Issuu on Google+

La Tour aux Crabes à Dieppe

-Métamorphose d’un patrimoine dissimuléChloé LE MOUEL Mémoire de diplôme d’architecture Sous la direction de Alexandre Grutter INSA Strasbourg mai 2013


Synthèse

Concept : Ce projet a pour but de révéler le site de la Tour aux Crabes dans un processus de palimpseste, c’est à dire révéler les traces des différentes réalités successives qui ont fait l’histoire de ce lieu et ajouter un nouveau calque pour modifier le regard qu’on lui porte et l’expérience qu’on en a. Ce nouveau calque correspond à une extension contemporaine qui dialogue avec les bâtiments anciens. Le contraste ancien / nouveau permettant de mettre chacun en valeur. Site : La Tour aux Crabes est en lisière d’un tissu ancien dense. L’un des éléments fort de ce site, qui lui donne sa poésie et le rend unique dans le quartier, est la place d’arme aujourd’hui en friche à 7m au dessus du quai. Le site, en longueur, surplombe d’un côté le port de plaisance et les terrasses de cafés, offrant une vue sur les falaises et l’île du Pollet. Ses accès sont extrêmement contraints. Des éléments de patrimoine sont présents sur le site, tels que la muraille qui ceinture le site sur deux côtés et la caserne. Programme : Il s’agit d’un théâtre de marionnettes. Celui-ci est organisé en quatre pôles : administration, accueil du public, enseignement, résidence d’artistes, dont les deux « cœurs » sont la grande salle de spectacle et l’atelier de fabrication. Les trois types d’utilisateurs qui se rencontrent dans les différents espaces sont les artistes, le public et les élèves marionnettistes amateurs.


La Tour aux Crabes à Dieppe

-Métamorphose d’un patrimoine dissimuléChloé LE MOUEL Mémoire de diplôme d’architecture Sous la direction de Alexandre Grutter INSA Strasbourg septembre 2013


Sommaire

Synthèse3 Introduction9 1. Site 11 1.1 Dieppe��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������11 1.2 Contexte������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 15 1.3 Histoire du site���������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 23 2 construire avec le patrimoine 37 2.1 Etat des lieux������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 39 2.2 Législations����������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 55 2.3 Évolution de la pensée sur le patrimoine ����������������������������������������������������������� 61 2.4 Attitudes de conception���������������������������������������������������������������������������������������������� 69 2.5 Aspects techniques������������������������������������������������������������������������������������������������������� 113 3 Le théâtre de marionnettes 117 3.1 Rapport à l’homme et au sacré������������������������������������������������������������������������������� 117 3.2 Espaces scéniques���������������������������������������������������������������������������������������������������������127 3.3 Compagnie vendredi 13������������������������������������������������������������������������������������������������� 131 4. Vers le projet 139 4.1 Espace public�������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 141 4.2 Patrimoine������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������ 143 4.3 Épannelage����������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 145 4.4 Distribution��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 149 Conclusion159 Remerciement161 Bibliographie163


8


Introduction Ma rencontre avec Dieppe et avec Vendredi 13 s’est faite à l’occasion d’un stage à l’été 2012. Je passais alors tous les jours le long du port et de ses ambiances contrastées, mais si caractéristiques. Certaines parties de ce port sont en déshérence depuis que le transport transocéanique de bananes s’est rabattu sur le port du Havre. Pour mon projet de fin d’études, j’ai d’abord voulu travailler sur la restructuration et la reconversion des sites portuaires. Mais cela entrait en contradiction avec mon désir de travailler à l’échelle de l’architecture. Lors de mes recherches sur cette ville et son port, j’ai revu la Tour aux Crabes, qui m’avait déjà intrigué lors de mon séjour à Dieppe. Le site de la Tour aux Crabes et son contexte se sont fabriqués au gré des constructions, reconstructions et démolitions successifs par la constitution d’un palimpseste : processus où l’on ré-écrit sur un support tout en conservant des traces des réalités anciennes. C’est donc dans ce processus que s’inscrit mon projet: un nouveau bâtiment en dialogue avec le patrimoine. Est alors née l’envie de proposer un lieu que les dieppois peuvent s’approprier, un endroit où l’on aurait envie d’aller avec ses amis pour un événement, ou simplement pour se promener. Ce serait un lieu ludique mais aussi qui permet la rêverie. Le théâtre de marionnettes offre ces possibilités, et bien plus encore. Entrer dans un théâtre, c’est entrer dans un autre univers, dans le monde merveilleux de la fiction ; c’est ouvrir la boite à secret. 9


Fig.1 Dieppe (gravure, 1575) 10


1. Site

1.1 Dieppe Dieppe est une ville portuaire de Haute Normandie, en Seine Maritime. Elle se situe sur la Côte d’Albâtre, dont le nom fait référence aux hautes falaises blanches bordant le littoral, à l’embouchure de l’Arques. Située à 170 km de Paris, c’est la plage la plus proche de la capitale. C’est également l’un des points de départ du ferry vers le Royaume-Uni. La ville de Dieppe compte 32 500 habitants, pour une densité de 2799 hab/km2. Dieppe connaît un climat océanique assez marqué, les hivers sont plutôt doux et les étés tièdes voire frais. Le climat se caractérise aussi par une faible amplitude thermique (13°C) entre le mois le plus chaud et le mois le plus froid. Néanmoins, il y a plus d’une semaine de neige chaque année. Le nombre d’heures d’ensoleillement équivaut à 63 jours de soleil par ans, bien en dessous de la moyenne nationale qui est de 87 jours. La hauteur moyenne des précipitations est de 695 mm de pluie (moyenne nationale : 685 mm de pluie).

L’histoire de Dieppe remonte à l’époque Gallo-romaine, époque à laquelle elle n’était qu’un camp romain connu sous le nom de Limes. Son développement à été permis par son port. A la fin du Moyen Age, la ville connaît une grande période de prospérité basée sur le commerce et la navigation. Les dieppois partent à la découverte de l’Afrique et du Brésil. Au XVIe siècle, la puissance maritime de la ville atteint son apogée 11


Fig.2 Plan de Dieppe en 1700 12


grâce notamment à l’armateur Jehan Ango (1480-1551) dont les navires atteignent Sumatra, le Brésil et le Canada. Elle s’enrichie par l’or des Amériques, par les bois des tentures du Brésil ou encore par les morues de Terre-neuve. La ville est alors le siège de l’École de Cartographie de Dieppe et l’École d’Hydrographie. En 1694 Dieppe est bombardée par la flotte anglo-néerlandaise. Les maisons, essentiellement construites en bois, sont incendiées et la ville est presque complètement détruite. Quelques édifices subsistent tels que le château, l’église Saint-Rémi, l’église Saint-Jacques ou la Tour aux Crabes. La ville sera reconstruite progressivement sur un plan de l’architecte du Roi, Monsieur de Ventabren, fortement inspiré par Colbert. A la fin du XVIIIe siècle, une liaison régulière avec l’Angleterre est créée. En 1822, le tout premier «établissement des bains» de France est installé sur la plage : c’est le Bain de mer Caroline. Trente ans plus tard, l’empereur Napoléon III et l’Impératrice Eugénie viennent à Dieppe. Dieppe devient à partir de ce jour le lieu de villégiature à la mode des hautes sociétés parisiennes et londoniennes. Elle est jusqu’en 1914 la première station balnéaire de France.

13


Calvaire

Le Drakkar

Calvaire

Tour aux crabes sanitaires

C.E.S. Albert Camus C.E.S. Albert Camus

Ecole Michelet Ecole Michelet

MJC

Ecole Florian Ecole Florian

Maison d' Arrêt

MJC

et de Correction

Ecole Ecole Vauquelin Vauquelin

Calvaire

Conservatoire

Paul

Mairie Mairie

Ecole Ecole Sévigné Sévigné

Bazin

Calvaire

DSN

Ecole Ecole Ducrotoy de Blainville Ducrotoy de Blainville Ecole Richard Simon Ecole Richard Simon

Gare S.N.C.F

113

Chemin

Théâtrenciel

de 94

de

fer

de

Rouen

à

de

Dieppe

fer

Chem

in

Lycée Emulation Dieppoise

Maison Jacques Prévert

61

72 10

13

73 12 15

74 14

90 17

Groupe Scolaire Groupe Scolaire Jules Ferry Jules Ferry

Vendredi 13

Création Diffusion Groupe Scolaire Groupe Scolaire Sonia Delaunay Sonia Delaunay

Maternelle Maternelle Mairie Laurencin Mairie Laurencin

N Fig.3 Etat des lieux du théâtre à Dieppe 14


1.2 Contexte

A Dieppe, le théâtre est présent à l’échelle nationale via DSN (Dieppe Scène Nationale). Les MJC servent de lieu de diffusion aux troupes amateurs. Mais aucun lieu de diffusion n’est dédié à la création locale, intermédiaire, expérimentale. Pourtant deux compagnies, Vendredi 13 et Théâtrenciel, sont basées à Dieppe et travaillent autour du théâtre visuel. Le Collectif Vendredi 13, basé à Rouxmesnil-Bouteille est situé dans un contexte qui ne lui est pas favorable. La présence d’une déchetterie et de terrains d’accueil des gens du voyage portent préjudice à l’activité d’enseignement. 15


Fig.4 Bâti / non-bâti : quartier le «bout du quai» 16


Le site de la Tour aux Crabes se situe en centre ville de Dieppe et s’ouvre sur le port de plaisance. Il est en lisière d’un tissu urbain ancien très dense. A l’intérieur de ce tissu, les espaces publics sont des petites placettes minérales envahies par le stationnement. L’espace public autour de ce tissu est démesuré : d’un coté on trouve les quais, de l’autre d’immenses esplanades d’herbe et la plage. La seule exception à ces deux types d’espaces public est un square arboré au Nord de la parcelle. La situation de la Tour aux Crabes lui offre une vue magnifique sur le port, les falaises et l’île du Pollet. 17


Fig.5 Vue depuis l’ancienne place d’armes

18


19


Habitat Crèche / Centre social Café / Restaurant Commerce / Artisan N Arrêt de bus

Fig.6 Carte des activités 20


Le site, en longueur, est très enclavé. D’un côté il surplombe le port de plaisance et les terrasses de cafés, offrant une vue sur les falaises et l’île du Pollet. De l’autre, il se rattache à une placette. Il est longé par une ruelle étroite qui débouche sur un escalier public. Enfin, le dernier coté s’appuie contre de petits immeubles d’habitation. Les accès sur le site se font via la ruelle ou via la porte cochère place du Petit Enfer. Il y a très peu de circulation sur la place du petit Enfer et dans la ruelle Beauregard, uniquement les riverains et les personnes cherchant à se garer. La crèche attire les jeunes parents et leurs enfants. La place fonctionne comme une zone de partage. L’un des éléments forts de ce site, qui lui donne sa poésie et le rend unique dans le quartier, est la place d’armes aujourd’hui en friche à 7m au dessus du quai. Des éléments de patrimoine sont présents sur le site (cf 2.2).

21


Fig.7 Carte de Dieppe au 17e siècle 22


1.3 Histoire du site

Les premières murailles de Dieppe détruites, la ville est restée sans défense entre 1195 et 1345, date à laquelle le roi Philippe de Valois autorise la construction de nouvelles fortifications. Le quai s’arrêtait alors au niveau de l’actuelle rue de la Rade. Le bout du quai était constitué d’un poulier, butte naturelle de galets ramenés par la marée. En haut de la butte, il y avait un moulin à vent et, au Sud, un phare signalant l’entrée du port. Les noms actuels des rues évoquent ce passé : place du Moulin à Vent, rue de la Lanterne. La muraille a été construite le long du chenal, au pied de cette butte. La Tour aux Crabes, placée à l’angle Sud, servait à protéger l’entrée du port. Il s’agissait d’une tour carrée de 9,20m de côté, 11,25m de haut et dont les murs étaient épais de 1,40m. Le premier étage était voûté. On y accédait par un escalier en vis pratiqué dans l’épaisseur du mur. Celui-ci débouchait au dernier étage sur la terrasse entourée d’un mur garni de meurtrières, sous l’une des deux guérites en pierre qui surmontent les angles côté Sud. C’est depuis cette terrasse que l’on pouvait accéder à la place d’armes. Des fenêtres ont été ajoutées par la suite, au gré des réparations successives. La possibilité de l’existence d’un souterrain entre la tour et le moulin à vent ou le château pour le repli des troupes a été évoquée, mais il n’en existe aucune trace aujourd’hui. Le nom d’origine de cette tour est Tour du Pollet, du nom du quartier où elle se trouvait. Elle a pris le surnom de Tour aux Crabes car, ayant les pieds dans l’eau, ces crustacés restaient accroché à ses murs à marée basse. 23


Fig.8 Plan et élévation de la Tour aux Crabes (1841)

24


La Tour a joué un rôle majeur dans la défense de la ville en 1442 contre les anglais. Mais elle a subi de nombreux tirs et devra attendre plus d’un siècle pour être réparée. A cette occasion des armoiries y sont apposées. Elle jouera ensuite un rôle mineur en 1589, encore contre les anglais. Lors de la visite du roi Louis XIII à Dieppe en 1617, un feu d’artifice est tiré depuis la terrasse de la tour. A la fin du 17e siècle une ordonnance royale permet de détruire les forts et forteresses qui tombent en ruine. Les murailles de Dieppe ne sont plus utiles et sont tombées en désuétudes. Les dieppois s’approprient la muraille et s’installent sur les emplacements à l’abandon. En 1696 un édit royal constate cet usage et l’autorise. M. De St Victor fait de la place d’arme son jardin. L’escalier qui mène à la ruelle Beauregard prend alors le nom de marches St Victor. En 1755 la muraille est réparée en vue de nouveaux combats, la rivalité maritime et coloniale de la France et de l’Angleterre s’étant rallumée. Il est particulièrement question de combler une brèche près de la tour par laquelle «trente hommes de front pouvaient pénétrer la ville». Les combats attendus n’ont eut lieu qu’en mer. La caserne présente sur le site a été construite au cours du 18e siècle et utilisée principalement pour du stockage militaire. La charpente de la caserne était bien plus haute qu’actuellement. Des traces d’incendie sont d’ailleurs visible au dernier étage.

25


Sur cette peinture, on voit la muraille, la Tour aux Crabes et différents appentis construits contre. Le toit de la caserne émerge. Le mur est plus long qu’il ne l’est aujourd’hui et passe devant l’escalier qui monte à la ruelle Beauregard. On devine de la végétation sur la place d’armes. Fig.9 J. VERNET - Port de Dieppe (huile sur toile, 1765) - extrait

26


Suite à la Révolution, les armoiries qui ornent la tour sont retirées et la muraille est déclarée propriété nationale. Le génie militaire a ensuite procédé à un inventaire des prises de possession intempestives des terrains dont la propriété était alors réservée au domaine public. Il y est fait référence à M. Limare, qui a construit une maison et une baraque, et aménagé un jardin sur la terrasse de la Tour aux Crabes. Il lui est demandé de rendre le terrain et de démolir les constructions, sans indemnité. Il en va de même de son voisin directe, M. Quenouille. Les dieppois mécontents saisissent le conseil municipal, qui adopte les conclusions du génie militaire mais qui ne les fera pas appliquer. La ville a le projet d’acquérir les murs et chemins de ronde de la plage pour faire un boulevard en 1829. Par la même occasion, elle souhaite récupérer la tour aux crabes qui est en partie à l’abandon. « Le rez de chaussée, ouvert à tous les vents, servait de réceptacle aux immondices du quartier, et c’est dans ce local obscur, encombré de détritus, que l’on déposait les noyés repêchés dans le port ou sur la grève, en attendant que leur identité soit établie. » De nombreuses plaintes et pétitions ont circulé pour la création d’une morgue descente. Celle-ci ne sera construite qu’en 1849, par manque de budget. Au dessus de cette décharge informelle, le premier étage de la tour sert de magasin à M. Chapmann, qui est négociant en grain. M. Limare a construit une maison sur la terrasse de la tour. Celle-ci sera revendu à M. Quenouille, puis à M. Racoussot qui fera «un joli jardin fleuri» qui remplace la place d’armes. En 1834, le directeur de l’Ecole d’Hydrographie propose d’installer son école dans la tour et d’utiliser la terrasse comme observatoire astronomique. La ville donne son accord de principe, mais la tour appartient aux Ponts et Chaussées. Plusieurs projets successifs sont proposés pour partager les locaux entre l’Ecole 27


Image du Blog ancoco.centerblog.net

http://ancoco.centerblog.net/voir-photo?u=http://ancoco.a.n.pi...

Fig.10 Train de plaisir et ferrys Partager cette image Code HTML - Pour sites et blogs

<a href="http://ancoco.centerblog.net"><img src="http://ancoco.a.n.pic.centerblog.n

BBCode IMG - Pour les forums

[url="http://ancoco.centerblog.net"][img]http://ancoco.a.n.pic.centerblog.net/52bd07

Fig.11 Les hangars et la Tour aux Crabes 28 1 sur 1

22/10/12 21:50


d’Hydrographie, les Arts et Métiers, une morgue et le magasin de M.Chapmann. Mais aucun de ces projets ne verra le jour car les Ponts et Chaussées refusent de céder la tour. L’avenir de la tour est débattu au conseil municipal : elle menace de s’écrouler, il faut d’urgence la réparer ou la détruire. Sa valeur patrimoniale est contestée. Les autres arguments avancés contre sa réparation sont le budget nécessaire et le fait qu’elle ne respecte pas l’alignement sur rue. Elle est démolie en août 1841. Entre 1873 et 1994 un train reliant directement Paris à Dieppe arrivait sur le quai Henry IV. Il était surnommé le «train de plaisir», car il amenait directement les parisiens à la plage ou au ferry pour l’Angleterre. En 1994 la gare de Dieppe a été déplacée et les quais ont été aménagés en promenade. Les ferrys ne rentrent plus dans l’avant port, ce bassin est maintenant dédié aux bateaux de plaisance. Au 20e siècle, la caserne a été utilisée en tant que menuiserie. C’est d’ailleurs pour agrandir la menuiserie qu’une partie de la cour a été couverte. Une maison d’habitation avec une porte cochère pour l’accès à la menuiserie a également été ajoutée. Des logements ont été créés sur la place d’arme, mais ils ont été évacués dans les années 1990 pour insalubrité. Ils sont à l’abandon depuis. Le bâtiment qui longe la ruelle Beauregard est présent sur le cadastre de 1812, mais il a été remanié à plusieurs reprises depuis. Seuls des éléments de la façade sur la ruelle datent encore de cette époque. La caserne et la maison ont été vendus à la SEMAD (Société d’Économie Mixte de l’Agglomération Dieppoise) dans les années 2000. La maison était habitée jusqu’à là. La SEMAD a lancé une étude de faisabilité, d’abord pour un hôtel et un restaurant sur la partie de la place d’armes, puis sur la totalité du site, avant de prendre contact avec des investisseurs en 2006. Un permis de construire pour ce projet d’hôtel a été délivré fin janvier 2013. Les travaux n’ont toujours pas démarrés, le permis fait l’objet d’un recours contentieux. 29


Fig.12 Évolution du port de Dieppe

30

1600

1780

La Tour aux Crabes défend le port. Elle a les pieds dans l’eau en cas de marée haute

Suite à une forte marée, l’entrée du port est déplacée, la Tour aux Crabes n’est immergée que sur un côté. Les quais commencent à être aménagés.


1852

1900

2013

Les quais sont retravaillés. Un épis de protection du port est ajouté. De nouveaux bassins sont creusés.

Le quai devant la Tour aux Crabes est élargi pour accueillir le train. Les hangars SNCF coupent le rapport de la Tour au port. Un canal est creusé dans le Pollet.

Le quai devant la Tour aux Crabes est dédié à la promenade et aux terrasses de cafés. 31


XIVe - XVIIe Défense militaire

XVIIe - XXe Habitations et jardin

XXIe - ? Théâtre

Fig.13 Évolution des usages 32


Ce site unique, visible mais inaccessible, a fait rêver de nombreux dieppois qui y ont projeté leurs fantasmes. Les riverains se souviennent de leur enfance quand ils pouvaient jouer sur la place d’arme ou dans les ruines. Le nom même du lieu renvoie à un imaginaire lié à l’histoire, à la guerre, ou même à la pèche et la navigation. Les usages successifs de ce site ont donc été : - défenses militaires - jardin potager et logements / morgue / magasin de graines - installation d’une école d‘hydrographie évoquée et abandonnée - caserne (stockage) - menuiserie et habitat - ruines inutilisées

Il n’y a pas de permanence d’un usage qu’il serait nécessaire de conserver aujourd’hui, ou l’un des anciens usage qu’il serait important de retrouver. Le programme du nouveau bâtiment n’étant pas dicté par l’histoire peut être libre, tout en restant pertinent dans son contexte.

33


Fig.14 A. FERRET - la Tour aux Crabes (Aquarelle, 1818) 34


Fig.15 La Tour aux Crabes aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui 35


Fig.16 datation des différents bâtiments

14e siècle 17e siècle 18e siècle 20e siècle 36


2 construire avec le patrimoine La ville se reconstruit sur elle-même, ce qui pose nécessairement la question de bâtir avec le patrimoine. Il faut alors concilier la valeur de mémoire et de continuité historique avec l’évolution des modes de vies urbains contemporains. La conception dans un contexte historique diffère fondamentalement de la conservation. En effet, le changement est intentionnel, désiré et accepté en tant que tel. Pour autant, l’intégrité du bâtiment initial ne doit pas être altérée. Celui-ci ne doit pas être considéré uniquement pour son aspect extérieur et sa présence urbaine mais aussi pour sa valeur culturelle et artistique.

37


Fig.17 vue de la muraille et des escaliers depuis le quai Henry IV 38


2.1 Etat des lieux

La muraille, datant du 14e siècle, a été réparée à plusieurs reprises. Ce mur, visible sur le quai Henry IV, se retourne et continu jusqu’au square Louise Michel. Au printemps et en été il se couvre de fleurs sauvages jaunes. Les escaliers d’accès à la ruelle Beauregard datent du 17e siècle. Un café et un restaurant se logent sous les marches.

39


Fig.18 vue de la muraille et des escaliers depuis le quai Henry IV 40


L’ancienne caserne est en craie, silex et brique. Les murs extérieurs, en bon état, sont recouverts par endroit d’un lait de chaux. Les baies ne sont pas toutes d’origines. Les menuiseries sont en bois et une plaque de PVC ondulée obture l’ouverture lorsqu’il n’y a plus de vitrage. Les linteaux sont généralement en brique ; l’un est en métal. Sur la façade Nord, on peut voir les traces de deux appentis qui ont été démontés récemment. Le toit de la caserne était autrefois plus haut et sa pente plus importante. Au dernier étage de la caserne, on peut voir des traces d’incendie, ce qui explique probablement le remplacement de la charpente. La couverture est en zinc. La structure intérieure en bois est en bon état. En revanche, les planchers s’effondrent. Une partie du plancher du 1er étage a été supprimée. On peut voir une trappe dans les planchers du 1er et du 2e étage. L’escalier d’accès aux étages a été déplacé. On accède à celui-ci par la cour couverte, puis il dessert l’intérieur de la caserne aux étages supérieurs.

41


Fig.19 vue intérieure de la cour couverte, RDC. La muraille est apparente à droite.

42

Fig20 vue intérieure de la cour couverte, étage.


La cours Est de la caserne a été couverte au cours du 20e siècle, lorsque la caserne a été utilisée en tant que menuiserie. La muraille a alors été surélevée sur 3m d’un mur en brique pour poser la couverture. Le premier étage communique avec le premier étage de la caserne.

43


Fig.21 Vue de la maison depuis la place du Petit Enfer 44


La maison avec la porte cochère, construite au 20e siècle pour la famille du menuisier, a été habitée jusqu’en 2008. La structure et les façades sont en bon état, les revêtements intérieurs sont défraîchis. Chaque chambre comporte une cheminée. Le séjour a du parquet au sol.

45


Fig.22 Vues extérieure et intérieure du bâtiment en ruine

46


Atour du jardin, divers bâtiments et cabanons ont été construits au début du 20e siècle. Les cabanons servaient de reserve ou de toilettes extérieurs. Les bâtiments ont été vidés de leurs habitants il y a 20 ans pour raison d’insalubrité. A l’abandon depuis, ils sont maintenant en ruine. LE jardin est envahi par la végétation. Bâtiments en ruine

Cabanons

47


Fig.23 Façade ruelle Beauregard. La partie en galets date du 18e siècle. 48


Ruelle Beauregard, une façade datant du 18e siècle existe encore. Elle a subi de nombreuses modifications. Elle est aujourd’hui intégrée à un bâtiment qui date du 20e siècle, qui est en ruine et qui ne présente aucun intérêt architectural. La partie ancienne du mur est en galets. Elle monte à 2 m de haut. Le reste de la façade est plus récent.

49


Fig.24 Immeuble vue du quai Henry IV 50


Un petit immeuble d’habitation a été construit sur l’emplacement de la tour détruite, mais en alignement sur rue. Il comporte de l’habitat et un café en rez-dechaussée.

51


Fig.25 Non-bâti Place du Petit Enfer

B

l Rue le b ard reg

eau

A Quai Henry IV

52

Public Privé


Les espaces non-bâtis du site sont l’ancienne place d’armes (A) et la cour de la maison (B). L’ancienne place d’armes de la Tour aux Crabes est aujourd’hui un jardin en friche, avec de nombreux arbustes. La topographie du terrain est celle d’origine. La butte est constitué de limons, sables, graviers et galets sur 10,80m en moyenne. En dessous, on trouve de nouvelles couches de sable, graviers et galets compacts. Le sol de la cour de la maison est recouvert de béton de façon à le rendre praticable par les véhicules de la menuiserie et de façon à créer une terrasse horizontale. Deux WC y ont été installés pour les employés. La ruelle Beauregard, déjà visible sur les plans de Dieppe de 1600, est l’une des traces du parcellaire médiévale considéré comme patrimoine à maintenir et protégé par la ZPPAUP. La place du Petit Enfer est visible sur le cadastre napoléonien de 1812. Le parvis côté quai a été modifié de nombreuses fois. Aujourd’hui, un dégagement au pied de la muraille permet à des cafés d’installer leur terrasse en été.

53


54


2.2 Législations

La Tour aux crabes est un ensemble immobilier inscrit au titre des Monuments Historiques depuis le 3 mai 1991, libellé ainsi : « Les fortifications, conservées en élévation ou enfouies dans le sol, connues ou à découvrir, à l’exclusion des constructions rapportées : mur d’enceinte, depuis la cour du 7-9 rue du Petit-Enfer jusqu’au quai Henry IV ; caserne avec sa cour ; place d’Armes avec escalier d’accès et mur de soutènement ; vestiges de la Tour aux Crabes (cad. AK 17, 18, 133, 134, 148 à 150)»

La Tour aux Crabes se situe dans la Zone de Protection du Patrimoine Architectural Urbain et Paysager. Le but de celle-ci est de « cerner les entités dieppoises qui, au fil des siècles, ont créé l’image d’une ville qui se différencie de ses sœurs du littoral ». Le règlement de la ZPPAUP ne s’applique pas aux sites classés aux Monuments Historiques, mais les sites inscrits sont néanmoins concernés. Pour les équipements à caractère public, des adaptations au règlement pourront être acceptées, notamment sur la hauteur et l’implantation. Il est prévu que des fouilles archéologiques soient effectuées systématiquement. Afin de préserver l’homogénéité du centre ancien, il est prévu que les bâtiments soient implantés en continuité et à l’alignement sur rue, ou alors en retrait et un mur haut assure la continuité. Les constructions nouvelles seront édifiées à la limite de l’emprise publique et d’une limite séparative à l’autre, sauf cas particuliers. 55


56


Une homogénéité des volumes est également demandée, la hauteur d’égout et de faîtage doivent être proche de celle des bâtiments voisins. Pour les bâtiments de grand intérêt architectural ou d’accompagnement, la surélévation est interdite. La modification du volume de toiture n’est possible que si celui-ci n’est pas cohérent et en relation avec l’architecture de l’immeuble. Il est alors possible de restituer un état originel ou supposé. Les typologies de toitures autorisées sont celles qui existent déja dans cette zone : les couvertures à deux versants ou à la Mansart, avec des pentes réglementées. Les toitures terrasses pourront être autorisées pour des opérations à caractère contemporain affirmé. L’aspect extérieur des constructions anciennes doit être conservé et restauré. Les modifications de la façade principale autorisées sont uniquement celles visant à retrouver un état antérieur. En façade secondaire, des modifications sont tolérées si elles respectent l’équilibre de la façade. Pour les construction nouvelles, le pastiche est refusé. Mais leur échelle, leur composition, le rythme des pleins et des vides, leur volumétrie et leurs modénatures doivent faire référence à l’architecture traditionnelle de Dieppe. Même dans le cas d’une construction neuves à caractère contemporain affirmé, sa volumétrie et son échelle doivent être en harmonie avec son environnement. Dans le cas d’un regroupement parcellaire, découpage primitif doit être perceptible. La ZPPAUP protège également l’emprise et le tracé des voies et espaces publics, dont les revêtement anciens seront conservés. Pour les nouveaux, l’utilisation de matériaux naturels régionaux est requis. Il est également demandé de porter une attention aux végétaux et au mobilier urbain.

57


Fig.18 Zone de risque nuclĂŠaire

Fig.26 Risques

58


Le site de la Tour aux Crabes est concerné par des risques d’inondation par submersion marine, des risques liés au transport routier de matières dangereuses, ainsi qu’un risque technologique dû à la centrale nucléaire.

59


60


2.3 Évolution de la pensée sur le patrimoine

La question de conserver l’intégrité du bâtiment ancien lorsque l’on intervient dessus s’est posée au cours du temps. Les réponses apportées quant à ce que l’on peut modifier et de quelle manière intervenir ont été diverses.

Viollet Le Duc, à la fin du 19e siècle, s’oppose à la simple conservation en proposant de «rétablir dans un état complet qui peut n’avoir jamais existé à un moment donné.» Ceci le conduit à créer des éléments qui n’ont jamais existé et qui n’appartiennent à aucune époque mais qui imitent le style de ce qu’il y a autour. Il créé intentionnellement des anachronismes. A la même période Ruskin s’oppose également à la restauration, argumentant qu’une restauration honnête n’est pas possible étant donné que la construction et la restauration sont séparés dans le temps. Pour lui, contrairement à Viollet Le Duc, pour que l’intervention ait de l’intégrité elle doit être le produit de son propre temps, une expression honnête des forces culturelles actives lorsque le projet est réalisé, reprenant l’idée que la beauté émane de la vérité.

61


62


La question de reconstruire avec de l’ancien s’est beaucoup posée après la seconde guerre mondiale, lors de la reconstruction. Mais aucun écrit théorique n’est publié. Dans les années 60, Scarpa travaille sur l’architecture dans un contexte historique. A sa suite, K. Schattner, G. Canali, M. Carnassi, modernistes, rompent avec le passé et innovent sans compromis dans un environnement historique. Dans une ligne de conduite commune, chacun a eu sa propre écriture. Ils prônent une démarcation des limites entre ancien et nouveau, à la fois dans la forme et le principe. Ils utilisent les structures et les proportions géométriques du contexte bâti comme outil de conception afin de les révéler. Cette série d’échantillons géométriques simples est une base commune ancien / nouveau. Le nouveau n’est pas simplement en contraste mais aussi en continuité de l’ancien. C’est une façon de relier structurellement et historiquement un bâtiment à son contexte, même si dans l’apparence il paraît différent. Cela peut se traduire simplement dans l’alignement des gouttières, ou le mode d’ouverture des fenêtres. Cela peut s’appuyer sur des caractéristiques formelles particulières. Enfin cela peut permettre de mettre évidence un aspect particulier de l’histoire du site. Sous la surface, les motifs de base persistent, comme une référence à partir de laquelle les modes et les styles jouent leur mélodie, est fondamentale dans la compréhension des villes européennes.

La charte de Venise, approuvée par le IIe Congrès international des architectes et des techniciens des monuments historiques, réuni à Venise du 25 au 31 mai 1964, est un traité qui fournit un cadre international pour la préservation et la restauration des bâtiments anciens. Elle prône la discrétion de l’intervention. Le processus de réhabilitation ne doit pas chercher à mettre en scène un état désigné comme authentique mais à laisser les traces de chaque époque s’accumuler pour tenir un propos sur l’histoire du bâtiment . 63


64


Les recommandations de l’Unesco sur le paysage urbain historique de 2011 ne s’intéresse pas seulement au cadre bâti de la ville ancienne mais aussi à son cadre naturel et ses valeurs immatérielles. Le paysage urbain est la résultante d’une stratification de valeurs et d’attributs culturels et naturels qu’il est nécessaire de prendre en compte. Deux exemples extrêmes quant à la préservation du bâti ou des usages sont Venise (Italie) et Benarès (Inde). Dans le premier cas, le soucis de la préservation de la ville ancienne à conduit à une monoactivité liée au tourisme et une nouvelle structure sociale basée sur des groupes non-permanents tels que les étudiants. En revanche, Bénarès conserve un rôle de centre spirituel depuis très longtemps mais cette ville a subi d’importantes modifications urbaines et architecturales.

65


66


Dans le cadre de la construction avec de l’ancien, les dérives à éviter sont la reconstruction à l’identique, la muséification, la fragmentation, la façadisme. La reconstruction à l’identique naît du désir de retrouver une ancienne pièce d’architecture perdue, de lui manifester du respect. Créer un tel pastiche anachronique revient à nier l’Histoire, même si des éléments appartenant au bâtiment original sont réutilisés. Bien que cela redonne une impression de ce qui a été perdu, on ne peut pas ressusciter l’original, ne serait-ce que parce que les techniques de construction évoluent. Un exemple probant de la fragmentation est Time Square : le contraste entre l’ancien et le nouveau se fait au détriment de l’unité architecturale. Les rues caractérisées par une série de déclarations architecturales provoquent une attraction initiale forte. Lorsque celle-ci est passée, il ne reste que des stéréotypes vides de sens. En revanche, le désir d’harmonie, d’unité, de transition historiques douce est comblé par l’intégration du nouveau en tant que poursuite consciente de l’existant. Le façadisme consiste à détacher la façade de son contexte original et de sa structure de base. Le bâtiment subit des bouleversements fondamentaux à la fois dans son programme et ses dispositifs typologiques, il y a donc perte du sens de ses caractères architecturaux fondamentaux. Lorsque la façade n’a plus rien à voir avec ce qu’il y a derrière, le bâtiment s’appauvri et la ville n’est plus qu’un décors.

67


Fig.27 Dovecote Studio Haworth Tompkins Snape Maltings, Royaume-Uni. 2009 68


2.4 Attitudes de conception

Le choix d’une stratégie se fait en cohérence avec l’état de l’existant et le nouveau programme. Mais les deux buts fondamentaux lorsqu’il s’agit de travailler avec un bâtiment ancien est d’une part de maintenir et de s’appuyer sur l’identité du bâtiment dans sa structure et ses plans et d’autre part de faciliter son utilisation et le rendre plus attractif grâce à des interventions sélectionnées. L’ancien et le nouveau interagissent et se mettent en valeur l’un et l’autre par contraste. Pour que cela marche, il doit y avoir un degré de contraste reconnaissable. Celui-ci n’a pas besoin d’être extrême, tant que les deux éléments se différencient. Blozie note trois types de contraste : le contraste fort, le contraste restreint (on utilise des matériaux identiques, mais la mise en oeuvre est différente), et enfin le contraste par référence, qui est le plus subtil. Chaque bâtiment et chaque élément de celui-ci doit être analysé avec attention pour en déterminer la valeur réelle : tout ce qui est ancien ne doit pas être conservé.

69


Fig.28 Stabilisation d’une maison médiévale Hans Reuter Bamberg, Allemagne. 2005 70


MAINTENANCE CORRECTIVE

Partant du principe que l’atout majeur d’un bâtiment historique c’est son age, et donc les traces laissées par le temps, nier les effets du temps c’est le priver de sa dignité et de son identité. De plus certains monuments ont un important rôle de mémoire et une valeur symbolique extrêmement forte Il s’agit donc de laisser le bâtiment vieillir et d’accompagner ce processus, sans faire d’ajout contemporain. Cette attitude « gèle » le bâtiment dans le temps. Il faut décider où et à quel degré le processus de vieillissement doit être ralentit par une maintenance appropriée sans affecter l’impression de «vieux» qui donne son identité au lieu. Lorsque la maintenance n’est pas suffisante, on peut faire des réparations dans le but de garantir le futur à long terme de la structure. Ces réparations doivent prendre en compte les défauts de la structure : faire des «béquilles» plutôt que remplacer. Les travaux de maintenance peuvent inclure des restaurations et des conservations. Le but d’une restauration est de stabiliser et d’améliorer l’état des structures. Une restauration pour retrouver un état initial n’est pas une attitude honnête (cf 2.3 Ruskin). La conservation quant à elle ne sert qu’à stabiliser les conditions telles qu’on les a trouvées. Les interventions servent à limiter les dégâts du temps qui pourraient conduire à sa ruine. 71


Fig.29 Modernisation de le Fondation Querini Stampalia Carlo Scarpa Venise, Italie. 1963 72


MODERNISATION

Les modifications sur un bâtiment pour l’adapter aux besoins contemporains fait partie de la vie du bâtiment. C’est une part naturelle de son cycle de vie. Cela signifie souvent changer les réseaux, ajouter une isolation, modifier le système de chauffage, mais aussi refaire les salles-de-bain et cuisines. Ne plus cacher les réseaux permet de ne rien détruire lorsqu’on doit les réparer, mais cela nécessite de trouver une façon sensible et élégante de faire cohabiter ces ajouts dans le bâtiment ancien.. A Venise, Scarpa est intervenu sur le bâtiment de la fondation Querini Stampalia. L’un des enjeux était la réorganisation des circulations du rez-de-chaussée qui peuvent être inondés. Il a donc surélevé les circulations. Il a fait un travail sensible, notamment au niveau des installations techniques qui ne sont pas cachées mais traitées comme des volumes indépendants. De même, chaque déficience du bâtiment n’a pas été résolue en remplaçant des éléments mais en en ajoutant de nouveaux, dans un souci de dialogue entre l’ancien et le nouveau. 73


Fig.30 Restaurant de l’hôtel Kruisheren Rob Brouwers, SATIJNplus Architecten Maastricht, Pays-bas. 2005 74


SUBDIVISION

Dans le cas d’une subdivision, il s’agit de l’ajout de murs et de planchers sans modifier la forme générale du bâtiment. Pour cela, il est possible de faire « une boite dans la boite ». L’ajout pouvant être indépendant de la structure de la construction existante. Des subdivisions ont été faites couramment au cours de l’Histoire. Par exemple, en Alsace, de nombreuses églises ont été séparées en deux et attribuée aux deux communautés protestante et catholique au 17e siècle.

75


Fig.31 Alte Pinacothèque Hans DÜllgast Munich, Allemagne. 2003 76


ACHÈVEMENT

Cela peut aussi être l’occasion d’achever un bâtiment incomplet (inachevé ou détruit) selon les plans ou principes généraux d’origine. Style, matériaux et mise en œuvre seront contemporains. La continuité de l’existant sera assurée mais dans une forme simplifiée : le volume, les proportions et la structure sont maintenus, mais les modulations de la surface et les décorations seront reprises dans une forme simplifiée ou omises.

77


Fig.32 Musée tyrolien d’Histoire Scherer & Angonese / Hellweger Tyrol, Italie. 2003 78


CONVERSION

Une conversion implique des changements significatifs du bâtiment, mais en respectant son volume général. La structure d’origine et les planchers sont maintenus, bien que des parties de planchers puissent être supprimées. Les espaces existants sont réorganisés et adaptés au nouvel usage, les accès et les circulations sont modifiés. Cela peut permettre de révéler les trésors intérieurs du bâtiment.

79


Fig.33 Musée San Telmo Nieto Sobejano Arquitectos Saint-Sébastien, Espagne. 2011 80


EXTENSION

L’extension consiste à ajouter de nouveaux volumes : nouveaux bâtiments, étages supplémentaires ou soussol. La connexion entre l’ancien et le nouveau pose des questions formelles, techniques et organisationnelle. Dans le cas de l’ajout d’un étage, la toiture est généralement sacrifié. Dans le théâtre Tabourettli, à Bâle, Calatrava ajoute une nouvelle cage d’escalier qui permet à la fois d’améliorer les circulations et de transférer le poids du dernier étage, directement aux fondations, tout en donnant un nouveau caractère au bâtiment. 81


Fig.34 Gare de Strasbourg Jean-Marie Duthilleul Strasbourg, France. 2007 La verrière regroupe bâtiment d’accueil de style de 1883, la poste, le bâtiment de police et le hall d’arrivée construits entre 1901 et 1906, différents commerces installés au cours du 20e siècle et la gare de tramway de 1994.

82


COMBINAISON

Une combinaison génère l’unité à partir de plusieurs bâtiments distincts. L’ajout d’une toiture commune permet de donner une cohérence à un ensemble de bâtiments aux identités différentes. Un enjeux dans la réussite d’un tel projet est la fluidité des circulations. Les différences de hauteur des planchers peuvent poser problème, ainsi que l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite.

83


Fig.35 reconversion de bâtiments industriels Augustin und Frank GÜttelborn, Allemagne. 2007 84


UNIFICATION

Certains bâtiments, suite aux modifications successives, ont perdu leur cohérence d’ensemble. Ils ne sont plus qu’une accumulation d’objets de formes, de couleurs et de styles variés. L’intervention consiste alors à redonner une unité à l’ensemble. Une première réponse est l’unification des façades grâce à un nouvel habillage. L’ancien revêtement existe encore en dessous et peut être retrouvé ultérieurement. De la même façon, il est possible d’unifier les espaces intérieurs en utilisant des revêtements identiques. Le risque étant de gommer l’histoire du bâtiment en ne distinguant plus les étapes successives. Une seconde méthode consiste à remodeler les façades pour harmoniser les baies. En plus de redonner une unité au bâtiment, remodeler la façade est l’occasion d’améliorer ses performances énergétiques. La façade doit rester en cohérence avec le reste du bâtiment, de façon à ne pas altérer l’identité de celui-ci. Enfin, l’ajout d’une nouvelle structure unificatrice, par exemple un toit ou une nouvelle façade commune pour toutes les parties du bâtiment. L’ancienne structure disparaît derrière le nouvel élément. Cet ajout peut également permettre d’améliorer les circulations. 85


Fig.36 Hotêl Fouquet’s Barrière Edouard François Paris, France. 2006 86


MOULÉ-TROUÉ

Lors de l’extension de l’hôtel Fouquet’s Barrière à Paris, Edouard François a appelé son geste «moulétroué». Moulé : l’extension de l’hôtel est une copie exacte d’une façade haussmannienne, mais dans des matériaux modernes, le béton en l’occurrence. Les détails d’ornementations sont des répliques d’éléments décoratifs originaux. Troué : des fenêtres contemporaines sont insérées dans cette façade pseudo-historique. Le résultat est une juxtaposition d’éléments dissonants d’une architecture d’apparence ancienne et des ouvertures aléatoires qui se mettent en valeur l’un et l’autre. Cette attitude est controversée. Il lui est repproché une lecture peu évidente de ce qui est ancien ou nouveau (Blozies, 2012 : 134). 87


Fig.37 Centre de documentation de lâ&#x20AC;&#x2122;ancien parti Nazi GĂźnther Domenig Nuremberg, Allemagne. 2001 88


LIGNES DE FORCES

On peut choisir de mettre en évidence un aspect particulier de l’histoire du site : résidence de certains individus spécifiques, arrangement urbain historique, etc. L’analyse de celui-ci donne des points et des lignes de référence qui servent à générer le bâtiment. C’est cette attitude qu’on retrouve aujourd’hui dans le travail de Libeskind ou Eisenmann. Ce qui séduit dans cette méthode est la compréhension de la transformation de l’environnement bâti en tant que continuum dans lequel le bâtiment s’inscrit, du palimpseste urbain.

89


Fig.38 Pietramontecorvino Italie. 1998 90


MISE A DISTANCE CONTEMPLATIVE

Le bâti ancien est l’élément principal, au service duquel est le nouvel élément : un «tapis architectural» Un même revêtement au sol marque un parcours à travers plusieurs éléments du patrimoine historique du village : le Palais Ducal, le jardin suspendu et le Cortile. Au fil du parcours, le revêtement au sol devient un banc, un revêtement mural, ou encore un élément du ponton élancé dans le vide. L’othogonalité de ce revetement tranche avec l’existant, ses ruptures et dislocations, pour le metre en valeur. Mise à distance contemplative : laisser au lieu raconter sa propre histoire.

91


Fig.39 Il Forte di Fortezza Scherer & Dietl Fortezza, Italie. 2007 92


CORRESPONDANCE

La correspondance est une continuité entre l’ancien et le nouveau pour trouver une forme d’harmonie, une réinterprétation. Les matériaux, la mise en oeuvre, les couleurs et/ou les formes utilisés sont identiques. Le volume des extensions respecte les volumes existants, respectant la gouttière ou la ligne de corniche et la forme du toit. La différence entre l’ancien et le nouveau se fait par un contraste extrêmement subtil. Cela peut se jouer à une essence de bois différente, ou à l’utilisation d’un enduit d’un ton différent. Les éléments traditionnels sont utilisés comme grammaire, de laquelle une nouvelle expression architectonique peut émerger pour décrire le passage naturel du temps et le processus continuel de renouveau. C’est une façon de conforter les identités régionales, sans pour autant tomber dans le pastiche.

93


Fig.40 Reconversion de lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠglise San Agusto en archives municipales Gonzales et Gallegos Valladolid, Espagne. 2004 94


FRAGMENTATION - MISE EN SCÈNE

Dans l’attitude de fragmentation, l’ancien bâtiment n’est plus considéré comme un tout, mais les fragments sont un souvenir du bâtiment. Elle nécessite un contraste fort entre l’ancien et le nouveau, par l’utilisation de matériaux, d’une mise en oeuvre ou d’une finition différents. L’ancien ne doit pas être une vitrine pittoresque pour le nouveau, déprécié par lui. Au contraire, ils doivent communiquer et se mettre en valeur l’un et l’autre, faire ressortir les qualités et la valeur de l’ancien bâtiment comme de la nouvelle extension. Une première façon de faire est la mise en scène des fragments historiques. La dissection et la fragmentation d’un bâtiment en éléments individuels est devenue l’une des postures les plus adoptées. L’analyse historique en tant que levier de projet est utilisée pour donner du sens à la conception. Cela conduit à des solutions très différentes, adaptées à chaque cas. Parfois il suffit d’enlever la couche de revêtement la plus récente pour faire apparaître d’anciennes décorations, même abîmées. En retirant les couches de plâtre et en mettant à nu la structure, on voit apparaître les modifications plus profondes que le bâtiment a subi. Mais bien souvent le mortier des murs maçonnés qui n’ont pas été fait pour être apparents se délite. A Valladolid, en Espagne, l’église San Agusto a été reconvertie en archives municipales. Certains éléments de l’église, comme le toit, manquaient. Le but des architectes a été de maintenir la ruine comme un fragment lisible. Des éléments du cloître ont été déplacé et mis en scène. 95


Fig.41 CafĂŠ Silberstein Berlin, Allemagne 96


FRAGMENTATION - JUXTAPOSITION

Carmassi utilisait également la fragmentation comme outil de conception. Il juxtaposait de manière provocante des fragments cassés, des surfaces artistiques délicates et de nouveaux éléments en une collection apparemment incohérente. Le but n’est pas d’expliquer les relations historiques de ces fragments mais de faire s’émerveiller le visiteur sur les surprises qu’offre le bâtiment et la distance historique entre l’état final aujourd’hui et les fragments cassés d’hier. Cette distance historique ne peut être perçue que si des éléments anciens et nouveaux sont présents partout où se pose le regard.

97


Fig.42 Mur médiévaux Berlin, Allemagne

Fig.43 Koberg 2 Lübeck, Allemagne. Le mur d’origine est visible derrière des volets à l’intérieur du bâtiment.

98


FRAGMENTATION - CONCEPTION DIDACTIQUE

Le but de la conception didactique est de communiquer la valeur historique du bâtiment, en découvrant systématiquement les pièces de son histoire et en en faisant des leviers de projet. Ce sont alors des fenêtres sur le passé, donnant une nostalgie de ce que le bâtiment a pu être. Cette attitude, consistant à utiliser les fragments comme décoration ou comme attraction, est aujourd’hui vue avec scepticisme.

99


Fig.44 Monastère Franciscain Porec, Croatie L’escalier moderne s’enroule autour au dessus de la mosaïque romane. Le mur de moellons percé est peint en noir.

100


FRAGMENTATION - ALIÉNATION

Enfin, une autre façon de traiter la fragmentation est l’aliénation. La substance du bâtiment est conservée mais il subit de telles modifications de ses surfaces ou de ses éléments architectoniques que le message qu’il transmet a changé, et son identité avec. Allant plus loin que la stratégie du contraste ancien/ nouveau, l’altération délibérée de la configuration existante exprime le changement par une différentiation formelle entre différentes périodes historiques et ce qui est nouveau. Usant de moyens similaires que le déconstructivisme, cette attitude, par sa nature contradictoire, fait référence a une société qui a perdu son idée claire du monde et le remplaçant par un reflet de nature brisé en éclats.

101


Fig.45 Musée d’Histoire Wang Shu Ningbo, Chine. 2008 102


RECYCLAGE

Quand un bâtiment a atteint la fin de sa vie, qu’il est en très mauvais état et qu’il n’y a plus rien qui puisse être fait, qu’il n’a aucune qualité historique, esthétique ou culturelle, on peut le remplacer. Pour que le lieu garde une mémoire de son histoire, un fragment ou des matériaux peuvent être réutilisés dans le nouveau projet. On peut également décider de retrouver un volume, une emprise au sol ou une ligne de gouttière du bâtiment disparu.

103


1880

Fig.46 Frauenkirche Dresde, Allemagne. George B채hr 1743 / 2005 104

2005


RECONSTRUCTION A L’IDENTIQUE

La reconstruction à l’identique d’un bâtiment répond à un désir de retrouver une pièce d’architecture de valeur, dont la perte est souvent associée à un traumatisme (guerre, etc). Cette annulation d’un passage de l’Histoire est l’occasion d’un nouveau départ. Il s’agit de recréer un bâtiment qui imite l’ancien, réutilisant si possible des pièces d’origine. Néanmoins, les techniques de constructions évoluent dans le laps de temps compris entre les deux constructions. Pour être le plus fidèle possible, il faut pouvoir retrouver les procédés traditionnels. Malgré tout, cela reste un bâtiment contemporain. L’église Frauenkirche de Dresde, détruite lors du bombardement de la ville en 1945, a été rebâtie à l’identique. Toutes les pièces encore existantes, soigneusement répertoriées grâce à l’informatique, ont été reprises et celles irrémédiablement détruites ont été reconstruites à l’identique, notamment les cloches et la croix dorée surplombant l’église. Les fresques ont été restaurées sur la base de documents et de récits. 105


106


MAINTENANCE CORRECTIVE

COMBINAISON

FRAGMENTATION MISE EN SCÈNE

MODERNISATION

UNIFICATION

FRAGMENTATION JUXTAPOSITION

SUBDIVISION

COPY + EDIT

FRAGMENTATION CONCEPTION DIDACTIQUE

ACHEVEMENT

LIGNES DE FORCE

FRAGMENTATION ALIÉNATION

MISE A DISTANCE CONTEMPLATIVE

RECYCLAGE

CORRESPONDANCE

RECONSTRUCTION A L’IDENTIQUE

CONVERSION

EXTENSION

107


Fig.47 British Museum _ dÊtails de joints entre le nouveau plancher et la façade historique Sir Norman Foster Londres, Royaume-Uni. 2003 108


JONCTION ET DÉLIMITATION La façon dont l’ancien et le nouveau se rencontrent détermine si l’ancien bâtiment joue un rôle principal ou secondaire. Au point de jonction, on peut lire la valeur attribuée au bâtiment existant. C’est là que la tentative d’intégration ou l’équilibre de la relation se mesure, que le succès de la référence ou de l’allusion est réussie ou brisée. Bien que le point de jonction soit un point critique, il faut être conscient que la conception générale sera plus convaincante quand le principe général qui sous-tend le la jonction de l’ancien et du nouveau est apparent dans le traitement des deux parts du projet. Les joints creux ou les changement de matériaux ne sont pas des outils réservés à l’une ou l’autre partie. Le principe de délimitation s’applique à toutes les échelles, que cela soit dans la composition générale des volumes du bâtiment, par exemple via l’introduction d’une partie vitrée qui n’a souvent d’autre but que la transition entre les bâtiments, ou dans la jonction entre deux matériaux via un joint creux. D’un point de vue constructif, un joint de tassement est nécessaire. Néanmoins cela ne fait pas une différence fondamentale, que la rencontre soit clairement exprimée ou qu’elle soit discrète. Dans quasiment tous les projets bâtis dans un contexte historique, le joint est la première expression visuelle de la bipolarité ancien / nouveau, et la séparation entre passé et présent. Dans ses fonctions de séparateur et de lien, la conception du joint doit être considérée avec attention et exprimée en conséquences. Contraste et composition sont des concepts également valides pour ce qui est l’expression matérielle des traces de l’histoire. Une approche courante pour délimiter deux parties d’un bâtiment de deux périodes différentes est de créer un espace de transition vitré, dont la structure est la plus discrète possible. L’interstice transparent 109


Fig.48 Technique dite du Sotto Livello

110


délimite dans le temps le processus d’addition et d’extension. D’un point de vue technique, il sert aussi a absorber les mouvements dut aux déformations thermiques des deux structures. L’utilisation du verre se justifie par sa transparence et sa neutralité. Mais d’autres outils peuvent être employés pour signifier la jonction ou la délimitation, tels que le changement de matériau ou l’utilisation d’un traitement de surface différent. Une façade en béton lisse, en métal ou en bois peuvent venir en contraste d’un mur ancien dont l’enduit est rugueux. Ou même l’usage d’un enduit lisse peut être suffisant à marquer le point de rencontre. Dans le domaine de la restauration, il est commun de différentier les réparations par l’utilisation d’un mortier de couleur différente. La technique dite du sotto livello consiste à placer la nouvelle maçonnerie légèrement en retrait par rapport l’originale. Le décalage est un autre outil utilisé pour marquer la limite ancien/nouveau : une projection en avant ou un retrait, un surplomb ou un recul entre les différents volumes du bâtiment. Les joints creux, jouant sur la transparence et le décalage, est l’une des attitudes les plus couramment utilisées. Peu de solutions incarnent les aspects à la fois de séparation et de transition si naturellement. Une autre attitude consiste à faire pénétrer l’un des volumes dans l’autre. Un tel design est alors suffisamment démonstratif pour ne pas nécessiter de jonction plus élaborée. La mise en scène d’un telle attitude nécessite un contraste de matériaux et de forme, mettant en évidence le processus d’intrusion.

111


112


2.5 Aspects techniques

Construire avec de l’existant pose toujours de nombreuses questions techniques. Mais au delà d’être des contraintes, ces questions peuvent devenir des leviers de projet. Ces questions sont de l’ordre de la structure du bâtiment existant, de l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite, de la sécurité incendie, de la question énergétique, etc. Le nouveau programme affecté à un bâtiment existant doit être en adéquation avec celui-ci de façon à limiter ces problèmes. La conversion d’une ancienne église en bibliothèque sera plus facile à réaliser que celle d’un parking en logements par exemple. Il arrive que des projets tirent partie de la tension entre l’ancien usage et le nouveau, exercice auquel se prêtent particulièrement les églises.

Modifier la répartition des pièces et les accès peut amener à modifier la structure du bâtiment. De même, supprimer des cloisons non porteuses peut amener à supprimer des éléments de second œuvre qui ont une valeur historique. Donc, si il n’y a pas besoin d’un changement radical, il vaut mieux parfois préférer compenser un défaut plutôt que de le supprimer totalement, et se concentrer sur les points forts du bâtiment. Par exemple, des couloirs sombres peuvent être rendus plus attractifs grâce à un coin salon éclairé naturellement à chaque extrémité. Dans le cas de la Tour aux Crabes, l’une des questions est de savoir comment maintenir la muraille en cas d’excavation et si une reprise en sous oeuvre est possible pour la caserne. 113


114


Le site étant extrêmement contraint, de par sa topographie et la densité du tissu bâti, l’accessibilité n’est pas une question simple à gérer. Les différents niveaux du quai, terrasse, place du petit enfer ainsi que les différents étages de la caserne et de son extension doivent être accessibles facilement, par tous. Une réponse possible est l’ajout d’un volume autonome, qui pourrait abriter les circulations verticales et être un élément de signal du théâtre. La question de la sécurité incendie rejoint la question des accès, pour ce qui est des issues de secours. De plus, comment conserver la structure en bois existante, qui fait partie de l’identité du bâtiment, tout en garantissant la sécurité des utilisateurs ? Comment faire communiquer les différents volumes du bâtiment, tout en ne permettant pas la propagation des fumées ? Par ailleurs, un autre défi est de limiter les déperditions énergétiques sans dénaturer la caserne. En effet, préserver l’identité du lieu c’est à la fois conserver ses façades extérieures mais aussi préserver l’ambiance particulière donnée par les pierres apparentes à l’intérieur. Les murs en pierre de 70cm d’épaisseur sont loin de satisfaire à la fois les exigences de sobriété énergétique et de confort thermique. Une posture possible est donc de ré-interroger le programme sur les besoins de chaque espace, et d’isoler certains éléments selon ce critère : les espaces de répétition ont besoin d’une température plus élevée que les stocks, une salle de spectacle a des besoin en air frais mais très peu en chauffage, etc. On peut alors imaginer un dispositif de boites dans la boite. La liste des questions n’est pas exhaustive. On pourrait encore penser à l’organisation du chantier aux vues de l’étroitesse des accès au site, aux problèmes acoustiques et la gestion du bruit vis-à-vis du quartier, ou encore à l’intégration des réseaux dans les bâtiments existants. 115


Fig.49 La Nativité marionnettes à clavier. 19e siècle 116


3 Le théâtre de marionnettes 3.1 Rapport à l’homme et au sacré

La marionnette est une figure inanimée, créature de la technique, fabriquée pour un usage ludique autant qu’esthétique. C’est par le centre qu’elle vit, la tête et les membres n’étant que des éléments d’expression. Elle n’a de sens qu’en faisant appelle à ce qu’elle représente ; la figure humaine le plus souvent. Mais la marionnette ne s’identifie pas complètement à l’homme, le monde qu’elle représente est le monde merveilleux de la fiction, l’homme qu’elle représente est un homme inventé. Elle ne copie pas, mais crée. La marionnette est le signe, le symbole, sans vouloir être le signifié. C’est en ça qu’elle diffère de l’acteur. C’est donc une image, et, ce qui est important, une image réduite. Un simulacre qui sollicite l’imaginaire des spectateurs.

En France, la marionnette a deux origines, l’une sacrée et l’autre profane. Pour la première, il s’agit des crèches jouant la Nativité à Noël, ainsi que d’autres épisodes bibliques. L’apogée de ces crèches est au 19e siècle. C’est de la poupée représentant Marie que vient le nom : Marion, puis Marionnette. Des personnages profanes, représentant les gens du peuple, s’invitent à la scène pour porter leurs doléances à l’enfant Jésus. Ainsi, des marionnettes connues sont le valet Lafleur à Amiens, ou le vigneron Barbizier à 117


Fig.50 Barbizier

118


Besançon. A Dieppe, c’est lors des fêtes des Mitouris, célébrées dans l’église Saint Jacques pour la messe de l’Assomption, que la marionnette Grimpe-sur-l’Ais faisait rire l’assistance en se mêlant aux marionnettes de Jésus, Marie, des anges et du Père éternel. Cela fut interdit en 1647 par Louis XIV. En parallèle, au 19e siècle, en France comme partout en Europe, les spectacles de foire et le divertissement dans la rue ont rendu populaires les marionnettes. Les figures représentées sont issus de personnages historiques ou imaginaires du terroir, dont ils parlent le dialecte et portent les vêtements. Ils portent les revendications des classes populaires et commentent l’actualité. Ainsi, Guignol à Lyon représente son marionnettiste, un ex-canut (tisseur) au chômage. Les spectacles sont souvent improvisés, entre satire des pouvoirs publics et chroniques du quartier. Le personnage de Polichinelle, gourmand, jouisseur, irrévérencieux, a des équivalents dans tous les pays : Punch en Angleterre, Kasperl en Allemagne, Jan Klaasen aux Pays Bas, etc. La bourgeoisie vient s’encanailler dans les cafés théâtres où sont jouées ces spectacles. Les lettrés s’emparent ensuite de la marionnette, séduits par la puissance d’évocation qu’elle offre. Des pièces de Shakespeare et des opéras sont ainsi montées à Paris. Au 20e siècle, les spectacles de marionnette s’édulcorent et se cantonnent souvent à un public enfantin. Les castelets fleurissent dans les jardins publics parisiens. On utilise alors principalement les marionnettes à fils et les marionnettes à gaines.

119


Fig.51 Bunraku

Fig.53 Sigale Gale

Fig.52 Wayang-golek

Fig.54 Wayang-kulit

120


En Asie, les marionnettes sont intimement liées au contexte sacré et mettent en scène des dieux et des héros dont les aventures évoquent le fonctionnement du monde, la cosmogonie, ou encore l’âme humaine à la recherche de la paix intérieure. Les spectacles ont souvent lieu à l’occasion de fêtes religieuses ou de moments importants de la vie : mariage, naissance, etc. Le Si Gale Gale sert d’intermédiaire entre les vivants et les esprits lors des enterrements en Indonésie. A Java, la tradition Wayang-golek met en scène des marionnettes à tiges, alors que la tradition Wayang-kulit est un théâtre d’ombres. Au Cambodge, ce sont les ombres qui dominent : Nang Sbek (ombres de peaux) et Reamker (ombres khmères). Au Japon, les marionnettes du Bunraku sont à prise directes et nécessitent deux à trois manipulateurs chacune. Ces traditions sont toutes fondées sur un code de représentation très fort. En Afrique, les marionnettes sont une émanation du pays des morts et sont détentrices de l’histoire de l’origine du monde. Elles ont un rôle social important. Leur fabrication et leur manipulation se transmettent en secret, entre sorciers. Les spectacles accompagnent les moments clés de la vie de la communauté et se caractérisent par la richesse des personnages et des techniques : marionnettes habitées, marottes, castelets, etc. Les artistes contemporains respectent ce secret, ainsi sont-elles très différentes dans leur forme tout en conservant une profonde africanité : qualité plastique, évocation spirituelle, rôle social.

121


Fig.55 Les marionnettes de Klee

122


En Europe, à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, avec la remise en question des arts plastiques et l’intérêt que lui portent les peintres et les sculpteurs, la marionnette devient progressivement un nouveau langage plastique dans la quête des formes abstraites, entre les mains de Paul Klee, Calder, Fernand Léger, pour ne citer qu’eux. Elles font leur apparition au Théâtre d’Art et d’Action, théâtre expérimental lié au Bauhaus, de 1919 à 1933, lieu de réflexion où se développe l’usage des marionnettes comme expression théâtrale à part entière. Sergeï Obraztsov, marionnettiste de l’école soviétique étudia dans les années vingt de nouvelles formes d’expression avec pour volonté de transposer et de styliser, dans le souci d’affirmer l’originalité de cet art. L’ensemble des recherches des ateliers théâtraux de l’époque moderne permettent de voir aboutir une définition plus spécialisée et plus précise de la signification de ce phénomène dans les sociétés dites contemporaines.

Après plusieurs décennies de rénovations, d’expérimentations, d’exigence dans la formation et de réflexions, les arts de la marionnette sont au cœur de la création contemporaine française. Ils ont intégré et les transformations de la scène théâtrale et les techniques de pointe (électroniques et numériques), sans oublier de faire renaître, si nécessaire, des traditions occidentales et orientales. Les arts de la marionnette poursuivent un dialogue très ancien avec les autres arts sans perdre leur identité et s’adressent à leur époque sans que tout ait besoin d’être nommé. Visuelle et verbale, plastique et sonore, ancestrale et contemporaine, distancée et émouvante... telles sont les caractéristiques oscillatoires ou complémentaires d’une forme artistique en pleine effervescence, attirant de nouvelles générations et observée par des chercheurs de plus en plus nombreux.

123


Dieppe

Centres de Développement des Arts de la Marionnette (CDAM) Scène conventionnée Ecole Supérieure Nationale des Arts de la Marionnette (ESNAM)

Fig.56 Un réseau national informel Centres de Développement des Arts de la Marionnette (CDAM) Scène conventionnée Ecole Supérieure Nationale des Arts de la Marionnette (ESNAM)

124


Au début du XXIe siècle, les scènes conventionnées pour les arts de la marionnette et les CDAM font leur apparition, noeuds d’un maillage informel comprenant également l’ESNAM, les festivals et les lieux permanents tenus par des compagnies. Les Centres de Développement des Arts de la Marionnette (CDAM) sont des lieux de compagnonnage pour la marionnette et le théâtre d’objets. Ils se définissent euxmêmes comme des lieux-compagnies, la création est au cœur de leur projet. Ce sont des lieux de création et d’expérimentation dirigés par des artistes dont le travail est reconnu. Ils permettent une alternance rapide du plateau à l’atelier, circulation indispensable à la construction des spectacles. L’École Supérieure Nationale des Arts de la Marionnette (ESNAM) de Charleville-Mézières, ouverte en 1987, se consacre à la formation initiale d’acteurs-marionnettistes. Elle est également un lieu permanent de recherche pour les écritures scéniques contemporaines Le spectacle pour le jeune public reste une part importante de l’activité artistique. Néanmoins, on remarque que les scènes nationales commencent à programmer des spectacles de marionnettes, s’adressant souvent à un public de scolaires mais aussi parfois à un public adulte. Cet intérêt croissant se traduit également par des coproductions ou des résidences.

125


Fig.57 Théâtre d’ombres

Fig.59 Castelet

Fig.58 Marionnettes sur table

Fig.60 Manipulation à vue

126


3.2 Espaces scéniques

Il existe quatre grandes familles de marionnettes traditionnelles, réparties selon leur mode de manipulation: manipulation en élévation, manipulation en surplomb, manipulation équiplane, manipulation derrière un écran. En concordance avec le rapport très particulier qu’entretiennent les marionnettistes avec les matériaux, la scénographie joue avec ces éléments autorisant tous les champs d’ombres et de lumière, d’harmonieux partages de l’espace, et reliant de façon implicite l’activité présente à une histoire humaine universelle.

Le castelet est un décor occultant la présence des marionnettistes et servant de scène pour les spectacles de marionnettes. Selon le type de marionnettes utilisées, la structure peut varier. Pour les marionnettes à fil (Polichinelle, Pinocchio), le castelet est composé généralement au fond d’une estrade surélevée où se placent les marionnettistes s’appuyant sur une barre d’appui surplombant la scène. L’ensemble est occulté partiellement par un proscénium, qui est un rideau fenêtré ne laissant voir que la scène au public qui se trouve en face. Pour les marionnettes à gaines (comme Guignol) et marottes, la fenêtre du proscénium (ou le rideau fenêtré) surplombe les manipulateurs qui sont ainsi debout sous le niveau de la scène.

127


Fig.61 Castelet pour marionnettes Ă  fils

Fig.62 Castelet pour marionnettes gaines 128


La manipulation à vue est souvent utilisée dans le cas des marionnettes à prise directe. Un exemple est la marionnette à manche, qui ne fait qu’un avec le manipulateur : celui-ci tient la tête de la marionnette à l’aide d’un manche situé à l’arrière, ses mains et ses pieds se glissents dans ceux de la marionnette, maintenus par des élastiques adaptés. Ces marionnettes permettent un vécu corporel partagé entre manipulateur et marionnette. Théâtre noir : les manipulateurs sont tout de noir vêtus et la marionnette est éclairée par un couloir de lumière. Le public ne voit pas les manipulateurs et cela confère un aspect magique au déplacement des marionnettes. Le théâtre d’ombres consiste à projeter sur un écran des ombres produites par des silhouettes que l’on interpose dans le faisceau lumineux qui éclaire l’écran. Mais le spectacle peut aussi se passer devant l’écran, mêlant ombres et silhouettes visibles. Les marionnette sur eau sont construites dans un matériau flottant (bois le plus souvent), manipulées au moyen de longues perches immergées dans l’eau (dans une rizière, un bassin ou une piscine). Ces marionnettes peuvent être articulées : les perches sont alors équipées de poignées permettant d’actionner un système de fils passant à l’intérieur de la marionnette et de son socle. Elles peuvent également être équipées de mécanismes leur permettant de cracher de l’eau ou des feux d’artifice. Les manipulateurs, cachés derrière un rideau, sont immergés jusqu’à la poitrine. Le plus ancien témoignage écrit de l’existence de ce type de marionnette a été trouvé en Chine (début du 12e siècle). Aujourd’hui cette technique est encore pratiquée au Vietnam.

129


Fig.63 Collectif Vendredi 13, utilisation de la vidĂŠo.

130


3.3 Compagnie vendredi 13

Le collectif Vendredi 13 est né d’une scission en 1994 de la compagnie Arcouest en deux entités : Vendredi 13 et Théâtrenciel. Arcouest existait alors depuis 15 ans déja. La spécificité d’Arcouest a été de travailler avec les marionnettes et les acteurs, masqués ou non, à part égale sur scène ; la taille des marionnettes, très grandes ou très petites, étaient variables au sein d’un même spectacle. Les marionnettes fabriquées étaient à tige, à gaine, ou encore sur table, mais jamais à fils. L’usage du castelet a été proscrit. Le point commun des créations qui ont été faites est un attrait pour le théâtre visuel qui peut prendre des formes différentes: gestuel, ombres, masque, vidéo et bien sûr marionnettes. Les membres de la compagnie ne sont pas tous issus d’une formation spécifique à la marionnette. Arcouest a légué ces pratiques en héritage à Vendredi 13.

131


Fig.64 Collectif Vendredi 13, lecture au printemps de poètes. 132


Aujourd’hui la compagnie est de taille variable, entre 2 et 4 membres. Elle fait donc partie des 55% des compagnies de marionnette en France composées de moins de 6 personnes. Seulement la moitié des compagnies possède un lieu fixe. Cet outil de travail est un véritable atout. Vendredi 13 fait aussi bien de la création que de la formation, s’adressant aux enfants et aux adultes. La compagnie accueille parfois des artistes en résidence. Les créations sont des petites formes, qui partent en tournée dans la région. En fonction des besoins, il peut être fait appel à des comédiens ou musiciens extérieurs. Vendredi 13 prend par activement au printemps de poètes, qui est l’occasion de lectures de poèmes dans des lieux atypiques de Dieppe (bus, bars, etc). Pour ce qui est du volet formation, vendredi 13 donne des cours ouverts aux enfants, ados et adultes. En plus de cela, un travail est fait avec les collégiens autour du thème «écouter, lire, écrire des nouvelles». Enfin, la compagnie travail ou a travaillé avec des demandeurs d’asile, des personnes en situation de handicap mental, ou venant d’hôpitaux psychiatriques. Avec eux, le travail s’axe principalement autour de la fabrication de masques.

133


Fig;66 Atelier bois

Fig.65 Salle de répétition 134


Les locaux de la compagnie permettent d’accueillir des groupes, jusqu’à 25 personnes quand il s’agit de fabrication d’objets. Une grande salle de réunion et un atelier de fabrication, avec des postes dédiés à la peinture, à la couture et au travail du bois sont à leur disposition. En revanche, la salle de répétition, complètement noire, ne peut recevoir que 19 personnes. Les locaux disposent également de bureaux, d’espaces de stockage, d’un espace de repos, d’une cuisine et de sanitaires. L’accueil d’artistes en résidence se fait dans des conditions d’accueil qui ne sont pas idéales. Les locaux sont aussi parfois utilisés par des groupes de musique qui viennent répéter, et le festival d’art plastiques Diep qui a besoin de bureaux.

135


PETITE SCENE 70 places LOGES 70m2

CAFE 100m2 STOCK 30m2

LIVRAISON

THEATRE 100 places HALL 100m2

WC 20m2 EXPO 150m2

CENTRE RESSOURCE 70m2 WC 15m2

ACCUEIL DU PUBLIC

BUREAUX 70m2 ARCHIVES 30m2

ADMINISTRATION SALON 40m2

APPART 1 APPART 2 20m2 35m2 COMMUN 35m2

CUISINE 20m2

SALLE DE REPET 60m2 VESTIAIRE 30m2

WC 15m2 REUNION / GROUPES 70m2 STOCK 30m2 ATELIER BOIS ATELIER 30m2 COUTURE 15m2

Fig.67 Programme 136

ENSEIGNEMENT

RESIDENCE


L’emplacement actuel de la compagnie nuit à son épanouissement, la mauvaise réputation des alentours et l’éloignement de Dieppe font renoncer les dieppois à s’y rendre. Venir en centre ville leur permettrait d’être au contact de leur public. En outre, Vendredi 13 rêve d’un espace de diffusion pour présenter à la fois des spectacles finis mais aussi organiser de cabarets. « Le cabaret c’est une forme avec la possibilité pour les gens de boire, manger des petites choses, et puis il y a un espace scénique où les gens qui sont en train de créer quelque chose, des chanteurs par exemple, peuvent tester avec le public à une étape de travail. Dans n’importe lequel des arts, que ce soit de la musique, ou une installation, du théâtre, de la marionnette,... » Le programme du projet de théâtre à la Tour aux Crabes est donc basé sur les pratiques actuelles de Vendredi 13, mais aussi sur leurs désirs. Celui-ci est organisé en quatre pôles : administration, accueil du public, enseignement, résidence d’artistes, dont les deux « cœurs » sont la grande salle de spectacle et l’atelier de fabrication. Les trois types d’utilisateurs qui se rencontrent dans les différents espaces sont les artistes, le public et les élèves marionnettistes amateurs.

137


138


4. Vers le projet

Le but de ce projet est de révéler le site de la Tour aux Crabes dans un processus de palimpseste, c’est à dire révéler les traces des différentes réalités successives qui ont fait l’histoire de ce lieu et ajouter un nouveau calque pour modifier le regard qu’on lui porte et l’expérience qu’on en a. Ce nouveau calque correspond à une extension contemporaine qui dialogue avec les bâtiments anciens. Le contraste ancien / nouveau permettant de mettre chacun en valeur. La conception d’un projet implique des allers-retours permanents entre les différentes échelles et les différents aspects du projets. J’ai choisi ici de présenter l’évolution du projet par thèmes : espace public, épannelage, patrimoine et distribution. Ceux-ci sont étroitement imbriqués, et chaque choix à des conséquences à tous les niveaux.

139


Fig.69 espace public _ f茅vrier 2013

Fig.70 espace public _ avril 2013

Fig.71 espace public _ mai 2013

Fig.68 Plan masse _ ao没t 2013 140


4.1 Espace public

L’une des intentions de ce projet est de rendre accessible au public le coeur d’îlot, d’offrir un espace piéton continu, et notamment de permettre à tout un chacun d’accéder à ce qui était autrefois la place d’arme. ; proposer une nouvelle identité et de nouveaux usages à cet espace. Au cours des différentes étapes, j’ai testé des coeurs d’îlot plus ou moins perméables, offrant différents parcours en fonction des usagers : riverains, public du théâtre, élèves et artistes. La partie Nord, au contact avec la place du petit enfer, à un caractère intime. En revanche, la partie Sud s’ouvre sur la vue.

141


Fig.72 Eléments conservés 142

Fig.73 Eléments supprimés


4.2 Patrimoine

Pour révéler le patrimoine de la Tour aux Crabes, chaque partie doit être considérée avec attention et traitée en conséquence. La Tour aux Crabes, qui a été autrefois l’élément majeur de ce site, est révélée par l’implantation d’un nouveau volume qui reprend son implantation et ses dimensions. Les bâtiments récents en ruine, qui parasitent la lecture du lieu, sont supprimés. La caserne est convertie : son volume et sa structure principale sont conservés (même si ils peuvent subir des modifications), sa distribution est modifiée. Idem pour la maison avec la porte cochère. L’extension doit être travaillée avec soin, de façon à mettre en valeur le patrimoine, mais doit aussi s’affirmer. Les deux éléments dialoguent et ne forment qu’une seule unité. Creuser sous le jardin en friche permet de retrouver la muraille qui n’est pas visible ailleurs. La salle de spectacle et l’accueil des spectateurs se fait donc sous cet ancien jardin. La rencontre de la toiture et de la muraille doit être traitée avec soin.

143


Signal, belvédère / enfouissement

conservation du bâti / suppression

Fig.74 Tests en maquettes à l’échelle urbaine 144


4.3 Épannelage

espace public ouvert / intériorité

sortie des limites de la parcelle

145


Fig.75 axonométrie _ étape de février

Fig.76 coupe _ étape d’avril

Fig.77 146

axonométrie _ étape de mai


Le site est visible de loin depuis le quai, il est visible «par en dessous». Un autre point de vue lointain est celui du haut des falaises où l’on voit le site «par au dessus». Enfin, lorsqu’on est au pied de la muraille, celle-ci est extrêmement imposante et présente, mais elle laisse néanmoins suggérer qu’il se passe quelque chose derrière. J’ai fait des essais en maquette d’épannelage à l’échelle urbaine. Cela m’a permis de tester plusieurs attitudes (cf photos). Ces maquettes permettent de tester des postures telles que refermer un «fond de scène» autour de la place d’armes, ou, au contraire, laisser l’espace ouvert dans l’idée d’îlot perméable. Ces maquettes posent de nombreuses questions. La conservation de l’existant, et donc de la valeur de patrimoine de chaque bâtiment est soulevée. L’espace extérieur accessible et la façon dont il se connecte à l’espace public est également questionné. Avec la question de l’épannelage vient la question du signe, du signal et de la façade. L’entrée principale du théâtre se faisant par la quai Henry IV, le mur de la muraille devient la façade principale. Comment franchir ce mur ? Faut-il le franchir ou le contourner ? Une réponse possible est de retrouver le volume de la tour détruite, qui est en rupture avec l’alignement du front bâti, qui devient alors l’entrée principale sert d’élément d’appel. Les circulations verticales peuvent être à l’intérieur du volume de la caserne, ou peuvent être un volume indépendant. Celui-ci devient alors également un signal. 147


Stocks Admin Répétitions

Centre Ressource

Admin Résidence Ateliers

Expo

Foyer

Théâtre

Admin Café

Hall

Fig.78 vue en éclaté _ étape de février

148

Expo


4.4 Distribution

FÉVRIER A l’étape de février, l’organisation du bâtiment s’est faite de l’extérieure vers l’intérieur : c’est en partie l’organisation de l’espace public et du parcours au coeur de l’îlot qui a déterminé l’organisation des différents volumes autour d’une cour centrale. Mais déjà la salle de théâtre se situait sous l’ancienne place d’armes afin d’avoir un accès direct depuis le quai Henry IV et une hauteur sous plafond suffisante. La caserne et ses grands plateaux libres accueillaient la partie enseignement. La dichotomie entre la partie accueil du public et la partie enseignement était franche.

149


Fig.79 coupe longitudinale _ étape d’avril

Rez de quai

Fig.80 plans _ étape d’avril 150

Rez de place

R+1

R+2


AVRIL A l’étape d’avril, la relation entre les deux a été plus subtile : une cage d’escalier monumentale relie tous les niveaux de la caserne et de l’extension, une partie du programme ouvert au public a été placé en rez-dechaussée de la caserne dans une volonté de rendre plus fluide la transition d’une partie à l’autre. Les accès au bâtiments prennent en compte les différents types d’utilisateurs : le public accède au théâtre par le quai Henry IV, les artistes et les élèves accèdent au site par la porte cochère, une entrée secondaire du théâtre leur est dédiée depuis la cour de la caserne. La partie accessible au public est un grand hall dans lequel est posée comme dans un écrin la boite noire de la grande salle (jauge : 100 personnes). Autour de cette boite noire, l’espace peut être approprié de différentes manières. Il est ouvert à l’expérimentation. Une petite scène (jauge : 50 personnes) mobile y est installée. Celle-ci peut être déplacée de façon à tester différentes relations avec le spectateur. Le public attendu est aussi bien un public d’adultes que d’enfants, ces deux scènes permettent d’accueillir des spectacles très différents. Une rampe, réinterprétation du chemin de ronde le long de la muraille, permet de passer du niveau du rez-de-quai au niveau du rez-de-place tout en mettant en valeur la muraille. Un jeu de dessus-dessous s’instaure entre le hall et le jardin. Les différents plateaux de la caserne accueillent les éléments de programme de la partie enseignement: les ateliers de fabrications, les espaces de répétitions. Ces espaces sont vitrés sur des coursives intérieures dans la cage d’escalier monumentale qui permettent de vues entre les niveaux. Enfin, la maison est aménagée de façon à accueillir les artistes en résidence.

151


Accès

Boites et plateaux

Répartition du programme Fig.81 152

schémas concept _ étape de mai Boites dans la boite


MAI A l’étape de mai, l’intention est une grande mixité entre tous les éléments du programme, et donc entre tous les utilisateurs. Le concept d’organisation utilisé est celui de «la boite dans la boite» : les boites accueillent les éléments du programme qui s’adressent aux artistes et aux élèves, les plateaux libres permettent au public de se promener librement dans les espace d’exposition et de centre ressource qui entourent ces boites. Les boites sont en partie vitrées, la gestion de l’intimité / ouverture se fait depuis l’intérieur de chaque boite. Par ailleurs, les plateaux sont percés, permettant des vues d’un étages à l’autre.

153


Fig.83 Coupes longitudinales et transversales

Fig.82 DiffĂŠrentes configurations de la salle de spectacle

154


AOUT La salle de spectacle est constituée de caissons mobiles, dont on peut varier l’altitude, et de textiles pour répondre à trois scénarios d’utilisation de la salle : - petite scène (30 places) et espace d’exposition - moyenne scène (100 places) - grande scène (300 places)

La salle de théâtre se glissant sous l’ancienne place d’armes, celle-ci devient un deck métallique. On a maintenant conscience de marcher sur une toiture. Cet espace est investi par de nouveaux usages, comme la projection en plein air par exemple. L’organisation et le calepinage du deck fais échos à ce qui se passe en dessous. La toiture étant filtrante pour laisser passer la lumière dans la salle la journée, la nuit le rapport s’inverse et le sol du deck devient alors une nappe lumineuse.

155


Fig.84 petite scène 156


[texte écrit préalablement au dessin du projet ]

Antoine a 7 ans, il est en CP et aujourd’hui la maîtresse emmène sa classe en sortie scolaire à la Tour aux Crabes. La maîtresse leur a dit qu’ils allaient voir un spectacle de marionnettes et qu’ils pourraient aussi voir des marionnettes du monde entier. Quand ils descendent du bus, la maîtresse les fait se mettre en rang par deux le long du mur. Antoine gratte les pierres du mur avec un bâton pour faire du bruit. Ils entrent dans la Tour par une grande porte transparente. Ils vont ensuite dans le couloir où on enlève les manteaux. Le plafond est très très haut et très lumineux, mais on ne peut pas voir le ciel. Ceux qui veulent aller aux toilettes peuvent y aller maintenant. Quand Antoine accroche son manteau, il voit la silhouette de ses camarades à travers la cloison où il a suspendu sa veste. Il se dépêche de les rejoindre de l’autre côté, dans le hall. Là aussi, la lumière vient du plafond. Il n’avais pas imaginé que ce soit si grand et si clair derrière ce grand mur en pierres ! Toute la classe se dirige vers une grande tente noire. Par terre, de petites lampes dans le sol permettent de voir où on met les pieds parce qu’il fait tout noir. Il choisit un coussin moelleux et va s’asseoir à côté de son copain Victor. Tout le monde se tait, le grand écran s’allume et des ombres apparaissent dessus. Il parait qu’il pourra aller voir de près les marionnettes qu’il a vu avant d’entrer à la fin du spectacle. 157


Fig.85 L’enfant de la haute mer. Théâtre de nuit. 158


Conclusion

Il est difficile de conclure un mémoire de diplôme, car il se fait l’écho d’un état d’avancement du projet à un instant donné, or le projet n’es pas fini et les charrettes de septembre vont lui permettre d’évoluer, d’affiner et de maturer des dispositifs qui sont encore à l’état d’intentions.

Ce mémoire est un outil au service du projet. Sur la question du patrimoine, je me suis constitué une palette d’attitudes dans laquelle piocher pour mettre en place des stratégies adaptées à mon site. Écrire le mémoire a été l’occasion de me plonger dans l’univers de la marionnette, un univers très riche et pourtant mal connu du grand public. La marionnette nous apprend qu’avec des moyens simples, mis en oeuvres avec adresse, on peut transmettre une riche variété d’émotions. Les ingrédients de bases de l’architecture sont les mêmes : lumière, matériaux, manipulations de l’espace, propos. C’est à cette simplicité que je souhaite tendre dans mon projet pour transmettre une poésie. 159


160


Remerciement

Je tiens à remercie mon directeur de diplôme, M. Grutter, qui a su m’aiguiller et me conseiller au long de ce travail de mémoire et de projet. Je souhaite remercier également Odile Mauviard, du collectif Vendredi 13 et Nathalie Féron, de la SEMAD, qui m’ont apporté leur aide. Et enfin Patrice, de l’association Nosco, qui connaît si bien l’histoire de sa ville. Merci à ma famille, pour leur soutien et leur confiance. Et puis aux diplos Kaamelott, àww Aline, à mes colocs et à Guillaume.

161


162


Bibliographie Livres : BLOZIES, C., Old Buildings, New design. New York, Princetown Architectural Press, 2012, 143 pages. CRAMER, J., BREITLING, S., Architecture in existing fabric. Berlin, Birkäuser, 2007, 220 pages. PLASSARD, D., Les Mains de Lumière : anthologie des écrits sur l’art de la marionnette. Charleville-Mézière, Editions Institut international de la marionnette, 1996, 369 pages. SEVERO, D., Antico & moderno, Ancien & Moderne. Le Bourget, EAPVM, 1998, 111 pages.

Revues : BANDARIN, F., Villes et Patrimoine, EK. décembre 2012, pp 35-41. GUEDON, J., La Tour aux Crabes, Les Amys du vieux Dieppe. 1913, p31. VERCNOCKE, A., L’Agonie de la Tour aux Crabes. Les Amys du vieux Dieppe. 1965, pp 13-32. BOUTIGNY, P., Un réseau national informel. Manip, premier trimestre 2011, p9.

163


164


Sites internet : Ministère de la Culture et de la Communication. Architecture et Patrimoine, [En ligne]. http://www.culture. gouv.fr/culture/inventai/patrimoine/ (Page consultée le 15 octobre 2012) NOSCO. Apprendre à connaitre Dieppe, un voyage dans le passé, [En ligne]. http://dieppe.et.sa.region.free. fr (Page consultée le 10 février 2013) Ville de Dieppe. Site officiel de la ville de Dieppe, [En ligne]. www.dieppe.fr (Page consultée le 5 octobre 2012) Wikimédia Foundation. Wikipédia, l’encyclopédie libre, [En ligne]. http://www.wikipedia.org/ (Page consultée le 5 octobre 2012) Institut International de la Marionnette, Portail des arts de la marionnette, [En ligne]. http://www. artsdelamarionnette.eu (Page consultée le 7 mai 2013)

Autre : GAUSSET, P., Marionnettes du monde, paradoxes d’un art traditionnel : exposition Lyon, Musée Gadagne, 2013. 12 pages.

165


PFE ETAPE 1 décembre 2012

166


Théâtre à la Tour aux Crabes _ Dieppe

SITE

PFE étape n°1 Chloé Le Mouël CONTEXTE

Calvaire

Le Drakkar

Calvaire

Tour aux crabes sanitaires

Vue depuis la ruelle Beauregard

C.E.S. Albert Camus C.E.S. Albert Camus

Ecole Michelet Ecole Michelet

Coupe Longitudinale 1:200

MJC

Ecole Florian Ecole Florian

Maison d' Arrêt

MJC

et de Correction

Ecole Ecole Vauquelin Vauquelin

Calvaire

Conservatoire

1780

Bazin

Accès

Calvaire

DSN

Ecole Ecole Ducrotoy de Blainville Ducrotoy de Blainville Ecole Richard Simon Ecole Richard Simon

Gare S.N.C.F

113

Chemin

Début du 17e s.

Paul

Mairie Mairie

Ecole Ecole Sévigné Sévigné

Théâtrenciel

de 94

de

fer

de

Rouen

à

de

Dieppe

fer

Chemin

Lycée Emulation Dieppoise

Maison Jacques Prévert

61

72 10

13

73 12 15

74 14

90 17

Groupe Scolaire Groupe Scolaire Jules Ferry Jules Ferry

Vendredi 13

Création Diffusion Groupe Scolaire Groupe Scolaire Sonia Delaunay Sonia Delaunay

Maternelle Maternelle Mairie Laurencin Mairie Laurencin

1852 Evolution du port de Dieppe

Gravure de la Tour aux Crabes (1779)

1898 Dieppe 1:5000

Escalier depuis le quai Henry IV Image du Blog ancoco.centerblog.net

http://ancoco.centerblog.net/voir-photo?u=http://ancoco.a.n.pi...

Train et Ferry sur le quai Henry IV entre 1873 et 1994

La Tour aux Crabes aujourd’hui

Partager cette image Code HTML - Pour sites et blogs

Plan masse

<a href="http://ancoco.centerblog.net"><img src="http://ancoco.a.n.pic.centerblog.n

BBCode IMG - Pour les forums

[url="http://ancoco.centerblog.net"][img]http://ancoco.a.n.pic.centerblog.net/52bd07

QUARTIER

Ruelle Beauregard

1:200

PROGRAMME DIFFUSION expo théatre café wc stock centre ressource

Square rue du Petit Enfer 1 sur 1

750

150 250 100 20 30 200

CREATION / ENSEIGNEMENT 150 30 30 15 20 20 40 15 30

350

salle de répèt vestiaires atelier bois atelier couture salle de réunion cuisine salon wc stock

RESIDENCE 20 30 20 20 30 10

130

appart 1 appart 2 dortoire dortoire 2 salon cuisine

22/10/12 21:50

ADMINISTRATION bureaux wc archives

Marionnette

Théâtre d’ombres

210

150 30 30

TOTAK

Place du Petit Enfer

Théâtre

1440

REFERENCES

Commerce Café

Plan masse 1:500

Rue Beauregard

Städel Museum Schneider Schumacher

Musée Dobrée Dominique Perrault

Teatro Cervantes Ensamble Studio

Alfredvedvor Tomáš Kulík

167


PFE ETAPE 2 février 2013

Théâtre à la Tour aux Crabes _ Dieppe PFE étape n°2 Chloé Le Mouël CONTEXTE

Calvaire

Le Drakkar

Calvaire

Tour aux crabes sanitaires

C.E.S. Albert Camus C.E.S. Albert Camus

Ecole Michelet Ecole Michelet

MJC

Ecole Florian Ecole Florian

Maison d' Arrêt

MJC

et de Correction

Ecole Ecole Vauquelin Vauquelin

Calvaire

Conservatoire

Paul

Mairie Mairie

Ecole Ecole Sévigné Sévigné

Bazin

Calvaire

DSN

Ecole Ecole Ducrotoy de Blainville Ducrotoy de Blainville Ecole Richard Simon Ecole Richard Simon

Gare S.N.C.F

113

Chemin

Début du 17e s.

1780

1852

1898

Théâtrenciel

de 94

de

fer

de

Rouen

à

de

Dieppe

fer

Chemin

Lycée Emulation Dieppoise

Maison Jacques Prévert

61

72 10

13

73 12 15

74 14

90 17

Groupe Scolaire Groupe Scolaire Jules Ferry Jules Ferry

Vendredi 13

Création Diffusion Groupe Scolaire Groupe Scolaire Sonia Delaunay Sonia Delaunay

Maternelle Maternelle Mairie Laurencin Mairie Laurencin

Dieppe

1:5000

N

Evolution du port de Dieppe

Vue aérienne du site

Protection monuments historiques Ancien tracé de la tour et du quai Commerce Café Cafés Commerces

N Quartier «le bout du quai»

Plan masse

1:1000

1:500

Image du Blog ancoco.centerblog.net

Gravure de la Tour aux Crabes (1824)

168

http://ancoco.centerblog.net/voir-photo?u=http://ancoco.a.n.pi...

Partager cette image Code HTML - Pour sites et blogs

La Tour aux Crabes aujourd’hui

Train et Ferry sur le quai Henry IV entre 1873 et 1994 <a href="http://ancoco.centerblog.net"><img src="http://ancoco.a.n.pic.centerblog.n

BBCode IMG - Pour les forums

[url="http://ancoco.centerblog.net"][img]http://ancoco.a.n.pic.centerblog.net/52bd07

1 sur 1

22/10/12 21:50

Quai Henry IV entre 1873 et 1994

N


Théâtre à la Tour aux Crabes _ Dieppe

Théâtre à la Tour aux Crabes _ Dieppe

PFE étape n°2 Chloé Le Mouël

PFE étape n°2 Chloé Le Mouël

PROJET Tests maquette Signal, belvédère / enfouissement

espace public ouvert / intériorité Stocks Admin

Programme

Répétitions

Centre Ressource

Admin Résidence

conservation du bâti / suppression

Ateliers

sortie des limites de la parcelle

Expo

Foyer

Théâtre

Admin Café

Hall

Expo

Vue en éclaté

Axonométrie de l’espace public

Axonométrie

Coupe AA 1:100 A

B

Coupe BB 1:100

REFERENCES B

A

Plan masse 1:200

N Städel Museum Schneider Schumacher

Musée Dobrée Dominique Perrault

Teatro Cervantes Ensamble Studio

Alfredvedvor Tomáš Kulík

Extension de l’hôtel de ville de MArseille Franck Hammoutène

169


PFE ETAPE 3 avril 2013

Théâtre à la Tour aux Crabes _ Dieppe PFE étape n°2 Chloé Le Mouël CONTEXTE

1600 Evolution du port de Dieppe

1780

1852

1900

2013

PALIMPSESTE Calvaire

Le Drakkar

Calvaire

Tour aux crabes

Défense militaire XIVe - XVIIe

sanitaires

C.E.S. Albert Camus C.E.S. Albert Camus

Ecole Michelet Ecole Michelet

MJC

Ecole Florian Ecole Florian

Maison d' Arrêt

MJC

et de Correction

Ecole Ecole Vauquelin Vauquelin

Calvaire

Conservatoire

Paul

Mairie Mairie

Ecole Ecole Sévigné Sévigné

Bazin

Calvaire

DSN

Ecole Ecole Ducrotoy de Blainville Ducrotoy de Blainville Ecole Richard Simon Ecole Richard Simon

Gare S.N.C.F

113

Chemin

Théâtrenciel

de 94

de

fer

de

Rouen

à

de

Dieppe

fer

Chemin

Lycée Emulation Dieppoise

Maison Jacques Prévert

61

72 10

13

73 12 15

74 14

90 17

Groupe Scolaire Groupe Scolaire Jules Ferry Jules Ferry

Vendredi 13

Habitation & Jardin Magasin & morgue XVIIe - XXe

Création Diffusion Groupe Scolaire Groupe Scolaire Sonia Delaunay Sonia Delaunay

Maternelle Maternelle Mairie Laurencin Mairie Laurencin

Dieppe

N

1:5000

Théâtre XXIe - ? Gravure de la Tour aux Crabes (1824)

La Tour aux Crabes aujourd’hui

bâtiments et traces historiques Cafés Commerces

N Bâti / non-bâti : le «bout du quai» 1:1000

170

Etat des lieux

1:500

N


Recherches sur le mur -> franchir l’obstacle -> créer une façade

PROGRAMME Dispositifs scéniques

Décors

N

R+2 1:200

passer à travers

se glisser derrière Castellet

PROJET

Théatre d’ombres

N

R+1

1:200

passer au dessus

passer à travers Coupe transversale

Coupe longitudinale

1:200

1:200

se glisser derrière

(sans toucher aux voisins)

Coupe transversale

Coupe longitudinale

N

Rez de place 1:200

1:200

1:200

collage atelier de fabrication

collage circulation verticale

N

Rez de quai 1:200

collage cheminement le long du mur

171


PFE ETAPE 4 mai 2013

Théâtre à Tour aux Crabes à Dieppe

PROJET

Métamorphose d’un patrimoine dissimulé Chloé Le Mouël _ PFE étape n°4

CONTEXTE GEOGRAPHIQUE

Calvaire

Le Drakkar

Calvaire

Tour aux crabes sanitaires

C.E.S. Albert Camus C.E.S. Albert Camus

Ecole Michelet Ecole Michelet

MJC

Ecole Florian Ecole Florian

Maison d' Arrêt

MJC

et de Correction

Ecole Ecole Vauquelin Vauquelin

Calvaire

Conservatoire

Paul

Mairie Mairie

Ecole Ecole Sévigné Sévigné

Bazin

Calvaire

DSN

Ecole Ecole Ducrotoy de Blainville Ducrotoy de Blainville Ecole Richard Simon Ecole Richard Simon

N

Gare S.N.C.F

113

Chemin

Théâtrenciel

de 94

de

fer

de

Rouen

à

de

Dieppe

fer

Chemin

Lycée Emulation Dieppoise

Maison Jacques Prévert

61

72 10

13

73 12 15

74 14

Groupe Scolaire Groupe Scolaire Jules Ferry Jules Ferry

90 17

Vendredi 13

Création Diffusion

N

Groupe Scolaire Groupe Scolaire Sonia Delaunay Sonia Delaunay

Maternelle Maternelle Mairie Laurencin Mairie Laurencin

Dieppe 1:2000

Cafés Commerces Crèche

N

Bâti / non-bâti : le «bout du quai»

N

Activités

1:1000

1:500

CONTEXTE HISTORIQUE

1600 Evolution du port de Dieppe

1780

1852

1900

2013

14e siècle 17e siècle 18e siècle 20e siècle

Aquarelle de la Tour aux Crabes (1824) PALIMPSESTE

La Tour aux Crabes aujourd’hui

N

Plan masse 1:500

Défense militaire XIVe - XVIIe N

Habitation & Jardin Magasin & morgue XVIIe - XXe

Théâtre XXIe - ?

Etat des lieux 1:200

PROGRAMME PETITE SCENE 70 places LOGES 70m2

CAFE 100m2 STOCK 30m2

LIVRAISON

THEATRE 100 places HALL 100m2

Façade ruelle Beauregard

WC 20m2 EXPO 150m2

1:200

CENTRE RESSOURCE 70m2 WC 15m2

ACCUEIL DU PUBLIC

BUREAUX 70m2

ARCHIVES 30m2

ADMINISTRATION SALON 40m2

APPART 1 APPART 2 20m2 35m2 COMMUN 35m2

CUISINE 20m2

SALLE DE REPET 60m2 VESTIAIRE 30m2

WC 15m2 REUNION / GROUPES 70m2 STOCK 30m2 ATELIER BOIS ATELIER 30m2 COUTURE 15m2

172

ENSEIGNEMENT

RESIDENCE

Façade quai Henry IV 1:200


Accès

Boites et plateaux N

Rez de place 1:200

N

R+2 1:200

Répartition du programme

CONSERVATION

EXTENSION

REINTERPRETATION

PARTITION

Attitudes vis-à-vis du patrimoine

Coupe longitudinale 1:200

N

Rez de quai 1:200

N

R+1

1:200

Coupe transversale 1:200

173


PFE ETAPE 5 août 2013

Théâtre à Tour aux Crabes à Dieppe

PROJET

Métamorphose d’un patrimoine dissimulé Chloé Le Mouël _ PFE étape n°5

CONTEXTE GEOGRAPHIQUE

Calvaire

Le Drakkar

Calvaire

Tour aux crabes sanitaires

C.E.S. Albert Camus C.E.S. Albert Camus

Ecole Michelet Ecole Michelet

MJC

Ecole Florian Ecole Florian

Maison d' Arrêt

MJC

et de Correction

Ecole Ecole Vauquelin Vauquelin

Calvaire

Conservatoire

Paul

Mairie Mairie

Ecole Ecole Sévigné Sévigné

Bazin

Calvaire

DSN

Ecole Ecole Ducrotoy de Blainville Ducrotoy de Blainville Ecole Richard Simon Ecole Richard Simon

N

Gare S.N.C.F

113

Chemin

Théâtrenciel

de 94

de

fer

de

Rouen

à

de

Dieppe

fer

Chemin

Lycée Emulation Dieppoise

Maison Jacques Prévert

61

72 10

13

73 12 15

74 14

Groupe Scolaire Groupe Scolaire Jules Ferry Jules Ferry

90 17

Vendredi 13

Création Diffusion

N

Groupe Scolaire Groupe Scolaire Sonia Delaunay Sonia Delaunay

Maternelle Maternelle Mairie Laurencin Mairie Laurencin

Dieppe 1:2000

MER

PLAGE ESPLANADE

BÂTI DENSE QUAI / PROMENADE

Cafés Commerces

N

Crèche

PORT DE PLAISANCE

tranche / esp public ?

N

Activités

1:1000?

1:500

CONTEXTE HISTORIQUE

1600 Evolution du port de Dieppe

1780

1852

1900

2013

14e siècle 17e siècle 18e siècle 20e siècle

Aquarelle de la Tour aux Crabes (1824) PALIMPSESTE

N

Habitation & Jardin Magasin & morgue XVIIe - XXe

Théâtre XXIe - ?

1:200

PROGRAMME PETITE SCENE 70 places LOGES 70m2

CAFE 100m2 STOCK 30m2

LIVRAISON

THEATRE 100 places HALL 100m2

WC 20m2 EXPO 150m2

CENTRE RESSOURCE 70m2 WC 15m2

ACCUEIL DU PUBLIC

BUREAUX 70m2

ARCHIVES 30m2

ADMINISTRATION SALON 40m2

APPART 1 APPART 2 20m2 35m2 COMMUN 35m2

CUISINE 20m2

SALLE DE REPET 60m2 VESTIAIRE 30m2

WC 15m2 REUNION / GROUPES 70m2 STOCK 30m2 ATELIER BOIS ATELIER 30m2 COUTURE 15m2

174

ENSEIGNEMENT

N

Plan masse 1:500

Défense militaire XIVe - XVIIe

Etat des lieux

La Tour aux Crabes aujourd’hui

RESIDENCE


Tracer un lien, donner une unité

N

Rez de place

1:200

N

R+2

1:200

Attitude vis-à-vis du patrimoine : juxtapositer

Différentesconfigurations de la salle de spectacle

N

Espace tampon

Coupe longitudinale 1:200

Rez de quai 1:200

N

configuration : petite salle

R+1

1:200

Coupe transversale 1:200

175


Chloé Le Mouël - mémoire de PFE