Page 1

n°51 décembre 2012 janvier 2013 Le magazine économique de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Loiret

SUCCESS STORIES Que sont devenues leurs entreprises ?

12 industrie Promo-Services dans la course à l’intelligence locale

16 service XCPH : plus d’espace pour plus de rêve !

18 d éveloppement durable

De la ferme à l’assiette

CCI LOIRET


erform

énerg

étique

passa

it par

ce fil

* Prix d’un appel local, hors surcoût éventuel selon l’opérateur.

ance

552 081 317 RCS PARIS – Siège social : 22-30, avenue de Wagram, 75008 Paris –

Et si v otre p

EDF Entreprises vous accompagne dans le choix de solutions énergétiques efficaces. Grâce aux diagnostics et aux conseils de nos experts, identifiez les principales sources d’économies pour mieux maîtriser vos consommations d’énergie et améliorer votre performance.

Pour en savoir plus, contactez le ou rendez-vous sur edfentreprises.fr

L’énergie est notre avenir, économisons-la !


édito

Penser aux générations futures

C

’est le 7 janvier prochain que l’Assemblée générale de la CCI du Loiret élira un nouveau président, comme cela a été prévu. Votre premier Vice-président délégué Daniel GUILLERMIN se présentera à cette élection. Je tiens tout particulièrement à le remercier pour notre parfaite collaboration. Je souhaitais vous dire, en toute simplicité, que j’ai vécu neuf années passionnantes, exigeantes en temps et en énergie, dont une en assurant simultanément la Présidence de la Chambre Régionale de Commerce et d’Industrie de la Région Centre, en pleine préparation de la régionalisation. J’ai choisi, avec l’appui des bureaux successifs, de travailler sur des projets d’avenir pour notre département, et ai initié une profonde évolution des métiers de votre CCI. C’est de cette dynamique que le projet Citévolia a émergé, et qu’il est aujourd’hui reconnu comme projet d’avenir. C’est aussi de cette volonté que la CCI du Loiret a rejoint un réseau d’écoles supérieures afin de former les futurs cadres et dirigeants d’entreprises. Nous avons renforcé l’écoute et la proximité grâce une présence accrue sur le territoire départemental. La création d’entreprises s’est développée avec une approche plus personnalisée… Tout cela, dans la plus grande indépendance. L’économie a besoin de temps ; les élus de la CCI n’ont pas pour vocation de calquer leur stratégie en fonction des échéances électorales. La CCI est un établissement public placé sous la Tutelle de l’État. Elle est à ce titre le Parlement des entreprises du Loiret, donc représentative de l’ensemble de l’économie départementale et de ses 19 500 entreprises. À mes yeux, le RESPECT des femmes et des hommes qui entreprennent est essentiel. Au travers des

difficultés accentuées par la crise dès 2008, j’ai pu mesurer le courage et l’abnégation de ceux qui osent, qui avancent, qui travaillent et s’investissent. Qu’ils en soient félicités, et que ceux qui ont connu un échec sachent que non seulement ils ont toujours leur place, mais que leur expérience est utile à tous. La priorité aujourd’hui, c’est de se tourner vers l’avenir, vers cet environnement en pleine mutation et les nombreux défis à relever. S’il apparaît aujourd’hui compliqué et difficile à vivre, restons attentifs aux évolutions de nos concurrents avides de prendre place dans le concert économique mondial. Je tiens également à remercier tous les collaborateurs de la CCI qui ont, sous l’autorité du Directeur général, permis toutes ces actions. Alors permettez-moi de vous demander, autour de votre prochain Président, de continuer à vous battre pour nous tous et pour les générations futures, au-delà des polémiques humaines si inutiles. Je suis certain que vous partagez cette vision de l’avenir. Quant à moi, je reste élu de votre CCI et de la CCIR. Sachez que je serai plus que jamais attentif aux mutations de l’environnement, et à votre écoute, dans un esprit constructif. Bonne année et bon vent !

Yves Broussoux

Président de la CCI du Loiret yves.broussoux@loiret.cci.fr décembre 2012 - janvier 2013

51

3


tableau de bord

Indicateurs économiques DU LOIRET Taux de chômage

Créations d’entreprises par bassin d'emploi

Source > Insee (estimations provisoires)

Source > CCIL – octobre 2012

2e trimestre 2012

Variation sur un trimestre

Variation sur un an

Loiret

9,6 %

0,3 pt

0,7 pt

Centre

9,2 %

0,2 pt

0,6 pt

France

9,7 %

0,1 pt

0,5 pt

Gien

13

Montargis

26

Orléans

73

Pithiviers

5

Total

117

Occupation et fréquentation hôtelière Source > Comité régional du Tourisme du Centre

Centre Loiret Variation sur un an Taux d’occupation septembre 2012

65,1 %

Fréquentation hôtelière septembre 2012 - nuitées

582 343

64,9 % 138 197

+ 0,5 pt + 3 %

Créations et radiations d’entreprises Source > CCIL – octobre 2012 500

Radiations

450 400 350 300 250

Permis de construire commencés

200 150

Source > Direction Régionale de l’Équipement

2T 2012

Logements (nbr) Locaux d’activités (m²)

3T 2012 Évolution

922

749

- 19 %

82 457

77 712

- 6 %

Un chiffre à retenir… Source > INSEE – Ministères des Finances

2 486 €

C’est le revenu fiscal net médian perçu par mois par ménage dans le Loiret en 2010. Ce qui place le Loiret en 16ème position parmi les 96 départements de la France métropolitaine

Créations

117

100

51

50 0

oct.

nov.

déc. jan. 12 fév. mars avril

mai

juin juillet

août sept.

oct.

Commerce extérieur dans la région Source > Douanes en milliers d’euros

Région Centre

Loiret

3T2012

3T2012

Part Loiret

Exportations

4 525 058

1 649 762

36,46 %

Importations

4 268 872

1 524 920

35,72 %

256 186

124 842

Solde

Vous avez besoin de données chiffrées et illustrées sur l’économie du Loiret ? Nous vous proposons d’accéder à une base actualisée de plus de 130 indicateurs caractérisant 10 thèmes sur la zone d’étude de votre choix. Retrouvez également toute l’information économique et juridique !

Rendez vous sur www.id.loiret.cci.fr Téléphone : 02 38 77 77 77 - Email : id@loiret.cci.fr

4

51 décembre 2012 - janvier 2013


sommaire

n° 51

décembre 2012 - janvier 2013

03 04

Magazine de la cci du Loiret ADMINISTRATION

Hôtel consulaire 23, place du Martroi 45000 Orléans Tél. 02 38 77 77 77 Fax 02 38 53 09 78

06 10 11 12

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION

Yves Broussoux

DIRECTEUR DE LA rédaction

Sébastien Doron

RÉDACTRICE EN CHEF

Gaëlle Lepetit RÉDACTION

Estelle Boutheloup (p. 12 à 18 et 23) Gaëlle Lepetit DIFFUSION

Chantal Legris

15

CONCEPTION

www.enola-creation.fr Photos

Didier Depoorter

16

Impression

Imprimerie Nouvelle PUBLICITÉ

Sylvia Fromenteaud Tél. 02 38 77 77 22

17

TIRAGE

17 800 exemplaires N° ISSN : 1955-0642

18

CONTACT CCI - RÉDACTION

Tél. 02 38 77 77 77 gaelle.lepetit@loiret.cci.fr PRÉSIDENT DE LA CCI

Yves Broussoux Tél. 02 38 77 77 75

19

LA CCI SUR INTERNET

www.loiret.cci.fr

23

20

édito

dossier

SUCCESS STORIES Que sont devenues leurs entreprises ?

t ableau de bord

Les chiffres du mois

a  ctualités m  ade in loiret

n°51 décembre 2012 janvier 2013 Le magazine économique de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Loiret

p  arole d’expert SUCCESS STORIES Que sont devenues leurs entreprises ?

industrie

Promo-Services dans la course à l’intelligence locale 12 INDUSTRIE Promo-Services dans la course à l’intelligence locale

c  ommerce

À Vitry-aux-Loges, l’épicerie devient supérette

s  ervices

XCPH : plus d’espace pour plus de rêve !

d  éveloppement durable De la ferme à l’assiette

c  réation

Sanizéo passe les éviers en couleur

l  es rencontres

performance à  table

16 SERVICE XCPH : plus d’espace pour plus de rêve !

18 DÉVELOPPEMENT DURABLE

De la ferme à l’assiette

CCI LOIRET

Pour terminer 2012 avec optimisme et ouvrir 2013 avec enthousiasme, Loiret Eco est retourné à la rencontre de dirigeant(e) s déjà interviewé(e) s dans ses colonnes. L’idée ? Vous donner quelques nouvelles du front entrepreneurial dans le Loiret. Ont-ils mené à bien leurs objectifs, revus leurs ambitions à la baisse ? Qu’ont-ils fait de leurs chevaux de bataille ? Comment ont-ils insufflé un nouvel élan à leur entreprise dans un contexte encore instable ? Tour d’horizon non exhaustif.

33

p  assés composés

34

CCI infos

Un atelier du Père Noël à Briare

Le meilleur du soleil levant

CCI LOIRET

76 rue de la Bretonnerie 45000 ORLEANS

Tél. : 02 38 54 20 20 orleans@gemofis.com

décembre 2012 - janvier 2013

51

5


actualités

Weappvize optimise la présence des entreprises sur les réseaux sociaux

«

Profitez de toute la puissance du social media marketing  » : telle est la promesse de Weappvize, une solution innovante développée par la jeune start-up orléanaise éponyme. Pour faire gagner un temps précieux aux community managers des entreprises et agences web dans l’analyse des statistiques relatives à l’activité des marques sur les médias sociaux, les co-fondateurs, Julien Hatton et Maxime Moire, ont imaginé une solution « complète et simple d’utilisation ». Si Weappvize permet de créer et personnaliser* sa page professionnelle sur Facebook en quelques clics, la solution en ligne comprend aussi et surtout des outils hyper intuitifs de publication, de génération d’applications et jeux-concours, de veille et de stratégie publicitaire. L’idée, au final, c’est

bien de pouvoir transformer ses « fans » en clients. « On a vu évoluer progressivement les objectifs des entreprises sur les médias sociaux, explique Julien Hatton. D’abord, y être juste présent, puis comptabiliser un nombre maximum de fans ; ensuite, générer le plus d’interactions possible avec eux et enfin, savoir précisément qui ils sont et quelles sont leurs attentes pour améliorer ses produits et ses services ». Toutes les fonctionnalités, disponibles sur une interface unique et accessible sans aucune compétence informatique, seront commercialisées dès 2013. La start-up a d’ores et déjà programmé, rapidement, levée de fonds et recrutements. *hors création graphique. www.weappvize.com

Création d’un GEIQ dans le secteur de l’aide à domicile

R

éunies à Olivet en Assemblée Générale constitutive le 10 décembre dernier, sept associations d’aide à domicile ont constitué le premier Groupement d’Employeurs pour l’Insertion et la Qualification (GEIQ) du secteur dans la région Centre. Baptisé A Domicile Loiret, le GEIQ a pour double ambition d’agir en faveur de l’emploi en cette période de crise et de faire face aux difficultés chroniques de recrutement de personnes qualifiées dans le secteur de l’aide à domicile. Le nouveau Groupement prévoit la mise en œuvre, dès 2013, de 11 parcours d’insertion en alternance. Le dispositif de préparation au titre professionnel de niveau V, « Assistant de vie aux familles », prendra la forme de contrats de professionnalisation d’un an, avec un tutorat pouvant aller jusqu’à 300 heures annuelles. Les sept membres fondateurs du GEIQ - ADAPA UNA Meung sur Loire/Cléry St André, ADAPA UNA Jargeau, A Domicile 45, ADMR 45, Appel Services, le Cercle des Ages et Proximité Services - marquent ainsi leur forte volonté de s’unir autour d’un projet commun et de faire rayonner leur action à l’échelon régional. à l’est du Loiret, l’ADAPA de Montargis a exprimé son intérêt en faveur du dispositif. Tout comme l’ADMR, et ses antennes du Loir-et-Cher, suivent avec attention son évolution.

6

51 décembre 2012 - janvier 2013


Vitrines d’Orléans : la fidélisation grâce aux chèques-cadeaux

R

enforcer le dynamisme commercial tout en ramenant du pouvoir d’achat en centre-ville : le credo d’Elisa Pinault, présidente des Vitrines d’Orléans, n’a pas varié d’un iota. L’association, qui fédère à ce jour environ 400 commerces orléanais, a programmé plusieurs animations tout au long du mois de décembre : balades à poneys dans le centre-ville, mais aussi - cette fois en partenariat avec la ville d’Orléans - accès gratuit (pour tous, du 12 au 24 décembre) au petit train de Noël qui sillonnera la ville. Nouveauté cette année : les commerces adhérents optent pour une nocturne le vendredi 21 décembre et resteront ouverts jusqu’à 21 heures. Enfin, les Vitrines d’Orléans poursuivent leur stratégie de fidé-

lisation de leur clientèle avec le déploiement des chèques cadeaux. Acceptés dans plus de 400 commerces du centre-ville, ils concernent tous les secteurs d’activité (Grands magasins, beauté, santé, culture et loisirs, modes, accessoires, maison, cafés, hôtels, restaurants…). Plusieurs possibilités pour acheter les chèquescadeaux : pendant le Marché de Noël, au chalet des Vitrines d’Orléans Place de la République ; tout au long de l’année, dans l’ensemble des Crédit Mutuel de l’Agglomération d’Orléans, au bureau dédié à la CCI du Loiret place du Martroi mais aussi en ligne. Un site sur lequel il est d’ores et déjà possible de s’inscrire aux ventes privées. Couponing, actualités, événements, emplois et promotions : autant de

nouvelles possibilités bientôt proposées par Vitrines-privées.com. www.vitrines-orleans.com Tél. : 02.38.81.84.05

e-tourisme, qualité, développement durable : les acteurs du tourisme se professionnalisent

O

ffrir aux acteurs du tourisme la possibilité de se professionnaliser pour accroître les retombées touristiques d’une région appelée à devenir destination de Tourisme Durable : telle est l’ambition du programme de formations 2012/2013 mis en œuvre par le comité régional du tourisme Centre-Val de Loire. Trois grandes thématiques ont été retenues pour doper ainsi l’attractivité touristique et la compétitivité des entreprises : e-tourisme (développer une culture Internet…), développement durable (éco-labellisation…) et enfin qualité (labellisation « qualité Tourisme » et « tourisme et handicap »). Hébergeurs, restaurateurs, gestionnaires de sites, prestataires de loisirs, organismes de tourisme, élus territoriaux, peuvent tous accéder à des modules adaptés à leur activité et à leur filière. De format court, les séminaires et modules de formation font l’objet d’une prise en charge par l’OPCA ou par la région Centre. Les CCI de la région, partenaires de la démarche, accueillent gracieusement les sessions dans leurs locaux. www.formations-tourisme-centre.fr

décembre 2012 - janvier 2013

vertical80x120mm.indd 1

51

15/02/12 16:13

7


actualités

Un nouveau document pour régir l’offre commerciale de l’agglomération d’Orléans Dessiner un maillage équilibré de l’offre commerciale sur le territoire, qui conjugue diversité et équité de service à la population : telle est l’ambition du document d’aménagement commercial (DAC) voté en octobre dernier par le conseil de communauté d’agglomération Orléans Val de Loire.

É

laboré à partir d’une première phase de diagnostic confiée à un cabinet d’études, suivie d’une concertation avec les 22 communes de l’AgglO, unions commerciales et enseignes concernées, le DAC voté en octobre dernier par le conseil de communauté d’agglomération Orléans Val de Loire donne le ton en matière d’offre commerciale* pour les cinq années à venir. Parmi les grands axes retenus qui dessineront le paysage commercial : poursuite de l’aménagement du centre-ville d’Orléans comme pôle de rayonnement métropolitain, stimulation des centresvilles et centre-bourgs, requalification des zones existantes dans le cadre d’une charte de qualité architecturale et paysa-

gère (objectifs de développement durable à la clé). « Nous voulons tendre vers un équilibre nord, sud, est, ouest, de façon à ce que les habitants de l’agglomération aient toute une palette de commerces à leur disposition pour faire leurs courses, explique Jacques Martinet, Vice-Président de l’AgglO en charge du développement économique. Nous voulons renforcer le centre-ville d’Orléans comme pôle fort d’attraction ». En filigrane du document qui sera annexé au schéma de cohérence territoriale (SCOT)*, puis déclaré opposable à l’issue de l’enquête publique réalisée dans les 12 mois à venir : les usages différenciés selon le type de commerces, une dimension développement durable qui réserve les déplacements les plus

longs aux achats ponctuels, mais aussi un équilibre entre pôles de grandes surfaces et centres villes. Le DAC succède à la charte d’orientation et de développement du commerce, qui a vu l’émergence de 48 000 m2 de surfaces de vente sur la période 2004-2008. Il a par ailleurs permis de mettre en valeur de nouveaux modes de consommation (e-commerce, circuits courts) et de les intégrer dans la réflexion. *Magasins de plus de 1000 m2 **La communauté d’agglomération Orléans Val de Loire actualisera son SCOT, au plus tard le 1er janvier 2016, conformément aux dispositions de la loi portant engagement national pour l’environnement (ENE) du 12 juillet 2010, dite Grenelle. www.agglo-orleans.fr

Challenge Thierry Thomas : Christian Dior Parfums stimule la créativité des lycéens

E

Les membres du jury du Challenge Thierry Thomas.

8

lles étaient neuf équipes de lycées techniques en lice (dont six du Loiret*) pour cette 3e édition du Challenge Thierry Thomas** organisé par la Direction des Opérations Christian Dior Parfums. Avec cette consigne : imaginez le produit innovant Dior de demain, en intégrant l’aspect luxueux et exclusif, l’originalité, l’industrialisation, la présentation et enfin le faible impact environnemental. C’est finalement le lycée Sainte-Croix Saint-Euverte et son projet de boîtier de maquillage multiusages qui a été couronné par

le jury le 29 novembre dernier. Les lauréats – comme toutes les équipes – ont reçu des chèques cadeaux. Le site de production de Saint-Jean-deBraye, dirigé par Jean-Dominique Bosq, renforce avec ce concours les liens forts déjà tissés avec les établissements d’enseignement technique de la région Centre. *2 pour le lycée Durzy de Villemandeur, 2 pour le CFAI Orléans-Centre et 2 pour le lycée Sainte-Croix Saint-Euverte **du nom du responsable du Département Ingénierie de l’entreprise de Saint-Jeande-Braye et co-créateur du Prix, décédé en 2009.

51 décembre 2012 - janvier 2013


msl Circuits produit le boîtier éco-taxes poids-lourds pour la france

C

’est un marché de taille qu’elle avait bien failli voir lui échapper que l’entreprise MSL Circuits a finalement remporté pour ses 20 ans : les 300 000 boîtiers éco-taxe poids-lourds pour la France sortiront bien de ses lignes de production, à Meung-sur-Loire. Entité autonome depuis son rachat en 2009 par un fonds d’investissements privé (après son rachat en 2002 par le sous-traitant Jabil et sa construction par l’équipementier Valéo en 1992), l’entreprise est spécialisée dans la sous-traitance de cartes électroniques grande série, dans

les secteurs automobile, médical et de la géolocalisation. La longévité de l’entreprise dans un secteur malmené par la crise ? MSL Circuits dit l’avoir gagnée « en faisant le pari de l’innovation, de la productivité et de la qualité, compensant ainsi les écarts de coûts salariaux, notamment avec ses concurrents étrangers ». Une pérennité que son actuel président, Bruno Racault, attribue également aux capacités d’adaptation de l’ensemble des managers et des collaborateurs. Enfin, à l’occasion de son 20e anniversaire, MSL Circuits a mis

l’accent sur la valorisation symbolique de l’engagement écologique de l’entreprise autour d’un projet collectif. Accompagnés par une designer plasticienne, les collaborateurs ont réalisé une mosaïque avec les composants non utilisés lors de la production de l’usine, mêlés à des tessons d’émaux de Briare. L’entreprise, qui compte 400 salariés, a réalisé en 2011 un chiffre d’affaires de 103 millions d’euros pour une production journalière moyenne de 50 000 cartes. www.mslcircuits.com

Démarrage accéléré pour le groupe BNI de Pithiviers

H

www.air-pme.com 300 destinations France en moins de 2h

au départ de St Denis de l’Hôtel - Au service de votre entreprise -

uit mois seulement après sa création, le Groupement Business Network International (BNI) des entreprises du Pithiverais a réussi une belle performance : grâce à un chiffre d’affaires cumulé de 500 000 €* au premier semestre 2012 - dont 62 000 € générés par le seul échange de recommandations entre les 40 membres de son réseau en une seule réunion - il se hisse en tête des 180 groupes français. « Donner pour recevoir », telle est en effet la philosophie du BNI, réseau d’affaires qui fonctionne sur le principe de la mise en relation professionnelle et basé sur la solidarité, l’engagement et le professionnalisme. Si l’assiduité aux réunions hebdomadaires (au sein du Centre d’affaires Jean-Paul Charié à Pithiviers) est un prérequis essentiel pour bénéficier de cette dynamique, chaque groupe n’admet qu’une seule personne sur un même secteur d’activité. Ainsi, banquier, entreprise de construction de maisons individuelles, chocolatier, notaire, avocat, entreprise de nettoyage, architecte ou encore paysagiste, s’engagent à devenir un relais de développement les uns pour les autres. « Nous sommes très fiers de ce groupe qui s’est vite étoffé à partir d’un noyau dur, à l’image du réseau de Montargis », confie Jean-Charles Ferkatadji, expert immobilier et ancien président du groupe auquel vient de succéder pour six mois, Nathalie Dessommes, gestionnaire de patrimoine. Très vite monté en puissance au niveau du nombre d’adhérents également, le groupement sera néanmoins plafonné à une cinquantaine de membres, afin de « préserver la convivialité et la qualité de travail propre à un groupe de cette taille ». *Plus de 800 000€ en novembre 2012 www.bnifrance.info

décembre 2012 - janvier 2013

51

9


made in loiret

Appelle-moi Léon ! Ils s’appellent Ernest, Jules, Marcel ou encore Léon (photo ci-contre)…et sortent tout droit de l’imagination de la créatrice de bijoux « Mamz’L Jeanne ». Tous baptisés d’un prénom masculin pour cette collection automne/hiver 2012, les sautoirs, ras-du-cou, bracelets, bagues et boucles d’oreille en laiton, perles de cristal de verre ou semi-précieuses, sont assemblés à la main. Les solutions pour se procurer LE bijou convoité quand on est une jeune fille ou une femme « dynamique et tendance » ? Faire un saut dans l’une des boutiques qui diffusent Mamz’L Jeanne (au « Paon d’Avignon » à Orléans, mais aussi à Paris et à Lyon) ou, plus tendance encore, organiser (ou participer à) une vente privée à domicile. Presque trois ans après le lancement de sa marque, la jeune créatrice orléanaise, diplômée de l’Institut des Arts Visuels d’Orléans*, prépare le lancement de son e-shop. *Aujourd’hui ESAD www.mamzljeanne-designerproduits.com

À consommer religieusement Rien de miraculeux dans sa composition, mais un alcool à 50° fabriqué à partir de miel et de plantes aromatiques (sauge, romarin, menthe poivrée). Obtenue grâce à la fermentation alcoolique suivie d’une distillation, l’Eau d’Émeraude fabriquée par les Bénédictines de Notre-Dame du Calvaire au monastère de Bouzy-la-Forêt, aurait de multiples vertus. En compresse pour apaiser les irritations cutanées (coups, piqûres d’insectes), en friction sur les jambes lourdes, en bain de bouche pour les aphtes ou encore comme lotion après-rasage, le précieux liquide est distillé depuis le xviie siècle par la communauté qui s’est déplacée d’Orléans à Bouzy-la-Forêt en passant par Saint-Jean-de-Braye. Déjà, en 1685, Madame de Sévigné faisait l’éloge de la lotion dans une correspondance avec sa fille : « Elle console et perfectionne tout » confiait-elle, la jambe blessée, après un accident de carrosse.

KARTING INDOOR

restauration le midi du mardi au samedi et le vendredi et samedi soir

MEILLEUR

www.benedictines-bouzy.com Tél. : 02.38.46.88.98

Séminaire KARTING - REUNION - BUFFET

Votre entreprise, située dans le Loiret, crée, développe, vend ou distribue un produit ou un service innovant, original, particulier ? Adressez une photo haute définition du produit/service ainsi que toute documentation relative (catalogue, communiqué de presse…) par courrier électronique à gaelle.lepetit@loiret.cci.fr – Objet : Made in Loiret.

10

ET SI LE

Faites rimer travail et détente lors d’un séminaire inoubliable !

N’ÉTAIT PAS LE BOSS ?

PARC DE LOISIRS DE SARAN rue de la Tuilerie 45770 Saran TÉL : 02 38 72 08 08 contact@kartracer.fr

51 décembre 2012 - janvier 2013


Parole d'expert

Rubrique réalisée en partenariat avec le Conseil régional de l’Ordre des Experts-comptables

Zoom sur la 2e loi de Finances rectificative La deuxième loi de Finances rectificative* pour 2012 induit des modifications importantes concernant le régime social de certaines cotisations et contributions sociales. Parmi les plus significatives : la remise en cause des incitations financières liées à l’accomplissement d’heures supplémentaires (mises en place par la loi dite « TEPA ») ainsi que l’abrogation de la loi sur la TVA sociale. *16.08.2012

Autres mesures

Heures supplémentaires

Ancien dispositif

Nouveau dispositif

Réduction de cotisations sociales salariales

Application aux heures supplémentaires et complémentaires.

Durée du travail mensuelle

Durée du travail > au mois

Suppression de ce dispositif pour les heures effectuées à compter du 1er septembre 2012.

Maintien de la réduction à la rémunération des heures supplémentaires et complémentaires versée jusqu’à la fin de la période de décompte du temps de travail et au plus tard le 31 décembre 2012.

Déduction forfaitaire patronale

Application aux heures supplémentaires : - 1 ,50 € par heure pour les entreprises < 20 salariés - 0 ,50 € pour les entreprises > = 20 salariés.

Suppression de ce dispositif pour les entreprises > = 20 salariés, pour les heures effectuées à compter du 1er septembre 2012.

Maintien de la déduction forfaitaire pour les entreprises > = 20 salariés pour la rémunération des heures supplémentaires versée jusqu’à la fin de la période de décompte du temps de travail et au plus tard le 31 décembre 2012.

Exonération d’impôt sur le revenu

Application aux heures supplémentaires et complémentaires.

Suppression de l’exonération applicable pour les heures effectuées à compter du 1er août 2012.

Forfait social

Taux à 8 %.

Le taux du forfait social passe à 20 %. Toutefois, les employeurs de 10 salariés et plus resteront soumis au taux de 8 % sur leurs contributions patronales de prévoyance.

Indemnités de rupture

Seuil des indemnités de rupture = 30 plafonds annuels de Sécurité sociale.

La loi abaisse le seuil des indemnités de rupture du contrat et de cessation forcée du mandat au-delà duquel les cotisations sociales ainsi que la CSG/CRDS sont intégralement dues. Il passe à 10 plafonds annuels de Sécurité sociale, soit 363 720 € en 2012. Sont visées les indemnités versées depuis le 1er septembre 2012.

Taxation des stock-options et attributions gratuites d’actions

Contributions patronales = 14 %.

La loi augmente les contributions patronales qui passent à 30 % à compter du 11 juillet 2012.

Retraite Chapeau

Contribution patronale sur les primes = 12 % en cas de gestion externe et = 24 % en cas de gestion interne. Contribution patronale sur les rentes = 16 %.

La contribution patronale sur les primes passe à 24 % en cas de gestion externe et à 48 % en cas de gestion interne. La mesure est applicable à compter des exercices ouverts après le 31 décembre 2012. La contribution patronale sur les rentes passe à 32 % à compter du 1er janvier 2013.

Formation continue des non-salariés

Taux = 0,15 % du montant du plafond annuel de Sécurité sociale.

Le taux passe à 0,24 % du montant du plafond annuel de Sécurité sociale ; en cas d’exercice de l’activité avec un conjoint collaborateur, le taux passe à 0,34 %. La mesure s’applique dès le 18 août 2012.

décembre 2012 - janvier 2013

51

11


industrie

Promo-Services dans la course à l’intelligence locale Créé en janvier 2012, ce pôle d’expertise co-packing, partie intégrante de l’offre DHL Packaging Services pour l’Europe, développe activement des partenariats pour doper le dynamisme local.

É

largir l’activité de conditionnement à façon exercée à Briare depuis plus de 25 ans et remarketer l’offre pour tenir compte de l’évolution économique et stratégique du marché : voici l’objectif de Promo-Services. « Nous avons retravaillé notre positionnement, en allant notamment vers le co-manufacturing, la logistique de promotion, l’e-commerce et la distribution », précise Rémi Renault, directeur du site. « Nous sommes passés à une offre intégrée : logistique et conditionnement de promotion, distribution multi-canal ». Avec 70 collaborateurs évoluant sur 11 600 m2 (répartis sur 3 ateliers modulables en fonction des opérations), le site de Briare traite ainsi tous les produits – hors produits frais – destinés aux grandes et moyennes surfaces, aux réseaux spécialisés (coiffeurs, hôtels, restaurants…) ainsi qu’au commerce électronique. « Nous intervenons à différents niveaux : modification du produit, gestion des commandes… jusqu’au merchandi-

sing et la mise en rayon » poursuit Rémi Renault. Et pour assurer ces différentes missions, Promo-Services a joué la carte du partenariat : avec la société de PLV STI, et avec Williams Lea pour la partie achat print (packaging, communication…).

Innover en local « À travers cet esprit de partenariat, l’objectif est d’impulser un renouveau de « l’intelligence locale » : en déportant par exemple des équipes chez le client qui bénéficient ainsi de leur savoir-faire ». Une dynamique qui pour Rémi Renault relève d’un « esprit campus ». Promo-Services a aussi investi dans un outil informatique packmanager, déployé pour piloter des opérations de conditionnement et de logistique, « afin de nous interfacer avec tous les process des industriels. Ainsi nos clients peuvent contrôler en temps réel le suivi de leur production : de l’entrée en stock des produits jusqu’à la distribution du produit final sur toute la France ». Forte

Alstef décolle avec le BAGXpress® Codéveloppé par Aéroports de Paris et l’entreprise Alstef (Boigny/ Bionne), le BAGXpress® ouvre à la PME du Loiret des perspectives de développement prometteuses sur le marché de niche de la dépose bagage automatique. Réduire le temps d’attente, automatiser l’enregistrement des bagages… le travail de coingénierie a débouché « sur une machine esthétique, ultraperformante et sur un accord de licence confiant à Alstef l’industrialisation et la commercialisation de la machine » comme le précise Pierre Marol, son PDG. Une centaine de machines devraient être commercialisées d’ici les cinq prochaines années. www.alstef.com

Rémi Renault

de sa connaissance de secteurs aussi variés que l’hygiène-cosmétique, la parfumerie, la santé, la téléphonie, la promotion agro-alimentaire, l’outillage bricolage, l’édition ou bien encore le jouet, PromoServices entend tisser des partenariats de proximité avec différents industriels de la Région Centre. Des approches sont ainsi en cours avec des grands groupes et des PME. « Car trouver des synergies de proximité dans le département s’impose comme un axe essentiel à développer pour inciter davantage les entreprises à construire des collaborations qui peuvent les rendre collectivement plus fortes », conclut Rémi Renault. À bon entendeur… www.dhl.fr

12

51 décembre 2012 - janvier 2013


GIEN

PARC D’ACTIVITÉS DE LA BOSSERIE NORD

L’ESPACE POUR ENTREPRENDRE

Un site pour votre entreprise

SEMDO

Industriels, PME-PMI, Logisticiens... Surfaces des parcelles disponibles de 5000 m² à 12 ha Terrains disponibles immédiatement Prix attractifs

Benoit ROCHER 02 38 78 00 25 semdo@semdo.fr

design > www.enola-creation.fr

Renseignements et vente

ÉC ON OM IE & TE RRITOIRE S

Avant de décider, faites-vous une idée !

www.id.loiret.cci.fr Vous voulez identifier de nouvelles sources de business ? ID LOIRET est la réponse à vos besoins pour : PROSPECTER efficacement et gagner de nouveaux clients SUIVRE LES ACTUALITÉS de votre marché et ses tendances DÉTECTER LES MARCHÉS PUBLICS qui vous concernent Prêt à remporter de nouveaux marchés ? Flashez-moi pour découvrir notre offre !

décembre 2012 - janvier 2013

51

CCI LOIRET 13


Taxe d’apprentissage 2013

Comme Bruno, versez votre taxe d’apprentissage avant le 28 février 2013 Contactez le Service Taxe d’Apprentissage au 02 38 77 77 17

CCI LOIRET


commerce

À Vitry-aux-Loges, l’épicerie devient supérette Grâce au soutien de la commune, Tayeb Midouch a pu transférer sa petite épicerie, trop petite, dans l’ancienne quincaillerie du centre bourg. Triplant sa surface, il a également triplé ses références produits pour le plus grand bonheur des habitants.

«

On est passé de 80 m2 à 240 m2, de 1500 références à 3500, d’une armoire congélateur à trois. Sans oublier l’augmentation de la capacité du rayon frais avec plus d’armoires frigorifiques, l’élargissement des produits locaux, un nouveau rayon bio et épicerie fine, de grands étals extérieurs pour les fruits et légumes et un local pour les réserves qui manquait occasionnant des ruptures de stocks ». Entre sa petite épicerie et sa nouvelle supérette CocciMarket, c’est le jour et la nuit pour Tayeb Midouch, commerçant depuis cinq ans à Vitry-auxLoges. Mais le changement était devenu vital : « C’était trop petit et les gens me demandaient des produits que je n’avais pas – mercerie, beauté, bricolage, quincaillerie… – pour ne pas avoir à faire 10-20 km… Je voulais me développer tout en gardant le côté convivial de la petite épicerie et la fraîcheur des fruits et légu-

mes ». C’est chose faite, et il n’y a eu que la rue à traverser. Ouverte depuis le mois d’août dernier rue Jules Ferry, l’alimentation générale accueille les clients – les locaux et parisiens en résidence secondaire mais aussi des habitants des communes voisines – du lundi au dimanche matin de 8 h à 13 h et de 15 h à 20 h. « Et ça marche très bien ! Une opération réussie grâce au coup de pouce de la mairie », confie le gérant.

L’importance des commerces ruraux « La vie du centre bourg est très importante pour une petite commune de 2000 habitants comme la nôtre qui vit autour de ses commerces, ses écoles et ses associations, expose Jean-Claude Naizondard, maire de la commune. M. Midouch est quelqu’un de dynamique qui souhaitait se développer mais ses ambitions auraient été limitées par son espace. Aussi nous

La marque orléanaise King Dagobert fête son premier anniversaire La gamme de boxers « hauts en couleur et sans étiquette qui démange » a creusé son sillon depuis son lancement il y a un an : une palette de coloris étoffée (Albâtre et Zinzolins ont rejoint Lapis Lazuli, Indigo, Safran ou encore Sang de Dragon), un dispositif de parrainage accessible pour les commandes en ligne (avec des réductions à la clé pour les filleuls et les parrains), une distribution dans un point de vente physique (Le Nouveau Magasin à Orléans) et un Prix de l’Initiative locale décernée par le groupe Crédit Agricole à la créatrice de la marque, Valérie-Anne Delaidde. Et pour souffler sa première bougie avec ses clients, King Dagobert glissera dans ses paquets de fin d’année, dès quatre boxers achetés… un photophore. www.kingdagobert.com

avons tout mis en œuvre pour lui donner les meilleures conditions de travail ». Ainsi la commune a acheté l’ensemble immobilier (382 000 €) inoccupé depuis 2 ans. « Une partie des bâtiments a été vendue à M. Midouch et une autre mise en location, en attendant qu’il puisse racheter la totalité ». Pour financer l’acquisition et les travaux d’aménagement - et avec l’appui de la CCI dès le départ pour l’étude de la faisabilité du projet - la commune a sollicité des aides du Conseil général (38 500 €) et le Fonds d’intervention pour les services, l’artisanat et le commerce (66 000 € décision en attente). « Je ne voulais pas investir ailleurs, je suis bien ici, confie Tayeb Midouch. Des clients sont devenus des amis. Les autres sont ravis. Je propose toujours les livraisons à domicile, du conseil et, si besoin, trouve un produit non référencé : je suis là pour contenter ». Tayeb Midouch

décembre 2012 - janvier 2013

51

www.coccimarket.fr

15


services

XCPH : plus d’espace pour plus de rêve ! Précurseur de l’événementiel dans la région, l’agence de communication orléanaise vient d’intégrer de nouveaux locaux. De quoi répondre aux attentes de ses clients et faire naître de nouveaux concepts.

Un passeport pour l’emploi innovant

Xavier et Christelle Chartier

O

rganisation de séminaires à l’étranger, d’événements - professionnels ou privés - dans des endroits aussi remarquables (cloîtres médiévaux…) qu’insolites (aérodrome, ponton flottant, plage…). Transformation d’un parking en oasis géante, d’un zénith en château. Mais aussi réalisation de team buildings sous forme de frise géante ou encore de lipdubs… En 23 ans d’existence, XCPH aura signé pas moins de 2000 événements ! « Nous vendons du rêve réalisable », s’enthousiasme Christelle Chartier, directrice associée de l’agence. Un concept sur lequel XCPH (14 salariés permanents) a fondé son savoir-faire et sa notoriété depuis sa création en 1989 à Paris « avec le lancement de radio Nostalgie à Moscou !, lance Xavier Chartier, son fondateur et président actuel. L’événementiel : c’est de l’amusement avec une stratégie derrière qui assure un impact commercial immédiat. C’est aussi un outil de cohésion entre les personnels ». Précurseur en la matière sur l’Orléanais où elle s’installe en pleine première guerre du Golfe, l’agence séduit très vite les PME locales : « En dehors des 16

grands groupes qui ont leur siège sur Paris, personne, ici, ne savait ce qu’était l’événementiel ! Mais rapidement, les PME et les institutionnels ont capté l’intérêt de ce média ». Comme le groupe Deret, Burban Palettes, Dupont SA, Thélem, BRGM, RFF ou encore la Ville d’Orléans, aux côtés des grands comptes tels que Dior, Shiseido, ICT, Honda… pour lesquels XCPH imagine et produit des inaugurations, des conventions, des lancements de produits (voitures, parfums…), des stands, des journées portes ouvertes, et conçoit leur communication (plaquette, logo, publicité, sites Internet…).

2 M€ d’investissements Pour satisfaire ses clients, toujours en quête de nouvelles émotions et de performance, l’agence s’est offert dernièrement de nouveaux locaux à 100 m des anciens, toujours dans la ZAC des Montées à Orléans. « Un investissement de deux millions d’euros, déclare Christelle Chartier. Maintenant nous possédons 3 000 m2 d’espaces pour répondre aux besoins des clients : bureaux, salles de réunion, studios

Offrir une formation qualifiante à des demandeurs d’emploi de longue durée, facilités d’embauche à la clé : c’est l’ambition du « passeport pour l’emploi » élaboré par Cofely Ineo (Groupe GDF SUEZ) et l’Association nationale pour la formation professionnelle des adultes (AFPA) dans le cadre du chantier du nouvel hôpital d’Orléans. L’entreprise, qui y réalise une grande partie des installations électriques (180 000 m2), a ainsi déjà permis à neuf stagiaires de valider leur « habilitation électrique ». Au recrutement des candidats mené avec Pôle Emploi et Constructys* ont succédé huit mois de contrat de professionnalisation en alternance (Cofely Ineo/AFPA). Une opportunité pour l’entreprise de renforcer ses équipes pour faire face à la montée en puissance du chantier attendue dès janvier 2013, tout en dynamisant l’emploi du bassin orléanais. * organisme de financement pour la formation professionnelle des métiers du BTP http://www.cofelyineo-gdfsuez.com/

graphiques, ateliers de montage, zones de stockage pour le matériel, studios de tournage amovibles… ». Car si Christelle et Xavier Chartier sont un couple de défis, ils savent aussi s’entourer : « nous avons à nos côtés de vrais talents dans tous les secteurs (création, décoration, son et lumière…) et nous choisissons, lorsque c’est nécessaire, les meilleurs partenaires dans leur domaine », poursuit Christelle Chartier. Et dans cette volonté d’offrir aux clients un service de qualité, XCPH organise depuis 7 ans « Puissance 20 », une association de 20 chefs d’entreprise désireux d’échanger, de créer des synergies et d’unir leurs compétences. Une émulation qui, jusqu’ici, a toujours fait ses preuves. www.xcph.com

51 décembre 2012 - janvier 2013


développement durable

De la ferme à l’assiette Depuis septembre dernier, Terroirs du Centre livre sur l’agglomération d’Orléans des paniers de produits fermiers locaux. Des produits frais que sélectionne Bernold Poinas, grand amateur de goût et de qualité.

«

Avec la vie parisienne que je menais, je n’avais plus le temps d’aller au marché ni de rencontrer les producteurs. Je me disais alors ‘si seulement quelqu’un pouvait me livrer sur mon lieu de travail ? » Alors en poste chez Véolia où il travaille dans le recyclage des boues de stations d’épuration en agriculture, Bernold Poinas, ingénieur agronome de 27 ans spécialisé dans le développement local, mûrit son projet : finalement, c’est lui qui livrera les produits ! « J’ai toujours privilégié les circuits courts en essayant le plus possible de consommer du local, bio ou non, pour la qualité et le goût des produits et le côté responsable de la démarche ». Pour cela, il crée Terroirs du Centre avec l’aide technique notamment de la CCI et le soutien financier de Loiret Initiative et d’Oséo, avec comme particularité de proposer un panier complet pour se démarquer de l’offre existante : fruits et légumes de saison bien sûr mais aussi viande, poisson (pêché en Loire et élevage), produits laitiers, confit, escargot, foie gras, pâté, terrine et rillettes, huile et vinaigre, miel et confiture, jus de fruits, vin, bière… « Au total, une gamme de plus de 300 produits rigoureusement sélectionnés. Mais pas de pain car mes paniers sont livrés chez des fleuristes, cavistes et boulangers ! Une fois par semaine, je me déplace chez 22 producteurs dont 20 sont installés dans le Loiret. Et quand de nouveaux m’appellent, je vais les voir pour goûter leurs produits »

Olivet, Chécy, Ingré, Saint Jean-de-Braye, Saint Denis-en-Val et Saint Cyr-en-Val, explique Bernold Poinas. Les paniers sont ensuite livrés dans des cartons frigorifiques qui maintiennent le frais pendant 24 h ». Et pour aider les clients dans leurs choix, informations et fiches produits ont soigneusement été rédigées : compositions, conseils de préparation, bienfaits nutritifs et nom du producteur pour une plus grande traçabilité. Ainsi chaque semaine Bernold Poinas prépare entre 15 et 20 commandes pour un panier moyen de 38 € : « Un démarrage plutôt encourageant, grâce notamment au bouche à oreille. Tous les clients qui ont déjà commandé, ont recommandé plusieurs fois », affirme Bernold Poinas. Vous laisserez-vous tenter ? www.terroirsducentre.fr

Shiseido International France, engagée durablement Avec trois pivoines* décernées par la Cosmetic Valley pour chacun de ses deux sites du Loiret (Orléans Val de Loire et Gien), Shiseido International France (SIF) confirme son engagement exemplaire en faveur du développement durable, sur le plan de l’environnement et des relations sociétales. L’entreprise, qui détient l’exclusivité de la conception, du développement et de la production des produits de parfumerie du groupe japonais (5 milliards € de CA), est récompensée pour avoir mis en œuvre au moins 17 indicateurs (et 9 initiatives) sur un total de 34 indicateurs que compte la Charte « Pour une Cosmetic valley Ecoresponsable ». Une reconnaissance renouvelée du savoir-faire de l’entreprise dont 10 % de l’effectif (600 personnes) est dédié à son centre high-tech de R & D, et qui a généré, en 2012, près de 200 M€ de CA. *Sur une graduation de 1 à 4 selon l’importance des actions engagées.

Bernold Poinas

Livré en 48 h Côté consommateur, c’est en ligne que le marché se passe ! « Les commandes sont enregistrées jusqu’au lundi  19  h pour une livraison en camion frigorifique le jeudi et le vendredi, à domicile (commande minimum de 40 €), sur le lieu de travail (25 € minimum) et sur huit points relais de l’agglomération orléanaise (15 € minimum) : Orléans, Fleury-les-Aubrais, décembre 2012 - janvier 2013

51

17


création

Sanizeo passe les éviers en couleur Assortir son évier aux couleurs de ses meubles de cuisine ! C’est ce que propose cette nouvelle société, distributeur exclusif de l’unique fabricant européen d’éviers colorés à la carte.

V

ous faire aimer faire la vaisselle ! C’est le pari qu’ont pris Étienne Minger et José Marc Espinosa, cogérants de Sanizeo, société créée en novembre dernier et installée dans la pépinière d’entreprises de Saint Jean-dela-Ruelle. « L’image de la cuisine a changé : aujourd’hui c’est une pièce ouverte sur le salon, que l’on montre et où l’on vit. Avec ces éviers en couleurs, nous sommes dans la personnalisation : une tendance forte aujourd’hui ». Ainsi, assortir son évier avec ses meubles de cuisine et ses plans de travail – ou même sa douche avec sa salle de bains – est désormais possible et du plus grand chic ! Pour cela, les deux associés, tous deux issus du secteur sanitaire des univers cuisine et bain, ont choisi une marque de référence espagnole jusqu’ici non représentée en France : Poalgi, dont ils sont aujourd’hui le distributeur exclusif. « C’était une opportunité. Poalgi est le seul fabricant

européen d’éviers et de receveurs de douche en matériaux de synthèse à offrir du sur-mesure et du no limit en couleurs ». Un choix stratégique par rapport à un marché français important et dynamique, confient Étienne Minger et José Marc Espinosa : « Il y a un réel potentiel : l’aménagement de la cuisine – équipement et rééquipement – est un marché en perpétuelle évolution. De plus, le taux d’équipement en France est en retard par rapport à l’Espagne, l’Italie ou l’Allemagne : environ 57 % contre 80-90 % dans ces pays ».

L’inox, une valeur inoxydable De la couleur, oui, mais rien de tel aussi que le bon vieil inox qui a toujours ses adeptes ! Pour élargir leur marché, Étienne Minger et José Marc Espinosa ont ainsi en plus choisi de représenter une autre marque stratégique, italienne cette fois : Max Fire, fabricant de hottes en inox et verre et d’éviers inox

PFM Solutions, ou la gestion intelligente des palettes Maîtrise du coût de la palette pour les industriels, meilleure gestion pour le transporteur, solution partenariale pour sa récupération auprès de l’utilisateur final : la nouvelle offre de services collaborative Palet Facility Management (PFM) vise une réduction des coûts pour tous les acteurs de la chaîne logistique. La mise en place d’un réseau de collecte des palettes, doublé d’un outil sécurisé de suivi en ligne, sera opérationnelle courant février 2013. La structure compte près de 100 actionnaires – groupements de transporteurs, transporteurs collecteurs – dont Valorpal Systèmes (filiale de Burban Palettes), à l’initiative du projet. Contact : James Robineau Tél. : 06.89.47.81.77 j.robineau@pfm-solutions.fr

Étienne Minger et José Marc Espinosa

18

haut de gamme à travers sa marque Steel Time. « Deux familles, au style épuré et designé, où il y a encore peu de concurrence ». Quant aux lieux de vente de ces produits, Sanizeo vise les réseaux spécialisés, grossistes, grandes distributions, fabricants de meubles, mais aussi les centrales d’achat et les sites professionnels de vente en ligne pour, au final, toucher le particulier. Autant d’occasions pour redécouvrir l’évier, « sous un angle non plus technique mais décoratif cette fois », concluent les deux associés satisfaits d’avoir été accompagnés par la CCI via l’Espace Entreprendre : « nous souhaitions que notre projet soit suivi par des professionnels qui répondent à nos questions et recueillir un maximum d’informations préalables à la création de notre entreprise notamment sur les différentes possibilités de financement ». 51 décembre 2012 - janvier 2013


LES RENCONTRES

PERFORMANCE

,,

Les entreprises échangent pour progresser PROGRAMME 2013

CCI LOIRET

,,


Vous êtes

dirigeant, responsable fonctionnel (DRH, responsable production, HSE...), acteur de votre entreprise...

Vous souhaitez

enrichir vos connaissances, développer votre réseau professionnel, confronter vos pratiques à celles d'autres entreprises du territoire, bénéficier des retours d'expériences réussies d'autres professionnels...

Chiffres

CLÉS 2012

32

RENCONTRES DONT 4 EN ENTREPRISE

900

PARTICIPANTS

Les rencontres performance sont faites pour vous ! Les formats des rencontres sont adaptés aux thèmes traités : conférences d'experts et témoignages d'entreprises, rencontres d'échanges d'expériences, visites d'entreprises, ateliers pratiques... Le programme s'articule autour de 8 communautés thématiques, véritables leviers de performance pour votre entreprise !

Des rencontres

PLÉBISCITÉES PAR LES PARTICIPANTS*

oui à

Exploiterez-vous dans votre entreprise au moins une piste présentée lors de la rencontre ?

oui à

Chaque rencontre vous permet de : RENCONTRER des personnes qui ont des profils, problématiques, projets proches des vôtres

TROUVER

des solutions, des idées nouvelles

GAGNER

en compétences et en savoir-faire

APPLIQUER

rapidement en entreprise les bonnes pratiques

98 %

84 %

Avez-vous trouvé des réponses à vos questions ?

*

Résultats enquêtes satisfaction 2011 / 2012


CALENDRIER 2013

Les rencontres ont généralement lieu en début de matinée. Durée moyenne : de 2h30 à 3h30.

AMÉLIORATION CONTINUE 7 février 9 avril 25 juin 3 octobre Novembre

PERFORMANCE INDUSTRIELLE ‣ Impliquer vos salariés : présentation d'un mode de management des équipes "le TOP 5" ‣ Engager une démarche d’amélioration continue : les outils et les contacts pour être opérationnel ‣ Favoriser l’adaptation permanente de vos équipes et construire une démarche continue de progrès ‣ Mettre en oeuvre une démarche qualité : avantages et inconvénients à connaître avant de se lancer ‣ Bénéficier de l'expérience d'une entreprise sur sa démarche d'amélioration de sa performance

29 janvier 19 mars 4 avril 11 juin 19 novembre

ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE ‣ Faire des économies d’énergie dans votre entreprise ‣ Rencontrer la DREAL pour connaître les priorités de l’inspection en 2013 ‣ Découvrir la démarche RSE mise en place par LYOVEL. Visite du site d’Ormes ‣ Concilier développement durable et développement économique. Témoignage Groupe Deret ‣ Optimiser la gestion des déchets de votre entreprise

14 février 12 avril 28 mai 2 juillet 26 septembre 13 décembre

SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL ‣ Mettre en place une démarche de prévention des risques psychosociaux ‣ Identifier les conséquences pour l’employeur de la réforme de la médecine du travail ‣ Prévenir la pénibilité au travail : rédiger les fiches d'exposition, définir les seuils, les plans d'actions... ‣ Mettre en oeuvre une démarche d’ergonomie sur les postes de manutention manuelle - Partie 1 ‣ Mettre en oeuvre une démarche d’ergonomie sur les postes de manutention manuelle - Partie 2 ‣ Organiser la sécurité lors des travaux effectués par des entreprises extérieures

DÉVELOPPEMENT 7 mars Juin 28 novembre

INNOVATION ‣ Innover par les services à l’aide d’un outil simple : la méthode blueprint ‣ Réussir le lancement d'un produit ou d'un service innovant dans le contexte économique actuel ‣ Créer dans votre entreprise les conditions favorables à l’innovation. INTERNATIONAL ‣ 4 rencontres en entreprise

8 mars 22 mai 18 octobre

VEILLE ET RÉSEAUX SOCIAUX ‣ Maîtriser les outils Web gratuits pour faire votre veille ‣ Créer la page Facebook de votre entreprise pour améliorer votre visibilité sur le Web ‣ Créer votre compte Twitter et apprendre à l’utiliser dans votre cœur de métier

EFFICACITÉ MANAGÉRIALE ET SOCIALE 21 février 28 mars 16 mai 20 juin 27 septembre 26 mars 30 mai 1er septembre

MANAGEMENT ET RESSOURCES HUMAINES ‣ Fidéliser vos talents pour une meilleure compétitivité ‣ Découvrir l’holacratie : une technologie qui réinvente le management ‣ Utiliser le coaching comme mode de management ‣ Manager les jeunes générations - témoignage de GOOGLE ‣ Professionnaliser vos recrutements MOBILITÉ ET DÉPLACEMENTS ‣ Sécuriser les trajets professionnels et domicile-travail de vos salariés, quel que soit leur mode de transport ‣ Participer à « Bougeons Autrement » : les gagnants 2012 témoignent ‣ Motiver vos salariés à venir travailler autrement qu'en voiture solo : « Bougeons Autrement » 4e édition D'autres rencontres pourront être programmées en fonction de l'actualité, des attentes et des propositions des membres. La disponibilité des intervenants peut, à titre exceptionnel, nous amener à modifier les dates et les sujets.


, , ,

ILS TÉMOIGNENT « Les rencontres m'apportent toutes les dernières informations nécessaires à l'évolution de mon activité et à l'amélioration de ma performance. Elles sont concises, enrichissantes et répondent à mes interrogations d'industriel. Ces rencontres sont sources d'échanges fructueux avec les autres entreprises de la région. » Vincent NARBAUD BOWDEN SAS à Boynes

« Cela me permet de rencontrer d'autres entreprises, de découvrir des process industriels, des cultures d'entreprises, de créer des liens avec les participants et surtout d'échanger sur les bonnes pratiques. Je peux voir si notre entreprise est sur la bonne voie ou plutôt en avance sur certains sujets. Cela me donne aussi des pistes pour démarrer de nouvelles actions. » Christine WENCEK LYOVEL à Ormes

« Les rencontres me donnent la possibilité d'ouvrir mon champ de connaissances vers d'autres types d'entreprises (publiques ou privées). J'apprécie leur convivialité, l'ouverture d'esprit des participants, la transparence des intervenants et la valeur ajoutée des échanges. » Laurent MERCHIE ANTARTIC SAS à St-Martin d’Abbat

POUR PARTICIPER ADHÉSION ANNUELLE

250 € HT / entreprise

permet un accès illimité aux services pour l'ensemble des salariés :

Participation aux 34 rencontres

(dans la limite des places disponibles - sur inscription) L'accès aux rencontres Innovation et Mobilité & Déplacements est gratuit.

+

NOUVEAU !

GRATUIT

Accès web aux communautés thématiques sur le portail régional des réseaux d'entreprises animé par les CCI du Centre

avec : - un annuaire qualifié des membres - les comptes-rendus des rencontres - une boîte à outils partagée par les entreprises

En savoir plus, vous inscrire CONTACTEZ LA CCI DU LOIRET  lesrencontresperformance@loiret.cci.fr

02 38 77 77 77

www.lesrencontresperformance.fr

Partenaire :

une initiative

Chambre de commerce et d’industrie du Loiret - 23 place du Martroi - 45044 Orléans Cedex 1 SIRET : 184 500 015 00013 - APE : 9411Z - TVA : FR 15 184 500 015 www.loiret.cci.fr

CCI LOIRET


à table

Le meilleur du soleil levant Ouvert en 2000, le restaurant japonais Hikari permet de revisiter les classiques de la cuisine gastronomique japonaise en plein cœur du centre historique d’Orléans. Une adresse de référence pour les amateurs.

À

vos baguettes ! Accros aux sushis et autres incontournables de la cuisine japonaise, le Hikari (« lumière » en japonais) passe en revue les plus grands classiques de cette cuisine aujourd’hui très tendance. Des sashimi (tranches de poisson cru) aux emblématiques sushis (fines tranches de sole et barbu enveloppant une préparation de riz vinaigré), en passant par les tempura (beignets de gambas aux légumes), le sunomo (pince de crabe), mais aussi des tranches de bœuf avec légumes (poireaux, champignons) ou du tofu… Autant de plats que Koda Veopraseuth concocte tous les soirs, du mardi au samedi, pour des menus de 31 à 42 € servis à partir de 19 h 30. Pour ce chef d’origine laotienne, la cuisine est une vraie passion qui l’a pris à Paris. « J’achetais les poissons à Rungis tous les matins avant de les livrer à tous les restaurants japonais de Paris : cela m’a appris comment bien choisir le poisson. Puis j’ai travaillé dans un restaurant gastronomique japonais à Paris, dans le 16e », raconte Koda avec son chaleureux accent. En salle, c’est souvent son épouse Hiroko qui navigue entre les tables, toujours prête à vous proposer un thé vert, du saké ou encore une limonade japonaise (moins sucrée que la française). « Nous servons beaucoup de poisson, base même de la cuisine japonaise : saumon, thon rouge, bar, dorade royale, anguille japonaise, crevette, poulpe frais. Tous sont accompagnés d’une sauce au soja ».

Une cuisine légère Mais quand il fait bien froid, la viande fait son retour, avec le sukiyaki par exemple : « C’est la fondue japonaise ! Un récipient en fonte au milieu de la table contient une sauce warishita, dans laquelle on fait cuire des fines tranches d’entrecôte avant de les tremper dans un œuf. Le tout servi avec un bol de riz blanc ». Ou encore une variante avec le shabu-shabu (bœuf en tranches avec une sauce ponzu – vinaigrette japonaise – et au sésame). Ou aussi, décembre 2012 - janvier 2013

51

Hiroko et Koda Veopraseuth

pourquoi pas, une soupe miso (pâte de soja fermentée avec de la ciboulette, des morceaux de tofu et de l’algue wakame). Quant aux amateurs de douceurs sucrées, ils seront peut-être déçus car les desserts ne rentrent pas dans la culture culinaire japonaise. On pourra toutefois savourer, outre des fruits frais, une glace au thé vert avec un coulis de haricot rouge sucré, ou

encore une pâte sucrée de haricot rouge avec un thé vert. Côte diététique, pas d’inquiétude pour celles et ceux qui surveillent leur ligne : « la cuisine japonaise est une cuisine légère, sans beurre, sans huile et sans graisse animale ». À déguster donc sans modération. Hikari - 28 rue de la Poterne - Orléans Tél. 02 38 62 28 00

Tourisme : une alternative à l’hôtel Premier établissement du Loiret labellisé « City break » par les Gîtes de France, homologué « Accueil vélo » par le Comité régional du tourisme de la région Centre Val de Loire, Le Jardin caché réunit gîte et chambre d’hôte en plein cœur d’Orléans. Le lieu - un ancien pavillon de chasse avec jardin – est stratégiquement situé à 100 mètres des bords de Loire, du chemin de Compostelle et du circuit de La Loire à Vélo. Géré par Françoise Moulin, il accueille (outre les touristes) une clientèle professionnelle : chefs d’entreprises, personnes en formation, en mutation professionnelle, ou encore commerciaux y sont les bienvenus. Avec, au choix, possibilité de cuisiner sur place ou d’opter pour un plateau-repas fait maison (version diététique prévue pour les personnes attentives à leur ligne). www.lejardincache.fr

23


dossier

SUCCESS STORIES

Que sont devenues leurs entreprises ? Pour terminer 2012 avec optimisme et ouvrir 2013 avec enthousiasme, Loiret Eco est retourné à la rencontre de dirigeant(e) s déjà interviewé(e) s dans ses colonnes. L’idée ? Vous donner quelques nouvelles du front entrepreneurial dans le Loiret. Ont-ils mené à bien leurs objectifs, revu leurs ambitions à la baisse ? Qu’ont-ils fait de leurs chevaux de bataille ? Comment ont-ils insufflé un nouvel élan à leur entreprise dans un contexte encore instable ? Tour d’horizon non exhaustif, avec une pensée particulière pour ceux qui, entre-temps, ont dû - et pour de multiples raisons - déposer les armes.

24

51 décembre 2012 - janvier 2013


© Eric Mangeat

SENSORIELLEMENT INNOVANTE

Tradeson (Orléans), Béatrice Odunlami

S

SAVOIR-FAIRE ANCESTRAL

Tuilerie de la Bretèche (Ligny-Le-Ribault), Aymeric De Baudus

Q

uand nous avions rencontré Aymeric de Baudus en mai 2007, son entreprise venait tout juste de recevoir le label «  Entreprise du patrimoine vivant ». Une reconnaissance (renouvelée depuis) du savoir faire de la Tuilerie créée en 1890 par son arrière-grandpère, et spécialisée dans la fabrication de briques, carrelages et produits surmesure. Défendre le sur-mesure, c’était alors le cheval de bataille du dirigeant. Farouche opposant à l’application de la norme NFEN14-411, il refusait l’application de critères de fabrication

visant à produire des carreaux identiques. « L’irrégularité, c’est ce qui fait la beauté des carreaux ! » martèle-t-il encore aujourd’hui. Si l’Association qu’il avait créée à cet effet n’a pas pesé dans le débat comme il le souhaitait, le chef d’entreprise n’en démord pas. Les carreaux si particuliers de la Tuilerie de la Bretèche ont d’ailleurs embelli, dernièrement, l’intégralité du Château de Chinon, les chambres de Léonard et de Marguerite au Clos Lucé mais aussi les Bains dunkerquois. www.tuilerie-de-la-breteche.fr/

on agence de communication et de marketing créée en 2010, Béatrice Odunlami entendait innover en développant le concept d’univers musicaux personnalisés pour les boutiques et points de vente. L’agence orléanaise vient de co-signer - aux côtés de cinq autres entreprises* de la région - la création d’une nouvelle génération de cabines d’essayage, baptisée Chrisalis®. Étape du parcours-client souvent sous-évaluée, l’essayage devient ainsi « une expérience positive et riche de sens », où tout a été pensé pour reconstituer un environnement familier, propice à l’acte d’achat. Tradeson a réalisé la mise en ambiance musicale et sonore du projet, dont le prototype vient d’être accueilli chaleureusement au salon Equipmag. « Nos concepteurs sonores ont composé des créations musicales sur-mesure, après un travail de réflexion et de synthèse autour de l’immersion du consommateur dans la cabine » explique Béatrice Odunlami. Ambiances plage, forêt, ville ou encore club, seront, lors d’une étape finale, évaluées auprès d’un panel de testeurs.

*APIA, MERIM, STANDIS, NEOLUX, SHOP EXPERT VALLEY www.tradeson.fr

CONVIVIAUX ARTS DE LA TABLE

École de la table, Act (Orléans), Flavien Bourgeois

F

in 2007, Flavien Bourgeois, à l’initiative de la création de l’École de la table, rappelait qu’elle était née d’une double

décembre 2012 - janvier 2013

51

envie : celle des professionnels locaux du secteur de partager leur savoir-faire et l’attente, très forte, du grand public, visà-vis des arts de la table. À la tête de l’entreprise ACT, spécialisée dans l’animation autour des arts de la table et de la cuisine, Flavien Bourgeois fourmillait d’idées pour faire vivre son concept : conférences, animations, démonstrations, autour de thématiques-clés (œnologie, arts de la table, cours de cuisine, métiers de bouche, thés et cafés…). Cinq ans après, avec plus de 30 intervenants professionnels,

1 800 ateliers, 4 000 clients, le challenge est relevé haut-la-main. Très prisés également, les ateliers cuisine et œnologie organisés pour les entreprises (de 5 à 150 personnes), ou encore les concours intra-entreprises, dans le Loiret et la région Centre. L’École de la Table a par ailleurs associé son nom à plusieurs événements nationaux : le Grand Prix des Arts de la table (2 000 tables dressées) et Les Toqués (dont la 1re édition a rassemblé plus de cent étudiants). www.ecoledelatable.fr

25


dossier

UN AIR DE RÉVOLUTION

Techlody (Saint-Hilaire-LèsAndresis), Frédéric Baron

J

ouer de la guitare électrique comme un pro, mais sans guitare électrique : le petit appareil intelligent entièrement conçu dans le Loiret vient d’être lancé par l’entreprise Techlody. 18 fonds musicaux stockés et huit touches permettent à l’utilisateur (quelque soit son âge et son niveau musical) pour composer des solos dignes de grands guitaristes. S’il suffit de quelques minutes pour prendre en main l’appareil, baptisé LodyOne, il aura fallu plusieurs années à Techlody (soutenue par Oséo Centre), spécialisée dans l’intelligence artificielle appliquée à la musique, pour le mettre au point. Déjà mise en avant dans ces colonnes en mars 2008, l’entreprise s’était notamment illustrée avec l’invention de son générateur de compositions musicales automatiques, originales et libres de droit, fonctionnant uniquement à partir d’algorithmes. www.lodyone.com www.techlody.com

ESPRIT VERSAILLES

Taillardat (Saint-Cyr-En-Val), Micheline Taillardat

R

éférence dans l’univers du meuble d’art, dotée d’un savoir-faire de qualité hérité de la tradition française, l’entreprise Taillardat excelle dans la fabrication de meubles et de sièges essentiellement du xviiie siècle. Pour accompagner l’essor de la société (67 % du CA 2011 à l’export et un nombre de salariés passé de 7 à 23 en quelques années), la dirigeante a choisi d’investir des locaux plus spacieux au premier semestre 2012. 1 800 m2 fonctionnels et respectueux de l’environnement se

déroulent au sein d’un bâtiment contemporain de métal et de bois imaginé par l’architecte Bernard-Henri Monnier et le designer Yves Legendre. Environ 1 000 pièces y sont produites chaque année, selon les méthodes de fabrication de l’époque. Déclinées en petite série ou en pièce unique sur commande spéciale, les créations de la maison Taillardat s’intègrent aussi bien dans l’univers cinématographique de Sofia Coppola*, qu’à Matignon ou à l’Hôtel Shangri-La. *Marie-Antoinette

TOURISME HAUT-DE-GAMME

Château de Champvallins (Sandillon), Jacqueline Letang

L

a somptueuse bâtisse du xviiie siècle (1 000 m2 au sol sur deux étages, un parc arboré de 10 hectares) avait retrouvé vie en juin 2008 sous la direction experte - et passionnée - de Jacqueline Letang. Trois chambres d’hôtes sont depuis venues étoffer les cinq que comptait le château à l’ouverture, à des tarifs oscillant entre 130 et 170 € la nuit. Touristes du monde entier (mexicains, américains, australiens…) viennent y passer trois nuitées en moyenne. Une clientèle haut-de-gamme que Jacqueline Letang continue à « dorloter » avec 26

un service exigeant, une cuisine maison (potager sur place), et de nombreux produits du château (confiture aux fruits du verger…). Habitué à accueillir des événements d’envergure (des mariages, jusqu’à 700 personnes), le Château de Champvallins propose également une offre à destination des entreprises. La dirigeante, qui voudrait intensifier son activité vers ce public en 2013, souligne la grande capacité de ses salles de séminaires (10 à 120 personnes) et du parking (400 voitures). www.chateaudechampvallins.com

51 décembre 2012 - janvier 2013


© Vincent Flouret

TRAITEUR À 100 À L’HEURE

Délicat & Scène (Saint-Jean-Le-Blanc), Stéphane Mignon

C

omment maîtriser une croissance qu’il n’avait pas prévue si rapide ? C’est face à ce dilemme que nous avions quitté Stéphane Mignon en juin dernier. Aidé dans sa réflexion par la Cellule accompagnement entreprises de la CCI du Loiret, le dynamique chef d’entreprise, à la recherche permanente d’innovation, avait réussi le pari de dépoussiérer l’image du traiteur traditionnel grâce à une offre modernisée et une communication en cohérence, très punchy. Parmi ses vœux : pouvoir se dégager de la production pour se

« consacrer davantage à la gestion, à la prospection, à la valorisation de son activité ». Stéphane mignon n’est pas loin du but, avec le recrutement prochain d’un commercial. Il aspirait aussi à prendre plus de temps pour scruter les tendances, comme le font les grands du secteur. «  Je continue à me tenir informé, je vais dans les boutiques de luxe parisiennes, je décortique, j’analyse les goûts et les couleurs. Mais pas pour copier, met-il en garde, pour capter ce qui se fait, et transformer à ma façon ». Cuisiné à son tour sur les prochaines tendances, il consent à nous en livrer quelques-unes : exit les verrines, grand retour du produit vrai, authentique. « Pas trop mixé ni trop haché, moins transformé ». www.delicatetscene.fr

décembre 2012 - janvier 2013

51

L’USINE PHARE

Otis France (Gien), Geneviève Dauvergne

L

e site d’Otis France à Gien nous avait ouvert ses portes à l’occasion de ses 50 ans, célébrés en juin 2011. Une belle opportunité de mettre sous les projecteurs la pépite française du leader américain, dirigée depuis 2009 par Geneviève Dauvergne. Centre d’expertise mondial des portes d’ascenseur depuis 1997, site pilote puis producteur exclusif d’une nouvelle génération d’ascenseurs baptisée « GeN2TM », Otis Gien rayonne dans le monde entier (10 000 appareils fabriqués en moyenne chaque année dont 70 % à l’export vers 30 pays). Ce

sont justement 108 de ces ascenseurs innovants, équipés du nouveau système d’entraînement dit « régénératif ReGenTM Drive », que le leader mondial installera dans le prochain « Pentagone français ». En remportant ce contrat du grand chantier de regroupement du Ministère de la défense, dans le quartier Balard du XVe arrondissement de Paris, la filiale de Otis Elevator Company et de United technlogies Corp. signe également un contrat de maintenance de ses appareils pour les 27 prochaines années. www.otis.com/site/fr/

27


dossier

SUR LES RAILS DE LA CROISSANCE

Orrion Chemicals Orgaform (Semoy), Christian Siest

N

ous l’avions rencontré en juin 2007 alors qu’il évoquait la politique de gestion de l’environnement du groupe Rohm and Haas, spécialisé dans la production d’adhésifs spéciaux pour l’automobile (site classé Seveso seuil bas). Puis nous l’avions suivi alors qu’il s’était fait accompagner par la CCI du Loiret lors du rachat de l’entreprise par Orrion Chemical. L’opération - que Christian Siest avait initiée - évitait alors la fermeture du site de Semoy, et lui ouvrait les portes d’une

CALME, LUXE ET VOLUPTÉ

Le Lièvre Gourmand (Orléans), William Page

«

Nous sommes comme toutes les entreprises, nous voulons de la stabilité, savoir où l’on va ! ». Malgré son délicieux accent - William Page est d’origine australienne - le chef autodidacte et étoilé reste très ferme sur la question de la TVA depuis son interview en juin 2010. S’il rageait à l’époque du quiproquo entretenu autour de la baisse de la TVA, injustement assimilée à un cadeau fiscal (« On était le seul secteur où on achetait à 5,5 % pour être taxé à 19,6 % ensuite »), ses convictions n’ont pas varié d’un iota. Sa crainte pour 2014 ? Voir le législateur brandir le spectre de l’Europe pour finalement ne pas appliquer la TVA promise à 10 %. Tout aussi constant dans sa philosophie, le chef (qui s’efface volontiers pour mettre en avant son équipe) veut avant tout fournir à ses clients « un cadre, un lieu pour se détendre, où ils viennent pour le plaisir ». Un plaisir extrême qu’on ne peut retrouver, forcément, qu’en y revenant.

nouvelle aventure entrepreneuriale à la tête de la filiale Orrion Chemicals Orgaform. Le bilan qu’il dresse deux ans après ? « On reste dans des perspectives de croissance même si le ralentissement est perceptible » analyse-t-il. Après avoir investi deux millions d’euros en matériel et achat de business « pour pérenniser l’entreprise », le dirigeant reste sur un objectif de 20 M€ de CA à l’horizon 2017 (10 M€ en 2012). L’actualité toute proche, c’est le transfert du siège social du

groupe, des SI et du département conseil en développement durable, sur le site de Semoy. Ce qui portera le total des effectifs à 40 fin décembre. www.oc-orgaform.com

MARCHÉ DE NICHE

Guinault (Saint-Cyr-En-Val), Lionel Clermont

E

n avril 2009, l’entreprise de Saint-Cyren-Val spécialisée dans le matériel d’assistance aéroportuaire civile et militaire, et qui exportait déjà dans le monde entier, s’apprêtait à partir à l’assaut du marché américain. Deux ans plus tard, c’était un projet d’innovation financé par Oséo* qui concentrait une grande partie de l’activité R & D de l’entreprise. À l’arrivée, un convertisseur de fréquence (l’un des matériels conçu et fabriqué par Guinault, qui fournit aux avions stationnés de l’énergie électrique) que l’entreprise commence à livrer. «  Le produit plaît énormément » se réjouit Lionel Clermont, tout en regrettant qu’il rencontre pour l’instant davantage l’adhésion des mar-

chés étrangers que français. « On nous fait confiance en Belgique, en Finlande ou encore en Nouvelle-Zélande, alors qu’en France, on se heurte à des appels d’offres contraignants, qui laissent peu de chances à de nouveaux acteurs, tant en raison d’un conservatisme que de connivences naturellement installées » déplore le dirigeant. Sur la croissance de l’entreprise, qui se compte à deux chiffres depuis plusieurs années, le chef d’entreprise préfère rester discret. « L’économie dans son ensemble est incertaine, il faut rester très prudent ». *320 000 € sous forme de prêt à taux zéro remboursable pour un coût total de 775 000 €. www.guinault.com

www.lelievregourmand.com

28

51 décembre 2012 - janvier 2013


ENTREPRENEUR DANS L’ÂME

La Chancellerie (Orléans), Xavier Ferreira

A

près une première partie de carrière dans les brasseries haut-degamme, Xavier Ferreira ouvrait en 2008 La Taverne de Maître Kanter à Montargis, avec sa compagne Cristina. Huit mois de gros travaux, investissements conséquents à la clé, et 200 couverts servis 7j/7 n’auront entamé ni son énergie ni sa volonté de se lancer d’autres défis. Une fois la reprise de La Taverne

assurée, c’est donc avec « la volonté de continuer à se développer » qu’il jette son dévolu sur la mythique Chancellerie à Orléans en septembre 2011. Gros travaux de rénovation à nouveau, lourds investissements encore (près de 1,9 M€ avec l’achat)… Xavier Ferreira porte le CA annuel de 900 000 € à 1,6 M€ (2 M€ visés à 5 ans) tout en créant 15 emplois en l’espace de quelques mois. L’idée, c’est de continuer sur sa lancée, et acquérir deux ou trois établissements. « Quand on a une seule affaire, c’est plus difficile d’allouer le budget nécessaire pour la structurer correctement, sur les plans administratifs ou encore des méthodes de travail » explique-t-il. Son actualité immédiate ? Faire face à la baisse de fréquentation induite par les travaux sur la Place du Martroi. « Ils sont nécessaires à l’embellissement de la place, concèdet-il, reste à voir comment nous allons traverser cette période ».

AGITATEUR DE TERRITOIRES

Pole Sud Paris (Fontainebleau), Denis Oulés

S

timuler la création d’emplois industriels à valeur ajoutée dans le Grand Gâtinais* : telle était, en substance, la vocation de l’association Pôle Sud présidée par Denis Oulés, interviewé en septembre 2008 dans le cadre du dossier « Synergies avec l’Ile-de-France : un enjeu vital pour le Loiret ? ». Plus que jamais sur le pont pour développer le potentiel de ce territoire (300 000 emplois, un million d’habitants, des fleurons de l’industrie, de la recherche et de l’enseignement supérieur, comme l’INSEAD), multiplier les coopérations et générer du business, Denis Oulés plaide en faveur de la mise en place d’un dispositif d’incubation-maturation de projets à fort potentiel, appuyé par les Business Angels, financé par les EPCI et les conseils régionaux concernés. Ce dispositif serait l’amorce d’une agence économique, décisive à ses yeux pour porter le projet de ce « territoire homogène ». Quant aux Synapses (conférences/ débats sur ces thématiques, ouvertes à décembre 2012 - janvier 2013

51

tous) elles continuent de faire phosphorer une bonne centaine de participants à chaque fois (trois rencontres par an). La 21e rencontre aura lieu le 19 mars prochain, à Malhesherbes. *Un losange délimité en 2008 par les villes de Melun, Sens, Montargis et Etampes, intégrant aujourd’hui, Nord Loiret compris, le Sud Seine-et-Marne, l’Essonne et le Nord Yonne. www.polesudparis.fr

NATURELLEMENT EMBALLÉE

Autem (Orléans), Charlotte Palisson

L

e credo de Charlotte Palisson depuis la création de son entreprise en 2006 ? Les éco-matériaux ! « Un marché de niche qui ne demande qu’à se développer » déclarait la gérante d’Autem dans son interview en septembre 2008. En quatre ans, le nombre de bioplastiques bio-sourcés (issus de la biomasse) et/ou biodégradables n’a en effet cessé de s’étoffer. Le catalogue d’Autem en recense aujourd’hui une dizaine, dont les grandes marques peuvent s’inspirer pour des packagings écologiques et la plasturgie comme matière première pour la fabrication de produits finis. D’une mission au Japon sur les biopolymères au titre des pôles de compétitivité aux essais industriels réalisés à Barcelone, la dirigeante reste à l’affût de toutes les opportunités, y compris à l’international. 2012 est un bon cru. « J’ai pu faire bénéficier de nombreux clients de la PTR* » se réjouit-elle. À venir prochainement : la sortie d’un matériau de type plexiglas 100 % bio-sourcé, non biodégradable, destiné à la fabrication de plaques pour la chaudronnerie, suivi d’un autre, « naturellement anti-bactérien ». * Prestation technologique réseau destinée aux PME (prioritairement de moins de 50 personnes) qui souhaitent initier une démarche d’innovation impliquant un partenariat technologique. www.autem.fr

29


dossier

TAILLÉE POUR LE LUXE

France Luxury Shirt (Villemandeur), Jacques Martin-Lalande

G

GONFLÉ À BLOC

O2 Fitness (Amilly), Philippe Melesi

D

émarrage en trombe dès l’ouverture de la salle de remise en forme O2Fitness à Amilly en août 2010 : le prévisionnel annuel est réalisé en un mois ! Fort du succès de son concept de « hautde-gamme à petit prix », Philippe Melesi programmait alors de nombreux projets pour 2011 : embauche de personnel supplémentaire, agrandissement du parking, aménagement d’un espace de 80  m2 accueillant un cours de vélo dynamique (RPM), bar et restauration diététique. Non seulement le dirigeant a tenu tous ses

engagements - 2 personnes embauchées, 30 places de parking supplémentaires, 20 vélos pour des cours collectifs… - mais il est passé à la vitesse supérieure. « J’ai racheté mon principal concurrent à Montargis en août 2010 » annonce-t-il. Baptisée O2Wellness, la salle fonctionne sur le même concept, avec une piscine en plus. Également ouverte aux abonnés d’Amilly (et vice versa), la nouvelle enseigne a définitivement résolu le problème de place de Philippe Melesi. À moins que ? www.o2-fitness.fr

érant depuis 2006 de France Luxury Shirt (FLS), spécialisée dans la confection en sous-traitance pour des marques de luxe françaises, JacquesMartin Lalande confirme qu’à ce jour, son entreprise « continue à bien se porter ». Interviewé en novembre 2009, le chef d’entreprise venait d’investir 100 000 € dans des machines spéciales, et le double pour la formation de ses 42 salariés. Un effectif total qui s’élève aujourd’hui à 48, et qui n’excédera pas 50 à court terme, selon la volonté du dirigeant « de ne pas induire des coûts supplémentaires ». Toujours dans une démarche d’amélioration continue, il poursuit ses investissements humain et matériel. Côté formation, six salariés préparent un certificat de qualification professionnelle (CQP) « Coupe ». Côté machine, FLS vient de s’équiper d’une nouvelle table à aiguilles dédiée à la coupe des rayures et des carreaux. « De quoi gagner en rapidité » résume Jacques Martin-Lalande.

LE STATUT QUI MONTE

Urscope (Fleury-Les-Aubrais), Daniel Francisco

C

’était l’une des priorités affichées par l’Union régionale Centre des SCOP, soutenue par le Conseil régional : rendre le statut de Société coopérative et participative plus accessible. Le travail de sensibilisation, d’accompagnement, et de maillage territorial mené sous la houlette de son responsable, Daniel Francisco, porte ses fruits : une soixantaine de SCOP sont aujourd’hui dénombrées dans la région (contre 45 en juin 2011*), avec une nette évolution vers des projets de plus grande envergure, concernant des effectifs de plus de 10 à 50 salariés. Rappelons que la SCOP, si elle reste 30

une entreprise commerciale assise sur un statut SARL ou SA, mais au capital variable, a la particularité d’appartenir à ses salariés, à hauteur de 49 % (selon le principe « une personne est égale à une voix », quel que soit le montant de l’apport de capital). Un statut toujours plus prisé demain ? « On espère profiter des programmes nationaux qui visent à modifier la loi de 1978 et rendre la transmission plus facile au niveau des SCOP » confie le responsable régional. *Progression plus lente dans le Loiret, avec 12 SCOP en juin 2011 et 14 à ce jour. www.les-scop-idf.coop

51 décembre 2012 - janvier 2013


DONNER DU SENS

Vr2m (Semoy), Annie Slupecki interne, et réalisé avec des sous-traitants de la région principalement ». Actuellement, l’entreprise travaille sur un autre dispositif destiné à la procréation médicalement assistée. Objectif : prendre de nouvelles parts de marché grâce à ces innovations et à leurs multiples déclinaisons possibles, y compris à l’export où vr2m structure progressivement sa démarche (Brésil, Afrique). En 2012 aussi, l’entreprise a recruté à deux reprises : un technicien méthode et un commercial. Une dynamique que la présidente dit impossible sans le soutien de ses partenaires (Oséo, le Conseil général du Loiret, et les banques) : « ils me suivent, on donne du sens à ce qui a été fait jusqu’alors ». www.vr2m.com

DÉVELOPPEZ VOTRE ENTREPRISE EN ÉTANT ACCOMPAGNÉ À CHAQUE ÉTAPE ON PEUT CONNAÎTRE SON ENTREPRISE SANS TOUT CONNAÎTRE. Diriger une entreprise, c’est porter un projet dans son ensemble. Projets d’investissements, cycle d’exploitation, gestion de trésorerie, action à l’international, organisation des fonds propres, motivation des salariés ou valorisation du patrimoine privé sont autant de sujets sur lesquels nous pouvons vous accompagner à la Banque Populaire. Prenez contact avec nos conseillers. Ils sont à votre disposition pour vous accompagner à chaque étape de développement de votre entreprise.

Agence Loiret Entreprises

 09 84 98 93 80 (appel non surtaxé, coût selon opérateur)

2012_03 ENT_LOIRET ECO_175 x 120.indd 1

décembre 2012 - janvier 2013

51

– © SERIAL CUT

’est après un conséquent travail d’analyse réalisé en amont qu’Annie Slupecki avait choisi de reprendre les rênes de vr2m en 2010. Une entreprise spécialisée dans la fabrication de systèmes fluidiques d’automates de laboratoire, dont la présidente avait capté le potentiel. Interviewée en octobre 2011 dans ces colonnes, Annie Slupecki investissait en équipements R & D pour proposer de nouveaux systèmes médicaux anti-microbiens. En 2012, les efforts de l’entreprise portent leurs fruits : vr2m commercialise un dispositif médical sans produit chimique dans le domaine de la désinfection et de la stérilisation, destiné aux marchés hospitaliers et aux professions libérales du secteur. « C’est un produit 100 % made in France, souligne-t-elle, conçu et développé en

Banque Populaire Val de France - SA coopérative de Banque Populaire à capital variable, 9 av. Newton Montigny-le-Bretonneux (78), RCS Versailles 549 800 373 –

C

11/07/2012 09:28:28

31


- Photographie : Gaston BERGERET - Photographie : Gaston BERGERET Création Création : :

Faites votre don en ligne sur www.restosducoeur.org/dons ou envoyez votre chèque sous enveloppe Faites don enà ligne sur www.restosducoeur.org/dons ou n° envoyez chèque sous enveloppe nonvotre affranchie : Les Restaurants du Coeur, Libre réponse 83077,votre 92889 Nanterre Cedex 9 non affranchie à : Les Restaurants du Coeur, Libre réponse n° 83077, 92889 Nanterre Cedex 9 1/2_largeur.indd 1

14/11/12 16:01

1/2_largeur.indd 1

14/11/12 16:01

Merci

à tous nos annonceurs Pour valoriser votre savoir-faire, vos produits auprès des entreprises du Loiret, des collectivités et de la presse locale, vous avez choisi de communiquer au sein de Loiret Eco. Avec vous, le magazine a pu maintenir la diversité des secteurs d’activité couverts et la variété de la palette publicitaire. Merci à tous et RDV dès maintenant pour les 6 numéros de 2013. La grille tarifaire 2013 est disponible auprès de sylvia.fromenteaud@loiret.cci.fr - Tél. 02 38 77 77 22 Toute l’équipe du magazine vous souhaite une nouvelle année pleine de réussite et de créativité.

32

Trophées de l’entreprise PLEINS FEUX SUR LE MILLÉSIME 2012 13 INDUSTRIE Panibois, la griffe des artisans haut de gamme

ha de g haut h gamme amme e des artisans d lla a griff griff e Panibois, 13 INDUSTRIE 13

14 E-COMMERCE Importateur de saveurs primé

17 INTERNATIONAL Oakridge : atomes sans frontières

pri primé pr prim p rimé rrim imé im mé de e save saveu ssa sav avve ave eurs rs Impor Importat Importa IImp mport mportat mpo m mporta port p rt rrta ta ta eurr 14 1 4 E-CCOM CO O OM MMERC M MERCE E E

frontièr tiè iè es iè es atomes atomes at me m e sans ans a Oakridge rridg ridg dg : 17 INTERNATIONA NTERNATIONA ERNATIONA RNATIONA NATIONA TIIO IO ONA NA L NA NAL

CCI LOIRET

CCI LO CC CCI LOI LOIR OIR O I ET T

LE MILLÉ LE IL LLÉ LÉSI SIME ME 2012 012 01 PLEI PL PLEI EIN EINS NS S FE EU UX S SU UR Trop Trop Tr ophé hée ess de l’en ’en entr trep epri rise

51 décembre 2012 - janvier 2013


passés composés

Un atelier du Père Noël à Briare La chronique d’Anne-Marie Royer-Pantin

En ces périodes de fêtes où l’on échange vœux et cadeaux, voici une petite chronique en forme d’étrennes : elle raconte une histoire épatante de joujoux par milliers et d’entrepreneurs un peu magiciens, qui ont su conserver leur âme d’enfant tout en faisant preuve d’un remarquable esprit d’entreprise, pour enchanter les Noëls des enfants de France entre 1900 et 1967.

I

l était une fois… un modeste fabricant de jouets de quatre sous installé dans le 3e arrondissement de Paris en 1878 : Albert Migault, c’était son nom, était curieux de toutes les innovations ; et, s’inspirant des jouets automates animés en tôle que venaient d’imaginer Charles Rossignol et Fernand Martin, il se lançait, en 1900, dans la fabrication de jouets mécaniques, en particulier autour du thème du cirque. Ce fut un premier joli succès, auquel malheureusement la guerre de 14-18 mit fin. En 1919, son fils Albert reprend l’entreprise familiale et va en relancer brillamment les activités. Passionné par les débuts de l’automobile, il a l’idée géniale d’aller proposer à André Citroën de fabriquer des répliques miniatures des voitures de sa célèbre marque. Le grand patron du quai de Javel y voit une formidable opportunité pour assurer, de manière originale, la promotion de ses automobiles : l’affaire est menée tambour battant et voilà Albert Migault muni d’un contrat d’exclusivité pour fabriquer les « jouets Citroën », qui seront vendus dans les concessions et offerts à tous les clients. C’est le début d’une belle aventure qui va s’implanter dans le Loiret. En effet, pour lancer cette nouvelle production et répondre à un afflux de commandes dépassant toutes ses espérances, Albert Migault fait appel à son cousin de Briare, Marcel Gourdet, remarquable technicien qui dirige une entreprise de chaudronnerie créée par son grand-père, route d’Ousson à Briare. La SA Migault s’installe dès 1925 dans l’usine de Briare, dont les ateliers vont tourner à plein pour

Anne-Marie Royer-Pantin Ancienne élève de l’École normale supérieure, médaille d’or de l’Académie d’Agriculture de France pour son œuvre littéraire et son action culturelle en faveur du patrimoine, Anne-Marie Royer-Pantin est écrivain, auteur d’essais, d’ouvrages d’histoire et de nombreux travaux sur le patrimoine local et régional. Sa chronique « Passés composés » propose un éclairage différent du présent et du devenir économiques de notre département, à la lumière d’un passé riche d’expériences originales et fructueuses, de belles aventures et de réussites exemplaires.

décembre 2012 - janvier 2013

51

fabriquer des modèles réduits de toutes les nouvelles Citroën mises sur le marché, ainsi que leurs accessoires (pièces détachées, garages, petits personnages). À partir de 1927, la société Migault commercialise ses joujoux sous la marque CIJ (Compagnie Industrielle du Jouet), devenue rapidement synonyme de qualité et d’innovation technique. En 1930, André Citroën connaît de graves difficultés financières, réduit ses achats de « jouets Citroën », jusqu’à les supprimer en 1934. Pour relancer la CIJ qui a, de ce fait, perdu son client principal, la famille Bapterosses (des Emaux de Briare) devient actionnaire majoritaire de la fabrique de jouets dont l’activité repart rapidement à la hausse : de nouveaux accords sont passés avec Louis Renault puis avec Shell, qui permettent à l’entreprise briaroise de redevenir compétitive et de vendre comme des petits pains ses camionnettes Shell Berre et ses 4 CV de la police parisienne, tout en diversifiant sa gamme de jouets. Mais, avec le début des années 60, la concurrence de grandes marques comme Dinky Toys ou Solido se fait de plus en plus rude. La société tente de faire face en proposant des modèles électriques plus à la mode. Mais il est déjà trop tard, et l’entreprise doit fermer ses portes. Ainsi s’achève, à l’aube des années 70, cette épopée au cours de laquelle s’est écrite, dans le Loiret, l’une des plus belles pages de l’histoire du jouet français, pour le plus grand bonheur des enfants d’hier, mais aussi des grands d’aujourd’hui qui recherchent et collectionnent avec passion ces petites merveilles sorties des ateliers de Briare. 33


agenda

Ecobiz Performance devient Les Rencontres Performance LES RENCONTRES

TICIPER

PERFORMANCE

ANNUELLE

T

/ entreprise

mité aux services pour riés :

n aux 34 rencontres

n) ces disponibles - sur inscriptio & res Innovation et Mobilité ratuit. GRATUIT

,,

ional des réseaux d'entreprises s CCI du Centre

é des membres s des rencontres es partagée par les entrepris

plus, ire

CCI DU LOIRET r performance@loiret.cci.f

Les entreprises er échangent pour progress PROGRAMME 2013

7

resperformance.fr

,,

CCI LOIRET

Cedex 1

- de rencontrer des personnes aux profils, aux projets et aux problématiques proches des siennes, - de trouver des solutions nouvelles, - de gagner en compétences, en savoir-faire, - d’appliquer rapidement en entreprise les bonnes pratiques. À retrouver dès 2013 sur www.lesrencontresperformance.fr Accès web aux communautés thématiques sur proforum.fr Le portail régional des réseaux d’entreprise animé par les CCI du Centre.

une initiative

u Martroi - 45044 Orléans : FR 15 184 500 015

Les entreprises échangent pour progresser » : tel est l’esprit du programme des Rencontres Performance 2013 de la CCI du Loiret. Pas moins de 34 rendez-vous aux formats innovants, autour de l’amélioration continue, du développement et de l’efficacité managériale et sociale, sont ouverts aux dirigeants, responsables fonctionnels (DRH, responsable production, HSE...) et autres acteurs de l’entreprise...

Participer aux Rencontres Performance, c’est la promesse :

+

ques ux communautés thémati

Partenaire :

«

CCI LOIRET 05/12/2012 16:06:59

tres performance Tout le détail des Rencon ce magazine ! de l dans le 4 pages centra

14 mars 2013 – Zénith d’Orléans

Opération « 2 000 emplois, 2 000 sourires » La manifestation est originale : baptisée « 2 000 emplois, 2 000 sourires » par l’association éponyme, elle a pour ambition de faciliter l’accès des jeunes à leur premier emploi, qu’ils soient fraîchement diplômés ou au chômage. Ateliers pratiques (entretien d’embauche, rédaction de CV…), conférences, stands… : les entreprises qui recrutent, les acteurs du marché de l’emploi, les acteurs économiques et des élus locaux unissent leurs moyens pour booster l’avenir des jeunes. À la clé : CDD, CDI, contrats de professionnalisation, stages longs…

Retrouvez la CCI du Loiret sur : CCI LOIRET

34

www.loiret.cci.fr http://twitter.com/cciloiret www.facebook.com/cci.loiret

51 décembre 2012 - janvier 2013


VERSEMENT DE LA TAXE D’APPRENTISSAGE, MODE D’EMPLOI Les entreprises du département, dès lors qu’elles emploient au moins un salarié, doivent verser une taxe d’apprentissage avant le 28 février 2013. Calcul, versement, désignation de l’école bénéficiaire : la CCI fournit une aide en ligne.

À

moins de remplir cette condition - avoir accueilli un apprenti au sein d’une entreprise dont la masse salariale est inférieure ou égale à six fois le SMIC annuel* toutes les entreprises qui emploient au moins un salarié devront verser leur taxe d’apprentissage avant le 28 février 2013. Faut-il encore souligner que de cette contribution financière cruciale dépendent

le maintien et le développement de formations régionales (initiales, technologiques et professionnelles) ? Lors de la dernière collecte, 9 500 entreprises de la région (2 000 dans le Loiret) ont choisi la CCI Centre (pour laquelle la CCI du Loiret est délégataire) comme organisme collecteur, 71 % des fonds dédiés l’ont été en faveur d’établissements d’enseignement de la région. Et

avec 20 000 apprentis inscrits en CFA cette année, la région Centre se hisse en 4e position des régions les plus actives dans ce domaine.

Bien calculer sa taxe Le montant de la taxe d’apprentissage équivaut à 0,50 % de la masse salariale brute, auxquels s’ajoute la contribution au développement de l’apprentissage (CDA), soit 0,18 % de la masse salariale brute. Les entreprises de plus de 250 salariés doivent quant à elles verser une contribution supplémentaire à l’apprentissage si elles n’atteignent pas 4  % d’alternants (contrats d’apprentissage, de professionnalisation, Volontaires International en Entreprise et Conventions industrielles de formation pour la recherche), contribution qui varie selon le quota d’alternants présents dans l’entreprise**. Les entreprises de plus de 2000 salariés, dont l’effectif d’alternants est inférieur à 1 %, sont pénalisées à hauteur de 0.40 % de la masse salariale.

décembre 2012 - janvier 2013

51

Pour aider les entreprises dans ces calculs, la CCI du Loiret met à leur disposition une saisie en ligne sur le site Webtaxe. Avantage de la formule, gratuite : une aide en ligne à chaque étape qui garantit la justesse des calculs et de la répartition des pourcentages légaux, mais qui fournit aussi une liste exhaustive d’écoles susceptibles de recevoir la taxe. Enfin, un seul moyen de verser sa taxe : passer par l’organisme collecteur compétent, (comme la CCI du Loiret pour la CCI Centre). Celui-ci reverse ensuite la taxe d’apprentissage aux établissements désignés par l’entreprise. * Valeur 6 SMIC annuel : 101 665 €. ** pénalités dégressives selon le taux d’alternants - Entre 3 et 4 % : 0.05 % de la masse salariale (MS)- entre 1 et 3 % : 0.10 % de la MS - inférieur à 1 % : 0.25 % de la MS - Ce taux de 4 % passe à 5 % en 2015. www.loiret.cci.fr Rubrique « Formalités », Taxe d’apprentissage Contact : 02.38.77.77.17

35


CCI INFOS

ÉTUDE « SOUS-TRAITANCES DANS LE LOIRET » : UNE RÉPONSE AUX PROBLÉMATIQUES DES ENTREPRISES Mieux connaître les réseaux locaux des sous-traitances, identifier les carences en la matière sur le territoire mais aussi et surtout proposer des pistes pour valoriser la relation donneur d’ordre/sous-traitant : la nouvelle étude co-produite par l’ADEL, l’AgglO et la CCI du Loiret, donne des clés pour passer à l’action.

Q

u’ils soient industriels, prestataires de services, les dirigeants interrogés lors de la dernière enquête coproduite par l’Agence de Développement Économique du Loiret (ADEL), l’Agglomération Orléans Val de Loire (AgglO) et la Chambre de Commerce et d’industrie du Loiret (CCI Loiret), sont unanimes quant à leur motivation à recourir à la sous-traitance : pallier l’absence de compétence en interne et faire face à un surcroît d’activité. Mais quelle est leur stratégie en la matière ? Comment sélectionnent-ils leurs sous-traitants ? Connaissent-ils vraiment l’offre locale ? L’étude permet de

mieux cerner la nature des relations entre donneurs d’ordre et sous-traitants, mais aussi d’anticiper sur le mode de fonctionnement envisagé à moyen terme (internalisation, externalisation, mutualisation ?). Le document pointe aussi quelques-unes des difficultés rencontrées par les donneurs d’ordre, comme inscrire les soustraitants dans une logique de délai, de durée de contrat ou encore de mutualisation… Enfin, des pistes de valorisation sont esquissées. Elles pourraient passer par une meilleure visibilité de l’offre de sous-traitance existante, une mise en réseau accrue

des entreprises concernées, la création d’une plateforme unique dédiée et l’organi-

sation d’événements ciblés par métier ou savoir-faire en sous-traitance.

Retrouvez l’étude en ligne sur www.id.loiret.cci.fr

4 juin 2013 - Parc des expositions d’Orléans

RV d’affaires des sous-traitances

Identifier des offres, des solutions innovantes ou méconnues développées par des sous-traitants de proximité, sécuriser ses relations avec ses sous-traitants, tout en optimisant ses contacts et ses coûts : les CCI du Centre réunissent donneurs d’ordre et soustraitants pour une série de RV courts et ciblés le 4 juin prochain au Parc des expositions à Orléans. Contact : CCI du Loiret - Nathalie Aminot-Boulley Tél. : 02.8.77.77.71 - nathalie.aminot-boulley@loiret.cci.fr

ENQUÊTE CO-PRODUITE

QUELS SALAIRES PRATIQUÉS DANS LES ENTREPRISES DU LOIRET ? Deux ans après sa première édition, l’enquête coproduite par l’Agence de Développement Économique du Loiret (ADEL), l’Agglomération Orléans Val de Loire (AgglO) et la Chambre de Commerce et d’industrie du Loiret (CCI Loiret) fait le point sur les niveaux de rémunération et les pratiques salariales du département. Premier objectif : permettre aux dirigeants interrogés de comparer la compétitivité salariale de leur entreprise. Seconde vertu de l’enquête : fournir des indicateurs de performance sociale et d’attractivité qui permettront de peser en faveur de l’accueil d’investissements et d’implantations d’entreprises nouvelles sur le territoire. Contact : CCI du Loiret - Mounir Essaadaoui - Tél. : 02.38.77.77.13 - mounir.essaadaoui@loiret.cci.fr

36

51 décembre 2012 - janvier 2013


UNE PÉPINIÈRE D’ENTREPRISES À GIEN POUR BOOSTER LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE Portée par la Communauté de communes du Giennois et la CCI du Loiret, la pépinière d’entreprises de Gien ouvrira ses portes aux créateurs dès janvier prochain.

L

e taux de création d’entreprise constitue un indicateur pertinent pour juger de l’attractivité d’un territoire et de son développement économique. Partant de ce constat, la Communauté de communes du Giennois (CDCG) et la CCI du Loiret ont uni leurs forces pour permettre l’ouverture, début 2013, d’une pépinière d’entreprises. Située au sein du Centre d’affaires du Giennois*, la structure de 100 m2 disposera de quatre espaces réservés aux entreprises de moins de trois ans d’existence, d’une salle de réunion, d’un secrétariat et de

divers équipements bureautiques. Avantages du dispositif : des bureaux loués à tarif modéré, des prestations mutualisées mais surtout, un accompagnement individualisé (dispensé par la CCI du Loiret). Inspirée des pépinières d’entreprises déjà existantes dans le Loiret (Orléans La Source, Olivet, Saint-Jean-de-Braye et Saint-Jean-de-la-Ruelle et prochainement Pithiviers), la future pépinière présente un atout crucial à cette étape de la vie de l’entreprise : rompre l’isolement en favorisant les temps d’échanges entre locataires de

la pépinière. Le dispositif complète la couveuse d’entreprise déjà existante, et dont la vocation est de permettre de tester une activité et d’éprouver sa viabilité avant même de créer son entreprise. *rue Antoine Lavoisier Contact : Benjamin Arnaud – Communauté de communes du Giennois – Tél. : 02 38 67 64 64 benjamin.arnaud@cc-giennoises.fr

MARQUAG

C A R TUEE

INDUSTR

PLASTIQ

E

IEL

ATS

US FORM FABRICATION TO ’ABO CA R T E D CA R T E D C

NNEMEN

E FIDÉL

COMITÉ

Teddy Theodore MBO ONYANGO ODHIA

TION NTIFICA

D’ENTR

PIÈCES ER SUR S A L E R GRAVU S-AVANT DE FACE E G A IN S U RS RUCTEU S CONST PLAQUE S LÉTIQUE S SIGNA UV PLAQUE QUADRI ESSION R P M ’I D UX PANNEA ICATION ’IDENTIF D S E T T ÉTIQUE

NT

CCÈS

’IDE CA R T E D

2694

3030

ITÉ

DHÉRE ARTE D’A

’A CA R T E D

T

GBS M DCASTING SYSTE

GOOD NEWS BROA

FRANCE

EPRISE

0001

PLUS D’INFOS : Te ONY ddy Th ANG eo O O dore DHIA DN MBO EW GBS SB RO

GOO

CX 1108

ADC

ASTI

FRA

NCE

décembre 2012 - janvier 2013

51

NG

SYS

TEM

02 38 70 53 44

cartoflex@cartoflex.fr

www.cartoflex.fr

37


CCI INFOS

ANIMATION, VALORISATION DU TERRITOIRE : LA CCI SOUTIENT LES UNIONS COMMERCIALES Favoriser les échanges de bonnes pratiques et le partage d’expériences entre unions commerciales du département : c’est l’un des objectifs de la Commission Commerce de la CCI du Loiret, qui les a réunies, avec des collectivités locales, lors d’un Carrefour dédié en novembre dernier.

PUB_Loiret_TSPDTS_Mise en page 1 22/11/12 14:50 Page1

B E R RY

-

LOIRET

sur le fonctionnement des UC réalisée par la CCI du Loiret en octobre dernier. Comment mettre en place des cartes de fidélité ? Des chéquiers remises ? Quels sont les écueils à éviter lorsqu’on s’attèle à l’organisation d’un salon, d’une foire ou encore d’un repas estival ? Organisation, planning, budget, contraintes administratives et réglementaires… tous les sujets ont été passés

-

SARTHE

-

au crible. Une foule d’idées consignées au sein d’un vademecum accessible aux UC sur l’Intranet dédié. Enfin, pour les aider dans leur opération de conquête de nouveaux adhérents, la CCI du Loiret a remis à chaque union commerciale le fichier des entreprises présentes sur son territoire. Contact : Sonia Bertin Tél. : 02.38.77.77.88 sonia.bertin@loiret.cci.fr

TOuRAInE

VaL de Loire Versez Votre cotisation au ciL de tous Les et faites profiter Vos saLariés aVantages action Logement ! Locataires COnTACTS ciL Val de Loire orléans

02 38 78 18 80 ciL Val de Loire

l réservation locative dans le parc privé. l aVance Loca-pass ® (financement du

dépôt de garantie sous forme de prêt sans intérêt). l garantie Loca-pass ® (réservé aux bailleurs sociaux).

montargis

02 38 93 85 60 ciL Val de Loire Pithiviers

02 38 79 74 46

38

mobiLité professionneLLe l aide mobiLi-pass ®, pour tout salarié en

mobilité professionnelle (plus de 70 km), accédant à une location. Prêt au taux de 1 %, remboursable sur 36 mois pour financer les frais d’agence, 4 mois de double charge de loyer (sous conditions). l ciL-pass mobiLité ®, pour la recherche personnalisée de logements.

propriétaires l conseil en financement, expertise gratuite de votre projet immobilier. l prêt pour l’accession à 1,75 % de 8 000 à 20 000 € (hors assurance), sous conditions.

saLariés en difficuLté l ciL-pass assistance ®, (service gra-

tuit), aider et accompagner les salariés dans leurs difficultés liées au logement, ou orientation vers des partenaires spécialisés. l prêt de 40 000 € à 1 %, accordé aux propriétaires en situation de déséquilibre financier (sous conditions).

r marques déposées pour le compte d’action logement

d’expérience et de bonnes pratiques entre elles. Réunies à son initiative en novembre dernier lors du « Carrefour des UC », plus d’une vingtaine d’unions commerciales et de collectivités territoriales sont venues témoigner autour de tables « apprenantes ». Un format d’échanges original favorisant la multiplicité des interactions et qui s’est appuyé sur les conclusions de l’enquête

aCtion logement

ujourd’hui, près de 2000 commerçants/artisans, mais aussi de grandes surfaces, ont rejoint l’une des 60 unions commerciales et artisanales du Loiret. Parce qu’elles sont reconnues et représentatives du secteur économique du territoire et qu’elles ont le pouvoir d’influer durablement sur le contexte économique et commercial local, la CCI a souhaité favoriser le partage

www.cil-valdeloire.com

A

51 décembre 2012 - janvier 2013


CONSEILS EN SYSTÈMES D’INFORMATIONS DANS L’ENTREPRISE

GROUPE ESUS

www.taranys.com

INTÉGRATEUR DE SOLUTIONS DOCUMENTAIRES

INTÉGRATEUR DE SOLUTIONS INFORMATIQUES

AUDITS, CONSEILS, FORMATION

Esus vous accompagne dans la mise en

Infocentre vous propose des solutions

Taranys vous aide à rationaliser vos impres-

place d’une véritable politique de gestion

innovantes et sur mesure pour la

sions et à optimiser votre système d’infor-

gestion totale ou partielle de votre parc

mations. Imprimez moins, imprimez mieux et

documentaire dans votre entreprise : dématérialisation des factures et du courrier, travail collaboratif et workflow, externalisation

informatique. Nous sécurisons votre

de vos sauvegardes et confidentialité de

réseau et vous permettons de maîtriser

l’information, optimisation de vos systèmes

pleinement votre infrastructure. Infocentre

d’impression. Quel que soit votre environnement réseau, nos solutions de traitement et partage de l’information s’adapteront à vos besoins.

www.esus.fr

Epona

PRINT & WEB DESIGN

Faites progresser le professionnalisme de vos collaborateurs par le biais de formations efficaces : 124 programmes de formation

vous conseille lors de l’acquisition de votre

disponibles à ce jour dans les domaines de

matériel informatique dans les meilleures

la bureautique, de l’informatique (Réseaux,

conditions de coûts et de délais.

ITIL, management de projet...)

www.infocentre.fr

CRÉATION DE SITES WEB

limiter votre consommation de papier.

www.taranys.fr

Dernière née du Groupe Esus, Epona se place comme une agence de communication globale : de la refonte ou création de sites web à la création de supports commerciaux, en passant par la conception de mailings et (e)mailings publicitaires, Epona vous guide dans la réalisation de votre projet de communication.

www.epona-communication.fr

D i s t r i b u te u r a gr é é

ESUS / TARANYS / EPONA » Siège : Pôle 45 - Rue des Varennes 45140 ORMES • 3, boulevard Georges Méliès 94 029 VILLIERS/MARNE • ZI du Bois Chaland CE n°2925 LISSES 91029 EVRY CEDEX • a 0825 070 789 (n°Indigo) •  0825 090 975 (n°Indigo) • Scommercial@esus.fr • www.esus.fr • www.taranys.fr • www.epona-communication.fr • INFOCENTRE » Siège social 117, rue du Bois Girault - BP 80064 45655 ST-JEAN-LE-BLANC • a 02.38.43.84.00 •  02.38.43.85.00 • contact.orleans@infocentre.fr • Rue Félix Chédin Parc Comitec - BP 83005 18027 BOURGES Cedex • a 02.48.70.01.48 •  02.48.65.03.77 • contact.bourges@infocentre.fr • www.infocentre.fr


!! 3 ans 2 s i u Dep roduit

* ... s t n e t.com m e ion p t n a s i é n en v é Orga venem x e H u g P a o l C X be ur : b 0s us vos pl film de Puissance 2 Le

* 10e anniversaire de

2012 - Plage de l’Ile du cinéma - octobre nce 20 sur le thème

Puissa

Evénements & Communication

www.xcph.com

Charlemagne - 600

invités

Loiret-Eco-decembre-2012-janvier-2013-numero-51  

Loiret Eco décembre 2012-janvier 2013 numéro 51

Advertisement