Issuu on Google+

EDITO RIAL Protocole PAN-EURO-MED sur les règles d’origine Pour améliorer la part de marchés des IME à l’export

La Tunisie s’est engagée d’une manière résolue dans une politique d’ouverture de son économie à l’espace Euro à travers la conclusion depuis 1995 de l’accord de libre échange. Cet espace s’agrandit de plus en plus pour couvrir un ensemble plus large dit l’Espace Euro-méditerranéen, composé de 37 pays dont la Tunisie, qui négocie aujourd’hui, de plain-pied, son statut avancé avec l’UE. Partant de ce fait, et en vue d’approfondir la coopération économique entre la Tunisie et son principal partenaire commercial et préserver les intérêts de la Tunisie, qui demeure premier exportateur de la rive sud de la méditerranée vers l’U.E., une renégociation des différents aspects de ce partenariat est en vue. Ainsi, le CETIME a été chargé par le Ministère de l’Industrie et de la Technologie de revoir avec les entreprises du secteur IME exportatrices vers l'UE, les conditions du protocole n°4 de l’accord d’association paru au Journal officiel de l’Union européenne le 21 septembre 2006, relatif à la définition de la notion de "produits originaires" et aux méthodes de coopérations administratives, en vue de proposer des améliorations pour faciliter l'écoulement des produits fabriqués en Tunisie sur le marché européen. Il importe de signaler que ce protocole appelé communément « protocole PAN-EURO-MED sur les règles d’origine » est applicable aux échanges commerciaux entre la Tunisie et la Communauté européenne. Il couvre les champs suivants : les critères d'origine; le cumul de l'origine; l’expédition directe et les preuves documentaires (voir page 7). Il permet par ailleurs, de renforcer l’intégration économique de la Tunisie dans l’espace Euro-Med en bénéficiant de tarifs préférentiels pour l’expédition d’articles fabriqués à partir d’intrants en provenance de pays du pourtour méditerranéen qui ont conclu des accords de libre échange aussi bien avec la Tunisie qu’avec l’U.E.

Cependant, et au cours de la mise en œuvre de ce protocole, certaines conditions ont eu pour conséquences de restreindre les parts des IME sur le marché européen. Face à ce constat, et étant donné l’importance et l’enjeu de compétitivité pour les entreprises tunisiennes opérant à l’export, des réunions ont été organisées entre les différentes parties prenantes intervenant dans le processus de commerce extérieur en vue de négocier les règles qui ont pu empêcher l’écoulement des produits tunisiens sur le marché communautaire. Dans ce cadre, la fédération de la mécanique (FNM) et celle de l’électricité et de l’électronique (FEDELEC) ont sollicité le CETIME pour réaliser une étude détaillée en vue de cerner pour chaque produit, les éléments devant servir de support aux renégociations de ces règles avec les instances de l’Union européenne qui devraient avoir lieu au mois de septembre 2011. A cette fin, et en vue de saisir l’opportunité de renégociation de cet accord, nous appelons les entreprises à bien vouloir remplir la fiche technique de suggestions (voir page 2) et la faire parvenir au CETIME par Fax: 70 146071 ou par E-mail: F.mrabet@cetime.com.tn dans les meilleurs délais.

SOMMAIRE Actualités:

- Protocole d'accord «PAN EURO-MED» : fiche de sug- P. 2

gestions pour règles d'origines à remplir par l'entreprise

- Salon TunisMedIndustrie 2011

P. 3

- Formation qualifiante en CND niveaux 1 & 2

P. 5

- Journée d’information sur le Programme (PEE)

P. 6

Veilles et Informations:

P. 7 méditerranéenne sur les règles d’origine. - Règles d'origine : Protocole n°4 de l'accord d'association P. 7

- L’UE approuve la signature de la convention euro- Projet de création d’un centre de soudure à Bizerte

P. 8

- Projet d’exportation d’énergie solaire tunisienne

P. 8

- Pour une nouvelle vision de l’innovation

P. 9

- Des boîtes noires dans toutes les voitures aux USA?

P. 10

- La recherche en France à l’heure de l’efficacité

P. 11

- Les IME consolident leur position de leader à l’export

P. 12

Données du secteur:

Agendas:

P. 16


ACTUALITES

CETIME NEWS N° 55

Contact : M. F. MRABET – Tél: 70 146 032 - Fax: 70 146 071 Page 2


CETIME NEWS N° 55

ACTUALITES

La première édition du Salon international du partenariat industriel et de l’innovation « TunisMedIndustrie » s’est tenue du 15 au 17 juin 2011 au Parc des Expositions du Kram. Cette première édition a pour thème « Investing in Democracy & Progressing together». Le but est de renforcer la position de la Tunisie en tant que site d’investissement attractif et plate forme incontournable. Le salon est organisé en partenariat avec l’API, l’Association des chambres de commerce et d’industrie, l’ANME, l’UTICA, la FIPA, le CEPEX et l’ACTIT. Près de 172 entreprises, dont 126 entreprises tunisiennes, 13 italiennes, 16 Françaises, 10 Anglaises et une entreprise allemande, actives dans les secteurs des Industries Mécaniques et Electriques (IME), électroniques, du plastique, de l'ingéniorat, de la programmation et de la logistique, ont participés à ce salon qui se tient à l'initiative de la chambre de commerce et d'industrie de Tunis (CCIT). Ce salon vise à montrer une nouvelle image de la Tunisie après la révolution, consolider le partenariat entre les entreprises industrielles tunisiennes et étrangères et fournir des opportunités additionnelles pour impulser l'innovation et le développement technologique, afin d’aboutir à la création de projets innovants à haute capacité d'employabilité. Le Centre technique des industries mécaniques et électriques (le Cetime) a participé à cette 1ère édition du Salon MedIndustrie 2011. Cette participation s’inscrit dans le cadre des activités de l’Association de Centres Techniques Industriels de Tunis (ACTIT), qui regroupe les huit centres techniques industriels en Tunisie et qui a pour objectif de valoriser la complémentarité des expériences et compétences de ses membres ainsi que de partager et d’optimiser les ressources communes pour renforcer la compétitivité de l’industrie tunisienne. Tout un espace a été dédié aux différents centres techniques industriels qui ont présentés leurs offres de services et leurs stratégies d’innovation.

CETIME news

Site web:

http://issuu.com/cetimenews/docs

Responsable de la publication: SOFIA BAHRI Coordination : Sabah Ben Fadhel - ont participé à ce numéro : Taoufik Ben Saâd - Adel Elloumi - Fairouz Ammar Boutheina Zarrouk - Asma Kharrat Photographe : Ezzeddine Trabelsi - Conception et réalisation: Amina Ghariani

LE CETIME - GP7 - Z.I. Ksar Saïd - 2010 La Manouba - Tél.: 70 146 000 - Fax : 70 146 071 - E-mail : contact@cetime.com.tn - site web : www.cetime.ind.tn

Numéro vert : 80100348

Page 3


ACTUALITES

CETIME NEWS N° 55

Le Président de l'association des chambres de commerce et d'Industrie de la Méditerranée (ASCAME), M. Murat Yalçintas, a exprimé, son soutien à la Tunisie en cette période de transition démocratique. Et d'ajouter que le peuple tunisien a le droit d'aspirer à la démocratie et à la liberté. Il a affirmé que l'avenir du pays est porteur et rayonnant sur divers plans, notamment les secteurs économiques et de l'investissement. MM. Abdelaziz Rassaa ministre de l'Industrie et de la technologie et Abderrazak Zouari, ministre du Développement régional, ont inauguré le salon auquel ont pris part les présidents des chambres de commerce à Barcelone (Espagne) Istanbul (Turquie), Opatija (Croatie), Algérie, Marseille (France), des hommes d'affaires, des promoteurs et des exposants. Les deux ministres ont pris connaissance des stands du salon, des problèmes et des difficultés auxquels les promoteurs sont confrontés. Ils ont appelé les promoteurs à s'installer dans les zones de développement régional et à tirer profit des avantages fiscaux de l'implantation dans les zones intérieures. M. Abdelaziz Rassaa a précisé, à cette occasion, que l'objectif visé par le Gouvernement transitoire est de soutenir le tissu industriel en vue de réaliser des projets innovants à haute valeur ajoutée et de passer à une étape plus avancée de la compétitivité, tout en offrant de nouvelles opportunités d'emploi, notamment au profit des diplômés du supérieur. Il a fait remarquer que l'économie tunisienne fait face à quatre défis à savoir: l'impulsion de l'investissement, l'intensification des exportations, le développement régional et la promotion des technologies. L'organisation de ce salon, a-t-il dit, constitue une opportunité importante pour renforcer la position de la Tunisie en tant que destination privilégiée pour l'attraction de l'investissement dans les secteurs stratégiques.

Contact : Mme Boutheina ZARROUK – poste: 1421

Page 4


ACTUALITES

CETIME NEWS N° 55

Formation qualifiante en CND niveaux 1 & 2

Le CETIME a organisé en collaboration avec l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) le cours régional AFRA pour la formation et la qualification en CND niveaux 1 & 2 qui s’est tenu du 13 au 24 juin 2011 à Tunis. Il est à souligner qu’au vu de l’expérience capitalisée, le CETIME a été sélectionné par l’AIEA depuis 2001 en tant que centre régional de formation et de certification en CND pour les pays africains francophones. Ont bénéficié de cette formation dix candidats venus de trois pays francophones d’Afrique, à savoir : la Tunisie, la République Démocratique du Congo et le Cameroun. Ces candidats sont des techniciens en contrôle non destructif opérant dans les secteurs des mines, énergie, chimie, métallurgie et contrôle non destructif.

Ce cours a été conçu et dispensé pour assister ces opérateurs et promouvoir l’utilisation des différentes techniques de CND à l’échelle régionale. La formation a été suivie d’une session d’examen de qualification dans les méthodes MT, RT, PT et UT conformément aux exigences de la norme ISO 9712 et aux exigences de la Commission Nationale des contrôles non Destructifs « COTEND ». Une cérémonie de clôture a été organisée vendredi 24 juin 2011 en marge d’un déjeuner offert aux candidats et formateurs ayant participé à cette formation. Au cours de cette cérémonie, la Directrice Générale du CETIME a remis des attestations de formation à tous les candidats en leur félicitant pour leur attachement et dévouement pour ce métier d’avenir pour l’industrie. Contact : Mme Asma KHARRAT – poste: 1499

Page 5


ACTUALITES

CETIME NEWS N° 55

Journée d’information sur le Programme Environnement Energie (PEE) Jeudi 09 mai 2011 à Tunis Réduire la pollution, améliorer la rentabilité et appuyer la compétitivité des entreprises industrielles, ces recommandations constituent une priorité et une nécessité à ne pas négliger.

Aujourd’hui, les acteurs économiques sont appelés à être de plus en plus en harmonie avec les enjeux environnementaux mondiaux, afin d’assurer le bon déroulement de leurs structures. Toutes ces orientations nécessiteront « une nouvelle forme de gouvernance environnementale », a indiqué M. Salem Hamdi, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Agriculture et de l’Environnement, lors de son inter-

vention au cours d’une journée d’information sur le Programme Environnement Energie (PEE), jeudi 09 mai 2011 à Tunis, à l’initiative de l’unité d’appui à ce programme, financé par l’Union européenne. La gouvernance gouvernementale devra être basée sur la décentralisation de l’action environnementale. Elle exige le renforcement des structures régionales et la mise en œuvre de programmes régionaux qui prennent en considération les caractéristiques de toutes les régions tunisiennes et leurs besoins spécifiques dans le domaine de l’environnement et du développement. La nouvelle gouvernance doit être, selon M. Hamdi, fondée sur un partenariat réel et efficace entre l’administration et le secteur privé, d’une part et la société civile d’autre part. Ce partenariat doit être instauré sur des fondements solides qui prennent en considération le respect et la confiance mutuelle, et contribuant à la participation de tous les acteurs à la protection de l’environnement. Avec un budget total estimé à 33 millions d’euros, le PPE est un programme financé par l’instrument européen de voisinage et de partenariat (IEVP). La Tunisie contribuera à ce programme par la mise à disposition des bureaux pour l’UAP, le paiement des salaires du RNP et de deux comptables. Les priorités de ce programme sont, en effet, le développement d’une meilleure contribution de la politique environnementale tout en combattant la pollution sous toutes ses formes et origines. Le PEE offre des appuis budgétaires destinés au fonds de dépollution industrielle et au fonds national de maîtrise de l’énergie et une assistance technique pour le renforcement institutionnel, d’études sectorielles. Il s’agit également de donner une bonification d’intérêts d’une ligne de crédit en matière d’énergies renouvelables et environnement mise à disposition par l’agence française de développement. Le Programme se chargera également d’acquérir des équipements pour le suivi des paramètres environnementaux, pour les milieux terrestre et marin. Il pourra apporter aussi un appui concret à tous ses partenaires. http://www.pr-e-e.org/index.php?option=com_content&view=article&id=52&Itemid=63

Page 6


VEILLE & INFORMATIONS

CETIME NEWS N° 55

Le Conseil de l’UE approuve la signature de la convention euro-méditerranéenne sur les règles d’origine préférentielles Le Conseil de l’Union européenne a adopté le 15-04-2011 une décision autorisant la signature, au nom de l’UE, de la Convention régionale sur les règles d’origine préférentielles pan-euro-méditerranéennes. Cette décision s’accompagnera d’avantages économiques concrets (droits de douane préférentiels) pour les pays du Sud de la Méditerranée.

sur les règles d’origine préférentielles.

Elle doit aussi permettre de surmonter les difficultés liées à la gestion de l’actuel réseau d’une soixantaine de protocoles bilatéraux sur les règles d'origine avec les pays ou territoires de la région euro-méditerranéenne. Elle remplacera l’actuel système pan-euroméditerranéen de cumul de l’origine, basé sur les protocoles applicables entre deux pays partenaires, par un instrument juridique sous la forme d’une convention régionale

Les parties contractantes à la Convention sont l’Union européenne, les îles Féroé, les pays de l’AELE, les pays méditerranéens partenaires du « Processus de Barcelone » ainsi que les pays des Balkans occidentaux. Les 24/25 mars 2011, le Conseil européen avait demandé d’avancer rapidement dans les travaux en vue de la mise en place d’un nouveau partenariat avec la région, fondé sur un renforcement de l’intégration économique, un meilleur accès au marché et une coopération politique plus étroite. Il avait appelé, en particulier, à des avancées rapides sur les propositions relatives aux règles d’origine pan-euro-méditerranéennes Source: http://euro-mediterranee.blogspot.com/2011/04/lue-veut-ouvrir-le-marche-unique-aux.html Pour plus d’information: consultez : http://ec.europa.eu/taxation_customs/customs/customs_duties/rules_origin/index_fr.htm

Règles d'origine : Protocole n°4 de l'accord d'association Les règles d'origine applicables aux échanges commerciaux entre la Tunisie et la Communauté européenne comprennent quatre éléments: critères d'origine; le cumul de l'origine; expédition directe et preuves documentaires. 1. Critères d'origine : Sont considérés comme originaires de la Tunisie (ou de la Communauté européenne), les produits entièrement obtenus en Tunisie (ou dans la Communauté européenne) ou les produits obtenus en Tunisie (ou dans la Communauté européenne) et contenant des matières qui n'y ont pas été entièrement obtenues, à condition, toutefois, que ces matières aient fait l'objet d'ouvraisons ou transformations suffisantes en Tunisie (ou dans la Communauté européenne). 2. Cumul d'origine: Le protocole n°4 relatif à la définition de la notion de ''produits originaires'' et aux méthodes de coopération administrative prévoit : Le cumul bilatéral de l'origine : Les produits originaires de Tunisie (ou de la Communauté européenne) sont considérés comme étant des produits originaires de la Communauté européenne ( ou de Tunisie) à condition qu'ils aient fait l'objet d'ouvraisons ou transformations allant au delà de celles considérées comme ouvraisons ou de transformations insuffisantes. Le cumul avec les matières originaires d'Algérie ou du Maroc: Les matières originaires d'Algérie ou du Maroc sont considérées comme des matières originaires de Tunisie (ou de la Communauté européenne) à condition (i) ces matières aient fait l'objet d'ouvraisons ou de transformations allant au delà de celles considérées comme ouvraisons ou transformations insuffisantes; et (ii) les échanges entre la Tunisie et l'Algérie, la Communauté et l'Algérie; la Tunisie et le Maroc, et la Communauté et le Maroc, soient régis par des règles d'origine identiques. Le cumul de l'ouvraison ou des transformations : Les ouvraisons ou transformations effectuées dans la Communauté (ou en Tunisie) ou en Algérie ou au Maroc sont considérées comme ayant été effectuées en Tunisie (dans la communauté) lorsque les produits obtenus font ultérieurement l'objet d'ouvraisons ou de transformations en Tunisie (dans la communauté). 3. Expédition directe : Le régime préférentiel prévu par l'accord est applicable uniquement aux produits et aux matières qui sont transportés entre le territoire de la Communauté et celui de la Tunisie sans emprunter aucun autre territoire. 4. Preuve de l'origine : La preuve du caractère originaire des produits est apportée par un certificat de circulation des marchandises EUR1. Pour plus d’information: consultez :

Page 7

http://www.commerce.gov.tn/coop_3.htm http://www.douane.gov.tn/index.php?id=259


VEILLE & INFORMATIONS

CETIME NEWS N° 55

Projet de création d’un centre de soudure à Bizerte au mois de décembre 2011 Le plus grand centre de soudure des lames de scie à ruban en Afrique devrait être créé par la société «Ifriqya» dans les prochains mois en Tunisie. La date du lancement est fixée pour le mois de décembre 2011. Baptisé « North Africa welding center », le nouveau centre sera situé à Bizerte. Le nouveau centre opère dans le domaine de la soudure des lames de scie à ruban. Il vise le marché de la Tunisie, du Maroc, de la Libye, de l’Algérie et quelques autres pays africains. Le coût total du projet est estimé à environ 100 millions de dinars. Il procurera au début 12 positions et ambitionne d’atteindre 50 positions à l’horizon 2013. «Ifriqya» est une filiale d’une société américaine. Elle est résidente à Tunis. Son domaine d’activité est la fabrication des outils de coupage. C’est la plateforme logistique du Maghreb. Elle travaille pour le compte d’une société américaine et 2 sociétés françaises. Elle gère également l’ensemble des pays du Maghreb, à savoir la Tunisie, l’Algérie, le Maroc et l’Egypte. http://www.decideurs-tn.com/actualite/entreprise/Ifriqya-cree-un-centre-de-soudure-a-Bizerte-120

Projet d’exportation d’énergie solaire tunisienne «TuNur» vers l’Europe La société britannique de développement de projets solaires Nur Energie, a travaillé sur l’édification d’une centrale solaire thermique à grande échelle dans le sud tunisien et de câble transméditerranéen entre la Tunisie et l’Italie pour transporter l’énergie électrique, ainsi produite, en Europe. Nur Energie a annoncé qu'il a atteint une étape avancée dans son projet d’exportation d’énergie solaire tunisienne «TuNur» au réseau électrique italien. Aux termes de l'offre, Terna, l'opérateur italien de réseau de transport d’électricité de haute tension a mis au point une solution technique préliminaire pour connecter jusqu'à 2000 MW d'énergie solaire produite dans le désert tunisien au réseau italien, avec une infrastructure de transport d'électricité suffisante vers les pays européens voisins. L’objectif de la société britannique est de développer le premier projet d’exportation d’énergie solaire depuis l’Afrique du Nord vers l’Europe, impliquant la pose d’un câble d’alimentation à courant continu et à haute tension ( HVDC) traversant la Méditerranée. Dr Till Stenzel, directeur d’exploitation, a souligné, que le récent sommet du G8 a souligné l'engagement des plus grandes économies du monde à soutenir les démocraties émergentes en Afrique du Nord. TuNur est un projet d'investissement concret qui aidera la Tunisie à diversifier son économie, ce qui mobilise d’importants investissements étrangers pour créer des emplois dans le pays. http://www.nurenergie.com/index.php/francaise/projects-2/tunisia-2 http://www.nurenergie.com/uploads/news/id35/Till%20Stenzel%20-%20Oxford%20Energy%20Forum%2011.2009.pdf

Page 8


VEILLE & INFORMATIONS

CETIME NEWS N° 55

Pour une nouvelle vision de l’innovation (Rapport Officiel) La Documentation française - avril 2009 - 108 pages. Ce rapport plaide pour une vision élargie de l’innovation conforme à l’approche qu’en ont les entreprises et donc à la manière dont elle se déploie effectivement dans le tissu économique. Si l’innovation constitue un facteur essentiel de compétitivité économique, elle ne saurait être réduite à la recherche et aux brevets. La France s’est traditionnellement davantage intéressée à l’invention qu’à l’innovation, tandis que d’autres pays développaient de réelles compétences pour développer et commercialiser les innovations. Il semble aujourd’hui essentiel de stimuler la capacité d’innovation des entreprises françaises. l’heure de la mondialisation, les investissements en recherche ne pourront y suffire. L’innovation constitue une source de valeur et de revenu pour les entreprises et pour l’économie si elle se traduit dans l’activité commerciale et opérationnelle des firmes. Dans ce contexte, ce rapport présente une vision élargie de l’innovation reposant sur quelques idées-clés: • L’innovation revêt des formes multiples. Elle porte à la fois sur l’offre, sur les processus et sur les modèles économiques. L’innovation d’usage joue un rôle essentiel, dont il ne faut pas sous-estimer l’impact économique. Même pour les innovations technologiques, une analyse des usages constitue un facteur essentiel pour stimuler leur adoption et leur utilisation, seules génératrices de revenus. • La recherche, lorsqu’elle aboutit, génère une invention qui ne saurait être assimilée à l’innovation. Pour que les entreprises soient innovantes, de nombreux autres éléments fonctionnels et facteurs organisationnels doivent intervenir, notamment le marketing, le design, la créativité. • L’innovation ne survient pas par hasard ou par à-coups, elle résulte de processus itératifs de long terme intégrant des ingrédients, des démarches et des résultats. C’est pourquoi il convient de stimuler la capacité d’innovation des entreprises en s’inscrivant dans le long terme. • A l’instar des activités de création, l’innovation repose sur une économie de la quantité où les succès sont rares et souvent difficiles à prévoir, et où la quantité de projets menés en parallèle permet l’équilibre économique de l’ensemble. Il ne s’agit pas de remettre en cause l’opportunité de grands projets à l’échelle européenne, mais de souligner la nécessité, pour les entreprises et les pouvoirs publics, de ne pas se focaliser sur l’innovation de rupture, difficile à prévoir, plus encore à planifier. Une trop forte volonté de planification et de tri a priori peut assécher l’ensemble. • L’innovation ne peut être considérée du seul ressort de certains secteurs, de certaines tailles d’entreprises, voire de certaines fonctions puisque par, définition, elle se nourrit de la complémentarité des secteurs, des entreprises et des fonctions. Le sujet exige une vision transversale, large et volontariste, seule à même de faire évoluer les mentalités, qui jouent un rôle essentiel sur ce sujet et sont aujourd’hui peu propices. L’adoption d’une vision élargie de l’innovation suppose de faire évoluer les indicateurs utilisés pour évaluer la capacité du pays à innover, en ne se référant plus uniquement aux dépenses en recherche et développement et aux brevets. Dans ce rapport, l’auteur a proposé plusieurs indicateurs reflétant la réalité de l’innovation dans les entreprises. Lien pour télécharger ce rapport: http://www.industrie.com/it/mediatheque/8/2/1/000004128.pdf

Page 9


VEILLE & INFORMATIONS

CETIME NEWS N° 55

Des boîtes noires dans toutes les voitures aux USA ? Les autorités fédérales américaines sont sur le point d'annoncer, le mois prochain, que toutes les voitures devront désormais contenir une boîte noire, similaire dans l'idée et le concept à celles déjà présentes à bord des avions depuis les années 1960. Voilà une nouvelle qui risque de consolider les nombreux clivages présents entre les partisans de l'utilisation des données « personnelles » à des fins de sécurité publique et de justice équitable, et les réfractaires voyant (parfois à juste titre) Big Brother s'immiscer dans nos vies un peu plus chaque jour : le National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA), agence fédérale américaine chargée de la sécurité routière, impliquée dans la définition et l'application des normes de construction des infrastructures routières et des véhicules, doit mettre en place, courant juin, de nouvelles consignes de sécurité, impliquant notamment la présence d'un dispositif d'enregistrement de données de type « boîte noire » à bord de tous les nouveaux véhicules. Plus ou moins identique aux désormais familières boîtes noires embarquées à bord des avions depuis les années 1960, elle devrait, plus précisément, avoir de nombreuses ressemblances avec le « Flight Data Recorder » (FDR), l'enregistreur des paramètres de vol, car elle ne prendrait pas en charge l'enregistrement des voix, comme le fait l'autre boîte noire embarquée, le « Cockpit Voice

Recor-

der » (CVR). Il semblerait que les données qui devraient être enregistrées par cette simili boîte noire, d'après les informations affleurant ici et là sur la Toile, ne concerneraient que les quelques secondes précédant un accident de la route, et qu'elles soient les suivantes : la vitesse du véhicule au moment et juste avant l'accident, l'utilisation des freins, l'allumage ou non des phares, l'utilisation des ceintures de sécurité... les données, constituant un instantané du moment précédant l'accident, pouvant être retrouvées afin d'être analysées. On parle évidemment et en premier lieu des autorités publiques et de la police, dans le cas d'un accident, afin d'en établir la chronologie, et d'établir quelles sont les éventuelles responsabilités en cas de délit ou de poursuites pénales. Les données pourraient aussi servir et être rendues disponibles aux compagnies d'assurance, qui pourraient elles-aussi établir le partage des responsabilités lors d'un accident, à des fins « d'équité », avec tous les guillemets que vous voudrez. Elles pourraient enfin servir aux constructeurs automobiles, leur permettant d'établir si un accident est dû à une erreur de conduite, un événement extérieur ou un problème mécanique, et peut-être y remédier plus aisément, ou alors... se couvrir. Les conducteurs pourront aussi prouver qu'ils n'étaient pas en excès de vitesse au moment de l'accident. http://www.techniques-ingenieur.fr/actualite/environnement-securite-energie-thematique_191/des-boites-noires-dans-toutes-les-voitures-article_62296/

Page 10


VEILLE & INFORMATIONS

CETIME NEWS N° 55

La recherche à l'heure de l'efficacité LES TOP 10 DES BREVETS Les constructeurs automobiles en tête

Des investissements de R&D en baisse, des dépôts de brevets en hausse. Telle est l'évolution paradoxale de la stratégie d'innovation des entreprises en France. Dans un contexte de crise économique, la priorité est plus que jamais à l'efficacité de la recherche. L'examen de l'évolution de la R&D industrielle en France donne lieu à deux lectures contradictoires. D'un côté, les investissements en recherche et développement baissent. De l'autre, les résultats d'innovation augmentent à l'image du nombre de brevets déposés à l'Inpi. Tel est l'effet paradoxal de la crise économique. Selon le tableau de bord 2010, publié par la commission européenne, les entreprises françaises ont relâché leurs efforts d'innovation en moyenne de 4,5 % en 2009, contre 2,6 % pour l'ensemble de l'Union européenne. La situation est cependant très contrastée. Si la baisse atteint 42 % chez Technicolor, 26% chez Renault, 24% chez Areva, 21 % chez Valeo, 16 % chez Thales ou 14% chez Alcatel-Lucent, nombreux sont les industriels à muscler leur effort d'innovation. GDF Suez a ainsi gonflé ses investissements de R&D de 72 %, Veolia de 44%, Nexter de 38%, Seb de 20%, L'Oréal de 5% et Safran de 3%. Malgré une crise qui frappe tout particulièrement l'automobile, Michelin se démarque par un petit coup de pouce de 1,5%.

»» Les industriels du Top 10

augmentent tous leurs dépôts de brevets en 2010 à l'exception de PSA, Renault, Safran et Valeo qui baissent. PSA, CHAMPION DE L'INNOVATION EN FRANCE

» L e nombre de brevets déposés par les PME françaises progresse Globalement, en plus de l'amélioration de l'efficacité de la recherche, l'heure est à l'internationalisation avec l'implantation de sites de R&D en Chine, en Inde et dans d'autres pays émergents. Valeo, par exemple, est entrain de mettre à plat l'organisation de ses activités de recherche et développement pour être davantage présent sur le marché chinois, particulièrement prometteur en automobile. Mais ce mouvement, qui répond au besoin d'être proche des marchés en fort développement, ne signifie pas délocalisation. Les groupes français conservent 70 à 80% de leur R&D dans l'Hexagone. Avec un investissement de 4,4 milliards d'euros en 2010 dans le monde, Sanofi-Aventis reste le champion français delà R&D, devant Alcatel-Lucent, PSA Peugeot Citroën, Renault, Vivendi, France Télécom, Schneider Electric, Thales, Total et Safran.

Sur ses 17 000 personnes employées dans cette activité dans le monde, 6000 sont en France. Sur le front de la propriété intellectuelle, l'année 2010 réserve une bonne surprise. Selon l'Inpi, le nombre de brevets déposés par les entreprises françaises progresse de 4,7 % à 12 400. Un résultat »» Avec un investissement de 2,1 milliards d'autant plus méritoire que les PME y ont fortement contribué, avec une d'euros dans le monde en 2010, PSA se situe à la augmentation de 10,8 %. Comme pour les investissements en R&D, la troisième place du podium de la R&D derrière Sanofi situation est aussi contrastée, avec une baisse de 38% pour Renault, 27 % -Aventis et Alcatel-Lucent. Mais avec un effectif de pour Air liquide ou 20 % chez Alcatel-Lucent, mais une augmentation de 12100 personnes dans cette activité en France, il se 49 % pour Arkema, 42 % pour STMicro-eleclronics ou 6 % pour L'Oréal. hisse à la première place. Son centre technique de Vélizy s'impose comme le plus grand centre R&D en France avec 6000 personnes. PSA est également le champion de la propriété intellectuelle avec 1152 brevets publiés en 2010, soit près du double du chiffre de la marque au Losange.

Page 11

Source:

Industrie & Technologies, numéro 934 - Juin 2011


DONNEES DU SECTEUR

CETIME NEWS N° 55

Les IME consolident leur position de leader à l’export durant les 5 premiers mois 2011 I/ Analyse globale du commerce extérieur : Durant les 5 premiers mois de l’année 2011, les IME ont affiché une croissance de 24,3% au niveau des exportations par rapport à la même période de l’année 2010 (3 938,3 MD contre 3168,6 MD). Cette croissance reste en deçà de celle enregistrée en 2010 par rapport à 2009, qui a été évaluée à 36 % . Le secteur des IME demeure cependant, premier secteur exportateur et participe à hauteur de 37,1% de l’ensemble des exportations des produits.

Exportations, importation et taux de couverture du secteur IME (5 premiers mois) 80,0%

7 000 68,1%

6 000 59,0%

5 000

52,9%

51,7%

60,0%

52,3%

50,0% 5 782,9

3 938,3

6 056,9 3 168,6

4 401,7

2 330,3

4 149,0

2 786,1

1 000

2 146,7

3 000

4 721,8

4 000

2 000

40,0% 30,0% 20,0% 10,0% 0,0%

0 5 mois 2007

5 mois 2008

Exportations (MD)

Source : INS

Page 12

70,0%

5 mois 2009 Importations (MD)

5 mois 2010

5 mois 2011

Taux de couverture (%)


DONNEES DU SECTEUR

CETIME NEWS N° 55

Quant aux importations, elles ont affiché une baisse de 4,5 % (5782,9 MD contre 6056,9 MD pour la même période 2010). Concernant le taux de couverture et comme indiqué dans le graphique ci-dessous, il a atteint une valeur de 68,1% soit une amélioration de 30,2 % par rapport à la même période de l’année 2010. Pour le régime offshore, le taux de couverture a affiché une valeur de 152,3 % et reste pratiquement stable par rapport à l’année 2010. Concernant le régime général, le taux de couverture a enregistré une augmentation de 20%, passant de 9,5 % en 2010 à 11,4 % en 2011.

Source : INS

Conclusion : Durant la période d’analyse, l’exportation des IME a enregistré une croissance inférieure à celle de l’année 2010, avec un taux d’évolution de 24,3%. En contre partie, le taux de couverture s’est amélioré en atteignant 68,1%. Les IME sont toujours en tête des secteurs exportateurs avec 37,1 % de l’ensemble des produits conte 34,0 % pour la même période de l’année 2010.

Page 13


DONNEES DU SECTEUR

CETIME NEWS N° 55

II/ Analyse par sous secteurs : Le graphique suivant montre l’évolution des exportations des sous-secteurs :

Source: INS

N.B : - Matériel de transport : tracteurs, camions, bus et cars, voiture de tourisme, châssis et carrosserie … - Autres industries mécaniques : Toutes les industries mécaniques sauf le Matériel de transport L’analyse de l’export par sous secteur montre que les industries électriques occupent la première place et représentent 69,5% de l’ensemble du secteur IME, soit 2738,1 MD dont 1053,8 MD provienne de l’activité fils et câbles électriques. La seconde place à l’export revient aux autres industries mécaniques avec 22% et la troisième au matériel de transport avec seulement 8,5% du secteur IME. Cependant, et comme le montre le graphique ci-après, les importations pour les autres industries mécaniques sont classées en première position avec une part de 45,8 % soit 2645,8 MD. Les importations des industries électriques viennent en seconde position avec 38,3% et le matériel de transport en troisième place avec seulement une part de 15,9%.

Page 14


DONNEES DU SECTEUR

CETIME NEWS N° 55

Source : INS

Conclusion Plus des 2/3 des exportations proviennent du sous secteur électrique et sa part est en train de s’améliorer. Malgré la conjoncture actuelle, la situation du secteur est relativement bonne particulièrement pour le secteur électrique qui a un taux de couverture de 123,5 %. Cependant, même si les secteurs autres industries mécaniques et matériel de transport enregistrent une amélioration en atteignant des taux de couverture respectifs de 32,7% et de 36,4%, leurs performances demeurent inférieures au sous secteur électrique. Contact : M. Adel ELLOUMI – Tél: 70 146 095

http://issuu.com/cetimenews/docs

Page 15


AGENDAS

CETIME NEWS N° 55

Le Congrès international de métrologie Le Congrès international de métrologie (CIM) est un carrefour d'échanges entre industriels et scientifiques autour de 6 tables rondes industrielles et environ 180 conférences, d'une exposition de 70 stands sur les dernières évolutions techniques, et de visites techniques d'entreprises. Son objectif est l’amélioration des processus de mesure dans l’industrie et les laboratoires et la manifestation accueillera entre 800 à 1 000 participants provenant d’une cinquantaine de pays. Les organisateurs du Congrès international de métrologie et de Mesurexpovision ont décidé d'unir leurs efforts pour créer un événement de dimension européenne consacré à leurs activités. Les deux manifestations seront organisées conjointement en 2011. Paris Porte de Versailles (France) Congrès international de métrologie Email : info@cfmetrologie.com -

du 03 octobre au 06 octobre 2011 Tél : 04 67 06 20 36 - Fax : 04 67 06 20 35 Site : www.metrologie2011.com

Innovative Mechatronics Automation A l'initiative d'Artema et du Gimélec, les professionnels de la mécatronique et de l’automation ont souhaité initier une manifestation leur permettant de mettre en valeur la complémentarité de leur savoir-faire. Lyon : 05 et 06 octobre 2011, Nantes : 06 et 07 décembre 2011, Paris : 01 et 02 Février 2012 Email : informations@ima-events.com

Site : www.mecatronique-automation.com

MIDEST Pour sa 41ème édition, le MIDEST, salon de la sous-traitance industrielle, met l’accent sur l’environnement. 1750 exposants de 40 pays seront présents, et 18 régions françaises représentées. Le MIDEST propose des conférences, des rencontres d’affaires, des Villages, ainsi qu’une remise de prix. Paris Nord Villepinte du 15 novembre au 18 novembre 2011 Reed Expositions - Tél : 01 47 56 52 34 - Fax : 01 47 56 21 40 Email : info@midest.com

Page 16

-

Site : www.midest.com


AGENDAS

CETIME NEWS N° 55

Participation à l’Action de Formation Gratuite Collective: « Droits de tirage » Nous vous informons que le CETIME organise pour les PME, à la demande de la Fédération Nationale de la Mécanique "FNM" et de la Fédération Nationale de l'Electricité et l'Electronique "FEDELEC" et avec l'accord du CNFCPP, le financement à travers le "droit de tirage", des thèmes de formation gratuites dont liste ci-après : PLAN DE FORMATION COLLECTIF (Droit de tirage) année 2011 Instance représentative: Fédération nationale de l'électricité et de l'électronique (FEDELEC)

Réf

Thème de formation

Mode de formation

Durée en (j)

Nbre de session

Date

Date

1

Les essais de classification énergétiques des réfrigérateurs et climatiseurs

inter-pratique

3

2

06-07-08 septem- 18-19-20 octobre bre 2011 2011

2

Contrôle et essais normalisés des appareils électrodomestique

inter-pratique

3

2

20-21-22 septem- 15-16-17 novembre 2011 bre 2011

3

Diagnostic énergétique des installations électriques en milieu industriel

inter-théorique

2

2

06-07 juillet 2011

4

Sécurité des équipements et des installations électriques BT/HT

inter-théorique

3

2

17 au 19 octobre 05 au 07 décem2011 bre 2011

5

Conception, exploitation et entretien des armoires

inter-théorique

3

2

03 au 05 octobre 21 au 23 novem2011 bre 2011

6

Démarche de marquage CE des produits électriques

inter-théorique

2

2

02-03 novembre 2011

PLAN DE FORMATION COLLECTIF (Droit de tirage) année 2011 Instance représentative: Fédération nationale de la mécanique (FNM) Réf

Thème de formation

Mode de formation

Durée en (j)

Nbre de session

Date

Date

Date

1

Formation pratique en soudage à l'arc électrique avec électrode enrobée "EE"

inter-pratique

6

3

20au25 juin 2011

12 au 17 septembre 2011

24 au 29 octobre 2011

2

Formation pratique en soudage à l'arc inter-pratique électrique avec électrode réfractaire "TIG"

6

3

27juin au 02 juillet 011

26 septembre au01 octobre 2011

07 au 12 novembre 2011

3

Formation pratique en soudage semi autointer-pratique matique "MIG-MAG"

6

3

04 au 09 juillet 2011

10 au15 octobre 2011

14 au 19 novembre 2011

4

Techniques de lubrification et de graissage inter-théorique des mécanismes industriels

3

3

28 au 29 juin 2011

13 au 15 septembre 2011

25 au 27 octobre 2011

5

Maintenance des compresseurs

inter-théorique

3

3

11 au 13 juillet 2011

27 au 29 septembre 2011

23 au 25 novembre 2011

6

Analyse des défaillances des matériaux métalliques

inter-théorique

3

2

7

Etalonnage et vérification des instruments inter-pratique de mesure industriels

3

3

21 au 23 juin 2011 à Sfax

05 au 07 juillet à Sousse

04 au 06 octobre à Tunis

Contact : Mme F. AMMAR – Tél: 70 146 402 - Fax: 70 146 071

Page 17


2011 : % 69,5 % 22 . % 8,5

2011 2010

% 24,3

3 938,3 2010

3 168,6

.

% 37,1

% 9,7 : .2010 2008

5 782,9 % 4,5 .% 68,1

. : -

-

-

– :

-

: -

2010 –

/ :

–6

www.cetime.ind.tn - 70 146 071 :

7

. . : 70 146 000 :

: -


cetimenews 55 juin - juillet 2011