewson à Collision Repair. Ce n’est pas la première victoire pour Matthewson. Elle a commencé sa passion dans l’industrie de la réparation de carrosserie lorsqu’elle était en 10e année. Au secondaire, elle a participé aux compétitions de Compétences Canada et a remporté le bronze en 2013 et

l’argent en 2014. L’étudiante du Collège maintenant centenaire affirme qu’elle n’aurait pu obtenir aucun de ces prix sans l’aide de ses professeurs et de Bill Speed, son professeur de carrosserie à l’école secondaire. “Ils ont littéralement façonné ma carrière pour moi pour que je ne puisse pas le faire sans eux.” Matthewson veut faire une différence en changeant la façon dont les gens voient une carrière dans la réparation de collisions et rêve de devenir le même genre de mentor que ses professeurs ont été pour elle. “Je veux pouvoir redonner à la nouvelle génération et être capable de leur enseigner et de leur donner l’opportunité que j’ai eue au lycée. Je veux montrer aux femmes et aux gens en général que n’importe qui peut faire des métiers, et il n’y a rien de mal à cela. C’est certainement un excellent choix de carrière et il y a plus dans la vie qu’être médecin, avocat ou ingénieur. Tout le monde méprise toujours le métier et je veux aider à changer cette stigmatisation.” NOVEMBRE 2019 COLLISION QUEBEC  29


EVÉNEMENT

De gauche à droite : Leanne Jefferies, Ken Friesen, Marc Honorat, Tom Bissonnette, Tom Julius et Musset Dorciné, directeur de l’Institut technique ARISE d’Haïti.

UN TRAVAIL D'AMOUR L’INDUSTRIE DE LA RÉPARATION DE COLLISIONS AIDE À CRÉER LA PREMIÈRE INSTALLATION DE RÉPARATION DE COLLISIONS EN HAÏTI PAR LINDSEY COOKE

L

e projet de l’Institut Technique ARISE d’Haïti a été ce que Leanne Jefferies, vice-présidente d’Assured Performance Network, appelle un “travail d’amour.” Il y a plus de cinq ans, Mark Honorat, fondateur d’Haiti ARISE, a assisté à une conférence de l’industrie canadienne des collisions et a fait connaître l’école, qui avait été détruite par un tremblement de terre juste après sa construction. Par conséquent, l’industrie canadienne de la réparation de carrosserie s’est unie pour soutenir la cause en recueillant des fonds et en aidant à construire un atelier et une salle de classe sur les collisions de carrosserie en Haïti. En janvier dernier, l’industrie a recueilli 100,000$, assez pour commencer la construction de ce qui serait la toute première installation de réparation de carrosserie et école connexe 30  COLLISION QUEBEC  COLLISIONQUEBEC.COM

en Haïti. Le bâtiment de 4,300 pieds carrés fournira des emplois et un endroit où les Haïtiens pourront faire réparer leurs véhicules. “Il n’y a nulle part où faire réparer une collision en Haïti, et il n’y a pas non plus d’établissement d’enseignement pour cela,” dit Jefferies, “donc [l’école] est la première du genre dans le pays. [Le projet] va leur permettre d’avoir une source de revenus. Ils vont réparer les véhicules des clients. Pour l’instant, si vous voulez que les réparations de collision soient terminées, vous devez envoyer votre voiture en République dominicaine. [L’école] permettra aux Haïtiens de garder ces revenus en Haïti.” Jefferies, Tom Bissonnette (directeur exécutif, Saskatchewan Association of Automotive Repair), Ken Friesen (propriétaire de Concours Collision Centres) et Tom Julius (directeur

du développement des affaires pour Car-Part. com) se sont rendus en Haïti pour la cérémonie d’inauguration des travaux en janvier. “Essentiellement, [la construction] a commencé le jour où nous avons enfoui la pelle dans le sol, et ils n’ont cessé de construire depuis,” dit Jefferies.“Les fondations sont complètement coulées et maintenant ils vont de l’avant avec la construction de tous les murs.” Selon Jefferies, la disposition des plans a dû être inversée parce que les constructeurs ont réalisé que la construction interférait avec un manguier géant. “Il fournit beaucoup d’ombre, et à cause de la chaleur en Haïti, nous avons décidé qu’il vaudrait la peine d’essayer de sauver cet arbre,” dit-elle. “Alors, on a retourné le[plan] de l’immeuble et on a complètement refait les plans.”


EVÉNEMENT

La vice-présidente d’Assured Performance Network, Leanne Jefferies, partage un sourire avec les enfants du village d’enfants d’Haïti ARISE.

M. Friesen, qui a de l’expérience dans la construction d’installations de réparation de collisions, prend la direction de l’organisation des expéditions d’équipement vers Haïti, mais il espère recueillir davantage de fonds en raison des frais d’expédition. Une fois la construction terminée et tout l’équipement arrivé, Haïti ARISE invitera des instructeurs canadiens et des chefs de file de l’industrie à participer à la mise en place de l’installation et à la formation des formateurs, qui seront des Haïtiens de la région. “Cet établissement ne va pas seulement créer des carrières pour les hommes, il va aussi ouvrir des portes pour les femmes,” explique Mme Jefferies. Au cours de la visite des Canadiens en Haïti,

ils ont rencontré le doyen de l’Institut technique ARISE d’Haïti, où se trouve l’école de réparation des collisions. Ils lui ont parlé du nombre de femmes qui travaillent dans les métiers au Canada. “Ses yeux se sont un peu élargis et il a été un peu surpris de cela,” dit Jefferies.“Et nous avons expliqué que les femmes sont très douées pour la peinture et ont un très bon sens du détail. Il y avait une jeune femme qui travaillait dans le bureau [du doyen], et elle a regardé et a dit:‘Moi ? je peux le faire?’ C’était vraiment révélateur [pour les Haïtiens] que cela puisse être une grande carrière non seulement pour les hommes, mais pour les jeunes femmes qui vont à l’école. Jefferies prévoit que le projet sera terminé d’ici l’an prochain et que les classes seront complètes.

Les locaux construisent le tout premier atelier de réparation de carrosserie d’Haïti.

NOVEMBRE 2019

COLLISION QUEBEC  31


IBIS MIS À JOUR

Jeff Smith.

Jim Azzouz et Harry Dhanjal.

Theo Theodosiou, Lucy Cater, Farzam Afshar, Steve Leal et Robert Snook.

Steve Leal et Daniel Hogg.

INFORMATIONS INTERNATIONALES LES BESOINS EN TALENTS ET EN TECHNOLOGIE ONT DOMINÉ LES DISCUSSIONS DU SYMPOSIUM INTERNATIONAL DES ATELIERS DE CARROSSERIE PAR GLORIA MANN

L

es principaux conférenciers et panélistes présents au 19e sommet mondial annuel de l’International Bodyshop Industry Symposium (IBIS) ont été unanimes dans leur message: les processus modernes et l’attraction et le maintien des talents seront essentiels au succès continu des entreprises de l’industrie de la réparation de carrosserie. Jason Moseley, PDG d’IBIS, a accueilli le sommet de deux jours qui s’est tenu à Baveno, en Italie, en juin. Il s’est donné la peine de rappeler aux participants que “toutes les réponses aux problèmes de notre industrie se trouvent dans cette salle.” Parmi les conférenciers présents à l’événement, mentionnons Jim Azzouz, directeur du marketing 32  COLLISION QUEBEC COLLISIONQUEBEC.COM

pour le service après-vente, Ford Europe; Jennifer Boyer, directrice mondiale des affaires et de la stratégie de collision, Ford Motor Co; James Grant, vice-président du développement commercial chez Verisk Insurance Solutions; Dave Gunderson, vice-président et directeur général, division après-vente automobile, chez 3M Co; et Mary Mahoney, vice-présidente de Enterprise Rent-A-Car, entre autres. Les champions du concours mondial des compétences ont également contribué à la discussion. Mirko Cutri, Nicholaus Owen, Georg Profanter, Ase Brekke Roe et Steve Waite ont participé à une table ronde avec Gunderson, qui a discuté de la façon de faire participer plus de femmes et de jeunes à l’industrie de la réparation de

carrosserie, ainsi que de l’accélération du processus. Cutri note que World Skills aide à attirer les jeunes dans l’industrie: “Nous reconnaissons le talent et les compétences sur scène tout en exposant les jeunes à une variété de compétences.” D’autres conférenciers ont fait part de leurs recherches et de leurs suggestions concernant leur entreprise. Grant, pour sa part, a fait remarquer que, selon la recherche de Verisk, 39 pour cent des conducteurs changent de fabricant de véhicules dans les 12 mois suivant une réclamation ou une réparation mal gérée et 41 pour cent changent d’assureur après un accident, peu importe l’efficacité avec laquelle leurs réclamations sont traitées. “La plupart des insatisfactions des


IBIS MIS À JOUR

Jim Azzouz et Jennifer Boyer.

Michael Macaluso, Nick Di Luca, Osvaldo Bergaglio et Ryan Bruno.

Frits Hillebrandt, Gabrielle Comtois et Emmanuel Gyebi.

conducteurs,” dit-il,“sont causées par la confusion et les retards dans les premières étapes du processus de réclamation.” Verisk recommande d’utiliser Xactimate, une application d’évaluation disponible pour les appareils mobiles, pour aider à atténuer ces défections. “L’application utilise des algorithmes d’IA qui analysent les photos pour estimer la gravité des dommages aux parties de la carrosserie des véhicules,” dit Grant,“ce qui signifie qu’une réclamation peut être réglée en aussi peu que 13 minutes.” Boyer et Azzouz ont parlé de l’intention de Ford de connecter ses véhicules intelligents au cloud, ce qui permettra à l’OEM d’être

David Leuhr.

Osvaldo Bergaglio et Nick Di Luca.

plus actif dans le processus de réparation de collision. Cette stratégie est soutenue par un rapport d’Enterprise Rent-A-Car, qui prévoit que d’ici 2040, deux milliards de voitures seront connectées au cloud. M. Mahoney, de Enterprise, a fait des suggestions pour se préparer à cet avenir, notamment en investissant dans les talents et la technologie (en particulier la technologie pour établir des liens avec les OEM via le cloud), ainsi que dans de nouveaux partenariats. “Les voitures branchées,” dit-elle,“accéléreront le processus de réparation et augmenteront la satisfaction de la clientèle.” Mahoney a résumé

le message dominant du sommet IBIS: “Si vous n’investissez pas [dans les nouvelles technologies et la rétention des talents], vous ne survivrez pas.” IBIS a été fondée en 2001 par Christopher Mann et David Young, copropriétaires du magazine BodyShop, publié au Royaume-Uni. La première conférence IBIS s’est tenue au Pays de Galles et, depuis lors, des conférences ont eu lieu dans le monde entier, attirant des centaines de délégués de tous les secteurs de l’industrie de la réparation automobile. Pour plus d’informations sur IBIS, visitez ibisworldwide.com. NOVEMBRE 2019 COLLISION QUEBEC  33


CONFÉRENCE CARSTAR

ACCÉLÉRATION 2019 LA CONFÉRENCE ANNUELLE DE CARSTAR DÉBUTE DANS LA VILLE VENTEUSE PAR ELIZABETH SARGEANT

L

es membres de CARSTAR de tout le continent se sont rendus dans la ville venteuse de Chicago pour sa conférence annuelle qui s’est tenue du 10 au 12 juillet au Hilton Chicago. Surnommée ‘Acceleration 2019’, l’événement de cette année coïncidait avec le 30e anniversaire de la bannière. Il s’agit également de la troisième conférence qui a réuni les parties canadienne et américaine de l’industrie. “Cet événement de premier plan de l’année pour les OSM, avec

une brochette incroyable de conférenciers, d’activités éducatives et d’occasions de réseautage, est exclusif aux partenaires franchisés de CARSTAR, a déclaré Michael Macaluso, président de CARSTAR. “Notre conférence du 30e anniversaire accélérera nos plans de croissance alors que nos partenaires franchisés, les chefs d’entreprise, les fournisseurs et les assureurs se rassemblent pour aider l’industrie collective à aller de l’avant.

PREMIER JOUR La première journée de la conférence annuelle de CARSTAR s’est déroulée sans accroc et a permis d’amasser près de 20,000$ pour la fibrose kystique tout en donnant aux participants un aperçu de la culture chicagan. La journée a débuté par une balade Soul Stroll pour la fibrose kystique, une marche qui a permis aux participants de voir la silhouette de la ville et du centre-ville tout en recueillant des fonds pour le Réseau nord-américain de la fibrose kystique. Cette année a connu le plus haut niveau de participation et a été inspirée par “la grande tradition musicale du blues née à Chicago,” selon CARSTAR. La balade a également permis de célébrer certains des plus grands gagnants du Mois de l’éclat de CARSTAR. Des remerciements ont été adressés aux magasins qui ont recueilli des fonds importants au cours du mois de juin. Des lauréats canadiens comme CARSTAR Brampton, CARSTAR Red Deer et CARSTAR Toronto St. Clair ont été célébrés pour leurs importantes contributions et il a été annoncé que CARSTAR 34  COLLISION QUÉBEC  COLLISIONQUEBEC.COM

est beaucoup plus près d’atteindre son objectif de 4 millions $ d’ici la fin de la semaine. Après la promenade, les participants ont écouté Macaluso animer une discussion sur la façon dont la performance stimule la croissance et la nécessité de mettre l’accent sur la marque. Selon M. CARSTAR, ils ont “ vu venir le besoin de changement et doivent mettre davantage l’accent sur la marque, la plateforme EDGE Performance et la nécessité d’augmenter l’échelle en Amérique du Nord non seulement pour suivre, mais aussi pour devancer la concurrence “. Par la suite, CARSTAR a célébré ses franchisés de l’année. L’Ontario a représenté le Canada en grand nombre alors que trois ateliers d’automobiles de l’Ontario ont remporté d’impressionnants prix pour leurs efforts dans l’industrie automobile. Après des conférences, du réseautage et beaucoup d’enthousiasme, les participants ont pu visiter le terrain de baseball emblématique, le Wrigley Field. Les membres de CARSTAR pourraient faire une visite VIP du stade, entrer sur le terrain

et tester leurs habiletés de baseball dans les cages de baseball. Les membres retournent ensuite dans leurs chambres pour se reposer en prévision de la deuxième journée de la Conférence sur l’accélération.

Les membres de CARSTAR participent à la Balade de l’âme à travers Chicago. L’événement a permis d’amasser plus de 20 000 $ pour la lutte contre la fibrose kystique.


CONFÉRENCE CARSTAR

De gauche à droite: Le président de CARSTAR, Michael Macaluso, s’adresse aux invités de la conférence lors de la première journée d’accélération. Droit: Les membres canadiens de CARSTAR ont été honorés pour leurs efforts dans la collecte de fonds pour la fibrose kystique.

DEUXIÈME JOUR La Conférence sur l’accélération de CARSTAR s’est poursuivie avec dynamisme jusqu’à sa deuxième journée remplie de célébration, de collaboration et d’éducation dans cette ville venteuse. Matt Bell, vice-président des ressources humaines de Driven Brand, a dirigé les cérémonies d’ouverture et a fait le compte rendu de la journée excitante qu’ils allaient avoir. La première grande discussion a été animée par Jay Baer, un auteur qui travaille dans l’industrie du marketing depuis près de 30 ans. M. Baer a dirigé une discussion dynamique et rapide sur la façon de transformer les clients d’une entreprise en défenseurs de l’entreprise. Baer a captivé l’auditoire avec ses récits hilarants tout en leur fournissant des stratégies pour offrir un excellent service à la clientèle. Après la discussion animée de Baer, Jason Verlen est monté sur scène. Verlen a également beaucoup d’expérience en marketing et écrit souvent sur l’avenir de la technologie automobile. La discussion de M. Verlen a mis en lumière la rapidité avec laquelle les modèles d’affaires augmentent et

diminuent rapidement et à quoi ressemble l’innovation axée sur la technologie des espaces de réparation des collisions. M. Verlen a également discuté des moyens d’améliorer la productivité et l’expérience globale du client. Après les deux discussions animées, avec de nombreuses mini-discussions entre les deux, les participants de CARSTAR ont pu assister à une exposition de fournisseurs où ils ont reçu de l’information sur les principaux partenaires en Amérique du Nord tout en se faisant des cadeaux et en nouant des contacts avec d’autres membres. La journée s’est terminée tôt, ce qui a permis aux participants d’explorer davantage la ville et de se préparer pour une autre journée remplie de plaisir à la Conférence sur l’accélération de CARSTAR.

En l’honneur de la ville hôte, les invités ont revêtu des vêtements inspirés de l’époque du jazz.

TROISIÈME JOUR Bien que la conférence touchait à sa fin, les membres de CARSTAR ont été mobilisés pour une autre journée d’action le vendredi matin. Matt Miano, vice-président de l’approvisionnement, a donné le coup d’envoi de la conférence en partageant l’importance du service de l’approvisionnement dans le réseau CARSTAR et ses avantages sans fin. Miano a également fait le point sur les émissions spécialisées qui leur étaient offertes ainsi que sur les statistiques et l’information sur les ventes d’émissions. Sean Carey, puis est monté sur scène. Sean Carey était un conférencier d’honneur très attendu et est un stratège très respecté dans l’industrie des réclamations et des collisions. Sa présentation a exploré ce à quoi ressemblera l’industrie en évolution rapide à l’avenir, en

mettant l’accent sur l’automatisation et les équipementiers d’origine. Carey a également souligné comment CARSTAR bénéficiera de ces changements passionnants. D’autres leaders de l’industrie se sont ensuite joints à Carey sur scène pour animer une table ronde sur les initiatives en matière de certification qui auront un impact sur le réseau CARSTAR et sur la façon dont les membres peuvent s’y préparer. Un bref panel sur la performance des franchises a suivi, et finalement Dean Fisher, COO de CARSTAR, est monté sur scène pour clôturer la conférence et remercier tout le monde pour leur travail acharné. M. Fisher a parlé non seulement des événements de la semaine dernière, mais aussi de CARSTAR au cours des 30 dernières années.

Après une triste conclusion, mais pleine d’espoir, les membres de CARSTAR ont sorti leurs plumes, leurs boas et leurs colliers de perles lorsqu’ils sont passés de propriétaires de franchise à rabatteurs pour le Met Gala à thème des années 1920. “Nous avons[célébré] notre élan accéléré avec style lors de la dernière soirée, alors que nous honorons notre réseau de travail pour ses réalisations exceptionnelles,” a déclaré CARSTAR. La conférence a eu un impact sur l’expérience des membres de CARSTAR et sur l’avenir de l’industrie. En quittant la conférence avec la tête pleine de connaissances, le ventre plein de pizza de Chicago, le cœur plein de lumière, il est clair pourquoi CARSTAR a été un succès depuis 30 ans. NOVEMBRE 2019 COLLISION QUÉBEC  35


PRODUITS

VITRINE DES NOUVEAUX PRODUITS LES SOUDEURS CHAUDS DE DEMAIN

ERGOLINE Aro Technologies Déjà en service dans le monde entier, Aro Technologies affirme que le soudeur est facile à manipuler et qu'il est conçu pour avoir un rapport puissance/poids efficace, ce qui lui permettrait d'être utilisé pour toute application de soudage manuel. La soudeuse, qualifiée d'"ergonomique", est censée simplifier un processus autrement compliqué afin d'offrir à l'opérateur une efficacité et une productivité accrues, ce qui est indispensable pour tout environnement de travail rapide. La construction modulaire permet au soudeur d'être facilement adapté à des exigences spécifiques, tout en offrant un environnement de soudage sûr grâce à un boîtier fermé et des éléments de suspension de renforcement. arotechnologies.com

BLUEWELD 1 PLUS SMART AQUA SPOT WELDER Arslan Automotive Arslan Automotive présente les soudeuses par points Blueweld pour les propriétaires d'ateliers plus soucieux du prix. Les unités sont équipées de la technologie inverter et du type Smart Auto set. Il dispose d'une sortie de 14.000 ampères et de fusils transformateurs. Le soudeur peut également détecter automatiquement le type et l'épaisseur du métal, ainsi que régler tous les paramètres de soudage. Il est entièrement refroidi à l'eau jusqu'aux pointes de soudage - un must pour tous les nouveaux alliages d'acier.

arslanauto.com

RESISTANCE SPOT WELDER TECHNA La soudeuse par points par résistance TECNA est dotée d'une technologie intelligente, dotée d'un grand écran tactile convivial, qui peut détecter automatiquement le type et l'épaisseur du métal. La soudeuse par points à résistance est entièrement refroidie à l'eau jusqu'aux pointes de soudure, avec d'excellents temps de cycle. Le produit finit par produire 14 000 ampères avec un pistolet à transformateur qui n'a qu'un fusible de 32 ampères.

arslanauto.com

NOVEMBRE 2019 COLLISION QUÉBEC  37


PRODUITS

SOUDEUSES 8000 SÉRIE Polyvance Polyvance a le plaisir de vous présenter la série 8000, sa toute dernière gamme de soudeuses à l'azote plastique. Grâce à une nouvelle technologie en instance de brevet, les nouvelles soudeuses de la série 8000 sont faciles à utiliser et à entretenir et permettent aux utilisateurs de s'adapter aux plastiques fins ou épais. Selon Polyvance, "le débitmètre analogique exclusif facilite également le réglage du débit de l'azote gazeux chaud". Convient aux magasins de tout type de budget, la série est livrée avec un flexible amovible et un ensemble de câblage, ce qui rend le processus de remplacement facile et peu coûteux si quelque chose ne va pas. Cela rend le produit plus polyvalent et plus complet. polyvance.com

SOUDEUSE AUTOMATIQUE CTR 9 Car-O-Liner La société a déclaré que le CTR 9 est une amélioration du CTR 7, qui sera toujours offert, et présente plusieurs avantages, y compris un bras de support télescopique conçu pour assurer une liberté de mouvement maximale. Le bras en aluminium extrudé léger et durable peut être facilement ajusté verticalement et horizontalement pour une position de travail optimale. Le CTR 9 dispose également d'un pistolet transformateur léger en fibre de verre renforcée, conçu pour une activité rapide, tout en réduisant la tension sur le corps en même temps. Il est robuste, mais parmi les plus légers du marché, ce qui permet aux soudeurs de travailler efficacement sans se fatiguer car-o-liner.com

SOLAR POWER AUTO DARKENING WELDING HELMET Antra Le Solar Power Auto Darkening Welding Helmet (également connu sous le nom de Antra AH5-350-001x) est un casque de soudage en fibre de carbone avec des panneaux solaires intégrés qui permettent à la visière d'obscurcissement automatique de fonctionner même lorsque la lumière s'éteint. Le casque dispose de quatre capteurs conçus pour augmenter sa zone de couverture, avec un large champ de vision qui peut être facilement ajusté.

antrawarehouse.com

38  COLLISION QUÉBEC  COLLISIONQUEBEC.COM


Avec 14 succursales partout au Canada et l’enchérissement par Internet d’Encan d’auto Impact est un choix évident.


NOUVELLES | QUÉBEC

QUATRE SE JOIGNENT AU CONSEIL D’ADMINISTRATION D’AIA QUÉBEC La division du Québec de l’Association des industries de l’automobile du Canada a ajouté quatre nouveaux membres à son conseil d’administration, Elizabeth Lambert, Steve Oborne, Marie-Ange Cloutier et Frank Tonon. Après une série de nominations, les quatre membres ont été référés par les membres du conseil d’administration. On cherchait des candidats représentant les magasins de pièces et les propriétaires d’ateliers d’automobiles pour les guider dans la réalisation de différents projets afin de s’assurer qu’ils répondent aux besoins de l’industrie. Un représentant du secteur de la fabrication de pièces était également nécessaire pour remplacer un directeur sortant. L’une des nouvelles membres, Elisabeth Lambert, copropriétaire de Pièces d’auto Joliette, a développé de très bonnes relations avec le centre de formation l’Argile à Joliette et a participé à l’organisation de salons de l’emploi. Elle s’efforce d’encourager la prochaine génération à travailler dans l’industrie du marché secondaire, en donnant

un coup de main aux ateliers de sa région dans leur recherche de mécaniciens. Steve Oborne, propriétaire du Oborne Service 2012 est un technicien toujours à l’affût des connaissances nécessaires pour exceller dans son travail. Il a récemment terminé une formation sur les véhicules électriques et hybrides. Il a siégé au comité des fournisseurs de services automobiles de l’AIA Canada, en tant que juge aux Jeux olympiques provinciaux des métiers et technologies du génie automobile et est actuellement chroniqueur automobile pour le magazine Le Garagiste. Marie-Ange Cloutier, copropriétaire du Garage Martin Chagnon a également été choisie. Depuis l’acquisition du garage avec Martin Chagnon il y a six ans, Cloutier s’est profondément impliqué dans l’industrie du marché secondaire. Elle a été active au sein du comité de marketing de sa franchise pendant près de cinq ans. En 2017, son

LE RECYCLAGE LITHION À MONTRÉAL PROCÉDURE PRÉVUE POUR 2020 Dès l’an prochain, Lithion Recycling, une entreprise axée sur les technologies propres, sera en mesure de récupérer 95 pour cent des batteries de véhicules électriques à Montréal. Selon le président de l’entreprise, Benoit Couture, ils ont trouvé un moyen plus efficace de recycler les composants des batteries de la voiture. Après un passage réussi au laboratoire,Couture a dit à CTV News qu’ils s’étaient rendus à l’atelier où ils ont pu utiliser leur technologie de pointe pour recycler les composants des batteries. Le processus est similaire à celui qu’ils utiliseront dans la nouvelle usine pilote dont

entreprise a remporté le Gala Napoléon de la Chambre de commerce et d’industrie de Drummond (CCID) dans la catégorie commerce et services. Frank Tonon, responsable de l’amélioration des produits, système de gestion des moteurs chez Spectra Premium, a commencé comme directeur de la formation au sein de l’entreprise et a occupé plusieurs postes depuis. Titulaire d’un certificat de première classe en mécanique et d’un certificat ASE, Tonan a commencé sa carrière comme technicien puis comme chef d’atelier. Passionné par la formation, il est formateur technique depuis plus de 30 ans. Tonan a également travaillé pendant quatre ans comme surintendant de l’équipement mobile et minier en Afrique de l’Ouest.

Steve Oborne (à gauche), et Frank Tonon sont deux nouveaux membres du conseil d’administration de la division du Québec de l’AIA.

l’ouverture est prévue en 2020. Le procédé n’utilisera pas la pyrométallurgie et utilisera l’hydrométallurgie parce qu’il ne consomme pas autant d’énergie et est plus efficace. Normand Mousseau, professeur de physique à l’Université de Montréal, a dit que cette forme de recyclage sera importante dans les années à venir. “Ces choses vont arriver,” a-t-il dit à CTV News.“Au moins deux projets au Québec vont dans cette direction. Ils disent tous les deux que 95 pour cent de la batterie sera recyclée. C’est très bien.” “Une batterie dure au moins 10 ans dans

une voiture,” dit-il. “Cela signifie que dans un siècle, nous aurons encore au moins 70 pour cent de ce qu’il y a dans les batteries, et peut-être plus si ces processus sont raffinés.” Couture croit que son entreprise a quelque chose que les autres n’ont pas.“Il y a une course mondiale,” dit Couture. “Nous avons breveté notre projet rapidement. Quand j’analyse le marché, je suis convaincu que nous sommes en tête de la course.” Au début de cette année, Lithion Recycling a reçu 3.8 millions de dollars du gouvernement fédéral dans le cadre d’un programme appelé Technologies du Développement Durable Canada.

un podcast de

BRANCHÉS SUR L’INDUSTRIE NOUVEAUX ÉPISODES DISPONIBLES LA PLUPART DES VENDREDIS

RADIO

ÉCOUTEZ EN LIGNE SUR COLLISIONREPAIRMAG.COM OU ABONNEZ-VOUS À NOTRE CANAL YOUTUBE YOUTUBE.COM/COLLISIONREPAIR

40  COLLISION QUÉBEC  COLLISIONQUEBEC.COM


QUÉBEC | NOUVELLES

LE RÉSEAU CARROSSIER PROCOLOR VIENT EN AIDE AUX FAMILLES TOUCHÉES PAR LES INONDATIONS AU QUÉBEC C’est encore cette période de l’année: quand la glace et la neige commencent à fondre et que les niveaux d’eau commencent à monter. Cette année, le Québec a été parmi les régions touchées par les niveaux d’eau. Le réseau Carrossier ProColor, membre des Centres de carrosserie de la CSN, a versé 10,000 $ à la Croix-Rouge canadienne pour venir en aide aux familles gravement touchées par les inondations du printemps d’avril dans toute la province. Le 23 avril, 1,418 personnes de toute la province ont été forcées de quitter leur domicile et 2,900 maisons ont été inondées, selon la Gazette de Montréal. Au 30 avril,

plus de 10,149 personnes avaient quitté leur domicile dans la province, 6,681 maisons ont été inondées et 3,488 autres ont été coupées de leur communauté. Ce ne sont pas les premières inondations massives que les résidents du Québec ont connues. Il y a deux ans, les routes étaient submergées sous les hauts niveaux d’eau et les maisons étaient entourées, sinon submergées. Environ 4 000 personnes ont été évacuées de chez elles. “Comme l’an dernier, il est de notre devoir de réitérer notre appui aux personnes touchées, y compris bon nombre de nos franchisés, employés et clients. Nous sommes

très heureux d’aider les communautés du Québec en faisant un don à la Croix-Rouge “, affirme Michel Charbonneau, vice-président des ventes pour Uni-Sélect Canada. Pendant la période d’inondation, la CroixRouge canadienne a travaillé en étroite collaboration avec les autorités municipales et provinciales. Des volontaires de la CroixRouge ont été mobilisés pour venir en aide aux personnes touchées par les inondations. Tous les dons ont été utilisés pour répondre aux besoins fondamentaux des personnes les plus touchées, notamment en aidant les familles à se réinstaller dans des hôtels ou en fournissant des bons d’alimentation.

L’INSTITUT ÉCONOMIQUE DE MONTRÉAL CRITIQUE LES SUBVENTIONS D’EV L’Institut économique de Montréal (IEDM) n’est pas vendu sur l’investissement du gouvernement du Québec pour encourager l’achat de véhicules électriques. Jusqu’à maintenant, la province a dépensé plus de 220 millions de dollars en subventions et prévoit prolonger le programme pour deux autres années. L’IEDM croit que la politique publique est à la fois coûteuse et très inefficace, ayant très peu d’impact sur les émissions de gaz à effet de serre (GES). Si le Québec atteignait son objectif d’avoir un million de véhicules entièrement électriques sur ses routes d’ici 2030, soit 20 fois plus qu’aujourd’hui, les émissions de GES ne seraient réduites que de 3,6 % par rapport au niveau actuel. “Germain Belzile, chercheur associé principal à l’IEDM, déclare : “[Le programme] est un pur gaspillage. “Sans compter les 300 millions de dollars de subventions à l’achat que le gouvernement fédéral vient d’annoncer, plus les centaines de millions que le Québec et Ottawa vont dépenser pour développer le réseau de bornes de recharge. Tout cela pour un résultat minimal en termes de réduction des émissions.” Jusqu’à maintenant, la subvention de 8 600 $ accordée pour chaque achat d’un véhicule électrique coûte aux contribuables un peu moins de 3 000 $ par tonne de GES non émis. Si l’on tient compte de la nouvelle subvention fédérale de 5 000 $, le coût par tonne de GES non émis s’élève à plus de 450 $, soit 23 fois le prix du marché du montant de la taxe fédérale sur le carbone.

“Le coût de la subvention est très élevé si l’on considère qu’au Québec, avec le marché du carbone, le coût pour éviter d’émettre une tonne de GES est en fait d’environ 20 $ “, dit M. Belzile. “Pensez-y : vous pouvez choisir entre un coût de 450 $ ou 20 $ pour deux polices qui ont le même objectif.” Les prix des voitures électriques devraient être compétitifs par rapport à ceux des véhicules à essence, sans subventions, d’ici 2024, puis ils devraient continuer à baisser pour atteindre la parité avant la fin de la décennie. Par la suite, le coût des batteries devrait continuer à baisser. “Nos gouvernements devraient éliminer sans délai les programmes de subventions puisque le Québec et le Canada ont déjà fixé un prix pour le carbone. Et comme l’a fait valoir le dernier économiste à remporter le prix Nobel, William Nordhaus, un tel mécanisme de prix devrait remplacer toutes les subventions qui ont le même objectif. C’est une question de bon sens “, dit Belize. L’IEDM est un groupe de réflexion qui

stimule le débat sur les politiques publiques au Canada en proposant des réformes fondées sur les principes du marché et l’entrepreneuriat. Chercheur associé principal à l'IEDM Germain Belzile.

NOVEMBRE 2019 COLLISION QUÉBEC  41


ÉVÉNEMENT DE RECYCLAGE

De gauche à droite: Steve Fletcher, directeur exécutif de l’ARAO; Scott Robertson Jr., propriétaire de Robertson’s Auto Salvage; Andrew MacDonald, propriétaire de Maritime Auto Parts; et Chad Counselman, propriétaire de Counselman Automotive Recycling.

OARA ET PLUS HAUT LES RECYCLEURS S’UNISSENT À LA CONVENTION ET AU SALON ANNUEL DE L’OARA PAR GIDEON SCANLON

P

lus de 370 intervenants de l’industrie du recyclage automobile de partout en Amérique du Nord se sont réunis à l’occasion du congrès et salon professionnel de l’Ontario Auto Recycling Association tenu à l’hôtel Hilton Mississauga/Meadowvale. Au cours des deux jours de l’événement, les invités ont écouté les présentations et les panels de 18 conférenciers. La partie salon de l’événement a ouvert ses portes vendredi après-midi, attirant des représentants de plus de 50 entreprises. Steve Fletcher, directeur général de l’OARA, a ouvert le salon par un discours qui a abordé la résilience de la communauté du recyclage de l’Ontario et sa fierté du travail de l’OARA avec les organismes de réglementation. Le conférencier d’honneur Dan Marks, un recycleur visionnaire de quatrième génération dont les succès commerciaux ont contribué à propulser son usine de Buffalo vers de nouveaux sommets, s’est fait l’écho de ce sentiment. “Ne pas jouer à l’atout avec toi,” a dit Marks, “mais laissons l’industrie redevenir géniale.” M. Marks a ensuite conseillé aux recycleurs d’envisager de nouvelles possibilités pour surmonter les défis, par exemple en formant des réseaux de courtiers en pièces détachées :

“La raison pour laquelle j’aime ce business, c’est qu’il y a toujours un moyen de faire pivoter le modèle économique.” Au cours d’une table ronde qui a suivi, Scott Robertson, Chad Counselman et Andrew MacDonald ont appuyé l’appel lancé par Marks aux recycleurs pour qu’ils adoptent de nouvelles techniques. “En rejoignant un réseau de courtiers en

pièces détachées, mon entreprise est passée de 42 pour cent à 90 pour cent des recherches de pièces détachées,” explique M. Counselman. Lors d’une présentation du ministère de l’Environnement, de la Conservation et des Parcs de l’Ontario, les fonctionnaires ont présenté des statistiques sur le nombre d’inspections d’installations effectuées au cours de l’exercice 2018. D’après ces chiffres, plus de 400 inspections

De gauche à droite: Steve Lucas et David Gold de Standard Auto Wreckers ; Shane Clark de Dom’s Auto Parts.

NOVEMBRE 2019

COLLISION QUEBEC  43


ÉVÉNEMENT DE RECYCLAGE

Becky Berube, présidente de United Catalyst Corp., et Al Berube.

De gauche à droite: Carolyn, Justin et Michael Carcone de Carcone’s Auto Recycling et Gloria Mann.

d’installations ont été effectuées, soit environ autant qu’au cours de la période précédente. Au cours de la séance de questions-réponses qui a suivi, les présentateurs ont été interpellés par plusieurs recycleurs qui s’inquiètent des différences entre les délais consacrés aux inspections. “Certaines inspections semblent prendre 20 minutes, d’autres durent deux heures,” a déclaré un membre de l’auditoire. “Y a-t-il une raison pour que les inspections ne soient pas cohérentes?” Les représentants du ministère ont répondu que certaines inspections pourraient prendre plus de temps si le ministère avait reçu de l’information indiquant des préoccupations particulières. Mary Poirier de Valley Automotive, trésorière de l’OARA, a également interrogé des fonctionnaires du ministère sur un cas particulier qu’elle suivait depuis plus de trois ans. “Cette installation a été portée à votre attention il y a trois ans, mais elle est toujours en exploitation et ne figure pas dans le registre [Activités et secteurs environnementaux],” a déclaré Mary Poirier. “J’aimerais savoir pourquoi c’est si long.” Bien que les représentants du ministère aient refusé de commenter ce cas particulier, ils ont laissé entendre que l’installation pourrait faire face à des préoccupations environnementales qui pourraient ne pas nécessiter la fermeture immédiate de l’installation, mais l’empêcher de s’inscrire. L’OARA est la voix de l’industrie du recyclage automobile en Ontario depuis 1992. L’OARA tient les recycleurs d’automobiles et les autres intervenants de l’industrie au courant des tendances actuelles de l’industrie et des initiatives législatives gouvernementales qui touchent l’industrie. 44  COLLISION QUEBEC  COLLISIONQUEBEC.COM


DERNIER MOT

ADVERTISER INDEX COMPANY

PAGE

3M .................................... 5 ARPAC ..............................45 Arslan Automotive.............12 Audatex ............................24 AXALTA ............................. 2 BETAG...............................16 Car-Part.com .....................42 Carrossier Procolor...........BC CARSTAR .........................44 Fix Auto ............................34 Impact .............................37 KIA ................................... 6 ProSpot ............................38 SEMA ...............................10 Sherwin-Williams..............15 Valspar .............................47 Wurth ...............................17

RÉPARATEURS ET RESPONSABILITÉ POURQUOI LES RÉFÉRENCES OEM METTRONT EN ÉVIDENCE LES NORMES PROFESSIONNELLES DE L’INDUSTRIE PAR GIDEON SCANLON

D

e temps en temps, je me rappelle que le grand public est peu conscient du rôle important que jouent les réparateurs de collisions dans la sécurité des gens. Je suis contente d’avoir survécu à mon dernier rappel. Je rendais visite à un ami du lycée qui vit à San Francisco. Au cours de notre rencontre, nous avons fait un voyage en moto dans les collines de Berkeley Hills, où les virages nous mènent à une vue imprenable sur la baie de San Francisco. Comme tout bon touriste, j’avais pris une photo de nous deux au sommet et je l’avais envoyée à la mère de mon amie. Sa réponse? “Content de voir qu’il a résolu le problème de l’alignement.” Il n’avait pas pris la peine de régler le problème. Apparemment, après que la moto eut été heurtée alors qu’elle était garée, mon ami l’avait apportée à un ami apprenti mécanicien de vélo qui, après un passage de deux minutes, a légèrement ajusté l’alignement et annoncé qu’il était “assez bon”. Bien que la roue avant et le guidon soient restés sensiblement désalignés, on l’a averti que le fait de se rendre dans un atelier de réparation entraînerait une hausse de ses primes. Puis il me laissait monter sur ce qui doit être la route la plus dangereuse de l’Amérique. Qu’est-ce que je veux dire? En tant que membres de l’industrie de la réparation de carrosserie, nous devons mieux informer le public sur les raisons pour lesquelles il est non seulement important, mais vital, de recevoir des réparations de qualité. De plus, nous devons mieux expliquer ce qui qualifie les gens pour réparer des véhicules et pourquoi l’opinion d’un vrai professionnel vaut tellement plus qu’un discours de vente. Toutefois, les réparateurs de collisions ne sont peut-être pas les seuls à avoir intérêt à faire connaître ces choses au grand public. Les équipementiers sont également désireux de faire passer ce message haut et fort aux conducteurs. Récemment, Ford a annoncé son intention de commencer à fournir automatiquement aux conducteurs américains des références d’ateliers de carrosserie dès que la technologie mobile avertira

46  COLLISION QUÉBEC  COLLISIONQUEBEC.COM

l’OEM d’un incident. Il va sans dire que les renvois quasi instantanés d’installations par les équipementiers auront un impact énorme sur les installations de collision, qui ont longtemps été la corde proverbiale dans le jeu de la lutte acharnée entre les équipementiers et les assureurs automobiles. Même si je suis certain que les assureurs automobiles pourraient offrir un service semblable à leurs clients-et qu’ils le feront certainement sous peu-je ne crois pas que cette méthode sera aussi efficace. D’une part, Ford a mené une étude massive auprès des consommateurs qui a révélé que les OEM, et non les professionnels des ateliers de réparation ou les assureurs automobiles, étaient la source la plus fiable pour de tels renvois chez les conducteurs. D’autre part, j’ai eu une conversation avec une collègue à qui on a récemment offert la chance de participer à un programme pilote géré par sa compagnie d’assurance, un programme qui permettrait d’installer une unité de surveillance des véhicules dans sa voiture. Elle aurait pu dormir tranquille en sachant qu’en cas de crise, l’assureur enverrait de l’aide, mais elle a refusé. “Je n’aime pas l’idée d’être constamment jugée,” m’a-t-elle expliqué. Je sais que l’arrivée des références OEM suscitera des réactions mitigées au sein de la communauté des réparateurs de carrosseries. Les opinions demeurent divisées quant à la valeur des programmes de certification-et le service de Ford sera une aubaine pour certains et un fardeau pour d’autres. En général, toutefois, cette évolution sera bénéfique pour l’industrie. À tout le moins, cela se traduira par une sensibilisation accrue du public au travail vital des professionnels de la réparation des collisions. Mieux encore, la politique semble susceptible d’inciter les magasins et leurs clients à mettre l’accent sur la qualité des réparations plutôt que sur leur caractère abordable. Bien que les recommandations des compagnies d’assurance puissent être faites avec des considérations financières à l’esprit, les OEM veulent que les réparations les plus efficaces soient faites.


Profile for Media Matters

Collision Quebec 10#2  

Collision Quebec 10#2