Issuu on Google+

ENTREPRENDRE

N°20 - MAI 2011

Magazine de la Chambre de Commerce et d’Industrie

en Beaujolais innovation rencontres

DOSSIER

Cluster Beaujolais :

partage

l’union des acteurs économiques fait la force du territoire

connexion

réseau

compétitivité


www.beaujolais-cci.com/salon


SOMMAIRE

ENTREPRENDRE EN BEAUJOLAIS N°20 MAI 2011

Réalisation : Chambre de Commerce et d’Industrie de Villefranche et du Beaujolais 317 Bd Gambetta - BP 70427 69654 Villefranche sur Saône Cedex Tél. : 04 74 62 73 00 Fax : 04 74 65 31 79 www.beaujolais-cci.com E-mail : cci@villefranche.cci.fr ISSN 1951-0918

4 TABLEAUX DE BORD 5 ÉDITORIAL

Cluster Beaujolais : l’union des acteurs économiques fait la force du territoire

10

P.

DOSSIER

BMPB fait du téléphone une arme commerciale

La Charmette trouve son rythme de croisière

Côté Hôtel entre en scène

19 AMÉNAGEMENT

20 INTERNATIONAL

Adesia est incollable à l’export

Le renouveau de l’Hostellerie de Saint-Georges

22 ACTUALITÉS JURIDIQUES 23 DOSSIER RHÔNE-ALPES ÉCONOMIE

Adhérent :

17

P.

SERVICES G Vous souhaitez recevoir la NEWSLETTER de la CCI du Beaujolais G Vous souhaitez connaître les coordonnées des entreprises citées dans ce numéro

• 16 juin 2011 Rencontre des entrepreneurs de Anse/Limas.

21 À TABLE

Flashage, impression, façonnage Imprimerie Chirat 42540 Saint-Just-la-Pendue

Cette publication est adressée aux ressortissants de la CCI du Beaujolais gracieusement.

• 15 juin 2011 Permanence INPI et RV individuels, à la CCI.

18 DÉVELOPPEMENT LOCAL

Montage et réalisation du magazine : Shifumi - www.shifumi.com 69004 Lyon

Abonnement au trimestriel : 8 € (4 numéros par an) Tirage : 7000 exemplaires

20

• 9 juin 2011 Rencontre du Club Entreprendre en Val de Saône.

17 SERVICES

Rédactrice en chef : Elisabeth BALLERY

Crédits photos : Avila, Art’Air, Atelier de Pravins, Austen Éditions, Muriel Chaulet Tous droits réservés. Reproduction interdite sauf accord de la direction Entreprendre en Beaujolais

P.

• 9 juin 2011 Club QSE.

INTERNATIONAL

Coordination de la réalisation : Elisabeth MEYZEN

Photos : Francis Mainard

• 6, 7, 8, 9, 10 et 15 juin 2011 Stage 5 Jours pour Entreprendre Formation pour les futurs créateurs et repreneurs, à la CCI.

6 ACTUALITÉS 8 PRODUITS 10 DOSSIER

Directeur de la publication : Noël COMTE

Rédaction : Agence de presse Be-presse (M. Massip - F. Sigot)

AGENDA

Comment activer l’emploi des séniors

31 ACTUALITÉS CCI • La CCIT du Beaujolais en marche • Assemblée Générale de Beaujolais Business Angels • Transmission et reprise d’entreprises • Salon de l’Entreprise à ParcExpo • Quinzaine de l’international en Beaujolais • Démarche exemplaire à Créacité

• 16 juin 2011 Rencontre du Club Azergues Entreprendre. • 16 juin Remise trophées Fête du Vélo. • 21 juin 2011 Création et reprise d’entreprise. Séance d’information d’une demijournée, à la CCI. • 23 juin 2011 Réunion Document Unique • 23 juin 2011 Business Plan : pour tester pendant 1 h 30 votre projet et présenter votre plan d’affaires devant un jury d’experts, à la CCI. • 27 et 28 juin 2011 Stage Auto-Entrepreneur : tout savoir sur le statut d’auto-entrepreneur et faire les bons choix. • 30 juin 2011 Séance de relaxation pour chefs d’entreprise hyper-actifs ou stressés, à la CCI. • 4, 5, 6, 7, 8 et 13 juillet 2011 Stage 5 Jours pour Entreprendre Formation pour les futurs créateurs et repreneurs, à la CCI. 7 juillet 2011 Rencontre du Club Entreprendre en Val de Saône. 21 juillet 2011 Rencontre des entrepreneurs de Anse/Limas. 27 juillet 2011 Permanence INPI, à la CCI. 27 juillet 2011 Business Plan : pour tester pendant 1 h 30 votre projet et présenter votre plan d’affaires devant un jury d’experts, à la CCI. Contact CCI Dominique Cérutti Tél. : 04 74 62 73 00

www.beaujolais-cci.com ENTREPRENDRE EN BEAUJOLAIS MAI 2011

3


TABLEAU DE BORD

Indicateurs économiques du Beaujolais Les créations et reprises d’entreprise en Beaujolais 115

4e trim. 2010

3e trim. 2010

18

17

123

40

121

2e trim. 2010

Contrats d’apprentissage par secteur d’activité

61

21

45

2008

2009

2010

Bâtiment Travaux Publics

17

21

21

Commerce - Service

158

179

190

Hôtel Café Restaurant

16

20

14

Industrie Production

61

43

70

Santé Sanitaire et Social

1

2

0

Transport - Logistique 2011

115

2010

143

21

29

1er trim.

0

25 50

100

créations pures

5

8

3

258

273

298

36

(source CCI)

150

200

250

Contrats d’apprentissage par niveau de diplômes préparés

transferts

reprises

(source CCI)

Trafic marchandises aux ports de Villefranche-sur-Saône 216 256

4e trim. 2010

7 182

193 399

3e trim. 2010

6 156

254 364

2e trim. 2010

2011

218 378

2010

195 491

2008

2009

2010

Bac+2, DUT, BTS, DEUG

56

52

73

BAC PRO (IV) ou BP ou sortie classes terminales

93

115

105

BEP (V) ou CAP ou niveau seconde

77

75

86

Diplôme de grande école ou universitaire

20

23

23

Ingénieur

12

8

11

258

273

298

4 286

8480

(source CCI)

1er trim.

0

50 000

8761

100 000

trafic voie fluviale

150 000

200 000

trafic voie ferrée

250 000

300 000

Répartition des entreprises dans le Beaujolais

(source CCI)

Taux d’occupation des hôtels du Pays Beaujolais

Anse

commerce

industrie

service

total

301

208

529

1038

Beaujeu

207

138

212

557

80

Belleville

425

285

492

1202

Gleize

361

290

569

1220

70

Bois d’Oingt

212

137

279

628

Monsols

46

55

49

150

60

Villefranche

923

266

850

2039

Beaujolais

2475

1379

2980

6834

50

(source CCI) 40

30 janv.

2010

4

mars

mai

juillet

2011

ENTREPRENDRE EN BEAUJOLAIS MAI 2011

sept.

nov.

(taux en %) (source INSEE)


ÉDITORIAL

À terre d’exception, Cluster singulier ! La renommée du Beaujolais n’est plus à faire. Ce nom résonne dans le monde entier, notamment à l’occasion de la sortie du primeur exporté chaque année le 3e jeudi du mois de novembre. A tout bijou, le vin, il faut un écrin, le terroir. Ainsi le vin, mondialement connu est issu paradoxalement d’une terre encore trop méconnue. Cette terre singulière à dominante rurale et à la vocation viticole affirmée, accueille également un tissu de sous-traitants au service des grandes filières industrielles. Elle a donné naissance à de grands groupes tels que Danone avec la « Blédine ». Propice à l’esprit d’entreprise, sa particularité est également source d’inspiration pour les créateurs, qu’ils soient artistes peintres, stylistes pour l’industrie de l’habillement et les accessoires de mode ou encore joaillier… Elle est promesse de séjours gourmands et de caractère. Cette diversité, source de richesse, a conduit la Chambre de Commerce et d’Industrie du Beaujolais, reflet de cette terre, à inviter les chefs d’entreprise de tout secteur d’activité à se rencontrer en réseaux afin d’échanger des informations, de bénéficier de l’expérience d’autres dirigeants, d’entendre les avis d’experts et de nouer des contacts directs, donc de gagner du temps… Autant de motivations qui font le succès du travail collaboratif en réseau ! Tout d’abord, sous l’impulsion de la CCI, les commerçants ont constitué les unions commerciales. Cette forme associative leur permet de parler d’une seule voix auprès de leurs édiles, d’exprimer leurs attentes et de faire valoir leurs avis. Enfin, cette union favorise la mise en œuvre d’animations qui rythment la vie des villes et villages auxquels les maires sont très attachés. Ces unions commerciales se sont elles-mêmes regroupées au sein de la Fédération des Associations de Commerçants et Artisans du Pays Beaujolais. L’objectif de cette fédération est de contribuer à la promotion du commerce de proximité et de qualité à l’échelle du Pays. Les clubs sectoriels, citons le Club du médical, puis les Clubs territoriaux aujourd’hui au nombre de trois et demain quatre, viennent compléter le maillage du territoire. Ce type d’organisation en réseaux de proximité rencontre un succès grandissant, offrant aux chefs d’en-

treprises des espaces d’échanges, qui leur permettent de rompre avec l’isolement. À l’heure d’Internet qui révolutionne notre rapport à l’information et abolit fictivement les distances, les clubs territoriaux permettent de rencontrer son voisin, cet inconnu ! et de créer ou recréer localement des liens d’affaires. Pourquoi aller chercher un partenaire ou un fournisseur aux antipodes, alors que les mêmes services ou produits sont distribués voire fabriqués à deux pas ? Le territoire est également doté, toujours à l’initiative de la CCI du Beaujolais, d’outils de développement économique, avec Beaujolais Initiatives depuis 1995, association d’aide à la création et la reprise d’entreprise forte de 300 projets aidés et de plus de 1000 emplois créés à ce jour, et depuis 2009 de Beaujolais Business Angels, dont l’objectif est de mettre en relation des investisseurs locaux privés et des porteurs de projet d’entreprise à fort potentiel de croissance. Enfin, 2009 a vu la constitution du Cluster Beaujolais, qui visent à gagner en efficience pour le portage de projets économiques d’envergure. Ce 20e numéro d’Entreprendre en Beaujolais vous invite à découvrir dans son dossier quelques-uns de ces hommes et de ces femmes, chefs d’entreprises venus de tous horizons ou universitaires-chercheurs, qui sont les forces vives du Cluster. A travers leur récit, vous découvrirez leur engagement et leur attachement à un territoire dont ils ont su reconnaître la richesse exceptionnelle. Ce Cluster territorial, véritable catalyseur d’ambitions, fédère des entreprises de secteurs d’activité différents, qui mettent en commun leurs moyens et leurs savoirs pour gagner collectivement des parts de marché peu accessibles individuellement. Il illustre la capacité du Beaujolais et de ses entreprises à rebondir et à chercher des solutions innovantes, à construire l’avenir. Ce Cluster Beaujolais est issu de ce terroir ; il est porteur de sa dynamique entrepreneuriale. Coopération, compétition et obligation de résultats caractérisent l’esprit dans lequel s’inscrivent les actions de ses membres ! L’esprit d’entreprise et l’innovation sont les fondements de ce Cluster territorial multisectoriel, unique en RhôneAlpes, que j’ai également l’honneur de présider. Dans ce monde fait d’incertitudes grandissantes et de mutation de tous ordres, soyons solidaire, jouons collectif pour que gagne l’équipe Beaujolais !

Noël Comte, Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Villefranche et du Beaujolais

ENTREPRENDRE EN BEAUJOLAIS MAI 2011

5


ACTUALITÉS

Edics optimise les flux documentaires

La Librairie-boutique des Marais a trouvé ses lecteurs Après avoir fourbi ses premières armes professionnelles dans l’enseignement en tant que professeur de philosophie, Mohamed Biskri a décidé de laisser libre court à sa passion pour les livres. Une reconversion réussie ! En moins de six mois, la nouvelle venue de la petite galaxie littéraire caladoise a déjà acquis une solide réputation. Lecteurs compulsifs, occasionnels ou simples curieux trouvent en effet leur bonheur au sein de cet espace original. « Mon objectif est de créer du lien et de la relation, d’être là pour conseiller, donc je lis autant que je peux », confie Mohamed Biskri, fondateur de la librairie située au 17 place des Marais à Villefranche-surSaône, avouant toutefois qu’il n’a pas fini de lire les quelque 3500 références que compte son enseigne. La porte est ouverte aux discussions entre les clients. Mohamed Biskri prévoit de formaliser ces échanges dès la rentrée. « Je souhaite créer des salons littéraires en collaboration avec le Blablathé », annonce t-il. Le libraire s’estime déjà satisfait de ses premiers mois d’ouverture : « L’activité est conforme aux prévisions, et même un peu plus ; la bonne surprise réside surtout dans l’accueil que j’ai eu auprès des bibliothèques et des centres de documentation et d’information des établissements scolaires des alentours qui ont manifesté un véritable intérêt pour la librairie ».

6

F

actures, bons de commandes, bulletins de salaire… Nombreux sont les documents qui chaque jour entrent et sortent des entreprises, consommant ainsi temps, papier et donc argent ! Après plus de quinze ans passés dans le conseil en organisation des systèmes d’information et le traitement de documents, Yann Demars offre aujourd’hui une  solution de dématérialisation

permettant d’optimiser ce poste de charges. « Notre objectif est d’aider les entreprises à passer progressivement des flux papiers aux flux électroniques grâce à différentes solutions alliant économie et écologie, en parfaite sécurité et conformité avec les contraintes légales et fiscales », résume Yann Demars fondateur de la société Edics, hébergée à Créacité. Pour accompagner ses clients, Edics

s’appuie sur la plateforme de e-communication du groupe UnifiedPost, leader européen sur le marché des solutions de dématérialisation des processus documentaires. « Aujourd’hui, la dématérialisation peut permettre de réaliser jusqu’à 60 % d’économies sur la gestion documentaire », assure Yann Demars qui travaille avec des entreprises basées partout dans le monde.

L’ébéniste Large prend de la hauteur

S

pécialiste de l’agencement d’espaces pour les cafés hôtels restaurants, les entreprises, les commerces et les particuliers, la société Comptoirs & Agencements Large vient d’investir dans un nouvel outil informatique et renforce ses équipes. Des projets concrétisés grâce à l’aide du dispositif d’aide aux entreprises du Beaujolais/Val-de-Saône mis en place suite à la fermeture de Sotra Seperef à Quincieux. « Nous avions besoin de renforcer nos équipes et d’acqué-

rir un nouveau logiciel et du matériel informatique, mais sans l’aide du dispositif Sotra Seperef, nous aurions peut être décalé ces projets. Cette aide fait office d’accélérateur », commente Marian Papalski, pdg de la société Large. Grâce aux nouveaux équipements et à l’intégration d’une personne au bureau d’études et d’une autre à l’atelier, l’ébéniste de Taponas qui compte une quinzaine de collaborateurs et affiche 1,8 million d’euros de chiffre d’affaires espère bien

s’ouvrir de nouvelles perspectives de développement. « D’ici 2013, nous devrions encore embaucher deux personnes à l’atelier », projette Marian Papalski. En attendant, l’entreprise consolide ses parts de marché en mettant en œuvre des techniques pointues et en capitalisant sur le savoir-faire de ses équipes, des ébénistes Compagnons du devoir, pour répondre à l’inventivité des décorateurs.

En bref Rhône-Alpes Autruches met de l’exotisme dans les assiettes Thibault Alloin vient de créer RhôneAlpes Autruches à Villefranche-surSaône. Son intuition étayée par une étude de marché a montré que les consommateurs aimeraient se régaler davantage de viande d’autruche, de kangourou et autres espèces venues d’ailleurs.

ENTREPRENDRE EN BEAUJOLAIS MAI 2011

« Pour l’instant, je travaille avec les professionnels de la restauration, des métiers de bouche et les collectivités à qui je propose principalement des steaks et filets d’autruche. Je vais progressivement élargir mon offre aux steaks hachés et à la viande de bison, de kangourou et peut-être à d’autres espèces exotiques », annonce le jeune créateur d’entre-

prise. Installée à Villefranche-surSaône, Rhône-Alpes Autruches se fournit auprès d’importateurs implantés en Europe et spécialistes de ces produits. Et si la jeune entreprise concentre essentiellement sa prospection commerciale sur la région, elle a déjà séduit quelques clients hors des frontières rhônalpines. n


ACTUALITÉS

La quatrième génération aux manettes du groupe Boisson

E

n prenant la suite de leur père, début avril dernier, à la tête du groupe familial, Stéphane et Philippe Boisson ont placé leur action dans la continuité. Spécialiste de la sous-traitance, le groupe Boisson, qui coiffe la Fonderie Boisson et CNB Usinage, est actif dans la fonderie et l’usinage. Il affiche 13 millions d’euros de chiffre d’affaires et emploie une soixantaine de collaborateurs à Belleville-sur-Saône. Dans la lignée de leurs aînés, Stéphane et Philippe Boisson souhaitent poursuivre la stratégie d’investissement dans l’outil de travail. « Après avoir investi dans un bureau d’études et des machines spécifiques qui permettent de fabriquer nos propres moules, notre projet est d’automatiser les opérations de production en fonderie. Pour ces tâches difficiles, pénibles et souvent

Stéphane et Philippe Boisson ont pris la relève.

dangereuses, nous avons de plus en plus de mal à trouver du personnel », commentent les jeunes dirigeants. Ces investissements ne se feront pas au détriment de l’emploi :

« nous souhaitons conserver le savoir-faire chez nous car c’est ce qui fait notre force », défendent Philippe et Stéphane Boisson.

Darcor recrute depuis Villefranche-sur-Saône

C

réé à Lyon en 2001, le cabinet conseil en recrutement Darcor vient de transférer ses bureaux à Villefranche-surSaône où il emploie 3 personnes. Un choix de cœur pour Olivier Devesse qui réside dans le Beaujolais, et conciliable avec l’activité du cabinet qui compte des clients partout en France. « Nous sommes des spécialistes de l’approche di-

recte. Nos clients, souvent de grands groupes internationaux, nous confient des recrutements de postes de direction, d’encadrement et parfois d’agents de maitrise sur des profils rares et pointus », explique Olivier Devesse. Si pour l’heure le dirigeant se satisfait de la croissance de ses activités, le transfert du cabinet en Beaujolais pourrait s’accompagner de

nouveaux développements. « Ces projets passeront probablement par le renforcement des équipes à Villefranche et la création d’une agence, peutêtre à Paris », dévoile Olivier Devesse.

Le Comptoir Gourmand prend un nouveau départ Il aura suffi de quelques mois à Pascal Ducrozet pour faire du Comptoir Gourmand à Saint-Etienne La Varenne un établissement couru. « Nous avons repris l’établissement en fin d’année dernière avec l’idée de faire un lieu convivial où les gens peuvent aussi bien prendre un apéritif que se restaurer à toute heure », explique le restaurateur qui se félicite de ses premiers mois d’activité. Randonneurs et amateurs de bonne cuisine s’échangent désormais cette adresse ouverte tous les jours midi et soir. Un début puisque d’ici fin mai, le Comptoir Gourmand va se doter d’une nouvelle terrasse. « Nous allons organiser des soirées à thème les vendredis autour d’un barbecue géant. Cet espace nous permettra de pouvoir proposer régulièrement viandes grillées et plancha», anticipe Pascal Ducrozet . Un bar cocktail, installé dans la partie basse de l’établissement devrait aussi voir le jour avant l’été. Pascal Ducrozet ne revendique qu’un seul objectif : « faire plaisir avec un espace accueillant et convivial où chacun se sent bien ».

ENTREPRENDRE EN BEAUJOLAIS MAI 2011

7


Les bureaux d’Avila meublent les pros Avec vingt ans d’expérience dans la vente de mobilier de bureau, Evelyne Sivade a créé il y a un an à Villefranche-sur-Saône Les bureaux d’Avila (Avila est l’origine germanique du prénom Evelyne). « Mon objectif est de proposer des produits européens - fabriqués en France pour la majorité d’entre eux - en recherchant l’exclusivité sur la zone de Villefranche », explique la dirigeante. Ainsi les sièges Addform, les armoires JEC, et les bureaux Buroform et Arfeo sont-ils disponibles en Calade exclusivement chez Les bureaux d’Avila. Mais cette politique d’exclusivité n’est qu’un premier argument. « Mieux qu’un prix, j’offre un conseil à mes clients et une prestation soignée grâce à une équipe d’installation expérimentée, poursuit Evelyne Sivade. Habitant en Calade depuis de nombreuses années, je croise des clients tous les jours ». TPE, PME, professions libérales mais aussi écoles et collectivités ou hôpitaux constituent une base solide de clientèle, à laquelle Evelyne Sivade propose également des services complémentaires, puisqu’elle partage ses bureaux avec Calad’Imprim, spécialiste de la bureautique. « À nous deux, nous avons une prestation complète comprenant par exemple l’aménagement d’une salle de réunion de A à Z avec mobilier, vidéo projection et bien entendu matériel d’impression », continue Dominique Roux, gérant de Calad’Imprim. www.mobilier-bureau-villefranche.fr

Austen Editions note vos rendez-vous Étudiant ou dans la vie active, tout le monde a eu, à un moment ou à un autre, un produit Austen Editions sur son bureau, dans sa sacoche ou son sac à main. La société a réalisé pas moins de 400 000 agendas publicitaires dans le seul millésime 2011, et pour les plus grands comptes nationaux : Axa, Aviva, Blédina, Cadbury, Pomona, Total… « Nous sommes un peu des architectes, des maîtres d’œuvre : nous concevons le produit avec le client (papier, format, revêtement, couleurs…) et sélectionnons ensuite nos partenaires (imprimeurs, relieurs) selon leur capacité à réaliser un agenda unique à chaque fois », explique Thierry Vachon, gérant de la société familiale de douze personnes (2,2 M€ de chiffre d’affaires) installée depuis un an à Lozanne. En progression régulière, Austen Editions se développe également à l’export sur tous les pays francophones d’Afrique. Elle réalise un quart de son activité sur un marché complémentaire : le calendrier publicitaire et l’agence d’objets publicitaires. Mais Thierry Vachon croît dur comme fer en son produit phare, l’agenda de bureau : « l’agenda papier est d’abord un outil de communication fort avec une prise en main quotidienne, plusieurs fois dans la journée durant une année par son utilisateur ; il se renouvelle tous les ans. C’est l’outil idéal pour une communication active longue durée. Malgré tous les outils électroniques, les entreprises ne sont pas prêtes de s’en passer et les demandes sont croissantes. On consulte son répertoire électronique en support, mais on note toujours ses rendez-vous à la main ». www.austen-editions.fr

8

ENTREPRENDRE EN BEAUJOLAIS MAI 2011


PRODUITS

Art’Air : une drone de société prend son envol Des photos aériennes à basse altitude et sous des angles inédits : c’est la prestation que propose aujourd’hui la jeune société Art’Air, créée au début de l’année à Villefranche-sur-Saône par deux passionnés d’électronique et de prise de vue aérienne. « Grâce à notre drone, petit appareil volant radiocommandé du sol par un opérateur et auto piloté par positionnement GPS, nous proposons un travail de précision à basse altitude que l’avion ou l’hélicoptère ne peuvent pas effectuer. Pas de pilote embarqué, ni de plein de kérosène, aucun danger : les prix sont forcément beaucoup plus accessibles pour un résultat beaucoup plus précis », explique Bastien Mourier, co-gérant. Grâce à l’agilité du drone, la photo aérienne se découvre de nouveaux domaines d’application : tourisme (hébergeurs, grands sites), bâtiment (rénovation, diagnostics…), industrie, agriculture, immobilier (agences) ou captation d’événements sportifs ou culturels. « Le marché se développe à une vitesse fulgurante, ajoute Arnaud Lepilliez, co-gérant de la société hébergée par Créacité. Des applications naissent chaque jour. Afin de nous différencier et de conserver notre antériorité, nous investissons dans l’achat d’un deuxième drone qui nous permettra de réaliser des vidéos aériennes, et d’aborder le marché de la production cinématographique, notamment des documentaires ». www.art-air.co

L’Atelier de Pravins marie selle traditionnelle et innovation Passionné d’équitation depuis toujours, Philippe Catin marie son activité d’artisan sellier traditionnel avec un goût pour l’innovation qu’il a gardé de son ancienne profession d’ingénieur. « Après avoir suivi une formation, je me suis lancé dans la fabrication sur mesure de selles haut de gamme, en dialogue constant avec le cavalier », explique le gérant de l’Atelier de Pravins, société créée à l’automne 2010 à Blacé. La réparation, qui occupe une part importante de son activité, permet aussi au sellier de mieux comprendre le rôle des différentes pièces et parties d’une selle, les parties plus sensibles à l’usure, et d’expérimenter. Un dada qui vient de trouver son aboutissement dans un premier brevet sur un système d’étriers, développé avec un partenaire industriel. « Même si je travaille seul, dans mon atelier ou sur les compétitions à l’écoute des cavaliers professionnels, je garde de mon métier d’ingénieur certaines pratiques : l’habitude de coopérer avec des designers, la curiosité d’aller chercher des fournisseurs pour des produits spécifiques. On peut innover tout en gardant des méthodes très traditionnelles. Je réalise entre 10 et 15 selles par an et effectue entre 50 et 100 réparations ». Et dans une région très dynamique pour l’équitation, Philippe Catin voit avec plaisir les débouchés se multiplier pour toute une filière. « Les métiers liés au cheval, sellier et autres, vont forcément renaître. On voit de plus en plus d’attelage et certains viticulteurs qui recommencent à travailler la vigne avec un cheval sont déjà venus se dépanner ici ». http://atelierpravins.fr

ENTREPRENDRE EN BEAUJOLAIS MAI 2011

9


DOSSIER

‘‘

«Le Cluster Beaujolais œuvre pour l’élaboration d’une vision stratégique partagée du développement du territoire»

‘‘

10

ENTREPRENDRE EN BEAUJOLAIS MAI 2011


INDUSTRIE DOSSIER

Créé en 2009, le Cluster Beaujolais réunit acteurs publics et privés inter-filières autour du développement économique du territoire. L’idée consiste à conjuguer les compétences transversales et à faire converger les moyens de chacun au service de tous. Selon le vieil adage « l’union fait la force », des entreprises de tout secteur agissent ensemble sous une bannière commune : celle du territoire Beaujolais.

Cluster Beaujolais :

l’union des acteurs économiques fait la force du territoire 38 000

visiteurs pendant la « semaine Beaujolaise » sur le pavillon RhôneAlpes de l’exposition universelle de Shanghai : si le Cluster Beaujolais est né officiellement en septembre 2009, la « semaine Beaujolaise » organisée au printemps dernier dans la métropole chinoise restera comme l’action la plus marquante de sa première année d’activité. Au-delà d’une vitrine sur le monde, une vingtaine d’entreprises beaujolaises de la viticulture, de l’habillement et des accessoires de mode ont montré le sens d’une démarche transversale entre deux filières portée par un territoire. « Pour réussir sur tout marché, il importe de s’organiser sous une bannière

clairement visible, commente Philippe Lacondemine, président du conseil d’administration de la Cave Beaujolaise de Bully-Quincié. Nous avons la chance de porter un nom connu dans le monde entier. Utilisons-le en mettant en commun nos savoir-faire et nos moyens, en fixant des règles communes et en évitant l’individualisme. Dans mon domaine, la viticulture, j’apprends beaucoup en côtoyant des industriels de mon territoire : c’est tout le sens de la démarche du Cluster Beaujolais ». Selon la définition du professeur d’économie américain Michael Porter, le cluster consiste en la concentration géographique d’entreprises, sous-traitants, prestataires de services et instiENTREPRENDRE EN BEAUJOLAIS MAI 2011

11


tutions (formation, recherche...) dans un domaine particulier, qui sont potentiellement en concurrence et néanmoins développent des coopérations. « La spécificité du Cluster Beaujolais réside dans son approche inter-filières fédérant ainsi des entreprises de différents secteurs d’activités sur un même territoire : le pays Beaujolais. Ainsi, le Cluster Beaujolais regroupe des entreprises des secteurs de l’industrie, du bâtiment, de la viticulture, de l’agroalimentaire, de la communication, de l’hôtellerie, des loisirs... Pour autant qu’ils aient une finalité économique, le Cluster accueille des organismes de for-

Le Château de Longsard, acteur du territoire

I

Alexandra du Mesnil du Buisson

12

ENTREPRENDRE EN BEAUJOLAIS MAI 2011

l y a treize ans, après avoir vécu sur plusieurs continents Alexandra du Mesnil du Buisson, d’origine américaine, a choisi avec son époux de s’installer dans le Beaujolais pour ses vignobles. Elle y a découvert un patrimoine exceptionnel et une région au grand potentiel touristique. « C’est tout le sens de notre démarche pour un territoire au nom aussi connu à l’étranger que celui de Champagne, mais dont le territoire reste trop méconnu », commente la propriétaire du Château de Longsard, à Arnas. Le couple a transformé le château en un lieu d’hébergement combinant chambres d’hôtes et gîtes de prestige avec une résidence services de treize appartements, ainsi que des salles équipées pour accueillir des séminaires d’entreprise, le tout sur un domaine de vingt hectares. Présidente d’Atout Beaujolais, association de prestataires du monde du tourisme, la châtelaine adhère sans réserve à la démarche transversale du Cluster. « Associer producteurs, industriels, professionnels de l’accueil dans une même démarche de valorisation est intéressant pour tous, même si nous ne sommes pas, au départ, dans la même activité : nos hôtes sont très demandeurs de produits de qualité estampillés Beaujolais - textile, artisanat - en complément du vin. Tout le monde a à y gagner », poursuit Alexandra du Mesnil du Buisson, séduite aussi par l’investissement direct des entreprises dans le Cluster : « sur les salons, ce sont les professionnels qui vont eux-mêmes directement au devant de leurs clients. Cela fait toute la différence par rapport à un organisme qui vous représente. Nous sommes tous des acteurs du territoire, pas de simples passagers ».


Constituer une grappe d’entreprises du Beaujolais

Né des réflexions du  plan stratégique  « le Beaujolais demain », en réponse aux difficultés économiques rencontrées par la filière viti-vinicole, le Cluster Beaujolais a été officialisé fin 2009 par l’Etat, représenté par la souspréfecture de Villefranche-sur-Saône, l’Inter Beaujolais (interprofession vitivinicole) et la Chambre de Commerce et d’Industrie du Beaujolais. Il prévoit d’élaborer une vision stratégique partagée du développement du territoire Beaujolais, initialement en priorité autour de la filière viti-vinicole, en associant acteurs publics et privés, entreprises et organismes de formationrecherche. Au-delà de cette filière, les entreprises des secteurs de l’industrie, du négoce et des services participent aux travaux du Cluster. « Le Cluster est la traduction de la capacité des entreprises, collectivités, unités de recherche et de formation, à se mobiliser pour valoriser ensemble leurs complémentarités et leurs atouts, géographiques et sectoriels. C’est un catalyseur d’initiatives individuelles et un facilitateur d’accès à des aides extérieures. Les entreprises se retrouvent autour de projets élaborés en commun. Les projets retenus par le comité de pilotage du Cluster bénéficient d’un appui technique et/ou financier (mobilisation de fonds européens, nationaux, régionaux, départementaux ou privés) », poursuit Noël Comte. Récemment labellisé « grappe d’entreprises » par la Délégation interministérielle à l’aménagement du territoire et l’attractivité régionale (DATAR), le Cluster intègre le dispositif national qui apporte un soutien financier supplémentaire aux dynamiques territoriales de réseaux. Il s’est donné six priorités : L’innovation, les dérivés de la vigne et du vin, l’export, la reconquête du marché

Trois Questions à Noël Comte, président du Cluster Beaujolais • Le Cluster Beaujolais est le seul cluster territorial en Rhône-Alpes. Pourquoi cette situation tout à fait particulière pour le Beaujolais ? - Le Beaujolais est un territoire d’exception. Alors que les clusters de la Région Rhône-Alpes ont vocation à agréger des compétences autour d’une seule et même filière à l’échelle régionale, nous avons tenu à servir le territoire Beaujolais en associant à notre démarche collaborative les acteurs économiques des différentes filières représentées sur notre territoire ne voulant en négliger aucune. Lorsqu’il y a une volonté, il y a un chemin. Dans un monde globalisé, la solution pour exister demain et continuer à se développer consiste à décloisonner et à associer localement des compétences, à travailler ensemble sur des projets communs. C’est la dynamique que nous avons su mettre en œuvre dans le Beaujolais à la suite du diagnostic réalisé par l’État. Face au constat d’une filière viti-vinicole en crise, nous nous devions d’agir. Il nous fallait imaginer les moyens de la reconquête des marchés. Comme pour toute filière économique, la viticulture doit construire ses process de conception, de production, de commercialisation et surtout de marketing pour séduire les consommateurs. C’est cette ambition qui nous guide, à l’échelle, cette fois-ci, du territoire dans une dimension inter-filières, pour l’avenir de ses entreprises. - Dans ce travail, la notoriété du Beaujolais doit vous aider. Est-ce que vous avez pu mesurer cela par exemple lors de l’Exposition universelle de Shanghaï, qui était l’une des premières opérations clés du cluster ? - Certes, mais ce vocable universel de Beaujolais a tendance à se décliner sur un seul mode, celui du vin. Or le vin du Beaujolais a la chance de disposer d’un écrin qui est son territoire. Encore nous

faut-il le préserver et veiller à ce qu’il garde son charme et la qualité de son cadre de vie. Il nous faut mener des actions de diversification pour permettre à la filière viti-vinicole de valoriser ses productions et d’identifier de nouveaux débouchés. Des actions autour des vins pétillants, du chanvre, de la biomasse, sont en cours. Sur ce point, notre collaboration avec le canton du Valais, en Suisse, est prometteuse associant nos organismes de formation et recherche. Le Cluster permet de faire émerger ces expertises, de réaliser des rapprochements et crée des opportunités d’affaires. C’est ce que nous avons su faire à Shanghaï en présentant les savoir-faire de créateurs locaux ou des entreprises du textile. A terme c’est le territoire tout entier qui bénéficiera de ces échanges constructifs.

‘‘

mation-recherche, ISARA, Lycée Bel Air, INSA », présente Noël Comte, président du Cluster et président de la CCI du Beaujolais.

- Le cluster vient de se voir officiellement labellisé par la Datar. Qu’en attendezvous ? - C’est d’abord une reconnaissance pour la qualité de la démarche du Cluster , de son plan d’action et de la stratégie économique pour le territoire. Plus concrètement, la labellisation apporte un financement sur trois ans pour la conduite de projets d’envergure de R&D que nous sommes en train de concevoir dans le cadre de partenariat européen. Cette enveloppe vient en complément du financement des entreprises. Nous souhaitons qu’elle puisse être abondée par les collectivités à l’image du Département qui a d’ores et déjà apporté sa contribution. A terme elles seront les bénéficiaires du déploiement économique de nos travaux qui s’illustrera par l’attractivité économique du territoire. Cela peut-être autant d’opportunités pour le futur d’attirer des investisseurs, des porteurs de projets , de créer ou de voir émerger de nouvelles activités économiques.

ENTREPRENDRE EN BEAUJOLAIS MAI 2011

13


lyonnais de proximité, la promotion des savoir faire industriels sous la bannière Made in Beaujolais, la valorisation de l’offre de tourisme réceptif en Beaujolais dont le tourisme d’affaires et l’événementiel avec ParcExpo.

‘‘

« Joliment coloré, frais, pétillant… »

Illustration de la démarche du Cluster avec l’émergence d’une nouvelle offre locale de vins effervescents : « L’avenir du vignoble en Beaujolais repose sur la diversification », constate avec le recul que lui donne trente ans de travail dans la vigne Thierry Saint-Cyr, viticulteur et négociant (Cave Saint-Cyr,

C’est pour assurer une diversification et assurer des débouchés à de nouveaux produits que le Cluster se penche sur des productions complémentaires

‘‘ Le Lycée Bel Air travaille pour la relève en Beaujolais

P

our le non initié, rien ne distingue la parcelle plantée de jeunes pieds des hectares de vigne qui l’entourent. Pourtant, sur ces quelques centaines de mètres carrés du domaine du lycée agricole Bel Air (SaintJean d’Ardières) pourrait bien se jouer une partie de l’avenir du Beaujolais… Dans le cadre de la politique de diversification du vignoble, l’établissement public, membre du Cluster, travaille ici sur l’expérimentation et le développement du jus de raisin à partir de cépages spécifiquement dédiés à cette production. « L’objectif est de proposer aux viticulteurs du Beaujolais un complément d’activité durable, argumente Michel Maître, directeur du Lycée. L’introduction de cépages à très hauts rendements et aux coûts de production limités (taille et vendange

14

ENTREPRENDRE EN BEAUJOLAIS MAI 2011

mécaniques) favorise une rentabilité économique plus importante des exploitations. Et elle répond à une demande des industriels pour des jus de fruit français ». Si les essais s’avèrent concluants, ce jus de raisin industriel n’empêcherait pas les viticulteurs commercialisant déjà en direct du jus artisanal obtenu à partir de gamay de poursuivre leur démarche qualitative de niche. « Le jus de raisin, le chanvre, le chêne truffier ou les roses ont vocation à rester des cultures complémentaires. Malgré les arrachages, nous avons plus de vignes dans le Beaujolais que dans les années soixante. Je crois en l’avenir de viticulteurs ayant un vrai projet d’entreprise », poursuit Michel Maître, qui, bon an mal an, continue de former la relève de la filière viticole en Beaujolais.


à Anse.) C’est pour favoriser cette diversification et assurer des débouchés à de nouveaux produits que le Cluster se penche sur des productions complémentaires : jus de raisin, chanvre et vins effervescents. « Actuellement, les producteurs commercialisent en direct environ 1000 hl. de vins effervescents rouge et rosé à partir du cépage gamay, selon la méthode dite ancestrale . Joliment coloré, frais et pétillant, titrant environ 7° presque deux fois moins qu’un vin rouge tranquille, c’est un produit moderne, adapté aux nouvelles formes de consommation » poursuit Thierry Saint-Cyr. Fortement marqueté, ce vin effervescent est actuellement vendu sous différentes marques. Le rôle du Cluster, en partenariat avec les différents opérateurs, est de fédérer ces produits sous une marque ombrelle, plus visible pour les distributeurs et les consommateurs, en prévision d’une augmentation de la production à un seuil de 5000 hl/an. « Il y a une dynamique de groupe autour des effervescents qui nous aiderait à sortir d’une culture mono produit, satisfaisante quand tout va bien mais, on l’a vu, qui peut être dangereuse en cas de crise », observe le viticulteur. Et parce que le Beaujolais est avant tout un territoire, c’est donc autour de lui que s’agrègent les initiatives.

Cluster dès sa création : « Faire travailler les acteurs économiques ensemble au développement de leur territoire, c’est aussi favoriser leur ancrage, développer l’activité et des emplois locaux. Tout le monde a quelque chose à y gagner ». Une approche très pragmatique dans laquelle se reconnaît aussi Hans Meijboom. Avec son épouse, ce Néerlandais a repris il y a douze ans l’hôtel-restaurant Les Maritonnes, à Romanèche-Thorins, 21 chambres trois étoiles et deux suites, dont il a fait l’un des fleurons de l’hôtellerie, entre Bourgogne du Sud et Beaujolais. « Dans ma démarche professionnelle, j’ai toujours essayé de comprendre le comportement et la demande de mes clients, à 65 % non francophones, confie l’hôtelier. Or tout en séjournant aux Maritonnes, très peu d’entre eux connaissaient Fleurie ou Beaujeu par exemple. J’ai donc décidé de participer à la démarche du Cluster afin de développer les synergies avec les autres prestataires du Beaujolais. Pour une raison bien simple : quand nous développons des offres groupées, et que nous proposons à nos hôtes des activités dans les environs, ils séjournent plus longtemps sur le territoire, générant ainsi plus de nuitées pour l’hôtel. Ils consomment également d’avantage ici : des repas, du vin, de l’artisanat », explique Hans Meijboom.

Rebondir en fédérant les énergies

Paris-Nice et marathon du Beaujolais

« Cette forte identité de notre région, bien plus profonde que l’image qu’il montre à l’extérieur, va nous permettre de rebondir, avance Isabelle Minot, gérante d’Accentonic, agence de communication implantée à Limas. La notoriété du Beaujolais s’est construite sur le vin, au détriment parfois du territoire et de ses richesses. Le Cluster veut mettre en avant ces dernières, et la filière vinicole en recueillera les fruits, notamment grâce au développement de l’œnotourisme ». Parce que Accentonic compte parmi ses clients quelques-uns des poids lourds de l’économie locale, tous secteurs confondus, Isabelle Minot s’est sentie naturellement proche des préoccupations du

Autre avantage de la participation au Cluster : en mutualisant les coûts de promotion entre prestataires touristiques, ceux-ci peuvent participer à des salons jusque-là inaccessibles, comme récemment à Londres ou à Bruxelles. « Je crois beaucoup également à l’organisation d’événements d’envergure nationale et internationale : une étape en Beaujolais de la course cycliste Paris-Nice ou l’organisation du marathon international du Beaujolais élargissent notre clientèle vers une catégorie de sportifs à la recherche de bien-être », poursuit l’hôtelier, qui milite également pour un rapprochement avec des industriels locaux. « Nos établisse-

ments sont une vitrine pour le territoire et pour ses produits agroalimentaires, mais pas seulement, car nos savoir-faire sont multiples… ». C’est tout le sens de la démarche du groupe d’industriels du textile de Tarare et ses alentours qui vient d’adhérer au Cluster avec un projet de gamme de produits des arts de la table estampillée Beaujolais. Xavier Doligez, gérant de Rauch SA, société d’ennoblissement textile de Tarare, revient sur l’origine de cette initiative. « À l’intérieur du Cluster, notre groupe de travail, constitué par cinq entreprises - Rauch ; Dechelette-Malleval ; RCP ; Senzo ATD et STR - a pour projet de lancer une gamme de linge de table (nappes, tabliers, sets…) entièrement fabriqués en Beaujolais et destinés à l’événemen-

Le Cluster Beaujolais en bref • Près de 50 adhérents au premier semestre 2011, tous secteurs d’activité confondus (industrie, bâtiment, viticulture, agroalimentaire, communication, hôtellerie, loisirs…), sur l’ensemble du territoire du Beaujolais. • Un porteur et un facilitateur de projets pour les entreprises dans les domaines du tourisme, de la coopération internationale (Suisse, Canton du Valais, Chine, Shanghai) de la diversification des productions locales, de programmes de R&D… • Un site Internet www.clusterbeaujolais.com, et une plate-forme collaborative pour permettre aux adhérents d’échanger et de partager l’information sur les projets en cours. Contact : Sophie Landreau, animatrice du Cluster Beaujolais slandreau@villefranche.cci.fr

ENTREPRENDRE EN BEAUJOLAIS MAI 2011

15


L’ISARA rapproche Beaujolais et Valais

É

cole d’ingénieurs pour l’agriculture, l’agroalimentaire et le développement rural, l’ISARA-Lyon s’est naturellement rapproché du Cluster Beaujolais au travers de son activité de R&D et de son intérêt sur les pratiques culturales alternatives à la vigne, comme le chanvre ou le houblon. « L’originalité d’un Cluster inter-filières nous intéresse. Fortement marqués par l’agroalimentaire, nous savons que nous avons intérêt à aller chercher de l’information et à en échanger avec d’autres secteurs d’activités », explique Pascal Désamais, directeur de l’ISARA. Dans le cadre d’une coopération inter-filières engagée entre les acteurs du Canton du Valais et ceux du Cluster Beaujolais, il a participé en mars dernier à un voyage d’étude chez son homologue du Valais, l’école HES-SO, avec qui les premiers échanges devraient être concrétisés : « Le Beaujolais et le Valais sont deux régions assez proches, notamment en terme vitivinicole, et nous avons la volonté d’associer nos compétences dans une logique de rapprochement des milieux économiques et du milieu de l’enseignement professionnel », poursuit le directeur. Vignoble atypique, paysages, tissu industriel sont des points communs entre des territoires qui cherchent aussi tous deux à diversifier leur production à travers des dérivés innovants de la vigne. « Le Valais est allé très loin dans le domaine de la collaboration entre filières en développant notamment le label « Valais excellence » afin de distinguer les entreprises les plus performantes de son territoire, tous secteurs confondus. Dans le contexte très particulier de la Suisse, la démarche est intéressante et mérite qu’on l’étudie en associant au sein du Cluster Beaujolais les différents savoirfaire du territoire », estime Pascal Désamais.

16

ENTREPRENDRE EN BEAUJOLAIS MAI 2011

tiel (Beaujolais nouveau, Sarmentelles, etc.), aux restaurateurs et aux hébergeurs locaux. Grâce à une mise en collection permanente et à des créations originales, l’idée est de valoriser notre territoire avec un savoir-faire industriel local bien spécifique et complémentaire. Les membres de notre groupe maîtrisent en effet à eux cinq toute la chaîne du textile : tissage, induction, imprimé, ennoblissement, apprêtage mécanique… Le Cluster nous aidera au niveau de la force de vente, des partenaires venant d’autres secteurs et, bien sur, des débouchés ». La crise, textile cette fois, étant passé par-là, le Beaujolais vert se rapproche ainsi du Beaujolais rouge. « Nous lançons notre première collection en 2012 avec un sac textile, inclus dans un  panier du terroir , destiné au grand public . Mais pour que notre démarche aboutisse vraiment, il faut qu’elle ait un sens pour tous et que les produits soient adoptés d’abord par les professionnels locaux », poursuit Xavier Doligez, qui anticipe déjà ce que pourrait devenir cette ligne dans les années qui viennent : « si ça marche, nous vendrons nos produits à l’étranger bien sûr lors de nos déplacements sur des événements professionnels et, pourquoi ne pas proposer ensuite un concept clé en main dans d’autres régions n’ayant pas de tradition textile industrielle ? » Agir localement et penser globalement ; le slogan n’a pas pris une ride. « J’ai participé récemment à une conférence de presse dans une province chinoise de l’intérieur où les jeunes journalistes connaissaient tous le Beaujolais, raconte Philippe Lacondemine. Il faut prendre la mesure de cette notoriété mondiale et de tout ce qu’elle peut nous amener sans la galvauder. Pour aller sur ces marchés là, ou bien accueillir des investisseurs étrangers sur notre territoire, il faut agir de manière collective ». Après tout, cluster, en anglais, signifie grappe. Et tout seul, un grain, aussi juteux et goûteux soit-il, n’aura jamais le poids d’une grappe. Matthieu Massip


SERVICES

BMPB fait du téléphone une arme commerciale En s’attachant à recueillir une myriade d’informations ciblées pour le compte de ses donneurs d’ordres, l’entreprise de Limas facilite la concrétisation de contrats commerciaux.

L

orsqu’on lui demande de qualifier l’action de son entreprise, Alain Bonnevay la dit volontiers « défricheuse ». Fondateur de BMPB, spécialiste de la prospection commerciale dans les métiers industriels et techniques, l’ancien capitaine d’industrie ne tarit pas d’éloge sur l’outil téléphonique. Une technique qu’il a d’abord mise en œuvre pour son propre compte avant d’en faire profiter ses clients. « Le téléphone est une arme de guerre si l’on sait s’en servir », commente celui qui a fondé BMPB sur cette conviction. « Je viens de l’industrie et j’ai intégré la prospection téléphonique à mes activités avant le début des années 2000. Je peux donc affirmer que c’est ce qui m’a permis de gagner des parts de marché », explique Alain Bonnevay. Depuis deux ans, BMPB basée à Limas a déjà eu le temps de se construire une solide réputation auprès d’une clientèle composée aussi bien de TPE que de grands groupes internationaux. « Notre objectif est de faire de la qualification de fichiers. Avant de décrocher le téléphone pour nos clients, nous définissons un cahier des charges avec eux, afin de cibler les secteurs d’activités, les zones

géographiques et la taille des entreprises qu’ils souhaitent prospecter. Ensuite, notre équipe de téléprospecteurs entre en scène pour recueillir tous les renseignements qui seront utiles à nos donneurs d’ordres dans leurs démarches commerciales. Grâce à ce travail de défrichage, lorsque nos clients rappellent leurs prospects c’est dans la plupart des cas pour se déplacer ou établir des devis », détaille le pdg de BMPB. Ce gain de temps considérable a déjà séduit plus de 250 clients qui Alain Bonnevay mise sur l’outil téléphonique font confiance à l’entreprise beaujolaise pour qualifier leurs fi- sur l’ouverture d’une nouvelle agence à chiers commerciaux. Avec une équipe de Paris. « Même si les opérations de télé26 personnes et des agences à Nancy et prospection sont faites depuis Limas, le Bordeaux, BMPB réalise ses opérations maillage du territoire est important pour de prospection principalement en France, conquérir de nouveaux clients », justifie mais aussi en Europe et aux Etats-Unis. le PDG. En marge du développement « Nous sommes en négociation pour inté- commercial, BMPB s’emploie aussi à grer des collaborateurs qui pourront nous créer des conditions de travail optimales permettre de travailler prochainement pour ses collaborateurs. Un effort remaren Chine et en Russie », annonce Alain qué dans un secteur souvent stigmatisé Bonnevay dont l’ambition est de se his- sur ce point. C’est pourquoi dès cet été, la ser, à terme, parmi les leaders français de société qui ne travaille qu’avec des téléprospecteurs expérimentés et familiers de la téléprospection en BtoB. Pour l’heure, BMPB se fixe un objec- l’industrie, va investir dans un outil infortif de chiffre d’affaires de 3 millions matique permettant de faciliter la tâche de d’euros en 2012 et concentre ses efforts ses salariés.

Question à Maurice Aquarone, Responsable Communication au RSI Région Rhône

Quelles sont les nouveautés du Régime Social des Indépendants ? La dernière loi de réforme des retraites en date, promulguée le 10 novembre 2010, a beaucoup fait parler d’elle puisqu’elle recule progressivement les âges de départ. Mais

l’une de ses dispositions est certainement demeurée méconnue : la prochaine fusion des régimes complémentaires des artisans et des commerçants. La création du Régime Social des Indépendants intervenue le 1 er juillet 2006 avait fusionné les deux réseaux (AVA et ORGANIC), mais laissé subsister des disparités entre artisans et commerçants puisque les deux régimes complémen-

taires continuaient à fonctionner suivant leurs propres règles, avec des montants de cotisations et de prestations différents. La loi du 10 novembre 2010 pose donc le principe de la fusion des deux régimes d’assurance vieillesse complémentaires à compter du 1er janvier 2013 pour donner naissance à une seule structure applicable, aussi bien aux artisans qu’aux

commerçants. Après le rapprochement des régimes d’assurance décès et les régimes d’assurance invalidité, c’est un nouveau pas important qui va être franchi dans le domaine de la protection sociale des chefs d’entreprise indépendants. La CCIT du Beaujolais organisera une réunion sur ce thème le 16 novembre prochain.

ENTREPRENDRE EN BEAUJOLAIS MAI 2011

17


DÉVELOPPEMENT LOCAL

La Charmette trouve son rythme de croisière Désormais bien ancré dans son environnement, le bar restaurant du Haut Beaujolais attire aussi bien une clientèle de passage que des groupes et des habitués.

R

epris il y a un an par Laurence Coniel et son conjoint, le bar restaurant la Charmette est parvenu à se faire une place parmi les établissements du Haut Beaujolais. « Sur la première année, nous avons quasiment rempli nos objectifs  », souligne Laurence Coniel. Pourtant, pour leur baptême du feu, les nouveaux commerçants ont du composer avec une météo peu propice. Mais les nouveaux projets favorables au développement de l’activité ont pris le dessus. D’autant que Laurence Coniel et son conjoint ont trouvé un soutien favorable dans leur environnement. « Nous avons été bien accueillis par l’équipe municipale et nous sommes associés aux évènements culturels et festifs. Ainsi, à l’occasion de la Fête des Voyageurs qui a lieu en juillet, nous nous occupons de la restauration. De même, les élus de la commune ou du canton n’hésitent pas à se réunir dans notre établissement, et dernièrement c’est l’Office du tourisme de la communauté de communes du Haut Beaujolais qui a organisé une rencontre ici », explique Laurence Coniel. Élément désormais incontournable du développement local, la Charmette a également su trouver sa clientèle parmi

L’établissement bénéficie d’une vue panoramique sans pareil.

les touristes comme auprès des habitants des alentours. « Il fallait redynamiser cette affaire et prendre le temps de se faire connaître, analyse la gérante de la Charmette. Si l’année dernière la saison n’a véritablement démarré qu’en juillet, cette année nous avons déjà bien travaillé sur le printemps ». Niché sur les hauteurs de Saint Christophe, le restaurant bénéficie d’une vue panoramique sans pareil sur tout le Haut Beaujolais. Ses deux grandes salles offrent de larges possibilités pour organiser réu-

nions, banquets et autres fêtes de famille ou d’amis. Et le couple s’attache à proposer à ses clients une cuisine authentique réalisée à partir de produits frais pour la plupart achetés aux environs. « Nous privilégions les circuits courts et chaque fois que nous le pouvons, nous nous approvisionnons auprès des commerçants ou des producteurs locaux  », insiste Laurence Coniel. Autant d’atouts qui permettent à Laurence Coniel et son époux de placer ce premier anniversaire sous le signe de l’optimisme.

Question à Question à Roland Carrier, expert comptable, gérant du cabinet R3C à Limas

Quelles sont les réductions d’impôt pour investissement au capital dans les sociétés non cotées ?

Depuis la loi de finance 2011, les personnes physiques qui investissent dans une société non cotée ont droit à une réduction d’impôt sur le revenu égale à 18

22 % du montant investi au cours de l’année, dans la limite annuelle de 20 000 euros (personne seule) ou 40 000 euros (couple). Si elles sont éligibles à l’ISF, ces personnes peuvent également déduire 50 % du montant de leur investissement dans la limite de 45 000 euros. Ces investissements doivent être réalisés pour 5 ans et toute reprise anticipée totale ou partielle de l’investisse-

ENTREPRENDRE EN BEAUJOLAIS MAI 2011

ment oblige à rembourser le crédit d’impôt. Pour être certain que les investissements donnant droit à réduction profitent bien à des PME, la loi de finance de 2011 exige que les sociétés aient leur siège social en France ou dans l’Union européenne. Ces PME doivent aussi être éligibles à l’impôt sur les sociétés et avoir au moins deux salariés (un pour les artisans). Les PME doivent en outre justi-

fier d’une activité commerciale, industrielle, artisanale, libérale ou agricole. En revanche, les entreprises dont l’activité bénéficie de prix d’achats réglementés (comme le photovoltaïque) ou les sociétés gérant un patrimoine immobilier ou dont l’activité est le placement financier (à l’exception de certaines holding) sont exclues du champ des PME ouvrant droit à crédit d’impôt.


AMÉNAGEMENT

Côté Hôtel entre en scène Depuis fin avril, cet hôtel deux étoiles a ouvert ses portes aux Pont Tarrets. Un emplacement privilégié et propice aux partenariats, qui permet d’offrir des prestations originales.

U

ce qui m’a notamment n côté vigne, un côté permis de  travailler bois et un ensemble sur le Schéma de dévecoquet parfaitement loppement touristique inséré dans son environnedu territoire. Or cette ment. En créant leur hôtel aux étude a mis en lumière Ponts Tarrets sur la commune un déficit d’offre hôtede Légny, Franck Boulinet et lière sur la partie rurale Joëlle Dubois ont souhaité du Beaujolais», confie ancrer l’établissement dans Joëlle Dubois. Lorsqu’ils l’identité du territoire. D’où entendent parler d’un une aile côté vigne, tournée projet d’hôtel aux Ponts vers le Beaujolais viticole et Tarrets, à un moment où une autre côté bois vers les ils souhaitent donner une forêts du Beaujolais vert. La nouvelle orientation à décoration des 26 chambres leur vie professionnelle, ouvertes depuis le 23 avril Franck Boulinet et Joëlle est résolument moderne et Dubois n’hésitent donc le lieu privilégie la conviviapas longtemps. «À l’orilité. « Nous sommes au cœur gine, ce projet  d’hôtel d’un espace commercial émanait de la volonté où se trouvent un centre de des élus locaux. Nous beauté, un fleuriste, un coifles avons contactés puis feur, une salle de réception, nous nous sommes rapun boulanger, une boutique prochés de l’investisseur de produits du terroir, un resqui porte le programme taurant et une galerie d’art. immobilier. Nous avons Nous avons donc tissé des Joëlle Dubois et Franck Boulinet portent ce projet d’hôtel commencé à travailler liens avec ces commerçants aux Pont Tarrets sur ce projet il y a un an afin de développer une ofet nous avons ouvert le fre originale et spécifique », 23 avril », retrace l’hôdécrit Joëlle Dubois. Les nouveaux hôte- développer des partenariats avec les res- telière. Elle se dit notamment séduite par liers  souhaitent ainsi mettre l’accent sur taurateurs alentours, en jouant sur toute la « la synergie de savoir-faire présents sur les séjours alors que traditionnellement, gamme de l’offre, afin que chaque client le site des Ponts Tarrets ». Sans comple Beaujolais est plutôt une région de pas- de l’hôtel puisse trouver la solution de ter que ce lieu très passager bénéficie de sage. Mais ils ne négligent pas pour autant restauration qui lui convient. Un projet plusieurs parkings et d’un point d’inforles séminaires, mariages et autres soirées rondement mené et bien pensé par un mation touristique. Un atout de plus pour couple rompu à la gestion de tels établis- Côté Hôtel classé deux étoiles. étapes pour les professionnels. sements et qui connaît parfaitement les besoins hôteliers du Beaujolais. « Mon Une synergie de savoir-faire conjoint a travaillé vingt ans dans l’hôtelet d’expérience lerie en France et à l’étranger, dont treize En plus des liens avec les commerçants ans à Villefranche. Quant à moi, j’ai été de proximité, leur objectif est aussi de directrice de Destination Beaujolais, ENTREPRENDRE EN BEAUJOLAIS MAI 2011

19


INTERNATIONAL

Adesia est incollable à l’export En cinq ans, la part de l’activité de ce spécialiste de la fabrication de rubans adhésifs est passée de 30 à 50 %. Débuté en Turquie,le parcours d’Adesia se poursuit désormais en Europe de l’Est et du Sud, et vers les marchés plus lointains.

E

n 35 ans, Adesia a su s’imposer sur le marché des rubans adhésifs à destination de l’industrie, spécialement auprès des équipementiers automobile et des acteurs du bâtiment, ses principaux clients. Un parcours débuté en commercialisant ses produits à l’intérieur de nos frontières, avant d’entreprendre un développement à l’international sous l’impulsion de Guillaume Sarrazin, successeur de deux des cofondateurs de l’entreprise. « Lorsque je suis arrivé en 2006, Adesia avait une solide réputation en France. J’ai souhaité capitaliser sur cette force pour renforcer notre présence à l’export. Déjà, nous réalisions près de 30 % de notre chiffre d’affaires sur ce segment, mais les ventes étaient principalement faites avec des filiales de nos clients français implantées à l’étranger. Nous avions donc peu de clients directement à l’export », retrace Guillaume Sarrazin. Cinq ans plus tard, le spécialiste du développement et de la fabrication de rubans adhésifs, qui trouvent notamment leurs applications en isolation dans le bâtiment ou pour le collage de pièces pour l’automobile et le secteur médical, affiche 50 % d’activité à l’international. Une performance qui lui a permis de traverser la crise en maintenant son chiffre d’affaires. « En 2008, nous avons enregistré une baisse de 7  % de l’activité globale, mais dans le même temps, nous avons fait progresser nos ventes de plus de 10 % à l’international. Et en 2009, c’est encore l’export qui nous a permis de maintenir notre activité grâce à une augmentation de plus de 30 % sur les marchés extérieurs », se félicite le président d’Adesia. La société a réalisé 12.7 millions d’euros de chiffre 20

ENTREPRENDRE EN BEAUJOLAIS MAI 2011

La société d’Arnas entend bien pénétrer de nouveaux marchés.

d’affaires en 2010 avec une cinquantaine de salariés.

Un développement structuré Depuis 2006, Guillaume Sarrazin a recruté un commercial en Espagne, puis en Italie. Dans le même temps,  Adesia a renforcé sa présence en Turquie où elle travaillait déjà avec un partenaire depuis de nombreuses années. Puis en fin 2009, le déploiement commercial initié en 2008 au Brésil, et mis en sommeil durant la crise, a été réactivé. En parallèle, le chef d’entreprise a mis l’accent sur le développement de nouveaux produits en privilégiant ce qui fait la force d’Adesia : le surmesure. « Nous avons 5000 références, mais chaque produit est spécifiquement adapté à un client ». Un savoir-faire très spécifique qui permet à l’entreprise beau-

jolaise de gagner des parts de marché à l’international tout en maintenant la production en France. « Nous avons la chance de fabriquer des produits facilement transportables, car ils sont compacts ce qui limite les coûts d’acheminement. Par ailleurs, la part de la main d’œuvre reste relativement faible dans le coût global de fabrication des rubans adhésifs, donc notre développement à l’international ne s’accompagne pas de délocalisation de la production », insiste le président. Sans négliger les clients français, Adesia met donc résolument le cap sur l’étranger où la société d’Arnas entend bien pénétrer de nouveaux march��s, spécialement en Europe de l’Est, du Sud mais aussi sur le continent Sud Américain.


À TABLE

Le renouveau de l’Hostellerie de Saint-Georges Reprise en toute discrétion à l’automne dernier par un jeune chef déjà expérimenté, l’Hostellerie de Saint-Georges (Saint-Georges de Reneins), se construit une nouvelle image, plus contemporaine, sans renier les bases d’une bonne cuisine de terroir faite de produits frais et de saison. Attention, adresse en devenir !

P

armi les plaisirs du gastronome, la découverte d’adresses encore confidentielles mais dont on devine le potentiel gourmand, n’est pas le moindre. Si vous vous sentez l’âme d’un découvreur, pressez-vous à l’Hostellerie de SaintGeorges, à Saint-Georges de Reneins. Une adresse bien connue, reprise sans bruit en septembre dernier par un chef de 31 ans originaire du Mans, Yoann Gasselin, qui s’est installé dans le Beaujolais pour les beaux yeux de son épouse lyonnaise. Il a fait ses gammes chez Jean Bardet (deux macarons, à Tours), Pétrossian et le Georges V à Paris, avant d’être promu sous-chef à l’Ouest de Paul Bocuse. Une formation solide et de haut niveau qui lui donne envie de voler de ses propres ailes. « J’avais une forte envie de m’installer à mon compte et de sortir de Lyon. Ici, l’affaire à reprendre avait un beau potentiel qui me correspondait et c’est parti ! ». Vite, très vite. « C’est vrai que j’ai préféré m’occuper tout de suite de développer le restaurant plutôt que de refaire la façade ou de communiquer sur cette reprise. Finalement, je suis plutôt mauvais vendeur », reconnaît le chef. On l’aura compris, le Manceau préfère, et de loin, s’exprimer en cuisine, et déjà, le boucheà-oreille commence à fonctionner le long de l’ancienne Nationale 6. Modestement, mais sans cacher ses ambitions (« un Bib gourmand dans le guide rouge serait parfait ») le chef annonce la couleur et sa conception du métier : « des produits frais et de saison, achetés localement en priorité et cuisinés simplement, de manière classique, maîtrisée et sans superflu ». Illustration avec la formule à 14 € servie à

midi en semaine. Le jour de notre visite, Yoann Gasselin proposait une terrine de volaille maison tiède, une escalope milanaise et risotto ou un carpaccio de bœuf, et en dessert, mousse au chocolat ou carpaccio d’ananas.

Nappes blanches et vins au verre Suggestion du jour sur l’ardoise, nappes blanches et vins au verre - avec une belle Yoann Gasselin vole maintenant de ses propres ailes. sélection de crus du Beaujolais, bien sûr… Sans esbrouffe, les choix sont as- avons une salle retirée d’une quinzaine sumés. « Nous avons pris le parti de pro- de couverts qui se prête bien aux repas poser une petite carte (trois viandes, trois d’affaires », poursuit le chef, qui a, pour poissons plus la suggestion du jour) et son Beaujolais d’adoption, la foi des seulement trois menus (23 €, 32 € et 42 €) nouveaux convertis. « J’ai découvert, et avec à chaque fois un choix de deux en- je continue de découvrir chaque jour, la trées, deux plats et deux desserts (certains région, poursuit-il. Derrière le vignoble, il menus avec le fromage). Une volonté dé- y a des paysages magnifiques. J’ignorais libérée de simplicité et de pragmatisme : que la région était aussi touristique. De ce « travailler peu de produits, et les travailler point de vue, le potentiel est important et bien, c’est le seul moyen de garantir la complémentaire avec une belle offre gasfraîcheur des produits qui viennent du tronomique ». Une belle offre qui vient de marché couvert de Villefranche pour les s’enrichir encore d’une adresse. légumes, de mes bouchers et de mon poissonnier locaux. Outre la qualité optimale, Hostellerie de Saint-Georges proposer des plats de saison nous permet 27, avenue Charles De Gaulle également de mieux maîtriser les prix ». 69830 Saint-Georges de Reneins Morceaux choisis sur les menus en ce Tel. : 04 74 67 62 78 mois de mai : « poitrine de cochon confite Formule du jour à 14 e en semaine (entrée-platet piperade de poivrons doux » ; « asper- dessert) ges blanches rôties au jus, tranche de jam- Menus à 23 e, 32 e et 42 e. Carte. bon serrano » ; « Saint-Jacques de Saint- Fermeture hebdomadaire le mercredi. Brieuc, mousseline de petits pois à l’huile Ouvert tous les autres jours à midi et les jeudis, de noisettes » et le très coloré « carpaccio vendredi et samedi soir. de homard bleu, confiture de citrons jau- Fermeture annuelle trois semaines en août. nes », parfait pour une pause printanière sur la terrasse ombragée de l’hostellerie, et, pourquoi pas, pour conclure ou négocier une affaire. « Nous ne sommes pas encore équipés pour organiser des journées complètes de séminaire, mais nous ENTREPRENDRE EN BEAUJOLAIS MAI 2011

21


ACTUALITÉS JURIDIQUES Encaissement par CB : récapitulatif annuel des banques Les banques françaises se sont engagées à fournir à leurs clients commerçants un récapitulatif annuel des sommes perçues au titre du service d’encaissement des paiements par carte bancaire : la mise à disposition du premier récapitulatif pour l’année 2010 devait en principe être effective avant le 31 mars 2011. Le cadre de ce récapitulatif est défini dans une bonne pratique professionnelle FBF de janvier 2011 disponible sur le site Internet de la FBF. Communiqué FBF du 12 janvier 2011 ; Bonne pratique professionnelle FBF Janvier 2011 ; Plus de détails : http://www.fbf.fr/web/Internet2010/Content.nsf/DocumentsByIDWeb/8C ZMTX?OpenDocument

Débits de boissons à consommer sur place : dépistage de l’imprégnation alcoolique Dans le cadre de la sécurité quotidienne et de la prévention de la délinquance, la loi « LOPPSI II » a aménagé la règlementation de certaines activités professionnelles. Ainsi, dans les débits de boissons à consommer sur place dont la fermeture intervient entre 2 h et 7 h, un ou plusieurs dispositifs permettant le dépistage de l’imprégnation alcoolique doivent être mis à la disposition du public. Les modalités d’application et de mise à disposition de ces dispositifs sont fixées par arrêtés interministériels. L. n° 2011-267 du 14 mars 2011 ; Conseil constitutionnel n° 2011-625 DC du 10 mars 2011.

Bail commercial : renouvellement Pour bénéficier du droit au renouvellement de son bail commercial, le locataire commerçant doit être immatriculé au RCS pour l’activité contractuellement autorisée et non pour une autre activité. Ainsi, pour la jurisprudence, l’immatriculation étant spécifique au fonds exploité, le preneur n’a droit au renouvellement du bail qu’à la condition que l’activité exploitée dans les lieux soit la même que celle pour laquelle il est immatriculé au RCS.

Marches publics : attestation fiscale en ligne Une nouvelle offre de service est offerte aux entreprises soumises à l’IS et assujetties à la TVA en vue de simplifier et d’accélérer leurs démarches administratives. Délivré en temps réel et en format PDF, le document attestant que les entreprises respectent leurs obligations de déclaration et de paiement de l’IS et de la TVA peut être sauvegardé et édité autant de fois que nécessaire aux cours de l’année. L’attestation délivrée directement en ligne est acceptée par l’ensemble des administrations demandant la production d’une attestation fiscale, et notamment par la personne publique habilitée dans le cadre de l’attribution de marchés publics. Plus de détails : http://www.impots.gouv.fr/portal/dgi/public/popup;jsessionid=LBBAXU0Q0DWKXQFIEIPS FFA?espId=2&typePage=cpr02&docOid=documentstandard_5864&temNvlPopUp=true

Gérants majoritaires de SARL : AT / MP Les dispositions du Code général des Impôts qui prévoient : - d’une part, l’exonération des indemnités allouées aux personnes atteintes d’une affection comportant un traitement prolongé et une thérapeutique particulièrement couteuse ; - d’autre part, l’exonération des indemnités temporaires servies aux victimes d’accident du travail ou à leurs ayants droit à hauteur de 50 % de leur montant, ne concernent que les indemnités versées par le RGSS et la MSA ou pour leur compte. Le bénéfice de ces exonérations ne peut être étendu aux personnes relevant d’un régime spécial de Sécurité sociale (RGSS) et du régime social des indépendants (RSI) dont relèvent les gérants majoritaires de SARL, dès lors que les TNS ne cotisent pas pour le risque accident du travail et, le cas échéant perçoivent les mêmes indemnités quel que soit le cadre, privé ou professionnel, dans lequel est intervenu la maladie ou l’accident. Rép. min. Q. n° 14007 JO AN du 28 décembre 2010 ; Rép. min. Q. n° 88018 JO AN du 14 décembre 2010 ; CGI, art. 80 quinquies et 81,8° - Voir les réponses ministérielles : http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-88018QE.htm . http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-91774QE.htm

L’immatriculation doit en outre être régulièrement déclarée au sens du Code de commerce.

Retards de paiement : directive UE

Dès lors, ne peuvent prétendre au renouvellement de leur bail, les preneurs dont l’inscription au RCS ne comprend pas l’activité exercée dans les lieux loués et qui ne peuvent justifier d’une dispense d’inscription en cas de soumission volontaire au statut des baux commerciaux.

Une directive européenne du 16 février 2011 concernant la lutte contre le retard de paiement dans les transactions commerciales, refondant la précédente directive du 29 juin 2000, doit être transposée au plus tard le 13 mars 2013.

C. Cass. n° 09-71.910 du 18 janvier 2011 ; D. du 30 mai 1984 art. 8, 1er B.

S’agissant notamment des transactions entre entreprises et pouvoirs publics, elle impose un délai maximum de paiement fixé à 30 jours d’ores et déjà respecté en France.

Chambres d’hôtes : affiliation obligatoire au RSI Les loueurs de chambres d’hôtes répondant à la définition du Code de Tourisme sont obligatoirement affiliés au régime d’assurance maladie maternité des TNS dès lors que le revenu imposable tiré de cette activité est supérieure au seuil d’exonération de faibles revenus professionnels non salariés non agricoles applicable en matière de cotisations sociales, soit actuellement 4670 e (pour les revenus perçus en 2010). Les assurés relèvent du groupe des professions industrielles et commerciales relevant du régime social des indépendants (RSI). LF SS 2011 n°2010-1594 du 20 décembre 2010, art. 22 ; C. Tourisme art. L. 324-3 et CSS, art. L. 613-1 + L. 622-4.

22

ENTREPRENDRE EN BEAUJOLAIS MAI 2011

Ce délai peut être prolongé de 60 jours pour tout pouvoir public qui exerce des activités économiques à caractère industriel ou commercial consistant à offrir des marchandises et des services sur le marché et soumis, en tant qu’entreprise publique, aux exigences de transparence. La directive prévoit également une indemnisation pour les frais de recouvrement (versement d’un montant forfaitaire minimum de 40 e à titre d’intérêt pour retard de paiement, indemnisation raisonnable pour tous les autres frais de recouvrement venant en sus du montant forfaitaire tels que des frais d’avocat ou de recours à une société de recouvrement de créances). Rép. min. Q. n° 14007 JO AN du 28 décembre 2010 ; Rép. min. Q. n° 88018 JO AN du 14 décembre 2010 ; CGI, art. 80 quinquies et 81,8° - Voir les réponses ministérielles : http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-88018QE.htm . http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-91774QE.htm


ENTREPRENDRE EN BEAUJOLAIS MAI 2011

23


24

ENTREPRENDRE EN BEAUJOLAIS MAI 2011


ENTREPRENDRE EN BEAUJOLAIS MAI 2011

25


26

ENTREPRENDRE EN BEAUJOLAIS MAI 2011


ENTREPRENDRE EN BEAUJOLAIS MAI 2011

27


28

ENTREPRENDRE EN BEAUJOLAIS MAI 2011


ENTREPRENDRE EN BEAUJOLAIS MAI 2011

29


30

ENTREPRENDRE EN BEAUJOLAIS MAI 2011


Chambre de Commerce et d’Industrie du Beaujolais

ACTUALITÉS CCI

www.beaujolais-cci.com - Contact • Tél : 04 74 62 73 00 - E-mail : cci@villefranche.cci.fr

La CCIT du Beaujolais en marche Suite à la réforme du réseau consulaire liée à la RGPP et aux élections consulaires, une nouvelle organisation de travail est en train de voir le jour en coordination avec la nouvelle CCI Région Rhône-Alpes

Les Commissions – Les Groupes de travail thématiques

Mis en place à chaque renouvellement de la CCIT, les groupes de travail sont composés de membres titulaires, de membres associés. Ils ont pour mission de préparer les prises de position de la Chambre, sur les questions intéressant l’économie et l’aménagement du territoire. 9 commissions et 3 groupes de travail ont été mis en place à la CCIT du Beaujolais faisant le lien avec les 8 commissions régionales créées par la CCIR Rhône-Alpes. Le président Noël Comte, membre du bureau de la CCIR a été désigné en Rhône-Alpes comme le référent de la commission régionale Aménagement du territoire. Le plan de mandat issu des réflexions du séminaire des élus sera présenté à la prochaine assemblée générale de la CCIT en juin.

Elle se décline ainsi L’assemblée générale de la CCIT de Villefranche et du Beaujolais Constituée de 30 membres élus, elle est l’expression des entreprises industrielles, commerciales et prestataires de services. Elle vote la politique de la CCIT. Aux côtés des élus siègent, avec voix consultatives, les membres associés.

Les commissions et groupes de travail de la CCIT du Beaujolais Création/Transmission - Aménagement du Territoire - Industrie Développement Durable - Formation - Tourisme - Commerce International - Services - Sport et économie - Communication Relations avec le TC. Les commissions de la CCIR Rhône-Alpes Création/transmission - Aménagement du Territoire - Industrie et services/Appui aux entreprises - Développement Durable Formation - Tourisme - Commerce - International

Le Président : Noël Comte Représentant de la Chambre auprès des Pouvoirs Publics, il est également responsable du fonctionnement de la CCIT. Élu pour 5 ans par l’assemblée générale, il est chargé de l’exécution du budget. Le Bureau Composé de 7 personnes élues par l’assemblée générale, il oriente la politique de la CCI et prépare, aux côtés du Président, les dossiers qui seront soumis à l’approbation de l’assemblée générale. Membres du bureau • M. Noël COMTE, Président • M. Jean-Pierre MARTIN, 1er Vice-président • M. Georges CORNATON, Vice-président • M. Pierre CASOLI, Vice-président • M. Christophe GOUDARD, Trésorier • M. Gérard VANDAMME, Trésorier adjoint • M. Jean-Baptiste MAISONNEUVE, Secrétaire

Au premier rang, et de gauche à droite : Gérard Vandamme ; Noël Comte ; Didier Loth, Sous-préfet ; Jean-Pierre Martin ; Pierre Casoli ; Marie-Françoise Eymin.

ENTREPRENDRE EN BEAUJOLAIS MAI 2011

31


ACTUALITÉS CCI

Assemblée Générale de Beaujolais Business Angels : un partenariat confirmé avec la CCI du Beaujolais et la Banque Populaire Loire et Lyonnais Le 5 avril dernier, l’Assemblée Générale de Beaujolais Business Angels s’est tenue à la Chambre de Commerce et d’Industrie du Beaujolais. M. Jean-Baptiste Maisonneuve, Président de l’Association, Directeur Général des Autocars Maisonneuve, a présenté le premier bilan d’activité de cette jeune association créée fin 2009, dont l’objectif est de mettre en relation des investisseurs et des porteurs de projet d’entreprise à fort potentiel de croissance, favorisant ainsi la création ou le développement d’entreprises en Beaujolais. Parmi une trentaine de sollicitations, six projets ont été analysés, trois ont été présentés aux investisseurs qui ont investi finalement dans deux entreprises aux projets innovants et prometteurs : Sowetrip (carnets de voyage sur internet) et C-France (vente en ligne de produits made in France). L’association est, pour ses membres, l’occasion d’investir autrement, en misant sur des projets locaux tout en leur apportant

leurs compétences. Beaujolais Business Angels accueille régulièrement de nouveaux investisseurs. Plus d’un an après sa création, elle compte 20 membres. À travers l’association, ils participent au développement économique et à la création d’emplois sur le Beaujolais Val de Saône tout en bénéficiant d’avantages fiscaux. Cette soirée a été également l’occasion de renouveler le partenariat avec La Banque Populaire Loire et Lyonnais qui en tant que membre associé contribue financièrement au succès de cette initiative pour le développement des entreprises locales. Enfin, un nouveau projet a été présenté aux membres, qui se détermineront prochainement, aux côtés d’autres réseaux de Business Angels actifs en Rhône-Alpes. Contact BBA : Sophie Chleq- schleq@villefranche.cci.fr

Transmission et reprise d’entreprises Vous avez le projet de céder votre société, votre fonds de commerce ou votre droit au bail ? La CCI du Beaujolais, vous accompagne personnellement, en complément de vos conseillers habituels et met à votre disposition un ensemble de moyens pour réussir votre transmission. Un conseiller spécialisé est à votre écoute, en direct, au 04 74 62 73 76. Nous vous proposons de vous rendre visite, afin de mieux connaître votre entreprise et échanger avec vous sur le contexte de votre transmission et ainsi, vous accompagner au mieux dans la préparation et l’anticipation du projet. Nous faciliterons ensuite votre mise en relation avec des repreneurs potentiels grâce à la base d’annonces en ligne des Chambres de Commerce, CCIBLE.

Nous vous invitons à participer à des réunions d’information. D’ores et déjà, retenez ces dates : • 13 OCTOBRE : « la reprise par les salariés » dans le cadre des ateliers repreneurs • 20 OCTOBRE : lors du Salon de l’Entreprise organisé par la CCIB à ParcExpo, conférence sur le thème « préparation et valorisation de la transmission » • 16 NOVEMBRE : lors de la semaine nationale de la création, conférence sur le thème « la retraite des entrepreneurs » animé par le RSI • 22 DÉCEMBRE : dans le cadre du cycle de conférences en soirée, sur le thème de « combien vaut mon entreprise » animé par un expert-comptable et un avocat en droit des affaires.

Contact : Monique Bouvier Chargée de mission transmission – reprise. CCIB 32

ENTREPRENDRE EN BEAUJOLAIS MAI 2011


ACTUALITÉS CCI

Salon de l’Entreprise à ParcExpo Villefranche Beaujolais, Terre d’excellence… Rendez-vous le Jeudi 20 octobre 2011 de 9 h à 21 h à ParcExpo au Salon de l’Entreprise ! Le territoire du Beaujolais est fréquemment cité en exemple pour son dynamisme économique, sa réactivité, son innovation et sa qualité de vie. La CCI du Beaujolais, CCI de proximité a depuis de nombreuses années créé l’événement en organisant des rencontres professionnelles, salons et forums… Forum économique, village d’entreprises, espace de rencontres professionnelles et d’exposition, le Salon de l’Entreprise est ouvert aux commerçants, industriels, prestataires de services, groupements d’entreprises, créateurs repreneurs et collectivités locales. Le « Salon de l’Entreprise » permettra de rencontrer sur un même lieu, dans un espace temps limité, les principaux acteurs privés et publics du développement économique au service des entreprises du Beaujolais Val de Saône Cette manifestation sera une bonne occasion pour tout entrepreneur - confronté par exemple à une opération de croissance de développement à l’international, de problématiques environnementales -, de trouver une palette de réponses à ses interrogations, une véritable aide à la décision. Le « Salon de l’Entreprise », carrefour d’échanges et croisement des savoir-faire et des expériences est structuré à l’image d’un village mettant en scène des quartiers, rue du commerce, square des réseaux, quartier des finances, zone des activités industrielles… Près de 70 exposants seront présents sur des stands et présenteront aux visiteurs leurs offres de services. Parallèlement de nombreux ateliers thématiques permettront d’avoir une première information collective qui pourra être enrichie par des entretiens individuels auprès des exposants professionnels. Les visiteurs pourront également suivre deux conférences portant sur « l’opportunité d’une marque territoriale » et « ruralité et développement économique ». Participer au Salon est une opportunité pour tout commerçant et chef d’entreprise de rencontrer des prestataires et interlocuteurs qui pourront contribuer au développement de leur entreprise. Si vous souhaitez être exposant au Salon de l’Entreprise, il vous est possible d’obtenir dès à présent un dossier de commercialisation. Le nombre de places est limité.

Vous avez reçu un trophée ? Appel à candidatures pour les trophées « Excellence 2011 »

La CCI du Beaujolais mettra à l’honneur lors de la soirée de clôture du « Salon de l’Entreprise » les entreprises industrielles, les commerçants et les prestataires de services qui, au cours des 12 derniers mois, ont reçu un prix régional ou une reconnaissance nationale pour les résultats de leur croissance ou leur politique sociétale ou environnementale. Ils recevront le trophée « Excellence 2011 » et rejoindront ainsi les entreprises lauréates 2010 : Plattard, Nomblot, Château de Pizay, Coquard, Duboeuf La CCI souhaite ainsi promouvoir l’exemplarité, donner envie à d’autres, d’innover, de s’engager et aussi de participer aux concours et trophées pour lequel nombre d’entreprises peuvent être sollicitées. Si vous-même ou votre entreprise avez reçu une distinction, nous vous remercions de nous en informer le plus tôt possible afin que nous puissions vous inscrire sur la liste des entreprises leaders. Contact : G.Raffoux - graffoux@villefranche.cci.fr

En savoir plus : Téléchargez votre dossier sur www. beaujolais-cci.com/salon Contacts : Pascal Danger - pdanger@villefranche.cci.fr Mylène Vivier - mvivier@villefranche.cci.fr ENTREPRENDRE EN BEAUJOLAIS MAI 2011

33


ACTUALITÉS CCI

Quinzaine de l’international en Beaujolais : un bilan positif ! Le 19 et le 21 avril, la Chambre de Commerce et d’Industrie du Beaujolais a donné rendez-vous aux chefs d’entreprise dans ses locaux sur le thème de l’international : l’occasion de s’informer auprès d’experts sur les marchés étrangers. Comment aborder l’international, quels financements peuvent être mobilisés, ces questions étaient au centre de ces journées dont l’objectif est d’inciter les chefs d’entreprise à se développer à l’export. Au total 19 rendez-vous ont eu lieu ! Les entreprises ont pu s’informer auprès des «  experts pays  » présents qui représentaient l’Espagne, le Canada, la Chine, Les Emirats Arabes Unis, les Etats-Unis ainsi qu’auprès des financeurs COFACE, OSEO et UBIFRANCE. Par ailleurs, 5 entreprises du Beaujolais ont participé à la journée spéciale VIE (Volontaire International Entreprise)

avec l’objectif de recruter. Le Volontariat International en Entreprise (VIE) permet à une entreprise qui souhaite développer ses activités à l’international de confier une mission professionnelle à l’étranger à un jeune (18 à 28 ans) pendant une durée variant de 6 à 24 mois. Le coût VIE peutêtre intégré dans une assurance prospection Coface, et ouvre droit également à un crédit d’impôt export permettant la prise en charge jusqu’à 50 % des indemnités du volontaire. Le dispositif VIE, géré par l’agence UBIFRANCE, est placé sous l’autorité du Ministère délégué au Commerce extérieur et bénéficie d’un statut public. La quinzaine de l’international organisé par la CCIR et les CCIT de Rhône-Alpes réunit depuis 3 ans tous les partenaires privés et publics de l’appui à l’international avec le soutien de la Région RhôneAlpes et d’Ubifrance. Contact : Christophe Blanc - cblanc@villefranche.cci.fr

Démarche exemplaire à Créacité En raison des difficultés de tri rencontrées par les entreprises de Créacité, la CCI du Beaujolais, la CMAR, Beaujolais Initiatives et la CAVIL ont lancé une démarche environnement-sécurité en 2009. Se sont succédés, réunions de sensibilisation auprès des créateurs, prédiagnostics environnement-sécurité puis consultation d’entreprises pour la mise en place d’une gestion collective des déchets de la pépinière d’entreprises de Villefranche. Suivant la nature des déchets, différents prestataires ont été retenus. De nouvelles règles de tri ont été mises en place 34

ENTREPRENDRE EN BEAUJOLAIS MAI 2011

et les bacs bien identifiés : bacs bleus pour le papier et le carton, benne verte pour le plastique, local dédié pour le bois, et enfin contenants pour la collecte des déchets dangereux de bureaux (toner, piles…). Au-delà des questions environnementales, cette action a permis d’aborder les obligations de chacun en matière de sécurité telles que le document unique, les contrôles

périodiques obligatoires. Enfin ces aspects on été intégrés dans le règlement intérieur de la pépinière. A présent, toute nouvelle entreprise entrant à Créacité signe une charte de l’environnement - sécurité et devient éco-responsable. Cette démarche globale a permis une réduction de 40 % des déchets et d’augmenter d’autant la valorisation à la grande satisfaction de tous les acteurs de cette initiative. Contact : CCI environnement : Céline Bougrain cbougrain@villefranche.cci.fr Beaujolais Initiatives : Aurélie Giraud beaujolais-initiatives@villefranche.cci.fr


CCI formation Boostez vos compétences !

COMMUNICATION & DEVELOPPEMENT PERSONNEL RESSOURCES HUMAINES • Concevoir et rédiger des écrits professionnels : 6, 7 et 27 juin • Attribution et fonctionnement du CE : 20 juin • Animer des réunions efficaces : 6, 20 et 28 juin • Optimiser son temps et ses priorités : 9, 20 et 28 juin VENTE & MARKETING • Répondre et gagner des appels d’offres publics par voie électronique : 26 et 27 mai • Réussissez vos actions de communication : 14 et 20 juin • Un accueil professionnel en face à face : 21 et 28 juin COMMERCE INTERNATIONAL • La TVA à l’international : 7 juin • La douane et l’entreprise : 9, 17 et 21 juin • Déclaration d’échanges de bien et TVA intracommunautaire : 14 juin • Les techniques de base du commerce international : 20, 27 juin et 1er juillet • Les règles incoterms ® 2010 - entrée en vigueur au 1er janvier 2011 : 23 juin

en

à votre sez D. I

Droit Individu el à la Formatio n

INFORMATIQUE • Se familiariser à la bureautique : 6, 9, 15, 21 et 24 juin • Premiers pas avec un ordinateur: 6 et 10 juin • Windows XP : 16 juin • Word initiation version 2003 : 20 et 23 juin • Word perfectionnement version 2003 : 24, 28 juin et 1er juillet • Excel initiation version 2003 : 27, 30 juin et 1er juillet • Excel perfectionnement version 2003 : 9 et 14 juin • Excel perfectionnement version 2007 : 30 juin et 4 juillet • Open Office Calc initiation : 9 et 13 juin Nouveau ! • Powerpoint version 2007 : 21 (journée) et 27 (matin) juin • Access initiation : 7, 14 et 23 juin • Travaillez vos images et photos : 30 juin • Mise en œuvre d’une architecture simple de votre site web avec Publisher : 10 et 17 juin • Internet et la messagerie Outlook Express : 28 juin FORMATION DIPLOMANTE . DCG (Diplôme de Comptabilité et de Gestion) : 1 ou 2 unités à partir du 3 octobre, en cours du soir En savoir plus : Pascale MARET - Tél 04 74 62 95 89

SECURITE

FORMATIONS EN LANGUES

• Sauveteurs secouristes du travail : 6 et 7 juin

• Anglais, Italien, Espagnol, Allemand - Session de 30h en groupe (journée ou soirée). Ouverture à tout moment de l’année ! - Formations sur mesure en groupe, à distance, en individuel ou en binôme

GESTION & COMPTABILITE • Élaborer des tableaux de bord et des résultat flash : 27 et 30 mai • Comptabilité pour non comptable (module 1) : 26, 31 mai et 7 juin • Tenir ses comptes au quotidien (module 2) : 14, 20, 28 juin et 1er juillet • Les bases de la paie (niveau 1) : 9, 16 et 21 juin • Approfondissement de la paie (niveau 2) : 23 et 30 juin

@ Retrouvez toutes nos formations sur : www.beaujolais-cci.com

.! .F

Management, communication & développement personnel, gestion des ressources humaines, vente & marketing, gestion & comptabilité, informatique, commerce international, qualité, hygiène, sécurité, développement durable, achats, langues

P

De l’initiation au perfectionnement, une offre de formation diversifiée et adaptée à vos besoins (en collectif, en binôme ou en individuel).

• Venez vous former pendant l’été : Semaines intensives pour tout public adultes et scolaires • Validez vos compétences en langues, notre centre est agréé BULATS ! (Certification Européenne du niveau linguistique) Contact Gisèle DUBOIS - Tél 04 74 62 90 25 !

Pour plus d’information, toute notre équipe est à votre disposition au 04 74 62 95 89 ! E-mail : formation@villefranche.cci.fr



ENTREPRENDRE EN BEAUJOLAIS