Issuu on Google+

Y aNoo le MAG Edito

Décembre 2010 - numéro 9

Chers coureurs, Neuvième numéro du magazine web, Yanoo le Mag. Le magazine fête son premier anniversaire. Bonne lecture et joyeuses fêtes de fin d’année Si vous souhaitez rédiger un article surtout n’hésitez pas à me contacter : christophe@yanoo.fr Christophe

Le sommaire du Mag ·

Sandra Levenez—Portrait

·

Le club de l’Endurance 72—présentation du club

·

Trail de l’Aven—3ième édition

·

Julien Le Coq fait son compte rendu des Templiers

·

Oxygen Challenge

·

Marathon de Nantes

·

Présentation du team Opel Endurance shop 22

·

Gérard Habasque second de la No Finish Line

·

Gwen Quéant—La Trans Canada 2011

·

Pierre Giffard le précurseur par Cartier

·

Romain Com au marathon de Chicago

·

Laurent Daridor speaker

·

Christian Delerue, président du CRCHS Bretagne

·

Le Grand Brassac

·

Adidas

·

Yanoo - plateforme inscription en ligne et nouveautés

·

Stéphane Gaschet au marathon de New York

·

Endorphinmag

·

Thierry Breuil—Portrait

Page 1


Sandra Lévenez— zoom sur la meilleure athlète bretonne Prof d’EPS, Sandra est Licenciée aux clubs de T.O. Cesson-Sévigné pour le Duathlon, à l’Athlétisme: A.L. CarhaixPlouguer pour l’athlétisme, et l’ U.C Carhaix pour le cyclisme. Quelques questions à Sandra afin de mieux la connaitre : Depuis combien de temps tu cours? J'ai débuté le cross / l'athlétisme à 11ans; auparavant, j'ai joué 4 ans au football à l'US Kergloff. Quels titres, meilleurs classements ? J'ai commencé à obtenir des résultats significatifs en cadette (15/16 ans); en junior, je deviens championne de France (cross et 3000m), et obtiens une médaille de bronze au championnat d 'Europe sur 3000m. En 2000, je gagne le titre « Espoir » lors du championnat de France de cross à Carhaix. Puis ensuite, j'ai donné la priorité à mes études, et si je réalise quelques performances intéressantes pendant ces années, je manque de régularité et ne progresse pas de façon « optimale ». Enfin en 2009, je termine 7ème au championnat de France de cross à Laval, puis 3ème en 2010 à La Roche/Yon. En duathlon, je prends 2 fois la 2ème place au championnat du Monde (2009 et 2010), et suis 2 fois championne de France (2007 et 2010). Pourquoi tu t'es mise au duathlon ? Lors des 5 années où j'ai privilégié mes études (2000/2005), je n'ai jamais pensé renouer avec la compétition de hautniveau; pour moi, mes belles années junior/espoir appartenaient au passé: une belle tranche de vie, pas de nostalgie, mais simplement consciente que cela avait constitué des moments agréables. Néanmoins, j'avais toujours cette passion de la course à pied car je courais 2/3 fois semaine. Puis par hasard, en juillet 2006, en vacances dans les Pyrénées avec des amis, j'ai loué un VTT sous l'insistance d'Eric Martin, passionné de vélo. J'ai immédiatement adhéré à cet effort, et curieuse de poursuivre l'aventure en éprouvant des sensations de « rapidité », j'ai acheté un vélo de route 2 mois plus tard. Et en 2007, je prends une licence au TOCC Cesson-Sévigné dans l'idée de faire du duathlon. Tu as un modèle en course à pied, ou vélo ou les 2 ? Lorsque j'ai débuté le cross et l'athlétisme (1990/1991), Marie-Pierre Duros remportait le titre de championne du Monde en salle (3000m) à Séville, et le titre de championne de France de cross-country à Laval...inutile donc de dire qu'elle représentait une référence!!! aujourd'hui, plus qu'un modèle ou sportif préféré, j'apprécie plutôt la performance sportive. Combien d'heure d'entrainement ? Comment tu organises au niveau entrainement sur la saison ? Hiver sans vélo par exemple ? En moyenne sur l'année, je m'entraîne 15 à 20 heures/semaine; en ce qui concerne l'organisation sur une année, il y a 2 temps « forts »: la saison de cross et la saison de duathlon, même si c'est un tout. Cependant, je n'oublie pas que je suis athlète de haut niveau au sein de la Fédération Française de Triathlon, donc le cross me permet de préparer la saison de duathlon et d'avoir des objectifs « hivernaux »; mais, finalement, les deux sont compatibles, ça m'arrange bien (lol)!!!! Par conséquent, un hiver sans vélo, c'est inenvisageable; la performance en duathlon se construit toute l'année, sans privilégier la course à pied au détriment du vélo ou inversement. avril), championnat de France (24 avril), et championnat du Monde (25 septembre). JO de londres en 2012, c'est possible ? ou le duathlon n'est pas représentée ? Si le duathlon dépend de la Fédération Française de Triathlon, au contraire du triathlon, cela n'est pas une discipline olympique. Suite > Page 2


Sandra Lévenez— suite Y a t-il des différences dans la mentalité du sportif duathlète et coureur ? Je pense que la mentalité du sportif n'est pas forcément liée à la discipline pratiquée; il y a toujours de belles rencontres, et je dirai même que les affinités avec un sportif d'une autre discipline sont toujours intéressantes car cela permet de découvrir une façon de s'entraîner, de gérer la compétition...Pour prolonger cette idée, j'irai même jusqu'à dire qu'en course à pied, il serait intéressant d'aller voir comment s'entraînent les triathlètes, car en triathlon, il y a beaucoup d'aspects liés à l'entraînement qui mériteraient d'être « copiés ».

Reviens sur ta superbe course à la roche sur Yon en 2010 où tu fais 3.. Tu t'y attends à cette place ? Les échéances régionales et interregionales précédents le championnat de France à la Roche/Yon s'étaient bien passées, l'entraînement tout au long de l'hiver aussi. Mais tous ces « bons » ingrédients, ce n'était pas la première fois dont je les disposais, et à chaque fois, je manquais la dernière marche au championnat de France. J'étais donc confiante mais prudente...

Pourquoi ne pas tenter des Europe de cross comme l'a fait Karine ? tu as le niveau pour cela ? Dans l'absolu, c'est vrai que le challenge serait intéressant à relever; pour cette année; j'avais songé à aller courir les 2 cross sélectifs (Allonnes et l'Acier), mais cette idée n'a pas duré très longtemps. Après le championnat du Monde de duathlon à Edimbourg, j'ai pris le temps de récupérer, je n'ai pas voulu brusquer les choses à la reprise, et début novembre était déjà là (lol)!!!! De plus, en repartant sur une planification annuelle, les exigences d'entraînement pour ces cross sélectifs auraient été trop contraignantes pour l'organisme à cette période de l'année. Ces 2 sports te conviennent ? pourquoi pas le triathlon ? En natation, j'ai des lacunes qui sont...rédhibitoires (lol). Plus sérieusement, si la course à pied et le vélo me prennent suffisamment de temps, cela ne m'empêche tout de même pas d'avoir un « équilibre », et de vivre tout à fait normalement. Dans mon cas, c'est avant tout cet équilibre entraînement / vie au quotidien qui me permet d'être performante et de prendre du plaisir.

Ton projet 2011 ? cross, des échéances importantes ? Dans l'ordre chronologique: championnat de France de cross (27 février), puis en duathlon le championnat d'Europe (17 avril), championnat de France (24 avril), et championnat du Monde (25 septembre). JO de londres en 2012, c'est possible ? ou le duathlon n'est pas représentée ? Si le duathlon dépend de la Fédération Française de Triathlon, au contraire du triathlon, cela n'est pas une discipline olympique.

Tu es à la limite d'être une professionnelle... pourquoi pas s'y mettre à 100% ? Je pense qu'il faut bien définir cette notion. Le professionnalisme en sport, c'est lorsqu'on vit financièrement de sa pratique sportive. Or, je ne vis pas de mes revenus en duathlon...je suis professeur d'EPS, et donc mes revenus c'est mon salaire de prof. Par contre, dans ma démarche, je suis « professionnelle » dans le sens où je suis détachée à mi-temps, et que le temps « libre » dégagé par cet aménagement, je le mets au service de l'entraînement. Merci Sandra et bonne préparation

Page 3


L’Endurance 72—Zoom sur le célèbre club de course sur route du Grand Ouest L’Endurance 72 est né il y a 12 ans ... Club Sarthois de course à pied on pourrait croire que c’est la continuité du club de la Flèche l'ESSA 72 (championne d’Europe de cross par équipe dans les années 90), mais en fait, il n’en est rien. Le projet de club de l’Endurance a été monté avec de nouvelles personnes même si de célèbres coureurs sarthois ont suivi le club comme Dominique Chauvelier, Mohamed Serbouti. L’Endurance 72 n’est pas un club comme les autres… Centré sur la course à pied, et le cross c’est un club FFA qui a pour objectif de monter et maintenir des équipes premières (et non élites) sur les cross et la route. Au centre Thierry Vilchien président (centre), Régis Pernet (en jaune) vice président, et Philippe Simier (à gauche) vice président. Depuis 3 ans, le club s’est dirigé vers la formation des jeunes sur la course à pied... Pourquoi ? Thierry Vilchien, Infirmer et nouveau président du club répond : « c’est une action nécessaire, car nous souhaitons les accompagner le plus longtemps possible dans notre club, et donc dans nos équipes séniors et vétérans. Il est toujours intéressant d'aller chercher des coureurs de très bon niveau en dehors de notre structure, de notre département mais nous pensons important de bien entraîner nos jeunes afin qu’ils puissent rentrer eux aussi dans ces équipes premières. Depuis 3 ans, c'est le projet du club... nous formons 45 jeunes à partir de cadet sur la course à pied. Nous sommes un club formateur avec en plus d’avoir des équipes de très bon niveau. » L’endurance 72 se dote de 350 adhérents. « Nous ne souhaitons pas de fossé entre les équipes premières et le reste des licenciés. Tout le monde est traité à la même enseigne ». Le club, situé au Mans, fait fasse à une très forte notoriété. « nous avons réussi à faire venir des coureurs très intéressés par notre encadrement, nos entraineurs, et surtout nos résultats. C’est eux qui en bénéficient le plus ». A savoir que les soirs d’entrainement sur la piste des sablons au Mans (côté Est du Mans), entre 50 et 80 coureurs arrivent à se rejoindre. Mais n’ayez crainte, tout est organisé pour que tout se passe à merveille… plus de 7 entraineurs, avec des groupes de coureurs par niveau. Chacun à son couloir, ses repères… et les entrainements se font…! L’endurance 72 ne prend comme licencié que les jeunes à partir de Cadet. Pas d’entrainement lié à l’athlétisme au sens large du terme, mais de l’entrainement course à pied ! Le club Sarthois se doit d’être structuré comme un très gros club sportif : conseil administration de 18 membres et un bureau de 6 personnes. Régis Pernet, commercial et vice president explique : « C’est un budget de 238 000 euros à l'année avec plus de 40 partenaires... « on les fidélise grâce aux résultats, nos athlètes. Prochainement nous allons proposer des évènements dédiés aux partenaires (petit déj, footing partenaire, rencontre athlète, stage...). » Dominique Chauvelier, présent depuis le début du club est le « porte parole » du club. Très sympa, il aide dans la démarche du club en apportant ses connaissances pointues du milieu. Dominique est un vrai meneur d'homme. L’Endurance 72 seul est la seule association dans le grand ouest à avoir une structure de course à pied avec un tel budget et de tes résultats. Le président Thierry Vilchien fait la comparaison de son club à celui du club de foot comme Auxerre. « Nous nous sentons plus proche de la structure du club de foot d'Auxerre par leur sérieux, leurs pieds sur terre, leur réussite sur le long terme, la formation des jeunes... L'argent c'est bien, mais il faut savoir bien le dépenser.. Le club a un rapport avec l'argent qui nous permet d’en avoir un usage intelligent.. Nous sommes confrontés à une réalité sociale de plus en plus difficile. Nous devons faire attention à tout cela. Nous ne sommes pas un club super élitiste. C’est un club avec et dans une dimension humaine et sociale... Nous devons faire attention à tous cela. » L’objectif des équipes premières du club est de chercher les titres par équipe en priorité... car en individuel c'est beaucoup plus compliqué. Le club n’a pas les moyens financiers de se doter des meilleurs coureurs français. L’Endurance 72 continue d’évoluer et de proposer pour ses licenciés. « Nous allons monter une structure trail et ultra pour 2011, comme par exemple un déplacement au 100km de millau avec plus de 20 personnes du club. Nous avons aussi une forte demande des adhérents pour le trail. C’est pourquoi nous avons mis 3 licenciés sur ce projet afin que ce projet voit le jour. » explique Régis Pernet. Ci-dessous le président (1ère photo) et vice président (4ième photo) qui courent au cross à Allonnes.

Page

4


3 ième édition du Trail de l’Aven—Organisé par Courir à Melgven et son équipe avec Fanny Cariou, Karine Pasquier, Yvon Tanné, Corentin Tanné, Anthony Legoanvic, Frederic Flao, Olivier Sergent, Philippe Cotten, Jean Louis Daoudal, Christophe Faligon. Les buts de ce trail sont très simples : à travers une organisation très simple, nous souhaitons vous faire découvrir nos terrains d’entrainements, et la beauté de notre campagne. Et vous allez voir, c’est vraiment sympa de courir dans la vallée de l’Aven … Perdu au milieu de nulle part, vous allez courir dans des chemins peu fréquentés, prairies privées, bois privé, sapinières, cours d’eau, et quelques côtes…. C’est fait pour que vous en preniez plein les yeux !! Eco responsable ? Oui, et c’est au cœur de nos priorités… Tout est pensé pour que les déchets soient diminués, et le tri bien fait. Le Trail de l’Aven a été soutien de la rénovation d’un chemin (résultats visibles le jour de la course). Nous invitons des handicapés à courir, des détenus, et aussi nous invitons gratuitement les femmes à courir sur le 12km afin de leur faire découvrir les joies de la course nature. Enfin, nos bénéfices sont redistribués à 3 associations Melgvinoises (Rubens : maladie enfant— Malicounda : projet humanitaire—Talenka : jeune asso Melgvinoise à caractère culturel envers les jeunes). PENSEZ A APPORTER VOS VETEMENTS ET CHAUSSURES de sport afin de les envoyer au Sénégal avec l’association Malicounda. PENSEZ A RESERVER V OTRE REPAS Le Trail c’est 5€ - pourquoi pas plus cher ? Pas besoin, et inutile ! Nous n’avons pas besoin de vous faire payer plus. Votre seule récompense sera une bière, une crêpe et une soupe ! Avec le parcours et la collation, vous en aurez pour votre argent !!

Page 5


Julien Le Coq raconte ses Templiers—il finit 19ième ….

Compte Rendu des TEMPLIERS En une image, cette course est résumée : Grandiose ! Forte délégation du Team Opel sur l’épreuve des Templiers. En effet, les courses commençaient dès le vendredi soir pour Arhur, Emilie et Sylvie qui participaient au Challenge (20 Km en Noz Trail le vendredi et 20 Km de jour le samedi). Un seul mot repassait en boucle dans leur bouche : énorme ! Delphine elle pour sa part participa à la K’DE trail ou elle finit seconde féminine sur une quinzaine de partantes. Laurent Choupault, lui, Tétine pour porte bonheur sur le Camel Back, participa au Marathon des Causses (42,5 km) le samedi après midi ; qu’il termina plus souriant qu’au départ et beaucoup plus détendu. Pour ce qui est de l’épreuve Reine, finit le beau temps… en avant les K’way, configuration Trail Breton qu’on aime bien, pluie et dénivelés au menu… et même boue pour Marc, passé quelques minutes après Fred et Julien dans des chemins à la limite du praticable. Pour ce qui est de ma course, évidemment le résultat est satisfaisant. Déjà finir est une petite victoire aux vue des difficultés du parcours et de la distance. 7 heures 23 min sera mon temps à l’arrivée. Le déroulement de la course en elle-même fut simple, gérer l’effort selon ses capacités, ne jamais se mettre dans le rouge ou se laisser emporter par un rythme qui n’est pas le sien. Le départ fut prudent pour tout le monde, ce qui me permit de rester dans le groupe des 20 premiers (compact) jusqu’au premier contrôle ravitaillement (23 Km). Ensuite l’allure s’est accentuée devant et le groupe s’est étiré…………pas de panique, encore beaucoup de kilomètres au programme. Bien s’alimenter et bien s’hydrater sont autrement plus important que de se speeder pour rester collé aux premiers. Ravitaillement N°2, 42 Km de parcourus… je devais faire le plein de boissons préparées le matin même et récupérer mes bâtons pour la suite de la course mais notre avance sur le tableau horaire pré établit la veille au soir et les difficultés d’accès aux ravitos pour notre équipe de suivi n’ont pas permis ce ravitaillement. Heureusement par sûreté, j’avais embarqué plus qu’il ne fallait d’eau et de barres énergétiques… Ce qui n’empêcha pas un coup de moins bien au kilomètre 51, interminable cette ascension… C’est là que je me fis reprendre par Olivier Le Guern qui me donna une leçon de Trail individuel et me permettant de me remettre en selle pour la fin de la course. Je me fis décrocher par Olivier au bout de six kilomètres passés ensemble, moins frais et victime de crampes… Dernier ravitaillement, beaucoup de monde, des têtes que l’on connaît et une fraîcheur physique qui réapparaît… Je fais le plein de boisson, boit de l’eau gazeuse, et m’asperge le visage. Une autre course démarre, celle de la fin ou il faut tout donner. Un long mur a monter et c’est la descente vers Millau, en passant par la grotte du Hibou. Plus ça va et moins j’ai mal… c’est comme ça que je reprends petit à petit des coureurs m’ayant doublé auparavant et que je ne pensais pas revoir de sitôt. Parmi eux, Olivier Le Guern, perclus de crampes… je lui propose que l’on finisse ensemble (juste rendu de son coup de mains précédent) mais il se sent trop juste et me dis d’y aller (dans ces cas là t’as pas trop envie d’avoir un moustique à te tourner autour, même si je ne pique pas …). Il ira même jusqu’à me donner l’avance des groupes devant et a m’encourager pour les rattraper. Millau : Délivrance, satisfaction, bonheur, joie,…. Manger, bière, massage. C’est tout ça une arrivée après une si longue épreuve. Et puis refaire, refaire, et refaire la course avec chacun de nos collègues de galère. Au passage, j’aurai repris 2 coureurs dans la dernière descente, comme me l’avait dit Olivier : « ils sont pas loin, moins cramés que moi mais cramés quand même ». Merci Mr Le Guern et à charge de revanche ! Retour à la maison le lundi matin a 5H00, après une nuit de route et plein de souvenirs encore dans la tête et dans les jambes… Page

6


Le Team Opel Endurance Shop 22 – zoom sur une équipe de trail et de raid

Le team Opel Endurance shop 22 se situe dans le secteur de St Brieuc. Présentation du team avec Julien Le Coq président du Team. Pourquoi OPEL dans ce Team ? C’est simple, si vous regardez ce maillot, c’est un bateau qui est dans le dos… En effet, OPEL était d’abord partenaire des coureurs du Centre Nautique de Pléneuf Val André… Ensuite, ces mêmes coureurs s’adonnant à la pratique du Trail, OPEL à décider d’étendre son partenariat… quelque part un peu intéressé aussi puisqu’une équipe du personnel de la concession courrait déjà avec différents objectifs (grandes épreuves départementales, marathons, semis marathons…). « Team OPE L » aujourd’hui, c’est d’abord une affaire de personnes… convivialité, échange, supporters… partage. Au-delà bien évidemment du créneau de communication que peut représenter la pratique du Trail aujourd’hui. Objectifs de la TEAM … Le Trail et le calendrier des courses locales, trophées départementale, courses dont OPEL et Endurance Shop sont les partenaires. Chacun des adhérent du groupe s’engage en début de saison a participer à au moins cinq courses dans le département. Ensuite chacun fait un peu son menu selon ses affinités en courses et les déplacements organisés par d’autres. Par exemple cette année a été couru le Ouest Trail Tour, et le Challenge Salomon par certains cœurs du Team Elite. L’année prochaine du coup, certains du Team Loisir ont déjà fait savoir qu’ils participeraient à certaines épreuves de ces deux challenges. Le Trail Tour National est encore un peu lourd en investissement de temps et déplacements pour la Team, mais peut être que demain ce challenge fera parti de nos objectifs …

Les Raids Nature L’équipe s’est constituée au départ autour d’un noyau de coureurs participant à des raids Multisports. Par conséquent, il paraît inévitable que nous poursuivions cette pratique. Le tout récent Challenge Départementale mis en place dans les Côtes D’Armor et regroupant 4 Raids est une aubaine pour nous, souhaitant poursuivre notre pratique pas trop loin de chez nous. Le tout nouveau Raid de Guerlédan, et le Raid des Chaussées sont aussi des épreuves auxquelles nous avons participé. Demain, avec l’arrivée de notre nouveau partenaire « Culture Vélo » à Trégueux (qui nous met à disposition du matériel cycle, vélos etc…), c’est plusieurs équipes que nous allons pouvoir aligner sur les lignes de départ de ces mêmes épreuves et peut être plus encore avec le tout nouveau challenge national des raids mis en place en 2011. Le Team en détail : Team ELITE : Frédéric Cantin, Julien Le Coq, Stéphane Fargeas, Jérôme Lucas, Stéphane Vétil, Julien Guéguen Team LOISIR : Laurent Choupault, Dominique Jégo, Sébastien Renaud, Johnny Stenzel, Véronique Loizeau, Sylvie Hercouët, Sylvie Coulon, Solenn Zundel, Emilie Domain, Alexandre Bouguet, Arthur Vitel, Yann Le Heillex, Delphine Domain, Yoann Domain, Josselin Lemoine, Damien Chabannes, Marc Coulon, Jean François Petra.

Page 9


Le Team Yanoo.net—Devenez membre du Team Vous pouvez courir sous les couleurs du Team (avec ou sans tee shirt), et profitez de beaucoup d’avantages (et d’autres à venir en septembre) - faire partie de l'équipe Yanoo Run sur les compétitions - de bénéficier de remises sur les tests VMA organisés par Yanoo Run - de bénéficier de remises sur les voyages Yanoo (sur le transport/hébergement) - de bénéficier de remises sur les plans d'entraînement personnalisés - de bénéficier de remises sur les stages d'entraînement organisés par Yanoo Run - de bénéficier de la gratuité du paiement en ligne (aucun frais de transaction) aux courses qui prennent l'option du paiement en ligne avec Yanoo Run. - d'être sur les listes prioritaires pour les stages, tests, voyages, promotions diverses, dossard gratuit … - avoir des dossards gratuits privilégiés pour le Team

Pub Yanoo Organisateurs, vous pouvez imprimer vos affiches, vos flyers avec Yanoo. Exemple de tarifs : * 1000 flyers A5 à 69 € h.t, ou 3000 flyers A5 à 109 € h.t * 1000 flyers A4 recto/verso plié à 189 € h.t ou 3000 flyers A4 recto/verso plié à 159 € h.t

Commander des tee shirts avec Yanoo Run Exemple de tarifs : * tee shirt coton 150g à partir de 1.26 € h.t hors marquage (tarif selon qté commandée) * tee shirt technique respirant à partir de 3.38 € h.t hors marquage (tarif selon qté commandée)

Page

10


Gérard Habasque revient sur la no Finish Line—8 jours de course Dimanche 5 décembre à 14h c’était la fin de l’ultra No Finish Line ; 8 jours de courses non stop. Gérard était présent et termine même 2ième avec 833 km. Quelques mots avec Gérard le lundi 6 à 19h00 après une remontée en avion.. C’était sa seconde participation (2009) – 7ième avec 752km …. Gérard a déjà fait 2 Transe Gaule dont la 1ière en 2007. « On Connait bcp de gars qui ont fait la Transe Gaule… et on parle des courses d’ultra. Le multi-jours a commencé à m’intéresser … En forme après la transe Gaule 2010 et je me suis dis que je pouvais alors m’inscrire à la no finish à Monaco.… EN prenant son départ, je commençais à avoir peur car il y avait du très beau monde. Mais au fur et à mesure, le tri s’est fait.... Le mental et physique en ont fait craquer …. L’ultra de Monaco est très spécial car c’est l’organisation qui se charge de trouver des sponsors et ce sont eux qui paient les km. Tout est reversé à une association. Ce qui est intéressant c’est que tout est ouvert à tous pendant 8jours 24sur24 – on court avec des gens tout le temps … certains courent 1 jour, d’autres quelques heures… » Comment gères tu 8 jours de course ? Parti pour 800km – 100km par jour au début voir 120km … mais la météo m’a contrariée (vent/pluie) – dès le premier soir 110km.. donc je me suis couché pour éviter de m’abimer les pieds avec l’eau.. mais ceux qui ont passé la première nuit blanche à courir ne leur a pas été bénéfique.. L’ultra est une course à stratège ... J’ai dormi 3 à 4h par nuit + un peu de pause… + repas le soir entre 19h00 et 20h00 par un traiteur.. mis à dispo.. + ravitaillement journalier offert… Je commençais mes journées en footing + marche (sauf les 3 premiers jours).. 1 tour sur 3 ou 4 en marchant… la forme varie selon les journées… on a des pics des formes…ou pas ! Mental ? faut pas lâcher… il faut vouloir finir sinon ça ne sert à rien de s’inscrire… c’est une course au mental… Côté entrainement ? pas de plan particulier… ce sont les ultras qui me font mes entrainements… Sortie très longue de 50km 1 tous les 15jours… - je suis un ancien pistard… et donc je fais aussi des 1000m 3000m ou des 5000m …. Hygiène de vie/recup ? peu de trou entre les courses…. Pas de charcuterie, peu de viande… peu de sucre pour l’ultra… soupe/salée - le sucre est la roue de secours sur la fin des courses si pb mais sinon je n’en prends pas. Ce n’est pas bon pour l’ultra…Pas d’alimentation normale pour l’ultra… c’est un vrai calcul ! Je pense que tout cela me permet d’avoir très peu de blessure (une seule en 1997 à la Trange Gaule) Maintenant je vais faire une pause complète pendant 1 semaine. L’ultra ce n’est pas d’enjeu, pas de titre, seulement un dépassement personnel !!

Objectifs 2011 : j’hiberne cette hiver… l’ultra canal Nantes à Brest en Août – et le projet de Cleder Tignes… à 6 coureurs … en relais en 2011 Merci Gérard

Page 11


Yanoo.net—Record de visiteur en septembre et octobre MERCI à tous les coureurs, organisateurs, journalistes qui venez sur YANOO régulièrement. Vous avez été en octobre plus de 43 600 visiteurs différents, ce qui correspond à plus de 105 000 visites cumulées sur le mois. Yanoo se place dans le top 8 des sites français dédiés au running alors qu’il ne couvre que le nord ouest de la France.

Yanoo reste gratuit pour tous, sans obligation de s’inscrire. Par contre, vous souhaitez participer au forum, lire les messages de vos copains ou des organisateurs, être au courant des dossards à gagner, merci de vous créer un compte personnel sur YANOO.

Page

12


Quéant Gwen, Courir à l’infini—Trans Canada 2011 Gwen a un vieux projet d’ultra qui traine … et en 2011, il se lance dans son rêve.. La traversée du Canada en courant tous les jours. « J’adore les longues distances car ça permet de rencontrer du monde, de prendre le temps de discuter, d’échanger. Et puis j’adore l’ambiance sur les ultras, même si je ne suis pas attiré par les grosses « machines de guerre » type UTMB, Raid du Golfe ou Templiers. Sûrement de belles courses, mais je trouve qu’il y a trop de monde et que c’est devenu trop… gros. Pour l’instant, je préfère les courses plus « confidentielles », du type Transe-Gaule, Mil’Kil, Gérard Denis, Raid 229 ou Ultra 92. Elles sont à taille modeste mais très fortes humainement. « J’ai déjà couru 96 courses d’une distance supérieure ou égale au marathon de juin 2004 à octobre 2010, dont 36 marathons. La plus longue non-stop : la mini Mil’Kil (2009), 200 km de Rodez à Sète. La plus longue, la plus belle, la plus marquante : la Transe-Gaule, 2 fois finisher (2007 & 2010). 1150 km de Roscoff à Gruissan, 18 jours, 18 étapes de 49 à 75 km, 63.9 km par jour de moyenne. Quelques autres : Trail de Guerlédan, Semi Raid du Golfe (x2), 24h de Séné (x4) , 12h de Rennes (x2), 6h de Scaër (x3), 100 km de Vendée, La Gérard Denis, Raid 229 …. » La Trans Canada : « En 2011, je compte tenter la traversée du Canada d’Ouest en Est, de Vancouver à Halifax. 6 000 km à raison d’un marathon par jour de moyenne, minimum. Je table sur une durée de 120 à 150 jours… J’ai vécu au Québec pendant 1 an, et je rêve depuis très longtemps de traverser ce pays. Maintenant que j’ai traversé 2 fois la France, ça semblait évident de le faire à pied…. J’avais envie de le faire aussi de façon « utile » étant donné que je cours chaque année le « Challenge de la Solidarité » et que j’adore ça. Alors j’ai pensé à la Sclérose En Plaques (SEP), maladie dont mon grand père paternel était atteint, tout simplement. J’ai, depuis, de très nombreux contacts avec des gens touchés par la SEP. Ils me donnent une force incroyable. » Tu comptes le faire comment ? « Je ne vais pas m’astreindre à une préparation de forcené, juste courir tous les jours en janvier-février, en allongeant les sorties le dimanche. Je sais que les 1ers jours servent à la mise en route et que le corps s’habitue à l’effort. Je partirai donc prudemment, lentement, comme sur la Transe-Gaule et j’ajusterai les journées en fonction de mon état général. Il faut écouter le corps au maximum pour ne pas casser. Ce n’est pas une course, donc pas de pression du chrono ! J’ai envie de prendre le temps de faire des rencontres pour garder aussi une fraîcheur mentale, indispensable sur une si longue durée. Et profiter des paysages !!! » « Je serai accompagné de 2 suiveurs, en charge de la logistique, des repas et des ravitaillements. Nous aurons un camping car, mais ils pourront aussi courir ou me suivre à vélo. Je n’envisage pas de faire des ravitos tous les 3 km pour ne pas trop les solliciter. Je suis un coureur qui aime aussi la solitude, donc je serai souvent seul pendant 1 ou 2h sans les voir. Ce sera sûrement sur un modèle Transe-Gaule, avec des arrêts tous les 10-15 km… ajusté en fonction des conditions météo ou des routes empruntées. Un de mes suiveurs n’est autre que Jacques Salaun, que tous les amateurs de course à pied bretons connaissent bien, puisqu’il est le « papa » de yanoo.net (créateur du site en 2000)! Le 2ème n’est pour l’instant pas confirmé, mais il devrait s’agir d’André Caroff, de Morlaix, également coureur à pied, dont le fils vit à Montréal, au Québec. Un oncle et une tante viendront également nous accompagner quelques semaines, dans un rôle à définir. Je devrais être entre de bonnes mains ! »

www.trans-canada2011.fr Toutes les infos y sont. On pourra suivre notre avancée régulièrement en cliquant sur l’onglet « nouvelles » comme lors de la Transe-Gaule 2010. Le visiteur est redirigé vers le blog de « Des fourmis dans les pieds ». Nous vendons des t-shirts avec le logo de mon aventure ainsi que les km à parcourir (1€/km), sur le modèle des courses sponsorisées comme le téléthon par exemple. Chaque personne qui le désire peut donc participer à l’aventure en faisant un geste symbolique. Mais ceux qui préfère faire des dons directement pour la lutte contre la SEP sont également les bienvenus. Nous leur mettrons les liens vers les associations que nous soutenons. Nous serons aussi présents sur www.Yanoo.net , qui pourra ainsi faire le lien régulièrement pour faire connaître l’aventure au plus grand nombre. Tout est prêt dans ma tête depuis de très longs mois. Il reste le budget à boucler et il n’y aura plus qu’à…. Je lance d’ailleurs un appel aux partenaires qui souhaitent soutenir un projet qui sort un peu de l’ordinaire !


Une histoire de course à pied racontée par Cartier (Thierry Lefeuvre) Pierre Giffard le précurseur (1853-1922) Pierre Giffard a été le premier organisateur d’événements sportifs importants en France dès la fin du 19e siècle. Alors qu’il était journaliste politique au Figaro il fut appelé en 1887 pour être le rédacteur en chef du Petit Journal . Il y restera dix ans, signant ses articles sous le pseudonyme de « Jean-Sans-Terre ». En 1891 il créa la course cycliste Paris-Brest-Paris qui est toujours organisée de nos jours tous les quatre ans, rendez-vous incontournable pour les cyclosportifs du monde entier amateurs de longues distances, la 17e édition aura lieu en août 2011. En juin 1892 sur le modèle de cette course à vélocipède, il organise le premier « ultra » en course à pied ; Paris-Belfort, 496 km.: « Notre collaborateur Jean-Sans-Terre en a pris l’initiative ; lui-même, monté sur sa vaillante bicyclette, il a préparé les voies, examinant les obstacles, mesurant les difficultés aux forces à mettre en mouvement et quand tout a été prêt, il a donné le signal du départ aux 840 concurrents. » Le Petit Journal En 1894 après avoir créé les plus longues épreuves à pied et à bicyclette, il organise la première course automobile au monde, Paris-Rouen. En juillet 1896 trois mois après Athènes, c’est « la course de marathon » sur 40 km entre Paris et Conflans-Sainte -Honorine. Cette compétition réservée aux professionnels est donc le premier marathon au monde hors J.O et c’est l’oeuvre de Pierre Giffard. Peu après il rejoint son collègue Paul Rousseau à la tête du premier quotidien sportif français Le Vélo où il change de pseudonyme et écrit sous le nom de « Arator » En 1900 Le Vélo et Pierre Giffard soutiennent Alfred Dreyfus. Les anti-Dreyfusards avec à leur tête le Nantais, comte Jules-Albert De Dion, sortent un quotidien sportif pour concurrencer Le Vélo et lui donnent comme titre : L’Auto-Vélo dont le rédacteur en chef est Henri Desgrange créateur du Tour de France cycliste en 1903. C’est la « guerre » entre Pierre Giffard et Henri Desgrange. Giffard avec l’appui de ses amis politiques qui soutiennent Dreyfus mettent des bâtons dans les roues de l’AutoVélo, comme par exemple l’interdiction au dernier moment de cette course automobile organisée par Henri Desgrange en octobre 1902 à Gaillon dans l’Eure. Un extrait de l’article signé Henri Desgrange du 6 octobre 1902 : « L’homme néfaste : La journée d’hier restera certainement une date dans l’histoire du sport automobile, notre meeting de côte a été arrêté ½ heure avant le départ, sur ordre de M. Bévérini-Vico Préfet de l’Eure, ami personnel de M. Pierre Giffard qui lui avait demandé d’interdire la course .... » Malgré un procès gagné par Le Vélo et un changement de nom du concurrent : l’Auto-Vélo deviendra L’Auto en 1903. Le quotidien Le Vélo cessera sa parution en 1904. Un an auparavant, Pierre Giffard avait quitté Le Vélo pour devenir rédacteur de l’éphémère Le Monde Sportif et en octobre 1903 il organise une course à pied encore plus longue que Paris-Belfort ; 600 km entre Bordeaux et Paris. Il faudra attendre quatre-vingts ans pour qu’une course pédestre soit à nouveau organisée entre Bordeaux et Paris, en 1983. Vers 1910 il rejoint l’Auto et collabore avec Henri Desgrange où il restera jusqu’à ses derniers jours. Le nom de Pierre Giffard est peu connu dans son propre pays, même dans le milieu de la course à pied alors qu’il est reconnu outre-Manche pour être un visionnaire et le précurseur des courses pédestres sur route. En 1891 il écrit un livre La Reine Bicyclette, sur la couverture il y a le dessin d’une jeune femme portant un vélo au-dessus de la tête. L’expression trouvée par Giffard « la reine bicyclette » deviendra « la petite reine » et passera dans le langage courant.

Page

14


Romain Com—portrait d’un coureur parti au marathon de Chicago COM Romain, 28ans, j’habite à Cavan entre Lannion et Guingamp. Maintenant 3 ans que je me suis mis à la course à pied. Avant je faisait du cyclisme (au moins 10ans), j'ai couru 2 saison en national. Cette discipline demande une grande disponibilité pour les entraînements et puis je commençais à saturer. Le cyclisme est un sport assez élitiste qui ne permet pas trop de relâchement. Je me suis tout naturellement tourné vers la course à pied qui me prends beaucoup moins de temps en entraînement et qui permet de se tenir en forme. J'ai commencé par quelques 10km puis j'ai goûté au trail. A peine 6 mois après mes débuts j'ai couru le Grand Brassac. J'ai enchaîné avec Guerlédan puis le marathon du Finistère (3h31)... J'aime me lancer des défis et des objectifs, c'est ce qui me fait avancer! Je cours autant sur route qu'en trail, je n'ai pas vraiment de préférence.J'ai participé à quelques courses en montagne qui m'ont vraiment plu (Course du Canigou, Trail des Aiguilles Rouges). Je m'entraîne 3 à 4 fois par semaine, tout dépend de l'objectif que j'ai en vu... En semaine je vais au stade à Lannion m'entraîner avec les gars du Lannion Athlétisme. J'ai une licence loisir. Les entraînements sont chapotés par J.Vaillant. Il nous donne des séances variées à effectuer en fonction de nos objectifs. Le weekend je m'entraîne seul quand je n'ai pas de course... J'ai quelques connaissances sur l'entraînement sportif, j'ai fait mes études en Staps et puis je commence à me connaître pour savoir comment me préparer. La course à pied est avant tout un plaisir et j'essaie de ne pas trop me prendre la tête non plus! Début Octobre j'ai couru le Marathon de Chicago. Un projet que j'avais en tête depuis le début de l'année. J'en ai déjà couru 3 (marathon du Finistère, La Rochelle, Barcelone). On avait l'opportunité de faire un voyage aux USA. J'ai fait en sorte de faire coïncider le voyage et le marathon. Nous ne sommes pas aller là-bas rien que pour le marathon. On a eut un temps magnifique. C'était la première fois qu'on allait aux US, on a eut un petit choc. Le dépaysement est total, c'est vraiment intéressant de pouvoir se rendre compte des différences de culture. Le gigantisme américain! On est arrivé le jeudi à Chicago, le marathon était prévu le dimanche. Le décalage horaire de 8h est un peu perturbant, il faut bien 2 jours pour retrouver son rythme. On est parti en famille (ma femme et ma fille de 20mois). On a visité la ville les jours précédents le marathon, beaucoup de marche... J'avais déjà participé au marathon de Barcelone en Mars 2010 mais Chicago c'est la taille au-dessus! 45000 inscrits c'est quand même un peu flippant. On se demande comment on va s'y retrouver et puis on se rend vite compte que les américains ont l'habitude de se genre d'évènement. Chacun sait où il doit aller et ce qu'il a à faire. Il y a des bénévoles tous les 50 mètres, quasiment impossible de se perdre!! J'avais pour objectif de courir en 3h15 vu qu'à Barcelone j'ai couru en 3H19. Mais j'ai beaucoup souffert de la chaleur. J'étais dans mes temps de passage jusqu'au semi et puis ça a été le calvaire. J'en ai vraiment bavé pour aller au bout. Au final je mets 3H38. Je garderai quand même un excellent souvenir du marathon: les spectateurs (1,5millions), l'organisation, la ville, tant de coureurs avec un seul objectif... Après le marathon on a bien profité des vacances, il nous restait 10 jours. On a visité Cleveland, les chutes du Niagara, Le pays Amish (Walnut Creek) et retour sur Chicago pour 3 jours. On a vraiment coupé avec le train train quotidien, ça fait un bien fou. Pour cette année il ne me reste plus que le Taulé/Morlaix a courir. Je n'ai pratiquement pas couru depuis mon marathon, le temps risque de ne pas être folichon... La coupure avec les courses va faire du bien, j'ai besoin de souffler. Pour l'année prochaine, je pense me faire un ultra en début d'année (l'éco trail de Paris ou les citadelles?). Pour le reste de la saison je ne sais pas encore... Je tiens un blog où j'écris les comptes rendus de mes courses pratiquement depuis mes débuts. ça me permet d'avoir une trace de ce que j'ai fait et de partager ma petite expérience. http://oberon.blog4ever.com/ Merci Romain

Chicago


Laurent Daridor—speaker dans le morbihan Début en 1985, par une compétition de surf (SWELL SURF CONTEST) sur la presqu’île de QUIBERON. Depuis 11 ans speaker sur le marathon de VANNES en compagnie de Gilles MENAY, puis rejoint par Jean KARVAREC. J’interviens, aussi sur le Raid du Golfe et sur des courses locales (trials, semis). Depuis l’an passé je suis speaker du GROL RACE (épreuve de 24h de roller qui se déroule au mois de juin à Saint-Pierre QUIBERON). J’ai aussi animé des triathlons, des duathlons, des crosscountry (dont le championnat du Morbihan organisé à VANNES), les joutes nautiques dans le port de Vannes, ainsi qu’une régate de Yole organisée dans le cadre de la Semaine du Golfe du MORBIHAN en 2009 et dernièrement une course de garçons de café. Aussi, quand j’ai tourné la page du surf pour chausser les baskets (que je pratiquais occasionnellement en compétition) avec le club de l’ACF MONTERBLANC. Bernard LE TALLEC (Président du club), toujours prompte à utiliser les compétences de chacun, m’a confié le micro du TRO VOR STERHUEN (le tour du bourg) semi organiser sur la commune de MONTERBLANC dans les années 80-90. Par la suite Patrick JUGAN (le même qui à mis au micro Gilles MENAY) m’a sollicité pour d’autres épreuves. Par le biais du micro, je n’ai pas rencontré de personnes célèbres, mais des personnages médiatiques. Dans les années 85-90, a cette époque, sur le site de la pointe de LA TORCHE se déroulait une étape du championnat du monde de FUNBOARD (la finale). J’ai eu le privilège de rencontrer et d’avoir au micro Robby NAISH, Robert TERITHEAU, Nathalie LELIEVRE, Raphaël SALLES, Nathalie SIMON (oui, oui celle d’Intervilles mais sans les vachettes à cette époque). Par le biais du roller Lionel MAILLARD (Champion d’Europe du 300 m en 1999 et 2003, vice-champion du monde du 10000m en 2001, 3 ème au championnat du monde distance marathon en 2001, 3 ème au trophée des 3 pistes en avril 2010 (épreuve de coupe du monde)). Ainsi que Tristan LOY ancien membre de l’équipe de France de roller et membre de l’équipe de France de vitesse de patinage sur glace. L’an passé de croiser le micro avec Lilian JEGOU et le parrain de la 10ème édition du Marathon de VANNES Laurent BROCHARD. L’évolution de la course à pied depuis 20 ans. Principalement une multiplication des épreuves, ces dernières devenant de plus en plus professionnelles sur le plan de l’organisation. J’avoue regretter l’esprit kermesse de mes débuts. Pour moi la course à pied (des foulées au semi-marathon), comme le monde autour de nous, a évolué vers l’individualisme. Toutefois, il me semble que le marathon, le trail, le raid et la longue distance ne soient pas encore touchés. La solidarité est présente au sein de ces épreuves. L’attitude du coureur n’a pas changé, qu’il soit champion ou anonyme le speaker est pour lui un faire valoir. Autant, tu t’inscriras sur une épreuve en fonction du parcours, à ce jour je n’ai pas connaissance d’engagé sur une épreuve pour la présence de tel ou tel speaker. Il y a sur le marathon de VANNES, où j’anime la veille de l’épreuve le village des partenaires et qu’il m’a été donné par le passé d’animer des débats avec des professionnels de la santé sur le Sport et la Santé. Je viens , à l’occasion du nouvel an celte, de présenter des groupes musicaux qui se produisaient à l’occasion de cette manifestation. Une anecdote, lors d’une remise des prix. Le premier magistrat de cette commune avait dû participer à un repas bien arrosé. Sur le podium il parlait de façon peu compréhensible et s’éternisait au micro, au grand désarroi des organisateurs. Ne pouvant, lui ôter le micro des mains, je l’ai tout simplement débranché. Nous permettant, ainsi, de poursuivre la cérémonie des récompenses. Ou, les conseils de Patrick JUGAN la veille d’un championnat du MORBIHAN. Nous conseillant sur la manière d’aborder l’épreuve, en course il n’existe qu’une seule règle pour gagner : partir vite, accélérer et finir au sprint. Un souvenir Il sera plus en qualité de coureur, avoir participé à une épreuve (les 20 km de VANNES) avec Ahmed SALAH marathonien au record personnel de 2h 07 07 ou Pierre LEVISSE. Mais aussi, à 18 ans novice de la course à pied d’avoir effectué mon premier Auray-Vannes (25km) en compagnie de Roger PLISSON, d’avoir tout le long du circuit découvert le personnage, déjà très médiatique, et sa popularité.

Page

16


Zoom sur Christian DELERUE—président de la CRCHS Bretagne Président de la CRCHS (commission régionale des courses hors stade) depuis 8 ans, Christian s’occupe de tout l’aspect de la réglementation hors stade en Bretagne, et édite le calendrier des courses Bretonnes. Il s’occupe également du site www.courirenbretagne.fr. Licencié à la JA Melesse il est entraineur de course hors stade depuis 95 (aussi en athlé et en cross). Il est actuellement juge officiel et entraineur de niveau IV (niveau III expert) ce qui lui permet de donner des formations partout en France. C’est lui qui est à l’initiative de l’entrainement de la fréquence cardiaque en France. Christian est considéré comme une « grosse » (excuse pour le terme) pointure dans le domaine de l’entrainement en France. A 34 ans il a mis fin à sa carrière d’athlète en découvrant la course sur route. Découverte faite en partant en Suisse. Christian est un passionné de course à pied, en illustre sa bibliothèque personnelle qui retrace le passé de la course à pied en Bretagne et en France (dommage qu’elle ne soit pas partagée !!). Chef de file breton de la course, il tient à recadrer plusieurs choses comme le certificat médical « on demande un certificat médical dans tous les sports, même en athlé. Donc les non licenciés doivent avoir une autorisation du médecin pour pouvoir participer à une compétition. C’est un problème de responsabilité » L’entraineur et les plans d’entrainements ? « Chaque coureur est un cas différent. Je suis contre la planification d’un plan standard. Beaucoup d’entraineur font cela. Un entraineur doit travailler pour chaque coureur. On est tous différents. Un entraineur est un artisan, il doit confectionner un plan unique. Il entre aussi dans la vie familiale de l’athlète pour savoir comment il vit, ses horaires de travail, le rythme de sa famille … Mais un plan doit rester unique et personnel ! » « Les entraineurs doivent se former auprès d’entraineurs référents. Des formations sont mises en place pour cela. Il faut échanger avec d’autres entraineurs. Il faut s’ouvrir aux autres. » Comment vois tu l’évolution de la course à pied en France ? « La course a évolué en France. Nous avons de très belles courses en Bretagne. Je me déplace bcp en France sur les grandes courses dans le cadre de mon activité de juge, et je m’aperçois que nous n’avons pas à rougir. Par contre dans le domaine du trail, ils sont retournés en arrière avec l’informatique. Ils se pénalisent eux même. Ils doivent se structurer. Les bonnes idées sont à prendre sur les vieilles organisations. » Le rôle de la CRCHS ? La CRCHS gère les labels, résous les conflits sur les grandes courses régionales, forme les officiels, et conseille les courses à Label. En 2011, la CRCHS ouvre le paiement en ligne avec la ligue de Bretagne, et les frais de transaction permettront de financer les actions de la CRCHS Bretagne.


.

Organisation d’un déplacement collectif avec Yanoo au départ du Finistère Nord et Sud, Rennes, Nantes


Supernova Séquence 3

Equipements offerts à 10 membres du Team Yanoo Run


YaNoo et les organisateurs Yanoo vous permet de présenter gratuitement vos courses en détail. N’oubliez pas que vous pouvez mettre en place les inscriptions en ligne avec ou sans le paiement en ligne obligatoire. Yanoo est devenu la nouvelle plateforme d’inscription et de paiement en ligne la moins chère de France. Vous pouvez gérer les repas coureurs, accompagnateurs, les tarifs dégressifs par date, les différentes tarifs si licencié ou non etc etc …. Alors n’hésitez plus—rejoignez Yanoo pour les inscriptions en ligne.

Pensez à mettre le lien de votre évènement sur votre site web afin de diriger les coureurs venant sur votre site directement sur la fiche évènement de Yanoo (exemple : http://traildelaven.yanoo.net). Une première en France côté inscription en ligne et site web des organisateurs Enfin, vous pouvez désormais inclure la page évènement de Yanoo sur votre site internet grâce à un Iframe (voir avec la personne responsable de votre site web). Les coureurs resteront sur votre site web et pourront s’inscrire à vos courses grâce à yanoo mais en restant dans votre site web. Exemple du masque présent sur YANOO et qui peut être incruster dans votre web (les coureurs ne changent pas de site) :


Stéphane Gaschet nous raconte son marathon de New York GASCHET Stéphane 42 ans Au Racing club Nantais pendant 6 ans (2003-2009) sans club cette année. Il est consultant en création d’entreprise à Nantes. depuis combien de temps tu cours ? Originaire d’Angers, je cours depuis 1994 après avoir pratiqué le football au niveau régional pendant 15 ans. Profil de coureur ? j’ai toujours fait de la route avec la saison de cross l’hiver. Je cours sur des distances du 10 Km jusqu’au marathon. Mes meilleures performances sont de 35’50 sur 10 Km, 1 H 20 sur semi et 2 h 58 sur marathon. Pourquoi new york ? NEW York est « tombé du ciel » en janvier 2010 !!!! En effet j’avais décidé de mettre entre parenthèse la course à pied en avril 2009 après avoir réalisé pour la première fois, moins de 3 H au marathon (2 H 58 à Nantes). En effet, je désirai me lancer sur le triathlon pour varier les plaisirs…mais ne savais pas nager !!!!. Je prenais des cours de natation depuis septembre 2009 et avait nettement diminué mes sorties de course à pied, lorsqu’en janvier 2010, mon directeur régional m’annonce que je suis sélectionné pour aller faire le marathon de New York !!! Quelle était la démarche de ton entreprise ? Mon entreprise ALTEDIA (conseil en ressources humaines) fait partie du groupe ADECCO. ADECCO Monde (38.000 personnes)a organisé sur toute l’année 2010 une opération baptisée « Win for youth », signifiant « Gagner pour la jeunesse ». L’objectif est d’aider 5 associations dans le monde qui favorisent l’éducation de la jeunesse. Cette aide est concrétisée par un versement d’ADECCO de 5 $ par tranche de 5 Km parcouru en compétition par des collaborateurs d’ADECCO. Au 22 novembre 2010, 26.200 km ont été parcourus pour 2.300 collaborateurs ADECCO en France Comment tu t'es préparé ? Bien sûr dès l’annonce de ma sélection, j’ai repris les runnings pour retrouver une bonne condition physique. Des Réunions avec Adecco pour préparer le marathon ? Mieux que ça !!! En Mars 2010, avec 63 autres collaborateurs d’ADECCO sélectionnés pour New York, j’ai participé à un stage de 4 jours à Bad Wiessee, au milieu de la forêt noire en Allemagne. Nous étions encadrés par le Docteur Thomas Wessinghage (champion du Monde du 5.000 m en 1982 en 13’20). Au programme, tests physiques, stretching, programme d’entraînement… Puis d’Avril jusqu’au marathon, nous recevions un programme pour chaque semaine. Nous devions renvoyer un reporting mensuel avec pour chaque séances : nos kilomètres parcourus, nos temps de course, nos fréquences cardiaques. expliques nous ton arrivée la bas ? Nous sommes arrivés le jeudi soir. Dès le vendredi, nous sommes allez chercher notre dossard. A ce moment là tu commences à comprendre la magie de ce marathon…et de son organisation. Lorsque nous arrivons dans ce grand parc des expositions, beaucoup de monde est déjà en file indienne. A cet instant, nous avons pensé que l’on mettrait 1 à 2 H pour récupérer notre dossard. Et bien, 15 à 20 Minutes après nous avions pris possession de ce dernier… INCROYABLE, le système est vraiment rôdé. Le samedi matin, il est organisé une course (pas de classement, pas de temps) où tous les pays étrangers convergent vers le bâtiment de l’ONU puis court ou marchent (beaucoup de famille accompagnent) pendant 5 Km jusqu’à l’arrivée du marathon dans Central Park. C’est un moment très festif où de nombreuses personnes sont déguisées. Suite >


Stéphane Gaschet—Suite de New York Expliques nous ce que tu as vu pendant la course, ton objectif, le parcours ? Le jour J, nous sommes partis à 6 H du matin de l’hôtel pour rejoindre le départ. Là aussi tout est mis en place par l’organisation officielle, tu ne peux pas te rendre au départ par tes propres moyens, il faut prendre les transports en commun prévus à cet effet. Arrivé sur place vers 7 H 15, le premier départ avait lieu à 9 H 40. 2 H 30 d’attente (j’étais dans la première vague) avec une température de 3 à 5°, du soleil et un vent du Nord !!!. Des camions sont à disposition pour déposer ses vêtements et les récupérer à l’arrivée. Là aussi, organisation parfaite. Un bon conseil : Prenez avec vous des vieux textiles que vous garderez jusqu’au départ et que je vous jetterez au sol au dernier moment (Une collecte est assurée pour faire des dons à des associations humanitaires), vous ferez une bonne action en même temps !!!! Je vous expliquai qu’il y avait 3 horaires de départ et 3 lieux de départ, tout le monde se retrouvant au 8 ème miles. J’ai la chance de pouvoir prendre le départ à 5 mètres de la ligne…avec aucun échauffement !!!! si ce n’est du sur place. Mon objectif était d’essayer de renouveler un temps en moins de 3 H (3 H 02 à Vannes en 2007, 2 H 58 à Nantes en 2009). La stratégie de course était 4’15 au kilo soir 6’50 au miles. Nouveau conseil : convertissez vos temps de passage car tout est en miles. Les bornes kilomètres sont indiqués tout les 5 Km. je pars rapidement et me fais doublé par Hailé GEBRESELASSIE et le peloton Elite au bout de 500 m. Si c’est vrai !!!! Ils étaient partis d’un autre sas, légèrement en retrait du mien. Un Grand MOMENT. 20'15 au 5 km, soit 4'03/km beaucoup trop rapide. je suis conscient mais avec la foule, les cris...c'est dur de se maîtriser. Vous avez déjà dû lire à maintes reprises des articles sur cette ferveur populaire, je vous assure ce n’est pas du « pipeau ». C’est indescriptible, du monde pendant 42 Km sur 3 à 4 rangés voir plus, de chaque côté de la route. Les organisateurs estiment à 2 millions, le nombre de spectateurs. Pas plus tard que ce matin, je viens de diviser 2.000.000 par 42195 mètres… soit 47 personnes par mètre !!!!! LA FOLIE 1 H 27 Mn 30 au semi soit une base de 2 H 55 sur le marathon. je suis bien mais le second semi, comme il est écrit partout, est très difficile. Je finis à la rue (5 Mn au kilo sur les 2 derniers kilomètres), en gérant les crampes qui ne viennent pas mais qui sont très proches. Au final, 3 H 01 52, 1038 ème place sur 44.600 arrivants (98 % d’arrivants) et des images plein la tête. Encore quelques détails de l’organisation. Dès l’arrivée vous avez dans Central Park, un kilomètre de camions alignés les uns derrière les autres pour reprendre vos vêtements. Très simple, tout est codifié avec votre numéro de dossard. Des Kinés et ostéopathes sont à disposition juste après l’arrivée. Arrivant dans les 1.000 èmes, c’est sans doute plus accessible que pour le 40.000 ème, mais j’ai,tout de suite, été pris en charge. Là également, tout le professionnalisme de l’organisation, il « bipe » votre dossard en entrant dans le tente médicale, note ce que vous avez (uniquement massage pour moi)et « re-bipe » avant de ressortir..c’est PRO. Après la course, à new york ? Il faut que je te parle du retour à mon hôtel... Nous avions la chance d’être logé à 200 mètres de Central Park, donc tout proche de l’arrivée. Revenant à pied à mon hôtel avec un collègue, nous avons été félicités à plusieurs reprises par des inconnus qui nous disaient « congratulations, You make the job » !!!! pour les non anglophones « Félicitations, vous avez fait le métier » !!! EXTRAORDINAIRE. Ce Week End là, la ville de New York vit pour le marathon. Je repris l’avion le lundi soir. C’est le vendredi après midi qu’une visite en bus de New York avait été organisée et que j’ai eu l’occasion de découvrir la ville. Pour résumer, je vous dirai que c’est comme dans les films : des immeubles tous plus haut les uns que les autres, du bruit tout le temps, des taxis jaunes partout, des limousines (photos difficiles à prendre pour voir les 2 extrémités !!!), des panneaux publicitaires, les sirènes de pompier, les énormes camions en plein centre ville… Retour en France ? Arrivée à Nantes le mardi 09 novembre, j’ai continué à être sur mon nuage car ma femme et mes 2 enfants m’avaient fait la surprise d’organiser un comité d’accueil avec 25 personnes à la maison, QUE DU BONHEUR. Un dernier conseil ? Oui, si vous êtes marathoniens et qu’un jour, vous avez l’opportunité d’y aller…Foncez, vous n’aurez aucun regret. Par contre, mettez vous bien en tête que vous ne battrez pas votre record à New York (circuit trop vallonné) et faites le en prenant 10 à 15 Minutes de plus que votre temps de référence afin de profiter pleinement des 42 Km et de cette AMBIANCE jusqu’au bout (ne faites pas comme moi !!!). Merci Stéphane, and congratulations !!! Page 22


Les nouveautés de Yanoo—la messagerie Tout ceux qui se sont inscrits sur Yanoo, soit en s’inscrivant à une course ou en s’inscrivant en créant un compte ont une messagerie intégrée dans Yanoo. A quoi sert cette messagerie ? ·

Recevoir les messages de vos copains coureurs

·

Envoyer des messages à vos copains coureurs

·

Recevoir les messages des organisateurs de courses auxquelles vous vous êtes inscrits.

La messagerie de Yanoo Chaque coureur a sa propre messagerie privée sur Yanoo. Les messages que vous recevez tombent sur Yanoo. Afin d’être tenu informé des messages reçus, une alerte a été programmée. Celle-ci vous permet de recevoir un email lorsque vous recevez un ou plusieurs messages dans la messagerie Yanoo. C’est la grande force de cette messagerie qui vous évite de recevoir des mails de Yanoo. Pas de mails venant de Yanoo sauf celui qui vous alerte de la réception de un ou plusieurs messages sur Yanoo. Un lien vous permettra de vous connecter directement à Yanoo, et de lire les messages reçus. Dans votre profil, dans l’onglet « messagerie », vous pouvez paramétrer la fréquence des alertes sur votre mail personnel. RDV donc dans votre profil pour paramétrer l’alerte.

Les nouveautés de Yanoo—se connecter à Yanoo Vous pouvez mettre à jour votre profil sur Yanoo de différentes manières 1 - connectez vous

avec votre code YRUN ou email et votre mot de passe sur la page d’accueil

2 - Si vous ne connaissez pas vos identifiants, mettez à jour votre compte ou demandez vos identifiants

·

Demander vos identifiants en cliquant sur le bouton « Mot de passe perdu » en barre d’accueil

·

Si vous connaissez votre code YRUN (visible quand on s’inscrit à une course), mais pas votre mot de passe, vous pouvez vous connecter avec votre code et mot de passe (votre date de naissance avec ce format : 12051970 (c’est le 12 mai 1970)/. En cas de problème, contactez christophe@yanoo.fr

·

Mettez à jour votre compte sur Yanoo en cliquant sur la barre verte le bouton « Accéder à mon Yanoo ». Puis cliquer sur le bouton « Créer ou modifier mon compte ». En tapant votre nom de famille, vous retrouverez tous les éléments à compléter afin que votre profil soit à jour. Ceci vous permet de mettre à jour votre profil. Mais l’intérêt est de rentrer sur Yanoo avec votre code YRUN et votre mot de passe.

Page 23


Yanoo partenaire de ENDORPHINMAG


Portrait de Thierry Breuil—champion de France de Trail 2010 J'ai 38 ans, et suis licencié en Corréze où je vis au club de Brive, le C.A.Brive. Je suis employé d'une société de café en tant que délégué commercial (visite et livraison, facturation d'un portefeuille de clients en café - hotel - restaurant) des cafés ERREL. Je livre sur 3 départements. Je cours depuis l'âge de 12 ans. Après avoir remporté en scolaire des cross du collège, j'ai fait des perfs en cross et sur piste (champion de France de cross en espoir en 1993, champion de france du 3000 steeple en junior en 1991). J'ai également porté le maillot de l'équipe de France à plusieurs reprises jeunes, dont les championnats d'Europe junior en Grèce sur 3000 steeple ( 13 éme), et les championnats du monde de cross à Anvers (54 ième, et deuxiéme francais).

Pourquoi le trail ?

Le trail pour moi a été une suite logique après plusieurs années de course sur route, semi et 10 kms , et de courses de montagne avec une dizaine de sélections, deux titres de champion de France en 96 et 97, et deux podiums, 2 ième aux Europe en 96 llambéris(Pays de Galles)et 3éme au mondial de 97 à Upice (Tché). J'en avais fait le tour après le mondial de 2005 à Wellington en Nouvelle Zélande où avec Thierry Icart et Arnaud Fourdin, nous souhaitons arrêter ensemble, fin d'une époque vécue tous ensemble. Je pratique donc le trail depuis trois ans, après avoir remporté les gendarmes et les voleurs de temps en 2006, j'ai vu l'engouement qu'allait susciter cette nouvelles forme de course à pied. Pour le moment, pas d'ultra, le format trail est bien assez long pour moi avec des courses maximum à 70, 80 kms comme l'écho trail de Paris.

Ton entraineur ?

Mon entraîneur s'appelle Jean-Luc Bonillo, et me suit maintenant depuis 7 ans. Je l'ai trouvé sur le tard malheureusement. En plus d'être un bon entraîneur diplômé de course hors stade niveau 3 expert, c'est quelqu'un avec qui il y a beaucoup de dialogue. Une grande communion qui m'aide énormément et permet d’avoir un gros mental.

Comment tu t’entraines ?

Nous nous entraînons selon les objectifs, mais au minimum 6 fois par semaine, cela peut aller jusqu'à 10 fois par semaines. En général, je cours environ 130 kms par semaines, avec deux séances de VMA courte le mardi, longue le jeudi, séance en nature plus longue les samedi et dimanche, type trail par exemple. En complément, je fais du vélo de route, mais pas plus, je n'ai plus de temps disponible avec un emplois du temps pareil.

Notre difficulté a été de nous adapter à des efforts aussi long. Nos séances ont donc portées sur des footings avec des côtes de 5, 6' (ce sont les plus longues autour de chez moi) sur des sorties entre 2 et 3heures, éventuellement couplées avec du vélo, pour allonger le temps, en général le samedi.


Portrait de Thierry Breuil—suite

Tu es titré champion de France de Trail 2010 ? oui, le titre de champion de France était important pour deux choses: la première est qu'il est synonyme de sélection en équipe de France, et comme les championnats du monde 2011 auront lieu le 10 juillet prochain en Irlande, je ne voulais pas raté cette sélection. Enfin, je voulais passer à autre chose. Je savais en début de saison que c'était mon dernier TTN, très éprouvant par les déplacements et par les distances avec les dates assez rapprochés des courses. Je souhaitais rester également sur une note positive. Avoir remporté trois fois en trois ans le championnat de France de trail est selon moi, une belle réussite.

La stratégie existe en Trail ?

La stratégie de course existe toujours, et plus les distances sont longues, plus elle a son importance. Pour moi, ne pas la subir, c'est courir en tête et imposé ma vitesse aux autres. Bien courir, c'est nécessairement s'avoir s'adapter à une multitude de paramètres. Il faut donc rester concentré sur soi même, et sur ces prévisions, car les courses se préparent bien avant le départ.

Et aux Templiers ?

Forcement déçu de ne pas avoir accroché Thomas plus longtemps lors des templiers cette année. Mais plus déçu par le fait de ne pas avoir eu toutes les armes pour me battre. En effet, je me suis présenté au départ avec une blessure tenace au genoux remontant à un bon mois. Cette blessure a fini par me provoquer des contractures sur les cuisses. Ce sont ces dernières qui ne m'ont pas permis de me livrer totalement aux templiers. Mais ça, ça fait partit du jeux. Aujourd'hui pour remporter une course de ce niveau, il faut que tout se passe bien. Pour 2011, je ne sais pas vraiment ce que je vais faire, hormis bien préparer le mondial de trail. Pour le reste, je soigne actuellement une petite blessure. Dés que j'irais mieux, je chercherai à reprendre de la vitesse, puis je me ferais plaisir avec un nouveau calendrier de courses. Qu’est ce quil faut en baver à l'entrainement pour en retirer les fruits, conclut Thierry


Yanoo le Mag Décembre 2010