Page 1

www.doubs.cci.fr

no65

LE MAGAZINE ÉCONOMIQUE DE LA CCI DU DOUBS

PERRIN AQUA DÉCOUPE DISTINGUÉ PAGE 21

BIEN SERVI CHEZ BALDUCELLI PAGE 27

APPRENTISSAGE

LA BONNE VOIE VERS L'EMPLOI

avril > juin 2016 UNE FEMME À LA TÊTE DE POLYSÉCURITÉ PAGE 29


PAR DOMINIQUE ROY PRÉSIDENT DE LA CCI DU DOUBS

Ma récente visite à Baselworld, avec les élus du Bureau de la CCI du Doubs, m’a permis de constater une nouvelle fois combien la dizaine d’entreprises locales présentes a su prendre sa place dans l’univers très concurrentiel de l’horlogerie ; je tiens à les en féliciter ! Mais à côté de ces PME, sur lesquelles sont braqués les projecteurs durant un court moment, il existe aussi des milliers d’entreprises qui œuvrent pour développer la richesse de nos territoires et faire vivre les hommes. Je veux leur redire que la CCI du Doubs est à leurs côtés. Apprentissage, formalités, accompagnement dans l’application des réglementations, dans le développement des TPE, dans la création, la reprise d’entreprise… les actions sont multiples et concrètes et la CCI continue à être impliquée malgré le contexte budgétaire de plus en plus contraint qu’elle subit. Les élections consulaires de fin octobre renouvelleront pour 5 ans les chefs d’entreprises qui composent l’assemblée. Pour la première fois, la parité sera appliquée. Je lance d’ores et déjà un appel à tous les dirigeantes et dirigeants du Doubs qui souhaitent s’engager dans la défense des intérêts de leurs pairs. Être élu(e) d’une CCI, c’est avoir la possibilité d’apporter son expérience de chef d’entreprise, de partager son expertise, de représenter ses pairs auprès des décideurs locaux, de contribuer à faire changer les choses. Ce mandat se vit passionnément, soyez nombreuses et nombreux à vous y présenter. Je compte sur vous !

sommaire

Élu(e)

page 04 conjoncture Commerce : des situations contrastées page 06 made in Doubs… et alentours. page 9 le dossier La bonne voie vers l'emploi page 17 cci en actions page 21 échos de l'éco. Perrin Aqua Découpe distingué. Bien servi chez Balducelli. MB2 loue des sièges aux entreprises. L'achat responsable avec By Français page 32 info'pratique. page 34 vu/lu.

Journal de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Doubs, 46 av. Villarceau, 25042 Besançon cedex, Tél. 03 81 25 25 25, www.doubs.cci.fr - Contact : expression.active@doubs.cci.fr - Directeur de la publication : Dominique Roy, président de la CCI du Doubs - Rédacteur en chef : Sylvie Dejour-Albahary Chef de projet : Corinne Nevière - Ont collaboré à ce numéro : Pierre Accard, Monique Clémens, Elise François-Dainville, NF2 (Agence de Presse), Lucie Thiery Photographies : Laurent Cheviet - Maquette : Magazine - Mise en page : Olivier Rovelas, CCI du Doubs - Abonnement : 25 euros par an. Publicité : Agence Elixir, tél. 03 81 81 28 75 - Dépôt légal : 2e trimestre 2005. ISSN : 1637-9454. Imprimerie ESTIMPRIM (Franche-Comté)

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 65 | AVRIL-MAI-JUIN 2016

3


conjoncture éco Cette analyse est produite par le Département « études économiques et territoriales » de la CCI du Doubs au 11 mars 2016.

Commerce : des situations contrastées Le Grand Besançon (CAGB+) : les soldes ne sont plus ce qu’elles étaient… • Industrie : Worldplas poursuit sa politique de diversification et lance la production de panneaux de signalisation 100 % recyclables. Le Groupe Guillin, leader européen dans la fabrication et la commercialisation d'emballages plastiques thermoformés, poursuit son développement à l’étranger avec l’acquisition de l’allemand KREIS.

2e semestre 2015

• Commerce : la part des soldes dans les chiffres d’affaires et surtout dans les résultats, diminue d’année en année. La période reste utile, notamment pour écouler les stocks, mais avec des marges réduites. La multiplication des promotions tout au long de l’année et les achats sur internet expliquent en grande partie ce changement.

1er semestre 2016

• Aménagement : seul secteur dont les effectifs intérimaires ont régressé en 2015, la construction reste en difficulté. Un élément d’optimisme : en Bourgogne Franche-Comté (source : FNAIM) le volume des transactions a augmenté de 11,2 %, et ce, malgré la baisse des loyers (-6 %) constatée tant sur Besançon que sur Dijon.

2e semestre 2015

1er semestre 2016

Haut-Doubs : euphorie commerciale • Industrie : les entreprises en prise avec le dynamisme de l’industrie automobile, telles Schrader, bénéficient de la reprise mais aussi d’une stratégie d’innovation dans la durée. La filière agroalimentaire poursuit son expansion.

2e semestre 2015

• Commerce : le pouvoir d’achat des voisins suisses, boosté par le taux de change, est à l’origine du surcroît d’activité.

1er semestre 2016

• Construction : le ralentissement de l’activité en Suisse voisine, impacte le secteur de la construction. Cela n’empêche pas les entreprises d’innover telle Vermot, avec la mise au point d’une solution géothermique dans la couche d’enrobé qui fait fondre neige et verglas : Novatherm©. 2e semestre 2015

• Tourisme : la neige tombée en février et en mars aura "sauvé" la saison même si la perte de chiffre d'affaires de décembre 2015 et janvier 2016 ne pourra être compensée. L’ouverture du complexe nautique de Malbuisson devrait contribuer durablement au développement d’une offre globale 4 saisons « bleu / blanc / vert ».

croissance

4

emploi

industrie agro-alimentaire

luxe

automobile

1er semestre 2016

commerce

travaux publics

bâtiment

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 65 | AVRIL-MAI-JUIN 2016


L’agglomération de Montbéliard : centres-villes, des commerces "chahutés" par des travaux • Industrie : dans l’automobile, alors que les externalisations (informatique, R&D, services en général…) se poursuivent, le dynamisme retrouvé de la marque au Lion, nourrit l’ensemble du tissu économique local. Dans le luxe, Cristel poursuit son développement en investissant 3 M€. Dans les industries agroalimentaires, les producteurs du Doubs et du Territoire de Belfort ramènent 45 médailles du salon de l’Agriculture. Un dynamisme illustré, sur le nord Doubs, par l’investissement de l’entreprise Lehman (fromagerie) de 2,5 M€ dans des locaux de 4 000 m² à Vieux Charmont.

2e semestre 2015

1er semestre 2016

2e semestre 2015

• Commerce : les travaux du THNS (Transport à Haut Niveau de Service) impactent fortement l’activité des centres villes d’Audincourt et de Valentigney. A l’échelle du SCoT, les études montrent que les commerces de proximité se sont éloignés des cœurs de villes au profit des périphéries, prioritairement sur les voies de passage. Ce qui pose la question de l’attractivité des centres.

1er semestre 2016

2e semestre 2015

Pays Horloger : le commerce poursuit son expansion à deux chiffres

1 semestre 2016 er

2e semestre 2015

1er semestre 2016

• Industrie : en proie aux difficultés, la filière horlogère suisse recentre ses productions et privilégie les fabrications internes. Pour la sous-traitance française, la question de la diversification des marchés devient d’autant plus une priorité. • Commerce : la clientèle suisse, de par sa présence massive, continue de tirer l’activité et le développement rapide de l’offre, comme l’illustre l’annonce de l’arrivée de la FNAC et d’Intersport à Morteau. • Aménagement : le choix par les voisins Neuchâtelois, par votation, de lancer les travaux des contournements routiers du Locle et de la Chaux de Fonds offre des perspectives de fluidité accrue du trafic frontalier, et pourquoi pas, de chiffres d’affaires pour les entreprises des travaux publics françaises.

ALLEMAGNE ET SUISSE VOISINE • Outre Rhin, En 2015, la comparaison FranceAllemagne reste douloureuse : le déficit budgétaire de la France a dépassé les 70 Milliards d'euros, l’excédent allemand approché les 12 Mds€. Début 2016, la situation économique demeure florissante, notamment à la frontière française. En février 2016, le taux de chômage dans le Bade Wurtemberg était de 4 % : le plus bas du pays. • La Suisse : on peut désormais considérer que l’industrie horlogère suisse, en mutation, est entrée en récession. Ce qui aura nécessairement des conséquences sur l’emploi frontalier. 

Ce qu’on peut retenir : Fin de récession dans l’industrie ? • Après 3 ans de recul, la production manufacturière en France a progressé de 1 % en France (source : INSEE, 11 premiers mois de 2015). Le point noir reste l’emploi : 140 000 destructions en 3 ans. À tempérer en partie en raison du basculement croissant des emplois de l’industrie vers les services (ex : transports, intérim, …). • Inflation : les prix ont stagné en France en 2015, en raison de la chute du prix du pétrole, mais pas seulement. Des prix qui stagnent traduisent aussi le fait que l'économie tourne en sous-régime. 5


... et alentours Le plateau antibactérien de Platex Aux Fourgs on fabrique des plateaux depuis 1950. À l’époque, il s’agit de répondre aux nouvelles habitudes de la restauration collective. Aujourd’hui, PLATEX est le premier fabricant français, et il compte parmi les leaders européens. Le plateau des origines a également beaucoup évolué. L’objet fonctionnel est devenu un accessoire de déco, investi par les grands noms du design graphique. Mais depuis quelques temps, le plateau ne se contente plus d’être beau. L’une des dernières créations de PLATEX est un objet intelligent, fruit d’une innovation développée en lien avec un laboratoire de recherche. Ce plateau est antibactérien. Sa fonction est de stopper la prolifération et la transmission des germes et des bactéries. Le principe repose sur le caractère bactéricide des molécules de certains métaux. Des ions d’argent sont ainsi mélangés à la résine, sans en altérer les propriétés mécaniques. L’ajout est invisible, mais il est opérant. Ce plateau antibactérien a été développé pour répondre aux besoins du secteur hospitalier. Cependant, même si la lutte contre les maladies nosocomiales est un enjeu majeur, de telles propriétés n’intéressent pas seulement l’hôpital. Dans un monde inquiet et soucieux de réduire tous les risques, l’argument sanitaire commence, petit à petit, à toucher le grand public. sur www.platex.com

Dryade, le bijou né de la mer Le village de l’Hôpital du Grosbois est loin des brumes océanes. C’est pourtant là, dans un écrin de verdure, que l’on trouve les ateliers de Dryade Créations, une entreprise dont les réalisations équipent les plus beaux voiliers de la plaisance classique. On y fabrique depuis plus de 20 ans des pièces d’accastillage et de gréement, et notamment une gamme très complète de poulies de marine. Pour Christian Terreaux, le fondateur de l’entreprise familiale, cette localisation n’a rien d’un paradoxe. La Franche-Comté est un haut lieu du bois, de la tournerie, de l’ébénisterie. Et Besançon est la capitale des microtechniques. Et c’est aussi le berceau, la région de cœur, de cette famille passionnée de navigation… Réputée dans le monde de la voile, Dryade a récemment élargi son audience en créant une ligne de poulies… sous forme de bijoux. Pour qui a déjà caressé le galbe d’une véritable poulie de marine, l’idée est

6

évidente. Une idée concrétisée par Monique Terreaux, styliste et épouse du dirigeant. Dans sa version miniaturisée, la poulie Dryade devient un objet délicatement sensuel, qui roule sous les doigts. Elle est identique à sa grande sœur maritime jusque dans ses moindres détails. Entretoises, chape, réa, axe et visserie sont en Inox Marine. Selon les modèles, les joues sont en Inox, en bronze, en bois précieux stabilisés ou encore en Ivoire de Mammouth. Présentées dans d’élégants écrins de bois, ces poulies bijoux montées en bracelet, pendentif, ou boutons de manchettes sont entièrement fabriquées et assemblées en Franche Comté. sur www.bijoux-dryade.fr

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 65 | AVRIL-MAI-JUIN 2016


Le Digit’Air de Schrader Ce manogonfleur à affichage digital conçu et mis au point par Schrader à Pontarlier, est devenu un bestseller mondial chez les professionnels de l’entretien automobile. Le Digit’Air Schrader doit son succès à ses performances et sa grande fiabilité. Il se distingue en mesurant les basses pressions, l’une des caractéristiques majeure de cet appareil. L’affichage numérique permet de gonfler et contrôler plus rapidement les roues équipées du TPMS, un dispositif de contrôle automatique qui avertit le conducteur lorsqu'un pneu perd de sa pression. Le Digit’Air est également apprécié pour son ergonomie et sa simplicité d’usage. Une poignée de gonflage antipincement, un bouton poussoir de dégonflage, un

écran parfaitement lisible… rien de superflus. L’allumage et la mise en veille sont automatiques, et aucun remplacement de pile durant toute la vie de l’appareil. De fabrication soignée, le Digit’Air revendique une robustesse mécanique sans faille (il peut être utilisé de – 25 à + 60 °C !). Ce champion est fabriqué à Pontarlier, le seul site du groupe en France. Un site de 18 000 m2 où 450 personnes travaillent à la conception de nouveaux produits et à la production de valves (160 millions par an !). sur www.schraderinternational.com

Renox, l’entretien ménager selon Cristel Au premier regard, le packaging des produits Renox nous dit quelque chose de la marque. Ici, pas de fée du logis, pas de décor étincelant ou de tourbillons miraculeux. Simplement un nom qui s’affirme dans une typo solide, et une information claire sur un fond monochrome. Une promesse de sérieux. Renox est la ligne de produits d’entretien ménager de CRISTEL, Entreprise du Patrimoine Vivant (EPV), premier fabricant français d’articles culinaires haut de gamme en inox. Ce succès n’est pas seulement le fruit d’une créativité et d’une qualité inégalées. Il doit beaucoup aux valeurs de l’entreprise, et notamment à son respect pour l’environnement, à tous les stades de sa production. Ainsi, lorsque CRISTEL décide de créer une gamme de produits d’entretien, elle en confie la fabrication à des laboratoires français choisis pour la performance environnementale de leurs formulations. Le résultat est une ligne complète (dégraissants, détartrants, nettoyants inox, vitres, sols...) de produits écologiques labélisés Ecocert ou Ecolabel. Des produits déjà remarqués pour leur exceptionnelle efficacité. Une qualité élémentaire de la part d’une marque dont les fabrications inox sont garanties à vie.

Les Larmes de la Ruche Longtemps barman dans des établissements de prestige, Lionel Chartier a aménagé, dans sa maison, une cave où il confectionne des cocktails de sa création, pour son plaisir et celui de ses amis. Il s’initie également à l’apiculture. L’idée des Larmes de la Ruche est née le jour de sa première récolte. Amateur de rhum brun, il a l’idée de marier cet alcool puissamment aromatique avec son miel (filtré, mais non chauffé). Il tente un premier dosage, le laisse en repos, le goûte, le fait goûter. Il faudra deux années et des dizaines de variations pour atteindre l’équilibre recherché. Le résultat est une boisson spiritueuse (30°) à la robe dorée, un nectar long en bouche où affleurent des notes de vanille et de pain d’épices. Satisfait de cette production maison, Lionel Chartier est convaincu de son potentiel commercial. Il fait goûter Les Larmes de la Ruche à François Guy, le patron de la Distillerie Guy de Pontarlier. La dégustation est concluante et la rencontre débouche sur un accord au terme duquel la Distillerie - qui commercialise elle-même un rhum double arôme – produira et distribuera le nectar mis au point par l’apiculteur. sur www. leslarmesdelaruche.fr

sur www.cristel.com



7


le dossier APPRENTISSAGE

La bonne voie vers l’emploi L'apprentissage n'a plus besoin de prouver son efficacité mais doit encore s’imposer durablement. Il s’ouvre chaque année à de nouveaux métiers et à des cursus post bac. Pour les entreprises, cette voie royale permet de recruter des jeunes motivés et désireux d’apprendre, tout en bénéficiant d’aides intéressantes à l’embauche.

«

L’apprentissage, filière de réussite et d'excellence, doit être une grande priorité. Le gouvernement va élargir l’offre et les périodes de formation. Il va aussi permettre des entrées en apprentissage tout au long de l’année », a déclaré le président de la République lors de la présentation de son plan d'urgence contre le chômage, en janvier. Objectif gouvernemental : atteindre 500 000 apprentis en 2017, sachant que l'administration a enregistré 280 052 entrées en apprentissage l’an dernier. Mais si près de 9 jeunes sur 10 émettent une bonne opinion de l'apprentissage et des formations en alternance selon une enquête Opinion Way pour Agefa-PME, l’enthousiasme est moindre du côté des dirigeants, où moins de la moitié des patrons (48 %) prévoit d'embaucher un jeune en contrat d'apprentissage cette année. La faute à la mauvaise réputation dont cette formation en alternance n’arrive pas à se défaire ; elle reste encore assimilée à une voie de garage pour mauvais élèves. Plus du tiers des E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 65 | AVRIL-MAI-JUIN 2016

jeunes en contrats d'apprentissage (34 %) préparent pourtant une formation de niveau bac + 2 et plus. Et dans les écoles d’ingénieurs, 12 % des 30 000 diplômés sont passés par cette voie. « Près de 130 jeunes suivent actuellement nos formations post-bac en apprentissage, à savoir Gestionnaire d’unité commerciale spécialisée et Responsable Manager de la Distribution, sur l’un de nos trois campus de Besançon, Vesoul et Montbéliard, indique ainsi Carole Schneider, responsable à Montbéliard d’Imea Negoventis, l’école de commerce des CCI du Doubs et de Haute-Saône. Notre pédagogie favorise leur intégration grâce à des intervenants issus du monde de l’entreprise. Le programme s’adapte en permanence aux évolutions des métiers du commerce. Nous obtenons des taux de placement de plus de 80 % ». Appartenant à ces PME qui versent leur taxe d’apprentissage à l’école et recrutent chaque année un ou plusieurs apprentis issus des rangs d’Imea Negoventis, l’entreprise TP Pillon Réseaux est pour sa part très positive : « Je choisis 9


le dossier La CCI Franche-Comté, unique collecteur de la taxe La convention signée en Franche-Comté indique que le collecteur unique sera la CCI FrancheComté, avec délégation à la Chambre de Métiers et de l'Artisanat de Région pour les entreprises qui relèvent du Répertoire des Métiers. Les entreprises du Doubs, peuvent, comme par le passé,

souvent des étudiants de Imea Neg o ve ntis car ils sont sérieux et autonomes, explique Alain Minconetti, son directeur général. On leur transmet nos méthodes de travail et les ficelles du métier… ». Cette malléabilité représente un avantage déterminant pour les Ce tte PME. L’inexpérience et la jeuPM Ep nesse, si elles apparaissent souvent oss èd comme des faiblesses, peuvent en effet se ed epu transformer en réels bénéfices. « Un jeune n’a is 2 0 11 sa p pas de mauvaises habitudes de travail, pas d’éléments de ropr e éco comparaison, pas de certitudes sur les manières de faire. Embaule b as ée à Avou dr ey cher un apprenti s’avère une excellente manière de former un salarié à ses méthodes, ses pratiques et sa culture d’entreprise. C’est tout le rôle du maître d’apprentissage qui encadre le jeune… », indique pour sa part Christian Parrenin, le P-DG de SIS, un sous-traitant en petite maroquinerie pour de grandes marques de luxe. Cette PME possède

transmettre leurs déclarations à la CCI du Doubs. Il est possible également d’effectuer toutes ses démarches, aussi bien la déclaration que le versement, via la plateforme Web taxe. Cette dernière continue à assurer, pour les entreprises et les cabinets comptables, un appui juridique et administratif gratuit. Pour rappel, la taxe d’apprentissage finance à 5 % le budget Apprentissage des Régions, à 26 % les Centres de Formations d’Apprentis (CFA) et les sections d’apprentissage (UFA), à

1 / Une exonération de 2/

Une exonération de charges et de salaires pour les entreprises de moins de 11 salariés embauchant des apprentis mineurs. Les salaires de ces derniers sont depuis le 1er juillet 2015 pris en charge par l’État ; cette aide est fixée à 1 100 euros par trimestre.

7 aides à ne

pas manquer

et professionnelles hors apprentissage. sur www.doubs.FRcci.fr/webtaxe 10

1 600 euros (2 200 euros pour des publics tels que les apprentis handicapés) sur la première année de formation conduisant à un diplôme ou un titre professionnel de niveau III, ou inférieur.

5 / Une déduction fiscale de taxe

d’apprentissage pour les entreprises de 250 salariés et plus qui dépassent le seuil de 5 % de contrats d’alternants.

6 / Une indemnité compensatrice forfaitaire versée par la Région. Le montant minimal est fixé à 1 000 euros par an.

7 / Une aide « TPE JEUNES

23 % les écoles assurant des formations technologiques

4 / Un crédit d’impôts de

cotisations sociales.

3 / Une aide au recrutement d'un

premier apprenti et d'apprentis supplémentaires de 1 000 euros pour les entreprises de moins de 250 salariés.

APPRENTIS » octroyée à toutes les entreprises de moins de 11 salariés ayant recruté un jeune de moins de 18 ans à la signature du contrat d’apprentissage.

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 65 | AVRIL-MAI-JUIN 2016


le dossier

APPRENTISSAGE

depuis 2011 sa propre école basée à Avoudrey. Recrutés par la méthode de simulation, les futurs salariés peaufinent leur apprentissage made in SIS sur une ligneécole avant d’intégrer l’atelier où des salariés les guident. Ceux qui le souhaitent ont la possibilité de prolonger leur apprentissage en validant un CAP en interne. À l’issue de la formation, la plupart reste dans l’entreprise, parfaitement formée aux savoir-faire requis. Autre atout de l’apprentissage : un coût salarial plus faible, assorti d’aides mises en place par l’État. La CCI du Doubs accompagne les entreprises dans les démarches nécessaires à leurs obtentions. Via son point A, elle informe sur les contrats, la législation et la procédure à respecter. Quant au site de la Bourse de l’alternance (www.franche-comte-alternance.com) initié par la CCI FrancheComté, il met en relations les PME proposant des contrats en alternance avec les jeunes en recherche d'un emploi. Une cinquantaine d’offres, classées par département, et près de 300 curriculum vitae, sont disponibles en ligne. Une fois la perle rare trouvée, la prestation Service + de la CCI assure la rédaction, le suivi et l’enregistrement du contrat, en lien avec le CFA et l'apprenti. Simple et efficace ! www.doubs.cci.fr - 03 81 25 25 32

Iméa, l'école de commerce des CCI du Doubs et de Haute-Saône accueille sur ses trois campus plus de 160 apprentis

n’ Apr es ès t

L

r eu nti oy pre ap

VRAI

À la fin du contrat en alternance, le dirigeant n’a aucune obligation envers l’apprenti. Mais les taux d’insertion indiquent que sept mois après la fin de leur formation, 62 % des apprentis ayant suivi des études de niveau CAP à BTS ont trouvé un emploi.

ls

Ap

age et stag es, ntiss e r c' p

L'apprenti a un statut de salarié et donc les droits et devoirs qui vont avec. Il est rémunéré, il cotise pour sa retraite, il bénéficie d'indemnités chômage s'il ne trouve pas un emploi immédiatement après sa formation. L'entreprise a, quant à elle, l'obligation de former le jeune : un maître d'apprentissage l'encadre pour lui permettre d'acquérir toutes les compétences du référentiel de diplôme.

ar l

FAUX

es tp

ei



ue an

FAUX

Le contrat d'apprentissage s'est ouvert aux diplômes de l'enseignement supérieur depuis près de trente ans, accélérant ainsi l'extension de ce mode de formation aux métiers non manuels. Il est aujourd’hui possible de devenir commercial, chargé de recrutement, éducateur spécialisé, journaliste ou informaticien, en passant par une formation en alternance.

m

p ’a

t réservé au ge es xm a s éti tis n er e r s p

en apprentiss tion age a m , l' r o s p e o r r o u p em n f pos de e é pl g t n i eà u obl s s pa on

s e u ç e r s e ge é a s d s i i 3 ’apprent sur l

11


le dossier Weeklydeal L’apprenti devenu chef d’entreprise À l’issue de sa formation en apprentissage, Gautier Le Voillemin a créé son entreprise de e-commerce. Une opportunité rendue possible grâce aux compétences techniques acquises lors de son expérience chez Airbus.

MODE D’EMPLOI DU CONTRAT D’APPRENTISSAGE • Le contrat d'apprentissage est un contrat de travail conclu entre un employeur et un salarié. ""L’apprentissage m’a permis de financer une partie de mes études, c’est un atout non négligeable"

A

24 ans, Gautier Le Voillemin codirige Weeklydeal, un site de vente de mobiliers design intérieur et extérieur pour la maison, basé à Fesches-le-Châtel. Diplômé de l’Ésta-ESC de Belfort, le jeune dirigeant a suivi la formation Manager en ingénierie

d’affaires industrielles pendant cinq ans, dont seule la dernière année est en apprentissage.

« Chez Airbus, j’étais chargé de la vente d’un logiciel d’optimisation de vol pour les pilotes pendant dix mois. Cette expérience m’a permis de me confronter aux réalités du terrain et de me familiariser avec la philosophie de l’entreprise en côtoyant les autres salariés, explique le Montbéliardais. Et, grâce à ma formation théorique, j’ai fait bénéficier la société de ma

rigueur, de mes qualités rédactionnelles ainsi que de ma motivation. En plus, l’apprentissage m’a permis de financer une partie de mes études, c’est un atout non négligeable ». Depuis, associé à son cousin, Gautier Le Voillemin met en pratique les compétences acquises en matière de logistique et de négociation tarifaire au niveau des flux de production. Attaché à ses origines franc-comtoises, le jeune homme est fier d’avoir monté son affaire dans sa région. « C’est important de montrer qu’il est possible de créer une entreprise en

France, précise le directeur général. On a démarré avec 7 euros, le coût du nom de domaine. Dès la première année, nous avons réalisé un chiffre d’affaires de plus d’un million d’euros ». Cette belle réussite, Gautier Le Voillemin pense la partager avec de futurs apprentis :

« Recruter des jeunes désireux d’apprendre, tout en bénéficiant d’aides et de faibles charges, est une opportunité à saisir pour un chef d’entreprise », conclut-il. 12

• Sa durée peut varier de 1 à 3 ans en fonction du métier, de la qualification préparée et du niveau de l'apprenti. • La rémunération de l’apprenti correspond à un pourcentage du SMIC ou du minimum conventionnel si celui-ci est plus favorable. Cette rémunération varie en fonction de l’âge et de l’avancement de l’apprenti dans le cycle de formation. • L’apprenti relève du régime général. Il est couvert par la législation de droit commun en ce qui concerne les accidents de travail. Cette protection est étendue au temps passé en CFA.

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 65 | AVRIL-MAI-JUIN 2016


APPRENTISSAGE

CHIFFRES 2015

9 300

Le nombre d’apprentis recensés en Franche-Comté dont 2 783 jeunes femmes

250

6 000

Le nombre de formations, allant du CAP jusqu’au diplôme d’ingénieur, proposées par…

entreprises d’accueil

…23

1 401

Le nombre de contrats d’apprentissage traités par la CCI du Doubs pour le compte des entreprises et 130 avenants signés

dossiers traités pour la taxe d’apprentissage

Les apprentis font recette Passé de pizzaiolo à gérant d’un restaurant, Christophe Robert-Nicoud s’est appuyé sur la polyvalence des apprentis pour l’accompagner dans la réussite de son projet.

Source Egifip

3 402 593 €

1 609

Maccenzo

CFA repartis sur toute la Franche-Comté́.

de taxe collectés par la CCI Source CCI

hristophe

C

du temps et de l’investissement de la part du maître d’apprentissage

Robert-Nicoud a

et des jeunes ». Ce contact avec la nouvelle génération n’est pas

laissé en 2009

à sens unique. Les apprentis apportent leurs connaissances,

son camion-pizza au

notamment en matière d’informatique et de réseaux sociaux.

garage pour ouvrir sa

Très souvent, l’expérience est couronnée de succès. Christophe

première pizzeria à

Robert-Nicoud a monté à Devecey sa seconde pizzeria en association

Marnay et découvrir

avec l’un de ses anciens apprentis, tandis qu’un

les différentes

autre vole désormais de

facettes du métier

ses propres ailes à la

de gérant d’un

tête de son restaurant.

restaurant. « Pour

m’accompagner, je me suis entouré d’apprentis issus des formations Imea, indique le gérant de Maccenzo. Cette solution présente l’avantage de la

flexibilité : les étudiants passent deux jours en cours puis le reste de la semaine en entreprise. Je n’avais pas besoin de salariés à temps plein ». Au menu des apprentis : relation fournisseurs, développement de nouveaux produits et recettes, caisse, accueil des clients, communication… Une vision à 360° des métiers du commerce que les jeunes pourront valoriser ensuite dans leur recherche d’emploi. « Cette polyvalence représente un

atout précieux pour l’entreprise et la formation des jeunes, précise Christophe Robert-Nicoud. Je transmets mes compétences et

mon expérience à des futurs salariés. L’apprentissage demande



"Les apprentis apportent aussi leurs connaissances, notamment en informatique et réseaux sociaux

13


le dossier MAÎTRE D’APPRENTISSAGE, LES RÈGLES À SUIVRE

3 questions à Yohann BECLIER, chef cuisinier et maître d’apprentissage au Gustave Café à Besançon Un maître d’apprentissage doit accompagner l’apprenti dans sa formation. Comment dégagezvous du temps pour y parvenir ? À leur arrivée, après une présentation générale de l’établissement et principalement de la cuisine, ils passent très vite par tous les postes. Plus vite ils apprennent, plus vite ils gagnent en assurance. Ils dépendent directement de moi et sont installés à un poste de travail à mes côtés, comme ça je peux corriger au fur et à mesure. Le temps passé au début à les informer se retrouve rapidement ! Nos apprenti(e)s sont en formation au CFA Hilaire de Chardonnet à Besançon. Je contrôle le travail qu’ils ont à réaliser. J’impose également des fiches techniques. Ils choisissent la ou les recettes qu’ils repèrent et c‘est

La personne directement responsable de la formation de l’apprenti et assumant la fonction de tuteur est appelée “ maître d’apprentissage ”. Le maître d’apprentissage a pour mission de contribuer à l’acquisition par l’apprenti dans l’entreprise des compétences correspondant à la qualification recherchée et au titre ou diplôme préparés, en liaison avec le CFA. L’employeur doit permettre au maître d’apprentissage de dégager sur son temps de travail les disponibilités nécessaires à l’accompagnement de l’apprenti et aux relations avec le CFA. Il veille à ce que le maître d’apprentissage bénéficie de formations lui

permettant d’exercer correctement sa mission et de suivre l’évolution du contenu des formations dispensées à l’apprenti. Le maître d’apprentissage doit être titulaire d’un diplôme ou un titre au moins égal à celui préparé par l’apprenti et posséder une expérience professionnelle d’au moins deux ans, en relation avec la qualification visée par le diplôme ou le titre. S’il ne remplit pas la première condition, le maître d’apprentissage doit justifier d’un niveau minimal de qualification déterminé d’au moins trois ans, en relation avec la qualification visée par le diplôme ou le titre.

souvent par le biais d’internet ou des émissions culinaires. A l’issue de la formation, si le tandem a bien fonctionné et si l’apprenti s’est bien intégré dans l’équipe, cela débouche souvent sur une embauche. Avez-vous suivi des formations pour assurer cette mission ? Je suis titulaire d’un bac professionnel et j’ai plus de 17 années d’expérience dans la restauration, les conditions sont donc largement réunies pour être maître d’apprentissage. Pourquoi cet engagement de votre part ? Principalement pour que le métier de chef cuisinier perdure ! Il faut former la relève pour que la cuisine traditionnelle continue. Et puis, c’est un vrai plus, car cela permet de former des cuisiniers « à sa main » !

14

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 65 | AVRIL-MAI-JUIN 2016


APPRENTISSAGE

TP Pillon Réseaux Recrutements sur mesure

""Nous avons la res

ponsabilité de transm

Le négociant de matériaux de construction recrute chaque année des apprentis formés à ses besoins avant de les embaucher. À la clé, des salariés immédiatement opérationnels. ettre nos métiers, nos

savoir-faire"

«

C’est notre rôle de former les jeunes. Il ne faut pas oublier

de clientèle, réception de marchandises… les jeunes deviennent

que dans le mot apprentissage, il y a le mot apprenti ce qui

polyvalents en découvrant toutes les facettes du négoce. « Former

signifie que nous avons la responsabilité de transmettre nos

demande du temps mais demeure un plaisir si, en face de vous,

métiers, nos savoir-faire. Ils ne sont ni des stagiaires, ni des salariés,

vous avez des jeunes motivés, débrouillards, dynamiques avec la

annonce Alain Minconetti, le directeur général de TP Pillon Réseaux.

soif d’apprendre, indique Alain Minconetti. La lecture du CV est

C’est un pari sur l’avenir. En plus, l’intégration de la jeunesse

aussi importante. Je ne sélectionne que des personnes investies

à l’entreprise apporte un vent de fraîcheur aux autres salariés,

dans la vie associative locale ». Une sélection très rigoureuse

notamment en matière de nouvelles technologies, d’informatique et

car, après trois ans passés comme apprentis, les jeunes se voient

de façon de faire ». Chez ce négociant en matériaux de construction,

proposer un contrat d’embauche au sein de l’une des agences.

les apprentis suivent une formation aux métiers de la vente dans l’une des cinq agences de l’entreprise. Magasinier, accueil



15


ÉLECTIONS DANS LES CHAMBRES DE COMMERCE E T D’INDUS T RIE

) Dirigeant(e d’entreprise

Du 20 octobre jusqu’au 2 novembre 2016 Vous serez amené à voter pour des candidats aux élections consulaires.

VOTEZ POUR VOUS ! CALENDRIER Du 18 juillet au 25 août 2016 Vous pouvez consulter les listes électorales auprès de votre CCI, à la Préfecture et dans chaque greffe de tribunal de commerce.

À partir du 20 octobre 2016 Vous recevrez le matériel de vote et vous pourrez voter jusqu’au 2 novembre par Internet ou par courrier.

10 novembre 2016, au plus tard Proclamation des résultats

Pour plus d’informations : elections@doubs.cci.fr ou 03 81 25 25 40

16

Ils sont comme vous des hommes et des femmes, chefs d’entreprises. Dans votre CCI, ils travailleront pour les 5 prochaines années au développement de votre territoire et seront là pour accompagner vos projets de CRÉATION, de TRANSMISSION D’ENTREPRISES, de FORMATION, de TRANSITION ÉNERGÉTIQUE OU NUMÉRIQUE, d’INTERNATIONALISATION…

ILS SERONT À VOS CÔTÉS POUR CONSTRUIRE L’ÉCONOMIE DE DEMAIN. LA CCI DU DOUBS, C’EST EN 2015 :

2 000

porteurs de projets accompagnés

3 800

340

1 400

formalités à l’international effectuées

entreprises accompagnées à l’international

contrats d’apprentissage enregistrés

230

étudiants futurs diplômés Commerce - Distribution à Iméa

… en savoir plus sur les actions de la CCI du Doubs : www.doubs.cci.fr

FA I R E AVA N C ER T O U T E S L E S EN V I E S D’ EN T R EP R EN D R E www.doubs.cci.fr E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 64 | JANV IER-FÉ VRIER-MAR S 2016


cci en actions

Retrouvez toutes les infos de la CCI du Doubs sur Facebook

Maison de l’économie

À louer… salle des conférences ! C’est à l’occasion de son assemblée générale le 21 mars que la CCI du Doubs a dévoilé la salle des conférences qui portera le nom de Jean Michel, président de la CCI de 1986 à 1998. Après 6 mois de travaux, ce nouvel équipement offre un espace haut de gamme de 179 places (y compris les places pour personnes à mobilité réduite), confortable, fortement marqué par l’identité régionale dans les matériaux utilisés et les thèmes de décoration. En savoir + 03 81 25 26 48



17


cci en actions Urbanisme La CCI accompagne les entreprises et les territoires Les documents d’urbanisme, principalement les Plans Locaux d’Urbanisme (PLU), fixent les règles de planification, d’occupation et de protection du sol qui s’imposeront à tous et, en particulier aux entreprises. Pour la CCI, il est important de suivre ces documents pour s’assurer

de la prise en compte des activités économiques dans leur élaboration. Elle apporte aux entreprises qui le souhaitent une expertise, un appui et un accompagnement sur leurs problématiques d’urbanisme. sur : Hotline urbanisme : 03.81.25.25.24

L’économie sous un autre angle La CCI a lancé un cycle de 4 conférences pour 2016 : les OPEN#BUSINESS. Le mardi à 19h30 des sujets d’actualité économique sont proposés en une heure trente avec des expertises, témoignages, échanges. La cybercriminalité a rassemblé une soixantaine de dirigeants le 15 mars dernier. Prochain OPEN#BUSINESS le 31 mai sur le thème du management des nouvelles générations dans l'entreprise, puis le 28 juin et le 29 novembre. sur : ww.doubs.cci.fr

TOURISME Grand vert s’étend à la Franche-Comté Le réseau des professionnels privés du tourisme est rejoint par la CCI du Jura en 2016. Il devient donc régional et propose aux 74 adhérents de rassembler leur offre touristique sous la bannière Grand Vert. Les établissements sont engagés dans une charte d'accueil et de qualité dans le respect des traditions et de l'environnement.

Le président sur le terrain

Photos de haut en bas Fromagerie Petite au Fort de St Antoine Baselworld – Le Salon Mondial de l'Horlogerie et de la Bijouterie à Bâle Romanzini à La Rivière Drugeon Le Panier de Jeanne à Pontarlier Entreprise Mantion et Intercaves à Besançon

sur : www.grand-vert.org

18

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 65 | AVRIL-MAI-JUIN 2016


cci en actions CLUB Appel d’Aire en visite Le club des dirigeants du nord Doubs a commencé son programme de l’année le 26 janvier avec une visite de l’entreprise Courvoisier Stores et fermetures à Vieux-Charmont.

Label Préférence Commerce en campagne Ils étaient 82 labellisés dans le Doubs pour 2015-2016. La prospection des candidats à l’édition 2017-2018 a commencé pour la CCI. Elle propose aux TPE du commerce et des services d’évaluer leur qualité d’accueil, d’écoute et de conseil avec un client mystère avant d’afficher le label national estampillé CCI : préférence Commerce. Les étudiants d’Iméa, l’école de commerce, ont sillonné le département avec les conseillers pour sensibiliser les professionnels à la démarche. Contact CCI 03 81 31 25 04

Salon L’industrie tout sourire

Pays de Montbéliard Comprendre et participer au développement du territoire La CCI organise le 6 juin à l’unité de Montbéliard un séminaire destiné aux unions commerciales et aux commerçants et portant sur le SCoT (Schéma de Cohérence Territoriale) du nord Doubs. Il s’agit d’échanger avec les professionnels pour leur expliquer les enjeux des documents d’urbanisme qui planifieront, pour les prochaines années, les priorités dans l’organisation du territoire. Les contributions recueillies par la CCI lui permettront de formuler un avis sur le projet et de se positionner sur le schéma pour s’assurer qu’il organise un environnement équilibré et favorable au développement économique local.

Ils ont été plus de 1 200 à se déplacer sur Smile, le salon qui présentait les métiers de l’industrie du 22 au 24 mars. 1 200 élèves des collèges et lycées du sud Franche-Comté, principalement, ont suivi durant 3 jours un parcours d’une heure 30 min de poste de travail en poste de travail. Du commercial à la logistique en passant par la maintenance, le réglage sur presse ou le bureau des méthodes, 13 métiers étaient à découvrir. « Il s’agissait de faire vivre

aux jeunes l’expérience de l’entreprise grandeur nature, ses savoir-faire et ses opportunités de carrières, et ce de manière concrète et ludique » explique Alexandre Perret Gentil le chef de projet du salon pour la CCI Franche-Comté. Une approche qui tranche avec la seule exposition de savoirs. Le parti a été pris d’inviter les professionnels à sortir de leur entreprise et à montrer ce qu’ils font chaque jour : plus de 60 s’étaient mobilisés. Un bon moyen pour inciter les jeunes à mieux connaître l’entreprise industrielle et peut-être à s'intéresser à un secteur d’activités en manque d’emplois qualifiés. Les partenaires de Smile : CCIR Franche-Comté ; Région Bourgogne Franche-Comté ; Pavillon des sciences ; UIMM, Programme Investissements d’Avenir. 

19


cci en actions Apprentissage Les talents exposés L’exposition « Savoir-Faire des Apprentis francs-comtois » du 8 février au 23 mars dernier, a permis de découvrir les jeunes talents régionaux dans le hall de la CCI à Besançon. Durant 6 semaines, les apprentis se sont succédés pour présenter leurs réalisations : corniches en staff, coiffures, compositions florales, coupe d’arbres… Les animations ont séduit les visiteurs. L'événement était organisé par l'Institut Supérieur de l'Apprentissage de la CCIR Franche-Comté.

L'export récompensé Le jeudi 24 mars se tenaient les 9ème Trophées de l’International, organisés par la CCI Franche-Comté, le Conseil régional et la Banque Populaire de Bourgogne Franche-Comté. 22 entreprises avaient candidaté, 5 ont été récompensées. La conférence « Économies émergentes : euphorie, doutes & perspectives », animée par Françoise Lemoine, économiste et conseillère au Centre d’Études Prospectives et d’Informations Internationales, a réuni 130 personnes pour un état des lieux de l’économie des émergents et des pistes de réflexion. Des propos confortés par les expériences de terrain des entreprises Delfingen et Julbo, toutes deux fortement présentes sur ces marchés.

LES LAURÉATS 2016 : • TPE performante à l’international : Auréa Technology (25, Besançon) • PME / ETI Europe : Groupe Guillin (25, Ornans), • PME / ETI Grand Export : Eurochêne (39, Saint Lothain) • Trophée d'honneur (hors concours) : Groupe Bel (39, Lons-le-Saunier) • Coup de cœur du Jury : Macplus (90, Lachappelle-sousRougemont) Les lauréats, ainsi que les 19 autres candidats du concours, pourront bénéficier de nombreuses dotations offertes par les organisateurs et leurs partenaires : Air France, Business France, Europages, Nefab, Sifco et Wall Street English.

Photo : Agence DER

20

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 65 | AVRIL-MAI-JUIN 2016


INDUSTRIE

INDUSTRIE

Perrin Aqua Découpe distingué label L’entreprise de découpe par jet d’eau basée à Autechaux a obtenu le label Productivez ! en 2015. Une distinction qui vient récompenser les efforts de l’entreprise pour moderniser ses outils de production.

É

bauches de pièces avionables critiques, crémaillères de pinces multiprises ou encore découpe de matériaux dans le domaine du bâtiment et de la décoration, l’entreprise Perrin Aqua Découpe est devenue un maillon indispensable dans la chaîne de fabrication de certaines pièces. Grâce à leur nouvelle machine six axes équipée d’un logiciel de FAO (fabrication assistée par ordinateur) qui permet de réaliser de multiples opérations dans l’espace de la même manière qu’un bras humain, l’entreprise est encore plus réactive. Elle est désormais capable de s’adapter à tous les marchés et de répondre aux demandes de nombreux clients. C’est grâce à cette nouvelle machine, créée par leurs soins en onze mois à peine, que l’entre-

prise a été distinguée par le label Productivez ! 2015. Initié par le Symop (Syndicat des machines et technologies de production), celuici récompense les entreprises engagées dans une dynamique de modernisation par l’intégration de machines ou de nouvelles technologies de production. Avec la mise en place de ce nouvel outil chez Perrin Aqua Découpe, le temps et le coût de production sont divisés par trois. Grâce à la précision qu’il apporte, il permet également des économies d’une matière souvent coûteuse. Mais ce n’est pas tout. En effet, grâce à la mise en place de ce robot, Perrin Aqua Découpe a renforcé son expertise. « Au départ, en 2001, nous ne faisions que de la sous-traitance  », explique Eric Perrin, créateur et gérant de

l’entreprise. « Grâce à notre savoir-faire et à notre capacité à faire du sur-mesure, nous intervenons désormais au niveau de l’expertise, en amont de la création.  » Outre son développement dans le domaine de l’aéronautique et du spatial où il a conquis de nouveaux clients, Perrin Aqua Découpe s’est vu sollicité par les marchés de la protection balistique et de la cryogénie. « Nous avons aujourd’hui des consultations de clients qui viennent de partout et qui n’auraient jamais pensé à cela il y a quinze ans. L’obtention du label Productivez ! nous apporte aussi une plus grande visibilité. » www.perrinaquadecoupe.fr

Comme un bras humain



21


INDUSTRIE

Charm’Ossature adopte une organisation industrielle Le logiciel permet de toucher du doigt les pertes de motivation, les conflits

productivité Après avoir appliqué les bases du Lean manufacturing, le fabricant de panneaux de construction bois s’est offert un logiciel qui édite des ordres de fabrication.

J

’ai mis un an pour mettre tout cela en place et j’ai expliqué aux salariés que pour qu’une entreprise gagne de l’argent, il faut qu’elle soit au juste prix », raconte Dominique Charmoille, le dirigeant fondateur de Charm’Ossature, à Étalans, qui s’est inspiré de l’organisation industrielle de

l’automobile en général et de PSA en particulier, pour remettre à plat le rôle de chacun des 25 salariés. De formation CJD, ayant participé au programme Copernic, Dominique Charmoille a travaillé sur les problématiques de son entreprise de fabrication de panneaux pour construction bois. Son objectif : adapter son prix pour décrocher plus de chantiers et pérenniser sa société, mais aussi donner du sens au travail de chacun. « J’en avais assez de voir travailler des gens qui ne savaient pas exactement ce qu’ils faisaient. » Début 2015, après avoir adopté les bases du Lean manufacturing, le patron de Charm’Ossature a souhaité pousser la mesure des tâches jusqu’aux détails des gestes de chacun – l’assemblage des ossatures, la pose des bardages, le remplissage des murs

par un isolant, la pose des fenêtres et volets, etc. – et confié à Share and Move, start-up montbéliardaise, la conception d’un logiciel tenant compte de toutes les données et éditant, chaque jour, les ordres de fabrication de chaque poste. « Chaque salarié, en arrivant le matin, a une estimation de son travail de la journée. Le logiciel permet de toucher du doigt les pertes de motivation, les conflits. » Le dispositif est en place depuis l’automne 2015 et le dirigeant estime déjà entre 15 et 20 % les gains de productivité réalisés. Une extension de logiciel est prévu sur 2016 afin de rendre ce suivi visuel numériquement dans l’atelier (tablette écran tv). www.charmossaturebois.fr

"ll s’agit plutôt d’objets connectés"….

Et Worldplas inventa le panneau intelligent Gamme La PME bisontine de plasturgie a planché pendant sept ans sur un nouveau concept de panneau routier. Un produit ultra prometteur désormais pris en charge par WP Signalisation, une filiale dédiée.

C

’est pour ne pas être emporté dans la tempête que le dirigeant fondateur de cette PME de soustraitance en plasturgie, Denis Gunes, avait décidé de lancer des produits propres, à la fin des années 2000. Après avoir inventé une gaine pour bouteilles de champagne, et parallèlement à une diversification du portefeuille client dans les domaines du médical et de l’aéronautique – pour moins dépendre du secteur sensible de l’automobile –, l’entreprise bisontine s’est penchée sur un projet de panneaux de signalisation routière en thermoplastique injecté, sans contact, connectés et intelligents, mais aussi personnalisables, résistants, ergonomiques, légers, écologiques, recyclables… Bref, une petite révolution dans le monde très cadré du panneau 22

routier. « D’ailleurs, doit-on encore parler de panneaux ? », se demande Denis Gunes. «  Il s’agit plutôt d’objets connectés pour structurer le trafic et le patrimoine. » L’entreprise implantée sur le technopole Témis, à Besançon, mise gros sur ce produit qui a nécessité sept ans de R&D et justifié la création d’une filiale, WP Signalisation, laquelle réunit un bureau d’étude de trois ingénieurs, une responsable commerciale et un doctorant chargé de développer l’aspect « gestion du patrimoine ». La gamme devrait être complète en juin 2016 et le chiffre d’affaires global de Worldplas pourrait commencer à doubler l’année suivante, estime le dirigeant, pour atteindre 25 à 30 millions d’euros d’ici cinq ou six ans, contre 3 millions aujourd’hui. Dans le même temps, l’effectif pourrait passer de 30 à 100 voire 150 salariés. www.psignalisation.com

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 65 | AVRIL-MAI-JUIN 2016




23


INDUSTRIE

L'entreprise Schligler décolle aéronautique Basée à Valentigney, Schligler conçoit et réalise des pièces de tôlerie fine à forte valeur ajoutée. Son activité destinée à l'aéronautique est en pleine croissance. Pour y répondre, l'entreprise s'agrandit et lance un plan d'investissement ambitieux.

sion et la soudure. En ces temps de crise, la PME peut donc se targuer d'avoir un carnet de commandes rempli pour les cinq années à venir. « Cette montée en charge va nous permettre de réorganiser nos ateliers de production et d'investir » se réjouit Roland Schligler, président de la société.

1 million d'euros Le groupe va investir près de 1 million d'euros dans de nouvelles machines (ligne de contrôle par ressuage, laser et machine de sablage). Son usine installée à Valentigney sur ntreprise familiale depuis près de 5 000 mètres carrés sera quatre générations, Schligler agrandie. L'extension de bâtiment est en plein essor. À l'origine, de 1 000 mètres carrés sortira de L'objectif pour l'entreprise est de passer de 2 à sous-traitant industriel pour l'autoterre d'ici l'été 2016. Dans le même 4 millions de pièces produites par an d'ici quatre ans. mobile, l'entreprise, fondée en 1856, temps, les ateliers seront restruca choisi de se diversifier dans l'aéronautique à partir des turés pour gagner en productivité. L'objectif pour l'entreannées 90. Elle travaille aujourd'hui à 80 % pour ce secteur. prise est de passer de 2 à 4 millions de pièces produites Fournisseur de rang 1, ses principaux clients ne sont autres par an d'ici quatre ans. que les grands constructeurs Safran, Zodiac et Liebherr Propulsé par le secteur aéronautique, le groupe prévoit Aerospace. Pour la troisième année consécutive, Schligler cette année une vingtaine d'embauches sur son site franvient de recevoir une récompense qui assoit sa renommée çais, où travaillent 43 personnes. Des postes de technicien dans le monde de l'aéronautique. Safran lui a décerné un pliage, de soudeurs, d'usineurs et de techniciens qualité Award du meilleur fournisseur. seront à pourvoir. La bonne santé économique de Schligler Le constructeur qui va mettre sur le marché deux nouse traduira dans les chiffres puisque l'entreprise qui a réaliveaux moteurs d'avion dès 2020 (LEAP et Silvercrest) dessé 8,7 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2014 projette tinés à Airbus et Boeing notamment, a confié à l’entreprise d'atteindre la barre des 15 millions en 2020. franc-comtoise la fabrication des pièces de tôlerie pour ces modèles. Schligler est spécialisé dans la conceptionwww.schligler.fr réalisation de pièces métalliques, la tôlerie fine de préci-

E

24

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 65 | AVRIL-MAI-JUIN 2016


TERRITOIRE

Enquête Banque de France : un léger mieux, mais… Bourgogne Franche-Comté Avec la fusion des régions, l’enquête annuelle de la Banque de France auprès des entreprises, pour la première fois, a été réalisée à l’échelle de la Bourgogne – Franche-Comté.

M

enée en décembre 2015 et janvier 2016 auprès de 1 850 entreprises (soit une couverture de 73,5 % du tissu industriel, de 43,8 % du secteur du BTP, de 56,4 % de celui des transports, de 33,1 % de l’ingénierie), elle vise un double-objectif : faire le bilan de l’année écoulée et dégager des perspectives pour celle qui démarre en matière d’évolution du chiffre d’affaires, d’emploi, d’investissement et de rentabilité. Un baromètre très attendu par les entreprises régionales, qui étaient 250 à s’être inscrites à la présentation de l’étude faite le 1er mars à la CCI du Doubs, à Besançon, l’un des trois partenaires de cette édition 2016 avec l’Insee et l’Urssaf. Les résultats de l’enquête allaient ensuite être présentés dans les antennes de Pontarlier et de Montbéliard de la CCI du Doubs. « C’est un miroir que l’on donne aux entreprises, une vision globale avec des chiffres détaillés et de grandes tendances », explique Jean-Charles Sananes, directeur régional délégué de la Banque de France. « Le premier message, c’est que 2015 fut une bonne année, comme nous l’avions annoncé. L’industrie a progressé, avec une croissance en volume, même si elle est moins importante qu’attendue. Mais cette croissance est encore insuffisante pour entraîner la création d’emplois », tempéraitil. La progression du chiffre d’affaires, pour ce secteur phare de l’économie franc-comtoise et désormais de la nouvelle grande région, a été de 1,1 %, conforme à la moyenne nationale, et s’est accompagnée d’une diminution des effectifs de 1,3 % – avec un recours plus soutenu à l’intérim –, et d’un recul des investissements net, à 13 %. «  Après une année 2014 marquée par une forte reprise des investissements  », précise Jean-Charles Sananes, qui détecte des signaux positifs pour la rentabilité des entreprises, et plus encore pour 2016, mais constate parallèlement un manque de visibilité. «  Dans l’industrie, la hausse du chiffre d’affaires n’est pas forcément liée à une hausse d’effectif. Les entreprises font des gains de productivité, robotisent. Nous n’avons pas inversé la courbe du chômage même si l’économie ne va pas si mal, et alors que la période est favorable à l’investissement. Mais on n’a pas le sentiment que tous les clignotants sont au vert… » Le tableau est plus sombre pour le secteur du BTP, en baisse globale d’activité de 2,1 %, atténuée par un petit rebond (3,1 %) du second œuvre. L’emploi, lui aussi, poursuit son érosion, avec une baisse de 1,6 % des effectifs. Une amélioration de l’activité est attendue en 2016 dans les travaux publics mais les investissements, là non plus, ne semblent pas reprendre. Troisième secteur observé : les transports et l’ingénierie technique. Pour les premiers, l’activité est en hausse de 2,3 % en 2015, avec un effectif stable et un recul de 1,2 % des investissements. Pour l’ingénierie, l’enquête montre une activité en hausse de 2,3 %, avec des effectifs en progression de 2,2 % et des investissements stables.

Céder et/ou reprendre un hébergement

F

aciliter la mise en relation de cédants et repreneurs potentiels d’hébergements dans le Doubs, tel est l’objectif du site mis en ligne par Doubs Tourisme, service du conseil départemental. Destiné dans un premier temps aux hôteliers, gestionnaires de chambres d’hôtes et de gîtes de groupes, ce mini-site internet propose une « vitrine » des structures à reprendre, tout en respectant l’aspect confidentiel de ce type de démarche. Fiche de présentation générale, capacité d’accueil de la structure, secteur touristique d’implantation sont autant d’éléments visibles dans chaque fiche. Au-delà d’une simple vitrine et d’un vecteur de mise en relation, Doubs Tourisme propose un accompagnement des repreneurs : prédiagnostics, information sur les aides financières, accompagnement au classement et/ou à l’obtention des labels…

sur w ww.doubstourisme-pro.com

Le premier message, c’est que 2015 fut une bonne année, 

25


COMMERCE

MB2 loue des sièges aux entreprises Idée La société MB2 est spécialiste du mobilier professionnel et de l’ergonomie du poste de travail. Installée à Chalezeule, elle propose désormais un service de location de sièges d'atelier et de bureau.

A

ujourd'hui, les espaces de travail sont de plus en plus aménagés et pensés de manière ergonomique. Central, le siège de bureau est l'élément principal qui contribue au confort du poste de travail. Pour éviter les risques de troubles musculo-squelettiques, le fauteuil doit être adapté à chaque morphologie, aux mouvements et à l'activité du professionnel. C'est pourquoi MB2, spécialiste du mobilier d'entreprise propose plus de 300 modèles de sièges différents exposés sur 900 mètres de showroom. Du fauteuil de direction au siège d'accueil et d'atelier, en passant par les chaises spécialement traitées pour les salles blanches, cette large sélection permet de répondre à tous types de besoins. À l'heure où les entreprises réduisent leurs investissements en mobiliers, MB2 a lancé son service de location

26

de sièges. « L'avantage est de pouvoir profiter des toutes dernières innovations techniques en bénéficiant de modèles récents  », explique Didier Foliguet, Directeur du magasin. Au bout de cinq ans, l'entreprise peut entièrement renouveler son parc de sièges à moindres frais. Assurée d'être toujours bien équipée, l'entreprise qui opte pour la location de sièges renvoie ainsi une image de marque auprès de ses clients et fournisseurs. En outre, la santé du salarié tout comme son confort sont pris en considération et cela se voit à travers le mobilier de bureau. Quant aux tarifs de location, ils varient entre 5,80 euros par mois pour des sièges d'ateliers industriels et 26 euros par mois pour les sièges de bureau les plus performants. sur w ww.mb2.fr

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 65 | AVRIL-MAI-JUIN 2016


COMMERCE

Bien servi chez Balducelli anniversaire À deux pas du château de Montbéliard, les opticiens Balducelli fêtent cette année leurs 70 ans. Une longévité que la maison doit à son professionnalisme et aux valeurs qu’elle défend.

C

hez Baldu, on est opticien de père en fils depuis trois générations. La boutique, installée en plein centre ville de Montbéliard depuis 1946 est l’une des plus vieilles enseignes d’optique de la ville. Malgré les évolutions du métier, elle a su résister et imposer sa marque : « Nous avons la casquette hybride de commerçant et de professionnel de santé. Pour trouver un équilibre entre les deux, c’est une bonne chose de se raccrocher à des valeurs de base  », explique Laurent Balducelli, gérant de Balducelli Opticiens. Parmi les valeurs de l’entreprise  : travail, expertise et qualité. Des repères précieux dans une société en perpétuel changement  : «  Dans un monde qui propose de l’à-peu-près, nous offrons de la qualité. Dans un petit centre-ville comme Montbéliard, nous essayons de mettre



en avant notre nom, notre histoire, nos valeurs. » Soucieuse d’apporter des réponses adaptées à chaque client, convaincue qu’ «  à chaque visage sa monture  », la maison se lance rapidement dans l’aventure du sur-mesure. « Les gens cherchent à avoir le détail en plus. Nous nous efforçons donc d’apporter des réponses techniques et esthétiques à la fois  ». Pour cela, Laurent n’hésite pas à suivre une formation chez les Meilleurs Ouvriers de France Lunetiers en 2012. Un véritable retour à l’artisanat et aux sources du métier, qui permet à l’entreprise de se démarquer une fois encore.

Aujourd’hui, pour attirer une nouvelle clientèle, la maison se modernise en affinant notamment sa communication. En un clic, on la trouve sur internet et les réseaux sociaux. En guise de preuve : le film d’animation qui retrace les 70 ans de la maison visible sur la chaîne Youtube.

sur w ww.balducelli-opticiens.fr

27


COMMERCE Fête

Le 8 Mars en rose

devien L’horodateur

t une borne

multi-servic

es

L’UCB expérimente le City Connector de Parkeon Besançon Après Las Vegas, à plus petite échelle, des commerçants bisontins expérimentent le nouveau service de couponing du constructeur bisontin.

D

e plus en plus pointue sur son produit phare, l’horodateur, auquel elle apporte maintenant de l’intelligence et du service, l’entreprise Parkeon a créé City Connector, une application permettant d’éditer des coupons de réduction et de dynamiser le commerce de proximité. Concrètement, après avoir retiré son titre de paiement, l’automobiliste usager se voit proposer le choix d’imprimer un coupon de réduction ou de promotion pour le commerce qui lui convient dans les cinq catégories proposées : vêtements et accessoires, alimentation, santé beauté, décoration ou autre. « Le piéton a accès aux mêmes coupons, explique Sabine Jacquot-Boileau, responsable communication de l’Union des Commerçants Bisontins (UCB), il lui suffit de sélectionner l’onglet “bons plans de nos commerçants” sur l’horodateur ». Après l’avoir testé à Las Vegas, sur une petite zone, Parkeon expérimente ce service à l’échelle d’une ville à Besançon, partenaire et laboratoire de l’entreprise. Contactée en octobre, l’UCB a accepté de participer à l’opération et de tester City Connector gratuitement jusqu’en avril. Ensuite, le service sera payant. Une quarantaine de commerçants, adhérents ou non à l’UCB, se sont portés volontaires afin de mesurer la visibilité qu’il apporte. «  L’horodateur devient une borne multi-services, un nouveau moyen de communication qui pourrait aider à redynamiser le centre ville  », poursuit Sabine JacquotBoileau. En février, en deux semaines seulement, l’UCB a comptabilisé 34 000 offres de promotion visualisées par ce biais et 1 000 coupons imprimés. Encourageant.

L'idée est partie de la simple envie de célébrer les femmes avec des entreprises locales. Aux commandes de l’opération : Mary Pidolot et Mylène Laurent, associées d’une agence de communication événementielle 100 % féminine Innov’Events. «  Nous souhaitions créer une attention particulière et pas forcément coûteuse où les femmes seraient à l'honneur le 8 mars. Distribuer une rose, symbole de beauté et de féminité s'est donc tout naturellement imposé comme moyen de le faire.  » explique le duo. Contact est pris avec la boutique Petite Fleur, dirigée aussi par deux jeunes femmes, Clémence Regnier et Alexandra Behra, pour préparer le package. «  Nous avons ensuite contacté nos clients et prospects pour proposer l’idée et l’achat des fleurs » Le 8 mars, 540 roses étaient distribuées à des clientes tout sourire par les partenaires de l’opération ! Les partenaires : ACTA Autovision Alstom (Ornans) - Cultura - Eve boutique Ibis Style - Innov'events Besançon L'Office des commerçants de Besançon La boutique Petite Fleur - Le Garage du Lac (Saône) - Vintage Corner Vix Technology

sur w ww.commercants-besancon.com

28

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 65 | AVRIL-MAI-JUIN 2016


SERVICES

Une femme à la tête de Polysécurité reprise Pour reprendre l'entreprise Polysécurité, Isabelle Porgye est passée par le dispositif de la CCI du Doubs, Visa Reprise.

I

sabelle Porgye l'affirme sans détour, « passer par Visa Reprise lui a permis de se rassurer sur ses capacités et son aptitude à reprendre une entreprise. » En novembre 2013, après un passage devant le comité de qualification Visa Reprise, elle est labellisée repreneuse potentielle. Parmi les différents dossiers qui lui sont soumis figure Polysécurité, une PME de 12 salariés implantée à Châtillon-le-Duc et spécialisée dans l'installation, la maintenance de systèmes de sécurité. Jean-Pierre Massardier, le cédant, avait au préalable contacté Visa Reprise : « je recherchais un repreneur de la région, à dimension humaine, motivé et capable d'assurer la pérennité des emplois ». Il reçoit la candidature d'Isabelle Porgye, et une première rencontre en décembre 2014 vient conforter le choix des deux parties.

détient des parts avec ses deux associés, Frédéric et Marie-Hélène Petitjean. Ces deux derniers sont devenus présidents de la SARL Polysécurité, quant à Isabelle Porgye, elle occupe les fonctions de directrice générale. « Des synergies sont possibles entre les deux entités  », commente Frédéric Petitjean. L'enjeu pour les trois associés est de faire converger les activités de Polysécurité et Fcnet pour créer un groupe cohérent. «  L'idée est d'arriver à proposer des solutions globales en matière de sécurité numérique, des biens et des personnes  », précise Isabelle Porgye.

Proximité et personnalisation Directrice commerciale de Fcnet, opérateur télécom et fournisseur de services internet auprès de professionnels, Isabelle Porgye a une expérience de 18 ans dans cette entreprise. Au sein de Polysécurité elle dit retrouver une même philosophie d'entreprise. « Nous partageons le même souci de proximité, de personnalisation des services et la même typologie de clients : des PME, PMI, industriels, commerçants... », explique-t-elle. Techniquement, la reprise s'est faite par le biais de Fcnet, dans laquelle Isabelle Porgye

Cinq femmes Comme Isabelle Porgye, depuis Passer par Visa Reprise a permis à Isabelle Porgye de se "rassurer la création du dispositif Visa sur ses capacités et son aptitude à reprendre une entreprise". Reprise en 2008, quatre autres jeunes femmes sont passées devant le comité de qualification et ont été la- comptables région Bourgogne Franche-Comté, bellisées, c'est-à-dire jugées aptes à reprendre le comité régional de la fédération bancaire une PME-PMI. Avec elle, elles sont dorénavant française et la chambre interdépartementale quatre à la tête d'entreprise de plus de 10 sala- des notaires de Franche-Comté. riés. Une forme de réussite au féminin pour cet outil proposé par toutes les CCI de Franchesur placanal@doubs.cci.fr Comté où siègent également dans le comité de pilotage du dispositif, l'ordre des experts-



29


SERVICES

30

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 65 | AVRIL-MAI-JUIN 2016


SERVICES

L'achat responsable avec By Français vente Replacer le savoir-faire français au centre de notre consommation, tel est le pari d'Adrien Bodennec. Il y a moins d'un an, il a créé By Français, un site de vente en ligne de produits fabriqués dans l'Hexagone.

«

70 % des Français ont la volonté de consommer français et 17 millions font leurs achats sur internet  », constate Adrien Bodennec. Lorsque cet ancien cadre, ingénieur de formation, devient papa pour la première fois en novembre 2014, il fait le choix de privilégier des produits made in France. Bien que de nombreux fabricants français produisent toujours dans le pays, il s'aperçoit rapidement que les canaux de distribution manquent. Grâce à ses compétences en achat, qualité produit et management, il lance la startup, By Français. Prêt-à-porter homme et femme, équipements pour la maison, univers de l'enfant, 2 500 références sont proposées à la vente sur www.byfrancais. com. La Bourgogne-Franche-Comté y est bien représentée avec les casseroles Cristel, la biscuiterie Billiotte ou encore les meubles Delavelle. Grâce à des fiches bien renseignées, le consommateur sait tout du produit qu’il choisit, du lieu de fabrication au nombre d'emplois impliqués.

Prônant la transparence, Adrien Bodennec joue la carte de la pédagogie. « Un produit fabriqué en France génère trois fois plus d'emplois que s’il était fait à l'étranger  ». Des projets plein la tête, il travaille actuel-



lement avec un chercheur de l'université Paris Dauphine pour mettre en place un outil de mesure du temps de travail passé sur chaque produit vendu sur son site. Accompagné dès le début par l'Incubateur d'entreprises innovantes de Franche-Comté, il occupe des locaux dans le Pôle Numerica à Montbéliard. Le jeune chef d'entreprise a reçu la bourse French Tech en 2015 et prévoit d'embaucher six personnes d'ici 2017.

sur www.byfrancais. com

31


Abonnez-vous à la version électronique d' sur www.doubs.cci.fr

et recevez par mail votre magazine à feuilleter en ligne.

AGENDA

31 MAI OPEN#BUSINESS

Photo libre de droits

Besançon Le management des nouvelles générations dans l'entreprise sur : ww.doubs.cci.fr

6 AVRIL • 11 MAI • 5 JUILLET • 21 JUILLET

Iméa, tests de sélection Négoventis Bac +2 Montbéliard et Vesoul T. 03 81 31 25 06

• 19 MAI Besançon Présentez votre entreprise en anglais Atelier d’entraînement linguistique en anglais pour améliorer votre efficacité en présentant votre entreprise/vos produits de manière

rapide et synthétique – 80 €/pers CCI International/SIFCO T. 03 81 25 25 93 - 03 81 25 26 20

• 2 JUIN Belfort 4ème édition du Rendez-vous des acteurs de l'énergie L’événement incontournable des industriels de l’énergie CCI Franche-Comté T. 03 81 31 25 22 - 06 76 75 98 71

Lucas

Responsable de rayon Diplômé Bac + 3 - 2015

Médiation pour le RSI (Régime Social des Indépendants) Quatre médiateurs sont nommés pour la FrancheComté (1 par département ). Pour le Doubs : Gilles Antheaume mediateur25@franchecomte.rsi.fr Leur mission : favoriser la résolution des différends par le dialogue. Les médiateurs du RSI exercent leur fonction bénévolement, en toute indépendance et impartialité.

Devenir RESPONSABLE-MANAGER de la DISTRIBUTION en 1 an

Iméa, école de commerce ible Access n s è apr u

Bac + 2

32

Contacts : Jean-Georges AZELVANDRE 03 81 25 26 39 • jgazelvandre@doubs.cci.fr Nathalie BARRAS 03 81 25 26 43 • nbarras@doubs.cci.fr

Avec l’appui de :

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 65 | AVRIL-MAI-JUIN 2016


EUROPE Rubrique réalisée en collaboration avec la CCIR Franche-Comté service Europe Entreprise Europe Network

Les brèves de l'Europe Europe

Normalisation

Biocides

Santé sécurité au travail Fin 2015, à l‘occasion de l’examen de la stratégie 2014-2020 de l’agence européenne pour la santé et sécurité au travail le parlement européen a appelé la Commission européenne à engager 3 initiatives :

Étude d’impact économique Le 2 février 2016, l’AFNOR organisait une rencontre sur le thème "La normalisation, accélérateur de croissance des entreprises ?". Cette journée a permis de présenter l’Étude de l’impact économique de la normalisation 2016, qui montre que les entreprises participant activement aux travaux de normalisation ont vu leur chiffre d’affaires annuel supérieur en moyenne de 20 % par rapport aux autres entreprises du secteur. De même, leur chiffre d’affaires à l’export est de 19 % supérieur aux entreprises n’ayant ni participé à la normalisation, ni acheté de normes.

Vigilance pour les articles traités Les entreprises qui mettent sur le marché des articles traités avec des substances actives biocides ou qui contiennent de telles substances doivent s’assurer que ces dernières sont bien prises en compte dans le processus d’approbation européen mis en place au titre de la réglementation biocides.

• Présenter une proposition de révision de la directive concernant la protection des travailleurs contre les risques liés à l'exposition à des agents cancérigènes ou mutagènes au travail et de fixer des valeurs limites d'exposition plus contraignantes ; • Définir une stratégie globale sur les perturbateurs endocriniens • Agir concrètement pour prévenir les risques liés au développement du secteur des nanotechnologies

La CCIR est relais de l’AFNOR en région. Toutes les normes peuvent être achetées mais également consultées intégralement et gratuitement dans ses locaux sur RDV.

Projets innovants collaboratifs : Appel à manifestation d’intérêt Malgré la fusion des régions Bourgogne et Franche-Comté les programmes européens des fonds structurels continuent de vivre leur vie séparément jusqu’en 2020. De fait, dans l’ancienne Franche-Comté les fonds européens peuvent financer jusqu’à 60 % des coûts liés à des projets collaboratifs innovants auxquels peuvent s’ajouter parfois d’autres fonds publics. Tous les secteurs sont ciblés (bois, bâtiment, agroalimentaire, santé, matériaux…) et peuvent concourir. Il importe cependant de pouvoir démontrer un potentiel en terme de marché, y compris de niche ou émergent. 20 millions d’euros de fonds européens sont en effet réservés à ces projets sur la période 2014-2020.

Si ce n’est pas le cas une demande d’approbation doit être déposée avant le 1er septembre 2016. Les articles traités par des substances biocides peuvent être très divers. Il peut s’agir de peintures ou vernis avec des agents anti moisissure, de vêtements ou textiles avec un traitement anti acarien ou anti odeur, de bois traités avec des agents anti champignons…. Une vigilance particulière est requise pour les articles traités qui seraient importés dans l’UE (ex : cuirs traités, bois traités…)

Pour bénéficier de ces financements les projets doivent répondre à certaines conditions. Ils doivent se rapporter à un produit/service/ procédé commercialisable, être pilotés par un industriel (PME ou grande entreprise) et non par une organisation fédératrice, associer de la recherche privée ou publique, disposer d’un potentiel réel y compris à l’international… Un appel à manifestation d’intérêt est lancé actuellement pour susciter l’émergence de nouveaux projets et faire connaître cette opportunité aux entreprises, en particulier aux PME. A ce jour, 3 projets ont été retenus lors d’une précédente sélection. Ils impliquent une dizaine de PME franc-comtoises et portent sur des budgets consolidés de 1 à 7 millions d’euros (montant moindre au niveau de chaque partenaire individuel). La CCI de région Franche Comté est à la disposition des entreprises pour les aider à structurer et monter leur projet ou leur dossier.

En savoir   : www.franche-comte.cci.fr Jean Michel CHAUVIN - T. 03 81 47 42 13



33


vu lu

Jean MessagieR le gRand CoRtège

les œuvRes de la ColleCtion

LIVRE

Un agent très spécial Spéciale aussi l’écriture : Jean Echenoz, à qui l’on doit une longue liste de romans plus ou moins décalés, reste fidèle à son style particulier tout au long de ces trois cents pages qui ne manquent ni de péripéties ni de personnages bien typés. Son art consiste à les montrer avec une certaine distanciation. Pas de dialogues, ce qui est pourtant la règle du genre, l’auteur rend compte comme s’il vivait chaque événement mais à une seule voix et même « mezzo voce ». Un général du « service action » en fin de carrière projette rien moins que la déstabilisation du dernier état totalitaire et nucléaire. Le plan consiste à faire séduire une proche du chef suprême, pour cela il faut une personne jolie et « ductile ». C’est ainsi que Constance, parisienne du XVIème, femme libre, ciblée pour une vague relation avec le pays en cause, se trouvera gentiment enlevée et transférée par trois hommes au milieu de nulle part dans la Creuse. Pendant plusieurs semaines elle sera préparée dans une ambiance de vacances, ses ravisseurs – genre pieds nickelés – étant victimes du « syndrome de Stockholm ». Mais les meilleures choses ont une fin. De retour à Paris, via la gare de Limoges – coupole et beffroi – elle aura un mouvement de recul quand le général lui annoncera la destination extrême orientale qui sera la sienne. Avec la légèreté qu’on lui connaît elle partira pourtant, encadrée par ses ravisseurs-copains… et les difficultés commenceront. L’auteur est fidèle depuis des décennies aux Éditions de Minuit, à leur blancheur, à leur quatrième de couverture minimaliste. Sa rédaction faussement désinvolte suivra son envoyée dans ce pays sous tyrannie qui existe bel et bien. Bernard Sertout Jean Echenoz – Envoyée spéciale – Éditions de Minuit

34

à paRtiR du 29.01.2016 Musée du Château Rg des duCs de WuRteMbe

ie sur vélin d’Arches Guenat (détail) – Lithograph Photo : Pierre du Doubs, 1982 Paris, 2016 – sur les genoux rd – ©ADAGP, R, Betty Boop rg, Montbélia Jean MESSAGIE municipale ducs de Wurtembe : imprimerie du château des t Impression Coll. Musée + starHligh Conception :

EXPO

Jean Messagier, le grand cortège Les œuvres de la collection Puisant dans leurs collections, les Musées de Montbéliard mettent en lumière la figure locale majeure de Jean Messagier (1920-1999) à travers une sélection de peintures, dessins, gravures et sculptures. Oscillant sans cesse entre abstraction et figuration, l’artiste semble poursuivre un éternel mot d’ordre : la création doit être avant tout fête et jubilation. C’est dans cet esprit d’exaltation des formes, des lignes et des couleurs, d’une myriade de personnages et de motifs qui fondent son univers que s’anime ce grand cortège. À partir du 29 janvier 2016 Musée du château des ducs de Wurtemberg à Montbéliard www.montbeliard.fr LIVRE

Cartes sur table

"Cartes sur table" invite le lecteur à oser se valoriser lors des recrutements ou à se positionner lors d’échanges avec son manager. Il est également intéressant pour identifier les marchés potentiels de demain, donc des emplois qui en découleront. L'ouvrage intéressera tout le monde : les chefs d’entreprise à la recherche de marchés porteurs, les étudiants à la recherche d’un premier travail, les individus désireux de créer leur entreprise, les salariés en quête d’un second souffle et même les demandeurs d’emploi.

Farid Bousbaine a crée la société Parteco à Belfort, spécialisée dans le conseil et la formation. Il est certifié Coach, après une formation au CRC-HEC. Se définissant comme un « révélateur et amplificateur d’enthousiasme », ce patron voit sa réputation rayonner à l’échelon de l’Hexagone, en Algérie et au Maroc. Ses interventions sont fréquemment sollicitées par des grandes entreprises et des TPE / PME. Farid Bousbaine – Cartes sur table - Cultiver votre différence pour susciter la préférence. – Parteco E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 65 | AVRIL-MAI-JUIN 2016


Vir tual cockpit. Réelles sensations. Nouvelle Audi A4 avec Audi virtual cockpit*. Le progrès. Intensément.

Plus d’informations sur Audi.fr/fleet

Audi Fleet Solutions. We delight your business.** ** Faire avancer votre entreprise.

* En option selon finitions. Publicité diffusée par le concessionnaire en qualité d’intermédiaire de crédit, à titre non-exclusif, de Volkswagen Bank. Volkswagen Group France S.A. au capital de 7 750 000 € – 11 avenue de Boursonne – Villers-Cotterêts – RCS Soissons B 602 025 538. Audi recommande Castrol Edge Professional. Vorsprung durch Technik = L’avance par la technologie. Gamme Audi A4 : consommation en cycle mixte (l/100km) : 3,7 – 6,4. Rejets de CO2 mixte (g/km) : 95 – 147.

Espace 3000 Pontarlier

27 rue de la Libération - Pontarlier - Tél. 03 81 39 17 13 www.audi-pontarlier.fr

Vorsprung durch Technik

Espace 3000 Besançon ZAC Châteaufarine - Tél. 03 81 41 28 28 www.audi-besançon.fr

Expression Active 65  

Le magazine économique de la CCI du Doubs. Apprentissage : la bonne voie vers l'emploi

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you