Page 1

Journal antique des Classes de 4èmes 5 et 6 Le journal des latinistes, mais pas seulement ...

QUOTIDIANUS Le mot du rédacteur :

« Spectacula commitant ! » « Que le spectacle commence ! » Pour vous, les journalistes de Quotidianus ont arpenté de toutes parts les rues de Rome. À travers leurs témoignages, leurs analyses, vous saurez ce qui se fait de mieux aujourd'hui en matière de divertissements. Bonne découverte à tous ! Bombyx

O mores, o tempora ! Par les temps moroses qui courent, rien de mieux qu'une bonne pièce de théâtre pour se détendre. Vous ne savez pas laquelle choisir ... Voici le regard de journalistes averties ! Marie L.T., Laura C. Et Léa L. Enquêtent pour Quotidainus.


La Marmite à croquer !! 



 
 
 
 
 
 
 
 


N

ous nous sommes rendues au théâtre Marcellus à Rome pour assister à la

première de l’Aulularia (La Marmite) de Plaute.

L

e théâtre Marcellus a été bâti par Jules César (Caesar) et continué par Auguste

qui lui a donné le nom de son neveu. Nous sommes restées ébahies devant tant de 


splendeur et de magnificence (formosus,a,um) ! Les colonnes s’élevaient vers le ciel comme pour atteindre le soleil. Les ornements étaient si fins qu’on se serait cru dans la résidence de Jules César !


 


Théâtre
de
Marcellus


Colonnes


Q

uand nous y sommes entrées ; nous avons été frappées par la clameur ! Plus de

20 000 spectateurs (d’après les Régionnaires) ; [ce qui représente 2/3 des gradins] se sont rassemblés pour assister à cette représentation tant attendu par les critiques et les spectateurs. Les gradins étaient remplis d’une population hétéroclite : vieux comme jeunes, femmes comme hommes : tous étaient pressés que la pièce (fabula,ae,f) commence !! Cela est une preuve que le théâtre est l’un des principaux loisirs des Romains (Romanus,i,m).

A

vec sa forme en demi-cercle, elle offre une facilité pour observer et entendre le

spectacle (spectaculum,i,n). La scène (scaena,ae,f) ; élevée, est surmontée d’un mur 


(scaenae frons) percé de trois portes creusées de niches où sont placées des statues notamment celle de l’empereur (imperator,oris,m). Ce mur aussi haut que la dernière rangée de gradins (cavea,ae,f) est surmonté d’un auvent qui rabat la voix des acteurs.

L

’intrigue est brillamment orchestrée :

‘Euclion a découvert dans sa cheminée une marmite pleine d'or qu'avait secrètement déposée son grand-père. Depuis ce jour, il vit dans la crainte d'être volé. Il soupçonne sa vieille servante Staphyla de l'épier pour s'emparer du trésor. Il accueille avec méfiance son riche voisin Mégadore, qui vient lui demander la main de sa fille Phaedra. Pourtant il finit par consentir au mariage, mais en stipulant qu'il l'épousera sans dot et qu'il paiera seul tous les frais de la cérémonie. Cela crée pleins de quiproquos basés sur l’intrigue et permet l’évolution de l’histoire vers le dénouement final.

Les « histriones » (acteurs) ont interprété avec brio leurs rôles (persona,ae,f) ! Pour cela, ceux-ci portaient de nombreux (multi,ae,a) accessoires allant de la perruque jusqu’aux chaussures :

Masque de comédie


Perruque


Cothurnes
(tragédie)


Socques
(comédie)


 
 


• Une histoire tragique se termine mal (par une chute), alors qu’une comédie est une histoire comique qui se termine bien. 



 
 


L

es chanteurs (cantores) et les flûtistes (tibicines) ont su mêler adroitement la

musique et les émotions. 
 
 
 
 
 
 
 


Voici les instruments de musique :

Lyre
à
7
cordes


Cithare


Flûte de Pan

Cymbales


 
 


La Maison du Poète Tragique


La Marmite de Plaute

EUCLION,
STAPHYLA

Acte
1,
Scène
1


 
 


Euclion - Exi, inquam, age exi! Exeudumhercle tibi hinc est foras, circumspectatrix cum oculis emissiic! 



 


Staphyla - Nam cur me miseram verberas? Euclion - Ut misera sis! Staphyla - Utinam me divi adaxint ad suspendium potius quidem quam hoc pacto apud te serviam!


 



 
 



 



 
 


Euclion - At ut scelcta sola secum murmurat! Oculus hercle ego istos, improba,ecfodiam tibi. ( ... )

TRADUCTION
EN
FRANCAIS EUCLION, STAPHYLA

Euclion - Sors, te dis-je, allez, sors! Il faudra bien que tu sortes, par Hercule, maudite espionne, avec tes yeux sans cesse à l'affût!


 


Staphyla - Hé, pourquoi me bats-tu, malheureuse que suis-je? Euclion - Pour que tu sois malheureuse ! (...) Staphyla - Que les dieux me poussent au sucide, plutôt que d'être ton esclave dans ces conditions !

Euclion - Mais voyez comme la scélérate murmure entre ses dents ! Par Hercule,je t'arracherai ces yeux maudits,coquine! ( ...)


N

ous avons interviewé l’acteur jouant Euclion :


 



 
 


• Qu’aimez-vous dans votre métier ? J’aime jouer des rôles, être au contact des spectateurs et cela va bien avec mon caractère extraverti

• Quels sont vos rêves ? Je rêve de pouvoir interpréter un très grand rôle et de jouer pour les plus grands.


 
 



 



 
 


• Depuis quand interprétez-vous des rôles ? Cela fait 3 ans

• Que conseillerez-vous à des jeunes qui veulent faire du théâtre ? Je leur dirai de ne pas désespérer, d’ignorer les commentaires négatifs, et de toujours persévérer.


LIENS


 
 



 



 
 



 



 



 



 



 
 



 


• Théâtre de Marcellus, page 1 : http://www.routard.com/photos/rome/141954-theatre_marcellus___rome.htm • Colonnes, page 1 : http://www.worldsiteguides.com/europe/italy/rome/theatre-of-marcellus/ • Masque de comédie, page 2 : http://www.michelet-vanves.ac-versailles.fr/clg/pegase_louvre/louvre_salles.html (Masques de tragédie, avant mosaïques romaines ; fin document) • Perruque, page 3 : http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQ7WtiDVITw7p7_NDAD4EA6SksGricN5 9IZHkmA3Y62r7gFwLypFQ • Cothurnes (tragédie), page 3 : http://www.old.latinistes.ch/peplum.htm • Socques (comédie), page 3 : http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org/t626-le-bureau-de-l-architecte • Lyre à 7 cordes, page 3 : http://jpchorier.perso.sfr.fr/introductionalamusique/lagrece2.html • Cithare, page 3 : http://www.kerylos.fr/instruments.php • Flûte de Pan, page 4 : http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQfzLtumAUmqddZadCGc1_aCfQUfpXIYBoO3VW3n89-6b2AtZR • Cymbales, page 4 : http://bbecq.free.fr/EGYMUSIC/Page_84x.html • La Maison du Poète Tragique, page 4 : http://atlas.over-blog.org/article-acteurs-se-preparant-pour-un-spectacle---ier-s-apres- j--c91172064.html


Romani theatrum

Polina, Emme et Anissoa se sont rendues dernièrement au théâtre de Pompée. Pour vous, elles témoignent de ce lieu magique. En exclusivité, découvrez également un entretien avec le célébrissime Plaute !

http://paularbear.free.fr/commedia-dell-arte/heritage/symbolisme.html

Le théâtre de Pompée Le

théâtre

de

Pompée

est

un

théâtre romain situé au champs de Mars, à Rome, construit par Pompée un consul romain, entre -61 et -55. La façade est courbe et décorée de colonnes. Un velum (sorte de toit en toile) recouvre les gradins (cavea) protégeant du soleil. Les vomitoires sont

des

circulation

couloirs des

qui

permettent

spectateurs.

La

la

scène

(scaena ou pulpitum) représente souvent une rue et est dominée par le mur de scène (frons scaena) qui lui, représente trois portes (au milieu, celle du personnage principal).


http://www.maquettes-historiques.net/R157.jpg

Quand

nous

arrivâmes

au

théâtre

(theatrum), nous fûmes surprises par l'ambiance que dégageaient les sectateurs (spectatores) ; ils étaient là, joyeux et impatients de découvrir la toute nouvelle pièce de théâtre que Plaute (Plautus) a composé.

Nous l'avons interviewé pour vous : L'interviewer : je vous salue Plaute, dites-moi, quelle est votre impression après une telle représentation ? Plaute : Eh bien, sans vous mentir, je me sens assez fatigué (rires) ! L'interviewer : C'est un peu normal vu le temps que vous jouez sur scène ! Plaute : Oui c'est vrai, quatre heures sur les planches c'est assez éprouvant, mais vous savez, quand vous voyez le public tout autour de vous qui vous acclame et vous adule, le temps passe très vite.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/80/Plautus.gif

L'interviewer : En tout cas, à en voir les spectateurs réjouis, il me semble que votre pièce a été un franc succès ! Plaute : Je l'espère bien car voyez-vous cette pièce a bien failli ne jamais être jouée ! L'interviewer : Ah !! Et comment ça ?? Plaute : Certaines mauvaises langues ont fait un rapprochement avec une pièce de Ménandre. L'interviewer : Sûrement un canular d'une personne jalouse de votre ascension fulgurante ! Plaute : Certainement ! L'interviewer : Merci Plaute pour cette mise en bouche et c'est sur ce que nous allons vous laisser.


Résumé : Pseudolus de Plaute. Comme son père refuse de lui donner l'argent nécessaire pour racheter la jeune femme qu’il aime au proxénète qui la possède, un jeune homme fait appel à un esclave qui dénoue la situation. Rien de nouveau sous le soleil de la comédie. Or, justement, "il faut apporter sur la scène d’une manière nouvelle quelque nouvelle invention", déclare Pseudolus, l’esclave chargé de mener le jeu. Et il s’inquiète : s’il ne trouvait pas la ruse qui convient ? Si les mots lui manquaient ? Si le père et le proxénète ne se laissaient pas tromper ? Si la fortune n’était pas au rendez-vous ? Au bout du compte, rien ne manque, surtout pas les mots maniés avec une éclatante virtuosité par les deux grands rôles de l’esclave et du proxénète. La pièce démontre comment se compose une comédie, entre les contraintes du code et la fantaisie du poète. Il n’est pas étonnant que Plaute ait eu une particulière affection pour cette magistrale leçon d’art dramatique. http://www.lesbelleslettres.com/livre/?GCOI=22510100775440

Nous avons beaucoup aimé la pièce car les personnages (personnae) sont très réalistes. Les décors sont majestueux et s'accordent parfaitement avec la musique et les lieux. Nous vous la recommandons !


Âmes sensibles s'abstenir ! Grâce à nos journalistes intrépides, Vous allez maintenant pénétrer dans l'univers impitoyable des gladiatores ! Clémentine S., Oriane G. Et Lalou L. Ont eu l'audace de s'y rendre pour vous !

GLADIATORES En action ? - Êtes-vous prêts à vous lancer dans le Circus Maximus pour assister aux spectacles préférés des Romains ? - Vous découvrirez l'ambiance des combats et vous aurez droit à l'interview d'un célèbre gladiateur !

Les gladiateurs sont pour la plupart des combattants professionnels, mais aussi des condamnés ayant le statut d'esclaves, s'engageant volontairement dans le combat en quête d'une vie meilleure grâce à des victoires rémunérées.


Les gladiateurs se battent entre eux, dans une arène, pour honorer la mémoire d'un mort mais de plus en plus pour le divertissement du public. L'ambiance dans un combat est très particulière. La turba est en furie,à la fois excitée, impatiente et craintive.

Les gladiateurs sont partagés en plusieurs catégories ; selon leur armement et leur façon de combattre. Le samnite est lourdement armé d'un casque, d'un bouclier long et d'une épée. Le Thrace est légèrement armé d'un petit bouclier rond, de deux jambières, d'un casque, d'un brassard droit et d'un sabre court recourbé. Le Mirmillon ou Gaulois, coiffé d'un casque au cimier en forme de poisson et équipé d'un petit bouclier et d'une épée, est souvent opposé au rétiaire, équipé d'un protège-épaule, d'un filet de pêche et d'un trident.

Le Samnite

Le Thrace

Le Mirmillon

Le rétiaire


Les gladiateurs s'entraînent dans des casernes spéciales, et leur maître, le lanista, les loue très cher à ceux qui offraient le spectacle. Certains gladiateurs peuvent remporter de nombreuses victoires de nombreuses victoires, l'un d'entre-eux en comptabilise cinquante, ce qui ne les empêchaient pas de mourir jeunes. Ces combattants portent des surnoms qui les accompagnent jusque dans la tombe, tels Ferox, Fulgur (rapide comme l'éclair) ou Ursius (qui a la force de l'ours). Actuellement, on voit aussi se développer les combats de femmes dans l'arène. Le combat a lieu l'après-midi. Il débute par une grande pompa : les magistrats vêtus de pourpre, les gladiateurs en tenue de combat, les porteurs de pancartes qui indiquent le palmarès des meilleurs. Le salut à l'empereur se fait au moyen de la formule : « Ave Caesar morituri te salutant ! » (« Salut César, ceux qui vont mourir te saluent ») Les gladiateurs s'affrontent par paires ou par troupes dans les grands munera impériaux. Les groupes de combat sont tirés au sort et le public engage des paris. Dès qu'un gladiateur est touché, la foule crie : « Hoc habet » ("il en a !") Pour demander grâce, le blessé tend la main gauche vers l'estrade officielle ; selon les réactions de la foule, l'editor lève ou renverse le pouce : dans le premier cas, le gladiateur est emmené et soigné ; dans le second (pollice verso), il est achevé.

Les vainqueurs reçoivent des récompenses honorifiques et des sommes d'argent. Après un certain nombre de victoires, ils sont dispensés de l'arène ; les esclaves peuvent être affranchis. Et leurs victoires leur valent un vrai succès auprès des femmes.

D'après http://missiontice.ac-besancon.fr/collegedesroches/Pedagogie/LATIN/italie/Gladiateurs/glad03_combats.htm

Interview Nous avons interviewé le célèbre gladiateur Spartacus après sa victoire de samedi dernier : - Salve ! C'est votre 17ème victoire consécutive, que ressentez-vous ? - Je suis très heureux, une palma de plus à mon palmarès ! - Avant de rentrer dans l'arène, n'avez-vous pas une petite crainte ? - Bien-sûr je suis toujours traversé par un petit frisson lorsque j'aperçois mon adversaire. Mais lorsque je combats je suis absorbé par l'action alors je ne pense plus à cela. - Le comprends tout à fait. Merci beaucoup de nous avoir prêté de votre temps et bonne chance pour votre prochain pugna !


Sources : Samnite http://www.markchurms.com/mark-churms-original-art-oil-paintings-for-sale.html Thrace http://l.histoire.en.kit.pagesperso-orange.fr/antiquite/rome/gladiateurs.htm

Mirmillon http://gladiature-vae-victis.e-monsite.com/pages/les-gladiateurs/le-mirmillon.html RĂŠtiaire http://www.emile-zola-giberville.fr/latin/Gladiateurs/pagegladiateurs.html


En piste avec Flasccus et Naso Qui se trouvaient au cœur de L'ambiance survoltÊe d'une course de chars !

En char !!!


En char !!!!!!! Aujourd’hui (hodie),

nous

voici

Maximus,

au

Circus

va

bientôt se dérouler la plus grande course (cursus, us,

m) de char du moment. Rires et cris de joie

parviennent jusqu’à ici, preuve que l’ambiance est au rendez-vous !!!

On

peut

admirer

la

foule

(turba,

ae,

beauté

de

f)

et

l’endroit ; ses gradins, ses allées et sa piste où vont bientôt

se

croiser


concurrents.

Hispaniques,

Grecs

et

Romains

(romanus, i, m) nous saluent, la course peut enfin commencer !!!

Tertio,

ite !!!!! Marius

secundo,

l’hispanique,

qui

porte

primo

(fero,

fers,

ferre)

la

couleur rouge, vient de partir en tête, il devance notre chère équipe

Romaine porteuse de la couleur

jaune. Mais les grecs n’ont pas dit leur dernier

mot : ils rattrapent les Hispaniques et en blessent


(vulneo, as, are) un, deux, trois en les envoyant contre la borne.

Nous sommes déjà au quatrième tour mais tout espoir n’est pas perdu !!

Nos romains si valeureux peinent alors à rejoindre les Grecs et notre faible (debilis, e) Marius esseulé… La

ligne

d’arrivée

se

rapproche,

nos

romains

parviennent enfin à passer devant (ante+acc) leurs adversaires…


Et ça y est, les jaunes, nos glorieux, nos idoles ont

remporté cette heureuse et inoubliable victoire (bien qu’avec un peu de sueur) !! Voilà

pourquoi

(itaque) nous rejoignons nos romains bien aimés

pour leur décerner notre honorable prix du journal Quotidianus !!


Et maintenant le discours du vainqueur !!!!

« Merci, à Caesar pour cette course établie et à l’équipe

de

Quotidianus

pour

sa

palme.

Bon

rétablissement aux trois hispaniques blessés et un peu de

courage

à

Marius

pour

les

prochaines

compétitions. J’espère que les spectateurs n’ont pas

été déçus du résultat. Je les remercie donc également


pour

leur

populus Âť

soutien

indĂŠfectible.

Vale

Romanus

Flasccus et Naso


Sources Photo 1 http://horse-village.com Photo 2 http://www.cosmovisions.com/monuRomeCirques.htm&docid=neUM2SA3-_FLM&imgurl=http://www.cosmovisions.com/images/Circus_Maximus.jpg Photo 3 http://www.mariamilani.com/rome_pictures/Ancient_Rome_Circus_Maximus.htm&docid=HVzwPSmChO1B DM&imgurl=http://www.mariamilani.com/rome_pictures/Ancient_Rome_Circus_Maximus.jpg Photo 4 http://www.google.fr/imgres?start=108&um=1&hl=fr&client=firefoxa&sa=N&tbo=d&rls=org.mozilla:fr:official&channel=np&biw=1680&bih=957&tbm=isch&tbnid=6vUmd4FDl _rbOM:&imgrefurl=http://kaelus.blogspace.fr/r24758/Culture-generale/2/&docid=4wVq_Yawf7JxPhoto 5 http://www.google.fr/imgres?start=220&hl=fr&client=firefoxa&hs=RjK&sa=X&tbo=d&rls=org.mozilla:fr:official&channel=np&biw=1680&bih=957&tbm=isch&tbnid=aU x5iK7solgdcM:&imgrefurl Photo 6 http://www.peplums.info/pep54g.htm&docid=rIRCSfmZtJyiyM&imgurl=http://www.peplums.info/images/54g -


Une équipe de journalistes a décidé de se rendre à la « Cursus du Siècle ». Ils vont vous la faire vivre comme si vous y étiez !

« -Hodie honor in circum est. Aujourd'hui l'honneur est dans le stade.

- Populus pecuniam admittere timet, Le peuple a peur de perdre son argent

- sed nullus admittere potest. mais personne ne peut le perdre.

- Aurigae currique extectant ante carcer. Les auriges et les chars attendent devant l'enceinte.

- Tempestas ex turba venit. La tempête vient de la foule.

- Turba stat, turba clamat, turba orat. La foule se lève, la foule clame, la foule supplie.

- Spectaculum venit jussu Quiritium. Le spectacle vient sur l'ordre des arbitres. »

« Ça y est, les auriges sont dans les carcere (box de départ). Tout le monde hurle le nom du concurrent sur qui il a misé. La course démarre : le bleu fonce à toute allure, double tout le monde au premier virage. On aurait dit qu'il voulait à tout prix gagner. Derrière, le jaune le suit de près. Il arrive à le doubler dans le deuxième virage mais dans la dernière ligne droite, le bleu le redouble et finit premier. Maintenant je laisse la parole à mon

V oici le regard éclairé de notre journaliste et spécialiste des com bats de « gladiatores»

Avant le combat, je vais vous parler des deux combattants. Nous avons un rétiaire, qui a un filet et un trident. En face de lui, un Thraex (Thrace) avec un sabre court et recourbé, un casque et un petit bouclier. Le pugna (combat) commença. Le rétiaire jeta son filet sur son opposant qui le repoussa avec son casque. Le Thraex fonça sur le rétiaire qui tendait son trident. Le vrai combat commençait maintenant. Le rétiaire essayait de prendre de la distance tandis que son adversaire se rapprochait. Tous deux portaient coups sur coups, attendant une erreur, une faille... Le Thraex fit cette erreur. Il essaya de sauter sur son adversaire. Mauvaise idée ! Le rétiaire esquiva souplement le coup et embrocha le bras du Thraex qui tenait son glaive. La foule hurlait : « Eum neca !!! » (Tue-le !!!) L'empereur regarda les vestales qui baissaient le pouce (pollice verso) puis l'arena (l'arène) qui en faisait de même. Aussitôt, le vainqueur acheva son adversaire d'un coup dans le coeur.

Après

ce

grand

combat,

nous

avons


collègue... » « Après cette magnifique course au Maximus Circus de Rome, nous allons à présent dare merces (donner les récompenses). Quis habebit (qui aura) la couronne de lauriers ? Allez voici tout de suite le vainqueur ! Que la turba fasse du bruit pour lui ! Voilà votre trophée après votre magnifique cursus. Je vous le remets au nom du journal Quotidianus et de notre empereur Caesar ! Quelque chose à dire après votre victoire ? Pouve-vous nous la décrire ? – Oui ! J'étais bien placé in carcere. Aussi je pense que j'avais plus envie que mes adversaire de remporter une victoire. Dès le premier virage, le certamen (combat) était lancé. Je sais à ce moment-là que je serai le princeps (premier). Je provoquais mes adversaires. La turba m'encourageait. Je bouclais tous mes tours en tête et dans le dernier, je me sentais comme le Vesuvius, l'envie de scribere historiam (d'écrire l'histoire). Et c'est ce que je fis !

interrogé quelques personnes de la turba (la foule) qui sortaient des cavea (les gradins). Voici leurs commentaires :

Ces combats sont barbares

C’était très distrayant ! Quel combat !

La vue du sanguis (sang) me fascine !

Ils tuent les hommes de leur propre nation !

Gratias populo ago et vale ! (Merci au peuple et portez-vous bien !)

M. Pin Les trois T


Vous souhaitez Devenir incollable en matière de théâtre ? C'est possible grâce au travail de notre journaliste Med's.


Quotidianus 2  
Quotidianus 2  
Advertisement