Issuu on Google+

6,99 $ can été 2013

pour l’enthousiaste harley-davidson depuis 1916 ®

édition canadienne

LE NUMÉRO SUR LA LIBERTÉ

Un Canadien errant à Daytona / La fraternité créée par UN blouson / Mieux vaut prévenir / RÉFLEXIONS BRILLANTES AU LAC TÉMISCAMINGUE / Récits de rallyes H.O.G.® canadiens / Avertissement : route sinueuse


PUREM

*Le véhicule illustré peut différer visuellement d’un marché à l’autre et peut ne pas être identique aux véhicules fabriqués et livrés. Veuillez consulter votre détaillant pour plus de détails.

La nouvelle motocyclette BreakoutTM. Pneu arrière imposant de 18 po, partie avant inclinée, roues Gasser classiques, peinture de qualité supérieure, graphiques exclusifs et un nouveau médaillon de réservoir. Cette machine donne au custom d’usine musclé et agressif un nouveau sens. Essayez-la. Vous ne trouverez pas un gramme de soumission en elle. À l’achat de toute nouvelle motocyclette Harley-Davidson® chez un détaillant Harley-Davidson® canadien autorisé, vous devenez membre, gratuitement et pour un an, du regroupement H.O.G.® Quand vous conduisez, portez toujours un casque protecteur. Conduisez prudemment. Distribué exclusivement au Canada par Deeley Harley-Davidson® Canada, Richmond et Concord. Deeley Harley-Davidson® Canada est fière de commanditer Dystrophie musculaire Canada. ©2013 H-D ou ses filiales. Harley, Harley-Davidson et le logo Bar & Shield font partie des marques de commerce de H-D U.S.A., LLC.


MENT INSUBORDONNÉE.

BREAKOUT 2013 TM

Visitez votre détaillant canadien Harley-Davidson® autorisé ou www.harleycanada.com aujourd’hui.


Rubriques 6

 E MOT DE L BIENVENUE

Vive les rêves !

7 NOTE DU RÉDACTEUR

ET LA PAROLE EST  À VOUS 

Le numéro sur la liberté Des lettres de nos membres

8 L’ARRIÈRE-BOUTIQUE Le démon de la vitesse : Joe Petrali en 1937

43 L’ARRIÈRE-BOUTIQUE 44 Le garage Avertissement : route sinueuse 46 Mieux vaut prévenir Prévoir les imprévus

11 LA BOUTIQUE

48 Randonnées de rallyes Les rallyes H.O.G.® 2013

12 Nouvelles  « American Badass » pour des célébrations épiques

52 Randonnées de rallyes Les 30 raisons de participer

16 Retour en arrière Les enthousiastes au suprême degré… les motocyclistes handicapés

56 Récits de randonnée Belle échappée dans les Appalaches : le Blue Ridge Parkway

18 La galerie Un peu de tout de la part de nos lecteurs

59 Récits de randonnée  Vive la France ! La route des vins en Alsace

Sur la page couverture : Une moto

61 Récits de randonnée La route vers l’éveil

Sportster Forty-Eight™ 2012 avec ®

des pièces et accessoires Genuine Motor Parts & Accessories

64 Archives De nouveau dans la course

Et ce boum boum que vous ressentez dans la poitrine ? C’est l’euphorie que procure la négociation d’une courbe à la manière d’un pro. ↓

66 Échappement Un fils chanceux Quand le rêve dépasse la réalité

voir à la page 44

4

hog® magazine canada


TABLE DES

MATIÈRES /

été 2013

Articles de fond 22 LA VIE, C’EST LA VIE 

SUR LA PLAGE

 Un motocycliste coche un autre élément sur sa liste des rêves à réaliser : la Daytona Beach Bike Week 2013 Photos et texte : Dustin A. Woods 28 LA FRATERNITÉ CRÉÉE 

 AR L’ODYSSÉE D’UN P BLOUSON

Deux gars, quatre jours, un rallye épique et un nouveau maillon dans la chaîne pour le Freedom Jacket

Texte : Christian Schauf Photos : Kyle Camerer

34 RÉFLEXIONS

BRILLANTES Une randonnée au lac Témiscamingue et la folie des heures de pointe à Toronto n’est qu’une illusion dans un rétroviseur

Photos et texte : Vicki Gray

39 Avant le

commencement L’histoire des familles Harley et Davidson avant 1903

hog® magazine canada

5


LE MOT DE bienvenue / été 2013 « La vie est un voyage et non une destination. » – Ralph Waldo Emerson

« Aussi étrange que cela puisse sembler aux personnes qui ne font de motocyclisme, il nous arrive d’avoir une partie du cerveau tellement concentrée qu’il est possible pour une autre partie de ce même cerveau de rêvasser, de philosopher et de créer, tout cela en même temps. »

HOG MAGAZINE CANADA EST PUBLIÉ PAR HARLEY OWNERS GROUP CANADA. ®

®

FAITES-NOUS PARVENIR VOS ARTICLES À : EDITOR@HOGCANADA.CA Hogmagazinecanada.ca HOG® MAGAZINE CANADA REPREND DES SECTIONS PROVENANT DE L’ÉDITION AMÉRICAINE DE HOG® MAGAZINE ET DES ÉDITIONS EUROPÉENNES DE HOG® MAGAZINE.

Vive les rêves ! Qu’est-ce qui nous pousse à rouler à moto et, sans trop nous en rendre compter, à créer un lien aussi spécial avec une moto Harley-Davidson® ? Pour les personnes qui ont beaucoup d’expérience et bien du temps à leur disposition, cela devient parfois, m’a-t-on dit, une fuite hors du réel, à la fois douce et nécessaire. Et il semblerait aussi que le sentiment de liberté et la détente qui en dérivent sont plus complets sur une moto H-D®. Plutôt que de nous éloigner de ce qui nous trouble, il nous est possible de nous acheminer vers quelque chose de plus grand, dont nous avons besoin plus que tout. Quand c’est cela le but visé, une randonnée à moto ne fait pas que nous transporter à une destination ; c’est en soi la destination. Les plus jeunes et les plus aventureux me disent, eux, que, s’ils n’enfourchent pas leur moto, ils ont le sentiment de vivre moins intensément ! Faire de la moto est une expérience palpitante, certes un peu risqué, mais c’est justement pour cette raison que, pour ces intrépides, c’est là une excellente façon de célébrer la vie. Or, si la conduite d’une moto Harley® demande du respect ainsi que des capacités physiques et de l’acuité mentale, elle permet paradoxalement à votre esprit de vagabonder. Aussi étrange que cela puisse sembler aux personnes qui ne font de motocyclisme, il nous arrive d’avoir une partie du cerveau tellement concentrée qu’il est possible pour une autre partie de ce même cerveau de rêvasser, de philosopher et de créer, tout cela en même temps. Vous remarquerez que si l’approche et la mentalité des divers groupes d’âge peuvent différer, nous avons un point en commun – la passion du motocyclisme – et c’est ce qui fait que nous nous sentons membres d’une grande famille. Et c’est la raison pour laquelle c’est si formidable d’être propriétaire d’une moto Harley® : tout en faisant partie d’une vaste communauté, chacun d’entre nous peut avoir ses propres missions, intérêts ou buts. Voilà la force et la puissance qu’a créées la Harley-Davidson Motor Company en offrant à tout motocycliste, peu importe la génération à laquelle il appartient, la possibilité de faire partie d’une famille planétaire par le biais du regroupement Harley Owners Group® au sein duquel chaque personne est valorisée pour ce qu’elle est. Le H.O.G.® vous donne aussi de multiples occasions de vous exprimer en montrant votre style personnel : que ce soit par la façon dont vous personnalisez votre moto ou par votre choix de faire une randonnée en groupe ou solo. Et cette volonté d’être soi crée des liens réels, qui sont au cœur même de l’expérience Harley-Davidson®. Le regroupement H.O.G.® a fait beaucoup de chemin au cours des 30 dernières années et nous cherchons à continuer à nous dépasser et à mieux répondre aux besoins de nos membres les plus nouveaux, les plus jeunes et les plus fidèles. C’est là une importante préoccupation pour Harley-Davidson dont l’objectif depuis plus de 110 ans est de réaliser les rêves sous le signe de la liberté, de l’expression de soi et de l’indépendance. Pour être fidèle à notre raison d’être, nous devons non seulement concevoir, construire et livrer les meilleures motos, mais aussi, à travers le H.O.G.®, donner à nos clients les moyens de réaliser leurs rêves de liberté et de continuer à faire des rêves encore plus ambitieux. Oui, c’est vrai : les liens que nous partageons nous distinguent du reste du monde. - Gina McNeil 6

hog® magazine canada

L’ÉDITION CANADIENNE EST PUBLIÉE PAR : GINA MCNEIL Gérante – Services aux enthousiastes DUARTE PITA RÉDACTEUR SCOTT CLARK PRODUCTION TERESA COLUSSI COMMUNICATIONS BRAD JANDREW Directeur du marketing PRODUCTION, DESIGN ET VENTES :

GORDIE BOWLES PRODUCTION KAT MORGENROTH DESIGN don cameron DESIGN EN FRANÇAIS Veuillez adresser toute demande de renseignements au sujet de la publicité à info@freshairpublishing.ca Vous êtes précieux pour nous. Conduisez prudemment, en respectant les autres et la loi et en tenant compte de vos aptitudes. Portez toujours un casque approuvé, des lunettes appropriées et des vêtements de protection et exigez-en autant de votre passager. Ne conduisez jamais si vos facultés sont affaiblies par l’alcool ou des drogues. Familiarisez-vous avec votre moto Harley® en lisant attentivement le guide du propriétaire de la première page à la dernière. HOG® Magazine Canada est publié à chaque trimestre par Harley Owners Group® Canada. Pour des raisons diverses, certains renseignements dans ce numéro sont susceptibles de changer. Harley-Davidson, Harley, H-D, le logo H.O.G. et le logo Harley-Davidson sont des marques déposées de H-D Michigan, LLC. Aucune section de cette publication ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite du rédacteur. En soumettant un document, vous accordez sans condition à la Harley-Davidson Motor Company, à Harley-Davidson Owners Group® Canada ainsi qu’à leurs filiales et sociétés affiliées le droit, la permission et l’autorité d’utiliser votre nom et le nom de votre ville de résidence et d’utiliser, de réutiliser, de publier ou de republier toute photographie ou image de vous, y compris tout propos que vous tenez, dans HOG® Magazine Canada ou sur members.hog.com, sans rétribution ou compensation de quelque nature que ce soit. En outre, vous cédez de manière irrévocable tout droit, réclamation ou motif d’action que vous pourriez avoir à l’encontre de la Harley-Davidson Motor Company, de Harley-Davidson Owners Group® Canada ainsi que de leurs filiales et sociétés affiliées pour un dédommagement, un libelle ou une atteinte à la vie privée ou toute autre responsabilité de quelque nature que ce soit. Harley Owners Group® se réserve le droit de réviser les articles pour des questions de contenu, de longueur ou de clarté. À l’achat de toute moto Harley-Davidson® neuve chez un détaillant Harley-Davidson® autorisé du Canada, vous devenez membre, gratuitement et pendant un an, du H.O.G.® Quand vous conduisez, portez toujours un casque protecteur. Conduisez prudemment. Distribution exclusive au Canada : Deeley Harley-Davidson® Canada, Richmond et Concord. Deeley Harley-Davidson® Canada est fière de commanditer Dystrophie musculaire Canada. Pour trouver le détaillant Harley-Davidson® canadien autorisé le plus proche, visitez le www.harleycanada.com dès aujourd’hui. ©2013 H-D. Tous droits réservés. Harley, Harley-Davidson et le logo Bar & Shield font partie des marques de commerce de H-D U.S.A., LLC. Imprimé au Canada.


NOTE DU RÉDACTEUR + LA PAROLE EST À VOUS été 2013

DES LETTRES DE NOS MEMBRES

Note du rédacteur

Le numéro sur la liberté

La question du jour :

Comment décrire la « liberté » du point de vue d’un motocycliste ?

Bienvenue, chers lecteurs de HOG® Magazine Canada à ce « Numéro sur la liberté ». Qu’est-ce que la liberté ? Bien des gens en rêvent et encore plus en parlent, mais qui peut expliquer exactement à quoi ça rime ? Pour le motocycliste que je suis, la liberté, c’est la sensation que j’éprouve quand je roule en pleine nature sur une route parfaite – l’équivalent pour moi à de l’or noir 24 carats sous mes roues – sans aucune destination précise en tête, sous les rayons d’un soleil qui viennent réchauffer le cuir et le chrome. Autrement dit, me perdre quelque part pour me retrouver à plus d’un titre (voir Les 30 raisons de participer à un événement en 2013, pages 52-53). Comme vous le savez tous maintenant, le Harley Owners Group® célèbre ses 30 ans cette année et, dans cet esprit, HOG® Magazine Canada organise un concours de photo. C’est le temps de donner libre cours à votre créativité et d’ajouter du bling à votre moto et/ou à votre équipement de randonnée pour nous montrer comment vous entendez souligner ce jalon mémorable ! Portez des tenues de la collection 30e anniversaire du H.O.G.®, accrochez fièrement le drapeau de notre 30e anniversaire ou illustrez en photos vos plans pour marquer à votre façon ce 30e anniversaire. On dit qu’une image vaut mille mots. Voici votre chance de partager votre passion et de remporter un ensemble-cadeau du 30e anniversaire du H.O.G.® Vous trouverez tous les détails du concours à la page 65. Nous avons préparé pour vous un numéro que vous trouverez, nous l’espérons, palpitant, notamment grâce à notre riche galerie de photos provenant de membres comme vous et à des articles de fond qui ne manqueront pas de vous donner envie de partir à l’aventure à l’approche des plus belles semaines de notre saison de motocyclisme. C’est toujours pour moi un immense plaisir de recevoir des nouvelles de la part de nos membres d’un océan à l’autre. Alors n’hésitez pas à me faire parvenir vos commentaires sur ce numéro ou un texte décrivant vos découvertes à moto à editor@hogcanada.ca. Duarte Pita Rédacteur, HOG® Magazine Canada

pour convaincre mes parents que cela n’allait pas être ma voie ! Aujourd’hui, soit 30 ans plus tard, je possède une moto Harley-Davidson®, mais je n’ai jamais reçu la formation adéquate pour devenir un mécanicien qualifié. Tout ce que je peux dire, c’est que M. Villanueva vit le rêve d’un mécanicien – faire l’entretien d’une moto américaine légendaire, la fignoler et la conduire.

VIVRE LE RÊVE D’UN MÉCANICIEN L’article sur le jeune mécanicien, Sam Villanueva, m’a ramené à mon adolescence, moment où la seule chose que je voulais faire dans ma vie était de rouler sur l’une de mes motos ou de réparer des motos. Mais un seul accident mineur a suffi

Mario Bottoni, Woodbridge, Ontario

TRAVAUX DE PEINTURE J’ai beaucoup aimé l’article sur l’usine Tomahawk de HarleyDavidson® dans le numéro Printemps 2013. Ma monture actuelle est une moto Road Glide® 2012 Denim Black à laquelle j’ai ajouté de fines rayures. Tous les compliments que j’ai reçus (et il y en a eu

des tonnes !) au sujet de ma moto avaient trait à la peinture. Bien des gens sont surpris d’apprendre que le Denim Black fait partie des couleurs de série. Un grand merci au personnel de Tomahawk pour la qualité de leur travail et merci à vous pour cet excellent article. John Bullis, PAR COURRIEL

À VOS MARQUES, PRÊTS, ROULEZ Je tiens à vous remercier de l’article très utile que vous avez publié sur la préparation d’une

moto après quelques mois d’hibernation. Trop souvent, les gens négligent de franchir ces étapes si bien que leurs motos ne sont pas au summum de leur forme. Notre sécurité sur la route est importante, ce qui suppose entre autres des motos en bon état de fonctionnement. Après un long hiver, l’huile tend à s’encrasser. Un changement d’huile fera ronronner de bonheur votre moteur. Merci encore pour vos précieux conseils ! Anonyme, PAR COURRIEL

Nous sommes toujours heureux de vous lire. Veuillez faire parvenir vos lettres et commentaires (maximum de 100 à 150 mots) à editor@hogcanada.ca en prenant soin d’écrire « La parole est à vous » dans la ligne objet. N’oubliez pas de nous indiquer votre nom, votre numéro de téléphone et votre adresse de courriel. Nous nous réservons de droit de réviser vos textes pour des raisons de longueur et de clarté.

hog® magazine canada

7


DANS LES COULISSES LE DÉMON DE LA VITESSE Les premiers modèles WL Harley-Davidson® ont été fabriqués en 1937, l’année où Joe Petrali a établi un nouveau record de vitesse au sol, soit 219 km à l’heure au guidon de sa moto modifiée, équipée d’un moteur à soupapes en tête de 61 po3 (1 000 cm3). Le même jour, il bat le record de vitesse mondial pour une moto équipée d’un moteur de 45 po3 (737 cm3).

8

hog® magazine canada


S/

été 2013

La photo provient des archives de la Harley-Davidson Motor Company. Copyright H-D.

hog® magazine canada

9


MC

Des récompenses qui tiennent la route. Depuis de nombreuses années, Best WesternMD est au cœur du tourisme d’accueil et des voyages au Canada. Nous nous soucions des besoins des motocyclistes qui voyagent. C’est pourquoi nous avons conçu le programme gratuit Ride RewardsMD à l’intention des amateurs de Harley-DavidsonMD. Les membres du H.O.G.MD obtiennent le statut élite Platine à l’adhésion : vous obtiendrez donc des nuitées gratuites plus rapidement. Vous pouvez parcourir les routes en sachant que vous pouvez arrêter à plus de 100 hôtels adaptés aux motocyclistes au Canada*. Vous trouverez sûrement le Best Western qu’il vous faut. Venez rencontrer Des gens soucieux de votre confortMS et commencez à amasser des récompenses.

Inscrivez-vous aujourd’hui et réservez | BWrider.com | 1 888.BW2BIKE *Ce nombre est approximatif et peut fluctuer. Best Western et les marques Best Western sont des marques de service ou des marques de service déposées de Best Western International, Inc. ©2013 Best Western International, Inc. Tous droits réservés. Harley Davidson, Harley, H-D, le logo « Barre et bouclier » et H.O.G. sont des marques de commerce de H-D U.S.A., LLC. Chaque hôtel de la marque Best WesternMD est exploité par un propriétaire indépendant.


LA BOUTIQUE / Nouvelles

été 2013

« American Badass » pour des célébrations épiques

Retour en Arrière Les enthousiastes au suprême degré… les motocyclistes handicapés

La Galerie

Photo : Grant Harder

Un peu de tout de la part de nos lecteurs

hog® magazine canada

11


LA BOUTIQUE / été 2013 NOUVELLES RETOUR EN ARRIÈRE LA GALERIE •

Milwaukee, Wisconsin Amérique du Nord

Philippines

ROCKSTAR ENERGY DRINK ET LA HARLEY-DAVIDSON MOTOR COMPANY ANNONCENT UN PARTENARIAT EXCLUSIF POUR L’ANNÉE DU 110E ANNIVERSAIRE Rockstar Energy Drink s’est associée avec la Harley-Davidson Motor Company en vue de souligner de façon monumentale le 110e anniversaire de la marque légendaire Harley-Davidson®. Ces festivités, qui se dérouleront de par le monde tout au long de l’année, sont l’occasion pour des millions d’adeptes des motos Harley-Davidson® de célébrer les valeurs qui leur sont chères : liberté, expression de soi et goût de l’Aventure avec un grand A. De grands événements se dérouleront sous l’égide de ce partenariat, notamment le 12

hog® magazine canada

Sturgis Motorcycle Rally, du 3 au 10 août, et le 100e anniversaire, du 28 août au 1er septembre. Milwaukee sera l’hôte du plus gros party dans le cadre des festivités du 100e. Les fabricants des deux marques américaines Rockstar Energy Drink et Harley-Davidson® ont créé quatre motos édition spéciale, qui seront tirées au sort par le biais des réseaux sociaux de Rockstar Energy Drink et de Harley-Davidson. Ces quatre motos custom sont l’œuvre du légendaire constructeur Rusty Coones de l’entreprise IIlusion Motorcycles de Huntington Beach, en Californie ; elles seront en vedette lors de la Daytona Bike Week, du Sturgis Motorcycle Rally et des célébrations du 110e à Milwaukee. Vous trouverez de plus amples détails au www.h-d.com/110.

KID ROCK, ALIAS AMERICAN BADASS, ET LA HARLEY-DAVIDSON MOTOR COMPANY S’ASSOCIENT POUR DES CÉLÉBRATIONS ÉPIQUES Dans le cadre des mégafestivités se déroulant tout au long de l’année à travers la planète pour marquer son 110e anniversaire, la HarleyDavidson Motor Company a annoncé qu’elle a conclu un partenariat exclusif avec Kid Rock, alias American Badass. C’est ainsi que ce musicien légendaire sera la tête d’affiche d’un concert du samedi à l’occasion des célébrations du 110e à Milwaukee au cours du

week-end de la fête du Travail en septembre. Ce partenariat unique en son genre réunit deux rebelles américains mythiques et fait de Harley-Davidson le commanditaire principal de la tournée Rebel Soul de Kid Rock. Harley-Davidson a l’intention d’offrir aux spectateurs une expérience absolument exceptionnelle à chacun des 60 concerts de cette tournée. Le concert final aura lieu le samedi 31 août 2013, à Milwaukee, le berceau de Harley-Davidson. Kid Rock viendra à moto faire la fête avec des milliers d’adeptes comme lui de motocyclisme. Le spectacle – avec billets – se déroulera au Marcus Amphitheater, situé à l’extrémité sud du Henry Maier Festival Park (Summerfest Grounds). Les fans qui


achètent les ensembles de billets 110e anniversaire – en vente au www.ticketmaster.com – pourront acheter des billets pour le concert 110e anniversaire de Kid Rock. Kid Rock est l’une des trois têtes d’affiche retenues par Harley-Davidson pour les célébrations du 110e à Milwaukee.

LA MARQUE HARLEY-DAVIDSON® MAINTENANT AUX PHILIPPINES À l’occasion de son 110e anniversaire, le fabricant de la marque américaine légendaire a ouvert son premier magasin de vente au détail dans les Philippines, le sixième dans le Sud-Est asiatique. American Motorcycles, Inc., le distributeur officiel des motocyclettes HarleyDavidson® aux Philippines, estime que ce marché est prêt pour la marque HarleyDavidson® et ce, en raison de la puissante influence positive des É.-U. et de la croissance économique du pays, laquelle favorise la consommation, les loisirs et un meilleur niveau de vie. Il y a actuellement aux Philippines de 800 à 1 000 propriétaires de motos Harley-Davidson®. Ces personnes, réparties dans différents groupes d’âge et dans diverses régions du pays, apprécient le style de vie Harley-Davidson®. Dans un magasin de détail Harley®, ils trouvent non seulement des motos, mais aussi un vaste éventail de vêtements et de divers autres articles, sans oublier les multiples pièces et accessoires qui leur permettent de personnaliser leur moto.

LA RANDONNÉE POUR PAPA 2013 Chaque année, partout au Canada, des milliers de motocyclistes soutiennent la lutte contre le cancer de la prostate en participant à la Randonnée pour papa TELUS, une initiative appuyée par Deeley Harley-Davidson® Canada. En fait, diverses randonnées sont organisées dans plus d’une trentaine de villes canadiennes au cours des mois de mai et de juin. Au programme de chacun de ces événements : défilé, Poker Run, prix et bien plus encore ! Oui, on s’amuse au cours de ces randonnées, mais c’est pour une cause bien sérieuse, le cancer de la prostate, qui constitue le principal cancer diagnostiqué dans la population masculine. Fait étonnant, un homme canadien sur sept en sera atteint, ce qui en fait la deuxième cause de décès

dû à un cancer chez les hommes. Mais les nouvelles ne sont pas toutes mauvaises. Grâce à des événements comme la Randonnée pour papa TELUS et au soutien de Deeley Harley-Davidson® Canada, plus d’hommes se font dépister précocement et des recherches sont en cours pour améliorer le pronostic. Pour inciter encore davantage les motocyclistes à demander à leurs parents et amis à verser un don, Deeley HarleyDavidson® Canada offre trois chèques-cadeaux d’une valeur pouvant atteindre 5 000 $, qui seront remis à trois gagnants chanceux qui auront récolté au moins 200 $ en promesses de don. Pour en savoir plus sur la Randonnée pour papa TELUS, allez au www.ridefordad.ca.

GAGNEZ LE VOYAGE PAR EXCELLENCE AU HOMETOWN THROWDOWN ! Si vous êtes un adepte des marques Harley-Davidson® et UFC®, vous ne voudrez pas rater le concours qui réunit ces deux noms légendaires. Mais il faut faire vite ! Deeley Harley-Davidson® Canada vous offre la chance de participer à un week-end épique au cours des célébrations du 110e anniversaire de HarleyDavidson® à Milwaukee. Le prix à gagner ? Un voyage V.I.P. pour deux au Hometown Throwdown de l’UFC® à Milwaukee, ce qui inclut les billets d’avion, l’hébergement, d’excellents billets pour l’événement principal et la pesée officielle, une séance d’entraînement avec la superstar de l’UFC® Cain Velasquez et une moto HarleyDavidson® Street Bob® Custom 2013. Ça, c’est se faire payer du bon temps ! Pour participer, il vous suffit de créer un motif graphique pour les célébrations du 110e anniversaire de HarleyDavidson® et nous expliquer en quoi, selon vous, il est digne de représenter ces deux légendes. Le concours prend fin le 30 juin 2013. Vous trouverez de plus amples détails et des bulletins de participation au h-d.com/ufc. hog® magazine canada

13


LA BOUTIQUE / été 2013 NOUVELLES RETOUR EN ARRIÈRE LA GALERIE •

Les membres H.O.G.® en obtiennent encore plus avec leur carte ! Deux célébrations + un party = des souvenirs impérissables

La Harley-Davidson Motor Company et le Harley Owners Group® en sont aux étapes finales de la préparation du party du siècle, les célébrations du 110e anniversaire de H-D® coïncidant avec celles du 30e du H.O.G.® ! Les festivités du 30e anniversaire du H.O.G.® seront directement

intégrées dans les célébrations du 110e afin de montrer à quel point nous sommes fiers du H.O.G.® et toute l’importance du H.O.G.® pour Harley-Davidson. Pas question d’être à part sur un autre site. Et ce sera une excellente façon de montrer à ceux qui ne font pas partie du H.O.G.® tout ce qu’ils ratent. Cette vitrine supplémentaire ne peut être qu’à l’avantage du H.O.G.® ! Des activités « réservées aux membres » auront lieu tout au long des trois jours de l’événement. Cela commencera par les célébrations du 30e anniversaire du H.O.G.® aux Summerfest Grounds le jeudi 29 août de midi à 17 h. La fête comprendra un grand spectacle de Lynyrd Skynyrd et de ses amis. Il y aura en outre un espace réservé aux membres sur le site du festival, le tirage au sort d’une moto 2014, le jeudi, au profit de la MDA, également réservé aux membres H.O.G.®, les finales H.O.G.® du

MEMBERS.HOG.COM

Le site Web members.hog.com, qui a été récemment remanié, est maintenant en service en anglais (sous peu en français). « C’est l’un des atouts les plus précieux que nous ayons pour promouvoir des randonnées à moto et faire progresser notre marque – tout en renforçant les liens psychologiques et sociaux des motocyclistes avec Harley-Davidson et les uns avec les autres », affirme Gina McNeil, gérante, Services aux enthousiastes, chez Harley-Davidson Owners Group® Canada.

concours d’adresse, un défilé à pied et une exposition de motos H-D® 2014. Et, comme autre boni pour les membres H.O.G.®, des sièges réservés à la scène du BMO Harris Pavilion. Les membres H.O.G.® qui participeront aux célébrations du 30e anniversaire du H.O.G.® n’auront aucuns frais supplémentaires à payer. Par contre, aucune admission aux célébrations du 30e du H.O.G.® ni aux autres activités spéciales prévues sur le site ne sera autorisée sans la carte de membre de H.O.G.® Canada, qui devra être présentée avec le billet pour les célébrations du 110e de H-D® à Milwaukee. Si vous ne trouvez pas votre carte, appelez au bureau dès maintenant au 1-800-668-4836 pour en obtenir une autre. Veuillez aussi ne pas tarder pour renouveler votre adhésion ou devenir membre associé afin de recevoir votre documentation et votre carte à temps pour l’événement.

Principales particularités : › Contenu canadien localisé et personnalisé en anglais et sous peu en français › Contenu provenant des motocyclistes (photos, description de randonnées et évaluation des itinéraires, autres commentaires) › Renseignements divers et contenu inspirant (incluant, mais sans s’y limiter, le contenu des numéros de HOG® Magazine Canada) › Une nouvelle façon de mettre des événements à l’avant-scène Profitez bien de ce TOUT NOUVEAU site Web réservé aux membres H.O.G.® et rempli de nouveaux atouts.

Harley-Davidson® à l’écran Modèle H-D® XR750 Sportster® 1978 dans le film Le casse-cou, 1977 Modèle H-D® FXRS Low Rider® 1990 dans le film Tribunal fantôme, 1991 Modèle H-D® Sportster® 1996 dans le film Los Angeles 2013, 1996 Modèle H-D® Dyna® 2005 dans le film Dérive mortelle, 2006 14

hog® magazine canada


SURVOLTEZ VOTRE PLANIFICATION POUR LES CÉLÉBRATIONS À MILWAUKEE ! TIREZ PLEINEMENT PARTI DES CÉLÉBRATIONS DU 110E DE HARLEY-DAVIDSON ET DU 30E DE H.O.G.® À MILWAUKEE – DU 29 AOÛT AU 1ER SEPTEMBRE 2013.

LE 30E DE H.O.G.® AU 110E DE H-D

Procurez-vous votre billet des célébrations et arrivez tôt à Milwaukee pour profiter des événements H.O.G.® réservés aux membres aux Summerfest Grounds.

Le vendredi 30 août : Aerosmith

LE JEUDI 29 AOÛT

ADMISSION ANTICIPÉE, RÉSERVÉE AUX MEMBRES H.O.G.® : DE MIDI À 17 H* › Concert réservé aux membres mettant en vedette LYNYRD SKYNYRD › Concours d’adresse H.O.G.® à moto › Tirage d’une moto, réservé aux membres, au profit de la MDA › Défilé à pied à la mode de La Nouvelle-Orléans ; portez les couleurs de votre pays et agitez votre drapeau › Et bien plus encore !

DURANT TOUT LE WEEK-END

*

SERVICES AUX MEMBRES : Venez chercher l’épinglette du 30e anniversaire et rencontrer des membres du personnel de la Harley-Davidson Motor Company, de Deeley Harley-Davidson® Canada et du H.O.G.® ainsi que des membres H.O.G.® du monde entier. › Marchandises réservées aux membres › Sièges réservés à la scène du BMO Harris Pavilion › Deux salons réservés avec bar payant › Et bien plus encore !

ÉVÉNEMENTS SANS BILLET REQUIS

NE RATEZ PAS CES AUTRES ÉVÉNEMENTS H.O.G.®  PALPITANTS À MILWAUKEE : › Défilé des drapeaux des chapitres lors du défilé du 110e anniversaire de H-D › Arrêt-épinglette au Harley-Davidson MuseumTM et exposition de motos custom › Arrêt-épinglette à Pilgrim Road Powertrain Operations et randonnées d’essai sur des motos H-D® 2014 POUR EN SAVOIR PLUS, ALLEZ AU H-D.COM/110MILWAUKEE * Billet des célébrations requis

Le samedi 31 août : Kid Rock

Le jeudi 20 août : Toby Keith

DES LÉGENDES À L’AFFICHE

HARLEY-DAVIDSON A RÉUNI plus de 60 groupes musicaux locaux et nationaux qui donneront des spectacles aux Summerfest Grounds tout au long du week-end – y compris des têtes d’affiche légendaires au Marcus Amphitheater. Les billets pour les concerts au Marcus Amphitheater sont vendus séparément. En fait, ils sont en vente dès maintenant pour les détenteurs de billets des célébrations.

SOYEZ DE LA FÊTE

ACHETEZ VOS BILLETS DES CÉLÉBRATIONS SUR-LE-CHAMP AU H-D.COM/110TICKETS.

ENSEMBLE DE BILLET COMMÉMORATIF DES CÉLÉBRATIONS

(102,50 $**) Inclut l’accès pour trois jours au site, la possibilité d’acheter des billets pour les concerts des têtes d’affiche, l’application officielle de l’événement pour votre téléphone intelligent, une carte des lieux historiques H-D® à Milwaukee, plus un cadre pour photo, un billet commémoratif laminé et un cordon, le Guide de poche des célébrations du 110e anniversaire, un jeton de poker à édition limitée, un médiator souvenir et un manchon isotherme pour boisson et des rabais sur les boissons lors de l’événement. ** Frais de commodité non inclus. Note : L’information peut faire l’objet de changements.

hog® magazine canada

15


LA BOUTIQUE / été 2013 NOUVELLES RETOUR EN ARRIÈRE LA GALERIE •

Les enthousiastes au suprême degré… les motocyclistes handicapés Maria Schoeberl, archiviste principale On désigne depuis fort longtemps les motocyclistes Harley-Davidson® comme des « enthousiastes » – un qualificatif qui leur convient particulièrement bien. Et il y a toujours eu des motocyclistes qui portent ce titre avec encore plus de fierté que d’autres, notamment ceux qui surmontent un handicap physique pour pouvoir continuer à pratiquer le sport qu’ils adorent. L’une des plus anciennes photographies se trouvant dans les archives de Harley-Davidson® montre l’un de ces motocyclistes. Sur la photo, qui a été prise aux alentours de 1919, on voit le motocycliste de longue distance Alfred LeRoy dans sa moto avec side-card modifiés. LeRoy, qui a perdu son bras gauche et au moins une jambe dans des circonstances inconnues, a fait modifier les commandes manuelles et au pied de manière à pouvoir s’en servir avec sa main droite. Il avait aussi fait allonger la partie gauche du guidon, ce qui lui permettait de conduire sa moto tout en étant assis dans le side-car, rattaché au côté gauche du véhicule. Et pour couronner le tout, il avait fait ajouter, à gauche de son side-car, un autre side-car plus petit, rembourré en cuir, pour son chien.

16

hog® magazine canada


La photo provient des archives de la Harley-Davidson Motor Company. Copyright H-D.

hog速 magazine canada

17


LA BOUTIQUE / été 2013 NOUVELLES RETOUR EN ARRIÈRE LA GALERIE •

LA GALERIE DES MEMBRES

Christopher Smith de Woodstock, en Ontario, sur la route 163S dans l’Utah.

Joelene Tobin de St. Bride’s, à Terre-Neuve-etLabrador, sur sa moto Harley-Davidson® Dyna® Wide Glide® 2010 en août 2012, à Salmon Arm, en Colombie-Britannique.

Mike Beerthuizen de Kakabeka Falls, en Ontario, dans la Bighorn National Forest, au Wyoming.

Mike et Trish Barber de Scarborough, en Ontario, en compagnie de Bill Davidson (au centre), au restaurant du Harley-Davidson Museum™ à Milwaukee, au Wisconsin.

VOUS VOULEZ PARTAGER VOS PHOTOS ? Veuillez envoyer des fichiers d’au moins 2 Mo à une résolution de 300 PPP à : editor@hogcanada.ca. 18

hog® magazine canada


(De gauche à droite) Jean-Marie Bourque, Daniel Valiquette, Jean-Paul Marquis et Richard Ayotte, tous du Québec, sur le Blue Ridge Parkway, à Cherokee, en Caroline du Nord, à l’été 2012.

Dennis Butcher from Collingwood, Ontario, in the Badlands, South Dakota, in June 2012.

Frank Stanley de Jordan Station, en Ontario, sur la Tail of the Dragon (Tennessee) à l’été 2012.

Roger et Stephanie Benson de Calgary, en Alberta, à Key West, en Floride, au point le plus au sud des É.-U., en juin 2012.

Robert et Jacinthe Descent de Sainte-Annedes-Lacs, au Québec, dans les Cantons de l’Est au Québec.

Mark Tobin de Terre-Neuve et sa moto Screamin’ Eagle® Fat Boy® 2006 à St. Philip’s, à Terre-Neuve.

hog® magazine canada

19


LA BOUTIQUE / été 2013 NOUVELLES RETOUR EN ARRIÈRE LA GALERIE •

LA GALERIE DES MEMBRES

Sylvain Dugas de Sainte-Anne-des-Monts, au Québec, au Rocher Percé, au Québec.

La moto Sportster® Iron 883™ de Brandon Buliziuk, juste à la sortie de Lillooet, en C.-B., en juillet 2012.

La première moto thématique Harley® d’Alexander ! Photo envoyée par son grand-père, Larry Huseby, de Grande Prairie, en Alberta.

Ross et Sue Guerriero d’Oakville, en Ontario, sur le Skyline Drive dans le Shenandoah National Park, en Virginie.

VOUS VOULEZ PARTAGER VOS PHOTOS ? Veuillez envoyer des fichiers d’au moins 2 Mo à une résolution de 300 PPP à : editor@hogcanada.ca. 20

hog® magazine canada


Voici le nouveau modèle de distribution Norscot canadien mis au point afin de mieux vous servir. • Toutes les commandes seront livrées directement à la porte du client. • Les taxes et des droits de douane seront évalués pour chaque commande. • Les commandes de moins de 20,00 $ US (essentiellement des épinglettes et des écussons) continueront à être expédiées par USPS à moins d’une évaluation contraire de la part du service à la clientèle de Norscot. • Les commandes de 200,00 $ US et moins seront expédiées par UPS, le client ayant la responsabilité de payer le supplément de 11 %, plus les frais d’expédition standard de UPS. • Les commandes de 200,00 $ US et plus seront expédiées par UPS, le client ayant la responsabilité de payer le supplément de 14 %, plus les frais d’expédition standard de UPS. • En vertu du nouveau programme, Norscot paiera les frais de courtage. • Pour les commandes de produits custom et en stock, la livraison ne se fera que lorsque les produits custom seront prêts afin que les deux soient expédiées ensemble, à moins que la marchandise en stock ne soit requise sur-le-champ, auquel cas elle sera expédiée séparément sur demande. • Le délai d’exécution d’une commande de produits en stock continuera à être de 24 heures. • La livraison par voie terrestre de UPS est la méthode d’expédition par défaut, à moins que le client demande une livraison accélérée. À noter : le délai de livraison par voie terrestre de UPS au Canada à partir de l’entrepôt Norscot est d’environ 3 à 5 jours ouvrables. Pour de plus amples détails :

Téléphone : 800-821-5580 • Télécopieur : 800-653-4904 • En ligne : members.hog.com


La vie, c’e sur

22

hogÂŽ magazine canada


est la vie la plage è Un motocycliste coche un autre élément sur Sa liste des rêves à réaliser : Sa Daytona Beach Bike Week 2013 Dustin A. Woods hog® magazine canada

23


Les participants sont arrivés sur des motos grand tourisme et des motos sport de série, des choppers personnalisés et chromés, de flamboyants Hayabusa avec des bras oscillants incroyablement allongés et le résultat de projets de bricolage innommables qui donnaient mal au dos juste à les regarder. l y a chaque année, sur ce vaste continent, divers événements que ne veulent absolument pas rater certains groupes d’amateurs inconditionnels. Mordu d’équitation ? Le Kentucky Derby s’impose. Fanatique de football ? Le Superbowl est le spectacle à voir, au moins une fois avant de quitter ce bas-monde. Comme la plupart des lecteurs de HOG® Magazine Canada peuvent le comprendre, ma passion réside dans les montures à deux roues équipées d’un moteur à combustion interne à fort couple. Alors comment pouvais-je renoncer à l’invitation, qui m’est arrivée à la fin d’un hiver détestable, d’aller découvrir, sous le chaud soleil de la Floride, ce que la Daytona Bike Week avait en réserve pour moi ? L’événement, qui en est à sa 72e année d’existence, a pris cette année des proportions incroyables avec ses festivités « d’une semaine » allant du 8 au 17 mars. En dépit du chauffeur du taxi qui, en me conduisant à l’hôtel, pestait contre le train d’enfer causé

I

24

hog® magazine canada

par l’événement en question, mes attentes à moi ont été plus que dépassées. Le plus gros rallye de motocyclisme auquel je suis allé avant la Bike Week 2013 à Daytona Beach était celui du Port Dover Friday the 13th, qui peut attirer de 5 000 à 20 000 personnes selon la période de l’année. Les chiffres officiels ne sont pas encore connus, mais on sait que la Bike Week a déjà attiré jusqu’à un demi-million de personnes. Il y a de quoi être impressionné ! J’avais d’abord pensé me rendre dans le sud par avion – simple question de dire adieu à la neige au plus vite –, puis de faire le reste du chemin à moto, mais un surcroît de travail est venu contrecarrer mes plans, ce qui m’a obligé à prendre un vol direct pour Daytona. Je me suis consolé en me louant une moto Harley-Davidson® Electra Glide® Classic de couleur rouge pour le week-end. Même si j’ai accumulé littéralement des milliers de kilomètres sur la selle d’un petit frère de cette imposante moto grand tourisme à moteur V-Twin, elle n’aurait pas été mon premier choix pour naviguer dans


les rues bondées de Daytona : motos, autos, chariots-éventaires, poussettes… alouette !, sans oublier bien sûr la foule ! Cela dit, si toutes les formes possibles de véhicules à deux roues étaient présentes, les motos Harley-Davidson® étaient sans aucun doute la monture de prédilection, et j’étais content d’avoir un système stéréo et de l’espace pour ranger mon équipement photo. Après avoir réglé la question de la moto, il fallait maintenant que je me trouve un endroit où crécher. Disposant de pas moins de trois établissements dans la région, Best Western offrait plusieurs options aux visiteurs, selon qu’ils souhaitaient être au cœur même de l’action ou assez loin de la folie furieuse pour pouvoir dormir un tant soit peu. C’est cette dernière option que j’ai choisie, mais cet hôtel, situé sur le West International Speedway Boulevard, avait toutes les allures d’un Show ‘N Shine parce qu’il était entièrement envahi par des motos et motocyclistes de tout acabit. La beauté du Best Western, c’est qu’un grand nombre sont des hôtels Rider Friendly® qui, en plus, offrent des rabais pas mal intéressants aux propriétaires d’une moto Harley® – ce qui n’est certainement pas à négliger quand on fait un long voyage. Contrairement à la plupart des rallyes, il n’y avait pas un point de convergence unique. Les gens semblaient se répartir uniformément à travers la ville, selon les préférences de chacun. La rue principale paraissait être le théâtre privilégié de tout ce qui était le plus éclaté et insolite ; c’est là que j’ai passé beaucoup de temps à regarder les gens et leurs créations défiler. Dans l’antre de la bête, on peut voir les coutumes les plus farfelues, plus d’encre et de silicone qu’on aurait pu imaginer et plus de peau qu’on voudrait normalement en voir. Les participants sont arrivés sur des motos grand tourisme et des motos sport de série, des choppers personnalisés et chromés, de flamboyants Hayabusa avec des bras oscillants incroyablement allongés et le résultat de projets de bricolage innommables qui donnaient mal au dos juste à les regarder. Les organisateurs d’événements travaillent d’arrache-pied toute l’année pour trouver des partenaires et des commandites afin de s’assurer que tout se déroule comme sur des roulettes pour tous les

Il y avait des milliers de motocyclistes circulant sur tous les types de montures imaginables comme des essaims d’abeilles sauvages propulsées au pétrole. hog® magazine canada

25


Rien que des vagues d’un bleu étincelant, du sable blanc, une belle route asphaltée sous un ciel ensoleillé avec, de temps en temps, l’ombre d’arbres matures. Pas étonnant que cette région soit devenue une destination de choix pour les motocyclistes. participants. Il ne m’a pas fallu longtemps pour constater que ces organisateurs-ci n’en étaient pas à leur premier rodéo. On m‘avait parlé des choses à ne pas rater lors de la Bike Week, notamment The Loop, un parcours de tout repos de 230 kilomètres où on n’est plus obligé de rester en seconde, comme un peu partout dans la ville. Rien que des vagues d’un bleu étincelant, du sable blanc, une belle route asphaltée sous un ciel ensoleillé avec, de temps en temps, l’ombre d’arbres matures. Pas étonnant que cette région soit devenue une destination de choix pour les motocyclistes. Faisant de mon mieux pour profiter en un si court laps de temps de tout ce qui était offert, je n’ai pas pu résister d’aller faire un tour chez Bruce Rossmeyer’s HarleyDavidson®, qui possède le plus grand magasin de détail H-D® sur la planète. Il est possible de passer des journées entières dans cet énorme commerce dont la superficie équivaut à peu près à celle d’un Walmart. Les deux étages sont remplis de toutes les marchandises H-D® imaginables auxquelles s’ajoute un vaste éventail de motos neuves et d’occasion. Le magasin d’aubaines de l’autre côté de l’aire de stationnement offre des rabais 26

hog® magazine canada

intéressants sur les vêtements et articles de la saison précédente à ceux pour qui il n’est pas important de porter la tenue dernier cri. C’est certainement mon cas et j’ai pu ainsi trouver un blouson Harley® à presque à moitié prix. En quittant le magasin de Rossmeyer H-D® à Ormond, je me suis rendu à moto à son emplacement initial, qui est maintenant devenu un musée. Après le décès de Rossmeyer dans un accident de moto en 2009, sa famille a fermé le magasin et décidé d’en faire un musée en son honneur, lequel a ouvert ses portes le printemps dernier. Étape suivante : le Daytona International Speedway, où les amateurs de course avaient droit à des démonstrations organisées par des détaillants, à des rencontres d’échange et à d’exaltantes courses à moto tout au long du week-end, dont la Série AMA XR1200® Vance & Hines mettant en vedette le réputé pilote canadien Steve Crevier. Les moteurs V-Twin au grondement guttural en ont mis plein la vue dans cette course de cinq kilomètres. Comme on peut s’y attendre, cela commence à se corser après le coucher du soleil. Les fêtards semblaient être prêts à faire la noce jusqu’aux petites heures du matin, mais compte tenu de mon vol de

retour très tôt le dimanche matin, j’avais la ferme intention d’être sage le samedi soir. Je me suis assis au bar pour regarder UFC® 158 à Montréal et j’avais en main mon iPad, car j’avais un article à envoyer. Quand je suis entré dans ma chambre d’hôtel, l’alarme de mon réveille-matin sonnait à fendre l’âme et la navette qui devait me ramener à l’aéroport était devant la porte. Est-ce ma faute si le combat entre George St-Pierre et Nick Diaz s’est déroulé après minuit et que quelques sympathiques amateurs de course assis à côté de moi tenaient absolument à m’offrir des rasades de whiskey ? Après tout, je n’avais pas à conduire pour entrer à l’hôtel. Inutile de préciser que c’est archi-facile de trouver ici


La planification de voyages à son summum Bien que j’adore enfourcher ma moto et filer sans aucune destination en tête, libre comme l’air, je reconnais que certains voyages exigent de la planification si l’on veut être là où l’action se passe et ne pas avoir à dormir tout seul sur le bord d’une route. Le Planificateur de randonnées Harley-Davidson® est un outil en ligne tout simplement prodigieux ; vous y trouverez des cartes interactives vous indiquant les points d’intérêt et les plus belles routes sinueuses tout comme les lieux d’hébergement et la marche à suivre pour les réservations. En quête d’une équipée qui coïncide avec tel festival, tel rallye ou un événement en particulier ? Ils sont tous là. C’est grâce à cet outil que j’ai réservé ma moto Electra Glide® de location pour mon week-end. L’un des atouts les plus fascinants du Planificateur de randonnées, c’est son interactivité qui vous permet de sauvegarder et de partager votre itinéraire ou même de le synchroniser avec votre GPS. C’est merveilleux, la technologie, non? http://rideplanner.harley-davidson.com/rideplanner/ ridePlanner.jsp

des gens chaleureux venus de tous les coins du pays qui ont envie d’avoir du fun. Compte tenu du fait qu’il y avait des milliers de motocyclistes circulant sur tous les types de montures imaginables comme des essaims d’abeilles sauvages propulsées au pétrole, j’ai été étonné de n’être témoin que d’un seul incident durant mon séjour là-bas. J’ai eu à peine le temps de voir un gars se faire couper au milieu de l’intersection par une Corolla beige (c’est toujours une Corolla beige) et être forcé de lâcher brusquement sa moto Street Glide® roulant à basse vitesse qu’un groupe de motards ont sauté par-dessus la clôture du patio, où ils prenaient une bière froide en cette journée torride, pour aller dépoussiérer sa monture et redresser son guidon. On ne s’attendrait pas à un tel geste de la part d’un groupe de ce genre, mais cette scène reflétait tout à fait l’esprit de camaraderie qui régnait au cours de la Daytona Bike Week. Une raison de plus pour ne pas rater cet événement-culte pour tous les mordus de motocyclisme ! hog® magazine canada

27


é T I N R E n T u A ’ d FR e é S S Y L’OD LO U S O N B LA

ée cr ér pa

28

hog® magazine canada


rs, ®, u o j n e o r at ids u v q a , D s r y au a e e g l v r x u Deu s H a et u n no o t le o r m e u 0 u o 0 p q 0 75 épi ne î e a y h c ll un ra n dan s la Felix o : m a i ll m Jac ket do Free rer e

le Cam

s : Ky / Photo f u a h ian Sc

Christ

hog® magazine canada

29


L

e mariage de mon plus jeune frère allait avoir lieu dans six jours et j’avais l’honneur et la responsabilité d’être son témoin. Connaissant mon style de vie souvent un peu fou, ma famille m’avait fait promettre de rester en ville, d’aider aux préparatifs et surtout d’attendre patiemment le grand jour. C’est alors que j’ai reçu un appel de Milwaukee. « Tu fais quoi, ce week-end ? », me demande un gars de la Harley-Davidson Motor Company. Soudainement, tous les paris étaient ouverts. « Pas grand-chose… Tu pensais à quoi ? »  « Nous aimerions t’envoyer en Autriche à l’European Bike Week. » Des visions de vols ratés et d’un discours de garçon d’honneur non préparé entraient en conflit avec la perspective de traverser les Alpes sur une moto Harley-Davidson® et de festoyer avec des motocyclistes européens. « J’embarque ! » Vingt-quatre heures plus tard, j’étais dans un avion avec un blouson bien spécial, qui allait entreprendre une autre étape de son voyage unique. Ce simple Freedom Jacket en cuir noir avait commencé son odyssée en Chine en août dernier (Voir Échappement, numéro Printemps 2013) et, jusqu’à la fin de cette année, il fera le tour du monde en étant confié d’un motocycliste à l’autre. Chaque marque ou décoration qu’ajouteront ceux qui le porteront racontera l’histoire de son périple. Lorsqu’il reviendra à la maison à Milwaukee lors de la célébration du 110e anniversaire de Harley-Davidson, il sera exposé au HarleyDavidson Museum™.

30

hog® magazine canada

M

on bon ami et vidéaste Kyle Camerer m’accompagnait. Notre mission était de nous rendre à Faaker See, en Autriche, lieu de rendezvous des 75 000 motocyclistes participant à l’European Bike Week, et de trouver la personne digne de porter le Freedom Jacket tout en documentant notre aventure. Oh ! bien sûr, je devais être de retour au Wisconsin dans moins de 100 heures ! Le soleil venait tout de juste de se pointer à l’horizon à notre arrivée à Faaker See, une station de villégiature dans le sud de l’Autriche où a lieu, depuis 15 ans, l’European Bike Week au cours de la première semaine de septembre. Nous ne pouvions qu’admirer le tableau formé par les maisons érigées autour du lac niché au pied des Alpes. Il était tôt, mais déjà le village était animé. Si vous avez déjà vu le film Heidi, ajoutez 75 000 motos Harley-Davidson® et vous aurez une assez bonne idée du portrait d’ensemble. Nous avons déposé nos bagages, échangé notre voiture de location contre une moto Street Glide® Ember Red Sunglo et rempli les sacoches avec les caméras, le reste de l’équipement et quelques Red Bull, puis hop ! en route. En me frayant un passage parmi la foule des lève-tôt attroupés dans l’aire HarleyDavidson®, j’écoutais les propos qui étaient échangés. Tout en tenant de deviner les langues que j’entendais, je me mettais à sourire lorsqu’une phrase en allemand ou en italien était soudainement ponctuée par les mots « Softail® Deluxe » ou « Road Glide® Custom » prononcés parfaitement en anglais. « As-tu un plan pour choisir la personne à qui tu vas offrir le blouson ? », m’a demandé Kyle. Je ne savais pas trop quoi répondre. Je commençais à prendre conscience concrètement de la tâche qui m’avait été impartie, mais, en vérité, tout ce que je voulais faire, c’est de me joindre au long ruban de motocyclistes prenant d’assaut les routes vallonnées de la région. « Nous verrons bien, ai-je répondu. Peutêtre que nous devrions plutôt commencer à tourner des séquences des motos en action. » Kyle m’a décoché un sourire complice et nous avons commencé à


monter les caméras GoPro sur la moto Street Glide®. Je suis sûre que nous avions l’air drôle : deux hommes avec des caméras braquées dans toutes les directions – j’en avais même une sur le devant de mon casque, qui ressemblait à une défense d’éléphant. Tout en se tenant d’une main, Kyle travaillait avec une GoPro au bout d’un long pied fixé sur le garde-boue arrière. Mais nous roulions, et c’était fantastique. Le temps était splendide et il y avait quelque chose de mystique dans cette enfilade de milliers de motos roulant à l’unisson. Je ne comprenais pas la moitié des panneaux de signalisation ; alors je suivais le mouvement. Les motocyclistes que nous croisions lançaient des cris de joie, klaxonnaient ou nous faisaient le signe de la paix. Nous avons ainsi fait le tour du lac pour ensuite aller nous stationner dans l’aire Free Biker afin de trouver la personne qui, à nos yeux, méritait de laisser sa marque sur le Freedom Jacket. Si l’aire Harley-Davidson® avait des allures de foire, l’aire Free Biker ressemblait à un grand carnaval. Ici aussi, Harley® dominait, mais le thème principal était la personnalisation. Des odeurs de gaz d’échappement, de barbecue, de cuir et de caoutchouc brûlé flottaient dans l’air humide tandis que nous explorions les innombrables allées, remplies de produits, de boutiques et de gens. C’est là, parmi le noir et l’orange, le cuir et le chrome, que nous avons trouvé Felix. Felix était assis sur une chaise à l’extérieur d’un kiosque bleu, blanc, rouge. Sa boutique faisait penser à la garde-robe des costumes d’un film de motards croisée avec le plus merveilleux

« Tout ce que je

voulais faire, c’est de me joindre au long ruban de motocyclistes prenant d’assaut les routes vallonnées de la région. »

hog® magazine canada

31


Qui aurait dit que deux personnes aussi différentes collaboreraient en vue de créer une œuvre d’art aussi belle ?

des magasins d’aubaines. Derrière l’amas d’articles hétéroclites qu’il avait à vendre avait été placé un gigantesque drapeau américain sur lequel étaient sérigraphiées de vieilles images de James Dean. Nous nous sommes présentés et très vite nous avons compris que nous avions trouvé notre homme. Dans un anglais aux accents italiens, Felix a évoqué sa vision romantique du motocyclisme – comment les vibrations et les odeurs de carburant et d’huile peuvent distiller une paix intérieure. Collectionneur d’anciennes motos Harley®, il était manifestement un excellent vendeur puisque presque toutes les personnes qui entraient dans sa boutique en ressortaient avec un souvenir. Il accueillait chacun avec un grand sourire et un verre de vin blanc. Comme il nous a expliqué, en coupant le vin avec autant d’eau pétillante, on peut boire toute la journée, se sentir bien et ne jamais avoir mal à la tête. Ce bonhomme cultivait manifestement un art de vivre. Quand nous avons demandé à Felix s’il voulait bien laisser sa marque sur le blouson, il était aux anges. Son idée était toute simple : 32

hog® magazine canada

le Freedom Jacket devrait arborer un signe de paix. « Avec la paix, nous a-t-il dit, tu vis en meilleure santé, tu penses plus clairement et tu conduis mieux ta moto. » Nous lui avons dit que nous reviendrions le lendemain, ce qui lui donnerait le temps d’aller chercher ses pinceaux et ses tubes de peinture. Kyle et moi sommes alors retournés vers notre moto. Nous étions ravis d’avoir repéré l’heureux élu, mais comme nous étions épuisés par nos deux journées et quelque sans sommeil, nous avons décidé d’aller nous présenter à notre hôtel, de manger une croûte et d’aller charger nos batteries. Mais voilà que nous sommes tombés sur Nigel Villiers, directeur du H.O.G.® pour l’Europe, qui nous a convaincus sans trop d’effort d’aller entendre un groupe de reprises, les « Smash Brothers » sur la scène principale. Ayant ainsi retrouvé un second souffle, nous en avons profité pour faire circuler le Freedom Jacket – photo oblige ! – et avons même réussi à le faire porter par l’interprète principal pour l’une des chansons. C’était la première fois que je voyais un homme entonner « R.E.S.P.E.C.T. » (ou toute autre chanson) en

portant un blouson de cuir et un kilt. La foule était déchaînée. Le lendemain matin, j’ai été réveillé par des cloches d’église résonnant dans la vallée. Après avoir ramassé nos affaires, Kyle et moi nous sommes en route pour la boutique de Felix. Tout en peignant, Felix nous racontait sa vie. C’est un ancien surfeur des neiges professionnel de l’équipe Burton, ce qui explique qu’il ait fait des Alpes dolomitiques son lieu de résidence permanent. Il nous a parlé de la fois où il franchi, sur une moto vieille de 40 ans, 25 cols de montagne en une journée, soit l’équivalent de 1 000 milles (1 600 km). Qui sait ? C’était peut-être une histoire inventée, mais je l’ai cru. Je n’avais d’ailleurs aucun désir de faire autrement. Déposant son pinceau, Felix nous a expliqué son dessin. Chaque couleur représentait quelque chose de particulier pour lui – des couleurs du drapeau autrichien tout autour du signe de la paix au bleu évoquant le lac Faak. D’autres couleurs symbolisaient les différentes nationalités rassemblées dans le village pour l’European Bike Week. Au fil des heures, une anecdote n’en attendait pas l’autre si bien que nous avons commencé à considérer Felix comme un vieil ami. Nous étions en train de lui parler des copains avec qui nous faisions des randonnées quand les yeux de Felix se sont mis à briller. « Vous devez absolument rencontrer mon ami, dit-il. C’est un formidable spécialiste des rayures fines. » Non loin de là, nous avons trouvé « The Blaster » travaillant près d’un bar en plein air, devant sa vieille fourgonnette Volkswagen. Il y avait autour de lui quelques motos prêtes à être peintes et un tas de casques. Sa propre moto Panhead custom était du nombre. À notre arrivée, The Blaster a soulevé la tête, sourcillé et ramené ses lunettes couvertes de peinture sur son visage en prenant soin de ne pas se tacher davantage les doigts avec la peinture rouge fraîche. Je le sentais sur ses gardes, comme une célébrité fatiguée des chasseurs d’autographes. Mais comme nous étions les amis de Felix, il a daigné nous parler. Tout au long de cette conversation, de longues et fines rayures coulaient de ses mains, parfaitement placées et sans aucun défaut. Il m’a dit plus tard qu’il fait cela sans


vraiment y penser ; il laisse tout simplement ses mains aller où elles veulent. Après une ronde de Corona, il nous a montré un vieux classeur à anneaux rempli de coupures de journaux où on pouvait voir un Blaster souriant et bien plus jeune. Assurément il n’était pas né de la dernière pluie ! En fait, il possédait un atelier de peinture, mais souvent il se rendait en fourgonnette, avec sa moto fixée à l’arrière, à divers événements de motocyclisme un peu partout en Europe. D’après lui, il était le seul peintre de rayures fines exerçant son métier à temps plein ; il était d’ailleurs extrêmement fier de pouvoir ainsi gagner sa vie. Il a aussi admis que cela le tenait fort occupé. Felix pouvait parcourir des milliers de kilomètres, mais, lui, il trouvait sa « liberté » simplement en allant faire un tour de moto pendant une demi-heure au beau milieu de l’après-midi. C’était son moyen à lui de s’échapper, de « s’en aller dans autre monde ». Je lui ai parlé de l’histoire du Freedom Jacket. En entendant le nom « Willie G. », il s’est arrêté. « Est-ce que Willie G. a touché ce blouson? », a-t-il demandé. Je lui ai dit que Willie G. Davidson avait signé le blouson et qu’il verrait tout ce qui serait peint sur ce blouson lorsqu’il retournerait à Milwaukee. Mettant de côté le casque sur lequel il travaillait, The Blaster s’est emparé du blouson et s’est tout de suite mis à entourer le signe de la paix de Felix de rayures fines formant un motif ingénieux. Puis il a cérémonieusement endossé le blouson et déclaré : « Willie G., nous sommes maintenant des frères ! » J’ai tenu le blouson pendant que séchait le signe de paix plutôt primitif de Felix, maintenant entouré des fines rayures complexes du Blaster. Qui aurait dit que deux personnes aussi différentes collaboreraient en vue de créer une œuvre d’art aussi belle ? J’éprouvais de la reconnaissance et, pour la première fois depuis mon arrivée en Europe, je me sentais détendu. Nous avons célébré la fin de notre mission par une randonnée à moto. Je parlais de motos depuis trop longtemps et je crois que tout le monde pensait de même. Felix connaissait l’arrière-pays et c’est avec enthousiasme que nous nous sommes lancés sur la route en vrombissant. Comme la journée avançait et que le soleil déclinait et qu’en plus il y avait une boutique dont il fallait s’occuper ainsi que des casques et des motos à décorer de rayures fines, la randonnée ne fut pas bien longue. Mais quelle randonnée ! Nous nous sommes faufilés à travers les foules et plusieurs villages, puis avons exploré la campagne autrichienne. Il faisait assez chaud pour ne pas avoir à porter un blouson, mais The Blaster et Felix tenaient absolument à revêtir à tour de rôle le Freedom Jacket ; nous nous sommes donc arrêtés à mi-chemin pour leur permettre de procéder à

l’échange. De village en village, aucune parole n’a été prononcée entre nous, mais cela ne nous a aucunement empêchés de communiquer. Des signes de tête, des sourires et de petits gestes de la main, il n’en fallait pas plus. À la fin de la randonnée, nous nous sommes fait des accolades comme de vieux amis alors que nous nous connaissions seulement depuis quelques heures. J’étais triste de les voir partir. Comme dans quelques heures à peine je devais me mettre en route pour l’aéroport, je me suis mis à réfléchir à ces derniers jours. À mon arrivée ici, je ne connaissais personne, mais très vite je me suis fait des amis pour toujours, unis par le simple concept d’un blouson de cuir voyageant à travers le monde. Par-delà des barrières de la religion, de la politique et de tout le reste, le Freedom Jacket a le pouvoir de forger des liens entre des passionnés des motos Harley-Davidson®. Je me considère chanceux d’avoir pu jouer un petit rôle dans son odyssée de douze mois. Maintenant, je devais me dépêcher pour retourner à Munich où j’avais un avion à prendre. Le mariage de mon jeune frère n’allait pas attendre. Pour d’autres articles, des photos et des vidéos sur l’odyssée du Freedom Jacket à travers le monde, allez au hd.com/110jacket. Õ hog® magazine canada

33


Réflex brilla U

ne randonnée le long des rives du lac Témiscamingue et voilà que la folie des heures de pointe à Toronto n’est qu’une illusion dans un rétroviseur.

Vicki Gray

34

hog® magazine canada

L

’odeur des bouleaux et des pins était vivifiante ! Des verges d’or et des herbes sauvages le long de la route ponctuaient le paysage de splendides touches de couleur. La chaussée était luisante. Il venait de pleuvoir et, à en juger d’après les flaques d’eau encore présentes, la moto Road King® et moi venions tout juste de l’échapper belle. « Merci », ai-je murmuré à Mère Nature, qui n’aurait pas pu m’offrir un plus beau panorama pour cette randonnée. La route glissait sous moi avec sa succession de courbes et de sections rectilignes. Je pilotais en toute aisance. Ma puissante moto Road King® ne brillait plus de tous ses feux. L’eau et des débris l’avaient éclaboussée. J’ai pensé aux passionnés des motos Harley-Davidson® que je rencontrerais sur ma route et qui fronceraient les sourcils en voyant l’état lamentable du chrome. Mais j’allais tout leur expliquer : « J’ai découvert une route extraordinaire en pleine nature. La pure sensation de rouler en pleine liberté. Aucun autre bruit que le grondement du moteur bicylindre de ma monture Road King®. C’est la route entre New Liskeard et Elk Lake. » Ils


xions antes allaient sûrement comprendre. Pas plus tard qu’hier, j’ai vu Toronto disparaître dans mon rétroviseur, tout excitée à l’idée de cette virée en direction nord et autour du lac Témiscamingue. J’ai parcouru une bonne distance en près de sept heures, de Toronto à Sudbury, avant d’aller passer la nuit à North Bay. Je me souviens encore des bonnes crêpes que j’ai dévorées au petit déjeuner au Holiday Inn. Et dire que j’avais presque décidé de m’en passer pour arriver plus vite chez North Bay Cycle ! J’avais rencontré peu avant Jody et l’équipe des pilotes de course de North Bay à un festival organisé à Mosport par la Vintage Road Racing Association (VRRA) et je leur avais promis de venir les voir à leur magasin. Ce fut une visite du tonnerre où évidemment le sujet principal a été les motos. Et oui, je peux confirmer la rumeur : les gens de North Bay sont aussi accueillants qu’on le dit ! En quittant North Bay, j’ai filé plus au nord en empruntant la route Transcanadienne (la 11) en direction de Timmins et de Cochrane. C’était facile de garder la main sur la manette des gaz sans faire aucun mouvement sur ce ruban de bitume ininterrompu et sans aucune surprise. Je vais garder un très beau souvenir de

la ville de Temagami et de sa vieille gare, si pittoresque, sur la rue principale. Érigée en 1907, elle a été minutieusement restaurée. Jenny, qui terminait son emploi d’été au centre d’information à l’intérieur, m’a dit que Temagami était reconnue pour ses vieux pins rouges et argentés, aussi rares que majestueux. L’intérieur en pin en témoignait magnifiquement. Sur le chemin de retour d’Elk Lake à New Liskeard pour y passer la nuit, j’ai eu droit à la pluie que j’avais eu jusqu’ici la chance d’éviter. Ce fut en fait une averse torrentielle. Et je n’avais même pas mes gants hydrofuges ! J’ai pris la voie de sortie menant vers le Parc provincial Kap-Kig-Iwan dans l’espoir d’apercevoir les rapides d’eaux vives de la rivière Englehart. Il n’y avait pas un chat ; le mauvais temps avait chassé tous les visiteurs. J’ai décidé de lever le camp à mon tour en me promettant d’y revenir par une belle journée ensoleillée. À mon arrivée à New Liskeard, la pluie avait cessé, mais les nuages à l’horizon ne présageaient rien de bon. J’ai eu la bonne idée d’aller rejoindre en taxi Doug et Kim au restaurant Roosters en bordure du lac – m’évitant ainsi d’être trempée jusqu’aux

hog® magazine canada

35


D

es milliers – sans exagérer – de motocyclistes viennent chaque année à New Liskeard pour participer à diverses randonnées locales dans une atmosphère de grande camaraderie.

os sur ma moto Road King® plus tard. Doug et Kim sont les responsables de la New Liskeard Bikers Reunion, dont ils font la promotion avec une grande ferveur. Tout au long du repas, ils m’ont parlé de l’incroyable popularité de cette rencontre, qui a lieu depuis 13 ans déjà. Des milliers – sans exagérer – de motocyclistes viennent chaque année à New Liskeard pour participer à diverses randonnées locales dans une atmosphère de grande camaraderie. L’objectif ? Réunir des fonds pour l’unité des soins pour cancéreux du Temiskaming Hospital. Ils m’ont convaincue : j’allais revenir l’été prochain, les 28, 29 et 30 juin. « À l’attaque ! » C’était le jour 3 et les routes m’attendaient ! Au sortir du lit, je suis tout de suite allée à la fenêtre – la première tâche de tout motocycliste à son réveil. La moto Road King® était à peine visible dans la brume épaisse. Je me sentais comme en Autriche, dans les Alpes ; c’était ce même scénario à peu près tous les matins. J’ai décidé de prendre mon temps et d’attendre que la brume se dissipe : mieux valait rouler en voyant devant soi. J’en ai profité pour me détendre dans mon spacieux studio au Holiday Inn, puis je suis descendue pour savourer de nombreuses tasses de café – et des crêpes ! Lorsque la brume a disparu, j’ai attaché mon sac de voyage à la selle du passager et mis tout le reste dans les sacoches de ma moto Harley®. Juste au bout du chemin, j’ai emprunté la 65 est. De temps à autre, je croisais un grumier rempli à ras bord de billots. Il laissait échapper des petits morceaux d’écorce et un agréable mélange d’odeurs de bois récemment coupé. Très vite, j’ai

36

hog® magazine canada

commencé à remarquer les noms français des villes et commerces et bientôt, à 22 km à peine de New Liskeard, le panneau « Bonjour ! » me signalait que je venais d’arriver au Québec – à la pointe la plus au nord du lac Témiscamingue. J’ai traversé le pittoresque et paisible village de NotreDame-du-Nord, là où la 65 vient couper la 101 sud qui traverse une section étroite de ce lac gigantesque. De l’Ontario au Québec se succédaient plateaux, escarpements et basses-terres, le lac Témiscamingue apparaissant et disparaissant entre les bois à la faveur des changements d’élévation. Au bout d’une heure, que je n’ai même

pas vu passer, j’ai tourné à droite sur le chemin du Vieux-Fort pour aller visiter le lieu historique national du Fort-Témiscamingue, situé sur le coin nord-ouest de la rivière des Outaouais, là où elle tourne de l’ouest vers le sud-est. Tout en marchant vers l’entrée, j’entendais le cliquetis de ma moto Road King® en train de se refroidir à l’ombre dans l’aire de stationnement. Les rives du fort étaient bordées de pierres blanches polies par l’eau. J’ai exploré le site, ce qui m’a permis de découvrir diverses scénographies historiques représentant les activités d’antan du fort. Des grands tipis blancs, la boutique d’un fabricant de canoés et un comptoir de traite m’invitaient à m’imaginer en exploratrice ou en négociante. J’étais en fait une exploratrice, mais j’étais arrivée à moto, mode de transport que ces aventuriers auraient choisi s’ils avaient pu. Une randonnée à moto a toujours l’art de me creuser l’appétit ; j’étais prête à aller luncher. Juste au bout de la route, j’ai trouvé le complexe récréotouristique La Bannik, au pied d’une montagne peuplée de conifères.


Le restaurant La Bannik surplombe le lac. Je me suis assise sur la terrasse, nichée parmi les cimes des bouleaux gris. À l’ouest, le soleil de mi-journée faisait étinceler le lac de millions de diamants. J’ai siroté mon thé glacé m’imaginant que c’était un bon verre de vin rouge français, que j’aurais pris volontiers si je n’avais pas décidé de poursuivre ma route. La conversation animée en français à la table de bistro d’à côté ajoutait du pittoresque à la scène pendant que je savourais chaque bouchée de ma pizza mince aux tomates et au basilic. J’ai ensuite filé vers le sud sur la route 101, toujours au Québec. En un peu moins d’une heure, j’étais arrivée à la ville de Témiscaming. En prenant la rue principale, j’ai décidé d’arrêter au Musée de la gare. Cette deuxième visite d’une gare ferroviaire au cours de mon voyage ne fait pas de moi une maniaque des trains, mais je dois avouer qu’il m’est difficile de résister à l’attrait qu’exercent sur moi ces bâtiments historiques au design si particulier. Le musée réunit une belle collection de souvenirs, qui nous permet de retracer les activités de la gare depuis 1927. J’ai beaucoup aimé les vieilles banquettes de bois à côté desquelles avaient été déposées d’authentiques valises anciennes, remplies de tout ce dont avaient besoin les voyageurs d’autrefois. Mon plan était d’arriver au Cedar Gables Inn, à Bonfield, avant le coucher du soleil. J’ai traversé la rivière des Outaouais et suis ainsi revenue en Ontario en passant par la 63 sud. Plutôt que de rester sur la 63 jusqu’à North Bay, puis de prendre, en direction est, la 17 jusqu’à Bonfield, j’ai choisi de prendre le raccourci de Mattawa par la 533 – en fait, pas tellement pour gagner du temps que pour ajouter du piquant à mon voyage. Deux propriétaires de motos Harley® que j’avais rencontrés à Temagami m’avaient avertie du mauvais état de la route 533 et de ses longues portions en gravier. Je leur étais reconnaissante de la mise en garde, mais la perspective d’une randonnée intrépide me souriait. J’ai tourné sur la 533 en accélérant avec précaution. Au début, je me suis dit que la chaussée n’était pas si mauvaise. Il s’agissait d’une sorte de béton mêlé avec des pierres avec, ici et là, des bouts asphaltés. Et puis, soudainement, j’ai eu droit à ce qu’on m’avait décrit. J’ai ralenti et tricoté du mieux que je le pouvais pour éviter les endroits où la chaussée était le plus mal en point. Pendant 52 kilomètres, j’ai roulé, en plein bois, sur une route souvent étroite et sinueuse et j’ai adoré chaque minute ! À certains endroits, les cimes des arbres se rejoignaient et j’étais ainsi protégée contre la pluie qui menaçait de tomber. De part et d’autre de la route, je voyais de chemins de traverse en terre sablonneuse rougeâtre, qui semblaient mener à des terrains de camping ou à des camps

de bûcherons. Le passage était interdit, comme l’indiquaient les panneaux, mais cela ne m’a pas empêchée d’imaginer le plaisir que j’aurais à rouler dans ces sentiers avec une moto tout terrain ! Des camions grumiers empruntaient eux aussi le raccourci de la 533 et ne se gênaient pas pour me dépasser à vive allure. Et, comme par hasard, cela semblait toujours se produire dans les sections en gravier avec pour résultat que j’étais couverte de poussière. Malgré tout cela, je reprendrais ce raccourci juste pour revivre ces sensations fortes ! Après avoir fait rapidement le tour du village de Bonfield et bavardé avec deux petites filles de cinq ans jouant près du panneau arrêt, j’ai dû me rendre à l’évidence que ce n’était pas ici que j’allais trouver le Cedar Cables Inn. Retour donc sur la Transcanadienne (route 17). Tout à coup, j’ai aperçu du coin de l’œil un panneau annonçant le Cedar Gables Lodge, se trouvant sur la Line 3 North, juste de l’autre côté de la route. Joanne et Darcy Watson m’y attendaient et avaient eu la gentillesse de placer, dans le stationnement en gravier, une planche de bois où poser la béquille de ma moto. Quel bel accueil ! Ils m’ont servi un délicieux sauté de légumes maison et une bonne bière froide et nous avons papoté comme de vieux amis, après quoi je me suis couchée dans mon lit à baldaquin où je me suis endormie rapidement au son de l’orchestre des criquets du Cedar Gables. La moto Road King® était chargée et prête pour le voyage de retour à Toronto. J’ai dit adieu aux Watson et à leur auberge de rêve parmi les cèdres. C’est quasiment à reculons que je suis partie – comme un enfant qui n’a pas envie de quitter un terrain de jeu. Bientôt, je serais dans le trafic déchaîné de l’heure de pointe de Toronto. Enfilant sur la Transcanadienne en direction est, j’ai accéléré et changé de vitesse. Dans mes rétroviseurs, je pouvais apercevoir les réflexions brillantes de la lumière sur le lac Témiscamingue. C’est cette image que j’allais conserver dans ma tête tout au long de mon retour à la ville.

J’étais en fait une exploratrice, mais j’étais arrivée à moto, mode de transport que ces aventuriers auraient choisi s’ils AVAIENT PU.

Vicki Gray a fondé MOTORESS.com, le magazine international en ligne pour les femmes motocyclistes. Vivant en ce moment à Toronto, elle fait la promotion de l’art du motocyclisme depuis trente ans et elle continue à donner des cours, qu’il s’agisse de motos de route, de course ou tout terrain. Ses chroniques portent sur un vaste éventail de sujets reliés aux sports motorisés pour les hommes et les femmes. Son voyage autour du lac de Témiscamingue a été parrainé par le bureau de tourisme de Temiskaming Shores.

hog® magazine canada

37


Produits d’ajustement rapide Les nouveaux produits d’accessoires Genuine Motor Accessories Harley-Davidson® ajoutent du confort, du bien-être et un style personnalisé à certaines motocyclettes

Porte-bagages réglable pour siège deux places

Grâce à des rallonges latérales télescopiques qui vous permettent de régler sa largeur en quelques secondes, le nouveau porte-bagages réglable pour siège deux places est la plate-forme de rangement idéale pour une variété d’accessoires de tourisme. Sans expansion, le porte-bagages de 30,48 cm (12 po) de profondeur mesure 32,4 cm (12,75 po) de largeur. En appuyant sur deux boutons, les rallonges latérales s’élargiront jusqu’à 47,6 cm (18,75 po). Soumis à des essais rigoureux et approuvé par la Harley-Davidson Motor Company, le porte-bagages possède une capacité de charge de 13,6 kg (30 lb), utilise une quincaillerie d’arrimage à quatre points standard et comprend un câblage interne pour les ensembles d’éclairage optionnels. Il est disponible en version chrome ou en noir lustré pour la plupart des modèles de Touring 2009 et plus récents.

Fermé

Ouvert

Allez saisir le ciseau

Le nouveau guidon ciselé offre une apparence taillée à la fine pointe avec des tubes moulés en coude et des embouts amovibles Bar & Shield qui permettent un câblage intérieur facilité. Testé et approuvé pour sa durabilité par la Motor Company, la barre de 2,54 cm (1 po) de diamètre est installée à l’aide de supports de guidon de série et elle est disponible en noir satiné ou chrome pour certains modèles Sportster® et Dyna® de 2007 et plus récents.

Montant de barre Sissy Air Wing

Conçu pour la plupart des modèles Touring de 2009 et plus récents, le montant de barre Sissy Air Wing à deux places procure un confort au passager, un style personnalisé et un enlèvement facile. Le câblage interne intégré facilite l’ajout d’un kit de feu DÉL sur le montant pour une meilleure visibilité. Il est disponible en chrome ou en noir lustré et il utilise une quincaillerie d’arrimage standard à quatre ou à deux points.

Kits d’éclairage Electra Glo™ pour bord de carénage Ajoutez la brillance de l’éclairage à DÉL blanc sur les rebords des modèles Touring de 1996 et plus récents équipés d’un carénage de type « chauve-souris ». Facile à installer et ne nécessitant aucune coupe ni épissage dans le faisceau de câblage, le boîtier fumé à profil surbaissé dissimule les lampes lorsqu’elles ne sont pas allumées.

POUR PLUS D’INFORMATIONS sur ces accessoires et d’autres accessoires Genuine Motor Accessories, allez sur harleycanada.com ou passez chez votre détaillant canadien Harley-Davidson® autorisé. 38

hog® magazine canada


Avant le commencement À l’occasion des célébrations du 110e anniversaire de HarleyDavidson, voici l’histoire des familles Harley et Davidson depuis la Grande-Bretagne victorienne à Milwaukee en 1903. L’histoire de la Harley-Davidson Motor Company est bien documentée ; de nombreux livres existent sur le sujet, sans compter la quantité colossale d’information (en plus des motos et des autres objets) se trouvant au HarleyDavidson Museum™ à Milwaukee.

HOG® Magazine Canada a déjà raconté bien des aspects de l’histoire de Harley-Davidson, mais comment au juste la compagnie a-telle pu voir le jour ? Nous nous pencherons ici sur la lignée des familles Harley et Davidson et en apprendrons davantage sur leurs périples depuis la Grande-Bretagne victorienne jusqu’au Wisconsin, de l’autre côté de l’Atlantique.

1835 Le père de William S. Harley, également appelé William, naît à Littleport, dans le Cambridgeshire, au Royaume-Uni.

1858 Alexander « Sandy » Davidson et sa famille quittent leur maison juste en dehors d’Aberlemno dans le comté d’Angus, en Écosse, et immigrent aux États-Unis.

1859 William Harley épouse Susan Scotting.

hog® magazine canada

39


1860

1864

1867

1868

1870

1872-1882

1880

William et Susan immigrent aux États-Unis.

William s’enrôle dans la New York Heavy Artillery (une tradition qui se poursuit encore aujourd’hui).

L’un des fils de Sandy, William C. Davidson, épouse Margaret McFarlane à Milwaukee.

Susan serait morte en 1868 en donnant naissance à une fille, Katherine.

Après le remariage de William Harley, sa nouvelle épouse Mary (née Smith) donne naissance à un fils, Joseph. Peu après, la famille quitte New York pour aller s’installer à Milwaukee, dans le Wisconsin, où William trouve un poste de mécanicien de chemin de fer.

Cinq autres enfants, deux garçons et trois filles, naissent ; un seul survit au-delà de l’enfance.

William S. Harley, l’un des fondateurs de la HarleyDavidson Motor Company, naît le 29 décembre.

1860

1870

1880

JOIGNEZ-VOUS À LA CLAN DAVIDSON ASSOCIATION C

ertaines des archives les plus anciennes sur le clan Davidson remontent au XIVe siècle. Le clan doit son nom à David Dubh d’Invernahavon dans la région de Badenoch au sein des Central Highlands (le nom « David-son » a été utilisé par tous ses descendants).

DE LITTLEPORT À LA GRANDE VILLE...

La famille Harley vient d’une région de marécages et de terres agricoles près

L’histoire du clan est aussi reliée à la légendaire Confédération de Chattan, 16 clans écossais réunis par les liens du sang ou des pactes de défense mutuelle. Bien qu’il soit peu probable que tous les Davidson descendent d’un ancêtre commun, la distribution actuelle du nom de famille Davidson est

du village anglais de Littleport dans le comté de Cambridgeshire, à environ 110 kilomètres au nord de Londres. Le nom Harley vient du moyen anglais « hara ley », qui signifie « clairière dans les bois ». En août 1996, Bruce Frost de la Littleport Society a reçu de Kate Harley la copie d’une lettre écrite le 15 avril 1893 par Mary Fyson, une résidente de la Victoria Street, à Littleport, à ses « chers frère et sœur ». Au bout d’une longue recherche, il a été prouvé irréfutablement que Mary Fyson (née Harley) était la sœur de William

La sculpture de la moto Harley-Davidson® à Littleport, au Royaume-Uni.

40

hog® magazine canada

loin d’être aléatoire aujourd’hui. Il est fascinant de constater à quel point la distribution actuelle du nom de famille Davidson en Écosse apparaît tôt dans les documents historiques. Cela suggère, entre les Davidson, une affinité plus grande que celle qui peut être expliquée par la descendance à partir d’une collection aléatoire de David. Ces faits peuvent donner lieu à plusieurs interprétations, mais ils impliquent en toute logique qu’au moins certains des Davidson, originaires de Badenoch, ont plus tard émigré de là. Encore aujourd’hui, le clan Davidson continue à mener des recherches sur les ancêtres des nombreuses familles Davidson ayant joué un rôle dans l’histoire de l’Écosse et ailleurs dans le monde, là où elles sont allées s’installer. Au fil des siècles, bien des

Harley et donc la tante du cofondateur de la Motor Company. C’est ainsi que le lien entre la Motor Company et Littleport a pu être établi. D’autres recherches ont permis de prouver que William Harley, né à Littleport le 2 mai 1835, était effectivement le père de William Sylvester Harley. C’est pourquoi une sculpture en argent représentant une motocyclette Harley-Davidson® a été érigée au centre du village ; son dévoilement en 2003 a coïncidé avec le centenaire de la Motor Company.


Années 1880 William S. Harley se lie d’amitié avec Arthur Davidson, qui habite à quelques portes de chez lui sur la Ninth Street.

1895

1881 Le plus jeune fils de William C. et de Margaret Davidson, Arthur (l’un des fondateurs de la Motor Company) naît le 11 février.

1890

À l’été 1895, Edward Joel Pennington, inventeur et homme d’affaires américain, présente sa nouvelle création, « The Motor Cycle », à Milwaukee, à quelques rues de là où habitent les jeunes Harley et Davidson. Ce fut là peut-être leur source d’inspiration et leur tremplin pour la réussite qu’ils allaient connaître en tant que fabricants de motos.

1896

1901

1903

La famille Harley va s’installer sur la Burleigh Avenue du côté nord de Milwaukee. William (qui a 15 ans) commence à travailler comme « ajusteur » à la fabrique de vélos Meiselbach. C’est ici qu’il apprend de nombreuses techniques de fabrication, qui seront utilisées à meilleur escient quand elles seront combinées à un moteur à combustion interne.

À 21 ans, William dessine les plans d’un petit moteur à essence pour un vélo à pédales ordinaire.

La Harley-Davidson Motor Company est créée.

1900

TÉMOIGNAGE DE JEAN DAVIDSON ET SON FILS, JON DAVIDSON OEFLEIN

Jeff Davidson Schrager repense à ses ancêtres Davidson à l’entrée du Netherton Cottage. Davidson ont quitté l’Écosse, emportant avec eux leurs talents. Une multitude de raisons les ont amenés à prendre cette décision : guerre civile, intolérance religieuse, éviction de leurs terres et perspective d’un meilleur niveau de vie, par exemple. De nos jours, on trouve leurs descendants un peu partout dans le monde. C’est Sandy Davidson d’Aberlemno près d’Angus, le grand-père d’Arthur, de William et de Walter Davidson – les fondateurs de Harley-Davidson avec William Harley – qui a émigré avec sa famille en Amérique en 1858 et le reste, comme on dit, appartient à l’histoire. Charron et menuisier (travaillant avec un maréchal-ferrant), il aurait certainement été ravi par les contributions de ses descendants à l’histoire de l’ingénierie. Le clan Davidson est toujours bien actif de par le monde. Le chef actuel des Davidson est, depuis 1998, Alister Davidson, qui vit en Nouvelle-Zélande. Des branches existent en Irlande du Nord, en Pologne, en France, dans les Pays-Bas, au Canada, en Australie et, bien sûr, aux États-Unis. Les liens entre les Davidson d’Écosse et ceux d’outre-mer

demeurent solides et nul autre que Jeff Davidson Schrager de Fresno, en Californie, arrière-petit-fils de William A. Davidson, l’un des fondateurs de Harley-Davidson, a été l’invité d’honneur de l’AGA de la Clan Davidson Association, qui s’est déroulée durant un week-end à Elgin en octobre 2012. Jeff et son épouse en ont profité pour aller visiter le Netherton Cottage, la maison ancestrale – et récemment rénovée – de la famille Davidson. De nombreux Davidson se sont mariés avec d’autres familles et clans au fil des siècles et ont ainsi pris d’autres noms. Grâce à des recherches méticuleuses, un grand nombre de ces familles ayant des liens de sang avec le clan Davidson ont pu être identifiées. La Clan Davidson Association est d’ailleurs toujours ravie d’accueillir un nouveau membre dans le clan, aussi éloigné soit-il. Si votre ascendance comprend des noms comme Davie, Davison, Daw, Dawson, Day, Dees, Dean (d’Inverness-shire et de Moray), Deas, Deason, Dey, Dyson, Kay, Keay, Key, MacDade, MacDaid ou McKeddie, vous êtes peut-être parent avec les fondateurs de la Harley-Davidson Motor Company !

« Tout comme mon père, Gordon Davidson, j’adore mon héritage écossais. Il nous faisait porter, à mes sœurs et à moi, des kilts quand on prenait des photos. Mon grand-père, Walter, a commencé cette tradition familiale avec ses enfants quand il a fait venir d’Écosse des kilts en tartan Davidson. J’ai poursuivi cette tradition et fait porter ces mêmes kilts à mes enfants et, plus récemment, à mes petits-enfants, pour des photos ! » – Jean Davidson, petite-fille de Walter Davidson, cofondateur de la Harley-Davidson Motor Company

« Ma mère, Jean Davidson, m’a donné la piqûre de l’histoire de la famille. Quand on grandit entouré de personnes portant le nom Davidson, on n’y pense pas trop. Mais quand j’ai commencé à faire de la recherche pour notre nouveau livre, The Harley-Davidson Family Scrapbook, j’ai été estomaqué par la richesse de ma lignée ! Je me demande souvent si c’est la chance ou le destin qui a fait qu’un certain William Harley est devenu le voisin de mon arrièregrand-père, Walter Davidson, et de ses frères, Arthur et William. » – Jon Davidson Oeflein, fils de Jean Davidson À gauche : Jon Davidson Oeflein et sa sœur Lori À droite : Jean Davidson et sa sœur Barbara

hog® magazine canada

41


ENSEMBLE SALIÈRE ET POIVRIÈRE POUR LE BBQ 96866-13V

GLACIÈRE RÉTRO EN MÉTAL À BANDE À DAMIERS

FER À MARQUER AVEC LOGO BAR & SHIELD

96873-13V

96863-13V

Donnez-leur des indices. Recevez le cadeau que vous désirez vraiment cette année en découpant ces excellentes idées-cadeaux et en les plaçant là où ils les trouveront. ✁ ✁ ✁

PISTOLET D’ARROSAGE STYLE POMPIER 93600016

SÉCHOIR HOG BLASTER HARLEY-DAVIDSON® POUR MOTOCYCLETTE 94651-09

COMPRESSEUR D’AIR COMPACT AVEC LAMPE INTÉGRÉE 12700020

©2013 H-D. Tous droits réservés. Harley, Harley-Davidson et le logo Bar & Shield font partie des marques de commerce de H-D U.S.A., LLC.


L’ARRIÈRE-BOUTIQUE /été 2013 Le garage Avertissement : route sinueuse

Mieux vaut prévenir Prévoir les imprévus

Randonnées de rallyes

Les rallyes H.O.G.® 2013  es 30 raisons de L participer à un rallye

ÉQUIPEMENT

Pour l’amour du cuir

Récits de randonnée

Belle échappée dans les Appalaches : le Blue Ridge Parkway Vive la France ! La route des vins en Alsace La route vers l’éveil

archives

De nouveau dans la course

Échappement

Un fils chanceux Quand le rêve dépasse la réalité

hog® magazine canada

43


L’ARRIÈRE-BOUTIQUE / été 2013 LE GARAGE RANDONNÉES DE RALLYES ÉQUIPEMENT RÉCITS DE RANDONNÉES ARCHIVES ÉCHAPPEMENT •

Avertissement : route sinueuse

Les techniques de virage plus évoluées ou l’art d’apprendre à raffoler des courbes Becky Tillman, formatrice RiderCoach de la MSF / Harley-Davidson Motor Company

N

ous avons tous vu ce genre de panneau d’avertissement en forme de losange : une flèche noire tortillée sur un fond jaune vif. Il annonce une route sinueuse. Le panneau plus petit en dessous indique sur combien de kilomètres. Si le nombre est élevé, certains d’entre nous sont aux anges tandis que d’autres prennent leur courage à deux mains. Tout dépend de votre degré d’assurance par rapport à la négociation des courbes.

Au-delà des principes de base Après avoir abordé les notions de base au sujet du contre-braquage et des courbes dans d’autres numéros de ce magazine, il est temps de parler de certains des aspects les plus techniques du contrôle en virage. Savoir prendre un virage en toute sécurité est une chose ; raffoler des courbes en est une autre. L’une des raisons pour lesquelles il est si important de maîtriser l’art du virage, c’est que les demandes en traction sont plus grandes au passage des courbes. Au fond, c’est simple : dans un ensemble donné de conditions, vos pneus disposent d’une force de traction fixe. Plus vous les sollicitez, plus la traction diminue. La Motorcycle Safety Foundation utilise un graphique circulaire pour illustrer cette notion. La traction totale est représentée par la « tarte » complète. Chaque fois que vous accélérez, freinez ou prenez une courbe, une pointe disparaît. (Une petite pointe disparaît également tout simplement lorsque vous roulez à vitesse constante en ligne droite.) Quand vous prenez un virage, une portion de la traction est nécessaire pour vous garder dans la courbe et empêcher les pneus de déraper. Ce qu’il faut comprendre, c’est que si vous prenez un trop grand nombre de pointes en termes de traction, la tarte sera consommée. Si vous accélérez ou freinez dans une courbe, vous risquez de ne plus avoir assez de traction ou de voir vos pneus perdre de leur adhérence. Avec une meilleure technique de virage, vous vous assurez d’une traction supérieure et vous réussirez à mieux manœuvrer dans les courbes.

44

hog® magazine canada

Sur la trajectoire La première chose dont il faut tenir compte à l’approche d’une section de route sinueuse est l’état de la chaussée. Elle-est détériorée ? Mouillée ? Y a-t-il des débris, comme du gravier, des feuilles mortes, de la boue, etc. ? S’il fait froid, pourraitil y avoir des plaques de glace ? N’oubliez pas que les zones ombragées sèchent plus lentement que les endroits ensoleillés. Et les lignes de visibilité ? Jusqu’où voyez-vous dans la courbe ? Est-ce une route qui vous est familière ou inconnue ? Tous ces facteurs peuvent jouer sur le degré d’audace et la tranquillité


d’esprit avec lesquels vous pourrez prendre la courbe. Posons l’hypothèse suivante : les conditions sont bonnes, vos pneus sont adéquatement réchauffés, les lignes de visibilité ne posent pas de problème, il n’y a aucune circulation en vue et vous vous sentez sûr de vous. Quelle est la meilleure manière d’aborder ces courbes ? D’abord, revenant toujours aux principes fondamentaux, adaptez votre vitesse en conséquence. Vous mettez toujours en pratique la stratégie S.E.E. (Search, Evaluate, Execute), n’estce pas ? Soyez à l’affût de ce qui s’en vient, évaluez la situation (nous avons déjà établi que la voie est libre) et exécutez la manœuvre en ralentissant de manière à rouler à une vitesse stabilisée appropriée – ou parfois en maintenant votre vitesse si la courbe est graduelle. Pour maximiser la traction disponible, ne sollicitez pas vos pneus inutilement (en freinant ou en accélérant) au moment où vous commencez à prendre la courbe. Une partie de votre processus d’évaluation consiste à choisir une « ligne » dans la courbe, c’est-à-dire la trajectoire que vous avez l’intention de suivre. La trajectoire la plus efficace ? Entrez à « l’extérieur » de la courbe (à l’opposé du sens du virage), déplacez-vous progressivement vers l’intérieur de la courbe à mesure que vous prenez le virage, puis revenez vers l’extérieur au sortir de la courbe. Cette approche aplatit la courbe et vous permet d’exécuter le virage à une plus grande vitesse. Ou, si les conditions sont moins qu’idéales, elle garde la moto plus à la verticale et favorise donc une meilleure traction. Rappelez-vous : quand on amorce un virage, il faut mettre en pratique le principe du contre-braquage. Appliquez une pression sur la poignée de droite pour aller à droite et sur la poignée de gauche pour aller à gauche. Maintenez votre vitesse dans la courbe, puis accélérez au sortir de la courbe, ce qui aide à ramener naturellement la moto à la verticale et à reprendre de la vitesse. Comme toujours, tournez la tête dans la direction de la courbe et regardez loin devant vous. Pas question de baisser le regard directement devant sa roue. Si vous voulez être encore un peu plus audacieux, déportez votre poids légèrement vers l’intérieur pendant que vous prenez la courbe. N’inclinez pas le torse. Déplacez plutôt un peu les fesses sur la selle, car il est important que le transfert de poids se fasse par le bas. Et ce boum boum que vous ressentez dans la poitrine ? C’est l’euphorie que procure la négociation d’une courbe à la manière d’un pro. Autres techniques Virages en S – Dans les enchaînements de virages, l’approche est légèrement différente. Les mêmes principes de base s’appliquent, mais il faut faire preuve d’un peu plus de « créativité » pour choisir la meilleure trajectoire. Entrez dans la première courbe de la même manière (depuis l’extérieur) et recherchez la trajectoire la plus droite possible à travers toutes les courbes. Restez à l’intérieur de la dernière courbe, puis sortez de la même manière en accélérant en douceur. Courbes à rayon décroissant – Traitez ces courbes (qui deviennent plus serrées à mesure que vous la suivez – c’est souvent le cas dans une voie de sortie) à peu près comme une courbe standard. Approchez par l’extérieur, puis récupérez

« Et ce boum boum que vous ressentez dans la poitrine ? C’est l’euphorie que procure la négociation d’une courbe à la manière d’un pro. » l’intérieur au fur et à mesure de la courbe. Adaptez votre vitesse d’entrée en conséquence tout en tenant compte du fait que la courbe est de plus en plus serrée et résistez à la tentation d’accélérer trop rapidement. Attendez que la fin de la courbe soit en vue d’avant d’accélérer doucement à la sortie du virage. Virages à trajectoire large ou « à point de corde retardé » – Voici une technique utile quand vous ne voyez pas au-delà de la courbe aussi bien que vous le souhaiteriez – et surtout si vous soupçonnez qu’il pourrait y avoir des véhicules en sens inverse, des débris sur la route ou quelque autre danger. Approchez un peu plus lentement que vous le feriez d’habitude et engagez-vous plus loin dans la courbe avant d’amorcer le virage. Cela vous permettra de tourner la tête et d’avoir un meilleur angle de vue. Si tout est dégagé, terminez le virage comme vous le feriez à l’accoutumée. Si la voie n’est pas dégagée, vous êtes en bonne position pour contourner l’obstacle ou ralentir davantage, si besoin est. Grosses montures, grands sourires L’un des principaux atouts des motos Harley-Davidson® est leur grande maniabilité pour des montures aussi grosses et puissantes. C’est que leur centre de gravité est bas – le moteur V-Twin étant placé bas sur le cadre. Cet élément de design novateur comme bien d’autres contribuent à leur conférer cette étonnante agilité, y compris dans les virages. Avec un peu de pratique et de patience, vous pourrez devenir à votre tour un motocycliste qui raffole des courbes plutôt que de les exécrer ! Becky Tillman est formatrice RiderCoach de la MSF, instructrice Rider’s Edge® et gérante sur le terrain – marketing à la Harley-Davidson Motor Company. Et vous ? De quel sujet aimeriez-vous qu’on traite dans Le garage ? Envoyez-nous vos suggestions par courriel à editor@hogcanada.ca.

hog® magazine canada

45


L’ARRIÈRE-BOUTIQUE / été 2013 LE GARAGE RANDONNÉES DE RALLYES ÉQUIPEMENT RÉCITS DE RANDONNÉES ARCHIVES ÉCHAPPEMENT •

Mieux vaut prévenir

Q

1 FAITES APPEL AU SYSTÈME T-CLOCS

Bien sûr que vous bénéficiez gratuitement, en tant que membre H.O.G.®, du Programme d’assistance routière, mais pourquoi l’utiliser si ce n’est pas nécessaire ? Et même si cette aide est à votre disposition, quoi de plus emmerdant que de se retrouver en panne ! Or, une simple inspection peut vous éviter bien des ennuis. C’est dans cet esprit que la Motorcycle Safety Foundation américaine a mis au point sa liste de vérification T-CLOCS (Tires/Controls/Lights/ Oil/Chassis/Stand) à utiliser avant de se mettre en route. Génial !

Pouvez-vous imaginer un pire scénario qu’un motocycliste en panne sur la route ?

T

R Oui, si c’est vous !

Les pneus, les roues et les freins Pour chaque pneu, vérifiez la profondeur de sculpture, l’usure de la bande de roulement, les signes de dommages, la présence de bosses ou d’objets coincés et la pression d’air. Vérifiez si les rayons des roues sont desserrés ou pliés et, dans le cas de roues coulées, s’il y a des fissures. Vérifiez les jantes : sont-elles ovalisées ? Vérifiez le roulement des moyeux de roue pour un jeu éventuel dans les pneus. Vérifiez les freins afin de déterminer si chacun peut empêcher la moto d’avancer.

3

Trois façons d’éviter des pannes

L’éclairage et le système électrique Vérifiez les bornes de batterie : sont-elles propres et bien serrées ? Vérifiez le phare en modes feu de route et feu de croisement ; la position du faisceau lumineux est-elle adéquate ?  Vérifiez le feu arrière ; fonctionne-t-il correctement et s’allume-t-il lorsque vous actionnez le frein avant ou arrière ? Vérifiez les clignotants à gauche et à droite, à l’avant et à l’arrière. Ajustez les rétroviseurs et assurez-vous que l’avertisseur fonctionne. Vérifiez l’état des câbles ; ils ne doivent pas être coincés ou effilochés. Assurez-vous aussi qu’ils n’interfèrent pas avec le système de direction.

Châssis

O Vérifiez les niveaux des liquides. Repérez les fuites, le cas échéant.

hog® magazine canada

Les commandes Inspectez les leviers et les pédales : y a-t-il des pièces brisées, pliées ou fissurées ? Assurez-vous que les fixations sont bien serrées. Les câbles sont-ils dénudés ou déformés ? Vérifiez s’il y a des coupures, des fissures, des fuites, des bosses, de l’usure par frottement ou une quelconque autre détérioration dans les tuyaux. Le passage des tuyaux interfère-t-il avec le système de direction ? Vérifiez la manette des gaz pour vous assurer qu’elle fonctionne librement, qu’elle revient à sa position de départ rapidement et qu’elle n’augmente pas le RPM du moteur lorsque vous tournez le guidon.

L

C

Huile et liquides

46

C

Recherchez la présence de fissures dans le châssis. Vérifiez les éléments de montage des accessoires. Vérifiez la souplesse de direction en tournant complètement le guidon de gauche à droite. Vérifiez la course des fourches avant. Vérifiez la tension de la courroie et assurez-vous qu’il n’y a aucun objet coincé.

S Béquille Assurez-vous que le ressort fonctionne adéquatement. Recherchez la présence de fissures ou de courbures.


2 LISEZ LE FOUTU MANUEL Oui, c’est presque aussi important que de ne pas oublier de manger des légumes ! Si vous ne le faites pas et que vous vous retrouvez en panne quelque part, c’est qui, le dindon de la farce ? Un peu de lecture peut vous éviter bien des maux de tête. Prenons la clé fob, par exemple. De nombreux motocyclistes la perdent au cours d’un voyage ; alors ils n’arrivent plus à désarmer le système de sécurité de leur moto et doivent appeler pour obtenir de l’assistance. Mais s’ils s’étaient donné la peine

de lire leur manuel et de faire quelques exercices à la maison, ils connaîtraient déjà la séquence d’activation du contrôle qui désarme le système à l’aide de leur NIP à cinq chiffres. Et le tour serait joué ! Les calendriers de maintenance sont également indiqués dans le Manuel du propriétaire. Respectezles afin de vous assurer encore davantage que votre moto fonctionnera comme une neuve. En plus de lire le manuel, mettez-le dans vos bagages.

3 Apportez une trousse « au cas où » Voici une liste de choses utiles à avoir avec vous lorsque vous partez en randonnée. Couteau suisse ou outil polyvalent Cadenas pour moto Manomètre pour pneus Trousse à outils Vêtement imperméable Lunettes de soleil Barres alimentaires énergétiques › Eau › Trousse de premiers soins

› › › › › › ›

Ruban pour conduits Téléphone cellulaire et chargeur Lampe baladeuse Numéros de téléphone pour les urgences › Liste de vos affections médicales actuelles et de vos médicaments › Manuel des randonnées H.O.G.® › Certificat d’immatriculation › › › ›

› › › › › ›

de la moto et document d’assurance Manuel du propriétaire H-D® Rondelle de béquille Lotion solaire et pommade pour les lèvres Papier hygiénique Carte de crédit Argent comptant pour les urgences

! Conseils d’un sage En tant que gestionnaire du marketing des services à la Harley-Davidson Motor Company, Chris Tribbey s’y connaît en matière de maintenance. Mieux encore, il sait comment ne pas en avoir besoin quand on est sur la route. Tout d’abord, il recommande d’utiliser le système T-CLOCS, qui met en lumière les problèmes avant qu’ils ne viennent bousiller votre randonnée. Ensuite, il faut être l’affût de ce qui peut rendre une moto inutilisable et qui est pourtant le plus facile à prévenir : pneu crevé, batterie à plat, courroie de transmission détaché, par exemple. « Un pourcentage élevé des crevaisons sont dues à des pneus trop usés ou qui se dégonflent lentement à cause d’un objet coincé, d’où l’importance d’inspecter minutieusement les deux pneus avant de partir », rappelle Chris Tribbey. « Les problèmes de courroie de transmission sont plutôt rares, fait-il remarquer, mais, quand ils se produisent, c’est habituellement à cause d’une petite pierre ou d’un effilochage antérieur. Une inspection avant la randonnée vous permet de détecter cela. » « Et finalement, ajoute-t-il, bien des problèmes de batterie peuvent être évités en utilisant un chargeur Battery Tender chaque fois que la moto reste stationnée pour la nuit. Une batterie est constamment sollicitée, même lorsque le moteur est éteint. » Si vous devez recharger la batterie de votre moto,

ne le faites pas à partir d’une voiture ou d’un camion, souligne Chris. Les ampérages ne sont pas les mêmes et vous pourriez vous retrouver avec plus de problèmes qu’une batterie à plat. Il recommande aussi de laver sa moto à intervalles réguliers. Cela permet de toucher à bien des composants et ainsi de détecter facilement un levier de changement de vitesse ou un rayon de roue desserré, une fuite au niveau d’un joint ou encore un début d’usure quelque part. Bien que l’utilisation d’un bloc d’alimentation pour un démarrage secours ne soit pas recommandée, si vous vous retrouvez en panne à cause d’une batterie à plat, voici quelques conseils : Suivez toujours la bonne procédure et connectez et déconnectez les câbles positif et négatif (tel qu’indiqué dans le Manuel du propriétaire). Pour éviter les risques d’étincelles, ne connectez pas le câble de démarrage négatif à la borne de la batterie à plat. Assurez-vous que les deux véhicules ont la même tension de batterie. Si on connecte des véhicules ayant des tensions de batterie différentes, ils peuvent être endommagés. Si une voiture ou un camion est utilisé comme batterie d’appoint, assurez-vous que le véhicule n’est pas en marche. Les systèmes de charge à puissance élevée de plus gros véhicules peuvent endommager les composants électroniques de la moto.

Le Programme d’assistance routière : prévoyez les imprévus Rien ne vaut la tranquillité d’esprit que procure la trousse de base du Programme d’assistance routière, qui est offerte d’office à tous les membres H.O.G.® à part entière. Il vous est aussi possible, en tant que membre H.O.G.®, de bonifier votre couverture. Trousse de base du Programme d’assistance routière (offerte automatiquement aux membres H.O.G.® à part entière) : › assistance pour un événement par

année civile pour une moto Harley-Davidson® enregistrée, à concurrence de 100 $ ;

› services d’assistance routière offerts : livraison de carburant, d’huile, de liquides et d’eau, aide en cas de clé perdue ou coincée et extraction d’un fossé ou d’un autre endroit difficile  ; › remorquage jusqu’au détaillant H-D® le plus proche ou à un autre endroit de votre choix dans le cas d’une crevaison ou d’un problème de batterie ; › exclusions : les dépenses non couvertes ou dépassant 100 $ par année civile.

Trousse de luxe (19,95 $ par année) : couverture de deux

motos H-D® enregistrées au nom d’un membre actif à part entière ; services illimités chaque année, tous les frais de remorquage et d’assistance routière étant entièrement couverts.

Trousse Ultra (29,95 $ par année) : En plus : le remboursement des frais de déplacement d’urgence si la moto tombe en panne en raison d’une collision ou d’un problème mécanique couvert par la garantie.

Trousse Ultra Plus (49,95 $ par année) : Les mêmes avantages que la trousse Ultra pour jusqu’à deux motos H-D® et trois véhicules personnels (autos et camions de poids léger). Évidemment, certaines pannes sont impossibles à prévenir. À cet égard, un Programme de service prolongé est tout indiqué pour vous protéger contre de coûteuses réparations. Le détaillant H-D® local se fera un plaisir de vous l’expliquer. Pour en savoir plus sur les options du Programme d’assistance routière, visitez le site members.hog. com ou appelez sans frais Road America au 1-866-209-8270.

hog® magazine canada

47


L’ARRIÈRE-BOUTIQUE / été 2013 LE GARAGE RANDONNÉES DE RALLYES ÉQUIPEMENT RÉCITS DE RANDONNÉES ARCHIVES ÉCHAPPEMENT •

LA MÉDECINE QU’IL VOUS FAUT ! L’année 2013 marque le 110 anniversaire e

de la Harley-Davidson Motor Company, le 20e anniversaire du Harley Owners Group® et le 9e anniversaire du rallye provincial H.O.G.® de l’Alberta. Ralph Carson

NOS 25 ANS DE CHROME À DURHAM Le 25e rallye provincial H.O.G.® de l’Ontario aura lieu dans la région de Durham du 27 au 29 juin 2013. Vern Wilson Située juste à l’est de Toronto, cette région comprend, entre autres, les villes d’Oshawa, Whitby et Pickering. De concert avec Mackie HarleyDavidson®, le Chapitre Durham s’affaire à préparer l’un des plus grands rallyes ontariens de tous les temps ! En quittant la 401, vous serez, en dix minutes à peine, plongé en pleine nature sur de superbes routes de campagne. Le programme du 25e anniversaire de ce rallye débute par une cérémonie d’ouverture et une rencontre de fraternisation, qui seront suivies d’une visite guidée de Whitby. Le jour suivant sera consacré à diverses randonnées Poker Run et d’observation ainsi qu’à une visite chez 48

hog® magazine canada

Mackie Harley-Davidson®, l’hôte du Show ’N Shine. La soirée se terminera par un Rock ’n Bowl, des parties de billard et des jeux de fléchettes. La dernière journée commencera par le petit déjeuner, suivi du défilé et de jeux à moto. La cérémonie de clôture et le banquet auront lieu au General Motors Centre à Oshawa. Le Chapitre Durham, la communauté de la région de Durham et l’équipe de Mackie Harley-Davidson® ont hâte d’accueillir tous les membres H.O.G.® qui viendront célébrer ce 25e anniversaire du rallye provincial H.O.G.® de l’Ontario. Vous trouverez tous les détails, y compris le programme, sur le site ontariohogrally2013.com.

Harley-Davidson® of Medicine Hat et le Chapitre Medicine Hat sont fiers d’être les hôtes de ce rallye, qui aura lieu du 4 au 6 juillet 2013, et d’accueillir ainsi des membres et enthousiastes venant de tous les coins du monde. Armez-vous de votre appareil-photo pour vos randonnées dans la vallée de la rivière South Saskatchewan, les pittoresques collines Cypress et les régions avoisinantes. Préparez-vous à découvrir d’étonnants lieux d’intérêt, dont certains remontent à 1882, et les nombreuses autres attractions de Medicine Hat et des alentours. Tout au long du rallye, le bureau d’inscription sera installé au Medicine Hat Lodge Resort, d’où partira en outre la navette vers les points d’intérêt

avoisinants. Le cabaret et le concours de tatouages font partie des activités au programme du vendredi soir. Notre détaillant Harley-Davidson® local offrira le petit déjeuner les vendredi et samedi matins. À noter aussi : les randonnées de rallye débuteront et se termineront chez ce détaillant. La photo de famille sera prise le samedi matin devant le plus grand tipi du monde ; suivra le défilé. Le programme de l’après-midi comprend le Show ’N Shine et des jeux à moto dans l’aire de stationnement du Medicine Hat Mall. Des musiciens locaux seront également de la partie. Pour en savoir plus, veuillez consulter notre site Web à l’adresse albertahogrally.com.


TOUS INVITÉS AU RALLYE PROVINCIAL H.O.G.® DU QUÉBEC ! Le 17e rallye provincial H.O.G.® du Québec aura lieu du 11 au 13 juillet prochain à Gatineau, dans la belle région de l’Outaouais. Michel-André Roy Les membres du comité organisateur planifient et organisent l’événement depuis décembre 2011, moment où le détaillant Harley-Davidson® de l’Outaouais et le Chapitre Outaouais ont accepté d’être les hôtes du rallye 2013. Harley-Davidson® de l’Outaouais, qui est situé à proximité du Ramada Plaza Le Manoir du Casino (notre hôtel d’accueil), sera le site principal de ce rallye au cours duquel les participants auront l’occasion de célébrer leur passion commune ainsi que le 30e anniversaire du Harley Owners Group®. Le comité

organisateur du rallye a prévu toute une série d’activités : diverses randonnées incluant un Poker Run, Show ‘N Shine, Défi des chapitres, jeux d’habileté et souper du détaillant. Ne ratez surtout pas le méchant party du samedi 13 juillet au Musée canadien des civilisations ! Au programme : notre banquet et les cérémonies de clôture, sans oublier la prestation du groupe musical Body Groove – Ribsteak Ron. Les 12 et 13 juillet, un service de navette gratuit sera offert entre les sites d’hébergement principaux et le site principal des activités. Prévoyez dès maintenant de sauter sur vos motos en juillet et de venir faire un tour à Gatineau ! Vous trouverez le programme complet du rallye au rallyehoggatineau2013.ca.

hog® magazine canada

49


L’ARRIÈRE-BOUTIQUE / été 2013 LE GARAGE RANDONNÉES DE RALLYES ÉQUIPEMENT RÉCITS DE RANDONNÉES ARCHIVES ÉCHAPPEMENT •

LA TRAVERSÉE VERS LE FUN

Préparez-vous à vivre des heures inoubliables cet été. C’est la quatrième fois que le Chapitre Newfoundland & Labrador est l’hôte d’un rallye régional H.O.G.® de l’Atlantique. Dale Williams Les rallyes précédents ont remporté un franc succès, comme en témoigne la participation de membres de la plupart des provinces et territoires du Canada et d’autres venus d’aussi loin que la Californie, la Floride et l’Alaska. Nous nous attendons de nouveau à recevoir beaucoup de gens – le nombre de participants ne faisant que croître à mesure que se répand la nouvelle des moments formidables que l’on peut passer sur le Rock. L’île de Terre-Neuve mesure 111 390 kilomètres carrés, ce qui équivaut à la superficie combinée des trois autres provinces de l’Atlantique – la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick et l’Îledu-Prince-Édouard. Si l’on ajoute le vaste territoire du Labrador, la superficie de Terre-Neuve grimpe à 405 212 kilomètres carrés, avec plus de 29 000 kilomètres de littoral sauvage. C’est dire qu’on peut y respirer à son aise ! Comme la portion continentale de Terre-Neuveet-Labrador est une île, les

50

hog® magazine canada

personnes qui viennent à moto doivent emprunter un traversier à North Sydney, en NouvelleÉcosse, et ainsi se rendre à Port aux Basques ou à Argentia. Port aux Basques est sur la côte ouest de Terre-Neuve et vous aurez à parcourir 900 kilomètres (10 heures) pour vous rendre à St. John’s sur la côte est. Terre-Neuve-et-Labrador est reconnue pour sa population accueillante. Des personnes vraies, chaleureuses, aimant la vie et drôles comme tout. En fait, les Terre-Neuviens sont aussi reconnus pour leur créativité, leur accent particulier et leur talent de conteur. Nous comptons certains des artistes les plus brillants du pays. Et chez nous, la musique fait partie intégrante de notre paysage naturel et culturel. C’est donc un rendez-vous au 21e rallye régional H.O.G.® de l’Atlantique, du 18 au 21 juillet. Pour de plus amples détails, veuillez consulter notre site Web au newfoundlandhog.com.

À MOTO DANS LA VALLÉE Des lacs limpides, des vues sur la vallée, de la beauté partout où l’on pose les yeux !

Lisa Mirabent Montagnes, vignobles, plages et lumières romantiques des villes composent un décor ravissant pour notre 13e rallye régional H.O.G.® de l’Ouest, qui aura lieu du 25 au 27 juillet 2013 à Kelowna, en ColombieBritannique. Organisé sous le thème de « Ride in the Valley », l’événement vous réserve trois jours enlevants : randonnées, Poker Runs, jeux à moto, fêtes, concerts…la totale ! Tenant à tout prix à vous faire découvrir le paysage magnifique offert par la vallée, le Chapitre Okanagan a mis au programme des randonnées guidées le vendredi et le samedi, qui s’ajoutent aux Poker Runs quotidiens. Une randonnée est même prévue pour les personnes qui arrivent dès le début des inscriptions le jeudi. La randonnée Poker Run du samedi est dédiée aux agents de la paix de Kelowna. Parcourir à moto l’Okanagan, c’est vivre une expérience unique en son genre au sein de ce continent, ne seraitce qu’à cause du grand nombre de routes à la fois extraordinaires et bien entretenues et du climat tempéré fort agréable. Sur un trajet de 170 kilomètres,

vous circulerez à côté des vergers luxuriants et du lac argenté et grimperez jusqu’aux escarpements rocheux à travers d’étroits canyons pour ensuite rouler jusqu’à des plateaux boisés avant de descendre dans une zone à climat désertique. Euphorie garantie ! Il faut aussi vous attendre à un week-end de divertissement mur à mur, mettant en vedette des musiciens de grand talent, dont le groupe Colt 45. N’oubliez pas vos bottes pour danser sous les étoiles ! Le banquet du samedi soir débutera par la prestation de Herb Dixon, un humoriste et imitateur bien connu dans la région. Vous serez « MDR » en entendant sa célèbre interprétation d’une moto Harley-Davidson® ! La fête se poursuivra en compagnie des « Blues Brothers Too » et de leur Big Band percutant qui rendront hommage en chanson et en danse à « Jake and Elwood », les Blues Brothers originaux. Le Chapitre Okanagan vous invite donc tous à venir partager nos fascinantes routes panoramiques cet été et à profiter d’un week-end du tonnerre. Inscrivez-vous dès aujourd’hui à l’adresse okanaganhog.com.


©2013 H-D OU SES FILIALES. H-D, HARLEY, HARLEY-DAVIDSON ET LE LOGO BAR & SHIELD FONT PARTIE DES MARQUES DE COMMERCE DE H-D U.S.A., LLC.


L’ARRIÈRE-BOUTIQUE / été 2013

30EN 2013

LE GARAGE RANDONNÉES DE RALLYES ÉQUIPEMENT RÉCITS DE RANDONNÉES ARCHIVES ÉCHAPPEMENT •

Les

raisons

de participer à un événement

2013 est une année bien spéciale pour la Harley-Davidson Motor Company et H.O.G.®, qui multiplient d’ailleurs les occasions pour vous d’enrichir magnifiquement votre album de souvenirs. Modestes ou grandioses, à proximité ou loin de chez vous, rallyes provinciaux ou régionaux, célébrations du 100e ici et là dans le monde ou événements de votre chapitre local, peu importe… tous les prétextes sont bons ! Voici d’ailleurs 30 excellentes raisons pour vous d’enfourcher votre moto… simple question de vous faire piaffer davantage !

1

Pour montrer à Milwaukee et au monde que personne ne célèbre comme le H.O.G.®

2

Pour faire comme les Romains… à Rome.

4

5

Pour atteindre de nouveaux niveaux de récompense grâce au Programme de kilométrage H.O.G.®

6

POUR PARTICIPER À VOTRE PREMIER SHOW ‘N SHINE. 52

hog® magazine canada

3

Pour récolter des points aux rallyes provinciaux et régionaux H.O.G.® avec le concours ABC du Touring.

Parce que vous aurez besoin d’un nouveau pneu arrière à un moment donné.

7

Pour élargir vos horizons, tester vos limites et être époustouflé.

8

Pour voir si même les rallyes H.O.G.® sont plus gros au Québec (c’est le cas).


9

Pour participer à la H.O.G.® Riding Skills Competition à Milwaukee.

13

Pour découvrir les talents inouïs d’un nouveau groupe de musique local.

17

Parce que rien ne bat l’air conditionné naturel !

19

Pour voir à quoi ressemble une aurore boréale dans le ciel immense du Nunavut.

10

Pour aider à fracasser le record de 12 551 499 km de la Randonnée mondiale Harley-Davidson® de l’an dernier.

Pour entendre le vrombissement de 10 000 motos Harley-Davidson® défilant à travers les rues du centre-ville de Milwaukee lors des célébrations du 110e.

Pour tremper votre botte dans l’Atlantique, le Pacifique, l’océan Arctique, la baie d’Hudson, l’un des Grands Lacs et le fleuve Saint-Laurent.

14

Pour exhiber votre collection d’écussons et d’épinglettes… ou pour en commencer une.

27

Pour parcourir à moto les badlands dans le Parc provincial Dinosaur.

15

12

Parce que c’est drôle d’aller à Terre-Neuve à des endroits comme Ass Hill, Blow Me Down, Come-by-Chance, Conception Bay, Dildo et Happy Adventure.

16

Trois mots : jeux à moto.

18

Pour profiter du Programme de récompense Best Western pendant sept nuits de suite… dans sept provinces ou territoires différents.

21

Parce que parfois la pression DES PAIRS est une bonne chose.

24

11

Pour cocher les cases Territoires-du-NordOuest, Nunavut et Yukon sur votre liste de rêves à réaliser.

25

Pour vous perdre quelque part et vous retrouver à plus d’un titre.

28

Pour obtenir la certification de la Trans Canadien Quest ou de la Trans Canadian GOLD et voir votre nom passer à l’histoire.

20

Pour vous empiffrer de moules à l’Île-du-PrinceÉdouard, de poutine au Québec, de sirop d’érable en Ontario, de sushi en Colombie-Britannique, de bœuf sur le barbecue en Alberta ou de pain frais en Saskatchewan.

22

23

Pour aller chercher, lors d’un rallye régional ou provincial H.O.G.®, l’épinglette canadienne exclusive du 30e anniversaire du H.O.G.®

Pour aider le Canada (« Alexander Graham Bell ») et les É.-U. (« Elisha Gray ») à régler leur dispute au sujet de l’invention du téléphone.

29

Pour pouvoir dire à vos amis que vous vous êtes rendu jusqu’à Venise en moto (Venise-en-Québec, bien sûr !).

Pour voir tout Milwaukee dérouler le tapis rouge.

26

30

Avez-vous vraiment besoin d’une raison? hog® magazine canada

53


L’ARRIÈRE-BOUTIQUE / été 2013 LE GARAGE RANDONNÉES DE RALLYES ÉQUIPEMENT RÉCITS DE RANDONNÉES ARCHIVES ÉCHAPPEMENT •

Pour l’amour du cuir À chaque motocycliste Harley-Davidson® son style de blouson ! Votre seul défi est de trouver celui qui vous convient. Il faut avouer qu’avec les superbes modèles qui viennent de sortir, votre tâche sera plus ardue.

Pour elle

Le blouson de cuir est une véritable icône du design. Depuis ses modestes débuts à titre de vêtement purement fonctionnel, le blouson de cuir offre aujourd’hui encore ses propriétés de protection, mais il a maintenant acquis un statut de lanceur de mode sous le signe de la rébellion et des excès d’une génération entière. Blousons militaires des années 1940, tenues emblématiques des rockers du début des années 1950 et suivantes, aucun autre vêtement n’a été aussi inextricablement lié à l’histoire. Si le blouson de cuir a connu ces derniers temps une

54

hog® magazine canada

1 Blouson de motocycliste en cuir Legacy Élégante peau de vache de poids moyen Doublure en sergé de polyester avec poches pour coussinets de protection Graphiques en relief sur la bordure en avant et sur les épaules en arrière

renaissance dans les cercles de la mode en général, il a toujours été en vogue chez les motocyclistes Harley®. Voici les derniers chouchous de la collection MotorClothes® Harley-Davidson®. Et n’oubliez pas que, comme la Harley-Davidson Motor Company célèbre plus de 100 dans la confection de tenues de sécurité pour les pilotes de course et les motocyclistes, vous savez que vous obtenez le summum en matière de protection et de tradition légendaire. À vous donc d’aller choisir votre blouson HarleyDavidson® aujourd’hui même !

2 Blouson en cuir Juneau Peau de vache légère Doublure en sergé de polyester avec poches pour coussinets de protection Superbes graphiques brodés sur le devant, dans le dos et sur les manches

3 Blouson en cuir Harley® Embellished Peau de vache légère Doublure en polyester-satin avec porches pour coussinets de protection Graphiques brodés et ornés de pierres du Rhin sur la manche et dans le dos


Pour lui

1 Blouson en cuir Victory Lane Peau de vache de poids moyen et superbement vieillie Doublure en sergé de polyester avec poches pour coussinets de protection aux coudes et aux épaules

2

3

4

Blouson en cuir Top Wing

Blouson Road Warrior 3 dans 1

Blouson en cuir Rumble

Belle peau de vache robuste Doublure en coton et en polyester avec poches pour coussinets de protection aux coudes et aux épaules Plus une doublure de blouson amovible pour un confort quatre saisons

Peau de vache de poids moyen Doublure en filet de polyester avec poches pour coussinets de protection et gilet de coton amovible avec capuchon Passepoil en matériau réfléchissant Scotchlite 3M sur le devant et à l’arrière Poche imperméable pratique pour le téléphone

Peau de vache robuste de poids moyen Doublure en filet de polyester avec poches pour coussinets de protection aux coudes et aux épaules Passepoil en matériau réfléchissant Scotchlite 3M pour une visibilité accrue

hog® magazine canada

55


L’ARRIÈRE-BOUTIQUE / été 2013 LE GARAGE RANDONNÉES DE RALLYES ÉQUIPEMENT RÉCITS DE RANDONNÉES ARCHIVES ÉCHAPPEMENT •

Belle échappée dans les Appalaches

Le Blue Ridge Parkway est une route qui, selon les normes d’aujourd’hui, ne devrait pas exister. Elle n’a aucune valeur commerciale, son coût de construction au kilomètre a dû être au moins deux fois plus élevé que pour une route mieux située et elle ne relie aucune ville d’importance.

Tristram Lett et Susan Hill

56

hog® magazine canada


Son existence est simplement le résultat des projets de création d’emplois artificiels mis sur pied dans le cadre du New Deal de Roosevelt dans les années 1930. Dieu merci ! Les motocyclistes et les automobilistes se sont vu ainsi offrir une merveilleuse route de plaisance dont la principale vertu était – et est encore – le décor époustouflant dans lequel elle est plantée. Mais il y a plus encore. Imaginez une route qui bannit les véhicules commerciaux, est dépourvu de tout hôtel, restaurant ou annonce publicitaire, ne comprend que deux voies et impose une vitesse maximale de 70 kilomètres à l’heure ! Ajoutez des courbes à arc constant, des virages parfaitement inclinés et d’excellentes transitions entre les montées et les descentes. Et avec ses quelque 120 belvédères, vous aurez amplement l’occasion d’admirer la phénoménale beauté des Appalaches. C’est cela, le Blue Ridge Parkway (BRP). Nous avons eu le bonheur de rouler sur le BRP d’un bout à l’autre en juin 2012. Voici le bref récit de notre randonnée. Nous avons commencé

par nous présenter au Best Western Plus River Escape Inn and Suites à Dillsboro, en Caroline du Nord. Cet établissement Rider Friendly® est situé sur la rive de la charmante Tuckasegee River. Comme l’entrée du BRP se trouve non loin de là, nous en avons fait notre camp de base pour deux nuitées – simple question de nous familiariser avec la région. Le premier jour, nous sommes allés faire un tour chez Smoky Mountain HarleyDavidson® à Pigeon Forge, dans le Tennessee. Ce magasin de détail ne nous a aucunement déçus ! Le personnel sympathique et attentionné a répondu à toutes nos questions sur la région et nous a donné des conseils, des cartes et des suggestions. Nous avons aussi appris que ce détaillant possédait deux succursales et trois points de vente dans la région des Smoky Mountains ; alors si jamais nous avions des problèmes, il y aurait toujours un détaillant Harley-Davidson® pour nous donner un coup de main. De nombreux motocyclistes veulent faire l’expérience de la route Tail of the Dragon, qui n’est pas loin de Pigeon Forge,

et voir les Smokies de leur point le plus haut à Clingman’s Dome (2 024 mètres). Il faut compter presque une journée complète pour faire les deux, mais cela en vaut la peine. Mais attention : ce n’est pas pour les cœurs fragiles. Nous sommes partis tôt le lendemain matin et nous nous sommes rendus à la Cherokee Indian Reservation où nous avons commencé notre randonnée de 754 kilomètres sur le BRP. Tout au long du parcours, nous n’avons pas cessé d’échanger des commentaires admiratifs sur l’intercom. La chaussée était beaucoup plus compacte que

nous l’avions prévu, mais elle était dans un état impeccable. En route depuis 8 h ce matinlà, nous n’arrivions pas à croire que nous n’avions vu aucun véhicule en une heure ! L’absence de trafic a d’ailleurs été l’une des constantes de ce voyage. Cela s’explique peut-être par le nombre très restreint de routes d’accès au BRP, ce qui en fait un trajet peu pratique pour se rendre où que ce soit. En fait, on emprunte le BRP uniquement pour se plonger dans la splendeur des Appalaches. Le peu de circulation est une bonne chose parce qu’il faut, en tant

Mais attention : ce n’est pas pour les CŒURS fragiles... il y a tellement de courbes, de tunnels (26 en tout), de montées et de descentes qu’il faut constamment changer de vitesse, freiner et accélérer. hog® magazine canada

57


L’ARRIÈRE-BOUTIQUE / été 2013 LE GARAGE RANDONNÉES DE RALLYES ÉQUIPEMENT RÉCITS DE RANDONNÉES ARCHIVES ÉCHAPPEMENT •

que conducteur, se concentrer sur la route, sinon on aboutit dans le décor. Il s’agit d’une route très bien construite et en excellent état, mais il est difficile de conduire et de regarder le paysage en même temps. On est conscient qu’il est là en périphérie, mais il y a tellement de courbes, de tunnels (26 en tout), de montées et de descentes qu’il faut constamment changer de vitesse, freiner et accélérer. Seule la moitié nord du BRP donne du répit au conducteur. Mais les constructeurs le savaient et c’est pourquoi ils ont aménagé une multitude de belvédères où il est possible de s’arrêter, de se reposer un brin et de se laisser enivrer par la beauté des montagnes. Du vrai bonbon pour les yeux ! Il y a aussi, sur le BRP, des centres de ressources mis sur pied par diverses agences. C’est une merveilleuse façon de se renseigner sur l’histoire du BRP ainsi que sur l’écologie, la faune et la flore. Le petit nombre de routes d’accès signifie qu’une certaine planification s’impose. Il n’y a qu’une seule stationservice sur le BRP, près de l’extrémité nord. Il faut donc prévoir où sortir pour aller faire le plein et par conséquent savoir à l’avance les distances entre les sorties. Ceci vaut également pour la bouffe et l’hébergement. Sur le Parkway, l’altitude varie entre 609 mètres et plus de 1 828 mètres. Au cours de notre voyage, il faisait chaud dans les vallées (plus de 35 °C), mais, une fois atteint le niveau de 762 mètres, c’était merveilleusement frais. À plus haute altitude, la température se situait aux alentours de 25 °C. La première journée,

58

hog® magazine canada

nous nous sommes rendus à Blowing Rock, en Caroline du Nord – altitude de 1 068 mètres. L’une des rares villes situées juste à la sortie du BRP, elle nous avait été recommandée comme point d’arrêt par des amis qui avaient parcouru le BRP l’année précédente. Historique et pittoresque, voilà comment nous pourrions décrire cette communauté fort sympathique. Nous avions réservé une chambre pour deux nuitées au superbe Gideon Hill. Avec de magnifiques vues dans toutes les directions, des chambres au décor unique et une table raffinée, c’est un excellent endroit où aller se détendre pour quelques nuits. L’un des propriétaires est un chef qui possède aussi un restaurant au cœur de la ville. Nous en avons profité pour y aller aussi – un autre vrai régal ! C’était agréable de se promener dans la ville et il y a beaucoup à voir dans la région. Nous avons fait, par exemple, une randonnée à pied dans le magnifique Moses Cone Memorial Park en s’y rendant par les pistes aménagées à l’origine pour les calèches. Le lendemain, nous avons entrepris la dernière étape

de notre voyage sur le BRP : direction Waynesboro, en Virginie, à l’extrémité nord du BRP. Plus nous filions vers le nord, plus le paysage s’est mis à changer – moins de vues sur les montagnes et davantage de champs et de pâturages. Le feeling n’est plus du tout le même. Nous n’en revenions pas de toutes les différentes sortes de clôtures de perche bordant notre route de plaisance. Contrairement à la portion en Caroline du Nord avec ses 24 tunnels, il n’y a qu’un seul tunnel en Virginie – un bon indicateur du relief beaucoup moins accidenté. La conduite étant plus facile, on peut davantage profiter du paysage. Nos amis qui avaient emprunté le BRP l’année précédente nous avaient conseillé de vérifier régulièrement le pneu arrière de notre moto. ils avaient bien raison ! Quand nous sommes arrivés à notre café-couette à Waynesboro, la bande de roulement était extrêmement usée. Ce terrain montagneux est particulièrement néfaste pour le pneu arrière d’une moto lourdement chargée. Heureusement, nous avions prévu de faire un détour pour aller visiter un ami à Richmond,

en Virginie, avant de continuer en direction du Skyline Drive à travers le Shenandoah National Park, ce qui nous a permis de faire rapidement remplacer le pneu chez Steel Horse HarleyDavidson®. Ce détour nous a donné l’occasion de visiter la ville coloniale de Williamsburg ainsi que Monticello, la maison de campagne du président Thomas Jefferson, deux incontournables pour les mordus d’histoire. Notre randonnée sur le BRP ne fut qu’une étape d’un long voyage de 5 000 kilomètres à travers la campagne canadienne et américaine. Notre seul regret, c’est de ne pas avoir prévu plus de trois jours pour le BRP. Rouler sur le BRP, c’est bien, mais il y a aussi tant de choses à voir et à faire. Vers la fin de notre voyage, l’un des moments les plus forts a été la visite de l’usine de Harley-Davidson à York, en Pennsylvanie, là où notre moto Ultra Classic® Electra Glide® a vu le jour. Le BRP et la suite, le Skyline Trail dans la Shenandoah Valley, nous ont conduits pour ainsi dire à sa porte. Un autre must pour le propriétaire d’une moto Harley® !


VIVE LA FRANCE À MOTO !

Notre voyage mémorable sur la route des vins en Alsace à bord d’une moto Harley® Texte et photos : Marco Buist

*

Nous avons donc décidé de faire la route des vins sur une motocyclette Harley®, histoire de ne pas trop s’ennuyer de nos motos durant nos vacances. hog® magazine canada

59


L’ARRIÈRE-BOUTIQUE / été 2013 LE GARAGE RANDONNÉES DE RALLYES ÉQUIPEMENT RÉCITS DE RANDONNÉES ARCHIVES ÉCHAPPEMENT •

L’été dernier, pour nos vacances, nous voulions nous dépayser un peu, ma blonde et moi, avec nos enfants respectifs. Marie voulait voir l’Europe et moi je voulais voir le Nord de la France. Je savais que l’Alsace était une région magnifique. Nous avons donc choisi cette destination, mais pas question d’une formule à l’hôtel. À six, la facture aurait été très salée. Nous avions entendu parler des formules d’échange de maison par plusieurs amis ; alors nous avons décidé de tenter le coup. De plus, cette formule permet de vivre dans la communauté et de mieux apprécier la culture de l’endroit. Nous avons donc échangé notre maison avec un couple d’Alsace pour les vacances. Ils ont habité

*

60

chez nous pendant que nous habitions chez eux. Leur maison était située dans un tout petit village de 800 habitants appelé Sermersheim. L’Alsace, qui était occupée par les Allemands sous le règne d’Hitler, montrait encore leurs traces. Plusieurs villages portent un nom allemand. Les Alsaciens en ont vraiment bavé durant cette période, et l’ancien camp de concentration de Struthof en est la preuve. Sermersheim est située entre Strasbourg et Colmar, tout près de la route des vins. Mais le plus intéressant, c’était la présence d’un détaillant HarleyDavidson® à 15 minutes de la maison. Nous avons donc décidé de faire la route des vins sur une motocyclette Harley®, histoire

de ne pas trop s’ennuyer de nos motos durant nos vacances. Peu après, nous avons été très bien accueillis par Alexandre, chez le détaillant HarleyDavidson® « Center of Alsace » de Fegersheim, qui nous a remis une belle motocyclette Road King® 2012. À titre de membres H.O.G.®, nous avons eu droit à un rabais de 10 % sur la location. Nous sommes donc partis sur ces belles routes de campagne en direction de la route des vins. Premier arrêt, le centre du tourisme de Barr, pour nous procurer une carte de la région. Pas question de GPS : nous sommes en vacances et nous voulons faire cela comme dans le bon vieux temps ; une carte, et la possibilité de se perdre presque garantie ! Car à

cela, je suis un expert ! Nous sommes passés par de nombreux villages avec des noms « très simples » comme Scherwiller, Kintzheim, Riquewihr, Niedermorschwihr et Eguisheim. Nous avions beau les lire et les relire, c’était impossible de mémoriser tous ces noms. Résultat : nous étions constamment perdus. Heureusement les Alsaciens sont des gens sympathiques, toujours prêts à aider. « Y a pas de soucis », comme ils le disent si bien. À chaque fois que nous demandions des directions, c’était toujours la même réponse : « Ce n’est pas compliqué, vous allez toujours tout droit ». Le problème, c’est que la route est loin d’être « droite ». Il n’y a que des courbes et des carrefours giratoires.

nous sommes en vacances et nous voulons faire cela comme dans le bon vieux temps ; une carte, et la possibilité de se perdre presque garantie !

hog® magazine canada

Ce fut une belle randonnée à moto. Nous avons traversé de nombreux villages fortifiés datant du XIVe siècle. Des routes étroites, des villages magnifiques, des campagnes verdoyantes avec de nombreux châteaux s’étalaient devant nos yeux le long de la route. La nourriture en Alsace était fantastique. Leur fameuse « flammekueche », ou tarte flambée, pas trop santé (lardon, crème et fromage), mais très bonne au goût. Et le vin : wow ! Nous pouvions nous procurer d’excellentes bouteilles pour cinq dollars. L’Alsace est définitivement une région de la France à découvrir. Les gens sont accueillants et la beauté des villages, grandiose. C’est un beau voyage qui restera gravé dans notre mémoire longtemps.


La route vers l’éveil Les neuf ans d’aventure d’une motocycliste maintenant aguerrie Manon Kellman Ma nouvelle vie a débuté en octobre 2004, moment où mon mari a tenté de me persuader d’acheter une motocyclette. Je n’étais pas vraiment chaude à l’idée et n’ai cessé de lui dire non jusqu’au jour où il m’a appelée de chez Kitchener Harley-Davidson® (c’était mon anniversaire !) pour m’en reparler. Je me suis finalement laissé gagner. Et ce fut là le départ de mon aventure. Je suis du genre qui aime être en contrôle ; c’est toujours moi, par exemple, qui conduis la voiture, peu importe où nous allons. Autrement dit, être assise derrière mon mari sur une moto Harley-Davidson® Sportster®, pas question ni pour moi… ni pour lui parce que je le critique tout le temps (tu fais trop pencher la moto, tu vas trop vite, etc.). C’est ainsi qu’à 41 ans, j’ai suivi un cours de motocyclisme de trois jours. Le cours a pris fin le dimanche et, le mardi suivant, je suis allée chercher ma moto Harley-Davidson® Sportster® flambant neuve. Wow ! Cette machine était grosse et beaucoup plus haute que les motos fournies pour le cours ! Après tout, je ne mesure que 5 pieds 2 pouces (1,56 m). J’ai quitté le magasin avec mon mari derrière moi et, en moins de 30 minutes, ma moto toute neuve s’est retrouvée sur le sol et moi, juste à côté. Ce ne fut pas ma seule chute, mais j’ai tenu bon tout au long de la première année, même après m’être fracturée la clavicule à l’occasion de l’une de ces chutes (ce qui m’a fait comprendre qu’il vaut toujours mieux ne pas retenir la moto

et la laisser tomber puisqu’elle peut être réparée rapidement, contrairement à mon corps, qui a besoin de plus de temps pour guérir). Le premier hiver, j’ai fait modifier ma moto : selle custom, fourches avant et suspension arrière surbaissées, ajout de chrome, nouvelle peinture à l’aérographe et accroissement de la performance du moteur à 1  200 cm3. Maintenant, je me sentais prête à conquérir le monde. J’en suis à ma neuvième année de motocyclisme et j’ai parcouru jusqu’ici sur ma moto Harley-Davidson® Sportster® juste un peu plus de 171 000 kilomètres... le tout, sans pare-brise ! Le moteur a été remis à neuf en usine en 2012 et je suis prête à parcourir 170 000 autres kilomètres. Ma moyenne est de 20 000 kilomètres par saison. Je fais souvent des randonnées avec l’un ou l’autre des deux chapitres H.O.G.® dont je suis membre (Milton et Kitchener), mais mes trajets les plus

mémorables ont été parcourus en compagnie de mon mari, qui est maintenant propriétaire d’une moto Harley-Davidson® Road Glide®. Pour certains de nos voyages, nous avons fait expédier nos motos à Las Vegas, dans le Nevada, ou à Phoenix, en Arizona ; de là, nous visitions divers endroits pendant sept jours : le Nouveau-Mexique, Santa Fe, le Grand Canyon, San Francisco, et Laughlin, au Nevada, pour leur rallye annuel, le Laughlin River Run. Depuis quatre ans, nous faisons le tour des É.-U. et du Canada : Daytona Beach, Myrtle Beach, Key West, l’Île-du-PrinceÉdouard et Moncton, entre autres, sans oublier les rallyes H.O.G.® – nationaux, provinciaux et américains. L’un de nos voyages les plus marquants a été notre équipée pour nous rendre au rallye H.O.G.® à Kamloops, en Colombie-Britannique. Les paysages, le vent dans mes cheveux, les papillons, les sauterelles et tout le reste… une expérience unique ! À un

moment donné, je roulais avec un foulard pour me protéger le visage et un gros morceau d’essuie-tout dans ma poche pour faire disparaître les restes d’insectes sur mes lunettes de protection ! Bien des gens m’ont demandé pourquoi je n’avais pas une moto avec un pare-brise. Ma réponse était et sera toujours la même d’ici à ce que je ne puisse plus faire de la moto ou à ce que je sois trop faible pour lutter contre le vent : l’absence de parebrise me garde en forme (les bras, le ventre et les muscles du cou). En plus, je trouve que les motos Sportster® sont plus belles sans pare-brise. Et puis ma moto reflète qui je suis ; je me suis assise sur d’autres motos et je les trouve trop hautes, trop larges ou trop lourdes. Et ce n’est pas mon Scorpio – oui, c’est le nom que j’ai donné à ma moto et il est d’ailleurs peint à l’aérographe sur le carénage. Il faut aussi dire qu’il m’a fallu trois saisons pour réussir un virage en U. Maintenant, nous ne faisons qu’un et je la manœuvre comme je veux ! J’ai tellement appris et accompli des choses au cours des neuf dernières années ; je me suis fait de nombreux amis, j’ai servi de capitaine de route bénévole dans mes chapitres H.O.G.® locaux et j’ai visité certains des plus beaux endroits en Amérique du Nord. Rien de cela n’aurait pas été possible sans ma moto Sportster® ! Mon conseil à tous les motocyclistes et surtout aux femmes : mettez vos peurs de côté, lancez-vous dans l’aventure et profitez pleinement de la vie. hog® magazine canada

61


Š2013 H-D ou ses filiales. Harley, Harley-Davidson et le logo Bar & Shield font partie des marques de commerce de H-D U.S.A., LLC.


les avantages offerts aux membres a faire et a eviter La trousse H.O.G.® vous est expédiée chaque année quand vous renouvelez votre adhésion. Si votre adhésion prend fin en juillet 2013 par exemple, vous pouvez renouveler votre adhésion en janvier 2013 afin de recevoir votre trousse au début de la saison de motocyclisme. Veuillez noter qu’en renouvelant votre adhésion plus tôt, votre date d’expiration de juillet 20XX (selon le durée de votre adhésion au renouvellement) ne changera pas et vous ne perdrez aucun mois d’adhésion. En procédant ainsi, vous aurez tout simplement l’avantage de recevoir tout votre matériel avant le commencement de la saison de motocyclisme. H.O.G. et H.O.G. Roadside Assistance sont deux compagnies distinctes, qui travaillent en étroite collaboration, mais qui ont chacune leur système d’adhésion et de renouvellement d’adhésion. Pour bonifier votre programme d’assistance routière, veuillez composer sans frais le 1 866 209-8270. Pour effectuer un appel de service, veuillez composer le 1 888 443-5896. Il faut appeler ce numéro pour obtenir de l’aide à titre de membre H.O.G.® Si vous appelez un autre service de remorquage et que vous soumettez des reçus après coup, vous ne serez pas remboursé. ®

®

La motocyclette doit être inscrite dans le Programme de kilométrage avant toute réclamation de kilomètres. Ceci vaut pour

toutes les motos, y compris les motos louées. Veuillez inscrire la moto chez votre détaillant local, car c’est lui qui doit signer le formulaire pour valider le nombre de kilomètres. Quand vous devenez membre H.O.G.® pour la première fois, vous recevrez la première épinglette (aigle) et le premier écusson H.O.G.® Ce n’est que lorsque vous « renouvellerez » votre adhésion au cours des années subséquentes que vous recevrez les épinglettes et écussons H.O.G.® propres à chaque année. Saviez-vous qu’une adhésion gratuite au regroupement H.O.G.® obtenue lors de l’achat d’une moto est transférable à un membre à part entière ou associé ? Les mises à jour en ligne concernant le renouvellement de l’adhésion seront visibles sous la section Membres seulement (Members only) dans les 10 jours suivant leur exécution. Dans le cas de nouveaux membres, il est possible de créer un profil en ligne permettant l’accès au members.hog.com dans les dix jours suivant l’entrée de la demande d’adhésion dans le système. Veuillez prévoir de 4 à 6 semaines pour la livraison du matériel H.O.G.®, le délai étant fonction du service postal local.

Votre équipe H.O.G.MD Canada

Gina McNeil Gérante, Services aux enthousiastes

Duarte Pita Coordonnateur, communications et événements

Yvan Lejeune Myles Anderson Coordonnateur, services Directeur régional, aux membres Ouest

Brad Carvery Directeur régional, Prairies

Vern Wilson Directeur régional, Ontario

Michel-André Roy Directeur régional, Québec

Dale Williams Directeur régional, Atlantique


L’ARRIÈRE-BOUTIQUE / été 2013 LE GARAGE RANDONNÉES DE RALLYES ÉQUIPEMENT RÉCITS DE RANDONNÉES ARCHIVES ÉCHAPPEMENT •

De nouveau dans la course

La Première Guerre mondiale a mis bien des choses en suspens – pas seulement l’industrie de la motocyclette, mais le monde en général. À la fin de la guerre en 1918, personne ne savait d’une manière certaine quand ou même si les fabricants de motos allaient reprendre leur erre d’aller. C’est dire à quel point la Motorcycle and Allied Trades Association (l’ancêtre de l’AMA) a pris un gros risque en organisant, en 1919, une course d’envergure sur route à Marion, dans l’Indiana, au cours du week-end de la fête du Travail. Les principaux constructeurs qui disposaient d’une équipe de pilotes de course ont accepté de participer, à savoir Harley-Davidson Motor Company, Indian et Excelsior-Henderson. Les pénuries d’essence durant la guerre avaient mis un stop aux courses et la pratique du motocyclisme chez les civils avait décliné tant à cause de la production limitée de motos qu’en raison du nombre d’hommes qui s’étaient enrôlés. Les pilotes allaient être là, mais y aurait-il des spectateurs ? On a établi, dans des chemins de campagne autour de Marion, un trajet de cinq milles (8 km) à parcourir en 40 tours, ce qui donnait 200 milles (320 km). Aux intersections, les côtés furent légèrement inclinés et les virages à angle droit, arrondis pour tenir compte de la grande vitesse des pilotes. Comme il s’agissait, bien sûr, de routes en terre, le gros problème était la poussière. Les tours de reconnaissance ayant aussi donné lieu à des quasi-accidents avec des boîtes aux lettres et d’autres pilotes, la solution trouvée a été de répandre de l’huile sur la piste et de couvrir la ligne droite opposée de calcaire concassé. Mais cela a causé un nouveau problème : les pierres qui allaient revoler sur les autres pilotes et montures. Le jour de la course, l’ancien aviateur de la Première Guerre mondiale Otto Walker, bien reconnaissable à son casque ayant appartenu à un aviateur allemand capturé, a tôt fait de s’emparer de la première place, qu’il a conservée pendant 125 milles (200 km). À la suite de problèmes mécaniques, il a dû cependant céder sa place à Leslie « Red » Parkhurst, son coéquipier Harley-Davidson®, et à Teddy Carroll d’Indian, le principal concurrent de l’équipe H-D®. Parkhurst a remporté la course en 3 heures 6 minutes et un peu plus 64

hog® magazine canada

de 33 secondes. Les pilotes Harley-Davidson® Ralph Hepburn et Otto Walker se sont classés respectivement deuxième et troisième. Un résultat important certes, mais ce qui fut encore plus significatif, ce sont les quelque 15 000 spectateurs qui sont venus voir la course, certains à moto, et ce d’aussi loin que la côte Ouest. Plus de 700 chambres d’hôtel ont été occupées et c’est sans compter les résidents qui ont accueilli chez eux les fans. Le magazine Motorcycling and Bicycling a signalé des essaims de motos dans « presque toutes les rues de la ville ». Les fondateurs de la Harley-Davidson Company, Walter Davidson et William S. Harley, étaient du nombre. Le succès de la course de 1919 a incité les organisateurs à se dépasser l’année suivante. La course de côte a été reprise et des vétérans de la guerre de Sécession du foyer de soldats local ont défilé dans des sidecars le long du trajet de la course. Red Parkhurst était de la partie et des pancartes en carton indiquant qu’il avait donné son sidecar pour la promenade des vétérans et invitant d’autres personnes à faire de même ont remporté un succès fou. Le moment le plus historique de la course de 1920 a eu lieu après la course. Plus tôt dans la journée, Ray Weishaar de l’équipe Harley-Davidson® avait adopté un cochonnet chétif qu’il avait trouvé dans une ferme de la région et se promenait avec lui dans les paddocks. Après avoir terminé premier en établissant un nouveau record pour une course de 200 milles (320 km) avec une vitesse moyenne de plus de 71 milles à l’heure (114,3 km/h), il a décidé de se faire photographier en compagnie de son nouveau copain, « Johnny », et c’est ce qui a incité les journalistes à commencer à associer le mot « hog » aux motos Harley-Davidson® et à leurs propriétaires. Ces courses de 1919 et de 1920 ne correspondaient pas seulement à un week-end de plaisir sous le signe de la vitesse. La Première Guerre mondiale avait porté un dur coup au marché des motos grand public, ce qui avait forcé plusieurs fabricants de motos à fermer leurs portes définitivement. Ce fut aussi le cas des plusieurs détaillants, quelques-uns seulement réussissant à s’en tirer en vendant des motos d’occasion et des accessoires et en offrant des services d’entretien. Ces courses – spécialement la première – ont signalé la renaissance du motocyclisme, le retour triomphant d’un sport auquel tant de personnes étaient encore attachées. Comme l’a dit un journaliste en 1919 : « Nous sommes de nouveau dans la course. » Les trophées originaux et des photos des courses légendaires de Marion, dans l’Indiana, se trouvent au Harley-Davidson Museum™ à Milwaukee. La célèbre photo de Ray Weishaar peut être achetée sur le site www.harley-davidsonimages.com.

La photo provient des archives de la Harley-Davidson Motor Company. Copyright H-D.

Comment une petite ville de l’Indiana redonne une place aux courses à moto après ce qui devait être la dernière des guerres


LE MARCHÉ DU GARAGE Canada’s 911 Ride

Pour annoncer dans le Garage, communiquez avec info@freshairpublishing.ca Édition canadienne

Pour de plus amples détails, consultez le hogmagazinecanada.ca

www.canadas911ride.com

DÉCOUVREZ LE CANADA ATLANTIQUE

Canada’s 911 Ride www.canadas911ride.com

Randonnée 911 du Canada Rouler pour les causes 17 et 18 août 2013 Visitez canadas911ride.com pour plus de détails.

Nouvelle-Écosse • Nouveau-Brunswick ˆIle-du-Prince-Édouard • Terre-Neuve

LES 4 PROVINCES SEULEMENT 5,99 $ + taxe et frais d’expédition

www.MotorcycleTourGuideNS.com

CONCOURS DE PHOTO

HOG_Canadas_911_Ride_4.5x5_en_fr.indd 2

11/04/2013 4:35:41 PM

GAGNEZ UN ENSEMBLE-CADEAU 30E ANNIVERSAIRE H.O.G.®

Le Harley Owners Group® célèbre son 30e anniversaire et nous voulons VOIR comment vous allez commémorer ce jalon. Envoyez votre photo (à une résolution d’au moins 300 PPP) à editor@hogcanada.ca d’ici le 1er août 2013 et courez la chance de gagner un ensemblecadeau 30e anniversaire H.O.G.®

hog® magazine canada

65


L’ARRIÈRE-BOUTIQUE / été 2013 LE GARAGE RANDONNÉES DE RALLYES ÉQUIPEMENT RÉCITS DE RANDONNÉES ARCHIVES ÉCHAPPEMENT •

Un fils chanceux Quand le rêve dépasse la réalité Michael Kanaroski

P

our aussi longtemps que je me souvienne, j’ai toujours voulu avoir une moto Harley-Davidson® : le son, le style, le sentiment de liberté ! Quand j’avais 12 ans, mon père et moi sommes allés acheter ma première moto tout terrain. Habité par le rêve d’y aller à fond de train sur deux roues, j’avais réussi en allant livrer des journaux à mettre 300 $ de côté pour acheter une moto Yamaha DT80. Les amortisseurs avaient besoin d’être réparés, le réservoir était cabossé et ce n’était pas facile de la faire démarrer. J’avais tellement hâte d’apprendre à conduire une moto et, comme le hasard fait bien les choses, mon père était un pédagogue né. Malgré les chutes, les ecchymoses et les éraflures, il n’était pas question pour moi d’abandonner. C’était cool d’avoir une moto. Dans les 66

hog® magazine canada

films, les magazines et les médias, on voyait toujours des motocyclistes en compagnie de belles filles. Papa avait une moto et maintenant, j’en avais une, moi aussi. Mon entrée sur la scène Harley® s’est produite au début des années 1990 – j’étais encore un adolescent – à un rallye H.O.G.® à Panorama, en Colombie-Britannique. Quel beau souvenir ! Papa et moi y sommes allés à moto ensemble et avons campé sur la piste de ski. C’était le début de l’été et je me rappelle avoir dû porter des lunettes de soleil pour protéger ma rétine contre les tonnes de chrome étincelant. Nous avons participé aux randonnées d’observation, à un Poker Run et aux jeux à moto (et avons même gagné une plaque). Je savais que j’étais devenu accro, surtout des jeux. En passant, c’est à cette occasion que j’ai rencontré

pour la première fois un membre du groupe Ladies of Harley™. Elle avait 24 ans et elle s’appelait Samantha. Elle avait assez de chien dans le corps pour me donner des palpitations. Plus question de revenir en arrière ; c’était vrai ce qu’on voyait dans les films et les magazines. J’ai acheté ma première moto Harley® il y a cinq ans, un modèle H-D® FXSTC 2007. J’avais tout lu, été à toutes les expositions de motos, effectué tous les essais sur route et adoré les films Easy Rider et Harley Davidson and the Marlboro Man. C’était clair pour moi : je voulais un chopper. Inutile de dire que mon père était presque aussi excité que moi lorsque j’ai finalement acheté une moto Harley®. Au cours des dernières années, j’ai non seulement découvert à quel point ma famille Harley® était

extraordinaire, mais combien sympathiques étaient tous les gens dans chacun des chapitres locaux. Il n’existe pas de personnes plus chaleureuses et passionnément attachées à leur monture que les propriétaires d’une motocyclette Harley®. Que l’on soit en Amérique du Sud, en Afrique, en Europe, en Russie, en Asie, en Australie ou chez soi, l’esprit de camaraderie qui règne chez ces enthousiastes est renversant. J’ai eu la chance de prendre part à un barbecue organisé par un chapitre à Tavarnelle, en Toscane. On m’a réservé un accueil tout à fait à la hauteur de la réputation d’hospitalité des chapitres H.O.G.® Une chose est certaine : j’adore ma moto Harley® et, surtout, j’adore rouler avec mon père. J’ai le bonheur de faire partie de deux familles : la mienne et celle de Harley®. Il n’y a pas tant de gens que cela qui ont la chance de découvrir à moto des villes, des provinces, des États et des pays en compagnie de leur meilleur ami. Participer à des jeux à moto, partager une chambre de motel, s’arrêter pour un café, polir nos motos, partir en randonnée tôt le matin, se faire prendre dans une tempête de grêle, parler de motos et de parcours exaltants tout en sirotant une boisson fraîche après une longue journée de conduite, tout cela j’ai la chance de le faire avec mon père. Nous avons toujours été proches, mon père et moi, mais une paire de motos HarleyDavidson. nous a rapprochés encore davantage. Merci, papa, de m’avoir appris à faire de la moto avec toi.


ENSEMBLE NOUS CÉLÉBRONS Célébrez 110 ans d’Harley-Davidson avec un rivet 110e anniversaire Living the Legend™ au Harley-Davidson Museum.® Une plaque en acier inoxydable sur un mur de fer, le rivet commémore le lien durable qui unit tous les motocyclistes. Créez le vôtre aujourd’hui à h-dmuseum.com/110rivet.

Rivet Living the Legend™ ÉDITION 110E ANNIVERSAIRE DISPONIBLE EN 2013 SEULEMENT

Commandez votre rivet d’ici le 15 juin 2013 afin de garantir son installation à temps pour les célébrations du 100e anniversaire d’Harley-Davidson à Milwaukee. ©H-D 2013. Tous droits réservés. Harley-Davidson, H-D, Harley, Harley-Davidson Museum et le logo Bar and Shield font partie des marques de commerce de H-D U.S.A., LLC


Célébrons les 110 ans de Harley-Davidson® et les 30 ans du regroupement H.O.G.® durant une randonnée de 2 jours pour montrer au monde entier pourquoi nous roulons.

Joignez-vous aux célébrations. Joignez-vous à la randonnée. H-D.com/worldwide

©2013 H-D OU SES FILIALES. H-D, HARLEY, HARLEY-DAVIDSON ET LE LOGO BAR & SHIELD FONT PARTIE DES MARQUES DE COMMERCE DE H-D U.S.A., LLC.

Si non livré au Canada, retourner à : H.O.G.MD Canada 830, boul. Edgeley, Concord, Ontario L4K 4X1 Tél. : 1-800-668-4836 Téléc. : 905-660-3372 members.hog.com

No. de contrat de poste-publications 40037386

4161505


12647 hog summer 2013 fr