Clutch Toulouse jan. 2016

Page 71

Electro Rockabilly Jazz progressif Rock - spoken word

MR OIZO

HAND IN THE FIRE (Ed Banger)

Comment promouvoir un nouveau morceau quand on est un réalisateur de talent ? Facile, sortir un court métrage éponyme détonant, Being Flat, et balancer la piste au cœur de l’action. Grosse lignes de basse, beats survoltés, Mr Oizo est bel et bien de retour aux affaires. Pour accompagner cet EP, Quentin Dupieux a fait équipe avec une des valeurs montantes de la scène électronique du moment, Charli XCX, nous offrant un très addictif Hand in the fire qui n’a pas fini d’enflammer les dancefloors. À découvrir de toute urgence avant d’aller voir ce drôle d’oiseau sur scène en mars du côté du Bikini. | M.L.

Les ennuis commencent

Love-o-rama (M. & Buzzbuzz)

Ça commence très fort, façon psycho surf. La suite revient vite dans le sillon du rockabilly pur, troué d’envolées électriques. Entre compos maisons et reprises (« 2 000 light years frome home » des Stones), Love-o-rama fait revivre le genre, tantôt avec déférence, tantôt en l’emmenant sur les rivages du blues-rock (l’harmonica de « The Godspell according to A.A. Newcomb », d’après le Brian Jonestown Massacre). Si elle donne envie de sortir les blousons noirs, la musique de ce groupe straight from Decazeville n’est certainement pas celle d’un musée 50’s figé. Mais elle colle la banane, ça c’est sûr. | B.O.

Initiative H

Dark Wave (Neuklang)

Avec un tel line-up, Initiative H aurait pu être un bœuf des meilleurs jazzmen de Toulouse. Mais ce big-band aventureux est bien plus que ça. À l’initiative du projet, David Haudrechy a réuni une douzaine de musiciens (Ferdinand Doumerc, Nicolas Gardel, Julien Duthu...) pour définitivement exploser le jazz. Rock, electro, pop - une reprise du « Time to pretend » de MGMT -, ce second album triture une matière sonore unique en compagnie d’invités de choix. Dont Médéric Collignon, sur un « Black out » qui colle des frissons. Ce pourrait être théorique et élitiste. C’est au contraire totalement euphorisant. | B.O.

The And

The And EP (Autoprod)

Ce n’est pas tous les jours qu’on a la joie de recevoir un vinyle à la rédaction. Ça fait déjà un bon point pour The And (oui, on est comme ça). Formé par Sok (ex-The Ex) et Nicolas Lafourest, déjà compagnons de route sur Cannibales & Vahinés (voir Clutch#36), le duo sort un premier EP où le spoken word se confronte à une guitare folk-bluesy rugueuse. Deux textes maisons complètent un ensemble composé à partir des mots de David Bowie, Bob Dylan ou du Captain Beefheart. Et tout ça sans accroc : sur un tempo feutré, les 6 titres s’enchaînent avec fluidité, rythmiques obsessionnelles découlant les unes des autres. | B.O. • 71