Page 1

www.doubs.cci.fr

no63

LE MAGAZINE ÉCONOMIQUE DE LA CCI DU DOUBS

LES CHALETS BOIS MADE IN JURA PAGE 22

CRRI 2000 : L'UNION FAIT LA FORCE DANS LE BTP PAGE 25

sept. > nov. 2015 VELOCONNECT, DES COURSIERS À BICYCLETTE PAGE 31

2015

QUAND L'EUROPE BOOSTE LA CROISSANCE DES PME


e 155 742de 320 € –742 Siège : 50 avenue 75201 Paris75201 Cedex 13 –Cedex 13 – BPCE – Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital 155 320social € – Siège social : Pierre-Mendès-France 50 avenue Pierre-Mendès-France Paris RIAS sous le n° 08 045 – Réf. 12/2014 : Bruno Clément RCS Paris n° 493 455 042 – BPCE, intermédiaire en assurance inscrit à l’ORIAS sous le 100 n° 08 045 :100 – Réf.–: Crédit 12/2014photographe – Crédit photographe : Bruno–Clément –

ADDITIONNER LES FORCES MULTIPLIER LES CHANCES ADDITIONNER LES FORCES MULTIPLIER LES CHANCES

POUR MENER À BIEN UN PROJET, C’ESTMENER SOUVENT POUR À BIENLA UNBONNE PROJET, RENCONTRE QUI FAIT TOUTE LA LA BONNE DIFFÉRENCE. C’EST SOUVENT RENCONTRE À la Banque Populaire, votre conseiller est au cœur d’un réseau local et national, QUI FAIT TOUTE LA DIFFÉRENCE.

riche de l’expérience de ses clients et sociétaires et de l’ensemble des expertises À la Banque Populaire, votre conseiller est au cœur d’un réseau local et national, d’un grand groupe bancaire. riche de l’expérience de ses clients et sociétaires et de l’ensemble des expertises Il saura additionner les bonnes compétences pour multiplier vos chances d’un grand groupe bancaire.

de réussir vos projets. Il saura additionner les bonnes compétences pour multiplier vos chances de réussir vos projets.

#LaBonneRencontre


PAR DOMINIQUE ROY PRÉSIDENT DE LA CCI DU DOUBS

D

ans deux mois, les Régions Bourgogne et Franche-Comté vont fusionner. Dans un an, ce sera le tour des Chambres de Commerce et d‘Industrie. Au-delà des questions de savoir quel territoire va accueillir tel ou tel service et qui aura davantage d’influence, la préoccupation qui est la mienne aujourd‘hui est simple : comment la nouvelle organisation prend–elle en compte les besoins et les attentes des entreprises ? Je préside la CCI du Doubs depuis 4 ans et je considère que mon mandat repose sur la confiance qui m’est accordée par les dirigeants. Je me suis engagé à leur donner plus de visibilité sur les actions de la CCI, à ce qu’elle soit plus proche de leurs besoins, plus active dans ses réponses. Dans ce contexte de changement, je maintiendrai ce cap quels que soient les aléas du parcours... Une grande Région, une grande CCI… A l’heure où les budgets sont à la baisse, où l’Etat est en déficit chronique et effectue des coupes sombres sur nos organisations, je maintiens qu’aucune économie ne pourra se faire sans remise à plat des rôles et des ressources humaines et matérielles de chacun et sans un juste arbitrage ! Entre le tout régional et le tout territorial, une troisième voie reste à inventer.

sommaire

Fusion

Le temps est venu de mettre en œuvre avec détermination une nouvelle organisation de nos CCI à l’échelle de la grande région et des enjeux qui sont les siens : stratégique et opérationnel… au seul bénéfice des entreprises !

page 04 conjoncture Tourisme : une bonne saison page 06 made in Doubs… et alentours. page 9 le dossier Quand l'Europe booste la croissance des PME page 17 cci en actions page 22 échos de l'éco. Des chalets en bois made in Jura. Le boom du E-commerce. La destruction de documents au service de l'environnement

page 32 info'pratique. page 34 vu/lu.

Journal de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Doubs, 46 av. Villarceau, 25042 Besançon cedex, Tél. 03 81 25 25 25, www.doubs.cci.fr - Contact : expression.active@doubs.cci.fr - Directeur de la publication : Dominique Roy, président de la CCI du Doubs - Rédacteur en chef : Sylvie Dejour-Albahary Chef de projet : Corinne Nevière - Ont collaboré à ce numéro : Pierre Accard, Monique Clémens, Elise François-Dainville, NF2 (Agence de Presse), Blandine Sauter, Lucie Thiery - Photographies : Laurent Cheviet, Yves Petit - Maquette : Magazine - Mise en page : Olivier Rovelas, CCI du Doubs - Abonnement : 25 euros par an. Publicité : Agence Elixir, tél. 03 81 81 28 75 - Dépôt légal : 2e trimestre 2005. ISSN : 1637-9454. Imprimerie ESTIMPRIM (Franche-Comté)

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 63 | SEPT EMBRE-OC TOBRE-NOVEMBRE 2015

3


conjoncture éco Cette analyse est produite par le Département « études économiques et territoriales » de la CCI du Doubs au 16 septembre 2015

Tourisme : une bonne saison Le Grand Besançon (CAGB+) : les changements se poursuivent • Industrie : Parkéon, après la présentation et l’installation remarquées d’horodateurs nouvelle génération, est à vendre. Une annonce faite par ICG et European Capital, propriétaires d’une entreprise leader mondial dans son domaine. Toujours dans les microtechniques, l’entreprise DIXI (médical, défense) se développe et investit dans de nouveaux locaux à Chaudefontaine. Sur Ornans, le site Alstom Transports engrange les commandes malgré les inquiétudes grandissantes sur l’avenir de la filière ferroviaire en France.

1er semestre 2015

2e semestre 2015

• Commerce : au centre-ville, après une braderie de juillet et des soldes plutôt réussis, l’ouverture des Passages Pasteur, décalée, est confirmée pour mi-novembre. En périphérie, sur Valentin, l’agrandissement de Castorama (+ 1 500 m² de surface couverte) génère 15 emplois, tandis que l’agrandissement de la zone de Châteaufarine est à l’étude.

1er semestre 2015

2e semestre 2015

• Aménagement : la construction de la liaison de bus en site propre Viotte / Témis commence. Sur le site de la caserne Vauban, les travaux démarrent, les premiers bâtiments devraient sortir de terre en 2016, annonciateurs d’un éco-quartier de 800 logements.

Haut-Doubs : un été avec une météo exceptionnelle

1er semestre 2015

• Industrie  : sur Levier, Grillet Concept (métallerie) inaugure un bâtiment de 800 m², illustration de l’activité croissante de cette entreprise familiale. A Vuillecin, Cerma’c (machines automatisées) construit de nouveaux locaux pour permettre la fabrication de convoyeurs de plusieurs mètres de longueur.

2e semestre 2015

• Commerce  : le succès de la Haute-Foire en septembre se confirme avec plus de 24 000 visiteurs. Le développement de la zone à l’entrée de Pontarlier (côté Cluse et Mijoux) où l’implantation de nouvelles concessions automobiles illustrent le dynamisme local.

1er semestre 2015

• Tourisme : le bilan de la saison estivale est très bon. 2e semestre 2015

• Aménagement : la pose d’un premier nœud de raccordement à la fibre optique sur Frasne annonce l’arrivée du très haut débit sur les zones rurales du département.

croissance

4

emploi

industrie agro-alimentaire

luxe

automobile

commerce

travaux publics

bâtiment

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 63 | SEPT EMBRE-OC TOBRE-NOVEMBRE 2015


L’agglomération de Montbéliard : la Zone d’Implantation Fournisseurs conforte le site PSA • Industrie : la ZIF, active depuis août, illustre la capacité du site historique de PSA à repenser son organisation industrielle et ses process, en phase avec les dernières innovations. L’usine LISI de Dasle clôt deux ans de travaux correspondant à plus de 10 M€ d’investissement. Plus au sud, Profialis (plasturgie) développe son site de Clerval en partie suite à des transferts de production en provenance de Belgique.

1 semestre 2015 er

2e semestre 2015

• Commerce : la braderie commerciale de Montbéliard a tenu toutes ses promesses, au moins en affluence. Le projet de centre commercial au cœur de la commune d’Hérimoncourt a été présenté au public tandis que le supermarché Colruyt a ouvert ses portes à Arcey. Le projet d’extension de Super U sur Audincourt, en lien avec la reconfiguration du site Faurécia, prend forme.

1er semestre 2015

2e semestre 2015

• Aménagement : l’élaboration du SCoT du Nord Doubs se poursuit. Le diagnostic de l’offre commerciale et de services a permis de mieux connaître les flux et les polarités. Un outil précieux pour les aménagements à venir.

Pays Horloger : 1er semestre 2015

2 semestre 2015 e

dynamisme économique malgré le ralentissement suisse • Industrie : la Manufacture horlogère Péquignet – tout comme son homologue bisontin Dodane - est qualifiée pour la prestigieuse finale du concours international de chronométrie. Verdict final le 22 octobre au Sentier (Suisse). • Commerce : le dynamisme de l’activité ne se dément pas, porté par le pouvoir d’achat des voisins suisses habitant les agglomérations du Locle et de La Chaux-de-Fonds.

1 semestre 2015 er

2e semestre 2015

• Aménagement : les différences positives (atouts touristiques, savoir-faire industriel, …) mais aussi les conditions d’accès parfois difficiles aux territoires de montagne demandent un traitement public spécifique. Après 30 ans d’existence, la loi « Montagne II » est attendue en espérant que les dotations de l’Etat prendront en compte l’altitude et l’éloignement, et favoriseront le développement de nouvelles solidarités (tourisme, économie, mobilités, …).

SUISSE

Ce qu’on peut retenir :

• En Suisse, si le cours du Franc remonte peu à peu, les marchés chinois de l’horlogerie, qui ont chuté de 40 % en juillet, nourrissent l’inquiétude. La votation de février 2014, opposée à la libre circulation des personnes et donc favorable à une restriction du travail frontalier, peine à trouver des modalités de mise en œuvre acceptables. Certains évoquent même une nouvelle consultation des citoyens suisses. À suivre…

La loi NOTRe (Nouvelle Organisation Territoriale de la République), entérine et accentue deux mouvements à l’œuvre depuis de nombreuses années :



• Les grandes régions sont confirmées comme moteurs du développement économique. A l’échelle du nouvel ensemble Bourgogne Franche-Comté, la localisation des principaux services de l’Etat concernés, à savoir la Direccte, la Dreal ou encore l’Insee, nourriront le rôle de Besançon dans ce domaine. • Les attributions des communautés de communes sont clairement renforcées. L’élaboration des Plans Locaux d’Urbanisme, la gestion des zones d’activité, se feront à cette échelle. La loi, qui oblige les communes à se grouper dans des EPCI (Etablissements Publics de Coopération Intercommunale) d’au moins 15 000 habitants (sauf exceptions, notamment en zones rurales et de montagne), implique que 19 communautés existantes du Doubs - sur 28 - devront changer de périmètre, à court terme. 5


... et alentours De la cancoillotte au Chocolat Notre emblématique cancoillotte régionale, célébrée par le chanteur Hubert Félix Thiéfaine, ce fromage inimitable, ce trésor franc-comtois se déclinerait désormais en version chocolat ? Doucement, Thierry Mauron tient à clarifier les choses. La fromagerie Mauron, créée par son ancêtre en 1862, est une maison sérieuse où l’on ne joue pas avec la nourriture. L’entreprise basée à Gray-la-Ville connaît bien son marché. En tant que grossiste, elle distribue tout ce que la Franche-Comté et la Bourgogne produisent de meilleur en matière de produits de terroir. Et elle a appris une chose : c’est que l’innovation n’est jamais l’ennemie de la tradition. La fromagerie qui a également, et depuis toujours, une activité de production (crème, beurre et fromages frais) sait très bien que la cancoillotte aurait fini au magasin de souvenirs si les fabricants, depuis vingt ans, n’avaient pas eu l’audace de proposer des formules jugées parfois iconoclastes. En osant le chocolat, Thierry Mauron ne cherche pas la provocation. Non, il ne s’agit pas de mettre du chocolat dans la cancoillotte. Son P’tit Lacté Choco n’est pas une cancoillotte, mais c’est un dessert à base de metton. Il fallait y penser. Cette nouvelle spécialité fromagère a été testée cet été, lors de la foire de Gray. La dégustation a donné lieu à des échanges passionnés. Il y eu, bien entendu, des oppositions de principe. Mais une fois en bouche, le P’tit Lacté, avec sa pâte onctueuse, légère, pas trop sucrée, a réconcilié les anciens et les modernes. sur www.fromagerie-mauron.fr

Le Chronogrip de Percipio Robotics Pour un nombre grandissant de secteurs, la miniaturisation est devenue un enjeu majeur. Et pas seulement pour des questions de commodité d’usage. Fabriquer petit, c’est consommer moins d’énergie, c’est réduire l’impact environnemental, et c’est produire davantage avec moins de matière. Mais il existe un frein à la miniaturisation : dans de nombreuses industries, on ne peut se passer du geste de l’homme, alors même que celui-ci, prisonnier de ses limites physiologiques, est incapable de manipuler des objets en dessous d’une certaine taille. Ces industries ont donc besoin de systèmes de micromanipulation robotisés, que l’on appelle aussi des cobots, un néologisme issu des mots « robotique » et « coopération ». Le cobot est 6

un robot assistant. Il reste dépendant de l'intention et du comportement de l'utilisateur, tout en possédant une capacité d'apprentissage pour maximiser la performance du geste. C’est ce nouveau secteur de la robotique qu’a choisi d’investir David Heriban, président et fondateur de Percipio. Son Chronogrip présente l’avantage d’être un système compact, très adaptable et opérationnel en quelques minutes. Par l’intermédiaire d’un joystick, les gestes « à échelle humaine » de l’opérateur sont répliqués à l’échelle du micron, et des caméras affichent sur écran le champ microscopique de la scène d’assemblage. Chronogrip a naturellement rencontré les besoins de l’industrie horlogère, mais le système intéresse d’ores et déjà le médical, l’aéronautique, les microsystèmes et la micro-électronique. sur www.percipio-robotics.com

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 63 | SEPT EMBRE-OC TOBRE-NOVEMBRE 2015


Evo-Lys, le renouveau de l’horloge comtoise Créée en 1958 par Pierre Converset, à Héricourt, l’entreprise est à l’origine une simple menuiserie. C’est à la demande de fabricants de mouvements qu’elle commence à réaliser des coffres d’horloges. Très vite on remarque la qualité de ces réalisations, la finesse et le soin des détails, et notamment l’élégance des moulages sculptés par Alain, l’un des fils du fondateur. Lorsque cette seconde génération prend les commandes, l’entreprise se spécialise et l’horloge Converset devient une référence. Des horloges en merisier, en chêne, en sapin ou en noyer, dont chaque composant est fabriqué artisanalement. C’est avec la troisième génération et l’arrivée de Sébastien, qui prend la direction de l’entreprise en 2014, que les horloges Converset s’émancipent de la tradition séculaire. Un nouveau modèle apparaît, au design radical, tout en lignes pures et en reflets, un objet qui semble vouloir rattraper des siècles d’immobilisme. Baptisée Evo-Lys, cette horloge est toujours réalisée en bois massif, mais elle se décline en finitions cérusées ou laquées, dans tous les coloris imaginables. Son cœur est un mouvement à « balancier lentille » issu des ateliers de la manufacture horlogère Vuillemin. Cette précieuse mécanique dont les rouages sont traités or ou palladium, se livre au regard sur un fond de miroir. À l’intérieur de la caisse, un subtil jeu d’éclairage LED permet de doser la luminosité. Une lueur apaisante qui donne le sentiment qu’Evo-Lys veille sur nos heures au cœur de la nuit. sur www.evo-lys.fr

La 23 GMT de Dodane Il existe des montres « façon » aviation, et elles sont nombreuses. Et puis il y a les chronographes Dodane. L’entreprise basée aujourd’hui à Chatillon-le-Duc (25) a vu le jour en 1857, dans les gorges du Doubs, pas très loin de la frontière suisse. Dès les débuts de l’aviation, Alphonse-Gabriel Dodane, fils du fondateur, s’intéressa aux applications aéronautiques de l’horlogerie. Son chronographe de bord, conçu spécialement pour les missions de combat aérien, a équipé les avions français lors du premier conflit mondial. Obéissant à une passion jamais démentie pour l’aéronautique, la famille Dodane a donc choisi de concentrer ses talents sur les besoins très spécifiques et très exigeants de l’aviation, civile et militaire. L’entreprise est ainsi l’une des plus anciennes agréées par l’OTAN. Ses montres de pilote, Type 21 et Type 23, sont devenues des références mythiques. Hébergeant des mouvements à complications de haute précision, ces garde-temps au caractère bien trempé sont réputés pour leur robustesse et leur extrême fiabilité dans les conditions d’usage les plus éprouvantes. Plus d’un siècle et demi après sa création, l’entreprise dirigée par Cédric Dodane (5e génération), continue à innover. Ses chronographes sont désormais déclinés en montres mécaniques automatiques à réserve de marche, à l’image du modèle 23 GMT à triple fuseau horaire, conçu initialement à la demande d’Air France. sur dodane1857.com

Des sirops très bio Année après année, la Maison Rième consolide sa position au panthéon des marques franc-comtoises. La limonade Mortuacienne a ainsi vu défiler tous les soft-drinks de la planète, sans que jamais ne faiblisse sa pétillante renommée. Son étiquette est devenue un classique indémodable. À l’époque des canettes en alu, elle a même remis au goût du jour le fameux bouchon mécanique à bascule. Ce succès est le fruit d’un marketing aussi fin que ses bulles. Car la Mortuacienne ne s’est pas contentée de regarder passer les modes. Elle a su faire preuve d’audace dans ses couleurs et ses parfums. La gamme des sirops compte aujourd’hui 37 parfums, parmi lesquels les étonnants Cidrime, Irish coffee ou Gentiane. Lancé il y a vingt ans, le parfum Sapin a réussi l’exploit de bousculer les habitudes tout en célébrant les racines régionales de la marque (on voit aujourd’hui des Francs-Comtois exilés se faire envoyer du Sapin Rième comme d’autres se font envoyer du Comté ou de la Morteau). C’est le bio désormais qui fait l’événement, avec une gamme de 7 parfums, à base de sucre de canne biologique et sans aucun colorant – d’où la couleur dorée pour les sirops citron, menthe, sapin et thé pêche, et le rouge plus ou moins prononcé de la fraise, de la framboise et de la grenadine. Présentée dans une bouteille (pardon, un flacon) au profil épuré, la gamme bio de Rième se donne une allure de collection. sur www.rieme-boissons.fr 7


le dossier 2015

Quand l’Europe booste la croissance des PME Les Fonds européens bénéficient d’une notoriété insuffisante auprès des entreprises. Parmi eux, les fonds structurels se démarquent des autres programmes et figurent parmi les plus accessibles pour accélérer l’innovation, la compétitivité ou former les collaborateurs. Une nouvelle génération se met en place. Elle fonctionnera jusqu’en 2020. Mode d’emploi.



Malgré les soubresauts positifs de l’économie, l’Union européenne ne relâche pas ses efforts et s'engage de tout son poids en faveur de son tissu industriel, bien consciente que ses 23 millions de PME représentent un formidable gisement d’emplois et un pôle d’innovation majeur en matière de biens et de services. Grâce à sa politique de cohésion et aux Fonds structurels et d’investissements (FESI), la Commission se mobilise pour apporter sa pierre au développement des entreprises et des régions.

plus importants. Ils constituent le deuxième

Ces Fonds structurels européens et d’investissement figurent parmi les financements les

gionaux est entrée en action courant 2015. Avec

poste budgétaire de l’Union européenne après la Politique Agricole Commune et se distinguent des autres programmes en étant gérés au plus près, dans et par les Régions. Ils apparaissent donc plus abordables et adaptés à la majorité des PME sans être réservés à la fine fleur des entreprises technologiques. 750 millions d’euros Une nouvelle génération de fonds européens réprès de 750 millions d’euros pour la période 9


le dossier S’informer > Être accompagné avec Enterprise Europe Network Franche-Comté

Parce que l’information n’est pas toujours suffisante, les entreprises peuvent se faire aider dans leurs démarches par le réseau Enterprise Europe Network (EEN). Ce réseau officiel de la Commission européenne abrité par la CCIR est un interlocuteur de premier ordre pour l’accompagnement des entreprises sur les financements européens. Mandaté sur la période 2007-2013 par la Préfecture de région pour apporter un appui au montage de dossier FEDER, il reste disponible sur la période 2014-2020 pour renseigner les entreprises et les aider à élaborer leur dossier. www.franche-comte.cci.fr

Jean-Michel Chauvin et Martine Charvet, d'Entreprise Europe Network, à la CCIR Franche-Comté

GUIDE DU

PORTEUR DE

PROJET 201

FEDER (FON DS FSE RÉGIONA EUROPÉEN DE DÉVELOPP EMENT RÉGIO L (FONDS SOCIA L EUROPÉEN

)

www.europe

10

4-2020

NAL)

-en-franche-c

4

thématiques prioritaires pour les aides

Soutien aux activités de recherche et d’innovation ;

Compétitivité des entreprises, appui aux Il faudra pour cela resfilières et à la création/transmission ; pecter certaines condiEnvironnement à travers le développement tions et s’inscrire dans des énergies renouvelables (bois, méthanisation…), une des mesures du prol’efficacité énergétique dans le logement social et de transports plus propres ; gramme, répondre éventuellement à un appel Développement des usages du numérique à projets, construire un dans la société plan de financement réaliste et détaillé,…bref suivre un parcours bien spécifique. Pour cette cuvée 2014-2020, à la demande de la Commission européenne, les financements se concentrent sur des priorités resserrées. « Les trois-quarts des crédits du programme FEDER/FSE régional ont été affectés à 4 thématiques – lire ci-dessus en rouge – » explique Jean-Michel Chauvin, conseiller Enterprise Europe Network Franche-Comté à la CCIR. L’objectif est clairement mis sur les résultats, la visibilité et l’efficacité. » Pour intéresser une entreprise et l’inviter à en savoir plus sur les aides à l’investissement ou sur le financement de projets innovants, la Région et la CCI Franche-Comté sont des portes d’entrée incontournables. « Enterprise Europe Network EEN est un service dédié à l’accompagnement sur les sujets européens, explique Jean-Michel Chauvin. Nous rencontrons les entreprises, vérifions si leurs projets rentrent dans les clous et si c’est le cas nous les aidons à constituer le dossier. C’est assez particulier et je pense qu’un soutien est indispensable »

> Le site de l’Europe en Franche-Comté

Le site www.europe-en-franche-comte.eu est dédié aux fonds Feder, FSE, Feader et Feamp. Pour chacun de ces fonds, l’entreprise accède à des documents clés et peut déposer en ligne une demande d’informations via un formulaire. Un tout nouveau guide du porteur de projet disponible sur ce site permet de disposer d’une première information sur le contenu du programme régional FEDER/FSE, sur les contacts utiles au conseil régional sur les questions à se poser et sur la démarche à suivre pour solliciter un financement.

2014-2020, les acteurs économiques francs-comtois peuvent désormais bénéficier de nouvelles opportunités pour financer leurs projets.

omte.eu

De 2007 à 2013, EEN a suivi une cinquantaine d’entreprises et d’organisations professionnelles. Rédaction, dépôt des dossiers auprès des services instructeurs, le travail reste très administratif et même si la simplification est aujourd’hui de mise avec les nouveaux dossiers censés être plus accessibles « il faut encore une certaine technicité pour éviter les déconvenues et les pertes de temps… »

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 63 | SEPT EMBRE-OC TOBRE-NOVEMBRE 2015


le dossier

EUROPE

Focus sur le programme régional FEDER FSE 184 millions d’euros dont 150 millions de FEDER et 34 millions de FSE

Axe

6 : 11 millions p soutenir le développem our ent touristique dans le ma ssif du jura

Axe 5 : 26 millions pour améliorer la qualité des espaces urbains

Axe 1 :

5 soutien à la 4 millions pour le recherche l’i nnovation aux entrep et rises (proje ts collabora investissem tifs, ents matéri els …)

6 axes

Axe 2 : 10nummillérioique (santé, ns pour

les usages du il, formation…) industrie, trava

ns pour la

illio , Axe 4 : 34demman deurs d’emploi

Axe 3

formation des ain rsonnes sous m apprentis et pe tifs et ac s de n io at rm de justice. La fo PO FSE du le quant à el salariés relève te) cc ire (D t r l’Eta national géré pa

: 44 millions pou renouvelab r les énerg les (bois, m ies éthanisatio l’efficacité n…), énergétiqu e des logem une mobili ents sociau té et des tr x, ansports p lus propres

Interreg V ou la coopération Franco-Suisse Les programmes Interreg visent à promouvoir la coopération entre les régions européennes et le développement de solutions en commun. Le programme Interreg France-Suisse ; doté de 66 millions d’euros de FEDER et de 50 millions de francs suisses ; soutient des projets transfrontaliers impliquant a minima un partenaire français et un partenaire suisse. Ces derniers mettent en œuvre des actions contribuant à effacer progressivement l’effet de coupure de la frontière. Quatre axes prioritaires ont été définis pour 

la période 2014-2020 : protéger et valoriser le patrimoine naturel et culturel  ; encourager le transport durable ; favoriser l’emploi et accompagner la mobilité de la main d’œuvre ; rapprocher les structures en matière d’innovation et soutenir des projets innovants. Sur la période précédente (2007-2013), 110 projets franco-suisses ont été financés dans les différents domaines de l’économie, la recherche, la formation, l’aménagement du territoire, des services, du tourisme et de la culture. Le projet Innovarc, porté par la CCIR a bénéficié des financements Interreg sur 2007-2013. Ce projet avait pour but de favoriser le rapprochement des entreprises françaises et suisses dans le domaine des microtechniques pour faire naître des projets communs. Objectif atteint puisque 9 projets ont été labellisés sur Interreg et 23 autres sont en préparation. La phase 2 pourrait permettre de poursuivre et approfondir cette dynamique pour accompagner des projets pilotes et emblématiques de l’arc jurassien. sur : www.interreg-francesuisse.org 11


le dossier Aides européennes, mode d’emploi

Connaître les Fonds 2014-2020 351 milliards d’euros au niveau européen (33 % du budget européen) - 28 milliards d’euros pour la France - 750 millions d’euros pour la région Franche-Comté (+25 %)

4 fonds • Le FEDER - Fonds Européen de DEveloppement Régional (soutient les investissements matériels et immatériels) • Le FSE - Fonds Social Européen (soutient les actions en faveur de la formation, de l’inclusion) • Le FEADER - Fonds Européen Agricole et de Développement Rural (soutient les activités

12

Étape 1 : Vérifier

forestières et agricoles, l’agro alimentaire, les services en milieu rural…)

l’éligibilité de son projet

• Le FEAMP - Fonds Européen pour les Affaires Maritimes et la Pêche (soutient essentiellement la pisciculture dans notre région)

4 grands programmes opérationnels (PO) réservés à la Franche-Comté. • Le PO régional FEDER-FSE - (184 millions d’euros) • Le PO FSE national - (51 millions de FSE dévolus à la Franche-Comté) • Le Programme de Développement Rural Régional (PDRR) (443 millions d’euros de FEADER) • Le PO Interreg V A France-Suisse (66 millions d’euros de FEDER)

Étape 2 : S’assurer des modalités et du calendrier de dépôt des dossiers Étape 3 – Rédiger et soumettre sa demande (en ligne à l’avenir) Étape 4 – Après instruction et programmation, conduire son projet en respectant les obligations de publicité et de communication « ad hoc » Étape 5 : gérer les justificatifs de dépenses et déclencher le paiement des aides

sur : www.franche-comte.cci.fr

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 63 | SEPT EMBRE-OC TOBRE-NOVEMBRE 2015


le dossier

EUROPE

ILS ONT BÉNÉFICIÉ DES FONDS EUROPÉENS 2007-2013

Sur l’ensemble de la période 2007-2013,

1 721 projets ont été financés par l'Europe au titre du FSE et 793 au titre du FEDER. Exemples en Franche-Comté

L’hôtel Le Sauvage aime l’Europe ! À proximité des anciens contreforts de la citadelle de Besançon, l’hôtel Le Sauvage offre 24 chambres dans un cadre atypique : un ancien monastère des Clarisses. Si la structure extérieure a peu été modifiée, l’intérieur a été entièrement refait et la chapelle, par exemple, a laissé place à un élégant hall d’accueil et à une très belle salle à manger. Coût de la réhabilitation : près de 600 000 euros. « Sans les aides financières du Feder et du Conseil régional, nous n’aurions pas mené notre projet à son terme. Tout cumulé, nous avons en effet perçu près du tiers de notre budget, explique Véronique Matthieu, la co-gérante des lieux. Nous connaissions l’importance de ces accompagnements car quelques années auparavant, lors de l’ouverture de notre hôtel précédent, le Charles Quint, nous avions fait appel à l’Europe et à la Région pour financer les travaux. Cette fois-ci, Véronique Matthieu a bénéficié d’un soutien de la CCIR, de la Région et de son expert comptable pour monter son dossier… les démarches peuvent paraître lourdes mais le jeu en vaut la chandelle », précise-t-elle. Aujourd’hui, une demi-douzaine de salariés travaille au bon fonctionnement de cet hôtel atypique. sur : www.hotel-lesauvage.com



13


le dossier

Crystal Device Technology accélère son innovation À sa création en 2001, Crystal Device Technology conçoit des microcomposants électrooptiques de nouvelle génération à partir d’une technologie brevetée. À l’aide de matériaux particulièrement intelligents capables de convertir les signaux électriques en information optique, ce procédé permet de fabriquer des moteurs et des micromoteurs quarante fois plus petits et dix fois moins énergivores que ceux du marché. Pour passer de la théorie et à la pratique, le dirigeant a bénéficié du

soutien du Feder à hauteur de 237 666 euros pour son projet d’un coût total de 710 000 euros. « Cette aide s’est avérée indispensable à la croissance de l’entreprise. Grâce à ce fonds, j’ai pu embaucher trois ingénieurs pour m’accompagner dans le développement et la finalisation de cette innovation », explique Marc Bouvrot-Parratte. « Nous avions quelques réticences au départ en raison de la complexité de la démarche mais les fonds européens sont faciles d’accès au final. Et le Conseil régional nous a bien soutenus, précise Marc Bouvrot-Parratte. Grâce au Feder,

Crystal Device Technology a gagné du temps dans son développement, ainsi que dans son savoir-faire ». Un savoir-faire qui a permis à cette PME de neuf salariés de se positionner progressivement sur le développement de microsystèmes de récupération de l’énergie produite par les déplacements humains. Grâce à la « piezoélectricité », Crystal Device Technology conçoit des réponses innovantes au problème d’autonomie des smartphones et autres objets connectés. sur : www.crystaldevice.com

RÉCOMPENSEZ VOS SALARIÉS AUX COULEURS DE VOTRE ENTREPRISE

Vêtements de travail & chaussures de sécurité atelier de broderie

Fabrication dans nos ateliers à la boutique à Doubs-Pontarlier

20

V

ANS

E

SA

RÉACTIF ET DYNAMIQUE

DE

IR

rique

impression numé

16, rue Flora - 25300 DOUBS Tél : 03 81 46 33 90 www.letravailencouleur.fr

O I R - FA

Professionnels | particuliers | associations 14

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 63 | SEPT EMBRE-OC TOBRE-NOVEMBRE 2015


le dossier

Un aide constructive pour Charm’ossature Une maison en bois modulable, esthétique, résistante et facile à monter en moins de quatre jours, tel était le défi lancé par Dominique Charmoille, créateur en 2009 de Charm’ossature, à Étalans. Partant du constat que le bois reste cher et que la majeure partie des constructions de chalets dépasse les 200 000 euros, ce diplômé en menuiserie et charpenterie a mis au point un procédé destiné à baisser les coûts en produisant et travaillant ce matériau de manière industrielle. « À partir de bois issus à 80 % des forêts du Jura, nous fabriquons des panneaux et ossatures prêts à poser, dimensionnés sur mesure, depuis le plancher jusqu’à la toiture et les murs, explique Dominique Charmoille. On utilise un procédé hautement industrialisé qui permet une grande précision et une très bonne qualité de réalisation ». Pour ce faire, un atelier de 3 280 m2 a été équipé d’une machine de taille à commande numérique, d’un pont roulant et d’un transbordeur à rouleau pour un coût de 1 million d’euros, dont 82 000 euros financés par le Feder à parité avec les fonds des collectivités. « Nous étions les premiers surpris de bénéficier d’une aide européenne car en tant que TPE non issue des secteurs de pointe, nous ne pensions pas entrer dans le cadre, précise l’entrepreneur. En complément, Charm’ossature a adapté sa production au modèle de Lean Manufacturing, propre à l'industrie automobile, afin de gagner encore en productivité via la mise en place de procédures standardisées sur ses trois lignes de production. sur : www.charmossaturebois.fr



15


cci en actions

Retrouvez toutes les infos de la CCI du Doubs sur Facebook

FUSION

3 QUESTIONS À… DOMINIQUE ROY, PRÉSIDENT DE LA CCI DU DOUBS

“ Il faut miser sur les partenariats ” À trois mois de la fusion des Régions Bourgogne et Franche-Comté et à un an de celle des CCI sur le même périmètre, le président de la CCI du Doubs partage son point de vue. EXPRESSION ACTIVE

période 2010-2015 a en effet été grandement

Vous présidez la Chambre de Commerce et

(trop d’ailleurs) consacrée à la régionalisation

d’Industrie du Doubs depuis 2011. Dans un

du réseau consulaire. Et déjà une autre se

an, auront lieu les élections des chambres

profile… Alors je m’interroge : et notre travail

consulaires dans un contexte de réforme

au service des entreprises dans tout ça ? Parce

et de fusion des régions Bourgogne et

que ne perdons pas de vue que le premier

Franche-Comté… Quel avenir pour la CCI

rôle des Chambres c’est d’accompagner

du Doubs et les services qu’elle propose

les entreprises de la création à la reprise

aux 15 000 entreprises du département ?

en passant par leur développement, et de dynamiser les territoires. Commenter la

DOMINIQUE ROY

décision gouvernementale de fusionner les

D’emblée j’ai envie de rappeler que cela

Régions ne servirait plus à grand-chose ;

fait déjà 5 ans que les CCI sont l’objet d’une

j’ai juste envie de dire que pour ma part,

réforme qu’elles terminent à peine... La

une région Grand Est m’aurait séduit et

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 63 | SEPT EMBRE-OC TOBRE-NOVEMBRE 2015

17


cci en actions aurait eu plus de sens et de

et le commerce de proximité.

expertise, inventer, Bref, être des

poids au niveau européen

Pour le reste, honnêtement,

porteurs de services à haute valeur

mais le centralisme français

on avance à vue… La seule

ajoutée pour les entreprises mais

a la vie dure... Je constate

certitude que l’on ait c’est que

également pour les collectivités

simplement (quand même) que

les CCI auront de moins en moins

auprès desquelles nous avons

l’objectif d’un plan d’économies

de ressource fiscale et que

un devoir d’accompagnement et

générales ne sera pas respecté

nous allons devoir trouver un

de mises en œuvre de politiques

et que tout cela s’est fait un

nouveau modèle économique.

favorables au développement de

peu dans la précipitation.

Ce à quoi nous travaillons depuis

nos entreprises TPE, PME-PMI .

Cela étant dit, les décisions politiques sont prises. Il faut donc être pragmatique et voir plutôt quelles sont les opportunités à saisir. La force de la CCI du Doubs c’est

Les CCI vont devoir trouver un nouveau modèle économique. Nous y travaillons.

déjà la richesse économique de son territoire avec ses 15 000 entreprises. Aujourd’hui elle est

quelques mois déjà avec le

EA Alors concrètement

Bureau et la direction générale.

comment cette fusion peut-elle au mieux servir les entreprises ?

organisée autour de 3 sites bien implantés sur le département :

EA Quelles sont à votre avis

Besançon, Montbéliard et Pontarlier.

les conditions de réussite ?

18

D. ROY Aujourd’hui je l’ignore. Ce que je sais, c’est que sans création

Je ne vois pas ce qui peut être remis en cause à ce niveau. Les dirigeants

D. ROY D’abord mettre au

et développement d’entreprises il

auront toujours besoin d‘avoir

cœur de toutes nos réflexions

n’y aura pas de grande région. A

accès à des services de proximité.

les entreprises du Doubs qui

nous donc de prendre les choses

En revanche, avec cette nouvelle

doivent passer d’entreprises

en main pour initier, avec nos

réforme, il faut saisir l’occasion d’une

« ressortissantes » à « entreprises

partenaires privés et publics,

remise à plat globale et définir une

clientes ». Il faut donc nous

les conditions optimales de

organisation claire qui précise et

adapter aux évolutions, redéfinir

développement de notre territoire

fait savoir qui fait quoi entre l’État,

nos produits, voire en abandonner

en tenant compte des particularités

les collectivités, leurs agences de

en tenant compte aussi de nos

territoriales. Il faut miser sur des

développement, les CCI… parce que

capacités financières et humaines

logiques de collaboration et de

les entreprises n’en peuvent

actuelles et à venir. Le travail est

partenariat. Inutile de refaire ce

plus de la superposition des

en cours. Il n’est pas facile car c’est

qui existe déjà. Je l’ai déjà dit les

actions des uns et des autres.

aussi un changement de modèle et

entreprises sont déstabilisées par

Au niveau des Chambres,

de culture pour les CCI mais je suis

les offres pléthoriques des multiples

à mon avis il revient au

confiant. Les gens qui y travaillent

structures créées depuis 30 ans.

niveau régional de proposer

sont impliqués. Nos métiers ont

Il faut partager ces orientations

une stratégie conforme aux

changé. En 10 ans, le numérique

avec la communauté économique

missions d’établissement public

est devenu incontournable et les

mais aussi le monde politique

d’État et aux CCI territoriales

entreprises n’ont plus forcément

de la grande région. C’est un

de la décliner en tenant

besoin de la CCI pour obtenir des

grand chantier qui doit s’ouvrir.

compte des particularités :

informations basiques : Internet

Il est sans doute complexe…

on ne va pas traiter de la

et les réseaux sociaux sont là !

mais il est indispensable.

même façon l’horlogerie,

Alors nous devons remettre en

l’agroalimentaire, la plasturgie

cause nos actions, gagner en E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 63 | SEPT EMBRE-OC TOBRE-NOVEMBRE 2015


cci en actions Le point de vue des chefs d’entreprise

«

OLIVIER BOURGEOIS Managing Director - Groupe rbourgeois – Besançon

La fusion de Régions me paraît une bonne chose s’il y a une

réduction des dépenses publiques en fusionnant les administrations !

Et malheureusement je n’ai pas l’impression que ce soit à l’ordre du

jour… Après, que la localisation soit à Dijon ou Besançon, pour une entreprise comme la nôtre je ne vois pas ce que cela changerait. Le groupe Bourgeois est une ETI de 800 salariés. Nous avons surtout affaire aux services de la CCI pour les formalités liées à l’export mais ce que je constate aussi c’est que si je lui pose une question comme récemment sur une réglementation environnementale j’ai la réponse ! J’apprécie qu’une CCI soit dirigée par un chef d’entreprise parce qu’il sait ce qu’est une gestion rigoureuse. Dans le cadre

»

d’une fusion des Chambres, il y aura sûrement encore des économies à faire mais pour moi le plus important c’est d’instaurer une relation du type clientfournisseur avec les entreprises !

BENOÎT WITTRANT

«

Président de l'Association Baume Bienvenue - 120 adhérents commerçants, artisans, professions libérales - Caviste - Capsules & Bouchons à Baume les Dames

Fusionner les Régions, très bien mais à condition d’avoir des

économies d’échelles avec moins d’élus à la tête par exemple et de

garder la proximité avec les territoires ! On a plus besoin de gens sur

le terrain que de gens trop nombreux à décider. Pour les CCI, si la fusion dans un an fluidifie les relations et l’information entre l’État, la Région, les CCI tant mieux : on y verra plus clair. Ce que je sais, c’est que je connais les personnes de la CCI qui s’occupent du Commerce parce qu’elles sont très présentes. Je connais aussi les services de la CCI : Préférence Commerce, les aides aux associations, ateliers formations, soutien techniques comme dans le cadre de l'accessibilité ... Et si j’ai besoin de quelque chose, en tant que commerçant ou au niveau de l'association j’appelle directement mes contacts qui peuvent nous guider et nous permettent d'être plus efficaces tant le flux d'informations est important et changeant. Je ne veux pas d’économies qui passent par la mise en place d’un centre d’appel éloigné avec des gens que je ne connais pas et qui ne me connaissent pas. La confiance et la proximité restent indispensables. Alors des économies oui mais pas sur les gens qui sont sur le terrain ! 

19


cci en actions

Inscrivez-vous !

Une jo urnée connec pour découv tées po ri ur votr r des solu tions e entr eprise

lundi 19 o

ctobre 20

Maison de l’éco nomie et d’Indus • Chamb trie - 46, Av.

15 • 9h-18h

19 octobre 2015

re de Com Villarceau merce • Be

sançon

Les Clés du Numérique Inscripti

www.le

on grat

uite et ob

sclesdu

contact les parte

naires

CCI du

Doubs : un évén

ENCART

LPP+CAD

ligatoire

numeri

03 81 25

Une journée pour découvrir des solutions connectées pour votre entreprise

sur :

que.fr

26 50

ement

www.lesclesdunumérique

128x176.i

ndd 1

24/09/2015

14:28

sur 03 81 25 26 50

Le 8 septembre, les élus du Bureau de la CCI étaient à Morteau pour une revue des projets locaux et envisager de

futures collaborations sur le Haut-Doubs. Annie Genevard, Députée-Maire, était présente.

Les CCI de France ont organisé le 17 septembre, à la CCI Lyon, CCI Forum : le rendez-vous des entrepreneurs qui construisent le monde de demain. Le président Roy s’y est rendu pour une demi-journée d’échanges.

EXPO

Les entreprises locales à l’honneur à Milan Une délégation de dirigeants d’entreprises élus de la CCI du Doubs s’est rendu les 4 et 5 septembre dernier à l’exposition universelle de Milan notamment sur le pavillon français. Imaginé et conçu par l’agence d’architecture X-TU de Paris, il met en avant l’agriculture, la pêche et l’agroalimentaire de notre pays sur 3 600 m². C’est l’entreprise Simonin de Montlebon qui a fabriqué et posé la structure en lamellé collé. Fabriqué à partir de bois local, issu de forêts franc-comtoises, le Pavillon France est prévu pour être démontable et remontable. Christine Bouquin, Présidente du Conseil Départemental du Doubs, Christian Balanche, Président de l'Entreprise Simonin, Pierre Genzi, Président de la Fédération BTP du Doubs

COMMERCES

L’alerte SMS relayée par les Banques Après 4 ans d’existence, le dispositif Alerte Commerce lancé et financé par la CCI du Doubs en 2011 s’adjoint un nouveau partenaire : le Comité Régional de la Fédération Bancaire Française des banques de Franche-Comté. Une convention a été signée le 8 septembre. Le réseau bancaire s’engage à informer ses clients commerçants de cet outil destiné à contribuer à la sécurité des commerces de proximité. La CCI du Doubs et le Comité Régional de la Fédération Bancaire Française s’associent pour contribuer à la sécurité des commerces de proximité B a cc ice r b Fa

20

recteur du co a r i , Di

mité régional d

e s b an

q ue s

E 2015


cci en actions Jean-Paul Delevoye, Président du CESE national

Elections des CCI : les entreprises interrogées

RÉSEAU

Rencontre au Medef 21 Le 1er septembre, le Président Roy s’est rendu à Dijon à l’invitation du Medef de Côte d’or pour sa 5e université d’été. Le thème de la demi-journée était « Réconcilier ». L’occasion de rencontrer des dirigeants d’entreprises bourguignons, futurs ressortissants de la grande région Bourgogne Franche-Comté et d’assister à une table ronde animée par Nicolas Beytout, journaliste : « La vie, le travail, l’entreprise : réconcilier les temps ».

Pierre-Antoine Kern, Président du MEDEF 21

Pour préparer les élections consulaires de 2016, les entreprises du Doubs recevront un questionnaire à remplir ou à complèter afin de mettre à jour les données les concernant.

La

y Bo dy

Les Trophées des entreprises de Franche-Comté 2015 ont été décernés le 29 septembre à la Maison de l’économie, à la CCI du Doubs. Cet événement lancé il y a deux ans par le cabinet Orcom, Expertise comptable, Audit et conseil, et qui réunit de nombreux partenaires du monde économique, récompense sept lauréats dans sept catégories distinctes : - Innovation : Sté MIRAVAS – Conception fabrication matériel médio-chirurgical - Besançon (25)

- Made In Franche-Comté : SARL IMAGRAM – Fabrication boissons non alcoolisées - Champagnole (39) - Croissance et développement économique : SARL PALLAUD – Transport logistique - Baverans (39) - Espoir de l'économie : GEMDOUBS – Papeterie - Novillard (25) - Gestion des compétences en ressources humaines : EPCC SALINE ROYALE – Gestion et promotion site culturel - Arc et Senans (25) - Transmission et reprise d'entreprise : SAS ULTRALU – Fabrication matériaux de construction - Giromagny (90) - Entreprenariat social : EPS – Télésurveillance - Thise (25) - Prix spécial du Jury : ORCHESTRAL SERVICES – Nettoyage entretien locaux industriels, commerciaux et particuliers - Roche-lezBeaupré (25) – Prix spécial du Jury

Google et la CCI coachent les commerçants bisontins !

rie

La CCI du Doubs et les coaches Google pour les Pros ont rencontré, les 5, 8 et 9 septembre, les commerçants de Besançon pour les sensibiliser à la nécessité de développer une présence en ligne. En 3 jours, les 6 experts ont accompagné 133 professionnels à faire leurs premiers pas sur Internet.

t est si Bon Tan

Sept entreprises récompensées

NUMÉRIQUE

La biè re

TROPHÉES

Cette initiative gratuite, leur permettra de faire grandir la notoriété de leur commerce et d’être visibles sur le moteur de recherche et sur Google Maps avec Google My Business. Les Coaches Google pour les Pros étaient par ailleurs accompagnés de photographes professionnels, qui leur ont offert plus de 500 photos pour leur page Google My Business et ainsi soigner leur vitrine en ligne. Lancée en 2012, l'initiative Google pour les Pros est l’un des piliers sur lesquels repose l’aventure Moteur de Réussites françaises dont l’objectif est d’encourager, accompagner et célébrer les réussites TRANSPORT Françaises rendues possibles grâce au numérique. Google est par ailleurs partenaire des Clés du numérique, organisées par la CCI et l’association Silicon Comté, qui se dérouleront à la CCI le

19 octobre prochain.

sur www.lesclesdunumerique.fr

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 63 | SEPT EMBRE-OC TOBRE-NOVEMBRE 2015

Une navette dans la Boucle

Les commerçants ont regretté une baisse de la fréquentation au centre-ville depuis la diminution du nombre de bus. Pour y remédier la Communauté d’agglomération lance à l’essai dès cet automne une navette qui circulera en cœur de Boucle. 21


INDUSTRIE

Des chalets en bois made in Jura

gamme Depuis 1910, la société Garnache Frères a bâti sa renommée au fil des quatre

générations qui se sont succédées. Elle est reconnue aujourd’hui pour ses chalets et maisons bois haut de gamme construits en sapin, mélèze, épicéa provenant des forêts jurassiennes.

S

ituée à l’entrée du petit village des Gras, aux portes de la forêt, la société s’étend sur deux hectares. Ici 48 personnes travaillent dans le respect de la tradition. Scierie, construction bois, bureaux d’études, mise en chantier, toute la filière bois est maîtrisée de A à Z en interne. L’histoire de cette entreprise familiale démarre en 1910. « À l’origine nous étions la première scierie du Doubs à raboter le bois », raconte Jean-Louis Garnache, P-DG de la société. Pionnière, elle s’est diversifiée au fil des années. En 1965, elle se lance dans la construction de chalets en résineux. Aujourd’hui, la construction représente 80 % de son activité dont le chiffre d’affaires s’élève à 7,5 millions d’euros.

Garnache est l’un des derniers constructeurs à ne pas utiliser de bois contrecollé pour un rendu plus authentique. Depuis une quinzaine d’années, Garnache Frères a opté pour le système constructif en poteaux-poutres. Une technique ancestrale qui permet d’avoir une grande liberté dans l’aménagement et la gestion des espaces. La structure du bâtiment est composée de poutres s’appuyant sur des poteaux. Visibles à l’extérieur, les poteaux-poutres laissent la place à de grandes pièces sans murs porteurs et de larges baies vitrées. « Origine France Garantie » Ce mode de construction nécessite de travailler avec de grandes pièces de bois de sections importantes. C’est dans les forêts jurassiennes alentour que l’entreprise trouve l’essentiel de sa matière première. « Le bois du Jura présente de nombreuses qualités : une résistance mécanique élevée et un aspect particulièrement esthétique » commente Jean-Paul Garnache, directeur général en charge de la construction bois. Sapin, épicéa, mélèze, 94,8 % du bois utilisé est français. Une volonté qui a permis à la société d’obtenir en juillet 2014 le label « Origine France Garantie ». « Nous sommes le premier constructeur bois en France à l’avoir obtenu et nos clients y sont très sensibles ». Avec des clients répartis sur toute la moitié Est de la France, les équipes de Garnache Frères ont érigé des chalets jusqu’à Perpignan et Rouen. Actuellement leur activité de négoce de bois à destination de particuliers, artisans et professionnels est en développement. La société Garnache détient deux dépôts de bois à Nevers et Moulins et vient d’en ouvrir un troisième à Montluçon. sur www.maison-garnache.com

Garnache Frères a opté pour le système constructif en poteaux-poutres

22

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 63 | SEPT EMBRE-OC TOBRE-NOVEMBRE 2015


INDUSTRIE

Photline devient iXBlue évolution Le spécialiste des modulateurs optiques s’est installé dans des locaux dignes de son savoir-faire technologique, conçus pour accueillir 80 salariés. De quoi grandir encore. « Avoir nos propres locaux et concrétiser notre idée d’une installation idéale, c’était un vieux projet et il fallait que ça corresponde à un timing dans notre développement. C’était le moment », assure Henri Porte, dirigeant et cofondateur, en 2000, de Photline Technologies, une société spécialisée dans la transmission d’informations très hautdébit par fibre optique et rebaptisée début 2015 iXBlue, depuis qu’elle a fusionné avec le groupe international éponyme dont elle est désormais l’un des établissements. En août, au retour des congés d’été, les 45 salariés de cette pépite bisontine – ses modulateurs optiques sont ceux qui offrent le plus fort taux d’extinction au monde – se sont installés dans les locaux conçus pour eux par l’entreprise GA, pour le compte d’Aktya (la filiale immobilière du Grand Besançon) qui lui loue cet ensemble implanté sur les hauteurs de Témis, à Besançon. Aux 3 millions d’euros nécessaires au projet immobilier, l’entreprise a ajouté un investissement technique d’1,6 million d’euros. Elle dispose désormais d’une salle blanche de 350 m 2 de classe 1 000, d’une zone de production de 400 m 2 classée ISO 8 et de deux centrales de traitement d’air. « On a multiplié par quatre la surface de notre salle blanche, et on dispose d’un niveau de propreté sans comparaison avec ce que nous avions. La production va gagner en fluidité, nous allons pouvoir répondre à des demandes plus importantes, dans des délais plus serrés », confiait, enthousiaste, le dirigeant, au lendemain du redémarrage de l’activité. sur www.ixblue.com 

Prothèses dentaires :

les belles ambitions de Beaune Laboratoire investissement Impression 3D, numérisation et gestes

artisanaux se combinent dans cette PME qui vient de s’offrir des locaux adaptés à l’évolution de son métier.

P

rothésiste dentaire de formation, prothèse, ce sont des allers retours entre Thierry Beaune est aujourd’hui à la les différents techniciens. » tête d’une entreprise Car ici se côtoient technode 48 salariés (dont logie et artisanat. La 13 à Dijon, en main de l’homme B o u r g o g n e) reste un outil qui vient de incomparable s’installer pour sculpdans des ter une dent locaux flamà partir d’une bant neufs à poudre de céraMiserey-Salines, à mique. Un autre maproximité d’un transtériau, très prometteur, porteur lui permetcommence aussi tant d’expédier à être utilisé  : le rapidement ses zircone, qui permet produits dans toute de se passer des arla France. Cette am- ici s matures métalliques. ec ô t o bition hexagonale, et Mais parallèlement à ce ien t tec t. h n o l o gie et a r t is a n a même au-delà, c’est ce qui travail artisanal, pour conserdifférencie ce laboratoire – le cinquième ver son avance concurrentielle, Beaune de France par sa taille – de ses concurLaboratoire parie sur les technologies rents, qui souvent se limitent à l’échelle numériques. L’entreprise s’était offert son régionale. Un positionnement payant premier scan 3D en 2005, et les caméras puisqu’entre 2014 et 2015, Beaune Labo3D, à terme, devraient supprimer l’étape ratoire devrait passer de 3,4 à 3,6 millions de prise d’empreinte en plâtre, en modéd’euros de chiffre d’affaires, dont 4 % à lisant la dent directement au cabinet l’export, en Suisse voisine et en Afrique. dentaire. Equipé de deux imprimantes 3D De 450 m2 sur deux étages aux Tilleroyes, à fusion laser, le laboratoire assure déjà une fabrication numérique : en une nuit, où il était implanté depuis 2003, Beaune 2 la machine dépose, couche par couche, un Laboratoire est passé à 900 m conçus mélange de chrome et cobalt en fusion, pour optimiser les flux, de la réception avec une précision au micron. Et ce sont des commandes et des moulages envoyés les techniciens, au matin, qui assurent les par les dentistes et les prothésistes aux finitions. «  Nous aurons toujours besoin expéditions. « Nous avons voulu rationad’eux, en amont et en aval  », assure le liser la marche en avant, comme dans un restaurant. C’est important pour la comdirigeant. munication entre les équipes  », explique sur www.beaunelaboratoire.fr Thierry Beaune. «  La fabrication d’une 23


INDUSTRIE

Legeni mise sur l’aéronautique

certification Spécialisée dans le traitement de surface de petites et micro pièces, la société Legeni vient d’obtenir la certification aéronautique et spatiale EN 9100. Une norme qui va lui permettre de développer ses parts de marchés dans un secteur très porteur.

L

egeni veut rester dans le bain et s’attache à se développer, s’adaptant sans cesse aux mutations du monde industriel. « Une entreprise qui n’évolue pas est vouée à disparaître  » répète Pierre-Yves Le Goff gérant de cette PME de 26 salariés. Fondée en 2001 à Besançon et implantée depuis 2004 à Mercey-Le-Grand, Legeni traite 200 millions de pièces par an. De petites à micro-pièces métal-

liques usinées sur lesquelles sont déposés par voie chimique ou par électrolyse des métaux précieux ou communs (or, étain, argent, cuivre, nickel). Capable de produire des petites, moyennes et grandes séries de pièces, l’entreprise travaille en sous-traitance pour les secteurs de la Défense, le génie biomédical, l’automobile, l’optique. Elle traite aussi des connectiques destinées à l’aéronautique et le spatial, un domaine d’activité qui représente 40 % de son activité et qu’elle a choisi de développer. Certifiée EN 9100 En 2013, l’entreprise opère un virage et se positionne pour obtenir la certification EN 9100, un « Saint Graal » pour tous les industriels de l’aéronautique et du spatial. Cette norme européenne permet de garantir la qualité des systèmes de production et de management des entreprises, leur donnant accès aux plus grands donneurs d’ordre du secteur.

« Nous avons travaillé un an et demi à la réorganisation complète de notre système qualité et investi

24

36 000 euros dans la refonte de notre chaîne de bains de traitement dédiée à l’aéronautique », explique le gérant. Renfort des contrôles qualité, traçabilité complète de la production avec mise en place d’une documentation spécifique, rien n’a été laissé au hasard. Il faut dire que les référentiels de la norme EN 9100 comprennent 130 exigences de plus que l’ISO 9001. Tous ces efforts ont fini par payer puisqu’en avril 2015 l’entreprise est certifiée. Une grande victoire qui lui ouvre les portes d’un vaste marché. Récemment, Legeni a même été sélectionné parmi une centaine d’autres fournisseurs francs-comtois pour faire partie du programme GIFAS. Ce plan national est piloté par un donneur d’ordre du secteur, pour le groupement de Legeni, il s’agit de l’équipementier français Zodiac Aerospace. Ce dernier doit l’aider à identifier des axes prioritaires d’amélioration de son système de production et établir avec lui un plan d’action. Aujourd’hui, la PME mesure déjà les effets de ses choix stratégiques. L’entreprise qui a réalisé un chiffre d’affaires de 2,6 millions d’euros en 2014 poursuit sa croissance. sur www.legeni.fr

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 63 | SEPT EMBRE-OC TOBRE-NOVEMBRE 2015


TERRITOIRE

CRRI 2000 : l’union fait la force dans le BTP

Doubs central participe au salon Made in France »

L

Durant ces 3 journées, ces entreprises présenteront leur savoir-faire et leurs créations aux 39  000 visiteurs attendus. Un espace sera réservé à la filière bois avec l’ADIB (Association Régionale pour le Développement de la Forêt et des Industries du bois) qui exposera les savoir-faire de 5 entreprises Franc-Comtoises. Du Comté, de la saucisse de Morteau et de Montbéliard, de la bière artisanale, du miel et des escargots raviront les visiteurs sur l’espace des produits locaux. Les Chambres de Commerce et d’Industrie sont partenaires du salon Made in France.

bâtiment Lancé en avril, le vaste chantier de réhabilitation énergétique de deux ensembles d’immeubles de Montbéliard a été remporté par 13 entreprises membres de l’association.

es chantiers ont démarré le 1er avril et doivent être livrés fin novembre. Treize entreprises membres de l’association GEBTP (Groupement des entreprises du bâtiment et des travaux publics) du Pays de Montbéliard auront travaillé, pendant huit mois, à la réhabilitation énergétique de deux ensembles d’immeubles, 213 logements au total, dans le quartier de la Chiffogne, à Montbéliard. Aucune des treize entreprises n’aurait pu répondre, seule, à l’appel d’offre. Le client est Neolia, un organisme logeur et un gros donneur d’ordre du territoire, pour un budget total de 2 millions d’euros. Ce double chantier a pu être signé fin mars 2015 dans le cadre du plan de relance BTP de la région Franche-Comté – une enveloppe de 35 millions d’euros avait été débloquée pour lancer rapidement des chantiers en attente, qui a déjà généré un chiffre d’affaires de 207 millions d’euros. Fondée en 1957 à la demande de Peugeot, qui embauchait alors à tour de bras et souhaitait que puissent être logés ses ouvriers étrangers, l’association GEBTP a fortement contribué à l’urbanisation du pays de Montbéliard. On lui doit la ZUP de Montbéliard, les grands ensembles de Bethoncourt, Grand Charmont…

Trouver du travail aux adhérents « Pour avaler toute la demande, il fallait que les entreprises s’organisent entre elles », raconte Christian Arguelles, son président de 2008 à 2013, qui est aujourd’hui président de CRRI 2000, une Eurl filiale à 100 % de l’association créée en 1987 pour s’inscrire dans le nouveau code des marchés publics. «  Désormais l’association sert surtout à rechercher des travaux collectifs, elle permet à des petits adhérents de pouvoir répondre, avec d’autres, à des appels d’offre. Nous avons une philosophie bien particulière : notre objectif n’est pas de faire du bénéfice mais de protéger nos adhérents et de leur trouver du travail. Face à des concurrents de la taille de Bouygues, nous n’avons pas les mêmes frais de structure et nos petites entreprises peuvent être compétitives. » La crise étant passée par là, beaucoup de petites entreprises du BTP ont disparu et l’association a vu ses adhérents fondre, elle aussi. De 50 il y a dix ans, ils ne sont plus que 35 aujourd’hui. Raison de plus pour se serrer les coudes, pense son président. «  Nous représentons 1 500 emplois environ, pour une force de frappe de 150 millions d’euros par an. Notre chiffre d’affaires étant de 15 millions d’euros par an, nous apportons environ 10 % du volume d’activité de nos adhérents. » L’avantage de l’association, outre cette contribution au chiffre d’affaires, c’est aussi sa capacité à redistribuer les bénéfices et par exemple avancer, au besoin, les paiements tardifs des clients. Autre avantage pour l’adhérent : l’image que donne un tel regroupement. Quant au donneur d’ordre, il apprécie d’avoir un seul interlocuteur – CRRI 2000 en l’occurrence, qui emploie 10 salariés dont 5 conducteurs d’opérations – et la garantie d’un chantier terminé, quoi qu’il arrive.

La 4ème édition du salon « Made in France » accueillera, du 6 au 8 novembre 2015, à Paris, sur un stand commun, 12 entreprises du Pays Doubs central. Cette démarche est une opération collective où les entreprises apprennent à mieux se connaître et à renforcer les liens existants avec les élus locaux.

AC Ferm, Fabrication de menuiserie PVC à Rang - Altaïs, Fabrication de construction atypique en bois franc-comtois à Passavant - Brasserie la Hocheuse, Brasserie artisanale à Branne - Ébénisterie Blanchot, Aménagement d’espaces, création et fabrication de mobilier et agencement à Autechaux - IME by Estimprim, Groupement d’imprimeries franccomtoises à Autechaux - L’Escargot de Montfort, Élevage d’escargots familial et artisanal à Clerval - Le Rucher du Drigeon, Fabrication de miel et d’autres produits de la ruche à Montferney-Rougemont - Le Tuyé de Mésandans, Salaisons artisanales et produits régionaux franc-comtois à Mésandans - Les Fruitières du Vallon de Sancey, Coopérative laitière à Comté, fabrication de Cancoillotte et d’Emmental à Sancey le Long - Novoparts, Fabrication et développement de mouvements horlogers à Sancey le Grand - PolytechGroupe Maillard Industrie, Conception et fabrication de pièces industrielles, de pièces d’aspect et de design, de conditionnements et emballages spécifiques à Autechaux SBCI, Spécialiste français du cartonnage, des packagings et des solutions écologiques d’emballages à Baume les Dames

sur www.doubscentral.org

sur www.crri2000.fr 

25


Des diplômes

d’État

COMMERCE

Bac +2 & Bac +3

apprentissage sur 3 campus Besançon - Montbéliard - Vesoul en

C

M

J

CM

MJ

Benjamin,

Pauline,

Gérant d’un magasin

Directrice

Diplômé Bac +3

Diplômée Bac +2

*Admission Post Bac

de Hi-Fi haut de gamme.

d’ une boutique de prêt-à-porter.

Inscription sur APB* dès le 20

janvier 2016 www.admission-postbac.fr

d’informations : www.imea.info

Ecole de commerce 26

APB ENCART EA 185x250.indd 1

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 63 | SEPT EMBRE-OC TOBRE-NOVEMBRE 2015 24/09/2015 08:38

2015

N

Communication CCI septembre

CJ

CMJ


COMMERCE

Exposez-vous à la CCI ! La CCI DU DOUBS met à disposition GRATUITEMENT pour les entreprises du département un ESPACE D’EXPOSITION pour leurs produits.

Contact : 03 81 25 26 53

Le boom du e-commerce

défi La croissance du commerce en ligne en France profite aussi à des start-up franc-comtoises. Le marché du e-commerce en France ne cesse de se développer. Son chiffre d’affaires en 2014 s’élevait à plus de 56 milliards d’euros soit une progression de 11 % par rapport à 2013*. Quand Davy Drezet lance le site Maboutique O Naturel en mars 2011 à Besançon, il sait que c’est un segment porteur. « Pouvoir toucher des millions de consommateurs est quelque chose de passionnant et de stimulant », confie-t-il. Cosmétiques bios, compléments alimentaires naturels, huiles essentielles, Maboutiqueonaturel.com a sélectionné plus de 5 000 produits. L’avantage de la vente sur internet est de ne pas être limité dans le nombre de références proposées. « Nos fournisseurs européens travaillent essentiellement avec des laboratoires français, ou qui ont des distributeurs dans l’Hexagone ». Les clés de la réussite Avec 300 000 visiteurs uniques par mois, Maboutiqueonaturel.com génère du trafic grâce à son bon référencement. Le site est optimisé pour mobiles, ordinateurs et tablettes, avec des fiches produits soigneusement renseignées. Petit à petit Davy Drezet a su fidéliser sa clientèle en choisissant des produits de qualité, livrés en trois jours ouvrés. C’est aux côtés de ses parents, propriétaires d’un commerce de diététique à Morteau pendant 20 ans, qu’il a acquis une solide expérience du marché bio. Seul au démarrage, il dirige aujourd’hui sept personnes. Selon lui, le commerce en ligne répond aux besoins de populations rurales isolées, qui n’ont pas toujours accès aux produits biologiques. Pour élargir sa clientèle, l’entrepreneur veut développer sa communication sur les réseaux sociaux et va recruter un community manager. Le monde à portée de clics Lancer un vrai site de e-commerce demande beaucoup d’investissement en temps et en argent. Les jeunes cofondateurs de WeeklyDeal l’ont bien compris. Ils s’apprêtent à faire une levée de fonds pour accélérer le



développement de leur jeune société. Créé en 2013, par Gautier, 23 ans et Richard Le Voillemin, 27 ans, le site weeklydeal.fr propose des équipements, mobiliers pour et autour de la maison. Avant de se lancer dans l’entrepreneuriat, Richard Le Voillemin a travaillé 3 ans aux Pays-Bas en tant que Directeur marketing France au sein du plus grand revendeur mondial sur eBay, son cousin Gautier, est diplômé d’une école de commerce et a effectué son alternance chez Airbus. « Notre idée de départ était de faire du trading de meubles, avec des stocks limités et une forte rotation des articles pour proposer des prix concurrentiels sans lésiner sur la qualité » explique Gautier Le Voillemin. Demain, la jeune start-up rêve de développer ses propres lignes de produits et proposer moins de déstockage. Implantée à Voujeaucourt dans des locaux de 1 200 m2, la société emploie six salariés. Développeur, webdesigner, responsable du service client, de nombreuses compétences sont nécessaires pour gérer le site marchand. Afin d’entrer sur le marché ouesteuropéen, le site va être traduit en anglais et espagnol. L’objectif est de doubler son chiffre d’affaires d’ici 2016. Il s’établissait à un peu plus de 1 million en 2014. sur weeklydeal.fr,maboutiqueonaturel.com *Source : FEVAD, Fédération e-commerce et vente à distance

27


F a n ny

COMMERCE

S aunie r, géra nte du

Pub O’B

Pays de Montbéliard : les bistros s’organisent

rian

Ils en avaient assez des rues inanimées et des soirées trop courtes à « Montbé », alors une dizaine de cafés, bars et brasseries du pays de Montbéliard se sont engagés sur une charte commune. Objectif : améliorer la fréquentation des bistros et animer davantage le pays de Montbéliard. Le projet, lancé en mai 2014, est une initiative du Pays de Montbéliard Agglomération (PMA) en partenariat avec la Chambre de Commerce et d’Industrie du Doubs. « Les professionnels sont demandeurs car ils ont besoin d’attirer une nouvelle clientèle. Ils désirent également qu’on reconnaisse leur profession », explique Maryline Noirat, conseillère tourisme à la CCI qui accompagne les professionnels. Ouverte à tous les bars, cafés et brasseries du Pays de Montbéliard, l’initiative a pour objectif de mieux qualifier les établissements de tourisme qui accueillent des visiteurs. Sur la charte : une trentaine de critères concernent la promotion, la qualité de l’accueil et des prestations de services avec notamment l’obligation de proposer

28

au minimum trois animations en soirée par an. Depuis le mois de mai, une page facebook, créée par Pays de Montbéliard Agglomération, leur est dédiée. Photos, flyers, informations diverses, elle offre un nouvel espace de communication. Pour Fanny Saunier, gérante du Pub O’Brian, cet outil simple d’utilisation est une véritable opportunité : « c’est un moyen de communication supplémentaire qui va permettre de toucher les gens qui ne prennent pas le temps de venir voir ce qui se passe dans nos établissements le soir. » Conséquence de la charte ou simple coïncidence ? Cette gérante de pub a déjà constaté une amélioration de la fréquentation de son établissement sur la période estivale. Facebook : Chez BAR'S : Les Bistrots de l'Agglo Réunis

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 63 | SEPT EMBRE-OC TOBRE-NOVEMBRE 2015


COMMERCE

Locavor Quand le manger local se met en place à Besançon marché alternatif Depuis juillet dernier, plusieurs producteurs du Doubs se sont associés et proposent un nouveau service en ligne. Sur Locavor.fr les consommateurs font leur marché en quelques clics seulement et récupèrent leurs paniers sur un site unique.

C

’est un nouveau type de marché qui se développe. Un marché alternatif où le consommateur a accès à des produits made in « près de chez soi » uniquement, et sur lequel le producteur est sûr d’écouler une partie de ses produits. Accessible depuis le mois de juillet, le Locavor de Besançon fait partie d’un réseau national qui compte aujourd’hui près d’une trentaine de sites. Le principe de ce marché est simple  : les consommateurs remplissent leur panier en ligne et payent leur commande avant le mercredi soir, date à laquelle les producteurs élaborent les colis. A la manière d’un drive, la livraison s’effectue le vendredi soir sur un site unique. Du côté des producteurs, le gaspillage est limité puisqu’on ne produit que ce qui a été commandé. Pour le consommateur, les frais de déplacements sont réduits car il n’est plus nécessaire de se rendre chez chaque producteur selon le produit recherché. Jocelyne Mesnier, associée dans la boulangerie des Carmes à Besançon, est l’une des 25 producteurs partenaires du Locavor de Besançon. Elle apprécie la souplesse de ce système : « Nous ne sommes pas tenus sur des quantités comme il faut le faire pour d’autres paniers. Le client choisit parmi les produits disponibles. C’est moins contraignant qu’un marché traditionnel car on sait d’avance ce qu’on va vendre. » 

Une dimension humaine appréciable Le Locavor de Besançon propose des produits variés : fruits, légumes, viande, mais aussi pain, bière, escargots, volaille, fromage, poisson, miel, vin…Tous les produits accessibles en ligne sont locaux et de saison. Autre intérêt pour les consommateurs  : l’absence d’obligation d’achats et de contrainte d’abonnement. Richard Gay, artisan brasseur chez Terra Comtix, fait également partie du local de Besançon. La possibilité pour les gens de trouver tous les produits sur un seul site est essentielle  : «  Je suis moimême consommateur de circuit court en tant que particulier, donc je suis plutôt pour qu’on développe de tels circuits, surtout pour les gens qui ne sortent pas trop de la ville.  » Régis Beurtheret, agriculteur et gérant de la Fruitière d’Etalans, apprécie la dimension humaine de ce nouveau concept  : «  Le vendredi soir, chaque producteur installe sa table. On pose nos colis et on discute avec les autres producteurs. Moi qui ne travaille pas sur les marchés traditionnels, je suis content d’avoir un contact direct avec le client. J’ai l’impression que les consommateurs apprécient de mettre un visage derrière le produit.  » Si le projet du Locavor de Besançon est encore récent, il pourrait bien prendre de l’ampleur. Les producteurs partenaires affichent un certain optimisme : « J’espère que c’est une tendance qui va per-

durer car j’ai constaté que les gens étaient de plus en plus sensibilisés à l’importance de consommer local », conclut Jocelyne Mesnier. sur www.locavor.fr/26

la livraison s’effectue le vendredi soir sur un site unique

29


SERVICES

La destruction de documents au service de l’environnement Hervé Silvant, fondateur de l'entreprise Le Destructeur de l’Est, broie plusieurs tonnes de papiers par mois.

déchets Jeune société lancée il y a un an, « Le Destructeur de l’Est » propose aux entreprises et particuliers de broyer leurs documents de façon sécurisée. Elle garantit le recyclage de leurs déchets ainsi qu’un total respect de la confidentialité des données.

A

près avoir exercé le métier de conducteur de taxi pendant 18 ans, Hervé Silvant a décidé de créer son entreprise de destruction de documents confidentiels. Un virage à 360 degrés qu’il opère en octobre 2014 après avoir peaufiné son projet durant une année. À l’époque, l’idée lui vient au volant de son taxi. En roulant sur l’autoroute à hauteur de Besançon, il double le camion d’une société de destruction de documents immatriculée dans le Bas-Rhin. Il réalise que beaucoup de kilomètres sont parcourus pour un service censé répondre aux enjeux environnementaux. « J’avais envie de créer un service de proximité ». Installé à Étupes, dans la zone Technoland il a investi 70 000 euros et s’est équipé d’un broyeur très performant, capable de détruire près de 700 kilos de papier par heure. Le broyage en coupe croisée utilisé

30

empêche toute reproduction du papier alors réduit en confettis. Et à l’ère du numérique, Le Destructeur de l’Est sait réduire en petits morceaux tous supports d’information : DVD, CD, clé USB, etc. Collectes sécurisées et traçabilité Une fois broyée, l’intégralité des déchets traités est recyclée. Pour ce faire, Hervé Silvant a mis en place un partenariat avec l’entreprise Véolia Propreté. Outre la destruction, Le Destructeur de l’Est fournit un service de collecte des documents. Couvrant toute la région Franche-Comté et le Haut-Rhin, il met à la disposition d’entreprises, administrations, des consoles fermées et sécurisées – sorte de conteneurs avec une petite ouverture –. Puis, ils les récupèrent régulièrement pour procéder au broyage. Chaque console est pesée et enregistrée.

À la fin de chaque destruction, un certificat est délivré au client avec des informations précises sur le poids des matières traitées, la date de l’opération, etc. « S’il le souhaite, le client peut même assister au broyage de ses documents », précise Hervé Silvant. Avec des formules à la carte (destruction ponctuelle ou régulière, collectes, etc.), Le Destructeur de l’Est répond aux besoins de grands groupes comme d’artisans ou de professions libérales. Dans une démarche verte, les entreprises qui le souhaitent peuvent bénéficier d’un bilan écologique établi en fin d’année, en fonction de la quantité de papiers recyclés. sur www.destructeurs-est-archives-documents.fr

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 63 | SEPT EMBRE-OC TOBRE-NOVEMBRE 2015


SERVICES

Conduire une F1, presque pour de vrai ! sensation Philippe Rubeaux a ouvert son entreprise Pro Racing Driver à Thise. Il propose deux simulateurs de conduite qui garantissent de belles sensations.

C

eux qui ont testé les simulateurs de voitures proposés par Philippe Rubeaux lors de la dernière Foire comtoise n'en sont toujours pas revenus. Le conducteur qui prend place sur l'un de ces simulateurs vit toutes les sensations (freinages, accélérations, bosses, etc.) d'un vrai pilote, qu'il s'agisse de F1, de rallye ou de Grand tourisme. Rien à voir avec les jeux vidéo proposés dans certains bars : le matériel choisi ici est hautement professionnel. Normal d'ailleurs puisque Philippe Rubeaux, qui vient donc de créer son entreprise Pro Racing Driver, est lui-même ancien coureur de rallye. Sa maîtrise de la conduite lui a d'ailleurs permis d’être moniteur dans une école de pilotage avant de devenir, pendant 26 ans, chauffeur de ministres à Matignon. C'est donc à

Thise, route de Marchaux, qu'il a choisi aujourd'hui de se retirer, ouvrant les portes de ce Pro Racing Driver à tous ceux qui aimeraient, le temps de quelques minutes, être dans la peau d'un super pilote. Particuliers, seuls ou pour un anniversaire par exemple, mais aussi CE d'entreprises commencent à se donner le mot sur cette nouvelle adresse. L'autre originalité est que Philippe Rubeaux, très peu concurrencé dans ce secteur, se déplace partout en France : récemment, il était d'ailleurs invité par Ferrari sur le circuit de Francorchamps en Belgique... C'est dire... sur Facebook. : Pro Racing Driver - Contact : 06.59.00.19.05

Véloconnect, des coursiers à bicyclette mobilité Clément Ecoffey et Rémi Gallerand se chargent de la livraison de tous plis ou colis en 2 h 30 maximum sur Besançon. Même en cas de neige ou de pluie !

D

epuis cet été, les Bisontins ont sans doute remarqué ces deux jeunes hommes vêtus de maillot rose qui arpentent à bicyclette les rues de la ville. Il s'agit de Clément Ecoffey et Rémi Gallerand, créateurs de la société Véloconnect, société de coursiers à vélo. L'idée leur est venue 

d'un ex-colocataire suisse il y a déjà plusieurs années. Elle a fait son chemin jusqu'à aboutir, après presque un an d'études de marchés et de démarchage, à la création de cette nouvelle entreprise dont l'objectif est le transport express de plis, courriers, colis. Plusieurs grandes villes en France disposent déjà d'un tel service ; c'est pourtant une première à Besançon ! Véloconnect assure pouvoir livrer toute l'année un pli ou colis dans un délai de 2 h 30 maximum (1 h 30 pour les urgences) sur toute la ville. L'investissement de départ a constitué en l'achat de sacs à dos étanches -en cas de pluie - et de " vélo cargo " qui peuvent contenir jusqu'à 60 kg. Les vélos appartenaient déjà à ces deux

sportifs passionnés. " L'avantage " explique Clément Ecoffey, " c'est que nous intervenons quels que soient le temps et les conditions de circulation. Tout est plus simple en vélo, même le parking..." Les clients visés sont essentiellement des professionnels, artisans, commerçants, professions libérales et les administrations bisontines. Mais des particuliers qui auraient un colis urgent à livrer peuvent aussi faire appel à leurs services. Il faut compter sur 14,90 € HT pour un déplacement dans l'heure et demie et 9,90 € HT pour une course dans les 2 heures et demie. Cela peut aussi être dégressif si cela s'applique dans le cœur de ville (CV, Battant, Marulaz). sur www.veloconnect.fr 31


Abonnez-vous à la version électronique d' sur www.doubs.cci.fr

et recevez par mail votre magazine à feuilleter en ligne.

AGENDA • 26 NOVEMBRE 2015

• 17 AU 20 NOVEMBRE 2015

Les clés de l’International :

MIDEST - Salon mondial de tous les savoir-faire en sous-traitance industrielle :

Une opportunité unique en FrancheComté – plus de 40 spécialistes de l’accompagnement à l’international à votre écoute, et de nombreux dirigeants francs-comtois avec qui partager vos expériences.

Parc des expositions de Paris nord Villepinte Plus d’infos : www.midest.com

Plus d’infos : www.franche-comte.cci.fr CCI du Doubs, Maison de l’Economie

ORIENTATION

Imea sur APB La formation Bac +2 d’Imea, l’école de commerce de la CCI, conduisant aux métiers de la vente et du commerce figurera sur le portail d’enseignement supérieur APB à compter du 20 janvier 2016. Cette plate-forme nationale regroupe sur un seul site les formations post-bac. Les élèves de Terminale y font leurs préinscriptions pour leur choix futur.

32

• 21 NOVEMBRE AU 24 DÉCEMBRE

• 28 NOVEMBRE AU 24 DÉCEMBRE

Marché de Noël à Besançon Le traditionnel marché de Noël remplira la place de la Révolution et la Place Granvelle avec plus d’une centaine de chalets en bois où vous trouverez des produits artisanaux, des idées de cadeaux et des produits gastronomiques.

Marché de Noël à Montbéliard, Cité des Princes, offre un cadre idéal pour mettre en valeur les somptueuses Lumières de Noël, à travers ses monuments emblématiques tels que le château des ducs de Wurtemberg, les Halles ou encore le Temple Saint-Martin, conférant à la ville une aura particulière pendant la période de l’Avent. Illuminations à chaque coin de rues, marché de Noël authentique et animations originales font la renommée de Montbéliard.

Negoventis forme en deux ans et en apprentissage aux fonctions de responsable adjoint de magasin, responsable de rayon, conseiller vente…

COMMUNIQUÉ

Début 2016, à la CCI du Doubs…

Il est possible de poursuivre ensuite le cursus avec une année complémentaire, en alternance, pour un Bac +3 orienté Management.

En chantier actuellement, un nouvel espace équipé de technologies de pointe pour vos :

En savoir + sur : www.imea.fr

• événements, • séminaires, • conférences, • colloques…

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 63 | SEPT EMBRE-OC TOBRE-NOVEMBRE 2015


EUROPE Rubrique réalisée en collaboration avec la CCIR Franche-Comté service Europe Entreprise Europe Network

Les brèves de l'Europe

Réglementation

ROHS

Produits biocides

Business

2 réunions d’information prévues

Réexamen en cours de 29 exemptions

Une liste à disposition

Faciliter votre recherche de partenaires

Le 5 novembre 2015 – réunion d’information sur l’étiquetage des produits alimentaires à la CCIR Franche Comté. En partenariat avec l’ARIATT et Franche Comté Qualité cette réunion traitera des nouvelles obligations prévues en 2016 notamment en matière d’étiquetage nutritionnel et fera un point sur les travaux en cours (origine des produits, codes couleurs nutritionnels…)

La réglementation ROHS (directive 2011/65) prévoit des exemptions c’est-àdire la possibilité pour les industriels de continuer a utiliser les substances chimiques restreintes par cette réglementation pour certaines applications spécifiques lorsqu’il n’existe pas d’alternative satisfaisante sur le plan technique ou économique.

Le 26 novembre 2015 – point d’actualité sur le règlement REACH. Réunion organisée par la CCIR en partenariat avec le CETIM. Cette réunion fera le point sur l’actualité récente de REACH (substances soumises a autorisation, à restriction, substitutions possibles …) et sur les enjeux de la dernière vague d’enregistrement qui pourrait concerner de nombreuses PME.

Ces exemptions sont temporaires et doivent être réexaminées tous les 5 ans environ pour décider de leur prolongation ou de leur suppression. Un tel réexamen vient d’être lancé pour 29 exemptions inscrites dans l’annexe III de la directive ROHS. Les entreprises sont appelées a donner leur avis.

En savoir plus : Jean Michel CHAUVIN 03 81 47 42 13 jmchauvin@franche-comte.cci.fr



Depuis le 1er septembre 2015 les produits biocides ne peuvent être maintenus sur le marché que si les fabricants des substances actives figurent sur une liste européenne accessible sur le site de l’ECHA (agence européenne des produits chimiques) Un avis aux opérateurs économiques a été publié au journal officiel français le 26 août pour rappeler les exigences réglementaires en la matière. les professionnels qui utilisent et a fortiori ceux qui fabriquent ou distribuent des produits biocides en France devraient vérifier que c’est le cas.

Le réseau Enterprise Europe Network proposent aux entreprises un moyen simple et gratuit pour se faire connaître et rentrer en contact avec des partenaires industriels et commerciaux potentiels dans plus de 55 pays. Avec plus de 600 relais dans chaque région européenne et dans plus de 50 pays ce réseau officiel de la Commission européenne dispose d’une base de données rassemblant plusieurs milliers d’opportunités d’affaires internationales pour trouver de nouveaux fournisseurs, distributeurs, sous traitants….

En savoir plus : Martine CHARVET : 03 81 47 42 12 mcharvet@franche-comte.cci.fr

33


vu lu EXPO

LIVRE

Architectures de papier

Du 28 septembre au 13 décembre 2015 Saline Royale - Arc et Senans - www.salineroyale.com MUSIQUE

Concours international de jeunes chefs d’Orchestre A l’issue d’une semaine d’épreuves, trois candidats étaient en lice pour la Finale : Helmuth Reichel Silva (chilien, 32 ans), Jonathon Heyward (américain, 23 ans) et Yukari Saito (japonaise, 32 ans). Ils se sont affrontés dans un programme riche, dont la création mondiale d’une pièce du compositeur en résidence au Festival, Guillaume Connesson. Le 20 septembre, l’américain Jonathon Heyward (23 ans) a remporté le Grand Prix du 54ème concours international de jeunes chefs d’orchestre de Besançon, en dirigeant en finale des œuvres de John Adams, Guillaume Connesson et Johannes Brahms. Le jeune américain a su séduire techniquement et émotionnellement le jury présidé par Dennis Russel Davies, jury qui a tenu compte de l’ensemble des épreuves depuis les 8ème de finale.

Siliakus, Chrysler

Building, 2010

A la recherche du Che

Photo : Ingrid

L’exposition-atelier « Architectures de papier » est le fruit du travail DU 26/09/15 AU 13/12/15 des artistes Ingrid Siliakus, Mathilde Nivet, Stéphanie Beck et Béatrice Coron à qui EXPOSI TION ATELIER il a été proposé de mettre à l’honneur l’art du papier. Elle propose au jeune public un voyage à travers des reproductions de bâtiments emblématiques et la découverte de villes imaginaires. Ces constructions réelles ou SALINE ROYALE ARC ET SENANS fictives révèlent la puissance de l’architecture comme source d’inspiration de la création contemporaine. L’exposition plonge le visiteur dans ce monde de papier et l’invite au voyage à travers les architectures origamiques d’Ingrid Siliakus, les villes de dentelles de Béatrice Coron, les édifices délicats de Stéphanie Beck et les façades urbaines de Mathilde Nivet. Cette exposition a été conçue par la Cité de l’Architecture et du Patrimoine de Paris en 2013.

J.M. Guenassia a créé la surprise en obtenant, il y a quelques années, le toujours pertinent « Goncourt des lycéens » avec un roman de 750 pages ; « Le club des incorrigibles optimistes ». On découvrait alors, un conteur d’exception aux personnages tellement attachants qu’ils font parcourir les faits marquants du XXème siècle à travers une saga familiale, avec plaisir. Dans « La vie rêvée d’Ernesto G. », il met en scène Joseph Kaplan, que l’on rencontre d’abord étudiant en médecine à Prague à la fin des années trente. Venu à Paris pour intégrer l’Institut Pasteur, il y excelle aussi bien que dans les dancings où sa maîtrise du tango fait merveille. Il est d’ailleurs passionné par la musique argentine. Au début des années quarante il réussit dans sa spécialité à Alger ; mais quand arrivent les occupants Vichystes qui font la chasse aux juifs, il doit s’exiler au milieu de nulle part où il survit en soignant la population avec des moyens archaïques. De retour à Prague, en 1950, il dirige un sanatorium et profite d’une vie de famille enfin stable. Jusqu’au jour où la police secrète, une STASI tchèque, lui donne l’ordre de vider l’établissement de ses malades et de son personnel pour se consacrer au sauvetage d’un éminent protégé du Kremlin, en danger de mort. Celui-ci, qui souffre à la fois de malaria et d’emphysème, est très mal-en-point. Présenté comme africain, il s’exprime en espagnol, ce qui laisse à penser quant à son identité. Bien sûr la vie du médecin explosera après cette rencontre. Homme de bien, cœur pur, Joseph aura souffert des vicissitudes du siècle, de ses turpitudes. Les centaines de pages coulent ici comme un fleuve agité de remous entraînant un lecteur heureux. Bravo l’artiste. La vie rêvée d’Ernesto G. – J.M. Guenassia – Ed. Albin Michel Poche Bernard Sertout

Le « coup de cœur du public » et le « coup de cœur de l’orchestre » ont été décernés à la japonaise Yukari SAITO. sur www.festival-besancon.com Photo : Jonathon Heyward, Lauréat 2015 Bernard Sertout, Président du Festival International de Musique Besançon Franche-Comté

34

E XPRESSION AC TIVE → NUMÉRO 63 | SEPT EMBRE-OC TOBRE-NOVEMBRE 2015


• .

150727_EXPRESSION ACTIVE_250 mm x 120 mm V2.indd 1

27/07/2015 12:30:21


Engagement #1 : Emettre moins pour mieux avancer. Faire avancer votre entreprise, c’est vous proposer des véhicules efficients et optimisés fiscalement. Avec la gamme Audi ultra et son choix de 144 motorisations au bonus malus neutre et aux émissions de CO2 inférieures à 130g/km, vous bénéficierez d’une taxe sur les véhicules de société parmi les plus faibles du marché. Choisissez une finition business line répondant à vos besoins et retrouvez l’ensemble de nos engagements sur Audi.fr/fleet.

Audi A5 Sportback ultra Business line à 556 € TTC/mois*. ultra Technologie de l’allègement

+ Efficience 109 gr de CO2/km en cycle mixte

+ Economie 4,2 L/100 km en cycle mixte

+ Optimisation TVS à partir de 436 € HT/an**

Audi Fleet Solutions. We delight your business.*** *** Faire avancer votre entreprise. Perte Financière incluse**** Contrat de Maintenance avec Véhicule de Remplacement inclus***** LLD sur 36 mois avec Perte Financière, Contrat de Maintenance aux Professionnels et véhicule de remplacement inclus. Offre valable du 01/07/2015 au 31/10/2015. * Offre de Location Longue Durée sur 36 mois et 60 000 kms pour une A5 Sportback Business line 2.0 TDI ultra clean diesel BVM6 136ch, avec option peinture métallisée, 36 loyers de 556 € TTC. Réservée à la clientèle professionnelle, hors taxis, loueurs et flottes, chez tous les Distributeurs Audi présentant ce financement, sous réserve d’acceptation du dossier par Audi Fleet Solutions division de Volkswagen Bank GmbH – SARL de droit allemand – Capital 318 279 200 € - Succursale France : Bâtiment Ellipse, 15 Avenue de la Demi-Lune, 95700 Roissy en France - RCS Pontoise 451 618 904 - Mandataire d’assurance et mandataire d’intermédiaire d’assurance enregistré à l’ORIAS: 08 040 267 (www.orias.fr). Montants exprimés TTC, hors prestations facultatives. ** TVS additionnelle de 40 euros HT par an pour toute motorisation diesel. **** Perte Financière obligatoire incluse dans les loyers souscrite auprès de COVEA FLEET SA - Capital de 93 714 549 € RCS Le Mans B 342 815 339 - 160, rue Henri-Champion - 72100 LE MANS. Entreprise régie par le code des assurances soumise à l’Autorité de contrôle prudentiel - 61 rue Taitbout 75009 PARIS. ***** Contrat de Maintenance obligatoire souscrit auprès de Volkswagen Bank GmbH ; Garantie Véhicule de Remplacement incluse dans les loyers, souscrite auprès d’Europ Assistance France SA – RCS Nanterre 451 366  405  : Entreprises régies par le Code des assurances et soumises à l’Autorité de Contrôle Prudentiel (ACP) - 61 rue Taitbout 75009 PARIS. Publicité diffusée par le concessionnaire en qualité d’intermédiaire de crédit, à titre non exclusif, de Volkswagen Bank. Volkswagen Group France S.A. au capital de 7 750 000 € – 11 avenue de Boursonne Villers-Cotterêts  – RCS  Soissons B  602 025 538. Audi recommande Castrol Edge Professional. Vorsprung durch Technik = L’avance par la technologie. Gamme Audi A5 Sportback à partir de 509€ par mois : Audi A5 Sportback Attraction 2.0 TDI 136ch ultra clean diesel BVM6. Gamme Audi A5 : consommation en cycle mixte (l/100km) : 4,2 – 8,1. Rejets de CO2 mixte (g/km) : 109 – 189.

Espace 3000 Pontarlier

Espace 3000 Besançon

27 rue de la Libération - Pontarlier - Tél. 03 81 39 17 13 www.audi-pontarlier.fr

ZAC Châteaufarine - Tél. 03 81 41 28 28 www.audi-besançon.fr

Expression Active 63  

Le magazine économique de la CCI du Doubs. 2015 : Quand l'Europe booste la croissance des PME

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you