Page 1

EDITO

RIAL

Fidèle à sa stratégie élaborée, il y a à peine quelques années, visant essentiellement la consolidation de son positionnement de leader du processus de développement technologique du secteur IME, le CETIME n’a de cesse pour multiplier les champs d’investigation des créneaux porteurs de valeurs ajoutées pour l’industrie tunisienne et de consolider en permanence son réseau de partenariat à l’international en vue d’ouvrir de nouveaux horizons et de nouvelles perspectives de développement aux entreprises tunisiennes opérant dans ce secteur pilier de l’industrie tunisienne. Placé en tête de liste des secteurs industriels, le secteur IME enregistre une évolution croissante durant ces dernières années lui permettant de se distinguer à plus d’un niveau, notamment en termes d’exportations, enregistrant à lui seul, le tiers des exportations industrielles. Aussi, et conformément aux orientations stratégiques industrielles à horizon 2016 et aux larges perspectives de développement qu’il dispose, ce secteur locomotive de l’export industriel est appelé à réaliser la plus forte croissance pour enregistrer de nouvelles performances en matière d’exportation et d’investissement, qui devraient atteindre des taux de 46 % des exportations industrielles et 27 % pour les investissements. Conscient des enjeux majeurs auxquels est confronté notre industrie en pleine mutation et agissant en tant que facilitateur et coordinateur entre les différents opérateurs économiques (donneurs d’ordre publics et privés, industriels, professionnels, structures d’appui à l’industrie, structures d’enseignement et de Recherche,… ) le CETIME s’accommode en permanence avec les orientations stratégiques de développement des entreprises du secteur en se plaçant en avant-garde de leurs besoins en vue d’assurer pleinement son rôle de vecteur de développement et de croissance. Ainsi, et au bout de quelques années le Centre s’est forgé une renommée à l’échelle internationale lui permettant d’asseoir les bases d’un organisme de notoriété agissant en tant que tel dans différents domaines relevant de ses compétences et nécessaires à la mise en valeur aussi bien du produit tunisien que des compétences tunisiennes. Les champs investis dans le domaine de la valorisation des compétences, d’habilitation et de certification sont nombreux et pour ne citer que les plus importants, nous pouvons mentionner à ce titre : l’apport de la coopération avec l’Institut International de la Soudure (IIW) depuis juillet 2007 et les retombées positives sur le développement des compétences tunisiennes dans le domaine du soudage et des techniques connexes par l’organisation de sessions de formations qualifiantes dans différentes spécialités pointues, l’organisation avec la coopération suédoise de sessions de formations qualifiantes en faveur de techniciens en maintenance industrielle.

CETIME news

La mise sur le marché de compétences hautement qualifiées, sur lesquelles mise notre nouvelle économie du savoir, est un atout supplémentaire pour consolider l’infrastructure technologique de notre industrie et drainer davantage d’investisseurs étrangers sur notre site de production. Aussi, et en se basant sur sa compétence technique confirmée, le CETIME, en sa qualité de tierce partie, a pris toutes les dispositions pour assurer la fonction d’organisme notifié lui permettant ainsi d’évaluer la conformité des produits tunisiens destinés à l’exportation vers l’espace économique européen et ce, dans le cadre de l’accord de jumelage (ACAA) conclu avec le Ministère français de l’Economie favorisant la reconnaissance du système de certification tunisien. A ces démarches tant nécessaires au développement de l’infrastructure qualité de l’industrie tunisienne et à la valorisation des compétences, s’ajoute une présence au cœur du pôle technologique de Sousse en tant que fédérateur du Centre de Ressources technologiques pour veiller à la dynamisation de la synergie qui s’y installe entre les opérateurs de l’innovation, autour des projets innovants et à forte valeur ajoutée pour notre industrie nationale. D’ailleurs, les récentes directives présidentielles concernant la mise en œuvre de l’étude de la stratégie industrielle à horizon 2016 sont orientées vers le renforcement de la contribution des Centres techniques sectoriels dans la concrétisation de ses objectifs.

SOMMAIRE Edito : - Au rythme des mutations technologiques Actualités : - 2ème Congrès International IIW de la Soudure et des Techniques Connexes (26-28 /5/ 2010) - CETIME Tunisia - a model of adaptation to industrial changes - Le secteur industriel tunisien se modernise - Partenariat tripartite CETIME / ENIS / US - Salon de la création des entreprises

P. 1

P. 2 P. 5 P. 6 P. 7 P. 8

Veille & Informations : - Fini le prototypage, vive la fabrication directe!

P. 

- La Co-conception, une autre façon d'innover

P. 1

Données du Secteur : - Indicateurs du secteur IME pour les 4 premiers mois 2010

P. 1

Agenda : - Formation spécialisée au technopôle de Sousse

P. 14 P. 15

Responsable de la publication:

Mohamed Férid HERELLI

Coordination : S. Ben Fadhel - ont participé à ce numéro : M. Ouazaâ - T. Ben Saâd - B. Zarrouk Photographe : E. Trabelsi - Conception et réalisation: A. Ghariani

LE CETIME - GP7 - Z.I. Ksar Saïd - 2086 La Manouba - Tél.: 70 146 000 - Fax : 70 146 071 Numéro vert : 80100348 - E-mail : contact@cetime.com.tn - site web : www.cetime.ind.tn


ACTUALITES

CETIME NEWS N° 42

Sous l'égide du Ministère de l'Industrie et de La Technologie

Le CETIME, en collaboration avec l’IIW, a organisé ème le 2 congrès International Nord Africain sur le Soudage et les Techniques Connexes du 26 au 28 mai 2010

Diar Lemdina – Yasmine Hammamet LE CETIME

Présentation et déroulement du congrès : Lors de la 61ème assemblée annuelle des pays membres de l'Institut international de la Soudure (IIW) organisée à Gras-Autriche du 06 au 11 juillet 2008, Il a été décidé de confier l'organisation du congrès international du soudage et des techniques connexes

au Centre Technique des Industries Mécaniques et

Electriques (CETIME) en Tunisie courant le mois de mai 2010. Ce choix vient conforter l’adhésion du CETIME à l'Institut international de la Soudure (IIW) depuis juillet 2007 en tant que membre représentant la Tunisie. Ce congrès a couvert tout les aspects se rapportant à la maîtrise des procédés de soudage et techniques connexes et aux innovations et évolutions technologiques permettant un rendement et une qualité optimale. Il vient au moment opportun, supporter les efforts nationaux et régionaux en matière de développement de l’infrastructure et du secteur industriel en permettant de faire le point sur les grands projets dans les domaines de l’énergie et infrastructures prévus lors de la prochaine décennie. Les thèmes développés durant le congrès ont porté sur les principales thématiques suivantes jugées particulièrement appropriées à la région : Innovation et numérisation en soudage, Méthodes et instrumentations, Métallurgie de soudage, Formation virtuelle en soudage, Qualification et certification des compétences en soudage selon les référentiels internationaux et les exigences de l’IIW, Contrôles Non Destructifs (CND) des soudures et inspection en service,…. Le congrès a réuni environ 200 participants dont 40 experts en provenance de 14 pays, avec la présentation de 37 conférences par 29 conférenciers. Une exposition s’est tenue en marge de ce congrès réunissant 24 exposants opérant dans le domaine industriel, de services en CND et en soudage, notamment les outils pour la formation virtuelle, le développement de solutions informatiques et les matériels et consommables. La projection d’un film sur la réalité de l’environnement industriel tunisien et les grands ouvrages faisant appel aux activités de soudage et des techniques connexes a également fait partie du programme de ce congrès.

Page 2


ACTUALITES

CETIME NEWS N° 42 La séance d’ouverture de ce congrès a été présidée par Monsieur auprès

Abdelaziz du

RASSAA

ministre

de

Secrétaire

l’Industrie

et

d’Etat de

la

Technologie, chargé de l’énergie renouvelable et des industries alimentaires, en présence de Monsieur Chris SMALLBONE Directeur Général de

l’Institut australien

de la Soudure et Président de l’IIW de 2005 à 2008 et Mme Cécile MAYER Directrice Générale de l’IIW.

Monsieur Abdelaziz Rassaâ, Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Industrie et de la Technologie lors de son discours d’ouverture du congrès

Quant à la séance de clôture, elle a été présidée par Monsieur

Ahmed

l’Innovation et du

DHOUIB

Directeur

Général

de

Développement Technologique,

Monsieur Abdallah BEN ABDALLAH Directeur Général de l’ATFP, Monsieur Adnane BELLAMINE Président de la chambre syndicale de construction métallique relevant de l’UTICA et Mme Cécile MAYER Directrice Générale de l’IIW. Les sessions plénières et les ateliers techniques qui se sont succédés ont suscité un grand intérêt et des échanges fructueux entre les participants.

Recommandations : 1.

Le CETIME en sa qualité de membre de l’IIW représentant de la Tunisie, doit se positionner en Fédérateur pour la mise en place du système IIW pour l’éducation, la formation, la qualification et la certification. Ceci est valable aussi bien pour le personnel que pour la qualité en soudage. Dans ce contexte, il est vivement recommandé d’achever les procédures d’habilitation du CETIME en tant que « ANB « (Authorized National Body) et en parallèle celles relatives aux Centres de formation relevant de l’ATFP et des structures de formation privée en tant que « ATB » (authorized training body) et

ce, conformément aux prescriptions de

« l’ IAB » (International authorized Body). 2.

Consolider les échanges techniques entre les entreprises, les écoles d’ingénieurs, les centres de recherche et les laboratoires en intégrant le principe participatif de l’IIW et le développement du partenariat régional.

3.

Continuer de faire reconnaître la certification nationale par le biais des échanges entre les pays africains et l’Europe en vue de promouvoir l’emploi des spécialistes sur les marchés de l’emploi à l’échelle nationale et internationale.

4.

Organiser d’autres séminaires technologiques permettant l’information et la participation des entreprises aux démarches R&D et Innovation.

5.

Œuvrer pour la création d’un Institut Tunisien de la Soudure qui constitue une plateforme d’enseignement, de formation de base et de R&D en soudage pour les cadres spécialistes.

Page 3


ACTUALITES

CETIME NEWS N° 42

Conclusion : Ce congrès pleinement réussi, a permis aux participants de partager l’expérience des

partenaires du

CETIME, de l’IIW, et des partenaires étrangers de divers horizons : centres de recherche, universitaires, grandes entreprises nationales et internationales à l’instar de l’Institut de Soudure Français et le CETIM Français et a permis de mettre en avant-garde la démarche permanente d’amélioration de la qualité et de la compétence du personnel en soudage. Aussi, cet évènement a permis à l’IIW de confirmer la position stratégique et centrale de la Tunisie dans le bassin méditerranéen sud et des perspectives de mise en œuvre de la stratégie industrielle 2016. A l’issue de ce congrès les participants ont adressé leurs vifs remerciements aux organisateurs et à toutes les structures qui ont contribué à la réussite de cet évènement d’envergure internationale, notamment les ministères de l’Industrie et de la Technologie, de l’Emploi et la Formation Professionnelle, de l’Enseignement et de la recherche Scientifique, la chambre syndicale de la construction métallique relevant de l’UTICA et le Staff de l’IIW.

Séances plénières

Monsieur Ahmed Dhouib , DG de l’Innovation et du Développement Technologique lors de sa visite au stand CETIME

Photo de groupe réunissant les cadres du CETIME avec Madame Cecile Mayer directrice Générale exécutive de l’IIS

Contact : M. K. Bouaziz– Tél: 70 146 076

Page 4


ACTUALITES

CETIME NEWS N° 42

Le numéro juin 2010 du journal officiel de l’ICNDT a consacré l’article ci-après au CETIME

Source:

Page 5


ACTUALITES

CETIME NEWS N° 42

Le secteur industriel tunisien se modernise Le programme de modernisation de l’industrie tunisienne PCAM, financé à hauteur de 23 millions d’euros, vise à soutenir le secteur secondaire au niveau de la conformité aux normes, de la formation professionnelle et de la compétitivité, pour un accès plus aisé au marché européen. C’est dans ce cadre qu’une équipe de la chaine de télévision libanaise « LBC »

a consacré une émission sur

les potentialités et perspectives de l’industrie tunisienne .

Interview accordée par Monsieur Mohamed Férid Herelli DG CETIME à la chaine libanaise « LBC »

Des moyens de contrôle et d’essai au service de l’infrastructure qualité de l’industrie tunisienne

Source: Site web http://www.icndt.org/

Page 6

Source: http://www.eurojar.org/fr/videomediterraneennes/le-secteur-industriel-tunisiense-modernise/10556


ACTUALITES

CETIME NEWS N° 42

Partenariat tripartite CETIME / ENIS / US Le Tchèque Karel CAPEK nous donna le nom « robot », Asimov fabriqua le nom de la science « robotique » et il donna, à nous tous roboticiens, une éthique. Tout roboticien tunisien rêvait de voir la robotique devenir une réalité industrielle et par là économique en Tunisie, le 19 Mai 2010 restera une date mémorable. En effet, grâce aux efforts réunis de l’UTICA, d’industriels (TELNET, CARTHAGO CERAMIC, SOPAL, et etc.), de professionnels de la recherche de l’école nationale d’ingénieurs de Sfax et du ministère de l’industrie et de la technologie représenté par l’apii et le Cetime, Robotics@Sfax était le début d’une ère prometteuse pour la robotique en Tunisie. On parle de créer un centre de compétitivité en robotique au technopôle de Sfax, de développer la recherche scientifique en robotique par la création d’un master de recherche pour l’année scolaire 2010-2011 et plusieurs projets de thèses et d’habilitation en robotique. Nos jeunes chercheurs auront la chance de collaborer avec le laboratoire RiSYS de robotique et de systèmes intelligents du département mécanique et science des matériaux

de l’université

Rice

Houston, Texas, USA

dirigé par le professeur Fethi Ghorbel, Tunisien au USA depuis plus de 29 ans, membre du comité de haut niveau pour la science et la technologie et à la tête d’une association non lucrative à caractère scientifique, pour promouvoir et fixer les axes du développement de la robotique en Tunisie. La nano robotique était présente à Robotics@Sfax par les travaux du professeur Fethi Ghorbel, ainsi que plusieurs travaux de recherche de la robotique mobile, humanoïde et domotique exposés par les étudiants doctorant de l’école d’ingénieurs de Sfax. Des travaux qui montrent un savoir et un savoir faire honorables. Le Cetime dynamiseur d’innovation n’a pas laissé passer une telle manifestation sans y participer et se distinguer. Une convention de partenariat tripartite a été signée avec la faculté de Sfax et l’école nationale d’ingénieurs de Sfax pour travailler en étroite collaboration dans les domaines scientifiques et techniques de la mécanique et l’électronique, et ceci dans l’intérêt général des industriels et de la profession. Bref, Robotics@Sfax était l’occasion de réunir les passionnés de la robotique. Et c’est avec un amour distingué pour cette science devenue une réalité industrielle et économique et avec l’espoir de voir la robotique devenir une des orientations stratégiques de notre pays, qu’on s’est donné tous rendez-vous le 24 mai 2011 pour Robotics@Sfax 2.

Signature de la convention ENIS / US —CETIME en présence de MM. Mohamed Ben Salem Gouverneur de Sfax et Hamed Ben Dhia Président de l’Université de Sfax

Dr M. ABDELHEDI

Page 7


ACTUALITES

CETIME NEWS N° 42

Salon de la création des entreprises LE CETIME

Le CETIME a participé au salon de création de l’entreprise organisé par le Centre d’Affaire de Sfax qui s’est tenu du 13 au 15 mai 2010 au centre ville de Sfax. La participation du CETIME a été placée sous le logo de l’ACTIT (Association des Centres Techniques Industriels Tunisiens) avec cinq autres centres techniques ; qui ont présenté leurs gammes de prestations notamment celles dédiées aux nouveaux promoteurs. L’objectif visé par le salon est de créer un espace de rencontre et de communication entre les nouveaux promoteurs et les structures d’appui et d’aide à la création d’entreprises tels que les centres techniques industriels, les institutions financières, les pépinières d’entreprises et les représentations des différents départements ministériels afin d’aider les nouveaux promoteurs à mieux approfondir leurs connaissances et les orienter dans la constitution de leurs projets. Le salon a intégré aussi des séminaires d’informations qui ont été axés sur la présentation des fonds alloués aux projets innovants et aux différents mécanismes et incitations de l’Etat au profit des nouveaux promoteurs.

Photo de groupe réunissant les représentants des CTS

Contact : Mme. B. Zarrouk – Tél: 70 146 021

Page 8


VEILLE & INFORMATIONS

CETIME NEWS N° 42

Fini le prototypage, vive la fabrication directe! Les industriels confrontés à la fabrication des pièces biscornues doivent s'attendre à un bouleversement de leur métier. En effet, après plus de deux décennies de bons et loyaux services, les systèmes de prototypage rapide passent à la fabrication directe. Cette technologie est désormais capable de produire, dans le matériau cible, des pièces ou des outils conformes au cahier des charges. Deux méthodes cohabitent : la déposition de métal par laser (LMD) et la fusion laser sélective (SLM). «Dans les deux cas, un laser assure le frittage ou la fusion. Pour Benoît Verquin, spécialiste au Centre technique des industries mécaniques (Cetim), pas de doute: «La fabrication directe connaît actuellement un essor considérable». L'évolution technologique des machines et les impératifs d'économie expliquent cet engouement. « Plus d'une trentaine de machines sont actuellement utilisées en France pour la production des prothèses dentaires », constate l'expert du Cetim. «La fabrication directe séduit l'aéronautique, qui utilise des pièces à forte valeur ajoutée, fabriquées dans des matériaux onéreux et dont la mise en forme nécessite des usinages coûteux», indique Didier Boisselier, responsable technique à l'Irepa Laser, un centre technologique installé à Illkirch (Bas-Rhin). Des machines SLM comme celles de 3D Systems, EOS, Concept Laser, MTT, Realizer, Phénix Systems ou des équipements LMD comme la Clad de l'Irepa Laser, peuvent répondre à ces contraintes. Rien d'étonnant, donc, si les industriels démarrent, dans une relative discrétion, des applications de fabrication directe, comme la réparation des pièces difficiles à traiter - ou à un coût trop élevé - par les moyens classiques tels que le chargement par métallisation Distinguée par un prix de l'innovation, l'installation de fabrication rapide mise en œuvre par Rolls-Royce dans son usine allemande d'Oberursel fait appel à une machine Lasercell 1005 de Trumpf. «Nous avons utilisé les technologies LMD et SLM pour réparer des pièces complexes et pour réaliser des outillages», explique Gregor Kappmeyer, le responsable du projet. Réduction de coût et amélioration de la résistance mécanique ont été constatées dans la réparation de pièces de turbines

haute pression et d'engrenages en titane de moteurs aéronautiques. Les avantages sont aussi nets pour la fabrication d'outillages: «Pour des fabrications en petite série, la technologie SLM réduit les coûts tout en améliorant la flexibilité », ajoute le spécialiste. Autres atouts : l'intégration plus facile des capteurs de contrôle du moteur directement dans les pièces, et l'amélioration des capacités de lubrification du moteur. En fait, l'intérêt de l'aéronautique pour les technologies LMD ne peut que s'affirmer d'ici à 2020, en raison de la part croissante des matériaux difficiles à traiter autrement. « Les impératifs de réduction de poids, de résistance aux hautes températures et de diminution des coûts vont renforcer l'utilisation du titane et des alliages à base nickel», estime Karl-Hermann Richter, du motoriste MTU Aero Engines. L'équipementier utilise une installation robotisée 5 axes de chargement par soudage laser d'Arnold Engineering pour réparer et fabriquer des composants de moteur en alliage de nickel ou en titane. Des projets cherchent à étendre le champ d'application de ces technologies. Ainsi, l'ILT, à Aix-la-Chapelle, vise la fabrication directe de pièces multi matériaux, en utilisant des machines comme celles d'EOS et de Trumpf. Même objectif pour les équipes de l'Institut de recherche en communications et cybernétique de Nantes (Irccyn) et du centre de transfert

technologique belge Sirris, qui utilisent, entre autres, la machine Clad de l'Irepa Laser. Vieux routier du prototypage rapide, Thierry Dormal, du Sirris, confirme l'évolution de ces équipements vers la fabrication rapide. «De nombreux industriels de la Wallonnie (Sonaca, TechSpace Aero, etc.) et du nord de la France font appel à nous pour valider ces procédés », explique le spécialiste. Les deux équipes se sont lancé un autre défi : le développement des pièces composées de plusieurs matériaux. «Cela permettra de répondre à des sollicitations mécaniques et thermiques complexes et élargira l'éventail des applications», souligne Jean-Yves Hascoet, de l'Irccyn. Dans ce but, le Sirris envisage de s'équiper de machines SLM d'EOS et MTT. «On pourra ainsi fabriquer une pièce sur une machine de ce type et la transférer sur l'équipement Clad de l'Irepa pour rajouter des éléments dans des matériaux différents », indique Thierry Dormal. Enfin, le Sirris participe, avec l'Institut Fraunhofer, l'institut danois DTI, son homologue hollandais TNO et la société française MB Proto, à un projet européen qui devrait permettre aux industriels d'y voir plus clair dans un domaine émergent et foisonnant. L'objectif est de réaliser une étude exhaustive des technologies existantes de fabrication directe.

Source: N° 3194-27 MAI 2010 – L’Usine Nouvelle Page 9


VEILLE & INFORMATIONS

CETIME NEWS N° 42

La co-conception, une autre façon d'innover o Apporter de la valeur ajoutée à une production industrielle, tel est le concept de la co-conception. o La co-conception associe plusieurs sous-traitants afin de produire non plus des pièces mais des ensembles finis.

La co-conception combine des compétences et complexes pour un surcroît de valeur ajoutée.

Au départ réservé à l'aéronautique puis à l'automobile, le principe de la co-conception se développe dans l'univers industriel, notamment dans le bâtiment ou le génie civil ou pour tout secteur nécessitant des ensembles complexes mettant en œuvre des savoir-faire différents. L'idée ici consiste à voir plusieurs sous-traitants indépendants les uns des autres s'associer le temps d'une production. Le phénomène touche autant les objets physiques que les logiciels ou les procédés. Grâce à cette collaboration, un grand donneur d'ordre optimise l'externalisation de sa production : il peut faire appel à des compétences diverses, complexes, et les combiner entre elles. Pour les sous-traitants, la co-conception apporte un surcroît de valeur ajoutée à leur cœur de métier en l'ouvrant à d'autres technologies. Cette nouvelle façon de travailler ne va pas sans contrainte et s'accompagne d'un changement des méthodes de travail au sein de la sous-traitance. En effet, il faut mettre en place une organisation interne adaptée à cette co-conception : partage d'information ou interventions d'interlocuteurs externes à l'entreprise doivent être pris en compte. Ce travail collaboratif, s'il existe au sein d'une entreprise, demande à être repensé quand on s'ouvre à d'autres structures et qu'on ne maîtrise plus l'ensemble

o Les PME y voient une façon de concurrencer les grands groupes

d'une production de bout en bout. Afin de rendre possible la co-conception, il faut déployer des solutions pour partager un même calendrier, utiliser le même référentiel qualité, exploiter des formats de fichiers compatibles ou encore développer des batteries de tests et de contrôles similaires d'un sous-traitant à l'autre. CAPITALISER SUR L'EXPÉRIENCE Pour exister, les sous-traitants doivent aussi développer un réseau d'entreprises partenaires avec lesquelles ils prennent l'habitude de travailler sur ce type de projet : pas besoin à chaque dossier de recréer les conditions de la collaboration, on capitalise sur les expériences précédentes. La co-conception demande d'investir dans des outils, de CAO par exemple, parfois lourds financièrement et techniquement, qui ne sont pas toujours à la portée des structures les plus petites. Certains groupes (associations professionnelles, collectivités territoriales, etc.) cherchent à mettre à leur disposition des plateformes dites "collaboratives" pour que l'accès à la co-conception ne reste pas réservé aux groupes déjà très structurés. Pour les PME, la co-conception constitue sans aucun doute une façon de concurrencer les grands groupes en mettant en avant une plus forte réactivité et des savoir-faire pointus. Source: N° 3193– 20 MAI 2010 – L’Usine Nouvelle

Page 10


DONNEES DU SECTEUR

CETIME NEWS N° 42

Les indicateurs du secteur IME pour les 4 premiers mois 2010 I/ Ensemble du secteur IME Durant les 4 premiers mois 2010, les paramètres du secteur des industries mécaniques et électriques « IME » ont affiché une hausse au niveau des exportations par rapport à la même période de l’année 2009. Cette augmentation de

32,5 % soit 598,5

millions de dinars

(2440,4 MD pour les 4 premiers mois de

2010 contre 1 841,9 MD pour la même période 2009). Les exportations des IME, représentent 33,4% de l’ensemble des exportations des produits industriels contre 29,2 % par rapport à la même période de l’année précédente. Exportations, importation et taux de couverture du secteur IME 5 000

70,0% 60,6%

4 500 4 000

60,0%

51,5%

50,3%

52,9%

3 500

0

4 758,3

40,0% 30,0%

2 440,4

3 484,4

1 841,9

3 625,0

2 195,9

1 668,0

500

1 169,4

1 500

2 326,9

2 000

3 237,8

2 500

1 000

50,0%

51,3%

3 000

20,0% 10,0% 0,0%

4 mois 2006

4 mois 2007

Exportations (MD)

4 mois 2008 Importations (MD)

4 mois 2009

4 mois 2010

Taux de couverture (%)

Durant la même période, les importations ont aussi enregistré 1273,9 millions de dinars (4758,3 MD

Source: INS

une

augmentation

pour les 4 premiers mois 2010 contre 3484,4

de

36,6

% soit

MD pour la même

période de l’année 2009). Concernant le taux de couverture et selon dans le graphique, il

affiche une valeur de 51,3 %, soit une

légère baisse de 3,0 % par rapport aux 4 premiers mois de l’année 2009. Pour le régime offshore, le taux de couverture enregistre une valeur satisfaisante de 148,8% et ce en dépit d’une baisse de 9,0 % par rapport aux 4 premiers mois de 2009.

180%

Taux de couverture et part de l'export des IME dans l'ensemble des produits 165,3%

163,5%

160%

148,8%

Taux de couverture des IME

140% 120%

Taux de couverture des IME pour le régime général

100% 80%

60,6%

60% 40%

28,0%

52,9%

29,2%

51,3% 33,4%

20% 0%

11,5%

4 mois 2008

9,9%

4 mois 2009

Taux de couverture des IME pour le régime offshore

9,5%

Export des IME / Export ensemble des produits

4 mois 2010 Source: INS

Page 11


DONNEES DU SECTEUR

CETIME NEWS N° 42

II) Analyse par sous secteurs Le graphique suivant montre l’évolution des exportations des sous-secteurs

Evolution des exportations des sous secteurs matériel de transport,mécanique et électrique (MD) 3000 2500 Export Industries Electriques (MD)

2000 1561,4

1348,7

1500

1147,0

Export Autres Industries Mécaniques (MD) Export Matériel de Transport (MD)

1000 644,9

500

544,7

202,3

0

150,2

681,6 197,4

4 mois 2008 4 mois 2009 4 mois 2010

Source: INS

Evolution des importations des sous secteurs matériel de transport, mécanique et électrique (MD) 5000 4500 4000

1534,8

3500 1141,9

3000 2500

Import Industries Electriques (MD)

1078,0

2291,9

2000 1898,5

1889,9

584,6

516,5

4 mois 2008

4 mois 2009

1500 1000 500

Import Autres Industries Mécaniques (MD) Import Matériel de Transport (MD)

931,6

0 4 mois 2010

:

N.B : -Matériel de transport : tracteurs, camions, bus et cars, voiture de tourisme, châssis et carrosserie … - Autres industries mécaniques : Toutes les industries mécaniques sauf le Matériel de transport L’analyse de l’export par sous secteur montre que les industries électriques occupent la première place et représentent 64,0 % de l’ensemble du secteur IME, soit 1561,4 MD dont les fils et câbles électriques affichent une valeur de 551,4 MD et les transformateurs 139,8 MD. La seconde place revient aux autres industries mécaniques avec 27,9 % suivies par le matériel de transport avec seulement 8,1 % des exportations du secteur IME. Cependant, et comme le montre le graphique ci-après, les importations pour les autres industries mécaniques sont classées en première position avec une part de 48,2% soit 2291,9 MD dont l’ensemble fer, aciers, cuivre, aluminium représente 602,4 MD, les engins agricoles, machines pour l’industrie et pour manutentions enregistrent une valeur de 255,2 MD. Les importations des industries électriques ne représentent que 32,2 % de l’ensemble des importations du secteur IME alors que le matériel de transport occupe la troisième place avec une part de 19,6%. Les résultats enregistrés pour l’export et l’import des sous secteurs de l’IME dégagent les résultats indiqués dans le graphique ci-après. En effet, l’analyse du taux de couverture montre que : - Pour les industries électriques : le taux de couverture affiche pour les 4 premiers mois, une valeur légèrement supérieure à 100% (101,7%) et ce en dépit d’une petite baisse de 4,4 % par rapport à la même période de l’année précédente. - Pour les autres industries mécaniques : le taux de couverture est de 29,7% pour les 4 premiers mois de 2010, soit une augmentation de 3,1% par rapport à la même période de l’année précédente. - Pour le matériel de transport : le taux de couverture est le plus bas pour le secteur IME : 20,2% .

Source: INS

Evolution des taux de couverture par sous secteur 120%

118,1% 106,4% 101,7%

100%

Taux de couverture pour les industries électriques

80%

60% Autres industries mécaniques; 34,0%

40%

20%

matériel de transport (%); 36,2%

Autres industries mécaniques; 28,8% 29,7% matériel de transport (%); 29,7%

20,2%

Taux de couverture pour les autres industries mécaniques Taux de couverture pour le matériel de transport

0% 4 mois 2008

Source : MDCI / INS

Page 12

4 mois 2009

4 mois 2010

Source: INS

Contact : M. A. Elloumi – Tél: 70 146 095


DONNEES DU SECTEUR

CETIME NEWS N° 42

INDICE DES PRIX DE VENTE INDUSTRIELS Base 100 en 2000 Année 2010

Janvier

Février

Mars

Avril

Produits de la sidérurgie

172,8

172,8

172,8

172,8

Tubes et tuyaux

121,8

121,8

126,1

126,1

Produits en acier

200,6

200,6

200,6

225,2

Métaux non ferreux

103,2

103,2

103,2

103,2

Produits de fonderie

124,1

124,1

124,1

124,1

Construction métallique

150,3

150,3

150,3

155,6

Réservoirs métalliques

158,7

158,7

158,7

181,1

Outillage et quincaillerie

153,5

153,5

156,2

156,2

Autres ouvrages en métaux

134,1

134,1

135,3

135,6

Autres appareils d'usage général

96,8

96,8

96,8

96,8

Equipements ménagers

118,2

118,2

118,2

118,2

Moteurs électriques

172,2

172,2

172,2

172,2

Matériel électrique

138,8

138,8

138,8

138,8

Fils et câbles isolés

293,8

293,8

293,8

293,8

Accumulateurs et piles électriques

190,1

190,1

190,1

190,1

Lampes et tubes électriques

115,4

115,4

115,4

115,4

Appareils de réception de l'image

43,0

43,0

43,0

43,0

Instruments de mesure

180,6

180,6

180,6

180,6

Matériels optiques

156,9

156,9

156,9

156,9

Cycles et Motocycles

120,5

120,5

117,8

117,8

TOTAL BRANCHE I.M.E.

140,6

140,6

140,9

142,9

MACH. ET MAT. MECA. ET ELECT.

Source : MDCI / INS

Contact : M. A. Elloumi – Tél: 70 146 095 Page 13


AGENDAS

CETIME NEWS N° 42

Formations spécialisées au CETIME: juin 2010 Thèmes de formation continue 2010

Dates

Durée

Maintenance des installations frigorifiques niveau I

08-10/06/2010

3 jours

Formation pratique en soudage à l'arc avec électrodes enrobées (EE) niveau II

14-18/06/2010

5 jours

L’audit maintenance : méthodologie et mise en œuvre

15-16/06/2010

2 jours

Formation qualifiante en sécurité des installations électriques H.T & B.T

14-25/06/2010

10 jours

Ultrasons Niveau I

14-22/06/2010

7 jours

Etalonnage et vérification des instruments de mesure

16-17/06/2010

2 jours

Les essais de compatibilité électrique « CEM » sur les produits électriques

16-17/06/2010

2 jours

La maintenance et l’exploitation des chaudières dans l’industrie

22-24/06/2010

3 jours

Contact: Mme F. Ammar - Tél: 70 146 000

Workshop : « Comment vulgariser les pratiques des CND et connaître les avantages qu'ils offrent pour l'amélioration de la qualité des produits industriels »

à Nabeul du 4 au 8 octobre 2010 avec l'Agence Arabe de l'Energie Atomique AAEA (siège à Tunis) et L'Agence Arabe de Développement Industriel AIDMO (siège à Rabat) les journées 6 et 7 octobre 2010 sont programmés pour des visites techniques en entreprises.

Maintenance Expo, Le salon de toutes les solutions maintenance

Du 02 au 05 novembre 2010 http://www.maintenance-expo.com

MECATRONIC Connection 2010 Turin (Italie) - 3ème édition

12 et 13 octobre 2010 Les journées d'affaires Européennes de la

«Aerospace Meeting Tunisie» du 5 au 7 juillet 2010

Mécatronique Site : http://www.firstconnection.fr/index.asp?ID=519

Site web : http://www.bciaerospace.com/tunis/ E-mail : odg@thesame-innovation.com

Page 14


AGENDAS

CETIME NEWS N° 42

Ministère de l’Industrie et de la Technologie

Le CETIME

Le CETIME Organise les actions de formation suivantes au Technopole de Sousse : Activités Energie

Métrologie

Maintenance

Essais électriques Qualité

Intitulé du Thème Efficacité énergétique des installations industrielles

Date 17 -15juin 2010

450

Calcul d’incertitudes de mesure (cas pratique)

30-29juin 2010

400

Gestion d’un parc d’appareils de mesures

07-06juill. 2010

400

Techniques de contrôle par thermographie infrarouge en maintenance industrielle

09-08juill. 2010

400

Les essais de compatibilité électromagnétique (CEM) sur les produits électriques

08-07oct. 2010

400

Les essais de conformité sur les produits électriques et électrodomestiques

03-02nov. 2010

450

Les exigences de la norme ISO 14001

13-12oct. 2010

350

Pour plus d’information et inscription contacter : Le CETIME : Tél : 70.146.000 - Fax : 70.146.071 - E-mail : F.ammar@cetime.com.tn Le CRT : Tél : 73.822.967 - Fax : 73.822.966 - E-mail : T.haha@cetime.com.tn

Avec le CETIME, Prenez une technologie d’avance… www.cetime.ind.tn

Page 15

Prix HT


42

2010

CETIME NEWS N째 28

12

.

.

Page 16


2010 % 40 % 50 . .2016 28

.

. .

(2014 – 2009)

2016

. .

% 27

% 46

31

.

.

: :

-

-

-

:

/

: -

2086 –

–6

www.cetime.ind.tn - 70 146 071 :

7

. . : 70 146 000 :

:

cetimenews 42 mai 2010  

Cetime news bulletin électronique mensuel, édité par Le Centre Technique des Industries Mécaniques et Electriques - Le CETIME - TUNISIE

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you