Page 1

www.doubs.cci.fr

no68

LE MAGAZINE ÉCONOMIQUE DE LA CCI DU DOUBS

janv. > mars 2017

ET PROFIALIS CRÉA PROFILS DE FRANCE

PUREMENT CHOCOLAT REPRIS PAR UN ANCIEN SALARIÉ

VITABRI À LA CONQUÈTE DES MARCHÉS DE FRANCE

PAGE 18

PAGE 24

PAGE 26

ENTREPRISE

DES RECETTES POUR LE BONHEUR


MTÉ treprise.com

www.transen

BOURGOGNE

FRANCHE-CO

Un réseau et des outils pour réussir votre cession ou reprise d’entreprise

Transentreprise, le dispositif d’accompagnement à la transmission/reprise d’entreprise des Chambres de Commerce et d’Industrie et des Chambres de Métiers et de l’Artisanat.


PAR DOMINIQUE ROY PRÉSIDENT DE LA CCI DU DOUBS

Avec 2017, un nouveau mandat de 5 ans commence à la CCI du Doubs. La nouvelle année marque aussi la création de la CCI Régionale Bourgogne Franche-Comté. Ces événements sont donc la toile de fond des vœux que je vous adresse d’une belle et bonne année. Je souhaite qu’elle puisse vous permettre de voir aboutir les projets personnels ou professionnels qui vous tiennent à cœur. En 2017, vous pourrez compter sur la nouvelle équipe d’élus chefs d’entreprises, fortement renouvelée aux dernières élections. Ils s’engagent à vous servir, défendre vos intérêts, accompagner votre entreprise, vous conseiller, notamment dans vos projets de création et de reprise, vous informer, former vos futurs collaborateurs avec Imea, l’école de Commerce. Le 1er semestre de cette année sera exceptionnellement consacré à définir le plan stratégique de mandature pour les 5 ans à venir. Il repose sur les 4 engagements que nous avons pris lors des élections de novembre 2016 : . Gérer le budget de la CCI en chef d’entreprise et garantir notre équilibre financier pluriannuel pour financer des actions de proximité . Proposer aux entreprises des prestations correspondant aux enjeux de leur activité, mobiliser nos expertises historiques pour faire de votre CCI votre partenaire au quotidien . Définir un projet avec les territoires et leurs représentants en prenant en compte chacune de leurs spécificités . Valoriser au niveau de la Grande Région les éléments stratégiques en répondant aux intérêts de vos entreprises et de nos territoires.

Engagement

A cet instant, malgré toutes les incertitudes d’un contexte en pleine mutation, je demeure certain d’une chose « la volonté commune de notre Bureau de poursuivre les services développés ces dernières années dans le Doubs, de renforcer encore plus nos actions de proximité. Cette dernière est vitale pour les territoires compte tenu des décisions politiques relatives aux grandes régions. »

sommaire

À toutes et à tous, bonne année,

page 04 conjoncture Suisse : après l’inquiétude, la récession. page 06 made in Doubs… et alentours. page 9 focus Des recettes pour le bonheur page 13 cci en actions. page 16 échos de l'éco. Et Profialis créa profils de France. Purement chocolat repris par un ancien salarié. Vitabri à la conquête des marchés de France. page 28 info'pratique. page 30 vu/lu. Journal de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Doubs, 46 av. Villarceau, 25042 Besançon cedex, Tél. 03 81 25 25 25, www.doubs.cci.fr Contact : expression.active@doubs.cci.fr - Directeur de la publication : Dominique Roy, président de la CCI du Doubs - Rédacteur en chef : Sylvie Dejour-Albahary - Chef de projet : Corinne Nevière - Ont collaboré à ce numéro : Pierre Accard, Monique Clémens, Jean-François Hauser, Lucie Thiery, NF2 - Photographies : Laurent Cheviet - Maquette : Magazine - Mise en page : Olivier Rovelas, CCI du Doubs - Dépôt légal : 2 e trimestre 2005. ISSN : 1637-9454.

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 68 | JANV IER - FÉ VRIER - MAR S 2017

3


Sans titre-1 1

24/01/2017 16:45


Sans titre-1 2

24/01/2017 16:45


... et alentours L’Ortolan Truffe de la Fromagerie Milleret La petite fromagerie créée en 1921 par Henri Milleret est devenue une entreprise de 150 salariés, toujours 100 % familiale, dont les produits sont distribués dans la plupart des enseignes de la grande distribution. Elle commercialise chaque année plus de 6 000 tonnes de pâtes molles, dont les fameux Ortolan, Roucoulons et Charcennay, fabriqués dans la plus grande tradition fromagère. L’Ortolan est le produit leader de la fromagerie depuis les années 80. C’est un fromage de la famille « pâte molle et à croûte fleurie ». Il est déjà décliné en deux formats et en différentes versions : allégé, bio, ou sans lactose. Cette notion de famille de produits autour d’un fromage au nom familier, est essentielle aux yeux des distributeurs. Cette année, la marque Ortolan s’enrichit d’une création très originale : l’Ortolan Truffe. Ce nouvel Ortolan se présente dans un format plus petit; c’est un fromage de dégustation qui trouvera sa place sur les plateaux de

Les lames de terrasse en robinier La préoccupation environnementale est de plus en plus présente dans l’esprit des consommateurs. C’est ainsi que les bois exotiques, qui furent tant prisés dans les années 90 (notamment pour le mobilier

fin d’années. Le truffe provient d’Italie, elle représente 2 % du poids du fromage et elle offre une vraie présence arômatique (sans colorant, sans conservateur, sans additif). On la découvre sous forme d’une ligne sombre qui traverse le fromage en son milieu. La douceur de l’Ortolan favorise l’expression du parfum singulier de cette fabuleuse Tuber Melanosporum que Brillat-Savarin appelait « le diamant de la cuisine ». Dévoilé cette année au 27e salon international de l’alimentation (SIAL), l’Ortolan Truffe a été récompensé du Prix Saveur 2016. sur www.milleretfromager.com

d’extérieur) sont progressivement délaissés au profit d’essences locales. Un retour en grâce que constate avec bonheur Éric Ducrot, dirigeant de la scierie les Avivés de l’Est, installée depuis 1864 à Vellevans, au cœur du massif forestier franc-comtois. Ses lames de terrasse en robinier connaissent un succès grandissant. Originaire d’Amérique du Nord et introduit en France à la fin

du XVIe siècle par Jean Robin, botaniste de Henri IV, le robinier est abondamment présent dans l’arc jurassien. Ce « bois de pays » a la particularité d’être très dur et quasiment imputrescible sans nécessiter de traitement. Outre ses qualités naturelles, le robinier des Avivés de l’Est est produit dans une scierie moderne très investie dans le développement durable. L’entreprise traite chaque année plus de 12 000 m2 de grumes de feuillus issus des forêts franc-comtoises gérées durablement (PEFC). Ses séchoirs et ses étuves sont alimentés par une chaudière biomasse (écorces et plaquettes). La qualité des bois et la rigueur de sa gestion ont permis à cette PME de 19 salariés de doubler son chiffre d’affaire en dix ans. Les Avivés de l’Est exportent désormais 40 % de leur production. Et depuis peu, en Asie. sur www.avives-est.com

6

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 68 | JANV IER - FÉ VRIER - MAR S 2017


Mobilier métallique made in Franche-Comté Brut Métal est la marque de mobilier d’intérieur et d’extérieur créée par l’entreprise 3F Soudure, basée à Dampierre-les-Bois (25). Cette PME de 10 salariés est spécialisée dans la réalisation de pièces métalliques (inox, acier, aluminium…) de haute technicité pour de grands donneurs d’ordres dans les domaines de l’énergie, de l'automobile, l'aéronautique, et autres secteurs de la construction mécanique. L’entreprise disposant de vastes locaux très bien équipés, Fabrice Helfer, son dirigeant, décide en 2015 de diversifier l’activité en proposant une offre de mobilier en métal pour une clientèle nouvelle de particuliers et de collectivités. La marque Brut Métal est déposée. Une gamme se construit au fil des ans. Les premières réalisations sont des pots et des jardinières de grand format, pour les espaces publics. Les pièces se distinguent par la singularité de leur design. Expert dans la technique de la découpe laser, les dessinateurs de Brut Métal conçoivent des motifs ajourés qui allègent les objets et qui deviennent la signature de la marque. Des collections se dessinent : des tables de bistrot et leurs chaises, des tables basses de salon, des bancs, des claustras d’extérieur.

Les pièces s’offrent en différentes finitions (peintures thermo laquées, acier Corten, inox poncé…). La production est intégralement conçue et réalisée dans les ateliers Dampierrois. Le bureau d’études de Brut Métal propose également des réalisations sur mesure. Cette solution permet notamment aux collectivités de se doter de bancs ou d’aires de pique-nique originales, séduisantes et d’une extrême robustesse. sur www.brut-metal.com

Naissance d’une marque d’exception Tout est exceptionnel dans ce projet, à commencer par l’idée même de créer une marque d’horlogerie haut de gamme dans un marché en crise. Mais pour Anthony Simao, fondateur de la marque, et son associé designer Mickaël Bourgeois, l’audace est précisément ce que les marchés attendent. Ils ont donc décidé de proposer ce qui n’existe pas : un garde-temps de haute-facture, entièrement développé, fabriqué et assemblé en France. La marque Lornet est déposée en 2014. Il faudra deux ans aux concepteurs pour parachever leur œuvre. En novembre 2016, la marque présente son premier modèle, une montre homme, baptisé LA-O1. Sur les 158 pièces qui composent ce modèle, seules trois ne sont pas (encore) françaises. Autre audace : la Lornet ne possède pas de cadran. Elle est dotée de deux verres saphir anti-reflet (côté face et côté fond), qui laissent le regard se perdre dans son architecture tridimensionnelle. Certaines surfaces de sa platine sont squelettées, permettant d’alterner les surfaces polies, satinées et microbillées dans un surprenant jeu de lumière. Cette sculpture en mouvement héberge un calibre automatique, intégralement conçu par Anthony Simao. Inédite également la commercialisation de cette montre, éditée à 100 exemplaires et vendue exclusivement en ligne sur le site de Lornet. Une marque construite pour durer, chaque composant faisant l’objet d’une production « de volume augmenté » afin de garantir pour les générations à venir les éventuelles révisions de chaque modèle avec ses composants d’origine. sur www.lornet-watches.com 

Le miel au thé Matcha de Miel et Miels En 1958, un groupe d’apiculteurs décide de s’organiser en coopérative de production. Baptisée France Miel, cette « Coopérative nationale des apiculteurs de France » se donne pour mission la valorisation des produits et des savoir-faire, dans un esprit de solidarité entre les producteurs. Cette démarche de progrès aboutira quelques années plus tard à la création de la Sté Naturalim France Miel, filiale dédiée à la mise en pot et la commercialisation, basée à Mouchard (39), et qui deviendra très vite un acteur majeur de la filière miel. Miel et Miels est la marque prestige de la coopérative. Dans leurs élégants petits pots de verre, tels des bijoux de créateurs, les élixirs de Miel et Miels composent un festival de parfums et de saveurs. Réputée pour ses miels de crus et ses miels et terroir (Miel de Coriandre du Cher, Miel de Carotte du Languedoc, Miel de Ronce de Bourgogne, Miel des Forêts de Sologne, Miel des Vallées du Dauphiné…), la marque propose également une collection baptisée Mariages de Saveurs (Roses et Miel, Fruits Secs et Miel, Agrumes et Miel…). La dernière création de cette gamme est un miel au thé Matcha, à la robe sombre, aux notes puissantes et subtiles. Alliant les propriétés naturelles du miel et les bienfaits du thé Matcha, antioxydant reconnu pour ses vertus fortifiantes, ce nectar a séduit le jury du concours Miam qui se tient chaque année au SIAL, et lui a accordé le prix de l’Originalité 2016. sur www.miel-etmiels.fr

7


Focus ENTREPRISE

Des recettes pour le bonheur Entre le stress du résultat, l’obligation de prendre des décisions stratégiques et d’assumer de multiples responsabilités, le chef d’entreprise est soumis à une pression permanente. Pourtant, dans ce quotidien tourmenté, le bonheur a sa place. Entre quête de sens et de valeurs, le coach Jean-François Thiriet donne des clés pour toucher du doigt cet état de plénitude.

L

e bonheur n’est pas une idée neuve en Europe. Pour Platon comme pour Aristote, le rôle de la politique était d’assurer ou de rendre possible le bonheur des citoyens. Le lien entre l’art de gouverner et le bien-être individuel a été établi très tôt et il est resté un souci constant de la pensée politique occidentale. Si le bonheur est connu pour être aujourd’hui dans le pré, il peut être aussi dans les entreprises au sein desquelles le bien-être des collaborateurs représente depuis longtemps l’un des objectifs principaux des politiques de management. Car un salarié heureux se sentira plus impliqué et sera plus performant. Par exemple, il n'hésitera pas à faire davantage d'heures pour terminer un dossier important. Il sait qu'en retour, ses managers sauront le remercier. Une

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 68 | JANV IER - FÉ VRIER - MAR S 2017

étude américaine publiée au printemps dernier dans le Journal of Business and Psychology de Springer fait apparaître que 25 % des performances des salariés sont directement liées à leur bien-être. Autre enseignement : l’humeur du dirigeant a un effet direct sur le moral des équipes et sur leurs activités. L’équation est donc simple. Si le chef d’entreprise est heureux, les employés le sont également, donc ils travaillent mieux et la santé économique de l’entreprise est au beau fixe. Plus qu’un simple discours sur le stress patronal et sur les risques psychosociaux, le bonheur des dirigeants apparaît donc comme une exhortation, un indispensable à la réussite de l’entreprise. Encore faut-il savoir comment l’atteindre ? Cette quête n’est pas aussi simple qu’il y paraît. 9


Focus PERMA, LE SIGLE DU BONHEUR Afin d’aider les entrepreneurs dans leur quête, Jean-François Thiriet conseille de s’appuyer sur le modèle Perma. Développée par le psychologue Martin Seligman, cette recherche du bonheur s’articule autour de cinq éléments de base de bien-être et de bonheur : • Positive emotions (émotions positives), • Engagement, • Relationships (relations aves les autres), • Meaning (sens) • Achievement (accomplissement).

Dans le cadre de la Semaine nationale de la création, la CCI du Doubs et la Chambre de métiers et de l’artisanat du Doubs ont organisé, pour la première fois, une soirée commune sur le thème « Les clés pour être un entrepreneur heureux ! » à destination des nouveaux entrepreneurs. L’événement a réuni plus de 110 jeunes dirigeants à la Maison de l’économie de Besançon.

10

Il ne suffit pas de choyer ses employés pour se transformer en patron heureux, dynamique et motivé. « Notre capacité à atteindre le bonheur dépend à 40 % de nous-mêmes, à 50 % de notre patrimoine génétique et à 10 % seulement des événements extérieurs… Ce qui revient à dire que l’on peut être heureux, même en période de crise. Si les événements extérieurs ont un impact certain, le bonheur est avant tout une histoire personnelle », explique François Thiriet, coach d’entreprise, consultant et facilitateur en intelligence collective. De nombreux salariés deviennent ainsi entrepreneurs dans l’espoir de s'épanouir davantage dans leur vie professionnelle et de gagner en liberté. « Souvent, ils font ce choix pour le plaisir d’être seul maître à bord, de n’avoir aucun compte à rendre à personne, poursuit le formateur. Réduire cette quête du bonheur à une approche strictement hédoniste représente une grande erreur. Il ne faut pas confondre bonheur et plaisir, ce dernier étant par essence éphémère ». S’il est vrai que le bonheur inclut l’idée de plaisir, il associe la notion de sens, et surtout, le fait de répondre à un but, à une aspiration profonde. Le bonheur ne s’acquiert donc pas d’un coup de baguette magique. « Être heureux n’est pas un sport d’amateurs », disait Christopher Peterson, l’un des pères de la psychologie positive. Cela nécessite de se poser de vraies questions : quelles sont mes valeurs, quels sens puis-je donner à mon activité, pourquoi suis-je chef d’entreprise ? Il est où le bonheur ? «  Conscient de sa responsabilité dans un monde interdépendant, le dirigeant s’interroge aujourd’hui sur son utilité, sa contribution à la construction d’un monde idéal, précise Jean-François Thiriet. Il possède l’envie de satisfaire ses ambitions en donnant du sens à ce qu’il fait. Il se soucie moins de l’argent ou du pouvoir que de la qualité de ses relations avec ses équipes, ses clients et ses fournisseurs. C'est en créant un vrai lien de confiance, un relationnel fort et durable, une relation émotionnelle entre la marque, l’entreprise et le client que l'on fidélise le mieux aujourd’hui  ». La quête du bonheur et du sens a en effet plus de chance d’être couronnée de succès lorsque l’individu se concentre sur autre chose que lui-même. Cette démarche, Mylène Laurent l’a expérimentée, en créant en 2015 à Besançon, Innov’Events. À la tête de cette société dédiée à l’organisation d’événements, la jeune dirigeante mise sur l’innovation pour se différencier, mais surtout pour donner une réponse sur mesure aux demandes de ses donneurs d’ordre. « J’ai décidé de privilégier la qualité des échanges avec Mylène Laurent : j’ai décidé de privilégier la les clients plutôt que la quantité. Aujourd’hui, je qualité des échanges avec les clients plutôt suis heureuse au sein de mon entreprise car je fais que la quantité. ce qui me plaît : mettre mes compétences au service de la satisfaction des clients. Je vis une belle aventure riche de rencontres à la tête de mon entreprise, malgré la fatigue et les coups de stress ». Le bonheur des uns fait le bonheur des autres Une fois heureux, l’entrepreneur doit transmettre son enthousiasme à ses équipes. Là encore, le sujet mérite réflexion. La France se classe douzième, sur quinze pays, en matière de satisfaction au travail, selon le baromètre Edenred-Ipsos de juin dernier. Seuls 11 % des salariés français sont heureux de rejoindre leur poste le matin. « Nous sommes à la fin d’un modèle de management. Il est fini le temps d’une vision utilitaire de l’homme au travail, considéré comme de la main-d’œuvre, de la ressource humaine. Les générations qui arrivent ne sont plus prêtes à entendre ce discours. Elles exigent un accroissement du besoin de sens et d’utilité. Savoir reconnaître la performance et remercier ses collaborateurs est indispensable », conclut Jean-François Thiriet. Des préoccupations qu’il reste à faire coller avec celles des chefs d’entreprise en quête de bonheur.

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 68 | JANV IER - FÉ VRIER - MAR S 2017


BONHEUR

Anaïs Mesnier Une gorgée de petits plaisirs Son master en agroalimentaire, spécialité procédé fermentaire, en poche, Anaïs Mesnier s’est lancée en novembre 2014 dans la production et la commercialisation de bière. Dans son village natal d’Epenoy, elle a rénové un ancien bar-restaurant au sein duquel elle a installé son activité. La Brasserie d’Epenoy produit aujourd’hui cinq bières différentes par infusion afin d'obtenir des bières légères, mais de caractère. À emporter ou à consommer sur place, ces créations sont conçues à partir de l’eau de source du village et issues de l’imagination, des goûts et des envies de la jeune brasseuse. « Je ne regrette pas aujourd’hui de m’être lancée à mon compte si rapidement, explique Anaïs Mesnier. Être jeune entrepreneur, c’est difficile, mais la clientèle, qui vient déguster une bière au bar n’a pas envie d’entendre mes problèmes. Les clients m’offrent de nombreux petits bonheurs, l’un raconte une histoire drôle, l’autre me complimente sur la bière, un troisième me parle de sa journée… ». Ces moments passés derrière le zinc, Anaïs les savoure. Pourtant, seule à la barre, elle assure la création, la production et la commercialisation de ses bières auprès de boutiques de la région. Des journées bien remplies : le lundi est consacré à l’embouteillage, le mardi à la production, la période du mercredi au samedi à la vente et le dimanche, au marché d’Epenoy. « J’aime ce que je fais, précise la jeune femme. Les différentes activités font partie de mon métier et m’apportent toutes quelque chose. C’est parfois épuisant, mais la passion l’emporte ! ». Anaïs a été largement soutenue par ses parents qui l’ont conseillée et encouragée.

Annie Lime et Christine Merkel

Je ne regrette pas aujourd’hui de m’être lancée à mon compte si rapidement

CE QUI REND HEUREUX LES DIRIGEANTS

26 %

LA PASSION ET L’INTÉRÊT POUR LEUR MÉTIER

23 % 21 % 20 %

LA LIBERTÉ DE DÉCISION ET L’INDÉPENDANCE

LES RELATIONS AVEC LES CLIENTS LES RELATIONS AVE LES ÉQUIPES ET LE BON CLIMAT SOCIAL

6 %

ÊTRE UTILE À LA SOCIÉTÉ 4 % LE NIVEAU DU SALAIRE

Un coup de foudre professionnel

69 %

D’un côté, Annie Lime, menuisière de métier et spécialiste de l’agencement de cuisine. De l’autre, Christine Merkel, DES ENTREPRENEURS une carrière à différents postes dans le domaine de la SE DISENT, EN MOYENNE, TRÈS salle de bain et du carrelage. Pendant trente ans, chacune HEUREUX ET 61 % PENSENT ÊTRE a évolué dans son secteur d’activité en se rencontrant de PLUS HEUREUX QUE LEURS PAIRS. temps à autre sur des chantiers. Jusqu’au jour où elles décident de créer Décoduo. « Nous avons noué des liens amicaux au fil des années, explique Christine Merkel. Lors d’une de nos rencontres, sur le ton de la plaisanterie, on s’est dit que nous devrions travailler ensemble et monter notre affaire. L’idée a fait son chemin dans nos esprits petit à petit ». Depuis avril 2015, le duo gère un bureau d’études dédié à la création, la conception, la réalisation de cuisines et de salles de bains. « Nous sommes heureuses de travailler ensemble, indique Annie Lime. Nos profils différents offrent une belle complémentarité de compétences au service des clients. C’est un vrai un coup de foudre professionnel, une évidence ». Leur secret : ne pas marcher sur les plates-bandes de l’autre. « Chacune respecte les compétences de l’autre. On se soutient mutuellement, mais chacune évolue dans son secteur et gère ses clients », souligne Christine Merkel. Cette expérience entrepreneuriale, les deux associés en profitent pleinement en veillant à s’éloigner de toute pression. Leur seul objectif : satisfaire les clients. « La quantité ne nous attire pas, précise Annie Lime. Depuis la création de Décoduo, nous n’avons traité qu’une trentaine de contrats. Ce que nous aimons, c’est le travail partenarial avec les clients et les fournisseurs afin de trouver la solution adaptée ». Autre motif de satisfaction : le bouche-à-oreille positif. Duodéco commence à recevoir des demandes issues des relations de leur client. « C’est un beau motif de satisfaction, indique Annie Lime. Nous comptons poursuivre sur cette voie et construire une entreprise pérenne avant d’imaginer, dans quelques années, de la transmettre ». 

« Nous avons noué des liens amicaux au fil des années, explique Christine Merkel.

11


Focus

BONHEUR

interview

« Entreprendre, c'est bon pour la santé » Titulaire de la Chaire de Santé des entrepreneurs et fondateur d’Amarok, l'Observatoire sur la santé des travailleurs non-salariés, Olivier Torrès est spécialisé dans l’étude des PME, en particulier du bien-être de leurs dirigeants. Il s’est penché sur les sources de satisfaction des chefs d’entreprise. Qu’est-ce qui rend heureux les dirigeants d’entreprise ? Au sein de l’observatoire Amarok que j’ai créé en 2009, nous avons demandé chaque mois à près de 300 dirigeants de PME de définir l'événement le plus marquant des dernières semaines puis de le qualifier comme positif

ou négatif. Sur la base de ces témoignages, nous avons identifié quatre sources de bonheur : la satisfaction client, la bonne implication des équipes, le leadership transformateur (rémunération) et le nouveau destin. Le chef d'entreprise puise donc sa plus grande source de joie dans la relation humaine, notamment dans le bon climat social, la relation client et la bonne implication du personnel. Les récompenses d’une carrière entrepreneuriale sont donc immatérielles, l’argent apparaissant comme une condition nécessaire, mais pas suffisante au bonheur.

Comment cela se traduit-il dans l’entreprise ? Le client est roi… et les entrepreneurs ont grand plaisir à le servir. Il faut reconnaître que pour des travailleurs sans supérieur hiérarchique, la satisfaction de la clientèle est le meilleur indicateur d’un travail bien fait. Elle compte autant, voire davantage, que les profits dégagés. Dans un climat général d’incertitude et de difficultés, le chef d’entreprise y voit une récompense du travail accompli par ses équipes et lui-même. Nos travaux de recherche montrent très nettement que, quels

que soient les pays, le lien entre dirigeants et salariés est immédiat : un patron de PME a beaucoup de mal à cacher les succès et encore plus les difficultés rencontrées par son entreprise. Son attitude agit comme un baromètre, elle donne le tempo aux collaborateurs.

Qu’est ce que le bien-être apporte au dirigeant ?

Entreprendre, c'est bon pour la santé. Voltaire disait : « J’ai décidé d’être heureux depuis que je sais que c’est bon pour la santé ». Le capital santé des dirigeants est le premier actif immatériel de l’entreprise. Pour autant, les entrepreneurs ont tendance à faire fi du lien incontestable qui existe entre leur santé et leur entreprise. Le dirigeant pense devoir tout gérer lui-même et être le seul à même de gérer, il s’impose une pression terrible que peu de personnes peuvent supporter indéfiniment. Il faut donc réussir à déléguer une partie de ce que l’on croit relever de ses prérogatives. C’est d’ailleurs le point de départ d’un management performant basé sur la confiance et la responsabilisation de ses collaborateurs. De plus, cette délégation permet de se libérer du temps qui peut, et doit, être mis à profit pour s’aérer, se libérer l’esprit, prendre l’air, faire du sport, prendre quelques jours avec sa famille... Car on a beau être patron, on n’en est pas moins homme, et l’on a nécessairement besoin de se retrouver entouré des personnes que l’on aime, pour reprendre des forces.

Le capital santé des dirigeants est le premier actif immatériel de l’entreprise.

12

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 68 | JANV IER - FÉ VRIER - MAR S 2017


cci en actions

Retrouvez toutes les infos de la CCI du Doubs sur Facebook

2017 – 2021 : 40 nouveaux élus à la Chambre de Commerce et d’Industrie du Doubs A L’ISSUE DE LA PREMIÈRE ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU MANDAT 2017-2021, LE 21 NOVEMBRE 2016, C’EST DOMINIQUE ROY QUI A ÉTÉ RÉÉLU PRÉSIDENT DE LA CCI DU DOUBS.

Dominique Roy est né le 1er juin 1960 à Dijon. Il a créé, en 1986, un hôtel d’entreprise spécialisé dans les services de domiciliation, de secrétariat, de permanence téléphonique, pour les artisans et les professionnels libéraux. Depuis 2001, il exerce la profession d’agent immobilier, spécialisé en immobilier d’entreprise, en complément de son activité initiale. L’entreprise est basée à Besançon. Dominique Roy a été président de la CGPME de Franche-Comté, de 2003 à 2009 et président de la CGPME du Doubs de 2003 à 2006. De 2013 à 2016, il a été président du Conseil Économique, Social et Environnemental de Franche-Comté (CESER) et depuis le 26 janvier 2016, il est président délégué du CESER de Bourgogne Franche-Comté

L’assemblée générale, renouvelée à 70 %, autour de 40 membres titulaires, comprend 18 femmes et 22 hommes. Le projet de mandature organise une nouvelle forme de gouvernance de la CCI, favorisant les réseaux

d’entreprises comme levier du développement économique des territoires. Parmi les 95 membres de la future Assemblée régionale, 18 seront issus de la CCI du Doubs.

Les membres du Bureau



Christine-Noëlle Baudin, 1ère Vice-Présidente

Christian Arguelles, 4ème Vice-Président

Anne-Céline Cartier, Trésorière adjointe

Jocelyn Gelé, 2ème Vice-Président

Lucile Cadrot-Bertin, 5ème Vice-Présidente

Jean-Charles Lefèbvre, Secrétaire

Philippe Gille, 3ème Vice-Président

Philippe Guerder, Trésorier

Thierry Pétament, Secrétaire

Élus également à la CCI de Région Bourgogne-Franche-Comté

13


cci en actions Les membres titulaires

Les membres associés

Ils sont 40 à siéger pour 5 ans à la CCI Territoriale du Doubs dont 18 également à la CCI de Région. Au terme d’une période de vote de 14 jours (du 20 octobre au 2 novembre 2016), les 17 500 électeurs du département ont élu au suffrage universel les dirigeants d’entreprises bénévoles qui représenteront leurs intérêts auprès des pouvoirs publics de 2017 à 2021. Une liste d’union leur était proposée pour le Doubs sous le nom « Servir Entreprises & Territoires » Commerce

Élisabeth ANDRÉ Commerce détail de viandes L’Isle-sur-le-Doubs

Christian JOSET Commerce de détail sur éventaires et marchés Audincourt

Pierre-Etienne ARIA Commerce alimentaire bio Montbéliard

Emmanuel CAILLOT Grande distribution alimentaire Baume-les-Dames

Serge COUESMES Commerce de détail de boissons Besançon

Sophie DUROY Commerce de détail équipement du foyer Besançon

William KOHN Magali NEUVILLE Commerce de gros de prêt-à-porter Grande distribution alimentaire Miserey-Salines Roche-lez-Beaupré

Frédérique RAMONI Produits pharmaceutiques Pontarlier

Sophie VILLEMIN Prêt-à-porter Montbéliard

Françoise BEVALOT, Personne qualifiée - Besançon • Thierry BISIAUX, EXCAMED - Besançon • Janny  BONFILS, Personne qualifiée - Baume les Dames • Bernard BOURGEOIS, Personne qualifiée - Damprichard • Olivier  BOURGEOIS, R. BOURGEOIS - Besançon • Sylvie  DABERE, Présidente de l’Association Commerce Pontarlier Centre - La Douceur en Couleur - Pontarlier • Jean-Louis  DABROWSKI, Personne qualifiée - Besançon • Valérie  FAKHOURY, Groupe CAPIO Clinique Saint-Vincent - Besançon • Nicolas  GUILLAUME, NETALIS - Besançon • Jean  KALLMANN, BREITLING Services - Besançon • Pierre-Alain LEGRAIN, MA2 ESSOR - Besançon • Rémy  NUNINGER, LAQUOR - Les Ecorces • Guy  RENAUD, Personne qualifiée - Besançon • Jean-Christophe ROBELOT, Les Barbiers de Saint-Amour - Besançon • Catherine ROUGET, Catherine Rouget Expertise Immobilière - Besançon • JeanGabriel  SCHAMELHOUT, Coopérative Forêts et Bois de l’Est - Besançon • Bernard  SERTOUT, Immobilière Comtoise - Besançon • Claude  VERMOT-DESROCHES, Filière Comté Poligny • Jérôme WEXSTEEN, ORCOM & Associés FC - Besançon • Jean-Luc WOLFF, KPMG - Besançon

Les présidents des CCI de Bourgogne-Franche-Comté

Industrie

Thierry BEAUNE Prothèses dentaires Miserey-Salines

Stéphane BÉRA Imprimerie Autechaux

Eric BOUCHER Décolletage et microtechnique Grand’Combe-Châteleu

Gilles CURTIT Textile Mathay

Hubert DECREUSE Agro-Alimentaire La Cluse et Mijoux

Eric KOSTER Chaudronnerie Roche-lez-Beaupré

Pierre LAURET Fabrication de pompes et compresseurs Fesches-le-Chatel

Chantal MAIRE Fabrication de chocolats et confiserie Chalezeule

Brigitte MAIROT Travaux publics Mathay

Nathalie PEPE-AUBRY Horlogerie Villers-le-Lac

Gaëtane PRENANT Traitement et revêtement des métaux Baume-les-Dames

Jocelyne VUILLEMEY Bâtiment Colombier-Fontaine

CCIR Bourgogne Franche-Comté Rémy LAURENT CCI Côte d’Or CCI Nièvre CCI Jura CCI Yonne CCI Haute-Saône CCI Doubs CCI Territoire de Belfort CCI Saône et Loire

Xavier MIREPOIX Franco ORSI Jean-Pierre PARIZON Alain PEREZ Jean-Luc QUIVOGNE Dominique ROY Alain SEID Michel SUCHAUT

Services

Vincent ACHARD Assurances Besançon

Rafi DERYEGHIYAN Hôtellerie Sochaux

14

Valérie BAUDIQUEY Immobilier Besançon

Anne CHAUVIN-MASSARD Gaspard de MOUSTIER Hôtellerie Gestion d’installations sportives Malbuisson et de loisirs Cubry

Béatrice JEANMONNOT Sylvie RICHARD Commerce spécialisé produits du sport Produits d’emballages alimentaires Pontarlier Ornans

Pascale TALAMANDIER Produits de bien-être Allenjoie

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 68 | JANV IER - FÉ VRIER - MAR S 2017


cci en actions Le 1er décembre s’est tenu à la maison de l’Économie de la CCI du Doubs, le Congrès National des Directrices et Directeurs de CFA. Dominique Roy, Président de la CCI du Doubs, a pu féliciter Patrick Maigret, Directeur du Cfa Hilaire de Chardonnet pour son élection à la Présidence de leur Fédération Nationale, la FNAD. Il était accompagné de Philippe Guerder, Président du CFA Hilaire de Chardonnet – Besançon, et Bernard Barthod, Président de la Délégation du Doubs CMAI Franche-Comté.

Chiffre clés

110 participants à la soirée d’accueil des

nouveaux entrepreneurs du Doubs, dans le cadre de la semaine nationale de la création, le 30 novembre 2016. Un événement CCI du Doubs & Chambre de Métiers et de l'Artisanat du Doubs

Rentrée 2017, Imea Negoventis fait le tour des salons étudiants pour présenter ses diplômes

Le 13 décembre 2016, les adhérents au Club Appel d’Aire étaient invités à découvrir les coulisses et la vie d’une salle de spectacles, l’Axone à Montbéliard, lors d’une soirée festive.

50 PARTICIPANTS au petit déjeuner partenaire Visa Reprise qui s’inscrivait dans la "Semaine Nationale de la Transmission/Reprise" de la Direction Générale des Entreprises. Objectif : sensibiliser les dirigeants aux enjeux de la transmission et changer le regard des repreneurs potentiels sur la reprise d’entreprise.

> Bac +2 :

• Gestionnaire d'Unité Commerciale Spécialisée • Gestionnaire d'Unité Commerciale Spécialisée E-Commerce

> Bac +3

• Responsable de la Distribution • Responsable de la Distribution Option Digital Business

Novembre 2016, première rencontre « petit-déjeuner pratique » par la Banque de France avec l’Union des Commerçants de Besançon, en partenariat avec la CCI du Doubs. L’objectif est de sensibiliser les commerçants à l’authentification de la fausse monnaie. 

15


INDUSTRIE

Nicollin et Vermot, 70 ans d’histoire économique anniversaire Gestion des déchets, énergies renouvelables, compétences des collectivités… Pour durer, ces deux entreprises présentes dans le Doubs ne cessent de s’adapter.

E

lles sont toutes les deux nées au lendemain de la guerre, en 1946, ont traversé les Trente glorieuses puis se sont adaptées Nous nous sommes adaptés et heureusement que à l’évolution de nous étions adossés à un grand groupe la société et aux crises économiques. Toutes deux travaillent en partie pour les collectivités, dont les missions ne cessent d’évoluer, et interviennent aussi dans le domaine des déchets et de l’environnement. Le maître-mot de ces entreprises qui durent, outre la transmission familiale, c’est bien l’adaptation. L’entreprise Nicollin (4.500 salariés sur 30 sites, 285 millions d’euros de chiffre d’affaires) est née à Saint-Fons, en région lyonnaise, mais elle a une implantation locale depuis 1988, à Corcelles-Ferrières, près de Saint-Vit, où Louis Nicollin, grand patron haut en couleurs et fils de Marcel, le fondateur, est venu fêter les 70 ans du groupe en octobre. Sa première activité, ici, fut l’enfouissement de déchets. Il y eut ensuite le tri sélectif pour l’agglomération bisontine, jusqu’à ce que le Sybert (syndicat intercommunal de collecte et de traitement) s’équipe de son propre outil, ce qui avait fortement pénalisé le site. « Nous nous sommes adaptés et heureusement que nous étions adossés à un grand groupe  », analyse Patrick Boutin, le directeur de centre. Conformément à la législation, le 16

L’esprit d’équipe, la solidarité et le travail restent nos valeurs fortes.

centre d’enfouissement a fermé mais les déchets enterrés produisant du gaz, une valorisation a été trouvée qui s’ajoute aux activités de collecte, de gestion des déchets et de tri. « Et depuis 2015, grâce à une gestion rigoureuse et à la redéfinition de nos marchés, nous sommes de nouveau rentables. » Chez Vermot (120 salariés, 22 millions d’euros de chiffre d’affaires) à Gilley, c’est la transition énergétique qui ouvre de nouveaux horizons. L’entreprise de travaux publics lancée par le grand-père d’Éric Vermot, l’actuel PDG, résiste à la crise qui touche le secteur en se diversifiant et en défrichant toujours de nouveaux marchés : celui des aménagements urbains, celui du stockage des déchets, celui des pistes d’éoliennes, celui, encore expérimental, de la route « autodégivrante » grâce à la géothermie. « Mais si mon grand-père revenait aujourd’hui, il reconnaîtrait son entreprise », assure Eric Vermot. « L’esprit d’équipe, la solidarité et le travail restent nos valeurs fortes. » www.groupenicollin.com & www.vermot.fr

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 68 | JANV IER - FÉ VRIER - MAR S 2017


Ici, on conçoit et réalise des éléments de menuiserie et d’agencement sur mesure

INDUSTRIE

Une menuiserie au service des pros agencement À Septfontaine, l’entreprise Souvet Agencement trouve des solutions techniques et esthétiques pour magasins, hôtels, bureaux, restaurants ou stands professionnels.

I

mplantée depuis 1930 dans le HautDoubs, Souvet Agencement est reconnue bien au-delà de ce ter-

ritoire pour son savoir-faire. Cette société de 11 salariés réalise 80 % de son chiffre d’affaires avec les professionnels. De la phase d’étude jusqu’à la pose, tout est intégré. Une architecte d’intérieur imagine les projets. Un bureau d’étude effectue les plans

techniques qui seront envoyés à l’atelier de 1 200 m2, où menuisiers et techniciens fabriquent, assemblent puis posent. « Ici, on conçoit et réalise des éléments de menuiserie et d’agencement sur mesure » explique Gérald Vuittenez, directeur général de la société. Les clients sont des entreprises, commerçants, professionnels de l’hôtellerie ou de la restauration. Recherchées pour leur expertise technique, les équipes de Souvet Agencement sont amenées à se déplacer en France, en Suisse et jusqu’en Allemagne. Chaque année elles fabriquent et installent les stands d’horlogers français au salon de Bâle. Modulaires et réutilisables,

ces stands sont livrés avec signalétique, électricité et éclairage. Ce type de prestation clé en main a aussi séduit l’entreprise Volets Thiebaut pour son stand d’exposition de 125  m2 au salon EquipBaie à Paris. Quel que soit le secteur d’activité, Souvet Agencement s’adapte au style et répond aux contraintes techniques de ses clients. Dernièrement, l’entreprise de menuiserie a mené un vaste chantier. Pour le groupe Kidécor, elle a réalisé les meubles de présentation de produits et les banques d’accueil de trois magasins de parquets à Pontarlier, Besançon et Quetigny. www.souvet.fr

Une nouvelle imprimante textile chez Numatex investissement L’agence de publicité de Frasne confirme son activité dans l’impression textile, et vise le marché de la décoration intérieure.

A

rrivée il y a quelques mois, la nouvelle machine numérique d’impression textile de Numatex offre une définition cinq fois plus fine que la précédente. « Elle imprime en sept couleurs dont un gris qui permet de très beaux dégradés, ce qui est plutôt rare », constate avec satisfaction Hervé Masson, dirigeant fondateur de cette petite entreprise installée à Frasne, où il travaille avec son fils, Léo, formé au graphisme. Sérigraphe, un métier appelé à disparaître avec le numérique, Hervé Masson avait transformé Publima (pour « publicité Masson ») en Numatex (« Numérique Masson textile ») en 2009, lorsqu’il avait acheté la première machine pour se diversifier. « L’impression tissu est en croissance de 5 % par an depuis quelques années, et l’année 2016 a été intense pour nous, on n’a pas encore eu le temps de démarcher les architectes d’intérieur. Avec cette imprimante haute définition, nous visons le marché de la décoration intérieure. » La petite entreprise a investi 150.000 euros dans ce nouvel outil. En 2016, elle E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 68 | JANV IER - FÉ VRIER - MAR S 2017

a enregistré une hausse de 15 à 20 % de son activité. Face à des concurrents plus gros qu’elle, sa réactivité joue en sa faveur. Pour l’impression tissu, Numatex travaille en sous-traitance pour les « standistes » des salons parisiens, suisses et lyonnais, et pour quelques entreprises en direct. Ainsi, ses impressions textiles se retrouvent sur les stands de Guy Degrenne, Valrhona, Renault Trucs ou encore les CCI de Paris et de Lyon. L’impression tissu est en La société imprime environ 8.000 m2 de textile croissance de 5 % par an par an et toujours 2.000 à 4.000 m2 en impression depuis quelques années, papier, adhésifs ou carton, pour ses petits clients, locaux ou non, qu’elle n’entend pas laisser tomber. www.numatex.com 17


INDUSTRIE

Et Profialis créa profils de France

marque Dans un marché très concurrentiel, le fabricant de profilés PVC a voulu offrir à ses clients la possibilité de communiquer sur sa fabrication 100% française.

L

e made in France a le vent en poupe. Le profilé PVC, un peu moins. Malgré ses 60 % de parts de marché de la menuiserie française, il doit faire face à un challenger agressif : l’aluminium. Autre menace : les importations de menuiseries finies, principalement des pays de l’est de l’Europe. C’est sur ce marché très concurrentiel qu’évolue Profialis, entreprise née en 2009, à Clerval, du rapprochement de trois acteurs européens historiques du profil PVC  : Profex, Wymar et Plastival. «  Nos clients menuisiers sont menacés par des concurrents est-européens, polonais en particulier, qui fournissent le marché français avec des produits d’inspiration allemande, dont certains de bonne qualité qui sont réimportés en étant 20 à 30 % moins chers », explique Philippe Guerder, directeur général. «  Mais ils sont très sensibles à l’argument de la fabrication française et, pour eux, marquer leurs fenêtres d’un logo bleu-blanc-rouge est important. Nous sommes les derniers gammistes à fabriquer 100 % français, et nous sommes les seuls à avoir choisi de quitter les pays de l’Est pour éviter de mettre nos clients en concurrence avec leurs propres produits », ajoute-t-il. Dans ce contexte, Profialis a fait le choix de créer une marque, « Profils de France », qui permet à ses clients assembleurs de communiquer sur l’origine de leurs profilés. « Déposer une marque, techniquement, c’est très simple », explique Sylvain Gaudard, chef de

18

projet. « La première chose est de rechercher l’antériorité du nom dans notre classe de produit. Si le nom n’est pas déjà pris, nous constituons un dossier que nous déposons à l’INPI, qui, une fois jugé recevable, le publie au Bulletin officiel de la propriété industrielle. Il y a ensuite une phase de contestation et d’analyse d’environ quatre mois avant que l’on nous délivre un certificat officiel. » Profialis a déposé sa marque en février 2016 et obtenu son certificat en juin. L’entreprise l’a d’abord présentée à ses clients, puis a organisé un lancement officiel à la rentrée, avec un premier jeu de supports de communication. «  On a obtenu tout de suite des résultats étonnants et un réel engouement. Certains clients sont à fond, le support de communication est pour eux un vrai argument pour décrocher un marché », analyse Philippe Guerder. Pour Sylvain Gaudard, « Profils de France » va plus loin qu’une fabrication bleu-blanc-rouge. La marque garantit aussi le respect des normes françaises et une plus-value en termes de services. «  Et ça, il faut l’expliquer. Il nous faut nous imposer face aux fenêtres allemandes, nos normes sont souvent plus élevées que les leurs et nous avons le triple avantage de concevoir en France des produits français destinés au marché français. » La marque pourrait aussi être le point de départ d’une sorte de club, qui fédérerait les clients dans un réseau d’entraide et de partage. « Des synergies sont possibles, on sent une attente », constate le chef de projet. www.profialis.com Nous sommes les derniers gammistes à fabriquer 100 % français…

LA FICHE D’IDENTITÉ DE PROFIALIS : Métier : extrudeur gammiste de profilés PVC Effectif : 200 salariés rattachés à Clerval Chiffre d’affaires 2015 : 45 millions d’euros Production : 16.500 tonnes de profilés par an Capacité de production : 22.000 tonnes par an Parts de marchés en France : 10 % E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 68 | JANV IER - FÉ VRIER - MAR S 2017


TERRITOIRE

La Bourgogne-Franche-Comté au Salon Made in France région Les 18, 19 et 20 novembre 2016, vingt entreprises de la grande région sont allées montrer leur production française à Paris. Une vitrine autant qu’un moyen de faire réseau.

F

in novembre, à Paris, 20 entreprises régionales ont partagé un stand collectif au salon

du Doubs –, qui avait organisé

cette

action

collective. L’édition 2016

Made in France, avec une forte pré-

constituait la quatrième

sence des entreprises du bois, via

participation pour le syn-

l’Adib, mais aussi des industriels,

dicat mixte, mais cette

des entreprises agroalimentaires,

fois à plus grande échelle. « L’idée, dès le départ, c’était d’épauler des entreprises qui n’iraient pas seules  », explique-t-on au siège de Doubs Central, à Baume-les-Dames. « C’est un salon non spécialisé, ce qui permet d’amener tout types d’entre-

artisanales, gastronomiques… C’est Doubs Central, en partenariat avec la Chambre des métiers et de l’artisanat

interdépartementale

de

Franche-Comté et l’Adib – avec une participation financière de la CCIT



prises. Il se trouve que la Chambre des métiers avait aussi un stand, c’était un peu dommage, d’où ce partenariat cette année, avec un seul et même stand de 180 m2, qui a plus d’impact sur les visiteurs et sur la presse. » Pour SBCI, Profialis, Novoparts, le Criollo ou World Tricot, quelquesunes des entreprises qui étaient de l’aventure, il s’agissait autant de bénéficier d’une vitrine que de faire connaissance avec le réseau local revendiquant une fabrication française. Ainsi, lors de l’édition 2013, deux entreprises de la zone d’Autechaux, qui ne se connaissaient que de nom, avaient élaboré un projet de collaboration : une chaise découpée à l’eau, conçue par Blanchot et fabriquée par Perrin Aquadécoupe, présentée lors de l’édition 2014. 19


TERRITOIRE

Besançon : la ZAC des Marnières, c’est parti ! aménagement Le projet a plus de dix ans et va enfin voir le jour. crise, mais le terminus Est du tram bisontin arrive bien là, et les élus n’ont jamais abandonné le projet.

L

e Mac Do nouvelle génération a ouvert avant Noël et les travaux de démolition, d’enfouissement de lignes haute-tension et de voirie sont bien avancés. Les choses accélèrent enfin du côté de Thise-Chalezeule. La Zone d’aménagement concerté (ZAC) des Marnières, dans les cartons depuis une bonne dizaine d’années, va enfin entrer dans sa phase opérationnelle. Dès l’origine, il s’agissait de soigner l’entrée Est de la ville tout en rééquilibrant l’offre commerciale concentrée dans les zones de Châteaufarine et Valentin. La donne a changé, les budgets des collectivités ont été revus à la baisse, le contournement de Besançon n’a pas été mené à son terme et le commerce est en

20

3 Pôles Au Grand Besançon, la collectivité qui pilote l’opération et aura investi, depuis 2006, environ 10 millions d’euros dans l’opération (acquisitions foncières, aménagements routiers et réseaux), on explique qu’une bonne partie du retard est à imputer à la défection de Klépierre, l’opérateur qui a jeté l’éponge en 2012 pour différentes raisons et notamment la crise commerciale. « Il avait alors fallu repartir de zéro et revoir le dimensionnement  », explique Stéphane Baudin, directeur adjoint de l’économie, de l’emploi et de l’enseignement supérieur. «  Nous avons refait des études de marché, pour voir si le calibrage et la finalité purement commerciale étaient toujours d’actualité. Elles ont montré que la pertinence du projet demeurait mais aussi que le dimensionnement était trop élevé. Nous sommes alors passés de 57.000 m2 de surface plancher à environ 40.000, avec une petite partie loisirs, et non plus habitat ou tertiaire, comme prévu initialement. » C’est Territoire 25 une Société publique locale (SPL) qui assure la maîtrise d’ouvrage, aménage la voirie et se charge de vendre les terrains aux opérateurs. La ZAC comptera trois pôles : Carrefour, un «  retail park  » (parking collectif pour différentes grandes enseignes, sur le modèle de Cultura, à Châteaufarine) piloté par Carrefour, au terminus du tram, et un pôle loisirs, qu’il reste à définir. Le retail park devrait ouvrir en mars 2018. En attendant, depuis mi-décembre, on peut aller danser de l’autre côté de la quatre voies, au Teasing. L’Est de Besançon, the place to be ?

Novillars

Une centrale de Cogénération Biomasse

L

e lancement des travaux de construction des installations de Cogénération Biomasse de Novillars (CBN) a eu lieu le 5 décembre 2016 sur le site de la papeterie Gemdoubs. Lauréat des appels à projet de la Commission de Régulation de l’Energie, d’une puissance de 20 MW électriques, CBN est une centrale de cogénération biomasse bois qui produira à la fois de l’électricité verte injectée sur le réseau haute tension et de la vapeur verte qui alimentera la papeterie Gemdoubs. Large mobilisation des élus locaux et des services de l’Etat autour d’un projet comprenant le redémarrage de la Papeterie, grâce aux capitaux apportés par le Dr Fady Gemayel (papetier industriel libanais) et P-dg de Gemdoubs, et s’intégrant dans le tissu économique franc-comtois : valorisation des ressources naturelles locales, dynamisation de la filière bois régionale. La centrale devrait être opérationnelle dans un peu plus de deux ans et créer 20 emplois directs, et en faire travailler environ 120 pendant le chantier.

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 68 | JANV IER - FÉ VRIER - MAR S 2017


TERRITOIRE

De triomphales entreprises succés En octobre dernier, la 4e édition du Trophée des entreprises mettait en lumière neuf entreprises régionales.

I

ls étaient cette année 116 à déposer leur candidature. Le Trophée des entreprises a bel et bien pris son envol depuis sa création en 2013. Car l’image est bien là, le monde économique franc-comtois est enthousiaste et animé, vibrant de sa grande diversité et d’idées sans cesse renouvelées. Les huit catégories proposées aux participants, ainsi que celle intitulée « prix spécial du jury  », ont pour vocation de récompenser chaque année le savoir-faire des entreprises franc-comtoises, quel que soit leur domaine de compétence ou leur taille. Patrick Verdier, directeur de la société Orcom, à l’origine du trophée, tient à cette diversité des profils  : «  On récompense ce qui est remarquable  : la capacité à innover, une reprise réussie, une belle transmission, un challenge relevé ou une prouesse technique, mais aussi les valeurs qui sont portées. On ne tient pas compte uniquement des chiffres, au delà, il y a des histoires, des hommes et des femmes. » VALORISER, ENCOURAGER ET INSPIRER « L’audace de nos entreprises nous honore » : Les mots prononcés par le président de la CCI du Doubs, Dominique Roy, en ouverture de cérémonie tenaient lieu de reconnaissance et de soutien. Car au delà des chiffres, c’est sur un constat de manque de notoriété des entreprises franc-comtoises qu’est d’abord née l’idée du Trophée des entreprises. La candidature, mais surtout la soirée de remise des prix, puis le titre pour les lauréats, c’est une visibilité qui s’accroît. Chaque catégorie est l’occasion de valoriser les activités, de créer l’émulation autour de projets portés souvent de manière discrète et courageuse. Récompenser l’innovation sociale par exemple, c’est saluer ces initiatives et en inspirer d’autres. Inspirer peut-être les plus jeunes. Dans la salle le soir de la remise des prix, des chefs d’entreprises, de nombreux maires, des responsables institutionnels… Tout un réseau concerné, clef de voûte de l’activité économique locale. LES VALEURS ET LA RÉUSSITE Aux partenaires originels du trophée (institutionnels, presse et financiers) une quinzaine d’autres noms sont venus s’ajouter. Ils forment ensemble le jury qui a départagé les candidats. Cette année, les joueuses de l’ESBF ont remis les prix et deux invités d’honneur ont apporté leur expérience 

lors de la cérémonie. Olivier Krumbholz, entraîneur et sélectionneur de l’équipe de France féminine de handball revenait tout juste de Rio, une médaille d’argent autour du cou. Une médaille symbolisant l’envie de réussir, le prix des sacrifices et la victoire. Pierre Guy a lui pu parler de la jeunesse en entreprenariat, des valeurs fortes de l’attachement à la région et de la transmission. À 26 ans, il est le successeur de la distillerie familiale fondée à Pontarlier par son arrière-grand-père. Une édition 2016 qui s’achève sur de beaux moments d’échange et d’émotion autour de la promotion de la création et de la libre entreprise.

Catégorie Innovation : Expertisens Il aura fallu 12 ans de recherche à Setha Mith pour mettre au point le Touch Feel, produit phare de sa société Expertisens basée à Besançon Témis. Un instrument permettant aux industriels de prendre en compte le ressenti sensoriel du consommateur dès la phase de conception des produits.

Catégorie Made in Franche-Comté : Boissellerie Petite À Frasne, la boissellerie Petite fabrique depuis 5 générations des boites de mont d’or à partir d’épicéa. Christian Petite a fait le choix de la diversification en 2011, en se lançant dans la fabrication de ruches que la société distribue à l’international.

Catégorie Entreprendre pour les jeunes : Onlinepromapro Depuis Vesoul, la société édite des solutions de formation à distance. Son projet « Access Code School » a été retenu par le Grand Besançon pour former des jeunes au métier de développeur informatique. Deux promotions ont déjà bénéficié de ces enseignements à Planoise.

Catégorie Entrepreneuriat social : AFTC Bourgogne Franche-Comté L’association AFTC qui soutient les victimes d’une lésion ou d’un traumatisme cérébral dans leur relation à l’emploi a été distinguée pour l’engagement dans ses actions de prévention de l’un de ses employés lui même victime d’un accident de voiture. Une sensibilisation efficace par un discours au plus juste.

21


TERRITOIRE Catégorie Croissance & développement économique : FCC

Catégorie Gestion des compétences en RH : SIS Avoudrey

entreprise spécialisée dans le génie climatique, la charpente et la couverture, l’entreprise de Pierre Worms garde les voyants au vert question chiffre d’affaire sur ses sites de Dole, Labergement-Sainte-Marie et Lons-le-Saunier. Le nombre d’employés a presque doublé en 5 ans et d’autres recrutements sont prévus.

Le bien-être de ses salariés : c’est cette priorité que la société évoluant dans le milieu de la maroquinerie de luxe a vu récompensée. Dans les faits: un établissement de formation, une crèche, deux restaurants d’entreprise et un espace dédié au sport et à la détente pour près de 700 employés.

Catégorie Espoir de l’économie : Sas Cipres S’il reste encore peu connu, le service de portage salarial proposé par l’entreprise de Louisiane Clerc est en plein essor. «  Il permet de déléguer la gestion administrative d’une activité d’indépendant et de bénéficier en parallèle du statut de salarié. » Un nouvel équilibre adapté à de nombreux publics.

Catégorie Transmission & reprise d’entreprise : Maison Jeunet Le relais s’est fait en début d’année mais l’histoire était enclenchée depuis 2005. Steven Naessens est entré comme chef de partie puis commis dans la cuisine de Jean-Paul Jeunet à Arbois, 2 macarons Michelin. Nadine Jeunet, elle, a transmis la partie comptabilité, gestion et accueil à Marjorie Naessens.

Prix spécial du jury : CM Drones C’est une start-up à ne pas perdre de vue. Après deux ans d’existence, la société basée à Témis Innovation et spécialisée dans les drones voit déjà en grand. Brevet exclusif, contacts dans le monde entier, levée de fonds. Ses drones de reconnaissance ou avec grappin seront fabriqués localement.

TAXE D’APPRENTISSAGE Date limite de versement : 1er mars 2017

Faites le choix de l’organisme collecteur de proximité*

À VOTRE ÉCOUTE AU QUOTIDIEN

pour le calcul et l’affectation de votre taxe

SÛR ET PRATIQUE

déclarez en ligne = zéro papier

AU BÉNÉFICE DU TERRITOIRE

pour la formation de vos futurs collaborateurs

Le seul collecteur régional à votre disposition Vous simplifier la taxe est l’objectif du seul OCTA de proximité en Région Bourgogne Franche-Comté, celui qui réunit les Chambres consulaires (Chambres de Commerce et d’Industrie, Chambres de Métiers et de l’Artisanat, Chambres d’Agriculture). Nous vous accompagnons pour effectuer en votre nom toutes les démarches : calcul des montants de taxe d’apprentissage, répartition, choix d’affectation aux établissements que vous souhaitez soutenir, déductions possibles, ….

• PERMANENCES TÉLÉPHONIQUES

> tous les mardis de 9h à 12h et tous les jeudis de 14h à 16h30, du 1er décembre 2016 au 28 février 2017. N’hésitez pas à contacter nos spécialistes « Taxe d’Apprentissage » au : - 03 81 25 25 32 pour le Doubs et le Jura - 03 84 96 71 16 pour la Haute-Saône et le Territoire de Belfort

• Possibilité de rendez-vous personnalisé • Possibilité de saisie en ligne sur : www.franche-comte.cci.fr

CONTACT CCI de Franche-Comté Service apprentissage 46, avenue Villarceau CS 31726 25043 Besançon cedex apprentissage@franche-comte.cci.fr

*Votre taxe d’apprentissage doit être versée à un organisme collecteur agréé pour redistribuer votre contribution aux établissements de formation habilités à la percevoir.

22


COMMERCE Besançon

Maitre Restaurateur : une distinction pour le fait maison

D

evant la pratique de plus en plus répandue de l’« assemblage  », qui consiste à servir au client des plats préparés fournis par des fabricants industriels (et légèrement agrémentés lors de la mise sur assiette), les pouvoirs publics ont créé, en 2015, le titre de «  Maître Restaurateur  ». Sa charte spécifie que « le Maître Restaurateur est un restaurateur de Métier, possédant une expérience professionnelle validée ; sa cuisine est entièrement confectionnée sur place à partir de produits bruts, majoritairement frais, intégrant les circuits courts ». Il s’agit d’un titre d’État, attribué par le préfet après un audit de contrôle renouvelé tous les quatre ans. Dans le détail, la somme des exigences est très élevée, ce qui peut expliquer que l’on ne trouve, à ce jour, que huit Maîtres Restaurateurs dans le Doubs. À Besançon, La Rôtisserie Vauban, au pied de la Citadelle, est le seul restaurant à afficher le logo rouge et bleu sur sa vitrine. Le titre est attribué à Bruno Bazart, propriétaire et dirigeant de l’établissement, et son chef de cuisine Yoann Ranvier. La Rôtisserie Vauban propose une cuisine traditionnelle à base de viandes rôties (poulets label Rouge, côtes de bœuf…), et de plats mitonnés au chaudron (bœuf bourguignon, souris d’agneau…). L’ambiance est à la fois contemporaine et chaleureuse. Et bien entendu, tout est fait maison. Bruno Bazart a entamé la démarche en janvier 2016. «  C’était un véri-

Bruno Bazart, rotisserie Vauban : "

table challenge. Même si la majorité de nos plats étaient déjà fait maison, nous devions nous engager sur plus de 30 critères qui concernaient l’approvisionnement, le stockage, la décoration, la vaisselle, le service… Il nous a fallu quatre mois pour nous conformer aux exigences de la charte. L’audit est intervenu en mai, un audit mystère, suivi d’une longue inspection de contrôle ». Dès l’attribution du titre, le gérant a réimprimé ses cartes et ses supports de communication, en y apposant le logo des Maîtres Restaurateurs. Mais c’est le bouche à oreille qui a été le plus efficace. « Nous avons été surpris de voir une clientèle extérieure à la ville.

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 68 | JANV IER - FÉ VRIER - MAR S 2017

Il y a désormais des gens qui choisissent leur restaurant en consultant le guide des Maîtres Restaurateurs. Mais ce sont les réseaux sociaux qui propagent le mieux les avis favorables. Aujourd’hui les bonnes adresses se diffusent très vite. » Le succès rencontré par La Rôtisserie Vauban illustre bien la pertinence du label. En un an il est devenu un repère pour le public. A tel point que le site Internet des Maîtres Restaurateurs annonce 7 restaurants en cours de démarche dans le département du Doubs. : www.rotisserie-vauban.fr 23


Claude Pequignot et sa nouvelle recette

COMMERCE

Purement chocolat, repris par un ancien salarié

succession

D

ans le q u a r tier des Chaprais, tout le monde connaît la boutique Purement Chocolat. Créée par Jacques Belin en 1995, elle offre sa vitrine aux regards des passants de la rue Tristan Bernard. Mais la rue et ses commerces sera, comme d’autres, perturbée par le chantier du tram. Réagissant à une forte baisse de fréquentation, le chocolatier ouvre un nouveau magasin au centre ville, tout en conservant son laboratoire rue Tristan Bernard. Lorsque le tram arrive, en 2014, la rue s’est refait une beauté, mais la chocolaterie des Chaprais peine à retrouver sa clientèle. Jacques Belin décide de la mettre en sommeil. Deux salariés, dont Claude Pequignot, chocolatier formé par Jacques Belin vingt ans plus tôt, perdent

leur emploi. Fin 2015, lorsque Jacques Belin, au terme d’une longue carrière bisontine, décide de céder son entreprise, il reprend contact avec Claude Pequignot. Le chocolatier est disponible, et il est précisément en quête d’un fond de commerce. La reprise s’effectue en janvier 2016. Claude Pequignot se rend acquéreur du magasin et du laboratoire de la rue Tristan Bernard, ainsi que d’une seconde boutique Purement Chocolat située dans le vieux Belfort. Il réembauche immédiatement ses collègues d’hier. L’équipe s’investit pleinement dans la renaissance de leur ancien lieu de travail. La boutique est réaménagée, et joliment décorée pour donner un nouvel écrin aux chocolats de Claude Pequignot. Les clients retrouvent avec satisfaction la qualité de ses pralines et de ses ganaches, et découvre avec plaisir ses dernières créations (une ganache fève de tonka et un praliné caramel à la fleur de sel). En moins d’un an, le magasin retrouve sa rentabilité. Et pour consolider ce succès, le chocolatier, qui est aussi pâtissier de métier, décide la création d’une vitrine pâtisserie à partir de décembre 2016. 03 81 40 10 10

assises nationales

350 congressistes à Besançon

L

e commerce a toujours été un enjeu d’attractivité pour les villes et les agglomérations. Or les consommateurs sont de plus en plus exigeants. Des exigences au demeurant légitimes : on souhaite retrouver les grandes enseignes nationales dans des zones commerciales mais aussi un large choix de boutiques dans des cœurs de villes vivants et animés, et pouvoir effectuer ses achats quotidiens dans son quartier. La problématique est de plus en plus complexe. La satisfaction de tous ces besoins suppose une politique résolue et soucieuse de l’équilibre de l’offre. À Besançon, au lendemain de l’avènement du tram, la Municipalité a mis en place, sous l’égide de l’Adjoint au commerce, un comité de pilotage réunissant tous les acteurs

concernés par le commerce : associations de commerçants, services de la ville (transport, sécurité, communication…), Chambre de Commerce et d'Industrie, offices de commerce et du tourisme… Leurs échanges alimentent en continu la réflexion des élus. De nombreuses initiatives ont déjà vu le jour, visant toutes à dynamiser le commerce par la prise en compte de tous les paramètres : mobilités, animation, aménagements urbains…). Fort du caractère exemplaire de cette approche globale et concertée, la ville de Besançon a chargé Thierry Morton, adjoint au commerce et au tourisme et son conseiller délégué Guerric Chalnot d’approfondir la réflexion et de la partager, en organisant les premières Assises nationales du commerce de

proximité. L’événement s’est tenu au Kursaal de Besançon, les lundi 24 et mardi 25 octobre. Plus de 350 congressistes, élus locaux et managers de centre-ville, techniciens sont venus de tous les points de l’hexagone et de quelques pays voisins. Deux jours de conférences et d’ateliers participatifs autour du thème du petit commerce de demain, au sein d’une ville durable et soucieuse de ses équilibres entre habiter, vivre, consommer et travailler. Le succès de ces premières Assises laisse entrevoir, pour la ville de Besançon, la perspective d’un rendez-vous pérenne susceptible d’acquérir une dimension européenne. www.besancon.fr/lesassises

24 E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 68 | JANV IER - FÉ VRIER - MAR S 2017


COMMERCE

Le Magasin ouvre de nouvelles portes diversification L’enseigne Le Magasin installée sur la zone commerciale de Pontarlier a su adapter sans cesse ses activités au gré de l’évolution des habitudes de consommation. Un challenge du quotidien.

P

rès de vingt ans après la création de cette enseigne à Pontarlier, il ne reste plus rien, ou presque, des activités d’origine. Sentant dès les années quatrevingt-dix que le concept du dépôt-vente allait se développer en France, Dominique Milliot, ancien responsable d’une boutique de sport, décide de créer une entreprise dédiée à cette activité naissante. Son flair lui donnera raison : le succès est immédiatement au rendez-vous. Quelques années plus tard, il est contraint de pousser les murs et construit un grand bâtiment sur la zone commerciale des GrandsPlanchants. L’avènement d’Internet quelques années plus tard bouleversera la donne. “Le concept du dépôt-vente a très bien marché, jusqu’au jour où le Bon coin est arrivé. La plupart des dépôtsventes en France ont disparu depuis" explique Dominique Milliot. Toujours à l’affût des modes de consommation, il avait pris la précaution



d’étoffer sa gamme de produits en créant notamment un département “Militaria” axé sur la vente de vêtements et d’accessoires militaires. Premier virage bien négocié. Il a ensuite créé une activité de vente et de location de skis d’occasion. Au cœur du Haut-Doubs, le succès de ce concept inédit est également au rendezvous. Mais quelques années plus tard, avec l’arrivée sur Pontarlier des grosses enseignes de sport, “ça ne valait plus le coup de se positionner sur le créneau du ski” ajoute le gérant qui a donc cessé cette dernière activité. Cap sur une nouvelle stratégie Il met alors le cap sur une autre stratégie commerciale : le développement de la vente de meubles en bois massif, qui constitue aujourd’hui le cœur de son activité, et dont il est devenu leader dans le Haut-Doubs notamment pour les meubles en pin massif, style “chalet montagne”.

Pour s’adapter à un environnement en perpétuelle mutation, il a pris plus récemment le virage de la vente sur Internet, un nouveau levier de développement pour Le Magasin. “Nous misons beaucoup là-dessus. Depuis que nous avons développé un site de vente marchand, nous vendons des meubles dans toute la France, notamment dans le Sud. Les ventes par Internet représentent déjà 10 % de notre chiffre d’affaires actuellement et ça ne fait qu’augmenter” note Dominique Milliot. Le Magasin, qui emploie 5 salariés, fidèles dès le début de l’aventure, est donc en perpétuelle évolution. Son dernier positionnement, c’est la vente de salons, de canapés, de matelas et arts de la table. Du nouveau, toujours, pour cette enseigne atypique qui fêtera bientôt ses 20 ans. Une réussite commerciale pontissalienne décalée et originale. www.lemagasin-pontarlier.fr

25


SERVICES

Vitabri à la conquête des marchés de France stratégie Principal concepteur et fabricant de tentes pliantes, Vitabri prépare la sortie d’un nouveau

produit destiné à équiper les marchés parisiens. Depuis quelques années, la société bisontine s’est repositionnée sur ce secteur porteur des équipements commerciaux de marché, une stratégie qui porte aujourd’hui ses fruits.

V

itabri est le seul fabricant français de tentes pliantes à usage extérieur. Il y a vingt ans, son fondateur, Alain Stehly, s’était inspiré du fonctionnement de poussettes pliables pour inventer le premier « Vitabri  » en améliorant un brevet américain tombé dans le domaine public. Depuis ce terme est entré dans le langage courant et l’entreprise a bien grandi. Avec un chiffre d’affaires consolidé de plus de 6,5 millions d’euros en 2016, Vitabri emploie une cinquantaine de personnes, dont 28 à Besançon. Présent sur la scène internationale, la PME bisontine réalise 25 à 30 % de son activité à l’export. Ayant obtenu le label Origine France Garantie sur la majeure partie de ses stands, Vitabri renforce son image de fabricant français de produits de qualité pouvant abriter une surface de 4 à 25 m2. L’entreprise vient de déposer un nouveau brevet sur une tente, non plus à quatre pans, mais à toit plat inclinable adaptée à la configuration des marchés de Paris, souvent limités en hauteur par la présence d’arbres. 3 questions à Emmanuel Musner, directeur général de Vitabri :

Qui sont vos clients ? Historiquement Vitabri équipe les commerçants non sédentaires avec du matériel performant et innovant. Notre activité s’est développée au fil des années aux domaines du sport, de l’évènementiel et de la sécurité (Armée, SAMU, protection civile). Nous répondons à toute entreprise qui a une problématique d’abris extérieurs mobiles. L’année 2016 s’est terminée en beauté pour Vitabri qui a réalisé les tentes du grand marché de la ville de SaintDenis près de Paris. C’est la plus grosse commande de votre histoire ? 26

Effectivement, le marché de Saint-Denis est le plus grand marché d’Île-de-France. Pour ce projet, Vitabri a fabriqué environ 350 structures pour les 170 commerçants du marché soit 8500 mètres carrés de toiles techniques imprimées. Au printemps dernier, nous avions investi 150 000 euros dans une imprimante numérique dernière génération, rapide et capable d’imprimer à l’encre blanche sur de la toile de couleur. Un outil indispensable pour faire face à des commandes de cette ampleur.

Depuis quelques années, Vitabri a réorienté son offre sur l’équipement des marchés de centre-ville, pourquoi ? Nous nous sommes aperçus que les marchés de France connaissaient une baisse de fréquentation. Les équipements sont archaïques. On reste sur des structures classiques à emboitement en alu, longues et pénibles à installer. Vitabri a donc un rôle à jouer dans la revalorisation des

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 68 | JANV IER - FÉ VRIER - MAR S 2017


SERVICES marchés. Nous proposons aux collectivités un équipement performant, innovant et uniforme, avec le meilleur rapport résistance/poids du marché. Nous mettons au point des solutions clés en main. Grâce à notre offre de merchandising, les stands sont personnalisables. Comptoirs, étagères, marquises pour protéger le client ou communiquer, de nombreux équipements complémentaires sont proposés. Nous travaillons depuis plusieurs années pour les marchés d’Angleterre, du Maroc. Nous avons équipé cette année Montpellier en plus de Saint-Denis, et nous réfléchissons avec la ville de Besançon sur les possibles aménagements que nous pourrions proposer aux commerçants bisontins. Vitabri renforce son image de fabricant français de produits de qualité .

sur www.vitabri.com

Le bac triple XL de Cuinet Solutions Déchets invention Spécialisée dans la collecte de déchets dans les entreprises, la société a conçu une benne qui permet d’économiser 20 à 30% par an.

A

Tarcenay, Cuinet Solutions Déchets, franchisée Clikéco depuis 2014, assure la collecte de déchets polluants pour

des entreprises. « Mais pas mal d’entre elles

nous demandaient de nous occuper aussi des déchets non dangereux, et j’ai alors réfléchi à une benne, étanche et compartimentée, qui pourrait leur faire faire des économies. » C’est ainsi que Laurent Cuinet a conçu la Néobox Triple XL qui facilite le tri et permet de valoriser les différentes matières récupérées  : en étant fermée et en protégeant les cartons de la pluie, cette benne bien pensée

de déchets, avec, pour chacun, une ouverture large et à une hauteur

sécurisée.

Elle est compatible avec Thémis Triple XL, un chariot maison lui aussi, qui complète la gamme. Muni de six roues, à poignée ergonomique, il passe partout, peut accueillir

fait économiser 15 tonnes par an de collecte

différents bacs et contenants et, surtout, il

vingtaine d’entreprises de toutes tailles ont

et traitement. Son concepteur estime entre

permet d’amener les déchets de l’atelier à la

choisi le service de location et collecte pro-

20 et 30 % l’économie annuelle générée par

Néobox, à l’extérieur.

posé par la société de Tarcenay.

son utilisation chez ses clients.

« Le principe de cette benne est très simple

Cette benne de très grande taille, fermée, est

et je ne comprends pas pourquoi cela n’existe

composée de trois compartiments de 7, 9 et

pas déjà ailleurs », confie le dirigeant. La com-

14 mètres cube pour accueillir différents types

mercialisation a démarré fin 2015 et, déjà, une



Présentation vidéo du produit sur : http://cuinet-solutions-dechets.fr 27


Abonnez-vous à la version électronique d' sur www.doubs.cci.fr

et recevez par mail votre magazine à feuilleter en ligne.

AGENDA DU 3 AU 7 FÉVRIER

Parc des Expositions de Mulhouse

Grand marché des voyages, de la gastronomie, des saveurs et des vins. Plus de 21 000 visiteurs et plus de 280 exposants sont attendus cette année. Le réseau de professionnels du tourisme de Franche-Comté GRAND VERT sera présent cette année à FESTIVITAS sur un stand de 18 m2 qui accueillera à tour de rôle durant les 3 jours de la manifestation une dizaine de structures touristiques venues faire la promotion de leur établissement et de leur région.

DU 11 JANVIER AU 14 FÉVRIER INCLUS

Soldes 14 FÉVRIER

CCI du Doubs, Besançon

16 FÉVRIER

CCI du Doubs, Unité de Montbéliard

6 MARS

CCI du Doubs, Morteau

Présentation de l’Enquête conjoncture de la Banque de France à la CCI du Doubs Les entreprises en Bourgogne Franche-Comté : Bilan 2016 et perspectives 2017. contact : 0200-conjoncture@banque-france.fr

Direction générale des Finances Publiques : réorganisation des services de l’enregistrement A compter du 9 novembre 2016, la mission de l’enregistrement, assurée par le service des impôts des entreprises, a été rattachée au service de la publicité foncière : - pour Besançon : 83 rue de Dole – BP 31664 – 25042 Besançon CEDEX - pour Montbéliard : 1 rue Pierre Brossolette – 25214 Montbéliard CEDEX (même adresse) Les services des impôts des entreprises continent d’être l’interlocuteur fiscal des PME, des professions libérales, des artisans, des commerçants et des agriculteurs pour l’ensemble de leurs démarches fiscales.

Des correspondants pour les TPE La Banque de France s’engage auprès des très petites entreprises en nommant des Correspondants TPE. Ils ont pour mission d’accompagner les TPE dans leur développement, d’analyser la nature de leurs besoins et de les orienter vers les organismes compétents. Leur action est d’abord préventive. Pour les joindre, pour le Doubs : TPE25@banque-france.fr et un numéro unique : 0800 08 32 08 (service et appel gratuits)

Autre nouveauté Banque de France À compter du 2 janvier, la Banque de France a mis en place un accueil personnalisé sur rendez-vous pour les chefs d’entreprise (ou particulier) souhaitant consulter des fichiers d’incident bancaire, déposer un dossier de surendettement, demander la mise en œuvre du droit au compte, information sur la monnaie fiduciaire… Prise de rendez-vous par l’intermédiaire du site internet de la Banque de France : https://www.banque-france.fr/la-banque-de-france/organisation/implantations-de-la-banque.html

28

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 68 | JANV IER - FÉ VRIER - MAR S 2017


EUROPE Rubrique réalisée en collaboration avec la CCIR Franche-Comté service Europe Entreprise Europe Network

Les brèves de l'Europe 2017 : Année plus que jamais européenne 2017 marquera le 60ème anniversaire du traité de Rome et les 15 ans de l’Euro ! Que de chemin parcouru depuis 1957, que de crises affrontées, de défis relevés, d’espoirs soulevés. Même si l’avenir de l’Europe apparaît aujourd’hui assombri, incertain et compliqué. Même si l’Europe est critiquable et imparfaite, le bilan de ces soixante ans de construction européenne mérite un examen objectif et dépassionné pour juger de ses effets positifs et/ou négatifs. Il est toujours plus facile de détruire que de reconstruire alors souhaitons que 2017 permette de redonner un cap, une vision et un projet mobilisateur à l’Europe pour entraîner l’adhésion des citoyens et favoriser son rayonnement dans le monde.

Les usages du numérique cherchent porteurs de projets ! Les fonds européens en Franche-Comté disposent de crédits pour financer des projets en lien avec le développement des usages du numérique que ce soit dans le domaine du tourisme, de la culture, de la santé, de l’éducation, de la e-administration, des transports publics, du

commerce ou de l’entreprise en général. A ce jour peu de projets ont été déposés sur ce volet du programme. Il existe donc des opportunités de financement pour les structures qui ont des idées et souhaiteraient agir dans ce domaine pour déployer des outils et diffuser plus largement la culture et la pratique des technologies numérique dans l’économie régionale Avis donc aux porteurs de projets !

Bénéficiaires de Fonds européens : nouveau kit de communication obligatoire en Franche-Comté. Tout bénéficiaire de fonds structurels européens (FEDER,FSE,FEADER) a des obligations de communication en contrepartie des financements qu’il obtient. Suite à la fusion des régions Bourgogne et Franche-Comté un nouveau logo a été adopté par le Conseil régional qui gère les fonds européens en région. Ce logo sera désormais intégré dans un « bloc marques » aux cotés de l’emblème européen et devra figurer sur tous les supports de communication mis en œuvre au titre des projets

6 MARS 2017, JOURNÉE RÉGIONALE : « Investissement, croissance, emploi : les leviers européens de développement » Journée d’information en deux temps pour découvrir et comprendre la logique et la complémentarité des dispositifs européens en faveur de l’investissement (fonds structurels, plan Juncker, H2020…) et échanger avec des intervenants de la Commission européenne, de la Banque Européenne d’investissement, de la caisse des dépôts et consignation, du conseil régional …



recevant des fonds européens et sélectionnés à partir d’octobre 2016. Toutes les consignes à respecter par les futurs bénéficiaires sont détaillées dans un kit d’information accessible en ligne à partir du lien suivant : http://www. europe-en-franche-comte.eu/A-la-Une/ Communiquez-en-toute-simplicite Des modèles d’affiches sont également fournis pour permettre aux bénéficiaires de remplir plus facilement leurs obligations.

Horizon 2020 : la Suisse à nouveau pleinement associée à partir de 2017 Suite à la ratification par la suisse du protocole concernant l’extension de l’accord sur la libre circulation des personnes à la Croatie, nos voisins redeviennent entièrement éligibles aux projets de recherche de l’UE et aux financements européens au titre du programme H2020 (outil de financement de la recherche en Europe). C’est une bonne nouvelle pour les chercheurs helvétiques qui ont toujours été très actifs dans les projets de recherche européens. C’est également une bonne nouvelle pour les chercheurs de bourgogne Franche-Comté qui travaillent étroitement avec les universités et leurs homologues suisses.

Une journée organisée par la Maison de l’Europe en Franche-Comté (réseau Europe Direct) la Région Bourgogne-Franche-Comté, la Caisse des dépôts Bourgogne-Franche-Comté, l’Université de Franche-Comté avec le soutien de l’UE, des services de l’État et de la CCIR Bourgogne-Franche-Comté (réseau Enterprise Europe Network) Lundi 6 mars 2017 à 9H –UFR SJPEG de l’Université, 45 avenue de l’observatoire à Besançon Inscriptions en ligne : www.tinyurl.com/investissementBFC

29


vu lu

EXPO

« COURBET / CLERGUE Rencontre photographique »

LIVRE

Méandres d’un siècle Ouverture à Manhattan en 1969 : tout est possible, la liberté est totale ; les opportunités foisonnent. Deux jeunes gens se livrent aux plaisirs d’une vie facile tout en bâtissant leur fortune. On se croit dans une histoire légère et souriante. Mais le deuxième chapitre nous plonge dans l’Allemagne de 1945, plus précisément à Dresde lors du bombardement qui fit beaucoup plus de victimes que celui d’Hiroshima, quelques semaines plus tard. New York, de nouveau, où le jeune entrepreneur, invétéré coureur de jupons, est victime d’un coup de foudre pour une jeune femme héritière d’une lignée célèbre et fortunée. Pour établir un contact il n’hésite pas à provoquer un carambolage entre leurs deux voitures. Contraste saisissant avec le retour à Dresde, dans une infirmerie d’apocalypse où les gens meurent de tous côtés. Là une femme, les jambes en charpie, accouche d’un petit garçon. Ses derniers mots seront : « il s’appelle Werner Zilch, il sera le dernier des nôtres ». Manhattan 1969 encore : le jeune amoureux a conquis « sa beauté » mais leur bonheur est contrarié par la famille de celle-ci. Allemagne été 1945, c’est la déroute, la fuite vers le Sud. Le petit garçon a été sauvé par sa tante et pris en charge par l’équipe de Werner Von Braun, le père des fusées V2, qui fuit les troupes russes. Deux histoires parallèles, donc. On sait qu’en géométrie celles-ci ne peuvent pas se rencontrer ; il en va tout autrement en littérature. La légèreté américaine et l’horreur du camp d’Auschwitz, longuement décrite, construisent un récit passionnant, mené de main de maître, au dénouement inattendu et bouleversant. On vérifie ici que la honte des victimes est plus fréquente que celle des bourreaux. Le grand prix de l’Académie Française s’affirme, encore une fois, comme le plus fiable. Bernard Sertout Le dernier des nôtres – Adélaïde de Clermont-Tonnerre –

Conçue par l’Institut Gustave Courbet à partir de son important fonds photographique, l’exposition « Courbet / Clergue, Rencontre photographique » se déclinera en deux volets : une partie historique montrant le rapport de Gustave Courbet à la photographie et une partie contemporaine avec les photographies de Lucien Clergue, le photographe académicien, créateur des Rencontres d’Arles qui était venu en 1979 à Ornans, sur les traces du Maître du Réalisme. Les 35 photographies qui sont conservées dans les collections de l’Institut Courbet sont un hommage au « Pays de Courbet ». Faire dialoguer deux artistes, un peintre et un photographe, lors d'une rencontre sous l'œil de la photographie, montrer comment une technique, la photographie dite « Le miroir qui se souvient », que Gustave Courbet a su importante dès sa création, est aujourd’hui un art à part entière, tel est le propos de cette exposition. Du 17 décembre 2016 au 30 avril 2017 Musée Courbet - 1 place Robert Fernier à Ornans - www.musee-courbet.fr

EXPO

Au défi de l'éternité : arts des tombeaux de la Chine des Han aux Tang C’est mille ans d’histoire de la Chine, de croyances en l’éternité, de rites conciliant les forces de l’ici-bas et de l’au-delà. Ce sont aussi des pans entiers de la vie quotidienne, militaire et culturelle. Et c’est encore l’éclat du bronze et la fabrique des terres cuites individualisant chaque œuvre à la faveur de l’usage de la polychromie, de la laque et de la dorure qui vous seront révélés à travers de fabuleuses pièces archéologiques qui sont réunies de façon exceptionnelle. A voir absolument ! Ouvert de 14h à 17h et à partir du 2 mai, de 10h à 12h et de 14h à 18h. Tél : 03.84.65.69.10

Édition Grasset

30

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 68 | JANV IER - FÉ VRIER - MAR S 2017


Marketing Vente Management

www.imea.info

Dara, d’une enseigne de prêt-à-porter

Directeur

Diplômée Bac +2 - 2013

d’un supermarché

Des diplômes en

Mickaël,

Diplômé Bac +3 - 2011

d’État, Bac +2 & Bac +3

apprentissage sur 3 campus

*Admission Post Bac

Besançon - Montbéliard - Vesoul

Inscription sur APB* dès le 20 janvier 2017 www.admission-postbac.fr Avec l’appui de :

Communication CCI décembre 2016 - © photos Laurent Chevier

Directrice adjointe


à Besançon

vos événements

professionnels clé en main

1400 M 2 DÉDIÉS à vos congrés, séminaires, réunions, assemblées générales, formations…

Des

365 PLACES

ESPACES MODULABLES Des SERVICES SUR MESURE Un lieu 100% CONNECTÉ

Contact : Corinne FRANCART Ligne directe : 03 81 25 26 48 Standard : 03 81 25 25 25 Fax : 03 81 25 26 66

Maison de l’économie 46, avenue Villarceau 25000 Besançon

www.doubs.cci.fr rubrique

« organiser votre événement » www.doubs.cci.fr

FA I R E AVA N C ER T O U T E S L E S EN V I E S D’ EN T R EP R EN D R E

Communication CCID - janvier 2017 - photos : Laurent Cheviet

Une capacité de

Expression Active 68  

Le magazine économique de la CCI du Doubs. Entreprise : des recettes pour le bonheur

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you