Page 1

www.doubs.cci.fr

no77

LE MAGAZINE ÉCONOMIQUE DE LA CCI DU DOUBS

ESTIMPRIM REGROUPE SES FORCES À AUTECHAUX PAGE 15

DAY BY DAY NI EMBBALAGE, NI GASPILLAGE PAGE 19

AT O U T

UN ARGUMENT DE VENTE INDÉNIABLE

avril > juin 2019

UN GARAGE SOLIDAIRE POUR LES PLUS DÉMUNIS PAGE 23


Déjà 200 ans que la Chambre de Commerce et d'Industrie façonne l'avenir du Doubs !


Déjà 200 ans que la Chambre de Commerce et d'Industrie façonne l'avenir du Doubs ! PAR DOMINIQUE ROY PRÉSIDENT DE LA CCI DU DOUBS

Les Journées Granvelle 2019 organisées les 19 et 20 mars derniers en collaboration avec le Grand Besançon ont été une fois encore une très belle réussite ! Ce rendez-vous économique nous a apporté cette année une réflexion et une vision quant au devenir du travail. Une thématique à laquelle je voue une attention particulière, notre Chambre de Commerce et d’Industrie du Doubs vivant actuellement une profonde mutation. À l’heure où j’écris ce texte, nous sommes aux portes du changement et je ne peux vous aiguiller précisément sur la forme que prendra cette transformation. Toutefois, j’ai la certitude qu’elle sera appréhendée avec sérénité et portée par une intelligence collective. Nos élus s’engagent pleinement dans cette métamorphose de la CCI. J’ai confiance en nos collaborateurs, qui œuvrent quotidiennement au service des entreprises que vous êtes. Notre leitmotiv n’est pas l’immobilisme, c’est même l’exact opposé. Nous continuons d’avancer, de nous développer, et la part d’ombre du devenir des CCI ne saurait que décupler notre force. Je vous encourage donc fortement à vous rapprocher de votre CCI pour prendre part aux débats citoyens, pour créer votre entreprise, pour effectuer vos formalités, pour vous former, pour apprendre, pour mettre en place vous aussi, une stratégie d’évolution. Nous serons présents pour vous accompagner.

sommaire

Avenir

Nous avons parlé d’avenir, d’adaptation au changement, de transformation, et c’est tout l’objectif de notre nouvelle offre industrie. L’évolution concerne toutes les entreprises, certes à des échelles différentes et avec des leviers d’actions propres à chaque secteur. Cependant, pour perdurer dans le temps, les entreprises doivent mettre en valeur leurs métiers, leurs compétences, leurs innovations, leurs marques de fabrique et leurs atouts. La certification Origine France Garantie présentée au sein de ce nouveau numéro en est un bel exemple. Il s’agit de communiquer de manière transparente et claire sur nos produits français et en être fier ! Il s’agit de vous engager dans un nouveau projet, de voir plus loin et de vous démarquer. Osez !

page 4 les GET | page 6 made in Doubs… et alentours | page 8 cci en actions | page 11 dossier Origine France Garantie, la certification qui fait sens |page 15 échos de l'éco | Estimprim regroupe ses forces à Autechaux | Day by day ni emballage, ni gaspillage | Un garage solidaire pour les plus démunis | page 32 info'pratique | page 34 vu/lu Journal de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Doubs, 46 av. Villarceau, CS 51 666, 25 042 Besançon Cedex, Tél. 03 81 25 25 25, www.doubs.cci.fr Contact  : expression.active@doubs.cci.fr - Directeur de la publication  : Dominique Roy, président de la CCI du Doubs - Rédacteur en chef  : Charlotte Craimet - Chef de projet  : Emmanuel Mangin - Ont collaboré à ce numéro  : Pierre Accard, Monique Clémens, Jean-François Hauser, Frédérique Tandin - Photographies  : Laurent Cheviet - Mise en page  : Émy Bauer - Impression : S2E - 400 boulevard Charles de Gaulle 21160 Marsannayla-Côte - www.s2e-impressions.fr - Tirage : 400 exemplaires. Dépôt légal  : 2 e trimestre 2005 · ISSN  : 1637-9454.,

Erratum : EA n°76 - p. 13 - Légende photo : Anne-Sophie Bouhelier est accompagnée d'un client et non pas de Christian Cluzeau. Avec toutes nos excuses. E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 7 7 | AV RIL - MAI - JUIN 2019

3


Doubs Central /// Le dynamisme des entreprises, notamment industrielles, en zone d’activité et en dehors, continue de porter l’économie locale.

Les GET Des actions

ciblées aux côtés des

NS 1er semestre 2019

Communautés de Communes

NS 2e semestre 2019

Conjoncture économique locale, par GET (groupes entreprises et territoires) : situation et perspectives au 29 mars 2019

Retrouvez les référents de chaque GET sur www.doubs.cci.fr

1er semestre 2019 2e semestre 2019

-vous Abonnez n io à la vers ue iq n électro ine a m e S de la ise o ue C mto Économiq de presse ma le panora lité locale a tu c a l’ r u s fr oubs.cci. .d w sur ww

Por

Grand Besançon

Grand Besançon et Val Marnaysien /// « Grand Besançon Métropole » bientôt « communauté urbaine ». Une nouvelle étape de mise en commun des moyens à l’échelle communautaire.

Loue Lison Convention GET

Loue Lison /// La dynamique communautaire se poursuit : SCoT, intérêt porté aux zones d’activités, appui au développement de l’industrie… De bon augure.

1er semestre 2019 2e semestre 2019

Haut-D

1er semestre 2019

NS

1er semestre 2019

2e semestre 2019

NS 2e semestre 2019 Les flèches indiquent des dynamiques  : une tendance à la hausse

1er semestre 2019

une forme de stabilité sinon une incertitude

2e semestre 2019

une dégradation

CCI 25 - Direction des Études Économiques et Territoriales - territoires@doubs.cci.fr - T. 03.81.25.25.24

croissance

4

emploi

industrie agro-alimentaire

luxe

automobile

commerce

travaux publics

bâtiment

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 7 7 | AVRIL - MAI - JUIN 2019


PMA /// De grands projets. En plus des investissements de PSA pour transformer son site historique de Sochaux, le territoire est mobilisé pour accueillir le projet « d’Airbus de la batterie électrique ».

1er semestre 2019

Pays de Montbéliard Agglomération

2e semestre 2019

1er semestre 2019

Doubs Central

2e semestre 2019

Convention GET

rtes du Haut-Doubs Convention GET

Portes du Haut-Doubs /// Après l’Aire Urbaine, les Portes du Haut Doubs et le Pays horloger sont labellisés « Territoires d’industrie ». Une synergie évidente entre entreprises et territoires.

Pays Horloger Convention GET

Pays Horloger /// Savoir-faire horlogers : dépôt de la candidature, aux côtés du Grand Besançon et de la Suisse voisine, pour une inscription au patrimoine mondial immatériel de l’UNESCO. À suivre…

1er semestre 2019 2e semestre 2019

NS 1er semestre 2019

NS 1 semestre 2019 er

2e semestre 2019

2e semestre 2019

Doubs

Lacs et Montagnes

Convention GET

Haut-Doubs /// La bonne santé de l’économie frontalière et un taux de change stabilisé autour de 1,13 ont contribué au dynamisme d’ensemble. Une situation amenée à se prolonger au premier semestre.

NS 1er semestre 2019

NS 2e semestre 2019

1er semestre 2019 2e semestre 2019

1er semestre 2019 2e semestre 2019

Suisse voisine : les salons horlogers se multiplient, les portes claquent. Un marqueur des tensions vives qui impactent la distribution

Baselworld : LE rendez-vous horloger de référence dans la monde n’accueille plus ni le Swatch Group (N°1 mondial), ni Richemont (N°2 mondial). Pendant ce temps, le Swatch Group reçoit ses invités dans ses appartements de Zürich. SIHH, Genève, l’AUTRE salon horloger : la Montre Hermès arrive mais dernière édition pour Audemars Piguet ou Richard Mille. Pour la sous-traitance, le SIHH se prépare, sur Genève, juste après la deuxième édition du Technical Watchmaker Show à la Chaux de Fonds. La multiplication des salons, au-delà des rivalités entre groupes ou entre territoires suisses, montre que les modèles traditionnels de la distribution horlogère sont en rupture : chacun cherche à toucher directement les clients finaux, pour capter plus de marge, si possible en mode numérique et s’interroge sur l’utilité de salons dont la vocation première était de mettre en relation marques et distributeurs. 2020 sera différente. À suivre…


... et alentours Metabsorber, pour un monde plus paisible Le bruit est l’un des grands fléaux de nos sociétés modernes. C’est une pollution dont on commence à bien mesurer les conséquences en termes de santé publique. Pour y remédier et rendre nos villes plus vivables, il faut non seulement réduire les sources sonores, mais aussi capter et neutraliser les bruits. Jusqu’à présent les techniques d’insonorisation reposaient sur des matériaux souvent volumineux, coûteux, et d’une efficacité relative. Une solution nouvelle vient de voir le jour au sein de l’Université de Franche-Comté. Abdelkrim Khelif (CNRS) et Mahmoud Addouche (UFC), chercheurs à l’Institut FEMTO-ST ont mis au point une technologie résolument innovante, baptisée Metabsorber, qui permet de conférer à n’importe quels matériaux (bois, métaux, plastiques…) des performances élevées en termes d’isolation phonique. Parce qu’ils pourront être fins, légers, opaques ou transparents, ces « métamatériaux acoustiques » pourront servir les applications les plus diverses. Une start-up a donc été créée pour valoriser les fruits prometteurs de ces recherches. L’entreprise Metabsorber sera dirigée par Aliyasin El Ayouch et Youssef Tejda, deux co-fondateurs de la start-up. Certifiée au CSTB, sa technologie intéresse déjà de grands acteurs du bâtiment, de l’industrie et du transport.

L’intimité d’un regard  Christophe Beaufour est flatté lorsqu’on lui dit que son produit ne se remarque pas. Tout son art réside dans cette discrétion. Christophe Beaufour est oculariste. Il rend le regard à ceux qui ont perdu un œil. En région Bourgogne-Franche-Comté, il est le seul représentant de cette spécialité médicale. La vocation de cet ancien prothésiste dentaire, installé à Malbuisson, est née d’une mission médicale à Beyrouth avec les forces armées. C’est ensuite, lors de sa formation d’épithésiste (réparation maxillo-faciale), qu’il se découvre une passion pour les prothèses oculaires. Il travaille à partir d’une photo de l’œil sain, et tout le talent de cet artisan consiste à reproduire la singularité de l’iris. Partant d’un large nuancier, c’est au pinceau, avec la finesse d’un miniaturiste, qu’il va recréer, sur un orbe en résine acrylique, les subtilités propres à chaque oeil. Le blanc lui-même sera doté de filaments imitant les capillaires sanguins. Mais le métier de Christophe Beaufour ne se résume pas à ce travail de haute précision. La qualité de l’écoute, la compréhension des attentes et des craintes, sont également déterminantes dans la réussite d’une intervention qui touche à l’intime. http ://www.epithese-prothese-faciale.fr

6

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 7 7 | AVRIL - MAI - JUIN 2019


L’anglais pour les kids Il faut bien l’avouer, les Français sont un peu à la traîne en matière d’apprentissage des langues, et notamment de l’anglais. La solution serait de commencer très tôt, dès l’enfance. Et si possible de façon ludique et créative. Par chance, il existe désormais une solution. Elle s’appelle Holy Owly. C’est une application ludo-pédagogique adaptée aux enfants de 3 à 11 ans. La méthode s'inspire de l'apprentissage de la langue maternelle en permettant aux petits d'apprendre le vocabulaire sans jamais avoir recours à la traduction. En 5 minutes chaque jour, l’enfant va découvrir (voir, entendre et dire), via sa tablette, des mots et des phrases sur des thèmes de la vie quotidienne. L’interface est joliment illustrée. Et chaque semaine, le jeune apprenti aura un RDV de 15 minutes avec un coach (natif) qu’il pourra choisir sur la plateforme de RDV. Holy Owly a été créé en 2015 par deux francscomtoises, Stéphanie Bourgeois et Julie Boucon. Disponible par abonnement sur des principaux « stores », l’appli a connu un succès rapide, avec, à ce jour, plus de 600 utilisateurs quotidiens ! Thank you Holy Owly !

SportAdvice, pour faire le bon choix C’est une démarche ambitieuse que Bruno Biesse entreprend en 2016. À l’époque le jeune Pontissalien partage son temps entre deux activités professionnelles. Il est entrepreneur paysagiste l’été, et skiman l’hiver (technicien-vendeur en matériel de ski). Il connaît parfaitement le monde de la vente d’articles de sport et il constate que les acheteurs, face à la multiplication des enseignes, manifestent un besoin grandissant de comparer les prix. Après une année consacrée au développement technique et commercial, le site sportadvice.com est lancé en juin 2017. Ce comparateur d’articles de sport comporte trois sections : Ski, Bike et Shoes. Deux ans plus tard, la start-up confirme la pertinence de son positionnement. Elle gagne en visibilité sur les moteurs de recherche et elle élargit en permanence le champ de son comparateur qui analyse l’offre de plus quarante boutiques (dont Décathlon, Alltricks, i-Run, Glisshop). L’interface est plaisante, les algorithmes travaillent bien. En projet, la voile, le tennis, le football… https :// sportadvice.com E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 7 7 | AV RIL - MAI - JUIN 2019

https ://www.holyowly.fr

Les doux élixirs de la distillerie Marguet-Champreux La distillerie de Dompierre-les-Tilleuls a récemment enrichi sa gamme avec deux intéressantes nouveautés : un Grand Pontarlier sucré et une liqueur de sapin. Ce nouveau Grand Pontarlier est le fruit d’une enquête-dégustation auprès d’un panel de consommateurs. Celui-ci révélait que le Grand Pontarlier « original » (sans sucre) séduisait surtout la tranche d’âge supérieure. Après différents essais, la nouvelle recette, subtilement sucrée, a eu les faveurs d’un public plus jeune lors de nouvelles sessions de dégustation. L’autre création de Stéphane Marguet est une liqueur digestive à 40° distillée à partir de bourgeons de sapins du Haut-Doubs. Sa puissance est atténuée par l’ajout d’un miel de sapin provenant des ruches d’un apiculteur local. Cette liqueur profondément aromatique se marie à merveille avec le sorbet au citron. http ://www.distillerie-marguet-champreux.fr 7


cci en actions Premier contrat signé entre l’entreprise Faivre et la Chine Frédéric Faivre et Jean-Louis Faivre, dirigeants de l’entreprise Faivre à Baume-les-Dames (spécialiste de la conception, réalisation et production de machines pour l’Aquaculture) ont

signé le 10 avril dernier à la CCI du Doubs leur premier contrat avec l’entreprise chinoise Guangdong Xinhuan Environmental Industry Group Co Ltd. La délégation a été accueillie par Christine-Noëlle Baudin, 1re VicePrésidente, à la CCI du Doubs , lieu symbolique créé par et pour les chefs d’entreprises il y a 200 ans. La signature de ce contrat est une marque de reconnaissance considérable pour l’entreprise Faivre, pour son savoir-faire, mais c’est également une immense marque de confiance pour l’économie de notre Région Bourgogne-Franche-Comté, 1re région industrielle de France. <

Assemblée générale CCI du Doubs - 25 mars 2019 L’Assemblée Générale de la CCI du Doubs, présidée par Dominique Roy, s’est tenue le 25 mars dernier à Besançon. Au programme, un retour sur les actualités du réseau consulaire, une présentation de la plateforme CCI Store, un point sur « Action Cœur de Ville » avec une intervention de M. Jean-Louis Fousseret, Maire de Besançon et Président du Grand Besançon ainsi que M. Jean-Philippe Setbon, secrétaire Général de la Préfecture du Doubs. L’Assemblée Générale s’est conclue avec une pré-

sentation de la démarche nationale Territoires d’Industrie par M. Olivier Panisset, Direction Economie Conseil régional BFC et par M. Jean Ribeil, DIRRECTE BFC. <

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux !

Get Loue-Lison : une nouvelle rencontre à Ornans Le 17 janvier dernier, les élus de la Communauté de Communes Loue Lison et de la CCI du Doubs se sont réunis pour la deuxième fois avec les entreprises, le Conseil régional et la Direction Départementale des Territoires. Au cœur de la discussion, la mobilité, enjeu majeur de ce territoire afin de favoriser emploi et attractivité. La rencontre s’est clôturée par une visite d’entreprise, au cours de laquelle, M. Chassaing, à la tête de la Fabrique du Chocolat a présenté son parcours atypique qui l’a mené à s’installer à Ornans. <

Grand Débat des commerçants et de la consommation Le lundi 4 février dernier à Besançon, le Président Dominique Roy était présent pour suivre le grand débat organisé par Benoît Vuillemin, commerçant. Réunissant professionnels du commerce, artisans et élus, cette soirée nourrie de nombreuses interventions a permis des échanges constructifs ! <


cci en actions Open#Business : salle comble pour Emmanuelle Duez ! Emmanuelle Duez, entrepreneuse passionnée et fondatrice de The Boson Project est venue nous parler de sa vision du travail lors de l’Open#Business organisé dans le cadre des Journées Granvelle. Une conférence vivante abordant le type de travail vers lequel nous nous dirigeons et le modèle pour l’entreprise de demain. La thématique « Travail du Futur, Futur du travail » de cette 3e édition des Journées Granvelle a su attirer les acteurs économiques du territoire ! Retour sur ces deux jours de conférences et ateliers pages 28-29 <

Chiffre clé : 1 300 Plus de 1 300 participants

Accueil d’Emmanuelle Duez par Dominique Roy, Président et Jean-Louis Fousseret, Maire de Besançon et Président du Grand Besançon, à la CCI du Doubs.

Bienvenue à l’Agence Économique Régionale (AER) !

Inauguration de la centrale de cogénération biomasse

Le 28 février dernier, la CCI du Doubs a eu le plaisir d’accueillir l’AER dans ses locaux. Installée de façon totalement indépendante aux côtés des services de la CCI et de l’école de commerce IMEA, l’AER se situe sur un plateau de bureaux et d’espaces de rencontres et d’échanges au niveau 1. Ainsi, le 46 avenue Villarceau s’étoffe encore, regroupant un ensemble de professionnels et experts soutenant et accompagnant les acteurs économiques du territoire ! <

La CCI du Doubs était présente le 15 février dernier à l'inauguration de la centrale de cogénération biomasse de Novillars, en présence d'Emmanuelle Wargon, Secrétaire d’État auprès du ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire, et d'élus politiques. La centrale, dotée d’une capacité de 20 MWe et d’une puissance thermique de 23,5 MWth, est située sur le site de la papeterie Gemdoubs. Elle produira de l’électricité qui sera revendue à EDF pendant 20 ans et alimentera en vapeur la papeterie pour sa production de papier. <

pour les Journées Granvelle 2019, un succès ! <

Revitaliser nos centres villes Comment appréhender le centreville par le prisme de l’habitat, l’emploi, les services publics, le patrimoine, le commerce, ou encore l’économie du net ? Ces questionnements ont été soulevés le 1er février dernier lors des 1ers États Généraux de la gestion des centres villes à Aix-en-Provence. Un événement auquel assistait la CCI du Doubs, représentée par Dominique Roy, Président, fortement impliquée dans la revitalisation des centres villes, notamment à travers le dispositif Actions Cœur de Ville. <

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 7 7 | AV RIL - MAI - JUIN 2019

9


10

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 7 7 | AVRIL - MAI - JUIN 2019


dossier Origine France Garantie, la certification qui fait sens Plus exigeante que le label Made in France, la marque Origine France Garantie va dans le sens des préoccupations des consommateurs qui, pour trois quarts d’entre eux, sont prêts à payer plus cher pour une vraie fabrication française.

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 7 7 | AV RIL - MAI - JUIN 2019

11


dossier

P

our 10% des Français, le premier critère de choix d’un produit est celui de son pays de fabrication, et ils seraient 74% à accepter de payer plus cher un produit fabriqué en France. C’est ce que montre un sondage Ifop réalisé en 2018 pour Pro France sur les Français et le Made in France. Pro France, c’est l’association créée en 2011 par Yves Jego dans la foulée d’un rapport parlementaire sur la traçabilité des produits français, pour porter une nouvelle marque plus exigeante que le Made in France : la certification Origine France Garantie (OFG). « L’idée, c’est une marque graphique qui assure au consommateur que le produit est bien fabriqué en France et qu’il respecte des règles bien précises », explique Julien Vialar, responsable du cahier des charges de la certification et de la gestion des règles techniques. « Le Made in France exige que la dernière transformation substancielle soit réalisée en France mais pour nous, c’est une définition trop laxiste, sans compter que le label relève de l’auto-attribution, sans vérification a priori même si des contrôles peuvent éventuellement être faits a posteriori. Nous, pour OFG, nous menons des audits documentaires et sur site, annuels, pour vérifier s’il n’y a pas eu délocalisation entre-temps. » La marque OFG certifie le produit ou la gamme et non l’entreprise. Elle exige que 50% du prix de fabrication, dit « de revient unitaire » soit réalisé en France. Deuxième critère : elle

atteste que la caractéristique essentielle de la transformation du produit a bien été réalisée sur le sol hexagonal. De nombreuses entreprises peuvent ainsi y prétendre. Aujourd’hui, elles sont 600 à l’afficher, qui représentent 2.500 gammes de produits et des millions de références. Inscrites dans un réseau qui organise ses assises, édite un magazine et dispose d’un pavillon bien placé au salon Made in France, elles bénéficient d’outils, de visibilité, d’une force de lobbying. Dans le Doubs, quelques-unes se sont déjà inscrites dans cette certification qui fait sens et, de plus en plus, séduit les jeunes générations soucieuses d’environnement et de qualité, comme le montre l’étude Ifop. Parmi elles Cristel, Routine, Vitabri, Garnache… Le relais de la CCI du Doubs, au service industrie, a pour objectif de mieux la faire connaître et de l’encourager.

« L’idée, c’est une marque graphique qui assure au consommateur que le produit est bien fabriqué en France et qu’il respecte des règles bien précises », Julien Vialar

12


ORIGINE FRANCE GARANTIE

Routine, Chalets Garnache, Cristel : tous satisfaits ! Le siège de Routine est à Romans-sur-Isère, mais 7 de ses 14 fournisseurs sont en Franche-Comté, dont 5 dans le Doubs, alors on pourrait presque dire que la petite entreprise horlogère créée pour maintenir les emplois en France est implantée dans le Doubs. La certification OFG, pour Florian Chosson, faisait partie intégrante de son projet : des montres de fabrication française à prix abordable. « Cette certification prend du temps, parce qu’il faut être un minimum structuré. Mais j’avais eu la chance de pouvoir interpeller Yves Jego au salon Made in France 2017 sur ce sujet et j’ai été très bien accompagné par les équipes de Pro France. C’est une certification qui parle de plus en plus et on est beaucoup de jeunes marques à l’imposer, on affiche les mêmes valeurs et on crée du lien. »

Florian Chosson, Routine

Chalets Garnache

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 7 7 | AV RIL - MAI - JUIN 2019

Chez le constructeur de maisons et chalets en bois Garnache, aux Gras, le logo OFG s’affiche depuis 2014. Cette année-là, Benjamin Garnache avait choisi de faire porter le projet de fin d’études de sa licence pro sur cette certification qu’il estimait pertinente pour l’entreprise familiale. « Avec notre scierie intégrée, l’approvisionnement des bois sur le massif du Jura et la traçabilité de nos matériaux, notre processus le permettait. Nous étions les premiers constructeurs à obtenir la certification qui fait une bonne pub, c’est un gage de savoir-faire. »

13


dossier Même satisfaction chez Cristel, à Fesches-le-Châtel, certifié OFG depuis 2012. « Le made in France ne suffit pas. Le constat est que les consommateurs français sont de plus en plus demandeurs de produits fabriqués en France. Cela va dans le bon sens », confie Damien Dodane, directeur général délégué.

Pour en savoir plus, participez à l’atelier d’information sur la certification Origine France Garantie ! La CCI du Doubs s’associe à la délégation régionale de l’Afnor pour organiser, le mardi 17 septembre après-midi, un atelier d’information sur la certification Origine France Garantie qui s’adresse aux entreprises produisant localement. Lors de cet événement gratuit, il sera rappelé le contexte des différents dispositifs de valorisation de la production française, notamment le label Made in France, et seront mis en avant les avantages spécifiques que présente la marque OFG.

Cristel

Vos interlocuteurs à la CCI du Doubs :

Philippe Guerder Membre du Bureau de la CCI du Doubs et élu référent Origine France Garantie

Guillaume Penuela Conseiller Origine France Garantie à la CCI du Doubs

Conseiller « industrie » à la Chambre de commerce et d’industrie du Doubs, Guillaume Penuela est chargé d’informer les entreprises sur la certification Origine France Garantie. « Nous leur proposons un accompagnement sous la forme d’une étude permettant de voir si le produit ou la gamme est éligible », explique-t-il. La certification portant sur le produit et non sur l’entreprise, la prestation de la CCI consiste alors à détailler le coût de revient unitaire, dans une étude d’une demi-journée environ, afin d’apporter une première réponse. Si l’entreprise est a priori éligible, la décision de s’inscrire dans la démarche lui appartient. « Nous leur expliquons que la certification favorise largement leur image et qu’elle coûte relativement peu chère, même si cela peut paraître un peu plus difficile pour les petites structures. » Contact : g.penuela@doubs.cci.fr

14

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 7 7 | AVRIL - MAI - JUIN 2019


INDUSTRIE

Estimprim regroupe ses forces à Autechaux

localisation L’imprimeur franc-comtois a investi 8 millions d’euros sur son site principal pour pouvoir mieux affronter

l’avenir. Dans un secteur malmené, il mise sur les marchés de niche et réfléchit aux produits de demain.

E

n 2014, lorsque le groupe Estimprim reprend l’imprimerie IME de Baume-les-Dames, en redressement judiciaire, rien n’était gagné. Estimprim, qui employait alors 46 personnes, allait changer d’échelle avec les 71 des 150 salariés d’IME qu’il pouvait garder, et surtout il arrivait dans un secteur d’activité différent du sien : celui des livres et des cartes Michelin, alors que lui était essentiellement positionné sur les supports imprimés de communication des entreprises et des collectivités. Mais ces défis, au lieu d’effrayer les associés d’Estimprim, semblent plutôt les avoir stimulés. Cinq ans plus tard, le petit groupe, qui s’était enrichi, en 2016, d’une filiale parisienne, Isi Print (spécialisée, entre autres, dans l’impression numérique de bilans sociaux, dont elle est l’un des leaders en France), se réorganise et vient de regrouper ses sites de Besançon et Montbéliard à Autechaux. « Cela commençait à être compliqué de gérer des sites à distance », explique Philippe Berteaux, directeur général. « En étant tous au même endroit on économise du temps, de l’argent et des forces. Toutefois les sites de Champagnole et celui d’ISI Print, à Paris, continuent à exister. »

À Autechaux, la surface industrielle a été doublée pour atteindre 12.000 mètres carrés au total. Estimprim a investi 8 millions d’euros dans cette réorganisation, dont 3 millions d’euros dans le seul parc machine, notamment dans une nouvelle presse Heidelberg XL162, l’une des cinq existant en France, qui apporte vitesse de calage et de roule et grande qualité. Désormais, l’imprimerie d’Autechaux regroupe 110 personnes – auxquelles s’ajoutent les 10 de Champagnole et les 40 de la filiale parisienne, pour un effectif groupe de 160 personnes –, et elle est en ordre de bataille pour affronter l’avenir. Dans un marché en

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 7 7 | AV RIL - MAI - JUIN 2019

baisse de 10%, « nous nous maintenons, ce qui est déjà pas mal », ajoute Philippe Berteaux. « Nous avons une forte démarche commerciale et nous sommes positionnés sur des marchés de niche. Nous comptons aussi 4 ingénieurs à la R&D qui travaillent sur les produits de demain : les produits connectés, les plateformes… » Estimprim affiche un chiffre d’affaires de 23 millions d’euros en 2018, dont 40% réalisé dans l’édition de livres, 30% dans le marketing et 25% avec les marchés publics. https ://www.estimprim.fr

Imprimerie ESTIMPRIM Philippe BERTHEAUX (à gauche)

15


JM Brosserie s’est offert une machine unique en France investissement Racheté en 2012 par la brosserie

lyonnaise Devirieux, l’atelier de fabrication de goupillons de Sancey bénéficie depuis peu d’une machine entièrement automatisée.

G

oupillon ou écouvillon ? C’est la même chose, simplement le goupillon a une utilisation manuelle et pour cela une boucle au manche, explique Daniel Devirieux, le dirigeant et représentant de la troisième génération de la brosserie Devirieux, à Brindas (Rhône), qui avait repris JM Brosserie, la petite entreprise de Sancey, en 2012. « Avec M. Mougey, nous étions en relation depuis des années, nous avions la même activité et je lui faisais même parfois sous-traiter la fabrication de brosses écouvillons. Alors lorsqu’il a voulu vendre, je lui ai proposé de racheter. ». En 2018, pour moderniser la brosserie de Sancey et pérenniser la fabrication de ces brosses en fil de fer torsadé de toutes tailles pour l’industrie (décolleteurs, verrerie de laboratoire essentiellement), Daniel Devirieux a investi dans une machine entièrement automatisée. « C’est un modèle italien et c’est à ma connaissance la seule machine de ce type en France. Les autres sont semiautomatisées. Avec celle-ci, la fabrication va plus vite. Avant, il fallait mettre la fibre manuellement. » L’investissement s’est monté à 250.000 euros et a ouvert de nouveaux marchés à la brosserie Devirieux, dont JM Brosserie est une filiale à 100%. « Notamment dans le médical. C’est un investissement qui sera rentabilisé », assure son dirigeant qui depuis la reprise, en 2012, a doublé le Daniel Devirieux, dirigeant et chiffre d’affaires de l’atelier de représentant de JM Brosserie Sancey et doublé aussi l’effectif : avec le rapatriement de toute la fabrication de ce produit de niche, un deuxième salarié avait été recruté. https ://www.devirieux.com 16

parcours

Philippe Welker

Commac, une reprise réussie

O

n devient rarement dirigeant d’entreprise par hasard. Philippe Welker le confirme : « L’idée a toujours été présente à mon esprit. Ma formation d’ingénieur m’a permis d’occuper des postes d’encadrement intéressants dans l’industrie, mais je savais que je finirais par sauter le pas. J’ai senti que le moment était venu il y a trois ans ». Cultivant ses réseaux, ce Montbéliardais, en poste depuis vingt ans chez PSA, rencontre Pierre Lacanal, responsable de Visa Reprise. Ce dispositif, créé par la CCI en 2008, vise à favoriser la transmission/reprise en faisant émerger les futurs dirigeants qui assureront la pérennité des nombreuses PME et PMI qui constituent la richesse de notre économie. Parallèlement à cette phase d’élaboration de son « dossier d’intention », Philippe Welker entame ses recherches d’entreprises à céder. L’une d’elle retient son attention mais elle est basée en Meurthe et Moselle. La société Commac distribue, sur un large Grand Est, des solutions d’assainissement non collectif développées par Eloy Water, l’un des leaders européens du marché. Ses produits brevetés (micro-stations d’épuration et filtres compacts, réservoirs d’eau de pluie) sont destinés aux logements non reliés au tout-à-l’égout. Ils constituent une alternative performante, économique et écologique aux anciennes solutions telles que les fosses septiques. La relocalisation dans le Doubs ne pose aucun problème à l’activité. La reprise devient effective en début 2018. La PME, installée à Numérica, compte 6 salariés et elle envisage d’étoffer son équipe commerciale. Son dirigeant, quant à lui, s’est offert de participer au comité de qualification de Visa Reprise. Une façon, comme le souligne Philippe Welker, « de rendre ce que j’ai reçu ». https ://www.eloywater.fr/concessionnaires/commac/ E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 7 7 | AVRIL - MAI - JUIN 2019


COMMERCE

La stratégie multicanal de Maty digital La société bisontine vient d’ouvrir la première « market place » du bijou en France.

Elle poursuit par ailleurs les ouvertures de boutiques et distribue de nouveau son catalogue en masse.

P

Marina Clemente, responsable web chez Maty

récurseur de la vente par correspondance, avec son catalogue longtemps diffusé dans tous les foyers de France, le bijoutierhorloger bisontin Maty ne cesse de se réinventer et d’affiner sa stratégie de distribution pour coller aux nouveaux modes de consommation. Le bijou étant un achat particulier, demandant à être vu, touché et essayé, 50% des achats sont encore réalisés en magasins, contre 30% sur Internet et 20% par le canal traditionnel de la vente à distance, à partir du catalogue, de

nouveau distribué en masse. Celui d’automne-hiver 2018-2019 l’a été à un million d’exemplaires ! « Dans les années 2013 et 2014, nous étions descendus à 200 000 exemplaires par saison », indique Marina Clemente, responsable web. « Mais à l’arrivée d’ Olivier Bavais, pour lequel le catalogue était le miroir des collections et de la marque, nous avons inversé la tendance. Son mode de distribution a changé, on le trouve maintenant aussi dans nos bijouteries, il porte l’image de Maty. »

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 7 7 | AV RIL - MAI - JUIN 2019

De l’importance portée au catalogue et aux magasins. En la matière, le bijoutier bisontin poursuit les ouvertures : après Dijon La Toison d’Or, en février, qui aurait très bien démarré, trois autres sont prévues au printemps, à Paris et dans le sud de la France, qui porteront le total à 34 le nombre de boutiques exclusivement Maty, avec ses collections à petits prix et ses bijoux plus haut de gamme – et notamment ses diamants synthétiques, que la société bisontine a lancés en 2018, plus abordables que les diamants véritables. Arrivé en septembre 2017, Olivier Bavais avait auparavant piloté Spartoo, un pure player de la vente de vêtements, sacs et chaussures sur Internet, qui avait eu l’intuition du complément de boutiques pour appuyer les ventes. Chez Maty, qui renforce aussi sa présence physique, le nouveau directeur général a choisi de développer l’offre digitale avec le site maty.com, « la première market place de bijoux en France », assure Marina Clemente. « Toutes marques confondues, nous affichons déjà 23 000 références. Et nous espérons nous lancer à l’international en 2020. » Le développement numérique de l’entreprise est réalisé au siège de Besançon. Équipe digitale, studio de créations et développeurs représentent environ 40 des 250 emplois bisontins, sur 400 au total. https ://www.maty.com

17


COMMERCE

Un nouveau Maître Restaurateur dans le Haut-Doubs label La restauration est un secteur florissant de notre économie, mais sa croissance est inégale selon

les types d’établissement. Pour préserver l’offre gastronomique, il faut donner aux clients des garanties de qualité, à l’image de ce label national qui honore désormais le restaurant de Thomas Boiteux.

Thomas Boiteux, Maître Restaurateur

L

’hôtel restaurant du Commerce a accueilli trois générations de clients. Le grand-père de Thomas Boiteux a vingt ans en 1950 lorsqu’il s’installe, Grande Rue, au beau milieu de la commune de Pierrefontaine-les-Varans. Thomas incarne la troisième génération. Il est aux commandes en cuisine. Son père, Jean-Claude, vient encore

18

aider l’équipe, Thérèse, la grandmère, veille sur sa maison. Le chef propose une cuisine traditionnelle et régionale. Parmi les sélections du terroir on trouve les truites du vivier, le jambon cuit et cru de montagne, et l’incontournable croûte aux morilles. En saison, les grenouilles sont toujours appréciées. Puis vient le temps des écrevisses, en été, et un menu

chasse enrichit la carte à l’automne. L’hôtel Logis de France est accueillant, les salles du restaurant sont chaleureuses, la terrasse est ombragée, la clientèle régionale est fidèle et le tourisme attire des visiteurs amateurs de bonne chair. Tout va bien. Thomas Boiteux est un restaurateur comblé. Il aurait pu s’épargner les tracas d’une démarche de labellisation. « J’écoute


COMMERCE beaucoup mes clients », souligne-t-il, « et je constate qu’ils ont besoin de repères. Les gens veulent des certitudes sur ce qu’ils vont trouver dans leur assiette. Ils sont exigeants et ils ont raison de l’être. Ils veulent une véritable cuisine, entièrement faite sur place à partir de produits locaux issus de productions artisanales. Et surtout, ils veulent en avoir l’assurance avant de réserver. Pour l’hôtel nous avons déjà le panneau Logis de France qui garantit une qualité largement reconnue. Ce titre de Maître Restaurateur, je l’ai souhaité pour mes clients, pour leur tranquillité d’esprit ».

Maryline Noirat

Conseillère Tourisme et Création « Maître Restaurateur est un titre d’État, remis officiellement par le Préfet. Dans la charte, le restaurateur s’engage sur plus de 30 critères concernant l’approvisionnement, le stockage, la vaisselle, le service. Le candidat au titre dispose d’un délai de quelques mois pour se conformer à toutes ces exigences. Ensuite le restaurant fait l’objet d’un audit mystère, suivi d’une inspection de contrôle. Le titre est renouvelé sur le même schéma tous les quatre ans. Pour épauler les entreprises dans la démarche, la CCI, en lien avec l’Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie (UMIH), propose un accompagnement qui permet au restaurateur d’évaluer, en amont, les ajustements nécessaires pour se conformer aux exigences du label. Afin de mieux répondre aux besoins des acteurs du Tourisme, la CCI a travaillé sur une offre spécifique, avec des prestations destinées aux entreprises, cafés, hôtels et restaurants. »

http ://www.hotel-restaurant-boiteux.fr

Contact : m.noirat@doubs.cci.fr

Day by day : ni emballage, ni gaspillage écoresponsable Pas moins de 700 références sont à la disposition des clients dans cette nouvelle épicerie,

implantée rue Battant, depuis octobre 2018. Épicerie salée et sucrée, produits d’hygiène et d’entretien... autant d’articles qui sont exclusivement proposés en vrac !

D

ay by day, premier réseau français d'épicerie en vrac, défend 2 objectifs : lutter contre les déchets et agir contre le gaspillage. Un concept écologique qui permet d'acheter l'essentiel de ses produits sans emballage imposé et en quantité à la demande. Ici, on achète uniquement ce dont on a besoin et on apporte son contenant ou on utilise les bocaux mis à disposition par le magasin. Parmi les 45 boutiques que compte le réseau, celle de Besançon est tenue par Marine Mangin. Une jeune femme motivée qui a toujours été sensible à la protection de l’environnement. « Déjà engagée dans un mode de vie “ zéro déchet ”, ce besoin d’alléger ma poubelle a toujours été une préoccu-

pation. Je n’ai donc pas hésité quand l’occasion s’est présentée d’intégrer l’enseigne  ! » 100% vrac donc, parmi lesquels 80% de production française et 1/3 des produits provenant du commerce bio. Marine choisit elle-même ses fournisseurs en privilégiant les producteurs locaux et l’agriculture raisonnée. Quant aux clients, différents profils se dégagent : 1/3 environ proviennent du quartier, d’autres font jusqu’à 1h de route pour acheter leurs produits ici, et les autres sont souvent des curieux, qui rentrent pour découvrir le concept et font quelques courses. Il est à noter aussi qu’une fois par mois, Marine organise des ateliers gratuits pour savoir notamment comment emballer ses cadeaux avec

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 7 7 | AV RIL - MAI - JUIN 2019

du tissu, fabriquer son éponge, supprimer le plastique de son quotidien… Une boutique éco-responsable qui montre l’exemple ! www.daybyday-shop.com/magasin/ besancon

Marine Mangin

19


COMMERCE e-commerce

Tout schuss pour Easy Gliss

V

oilà une société qui roule, ou plutôt…qui glisse : 10 000 clients, 4 000 paires de ski vendues par an, 7 salariés avec un objectif doublé d’ici à 2 ans. La clé du succès ? Né en 2009, Easy Gliss est le seul magasin spécialisé de vente de matériel de ski (alpin, randonnée, fond et snowboard) à Besançon, en neuf ou occasion. Il est aussi le seul à proposer une offre complète : vente, location, entretien de matériel et conseil. Par ailleurs, depuis 2011, Loïc Bernard, fondateur et directeur du magasin, a souhaité développer le e-commerce : tous ses produits sont également disponibles à la vente en ligne au même prix qu’en boutique. Une orientation qui a payé puisqu’il est devenu 1er site de vente dans ce domaine et touche tout l’Hexagone, ainsi que les pays voisins d’Europe dont la Suisse. Sur internet, Easy Gliss propose pas moins de 80 marques pour le matériel, le textile, les accessoires, luges, raquettes,… avec une livraison en 24/48h en France et 72h en Europe. Hormis le matériel neuf, parfois proposé à 20 ou 30 % moins cher que certaines enseignes de sport, Easy Gliss est aussi spécialiste du ski d’occasion dû à un parc de location fourni : une belle aubaine pour profiter d’un bon matériel à un prix attractif ! Et parce qu’il n’est pas toujours facile de choisir ses skis, une équipe de conseillers est à la disposition des clients en magasin. Sur internet, cette préoccupation n’est pas négligée puisque le site contient de nombreuses vidéos, tutos, conseils pour bien choisir. Une société qui se développe tout schuss puisqu‘elle prévoit de s’agrandir  : 1 500 m2 d’entrepôt est en prévision à Vaux-les-Près pour assurer avec plus d’efficacité le stockage et les expéditions.

fait maison

Au Bon Gouthé, un projet de reconversion réussi

L

e centre ville de Montbéliard s’est enrichi d’une nouvelle adresse gourmande. Hanane Boutayeb est la créatrice de ce bel établissement. Aide-soignante au centre hospitalier de l’agglomération pendant douze ans, cette Montbéliardaise maman de trois enfants en rêvait depuis toujours. En 2017, Hanane Boutayeb entreprit de concrétiser ce rêve. Fine cuisinière par tradition familiale, elle passe un CAP de pâtisserie dans le cadre d’un congé individuel de formation. En parallèle, elle prépare un business plan et formalise le prévisionnel financier. La recherche d’un fond de commerce prendra encore quelques mois. Le local aménagé et décoré pourra recevoir ses premiers clients en décembre 2018, à quelques jours de Noël. Le succès vient assez rapidement. Au Bon Gouthé est un salon de thé où l’on sert une petite restauration, créative, entièrement faite maison. La carte, renouvelée chaque semaine, comporte toujours un plat oriental, dont un excellent tajine au poulet rôti, carottes au cumin et citron confit. Hanane Boutayeb s’approvisionne auprès de Place du Local, plateforme de distribution de produits frais en circuit court. L’offre en pâtisserie est riche et alléchante comme on peut le voir sur la page Facebook du restaurant. La déco est sobre et soignée. Un mur végétal orné de fleurs fraîches contribue à l’atmosphère paisible du lieu. Au Bon Gouthé bénéficie d’un bouche à oreille flatteur. Projet de reconversion réussi pour madame Boutayeb qui, de plus, a déjà créé un premier emploi. Au bon gouthé

www.easy-gliss.com Loïc Bernard, fondateur et directeur du magasin Easy Gliss à Besançon

Hanane Boutayeb

20

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 7 7 | AVRIL - MAI - JUIN 2019


COMMERCE

Vitabri réveille les marchés de centres bourgs proximité Depuis 25 ans, Vitabri fabrique

Marché bio du dimanche matin, quartier Rivotte à Besançon - Montage Vitabri

L

e commerce non sédentaire a toujours représenté une part importante de la clientèle Vitabri. De ce fait, son dirigeant, Alain Stehly, entretient des relations étroites avec la Fédération Nationale des Marchés de France (FNSCMF). C’est de ce dialogue, au fil des ans, qu’est née l’idée de réinventer le concept de marché. Au cours de la seconde moitié du XXe siècle, la France aux trente-six mille clochers a perdu la moitié de ses petits marchés, délaissés pour l’offre plus clinquante des galeries marchandes. Mais quelque chose est en train de changer. Le succès du bio et du local nous fait redécouvrir les vertus du petit marché de quartier ou de village. Cet intérêt pour les circuits courts rejoint notre envie de convivialité, d’authenticité. Mais cet engouement ne signifie pas un simple retour au passé. Le marché d’aujourd’hui doit être intégralement repensé en termes d’offre commerciale pour correspondre aux

et distribue des tentes et abris d’extérieurs destinés aux usages les plus variés. L’ingéniosité et la qualité de ses équipements a permis à l’entreprise bisontine de devenir l’un des leaders européens du secteur. Sa nouvelle filiale, Service Marché, élargit son offre commerciale.

attentes d’une nouvelle clientèle. Les villes elles-mêmes sont en demande de propositions innovantes. Pour y répondre, Alain Stehly a donc créé une filiale, Services Marché. Pour s’y consacrer pleinement, il en a pris la direction, confiant la présidence du groupe Vitabri à Emmanuel Musner. Cette nouvelle structure développe des « solutions marchés » clés en main, en collaboration avec la FNSCMF. Dans cette approche, c’est donc Vitabri qui définit, en liaison avec la collectivité, le profil du marché, son contenu, son identité spécifique et sa configuration. L’entreprise se charge ensuite de « recruter » les commerçants, et même de les accompagner, les conseiller, car le marché n’est plus seulement une juxtaposition de stands ; c’est un espace collectif, chaleureux, où l’on trouve des tables communes, où l’on accueille des musiciens et des artistes. La logistique (montage, démontage et stockage des tentes) est également assu-

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 7 7 | AV RIL - MAI - JUIN 2019

rée par Vitabri. Le marché Rivotte, à Besançon, est l’un de ces nouveaux marchés, chaleureux, vivants, qui a su capter un public fidèle. En deux ans, l’offre de Vitabri a séduit des dizaines de villes, séduites par ce concept de lieux qui créent du lien. https ://www.vitabri.com

21


SERVICES

Éric Fumey

L’entreprise S.E. Aviation décolle aéronautique La société dirigée par Sébastien Maginot et Éric Fumey conçoit et construit des petits avions

de tourisme. L’activité est en plein essor.

L

es commandes affluent à Pontarlier. Elles viennent désormais du monde entier : d’Allemagne, de Belgique, des Pays-Bas, d’Angleterre, de Norvège, mais aussi des États-Unis, du Brésil, d’Afrique et même des Antipodes avec des clients néo-zélandais et australiens. Avec sa marque Dyn’Aéro rachetée l’été dernier, l’entreprise S.E. Aviation fondée en 2012 par Sébastien Maginot et Éric Fumey connaît un bel essor qui lui vaut de devoir déménager de ses locaux installés sur la zone industrielle de Pontarlier vers un hangar flambant neuf de 1 000 m2 édifié à proximité de l’aérodrome, dans lequel l’entreprise s’installera d’ici le mois de mai. L’entreprise pontissalienne fabrique cinq modèles d’avions désormais 22

estampillés S.E. Aviation : deux versions U.L.M. et trois avions, des M.C.R., du nom des concepteurs de cette gamme dont certains appareils sont capables de voler jusqu’à 300 km/h. « Il y a deux modèles biplaces et un modèle quatre places dont on va sortir une nouvelle version cette année. Nous assurons la prestation complète, de la conception des plans à la livraison de l’avion. La gamme M.C.R. dont S.E. Aviation est le distributeur exclusif des pièces comprend déjà une flotte de 600 appareils à travers le monde. Nous sommes capables d’en assurer la maintenance et de fabriquer les pièces détachées adéquates » explique Éric Fumey, le gérant. S.E. Aviation emploie aujourd’hui 8 salariés, pour un chiffre d’affaires qui

dépasse les 500 000 euros annuels. Idéalement placée à proximité de la piste, S.E. Aviation utilise l’aérodrome pontissalien pour accueillir les appareils qui arrivent à Pontarlier pour des opérations de maintenance. L’installation prochaine dans ses nouveaux locaux devrait permettre à la société pontissalienne de s’organiser de manière encore plus efficiente. « Nous aurons par exemple notre propre cabine de peinture sur place, alors que jusqu’à maintenant nous étions obligés de sous-traiter ce poste » ajoute le gérant. S.E. Aviation n’en finit pas de déployer ses ailes. Un nouveau fleuron de l’industrie pontissalienne. https ://www.se-aviation.fr

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 7 7 | AVRIL - MAI - JUIN 2019


SERVICES

Un garage solidaire pour les plus démunis solidarité Près d’un quart des Français déclare avoir déjà renoncé à un emploi ou une formation faute de

moyen pour se déplacer. Et 41 % des employeurs ont déjà rencontré des difficultés pour pourvoir un poste en raison de problèmes mobilité. À Montbéliard, un garage solidaire s’est créé pour remédier à ses situations.

P

our les plus fragiles, la problématique du déplacement peut prendre des formes multiples, financières, mais également cognitives et psychologiques. Pour certaines personnes, la simple pratique transports en commun peut représenter une difficulté paralysante. Pour d’autres, le passage du permis de conduite apparaît comme une épreuve insurmontable. Dans le département du Doubs, l’association Roue de Secours, créée en 1998, a pour vocation de lever ces freins à la mobilité, qui sont aussi des freins à l’emploi. On peut y louer un véhicule à des tarifs « solidaires », mais on peut également y rencontrer un conseiller pour apprendre à se déplacer plus facilement, en fonction de ses capacités et de son trajet domicile/travail. L’association emploie 8 salariés. Son approche globale et créative en a fait un acteur reconnu dans la sphère de l’Économie Sociale et Solidaire. C’est donc assez naturellement que Roue de Secours a été choisie pour porter le projet de garage solidaire du Pays de Montbéliard. De nombreux acteurs locaux ont été associés à cette coconstruction (FEDER, Etat, CRBFC, CD25, PMA, Fondations PSA, AG2R La Mondiale, EDF, Macif…). Inauguré en juillet 2018, ce garage solidaire, membre du réseau Solidarauto, emploie aujourd’hui quatre salariés et propose trois types de services : la

Hugues Menant, directeur et Reda Kaouani, responsable technique du Garage

location de voitures et de scooters, la vente de véhicules (dans une gamme de prix n’excédant pas 3 000 €), et la réparation automobile (à bas coût). Ces services sont accessibles aux personnes en insertion socioprofessionnelle (revenus inférieurs au seuil de pauvreté) sur prescription des acteurs sociaux en charge de ces publics. À ce jour, 3   500 jours de location ont été assurés. Grace au garage, l’agence Interim Adecco de Montbéliard a pu envoyer sur des missions des personnes qui présentaient des compétences recherchées, mais qui ne disposaient pas de moyen de déplacement.

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 7 7 | AV RIL - MAI - JUIN 2019

Ces véhicules (voitures ou scooters) sont des dons de particuliers et d’entreprises qui souhaitent faire œuvre de solidarité tout en bénéficiant d’une déduction fiscale (66% du prix estimé de reprise pour les particuliers, et 60 % pour les entreprises). A noter que l’association s’occupe de toutes les démarches en cas de dons ! 100 véhicules par an sont espérés afin de répondre aux besoins exprimés, tant à Montbéliard qu’à Besançon. Si cet article vous donne envie de faire cette même démarche, votre générosité sera utile et appréciée. rouedesecours@wanadoo.fr ou 03 81 83 13 28

23


SERVICES tendance

À Vieux Charmont, Oasis Piscines et Spas développe son drive

À

drive La société a quitté Trévenans pour Vieux Charmont,

Un nouveau barbier au poil ! Besançon, chez Barber & Blake, vous entrez dans le royaume de l’homme ! Dans ce nouveau salon ouvert en décembre 2018, uniquement réservé à la gent masculine, Aloïs Gain coiffe, taille, coupe, rase, barbe et cheveux. Dans une atmosphère chaleureuse, mêlant bois et couleur vert amande, le client se sentira tout de suite à l’aise dans ce salon à l’esprit vintage. Esprit qui se retrouve également dans les prestations. En effet, Aloïs met un point d’honneur à proposer l’art du rasage traditionnel : préparation de la peau pour ramollir le poil, serviette chaude pour ouvrir les pores, application de la crème de rasage au blaireau, mousse astringente après le rasage, baume à barbe ou cire de coiffage,… tout est fait dans les règles de l’art. Mais qu’est-ce qui a poussé ce jeune homme de 30 ans à se lancer dans l’art de la coiffure et de la barbe  ? « Ma propre barbe ! Je cherchais à l’entretenir et je me renseignais par le biais de tutos, de vidéos… et l’une d’elles a provoqué le déclic ! » explique-t-il. « Je reste dans le domaine de l’art après une formation initiale en poterie que j’ai abandonnée pour me consacrer à la coiffure. » Puis, il se lance en poussant les portes des écoles de coiffure, fait de nombreux stages, passe le CAP coiffure, puis le brevet profesAloïs Gain, barbier sionnel, se spécialise dans la coiffure homme dans un salon à Chalon-sur-Saône, et se perfectionne aux techniques masculines dans une école à Rotterdam. « Ce sont mes mentors : chaque jour, je m’inspire de l’état d’esprit des Pays-Bas. Ça a été une révélation pour moi ! » Aujourd’hui, la barbe a la cote. Le regard a changé sur cet attribut masculin qui, bien entretenu, peut même devenir un atout supplémentaire. Cet engouement pour la barbe crée des besoins que ce nouveau barbier saura satisfaire avec savoir-faire.

où elle dispose d’une belle surface d’exposition et de plus de place pour son concept de drive.

C

ommander et payer en ligne les produits d’entretien de sa piscine et passer les chercher ensuite en magasin, c’est le concept de drive lancé en 2017 dans la boutique de Trévenans. À Vieux Charmont, où Oasis Piscines et Spas a transféré son activité en janvier, et où elle bénéficie désormais de 620 m2 (contre 280 dans le magasin précédent), le drive a suivi. « C’est une activité complémentaire pour nos clients, nos charriots avec leur commande sont prêts à leur arrivée », explique Éric Tissot, qui avait repris cette entreprise il y 18 ans. « Nous voulions être un peu avant-gardistes. Le drive c’est quelque chose de naissant, ce n’est pas encore très utilisé mais c’est une solution qui est désormais mise en place et pourrait se développer. » Les nouveaux locaux de Vieux Charmont ont également permis de mettre davantage de produits en libre-service et, dans cette zone de l’Allan, à proximité de la sortie 10 de l’A36, offrent une meilleure visibilité à ce commerce dont l’activité est en croissance permanente depuis plusieurs années. « Notre région est encore sous-dotée en piscines, mais le marché a explosé au plan national, depuis 2000, et les abris de protection et pompes à chaleur permettent de profiter de son équipement plus longtemps. » Oasis Piscines et Spas vend et installe des piscines, mais aussi des saunas et des spas, dans une activité bien-être que le dirigeant aimerait développer davantage dans ces nouveaux locaux. Elle assure aussi service, conseil, entretien et rénovation, un marché qui monte… https ://www.oasis-piscines.fr Éric Tissot, Président du groupement Oasis Piscines et Spas

Barber & Blake 24

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 7 7 | AVRIL - MAI - JUIN 2019


SERVICES écologie

Le nettoyage éco-responsable, par Tech-Ozone qui incrustent la saleté et les taches dans les fibres textiles. Une formule naturelle qui élimine les micro-organismes, protège la peau et préJean-Marc Boulay serve l’environnement. L’Éco Laundry poursuit sa destinée commerciale à la faveur des a société Tech-Ozone, basée à nouvelles exigences du public en La Longeville, s’est fait connaître matière d’écologie. Pour compléter en 2015 en proposant, pour la cette offre la PME a développé, en première fois en France, un procédé partenariat avec un laboratoire spéde lavage du linge à basse tempéracialisé, une gamme de produits d’hyture (30°) sans lessive. Le concept, giène, maintenance et de sécurité à baptisé Éco Laundry, repose sur destination des entreprises, indusl’usage des propriétés de l’ozone, tries et collectivités. Distribuées sous une molécule naturellement préla marque Tech-Ozone, plus de 500 sente dans l'atmosphère. Diffusée références couvrent tous les besoins dans l’eau de lavage, l’ozone nettoie des lieux collectifs : produits déteren rompant les liaisons moléculaires

L

gents, dégraissants, désinfectants et autres nettoyants désincrustants. La gamme Tech Ozone se caractérise par des produits éco-responsables, à l’image de ses traitements biologiques et enzymatiques, son déverglaçant écologique au chlorure de magnésium, ses peintures de marquage routier sans solvant ou ses papiers essuie-mains issus du recyclage des briques alimentaires. Lancée en 2017, la nouvelle offre commerciale de Tech Ozone a permis à l’entreprise dirigée par JeanMarc Boulay de conquérir un marché plus large, à l’échelle du Grand Est. http ://www.tech-ozone.fr

Contact

Le réseau de la Transmission / Rep d’entreprises

Le dispositif d’accompagnement à la transmission d’entreprises des Chambres de Commerce et d’Industrie et de la Chambre Régionale de Métiers et de l’Artisanat de Bourgogne Franche-Comté.

Pour toute information et/ou orientation de votre demande, contactez : COORDINATION RÉGIONALE

Transentreprise

Véronique VACHTA v.vachta@bourgognefranchecomte.cci.fr Tél. 03 80 60 40 34

Région Bourgogne Franche-Comté

Le réseau de la Transmission / Reprise d’entreprises

En partenariat avec :

Vos contacts CHR – Tourisme dans le Doubs :

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 7 7 | AV RIL - MAI - JUIN 2019

ght Istockphoto / Fotolia

Audrey BOURIOT T. 03 81 25 25 25 transentreprise@doubs.cci.fr

25


TERRITOIRES

Besançon à l’heure des 24h du temps événement Comme chaque année depuis 2014, Besançon met à l’honneur le savoir-faire horloger.

C

et événement, initié par France Bleu Besançon, est porté par la SFMC (Société Française de Microtechniques et Chronométrie), la Ville et le Grand Besançon. « Les 24 h du Temps » vise à mettre en valeur l’identité horlogère franc-comtoise et le dynamisme économique de toute une région. Mais son ambition est aussi de dépasser l’horizon local, tout comme l’est l’identité horlogère bisontine, reconnue tant au niveau national que par nos voisins étrangers. D’autres partenaires ont d’ores-etdéjà répondu présents comme la CCI du Doubs, Orange, le Département,

26

Emmanuel Tandin et Laurent Sage

la Région Bourgogne-FrancheComté et France Bleu Besançon qui assurera des temps d’antenne en direct et proposera de nombreux jeux avec des cadeaux à la clé. Au cœur de Besançon, capitale du Temps depuis plus de 200 ans, la fête sera au rendez-vous les 22 et 23 juin prochains dans la cour du Musée du Temps et place Granvelle. Pour cette 6e édition, des ateliers, animations, expositions, rencontres, bourse horlogère…seront au programme de cet événement devenu incontournable dans la capitale comtoise. Environ 30 exposants, marques horlogères et créateurs aussi raffinés qu’originaux,

se tiendront à la disposition du public. Il est à noter que le Musée du temps, au cœur de la manifestation, ouvrira ses portes gratuitement durant tout le week-end. La CCI du Doubs inaugurera l’événement dès le vendredi 21 juin de 8h à 10h, par une table ronde intitulée « la montre ne sert plus à rien, chouette… ». Ce débat, qui aura lieu à la CCI du Doubs et animé par un journaliste de France Info, se veut un temps d’expertise autour du devenir de la montre. Que se passe-t-il dans l’horlogerie en 2019  ? Quels sont les enjeux et perspectives  ? Autant de questions qui montreront notamment que la fonction première de la montre, en l’occurrence, donner l’heure, a presque disparu… La montre connectée a-t-elle détrôné la montre classique  ? Et si oui, comment  ? Laurent Sage, directeur des Études Économiques et Territoriales de la CCI du Doubs et les intervenants présents répondront à ces questions et montreront notamment comment l’industrie horlogère doit faire face à cette (r)évolution. www.les24hdutemps.fr

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 7 7 | AVRIL - MAI - JUIN 2019


TERRITOIRES climat

Sentinelles des Rivières, Le projet documentaire de deux kayakistes Technitube, bisontins la CCI du Doubs et n a longuement parlé de l’avenir du travail au cours des Journées Granvelle (pages 28-29), soulignant, les économies d’énergie chez les plus jeunes, le désir d’une vie où l’on peut SDA Technitube Soudures

O

conjuguer passion personnelle et objectifs professionnels. Les Bisontins Marlène Devillez et Nicolas Caussanel incarnent parfaitement cette nouvelle génération. La jeune bisontine est hydrogéologue au service des collectivités locales. Son compagnon, ingénieur de formation, est guide de rivière. Tous les deux sont également des kayakistes de haut niveau : vice-Championne du monde de kayak freestyle pour Marlène, et top 20 mondial en kayak extrême pour Nicolas. Ils ont pagayé sous toutes les latitudes et ils ont appris, au contact des riverains, à quel point les cours d’eau sont affectés, depuis quelques décennies, par le réchauffement climatique. Ce constat les a décidé à réaliser un documentaire sur ce sujet. Ce film de 26 minutes emmènera le spectateur sur les rivières de France (sur le Doubs), de Norvège et du Chili. Un voyage au fil de l’eau pour découvrir les beautés des cours d’eau et la richesse de ces écosystèmes, mais aussi pour exposer les conséquences du dérèglement climatique. Le budget de l’expédition a été obtenu via une plateforme de crowdfunding (un appel honoré à hauteur de 100% en quelques mois). Il reste aux deux kayakistes à financer le travail de montage du film. Pour cette seconde levée de fond, Marlène et Nicolas, ont choisi de s’adresser plus directement au public franccomtois. Le service Environnement de la CCI du Doubs a relayé l’information auprès d’entreprises ayant des pratiques de mécénat. Et votre magazine est heureux de vous faire découvrir ce projet intelligent et enthousiasmant. http://riviereslessentinelles.fr Marlène Devillez et Nicolas Caussanel

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 7 7 | AV RIL - MAI - JUIN 2019

accompagnement À Etupes, le sous-traitant

automobile s’est penché, avec les services de la CCI du Doubs, sur ses consommations d’énergie. Un accompagnement qui consiste en un audit et un plan d’actions avec suivi d’un an.

F

ournisseur automobile, notamment pour PSA, l’entreprise Technitube, à Etupes, emploie 102 salariés au cintrage et formage de tubes d’aluminium, d’acier ou d’inox pour des inserts de boîtes à vitesses, tuyaux d’eau, câbles de freins à mains… Pour améliorer sa rentabilité et mieux gérer son impact environnemental, Technitube bénéficie depuis 2018 de l’accompagnement de la CCI du Doubs et de son dispositif intitulé « TPE-PME gagnantes sur tous les coûts ». La première étape de l’accompagnement a consisté en un audit, à partir des données chiffrées transmises par l’entreprise sur sa consommation de matières premières, d’eau, d’énergie, et sa production de déchets. « L’idée, pour nous, était de travailler sur les coûts énergétiques », explique Sophie Schmitt, directrice générale adjointe de Technitube. Un plan d’action est ensuite proposé, que l’entreprise va choisir de mettre en œuvre en partie ou en totalité. Elle bénéficie ensuite d’un suivi d’un an. Chez Technitube, le plan d’action a été validé en juillet 2018. « La mesure la plus importante concerne la réutilisation de l’énergie d’un compresseur pour chauffer un bâtiment rénové, avec la mise en place d’un échangeur à plaques », détaille Sophie Schmitt. Un second chantier doit bientôt démarrer  : la mise en place de batteries de condensateurs pour stocker l’énergie afin de la réutiliser plus tard. Et un autre est à l’étude pour récupérer les calories des fours de brasage. « Dans ce plan d’actions, il y a quelques investissements à prévoir mais ils sont facilement rentabilisés », conclut la dirigeante. 27


TERRITOIRES

Atelier n°2 : « Les nouvelles formes de management » Charles-Henri Besseyre Des Horts, Professeur émérite HEC Paris ; Sophie Bossong, Directrice Carrefour Chalezeule ; Jean-Marc Vittori, éditorialiste, Les Échos

Journées Granvelle, un public nombreux, captivé par un thème très fédérateur prospective Le Grand Besançon et la CCI du Doubs, avec le soutien de la Région Bourgogne-

Franche-Comté, ont organisé, le mois dernier, la troisième édition des Journées Granvelle. Le thème choisi pour ce grand rendez-vous de l’économie était « travail du futur, futur du travail ».

C

’est le grand rendez-vous qui marque l’arrivée du printemps, le moment parfait pour produire des idées neuves. Le thème de cette année ne pouvait laisser personne indifférent. Comment penser le management à l’heure du numérique  ? Comment concilier les aspirations de ces nouvelles générations, Y ou Z, avec les besoins des entreprises  ? Quelle place pour le travail dans la vie contemporaine  ? Chefs d’entreprise, salariés, étudiants… chacun pouvait se sentir concerné, très directement.

28

Pour lancer la réflexion, les organisateurs avaient convié le philosophe Raphaël Enthoven et la sociologue Danièle Linhart. Une passionnante conférence d’ouverture à deux voix, devant un amphi bondé. La seconde journée a permis d’approfondir le thème à travers quatre ateliers qui se sont déroulés sous la conduite d’experts et à la lumière d’expériences de chefs d’entreprise. En clôture de ces Journées Granvelle 2019, le public s’est retrouvé, toujours aussi nombreux, pour écouter la conférencière

Emmanuelle Duez, fondatrice de The Boson Project, un cabinet de conseil nouvelle génération « qui défriche le monde de l'entreprise de demain ». Deux journées denses, traversées de questions existentielles, dessinant des scénarios d’avenir parfois vertigineux. Le « changement de paradigme » fut l’expression commune à tous les intervenants. De l’avis des experts, nous assistons à la fin d’une époque où la subordination était la principale modalité des relations au travail, une époque où l’information

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 7 7 | AVRIL - MAI - JUIN 2019


TERRITOIRES était avant tout un attribut du pouvoir. L’entreprise de demain, quant à elle, devra être horizontale, transparente et éthique. Et elle devra offrir à ses salariés autre chose qu’une promesse de statut et de progression hiérarchique. La jeunesse qui aborde le monde du travail attend du sens, de l’épanouissement et la liberté d’exprimer largement ses talents. Et même la liberté d’infléchir la règle commune. À ce propos les conférenciers ont parlé d’une entreprise subsidiaire, ce concept selon lequel une responsabilité doit toujours être prise au niveau le plus opportun. Pour tous ces experts, une révolution du management s’impose dans un contexte d’accélération du cycle de l’innovation, où 80% des métiers que l’on exercera en 2030 n’existent pas encore. Ce discours a captivé une audience attentive, mais il a aussi suscité d’intéressantes questions, notamment de la part des chefs d’en-

treprises. Que penser, en effet, de la demande d’éthique dans un monde qui sanctifie l’individualiste  ? L’hyper narcissisme de l’époque peut-il produire de l’intelligence collective  ? Comment piloter ce changement pour satisfaire aux attentes de la génération Z, dans une entreprise où toutes les générations doivent travailler ensemble  ? Doit-on modeler la nouvelle organisation sur les idéaux d’une génération qui aura peut-être des attentes différentes lorsque ces très jeunes le seront un peu moins  ? Un bouillonnement de questions, de réflexions qui fait toute la richesse de ces Journées Granvelle. Personne n’a remis en cause la nécessité de repenser le management, mais, comme le soulignait un chef d’entreprise lors d’un débat  : « l’avenir du travail dépendra des valeurs que nous allons privilégier au sein de la société ».

Open#Business animé par Emmanuelle Duez

Atelier n°3 : « Nouveaux outils de recrutement » Simon Barbier, direction régionale de Figaro Classified Neelie Verlinden, Talensoft

Merci à nos partenaires qui ont soutenu l'événement :

Atelier n°4 : « La transformation des métiers » Xavier Thomas, Groupe La Poste BFC Patrick Vital, Levito E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 7 7 | AV RIL - MAI - JUIN 2019

29


F O R M AT I O N

Chloé en haut de l’affiche marketing Étudiante en contrat d’apprentissage à IMEA, Chloé Fériel a imaginé, pour le compte du magasin

Brico Dépôt de Montbéliard, un outil promotionnel qui a été adopté par l’enseigne au niveau national.

D

ifficile de faire un choix d’orientation quand on a dix-huit ans. Chloé a essayé Médecine. Une première année lui a permis de mieux cerner ce qui lui conviendrait, à savoir une scolarité davantage en prise avec le monde du travail, et des expériences en équipe. En 2016 elle intègre IMEA, le campus de Montbéliard, pour une formation en alternance de Gestionnaire d’Unité Commerciale (GUC), sur deux ans. Le choix de l’entreprise nécessitera quelques mois. Les offres dans les commerces de prêt à porter sont les plus nombreuses mais Chloé n’a pas envie d’une « boutique de fille ». Carole Schneider, responsable du campus montbéliardais, finira par l’aiguiller vers le magasin Brico Dépôt de l’agglomération. L’enseigne est familière à Chloé ; tout ce qui se bricole au domicile familial est lié à ce magasin. C’est un grand point de vente de 4 000 m2 qui compte une cinquantaine de salariés. Rachid Barrihane, son tuteur, toujours en contact avec son école, a fait ses études supérieures à IMEA. Au cours de la première année Chloé fait le « tour du magasin », comme le font tous les futurs responsables de rayon. L’année suivante, elle seconde la responsable du rayon peinture. Elle se familiarise avec la gestion, les achats et le management des équipes. À l’été 2018, diplôme en poche, Chloé décide de poursuivre par une année de Licence. Le temps de présence en entreprise devient plus important (3 semaines sur 4). Cet automne-là, les Brico Dépôt reçoivent un nouveau 30

logiciel de gestion. Tous les responsables sont initiés à ce nouvel outil mais Chloé, elle, bénéficie d’une formation plus approfondie et devient le référent. C’est elle que ses collègues consultent lorsqu’ils butent sur une difficulté. C’est également au cours de cette année que la jeune femme développe le projet de signalétique commerciale qui lui vaudra l’attention de la direction nationale de l’enseigne. Les magasins ont reçu consigne de mettre en avant les nouvelles références, de la façon qui leur paraîtra opportune. Chloé imagine un type d’affiche-bâche qui ornera

les étages supérieurs des rayonnages. De passage à Montbéliard, le directeur régional remarque le projet, le photographie et le partage en réunion nationale. En quelques mois, l’idée de Chloé essaime. Son concept d’affichage sera naturellement au cœur de son mémoire de Licence. La suite ? Chloé hésite encore. Intégrer l’entreprise ou poursuivre par un Master en management. La seconde option lui serait profitable, pense-telle. À Brico Dépôt on respectera son choix, en espérant l’accueillir après l’été, d’une façon ou d’une autre. Chloé Feriel, étudiante IMEA (3e année, Responsable de la Distribution) chez Brico dépot

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 7 7 | AVRIL - MAI - JUIN 2019


F O R M AT I O N

Une réponse à la pénurie de polisseurs Benjamin Toussaint et Mélody Martin Campus IMEA Vesoul

dynamisme

Campus IMEA Vesoul, un bureau des étudiants très actif

L

es étudiants de l’école de commerce de la CCI du Doubs et de Haute Saône sont naturellement entreprenants. Le Bureau des Étudiants reflète bien cette vitalité. À Vesoul, l’association est pilotée par Melody Martin et Benjamin Toussaint, les deux délégués de classe. L’équipe (11 étudiants) s’est fixée pour objectif de financer, au cours de leurs deux années de scolarité, un projet de sortie. Cette escapade collective devant comporter un volet professionnel et un volet purement récréatif. Le budget nécessaire s’est constitué au fil des actions imaginées par le groupe. « On a été très actifs », souligne fièrement Melody. « Nous nous sommes rapprochés des organisateurs de la Sainte Catherine, la grande fête d’automne de Vesoul. La première année nous avons tenu un stand de crêpes et de gaufres, qui a eu beaucoup de succès. L’année suivante, nous nous sommes impliqués dans l’élection des Catherinettes. C’était une façon de mieux valoriser nos talents d’organisateurs. Nous avons aussi noué un partenariat avec la Biscuiterie Billiotte ; chacun de nous a vendu les produits dans son cercle personnel, avec une marge que nous avons bien négociée. On a aussi organisé un grand loto. Toutes ces actions remplissent notre cagnotte, mais à chaque fois, c’est aussi l’occasion de parler de l’école, de faire des rencontres intéressantes et de travailler en mode projet ». La sortie a eu lieu les 17 et 18 mars dernier. Au programme : Franchise Expo à Paris, suivi de Disneyland. De l’avis général, le salon international de la franchise est un lieu excitant, qui fourmille d’idées. La réussite de toutes ces enseignes, dans tous les secteurs, a de quoi faire travailler les imaginations. Quand au royaume de Mickey, l’esprit de la fête n’a pas empêché les étudiants de remarquer que le commerce y est pratiqué à un haut niveau d’excellence. https ://www.imea.info E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 7 7 | AV RIL - MAI - JUIN 2019

main d'œuvre Plusieurs partenaires se sont unis

pour lancer une formation d’opérateur en polissage à Morteau. La première promo compte dix stagiaires.

L

’union fait la force. Sous l’impulsion de la Ville de Morteau, des partenaires ont créé de toutes pièces une nouvelle formation professionnelle à Morteau afin de répondre à la pénurie de main-d’œuvre à laquelle sont confrontées les entreprises françaises, sérieusement concurrencées sur ce point par leurs voisines situées à quelques kilomètres de là, de l’autre côté de la frontière. La Ville, Pôle Emploi, le Greta du Haut-Doubs et plusieurs entreprises locales de la branche métallurgie ont mis en commun leurs moyens pour lancer cette formation hébergée dans un local mis à disposition par un des entrepreneurs impliqués. « Les entreprises nous ont alertés sur les difficultés de trouver de la main-d’œuvre dans ce secteur d’activité. Avec le soutien des entreprises, nous avons fait l’acquisition des machines pour équiper l’atelier. Cette nouvelle formation devrait monter en puissance », se félicite Cédric Bôle, le maire de Morteau. Les personnes inscrites dans ce cursus depuis son démarrage en fin d’année dernière viennent d’horizons très différents. Jusqu’en mai, les stagiaires auront suivi 830 heures de cours théoriques et pratiques, dont 6 semaines en entreprise. Ils vont ainsi acquérir les compétences techniques de base pour réaliser le polissage de différentes pièces en bijouterie, horlogerie, maroquinerie… Ces premiers stagiaires, dont quatre jeunes femmes, valideront leur année par une certification professionnelle qui leur permettra d’être immédiatement employables. Cette formation, dont le coût global s’élève à 100 000 €, est financée par Pôle Emploi dans le cadre du Plan Investissement Compétence lancé par la Région Bourgogne-Franche-Comté.

31


Abonnez-vous à la version électronique d' sur www.doubs.cci.fr

et recevez par mail votre magazine à feuilleter en ligne.

AGENDA JEUDI 23 MAI Les ateliers de la Performance CCI MAP sur le thème « Manager plus efficacement son plan d’actions commerciales et ses équipes de vente ». Inscriptions par mail : gpenuela@cci.doubs.fr

DU SAMEDI 25 MAI AU DIMANCHE 2 JUIN Foire comtoise, invité d'honneur : l'Espagne Micropolis - Besançon https://www.micropolis.fr

DIMANCHE 26 MAI 6e édition de la Color Life à Besançon. Initiée par les étudiants d’IMEA et La Ligue contre le cancer, comité du Doubs, cette course festive et solidaire aura lieu comme chaque année sur les rives du Doubs. Contact : 03 81 25 25 18 colorlifebesancon

Maison de l’Économie 46 avenue Villarceau à Besançon

MARDI 17 SEPTEMBRE Atelier d’information Certification Origine France Garantie, organisé par la CCI du Doubs et l'Afnor.

DU MERCREDI 26 JUIN AU MARDI 6 AOÛT Soldes d'été 2019

Réduire les risques liés aux déplacements professionnels : découvrez le guide des bonnes pratiques ! Première cause d’accident mortel au travail, le risque routier est un risque professionnel à part entière que l’employeur doit prendre en compte. Conduire pour se rendre au travail ou pour effectuer une mission d’ordre professionnel expose à un risque d’accident. Dirigeants du secteur public ou d’entreprises privées, commerçants, artisans… tous sont concernés et responsables de la sécurité de leurs salariés. Ce guide est un outil pour aider les employeurs à prévenir le risque lié aux déplacements professionnels. Guide consultable et téléchargeable sur : http://www.msr25.doubs.equipement.gouv.fr/

32

MARDI 18 JUIN - 19H Open#Business

RÉUNIONS ENTREPRENDRE

2019

Des séances d’information collective gratuite pour tout savoir sur la création d’entreprise !

BESANÇON | 9h ➞ 12h 2 mai 6 juin 4 juillet MONTBÉLIARD | 9h ➞ 12h 16 mai 13 juin 4 juillet PONTARLIER | 9h ➞ 12h 21 mai 18 juin 9 juillet

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 7 7 | AVRIL - MAI - JUIN 2019


EUROPE Rubrique réalisée en collaboration avec la CCIR Franche-Comté service Europe Entreprise Europe Network

Les brèves de l'Europe Fonds structurels : anticiper la fin des programmes 2014-2020 La génération de fonds européens 2014-2020 approche de son terme dans notre région. Un point de situation est en cours pour envisager les mesures à prendre afin d’optimiser la consommation des crédits et ne pas rendre d’argent à Bruxelles !! Force est de constater que les mesures qui s’adressent aux entreprises et à leurs filières sont fortement sollicitées. Certaines qui soutiennent les investissements productifs des entreprises devraient être provisoirement fermées en attendant un possible réabondement par transferts de crédits au sein du programme. De premières décisions devraient intervenir dans ce sens lors d’un comité de suivi partenarial en juin 2019 piloté par le Conseil régional.

Fonds européens : préparer la prochaine génération de programmes 2021-2027 Alors que la génération de fonds 2014-2020 approche de sa fin, une autre se prépare qui couvrira la période 2021-2027. Outre les impacts du Brexit qui entraînera une baisse des ressources globales, il est permis de penser que le résultat des prochaines élections européennes pourrait influer sur le calendrier voire sur l’orientation de ces financements dont les règles de fonctionnement n’ont pas

encore été officiellement arrêtées. En attendant et compte tenu de la longueur et de la complexité du processus administratif devant conduire à l’adoption de nouveaux programmes régionaux, la concertation régionale a démarré. Elle se poursuivra tout au long de l’année 2019 sous l’égide du Conseil régional. Il s’agira de mettre à jour le diagnostic du territoire, de faire émerger les besoins de notre grande région et les priorités à soutenir avec les fonds européens pour la prochaine décennie.

Améliorer et faciliter la libre circulation des produits en Europe L’âpreté des négociations et les enjeux qui s’attachent à la mise en œuvre du Brexit montrent en négatif l’importance des règles qui gouvernent aujourd’hui la libre circulation des produits au sein du marché unique européen. De fait, lorsque les produits ne disposent pas de règles harmonisées au niveau européen c’est un principe dit de « reconnaissance mutuelle » qui s’applique et qui permet à tout produit légalement commercialisé dans un État membre européen de pouvoir l’être sans entrave dans les autres pays. Pour donner une plus grande réalité et efficacité à ce principe de « reconnaissance mutuelle » la Commission européenne vient de modifier sa législation avec l’adoption, le 19 mars 2019, du règlement 2019/515. Ce texte institue notamment une

« déclaration de reconnaissance mutuelle » qui devrait permettre aux entreprises de démontrer plus facilement que leurs biens sont commercialisés légalement dans un autre État membre et ainsi faire valoir leurs droits. Ce nouveau règlement sera applicable à partir du 19 avril 2020.

Vous avez dit consultation publique ? Alors qu’un vent de contestation souffle dans de nombreux pays européens et qu’une aspiration grandissante se fait pour que les citoyens et parties prenantes soient mieux associés aux décisions publiques, il apparaît paradoxal de constater que les français, particuliers comme entreprises, sont globalement peu présents et peu nombreux à participer aux consultations publiques que lance régulièrement la Commission européenne. Sans doute le système n’est-il pas parfait ni suffisamment connu mais il a le mérite d’exister ! Rappelons donc qu’il est possible de faire entendre sa voix sur de nombreux sujets réglementaires, techniques, politiques ou sociétaux débattus au niveau européen et qui nous concernent tous. On peut citer notamment le changement climatique, la mobilité du futur, l’économie circulaire, la gestion de la ressource forestière…. Rendez vous sur le site  : https://ec.europa.eu/info/consultations_fr

Pour toute recherche de partenariats européens, merci de prendre contact avec : Anne-Marie VIEUX - CCI BOURGOGNE FRANCHE-COMTÉ - ENTREPRISE EUROPE NETWORK Mail : een@bourgognefranchecomte.cci.fr

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 7 7 | AV RIL - MAI - JUIN 2019

33


vu lu LIVRE

Le numérique, pour le meilleur et pour le pire Mae Holland, brillante jeune femme, est recrutée par une multinationale de l'informatique dont l'effectif - plus de 10 000 personnes s'accroît chaque jour. Les locaux, implantés à San Francisco comprennent  : restaurants, stades, dortoirs. Sans doute parce que les temps de pause : repas, toilettes, sommeil, sont comptés. Mae est au suivi/ clients. Chaque échange est surveillé et noté. Grâce à son travail enthousiaste elle est remarquée par un manager... La voilà équipée d'une caméra sur la poitrine et d'un écran sur l'avant-bras. Elle diffuse ainsi la doctrine et les activités du Cercle et comptabilise, en retour, ses « watchers » parmi lesquels entrepreneurs et politiciens. Certains jours ses fans sont plusieurs millions. Près de la moitié des américains sont inscrits et les projets se multiplient  : surveillance de tous les logements (et donc plus de vols ni de brutalités !), implantation de puces dans le corps des délinquants etc... Mae n'écoute pas le seul de ses amis faisant preuve de lucidité  : « Si on ferme le cercle autour de tout le monde, ça va être un cauchemar totalitaire ». Il faut dire que son engagement dans la communauté tentaculaire lui a fait perdre son affectivité. Son personnage n'en est pas moins attachant et ses avatars passionnants. On pense bien sûr au prémonitoire « 1984 » de George Orwell, mais soixante-dix ans après sa parution, à l'heure de la vision satellitaire, la reconnaissance faciale, l'exploitation des données personnelles par les GAFA, sans parler de l'Intelligence Artificielle et de ses avancées. Détail révélateur  : l'auteur n'a pas voulu de l'appellation « Roman » sur ce récit. Bernard Sertout Pour aller plus loin : Le quotidien Les Échos publie dans son numéro du 12 mars, un schéma sur deux pages foisonnantes, sur les activités de « La pieuvre Amazon ». Dave Eggers - Le Cercle - Ed. Folio

34

EXPO

Le monde de Jules Verne à la Saline d’Arc et Senans Du 31 mai 2019 à janvier 2020, une grande exposition à la Saline Royale d’Arc et Senans présentera une rétrospective de l’œuvre de Jules Verne, écrivain du XIXe siècle. Dessins de reconstitutions, livres, gravures, cartes géantes représentant les itinéraires des personnages retraceront ses voyages extraordinaires, sa quête d’ailleurs et rythmeront le parcours de l’exposition. www.salineroyale.com

DISTINCTION

Montbéliard : le 19 devient centre d’art contemporain « d’intérêt national » Le 19, Centre régional d’art contemporain de Montbéliard, labellisé « Centre d’art contemporain d’intérêt national » depuis décembre dernier, présente, soutient et diffuse la création contemporaine artistique par le biais d’expositions, de résidences et d’aides à la production d’œuvres.. http://le19crac.com

COLLOQUE

Courbet autrement Les 27, 28 et 29 juin prochain, se tiendra un colloque international organisé par le Département du Doubs et la Ville d’Ornans, en collaboration avec l’Université de Franche-Comté. Placé sous le haut-patronage de Jean-Luc Marion, membre de l’Académie française, ce colloque donnera aussi l’opportunité à de jeunes chercheurs de faire connaître leurs travaux qui portent un autre regard sur le peintre d’Ornans. www.doubs.fr E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 7 7 | AVRIL - MAI - JUIN 2019


ESPACES DE COWORKING

À MONTBÉLIARD — 4 RUE JEAN BAUHIN —

+ 1 SALLE DE RÉUNION + 1 ESPACE CONFIDENTIEL

Plus d'informations : CCI du Doubs — Tél. : 03 81 31 25 25 accueil.montbeliard@bfc.cci.fr


à Besançon

vos événements professionnels clé en main

1400 M 2 DÉDIÉS à vos congrés, séminaires, réunions, assemblées générales, formations…

Une capacité de

ESPACES MODULABLES Des SERVICES SUR MESURE Un lieu 100% CONNECTÉ

Contact : Corinne FRANCART Ligne directe : 03 81 25 26 48 Standard : 03 81 25 25 25 maisoneco@doubs.cci.fr

Maison de l’économie 46, avenue Villarceau 25000 Besançon

www.maisoneconomie.com www.doubs.cci.fr

FA I R E AVA N C ER T O U T E S L E S EN V I E S D’EN T R EP R EN D R E

Communication CCID - mars 2019 - photos : Laurent Cheviet - Yves Petit

Des

365 PLACES

Profile for CCI du Doubs

Expression Active 77  

Le magazine économique de la CCI du Doubs. Atout - Un argument de vente indéniable

Expression Active 77  

Le magazine économique de la CCI du Doubs. Atout - Un argument de vente indéniable