Page 1

D=EGF<= <=K

       J=LJGMN=R<9FK;=FMEzJGLGML=DAF>GJE9LAGF<=NGLJ=;E9

jlakYfk z<ALAGF

?ajgf\]

@Ymkk]\]keYla†j]khj]ea†j]k

D]kYjlakYfk ljafim]fl

:ae]klja]df˜0,œk]hl]eZj]%g[lgZj]*())œ)`

H&*1

D]hjap\]keYla†j]k hj]ea†j]kfÌ]fÕfalhdmk \]_jaeh]j&D]kYjlakYfk kgflaehY[l…k&Ka[]jlYafk h]mn]flj…h]j[ml]j dY`Ymkk]kmjd]mjk[da]flk$ \ÌYmlj]kf]kgflhYk ]fe]kmj]\]d]^Yaj] ]lYkkme]flk]mdk[]k af[]kkYfl]kÖm[lmYlagfk& D=K9;LM9DALzK <M;>9<=D9

;9HKMJD=K L=JJALGAJ=K <=?AJGF<=H&.

9HHJ=FLAKK9?=2 LA;C=L?9?F9FL HGMJDÌ9N=FAJH&)*


Sprinter Pro Eco-Fi. La technologie travaille pour vous. (1)

Sprinter Pro Eco-Fi 10,5m3 + Entretien complet + 3 ans de garantie

DopĂŠ Ă  la technologie, tout devient plus facile en Sprinter Pro.   $   %   $$  $      $$   $     "# ! $ 

Ă  partir de :

299â&#x201A;Ź

HT* /mois(2) SAMI AQUITAINE distributeur et rÊparateur agrÊe Bordeaux rive droite sortie Rocade N° 23 68 avenue Gaston Cabannes ROCADE 33270 FLOIRAC Tel : 05 57 54 16 16 Fax : 05 57 54 16 39

Bordeaux rive gauche Rue Bertrand Balguerie 33520 BRUGES Tel : 05 57 88 23 30 Fax : 05 57 88 23 33

 3459/436:/5+2+398)4257+3'39 #9'7953+:8?,'/(1+7@8/89'3)+  ,,7+*+7@*/9'/1')/1/9=54:7 â&#x201A;Ź$ 24/8 24=+33'39:357+2/+714=+7*+  â&#x201A;Ź$<+251+!4:7:3#57/39+7%!"    9(4C9+2'3:+11+@6:/5@*:8=8 9A2+)4#9'79+9*+1';+78/43&+9':57/<9'7/,*: 

*+    â&#x201A;Ź$574548@+37@*/9'/1')/1/9=8:7 24/8 ';+):357+2/+714=+7*+  â&#x201A;Ź$.478'88:7'3)+8,'):19'9/;+88:/;/*+ 14=+782+38:+18*+ â&#x201A;Ź$.478'88:7'3)+8 ,'):19'9/;+8+9:3+459/43*F').'9*+ â&#x201A;Ź$+814=+78)4257+33+391F+<9+38/43*+-'7'39/++91F+397+9/+3/39@-7'154:7  

024D9949'1*+   â&#x201A;Ź$.478'88:7'3)+8,'):19'9/;+8+98'3857+89'9/438+9*+   â&#x201A;Ź$.478'88:7'3)+8 ,'):19'9/;+8+9';+)57+89'9/438!4:7)+99+4,,7+8/;4:83+84:.'/9+>5'8;4:85479+7')6:@7+:7*+;497+;@./):1+;497+*/897/(:9+:7 5'79/)/5'39?1F45@7'9/43;4:8+3'88:7+1'7+57/8+':9+72+*:)4397'954:71+2439'39*+1F459/43*F').'984:87@8+7;+*F:3@9'9 89'3*'7*+9*F:30/142@97'-+949'1)4397')9:+1*+ 

02 ,,7++<)1:8/;+2+397@8+7;@+':<574,+88/433+18+9;'1'(1+54:71+ ;@./):1+2+39/433@)/*+88:8)422'3*@+397+1+ 

+91+

+91/;7@8';'391+

84:87@8+7;+ *'))+59'9/43*:*488/+75'7+7)+*+8+3>/3'3)/'1#+7;/)+87'3)+#"#&+78'/11+8  E "# 

 $& +38:8%3)7@*/9;4:8+3-'-++9*4/9B97+7+2(4:78@&@7/,/+>;48)'5')/9@8*+7+2(4:78+2+39';'39*+;4:8+3-'-+7


H 9FGJ9E9

< GKKA=J

z <ALG

@9MKK=<=KHJAP2 D=KE9LAàJ=KHJ=EAàJ=K ?JAEH=FL$D=K9JLAK9FK LJAFIM=FL

D]*0bmadd]l$dYdgakmjd]\…n]dghh]e]fl \]dÌYdl]jfYf[]]ldYk…[mjakYlagf\]khYj[gmjk hjg^]kkagff]dk]kl]flj…]]fna_m]mj&H,

!zNzF=E=FL , 9HHJ=FLAKK9?=\]kYnYf[…]k k…ja]mk]k O9;LM9DALzK . DÌ9N=FAJ<=NGKEzLA=JK \…ZYllmkmjJY\ag>jYf[] / HGDALAIM==MJGHz=FF=kgml]faj d]\…n]dghh]e]fl\]k]flj]hjak]k YjlakYfYd]k 0 NGLJ=;E9HDMKHJG;@=<=NGMK [Yhkmjd]kl]jjalgaj]k\]?ajgf\] 1 JzK=JN=RNGLJ=KGAJz= [`]^k\Ì]flj]hjak]$ngmkYn]r--Yfk ]lhdmk7Ngmk‡l]kafnal…k )( D=:9JàE=>GJ>9AL9AJ= CADGEzLJAIM=j]nYdgjak…

Lgmk[gjhk\]e…la]jk[gf^gf\mk$ d]kYjlakYfkkgflaehY[l…khYj\]k Ym_e]flYlagfkkm[[]kkan]k& Ka[]jlYafkh]mn]flj…h]j[ml]jdY `Ymkk]kmjd]mjk[da]flk$\ÌYmlj]k f]kgflhYk]fe]kmj]\]d]^Yaj] ]lYkkme]flk]mdk[]kaf[]kkYfl]k ^dm[lmYlagfk& H&*1

Blé, zinc, ciment, lait, pétrole…

H J9LAIM=

K LJ9Lz?A=K ÂdÌakkm]\][]ll]Yff…]*()(%*())$[Ì]klhj†k\] ,,+b]mf]kYhhj]flakimangflkgjlaj\ahde…k$ kgal)*\]hdmkim]dÌYff…]hj…[…\]fl]&H,(

<]kYa\]k^afYf[a†j]k]pakl]fl$\Ìmf]hYjl hgmjngmkaf[al]jj][jml]jmfYhhj]fla]l [geh]fk]jnglj]jd]\]^gjeYl]mj$\ÌYmlj] hYjlhgmj^Yngjak]jd]k[gf\alagfk\]na] eYl…ja]dd]k\mb]mf]&H)*

!z;D9AJ9?= )* 9HHJ=FLAKK9?=d]la[c]l_Y_fYfl hgmjhj…hYj]jdYn]faj\]nglj] ]flj]hjak] !KLQD=<=NA= ), L=F<9F;=adkhjgl†_]fl dÌ]fnajgff]e]fl !z;D9AJ9?= )/ =FIMÝL=Ym[Æmj\]dYkgmk%ljYalYf[] ** ;AFIIM=KLAGFKÂÀB]Yf%;dYm\]Ngdgl$ e…\aYl]mjfYlagfYd\]dYkgmk%ljYalYf[] !)BGMJ9N=;À *, MF@GJDG?=J%H=F<MDA=Jadj]e]l ngkh]f\md]kdÌ`]mj] !;9K<=FLJ=HJAK= *. MF=;@9J=FL9AK=hYkhYflgm^dYj\] !JzMKKAL= *0 AFFGN9LAGFmf]Zg‹l]\]kYj\af]k eY\]af9dkY[]

!HJ9LAIM= +, Dz?AKD9LAGF[gehj]f\j]d]klYp]k ]fnajgff]e]flYd]k +- :LHYll]flagfdYLN9-$- !:9F;<Ì=KK9A +. GH=DEGN9FG…dYj_akk]e]fl \]_Yee] !EzLzG +0 :  JàN=K]llYZd]Ym\]Zgj\ !9HHJ=FLAKK9?= ,( R  GGEdÌY[lmYdal…\m;>9\]dY;E9

J =?9J<K !HJ=KLA?= ,* ;  GMNJ=MJFgk[da]flkfgmkhgmkk]fl j]d]n]j\]k\…^akl][`fgdg_aim]k !AFALA9LAN=K ,, H  JzH9J9LAGFÂD9>AF9D= AFL=JF9LAGF9D=<=KGDQEHA9<=K <=KEzLA=JKdYhj]kkagfegfl] ,- )j]>ÝL=<=D9?9KLJGFGEA= YjlakYfk]l[gfkgeeYl]mjk k]e]ll]fllYZd]  D  9:=D¾GJA?AF=>J9F;=?9J9FLA=¿ mffgmn]YmdYZ]d_YjYflaldÌgja_af] !GHAFAGF ,. F  9<AF=EGJ9FGeafaklj]Ymhj†k\m eafaklj]\mLjYnYad$\]dÌ=ehdga]l\] dYKYfl…$[`Yj_…]\]dÌ9hhj]flakkY_] ]l\]dY>gjeYlagfhjg^]kkagff]dd]

Qn]kH]lalb]Yf Hj…ka\]fl\]dY ;`YeZj]\]E…la]jk ]l\]dÌ9jlakYfYl \]J…_agf9imalYaf] ]l\]kYk][lagf?ajgf\]

<]kk]jna[]khdmkhjg[`]k \]ngmk$\]k]flj]hjak]k hdmkhjg[`]k\]d]mjk[da]flk

¿

9

vec la volonté d’orienter nos actions vers la proximité, les élus et les agents de votre Chambre de métiers vont mettre en place un programme intensif d’actions dans les territoires: visites d’entreprises, rencontres avec des élus, réunions d’informations sur la gestion des déchets, l’embauche, l’accès aux marchés publics, les problèmes et les opportunités par filière, des débats sur les enjeux locaux, etc. Tous les six mois, nous nous focaliserons sur un arrondissement. Nous souhaitons ainsi recueillir vos inquiétudes, vos besoins et vos attentes en matière d’accompagnement. Nous informerons aussi les élus locaux pour les aider à préserver et développer l’artisanat de proximité. Ensuite, grâce à la réorganisation de nos services permise par le rapprochement des Chambres d’Aquitaine*, nous garderons le cap sur cette démarche. Nos agents rencontreront physiquement un maximum d’entreprises concernées par des informations stratégiques pour votre entreprise et votre filière. Nous vous proposerons aussi des services de veille et de plus en plus de solutions sur Internet pour réduire « l’impôt papier » et les pertes de temps. Parallèlement à ce mouvement vers vos entreprises, nous proposons aussi de vous aider à vous rapprocher de vos clients. Nous pouvons vous informer sur les nouveaux modes de consommation et vous former aux nouvelles technologies. Nous pouvons aussi faciliter votre démarche commerciale qui est un formidable levier de développement. Nous favoriserons la promotion des labels, des titres et des qualifications. Nous soutiendrons et nous valoriserons les habitudes et les initiatives en matière de développement durable de plus en plus attendues par nos clients. À très vite! Qn]kH]lalb]Yf * Fusion des CMA 33, 47 et 24.

;]fme…jg[gehj]f\\]khY_]kkh…[a^aim]k]flj]d]khY_]k)).]l++,0hgmjd]kYZgff…k\]dY?ajgf\]& D]Egf\]\]kYjlakYfkf˜0,ÇK]hl]eZj]%g[lgZj]*())Çz\alagf\]dY?ajgf\]ÇHj…ka\]fl\m[geal…\]j…\Y[lagf\]khY_]kdg[Yd]k2Qn]kH]lalb]YfÇJ…\Y[l]mj]f[`]^hY_]k?ajgf\]2Dm\gna[ ?jgmdlÇz\al]mj\…d…_m…2Kl…h`Yf]K[`eallÇJ…\Y[lagf29L;$j…\Y[lja[]]f[`]^2;`Yjdgll]\]KYafla_fgf$L…d&(),((-*+)*$hgjl&(.0*1(0**,$]%eYad2[&kYafla_fgf8_jgmh]%Yl[&[geÇ J…\Y[lja[]]f[`]^Y\bgafl]2:YjZYjY;gdYkÇGfl[gddYZgj…[]fme…jg2?maddYme]?]f]kl]$=eeYfm]d<Yfa]d$<]dh`af]HYqYfÇK][j…lYjaYl\]j…\Y[lagf2E&9fl`gfq$B&;d]kka]ff]$ B&F]akk]ÇHmZda[al…29L;$)+/imYa\]NYdeq$/-()(HYjakÇ;`]^\]hmZda[al…2H`adahh]KYafl=la]ff]$L…d&(),((-*+)0$]%eYad2h&kYafl%]la]ff]8_jgmh]%Yl[&[geÇHmZda[al…fYlagfYd]2<aj][l]mj [gee]j[aYdEYl`a]mLgmjfa]j$L…d&(),((-*+)($^Yp(),((-*+*,$]%eYad2e&lgmjfa]j8_jgmh]%Yl[&[geÇHmZda[al…k\…hYjl]e]flYd]kkm\%gm]kl2L`a]jjq L…d&(.**.1+(**!]l;…\ja[Bgfima†j]k L…d&(.)(+,0)++!$^Yp(-.)-1,((/$]%eYad2l`a]jjq&bgfima]j]k8oYfY\gg&^jÇHmZda[al…k\…hYjl]e]flYd]kfgj\]l]kl2>jYf„gak:]\]jklgj^]j$L…d&(+0/.1)0)*$^Yp(+0/.1)0),$]%eYad2^& Z]\]jklgj^]j8_jgmh]%Yl[&[geÇH`glg_jYh`a]k2DYmj]flL`]]l]f$j]khgfkYZd]aeY_]ÇHjgeglagf\a^^mkagf2K`ajd]q=dl]j$L…d&2(+0/.1)0)0&LYja^\ÌYZgff]e]fl)Yf&>jYf[]2.]mjgk&LYja^ Ymfme…jg2)]mjg&Âd̅ljYf_]j2fgmk[gfkmdl]jÇ;gf[]hlagf…\algjaYd]]l_jYh`aim]2TEMA|presse$L…d&(+0/.1)0()Ç>YZja[Ylagf2Hap]daeY_]$A&EYjdaf$B&%E&LYhh]jl$L…d&(+0/.1)0)0Çz\al]mj2 9L;$*+jm]<mhgfl\]kDg_]k$-/(((E=LR$L…d&(+0/.1)0)0$^Yp(+0/.1)0),Ç<aj][l]mj\]dYhmZda[Ylagf2>jYf„gak?jYf\a\a]jÇF˜[geeakkagfhYjalYaj]2(+))L0.1-/ÇAKKF2)*/)%+(/,Ç<…hl d…_Yd2k]hl]eZj]*())ÇAehj]kkagf2?jgmh]Kg[gkhjaflaehjae]mjk'00(((zhafYd%;]jla^a…]H=>;;LH')%()+&;]hjg\mal]klakkm\]^gj‡lk_…j…]k\mjYZd]e]fl]l\]kgmj[]k[gfljd…]k&

+

D]egf\]\]kYjlakYfkMk]hl]eZj]%g[lgZj]*())M


n…f]e]fl D]*0bmadd]l$dYdgakmjd]\…n]dghh]e]fl\]dÌYdl]jfYf[]]ldYk…[mjakYlagf \]khYj[gmjkhjg^]kkagff]dk]kl]flj…]]fna_m]mj&HYjYdd†d]e]fl$ d]_gmn]jf]e]flYj…[]ee]flYffgf[…hdmka]mjkgZb][la^kj]dYla^k dYj…^gje]\]dÌYdl]jfYf[]&

9HHJ=FLAKK9?=

<]kYnYf[…]kk…ja]mk]k

DY[Yjl]\̾…lm\aYfl\]k e…la]jk¿k]jY\akljaZm…] YmpYhhj]flak\†k dYj]flj…]*()) ,

D]egf\]\]kYjlakYfkMk]hl]eZj]%g[lgZj]*())

M

 JgkkH]lmc`gn

9

vec pour objectif d’augmenter le nombre de jeunes en formation en alternance, la loi sur « le développement de l’alternance et la sécurisation des parcours professionnels » a été publiée au Journal Officiel, le 28 juillet dernier. L’une de ses mesures phares est la création d’une carte d’« étudiant des métiers » procurant les mêmes avantages aux apprentis qu’une carte d’étudiant classique, dès la rentrée 2011. L’APCMA se félicite dans un communiqué que ces jeunes débutent leur cursus « en bénéficiant, enfin, de la reconnaissance du parcours qu’ils ont choisi ». Pour simplifier les démarches administratives et faciliter les contacts entre le jeune à la recherche d’un contrat d’apprentissage et l’employeur, un service dématérialisé gratuit est créé. Autre mesure importante : la possibilité de renouveler un contrat de professionnalisation à durée déterminée en vue de préparer une qualification supérieure ou complémentaire. Avec cette loi, « les jeunes âgés d’au moins quinze ans au cours de l’année civile » pourront entrer en

¾D]kb]mf]k€_…k\ÌYmegafkimafr]YfkYm[gmjk\]dÌYff…][anad]¿hgmjjgfl]flj]j ]fYhhj]flakkY_][gf\alagf\ÌYngajl]jeaf…d]mj[gdd†_]&

apprentissage à condition d’avoir terminé leur collège.

J…^gje]\]dÌYdl]jfYf[] D’autres mesures ont été annoncées à la fin du mois d’août par Nadine Morano, ministre chargée de l’Apprentissage et de la Formation professionnelle. Pour encourager la mobilisation des entreprises, un dispositif « zéro charge » est institué pendant un an pour toute embauche supplémentaire d’un jeune sous contrat d’apprentissage ou de professionnalisation dans les PME de moins de 250 salariés. Côté formation, ce sont 1,75 milliard d’euros qui doivent être consacrés par l’État au développe-

ment de l’appareil de formation, pour la période 2011-2015 dans le cadre des Contrats d’objectifs et de moyens (COP) apprentissage. La ministre a indiqué que la revalorisation des formations en alternance passait, entre autres, par la loi du 28 juillet 2011. Pour atteindre l’objectif de 600 000 apprentis fixé par le gouvernement, l’APCMA juge nécessaire « une réforme en profondeur de l’orientation des jeunes, la mise en harmonie de cette politique de développement avec celle des régions qui ont en charge le financement de l’apprentissage, la réforme de la taxe d’apprentissage et la stabilisation du financement des centres de formation ».


-       &  

9jlakYf$[Ă&#x152;]klmfeÂ&#x2026;la]j D];gfk]ad[gfklalmlagff]dYj]f\md]*+bmafkY\Â&#x2026;[akagf [gf[]jfYfldĂ&#x152;]pa_]f[]\]imYdaĂ&#x2022;[Ylagf]feYlaÂ&#x2020;j] YjlakYfYd]&Mf]Zgff]fgmn]dd]hgmjd]k][l]mj&

.

  



  & '(

+ : ;9  +  + 6.((

D]k]pa_]f[]k\]imYdaĂ&#x2022;[Ylagf]feYlaÂ&#x2020;j]YjlakYfYd]$afk[jal]k\Yfk dYdga\m-bmadd]l)11.j]dYlan]Ym\Â&#x2026;n]dghh]e]fl]ldYhjgeglagf \m[gee]j[]]l\]dĂ&#x152;YjlakYfYl$gflÂ&#x2026;lÂ&#x2026;[gfĂ&#x2022;jeÂ&#x2026;]khYjmf]\Â&#x2026;[akagf \m;gfk]ad;gfklalmlagff]dd]*+bmaf\]jfa]j&;]dma%[aYnYalÂ&#x2026;lÂ&#x2026;kYaka hYjdĂ&#x152;9kkg[aYlagfhgmjd]\jgaldĂ&#x152;afalaYlan]Â&#x2026;[gfgeaim] 9<A=! kmj[]ll]im]klagf&=dd]kgm`YalYal^Yaj]YZjg_]j[]ll]dgaimadaeal] dĂ&#x152;Y[[Â&#x2020;k[]jlYafkeÂ&#x2026;la]jk\]dĂ&#x152;YjlakYfYl2 ;]mp%[af]h]mn]flÂ&#x2021;lj]]p]j[Â&#x2026;kim]hYjmf]h]jkgff]imYdaĂ&#x2022;Â&#x2026;] hjg^]kkagff]dd]e]flgmkgmkd][gfljÂ?d]]^^][la^h]jeYf]fl\][]dd]%[a& DĂ&#x152;9H;E9YkYdmÂ&#x2026;[]ll]\Â&#x2026;[akagfima$k]dgf]dd]$]klždgaf\]hgjl]j Yll]afl]dYdaZ]jlÂ&#x2026;\Ă&#x152;]flj]hj]f\j]Âż&Hgmj]dd]$dĂ&#x152;Yjla[d]).\]dYdga\] )11.ž]kldY_YjYfla]hgmjd][gfkgeeYl]mj\]dYimYdaĂ&#x2022;[Ylagf ]l\]dY[gehÂ&#x2026;l]f[]\]dĂ&#x152;YjlakYfÂż& DĂ&#x152;MH9$imYfl]dd]$k]\alljÂ&#x2020;kkYlak^Yal]\][]ll]\Â&#x2026;[akagf2žFgmkfgmk Â&#x2026;lagfkZYllmk\ml]ehk\]dYdgahgmjgZl]faj[]k\akhgkalagfk&=dd]k [gf[]jf]fldYkÂ&#x2026;[mjalÂ&#x2026;\]k[gfkgeeYl]mjk&<Yfkd]ZÂ&#x20AC;lae]flgm \Yfkd]k][l]mjYdae]flYaj]$adqY\]kjÂ&#x2020;_d]kYhhj]f\j]$kafgfd]k [gfkÂ&#x2026;im]f[]kh]mn]flÂ&#x2021;lj]ljÂ&#x2020;k_jYn]kÂż$Yj_me]fl]Ha]jj]:mjZYf$ k][jÂ&#x2026;lYaj]_Â&#x2026;fÂ&#x2026;jYd\]dĂ&#x152;MH9&=f[]ima[gf[]jf]dYdaZ]jlÂ&#x2026;\Ă&#x152;]flj]hj]f\j]$ adhjÂ&#x2026;[ak]2ž?Â&#x2026;j]jmf]]flj]hjak]$[Ă&#x152;]klmf]_jgkk]j]khgfkYZadalÂ&#x2026;& Hgmjk]dYf[]j]ljÂ&#x2026;mkkaj$ad^YmlYmhYjYnYflY[imÂ&#x2026;jajd]k[gehÂ&#x2026;l]f[]k fÂ&#x2026;[]kkYaj]k&=l[Ă&#x152;]klim]jYhh]dd]Â&#x2026;_Yd]e]fl[]ll]\Â&#x2026;[akagf&Âż

 >glgdaY



BGMJFz=<=KGDA<9JALz

D]kljYnYadd]mjk af\Â&#x2026;h]f\YflkÂ&#x2026;hYj_fÂ&#x2026;k

D

e 22 juillet, le Conseil constitutionnel a donnĂŠ raison Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;UPA dans sa dĂŠfense des travailleurs indĂŠpendants. Sur le dossier de la journĂŠe de solidaritĂŠ, la question ĂŠtait de savoir si les travailleurs indĂŠpendants et les retraitĂŠs devaient ĂŞtre soumis Ă  la contribution de 0,3 % sur leurs revenus au titre de la journĂŠe de solidaritĂŠ, et cela en vertu des principes dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠgalitĂŠ devant la loi et devant les charges publiques. ÂŤ Le Conseil constitutionnel a jugĂŠ que le lĂŠgislateur ĂŠtait dans son droit de prĂŠvoir un effort spĂŠcifique des salariĂŠs des secteurs public et privĂŠ, qui par ailleurs sont soumis Ă  un rĂŠgime de rĂŠmunĂŠration et Ă  une limitation du temps de travail qui ne concernent pas les autres catĂŠgories. Ainsi, les travailleurs indĂŠpendants qui apportent une contribution particulièrement ĂŠlevĂŠe Ă  la collectivitĂŠ, au regard du volume de travail quâ&#x20AC;&#x2122;ils fournissent ou des montants des cotisations sociales quâ&#x20AC;&#x2122;ils acquittent, ne seront pas assujettis Ă  ce prĂŠlèvement supplĂŠmentaire Âť, explique lâ&#x20AC;&#x2122;UPA dans un communiquĂŠ.

                   



                          

             

                   

      

   

                    

          

         ! "         ! "# #$# %&    '        

$         



 $

            

     '     

     (%     

&'(#       " )*%    )    

                        

   

                          )                  + * *  &+(#,   +  " $*%,   !  ! !   " # 

                

      

  !       

 !    "$  %                                                 

   

    

  

 

                              !  ""#$  %   &'# ()   % " *" + ,-,).   (/ +  0! 1  2 2  "    '      ! + 3     4 5(- ./6 /), 78"+"#9#"

-

D]egf\]\]kYjlakYfkMk]hl]eZj]%g[lgZj]*())M


[lmYdal…k DÌ9N=FAJ<=NGKEzLA=JK <z:9LLMKMJJ9<AG>J9F;=

Hj…k]jn]j d]ke…la]jk \ÌYjl DÌ9kk]eZd…] h]jeYf]fl] \]k[`YeZj]k\] e…la]jk]l\] dÌYjlakYfYl 9H;E9! Yka_f…mf][gfn]f% lagf\Ì]f_Y_]e]fl emlm]dhgmjdY hj…k]jnYlagf]l dYhjgeglagf \]ke…la]jk\ÌYjl&

;]kY[lagfkk]jgfl hgjl…]khYj\]k j]hj…k]flYflk Ymfan]Ymj…_agfYd& ;`Yim]j…_agf Z…f…Õ[aYfl$\YfkdY e]kmj]\mhgkkaZd]$ \Ìmf…dmj…^…j]fl\m k][l]mj\]ke…la]jk \ÌYjlYafkaim]\Ìmf Y_]fl[gjj]khgf% \Yflj…_agfYdakkm \]kk]jna[]k\Ìmf] ;`YeZj]j…_agfYd] \]ke…la]jk]l \]dÌYjlakYfYl&

.

endant la présidentielle de 2012, l’emploi sera encore une fois une question prioritaire. Pour préparer cette échéance, Radio France propose à ses auditeurs une grande enquête nationale sur le thème « Quel travail voulons-nous ? ». L’Assemblée permanente des chambres de métiers et de l’artisanat (APCMA) s’est associée à cette campagne et invite artisans et apprentis à prendre part au débat et faire savoir leur point de

HYjl]fYjaYl

DÌ9H;E9Ymp[l…k\]keakkagfkdg[Yd]k DÌY[[gj\ka_f…]flj]dÌ9H;E9 ]ld];gfk]adfYlagfYd\]keak% kagfkdg[Yd]k ;FED!nak] j]f^gj[]jd]khYjl]fYjaYlk dg[Ymp]flj]d]k\]mpj…k]Ymp& D]Zml…lYfl\]^Yngjak]j dÌgja]flYlagf\]kb]mf]kn]jk dÌYhhj]flakkY_]&AdYhgmj YeZalagf\]^gjeYdak]j]l\] h…j]ffak]jd]kj]dYlagfk\…b ]paklYfl]k]flj]d]k\]mpafkla% lmlagfk&D]keakkagfkdg[Yd]k gflhgmjeakkagfdÌgja]flYlagf ]ldÌafk]jlagfdg[Yd]\]kb]mf]k j]f[gfljYfl\]k\a^^a[mdl…k \YfkdÌY[[]kkagfdYna]kg[aY% d]]lhjg^]kkagff]dd]&=dd]khYj%

D]egf\]\]kYjlakYfkMk]hl]eZj]%g[lgZj]*())

M

vue sur leur métier et ses évolutions jusqu’à la fin de l’année 2011. Un sondage Opinion Way, réalisé en septembre 2010, révélait que 98 % des artisans se disent fiers de leurs métiers et 90 % d’entre eux tiennent à le transmettre aux générations suivantes. Le résultat de l’enquête Radio France, ouverte à tous et accessible à l’adresse http://espacepublic.radiofrance.fr, permettra de vérifier cet attachement des artisans pour leur profession mais également d’alimenter les discussions autour de l’emploi. En effet, grâce aux témoignages reçus (déjà 6 000 à la fin août 2011), les équipes de Radio France orchestreront des débats à l’antenne ainsi qu’en public et publieront un livre récapitulatif début 2012.

la[ah]jgflYafkadYhjgeglagf \]dÌYhhj]flakkY_]Y^af\] j…`YZadal]jkgfaeY_] Ymhj†k\]kb]mf]k&DÌY[[gj\ hj…ngal…_Yd]e]flmfY[[ge% hY_f]e]fl\]k^mlmjkYhhj]f% lak&D]k[gfk]add]jk\]keak% kagfkdg[Yd]kd]kYa\]jgfl ljgmn]jmf]]flj]hjak]]lmf kmanak]jYeak]fhdY[]h]f% \Yfld]mj[mjkmkhgmjhj…n]faj d]k…n]flm]dk\…[jg[`Y_]k& ¾DÌa\…]]kl\]kÌYhhmq]jkmj[] ima^gf[lagff]\…b\Yfk fglj]hYjl]fYjaYlYmfan]Ym dg[Yd]l\]d̅l]f\j]Ympk][% l]mjkim]fgmkeY‹ljakgfk

cYdgm)1*/

;]dd]k%[agflhgmj Zml\ÌY[[gehY_f]j d]\…n]dghh]e]fl …[gfgeaim] \]k]flj]hjak]k$ dYhjgeglagf]l dY[geemfa[Ylagf Ymlgmj\]kY[lagfk e]f…]kYafkaim] d]\…n]dghh]e]fl dg[Yd]llgmjaklaim]&

H

 KYk`caf

Hgmjhjgegmngaj ]lY[[gehY_f]j d]\…n]dghh]e]fl \]ke…la]jk\ÌYjl$ dÌ9H;E9Yka_f… mf][gfn]flagf \ÌgZb][la^kYn][ dÌAfklalmlfYlagfYd \]ke…la]jk\ÌYjl AFE9!& ;]l]f_Y_]e]fl nak]^Y[adal]j dY[j…Ylagf\] eakkagfke…la]jk \ÌYjlj…_agfYd]k&

=f[]kl]ehk\ÌafklYZadal……[gfgeaim]]l\]emlYlagfl][`fgdg_aim]$ d]k…ngdmlagfk\megf\]\mljYnYadlgm[`]fl[`Y[mf\]ngmk& <Yfk[][gfl]pl]$JY\ag>jYf[]gj_Yfak]mf_jYf\\…ZYlfYlagfYd$ af[dmYflfglYee]flYjlakYfk]lYhhj]flak$Ymlgmj \]dYim]klagf¾Im]dljYnYadngmdgfk%fgmk7¿&

egafk$]phdaim]Qn]k9mlgf$ [`Yj_…\][geemfa[Ylagf\m ;FED&FgmkngmdgfkYm_e]f% l]jd]fgeZj]\][gfljYlk]f Yhhj]flakkY_]lgml]fgmnjYfl \]khgjl]kYmpb]mf]kh]m imYda^a…kima^j…im]fl]flfgk eakkagfk¿&


Hgdalaim]]mjgh…]ff]

H9JL=F9JA9L

Kgml]fajd] \…n]dghh]e]fl\]k ]flj]hjak]kYjlakYfYd]k

HJzN=FLAGF <=K<A>>A;MDLzK <=K9JLAK9FK

D

 J]\Zmd/,

’APCMA a intégré le 19 avril dernier le Centre d’Information sur la Prévention des difficultés des entreprises (CIP) national en tant que membre. Elle rejoint ainsi la Conférence générale des juges consulaires de France, le Conseil supérieur de l’ordre des experts comptables, la Compagnie nationale des commissaires aux Comptes, le Conseil national des barreaux, l’Assemblée des chambres françaises de commerce et d’industrie et le groupe Inter-Fédération des organismes de gestion agréés. La présence de l’APCMA au sein de cet organisme vise à faire valoir les aspects spécifiques du secteur artisanal et apporter une connaissance experte de la réalité de l’entreprise artisanale auprès du CIP. À l’échelle locale, les CIP s’adressent aux chefs d’entreprises en difficultés et les informent sur les outils à leur disposition pour sortir de leur situation. Les artisans peuvent y obtenir un entretien anonyme, confidentiel et gratuit avec un collège d’experts composé d’un expert-comptable ou d’un commissaire aux comptes, d’un avocat, et d’un juge consulaire honoraire.

Af^g

;YehY_f]\][geemfa[Ylagf

Af^gje]jkmjdÌ=AJD

D

LH=2D]k[j…\alkZYf[Yaj]kdYdgmh] D]hj]ea]jgmlad\]e]kmj]\]k[j…\alk Ymplj†kh]lal]k]flj]hjak]kna]fl\]ngaj d]bgmj&=f]^^]l$dY:Yfim]\]>jYf[]Y\…[a\… \ÌYe…dagj]jkgf\akhgkala^hgmj[]jf]jd]k _jYf\]kl]f\Yf[]k\]k[gf[gmjkZYf[Yaj]k Ymph]lal]k]legq]ff]kkljm[lmj]k&Dgjk\m j][]fk]e]flljae]klja]d\]k[j…\alkYmHE=$ ]dd]\]eYf\]\…kgjeYakYmp_jgmh]k ZYf[Yaj]kd]kegflYflk\]k^dmp]l]f[gmjk [gf[]jfYfld]kLH=&=dd]]fl]f\hYjLH=$ d]k]flj]hjak]k \gfld][`a^^j] \ÌY^^Yaj]kfÌ]p[†\] hYk\]mpeaddagfk \Ì]mjgk& D]khj]ea]jk [`a^^j]k\]njYa]fl ‡lj]hmZda…k hjg[`Yaf]e]fl&

 HYZeYh

#

[j…Ylagf\Ìmf_ma[`]lmfaim] \]njYa]fld]mjh]je]llj] mfY[[†kYmphjg_jYee]k [geemfYmlYaj]k& DÌ9H;E9YkYdm…[]ll] fgmn]dd]]lhj…[ak]\Yfk mf[geemfaim…imÌ]dd] j]kl]jYna_adYfl]kmj ¾d]\…n]dghh]e]fl\]k kqkl†e]k\]_YjYfla] ZYf[Yaj]Y\Yhl…kYmp ]flj]hjak]kYjlakYfYd]k$ dY\…[dafYakgf\mhjaf[ah] \mKeYdd:mkaf]kk9[l \Yfkd]khgdalaim]k ]mjgh…]ff]k]lfYlagfYd]k$ dÌY[[†kYmpeYj[`…k]pl…ja]mjk ]ldYhjgeglagf\]dÌ]khjal \Ì]flj]hjak]Ymhj†k\]k [j…Yl]mjk$\]kb]mf]k]l \]k^]ee]k¿&

e gouvernement lancee une campa campagne d’information sur ur l’EIRL (Entrepreneur individuell à responsabilité limitée). Son objectif est d’informer les entrentrepreneurs individuels, qu’ils soient artisans, commerçants, ants, professions libérales, agriculteurs, auto entrepreneurs, neurs, de l’existence et des avantages du statut de l’EIRL. Sous la forme de publications dans la presse esse quotidienne régionale, la presse hebdomadaire régionale et dans certains titres de presse professionnelle, elle cible à la fois les créateurs d’entreprises et les entrepreneurs individuels désirant changer de statut. La campagne renvoie notamment les intéressés vers le site internet www.eirl.fr sur lequel sont disponibles des informations telles que « L’EIRL en 10 points » et des outils de comparaison des différents statuts d’entreprise.

<J

DY[geeakkagf]mjgh…]ff] Yhjghgk…\Yfkd]hjgb]l\] Zm\_]l*(),'*(*(dYhgmjkmal] \Ìmf]Y[lagfkh…[a^aim] \…\a…]dÌYjlakYfYl]l YmpHE=& KgfZml]kl\]hjgegmngaj d]mj\…n]dghh]e]fl]l\] ^Y[adal]jd]mjY[[†kYmeYj[`…& <]mp_jYf\kYp]kkgflhjghg% k…k2\]ke]kmj]k]f^Yn]mj \]kHE=\YfkdÌ]fk]eZd]\]k hgdalaim]k[geemfYmlYaj]k Yafkaim]d]eYafla]f\Ìmf hjg_jYee]kh…[a^aim]\…\a… dY[geh…lalanal…\]khdmk h]lal]k]flj]hjak]k& DYkaehda^a[YlagfY\eafakljYla% n]$dYj…\m[lagf\]k[g•lk \]hYjla[ahYlagf$dÌY[[…d…jY% lagf\]khjg[…\mj]k]ldY

/

D]egf\]\]kYjlakYfkMk]hl]eZj]%g[lgZj]*())M


[lmYdalÂ&#x2026;k

?ajgf\] NGLJ=;E9HDMKHJG;@=<=NGMK

;9HKMJD=KL=JJALGAJ=K <=?AJGF<= D]kÂ&#x2026;dmk[gfkmdYaj]k]ld]kY_]flk\]nglj];`YeZj]ngfle]llj]]fhdY[]mf hjg_jYee]afl]fka^\Ă&#x152;Y[lagfkkmjnglj]l]jjalgaj]2nakal]k\Ă&#x152;]flj]hjak]k$\Â&#x2026;ZYlk Yn][\]k\Â&#x2026;[a\]mjkdg[Ymp$jÂ&#x2026;mfagfk\Ă&#x152;af^gjeYlagfkkmjdY_]klagf\]k\Â&#x2026;[`]lk$ dĂ&#x152;]eZYm[`]$dĂ&#x152;Y[[Â&#x2020;kYmpeYj[`Â&#x2026;khmZda[k$d]khjgZdÂ&#x2020;e]k]ld]kghhgjlmfalÂ&#x2026;khYj ^adaÂ&#x2020;j]$\]k\Â&#x2026;ZYlkkmjdYkYakgffYdalÂ&#x2026;$d]\Â&#x2026;n]dghh]e]fl\]k_jYf\]kkmj^Y[]k$]l[&

F

ous souhaitons recueillir vos inquiĂŠtudes, vos besoins et vos attentes en matière dâ&#x20AC;&#x2122;accompagnement. Le premier territoire concernĂŠ est le Bassin dâ&#x20AC;&#x2122;Arcachon et du Val de Lâ&#x20AC;&#x2122;Eyre qui connaĂŽt un dynamisme Ă  la mesure de son cadre de vie exceptionnel. Sâ&#x20AC;&#x2122;appuyant sur des filières robustes (bois, nautique), lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠconomie locale montre un fort potentiel de dĂŠveloppement. Augmentation du nombre des grandes surfaces, croissance de la population, crĂŠation dâ&#x20AC;&#x2122;un parc marinâ&#x20AC;Ś autant dâ&#x20AC;&#x2122;en-

jeux, de menaces, mais aussi dâ&#x20AC;&#x2122;opportunitĂŠs qui ne seront pas sans consĂŠquence pour lâ&#x20AC;&#x2122;artisanat. Une plaquette prĂŠsentant les chiffres clĂŠs de ce secteur ainsi que le calendrier des rencontres a ĂŠtĂŠ diffusĂŠe aux artisans du secteur. En 2012, nous nous consacrerons au MĂŠdoc, puis Ă  une partie de lâ&#x20AC;&#x2122;agglomĂŠration bordelaise. Les autres arrondissements seront ensuite traitĂŠs Ă  raison de deux par an. De plus, des opĂŠrations ponctuelles de visites seront organisĂŠes par filière ou par

activitĂŠs par le service ĂŠconomique cette fois sur tout le dĂŠpartement. Enfin, de nouveaux outils de veille et dâ&#x20AC;&#x2122;information au plus près de vos prĂŠoccupations seront progressivement mis Ă  votre disposition.

3

;GFL9;L

 gmjkĂ&#x152;afk[jaj]mf]jÂ&#x2026;mfagf H gmhgmj]fkYngajhdmk$[gflY[l]r ;Yl`]jaf]DYZgmja]jYm(--.111))* gm[Yl`]jaf]&dYZgmja]j8[e%Zgj\]Ymp&^j

3

HDMK<Ă&#x152;AF>GK

ooo&[e%Zgj\]Ymp&^j

<Â&#x2026;n]dghh]e]fll]jjalgjaYd

<]kafn]klakk]e]flkYa\Â&#x2026;k]fDYf\]k\]?Yk[g_f] D]HYqk\]kDYf\]k\]?Yk[g_f]dYf[] dYhj]eaÂ&#x2020;j]ljYf[`]\]kgfghÂ&#x2026;jYlagf [gdd][lan]\]eg\]jfakYlagf G;E! YmhjÂ&#x2020;k\]kYjlakYfk$[gee]jÂ&#x201E;Yflk]l ]flj]hjak]k\]k]jna[]k\]kgfl]jjalgaj]& GZb][la^2kgml]fajngkafn]klakk]e]flk kmjdYhÂ&#x2026;jag\]bmadd]l*())bmaf*()*& >gjl\Ă&#x152;mf]]fn]dghh]_dgZYd]YngakafYfl +)(((($[]hjg_jYee]nak]ngmk ]f[gmjY_]j\YfkdYeg\]jfakYlagf ]ld]\Â&#x2026;n]dghh]e]fl\]nglj]Y[lanalÂ&#x2026;& D]kkgmla]fk^afYf[a]jkljgmn]fl \a^^Â&#x2026;j]fl]kkgmj[]k2 Â&#x153;dĂ&#x152;zlYl ^gf\k>AK9;\])(-+*(!$ Â&#x153;dĂ&#x152;=mjgh] ^gf\k>=9<=J\]/0,+(!$ Â&#x153;dYJÂ&#x2026;_agf9imalYaf] /0,+(!$ Â&#x153;d][gfk]ad_Â&#x2026;fÂ&#x2026;jYd\]kDYf\]k *.01(!$ Â&#x153;d][gfk]ad_Â&#x2026;fÂ&#x2026;jYd\]?ajgf\] *(,00!&

lgfk\mhYqk"\]hmakhdmk\Ă&#x152;mfYf$nglj] ]flj]hjak]]klafk[jal]YmjÂ&#x2026;h]jlgaj]\]k eÂ&#x2026;la]jkgmYmj]_aklj]\m[gee]j[]]l \]kkg[aÂ&#x2026;lÂ&#x2026;k$ngmk]ehdgq]regafk\]\ap kYdYjaÂ&#x2026;k$nglj][`a^^j]\Ă&#x152;Y^^Yaj]k]klaf^Â&#x2026;% ja]mjmfeaddagf\Ă&#x152;]mjgk@L7<Yfk[][Yk$ ngmkhgmn]rZÂ&#x2026;fÂ&#x2026;^a[a]j\Ă&#x152;mf]]ph]jlak] l][`faim]\]nglj][`YeZj]\]eÂ&#x2026;la]jk]l \]dĂ&#x152;YjlakYfYl ;E9!]l\Ă&#x152;mf]kmZn]flagf fgfj]eZgmjkYZd]\]+(kmjnglj]afn]k% lakk]e]flhdY^gffÂ&#x2026;/-(((]mjgk@L&

+(kmjnglj]afn]klakk]e]fl NgmkÂ&#x2021;l]kaehdYflÂ&#x2026;kmjdĂ&#x152;mf\]klj]ar][Yf%

":YrYk$;Yhla]mp$?ja_fgdk$NaddYf\jYml$KYafl% Kqeh`gja]f$?YZYjj]l$DYZjal$Egj[]fp$Hakkgk$ Jgim]^gjl$KYZj]k$Nadd]f]mn]%\]%EYjkYf$Kgj]&

0

D]egf\]\]kYjlakYfkMk]hl]eZj]%g[lgZj]*())

M

J]fk]a_f]e]flk]l\Â&#x2026;hÂ?lk\] [Yf\a\Ylmj]kYmhjÂ&#x2020;k\mHYqk\]kDYf\]k \]?Yk[g_f]$hdY[]\]dYeYaja]KYZj]k& Afn]klakk]e]flkÂ&#x2026;da_aZd]k Â&#x153;LjYnYmp\]eak]Ympfgje]k\] dĂ&#x152;YhhYj]ad\]hjg\m[lagf]l\]kZÂ&#x20AC;lae]flk Y_jYf\akk]e]fl\]ngkZÂ&#x20AC;lae]flk$ \]nYflmj]Ă&#x20AC;!& Â&#x153;zimah]e]flk$[Ă&#x152;]kl%%\aj]Y[`Yl \]eYlÂ&#x2026;ja]d`gjkj]fgmn]dd]e]fl& Â&#x153;9[lagfk[gdd][lan]k\]hjgeglagf& Kgfl]p[dm]k\]kafn]klakk]e]flk d]kY[imakalagfk\]l]jjYafk$\]dg[Ymp ]l\]emjk[gee]j[aYmp& 9jla[d]jÂ&#x2026;YdakÂ&#x2026;]f[gddYZgjYlagfYn][dY;E9\]kDYf\]k

3

;GFL9;L

 ]__q@Yjaklgq H Ym(--.111,)) gmh]__q&`Yjaklgq8[e%Zgj\]Ymp&^j


JÂ&#x2026;k]jn]rnglj]kgajÂ&#x2026;]\m**fgn]eZj]

;`]^k\Ă&#x152;]flj]hjak]$ ngmkYn]r--Yfk]lhdmk7 NgmkÂ&#x2021;l]kafnalÂ&#x2026;k

 H`glgk2L`Â&#x2026;Â&#x20AC;lj]dY;

Yjl]&DKH`glg&

<m*)Ym*-fgn]eZj]$ [Ă&#x152;]kldYK]eYaf]YimalYaf] \]dYljYfkeakkagf \Ă&#x152;]flj]hjak]YjlakYfYd]& NgmkYn]rhdmk\]--Yfk7 Ngmkkgf_]rljYfke]llj] mfbgmjnglj]gmlad\]ljYnYad7 =flYe]rkYfklYj\]j nglj]jÂ&#x2026;^d]pagfYmlgmj \]dYljYfkeakkagf\]nglj] ]flj]hjak]& FgmkngmkafnalgfkdY;E9 eYj\a**fgn]eZj])0`+(& >afYf[Â&#x2026;]hYjd][gfk]ad jÂ&#x2026;_agfYd\Ă&#x152;9imalYaf]$[]ll] ghÂ&#x2026;jYlagfk]\Â&#x2026;[daf]kgmk dY^gje]\]kYqfÂ&#x2020;l]kima$ eak]kZgmlZgml$^gje]fl mfkh][lY[d]\],-eafml]k& LjgakkÂ&#x2026;im]f[]kgj_Yfak]fl dYj]hjÂ&#x2026;k]flYlagfl`Â&#x2026;Â&#x20AC;ljYd]2 )&DY\Â&#x2026;[akagf\]ljYfke]llj]$ kgmn]fl\a^^a[ad]hj]f\j]

*&DYfÂ&#x2026;_g[aYlagfYn][ dĂ&#x152;Y[`]l]mj [gee]fl d]j][]ngaj$d]kÂ&#x2026;\maj]$^ap]j nglj]hjap\]n]fl]$]l[&!& +&DĂ&#x152;af^gjeYlagf]ldY [geemfa[YlagfYn][ d]kkYdYjaÂ&#x2026;k$[da]flk$ hYjl]fYaj]k]l[& LjYalÂ&#x2026;kYn][`megmj$ []kkmb]lkfgfegafkkÂ&#x2026;ja]mp ^]jgfldĂ&#x152;gZb]l\Ă&#x152;mf\Â&#x2026;ZYl afl]jY[la^Yn][d]hmZda[ Ymim]dhYjla[ah]jgfllgmk d]k]ph]jlkhYjl]fYaj]k\] nglj];E9aehdaimÂ&#x2026;k\YfkdY ljYfkeakkagf\Ă&#x152;]flj]hjak]&

3

;GFL9;L2

 E9\]jÂ&#x2026;_agf9imalYaf] ; k][lagf?ajgf\] (--.111)(( gm[geemfa[Ylagf8 [e%Zgj\]Ymp&^j fgeZj]\]hdY[]kdaealÂ&#x2026;!

LzDzHJG;z<MJ=K>AK;9D=K

9:9AKK=E=FL <=KK=MADK G:DA?9LGAJ=K <=HMAK D=)]jG;LG:J= <

epuis le 1er octobre, les entreprises ayant rĂŠalisĂŠ au titre de lâ&#x20AC;&#x2122;avant-dernier exercice clos, un chiffre dâ&#x20AC;&#x2122;affaires hors taxes supĂŠrieur Ă  230 000 â&#x201A;Ź vont ĂŞtre dans lâ&#x20AC;&#x2122;obligation de dĂŠclarer et rĂŠgler la TVA de manière dĂŠmatĂŠrialisĂŠe. Le seuil dâ&#x20AC;&#x2122;obligation est actuellement de 500 000 â&#x201A;Ź. Lâ&#x20AC;&#x2122;obligation concerne non seulement la tĂŠlĂŠdĂŠclaration et le tĂŠlĂŠrĂŠglement mais aussi la tĂŠlĂŠtransmission des demandes de remboursement de crĂŠdit de TVA. Il en est de mĂŞme en matière de paiement dâ&#x20AC;&#x2122;impĂ´t sur les sociĂŠtĂŠs ou de taxe sur les salaires. Pour tĂŠlĂŠdĂŠclarer ou tĂŠlĂŠpayer, lâ&#x20AC;&#x2122;entreprise a le choix entre : rQSFOESFDPOUBDUBWFDVOQSFTUBUBJSF DBCJOFUDPNQtable, centre de gestionâ&#x20AC;Ś) qui effectuera pour son compte la transmission ĂŠlectronique et sĂŠcurisĂŠe des dĂŠclarations et paiements ; rPVFGGFDUVFSEJSFDUFNFOUQBS*OUFSOFUMFOTFNCMF de ses dĂŠmarches sur le site www.impots.gouv.fr. rubrique ÂŤ professionnels Âť. Afin de faciliter les dĂŠmarches, il suffit de : r$SĂ&#x160;FSEĂ?TĂ&#x2020;QSĂ&#x160;TFOUVOFTQBDFBCPOOĂ&#x160; r"EIĂ&#x160;SFSBVYTFSWJDFTj%Ă&#x160;DMBSFSMB57"v j1BZFSMB 57"v j1BZFSM*4v j$POTVMUFSMFDPNQUFGJTDBMv Regroupez lâ&#x20AC;&#x2122;ensemble de vos dĂŠmarches en une seule fois vous permettra de gagner du temps. Nâ&#x20AC;&#x2122;hĂŠsitez pas Ă  anticiper votre paiement puisque vous ne serez prĂŠlevĂŠ quâ&#x20AC;&#x2122;Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠchĂŠance. Vous pouvez contacter le service dâ&#x20AC;&#x2122;assistance TĂŠlĂŠprocĂŠdures pour les questions dâ&#x20AC;&#x2122;ordre technique du lundi au vendredi de 8h Ă  19h30 au 0810 006 882 (prix dâ&#x20AC;&#x2122;un appel local). Le service des impĂ´ts des entreprises de votre circonscription est Ă  votre disposition pour vous aider dans vos dĂŠmarches. La Direction RĂŠgionale des Finances Publiques de Gironde et dâ&#x20AC;&#x2122;Aquitaine

B%>jYfÂ&#x201E;gakCgh^]l:ja_all]9mZjq h]f\YfldYj]hjÂ&#x2026;k]flYlagf&

J]_jgmh]rdĂ&#x152;]fk]eZd] \]ngk\Â&#x2026;eYj[`]k]f mf]k]md]^gakngmkY^af \]_Y_f]j\ml]ehk 1

D]egf\]\]kYjlakYfkMk]hl]eZj]%g[lgZj]*())M


[lmYdalÂ&#x2026;k

)(

9^af\]hj]f\j]]f[gehl]dĂ&#x152;Â&#x2026;ngdmlagf\]khjap\m[YjZmjYfl$mf]j]nYdgjakYlagf \mZYjÂ&#x2020;e]cadgeÂ&#x2026;ljaim]YÂ&#x2026;lÂ&#x2026;\Â&#x2026;[a\Â&#x2026;]]fYnjad\]jfa]j&

D

e barème forfaitaire kilomĂŠtrique a ĂŠtĂŠ revalorisĂŠ par le premier ministre François Fillon en avril dernier. Cette aide concerne les contribuables qui utilisent leur vĂŠhicule dans le cadre de leur activitĂŠ professionnelle et dĂŠduisent les coĂťts de cette utilisation dans leur dĂŠclaration dâ&#x20AC;&#x2122;impĂ´ts. La dĂŠduction de 1,6 % initialement prĂŠvue a donc ĂŠtĂŠ revue Ă  4,6 %. Attention ! Les frais de carburant des vĂŠhicules affectĂŠs uniquement Ă  usage professionnel, tels que les utilitaires, ne sont pas concernĂŠs par cette mesure. 60 000 artisans devraient bĂŠnĂŠficier de cette revalorisation.

>jYak\][YjZmjYfl]f]mjgYmcadgeÂ&#x2020;lj] HmakkYf[]^ak[Yd]\]knÂ&#x2026;`a[md]k\]lgmjake]

_Yrgd]

Kmh]jkYfkhdgeZ

?HD

+,;N

($(.-

($(1*

($(-/

-/;N

($(0(

($))*

($(/(

01;N

($(1.

($)+,

($(0,

)(]l));N

($)(0

($)-*

($(1,

)*;N]l#

($)*)

($).0

($)(,

MfjYhhgjlkmjd]khYa]e]flkhYj[Yjl] 9m\Â&#x2026;Zml\megak\]bmadd]l$ >jYfÂ&#x201E;gak:YjgafYj]Â&#x201E;mmfjYh% hgjlj]dYla^Ymp[geeakkagfk hYqÂ&#x2026;]khYjd]k[gee]jÂ&#x201E;Yflk hgmjd]khYa]e]flkhYj[Yjl]& JÂ&#x2026;\a_Â&#x2026;hYjJa[`Yj\EYddaÂ&#x2026;$ \Â&#x2026;hmlÂ&#x2026;\]k:gm[`]k%\m%J`Â?f]$ >jYfÂ&#x201E;gak:jYf_]l$\Â&#x2026;hmlÂ&#x2026;\m <gmZk]l:]jfYj\<]ZjÂ&#x2026;$\Â&#x2026;hm% lÂ&#x2026;\]HYjak$adYnYalhgmjgZb][% la^\]\Â&#x2026;_Y_]j\]khakl]khgmj YeÂ&#x2026;dagj]jdYlYja^a[Ylagf\][]k [geeakkagfk&D]jYhhgjlhjg% hgk]mf]hdmk_jYf\]ljYfkhY% j]f[]kmjd]k^jYakY[imallÂ&#x2026;k Yn][dYeak]\akhgkalagf\Ă&#x152;mf jÂ&#x2026;[YhalmdYla^Yffm]d\Â&#x2026;lYaddÂ&#x2026;& <]kZYakk]k\]fan]Ym\]k[ge%

D]egf\]\]kYjlakYfkMk]hl]eZj]%g[lgZj]*())

M

 Klm\ag<=J

Ă&#x201A;[gehl]j \m)]jYgÂ&#x2022;l$d]k \Â&#x2026;eYj[`]kY\ea% fakljYlan]kdaÂ&#x2026;]k dĂ&#x152;]eZYm[`] kgflkaehdaĂ&#x2022;Â&#x2026;]k& DY<Â&#x2026;[dYjYlagf hjÂ&#x2026;YdYZd]dĂ&#x152;]e% ZYm[`] <H9=!]l dY<Â&#x2026;[dYjYlagfmfa% im]\Ă&#x152;]eZYm[`] <M=!kgfleYafl]% fYflj]_jgmhÂ&#x2026;]k kmjmfk]md\g[m% e]fl&;]dma%[a \]njYlgmbgmjkÂ&#x2021;lj] ]fngqÂ&#x2026;dĂ&#x152;MjkkY^ YmhdmklÂ?l`mal bgmjkYnYfldY\Yl] \Ă&#x152;]eZYm[`]& ;gee]hgmjdY <H9=$dĂ&#x152;]fngahYj nga]Â&#x2026;d][ljgfaim] ]klhjanadÂ&#x2026;_aÂ&#x2026;& D]ke]flagfkgZda% _Ylgaj]kj]kl]fl _dgZYd]e]fld]k eÂ&#x2021;e]kim]hgmj d]kYf[a]fk\g[m% e]flk&DYfYlagfY% dalÂ&#x2026;]ld]fmeÂ&#x2026;jg \]n]jk]e]fl\]k [glakYlagfkkg[aY% d]k\mkYdYjaÂ&#x2026;kgfl kmhhjaeÂ&#x2026;k&Kgfl jYbgmlÂ&#x2026;kd]k]p]\m kYdYjaÂ&#x2026;$d]k]jna[] \]kYflÂ&#x2026;\gfl \Â&#x2026;h]f\dĂ&#x152;]e% hdgq]mj$dYfYlmj] \m[gfljYl]l dY\mjÂ&#x2026;]\]dY hÂ&#x2026;jag\]\Ă&#x152;]kkYa& DĂ&#x152;]ehdgq]mj\]njY [gfk]jn]jdĂ&#x152;Ynak \]jÂ&#x2026;[]hlagf ]fngqÂ&#x2026;hYjdĂ&#x152;MjkYY^ bmkimĂ&#x152;dĂ&#x152;Y[[ge% hdakk]e]fl \]dY\Â&#x2026;[dYjYlagf YmlgeYlakÂ&#x2026;]\]k \gffÂ&#x2026;]kkg[aYd]k <9<K!&

D=:9JĂ E=>GJ>9AL9AJ= CADGEzLJAIM=J=N9DGJAKz

 Ngbl][`Ndc

Ngk \Â&#x2026;[dYjYlagfk \Ă&#x152;]eZYm[`] kaehda^aÂ&#x2026;]k

eakkagfkhgmjd]khjg^]kkagf% f]dkima]fj]_aklj]flmf^YaZd] ngdme]\]ljYfkY[lagfkkgfl Â&#x2026;_Yd]e]fl[gfk]addÂ&#x2026;]k&;]ll] e]kmj]]kl[]fkÂ&#x2026;]af[al]jd]k ljÂ&#x2020;kh]lal]k]flj]hjak]k$imaf] h]mn]flhYkY[[]hl]j\]hYa]% e]flhYj[Yjl]$hjghgk]j[] eg\]\]hYa]e]fl&=f^af$d] jYhhgjlhjÂ&#x2026;[gfak]\]kZYakk]k Ymfan]Ym\]k[geeakkagfk hgmjd]khYa]e]flk\]h]lal egflYfl$af^Â&#x2026;ja]mjkfglYe% e]fl)-]mjgk&D]ke]kmj]k j]dYlan]kdYeak]]fĂ&#x2020;mnj]\] []khjghgkalagfk\]njYa]fl Â&#x2021;lj]hjÂ&#x2026;k]flÂ&#x2026;]kYmHYjd]e]fl hjg[`Yaf]e]fl&


z [dYajY_]?ajgf\] DĂ&#x152;Yn]faj\]nglj]]flj]hjak] j]hgk]hgmjmf]dYj_]hYjlkmj k]kj]kkgmj[]k`meYaf]k&>gje]j mfYhhj]fla[gfklalm]\gf[hgmj ngmkmfegq]f\Ă&#x152;Â&#x2026;lg^^]jnglj] Â&#x2026;imah]lgml]fljYfke]llYflnglj] kYngaj%^Yaj]hjg^]kkagff]d&;]h]ml Â&#x2021;lj]Â&#x2026;_Yd]e]flmfegq]f\Ă&#x152;Yfla[ah]j mf^mlmjj][jml]e]fl\]kYdYjaÂ&#x2026;$ ngaj]$\Yfk[]jlYafk[Yk$^gje]j []dmaimamfbgmjk]hgjl]jY[Yf\a\Yl dYj]hjak]\]nglj]]flj]hjak]& Dossier rĂŠalisĂŠ en collaboration avec la Chambre de MĂŠtiers et de lâ&#x20AC;&#x2122;Artisanat des Landes

9HHJ=FLAKK9?=

D]la[c]l_Y_fYflhgmjhjÂ&#x2026;hYj]j dĂ&#x152;Yn]faj\]nglj]]flj]hjak]

D

e gouvernement communique largement sur sa volontĂŠ dâ&#x20AC;&#x2122;accroĂŽtre le nombre dâ&#x20AC;&#x2122;apprentis. Le Parlement a adoptĂŠ, le 13 juillet, la proposition de loi sur le dĂŠveloppement de lâ&#x20AC;&#x2122;alternance et la sĂŠcurisation des parcours professionnels destinĂŠe Ă  accroĂŽtre le nombre dâ&#x20AC;&#x2122;apprentis de 600 0000 Ă  800 000 dâ&#x20AC;&#x2122;ici 2015. Des mesures favorables Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;apprentissage figurent dans cette loi et attendent les dĂŠcrets dâ&#x20AC;&#x2122;applications pour ĂŞtre pratiquĂŠes sur le terrain.

<]kYa\]kYmj][jml]e]fl hgmjdĂ&#x152;]flj]hjak] Des aides financières existent, dâ&#x20AC;&#x2122;une part pour vous inciter Ă  recruter un apprenti et compenser votre rĂ´le de formateur, dâ&#x20AC;&#x2122;autre part pour favoriser les conditions de vie matĂŠrielles du jeune. Explications dans les lignes qui suivent et Ă  titre dâ&#x20AC;&#x2122;exemplesâ&#x20AC;Ś O Vous pouvez percevoir jusquâ&#x20AC;&#x2122;Ă  8 000 â&#x201A;Ź dâ&#x20AC;&#x2122;aides pour un contrat de

)*

D]egf\]\]kYjlakYfkMk]hl]eZj]%g[lgZj]*())

M

9a\]k\]dĂ&#x152;zlYl

deux ans pour un jeune âgĂŠ de plus de 18 ans. O Le coĂťt mensuel moyen restant Ă  votre charge, dĂŠduction faite des aides financières, sera de 107 â&#x201A;Ź par mois pendant deux ans pour un apprenti dĂŠbutant son contrat Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;âge de 16 ans et hors convention particulière.

#

Af^g

Il existe toujours : O Lâ&#x20AC;&#x2122;exonĂŠration des cotisations sociales Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;exception de celles dues au titre des accidents du travail et des maladies professionnelles. O Le crĂŠdit dâ&#x20AC;&#x2122;impĂ´t de 1 600 â&#x201A;Ź par apprenti, pour les entreprises de moins de 11 salariĂŠs, et de 2 200 â&#x201A;Ź

KYdYaj]e]fkm]deafaeY`gjk[gfn]flagfk hYjla[mdaÂ&#x2020;j]k JÂ&#x2026;emfÂ&#x2026;jYlagf Ym)]jbmadd]l*())%`gjk[gfn]flagfk hYjla[mdaÂ&#x2020;j]k! KEA;`gjYaj]Zjml51 KEA;e]fkm]dZjml5)+.- hgmj+-``]Z\geY\Yaj]k! Contrat dâ&#x20AC;&#x2122;apprentissage

Salaire mensuel en % du SMIC 16-17 ans

18-20 ans

21 ans et plus

25 % / 341 â&#x201A;Ź

41 % / 559 â&#x201A;Ź

53 % / 723 â&#x201A;Ź

2 annĂŠe

37 % / 505 â&#x201A;Ź

49 % / 668 â&#x201A;Ź

61 % / 832 â&#x201A;Ź

3e annĂŠe

53 % / 723 â&#x201A;Ź

65 % / 887 â&#x201A;Ź

78 % / 1 064 â&#x201A;Ź

1re annĂŠe e

3

=FK9NGAJHDMK

;gflY[l]rd]k]jna[]]ehdga\]dY;E9Ym(--.111)((


ses en matière de bénéfices industriels et commerciaux. O Des aides complémentaires pour l’embauche de personnes handicapées. Néanmoins, l’aide de 1 800 € versée pour toute embauche supplémentaire d’un apprenti jusqu’en fin 2010 est supprimée depuis début 2011.

mation, quelle que soit sa situation sociale. Valable tant pour les internes que pour les externes, cette aide varie selon la distance parcourue et vaut pour chacun des stages, soit en moyenne une fois par mois.

3

6 à 25 km 26 à 50 km 51 à 75 km 76 à 100 km + de 100 km

=FK9NGAJHDMK

 gflY[l]rd]k]jna[]]ehdga ; \]dY;E9Ym(--.111)((

<]kYa\]k^afYf[a†j]k hgmjd]kYhhj]flak

s’il s’agit d’un apprenti reconnu travailleur handicapé qui bénéficie d’un accompagnement personnalisé. Attention, le crédit d’impôt ne profite pas aux entreprises imposées selon le régime des micro-entrepri-

Interne

Externe

> 32 € > 80 € > 121 € > 163 € > 300 €

140 € 353 € 600 €* 600 €* 600 €*

"Hjae]Y[[gj\…]k]md]e]flkad];>9f]\akhgk]hYk \Ì`…Z]j_]e]fl\…\a…gm\]hdY[]k\akhgfaZd]k&

O Aides du conseil régional d’Aquitaine L’apprenti touche un salaire (cf tableau ci-dessous) calculé sur les critères suivants : son âge, le métier, le diplôme préparé et l’année de formation. Le salaire de base est de 341 € par mois complété par des coups de pouce financiers. Le premier concerne le remboursement de ses déplacements depuis son domicile jusqu’au centre de for-

9a\]k\m[gfk]adj…_agfYd\Ì9imalYaf] • 400 € pour les entreprises de 10 salariés au plus. • 400 € pour l’embauche d’un apprenti en difficulté d’insertion (demandeur d’emploi, stagiaire de la formation professionnelle ou jeune issu d’un contrat aidé). • 400 € pour l’embauche d’une apprentie dans un métier masculin et vice-versa. • 400 € pour l’embauche d’un apprenti de 21 ans et plus au démarrage du contrat préparant un diplôme de niveau V (CAP), IV (BAC) ou III (BAC+2).

Les bonus sont cumulables et attribués une seule fois par contrat à l’issue des six premiers mois. Le contrat doit avoir une durée minimale de six mois et ne doit pas être rompu durant cette période. Un contrat conclu dans la même entreprise suite à l’échec à un examen n’ouvre pas droit à l’attribution de nouveaux bonus.

Prime

• 1 200 € par année de formation

Le contrat doit durer six mois au moins sauf s’il est conclu pour une suite de contrat, après rupture du contrat initial. Prime versée intégralement si le contrat n’est pas rompu avant la fin des cours ; sinon, prime versée au prorata du temps de présence.

Majorations

• 400 € pour la formation du maître d’apprentissage, majoration liée à la prime annuelle de 1re année. • 400 € pour la présentation à l’examen de l’apprenti, majoration liée à la prime annuelle de dernière année. • 40 €/jour dans une limite de 1 200 € par contrat pour compenser l’absence de votre apprenti dans le cadre de la mobilité internationale.

Le contrat doit durer six mois au moins sauf s’il est conclu pour une suite de contrat, après rupture du contrat initial. Il ne doit pas être rompu. Le versement de la majoration est lié au versement de la prime annuelle dont elle dépend : en cas de nonversement ou de versement partiel de la prime annuelle pour cause de rupture ou de non-assiduité, la majoration associée n’est pas due, sauf celle liée à la mobilité internationale

Bonus

)+

D]egf\]\]kYjlakYfkMk]hl]eZj]%g[lgZj]*())M


KLQD=

\]na]

Im][]kgalhgmj_Y_f]j\]fgmn]Ymp[da]flk$j…\maj] kY^Y[lmj]\̅d][lja[al…gmhYj[gfna[lagfhjg^gf\]$ d]kYjlakYfkkgfl\]hdmk]fhdmkfgeZj]mpljYnYadd]j \Yfkd]j]kh][l\]dÌ]fnajgff]e]fl&=fj…\makYfl d]mjk\…[`]lk$]fafn]klakkYfl\Yfk\]keY[`af]khdmk hjghj]kgm]fhjghgkYfl\]khjg\malk…[gdg_aim]k$ adk^gflhYjla]\]dYfgmn]dd][Yl…_gja] \̾YjlakYfk…[g%j]khgfkYZd]k¿&

L=F<9F;=

Adkhjgl†_]fldÌ]fnajgff]e]fl

! Ea]mp_…j]jk]k\…[`]lk Dans son garage de Vigny, Christophe Bourgeois a installé un local pour les déchets équipé d’une rétention maçonnée pour prévenir tout risque de fuite et pollution accidentelle. « Nous recyclons tout ce que nous pouvons, notamment l’huile de vidange », confie l’artisan. Gilberte Malgaroli, gérante du pressing Blanche Neige la lavandière à Gap a également investi pour polluer moins : « Depuis 1983, j’utilise une machine qui fonctionne en circuit fermé que j’ai complété en 2001 avec un système plus propre. Pour l’emballage des vêtements, je propose une alternative au plastique : le papier ». Et elle va même jusqu’à demander aux clients de lui ramener les cintres pour que ces derniers servent à nouveau. Le recyclage des déchets peut se faire directement au sein de l’entreprise comme c’est le cas chez Orlhac qui est spécialisé dans la menuiserie et la charpente. « Dès 1984, nous avons installé le chauffage grâce à la récupération de nos déchets, des copeaux de bois. Le reste est transformé en

),

D]egf\]\]kYjlakYfkMk]hl]eZj]%g[lgZj]*())

M

EYj[Jg[`] na]fl \ÌgZl]faj dYeYjim] ¾hjg\]dY h]j^gjeYf[] …f]j_…laim]¿&

granulés et en plaquettes à destination de chaufferies individuelles et collectives », raconte Jean-Pierre Orlhac, co-gérant de la société. Des investissements sont parfois nécessaires : « J’ai acquis une machine à nettoyer les pinceaux qui recycle les déchets de l’eau. Tout cela se fait en circuit fermé pour éviter toute pollution », signale Marc Roche, à la tête d’une entreprise de plâtrerie et peinture, tout récemment devenu un pro de la performance énergétique ® . Quant à l’imprimerie Garet, elle est depuis longtemps impliquée dans cette démarche : « Je recycle mes déchets depuis 1982 », indique Yannick Garet. Il ne s’est pas arrêté là puisqu’il vient d’obtenir le label Imprim’vert : « Nous utilisons de l’encre sans plomb, du papier essentiellement PEFC. C’est ma conscience qui me dicte ces choix et puis, c’est agréable de travailler dans une imprimerie qui ne sent pas », soutient-il.

! Daeal]jkY[gfkgeeYlagf Pour limiter au maximum son impact sur l’environnement, Hervé Piault, gérant d’AcroTerre, va même jusqu’à organiser le covoiturage de ses salariés avec le véhicule de l’entreprise. Mais pas seulement, chaque dépense d’énergie est étudiée de près : « Il y a

un système qui coupe automatiquement les machines de 18h30 à 7h30. » De son côté, Christophe Bourgeois, a installé un système de chauffage en géothermie pour son entreprise. « Nous sommes dans le Vexin au cœur du Parc naturel régional, il nous semblait donc évident de travailler en respectant cet environnement exceptionnel », confie-t-il. Dans le même esprit, il propose à ses clients le prêt de vélos électriques lorsque leur véhicule doit rester au garage. En matière de consommation d’énergie, Martine Augizeau est une championne puisqu’elle cuit ses confitures dans un four solaire ! « J’ai toujours été sensible à l’environnement et lorsque j’ai découvert la cuisson solaire en Allemagne, j’ai tout de suite été séduite. » Tous ses choix sont motivés par le développement durable puisqu’elle ne se fournit que chez des producteurs locaux et réutilise l’eau de lavage des fruits pour son jardin. « Les déchets de fruits, quant à eux, servent de compost », ajoute-t-elle.

;E9++%Egj_Yf:Yaddgf

L

rier ses déchets, réduire sa consommation d’énergie, utiliser des matériaux moins polluants ou recyclés, vendre des produits écologiques… il y a de nombreuses manières de travailler en se souciant de son impact sur l’environnement. Et c’est le choix que fait un nombre grandissant d’artisans issus de secteurs très divers. En règle générale, la première action mise en place est le tri des déchets.

=feYla†j]\][gfkgeeYlagf\̅f]j_a]$ EYjlaf]9m_ar]Ym]klmf][`Yehagff] hmakimÌ]dd][malk]k[gf^almj]k\Yfk mf^gmjkgdYaj]


D ÌzL9L=PHzJAE=FL= DÌ9>>A;@9?==FNAJGFF=E=FL9D ! Eak]j)((kmjd]

\…n]dghh]e]fl\mjYZd] Construire des maisons qui respectent l’environnement, c’est le choix que font certaines entreprises du bâtiment. « Nous concevons des maisons à haute performance thermique. Les parois ossature bois sont produites dans l’entreprise et permettent l’assemblage automatique des murs en atelier. Grâce à ce procédé, nous pouvons diminuer les pertes thermiques liées à la pose des menuiseries », révèle Jean-Pierre Orlhac. Hervé Piault, gérant d’Acroterre, qui conçoit également des maisons en bois, apporte un soin tout particulier au choix des produits utilisés pour ses chantiers : « Nous n’utilisons pratiquement que des matériaux d’origine végétale, recyclés ou non. Les bois choisis sont naturellement résistants et ne nécessitent aucun traitement. De plus, ils sont d’origine française tout comme les isolants. »

<J

¾D]hgl]fla]d [da]fl]kl [gfka\…jYZd] []h]f\Yflfgmk eYfimgfk\] hjg^]kkagff]dk dYZ]ddak…k$ad^Yml ]f^gje]jhdmk¿$ j]eYjim]B]Yf% EYja];Yjlgf$ )]jna[]% hj…ka\]fl\]dY ;Yh]Z&

! K]^gje]jhgmj

k]\…eYjim]j

Dans le secteur du bâtiment, la notion de performance énergétique est devenue incontournable. Les organisations professionnelles ont donc lancé des formations pour permettre aux professionnels d’être compétents sur cette question. Le label éco-artisan lancé par la Capeb (Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment) en 2007 regroupe aujourd’hui environ 2 200 professionnels. « Nous avons formé pas moins de 5 000 entreprises et le taux d’échec à l’examen final est de 18 % à peu près », précise JeanMarie Carton, 1 er vice-président de la

<]hmakd])]jbmadd]l$dÌzlYlYdYf[…dÌ]ph…jae]flYlagf\]dÌY^^a[`Y_] ]fnajgff]e]flYdkmj)(((hjg\malk\]_jYf\][gfkgeeYlagfhgmjmf] Yff…]Ymegafk&Adk]hj…k]fl]kgmkdY^gje]\Ìmf]…laim]ll]ima\…lYadd] dÌaehY[l…[gdg_aim]\mhjg\malkmjd][daeYl$dÌ]Ym$dÌYajgmdYZag\an]jkal…& Hdmk\]).(]flj]hjak]kakkm]k\]k][l]mjk\an]jk Ydae]flYaj]$hjg\malk \Ì`q_a†f]$`YZadd]e]fl$…imah]e]flk…d][ljaim]kgm…d][ljgfaim]k$egZada]j$ hjg\malk\][gfkljm[lagfÀ!k]kgflhgjl…]kngdgflYaj]khgmjdYf[]j dÌ]ph…jae]flYlagf&DYdga?j]f]dd]*hj…ngal]fkmal]dYj]eak]\ÌmfjYhhgjl \̅nYdmYlagfYmHYjd]e]fl&;Ì]klkmj[]ll]ZYk]im]dY_…f…jYdakYlagf \]dÌY^^a[`Y_]hgmjjYal‡lj]\…[a\…]&

Capeb et artisan plombier/chauffagiste. « La grande difficulté pour les éco-artisans porte sur l’évaluation des pathologies d’un bâtiment. 40 % des professionnels labellisés ont du mal à la mettre en œuvre. C’est pourquoi, c’est le point sur lequel nous travaillons actuellement. » Grâce aux moyens de communication mis à disposition des artisans (autocollants, logos…), les éco-artisans peuvent se démarquer des autres professionnels. Ils sont référencés sur le site Internet et les clients peuvent les trouver grâce à la géolocalisation. Pour développer le potentiel du label, la mise en place d’offres globales est à l’étude « Cela permettrait d’officialiser les groupements d’entreprises déjà existants qui proposent un contrat d’éco-restauration complet ». La marque « Les pros de la performance énergétique » est quant à elle proposée par la FFB (Fédération française du bâtiment) aux professionnels désireux de valoriser leurs savoir-faire techniques en la matière. Grâce aux formations Feebat, ils sont préparés à aborder le marché de la rénovation énergétique. Également signataire de la charte « Bâtir avec l’environnement », les pros de la performance énergétique disposent d’un kit de communication pour donner de la visibilité à leur engagement.

respecter des normes en la matière. Pour les clients particuliers, cela reste plus timide. Certains viennent pour la composante écologique mais elle implique des surcoûts qu’ils ne sont pas toujours prèts à payer », poursuit Hervé Piault. Si l’argument vert peut donner envie de contacter l’entreprise, d’autres facteurs sont réellement décisifs : « Les clients savent que nous sommes soucieux des questions environnementales grâce au logo Imprim’vert présent sur les devis et les factures. Mais ils viennent d’abord pour le prix, notre réactivité et la qualité de notre travail », relativise Yannick Garet. Dans le bâtiment, les éco-artisans sont déjà victimes de leur succès : « Le potentiel client est considérable cependant nous manquons de professionnels labellisés, il faut en former plus », remarque Jean-Marie Carton, 1 er vice-président de la Capeb. Pour Marc Roche, la marque Pro de la performance énergétique lui permet de se démarquer de la concurrence. « Les clients nous choisissent parfois pour cela, mais la question du prix reste centrale. L’argument développement durable n’est pas toujours suffisant ». B.C.

! D]hjapj]kl]\…l]jeafYfl

hgmjd]k[da]flk

La préoccupation écologique des entreprises artisanales peut être un moyen de se démarquer et attirer une nouvelle clientèle, cependant ce n’est pas un critère décisif pour le choix final. « Pour l’instant, ce sont plutôt les collectivités qui sont sensibles à notre démarche. Car elles doivent

¾FgmkfÌmladakgfkhjYlaim]e]flim] \]keYl…jaYmp\Ìgja_af]n…_…lYd]$ j][q[d…kgmfgf&D]kZgak[`gakakkgfl fYlmj]dd]e]flj…kaklYflk]lf] f…[]kkal]flYm[mfljYal]e]fl&¿ @]jn…HaYmdl$_…jYfl\Ì9[jgl]jj]&

)-

D]egf\]\]kYjlakYfkMk]hl]eZj]%g[lgZj]*())M


EDF SA au capital de 924 433 331 € – 552 081 317 RCS PARIS – Siège social : 22-30, avenue de Wagram 75008 Paris – Photo : © G. de Boismenu

Catherine et Damien veulent plus de

performance dans leur activité.

Nous les accompagnons choix énergétiques.

EVL défie l’impossible Location – Vente – Montage Matériel d’accès et levage Echafaudages tubulaires Echafaudages volants - roulants Ascenseurs de chantier Plate-forme à crémaillère S.A.V et dépannage de chantiers Etudes et réalisations spéciales ZI de la Mouline - 12 Rue des Frères Lumière - 33560 Carbon-Blanc

Tél : 05 56 06 92 63 – Fax : 05 56 06 99 08

* Prix d’un appel local sauf surcoût imposé par votre opérateur de téléphonie.

dans leurs

ECHAFAUDAGES

e-mail : evlsecretariat@orange.fr - Site internet : www.evl-echafaudages.com

HgmjhYkk]jnglj]hmZda[al… \YfkD=EGF<=<=K9JLAK9FK$ [gflY[l]r2 D=EGF <= <=K  

jlakYfk 

= D=EGF< <=K





 

D=EGF< l = jf]e]flakkY_]H&/ <=K D]_gmn] dÌYhhj]f Zggkl] @Ymkk]\] keYla†j]k

Pour tous les professionnels, comme pour Catherine et Damien restaurateurs à Paris 18e, la recherche d’efficacité est une préoccupation

jlakYfk

zLA=JK

KD=KE

AJ<9F

JzMKK

<J==L

=HJ=F

;Jz=J$=FLJ

jlakYfk

hj]ea†j]k

D]kYjlakYf ljafim]fl k

quotidienne. EDF Pro les accompagne dans cette démarche en les conseillant sur des solutions économes en énergie (en matière d’éclairage, de climatisation réversible, de chauffage...) qui les aident à gagner en performance et à développer leur activité.

H&*1

D]kJ]f \]dÌYhh [gflj]kk…fY lg j]flakkY gja jaY aY Yddd] d]k ]k H&, _]

L@A=JJQBGFIMAàJ=K

<AJ=;L=MJ<=HM:DA;ALz LzD2(.**.1+(**

KLQD=<=NA=

9JLAK9FK= LzDMK H&), 9KKMJ9F;=K =KHJG HJG>= G>=K KKAGFF KAGF AG GFF=D

Contactez EDF Pro au 0810 333 776* ou rendez-vous sur edfpro.fr

HD9;=RNG =DD=K NGK? D=K K?9J ?9 9J9 9J KGMKKMJN J9 9FLA= FLA=K K JN=AD =ADD9 DD9 DD D9 9F 9F F;= ;= H&)/ ;=H &)/

… YYffgf[ ] kkY_ hmZdaim] fl\]dYJ… f[]jdÌYhhj]fla D]hj…ka\] khgmjj]dY :gZa_fq \]ke]kmj]nakal]Ym;>9\] ala^ akhgk dgjk\Ìmf]k\]jfa]j&D]\ ]fl d]) eYj _]]klfglYee r…jg[`Yj lhgmjmfYf& j][gf\ma

A<9JALz MF=KGD HGJL= IMAKÌ=P

L’énergie est notre avenir, économisons-la !

 GAF<J= AIM=RÂE =9MP MKLQD=<= ;GEEMF NA= JzK Ü;=9MP ADKHJG Là?=FL ;GéL?J DÌ=FNAJ H&*1GFF=E =FLH&), KG;A9MP

GHAFAGF

F9<AF=EGJ9 =LDÌ=EHDGA<=FG KB=MF=KH&,.

H&).

;z<JA;BGFIMAàJ=K

;@=><=HM:DA;ALz LzD2(.)(+,0)++

# 9Zgff]r%ngmkYmEgf\]\]kYjlakYfk

:mdd]lafj]fngq]jYn][nglj]j†_d]e]fl9L;&K]jna[]YZgff]e]flk&

9Zg *+jm]<mhgfl%\]k%Dg_]k&-/(((E]lr&>Yp2(+0/.1)0),& 

D=EGF<= <=K

 





 

D=EGF<= <=K

jlakYfk ;Jz=J$=FLJ=HJ=F<J==LJzMKKAJ<9FKD=KEzLA=JK



 





 

D=EGF<= <=K

jlakYfk ;Jz=J$=FLJ=HJ=F<J==LJzMKKAJ<9FKD=KEzLA=JK

=AJD



 





 

D=EGF<= <=K

jlakYfk ;Jz=J$=FLJ=HJ=F<J==LJzMKKAJ<9FKD=KEzLA=JK



 

D]kYjlakYfk ljafim]fl

;GF;GMJK MF<=KE=ADD=MJK 9HHJ=FLAK<=>J9F;=H&+,

MF=KGDA<9JALz IMAKÌ=PHGJL= H&).

:ae]klja]df˜0+œbmadd]l%Yg•l*())œ)`

FGMN=9M D D]egf\]\]kYjlakYfko]Zln2 ooo&qgmlmZ]&[ge'mk]j' d]egf\]\]kYjlakYfkln

D]hj…ka\]fl\]dYJ…hmZdaim]YYffgf[… \]ke]kmj]khgmjj]dYf[]jdÌYhhj]flakkY_] dgjk\Ìmf]nakal]Ym;>9\]:gZa_fq d])]jeYjk\]jfa]j&D]\akhgkala^ r…jg[`Yj_]]klfglYee]fl j][gf\malhgmjmfYf&

;GEEMFAIM=RÂEGAF<J= ;GéL?JÜ;=9MPJzK=9MP KG;A9MPH&*1

D]kJ]f[gflj]kk…fYlgjaYd]k \]dÌYhhj]flakkY_] H&,

FGMN=9M D]egf\]\]kYjlakYfk D]egf\]\]kYj ' o]Z2ooo&qgmlmZ]&[ge o]Z 2ooo&qgmlm k mk]j'd]egf\]\]kYjlakYf mk]j'd]egf\]\]k

:ae]klja]df˜0,œk]hl]eZj]%g[lgZj]*())œ)`

H&*1

:ae]klja]df˜0*œeYa%bmaf*())œ)`

:ae]klja]df˜0)œeYjk%Ynjad*())œ)`



@Ymkk]\]keYla†j]khj]ea†j]k

H&)(

D9?=KLAGFHJzNAKAGFF=DD= <=K=EHDGAK=L <=K;GEHzL=F;=KH&*1

 

;Jz=J$=FLJ=HJ=F<J==LJzMKKAJ<9FKD=KEzLA=JK

D]_gmn]jf]e]fl Zggkl]dÌYhhj]flakkY_]H&/

Nglj]hYljaegaf] h]jkgff]dhjgl…_…



jlakYfk

D]hjap\]keYla†j]k hj]ea†j]kfÌ]fÕfalhdmk \]_jaeh]j&D]kYjlakYfk kgflaehY[l…k&Ka[]jlYafk h]mn]flj…h]j[ml]j dY`Ymkk]kmjd]mjk[da]flk$ \ÌYmlj]kf]kgflhYk ]fe]kmj]\]d]^Yaj] ]lYkkme]flk]mdk[]k af[]kkYfl]kÖm[lmYlagfk&

KLQD=<=NA=

9KKMJ9F;=KHJG>=KKAGFF=DD=K

KLQD=<=NA=

GHAFAGF

9JLAK9FK=LzDMK H&),

HD9;=RNGK?9J9FLA=K KGMKKMJN=ADD9F;=H&)/

ADKHJGLà?=FL DÌ=FNAJGFF=E=FLH&),

F9<AF=EGJ9FG =LDÌ=EHDGA<=KB=MF=KH&,.

Gma$b]eÌYZgff]YmEgf\]\]kYjlakYfkhgmj\]mpYfk )*fme…jgk!YmlYja^hj…^…j]fla]d \]0]mjgk Ymda]m\])*]mjgk"! Hj…fge&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&& Fge&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&& Hjg^]kkagf&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&& FgeZj]\]kYdYja…k&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&9\j]kk]&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&& &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&& L…d…h`gf]&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&>Yp&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&& =%eYad&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&& "Hjap\]n]fl]Ymfme…jg&G^^j]nYdYZd]bmkimÌYm+)')*'*())&LYja^\ÌYZgff]e]fl)Yf$>jYf[]2.]mjgk&=fYhhda[Ylagf\]dYdgaf˜/0%)/\m.bmaf)1/0$ ngmk\akhgk]r\Ìmf\jgal\ÌY[[†k]l\]j][la^a[YlagfYmpaf^gjeYlagfkngmk[gf[]jfYflj]hjg\mal]k[a%\]kkmk&DE9ngmkhj…[ak]imÌ]dd]kkgflf…[]kkYaj]k YmZgfljYal]e]fl\]nglj]YZgff]e]fl&




9dgjkim]d]k9kkak]kfYlagfYd]k \]dYkgmk%ljYalYf[]af\mklja]dd] \gan]flk]l]faj]fg[lgZj]hjg[`Yaf$ dYkalmYlagf\]k]flj]hjak]kYjlakYfYd]k kgmk%ljYalYfl]k]kl[jalaim]& ;gf^jgfl…]k\]khjgZd†e]k kh…[a^aim]kda…kdY\…h]f\Yf[] nak%%nak\]d]mjk\gff]mjk\Ìgj\j]k$ ]dd]k\gan]flY[[]hl]jd]k[gf\alagfk imad]mjkgflaehgk…]kkYfkj…]dd] hgkkaZadal…\]f…_g[aYlagf2\…dYak lj†k[gmjlk$j…\m[lagf\m[Yjf]l\] [geeYf\]kgm]f[gj]fgfj]kh][l \]k\…dYak\]hYa]e]flÀ

 K]Yf?dY\o]dd

z [dYajY_]

Dossier réalisé par Barbara Colas

=FIMÝL=

9m[Æmj\]dYkgmk%ljYalYf[]

 Mgdaj

D

es entreprises artisanales sous-traitantes ont, comme les autres, des clients dont elles dépendent, cependant le rapport de force est de façon disproportionnée en faveur de ces derniers. Cette situation permet aux donneurs d’ordre d’imposer leurs conditions. C’est donc une pression importante qui pèse sur les épaules de ces artisans : « Il est courant qu’une entreprise artisanale de sous-traitance se retrouve en situation de dépendance face à un donneur d’ordres, ce qui menace sa survie », déclare Alain Griset, président de l’APCMA. La crise étant passée par là, la situation est devenue encore plus tendue avec la réduction des carnets de commandes et le non-respect des délais de paiement, quand ce n’est pas carrément un arrêt de la demande. « Dans les cas de délocalisation des commandes au profit d’entreprises étrangères ou de difficultés économiques importantes des donneurs d’ordre, c’est l’entreprise artisanale qui est directement impactée. Dans ce cas précis, le statut de l’EIRL (entrepri-

¾Ad]kl[gmjYflimÌmf]]flj]hjak]YjlakYfYd] \]kgmk%ljYalYf[]k]j]ljgmn]]fkalmYlagf \]\…h]f\Yf[]^Y[]mf\gff]mj\Ìgj\j]k$ []imae]fY[]kYkmjna]¿$\…[dYj] 9dYaf?jak]l$hj…ka\]fl\]dÌ9H;E9&

se individuelle à responsabilité limitée), en vigueur depuis janvier 2011, contribuera à protéger le chef d’entreprise », souligne Alain Griset. Souvent tributaires de grands groupes industriels, les entreprises soustraitantes n’ont pas d’autre choix que d’accepter les conditions de ces derniers. « Ma clientèle est composée d’une quarantaine d’industriels, 90 % sont de grands groupes, cela représente 80 % de mon chiffre d’affaires », raconte Stéphane Mandart, gérant d’AT Soudeur dans le Var. C’est pour cette raison que certains artisans changent leur fusil d’épaule et modifient leur stratégie : « Nous avons fait en sorte de ne pas avoir des clients de plus en plus gros mais de plus en plus petits. Ces derniers n’ont pas d’autres solutions que nous, c’est plus sûr. Et si on en perd un, cela ne met pas en péril la survie de l’entreprise », explique Yann Fèvre, gérant de l’entreprise Emile Janique, basée à Lyon, qui réalise des soufflets en cuir. « L’entreprise compte environ 3 500 clients sur quatre ans avec 2 000 euros en moyenne de fac-

)/

D]egf\]\]kYjlakYfkMk]hl]eZj]%g[lgZj]*())M


z [dYajY_] ®®®

turation », ajoute-t-il. Pour Daniel Morizot, directeur de PIM développement, qui fabrique des vêtements de protection individuelle, la logique est la même : « On évite qu’un donneur d’ordre puisse représenter plus de 10 % de notre chiffre d’affaires ».

¾Ýlj]j…Y[la^$[Ì]kl[]ima^YaldY^gj[] \]dÌ]flj]hjak]¿$]phdaim] Kl…h`Yf]EYf\Yjl&

J…\m[lagf\]k[Yjf]lk \][geeYf\]k « Étant donné le manque d’organisation du marché, les entreprises artisanales éprouvent des difficultés à anticiper les commandes de leurs donneurs d’ordres. Il faut impérativement quitter ce mode de relations et fonctionner par l’intermédiaire de contrats commerciaux sur des quantités de pièces et pour une durée déterminée. Chaque partie serait

gagnante », souligne Alain Griset, président de l’APCMA. C’est effectivement la question des délais qui pose actuellement des problèmes aux entreprises sous-traitantes : « Depuis quelques années, nous n’avons plus de délais. Avant les carnets de commandes étaient de trois voire quatre mois, désormais ils sont de deux mois seulement. Cela crée des tensions avec les clients qui subissent la même chose avec leurs propres clients », signale Abel Dos Anjos, à la tête d’AS Serrurerie, entreprise de mécano soudure pour l’industrie aéroportuaire. Alors que les délais pour les commandes se raccourcissent, ce n’est pas vraiment le cas des délais de paiement. « Une des plus grosses difficultés à laquelle l’entreprise doit faire face est la sécurisation des paiements. Le délai de 45 jours n’est pas respecté. J’ai des paiements à 8 mois qui provoquent des problèmes d’affacturage, cela revient très cher » précise Stéphane Mandart. Sentant que depuis la crise, le rapport de force est en leur faveur, certains donneurs d’ordre se permettent donc d’exiger des délais d’exécution très courts, de retarder leur

¾FgmkYngfk^Yal]fkgjl]\]hYkYngaj \]k[da]flk\]hdmk]fhdmk_jgkeYak \]hdmk]fhdmkh]lalk&=lkadÌgffÌ]fh]j\ mf$[]dYf]e]lhYk]fh…jaddYkmjna] \]dÌ]flj]hjak]¿$]phdaim]QYff>†nj]$ _…jYfl\]dÌ]flj]hjak]=ead]BYfaim]&

paiement, mais pas seulement : « On essaie également de nous faire prendre tous les risques industriels. Le donneur d’ordre possède les outils mais vous passe commande car cela comporte trop de risques », ajoute le gérant d’AT Soudeur.

J][jml]e]fl Comme la plupart des artisans, les sous-traitants ont du mal à recruter. C’est d’autant plus problématique qu’elles doivent faire face à des variations d’activité importante qui leur impose d’avoir des salariés compétents en nombre important. Une solution peut être le prêt de maind’œuvre (voir encadré). « Cela devient impossible, confime Stéphane Mandart,

 Kl]^Yf9f\jgfY[`]

¾Mf]\]khdmk_jgkk]k\a^^a[mdl…kdYim]dd]dÌ]flj]hjak] \gal^Yaj]^Y[]]kldYk…[mjakYlagf\]khYa]e]flk& D]\…dYa\],-bgmjkfÌ]klhYkj]kh][l…&BÌYa\]khYa]e]flk 0egakimahjgngim]fl\]khjgZd†e]k\ÌY^^Y[lmjY_]$ []dYj]na]fllj†k[`]j¿$hj…[ak]Kl…h`Yf]EYf\Yjl&

)0

D]egf\]\]kYjlakYfkMk]hl]eZj]%g[lgZj]*())

M


3&"%:/&5

7053&4*5&&/-*(/&&/26&-26&4$-*$4 $IF[ OPVTQFOTPOTRVFDIBRVFFOUSFQSJTFEPJUQPVWPJS CÏOÏmDJFSEVOTJUF8FCËTPOJNBHF$FTUQPVSRVPJOPVTBWPOT DPOÎV3FBEZ/FU1SP(SÉDFËEFTNPEÒMFTBEBQUÏTËQMVTEF TFDUFVSTEBDUJWJUÏ WPVTPCUFOF[VOTJUFEFRVBMJUÏFOUJÒSFNFOU QFSTPOOBMJTBCMF NÐNFTBOTBVDVOFDPOOBJTTBODFFOQSPHSBNNBUJPO 7PVTEJTQPTF[EFUPVUDFEPOUWPVTBWF[CFTPJOQPVSWPUSFTVDDÒT FOMJHOFVOFNVMUJUVEFEFEFTJHOT EFTUFYUFTFUJNBHFTQSÏEÏmOJT  VOFBESFTTF*OUFSOFU EFTFNBJMTQSPGFTTJPOOFMTy 1MVTEFVUJMJTBUFVSTEÏKËDPOWBJODVT 1PVSRVPJQBTWPVT

1-64%& 4&$5&634%A"$5*7*5²

6/&*/'*/*5²%&

1044*#*-*5²4y

"QQFMF[OPVTBV OPOTVSUBYÏ

XXXBOEGS


z [dYajY_] ®®®

je pourrais avoir une entreprise de 10 personnes mais je ne trouve pas le personnel qualifié. Il faut également reformer les gens mais il n’y a pas de subventions pour la formation ». Pour Abel Dos Anjos, d’AS Serrurerie, « il y a de vrais problèmes de recrutement car les professionnels compétents sont introuvables ». « En matière de personnel, de nombreux chefs d’entreprises rencontrent des difficultés à recruter des employés qualifiés, cela pour plusieurs raisons. Les entreprises travaillant pour la sous-traitance souffrent d’un déficit d’image et le regain d’activité, qui caractérise actuellement ce secteur, n’est pas assez mis en valeur pour attirer les collaborateurs dont il a besoin. De plus, les jeunes formés par les entreprises artisanales sont très souvent « recrutés » par les grandes entreprises », explique Alain Griset. Une situation récemment vécue par le dirigeant d’AT soudeur : « J’ai formé un jeune en apprentissage, je voulais l’embaucher mais il a préféré partir dans une grosse entreprise », relate Stéphane Mandart.

Mf]j…Y[lanal…af\akh]fkYZd] Pour être certaines de conserver leurs commandes, les entreprises a rt i s a n a le s s o u s - trai tante s doi vent être extrêmement réactives. Stéphane Mandart, l’a bien compris : « La contrainte impérative pour garder ma clientèle c’est le délai. C’est pour cette raison que je suis ouvert 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Si un client nous appelle en pleine nuit pour une fuite, on intervient immédiatement. Être réactif, c’est ce qui fait la force de l’entreprise. Mais cela représente de grosses contraintes pour nous car on doit également gérer des projets sur le long terme dans le même temps ». À force de persévérance et de patience, le chef d’entreprise a même réussi à imposer ses délais pour les commandes : « le problème, c’est qu’au départ, ils voulaient la même réactivité sur les fabrications

*(

D]egf\]\]kYjlakYfkMk]hl]eZj]%g[lgZj]*())

M

des pièces mais ce n’est pas possible. Depuis un semestre, j’arrive à imposer mes délais. J’ai pu me le permettre car je n’ai pas trop de concurrents, et il y a la qualité du travail et le prix, bien sûr », précise-t-il. « La 1 re année de création de l’entreprise, j’ai bénéficié de l’Accre [L’aide aux demandeurs d’emploi créant ou reprenant une entreprise consiste en une exonération de charges sociales pendant un an], j’ai pu donc proposer des prix très intéressants et ils ne l’ont pas oublié. » La question du prix est également centrale pour Abel Dos Anjos d’AS Serrurerie : « Quand l’acier a augmenté il y a quelques années, on a maintenu nos prix : donc on ne nous demande pas de baisser aujourd’hui » raconte-t-il. Mais cela n’est pas suffisant, il plaide lui aussi pour la réactivité : « Pour garder nos clients, il faut résoudre le problème en 48 heures maximum. » Il y a autre chose que l’artisan ne néglige pas c’est le rapport de proximité avec ses clients « Il faut établir une véritable relation de confiance. On a la chance d’être proches de nos clients, quand il y a un souci, on passe beaucoup de temps auprès d’eux, c’est primordial ».

Ljgmn]j\]fgmn]YmpeYj[`…k Pour assurer la pérennité de leur activité, les entreprises de soustraitance sont parfois obligées de trouver de nouveaux marchés. « La fidélisation des collaborateurs sera plus naturelle lorsque les entreprises seront mieux structurées et que leur développement sera assuré par des actions de diversification des marchés », soumet le président de l’APCMA. C’est le constat qu’a également fait Yann Fèvre, gérant d’Emile Janique, qui produit des soufflets en cuir. « Face à la disparition de certains clients, nous devons nous tourner vers de nouveaux marchés : l’aéronautique et la maroquinerie de luxe. » Cette prospection l’a même amené à réfléchir plus encore sur son métier et il a engagé une action d’information en partenariat avec le CTC (Centre technique du cuir) : « Les écoles d’ingénieur ne font plus travailler les élèves sur le cuir alors que c’est un matériau moderne avec de nombreuses qualités. Il doit retrouver sa place dans les matériathèques. De plus, le cuir est un déchet. À l’heure des préoccupations écologiques, il faut le valoriser ».


3&"%:/&5

3&"%:/&5130 4ÏMFDUJPOOF[WPUSFTFDUFVSEBDUJWJUÏ JOEJRVF[WPTDPPSEPOOÏFTFU DIPJTJTTF[VOFDPVMFVSEPNJOBOUF$FTUUFSNJOÏ7PUSFTJUFFTUHÏOÏSÏ FUDPOUJFOUEÏKËEFTUFYUFTFUJNBHFTBEBQUÏTËWPUSFFOUSFQSJTF 7PVTQPVWF[FOTVJUFNPEJmFSFUQFSTPOOBMJTFSWPUSFTJUFËUPVUNPNFOU 4FVMFVOFDPOOFYJPO*OUFSOFUTVGmU"WFD3FBEZ/FU1SP DFTUBVTTJ TJNQMFRVFDFMB -BESFTTF*OUFSOFUEFWPUSFTJUFFTUÏHBMFNFOUJODMVTF

&44"* (3"56*5 NPJTEFTTBJHSBUVJUQVJT Ļ)5NPJT

$MJRVF[TVSMB[POFEFUFYUFFUNPEJmF[ MFDPOUFOVFOVOUPVSEFNBJO ABITA Architecture est une entreprise familiale fondée en 1985. Nous réalisons tous vos projets de construction, de la maison individuelle au bâtiment industriel.

"KPVUF[WPTJNBHFT FORVFMRVFTDMJDT TFVMFNFOU

$IBOHF[JOTUBOUBOÏNFOU EFDPVMFVS

"QQFMF[OPVTBV OPOTVSUBYÏ

XXXBOEGS

1FOEBOUMFNPJTEFTTBJHSBUVJU SÏTJMJBUJPOQPTTJCMFËUPVUNPNFOU TBOTGSBJT"MJTTVFEVNPJTEFTTBJ MBEVSÏFNJOJNVNEFOHBHFNFOUFTUEFNPJT3FBEZ/FU1SPFTUBMPSTBVQSJYIBCJUVFMEF Ļ)5NPJT  Ļ55$NPJT $POEJUJPOTEÏUBJMMÏFTTVSOPUSFTJUF*OUFSOFU


z [dYajY_]

;AFIIM=KLAGFKÂÀ

Im]dd]khjYlaim]kYZmkan]k gZk]jn]%l%gf]f[gj]Ymbgmj\Ì`ma \Yfkd]kj]dYlagfk]flj] ]flj]hjak]kkgmk%ljYalYfl]k ]l\gff]mjk\Ìgj\j]k7 Nous avons à cette date, décelé 36 mauvaises pratiques qui sont toutes des entorses à la loi. On peut en quelque sorte dresser un « top ten » des mauvaises pratiques les plus courantes : vol de propriété intellectuelle, désengagement brutal, modification unilatérale du contrat, non-respect des délais de paiement, modification des modalités de commandes, nonrespect des délais de livraison, prise illégale d’intérêt, fixation des prix, défaut d’information du fournisseur en cas de litige…

Âimgak]jldYe…\aYlagf hgmjd]k]flj]hjak]k]l[gee]fl ^gf[lagff]%l%]dd]7 Il est vital de briser la loi du silence qui oppresse nos entreprises. TPE et PME ont tout intérêt à cesser d’avoir peur de révéler les mauvaises pratiques qu’elles subissent au quotidien, mais elles doivent aussi se sentir libres d’imposer le respect auquel elles ont droit. Le processus de médiation doit devenir un réflexe naturel à partir du moment où une société rencontre des difficultés relationnelles/contractuelles avec son client ou son fournisseur. Un médiateur peut intervenir dans

**

D]egf\]\]kYjlakYfkMk]hl]eZj]%g[lgZj]*())

M

 >jYf„gak?ajYj\

B]Yf%;dYm\]Ngdgl$ e…\aYl]mjfYlagfYd \]dYkgmk%ljYalYf[] D =K9KKAK=KF9LAGF9D=K <=D9KGMK%LJ9AL9F;=AF<MKLJA=DD= D]k*(]l*)g[lgZj]*())hjg[`YafdY;al…\]k;gf_j†k\]Dqgf$ +(([`]^k\Ì]flj]hjak]k\]kgmk%ljYalYf[]$\]kj]khgfkYZd]k\]_jYf\k _jgmh]k\gff]mjk\Ìgj\j]k]l\]kj]hj…k]flYflk\]khgmngajkhmZda[k Ykkakl]jgflYmphj]ea†j]k9kkak]kfYlagfYd]k\]dYkgmk%ljYalYf[] af\mklja]dd]&

le cadre d’une médiation individuelle ou collective (si plusieurs demandes de médiation sont convergentes au sein d’un même secteur – le médiateur peut aussi intervenir à la demande d’un syndicat ou d’une fédération professionnelle). Pour saisir la médiation, il suffit de déposer un dossier en ligne sur le site www. mediateur.industrie.gouv.fr. Ce dispositif de médiation est totalement gratuit et confidentiel. Un médiateur régional contacte le demandeur dans les deux jours suivants afin de définir un schéma d’actions (il existe aujourd’hui 25 médiateurs régionaux).

¾Ad^Yml\…kgjeYak hYkk]j\]dYl`…gja] dYhjYlaim][Yj ad]fnY\]dYkmjna] \]fglj]lakkm af\mklja]d¿

Dans le cadre des dossiers de médiation que nous traitons, bien souvent, à l’issue, les relations commerciales se trouvent renforcées. Le rôle du médiateur est d’abord d’assurer le lien entre clients et fournisseurs afin de permettre une coopération optimale et humaine. Par ailleurs, il doit rapprocher les points de vue afin que les parties parviennent elles-mêmes à un accord commun. En aucun cas le médiateur ne prend partie, ni même se positionne comme juge, avocat ou arbitre.

H]fk]r%ngmkimÌad^Yadd] ]fnakY_]j\]k…ngdmlagfk hYjjYhhgjldYdga\])1.-$ fglYee]flhgmjea]mp ]f[Y\j]j[]jlYafkhgaflk \]kj]dYlagfkafl]j]flj]hjak]k7 Par lettre du 22 juin 2010, le ministre chargé de l’Industrie et le Secrétaire d’État chargé du Commerce, de l’Artisanat, des Petites et Moyennes En tr ep r is es , d u To u r is m e , de s Services et de la Consommation, m’ont demandé d’examiner les pra-


tiques au regard des règles du droit et d’étudier l’opportunité d’engager une modification de la législation. Il s’avère que le dispositif juridique français applicable aux relations client fournisseur est déjà abondant : Code Civil, loi de 1975, articles L. 441-6 et L. 442-6 du Code de Commerce pour l’essentiel interdisent d’ores et déjà la plupart des mauvaises pratiques dont j’ai eu connaissance jusqu’à présent. Le problème est donc avant tout de faire appliquer la loi.

NgmkYn]raf\aim…ngmdgaj j…%`meYfak]jdYj]dYlagf[da]fl' ^gmjfakk]mj]lfglYee]flngmk afkhaj]j\meg\†d]Ydd]eYf\$ imaafl†_j]d]k^gmjfakk]mjk \Yfkd̅[gkqkl†e]\m\gff]mj \Ìgj\j]&G”]fkgee]k%fgmk Ymbgmj\Ì`ma7 Grâce aux 153 entreprises qui se sont engagées pour des achats responsables en signant notre charte des bonnes pratiques régissant les bonnes relations entre donneurs d’ordres et sous-traitant, nous sommes en train de générer une prise de conscience progressive auprès du gouvernement, des acteurs socio économiques, des grands patrons, des acheteurs sur l’importance de bâtir un écosystème industriel intelligent, solide et durable. La bonne marche est en route, et nombreux sont les acteurs déterminés à soutenir et mettre en place un tissu industriel français compétitif, « made in France » et innovant. La construction de cet écosystème et la structuration de nos filières doivent reposer sur des relations contractuelles équilibrées et partenariales.

#

;`a^^j]k

DYe…\aYlagf\]dYkgmk%ljYalYf[]]f[`a^^j]k #*((\gkka]jkljYal…k #)+(((]flj]hjak]kaehdaim…]k #,-((((]ehdgak[gf^gjl…k #*-e…\aYl]mjkj…_agfYmp

La confiance et la collaboration doivent être placées au cœur de cet état d’esprit nouveau qu’il est primordial d’installer au sein de nos filières. Le fait de développer des relations partenariales est encore trop souvent perçu comme un challenge insurmontable et de nombreuses entreprises demeurent opportunistes vis-à-vis de leur fournisseur. Il faut désormais passer de la théorie à la pratique car il en va de la survie de notre tissu industriel.

MfYf]fnajgfYhj†kd]\…Zml \]nglj]eakkagf$im]dZadYf ^Yal]k%ngmk7D]ke]flYdal…k gfl%]dd]k…ngdm…7 Nous sommes très satisfaits de l’évolution de la Charte des bonnes pratiques régissant les relations clients fournisseurs. Aujourd’hui, 139 grandes entreprises et opérateurs publics ont choisi de respecter les 10 engagements pour des achats responsables de la charte, cela représente près de 400 milliards d’euros de volume d’achats annuels. Il y a une vraie prise de conscience progressive qui s’opère au sein des grandes, moyennes et petites entreprises ainsi qu’auprès de l’ensemble des décideurs et acteurs économiques. Désormais, ce sont souvent les entreprises elles-mêmes qui nous démarchent afin de signer la Charte. Par

D]¾?ma\]hgmjdYimYdal…\]kj]dYlagfk [gfljY[lm]dd]k[da]flk^gmjfakk]mjk¿$ l…d…[`Yj_]YZd]kmjooo&af\mklja]&_gmn&^j' _ma\]k'_ma\]%j]dYlagfk%[da]flk%^gmjfakk]mjk& h\^$j…h]jlgja]d]khjYlaim]kYZmkan]k d]hdmkkgmn]flj]f[gflj…]k]ld]kjYhh]dk dYdgaimakÌqj…^†j]fl&

ailleurs, on constate une montée en puissance progressive du nombre de dossiers de médiation, ce qui démontre la nécessité de notre action au quotidien. Nous sommes également en train de travailler sur un projet de révision de la norme ISO 9001 : au même titre que l’on mesure la satisfaction client, il faut pouvoir mesurer la satisfaction du fournisseur et ainsi faire émerger sa voix pour la première fois.

D =HJÝL<=E9AF%<ÌÅMNJ= ;]dYh]ml‡lj]mf]kgdmlagfafl…j]kkYfl]hgmj d]k]flj]hjak]kkgmkljYalYfl]k\]nYfl^Yaj]^Y[]mf] Ym_e]flYlagf\]dY\]eYf\]\Yfk\]k\…dYaklj†k[gmjlk& ;]h]f\Yfl$ad^Yml]fmk]jYn][hj…[Ymlagfkhgmj…nal]j \]k]e]llj]\YfkdÌadd…_Ydal…&D]hj‡l\]eYaf%\ÌÆmnj] Zmlfgfdm[jYla^]klda[al]& =fhjYlaim]$adf]\gal\gf[hYkh]je]llj]dÌ]flj]hjak] hj‡l]mk]\]\…_Y_]jmf]eYj_]Z…f…^a[aYaj]& Ad\gal‡lj][gf^aje…hYj…[jalYmpkYdYja…kngdgflYaj]k ]fhj…[akYfld]fgmn]Ymda]m\]ljYnYad]ld]k[gf\alagfk \Yfkd]kim]dd]kadkkgflege]flYf…e]fleak\akhgkalagf \ÌmfYmlj][`]^\Ì]flj]hjak]&

Ad]kl[gfk]add…\]daeal]jd]hj‡lljgakgmimYlj]k]eYaf]k Y^af\][gfk]jn]jkgf[l…hjgnakgaj]& <ÌYmlj]kkgdmlagfkkgfldY\akhgkalagf\]k]flj]hjak]k YjlakYfYd]k]f[Yk\]`Ymkk]]lZYakk]\ÌY[lanal…2 #d]ljYnYadafl…jaeYaj]$ #d]k_jgmh]e]flk\Ì]ehdgq]mjk \]k]ehdgq]mjk kÌYkkg[a]fl\Yfkd]Zml\]j][jml]j\mh]jkgff]d imÌadkk]hYjlY_]fl!$ #d]ljYnYadl]ehkhYjlY_… eak]\akhgkalagf \Ì]flj]hjak]k[da]fl]k\]h]jkgff]dimYda^a…im][]dd]k%[a ]fh]mn]flj][jml]j]dd]%e‡e]! #gm]f[gj]d]hgjlY_]kYdYjaYd&

*+

D]egf\]\]kYjlakYfkMk]hl]eZj]%g[lgZj]*())M


) bgmjf…] Yn][À

À MF@GJDG?=J%H=F<MDA=J

Adj]e]lngkh]f\

H`glgk2DYmj]flL`]]l]f

J=EGFL=JLGML=KD=K@GJDG?=K

9;;M=AD<M;DA=FL DÌYl]da]j\]>jYf„gakEgflYm^jYq ]klmf]Zgmlaim]imaY[[m]add] lgmkd]kbgmjk\]k[da]flkYmp \]eYf\]knYja…]k&D]k\]nak ngfl\]0]mjgkhgmj[`Yf_]j mf]had]\]egflj]*(((]mjgk ]fnajgfhgmjd]kj]klYmjYlagfk d]khdmkhgmkk…]k&DÌ`gjdg_]j …lYZdalmf\]nak]f)(eafml]k]l \]eYf\]Ym[da]flmfY[gehl] \]+(2¾ImYf\adqYmfjYhhgjl Y^^][la^Yn][dÌgZb]l$d]k_]fk kgflhj‡lke]llj]\]dÌYj_]fl¿$ hj…[ak]%l%ad&=f]^^]l$d]k`gjdg_]k imÌgfdmaYe†f]kgflkgmn]fl \YfkdY^Yeadd]\]hmakhdmka]mjk _…f…jYlagfk&¾=lbÌ]fl]f\kZa]f im]egfljYnYadd]mjh]je]l \Ìqj]kl]jdgf_l]ehk]f[gj]& B][gee]f[]\ÌYadd]mjkngaj \]k[da]flkimaj]na]ff]fl*( gm*-YfkYhj†khgmjj]^Yaj]\]k j…_dY_]k&¿

LÜ;@=K9<EAFAKLJ9LAN=K

Ka[]jlYafk[da]flkn]md]fl^Yaj]j]klYmj]jd]kh]f\md]k imÌadkYe†f]fl$\ÌYmlj]kf]\]eYf\]flim]d]eafaeme2 imÌ]dd]k\gff]fldÌ`]mj]]lkgff]fl[gjj][l]e]fl& ¾B]j]egfl]d]k`gjdg_]kj…_mda†j]e]fl]lb]n…ja^a]Yafka imÌ]dd]k^gf[lagff]flZa]f&¿Kmj[`Y[mf]^a_mj]d]egak \ÌYjjan…]\YfkdÌYl]da]j&Ad^Yml[gehl]j]fnajgf)*`]mj]k \]ljYnYadkmj[`Yim]h]f\md]]ldÌYjlakYfY$]fegq]ff]$ ljgakegak\]ljYnYad\]nYfldma&

#

Af^g

*,

D]egf\]\]kYjlakYfkMk]hl]eZj]%g[lgZj]*())

M

<]klalj]k >jYf„gakEgflYm^jYqna]fl\]ngajkgf `gjdg_]ja][dYkk…]¾=flj]hjak]\]hYljaegaf] nanYfl¿]l\]njYalhjg[`Yaf]e]flj][]ngaj d]lalj]\]¾EY‹lj]YjlakYf]fe…la]j\ÌYjl¿&

D̅lYh]\]dY^Y[lmjYlagf ]kl…na\]ee]flmf] \]k[gehgkYfl]k\]kgf ljYnYad&Addma^Ymlj]ehdaj k]kdanj]k\][gehl]k& ¾;]dYe]h]je]l\] j]dYf[]jd]k[da]flkima gmZda]flhYj^gak\]n]faj j][`]j[`]jd]mj`gjdg_]&¿ H]f\Yfld]j]hgjlY_]$ [Ì]klYhj†kljgakYfkimÌmf `gee]\Ìmf]imYjYflYaf] \ÌYff…]kYjjan]$]eZ‡l… \ÌYngajgmZda…\]n]faj Yhj†klgml[]l]ehk&Ad]kl jYna\]ngajim]kYh]f\md] ]kllgmbgmjkd&KÌ]fkmalmf] \ak[mkkagfkmjdÌ`aklgaj] \][]dd]%[a[gf„m]hYjmf `gjdg_]jdg[Yd$\akhYjm \]hmak&;Ì]klYmkka„Y$‡lj] YjlakYf$lgmbgmjkd̅[gml]$ hj‡l…[`Yf_]jkmjd] e…la]j&


9JLAK9F<Ì9JL$>J9FyGAKEGFL9M>J9QNA=FL<=>ÝL=JK=K+(9FK<=EzLA=J& AD=KLKHz;A9DAKz<9FKD9J=KL9MJ9LAGF<=H=F<MD=K9F;A=FF=K&E9AKADJzH9J= LGML;=IMA<GFF=DÌ@=MJ=K9FK<AK;JAEAF9LAGFÀ

md]kdÌ`]mj] LJzKGJK:A=FMLAD=K

F=LLGQ9?=<=KHAà;=K

NzJA>A;9LAGF<=KEz;9FAKE=K

;]jlYafk[da]flkkÌYemk]fl dmajYe]f]j\ÌYf[a]fk e…[Yfake]k\Ì`gjdg_]k$ adkkgfl]fha†[]k\…lY[`…]k ]lf]k]jn]flhdmk&;Ì]kl mfn…jalYZd]lj…kgjhgmj dÌ`gjdg_]j$imadmah]je]l \]j…hYj]j[]jlYaf]k h]f\md]kimÌgfdmaYe†f] Za]fhdmkYak…e]fl2 ¾Gfh]ml^YZjaim]j[]k ha†[]keYak[Ì]kllj†kdgf_ ]lb]f]hgkk†\]hYkd] eYl…ja]dhgmj&¿;]dYdma YfglYee]flk]jnahgmj j…hYj]jd]egmn]e]fl \Ìmf]egflj]\]eYjaf] hjgn]fYfl\Ìmfkgmk%eYjaf jmkk]&

DYhj]ea†j]…lYh]hgmjdÌYjlakYf]kl\]\…egfl]jd] e…[Yfake]&AdhYkk]]fkmal]d]kha†[]k\YfkdY[mn] mdljYkgfkY^af\]d]k\…_jYakk]j]ld]k\…kgpq\]j& ¾B][gfljd]d]kha†[]khgmjngajkÌadqY\]dÌmkmj]$\]k \]flmj]kYZ‹e…]kgmmfhangl^Ymkk…&¿;]imadmahdY‹l ]kl\]lgeZ]jhYj^gakkmj\]kha†[]kjYj]k]l\]\]ngaj ]^^][lm]j\]kj][`]j[`]kkmjd]e…[Yfake]$dÌ`aklgaj]\] dÌgZb]lY^af\]e]f]jZa]fkgfljYnYad&AdkÌ]kl\ÌYadd]mjk \…b…dga_f…\]kgf[Æmj\]e…la]j]fj]klYmjYflmf] Zg‹l]emkaim]gm]f[gj]\]kYmlgeYl]k&

3

DYZjgkk]]f^]mlj]h]je]l >jYf„gakEgflYm^jYq \]hgdajd]kha†[]kYdgjk im]dYZjgkk]e…lYddaim] [aj[mdYaj]k]jlj]hgdaj& DÌ`gjdg_]jhgdal…_Yd]e]fl d]knakY^af\ÌYe…dagj]jdY imYdal…\]kYj]klYmjYlagf& ¾Hdmkgfhgdald]kha†[]k hdmkgfj]lYj\]dÌgpq\Ylagf& ;Ì]kl\gf[ea]mphgmj d][da]fl&¿<ÌYadd]mjk$ad Yhhj…[a]hYjla[mda†j]e]fl dgjkimÌad\…[gmnj]imÌmf hj…[…\]fl`gjdg_]jY \…bZa]fljYnYadd…kmjd] e…[Yfake]&¾;]dYn]ml\aj] egafk\]ljYnYadhmakim] d]kha†[]kkgfl]fe]add]mj …lYl&¿

;GFL9;L2

 jYf„gakEgflYm^jYq$`gjdg_]j%h]f\mda]j > ,(jm]=m_†f]?Yk$/..((D]@Ynj] (*//)-)*,)

Barbara Colas

*-

D]egf\]\]kYjlakYfkMk]hl]eZj]%g[lgZj]*())M


; Yk\]flj]hjak] ;`jaklaf]E]qja_fY[Yj]hjakYn][km[[†k dÌ]flj]hjak]\]^YZja[Ylagf\][`Yj]flYak]k \]kgfh†j]&DÌYf[a]ff][Y\j]Yj…mkka[gfk]jn]j d]kYngaj%^Yaj]YjlakYfYd\]dYeYakgflgml ]fqYhhgjlYflk]ka\…]k]lkY^jY‹[`]mj&

Mf];`Yj]flYak] hYkhYflgm^dYj\]

K

ur un coup de tête ». C’est comme ça que Christine Meyrignac a intégré l’entreprise de son père créée en 1989. Fabricant de pantoufles proche de la retraite, il cherchait un repreneur. Il pensait à son gendre, pas à sa fille. C’est pourtant elle qui a repris l’affaire. Simple employée, pendant un an, « pour découvrir le métier et voir si ça [lui] plaisait », elle gère seule la compagnie depuis le décès de son père en 2009. Si l’entreprise survit dans un environnement concurrentiel, c’est grâce à son approche « made in France » et sa technique prisée de « couture américaine », plus résistante. Mais c’est en 1995 que la compagnie prend réellement son envol en lançant L’angoumoise, la gamme phare de l’entreprise. « Un de nos clients nous a demandé une chaussure personnalisée pour pieds sensibles. Mon père l’a confectionnée à la main. Dès réception, il en a commandé une dizaine », se souvient-elle. Des charentaises made in Charente Mais en 2001, un incendie annihile tous leurs efforts. « Tout était à reconstruire mais le plus compliqué était de ne pas perdre nos clients », raconte-t-elle. Pour survivre, père et fille décident de se diversifier et de proposer des produits plus grand public, à l’instar des charentaises d’été en feuilles de palmier. Christine, contre l’avis de son père, apporte même

¾

*.

D]egf\]\]kYjlakYfkMk]hl]eZj]%g[lgZj]*())

M

« une touche féminine » aux souliers en ajoutant une bande de couleur et des ornements. Le succès est immédiat. Pourtant en 2009, la crise affecte l’entreprise. Deux employées sont licenciées. Pour rebondir, Christine fait appel à une conseillère marketing. Elle revoit totalement son catalogue et met l’accent sur leur savoir-faire traditionnel. Dans la foulée, elle embauche des commerciaux multicartes qu’elle se partage avec d’autres employeurs. « Ça me permet de couvrir les trois quarts du territoire à moindre coût », argumente la chef d’entreprise. Depuis le début de l’année, elle a obtenu un agrément pour ses chaussures médicalisées. Cette reconnaissance de la sécurité sociale permet au client de se faire rembourser une partie de la facture. Grâce à ses derniers ajustements, Christine Meyrignac a bon espoir de voir son chiffre d’affaires décoller. « Il n’y a pas de raison que ça ne marche pas, sauf si les Chinois s’emparent du marché de la chaussure médicalisée », glisse-t-elle avec une pointe d’ironie. Emmanuel Daniel

3

;GFL9;L2

 lkDYmZm_]D…ghgd\ = ghgd\ ooo&dYf_gmegak]&[ge gak]&[ge (-,-.-1*+*

#

=DD=9KM

#KÌY\Yhl]jmf] [da]fl†d]na]addakkYfl] ]f\…n]dghhYflmf] _Yee]¾ha]\kk]fkaZd]k¿ \]klafYlagf\]k+]k]l,]k€_]k& #J]ngaj[gehd†l]e]fl kY\…eYj[`][gee]j[aYd] ]f]eZYm[`Yfl\]k[gee]j[aYmp emdla[Yjl]k$]f…dYj_akkYflkY_Yee] \]hjg\malk]l]fe]llYfl]fYnYfl kgfkYngaj%^Yaj]& #Hjghgk]j\]klYja^kYlljYqYflk ]fgZl]fYflmfY_j…e]flhgmj k]k[`Ymkkgfk&Adkkgfl\gf[]fhYjla] j]eZgmjk…khYjdYk…[mjal…kg[aYd]&

Af^g


J …mkkal]

=fj]hj]fYfldÌmf]\]k\]jfa†j]k[dgml]ja]k\]>jYf[]$?]jeYaf;jge]jf]h]fkYal hYkimÌad]fna]f\jYal[j…]j\]kY[[]kkgaj]khgmjd][Yehaf_&9mbgmj\Ì`ma$add]k ]phgjl]bmkim]\Yfkd]fgj\\]dÌ=mjgh]naYkY*]kg[a…l…]lf][gehl]hYkkÌYjj‡l]jd

Mf]Zg‹l]\]kYj\af]k eY\]af9dkY[]

<

es idées, Germain Cromer n’en manque pas. Et ce sont elles qui l’on conduit à relancer l’activité d’une des quatre dernières clouteries en France et à créer une deuxième société « Ikamp’s ». Il reprend l’entreprise en 1997 et se voit rapidement confronté à la concurrence des pays d’Europe de l’Est et d’Asie. Pour y faire face, il choisit de diversifier les activités de la clouterie. « On a commencé à produire des clous pour le marquage des bûches, des loquets pour fixer les moteurs sur des châssis... » Il développe l’activité en s’appuyant sur les points forts de l’entreprise : « En tant que petite structure, nous sommes très réactifs et j’ai misé làdessus ». L’entreprise est sollicitée en 2006 pour confectionner un clou de section carré. Cela donne une idée à l’artisan, campeur émérite : « Je me suis dit que cela pourrait servir de piquet de tente ». Il contacte un terrain de camping pour faire un essai et son produit est adopté : « Leur terrain est dur et les sardines en alu se tordaient. L’acier était donc plus adapté ». Alors qu’il les utilise pour son usage personnel, il perçoit la dangerosité des piquets lorsqu’ils

*0

D]egf\]\]kYjlakYfkMk]hl]eZj]%g[lgZj]*())

M

dépassent du sol. « C’est à ce moment que j’ai pensé à mettre une protection ».

¾EY\]af9dkY[]¿ Germain Cromer est chauvin, et pour développer cette nouvelle activité, il se repose sur des acteurs locaux. C’est ainsi que le lycée professionnel de Saverne, situé à quelques kilomètres, va travailler dessus pendant deux ans. « Je suis arrivé avec une coque en bois peinte à la main et leur ai demandé de faire des propositions », se souvient le chef d’entreprise. « Nous avons fait nos premiers Salons de l’hôtellerie en plein air avec leurs prototypes ». Pour la commercialisation, il créé la société « Ikamp’s » en 2009 : « Les piquets s’appellent des ‘‘ took’s ’’ et les chapeaux des ‘‘ tookies ’’. Ils existent en quatre graphismes différents : ballon de foot, balle de tennis, champignon et coccinelle. » Les motifs fluos et rétro-réfléchissants permettent de les localiser de nuit. Pour le packaging, l’entreprise reste à l’échelle locale : « C’est l’Esat de Strasbourg qui s’en occupe ».

Mfkm[[†kdÌ]phgjl Le chef d’entreprise a reçu une médaille

d’argent au concours Lépine pour son invention, une publicité bienvenue pour le lancement. S’il revend à l’échelle locale dans les grandes surfaces spécialisées, il est également parti à la conquête de l’Europe : « Nous avons des revendeurs aux Pays Bas, en Allemagne, en Autriche ». Pour augmenter la visibilité sur ses nouveaux produits, Germain Cromer n’a pas froid aux yeux : il a contacté le producteur du film Camping 2. Et il a bien fait, puisque les tookies seront utilisés pour maintenir la tente du personnage joué par Frank Dubosc ! « On est allés voir le film, on a juste entre aperçu les tookies, mais la société est remerciée dans le générique. Et j’ai pu utiliser l’affiche du film sur un Salon ». Pour l’avenir, Germain Cromer ne manque pas d’idées. Il a fait l’acquisition d’une nouvelle machine pour la clouterie. Il a déjà des nouveaux tooks et tookies en commande, assortis aux caravanes d’une grande marque. Enfin, trois autres produits sont à l’étude : le tookfixe, le tookamp et le tookstar. Barbara Colas

3

;GFL9;L2

 dgml]ja]Ng]d[c]dKl]afZgmj_ ; (+001))1)-


© studiogriffon.com

Blé, zinc, lait, ciment, pétrole… @Ymkk]\]khjap

D]keYla†j]khj]ea†j]k_jaeh]fl$ d]kYjlakYfkljafim]fl

D

]hjap\]keYla†j]khj]ea†j]kfÌ]f^afalhdmk\]_jaeh]j& Lgmk[gjhk\]e…la]jk[gf^gf\mk$d]kYjlakYfkkgflaehY[l…k hYj\]kYm_e]flYlagfkkm[[]kkan]k&Ka[]jlYafkh]mn]flj…h]j[ml]j dY`Ymkk]kmjd]mjk[da]flk$\ÌYmlj]kf]kgflhYk]fe]kmj] \]d]^Yaj]]lYkkme]flk]mdk[]kaf[]kkYfl]k^dm[lmYlagfk& << < <gkka]jj…Ydak…hYj=eeYfm]d<Yfa]d&


< gkka]j

7behigk[b[fh_nZ[icWj_„h[ifh[c_„h[i]h_cf[_d[nehWXb[c[dj"b[iWhj_iWdile_[dj b[khcWh][\edZh[$>WdZ_YWfƒifWhb[kh\W_Xb[YWfWY_jƒZ[dƒ]eY_Wj_ed\WY[ Wkn\ekhd_ii[khi"b[khiWbkjhƒi_Z[ZWdib[khYWfWY_jƒZ½WZWfjWj_ed$

+(

les réserves de matières premières les place en situation de quasimonopole, ce qui leur permet d’augmenter les prix. La prise de risques sur les g marchés financiers est égaleha a ssees aus ment à l’origine de ses hausses ap ppe pell lle répétées, comme le rappelle o oulanou Bernard Pérot, artisan bo boulanM 95. MA 95. ger et président de la CMA risation Pour lui, « la thésaurisation des financiers représente un grave problème. Pour le limiter, il faudrait que l’État réglemente la hausse des prix ».

<]kYjlakYfkaehmakkYflk La FFB reconnaît les difficultés rencontrées par les artisans face à l’évolution rapide des tarifs des matières premières. « La difficulté est moins la tendance à la hausse que les fluctuations autour de cette tendance. Quand un artisan du bâtiment rédige un devis, il ne peut pas prévoir les fluctuations sur les trois prochains mois, alors qu’il connaît la tendance globale sur cinq ans : la hausse. » Difficile donc de composer avec l’instabilité du marché. Ces hausses successives ont un coût qui est rarement répercuté sur le prix de vente.

D]egf\]\]kYjlakYfkMk]hl]eZj]%g[lgZj]*())

M

Pour Dominique Panier, gérant de l’entreprise Europe Caoutchouc, « Les prix du caoutchouc fluctuent énormément. Entre le moment où on passe commande et l’accusé de réception, les prix grimpent parfois de 30 %. On peut toujours négocier mais nos fournisseurs sont tributaires des marchés et en tant que PME on ne pèse pas lourd dans les négociations, c’est à prendre ou à laisser. Si la hausse était régulière, on pourrait la gérer. Mais là, c’est compliqué ». Et rares sont les corps de métiers épargnés. L’artisanat d’art est durement touché. Selon Anne Midavaine, présidente de l’Atelier Éponyme, « la prio-

rité est de sauver des emplois. Pour ça, on ne peut pas se permettre d’augmenter nos tarifs. Quand on travaille de la feuille d’or on ne peut pas remplacer ce produit par un autre, car sinon le client va aller ache-

 HYfa]j

=

ssence, gaz, céréales ou métal, le prix des matières premières n’en finit plus de grimper. Presqu’aucune n’échappe à la hausse des prix. Tributaires de leurs fournisseurs, les artisans sont lourdement impactés par ces fluctuations soudaines et imprévisibles. « Depuis 2004, la hausse des prix s’est accélérée. Ceci est peut-être dû au coup de booster donné à la mondialisation et à la hausse du niveau de vie et de consommation des pays émergents, notamment la Chine et l’Inde », indique la Fédération Française du Bâtiment (FFB). Un point de vue partagé par Sandrine Basili, chargée des affaires économiques de la Capeb. Pour la vice-présidente de la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment, la hausse du prix des produits pétroliers joue également un rôle prépondérant dans l’augmentation. « Beaucoup de produits sont fabriqués à base de pétrole. Quand son prix augmente, celui de nombreux biens est indirectement impacté. » Mais ce n’est pas la seule explication. La mainmise des pays émergents sur

 ]eadq*c

@Ymkk]\mhjap \]keYla†j]khj]ea†j]k$ d]^d…Ym\]kYjlakYfk

¾=flj]d]ege]flg”gf hYkk][geeYf\]]ldÌY[[mk… \]j…[]hlagf$d]khjap _jaeh]flhYj^gak\]+(¿$ ]phdaim]<geafaim]HYfa]j&


la préfecture qui décide de l’augmentation qui intervient une seule fois dans l’année, même si les prix s’envolent entre-temps. Du coup c’est notre bénéfice net comptable qui en prend un coup », déplore Guy Roth, artisan taxi à Strasbourg.

ter une contrefaçon en Chine. On a besoin de matières premières de très haut de gamme, cela à un coût qui ne peut être remplacé. De même pour les hausses du prix du gaz, on est obligés de se chauffer ! », s’exclame-t-elle. Le prix de l’essence, dont la hausse a été spectaculaire au début de l’année, représente aussi une charge importante pour les artisans. Si la plupart des chefs d’entreprises sont touchés indirectement lors de leurs déplacements professionnels, les artisans taxis, eux, sont impactés directement. « La hausse des prix à la pompe ne date pas d’aujourd’hui. Pourtant on ne peut pas la répercuter sur nos tarifs. En effet, c’est

Daeal]jdÌaehY[l \]dY`Ymkk] Imprévisibles et répétées, les hausses rognent la marge des artisans sans qu’ils puissent les répercuter à leurs clients, de peur de les perdre. « La situation voudrait que les artisans augmentent leurs tarifs, argue Sabine Basili (Capeb), mais le jeu de la concurrence tire les prix vers le bas et ne pas suivre cette règle revien-

¾Ad^Ym\jYalgmnjajYmpYjlakYfkd]Z…f…^a[]\Ìmf[YjZmjYfl\…lYp…¿

 K…fYl

B]Yf%HYmd<]e]jdaYl$K…fYl]mjHK\]@Yml]%Na]ff]

¾D]j]f[`…jakk]e]fl\mhjap\]k[YjZmjYflk]fljY‹f]lgml\ÌYZgj\mf]`Ymkk]\mhjap\]keYla†j]k hj]ea†j]kmladak…]k\Yfkd]hjg[]kkmk\]hjg\m[lagfgm\]hj]klYlagf\]k]jna[]k\]kYjlakYfk& AdqY]fkmal]mfaehY[l\aj][lda…dYfYlmj]e‡e]\]d]mjY[lanal…]ld]mjaehdYflYlagf _…g_jYh`aim]&;Ì]kld][Yk\]kYjlakYfk\mZ€lae]flimaj…Ydak]fld]mjkhj]klYlagfkYm\gea[ad] \]d]mj[da]fl$gjadfÌ]klhYkjYj]\]ngaj\]krgf]k\][`YdYf\ak]\Ìmf][afimYflYaf]\]cadge†lj]k& D]hjgZd†e]]klkaeadYaj]hgmjd]kYjlakYfklYpakgmYeZmdYf[a]jkYafkaim]hgmjlgmlYjlakYf \gfld]eg\]\][gee]j[aYdakYlagf]klZYk…]flgmlgmhYjla]kmj\]klgmjf…]kgm\]kdanjYakgfk \gea[ad]&=fDaegmkaf$mfYjlakYfkmj\]mp]klafklYdd…]frgf]jmjYd] DYhjaf[ahYd][gfk…im]f[]\][]ll]`Ymkk]\]dY\…h]fk]]f[YjZmjYfl]klmf]j…\m[lagf\]dYeYj_][gee]j[aYd]\]k]flj]hjak]k YjlakYfYd]k&Hgmjd]ege]fl$gff][gfklYl]hYknjYae]fl\Ì]^^]lfglgaj]]fl]je]k\]`Ymkk]\]khjap\]n]fl]&;][a…lYfl$ d]kYjlakYfkhgmjjYa]fl‡lj]Ye]f…kj]d]n]jd]mjklYja^kY^af\]eYafl]fajdYj]flYZadal…\]d]mjk]flj]hjak]k]lkYmn]_Yj\]j d]k]ehdgak&Hgmjkgml]fajd]kYjlakYfk\Yfk[]ll]h…jag\]\…da[Yl]$ad^Ym\jYald]mjgmnjajd]Z…f…^a[]\Ìmf[YjZmjYfl\…lYp…$ dÌafklYj\][]dmaima]klhjYlaim…]f^Yn]mj\]kY_ja[mdl]mjk&¿

+)

D]egf\]\]kYjlakYfkMk]hl]eZj]%g[lgZj]*())M


<< <

¾Lgmkd]kljgakegak$egfe]mfa]je]^Y[lmj] dY^Yjaf]*(hdmk[`]j¿ H`adahh]O]jd]j$_…jYfl\]dÌ]flj]hjak]D]^]mnj] [j‡h]k$_Yd]ll]kÀ!

¾Lgmkd]kljgakegak$egfe]mfa]je]^Y[lmj]dY^Yjaf]*(hdmk [`]j&KYm^im]b]f]h]mphYkd]j…h]j[ml]jkmjd]hjap\]n]fl] [`Yim]^gak&GfYm_e]fl]Ymegak\]k]hl]eZj]]f]kkYqYfl \ÌYfla[ah]jd]k^mlmj]k`Ymkk]keYakgf]kllgmld]l]ehk]f \]kkgmk\]dYj…Ydal…&DYeYj_]ZYakk]\ÌYff…]]fYff…]&Gf [geh]fk]]fhjghgkYflmf]fgmn]dd]_Yee]\]hjg\malkYn][ egafk\]^Yjaf]$eYakd]hjap\]kYmlj]kaf_j…\a]flk_jaeh]dmaYmkka&;Ì]klhj]kim]haj]hgmj d]dYal]ld]kÆm^kimakgfl…_Yd]e]fl\]n]fmk[`]jk&<m[gmh$hgmjf]hYkh]j\j]ljgh\ÌYj_]fl$ bÌ]kkYq]\Ìghlaeak]jd]l]ehk\]ljYnYad\]e]kkYdYja…k]lb]j]hgmkk]dÌ]eZYm[`]\Ìmffgmn]Ym danj]mj&D]hjap\]k]eZYddY_]kYm_e]fl]YmkkaeYakb]h]mp\a^^a[ad]e]fl^Yaj]bgm]jdY [gf[mjj]f[][Yjk]md]e]fl\]mp^gmjfakk]mjk]f>jYf[]^YZjaim]fld][gf\alagff]e]fl Y\…imYl$\gf[bÌYalj†kh]m\]eYj_]\]eYfÆmnj]&<]hdmk$b]f]h]mphYkYfla[ah]jd]k`Ymkk]k$ d]ke]mfa]jkf]e]_YjYflakk]flmfhjapim]kmjim]dim]kegak&Ade]k]eZd]im]dY`Ymkk]]kl Za]fhYjla]hgmj\mj]j&DY[gf[mjj]f[]]kl…_Yd]e]fllgm[`…]$\gf[dY`Ymkk]\]klYja^kk]jY _…f…jYd]&Ka$[gee]b]d]h]fk]$d]k[da]flkY[[]hl]fldY`Ymkk]\]khjap$gfhgmjjY[gflafm]j fglj]Y[lanal…&Ka[]fÌ]klhYkd][Yk$fglj]h…j]ffal…]kle]fY[…]&¿

moins coûteux est également une solution envisagée par certains. « Quand cela est possible, on remplace un matériau par un autre. Mais on perd énormément de temps à négocier avec nos fournisseurs et nos clients. On ne peut pas remplacer tous les produits par des dérivés », tempère Dominique Panier. Dans le bâtiment, des solutions légales existent pour protéger les artisans. Ils peuvent faire évoluer leur prix en fonction des fluctuations du marché grâce à l’indexation. « Si le chantier commence plus de trois mois après la signature du devis, l’artisan peut faire progresser le prix en se basant sur un index fixé dans le contrat (http:// lmp-assistants.application. equipement.gouv.fr). Il peut

aussi réviser le prix pendant le chantier en cas d’augmentation en se servant du même index. Mais si cela se fait sur les marchés publics, cette pratique reste marginale dans le privé, même si c’est légal », explique la FFB. Un autre moyen est de négocier une avance sur chantier auprès des clients pour acquérir les matériaux en avance et ainsi se prémunir des fluctuations. Si l’entreprise dispose d’une trésorerie conséquente et d’une forte capacité de stockage, les artisans peuvent également anticiper et acheter leurs matières premières en avance. Certains fournisseurs proposent même de les stocker dans leurs propres locaux. Reste à savoir combien de temps les artisans pourront

¾KadY`Ymkk] [gflafm] ]lim]dY [jgakkYf[]f] j]hYjlhYk njYae]fl$ Z]Ym[gmh \]Zgmlaim]k[gffY‹ljgfl \]k\a^^a[mdl…k¿$hj…[ak] :]jfYj\H…jgl&  HYk[YdJ]k[`]

 D]^]mnj]

drait à s’exclure du marché ». Vue comme une fatalité, la hausse des prix ne connaît pas de remède miracle concède Denis Rigobert, président de la FFB. « La solution serait de créer un fonds compensatoire pour juguler les hausses et indemniser les artisans, mais il y a peu de chance que cela soit fait », admet-il. De plus, les chefs d’entreprises artisanales ont souvent, de par leur taille, une capacité de négociation limitée face à leurs fournisseurs. Ils n’ont d’autre choix que d’accepter les fluctuations imposées par ces derniers. Mais alors, la hausse du prix des matières premières est-elle un mal sans remède ? Pour que leur activité ne soit pas trop handicapée par ces hausses successives, les artisans font baisser d’autres coûts en revoyant l’organisation du travail au sein de l’entreprise ou en diminuant la consommation de certaines matières premières, l’essence par exemple. « Le seul moyen pour réduire mes coûts est de conduire de façon plus souple, d’éviter les accélérations et freinages brusques », raconte Guy Roth. Une technique applicable à tous les artisans et qui permet de faire chuter la facture de gazole de 20 % (voir encadré). L’utilisation d’un matériau

résister aux hausses de prix sans les répercuter à leurs clients. « Peu de boulangers ont augmenté leurs prix cette année, constate Bernard Pérot. Si la hausse continue et que la croissance ne repart pas vraiment, beaucoup de boutiques connaîtront de réelles difficultés. Mais, grâce à notre petite taille qui nous rend plus adaptables, nous avons déjà résisté à d’autres crises plus graves », conclutil avec philosophie.

agf  egj_YfakYl

J…\mak]rnglj][gfkgeeYlagf

+*

D]egf\]\]kYjlakYfkMk]hl]eZj]%g[lgZj]*())

M

FgeZj]\ÌYjlakYfkmladak]fld]mjn…`a[md] hgmjd]k\…hdY[]e]flkhjg^]kkagff]dk ]ld]kdanjYakgfk& D]lqh]\][gf\mal]af^dmYflkmjdY [gfkgeeYlagf$dÌ9\]e]Yeak]fda_f] mf_ma\]hgmj^Y[adal]jdYeak]]fhdY[] \]d̅[g%[gf\mal]]f]flj]hjak]& Nga[aim]dim]k[gfk]adkhgmjj…\maj] dY^Y[lmj]\][YjZmjYfl\]*(2 #N…ja^a]jdYhj]kkagf\]khf]mk2 Egafkd]khf]mkkgfl_gf^d…k$ hdmkdY[gfkgeeYlagfk]jYaehgjlYfl]& HYj]p]ehd]$mf]hj]kkagf\])$-ZYj Ymda]m\]*$-]fljY‹f]mf]`Ymkk] \]dY[gfkgeeYlagf\].& #<…eYjj]j]f\gm[]mj2 Afmlad]\]egfl]j\Yfkd]klgmjk\†k d]\…eYjjY_]&Ad]kl[gfk]add…\]hYkk]j

d]knal]kk]k*((('*-((lgmjk'eafml] hgmjd]k\a]k]dk]l*-(('+(((lgmjk' eafml]hgmjd]kegl]mjk^gf[lagffYfl dÌ]kk]f[]& #9fla[ah]jd]k[`Yf_]e]flk\]nal]kk]2 =f…lYflYll]fla^dY[aj[mdYlagf]l ]fj]kh][lYfld]kdaealYlagfk\]nal]kk]$ dÌYmlgegZadakl]…nal]jYd]k^j]afY_]k ]ld]kY[[…d…jYlagfkZjmkim]k& #;gmh]jd]egl]mjdÌYjj‡l2 Mfegl]mjdÌYjj‡l[gfkgee]]flj] ($-]l)dalj]dÌ`]mj]&zl]af\j]kgf egl]mjdgjk\ÌmfYjj‡l\]hdmk\] +(k][gf\]kh]je]lmf]…[gfgea] \̅f]j_a]ka_fa^a[Ylan]& Kgmj[]2kal]9\]e]


HDK>6

')&6kZcjZYZAVWVgYZ EgƒhYjXZcigZgdji^Zg (((%%7DG9:6JM I‚a#/%*#*+#+.#((#--

HVj[edjg6IA:DC \VgVci^'Vch


H jYlaim] Dz?AKD9LAGF

;GEHJ=F<J=D=KL9P=K =FNAJGFF=E=FL9D=K DYdÂ&#x2026;_akdYlagf[`Yf_]]ld]klYp]klgm[`Yfld]kYjlakYfkÂ&#x2026;ngdm]fl& <]hmakd]?j]f]dd]\]dĂ&#x152;=fnajgff]e]fl$fglYee]fl$[]jlYaf]klYp]k gflÂ&#x2026;lÂ&#x2026;[jÂ&#x2026;Â&#x2026;]k$\Ă&#x152;Ymlj]kkmhhjaeÂ&#x2026;]k&D]hgaflkmjd]kaehÂ?lk ]lj]\]nYf[]kkmk[]hlaZd]k\Ă&#x152;aehY[l]jnglj]Y[lanalÂ&#x2026;&

<Â&#x2026;hÂ?l]f\Â&#x2026;[`]ll]ja] Si vous payez la redevance spĂŠciale, plusieurs cas de figure sont possibles. Vous devez vous acquitter dâ&#x20AC;&#x2122;un paiement en fonction des dĂŠchets dĂŠposĂŠs ou pouvez bĂŠnĂŠficier dâ&#x20AC;&#x2122;un forfait de dĂŠchets (mensuel par exemple). Chaque collectivitĂŠ ĂŠtablit son fonctionnement. Si la commune ne fait pas payer la redevance, un droit dâ&#x20AC;&#x2122;entrĂŠe en dĂŠchetterie est imposĂŠ Ă  chaque passage.

LYp]_Â&#x2026;fÂ&#x2026;jYd]kmjd]kY[lanalÂ&#x2026;k hgddmYfl]k L?9H! La taxe gĂŠnĂŠrale sur les activitĂŠs polluantes (TGAP) regroupe, depuis 1999, cinq taxes anciennement perçues par lâ&#x20AC;&#x2122;Agence de lâ&#x20AC;&#x2122;environnement et de la maĂŽtrise de lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠnergie (Ademe). Ainsi les taxes parafiscales sur les huiles de base et la pollution atmosphĂŠrique dâ&#x20AC;&#x2122;un cĂ´tĂŠ, et les taxes fiscales sur les dĂŠchets mĂŠnagers, les dĂŠchets industriels spĂŠciaux et les nuisances sonores de lâ&#x20AC;&#x2122;autre, sont regroupĂŠes dans la TGAP. Cette dernière est payĂŠe par les metteurs sur le marchĂŠ, en respect du principe du ÂŤ pollueur-payeur Âť. Les artisans ne sont donc pas directement concernĂŠs car seuls les producteurs de dĂŠchets la paient.

D]kÂ&#x2026;[g%gj_Yfake]k ]ld]kÂ&#x2026;[g%[gfljaZmlagfk Depuis quelques annĂŠes, les politiques environnementales ont mis en place le principe de responsabilitĂŠ ĂŠlargie des producteurs (REP) qui ĂŠtend la responsabilitĂŠ des metteurs sur le marchĂŠ de produits Ă  la gestion des produits en fin de vie. Ces taxes sont collectĂŠes par des ĂŠco-organismes qui soutiennent les filières de collecte et de traitement. Les ĂŠco-contributions concernent le panel de produits suivant :  les ĂŠco-emballages,

gdaY

La collecte et le traitement des ordures mĂŠnagères sont des compĂŠtences de la collectivitĂŠ. Si les communautĂŠs de communes gèrent gĂŠnĂŠralement les ordures des mĂŠnages, les dĂŠchets non dangereux des entreprises sont ĂŠgalement pris en charge. La collectivitĂŠ finance ce service rendu grâce Ă  la taxe dâ&#x20AC;&#x2122;enlèvement des ordures mĂŠnagères (TEOM), une mesure fiscale ayant pour vocation de limiter la quantitĂŠ de dĂŠchets produits. En sus, les communes peuvent demander le payement dâ&#x20AC;&#x2122;une redevance spĂŠciale uniquement payable par lâ&#x20AC;&#x2122;usager du service. Elle est normalement obligatoire mais dans les faits, seules 5 000 communes sur 36 000 la mettent en application. Renseignez-vous auprès de votre communautĂŠ de communes.

>gl

=fdÂ&#x2020;n]e]fl\]kgj\mj]k

 les ĂŠco-folio (imprimĂŠs),  les ĂŠco-TLC (textile, linge de maison, chaussures),  la contribution Corepile (piles),  la contribution D3E (dĂŠchets dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠquipement ĂŠlectriques et ĂŠlectroniques),  la contribution Recylum (lampes),  le malus ĂŠcologique pour vĂŠhicules neufs. Les ĂŠco-contributions sont versĂŠes par les industriels et les commerçants importants des produits sources de dĂŠchets sur le territoire français. Les ĂŠco-organismes soutiennent financièrement ou prennent en charge la collecte, le tri, lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠlimination, le recyclage et la valorisation des dĂŠchets. Si vous ne payez pas directement ces taxes, elles sont susceptibles dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŞtre rĂŠpercutĂŠes par les producteurs sur le prix de vente, ce qui vous impacte indirectement.

z[g%gj_Yfake]k

DĂ&#x152;]p]ehd]\]J][qdme J][qdmeYhgmjeakkagf\][gdd][l]j]l\]j][q[d]jd]kdYeh]kmkY_Â&#x2026;]k&Hgmj[]dY$]dd]e]l\akhgkalagf\]k[gdd][l]mjk\Yfkd]k _jYf\]kkmj^Y[]k]lYmlj]k[gee]j[]k]l]flj]hjak]khYjl]fYaj]k&;]lÂ&#x2026;[g%gj_Yfake]]kl^afYf[Â&#x2026;hYjd]kÂ&#x2026;[g%[gfljaZmlagfkn]jkÂ&#x2026;]k hYjd]kY\`Â&#x2026;j]flkYmhjgjYlY\mfgeZj]\]dYeh]keak]kkmjd]eYj[`Â&#x2026;&DĂ&#x152;Â&#x2026;[g%[gfljaZmlagfkĂ&#x152;Â&#x2026;dÂ&#x2020;n]($)(hYjdYeh]Â&#x2026;[g%[gfÂ&#x201E;m] eak]kmjd]eYj[`Â&#x2026; ]p2dYeh]kd]\!]l\]($)*hgmjd]kYmlj]k&;Ă&#x152;]klmf\]khj]ea]jkgj_Yfake]k[jÂ&#x2026;Â&#x2026;hgmjjÂ&#x2026;hgf\j]Ymp]pa_]f[]k ^apÂ&#x2026;]khYjmf\Â&#x2026;[j]l\]*((-$j]dYla^dY[gehgkalagf\]kÂ&#x2026;imah]e]flkÂ&#x2026;d][ljaim]k]lÂ&#x2026;d][ljgfaim]k]ldĂ&#x152;Â&#x2026;daeafYlagf\]k\Â&#x2026;[`]lk akkmk\][]kÂ&#x2026;imah]e]flk&

+, D]egf\]\]kYjlakYfk k]hl]eZj]%g[lgZj]*()) M

M


H jYlaim] :LH

9ll]flagfdYLN9-$- D][gfk]ad\Ă&#x152;zlYlna]fl\]\mj[ajhYj\Â&#x2026;[j]ld]k\Â&#x2026;eYj[`]kY\eafakljYlan]khgmjZÂ&#x2026;fÂ&#x2026;^a[a]j\]dYLN9-$-& 9afka$d]k]flj]hjak]kf]h]mn]fl]f[Yakk]jd]kY[gehl]k\]d]mjk[da]flkim]ka[]k\]jfa]jk kgfl]fhgkk]kkagf\Ă&#x152;mf]Yll]klYlagfYhhjghjaÂ&#x2026;]&

<J

H

our les travaux de rĂŠnovation et dâ&#x20AC;&#x2122;urgence, les artisans du BTP peuvent appliquer aux commanditaires une TVA Ă  5,5 %. Si cet allĂŠgement fiscal est censĂŠ favoriser leur activitĂŠ, le Conseil dâ&#x20AC;&#x2122;Ă&#x2030;tat vient de durcir les conditions dâ&#x20AC;&#x2122;accession Ă  cette rĂŠduction par arrĂŞt. DorĂŠnavant, pour que les clients bĂŠnĂŠficient de la TVA rĂŠduite, ils devront ĂŞtre en possession de lâ&#x20AC;&#x2122;attestation prĂŠvue Ă  cet effet (attestation normale 1300-SD ou attestation simplifiĂŠe 1301-SD). Sâ&#x20AC;&#x2122;ils ne la joignent pas au moment du retour du devis, la rĂŠduction de la TVA peut-ĂŞtre remise en cause lors dâ&#x20AC;&#x2122;un contrĂ´le fiscal. Cette dĂŠcision du

Conseil dâ&#x20AC;&#x2122;Ă&#x2030;tat oblige donc les artisans Ă  demander le document rempli Ă  leurs clients avant mĂŞme de pouvoir commencer les travaux. Problème, ces derniers, peu coutumiers du fait ont plutĂ´t tendance Ă  fournir les documents lors du paiement final. Cet arrĂŞt risque donc de poser des problèmes organisationnels pour les artisans ainsi que des ennuis fiscaux pour leurs clients. La FĂŠdĂŠration française du bâtiment (FFB), inquiète, a ĂŠcrit au Ministre du Budget en espĂŠrant un retour en arrière.

3

D=K9LL=KL9LAGFKKGFL<AKHGFA:D=KKMJ2

ooo&k]jna[]%hmZda[&^j'^gjemdYaj]k

Ă&#x203A;T AU 30 NOV AO E

DU

3

11 E 20 BR M

2

Pour ĂŞtre remboursĂŠ(e),     

         www.ciel.com/tv  les 10 premiers participants     

       

al od *M

     "#!!!

Ils ont vraiment pensĂŠ Ă  tout.

itĂŠ sd ep art icip atio n et

tv m/ .co ciel règlement sur www.

Pierre, conseiller commercial Ă  votre ĂŠcoute

CĂŠcile, chargĂŠe de votre assistance technique

+-

D]egf\]\]kYjlakYfkMk]hl]eZj]%g[lgZj]*())M


GH=DEGN9FG

zdYj_akk]e]fl\]_Yee]

:9F;

\]kkYa

D]dYf[]e]fl\]kn]jkagfk[`Â&#x20AC;kkak%[YZaf]]lhdYf[`]j%[YZaf]na]fl[gehdÂ&#x2026;l]j dĂ&#x152;g^^j]\Ă&#x152;mladalYaj]k\Ă&#x152;Gh]d&<Ă&#x152;YmlYflim]hj]fYfl]p]ehd]kmjJ]fYmdl$ Gh]dhjghgk]Ymkka\gjÂ&#x2026;fYnYfl\]kn]jkagfk[YjjgkkÂ&#x2026;]k[dÂ&#x2026;k]feYafk& gf fk[Y [Yjj jjgk gkkÂ&#x2026; kÂ&#x2026;]k ]k[dÂ&#x2026; [dÂ&#x2026;kk]f ]feYa eYafk fk&&

<ae]fkagfk [`Â&#x20AC;kkak%[YZaf] #=ehYll]e]fl2 +.0*',++*ee #;`Yj_]mlad]2 )*1(*-+,c_ #Dpdp`2 -.,*.)1*'.*1*' .0,*p*(/(p **/0ee #Dgf_m]mj [YjjgkkYZd]eafa2 *,+*'*001'+(.1' +(0*'+)0*'+-+1' +.+1'+/)1'+0+*' ,*01ee #Dgf_m]mj [YjjgkkYZd]eYpa2 *,+*'*001'+*+(' +*1)'+++('+,.,' +11)',(,*',*1+' ,,+,',-.)',.)(' ,0+0',11.'-,.0' -/,.ee #Hgjl]^Ymp YjjaÂ&#x2020;j]2)(*-' )))0')..0ee #Hjap2hYjlaj \]*-(-(@L hdYf[`]j%[YZaf]! ]l*-0-(@L [`Â&#x20AC;kkak%[YZaf]!

=fhjghgkYfl\Â&#x2026;kgjeYak\]kn]jkagfk[YjjgkkÂ&#x2026;]k \Ă&#x152;mkaf]$Gh]d]fl]f\j]f^gj[]jdĂ&#x152;YlljYal\]kY _Yee]YmhjÂ&#x2020;k\]kHE=]l\]kYjlakYfk&DYf[Â&#x2026;Ym hjafl]ehk\]jfa]j$d]fgmn]YmEgnYfg]klmf] \Â&#x2026;[dafYakgf\mJ]fYmdlEYkl]jim]dim]k\Â&#x2026;lYadk ]kl`Â&#x2026;laim]khjÂ&#x2020;k$fglYee]fldY[YdYf\j]]flgmjÂ&#x2026;] \][`jge]k&BmkimĂ&#x152;hjÂ&#x2026;k]fl\akhgfaZd]]f^gmj_gf$ Gh]dhYkk]dYk][gf\]]fdYfÂ&#x201E;Yflmf]_Yee] [gehdÂ&#x2020;l]\][`Â&#x20AC;kkak%[YZaf]k[dÂ&#x2026;k]feYafk&9n][ []kn]jkagfk$dĂ&#x152;Gh]dEgnYfgg^^j]\gjÂ&#x2026;fYnYflhdmk \]+((\Â&#x2026;[dafYakgfk\][Yjjgkk]ja]hgkkaZd]k$\gfl d]k^gmj_gfkD)\Â&#x2026;kgjeYak\akhgfaZd]k&

;`Â&#x20AC;kkak]lhdYf[`]j%[YZaf] D]kn]jkagfk[`Â&#x20AC;kkakkaehd][YZaf]]l\gmZd] [YZaf]]fHL9;\]+$-lZa]flÂ?l,$-lkgfl \akhgfaZd]k]fljgakdgf_m]mjk D*'D+'D,!]l$k]dgf d]kn]jkagfk$h]mn]flÂ&#x2021;lj][geeYf\Â&#x2026;]k]fljY[lagf gm]fhjghmdkagf&D]knYjaYfl]khjghmdkagf+$-l kgflegflÂ&#x2026;]k]fjgm]kYjjaÂ&#x2020;j]kaehd]kgmbme]dÂ&#x2026;]k$ Ydgjkim]d]kn]jkagfk,$-lgfllgmbgmjk\]kjgm]k YjjaÂ&#x2020;j]bme]dÂ&#x2026;]k&DĂ&#x152;Â&#x2026;dYj_akk]e]fl\]dĂ&#x152;g^^j]\] [Yjjgkk]ja]khgjl]Â&#x2026;_Yd]e]flkmj\]k\Â&#x2026;[dafYakgfk khÂ&#x2026;[aYdakÂ&#x2026;]khgmnYflÂ&#x2021;lj][geeYf\Â&#x2026;]k]f\Â&#x2026;hYjl mkaf]$[gee]dY[Yakk]_jYf\ngdme]$d]hdYl]Ym

EglgjakYlagfk #*&+[\La)((2**10[e+$)(([`+-((ljk' eafml]$*0ec_)*-(lgmjk'eafml]$[gfkg& egq]ff]2nYjaYZd]k]dgfdYn]jkagf$nal]kk] eYpa2)++ce'`& #*&+[\La)*-2**10[e+$)*-[`+-((lgmjk' eafml]$+)ec_)*-(lgmjk'eafml]$[gfkg& egq]ff]2nYjaYZd]k]dgfdYn]jkagf$nal]kk] eYpa2),-ce'`& #*&+[\La),.2**10[e+$),.[`+-((lgmjk' eafml]$+-ec_)-((lgmjk'eafml]$[gfkg& egq]ff]2nYjaYZd]k]dgfdYn]jkagf$nal]kk] eYpa2)-1ce'`&

+. D]egf\]\]kYjlakYfk k]hl]eZj]%g[lgZj]*()) M

M

zimah]e]flk\]kÂ&#x2026;ja] <aj][lagfYkkaklÂ&#x2026;]$hgjl]dYlÂ&#x2026;jYd]\jgal]$ YajZY_[gf\m[l]mj$\aj][lagfYkkaklÂ&#x2026;]$ 9:K$=KH hjghmdkagf!$kaÂ&#x2020;_][gf\m[l]mj kmkh]f\m$nalj]kl]aflÂ&#x2026;]k& ja\]dd]k$dYZ]ff]YjjaÂ&#x2020;j]gmdYZ]ff]ljan]jk]&D]k n]jkagfk[Yakk]_jYf\ngdme]kgflÂ&#x2026;dYZgjÂ&#x2026;]kkmj mf]kljm[lmj]]fYdmeafame$`YZaddÂ&#x2026;]\]hYff]Ymp kqfl`Â&#x2026;laim]k&<]mplYadd]kkgfl\akhgfaZd]k$g^^jYfl *(egm**e\]ngdme]\][`Yj_]e]fl&=dd]k Y[[]hl]flmf][`Yj_]mlad]nYjaYfl]flj]01+c_]l )01+c_&D]fgmn]dGh]dEgnYfgh]mlYmkkaÂ&#x2021;lj] gZl]fm\Â&#x2026;hYjlmkaf]]fn]jkagfhdYl]Ym%ja\]dd]kkmj d]knYjaYfl]k\]dgf_m]mjD*$D+]lD,3d]kn]jkagfk [YZaf]kaehd]gm\gmZd]kgfl]f+$-l]fljY[lagfgm ]fhjghmdkagf&DY[`Yj_]mlad]hgmj[]kn]jkagfknY \]001*)+*c_]ldYdgf_m]mj\mhdYl]Ym\]*$-() ,$,/(e&D]knYjaYfl]kZ]ff]ZYk[mdYfl]$\Ă&#x152;gja_af] alYda]ff]lgml[gee]kmjd]J]fYmdlEYkl]j$kgfl Ymkka\akhgfaZd]k]fljY[lagfgm]fhjghmdkagf&D]k EgnYfghdYf[`]j%[YZaf]kgfl\akhgfaZd]k]f\]mp dgf_m]mjk]lYn][\]mp`Yml]mjk\a^^Â&#x2026;j]fl]k\] lgal\][YZaf]&D]hYff]Ym\][Yjjgkk]ja]ima^Yal afl]j^Y[]YÂ&#x2026;lÂ&#x2026;ghlaeakÂ&#x2026;hgmj^Y[adal]jdĂ&#x152;aflÂ&#x2026;_jYlagf& Ad]klhgkkaZd]\]\akhgk]j\Ă&#x152;mf^Yak[]YmÂ&#x2026;d][ljaim] Yddgf_Â&#x2026;hgmjYdae]fl]jd]k^]mpYjjaÂ&#x2020;j]&;]k hdYf[`]jk%[YZaf]kkgfla\Â&#x2026;Ymphgmj\]kY[lanalÂ&#x2026;k imagflZ]kgaf\][Yjjgkk]ja]kkhÂ&#x2026;[aYd]kk]mad ZYk$[gee][]jlYafkljYfkhgjl]mjk$d]knYfk hgmjd]ljYfkhgjl\]k[`]nYmp$gm]f[gj]d]k nÂ&#x2026;`a[md]k%eY_Ykafk&D]k[Yjjgkka]jkf]k]jgflhYk \Â&#x2026;hYqkÂ&#x2026;khmakim]d]EgnYfg]kl$\Ă&#x152;mfhgafl\]nm] l][`faim]$klja[l]e]fla\]flaim]dYjÂ&#x2026;^Â&#x2026;j]f[] `]pY_gfYd]\meYj[`Â&#x2026;2d]EYkl]j&

Guillaume Geneste


Toyota Hilux Ă&#x20AC; PARTIR DE

21 890 â&#x201A;Ź*

*PossibilitĂŠ de rĂŠcupĂŠration de TVA.

TTAB LIBOURNE 181, av.G. Pompidou 33500 Libourne 05 57 25 31 77

TTAB BEGLES 52 Quai Wilson 33130 Bègles 05 57 35 65 80

TTAB MERIGNAC 4 rue Gutenberg 33700 MĂŠrignac 05 57 00 10 20

TTAB LA TESTE 41, av.de lâ&#x20AC;&#x2122;AĂŠrodrome 33260 La Teste 05 57 52 81 70

      

â&#x2122;Ś  

       â&#x2122;Ś   !& â&#x2122;Ś      â&#x2122;Ś   â&#x2122;Ś 

   â&#x2122;Ś 

!%

!" 

          $$$#" $    


E Â&#x2026;lÂ&#x2026;g !DĂ&#x152;9;;Ă K9M;Jz<AL:9F;9AJ= <=KHE=KĂ&#x152;9EzDAGJ=

!D=KLJ9N9ADD=MJKAF<zH=F<9FLKKLJ=KKzK 9MLJ9N9AD

EYd_jÂ&#x2026;mf]dYZgja]mk]j]hjak]$d]kÂ&#x2026;lYZdakk]e]flkZYf[Yaj]k^afYf[]fl hdmk^Y[ad]e]fld]kHE=&D]kklYlaklaim]k\]dY:Yfim]\]>jYf[] e]ll]fl]fYnYflmf]Ym_e]flYlagf\]khjÂ&#x2021;lk\]-$0]flj]eYjk *()(]leYjk*())&ž<]hmakkapegak$dYkalmYlagf]klklYZd]Âż$Y^^aje] =dakYZ]l`Cj]eh$j]khgfkYZd]\]dĂ&#x152;gZk]jnYlgaj]\]k]flj]hjak]kdY :Yfim]\]>jYf[]$afl]jjg_Â&#x2026;]hYjd]kz[`gk&;]j]_Yaf\][gf^aYf[] kĂ&#x152;]phdaim]hYjdYj]dYlan]j]hjak]eYakYmkkahYjdY[jÂ&#x2026;Ylagf\]dY EÂ&#x2026;\aYlagf\m[jÂ&#x2026;\al]f*((0&EYakeYd_jÂ&#x2026;[]ll]]eZ]dda]$d]k\aja_]Yflk \Ă&#x152;]flj]hjak][gfka\Â&#x2020;j]flYngaj]f[gj]\meYd]ehjmfl]j&*/ \Ă&#x152;]flj]]mpYkkmj]flYngaj\]k\a^^a[mdlÂ&#x2026;k\Â&#x2026;[jg[`]j\]k[jÂ&#x2026;\alk \Ă&#x152;afn]klakk]e]flgm\Ă&#x152;]phdgalYlagf&D]ZYjgeÂ&#x2020;lj]CHE?%;?HE= jÂ&#x2026;nÂ&#x2020;d]Ymkkamf]Ymlg[]fkmj]&Hdmk\Ă&#x152;mfimYjl\]kHE=Y\e]ll]fl k]j]klj]af\j]\Yfkd]mjkafn]klakk]e]flk]ld]mjk\]eYf\]k YmhjÂ&#x2020;k\]kZYfim]k& :YjgeÂ&#x2020;lj]CHE?%;?HE=$Ynjad*())

Kad]kljYnYadd]mjkaf\Â&#x2026;h]f\Yflk [gehgkÂ&#x2026;k,(\Ă&#x152;YjlakYfk!$f] kgflhYkkgmeakdYhj]kkagf\]dYkmZgj\afYlagf$adkkgfl]phgkÂ&#x2026;k Ympjakim]khkq[`gkg[aYmp[gee]d]jÂ&#x2026;nÂ&#x2020;d]mf]Â&#x2026;lm\]jÂ&#x2026;YdakÂ&#x2026;]hYj dĂ&#x152;AFK=JEhgmjd]JKA JÂ&#x2026;_ae]kg[aYd\]kaf\Â&#x2026;h]f\Yflk!&D]kljYnYadd]mjk af\Â&#x2026;h]f\Yflkgflmf]hdmk^YaZd]]khÂ&#x2026;jYf[]\]na]im]dYegq]ff] \]kljYnYadd]mjk&D]mjk`gjYaj]k\]ljYnYadjYddgf_]]phdaim]fl hYjla]dd]e]fld]klj]kk\gfladkkgflna[lae]k ,-ljYnYadd]flhdmk \]-(`]mj]khYjk]eYaf][gflj]+hgmjd]kkYdYjaÂ&#x2026;k!&DĂ&#x152;akgd]e]fl hjg^]kkagff]d$dY\ae]fkagfÂ&#x2026;eglagff]dd]\]kj]dYlagfkYn][d]hmZda[ ]ldĂ&#x152;afkÂ&#x2026;[mjalÂ&#x2026;\]kj]n]fmk[gfljaZm]flÂ&#x2026;_Yd]e]fl[]eYd%Â&#x2021;lj]&Hgmj f]ja]fYjjYf_]j$adkgflegafkj][gmjkYmphj]klYlagfkkg[aYd]k&9afka$ k]md]e]fl0$*\Ă&#x152;]flj]]mpgflZÂ&#x2026;fÂ&#x2026;^a[aÂ&#x2026;\Ă&#x152;mfYjjÂ&#x2021;l\]ljYnYad$[gflj] *(hgmjd]kkYdYjaÂ&#x2026;k&EYd_jÂ&#x2026;lgml$d]kaf\Â&#x2026;h]f\Yflk[gfk]jn]flmf] nakagfhgkalan]\]d]mjÂ&#x2026;lYl\]kYflÂ&#x2026;& =fimÂ&#x2021;l]Afk]jehgmjd]JKA$bmaf*())

!JzKMDL9LKEALA?zKHGMJDĂ&#x152;=AJD K]dgfd]eafaklÂ&#x2020;j]\]dĂ&#x152;z[gfgea]$d]klYlml\Ă&#x152;]flj]hj]f]mjaf\ana\m]d j]khgfkYZadalÂ&#x2026;daealÂ&#x2026;] =AJD!$fĂ&#x152;YYllajÂ&#x2026;im]*-((YjlakYfkYmhj]ea]j k]e]klj]*())&;]ZadYf\Â&#x2026;[]nYflkĂ&#x152;]phdaim]hjaf[ahYd]e]flhYj dY^jadgkalÂ&#x2026;\]kZYfim]k$]f[gj]jÂ&#x2026;la[]fl]khjÂ&#x2021;l]jYmpYjlakYfk fĂ&#x152;]f_Y_]Yflhdmkd]mjkZa]fkh]jkgff]dk[gee]_YjYfla]&HgmjlYfl$ \]k\akhgkala^k[geh]fkYlgaj]k]pakl]fl&GkÂ&#x2026;g]ldYKg[aÂ&#x2026;lÂ&#x2026;\][Ymlagf emlm]dd]\]dĂ&#x152;YjlakYfYl KaY_a!hjghgk]flmf]ž_YjYfla]Â&#x2026;dYj_a]Âż& =dd]h]mlYll]af\j]0(\megflYfllglYdhgmjd]k[jÂ&#x2026;Ylagfk]p%fa`adg ]l/(hgmjd]kj]hjak]k\Ă&#x152;]flj]hjak]&DY[`Yjl]ka_fÂ&#x2026;]hYj>jÂ&#x2026;\Â&#x2026;ja[ D]^]Znj] K][jÂ&#x2026;lYaj]\Ă&#x152;zlYl[`Yj_Â&#x2026;\]dĂ&#x152;9jlakYfYl]l\]kHE=!]ldY >Â&#x2026;\Â&#x2026;jYlagfZYf[Yaj]^jYfÂ&#x201E;Yak] >:>!\]njYalh]je]llj]\]jYkkmj]jd]k ZYfim]k]lYafka\]^Yaj]\Â&#x2026;[gdd]jd]fgeZj]\Ă&#x152;=AJD& KlYlaklaim]k\meafaklÂ&#x2020;j]\]dĂ&#x152;z[gfgea]$)]jljae]klj]*())

L9:D=9M<=:GJ< KG;A9D Â&#x153;Kea[Ym)]jbYfna]j*())21E'`]mj]kgal)+.-E'egak +-`]mj]k! Â&#x153;Eafaeme_YjYfla2+$+. Â&#x153;HdY^gf\e]fkm]d\]dYKÂ&#x2026;[mjalÂ&#x2026;kg[aYd]*()(2*1,.E Â&#x153;LYmp\][`Â?eY_]21$-Ym)]jljae]klj]*()( Â&#x153;:YjÂ&#x2020;e]k\]^jYak*())2j]hYk`gjk\]kdg[Ymp \]dĂ&#x152;]flj]hjak]20$+(E3j]hYkdgjk\Ă&#x152;mf\Â&#x2026;hdY[]e]fl hjg^]kkagff]d2)/$)(E3dg_]e]fl]lh]lal\Â&#x2026;b]mf]j ,-$-(E .)$*(EHYjak]l\Yfkd]k\Â&#x2026;hYjl]e]flk1*$1+$1,!

HJAP

Adkgfl\al ž=fbmadd]l$d]khjapgflZYakkÂ&#x2026; \]($,&;]kgfl\]Zgff]k fgmn]dd]k&DY[gfkgeeYlagf Â&#x2026;lYfld]egl]mj\]dY[jgakkYf[] ^jYfÂ&#x201E;Yak]$lgml]Ym_e]flYlagf _Â&#x2026;fÂ&#x2026;jYd]\]kaehÂ?lkk]jYalmf fgf%k]fkÂ&#x2026;[gfgeaim]&Ad^Yml ZYakk]jd]k\Â&#x2026;h]fk]khmZdaim]k&Âż >jÂ&#x2026;\Â&#x2026;ja[D]^]Znj]$K][jÂ&#x2026;lYaj] \Ă&#x152;zlYlYmHE=]ldĂ&#x152;9jlakYfYl&

Â&#x153;Af\a[]\]khjapdY[gfkgeeYlagf]fbmadd]l*())2 )*+$,( #)$1kmjmfYf! =fk]eZd]\]keÂ&#x2026;fY_]k$lYZY[af[dmk$ZYk])((]f)110

žLgmkd]kka_fYmpkgfl\Yfk d]jgm_]2dĂ&#x152;Y[lanalÂ&#x2026;]klYmjYd]fla$ dY[gfbgf[lmj]Â&#x2026;[gfgeaim] afl]jfYlagfYd]afklYZd]$ d]k^afYf[]e]flk\a^^a[ad]k ljgmn]j&Âż B]Yf%EYj[DYegmaddÂ&#x2026;$ \aj][l]mj\]dYkljYlÂ&#x2026;_a] [`]r>a\m[aYd$[YZaf]l\][gfk]ad YmpLH=

>=MN=JL D][`a^^j]\Ă&#x152;Y^^Yaj]k_dgZYd \]k]flj]hjak]k\]dĂ&#x152;YjlakYfYl ]l\m[gee]j[]\]hjgpaealÂ&#x2026; Yhjg_j]kkÂ&#x2026;\]*Ymhj]ea]j ljae]klj]*())hYjjYhhgjldY eÂ&#x2021;e]hÂ&#x2026;jag\]]f*()(& =fimÂ&#x2021;l]kMH9'A#;$jÂ&#x2026;YdakÂ&#x2026;]]flj]Ynjad]l bmadd]l*())YmhjÂ&#x2020;k\]+)-(]flj]hjak]k\] dĂ&#x152;YjlakYfYl]l\m[gee]j[]\]hjgpaealÂ&#x2026;

+0 D]egf\]\]kYjlakYfk k]hl]eZj]%g[lgZj]*()) M

M

Â&#x153;Af\a[]\m[gÂ&#x2022;l\]dY[gfkljm[lagfYm)]jljae]klj]*())2 )--,

>AF9F;= Â&#x153;LYmp\Ă&#x152;aflÂ&#x2026;jÂ&#x2021;l=mjaZgj+egak *+YgÂ&#x2022;l!2)$+,/ Â&#x153;LYmp\Ă&#x152;aflÂ&#x2026;jÂ&#x2021;l=mjaZgj)*egak *+YgÂ&#x2022;l!2*$(/;]klYmpk]jn]fl\]ZYk]Ym[Yd[md\]k^afYf[]e]flk hjghgkÂ&#x2026;khYjd]kZYfim]k]ldĂ&#x152;af\]pYlagf\]k[jÂ&#x2026;\alk lYmpnYjaYZd]& Â&#x153;LYmp^ak[Yd\]kaflÂ&#x2026;jÂ&#x2021;lk\]j]lYj\2($(+hYjegak ($+.hYjYf!

>=MGJ9F?= K]md]e]fl*1\]kLH=%HE= j]fÂ&#x2026;_g[a]fld]mjk[gfljYlk \Ă&#x152;YkkmjYf[]&./\]k[gfljYlk kgflj]fgmn]dÂ&#x2026;khYjlY[al] j][gf\m[lagf$d]kLH=%HE= ^gfl\gf[h]mbgm]j dY[gf[mjj]f[]& zlm\]LFK\aj][lhgmj;gehYf]g$ ^Â&#x2026;nja]j%eYjk*())

<]hmakdY[jak]^afYf[aÂ&#x2020;j] \]*((0$d]k\aja_]Yflk\]HE= gfl[gfklYlÂ&#x2026;mf][`ml]\] d]mjjÂ&#x2026;emfÂ&#x2026;jYlagf\])- hgmjlgeZ]jegafk\]+(((& zlm\]A^ghhgmj>a\m[aYd$ eYa*())


FNAC PRO : BOOSTEZ VOTRE BUSINESS ! Un service dĂŠdiĂŠ aux professionnels et aux entreprises



  

   

     

fnacpro.com       

0969 32 77 00

LES AVANTAGES POUR LES PROFESSIONNELS : sUn site internet et un call center dĂŠdiĂŠs exclusivement aux professionnels. sDes prix bas et des offres commerciales rĂŠservĂŠes. sToute lâ&#x20AC;&#x2122;offre de la Fnac avec des produits exclusifs.

*Appel non surtaxĂŠ depuis un poste ďŹ xe du lundi au vendredi de 9h Ă  18h. Sauf jours lĂŠgalement chĂ´mĂŠs et sauf interdiction lĂŠgislative ou rĂŠglementaire.

Retrouvez ĂŠgalement tous les services Fnac pro dans les magasins Fnac VĂŠlizy, La DĂŠfense, OdĂŠon, Noisy-le-Grand, Lyon Bellecour, Toulouse Micro, Lille et Rennes


9 hhj]flakkY_]?ajgf\] RGGE

DĂ&#x152;9;LM9DALz<M;>9<=D9;@9E:J= <=EzLA=JK=L<=DĂ&#x152;9JLAK9F9L DYj]fljÂ&#x2026;]\m;>9 O PĂ´le Alimentation : augmentation gĂŠnĂŠrale du nombre dâ&#x20AC;&#x2122;apprentis de 8 %. Les formations Boulangerie et Pâtisserie ont une nouvelle fois remportĂŠ un grand succès. O PĂ´le Automobile : augmentation de EFMFGGFDUJGFO$"1.BJOUFOBODF des VĂŠhicules Automobiles. En revanche, il a ĂŠtĂŠ observĂŠ une baisse sur les autres NĂ&#x160;UJFST $BSSPTTFSJF $FTUVOFSFOUSĂ&#x160;F contrastĂŠe pour la filière automobile qui, NBMHSĂ&#x160;VOFIBVTTFFOGPSNBUJPO$"1  observe une baisse gĂŠnĂŠrale de 0,46 %. O PĂ´le BeautĂŠ : le Bac Pro coiffure a rĂŠalisĂŠ une excellente rentrĂŠe mais la forNBUJPO$"1FTUFOCBJTTFDFRVJFOUSBĂ?OF une diminution totale des effectifs de 12,65 %. ŠDFKPVS MF$'"FTUEPODFOQSPJFĂ&#x2020;VOF baisse totale de 0,95 % des effectifs, MAIS, la rentrĂŠe nâ&#x20AC;&#x2122;est pas encore terminĂŠe ! Les futurs apprentis ont encore jusquâ&#x20AC;&#x2122;Ă  la fin du mois dâ&#x20AC;&#x2122;octobre pour intĂŠgrer les formations de lâ&#x20AC;&#x2122;Institut des MĂŠtiers.

=pYe]fk2\]klYmp\]jÂ&#x2026;mkkal] ]f[gfklYfl]Ym_e]flYlagf Ă&#x20AC; lâ&#x20AC;&#x2122;issue de cette annĂŠe 2010-2011, câ&#x20AC;&#x2122;est près de 443 jeunes apprentis qui vont sortir diplĂ´mĂŠs, soit 12 % de plus que lâ&#x20AC;&#x2122;annĂŠe prĂŠcĂŠdente. Une ĂŠvolution bienvenue qui permet de rĂŠpondre aux besoins en recrutement des entreprises artisanales. Un chiffre en constante progression depuis plusieurs annĂŠes. Le taux de rĂŠussite moyen avoisine les 80 %. Il concerne tous les mĂŠtiers. En UĂ&#x2039;UF MFT$"1&TUIĂ&#x160;UJRVF  $"1 Maintenance cycle (91,67 %) et les $"1 1Ă&#x201E;UJTTJFS     &O EJGGJDVMUĂ&#x160;  MFT $"1 3Ă&#x160;QBSBUFVS FO DBSSPTTFSJF   FU$"1$IBSDVUJFSUSBJUFVS (60 %). Arriveront en novembre les SĂ&#x160;TVMUBUTEFT#1$PJGGVSFFU&TUIĂ&#x160;UJRVF pour lesquels les ĂŠpreuves se dĂŠrouleront au mois dâ&#x20AC;&#x2122;octobre. Les clefs du succès : une orientation de

,( D]egf\]\]kYjlakYfk k]hl]eZj]%g[lgZj]*()) M

M

plus en plus choisie et non subie, une augmentation gĂŠnĂŠrale du niveau dâ&#x20AC;&#x2122;entrĂŠe des jeunes en formation (près de 20 % dâ&#x20AC;&#x2122;entre eux peuvent bĂŠnĂŠficier de dispenses et ainsi profiter de la construction dâ&#x20AC;&#x2122;un parcours de formation individualisĂŠ), une ĂŠquipe pĂŠdagogique aguerrie aux particularitĂŠs de lâ&#x20AC;&#x2122;alternance entre entreprise et centre de formation, et des maĂŽtres dâ&#x20AC;&#x2122;apprentissage impliquĂŠs dans la formation des jeunes. Une fois le prĂŠcieux sĂŠsame en poche, une majoritĂŠ dâ&#x20AC;&#x2122;entre eux sâ&#x20AC;&#x2122;insère directement dans la vie QSPGFTTJPOOFMMF TPVWFOUSFDSVUĂ&#x160;FFO$%* dans leur entreprise dâ&#x20AC;&#x2122;accueil en apprentissage, dâ&#x20AC;&#x2122;autres, de plus en plus nombreux, dĂŠcident de poursuivre leur formation en prĂŠparant un diplĂ´me de niveau supĂŠrieur EBOTMFVSNĂ&#x160;UJFS$FUUFEĂ&#x160;DJTJPOTFQSFOE dans la majoritĂŠ des cas en accord et avec lâ&#x20AC;&#x2122;encouragement du maĂŽtre dâ&#x20AC;&#x2122;apprentissaHF$FEFSOJFSZWPJUMBQPTTJCJMJUĂ&#x160;EFDPNplĂŠter son investissement en formation. La plupart des jeunes demeure ainsi dans leur entreprise dâ&#x20AC;&#x2122;accueil pour y prĂŠparer lâ&#x20AC;&#x2122;intĂŠgralitĂŠ dâ&#x20AC;&#x2122;une filière de formation. Dâ&#x20AC;&#x2122;autres, par choix personnel ou parce que leur entreprise ne dispose pas dâ&#x20AC;&#x2122;opportunitĂŠ de poste Ă  un niveau de qualification supĂŠrieure, sont amenĂŠs Ă  intĂŠgrer une nouvelle entreprise. 1PVSSĂ&#x160;QPOESFĂ&#x2020;DFUUFĂ&#x160;WPMVUJPO MF$'"

EFMB$IBNCSFEF.Ă&#x160;UJFSTFUEFM"Stisanat propose dĂŠsormais aux jeunes lâ&#x20AC;&#x2122;intĂŠgralitĂŠ des filières de formation QSPQSFĂ&#x2020;DIBRVFNĂ&#x160;UJFSFUDFMBEV$"1 au Bac + 2. Il se tient aussi Ă  la disposition des entreprises pour toutes les questions relatives aux filières de formation.

3

HDMK<Ă&#x152;AF>GK

ooo&afklalml\]ke]la]jk&[ge


HJ=KLA?= >=JJGFF=JA=

Fgk[da]flk fgmkhgmkk]fl j]d]n]j\]k\…^ak l][`fgdg_aim]k

H`glgk29ff]%;`jaklaf]?]a_

?maddYme]9jfgmp

;a%\]kkmk$eak]]fhdY[]\m^]maddY_]e…lYddaim]& Â\jgal]$\gjmj]dY^]madd]&

Adkaddmeaf]fld]khYdY[]k ?maddYme]]lKgh`a]9jfgmpkgfldYl‡l]\Ì9jl]l>dgjalm\]$ mf]]flj]hjak]\]dmeafYaj]k`Ymlk\]_Yee]&9\YhlYZadal…$kgmjaj]]l kYngaj%^Yaj]ljY\alagff]dkgfld]k[d…k\]d]mjkm[[†k&Dmea†j]kmj[][gmhd] \ÌYjlakYfkimaaddmeaf]d]khdmk_jYf\k`l]dk\megf\]& ,* D]egf\]\]kYjlakYfk k]hl]eZj]%g[lgZj]*()) M

M


Kgh`a]]l?maddYme]9jfgmp\ak[ml]fl\]kj]lgm[`]kYhhgjl]jYmdmeafYaj]& Â\jgal]$dmeafYaj]^Yal\]hYkladd]k]phgk…kmjmfKYdgfhjg^]kkagff]d& ;a%[gflj]$gh…jYlagf \ÌYbmkl]e]fl \]dY^]jjgff]ja]&

;

’est incroyable de se dire qu’on a fait ça ». Guillaume Arnoux n’en revient toujours pas. Pourtant, le luminaire de plus d’une tonne qui orne les murs de l’Hermitage, un somptueux palace monégasque, a bien été conçu dans son atelier de Beaulieu-sur-Loire (45). L’artisan est un enfant du luminaire. Son grandpère et sa mère vendaient déjà des lustres, mais c’est le premier à en fabriquer. En 1994, il reprend l’entreprise Art & Floritude, alors en décrépitude. Ferronnerie, martelage des feuilles de métal ou confection de fleurs de porcelaine, une fois les techniques de base maitrisées, l’artisan cherche à améliorer les processus de fabrication. En 98, Sophie, sa femme, le rejoint. « Au départ, on découpait des feuilles de fer à la main, devant la télé. Mais dès que le volume a augmenté, on est passés au découpage laser. C’est plus rapide et ça nous évite d’avoir les mains en feu », justifie-t-il. Spécialisés dans les luminaires « inspiration XVIIIe siècle », ils décident en 2005 de diversifier leur production pour toucher un nouveau public, en se tournant vers des œuvres plus modernes. L’entreprise, qui produisait principalement pour des magasins de décoration, commence à intéresser les décorateurs et architectes

d’intérieur. « C’est ce qui nous a permis de survivre à la crise », explique Guillaume Arnoux. Si l’entreprise se porte bien, c’est aussi grâce à leur rencontre avec Pierre-Yves Rochon, « un des meilleurs designers du monde ». Depuis leur première collaboration, le couple multiplie les chantiers dans les hôtels prestigieux, en France et à l’étranger. Mais l’artisan n’oublie pas l’importance du travail et l’implication de son équipe, majoritairement féminine. « Nos clients nous poussent à relever des défis technologiques. Sans leur capacité d’adaptation, nous n’y arriverions pas », assure-t-il. Pour les épauler, il a récemment mis en place un bureau d’études interne pour satisfaire les exigences de leurs clients fortunés. « Certains clients viennent même avec un tube de rouge à lèvres ou un gant de toilette pour nous montrer la couleur qu’ils désirent », s’amuse-t-il. Aujourd’hui, ils possèdent un show-room à Shanghai, un autre à Milan, des agents au Benelux, aux USA et en Chine. Poussés par le « besoin de créer », Guillaume et Sophie Arnoux ne comptent pas s’arrêter là. « Nous continuerons de produire à la main et nous resterons artisans », assure le couple. Emmanuel DANIEL

)11,

)110

*((-

*((/

*())

?maddYme]9jfgmp j]hj]f\dYkg[a…l…\] dmeafYaj]k9jl>dgjalm\] Yn][kYe†j]&

;gfkljm[lagf \]d]mjkhjghj]kdg[Ymp&

JY[`Yl\]dÌ]flj]hjak] :]fgalNa]mZd]\$ hdmk[gfl]ehgjYaf]& =eZYm[`]\]dY [afima†e]]ehdgq…]&

Hgk]mfhdY^gffa]j\] ))e†lj]k\]dgf_\Yfkd] j]klYmjYfldgf\gfa]f\] HYmd<m[Ykk]&

DÌ]flj]hjak]$Yn][k]kf]m^ ]ehdgq…k$emdlahda]d]k [`Yfla]jkhj]kla_a]mp\] hYjd]egf\]&

;a%\]kkgmk$dmeafYaj] \]dY[gdd][lagf ¾afkhajYlagfn…_…lYd]¿&

¾

3

;GFL9;L2

ooo&Yjl]l^dgjalm\]&^j'

,+

D]egf\]\]kYjlakYfkMk]hl]eZj]%g[lgZj]*())M


A falaYlan]k HJzH9J9LAGFÂD9>AF9D=AFL=JF9LAGF9D=<=KGDQEHA9<=K<=KEzLA=JK

D9HJ=KKAGFEGFL= Hgmjhj…hYj]jdY^afYd]afl]jfYlagfYd]\]kGdqehaY\]k\]ke…la]jk$imak]\…jgmd]jY]fg[lgZj] Dgf\j]k$d̅imah]\]>jYf[]]klj…mfa]dÌAfklalmlfYlagfYd\mkhgjl]l\]dÌ]ph]jlak]h`qkaim] Afk]h!& ;gmjk]ha]\$khgjlk[gdd][la^k]lhj…hYjYlagfe]flYd]kgflYme]fm&

B

e n’ai plus que ça en tête ». À trois mois de la finale internationale des Olympiades des métiers, Maxence Barbot, 21 ans, candidat en cuisine, peine à penser à autre chose. « Je remercie d’ailleurs mes proches qui m’écoutent en parler à longueur de journée », s’exclame-t-il. Réunis à l’Insep pour un deuxième stage de préparation physique et mentale, les quarante-quatre membres de l’équipe de France des métiers s’entraînent dur pour être prêts en octobre. « J’ai fait une feuille de route quotidienne en plus des stages imposés », explique Maxence. « Je m’organise tous les jours en fonction du concours, renchérit Loïc Royer, 22 ans, candidat en menuiserie. Sans la préparation, on ne pourrait pas décrocher de bonnes places. C’est un avantage par rapport à nos concurrents. »

¾

Mf]hj…hYjYlagf\][`Yehagfk Pour arriver dans des conditions optimales à Londres, les compétiteurs peuvent compter sur les préparateurs physiques et mentaux de l’Insep. « Le but est qu’ils arrivent en bonne forme pour favoriser la récupération. Nous travaillons pour qu’ils soient al dente pour le concours », ironise le coach Cairaschi. Habitués à encadrer des sportifs professionnels, les préparateurs traitent l’équipe de France des Métiers avec la même exigence. Footing, étirement, kiné et activités sportives du matin au soir. « Ils sont comparables à des athlètes. Ils veulent réaliser un exploit. Pour les aider, on leur fait grimper trois fois l’Everest pendant le stage pour qu’ils puissent le franchir le jour du concours », métaphorise-t-il. Une méthode que les jeunes champions semblent apprécier. Pour Marine Sarrazin, 22 ans, candidate en soins esthétiques, « c’est pareil que le sport. Il faut aller au bout même si ça fait mal ».

J]hj…k]fl]jkgfhYqk Si les candidats ne rechignent pas à la tâche, c’est qu’ils nour-

,, D]egf\]\]kYjlakYfk k]hl]eZj]%g[lgZj]*()) M

M

rissent de grandes ambitions. « J’ai toujours rêvé de porter le survêtement de l’équipe de France, témoigne Maxence Barbot, galvanisé à l’idée de concourir en bleu, blanc, rouge. Je vise au moins le podium, l’or… ce serait génial ». Non moins motivée, Marine Sarrazin est consciente du poids qui pèse sur ses épaules. « Je représente la France et ma profession au niveau mondial. Je veux que ma participation contribue à la reconnaissance et à la valorisation des soins esthétiques. Du coup, j’ai beaucoup de pression car je ne travaille pas seulement pour moi. Je n’ai pas le droit de décevoir », déclare-t-elle avec passion. Si le moral est bon, les candidats n’oublient pas de se remettre en question. « Je veux faire découvrir le métier au grand public et voir ce que je vaux, raconte Loïc Royer, avant de douter. Suis-je assez performant ? On n’a pas de recul. On ne connaît pas nos adversaires ni la façon dont ils s’entraînent. De mon côte, je suis bien préparé et j’ai toutes mes chances », se rassure-t-il.

Hj]kkagf]l\…l]jeafYlagf Pour supporter la pression grandissante, le soutien des autres membres de l’équipe est bénéfique. « On parle de nos expériences, de ce qu’on ressent et ça nous aide à relativiser », glisse Maxence Barbot. « On mange ensemble, on court ensemble et on aide les retardataires. On se soutient mutuellement », observe Baptiste Barraud, 19 ans, candidat en maintenance aéronautique. La présence d’anciens candidats qui ont déjà vécu le stress de la compétition internationale est également appréciable. Enfin, pour triompher, l’équipe de France des métiers dispose de deux atouts notables, une mascotte et un cri de guerre : « Force, Respect, Compétence, c’est la France ». Ce slogan relève autant de la démonstration de force que de l’esprit d’équipe. « Ça nous secoue, on sent notre force et ça impressionne l’adversaire », souligne malicieusement Marine Sarrazin. Les intéressés sont prévenus, l’équipe de France des métiers arrive motivée et déterminée.


G j_YfakYlagfkhjg^]kkagff]dd]k?ajgf\]

<z>=F<J=D=KAFLzJĂ?LK<=;@9IM= :J9F;@=<Ă&#x152;9;LANALz9JLAK9F9D= D]k;`YeZj]k\]eÂ&#x2026;la]jk]l\]dĂ&#x152;YjlakYfYlgflhgmjng[Ylagf\]j]hjÂ&#x2026;k]fl]jdĂ&#x152;9jlakYfYl$\Ă&#x152;mf]eYfaÂ&#x2020;j] g^^a[a]dd]$YmhjÂ&#x2020;k\]khgmngajkhmZda[k&D]kGj_YfakYlagfkHjg^]kkagff]dd]kgflimYfl]dd]khgmj eakkagf\]\Â&#x2026;^]f\j]]l\Ă&#x152;Ya\]jd]k]flj]hjak]k]p]jÂ&#x201E;YflmfeÂ&#x2021;e]eÂ&#x2026;la]jgmYhhYjl]fYflmfeÂ&#x2021;e] k][l]mj\Ă&#x152;Y[lanalÂ&#x2026;&=dd]k[gfklalm]flÂ&#x2026;_Yd]e]flmfda]m\Ă&#x152;Â&#x2026;[`Yf_]k]l\]j]f[gflj]k]flj] hjg^]kkagff]dk& Mf]gj_YfakYlagf hYj[gf^Â&#x2026;\Â&#x2026;jYlagfk$ j]_jgmhÂ&#x2026;]k]fgj_YfakYlagfk afl]jhjg^]kkagff]dd]k La majoritĂŠ des Organisations Professionnelles sont regroupĂŠes en $POGĂ&#x160;EĂ&#x160;SBUJPOT  DPSSFTQPOEBOU Ă&#x2020; trois grandes branches de mĂŠtiers : Alimentation, Bâtiment, Production et Services. $FT0SHBOJTBUJPOT1SPGFTTJPOOFMMFTTPOU chargĂŠes de dĂŠfendre la branche dâ&#x20AC;&#x2122;activitĂŠ quâ&#x20AC;&#x2122;elles reprĂŠsentent. Elles sont elles-mĂŞmes rĂŠunies en Organisations Interprofessionnelles. OLâ&#x20AC;&#x2122;UPA (Union professionnelle artisaOBMF  SĂ&#x160;VOJU MB $BQFC $POGĂ&#x160;EĂ&#x160;SBUJPO de lâ&#x20AC;&#x2122;artisanat et des petites entreprises EVCĂ&#x201E;UJNFOU MB$("% $POGĂ&#x160;EĂ&#x160;SBUJPO gĂŠnĂŠrale de lâ&#x20AC;&#x2122;alimentation en dĂŠtail) et la $OBNT $POGĂ&#x160;EĂ&#x160;SBUJPOOBUJPOBMFEFMBStisanat des mĂŠtiers et des services). O-B''# 'Ă&#x160;EĂ&#x160;SBUJPOGSBOĂ&#x2030;BJTFEVCĂ&#x201E;UJment) regroupe les mĂŠtiers du bâtiment. O  -F $JEVOBUJ $POGĂ&#x160;EĂ&#x160;SBUJPO Intersyndicale de DĂŠfense et dâ&#x20AC;&#x2122;Union Nationale dâ&#x20AC;&#x2122;Action des Travailleurs IndĂŠpendants).

Mf]eakkagf[]fljYd] hgmj[`Yim]gj_YfakYlagf2 dY\Â&#x2026;^]fk]\]kaflÂ&#x2026;jÂ&#x2021;lk \mk][l]mjj]hjÂ&#x2026;k]flÂ&#x2026; O$IBRVFPSHBOJTBUJPOQSPGFTTJPOOFMMF siège au sein de nombreux organismes publics oĂš elle porte la voix des mĂŠtiers RVFMMFSFQSĂ&#x160;TFOUF$PNNJTTJPOEĂ&#x160;QBStementale des impĂ´ts, Tribunal des BGGBJSFTEFMB4Ă&#x160;DVSJUĂ&#x160;TPDJBMF $POTFJMEF QSVEIPNNFT 6STTBG $BJTTFEBTTVSBODFNBMBEJF $BJTTFE"TTVSBODFWJFJMMFTTF EFTBSUJTBOT $"' %JSFDUJPOEĂ&#x160;QBSUFNFOtale du travail, de lâ&#x20AC;&#x2122;emploi et de la formation professionnelle, Ă&#x2030;ducation nationale, $IBNCSFEFNĂ&#x160;UJFSTFUEFMBSUJTBOBUw

,. D]egf\]\]kYjlakYfk k]hl]eZj]%g[lgZj]*()) M

M

OLes organisations interprofessionnelles se mobilisent sur les problèmes communs Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;ensemble des secteurs de lâ&#x20AC;&#x2122;Artisanat, en concentrant efforts et moyens.

<]kk]jna[]khgmjd]kY\`Â&#x2026;j]flk OConseils, informations et soutien OSocial-Fiscal : salaires, conventions col-

lectives, vĂŠrification des impĂ´ts et taxes. OĂ&#x2030;conomie : ĂŠtudes de prix, ĂŠtudes de marchĂŠ, subventions, qualifications. OTechnique : documentations, normes professionnelles. OFormation : stages de perfectionnement des connaissances en matière de gestion et de technique.

HgmjimgaY\`Â&#x2026;j]jmf] gj_YfakYlagfhjg^]kkagff]dd]7 ONe pas ĂŞtre isolĂŠ, en rencontrant des DIFGT EFOUSFQSJTF FYFSĂ&#x2030;BOU MF NĂ&#x2039;NF mĂŠtier, et bĂŠnĂŠficier dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠchanges fructueux. ODonner les moyens Ă  son secteur de se dĂŠfendre et garantir ses intĂŠrĂŞts. OObtenir un soutien efficace en cas de difficultĂŠs. OBĂŠnĂŠficier de nombreux services dâ&#x20AC;&#x2122;aide au perfectionnement de son savoir-faire pour offrir un travail de qualitĂŠ. ODisposer de tous les atouts pour la rĂŠussite de son entreprise.

 ;gehgkYfl]k\]dĂ&#x152;MH9++ j]hjÂ&#x2026;k]flÂ&#x2026;]kdY;`YeZj] \]EÂ&#x2026;la]jk]l\]dĂ&#x152;9jlakYfYl\]dY?ajgf\]! ;Yh]Z++ ;gf^Â&#x2026;\Â&#x2026;jYlagf\]dĂ&#x152;YjlakYfYl]l\]kh]lal]k]flj]hjak]k\mZÂ&#x20AC;lae]fl Â&#x153;HjÂ&#x2026;ka\]fl2E&Ea[`]d<megf Â&#x153;9\j]kk]2D]kZmj]Ymp\mDY[%:Â&#x20AC;lae]fl-$)]jÂ&#x2026;lY_]$)*Yn]fm]\];`YnYadd]k$ ++-*-:jm_]k;]\]p%LÂ&#x2026;d&2(--.))/(/(%>Yp2(--.*1)1*-%EYad2[Yh]Z++8oYfY\gg&^j Â&#x153;Kal]Afl]jf]l2ooo&[Yh]Z++&^j Â&#x153;K][jÂ&#x2026;lYjaYlgmn]jl20`)*`+($)+`+()/`\mdmf\aYmn]f\j]\a

;?9<++ ;gf^Â&#x2026;\Â&#x2026;jYlagf_Â&#x2026;fÂ&#x2026;jYd]\]dĂ&#x152;Ydae]flYlagf]f\Â&#x2026;lYad Â&#x153;HjÂ&#x2026;ka\]fl2E&BgÂ&#x2C6;dEYmna_f]q Â&#x153;9\j]kk]2+Yn]fm]B]Yf%EYrYja[c$++/((EÂ&#x2026;ja_fY[%LÂ&#x2026;d&2(--.1/0+.,%>Yp2(--.)**0*(

;F9EK?ajgf\] ;gf^Â&#x2026;\Â&#x2026;jYlagffYlagfYd]\]dĂ&#x152;YjlakYfYl$\]keÂ&#x2026;la]jk]l\]kk]jna[]k Â&#x153;HjÂ&#x2026;ka\]fl2E&zja[9_mddg Â&#x153;9\j]kk]2,.Yn]fm]?Â&#x2026;fÂ&#x2026;jYd%\]%DYjeafYl$++(((:gj\]Ymp%LÂ&#x2026;d&2(--.100(/.% >Yp2(--.*,+(0)

 9mlj]k^Â&#x2026;\Â&#x2026;jYlagfk]l[gf^Â&#x2026;\Â&#x2026;jYlagfk Dakl]9jlakYfk\]nglj]Yn]faj Â&#x153;HjÂ&#x2026;ka\]fl2:jmfg?YjYZgk Â&#x153;9\j]kk]2EYakgf\mZÂ&#x20AC;lae]fl]l\]kljYnYmphmZda[k$ImYjla]j\mDY[$++(0):gj\]Ymp ;]\]p%LÂ&#x2026;d&2(--.,+.)*+%>Yp2(--.,+.)*.%EYad2[gflY[l8\++&^^ZYlae]fl&^j Â&#x153;Kal]Afl]jf]l2ooo&\++&ZYlae]fl&^j

Mfagf\Â&#x2026;hYjl]e]flYd];a\mfYla\]dY?ajgf\] Â&#x153;HjÂ&#x2026;ka\]fl2E&<Yfa]dJgq]j Â&#x153;9\j]kk]2*+-Zgmd]nYj\9d^j]\%<Yf]q$+++((:gj\]Ymp$LÂ&#x2026;d&'>Yp2(--.1*0.+1 LÂ&#x2026;d&2(--.+)11((%EYad2[a\mfYla8gjYf_]&^j


   %0 

,0

         

*   ,0

   

 &

 ,0

  "  

+-*-'"+/%" ,$(' !"."#$ %"+

     

!  )  %  ,0

 


Le monde des artisans - octobre 2011  

Le magazine de la section gironde de la Chambre de Métiers et de l'Artisanat de Région Aquitaine

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you