Page 1

N e w C a l e d o n i a’ s i n t e r n at i o n a l b u s i n e s s & i n v e s t m e n t g u i d e G u i d e i n t e r n at i o n a l d e s a f f a i r e s e t d e l’ i n v e s t i s s e m e n t en Nouvelle- Caledon i e

Business Advantage

New Caledonia Nouvelle-Calédonie 2014/15

www.businessadvantagenewcaledonia.com 1


2


CONTENTS

4

ECONOMIC UPDATE/Le point sur l’économie

With the second highest per capita GDP in the region, New Caledonia is a prosperous first-world economy. C’est une économie industrialisée florissante au second rang de la région en termes de PIB par habitant.

8 Case studies/Etudes de cas

Two international companies speak to Business Advantage about establishing a presence in New Caledonia. S’établir en NouvelleCalédonie : deux entreprises internationales en parlent à Business Advantage.

10 Legal considerations/Questions légales

While it is still a part of France, New Caledonia has progressively achieved greater autonomy in recent years. Bien qu’il soit encore partie de la France, Nouvelle-Calédonie a progressivement atteint une plus grande autonomie au cours des dernières années.

16 The engines driving New Caledonia’s development/ Les moteurs du développement de la Nouvelle Calédonie

12

Nickel/Le nickel

The important role played by the territory’s three provincial investment companies. l’importance du rôle tenu par les trois sociétés d’investissement provinciales du territoire.

30 Infrastructure & transport/Transports et infrastructures

Business Advantage considers two areas of infrastructure that look set for significant new development. Business Advantage s’intéresse

New Caledonia’s position as one of the world’s leading nickel miners looks set to be strengthened. La Nouvelle-Calédonie fait

à deux secteurs en particulier dont les capacités de développement apparaissent prometteuses.

partie des leaders du marché de l’exploitation minière du nickel.

32 Trade, manufacturing & food/Echanges commerciaux, industries manufacturière et agroalimentaire

New Caledonia’s status as a piece of France in the Pacific presents interesting trade opportunities. La Nouvelle-Calédonie fait partie

18

Research & innovation/ Recherche et innovation

A unique and exciting structure for innovation and technology transfer: the New Caledonian Technopole. Une structure unique et passionnante en matière d’innovation et de transfert technologique: la Technopole de Nouvelle-Calédonie.

intégrante de la France et ce statut lui ouvre d’intéressantes opportunités dans le domaine des échanges commerciaux.

34 Tourism/Tourisme

New Caledonia’s tourism industry is ready for take-off, with a spate of new upmarket hotels and better access by air. Grâce à un meilleur accès aux services de transport aérien et à de nouvelles offres en hôtellerie haut de gamme, l’industrie touristique de Nouvelle Calédonie est prête à prendre son envol.

38 Who’s who in New Caledonian business/Le carnet d’adresses des affaires en Nouvelle-Calédonie

Business Advantage New Caledonia/Nouvelle-Calédonie was made possible by the support of the following organisations:

PORT autonome Nouvelle-Calédonie

Business Advantage New Caledonia/Nouvelle-Calédonie 2014/15 is published by Business Advantage International Pty Ltd Level 23, HWT Tower, 40 City Road, Southgate, Victoria 3006, Australia Tel +61 3 9674 7129, fax +61 3 9674 0400

Special thanks to the staff of ADECAL, especially Alain Chung-Wee and Adrien Rivaton. Cover images: Business Advantage International, Tourism Point Sud

Published in partnership with ADECAL www.businessadvantageinternational.com.com A digital edition of this publication is available free online at www.businessadvantagenewcaledonia.com. Additional printed copies can be purchased for AUD$35 (incl GST and postage) from the above address or by emailing info@businessadvantageinternational.com.

Printed in Australia. Both printer and paper manufacturer for this publication are accredited to ISO14001, the internationally-recognised standard for environmental management. This publication is printed using vegetable inks and the stock is elemental chlorine free and manufactured using sustainable forestry practices.

© Copyright 2014 Business Advantage International Pty Ltd and contributors

DISCLAIMER Business Advantage New Caledonia/Nouvelle-Calédonie is a general guide to some potential business opportunities in New Caledonia and is not designed as a comprehensive survey. The opinions expressed herein are not necessarily those of the publisher and the publisher does not endorse any of the business or investment opportunities featured, nor does it accept any liability for any costs or losses related to dealings with entities mentioned in this publication. Readers are strongly advised to pursue their own due diligence and consult with investment advisors before making any investment decisions.

ISSN 1836-7895 (print)/1836-7909 (online) Project Director: Robert Hamilton-Jones (rhj@businessadvantageinternational.com) Publishing Director: Andrew Wilkins (aw@businessadvantageinternational.com) Editorial: Ben Creagh, Dr Renée Otmar Translator: Caroline Massias Design: Alicia Freile

3


ECONOMIC UPDATE

A unique economy in the Pacific New Caledonia is a unique territory in the Pacific region. With the second highest per capita GDP in the region, it is a prosperous first-world economy that possesses a level of development and infrastructure that would be the envy of most Pacific island nations. CORAL SEA BÉLEP ARCHIPELAGO

T

he keys to the territory’s prosperity are twofold. Firstly, it continues to have political and economic attachment to OUVÉA France, which comes with a sizeable contribution from the NORTHERN PROVINCE KOUMAC French taxpayer, equal to around 18% of GDP (2011). Secondly, KAALA-GOMÉN the main island of Grand Terre possesses about 25% of the WÉ POINDIMIÉ world’s nickel resources—estimated as amounting to some 300 VOH LIFOU KONÉ TIGA years’ worth of metal ore. POUEMBOUT ‘New Caledonia is a small economy, very dependent on nickel LOYALTY ISLANDS PROVINCE POYA and public money,’ observes Éric Wiard, Director General of BOURAIL NEW CALEDONIA Banque Caledonienne Investissement (BCI), part of the French MARÉ BRED banking group that also has presences in Vanuatu and Fiji. CORAL SEA BOULOUPARIS SOUTHERN PROVINCE New Caledonia has other advantages, too. As a French PAÏTA 0 50 KM DUMBÉA SUR MER territory, it offers other countries in the region a route into the 0 50 MI NOUMÉA European Union, one of the world’s largest trading zones. New Caledonia also has a well-educated workforce. ISLE OF PINES

Recent downturn When world nickel prices are high and French government contributions adequate, such dependence is not a problem. However, when Business Advantage visited the French-speaking territory in the first half of 2014, New Caledonia—following a strong growth period—was going through a temporary slump. This was causing both businesses and government to address efficiencies and productivity.

In recent times, world nickel prices have been relatively low (albeit rallying in the first half of 2014), affecting the profitability of New Caledonia’s nickel sector (see page 12),. At the same time, France’s economic support has been limited. ‘Apart from nickel, which is a non-renewable source of revenue, New Caledonia is going to be confronted by a tough budget situation. French subsidies are frozen, while our needs—

New Caledonia in brief/La Nouvelle-CalEdonie en bref Population 256,000 (2012 estimates) Capital/Capitale Nouméa Area/Superficie 18,576 sq km People/population (as of the 2009 census/d’après le recensement de 2009): Melanesian/Mélanésiens 40.3%, European/Européens 29.2%, Wallis & Futuna Islanders/Originaires des îles Wallis & Futuna 8.7%, Asian/Asiatiques 2.6%, Tahitians/Tahitiens 1.6%, Ni-Vanuatu 0.9%, Others 16.23% Official language/Langue officielle French/Français GDP/PIB €7.104 billion (2011) GDP per capita/PIB par tête €28,214 (or US$39,258) Inflation 0.6% (12 months to September 2013/sur 12 mois jusqu’en septembre 2013) Exchange rate/Taux de change AUD$1.00 = 81.65 French Pacific francs (XPF) Exports/Exportations Ferro-nickels, nickel ore, fish, prawns, agricultural products/ ferronickels, minerai de nickel, poisson, crevettes, produits agricoles Major export markets/Marchés principaux d’exportation France, Japan, Taiwan, Korea, Spain, Australia Imports/Importations Machinery and equipment, fuels, chemicals, foodstuff/ machinerie et équipements, carburants, produit chimiques, denrés alimentaires Major import markets/principaux pays fournisseurs France, Singapore, Australia, New Zealand Distances by air/Temps de vol Brisbane (2 hours/heures), Sydney (2.5 hours/heures), Auckland (2.5 hours/heures), Melbourne (3.5 hours/heures) 4


Le point sur l’économie

Une économie unique dans le Pacifique La Nouvelle-Calédonie est un territoire unique dans la région Pacifique. C’est une économie industrialisée florissante au second rang de la région en termes de PIB par habitant et qui possède un niveau de développement et des infrastructures à faire pâlir d’envie la plupart des îles du Pacifique.

L

es raisons de la prospérité de ce territoire sont doubles. D’une part, il est toujours attaché politiquement et économiquement à la France, ce qui se traduit par une contribution notable des contribuables français d’environ 18 % du PIB (en 2011). D’autre part, Grande Terre, l’île principale, détient près de 25 % des ressources mondiales de nickel, l’équivalent, selon certains, de 300 ans de production de minerai métallique. « La Nouvelle-Calédonie est une petite économie, très dépendante du nickel et de l’argent public », observe Éric Wiard, Directeur Général de la Banque Calédonienne d’Investissement (BCI), qui fait partie du groupe bancaire français BRED, également présent dans les îles Vanuatu et Fidji. La Nouvelle-Calédonie possède également d’autres atouts. En tant que territoire français, elle ouvre la voie vers l’Europe, l’une des plus larges zones d’échanges commerciaux au monde et elle bénéficie d’une main-d’œuvre jouissant d’un bon niveau d’éducation.

Un ralentissement économique récent Lorsque les prix du nickel sont élevés et que les contributions apportées par le gouvernement français sont adaptées, cette dépendance n’est pas apparente. Toutefois, lors de la récente visite de Business Advantage en 2014, le territoire de langue française vivait une période de fort ralentissement économique (succédant à une période de forte croissance) qui conduisait à la fois les entreprises et l’exécutif à prendre des mesures visant à améliorer efficacité et productivité. Récemment, les prix du nickel à l’échelle mondiale ont été relativement bas (bien qu’ils se soient redressés durant les premiers mois de 2014), ce qui a affecté la rentabilité du secteur de l’industrie du nickel de Nouvelle-Calédonie (voir page 13), tandis que la France a réduit son soutien économique. « En dehors des revenus du nickel, source de revenus nonrenouvelables, la Nouvelle-Calédonie va devoir faire face à une situation budgétaire difficile. Les subventions venant de France sont gelées, alors que nos besoins (une population vieillissante, des coûts de sécurité sociale élevés) sont en constante augmentation », explique Laurent Chatenay, du groupe SOFINOR, société de financement de la Province Nord.

en vue des Jeux du Pacifique 2011 à Nouméa sont achevées, l’accent est mis sur celle de logements sociaux. Situé dans la banlieue de Nouméa, le projet de développement suburbain de Dumbéa-sur-Mer (le plus grand projet de ce type de toute la région Pacifique), suit son cours. Un nouvel hôpital de grande taille y est en construction et de nouveaux développements sont prévus au nord de Nouméa. Il est à remarquer que, malgré son éloignement, le territoire du nord bénéficie d’une croissance économique significative, grâce notamment à l’Usine du Nord, nouveau projet métallurgique de traitement du nickel, représentante d’une politique active de rééquilibrage économique entre le nord et le sud. « La Province Nord est en passe de devenir un centre important de l’activité économique », observe Cyrille Berhault de la société de ressources humaines Ellipse Consulting.

Encourager le secteur privé La Nouvelle-Calédonie reste un marché de petite taille, avec une population d’à peine plus de 250 000 habitants et la plupart de ses efforts visant à une renforcer son économie sont consacrés à surmonter ce manque d’échelle et à réduire sa dépendance vis-à-vis des produits et services importés.

Dépenses en matière d’infrastructures Confronté à un ralentissement économique responsable d’un retour du volume des échanges commerciaux à leur niveau de 2010 et 2011, ainsi qu’à une baisse d’activité dans le secteur du bâtiment, le nouvel exécutif du territoire, élu en mai 2014, est attendu avec impatience sur la question de l’approbation d’un important budget de dépenses destinées aux infrastructures sociales. « La Nouvelle-Calédonie repose sur une économie saine. Elle a surtout besoin d’institutions politiques qui lui inspirent confiance, espoir et optimisme », suggère le Président sortant de la Chambre de Commerce de Nouvelle-Calédonie (CCI), André Desplat. Alors que l’édification du projet métallurgique de traitement du nickel de l’Usine du Nord, ainsi que la construction

5


Economic update

Province) and SODIL (Loyalty Islands) is critical. Funded by their shareholdings in the territory’s nickel mining projects, these funds act both as holding companies for local businesses that would otherwise struggle to attract investment and as potential venture partners for those seeking to establish businesses in New Caledonia (see page 16). The funds play a particularly important role in housing, agriculture, aquaculture, tourism and hospitality—all areas that are essential if New Caledonia is to continue to genuinely diversify its economy.

Renewed focus on R&D Dumbéa-sur-mer is the largest suburban development in the Pacific.

an ageing population, the cost of social security—are growing exponentially,‘ explains Laurent Chatenay of Groupe Sofinor, the investment company of the territory’s Northern Province.

Infrastructure spending Faced with an economic downturn that has returned trade volumes back to 2010–11 levels, and slowed construction activity, expectations are high that the territory’s new government, elected in May 2014, will 'green light' major social infrastructure spending. ‘New Caledonia has good fundamentals. It just needs its political institutions to introduce confidence, hope and optimism,’ suggests the outgoing President of the New Caledonia Chamber of Commerce (CCI), André Desplat. With construction for the 2011 Pacific Games in Nouméa and the Koniambo nickel mine and refinery construction now completed, social housing has been identified as a priority area. The Dumbéa sur Mer suburban development on the outskirts of Nouméa—the largest suburban development in the Pacific— continues apace, with a major new hospital under construction, and further development to the north of Nouméa planned. Also notable has been the growth in the territory’s remote north, thanks to the new Koniambo nickel mine and refinery —one of the goals of an active policy of economic rebalancing between north and south. ‘The Northern Province is starting to become a significant centre for economic activity,’ observes Cyrille Berhault of human resources company Ellipse Consulting.

Encouraging the private sector With a population of just over a quarter of a million people, New Caledonia is still a small market, and much of the effort to build its economy revolve around overcoming an inherent lack of scale and reducing reliance on costly imported services and products. ‘This is a territory for pioneers and entrepreneurs,’ observes businesswoman Barbara Vlaeminck of steel fabrication business Socometal.nc. ‘Startups appear here wherever there is a gap in the market.’ With 93% of businesses belonging to the New Caledonia Chamber of Commerce (CCI) having less than 10 employees, however, the challenge for New Caledonia is nurturing its small business and providing sufficient capital for growth and development of the private sector.

Key role of investment companies Thus, the role of the territory’s provincial investment companies, Groupe Sofinor (Northern Province), PromoSud (Southern 6

Supporting these efforts is the New Caledonia Technopole, a commercially focused research and development (R&D) entity managed by ADECAL, the New Caledonia Economic Development Agency. In addition to its traditional trade and investment promotion role, ADECAL now coordinates this major R&D effort, which is aims to make the territory’s private sector more competitive (see page 18). ‘Our goal is to improve local productivity and diversify our economy, especially with external partners, which our agency welcomes and assists. Our mission involves Investment promotion, as well as innovation and development of new industries based around our biodiversity –part of a scheme involving both research and technology transfer. It is about implementing a proactive policy with public funds for the benefit of the private sector,’ says Jean-Michel Arlie, ADECAL’s Director.

New Caledonia: towards independence? While it has gained increased autonomy from France in recent years (see page 10), New Caledonia remains part of the European nation, although uniquely designated a territory with shared sovereignty. However, under the Nouméa Accord that followed civil unrest during the 1980s, the territory is committed to at least one referendum on independence from France between 2014 and 2018. The Congress (local parliament) voted into power in New Caledonia’s May 2014 provincial elections will be responsible for determining the precise time and nature of the referendum. The elections resulted in the Congress holding a majority in favour of remaining part of France (29 to 25). The general consensus among business people Business Advantage talked to for this publication was that, whatever the eventual outcome of the referendum, any changes to current constitutional arrangements would most likely be slow in coming and formed by consensus. ‘My sense is that all efforts are being made to ensure that the country continues to enjoy its current stability,’ assesses Heidi Bootle, Australia’s Consul-General to New Caledonia. Heidi Bootle


Le point sur l’économie

La Nouvelle-Calédonie sur la voie de l’indépendance? Alors que la Nouvelle-Calédonie a récemment atteint un niveau d’autonomie plus élevé (voir page 11), elle peut être considérée comme disposant d’un statut original de Territoire à Souveraineté Partagée. Toutefois, selon l’accord de Nouméa signé à la suite des troubles civils des années 80, le territoire s’est engagé à tenir au moins un référendum concernant son indépendance par rapport à la France entre 2014 et 2018. Le congrès (parlement local) résultant des élections provinciales de Nouvelle-Calédonie en mai 2014 aura pour tâche de déterminer la date précise de la tenue du référendum ainsi que sa nature. Aux élections du 11 mai dernier, une majorité en faveur du maintien du rattachement à la France (29 voix contre 25) s'est dégagée au Congrès.

désormais également dédiée à la recherche et à l’innovation. Outre son rôle traditionnel de promoteur des échanges commerciaux et des investissements, ADECAL coordonne depuis 2012 la Technopole dont l’objectif est d’améliorer la compétitivité des entreprises calédoniennes (voir page 19). « Notre objectif vise à améliorer la productivité et la diversification de notre économie, notamment avec des partenaires extérieurs qui sont les bienvenus et pour lesquels notre agence assure un rôle d’accueil et d’accompagnement. La promotion des investissements, l’innovation et la création de nouvelles filières à partir de notre biodiversité, et dans le cadre d’une expérimentation préalable et d’un transfert de technologie validé, font partie de nos missions. Il s’agit d’une politique volontariste, mettant en œuvre des moyens publics au profit du développement des entreprises privées.», déclare Jean-Michel Arlie, Directeur d’ADECAL.

De l’avis général des entrepreneurs que Business Advantage a rencontré dans le cadre de ces entretiens, toute modification apportée aux dispositions constitutionnelles actuelles ne pourrait être décidée qu’au fur et à mesure et devrait résulter d’un consensus quels que soient les résultats de ce référendum. Heidi Bootle, Consul Général d’Australie en NouvelleCalédonie affirme : « J’ai le sentiment que tous les efforts sont mis en œuvre afin que le pays continue de jouir de sa stabilité actuelle ».

« Ce territoire est une terre d’entrepreneurs et de pionniers », remarque Barbara Vlaeminck de l’entreprise de fabrication d’acier Socometal.nc. «  Des startup apparaissent dès lors qu’un manque se fait sentir sur le marché ». Toutefois, 93% de ces entreprises enregistrées à la Chambre de Commerce de Nouvelle-Calédonie (CCI) emploient moins de 10 personnes et la Nouvelle-Calédonie doit donc à la fois s’efforcer de soutenir ses petites entreprises, d’apporter des capitaux suffisants à la croissance et de développer le secteur privé.

Le rôle déterminant des sociétés de participation financière Pour cette raison, le rôle des sociétés de participation des Provinces du territoire telles que le groupe Sofinor (Province du Nord), PromoSud (Province Sud) et la SODIL (Iles Loyauté) est crucial. Elles sont financées par leurs participations au capital des projets d’exploitation des mines de nickel du territoire. Ces fonds servent à la fois de sociétés de portefeuille ou holdings afin de permettre aux entreprises locales d’attirer les investisseurs, mais également de partenaires potentiels de société de capital-risque pour les entreprises désireuses de s’établir en Nouvelle-Calédonie (voir page 17). Ces fonds ont un rôle particulièrement important dans les secteurs du logement, de l’agriculture, de l’aquaculture, du tourisme et de l’hôtellerie, secteurs essentiels à la diversification de l’économie de la Nouvelle-Calédonie.

Des efforts renouvelés pour la recherche et le développement La Technopole de Nouvelle-Calédonie soutient ces efforts dans le cadre de l’agence de développement économique de la Nouvelle-Calédonie qui est une entité à caractère économique,

7


Case Studies

Credit: United Fisheries

United Fisheries founder Kypros Kotzikas

Doing business in New Caledonia Two international companies speak to Business Advantage about establishing a presence in New Caledonia.

Tokuyama (Japan) In 2013, Japan’s Tokuyama purchased the New Caledonian assets of multinational, Holcim. Tokuyama New Caledonia Deputy General Manager, Naoki Muratake, talks about this experience: ‘This is the first time Tokuyama has bought out an overseas company since the 1980s. ‘When investing internationally Tokuyama generally prefers to establish a new company from scratch. But the company we acquired was well organised, with well-educated employees and a good business model. ‘Moreover, New Caledonia itself has beautiful scenery, delicious food, warm-hearted people and a safe and clean environment. ‘During the due diligence process, ADECAL provided valuable information, such as on the political/economic situation in New Caledonia, country risk and living in New Caledonia. ‘Our mission now is to continue to supply good and consistent quality to the local market.’

United Fisheries (New Zealand) The processing plants of New Caledonia’s fisheries sector generate 1000 tonnes of waste annually, of which only a very small amount is utilised. However, a first experimental hydrolysate production unit—a partnership between ADECAL Technopole, New Zealand-based United Fisheries, the Loyalty Islands Province and SODIL—is being built in 8

We, Lifou Island, to identify the most appropriate ways to utilise this waste. United Fisheries founder, Kypros Kotzikas, explains the thinking behind the project: ‘The Pacific Islands have a serious problem with what to do with the offal after filleting fish. ‘Eighteen months ago I received a phone call from ADECAL’s Manuel Ducrocq who was looking for machinery to solve the problem of offal [disposal] in the Loyalty Islands. He asked me if I could supply him with machinery to make fish silage out of the offal from the fish factory. I said to him that if he was serious in wanting to find a solution to the problem to visit me in Christchurch, which he did. He saw what we were doing and liked it. ‘United Fisheries has developed and commercialised the first plant to use enzymes to hydrolyse fish offal, turning it into both fish liquid fertiliser for soil, and fish silage for feeding animals. ‘My ambition is to have some influence on how we can eliminate chemical fertilisers and chemical sprays by producing biological products to replace them. ‘Fish liquid fertiliser produces healthy fruit and vegetables and healthy grass for the animals to eat. ‘We are at the final stages of designing a suitable plant for the Loyalty Islands. ‘This pilot plant will be a showpiece and hopefully the rest of the islands will follow the same principle to solve the offal problem and create a product that is good for everybody.’


Etudes de cas

Faire des affaires en Nouvelle-Calédonie S’établir en Nouvelle-Calédonie : deux entreprises internationales en parlent à Business Advantage Tokuyama ( Japon) En 2013, la société japonaise Tokuyama a acquis les actifs de la multinationale suisse Holcim en NouvelleCalédonie. Naoki Muratake, Directeur général adjoint de Tokuyama en Nouvelle-Calédonie, parle de leur expérience: « C’est la première fois que Tokuyama achète une société étrangère depuis les années 80. «  Habituellement, lorsque Tokuyama investit à l’international, elle préfère créer la société de toute pièce. Toutefois, la société que nous avons acquise était déjà bien structurée, avec un modèle de gestion de qualité et des employés d’un niveau d’éducation élevé. «  De plus, la Nouvelle-Calédonie jouit de paysages superbes, d’une nourriture délicieuse et d’une population accueillante dans un environnement propre et sûr. «  Durant la procédure d’audit, ADECAL nous a fourni de précieuses informations sur la situation politico-économique, le risque-pays et sur la vie en Nouvelle-Calédonie. « Notre mission aujourd’hui consiste à proposer au marché local une qualité cohérente et irréprochable ».

United Fisheries (Nouvelle-Zélande) Les ateliers de transformation du poisson issu des pêcheries calédoniennes génèrent annuellement un millier de tonnes de déchets, qui ne sont actuellement pas ou très peu valorisés. Toutefois, une première unité pilote de production d’hydrolysat de poisson sera prochainement construite à Wé-Lifou, dans le cadre d’un partenariat entre ADECAL Technopole, la société United Fisheries basée en Nouvelle-Zélande, la Province des Iles Loyauté et la SODIL. L’objectif du projet est d’identifier les meilleures voies de

valorisation envisageables et d’étudier la faisabilité technico-économique du transfert de cette technologie à l’échelle du gisement de la Nouvelle-Calédonie. Le fondateur d’United Fisheries, Kypros Kotzikas, explique la réflexion à l’origine du projet: « Les îles du Pacifique doivent faire face à la question de l’utilisation des déchets suite au filetage du poisson. « Il y a 18 mois, j’ai reçu un appel téléphonique de Manuel Ducrocq d’ADECAL. Il était à la recherche d’un système pour résoudre le problème de l’utilisation des déchets de poisson sur les Iles Loyauté. Il m’a demandé si je pourrais lui fournir un équipement permettant de faire de l’ensilage de poisson à partir des déchets produits par l’atelier de transformation du poisson. Je lui ai répondu que s’il voulait vraiment trouver une solution à ce problème, il lui faudrait venir me rencontrer à Christchurch, ce qu’il a fait. Il a observé nos méthodes et les a appréciées. « La société United Fisheries a développé et commercialisé la première usine utilisant des enzymes afin d’hydrolyser les déchets de poisson et les transformer en engrais liquides et en nourriture pour animaux. « J’ai pour objectif de contribuer à la réduction des engrais et des produits aérosols chimiques en produisant des produits biologiques pour les remplacer. « Les engrais liquides à base de déchets de poisson aident à produire des fruits et légumes sains de même qu’un fourrage de bonne qualité pour les animaux. « Nous en sommes aujourd’hui à l’étape finale de conception d’une usine adaptée aux Iles Loyauté. « Cette usine pilote sera un modèle et nous espérons que les autres îles suivront notre exemple afin de résoudre le problème posé par les déchets de poisson et de créer ainsi un produit de qualité et bénéfique pour tous ».

9


Legal considerations

New Caledonia: its institutions now and into the future While it is still a part of France, New Caledonia has progressively achieved greater autonomy in recent years, as Frederic Descombes of legal firm D&S Legal outlines.

N

ew Caledonia is a French overseas collectivity with a special status subject to ‘legislative specificity’. The law which is locally applicable in New Caledonia is enacted—depending on the subject matter—by the French State, by New Caledonia or its Provinces. Only a few provisions of European law have effect locally. Organic Law No. 99-209 of 19 March 1999 relating to New Caledonia determines the legislative power of each of these institutions.

Division of responsibilities The French State and New Caledonia each have legislative power expressly conferred on them, and the Provinces have an in-principle jurisdiction (in all areas of the law that are not vested in the French State or in New Caledonia). The French State has the power to make laws relating, for example, to nationality, defense and credit. As for New Caledonia, it enacts laws in the following areas: taxation, labour law, mining activities (nickel, chromium and cobalt), telecommunications, domestic and foreign trade, consumer affairs, competition, economic concentrations and price regulation. The Provinces of New Caledonia exercise legislative power in a range of areas, such as the environment and planning. The Organic Law provides for a mechanism of gradual transfer of State powers to New Caledonia. In July 2013, legislative power in the areas of civil and commercial law was transferred to New Caledonia.

Institutions In summary, today New Caledonia is in a situation of quasi autonomy. At the institutional level, New Caledonia has a Congress (deliberative assembly) and a collegiate government (executive body). The French State is represented in New Caledonia by the High Commissioner, who has broader powers than the French Prefects.

Independence? The next step in the institutional development of the collectivity, which is provided by the Noumea Accord, will be the organisation, between now and 2018, of a referendum on the attainment of full sovereignty. During this period, Congress will have the opportunity (if a majority of 3/5ths decides to do so) to organise several referenda on the question of the independence of the collectivity. Not all residents of New Caledonia will take part in this process—the electorate was 'frozen' so that the right to vote is subject to a condition of length of presence in the territory. 10

D&S Legal’s Frédéric Descombes

At the time of writing, the implementation of the referendum on self-determination is the subject of debate; some political forces wished to start the process immediately and others preferred to postpone the referendum in order to try to find an ‘intermediary’ status for New Caledonia between the current status and independence. If Congress does not propose a date for a referendum before 2018, the Noumea Accord commits the French Government to organising the vote. If the referendum decides in favour of independence, the sovereign powers (justice, public order, defence, currency and foreign affairs) will be transferred to New Caledonia.

Legal certainty In terms of the law, the collectivity’s independence would disconnect the local legal system from the laws and principles that govern the French Republic. A choice would then need to be made between maintaining the laws which apply locally at the date of transfer and creating a justice system and laws that are completely new and are inspired by the factual circumstances specific to New Caledonia (geography, demography, economic activities, etc). However, the possibility of real differences in the legal system or the institutions seems unlikely, given that the local institutions are sensitive to the importance of the continuity of law and of the need for legal certainty.


QUESTIONS LéGALES

Présent et avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie Bien qu’il soit encore partie de la France, Nouvelle-Calédonie a progressivement atteint une plus grande autonomie au cours des dernières années, écrit Frédéric Descombes du cabinet d’avocats D&S Legal.

L

a Nouvelle-Calédonie est une collectivité d’outre-mer à statut particulier soumise au principe de spécialité législative. Le droit qui y est localement applicable est édicté, selon les matières, par l’Etat, la Nouvelle-Calédonie ou les Provinces— seules quelques dispositions du droit européen produisent leurs effets localement. C’est la loi organique n° 99-209 du 19 mars 1999 relative à la Nouvelle-Calédonie qui détermine la compétence de chacune de ces institutions. L’Etat et la Nouvelle-Calédonie disposent chacun d’une compétence d’attribution et les Provinces bénéficient d’une compétence de principe (toutes les matières qui ne sont pas dévolues à l’Etat ou à la Nouvelle-Calédonie). L’Etat est habilité à fixer les règles relatives, par exemple, à la nationalité, à la défense et au crédit. La Nouvelle-Calédonie édicte pour sa part les règles dans les matières suivantes : fiscalité, droit du travail, activités minières (nickel, chrome et cobalt), télécommunications, commerce intérieur et extérieur, consommation, concurrence, concentrations économiques et réglementation des prix.

Les Provinces exercent une série de compétences telles que l’environnement et l’urbanisme. La loi organique prévoit un mécanisme progressif de transfert des compétences de l’Etat vers la Nouvelle-Calédonie. En juillet 2013, les compétences en matière de droit civil et droit commercial ont ainsi été transférées à la Nouvelle-Calédonie. En synthèse, aujourd’hui, la Nouvelle-Calédonie est dans une situation de quasi-autonomie. Sur le plan institutionnel, la Nouvelle-Calédonie est dotée d’un Congrès (assemblée délibérante) et d’un Gouvernement collégial (organe exécutif). L’Etat y est représenté par le Haut-Commissaire qui détient des compétences élargies par rapport aux Préfets. La prochaine étape du développement institutionnel de la collectivité, prévue par l’accord de Nouméa, sera l’organisation, entre 2014 et 2018, d’un référendum sur l’accession à la pleine souveraineté. Durant cette période, le Congrès aura l’opportunité (si une majorité de 3/5èmes en décide) d’organiser plusieurs referenda sur la question de l’indépendance de la collectivité. Tous les résidents de Nouvelle-Calédonie ne pourront prendre part à cette démarche – le corps électoral a été gelé pour conditionner le droit de vote à une condition de durée de présence dans la collectivité. A ce jour, la mise en œuvre du référendum d’auto-détermination fait débat, certaines forces politiques souhaitant déclencher le processus dès maintenant, et d’autres privilégiant un report du référendum et la recherche d’un statut « intermédiaire  » pour la Nouvelle-Calédonie entre le statut actuel et l’indépendance. Si le Congrès ne propose pas une date de référendum avant 2018, l’accord de Nouméa prévoit que l’Etat français sera chargé d’organiser le vote. Si le référendum tranche en faveur de l’indépendance, les compétences régaliennes (justice, l’ordre public, la défense, la monnaie et les affaires étrangères) seront transférées à la Nouvelle-Calédonie. Et dans ce cas, la Nouvelle-Calédonie, accédant au statut de véritable pays, devra à la fois obtenir la reconnaissance internationale et se doter de nouveaux services et moyens par exemple en matière de justice, de défense et de maintien de l’ordre. La mise en place de cette évolution structurelle impliquerait des dépenses très importantes. Par ailleurs, l’accession à l’indépendance soulèverait la question du devenir des aides financières de l’Etat français, lesquelles représentent à ce jour une partie substantielle du PIB de la Nouvelle-Calédonie. Et sur le plan du droit, l’indépendance de la collectivité déconnecterait l’ordre juridique local des règles et principes régissant la République française.

11


Nickel

Credit: Glencore

The port at the transformative Konimabo nickel project in Northern Province.

New Caledonia to capitalise on nickel growth New Caledonia’s position as one of the world’s leading nickel miners looks set to be strengthened as key mines in the country ramp-up production and prices for the mineral show signs of a rebound.

A

revival in nickel prices in 2014, an investment in more efficient processes and the new Koniambo refinery, indicate that New Caledonia’s nickel industry is starting to emerge from a period of slowdown. Nickel has historically dominated New Caledonia’s resources industry. The country is recognised as containing about 25% of the world’s nickel resources and is one of the top five global exporters of the commodity, which is used in stainless steel. The mineral’s role in the development of New Caledonia dates back to the late 19th century and looks set to continue on the back of recent and planned developments in the country, as well as rising nickel prices over the first half of 2014. As demand for stainless steel increases by 5% each year in China, according to Dominic Nacci, Public Relations Director at New Caledonian nickel miner Société minière du Sud Pacifique (SMSP), miners in the country are well set to capitalise on these improved conditions.

Koniambo ramp-up Koniambo Nickel SAS (KNS), a joint venture between SMSP and global resources group Glencore, is on track to reach peak output of 60,000 tonnes a year from the massive Koniambo nickel project in Northern Province by the end of 2015. Production at the US$6.3 billion project started in the first half of 2013 and the joint venture has since made three shipments of ore from the country. 12

Despite floundering nickel prices since the global financial crisis the joint venture maintained its faith in Koniambo because of the project’s potential to become a significant, low-cost mine. Not only does Koniambo possess a high grade ore body and an operation that is efficient in extracting nickel from the ore, but there are also efficiencies in terms of its energy use and environmental impact. These factors give KNS management confidence that, even with a low market, the operation will continue to be profitable.

Community impact To complement the Koniambo mine the joint venture has injected about US$2 billion into the local community, resulting in the public authorities building new schools and key infrastructure, and development in the local private sector engaged to deliver the construction of these new facilities. SMSP owns a 51% interest in the Koniambo project, with Glencore holding the remaining 49%.

SMSP adds second smelter In addition to the Glencore joint venture, SMSP continues to grow its innovative partnership with Korean steel giant POSCO, which has developed since 2005. SMSP and POSCO are expanding their relationship by establishing a second smelter under a joint venture in South Korea by November 2014.


Nickel

La Nouvelle-Calédonie mise sur la croissance du marché du nickel La Nouvelle-Calédonie fait partie des leaders du marché de l’exploitation minière du nickel. En conséquence, alors que les principales mines du pays augmentent leur production et que les prix tendent à remonter, cette position dominante s’en trouve renforcée.

Montée en cadence de Koniambo Koniambo Nickel SAS (KNS), une co-entreprise entre la SMSP et le groupe Glencore , spécialiste dans le secteur des ressources naturelles, prévoit d’atteindre une production d’au moins 60 000 tonnes de nickel par an d’ici fin 2015 avec le projet métallurgique de grande envergure Koniambo, situé dans le nord. La production du site, dont la construction aura coûté 6,3 millions de dollars américains, a débuté début 2013 et depuis lors, la co-entreprise a déjà effectué trois livraisons de minerai vers l’étranger. En dépit d’une stagnation des prix du nickel suite à la crise financière mondiale, la co-entreprise a gardé toute sa confiance en Koniambo car c’est un projet à fort potentiel et à faible coût d’exploitation. Outre la qualité de sa ressource en minerai qui permet d’excellentes conditions d’extraction et de production, KNS souligne les autres qualités du projet en termes d’utilisation efficace de l’énergie et des efforts concernant l’impact sur l’environnement. Ces facteurs permettent à la direction de KNS de pouvoir dire en toute confiance que l’exploitation restera une opération profitable même en cas de conditions de marché plus difficiles.

Incidences sur la communauté La co-entreprise a injecté environ 2 millions de dollars dans la communauté environnante en complément au projet minier de Koniambo. Ce développement a aussi suscité la construction, par la puissance publique, de nouvelles écoles et d’infrastructures essentielles ainsi qu’au développement d’entreprises privées locales, engagées elles-mêmes dans le processus de construction de ces nouveaux équipements.

Credit: Glencore

U

ne remontée des prix en 2014, des investissements favorisant des méthodes plus efficaces ainsi qu’une toute nouvelle fonderie permettent à l’industrie du nickel de Nouvelle-Calédonie de sortir d’une période de ralentissement économique. Dans l’histoire de la Nouvelle Calédonie, le nickel a toujours dominé l’industrie des ressources naturelles. Il est admis que le pays renferme environ 25% des ressources mondiales de nickel et qu’il est l’un des cinq plus importants exportateurs de cette matière première utilisée dans la fabrication de l’acier inoxydable dans le monde. Le rôle prépondérant de ce minerai pour le développement économique de la Nouvelle-Calédonie remonte à la fin du 19eme siècle et les récents projets de développement ainsi que la montée des prix de ce début d’année 2014 devraient confirmer cette tendance. Dominique Nacci, Directeur des Relations Publiques de la mine de nickel Société Minière du Sud Pacifique (SMSP) en Nouvelle-Calédonie, déclare que la demande de nickel en Chine augmente de 5% chaque année et que les mines du pays comptent bien miser sur cette amélioration de la conjoncture.

Koniambo

« Grâce à cette co-entreprise (avec la SMSP), le processus est bien mieux intégré et accepté par la population » déclare M. Capo. La SMSP possède 51% des intérêts sur le projet Koniambo et la société de portefeuille Glencore en possède 49%.

La SMSP ajoute une deuxième fonderie En complément de la co-entreprise avec Glencore, la SMSP poursuit le développement de son partenariat innovant depuis 2005, avec le géant de l’acier coréen POSCO. La SMSP et POSCO renforcent leur coopération par la mise en œuvre d’une seconde fonderie en Corée du sud pour le mois de novembre. M. Nacci a déclaré à Business Advantage que l’objectif de la SMSP est de produire 54 000 tonnes de nickel à partir du ferronickel pour fin 2015, ce qui rend la mise en œuvre d’une seconde fonderie indispensable. « En fait, nous construisons un four de capacité identique, et nous augmentons les espaces de stockage et de mélanges tout en construisant un port en Corée, dédié au déchargement du nickel » déclare M. Nacci. Les activités de métallurgie sont dirigées par la société du Nickel de Nouvelle-Calédonie et de Corée Pty Ltd (SNNC), alors que sa branche minière opère sous le nom de la Nickel Mining Company SAS. La SNNC achète la totalité de la production puis la transforme dans l’usine existante de Gwangyang en Corée du Sud, qui produit 30  000 tonnes de nickel par an. POSCO est le consommateur situé en fin de parcours et achète la totalité du métal produit. La SMSP possède 51% des sociétés en coentreprise et POSCO et possède les 49% restantes.

Se tourner vers la Chine SMSP considère une autre possibilité de partenariat en Asie avec le groupe chinois Jinchuan en vue de l’exploitation et de l’exportation des minerais de latérite et de limonite dans une

13


Nickel

Credit: SMSP

March at its Goro mine in Southern Province. Vale owns 69% of the Goro project. In 2013, Vale reported that output at Goro was 16,300 tonnes of nickel and 1,117 tonnes of cobalt, while in the first quarter of 2014 the company produced 5,600 tonnes of nickel. However, technical issues have stalled the mine’s operations. Vale suspended operations at Goro in November 2013 and again in May 2014.

High costs hamper SLN

Nacci tells Business Advantage that SMSP is on target to produce 54,000 tonnes of nickel contained in ferronickel by the end of 2015, creating the requirement for the second smelter. 'Basically we are building another furnace of the same capacity, and we are increasing the storage area, the blending yards, while also building a dedicated port in Korea to unload the nickel,' Nacci says. As part of the joint venture, metallurgical activities are conducted by Société du Nickel de Nouvelle-Calédonie et Corée Pty Ltd (SNNC), while its mining branch operates as Nickel Mining Company SAS. SNNC buys the total production and transforms it at the existing Gwangyang plant in South Korea, which annually produces 30,000 tonnes of nickel. POSCO is the end consumer and buys the entire amount of metal produced. The SMSP group owns 51% of the joint venture companies and POSCO holds the other 49%.

Looking to China In another potential partnership in Asia, SMSP is exploring the possibility of forming an alliance with China’s Jinchuan Group for export and processing of its laterite and limonite ore at a plant in southern China. Currently, all laterite in New Caledonia is bought by Australia’s Queensland Nickel for processing before being sold on. SMSP is hopeful of establishing a partnership with Jinchuan similar to the alliance with POSCO, whereby it would own 51% of the processing plant in return for providing the ore resource.

Société Le Nickel (SLN) operates four mines located on the eastern and western coasts of New Caledonia’s Grande Terre and exports its superior quality ferronickel to steelmakers in Japan, Europe and North America. Meanwhile, its 75%-nickelcontent matte is shipped to ERAMET’s Sandouville plant in France, where it is further processed into very high value-added products for critical applications in aeronautics, nuclear, or oil and gas industries. SLN, owned by French group ERAMET (56%) and the three New Caledonian provinces (34%), smelts the saprolite ore extracted from its mines at the Doniambo plant in Noumea. This plant, with a 100-plus-year history, produces 60,000 tons of nickel metal per year and 60% of its annual revenue is spent in New Caledonia, according to industry expert Anne Duthilleul. SLN’s Secretary General, Dominique Katrawa, told Business Advantage that improving SLN’s situation involves reducing its costs. SLN has implemented an ongoing improvement plan aiming at reducing its cash cost by one US dollar per pound by 2018. Katrawa says this involves switching to more efficient power generation using ‘clean coal’ technology with a 180 megawatt power plant next to the refinery. SLN is actively exploring for new prospects and believes there is potential in the hydrometallurgical processing of laterite ore.

Vale sets record Brazilian miner Vale posted a record month of production in

14

SLN’s Dominique Katrawa


Nickel

usine en Chine du sud. Actuellement, la totalité de la latérite de Nouvelle-Calédonie est achetée par la société australienne Queensland Nickel qui raffine ce minerai, puis le vend. SMSP espère mettre en place un partenariat avec Jinchuan à l’image de celui existant avec POSCO où elle possèderait 51% de la partie exploitation de l’usine et en échange, fournirait le minerai.

Vale établit un record L’entreprise minière de Vale au Brésil a affiché un record de production au mois de mars pour sa mine de Goro située dans la région sud du pays. Vale possède 69% du projet Goro. En 2013, Vale a rapporté une production de 16 300 tonnes de nickel et 1  117 tonnes de cobalt à Goro puis, en 2014, l’entreprise a produit 5 600 tonnes de nickel. Des problèmes techniques sont responsables des arrêts de sa production. Vale a suspendu ses opérations à Goro en novembre 2013 et aussi en mai 2014.

La maîtrise de son cash cost, une priorité pour la SLN La Société Le Nickel (SLN) qui exploite quatre mines tant sur la Côte-Est que sur la Côte-Ouest en Nouvelle-Calédonie, exporte son ferronickel de classe supérieure aux fabricants d’acier japonais, européens et nord-américains alors que sa matte à 75% nickel est expédiée à l’usine d’Eramet Sandouville en France puis transformée en produits de très haute valeur ajoutée destinés eux-mêmes aux applications critiques telles l’aéronautique, le nucléaire ou encore l’industrie pétrolière. SLN, détenue à 56% par le Groupe français Eramet et 34% par les Provinces de Nouvelle-Calédonie, fond le minerai

extrait de ses mines dans l’usine de Doniambo de Nouméa, en activité depuis plus de 100 ans. Cette usine produit près de 60 000 tonnes de Nickel métal par an et retourne à la Nouvelle-Calédonie 60% de son Chiffre d’affaires annuel ; le meilleur modèle en termes de retombées économiques pour la Nouvelle-Calédonie selon l’expert Anne Duthilleul. Le Secrétaire Général de la SLN, M. Dominique Katrawa a confié à Business Advantage que l’amélioration de la situation de la SLN passe inextricablement par la maîtrise de son coût de revient et non par la remontée du cours LME. En conséquence, elle s’est lancée dans un plan d’amélioration continue dont l’objectif est de réaliser un gain de 1$/lb sur son cash cost entre 2014 et 2018. M. Katrawa déclare ainsi que cette situation conduit la SLN à se tourner vers une technologie d’alimentation en électricité plus efficace dite du « charbon propre ». Une centrale au charbon et à proximité de l’usine à l’instar des deux autres complexes métallurgiques (Koniambo et Goro Nickel) et qui permet par ailleurs de réduire davantage ses coûts. L’ensemble des opérations liées au fonctionnement de l’usine nécessite une puissance de 180 mégawatts. La SLN se projette aussi dans l’avenir et compte continuer à opérer dans les 100 ans qui viennent en Nlle-Calédonie ; elle recherche activement de nouvelles perspectives et croit au potentiel de l’exploitation du minerai de limonite de Nouvelle-Calédonie traité par voie hydrométallurgique.

15


Feature

The engines driving New Caledonia’s development It’s impossible to understand New Caledonia’s economy without understanding the important role played by the territory’s three provincial investment companies: PromoSud, Groupe SOFINOR and SODIL.

F

Credit: PromoSud

inanced in part through their stakes in the territory’s major nickel projects, these three organisations not only have stakes in a wide variety of businesses across the economy, but also serve as vital venture partners for local and international investors seeking to establish businesses in New Caledonia.

PromoSud With Southern Province being the most developed part of New Caledonia, it is perhaps no surprise that its investment company, PromoSud, is one of the largest and most developed, with assets worth around XPF 10.7 billion (AUD$132 million). It has investments in over 50 companies across the economy, from hotels and tourism businesses, to forestry, mining and aquaculture (for instance, it is part-owner of SOPAC, the successful Pacific blue prawn exporter). Its priority is to invest in those sectors in which it is harder for the private sector to get involved because they are capital intensive. The agency is searching for private partners, primarily from France, Australia and New Zealand, across hotels, eco-tourism and aquaculture. PromoSud can help them reduce their risk by supplying capital to take a minority share in a project. Once profits are good, the developer buys PromoSud out—ideally, after around five years. Tourism is a major focus, with PromoSud taking a lead role in financing the new Sheraton Deva Resort and Spa at Bourail, which will open in the second half of 2014. With New Caledonia surrounded by ocean, PromoSud sees particular potential for the expansion of the territory’s aquaculture sector. It is currently helping with the prawn-farming recovery plan and seeking private sector investors (see page 20). PromoSud is currently conducting a five-year test on 150 hectares of pine plantations. Its goal is to be an exporter of wood in 40 to 50 years’ time.

Groupe SOFINOR If PromoSud is more involved in the mature economy, SOFINOR could be seen more as a pioneer investor, charged as it is with economic development in the less prosperous and developed Northern Province. The company is heavily involved in hotels/tourism, agri-food business, fisheries/aquaculture, housing construction and mine services such as maintenance and transportation, generating XPF4.5 billion XPF (AUD$54.6 million) of turnover (20% of the group's total turnover). SOFINOR is developping new economic sectors such as renewable energy, waste processing, logging and business activities on native land to involve the local population or local interests in activities. While it has activities across all of New Caledonia, the north is a natural focus. ‘New Caledonia’s potential is really in the north—it’s the part of New Caledonia which has grown the most in the past 20 years,’ says Laurent Chatenay, Business Development Manager at SOFINOR.

16

Artist’s impression of the Sheraton Deva Resort and Spa, a project supported by PromoSud

‘We’re looking for skilled, knowledgeable partners to develop projects locally. As a potential partner, SOFINOR has experience working with international partners and can connect them to the right people locally,’ says Chatenay. ‘To be successful in New Caledonia, you have to involve locals.’

SODIL SODIL is the agency tasked with driving the economic development of the picturesque Loyalty Islands—a group of four islands to the east of New Caledonia’s main island of Grand Terre. ‘Our goal is to create cohesion across the islands, and overcome their isolation from the rest of New Caledonia,’ explains William Ihage, SODIL’s Director-General. SODIL holds existing investments across transportation (the regional airline, Air Loyauté, for example), fisheries, hospitality, social housing and food production. SODIL also possesses a small venture capital company, SOPARIL, which is used to support commercial projects. ‘The market is so small, the private sector is reluctant to invest,’ observes Ihage. ‘We screen potential projects in conjunction with the provincial government. ‘As an investor, we don’t exclude any industry sector but we give first priority to local investors. Overseas investors are favoured if they bring skills and development which can help the islanders become economically self-reliant.’ SODIL’s relationship with local landowners is also crucial in a province where 99% of land is customarily held. A good example of SODIL’s proactive role in economic development is the role it has played in helping a local New Caledonian investor develop plans for the Hilton Lifou, a 50-key resort which Ihage hopes will commence construction at the end of 2014, with completion set for 2017. Ihage sees opportunities to further develop transport services to the islands, as well as to develop the islands’ promising food and tourism sectors. ‘Our goal is to have economic development, but balanced development, where the beauty of our islands is not spoilt and where the population is encouraged to stay in the islands, rather than migrate to Noumea,’ he tells Business Advantage.


Article

Les moteurs du développement de la Nouvelle Calédonie Il est impossible d’appréhender l’environnement économique de la Nouvelle Calédonie sans comprendre l’importance du rôle tenu par les trois sociétés d’investissement provinciales du territoire : PromoSud, le groupe SOFINOR et SODIL.

F

inancées en partie via leurs participations dans les principaux projets d’exploitation du nickel, non seulement ces trois organismes détiennent des parts dans un vaste éventail d’entreprises du paysage économique du territoire, mais ils sont également des partenaires incontournables pour les investisseurs locaux et internationaux désireux de créer leur entreprise en Nouvelle Calédonie.

PromoSud La Province Sud étant la région la plus développée de Nouvelle Calédonie, il n’est pas surprenant que sa société de financement et de développement PromoSud, avec une valeur d’actifs estimée à 10,7 milliards de Francs Pacifique (132 millions de dollars australiens), disposent de moyens importants. PromoSud a investi dans plus de 50 entreprises présentes dans tous les secteurs de l’économie, du tourisme à l’hôtellerie, en passant par l’industrie forestière, minière et aquacole (à titre d’exemple, elle est un actionnaire majeur de la SOPAC, le grand exportateur de crevettes bleues). La priorité consiste à investir dans ces secteurs difficiles d’accès pour le secteur privé car ceux-ci sont à forte intensité de capital. PromoSud recherche des partenaires dans le secteur privé, principalement en France, en Australie et en NouvelleZélande, dans les secteurs de l’hôtellerie, de l’écotourisme et de l’aquaculture. Elle est en mesure de les aider à minimiser leurs risques en apportant un capital afin de prendre une participation minoritaire dans le projet. Ensuite, lorsque les résultats en termes de profits sont satisfaisants, le promoteur effectue un rachat des parts de PromoSud, dans l’idéal dans un délai d’environ cinq ans. Le tourisme est un axe majeur et PromoSud tient un rôle prépondérant dans le financement du nouveau complexe hôtelier Sheraton Deva Resort et Spa à Bourail qui ouvrira ses portes fin 2014. La Nouvelle Calédonie étant entourée par l’océan, PromoSud considère que l’expansion du secteur de l’aquaculture est prometteuse. PromoSud participe actuellement au projet de financement de recherches destinées à améliorer la productivité dans ce secteur ainsi qu’à la recherche d’investisseurs privés (voir page 21). La société effectue actuellement des tests sur 150 hectares de plantations de pins sur une durée de cinq ans. L’objectif est de devenir exportateur de bois d’ici 40 à 50 ans.

Le groupe SOFINOR Alors que PromoSud est particulièrement impliquée dans une économie mature, le groupe SOFINOR, responsable du développement économique de la Province Nord, moins développée et moins prospère, apparait d’avantage comme un investisseur pionnier. La société est largement impliquée dans les secteurs de l’hôtellerie/tourisme, de l’agriculture, de la pêche/aquaculture, de la construction de logements ainsi que des services miniers tels que les transports et la maintenance. Bien que ses activités soient déployées dans toute la Nouvelle Calédonie, l’accent porté sur le nord est un réflexe naturel.

« Le potentiel de la Nouvelle Calédonie se situe dans le nord car c’est la région de Nouvelle-Calédonie qui a vu la croissance la plus forte ces 20 dernières années » confie Laurent Chatenay, Directeur du Développement chez SOFINOR. «  Nous recherchons des partenaires compétents et bien informés afin de développer des projets locaux. En tant que partenaire potentiel, SOFINOR bénéficie d’une solide expérience avec des partenaires internationaux et de la capacité de les mettre en relation avec les bonnes personnes sur place   » déclare M. Chatenay. «  Pour réussir en Nouvelle Calédonie, il faut impliquer la population locale ».

SODIL SODIL, la Société d’Investissement des Îles Loyauté, est l’organisme chargé de diriger le développement économique de la région pittoresque des îles Loyauté, un groupe de quatre îles situées à l’est de l’île principale de Nouvelle Calédonie, Grande Terre. « Notre objectif est de créer une cohésion entre les îles et de rompre leur isolement du reste de la Nouvelle Calédonie » explique Mr William Ihage, William Ihage, SODIL Directeur Général de la SODIL. La SODIL a investi dans des secteurs variés tels que les transports (la compagnie aérienne régionale, Air Loyauté par exemple) la pêche, l’hôtellerie, le logement social et la production alimentaire. La SODIL détient également une petite société à capitalrisque, SOPARIL, œuvrant à soutenir les projets commerciaux. « Le marché est si réduit que le secteur privé hésite à investir » observe Mr Ihage. « Nous évaluons les projets potentiels en collaboration avec l’exécutif de la Province ». «  En notre qualité d’investisseur, nous n’excluons aucun secteur d’industrie mais nous privilégions toutefois les investisseurs locaux. Nous nous intéressons aux investisseurs étrangers lorsqu’ils sont porteurs de compétences et de développement car c’est un gage de soutien aux insulaires pour devenir économiquement indépendants». La nature des relations entre la SODIL et les propriétaires terriens locaux est également cruciale dans une province où 99% des terres relèvent du droit coutumier. Un bon exemple du rôle proactif de la SODIL dans le développement économique local est son soutien à un investisseur calédonien dans la conception du projet de construction du complexe hôtelier de 50 chambres, le Hilton Lifou, dont la construction devrait débuter fin 2014, comme l’espère Mr  Ihage, et être achevée à l’horizon 2017. Pour Mr Ihage, il y a de réelles opportunités de développement dans le secteur des transports vers les îles ainsi que dans les domaines prometteurs du tourisme et de la restauration. Il déclare à Business Advantage : « notre avons pour objectif le développement économique, mais un développement équilibré qui préserve la beauté de nos îles et qui encourage la population à faire le choix de rester plutôt que d’émigrer vers Nouméa ».

17


Research & innovation

Research into microalgae at the New Caledonia Technopole’s AMICAL laboratory.

New Caledonia: regional leader in development research Although the New Caledonia’s Investment Promotion Agency, ADECAL, was established back in 1995, it has recently experienced a major expansion. Finance from the three provinces, the New Caledonia government and the French State is being used to develop a unique and exciting structure for innovation and technology transfer: the New Caledonian Technopole.

T

he general objectives of the Technopole—an innovation and technology park—are to contribute to increasing New Caledonia’s competitiveness and appeal through development research, transfer and innovation. In particular, this will be done by developing links between the business world, public and private research, higher education and public authorities. It aims to promote the emergence of innovative projects and industries, while contributing to the sustainable development of natural resources. The New Caledonian Technopole was formed in 2012 with two divisions of excellence focused on ‘marine ecosystems’ and ‘land ecosystems’ and an innovation support centre. These three divisions comprise six specialised technology centres, an incubator for innovative businesses emerging from public research, the ZoNéCo research and development program

18

on marine resources, plus a unit responsible for European projects, which also carries out market and technology watch activities. Ultimately, two other divisions of excellence are planned— concerning new energies and materials for eco-building, and information and communication technologies and multimedia. Its activities are today divided up between New Caledonia’s three provinces.

Close collaboration The Technopole is above all a collaborative structure, bringing together, development stakeholders such as the SOFINOR, PromoSud and SODIL groups (see page 16) on specific projects. ‘The SOFINOR group works in close collaboration with the Technopole,’ says Laurent Chatenay, Director of Development for the North Province’s semi-public company. ‘We need the


Recherche et innovation

La Nouvelle Calédonie, leader régional de la recherche développement Bien que la création de l’Agence de Développement économique de la Nouvelle-Calédonie, l’ADECAL, remonte à 1995, elle a récemment connu une importante phase d’expansion en développant, grâce à des financements des 3 provinces, de la Nouvelle-Calédonie, et de l’Etat, une structure unique et passionnante en matière d’innovation et de transfert technologique : la Technopole de Nouvelle-Calédonie

L

a technopole a pour objectifs généraux de contribuer au renforcement de la compétitivité et de l’attractivité de la Nouvelle-Calédonie par la recherche développement, le transfert et l’innovation, notamment en développant des liens entre le monde de l’entreprise, de la recherche publique et privée, de l’enseignement supérieur et des pouvoirs publics. Elle doit favoriser l’émergence de projets et filières innovants, tout en contribuant à la gestion durable des ressources naturelles. La Technopole de Nouvelle-Calédonie est constituée en 2012 de 2 Pôles d’excellence sur les « écosystèmes marins » et les « écosystèmes terrestres », et d’un Pôle transversal de «  soutien à l’innovation  ». Ces 3 Pôles comprennent 6 centres technologiques thématiques, un incubateur d’entreprises innovantes issues de la recherche publique, le programme ZoNéCo de Recherche et Développement sur les ressources marines, et une cellule en charge des projets européens, qui assure également des activités de veille. A terme, d’autres Pôles d’excellence sont prévus, notamment sur les énergies nouvelles et les matériaux pour l’éco-bâtiment, les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC), et le Multimédia. Ses activités sont aujourd’hui réparties dans les trois provinces de Nouvelle-Calédonie.

Etroite collaboration

La Technopole est avant tout une structure collaborative, associant, sur des projets spécifiques, les acteurs du développement tels que les groupes SOFINOR, PromoSud et SODIL, sociétés de participation des provinces NORD SUD et ILES. « Le groupe SOFINOR travaille en étroite collaboration avec la Technopole  » déclare M. Chatenay, Directeur du Développement de la société d’économie mixte de la Province

Nord. « Nous avons besoin des connaissances scientifiques ainsi que des outils de la Technopole afin de diversifier notre économie ». PromoSud confirme que la Technopole joue un rôle déterminant pour expérimenter des nouvelles techniques et des nouvelles technologies. A titre d’exemple, un des programmes de la Technopole dont l’objectif est d’améliorer la productivité des fermes crevetticoles locales (voir page 23), est d’une importance cruciale pour la SOPAC, société en charge du conditionnement et de la commercialisation de la crevette calédonienne, qui n’arrive pas à satisfaire la demande de ses clients internationaux.

Soutien scientifique En complément du soutien des structures financières d’aide au développement des entreprises, la Technopole travaille également en partenariat avec des organismes scientifiques reconnus tels que l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (IFREMER), l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), l’Institut Agronomique NéoCalédonien (IAC) et l’Université de Nouvelle Calédonie (UNC).

"La Technopole est avant tout une structure collaborative, associant, sur des projets spécifiques, les acteurs du développement tels que les groupes SOFINOR, PromoSud et SODIL, sociétés de participation des provinces NORD SUD et ILES." 19


research and innovation

Innovative business incubator assists entrepreneurs A pioneering business incubator supports innovation emerging from research and development activities in New Caledonia. The role of the New Caledonian Innovative Business Incubator is to identify projects both within public research and in the world of industry and services in New Caledonia, particularly in the fields covered by the Technopole. It matches potential opportunities from public research, particularly research results ready to be developed economically, with local industries or individual project developers. In the same way, existing businesses are supported in their steps to identify laboratories (local or national) able to collaborate on products or processes. The Incubator is based at the Research Institute for Development (IRD) campus at Anse Vata in Noumea, which concentrates the main scientific partners in New Caledonia in a single place. ‘In addition to support in terms of advice and networks within the scientific community, we can accommodate businesses either on the IRD site or within our technology centres,’

Anse Vata, location for the Incubator

scientific knowledge and tools of the Technopole in order to diversify our economy.’ PromoSud confirms that the Technopole plays a decisive role in testing out new techniques and new technologies. For example, one program to improve the productivity of local prawn farms (see page 22), is of crucial importance for PromoSud subsidiary SOPAC, the company responsible for packing and marketing New Caledonian prawns.

Scientific support In addition to supporting the financial organisations that assist business development, the Technopole also works in partnership with recognised scientific agencies such as the French Research Institute for the Exploitation of the Sea (IFREMER), the Research Institute for Development (IRD), the New Caledonian Institute of Agronomy and the University of New Caledonia. The Technopole thus has access to a network of scientists and laboratories in the Pacific region and in Europe. Promising partnerships with industrialists are also being facilitated, such as a microalgae production program being developed with the mining company Glencore for the remediation of carbon dioxide emissions, and a project for fish waste recycling in partnership with New Zealand’s United Fisheries (see page 8). 20

says Doriane Sanchez-Le Bris, director of international development and of the Innovation Centre at ADECAL. Projects selected by the Incubator are rigorously analysed, taking into account not only the innovative character of the project, but also the project team, the relevance of its target markets and the intellectual property associated with the project. The Incubator selection committee has final responsibility for accepting incubation projects. ‘We do not validate projects that are only at the ideas stage,’ remarks Christophe Carbou, the Incubator Director. ‘They must be based on a realistic business plan.’ Georges De Noni, Director of the Noumea IRD Centre and Regional Coordinator for the Pacific region, explains: ‘The Incubator will reveal and support scientific projects that are sufficiently original in their design to allow them to develop into business start-up proposals. In principle, the wealth of New Caledonia’s land and marine biodiversity constitutes a fertile breeding ground for the development of local and regional entrepreneurs, particularly in the fields of health and cosmetics.’ The objective of the Incubator is to develop local companies. Nevertheless, it will also be open to foreign entrepreneurs who wish to base their businesses in New Caledonia. Efforts will initially be focused on innovative businesses in the fields considered strategic for New Caledonia, such as the development of marine or land (plant) resources. However, as Doriane Sanchez-Le Bris indicates, prospects for opening up to other sectors exist. She points out that the Incubator should host five to six projects in the first year, some of which will be based on the IRD campus. The Incubator supports businesses or project developers for a period of two years, a period during which their financial requirements must be assessed. The role of the Incubator is also to support businesses in seeking financing during this delicate seeding phase.

'To encourage innovation, and contribute to the diversification and sustainable and smart growth of the New Caledonian economy, close ties with the private sector must be developed.' Partnership with the private sector To encourage innovation, and contribute to the diversification and sustainable and smart growth of the New Caledonian economy, close ties with the private sector must be developed. Research results from the Technopole’s technology centres are being shared with private operators, through committees set up to monitor its programs. In order to develop technical partnerships with external stakeholders, the Technopole is also a member of public–private networks, such as the French competitivity cluster, TRIMATEC. ‘We have already benefited from this partnership for the design phase of our pilot program on microalgae, currently under construction in the North Province,’ remarks Adrien Rivaton, Technopole coordinator and director of the Marine division at ADECAL.


Recherche et innovation

Incubateur d’entreprises innovantes à l’aide des entrepreneurs Un incubateur d’entreprises pionnier soutient l’innovation issue des activités de recherche et de développement en Nouvelle Calédonie. L’Incubateur d’Entreprises Innovantes de la NouvelleCalédonie a pour rôle d’identifier des projets tant au sein de la recherche publique qu’au sein du monde de l’industrie et des services en Nouvelle-Calédonie, tout particulièrement dans les domaines portés par la technopole. Il fait correspondre les offres en provenance de la recherche publique, notamment les résultats de la recherche prêts à être valorisés sur le plan économique, vers des industries locales ou des porteurs de projets individuels. De la même manière, les entreprises existantes sont accompagnées dans leur démarche d’identification de laboratoires (locaux ou nationaux) pouvant collaborer sur les produits ou process. L’Incubateur est basé sur le campus de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) à l’Anse Vata à Nouméa, qui concentre en un lieu unique les principaux partenaires scientifiques en Nouvelle-Calédonie. « Outre un accompagnement en termes de conseils et de réseaux au sein de la communauté scientifique  nous pouvons héberger les incubés sur le site de l’IRD ou au sein de nos centres technologiques, indique Doriane Sanchez-Le Bris, directrice du développement international et du pôle Innovation à l’ADECAL. Les projets retenus par l’Incubateur font l’objet d’une analyse rigoureuse prenant en compte non seulement le caractère innovant du projet mais également l’équipe du projet, la pertinence des marchés visés ou encore la propriété intellectuelle associée au projet. Le comité de sélection de l’incubateur se charge en dernier lieu d’accepter les projets en incubation. « Nous ne validerons pas les projets qui n’en sont encore qu’au stade des idées » remarque Christophe Carbou, Directeur de l’incubateur. «  Ils doivent être basés sur un plan d’affaires réaliste ».

La Technopole bénéficie ainsi de l’accès à un réseau de scientifiques et de laboratoires dans la région Pacifique ou en Europe. Les partenariats prometteurs avec des industriels sont également favorisés tel que le projet de production de microalgues en cours d’élaboration avec la société minière Glencore, en matière de remédiation des émissions de dioxyde de carbone, et le projet de valorisation des déchets de poissons en partenariat avec la société United Fisheries.

Georges De Noni, Directeur du centre IRD de Nouméa et Coordinateur Régional pour la région Pacifique

Georges De Noni, Directeur du centre IRD de Nouméa et Coordinateur Régional pour la région Pacifique explique : «  L’incubateur va révéler et soutenir les projets scientifiques suffisamment originaux dans leur conception pour permettre l’évolution du projet vers une proposition de création d’entreprise. A priori, la richesse de la biodiversité terrestre et marine de la Nouvelle Calédonie constitue un terreau fertile pour le développement de l’entreprenariat local et régional, notamment dans les domaines de la santé et des cosmétiques 

L’objectif de l’incubateur est de développer des sociétés locales. Il sera néanmoins ouvert aux entrepreneurs étrangers désireux de baser leurs entreprises en Nouvelle-Calédonie. Les efforts seront initialement concentrés sur les entreprises innovantes dans les domaines considérés comme stratégiques pour la Nouvelle Calédonie tels que la valorisation des ressources marines ou terrestres (végétales). Cependant, comme l’indique Doriane Sanchez-Le Bris, des perspectives d’ouverture à d’autres secteurs existent. Elle précise que l’incubateur devrait accueillir de 5 à 6 projets durant la première année, dont certains seront basés sur le campus de l’IRD. Doriane Sanchez-Le Bris précise que l’incubateur accompagne les entreprises ou porteurs de projets sur une période de deux ans, période durant laquelle les besoins financiers doivent être évalués. L’incubateur a également pour rôle d’accompagner les entreprises dans la recherche de financements, durant cette phase délicate dite d’amorçage.

La Technopole est également membre de réseaux publics-privés comme le pôle de compétitivité TRIMATEC afin de développer des partenariats techniques avec des acteurs extérieurs. « Nous avons d’ores et déjà tiré profit de ce partenariat pour la phase de conception de notre programme pilote sur les microalgues, actuellement en construction dans la province nord » remarque Adrien Rivaton, coordinateur de la Technopole et directeur du Pôle Marin à l’ADECAL.

Partenariat avec le secteur privé Pour encourager l’innovation, et contribuer à la diversification et à la croissance durable et intelligente de l’économie calédonienne, des liens étroits avec le secteur privé doivent être développés. Ainsi, les résultats des centres technologiques de la Technopole sont partagés avec les opérateurs privés, dans le cadre de comités mis en place pour assurer le suivi des programmations.

'Ainsi, les résultats des centres technologiques de la Technopole sont partagés avec les opérateurs privés, dans le cadre de comités mis en place pour assurer le suivi des programmations.' 21


research and innovation

Satisfying the market demand for blue prawns Through its Aquaculture Technical Centre (CTA), the Technopole assists New Caledonian prawn farmers to innovate in order to increase their competitiveness. Of all the marine products exported by New Caledonia, few items are as popular as the western blue prawn (Litopenaeus stylirostris). Put simply, New Caledonia is not able to produce enough to satisfy the demand of foreign restaurants, particularly those in Japan and Europe.

'Improving farming and breeding performances is essential in order to ensure the continued existence of the prawn industry’ Previously, however, the main New Caledonian export firm, SOPAC (a company held in partnership with the SOFINOR group and PromoSud) was only able to watch, powerless, as annual prawn production fell from around 2200 tonnes to 1600 tonnes, due in particular to an appreciable fall in prawn survival rates in farms. The Saint-Vincent Aquaculture Technical Centre (CTA) located in Boulouparis, barely one hour north of Noumea, was thus made responsible, under a broad industry recovery plan, for conducting a program of experiments to improve yields in the territory’s prawn farms and hatcheries. This centre, part of the Technopole Marine Centre, has been operational since 2012. It includes 18 production ponds and a hatchery, as well as infrastructure devoted to research, development and experimentation, all managed by a team of 30, including scientists from the French Research Institute for the Exploitation of the Sea (IFREMER).

Test ponds at the Saint-Vincent Aquaculture Technical Centre

22

‘We are capable of carrying out tests on a pilot scale, which the farmers are not able to do in their commercial operations,’ explains Thomas Pierrot, director of the Centre. Experiments are conducted on each link in the production of prawns, such as techniques for producing broodstock and larvae; feed and its method of distribution in farms; aeration; and genetic factors. Thomas Pierrot also explains that as the centre’s main objective is support for the local industry, the results of the work are routinely shared with the local prawn producers, and the latter are also involved with determining program priorities. ‘Improving farming and breeding performances is essential in order to ensure the continued existence of the prawn industry which is currently in difficulty,’ he observes.

The western blue prawn.


Recherche et innovation

Satisfaire la demande des marchés pour les crevettes bleues La Technopole avec son Centre Technique Aquacole (CTA) aide les éleveurs de crevettes de Nouvelle Calédonie à innover pour accroître leur compétitivité. De tous les produits de la mer exportés par la Nouvelle Calédonie, peu d’entre eux sont aussi populaires que la crevette bleue occidentale (Litopenaeus stylirostris). La Nouvelle Calédonie n’arrive tout simplement pas à en produire suffisamment pour satisfaire la demande des restaurants à l’étranger, particulièrement celle des établissements japonais et européens. Néanmoins, avant d’avoir pu augmenter les exportations, la principale entreprise exportatrice de Nouvelle Calédonie, la SOPAC (société détenue en partenariat avec le groupe SOFINOR et PROMOSUD) n’a pu qu’observer, impuissante, la baisse de production des crevettes qui est passée d’environ 2 200 tonnes à 1 600 tonnes par an, notamment du fait d’une baisse sensible des survies en élevage, avant d’atteindre la taille commerciale d’exportation. Le Centre Technique Aquacole de Saint-Vincent (CTA) implanté à Boulouparis, à une heure à peine au nord de Nouméa, a ainsi été chargé, dans le cadre d’un plan plus global de relance de la filière, de conduire un programme d’expérimentations pour améliorer les rendements dans les fermes et écloseries crevetticoles du territoire. Ce centre, qui fait partie du Pôle marin de la Technopole, est opérationnel depuis 2012. Il comprend 18 bassins de

production et une écloserie, ainsi que des infrastructures vouées à la recherche, au développement, et à l’expérimentation, le tout géré par une équipe de 30 personnes, dont des scientifiques de l’Institut Français de Recherche pour l›Exploitation de la Mer (IFREMER). « Nous sommes capables d’effectuer des tests à une échelle pilote, ce que les éleveurs ne sont pas en mesure de faire dans leurs exploitations commerciales ». explique Thomas Pierrot, le directeur du Centre. Des expérimentations sont conduites sur chaque maillon de la production des crevettes, tels que les techniques de production de géniteurs et de larves, la nourriture et son mode de distribution en élevage, l’aération, les facteurs génétiques,… Thomas Pierrot explique également que l’objectif principal du centre étant le soutien à l’industrie locale, par le transfert des résultats de la recherche et le transfert de technologie, les fruits des travaux sont partagés systématiquement avec les producteurs de crevettes locaux, ceux-ci étant également associés à la définition des priorités d’actions. Il observe que l’enjeu est important : «  L’amélioration des performances zootechniques est une nécessité pour pérenniser la filière crevette actuellement en difficulté ».

Le Centre Technique Aquacole de Saint-Vincent

23


research and innovation

In order to develop, microalgae require heat, water, nutrients and sunlight—all of which New Caledonia has in abundance. As they grow, microalgae demonstrate an incredible capacity to absorb carbon dioxide in greater proportions than large plants and trees. They can also produce nutrients and chemical substances, which could find applications in the fields of human or animal nutrition and cosmetics. This project is a completely natural choice for New Caledonia, as the AMICAL project partner explains: ‘In New Caledonia, the development of aquaculture is a priority,’ remarks André Carpentier, the IFREMER Local Delegate. With a team of 30 scientists, ‘IFREMER provides its scientific support for research ADECAL in the field of aquaculture.’ In Koné, in the Northern Province, where construction of a pilot microalgae production unit has been launched by the Technopole, another fascinating project is also under examination. It plans to use microalgae to remedy the carbon dioxide emissions from the coal-fired power station for the Koniambo nickel project. Credit: ADECAL

Fishing has long been an ancient tradition in the life of the island inhabitants. In New Caledonia, commercial activity in this sector is divided between small-scale coastal fisheries and an industrial deep-sea fishery, targeting tuna.This activity, which today produces marketed volumes of around 4,000 tonnes, has benefited since the 1990s from the work of the ZoNéCo program, located at the interface between research and development. Today, the program is part of the Technopole’s Marine Division. ‘Having contributed to the acquisition of solid knowledge about the marine resources and their environment, current projects focus on research into aquaculture, which benefits the technical centres, the institutional partners of the Technopole and the private sector,’ explains Manuel Ducrocq, of the Marine Centre. As for new ways of adding value to marine resources, the Technopole Marine Centre is also behind two projects aiming to develop future industries in New Caledonia. Thus, the New Caledonian Centre for Development and Transfer in Marine Aquaculture is currently conducting research into the reproduction and breeding of local coral reef fish species intended both for local consumption and export. ‘Once again, our objective is to share the results of our experiments with the private sector,' explains Bruno Noguerra, Director of the Centre. ‘The initial results are encouraging and today we have a pilot farm on the East Coast.’ A second marine project, called AMICAL, aims to take advantage of another benefit not lacking in New Caledonia: sunlight. Part of the old Noumea Aquarium has been rehabilitated and now hosts a laboratory run by the Technopole in partnership with IFREMER. A team there is studying the potential of microscopic marine organisms: microalgae.

Credit: ADECAL

Fisheries and aquaculture

24


Recherche et innovation

Pêcheries et aquaculture La pêche a toujours été une tradition millénaire dans la vie des habitants des îles. En Nouvelle-Calédonie, l’activité commerciale de ce secteur est répartie entre une pêcherie artisanale sur le domaine lagonaire et une pêcherie industrielle sur le domaine hauturier, ciblant le thon. Cette activité, qui a atteint aujourd’hui sa maturité avec des pratiques durables et des volumes commercialisés stables autour de 4000 tonnes, bénéficie depuis les années 1990 des travaux du programme ZoNéCo, situé à l’interface entre la recherche et le développement, qui poursuit aujourd’hui ses missions au sein du Pôle marin de la Technopole. « Après avoir contribué à l’acquisition de connaissances solides sur les ressources naturelles et leur environnement, les projets en cours sont focalisés sur la conduite de travaux de recherche aux finalités aquacoles dont bénéficient les centres techniques, les partenaires institutionnels de la technopole et les opérateurs privés » explique Manuel Ducrocq, du Pôle Marin. En matière de nouvelles valorisations des ressources marines, le Pôle marin de la technopole est également à l’origine de deux projets visant à développer des filières d’avenir en Nouvelle-Calédonie. Ainsi, le Centre Calédonien de Développement et Transfert en Aquaculture Marine conduit actuellement des recherches sur la reproduction et l’élevage d’espèces coralliennes locales destinées à la fois à une consommation locale et à l’exportation. « Encore une fois, notre objectif est de partager les résultats de nos expérimentations avec le secteur privé  » explique Bruno Noguerra, Directeur du Centre, «  les premiers résultats sont encourageants et nous avons aujourd’hui un élevage pilote sur la côte Est ». Un second projet marin, dénommé AMICAL, consiste à profiter d’un autre avantage dont la Nouvelle Calédonie ne manque pas : le soleil. Une partie de l’ancien Aquarium de Nouméa, réhabilité en espace expérimental, est aujourd’hui devenu un laboratoire dirigé par la Technopole en partenariat avec l’IFREMER. Une équipe y étudie le potentiel d’organismes marins microscopiques : les microalgues. Pour se développer, les microalgues requièrent de la chaleur, de l’eau, des nutriments et du soleil. Tout ce que la Nouvelle Calédonie possède en abondance.

Le projet AMICAL.

En croissant, les microalgues font preuve d’une incroyable capacité à absorber du dioxyde de carbone dans des proportions plus importantes que les grandes plantes et les arbres. Elles peuvent également produire des nutriments et des substances chimiques, ce qui pourrait trouver des applications dans les domaines de la nutrition animale ou humaine ou des cosmétiques. Ce projet est un choix tout naturel pour la Nouvelle Calédonie, comme l’explique le partenaire du projet AMICAL : «  En Nouvelle Calédonie, le développement de l’aquaculture est une priorité » remarque André Carpentier, Délégué local de l’IFREMER. Avec une équipe de 30 scientifiques, « l’IFREMER apporte son soutien scientifique aux recherches de l’Agence de  Développement Economique de la Nouvelle-Calédonie dans le domaine de l’aquaculture ». A Koné, dans la province nord, où la construction d’une unité pilote de production de microalgues a été lancée par la Technopole, un autre projet passionnant est également à l’étude. Il prévoit l’utilisation des microalgues pour la remédiation des émissions de dioxyde de carbone provenant de la centrale thermique du projet Koniambo.

25


research and innovation

Beyond nickel mining Since New Caledonia already has 25% of the world’s nickel reserves, it would be logical to think that it doesn’t really need to look for new mineral resources. Given the volatility of nickel prices and the territory’s strong dependence on the income from this single ore, the ZoNéCo program is developing a research program aiming to identify and assess the potential of the territory’s marine resources, including other mining and oil development activities.

‘From a geological point of view, this zone is very similar to the Taranaki Basin in New Zealand and the Gippsland Basin in Australia, two zones recognised for their strong oil potential.’

Credit: ZoNéCo

Pierrick Rouillard, marine geologist at ZoNéCo, explains that New Caledonia’s entire Exclusive Economic Zone (EEZ) is involved in the geological studies conducted on this theme, i.e. more than 1.45 million square kilometres: ‘From a geological point of view, this zone is very similar to the Taranaki Basin in New Zealand and the Gippsland Basin in Australia, two zones recognised for their strong oil potential.’ Until now, ZoNéCo research has focused on oceanographic studies and publishing the resultant data, which is essential for encouraging exploration. The depth of the waters surrounding New Caledonia varies between 1000 and 3500 metres and the development of any resource will thus not be easy. Nevertheless, Mr Rouillard talks of a ‘growing interest’ from the international exploration sector since the official publication of data in 2012. This interest will, however, not be transformed into action until the New Caledonian Department of Industry, Mines and Energy (DIMENC) develops new regulations for oil exploration and is then able to issue the related permits. While this article was being written, the project was in the preparation phase and the associated law is expected at the end of 2015.

The seabed around New Caledonia.

26


Recherche et innovation

Au-delà de l’exploitation du nickel Alors que la Nouvelle Calédonie détient déjà 25% des réserves mondiales de nickel, il serait logique de penser qu’elle n’a pas réellement besoin de chercher de nouvelles ressources minérales. Néanmoins, compte tenu de la volatilité des prix du nickel et de la forte dépendance du territoire à l’égard des revenus provenant de ce minerai, le programme ZoNéCo développe également un programme de recherches visant à identifier et évaluer le potentiel des ressources marines du territoire, y compris les autres activités d’exploitation minières et d’hydrocarbures. Géologue marin à ZoNéCo, Pierrick Rouillard explique que c’est l’intégralité de la Zone Economique Exclusive (ZEE) calédonienne qui est concernée par les études géologiques conduites sur ce thème, soit plus de 1,45 millions de kilomètres carrés. « D’un point de vue géologique, cette zone est très similaire au Bassin de Taranaki en Nouvelle Zélande et au Bassin de Gippsland en Australie, deux zones reconnues pour leur fort potentiel en hydrocarbures ».

« D’un point de vue géologique, cette zone est très similaire au Bassin de Taranaki en Nouvelle Zélande et au Bassin de Gippsland en Australie, deux zones reconnues pour leur fort potentiel en hydrocarbures ».

Jusqu’à présent, les recherches de ZoNéCo ce sont focalisées sur des études océanographiques et sur la publication des données qui en découlent, informations essentielles afin d’encourager l’exploration. La profondeur des eaux entourant la Nouvelle Calédonie oscille entre 1000 et 3500 mètres et l’exploitation de toute ressource ne sera donc pas chose aisée mais néanmoins, M. Rouillard parle d’un « intérêt grandissant » de la part du secteur international de l’exploration depuis la publication officielle de données en 2012. Cet intérêt ne se traduira toutefois pas en actions jusqu’à ce que la Direction de l’Industrie, des Mines et de l’Energie (DIMENC) de Nouvelle Calédonie développe de nouvelles réglementations en matière d’exploration d’hydrocarbures et soit ensuite en mesure de délivrer les permis s’y afférant. Lors de la rédaction de cet article, le projet était en phase d’élaboration et la loi correspondante est attendue pour fin 2015.

27


research and innovation

Land and agriculture

Direct seeding, mulch-based cropping The objective of the direct seeding, mulch-based cropping (DMC) program, developed with the Centre for Agronomic Research and Experimentation (CREA) since 2010, is to increase the production of cash crops and diversify the industries, while reducing production costs and limiting the use of fertilisers and synthetic pesticides. ‘In 2014, on the main inland, more than 150 hectares were planted with maize, soya, wheat and squash, using this technique (DMC),’ says Sylvia Cornu-Mercky, Director of the Technopole’s Land Division. Frédéric Jullien, the CREA Manager, explains: ‘Within CREA, varietal trials, crop rotation and production systems are tested for and with local farmers.’ Moreover, experiments have been carried out on other crops such as rice, which could constitute an opportunity for New Caledonia: the initial results are encouraging and seem to show that local niche production (e.g. fragrant rice) could be developed and substituted for imports. Tropical tubers: ensuring food security Tropical tubers represent an essential staple for Pacific societies. Each year, New Caledonia produces more than 300 tonnes of tropical tubers such as yam, manioc, taro and sweet potato, according to official figures. This production rises to 10,000 tonnes if all tribal agriculture is considered. The main mission of the Centre for Tropical Tubers (CTT) is the distribution of healthy, genetically high-performance material to farmers, so that the production of tropical tubers can meet the needs of New Caledonians. The Centre is located at Poindimié in the Northern Province and has a branch at Païta in the South Province. The objectives of the CTT are to record, assess and preserve local species of tuber. In parallel, the centre is developing hybrids (a local variety crossed with an imported variety) that can meet agronomic (disease or pest control) and specific sensory (taste) criteria. The calibre of the tuber is also a criterion. ‘For over 20 years, the CTT has been working on this industry and consequently has acquired unique competence, which could easily be showcased throughout the Pacific area,’ enthuses Didier Varin, the CTT Manager. Apiculture: an evolving industry Bees were introduced into New Caledonia by the missionaries around 200 years ago. The annual production of honey was around 100 tonnes in 2013. It tripled between 2002 and 2012 and has substantial development potential. This industry is essentially represented by the activity of 28

small producers and it plays a major role in New Caledonia’s agricultural production through flower pollination. At present, and this is true worldwide, bees are victims of a combination of factors that are increasing their mortality: diseases such as varroasis (bee mite), unsustainable use of chemical insecticides and climate change. New Caledonia, as a result of its favourable health status (it is free of varroasis), may constitute an interesting reserve for bee stocks. In fact, New Caledonia could be exporting hive products (such as royal jelly) and genetically high-performance biological material (selection issue). For this industry, the future prospects for development and innovation are thus obvious. Since 2010, the Apiculture Promotion Centre (CPA) has carried out an inventory of New Caledonia’s endemic honey-producing species. In parallel, a honey analysis laboratory is being established; a laboratory intended, in the medium term, to characterise the origin and quality of honey for export. ‘Beekeeping businesses are distributed all over New Caledonia,’ notes Aaron Magnin, the CPA Manager. ‘Apiculture can be carried out in addition to other activities such as agriculture, agro-tourism or eco-tourism. Our objective is the transfer of techniques to the private sector—indeed, the export of our knowledge to the Pacific region.’ Credit: ADECAL

The loss of soil fertility and a lack of organic matter is becoming a major limiting factor for New Caledonian agriculture. In response, experiments have been conducted at the Technopole’s Land Division to help local producers optimise their yields while taking care of the environment. The objective is also to identify new opportunities for export and import substitution. ‘Our land programme has been developed in consultation with the private sector in order to facilitate technology transfer, encourage innovation, and thus contribute to developing sustainable agriculture,’ explains Adrien Rivaton, Technopole coordinator at ADECAL.


Recherche et innovation

Terre et agriculture Credit: ADECAL

Il existe en Nouvelle-Calédonie une grande diversité de sols ; leur point commun est la perte de fertilité et le manque de matière organique devenant un facteur limitant important pour la production agricole locale. Pour répondre à cette contrainte, des expérimentations sont menées au pôle terrestre de la Technopole afin de permettre aux producteurs locaux d’optimiser leur rendement tout en respectant l’environnement. Elles ont également pour objectif l’identification de nouvelles opportunités d’exportations et de substitution à l’importation (ex du riz). « Notre programme terrestre est développé en collaboration avec le secteur privé pour faciliter le transfert de technologies, encourager l’innovation, et ainsi contribuer au développement de l’agriculture durable», explique Adrien Rivaton. Le semis sur couverture végétale (SCV) : une technique innovante en cours de transfert au profit des professionnels «  Le programme «  semis sur couverture végétale  » (SCV), développé au sein du CREA depuis 2010, a pour objectif d’accroître la production des cultures de rente, de diversifier les filières tout en diminuant les coûts de production et en limitant le recours à des fertilisants et à des pesticides de synthèse. En 2014, sur la Grande Terre, plus de 150 ha ont été plantés en maïs, soja, blé, squash, … à l’aide de cette technique (SCV) », déclare Sylvia Cornu-Mercky, Directrice du Pôle terrestre. Frédéric Jullien, Responsable du CREA, explique  : «  Au sein de notre Centre de Recherches et d’Expérimentations Agronomiques (CREA), des essais variétaux, des rotations de cultures et des itinéraires techniques sont testés pour et avec les agriculteurs locaux. ». Par ailleurs, des expérimentations sont réalisées sur d’autres cultures comme le riz, qui pourrait constituer une opportunité pour la Nouvelle-Calédonie  : les premiers résultats sont encourageants et semblent montrer qu’une production locale de niche (ex : riz parfumé) pourrait être développée et se substituer aux importations.

Les tubercules tropicaux : assurer la sécurité alimentaire Chaque année, la Nouvelle Calédonie produit plus de 300 tonnes de tubercules tropicaux tels que l’igname, le manioc, le taro et la patate douce, d’après les chiffres officiels (circuit formel). Cette production monte à 10 000 tonnes si l’on considère l’agriculture en tribu dans sa globalité (marchés de proximité, échanges, dons, autoconsommation). Les tubercules tropicaux représentent un aliment de base essentiel pour les sociétés océaniennes.

L’apiculture : filière en devenir Les abeilles furent introduites en Nouvelle Calédonie par les missionnaires, il y a environ 200 ans. La production annuelle de miel était de l’ordre de 100 tonnes en 2013  ; elle a été multipliée par 3 entre 2002 et 2012 ; elle possède un potentiel de développement important. Cette filière est représentée essentiellement par l’activité de petits producteurs et elle joue un rôle majeur dans la production agricole calédonienne par son action de pollinisation des fleurs. Actuellement, et ce, au niveau mondial, les abeilles sont victimes d’une combinaison de facteurs qui augmentent leur mortalité : maladie comme la varroase (tique de l’abeille), utilisation non raisonnée d’insecticides chimiques, changements climatiques, etc…. La Nouvelle-Calédonie, du fait d’un statut sanitaire favorable (indemne de varroa), peut constituer une réserve de souches d’abeilles intéressante.

La mission principale du Centre des Tubercules Tropicaux (CTT) est la diffusion de matériel végétal sain et génétiquement performant auprès des agriculteurs, afin que la production de tubercules tropicaux puisse subvenir aux besoins des calédoniens.

De fait, la Nouvelle-Calédonie aurait des possibilités d’exportation de produits issus de la ruche (telle que la gelée royale) et de matériel biologique génétiquement performant (issue de sélection). Pour cette filière, les perspectives de développement et d’innovation sont donc évidentes.

Le Centre est situé à Poindimié dans la Province Nord et possède une antenne à Païta dans la Province Sud. Ce centre a pour objectifs de répertorier, évaluer, conserver les espèces locales de tubercules. Parallèlement, ce centre développe des hybrides (une variété locale croisée avec une variété importée) permettant de répondre à des critères agronomiques (lutte contre les maladies, ou les ravageurs) et organoleptiques précis (goût) ; le calibre du tubercule est également l’un des critères pris en compte.

Le Centre de Promotion de l’Apiculture (CPA), réalise, depuis 2010, un inventaire des espèces mellifères endémiques à la Nouvelle-Calédonie. Parallèlement, un laboratoire d’analyse des miels est en cours de réalisation ; laboratoire destiné, à moyen terme, à caractériser l’origine et la qualité du miel voué à l’exportation.

« Depuis plus de 20 ans, le CTT travaille sur cette filière et a, en conséquence, acquis une compétence unique, qui pourrait facilement être valorisée au niveau de la zone Pacifique » s’enthousiasme Didier Varin, Responsable du CTT.

« Les entreprises apicoles sont réparties sur tout le territoire de la Nouvelle Calédonie » souligne Aaron Magnin, Responsable du CPA « l’apiculture peut être réalisée en complément d’autres activités comme l’agriculture, l’agro-tourisme ou l’éco-tourisme. Notre objectif est le transfert de techniques vers le secteur privé voire l’exportation de nos connaissances vers la région Pacifique ».

29


Infrastructure & transport

A regional leader in renewable energy New Caledonia’s first-world infrastructure is the envy of its Melanesian neighbours, with reliable power, efficient ports, well-maintained roads and airports a given. Against this background, Business Advantage considers two areas of infrastructure that look set for significant new development.

W

hen it comes to energy, prices to consumers are modest by Pacific Islands standards and supply to the territory’s energy-hungry economy through Government energy company ENERCAL is reliable. In recent years, New Caledonia has also emerged as a regional leader in the generation of renewable energy sources. According to Estelle Duplessix, Facilitator at Synergie (New Caledonia’s renewable industry peak body), an opportunity also exists for New Caledonia to export its expertise in renewables to the rest of the Pacific. Some examples of initiatives currently under construction or consideration within the territory include: • T he Department of Industry, Mining and Energy [Direction de l’Industrie, des Mines et de l’Energie] (DIMENC) has approved a second solar farm project (2MW) near Kone, borne by a private investor that will supply the main electricity firm, ENERCAL).  It will join the 2.1MW plant at Helios Bay, north of Noumea, built by Sunzil (formerly known as Tenesol) in 2010. • A 20MW wind farm also planned for the far south of Grand Terre. • A 58MW major hydro project is being considered. •N  ickel giant SLN is building a new, ‘efficient’ coal-fired power plant for its nickel smelting operations.

La Tontouta international airport

Government policy is playing a strong role in encouraging the sector. There are currently government subsidies to encourage domestic adoption of solar energy, while the remote Loyalty Islands Province has set a target of using 100% renewable energy by 2030.

Capitalising on the popularity of Pacific cruises With the surging popularity of Pacific cruising showing no sign of letting up, New Caledonia is planning major investment in its port facilities to ensure it can cope. In 2013, 456, 921 cruise ship passengers docked into one of the four ports of the New Caledonian archipelago (Nouméa, Isle of Pines, Lifou and Maré)—an increase of nearly 38% on 2012. Indeed, the volumes have trebled in the past five years. For New Caledonia’s principal port of Noumea this is creating a major headache, but also an opportunity. ‘We are now getting practically one boat every two and a half days—just in Noumea,’ says Philippe Lafleur, Director of the Port of Noumea. These voyages, often operated by P&O Cruises, typically start in Sydney or Brisbane in Australia and complete a circuit that may also include Fiji and Vanuatu. To complicate matters further, the cruise ships themselves are getting larger. This means they cannot always dock at the cruise ship terminal adjacent to Noumea’s town centre, but instead must be accommodated at the main commercial port nearby. Naturally, this can lead to congestion, as container ships compete with cruise liners for a berth, as Lafleur explains: 30

‘For example, this September we have twelve scheduled cruise ship arrivals, eight of which I have to send to the commercial port.’ With these twin trends expected to continue, the Port of Noumea has recently unveiled a 60 million euro (AUD$88 million) masterplan to build a new cruise ship terminal. Located in the vicinity of the commercial port, but with its own dedicated jetty, the new facility would cater to larger vessels, while smaller ones would continue to utilise the existing infrastructure.

A cruise ship ties up at Noumea’s commercial port.


Transports et infrastructures

Un leader régional dans le domaine des énergies renouvelables Avec un approvisionnement en électricité fiable, des infrastructures portuaires efficaces, un réseau routier bien entretenu et, bien sûr, des aéroports, les infrastructures modernes de la Nouvelle Calédonie font des envieux chez ses voisins mélanésiens.

L

es prix de l’électricité, comparés avec ceux pratiqués dans les îles du Pacifique en général, restent raisonnables et l’approvisionnement en énergie de l’activité économique énergivore de ce territoire, assuré par l’entreprise publique d’énergie ENERCAL, est fiable. Ces dernières années, la Nouvelle Calédonie est également devenue leader dans le domaine des énergies renouvelables. Selon Estelle Duplessix, animatrice à Synergie (organisme représentant les entreprises du secteur des énergies renouvelables en Nouvelle Calédonie), la Nouvelle Calédonie est capable d’exporter son expertise dans le domaine des énergies renouvelables vers les autres régions du Pacifique. Quelques exemples d’initiatives actuellement en préparation ou à l’étude sur le territoire incluent : • La Direction de l’Industrie, des Mines et de l’Energie] (DIMENC) a approuvé le projet, porté par un investisseur privé, de construction d’une seconde ferme solaire (2MW) près de Kone (elle alimentera la principale entreprise d’énergie

ENERCAL). Elle rejoindra la centrale photovoltaïque d’Helios Bay de 2,1MW, située au nord de Nouméa et construite en 2010 par Sunzil (anciennement connue sous le nom de Tenesol ). •U  ne ferme éolienne de 20MW est également prévue à l’extrême sud de Grande Terre. •U  n projet d’envergure de 58MW est à l’étude. • L e géant du Nickel, SLN, construit actuellement une nouvelle centrale électrique au charbon plus « efficace » pour ces opérations de fusion du nickel. La politique du gouvernement accorde une importance particulière au soutien de ce secteur. Des subventions sont actuellement en place afin d’encourager le marché intérieur à adopter les solutions solaires. Pendant ce temps, la province des îles Loyauté s’est fixé comme objectif l’utilisation des énergies renouvelables à 100% d’ici à 2030.

Tirer parti de la popularité des croisières dans le Pacifique La Nouvelle Calédonie projette d’investir fortement dans ses installations portuaires afin de pouvoir faire face à la popularité sans cesse croissante des croisières dans le Pacifique. En 2013, 456 921 passagers ont débarqué des navires de croisières accueillis dans l’un des quatre ports de l’archipel de Nouvelle Calédonie (Nouméa, île des Pins, Lifou et Maré). Une augmentation de près de 38% par rapport à 2012. De fait, les volumes ont triplé ces cinq dernières années. Philippe Lafleur, le directeur du port autonome de Nouméa déclare : «  A l’heure actuelle, au seul port de Nouméa, un navire accoste tous les deux jours et demi. » Ces croisières, exploitées le plus souvent par P&O Cruises, partent habituellement de Sydney ou de Brisbane en Australie et achèvent parfois leur circuit aux îles Fidji et Vanuatu.

Les paquebots de croisières sont de plus en plus grands ce qui complique les choses encore d’avantage car cela signifie qu’ils sont parfois dans l’impossibilité d’accoster au terminal des paquebots, situé à proximité du centre de Nouméa, et qu’ils doivent être dirigés vers le port principal de commerce adjacent. Cela a donc parfois pour conséquence des encombrements lorsque les navires de commerce entrent en compétition avec les paquebots pour un poste d’amarrage, comme l’explique Mr Lafleur : «  A titre d’exemple, en septembre prochain, douze arrivées de paquebots sont prévues et je vais devoir en diriger huit vers le port de commerce. » Face à de telles perspectives, le port Autonome de Nouméa a récemment dévoilé un plan directeur pour la construction d’un nouveau terminal pour paquebots de croisière d’un montant de 60 millions d’euros (88 millions de dollars australiens).

31


Trade, manufacturing & food

A market of opportunities New Caledonia’s status as a piece of France in the Pacific presents interesting trade opportunities.

A

s part of the European Union trading zone, New Caledonia potentially offers locally based companies taxfree access to the massive European market. In practice, however, it is largely New Caledonians who make the most of this relationship, importing a wide variety of goods, technologies and foodstuffs from Europe. Indeed, in 2013, the territory’s imports were 2.7 times the value of exports. Nickel ore and related outputs dominated export figures, followed by seafood and agricultural produce.

Manufacturing While most consumer goods are imported, New Caledonia still has a notable manufacturing sector, mostly geared to supporting the mining and construction industries. With major projects such as the Koniambo nickel mine now completed, many manufacturers are looking for new opportunities. ‘We’re seeing a change from larger construction projects to housing,’ notes Thierry Reydellet, Sales Manager at BlueScope Steel’s New Caledonian operation. ‘While coated corrugated iron is our primary product, many customers are now asking us for more diversification.’ BlueScope is importing to meet this new demand, and has established a permanent presence in Koné, close to Koniambo. ‘With the construction downturn, there’s a lot more competition,’ observes Barbara Vlaeminck of Metalco NC, a steel fabrication company, that is also expanding its core business by representing a wider range of imported building products, including plastic valves and piping systems. Other key investors in local manufacturing include ASX-listed Goodman Fielder and Heineken subsidiary Asia Pacific Breweries, which owns the largest local brewer, Grande Brasserie de Nouvelle-Caledonie, an employer of some 130 staff.

Food and agriculture

Credit: Tourisme Point Sud

New Caledonia has strong farming traditions, both among the traditional Kanak population and also its European immigrants. Beef farming is a particular strength, with 80,000 head of cattle providing about 60% of the territory’s beef needs. The open range nature of New Caledonian cattle farming allows for organic certification of its beef products. By contrast, the territory has just one dairy farm, and imports a lot of dairy produce milk from nearby New Zealand. Pork and poultry are two other strong areas of local livestock production, although the local food processing sector is small. While its mildly fertile soils mitigate against high-intensity

32

Bluescope Steel is one of a number of international companies with a presence in New Caledonia.

crops, New Caledonia’s farmers grow a wide variety of vegetables and fruits for local consumption. There is some protection for local agribusiness, with import taxes applying on produce where there is local production. Surprisingly, New Caledonia’s most valuable agricultural export is inedible—the territory exports around XPF300 million of sandalwood and niaouli (paperbark tea-tree) oil annually, much of which ends up in the scents of France’s celebrated parfumeur, Chanel. With agricultural imports totalling XPF15 billion (AUD$184 million) in 2013, however, compared to exports of just XPF486 million (AUD$6 million), import replacement is a focus. In 2013, New Caledonia’s Chamber of Agriculture completed a five-year strategic plan aimed at making the sector more competitive and productive. ‘The plan aims to interest the next generation in agriculture and put it at the heart of rural development,’ explains Chamber of Agriculture General Manager, Yannick Couete. ‘Traditional farming on the east coast of Grand Terre and in the islands has great economic potential, but farmers must also coordinate their efforts.’ Research and technology transfer conducted by the ADECAL Technopole is also supporting the sector (see page 18).

Selling to New Caledonia Business Advantage asked Heidi Bootle, Australia’s Consul-General to New Caledonia, for her thoughts on opportunities to sell goods and services to the French-speaking territory. Here’s her response. ‘The nickel industry remains a key sector for Australian companies and our expertise in supplies, specialised training and maintenance is highly valued. ‘I think education and training represents an important new area of interest. The Salon de l’Etudiant annual student fair in Noumea in late August attracts around 12,000 students and is a great opportunity for Australian institutions to participate and promote their services. ‘I see great potential in the renewable energy sector, with the New Caledonian Government investing in various projects in the areas of photovoltaic technology and wind power. This area is very open to Australian expertise and technology, as are aquaculture and agricultural projects.’


Echanges commerciaux, industries manufacturière et agro-alimentaire

Un marché offrant des opportunités La Nouvelle-Calédonie fait partie intégrante de la France et ce statut lui ouvre d’intéressantes opportunités dans le domaine des échanges commerciaux.

L

a Nouvelle-Calédonie fait ainsi partie de la Zone européenne de libre-échange ce qui lui permet d’offrir aux entreprises basées sur son sol un accès à l’imposant marché européen. Dans les faits cependant, les calédoniens sont ceux qui bénéficient le plus de cette relation privilégiée en important d’Europe de nombreux biens, technologies et produits alimentaires. Ainsi, en 2013, les importations ont représenté 2,7 fois la valeur des exportations. Le minerai de nickel et ses produits dérivés sont en tête des exportations, suivis par les fruits de mer et les produits agricoles.

Industrie manufacturière Bien que la majeure partie des biens de consommation soient importés, la Nouvelle-Calédonie bénéficie toujours d’un secteur manufacturier important, principalement tourné vers l’industrie minière et le bâtiment. Après la finalisation de projets tels que l’Usine du Nord de traitement du nickel à Koniambo, de nombreux industriels sont en quête de nouvelles opportunités. « Nous observons actuellement un changement de cap, de la construction de projets de grande envergure vers la construction de logements d’habitation  » remarque Thierry Reydellet, Directeur des ventes de la filiale calédonienne du groupe australien BlueScope Steel. « La tôle ondulée est notre produit phare mais aujourd’hui, nous devons nous diversifier car les clients veulent plus de choix ». BlueScope doit importer afin de satisfaire cette nouvelle demande et l’entreprise s’est installée de façon permanente à Koné, à proximité de Koniambo. « Le ralentissement dans le secteur du bâtiment entraîne une compétition beaucoup plus rude », observe Barbara Vlaeminck de Socometal.nc, une entreprise de construction métallique et qui diversifie également ses activités en proposant une gamme plus large de produits de construction importés tels que des vannes en plastique et des circuits de canalisations. Parmi les investisseurs clefs dans l’industrie locale figurent le groupe australien Goodman Fielder et Asia Pacific Breweries, une filiale d’Heineken, qui possède une des brasseries locales les plus importantes, la Grande Brasserie de Nouvelle-Calédonie, et emploie près de 130 personnes.

Alimentation et agriculture La Nouvelle-Calédonie bénéficie de traditions agricoles ancestrales, à la fois parmi la population Kanak et la population issue de l’immigration européenne. L‘élevage bovin est un point fort avec une production de 80 000 têtes de bétail fournissant environ 60 % des besoins en viande bovine du territoire. Une méthode d’élevage du bétail extensive permet également aux produits issus de la viande bovine de recevoir la certification biologique. En revanche, il n’existe qu’une seule exploitation laitière sur le territoire et celui-ci doit donc importer de grandes quantités de lait de Nouvelle-Zélande. La viande de porc et la volaille sont deux autres points forts de la production animale locale et ce, malgré la petite taille du secteur de l’industrie alimentaire du territoire. Les agriculteurs Calédoniens cultivent une grande variété de fruits et de légumes destinés à la consommation locale en dépit d’une terre moyennement fertile qui ne favorise pas les cultures à haut rendement. L’industrie alimentaire locale bénéficie d’une certaine protection grâce aux taxes applicables sur les fruits et légumes d’importation identiques à ceux produits localement. Curieusement, les produits agricoles exportés les plus précieux ne sont pas comestibles. Il s’agit du bois de santal et de l’essence de niaouli (dont l’écorce ressemble à du papier d’où son surnom en anglais « paper bark tea tree »). Le territoire en exporte annuellement pour près de 300 millions de Francs Pacifique et la majorité se retrouve dans les effluves des parfums Chanel, parfumeur français renommé. En 2013, le total des importations agricoles a atteint 15 milliards de francs pacifique (184 millions de dollars australiens) contre à peine 486 millions de francs pacifique (6 millions de dollars australiens) pour les exportations, ce qui explique l’accent mis sur une substitution aux importations. En 2013, la Chambre d’Agriculture de Nouvelle-Calédonie a finalisé un plan stratégique sur cinq ans destiné à améliorer la productivité et la compétitivité du secteur. L’expérimentation et de transfert de technologie dirigées par ADECAL Technopole viennent également en aide au secteur (voir page 19).

33


Credit: GLP Hotels

Tourism

Major recent upgrades to upscale hotels such as the Escapade Island Resort (pictured), which boasts the closest over-water bungalows to Australia, and the Chateau Royal resort have also increased New Caledonia’s appeal.

New hotels, new routes New Caledonia’s tourism industry is ready for take-off, with a spate of new upmarket hotels and better access by air.

N

ew Caledonia seems to have so much going for it as a tourist destination (see box) that it is hard to believe it lags so far behind neighbouring Fiji in terms of annual visitor arrivals—just 108,000 in 2013, compared to well over half a million. For instance, scarcely 20,000 Australians currently visit New Caledonia each year—a tiny fraction of the number of Aussies that visit mainland France on the opposite side of the world. One reason has simply been a lack of development in the tourism sector. That is now changing, with a spate of activity in the upmarket hotel space.

set for completion by 2017. ‘The goal is to balance economic development with retaining the natural beauty of the islands,’ says William Ihage, Director General of SODIL, the economic development arm of the Loyalty Islands, who notes that the Islands province is best suited to smaller tourism developments. This will be New Caledonia’s second Hilton property, both run in partnership with local firm, GLP Hotels. In 2013, La Promenade hotel in Nouméa was revamped and re-launched as the Hilton Nouméa La Promenade.

Major new resort

The expanding presence of the major international hotel chains has already caught the eye of the New York Times, which referred to New Caledonia as a ‘semi-secret gem of the South Pacific’ when including it on its list of ‘52 places to visit in 2014’.

When Business Advantage visited the French territory in March 2014, anticipation was building ahead of the scheduled opening of the Sheraton Deva Resort and Spa in July. Part of the Starwood Hotels group—which already operates properties under its Le Meridien brand in Nouméa and on the idyllic Isle of Pines—the luxury resort will have 180 rooms, an 18-hole golf course and luxury spa. It is located 164 km north of Noumea, in the Gouaro Deva domain on the west coast of New Caledonia’s main island, Grande Terre.

Improved air services

A serviced-bungalow complex (approximately three-star rating) is due to open by the end of 2015, according to PromoSud, the economic development arm of New Caledonia’s Southern Province, which is responsible for developing the Deva site. PromoSud is seeking other partners to continue to commercialise the Deva area, as well as for the redevelopment of the Kuendu Beach eco-resort in Nouméa. Meanwhile, over in the picturesque Loyalty Islands, steeped in indigenous Kanak culture, the four-star, 50-room Hilton Lifou looks 34

Credit: PromoSud

Development opportunities

The new Sheraton Deva Resort and Spa near Bourail, Southern Province.


Tourisme

Des hôtels et itinéraires nouveaux Grâce à un meilleur accès aux services de transport aérien et à de nouvelles offres en hôtellerie haut de gamme, l’industrie touristique de Nouvelle Calédonie est prête à prendre son envol.

L

a Nouvelle Calédonie semble posséder tous les atouts nécessaires à une destination touristique prisée (voir encadré). Il est donc difficile de croire qu’elle accuse un retard conséquent en termes de nombre de visiteurs annuels par rapport à ses voisines, les îles Fidji : seulement 108  000 visiteurs en 2013 alors que les îles Fidji ont largement dépassé les 500 000 visiteurs. A titre d’exemple, les Australiens sont à peine 20 000 à venir découvrir la Nouvelle Calédonie chaque année, ce qui ne représente qu’une petite partie de la totalité des Australiens partant à la découverte de la France métropolitaine, à l’autre bout de la planète. Une des raisons avancée jusqu’à présent a été un retard dans le développement du secteur touristique. Aujourd’hui, cette tendance s’inverse grâce au regain d’activité et à la croissance de l’offre hôtelière haut de gamme.

Un nouveau complexe hôtelier de grande envergure Lorsque Business Advantage est venu visiter ce territoire français en mars 2014, les attentes étaient grandes dans la perspective de l’ouverture du tout nouveau complexe hôtelier Sheraton Deva Resort & Spa en juillet. Le complexe hôtelier de luxe, appartenant au groupe Starwood Hotels, exploite déjà des établissements tels que la marque Le Méridien à Nouméa et sur la paradisiaque Ile des Pins. Il sera composé de 180 chambres, d’un parcours de golf de 18 trous ainsi que d’un spa de luxe. Il est situé à 164km au nord de Nouméa dans le domaine de Gouaro Deva sur la côte ouest de Grande Terre, l’île principale de Nouvelle Calédonie.

Opportunités de développement Un complexe de bungalows avec services hôteliers (classé environ 3 étoiles) doit ouvrir avant fin 2015, selon PromoSud, organe du développement économique de la Province Sud de Nouvelle Calédonie et responsable du développement du site de Deva. PromoSud recherche d’autres partenaires afin de poursuivre la commercialisation de la zone de Deva ainsi que pour réaménager le complexe hôtelier de Kuendu Beach à Nouméa, orienté vers l’écotourisme. Entre-temps, dans le décor pittoresque des îles Loyauté, empreintes de culture kanak, la date de fin des travaux de construction de l’hôtel Hilton Lifou, 50 chambres et quatre étoiles, semble être fixée pour 2017. Selon William Ihage, Directeur Général de la SODIL, l’organe du développement économique des îles loyauté :  « L’objectif est d’équilibrer le développement économique tout en préservant la beauté naturelle des îles ». Il remarque également que la province des îles est plus adaptée aux développements touristiques à petite échelle. Cet hôtel sera le deuxième établissement de la marque Hilton présent en Nouvelle Calédonie. Ils sont tous deux gérés en partenariat avec une entreprise locale, GLP Hôtels. En 2013, l’hôtel La Promenade à Nouméa a été rénové, puis a rouvert sous le nom d’hôtel Hilton Nouméa La Promenade.

Des services aériens améliorés La présence grandissante des principales chaînes hôtelières internationales a déjà attiré l’attention du New York Times qui,

dans sa colonne « les 52 meilleures destinations en 2014  », y décrit la Nouvelle Calédonie comme «  la pierre précieuse presque secrète du Pacifique Sud ». Une telle publicité arrive à point nommé car la compagnie aérienne internationale de la région, AirCalin, a justement choisi de faciliter l’accès de la Nouvelle Calédonie aux visiteurs en prenant la décision en 2014, de renoncer à sa ligne vers Séoul en Corée du sud, jugée peu productive. Cette décision lui a permis d’augmenter ses capacités vers des destinations telles que le Japon, l’Australie et la Nouvelle Zélande, pays d’où sont originaires la plupart des touristes visitant la Nouvelle Calédonie, après la France métropolitaine. « AirCalin a sa part de responsabilité dans le développement du tourisme  » confie Didier Tappero, son Président Directeur Général, à Business Advantage. « Nous avons conçu un nouveau modèle afin d’utiliser plus efficacement les capacités de notre compagnie aérienne. » L’introduction de vols directs de Nouméa vers Melbourne, la seconde plus grande ville d’Australie, fait partie de cette nouvelle stratégie ; elle va venir s’ajouter aux liaisons vers Sydney, Brisbane et Auckland déjà existantes. Ces liaisons ont démarré le 6 juin 2014, à raison de deux vols par semaine pour commencer. Elles passeront à trois par semaine en octobre 2014. La compagnie aérienne va également louer un avion Airbus A320 fin 2014 afin d’offrir une liaison supplémentaire vers Melbourne mais également dans le but d’augmenter les capacités sur ses autres lignes vers l’Australie et la Nouvelle Zélande. Parallèlement, des facilités d’accès à des tarifs plus avantageux seront proposées aux touristes (ce point précis a été signalé comme une entrave au tourisme par le passé). M. Tappero tient également à signaler que sa compagnie aérienne est en pourparlers avec une compagnie aérienne australienne en vue d’une alliance étroite.

L’avantage de la Nouvelle Calédonie Même si la Nouvelle Calédonie partage de nombreuses attraits avec les autres destinations touristiques du Pacifique tels qu’un climat subtropical, des plages de sable blanc et de

Une destination tropicale mais différente : > La côte d’azur du Pacifique : un territoire français vitrine de la culture mélanésienne.

>

 eauté naturelle : le lagon le plus grand au monde B (classé sur la liste de l’UNESCO).

> Gastronomie : considérée par certains comme la

meilleure cuisine française au-delà des frontières de la France.

>

 limat : « terre du printemps éternel », subtropical C toute l’année.

>

 es liaisons aériennes régulières vers 9 pays dont la D France, l’Australie, le Japon et la Nouvelle Zélande.

>

Des infrastructures de pointe et jugées très sûres.

35


Tourism

New Caledonia’s hotel development milestones since 2005 2005 Ramada Hotel and Apartments opens in Nouméa 2007 La Promenade constructed next door 2011 Chateau Royal all-suite hotel opens (on derelict site of former Club Med). 2013 Escapade Island Resort (Nouméa) re-launched under new owners, GLP Hotels 2014 La Promenade rebranded Hilton Nouméa La Promenade Sheraton Deva Resort scheduled to open 2017 Scheduled completion of Hilton Lifou (Loyalty Islands) classes of airfares (this has been flagged as an impediment to tourism in the past). Tappero flags his airline is also seeking to form a strong alliance with an Australian airline.

New Caledonia’s advantage With such publicity, it is timely that the territory’s international airline, AirCalin, is making it easier for tourists to visit New Caledonia. AirCalin made a decision to drop its under-performing route to Seoul in South Korea in March 2014, enabling it to boost capacity on services to Japan, Australia and New Zealand—New Caledonia’s main sources of visitors, after mainland France. ‘AirCalin has a responsibility to help develop tourism,’ says Chief Executive Officer Didier Tappero Business Advantage, ‘We have devised a new model to utilise our airline’s capacity more efficiently.’ Part of the new strategy is the introduction of direct flights from Noumea to Australia’s second-largest city, Melbourne, to supplement existing services to Sydney, Brisbane and Auckland. These began on 6 June 2014, initially with two flights per week (Tuesday/Friday). They will increase to three in October 2014. An additional A320 aircraft will be leased later in 2014, not just to service Melbourne but also to give the airline additional capacity for its other Australian and New Zealand services. At the same time, tourists will be given better access to the cheaper

While New Caledonia shares many of the attractions of other Pacific tourism destinations, such as a sub-tropical climate, sandy beaches and amazing coral reefs, one area where its tourism industry has a clear advantage over its Pacific Island neighbours is infrastructure. This has just been reinforced by a 95 million euro (AUD$138 million) upgrade to its international airport, La Tontouta, that includes a state-of-the-art new terminal and much greater capacity. This project was overseen by New Caledonia’s Chamber of Commerce and Industry, which currently runs both La Tontouta and Noumea’s domestic airport, Magenta. The Chamber is now set to take over the management of the domestic airports at Lifou (in 2015) and the mining centre of Koné (in 2016). Excellent port facilities are also underpinning exponential growth in cruise ship arrivals, with greater capacity in the pipeline (see page 26). All these developments should pave the way for a healthy growth in visitor numbers over the coming decade, creating much-needed employment. As one local said, ‘an extra 50,000 visitor arrivals a year would transform our economy.’

> The Pacific’s Cote d’Azur: a French territory showcasing traditional Melanesian culture. > Natural beauty: the world’s largest lagoon (UNESCOlisted). > Gastronomy: reputedly the best French food outside France. > Climate: ‘land of eternal spring,’ subtropical year-round. > Reliable air links direct to nine countries, including France, Australia, Japan and New Zealand. > First-world infrastructure and considered very safe. 36

Credit: Tourism Point Sud

A tropical destination with a difference:

The Loyalty Islands are suitable for smaller developments, such as the planned 50-room Hilton Lifou.


Tourisme

« Son industrie touristique bénéficie d’un avantage incontestable sur ces voisines du Pacifique : ses infrastructures. ». magnifiques récifs coralliens, son industrie touristique bénéficie d’un avantage incontestable sur ces voisines du Pacifique : ses infrastructures. Cet avantage vient tout juste d’être conforté par la modernisation de son aéroport, La Tontouta, d’un coût de 95 millions d’euros (138 millions de dollars australiens) qui a permis la construction d’un terminal ultra moderne et a augmenté de manière significative ses capacités. Ce projet a été supervisé par la Chambre de commerce et d’industrie de Nouvelle Calédonie qui gère actuellement l’aéroport La Tontouta et l’aéroport régional Magenta. La Chambre de Commerce et d’Industrie va également prendre les commandes de la gestion de l’aéroport régional de Lifou ainsi que du centre minier de Koné (en 2016). Des installations portuaires de grande qualité, incluant notamment un pipeline à capacité renforcée (voir page 27), ont un rôle déterminant dans la croissance exponentielle du nombre d’arrivées de paquebots de croisière. L’ensemble de ces évolutions devrait ouvrir la voie à une croissance saine en termes de nombre de visiteurs sur la décennie à venir tout en créant de nouveaux emplois dont le territoire a bien besoin. Selon les dires d’un homme des affaires, «  50 000 nouveaux visiteurs de plus par an, et notre économie serait transformée. »

Les différentes étapes du développement hôtelier en Nouvelle Calédonie DEPUIS 10 ANS 2005  L’hôtel et les appartements Ramada ouvrent leurs portes à Nouméa 2007 Construction du complexe hôtelier La Promenade à proximité 2011 Ouverture de l’hôtel Château Royal et de ses suites (sur le site abandonné par Club Med) 2013 GPL Hôtels ouvre un nouvel Escapade Island Resort (Nouméa) sous la direction de nouveaux propriétaires 2014  L’hôtel La Promenade change de nom pour devenir le Hilton Nouméa La Promenade, ouverture prochaine du Sheraton Deva Resort

37


Directory/repertoire

Who’s who in New Caledonian business

Le carnet d’adresses des affaires en Nouvelle-Calédonie The following directory provides contact details for organisations referred to in this publication, plus other useful business contacts for New Caledonia. Le carnet d’adresses suivant contient les contacts des organisations auxquelles il est fait référence dans cette publication, ainsi que d’autres contacts utiles avec les milieux d’affaires en Nouvelle-Calédonie.

INFRASTRUCTURE Enercal Principal electricity utility. Société principale de

RESEARCH & DEVELOPMENT/

Koniambo Nickel www.koniambonickel.nc

RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT

Société Minière du Sud Pacifique (SMSP)

production et de distribution de l’électricité.

www.smsp.nc

ADECAL Technopole Innovation & Technology Park

OPT

Syndicat des Industries de la Mine

www.adecal.nc

c/-MEDEF-NC Email: medefnc@medef.nc

French Research Institute for the Exploitation of the Sea (IFREMER)/Institut français de

Port Autonome de la Nouvelle-Calédonie

BUSINESS SERVICES/CONSEIL

wwz.ifremer.fr/ncal

www.noumeaport.nc

Adivero

Pacific Energie/Tenesol

www.adivero.com Noumea/Brisbane-based HR consulting firm.

Institute for Development Research (IRD)/Institut de recherche pour le

www.opt.nc Local telecommunications company. Société néocalédonienne de télécommunications.

www.tenesol.fr

TRAVEL & TOURISM/TOURISME ET

VOYAGE

Aircalin www.aircalin.nc

Destination Iles Loyautés www.iles-loyaute.com

GLP Hotels New Caledonia www.glphotels.nc

Nouvelle-Calédonie Tourisme (Point Sud) www.nouvellecaledonietourisme-sud.com

Ramada Plaza Hotel www.ramadaplaza-noumea.nc

Tourisme Province Nord www.tourismeprovincenord.nc

MINING/MINES DIMENC (Direction de l’Industrie, des Mines et de l’Energie) www.dimenc.gouv.nc

recherche pour l’exploitation de la mer

developpement

Cabinet de conseil en ressources humaines basé à Nouméa/Brisbane.

www.nouvelle-caledonie.ird.fr

Australia Mining Export Pty Ltd

Zoneco.nc

www.australiaminingexport.com.au

ZoNéCo

Banque Caledonienne Investissement

MISCELLANEOUS/DIVERS

www.bci.nc

ADECAL

Consult Connect Pty Ltd

+687 249 077 www.adecal.nc New Caledonia’s investment promotion agency.

www.consultconnect.com.au www.ds-legal.com

Agence de développement économique de la Nouvelle-Calédonie.

Ellipse Consulting

Chambre d’Agriculture

D&S Legal/Avocats

www.ellipseconsulting.nc Relocation, business development services. Services de relocation, de développement commercial.

www.canc.nc

Chambre de Commerce et d’industrie de Nouvelle-Calédonie (CCI)

www.sgcb.com

www.cci.nc New Caledonia’s chamber of commerce and industry.

Sofrana Nouvelle-Calédonie

MEDEF Nouvelle-Calédonie

Société Générale

www.sofrana.nc

MANUFACTURING/SECTEUR

www.medef.nc

Synergie www.synergie.nc

Goro Nickel (Vale New Caledonia)

INDUSTRIEL

www.vale.nc

Groupe SOFINOR

BlueScope Steel

www.sofinor.nc

SLN (part of Groupe Eramet/filiale du Groupe Eramet)

www.bluescopesteel.com

PromoSud

www.sln.nc

Socometal NC

www.promosud.nc

www.socometalnc.com

SODIL www.province-iles.nc

USEFUL INTERNET RESOURCES ON NEW CALEDONIA SITES INTERNET UTILES SUR LA NOUVELLE-CALÉDONIE www.adecal.nc

www.cci-nc.com

New Caledonia’s Investment Promotion Agency. Agence de développement

Chamber of Commerce website, with a useful investor guide. Le site de la Chambre de commerce, avec son utile Guide de l’investisseur (téléchargeable). (Français/English.)

économique de la Nouvelle-Calédonie. (Français/English.)

www.businessadvantagenewcaledonia.com The online edition of this publication. Cette publication sur Internet.

New Caledonia Investment guide (ADECAL/Baker & McKenzie)/ Guide d’investissement en Nouvelle-Calédonie www.adecal.nc/pdf/New_Caledonia_Investment_Guide.pdf

www.ieom.fr/nouvelle-caledonie The Institut d’Emission d’Outre-Mer (IEOM) produces a very informative annual report on the New Caledonian economy. L’Institut d’Emission d’Outre-Mer (IEOM) publie un rapport annuel très informatif sur l’économie néo-calédonienne. (Français)

www.newcaledoniatourism-south.com Tourist board for the Southern region of New Caledonia (Tourisme Point Sud). Office du tourisme du Sud de la Nouvelle-Calédonie (Tourisme Point Sud). (Français/English.)

www.isee.nc (Français/English) Institute for Statistics and Economic Studies. Institut de la statistique et des études économiques.

www.lnc.nc Les Nouvelles Calédoniennes. Leading local newspaper. Le principal journal local. (Français)

38


39


40

Business Advantage New Caledonia/Nouvelle-Calédonie 2014/15  

New Caledonia’s international business & investment guide. Guide international des affaires et de l’investissement en Nouvelle-Calédonie....