Page 1

LES PIÈCES THE VERTIGINOUS THRILL OF EXACTITUDE

MINUS 16

Chorégraphie : William Forsythe Musique : Franz Schubert, Symphonie n°9 Scénographie, lumières : William Forsythe Costumes : Stephen Galloway Transmission : Andrea Tallis Répétitrice : Isabelle Bourgeais

Chorégraphie : Ohad Naharin Assistant du chorégraphe : Erez Zohar Lumière : Bambi (adaptée par Ohad Naharin) Coproduction : Institut del Teatre, Gran Teatre del Liceu & Grec’09 Festival de Barcelona

HASTA SIEMPRE... ? Création 2016 Chorégraphie : Sharon Fridman Musique originale : Luis Miguel Cobo Concepteur lumières : Olga García Costumes : Mizo, by Inbal ben Zaken

VAISON DANSES PRÉSENTE

Compañía Nacional de Danza de España danses

(n) planche 11-d 17/05/17

Danseurs

Danseurs

Danseurs

Yae Gee Park Helena Balla Kayoko Everhart Alessandro Riga Anthony Pina

Álvaro Madrigal (Improvisación) Kayoko Everhart/Daan Vervoort (Paso a dos) Kayoko Everhart, Elisabet Biosca, Natalia Muñoz, Rebecca Connor, Mar Aguiló, Aída Badía, Shani Peretz, Clara Maroto, María Muñoz, Daan Vervoort, Antonio de Rosa, Toby William Mallit, Álvaro Madrigal, Aleix Mañé, Erez Ilan, Mattia Russo, Niccolò Balossini

Aleix Mañé Daan Vervoort

Directeur Artistique : José Carlos Martínez Directeur Adjoint : Daniel Pascual Gérant : Sonia Sánchez Directeur Artistique Adjoint : Pino Alosa Coordinateur Artistique : Jesús Florencio Directrice de Communication : Maite Villanueva Directeur de Production : Luis Martín Oya Adjoint Directeur Technique : Luis Rivero Les partenaires du festival Vaison Danses :

THE VERTIGINOUS THRILL OF EXACTITUDE ; HASTA SIEMPRE... ? MINUS 16

© Jesús Vallinas

LES PROCHAINS SPECTACLES DU FESTIVAL

© Jesús Vallinas

MARDI 18 JUILLET - 22H Théâtre antique de Vaison-la-Romaine

BALLET DU GRAND THÉÂTRE DE GENÈVE BA\ROCK SAMEDI 22 JUILLET 22H AU THÉÂTRE ANTIQUE

MALANDAIN BALLET BIARRITZ NOÉ

Durée : 1h20 avec entracte de 20 min

MARDI 25 JUILLET 22H AU THÉÂTRE ANTIQUE

www.vaison-la-romaine.com


Hasta siempre…?

La compagnie Dirigée depuis septembre 2011 par José Carlos Martínez, Étoile du Ballet de l’Opéra de Paris, la formation espagnole est devenue une référence de versatilité, de force et de jeunesse. Ses danseurs dégagent énergie et envie sur la scène et sont capables d’aborder avec succès un classique de Petipa, ou une pièce de Balanchine, en passant par la difficulté technique de Forsythe, l’élégance de Kylián, l’émotivité de Mats Ek ou la capacité interprétative du langage d’Ohad Naharin. Son histoire récente est marquée par vingt années de direction de Nacho Duato, qui a réussi à doter la compagnie d’un prestige international basé sur ses chorégraphies personnelles. Avec l’arrivée de José Carlos Martínez, la CND emprunte un chemin qui la ramène à la tradition et à l’usage des pointes, en cessant d’être une compagnie d’auteur pour offrir un éventail infini de possibilités quant aux styles et formats. Comme l’ont fait au cours des premières années de la compagnie, des directeurs tels que Víctor Ullate, Maya Plisetskaya, Ray Barra ou María de Ávila. Récupérant un répertoire oublié depuis vingt ans, ils utilisent et s’accrochent à la tradition pour regarder vers le futur et se risquer également avec des pièces avant-gardistes et contemporaines, qui mélangent sur la scène, la danse, la vidéo-création, la mode, la musique originale et la poésie. De cette manière, en à peine trois ans, la CND s’est transformée en une compagnie du XXIe siècle qui aborde des titres classiques, sans laisser de côté les grands chorégraphes du XXe siècle, qui continuent à avoir une place de choix dans sa programmation. Dans la CND, la création espagnole est également présente et peu à peu, beaucoup des jeunes chorégraphes qui triomphent déjà dans le monde entier avec leurs propositions artistiques, tels que Marcos Morau, Goyo Montero, Alejandro Cerrudo, Iván Pérez, Arantxa Sagardoy et Alfredo Bravo ou Juanjo Arqués, créent de nouvelles pièces pour enrichir le répertoire et donner une identité avec un caractère espagnol.

Les chorégraphies The Vertiginous thrill of exactitude Sur le mouvement final de la Symphonie n°9 de Schubert, The Vertiginous thrill of exactitude reprend l’ensemble de l’arsenal technique de la danse classique : le tutu, les pointes, la virtuosité, le lyrisme et un rapport amical des mœurs entre les genres. Le pas de cinq offre une démonstration de la technique classique qui sert à illustrer la manière dont William Forsythe voit le vocabulaire du ballet, en tant qu’élément d’une gamme de possibilités chorégraphiques ; distillées ici à sa forme la plus pure et la plus brillante. Hommage affectueux à Petipa et à Balanchine dans les rapports à leurs codes, à leurs structures compositionnelles (solis réglés parmi des pas de deux, pas de trois et sections d’ensemble), à leur travail d’allegro prompt et précis, The Vertiginous Thrill of Exactitude appartient néanmoins à notre temps dans sa célébration manifeste du danseur et de sa capacité à transformer la difficulté technique en triomphe de la maîtrise physique et dans l’incarnation d’une tradition entière de la danse.

Hasta siempre...? est une version exclusive du mythique ballet Hasta donde...?, de Sharon Friedman, créée pour la Compañía nacional de danza de España. L’œuvre originale est un duo basé sur la technique du contact qui a tourné à partir de 2011 plus de 300 fois, obtenant le premier prix et le prix du public dans le Concours Chorégraphique Burgos-New York. Dès lors, les prix se succèdent. En 2013, Alicia Alonso CIC ‘ 12, le deuxième prix et le prix du public à Hanovre Choreography Contest ou le prix public dans le Tanzplatform de Bern en 2016. « La danse n’est pas qu’une affaire d’esthétique, mais une pulsion vitale. » dit Sharon Fridman. Sa recherche chorégraphique se concentre sur un espace où les danseurs exploitent leurs limites physiques, où la disparition du geste du premier donne naissance au geste du suivant.

Minus 16

Présentée par de multiples compagnies de danse internationales depuis sa première mondiale en 1999, à La Haye, par le Nederlands Dans Theater II, Minus 16, est une pièce construite à partir d’extraits de précédentes œuvres de Ohad Naharin, dont Mabul, Anaphaza et Zachacha. Au son de musiques traditionnelles israéliennes et cubaines, les danseurs parés de costumes noirs se soumettent aux contraintes de l’improvisation et de la participation du public. Dans cette pièce, Naharin utilise sa célèbre technique Gaga, pour capturer les mouvements instinctifs des danseurs, ajoutant ou soustrayant des éléments qui permettent de refléter l’individualité de chacun. En invitant le public à monter sur scène et à se joindre aux danseurs, il prouve que la danse est un langage universel. ©Jacobo Medrano

2017, JULY 18, VAISON LA ROMAINE (FR) Théâtre Antique. CND Program  

The Vertiginous Thrill of Exactitude, Hasta Siempre...?, Minus 16

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you