Page 1

www.doubs.cci.fr

no64

LE MAGAZINE ÉCONOMIQUE DE LA CCI DU DOUBS

DES PAPIERS PEINTS BISONTINS PAGE 22

JUNGLE CONCEPT AU CŒUR DE MONTBÉLIARD PAGE 27

janvier > mars 2016 L'ARBRE À CHAPEAUX : UNE PÉPITE TOURISTIQUE PAGE 31

TENDANCE

DIRIGEANTS : CULTIVEZ VOS RÉSEAUX !


Vir tual cockpit. Réelles sensations. Nouvelle Audi A4 avec Audi virtual cockpit*. Le progrès. Intensément.

Plus d’informations sur Audi.fr/fleet

Audi Fleet Solutions. We delight your business.** ** Faire avancer votre entreprise.

* En option selon finitions. Publicité diffusée par le concessionnaire en qualité d’intermédiaire de crédit, à titre non-exclusif, de Volkswagen Bank. Volkswagen Group France S.A. au capital de 7 750 000 € – 11 avenue de Boursonne – Villers-Cotterêts – RCS Soissons B 602 025 538. Audi recommande Castrol Edge Professional. Vorsprung durch Technik = L’avance par la technologie. Gamme Audi A4 : consommation en cycle mixte (l/100km) : 3,7 – 6,4. Rejets de CO2 mixte (g/km) : 95 – 147.

Espace 3000 Pontarlier

27 rue de la Libération - Pontarlier - Tél. 03 81 39 17 13 www.audi-pontarlier.fr

Vorsprung durch Technik

Espace 3000 Besançon ZAC Châteaufarine - Tél. 03 81 41 28 28 www.audi-besançon.fr


PAR DOMINIQUE ROY PRÉSIDENT DE LA CCI DU DOUBS

2016

s’annonce à ce jour sous des auspices de grande prudence au niveau économique. La croissance est toujours faible mais l’espoir d’une amélioration se fait sentir et, pour ma part, je forme le vœu que la reprise tant attendue soit au rendez-vous dans la durée. Votre magazine, Expression Active, a fait le choix depuis plus de 10 ans, de présenter notre économie locale sous son meilleur jour. Chaque trimestre, la CCI s’attache à vous montrer que de belles initiatives existent, que des projets se concrétisent, que les dirigeants ont des idées, des ambitions et qu’ils se battent pour qu’elles aboutissent. En 2016, La parole des chefs d’entreprise sera encore au cœur de notre ligne éditoriale.

Cette année verra aussi pour la CCI, une préparation plus intense à la fusion des CCIR de Bourgogne et de Franche-Comté le 1er janvier 2017. Pour le département du Doubs, je veillerai au maintien et au développement de la proximité de notre Chambre avec les entreprises. Une grande région aura tout son sens pour proposer une vision et donner une stratégie mais les CCI de terrain auront plus que jamais à accomplir leur mission d’appui au développement économique local. Je vous donne donc rendez-vous tout au long des mois à venir pour partager la réflexion sur les enjeux essentiels de notre futur. Très belle année 2016 à toutes et à tous !

sommaire

Belle et bonne année !

page 04 conjoncture Les entreprises investissent malgré tout page 06 made in Doubs… et alentours. page 9 le dossier Dirigeants : cultivez vos réseaux ! page 17 cci en actions page 22 échos de l'éco. Des papiers peints bisontins. Préserver la Loue. Le crowdfunding : un levier de financement innovant pour les entreprises.

page 32 info'pratique. page 34 vu/lu.

Journal de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Doubs, 46 av. Villarceau, 25042 Besançon cedex, Tél. 03 81 25 25 25, www.doubs.cci.fr - Contact : expression.active@doubs.cci.fr - Directeur de la publication : Dominique Roy, président de la CCI du Doubs - Rédacteur en chef : Sylvie Dejour-Albahary - Chef de projet : Corinne Nevière - Ont collaboré à ce numéro : Pierre Accard, Monique Clémens, Elise François-Dainville, NF2 (Agence de Presse), Lucie Thiery Photographies : Laurent Cheviet - Maquette : Magazine - Mise en page : Olivier Rovelas, CCI du Doubs - Abonnement : 25 euros par an. Publicité : Agence Elixir, tél. 03 81 81 28 75 - Dépôt légal : 2e trimestre 2005. ISSN : 1637-9454. Imprimerie ESTIMPRIM (Franche-Comté)

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 64 | JANV IER-FÉ VRIER-MAR S 2016

3


conjoncture éco Cette analyse est produite par le Département « études économiques et territoriales » de la CCI du Doubs au 10 décembre 2015

Les entreprises investissent malgré tout  Le Grand Besançon (CAGB+) :

Doubs Centra

Le Pays Doubs Cen des signes de redyn plus en plus visibles participation réussi « Made in France » l’association de com Bienvenue », le lanc le développement d investissements d’I Autechaux…

centre-ville, une dynamique commerciale nouvelle • Industrie : sur Etalans, l’entreprise Vieille Matériaux parachève la construction de bâtiments. Sur Besançon, les incertitudes sur la reprise de Parkéon inquiètent malgré de bonnes perspectives de marchés.

2e semestre 2015

1er semestre 2016

• Commerce : si le centre-ville bénéficie de deux nouvelles locomotives, les Passages Pasteur, (17 000 m² de boutiques) et la librairie l’Intranquille Plazza, (1 500 m²). … La périphérie n’est pas en reste : aux Marnières, les démolitions commencent pour faire la place d’ici deux ans à 40 000 m² de surfaces commerciales nouvelles.

2e semestre 2015

• Aménagement : l’accès de la RN 57 sera à deux fois deux voies entre l’échangeur de Devecey et l’A36 les travaux commencent. En centre-ville, les réflexions quant à la mutation de l’Hôpital Saint Jacques, se poursuivent. Sur le futur Pôle tertiaire de Besançon-Viotte, les fouilles archéologiques démarrent.

1er semestre 2016

Haut-Doubs : des investissements dans l’industrie • Industrie : de nombreux projets. Armstrong investit 20 M€ sur deux ans pour accueillir une nouvelle ligne de production : 15 embauches sont prévues. Jura Filtration se développe sur la ZAE du Crêt de Dale. Les fromageries Marcel Petite agrandissent leurs capacités d’affinage. Platex innove en proposant aux hôpitaux des plateaux anti bactériens.

2e semestre 2015

1er semestre 2016

• Commerce : 2015 aura été exceptionnelle. En périphérie, la 4 ème zone commerciale du Grand Pontarlier (« aux Rosiers ») ouvre en janvier tandis que les 15 parcelles du crêt de Dale ont trouvé preneurs. Au centre-ville, la carte Altitude, renouvelée, illustre le dynamisme des acteurs économiques.

2e semestre 2015

• Tourisme : ici aussi la clientèle chinoise en transit est devenue une source de recette significative. Les entreprises se demandent comment fixer ces visiteurs quelques jours sur place.

croissance

4

emploi

industrie agro-alimentaire

luxe

1er semestre 2016

automobile

commerce

travaux publics

bâtiment

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 64 | JANV IER-FÉ VRIER-MAR S 2016


al :

L’agglomération de Montbéliard :

ntral affiche namisation de s : une nouvelle ie au salon parisien », le dynamisme de mmerçants « Baume cement du SCoT, du parc éolien, les IME by Estimprim sur

l’industrie tire à nouveau l’activité • Industrie : le secteur automobile a retrouvé des couleurs, en phase avec les objectifs atteints du plan « back in the race » de PSA. Le constructeur investit 110 M€ dans un nouvel atelier de ferrage et a recours à des salariés en CDI intérimaires. La société Nedey, après 6 M€ de travaux, est la première concession privée en France pour la marque au Lion. LISI Automotive inaugure de nouveaux ateliers à Dasle. Le développement annoncé de General Electric sur le Territoire favorisera la dynamique de reprise à l’échelle de l’Aire Urbaine.

2e semestre 2015

1er semestre 2016

2e semestre 2015

• Commerce : la rénovation/reconstruction du centre commercial de la Petite Hollande « les Hexagones » est annoncée pour 2017. Le dispositif ECHOP, lancé par l’agglomération en collaboration avec la CCI, va permettre de proposer pour une période test de 6 mois, des cellules commerciales vacantes à destination de porteurs de projets.

1er semestre 2016

• Tourisme : les Chinois, en lien avec PSA ou le FCSM, sont de plus en plus nombreux à séjourner sur le Pays de Montbéliard. 2e semestre 2015

1er semestre 2016

Pays Horloger : une activité commerciale exceptionnelle

2e semestre 2015

1er semestre 2016

• Industrie : la sous-traitance horlogère souffre alors que les manufactures suisses, pour l’heure en surcapacités, rapatrient un maximum de fabrications. Heureusement pour la filière luxe locale, les marchés de la maroquinerie et de la joaillerie demeurent toniques.. • Commerce : tirée par le Franc fort et le développement de l’offre, l’activité 2015 aura été exceptionnelle. Le dynamisme du secteur contribue à limiter la hausse du nombre de demandeurs d’emplois sur le bassin. • Aménagement : les travaux préparatoires à l’arrivée de la fibre optique sont visibles, annonçant le désenclavement numérique du territoire.

ALLEMAGNE ET SUISSE VOISINE, • Outre Rhin, la production a augmenté de 0,2 % en octobre, confirmant ainsi le rebond de l’industrie. • La Suisse horlogère entame un nouveau cycle industriel. Sans parler de récession, une décennie de croissance à deux chiffres s’achève. La dynamique économique des zones frontalières devra s’adapter.



Ce qu’on peut retenir : • En France, la croissance patine : la Banque de France a revu ses prévisions de croissance à la baisse pour 2015 (+ 1,2 %) mais aussi 2016 (1,4 % contre 1,8 %) et 2017 (1,6 % contre 1,9 %). La raison principale est une baisse de la consommation des ménages (- 0,7 % en octobre), moteur de la croissance française depuis début 2015. A noter que le secteur du bâtiment reste en berne avec une baisse de 20 à 30 % des m2 construits en 2015.

5


... et alentours Mopi® est la dernière innovation proposée par Mignotgraphie® à ses clients commerçants. Tout à la fois imprimeur sérigraphique et numérique grand format sur tout support, concepteur en PLV, l’entreprise de Chemaudin se définit également comme « partenaire de la théâtralisation des points de vente ». Son nouveau produit, Mopi®, est précisément destiné à la mise en scène des articles à l’intérieur des boutiques de retail (magasins de chaussures, de textile et d’accessoires…), ou dans leurs vitrines. Développé par Olinda (fabricant de décor pour vitrine, show-room et magasins), ce mobilier en mousse se distingue par la facilité de montage, sa légèreté, sa robustesse

Le mobilier en mousse modulable et sa grande modularité. La forme extrêmement simple de ses composants, baptisés « pixels », permet les combinaisons les plus variées et les plus originales. Quelques minutes suffisent pour transformer, sans effort, l’architecture d’une vitrine ou la présentation d’une collection au cœur d’une boutique. L’autre grand intérêt de Mopi® est la personnalisation de son décor. Nouvelle campagne, changement de saison ? On dépouille les pixels de mousse de leur décor et on les remplace par des « peaux » neuves, imprimées et envoyées par Mignographie®. C’est simple, rapide et surtout très économique. sur www.mignotgraphie.fr

La tête dans les étoiles Nos têtes de lits ont longtemps été des « bois de lit ». Il en existait de toutes sortes, de toutes essences, classiques ou modernes. Mais notre époque est désormais celle de l’image. Des images omniprésentes qui peuplent notre quotidien, nous submergent, nous absorbent, du matin au soir. Et au moment de poser la tête sur l’oreiller, on a encore envie d’images. C’est ce désir qu’Éric Dorée a perçu, intuitivement. Créateur et dirigeant de la société Espace Deville, à Besançon, il réalise depuis 14 ans des solutions d’agencement à base de profilés aluminium. Il a donc mis au point, techniquement, la tête de lit dont il rêvait pour lui-même. Une image d’atoll polynésien, imprimée en haute définition sur une toile en tissu stretch (lavable et infroissable) tendue sur un cadre aluminium. Il y a ajouté un rétro-éclairage à intensité variable. Confiant dans la capacité de séduction de cette tête de lit contemporaine et totalement inédite, il développe son procédé et créé Marchand de Sable en 2015. Aujourd’hui, le site internet de la marque propose une gamme infinie de têtes de lit sur mesure et totalement personnalisées. Les exemples mis en valeur sur le site internet illustrent la variété des ambiances dans lesquels on peut choisir de s’endormir. Images esthétiques autant que symboliques : jardin japonais, savane ensoleillée, cascade de verdure, animaux fétiches, fonds marins ou cieux étoilés… Au-delà des photos proposées par le fabricant, chacun est libre de fournir l’image de son choix. Le concept peut se décliner en cloison simple face, double faces, habillage de mur, plafonnier… Les têtes de lit sont livrées en kit, faciles à monter, et sous garantie. La fabrication est franc-comtoise. Marchand de Sable ne fournit pas les rêves. sur www.marchand-de-sable.com 6

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 64 | JANV IER-FÉ VRIER-MAR S 2016




Délis, les rhums arrangés de la Réunion

Mina est née à la Réunion. Elle aime son île natale et elle aime en partager les saveurs. Devenue franc-comtoise à 23 ans elle a toujours entretenu le lien avec ses racines, notamment à travers la cuisine réunionnaise qu’elle fit découvrir à tous ses amis. Ceux-ci ont alors apprécié ses fameux rhums arrangés. C’est ce succès, limité au cercle privé, qui a décidé la jeune femme à créer Délis en 2014. Choix du nom, choix du flacon, design graphique des étiquettes, site web… chaque étape de la création a fait l’objet d’une démarche marketing rigoureuse. La gamme de rhums Délis se compose de recettes classiques (Délis Banane, Délis Vanille, Délis Fruit de la Passion) mais aussi de créations originales imaginées par Mina, à l’image de son Délis Menthe Basilic qui a reçu la médaille d’or lors du concours TOP RUM édition 20152016. La jeune femme a passé beaucoup de temps sur le marché de Rungis pour choisir les importateurs proposant le meilleur des produits réunionnais (fruits de la passion, vanille Bourbon, ananas Victoria…). Et le rhum, bien sûr, que Mina fait venir de sa distillerie favorite. La commercialisation est assurée par un réseau de représentants multicartes. Les clients (bars, cavistes, restaurants) font un bon accueil à Délis. Un succès plus rapide qu’escompté pour Mina qui, à ce jour, fabrique, conditionne et expédie elle-même ses commandes.

Le Pain au Mont d’Or Il est appétissant au premier regard. On sent qu’il a envie de sortir de sa boîte, qu’il ne demande qu’à s’offrir à votre gourmandise. Il est joufflu et généreux. Le Pain au Mont d’Or est une création de Jean-Claude Schillinger, artisan boulanger et propriétaire, avec son épouse Éliane, de la boulangerie pâtisserie Au Pain d’Antan à Besançon. En l’espace de deux hivers, ce Pain au Mont d’Or est devenu l’un des produits star de la boulangerie. Il faut dire que l’idée est originale. Et les ingrédients de première qualité. La recette du pain lui-même est la même que celle de la Chapraisienne, la baguette feuilletée maison. La pâte est issue d’une farine ancienne, ensemencée de deux levains. Elle produit une mie souple et naturellement riche en arômes. La croûte, elle, possède ce léger friable qui fait toute la singularité de la Chapraisienne. C’est au cœur de cette pâte, lorsqu’elle a bien reposé, que Jean-Claude Schillinger va incorporer des lamelles de Mont d’Or (un Mont d’Or de la Maison Napiot), mais aussi des rondelles de saucisse de Morteau. La préparation est déposée à l’intérieur d’une boîte en bois, fabriquée dans la même boissellerie jurassienne que les boîtes de Mont d’Or. La cuisson se fera au four à bois. Le résultat est débordant de saveurs. Le Pain au Mont d’Or peut se déguster froid, à l’apéritif, ou tiède avec une salade verte. Cette recette aux accents francs-comtois vous fera aimer l’hiver.

sur www.rhumdelis.com

La VBOX pour le traitement des varices La maladie veineuse touche 20 millions de Français dont la moitié est atteinte des varices. L’enjeu est considérable en terme de santé publique, mais aussi en terme économique. Car aujourd’hui, la plupart des interventions permettant d’éliminer les varices nécessite une hospitalisation. Mais les choses sont en train de changer. L’innovation présentée par la société bisontine Miravas, en septembre dernier, lors du congrès de la société française de phlébologie, a reçu un accueil enthousiaste de la part des professionnels. Il s’agit d’un dispositif baptisé VBOX. Cet équipement médical va permettre le traitement des varices en cabinet (par des angiologues, phlébologues, dermatologues ou chirurgiens vasculaires), sous anesthésie locale, et en mode ambulatoire. Le geste médical est identique à celui que connaissent les praticiens, 

2, rue du Chasnot - 25000 Besançon

mais la technique (un traitement par vapeur d’eau et radiofréquence) est moins invasive. Elle présente un véritable bénéfice en terme de confort pour le patient. Nicolas Rauber, créateur de VBOX, travaille depuis 2 ans sur ce projet, en collaboration avec le Dr. René Milleret, chirurgien vasculaire référent dans ce domaine. En janvier 2015, ce jeune ingénieur de formation microtechnique et médicale, a déposé les statuts de la société Miravas. L’entreprise est installée en pépinière au sein du pôle Temis Innovation. En l’espace de quelques mois, la startup bisontine a déjà été lauréate de quatre trophées de l’innovation. Forte de la double performance, technique et économique, de sa VBOX, Miravas peut rapidement devenir le 1er acteur européen sur ce marché à fort potentiel. sur www.miravas.com 7


le dossier TENDANCE

Dirigeants : cultivez vos réseaux ! Autrefois individualiste assumé, le chef d’entreprise éprouve aujourd’hui le besoin de s’ouvrir aux autres pour créer, grandir, prospérer… Avec Internet, qui met le monde à portée de clics, le réseau humain est devenu incontournable, comme le montre la multiplication des clubs et associations d’entrepreneurs. Au-delà de rompre la solitude de dirigeants, ces cercles offrent aussi une ouverture vers de nouveaux projets, marchés et partenariats synonymes de business.

E

sprit d’équipe, entraide, solidarité… dans l’imaginaire collectif, ces valeurs sont plus souvent associées au monde du sport qu’à celui de l’entreprise. Pourtant, deux tiers des Français interrogés en 2014 par Opinion Way les ont plébiscités, loin devant l’efficacité, la mixité sociale et la compétition. La plus-value des valeurs relationnelles au travail prime pour la majorité des Français dans une société jugée parfois trop individualiste. Le développement des pépinières, des associations, des clubs, de cercles et autres think thank illustre cette quête d’échanges et de recherche de l’autre. L’emblématique réseau APM (Association Progrès du Management) fédère 7 000 membres dans le monde ; il revendique d’être apolitique et surtout pas un club d’affaires en proposant chaque

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 64 | JANV IER-FÉ VRIER-MAR S 2016

mois à ses membres de se retrouver pour améliorer leurs pratiques managériales. Dans le Doubs, peut-être sous l’effet d’une nouvelle génération d’entrepreneurs ayant grandi avec Internet, l’offre se révèle pléthorique : clubs affaires, clubs d’accompagnement à la création d’entreprise, clubs RH, clubs Environnement, clubs de partenaires sportifs… « Il suffit parfois de fédérer les énergies autour de soi pour trouver de nouvelles forces, un nouvel élan. Ce besoin, nous le ressentons bien au sein de notre club Business Network International dont l’objectif est la conquête de nouveaux marchés, explique Franck Konopski, directeur consultant du Groupe BNI. Nos adhérents réussissent grâce à l’entraide, 9


le dossier

Question à

CCI International Qu’est que le Club d’affaires internationales ? « Le Club d’Affaires Internationales accompagne depuis 2013 les PME et les TPE exportatrices, débutantes ou confirmées, en organisant quatre fois par an des réunions d’informations, d’échanges et de partages d’expériences. Les rencontres se déroulent en alternance dans chaque département franc-comtois, et réunissent généralement entre 15 et 20 dirigeants et responsables export. L’organisation est maintenant bien rodée : en fin d’après-midi, on se retrouve chez une entreprise de Franche-Comté réputée pour sa réussite à l’export. Après la visite du site de production, l’entreprise hôtesse expose son expérience sur un sujet relatif à son développement export – c’est également l’opportunité pour les membres du club d’échanger connaissances, conseils et contacts liés à l'international. Par exemple, en septembre dernier, le fabricant de jouets Smoby s’est prêté au jeu et a évoqué son expérience d’intégration au sein d’un groupe international à la suite de son rachat. Les questions sur le positionnement, la conservation des marques… ont été abordées sans tabou. Généralement, les conversations se poursuivent autour d’un bon dîner dans un restaurant situé à proximité. La participation à notre Club d’Affaires Internationales est gratuite, excepté le repas ».

contact Claire Rohart CCI International Franche-Comté www.franche-comte.cci.fr 10

la confiance et le respect ». Ce club possède différentes sections dans le département. À Besançon, le cercle BNI regroupe par exemple 38  membres – dont la CCI du Doubs - avec une idée-force : des réunions programmées une fois par semaine de 7  heures à 9  heures du matin où chacun échange ses recommandations d’affaires. Un an avant les Bisontins, les entrepreneurs de Dôle avaient eux aussi franchi le pas, les premiers en Franche-Comté. Là aussi, les 33 dirigeants membres travaillent en toute confiance. « L’autre atout de BNI : être un club international, précise Franck Konopski. Lorsque nos adhérents partent à l’étranger, ils peuvent nouer des contacts là où ils se trouvent. C’est rassurant pour eux et souvent efficace ». Que ce soit pour trouver des solutions à une problématique précise ou extirper le chef d’entreprise de son isolement en lui faisant rencontrer d’autres professionnels, les clubs et associations, souvent créés à partir d’un besoin très local des TPE et PME, visent dans un premier temps à offrir un lieu d’échanges pour débattre de sujets communs, partager des expériences, rencontrer des experts et se confronter à d’autres pratiques. Sources d'échanges de savoir-faire et de culture, ils apportent une aide précieuse à leurs adhérents, qui accèdent à une information privilégiée, qualifiée et pertinente leur ouvrant la possibilité d’enrichir leurs connaissances par rapport à leur marché. La construction d’un réseau relationnel de professionnels et de partenaires donne

ainsi au chef d’entreprise l’opportunité de partager des expériences, pour gagner un certain niveau de confiance et initier des coopérations. « C'est en tissant des réseaux professionnels et conviviaux que le dirigeant de PME parvient à découvrir de nouveaux horizons. Mieux se connaître pour mieux travailler ensemble, c’est la clé d’entrée pour développer des synergies efficaces synonymes de business  », explique Michaël Vincent, dirigeant de l’agence web Dynagence, convaincu de la nécessité de s’ouvrir aux autres pour créer, grandir et prospérer. Membre de FrancheComté interactive et de l’association Silicon Comté, ce chef d’entreprise bisontin préside le Groupement économique de l’Est (GE-EST) rassemblant une soixantaine de PME et de TPE implantées dans le Grand Besançon et Doubs central. Les adhérents se retrouvent une fois par mois au sein d’une entreprise membre pour la découvrir puis discuter d’une thématique d’actualité, telle le dispositif de la CCI du Doubs, Visa Reprise, la déclaration sociale nominative ou le développement économique de la zone bisontine Temis. Et cette mise en réseau fonctionne ! En 2014, les membres ont réalisé entre eux un volume d’affaires de plus de deux millions d’euros. «  Une réelle confiance s’est instaurée entre nous, ce qui facilite les relations, précise Michaël Vincent. On s’aperçoit que l’on peut faire du business sans aller trop loin ! ». Pas de concurrence donc et une liberté de parole qui fait du bien au moral tout autant qu’au business.

Chiffres

78

Le nombre d’associations de commerçants actives dans le département recensé par la CCI Doubs.

4 Le Club Affaires Internationales en visite chez Smoby

Le nombre de pôles de compétitivité : Microtechniques, Véhicule du futur, Vitagora (goût, nutrition et santé) Plastipolis (plasturgie).


le dossier

RÉSEAUX

AVIS DE CHEFS D’ENTREPRISES Pour réussir professionnellement, s’appuyer sur un réseau de contacts, c’est :

""C'est en tissant des réseaux professionnels et conviviaux que le dirigeant de PME parvient à découvrir de nouveaux horizons" explique Mikael Vincent du Ge-est.

Autre bénéficiaire de ce dynamisme : les territoires. Ils ont placé les réseaux d’entreprises au cœur de leur stratégie de développement économique, misant sur les grappes, les clusters ou les pôles de compétitivité pour dynamiser leur tissu industriel et en faire un outil de promotion territoriale. En se fédérant, en construisant un projet commun, les entreprises sont plus fortes et peuvent disposer d’une information privilégiée et pertinente, mettre en commun des ressources, acquérir de nouvelles compétences et accéder à de nouveaux marchés. À travers cette nouvelle source de création de valeur, elles ont tout intérêt à collaborer ensemble pour gagner en compétitivité et à forger l’identité d’un territoire autour de savoir-faire. Par exemple, le cluster Luxe & Tech propose depuis 2006 aux acteurs des domaines de l’horlogerie, de la joaillerie, de la maroquinerie ou encore des arts de la table, une offre complète de conception et de design, de développement technologique et

Club d’affaires du Haut-Doubs Les entrepreneurs unis dans la mêlée

É

voluant dans le championnat de France Fédérale 3, le CAP rugby de Pontarlier compte le Club d’affaires du Haut-Doubs parmi ses supporters les plus fervents. Depuis sa création, il y a plus de 25 ans, celui-ci soutient financièrement la structure sportive. « Le Club d’affaires demeure le principal partenaire du CAP rugby, auquel il apporte 90 000 euros sur son budget global de 350 000 euros, explique David Ligier, président. D’autre part, il permet de créer des liens entre entreprises adhérentes dans un esprit convivial et de détente favorisant les contacts personnels E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 64 | JANV IER-FÉ VRIER-MAR S 2016

55 % plutôt important 37 % très important 6 % plutôt pas important 1 % pas du tout important 1 % NSP Sources : étude Opinion Way pour le réseau BNI, septembre 2014.

dans le but de soutenir et de promouvoir le développement des activités dans le Haut-Doubs ». La centaine de membres (commerçants, industriels, professions libérales, artisans…) se retrouve une fois par mois au cours d’une soirée organisée autour d’une visite, au collège Lucie Aubrac, au Château de Joux ou encore dans une entreprise locale. Puis, direction un restaurant avec, au menu, une discussion autour d’un sujet d’actualité : « Défiscalisation, placements… nous traitons de thématiques transversales qui intéressent tout le monde. On lie l’utile à l’agréable !, précise David Ligier. Ces réunions très conviviales permettent de prendre du recul et de faire émerger de nouvelles idées à saisir. Sans compter que chacun gagne en notoriété ». Le président souhaite également développer les interconnexions avec les autres clubs situés dans les villes limitrophes afin d’étendre cette ébullition. Pour l’heure, le Club travaille à l’élaboration d’un annuaire des membres destiné à faciliter la prise de contact, ainsi qu’à la préparation de la grande conférence annuelle prévue le 26 mai prochain avec Bernard Laporte, entraîneur du RC Toulon. Localisation : Pontarlier - Date de création : 1990 - Nombre d’adhérents : 120 - Activités : visites, soirées thématiques, conférences www.clubaffaires-hautdoubs.com 11


le dossier de production destinée à optimiser leurs produits. Coopérer avec d’autres entreprises permet également d’atteindre une taille critique, pour être en capacité de se porter candidat à des appels d’offres globaux, de disposer d’un interlocuteur unique pour répondre aux demandes de plus en plus complexes des clients et d’être plus compétitif pour innover et exporter. En mutualisant leurs compétences, ces entreprises ont acquis une belle renommée et su trouver de nouveaux débouchés dans les secteurs industriels les plus exigeants, de l'automobile à l'aérospatial en passant par le biomédical.


À plus petite échelle, au niveau local, les associations de commerçants ou les unions commerciales jouent également un rôle important dans le maintien d’une activité dynamique dans les centres-villes. « Nous sommes une quarantaine de commerçants indépendants d’Ornans à animer la commune lors d’événements comme les fêtes de fin d’année, la fête des mères ou des pères, la rentrée scolaire…, indique Laurence Floquet, gérante de l’épicerie Au marché Comtois et présidente de l’association. Grâce à la décoration de nos vitrines aux couleurs des manifestations, la mise en place de jeux concours et d’une carte de fidélité, nous procurons de la satisfaction chez nos clients qui

répondent toujours présents. C’est du travail, de l’investissement personnel et financier, mais l’enjeu vaut le coup ! ». Aujourd'hui, la mise en réseau prend une dimension nouvelle avec internet. Mais il suffit parfois de fédérer les énergies autour de soi pour trouver de nouvelles forces, un nouvel élan. Rien ne remplace le contact humain. La construction d’un réseau relationnel de professionnels et de partenaires ouvre au chef d’entreprise un certain niveau de confiance et des coopérations riches de business.

Club Appel d’Aire du Pays de Montbéliard Le souffle de la rencontre et du réseau

C

réé en 2008 à l’initiative de la CCI du Doubs, le Club Appel d’Aire du Pays de Montbéliard entend extraire les chefs d’entreprises, de tous secteurs et activités, de leur quotidien et tisser des liens durables entre adhérents.

Plusieurs rendez-vous sont programmés dans l’année. « Nos actions sont orientées vers la rencontre, la découverte et l’acquisition d’informations, explique Irène Maire, sa présidente depuis juin dernier. Notre ambition est de créer des liens pérennes dans une atmosphère détendue. On ne veut pas perdre la spontanéité des échanges en cadrant trop les choses ». La soixantaine de membres se retrouve donc quatre fois par an pour une visite de sites « un peu hors-normes », comme l’Euro Airport Bâle-Mulhouse, le SDIS de Belfort et l’aérodrome de Montbéliard–Courcelles ou encore Peugeot, prévu cette année. À ces découvertes de l’envers du décor s’ajoutent une conférence annuelle sur un sujet d’actualité, dont la mondialisation, la nouvelle région Bourgogne-Franche-Comté ou l’envolée du franc suisse, ainsi que des sorties loisirs, notamment des cours de cuisine ou des soirées au Moloco, la salle de spectacles du Pays de Montbéliard. « Notre offre est riche et diversifiée. Elle est vraiment conçue pour échanger ses cartes de visite, gagner en visibilité… le business passe au second plan, poursuit la présidente. On a la chance d’être soutenu par la CCI du Doubs qui donne du mouvement à nos actions ». Celle-ci accompagne notamment le Club appel d’Aire du Pays de Montbéliard dans sa volonté d’intensifier ses relations avec le Club des chefs d’entreprise du Territoire de Belfort. Localisation : Montbéliard Date de création : 2008 Nombre d’adhérents : 62 Activités : rencontres, visites, conférences, soirées thématiques Cotisation annuelle : 15 euros Irène Maire : "Notre ambition est de créer des liens pérennes dans une atmosphère détendue."

12

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 64 | JANV IER-FÉ VRIER-MAR S 2016


Laurence Floquet : "Nous nous sommes fédérés autour d’un même objectif, faire vivre nos boutiques en promouvant nos activités"

TENDANCE

Acc’Or Des commerçants ornanais solidaires et fédérés

D

epuis 1960, Acc’Or, l’association des commerçants implantée à Ornans, dynamise le centre-ville de la commune par la mise en place de manifestations grand public, de jeux concours et autres décorations de vitrines. À sa tête, Laurence Floquet, la gérante de l’épicerie Au marché Comtois, qui déborde d’énergie et de volonté pour faire vivre les boutiques de la commune. « Nous sommes une quarantaine de commerçants, tous solidaires au sein d’Acc’Or, explique-t-elle. Nous nous sommes fédérés autour d’un même objectif, faire vivre nos boutiques en promouvant nos activités ». Sous l’impulsion des six membres du bureau, des opérations commerciales sont mises en place à chaque événement rythmant la vie des habitants. Pour les fêtes de fin d’année, la rentrée scolaire, la fête des mères, la Saint-Valentin… les vitrines se parent de décorations, des jeux concours sont lancés et des publicités diffusées sur la radio locale. « Nos clients sont très contents, se félicite Laurence Floquet. Même si parfois les temps sont durs, nous sommes fiers de conserver une belle dynamique commerciale, nous sommes tous des indépendants ». Une activité qui bénéficie, depuis 2014, de l’attractivité de la carte de fidélité et de sa cagnotte. Dans vingt points de vente, chaque client économise 2,5 % du coût des ses courses nonalimentaires et 1 % de ses achats alimentaires sur un compte. La somme épargnée peut être dépensée à tout moment. « Nous avons pu mettre en place cette carte grâce aux cotisations des membres de l’association, conclut la commerçante. Ce dispositif coûte cher à installer mais les résultats sont positifs. Tout le monde y trouve son compte ! ».

Clubs environnement sécurité Si la CCI soutient les différents clubs et incitent les dirigeants à les rejoindre, elle anime en plus les Clubs environnement sécurité. Tous les deux à trois mois, leurs réunions favorisent les partages d’expériences et d’informations entre chefs d’entreprises et/ou responsables Qualité Hygiène Sécurité et Environnement implantés dans le Doubs. Au programme : informations réglementaires ou techniques sur les installations classées, les déchets, les rejets dans l’atmosphère, les effluents industriels, les risques professionnels, les risques industriels, les principales réglementations sécurité… Ce club est organisé à Besançon, Montbéliard et Pontarlier. sur www.doubs.cci.fr

Localisation : Ornans - Date de création : 1965 - Nombre d’adhérents : 40 Activité : promotion et animation des commerces - Cotisation annuelle : 240 euros



13


VOTRE ACTIVITÉ EN PAYS HORLOGER

en bordure de la route des microtechniques

Valdahon Besançon

D461

ZA DU BAS DE LA CHAUX

D329A D329A

Maiche

ns

uisa Fournets-L

D461

Morteau Suisses

3

4300

niveaux

m

2

de locaux d’activités

découpe à la demande

06 86 64 49 38

contact.morteau.constructions@gmail.com contact.immodoubs@gmail.com www.immobilier-du-doubs.fr

14

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 64 | JANV IER-FÉ VRIER-MAR S 2016


TENDANCE

Lafayette Entreprises Au cœur des préoccupations du parc d’activités bisontins

C

réée en 2010, l’association Lafayette Entreprises compte aujourd’hui 46 sociétés membres implantées sur le parc d’activités Lafayette de Besançon. « En nous regroupant, nous parlons d’une seule voix avec les collectivités locales. Il est plus facile de les sensibiliser à nos problèmes, nos besoins, explique Bernard Schmidt, son président depuis 2013. Récemment, Lafayette Entreprises a obtenu de Besançon la mise en place d’une signalétique au sein de la zone destinée à mieux identifier les différents résidents. Avec la Ville et le Grand Besançon, nous imaginons aussi l’aménagement du rond-point situé à l’entrée du parc ». Issus des secteurs de l’industrie, des services, du conseil et de la formation, les adhérents, qui représentent 1 900 salariés, travaillent également en petit groupe sur des thématiques transversales comme la sécurité, la biodiversité et les ressources humaines. Ces réflexions ont permis aux PME de bénéficier d’un diagnostic sécurité, de mutualiser des contrats de nettoyage et d’éditer un catalogue des formations à partager. Sans oublier les quatre hôtels à insectes et les ruches installés dans le parc, dont le miel recueilli servira de vecteurs de communication grâce à des petits pots fabriqués par Superfos, membres de l’association comptant parmi les leaders européens de l’emballage. « Grâce à la participation symbolique des entreprises, l’association arrive à financer l’emploi d’une assistante à temps partiel, indique Bertrand Schmidt. C’est une aide précieuse

qui me soulage de nombreuses tâches et me permet de m’organiser au mieux entre mes fonctions de directeur du site Zodiac Aérospace de Besançon et de président ». La CCI apporte également son carnet d’adresses pour l’organisation des petits déjeunersconférences organisés chaque mois sur un sujet fédérateur comme le stress et la nutrition. "En nous regroupant, nous parlons d’une seule voix avec les collectivités locales". explique Bernard Schmidt

Localisation : Besançon Date de création : 2010 Nombre d’adhérents : 46 Activités : groupes de travail, animations, petits déjeuners conférences…

MEDEF, CGPME, UPA : 3 réseaux patronaux En Franche-Comté, les trois organisations professionnelles rassemblent plus de 10 000 entreprises, de tous secteurs et toutes tailles. En matière de Clubs, le MEDEF développe le CPCE (Centre de perfectionnement des chefs d'entreprises) et la CGPME les Clubs PME. Leur dynamique bénéficie directement aux dirigeants d'entreprises, sous différentes formes : montée en compétences des dirigeants ou cadres, partage d'expériences, solidarité, 

développement de courants et chiffre d'affaires, ouverture à l'international, etc. Les trois organisations patronales interprofessionnelles représentatives ont comme principaux points communs leur composition, leur gouvernance et leurs objectifs : • développer des services et actions au bénéfice de leurs adhérents,

• animer et gérer des mandats patronaux et représentations économiques, en particulier dans des structures paritaires (Ex : services de santé au travail, Conseils de prudhommes, OPCA, CESER, etc), • organiser le lobbying auprès des Pouvoirs Publics, en lien avec les Chambres de Commerce et d'Industrie.

• fédérer les entreprises et branches professionnelles, 15


e 155 742de 320 € –742 Siège : 50 avenue 75201 Paris75201 Cedex 13 –Cedex 13 – BPCE – Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital 155 320social € – Siège social : Pierre-Mendès-France 50 avenue Pierre-Mendès-France Paris RIAS sous le n° 08 045 – Réf. 12/2014 : Bruno Clément RCS Paris n° 493 455 042 – BPCE, intermédiaire en assurance inscrit à l’ORIAS sous le 100 n° 08 045 :100 – Réf.–: Crédit 12/2014photographe – Crédit photographe : Bruno–Clément –

ADDITIONNER LES FORCES MULTIPLIER LES CHANCES ADDITIONNER LES FORCES MULTIPLIER LES CHANCES

POUR MENER À BIEN UN PROJET, C’ESTMENER SOUVENT POUR À BIENLA UNBONNE PROJET, RENCONTRE QUI FAIT TOUTE LA LA BONNE DIFFÉRENCE. C’EST SOUVENT RENCONTRE À la Banque Populaire, votre conseiller est au cœur d’un réseau local et national, QUI FAIT TOUTE LA DIFFÉRENCE.

riche de l’expérience de ses clients et sociétaires et de l’ensemble des expertises À la Banque Populaire, votre conseiller est au cœur d’un réseau local et national, d’un grand groupe bancaire. riche de l’expérience de ses clients et sociétaires et de l’ensemble des expertises Il saura additionner les bonnes compétences pour multiplier vos chances d’un grand groupe bancaire.

de réussir vos projets. Il saura additionner les bonnes compétences pour multiplier vos chances de réussir vos projets.

16

#LaBonneRencontre

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 64 | JANV IER-FÉ VRIER-MAR S 2016


cci en actions Assemblée générale du 30 novembre Le budget primitif 2016 est voté Charges exceptionnelles 26 K€ • 1 % Dotations aux amortissements/ provisions 365 K€ • 5 % Autres charges 365 K€ • 6 %

Frais de personnel 3 237 K€ • 55 %

2016

Impôts et taxes 391 K€ • 7 % Achats extérnes 1 553 K€ • 26 %

Ressource fiscale 3 230 K€ • 59 %

Ressources publiques 657 K€ • 12 %

Produits

Autres produits 107 K€ • 2 %

2016

Reprises 106 K€ • 2 %

Produits exceptionnels 30 K€ • 1 %

Fusion Une seule CCI Bourgogne Franche-Comté au 1er janvier 2017 Le 30 novembre dernier, à l’invitation de Dominique Roy, président de la CCI du Doubs, Gilles Curtit, président de la CCIR Franche-Comté et Benoit de Charette, président de la CCIR Bourgogne, étaient réunis pour un retour d’information sur les évolutions territoriales des CCI et la fusion à horizon 2017.

Charges

Chiffre d'affaires 1 270 K€ • 23 %

Retrouvez toutes les infos de la CCI du Doubs sur Facebook

Produits financiers 70 K€ • 1 %

L’AGENDA DU PRESIDENT 12 oct : bureau et assemblée générale de la CCI du Doubs à Ornans 22 oct : conférence de presse de clôture du programme franco-suisse Innovarc à Porrentruy

C’est à Benoit de Charette, président chargé de coordonner la réflexion sur la future CCI Bourgogne FrancheComté, qu’est revenu de partager la vision et les pistes de travail. Pour lui, la mission des CCI reste « le service aux entreprises et à l’économie ». A ce stade, l’organisation consulaire avec une seule CCI de région et huit CCI territoriales constitue un capital de proximité et un atout pour le maillage territorial « qu’il s’agira de vendre à la grande Région ». Il s’agira aussi en 2016 de définir, pour le nouveau territoire fort de 190 000 entreprises, des axes de développement. L’agro-alimentaire, l’industrie, l’économie numérique et les alliances extérieures à la région sont déjà identifiés comme l’armature de la Bourgogne Franche-Comté.

27 oct : assemblée générale de CCI France à Paris 2 nov : grand débat économique Bourgogne - Franche-Comté le 2/11 à Dole 20 nov : remise des diplômes à la dernière promotion de la formation "Assistant(e)s de direction" 27 nov : réunion des CCI du Doubs, du Jura et des Communautés de communes à Dole en vue de la mise en place d’un Réseau Territorial Interprofessionnel 30 nov : assemblée générale de la CCI du Doubs 7 déc : assemblée générale de la CCIR Franche-Comté E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 64 | JANV IER-FÉ VRIER-MAR S 2016

Photos de haut en bas Dominique Roy, Président de la Chambre de Commerce et d'Industrie du Doubs Gilles Curtit, Président de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Franche-Comté Benoît de Charette, Président de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Bourgogne et Président préfigurateur de la future Chambre de Commerce et d'Industrie de Bourgogne Franche-Comté

17


cci en actions

maison de l'économie Le cabinet d’architecture bisontin Olivier Tardy a remporté l’appel d’offres de la CCI pour réaménager celle qui était la « salle des séances » depuis 20 ans. Au-delà de la commande initiale d’augmenter la capacité d’accueil et d’adapter le lieu à l’usage des nouvelles technologies, le nouvel équipement ambitionne d’être « un lieu identitaire et marquant ». La Maison de l’économie de la CCI ajoute donc une corde à son arc. Conversation avec l’architecte.

L'architecte, Olivier Tardy (bras croisés), Delphine Tempesta, chargée d'opérations à la CCI du Doubs et une partie de l'équipe intervenant sur le chantier

Expression Active : Dès le mois de mars prochain, le nouvel espace que vous avez conçu sera proposé à la location par la CCI. Comment ce projet est-il passé de l’idée à la réalisation ? Olivier Tardy : La création est un travail collectif qui, dans le cas dans projet de rénovation, puise son imaginaire dans l’existant. Chaque membre de l’équipe de maîtrise d’œuvre pose ses contraintes techniques, et l’architecte les synthétise dans le projet. Alors, l’esquisse peut commencer… L’idée directrice du projet était d’arriver à un lieu avec une identité propre à notre région qui devait marquer les esprits. Le projet met en avant une intention particulière sur le dessin des faux-plafonds. Ils sont envisagés sous

de créer un outil qui permette d’accueillir des réunions, des conférences, des formations… On a pris en compte le fait que les utilisateurs allaient y passer du temps... Le confort a donc été un enjeu fort.

Et comment cela s’est-il traduit concrètement ? Sur de nombreux points. D’abord le nouvel espace devait rester en harmonie avec le reste du bâtiment de la CCI. L’ambiance générale met en scène les couleurs et matériaux présents sur l’ensemble de la structure. On a ensuite travaillé sur les cycles. Éclairer cette salle de conférence ne relève pas d’une installation basique. Il faut aussi créer une ambiance particulière aux activités qui s’y dérouleront. Des Olivier Tardy : Cet espace veut laisser séquences lumineuses sont adaptées un souvenir à ceux qui y passeront au déroulement des différents la forme de résille en lames de bois « temps » d’une conférence. Chaque donnant un caractère fort à l’espace période d’utilisation de la salle est en corrélation avec le bois présent caractérisée par un état lumineux sur l’ensemble du bâtiment. Nous et rythme l’utilisation du lieu. Les proposons de marquer l’attachement matériaux ont tous été choisis dans à la géographie dans lequel est un souci de pérennité. Le choix du implanté le bâtiment en redessinant bois, par exemple, a été fait car il est une ligne de ciel exprimant les issu de filières cogérées et il s’inscrit toitures et monuments caractérisant dans la durée ; on peut même penser Besançon et le paysage qu’un jour il pourrait être recyclé. au fil du Doubs. Le projet était Enfin, au niveau de l’acoustique, nous

18

voulions une ambiance contrôlée du son par les matériaux, leur mise en œuvre, et, par les nouvelles technologies. Enfin, la recherche du confort a été primordiale. Chaque détail a été soigné pour permettre un réel confort de travail (circulation aisée, choix du mobilier, des tissus, des couleurs…) La réalisation fait la part belle aux nouvelles technologies… Oui, tout a été mis en œuvre pour faciliter l’utilisation de la salle. Le projet comprend des sièges pivotants et des pupitres de travail fixes munis des mécanismes électroniques de conférence, micro, bouton de présence pour les conférenciers et pour le public, une loge pour une traduction simultanée est proposée... Un duplex audio est aussi possible avec l’amphithéâtre Régnier pour atteindre une capacité de près de 350 places avec les deux salles. Mais L’équipe au-delà de ces de maitrise caractéristiques d’œuvre techniques, cet Le point lumineux équipement a sa (éclairagiste). - BET marque et il a été IVF (audiovisuel). fait ainsi parce qu’il - BET Bellucci était en ce lieu et (électricité). - BET Planair (chauffage/ dans cette région. ventilation). - BET Il a été créé avec Cetel (structure). l’envie de laisser un Touzanne (économie souvenir à ceux qui et OPC). - Acoustique France (acousticien). y passeront.

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 64 | JANV IER-FÉ VRIER-MAR S 2016


cci en actions Salons La CCI en collectif à Paris Les 22 et 23 janvier, la CCI du Doubs fera espace commun avec la ville de Besançon, la CAGB, l’office de tourisme et l’Université au salon du Travail et de de la mobilité professionnelle. C’est dans le Village « j’entreprends » que les participants ont décidé d’unir leurs forces et leurs moyens pour faire connaître le territoire Bisontin et ses atouts. Doubs central s’expose à Made In France 14 entreprises du Doubs central étaient présentes à Paris, du 6 au 8 novembre dernier, au salon des produits Made In France expo 2015 sur le stand collectif du Doubs central. La CCI du Doubs a apporté son soutien financier à cette présence des entreprises locales. Tout pour l’industrie ! La 6e édition de la semaine de l’industrie aura lieu du 14 au 20 mars 2016. La thématique retenue est « l’Industrie du Futur », avec un message ciblé sur les jeunes : « les métiers changent, préparez-vous à travailler dans l’Industrie du Futur ». Dans le prolongement de cette action nationale, la CCI Franche-Comté organise le salon SMILE à Besançon-Micropolis, les 22, 23 et 24 mars, avec la Région, l’UIMM, le Rectorat et le pavillon des Sciences de Montbéliard. Il présentera autour d’un objet industriel original, les savoirs faire locaux et une entreprise industrielle virtuelle pour découvrir les métiers de l’entreprise.

Apprentissage Taxe : avant le 1er mars 2016 La taxe d'apprentissage permet de financer les dépenses de l'apprentissage et des formations technologiques et professionnelles. Son montant est calculé sur la base des rémunérations versées en 2015. Ceci ne concerne que les entreprises de +250 salariés qui n’emploient pas au moins 5% d’alternants.

Portes ouvertes

N TI L’APP R E

12 mars : Les 23 CFA de Franche-Comté ouvrent leurs portes. Plus de 170 formations sont proposées allant du CAP au diplôme d’ingénieur.

SS A G E

LO I UN EMP

Les entreprises assujetties doivent la verser auprès d’un organisme collecteur (OCTA)

tissage.co

ation-appren

www.orient

sur : www.franche-comte.cci.fr

Expo à la CCI

Erratum

Une erreur s’est glissée sans l’article du dernier numéro de notre magazine consacré aux « Trophées des entreprises de Franche-Comté ». Le groupe EPS n’a en effet aucune activité de télésurveillance ; il intervient dans les secteurs de la propreté, du nettoyage Industriel et des services à la Personne.

En février et mars, la CCI accueille dans ses locaux bisontins les talents des apprentis de Franche-Comté pour la deuxième édition d’une exposition originale. Réalisations grandeur nature, ateliers, animations autour des métiers accessibles par apprentissage seront mis en valeur pour promouvoir cette filière de formation. 

19


cci en actions Pratique Passeport pour l’export Pour sa 10ème édition, le 26 novembre dernier, le forum Les Clés de l’International, organisé par CCI International, proposait un programme bien rempli avec pas moins de 10 conférences et 29 spécialistes de l’accompagnement international présents pour l’occasion. Les exportateurs ou futurs exportateurs francs-comtois présents ont donc pu profiter de cette journée pour parfaire leurs connaissances des marchés et s’informer sur les outils utiles à leur développement international. Un succès confirmé par les témoignages recueillis. Pour Aïsha Mohammad Project Manager R&D chez Peugeot Scooters « tous les intervenants (étaient) très à l'écoute et motivés. Logistiquement la journée était aussi très bien pensée. » Zoé Guillot Bonvalot, Responsable export chez Henri Jullien, constate, elle, que son « rendez-vous en visioconférence avec le Royaume Uni était très bien préparé, avec une étude préalable du marché et des produits ! » Quant à Pierre Marchand, en phase de création, il note que « Les 2 réunions (auxquelles il a participé) ont été vraiment très instructives et espère que cela permettra de faire avancer le projet de reprise. » sur : www.franche-comte.cci.fr

HORLOGERIE Un prix pour la CCI du Doubs Le jury de la 19e Journée Internationale du Marketing Horloger a décerné jeudi 3 décembre le Prix JIMH offert par Longines pour la meilleure communication de recherche à trois Français. Parmi eux, Catherine Bourdin-Mougel et Laurent Sage, collaborateurs de la Chambre de commerce et d’industrie du Doubs, ont été récompensés pour leur contribution : "L'enchère en ligne : un mécanisme de transaction efficace pour les montres pre-owned ?". Le thème choisi cette année était celui des vies multiples de la montre. La participation de la CCI du Doubs à la journée de recherche en marketing horloger organisée par l’IMH de la Haute Ecole Arc de Neuchâtel contribue à développer sa visibilité en Suisse. Cette communication, entre autres, permet d’être identifiée par les professionnels de l’horlogerie et les marques comme un des acteurs du soutien et de l’accompagnement d’une filière qui se développe historiquement de part et d’autre de la frontière, avec des complémentarités naturelles. Le sujet de l’enchère en ligne est un phénomène qui se développe dans le domaine de l’horlogerie de seconde main. Les maisons d’enchères traditionnelles et spécialisées, déjà très présentes dans ce type de transaction, s’y intéressent, au côté, par exemple, des magasins ou sites de ventes en lignes à prix fixe de produits d’occasion ou de collection (Ex : CRESUS).

Visite

Les élus CCI reçus par Alstom Ornans

Alstom a accueilli les membres de l’assemblée générale de la CCI du Doubs, à Ornans le 12 octobre dernier. L’occasion pour le tout nouveau directeur du site, Romuald Gicquel, de faire visiter l’entreprise par son staff. Cette visite se déroulait après une assemblée générale, organisée à la Mairie d’Ornans, à l’invitation du sénateur maire Jean-François Longeot.

20

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 64 | JANV IER-FÉ VRIER-MAR S 2016


cci en actions TPE

Le numérique… clés en main ! Le 19 octobre dernier, ils étaient près d’une centaine, dirigeants de TPE du commerce et des services, à répondre à l’invitation de la CCI du Doubs et de Silicon Comté. Les Clés du numérique proposait en une journée de découvrir des solutions connectées pour l’entreprise. « Ce nouvel événement, lancé dans le cadre du plan numérique de la CCI du Doubs, est une partie de la réponse à une problématique des TPE : leur résistance au numérique, explique Nathalie Bernard, directrice Entrepreneuriat et développement des entreprises à la CCI. Depuis deux ans et demi, nous avons lancé des outils gratuits pour les sensibiliser et les accompagner dans ce qui constitue un enjeu majeur pour leur développement voire leur existence. Le constat reste le même : ou le numérique fait peur car jugé inaccessible, ou on le croit très coûteux ou encore chronophage. Il faut donc rassurer, expliquer, apporter des preuves et convaincre… » Pour y parvenir, la CCI a joué l’offensive, dégagé un budget pour l’événement, travaillé étroitement avec l’association Silicon Comté, trouvé des partenaires comme La Poste, la Banque Populaire et… Google Business. A Silicon Comté, on fédère une centaine de professionnels du numérique régionaux : développeurs, créateurs de site web, de logiciels, consultants… Se joindre à la CCI pour lancer les Clés c’était le moyen de faire se rencontrer et se parler des adhérents de l’association, pros du numérique, avec des TPE dans un langage commun de chef d’entreprise. Pour y parvenir le programme a été construit à partir des besoins recensés des TPE. « Nous avons misé sur une approche concrète », souligne Nathalie Bernard. Les ateliers, rendez-vous individuels et conférences ont été élaborés autour de trois axes : conquérir, développer et fidéliser la clientèle ; simplifier le travail au quotidien ; préparer l’avenir de son point de vente. Les TPE pouvaient établir leur programme 

sur mesure en se pré inscrivant via une plate forme. A leur arrivée, elles recevaient une feuille de route récapitulant leurs choix de la journée. Pierre Bleuchot et son épouse, dirigeants de MB Aménagement, à Chalezeule, ont consacré leur journée à l’événement avec une présence à tous les ateliers proposés ! « Nous sommes venus pour nous informer, pour connaître les outils d’Internet, savoir comment les utiliser. J’ai été très intéressé par la conférence sur les tendances et le témoignage des chefs d’entreprise qui s’étaient déjà engagés dans le numérique ». Pour MB Aménagement pas de projet numérique à court terme mais « le sujet reste à l’esprit, même si et cela a été bien rappelé lors des ateliers : vendre sur Internet demande des moyens humains et financiers et n’a rien de virtuel. C’est la relation au client qui change pas le métier ! » Les clés du numérique seront au programme des actions de la CCI pour l’année 2016 ! sur : www.doubs.cci.fr

21


Des papiers peints bisontins Joseph Vernot et Nancy Peña. « J’ai choisi de travailler avec eux car j’affectionne particulièrement leur travail depuis longtemps » s’enthousiasme l’entrepreneur.

L’Atelier Virgül s’inscrit dans une démarche écologique

Innovation Virgile Lanz a créé une maison d’édition de papier peint à Besançon. L’Atelier Virgül propose une collection de papiers peints originaux, aux motifs imaginés par des artistes illustrateurs locaux.

D

errière les papiers peints de l’Atelier Virgül, se cache Virgile Lanz. Un jeune entrepreneur qui a choisi de quitter son poste de webmaster pour voler de ses propres ailes. Sensible au monde des arts et des lettres, Virgile décide de créer une maison d’édition de papiers peints et lance au printemps 2015 l’Atelier Virgül à Besançon.

22

Hirondelles, plantes carnivores et flamants roses, déclinés dans des couleurs tendres ou chatoyantes, les motifs figuratifs ou abstraits de ses papiers peints s’inspirent de la nature. Hérité de l’art nouveau et des arts décoratifs, l’univers poétique qui transparait dans sa première collection sort tout droit de l’imaginaire de deux illustrateurs bisontins,

Écologiques Abat-jours, coussins ou tissus d’ameublement, les motifs de sa collection sont également imprimés sur des supports textiles. « Mes tissus sont en fibre naturelle 100 % coton » précise-t-il. L’Atelier Virgül s’inscrit dans une démarche écologique. Fabriqués sur mesure à la demande, pour réduire le gaspillage, ses papiers peints sont imprimés dans son atelier à Besançon avec des encres sans solvant. Une fois posés, ils ne dégagent aucun composant toxique. Grâce à une campagne de financement participatif sur internet, Virgile Lanz a pu récolter 3 500 euros. Une somme qui lui a permis de se rendre, en septembre 2015, au plus grand salon des professionnels de la décoration : Maison & Objet à Paris. Salon sur lequel il sera à nouveau présent cette année avec sa nouvelle collection. www.ateliervirgul.fr

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 64 | JANV IER-FÉ VRIER-MAR S 2016


INDUSTRIE

La stratégie payante de la carrosserie Cavalcar Diversification L’entreprise est spécialisée dans la fabrication de véhicules de transports de chevaux. Elle emploie 7 salariés à Épeugney et s’est diversifiée dans les camions magasins. Une croissance au petit trot. maîtrise en effet tout le processus de fabrication. Une stratégie payante. « Nous avons peu de SAV. C’est un petit milieu et nous préférons prendre du temps pour nos pièces et ainsi durer. Beaucoup de nos concurrents ont disparu. »

N

é dans une famille de cavaliers, à l’aise sur une selle depuis l’âge de trois ou quatre ans, Jean-Marc Simonin avait depuis toujours le projet de gagner sa vie en fabriquant des véhicules de transports de chevaux. « Les concurrents sont en Normandie. Ici, dans l’est de la France, c’était compliqué, il fallait s’adresser à des carrossiers bricoleurs. » Bisontin et sûr de son projet, il a obtenu un BTS « Négociation relation clients » en 2008, puis lancé seul son activité à Auxonne, entre Dole et Dijon, avant de trouver ce terrain qui 

lui convenait à Épeugney. « Ici c’est attractif, on est plus proches de Besançon. Nous avons une clientèle nationale. » Le terrain acheté, il lui fallut construire les bâtiments avant de relancer l’activité, en 2011. « Nous aurons bientôt besoin de plus de place, mais nous y allons crescendo. » Baptisée Cavalcar, la petite entreprise compte déjà huit personnes, dont deux femmes, « plus soigneuses que les hommes pour les formes et les découpes de pièces de polyester ». Parmi elles Angélique Ducrot, la compagne de Jean-Marc, qui a lâché ses études de médecine pour travailler à ses côtés. « Elle a de meilleures capacités de gestion et de management que moi et a développé l’atelier polyester. Désormais, nous faisons tout en interne. » A part l’activité pliage, sous-traitée à Mantion, Cavalcar

Un virage pris La matière première de Cavalcar, ce sont des cabines motrices achetées aux constructeurs, essentiellement à Renault pour ses seuils bas. « On les connaît par cœur et ils s’y prêtent vraiment », confie ce chef d’entreprise de 29 ans qui a validé ses compétences techniques avec un VAE de carrossier constructeur. Pour le reste, il s’agit de polyester et de matériel de menuiserie, de mécanique, d’électricité, de sellerie, de peinture… Le projet de départ de Jean-Marc Simonin, qui était d’aménager des poids lourds, a peu à peu bifurqué vers des camions plus modestes, pour le transport d’un ou deux chevaux, avec sellerie, et l’entreprise s’est organisée en petite chaîne d’ateliers avec différents postes : la découpe, la serrurerie, le polyester, la menuiserie, l’électricité, la sellerie et la peinture. Une dizaine de modèles sont au catalogue Cavalcar, des modèles de base qui sont ensuite adaptés aux besoins du client. Un autre virage a été pris lorsqu’un propriétaire de chevaux a demandé au dirigeant s’il pouvait aussi réaliser un camion magasin, et ce produit de diversification est venu enrichir le catalogue : des camions à pizzas, de boulanger, de vente de vêtements… qui nécessitent moins de 200 heures de travail, contre 380 pour un véhicule chevaux, sans la peinture. Revendeur de vans (remorques à chevaux), Cavalcar maîtrise aujourd’hui suffisamment le travail du polyester pour se lancer dans leur fabrication, dès 2016, et également dans la location. Le développement de l’entreprise se poursuit au petit trot. 23


INDUSTRIE

fourni différentes candidatures, dont la mienne, et c’est lui qui m’a contacté », explique cet ancien dirigeant salarié. Après deux rencontres et une présentation au personnel, Eric de Chevigny a d’abord occupé un poste de directeur opérationnel avant de signer la reprise, en juillet 2015. Ce dont il se félicite aujourd’hui. « Visa Reprise est un outil performant. J’ai pu rencontrer des chefs d’entreprises qui m’ont éclairé, rassuré ou mis en garde. »

Visa Reprise pour Topsign’

Mis en place en 2008 par la CCI du Doubs, l’outil se renforce. En juillet 2015, sa gouvernance s’est élargie aux trois autres chambres de Franche-Comté. Et lors de la prochaine réunion du groupe de pilotage, comme l’ont fait avant eux la Chambre Interdépartementale des Notaires de Franche-Comté, se joindront un représentant de l’ordre des experts comptables Bourgogne Franche-Comté et un représentant du comité régional de la Fédération Bancaire Française. www.doubs.cci.fr

Eric de Chevigny : « Visa Reprise est un outil performant. J’ai pu rencontrer des chefs d’entreprises qui m’ont éclairé, rassuré ou mis en garde. »

E

ric de Chevigny en est persuadé : s’il n’était pas passé par Visa Reprise, il n’aurait pas pu reprendre Topsign’. Validé comme repreneur en mai 2014 par le comité de qualification de ce dispositif il s’est vu proposer plusieurs dossiers. Parmi eux, celui de cette entreprise bisontine de 15 personnes, spécialisée dans les enseignes publicitaires, dont le cédant avait déjà contacté Visa Reprise. « Il était dans une démarche de cession à court terme. On lui a

Visa Reprise en bref Visa Reprise est un dispositif de détection, de labellisation et d’accompagnement de potentiels repreneurs de PME-PMI de plus de dix salariés. Il est animé, pour la CCI du Doubs, par Pierre Lacanal, en lien avec 51 partenaires acteurs de la transmission-reprise. Contact CCI - 06 83 50 02 18

La formation professionnelle change.

L’offre de l’Afpa aussi. DÉCOUVREZ UNE OFFRE MODULAIRE UNIQUE CONÇUE POUR LES PROFESSIONNELS. UN BESOIN EN COMPÉTENCES IDENTIFIÉ ? L’AFPA VOUS PROPOSE UNE RÉPONSE ADAPTÉE ET DE PROXIMITÉ. www.franche-comte.afpa.fr

24

Retrouvez nos formations réglementaires dans le bâtiment et l’industrie, dans nos centres Afpa de Besançon, Aire urbaine, Vesoul et Lons-le-Saunier.

2151887 - Direction de la Communication - nov 2015 - Illustrations Benoît Tardif / Colagene.com

Le repreneur de l’entreprise d’enseignes est passé par le dispositif créé par la CCI du Doubs et qui vient de s’étendre à toutes les CCI de Franche-Comté.

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 64 | JANV IER-FÉ VRIER-MAR S 2016


TERRITOIRE

Préserver la Loue Environnement De janvier 2014 à août 2015, la CCI du Doubs a mené « l’Action Loue ». Elle visait à aider les entreprises implantées sur le bassin versant de la Loue à améliorer leurs pratiques en matière d’environnement. L’heure est maintenant au bilan. En avril 2010, la Loue a connu des épisodes de mortalité anormale de poissons. Pour lutter contre la pollution de l’eau, la CCI du Doubs a proposé de coordonner une action en direction des établissements professionnels (hors agriculture). Soutenue par l’Agence de l’Eau et le Conseil régional, elle a financé « L’Action Loue ». Lancée en 2014, cette action vise alors à « sensibiliser les professionnels de ce territoire sur les risques des rejets toxiques dans les milieux naturels et stations d’épuration », explique Gérard Marion, responsable du projet à la CCI du Doubs. Conduite jusqu’à août 2015, en partenariat avec la CCI du Jura et les Chambres de Métiers Doubs et Jura, elle a concerné 1 600 établissements professionnels installés sur le bassin versant de la Loue. 1 089 entreprises Dans ce périmètre qui s’étend de Quingey à Valdahon, de Le Chanet, près d'Ornans Morteau à Mouthe et concerne 180 communes du Doubs et du Jura, le principal problème réside dans les rejets 142 entreprises pour les informer sur la diffus de produits dangereux. réglementation et évaluer leur gestion de « Ces polluants, émis en petite quantité l’eau. Comment sont traitées les eaux avant mais par un grand nombre d’établissements leur rejet en station d’épuration ? Comment professionnels, ont un impact sur sont triés les déchets ? Une quarantaine de l’environnement », précise Gérard Marion. points ont été passés en revue. Résultat : aucune situation alarmante faisant courir Les chambres consulaires ont d’abord dressé un état des lieux. Elles ont des risques pour les milieux naturels n’a été observée. En revanche, de nombreuses recensé 1 089 entreprises aux activités potentiellement polluantes, dans des pratiques sont perfectibles : 60 % des secteurs variés (transport, métallurgie, établissements utilisent des produits dangereux pour l'environnement et les deux agroalimentaire, plasturgie, BTP ou travail du bois). Une enquête postale, tiers n’ont pas de dispositif de rétention accompagnée d'une plaquette de conforme pour entreposer leurs barils de sensibilisation, leur a été adressée. matières dangereuses en toute sécurité. Sans en avoir conscience, la plupart des entreprises auraient donc des besoins en équipements Des efforts à faire spécifiques. Enfin, chaque entreprise évaluée Les conseillers en environnement des chambres consulaires ont ensuite visité s’est vue remettre une liste de préconisations. 

Ce bilan va permettre de cibler et mettre en place des actions concrètes visant à aider les entreprises dans leur gestion de déchets dangereux liquides. Néanmoins, les activités humaines n’expliquent pas tout. Dans un rapport publié en 2012, les experts de l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (ONEMA) montrent que la Loue est particulièrement vulnérable. Ses sols faiblement épais et de nature karstique laissent les polluants s’infiltrer plus rapidement. De nombreux aménagements humains ont aussi des effets négatifs sur son bon fonctionnement. « La solution est donc l’affaire de chacun, l’humain étant la clé de la réussite » conclut Gérard Marion.

25


NegoEncart EA.pdf

1

18/12/2015

12:13

Vente Gestion Management

www.imea.info

Paul,

Manager d’un point de vente Diplômé 2013

J

CM

MJ

CJ

CMJ

N

Communication CCI septembre 2015

M

Conseillère de vente en prêt-à-porter Diplômée 2015

Inscription sur APB* dès le 20 janvier 2016 www.admission-postbac.fr

26

*Admission Post Bac

C

Communication CCI du Doubs - 2015 // photos : Laurent Cheviet - Arnaud Dauphin

Lydie,

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 64 | JANV IER-FÉ VRIER-MAR S 2016


COMMERCE

concept

Jungle au cœur de Montbéliard

R

éunir sous un même toit les plus grands marques de prêt-à-porter, un espace bien-être et un bar à salades ? Le projet semblait audacieux autant qu’ambitieux mais cela n’a pas découragé Isabelle Potiez. Gérante d’une boutique de prêt-à-porter pendant 15 ans, elle se lance dans l’aventure en 2011. Cinq ans plus tard, le 8 septembre dernier, la boutique Jungle Concept Store ouvrait ses portes. « Nous avions envie d’offrir à la clientèle un lieu à la hauteur des collections proposées, et où l’on se sente bien », explique Isabelle, gérante de Jungle. Jungle est un lieu très atypique. Alors qu’au rez-dechaussée, 380  m² accueillent de grandes marques de prêt-à-porter haut de gamme à l’étage, on trouve la Bulle Jungle, un espace bien-être (cabines d’aquabiking et de massages, bar à ongles) ainsi qu’un espace restauration, le Jungle Salad Bar où le client peut composer lui-même sa salade. «  Nous avons dû raser les lieux qui appartenaient à ma famille pour construire un bâtiment aux normes  », précise la gérante. «  Pour parvenir à ce résultat, l’architecte de chez Armani a travaillé en collaboration avec le cabinet d’architecture local Solmon  ». Au final, l’ensemble est contemporain et harmonieux. Les murs en béton rappellent l’identité originale industrielle du bâtiment, et leurs tonalités douces apportent une certaine délicatesse à l’espace. Au niveau de la décoration, l’architecte d’intérieur Franck Alezra n’a rien laissé au hasard. Partout, et jusque dans les cabines d’essayage tapissées en trompe-l’œil, on sent un réel souci du détail. Ce concept store d’un genre nouveau à Montbéliard n’attend désormais qu’une chose : être testé ! sur w ww.jungle-concept.fr

Un écrin bisontin pour la marque Utinam Philippe Lebru a fait exister Utinam sur la scène internationale.

D

epuis la fin de l’épopée des Lip, en 1976, lorsque l’on parle de l’horlogerie bisontine, c’est souvent au passé. Le secteur des microtechniques, qui fait la fierté de notre région, se réclame de ce glorieux héritage horloger. Philippe Lebru fut probablement le premier, dans les années 2000, à réinscrire la création horlogère dans le présent. Horloger, inventeur, designer, cet explorateur du temps, comme il se définit lui-même, a créé la marque Utinam en 1993. Dix ans plus tard il bousculait la tradition en réinventant l’horloge de parquet. Baptisée Hortence, son horloge comtoise délaissait le coffre de bois pour offrir au regard les rouages chromés de ses entrailles. Cette sculpture moderne fut longtemps la vedette des salons professionnels. D’autres modèles suivirent, horloges et montres. Mais c’est avec ses créations monumentales que Philippe Lebru captura l’attention de la presse internationale. Il y eu tout d’abord Senestrorsum, accrochée au fronton du musée des Beaux Arts de Besançon. Puis l’impressionnante Matrice, installée dans la salle des pas perdus de la nouvelle gare TGV. La dernière œuvre horlogère monumentale signée Utinam répond au doux nom d’AoyAmA. Elle sera bientôt visible au fronton d’un concept store de Tokyo. Ce sens apparent de la démesure procède en réalité d’une solide vision stratégique. Philippe Lebru a fait exister Utinam sur la scène internationale. La boutique qu’il vient d’ouvrir à Besançon sera désormais son ambassade en terre comtoise. Située en face du musée du Temps, elle expose les créations Utinam et celles des plus belles marques régionales, ainsi que quelques autres, étrangères mais visionnaires, à son image. Le lieu lui-même est un écrin sobre et élégant. Son décor cultive une modernité qui emprunte aux sources de la tradition horlogère. La boutique Utinam est un message ; elle affirme, en beauté, que l’horlogerie bisontine est bien vivante, et plus créative que jamais. sur www.utinam.fr



27


COMMERCE

Préférence Commerce : préparatifs pour le prochain millésime Seul label national délivré par les Chambres de Commerce et d'Industrie aux commerçants, Préférence Commerce s’adresse aux TPE désireuses d’améliorer leur qualité de service.

P

endant sept ans, la CCI Doubs a proposé le dispositif Charte Qualité AccueilEcoute-Conseil avant d’intégrer le réseau national Préférence Commerce. Avec 82 professionnels labellisés dans le Doubs, l’édition 2015-2016 a connu un réel succès. Le principe est simple : après une inscription sur la base du volontariat, un client-mystère, issu d’un cabinet indépendant, effectue une visite en boutique et un appel téléphonique. L’extérieur, l’intérieur du commerce, ainsi que la gestion de la relation client sont évalués sur la base d’une grille de 80 critères. Un diagnostic complet est ensuite établi, et c’est à l’issue de celui-ci que le commerce est labellisé ou non, et ce, pour une durée de deux ans. « L’objectif est aussi de sensibiliser des TPE indépendantes à la concurrence d’internet et des succursalistes qui sont, eux, rompus à l’exercice de l’évaluation », explique Corinne Lakouis qui coordonne le projet dans le département. « En leur proposant d’intégrer une démarche de progrès qualité, les commerces indépendants peuvent se démarquer. » Préférence Commerce est destinée à toutes les TPE en contact avec la clientèle grand public, hors restauration et activités touristiques. « Pour cette prochaine édition, on aimerait pouvoir toucher davantage les commerces dédiés aux équipements de la personne et de la maison. » L’équipe Entrepreneuriat et Développement des Entreprises de la CCI, avec l’appui des étudiants d’Imea, l’école de Commerce des CCI du Doubs et de Haute-Saône, viendra à la rencontre des entreprises cibles dans les principales villes du département à partir de début mars. Pour autant, tout chef d’entreprise intéressé peut se faire connaître dès à présent. Les inscriptions doivent être déposées avant le 30 juin 2016. 28

Sandrine Tholomier,

Gérante de « Legend », boutique de prêt-à-porter à Montbéliard

"

Ça ne fait pas de mal de remettre les pendules à l’heure »

« Nous avons participé alors que je venais de reprendre le gérance de la boutique en juin 2013. Nous pensions que nous étions au top et pourtant nous n’avons pas obtenu le label. J’ai été très vexée d’autant plus que je l’avais obtenu à plusieurs reprises quand je tenais ma boulangerie (ndlr : pendant 10 ans, avant de reprendre Legend). Nous avons regardé sur le compte-rendu ce qui n’allait pas. Par exemple, le client mystère avait trouvé que la musique était trop forte. C’est un détail, certes, mais cela compte. J’ai voulu recommencer l’année suivante pour prouver que nous étions vraiment au top. Nous avons briffé l’équipe et avons finalement été labellisés. Depuis cette expérience, nous sommes plus vigilants. Au final, ça ne fait pas de mal de remettre les pendules à l’heure. Je pense également que dans la mesure où les besoins des gens évoluent, il faut savoir se remettre en cause pour s’adapter. Je repars évidemment pour la prochaine édition, car même si nous avons été lauréats en 2015, l’amélioration est encore possible. C’est d’autant plus intéressant que le projet émane de la CCI, et donc de notre corporation. » E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 64 | JANV IER-FÉ VRIER-MAR S 2016


COMMERCE

Philippe Piot,

Gérant de « Au Mini-Zoo », animalerie à Baume-les-Dames

"

Prendre conscience des problèmes pour mieux les corriger »

« Quand on m’a proposé de participer à Préférence Commerce, je n’ai pas hésité une seule seconde. Avant d’ouvrir mon animalerie, je travaillais dans la grande distribution où j’avais été sensibilisé aux problématiques des chartes qualité. Contrairement à ce que beaucoup pensent, il s’agit d’un diagnostic réalisé à l’instant T, sans qu’aucune sanction ne vienne par la suite. Cela permet surtout de savoir où l’on en est. Mais pour cela, il faut aussi savoir rester humble et accepter la critique. Au quotidien, nez dans le guidon, on ne voit plus du tout ce qui se passe, et on ne se remet plus en cause. Une opération telle que Préférence Commerce nous permet de prendre conscience des problèmes et d’y apporter des actions correctives. C’est encore plus nécessaire dans les petits commerces qui doivent mettre tout en œuvre pour survivre à l’arrivée des grosses structures. Quand on voit aussi tout ce qui se fait sur internet, la seule manière de s’en sortir aujourd’hui est d’être attentif à nos clients et de proposer un service de qualité. Il ne faut rien négliger : même au téléphone, le sourire s’entend ! »

Georges Bonnet, Gérant de « Bonnet Traiteur », boucher-charcutiertraiteur à Pontarlier

"

Pierre Chevassu,

"

Responsable de « Siloë-Chevassu » librairie à Besançon

Il est important qu’un état des lieux soit fait »

« Cela fait plus de 7 ans que je participe à l’opération. A l’époque, j’avais été contacté par la CCI. J’avais accepté sans savoir véritablement où cela mènerait. J’en ai compris l’intérêt une fois que l’on m’a transmis le rapport et toutes les remarques qui étaient très justes. Avec Préférence Commerce, j’accédais au regard critique d’une tierce personne et cela allait m’aider à améliorer beaucoup de points. Il est certain qu’au quotidien, il est difficile de tout gérer en même temps. On finit par délaisser un certain nombre de choses au profit d’autres. C’est pour cela qu’il est important qu’un état des lieux soit fait. Après cela, des petits voyants s’allument sur quelques points négatifs. Quand j’agence ma boutique, je pense continuellement à cette charte. Cela me donne un regard que je n’avais pas avant. En effet, derrière chaque client se cache le client mystère donc on finit par acquérir des réflexes. Désormais, il y a une sorte de challenge qui se met en place chaque année. C’est très stimulant. »

C’est bien d’avoir un regard extérieur »

« Cela fait plus de quatre ans que nous participons à l’opération. Le regard extérieur qu’elle apporte sur notre activité nous intéresse. Au quotidien, on ne voit plus les petits détails qui sautent pourtant aux yeux des clients. Une pré-visite nous a permis d’être sensibilisés sur certains points : l’importance des éclairages, la mise en rayon ou encore l’agencement du magasin. La visite du client mystère, physique et par téléphone, a ensuite permis de vérifier l’accueil du client et son accompagnement tout au long de la vente. Nous attendions surtout les critiques négatives car selon moi, ce n’est pas en nous disant qu’on est les meilleurs que l’on va progresser. L’objectif est de pointer nos lacunes pour permettre de les corriger. Par la suite, toute l’équipe de vente a été sensibilisée notamment sur les formules d’accueil et de raccompagnement du client. Par ailleurs, la communication dans les retours est très intéressante avec Préférence Commerce : un diplôme nous est remis et les résultats paraissent dans la presse. Cela contribue à valoriser l’image du commerce. » 

29


SERVICES

Le crowdfunding : un levier de financement innovant pour les entreprises Ce mode de financement participatif séduit de plus en plus d’entreprises et de porteurs de projet. Le crowdfunding simplifie l’accès aux fonds et permet de mobiliser un marché potentiel autour de son projet de développement.

P

résenté à l’occasion d’un Atelier des services de la CCI du Doubs, le crowdfunding est en plein essor. Face au resserrement des crédits, les entreprises et porteurs de projet s’y intéressent. Le principe est simple : un professionnel soumet son projet aux internautes via une plateforme en ligne. Le but est de séduire le plus grand nombre de personnes afin de récolter auprès d’elles les fonds nécessaires à la réalisation du projet. « Le crowdfunding crée du lien avec le territoire, c’est un moyen de communiquer autour d’une idée en testant le marché à moindre coût » explique Catherine Humbert, chargée de mission création d’entreprises à Développement 25. Un avis partagé par Guillaume Laidet. Après six ans d’expérience en marketing au sein de prestigieuses maisons horlogères en Suisse, le jeune pontissalien d’adoption décide de créer ses propres montres, en s’inspirant d’un chronographe des années 50 hérité de sa famille. Pour lancer sa marque « William L. 1985 », il a lancé une campagne sur Kickstarter, leader mondial du crowdfunding. C’est un succès, en 30 jours il a récolté 192 000 euros et prévendu 1 300 montres. 20 380 projets en ligne La collecte de fonds avec ou sans contreparties est une solution adaptée pour un créateur d’entreprise éloigné du prêt bancaire classique faute d’apport suffisant ou de caution personnelle.

30

Et Guillaume Laidet d’ajouter : « à condition de communiquer largement autour de sa campagne ». Autre type de crowdfunding, le prêt participatif permet à des TPE/PME d’emprunter directement auprès du public. En France, la plateforme Unilend, numéro un dans ce domaine, fait l’intermédiaire. D’un côté, les entreprises enregistrées au RCS et ayant clos au moins trois exercices comptables, empruntent sur 24 à 60 mois de 25 000 à 250 000 euros pour des besoins immatériels, jusqu’à 1 million pour du matériel. De l’autre, toute personne morale ou physique peut prêter au minimum 20 euros par projet. « Le taux d’intérêt est fixé par enchères », précise Pierre-Henri Soler, chargé des relations emprunteurs à Unilend. En France en 2014, sur 20 380 projets mis en ligne, la moitié ont réussi leur campagne de collecte. « On se rend compte qu’il y a beaucoup d’appelés pour peu d’élus », nuance Olivier Pittet, avocat d’affaires venu assister à l’atelier. « Ce système du tout ou rien peut mener à un échec, mais est intéressant » répond Carole Fischesser, dirigeante de la société L’Identité, aussi présente ce soir-là avec quelques 80 participants. Cet atelier, rythmé et bien mené a montré, que la finance crowdfunding est devenue incontournable et impose une façon innovante d’entreprendre.

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 64 | JANV IER-FÉ VRIER-MAR S 2016


SERVICES

L’Arbre à Chapeaux, une pépite touristique Haut-Doubs À Grand'Combe-Châteleu, aux portes de Morteau, Isabelle et Christophe Béliard ont donné une nouvelle vie à une ferme comtoise bâtie il y a trois siècles. Leur établissement est un modèle de créativité et de cohérence marketing.

O

n quitte la route à l’entrée du village. Un chemin suit le Doubs qui serpente dans la prairie en contrebas. Deux cents mètres plus loin, la maison d’hôtes, L’Arbre à Chapeaux, se signale par une enseigne dont le logo, discret, représente une tasse fumante. La maison d’Isabelle et Christophe Béliard n’a pas l’allure intimidante que l’on connaît aux fermes comtoises. L’entrée et la terrasse sont situés sur le coté, là où le toit, coiffé d’un tuyé, descend très bas, dessinant une façade intime. Le gris pâle des pierres épouse subtilement la teinte naturelle du sapin. On pousse la porte sur un décor clair et chaleureux, où le bois domine. La grande pièce dans laquelle on pénètre occupe l’angle de la ferme. C’est un espace lumineux et confortable, tout à la fois salle à manger et

lounge. On y retrouve les pierres apparentes, enduites à la chaux, et un peu plus loin un revêtement mural en papier mâché d’un bleu électrique. Les murs sont rythmés par des aquarelles colorées. Au parquet « brut de sciage », répond un plafond de tôle gravée que l’on pourrait prendre pour du vieux cuir. On a envie de toucher, de caresser les matières et les objets, comme ces étranges personnages de céramique posés sur le piano, ou cette tapisserie tendue que l’on dirait peinte à la main. Situé entre la pièce principale et les chambres, le tuyé est le cœur de la maison. C’est le lieu des veillées, une petite pièce aux lumières tamisées, occupée par une table commune et un canapé comtois. Isabelle Béliard insiste beaucoup sur cette idée de rencontre et

"L’Arbre à Chapeaux est avant tout une maison à vivre" déclare Isabelle Bertrand

Quatre chambres sont proposées

d’échanges. « Cette ferme est la maison de ma famille depuis 1685. Nous sommes venus y vivre, auprès de ma grand-mère, il y a 20 ans. L’idée de partager ce lieu empli d’histoires est née très tôt. Mais nous avons pris notre temps. Le projet de maison d’hôtes a commencé à se préciser il y a cinq ans. Nous avons limité la capacité d’hébergement à quatre chambres, afin d’offrir des espaces de jour plus généreux. L’Arbre à Chapeaux est avant tout une maison à vivre. On peut y venir à toute heure pour y boire un vrai chocolat chaud. Nous proposons également une petite restauration qui met à l’honneur les produits régionaux. Et nous organisons ponctuellement des soirées découverte où l’art et la culture finissent toujours pas se mêler au culinaire. » Le positionnement est bien pensé. Les quatre chambres de L’Arbre à Chapeaux, toutes très différentes, offrent un raffinement et une originalité qui ne manqueront pas de générer des commentaires sur les réseaux sociaux. Et la maison n’a oublié ni la clientèle locale, avec ses soirées thématiques, ni les promeneurs du week-end qui apprécieront certainement la formule du brunch dominical, encore rare dans la région. Cette maison d’hôtes, par sa singularité, vient compléter avantageusement une offre hôtelière peu fournie sur cette portion du massif jurassien. Rencontrés sur le marché de Noël, les habitants de Grand'Combe-Châteleu parlent volontiers de L’Arbre à Chapeaux. Ceux qui ont visité la maison ont des mots d’admiration. Les autres ont entendu dire… Tous savent qu’Isabelle et Christophe ont réalisé quelque chose qui ajoute au charme du village. sur w ww.larbre-a-chapeaux.com



31


Abonnez-vous à la version électronique d' sur www.doubs.cci.fr

et recevez par mail votre magazine à feuilleter en ligne.

AGENDA INTERNATIONAL MERCREDI 13 JANVIER 2016

de 13h30 à 18h00

SAMEDI 6 FÉVRIER 2016

de 10h à 16h

SAMEDI 12 MARS 2016

de 9h à 16h30

MERCREDI 20 JANVIER 2016

MARDI 2 FÉVRIER 2016 à Besançon MERCREDI 3 FÉVRIER 2016 à Vesoul

Ouverture du portail APB (Admissions Post Bac) www.admission-postbac.fr

CCI International vous propose une journée d’information sur le thème "L'impact fiscal des prestations de service à l'international"

MARDI 1er MARS 2016

Portes ouvertes à Iméa-École de Commerce des CCI du Doubs et de Haute-Saône, sur 3 campus : Besançon, Montbéliard et Vesoul www.imea.info

Dernier jour pour le versement de la taxe d'apprentissage

Pour toutes précisions Contacts : Marielle Perrin Tél. : 03 81 25 25 72 mperrin@cciinternational.fr

JEUDI 14 JANVIER 2016 à Besançon Colloque Performance énergétique et ISO 50001 : des entreprises régionales témoignent. Maison de l’Économie - 9h00-17h00 Contact : Solène Guillet Tél. : 03 81 47 42 08 sguillet@franche-comte.cci.fr

SAMEDI 12 MARS 2016

Journée Portes ouvertes dans les 23 CFA de Franche-Comté de 9h à 16h30 www.orientation-apprentissage.com

Nathalie Paris Tél. : 03 81 25 25 81 nparis@cciinternational.fr

JEUDI 28 JANVIER 2016 à Besançon Journée Pays : Allemagne - Autriche - Suisse Tarif : 50 € HT Contact : Claire Rohart Tél. : 03 81 25 25 88 crohart@cciinternational.fr

Exposez-vous à la CCI ! La CCI DU DOUBS met à disposition GRATUITEMENT pour les entreprises du département un ESPACE D’EXPOSITION pour leurs produits. Contact : 03 81 25 26 53

Difficultés d’entreprise Le CIP est là Le Centre d’Information et de Prévention –CIP- est une plate-forme d’écoute à la disposition des chefs d’entreprise. Il propose un entretien strictement informatif sans aucune suite autre que celle que le dirigeant lui donnera. Dans le Doubs, c’est la CCI qui accueille ce dispositif, la déclinaison locale, depuis 2006, d’un réseau national réunissant tribunaux de commerce, avocats et experts comptables, et mettant à leur disposition d’anciens membres honoraires. Anonymat et confidentialité sont assurés au cours de ces rencontres hors tribunal de commerce, chaque second jeudi du mois, durant l’après-midi et sur rendez-vous. La culture et la logique du CIP sont celles de d’anticipation et dans l’orientation plutôt que dans le conseil personnalisé. Contact : CCI Doubs 03 81 25 25 59

32

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 64 | JANV IER-FÉ VRIER-MAR S 2016


EUROPE Rubrique réalisée en collaboration avec la CCIR Franche-Comté service Europe Entreprise Europe Network

Les brèves de l'Europe Marquage

CEM, basse tension, RTTE En avril et juillet 2016 entreront en vigueur les nouvelles versions des directives CEM, basse tension et RTTE (devenue RED – directive sur les équipements radio électriques) La documentation technique et les déclarations de conformité UE des produits portant le marquage CE devront être mises à jour pour viser les nouvelles références des textes applicables, à savoir : basse tension directive

2014/35, CEM -directive 2014/30, RED directive 2014/53 ).

Le programme de travail 2016 de l’UE est disponible

Comme elle le fait chaque année, la Commission européenne a dévoilé le programme de travail qu’elle compte mettre en œuvre en 2016. Elle y indique les initiatives réglementaires et non réglementaires qu’elle a prévues de traiter durant l’année. Un bon moyen pour

les entreprises de percevoir et d’identifier les sujets à surveiller qui les concernent. http://ec.europa.eu/priorities/ work-programme/index_fr.htm

Tout savoir sur le FSE 2014-2020 en Franche-Comté Un document de présentation du FSE (Fonds Social Européen) vient d’être édité et peut être téléchargé sur le site des fonds européens en région. En Franche-Comté, le

montant total alloué par l’Union européenne pour le FSE est de 85 millions d’euros pour la période 2014-2020. Ils sont répartis entre les volets emploi et inclusion à hauteur de 51,42 millions d’euros et pour la formation à hauteur de 33,6 millions d’euros.

En savoir   : www.franche-comte.cci.fr

En savoir plus : Jean Michel CHAUVIN - 03 81 47 42 13 jmchauvin@franche-comte.cci.fr

e r i a t n e m é l p m o c la

or tbouls les salariés

! n e s n Parlo

Imaginacom by RL et Alternative

é t n saigatoire

uelles t u M IS R O C seiller A Votre con

pou

Plus de 20 agences en Franche-Comté et en Lorraine www.acorismutuelles.fr



L’ENGAGEMENT SOLIDAIRE

33


vu lu EXPO

MDINEESSEL

Les mines de sel jouent les prolongations

Navigation de l'événement.. Quelle que soit la culture d’un pays ou d’une région, le travail du sel existe partout à travers le monde, et se décline de différentes façons. Le propos de cette programmation est de nourrir l’intérêt pour l’histoire du sel et le travail des hommes qui ont voué leur vie à cette activité multiple, agricole, minière ou industrielle. Cette exposition prolonge l’actuel musée du sel de la Saline, et offre une vision plus contemporaine en insistant sur l’humain, le travail de l’homme aujourd’hui. C’est de la collection photographique de « Voyageurs Créateurs » – Catherine Gaudin et Seydou Touré – qu’est née l’idée de cette programmation. Cette exposition sera donc une longue séquence iconographique (163 photographies) ponctuée de récits de voyages rédigées par les photographes eux-mêmes. Certains clichés restitueront la lumière et les couleurs des paysages du sel et d’autres seront davantage tournés vers les hommes et leurs gestes au travail. DU SEL AILLEURS N « LES TRAV EXPOSITIO

AU 2

DANS

RAIN » E CONTEMPO LE MOND

VRIER DU 20 FÉ 2015 NOVEMBRE

HIES PHOTOGRAP URS URS CRÉATE É OU TOUR VOYAGEGAUD IN ET SEYD

eurs eurs créat © Voyag Birmanie

CATHERINE

ROYALE SALINE SEN ANS ARC ET

e.com lineroyal www.sa

Prolongation jusqu’à fin 2016. Saline Royale - Grande rue - 25610 Arc et Senans www.salineroyale.com DÉFILÉ

Les pros font le show ! Ils sont 180, le 6 mars prochain , à se mobiliser pour offrir un spectacle haut en couleurs : coiffeurs, stylistes, chocolatiers, maquilleurs… Organisé avec le Rotary ce défilé est fait, en 2016, au profit de l’association Solidarité Femmes. Le show permet aussi de valoriser le savoir faire régional, de générer de la créativité et de favoriser l’éclosion de nouveaux talents. 6 mars 2016 – 18h – 21h30

LIVRE

L’Enquête catalane Pour son septième roman Alicia Giménez Bartlett monte en gamme. On retrouve avec plaisir son héroïne, Petra Delgado, inspectrice de la police nationale de Barcelone, assistée de son adjoint souffre-douleur dont elle ne saurait se passer et avec qui elle partage un goût prononcé pour les bars à tapas. L’affaire démarre lentement : il s’agit de rouvrir un dossier classé sans suite, à la demande de la veuve d’un homme assassiné alors qu’il recevait chez lui une prostituée de bas étage. Pétra n’est pas enthousiasmée et râle beaucoup, ce qu’elle fait d’ailleurs en permanence comme habitée de quelque colère. Mais elle le fait avec des formules réjouissantes, sa cible préférée étant la gent masculine : « C’est en général l’homme qui oublie de souhaiter l’anniversaire de l’autre, mais lorsque c’est la femme, les choses prennent un tour tragique et le péril semble menacer l’amour, le couple voire la constitution ». Une telle enquêtrice ne pouvait que déterrer dans le dossier d’autres morts suspects. La voilà bientôt à Rome pour suivre sa piste, là elle risque sa vie et se trouve face à la mafia. Il en faudrait plus pour impressionner une telle femme, qui en est – pour l’instant – à son troisième mariage. Elle mettra la même énergie verbale pour interroger les suspects que dans ses propos à l’ironie dévastatrice. Une autre de ses réflexions : « le vent emporte les paroles, ce qui n’est pas le cas avec le silence. » Et bien sûr elle dénouera les fils, fera parler les disparus et c’est ainsi que son enquête de routine débouchera dans la tragédie grecque. L’histoire, captivante, est servie par une écriture forte et originale, sous-tendue d’humour. La narration de Pétra (Alicia ?) est construite comme par une professionnelle du milieu policier et judiciaire : du solide. Bernard Sertout

Grand Kursaal – Besançon Tarif adulte : 15 euros - moins de 12 ans : 8 euros

34

« Personne ne veut savoir » Alicia Giménez Bartlett – Ed. Rivages/Thriller

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 64 | JANV IER-FÉ VRIER-MAR S 2016


6

01

n 2 isotre

raimes Livr tr ie

n er

d

Prem bâtim ier ent à5m inu tes

Créidits photos : Grand Besançon / Cabinet Daufresnes, Le Garrec et associés

de la à pied g Besa are Franc nçon he-C o TGV mté

fAItEs EntrEr Vos ACtIVItÉs

DAns lA noUVEllE ÈrE

Profitez du fibrage et de la labellisation THD. Entrez dans un bâtiment basse consommation (BBC). Bénéficiez d’un traitement architectural de qualité. Connectez-vous à grande vitesse avec tout l’Est de la France, l’Allemagne et la Suisse. Accédez directement sur site en TER (16 navettes depuis la gare Viotte) ou en bus. Bénéficiez d’une offre de services sur site et à moins de 5 minutes. Implantez-vous au cœur d’une zone aménagée en clairière. Profitez d’un traitement paysager de qualité. Déplacez-vous en mode doux.

Locaux à partir de 50 m2 à la location et la vente Contact : Grand Besançon - Direction Économie

03 81 87 88 10 investinbesancon.fr

NOUVELLE

NOUVELLE

PARC D’AVENIR

PARC D’AVENIR

PARC


Expression Active 64  

Le magazine économique de la CCI du Doubs. Tendance - Dirigeants : cultivez vos réseaux !

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you