Issuu on Google+

tcheky karyo EN GUEST STAR À LA RÉUNION RETROUVEZ L’AGENDA CULTUREL DANS CE NUMÉRO

Love tattoo TOUS DEHORS SHOPPING TRIP

#GRATUIT 1

DÉCEMBRE 2010 - JANVIER 2011

MODE

CharLes Rios SCÉNOGRAPHE


le nez dehors

03

PHOTO DE COUVERTURE Samuel : Chemise Kaporal Sainte-Marie. Marcel G Star City Sport. Jeans Diesel City Sport. Ceinture Diesel City Sport. Lunettes Opti Kréateur. Baskets City Sport. Mannequin : Agence BB Stylisme Florence Blanc Maquillage Florence De Launay. Vélo en location chez Planète Nature.

au cœur de

l'orient

BUZ BUZ MAGAZINE Bimestriel N° 1 décembre 2010, janvier 2011

DIRECTEURS DE LA PLUBLICATION Pascal Peloux, Francis Foissard

RÉDACTRICE EN CHEF Véronique Lauret

RÉDACTION Véronique Lauret, Anne Rochoux, Isabelle Froger, Béatrice Binoche, Olivier Soufflet

DIRECTION ARTISTIQUE Pascal Peloux, Francis Foissard

GRAPHISME Pascal Peloux, Francis Foissard, Hélène Moignard, Delphine Lucas

STYLISME Leila Patel, Catherine Grégoire, Florence Blanc

AGENCE MANNEQUIN & MAQUILLAGE

ÇA ROCK À L’EST

Senteurs de jasmin et fleur d’oranger. Bienvenue au Hammam Sarah.

Dans les contrées plutôt calmes de Saint-André, un petit resto fait du bruit. Mais attention, du bon ! Au cœur de la zone commerciale La Cocoteraie, le Full Brasserie a pris le pari d’organiser des soirées concerts avec une préférence affichée pour le rock. Quitte à lier l’utile à l’agréable, Damiano Parisi joue les cuistots derrière les fourneaux de son restaurant italien et les programmateurs parce que le rock, il aime ça !

On a testé pour vous et pour notre plus grand bonheur le soin par excellence « le Hammam Sarah », près de trois heures de délectation intense. Le voyage commence par le traditionnel et incontournable « petit coup de chaud » au hammam. Une fois bien détendu, on pénètre dans une pièce feutrée illuminée à la bougie pour commencer le gommage au savon beldi parfumé à l’eucalyptus. Un soin vigoureux et bienfaisant pour faire peau douce et, pour le visage, un masque au miel hydratant. Puis le bronzage naturel au henné (un soin à part mais vous pouvez l’inclure dans le package) : la pâte traditionnelle est préparée la nuit précédente. 20 à 30 minutes de pose pour un joli hâle naturel effet bonne mine garanti. Après tous ces efforts intenses, dégustation de thé et de typiques petits gâteaux marocains, au bord de la piscine et bains à remous…Un régal ! Le voyage oriental se poursuit par une beauté des mains et des pieds : massage, gommage, pédicure, soins et pose de vernis. Touche finale avec le must du must : le massage à 4 mains. C’est un véritable bonheur de douceur et de bien être : le massage est à la fois relaxant, apaisant, modelant. Le conseil de BUZBUZ : demandez Anissa, une vraie Marocaine qui partage sa gentillesse et son savoir-faire dans tout ce qu’elle fait. C’était un réel plaisir de l’écouter et de se faire masser par ses mains si prodigieuses… Chooukrane le Hammam Sarah !

Agence BB, Maquillage, Florence De Launay

PHOTOGRAPHES Christophe Pit, Gwaël (Le Studio), Jean-Noël Enilorac.

IMPRESSION Graphica

PUBLICITÉ 062 20 00 20

DISTRIBUTION Flashcards

SARL au capital de 2500 € 1, rue Claude Monet Appartement n°6 97417 Sainte-Clotilde GSM : 0692 20 00 20 contact@buzbuz.re ISSN : en cours Dépôt Légal : 4807 Toute reproduction même partiel interdite.

VOUS SOUHAITEZ FAIRE CONNAÎTRE UNE BONNE ADRESSE, UN BON PLAN, UNE NOUVEAUTÉ. N’HÉSITEZ PAS À NOUS ENVOYER UN COURRIEL À L’ADRESSE SUIVANTE : CONTACT@BUZBUZ.RE

Alors régulièrement la terrasse, sage en journée, s’enflamme en soirée. Devenu désormais une des adresses des tournées musique de l’île, le Full Brasserie ouvre tout juste ses portes sur Saint-Denis, du côté de la rue de Nice. Avec la même formule : saveurs italiennes pour les nourritures terrestres et éclectisme pour les oreilles. Deux fois plus de plaisir ! Le Full Brasserie 11, rue de la Cocoteraie, Saint-André Tél. 0262 58 39 04 ou 0693 40 00 23

Hammam Sarah 42 bis, rue Alexis de Villeneuve - Saint-Denis. Tél. 0262 51 69 04

C'est clair : UN NOUVEAU SHOW-ROOM ÉCRIN À SAINT-DENIS Le spécialiste du design s’est refait une beauté, avec un magasin relooké, dans lequel les marques phares du mobilier contemporain, les accessoires de cuisine et bien sûr, les grandes signatures du luminaire sont joliment mis en scène. On retrouve dans ces 300 m2 les tendances actuelles comme les intemporels du design, avec des collections sans cesse renouvelées, et des conseils d’architecture pour l’aménagement d’espaces privés ou professionnels. C’est Clair, 29, rue Amédée Bédier, Saint-Denis. Tél. 0262 20 92 50


le nez dehors

04

Tawee : marmailles onLy ! Un design ludique, des mots et expressions créoles déclinés sur des bodys, des tee-shirts et des marcels… Tawee présente sa première collection en coton biologique et encres naturelles, fabriquée à Maurice sur le principe du commerce équitable. Lancée par une jeune styliste ayant fait ses preuves à Paris dans le prêt-à-porter de luxe, cette marque réunionnaise créative et écolo est dédiée aux ti’babas de 3 mois à 6 ans. Les modèles proposent des visuels graphiques et des couleurs acidulées, pour filles et garçons. « Maloya rock star », « ti gaté », « moin lé en l’air », « mi aim mon monmon », « mi aim mon popa »… Autant de slogans clin d’œil qui feront à coup sûr leur petit effet. La boutique éphémère Tawee est présente sur les marchés : à Saint-Gilles le mercredi matin, à Saint-Paul le vendredi et à Saint-Leu le samedi matin. La marque est aussi distribuée dans plusieurs points de vente : La petite marque à Saint-Leu, Casa Saba à Saint-Pierre et La tête dans les étoiles à Saint-Gilles.

»

Contact : Leila, 06 92 64 79 08. www.tawee.re

PHOTO LE CLAMPIN

MARATHON CREATIF Oubliez les pots d’échappement : au cœur de Saint-Denis, le bar-restau KTDral de Peter Mertes prend ses quartiers d’été. Pour déjeuner, la pause-café, l’apéro entre amis ou le repas en amoureux, les grandes tables installées dans la rue piétonne avec vue sur la Cathédrale de Saint-Denis (un morceau de patrimoine) donnent incontestablement des envies de se prélasser, en tout cas de prendre le temps. Et d’oublier un peu le tourbillon urbain. Côté restauration, pas d’ennui puisque la carte change régulièrement pour le plaisir de déjeuner ou dîner à prix modéré. Une ambiance détente qui se fait plus festive certains soirs en fonction des programmations musicales live. Mais, au KTDral, le plaisir réside d’abord dans l’illusion que la circulation a disparu. Et c’est déjà beaucoup ! Le KTDral 5, ruelle Saint-Paul, Saint-Denis. Tél : 0692 95 92 00. Ouvert du lundi au samedi de 11h à minuit.

PHOTO PIERRE MARCHAL

En terrasse

24 heures pour que déchets et vieilleries deviennent objets jolis. C’est l’idée lancée par l’Association des Inclassables Réunionnais (AIR). Les 20 et 21 novembre derniers s’est tenu, au Wonder Building de l’Expobat à Saint-Paul, le 1er Bazart.Inspiré par la manifestation « La Braderie de l’art » à Roubaix – qui fête cette année ses 20 ans – Air a imaginé un week-end 100 % créatif. Ils sont soudeurs, forgerons, sculpteurs, designers, graphistes, peintres, plasticiens, stylistes… : une trentaine d’artistes imaginatifs étaient réunis dans une ambiance conviviale pour donner une seconde vie à nos rebuts. Nombre d’objets hétéroclites nés de l’imagination sans limite des créatifs péi ont ainsi vu le jour et gagné les intérieurs réunionnais. Des créations uniques vendus entre 1 € et 250 € acquis non sans une certaine fierté : « c’est moi qui l’ai eu... » murmurent certainement les heureux propriétaires. Gageons que cette heureuse initiative soit la première étincelle d’un nouveau rendez-vous annuel où la créativité a la part belle.


le nez dehors

© LAURENT CAPMAS / FESTIVAL DU FILM DE LA RÉUNION 2010

05

5

questions

À ELIZABETH TANNER AGENT ARTISTIQUE

»

En quoi consiste votre travail ? A guider la carrière d’un artiste. Pour un comédien, il s’agit de le faire connaître, de l’informer sur des projets pouvant l’intéresser. S’il est déjà célèbre, je le conseille dans les choix de ses rôles. Ma mission consiste ensuite à négocier, à gérer ses contrats et son image. L’aspect humain est très important. Nous sommes à l’écoute : ce qui se trame dans la vie des artistes influence forcément leur métier ! Comment travaillez-vous avec les réalisateurs ? Quand un réalisateur prépare un film, on cherche à obtenir le scénario. Parfois, il a déjà des acteurs dans la tête pour ses rôles, d’autres fois non. On en parle ensemble, et j’essaie de « remplir les cases » des personnages. Si je travaille sur plusieurs rôles, je tente de trouver les acteurs qui vont être crédibles ensemble, pour qu’il y ait une cohérence dans le casting. Vous êtes la plus importante agence de Paris. Etes-vous toujours très sollicitée par les comédiens ? Oui, mais nous n’avons pas toujours la disponibilité pour les accueillir et bien nous occuper d’eux : nous gérons déjà une soixantaine d’acteurs, plus des réalisateurs, des scénaristes… Quand j’ai commencé ce métier il y a 30 ans, je cherchais de jeunes comédiens à faire venir. Le milieu était bien plus ouvert qu’aujourd’hui, avec moins de productions.

ILS S’APPELLENT PATRICK BRUEL, NATHALIE BAYE, SOPHIE MARCEAU, CLAUDE BRASSEUR, MATHILDE SEIGNER OU ANDRÉ DUSSOLIER… ELIZABETH TANNER EST LEUR AGENT. PRÉSENTE AU FESTIVAL DU FILM DE LA RÉUNION EN NOVEMBRE, ELLE A RÉPONDU AUX QUESTIONS DE BUZBUZ. ENTRETIEN ANNE ROCHOUX

Comment fait-on quand on est un jeune comédien, pour obtenir un agent ? A Paris, c’est difficile de travailler sans agent. Et pour entrer chez un agent, il faut avoir déjà avoir quelques expériences à son acquis. De notre côté, nous allons repérer les jeunes acteurs au théâtre, dans les cours de comédie. Quand des productions nationales viennent dans l’île pour tourner des films ou des séries, la plupart du temps, ils ne recrutent sur place que quelques rôles, les personnages principaux venant de métropole. Que conseillez-vous aux comédiens réunionnais pour être choisis en amont par la production ? La solution serait peut-être de présenter l’ensemble des comédiens locaux sur une bande démo, afin que les réalisateurs puissent la consulter avant de se décider. Un site Internet pourrait aussi être créé, sur lequel on pourrait visionner ces démos. Il faut faciliter le travail des réalisateurs et montrer que vous avez des comédiens talentueux !


le nez dehors

06

petit paradis à BaLi

doLce vita EN MODE ÉCOLO

Zéro pollution, un air vintage et des couleurs acidulées… Le nouveau scooter électrique EVT 168 se faufile partout, à la ville comme à la plage. Equivalent en puissance à un 50 cm3 thermique, il est ultra silencieux et roule aisément jusqu’à 45 km/heure. L’autonomie varie en fonction du poids du conducteur, du terrain et du mode de conduite (économique ou pleine puissance). Dans le meilleur des cas, on roule 70 km sans tomber en panne, au pire 40… La batterie au plomb ne nécessite aucun entretien, et son recyclage est garanti par le distributeur réunionnais. Le véhicule se recharge sur une prise classique. C’est donc un scooter idéal pour les trajets domicile/travail. La mobilité verte, une idée cadeau zéro faute !

La rédaction a eu le coup de cœur pour une case balinaise pleine de charme, située en plein cœur de la très select ville de Seminyak. Le lieu est un refuge enchanté pour un séjour en couple, en famille ou entre amis, et un point de départ idéal pour sillonner l’île. Décorée par la créatrice de la boutique Rouge Céladon, la villa se trouve à deux pas du célèbre Bintang - la supérette la plus connue de Bali -, l’endroit où l’on trouve tout… et tout le monde. A quelques minutes de là, destination les nombreux restaurants, les bars et les boutiques branchés de Seminyak. Au sortir de la maison, il suffit de traverser la rue commerçante de la Laksmana pour rejoindre la Legian beach, à ¼ d’heure à pied. La conception contemporaine de la villa ne laisse rien au hasard : vaste séjour, piscine, CAPACITÉ : 6 PERSONNES solarium, deux chambres spacieuses avec salles SERVICES ET ÉQUIPEMENTS : AIR CONDITIONNÉ DANS LES CHAMBRES de bains et douche extérieure accueillent avec ÉCRAN CINÉMA ET VIDÉOPROJECTEUR DANS LE raffinement le voyageur en quête d’un certain SÉJOUR, CONNEXION INTERNET, COFFRE SÉCURISÉ. art de vivre. SUR DEMANDE : PETIT-DÉJEUNER, SERVICE DE CUISINE, MASSAGE. PARKING PRIVÉ, LIVRAISON DE REPAS, SERVICE DE MÉNAGE QUOTIDIEN, ENTRETIEN DU JARDIN ET DE LA PISCINE. TÉL. : 0692 737 733 BALIMAISON@GMAIL.COM

L’EVT 168 existe dans plusieurs coloris. Prix : 2900 €. Coût de la consommation électrique : 50 centimes pour 100 km. Distribué par mobilité V.E.R.T.E. Tél. : 0262 26 52 62.

www.mobiliteverte.com

»

le Raisin de mer

Les amateurs de cuisine raffinée connaissaient déjà le restaurant La Mangouste à l’Ermitage. Rebaptisé Le Raisin de Mer depuis quelques mois, le lieu conserve la magie de ses débuts avec son jardin tropical et sa déco colorée en proposant un nouveau concept, unique à la Réunion : une cave à vin située dans l’enceinte du restaurant abrite quelque 350 références des principaux cavistes de l’île.

Resto ou bar à vin ? Les deux mon capitaine ! Le vin y est choisi directement au moment de votre commande pour accompagner une cuisine toujours inventive, éventuellement guidé par les conseils éclairés d’un sommelier. Petit détail non négligeable : les vins sont vendus à prix caviste. Le Raisin de Mer est ouvert tous les midis (formule à partir de 15 euros) et tous les soirs, sauf le dimanche. 24, avenue de Bourbon - L’Ermitage Tél. : 0262 24 57 26


le nez dehors

07

toute une

histoire »

Vous les avez sûrement aperçus dans les vitrines des boutiques Pardon ou alors les avez-vous croisés aux Electropicales un dimanche après-midi du côté du square Labourdonnais ou peut-être avez-vous partagé un verre avec eux à La Cerise pendant le dernier festival Tam Tam Saint-Paul ? Un indice : ils sont grands, ils sont beaux et ont tout un tas de choses à vous raconter pour peu que vous preniez le temps de les « écouter ». Eux ce sont les Raconteurs d’histoires imaginés par Florence Blanc : de grandes sculptures en papier mâché et papier ciment aux formes girondes. Ils sortent au gré de leurs envies pour prendre la pose devant l’objectif ou s’installer à la demande là où ils se sentent bien. Leur créatrice Florence Blanc, fondatrice de l’ex-compagnie Lady La Fée et aujourd’hui de FBI Puppet Show, marionnettiste depuis plus de dix ans, a su donner une vraie âme à ces grandes figures qui ont bien des choses à nous dire. Celles de la Chambre des Secrets par exemple nous murmurent en images leur vision du prince charmant. L’homme, un vrai costaud, masqué pour la part de mystère fait fantasmer les dames qui l’entourent. Elles s’imaginent en mère dans la guerre, en parfaite (desperate ?) housewife ou en amoureuse passionnée. Approchez-vous d’elle, c’est avec les yeux qu’il faut écouter leurs histoires et avec l’imaginaire qu’il faut leur en inventer. Sur leurs robes, c’est presque une vie qu’on lit. Chaque personnage est unique, porteur d’une histoire mise en couleur avec la complicité d’une graphiste et plasticienne, Claire Janis. La tribu se met petit à petit en place et espère même trouver bientôt une maison à elle. Pas un endroit où se figer, non, mais plutôt un habitat douillet qui leur permettra les voyages. Certains sont déjà prévus au Sénégal et en Afrique du Sud , peut-être même la métropole en 2012. Car ces grandes personnes-là séduisent petits et grands, liant humour et gravité : des instantanés de vie empreints de vraie poésie.

Bouillon de création Si on vous dit chambres à air, cailloux, chutes de cuir et autres matériaux en fin de vie. Les terre-à terre penseront déchetterie mais pas les filles des Dalones Design. Car ces huit demoiselles-là sont des fées du recyclage et d’art en tout genre. Entre leurs mains, les rebus deviennent bijoux ou accessoires fashion. Aurélie, Clara, Sylvie P., Kelly, Lesta, Magalie, Suzette, Sylvie B. sont des créatrices ultra-créatives. Et parce que plus on est de fous, plus on rit, elles sont devenues Les Dalones Design, un collectif qui fait parler de lui depuis plusieurs années. Passées maîtres dans la création de sacs, de bijoux et autres jolies choses indispensables pour égayer le quotidien, les Dalones ont désormais ouvert boutik au sein de la longère des Récréateurs. Entre galerie et boutique, le petit écrin abrite leurs joyaux : sacs en chambre à air, pochette en cuir ou vinyle, bijoux pleins de cailloux, résine délicate et écrous décoratifs. Une caverne d’Ali Baba pour filles en recherche d’originalité. Boutik Galerie Dalones Design aux Récréateurs, ancienne gare routière, 2, place Etienne Régnaut -Saint-Denis. Tél. 0692 12 2 1 88


le nez dehors

09

»

Les extras d'ULtradanse DANS LE FESTIVAL ORCHESTRÉ PAR LE TÉAT CHAMP FLEURI, IL Y A EU DES SALLES PLEINES, DES SPECTACLES ÉBLOUISSANTS, DE LA GRÂCE, DES CHORÉGRAPHIES AUX DISCOURS ENGAGÉS, DES OVNIS, DU RIRE, DES LARMES, DES CŒURS DÉRANGÉS ET DE L’INCLASSABLE. TOUT ÇA, VOUS EN AVEZ ENTENDU PARLER. MAIS IL Y A EU AUSSI DE CES PETITS PLUS QUI FONT UN FESTIVAL RÉUSSI. TEXTES VÉRONIQUE LAURET

Une expo qui change la vision de la danse

O

ubliez tutu rose, pointes et port de tête guindé. Avec l’histoire que narre l’exposition du Centre National de la Danse installée dans la galerie du Téat Champ Fleuri jusqu’au 15 décembre, on est dans la vie, la vraie, dans l’Histoire avec sa part de combats nécessaires. « Dance is a weapon », un slogan comme un cri. Celui de Fanya Geltman, Miriam Blecher, Edith Lambert, Edna Ocko, Rebecca Rosenberg, Pauline Schrifman et Grace Wylie, six danseuses qui fondèrent en février 1932 à New-York la New Dance Group (NDG). Un nom qui comptera dans l’histoire de la danse et dans l’histoire des Etats-Unis aussi. Dans une Amérique frappée de plein fouet par la Grande Dépression, le New Dance Group devient un relais de l’expression des drames intimes. Au-delà d’une simple recherche esthétique, le NDG danse la politique. Au cœur de ses improvisations et de ses chorégraphies, la famine, la misère, la ségrégation raciale, les injustices. « L’art est un combat » scande le Parti Communiste américain de l’époque, la danse devient une arme de dénonciation et d’agitation. Le NDG abolit les différences sociales en proposant des cours à bas prix, se produit dans les syndicats et les rassemblements communistes, accueille en son sein danseurs de toutes origines. Le New Dance Group est une révolution en marche. Lynchages, course au rendement du capitaliste, condition ouvrière, misère sociale nourrissent les créations de ce mouvement, qui prône les idéaux communistes de l’époque, sans toutefois devenir un pantin du Parti. D’ailleurs lorsque le parti se radicalise, le NDG prend ses distances tout en restant résolument à gauche. Le discours politique du New Dance Group n’éclipse pas l’esthétique des créations. Situées en plein dans le courant moderne, les chorégraphies s’enrichissent également d’apports divers. Danses hawaïenne, indienne,

africaine deviennent aussi sources d’inspiration, les membres du NDG voyageant pour se former sur les danses traditionnelles. Fort de ces influences et avec une ouverture aux danseurs de différentes ethnies, le mouvement devient un espace d’expression pour les danseurs afro-américains notamment dans un pays où la ségrégation raciale marque profondément la société.

Une expérience qui désacralise la danse Les premières créations austères du NDG s’ouvrent peu à peu à un langage plus populaire, à une danse pour tous, à des expériences où se mêlent langage du corps et poésie. En 1948, comme une forme de consécration, Broadway accueille Inside USA, le premier spectacle présenté dans le temple de la danse et de la comédie musicale à mettre en scène danseurs blancs et danseurs afro-américains. L’expérience du New Dance Group a donné naissance à nombre de compagnies de danse moderne, revendiquant l’expression de soi et mettant en scène des hommes et des femmes ordinaires. Le collectif fut également une plate-forme d’échanges entre chorégraphes et danseurs, un lieu de formation avant l’émancipation.

»

Avec son nom en forme d’invitation, le GUID, ce Groupe Urbain d’Intervention Dansé né de l’imagination d’Anjelin Prejlocaj est avant tout une expérience à vivre. Imaginez six danseurs qui d’un coup capteraient l’attention sur une place, devant un lycée, dans un jardin. Si la pratique est courante chez les danseurs de hip hop, elle l’est moins dans les troupes contemporaines. Et c’est bien là tout le pari (réussi) de Prejlocaj : emmener la danse là où on ne l’attend pas, à la rencontre de publics qui ne franchiraient pas les portes d’un théâtre, en présentant des extraits des créations d’un des plus grands chorégraphes de notre époque (soit près de 25 ans de répertoire). Un pied de nez aux discours qui voudraient prôner que « la danse est une affaire d’élite et de connaisseurs ». La preuve qu’un geste, de ceux que l’on fait tous les jours, peut aussi devenir chorégraphie. Parce que la danse n’est rien d’autre qu’une expression du corps et du cœur et qu’elle peut parler à tous, anciens petits rats d’Opéra ou pas.


micro-trott

10

NOËL, JOUR DE L’AN :

FÊTES OBLIGATOIRES ? ON A BEAU FUSTIGER LA FIÈVRE ACHETEUSE DES FÊTES, L’ESPRIT DE NOËL EST BIEN PRÉSENT ET LE NOUVEL AN RIME TOUJOURS AVEC FÊTE ET COTILLONS À LA RÉUNION. LA PREUVE ! TEXTES VÉRONIQUE LAURET — PHOTOS CHRISTOPHE PIT

s cadeaux la tradition, le sa : Noël, c’est ille. Pour le 31, c’est une ïs Ra et ie ss Je rtager en fam n’arrive et une fête à pa la fête entre amis et cela ire ! fa ça r de te n ra sio s ca pa oc va t. Alors on ne pas si souven

e fête : Noël, c’est un do et Mathieu l’occasion de faire Lu o, ak Dr , ie i El rtante et auss famille religieuse impole 31 : avant minuit c’est en ssi au e st m m c’e , co , an te el fê uv la les amis. Le no et après avec ire le point. fa le moment de ie garder la mag important de . st ça t c’e en et or pa ad pa ils Cédric : Je suis s enfants, de les faire rêver, le fêter. le de Noël pour an, je ne vois pas l’intérêt de t. bu Pour le nouvel ue matin est un nouveau dé Pour moi, chaq

t obligatoire t pas vraimen stien : Ce n’es emblement familial. ba Sé et e m ss Jérô car c’est un ra nt rares. mais important faire de grandes fêtes so e nouvelle de un e ns m sio m ca co oc u pe Les année, c’est un Et la nouvelle ce. en vie qui comm

importants. ts différents et quer le coup. ar nt deux momen Céline : Ce so j’ai un enfant et qu’il faut m ccasion de l’o e Noël parce qu Jour de l’An, c’est vraiment Le réveillon du faire la fête entre amis. de se retrouver et


réunir la st l’occasion de cette fête e rnard : Noël, c’e Victoria et Be e l’ambiance particulière qu nouvel an m famille. On ai le marché de Noël. Fêter le t plus e apporte comm une obligation mais ce n’es é a longtemps ét . us le cas pour no

quer ces portant de mar ille et le ault : C’est im Rafiah et Thib ël pour se retrouver en fam ts avec en moments-là. No ur partager de bons mom l’année s po 31 décembre s. Alors, on ne finirait jamai les amis proche énements. év sans fêter ces

, atoire ! A Noël r on oui, c’est oblig t ca Stéphane : Ah ce qui n’arrive pas souven , rmet toute la famille la fête du 31 décembre pe n de Et io est nombreux. l’année. Et puis c’est l’occas de bien lancer faire la fête !

marque le obligatoire, je est pas du tout fants mais je ne fais pas n’ Ce : ne di Géral les en e les autres. cadeau pour coup avec un oi, ce sont des jours comm ! m r ur lie cu Po rti n. pi pa n de de sa e, je ne fais rie Le 31décembr

hiya) : es : Celia et La ne (et les petit ël pour les enfants. di an Am et ut No Audrey important surto uvel an, c’est Bien sûr, c’est tradition pour eux. Et le no les amis. la ec er av rd us ga Il faut , c’est pl de faire la fête une occasion terait pas non plus. ra le ne Mais on


shopping

13

SOUS LE SAPIN... TENDANCE NOËL 2010 PHOTOS GWAËL (LE STUDIO) / STYLISME LEILA PATEL & CATHERINE GRÉGOIRE

1

2

4

7

10

3

5

6

8

9

11

12

1. Horloge Pneu, Tamtamtaboo C.C Duparc Sainte-Marie, 47.90€ 2. Photo Hanger, trombones / accroche-photo, Casa Saba, 9 € 3. Boots Panthère, Simone, 69 € 4. Chapelet Liberty, par B’RI, Les Jolies Choses, 40 € 5. Petit arrosoir Lapin, La Boutique, 9.50 € 6. Tablettes chocolat Les Origines, Jeff de Bruges, 4.50 7. Porte Iphone en cuir To-Cards, par Leila Patel, Casa Saba, La tête dans les Étoiles..., 25 € 8. Nikka Malt Whisky White, Maison du Whisky, 45 € 9. Lunette Papillon Anne & Valentin, Opti Kréateur, 225 € 10. Pochette sérigraphiée par Swildens, Les Jolies Choses, 24 € 11. Pâtes Gamettes à l’encre de seiche, par Brigitte Bichard, La Boutique, 14 € 12. Lampe à poser intérieur / extérieur Kanpazar, Stand 64, 630€


shopping

15

SOUS LE SAPIN... TENDANCE NOËL 2010 PHOTOS GWAËL (LE STUDIO) / STYLISME LEILA PATEL & CATHERINE GRÉGOIRE

1

2

4

5

8

3

6

7

10

9

12

11

13

14

1. Cafetière électrique Moka Elettrika 500, Arôme Café, 79 € 2. Figurines Olrik & Nasir de Black & Mortimer, Le repaire de la Murène, 139 € / unité 3. Trophée de chasse de Clémentine Caribou, Simone, 140 € 4. Escarpins C. Pétula, Les Jolies Choses, 210 € 5. Boîte de cirage par Valérie Nylin, La Boutique, 19 € 6. Bague Ubu homme, By Tùscan, 89 € 7. Carnets sérigraphiés, Lola K10, 11 € 8. Ras de cou Polder, Les Jolies Choses, 54 € 9. Collier Doggidog Marilyn en cuir et cristal Swarovski, By Tùscan, 110 € 10. Pochette Python, Lola K10, 180 € 11. Pochette en vinyl pour passeport, Casa Saba, 45 € 12. Lunette Style Retro Alain Mikli, Opti Kréateur, 255 € 13. Kim Figurines 12.50€ et Kim Porte-clés 9.90€, Tamtamtaboo C.C Duparc Sainte-Marie 14. Siège en carton enfant, La Petit Marque, 42 € / la paire.


cuLture

17

Scena incognita LEVER DE RIDEAU SUR UN MÉTIER MÉCONNU IMAGINEZ UN ARTISTE QUI SERAIT AUSSI UN BRICOLEUR... AVANT LE METTEUR EN SCÈNE, LE SCÉNOGRAPHE EST LE PREMIER À DONNER CORPS À UN TEXTE. IL CHERCHE DES SOLUTIONS À LA FOIS ESTHÉTIQUES ET PRATIQUES. L’EXPOSITION CONSACRÉE AU SCÉNOGRAPHE CHARLES RIOS DEVRAIT INTÉRESSER AU-DELÀ DU MILIEU DES AMATEURS DE THÉÂTRE.

CROQUIS DE COSTUMES POUR LE RÔLE D’IPHIGÉNIE

TEXTES OLIVIER SOUFFLET — PHOTO JEAN-NOËL ENILORAC

“L’art de la mise en forme de l’espace de représentation“ : telle est la définition littérale de la scénographie. L’exposition Scena Incognita du Centre dramatique de l’océan Indien révèle un métier généralement ignoré du public alors qu’il est au cœur du dispositif créatif de toute pièce de théâtre. Au côté du metteur en scène, on situe mal la place du scénographe, dont les aménagements habiteront pourtant la mémoire des spectateurs souvent autant que le jeu des acteurs. Charles Rios est un “compagnon de route“ de longue date du théâtre du Grand Marché, centre dramatique de l’océan Indien. Il a conçu et réalisé l’aménagement du Kabaret sat maron et de la billetterie à roulettes du théâtre. On lui doit l’exposition des Masques du Monde accueillie en 2009. Il a aussi signé la scénographie des spectacles Ouimais et Les grandes marées et autres petites pièces en manège. En 36 ans de pratique théâtrale, il a collaboré avec de nombreux metteurs en scène et, en particulier, au Théâtre Nouvelle Génération de Lyon, avec Nino d’Introna, sur la scénographie des pièces Yaël Tautavel et Jojo au bord du monde. L’exposition du CDOI à la Bibliothèque Départementale met en lumière la manière de travailler de Charles Rios. Les croquis préliminaires, les dessins de costumes, les mesures et les indications techniques pour la construction des décors, les maquettes dont la reproduction en grandeur réelle compose le décor de la pièce. Un film, montage de diverses captations de spectacles, montre les scénographies finales à l’épreuve du jeu et du mouvement des acteurs. Peintre, Charles Rios met sa vision d’artiste plasticien au service du théâtre. Chez lui, pas de conception sur ordinateur en 3D. Il travaille “à l’ancienne“, attaché à la conception manuelle des maquettes préparatoires de l’espace scénique. Le résultat est étonnant lorsqu’on découvre les décors finaux. Au départ, il y a un texte et le scénographe est choisi pour sa capacité à présenter une “lecture personnalisée “ de ce texte. Il est “le premier intervenant dans le processus de création d’une pièce de théâtre“, observe Charles Rios. “L’image qu’il propose va déterminer une bonne partie du travail de la mise en scène et donc des comédiens. J’ai toujours pensé qu’en me mettant au service des metteurs en scène, je ne devais pas reproduire leurs idées mais leur proposer avec puissance et détermination ma vision de l’œuvre. En un mot, prendre mes responsabilités de créateur.“ Il faut prendre le temps de regarder pour percevoir le processus à l’œuvre, de l’idée à la maquette et jusqu’au décor réel. On découvre un métier d’astuces et de trouvailles, qui devrait intéresser non seulement le public des amateurs de théâtre mais aussi les bricoleurs créatifs.

“JE PROPOSE MA VISION DE L’ŒUVRE“ Scénographie “Scena Incognita“ Exposition du scénographe Charles Rios à la bibliothèque départementale de La Réunion, Tél. 0262 21 13 96. Du 18 novembre au 11 mars 2011. Accès gratuit. En partenariat avec le Théâtre du Grand-Marché, centre dramatique de l’océan Indien, Tél. 0262 20 33 99.


shopping trip

18

SEA, SUN AND CHRISTMAS SI DÉCEMBRE INVITE AU FARNIENTE, NOËL LUI EST PLUTÔT SYNONYME DE PARCOURS DU COMBATTANT. MAIS CETTE ANNÉE, C’EST DÉCIDÉ, J’OUBLIE LE BOULOT UNE JOURNÉE POUR ME LANCER DANS LA COURSE AU CADEAU QUI FAIT MOUCHE, HISTOIRE D’ÉVITER LA RUÉE DE DERNIÈRE MINUTE. DIRECTION SAINT-PIERRE POUR UNE JOURNÉE SHOPPING, ARMÉE RMÉE DE MES PLUS CONFORTABLES TALONS ET DE MA ROBE LA PLUS LÉGÈRE. RE. C’EST PARTI ! TEXTES VÉRONIQUE LAURET — ILLUSTRATION HÉLÈNE E MOIGNARD

9h

Toute bonne journée commence par un bon café. Café de la Gare en terrasse, air marin dans les narines. On commence par s’organiser, une liste des gens à gâter : un amoureux, une pré-ado, un papa, une maman et une belle-mère qui fait le déplacement pour célébrer la naissance de Jésus avec son fiston. Cinq cadeaux en une journée, ça n’a pas l’air bien sorcier. Ah oui penser aussi aux neveux qui eux passeront un Noël neigeux.

9h 45

Harigolo… Un nom qui sent le bonbon. A côté des montagnes de sucreries aux couleurs criardes, sacs et autres gadgets. Le paradis des enfants et en y réfléchissant, voilà quelques produits dérivés que ne renierait pas mon ado. Un sac un peu dark fera bien l’affaire et de l’effet dans la cour du collège ! Et hop, voilà le cas pré-ado réglé.

11h 15

Le soleil brille, brille, brille. Je sèche côté idée. Un petit tour chez Simone, je vais peut-être y trouver l’inspiration. C’est joliment décoré, un vrai repère de filles. Si c’est à moi que je devais faire un cadeau, pas de doute que j’y trouverai mon bonheur. Mais oh, que vois-je ? Le cadeau qui à coup sûr va à la fois étonner et combler mon amoureux : un casque de moto. Non LE casque qui le rendra irrésistible sur sa Vespa. Du tout cuir hyper classe et branché signé Andrea Cardone.


10h 30

Je pousse la porte de Des bulles dans l’océan : côté choix et conseil, je suis servie. Avec une bande-dessinée, je suis sûre de faire plaisir à papa, c���est déjà ça. Hop dans mon panier Quartier Western de Téhem pour lui rappeler la Réunion d’avant sur fond de polar et Mademoiselle Else, un classique adapté par Manuele Fior pour la beauté et un clin d’œil à notre amour commun de la littérature. Et de deux !

14h 30

Je reprends ma promenade. Un petit tour au marché couvert avec artisanat en veux-tu en voilà. Les petits neveux seront contents de jouer les apprentis musiciens. Un mini kayamb, des maracas, des bertels pour ranger tout ça et hop un petit bout de Réunion repartira dans les bagages de belle-maman. En sortant du marché, je découvre à L’Eléphant Blanc de bien belles boîtes. Il y en a de toutes les tailles et de toutes les couleurs. Ça vient d’Indonésie, certaines servent à stocker le riz ou et faire joli aussi et les plus petites sont des boîtes à thé. Belle-maman est une buveuse de thé, elle va à coup sûr apprécier.

12h

Soleil de plomb. Je rêve d’ombre, de fraîcheur dans le gosier et de quelque chose à grignoter. Direction El Pueblo pour une boisson fraîche et quelques tapas en cour intérieure loin des bruits du dehors. Un siège confortable pour reposer mon dos et du temps pour récapituler : trois cadeaux déjà trouvés sur cinq si je ne compte pas les neveux. C’est plutôt pas mal pour une demi-journée. Pause !

15h 30

Un tour chez Casa Saba qui vient de prendre ses nouveaux quartiers. Si j’avais encore un bébé, je lui offrirais un joli doudou de Mademoiselle Coquelicot. Et pour maman ? Ça y est, j’ai trouvé : de la belle vaisselle Jars en émail. Elle adore recevoir, mettre les petits plats dans les grands alors autant qu’ils soient jolis. Cinq sur cinq ! Pour fêter ça, je m’offre des magnets de Frigo-poésie, histoire d’égayer les matins ronchons de jolis mots. Je l’ai bien mérité !


portrait

21

tchéky karyo DE L’ÉCRAN AU MICRO O

IL A UNE GUEULE, UNE VOIX DE VELOURS ET UN CAPITAL SYMPATHIE INCROYABLE. TCHÉ TCHÉKY KARYO A FAIT CARRIÈRE AU THÉÂTRE ET AU CINÉMA, LOIN DES PAILLETTES PARRAIN DES BAMBOUS LIBRES, AILLETTES ET DE LA PRESSE PEOPLE. PARRA LE FESTIVAL COMPLÈTEMENT À L’EST QUI SE DÉROULERA DU 4 AU 18 DÉCEMBRE P PROCHAIN, TCHÉKY KARYO VIENT FAIRE DÉCOUVRIR À LA RÉUNION UNE NOUVELLE FACETTE : CEL CELUI DE CHANTEUR. TEXTES ES VÉRONIQUE LAURET — ILLUSTRATION HÉLÈNE MOIGNARD

E

n bad boy ou en flic, on l’aime tout court monsieur Karyo. Avec son charisme inndéniable et sa discrétion, on, Tchéky Kario s’est forgé une belle carrière au théâtre et au cinéma ma en passant par la fiction télévisée. Less frontières, il ne connaît pas, passant du film d’auteur à la grosse production amériméricaine, sans jamais oublier le théâtre héâtre où il a fait ses premières armes. mes. En 2006, l’artiste sort un album,, Ce lien qui nous unit, un voyage e poétique soutenu par des auteurs urs comme Etienne Roda-Gil, Christiane ane Cohendy, le groupe Tanger ou encore Daniel Darc. Tchéky Karyo aurait-il urait-il succombé à la vogue des acteurs-chanteurs cteurs-chanteurs ? « C’était une envie secrète, confie-t-il, qui s’est réalisée e grâce aux rencontres magiques es qu’offre parfois la vie. Quelqu’un n m’a poussé à vivre cette passion et je ne le regrette pas ». Une rencontre tre qui apporte de nouvelles émotions tions : « Chanter et jouer au théâtre, c’est ’est la même chose. Mais pour moi,i, chanter c’est aller encore un peu plus us loin parce que l’on est vraiment à fleur de peau, on se met à nu. » Et il aime ça. Un deuxième album est en route ute mais l’homme prend le temps de le mûrir, de le faire grandir en le confrontant d’abord au public. C’est avec les titres de « Larmes de fond » qu’il montera sur les planches du théâtre des Bambous pour deux dates en chansons : « J’ai envie de

continuer cette recherche musicale, sonore, verbale ». Et côté verbe, il sait s’entourer : entre adaptation de poèmes de Xéno Fauque, Bianu et les mots du parolier Jean Fauqu d’Alain qui fut longtemps collaborateur d’Al émotions, Bashung. Des mots pour dire les émot qui font des mots pour partager et des mots qu producteurs mouche puisque quelques prod

“ON DO DOIT GARDER LE MYSTÈRE MYSTÈ POUR PO CONSERVER CONS NOTRE N LI LIBERTÉ ” s’intéressent au prochain opus du sieur s’inté Karyo. L’expérience de la chanson lui a Kar donné envie de revenir au théâtre et il aldo terne ses trois activités d’« artisan » comme te il aime à se qualifier, depuis quelques années. Une bonne surprise ne venant jamais seule, outre deux soirées musicales,

Tcheky Karyo proposera aussi une pièce Le Tigre Bleu de l’Euphrate, monologue flamboyant d’Alexandre le Grand imaginé par le dramaturge Laurent Gaudé. De multiples formes d’expression qui le mènent sur les chemins de France, de Navarre et d’ailleurs. Tcheky Karyo enchaîne en ce moment les tournages : « Requiem pour une tueuse », « Le Gang des Lyonnais », « Forces Spéciales » seront les prochains rendez-vous du grand écran. Il continue d’incarner Alexandre le Grand au théâtre et monte sur scène entre guitare et piano. Malgré une actualité riche, le comédien et chanteur n’est pas du genre à alimenter les pages des tabloïds. On le croise sur les plateaux télé en période de promo mais pour le reste, Tchéky garde sa part de mystère. Et aime la cultiver : « On se démystifie lorsqu’on est trop présents dans les médias. Et chaque fois que cela m’est arrivé, cela me déconcentre complètement. On doit garder le mystère si on veut rester crédible et conserver une forme de liberté. C’est important pour pouvoir continuer à faire des choix dans notre métier. » Pas une pose de star, non, juste une forme de vie, un chemin simple pour rester soi-même. Tchéky Kario aux Bambous Libres (Théâtre Les Bambous) : Larmes de fond les 8 et 15 décembre à 20h Le Tigre Bleu de l’Euphrate le 12 décembre à 20h


tendance

22


tendance

23

LA TATTOO CULTURE, UN MODE DE VIE RÉUNIONNAIS ? A COUP SÛR, LA RÉUNION A LE TATOUAGE DANS LA PEAU. TECHNIQUEMENT, TOUT QUASIMENT EST POSSIBLE SUR L’ÎLE. MAIS GARE AUX EMBALLEMENTS CAR UN TATOUAGE ENGAGE POUR LA VIE. AVANT LE PRIX, IL FAUT CONSIDÉRER L’HABILETÉ ARTISTIQUE DU TATOUEUR ET S’ASSURER DES CONDITIONS D’HYGIÈNE DE L’OPÉRATION.

I L ve tattoo Y

aura-t-il bientôt davantage de tatoués que de non-tatoués à La Réunion ? La mode ne faiblit pas. Au contraire, elle ne cesse de s’étendre grâce au net, à la presse spécialisée (Tatouage Magazine et Rice) et surtout sous l’influence des émissions de télé réalité US diffusées sur le câble. Les émissions sur le tatouage font un tabac... L’impact a été direct : la fleur de cerisier, tatouage numéro un aux USA, a rang désormais parmi les classiques du tatouage pour débutants (fleur, papillon pour les filles ; tigre, dragon, tribal pour les garçons...). Les cabinets de tatouage n’ont pas connu de crise. En quelques années, les studios se sont multipliés à travers l’île. Sans compter les tatoueurs improvisés, travaillant au noir, à domicile. Tout cela dans un climat global de tolérance pour le tatouage. Les Réunionnais aiment le tatouage. Résultat, les ados se bousculent à la porte des studios sans toujours bien savoir où ils mettent les pieds. La clientèle se compose aujourd’hui, en gros, pour moitié de débutants et pour moitié d’habitués. Une majorité, y compris chez les nouveaux venus, a une idée assez claire de ce qu’elle attend du tatoueur. Graf, BD, manga, gothique, fantasy, biomécanique, art moderne, tatouages religieux... L’éventail et l’inventivité des styles a élargi le vivier des motifs sur catalogues. Tout dépend de l’habileté du tatoueur pour maîtriser les dessins et les coloris, des traditionnels tatouages polynésien, asiatique, chicanos, etc., jusqu’aux tatouages les plus créatifs aux petits points, genre pixel, qui permettent des effets de volume et de perspective d’une finesse extrême.

TEXTES OLIVIER SOUFFLET — PHOTOS CHRISTOPHE PIT

Les tatoueurs digne de ce nom se considèrent également comme des conseillers, et c’est une seconde marque de confiance : il ne sont pas prêts à faire n’importe quoi à n’importe qui. Le recouvrement de tatouages moches ou ratés est un classique du métier. Le tatouage étant un signe d’identité pour soi-même et les autres, l’acte n’est pas à prendre à la légère.

LE B. A. BA DU TATOUAGE Des pigments colorés sont introduits à l’aide d’une aiguille entre le derme et l’épiderme. La profondeur de la piqûre varie, de un à quatre millimètres selon le type et l’épaisseur de la peau. L’évolution du tatouage dans le temps dépendra du savoir-faire du tatoueur et de la qualité de ses encres. Dans la pratique, on pose un calque sur la partie du corps à décorer et le motif imprimé est tatoué. Traçage, remplissage des couleurs, ombrage : pour pigmenter la peau, le tatoueur utilise des appareils appelés dermographes, un pour chaque opération. Il existe une foule de fabricants de ces appareils, des modèles courants étant même vendus en kit sur internet. Les dermographes les plus fiables et précis sont réalisés sur mesure, sur commande et selon les prescriptions des tatoueurs. Pour les encres, le choix est vaste également. Un bon tatoueur sait où se fournir en teintes de qualité, produites dans le respect des normes européennes, les plus strictes dans ce domaine, et surtout adaptées aux différentes nuances de peau.

SOIS SÛR DE TOI AVANT DE TE LANCER Il est donc important de frapper aux bonnes portes pour éviter toute déception. Ce sont les plus chères, mais les plus sûres - compter dans les 60 euros pour un premier petit tatouage, genre fleur ou papillon. L’ambition artistique, liée à l’expérience ou à un précédent métier en rapport avec les arts graphiques, est une constante chez les meilleurs tatoueurs. Ils ont généralement des connaissances en dessin et ne se contentent pas des facilités que procure l’informatique. Ils ont l’œil et apportent une touche personnelle aux motifs de calques qui servent de base aux tatouages. Ils sont capables de juger si un motif a besoin d’être adapté. On peut leur faire confiance.

LES DERMOGRAPHES LES PLUS FIABLES ET PRÉCIS SONT RÉALISÉS SUR MESURE


tendance

24

PAS DE TATOUAGE SANS HYGIÈNE Les tatoueurs professionnels sont répertoriés par la Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales (DRASS). Le secteur est en particulier concerné par les nouvelles dispositions réglementaires relatives au perçage corporel, au tatouage avec effraction cutanée et au maquillage de longue durée. Ils ont maintenant l’obligation de suivre un stage d’hygiène et de salubrité. L’objectif est de supprimer les risques de contamination. Les tatoueurs les plus scrupuleux sont les mieux équipés. Il faut cependant savoir qu’ils ne sont qu’une poignée à La Réunion à atteindre un niveau maximal de sécurité sanitaire.

BIEN DANS UNE NOUVELLE PEAU Un bon tatoueur est conscient de ses responsabilités, surtout à l’égard des ados qui vont changer de goût d’une année à l’autre et ne mesurent pas les conséquences sociales et professionnelles que pourra avoir par la suite un tatouage trop visible. Pour cette raison, certains tatoueurs refusent ou sont très réticents à tatouer certaines parties du corps, comme le visage et le cou. Bien qu’aucune réglementation ne l’impose, la plupart n’effectuent aucun tatouage en dessous de 14 ans. Dans tous les cas, une autorisation parentale écrite sera demandée aux mineurs, accompagnée des photocopies des pièces d’identité des deux parents. “ Un tatouage, c’est pour la vie, avertit un tatoueur professionnel. C’est la seule mode indémodable. Avant de se lancer, mieux vaut être suffisamment mûr et assuré de sa personnalité. “

OÙ SE RENSEIGNER ? Atlantis

Marko Tattoo

Abraxas Run

Urban Body

24 ter, rue Lory les Hauts Sainte-Clotilde 0262 29 00 98

89, rue Marius et Ary Leblond Saint-Paul 0262 91 31 23

23, chemin Carrosse Saint-Gilles-les Bains 0262 33 26 01

67, rue Marius et Ary Leblond Saint-Pierre 0262 25 53 5

La Vache qui Pique 4, avenue Jean-Jaurès Saint-Benoît 0692 78 56 79

Etre en bonne forme et en bonne santé, c’est la première condition pour se faire tatouer. Il y a évidemment des contre-indications. Si vous êtes sujet à une maladie de peau (acné, psoriasis, eczéma), à une allergie, au diabète, ou enceinte... Vous devez absolument avertir le tatoueur d’un problème médical. Pas de tatouage sur un grain de beauté, ni sur une cicatrice trop récente. La cicatrisation prend environ un mois. Durant cette période, le tatouage se nettoiera avec un savon à Ph neutre, matin, midi et soir. Après séchage, le peau sera enduite d’une pommade cicatrisante (plusieurs marques sont en vente libre dans les pharmacies). Par la suite, un lait corporel, ou tout autre produit contre le dessèchement de la peau, sera toujours le bienvenu. Il faudra éviter de s’exposer au soleil pendant un mois. Porter de préférence des vêtements de coton et de couleur clair (éviter la laine et les synthétiques qui peuvent être irritants pour la peau). Un bon tatoueur délivre des conseils sanitaires, voire distribue une fiche de soins, et inclut dans sa prestation au moins une visite de suivi de son tatouage. Enfin, il faut savoir que, pour tenir compte de la sensibilité de la peau, une séance ne doit normalement pas dépasser trois ou quatre heures. Un grand tatouage (un dos complet par exemple), demandant dans les 30 heures de tatouage, se fera en 10 séances. Le nombre de séances a une incidence sur le coût mais c’est aussi le prix de la sécurité sanitaire.


la mode

bye my love PHOTO CHRI CHRISTOPHE PIT / MANNEQUINS DARIO & ANGÉLIQUE / BB AGENCE FLORENCE BLANC / MAQUILLAGE FLORENCE DE LAUNAY STYLISME F

ANGÉLIQUE : ROBE “RING” KAPORAL SAINTE-MARIE BOTTINES “LABAUVE” ALDO SAINTE- MARIE CEINTURE DIESEL CITY SPORT SHORT BEST MOUNTAIN CITY SPORT VALISE LOLAK10 COLLIER ALDO SAINTE- MARIE BRACELET CUIR LOLAK10

26


DARIO : POLO “ADRIEN” PARDON ! SHORT “PHONE A FRIEND” QUIKSILVER CITY SPORT TONGS “ZEMATIS 70” ALDO SAINTE- MARIE


on mange quoi ?

28

LA LANGOUSTE EN VOILÀ UNE QUI SAIT FAIRE SA BELLE SUR LA TABLE DE FÊTE AVEC SA CHAIR BLANCHE, FERME ET SUCCULENTE… POUR L’OCCASION, UNE RECETTE FINE LUI IRA À RAVIR ! TEXTES ANNE ROCHOUX — PHOTO CHRISTOPHE PIT

LA RECETTE CLASSIQUE

CONSEIL

LA ANGO OUST TE À L’AR RMOR RICA AINE 1. Pour la sauce, faire revenir dans du beurre l’oignon et les échalotes émincés pendant 5 à 10 minutes. Ajouter l’ail haché, la carotte râpée, les tomates et le concentré de tomates. Ajouter le vin blanc, puis le thym, le laurier, le curry, le piment, le sel et le poivre. Laisser mijoter 30 minutes. 2. Faire revenir les deux demies langoustes pendant quelques minutes dans l’huile d’olive à feu vif. La coquille doit devenir orangée. Saler, poivrer et flamber au cognac. 3. Passer la sauce au moulin à légumes au-dessus des queues de langouste, et laisser mijoter le tout encore 10 minutes. À la fin, on peut ajouter un peu de bisque de homard pour donner plus de caractère à la sauce. 4. Napper les langoustes de sauce et déguster aussitôt.

Cuiisson : 30 minu utes Pré éparatio on : 30 minutess

LA MEILLEURE FAÇON D’APPRÉCIER LA LANGOUSTE EST DE L’ACHETER VIVANTE. MAIS À LA RÉUNION, ELLE SE COMMERCIALISE LE PLUS SOUVENT SURGELÉE. LA DÉCONGÉLATION DOIT ÊTRE LENTE POUR PRÉSERVER LA SAVEUR DE SA CHAIR.

INGR RÉD DIE ENTS * 1 queue de langouste coupée en 2 * 1 oignon * 1 échalote * 1 gousse d’ail * 25 g de beurre * 1 cuillère à soupe d’huile d’olive * 1/2 verre de Cognac * 1 verre de vin blanc sec

* 1 boite de tomates pelées, ou des tomates fraiches * 1 petite boîte de concentré de tomates * 1 carotte finement râpée * Quelques pincées de piment d’Espelette * 1 pincée de curry * Thym, laurier, sel, poivre


SUR LE TEXTILE ET LES CHAUSSURES*

CITY SPORT

Saint-Louis 2 rue Baradiar 0262 26 87 24

Saint-Pierre CC. Le Grand Large 0262 96 25 50

Sainte-Clotilde Espace Carrefour 0262 28 73 05

Saint-Paul Savanna 0262 45 74 90

Saint-Denis 64 rue Félix Guyon 0262 90 03 80

*SAUF POUR LES MARQUES LACOSTE, OAKLEY ET GSTAR. LES PRODUITS SOLDÉS ET EN PROMOTION

-15%


RE M P av O ET O f f ec re TE UR d’ va Z- B au l a V tr b a LE ÉN V A ÉF un ala es le lab U IC pr su l iq bl PA I om r r e j ue e s R ER u et m o e o s m so en us tio i qu TEN DE us t à ré se ’a n A C s. d u ré l’ se I se ad rv 1 e c 31 RE E B bo e /0 rv re e d C ON e ss ’e n bo 1/ O , de e rr N p n 20 s (s) eu C co in rs ar , n 11 ER pa o nd di ty n N q ss c iti u po É on ée gr ag um s (s) ap e ul af s h e fic ur iq n ab hé ce ue ca le es b s, is . on se .

RE M P av O ET O f ec fre TE UR d’ va Z- B au l a V tr b a LE ÉN V A ÉF un ala es le lab U I pr su l iq bl PA CI om r r e j ue e R ER us et m so e o so en us tio mi qu TEN DE us t à ré s ns e ’a A C ré l’ se IR E . 1 de u 3 se ad rv bo ce 1/0 E C BO rv re e d e ss ’e n bo 1/ O N, de e rr N p n 20 s (s) eu C co in rs ar , n 11 ER p nd di ty on a N ss c iti qu po É on ée gr ag um s (s) ap e u af s h en la fic ur iq hé ce ue ca ble es b s, is . on se .

RE M P av O ET O ec ffre TE UR d’ va Z- B au l a V tr b a LE ÉN V A ÉF un ala es le lab U IC pr su l iq bl PA I om r r e j ue e E u et m so ot em sq RTE R D so en us i i u on se ’ N E us t à ré A C s. d au ré l’ se I se ad rv 1 e c 31 RE E B bo e /0 rv re e d C ON e ss ’e n bo 1/ O , de e rr N pa n 20 s (s) eu C co in rs r p , n 11 ER nd di ty o a n N q p s iti u o É c s on ée gr ag um s (s) ap e ul af s h e fic ur iq n ab hé ce ue ca le es b s, is . on se .

RE M P av O ET O ec ffre TE UR d’ va Z- B au l LE ÉN ab V t a re l Va l un la s e s ab AU ÉFI pr u l iq bl PA CI om r r e j u e E et em so ot em usq RTE R D so en us io is u E N us t à ré ns e ’a A C ré l’ se IR E . 1 de u 3 se ad rv bo ce 1/0 E C BO rv re e d e ss ’e n bo 1/ O N, de e rr N p n 20 ( s s) eu C co in rs ar , n 11 ER pa o nd di ty N ss n c iti qu po É on ée gr ag um s (s) ap e u af s h en la fic ur iq hé ce ue ca ble es b s, is . on se .

RE M P av O ET O f f ec re TE UR d’ va Z- B au l a V tr b a LE ÉN V A ÉF un ala es le lab U IC pr su l iq bl PA I om r r e j ue e s R ER u et m o e o s m so en us tio i qu TEN DE us t à ré se ’a n A C s. d u ré l’ se I se ad rv 1 e c 31 RE E B bo e /0 rv re e d C ON e ss ’e n bo 1/ O , de e rr N p n 20 s (s) eu C co in rs ar , n 11 ER pa o nd di ty n N q ss c iti u po É on ée gr ag um s (s) ap e ul af s h e fic ur iq n ab hé ce ue ca le es b s, is . on se .

RE M P av O ET O f ec fre TE UR d’ va Z- B au l a V tr b a LE ÉN V A ÉF un ala es le lab U I pr s u l iq bl PA CI om r r e j ue e R ER us et m so e o so en us tio mi qu TEN DE us t à ré s ns e ’a A C ré l’ se IR E . 1 de u 3 se ad rv bo ce 1/0 E C BO rv re e d e ss ’e n bo 1/ O N, de e rr N p n 20 s (s) eu C co in rs ar , n 11 ER p nd di ty on a N ss c iti qu po É on ée gr ag um s (s) ap e u af s h en la fic ur iq hé ce ue ca ble es b s, is . on se .

RE M P av O ET O ec ffre TE UR d’ va Z- B au l a V tr b a LE ÉN V A ÉF un ala es le lab U IC pr su l iq bl PA I om r r e j ue e E u et m so ot em sq RTE R D so en us i i u on se ’ N E us t à ré A C s. d au ré l’ se I se ad rv 1 e c 31 RE E B bo e /0 rv re e d C ON e ss ’e n bo 1/ O , de e rr N pa n 20 s (s) eu C co in rs r p , n 11 ER nd di ty o a n N q p s iti u o É c s on ée gr ag um s (s) ap e ul af s h e fic ur iq n ab hé ce ue ca le es b s, is . on se .

RE M P av O ET O ec ffre TE UR d’ va Z- B au l LE ÉN ab V t a re l Va l un la s e s ab AU ÉFI pr u l iq bl PA CI om r r e j u e E et em so ot em usq RTE R D so en us io is u E N us t à ré ns e ’a A C ré l’ se IR E . 1 de u 3 se ad rv bo ce 1/0 E C BO rv re e d e ss ’e n bo 1/ O N, de e rr N p n 20 ( s s) eu C co in rs ar , n 11 ER pa o nd di ty N ss n c iti qu po É on ée gr ag um s (s) ap e u af s h en la fic ur iq hé ce ue ca ble es b s , is . on se .

RE M P av O ET O f f ec re TE UR d’ va Z- B au l a V tr b a LE ÉN V A ÉF un ala es le lab U IC pr su l iq bl PA I om r r e j ue e s R ER u et m o e o s m so en us tio i qu TEN DE us t à ré se ’a n A C s. d u ré l’ se I se ad rv 1 e c 31 RE E B bo e /0 rv re e d C ON e ss ’e n bo 1/ O , de e rr N p n 20 s (s) eu C co in rs ar , n 11 ER pa o nd di ty n N q ss c iti u po É on ée gr ag um s (s) ap e ul af s h e fic ur iq n ab hé ce ue ca le es b s, is . on se .

RE M P av O ET O f ec fre TE UR d’ va Z- B au l a V tr b a LE ÉN V A ÉF un ala es le lab U I pr su l iq bl PA CI om r r e j ue e R ER us et m so e o so en us tio mi qu TEN DE us t à ré s ns e ’a A C ré l’ se IR E . 1 de u 3 se ad rv bo ce 1/0 E C BO rv re e d e ss ’e n bo 1/ O N, de e rr N p n 20 s (s) eu C co in rs ar , n 11 ER p nd di ty on a N ss c iti qu po É on ée gr ag um s (s) ap e u af s h en la fic ur iq hé ce ue ca ble es b s, is . on se .

RE M P av O ET O ec ffre TE UR d’ va Z- B au l a V tr b a LE ÉN V A ÉF un ala es le lab U IC pr su l iq bl PA I om r r e j ue e E u et m so ot em sq RTE R D so en us i i u on se ’ N E us t à ré A C s. d au ré l’ se I se ad rv 1 e c 31 RE E B bo e /0 r v re e d C ON e ss ’e n bo 1/ O , de e rr N pa n 20 s (s) eu C co in rs r p , n 11 ER nd di ty o a n N q p s iti u o É c s on ée gr ag um s (s) ap e ul af s h e fic ur iq n ab hé ce ue ca le es b s, is . on se .

RE M P av O ET O ec ffre TE UR d’ va Z- B au l LE ÉN ab V t a re l Va l un la s e s ab AU ÉFI pr u l iq bl PA CI om r r e j u e E et em so ot em usq RTE R D so en us io is u E N us t à ré ns e ’a A C ré l’ se IR E . 1 de u 3 se ad rv bo ce 1/0 E C BO rv re e d e ss ’e n bo 1/ O N, de e rr N p n 20 ( s s) eu C co in rs ar , n 11 ER pa o nd di ty N ss n c iti qu po É on ée gr ag um s (s) ap e u af s h en la fic ur iq hé ce ue ca ble es b s, is . on se .

RE M P av O ET O f f ec re TE UR d’ va Z- B au l a V tr b a LE ÉN V A ÉF un ala es le lab U IC pr su l iq bl PA I om r r e j ue e s R ER u et m o e o s m so en us tio i qu TEN DE us t à ré se ’a n A C s. d u r é l ’ se I se ad rv 1 e c 31 RE E B bo e /0 rv re e d C ON e ss ’e n bo 1/ O , de e rr N p n 20 s (s) eu C co in rs ar , n 11 ER pa o nd di ty n N q ss c iti u po É on ée gr ag um s (s) ap e ul af s h e fic ur iq n ab hé ce ue ca le es b s , is . on se .

RE M P av O ET O f ec fre TE UR d’ va Z- B au l a V tr b a LE ÉN V A ÉF un ala es le lab U I pr su l iq bl PA CI om r r e j ue e R ER us et m so e o so en us tio mi qu TEN DE us t à ré s ns e ’a A C ré l ’ se IR E . 1 de u 3 se ad rv bo ce 1/0 E C BO r v re e d e ss ’e n bo 1/ O N, de e rr N p n 20 s (s) eu C co in rs ar , n 11 ER p nd di ty on a N ss c iti qu po É on ée gr ag um s (s) ap e u af s h en l a fic ur iq hé ce ue ca ble es b s, is . on se .

RE M P av O ET O ec ffre TE UR d ’ va Z- B au l a V tr b a LE ÉN V A ÉF un ala es le lab U IC pr su l iq bl PA I om r r e j ue e E u et m so ot em sq RTE R D so en us i i u on se ’ N E us t à ré A C s. d au ré l’ se I se ad rv 1 e c 31 RE E B bo e /0 rv re e d C ON e ss ’e n bo 1/ O , de e rr N pa n 20 s (s) eu C co i n r s r p , n 11 ER nd di ty o a n N q p s iti u o É c s on ée gr ag um s (s) ap e ul af s h e fic ur iq n ab hé ce ue ca le es b s , is . on se .

RE M P av O ET O ec ffre TE UR d’ va Z- B au l LE ÉN ab V t a re l Va l un la s e s ab AU ÉFI pr u l iq bl PA CI om r r e j u e E et em so ot em usq RTE R D so en us io is u E N us t à ré ns e ’a A C r é l ’ se IR E . 1 de u 3 se ad rv bo ce 1/0 E C BO rv re e d e ss ’e n bo 1/ O N, de e rr N p n 20 ( s s) eu C co in rs ar , n 11 ER pa o nd di ty N ss n c iti qu po É on ée gr ag um s (s) ap e u af s h en l a fic ur iq hé ce ue ca ble es b s, is . on se .



BUZBUZ #1 DECEMBER